SlideShare une entreprise Scribd logo
LES DIFFERENTS
SECTEURS D’ACTIVITES
DE
L’INFIRMIER(E)
DIPLÔME(E) D’ETAT
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES
 Prendre conscience de la diversité, des secteurs
d’activité, offerte par le métier d’IDE pour un
épanouissement professionnel.
 Clarifier les différents secteurs d’activité.
 Comprendre le rôle de l’IDE dans chaque secteur
d’activité afin de se situer , se positionner.
L’EQUIPE
 Laurie Bainard
 Sandrine Le Guennec
 Sabrina Troispoux
 Sandrine Strappe
 Estelle Parayre
 Sabrina Lorenzo Rodriguez
 Fanny Pellé
 Adeline Raimbert
 Capucine Degrigny
 Maria Valle
PRE REQUIS
LEGISLATION :
 Base commune décret du 29 juillet 2004
(pour tous les secteurs d’activités le respect du
devoir professionnel et la nécessité d’un contrat
écrit article r4312.49)
 Pour certain secteur d’activités correspond un
cadre législatif (détaillé dans chaque partie
correspondante)
BRAINSTORMING
 Citez quelques secteurs d’activités de
l’infirmière.
 Qu’est ce qu’un secteur d’activité?
PLAN
 INTRODUCTION
Définition d’un secteur d’activité
Quelques chiffres
 I/ LE MILIEU HOSPITALIER
Etablissements de santé privés ou publics
Etablissements de santé mentale
Le Mitah
 II/ LE MILIEU EXTRA HOSPITALIER
IDE et prévention
IDE et domicile
Autres secteurs
 III/ LE REMPLACEMENT ET L’INTERIM
La polyvalence
Les expertises ou pratiques avancées
 CONCLUSION
Au-delà de la diversité des secteurs d’activité, une
identité commune…
 BIBLIOGRAPHIE
INTRODUCTION
DEFINITION D’UN SECTEUR D’ACTIVITE :
Le secteur d’activité est l’ensemble des sociétés qui ont le même type de
propriété, qui fournissent des services analogues entrant dans une même
catégorie.(Office de la langue française, 2002, Le grand dictionnaire
terminologique)
Dans le cadre de l’IDE ,c’est l’ensemble des lieux d’activités dans lesquels
elle peut exercer.
QUELQUES CHIFFRES …
La profession compte 90% de femmes (420 000 ),
¾ travaillent en tant que salariés
(établissement publics => 245 000 ou
privés => 85000 ).
Les autres choisissent l’activité libérale.
Le salaire : il varie selon le secteur d’activité.
Vu les conditions de travail difficiles, la durée de
carrière d’une infirmière est en moyenne de 15 ans.
I/LE MILIEU HOSPITALIER
ETABLISSEMENTS DE SANTE PUBLICS
OU PRIVES
INTRODUCTION
 Le système hospitalier français se compose
d’établissements de santé publics et
d’établissements de santé privés.
 On distingue : *les hôpitaux public ( 54%)
*les hôpitaux privés (19%)
 Il emploie plus d’un million de personnes et
constitue souvent le premier employeur de la
commune.
I- LES ETABLISSEMENTS PUBLICS
 personnes morales de droit public.
 mission de service public
 rattachés à une commune
PRINCIPE :
 Accès égal à tous les usagers
 Accueil 24h/24, permanence et continuité de soin
 Urgence
 Diagnostic
 Soins
 Lutte contre la douleur
 Enseignement universitaire (ordonnance n°58 1373
du 30 12 58)
 Formation continue
 Recherche médical, odontologie et pharmaceutique
 Prévention sanitaire
 Lutte contre exclusion sociale
ETABLISSEMENTS
 HL
 CH
 CHR
 CHU
 CHS
 Le SPH est tout d’abord une mission d’intérêt
général (loi 31/12/70).
« Garantir à chaque citoyen dans des conditions
d’égalité, quels que soient son niveau de revenu et
son lieu d’habitation, l’accès à l’ensemble des
besoins et des services jugés fondamentaux. »
II- ETABLISSEMENTS PRIVES
 d’association, de congrégation, d’organismes sociaux
 la propriété de particuliers ou de société
 Avec plus de 1 300 établissements d’hospitalisation, le
secteur des cliniques privées accueille chaque année
près de 6 millions de patients de toutes catégories
sociale et souffrant de tous types de pathologies.
PRINCIPE :
 Accès égal à tous les usagers
 Diagnostic
 Soins
 Lutte contre la douleur
 Formation continue
ETABLISSEMENTS DE SANTE MENTALE
INFIRMIERE EN PSYCHIATRIE
..
DEFINITION
 IDE = acteurs principaux de la mise en œuvre
d’une démarche thérapeutique destinée au patient
atteint de maladie mentale
 L’infirmier(e) en psychiatrie possède une capacité
relationnelle constitutive de la fonction infirmier en
psychiatrie. Etre infirmier(e) en psychiatrie c’est
aussi travailler en équipe.
LA PROFESSION EN QUELQUES DATES :
 1937
 1955
 1973
 1992
ACTIONS
 pôle de la vie quotidienne
 pôle psychothérapique classique
 pôle d’activités spécifiques
 pôle somatique
 pôle administratif
LIEUX D’EXCERCICE POSSIBLES
 pavillon d’hospitalisation
 CAP (centre d’accueil permanent)
 centres extrahospitaliers :
 CMP (centre médico-psychologique)
 CATTP (centre d’accueil thérapeutique à temps
partiel)
 Centre de jour
 Résidences thérapeutiques
 Appartements thérapeutiques
 APPAD (Aide Psychologique aux Personnes Âgées
ou Dépendantes)
Mais aussi :
 des unités de soins pour adolescents et d’autres
pour personnes agées
 des unités d’addictologie et alcoologie
Interview d'une Infirmière
Psychiatrique (Anne Coupez)
 Parlez-nous de votre parcours…
- Après un Bac D (Sciences et Vie de la Terre), j’ai fait une année de
médecine que je n’ai pas validée. Comme je souhaitais travailler dans le
secteur médical, mais que cette filière était trop fastidieuse, j’ai
préféré me réorienter vers une école d’infirmière en psychiatrie.
Aujourd’hui, cette formation n’existe plus, elle a été remplacée par un
diplôme d’infirmier et une spécialisation en psychiatrie. Le cursus
d’infirmière en psychiatrie était particulier, car nous étions payés
par un établissement hospitalier dans lequel on travaillait le matin.
L’après-midi était consacré aux cours théoriques.
Après cette école, j’ai fait un DEA de sociologie avec une
spécialisation en sociologie et ethnologie du Maghreb et de l’Afrique
Noire. Ensuite, j’ai suivi une formation de thérapeute familial.
Enfin, j’ai passé un DESU (Diplôme d’Etudes Supérieures Universitaires)
en pratique clinique auprès des familles migrantes (ethnologie et
psychiatrie), au cours duquel j’ai préparé une thèse d’ethnologie
psychiatrie en psychologie clinique.
 Avez-vous dû effectuer des stages durant cette
scolarité ?
- Oui, en plus du fait que nous travaillions tous les
matins, nous devions faire les mêmes stages que les
autres élèves infirmiers. Ils avaient lieu dans les
différents services hospitaliers et également dans les
établissements scolaires (écoles maternelles et
primaires, collèges…)
 Maintenant, pouvez-vous nous décrire votre
parcours professionnel ?
- C’est assez simple, car une fois mes études
achevées, j’ai continué à travailler pour l’hôpital
psychiatrique qui me payait pendant ma formation.
J’ai fais un an au sein de cet établissement, puis j’ai
été détachée à un centre médico-psychologique pour
enfants et adolescents, dépendant de cet hôpital. J’y
ai travaillé durant 20 ans… jusqu’à ma retraite, cette
année.
 Pourquoi avez-vous fait ce choix de carrière ?
- Pour la seule et unique raison que je suis passionnée
par la folie. Au départ, je voulais devenir psychiatre,
mais il faut passer par la filière médecine pour y
parvenir… et comme je vous le disais, c’était trop long
et trop fastidieux. C’est pour cette raison qu’après un
an de médecine, j’ai changé d’orientation pour parvenir
plus rapidement à travailler dans le secteur d’activité
qui m’intéressait.
 En quoi consiste le travail d’une infirmière
psychiatrique ?
- Pour résumer, à faire des psychothérapies de
soutien individuelles, familiales ou de groupes.
Ma spécialité étant les familles migrantes. Le public
que je touchais pouvait être assimilé au tout venant
de la souffrance psychologique. C’est un travail
d’équipe et de réseau, dans lequel on va mener des
actions de prévention. Par exemple, on fait des
interventions dans les centres sociaux, dans les
établissements scolaires, mais aussi dans les
maternités.
 Si vous deviez lister les qualités d’une infirmière
psychiatrique, quelles seraient-elles ?
- Avoir un solide équilibre mental, beaucoup
d’empathie et de curiosité. Ensuite, être tolérant et
ouvert d’esprit, car on est confronté à un très large
public, avec des problèmes très variés et parfois très
graves. Enfin, je dirais qu’il faut être capable de se
remettre perpétuellement en question et se
demander si les conseils qu’on donne aux gens sont
réellement les plus judicieux.
 Quelles sont vos perspectives d’avenir ?
- En fait, je suis à la retraite, mais je suis toujours
active… En effet, je continue à faire de la formation,
de la transmission comme j’aime à le dire. J’interviens
beaucoup dans les écoles et auprès de professionnels.
 Quels conseils donneriez-vous aux étudiants
intéressés par ce secteur d’activité ?
- Avant de se lancer, il faut qu’ils soient sûrs que c’est une
passion chez eux. Exercer une telle profession est très difficile
physiquement et psychologiquement. On voit beaucoup de
personnes craquer au bout de quelques années. Ensuite, de
beaucoup travailler la psychologie et, une chose que je n’ai pas
faite et que j’ai regrettée par la suite, lire beaucoup d’ouvrages
au sujet du clinique.
Enfin, je dois dire que j’ai eu la chance, pendant ma formation,
d’être parrainée par des professionnels extrêmement
compétents. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas.
Alors, si vous le pouvez, je vous conseillerais donc d’aller vers les
gens qui ont l’expérience et de vous référer à eux. C’est de cette
façon qu’on apprend le plus.
TEMOIGNAGE
L’INFIRMIER MILITAIRE
OU
LE MILITAIRE INFIRMIER
TECHNICIEN DES HOPITAUX DES
ARMEES
TROIS STATUTS POSSIBLES :
 Le MITHA
= Militaire Infirmier
Technicien des Hôpitaux
des Armées
= militaire c’est-à-dire qui
a souscrit un
engagement pour une
période initiale de 2 à 5
ans.
( décret du 25 mai 2005
fixant le statut des
MITHA)
 Le RESERVISTE
opérationnel = IDE
civil, volontaire, ou
ancien militaire
souscrivant un
engagement à servir
jusqu’à 30 jours par an
dans la réserve (ESR),
pour une durée de 1 à 5
ans.
Ils représentent 30%
du personnel civil au sein
du service de santé des
armées.
 Le fonctionnaire en position de détachement:
il s’agit de personne de la fonction publique
hospitalière qui contractent un engagement pour
servir dans l’armée. Il faut au préalable que l’
administration d’origine accorde le détachement
auprès du Service de Santé des Armées.
(décret du 13 octobre 1988)
La personne détachée conserve l’ancienneté , le grade
et l’ échelon de son administration d’origine.
LES MISSIONS
Participer au soutien sanitaire des forces armées en
tous lieux et en toutes circonstances :
 mise en condition médicale du personnel avant une
opération et prévention des risques
 prise en charge des blessés et des malades lors
d’une opération , sur base ou à l’hôpital
 suivi médical des militaires tout au long de leurs
carrières
 Exécution
 Encadrement
 Recherche et expertise
 Secours sur les théâtres extérieurs
LES MISSIONS (suite)
Participer au service public :
 Accueil sans restriction de tout assuré social au sein
des hôpitaux des armées
Participer à des missions humanitaires:
 Secours d’urgence suite à une catastrophe naturelle
 Aide sanitaire aux populations victimes de conflits.
LES ACTIONS
Comme à l’hôpital général ,
le Mitah réalise :
 soins infirmiers relevant
du rôle propre
 soins infirmiers sur
prescription médicale
LES LIEUX D’EXERCICE POSSIBLES
 dans les services médicaux sur les bases (réservistes)
 dans les hôpitaux des armées de métropole ou
d’outremer
 dans les centres de recherches
LES QUALITES REQUISES
 Disponibilité
 Rigueur
 Respect des grades et des fonctions
 Avoir le sens des responsabilités
 Humilité
 Esprit d’équipe
 Avoir la volonté de servir la nation
 Avoir un attrait pour le monde militaire
RECRUTEMENT
 Le recrutement s’effectue par la Direction Centrale
du Service de Santé des Armées sur dossier et après
entretien avec un jury.
 Cependant , il faut remplir certaines conditions
notamment des aptitudes physiques .
 Avant toute prise de poste , une formation militaire
est délivrée. Elle dure entre 2 semaines (pour les
réservistes) et 3 mois selon le corps d’armée et le lieu
d’exercice.
LE SALAIRE
 Le salaire est ,comme dans le civil ,calculé en fonction
de l’échelon détenu dans le grade.
 Les primes et indemnités varient compte tenu du
grade , de l’échelon , de la charge de famille…
II/ LE MILIEU EXTRA HOSPITALIER
IDE
ET
PREVENTION
INFIRMIER SCOLAIRE
MISSIONS
 Accueil
 Écoute
 Conseils
 Dépistage
 Réussite des élèves
 Soins, urgences
 Intégration des élèves atteints de handicaps ou
maladies chroniques
 Dispositifs d’urgence
 Signalement
 Recherche et formation
LIMITES
 service de 44h hebdomadaires
 pas de prescription mais prise de décisions en cas de
problème,
 savoir passer la main
 niveau de compétence
 limites imposées la fonction publique :
 paye (1300€ à l’arrivée)
AVANTAGES
