SlideShare une entreprise Scribd logo
PLAN
ÉTAT DES LIEUX
DE L’ ADBLOCKING
SOMMAIRE
Aujourd’hui, plus personne n’ignore l’importance
des adblockers dans l’écosystème internet. Le second
semestre2015aétémarqué parlapublicationdeschiffres
de l’étude Adobe / Page Fair, qui ont mis en exergue
l’ampleur du phénomène mais surtout l’impact de
celui-ci sur le marché de l’e-pub dans son ensemble.
INTRODUCTION
L’avis de l’expert
LE CONSTAT
une croissance inquiétante
des adblockers
Chiffres clés
Le cœur du problème
Des internautes lassés, exaspérés et
beaucoup trop sollicités qui finissent
par dire stop !
Des internautes qui ne sont pas forcé-
ment au fait du rôle joué par la publicité
Comment est rendue possible cette
adoption des adblockers ?
Des éditeurs piégés par l’adblocking
La sécurisation des données
Focus sur les formats
Un taux d’abandon rédhibitoire
DES TENTATIVES
de réponses imparfaites
mais qui existent
Les limites du modèle d’adblock
plus sur le plan légal
Des interrogations légales
Bloqueur d’adblock, une solution
efficace ?
Les actions groupées des éditeurs
pour lutter contre l’adblocking
LA NOUVELLE
MENACE
l’adblocking mobile
Panorama de l’adblocking mobile
Augmentation des téléchargements
Constat chiffré
Les raisons de l’adoption
Un phénomène qui a du mal à prendre
LA POSITION
avis d’expert
La position de l’IAB
La vision du prestataire technologique
teads : quelles recommandations
au niveau des formats
CONCLUSION
00
01
03
02
04
05
p.05
p.09
p.10
p.12
p.17
p.19
P.24
p.26
P.28
p.33
PLAN
ÉTAT DES LIEUX
DE L’ ADBLOCKING
Prise de conscience Tradelabp.07
INTRODUCTION
« L’effet d’adblocking ne peut pas être traité comme un problème propre aux
éditeurs. Il faut que l’ensemble de la chaine de valeur soit consciente que nous
devons impérativement rebattre les cartes avec un ensemble de règles visant à respec-
ter le surf des internautes, redonner de la qualité créative et anticiper ses centres d’
intérêt. L’objectif est de redonner un rôle serviciel à la publicité »
MENACES & SOLUTIONS
YOHANN DUPASQUIER, TRADELAB
«Chez 20 Minutes, nous sommes convaincus que la publicité a sa place sur le
numérique, mais qu’elle doit impérativement respecter l’expérience de navigation
des utilisateurs. Il est donc urgent de repenser des formats et des messages plus
pertinents et mieux intégrés»
STEPHANE HAUSER, IAB
«Au niveau international, nous travaillons avec le réseau IAB à une Charte
de Bonnes Pratiques ; l’implication du réseau IAB est la garantie d’une prise
de conscience internationale et d’une application dans tous les pays majeurs
de cette Charte.»
RENAUD GRAND-CLÉMENT, 20 MINUTES
INTRODUCTION
0 0
MENACES ET SOLUTIONS
4 5
Aujourd’hui, plus personne n’ignore l’im-
portance des adblockers dans l’écosystème
internet. Le second semestre 2015 et l’année
2016 ont été marqués  par la publication
des chiffres de l’étude Adobe / Page Fair,
qui ont mis en exergue l’ampleur du phé-
nomène, mais aussi l’impact de celui-ci sur
le marché de l’e-pub dans son ensemble :
près de $21.8 milliards de «  manque
à gagner  » pour les éditeurs à travers
le monde. Ce chiffre impressionnant
eu l’effet d’une bombe au sein du monde de
la publicité digitale, marqué par une crois-
sance de 5.4% au global selon les dernières
estimations, ce qui représente tout de même
la plus forte croissance du marché en 6 ans.
En tant qu’acteur majeur du marché de la
publicité programmatique, la plateforme
technologique Tradelab est témoin de
cette triste croissance de l’adblocking, et
souhaite via ce livre blanc, partager son
expertise sur ce sujet sensible. De prime
abord, on pourrait croire que seuls les
éditeurs subissent les effets pervers de l’ad-
blocking, et que la prise d’initiatives serait
ainsi leur devoir et non le notre. Une telle
vision ignorerait l’impact subit sur tous les
maillons de la chaine publicitaire digitale,
qui seront tôt ou tard également victimes
des effets pervers de ce changement de
paradigme.
Dans un premier temps, cette étude s’at-
tardera sur les raisons de la croissance
effrénée durant ces 3 dernières années
de l’adoption des adblockers, et dans
un second temps s’attachera à mieux
cerner son impact sur le marché de
l’e-pub. Pour finir il s’agira d’entrevoir
quelles peuvent être les solutions pour
l’avenir.
PRISE DE CONSCIENCE TRADELAB
«C’EST POUR CONTRER L’ASPECT
ÉNERVANT, INTRUSIF ET RÉPÉTITIF
DE LA PUBLICITÉ SUR INTERNET QUE
L’INTERNAUTE ADOPTE CE MOYEN DE
BLOCAGE DE LA PUB...»
00 INTRODUCTION
76
LE CONSTAT
0 1
UNE CROISSANCE INQUIÉTANTE
DES ADBLOCKERS
01 LE CONSTAT
21M
30M
Juillet 2009
39M
54M
121M
181M
Juillet 2010 Juillet 2011 Juillet 2012 Juillet 2013 Juillet 2014
Jan 2010 Jan 2011 Jan 2012 Jan 2013 Jan 2014 Jan 2015
Sans surprise, il est avant tout économique. D’abord, pour les
éditeurs qui voient leur modèle de rémunération potentiellement
remis en cause, mais également pour tout le marché de la publici-
té digitale, s’agissant d’un enjeu global. Bien que la version la plus
ancienne d’adblockers date de près de dix ans, les versions les plus
abouties de ces logiciels ne sont apparues qu’à partir du début des
années 2010. L’explosion de leur adoption est claire depuis 2014,
où les chiffres s’envolent et où la menace se fait de plus en plus
pesante sur le marché.
LE CŒUR DU PROBLÈME
CHIFFRES CLÉS
+200
millions
d’utilisateurs
d’adblockers
+1
milliard de
téléchargements
à ce jour
Près de $22 milliards de perte pour les éditeurs en
2015, un chiffre qui pourrait grimper jusqu’à près
de $27.8 milliards d’ici 2020. Soit 10% de la va-
leur du marché mondial. La France n’est pas épar-
gnée, puisque 30% des internautes sont équipés d’un
adblocker, dont 69% le sont depuis plus d’un an.
Source : PageFair, Reports the cost of the ad blocking, 2016
Baromètre IAB France - IPSOS France sur les Adblocks
+36%
d’utilisateurs
en France
8 9
01 LE CONSTAT
DES INTERNAUTES
LASSÉS, EXASPÉRÉS ET
BEAUCOUP TROP
SOLLICITÉS, QUI FINISSENT
PAR DIRE STOP !
L’aspect trop intrusif et handicapant dans le
parcours de surf de l’internaute est dû à une
publicité non respectueuse de celui-ci, ce qui
crée en lui une «tension émotionnelle», vec-
trice de rejet de la pub (cf infographie du CSA)
Lorsqu’il est interrogé, l’internaute fait réfé-
rence à la notion de barrage quand il décrit
l’adblocking ; c’est ce qu’a souligné l’IAB lors de
sa conférence tenue sur le sujet en mars dernier.
En effet, 82% des personnes ayant téléchargé un
adblocker font référence à ce terme.
C’est pour contrer l’aspect énervant, intrusif
et répétitif de la publicité sur internet que l’in-
ternaute adopte ce moyen de blocage de la pub.
L’idée, pour celui-ci, est de reprendre le contrôle
de son surf et d’avoir une maitrise sur un environ-
nement global qui semblait le dépasser jusque-là.
DES INTERNAUTES QUI NE SONT
PAS FORCÉMENT AU FAIT DU
RÔLE JOUÉ PAR LA PUBLICITÉ
L’internaute est roi sur internet, et l’objectif est
donc de comprendre ses préoccupations lors
de son parcours de navigation. S’il est indis-
pensable de faire évoluer le système pour une
publicité plus propre, il est également nécessaire
de consacrer du temps à l’éducation des inter-
nautes, afin de redorer dans leurs esprits, le rôle
serviciel tenu par la publicité, inévitable contre-
partie de la gratuité des contenus sur internet.
Avertir l’internaute et ne pas le punir pour avoir fait
le choix d’adopter un adblocker, doit être au cœur
des préoccupations des éditeurs. Interdire l’accès
à un site, aux personnes disposant d’un adblocker
actif, semble ainsi bien trop radical et déceptif pour
l’éditeur qui se couperait d’une partie importante
de son audience. La simple mention sur les sites
demandant à l’internaute de «couper» leurs adbloc-
kers au moment de leurs entrées sur ceux-ci, tout
en tentant de faire culpabiliser ces derniers sur les
conséquences de l’installation d’un adblocker, ont
également prouvé leur inefficacité. Aujourd’hui les
différents «Test & Learn» nous en disent plus sur les
pratiques que l’on peut considérer comme tolérables
et celles à éviter. Aucune solution idéale n’émerge
néanmoins, compte tenu de tous les paramètres
à prendre en compte pour les éditeurs (type d’au-
dience, expérience, puissance de la marque, etc.).
« EN DÉFINITIVE, POUR 78%
DES INTERNAUTES L’ACCÈS
À UN ADBLOCKER S’EST FAIT
LORS DE DISCUSSIONS ENTRE
AMIS OU AVEC LA FAMILLE... »
Au niveau générationnel, les millenials sont une cible particulièrement sensible au sujet
de l’adblocking. Aux Etats-Unis ce sont 2/3 de ces derniers qui utilisent un adblocker
sur desktop ou mobile. Aucune donnée officielle ne nous permet de quantifier le poids
du phénomène sur cette population, une surreprésentation est néanmoins certaine.
S’il n’est pas étonnant de voir que, pour cette génération ultra connectée, l’adblocking
est devenu une norme, il est néanmoins inquiétant de constater les raisons de l’adoption
de ce dernier. Pour 43% des répondants, c’est incontestablement le côté intrusif de la
publicité qui détient la première place, suivi par une volonté d’accélération du temps de
chargement des pages web, jugé trop lent à cause de la publicité, pour 21% des répon-
dants. Ces deux éléments convergent vers une recherche d’amélioration de l’expérience
de navigation, qui ne s’est visiblement pas adaptée au rythme du développement des
usages de consommation online. Au niveau des formats, ce sont les publicités vidéo qui
font majoritairement les frais du courroux de la génération milléniale, ce qui doit ame-
ner à une véritable réflexion chez les professionnels du domaine, qui ne peuvent ignorer
plus longtemps ce type de constats.
FOCUS SUR LA
GÉNÉRATION MILLÉNIAL
EN DÉTAIL :
36% N’UTILISENT PAS D’ADBLOCKER À CE JOUR
32% UTILISENT UN ADBLOCKER DESKTOP
17% UTILISENT UN ADBLOCKER MOBILE
14% UTILISENT À LA FOIS UN ADBLOCKER MOBILE ET DESKTOP
Source : eMarketer, September 20, 2016Source : Etude sur les Adblocks : Baromètre IAB France - IPSOS France sur les Adblocks
Infographie : Etude IPSOS pour l’IAB France sur les Adblocks
Infographie : CSA, adblocking la necessité d’un new deal, 2016/03/03
10 11
COMMENT EST RENDUE
POSSIBLE CETTE ADOPTION
DES ADBLOCKERS
On pourrait croire que les réseaux sociaux, les
forums, blogs, magazines ou autres moyens de
communication seraient les premiers outils dans
la prise de connaissance des adblockers ! Il n’en
est rien, en réalité le « bon plan » est donné via
le bouche à oreille dans 42% des cas en France.
En définitive, pour 78% des internautes, l’accès
à un adblocker s’est fait lors de discussions entre
amis ou avec la famille. Seuls 26% des personnes
utilisant un adblocker en ont fait la découverte
par eux-mêmes.
DES ÉDITEURS PIÉGÉS
PAR L’ADBLOCKING
Aujourd’hui les développeurs de logiciels d’ad-
blocking ont mis en place une communication
efficace, basée sur le fait qu’ils ne sont pas oppo-
sés à la publicité, mais seulement aux abus pou-
vant avoir lieux et se posent comme les défenseurs
d’un internaute ayant le droit d’avoir le choix
d’accepter, ou non, d’être soumis à des conte-
nus publicitaires. Le leader du marché, Adblock
Plus (ABP), met ainsi en ligne sur son site, une
«  charte  » à destination des éditeurs listant les
règles à respecter afin que leurs sites soient whi-
telistés par le logiciel (c’est-à-dire qu’ils puissent
passer à travers les mailles de l’adblocking). Si
sur le papier un tel système semble louable,
beaucoup d’éditeurs ont mis en exergue toute la
difficulté, voire l’impossibilité, d’obtenir ce pré-
cieux sésame. Des règles érigées sans la concer-
tation des acteurs publicitaires, un cadre radical
rendant son application extrêmement complexe.
De plus, il existe un autre moyen moins offi-
ciel pour ne pas souffrir de l’adblocking, en
tant qu’éditeur, il suffit de payer (comme le
souligne Frédéric Montagnon dans sa tribune
pour FrenchWeb.fr en date du 31/03/2015, fai-
sant réference à la charte disponible sur le site
d’Adblock Plus) ! Versé directement à ABP,
cet «impôt» assure un whitelisting à l’éditeur ;
remettant totalement en cause la raison d’être
du logiciel ! S’il ne s’agit pas d’un réel problème
pour les sites solidement soutenus financière-
ment, cela condamnerait les plus petits éditeurs
ne pouvant se permettre de payer.
« IL EXISTE UN AUTRE MOYEN,
MOINS OFFICIEL POUR NE PAS
SOUFFRIR DE L’ADBLOCKING, EN
TANT QU’ÉDITEUR, IL SUFFIT DE
PAYER !»
Source : Baromètre IAB France - IPSOS France sur les Adblocks
12 13
Récemment AdBlock, pionnier sur son marché, a
lancé sa première campagne publicitaire.
En partenariat avec Amnesty internationale,
l’adblocker cherche ses supporteurs, et tente
de se poser comme un protecteur des données
personnelles.
La seconde méthode consiste quant à elle, à rendre
invisible certains éléments sur une page web.
Ces éléments, qui ne sont autres que des formats
publicitaires, restent servis sur la page web car
« cachés » pour l’internaute naviguant sur ladite
page. Ici le challenge, pour l’adblocker, sera
d’identifier les critères afin de rendre les éléments
publicitaires non invisible.
LA SÉCURISATION
DES DONNÉES
«EN PARTENARIAT AVEC
AMNESTY INTERNATIONALE,
ADBLOCK CHERCHE À SE POSER
COMME UN PROTECTEUR DES
DONNÉES PERSONNELLES...»
01 LE CONSTAT
Quelle position vis-à-vis
de la sécurisation des données
personnelles ?
UN TAUX D’ABANDON
RÉDHIBITOIRE
Parmi les internautes ayant adopté un adblocker,
78% pensent que celui-ci n’est pas infaillible et
56% sont prêts à le désactiver pour accéder à cer-
tains contenus.
Dans les faits, le taux d’abandon des adbloc-
kers n’est néanmoins que de 5% aujourd’hui.
Désactiver son adblocker est une solution, mais
nous sommes encore loin de leur abandon, au
moment où leur croissance ne semble souf-
frir d’aucune opposition, malgré les tentatives
récentes des éditeurs afin d’endiguer le problème.
D’autre part, en abordant le problème sous un
angle métier, il est également à noter que l’adop-
tion des adblockers pourrait être endiguée par
un regain de créativité de la part des acteurs
publicitaires. À ce niveau-là, les agences ont un
important rôle à jouer. En effet, étant donnée
la prise d’importance des canaux digitaux (dis-
play, mobile, vidéo), la nécessité de contenus
spécifiques dédiés, se fait de plus en plus sentir
et pourrait être une réponse pertinente à l’ad-
blocking. Un travail pédagogique doit ainsi
être mené par ces dernières, vis-à-vis de leurs
annonceurs, pour avancer vers une créativité
plus importante en termes de formats ou encore
de story telling. Les capacités techniques n’étant
plus une limite, il ne reste qu’à les exploiter.
Un terrain sensible, lorsque l’on sait que les
espaces dédiés à la publicité sur une page sont
encore bien trop souvent utilisés par des acteurs
malhonnêtes, comme une porte d’entrée afin de
diffuser des malwares ou simplement récolter des
