SlideShare une entreprise Scribd logo
[ Territoires ] Le poster
des 112 oiseaux protégés,
recensés sur le tracé.
Poitiers - La Folie :
l'estacade pile après pile
[ Prise directe ]
Camping à la ferme : la solution
hébergement des compagnons
n°05
J a n v i e r 2 0 1 3
Retombées économiques :
un chantier moteur
de l’activité locale
600 millions d’euros
contractualisés ou en
cours avec les entreprises
des 6 départements.
[ GRAND ANGLE ]
Le journal de la LGV Sud Europe Atlantique Tours-Bordeaux
Créditphoto:A.Montaufier(entrepriseSATECO-86)
En supplément dans ce numéro :
Premier bilan
2012 aura été marquée par le lancement
des travaux de la LGV SEA
Tours-Bordeaux sur l’ensemble de la
ligne. Elus, riverains, entrepreneurs,
commerçants, agriculteurs, membres du
monde associatif et de l’administration,
journalistes… Vous vivez et parfois
subissez ce chantier en étant au cœur de
ses battements qui rythment le travail du
constructeur COSEA.
Ensemble, nous continuerons en 2013 à
tout faire pour limiter les nuisances que
nous générons et nous poursuivrons les
concertations engagées en étant
toujours à votre écoute.
Le chantier vient de réaliser dans vos
départements son 1000ème recrutement
local, grâce à l’excellence de la
collaboration instaurée entre le
constructeur et les intervenants du
monde de l’emploi, au premier rang
desquels figure Pôle Emploi.
LISEA et COSEA sont fiers d’être à l’origine
de cette dynamique, qui participe tant à
la vie économique que sociale des
territoires concernés, que ce soit par le
nombre de collaborateurs directs et
sous-traitants (5 500 personnes) ou
par l’importance des commandes
passées à des entreprises locales
(plus de 600 millions d’euros).
Sachons pérenniser ces retombées
économiques, aujourd’hui indéniables ;
avec ce vœu à l’esprit, je vous souhaite,
avec confiance, une bonne année 2013.
Hervé TRICOT, Président de LISEA SAS
édito
Editeur : LISEA SAS
Siège social :
1 cours Ferdinand de Lesseps - 92500 Rueil-Malmaison
Adresse pour correspondance : Rue Caroline Aigle
CS 60484 - 86012 Poitiers Cedex
Tél : 05 49 11 80 00 - Fax : 05 49 88 17 50
contact@lisea.fr
Directeur de la Publication : Hervé Tricot
Rédactrices en chef : Magali Louazon, Valérie Marquis
Rédaction : Axentonic
Graphisme, maquette : Pubble-Gum
Dans ce numéro : insertion d’un poster sur les
espèces d’oiseaux protégées du tracé
Réalisation du poster : Territoires & co
Photo couverture : A. Montaufier, réalisée dans les
locaux de l’entreprise SATECO (86)
Photos/Schéma : A. Montaufier, M. Garnier,
Axentonic, T. Duqueroix, T. Marzloff, DND
Infrarouge, Aérolithe, Conseil général de la Vienne,
Conseil général de la Charente.
Distribution : Mediapost / Adrexo
N°ISSN : 2258-6342
Principaux associés : VINCI Concessions et VINCI SA,
CDC Infrastructure, SOJAS SAS (MERIDIAM
Infrastructure), AXA Private Equity
Tirage : 197 000 exemplaires imprimés sur papier
certifié PEFC, issu de forêts gérées durablement.
Prochain numéro : avril 2013
LISEA Biodiversité :
premier appel à projets
lancé
Evaluer les retombées de la LGV Tours-Bordeaux
Concessionnaire de la LGV Tours-Bordeaux, LISEA a mis en place un observatoire socio-économique chargé de mesurer, évaluer et
publier les effets de la ligne sur les territoires concernés par son passage, jusqu’en 2027. Pour ce faire, les thématiques de
l’observatoire couvrent plusieurs champs de recherche parmi lesquels la mobilité, l’habitat, l’activité économique et touristique,
l’enseignement supérieur et la recherche, la fiscalité, l’aménagement et le développement économique. L’ensemble des travaux
produits par l’observatoire sera mis à disposition de ses membres, par le biais d’une plate-forme
extranet dédiée :
http://observatoire-socio-economique.lisea.fr
2
15 millions 510 ouvrages d’art non
courants en cours de
réalisation sur les 27 prévus
90 ouvrages d'art courants en cours
de réalisation, 10 terminés, 50 000 m3
de béton de structure mis en œuvre
déviations
autoroutières
en service sur
les 8 requises
sur le projet
www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr
Vous disposez d’un logement
pour nos compagnons ?
Sur tout le tracé, et pour le temps des travaux, nos équipes recherchent des
logements en location et des terrains pour emplacement de caravanes. Ils
souhaitent souvent s’installer à proximité de leur lieu de travail dans des meublés
ou des locations semi-équipées.
Si vous souhaitez faire une offre de logement, ou obtenir des informations
complémentaires, vous pouvez contacter :
ACTU LGV
[ Hébergement ]
Afin de renforcer son action dans la promotion et la
conservation du patrimoine naturel, et en complémentarité
des engagements réglementaires, LISEA lance la fondation
d’entreprise LISEA Biodiversité. Dotée de 5 millions
d’euros pour la période 2012-2017, elle ambitionne de
financer des projets de proximité, portés par des
associations, entreprises ou centres de recherche, se
rapportant en priorité, mais pas exclusivement, à la
préservation d’espèces protégées. Chaque projet aidé
donnera ensuite lieu à un suivi et à une évaluation des
résultats. Les dossiers sont téléchargeables sur le site
www.lgv-sea-tours-bordeaux (rubrique « Fondation »)
ou à retirer au siège de LISEA à Poitiers.
INDRE-ET-LOIRE
Danièle THOMAS : 06 14 13 15 23 / daniele.thomas@cocitramobilite.com
NORD ET CENTRE VIENNE
Anita MESSE-MEIFFREN : 06 03 67 41 34 / anita.messemeiffren@cocitramobilite.com
VIENNE SUD ET DEUX-SÈVRES
Nawel BELGHAZI : 06 18 87 64 27 / nawel.belghazi@cocitramobilite.com
CHARENTE NORD
Thomas JUTAN : 06 35 17 30 37 / thomas.jutan@cocitramobilite.com
CHARENTE SUD
Aurore BACONNET : 05 35 17 27 17 / aurore.baconnet@cocitramobilite.com
CHARENTE-MARITIME ET GIRONDE
Florence LESCA : 06 11 45 26 82 / florence.lesca@cocitramobilite.com
fondation-lisea-biodiversite@lisea.fr
CONTACT ET INFORMATIONS :
de m3 de déblais
réalisés sur les
60 m3 prévus
[ Aménagement des territoires ]
[ Biodiversité ]
LA PAROLE À :
Réseau Ferré de France
Sébastien Klein, chargé de concertation à la Direction
de la Production des Sillons.
Accès au chantier
L’info chantier
en direct près
de chez vous
Le chantier est interdit au public pendant
toute la durée des travaux. Il est interdit d'y
pénétrer, même lorsque celui-ci est « à
l'arrêt ». Il est très réglementé afin d’assurer
la sécurité des riverains et du personnel du
chantier : signalisation, gardiennage, port
d’équipements de sécurité obligatoire. Dès
le printemps prochain et sur 4 points
spécifiques du tracé, des visites de
chantier seront organisées pour
permettre au public de voir de plus
près le travail des compagnons. Des
centres d’information seront notamment
installés pour accueillir les visiteurs en
toute sécurité.
www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr :
Découvrez l’actualité du chantier
sur votre commune grâce aux
photos/vidéos de l’avancement
des travaux et aux informations
régulièrement mises en ligne sur les
déviations routières et événements à
venir. Il vous est aussi possible de
vous abonner aux alertes e-mail des
travaux de la LGV.
3
9
plates-formes de
formation sur le
tracé (4 en génie civil et
5 en terrassement)
espèces protégées recensées
98 réunions publiques déjà organisées
220 46
12 millionsd’euros en faveur de la formation
Démarrage d’un nouvel
ouvrage d’art chaque jour
ns
es
sur
es
Seuil des
1 000recrutements
locaux atteint
fouilles archéologiques prescrites,
réalisées ou en cours sur le tracé,
une une vingtaine de fouilles
pressenties à venir en Indre-et-Loire
Circulation routière : réduire au maximum les nuisances
ACTU LGV
[ Voirie ]
[ Sécurité ]
Certains matériaux sont acheminés
vers le chantier par train. Quel est le
rôle de RFF dans ce dossier ?
Réseau Ferré de France est en charge de la
politique de construction des voies
nouvelles et de l’entretien de celles qui
existent déjà. L’établissement a également
pour compétence l’attribution des
créneaux de circulation entre les différentes
entreprises ferroviaires. La DCF - Direction
de la Circulation Ferroviaire -, entité de la
SNCF, s’occupe quant à elle du tracé
technique des sillons, c’est-à-dire du calcul
précis des horaires durant lesquels une voie
est affectée à la circulation d'un train entre
deux points du réseau. Je suis l’intermédiaire
entre la DCF et les entreprises ferroviaires, et
dans le cas de la construction de la LGV SEA
je m’assure avec COSEA que les matériaux
transportés par train parviennent en temps
et en heure sur les différents points
d’approvisionnement du chantier.
Où en est-on de ce processus ?
Les livraisons ont commencé il y a quelques
mois, et vont peu à peu s’intensifier. Le
calendrier prévisionnel court jusqu’à fin 2015.
Les logisticiens ne veulent pas que tous les
matériaux arrivent en même temps, il y a un
ordre bien précis à respecter : d’abord les
sous-couches, puis le ballast, les traverses,
les rails, les poteaux caténaires… L’objectif
est de travailler en flux tendu pour éviter de
stocker.
Quelles sont les principales difficultés ?
Il y a beaucoup de circulations à l’approche
des bases-travaux, notamment les trains de
voyageurs - TGV, TER -, parmi lesquels il faut
insérer les convois d’approvisionnement.
Les convois peuvent parfois être très lourds
- plus de 2 000 tonnes -, nécessitant un
itinéraire ferroviaire adapté. Par exemple, à
côté d’Angoulême, une voie unique ne
supporte à l’heure actuelle que des
autorails légers, obligeant certains convois
de ballast à emprunter un itinéraire
alternatif un peu plus long. Mais à moyen
terme, des travaux de confortement de
cette voie sont prévus par RFF pour
permettre d’alimenter directement la
base-travaux située près d’Angoulême.
L’acheminement des matériaux peut-il
entraîner des coupures de circulation
pour les trains voyageurs ?
Non, les trains voyageurs et de marchandises
cohabitent.
La construction de la LGV entraîne inévitablement des perturbations
du réseau routier : coupures momentanées, créations de déviations
ou d’itinéraires provisoires.
Des réunions de concertation ont permis de déterminer le meilleur
choix pour le rétablissement du trafic pour chacune des communes
concernées. A l'issue de ces réunions, COSEA a tout étudié afin de
s’adapter au mieux à chaque situation. Objectif : réduire au maximum
les nuisances aux usagers tout en assurant les travaux en toute
sécurité.
1er cas : la route n’est pas rétablie à l’identique. La circulation continue sur
cette voie durant la construction d’une autre route à proximité. L’ancienne voie
est ensuite déviée sur la nouvelle.
2nd cas : la route est rétablie après quelques travaux. Si cela est possible, une
déviation provisoire est ouverte localement (ex : les déviations faites sur les
autoroutes). Sinon, le trafic est dévié sur une route adjacente en accord avec la
commune ou le conseil général. Un ouvrage est parallèlement édifié sur la
route actuelle, afin de permettre le passage de la LGV. Cette route est ensuite
rétablie. La gêne occasionnée est ici un peu plus importante pour les usagers.
[ Acheminement des matériaux ]
!Exemple de déviation sur l’A85.
PRISE DIRECTE
VIENS CHEZ MOI,
J’HABITE PRÈS DU
CHANTIER
4
www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr
Camping à la ferme
Aménager un terrain et accueillir des touristes au sein de l’exploitation familiale située à Villesoubis en
Charente, Emeline Gasseling en rêvait. Le chantier de la LGV Tours-Bordeaux lui a permis de se lancer
et de réaliser les travaux nécessaires. Depuis neuf mois, les compagnons se succèdent à la ferme.
Une vie en caravane
porte à porte
Les compagnons et leur home, sweet home
[ Interview ]
[ Témoignage ]
Conducteur d’engins depuis 23 ans, Denis Augnet se
déplace de chantier en chantier avec sa caravane. Un
choix de vie parfaitement assumé. « C’est mon chez
moi ! Elle me suit partout. Machine à laver, télé, chauffage,
frigo, congélateur, gazinière… je bénéficie de tout le
confort. » Après plus d’un mois passé à
Celle-L’Evescault dans la Vienne, Denis Augnet a
installé sa caravane chez un agriculteur près de
Saint-Felix en Charente. « COSEA m’a donné une liste
d’adresses pour m’aider à trouver un terrain. Parfois, je fais
aussi du porte à porte. » Mais s’il avoue avoir toujours
sillonné avec plaisir les quatre coins de France, de
Belgique et d’Allemagne pour travailler, il ne boude
jamais son plaisir à rentrer chez lui en Normandie dès
que l’occasion se présente !
Georges Arthur, conducteur d’engins
à Coulombiers (86)
J’ai trouvé une chambre d’hôte à Courgé, via Cocitra Mobilité. Je
loge chez un jeune couple très sympa : c’est important, le bon
voisinage ! J’y ai une douche, un lit, une petite cuisine - je suis très
exigeant quant à la nourriture - et même internet ! C’est royal.
Jocelyn Trognon, chargé Qualité, Sécurité,
Environnement à Blanquefort (33)
Après un an passé à l’hôtel, j’ai déniché un T3 meublé, dans lequel j’ai
pu accueillir mon fils pour qu'il puisse poursuivre ses études. Cocitra
Mobilité m’a aidé dans mes recherches et j’ai eu de la chance : il n’y
avait qu’un seul bien de ce type à Blanquefort ! Fonctionnel et situé
dans une résidence, le logement correspond à mes attentes.
Ahmadou Thiam, chargé du raccordement
au Réseau Ferré National, à Luxé (16)
La semaine, je vis dans un studio meublé, à Angoulême, et le
week-end, je rejoins mon épouse à Bordeaux, où elle a emménagé
dans un T3 neuf au début de ma mission. Je suis passé par le site
internet Le bon coin pour trouver ces deux logements. L’avantage
du studio, par rapport à l’hôtel, c’est qu’on s’y sent chez soi.
[Verbatim ]
Plus de 5 000. C’est le nombre de salariés et de
sous-traitants présents aujourd’hui sur l’ensemble
du tracé de la future LGV Tours-Bordeaux. Si
certains ont décroché un poste près de leur lieu
d’habitation, beaucoup travaillent loin de chez eux.
Seuls ou en famille, ils doivent donc trouver une
maison, un appartement, une chambre d’hôte ou
une caravane pour la durée de leur mission.
Autonomes dans leurs recherches de logements,
ils peuvent, s’ils le souhaitent, bénéficier de
l’accompagnement de la société Cocitra Mobilité,
mandatée par COSEA. Des livrets d'accueil de
grande qualité et des annuaires d’hébergement
ont par ailleurs été préalablement réalisés en
collaboration avec les collectivités locales, les
offices de tourisme et les chambres d’agriculture.
Ils ont été distribués à tous les personnels de
chantier.
Racontez-nous comment est né ce projet ?
Titulaire d’un diplôme dans le secteur du tourisme,
j’envisageais de mettre en place un accueil à la
ferme. La présence du chantier de la LGV à
Villesoubis et Luxé m’a incitée à me lancer. En effet,
les compagnons allaient avoir besoin de se loger ! J’ai
donc entamé un certain nombre de démarches
administratives, il y a un an et demi. Je me suis par
exemple renseignée sur les normes sanitaires ou
d’urbanisme à respecter et le nombre d'emplacements
à ne pas dépasser pour ne pas être assimilée à un
camping.
Quelle prestation proposez-vous à présent ?
Je voulais faire les choses bien. J’ai donc fait viabiliser un
terrain de 2 000 mètres carrés, juste à côté de la ferme,
et aménager 6 emplacements de caravanes. Chacun
d’entre eux bénéficie de ses propres assainissement,
sortie eau et électricité. J’ai également fait installer une
cabine de douche et toilettes communs, à la demande
d’un couple de compagnons. Un emplacement se loue
de 150 à 200 euros le mois, ce qui correspond aux tarifs
moyens, pour ce type de prestation.
Comment vous faites-vous connaître ?
J’ai déposé des flyers dans toutes les mairies, dans les
bases-travaux, au siège de COSEA, dans les offices de
tourisme… c’est une opération qu’il faut renouveler
souvent. Mais le bouche à oreille fonctionne bien !
Quel bilan tirez-vous de cette expérience ?
C’est plutôt positif. C’est toujours agréable de
rencontrer des gens, certains compagnons sont très
sympathiques. En revanche, je ne m’attendais pas à ce
qu’il y ait autant de mouvements. Il y a beaucoup de
demandes, mais les gens ne restent pas. Beaucoup
travaillent en intérim et ne restent que peu de temps à
Villesoubis : un à deux mois, en moyenne. Il me faudra
donc plus de temps que prévu pour amortir les
investissements réalisés.
L'accueil de compagnons en caravanes et
camping-cars au sein d'une exploitation
agricole est soumis à une réglementation
précise. Pour tout renseignement, contactez la
chambre d'agriculture de votre département.
La caravane de Denis Augnet est actuellement
stationnée à Saint-Félix, en Charente.
Chez Emeline Gasseling, chaque emplacement dispose
de ses propres sorties eau et éléctricité.
5
« Ça se passe plutôt bien. » Chargée de mission
aménagement foncier auprès du Conseil général
de la Charente, Morgan Le Quintrec consent cette
confidence. « Il y a une très forte attente de la part du
monde agricole, en ce qui concerne la restructuration
des terres. Les procédures sont longues et complexes,
on ne peut pas donner de date exacte. » La Charente
est en effet le département qui fait l’objet du plus
grand nombre de procédures : 19 en tout, dont
11 en inclusion, et 8 en exclusion d’emprise
(NDLR : voir lexique). « Le plus difficile est d’arriver à
accorder la même importance aux enjeux agricoles et
environnementaux. Certains territoires comprennent
en effet des zones Natura 2 000 qu’il faut préserver. »
Une problématique que Patrick Tranchant, chef de
pôle aménagement foncier auprès du Conseil
général de la Vienne, connaît bien. «L’indispensable
continuité des trames vertes et bleues - corridors
écologiques, zones humides… - vient se superposer
aux aménagements fonciers que nous devons
réaliser. Quant à la règle du 2 pour 1, qui veut que
pour 1 kilomètre de haie arrachée, on en replante 2,
