SlideShare une entreprise Scribd logo
LE(S) TERRITOIRE(S)
DU CRDT ?
Yann Fournis - Amélie Dumarcher
L’ESPACE PRATIQUE
PRODUCTION ET DIFFUSION
Introduction
L’espace pratique du CRDT
Hypothèses
et
démarche
Hypothèse Le CRDT comme entreprise scientifique collective, qui construit un
espace de recherche scientifique propre, observable et mesurable
par ses pratiques de publication, qui permettent de le positionner
dans le champ des sciences sociales québécoises.
(Le « territoire » pratique du CRDT, selon les définitions « réalistes »
des science studies)
Une
analyse
modeste
et limitée
Il faudrait à ces fins étudier l’ensemble des dimensions de la
pratique scientifique (subventions, enseignement, interactions
avec les institutions universitaires, etc.)
Nous nous contenterons ici d’identifier quelques-unes des
caractéristiques des modes de production scientifiques du CRDT à
partir des seules publications.
Démarche
et objectifs
L’étude de certaines caractéristiques générales des publications du
CRDT depuis sa création, pour comprendre son positionnement
entre les différentes disciplines, échelles (localisation,
internationalisation) et univers qui l’entourent (positionnement
académique, ouverture aux milieux extérieurs)
Corpus
examiné
POUR CHAQUE RÉFÉRENCE :
Type de publication
(RAC, COC, livre, direction de livre ou revue, actes de colloques, rapports, revue sans comité)
Année de publication
Nombre d’auteurs ayant collaboré
Institution de rattachement des auteurs membres
Langue et pays de publication
Titre
Deux périodes de 6 ans : 2003 à 2008 et 2009 à 2014
Publications recensées dans les rapports annuels présentés au FRQSC
Période : 2003-2014 (11 ans - depuis la création du centre)
Effectif total : 1062 publications
Plan
Trois tendances semblent caractériser l’évolution de la
production scientifique québécoise et valides pour
comprendre celle du CRDT :
– la tension entre la recherche individuelle
et la collectivisation croissante de la recherche ;
– la tension entre la localisation et
l’internationalisation de la recherche ;
– la tension entre différents publics, académiques
ou extra-académiques.
1.
Lacollectivisationdelarecherche
Organisation et production collectives
Deux logiques
de
collectivisation
de la
recherche
(1/2)
La recherche est globalement marquée par la croissance d’une organisation et
d’une production collectives de la science (cf. les « chercheurs collectifs »),
produisant une hausse des collaborations formelles et du nombre moyen
d’auteurs par production. Ces collectivisations se combinent avec
l’internationalisation (Larivière et al., 2006).
Les sciences canadiennes (1980-2002) se caractériseraient par deux logiques de
collectivisation, pertinentes pour analyser la production du CRDT (Larivière et
al., 2006) :

