SlideShare une entreprise Scribd logo
1
L’ESPAGNE DANS LE MONDE IMAGINAIRE DE LA FONTAINE
Dedalus (Lisboa), 6 (1996), p. 237-243.
ISSN: 0871-9519.
Certains ont dit, comme A.-C.-M. Robert et Loiseleur de Longchamps, qu’il n’y avait rien dans
la langue espagnole jusqu’au quinzième siècle en ce qui concerne l’apologue –il faut préciser qu’ici
nous faisons abstraction de la différence essentielle entre apologue et fable, tous les deux chargés
d’intention parénétique quoique la fable accentue l’importance de l’argument dont devra surgir la
leçon morale. La Fontaine lui-même, n’hésite pas à préciser dans sa Préface: “L’Apologue est composé
de deux parties, dont on peut appeler l’une le Corps, l’autre l’Âme. Le Corps est la Fable; l’Âme, la
Moralité”. On ignore donc, entre autres, le recueil du Comte Lucanor et les poésies de l’archiprêtre de
Hita, lesquelles renferment vingt-quatre apologues qui ont pour la plupart des points communs avec
La Fontaine; on peut donc se demander légitimement si celui-ci les connaissait: une réponse
affirmative ne serait pas étonnante, surtout chez un lecteur passionné comme La Fontaine, lecteur
insatiable, depuis les Anciens jusqu’aux Italiens… en passant, bien sûr, par les Amadis et Cervantès
lui-même.
Passons. Ce qui est sûr, c’est que l’Espagne occupait une place certaine dans le monde
imaginaire de La Fontaine; l’Espagne ou du moins ses maîtres. Ce n’est pas par hasard, par exemple,
qu’il nomme à plusieurs reprises certains de ses monarques. Il connaissait même leur vie, et était au
courant de la retraite de Charles Quint, comme il le laisse voir à l’occasion d’une autre retraite qui
l’affectait, lui, La Fontaine, de plus près: celle de Condé à Chantilly. C’est alors que sa sagesse lui
inspire de composer la Comparaison d’Alexandre, de César et de Monsieur le Prince, dédiée à Louis-Armand
prince de Conti, et neveu du grand Condé. Ce n’était pas là une mince affaire, comme le signalait à
l’époque Mathieu Marais (vid. Collinet, 1970: 356), mais l’écrivain se tire d’affaire la tête haute par le
recours à d’autres personnages bien connus de son destinataire; ainsi, outre les exemples anciens, il
met tout d’abord l’empereur espagnol: “Charles Quint a toujours tourné les yeux du côté du monde,
et ne l’a quitté qu’en apparence; Dioclétien par un pur dégoût, et Scipion par contrainte” (Œuvres
diverses, 1968: 692-693). Une autre allusion est celle où il prend comme fonds de sa fable l’île des
Faisans où les deux monarques se rencontrèrent en juin 1660, trois jours après le mariage par
procuration de Louis XIV et de Marie-Thérèse, fille de Philippe IV, à la suite de la paix des Pyrénées
(1659). C’est dans la fable des Deux chèvres, la IVe du livre XII, que le poète présente, non sans raillerie,
un rapprochement curieux entre les monarques de France et d’Espagne et ces chèvres glorieuses qui
ne veulent céder en rien dans la préséance:
Je m’imagine voir avec Louis le Grand
Philippe Quatre qui s’avance
Dans l’Île de la Conférence.
Mais désormais il était tard pour l’Espagne, car sa défaite à la bataille des Dunes (1658)
supposait quelques cessions dans l’Artois et la perte définitive du Roussillon et de la Sardaigne. Taine
ne voyait dans cette fable aucune intention historique; Collinet semble partager son avis lorsqu’il
imagine les deux chèvres “qui se disputent le pas, fières de leur généalogie si poétique et si plaisante,
[…]: que prouveront-ils, ceux qui vous offriront tous ces traits, sinon que des remarques devenues
communes peuvent être plus ou moins heureusement rajeunies par le mérite de l’expression?” (1970:
336). Face à Taine et à Collinet, Pilon et Groos –et l’on pourrait en dire autant de Boutang–
2
soutiennent qu’il s’agit bel et bien de la représentation de la Cour et de la société au temps du Roi-
Soleil (vid. Œuvres complètes, 1968: XII).
Les maîtres de l’Espagne… et de la France en Espagne! Du moins, c’est ce qu’on peut déduire
de la fable du “Meunier, son fils, et l’âne”, notamment de ces vers: “L’enfant met pied à terre, et puis le
vieillard monte, / Quand, trois filles passant, l’une dit: «C’est grand’honte / Qu’il faille voir ainsi
clocher ce jeune fils, / Tandis que ce nigaud, comme un évêque assis, / Fait le veau sur son âne, et
pense être bien sage»” (l. III, f. I, 1968: 73). En effet, on peut déceler le véritable sens de ses mots
anodins pour un non-initié à la vie de la Cour, puisque faire “le veau sur son âne” rappelle l’Historiette
de Tallemant de Réaux (1932, vol. III: 208): il s’agit de l’ironique remarque de Louis XIII à propos de
l’entrée à Madrid du maréchal de Bassompierre monté sur une mule: “Oh! la belle chose que c’était
de voir un âne sur une mule” et la prompte repartie de Bassompierre au roi: “Tout beau, Sire, c’est
vous que je représentais” (vid. Biard, 1969: 99).
C’est qu’à l’époque l’Espagne, malgré sa déchéance politique et militaire, était à l’honneur en
France. Partout on marchait, on se vêtait, on parlait, on écrivait espagnolesquement. Il fut de bon ton à
Paris de ne plus aller par les rues que le nez au vent, la tête haute et le regard insolent, avec toute la
désinvolture enfin de ces héros gusmanesques dont parle La Fontaine dans son Voyage en Limousin (vid.
Œuvres diverses, 1968: 539) et qui devaient servir de types aux raffinés d’honneur, dont l’ère
commençait (vid. Fournier, 1911: 23). Si, comme le disaient Robert et Loiseleur de Longchamps,
l’Espagne ne connaissait pas l’apologue (!), elle connaissait tout au moins les romans de chevalerie
(La Fontaine y fait allusion dans ses Ballades ainsi que dans la préface de ses Contes, vid. Baret, 1873:
174-175), aussi bien que le roman picaresque, les nouvelles et elle était même réputée pour sa
littérature moralisante; La Fontaine connaissait cette dernière et une grande partie de ces romans;
autrement, on ne comprendrait pas qu’il eût rimé quelques stances et une ballade sur le Père Antonio
Escobar y Mendoza. Mais l’empreinte est encore beaucoup plus grande qu’on ne le pense, comme
nous allons le voir par la suite.
De nos jours, on ne doute plus que l’une de ses plus belles fables, le Paysan du Danube, a été
tirée d’un récit attribué à Marc-Aurèle, par Antonio de Guevara, dans son livre El reloj de los Príncipes,
traduit en français par G. B. de la Grise et Herberay des Essarts sous le titre L’Horloge des princes, avec
l’histoire de Marc-Aurèle empereur romain, Paris, 1565, in-fol. Pour ce qui est de Marc-Aurèle, il faut noter
qu’il n’a rien écrit à ce sujet; il s’agit seulement d’un récit oral qu’on lui attribuait (vid. Groos [in] La
Fontaine, 1968: 776). Le lecteur du livre de la Grise et des Essarts (ce dernier était très connu grâce à
sa traduction de L’Amadis de Gaule en 1543) s’aperçoit sur-le-champ que La Fontaine n’a eu qu’à
exploiter l’abondance de la mine espagnole, qu’à élaguer et à choisir dans l’ampleur un peu redondante
