SlideShare une entreprise Scribd logo
Etude des principales étiologies
de la diarrhée du veau nouveau-né :
Escherichia coli, Coronavirus,
Rotavirus et Cryptosporidium
parvum
Présentée par : Béjaoui Hatem
PLAN
Introduction
1. Etude des principaux agents pathogènes
1. Escherichia Coli
2. Rotavirus
3. Coronavirus
4. Cryptodporidium parvum
2. Anatomie et physiologie du veau
3. Diarrhée néonatale du veau et ses
conséquences
3. Résultats et discussion
1. Prévalence globale
2. Prévalence spécifique
1. Objectif
Conclusion
2. Matériel et méthodes
I. Partie bibliographique
II. Partie expérimentale
Introduction
Introduction
Importante et fréquente
Inévitable vu que le veau est
en contact étroit avec les
facteurs de risque.
Multifactorielle
Agents pathogénes : Usuels et
non usuels
.
Diagnostic et Traitement Prophylaxie
Médicale
 Transfert adequat de l’immunité
Lourde
Inflige des pertes sanitaires et
économiques importantes
Environnement : Elevage et sa
condiuite, congenére et adultes,
hygiene
Non Spécifique
 Lutter contre les consequences
de la diarrhée
Sanitaire
 Ambiance, alimentation et abreuvement,
conduit d’élevage…
1. Etude des principaux agents
pathogènes
1.1. Escherichia coli
1.1. Escherichia coli
Taxonimie et Nomenclature
Pathotypes
Caractéres
EIEC = Entéro-invasifs :
Homme, prilates
Bacille à Gram -
appartenant à la
famille des
Enterobacteriaceae
Asporulé
Aérobie-anaérobie
facultative
Posséde 3 principaux
antigènes : O,H, K
ETEC = Entérotoxinogènes :
Ruminants, homme
VTEC (STEC) = Vérotoxinogènes
(Shigatoxinogènes) :
Animaux, Homme,
EPEC = Entéropathogènes :
Animaux, Homme
EHEC = Entérohémorragiques
Ruminants, Homme
NTEC = Nécrotoxinogènes :
Ruminants, Homme, Animaux
1. Etude des principaux agents
pathogènes
1.2. Rotavirus
1.2. Rotavirus
Taxonimie et Nomenclature
Sérotypes
Morphologie
et structure
Protéines structurales VP7
et VP4
 Identifier les sérotypes G
et P des Rotavirus
Forme de « roue », En Afrique, G5, G6 et G8
sont les types prédominants
9 espèces,
dénommées
Rotavirus A-D et F-J
Non enveloppés
ARN
1. Etude des principaux agents
pathogènes
1.3. Coronavirus
1.3. Coronavirus
Taxonimie et
Nomenclature
Sérotypes
Morphologie
et structure
 Tous les coronavirus
du veau sont du même
sérotype
Ordre des Nidovirales
Famille des Coronaviridae
Sous-famille des Orthocoronavirinae,
Genre Betacoronavirus
Sous-genre Embecovirus
Espèce Betacoronavirus 1
5 Protéines structurales
majeures :
Protéine HE surface
Contient des spicules est
composée de trimères de
molécules S (spike)
Les anticorps anti-CoV du veau
sont trouvés dans une variété
d’espèces animales
-les humains
COVID 19
1. Etude des principaux agents
pathogènes
1.4.Cryptosporidium parvum
1.4. Cryptosporidium parvum
Taxonimie et
Nomenclature
Cycle
biologique
Morphologie
et structure
Genre unique
Cryptosporidium.
Ookystes à parois épaisse
Ookystes à parois fine
2. Anatomie et Physiologie
Digestive du veau
Cavité buccale
Développement incomplet
3.1. Anatomie Digestive du veau
Caillette
Uniquement caillette fonctionnelle
Pré-estomacs
Liées au régime alimentaire.