Les taux de publication conjointe révèlent une diversité de voies possibles dans
la création collective :
Sciences humaines
Productions individuelles
(10% de publication
conjointe)
Sciences sociales
Voie intermédiaire
(environ 60% de
productions à auteurs
multiples)
Sciences de la nature et
de l’ingénierie
Production très collective
(plus de 80 voire 90% de
production conjointe)
Deux logiques
de
collectivisation
de la
recherche
(2/2)
‚
Les publications conjointes entre auteurs provenant d’institutions
différentes sont d’ampleur variable (26% en sciences de la nature et de
l’ingénierie, contre 22% en sciences sociales et 2-3% en sciences humaines,
en 2002).
Leurs configurations géographiques sont différentes : pour les sciences
de la nature et de l’ingénierie, les liens forts entre institutions d’une même
province sont complétés par des liens solides à l’échelle canadienne, mais
pas pour les sciences sociales.
Il existerait donc un style propre aux sciences sociales québécoises : face
au « champ » anglophone et multiscalaire des sciences de la nature (centré
sur l’Université de Toronto), le « champ » des sciences sociales québécois
est d’abord francophone et provincial (sans doute du fait de la langue).
Le CRDT respecte les grandes tendances de la
collaboration interinstitutionnelle dans les sciences
sociales québécoises :
Des liens surtout diffus, avec deux tendances :
– Des liens de portée essentiellement provinciale,
mais nuancée par l’ampleur des collaborations
avec des institutions francophones de provinces
voisines (19 entre l’UQO et l’U. d’Ottawa, 19 entre
l’UQAR et l’U. de Moncton)
– Un centre de gravité constitué par quelques
institutions motrices (UQAR-UQO-UQAC). Ce
triangle se distingue en volume de références
publiées, par son poids dans les effectifs du CRDT,
et sa propension à travailler avec les autres sites.
Collaborations interinstitutionnelles du CRDT (2003 à 2014)
Conformément à la vocation du CRDT, ce triangle est original en ce que ces trois pôles sont périphériques
et font du CRDT une entreprise positionnée en décalage avec les logiques générales des sciences sociales
québécoises (centrées sur les grands sites centraux – cf. Larivière et al., 2006).
Structure des collaborations interinstitutionnelles
Structure des collaborations
interinstitutionnelles - sciences sociales
québécoises (Gingras, Larivière, 2005, p. 11)
Structure des collaborations
interinstitutionnelles au CRDT
(Fournis, Dumarcher, 2016)
Une seconde tendance de la production du CRDT
est le fort degré de collaboration, qui correspond
exactement aux taux observés dans les sciences
sociales canadiennes en 2002 (Larivière et al.,2006).
– La production individuelle est relativement
importante (39% des publications à un seul
auteur) mais elle est secondaire par rapport
productions collectives signées par plusieurs
auteurs (61%)
– Le centre de gravité est la production à deux et
trois auteurs (respectivement 35% et 16%, pour
un total de 51%), alors que les publications
« massivement » collectives (plus de trois auteurs)
sont nettement plus rares (environ 10%)
Le CRDT confirmerait l’analyse de Gingras et
Larivière (2005) : les chercheurs québécois
suivraient la tendance internationale en
privilégiant une recherche collective – mais sous
des formes modérées.
CRDT – Degré de collaboration
CRDT – Évolution du degré de collaboration
ü une baisse des
productions individuelles
(de 45% à 33%),
ü une hausse de tous les
types de production
collective (passent
globalement de 55% à 67%),
ü une hausse marquée des
collaborations de 3 auteurs
et plus, qui passent de 21%
à 31%.
Cette tendance est d’autant plus intéressante qu’elle tend à s’accentuer dans le temps, comme
l’indiquent trois leçons de la comparaison entre deux périodes :
Mais ces évolutions ne
transforment pas la base de la
production scientifique du CRDT,
qui reste essentiellement une
production d’un ou deux auteurs
(le plus souvent à hauteur de 70-
80% des publications annuelles).
CRDT – Évolution du nombre d’auteurs des publications
2.
Leséchellesdel’espace
scientifiqueduCRDT
Entre localisation et internationalisation
Les échelles de
l’espace
scientifique du
CRDT
Entre localisation
et
internationalisation
Une deuxième tendance générale de la recherche scientifique est son
internationalisation croissante, sous la forme de liens de collaboration
internationale de plus en plus nombreux et divers.
Dans ce contexte global, il faut ici encore opérer une distinction entre :
– Les sciences de la nature, qui seraient par leur « nature »
constitutives d’un champ scientifique anglophone global (ou
« universel » au sens de décontextualisé) ;
– Les sciences sociales et humaines francophones, qui
constitueraient un champ académique national (provincial au
Québec), fondé sur la contextualisation des concepts (en particulier
par une tradition scientifique) assurant une audience spécifique
auprès de publics moins globaux par l’intermédiaires de modes et de
lieux de diffusion localisés (i-e francophones et nationaux).
Ce constat n’infirme pas la tendance récente à l’internationalisation de la
science, mais conduit à envisager la structuration des sciences sociales
québécoises en fonction d’une double dynamique : locale (i-e nationale
ou provinciale) et globale (i-e internationale).
Pour le CRDT, l’analyse multi-niveaux de la production scientifique peut
s’observer sous divers indicateurs …
Évolution des lieux d’édition des publications: Québec / hors Québec
Deux tendances intéressantes :
– une portion significative est
systématiquement diffusée au Québec
(moyenne de 60% sur l’ensemble de la
période), au point d’être majoritaire la
majeure partie du temps (pour la période
2003-2010 et en 2012) ;
– les publications hors Québec sont
initialement minoritaires (entre 19% en
2006 et 42,3% en 2004), mais
connaissent un essor rapide depuis 2008
et sont depuis régulièrement
équivalentes aux productions au
Québec.
Évolution des lieux d’édition des publications: Québec / hors Québec
L’étude des lieux d’édition indique :
1. l’importance relative de la France
(premier lieu de diffusion hors
Québec avec près de 15% de la
production en moyenne - sauf en
2008 et 2010)
2. la relativement faible proportion de
publication au Canada hors Québec
(environ 11% des productions),
rarement premier lieu de diffusion
hors Québec (en 2008 et 2010) voire
négligeable certaines années (4 sur
68 en 2011) ;
3. une diffusion internationale plus
restreinte, sous la forme d’une
bipartition entre le Brésil (4,52% de
la production sur la période et
jusqu’à environ 15% des publications
en 2012-2014) et un ensemble
d’autres pays souvent peu
représentés (Royaume-Uni,
Belgique, États-Unis).
Diffusion des publications du CRDT (2003 à 2014)
Évolution des lieux d’édition des publications: Québec / hors Québec
Les langues de publication
confirment l’existence d’un espace
scientifique à plusieurs niveaux, où:
– le français a un statut particulier
en ce qu’il représente à la fois la
langue locale et l’une des
langues internationales : il est
largement majoritaire sur
l’ensemble de la période (jamais
moins de 70% publications),
– suivi de très loin par deux
langues d’internationalisation
(anglais et portugais)
3.
Lesmodesdepublications
duCRDT
Deux horizons de recherche ?
L’évolution des
productions
scientifiques
Une troisième tendance fondamentale dans la recherche
contemporaine : l’alignement croissant des recherches scientifiques
les plus diverses sur le modèle dominant dans les sciences
naturelles, qui favorise certains types très formatés de production
scientifique. Ici encore, une distinction entre :
– Les sciences naturelles, où la relative indépendance des faits
observables par rapport au contexte oriente vers la
communauté scientifique internationale, selon des modes de
diffusion internationaux (typiquement les RAC dans des
revues de portée internationale, rédigées en anglais)
– Les sciences sociales, où la dépendance des faits au contexte
implique un public scientifique national, selon des modes de
diffusion plus diversifiés.