du récit de Guevara. Qui plus est, certains vers de la fable de La Fontaine demeurent complètement
inintelligibles sans la connaissance de l’original espagnol. Plus précisément celui-ci: “À ces mots il se
couche…”. Pourquoi le paysan du Danube prend-il cette position horizontale devant le Sénat romain
assemblé? L’explication de ce vers, dont le fabuliste a retranché les circonstances, se trouve dans le
récit de Guevara. Voici la fin du discours avec les circonstances qui préparaient l’action du paysan:
“Puisque mon désir s’est vu où il tendait, et que mon cœur s’est reposé, espandant le poison qu’il
avait, si en aucune chose ma langue vous a offensés, je m’estends ici en ce lieu, afin que vous me
coupiez la tête…” (vid. Baret, 1857: 215-221). Cela dit, La Fontaine n’avait pas à sa portée le texte
traduit au siècle précédent: sans doute s’est-il servi des Parallèles historiques, publiés en 1680 par
François Cassandre, avec qui le fabuliste entretint une correspondance fréquente.
Il y a un autre sujet que je voudrais aborder en ce qui concerne l’Espagne et l’univers imaginaire
de La Fontaine; il s’agit de la folie et de la sagesse. En 1511 Érasme publiait son Éloge de la folie dans
un but bien précis: “Dès avant le XVIIe siècle, de nombreuses voix s’étaient élevées pour condamner
3
le stoïcisme, sa dureté, son exigence d’insensibilité, son orgueil: comment concilier l’idée d’un homme
capable de résister par sa seule force aux passions, avec les principes chrétiens de l’humilité et de la
nécessité de la grâce? Plutarque lui-même avait consacré trois chapitres de ses Morales, qu’il avait
voulues très éclectiques, à faire son procès. Érasme, dans L’Éloge de la folie, s’en était pris à Sénèque,
l’accusant de tailler “une statue de marbre privée d’intelligence et de sentiment humain” (Bertaud,
1990: 13).
Cela se passait donc au XVIe siècle; or, il est de tous connu que le Siècle d’Or espagnol allait
exercer une influence sans précédent sur la mentalité et sur la littérature françaises. En plein milieu
de la réception de la pastorale, du roman picaresque, de la nouvelle et de la comedia, il y a un trait qui
risque de passer inaperçu: celui de l’image que les Français se faisaient des Espagnols; on en était
même arrivé à une sorte de stéréotype où cohabitaient simultanément l’imaginaire d’un esprit
espagnol chevaleresque au duel, galant avec les femmes, courageux au combat et, surtout, fou à
l’extrême. Que l’on songe par exemple au chef-d’œuvre de Cervantès. L’appréciation qu’on en fit en
France fut presque unanime pendant de longues décennies. Ainsi, Saint-Glas, abbé de Saint-Ussans,
dans ses Œuvres de Monsieur*** contenant plusieurs fables d’Ésope mises en vers (1670). Le fait est intéressant
à plusieurs titres: d’abord parce qu’il s’agit précisément de fables que La Fontaine a lues, on ne saurait
en douter, et où il a trouvé son bien pour une partie du matériel des six livres postérieurs à la première
édition de ses Fables. Mais il est une autre affaire qui me semble maintenant plus importante encore:
dans la préface de ce volume de l’abbé de Saint-Ussans, l’auteur nous parle de l’ouvrage espagnol
comme d’un “chef-d’œuvre d’imagination” où l’on nous présente précisément “un fou le plus
agréable du monde”… La conclusion à laquelle arrive Saint-Glass est que dans le Don Quichotte
“Messieurs les Chevaliers y sont si bien dépeints par toutes ces extravagances, qu’il n’y a personne
qui ne les reconnoisse et ne se soit tout transporté de joye à la veuë d’un portrait si divertissant” (vid.
Bardon, 1931: 271). Les exemples des Espagnols pris pour fous ne sauraient nous manquer; il est
même très éclairant à ce propos que même Louis XIV avait indirectement aidé à cette vision du Capitan
Matamore pris à la commedia dell’arte: en effet, dès sa jeunesse il n’avait pas peu collaboré à cette invasion
des mœurs d’Espagne, et ne s’en était pas repenti dans sa vieillesse. On peut penser au temps où il
chantait sur la guitare les airs et où il dansait chez sa mère les Folies d’Espagne (vid. Fournier, 1911: 27).
C’est ainsi que l’on pourrait citer plus d’un millier d’œuvres –je dis bien un millier– où des auteurs
français imitent, traduisent, adaptent ou recréent des ouvrages espagnols dont plusieurs dizaines sont
des véritables “éloges de la folie”.
Si La Fontaine s’était servi de la littérature espagnole, je l’ai dit, pour sa XIe Ballade, pour la
préface de ses Contes, –il aurait même puisé à une nouvelle espagnole intitulée Conte d’un gentilhomme
espagnol et d’un paysan à son vassal, pour son propre Conte d’un paysan qui avait offensé son seigneur (vid.
Martinenche, 1906: 33)– il ne serait pas surprenant qu’il y puise également pour ses Fables en ce qui
concerne certains de ses sujets. Certes, les affaires d’amour et de folie paraissent à maintes reprises
dans ses vers; c’est le cas de la fable XIVe du livre XII, de celle du “Dépositaire infidèle” (l. IX, f. I) ou
encore du “Fou qui vend la sagesse” (l. IX, f. VIII): partout la folie ou les fous l’emportent sur la sagesse
et la vertu. Ne serait-ce une influence typiquement espagnole? La probabilité devient plus certaine si
nous abordons une autre fable, celle du “Rat et l’éléphant”, fable qui commence précisément par une
allusion à la différence des caractères des deux côtés des Pyrénées:
Se croire un personnage est fort commun en France.
On y fait l’homme d’importance,
Et l’on n’est souvent qu’un bourgeois:
C’est proprement le mal françois.
La sotte vanité nous est particulière.
Les Espagnols sont vains, mais d’une autre manière.
4
Leur orgueil me semble en un mot
Beaucoup plus fou, mais pas si sot.
(l. VIII, f. XV, 1968: 198).
Si l’on tient compte des acceptions du Dictionnaire de Furetière pour les entrées “bourgeois” et
“mal françois”, les compatriotes du fabuliste ne sont pas gagnants en l’occurrence (vid. La Fontaine,
1962: nt. 2 et 3 de p. 491). En tout cas, il est évident que dans l’imaginaire de La Fontaine les
Espagnols sont, on peut le dire, les hommes les plus fous de la terre. Pour corroborer cette idée, il
suffit de lire non pas le début mais la chute d’une autre fable, celle du “Mari, la femme, et le voleur”. C’est
à la fin de son histoire que La Fontaine tire la leçon; cette fois-ci il a préféré, sans doute pour des
motifs aussi bien techniques qu’esthétiques, rapporter son commentaire à la fin.
…J’infère de ce conte
Que la plus forte passion,
C’est la peur: elle fait vaincre l’aversion,
Et l’amour quelquefois; quelquefois il la dompte.
J’en ai pour preuve cet amant,
Qui brûla sa maison pour embrasser sa dame,
L’emportant à travers la flamme.
J’aime cet emportement;
Le conte m’en a plu toujours infiniment:
Il est bien d’une âme espagnole,
Et plus grande encore que folle.
(l. IX, f. XV, 1968: 232).
Mais il rapporte son histoire avec tant d’à propos, que c’est plutôt cette histoire que la fable ce