Alimentation uniquement lactée
3.2. Physiologie Digestive du veau
Enzymes
Protéines
(lait)
Triglycérides
Lactose
Lait
HCl
PH Chymosine
Coagulation de la caséine
(+Matière grasse)
Lactose
Enzymes
Glucose + Galactose
3.2. Physiologie Digestive du veau
Alimentation uniquement lactée
4. Diarrhée néonatale du veau et
ses conséquences
5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences
Définition Une diarrhée est l’émission fréquente et abondante de déjections de
consistance (molles ou liquides), de couleur et d’odeur anormales.
Epidémiologie
Touche tous les élevages sans
exception avec fréquence variée
Allure saisonnière, surtout en hiver
Elle survient chez le veau nouveau-né jusqu’à l’âge de 4 semaines.
5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences
Pathogénie
E.coli : Facteurs d’attachement + Toxines
Coronavirus : Cellules de l’intestin grêle et du côlon et n’induit que des
lésions graves
Certaines Rotavirus : Que des lésions de faible intensité et d’extension
limitée
de même pour Cryptosporidium
5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences
Pathogénie
Répartittion
autres
organes
l’intestinac
tose
(Rotavirus, ECET...)
(Coronavirus, E. coli septicémiques…).
Mécanismes
Malabsorption-maldigestion (Rotavirus, Coronavirus,
Cryptosporidium)
Perte nette d’eau et d’ions
Fermentation du lactose dans le gros intestin
Production d’acides
organiques
Acidose
.
Etude
Clinique
5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences
Les ECEP
Diarrhée mucoïde
Affaiblissement important des
veaux atteints
Les ECEH
Hemorragiques
avec un pic entre la 4ème et la
5ème semaine
Les infections à ECEN
Evolution plus grave
Les ECET
la première semaine de vie
Fèces jaunâtres
consistance liquidienne.
Cryptosporidium parvum
Age moyen de 2 à 3 semaines
Une diarrhée liquide jaune verdâtre
Coronavirus et Rotavirus sont similaires
Plus sévères dans le cas du Coronavirus
Fèces contiennent du mucus et du lait caillé
Veaux déprimés, faibles et décharnés
Etude
Clinique
5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences
Déshydratation
d’eau + sodium
Conséquences
5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences
Hypotonique Isotonique Hypertonique.
Diarrhée sécrétoire
Chlore Sodium
Perte intestinale des bicarbonates
.
Conséquences
5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences
Chute du pH sanguin
Jusqu’à devenir létale au-dessous de 7
Bicarbonates au-dessous de 20 mmol/l
Acidose
L’hyperlactatémie
Pouvoir protecteur Capacité de production des acides
organiques
Hypoglycémie
 Peut descendre à 0,5 g/l lors de diarrhées graves,
voire en dessous.
Conséquences
5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences
Due à l’augmentation du catabolisme des protéines de l’organisme,
la néoglucogenèse hépatique sera donc sollicitée
Urémie
Les diarrhées se caractérisent par un taux élevé
d’urée
Signes les plus précoces et les plus difficiles à faire disparaitre
totalement car la récupération par hydratation est lente
1. Objectif
Objectif
Ciblant
Avec des kits ELISA-antigéne
Escherichia coli, Rotavirus,
Coronavirus et
Cryptosporidium parvum
Principaux agents
infectieux
Responsables de la diarrhée
néonatale chez des veaux
âgés entre 1 et 30 jours
Idée approximative
L’implication d’un ou de
plusieurs agents
infectieux dans cette
entité pathologique.