Interpréter la production du CRDT au regard de ces pratiques demande
une certaine prudence : il faudrait reprendre les références une par une,
pour les classer plus solidement au regard de leur insertion dans leur
contexte, selon qu’il est :
– académique (par ex. RAC et COL, strictement académiques, DIR,
COC et LIV publiés par des éditions universitaires)
– ou non-académique (par ex. RAP non scientifique, VULG et LIV
publiés dans des éditions non universitaires).
Autre subdivision possible :
– les produits « purs » (répondant strictement aux normes de leur
contexte, académique ou appliqué) et
– les produits « composés » (i-e répondant à une pluralité de normes
assurant une certaine liberté de ton au regard du contexte,
académique ou social).
Ces catégorisations demeurent à renforcer, mais permettent une
première lecture partielle des pratiques du CRDT…
Les modes de
publications du
CRDT
Quelques
précautions
et questions
…
Répartition des types de publications du CRDT (2003-2014)
Selon la catégorisation académique / non-académique, le
CRDT a un profil académique : il produit essentiellement
des RAC et des COC (32% de RAC et 30% de COC, pour
un total de 61%) puis, à nette distance, des rapports
(18%) et dans une moindre mesure d’autres types de
production ;
Selon la catégorisation produits scientifiques « purs » /
« composés »), la conformité « stricte » aux normes
universitaires (avec la production notamment de RAC,
LIV, COL, DIR pour un total de 44% ; RAP à hauteur de
18%) n’empêche pas la développement d’une
importante production moins strictement conforme
(38% des publications, avec les COC à hauteur de 30% et
les articles sans comité de lecture à hauteur de 8%).
Au-delà de la participation au champ académique
« standard », le CRDT conserverait une part
d’autonomie substantielle.
Évolution de la répartitiondes types de publicationsdu CRDT
Dans le temps, ce profil académique « pur » semble s’accentuer, avec une hausse des RAC (qui passent
de 29% à 35% des publications) au détriment de tous les autres types de publication - reflux simultané
des produits non académiques et des produits académiques « composés » (la part des COC décroît de
31% à 28%)
Proportion des différentes langues d'édition, par types de publications
Si l’on observe le rapport entre les
pratiques et leur échelle de diffusion :
Le français est la langue dominante,
mais cette domination linguistique est
plus forte pour les produits à usage
local et pouvant être destiné à un
public élargi (rapports (96%), ouvrages
(86%) ou COC (83%)).
Le français est moins exclusif pour
certains produits les plus strictement
scientifiques (70% des actes de
colloque et 73% des RAC).
Pays de diffusion - par type de publications
Les produits les plus « strictement
scientifiques » ont une audience
nettement plus internationale que les
autres productions.
Les rapports sont édités au Québec à
88%, alors que les RAC ont une diffusion
un peu plus équilibrée : 42% au Québec,
18,8% en France, 15,3% au Canada
hors Québec et 26% ailleurs.
Conclusion(s)
L’espace pratique du CRDT
L’espace pratique
du CRDT
Le CRDT a été considéré comme une entreprise
scientifique collective, qui construit un espace de
recherche scientifique propre, observable et mesurable
par ses pratiques de publication, qui permettent de le
positionner dans le champ des sciences sociales
québécoises.
Trois conclusions se dégagent de cette étude, qui
convergent pour insister sur le volontarisme dans la
construction d’un positionnement scientifique original.
Conclusion
(1/3)
Les deux
collectivisations de
la recherche
Selon une perspective quantitative, le CRDT se distingue peu : de manière
peu surprenante, il accompagne la tendance forte à la collectivisation de la
production et de l’organisation des sciences sociales au Canada, signant sa
bonne l’insertion dans les sciences sociales québécoises, dont il épouse
étroitement les évolutions : production à auteurs multiples en groupes
restreints de 2 à 3 auteurs ; collaborations interinstitutionnelles diffuses, dans
un champ à la fois assez éclaté (avec moins de 25% de coopération
interinstitutionnelle) et fortement provincialisé (sous l’effet du grand partage
linguistique canadien)
Selon une perspective qualitative, l’originalité du CRDT est plus forte, parce
le centre de gravité des coopérations interinstitutionnelles est un triangle de
sites périphériques au Québec (UQAR, UQO, UQAC), complété par un
débordement remarquable vers certaines individualités, selon une structure
très différente de celle de l’ensemble des sciences sociales canadiennes de
langue française, essentiellement centrée sur les universités urbaines centrales
(Universités de Montréal, Laval, McGill et UQAM : Larivière et al. (2006, p. 530).
Ce renversement de la structuration géographique de la recherche
québécoise en sciences sociales ouvre à l’hypothèse d’un embryon d’espace
académique alternatif, organisé par les institutions périphériques du réseau
de l’Université du Québec et certains « alliés » francophones.
Conclusion
(2/3)
Entre
localisation et
internationalisation
Le CRDT est un cas d’école de la subtilité de l’internationalisation
de la production scientifique dans les sciences sociales
québécoises, avec :
– une tendance générale à l’internationalisation des productions,
qui se combine avec une inscription dans l’espace académique
québécois (mais pas canadien – cf. les deux solitudes), plus affirmée
que dans les sciences naturelles et le génie (Larivière et al., 2006).
– Cette internationalisation ouvre des marges de manœuvre à
l’entreprise du CRDT qui, loin de suivre la voie de la globalisation
anglophone, privilégie systématiquement les liens avec la
recherche française (conformément au style québécois en sciences
sociales), conférant un poids secondaire aux autres langues
internationales (où l’anglais est moins systématique qu’attendu).
Ainsi, si internationalisation et nationalisation de la recherche vont
de pair, ces deux échelles sont des espaces dynamiques où se
déploient des stratégies propres.
Conclusion
(3/3)
Les deux horizons
de la recherche du
CRDT
Dans les tensions structurant le champ académique québécois
(autonomie/hétéronomie), le positionnement du CRDT apparaît comme
à dominante de type science « pure », nuancée par son insertion locale :
– D’un côté, le profil du CRDT est strictement académique : initialement
dominant, il s’accroît dans le temps – en décalage sensible avec les analyses
qualitatives des sciences régionales (qui dressent plutôt le portrait d’une
discipline « appliquée » et perméable aux modes extrascientifiques) ;
hypothèse : le CRDT a opté pour un positionnement volontariste et original
dans le champ des sciences régionales québécoises, comme pôle de
scientificité « pure » (aux côtés d’autres recherches : GRIR, GRIDEQ, etc.) ;
– D’un autre côté, les publications révèlent une image plus nuancée, avec
la domination de deux types de publication aux horizons sensiblement
différents : les RAC (comme produits purement « scientifiques »,
relativement bien placés dans différents pays) et les COC (composant avec
leur environnement et à vocation plus locale) ; hypothèse d’une recherche
scientifique mais dont la nature (sciences sociales) conduit à un double
positionnement, global et local
Finalement, le positionnement du CRDT semble double : la contribution
aux débats académiques internationaux est inséparable d’une entreprise
de construction d’un espace national de débats (académique mais nourri
de recherches moins conformes ou « alternatives »).
L’espace pratique
du CRDT :
la construction
d’un espace
académique
original ?
Ces trois tendances dessinent donc un espace
académique propre au CRDT, en ce qu’il est :
– à la fois collectif et à distance des sciences sociales
québécoises (à dominante urbaine),
– très internationalisé mais avec des destinations
spécifiques (la France, le Brésil), et
– de teinte « purement » académique mais inséré
dans son environnement sociétal.
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (3) L'espace pratique - Modes de publication et diffusion