données auxquelles l’accès leur est interdit. Ce
discours chevaleresque d’AdBlock a néanmoins
eu un réel impact dans certains pays, notamment
l’Allemagne ; qui a été le berceau de l’adblocking,
et où les internautes sont extrêmement soucieux
de l’utilisation qui est faite de leurs données
personnelles. Il ne faut pas ignorer qu’AdBlock
FOCUS SUR LES FORMATS
Tous les formats ne sont pas à mettre dans le même sac, une notion
importante lorsque 70% des porteurs d’adblock clament l’avoir fait
pour échaper au caractère intrusif de la publicité. Si l’adoption des
adblockers n’est pas identique sur desktop et sur mobile, on peut
noter que l’on identifie des formats qui poussent les internautes à
bloquer la publicité  : principalement les pop-ups et les interstitiels  ;
des formats qui contraignent l’internaute à voir la publicité, dotés d’un
caractère intrusif fort. Une étude menée par Teads en 2016 détaille ces
barrières psychologiques.
Intéressant également, l’étude s’attarde sur les souhaits de l’internaute pour
atteindre un niveau de publicité jugé propre. Des pré-requis assez simple et
cohérents de premier abord :
76%
47%
44%
36%
21%
5%
Pop-up
Intersticiels
Display
Pre-roll
Social feed
Autres
50%
26%
21%
19%
15%
50%
13%
Possibilité de fermer
une publicité
Possibilité de skipper
dès le début
Une publicité qui concerne un
produit ou service qui m’intéresse
Possibilité de skipper
après 5 secondes
Possibilité de couper le son
Possibilité de passer une vidéo
en scrollant vers le bas
Une publicité en rapport avec le
contenu dans lequel elle apparait
Source : Teads, White Paper, Why people block ads, 2016Source : LaReclame.fr, journée mondiale contre la censure sur internet amnesty internationale adblock, Mars 2016
JDN, opération anti adblock ce que prévoient les éditeurs pour la suite, 2016
est aujourd’hui devenu une réelle entreprise, et
semble ainsi chercher par sa communication un
moyen de justifier son action et de se prémunir
contre les autres critiques qui pourraient lui être
adressées.
Dans les faits, l’appropriation de logiciels tels
que Gosthery ou My Online Choice offrent
aujourd’hui une alternative simple au controle de
ses données, sans entraver le modèle économique
fragile de la rémunération des éditeurs. ; une solu-
tion moins radicale et plus juste pour tous.
14 15
0 2
DE RÉPONSES IMPARFAITES
MAIS QUI EXISTENT
DES TENTATIVES
ÉCOSYSTÈME DE DE L'AD-
BLOCKING : MONOPOLE
D'ADBLOCK ET D'ADBLOCK
PLUS
Aujourd’hui, le géant sectoriel Adblock Plus, et son
grand frère AdBlock dont il s’est récemment rappro-
ché, sont activés sur plus 140 millions d’ordinateurs
(Adblock Plus a notamment été téléchargé plus de
500M de fois). Leurs marchés les plus importants
sont les Etats-Unis, l’Allemagne, la France et la
Grande Bretagne. S’il existe aujourd’hui des solu-
tions alternatives tels que Ghostery, afin de proté-
ger ses données ou d’obtenir plus de visibilité sur
ce qui est fait avec celles-ci, aucun de ces logiciels
open source n’atteint le succès d’ABP, qui demeure
la solution la plus radicale et répond clairement au
besoin des internautes désireux ne plus voir appa-
raître de publicité lors de leur surf.
DES INTERROGATIONS QUI
SUBSISTENT
En réalité malgré un succès impressionnant depuis
deux années, qu’en est-il de la légalité de ces der-
niers. Comme l’avance Cyril Zimmerman ou encore
Fréderic Montagnon, chaque publisher qui réalise
un site web et l’alimente en contenu devrait avoir les
pleins pouvoirs au niveau de sa propriété intellectuelle
et sur l’utilisation de ses contenus et la façon dont il
entend se rémunérer vis-à-vis de ceux-ci.
La publicité semblait alors la meilleure solution,
permettant ainsi aux internautes d’avoir accès gra-
tuitement aux contenus ou du moins, de ne pas en
ressentir le coût, et aux éditeurs de se rémunérer grâce
aux annonceurs qui souhaitent s’adresser aux audiences
que ces acteurs réussissent à capter. Aujourd’hui si
ce point doit être pris au sérieux et faire l’objet d’une
véritable réflexion, les procès intentés à Eyeo, (société
mère détenant ABP) n’ont jamais permis de mettre
le travail du logiciel en doute. En effet, une décision
récente de mai 2015 de juges alle-
mands, a établi qu’il n’y avait pas
de pratique anticoncurrentielle de
la part d’Adblock Plus. Se plaçant
ainsi du côté des internautes qui
ont le choix de télécharger ou non
le logiciel, celui-ci ne représente
donc pas, de fait, un « handicap
anticoncurrentiel  ». Là encore,
l’internaute est roi, mais com-
ment protéger les éditeurs dans
ce cas. Le modèle économique
dessiné il y a plus de 20 ans
maintenant est-il toujours viable ?
On recense aujourd’hui plus de 146
logiciels d’adblocking mais seuls deux
dominent le marché (AdBlock avec 40
millions d’utilisateurs actifs et ABP
avec 100 millions), ce qui peut être
expliqué par la démarche pionnière
de ces derniers, mais pas seulement.
Il s’agit également des deux versions
les plus poussées technologiquement.
Elles répondent ainsi aux attentes
des internautes qui les téléchargent
et qui souhaitent clairement expri-
mer leur ras-le-bol, et cela même si
de nouveaux acteurs commencent
à se faire une réelle place sur ce mar-
ché ( uBlock Origin notamment ).
« ADBLOCK PLUS, ET SON GRAND
FRÈRE ADBLOCK DONT IL S’EST
RÉCEMMENT RAPPROCHÉ, SONT
INSTALLÉS ET ACTIVÉS SUR PLUS
DE 140 MILLIONS D’ORDINATEURS »
« CHAQUE PUBLISHER QUI RÉALISE
UN SITE WEB ET L’ALIMENTE EN
CONTENU DEVRAIT AVOIR LES
PLEINS POUVOIRS AU NIVEAU DE
SA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE »
Source : Lemonde.fr, Adblock Plus remporte une victoire judiciaire en allemagne, 2015/05/28
1716
LES ACTIONS GROUPÉES
DES ÉDITEURS
POUR LUTTER CONTRE
L’ADBLOCKING
L’Allemagne, malgré sa proximité physique
aux adblocks, s’est récemment montré très
radical sur le sujet. L’opération consistait
pour certains sites du groupe Axel Springer à
interdire l’accès à ces derniers pour tout inter-
naute ayant un logiciel d’adblocking installé
et actif.
Les options offertes à ces derniers étaient
simples : débloquer ou whitelister le site, pour
accéder à son contenu, ou bien souscrire un
abonnement payant à celui-ci, et alors pou-
voir y accéder sans aucune publicité.
Si le groupe média annonce le succès de son
opération avec une réduction de 70% des
internautes utilisant un adblocker venant
visiter le site, et une augmentation de 10% du
nombre d’impressions vendues dans le même
temps, nous ne pouvons pas savoir si une telle
initiative peut avoir un tel effet positif sur
le long terme.
L’exemple Suédois ou encore Allemand et Américain.
Prise de conscience du GESTE et enseignements de 3 semaines de lutte.
De nombreuses initiatives sont nées dans plusieurs pays et notamment
en Europe où des groupes d’éditeurs ont tenté de réagir face aux adblockers.
Dans la même veine, les éditeurs en ligne
français, regroupés au sein du GESTE ont
entrepris des actions similaires sur une
période initiale de 1 semaine, prolongée à 3
face à son succès. Différents messages et dis-
positifs ont alors été mis en place.
Du blocage des contenus dès la home page,
au blocage progressif en passant par l’avertis-
sement des internautes. Cette opération a pu
être considérée comme une avancée.
Durant cette période, entre 10% et 40%
des internautes visiteurs ont whitelistés les
sites concernés pour accéder à leurs conte-
nus, mais les taux de rebond ont également
largement progressé, dégradant ainsi le réfé-
rencement naturel de ces mêmes sites. Cette
initiative a surtout permis aux éditeurs d’étu-
dier de nouveaux moyens de lutte active.
02 DES TENTATIVES
En effet, la maison mère Eyeo a décidé de
se lancer dans le programmatique, en ini-
tiant, en partenariat avec le SSP israélien
Combo Tag, l’Acceptable Ads Platform. La
promesse d’ABP
est ainsi de ne
proposer que des
formats qu’il juge
lui-même accep-
table (initiative
portant le nom
d’Acceptable Ads)
aux éditeurs qui se
connectent sur sa
plateforme.
Simple continuité liée à l’évolution des
adblockers ou coup isolé, il est encore
trop tôt pour se prononcer sur le sujet.
Néanmoins il peut être intéressant de com-
prendre les raisons qui ont poussé ABP vers
ce nouveau chemin. Outre le fait que les solu-
tions technologiques des éditeurs tendent à
contourner de façon plus efficace les adbloc-
kers, ces mêmes éditeurs ont également
ADBLOCK PLUS VERS
UNE RÉINVENTION
DE SON MODÈLE ÉCONOMIQUE
A l’heure actuelle, le leader du marché de l’adblocking fait face à un tournant
dans le cadre de son développement.
entrepris des initiatives de manière groupée
pour lutter contre l’adblocking, à l’exemple
de la Suède et de la France, via l’initiative
du GESTE. Pour ABP, les enjeux sont donc
énormes ; et si
le modèle défini
n’est pas encore
très clair pour
tous, l’idée de ne
diffuser que les
publicités non
intrusives (consi-
dérées comme
tel par les inter-
nautes utilisant
le logiciel), per-
mettra via un système d’évaluation, d’in-
fluencer l’achat média où l’internaute aura la
main sur la définition de ce qu’il considère
comme un format non tolérable et, de fait,
devant être bloqué. Reste donc à découvrir
le moyen réel de rémunération, qui doit
probablement avoir lieu sous forme de droit
d’utilisation, pour les éditeurs souhaitant se
plugger sur la « l’Acceptable Ads Platform ».
DES ÉDITEURS TENDENT À
CONTOURNER DE FAÇON PLUS
EFFICACE LES ADBLOCKER,
CES MÊMES ÉDITEURS ONT
ÉGALEMENT ENTREPRIS DES
INITIATIVES DE MANIÈRE
GROUPÉE POUR LUTTER CONTRE
L’ADBLOCKING.
Source : JDN, dispositifs anti adblocking, 2016
JDN, opération anti adblock ce que prévoient les éditeurs pour la suite, 2016
Source : Businesswire.com, adblock enters ad-tech launch SSPad platform, 2016/09/13
18 19
LA POSITION
DE 20 MINUTES
Tout d’abord, en tant qu’acteur en position
frontale vis-à-vis des adblockers  : Quelle est
votre vision de la situation française, où l’adblocking
a pris une ampleur conséquente depuis plusieurs mois
(augmentation des taux d’installations) ?
Renaud Grand-Clément,
Directeur Général adjoint,
en charge des revenus
de 20 Minutes France
1°
R.GC
Croyez-le ou non, je pense que le phénomène des
adblocks est une assez bonne nouvelle pour les
éditeurs de contenus et les médias d’informa-
tion en particulier.
Cela replace l’utilisateur au centre de nos sujets,
car, au final, c’est lui qui a le pouvoir et qui
20 Minutes est un éditeur majeur et a entre-
pris plusieurs actions en vue de lutter contre
l’adblocking, pourriez-vous nous détailler ces diffé-
rentes « solutions » testées et leurs résultats ?
2°
Nous avons rapidement arrêté les formats défor-
matés, les pop-up, etc. qui pénalisaient la lecture
de l’internaute. Surtout, nous avons fait partie
des premiers en France à proposer des formats
natifs au marché [native advertising et native
publishing]  : ces formats, adaptables en temps
réel, sont parfaitement intégrés, de manière
transparente, dans le flux éditorial et sont très
cohérents avec l’expérience utilisateur.
Nous avons aussi repensé, dès 2015, l’intégra-
tion publicitaire sur nos plateformes en limitant
le nombre de formats et en faisant évoluer leur
mode d’intégration.
Cela se traduit par exemple par l’utilisation du
lazy-loading et du scroll continu sur certains
emplacements : nous avons là aussi voulu amé-
liorer le confort de lecture tout en maximisant
la visibilité des formats de nos partenaires.
décide de ce qu’il veut lire ou regarder. Ces utili-
sateurs nous obligent, media, agences et annon-
ceurs, à nous reposer les bonnes questions.
Qui est celui à qui je veux m’adresser  ? Quel
contenu lui proposer (et comment) pour éveil-
ler son intérêt et susciter son engagement ?
Chez 20 Minutes, nous sommes convaincus
que la publicité a sa place sur le numérique
mais qu’elle doit impérativement respecter l’ex-
périence de navigation des utilisateurs. Il est
donc urgent de repenser des formats et des mes-
sages plus pertinents et mieux intégrés. Sur le
mobile particulièrement, qui est un support qui
« touche » l’intime, nous devons être vigilants
pour accompagner le mobinaute, lui donner des
clés tout en respectant l’ensemble de ses usages.
R.GC
On sait que les formats intrusifs et la
lenteur de chargement sont deux des pre-
mières causes menant les internautes vers l’installa-
tion d’un adblocker. Comment agissez-vous sur vos
sites à ce niveau ?
3°
Evidemment, toutes les parties doivent prendre leurs
responsabilités et les lecteurs aussi. En juin dernier,
20 Minutes a participé à l’action du GESTE à tra-
vers une campagne de sensibilisation
auprès de nos internautes utilisateurs
d’adblokers. Nous avons expliqué aux
équipés d’adblokers en quoi la publicité
contribue au modèle de 20 Minutes et
donc à la diffusion d’une information
gratuite et qualité (indépendante, véri-
fiée, réactive…) pour les inciter à désac-
tiver 20 Minutes dans leur bloqueur.
Nous avons laissé la possibilité aux
internautes de nous signaler directe-
ment les publicités qu’ils perçoivent comme trop
intrusives. Suite à ces tests, nous avons noté une
baisse importante du taux de Pages Vues adbloc-
kées (plus de 5 points). Il est important d’avoir un
échange transparent et mature avec nos audiences
sur ces sujets. Si l’initiative du Geste est, sans
conteste, une bonne initiative, elle n’évitera pas aux
éditeurs une réflexion de fond sur le mode de moné-
tisation numérique dont l’intégration publicitaire
fait naturellement partie.
Nous analysons constamment la frag-
mentation des temps de téléchargement
(contenu / trackeurs / pub). Cela nous a
permis de bien cerner nos priorités et des
partenaires technos nous accompagnent
R.GC
Dans cette approche, des choix se posent donc en
termes de sélection de formats et… de partenaires
de monétisation. Il en est de même sur le sujet de
‘’l’Adquality’’.
Sur le même registre, le sujet
des trackeurs nous oblige
également à clarifier notre
approche : il est important
à la fois de se concentrer sur
les trackeurs qui permettront
une action utile et pertinente
pour nos audiences mais
aussi de repenser de manière
plus globale la privacy. Ce
sujet commence réellement et
logiquement à émerger et nous avons la conviction
qu’il deviendra une question majeure dans les mois
à venir.
Que souhaitez-vous répondre à des acteurs tels
qu’AdBlock qui justifie son existence en arguant
qu’ils cherchent à offrir aux internautes plus de sécurité
concernant la diffusion de leurs données personnelles ?
4°
N’oublions pas qu’Adblock Plus est un business
comme un autre, et surtout la réponse à un besoin.
A nous, Editeurs, de reprendre l’initiative sur ces
sujets en repensant la relation de confiance avec
chacun de nos utilisateurs  : Quel usage faisons
nous de leurs données et pour quels bénéfices ?
L’enrichissement de l’expérience de nos utilisateurs
semble devoir effectivement être au centre de nos