 vacances scolaires
 milieu riche intellectuellement
 rythme scolaire, régularité des horaires
 liberté pour l’organisation et des projets
LIEUX D’EXERCICE
 Écoles primaires
 Collèges
 Lycées
 Universités
QUALITES NECESSAIRES
 Polyvalence
 Aimer parler
 Avoir le contact facile
 Connaissance générales en soins infirmiers, prévention et
éducation à la santé
 Écoute, pédagogie et éducation
 Sens de l’organisation
MODE DE RECRUTEMENT
 Concours de l’éducation nationale :
 Epreuve écrite = questions
 Epreuve orale : exposé et conversation
CONCEPT DE SOIN
« je soigne à mon niveau, au-delà, j’évalue le besoin de
prise en charge, j’oriente vers d’autres professionnels
et j’effectue un suivi des élèves. »
IDE DE SANTE AU TRAVAIL
LA FORMATION
Le diplôme d’Etat Infirmier
L’expérience professionnelle
Le DIUST (Diplôme Inter Universitaire de Santé au
Travail) ou licence professionnelle en santé au travail
LE DIUST
 permet de mieux se situer dans le domaine du
travail
 permet de participer à l’identification et
l’évaluation des facteurs de risque pour la santé
liés aux conditions de travail
 permet de savoir identifier et évaluer les
interrelations entre travail et santé humaine
 permet de contribuer à l’identification et à
l’évaluation des besoins de santé dans
l’entreprise
 permet de savoir valider l’identification d’un
problème de santé ou une demande en
concertation avec l’équipe
LE ROLE
 Protection de la santé physique et mentale des
salariés
 Surveillance de la santé des salariés (organise les
visites médicales, réalise les examens et les
explorations fonctionnelles)
 Soins d’urgence (AES, accueil des salariés en
difficulté pour des problèmes de santé, professionnels
ou autres
 Actions de prévention
 Tiers temps des médecins du travail
 Etudes de poste
 Actions correctives et préventives
 Formations relatives aux risques de l’entreprise
(bruit, produits chimiques, expositions au sang, …)
 Formation et information concernant les problèmes
de santé publique ( alcool, tabac, hygiène alimentaire,
…)
 Commissions pluridisciplinaires (handicap,
harcèlement moral ou physique, ergonomie, …)
 Enquêtes et études (épidémiologie, enquêtes
statistiques, dépistage précoce…)
 Organisation du service de santé au travail ( Planning
des visites, gestion de la pharmacie, rédaction des
rapports, …)
AVANTAGES
Un exercice différent du secteur hospitalier
Autonomie
Tâches variées inscrites dans la durée
Permet de mieux identifier et évaluer les besoins des
salariés
Relation de confiance
Sentiment d’être crédible
LEGISLATION
Le décret de compétence de juillet 2004
Le code du travail:
-industrie: 1IDE pour 200 à 800 salariés et 1
de plus par tranche de 600 salariés
-tertiaire: 1 IDE pour 500 à 1000 salariés
/600salariés
-PME: à la demande du médecin du travail
INFIRMIER DES SERVICES
DECONCENTRES DE
L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE
ET DE LA PROTECTION JUDICIAIRE
DE LA JEUNESSE
LES MISSIONS:
 Soins relevant du rôle propre et du rôle prescrit
 Mener ou coordonner des actions d’éducation ou
d’information pour la santé
 Anime une équipe d’auxiliaires médicaux
 Services extérieurs de l’administration pénitentiaire
et de la protection judiciaire de la jeunesse
RECRUTEMENT
 Composition écrite
 Exposé oral suivi d’une conversation avec le jury
INFIRMIERE TERRITORIALE
Elles exercent leurs compétences en application des circulaires
du 26 mars 65, du 12 décembre 66 et du 15 octobre 75 relatives aux
circonscriptions de Service médico-social, stipulant que
Le service social départemental s’entoure de techniciens médico-sociaux,
telles les infirmières, pour une meilleure efficacité dans l’application
de la législation de la protection sanitaire et sociale de la famille ou
de l’individu.
Elles exercent leurs compétences en application au décret infirmiers du
29/07/04 stipulant que
l’IDE protège, maintient, restaure la santé des personnes par la
réalisation de soins infirmiers. Participe et met en œuvre une politique
de promotion et d’éducation à la santé et à la prévention
Activités spécifiques de prévention et d’accompagnement en santé qui
s’exerce auprès de la population dans son milieu de vie au sein d’équipes
pluridisciplinaires majoritairement travailleurs sociaux
Activités principales
Évaluation des besoins de santé sur le territoire
Organisation de campagnes de prévention et d’éducation à la santé
Organisation de séances de vaccination
Accueil des malades et recueil des besoins et attentes
Application des premiers soins infirmiers
Application des prescriptions médicales en matière de soins
Gestion du stock de produits pharmaceutiques
Gestion des dossiers médicaux
Supervision du travail de l’aide-soignant
Activités spécifiques
Formation des nouveaux arrivants
Sélectionner et transmettre les informations aux médecins
Outil informatique
Techniques rédactionnelles
Les infirmières territoriales départementales peuvent êtres
affectés
Ø soit en centre de prophylaxie I.S.T, S.I.D.A, centres de
prophylaxie maladies respiratoires et tuberculose, centres de
vaccination..
Ø soit en circonscription action sociale et médico-sociale
Ø soit sur des services spécialisés
 A.S.E ( (aide sociale à enfance)
 A.P.A (allocation personnalisée à l’ autonomie)
 A.S.A (aide sociale aux adultes)
 P.M.I (protection maternelle infantile)
 R.M.I (revenu minimum insertion)
 Services de placement familial de personnes âgées et/ou
handicapées
Elles sont partenaires à part entière de l’équipe de travailleurs
médicosociaux,dans l’objectif d’une plus grande efficacité en
matière de réponse aux problèmes de santé posés par la
population.
Les infirmières territoriales communales peuvent etre
affectées
 - centres de soins infirmiers,
 - maisons de retraite,
 - services d’hygiène, service de santé du personnel,
 - services d’action de santé communautaire
 - Centre Communal d’action Sociale,
 - services de maintien à domicile,
 - service d’actions de promotions de la santé auprès
de tout public (population en précarité, population
souffrant de problèmes santé mentale)
Conditions d'accès
Concours externe ou interne avec condition de diplôme Infirmiers : diplôme
d’État
d’infirmier
Permis B obligatoire
Déroulement
L'épreuve écrite d'admissibilité 2007 CONCOURS EXTERNE PYRENEES
ATLANTIQUES
Présentation de l'épreuve ecrite
L'épreuve consiste en "la rédaction d’un rapport établi à partir d’un dossier
portant
sur une situation en relation avec les missions du cadre d’emplois des infirmiers
territoriaux et
notamment la déontologie de la profession" (durée : 3 heures - coefficient 1).
Pour cette épreuve, le candidat devait :
· analyser,
· structurer le rapport
· rédiger intégralement son rapport
· réussir à extraire les éléments déterminants du dossier et les exploiter,
· valoriser les informations du dossier
· être capable de se positionner professionnellement,
· faire des propositions concrètes
L'épreuve orale d'admission
L'épreuve consiste en “un entretien avec le jury permettant d’apprécier
la motivation du candidat et son aptitude à exercer sa profession dans le
cadre des missions dévolues au cadre d’emplois des infirmiers
territoriaux” (durée 20 minutes – coefficient 2).
Pour cette épreuve, le candidat était évalué sur :
 Ø sa motivation à exercer sa profession dans le cadre des missions
dévolues au cadre d'emplois des infirmiers territoriaux :
 Ø son aptitude à exercer sa profession dans le cadre des missions
dévolues aux infirmiers territoriaux :
Ainsi les membres du jury apprécient :
 - la capacité du candidat à se situer dans un contexte,
 - les connaissances du candidat sur les spécificités d'un infirmier
territorial:
 - la capacité du candidat à faire preuve d'une certaine maturité et
réflexion
professionnelle.
 - la capacité du candidat à exposer ses idées de manière claire et
précise.
IDE ET DOMICILE
IDE LIBERALE
 14% du personnel infirmier
 Son profil :
Il faut justifier de 3 ans d’expérience professionnelle
en tant qu’infirmier diplômé d’état pour pouvoir ouvrir
ou intégrer un cabinet libéral(condition d’installation).
 Loi en cours pour une réduction à 2 ans d’activités
nécessaires
SES MISSIONS
C’ est une infirmière dispensant des soins infirmiers sur prescription
médicale au domicile des patients ou au sein d’un cabinet privé.
Elle assure les soins infirmiers, d’hygiène générale et aide à
l’accomplissement des actes essentiels de la vie.
Elle réalise une approche globale du patient dans toutes ses composantes
médicales psychique, économique, familiale et sociale.
Elle est chargée de coordonner l’intervention d’aides soignantes,
d’auxiliaires médicaux (kinésithérapeute, assistante sociale)
Travail en collaboration avec d’autres infirmiers associés dans le même
cabinet infirmier (travail d’équipe).
Elle a également la possibilité d’intervenir en maison de retraite.
Ses objectifs sont le maintien, l’insertion ou la réinsertion d’une personne
dépendante dans son cadre de vie familial et social.
LES OBLIGATIONS LEGALES :
pour le respect du patient
-Le cabinet (avec une salle d’attente, une salle
de soins et un point d’eau)
-Le matériel nécessaire:
Voiture
matériel de soins (le choix du matériel et
l’importance que l’on y attache reflète le
positionnement infirmier et le respect du
patient
Ex: le port de gant, la solution hydro alcoolique)
-Exigence d’une plaque professionnelle avec nom,
prénom, titre et diplôme.(art431240)
-Informations aux patients sur les prix (
interdiction de diminuer le prix des honoraires
pour augmenter sa clientèle)
-Règles sur concurrence ( pas un commerce)
-Un seul lieu d’exercice professionnel
- Les différentes inscriptions administratives (DDASS,
CPAM, URSSAF, Caisse de retraite, souscrire au
registre carte professionnelle, les assurances,
obligations fiscales, le syndicat départemental)
-
Constitution d’une clientèle
Par rachat d’une clientèle à un médecin
( démarche auprès de médecin)
Par le bouche à oreille
.
LE SALAIRE
Le salaire varie selon la journée effectuée ( nb
d’heures et d’actes)
La sécurité sociale a des quotas ( ex: un
déplacement vaut 2euros, une injection 2euros50)
Une infirmière libérale peut gagner le double d’une
infirmière salariée mais la gestion des horaires et
congés est difficile.(proportionnellement au nombre
d’heures travaillées)
LES MOTIVATIONS : travaille seul mais pas isolé
AVANTAGES :
travail varié
beaucoup de contact avec le patient que l’on côtoie
dans son environnement
la clientèle est variée (tout type d’âge)
être son propre patron
travail en ville comme en campagne.
INCONVENIENTS :
 les horaires ne sont pas fixes,
 ll faut être disponible
 Conditions de travail parfois difficile
 Beaucoup de comptabilité et d’administratif
 Beaucoup de kms à parcourir dans la journée ( en
moyenne 120 à 180 kms/jour)
 Les contraintes financières :ex les arrêts maladie
sont pris en compte après 90e jours d’arrêt par
une assurance personnelle
TEMOIGNAGE
INFIRMIER EN CENTRE DE SOINS A
DOMICILE
SSIAD
PRISE EN CHARGE
 Personnes agées malades ou dépendantes
 Personnes handicapées
 Personnes dépendantes
 Personnes nécessitant des interventions quotidiennes
OBJECTIFS
 Eviter l’hospitalisation lors d’épisodes aigue d’une
affection
 Faciliter le retour à domicile après une hospitalisation
 Prévenir ou retarder l’institutionnalisation
ROLE DE L’INFIRMIER COORDINATEUR
 Evaluer la dépendance
 Formuler des diagnostic infirmiers
 Etablir un plan d’aide personnalisé
 Planifier les interventions des aides soignantes
 Prévoir le matériel adapté
 Coordonner les interventions du SSIAD avec les
autres intervenants
 Gestion administrative:
- management
- gestion administrative et financière
- encadrement
ROLE INFIRMIER
 Prise en charge du patient dans sa globalité et de
façon personnalisée
 Sous la responsabilité des infirmiers coordinateurs
 Rôle propre et rôle prescrit
HAD
PRISE EN CHARGE
 Personne nécessitant des soins qui se différencient
de ceux habituellement dispensés à domicile par la
complexité et la fréquence des actes
 Personne à domicile ou dans un établissement
accueillant des personnes agées
 A chaque structure correspond une aire géographique
OBJECTIFS
 Eviter une hospitalisation à temps complet ou en
diminuer la durée
 Assurer au domicile du malade pour une période
limitée mais révisable, des soins médicaux et
paramédicaux continus et coordonnés
ROLE DE L’INFIRMIER COORDINATEUR
 Evaluer la dépendance
 Formuler des diagnostic infirmiers
 Etablir un plan d’aide personnalisé
 Planifier les interventions des infirmières et des
aides soignantes
 Prévoir le matériel adapté
 Coordonner les interventions de l’HAD avec les autres
intervenants
 Gestion administrative:
- management
- gestion administrative et financière
- encadrement
ROLE INFIRMIER