Contenu connexe

Similaire à "Le(s) territoire(s) du CRDT" (3) L'espace pratique - Modes de publication et diffusion

"Le(s) territoire(s) du CRDT" (1) Présentation du projet
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (1) Présentation du projet"Le(s) territoire(s) du CRDT" (1) Présentation du projet
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (1) Présentation du projet
Amélie Dumarcher
 
Évaluation & Valorisation des résultats de la recherche
Évaluation & Valorisation des résultats de la rechercheÉvaluation & Valorisation des résultats de la recherche
Évaluation & Valorisation des résultats de la recherche
Mokhtar Ben Henda
 
Problèmes posés par une étude des sciences sociales et humaines, RISS, vol.16...
Problèmes posés par une étude des sciences sociales et humaines, RISS, vol.16...Problèmes posés par une étude des sciences sociales et humaines, RISS, vol.16...
Problèmes posés par une étude des sciences sociales et humaines, RISS, vol.16...
Daniel Dufourt
 
En marge du Rang A : quel espace pour la recherche ?
En marge du Rang A : quel espace pour la recherche ?En marge du Rang A : quel espace pour la recherche ?
En marge du Rang A : quel espace pour la recherche ?
Manuel Durand Barthez
 
L’Open Access dans les carrières académiques - Libérer la connaissance : surv...
L’Open Access dans les carrières académiques - Libérer la connaissance : surv...L’Open Access dans les carrières académiques - Libérer la connaissance : surv...
L’Open Access dans les carrières académiques - Libérer la connaissance : surv...
Michèle Furer-Benedetti
 
056015ar.pdf
056015ar.pdf056015ar.pdf
056015ar.pdf
IkramHibbou
 
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au QuébecPortrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
Émilie Tremblay
 
La production scientifique et l'innovation au Liban 2013 usj rigas-juin2013
La production scientifique et l'innovation au Liban 2013 usj rigas-juin2013La production scientifique et l'innovation au Liban 2013 usj rigas-juin2013
La production scientifique et l'innovation au Liban 2013 usj rigas-juin2013
Rigas Arvanitis
 
Modes de peer-reviewing et modes de publication dans le contexte de la Scienc...
Modes de peer-reviewing et modes de publication dans le contexte de la Scienc...Modes de peer-reviewing et modes de publication dans le contexte de la Scienc...
Modes de peer-reviewing et modes de publication dans le contexte de la Scienc...
Urfist Méditerranée
 
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au QuébecPortrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
Émilie Tremblay
 
La Science vue du Web of Science
La Science vue du Web of ScienceLa Science vue du Web of Science
La Science vue du Web of Science
Marc Guichard
 
L’édition académique en SHS quelle structuration quels coûts?
L’édition académique en SHS quelle structuration quels coûts?L’édition académique en SHS quelle structuration quels coûts?
L’édition académique en SHS quelle structuration quels coûts?
Odile Contat
 
Les communs pour s'organiser autrement
Les communs pour s'organiser autrementLes communs pour s'organiser autrement
Les communs pour s'organiser autrement
David VALLAT
 
Présentation du Gieco ipbc
Présentation du Gieco ipbcPrésentation du Gieco ipbc
Présentation du Gieco ipbc
nous sommes vivants
 
Doc’door : le logement doctoral en question
Doc’door : le logement doctoral en questionDoc’door : le logement doctoral en question
Doc’door : le logement doctoral en question
Dr Sebastien Poulain
 
Rapprocher chercheurs et acteurs municipaux: vers des politiques publiques ...
Rapprocher  chercheurs et acteurs municipaux: vers des politiques publiques  ...Rapprocher  chercheurs et acteurs municipaux: vers des politiques publiques  ...
Rapprocher chercheurs et acteurs municipaux: vers des politiques publiques ...
ZoPoirierStephens1
 
Le rôle de l'Open Access dans le paysage de l'IST
Le rôle de l'Open Access dans le paysage de l'ISTLe rôle de l'Open Access dans le paysage de l'IST
Le rôle de l'Open Access dans le paysage de l'IST
Françoise Gouzi
 
EDWoS (Explorateur de Données du Web of Science)
EDWoS (Explorateur de Données du Web of Science)EDWoS (Explorateur de Données du Web of Science)
EDWoS (Explorateur de Données du Web of Science)L'Atelier de Cartographie
 

Similaire à "Le(s) territoire(s) du CRDT" (3) L'espace pratique - Modes de publication et diffusion (20)

"Le(s) territoire(s) du CRDT" (1) Présentation du projet
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (1) Présentation du projet"Le(s) territoire(s) du CRDT" (1) Présentation du projet
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (1) Présentation du projet
 
Évaluation & Valorisation des résultats de la recherche
Évaluation & Valorisation des résultats de la rechercheÉvaluation & Valorisation des résultats de la recherche
Évaluation & Valorisation des résultats de la recherche
 
Problèmes posés par une étude des sciences sociales et humaines, RISS, vol.16...
Problèmes posés par une étude des sciences sociales et humaines, RISS, vol.16...Problèmes posés par une étude des sciences sociales et humaines, RISS, vol.16...
Problèmes posés par une étude des sciences sociales et humaines, RISS, vol.16...
 
En marge du Rang A : quel espace pour la recherche ?
En marge du Rang A : quel espace pour la recherche ?En marge du Rang A : quel espace pour la recherche ?
En marge du Rang A : quel espace pour la recherche ?
 
L’Open Access dans les carrières académiques - Libérer la connaissance : surv...
L’Open Access dans les carrières académiques - Libérer la connaissance : surv...L’Open Access dans les carrières académiques - Libérer la connaissance : surv...
L’Open Access dans les carrières académiques - Libérer la connaissance : surv...
 
056015ar.pdf
056015ar.pdf056015ar.pdf
056015ar.pdf
 
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au QuébecPortrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
 
La production scientifique et l'innovation au Liban 2013 usj rigas-juin2013
La production scientifique et l'innovation au Liban 2013 usj rigas-juin2013La production scientifique et l'innovation au Liban 2013 usj rigas-juin2013
La production scientifique et l'innovation au Liban 2013 usj rigas-juin2013
 
Modes de peer-reviewing et modes de publication dans le contexte de la Scienc...
Modes de peer-reviewing et modes de publication dans le contexte de la Scienc...Modes de peer-reviewing et modes de publication dans le contexte de la Scienc...
Modes de peer-reviewing et modes de publication dans le contexte de la Scienc...
 
