SlideShare une entreprise Scribd logo
Quand il est monté dans la voiture, je n'ai pas fait attention à lui... Si bien
sûr, ça m'a un peu énervée qu'il s'asseye comme ça sur les choux à la crème
que je venais d'acheter, mais bon je ne suis pas regardante, c'est pas pour
ce que je les avais payés (15 francs les quatre à Auchan, juste avant la
fermeture), alors hein, j'allais pas lui faire un flan. Non, c'est lorsque j'ai
démarré et qu’il m’a dit : « Tu conduis pas comme une barge j’espère ? »
Là, j’ai tourné ma tête vers la droite, oui j’ai pensé que les mots venaient de
là, j’habite la France alors j’ai le volant à gauche – j’ai vu des mots sortir
de sa bouche, d’abord un, puis deux, puis trois, tac, vlan, ils s’écrasaient
contre le pare-brise comme des moustiques, ils sentaient mauvais le tabac
froid et le vin chaud – je me suis dit : qui c’est celui-là ?...

Mais comme je suis polie, je lui ai dit :
- Bonjour, comment ça va ?
- Ca te regarde !? qu’il m’a rétorqué...
Bon, comme je me fichais en fait de sa santé et que j’avais dit ça par
politesse, j’ai répondu :
- Non, non, pas du tout.
- Alors roule et ferme-la, j’aime pas les bavardes.
Je voulais lui demander où nous allions, mais comme il avait l’air de s’en
foutre, j’ai tourné à gauche. Je lui ai montré l’école où j’allais quand j’étais
petite, mais sans parler, je lui ai juste touché le coude et j’ai fait un signe de
la main. Il me regardait bizarrement ; je me suis dit qu’il n’avait pas dû
aller à l’école ici.

Au bout de deux heures, nous sommes arrivés à l’entrée d’un joli bois, tout
vert, avec plein d’arbres. J’ai pensé que je n’avais pas décongelé de la
viande pour le soir.
Il m’a dit :
- Arrête-toi là !
- Là ?
- Oui, là !
- En plein milieu du bois ?
- Non, sur le parking derrière le brin de muguet, pauvre tâche !
J’ai donc coupé le contact là en plein milieu. Moi, garée comme une
malpropre !! Je me suis mise à trembler, c’est vrai, j’ai un sens du civisme
très prononcé, je fais toujours de beaux créneaux, et je paie toujours mon
ticket d’horodateur. J’en étais vraiment malade.
- T’as la trouille ?
- Non, c’est pas ça, je sais qu’il n’y a pas de gendarmes dans le coin, mais
j’aime pas faire ça n’importe comment.
- Pourquoi tu parles de flics ?
Sa voix devenait méchante ; lui aussi, il devait s’inquiéter, il devait être un
bon citoyen. Alors je me suis reprise, je lui ai tapoté la main.
- C’est pas grave, vous n’en n’avez pas pour longtemps. Et puis, si par
hasard il en arrivait un, je connais quelqu’un qui peut arranger le coup.
- Mais je suis tombé sur une barge ! Quel coup ?
- Ben, pour la prune.
- Quelle prune ? J’ai pas tiré, que je sache !!! T'es une allumée, toi !
Il s'énervait, et moi, méchante fille qui le retenait, on voyait bien pourtant
qu'il ne pouvait plus se retenir...
- Et pourquoi j’ai le cul tout mouillé ?
Il remuait dans tous les sens.
- Oh, c’est rien, ce doit être les choux…
- J’ai pas mangé de choux, qu’est ce que tu baves pauvre cinglée !!! Allez,
fais demi tour, j’en ai marre de toi !
- Ben d’accord, mais vous voulez plus... heu.. Allez-y, va, je vous en prie, je
sais ce que c'est...
- T’es vraiment naze comme meuf, qu’il a gueulé, tu me dis plus rien, t’as
compris !!!

Alors, il est descendu, je l'ai regardé s'éloigner... Avec son petit derrière
mouillé, il me faisait de la peine..
J'ai attendu au moins une heure à côté de la marmelade de choux, je l'ai
même appelé : houhou, Monsieur, houhou... Je trouvais qu'il était quand
même long pour faire pipi, mais peut-être qu'il faisait la grosse commission,
mais même, c'était long... Ca m'ennuyait d'abandonner un homme à la
tombée de la nuit en plein bois, mais comme je n'avais rien décongelé pour
le soir, je me suis résignée à partir... J'étais pas fière de moi, je peux vous le
dire... J'espère qu'il a retrouvé sa route... Je suis trop dure des fois.