elle nécessite d’avoir plus de terres à disposition. »
Yves Gargouil, Président délégué à l’agriculture du
Conseil général de la Vienne, est très attentif au
stock de réserves foncières, c’est-à-dire du
nombre de parcelles détenues par la Safer et de
terrains dont les communes sont elles-mêmes
propriétaires. « Concrètement, nous disposons de 200
hectares dans la Vienne, là où il aurait été souhaitable
d'en avoir 1 000. » La fin des opérations
d’aménagement foncier devrait intervenir, selon
les communes, d’ici 2 à 3 ans.
ENVIRONNEMENT
AMÉNAGEMENT FONCIER :
LA LGV REDÉFINIT LE PAYSAGE AGRICOLE
Profession : aménageur foncier
Philippe Cachod est géomètre-expert, co-gérant du cabinet AXIS-CONSEILS, situé à Orléans. Ce
dernier est mandaté par le Conseil général de la Vienne pour la mise en œuvre de procédures
d’aménagement foncier liées au passage de la LGV Tours-Bordeaux. Le point sur son rôle.
Un exercice de haute-voltige
52 000 hectares entre Tours et Bordeaux, dont 20 000 en Charente et 13 500 en Vienne. 75 communes concernées. Les
procédures d’aménagement foncier (NDLR : voir lexique) constituent un enjeu de taille pour le chantier de la LGV. Maîtres
d’ouvrages, les départements veillent à la préservation des intérêts des propriétaires fonciers, des exploitants agricoles, mais
aussi au respect des équilibres environnementaux.
Une procédure
volontaire
Souhaitant aller au-delà de la simple
réglementation en vigueur, COSEA s’associe à
la charte d’aménagement foncier élaborée
par le Conseil général de la Vienne. « Ce
document signé par tous les acteurs du projet -
Etat, collectivités locales, profession agricole,
associations de protection de la nature, maîtres
d’ouvrage - impose des règles environnementales
bien plus strictes que celles contenues dans la loi.
Il tient lieu d’engagement moral », souligne Eric
Monnier, directeur emprise COSEA. Exemple
d’action volontariste inscrite dans la charte :
une bourse aux arbres, créée en Vienne mais
aussi en Charente. La démarche garantissant
à chaque propriétaire la préservation ou la
restitution de son capital bois, permet de
limiter les arrachages lors des opérations de
restructuration foncière.
Trouver les solutions aux perturbations occasionnées par la LGV sur les exploitations agricoles : tel est
l’objectif des procédures d’aménagement foncier initiées dans les départements traversés. D’une longueur
totale de 340 kilomètres, la ligne passe en effet au milieu de secteurs agricoles et de zones environnementales
sensibles. COSEA travaille avec les départements, les services de l’Etat, les mairies, et les Safer* pour mettre
en place ces aménagements permettant de compenser les atteintes causées par l’ouvrage aux propriétés et
exploitations agricoles dans le périmètre concerné.
* Les Safer (Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural) sont détentrices d’un droit de préemption sur la vente des terrains agricoles et visent à préserver
l’agriculture en France
En quoi consistent les opérations d’aménagement
foncier ?
La procédure d’Aménagement foncier agricole et forestier
(Afaf) remonte à 1941, et a pour objectifs de restructurer
les exploitations agricoles, contribuer à l’aménagement du
territoire communal et valoriser les espaces naturels. C’est
ce qui va être fait dans le cadre du chantier de la LGV. La
procédure d’Afaf retenue majoritairement avec inclusion
d’emprise (NDLR : voir lexique) va permettre la mise à
disposition des stocks fonciers nécessaires pour
compenser l’ouvrage et diminuer ainsi les éventuels
prélèvements à opérer sur les propriétés. Cette
redistribution se fera par échange de parcelles ayant la
même productivité agricole à plus ou moins 1%, déduction
faite du prélèvement et limité à 5% des apports de chacun.
Dans une procédure avec exclusion d’emprise, la partie
située sous l’emprise sera acquise par COSEA.
Quel est votre rôle dans ces opérations ?
Le Conseil général de la Vienne nous a sélectionnés pour
mettre en œuvre des procédures d’aménagement foncier
dans le département. Il nous appartient de recueillir les
souhaits des propriétaires et des exploitants agricoles
quant aux modalités de redistribution parcellaire, ainsi que
d’élaborer le programme des travaux connexes, en
collaboration avec la Commission communale ou
intercommunale d’aménagement et le bureau d’études
environnementales. Nous sommes les hommes-orchestres
de la procédure d’Afaf.
Quelle place pour l’écologie dans ces procédures
d’aménagement ?
C’est un enjeu fort. Nous sommes garants du respect
des prescriptions environnementales. Une analyse de
l’étude d’impact de l’Afaf sur le territoire est conduite
par l’autorité environnementale compétente, afin de
mesurer les répercussions sur les milieux naturels, la
faune et la flore, sur la qualité de l’air, sur les zones
humides et les boisements. Elle comprend une
évaluation des mesures compensatoires mises en
œuvre.
EMPRISE : surface de terrain occupée par la LGV et par les dépendances
indispensables à sa réalisation.
PROCÉDURE D’AMÉNAGEMENT FONCIER (anciennement dénommée
” remembrement “) : réorganisation spatiale des parcelles agricoles ou
forestières traversées par la LGV pour remédier aux perturbations du fait du
prélèvement d’emprise.
PROCÉDURE EN INCLUSION D’EMPRISE : la procédure prend en compte les
terres situées de part et d’autres du tracé, mais également celles qui vont être
occupées par la ligne. Elle permet de limiter le prélèvement à 5 % de l’apport de
chaque propriétaire dans le périmètre concerné.
PROCÉDURE EN EXCLUSION D’EMPRISE : seules les terres situées de part et
d’autre de la LGV font l’objet d’une procédure d’aménagement foncier. Celles qui sont
situées sous l’emprise sont directement rachetées par COSEA à leurs propriétaires, et
ne sont donc pas remplacées.
[Mise en œuvre des procédures ]
[Rôle des départements ]
GRAND ANGLE SUR
UN CHANTIER MOTEUR DE L’ACTIVITÉ LOCALE
6
SATECO : un contrat deux fois gagnant
Moteur de l’emploi, avec plus de 5 500 collaborateurs et sous-traitants comptabilisés fin 2012 dont 1 200 recrutements locaux
réalisés, la LGV SEA Tours-Bordeaux impulse aussi d’importantes retombées économiques directes. Plus de 600 millions d’euros ont
déjà été contractualisés par COSEA avec les entreprises locales qui s’engagent auprès du constructeur dans une exigence de sécurité,
de respect de l’environnement et de la biodiversité. Les retombées économiques s’évaluent aussi au bénéfice des commerçants,
hébergeurs, qui s’investissent au plus près des besoins du chantier. Cette manne, qui prend forme grâce à la mobilisation des élus et
des consulaires, sera tout l’enjeu de l’observatoire socio-économique de la ligne pour les quinze années à venir.
Un seul but : exposer et rationaliser les effets pour mieux les orienter.
Forte d’une expérience de cinquante ans, et leader dans le domaine du matériel de mise en forme du
béton et de sécurité sur les chantiers, SATECO fait partie des premières entreprises de la Vienne à avoir
signé un contrat avec COSEA. En jeu : un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros.
www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr
[ Mirebeau - Maillé (86) ]
Lorsqu’on l’interroge sur les raisons qui ont poussé le constructeur
de la LGV Tours-Bordeaux à s’intéresser à son entreprise, François
Guilloteau se veut modeste : « Nous avions déjà participé à la
construction de la LGV Est Paris-Strasbourg. Et puis notre situation
géographique est idéale : nous sommes installés juste à côté de la future
ligne, » explique le président de Sateco. Spécialisée dans la
fabrication de coffrages destinés à mettre en forme le béton, la
société est en effet sise dans la Vienne, où elle possède deux sites
de production, à Mirebeau et Maillé. Elle compte également neuf
commerciaux, répartis dans toute la France, et un important réseau
à l’international : Russie, Qatar, Suisse, Afrique du sud…
Un fonctionnement « atypique »
L’expérience de Sateco, alliée à sa position de leader du secteur, ont
vite attiré l’attention de COSEA. D’ici la fin de l’année 2013,
l’entreprise assurera 80 % des besoins du chantier en banches*,
pour un montant estimé à 10 % de son chiffre d’affaires global. «C’est
une belle opportunité, que nous avons su saisir à temps, sourit François
Guilloteau. Au-delà de l’impact financier, ce contrat nous a permis
d’optimiser nos méthodes. Nous sommes en effet intervenus très en amont,
et avons participé à la conception des outils. Ce fonctionnement atypique a
donnélieuàunvéritableéchangedesavoir-faire,entrenoséquipesetcelles
de COSEA. »
*Banche:coffrageoutilutilisésurleschantiersdebâtimentettravauxpublics,pour
mettre en forme les murs de béton
Claude
Bertaud
« Une remarquable opportunité ! »
Président du
Conseil général
de la Vienne
Comment avez-vous accueilli ce projet de LGV ?
Avec un grand enthousiasme, naturellement. C’est
incontestablement une chance pour notre territoire. Le
Conseil général de la Vienne étant le principal cofinanceur
des collectivités publiques du département, le plus grand
chantier européen est une aubaine et un véritable
accélérateur économique.
Le chantier va-t-il profiter à votre territoire ?
Sans conteste. Ce chantier exceptionnel représente un atout
majeur pour notre département en termes d’emploi d’une
part, en privilégiant l’insertion au travers de formations
spécifiques et bien sûr en termes économiques avec des
retombées positives sur les entreprises de chaque secteur
d’activité et la venue d’un millier de travailleurs pendant la
durée des travaux.
Quelles sont les actions mises en place par les acteurs
locaux ?
Un partenariat a été mis en place entre les principaux
intervenants que sont d’un côté COSEA et de l’autre les
services du Conseil général, de l’Etat et du Conseil régional
ainsi que les chambres consulaires et les fédérations et
syndicats professionnels. Par exemple, plusieurs centaines
de bénéficiaires du RSA ont été formés aux métiers de
conducteur d’engins et de canalisateur, des emplois d’avenir.
Rencontre avec
François Guilloteau, président de l’entreprise Sateco.
600 millions €
En octobre 2012,
1,4 milliard d’euros de
commandes est signé ou en
cours de négociation, dont
600 millions à des entreprises
des 6 départements du tracé.
les retombées économiques
Dans votre journal d’avril 2013 retrouvez
le 2ème
poster des espèces protégées
Picnoir-Photo:GérardSchmitt
Affiche LISEA
80x120cm FAUNE FLORE.indd
1
28/11/12 21:58:02
Poster LISEA 58x40cm Oiseaux.indd 1
Les220espècesprotégées*présenteslelong
delaLigneàGrandeVitesseTours-Bordeaux(1/2)
BondréeapivoreAccenteurmouchetAlouetteluluAutourdespalombesBalbuzardpêcheurBergeronnettegriseBergeronnettedesruisseauxBergeronnetteprintanière
BouscarledeCettiBouvreuilpivoineBruantdesroseauxBruantjauneBruantortolanBruantproyerBruantziziBusardcendréBusardSaint-Martin
BusevariableChardonneretélégantChevaliersylvainChevêched’AthénaChoucasdestoursChouetteeffraieChouettehulotteCigogneblancheCircaèteJean-le-Blanc
CisticoledesjoncsCochevishuppéCoucougrisEngouleventd’EuropeÉpervierd’EuropeFauconcrécerelleFauconémerillonFauconhobereauFauconpèlerin
FauvetteàtêtenoireFauvettedesjardinsFauvettegrisetteFauvettepitchouGrèbehuppéGrèbecastagneuxGobemouchegrisGobemouchenoirGoélandargenté
GoélandleucophéeGrandcormoranGrandeaigretteGrimpereaudesjardinsGrosbeccasse-noyauxGruecendréeHéronpourpréHiboudesmaraisHiboumoyen-duc
awnyOwl.
Poster LISEA 58x40cm Oiseaux.indd 2
HirondelledefenêtreHirondellerustiqueHuppefasciéeHypolaïspolyglotteLinottemélodieuseLocustelleluscinoïdeLoriotd’EuropeMartinetnoirMartin-pêcheurd’Europe
MésangeàlonguequeueMésangebleueMésangecharbonnièreMésangehuppéeMésangenoireMésangenonnetteMilannoirMilanroyal
MoineaudomestiqueMoineaufriquetMoineausoulcieMouetterieuseŒdicnèmecriardOutardecanepetièrePetit-ducscopsPicépeichePicépeichette
PicmarPicnoirPicvertPie-griècheàtêteroussePie-griècheécorcheurPinsondesarbresPinsonduNordPipitdesarbresPipitrousseline
PluvierguignardPouillotdeBonelliPouillotfitisPouillotsiffleurRâledesgenêtsRoiteletàtriplebandeauRoitelethuppé
RossignolphilomèleRougegorgefamilierRougequeueàfrontblancRougequeuenoirRousserolleeffarvatteSerincini
SittelletorchepotSternenaineSternepierregarinTarierdesprésTarierpâtreTarindesaulnes
TorcolfourmilierTraquetmotteuxTroglodytemignonVerdierd’Europe
Pouillotvéloce
Créditphotos©Biotope:W.Raitière,B.Adam,M-A.Bouchet,M.Briola,A.Chapuis,V.Delcourt,M.Geng,J-Y.Kernel,V.Koch,H.Lagrange,O.Larrey,LPO,T.Luzzato,G.Martin,F.Melki,T.Menut,J-S.Philippe,F.Pouzet,M.Prat,V.Prié,T.Roussel,V.Rufray,G.Tavan,F.Tintilier,J.Tranchard,T.Degen(DREALPoitou-Charentes),GérardSchmitt,JulesFouarges,AurélienAudeward,ÉtienneL’Hopital,Strixaluco-TawnyOwl.
*décembre2012
14/12/12 12:05:35
LGV Sud Europe Atlantique Tours-Bordeaux
LISEA ET COSEA,
ACTEURS DE LA PROTECTION
DU PATRIMOINE NATUREL
Les trois régions traversées par la LGV SEA sont riches d’un
patrimoine naturel exceptionnel. On y compte en effet 14 sites
Natura 2000, mais aussi, concentré sur les 6 départements
du tracé, près de 50 % des espèces protégées référencées en
France et en Europe. Fin d’année 2012, 220 espèces étaient
identifiées entre Tours et Bordeaux, dans l’emprise du projet,
dont 112 oiseaux.
Connaissez-vous cette biodiversité et cette richesse naturelle
Un projet qui s’inscrit dans le respect
de la préservation de la biodiversité
Dans le cadre de la construction d’une infrastructure telle que la LGV Sud Europe
Atlantique Tours-Bordeaux, LISEA et COSEA s’engagent de façon significative en faveur
de la préservation de l’environnement pour éviter, réduire ou compenser les impacts
environnementaux. Cela se traduit concrètement par la prise en compte de la
saisonnalité des déboisements, le déplacement des espèces, la création d’ouvrages
de continuité écologique et lorsqu’il reste un impact résiduel, par des compensations
sur des surfaces couvrant environ 3 000 hectares, mises en œuvre après concertation
avec les associations de protection de la nature et les chambres d’agriculture. Une démarche
environnementale
globale
En parallèle et pour conforter la démarche
environnementale réglementaire, LISEA a créé
la Fondation d’entreprise LISEA Biodiversité et
créera en 2013 la Fondation d’entreprise
LISEA Carbone, afin de soutenir les actions
entreprises par des partenaires associatifs
et les collectivités territoriales sur les
départements traversés par le projet.
Enfin, l’Observatoire environnemental de la
LGV SEA, dont la durée de vie s’étendra de cinq
à dix ans après la mise en service de la ligne,
permettra de vérifier l’efficacité des mesures de
réduction et de compensation mises en œuvre,
d’enrichir les connaissances et les bonnes
pratiques en matière de réduction d’impacts
et d’évaluer les effets réels de la LGV
SEA sur l’environnement paysager, humain
et écologique des régions traversées.
qui vit près de chez vous ? Découvrez les grâce aux deux
posters que LISEA, concessionnaire de la LGV SEA Tours-
Bordeaux pour une durée de 50 ans et COSEA, groupement
d’entreprises en charge de la conception-construction,
vous offrent dans les numéros de janvier puis d’avril 2013.
Le premier porte sur l’ensemble des oiseaux, le second
référence la part de la faune complémentaire ainsi que les
espèces botaniques.
+D’INFORMATIONS sur
les espèces et les mesures mises
en place en faveur du maintien
de la biodiversité sur votre
territoire par LISEA et COSEA ?
www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr
rubrique « environnement »
Picnoir-Photo:GérardSchmitt
14/12/12 12:02:50
Michel
Boutant
« Des retombées et un avenir
à dessiner »
Président du
Conseil général
de la Charente
Le Département de la Charente défend depuis
toujours le projet de LGV entre Tours et Bordeaux.
Une évidence ?
La LGV Tours-Bordeaux est un vieux combat à côté duquel
nous ne pouvions, Charentais, passer, comme ce fut le cas
pour l’A10. Il constitue un véritable enjeu d’aménagement
de notre territoire mais aussi un levier de développement
économique. Tous les acteurs en sont convaincus. C’est la
raison pour laquelle nous travaillons en intelligence avec
l’ensemble des partenaires pour accompagner le projet
dans tous ses aspects.
Quels sont les premiers bénéfices attendus ?
Nous sommes très attentifs aux retombées et emplois
induits pour les entreprises et salariés locaux. Le
chantier constitue aussi un poumon économique pour
la restauration et l’hébergement local. Nous
communiquons autant auprès de la population
charentaise via le site www.lgv-charente.fr qu’auprès
des compagnons installés chez nous pour faciliter leur
installation.
Et après le chantier ?
Nous devons capitaliser sur le tracé de la LGV pour
l’avenir de la Charente. Il s’agit autant de jouer cette
prospective sur les atouts existants - l’image, la BD -
que sur les synergies à créer avec le bordelais sur la
filière de l’œnotourisme par exemple.
Rencontre avec
7
BML : quand David séduit Goliath
[ ZI Isoparc de Sorigny (37) ]
PMR Libaud : aller de l’avant pour la LGV
Yves Germain est directeur général de l’activité préfabriqué et négoce
TP pour le groupe Libaud, implanté à Chenon (16).
[ Sur le terrain ]
Lorsque nous avons entendu parler de la construction de la LGV Tours-Bordeaux, nous avons
fait certifier Iso 9001 l’ensemble de notre activité pour la conception, la fabrication, la vente et le
transport de produits béton et négoce. Nous avons également fait agréer nos produits par la
SNCF, afin de répondre aux exigences techniques d’un tel chantier. La LGV nous a donc poussés
à aller de l’avant, à monter en compétences. Le processus de négociation est quant à lui
très long et n’a pour le moment pas encore abouti. Nous avons obtenu un certain nombre