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au QuébecPortrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
Portrait du libre accès aux publications scientifiques au Québec
 
La Science vue du Web of Science
La Science vue du Web of ScienceLa Science vue du Web of Science
La Science vue du Web of Science
 
L’édition académique en SHS quelle structuration quels coûts?
L’édition académique en SHS quelle structuration quels coûts?L’édition académique en SHS quelle structuration quels coûts?
L’édition académique en SHS quelle structuration quels coûts?
 
Les communs pour s'organiser autrement
Les communs pour s'organiser autrementLes communs pour s'organiser autrement
Les communs pour s'organiser autrement
 
Présentation du Gieco ipbc
Présentation du Gieco ipbcPrésentation du Gieco ipbc
Présentation du Gieco ipbc
 
Atelier innovation sociale_s_bernier
Atelier innovation sociale_s_bernierAtelier innovation sociale_s_bernier
Atelier innovation sociale_s_bernier
 
100608 cs corte
100608 cs corte100608 cs corte
100608 cs corte
 
Doc’door : le logement doctoral en question
Doc’door : le logement doctoral en questionDoc’door : le logement doctoral en question
Doc’door : le logement doctoral en question
 
Rapprocher chercheurs et acteurs municipaux: vers des politiques publiques ...
Rapprocher  chercheurs et acteurs municipaux: vers des politiques publiques  ...Rapprocher  chercheurs et acteurs municipaux: vers des politiques publiques  ...
Rapprocher chercheurs et acteurs municipaux: vers des politiques publiques ...
 
Le rôle de l'Open Access dans le paysage de l'IST
Le rôle de l'Open Access dans le paysage de l'ISTLe rôle de l'Open Access dans le paysage de l'IST
Le rôle de l'Open Access dans le paysage de l'IST
 
EDWoS (Explorateur de Données du Web of Science)
EDWoS (Explorateur de Données du Web of Science)EDWoS (Explorateur de Données du Web of Science)
EDWoS (Explorateur de Données du Web of Science)
 

Plus de Amélie Dumarcher

Les régions ressources, entre politiques territoriales et régimes sectoriels ...
Les régions ressources, entre politiques territoriales et régimes sectoriels ...Les régions ressources, entre politiques territoriales et régimes sectoriels ...
Les régions ressources, entre politiques territoriales et régimes sectoriels ...
Amélie Dumarcher
 
La gouvernance des ressources premières dans les provinces du golfe du Saint-...
La gouvernance des ressources premières dans les provinces du golfe du Saint-...La gouvernance des ressources premières dans les provinces du golfe du Saint-...
La gouvernance des ressources premières dans les provinces du golfe du Saint-...
Amélie Dumarcher
 
Towards a global debate on extractivism: beyond the south / north divide. Eco...
Towards a global debate on extractivism: beyond the south / north divide. Eco...Towards a global debate on extractivism: beyond the south / north divide. Eco...
Towards a global debate on extractivism: beyond the south / north divide. Eco...
Amélie Dumarcher
 
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (5) Résultats du sondage aux membres
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (5) Résultats du sondage aux membres"Le(s) territoire(s) du CRDT" (5) Résultats du sondage aux membres
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (5) Résultats du sondage aux membres
Amélie Dumarcher
 
La construction de l’expertise du Bureau d’Audiences Publiques sur l’Environn...
La construction de l’expertise du Bureau d’Audiences Publiques sur l’Environn...La construction de l’expertise du Bureau d’Audiences Publiques sur l’Environn...
La construction de l’expertise du Bureau d’Audiences Publiques sur l’Environn...
Amélie Dumarcher
 
Le développement par les ressources : L'acceptabilité sociale du projet Énerg...
Le développement par les ressources : L'acceptabilité sociale du projet Énerg...Le développement par les ressources : L'acceptabilité sociale du projet Énerg...
Le développement par les ressources : L'acceptabilité sociale du projet Énerg...
Amélie Dumarcher
 
Le projet Énergie Est face à l’acceptabilité sociale. Aux limites de la gouve...
Le projet Énergie Est face à l’acceptabilité sociale. Aux limites de la gouve...Le projet Énergie Est face à l’acceptabilité sociale. Aux limites de la gouve...
Le projet Énergie Est face à l’acceptabilité sociale. Aux limites de la gouve...
Amélie Dumarcher
 
Aux frontières du développement. Innovation et développement en périphéries-r...
Aux frontières du développement. Innovation et développement en périphéries-r...Aux frontières du développement. Innovation et développement en périphéries-r...
Aux frontières du développement. Innovation et développement en périphéries-r...
Amélie Dumarcher
 
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (2) L'espace intellectuel - Analyse lexicale de...
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (2) L'espace intellectuel - Analyse lexicale de..."Le(s) territoire(s) du CRDT" (2) L'espace intellectuel - Analyse lexicale de...
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (2) L'espace intellectuel - Analyse lexicale de...
Amélie Dumarcher
 

Plus de Amélie Dumarcher (9)

Les régions ressources, entre politiques territoriales et régimes sectoriels ...
Les régions ressources, entre politiques territoriales et régimes sectoriels ...Les régions ressources, entre politiques territoriales et régimes sectoriels ...
Les régions ressources, entre politiques territoriales et régimes sectoriels ...
 
La gouvernance des ressources premières dans les provinces du golfe du Saint-...
La gouvernance des ressources premières dans les provinces du golfe du Saint-...La gouvernance des ressources premières dans les provinces du golfe du Saint-...
La gouvernance des ressources premières dans les provinces du golfe du Saint-...
 
Towards a global debate on extractivism: beyond the south / north divide. Eco...
Towards a global debate on extractivism: beyond the south / north divide. Eco...Towards a global debate on extractivism: beyond the south / north divide. Eco...
Towards a global debate on extractivism: beyond the south / north divide. Eco...
 
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (5) Résultats du sondage aux membres
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (5) Résultats du sondage aux membres"Le(s) territoire(s) du CRDT" (5) Résultats du sondage aux membres
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (5) Résultats du sondage aux membres
 
La construction de l’expertise du Bureau d’Audiences Publiques sur l’Environn...
La construction de l’expertise du Bureau d’Audiences Publiques sur l’Environn...La construction de l’expertise du Bureau d’Audiences Publiques sur l’Environn...
La construction de l’expertise du Bureau d’Audiences Publiques sur l’Environn...
 