Contenu connexe

Similaire à Ma Copine Humour

Monz un bas de chez crim
Monz un bas de chez crimMonz un bas de chez crim
Monz un bas de chez crim
sarah Benmerzouk
 
« Destins », de Magali Collet
« Destins », de Magali Collet« Destins », de Magali Collet
« Destins », de Magali Collet
Taurnada
 
Pas pareil
Pas pareilPas pareil
Pas pareil
Nezumy
 
Journal intime d'Emilie
Journal intime d'EmilieJournal intime d'Emilie
Journal intime d'Emilie
Lucas Hobé
 
Le journal intime d'Emilie
Le journal intime d'EmilieLe journal intime d'Emilie
Le journal intime d'Emilie
Lucas Hobé
 
Le journal intime d'Emilie
Le journal intime d'EmilieLe journal intime d'Emilie
Le journal intime d'Emilie
Julien Depelchin
 
Le journal intime d'Emilie
Le journal intime d'EmilieLe journal intime d'Emilie
Le journal intime d'Emilie
jdepelchin
 
Norhane De Yas
Norhane De YasNorhane De Yas
Norhane De Yas
solid80
 
Www.jaddo.fr_
  Www.jaddo.fr_  Www.jaddo.fr_
Www.jaddo.fr_
Réseau Pro Santé
 
Wery
WeryWery
Wery
LeSoir.be
 
Poemes-portraits des personnages de Marguerite Yourcenar
Poemes-portraits des personnages de Marguerite Yourcenar Poemes-portraits des personnages de Marguerite Yourcenar
Poemes-portraits des personnages de Marguerite Yourcenar
i-voix
 
EXTRAIT du roman « Sans raison » de Mehdy Brunet
EXTRAIT du roman « Sans raison » de Mehdy BrunetEXTRAIT du roman « Sans raison » de Mehdy Brunet
EXTRAIT du roman « Sans raison » de Mehdy Brunet
Taurnada
 

Similaire à Ma Copine Humour (15)

Monz un bas de chez crim
Monz un bas de chez crimMonz un bas de chez crim
Monz un bas de chez crim
 
La main noire
La main noireLa main noire
La main noire
 
« Destins », de Magali Collet
« Destins », de Magali Collet« Destins », de Magali Collet
« Destins », de Magali Collet
 
Pas pareil
Pas pareilPas pareil
Pas pareil
 
Journal intime d'Emilie
Journal intime d'EmilieJournal intime d'Emilie
Journal intime d'Emilie
 
Le journal intime d'Emilie
Le journal intime d'EmilieLe journal intime d'Emilie
Le journal intime d'Emilie
 
Le journal intime d'Emilie
Le journal intime d'EmilieLe journal intime d'Emilie
Le journal intime d'Emilie
 
Le journal intime d'Emilie
Le journal intime d'EmilieLe journal intime d'Emilie
Le journal intime d'Emilie
 
Norhane De Yas
Norhane De YasNorhane De Yas
Norhane De Yas
 
Www.jaddo.fr_
  Www.jaddo.fr_  Www.jaddo.fr_
Www.jaddo.fr_
 
Wery
WeryWery
Wery
 
Adultere cl fau
Adultere cl fauAdultere cl fau
Adultere cl fau
 
Poemes-portraits des personnages de Marguerite Yourcenar
Poemes-portraits des personnages de Marguerite Yourcenar Poemes-portraits des personnages de Marguerite Yourcenar
Poemes-portraits des personnages de Marguerite Yourcenar
 
EXTRAIT du roman « Sans raison » de Mehdy Brunet
EXTRAIT du roman « Sans raison » de Mehdy BrunetEXTRAIT du roman « Sans raison » de Mehdy Brunet
EXTRAIT du roman « Sans raison » de Mehdy Brunet
 