d’agréments de COSEA sur des produits, mais pas encore de commandes. En revanche,
nous avons commencé à livrer les quatre lots* sous-traités.
* Lots : le tracé de la LGV SEA Tours-Bordeaux est divisé en 15 lots
Billie patate : le cœur au ventre
Justine Keight tient le restaurant ambulant Billie patate, à Brossac (16),
juste à côté du chantier.
La belle-mère de ma fille m’a confié que beaucoup de compagnons cherchaient un
logement dans le coin. Je me suis dit qu’ils auraient aussi besoin de manger ! J’ai donc négocié
la location d’une partie du parking de la station-service de Brossac, et je viens tous les midis,
sauf le vendredi. Je propose des pommes de terre, des hot-dogs, des hamburgers… la carte
change régulièrement. Mon activité démarre assez lentement, tous les compagnons ne sont
pas encore présents sur le chantier, mais ceux qui viennent sont très sympas et deviennent
rapidement des habitués, grâce au système de carte de fidélité que j’ai mis en place !
Plusieurs mois après la signature du contrat, Paul Nouvellon, directeur de Béton et Matériaux de la Loire (BML), savoure toujours sa
chance : « Un chantier de cette ampleur confié à une entreprise comme la nôtre, c’est exceptionnel ». Il faut dire que cette société familiale n’a pas
ménagé ses efforts pour remporter le marché, allant jusqu’à implanter deux centrales à béton neuves sur la zone industrielle Isoparc de
Sorigny (37), au plus près du tracé. D’ici 2014, BML alimentera donc la totalité des ouvrages d’art du lot* 1, et une partie du lot 2 en béton,
ainsi que les lots 1 et 2 en mélanges granulaires. «Notreforcerésidedanslalégèretédenotrestructureetsaréactivité», analyse Frank Lavergne,
directeur technique & commercial de l’entreprise. «InstalleruneunitédeproductionspécialementpourlechantierdelaLGVnouspermetd’assurer
àCOSEAunetotaledisponibilitédenoséquipementsetdupersonnelembauchéàcetteoccasion, renchérit Paul Nouvellon. Noussommesenmesure
de lui fournir un service sans faille, tout en développant un fonds de commerce pour l’après-LGV. »
* Lots : le tracé de la LGV SEA Tours-Bordeaux est divisé en 15 lots
GRAND ANGLE SUR
De gauche à droite : Frank Lavergne et Paul Nouvellon, en compagnie de Philippe
Gusparo, responsable de l’activité Béton Prêt à l'Emploi pour le site de Tours.
les retombées économiques
8
Châtellerault
Poitiers
Angoulême
www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr
Saint-André-de-Cubzac :
de l’importance du
phasage
La construction des
quatre ouvrages d’art
s’échelonnera de janvier
2013 à septembre 2014.
Ambarès-et-Lagrave : l’art de la précision
Les réalisations (ouvrages, installations …)
présentées dans les pages Territoires sont issues
des études techniques préliminaires, des
contraintes géographiques locales et de la
concertation avec les communes concernées.
TERRITOIRES
[ Gironde ]
Au cours des derniers mois, la ville d’Ambarès-et-Lagrave a fait l’objet de 6 forages dirigés. Une
technologie de pointe qui permet de faire passer des réseaux - fibre optique, gaz, eaux usées… - dans le
sol, sans creuser de tranchée. « On se sert pour cela d’une machine spéciale, dotée d’une tête de forage guidée
à distance, expose Djibi Sagnane, coordinateur de la déviation des réseaux pour COSEA. Une fois qu’elle a
creusé dans un sens, on la remplace par un outil de taille qui fait le chemin inverse et traîne derrière lui un fourreau,
dans lequel seront installés les réseaux. » Cette technologie, certes coûteuse mais nécessaire, permet ainsi
de franchir rapidement et en toute sécurité les voies SNCF, les autoroutes, les cours d'eau.
En Gironde, Saint-André-de-Cubzac disposera d'un
échangeur flambant neuf d'ici la fin de l'année 2014. Il
faut dire que sur cette commune, le tracé longe
l’autoroute A 10 et intercepte les sorties 40a et 40b. Au
cours des deux années à venir, les équipes de COSEA
vont donc devoir ériger quatre ouvrages d’art, ce qui a
nécessité la mise en place d’un phasage précis. « La
première étape consiste en la mise en place d’une bretelle
provisoire, qui vient remplacer l’actuelle 40a, explique
Philippe Oury, directeur adjoint du secteur travaux
concerné. Nous sommes en train de la réaliser, elle devrait
être mise en service fin février 2013. » La construction des
quatre ouvrages d’art s’échelonnera ensuite de
mi-janvier 2013 à septembre 2014, pour une mise en
service de l’échangeur prévue en décembre 2014. « Un
effort important a été consenti pour minimiser les coupures de
routes. Elles ne seront que très ponctuelles. »
C’est l’achèvement logique de plusieurs mois de travaux
intensifs : le nouveau pont René Coty est sorti de terre. Et les
équipes de COSEA n’ont pas ménagé leurs efforts pour tenir les
délais. Le week-end des 29 et 30 septembre a représenté le
premier challenge à relever pour cet ouvrage. 36 compagnons,
répartis en 3 équipes, ont ainsi travaillé pendant 24 heures
d’affilée pour poser les 19 poutrelles du pont et une partie du
ferraillage. « L’opération a nécessité la mobilisation d’une grue de
700 tonnes, » indique Philippe Bouquet, directeur de projet.
Les opérations de bétonnage se sont ensuite échelonnées les
20, 24 octobre et 3 novembre. Les chaussées, trottoirs et
connexions aux voiries existantes ont, quant à eux, été
réalisés durant les mois de novembre et décembre.
Les forages dirigés tels qu’opérés à
Ambarès-et-Lagrave font appel à une
technologie de pointe.
Ambarès-et-Lagrave :
le pont René Coty entre
en service
En septembre, 36 compagnons ont travaillé durant 24 heures sur
la pose des poutres, premier défi du nouveau pont René Coty.
Philippe Oury, directeur adjoint chez COSEA
9
Maillé :
l’Histoire sous nos pieds
TERRITOIRES
[ Indre-et-Loire ]
91 000 mètres cubes. C’est la quantité d’eau pompée dans une
gravière* située sur la commune de Nouâtre, au cours des
deux derniers mois. L’eau a été rejetée dans une seconde
gravière, vidée à son tour fin décembre. « Des pêches de
sauvegarde avaient au préalable été organisées, rassure Franck
Barbier, responsable du terrassement pour COSEA. Les gravières
seront ensuite bouchées avec des matériaux de carrière. Il s’agit de
travaux préliminaires à la construction de la base-travaux de
Nouâtre-Maillé. »
* Gravière : ancienne carrière de gravier remplie d’eau
Si les campagnes d’archéologie préventive sont terminées en Aquitaine
et en passe de l’être en Poitou-Charentes, il en reste près d'une vingtaine
à mener en Indre-et-Loire : on trouve en effet d’avantage de vestiges sur
les 52 kilomètres de ligne de ce département que sur tout le reste du
tracé ! 4 fouilles ont ainsi récemment été menées sur la commune de
Maillé. Les vacances de la Toussaint ont été l’occasion d’ouvrir les portes
du site de Villiers-La-Roche au public. Plus de 200 visiteurs se sont
rendus sur place pour découvrir cette fouille archéologique
exceptionnelle. Pour plus d’information sur les découvertes
archéologiques de la LGV, rendez-vous sur le site internet de LISEA :
www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr
Monts :
un raccordement emblématique
Le tombereau dans la peau
« Terrassiers, ouvragistes… tous les métiers sont
représentés. Le chantier du raccordement de
Monts est emblématique de ce qui se passe sur
l’ensemble de la trace », indique Eric
Cormery, responsable ouvrages d’art pour
COSEA. A terme, la commune sera en effet
traversée par un raccordement qui
permettra aux voyageurs venant de Tours
ou de Saint-Pierre-des-Corps de rejoindre
la Ligne à Grande Vitesse pour Bordeaux.
Principale caractéristique de cette
réalisation : la densité des ouvrages d’art
prévus. Huit en tout, rassemblés sur
moins de quatre kilomètres. Situés au sud
de la ville, deux d’entre eux, un
saut-de-mouton - croisant le réseau ferré
existant - et un pont-rail - surplombant
l’A10 -, concentrent les efforts des équipes
sur le terrain. « Les fondations et les élévations
du saut-de-mouton sont en cours de
construction, de même que les semelles* et les
appuis du pont-rail. » Ces deux ouvrages
devraient être achevés fin 2013 pour l’un et
début 2014 pour l’autre. Quant au
raccordement, il sera livré dans sa totalité
en février 2015.
* Semelle : ouvrage d’infrastructure en béton armé qui
permet de répartir les charges au sol
Comment en êtes-vous venue à
conduire un compacteur ?
Titulaire du permis de conduire transports
en commun, j’exerçais le métier de
soudeuse. Pôle Emploi m’a proposé une
formation de conducteur d’engins. Après
trois mois de cours, j’ai obtenu le Caces* 7
et 8, qui me permet de conduire des
compacteurs et des tombereaux.
Travailler sur un chantier quand on
est une femme, pas trop dur ?
Non, ça va, il y a une bonne ambiance,
mais il faut savoir prendre sa place :
montrer aux hommes qu’on n’est pas la
jouvencelle de service ! Et puis je ne suis
pas seule sur ma section : en tout, on est
trois.
Quel bilan dressez-vous de ces
premiers mois sur le chantier ?
C’est positif. Après deux ans d’intérim,
j’avais besoin de me stabiliser, et j’ai
signé un CDI de chantier début
novembre. Je vis à Melle et j’ai eu la
chance de trouver un emploi près de
chez moi, c’est pratique. Mon seul petit
regret, c’est de ne pas avoir pu conduire
un tombereau. Le compacteur, ça y est, je
maîtrise : j’ai envie de passer à la suite !
* Caces : Certificat d’Aptitude à la Conduite En Sécurité
A 38 ans, Malika Girault fait ses premiers pas en tant que
conductrice d’engins à Montjean, juste à côté de Sauzé-Vaussais.
L’opération de pêche de sauvegarde, préalable au pompage des gravières, a mobilisé
15 bénévoles de la fédération départementale de pêche et un pisciculteur.
Nouâtre :
gravières en sursis
[ Sauzé-Vaussais en Deux-Sèvres ]
Tous les métiers sont représentés sur le chantier du raccordement de Monts.
Une journée portes ouvertes s’est tenue durant les
vacances de la Toussaint.
Malika Girault devant son compacteur.
www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr
10
A Villognon, la base-travaux et de maintenance ferroviaire
vit à l’heure des travaux de terrassement. Après avoir
terrassé environ 1,5 million de m3 en déblai cet été, un
remblai de plus de 800 000 m3 est en cours de
construction. Les équipes de COSEA procèdent dans le
même temps à la réalisation des raccordements
ferroviaires à proximité, pour notamment permettre
l’accès des trains à la base-travaux. Dans les prochains
mois, le saut-de-mouton qui permettra à la LGV de
franchir la voie ferrée entre Paris et Bordeaux sera achevé,
et le pont-route sur la RD116 à Vervant sera ouvert à la
circulation. Les travaux de construction des autres
ouvrages d’art dans le secteur se poursuivent ou
débuteront dans les prochains mois.
La faune de l’Agrière préservée
Situé entre Boresse-et-Martron et Neuvicq, le viaduc de l’Agrière mesurera près de 103 mètres, et
sera doté de piles de 16 mètres de haut. « L’option du viaduc a été retenue pour des raisons
environnementales, explique Guillaume Coron, ingénieur ouvrages d’art pour COSEA. Ce type de
construction permet de maintenir le passage de la faune et de préserver les berges du ruisseau de l’Agrière. On
sait que des loutres et des visons, qui sont des espèces protégées, évoluent le long de ce cours d’eau. » La fin
des travaux est prévue pour 2014.
Fin octobre 2012 à mi-février 2013 :
construction des deux premières piles
Début février à fin mai 2013 : travaux de
terrassement au niveau des culées*
Mi-mai à mi-juillet 2013 : construction des
culées*
Début juin à fin septembre 2013 : mise en
place de la charpente métallique du tablier
Mi-septembre à mi-novembre 2013 :
réalisation du tablier béton sur la charpente
métallique
Novembre 2013 à mars 2014 : finitions et
équipements (corniches, caténaires…)
* Culées : appuis situés aux deux extrémités
du pont supportant le poids du tablier
appuis situés aux deux extrémités
du pont supportant le poids du tablier
appuis situés aux deux extrémités
du pont supportant le poids du tablier
appuis situés aux deux extrémités
!Châtellerault
Poitiers
Angoulême
[ Charente ]
TERRITOIRES
Les réalisations (ouvrages, installations …)
présentées dans les pages Territoires sont issues
des études techniques préliminaires, des
contraintes géographiques locales et de la
concertation avec les communes concernées.
Vervant : un nouveau pont pour l’hiver
L’édification de cet ouvrage était-elle
selon vous une bonne chose ?
Oui, complètement. Lorsqu’il a été question
des travaux, deux choix s’offraient à nous :
conserver l’ancien pont en l’élargissant, ou
bien en construire un nouveau. Si la première
option avait été retenue, la route aurait été
coupée pendant neuf mois, ce qui aurait
occasionné un gros détour pour les riverains. Il
était donc plus judicieux de repartir de zéro !
Comment s’est passée la
cohabitation entre les équipes de
COSEA et les riverains ?
Bien, nous n’avons reçu que quelques plaintes,
à cause des avertisseurs de recul des engins et
de la boue sur les routes. Nous avons eu
quelques problèmes de circulation, à cause des
camions qui passaient par Vervant pour
rejoindre la RN10, mais rien de très grave.
COSEA s’est montré à l’écoute et a essayé de
résoudre les problèmes au fur et à mesure.
Pour vous, le bilan est donc positif ?
Oui, nous avons désormais un pont plus
moderne, déporté par rapport à l’ancien, ce qui
dégage la vue sur le village. L’accès à la com-
mune est par ailleurs sécurisé.
Sylviane Buton est maire de Vervant depuis 2001. Dans le cadre du chantier de la LGV Tours-Bordeaux, un
pont-route a été construit à l’entrée sud de la commune.
Villognon à l’heure des mouvements de terre
[ Charente-Maritime ]
CALENDRIER des travaux
LISEA s’engage auprès de la Cité Internationale de la Bande
Dessinée et de l’Image et apporte son soutien aux actions
proposées dans le cadre des dix ans de la Maison des auteurs.
ESCALE partenaire
Sylviane Buton en compagnie de
son premier adjoint, Noé Paziot.
Villognon accueillera l’une des trois bases-travaux maintenance
et ferroviaire du tracé, avec Noûatre et Clérac.
La construction du viaduc de l’Agrière s’inscrit dans le respect de la biodiversité locale.
11
A La Folie, la construction de l’estacade, dont l’objectif sera le raccordement de la LGV au réseau ferroviaire existant dans la zone nord de
Poitiers, se poursuit. La levée des premières piles a commencé au mois d’octobre. «Entout,nousenproduirons71, annonce Romain Thomassier,
Directeur de travaux pour COSEA. Il nous faudra un an pour cela. » La construction d’une pile se fait en trois étapes : d’abord, la mise en place des
fondations, des pieux de 1,5 à 2 mètres de diamètre et de 12 à 20 mètres de hauteur. Ensuite, la constitution des semelles, massifs
intermédiaires composés de 80 à 900 mètres cubes de béton armé. Enfin, l’élévation des fûts, partie émergente des piles. « Nos équipes
procèdent par tronçon de 4 mètres, explique Alexandre Varlet, ingénieur ouvrages d’art. Il faut trois mois en moyenne pour construire une pile. »
Poitiers - La Folie : l’estacade pile après pile
Depuis la mi-octobre, l’aire de préfabrication de voussoirs, à
Coulombiers, a atteint son régime de croisière. Une douzaine de
voussoirs y est fabriquée, et stockée, chaque semaine. Le premier
d'entre eux a rejoint, mi-novembre, le premier site d’utilisation, le
viaduc de la Boëme, en Charente. Transportés par convois
exceptionnels, plus du fait de leur hauteur - plus de 4 m - que de
leur poids - jusqu’à 65 tonnes pour les plus lourds -, ils empruntent des
voiries qui ont été choisies avec les services de l'Etat compétents et en
concertation avec les collectivités responsables. 1 340 voussoirs
rejoindront, d’ici deux ans, les 7 viaducs qui seront construits selon cette
technique entre Tours et Bordeaux.
Coulombiers : les premiers
voussoirs sur les routes
Directement impacté par le chantier, le complexe multisports Saint-Nicolas, route de Parthenay à
Poitiers, s’offre un lifting grâce aux travaux réalisés par COSEA. Les terrains de tennis extérieurs, qui
se trouvent à l’emplacement même de la future voie ferrée, vont être remplacés par des courts
couverts, construits à proximité. Mieux, le terrain de football existant, également touché par les
travaux, et ses tribunes, sont actuellement en reconstruction de l’autre côté du gymnase. Ils seront
prêts pour le printemps prochain.
Poitiers : un nouveau terrain de foot pour
Saint-Nicolas
Premier trimestre : démarrage du tablier, partie
horizontale du pont
A partir de mars : travaux sur l’échangeur ;
perturbations de la circulation à prévoir
A partir d’avril : élévation de 2 piles situées sur le
terre-plein central de la N147
Troisième trimestre : pose de la structure
métallique supportant le tablier au-dessus de la
voie ferrée
!
TERRITOIRES
CALENDRIER des travaux 2013
Il faut en moyenne 3 mois pour construire une pile. La future estacade en comptera 71.
Les voussoirs sont transportés par convois exceptionnels.
[ Vienne ]
La LGV en
L’auteur, Jean-Luc Loyer, est actuellement accueilli à la Maison des Auteurs, résidence d’artistes de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême.
C’est vous qui le dites… … C’est à nous d’agir
Les conclusions de l’enquête de satisfaction
mise en ligne à la rentrée 2012 donnent le
tempo : vous êtes 87 % à aimer (beaucoup ou
assez) notre site internet, vous y trouvez en
grande majorité l’information recherchée et
vous appréciez les photos et vidéos diffusées.
*retrouvez l’ensemble des résultats de l’enquête sur le site
Qu’attendez vous de LISEA maintenant ?
Plus d’interactivité
Plus d’informations sur les nuisances
Plus de paroles de partenaires
[ En direct de la ligne ]
SONDAGE
L'information à grande vitesse sur www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr
… C’est à nous d’agirC’est vous qui le dites…
*