Evaluer
La prevalence
2. Matériel et méthodes
Matériel et méthodes
Préparation des réactifs
ELISA : kit IDEXX Rota-
Corona-K99
Fèces de veaux âgés de 1 à 30 jours
Principalement dans des régions du
gouvernorat de Bizerte
90 prélèvements
Prélèvements
Matériel du laboratoire
Matériel biologique Mode opératoire
Matériel du laboratoire
Matériel fourni avec les kits
Préparation des échantillons
2 kits utilisés
ELISA : Kit IDEXX
Cryptosporidium
3. Résultats et discussion
3.1. Prévalence globale
Prévalence globale
Agents pathogénes
responsables :
Un agent 15%
37%
22%
26%
Prévalence globale des quatre agents pathogènes
E.Coli Rotavirus Coronavirus C.parvum
Prévalence globale
14%
9%
20%
22%
13%
22%
Prévalence globale : 2 agents
E.Coli/Rota E.Coli/Corona Rota/Corona
Rota/crypto Corona/crypto E.coli/crypto
Agents pathogénes
responsables :
2 agents
Prévalence globale
40%
20%
20%
20%
Prévalence globale : 3 agents
E.Coli/Rota/ Corona Crypto/Rota/Corona E.coli/Crypto/Corona Rota/crypto
Agents pathogénes
responsables :
3 agents
Il existe même 1
cas atteint par les 4
agents en même
temps !
Prévalence globale Agents pathogénes
responsables :
4 agents
Discussion : Prévalence globale
11% Al Mawly et al. (2015)
en Nouvelle Zélande
E.coli Rotavirus Coronavirus C.parvum
4,4% Zrelli et al en Tunisie
46,4% Mohammed et al. (2019) en KSA
44% Masud et al. (2012)
76% Paul et al. (2010)
Une autre étude en Tunisie
a indiqué un taux de 7,8%
(7/90)
13%
16,7% Ammar et al. (2014)
en Algérie
Rai et al. (2011) (15,68%)
34% Nourmohammadzadeh et
al. (2012) en Azerbaïdjan et
Iran, et assez proche des
résultats de Zrelli et al. (1990)
(22,8%)
3,3% (3/90) Etude tunisienne
19 % Stipp et al. (2009) au Brésil
14% Reynolds et al. (1986)
en Angleterre
Varie entre 11 et 67%
selon Brook et al. (2008) en
Angleterre
Castro-Hermida et al.
(2002) en Espagne, la
prévalence était de 47,9%
23%
19%
33%
3.2. Prévalence spécifique
Prévalence Spécifique
Selon la saison
0%
6,7%
20%
33%
67%
33%
18%
64%
27%
0%
20%
40%
60%
80%
Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
Eté Hiver Printemps Automne
Durant l’été, les Coronavirus
prédominent, suivis par les Rotavirus
avec une absence d’E. coli.
Significatif (Rota)
Discussion : Prévalence Spécifique
Selon la présente étude
La saison
Durant le printemps, les Rotavirus
prédominent suivis par les
Coronavirus puis par E. coli
Durant l’hiver, les Rotavirus
prédominent ,suivis
simultanément par les
Coronavirus et E. coli
p(E. coli)=0,22, p(Coronavirus)=0,882
par contre, celles du Rotavirus le sont avec
p(Rotavirus)=0,01
Réduire les cas de diarrhée si
l ’établissement des mesures
barrières sontbien respectées.
Significatif et important
Selon Curtis et al. (1988)
Prévalence Spécifique
Selon
l’age
0% 0%
12%
100%
25%
32%
0%
25% 24%
0%
20%
40%
60%
80%
100%
2 semaines 3 semaines > 3 semaines
Escherichia Coli Rotavirus Coronavirus
Discussion : Prévalence Spécifique
Selon la présente étude
Les variations d’E. coli, Coronavirus et Rotavirus ne sont
pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0.717,
p(Coronavirus)=0,342, p(Rotavirus)=0,854
Selon Singh et al. (2019)
L’âge
Rotavirus : 1/1 pour les veaux âgés 2 semaines,
25% âgés de 4 semaines et 32% âgés de 8
semaines
Non Significatif
Non significatif
L’incidence la plus importante étant
observée pendant les 2 premières
Significatif et Important
Selon Curtis et al. (1988)
Discussion : Prévalence Spécifique
Selon la présente étude
L’âge Non significatif
Significatif et Important
A l’âge de 2 semaines :
Rota et coroavirus
(20%)
A l’âge de 3 semaines : nombre
moyen de cas positifs pour les
Coronavirus (24%) ainsi que pour
les Rotavirus (32%)
Selon Ammar et al. (2014)
Les variations d’E. coli, Coronavirus et Rotavirus ne sont
pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0.717,
p(Coronavirus)=0,342, p(Rotavirus)=0,854
Prévalence Spécifique
Selon le
genre
5.88%
15.38%
29.41%
38.46%
23.52% 23.07%
0%
10%
20%
30%
40%
Mâle Femelle
Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
Discussion : Prévalence Spécifique
Selon la présente étude
Non Significatif
Genre
DNV touche les femelles
autant que les mâles
Non significatif
Selon Singh et al. (2019)
Les variations d’E. coli, Coronavirus et Rotavirus ne sont
pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0.717,
p(Coronavirus)=0,342, p(Rotavirus)=0,854
Prévalence Spécifique
Selon le le niveau
de biosécurité
0%
17,6%
0%
3%
35%
0%
0%
35%
0%
0%
10%
20%
30%
40%
Bon Moyen Mauvais
Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
Discussion : Prévalence Spécifique
Selon la présente étude
Les variations des fréquences d’E. coli et des Coronavirus
ne sont pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0,435,
p(Coronavirus)=0,102, par contre, celles des Rotavirus le
sont (p=0,046).