réflexions.
Cet enrichissement passe nécessairement par une
proposition de contenus choisis et non subis et ce
tant au niveau du contenu journalistique que du
contenu commercial.
Cette transformation de la relation aux audiences,
peut aussi permettre une reprise de valeur par rap-
port à certains de nos partenaires économiques.
R.GC
désormais dans cette démarche.
L’évolution des formats publicitaires évoquée plus
haut se traduit également à ce niveau. Nos parte-
naires de Revenue Management sont également
associés à cette approche.
Tout doit être fait pour privilégier l’optimisation du
temps de téléchargement et c’est là encore un enjeu
commun, partagé, avec nos partenaires écono-
miques. Cette indispensable optimisation est partie
prenante du chantier mené sur la visibilité.
20 21
LA NOUVELLE MENACE :
0 3
L’ ADBLOCKING MOBILE
03 LA NOUVELLE MENACE
L’ADBLOCKING MOBILE AUGMENTATION
DES TÉLÉCHARGEMENTS
22 23
Adoption mondiale
des adblocks mobile
198M
237M
334M
376M
270M
Janvier 2015A vril 2015 Juillet 2015 Octobre 2015 Janvier 2016
Les adblockers mobile sont aujourd’hui
des technologies accessibles facilement
UTILISATEURS ACTIFS MENSUELS
NIVEAU MONDE
(browsers mobile adblockés)
L’usage d’adblocker mobile a augmenté de 90% en 2015
En 2016, 309 millions de mobinautes utiliseraient une solution
d’adblocking sur web mobile
cela représente 16% des utilisateurs de smartphones (1.9 mil-
liards d’utilisateurs de smartphones dans le monde)
Les browsers permettant l’adblocking sont aujourd’hui les
moyens les plus populaires pour bloquer la publicité
A
Source : PageFair, Mobile adblocking report, 2016
PANORAMA DE L’ADBLOCKING MOBILE
Bloque les publicités 3rd party via le réseau du FAI avant même qu’elles ne soient destinée
à être servies sur le smartphone
champs d’action
Web /
In-app /
In-feed/
acteurs
Applications bloquant les publicité sur web mobile et in-app via la configuartion VPN et
le proxy HTTP
Adblock by
FutureMind
Friendly Social Facebook Instagram
Asus
UC Browser Brave Firefox Opera Mini
Ad Shaker WeBlock CyberGhost
champs d’action
Web /
In-app /
In-feed /
acteurs
Application alternatives pour des services spécifiques autorisant les contenu display sans
in-stream ou web ads
champs d’action
Web /
In-app /
In-feed /
acteurs
Web / In-app / In-feed /
acteurs
Applications bloquant les publicités dans Safari
via une API iOS officielle
Application bloquant
les publicités sur « Sam-
sung internet » naviga-
teur 1st party grace à
une API officielle
Navigateur 3rd party bloquant les
publicités par défaut sur le web
mobile
acteurs acteurs
Navigateurs 3rd party
pouvant être configurés pour
bloquer les publicités
Marques décidant d’installer un
adblocker en natif sur leurs produits
+
+200
ABP Crystak Adblock
24 25
03 LA NOUVELLE MENACE
L’ADBLOCKING MOBILE
LE CONSTAT
CHIFFRÉ
La dernière étude très complète réalisée par Page
Fair, a permis de lever le voile sur la menace que
représente l’adblocking mobile.
Bien qu’il ne s’agisse pas d’un phénomène d’am-
pleur comparable à ce qui se passe aujourd’hui
sur desktop, ce sont 419 millions d’utilisateurs de
smartphones qui ont installé un adblocker mobile
dans le monde.
Si ce chiffre peut paraître important, il est a
noter que le leader du « marché » est UC browser,
détenu par le géant chinois Alibaba et qu’en Chine
ce sont 116 millions d’utilisateurs qui utilisent un
adblocker et pas moins de 89 millions en Inde. Si
l’on se concentre ainsi sur l’utilisation qui est faite
en Europe et en Amérique du nord, on remarque
Pour effectuer une comparaison avec ce qui
se passe aujourd’hui sur desktop, les raisons de son
choix sont différentes et expliquent pourquoi l’Asie
cumule 93% des utilisateurs équipés. La clé se
situe autour de l’accessibilité et du coût de la data,
bien plus onéreuse en Asie qu’en Europe ou aux
Etats - Unis.
Comme le souligne Page Fair, au contraire
du desktop, l’adoption d’un adblocker se fait
ici pour une raison principale qui est d’éli-
miner les chargements de data pouvant avoir
un coût pour le mobinaute. L’Europe et les
Etats-Unis qui connaissent un prix de la data
bon marché ne subissent donc pas véritable-
ment les effets de l’adblocking mobile à ce jour.
qu’en France seuls 1,3 millions d’utilisateurs de
smartphones utilisent un adblocker et ils sont à
peine 2.3 millions aux Etats-Unis.
Au total on dénombre ainsi 14 millions d’utili-
sateurs d’adblockers mobile sur les zones Europe
et Amérique du Nord, ce qui ne représente néan-
moins que 3% des mobinautes. Un phénomène
dont il faudra se méfier dans les mois et les années
à venir.
« 308 MILLIONS
D’UTILISATEURS DE
SMARTPHONES ONT
INSTALLÉ UN ADBLOCKER
MOBILE DANS LE MONDE. »
LES RAISONS
DE L’ADOPTION
UN PHÉNOMÈNE
QUI A DU MAL
À PRENDRE
L’étude se concentrant sur iOS et Android, met éga-
lement en exergue l’échec de l’adblocking mobile
sous iOS, en effet, 7 mois après qu’Apple ait autorisé
leur présence sur l’app store, on ne dénombre à ce
jour que 4,5 millions de téléchargement, ce qui ne
représente que 2% des possesseurs d’iPhone.
Néanmoins, un phénomène à prendre au sérieux
et qui émerge sur mobile, l’adblocking des réseaux
sociaux à le vent en poupe. Ces environnements
fermés, qui semblaient être sous contrôle, ne le sont
finalement pas tant que cela. La raison : l’appari-
tion d’applications, telles que Friendly Social, qui se
proposent de vous débarrasser de la publicité sur les
réseaux sociaux. Lorsque l’on sait que le modèle éco-
nomique de Facebook est basé sur ce type de revenus
on imagine aisément qu’il s’agisse là d’une menace à
prendre au sérieux.
Source : PageFair, Mobile adblocking report, 2016
26 27
LA POSITION
0 4
AVIS D’EXPERT
04 LA POSITION
DES GRANDS ACTEURS LA POSITION
DE L’IAB
Suite au colloque de l’IAB en début d’année, il
est évident que votre communication proactive
sur l’adblocking est devenue un de vos enjeux majeurs.
Quel est, selon vous, le rôle que doit jouer l’IAB et plus
particulièrement l’IAB France sur ce sujet ?
Interview de Tradelab
avec Stéphane Hauser,
directeur de l’IAB France
1°
S.H
L’IAB France a un role majeur à
jouer sur ce sujet puisque, en France,
nous représentons tous les leviers du
marché et que d’autre part, l’IAB est
à l’origine des formats, de leur stan-
dards et des bonnes pratiques qui y
sont liées.
Compte tenu de la situation actuelle, comment
s’organise l’IAB autour de ce sujet  ? Nous
avons bien compris que l’intervention de Randall
Rothenberg à Paris en mars était un signe fort, mais
quelles sont les next steps de l’IAB France sur le sujet ?
2°
L’IAB s’engage au niveau national
et international. En France nous
faisons partie de groupes de travail
regroupant l’inter profession.
S.H
Ces groupes visent à faire en sorte
que l’inter profession parle d’une
seule voix et entraîne la chaîne de
valeurs à aller dans le même sens  ;
cette mobilisation autour de bonnes
pratiques vertueuses va dans le bon
sens sans avoir à recourir à un rôle de
gendarme que nous n’avons jusqu’à
présent jamais coiffé.
Nous avons toujours le programme
DEAL dont nous faisons la pro-
motion auprès de nos membres
et nous allons lancer à l’automne
la seconde version de notre étude
sur les adblocks et les français.
Au niveau international, nous travail-
lons avec le réseau IAB à une Charte
de Bonnes Pratiques  ; l’implication
du réseau IAB est la garantie d’une
prise de conscience internationale et
d’une application dans tous les pays
majeurs de cette Charte.
Un nouveau « contrat de lecture » a été évo-
qué entre l’internaute et les éditeurs, en quoi
consiste-t-il concrètement ?
3°
Ce nouveau contrat de lecture consiste
en une limitation des formats publici-
taires sur une page, la mise en place
de capping sur toutes les campagnes
et surtout sur les formats impactants/
surgissants et d’autres mesures qui
permettront aux lecteurs quelque soit
le support de naviguer sereinement.
S.H
2928
Comment comptez-vous faire appliquer les
recommandations de l’IAB US évoquées lors
du colloque de mars dernier ?
4°
Les recommandations de l’IAB US
sont déjà intégrées dans les bonnes
pratiques dont l’IAB France fait la
promotion depuis plusieurs années  ;
il suffit simplement de les appliquer.
Le groupe de travail de l’ARPP sera
l’organisme le mieux à même pour
contrôler leur mise en application.
S.H
Que pensez-vous de l’initiative de l’associa-
tion du GESTE visant à empêcher / limi-
ter l’accès aux sites pour les internautes ayant un
adblocker activé ?
5°
L’initiative du Geste est principalement
une campagne d’information auprès
des internautes de l’impact négatif de
la présence d’un adblock et de la mise
S.H
Enfin que souhaiteriez-vous répondre aux
adblockers qui invoquent la protection de la
liberté de choix des internautes ou encore de leurs
données personnelles pour justifier leurs solutions
d’adblocking ?
6°
Nous souhaiterions connaître leur
modèle économique et sur quels cri-
tères reposent le choix d’un partenaire.
S.H
04 LA POSITION
DES GRANDS ACTEURS
en péril du modèle économique du site.
La prise de conscience de ce phénomène
doit être collective et inclure également
les internautes. Cependant, nous ne
pouvons pas les alerter sur l’impact
de leur comportement sans changer
le nôtre  ; c’est pourquoi nous travail-
lons activement aussi bien au niveau
local qu’international à la rédaction
de Charte et à l’encadrement de leur
application.
Courant d’année 2016, l’IAB est
montée au créneau en s’attaquant
au leader du marché ABP.
La raison ? le travail contre éthique
de la société éditrice du logiciel du fait de l’instau-
ration de son programme « acceptable ads » qui ne
consiste que purement et simplement à whitelister les
éditeurs qui en viendraient à accepter de payer une
sorte de « taxe » pour passer entre les mailles du filet
adblock. Si cette réponse a pu, pour certains, être
considérée comme tardive, elle a le mérite d’exister.
Mais le travail de l’IAB ne s’arrête pas là. En mars
dernier l’association a organisé une conférence au
sujet de l’adblocking afin d’éclairer ses adhérents sur
le sujet avec à l’appui une étude menée par le cabinet
Ipsos. Au-delà des données statistiques qui en sont
ressorties, l’intervention de son président Randall
Rothenberg nous a éclairé sur la stratégie avec
laquelle l’IAB entend s’opposer aux adblockers.
Elle propose avant tout un nouveau «contrat
de navigation» qui s’apparenterait au fameux
«contrat de lecture» que l’on a pu voir dans le
domaine du offline.
Partant du triple constat de ce que représente une publicité acceptable pour les internautes :
•A 69% : une publicité qui ne gêne pas le parcours de navigation
•A 65% : une publicité que l’on puisse aisément fermer
•A 62% : des publicités qui ne forcent pas la vue
Il convient de remettre au centre la créativité publicitaire et le rôle serviciel joué par celle-ci !
Source : Baromètre IAB France - IPSOS France sur les Adblocks
3130
Déjà adopté aux États-Unis ces recommandations
de l’IAB US devraient arriver prochainement
en France et s’imposer avec force. Il s’agit de :
• Minimiser la taille des fichiers publicitaires afin de réduire les temps
de chargement des pages internet
• Limiter le nombre de formats sur les pages web et privilégier les
formats non intrusifs par rapport aux overlays et aux pop-ups
• Empêcher tous les formats qui perturbent l’expérience utilisateur
• Eviter les formats qui se lancent automatiquement avec le son dès
lors qu’ils ne ciblent pas parfaitement l’internaute
• Servir les publicités de manière sécurisée utilisant les SSL / HTTPS
Appliquer les liens « ad choices » à toutes les publicités pour faciliter le contrôle par l’internaute
du flux publicitaire.
04 LA POSITION
DES GRANDS ACTEURS
La vision du prestataire technologique Teads :
Quelles recommandations au niveau des formats
Créer une expérience publicitaire native, reflé-
tant la forme et la fonction de la plateforme sur
laquelle la publicité apparait.
1°
Donner par défaut à l’utilisateur la possibilité
de contrôler l’expérience publicitaire, comme
par exemple en la skippant.
2°
De par son positionnement
parmi les leaders sur les
formats vidéo, l’éditeur Teads
à récemment publié un livre
blanc en conclusion duquel ont
été cernées les prochaines étapes
pour lutter contre l’adblocking :
Utiliser un ciblage et contenu adaptés pour
assurer que les publicités soient pertinentes pour
l’utilisateur.
3°
Optimiser la position de la publicité sur les
pages pour qu’elle soit efficace, tout en rédui-
sant l’encombrement.
4°
Déployer des stratégies multi-écrans en tenant
compte de l’exaspération des utilisateurs envers
les publicités intrusives sur mobile.
5°
3332
CONCLUSION
Il est nécessaire de placer l’internaute au centre de toute la réflexion afin de
trouver une solution concrète aux problématiques posées par les adblockers.
Pour ce faire, une forme de new deal de la relation entre une marque et
l’internaute est nécessaire. À l’image de ce que propose l’IAB avec le nou-
veau contrat de lecture entre l’internaute et la marque, il est nécessaire
de mettre en œuvre une relation d’échange entre le temps que va passer
l’internaute lors de son surf à interagir avec une marque, et la contrepartie
qu’il va pouvoir en tirer. Celle-ci peut être le caractère divertissant, enga-
geant de la publicité, qui mènera l’internaute à la considérer comme étant
un élément à valeur ajoutée dans son parcours de navigation et décuplera
dans le même temps son affinité avec la marque.
Afin de parvenir à un tel niveau et avoir une publicité à fort incrément qui
soit respectueuse de ce dernier, le premier écueil à éviter, est celui de l’in-
trusivité. Comme on peut le voir dans les différentes études parues sur le
sujet (Ipsos pour l’IAB, CSA, Teads), il s’agit du premier facteur incitant
l’internaute à se tourner vers l’adblocking. Cela le conduit notamment à voir
la publicité comme un vecteur d’ennui et d’énervement.
Comment procéder et aborder un réel tournant ?
Ici les marques et agences ont un rôle central. Elles doivent assimiler le
canal digital comme étant un canal de communication indépendant de l’of-
fline ou de la télévision. Développer un contenu dédié à celui-ci, incluant
une forte part de créativité dans l’utilisation des leviers innovant offerts
par le digital. En effet, l’écosystème de l’e-pub est bouillonnant et pro-
pose des innovations toujours plus intéressantes en termes d’engagement
de l’internaute avec les marques, mais ces campagnes sont encore trop peu
nombreuses à voir le jour et les marketers trop peu nombreux à en profiter.
Elle nécessite une réelle réflexion aussi bien technique que créative pour
allier la puissance des outils technologiques publicitaires avec les objectifs
des annonceurs.
Notes
34 35
contact@tradelab.com
01 53 67 07 91
PLAN
ÉTAT DES LIEUX
DE L’ ADBLOCKING
REMERCIEMENTS :