Contenu connexe

Tendances

Lisea Express - n°9 - Avril 2014
Lisea Express - n°9 - Avril 2014Lisea Express - n°9 - Avril 2014
Lisea Express - n°9 - Avril 2014
LISEA
 
Lisea Express - n°10 - Sept. 2014
Lisea Express - n°10 - Sept. 2014Lisea Express - n°10 - Sept. 2014
Lisea Express - n°10 - Sept. 2014
LISEA
 
Lisea Express - n°12 - Juin 2016
Lisea Express - n°12 - Juin 2016Lisea Express - n°12 - Juin 2016
Lisea Express - n°12 - Juin 2016
LISEA
 
SUD OUEST - Supplément spécial LGV SEA - Mars 2017
SUD OUEST - Supplément spécial LGV SEA - Mars 2017SUD OUEST - Supplément spécial LGV SEA - Mars 2017
SUD OUEST - Supplément spécial LGV SEA - Mars 2017
LISEA
 
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
AURH - Agence d'urbanisme Le Havre - Estuaire de la Seine
 
Fiche SCoT LHPCE n°4 - Économie
Fiche SCoT LHPCE n°4 - ÉconomieFiche SCoT LHPCE n°4 - Économie
Nomination de hervé le caignec
Nomination de hervé le caignecNomination de hervé le caignec
Nomination de hervé le caignec
LISEA
 
Fiche SCoT LHPCE n°5 - Tourisme
Fiche SCoT LHPCE n°5 - TourismeFiche SCoT LHPCE n°5 - Tourisme
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
AURH - Agence d'urbanisme Le Havre - Estuaire de la Seine
 
Fiche SCoT 2 - Mobilités
Fiche SCoT 2 - MobilitésFiche SCoT 2 - Mobilités
Fiche SCoT 2 - Mobilités
SCoT-LHPCE
 
Bilan du SCoT LHPCE
Bilan du SCoT LHPCEBilan du SCoT LHPCE
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
AURH - Agence d'urbanisme Le Havre - Estuaire de la Seine
 
LISEA et LGV SEA - Dossier de presse 2017
LISEA et LGV SEA - Dossier de presse 2017LISEA et LGV SEA - Dossier de presse 2017
LISEA et LGV SEA - Dossier de presse 2017
LISEA
 
Fiche SCoT LHPCE n°10 - Habitat
Fiche SCoT LHPCE n°10 - HabitatFiche SCoT LHPCE n°10 - Habitat
Projet plateau
Projet plateauProjet plateau
Projet plateau
fredolly
 
RN 154 : Projet alternatif ferroviaire
RN 154 : Projet alternatif ferroviaireRN 154 : Projet alternatif ferroviaire
RN 154 : Projet alternatif ferroviaire
Laurent Bordeau
 
Rapport d'activité LISEA 2017
Rapport d'activité LISEA 2017Rapport d'activité LISEA 2017
Rapport d'activité LISEA 2017
LISEA
 

Tendances (17)

Lisea Express - n°9 - Avril 2014
Lisea Express - n°9 - Avril 2014Lisea Express - n°9 - Avril 2014
Lisea Express - n°9 - Avril 2014
 
Lisea Express - n°10 - Sept. 2014
Lisea Express - n°10 - Sept. 2014Lisea Express - n°10 - Sept. 2014
Lisea Express - n°10 - Sept. 2014
 
Lisea Express - n°12 - Juin 2016
Lisea Express - n°12 - Juin 2016Lisea Express - n°12 - Juin 2016
Lisea Express - n°12 - Juin 2016
 
SUD OUEST - Supplément spécial LGV SEA - Mars 2017
SUD OUEST - Supplément spécial LGV SEA - Mars 2017SUD OUEST - Supplément spécial LGV SEA - Mars 2017
SUD OUEST - Supplément spécial LGV SEA - Mars 2017
 
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
 
Fiche SCoT LHPCE n°4 - Économie
Fiche SCoT LHPCE n°4 - ÉconomieFiche SCoT LHPCE n°4 - Économie
Fiche SCoT LHPCE n°4 - Économie
 
Nomination de hervé le caignec
Nomination de hervé le caignecNomination de hervé le caignec
Nomination de hervé le caignec
 
Fiche SCoT LHPCE n°5 - Tourisme
Fiche SCoT LHPCE n°5 - TourismeFiche SCoT LHPCE n°5 - Tourisme
Fiche SCoT LHPCE n°5 - Tourisme
 
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
 
Fiche SCoT 2 - Mobilités
Fiche SCoT 2 - MobilitésFiche SCoT 2 - Mobilités
Fiche SCoT 2 - Mobilités
 
Bilan du SCoT LHPCE
Bilan du SCoT LHPCEBilan du SCoT LHPCE
Bilan du SCoT LHPCE
 
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
Un SCoT pour le territoire Le Havre Pointe de Caux Estuaire (fiche SCoT LHPCE...
 
LISEA et LGV SEA - Dossier de presse 2017
LISEA et LGV SEA - Dossier de presse 2017LISEA et LGV SEA - Dossier de presse 2017
LISEA et LGV SEA - Dossier de presse 2017
 
Fiche SCoT LHPCE n°10 - Habitat
Fiche SCoT LHPCE n°10 - HabitatFiche SCoT LHPCE n°10 - Habitat
Fiche SCoT LHPCE n°10 - Habitat
 
Projet plateau
Projet plateauProjet plateau
Projet plateau
 
RN 154 : Projet alternatif ferroviaire
RN 154 : Projet alternatif ferroviaireRN 154 : Projet alternatif ferroviaire
RN 154 : Projet alternatif ferroviaire
 
Rapport d'activité LISEA 2017
Rapport d'activité LISEA 2017Rapport d'activité LISEA 2017
Rapport d'activité LISEA 2017
 

Similaire à Lisea Express - n°5 - Janv. 2013

Plaquette LISEA
Plaquette LISEAPlaquette LISEA
Plaquette LISEA
LISEA
 
Journal grand prix du bâtiment durable
Journal grand prix du bâtiment durableJournal grand prix du bâtiment durable
Journal grand prix du bâtiment durable
Martine Promess
 
Eurovia - Rapport d'activité 2013
Eurovia - Rapport d'activité 2013Eurovia - Rapport d'activité 2013
Eurovia - Rapport d'activité 2013
Eurovia_Group
 
Contrat filiere-eau
Contrat filiere-eauContrat filiere-eau
Contrat filiere-eau
PEXE
 
Éco actu n°23
Éco actu n°23Éco actu n°23
Éco actu n°23
AudéLor
 
Éco actu n°15
Éco actu n°15Éco actu n°15
Éco actu n°15
AudéLor
 
Wfdee rapport d'activité 2014 v3
Wfdee   rapport d'activité 2014 v3Wfdee   rapport d'activité 2014 v3
Wfdee rapport d'activité 2014 v3
Guillaume Soulet
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 13-11-23
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 13-11-23Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 13-11-23
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 13-11-23
BenotGeorges3
 
Plan Industries Ile-de-France : favoriser la croissance des TPE/PME industrie...
Plan Industries Ile-de-France : favoriser la croissance des TPE/PME industrie...Plan Industries Ile-de-France : favoriser la croissance des TPE/PME industrie...
Plan Industries Ile-de-France : favoriser la croissance des TPE/PME industrie...
Plan-Industries-Ile-de-France
 
Programme de travail de l'AURH 2023
Programme de travail de l'AURH 2023Programme de travail de l'AURH 2023
Rapport d'activité 2013
Rapport d'activité 2013Rapport d'activité 2013
Rapport d'activité 2013
LISEA
 
Rapport d'activité 2014
Rapport d'activité 2014Rapport d'activité 2014
Rapport d'activité 2014
Eurovia_Group
 
Eco actu n°25
Eco actu n°25Eco actu n°25
Eco actu n°25
AudéLor
 
Bulletin infos janvier 2015 - Communauté de Communes Lauragais Revel et Sorézois
Bulletin infos janvier 2015 - Communauté de Communes Lauragais Revel et SorézoisBulletin infos janvier 2015 - Communauté de Communes Lauragais Revel et Sorézois
Bulletin infos janvier 2015 - Communauté de Communes Lauragais Revel et Sorézois
Communauté de Communes Lauragais Revel Sorézois
 
Vues du Zinc n°49 - Mars 2013
Vues du Zinc n°49 - Mars 2013Vues du Zinc n°49 - Mars 2013
Vues du Zinc n°49 - Mars 2013
VMZINC
 
Note tourisme des_deputes_majorite_au_gouvernement_avril_2020_1 (2)
Note tourisme des_deputes_majorite_au_gouvernement_avril_2020_1 (2)Note tourisme des_deputes_majorite_au_gouvernement_avril_2020_1 (2)
Note tourisme des_deputes_majorite_au_gouvernement_avril_2020_1 (2)
ValrieP3
 
Flash inno septembre - octobre 2020
Flash inno septembre - octobre 2020Flash inno septembre - octobre 2020
Flash inno septembre - octobre 2020
Bpifrance
 
Le pôle Course au large de la BSM (Lorient). Communication AudéLor n°78, sept...
Le pôle Course au large de la BSM (Lorient). Communication AudéLor n°78, sept...Le pôle Course au large de la BSM (Lorient). Communication AudéLor n°78, sept...
Le pôle Course au large de la BSM (Lorient). Communication AudéLor n°78, sept...
AudéLor
 

Similaire à Lisea Express - n°5 - Janv. 2013 (20)

Plaquette LISEA
Plaquette LISEAPlaquette LISEA
Plaquette LISEA
 
Journal grand prix du bâtiment durable
Journal grand prix du bâtiment durableJournal grand prix du bâtiment durable
Journal grand prix du bâtiment durable
 
Eurovia - Rapport d'activité 2013
Eurovia - Rapport d'activité 2013Eurovia - Rapport d'activité 2013
Eurovia - Rapport d'activité 2013
 
Contrat filiere-eau
Contrat filiere-eauContrat filiere-eau
Contrat filiere-eau
 
Éco actu n°23
Éco actu n°23Éco actu n°23
Éco actu n°23
 
Éco actu n°15
Éco actu n°15Éco actu n°15
Éco actu n°15
 
Wfdee rapport d'activité 2014 v3
Wfdee   rapport d'activité 2014 v3Wfdee   rapport d'activité 2014 v3
Wfdee rapport d'activité 2014 v3
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 13-11-23
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 13-11-23Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 13-11-23
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 13-11-23
 
Plan Industries Ile-de-France : favoriser la croissance des TPE/PME industrie...
Plan Industries Ile-de-France : favoriser la croissance des TPE/PME industrie...Plan Industries Ile-de-France : favoriser la croissance des TPE/PME industrie...
Plan Industries Ile-de-France : favoriser la croissance des TPE/PME industrie...
 