qui reste dans la pensée et dans la mémoire du lecteur. La Fontaine le voulait ainsi et il avait bien
raison car l’événement le méritait. Il s’agit en l’occurrence d’une aventure que l’on prêtait à Juan de
Villamediana, poète et grand seigneur, épris de la reine d’Espagne, Élisabeth de France, femme de
Philippe IV. Il mourut dans un guet-apens, dont la rumeur publique accusa le roi lui-même d’y être
mêlé (1622). Les Historiettes de Tallemant de Réaux donnent une version un peu différente: “On a une
pièce imprimée qui s’appelle la Gloria de Niquea. Elle est de la façon du comte de Villa-Mediana. On
dit que le comte la fit jouer à ses dépens, à l’Aranjuez. La reine et les principales dames de la cour la
représentèrent. Le comte, […] par une galanterie bien espagnole, […] fit mettre le feu à la machine
où était la reine afin de pouvoir l’embrasser impunément. En la sauvant, comme il la tenait entre ses
bras, il lui déclara sa passion et l’invention qu’il avait trouvée pour cela” (La Fontaine, 1968: nt. 2 de
p. 763). L’histoire est véridique: plus précisément, le comte de Villamediana était J. de Tassis y Peralta
(1582-1622), plus célèbre pour sa légende que pour ses œuvres. Faisant partie du Correo Mayor du roi,
sa maison était originaire de Valladolid et sa rente annuelle de 60.000 ducats; il fut aussi mécène de
Gongora.
Amour, galanterie et sens de l’honneur sont poussés à l’extrême. Soulignons qu’en cela La
Fontaine coïncidait pleinement avec l’imaginaire que les Français s’étaient fait des Espagnols. On
conserve l’étonnement d’un chroniqueur anonyme, et contemporain des guerres d’Italie, qui écrit
après avoir vu les soldats de Gonzalve de Cordoue: “Ces fous d’Espagnols préfèrent un peu
d’honneur à mille vies et ils ne savent pas jouir à leur aise de cette vie” (Bennassar, 1985: 168. La
citation est empruntée à Menéndez Pidal: Los Españoles en la historia). Par ailleurs, sur le caractère
romanesque des Espagnols, on pourrait encore citer les études d’Antoine Adam (1962-1968) et de
Roger Guichemerre (1972, 1978, 1981).
5
Le sujet n’est pas épuisé, loin de là, après cette approche. Je ne donnais ici qu’une suggestion
pour d’ultérieures études qui pourraient déceler d’autres traits hispaniques chez un auteur universel
dont nous venons de fêter le tricentenaire.
Bibliographie
ADAM, Antoine, Histoire de la littérature française au XVIIe
siècle, t. V: La fin de l’école classique, 1680-1715, Paris,
Éditions Mondiales, 1968 (1956).
ARANGUREN, José L., Moral y sociedad, Madrid, Cuadernos para el diálogo, 1974 (1966).
BARDON, Maurice, “Don Quichotte” en France au XVIIe
et au XVIIIe
siècle, 1605-1815, Paris, Honoré Champion, 2
vol., 1931.
BARET, Eugène, De l’Amadis de Gaule et de son influence sur les mœurs et la littérature au XVIe
et au XVIIe
siècle, Paris,
Firmin-Didot, 1873.
– Espagne et Provence. Études sur la littérature du Midi de l’Europe, Paris, Auguste Durand, 1857.
BASSY, Alain-Marie, Les Fables de La Fontaine. Quatre siècles d’illustration, Paris, Promodis, 1986.
BENNASSAR, Bartolomé, Histoire des Espagnols. VIe
–XVIIe
siècle, Paris, Armand Colin, 1985, t. I.
BERTAUD, Madeleine, Le XVIIe
siècle. Littérature française, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, coll.
“Phares”, 1990.
BIARD, Jean-Dominique, Le Style des Fables de La Fontaine, Paris, Nizet, 1969.
BOUTANG, Pierre, La Fontaine politique, J.-E. Hallier / Albin Michel, Paris, 1981.
BRANAN, Élisabeth-Girod, La Fontaine: au-delà des “bagatelles” des Contes et des “badineries” des Fables, Lexington,
French Forum, 1993.
BRAY, René, Les Fables de la Fontaine. Avec un index de tous les noms cités, Paris, SFELT, 1946.
BRUNETIÈRE, Ferdinand, “L’influence de l’Espagne dans la littérature française”, Revue des deux Mondes, IIIe
période, CIV, mars-avril, 1891, p. 215-226.
CANTERA ORTIZ DE URBINA, Jesús, “La zorra en la fábulas de La Fontaine y en el refranero (francés y
español)”, Estudios románicos, (Murcia), IV, 1987-1989, p. 171-180.
CIORANESCU, Alejandro, “Sobre Iriarte, La Fontaine y fabulistas en general”, Estudios de literatura española y
comparada, La Laguna, Universidad de La Laguna, 1954, p. 197-204.
COLLINET, Jean-Pierre, Le Monde littéraire de la Fontaine, Paris, Presses Universitaires de France, 1970.
– “Metamorphoses de La Fontaine”, Littératures, XXV, 1991, p. 29-40.
– “La Fontaine et ses jeunes veuves”, Travaux de Littérature, VII, 1994, p. 165-183.
FOURNIER, Édouard, “L’Espagne et ses comédiens en France au XVIIe siècle”, Revue Hispanique, XXV, 1911,
p. 19-46 [paru précédemment dans la Revue des Provinces, Paris, 15 septembre 1864].
GÉNETIOT, Alain, “La poétique de La Fontaine et la tradition mondaine: les six derniers livres des Fables”,
L’Information littéraire, XLIV, 1, 1992, p. 18-27.
GRIMM, Junger, Le Pouvoir des fables. Études lafontainiennes I, Paris / Tübingen, Papers on French Seventeenth
Century Literature, Biblio 17, n 85, 1994.
– “«Diversité est ma devise!». L’art de persuader dans Les Fables de La Fontaine”, Revue d’histoire littéraire de la
France, XCII, 2, 1992, p. 178-197.
GUICHEMERRE, Roger, La Comédie avant Molière, (1640-1660), Paris, A. Colin, 1972.
– La Comédie classique en France: de Jodelle à Beaumarchais, Paris, Presses Universitaires de France, 1978.
– La Tragi-comédie, Paris, Presses Universitaires de France, 1981.
LA FONTAINE, Jean de, Œuvres complètes. I, Fables, contes et nouvelles, préface par Edmond Pilon et René Groos,
texte établi et annoté par René Groos (Fables) et Jacques Schiffrin (Contes), Paris, Gallimard, Bibliothèque
6
de la Pléiade, 1968 (1954). On utilisera plutôt la nouvelle édition faite aux soins de Jean-Pierre Collinet,
Œuvres complètes. I, Fables, contes et nouvelles, toujours chez Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris,
1991.
– Fables, Georges Couton éd., Paris, Garnier, 1962.
– Œuvres diverses, Pierre Clarac éd., Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1968 (1941).
NIDERST, Alain, “Sur la composition des Fables de La Fontaine”, French Review, LXV, 2, 1991, p. 187-194.
SLATER, Maya, “La Fontaine’s View of Animals in his Fables”, Seventeenth Century French Studies, XIII, 1991, p.
179-194.
SWEETSER, Marie-Odile, “Le poète et le petit prince: stratégies d’éducation dans Les Compagnons d’Ulysse”,
“Diversité, c’est ma devise”. Studien zur franzosischen Literatur des 17. Jahrhunderts. Festschrift für Jurgen Grimm
zum 60. Geburtstag, Frank-Rutger Hausmann & Christoph Miething éd., Paris / Tübingen, Papers on French
Seventeenth Century Literature, Biblio 17, n 86, 1994.
TALLEMANT DE RÉAUX, Gédéon, Historiettes, Monmerqué, Chateaugiron et Taschereau, A. Levavasseur,
6 vols., 1834-1835 rééd. Nlle éd. Georges Mongrédien, Paris, Garnier, 1932-1933, 8 vols.
VIANEY, Joseph, La Psychologie de la Fontaine étudiée dans quelques fables, Paris, SFELT, 1939.
VOSSLER, Carlos, La Fontaine y sus fábulas, Argentina, Espasa-Calpe, coll. “Austral”, 1947.