Contenu connexe

Tendances

Connected Life 2014 - E-commerce : réduire l'écart entre recherche et achat
Connected Life 2014 - E-commerce : réduire l'écart entre recherche et achatConnected Life 2014 - E-commerce : réduire l'écart entre recherche et achat
Connected Life 2014 - E-commerce : réduire l'écart entre recherche et achat
Kantar
 
Transmédia ou Crossmédia ?
Transmédia ou Crossmédia ?Transmédia ou Crossmédia ?
Transmédia ou Crossmédia ?
Geoffrey Laloux
 
Synthese brand content 2013 by limelight
Synthese brand content 2013 by limelightSynthese brand content 2013 by limelight
Synthese brand content 2013 by limelight
BVA Limelight
 
Adblockers: pouquoi les internautes utilisent les systèmes d'adblocking
Adblockers: pouquoi les internautes utilisent les systèmes d'adblockingAdblockers: pouquoi les internautes utilisent les systèmes d'adblocking
Adblockers: pouquoi les internautes utilisent les systèmes d'adblocking
Margarita Zlatkova
 
Etude Digitude 2014 (RMB) le résumé essentiel
Etude Digitude 2014 (RMB) le résumé essentielEtude Digitude 2014 (RMB) le résumé essentiel
Etude Digitude 2014 (RMB) le résumé essentiel
The Content Company
 
Observatoire e pub sri 2015
Observatoire e pub sri 2015Observatoire e pub sri 2015
Observatoire e pub sri 2015
Philippe Dumont
 
Table ronde EBG du 28 Mai 2013
Table ronde EBG du 28 Mai 2013Table ronde EBG du 28 Mai 2013
Table ronde EBG du 28 Mai 2013
Séverine Gras
 
La stratégie online de Warner Bros. France dans l'univers du cinéma, des séri...
La stratégie online de Warner Bros. France dans l'univers du cinéma, des séri...La stratégie online de Warner Bros. France dans l'univers du cinéma, des séri...
La stratégie online de Warner Bros. France dans l'univers du cinéma, des séri...
Christophe Pelletier
 
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 20162ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
yann le gigan
 
Transformation digitale @ groupe seb
Transformation digitale @ groupe sebTransformation digitale @ groupe seb
Transformation digitale @ groupe seb
Guillaume Planet
 
Temporis digital#2 irep
Temporis digital#2 irepTemporis digital#2 irep
Temporis digital#2 irep
yanncrouan
 
Combler le fossé entre le marketing de marque et le marketing shopper
Combler le fossé entre le marketing de marque et le marketing shopperCombler le fossé entre le marketing de marque et le marketing shopper
Combler le fossé entre le marketing de marque et le marketing shopper
Kantar
 
De la vitrine au e-marketing
De la vitrine au e-marketingDe la vitrine au e-marketing
De la vitrine au e-marketing
i974net
 
Les Français et la nouvelle société collaborative
Les Français et la nouvelle société collaborativeLes Français et la nouvelle société collaborative
Les Français et la nouvelle société collaborative
Kantar
 
55 | fifty-five | White paper : Ad blocking (FR)
55 | fifty-five | White paper : Ad blocking (FR)55 | fifty-five | White paper : Ad blocking (FR)
55 | fifty-five | White paper : Ad blocking (FR)
55 | fifty-five
 
Une nouvelle offre de régie publicitaire en france 2015 - 2016
Une nouvelle offre de régie publicitaire en france 2015 - 2016Une nouvelle offre de régie publicitaire en france 2015 - 2016
Une nouvelle offre de régie publicitaire en france 2015 - 2016
Raccourci Formation
 
Observatoire Régies Limelight-Consulting – Edition 2014 / 2015
Observatoire Régies Limelight-Consulting – Edition 2014 / 2015Observatoire Régies Limelight-Consulting – Edition 2014 / 2015
Observatoire Régies Limelight-Consulting – Edition 2014 / 2015
BVA Limelight
 
Conférence Teads #LaBouchePleine
Conférence Teads #LaBouchePleine Conférence Teads #LaBouchePleine
Conférence Teads #LaBouchePleine
DigitasLBi Paris
 
Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux Maroc2019
Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux   Maroc2019Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux   Maroc2019
Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux Maroc2019
Ilhem Hassania
 
Marketing Digital, tendances 2012
Marketing Digital, tendances 2012Marketing Digital, tendances 2012
Marketing Digital, tendances 2012
Agence Wip
 

Tendances (20)

Connected Life 2014 - E-commerce : réduire l'écart entre recherche et achat
Connected Life 2014 - E-commerce : réduire l'écart entre recherche et achatConnected Life 2014 - E-commerce : réduire l'écart entre recherche et achat
Connected Life 2014 - E-commerce : réduire l'écart entre recherche et achat
 
Transmédia ou Crossmédia ?
Transmédia ou Crossmédia ?Transmédia ou Crossmédia ?
Transmédia ou Crossmédia ?
 
Synthese brand content 2013 by limelight
Synthese brand content 2013 by limelightSynthese brand content 2013 by limelight
Synthese brand content 2013 by limelight
 
Adblockers: pouquoi les internautes utilisent les systèmes d'adblocking
Adblockers: pouquoi les internautes utilisent les systèmes d'adblockingAdblockers: pouquoi les internautes utilisent les systèmes d'adblocking
Adblockers: pouquoi les internautes utilisent les systèmes d'adblocking
 
Etude Digitude 2014 (RMB) le résumé essentiel
Etude Digitude 2014 (RMB) le résumé essentielEtude Digitude 2014 (RMB) le résumé essentiel
Etude Digitude 2014 (RMB) le résumé essentiel
 
Observatoire e pub sri 2015
Observatoire e pub sri 2015Observatoire e pub sri 2015
Observatoire e pub sri 2015
 
Table ronde EBG du 28 Mai 2013
Table ronde EBG du 28 Mai 2013Table ronde EBG du 28 Mai 2013
Table ronde EBG du 28 Mai 2013
 
La stratégie online de Warner Bros. France dans l'univers du cinéma, des séri...
La stratégie online de Warner Bros. France dans l'univers du cinéma, des séri...La stratégie online de Warner Bros. France dans l'univers du cinéma, des séri...
La stratégie online de Warner Bros. France dans l'univers du cinéma, des séri...
 
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 20162ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
2ème édition du Baromètre Annonceurs Mobile SRI-Harris Interactive - Nov 2016
 
Transformation digitale @ groupe seb
Transformation digitale @ groupe sebTransformation digitale @ groupe seb
Transformation digitale @ groupe seb
 
Temporis digital#2 irep
Temporis digital#2 irepTemporis digital#2 irep
Temporis digital#2 irep
 
Combler le fossé entre le marketing de marque et le marketing shopper
Combler le fossé entre le marketing de marque et le marketing shopperCombler le fossé entre le marketing de marque et le marketing shopper
Combler le fossé entre le marketing de marque et le marketing shopper
 
De la vitrine au e-marketing
De la vitrine au e-marketingDe la vitrine au e-marketing
De la vitrine au e-marketing
 
Les Français et la nouvelle société collaborative
Les Français et la nouvelle société collaborativeLes Français et la nouvelle société collaborative
Les Français et la nouvelle société collaborative
 
55 | fifty-five | White paper : Ad blocking (FR)
55 | fifty-five | White paper : Ad blocking (FR)55 | fifty-five | White paper : Ad blocking (FR)
55 | fifty-five | White paper : Ad blocking (FR)
 
Une nouvelle offre de régie publicitaire en france 2015 - 2016
Une nouvelle offre de régie publicitaire en france 2015 - 2016Une nouvelle offre de régie publicitaire en france 2015 - 2016
Une nouvelle offre de régie publicitaire en france 2015 - 2016
 
Observatoire Régies Limelight-Consulting – Edition 2014 / 2015
Observatoire Régies Limelight-Consulting – Edition 2014 / 2015Observatoire Régies Limelight-Consulting – Edition 2014 / 2015
Observatoire Régies Limelight-Consulting – Edition 2014 / 2015
 
Conférence Teads #LaBouchePleine
Conférence Teads #LaBouchePleine Conférence Teads #LaBouchePleine
Conférence Teads #LaBouchePleine
 
Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux Maroc2019
Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux   Maroc2019Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux   Maroc2019
Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux Maroc2019
 
Marketing Digital, tendances 2012
Marketing Digital, tendances 2012Marketing Digital, tendances 2012
Marketing Digital, tendances 2012
 

En vedette

Stratégies d'Achat T4 2016 - Appnexus - Livre Blanc
Stratégies d'Achat T4 2016 - Appnexus  - Livre BlancStratégies d'Achat T4 2016 - Appnexus  - Livre Blanc
Stratégies d'Achat T4 2016 - Appnexus - Livre Blanc
Romain Fonnier
 
La valeur de la Data - Livre Blanc - SFR Régie
La valeur de la Data - Livre Blanc - SFR RégieLa valeur de la Data - Livre Blanc - SFR Régie
La valeur de la Data - Livre Blanc - SFR Régie
Romain Fonnier
 
Cartographie du performance marketing - CPA - 2017
Cartographie du performance marketing - CPA - 2017Cartographie du performance marketing - CPA - 2017
Cartographie du performance marketing - CPA - 2017
Romain Fonnier
 
Le predictif au service du marketing - ebg - 2016
Le predictif au service du marketing  - ebg - 2016Le predictif au service du marketing  - ebg - 2016
Le predictif au service du marketing - ebg - 2016
Romain Fonnier
 
IAB France - glossaire data
IAB France - glossaire data IAB France - glossaire data
IAB France - glossaire data
Romain Fonnier
 
Native Advertising and Content Marketing - White Paper - IAB Europe - Decembr...
Native Advertising and Content Marketing - White Paper - IAB Europe - Decembr...Native Advertising and Content Marketing - White Paper - IAB Europe - Decembr...
Native Advertising and Content Marketing - White Paper - IAB Europe - Decembr...
Romain Fonnier
 
Le livre blanc du marketing programmatique - 3xchange - 2014
Le livre blanc du marketing programmatique  - 3xchange - 2014Le livre blanc du marketing programmatique  - 3xchange - 2014
Le livre blanc du marketing programmatique - 3xchange - 2014
Romain Fonnier
 
L'audience Video Ordinateur en France - Mediametrie - avril 2016
L'audience Video Ordinateur en France  - Mediametrie - avril 2016 L'audience Video Ordinateur en France  - Mediametrie - avril 2016
L'audience Video Ordinateur en France - Mediametrie - avril 2016
Romain Fonnier
 
Baromètre trimestriel de l’audience du e commerce en France - 2ème trimestre ...
Baromètre trimestriel de l’audience du e commerce en France - 2ème trimestre ...Baromètre trimestriel de l’audience du e commerce en France - 2ème trimestre ...
Baromètre trimestriel de l’audience du e commerce en France - 2ème trimestre ...
Romain Fonnier
 

En vedette (9)

Stratégies d'Achat T4 2016 - Appnexus - Livre Blanc
Stratégies d'Achat T4 2016 - Appnexus  - Livre BlancStratégies d'Achat T4 2016 - Appnexus  - Livre Blanc
Stratégies d'Achat T4 2016 - Appnexus - Livre Blanc
 
La valeur de la Data - Livre Blanc - SFR Régie
La valeur de la Data - Livre Blanc - SFR RégieLa valeur de la Data - Livre Blanc - SFR Régie
La valeur de la Data - Livre Blanc - SFR Régie
 
Cartographie du performance marketing - CPA - 2017
Cartographie du performance marketing - CPA - 2017Cartographie du performance marketing - CPA - 2017
Cartographie du performance marketing - CPA - 2017
 
Le predictif au service du marketing - ebg - 2016
Le predictif au service du marketing  - ebg - 2016Le predictif au service du marketing  - ebg - 2016
Le predictif au service du marketing - ebg - 2016
 
IAB France - glossaire data
IAB France - glossaire data IAB France - glossaire data
IAB France - glossaire data
 
Native Advertising and Content Marketing - White Paper - IAB Europe - Decembr...
Native Advertising and Content Marketing - White Paper - IAB Europe - Decembr...Native Advertising and Content Marketing - White Paper - IAB Europe - Decembr...
Native Advertising and Content Marketing - White Paper - IAB Europe - Decembr...
 
Le livre blanc du marketing programmatique - 3xchange - 2014
Le livre blanc du marketing programmatique  - 3xchange - 2014Le livre blanc du marketing programmatique  - 3xchange - 2014
Le livre blanc du marketing programmatique - 3xchange - 2014
 
L'audience Video Ordinateur en France - Mediametrie - avril 2016
L'audience Video Ordinateur en France  - Mediametrie - avril 2016 L'audience Video Ordinateur en France  - Mediametrie - avril 2016
L'audience Video Ordinateur en France - Mediametrie - avril 2016
 
Baromètre trimestriel de l’audience du e commerce en France - 2ème trimestre ...
Baromètre trimestriel de l’audience du e commerce en France - 2ème trimestre ...Baromètre trimestriel de l’audience du e commerce en France - 2ème trimestre ...
Baromètre trimestriel de l’audience du e commerce en France - 2ème trimestre ...
 