 Prise en charge du patient dans sa globalité et de
façon personnalisée
 Sous la responsabilité des infirmiers coordinateurs
 Rôle propre et rôle prescrit
APTITUDES
 Travailler avec méthode et organisation
 Prendre des initiatives adaptées
 Adhérer à la démarche de soins
 Etre rigoureux
LES DIFFERENCES SSIAD / HAD
 SSIAD :
- soins d’hygiène et de confort essentiellement
- majorité d’aides soignantes
- prend le relais après l’HAD
- possibilité de faire appel aux infirmières libérales
pour les soins infirmiers
 HAD
- soins lourds normalement faits lors d’hospitalisation
- majorité d’infirmières
- possibilité de faire appel au SSIAD et/ou aux
infirmières libérales lorsque les soins deviennent
moins lourds
- matériel fournit par directement l’ARAIR
III/ AUTRES SECTEURS
L’INFIRMIERE EN MAISON DE
RETRAITE
o Une demande de plus en plus croissante.
o 10% des personnes âgées de 75 ans et plus vivent
en maison de retraite.
LA FORMATION
 Le diplôme d’Etat infirmier
 Un vécu professionnel
 Une bonne gestion de la distance professionnelle
LES APTITUDES REQUISES
 Un grand sens de l’organisation
 Savoir évaluer l’état de santé de la personne et faire
face à des situations d’urgence
 Relation de confiance avec le patient et son
entourage
 Travail en équipe
 Respect des protocoles d’hygiène
ROLE
 Confort et écoute permanente des résidents
 Organisation, analyse et évaluation des soins
infirmiers sur P.M. ou dans le cadre du rôle propre
infirmier
 Actions d’éducation, de formation, d’encadrement et
de prévention
 Préservation de l’autonomie, valorisation,
administration des traitements, écoute,
accompagnement de fin de vie, animations
 Travail en équipe pluridisciplinaire.
PRINCIPALE MISSION
Une place cruciale dans les projets de vie et de
soins de la personne âgée :
1) Accueil de la personne âgée et de sa famille
2) Elaboration de protocole d’accueil précis et complet (conditions
d’accueil optimales)
- Charte des droits et de la liberté de la personne accueillie
en institution. (informations de leurs droits, droit au libre choix
entre le service d’aide à domicile et l’entrée en établissement,
droit à tout moment de renoncer par écrit aux prestations ou à
en demander le changement).
3) Evaluation de l’autonomie, de la dépendance et de l’identité de la
personne âgée.
4) Elaboration du projet d’accueil et collaboration avec la famille
5) Etre le référent du projet de vie du patient (distribution des
médicaments, diététique, participation au projet de vie
individualisé de la personne âgée (ateliers mémoire, de créativité,
maquillage…, personnalisation et individualisation des soins
prodigués.)
EVOLUTION DE CARRIERE
o Après 3 ans d’exercice mode d’exercice libéral.
o Possibilité de devenir infirmier référent en EHPAD.
INFIRMIER REFERENT EN EHPAD
Connaissances spécifiques en gérontologie et
compétences en gestion des ressources humaines et
conduite de projets :
- Maitrise de l’environnement professionnel de la
fonction.
- Connaissance des enjeux gérontologiques
actuels et de leurs évolutions.
- Possession de données réglementaires et
juridiques gravitant autour des EHPAD.
- Approfondissement des connaissances en
psychologie et psychopathologie de la personne
âgée. Coordination et conduite de projet.
LEGISLATION
 Le décret de compétence de juillet 2004
 La charte des droits et des libertés de la
personne accueillie en institution
INFIRMIERE DANS L’HUMANITAIRE
DEFINITIONS
Humanitaire : qui vise au bien de l’humanité, qui agit pour
sauver des vies humaines dans une situation de conflit
(action humanitaire)
Humanité : caractère de ce qui est humain, sentiment de
bienveillance, de compassion envers autrui.
Infirmier Humanitaire : infirmier qui part exercer son
métier dans le cadre d’une mission d’urgence ou de
développement dans un pays en difficulté.
LES MISSIONS
 Missions d’urgence (de
courte durée, entre 15
jours et 6 mois) :
L’infirmier doit
répondre aux besoins
urgents. Il doit souvent
travailler dans des
conditions précaires,
avec le matériel
disponible sur place.
Les missions de
développement (durée
longue) :
-L’infirmier organise et
dispense des soins
infirmiers dans des
dispensaires et des
hôpitaux.
-Il gère la distribution de
médicaments.
-Il joue un rôle de
prévention et
d’éducation à la santé, à
l’hygiène et à la
sécurité.
-Il encadre et forme le
personnel au niveau local
LES CONDITIONS REQUISES
 En plus du diplôme d’état d’infirmier, une expérience
de 2 ans est appréciées par une majorité d’organisme.
 Partir reste un engagement qui nécessite certaines
qualités comme une grande adaptabilité, des capacités
relationnelles et humaines pour travailler et vivre en
communauté. De plus être polyglotte est recommandé
(surtout l’anglais).
LE RECRUTEMENT
 Il se fait sur dossier de candidature auprès des
ONG(Organisme non gouvernemental) intervenant dans le
domaine de la santé.
 Si vous êtes retenu, vous suivrez une formation plus ou
moins longue (2 jours à 3 semaines) pour préparer la
mission.
 Exemples d’ ONG : ATD Quart Monde, Action Contre La
Faim(ACF), Comité International de la Croix Rouge
(CICR), Médecins sans Frontières, Médecins du Monde…
LA REMUNERATION
 Une fois sur place pour assurer la mission, vous percevrez
deux types de rémunération :
 Une indemnité financière mensuelle (l’équivalent du salaire)
qui est non imposable et versée sur le compte en banque.
 Une rémunération concernant les frais sur place pour
subvenir aux besoins quotidiens
LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES
(ONG)
 Une ONG est une organisation d’intérêt public qui ne
relève ni de l’état ni d’une institution internationale.
En France, elle sont régies en tant qu’association et
relève donc de la loi du 1er juillet 1901.
 Les principaux critères définissant une ONG sont :
- L’origine privée de sa condition
- Le but non lucratif de son action
- L’indépendance financière
- L’indépendance politique
- La notion d’intérêt public
LES MODES ET LIEUX D’INTERVENTIONS
- Les associations interviennent dans un contexte
d’urgences (famine, guerre, génocide, sécheresse,
inondations, cyclone, tremblements de terre,
tsunami…) ou à long terme dans des actions de
développement (transfert des compétences,
éducation au développement, appui aux initiatives
locales…)
- Plus de 40% des missions concernent l’Afrique et
l’Océan Indien, 15% l’Europe de l’Est, 20% l’Asie et
10% l’Amérique latine et les Caraïbes.
ET EN FRANCE !
 La majorité des ONG françaises travaillent aussi sur
le territoire français. Elles s’occupent plus
particulièrement des migrants, des SDF et mal
logés…des personnes les plus précaires.
 Les PASS (permanences d’accès aux soins de santé)
sont des cellules de prise en charge médico-sociale,
où, des professionnels de santé et de l’insertion
soignent et accompagnent les personnes sans
couverture. Elles proposent des consultations
externes gratuites et un accompagnement par une
assistante sociale dans les démarches nécessaires à la
reconnaissance de leurs droits en matière d’accès à la
CMU.
 Quelques témoignages
 Et vous êtes-vous fait pour l’humanitaire?
REFLEXION SUR LE MOT HUMANITAIRE, HUMANITE
INFIRMIERE CARCERALE
DOMAINE D’ACTIVITE
 Milieu pénitentiaire
DEFINTION
 Protège, maintient, restaure la santé des personnes
par la réalisation de soins infirmiers. Participe et met
en œuvre une politique de promotion et d’éducation à
la santé et à la prévention
LEGISLATION
 Loi du 18/01/94 prise en charge sanitaire des détenus
au service public hospitalier.
 Circulaire du 8/12/94 dont l’objectifs est d’assurer à
la populations carcérale une qualité et une continuité
des soins équivalente a celles offertes à l’ensemble de
la population, et d’assurer la prise en charge des
personnes incarcéré dans leurs globalité, en tenant
compte de la dimension curative, relationnel,
préventive et éducation du soin.
STATUT
 Le secteur sanitaire en pénitentiaire ne dépend plus
de l’administration pénitentiaire mais du Ministère
des Affaires Sociales. Ce sont donc les hôpitaux qui
ont désormais la charge depuis 1994 de l’ensemble des
missions de soins et de leur organisation.
 La réforme de 1994 a concrétisé la création d’une
structure : l’unité de consultation et de soins en
ambulatoire (UCSA). Elle est rattachée à un hôpital,
les personnels de santé qui y travaillent sont
volontaires et ont un statut hospitalier. Ces
personnels reçoivent une formation spécifique.
CADRE STATUTAIRE
 Catégorie : B
 Filière : Médico-sociale secteur médico-social
 Cadre d'emplois : Infirmiere
MISSIONS
 La santé en prison adsp n° 44 septembre 2003)
 Pour exercer en milieu pénitentiaire, le soignant doit
avoir acquis de bonnes aptitudes techniques afin de
pouvoir répondre à des demandes très variées sur le
plan somatique.
 L’infirmier(ère) doit avoir une parfaite connaissance
des gestes d’urgence.
 L’infirmier(ère) a également un rôle très important
dans l’accueil des « détenus arrivant ».
 L’infirmier(ère) a un rôle fondamental d’écoute, d’aide
et de soutien.
 L’infirmier(ère évalue des besoins de santé
 L’infirmier(ère organisation de campagnes de
prévention et d’éducation à la santé
 L’infirmier(ère effectue le suivi des vaccinations
 L’infirmier(ère accueil les malades et recueil des
besoins et attentes
 L’infirmier(ère applique les premiers soins infirmiers
 L’infirmier(ère applique les prescriptions médicales en
matière de soins
 L’infirmier(ère gère le stock de produits
pharmaceutiques
 L’infirmier(ère gère les dossiers médicaux
IDE SAPEUR POMPIER
 L’ide sapeur pompier volontaire
 L’ide sapeur pompier professionnel
MISSIONS AU SEIN DU SERVICE DE SANTE ET
DE SECOURS MEDICAL
 tests SPP volontaires
 tests d’aptitudes des SPP professionnels
 prévention, hygiène et sécurité au travail
auprès des SPP
 soins d’urgences aux SPP
 secours d’urgence aux personnes
 gestion des consommables
 enseignement des gestes de premiers secours
ACTIONS
 Binôme médecin /ide : - PM orale
 protocoles (art 13 décret du 11 février 2002)
INTERESSE ?
 Prendre contact avec le Service Départemental
d’Incendie et de Secours du département
 Ou l’armée de terre pour Paris et la marine pour
Marseille.
TEMOIGNAGE
IV/ REMPLACEMENT ET INTERIM
REMPLACEMENT ET INTERIM
 Une mission commune
 Spécificité du contrat d’intérim
RENCONTRE AVEC UNE SECRETAIRE D’AGENCE
D’INTERIM
 1/ Quel est l’âge des IDE, y-a-t-il un profil commun ?
 2/ Y-a-t-il un niveau d’exigence ?
LES_DIFFERENTS_SECTEURS_D_ACTIVITES_DE_L_IDE___1.ppt
 3/ Quelle est la durée d’une mission ?
 4/ Sur combien d’établissements une IDE peut-elle
travailler en même temps ?
 5/ Que se passe-t-il quand l’employeur n’est pas
satisfait ?
 6/ Peut-on refuser une mission ?
 7/ Comment l’emploi du temps est-il géré ?
 8/ Quel est le salaire ?
 9/ Y-a- t-il un accès à la formation continue ?
QUESTIONNAIRE REMPLACANTE ET
INTERIMAIRE
Identité :
 IDE remplaçante : entretien oral
 IDE intérimaire : questionnaire par e-mail
1/ Quelle sont tes motivations pour avoir choisi le
remplacement ?
2/ Quels sont les atouts de ce mode de travail ? Quelles
sont les limites ? (sur les plans professionnels et
personnels)
3/ Qu’est-ce qui pour toi est important lors de l’accueil
des remplaçantes ? Quelles sont les informations
essentielles dont tu as besoin pour travailler dans un
nouvel établissement?
4/ Comment ressens-tu le travail d’équipe entre la
remplaçante et l’équipe d’un établissement ?
5/ Que penses-tu du cliché de l’IDE qui est remplaçante
pour ne pas s’investir dans une équipe ou avec les
patients ?
AU SUJET DE LA POLYVALENCE
 Au départ une formation généraliste….
 … mais une polyvalence relative
 D’un autre côté, on assiste à une
expertisation de la profession.
- les formations
- les consultations
CONCLUSION
 Au-delà de la diversité des secteurs d’activités, quels sont
les points communs de la profession infirmière ?
L’IDENTITE COMMUNE
 Au-delà de la spécificité de chaque pathologie,
 les infirmières sont liées par leur savoir-faire et savoir-être
soignant, pour prendre en soin une personne.
 C’est aussi une histoire, une formation, une législation
et des qualités humaines communes (voir guide 3ème
année).
 C’est enfin, la concrétisation, de l’ordre infirmier.
BIBLIOGRAPHIE
 Onisep
 Grand dictionnaire.com
 Studya.com
 Alois.fr
 Defense.gouv.fr
 Infirmiers.com
 Wikipédia.fr
 Urgences.com
 Infirmiersapeurpompier.com
 Coordination Nationale Infirmière
 sdis.45.fr
 Drevet G., Polyvalence infirmière dans les unités de soins, Objectif soins, N° 111,
décembre 2002
 Delmotte H., Intérim, exercer en toute liberté, La revue de l’infirmière,
supplément au N° 110, avril 2005
 http://cafadoc.ac-dijon.fr/telecharg/fichiers/cafa289.pdf
 http://www.ch-georgesdaumezon45.fr/
MERCI de votre attention…