Contenu connexe

Similaire à L’Espagne dans le monde imaginaire de La Fontaine.pdf

La réception de La Fontaine en Espagne. La poétique d’Iriarte.pdf
La réception de La Fontaine en Espagne. La poétique d’Iriarte.pdfLa réception de La Fontaine en Espagne. La poétique d’Iriarte.pdf
La réception de La Fontaine en Espagne. La poétique d’Iriarte.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Du nouveau sur le 'Romance mauresque' des 'Orientales'.pdf
Du nouveau sur le 'Romance mauresque' des 'Orientales'.pdfDu nouveau sur le 'Romance mauresque' des 'Orientales'.pdf
Du nouveau sur le 'Romance mauresque' des 'Orientales'.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
Universidad Complutense de Madrid
 
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
Universidad Complutense de Madrid
 
La réception du réalisme espagnol en France.pdf
La réception du réalisme espagnol en France.pdfLa réception du réalisme espagnol en France.pdf
La réception du réalisme espagnol en France.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Sur le caractère hispanique de Don Juan.pdf
Sur le caractère hispanique de Don Juan.pdfSur le caractère hispanique de Don Juan.pdf
Sur le caractère hispanique de Don Juan.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
écrivains français
écrivains françaisécrivains français
écrivains français
mjrciel
 
Borges l'aleph (1952)
Borges   l'aleph (1952)Borges   l'aleph (1952)
Borges l'aleph (1952)
anattaembe
 
Borges - l'aleph (1952)
Borges - l'aleph (1952)Borges - l'aleph (1952)
Borges - l'aleph (1952)
anattaembe
 
Paris et la littérature Auteurs Classiques
Paris et la littérature Auteurs ClassiquesParis et la littérature Auteurs Classiques
Paris et la littérature Auteurs Classiques
FrancesForamontanos
 
La ville de lyon en vers burlesques
La ville de lyon en vers burlesquesLa ville de lyon en vers burlesques
La ville de lyon en vers burlesques
lyonen1700
 
Hispanisme (Don Juan).pdf
Hispanisme (Don Juan).pdfHispanisme (Don Juan).pdf
Hispanisme (Don Juan).pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
L'accession de Hugo au statut de mage.pdf
L'accession de Hugo au statut de mage.pdfL'accession de Hugo au statut de mage.pdf
L'accession de Hugo au statut de mage.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Le legs de l’histoire dans le théâtre espagnol et français du XVIIe siècle. I...
Le legs de l’histoire dans le théâtre espagnol et français du XVIIe siècle. I...Le legs de l’histoire dans le théâtre espagnol et français du XVIIe siècle. I...
Le legs de l’histoire dans le théâtre espagnol et français du XVIIe siècle. I...
Universidad Complutense de Madrid
 
Lire 'L'Astrée'.pdf
Lire 'L'Astrée'.pdfLire 'L'Astrée'.pdf
Lire 'L'Astrée'.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Le transfert des genres. Au sujet de deux épigraphes des 'Odes' de Victor Hugo
Le transfert des genres. Au sujet de deux épigraphes des 'Odes' de Victor HugoLe transfert des genres. Au sujet de deux épigraphes des 'Odes' de Victor Hugo
Le transfert des genres. Au sujet de deux épigraphes des 'Odes' de Victor Hugo
Universidad Complutense de Madrid
 
Trabajo de frances la fontaine
Trabajo de frances la fontaineTrabajo de frances la fontaine
Trabajo de frances la fontaine
bullaribera
 
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
Universidad Complutense de Madrid
 
Lavilledelyonenv00vialuoft
Lavilledelyonenv00vialuoftLavilledelyonenv00vialuoft
Lavilledelyonenv00vialuoft
lyonen1700
 

Similaire à L’Espagne dans le monde imaginaire de La Fontaine.pdf (20)

La réception de La Fontaine en Espagne. La poétique d’Iriarte.pdf
La réception de La Fontaine en Espagne. La poétique d’Iriarte.pdfLa réception de La Fontaine en Espagne. La poétique d’Iriarte.pdf
La réception de La Fontaine en Espagne. La poétique d’Iriarte.pdf
 
Du nouveau sur le 'Romance mauresque' des 'Orientales'.pdf
Du nouveau sur le 'Romance mauresque' des 'Orientales'.pdfDu nouveau sur le 'Romance mauresque' des 'Orientales'.pdf
Du nouveau sur le 'Romance mauresque' des 'Orientales'.pdf
 
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
 
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
Maures et chrétiens dans la littérature du XVIIe siècle. Questions sur l’imag...
 
La réception du réalisme espagnol en France.pdf
La réception du réalisme espagnol en France.pdfLa réception du réalisme espagnol en France.pdf
La réception du réalisme espagnol en France.pdf
 
Sur le caractère hispanique de Don Juan.pdf
Sur le caractère hispanique de Don Juan.pdfSur le caractère hispanique de Don Juan.pdf
Sur le caractère hispanique de Don Juan.pdf
 
écrivains français
écrivains françaisécrivains français
écrivains français
 
Borges l'aleph (1952)
Borges   l'aleph (1952)Borges   l'aleph (1952)
Borges l'aleph (1952)
 
Borges - l'aleph (1952)
Borges - l'aleph (1952)Borges - l'aleph (1952)
Borges - l'aleph (1952)
 
Paris et la littérature Auteurs Classiques
Paris et la littérature Auteurs ClassiquesParis et la littérature Auteurs Classiques
Paris et la littérature Auteurs Classiques
 
La ville de lyon en vers burlesques
La ville de lyon en vers burlesquesLa ville de lyon en vers burlesques
La ville de lyon en vers burlesques
 
Hispanisme (Don Juan).pdf
Hispanisme (Don Juan).pdfHispanisme (Don Juan).pdf
Hispanisme (Don Juan).pdf
 
L'accession de Hugo au statut de mage.pdf
L'accession de Hugo au statut de mage.pdfL'accession de Hugo au statut de mage.pdf
L'accession de Hugo au statut de mage.pdf
 
Le legs de l’histoire dans le théâtre espagnol et français du XVIIe siècle. I...
Le legs de l’histoire dans le théâtre espagnol et français du XVIIe siècle. I...Le legs de l’histoire dans le théâtre espagnol et français du XVIIe siècle. I...
Le legs de l’histoire dans le théâtre espagnol et français du XVIIe siècle. I...
 