Similaire à Livre blanc Tradelab - Plan et Etat des lieux de l'adblocking - Février 2017

La vie après les Ad Blockers: Manifeste pur une publicité durable
La vie après les Ad Blockers: Manifeste pur une publicité durableLa vie après les Ad Blockers: Manifeste pur une publicité durable
La vie après les Ad Blockers: Manifeste pur une publicité durable
yann le gigan
 
La publicité digitale face à la montée des AdBlockers
La publicité digitale face à la montée des AdBlockersLa publicité digitale face à la montée des AdBlockers
La publicité digitale face à la montée des AdBlockers
Justine Chevalier-Voguet
 
La Veille De Red Guy du 14.01.15 - Les bloqueurs de pub
La Veille De Red Guy du 14.01.15 - Les bloqueurs de pubLa Veille De Red Guy du 14.01.15 - Les bloqueurs de pub
La Veille De Red Guy du 14.01.15 - Les bloqueurs de pub
Red Guy
 
LES ADBLOCKERS SONT-ILS UNE CHANCE OU UN DANGER POUR LA PUBLICITE EN LIGNE ?
LES ADBLOCKERS SONT-ILS UNE CHANCE OU UN DANGER POUR LA PUBLICITE EN LIGNE ?LES ADBLOCKERS SONT-ILS UNE CHANCE OU UN DANGER POUR LA PUBLICITE EN LIGNE ?
LES ADBLOCKERS SONT-ILS UNE CHANCE OU UN DANGER POUR LA PUBLICITE EN LIGNE ?
Sylvain Chadenas
 
Les enjeux des AdBlock en 2015
Les enjeux des AdBlock en 2015Les enjeux des AdBlock en 2015
Les enjeux des AdBlock en 2015
Cedric Tortel
 
Ad-blocking quels sont les enjeux et les réponses possibles ?
Ad-blocking quels sont les enjeux et les réponses possibles ?Ad-blocking quels sont les enjeux et les réponses possibles ?
Ad-blocking quels sont les enjeux et les réponses possibles ?
Antoine Wintrebert
 
Les enjeux des Ad Block en 2015
Les enjeux des Ad Block en 2015Les enjeux des Ad Block en 2015
Les enjeux des Ad Block en 2015
Cedric Tortel
 
Adblockers, symptômes de la guerre des plateformes
Adblockers, symptômes de la guerre des plateformesAdblockers, symptômes de la guerre des plateformes
Adblockers, symptômes de la guerre des plateformes
Arnaud Descamps
 
Rapport sur la publicité en ligne slides
Rapport sur la publicité en ligne slidesRapport sur la publicité en ligne slides
Rapport sur la publicité en ligne slides
Christian RIEDI
 
Adblock, enquête sur un détracteur de performance digitale
Adblock, enquête sur un détracteur de performance digitaleAdblock, enquête sur un détracteur de performance digitale
Adblock, enquête sur un détracteur de performance digitale
Fabernovel
 
Le programmatique-la-clé-du-succes-du-marketing-en-temps-reel etude-hi_media_...
Le programmatique-la-clé-du-succes-du-marketing-en-temps-reel etude-hi_media_...Le programmatique-la-clé-du-succes-du-marketing-en-temps-reel etude-hi_media_...
Le programmatique-la-clé-du-succes-du-marketing-en-temps-reel etude-hi_media_...
HiMedia Group
 
Formation Transformation Digitale 2016
Formation Transformation Digitale 2016Formation Transformation Digitale 2016
Formation Transformation Digitale 2016
Guillaume Eouzan
 
Com digitale vs comm classique
Com digitale vs comm classiqueCom digitale vs comm classique
L'impact des bloqueurs de publicité sur le média et les solutions
L'impact des bloqueurs de publicité sur le média et les solutionsL'impact des bloqueurs de publicité sur le média et les solutions
L'impact des bloqueurs de publicité sur le média et les solutions
iProspect Canada
 
Veille Né Kid 020408
Veille Né Kid 020408Veille Né Kid 020408
Veille Né Kid 020408
Nicolas Bard
 
[Fr] La transformation digitale par Caroline Faillet de Bolero Web Intelligence
[Fr] La transformation digitale par Caroline Faillet de Bolero Web Intelligence[Fr] La transformation digitale par Caroline Faillet de Bolero Web Intelligence
[Fr] La transformation digitale par Caroline Faillet de Bolero Web Intelligence
Yann Gourvennec
 
La promotion d 'un site par le webmarketing
La promotion d 'un site par le webmarketingLa promotion d 'un site par le webmarketing
La promotion d 'un site par le webmarketing
Fatima GAAS
 
La veille de ne kid du 09.12.10 : les tricheurs du web
La veille de ne kid du 09.12.10 : les tricheurs du webLa veille de ne kid du 09.12.10 : les tricheurs du web
La veille de ne kid du 09.12.10 : les tricheurs du web
Né Kid
 
Publicité sur internet rapport2020_ccf
Publicité sur internet rapport2020_ccfPublicité sur internet rapport2020_ccf
Publicité sur internet rapport2020_ccf
PatrickTanz
 
En quoi le Web Temps Réel modifie-t-il l’accès à l’information et la gestion ...
En quoi le Web Temps Réel modifie-t-il l’accès à l’information et la gestion ...En quoi le Web Temps Réel modifie-t-il l’accès à l’information et la gestion ...
En quoi le Web Temps Réel modifie-t-il l’accès à l’information et la gestion ...
Camille A
 

Similaire à Livre blanc Tradelab - Plan et Etat des lieux de l'adblocking - Février 2017 (20)

La vie après les Ad Blockers: Manifeste pur une publicité durable
La vie après les Ad Blockers: Manifeste pur une publicité durableLa vie après les Ad Blockers: Manifeste pur une publicité durable
La vie après les Ad Blockers: Manifeste pur une publicité durable
 
La publicité digitale face à la montée des AdBlockers
La publicité digitale face à la montée des AdBlockersLa publicité digitale face à la montée des AdBlockers
La publicité digitale face à la montée des AdBlockers
 
La Veille De Red Guy du 14.01.15 - Les bloqueurs de pub
La Veille De Red Guy du 14.01.15 - Les bloqueurs de pubLa Veille De Red Guy du 14.01.15 - Les bloqueurs de pub
La Veille De Red Guy du 14.01.15 - Les bloqueurs de pub
 
LES ADBLOCKERS SONT-ILS UNE CHANCE OU UN DANGER POUR LA PUBLICITE EN LIGNE ?
LES ADBLOCKERS SONT-ILS UNE CHANCE OU UN DANGER POUR LA PUBLICITE EN LIGNE ?LES ADBLOCKERS SONT-ILS UNE CHANCE OU UN DANGER POUR LA PUBLICITE EN LIGNE ?
LES ADBLOCKERS SONT-ILS UNE CHANCE OU UN DANGER POUR LA PUBLICITE EN LIGNE ?
 
Les enjeux des AdBlock en 2015
Les enjeux des AdBlock en 2015Les enjeux des AdBlock en 2015
Les enjeux des AdBlock en 2015
 
Ad-blocking quels sont les enjeux et les réponses possibles ?
Ad-blocking quels sont les enjeux et les réponses possibles ?Ad-blocking quels sont les enjeux et les réponses possibles ?
Ad-blocking quels sont les enjeux et les réponses possibles ?
 
Les enjeux des Ad Block en 2015
Les enjeux des Ad Block en 2015Les enjeux des Ad Block en 2015
Les enjeux des Ad Block en 2015
 
Adblockers, symptômes de la guerre des plateformes
Adblockers, symptômes de la guerre des plateformesAdblockers, symptômes de la guerre des plateformes
Adblockers, symptômes de la guerre des plateformes
 
Rapport sur la publicité en ligne slides
Rapport sur la publicité en ligne slidesRapport sur la publicité en ligne slides
Rapport sur la publicité en ligne slides
 
Adblock, enquête sur un détracteur de performance digitale
Adblock, enquête sur un détracteur de performance digitaleAdblock, enquête sur un détracteur de performance digitale
Adblock, enquête sur un détracteur de performance digitale
 
Le programmatique-la-clé-du-succes-du-marketing-en-temps-reel etude-hi_media_...
Le programmatique-la-clé-du-succes-du-marketing-en-temps-reel etude-hi_media_...Le programmatique-la-clé-du-succes-du-marketing-en-temps-reel etude-hi_media_...
Le programmatique-la-clé-du-succes-du-marketing-en-temps-reel etude-hi_media_...
 
Formation Transformation Digitale 2016
Formation Transformation Digitale 2016Formation Transformation Digitale 2016
Formation Transformation Digitale 2016
 
Com digitale vs comm classique
Com digitale vs comm classiqueCom digitale vs comm classique
Com digitale vs comm classique
 
L'impact des bloqueurs de publicité sur le média et les solutions
L'impact des bloqueurs de publicité sur le média et les solutionsL'impact des bloqueurs de publicité sur le média et les solutions
L'impact des bloqueurs de publicité sur le média et les solutions
 
Veille Né Kid 020408
Veille Né Kid 020408Veille Né Kid 020408
Veille Né Kid 020408
 
[Fr] La transformation digitale par Caroline Faillet de Bolero Web Intelligence
[Fr] La transformation digitale par Caroline Faillet de Bolero Web Intelligence[Fr] La transformation digitale par Caroline Faillet de Bolero Web Intelligence
[Fr] La transformation digitale par Caroline Faillet de Bolero Web Intelligence
 
La promotion d 'un site par le webmarketing
La promotion d 'un site par le webmarketingLa promotion d 'un site par le webmarketing
La promotion d 'un site par le webmarketing
 
La veille de ne kid du 09.12.10 : les tricheurs du web
La veille de ne kid du 09.12.10 : les tricheurs du webLa veille de ne kid du 09.12.10 : les tricheurs du web
La veille de ne kid du 09.12.10 : les tricheurs du web
 
Publicité sur internet rapport2020_ccf
Publicité sur internet rapport2020_ccfPublicité sur internet rapport2020_ccf
Publicité sur internet rapport2020_ccf
 
En quoi le Web Temps Réel modifie-t-il l’accès à l’information et la gestion ...
En quoi le Web Temps Réel modifie-t-il l’accès à l’information et la gestion ...En quoi le Web Temps Réel modifie-t-il l’accès à l’information et la gestion ...
En quoi le Web Temps Réel modifie-t-il l’accès à l’information et la gestion ...
 

Plus de Romain Fonnier

Magnite - taking action on identity in europe - april 2021
Magnite  - taking action on identity in europe - april 2021Magnite  - taking action on identity in europe - april 2021
Magnite - taking action on identity in europe - april 2021
Romain Fonnier
 
ID5 - the state of digital identity - 2021
ID5 - the state of digital identity - 2021ID5 - the state of digital identity - 2021
ID5 - the state of digital identity - 2021
Romain Fonnier
 
Audio programmatique panorama des acteurs technologiques sell side - iab fr...
Audio programmatique   panorama des acteurs technologiques sell side - iab fr...Audio programmatique   panorama des acteurs technologiques sell side - iab fr...
Audio programmatique panorama des acteurs technologiques sell side - iab fr...
Romain Fonnier
 
Le barometre du programmatique - IAB France - 2021
Le barometre du programmatique -  IAB France - 2021Le barometre du programmatique -  IAB France - 2021
Le barometre du programmatique - IAB France - 2021
Romain Fonnier
 
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
Romain Fonnier
 
Guide cookieless - Quel futur pour le cookie ? - IAB france - 2020
Guide cookieless - Quel futur pour le cookie ? - IAB france - 2020Guide cookieless - Quel futur pour le cookie ? - IAB france - 2020
Guide cookieless - Quel futur pour le cookie ? - IAB france - 2020
Romain Fonnier
 
Smart identity indicator - Q1 2021
Smart identity indicator  - Q1 2021Smart identity indicator  - Q1 2021
Smart identity indicator - Q1 2021
Romain Fonnier
 
Strategies and Opportunities for a Cookie-less World - Pubmatic - April 2021
Strategies and Opportunities for a Cookie-less World - Pubmatic - April 2021Strategies and Opportunities for a Cookie-less World - Pubmatic - April 2021
Strategies and Opportunities for a Cookie-less World - Pubmatic - April 2021
Romain Fonnier
 
Le guide de la brand safety et brand suitability - SRI - 2021
Le guide de la brand safety et brand suitability - SRI - 2021Le guide de la brand safety et brand suitability - SRI - 2021
Le guide de la brand safety et brand suitability - SRI - 2021
Romain Fonnier
 
2019 programmatic advertising ecosystem europe
2019 programmatic advertising ecosystem europe2019 programmatic advertising ecosystem europe
2019 programmatic advertising ecosystem europe
Romain Fonnier
 
CPA - Fiches Tracking - 2019
CPA - Fiches Tracking - 2019CPA - Fiches Tracking - 2019
CPA - Fiches Tracking - 2019
Romain Fonnier
 
CPA - Black Friday - 2020
CPA - Black Friday - 2020CPA - Black Friday - 2020
CPA - Black Friday - 2020
Romain Fonnier
 
CPA - Barometre Lead - 2020
CPA - Barometre Lead - 2020CPA - Barometre Lead - 2020
CPA - Barometre Lead - 2020
Romain Fonnier
 
Résultats – SONDAGES IAB / CPA – « Les conséquences économiques de la crise c...
Résultats – SONDAGES IAB / CPA – « Les conséquences économiques de la crise c...Résultats – SONDAGES IAB / CPA – « Les conséquences économiques de la crise c...
Résultats – SONDAGES IAB / CPA – « Les conséquences économiques de la crise c...
Romain Fonnier
 
Tracking : 7 points à vérifier pour comprendre les écarts statistiques
Tracking : 7 points à vérifier pour comprendre les écarts statistiquesTracking : 7 points à vérifier pour comprendre les écarts statistiques
Tracking : 7 points à vérifier pour comprendre les écarts statistiques
Romain Fonnier
 
Baromètre de l'affiliation - Edition 2020 - CPA France
Baromètre de l'affiliation - Edition 2020 - CPA FranceBaromètre de l'affiliation - Edition 2020 - CPA France
Baromètre de l'affiliation - Edition 2020 - CPA France
Romain Fonnier
 
IAB Europe european-programmatic-ad-spend-2018-report-sept-2019
IAB Europe european-programmatic-ad-spend-2018-report-sept-2019IAB Europe european-programmatic-ad-spend-2018-report-sept-2019
IAB Europe european-programmatic-ad-spend-2018-report-sept-2019
Romain Fonnier
 
IAB Europe Attitudes-to-programmatic-advertising-report Sept-2019
IAB Europe Attitudes-to-programmatic-advertising-report Sept-2019IAB Europe Attitudes-to-programmatic-advertising-report Sept-2019
IAB Europe Attitudes-to-programmatic-advertising-report Sept-2019
Romain Fonnier
 
21eme observatoire de l'e pub - sri - 2019
21eme observatoire de l'e pub - sri - 201921eme observatoire de l'e pub - sri - 2019
21eme observatoire de l'e pub - sri - 2019
Romain Fonnier
 
Guide data - IAB france - 2019
Guide data - IAB france - 2019Guide data - IAB france - 2019
Guide data - IAB france - 2019
Romain Fonnier
 

Plus de Romain Fonnier (20)

Magnite - taking action on identity in europe - april 2021
Magnite  - taking action on identity in europe - april 2021Magnite  - taking action on identity in europe - april 2021
Magnite - taking action on identity in europe - april 2021
 
ID5 - the state of digital identity - 2021
ID5 - the state of digital identity - 2021ID5 - the state of digital identity - 2021
ID5 - the state of digital identity - 2021
 
Audio programmatique panorama des acteurs technologiques sell side - iab fr...
Audio programmatique   panorama des acteurs technologiques sell side - iab fr...Audio programmatique   panorama des acteurs technologiques sell side - iab fr...
Audio programmatique panorama des acteurs technologiques sell side - iab fr...
 
Le barometre du programmatique - IAB France - 2021
Le barometre du programmatique -  IAB France - 2021Le barometre du programmatique -  IAB France - 2021
Le barometre du programmatique - IAB France - 2021
 
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
 
Guide cookieless - Quel futur pour le cookie ? - IAB france - 2020
Guide cookieless - Quel futur pour le cookie ? - IAB france - 2020Guide cookieless - Quel futur pour le cookie ? - IAB france - 2020
Guide cookieless - Quel futur pour le cookie ? - IAB france - 2020
 
Smart identity indicator - Q1 2021
Smart identity indicator  - Q1 2021Smart identity indicator  - Q1 2021
Smart identity indicator - Q1 2021
 
Strategies and Opportunities for a Cookie-less World - Pubmatic - April 2021
Strategies and Opportunities for a Cookie-less World - Pubmatic - April 2021Strategies and Opportunities for a Cookie-less World - Pubmatic - April 2021
Strategies and Opportunities for a Cookie-less World - Pubmatic - April 2021
 
Le guide de la brand safety et brand suitability - SRI - 2021
Le guide de la brand safety et brand suitability - SRI - 2021Le guide de la brand safety et brand suitability - SRI - 2021
Le guide de la brand safety et brand suitability - SRI - 2021
 
2019 programmatic advertising ecosystem europe
2019 programmatic advertising ecosystem europe2019 programmatic advertising ecosystem europe
2019 programmatic advertising ecosystem europe
 
CPA - Fiches Tracking - 2019
CPA - Fiches Tracking - 2019CPA - Fiches Tracking - 2019
CPA - Fiches Tracking - 2019
 
CPA - Black Friday - 2020
CPA - Black Friday - 2020CPA - Black Friday - 2020
CPA - Black Friday - 2020
 
CPA - Barometre Lead - 2020
CPA - Barometre Lead - 2020CPA - Barometre Lead - 2020
CPA - Barometre Lead - 2020
 
Résultats – SONDAGES IAB / CPA – « Les conséquences économiques de la crise c...
Résultats – SONDAGES IAB / CPA – « Les conséquences économiques de la crise c...Résultats – SONDAGES IAB / CPA – « Les conséquences économiques de la crise c...
Résultats – SONDAGES IAB / CPA – « Les conséquences économiques de la crise c...
 