Contenu connexe

Similaire à LES_DIFFERENTS_SECTEURS_D_ACTIVITES_DE_L_IDE___1.ppt

2014 - Barcamp Médecine du Travail et #QVT - Qualité de Vie au Travail - Jaim...
2014 - Barcamp Médecine du Travail et #QVT - Qualité de Vie au Travail - Jaim...2014 - Barcamp Médecine du Travail et #QVT - Qualité de Vie au Travail - Jaim...
2014 - Barcamp Médecine du Travail et #QVT - Qualité de Vie au Travail - Jaim...
Guilhem Bertholet
 
Internes et snjmg une relation partagée
Internes et snjmg   une relation partagéeInternes et snjmg   une relation partagée
Internes et snjmg une relation partagée
Réseau Pro Santé
 
Recueil des bonnes pratiques pour l’accès à l’emploi
Recueil des bonnes pratiques pour l’accès à l’emploiRecueil des bonnes pratiques pour l’accès à l’emploi
Recueil des bonnes pratiques pour l’accès à l’emploi
Dominique Gross
 
Annexe pédo guide de l'externe
Annexe pédo guide de l'externeAnnexe pédo guide de l'externe
Annexe pédo guide de l'externe
tfovet
 
[Concours MNH des étudiants 2015-16] Equipe 42 : Les petites attentions qui o...
[Concours MNH des étudiants 2015-16] Equipe 42 : Les petites attentions qui o...[Concours MNH des étudiants 2015-16] Equipe 42 : Les petites attentions qui o...
[Concours MNH des étudiants 2015-16] Equipe 42 : Les petites attentions qui o...
MNH - Mutuelle Nationales des Hospitaliers
 
Témoignages s-médecine
Témoignages s-médecineTémoignages s-médecine
Témoignages s-médecine
CDILEF
 
#PortraitDeStartuper #36 - Exactcure - Frédéric Dayan
#PortraitDeStartuper #36 - Exactcure - Frédéric Dayan#PortraitDeStartuper #36 - Exactcure - Frédéric Dayan
#PortraitDeStartuper #36 - Exactcure - Frédéric Dayan
Sébastien Bourguignon
 
Enseignement formation - les anajmg d’octobre 2012 quelques mots avant le...
Enseignement   formation - les anajmg d’octobre 2012   quelques mots avant le...Enseignement   formation - les anajmg d’octobre 2012   quelques mots avant le...
Enseignement formation - les anajmg d’octobre 2012 quelques mots avant le...
Réseau Pro Santé
 
Diapo sanitaire et social
Diapo sanitaire et socialDiapo sanitaire et social
Diapo sanitaire et social
CDI du Lycée Jules Fil
 
Forum d’orientation des externes Faculté de médecine de Tours
Forum d’orientation des externes Faculté de médecine de ToursForum d’orientation des externes Faculté de médecine de Tours
Forum d’orientation des externes Faculté de médecine de Tours
Réseau Pro Santé
 
Qu’est-ce que la CVH ?
Qu’est-ce que la CVH ?Qu’est-ce que la CVH ?
Qu’est-ce que la CVH ?
Rachel Bocher
 
Ouverture d’un nouvel ifmk en aquitaine, à dax
Ouverture d’un nouvel ifmk en aquitaine, à daxOuverture d’un nouvel ifmk en aquitaine, à dax
Ouverture d’un nouvel ifmk en aquitaine, à dax
Réseau Pro Santé
 
Correspondances discussions - réflexions diverses à partir d'une situation ...
Correspondances   discussions - réflexions diverses à partir d'une situation ...Correspondances   discussions - réflexions diverses à partir d'une situation ...
Correspondances discussions - réflexions diverses à partir d'une situation ...
Réseau Pro Santé
 
Tout le monde a un jour besoin d’un soutien psychologique Le Chèque Santé® ...
Tout le monde a un jour besoin d’un soutien psychologique Le Chèque Santé® ...Tout le monde a un jour besoin d’un soutien psychologique Le Chèque Santé® ...
Tout le monde a un jour besoin d’un soutien psychologique Le Chèque Santé® ...
Chèque Santé
 
10 PréSentation Sfk Version DéFinitive
10 PréSentation Sfk Version  DéFinitive10 PréSentation Sfk Version  DéFinitive
10 PréSentation Sfk Version DéFinitive
Pierre Trudelle
 
Gagner du fric sur ordonnance
Gagner du fric sur ordonnanceGagner du fric sur ordonnance
Gagner du fric sur ordonnance
Réseau Pro Santé
 
Solution psychologique Montréal, Québec | Par le Dr Corinne Zacharyas
Solution psychologique Montréal, Québec | Par le Dr Corinne ZacharyasSolution psychologique Montréal, Québec | Par le Dr Corinne Zacharyas
Solution psychologique Montréal, Québec | Par le Dr Corinne Zacharyas
Kr Pranto
 
depliant_epi_trav_vdef_pour_imprimante_de_bureau.pdf
depliant_epi_trav_vdef_pour_imprimante_de_bureau.pdfdepliant_epi_trav_vdef_pour_imprimante_de_bureau.pdf
depliant_epi_trav_vdef_pour_imprimante_de_bureau.pdf
AdelKheroubi1
 

Similaire à LES_DIFFERENTS_SECTEURS_D_ACTIVITES_DE_L_IDE___1.ppt (20)

2014 - Barcamp Médecine du Travail et #QVT - Qualité de Vie au Travail - Jaim...
2014 - Barcamp Médecine du Travail et #QVT - Qualité de Vie au Travail - Jaim...2014 - Barcamp Médecine du Travail et #QVT - Qualité de Vie au Travail - Jaim...
2014 - Barcamp Médecine du Travail et #QVT - Qualité de Vie au Travail - Jaim...
 
Internes et snjmg une relation partagée
Internes et snjmg   une relation partagéeInternes et snjmg   une relation partagée
Internes et snjmg une relation partagée
 
Recueil des bonnes pratiques pour l’accès à l’emploi
Recueil des bonnes pratiques pour l’accès à l’emploiRecueil des bonnes pratiques pour l’accès à l’emploi
Recueil des bonnes pratiques pour l’accès à l’emploi
 
Annexe pédo guide de l'externe
Annexe pédo guide de l'externeAnnexe pédo guide de l'externe
Annexe pédo guide de l'externe
 
[Concours MNH des étudiants 2015-16] Equipe 42 : Les petites attentions qui o...
[Concours MNH des étudiants 2015-16] Equipe 42 : Les petites attentions qui o...[Concours MNH des étudiants 2015-16] Equipe 42 : Les petites attentions qui o...
[Concours MNH des étudiants 2015-16] Equipe 42 : Les petites attentions qui o...
 
Témoignages s-médecine
Témoignages s-médecineTémoignages s-médecine
Témoignages s-médecine
 
#PortraitDeStartuper #36 - Exactcure - Frédéric Dayan
#PortraitDeStartuper #36 - Exactcure - Frédéric Dayan#PortraitDeStartuper #36 - Exactcure - Frédéric Dayan
#PortraitDeStartuper #36 - Exactcure - Frédéric Dayan
 
Enseignement formation - les anajmg d’octobre 2012 quelques mots avant le...
Enseignement   formation - les anajmg d’octobre 2012   quelques mots avant le...Enseignement   formation - les anajmg d’octobre 2012   quelques mots avant le...
Enseignement formation - les anajmg d’octobre 2012 quelques mots avant le...
 