Le développement par les ressources : L'acceptabilité sociale du projet Énerg...
Le développement par les ressources : L'acceptabilité sociale du projet Énerg...Le développement par les ressources : L'acceptabilité sociale du projet Énerg...
Le développement par les ressources : L'acceptabilité sociale du projet Énerg...
 
Le projet Énergie Est face à l’acceptabilité sociale. Aux limites de la gouve...
Le projet Énergie Est face à l’acceptabilité sociale. Aux limites de la gouve...Le projet Énergie Est face à l’acceptabilité sociale. Aux limites de la gouve...
Le projet Énergie Est face à l’acceptabilité sociale. Aux limites de la gouve...
 
Aux frontières du développement. Innovation et développement en périphéries-r...
Aux frontières du développement. Innovation et développement en périphéries-r...Aux frontières du développement. Innovation et développement en périphéries-r...
Aux frontières du développement. Innovation et développement en périphéries-r...
 
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (2) L'espace intellectuel - Analyse lexicale de...
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (2) L'espace intellectuel - Analyse lexicale de..."Le(s) territoire(s) du CRDT" (2) L'espace intellectuel - Analyse lexicale de...
"Le(s) territoire(s) du CRDT" (2) L'espace intellectuel - Analyse lexicale de...
 

"Le(s) territoire(s) du CRDT" (3) L'espace pratique - Modes de publication et diffusion