Tracking : 7 points à vérifier pour comprendre les écarts statistiques
Tracking : 7 points à vérifier pour comprendre les écarts statistiquesTracking : 7 points à vérifier pour comprendre les écarts statistiques
Tracking : 7 points à vérifier pour comprendre les écarts statistiques
 
Baromètre de l'affiliation - Edition 2020 - CPA France
Baromètre de l'affiliation - Edition 2020 - CPA FranceBaromètre de l'affiliation - Edition 2020 - CPA France
Baromètre de l'affiliation - Edition 2020 - CPA France
 
IAB Europe european-programmatic-ad-spend-2018-report-sept-2019
IAB Europe european-programmatic-ad-spend-2018-report-sept-2019IAB Europe european-programmatic-ad-spend-2018-report-sept-2019
IAB Europe european-programmatic-ad-spend-2018-report-sept-2019
 
IAB Europe Attitudes-to-programmatic-advertising-report Sept-2019
IAB Europe Attitudes-to-programmatic-advertising-report Sept-2019IAB Europe Attitudes-to-programmatic-advertising-report Sept-2019
IAB Europe Attitudes-to-programmatic-advertising-report Sept-2019
 
21eme observatoire de l'e pub - sri - 2019
21eme observatoire de l'e pub - sri - 201921eme observatoire de l'e pub - sri - 2019
21eme observatoire de l'e pub - sri - 2019
 
Guide data - IAB france - 2019
Guide data - IAB france - 2019Guide data - IAB france - 2019
Guide data - IAB france - 2019
 