Programme de travail de l'AURH 2023
Programme de travail de l'AURH 2023Programme de travail de l'AURH 2023
Programme de travail de l'AURH 2023
 
Rapport d'activité 2013
Rapport d'activité 2013Rapport d'activité 2013
Rapport d'activité 2013
 
Rapport d'activité 2014
Rapport d'activité 2014Rapport d'activité 2014
Rapport d'activité 2014
 
Compte-rendu Ivry Port
Compte-rendu Ivry PortCompte-rendu Ivry Port
Compte-rendu Ivry Port
 
Eco actu n°25
Eco actu n°25Eco actu n°25
Eco actu n°25
 
Bulletin infos janvier 2015 - Communauté de Communes Lauragais Revel et Sorézois
Bulletin infos janvier 2015 - Communauté de Communes Lauragais Revel et SorézoisBulletin infos janvier 2015 - Communauté de Communes Lauragais Revel et Sorézois
Bulletin infos janvier 2015 - Communauté de Communes Lauragais Revel et Sorézois
 
Vues du Zinc n°49 - Mars 2013
Vues du Zinc n°49 - Mars 2013Vues du Zinc n°49 - Mars 2013
Vues du Zinc n°49 - Mars 2013
 
Note tourisme des_deputes_majorite_au_gouvernement_avril_2020_1 (2)
Note tourisme des_deputes_majorite_au_gouvernement_avril_2020_1 (2)Note tourisme des_deputes_majorite_au_gouvernement_avril_2020_1 (2)
Note tourisme des_deputes_majorite_au_gouvernement_avril_2020_1 (2)
 
Flash inno septembre - octobre 2020
Flash inno septembre - octobre 2020Flash inno septembre - octobre 2020
Flash inno septembre - octobre 2020
 
Le pôle Course au large de la BSM (Lorient). Communication AudéLor n°78, sept...
Le pôle Course au large de la BSM (Lorient). Communication AudéLor n°78, sept...Le pôle Course au large de la BSM (Lorient). Communication AudéLor n°78, sept...
Le pôle Course au large de la BSM (Lorient). Communication AudéLor n°78, sept...
 
Turbulences n52
Turbulences n52Turbulences n52
Turbulences n52
 

Plus de LISEA

Suivi Colonisation castor - 2018 - PCN
Suivi Colonisation castor - 2018 - PCNSuivi Colonisation castor - 2018 - PCN
Suivi Colonisation castor - 2018 - PCN
LISEA
 
Suivi Bocage de Chaunay (86) - 2018 - PCN
Suivi Bocage de Chaunay (86) - 2018 - PCNSuivi Bocage de Chaunay (86) - 2018 - PCN
Suivi Bocage de Chaunay (86) - 2018 - PCN
LISEA
 
Suivi Nichoirs à Bergeronnette des ruisseaux - 2018 - PCN
Suivi Nichoirs à Bergeronnette des ruisseaux - 2018 - PCNSuivi Nichoirs à Bergeronnette des ruisseaux - 2018 - PCN
Suivi Nichoirs à Bergeronnette des ruisseaux - 2018 - PCN
LISEA
 
Suivi Transparence Amphibiens - 2018 - PCN
Suivi Transparence Amphibiens - 2018 - PCNSuivi Transparence Amphibiens - 2018 - PCN
Suivi Transparence Amphibiens - 2018 - PCN
LISEA
 
Suivi Gites à Chiroptères - 2018 - PCN
Suivi Gites à Chiroptères - 2018 - PCNSuivi Gites à Chiroptères - 2018 - PCN
Suivi Gites à Chiroptères - 2018 - PCN
LISEA
 
Suivi observatoire photographique - 2018 - CEREMA
Suivi observatoire photographique - 2018 - CEREMASuivi observatoire photographique - 2018 - CEREMA
Suivi observatoire photographique - 2018 - CEREMA
LISEA
 
Suivi Avifaune de plaine - 2018 - LPO Touraine
Suivi Avifaune de plaine - 2018 - LPO TouraineSuivi Avifaune de plaine - 2018 - LPO Touraine
Suivi Avifaune de plaine - 2018 - LPO Touraine
LISEA
 
Suivi Mares - 2018 - CEN AQ
Suivi Mares - 2018 - CEN AQSuivi Mares - 2018 - CEN AQ
Suivi Mares - 2018 - CEN AQ
LISEA
 
Suivi Mares - 2017 - SEPANT
Suivi Mares - 2017 - SEPANTSuivi Mares - 2017 - SEPANT
Suivi Mares - 2017 - SEPANT
LISEA
 
Suivi Ail rose - 2018 - CEN AQ
Suivi Ail rose - 2018 - CEN AQSuivi Ail rose - 2018 - CEN AQ
Suivi Ail rose - 2018 - CEN AQ
LISEA
 
Suivi Chevêche d'Athena - 2018 - PCN
Suivi Chevêche d'Athena - 2018 - PCNSuivi Chevêche d'Athena - 2018 - PCN
Suivi Chevêche d'Athena - 2018 - PCN
LISEA
 
Suivi Flore : Odontite de Jaubert - 2016-2018 - CBNBP
Suivi Flore : Odontite de Jaubert - 2016-2018 - CBNBPSuivi Flore : Odontite de Jaubert - 2016-2018 - CBNBP
Suivi Flore : Odontite de Jaubert - 2016-2018 - CBNBP
LISEA
 
Suivi Grande Mulette - 2018 - Vienne Nature
Suivi Grande Mulette - 2018 - Vienne NatureSuivi Grande Mulette - 2018 - Vienne Nature
Suivi Grande Mulette - 2018 - Vienne Nature
LISEA
 
Suivi Vouharte (16) - 2017 - PCN
Suivi Vouharte (16) - 2017 - PCNSuivi Vouharte (16) - 2017 - PCN
Suivi Vouharte (16) - 2017 - PCN
LISEA
 
Suivi IPR Veude de Poncay - 2018 - Fédération de pêche 37
Suivi IPR Veude de Poncay - 2018 - Fédération de pêche 37Suivi IPR Veude de Poncay - 2018 - Fédération de pêche 37
Suivi IPR Veude de Poncay - 2018 - Fédération de pêche 37
LISEA
 
Suivi Avifaune landes sèches - 2017 - PCN
Suivi Avifaune landes sèches  - 2017 - PCNSuivi Avifaune landes sèches  - 2017 - PCN
Suivi Avifaune landes sèches - 2017 - PCN
LISEA
 
Suivi Agrion de Mercure - 2017 - SEPANT
Suivi Agrion de Mercure  - 2017 - SEPANTSuivi Agrion de Mercure  - 2017 - SEPANT
Suivi Agrion de Mercure - 2017 - SEPANT
LISEA
 
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
LISEA
 
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
LISEA
 
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
LISEA
 

Plus de LISEA (20)

Suivi Colonisation castor - 2018 - PCN
Suivi Colonisation castor - 2018 - PCNSuivi Colonisation castor - 2018 - PCN
Suivi Colonisation castor - 2018 - PCN
 
Suivi Bocage de Chaunay (86) - 2018 - PCN
Suivi Bocage de Chaunay (86) - 2018 - PCNSuivi Bocage de Chaunay (86) - 2018 - PCN
Suivi Bocage de Chaunay (86) - 2018 - PCN
 
Suivi Nichoirs à Bergeronnette des ruisseaux - 2018 - PCN
Suivi Nichoirs à Bergeronnette des ruisseaux - 2018 - PCNSuivi Nichoirs à Bergeronnette des ruisseaux - 2018 - PCN
Suivi Nichoirs à Bergeronnette des ruisseaux - 2018 - PCN
 
Suivi Transparence Amphibiens - 2018 - PCN
Suivi Transparence Amphibiens - 2018 - PCNSuivi Transparence Amphibiens - 2018 - PCN
Suivi Transparence Amphibiens - 2018 - PCN
 
Suivi Gites à Chiroptères - 2018 - PCN
Suivi Gites à Chiroptères - 2018 - PCNSuivi Gites à Chiroptères - 2018 - PCN
Suivi Gites à Chiroptères - 2018 - PCN
 
Suivi observatoire photographique - 2018 - CEREMA
Suivi observatoire photographique - 2018 - CEREMASuivi observatoire photographique - 2018 - CEREMA
Suivi observatoire photographique - 2018 - CEREMA
 
Suivi Avifaune de plaine - 2018 - LPO Touraine
Suivi Avifaune de plaine - 2018 - LPO TouraineSuivi Avifaune de plaine - 2018 - LPO Touraine
Suivi Avifaune de plaine - 2018 - LPO Touraine
 
Suivi Mares - 2018 - CEN AQ
Suivi Mares - 2018 - CEN AQSuivi Mares - 2018 - CEN AQ
Suivi Mares - 2018 - CEN AQ
 
Suivi Mares - 2017 - SEPANT
Suivi Mares - 2017 - SEPANTSuivi Mares - 2017 - SEPANT
Suivi Mares - 2017 - SEPANT
 
Suivi Ail rose - 2018 - CEN AQ
Suivi Ail rose - 2018 - CEN AQSuivi Ail rose - 2018 - CEN AQ
Suivi Ail rose - 2018 - CEN AQ
 
Suivi Chevêche d'Athena - 2018 - PCN
Suivi Chevêche d'Athena - 2018 - PCNSuivi Chevêche d'Athena - 2018 - PCN
Suivi Chevêche d'Athena - 2018 - PCN
 
Suivi Flore : Odontite de Jaubert - 2016-2018 - CBNBP
Suivi Flore : Odontite de Jaubert - 2016-2018 - CBNBPSuivi Flore : Odontite de Jaubert - 2016-2018 - CBNBP
Suivi Flore : Odontite de Jaubert - 2016-2018 - CBNBP
 
Suivi Grande Mulette - 2018 - Vienne Nature
Suivi Grande Mulette - 2018 - Vienne NatureSuivi Grande Mulette - 2018 - Vienne Nature
Suivi Grande Mulette - 2018 - Vienne Nature
 
Suivi Vouharte (16) - 2017 - PCN
Suivi Vouharte (16) - 2017 - PCNSuivi Vouharte (16) - 2017 - PCN
Suivi Vouharte (16) - 2017 - PCN
 
Suivi IPR Veude de Poncay - 2018 - Fédération de pêche 37
Suivi IPR Veude de Poncay - 2018 - Fédération de pêche 37Suivi IPR Veude de Poncay - 2018 - Fédération de pêche 37
Suivi IPR Veude de Poncay - 2018 - Fédération de pêche 37
 
Suivi Avifaune landes sèches - 2017 - PCN
Suivi Avifaune landes sèches  - 2017 - PCNSuivi Avifaune landes sèches  - 2017 - PCN
Suivi Avifaune landes sèches - 2017 - PCN
 
Suivi Agrion de Mercure - 2017 - SEPANT
Suivi Agrion de Mercure  - 2017 - SEPANTSuivi Agrion de Mercure  - 2017 - SEPANT
Suivi Agrion de Mercure - 2017 - SEPANT
 