  • 1. LE(S) TERRITOIRE(S) DU CRDT ? Yann Fournis - Amélie Dumarcher L’ESPACE PRATIQUE PRODUCTION ET DIFFUSION
  • 3. Hypothèses et démarche Hypothèse Le CRDT comme entreprise scientifique collective, qui construit un espace de recherche scientifique propre, observable et mesurable par ses pratiques de publication, qui permettent de le positionner dans le champ des sciences sociales québécoises. (Le « territoire » pratique du CRDT, selon les définitions « réalistes » des science studies) Une analyse modeste et limitée Il faudrait à ces fins étudier l’ensemble des dimensions de la pratique scientifique (subventions, enseignement, interactions avec les institutions universitaires, etc.) Nous nous contenterons ici d’identifier quelques-unes des caractéristiques des modes de production scientifiques du CRDT à partir des seules publications. Démarche et objectifs L’étude de certaines caractéristiques générales des publications du CRDT depuis sa création, pour comprendre son positionnement entre les différentes disciplines, échelles (localisation, internationalisation) et univers qui l’entourent (positionnement académique, ouverture aux milieux extérieurs)
  • 4. Corpus examiné POUR CHAQUE RÉFÉRENCE : Type de publication (RAC, COC, livre, direction de livre ou revue, actes de colloques, rapports, revue sans comité) Année de publication Nombre d’auteurs ayant collaboré Institution de rattachement des auteurs membres Langue et pays de publication Titre Deux périodes de 6 ans : 2003 à 2008 et 2009 à 2014 Publications recensées dans les rapports annuels présentés au FRQSC Période : 2003-2014 (11 ans - depuis la création du centre) Effectif total : 1062 publications
  • 5. Plan Trois tendances semblent caractériser l’évolution de la production scientifique québécoise et valides pour comprendre celle du CRDT : – la tension entre la recherche individuelle et la collectivisation croissante de la recherche ; – la tension entre la localisation et l’internationalisation de la recherche ; – la tension entre différents publics, académiques ou extra-académiques.
  • 7. Deux logiques de collectivisation de la recherche (1/2) La recherche est globalement marquée par la croissance d’une organisation et d’une production collectives de la science (cf. les « chercheurs collectifs »), produisant une hausse des collaborations formelles et du nombre moyen d’auteurs par production. Ces collectivisations se combinent avec l’internationalisation (Larivière et al., 2006). Les sciences canadiennes (1980-2002) se caractériseraient par deux logiques de collectivisation, pertinentes pour analyser la production du CRDT (Larivière et al., 2006) :  Les taux de publication conjointe révèlent une diversité de voies possibles dans la création collective : Sciences humaines Productions individuelles (10% de publication conjointe) Sciences sociales Voie intermédiaire (environ 60% de productions à auteurs multiples) Sciences de la nature et de l’ingénierie Production très collective (plus de 80 voire 90% de production conjointe)
  • 8. Deux logiques de collectivisation de la recherche (2/2) ‚ Les publications conjointes entre auteurs provenant d’institutions différentes sont d’ampleur variable (26% en sciences de la nature et de l’ingénierie, contre 22% en sciences sociales et 2-3% en sciences humaines, en 2002). Leurs configurations géographiques sont différentes : pour les sciences de la nature et de l’ingénierie, les liens forts entre institutions d’une même province sont complétés par des liens solides à l’échelle canadienne, mais pas pour les sciences sociales. Il existerait donc un style propre aux sciences sociales québécoises : face au « champ » anglophone et multiscalaire des sciences de la nature (centré sur l’Université de Toronto), le « champ » des sciences sociales québécois est d’abord francophone et provincial (sans doute du fait de la langue).
  • 9. Le CRDT respecte les grandes tendances de la collaboration interinstitutionnelle dans les sciences sociales québécoises : Des liens surtout diffus, avec deux tendances : – Des liens de portée essentiellement provinciale, mais nuancée par l’ampleur des collaborations avec des institutions francophones de provinces voisines (19 entre l’UQO et l’U. d’Ottawa, 19 entre l’UQAR et l’U. de Moncton) – Un centre de gravité constitué par quelques institutions motrices (UQAR-UQO-UQAC). Ce triangle se distingue en volume de références publiées, par son poids dans les effectifs du CRDT, et sa propension à travailler avec les autres sites. Collaborations interinstitutionnelles du CRDT (2003 à 2014)
  • 10. Conformément à la vocation du CRDT, ce triangle est original en ce que ces trois pôles sont périphériques et font du CRDT une entreprise positionnée en décalage avec les logiques générales des sciences sociales québécoises (centrées sur les grands sites centraux – cf. Larivière et al., 2006). Structure des collaborations interinstitutionnelles Structure des collaborations interinstitutionnelles - sciences sociales québécoises (Gingras, Larivière, 2005, p. 11) Structure des collaborations interinstitutionnelles au CRDT (Fournis, Dumarcher, 2016)
  • 11. Une seconde tendance de la production du CRDT est le fort degré de collaboration, qui correspond exactement aux taux observés dans les sciences sociales canadiennes en 2002 (Larivière et al.,2006). – La production individuelle est relativement importante (39% des publications à un seul auteur) mais elle est secondaire par rapport productions collectives signées par plusieurs auteurs (61%) – Le centre de gravité est la production à deux et trois auteurs (respectivement 35% et 16%, pour un total de 51%), alors que les publications « massivement » collectives (plus de trois auteurs) sont nettement plus rares (environ 10%) Le CRDT confirmerait l’analyse de Gingras et Larivière (2005) : les chercheurs québécois suivraient la tendance internationale en privilégiant une recherche collective – mais sous des formes modérées. CRDT – Degré de collaboration
  • 12. CRDT – Évolution du degré de collaboration ü une baisse des productions individuelles (de 45% à 33%), ü une hausse de tous les types de production collective (passent globalement de 55% à 67%), ü une hausse marquée des collaborations de 3 auteurs et plus, qui passent de 21% à 31%. Cette tendance est d’autant plus intéressante qu’elle tend à s’accentuer dans le temps, comme l’indiquent trois leçons de la comparaison entre deux périodes :
  • 13. Mais ces évolutions ne transforment pas la base de la production scientifique du CRDT, qui reste essentiellement une production d’un ou deux auteurs (le plus souvent à hauteur de 70- 80% des publications annuelles). CRDT – Évolution du nombre d’auteurs des publications
  • 15. Les échelles de l’espace scientifique du CRDT Entre localisation et internationalisation Une deuxième tendance générale de la recherche scientifique est son internationalisation croissante, sous la forme de liens de collaboration internationale de plus en plus nombreux et divers. Dans ce contexte global, il faut ici encore opérer une distinction entre : – Les sciences de la nature, qui seraient par leur « nature » constitutives d’un champ scientifique anglophone global (ou « universel » au sens de décontextualisé) ; – Les sciences sociales et humaines francophones, qui constitueraient un champ académique national (provincial au Québec), fondé sur la contextualisation des concepts (en particulier par une tradition scientifique) assurant une audience spécifique auprès de publics moins globaux par l’intermédiaires de modes et de lieux de diffusion localisés (i-e francophones et nationaux). Ce constat n’infirme pas la tendance récente à l’internationalisation de la science, mais conduit à envisager la structuration des sciences sociales québécoises en fonction d’une double dynamique : locale (i-e nationale ou provinciale) et globale (i-e internationale). Pour le CRDT, l’analyse multi-niveaux de la production scientifique peut s’observer sous divers indicateurs …
  • 16. Évolution des lieux d’édition des publications: Québec / hors Québec Deux tendances intéressantes : – une portion significative est systématiquement diffusée au Québec (moyenne de 60% sur l’ensemble de la période), au point d’être majoritaire la majeure partie du temps (pour la période 2003-2010 et en 2012) ; – les publications hors Québec sont initialement minoritaires (entre 19% en 2006 et 42,3% en 2004), mais connaissent un essor rapide depuis 2008 et sont depuis régulièrement équivalentes aux productions au Québec.
  • 17. Évolution des lieux d’édition des publications: Québec / hors Québec L’étude des lieux d’édition indique : 1. l’importance relative de la France (premier lieu de diffusion hors Québec avec près de 15% de la production en moyenne - sauf en 2008 et 2010) 2. la relativement faible proportion de publication au Canada hors Québec (environ 11% des productions), rarement premier lieu de diffusion hors Québec (en 2008 et 2010) voire négligeable certaines années (4 sur 68 en 2011) ; 3. une diffusion internationale plus restreinte, sous la forme d’une bipartition entre le Brésil (4,52% de la production sur la période et jusqu’à environ 15% des publications en 2012-2014) et un ensemble d’autres pays souvent peu représentés (Royaume-Uni, Belgique, États-Unis).