Lire 'L'Astrée'.pdf
Lire 'L'Astrée'.pdfLire 'L'Astrée'.pdf
Lire 'L'Astrée'.pdf
 
Le transfert des genres. Au sujet de deux épigraphes des 'Odes' de Victor Hugo
Le transfert des genres. Au sujet de deux épigraphes des 'Odes' de Victor HugoLe transfert des genres. Au sujet de deux épigraphes des 'Odes' de Victor Hugo
Le transfert des genres. Au sujet de deux épigraphes des 'Odes' de Victor Hugo
 
Trabajo de frances la fontaine
Trabajo de frances la fontaineTrabajo de frances la fontaine
Trabajo de frances la fontaine
 
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
L’enlèvement de Mlle de Montmorency-Boutteville et de la fille de Lope de Veg...
 
Bac biographie
Bac biographieBac biographie
Bac biographie
 
Lavilledelyonenv00vialuoft
Lavilledelyonenv00vialuoftLavilledelyonenv00vialuoft
Lavilledelyonenv00vialuoft
 

Plus de Universidad Complutense de Madrid

CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
Universidad Complutense de Madrid
 
The Referential Function of Myth - Excerpt.pdf
The Referential Function of Myth - Excerpt.pdfThe Referential Function of Myth - Excerpt.pdf
The Referential Function of Myth - Excerpt.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
Universidad Complutense de Madrid
 
Mito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdf
Mito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdfMito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdf
Mito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdfMito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Mito - Teorías de un concepto controvertido.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido.pdfMito - Teorías de un concepto controvertido.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdfLa vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Mito y símbolo.pdf
Mito y símbolo.pdfMito y símbolo.pdf
Mito y clasificación social.pdf
Mito y clasificación social.pdfMito y clasificación social.pdf
Mito y clasificación social.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Hacia una mitocrítica de las emociones.pdf
Hacia una mitocrítica de las emociones.pdfHacia una mitocrítica de las emociones.pdf
Hacia una mitocrítica de las emociones.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Universidad Complutense de Madrid
 
El mito y la era digital.pdf
El mito y la era digital.pdfEl mito y la era digital.pdf
El mito y la era digital.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
Universidad Complutense de Madrid
 
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdfCultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdfRévolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
La trascendencia de la ciencia ficción.pdf
La trascendencia de la ciencia ficción.pdfLa trascendencia de la ciencia ficción.pdf
La trascendencia de la ciencia ficción.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Calderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdf
Calderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdfCalderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdf
Calderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdfLa littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Péché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdf
Péché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdfPéché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdf
Péché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
La concepción del honor en el teatro español y francés del siglo XVII. Proble...
La concepción del honor en el teatro español y francés del siglo XVII. Proble...La concepción del honor en el teatro español y francés del siglo XVII. Proble...
La concepción del honor en el teatro español y francés del siglo XVII. Proble...
Universidad Complutense de Madrid
 

Plus de Universidad Complutense de Madrid (20)

CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
CompLit - Journal of European Literature, Arts and Society - n. 7 - Table of ...
 
The Referential Function of Myth - Excerpt.pdf
The Referential Function of Myth - Excerpt.pdfThe Referential Function of Myth - Excerpt.pdf
The Referential Function of Myth - Excerpt.pdf
 
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
Introduction - Mythical Narratives in Comparative European Literature - CompL...
 
Mito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdf
Mito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdfMito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdf
Mito y mitocrítica cultural, un itinerario personal.pdf
 
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdfMito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido - Introducción - Introduction.pdf
 
Mito - Teorías de un concepto controvertido.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido.pdfMito - Teorías de un concepto controvertido.pdf
Mito - Teorías de un concepto controvertido.pdf
 
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdfLa vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
La vejez inmortal. Consideraciones sobre el mitema de la inmortalidad.pdf
 
Mito y símbolo.pdf
Mito y símbolo.pdfMito y símbolo.pdf
Mito y símbolo.pdf
 
Mito y clasificación social.pdf
Mito y clasificación social.pdfMito y clasificación social.pdf
Mito y clasificación social.pdf
 
Hacia una mitocrítica de las emociones.pdf
Hacia una mitocrítica de las emociones.pdfHacia una mitocrítica de las emociones.pdf
Hacia una mitocrítica de las emociones.pdf
 
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
Fortunes et infortunes du précepte horatien 'utile dulci' dans la littérature...
 
El mito y la era digital.pdf
El mito y la era digital.pdfEl mito y la era digital.pdf
El mito y la era digital.pdf
 
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
Mito y antropogonía en la literatura hispanoamericana - Hombres de maíz, de M...
 
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdfCultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
Cultural Myth Criticism and Today’s Challenges to Myth - Brill.pdf
 
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdfRévolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
Révolution de l’image à l’avènement de la Modernité.pdf
 
La trascendencia de la ciencia ficción.pdf
La trascendencia de la ciencia ficción.pdfLa trascendencia de la ciencia ficción.pdf
La trascendencia de la ciencia ficción.pdf
 
Calderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdf
Calderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdfCalderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdf
Calderón de la Barca. 'El laurel de Apolo'.pdf
 
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdfLa littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
La littérature comparée et l’interculturel. L’exemple franco-espagnol.pdf
 
Péché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdf
Péché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdfPéché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdf
Péché et punition dans 'L’Abuseur de Séville'.pdf
 
La concepción del honor en el teatro español y francés del siglo XVII. Proble...
La concepción del honor en el teatro español y francés del siglo XVII. Proble...La concepción del honor en el teatro español y francés del siglo XVII. Proble...
La concepción del honor en el teatro español y francés del siglo XVII. Proble...
 

Dernier

MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdfMÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
lebaobabbleu
 
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdfTechno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
NadineHG
 
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
Editions La Dondaine
 
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale  La famille de Sophie (12).pdfCompréhension orale  La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
lebaobabbleu
 
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Auguste   Herbin.pptx Peintre   françaisAuguste   Herbin.pptx Peintre   français
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Txaruka
 
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGESGUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
DjibrilToure5
 
1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x
NadineHG
 
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
NadineHG
 
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdfA1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
lebaobabbleu
 

Dernier (9)

MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdfMÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
 
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdfTechno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
Techno Revo et nations (1789-1848) ).pdf
 
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
 
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale  La famille de Sophie (12).pdfCompréhension orale  La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
 
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Auguste   Herbin.pptx Peintre   françaisAuguste   Herbin.pptx Peintre   français
Auguste Herbin.pptx Peintre français
 
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGESGUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
 
1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x
 
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
 
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdfA1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
 