Livre blanc Tradelab - Plan et Etat des lieux de l'adblocking - Février 2017

  • 1. PLAN ÉTAT DES LIEUX DE L’ ADBLOCKING
  • 2. SOMMAIRE Aujourd’hui, plus personne n’ignore l’importance des adblockers dans l’écosystème internet. Le second semestre2015aétémarqué parlapublicationdeschiffres de l’étude Adobe / Page Fair, qui ont mis en exergue l’ampleur du phénomène mais surtout l’impact de celui-ci sur le marché de l’e-pub dans son ensemble. INTRODUCTION L’avis de l’expert LE CONSTAT une croissance inquiétante des adblockers Chiffres clés Le cœur du problème Des internautes lassés, exaspérés et beaucoup trop sollicités qui finissent par dire stop ! Des internautes qui ne sont pas forcé- ment au fait du rôle joué par la publicité Comment est rendue possible cette adoption des adblockers ? Des éditeurs piégés par l’adblocking La sécurisation des données Focus sur les formats Un taux d’abandon rédhibitoire DES TENTATIVES de réponses imparfaites mais qui existent Les limites du modèle d’adblock plus sur le plan légal Des interrogations légales Bloqueur d’adblock, une solution efficace ? Les actions groupées des éditeurs pour lutter contre l’adblocking LA NOUVELLE MENACE l’adblocking mobile Panorama de l’adblocking mobile Augmentation des téléchargements Constat chiffré Les raisons de l’adoption Un phénomène qui a du mal à prendre LA POSITION avis d’expert La position de l’IAB La vision du prestataire technologique teads : quelles recommandations au niveau des formats CONCLUSION 00 01 03 02 04 05 p.05 p.09 p.10 p.12 p.17 p.19 P.24 p.26 P.28 p.33 PLAN ÉTAT DES LIEUX DE L’ ADBLOCKING Prise de conscience Tradelabp.07
  • 3. INTRODUCTION « L’effet d’adblocking ne peut pas être traité comme un problème propre aux éditeurs. Il faut que l’ensemble de la chaine de valeur soit consciente que nous devons impérativement rebattre les cartes avec un ensemble de règles visant à respec- ter le surf des internautes, redonner de la qualité créative et anticiper ses centres d’ intérêt. L’objectif est de redonner un rôle serviciel à la publicité » MENACES & SOLUTIONS YOHANN DUPASQUIER, TRADELAB «Chez 20 Minutes, nous sommes convaincus que la publicité a sa place sur le numérique, mais qu’elle doit impérativement respecter l’expérience de navigation des utilisateurs. Il est donc urgent de repenser des formats et des messages plus pertinents et mieux intégrés» STEPHANE HAUSER, IAB «Au niveau international, nous travaillons avec le réseau IAB à une Charte de Bonnes Pratiques ; l’implication du réseau IAB est la garantie d’une prise de conscience internationale et d’une application dans tous les pays majeurs de cette Charte.» RENAUD GRAND-CLÉMENT, 20 MINUTES INTRODUCTION 0 0 MENACES ET SOLUTIONS 4 5
  • 4. Aujourd’hui, plus personne n’ignore l’im- portance des adblockers dans l’écosystème internet. Le second semestre 2015 et l’année 2016 ont été marqués  par la publication des chiffres de l’étude Adobe / Page Fair, qui ont mis en exergue l’ampleur du phé- nomène, mais aussi l’impact de celui-ci sur le marché de l’e-pub dans son ensemble : près de $21.8 milliards de «  manque à gagner  » pour les éditeurs à travers le monde. Ce chiffre impressionnant eu l’effet d’une bombe au sein du monde de la publicité digitale, marqué par une crois- sance de 5.4% au global selon les dernières estimations, ce qui représente tout de même la plus forte croissance du marché en 6 ans. En tant qu’acteur majeur du marché de la publicité programmatique, la plateforme technologique Tradelab est témoin de cette triste croissance de l’adblocking, et souhaite via ce livre blanc, partager son expertise sur ce sujet sensible. De prime abord, on pourrait croire que seuls les éditeurs subissent les effets pervers de l’ad- blocking, et que la prise d’initiatives serait ainsi leur devoir et non le notre. Une telle vision ignorerait l’impact subit sur tous les maillons de la chaine publicitaire digitale, qui seront tôt ou tard également victimes des effets pervers de ce changement de paradigme. Dans un premier temps, cette étude s’at- tardera sur les raisons de la croissance effrénée durant ces 3 dernières années de l’adoption des adblockers, et dans un second temps s’attachera à mieux cerner son impact sur le marché de l’e-pub. Pour finir il s’agira d’entrevoir quelles peuvent être les solutions pour l’avenir. PRISE DE CONSCIENCE TRADELAB «C’EST POUR CONTRER L’ASPECT ÉNERVANT, INTRUSIF ET RÉPÉTITIF DE LA PUBLICITÉ SUR INTERNET QUE L’INTERNAUTE ADOPTE CE MOYEN DE BLOCAGE DE LA PUB...» 00 INTRODUCTION 76
  • 5. LE CONSTAT 0 1 UNE CROISSANCE INQUIÉTANTE DES ADBLOCKERS 01 LE CONSTAT 21M 30M Juillet 2009 39M 54M 121M 181M Juillet 2010 Juillet 2011 Juillet 2012 Juillet 2013 Juillet 2014 Jan 2010 Jan 2011 Jan 2012 Jan 2013 Jan 2014 Jan 2015 Sans surprise, il est avant tout économique. D’abord, pour les éditeurs qui voient leur modèle de rémunération potentiellement remis en cause, mais également pour tout le marché de la publici- té digitale, s’agissant d’un enjeu global. Bien que la version la plus ancienne d’adblockers date de près de dix ans, les versions les plus abouties de ces logiciels ne sont apparues qu’à partir du début des années 2010. L’explosion de leur adoption est claire depuis 2014, où les chiffres s’envolent et où la menace se fait de plus en plus pesante sur le marché. LE CŒUR DU PROBLÈME CHIFFRES CLÉS +200 millions d’utilisateurs d’adblockers +1 milliard de téléchargements à ce jour Près de $22 milliards de perte pour les éditeurs en 2015, un chiffre qui pourrait grimper jusqu’à près de $27.8 milliards d’ici 2020. Soit 10% de la va- leur du marché mondial. La France n’est pas épar- gnée, puisque 30% des internautes sont équipés d’un adblocker, dont 69% le sont depuis plus d’un an. Source : PageFair, Reports the cost of the ad blocking, 2016 Baromètre IAB France - IPSOS France sur les Adblocks +36% d’utilisateurs en France 8 9
  • 6. 01 LE CONSTAT DES INTERNAUTES LASSÉS, EXASPÉRÉS ET BEAUCOUP TROP SOLLICITÉS, QUI FINISSENT PAR DIRE STOP ! L’aspect trop intrusif et handicapant dans le parcours de surf de l’internaute est dû à une publicité non respectueuse de celui-ci, ce qui crée en lui une «tension émotionnelle», vec- trice de rejet de la pub (cf infographie du CSA) Lorsqu’il est interrogé, l’internaute fait réfé- rence à la notion de barrage quand il décrit l’adblocking ; c’est ce qu’a souligné l’IAB lors de sa conférence tenue sur le sujet en mars dernier. En effet, 82% des personnes ayant téléchargé un adblocker font référence à ce terme. C’est pour contrer l’aspect énervant, intrusif et répétitif de la publicité sur internet que l’in- ternaute adopte ce moyen de blocage de la pub. L’idée, pour celui-ci, est de reprendre le contrôle de son surf et d’avoir une maitrise sur un environ- nement global qui semblait le dépasser jusque-là. DES INTERNAUTES QUI NE SONT PAS FORCÉMENT AU FAIT DU RÔLE JOUÉ PAR LA PUBLICITÉ L’internaute est roi sur internet, et l’objectif est donc de comprendre ses préoccupations lors de son parcours de navigation. S’il est indis- pensable de faire évoluer le système pour une publicité plus propre, il est également nécessaire de consacrer du temps à l’éducation des inter- nautes, afin de redorer dans leurs esprits, le rôle serviciel tenu par la publicité, inévitable contre- partie de la gratuité des contenus sur internet. Avertir l’internaute et ne pas le punir pour avoir fait le choix d’adopter un adblocker, doit être au cœur des préoccupations des éditeurs. Interdire l’accès à un site, aux personnes disposant d’un adblocker actif, semble ainsi bien trop radical et déceptif pour l’éditeur qui se couperait d’une partie importante de son audience. La simple mention sur les sites demandant à l’internaute de «couper» leurs adbloc- kers au moment de leurs entrées sur ceux-ci, tout en tentant de faire culpabiliser ces derniers sur les conséquences de l’installation d’un adblocker, ont également prouvé leur inefficacité. Aujourd’hui les différents «Test & Learn» nous en disent plus sur les pratiques que l’on peut considérer comme tolérables et celles à éviter. Aucune solution idéale n’émerge néanmoins, compte tenu de tous les paramètres à prendre en compte pour les éditeurs (type d’au- dience, expérience, puissance de la marque, etc.). « EN DÉFINITIVE, POUR 78% DES INTERNAUTES L’ACCÈS À UN ADBLOCKER S’EST FAIT LORS DE DISCUSSIONS ENTRE AMIS OU AVEC LA FAMILLE... » Au niveau générationnel, les millenials sont une cible particulièrement sensible au sujet de l’adblocking. Aux Etats-Unis ce sont 2/3 de ces derniers qui utilisent un adblocker sur desktop ou mobile. Aucune donnée officielle ne nous permet de quantifier le poids du phénomène sur cette population, une surreprésentation est néanmoins certaine. S’il n’est pas étonnant de voir que, pour cette génération ultra connectée, l’adblocking est devenu une norme, il est néanmoins inquiétant de constater les raisons de l’adoption de ce dernier. Pour 43% des répondants, c’est incontestablement le côté intrusif de la publicité qui détient la première place, suivi par une volonté d’accélération du temps de chargement des pages web, jugé trop lent à cause de la publicité, pour 21% des répon- dants. Ces deux éléments convergent vers une recherche d’amélioration de l’expérience de navigation, qui ne s’est visiblement pas adaptée au rythme du développement des usages de consommation online. Au niveau des formats, ce sont les publicités vidéo qui font majoritairement les frais du courroux de la génération milléniale, ce qui doit ame- ner à une véritable réflexion chez les professionnels du domaine, qui ne peuvent ignorer plus longtemps ce type de constats. FOCUS SUR LA GÉNÉRATION MILLÉNIAL EN DÉTAIL : 36% N’UTILISENT PAS D’ADBLOCKER À CE JOUR 32% UTILISENT UN ADBLOCKER DESKTOP 17% UTILISENT UN ADBLOCKER MOBILE 14% UTILISENT À LA FOIS UN ADBLOCKER MOBILE ET DESKTOP Source : eMarketer, September 20, 2016Source : Etude sur les Adblocks : Baromètre IAB France - IPSOS France sur les Adblocks Infographie : Etude IPSOS pour l’IAB France sur les Adblocks Infographie : CSA, adblocking la necessité d’un new deal, 2016/03/03 10 11
  • 7. COMMENT EST RENDUE POSSIBLE CETTE ADOPTION DES ADBLOCKERS On pourrait croire que les réseaux sociaux, les forums, blogs, magazines ou autres moyens de communication seraient les premiers outils dans la prise de connaissance des adblockers ! Il n’en est rien, en réalité le « bon plan » est donné via le bouche à oreille dans 42% des cas en France. En définitive, pour 78% des internautes, l’accès à un adblocker s’est fait lors de discussions entre amis ou avec la famille. Seuls 26% des personnes utilisant un adblocker en ont fait la découverte par eux-mêmes. DES ÉDITEURS PIÉGÉS PAR L’ADBLOCKING Aujourd’hui les développeurs de logiciels d’ad- blocking ont mis en place une communication efficace, basée sur le fait qu’ils ne sont pas oppo- sés à la publicité, mais seulement aux abus pou- vant avoir lieux et se posent comme les défenseurs d’un internaute ayant le droit d’avoir le choix d’accepter, ou non, d’être soumis à des conte- nus publicitaires. Le leader du marché, Adblock Plus (ABP), met ainsi en ligne sur son site, une «  charte  » à destination des éditeurs listant les règles à respecter afin que leurs sites soient whi- telistés par le logiciel (c’est-à-dire qu’ils puissent passer à travers les mailles de l’adblocking). Si sur le papier un tel système semble louable, beaucoup d’éditeurs ont mis en exergue toute la difficulté, voire l’impossibilité, d’obtenir ce pré- cieux sésame. Des règles érigées sans la concer- tation des acteurs publicitaires, un cadre radical rendant son application extrêmement complexe. De plus, il existe un autre moyen moins offi- ciel pour ne pas souffrir de l’adblocking, en tant qu’éditeur, il suffit de payer (comme le souligne Frédéric Montagnon dans sa tribune pour FrenchWeb.fr en date du 31/03/2015, fai- sant réference à la charte disponible sur le site d’Adblock Plus) ! Versé directement à ABP, cet «impôt» assure un whitelisting à l’éditeur ; remettant totalement en cause la raison d’être du logiciel ! S’il ne s’agit pas d’un réel problème pour les sites solidement soutenus financière- ment, cela condamnerait les plus petits éditeurs ne pouvant se permettre de payer. « IL EXISTE UN AUTRE MOYEN, MOINS OFFICIEL POUR NE PAS SOUFFRIR DE L’ADBLOCKING, EN TANT QU’ÉDITEUR, IL SUFFIT DE PAYER !» Source : Baromètre IAB France - IPSOS France sur les Adblocks 12 13
  • 8. Récemment AdBlock, pionnier sur son marché, a lancé sa première campagne publicitaire. En partenariat avec Amnesty internationale, l’adblocker cherche ses supporteurs, et tente de se poser comme un protecteur des données personnelles. La seconde méthode consiste quant à elle, à rendre invisible certains éléments sur une page web. Ces éléments, qui ne sont autres que des formats publicitaires, restent servis sur la page web car « cachés » pour l’internaute naviguant sur ladite page. Ici le challenge, pour l’adblocker, sera d’identifier les critères afin de rendre les éléments publicitaires non invisible. LA SÉCURISATION DES DONNÉES «EN PARTENARIAT AVEC AMNESTY INTERNATIONALE, ADBLOCK CHERCHE À SE POSER COMME UN PROTECTEUR DES DONNÉES PERSONNELLES...» 01 LE CONSTAT Quelle position vis-à-vis de la sécurisation des données personnelles ? UN TAUX D’ABANDON RÉDHIBITOIRE Parmi les internautes ayant adopté un adblocker, 78% pensent que celui-ci n’est pas infaillible et 56% sont prêts à le désactiver pour accéder à cer- tains contenus. Dans les faits, le taux d’abandon des adbloc- kers n’est néanmoins que de 5% aujourd’hui. Désactiver son adblocker est une solution, mais nous sommes encore loin de leur abandon, au moment où leur croissance ne semble souf- frir d’aucune opposition, malgré les tentatives récentes des éditeurs afin d’endiguer le problème. D’autre part, en abordant le problème sous un angle métier, il est également à noter que l’adop- tion des adblockers pourrait être endiguée par un regain de créativité de la part des acteurs publicitaires. À ce niveau-là, les agences ont un important rôle à jouer. En effet, étant donnée la prise d’importance des canaux digitaux (dis- play, mobile, vidéo), la nécessité de contenus spécifiques dédiés, se fait de plus en plus sentir et pourrait être une réponse pertinente à l’ad- blocking. Un travail pédagogique doit ainsi être mené par ces dernières, vis-à-vis de leurs annonceurs, pour avancer vers une créativité plus importante en termes de formats ou encore de story telling. Les capacités techniques n’étant plus une limite, il ne reste qu’à les exploiter. Un terrain sensible, lorsque l’on sait que les espaces dédiés à la publicité sur une page sont encore bien trop souvent utilisés par des acteurs malhonnêtes, comme une porte d’entrée afin de diffuser des malwares ou simplement récolter des données auxquelles l’accès leur est interdit. Ce discours chevaleresque d’AdBlock a néanmoins eu un réel impact dans certains pays, notamment l’Allemagne ; qui a été le berceau de l’adblocking, et où les internautes sont extrêmement soucieux de l’utilisation qui est faite de leurs données personnelles. Il ne faut pas ignorer qu’AdBlock FOCUS SUR LES FORMATS Tous les formats ne sont pas à mettre dans le même sac, une notion importante lorsque 70% des porteurs d’adblock clament l’avoir fait pour échaper au caractère intrusif de la publicité. Si l’adoption des adblockers n’est pas identique sur desktop et sur mobile, on peut noter que l’on identifie des formats qui poussent les internautes à bloquer la publicité  : principalement les pop-ups et les interstitiels  ; des formats qui contraignent l’internaute à voir la publicité, dotés d’un caractère intrusif fort. Une étude menée par Teads en 2016 détaille ces barrières psychologiques. Intéressant également, l’étude s’attarde sur les souhaits de l’internaute pour atteindre un niveau de publicité jugé propre. Des pré-requis assez simple et cohérents de premier abord : 76% 47% 44% 36% 21% 5% Pop-up Intersticiels Display Pre-roll Social feed Autres 50% 26% 21% 19% 15% 50% 13% Possibilité de fermer une publicité Possibilité de skipper dès le début Une publicité qui concerne un produit ou service qui m’intéresse Possibilité de skipper après 5 secondes Possibilité de couper le son Possibilité de passer une vidéo en scrollant vers le bas Une publicité en rapport avec le contenu dans lequel elle apparait Source : Teads, White Paper, Why people block ads, 2016Source : LaReclame.fr, journée mondiale contre la censure sur internet amnesty internationale adblock, Mars 2016 JDN, opération anti adblock ce que prévoient les éditeurs pour la suite, 2016 est aujourd’hui devenu une réelle entreprise, et semble ainsi chercher par sa communication un moyen de justifier son action et de se prémunir contre les autres critiques qui pourraient lui être adressées. Dans les faits, l’appropriation de logiciels tels que Gosthery ou My Online Choice offrent aujourd’hui une alternative simple au controle de ses données, sans entraver le modèle économique fragile de la rémunération des éditeurs. ; une solu- tion moins radicale et plus juste pour tous. 14 15
  • 9. 0 2 DE RÉPONSES IMPARFAITES MAIS QUI EXISTENT DES TENTATIVES ÉCOSYSTÈME DE DE L'AD- BLOCKING : MONOPOLE D'ADBLOCK ET D'ADBLOCK PLUS Aujourd’hui, le géant sectoriel Adblock Plus, et son grand frère AdBlock dont il s’est récemment rappro- ché, sont activés sur plus 140 millions d’ordinateurs (Adblock Plus a notamment été téléchargé plus de 500M de fois). Leurs marchés les plus importants sont les Etats-Unis, l’Allemagne, la France et la Grande Bretagne. S’il existe aujourd’hui des solu- tions alternatives tels que Ghostery, afin de proté- ger ses données ou d’obtenir plus de visibilité sur ce qui est fait avec celles-ci, aucun de ces logiciels open source n’atteint le succès d’ABP, qui demeure la solution la plus radicale et répond clairement au besoin des internautes désireux ne plus voir appa- raître de publicité lors de leur surf. DES INTERROGATIONS QUI SUBSISTENT En réalité malgré un succès impressionnant depuis deux années, qu’en est-il de la légalité de ces der- niers. Comme l’avance Cyril Zimmerman ou encore Fréderic Montagnon, chaque publisher qui réalise un site web et l’alimente en contenu devrait avoir les pleins pouvoirs au niveau de sa propriété intellectuelle et sur l’utilisation de ses contenus et la façon dont il entend se rémunérer vis-à-vis de ceux-ci. La publicité semblait alors la meilleure solution, permettant ainsi aux internautes d’avoir accès gra- tuitement aux contenus ou du moins, de ne pas en ressentir le coût, et aux éditeurs de se rémunérer grâce aux annonceurs qui souhaitent s’adresser aux audiences que ces acteurs réussissent à capter. Aujourd’hui si ce point doit être pris au sérieux et faire l’objet d’une véritable réflexion, les procès intentés à Eyeo, (société mère détenant ABP) n’ont jamais permis de mettre le travail du logiciel en doute. En effet, une décision récente de mai 2015 de juges alle- mands, a établi qu’il n’y avait pas de pratique anticoncurrentielle de la part d’Adblock Plus. Se plaçant ainsi du côté des internautes qui ont le choix de télécharger ou non le logiciel, celui-ci ne représente donc pas, de fait, un « handicap anticoncurrentiel  ». Là encore, l’internaute est roi, mais com- ment protéger les éditeurs dans ce cas. Le modèle économique dessiné il y a plus de 20 ans maintenant est-il toujours viable ? On recense aujourd’hui plus de 146 logiciels d’adblocking mais seuls deux dominent le marché (AdBlock avec 40 millions d’utilisateurs actifs et ABP avec 100 millions), ce qui peut être expliqué par la démarche pionnière de ces derniers, mais pas seulement. Il s’agit également des deux versions les plus poussées technologiquement. Elles répondent ainsi aux attentes des internautes qui les téléchargent et qui souhaitent clairement expri- mer leur ras-le-bol, et cela même si de nouveaux acteurs commencent à se faire une réelle place sur ce mar- ché ( uBlock Origin notamment ). « ADBLOCK PLUS, ET SON GRAND FRÈRE ADBLOCK DONT IL S’EST RÉCEMMENT RAPPROCHÉ, SONT INSTALLÉS ET ACTIVÉS SUR PLUS DE 140 MILLIONS D’ORDINATEURS » « CHAQUE PUBLISHER QUI RÉALISE UN SITE WEB ET L’ALIMENTE EN CONTENU DEVRAIT AVOIR LES PLEINS POUVOIRS AU NIVEAU DE SA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE » Source : Lemonde.fr, Adblock Plus remporte une victoire judiciaire en allemagne, 2015/05/28 1716