  • 18. Diffusion des publications du CRDT (2003 à 2014)
  • 19. Évolution des lieux d’édition des publications: Québec / hors Québec Les langues de publication confirment l’existence d’un espace scientifique à plusieurs niveaux, où: – le français a un statut particulier en ce qu’il représente à la fois la langue locale et l’une des langues internationales : il est largement majoritaire sur l’ensemble de la période (jamais moins de 70% publications), – suivi de très loin par deux langues d’internationalisation (anglais et portugais)
  • 21. L’évolution des productions scientifiques Une troisième tendance fondamentale dans la recherche contemporaine : l’alignement croissant des recherches scientifiques les plus diverses sur le modèle dominant dans les sciences naturelles, qui favorise certains types très formatés de production scientifique. Ici encore, une distinction entre : – Les sciences naturelles, où la relative indépendance des faits observables par rapport au contexte oriente vers la communauté scientifique internationale, selon des modes de diffusion internationaux (typiquement les RAC dans des revues de portée internationale, rédigées en anglais) – Les sciences sociales, où la dépendance des faits au contexte implique un public scientifique national, selon des modes de diffusion plus diversifiés.
  • 22. Interpréter la production du CRDT au regard de ces pratiques demande une certaine prudence : il faudrait reprendre les références une par une, pour les classer plus solidement au regard de leur insertion dans leur contexte, selon qu’il est : – académique (par ex. RAC et COL, strictement académiques, DIR, COC et LIV publiés par des éditions universitaires) – ou non-académique (par ex. RAP non scientifique, VULG et LIV publiés dans des éditions non universitaires). Autre subdivision possible : – les produits « purs » (répondant strictement aux normes de leur contexte, académique ou appliqué) et – les produits « composés » (i-e répondant à une pluralité de normes assurant une certaine liberté de ton au regard du contexte, académique ou social). Ces catégorisations demeurent à renforcer, mais permettent une première lecture partielle des pratiques du CRDT… Les modes de publications du CRDT Quelques précautions et questions …
  • 23. Répartition des types de publications du CRDT (2003-2014) Selon la catégorisation académique / non-académique, le CRDT a un profil académique : il produit essentiellement des RAC et des COC (32% de RAC et 30% de COC, pour un total de 61%) puis, à nette distance, des rapports (18%) et dans une moindre mesure d’autres types de production ; Selon la catégorisation produits scientifiques « purs » / « composés »), la conformité « stricte » aux normes universitaires (avec la production notamment de RAC, LIV, COL, DIR pour un total de 44% ; RAP à hauteur de 18%) n’empêche pas la développement d’une importante production moins strictement conforme (38% des publications, avec les COC à hauteur de 30% et les articles sans comité de lecture à hauteur de 8%). Au-delà de la participation au champ académique « standard », le CRDT conserverait une part d’autonomie substantielle.
  • 24. Évolution de la répartitiondes types de publicationsdu CRDT Dans le temps, ce profil académique « pur » semble s’accentuer, avec une hausse des RAC (qui passent de 29% à 35% des publications) au détriment de tous les autres types de publication - reflux simultané des produits non académiques et des produits académiques « composés » (la part des COC décroît de 31% à 28%)
  • 25. Proportion des différentes langues d'édition, par types de publications Si l’on observe le rapport entre les pratiques et leur échelle de diffusion : Le français est la langue dominante, mais cette domination linguistique est plus forte pour les produits à usage local et pouvant être destiné à un public élargi (rapports (96%), ouvrages (86%) ou COC (83%)). Le français est moins exclusif pour certains produits les plus strictement scientifiques (70% des actes de colloque et 73% des RAC).
  • 26. Pays de diffusion - par type de publications Les produits les plus « strictement scientifiques » ont une audience nettement plus internationale que les autres productions. Les rapports sont édités au Québec à 88%, alors que les RAC ont une diffusion un peu plus équilibrée : 42% au Québec, 18,8% en France, 15,3% au Canada hors Québec et 26% ailleurs.
  • 28. L’espace pratique du CRDT Le CRDT a été considéré comme une entreprise scientifique collective, qui construit un espace de recherche scientifique propre, observable et mesurable par ses pratiques de publication, qui permettent de le positionner dans le champ des sciences sociales québécoises. Trois conclusions se dégagent de cette étude, qui convergent pour insister sur le volontarisme dans la construction d’un positionnement scientifique original.
  • 29. Conclusion (1/3) Les deux collectivisations de la recherche Selon une perspective quantitative, le CRDT se distingue peu : de manière peu surprenante, il accompagne la tendance forte à la collectivisation de la production et de l’organisation des sciences sociales au Canada, signant sa bonne l’insertion dans les sciences sociales québécoises, dont il épouse étroitement les évolutions : production à auteurs multiples en groupes restreints de 2 à 3 auteurs ; collaborations interinstitutionnelles diffuses, dans un champ à la fois assez éclaté (avec moins de 25% de coopération interinstitutionnelle) et fortement provincialisé (sous l’effet du grand partage linguistique canadien) Selon une perspective qualitative, l’originalité du CRDT est plus forte, parce le centre de gravité des coopérations interinstitutionnelles est un triangle de sites périphériques au Québec (UQAR, UQO, UQAC), complété par un débordement remarquable vers certaines individualités, selon une structure très différente de celle de l’ensemble des sciences sociales canadiennes de langue française, essentiellement centrée sur les universités urbaines centrales (Universités de Montréal, Laval, McGill et UQAM : Larivière et al. (2006, p. 530). Ce renversement de la structuration géographique de la recherche québécoise en sciences sociales ouvre à l’hypothèse d’un embryon d’espace académique alternatif, organisé par les institutions périphériques du réseau de l’Université du Québec et certains « alliés » francophones.
  • 30. Conclusion (2/3) Entre localisation et internationalisation Le CRDT est un cas d’école de la subtilité de l’internationalisation de la production scientifique dans les sciences sociales québécoises, avec : – une tendance générale à l’internationalisation des productions, qui se combine avec une inscription dans l’espace académique québécois (mais pas canadien – cf. les deux solitudes), plus affirmée que dans les sciences naturelles et le génie (Larivière et al., 2006). – Cette internationalisation ouvre des marges de manœuvre à l’entreprise du CRDT qui, loin de suivre la voie de la globalisation anglophone, privilégie systématiquement les liens avec la recherche française (conformément au style québécois en sciences sociales), conférant un poids secondaire aux autres langues internationales (où l’anglais est moins systématique qu’attendu). Ainsi, si internationalisation et nationalisation de la recherche vont de pair, ces deux échelles sont des espaces dynamiques où se déploient des stratégies propres.
  • 31. Conclusion (3/3) Les deux horizons de la recherche du CRDT Dans les tensions structurant le champ académique québécois (autonomie/hétéronomie), le positionnement du CRDT apparaît comme à dominante de type science « pure », nuancée par son insertion locale : – D’un côté, le profil du CRDT est strictement académique : initialement dominant, il s’accroît dans le temps – en décalage sensible avec les analyses qualitatives des sciences régionales (qui dressent plutôt le portrait d’une discipline « appliquée » et perméable aux modes extrascientifiques) ; hypothèse : le CRDT a opté pour un positionnement volontariste et original dans le champ des sciences régionales québécoises, comme pôle de scientificité « pure » (aux côtés d’autres recherches : GRIR, GRIDEQ, etc.) ; – D’un autre côté, les publications révèlent une image plus nuancée, avec la domination de deux types de publication aux horizons sensiblement différents : les RAC (comme produits purement « scientifiques », relativement bien placés dans différents pays) et les COC (composant avec leur environnement et à vocation plus locale) ; hypothèse d’une recherche scientifique mais dont la nature (sciences sociales) conduit à un double positionnement, global et local Finalement, le positionnement du CRDT semble double : la contribution aux débats académiques internationaux est inséparable d’une entreprise de construction d’un espace national de débats (académique mais nourri de recherches moins conformes ou « alternatives »).
  • 32. L’espace pratique du CRDT : la construction d’un espace académique original ? Ces trois tendances dessinent donc un espace académique propre au CRDT, en ce qu’il est : – à la fois collectif et à distance des sciences sociales québécoises (à dominante urbaine), – très internationalisé mais avec des destinations spécifiques (la France, le Brésil), et – de teinte « purement » académique mais inséré dans son environnement sociétal.