Diapo sanitaire et social
Diapo sanitaire et socialDiapo sanitaire et social
Diapo sanitaire et social
 
Forum d’orientation des externes Faculté de médecine de Tours
Forum d’orientation des externes Faculté de médecine de ToursForum d’orientation des externes Faculté de médecine de Tours
Forum d’orientation des externes Faculté de médecine de Tours
 
Page 29 bd
Page 29 bdPage 29 bd
Page 29 bd
 
Qu’est-ce que la CVH ?
Qu’est-ce que la CVH ?Qu’est-ce que la CVH ?
Qu’est-ce que la CVH ?
 
Ouverture d’un nouvel ifmk en aquitaine, à dax
Ouverture d’un nouvel ifmk en aquitaine, à daxOuverture d’un nouvel ifmk en aquitaine, à dax
Ouverture d’un nouvel ifmk en aquitaine, à dax
 
Correspondances discussions - réflexions diverses à partir d'une situation ...
Correspondances   discussions - réflexions diverses à partir d'une situation ...Correspondances   discussions - réflexions diverses à partir d'une situation ...
Correspondances discussions - réflexions diverses à partir d'une situation ...
 
Tout le monde a un jour besoin d’un soutien psychologique Le Chèque Santé® ...
Tout le monde a un jour besoin d’un soutien psychologique Le Chèque Santé® ...Tout le monde a un jour besoin d’un soutien psychologique Le Chèque Santé® ...
Tout le monde a un jour besoin d’un soutien psychologique Le Chèque Santé® ...
 
10 PréSentation Sfk Version DéFinitive
10 PréSentation Sfk Version  DéFinitive10 PréSentation Sfk Version  DéFinitive
10 PréSentation Sfk Version DéFinitive
 
Pharmacien à l'ars.
Pharmacien à l'ars.Pharmacien à l'ars.
Pharmacien à l'ars.
 
Gagner du fric sur ordonnance
Gagner du fric sur ordonnanceGagner du fric sur ordonnance
Gagner du fric sur ordonnance
 
Solution psychologique Montréal, Québec | Par le Dr Corinne Zacharyas
Solution psychologique Montréal, Québec | Par le Dr Corinne ZacharyasSolution psychologique Montréal, Québec | Par le Dr Corinne Zacharyas
Solution psychologique Montréal, Québec | Par le Dr Corinne Zacharyas
 
depliant_epi_trav_vdef_pour_imprimante_de_bureau.pdf
depliant_epi_trav_vdef_pour_imprimante_de_bureau.pdfdepliant_epi_trav_vdef_pour_imprimante_de_bureau.pdf
depliant_epi_trav_vdef_pour_imprimante_de_bureau.pdf
 

Plus de BadrAbouAlia

470035.ppt feuille de réanimation et soins infirmiers
470035.ppt feuille de réanimation et soins infirmiers470035.ppt feuille de réanimation et soins infirmiers
470035.ppt feuille de réanimation et soins infirmiers
BadrAbouAlia
 
etapes de sté.pptx
etapes de sté.pptxetapes de sté.pptx
etapes de sté.pptx
BadrAbouAlia
 
soins_relationnels_df-ve_16_mai_1.pdf
soins_relationnels_df-ve_16_mai_1.pdfsoins_relationnels_df-ve_16_mai_1.pdf
soins_relationnels_df-ve_16_mai_1.pdf
BadrAbouAlia
 
6-0365-transmissions-ciblées.pdf
6-0365-transmissions-ciblées.pdf6-0365-transmissions-ciblées.pdf
6-0365-transmissions-ciblées.pdf
BadrAbouAlia
 
communication.pdf
communication.pdfcommunication.pdf
communication.pdf
BadrAbouAlia
 
lae-planification_(1).ppt
lae-planification_(1).pptlae-planification_(1).ppt
lae-planification_(1).ppt
BadrAbouAlia
 
NOTION DE DROIT.pptx
NOTION DE DROIT.pptxNOTION DE DROIT.pptx
NOTION DE DROIT.pptx
BadrAbouAlia
 
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdfcours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
BadrAbouAlia
 
CARDIO.pdf
CARDIO.pdfCARDIO.pdf
CARDIO.pdf
BadrAbouAlia
 
ANATOMIE 14 PDF.pdf
ANATOMIE 14 PDF.pdfANATOMIE 14 PDF.pdf
ANATOMIE 14 PDF.pdf
BadrAbouAlia
 
GUIDE-M-P.pdf
GUIDE-M-P.pdfGUIDE-M-P.pdf
GUIDE-M-P.pdf
BadrAbouAlia
 
Infections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.pptInfections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.ppt
BadrAbouAlia
 
gangrène gazeuse.ppt
gangrène gazeuse.pptgangrène gazeuse.ppt
gangrène gazeuse.ppt
BadrAbouAlia
 
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptorthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
BadrAbouAlia
 
1- Osteomyelite aigue.ppt
1- Osteomyelite aigue.ppt1- Osteomyelite aigue.ppt
1- Osteomyelite aigue.ppt
BadrAbouAlia
 
dermato6an_eczema_constitutionnel_et_de-contact.ppt
dermato6an_eczema_constitutionnel_et_de-contact.pptdermato6an_eczema_constitutionnel_et_de-contact.ppt
dermato6an_eczema_constitutionnel_et_de-contact.ppt
BadrAbouAlia
 
Généralités fractures, entorses, luxations.ppt
Généralités fractures, entorses, luxations.pptGénéralités fractures, entorses, luxations.ppt
Généralités fractures, entorses, luxations.ppt
BadrAbouAlia
 
Diagnostic d’une douleur du genou.ppt
Diagnostic d’une douleur du genou.pptDiagnostic d’une douleur du genou.ppt
Diagnostic d’une douleur du genou.ppt
BadrAbouAlia
 
Myologie main.ppt
Myologie main.pptMyologie main.ppt
Myologie main.ppt
BadrAbouAlia
 
cinesiologie_du_tronc.ppt
cinesiologie_du_tronc.pptcinesiologie_du_tronc.ppt
cinesiologie_du_tronc.ppt
BadrAbouAlia
 

Plus de BadrAbouAlia (20)

470035.ppt feuille de réanimation et soins infirmiers
470035.ppt feuille de réanimation et soins infirmiers470035.ppt feuille de réanimation et soins infirmiers
470035.ppt feuille de réanimation et soins infirmiers
 
etapes de sté.pptx
etapes de sté.pptxetapes de sté.pptx
etapes de sté.pptx
 
soins_relationnels_df-ve_16_mai_1.pdf
soins_relationnels_df-ve_16_mai_1.pdfsoins_relationnels_df-ve_16_mai_1.pdf
soins_relationnels_df-ve_16_mai_1.pdf
 
6-0365-transmissions-ciblées.pdf
6-0365-transmissions-ciblées.pdf6-0365-transmissions-ciblées.pdf
6-0365-transmissions-ciblées.pdf
 
communication.pdf
communication.pdfcommunication.pdf
communication.pdf
 
lae-planification_(1).ppt
lae-planification_(1).pptlae-planification_(1).ppt
lae-planification_(1).ppt
 
NOTION DE DROIT.pptx
NOTION DE DROIT.pptxNOTION DE DROIT.pptx
NOTION DE DROIT.pptx
 
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdfcours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
 
CARDIO.pdf
CARDIO.pdfCARDIO.pdf
CARDIO.pdf
 
ANATOMIE 14 PDF.pdf
ANATOMIE 14 PDF.pdfANATOMIE 14 PDF.pdf
ANATOMIE 14 PDF.pdf
 
GUIDE-M-P.pdf
GUIDE-M-P.pdfGUIDE-M-P.pdf
GUIDE-M-P.pdf
 
Infections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.pptInfections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.ppt
 
gangrène gazeuse.ppt
gangrène gazeuse.pptgangrène gazeuse.ppt
gangrène gazeuse.ppt
 
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptorthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
 
1- Osteomyelite aigue.ppt
1- Osteomyelite aigue.ppt1- Osteomyelite aigue.ppt
1- Osteomyelite aigue.ppt
 
dermato6an_eczema_constitutionnel_et_de-contact.ppt
dermato6an_eczema_constitutionnel_et_de-contact.pptdermato6an_eczema_constitutionnel_et_de-contact.ppt
dermato6an_eczema_constitutionnel_et_de-contact.ppt
 
Généralités fractures, entorses, luxations.ppt
Généralités fractures, entorses, luxations.pptGénéralités fractures, entorses, luxations.ppt
Généralités fractures, entorses, luxations.ppt
 
Diagnostic d’une douleur du genou.ppt
Diagnostic d’une douleur du genou.pptDiagnostic d’une douleur du genou.ppt
Diagnostic d’une douleur du genou.ppt
 
Myologie main.ppt
Myologie main.pptMyologie main.ppt
Myologie main.ppt
 
cinesiologie_du_tronc.ppt
cinesiologie_du_tronc.pptcinesiologie_du_tronc.ppt
cinesiologie_du_tronc.ppt
 