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
 
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
 
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
 

Lisea Express - n°5 - Janv. 2013

  • 1. [ Territoires ] Le poster des 112 oiseaux protégés, recensés sur le tracé. Poitiers - La Folie : l'estacade pile après pile [ Prise directe ] Camping à la ferme : la solution hébergement des compagnons n°05 J a n v i e r 2 0 1 3 Retombées économiques : un chantier moteur de l’activité locale 600 millions d’euros contractualisés ou en cours avec les entreprises des 6 départements. [ GRAND ANGLE ] Le journal de la LGV Sud Europe Atlantique Tours-Bordeaux Créditphoto:A.Montaufier(entrepriseSATECO-86) En supplément dans ce numéro :
  • 2. Premier bilan 2012 aura été marquée par le lancement des travaux de la LGV SEA Tours-Bordeaux sur l’ensemble de la ligne. Elus, riverains, entrepreneurs, commerçants, agriculteurs, membres du monde associatif et de l’administration, journalistes… Vous vivez et parfois subissez ce chantier en étant au cœur de ses battements qui rythment le travail du constructeur COSEA. Ensemble, nous continuerons en 2013 à tout faire pour limiter les nuisances que nous générons et nous poursuivrons les concertations engagées en étant toujours à votre écoute. Le chantier vient de réaliser dans vos départements son 1000ème recrutement local, grâce à l’excellence de la collaboration instaurée entre le constructeur et les intervenants du monde de l’emploi, au premier rang desquels figure Pôle Emploi. LISEA et COSEA sont fiers d’être à l’origine de cette dynamique, qui participe tant à la vie économique que sociale des territoires concernés, que ce soit par le nombre de collaborateurs directs et sous-traitants (5 500 personnes) ou par l’importance des commandes passées à des entreprises locales (plus de 600 millions d’euros). Sachons pérenniser ces retombées économiques, aujourd’hui indéniables ; avec ce vœu à l’esprit, je vous souhaite, avec confiance, une bonne année 2013. Hervé TRICOT, Président de LISEA SAS édito Editeur : LISEA SAS Siège social : 1 cours Ferdinand de Lesseps - 92500 Rueil-Malmaison Adresse pour correspondance : Rue Caroline Aigle CS 60484 - 86012 Poitiers Cedex Tél : 05 49 11 80 00 - Fax : 05 49 88 17 50 contact@lisea.fr Directeur de la Publication : Hervé Tricot Rédactrices en chef : Magali Louazon, Valérie Marquis Rédaction : Axentonic Graphisme, maquette : Pubble-Gum Dans ce numéro : insertion d’un poster sur les espèces d’oiseaux protégées du tracé Réalisation du poster : Territoires & co Photo couverture : A. Montaufier, réalisée dans les locaux de l’entreprise SATECO (86) Photos/Schéma : A. Montaufier, M. Garnier, Axentonic, T. Duqueroix, T. Marzloff, DND Infrarouge, Aérolithe, Conseil général de la Vienne, Conseil général de la Charente. Distribution : Mediapost / Adrexo N°ISSN : 2258-6342 Principaux associés : VINCI Concessions et VINCI SA, CDC Infrastructure, SOJAS SAS (MERIDIAM Infrastructure), AXA Private Equity Tirage : 197 000 exemplaires imprimés sur papier certifié PEFC, issu de forêts gérées durablement. Prochain numéro : avril 2013 LISEA Biodiversité : premier appel à projets lancé Evaluer les retombées de la LGV Tours-Bordeaux Concessionnaire de la LGV Tours-Bordeaux, LISEA a mis en place un observatoire socio-économique chargé de mesurer, évaluer et publier les effets de la ligne sur les territoires concernés par son passage, jusqu’en 2027. Pour ce faire, les thématiques de l’observatoire couvrent plusieurs champs de recherche parmi lesquels la mobilité, l’habitat, l’activité économique et touristique, l’enseignement supérieur et la recherche, la fiscalité, l’aménagement et le développement économique. L’ensemble des travaux produits par l’observatoire sera mis à disposition de ses membres, par le biais d’une plate-forme extranet dédiée : http://observatoire-socio-economique.lisea.fr 2 15 millions 510 ouvrages d’art non courants en cours de réalisation sur les 27 prévus 90 ouvrages d'art courants en cours de réalisation, 10 terminés, 50 000 m3 de béton de structure mis en œuvre déviations autoroutières en service sur les 8 requises sur le projet www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr Vous disposez d’un logement pour nos compagnons ? Sur tout le tracé, et pour le temps des travaux, nos équipes recherchent des logements en location et des terrains pour emplacement de caravanes. Ils souhaitent souvent s’installer à proximité de leur lieu de travail dans des meublés ou des locations semi-équipées. Si vous souhaitez faire une offre de logement, ou obtenir des informations complémentaires, vous pouvez contacter : ACTU LGV [ Hébergement ] Afin de renforcer son action dans la promotion et la conservation du patrimoine naturel, et en complémentarité des engagements réglementaires, LISEA lance la fondation d’entreprise LISEA Biodiversité. Dotée de 5 millions d’euros pour la période 2012-2017, elle ambitionne de financer des projets de proximité, portés par des associations, entreprises ou centres de recherche, se rapportant en priorité, mais pas exclusivement, à la préservation d’espèces protégées. Chaque projet aidé donnera ensuite lieu à un suivi et à une évaluation des résultats. Les dossiers sont téléchargeables sur le site www.lgv-sea-tours-bordeaux (rubrique « Fondation ») ou à retirer au siège de LISEA à Poitiers. INDRE-ET-LOIRE Danièle THOMAS : 06 14 13 15 23 / daniele.thomas@cocitramobilite.com NORD ET CENTRE VIENNE Anita MESSE-MEIFFREN : 06 03 67 41 34 / anita.messemeiffren@cocitramobilite.com VIENNE SUD ET DEUX-SÈVRES Nawel BELGHAZI : 06 18 87 64 27 / nawel.belghazi@cocitramobilite.com CHARENTE NORD Thomas JUTAN : 06 35 17 30 37 / thomas.jutan@cocitramobilite.com CHARENTE SUD Aurore BACONNET : 05 35 17 27 17 / aurore.baconnet@cocitramobilite.com CHARENTE-MARITIME ET GIRONDE Florence LESCA : 06 11 45 26 82 / florence.lesca@cocitramobilite.com fondation-lisea-biodiversite@lisea.fr CONTACT ET INFORMATIONS : de m3 de déblais réalisés sur les 60 m3 prévus [ Aménagement des territoires ] [ Biodiversité ]
  • 3. LA PAROLE À : Réseau Ferré de France Sébastien Klein, chargé de concertation à la Direction de la Production des Sillons. Accès au chantier L’info chantier en direct près de chez vous Le chantier est interdit au public pendant toute la durée des travaux. Il est interdit d'y pénétrer, même lorsque celui-ci est « à l'arrêt ». Il est très réglementé afin d’assurer la sécurité des riverains et du personnel du chantier : signalisation, gardiennage, port d’équipements de sécurité obligatoire. Dès le printemps prochain et sur 4 points spécifiques du tracé, des visites de chantier seront organisées pour permettre au public de voir de plus près le travail des compagnons. Des centres d’information seront notamment installés pour accueillir les visiteurs en toute sécurité. www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr : Découvrez l’actualité du chantier sur votre commune grâce aux photos/vidéos de l’avancement des travaux et aux informations régulièrement mises en ligne sur les déviations routières et événements à venir. Il vous est aussi possible de vous abonner aux alertes e-mail des travaux de la LGV. 3 9 plates-formes de formation sur le tracé (4 en génie civil et 5 en terrassement) espèces protégées recensées 98 réunions publiques déjà organisées 220 46 12 millionsd’euros en faveur de la formation Démarrage d’un nouvel ouvrage d’art chaque jour ns es sur es Seuil des 1 000recrutements locaux atteint fouilles archéologiques prescrites, réalisées ou en cours sur le tracé, une une vingtaine de fouilles pressenties à venir en Indre-et-Loire Circulation routière : réduire au maximum les nuisances ACTU LGV [ Voirie ] [ Sécurité ] Certains matériaux sont acheminés vers le chantier par train. Quel est le rôle de RFF dans ce dossier ? Réseau Ferré de France est en charge de la politique de construction des voies nouvelles et de l’entretien de celles qui existent déjà. L’établissement a également pour compétence l’attribution des créneaux de circulation entre les différentes entreprises ferroviaires. La DCF - Direction de la Circulation Ferroviaire -, entité de la SNCF, s’occupe quant à elle du tracé technique des sillons, c’est-à-dire du calcul précis des horaires durant lesquels une voie est affectée à la circulation d'un train entre deux points du réseau. Je suis l’intermédiaire entre la DCF et les entreprises ferroviaires, et dans le cas de la construction de la LGV SEA je m’assure avec COSEA que les matériaux transportés par train parviennent en temps et en heure sur les différents points d’approvisionnement du chantier. Où en est-on de ce processus ? Les livraisons ont commencé il y a quelques mois, et vont peu à peu s’intensifier. Le calendrier prévisionnel court jusqu’à fin 2015. Les logisticiens ne veulent pas que tous les matériaux arrivent en même temps, il y a un ordre bien précis à respecter : d’abord les sous-couches, puis le ballast, les traverses, les rails, les poteaux caténaires… L’objectif est de travailler en flux tendu pour éviter de stocker. Quelles sont les principales difficultés ? Il y a beaucoup de circulations à l’approche des bases-travaux, notamment les trains de voyageurs - TGV, TER -, parmi lesquels il faut insérer les convois d’approvisionnement. Les convois peuvent parfois être très lourds - plus de 2 000 tonnes -, nécessitant un itinéraire ferroviaire adapté. Par exemple, à côté d’Angoulême, une voie unique ne supporte à l’heure actuelle que des autorails légers, obligeant certains convois de ballast à emprunter un itinéraire alternatif un peu plus long. Mais à moyen terme, des travaux de confortement de cette voie sont prévus par RFF pour permettre d’alimenter directement la base-travaux située près d’Angoulême. L’acheminement des matériaux peut-il entraîner des coupures de circulation pour les trains voyageurs ? Non, les trains voyageurs et de marchandises cohabitent. La construction de la LGV entraîne inévitablement des perturbations du réseau routier : coupures momentanées, créations de déviations ou d’itinéraires provisoires. Des réunions de concertation ont permis de déterminer le meilleur choix pour le rétablissement du trafic pour chacune des communes concernées. A l'issue de ces réunions, COSEA a tout étudié afin de s’adapter au mieux à chaque situation. Objectif : réduire au maximum les nuisances aux usagers tout en assurant les travaux en toute sécurité. 1er cas : la route n’est pas rétablie à l’identique. La circulation continue sur cette voie durant la construction d’une autre route à proximité. L’ancienne voie est ensuite déviée sur la nouvelle. 2nd cas : la route est rétablie après quelques travaux. Si cela est possible, une déviation provisoire est ouverte localement (ex : les déviations faites sur les autoroutes). Sinon, le trafic est dévié sur une route adjacente en accord avec la commune ou le conseil général. Un ouvrage est parallèlement édifié sur la route actuelle, afin de permettre le passage de la LGV. Cette route est ensuite rétablie. La gêne occasionnée est ici un peu plus importante pour les usagers. [ Acheminement des matériaux ] !Exemple de déviation sur l’A85.
  • 4. PRISE DIRECTE VIENS CHEZ MOI, J’HABITE PRÈS DU CHANTIER 4 www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr Camping à la ferme Aménager un terrain et accueillir des touristes au sein de l’exploitation familiale située à Villesoubis en Charente, Emeline Gasseling en rêvait. Le chantier de la LGV Tours-Bordeaux lui a permis de se lancer et de réaliser les travaux nécessaires. Depuis neuf mois, les compagnons se succèdent à la ferme. Une vie en caravane porte à porte Les compagnons et leur home, sweet home [ Interview ] [ Témoignage ] Conducteur d’engins depuis 23 ans, Denis Augnet se déplace de chantier en chantier avec sa caravane. Un choix de vie parfaitement assumé. « C’est mon chez moi ! Elle me suit partout. Machine à laver, télé, chauffage, frigo, congélateur, gazinière… je bénéficie de tout le confort. » Après plus d’un mois passé à Celle-L’Evescault dans la Vienne, Denis Augnet a installé sa caravane chez un agriculteur près de Saint-Felix en Charente. « COSEA m’a donné une liste d’adresses pour m’aider à trouver un terrain. Parfois, je fais aussi du porte à porte. » Mais s’il avoue avoir toujours sillonné avec plaisir les quatre coins de France, de Belgique et d’Allemagne pour travailler, il ne boude jamais son plaisir à rentrer chez lui en Normandie dès que l’occasion se présente ! Georges Arthur, conducteur d’engins à Coulombiers (86) J’ai trouvé une chambre d’hôte à Courgé, via Cocitra Mobilité. Je loge chez un jeune couple très sympa : c’est important, le bon voisinage ! J’y ai une douche, un lit, une petite cuisine - je suis très exigeant quant à la nourriture - et même internet ! C’est royal. Jocelyn Trognon, chargé Qualité, Sécurité, Environnement à Blanquefort (33) Après un an passé à l’hôtel, j’ai déniché un T3 meublé, dans lequel j’ai pu accueillir mon fils pour qu'il puisse poursuivre ses études. Cocitra Mobilité m’a aidé dans mes recherches et j’ai eu de la chance : il n’y avait qu’un seul bien de ce type à Blanquefort ! Fonctionnel et situé dans une résidence, le logement correspond à mes attentes. Ahmadou Thiam, chargé du raccordement au Réseau Ferré National, à Luxé (16) La semaine, je vis dans un studio meublé, à Angoulême, et le week-end, je rejoins mon épouse à Bordeaux, où elle a emménagé dans un T3 neuf au début de ma mission. Je suis passé par le site internet Le bon coin pour trouver ces deux logements. L’avantage du studio, par rapport à l’hôtel, c’est qu’on s’y sent chez soi. [Verbatim ] Plus de 5 000. C’est le nombre de salariés et de sous-traitants présents aujourd’hui sur l’ensemble du tracé de la future LGV Tours-Bordeaux. Si certains ont décroché un poste près de leur lieu d’habitation, beaucoup travaillent loin de chez eux. Seuls ou en famille, ils doivent donc trouver une maison, un appartement, une chambre d’hôte ou une caravane pour la durée de leur mission. Autonomes dans leurs recherches de logements, ils peuvent, s’ils le souhaitent, bénéficier de l’accompagnement de la société Cocitra Mobilité, mandatée par COSEA. Des livrets d'accueil de grande qualité et des annuaires d’hébergement ont par ailleurs été préalablement réalisés en collaboration avec les collectivités locales, les offices de tourisme et les chambres d’agriculture. Ils ont été distribués à tous les personnels de chantier. Racontez-nous comment est né ce projet ? Titulaire d’un diplôme dans le secteur du tourisme, j’envisageais de mettre en place un accueil à la ferme. La présence du chantier de la LGV à Villesoubis et Luxé m’a incitée à me lancer. En effet, les compagnons allaient avoir besoin de se loger ! J’ai donc entamé un certain nombre de démarches administratives, il y a un an et demi. Je me suis par exemple renseignée sur les normes sanitaires ou d’urbanisme à respecter et le nombre d'emplacements à ne pas dépasser pour ne pas être assimilée à un camping. Quelle prestation proposez-vous à présent ? Je voulais faire les choses bien. J’ai donc fait viabiliser un terrain de 2 000 mètres carrés, juste à côté de la ferme, et aménager 6 emplacements de caravanes. Chacun d’entre eux bénéficie de ses propres assainissement, sortie eau et électricité. J’ai également fait installer une cabine de douche et toilettes communs, à la demande d’un couple de compagnons. Un emplacement se loue de 150 à 200 euros le mois, ce qui correspond aux tarifs moyens, pour ce type de prestation. Comment vous faites-vous connaître ? J’ai déposé des flyers dans toutes les mairies, dans les bases-travaux, au siège de COSEA, dans les offices de tourisme… c’est une opération qu’il faut renouveler souvent. Mais le bouche à oreille fonctionne bien ! Quel bilan tirez-vous de cette expérience ? C’est plutôt positif. C’est toujours agréable de rencontrer des gens, certains compagnons sont très sympathiques. En revanche, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de mouvements. Il y a beaucoup de demandes, mais les gens ne restent pas. Beaucoup travaillent en intérim et ne restent que peu de temps à Villesoubis : un à deux mois, en moyenne. Il me faudra donc plus de temps que prévu pour amortir les investissements réalisés. L'accueil de compagnons en caravanes et camping-cars au sein d'une exploitation agricole est soumis à une réglementation précise. Pour tout renseignement, contactez la chambre d'agriculture de votre département. La caravane de Denis Augnet est actuellement stationnée à Saint-Félix, en Charente. Chez Emeline Gasseling, chaque emplacement dispose de ses propres sorties eau et éléctricité.