  • 10. LES ACTIONS GROUPÉES DES ÉDITEURS POUR LUTTER CONTRE L’ADBLOCKING L’Allemagne, malgré sa proximité physique aux adblocks, s’est récemment montré très radical sur le sujet. L’opération consistait pour certains sites du groupe Axel Springer à interdire l’accès à ces derniers pour tout inter- naute ayant un logiciel d’adblocking installé et actif. Les options offertes à ces derniers étaient simples : débloquer ou whitelister le site, pour accéder à son contenu, ou bien souscrire un abonnement payant à celui-ci, et alors pou- voir y accéder sans aucune publicité. Si le groupe média annonce le succès de son opération avec une réduction de 70% des internautes utilisant un adblocker venant visiter le site, et une augmentation de 10% du nombre d’impressions vendues dans le même temps, nous ne pouvons pas savoir si une telle initiative peut avoir un tel effet positif sur le long terme. L’exemple Suédois ou encore Allemand et Américain. Prise de conscience du GESTE et enseignements de 3 semaines de lutte. De nombreuses initiatives sont nées dans plusieurs pays et notamment en Europe où des groupes d’éditeurs ont tenté de réagir face aux adblockers. Dans la même veine, les éditeurs en ligne français, regroupés au sein du GESTE ont entrepris des actions similaires sur une période initiale de 1 semaine, prolongée à 3 face à son succès. Différents messages et dis- positifs ont alors été mis en place. Du blocage des contenus dès la home page, au blocage progressif en passant par l’avertis- sement des internautes. Cette opération a pu être considérée comme une avancée. Durant cette période, entre 10% et 40% des internautes visiteurs ont whitelistés les sites concernés pour accéder à leurs conte- nus, mais les taux de rebond ont également largement progressé, dégradant ainsi le réfé- rencement naturel de ces mêmes sites. Cette initiative a surtout permis aux éditeurs d’étu- dier de nouveaux moyens de lutte active. 02 DES TENTATIVES En effet, la maison mère Eyeo a décidé de se lancer dans le programmatique, en ini- tiant, en partenariat avec le SSP israélien Combo Tag, l’Acceptable Ads Platform. La promesse d’ABP est ainsi de ne proposer que des formats qu’il juge lui-même accep- table (initiative portant le nom d’Acceptable Ads) aux éditeurs qui se connectent sur sa plateforme. Simple continuité liée à l’évolution des adblockers ou coup isolé, il est encore trop tôt pour se prononcer sur le sujet. Néanmoins il peut être intéressant de com- prendre les raisons qui ont poussé ABP vers ce nouveau chemin. Outre le fait que les solu- tions technologiques des éditeurs tendent à contourner de façon plus efficace les adbloc- kers, ces mêmes éditeurs ont également ADBLOCK PLUS VERS UNE RÉINVENTION DE SON MODÈLE ÉCONOMIQUE A l’heure actuelle, le leader du marché de l’adblocking fait face à un tournant dans le cadre de son développement. entrepris des initiatives de manière groupée pour lutter contre l’adblocking, à l’exemple de la Suède et de la France, via l’initiative du GESTE. Pour ABP, les enjeux sont donc énormes ; et si le modèle défini n’est pas encore très clair pour tous, l’idée de ne diffuser que les publicités non intrusives (consi- dérées comme tel par les inter- nautes utilisant le logiciel), per- mettra via un système d’évaluation, d’in- fluencer l’achat média où l’internaute aura la main sur la définition de ce qu’il considère comme un format non tolérable et, de fait, devant être bloqué. Reste donc à découvrir le moyen réel de rémunération, qui doit probablement avoir lieu sous forme de droit d’utilisation, pour les éditeurs souhaitant se plugger sur la « l’Acceptable Ads Platform ». DES ÉDITEURS TENDENT À CONTOURNER DE FAÇON PLUS EFFICACE LES ADBLOCKER, CES MÊMES ÉDITEURS ONT ÉGALEMENT ENTREPRIS DES INITIATIVES DE MANIÈRE GROUPÉE POUR LUTTER CONTRE L’ADBLOCKING. Source : JDN, dispositifs anti adblocking, 2016 JDN, opération anti adblock ce que prévoient les éditeurs pour la suite, 2016 Source : Businesswire.com, adblock enters ad-tech launch SSPad platform, 2016/09/13 18 19
  • 11. LA POSITION DE 20 MINUTES Tout d’abord, en tant qu’acteur en position frontale vis-à-vis des adblockers  : Quelle est votre vision de la situation française, où l’adblocking a pris une ampleur conséquente depuis plusieurs mois (augmentation des taux d’installations) ? Renaud Grand-Clément, Directeur Général adjoint, en charge des revenus de 20 Minutes France 1° R.GC Croyez-le ou non, je pense que le phénomène des adblocks est une assez bonne nouvelle pour les éditeurs de contenus et les médias d’informa- tion en particulier. Cela replace l’utilisateur au centre de nos sujets, car, au final, c’est lui qui a le pouvoir et qui 20 Minutes est un éditeur majeur et a entre- pris plusieurs actions en vue de lutter contre l’adblocking, pourriez-vous nous détailler ces diffé- rentes « solutions » testées et leurs résultats ? 2° Nous avons rapidement arrêté les formats défor- matés, les pop-up, etc. qui pénalisaient la lecture de l’internaute. Surtout, nous avons fait partie des premiers en France à proposer des formats natifs au marché [native advertising et native publishing]  : ces formats, adaptables en temps réel, sont parfaitement intégrés, de manière transparente, dans le flux éditorial et sont très cohérents avec l’expérience utilisateur. Nous avons aussi repensé, dès 2015, l’intégra- tion publicitaire sur nos plateformes en limitant le nombre de formats et en faisant évoluer leur mode d’intégration. Cela se traduit par exemple par l’utilisation du lazy-loading et du scroll continu sur certains emplacements : nous avons là aussi voulu amé- liorer le confort de lecture tout en maximisant la visibilité des formats de nos partenaires. décide de ce qu’il veut lire ou regarder. Ces utili- sateurs nous obligent, media, agences et annon- ceurs, à nous reposer les bonnes questions. Qui est celui à qui je veux m’adresser  ? Quel contenu lui proposer (et comment) pour éveil- ler son intérêt et susciter son engagement ? Chez 20 Minutes, nous sommes convaincus que la publicité a sa place sur le numérique mais qu’elle doit impérativement respecter l’ex- périence de navigation des utilisateurs. Il est donc urgent de repenser des formats et des mes- sages plus pertinents et mieux intégrés. Sur le mobile particulièrement, qui est un support qui « touche » l’intime, nous devons être vigilants pour accompagner le mobinaute, lui donner des clés tout en respectant l’ensemble de ses usages. R.GC On sait que les formats intrusifs et la lenteur de chargement sont deux des pre- mières causes menant les internautes vers l’installa- tion d’un adblocker. Comment agissez-vous sur vos sites à ce niveau ? 3° Evidemment, toutes les parties doivent prendre leurs responsabilités et les lecteurs aussi. En juin dernier, 20 Minutes a participé à l’action du GESTE à tra- vers une campagne de sensibilisation auprès de nos internautes utilisateurs d’adblokers. Nous avons expliqué aux équipés d’adblokers en quoi la publicité contribue au modèle de 20 Minutes et donc à la diffusion d’une information gratuite et qualité (indépendante, véri- fiée, réactive…) pour les inciter à désac- tiver 20 Minutes dans leur bloqueur. Nous avons laissé la possibilité aux internautes de nous signaler directe- ment les publicités qu’ils perçoivent comme trop intrusives. Suite à ces tests, nous avons noté une baisse importante du taux de Pages Vues adbloc- kées (plus de 5 points). Il est important d’avoir un échange transparent et mature avec nos audiences sur ces sujets. Si l’initiative du Geste est, sans conteste, une bonne initiative, elle n’évitera pas aux éditeurs une réflexion de fond sur le mode de moné- tisation numérique dont l’intégration publicitaire fait naturellement partie. Nous analysons constamment la frag- mentation des temps de téléchargement (contenu / trackeurs / pub). Cela nous a permis de bien cerner nos priorités et des partenaires technos nous accompagnent R.GC Dans cette approche, des choix se posent donc en termes de sélection de formats et… de partenaires de monétisation. Il en est de même sur le sujet de ‘’l’Adquality’’. Sur le même registre, le sujet des trackeurs nous oblige également à clarifier notre approche : il est important à la fois de se concentrer sur les trackeurs qui permettront une action utile et pertinente pour nos audiences mais aussi de repenser de manière plus globale la privacy. Ce sujet commence réellement et logiquement à émerger et nous avons la conviction qu’il deviendra une question majeure dans les mois à venir. Que souhaitez-vous répondre à des acteurs tels qu’AdBlock qui justifie son existence en arguant qu’ils cherchent à offrir aux internautes plus de sécurité concernant la diffusion de leurs données personnelles ? 4° N’oublions pas qu’Adblock Plus est un business comme un autre, et surtout la réponse à un besoin. A nous, Editeurs, de reprendre l’initiative sur ces sujets en repensant la relation de confiance avec chacun de nos utilisateurs  : Quel usage faisons nous de leurs données et pour quels bénéfices ? L’enrichissement de l’expérience de nos utilisateurs semble devoir effectivement être au centre de nos réflexions. Cet enrichissement passe nécessairement par une proposition de contenus choisis et non subis et ce tant au niveau du contenu journalistique que du contenu commercial. Cette transformation de la relation aux audiences, peut aussi permettre une reprise de valeur par rap- port à certains de nos partenaires économiques. R.GC désormais dans cette démarche. L’évolution des formats publicitaires évoquée plus haut se traduit également à ce niveau. Nos parte- naires de Revenue Management sont également associés à cette approche. Tout doit être fait pour privilégier l’optimisation du temps de téléchargement et c’est là encore un enjeu commun, partagé, avec nos partenaires écono- miques. Cette indispensable optimisation est partie prenante du chantier mené sur la visibilité. 20 21
  • 12. LA NOUVELLE MENACE : 0 3 L’ ADBLOCKING MOBILE 03 LA NOUVELLE MENACE L’ADBLOCKING MOBILE AUGMENTATION DES TÉLÉCHARGEMENTS 22 23 Adoption mondiale des adblocks mobile 198M 237M 334M 376M 270M Janvier 2015A vril 2015 Juillet 2015 Octobre 2015 Janvier 2016 Les adblockers mobile sont aujourd’hui des technologies accessibles facilement UTILISATEURS ACTIFS MENSUELS NIVEAU MONDE (browsers mobile adblockés) L’usage d’adblocker mobile a augmenté de 90% en 2015 En 2016, 309 millions de mobinautes utiliseraient une solution d’adblocking sur web mobile cela représente 16% des utilisateurs de smartphones (1.9 mil- liards d’utilisateurs de smartphones dans le monde) Les browsers permettant l’adblocking sont aujourd’hui les moyens les plus populaires pour bloquer la publicité A Source : PageFair, Mobile adblocking report, 2016
  • 13. PANORAMA DE L’ADBLOCKING MOBILE Bloque les publicités 3rd party via le réseau du FAI avant même qu’elles ne soient destinée à être servies sur le smartphone champs d’action Web / In-app / In-feed/ acteurs Applications bloquant les publicité sur web mobile et in-app via la configuartion VPN et le proxy HTTP Adblock by FutureMind Friendly Social Facebook Instagram Asus UC Browser Brave Firefox Opera Mini Ad Shaker WeBlock CyberGhost champs d’action Web / In-app / In-feed / acteurs Application alternatives pour des services spécifiques autorisant les contenu display sans in-stream ou web ads champs d’action Web / In-app / In-feed / acteurs Web / In-app / In-feed / acteurs Applications bloquant les publicités dans Safari via une API iOS officielle Application bloquant les publicités sur « Sam- sung internet » naviga- teur 1st party grace à une API officielle Navigateur 3rd party bloquant les publicités par défaut sur le web mobile acteurs acteurs Navigateurs 3rd party pouvant être configurés pour bloquer les publicités Marques décidant d’installer un adblocker en natif sur leurs produits + +200 ABP Crystak Adblock 24 25
  • 14. 03 LA NOUVELLE MENACE L’ADBLOCKING MOBILE LE CONSTAT CHIFFRÉ La dernière étude très complète réalisée par Page Fair, a permis de lever le voile sur la menace que représente l’adblocking mobile. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un phénomène d’am- pleur comparable à ce qui se passe aujourd’hui sur desktop, ce sont 419 millions d’utilisateurs de smartphones qui ont installé un adblocker mobile dans le monde. Si ce chiffre peut paraître important, il est a noter que le leader du « marché » est UC browser, détenu par le géant chinois Alibaba et qu’en Chine ce sont 116 millions d’utilisateurs qui utilisent un adblocker et pas moins de 89 millions en Inde. Si l’on se concentre ainsi sur l’utilisation qui est faite en Europe et en Amérique du nord, on remarque Pour effectuer une comparaison avec ce qui se passe aujourd’hui sur desktop, les raisons de son choix sont différentes et expliquent pourquoi l’Asie cumule 93% des utilisateurs équipés. La clé se situe autour de l’accessibilité et du coût de la data, bien plus onéreuse en Asie qu’en Europe ou aux Etats - Unis. Comme le souligne Page Fair, au contraire du desktop, l’adoption d’un adblocker se fait ici pour une raison principale qui est d’éli- miner les chargements de data pouvant avoir un coût pour le mobinaute. L’Europe et les Etats-Unis qui connaissent un prix de la data bon marché ne subissent donc pas véritable- ment les effets de l’adblocking mobile à ce jour. qu’en France seuls 1,3 millions d’utilisateurs de smartphones utilisent un adblocker et ils sont à peine 2.3 millions aux Etats-Unis. Au total on dénombre ainsi 14 millions d’utili- sateurs d’adblockers mobile sur les zones Europe et Amérique du Nord, ce qui ne représente néan- moins que 3% des mobinautes. Un phénomène dont il faudra se méfier dans les mois et les années à venir. « 308 MILLIONS D’UTILISATEURS DE SMARTPHONES ONT INSTALLÉ UN ADBLOCKER MOBILE DANS LE MONDE. » LES RAISONS DE L’ADOPTION UN PHÉNOMÈNE QUI A DU MAL À PRENDRE L’étude se concentrant sur iOS et Android, met éga- lement en exergue l’échec de l’adblocking mobile sous iOS, en effet, 7 mois après qu’Apple ait autorisé leur présence sur l’app store, on ne dénombre à ce jour que 4,5 millions de téléchargement, ce qui ne représente que 2% des possesseurs d’iPhone. Néanmoins, un phénomène à prendre au sérieux et qui émerge sur mobile, l’adblocking des réseaux sociaux à le vent en poupe. Ces environnements fermés, qui semblaient être sous contrôle, ne le sont finalement pas tant que cela. La raison : l’appari- tion d’applications, telles que Friendly Social, qui se proposent de vous débarrasser de la publicité sur les réseaux sociaux. Lorsque l’on sait que le modèle éco- nomique de Facebook est basé sur ce type de revenus on imagine aisément qu’il s’agisse là d’une menace à prendre au sérieux. Source : PageFair, Mobile adblocking report, 2016 26 27
  • 15. LA POSITION 0 4 AVIS D’EXPERT 04 LA POSITION DES GRANDS ACTEURS LA POSITION DE L’IAB Suite au colloque de l’IAB en début d’année, il est évident que votre communication proactive sur l’adblocking est devenue un de vos enjeux majeurs. Quel est, selon vous, le rôle que doit jouer l’IAB et plus particulièrement l’IAB France sur ce sujet ? Interview de Tradelab avec Stéphane Hauser, directeur de l’IAB France 1° S.H L’IAB France a un role majeur à jouer sur ce sujet puisque, en France, nous représentons tous les leviers du marché et que d’autre part, l’IAB est à l’origine des formats, de leur stan- dards et des bonnes pratiques qui y sont liées. Compte tenu de la situation actuelle, comment s’organise l’IAB autour de ce sujet  ? Nous avons bien compris que l’intervention de Randall Rothenberg à Paris en mars était un signe fort, mais quelles sont les next steps de l’IAB France sur le sujet ? 2° L’IAB s’engage au niveau national et international. En France nous faisons partie de groupes de travail regroupant l’inter profession. S.H Ces groupes visent à faire en sorte que l’inter profession parle d’une seule voix et entraîne la chaîne de valeurs à aller dans le même sens  ; cette mobilisation autour de bonnes pratiques vertueuses va dans le bon sens sans avoir à recourir à un rôle de gendarme que nous n’avons jusqu’à présent jamais coiffé. Nous avons toujours le programme DEAL dont nous faisons la pro- motion auprès de nos membres et nous allons lancer à l’automne la seconde version de notre étude sur les adblocks et les français. Au niveau international, nous travail- lons avec le réseau IAB à une Charte de Bonnes Pratiques  ; l’implication du réseau IAB est la garantie d’une prise de conscience internationale et d’une application dans tous les pays majeurs de cette Charte. Un nouveau « contrat de lecture » a été évo- qué entre l’internaute et les éditeurs, en quoi consiste-t-il concrètement ? 3° Ce nouveau contrat de lecture consiste en une limitation des formats publici- taires sur une page, la mise en place de capping sur toutes les campagnes et surtout sur les formats impactants/ surgissants et d’autres mesures qui permettront aux lecteurs quelque soit le support de naviguer sereinement. S.H 2928
  • 16. Comment comptez-vous faire appliquer les recommandations de l’IAB US évoquées lors du colloque de mars dernier ? 4° Les recommandations de l’IAB US sont déjà intégrées dans les bonnes pratiques dont l’IAB France fait la promotion depuis plusieurs années  ; il suffit simplement de les appliquer. Le groupe de travail de l’ARPP sera l’organisme le mieux à même pour contrôler leur mise en application. S.H Que pensez-vous de l’initiative de l’associa- tion du GESTE visant à empêcher / limi- ter l’accès aux sites pour les internautes ayant un adblocker activé ? 5° L’initiative du Geste est principalement une campagne d’information auprès des internautes de l’impact négatif de la présence d’un adblock et de la mise S.H Enfin que souhaiteriez-vous répondre aux adblockers qui invoquent la protection de la liberté de choix des internautes ou encore de leurs données personnelles pour justifier leurs solutions d’adblocking ? 6° Nous souhaiterions connaître leur modèle économique et sur quels cri- tères reposent le choix d’un partenaire. S.H 04 LA POSITION DES GRANDS ACTEURS en péril du modèle économique du site. La prise de conscience de ce phénomène doit être collective et inclure également les internautes. Cependant, nous ne pouvons pas les alerter sur l’impact de leur comportement sans changer le nôtre  ; c’est pourquoi nous travail- lons activement aussi bien au niveau local qu’international à la rédaction de Charte et à l’encadrement de leur application. Courant d’année 2016, l’IAB est montée au créneau en s’attaquant au leader du marché ABP. La raison ? le travail contre éthique de la société éditrice du logiciel du fait de l’instau- ration de son programme « acceptable ads » qui ne consiste que purement et simplement à whitelister les éditeurs qui en viendraient à accepter de payer une sorte de « taxe » pour passer entre les mailles du filet adblock. Si cette réponse a pu, pour certains, être considérée comme tardive, elle a le mérite d’exister. Mais le travail de l’IAB ne s’arrête pas là. En mars dernier l’association a organisé une conférence au sujet de l’adblocking afin d’éclairer ses adhérents sur le sujet avec à l’appui une étude menée par le cabinet Ipsos. Au-delà des données statistiques qui en sont ressorties, l’intervention de son président Randall Rothenberg nous a éclairé sur la stratégie avec laquelle l’IAB entend s’opposer aux adblockers. Elle propose avant tout un nouveau «contrat de navigation» qui s’apparenterait au fameux «contrat de lecture» que l’on a pu voir dans le domaine du offline. Partant du triple constat de ce que représente une publicité acceptable pour les internautes : •A 69% : une publicité qui ne gêne pas le parcours de navigation •A 65% : une publicité que l’on puisse aisément fermer •A 62% : des publicités qui ne forcent pas la vue Il convient de remettre au centre la créativité publicitaire et le rôle serviciel joué par celle-ci ! Source : Baromètre IAB France - IPSOS France sur les Adblocks 3130
  • 17. Déjà adopté aux États-Unis ces recommandations de l’IAB US devraient arriver prochainement en France et s’imposer avec force. Il s’agit de : • Minimiser la taille des fichiers publicitaires afin de réduire les temps de chargement des pages internet • Limiter le nombre de formats sur les pages web et privilégier les formats non intrusifs par rapport aux overlays et aux pop-ups • Empêcher tous les formats qui perturbent l’expérience utilisateur • Eviter les formats qui se lancent automatiquement avec le son dès lors qu’ils ne ciblent pas parfaitement l’internaute • Servir les publicités de manière sécurisée utilisant les SSL / HTTPS Appliquer les liens « ad choices » à toutes les publicités pour faciliter le contrôle par l’internaute du flux publicitaire. 04 LA POSITION DES GRANDS ACTEURS La vision du prestataire technologique Teads : Quelles recommandations au niveau des formats Créer une expérience publicitaire native, reflé- tant la forme et la fonction de la plateforme sur laquelle la publicité apparait. 1° Donner par défaut à l’utilisateur la possibilité de contrôler l’expérience publicitaire, comme par exemple en la skippant. 2° De par son positionnement parmi les leaders sur les formats vidéo, l’éditeur Teads à récemment publié un livre blanc en conclusion duquel ont été cernées les prochaines étapes pour lutter contre l’adblocking : Utiliser un ciblage et contenu adaptés pour assurer que les publicités soient pertinentes pour l’utilisateur. 3° Optimiser la position de la publicité sur les pages pour qu’elle soit efficace, tout en rédui- sant l’encombrement. 4° Déployer des stratégies multi-écrans en tenant compte de l’exaspération des utilisateurs envers les publicités intrusives sur mobile. 5° 3332
  • 18. CONCLUSION Il est nécessaire de placer l’internaute au centre de toute la réflexion afin de trouver une solution concrète aux problématiques posées par les adblockers. Pour ce faire, une forme de new deal de la relation entre une marque et l’internaute est nécessaire. À l’image de ce que propose l’IAB avec le nou- veau contrat de lecture entre l’internaute et la marque, il est nécessaire de mettre en œuvre une relation d’échange entre le temps que va passer l’internaute lors de son surf à interagir avec une marque, et la contrepartie qu’il va pouvoir en tirer. Celle-ci peut être le caractère divertissant, enga- geant de la publicité, qui mènera l’internaute à la considérer comme étant un élément à valeur ajoutée dans son parcours de navigation et décuplera dans le même temps son affinité avec la marque. Afin de parvenir à un tel niveau et avoir une publicité à fort incrément qui soit respectueuse de ce dernier, le premier écueil à éviter, est celui de l’in- trusivité. Comme on peut le voir dans les différentes études parues sur le sujet (Ipsos pour l’IAB, CSA, Teads), il s’agit du premier facteur incitant l’internaute à se tourner vers l’adblocking. Cela le conduit notamment à voir la publicité comme un vecteur d’ennui et d’énervement. Comment procéder et aborder un réel tournant ? Ici les marques et agences ont un rôle central. Elles doivent assimiler le canal digital comme étant un canal de communication indépendant de l’of- fline ou de la télévision. Développer un contenu dédié à celui-ci, incluant une forte part de créativité dans l’utilisation des leviers innovant offerts par le digital. En effet, l’écosystème de l’e-pub est bouillonnant et pro- pose des innovations toujours plus intéressantes en termes d’engagement de l’internaute avec les marques, mais ces campagnes sont encore trop peu nombreuses à voir le jour et les marketers trop peu nombreux à en profiter. Elle nécessite une réelle réflexion aussi bien technique que créative pour allier la puissance des outils technologiques publicitaires avec les objectifs des annonceurs. Notes 34 35
  • 19. contact@tradelab.com 01 53 67 07 91 PLAN ÉTAT DES LIEUX DE L’ ADBLOCKING REMERCIEMENTS :