LES_DIFFERENTS_SECTEURS_D_ACTIVITES_DE_L_IDE___1.ppt

  • 2. OBJECTIFS PEDAGOGIQUES  Prendre conscience de la diversité, des secteurs d’activité, offerte par le métier d’IDE pour un épanouissement professionnel.  Clarifier les différents secteurs d’activité.  Comprendre le rôle de l’IDE dans chaque secteur d’activité afin de se situer , se positionner.
  • 3. L’EQUIPE  Laurie Bainard  Sandrine Le Guennec  Sabrina Troispoux  Sandrine Strappe  Estelle Parayre  Sabrina Lorenzo Rodriguez  Fanny Pellé  Adeline Raimbert  Capucine Degrigny  Maria Valle
  • 4. PRE REQUIS LEGISLATION :  Base commune décret du 29 juillet 2004 (pour tous les secteurs d’activités le respect du devoir professionnel et la nécessité d’un contrat écrit article r4312.49)  Pour certain secteur d’activités correspond un cadre législatif (détaillé dans chaque partie correspondante)
  • 5. BRAINSTORMING  Citez quelques secteurs d’activités de l’infirmière.  Qu’est ce qu’un secteur d’activité?
  • 6. PLAN  INTRODUCTION Définition d’un secteur d’activité Quelques chiffres  I/ LE MILIEU HOSPITALIER Etablissements de santé privés ou publics Etablissements de santé mentale Le Mitah
  • 7.  II/ LE MILIEU EXTRA HOSPITALIER IDE et prévention IDE et domicile Autres secteurs  III/ LE REMPLACEMENT ET L’INTERIM La polyvalence Les expertises ou pratiques avancées
  • 8.  CONCLUSION Au-delà de la diversité des secteurs d’activité, une identité commune…  BIBLIOGRAPHIE
  • 10. DEFINITION D’UN SECTEUR D’ACTIVITE : Le secteur d’activité est l’ensemble des sociétés qui ont le même type de propriété, qui fournissent des services analogues entrant dans une même catégorie.(Office de la langue française, 2002, Le grand dictionnaire terminologique) Dans le cadre de l’IDE ,c’est l’ensemble des lieux d’activités dans lesquels elle peut exercer.
  • 11. QUELQUES CHIFFRES … La profession compte 90% de femmes (420 000 ), ¾ travaillent en tant que salariés (établissement publics => 245 000 ou privés => 85000 ). Les autres choisissent l’activité libérale. Le salaire : il varie selon le secteur d’activité. Vu les conditions de travail difficiles, la durée de carrière d’une infirmière est en moyenne de 15 ans.
  • 13. ETABLISSEMENTS DE SANTE PUBLICS OU PRIVES
  • 14. INTRODUCTION  Le système hospitalier français se compose d’établissements de santé publics et d’établissements de santé privés.  On distingue : *les hôpitaux public ( 54%) *les hôpitaux privés (19%)  Il emploie plus d’un million de personnes et constitue souvent le premier employeur de la commune.
  • 15. I- LES ETABLISSEMENTS PUBLICS  personnes morales de droit public.  mission de service public  rattachés à une commune
  • 16. PRINCIPE :  Accès égal à tous les usagers  Accueil 24h/24, permanence et continuité de soin  Urgence  Diagnostic  Soins  Lutte contre la douleur  Enseignement universitaire (ordonnance n°58 1373 du 30 12 58)  Formation continue  Recherche médical, odontologie et pharmaceutique  Prévention sanitaire  Lutte contre exclusion sociale
  • 17. ETABLISSEMENTS  HL  CH  CHR  CHU  CHS  Le SPH est tout d’abord une mission d’intérêt général (loi 31/12/70). « Garantir à chaque citoyen dans des conditions d’égalité, quels que soient son niveau de revenu et son lieu d’habitation, l’accès à l’ensemble des besoins et des services jugés fondamentaux. »
  • 18. II- ETABLISSEMENTS PRIVES  d’association, de congrégation, d’organismes sociaux  la propriété de particuliers ou de société  Avec plus de 1 300 établissements d’hospitalisation, le secteur des cliniques privées accueille chaque année près de 6 millions de patients de toutes catégories sociale et souffrant de tous types de pathologies.
  • 19. PRINCIPE :  Accès égal à tous les usagers  Diagnostic  Soins  Lutte contre la douleur  Formation continue
  • 22. DEFINITION  IDE = acteurs principaux de la mise en œuvre d’une démarche thérapeutique destinée au patient atteint de maladie mentale  L’infirmier(e) en psychiatrie possède une capacité relationnelle constitutive de la fonction infirmier en psychiatrie. Etre infirmier(e) en psychiatrie c’est aussi travailler en équipe.
  • 23. LA PROFESSION EN QUELQUES DATES :  1937  1955  1973  1992
  • 24. ACTIONS  pôle de la vie quotidienne  pôle psychothérapique classique  pôle d’activités spécifiques  pôle somatique  pôle administratif
  • 25. LIEUX D’EXCERCICE POSSIBLES  pavillon d’hospitalisation  CAP (centre d’accueil permanent)  centres extrahospitaliers :  CMP (centre médico-psychologique)  CATTP (centre d’accueil thérapeutique à temps partiel)  Centre de jour  Résidences thérapeutiques  Appartements thérapeutiques  APPAD (Aide Psychologique aux Personnes Âgées ou Dépendantes) Mais aussi :  des unités de soins pour adolescents et d’autres pour personnes agées  des unités d’addictologie et alcoologie
  • 26. Interview d'une Infirmière Psychiatrique (Anne Coupez)  Parlez-nous de votre parcours… - Après un Bac D (Sciences et Vie de la Terre), j’ai fait une année de médecine que je n’ai pas validée. Comme je souhaitais travailler dans le secteur médical, mais que cette filière était trop fastidieuse, j’ai préféré me réorienter vers une école d’infirmière en psychiatrie. Aujourd’hui, cette formation n’existe plus, elle a été remplacée par un diplôme d’infirmier et une spécialisation en psychiatrie. Le cursus d’infirmière en psychiatrie était particulier, car nous étions payés par un établissement hospitalier dans lequel on travaillait le matin. L’après-midi était consacré aux cours théoriques. Après cette école, j’ai fait un DEA de sociologie avec une spécialisation en sociologie et ethnologie du Maghreb et de l’Afrique Noire. Ensuite, j’ai suivi une formation de thérapeute familial. Enfin, j’ai passé un DESU (Diplôme d’Etudes Supérieures Universitaires) en pratique clinique auprès des familles migrantes (ethnologie et psychiatrie), au cours duquel j’ai préparé une thèse d’ethnologie psychiatrie en psychologie clinique.
  • 27.  Avez-vous dû effectuer des stages durant cette scolarité ? - Oui, en plus du fait que nous travaillions tous les matins, nous devions faire les mêmes stages que les autres élèves infirmiers. Ils avaient lieu dans les différents services hospitaliers et également dans les établissements scolaires (écoles maternelles et primaires, collèges…)
  • 28.  Maintenant, pouvez-vous nous décrire votre parcours professionnel ? - C’est assez simple, car une fois mes études achevées, j’ai continué à travailler pour l’hôpital psychiatrique qui me payait pendant ma formation. J’ai fais un an au sein de cet établissement, puis j’ai été détachée à un centre médico-psychologique pour enfants et adolescents, dépendant de cet hôpital. J’y ai travaillé durant 20 ans… jusqu’à ma retraite, cette année.
  • 29.  Pourquoi avez-vous fait ce choix de carrière ? - Pour la seule et unique raison que je suis passionnée par la folie. Au départ, je voulais devenir psychiatre, mais il faut passer par la filière médecine pour y parvenir… et comme je vous le disais, c’était trop long et trop fastidieux. C’est pour cette raison qu’après un an de médecine, j’ai changé d’orientation pour parvenir plus rapidement à travailler dans le secteur d’activité qui m’intéressait.
  • 30.  En quoi consiste le travail d’une infirmière psychiatrique ? - Pour résumer, à faire des psychothérapies de soutien individuelles, familiales ou de groupes. Ma spécialité étant les familles migrantes. Le public que je touchais pouvait être assimilé au tout venant de la souffrance psychologique. C’est un travail d’équipe et de réseau, dans lequel on va mener des actions de prévention. Par exemple, on fait des interventions dans les centres sociaux, dans les établissements scolaires, mais aussi dans les maternités.
  • 31.  Si vous deviez lister les qualités d’une infirmière psychiatrique, quelles seraient-elles ? - Avoir un solide équilibre mental, beaucoup d’empathie et de curiosité. Ensuite, être tolérant et ouvert d’esprit, car on est confronté à un très large public, avec des problèmes très variés et parfois très graves. Enfin, je dirais qu’il faut être capable de se remettre perpétuellement en question et se demander si les conseils qu’on donne aux gens sont réellement les plus judicieux.
  • 32.  Quelles sont vos perspectives d’avenir ? - En fait, je suis à la retraite, mais je suis toujours active… En effet, je continue à faire de la formation, de la transmission comme j’aime à le dire. J’interviens beaucoup dans les écoles et auprès de professionnels.
  • 33.  Quels conseils donneriez-vous aux étudiants intéressés par ce secteur d’activité ? - Avant de se lancer, il faut qu’ils soient sûrs que c’est une passion chez eux. Exercer une telle profession est très difficile physiquement et psychologiquement. On voit beaucoup de personnes craquer au bout de quelques années. Ensuite, de beaucoup travailler la psychologie et, une chose que je n’ai pas faite et que j’ai regrettée par la suite, lire beaucoup d’ouvrages au sujet du clinique. Enfin, je dois dire que j’ai eu la chance, pendant ma formation, d’être parrainée par des professionnels extrêmement compétents. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Alors, si vous le pouvez, je vous conseillerais donc d’aller vers les gens qui ont l’expérience et de vous référer à eux. C’est de cette façon qu’on apprend le plus.
  • 35. L’INFIRMIER MILITAIRE OU LE MILITAIRE INFIRMIER TECHNICIEN DES HOPITAUX DES ARMEES
  • 36. TROIS STATUTS POSSIBLES :  Le MITHA = Militaire Infirmier Technicien des Hôpitaux des Armées = militaire c’est-à-dire qui a souscrit un engagement pour une période initiale de 2 à 5 ans. ( décret du 25 mai 2005 fixant le statut des MITHA)  Le RESERVISTE opérationnel = IDE civil, volontaire, ou ancien militaire souscrivant un engagement à servir jusqu’à 30 jours par an dans la réserve (ESR), pour une durée de 1 à 5 ans. Ils représentent 30% du personnel civil au sein du service de santé des armées.
  • 37.  Le fonctionnaire en position de détachement: il s’agit de personne de la fonction publique hospitalière qui contractent un engagement pour servir dans l’armée. Il faut au préalable que l’ administration d’origine accorde le détachement auprès du Service de Santé des Armées. (décret du 13 octobre 1988) La personne détachée conserve l’ancienneté , le grade et l’ échelon de son administration d’origine.
  • 38. LES MISSIONS Participer au soutien sanitaire des forces armées en tous lieux et en toutes circonstances :  mise en condition médicale du personnel avant une opération et prévention des risques  prise en charge des blessés et des malades lors d’une opération , sur base ou à l’hôpital  suivi médical des militaires tout au long de leurs carrières  Exécution  Encadrement  Recherche et expertise  Secours sur les théâtres extérieurs
  • 39. LES MISSIONS (suite) Participer au service public :  Accueil sans restriction de tout assuré social au sein des hôpitaux des armées Participer à des missions humanitaires:  Secours d’urgence suite à une catastrophe naturelle  Aide sanitaire aux populations victimes de conflits.
  • 40. LES ACTIONS Comme à l’hôpital général , le Mitah réalise :  soins infirmiers relevant du rôle propre  soins infirmiers sur prescription médicale
  • 41. LES LIEUX D’EXERCICE POSSIBLES  dans les services médicaux sur les bases (réservistes)  dans les hôpitaux des armées de métropole ou d’outremer  dans les centres de recherches
  • 42. LES QUALITES REQUISES  Disponibilité  Rigueur  Respect des grades et des fonctions  Avoir le sens des responsabilités  Humilité  Esprit d’équipe  Avoir la volonté de servir la nation  Avoir un attrait pour le monde militaire
  • 43. RECRUTEMENT  Le recrutement s’effectue par la Direction Centrale du Service de Santé des Armées sur dossier et après entretien avec un jury.  Cependant , il faut remplir certaines conditions notamment des aptitudes physiques .  Avant toute prise de poste , une formation militaire est délivrée. Elle dure entre 2 semaines (pour les réservistes) et 3 mois selon le corps d’armée et le lieu d’exercice.
  • 44. LE SALAIRE  Le salaire est ,comme dans le civil ,calculé en fonction de l’échelon détenu dans le grade.  Les primes et indemnités varient compte tenu du grade , de l’échelon , de la charge de famille…
  • 45. II/ LE MILIEU EXTRA HOSPITALIER
  • 48. MISSIONS  Accueil  Écoute  Conseils  Dépistage  Réussite des élèves  Soins, urgences  Intégration des élèves atteints de handicaps ou maladies chroniques  Dispositifs d’urgence  Signalement  Recherche et formation
  • 49. LIMITES  service de 44h hebdomadaires  pas de prescription mais prise de décisions en cas de problème,  savoir passer la main  niveau de compétence  limites imposées la fonction publique :  paye (1300€ à l’arrivée)
  • 50. AVANTAGES  vacances scolaires  milieu riche intellectuellement  rythme scolaire, régularité des horaires  liberté pour l’organisation et des projets