L’Espagne dans le monde imaginaire de La Fontaine.pdf

  • 1. 1 L’ESPAGNE DANS LE MONDE IMAGINAIRE DE LA FONTAINE Dedalus (Lisboa), 6 (1996), p. 237-243. ISSN: 0871-9519. Certains ont dit, comme A.-C.-M. Robert et Loiseleur de Longchamps, qu’il n’y avait rien dans la langue espagnole jusqu’au quinzième siècle en ce qui concerne l’apologue –il faut préciser qu’ici nous faisons abstraction de la différence essentielle entre apologue et fable, tous les deux chargés d’intention parénétique quoique la fable accentue l’importance de l’argument dont devra surgir la leçon morale. La Fontaine lui-même, n’hésite pas à préciser dans sa Préface: “L’Apologue est composé de deux parties, dont on peut appeler l’une le Corps, l’autre l’Âme. Le Corps est la Fable; l’Âme, la Moralité”. On ignore donc, entre autres, le recueil du Comte Lucanor et les poésies de l’archiprêtre de Hita, lesquelles renferment vingt-quatre apologues qui ont pour la plupart des points communs avec La Fontaine; on peut donc se demander légitimement si celui-ci les connaissait: une réponse affirmative ne serait pas étonnante, surtout chez un lecteur passionné comme La Fontaine, lecteur insatiable, depuis les Anciens jusqu’aux Italiens… en passant, bien sûr, par les Amadis et Cervantès lui-même. Passons. Ce qui est sûr, c’est que l’Espagne occupait une place certaine dans le monde imaginaire de La Fontaine; l’Espagne ou du moins ses maîtres. Ce n’est pas par hasard, par exemple, qu’il nomme à plusieurs reprises certains de ses monarques. Il connaissait même leur vie, et était au courant de la retraite de Charles Quint, comme il le laisse voir à l’occasion d’une autre retraite qui l’affectait, lui, La Fontaine, de plus près: celle de Condé à Chantilly. C’est alors que sa sagesse lui inspire de composer la Comparaison d’Alexandre, de César et de Monsieur le Prince, dédiée à Louis-Armand prince de Conti, et neveu du grand Condé. Ce n’était pas là une mince affaire, comme le signalait à l’époque Mathieu Marais (vid. Collinet, 1970: 356), mais l’écrivain se tire d’affaire la tête haute par le recours à d’autres personnages bien connus de son destinataire; ainsi, outre les exemples anciens, il met tout d’abord l’empereur espagnol: “Charles Quint a toujours tourné les yeux du côté du monde, et ne l’a quitté qu’en apparence; Dioclétien par un pur dégoût, et Scipion par contrainte” (Œuvres diverses, 1968: 692-693). Une autre allusion est celle où il prend comme fonds de sa fable l’île des Faisans où les deux monarques se rencontrèrent en juin 1660, trois jours après le mariage par procuration de Louis XIV et de Marie-Thérèse, fille de Philippe IV, à la suite de la paix des Pyrénées (1659). C’est dans la fable des Deux chèvres, la IVe du livre XII, que le poète présente, non sans raillerie, un rapprochement curieux entre les monarques de France et d’Espagne et ces chèvres glorieuses qui ne veulent céder en rien dans la préséance: Je m’imagine voir avec Louis le Grand Philippe Quatre qui s’avance Dans l’Île de la Conférence. Mais désormais il était tard pour l’Espagne, car sa défaite à la bataille des Dunes (1658) supposait quelques cessions dans l’Artois et la perte définitive du Roussillon et de la Sardaigne. Taine ne voyait dans cette fable aucune intention historique; Collinet semble partager son avis lorsqu’il imagine les deux chèvres “qui se disputent le pas, fières de leur généalogie si poétique et si plaisante, […]: que prouveront-ils, ceux qui vous offriront tous ces traits, sinon que des remarques devenues communes peuvent être plus ou moins heureusement rajeunies par le mérite de l’expression?” (1970: 336). Face à Taine et à Collinet, Pilon et Groos –et l’on pourrait en dire autant de Boutang–
  • 2. 2 soutiennent qu’il s’agit bel et bien de la représentation de la Cour et de la société au temps du Roi- Soleil (vid. Œuvres complètes, 1968: XII). Les maîtres de l’Espagne… et de la France en Espagne! Du moins, c’est ce qu’on peut déduire de la fable du “Meunier, son fils, et l’âne”, notamment de ces vers: “L’enfant met pied à terre, et puis le vieillard monte, / Quand, trois filles passant, l’une dit: «C’est grand’honte / Qu’il faille voir ainsi clocher ce jeune fils, / Tandis que ce nigaud, comme un évêque assis, / Fait le veau sur son âne, et pense être bien sage»” (l. III, f. I, 1968: 73). En effet, on peut déceler le véritable sens de ses mots anodins pour un non-initié à la vie de la Cour, puisque faire “le veau sur son âne” rappelle l’Historiette de Tallemant de Réaux (1932, vol. III: 208): il s’agit de l’ironique remarque de Louis XIII à propos de l’entrée à Madrid du maréchal de Bassompierre monté sur une mule: “Oh! la belle chose que c’était de voir un âne sur une mule” et la prompte repartie de Bassompierre au roi: “Tout beau, Sire, c’est vous que je représentais” (vid. Biard, 1969: 99). C’est qu’à l’époque l’Espagne, malgré sa déchéance politique et militaire, était à l’honneur en France. Partout on marchait, on se vêtait, on parlait, on écrivait espagnolesquement. Il fut de bon ton à Paris de ne plus aller par les rues que le nez au vent, la tête haute et le regard insolent, avec toute la désinvolture enfin de ces héros gusmanesques dont parle La Fontaine dans son Voyage en Limousin (vid. Œuvres diverses, 1968: 539) et qui devaient servir de types aux raffinés d’honneur, dont l’ère commençait (vid. Fournier, 1911: 23). Si, comme le disaient Robert et Loiseleur de Longchamps, l’Espagne ne connaissait pas l’apologue (!), elle connaissait tout au moins les romans de chevalerie (La Fontaine y fait allusion dans ses Ballades ainsi que dans la préface de ses Contes, vid. Baret, 1873: 174-175), aussi bien que le roman picaresque, les nouvelles et elle était même réputée pour sa littérature moralisante; La Fontaine connaissait cette dernière et une grande partie de ces romans; autrement, on ne comprendrait pas qu’il eût rimé quelques stances et une ballade sur le Père Antonio Escobar y Mendoza. Mais l’empreinte est encore beaucoup plus grande qu’on ne le pense, comme nous allons le voir par la suite. De nos jours, on ne doute plus que l’une de ses plus belles fables, le Paysan du Danube, a été tirée d’un récit attribué à Marc-Aurèle, par Antonio de Guevara, dans son livre El reloj de los Príncipes, traduit en français par G. B. de la Grise et Herberay des Essarts sous le titre L’Horloge des princes, avec l’histoire de Marc-Aurèle empereur romain, Paris, 1565, in-fol. Pour ce qui est de Marc-Aurèle, il faut noter qu’il n’a rien écrit à ce sujet; il s’agit seulement d’un récit oral qu’on lui attribuait (vid. Groos [in] La Fontaine, 1968: 776). Le lecteur du livre de la Grise et des Essarts (ce dernier était très connu grâce à sa traduction de L’Amadis de Gaule en 1543) s’aperçoit sur-le-champ que La Fontaine n’a eu qu’à exploiter l’abondance de la mine espagnole, qu’à élaguer et à choisir dans l’ampleur un peu redondante du