  • 5. 5 « Ça se passe plutôt bien. » Chargée de mission aménagement foncier auprès du Conseil général de la Charente, Morgan Le Quintrec consent cette confidence. « Il y a une très forte attente de la part du monde agricole, en ce qui concerne la restructuration des terres. Les procédures sont longues et complexes, on ne peut pas donner de date exacte. » La Charente est en effet le département qui fait l’objet du plus grand nombre de procédures : 19 en tout, dont 11 en inclusion, et 8 en exclusion d’emprise (NDLR : voir lexique). « Le plus difficile est d’arriver à accorder la même importance aux enjeux agricoles et environnementaux. Certains territoires comprennent en effet des zones Natura 2 000 qu’il faut préserver. » Une problématique que Patrick Tranchant, chef de pôle aménagement foncier auprès du Conseil général de la Vienne, connaît bien. «L’indispensable continuité des trames vertes et bleues - corridors écologiques, zones humides… - vient se superposer aux aménagements fonciers que nous devons réaliser. Quant à la règle du 2 pour 1, qui veut que pour 1 kilomètre de haie arrachée, on en replante 2, elle nécessite d’avoir plus de terres à disposition. » Yves Gargouil, Président délégué à l’agriculture du Conseil général de la Vienne, est très attentif au stock de réserves foncières, c’est-à-dire du nombre de parcelles détenues par la Safer et de terrains dont les communes sont elles-mêmes propriétaires. « Concrètement, nous disposons de 200 hectares dans la Vienne, là où il aurait été souhaitable d'en avoir 1 000. » La fin des opérations d’aménagement foncier devrait intervenir, selon les communes, d’ici 2 à 3 ans. ENVIRONNEMENT AMÉNAGEMENT FONCIER : LA LGV REDÉFINIT LE PAYSAGE AGRICOLE Profession : aménageur foncier Philippe Cachod est géomètre-expert, co-gérant du cabinet AXIS-CONSEILS, situé à Orléans. Ce dernier est mandaté par le Conseil général de la Vienne pour la mise en œuvre de procédures d’aménagement foncier liées au passage de la LGV Tours-Bordeaux. Le point sur son rôle. Un exercice de haute-voltige 52 000 hectares entre Tours et Bordeaux, dont 20 000 en Charente et 13 500 en Vienne. 75 communes concernées. Les procédures d’aménagement foncier (NDLR : voir lexique) constituent un enjeu de taille pour le chantier de la LGV. Maîtres d’ouvrages, les départements veillent à la préservation des intérêts des propriétaires fonciers, des exploitants agricoles, mais aussi au respect des équilibres environnementaux. Une procédure volontaire Souhaitant aller au-delà de la simple réglementation en vigueur, COSEA s’associe à la charte d’aménagement foncier élaborée par le Conseil général de la Vienne. « Ce document signé par tous les acteurs du projet - Etat, collectivités locales, profession agricole, associations de protection de la nature, maîtres d’ouvrage - impose des règles environnementales bien plus strictes que celles contenues dans la loi. Il tient lieu d’engagement moral », souligne Eric Monnier, directeur emprise COSEA. Exemple d’action volontariste inscrite dans la charte : une bourse aux arbres, créée en Vienne mais aussi en Charente. La démarche garantissant à chaque propriétaire la préservation ou la restitution de son capital bois, permet de limiter les arrachages lors des opérations de restructuration foncière. Trouver les solutions aux perturbations occasionnées par la LGV sur les exploitations agricoles : tel est l’objectif des procédures d’aménagement foncier initiées dans les départements traversés. D’une longueur totale de 340 kilomètres, la ligne passe en effet au milieu de secteurs agricoles et de zones environnementales sensibles. COSEA travaille avec les départements, les services de l’Etat, les mairies, et les Safer* pour mettre en place ces aménagements permettant de compenser les atteintes causées par l’ouvrage aux propriétés et exploitations agricoles dans le périmètre concerné. * Les Safer (Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural) sont détentrices d’un droit de préemption sur la vente des terrains agricoles et visent à préserver l’agriculture en France En quoi consistent les opérations d’aménagement foncier ? La procédure d’Aménagement foncier agricole et forestier (Afaf) remonte à 1941, et a pour objectifs de restructurer les exploitations agricoles, contribuer à l’aménagement du territoire communal et valoriser les espaces naturels. C’est ce qui va être fait dans le cadre du chantier de la LGV. La procédure d’Afaf retenue majoritairement avec inclusion d’emprise (NDLR : voir lexique) va permettre la mise à disposition des stocks fonciers nécessaires pour compenser l’ouvrage et diminuer ainsi les éventuels prélèvements à opérer sur les propriétés. Cette redistribution se fera par échange de parcelles ayant la même productivité agricole à plus ou moins 1%, déduction faite du prélèvement et limité à 5% des apports de chacun. Dans une procédure avec exclusion d’emprise, la partie située sous l’emprise sera acquise par COSEA. Quel est votre rôle dans ces opérations ? Le Conseil général de la Vienne nous a sélectionnés pour mettre en œuvre des procédures d’aménagement foncier dans le département. Il nous appartient de recueillir les souhaits des propriétaires et des exploitants agricoles quant aux modalités de redistribution parcellaire, ainsi que d’élaborer le programme des travaux connexes, en collaboration avec la Commission communale ou intercommunale d’aménagement et le bureau d’études environnementales. Nous sommes les hommes-orchestres de la procédure d’Afaf. Quelle place pour l’écologie dans ces procédures d’aménagement ? C’est un enjeu fort. Nous sommes garants du respect des prescriptions environnementales. Une analyse de l’étude d’impact de l’Afaf sur le territoire est conduite par l’autorité environnementale compétente, afin de mesurer les répercussions sur les milieux naturels, la faune et la flore, sur la qualité de l’air, sur les zones humides et les boisements. Elle comprend une évaluation des mesures compensatoires mises en œuvre. EMPRISE : surface de terrain occupée par la LGV et par les dépendances indispensables à sa réalisation. PROCÉDURE D’AMÉNAGEMENT FONCIER (anciennement dénommée ” remembrement “) : réorganisation spatiale des parcelles agricoles ou forestières traversées par la LGV pour remédier aux perturbations du fait du prélèvement d’emprise. PROCÉDURE EN INCLUSION D’EMPRISE : la procédure prend en compte les terres situées de part et d’autres du tracé, mais également celles qui vont être occupées par la ligne. Elle permet de limiter le prélèvement à 5 % de l’apport de chaque propriétaire dans le périmètre concerné. PROCÉDURE EN EXCLUSION D’EMPRISE : seules les terres situées de part et d’autre de la LGV font l’objet d’une procédure d’aménagement foncier. Celles qui sont situées sous l’emprise sont directement rachetées par COSEA à leurs propriétaires, et ne sont donc pas remplacées. [Mise en œuvre des procédures ] [Rôle des départements ]
  • 6. GRAND ANGLE SUR UN CHANTIER MOTEUR DE L’ACTIVITÉ LOCALE 6 SATECO : un contrat deux fois gagnant Moteur de l’emploi, avec plus de 5 500 collaborateurs et sous-traitants comptabilisés fin 2012 dont 1 200 recrutements locaux réalisés, la LGV SEA Tours-Bordeaux impulse aussi d’importantes retombées économiques directes. Plus de 600 millions d’euros ont déjà été contractualisés par COSEA avec les entreprises locales qui s’engagent auprès du constructeur dans une exigence de sécurité, de respect de l’environnement et de la biodiversité. Les retombées économiques s’évaluent aussi au bénéfice des commerçants, hébergeurs, qui s’investissent au plus près des besoins du chantier. Cette manne, qui prend forme grâce à la mobilisation des élus et des consulaires, sera tout l’enjeu de l’observatoire socio-économique de la ligne pour les quinze années à venir. Un seul but : exposer et rationaliser les effets pour mieux les orienter. Forte d’une expérience de cinquante ans, et leader dans le domaine du matériel de mise en forme du béton et de sécurité sur les chantiers, SATECO fait partie des premières entreprises de la Vienne à avoir signé un contrat avec COSEA. En jeu : un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros. www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr [ Mirebeau - Maillé (86) ] Lorsqu’on l’interroge sur les raisons qui ont poussé le constructeur de la LGV Tours-Bordeaux à s’intéresser à son entreprise, François Guilloteau se veut modeste : « Nous avions déjà participé à la construction de la LGV Est Paris-Strasbourg. Et puis notre situation géographique est idéale : nous sommes installés juste à côté de la future ligne, » explique le président de Sateco. Spécialisée dans la fabrication de coffrages destinés à mettre en forme le béton, la société est en effet sise dans la Vienne, où elle possède deux sites de production, à Mirebeau et Maillé. Elle compte également neuf commerciaux, répartis dans toute la France, et un important réseau à l’international : Russie, Qatar, Suisse, Afrique du sud… Un fonctionnement « atypique » L’expérience de Sateco, alliée à sa position de leader du secteur, ont vite attiré l’attention de COSEA. D’ici la fin de l’année 2013, l’entreprise assurera 80 % des besoins du chantier en banches*, pour un montant estimé à 10 % de son chiffre d’affaires global. «C’est une belle opportunité, que nous avons su saisir à temps, sourit François Guilloteau. Au-delà de l’impact financier, ce contrat nous a permis d’optimiser nos méthodes. Nous sommes en effet intervenus très en amont, et avons participé à la conception des outils. Ce fonctionnement atypique a donnélieuàunvéritableéchangedesavoir-faire,entrenoséquipesetcelles de COSEA. » *Banche:coffrageoutilutilisésurleschantiersdebâtimentettravauxpublics,pour mettre en forme les murs de béton Claude Bertaud « Une remarquable opportunité ! » Président du Conseil général de la Vienne Comment avez-vous accueilli ce projet de LGV ? Avec un grand enthousiasme, naturellement. C’est incontestablement une chance pour notre territoire. Le Conseil général de la Vienne étant le principal cofinanceur des collectivités publiques du département, le plus grand chantier européen est une aubaine et un véritable accélérateur économique. Le chantier va-t-il profiter à votre territoire ? Sans conteste. Ce chantier exceptionnel représente un atout majeur pour notre département en termes d’emploi d’une part, en privilégiant l’insertion au travers de formations spécifiques et bien sûr en termes économiques avec des retombées positives sur les entreprises de chaque secteur d’activité et la venue d’un millier de travailleurs pendant la durée des travaux. Quelles sont les actions mises en place par les acteurs locaux ? Un partenariat a été mis en place entre les principaux intervenants que sont d’un côté COSEA et de l’autre les services du Conseil général, de l’Etat et du Conseil régional ainsi que les chambres consulaires et les fédérations et syndicats professionnels. Par exemple, plusieurs centaines de bénéficiaires du RSA ont été formés aux métiers de conducteur d’engins et de canalisateur, des emplois d’avenir. Rencontre avec François Guilloteau, président de l’entreprise Sateco. 600 millions € En octobre 2012, 1,4 milliard d’euros de commandes est signé ou en cours de négociation, dont 600 millions à des entreprises des 6 départements du tracé. les retombées économiques
  • 7. Dans votre journal d’avril 2013 retrouvez le 2ème poster des espèces protégées Picnoir-Photo:GérardSchmitt Affiche LISEA 80x120cm FAUNE FLORE.indd 1 28/11/12 21:58:02 Poster LISEA 58x40cm Oiseaux.indd 1
  • 8. Les220espècesprotégées*présenteslelong delaLigneàGrandeVitesseTours-Bordeaux(1/2) BondréeapivoreAccenteurmouchetAlouetteluluAutourdespalombesBalbuzardpêcheurBergeronnettegriseBergeronnettedesruisseauxBergeronnetteprintanière BouscarledeCettiBouvreuilpivoineBruantdesroseauxBruantjauneBruantortolanBruantproyerBruantziziBusardcendréBusardSaint-Martin BusevariableChardonneretélégantChevaliersylvainChevêched’AthénaChoucasdestoursChouetteeffraieChouettehulotteCigogneblancheCircaèteJean-le-Blanc CisticoledesjoncsCochevishuppéCoucougrisEngouleventd’EuropeÉpervierd’EuropeFauconcrécerelleFauconémerillonFauconhobereauFauconpèlerin FauvetteàtêtenoireFauvettedesjardinsFauvettegrisetteFauvettepitchouGrèbehuppéGrèbecastagneuxGobemouchegrisGobemouchenoirGoélandargenté GoélandleucophéeGrandcormoranGrandeaigretteGrimpereaudesjardinsGrosbeccasse-noyauxGruecendréeHéronpourpréHiboudesmaraisHiboumoyen-duc awnyOwl. Poster LISEA 58x40cm Oiseaux.indd 2
  • 9. HirondelledefenêtreHirondellerustiqueHuppefasciéeHypolaïspolyglotteLinottemélodieuseLocustelleluscinoïdeLoriotd’EuropeMartinetnoirMartin-pêcheurd’Europe MésangeàlonguequeueMésangebleueMésangecharbonnièreMésangehuppéeMésangenoireMésangenonnetteMilannoirMilanroyal MoineaudomestiqueMoineaufriquetMoineausoulcieMouetterieuseŒdicnèmecriardOutardecanepetièrePetit-ducscopsPicépeichePicépeichette PicmarPicnoirPicvertPie-griècheàtêteroussePie-griècheécorcheurPinsondesarbresPinsonduNordPipitdesarbresPipitrousseline PluvierguignardPouillotdeBonelliPouillotfitisPouillotsiffleurRâledesgenêtsRoiteletàtriplebandeauRoitelethuppé RossignolphilomèleRougegorgefamilierRougequeueàfrontblancRougequeuenoirRousserolleeffarvatteSerincini SittelletorchepotSternenaineSternepierregarinTarierdesprésTarierpâtreTarindesaulnes TorcolfourmilierTraquetmotteuxTroglodytemignonVerdierd’Europe Pouillotvéloce Créditphotos©Biotope:W.Raitière,B.Adam,M-A.Bouchet,M.Briola,A.Chapuis,V.Delcourt,M.Geng,J-Y.Kernel,V.Koch,H.Lagrange,O.Larrey,LPO,T.Luzzato,G.Martin,F.Melki,T.Menut,J-S.Philippe,F.Pouzet,M.Prat,V.Prié,T.Roussel,V.Rufray,G.Tavan,F.Tintilier,J.Tranchard,T.Degen(DREALPoitou-Charentes),GérardSchmitt,JulesFouarges,AurélienAudeward,ÉtienneL’Hopital,Strixaluco-TawnyOwl. *décembre2012 14/12/12 12:05:35
  • 10. LGV Sud Europe Atlantique Tours-Bordeaux LISEA ET COSEA, ACTEURS DE LA PROTECTION DU PATRIMOINE NATUREL Les trois régions traversées par la LGV SEA sont riches d’un patrimoine naturel exceptionnel. On y compte en effet 14 sites Natura 2000, mais aussi, concentré sur les 6 départements du tracé, près de 50 % des espèces protégées référencées en France et en Europe. Fin d’année 2012, 220 espèces étaient identifiées entre Tours et Bordeaux, dans l’emprise du projet, dont 112 oiseaux. Connaissez-vous cette biodiversité et cette richesse naturelle Un projet qui s’inscrit dans le respect de la préservation de la biodiversité Dans le cadre de la construction d’une infrastructure telle que la LGV Sud Europe Atlantique Tours-Bordeaux, LISEA et COSEA s’engagent de façon significative en faveur de la préservation de l’environnement pour éviter, réduire ou compenser les impacts environnementaux. Cela se traduit concrètement par la prise en compte de la saisonnalité des déboisements, le déplacement des espèces, la création d’ouvrages de continuité écologique et lorsqu’il reste un impact résiduel, par des compensations sur des surfaces couvrant environ 3 000 hectares, mises en œuvre après concertation avec les associations de protection de la nature et les chambres d’agriculture. Une démarche environnementale globale En parallèle et pour conforter la démarche environnementale réglementaire, LISEA a créé la Fondation d’entreprise LISEA Biodiversité et créera en 2013 la Fondation d’entreprise LISEA Carbone, afin de soutenir les actions entreprises par des partenaires associatifs et les collectivités territoriales sur les départements traversés par le projet. Enfin, l’Observatoire environnemental de la LGV SEA, dont la durée de vie s’étendra de cinq à dix ans après la mise en service de la ligne, permettra de vérifier l’efficacité des mesures de réduction et de compensation mises en œuvre, d’enrichir les connaissances et les bonnes pratiques en matière de réduction d’impacts et d’évaluer les effets réels de la LGV SEA sur l’environnement paysager, humain et écologique des régions traversées. qui vit près de chez vous ? Découvrez les grâce aux deux posters que LISEA, concessionnaire de la LGV SEA Tours- Bordeaux pour une durée de 50 ans et COSEA, groupement d’entreprises en charge de la conception-construction, vous offrent dans les numéros de janvier puis d’avril 2013. Le premier porte sur l’ensemble des oiseaux, le second référence la part de la faune complémentaire ainsi que les espèces botaniques. +D’INFORMATIONS sur les espèces et les mesures mises en place en faveur du maintien de la biodiversité sur votre territoire par LISEA et COSEA ? www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr rubrique « environnement » Picnoir-Photo:GérardSchmitt 14/12/12 12:02:50