  • 51. LIEUX D’EXERCICE  Écoles primaires  Collèges  Lycées  Universités
  • 52. QUALITES NECESSAIRES  Polyvalence  Aimer parler  Avoir le contact facile  Connaissance générales en soins infirmiers, prévention et éducation à la santé  Écoute, pédagogie et éducation  Sens de l’organisation
  • 53. MODE DE RECRUTEMENT  Concours de l’éducation nationale :  Epreuve écrite = questions  Epreuve orale : exposé et conversation
  • 54. CONCEPT DE SOIN « je soigne à mon niveau, au-delà, j’évalue le besoin de prise en charge, j’oriente vers d’autres professionnels et j’effectue un suivi des élèves. »
  • 55. IDE DE SANTE AU TRAVAIL
  • 56. LA FORMATION Le diplôme d’Etat Infirmier L’expérience professionnelle Le DIUST (Diplôme Inter Universitaire de Santé au Travail) ou licence professionnelle en santé au travail
  • 57. LE DIUST  permet de mieux se situer dans le domaine du travail  permet de participer à l’identification et l’évaluation des facteurs de risque pour la santé liés aux conditions de travail  permet de savoir identifier et évaluer les interrelations entre travail et santé humaine  permet de contribuer à l’identification et à l’évaluation des besoins de santé dans l’entreprise  permet de savoir valider l’identification d’un problème de santé ou une demande en concertation avec l’équipe
  • 58. LE ROLE  Protection de la santé physique et mentale des salariés  Surveillance de la santé des salariés (organise les visites médicales, réalise les examens et les explorations fonctionnelles)  Soins d’urgence (AES, accueil des salariés en difficulté pour des problèmes de santé, professionnels ou autres  Actions de prévention  Tiers temps des médecins du travail  Etudes de poste
  • 59.  Actions correctives et préventives  Formations relatives aux risques de l’entreprise (bruit, produits chimiques, expositions au sang, …)  Formation et information concernant les problèmes de santé publique ( alcool, tabac, hygiène alimentaire, …)  Commissions pluridisciplinaires (handicap, harcèlement moral ou physique, ergonomie, …)  Enquêtes et études (épidémiologie, enquêtes statistiques, dépistage précoce…)  Organisation du service de santé au travail ( Planning des visites, gestion de la pharmacie, rédaction des rapports, …)
  • 60. AVANTAGES Un exercice différent du secteur hospitalier Autonomie Tâches variées inscrites dans la durée Permet de mieux identifier et évaluer les besoins des salariés Relation de confiance Sentiment d’être crédible
  • 61. LEGISLATION Le décret de compétence de juillet 2004 Le code du travail: -industrie: 1IDE pour 200 à 800 salariés et 1 de plus par tranche de 600 salariés -tertiaire: 1 IDE pour 500 à 1000 salariés /600salariés -PME: à la demande du médecin du travail
  • 62. INFIRMIER DES SERVICES DECONCENTRES DE L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE ET DE LA PROTECTION JUDICIAIRE DE LA JEUNESSE
  • 63. LES MISSIONS:  Soins relevant du rôle propre et du rôle prescrit  Mener ou coordonner des actions d’éducation ou d’information pour la santé  Anime une équipe d’auxiliaires médicaux  Services extérieurs de l’administration pénitentiaire et de la protection judiciaire de la jeunesse
  • 64. RECRUTEMENT  Composition écrite  Exposé oral suivi d’une conversation avec le jury
  • 66. Elles exercent leurs compétences en application des circulaires du 26 mars 65, du 12 décembre 66 et du 15 octobre 75 relatives aux circonscriptions de Service médico-social, stipulant que Le service social départemental s’entoure de techniciens médico-sociaux, telles les infirmières, pour une meilleure efficacité dans l’application de la législation de la protection sanitaire et sociale de la famille ou de l’individu. Elles exercent leurs compétences en application au décret infirmiers du 29/07/04 stipulant que l’IDE protège, maintient, restaure la santé des personnes par la réalisation de soins infirmiers. Participe et met en œuvre une politique de promotion et d’éducation à la santé et à la prévention
  • 67. Activités spécifiques de prévention et d’accompagnement en santé qui s’exerce auprès de la population dans son milieu de vie au sein d’équipes pluridisciplinaires majoritairement travailleurs sociaux Activités principales Évaluation des besoins de santé sur le territoire Organisation de campagnes de prévention et d’éducation à la santé Organisation de séances de vaccination Accueil des malades et recueil des besoins et attentes Application des premiers soins infirmiers Application des prescriptions médicales en matière de soins Gestion du stock de produits pharmaceutiques Gestion des dossiers médicaux Supervision du travail de l’aide-soignant Activités spécifiques Formation des nouveaux arrivants Sélectionner et transmettre les informations aux médecins Outil informatique Techniques rédactionnelles
  • 68. Les infirmières territoriales départementales peuvent êtres affectés Ø soit en centre de prophylaxie I.S.T, S.I.D.A, centres de prophylaxie maladies respiratoires et tuberculose, centres de vaccination.. Ø soit en circonscription action sociale et médico-sociale Ø soit sur des services spécialisés  A.S.E ( (aide sociale à enfance)  A.P.A (allocation personnalisée à l’ autonomie)  A.S.A (aide sociale aux adultes)  P.M.I (protection maternelle infantile)  R.M.I (revenu minimum insertion)  Services de placement familial de personnes âgées et/ou handicapées Elles sont partenaires à part entière de l’équipe de travailleurs médicosociaux,dans l’objectif d’une plus grande efficacité en matière de réponse aux problèmes de santé posés par la population.
  • 69. Les infirmières territoriales communales peuvent etre affectées  - centres de soins infirmiers,  - maisons de retraite,  - services d’hygiène, service de santé du personnel,  - services d’action de santé communautaire  - Centre Communal d’action Sociale,  - services de maintien à domicile,  - service d’actions de promotions de la santé auprès de tout public (population en précarité, population souffrant de problèmes santé mentale)
  • 70. Conditions d'accès Concours externe ou interne avec condition de diplôme Infirmiers : diplôme d’État d’infirmier Permis B obligatoire Déroulement L'épreuve écrite d'admissibilité 2007 CONCOURS EXTERNE PYRENEES ATLANTIQUES Présentation de l'épreuve ecrite L'épreuve consiste en "la rédaction d’un rapport établi à partir d’un dossier portant sur une situation en relation avec les missions du cadre d’emplois des infirmiers territoriaux et notamment la déontologie de la profession" (durée : 3 heures - coefficient 1). Pour cette épreuve, le candidat devait : · analyser, · structurer le rapport · rédiger intégralement son rapport · réussir à extraire les éléments déterminants du dossier et les exploiter, · valoriser les informations du dossier · être capable de se positionner professionnellement, · faire des propositions concrètes
  • 71. L'épreuve orale d'admission L'épreuve consiste en “un entretien avec le jury permettant d’apprécier la motivation du candidat et son aptitude à exercer sa profession dans le cadre des missions dévolues au cadre d’emplois des infirmiers territoriaux” (durée 20 minutes – coefficient 2). Pour cette épreuve, le candidat était évalué sur :  Ø sa motivation à exercer sa profession dans le cadre des missions dévolues au cadre d'emplois des infirmiers territoriaux :  Ø son aptitude à exercer sa profession dans le cadre des missions dévolues aux infirmiers territoriaux : Ainsi les membres du jury apprécient :  - la capacité du candidat à se situer dans un contexte,  - les connaissances du candidat sur les spécificités d'un infirmier territorial:  - la capacité du candidat à faire preuve d'une certaine maturité et réflexion professionnelle.  - la capacité du candidat à exposer ses idées de manière claire et précise.
  • 74.  14% du personnel infirmier  Son profil : Il faut justifier de 3 ans d’expérience professionnelle en tant qu’infirmier diplômé d’état pour pouvoir ouvrir ou intégrer un cabinet libéral(condition d’installation).  Loi en cours pour une réduction à 2 ans d’activités nécessaires
  • 75. SES MISSIONS C’ est une infirmière dispensant des soins infirmiers sur prescription médicale au domicile des patients ou au sein d’un cabinet privé. Elle assure les soins infirmiers, d’hygiène générale et aide à l’accomplissement des actes essentiels de la vie. Elle réalise une approche globale du patient dans toutes ses composantes médicales psychique, économique, familiale et sociale. Elle est chargée de coordonner l’intervention d’aides soignantes, d’auxiliaires médicaux (kinésithérapeute, assistante sociale) Travail en collaboration avec d’autres infirmiers associés dans le même cabinet infirmier (travail d’équipe). Elle a également la possibilité d’intervenir en maison de retraite. Ses objectifs sont le maintien, l’insertion ou la réinsertion d’une personne dépendante dans son cadre de vie familial et social.
  • 76. LES OBLIGATIONS LEGALES : pour le respect du patient -Le cabinet (avec une salle d’attente, une salle de soins et un point d’eau) -Le matériel nécessaire: Voiture matériel de soins (le choix du matériel et l’importance que l’on y attache reflète le positionnement infirmier et le respect du patient Ex: le port de gant, la solution hydro alcoolique) -Exigence d’une plaque professionnelle avec nom, prénom, titre et diplôme.(art431240) -Informations aux patients sur les prix ( interdiction de diminuer le prix des honoraires pour augmenter sa clientèle)
  • 77. -Règles sur concurrence ( pas un commerce) -Un seul lieu d’exercice professionnel - Les différentes inscriptions administratives (DDASS, CPAM, URSSAF, Caisse de retraite, souscrire au registre carte professionnelle, les assurances, obligations fiscales, le syndicat départemental) -
  • 78. Constitution d’une clientèle Par rachat d’une clientèle à un médecin ( démarche auprès de médecin) Par le bouche à oreille .
  • 79. LE SALAIRE Le salaire varie selon la journée effectuée ( nb d’heures et d’actes) La sécurité sociale a des quotas ( ex: un déplacement vaut 2euros, une injection 2euros50) Une infirmière libérale peut gagner le double d’une infirmière salariée mais la gestion des horaires et congés est difficile.(proportionnellement au nombre d’heures travaillées)
  • 80. LES MOTIVATIONS : travaille seul mais pas isolé AVANTAGES : travail varié beaucoup de contact avec le patient que l’on côtoie dans son environnement la clientèle est variée (tout type d’âge) être son propre patron travail en ville comme en campagne.
  • 81. INCONVENIENTS :  les horaires ne sont pas fixes,  ll faut être disponible  Conditions de travail parfois difficile  Beaucoup de comptabilité et d’administratif  Beaucoup de kms à parcourir dans la journée ( en moyenne 120 à 180 kms/jour)  Les contraintes financières :ex les arrêts maladie sont pris en compte après 90e jours d’arrêt par une assurance personnelle
  • 83. INFIRMIER EN CENTRE DE SOINS A DOMICILE
  • 84. SSIAD
  • 85. PRISE EN CHARGE  Personnes agées malades ou dépendantes  Personnes handicapées  Personnes dépendantes  Personnes nécessitant des interventions quotidiennes
  • 86. OBJECTIFS  Eviter l’hospitalisation lors d’épisodes aigue d’une affection  Faciliter le retour à domicile après une hospitalisation  Prévenir ou retarder l’institutionnalisation
  • 87. ROLE DE L’INFIRMIER COORDINATEUR  Evaluer la dépendance  Formuler des diagnostic infirmiers  Etablir un plan d’aide personnalisé  Planifier les interventions des aides soignantes  Prévoir le matériel adapté  Coordonner les interventions du SSIAD avec les autres intervenants  Gestion administrative: - management - gestion administrative et financière - encadrement
  • 88. ROLE INFIRMIER  Prise en charge du patient dans sa globalité et de façon personnalisée  Sous la responsabilité des infirmiers coordinateurs  Rôle propre et rôle prescrit
  • 89. HAD
  • 90. PRISE EN CHARGE  Personne nécessitant des soins qui se différencient de ceux habituellement dispensés à domicile par la complexité et la fréquence des actes  Personne à domicile ou dans un établissement accueillant des personnes agées  A chaque structure correspond une aire géographique
  • 91. OBJECTIFS  Eviter une hospitalisation à temps complet ou en diminuer la durée  Assurer au domicile du malade pour une période limitée mais révisable, des soins médicaux et paramédicaux continus et coordonnés
  • 92. ROLE DE L’INFIRMIER COORDINATEUR  Evaluer la dépendance  Formuler des diagnostic infirmiers  Etablir un plan d’aide personnalisé  Planifier les interventions des infirmières et des aides soignantes  Prévoir le matériel adapté  Coordonner les interventions de l’HAD avec les autres intervenants  Gestion administrative: - management - gestion administrative et financière - encadrement