récit de Guevara. Qui plus est, certains vers de la fable de La Fontaine demeurent complètement inintelligibles sans la connaissance de l’original espagnol. Plus précisément celui-ci: “À ces mots il se couche…”. Pourquoi le paysan du Danube prend-il cette position horizontale devant le Sénat romain assemblé? L’explication de ce vers, dont le fabuliste a retranché les circonstances, se trouve dans le récit de Guevara. Voici la fin du discours avec les circonstances qui préparaient l’action du paysan: “Puisque mon désir s’est vu où il tendait, et que mon cœur s’est reposé, espandant le poison qu’il avait, si en aucune chose ma langue vous a offensés, je m’estends ici en ce lieu, afin que vous me coupiez la tête…” (vid. Baret, 1857: 215-221). Cela dit, La Fontaine n’avait pas à sa portée le texte traduit au siècle précédent: sans doute s’est-il servi des Parallèles historiques, publiés en 1680 par François Cassandre, avec qui le fabuliste entretint une correspondance fréquente. Il y a un autre sujet que je voudrais aborder en ce qui concerne l’Espagne et l’univers imaginaire de La Fontaine; il s’agit de la folie et de la sagesse. En 1511 Érasme publiait son Éloge de la folie dans un but bien précis: “Dès avant le XVIIe siècle, de nombreuses voix s’étaient élevées pour condamner
  • 3. 3 le stoïcisme, sa dureté, son exigence d’insensibilité, son orgueil: comment concilier l’idée d’un homme capable de résister par sa seule force aux passions, avec les principes chrétiens de l’humilité et de la nécessité de la grâce? Plutarque lui-même avait consacré trois chapitres de ses Morales, qu’il avait voulues très éclectiques, à faire son procès. Érasme, dans L’Éloge de la folie, s’en était pris à Sénèque, l’accusant de tailler “une statue de marbre privée d’intelligence et de sentiment humain” (Bertaud, 1990: 13). Cela se passait donc au XVIe siècle; or, il est de tous connu que le Siècle d’Or espagnol allait exercer une influence sans précédent sur la mentalité et sur la littérature françaises. En plein milieu de la réception de la pastorale, du roman picaresque, de la nouvelle et de la comedia, il y a un trait qui risque de passer inaperçu: celui de l’image que les Français se faisaient des Espagnols; on en était même arrivé à une sorte de stéréotype où cohabitaient simultanément l’imaginaire d’un esprit espagnol chevaleresque au duel, galant avec les femmes, courageux au combat et, surtout, fou à l’extrême. Que l’on songe par exemple au chef-d’œuvre de Cervantès. L’appréciation qu’on en fit en France fut presque unanime pendant de longues décennies. Ainsi, Saint-Glas, abbé de Saint-Ussans, dans ses Œuvres de Monsieur*** contenant plusieurs fables d’Ésope mises en vers (1670). Le fait est intéressant à plusieurs titres: d’abord parce qu’il s’agit précisément de fables que La Fontaine a lues, on ne saurait en douter, et où il a trouvé son bien pour une partie du matériel des six livres postérieurs à la première édition de ses Fables. Mais il est une autre affaire qui me semble maintenant plus importante encore: dans la préface de ce volume de l’abbé de Saint-Ussans, l’auteur nous parle de l’ouvrage espagnol comme d’un “chef-d’œuvre d’imagination” où l’on nous présente précisément “un fou le plus agréable du monde”… La conclusion à laquelle arrive Saint-Glass est que dans le Don Quichotte “Messieurs les Chevaliers y sont si bien dépeints par toutes ces extravagances, qu’il n’y a personne qui ne les reconnoisse et ne se soit tout transporté de joye à la veuë d’un portrait si divertissant” (vid. Bardon, 1931: 271). Les exemples des Espagnols pris pour fous ne sauraient nous manquer; il est même très éclairant à ce propos que même Louis XIV avait indirectement aidé à cette vision du Capitan Matamore pris à la commedia dell’arte: en effet, dès sa jeunesse il n’avait pas peu collaboré à cette invasion des mœurs d’Espagne, et ne s’en était pas repenti dans sa vieillesse. On peut penser au temps où il chantait sur la guitare les airs et où il dansait chez sa mère les Folies d’Espagne (vid. Fournier, 1911: 27). C’est ainsi que l’on pourrait citer plus d’un millier d’œuvres –je dis bien un millier– où des auteurs français imitent, traduisent, adaptent ou recréent des ouvrages espagnols dont plusieurs dizaines sont des véritables “éloges de la folie”. Si La Fontaine s’était servi de la littérature espagnole, je l’ai dit, pour sa XIe Ballade, pour la préface de ses Contes, –il aurait même puisé à une nouvelle espagnole intitulée Conte d’un gentilhomme espagnol et d’un paysan à son vassal, pour son propre Conte d’un paysan qui avait offensé son seigneur (vid. Martinenche, 1906: 33)– il ne serait pas surprenant qu’il y puise également pour ses Fables en ce qui concerne certains de ses sujets. Certes, les affaires d’amour et de folie paraissent à maintes reprises dans ses vers; c’est le cas de la fable XIVe du livre XII, de celle du “Dépositaire infidèle” (l. IX, f. I) ou encore du “Fou qui vend la sagesse” (l. IX, f. VIII): partout la folie ou les fous l’emportent sur la sagesse et la vertu. Ne serait-ce une influence typiquement espagnole? La probabilité devient plus certaine si nous abordons une autre fable, celle du “Rat et l’éléphant”, fable qui commence précisément par une allusion à la différence des caractères des deux côtés des Pyrénées: Se croire un personnage est fort commun en France. On y fait l’homme d’importance, Et l’on n’est souvent qu’un bourgeois: C’est proprement le mal françois. La sotte vanité nous est particulière. Les Espagnols sont vains, mais d’une autre manière.
  • 4. 4 Leur orgueil me semble en un mot Beaucoup plus fou, mais pas si sot. (l. VIII, f. XV, 1968: 198). Si l’on tient compte des acceptions du Dictionnaire de Furetière pour les entrées “bourgeois” et “mal françois”, les compatriotes du fabuliste ne sont pas gagnants en l’occurrence (vid. La Fontaine, 1962: nt. 2 et 3 de p. 491). En tout cas, il est évident que dans l’imaginaire de La Fontaine les Espagnols sont, on peut le dire, les hommes les plus fous de la terre. Pour corroborer cette idée, il suffit de lire non pas le début mais la chute d’une autre fable, celle du “Mari, la femme, et le voleur”. C’est à la fin de son histoire que La Fontaine tire la leçon; cette fois-ci il a préféré, sans doute pour des motifs aussi bien techniques qu’esthétiques, rapporter son commentaire à la fin. …J’infère de ce conte Que la plus forte passion, C’est la peur: elle fait vaincre l’aversion, Et l’amour quelquefois; quelquefois il la dompte. J’en ai pour preuve cet amant, Qui brûla sa maison pour embrasser sa dame, L’emportant à travers la flamme. J’aime cet emportement; Le conte m’en a plu toujours infiniment: Il est bien d’une âme espagnole, Et plus grande encore que folle. (l. IX, f. XV, 1968: 232). Mais il rapporte son histoire avec tant d’à propos, que c’est plutôt cette histoire que la fable ce qui reste dans la pensée et dans