Gserieys la maison
Gserieys la maisonGserieys la maison
Gserieys la maison
 

Ma Copine Humour

  • 1. Quand il est monté dans la voiture, je n'ai pas fait attention à lui... Si bien sûr, ça m'a un peu énervée qu'il s'asseye comme ça sur les choux à la crème que je venais d'acheter, mais bon je ne suis pas regardante, c'est pas pour ce que je les avais payés (15 francs les quatre à Auchan, juste avant la fermeture), alors hein, j'allais pas lui faire un flan. Non, c'est lorsque j'ai démarré et qu’il m’a dit : « Tu conduis pas comme une barge j’espère ? » Là, j’ai tourné ma tête vers la droite, oui j’ai pensé que les mots venaient de là, j’habite la France alors j’ai le volant à gauche – j’ai vu des mots sortir de sa bouche, d’abord un, puis deux, puis trois, tac, vlan, ils s’écrasaient contre le pare-brise comme des moustiques, ils sentaient mauvais le tabac froid et le vin chaud – je me suis dit : qui c’est celui-là ?... Mais comme je suis polie, je lui ai dit : - Bonjour, comment ça va ? - Ca te regarde !? qu’il m’a rétorqué... Bon, comme je me fichais en fait de sa santé et que j’avais dit ça par politesse, j’ai répondu : - Non, non, pas du tout. - Alors roule et ferme-la, j’aime pas les bavardes. Je voulais lui demander où nous allions, mais comme il avait l’air de s’en foutre, j’ai tourné à gauche. Je lui ai montré l’école où j’allais quand j’étais petite, mais sans parler, je lui ai juste touché le coude et j’ai fait un signe de la main. Il me regardait bizarrement ; je me suis dit qu’il n’avait pas dû aller à l’école ici. Au bout de deux heures, nous sommes arrivés à l’entrée d’un joli bois, tout vert, avec plein d’arbres. J’ai pensé que je n’avais pas décongelé de la viande pour le soir. Il m’a dit : - Arrête-toi là ! - Là ? - Oui, là ! - En plein milieu du bois ? - Non, sur le parking derrière le brin de muguet, pauvre tâche ! J’ai donc coupé le contact là en plein milieu. Moi, garée comme une malpropre !! Je me suis mise à trembler, c’est vrai, j’ai un sens du civisme très prononcé, je fais toujours de beaux créneaux, et je paie toujours mon ticket d’horodateur. J’en étais vraiment malade. - T’as la trouille ? - Non, c’est pas ça, je sais qu’il n’y a pas de gendarmes dans le coin, mais j’aime pas faire ça n’importe comment. - Pourquoi tu parles de flics ? Sa voix devenait méchante ; lui aussi, il devait s’inquiéter, il devait être un
  • 2. bon citoyen. Alors je me suis reprise, je lui ai tapoté la main. - C’est pas grave, vous n’en n’avez pas pour longtemps. Et puis, si par hasard il en arrivait un, je connais quelqu’un qui peut arranger le coup. - Mais je suis tombé sur une barge ! Quel coup ? - Ben, pour la prune. - Quelle prune ? J’ai pas tiré, que je sache !!! T'es une allumée, toi ! Il s'énervait, et moi, méchante fille qui le retenait, on voyait bien pourtant qu'il ne pouvait plus se retenir... - Et pourquoi j’ai le cul tout mouillé ? Il remuait dans tous les sens. - Oh, c’est rien, ce doit être les choux… - J’ai pas mangé de choux, qu’est ce que tu baves pauvre cinglée !!! Allez, fais demi tour, j’en ai marre de toi ! - Ben d’accord, mais vous voulez plus... heu.. Allez-y, va, je vous en prie, je sais ce que c'est... - T’es vraiment naze comme meuf, qu’il a gueulé, tu me dis plus rien, t’as compris !!! Alors, il est descendu, je l'ai regardé s'éloigner... Avec son petit derrière mouillé, il me faisait de la peine.. J'ai attendu au moins une heure à côté de la marmelade de choux, je l'ai même appelé : houhou, Monsieur, houhou... Je trouvais qu'il était quand même long pour faire pipi, mais peut-être qu'il faisait la grosse commission, mais même, c'était long... Ca m'ennuyait d'abandonner un homme à la tombée de la nuit en plein bois, mais comme je n'avais rien décongelé pour le soir, je me suis résignée à partir... J'étais pas fière de moi, je peux vous le dire... J'espère qu'il a retrouvé sa route... Je suis trop dure des fois.