  • 93. ROLE INFIRMIER  Prise en charge du patient dans sa globalité et de façon personnalisée  Sous la responsabilité des infirmiers coordinateurs  Rôle propre et rôle prescrit
  • 94. APTITUDES  Travailler avec méthode et organisation  Prendre des initiatives adaptées  Adhérer à la démarche de soins  Etre rigoureux
  • 95. LES DIFFERENCES SSIAD / HAD  SSIAD : - soins d’hygiène et de confort essentiellement - majorité d’aides soignantes - prend le relais après l’HAD - possibilité de faire appel aux infirmières libérales pour les soins infirmiers
  • 96.  HAD - soins lourds normalement faits lors d’hospitalisation - majorité d’infirmières - possibilité de faire appel au SSIAD et/ou aux infirmières libérales lorsque les soins deviennent moins lourds - matériel fournit par directement l’ARAIR
  • 99. o Une demande de plus en plus croissante. o 10% des personnes âgées de 75 ans et plus vivent en maison de retraite.
  • 100. LA FORMATION  Le diplôme d’Etat infirmier  Un vécu professionnel  Une bonne gestion de la distance professionnelle
  • 101. LES APTITUDES REQUISES  Un grand sens de l’organisation  Savoir évaluer l’état de santé de la personne et faire face à des situations d’urgence  Relation de confiance avec le patient et son entourage  Travail en équipe  Respect des protocoles d’hygiène
  • 102. ROLE  Confort et écoute permanente des résidents  Organisation, analyse et évaluation des soins infirmiers sur P.M. ou dans le cadre du rôle propre infirmier  Actions d’éducation, de formation, d’encadrement et de prévention  Préservation de l’autonomie, valorisation, administration des traitements, écoute, accompagnement de fin de vie, animations  Travail en équipe pluridisciplinaire.
  • 103. PRINCIPALE MISSION Une place cruciale dans les projets de vie et de soins de la personne âgée : 1) Accueil de la personne âgée et de sa famille 2) Elaboration de protocole d’accueil précis et complet (conditions d’accueil optimales) - Charte des droits et de la liberté de la personne accueillie en institution. (informations de leurs droits, droit au libre choix entre le service d’aide à domicile et l’entrée en établissement, droit à tout moment de renoncer par écrit aux prestations ou à en demander le changement). 3) Evaluation de l’autonomie, de la dépendance et de l’identité de la personne âgée. 4) Elaboration du projet d’accueil et collaboration avec la famille 5) Etre le référent du projet de vie du patient (distribution des médicaments, diététique, participation au projet de vie individualisé de la personne âgée (ateliers mémoire, de créativité, maquillage…, personnalisation et individualisation des soins prodigués.)
  • 104. EVOLUTION DE CARRIERE o Après 3 ans d’exercice mode d’exercice libéral. o Possibilité de devenir infirmier référent en EHPAD.
  • 105. INFIRMIER REFERENT EN EHPAD Connaissances spécifiques en gérontologie et compétences en gestion des ressources humaines et conduite de projets : - Maitrise de l’environnement professionnel de la fonction. - Connaissance des enjeux gérontologiques actuels et de leurs évolutions. - Possession de données réglementaires et juridiques gravitant autour des EHPAD. - Approfondissement des connaissances en psychologie et psychopathologie de la personne âgée. Coordination et conduite de projet.
  • 106. LEGISLATION  Le décret de compétence de juillet 2004  La charte des droits et des libertés de la personne accueillie en institution
  • 108. DEFINITIONS Humanitaire : qui vise au bien de l’humanité, qui agit pour sauver des vies humaines dans une situation de conflit (action humanitaire) Humanité : caractère de ce qui est humain, sentiment de bienveillance, de compassion envers autrui. Infirmier Humanitaire : infirmier qui part exercer son métier dans le cadre d’une mission d’urgence ou de développement dans un pays en difficulté.
  • 109. LES MISSIONS  Missions d’urgence (de courte durée, entre 15 jours et 6 mois) : L’infirmier doit répondre aux besoins urgents. Il doit souvent travailler dans des conditions précaires, avec le matériel disponible sur place.
  • 110. Les missions de développement (durée longue) : -L’infirmier organise et dispense des soins infirmiers dans des dispensaires et des hôpitaux. -Il gère la distribution de médicaments. -Il joue un rôle de prévention et d’éducation à la santé, à l’hygiène et à la sécurité. -Il encadre et forme le personnel au niveau local
  • 111. LES CONDITIONS REQUISES  En plus du diplôme d’état d’infirmier, une expérience de 2 ans est appréciées par une majorité d’organisme.  Partir reste un engagement qui nécessite certaines qualités comme une grande adaptabilité, des capacités relationnelles et humaines pour travailler et vivre en communauté. De plus être polyglotte est recommandé (surtout l’anglais).
  • 112. LE RECRUTEMENT  Il se fait sur dossier de candidature auprès des ONG(Organisme non gouvernemental) intervenant dans le domaine de la santé.  Si vous êtes retenu, vous suivrez une formation plus ou moins longue (2 jours à 3 semaines) pour préparer la mission.  Exemples d’ ONG : ATD Quart Monde, Action Contre La Faim(ACF), Comité International de la Croix Rouge (CICR), Médecins sans Frontières, Médecins du Monde…
  • 113. LA REMUNERATION  Une fois sur place pour assurer la mission, vous percevrez deux types de rémunération :  Une indemnité financière mensuelle (l’équivalent du salaire) qui est non imposable et versée sur le compte en banque.  Une rémunération concernant les frais sur place pour subvenir aux besoins quotidiens
  • 114. LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES (ONG)  Une ONG est une organisation d’intérêt public qui ne relève ni de l’état ni d’une institution internationale. En France, elle sont régies en tant qu’association et relève donc de la loi du 1er juillet 1901.  Les principaux critères définissant une ONG sont : - L’origine privée de sa condition - Le but non lucratif de son action - L’indépendance financière - L’indépendance politique - La notion d’intérêt public
  • 115. LES MODES ET LIEUX D’INTERVENTIONS - Les associations interviennent dans un contexte d’urgences (famine, guerre, génocide, sécheresse, inondations, cyclone, tremblements de terre, tsunami…) ou à long terme dans des actions de développement (transfert des compétences, éducation au développement, appui aux initiatives locales…) - Plus de 40% des missions concernent l’Afrique et l’Océan Indien, 15% l’Europe de l’Est, 20% l’Asie et 10% l’Amérique latine et les Caraïbes.
  • 116. ET EN FRANCE !  La majorité des ONG françaises travaillent aussi sur le territoire français. Elles s’occupent plus particulièrement des migrants, des SDF et mal logés…des personnes les plus précaires.  Les PASS (permanences d’accès aux soins de santé) sont des cellules de prise en charge médico-sociale, où, des professionnels de santé et de l’insertion soignent et accompagnent les personnes sans couverture. Elles proposent des consultations externes gratuites et un accompagnement par une assistante sociale dans les démarches nécessaires à la reconnaissance de leurs droits en matière d’accès à la CMU.
  • 117.  Quelques témoignages  Et vous êtes-vous fait pour l’humanitaire?
  • 118. REFLEXION SUR LE MOT HUMANITAIRE, HUMANITE
  • 121. DEFINTION  Protège, maintient, restaure la santé des personnes par la réalisation de soins infirmiers. Participe et met en œuvre une politique de promotion et d’éducation à la santé et à la prévention
  • 122. LEGISLATION  Loi du 18/01/94 prise en charge sanitaire des détenus au service public hospitalier.  Circulaire du 8/12/94 dont l’objectifs est d’assurer à la populations carcérale une qualité et une continuité des soins équivalente a celles offertes à l’ensemble de la population, et d’assurer la prise en charge des personnes incarcéré dans leurs globalité, en tenant compte de la dimension curative, relationnel, préventive et éducation du soin.
  • 123. STATUT  Le secteur sanitaire en pénitentiaire ne dépend plus de l’administration pénitentiaire mais du Ministère des Affaires Sociales. Ce sont donc les hôpitaux qui ont désormais la charge depuis 1994 de l’ensemble des missions de soins et de leur organisation.  La réforme de 1994 a concrétisé la création d’une structure : l’unité de consultation et de soins en ambulatoire (UCSA). Elle est rattachée à un hôpital, les personnels de santé qui y travaillent sont volontaires et ont un statut hospitalier. Ces personnels reçoivent une formation spécifique.
  • 124. CADRE STATUTAIRE  Catégorie : B  Filière : Médico-sociale secteur médico-social  Cadre d'emplois : Infirmiere
  • 125. MISSIONS  La santé en prison adsp n° 44 septembre 2003)  Pour exercer en milieu pénitentiaire, le soignant doit avoir acquis de bonnes aptitudes techniques afin de pouvoir répondre à des demandes très variées sur le plan somatique.  L’infirmier(ère) doit avoir une parfaite connaissance des gestes d’urgence.  L’infirmier(ère) a également un rôle très important dans l’accueil des « détenus arrivant ».  L’infirmier(ère) a un rôle fondamental d’écoute, d’aide et de soutien.  L’infirmier(ère évalue des besoins de santé  L’infirmier(ère organisation de campagnes de prévention et d’éducation à la santé
  • 126.  L’infirmier(ère effectue le suivi des vaccinations  L’infirmier(ère accueil les malades et recueil des besoins et attentes  L’infirmier(ère applique les premiers soins infirmiers  L’infirmier(ère applique les prescriptions médicales en matière de soins  L’infirmier(ère gère le stock de produits pharmaceutiques  L’infirmier(ère gère les dossiers médicaux
  • 128.  L’ide sapeur pompier volontaire  L’ide sapeur pompier professionnel
  • 129. MISSIONS AU SEIN DU SERVICE DE SANTE ET DE SECOURS MEDICAL  tests SPP volontaires  tests d’aptitudes des SPP professionnels  prévention, hygiène et sécurité au travail auprès des SPP  soins d’urgences aux SPP  secours d’urgence aux personnes  gestion des consommables  enseignement des gestes de premiers secours
  • 130. ACTIONS  Binôme médecin /ide : - PM orale  protocoles (art 13 décret du 11 février 2002)
  • 131. INTERESSE ?  Prendre contact avec le Service Départemental d’Incendie et de Secours du département  Ou l’armée de terre pour Paris et la marine pour Marseille.
  • 134. REMPLACEMENT ET INTERIM  Une mission commune  Spécificité du contrat d’intérim
  • 135. RENCONTRE AVEC UNE SECRETAIRE D’AGENCE D’INTERIM  1/ Quel est l’âge des IDE, y-a-t-il un profil commun ?  2/ Y-a-t-il un niveau d’exigence ?
  • 137.  3/ Quelle est la durée d’une mission ?  4/ Sur combien d’établissements une IDE peut-elle travailler en même temps ?  5/ Que se passe-t-il quand l’employeur n’est pas satisfait ?  6/ Peut-on refuser une mission ?  7/ Comment l’emploi du temps est-il géré ?  8/ Quel est le salaire ?  9/ Y-a- t-il un accès à la formation continue ?
  • 138. QUESTIONNAIRE REMPLACANTE ET INTERIMAIRE Identité :  IDE remplaçante : entretien oral  IDE intérimaire : questionnaire par e-mail 1/ Quelle sont tes motivations pour avoir choisi le remplacement ? 2/ Quels sont les atouts de ce mode de travail ? Quelles sont les limites ? (sur les plans professionnels et personnels)
  • 139. 3/ Qu’est-ce qui pour toi est important lors de l’accueil des remplaçantes ? Quelles sont les informations essentielles dont tu as besoin pour travailler dans un nouvel établissement? 4/ Comment ressens-tu le travail d’équipe entre la remplaçante et l’équipe d’un établissement ? 5/ Que penses-tu du cliché de l’IDE qui est remplaçante pour ne pas s’investir dans une équipe ou avec les patients ?
  • 140. AU SUJET DE LA POLYVALENCE
  • 141.  Au départ une formation généraliste….  … mais une polyvalence relative  D’un autre côté, on assiste à une expertisation de la profession. - les formations - les consultations
  • 143.  Au-delà de la diversité des secteurs d’activités, quels sont les points communs de la profession infirmière ? L’IDENTITE COMMUNE  Au-delà de la spécificité de chaque pathologie,  les infirmières sont liées par leur savoir-faire et savoir-être soignant, pour prendre en soin une personne.  C’est aussi une histoire, une formation, une législation et des qualités humaines communes (voir guide 3ème année).  C’est enfin, la concrétisation, de l’ordre infirmier.
  • 144. BIBLIOGRAPHIE  Onisep  Grand dictionnaire.com  Studya.com  Alois.fr  Defense.gouv.fr  Infirmiers.com  Wikipédia.fr  Urgences.com  Infirmiersapeurpompier.com  Coordination Nationale Infirmière  sdis.45.fr  Drevet G., Polyvalence infirmière dans les unités de soins, Objectif soins, N° 111, décembre 2002  Delmotte H., Intérim, exercer en toute liberté, La revue de l’infirmière, supplément au N° 110, avril 2005  http://cafadoc.ac-dijon.fr/telecharg/fichiers/cafa289.pdf  http://www.ch-georgesdaumezon45.fr/
  • 145. MERCI de votre attention…