la mémoire du lecteur. La Fontaine le voulait ainsi et il avait bien raison car l’événement le méritait. Il s’agit en l’occurrence d’une aventure que l’on prêtait à Juan de Villamediana, poète et grand seigneur, épris de la reine d’Espagne, Élisabeth de France, femme de Philippe IV. Il mourut dans un guet-apens, dont la rumeur publique accusa le roi lui-même d’y être mêlé (1622). Les Historiettes de Tallemant de Réaux donnent une version un peu différente: “On a une pièce imprimée qui s’appelle la Gloria de Niquea. Elle est de la façon du comte de Villa-Mediana. On dit que le comte la fit jouer à ses dépens, à l’Aranjuez. La reine et les principales dames de la cour la représentèrent. Le comte, […] par une galanterie bien espagnole, […] fit mettre le feu à la machine où était la reine afin de pouvoir l’embrasser impunément. En la sauvant, comme il la tenait entre ses bras, il lui déclara sa passion et l’invention qu’il avait trouvée pour cela” (La Fontaine, 1968: nt. 2 de p. 763). L’histoire est véridique: plus précisément, le comte de Villamediana était J. de Tassis y Peralta (1582-1622), plus célèbre pour sa légende que pour ses œuvres. Faisant partie du Correo Mayor du roi, sa maison était originaire de Valladolid et sa rente annuelle de 60.000 ducats; il fut aussi mécène de Gongora. Amour, galanterie et sens de l’honneur sont poussés à l’extrême. Soulignons qu’en cela La Fontaine coïncidait pleinement avec l’imaginaire que les Français s’étaient fait des Espagnols. On conserve l’étonnement d’un chroniqueur anonyme, et contemporain des guerres d’Italie, qui écrit après avoir vu les soldats de Gonzalve de Cordoue: “Ces fous d’Espagnols préfèrent un peu d’honneur à mille vies et ils ne savent pas jouir à leur aise de cette vie” (Bennassar, 1985: 168. La citation est empruntée à Menéndez Pidal: Los Españoles en la historia). Par ailleurs, sur le caractère romanesque des Espagnols, on pourrait encore citer les études d’Antoine Adam (1962-1968) et de Roger Guichemerre (1972, 1978, 1981).
  • 5. 5 Le sujet n’est pas épuisé, loin de là, après cette approche. Je ne donnais ici qu’une suggestion pour d’ultérieures études qui pourraient déceler d’autres traits hispaniques chez un auteur universel dont nous venons de fêter le tricentenaire. Bibliographie ADAM, Antoine, Histoire de la littérature française au XVIIe siècle, t. V: La fin de l’école classique, 1680-1715, Paris, Éditions Mondiales, 1968 (1956). ARANGUREN, José L., Moral y sociedad, Madrid, Cuadernos para el diálogo, 1974 (1966). BARDON, Maurice, “Don Quichotte” en France au XVIIe et au XVIIIe siècle, 1605-1815, Paris, Honoré Champion, 2 vol., 1931. BARET, Eugène, De l’Amadis de Gaule et de son influence sur les mœurs et la littérature au XVIe et au XVIIe siècle, Paris, Firmin-Didot, 1873. – Espagne et Provence. Études sur la littérature du Midi de l’Europe, Paris, Auguste Durand, 1857. BASSY, Alain-Marie, Les Fables de La Fontaine. Quatre siècles d’illustration, Paris, Promodis, 1986. BENNASSAR, Bartolomé, Histoire des Espagnols. VIe –XVIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1985, t. I. BERTAUD, Madeleine, Le XVIIe siècle. Littérature française, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, coll. “Phares”, 1990. BIARD, Jean-Dominique, Le Style des Fables de La Fontaine, Paris, Nizet, 1969. BOUTANG, Pierre, La Fontaine politique, J.-E. Hallier / Albin Michel, Paris, 1981. BRANAN, Élisabeth-Girod, La Fontaine: au-delà des “bagatelles” des Contes et des “badineries” des Fables, Lexington, French Forum, 1993. BRAY, René, Les Fables de la Fontaine. Avec un index de tous les noms cités, Paris, SFELT, 1946. BRUNETIÈRE, Ferdinand, “L’influence de l’Espagne dans la littérature française”, Revue des deux Mondes, IIIe période, CIV, mars-avril, 1891, p. 215-226. CANTERA ORTIZ DE URBINA, Jesús, “La zorra en la fábulas de La Fontaine y en el refranero (francés y español)”, Estudios románicos, (Murcia), IV, 1987-1989, p. 171-180. CIORANESCU, Alejandro, “Sobre Iriarte, La Fontaine y fabulistas en general”, Estudios de literatura española y comparada, La Laguna, Universidad de La Laguna, 1954, p. 197-204. COLLINET, Jean-Pierre, Le Monde littéraire de la Fontaine, Paris, Presses Universitaires de France, 1970. – “Metamorphoses de La Fontaine”, Littératures, XXV, 1991, p. 29-40. – “La Fontaine et ses jeunes veuves”, Travaux de Littérature, VII, 1994, p. 165-183. FOURNIER, Édouard, “L’Espagne et ses comédiens en France au XVIIe siècle”, Revue Hispanique, XXV, 1911, p. 19-46 [paru précédemment dans la Revue des Provinces, Paris, 15 septembre 1864]. GÉNETIOT, Alain, “La poétique de La Fontaine et la tradition mondaine: les six derniers livres des Fables”, L’Information littéraire, XLIV, 1, 1992, p. 18-27. GRIMM, Junger, Le Pouvoir des fables. Études lafontainiennes I, Paris / Tübingen, Papers on French Seventeenth Century Literature, Biblio 17, n 85, 1994. – “«Diversité est ma devise!». L’art de persuader dans Les Fables de La Fontaine”, Revue d’histoire littéraire de la France, XCII, 2, 1992, p. 178-197. GUICHEMERRE, Roger, La Comédie avant Molière, (1640-1660), Paris, A. Colin, 1972. – La Comédie classique en France: de Jodelle à Beaumarchais, Paris, Presses Universitaires de France, 1978. – La Tragi-comédie, Paris, Presses Universitaires de France, 1981. LA FONTAINE, Jean de, Œuvres complètes. I, Fables, contes et nouvelles, préface par Edmond Pilon et René Groos, texte établi et annoté par René Groos (Fables) et Jacques Schiffrin (Contes), Paris, Gallimard, Bibliothèque
  • 6. 6 de la Pléiade, 1968 (1954). On utilisera plutôt la nouvelle édition faite aux soins de Jean-Pierre Collinet, Œuvres complètes. I, Fables, contes et nouvelles, toujours chez Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1991. – Fables, Georges Couton éd., Paris, Garnier, 1962. – Œuvres diverses, Pierre Clarac éd., Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1968 (1941). NIDERST, Alain, “Sur la composition des Fables de La Fontaine”, French Review, LXV, 2, 1991, p. 187-194. SLATER, Maya, “La Fontaine’s View of Animals in his Fables”, Seventeenth Century French Studies, XIII, 1991, p. 179-194. SWEETSER, Marie-Odile, “Le poète et le petit prince: stratégies d’éducation dans Les Compagnons d’Ulysse”, “Diversité, c’est ma devise”. Studien zur franzosischen Literatur des 17. Jahrhunderts. Festschrift für Jurgen Grimm zum 60. Geburtstag, Frank-Rutger Hausmann & Christoph Miething éd., Paris / Tübingen, Papers on French Seventeenth Century Literature, Biblio 17, n 86, 1994. TALLEMANT DE RÉAUX, Gédéon, Historiettes, Monmerqué, Chateaugiron et Taschereau, A. Levavasseur, 6 vols., 1834-1835 rééd. Nlle éd. Georges Mongrédien, Paris, Garnier, 1932-1933, 8 vols. VIANEY, Joseph, La Psychologie de la Fontaine étudiée dans quelques fables, Paris, SFELT, 1939. VOSSLER, Carlos, La Fontaine y sus fábulas, Argentina, Espasa-Calpe, coll. “Austral”, 1947.