  • 11. Michel Boutant « Des retombées et un avenir à dessiner » Président du Conseil général de la Charente Le Département de la Charente défend depuis toujours le projet de LGV entre Tours et Bordeaux. Une évidence ? La LGV Tours-Bordeaux est un vieux combat à côté duquel nous ne pouvions, Charentais, passer, comme ce fut le cas pour l’A10. Il constitue un véritable enjeu d’aménagement de notre territoire mais aussi un levier de développement économique. Tous les acteurs en sont convaincus. C’est la raison pour laquelle nous travaillons en intelligence avec l’ensemble des partenaires pour accompagner le projet dans tous ses aspects. Quels sont les premiers bénéfices attendus ? Nous sommes très attentifs aux retombées et emplois induits pour les entreprises et salariés locaux. Le chantier constitue aussi un poumon économique pour la restauration et l’hébergement local. Nous communiquons autant auprès de la population charentaise via le site www.lgv-charente.fr qu’auprès des compagnons installés chez nous pour faciliter leur installation. Et après le chantier ? Nous devons capitaliser sur le tracé de la LGV pour l’avenir de la Charente. Il s’agit autant de jouer cette prospective sur les atouts existants - l’image, la BD - que sur les synergies à créer avec le bordelais sur la filière de l’œnotourisme par exemple. Rencontre avec 7 BML : quand David séduit Goliath [ ZI Isoparc de Sorigny (37) ] PMR Libaud : aller de l’avant pour la LGV Yves Germain est directeur général de l’activité préfabriqué et négoce TP pour le groupe Libaud, implanté à Chenon (16). [ Sur le terrain ] Lorsque nous avons entendu parler de la construction de la LGV Tours-Bordeaux, nous avons fait certifier Iso 9001 l’ensemble de notre activité pour la conception, la fabrication, la vente et le transport de produits béton et négoce. Nous avons également fait agréer nos produits par la SNCF, afin de répondre aux exigences techniques d’un tel chantier. La LGV nous a donc poussés à aller de l’avant, à monter en compétences. Le processus de négociation est quant à lui très long et n’a pour le moment pas encore abouti. Nous avons obtenu un certain nombre d’agréments de COSEA sur des produits, mais pas encore de commandes. En revanche, nous avons commencé à livrer les quatre lots* sous-traités. * Lots : le tracé de la LGV SEA Tours-Bordeaux est divisé en 15 lots Billie patate : le cœur au ventre Justine Keight tient le restaurant ambulant Billie patate, à Brossac (16), juste à côté du chantier. La belle-mère de ma fille m’a confié que beaucoup de compagnons cherchaient un logement dans le coin. Je me suis dit qu’ils auraient aussi besoin de manger ! J’ai donc négocié la location d’une partie du parking de la station-service de Brossac, et je viens tous les midis, sauf le vendredi. Je propose des pommes de terre, des hot-dogs, des hamburgers… la carte change régulièrement. Mon activité démarre assez lentement, tous les compagnons ne sont pas encore présents sur le chantier, mais ceux qui viennent sont très sympas et deviennent rapidement des habitués, grâce au système de carte de fidélité que j’ai mis en place ! Plusieurs mois après la signature du contrat, Paul Nouvellon, directeur de Béton et Matériaux de la Loire (BML), savoure toujours sa chance : « Un chantier de cette ampleur confié à une entreprise comme la nôtre, c’est exceptionnel ». Il faut dire que cette société familiale n’a pas ménagé ses efforts pour remporter le marché, allant jusqu’à implanter deux centrales à béton neuves sur la zone industrielle Isoparc de Sorigny (37), au plus près du tracé. D’ici 2014, BML alimentera donc la totalité des ouvrages d’art du lot* 1, et une partie du lot 2 en béton, ainsi que les lots 1 et 2 en mélanges granulaires. «Notreforcerésidedanslalégèretédenotrestructureetsaréactivité», analyse Frank Lavergne, directeur technique & commercial de l’entreprise. «InstalleruneunitédeproductionspécialementpourlechantierdelaLGVnouspermetd’assurer àCOSEAunetotaledisponibilitédenoséquipementsetdupersonnelembauchéàcetteoccasion, renchérit Paul Nouvellon. Noussommesenmesure de lui fournir un service sans faille, tout en développant un fonds de commerce pour l’après-LGV. » * Lots : le tracé de la LGV SEA Tours-Bordeaux est divisé en 15 lots GRAND ANGLE SUR De gauche à droite : Frank Lavergne et Paul Nouvellon, en compagnie de Philippe Gusparo, responsable de l’activité Béton Prêt à l'Emploi pour le site de Tours. les retombées économiques
  • 12. 8 Châtellerault Poitiers Angoulême www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr Saint-André-de-Cubzac : de l’importance du phasage La construction des quatre ouvrages d’art s’échelonnera de janvier 2013 à septembre 2014. Ambarès-et-Lagrave : l’art de la précision Les réalisations (ouvrages, installations …) présentées dans les pages Territoires sont issues des études techniques préliminaires, des contraintes géographiques locales et de la concertation avec les communes concernées. TERRITOIRES [ Gironde ] Au cours des derniers mois, la ville d’Ambarès-et-Lagrave a fait l’objet de 6 forages dirigés. Une technologie de pointe qui permet de faire passer des réseaux - fibre optique, gaz, eaux usées… - dans le sol, sans creuser de tranchée. « On se sert pour cela d’une machine spéciale, dotée d’une tête de forage guidée à distance, expose Djibi Sagnane, coordinateur de la déviation des réseaux pour COSEA. Une fois qu’elle a creusé dans un sens, on la remplace par un outil de taille qui fait le chemin inverse et traîne derrière lui un fourreau, dans lequel seront installés les réseaux. » Cette technologie, certes coûteuse mais nécessaire, permet ainsi de franchir rapidement et en toute sécurité les voies SNCF, les autoroutes, les cours d'eau. En Gironde, Saint-André-de-Cubzac disposera d'un échangeur flambant neuf d'ici la fin de l'année 2014. Il faut dire que sur cette commune, le tracé longe l’autoroute A 10 et intercepte les sorties 40a et 40b. Au cours des deux années à venir, les équipes de COSEA vont donc devoir ériger quatre ouvrages d’art, ce qui a nécessité la mise en place d’un phasage précis. « La première étape consiste en la mise en place d’une bretelle provisoire, qui vient remplacer l’actuelle 40a, explique Philippe Oury, directeur adjoint du secteur travaux concerné. Nous sommes en train de la réaliser, elle devrait être mise en service fin février 2013. » La construction des quatre ouvrages d’art s’échelonnera ensuite de mi-janvier 2013 à septembre 2014, pour une mise en service de l’échangeur prévue en décembre 2014. « Un effort important a été consenti pour minimiser les coupures de routes. Elles ne seront que très ponctuelles. » C’est l’achèvement logique de plusieurs mois de travaux intensifs : le nouveau pont René Coty est sorti de terre. Et les équipes de COSEA n’ont pas ménagé leurs efforts pour tenir les délais. Le week-end des 29 et 30 septembre a représenté le premier challenge à relever pour cet ouvrage. 36 compagnons, répartis en 3 équipes, ont ainsi travaillé pendant 24 heures d’affilée pour poser les 19 poutrelles du pont et une partie du ferraillage. « L’opération a nécessité la mobilisation d’une grue de 700 tonnes, » indique Philippe Bouquet, directeur de projet. Les opérations de bétonnage se sont ensuite échelonnées les 20, 24 octobre et 3 novembre. Les chaussées, trottoirs et connexions aux voiries existantes ont, quant à eux, été réalisés durant les mois de novembre et décembre. Les forages dirigés tels qu’opérés à Ambarès-et-Lagrave font appel à une technologie de pointe. Ambarès-et-Lagrave : le pont René Coty entre en service En septembre, 36 compagnons ont travaillé durant 24 heures sur la pose des poutres, premier défi du nouveau pont René Coty. Philippe Oury, directeur adjoint chez COSEA
  • 13. 9 Maillé : l’Histoire sous nos pieds TERRITOIRES [ Indre-et-Loire ] 91 000 mètres cubes. C’est la quantité d’eau pompée dans une gravière* située sur la commune de Nouâtre, au cours des deux derniers mois. L’eau a été rejetée dans une seconde gravière, vidée à son tour fin décembre. « Des pêches de sauvegarde avaient au préalable été organisées, rassure Franck Barbier, responsable du terrassement pour COSEA. Les gravières seront ensuite bouchées avec des matériaux de carrière. Il s’agit de travaux préliminaires à la construction de la base-travaux de Nouâtre-Maillé. » * Gravière : ancienne carrière de gravier remplie d’eau Si les campagnes d’archéologie préventive sont terminées en Aquitaine et en passe de l’être en Poitou-Charentes, il en reste près d'une vingtaine à mener en Indre-et-Loire : on trouve en effet d’avantage de vestiges sur les 52 kilomètres de ligne de ce département que sur tout le reste du tracé ! 4 fouilles ont ainsi récemment été menées sur la commune de Maillé. Les vacances de la Toussaint ont été l’occasion d’ouvrir les portes du site de Villiers-La-Roche au public. Plus de 200 visiteurs se sont rendus sur place pour découvrir cette fouille archéologique exceptionnelle. Pour plus d’information sur les découvertes archéologiques de la LGV, rendez-vous sur le site internet de LISEA : www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr Monts : un raccordement emblématique Le tombereau dans la peau « Terrassiers, ouvragistes… tous les métiers sont représentés. Le chantier du raccordement de Monts est emblématique de ce qui se passe sur l’ensemble de la trace », indique Eric Cormery, responsable ouvrages d’art pour COSEA. A terme, la commune sera en effet traversée par un raccordement qui permettra aux voyageurs venant de Tours ou de Saint-Pierre-des-Corps de rejoindre la Ligne à Grande Vitesse pour Bordeaux. Principale caractéristique de cette réalisation : la densité des ouvrages d’art prévus. Huit en tout, rassemblés sur moins de quatre kilomètres. Situés au sud de la ville, deux d’entre eux, un saut-de-mouton - croisant le réseau ferré existant - et un pont-rail - surplombant l’A10 -, concentrent les efforts des équipes sur le terrain. « Les fondations et les élévations du saut-de-mouton sont en cours de construction, de même que les semelles* et les appuis du pont-rail. » Ces deux ouvrages devraient être achevés fin 2013 pour l’un et début 2014 pour l’autre. Quant au raccordement, il sera livré dans sa totalité en février 2015. * Semelle : ouvrage d’infrastructure en béton armé qui permet de répartir les charges au sol Comment en êtes-vous venue à conduire un compacteur ? Titulaire du permis de conduire transports en commun, j’exerçais le métier de soudeuse. Pôle Emploi m’a proposé une formation de conducteur d’engins. Après trois mois de cours, j’ai obtenu le Caces* 7 et 8, qui me permet de conduire des compacteurs et des tombereaux. Travailler sur un chantier quand on est une femme, pas trop dur ? Non, ça va, il y a une bonne ambiance, mais il faut savoir prendre sa place : montrer aux hommes qu’on n’est pas la jouvencelle de service ! Et puis je ne suis pas seule sur ma section : en tout, on est trois. Quel bilan dressez-vous de ces premiers mois sur le chantier ? C’est positif. Après deux ans d’intérim, j’avais besoin de me stabiliser, et j’ai signé un CDI de chantier début novembre. Je vis à Melle et j’ai eu la chance de trouver un emploi près de chez moi, c’est pratique. Mon seul petit regret, c’est de ne pas avoir pu conduire un tombereau. Le compacteur, ça y est, je maîtrise : j’ai envie de passer à la suite ! * Caces : Certificat d’Aptitude à la Conduite En Sécurité A 38 ans, Malika Girault fait ses premiers pas en tant que conductrice d’engins à Montjean, juste à côté de Sauzé-Vaussais. L’opération de pêche de sauvegarde, préalable au pompage des gravières, a mobilisé 15 bénévoles de la fédération départementale de pêche et un pisciculteur. Nouâtre : gravières en sursis [ Sauzé-Vaussais en Deux-Sèvres ] Tous les métiers sont représentés sur le chantier du raccordement de Monts. Une journée portes ouvertes s’est tenue durant les vacances de la Toussaint. Malika Girault devant son compacteur.
  • 14. www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr 10 A Villognon, la base-travaux et de maintenance ferroviaire vit à l’heure des travaux de terrassement. Après avoir terrassé environ 1,5 million de m3 en déblai cet été, un remblai de plus de 800 000 m3 est en cours de construction. Les équipes de COSEA procèdent dans le même temps à la réalisation des raccordements ferroviaires à proximité, pour notamment permettre l’accès des trains à la base-travaux. Dans les prochains mois, le saut-de-mouton qui permettra à la LGV de franchir la voie ferrée entre Paris et Bordeaux sera achevé, et le pont-route sur la RD116 à Vervant sera ouvert à la circulation. Les travaux de construction des autres ouvrages d’art dans le secteur se poursuivent ou débuteront dans les prochains mois. La faune de l’Agrière préservée Situé entre Boresse-et-Martron et Neuvicq, le viaduc de l’Agrière mesurera près de 103 mètres, et sera doté de piles de 16 mètres de haut. « L’option du viaduc a été retenue pour des raisons environnementales, explique Guillaume Coron, ingénieur ouvrages d’art pour COSEA. Ce type de construction permet de maintenir le passage de la faune et de préserver les berges du ruisseau de l’Agrière. On sait que des loutres et des visons, qui sont des espèces protégées, évoluent le long de ce cours d’eau. » La fin des travaux est prévue pour 2014. Fin octobre 2012 à mi-février 2013 : construction des deux premières piles Début février à fin mai 2013 : travaux de terrassement au niveau des culées* Mi-mai à mi-juillet 2013 : construction des culées* Début juin à fin septembre 2013 : mise en place de la charpente métallique du tablier Mi-septembre à mi-novembre 2013 : réalisation du tablier béton sur la charpente métallique Novembre 2013 à mars 2014 : finitions et équipements (corniches, caténaires…) * Culées : appuis situés aux deux extrémités du pont supportant le poids du tablier appuis situés aux deux extrémités du pont supportant le poids du tablier appuis situés aux deux extrémités du pont supportant le poids du tablier appuis situés aux deux extrémités !Châtellerault Poitiers Angoulême [ Charente ] TERRITOIRES Les réalisations (ouvrages, installations …) présentées dans les pages Territoires sont issues des études techniques préliminaires, des contraintes géographiques locales et de la concertation avec les communes concernées. Vervant : un nouveau pont pour l’hiver L’édification de cet ouvrage était-elle selon vous une bonne chose ? Oui, complètement. Lorsqu’il a été question des travaux, deux choix s’offraient à nous : conserver l’ancien pont en l’élargissant, ou bien en construire un nouveau. Si la première option avait été retenue, la route aurait été coupée pendant neuf mois, ce qui aurait occasionné un gros détour pour les riverains. Il était donc plus judicieux de repartir de zéro ! Comment s’est passée la cohabitation entre les équipes de COSEA et les riverains ? Bien, nous n’avons reçu que quelques plaintes, à cause des avertisseurs de recul des engins et de la boue sur les routes. Nous avons eu quelques problèmes de circulation, à cause des camions qui passaient par Vervant pour rejoindre la RN10, mais rien de très grave. COSEA s’est montré à l’écoute et a essayé de résoudre les problèmes au fur et à mesure. Pour vous, le bilan est donc positif ? Oui, nous avons désormais un pont plus moderne, déporté par rapport à l’ancien, ce qui dégage la vue sur le village. L’accès à la com- mune est par ailleurs sécurisé. Sylviane Buton est maire de Vervant depuis 2001. Dans le cadre du chantier de la LGV Tours-Bordeaux, un pont-route a été construit à l’entrée sud de la commune. Villognon à l’heure des mouvements de terre [ Charente-Maritime ] CALENDRIER des travaux LISEA s’engage auprès de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image et apporte son soutien aux actions proposées dans le cadre des dix ans de la Maison des auteurs. ESCALE partenaire Sylviane Buton en compagnie de son premier adjoint, Noé Paziot. Villognon accueillera l’une des trois bases-travaux maintenance et ferroviaire du tracé, avec Noûatre et Clérac. La construction du viaduc de l’Agrière s’inscrit dans le respect de la biodiversité locale.
  • 15. 11 A La Folie, la construction de l’estacade, dont l’objectif sera le raccordement de la LGV au réseau ferroviaire existant dans la zone nord de Poitiers, se poursuit. La levée des premières piles a commencé au mois d’octobre. «Entout,nousenproduirons71, annonce Romain Thomassier, Directeur de travaux pour COSEA. Il nous faudra un an pour cela. » La construction d’une pile se fait en trois étapes : d’abord, la mise en place des fondations, des pieux de 1,5 à 2 mètres de diamètre et de 12 à 20 mètres de hauteur. Ensuite, la constitution des semelles, massifs intermédiaires composés de 80 à 900 mètres cubes de béton armé. Enfin, l’élévation des fûts, partie émergente des piles. « Nos équipes procèdent par tronçon de 4 mètres, explique Alexandre Varlet, ingénieur ouvrages d’art. Il faut trois mois en moyenne pour construire une pile. » Poitiers - La Folie : l’estacade pile après pile Depuis la mi-octobre, l’aire de préfabrication de voussoirs, à Coulombiers, a atteint son régime de croisière. Une douzaine de voussoirs y est fabriquée, et stockée, chaque semaine. Le premier d'entre eux a rejoint, mi-novembre, le premier site d’utilisation, le viaduc de la Boëme, en Charente. Transportés par convois exceptionnels, plus du fait de leur hauteur - plus de 4 m - que de leur poids - jusqu’à 65 tonnes pour les plus lourds -, ils empruntent des voiries qui ont été choisies avec les services de l'Etat compétents et en concertation avec les collectivités responsables. 1 340 voussoirs rejoindront, d’ici deux ans, les 7 viaducs qui seront construits selon cette technique entre Tours et Bordeaux. Coulombiers : les premiers voussoirs sur les routes Directement impacté par le chantier, le complexe multisports Saint-Nicolas, route de Parthenay à Poitiers, s’offre un lifting grâce aux travaux réalisés par COSEA. Les terrains de tennis extérieurs, qui se trouvent à l’emplacement même de la future voie ferrée, vont être remplacés par des courts couverts, construits à proximité. Mieux, le terrain de football existant, également touché par les travaux, et ses tribunes, sont actuellement en reconstruction de l’autre côté du gymnase. Ils seront prêts pour le printemps prochain. Poitiers : un nouveau terrain de foot pour Saint-Nicolas Premier trimestre : démarrage du tablier, partie horizontale du pont A partir de mars : travaux sur l’échangeur ; perturbations de la circulation à prévoir A partir d’avril : élévation de 2 piles situées sur le terre-plein central de la N147 Troisième trimestre : pose de la structure métallique supportant le tablier au-dessus de la voie ferrée ! TERRITOIRES CALENDRIER des travaux 2013 Il faut en moyenne 3 mois pour construire une pile. La future estacade en comptera 71. Les voussoirs sont transportés par convois exceptionnels. [ Vienne ]
  • 16. La LGV en L’auteur, Jean-Luc Loyer, est actuellement accueilli à la Maison des Auteurs, résidence d’artistes de la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême. C’est vous qui le dites… … C’est à nous d’agir Les conclusions de l’enquête de satisfaction mise en ligne à la rentrée 2012 donnent le tempo : vous êtes 87 % à aimer (beaucoup ou assez) notre site internet, vous y trouvez en grande majorité l’information recherchée et vous appréciez les photos et vidéos diffusées. *retrouvez l’ensemble des résultats de l’enquête sur le site Qu’attendez vous de LISEA maintenant ? Plus d’interactivité Plus d’informations sur les nuisances Plus de paroles de partenaires [ En direct de la ligne ] SONDAGE L'information à grande vitesse sur www.lgv-sea-tours-bordeaux.fr … C’est à nous d’agirC’est vous qui le dites… *