L’hygiéne
Rotavirus : Prédominance des
Rotavirus dans les élevages à
bonne hygiène
Significatif (Rotavirus)
Réduire les cas de
diarrhée si elle est bien
respectée.
Significatif et important
Selon Singh et al. (2019)
Prévalence Spécifique
Selon la
race
33.33%
42.85%
0%
9.52%
14.28%
0%
19.04%
28.57%
50%
0%
20%
40%
60%
Holstein Brown Swiss Autres
E. coli Rotavirus Coronavirus
Discussion : Prévalence Spécifique
Selon la présente étude
Ces variations selon la race des 3 agents pathogènes ne
sont pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0,831,
p(Coronavirus)=0,572, p(Rotavirus)=0,526
Non Significatif
La race
Seid et al. (2020), la
prévalence chez les
races croisées (4,8%)
était supérieure à celle
observée chez les races
locales (2,8%)
Non Significatif
La race
Selon Seid et al. (2020)
Prévalence Spécifique
Selon le recours
à une antibiothérapie
4.76%
22.22%
19.04%
66.66%
14.28%
44.44%
0%
20%
40%
60%
80%
Oui Non
Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
Discussion : Prévalence Spécifique
Selon la présente étude
Les variations d’E. coli et Coronavirus ne sont pas
statistiquement significatives, avec p(E. coli)=0,207,
p(Coronavirus)=0,350, par contre, celles des Rotavirus le
sont, avec p(Rotavirus)=0,018.
Selon Mohammed et al.
(2019)
Significatif (Rota)
selon le traitement selon le traitement
L’usage d’un traitement
préventif et approprié
diminue les dégâts
Significatif et important
Prévalence Spécifique
Selon la source
d’eau
7.69%
11.76%
38.46%
29.41%
15.38%
29.41%
0%
10%
20%
30%
40%
Eau naturelle Eau de SONEDE
Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
Discussion : Prévalence Spécifique
Selon la présente étude
p(E. coli)=0,22, p(Coronavirus)=0,882
par contre, ne sont pas statistiquement significatives, avec
p(E. coli)=0,603, p(Coronavirus)=0,326, p(Rotavirus)=0,446.
celles du Rotavirus le sont avec p(Rotavirus)=0,01
Selon Singh et al. (2019)
Non Significatif
Source d’eau
Source d’eau
L’eau de bonne qualité
hygiénique faisant baisser
l’incidence de le DNV
Significatif
Prévalence Spécifique
Selon la méthode
de la prise colostrale
9.09% 9.10%
12.50%
18.20%
36.40%
50.00%
27.30% 27.30%
12.50%
0%
20%
40%
60%
Biberon Mamelle Seau
Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
Discussion : Prévalence Spécifique
Selon la présente étude
les variations d’E. coli, Coronavirus et Rotavirus ne sont pas
statistiquement significatives : p(E. coli)=0,963,
p(Coronavirus)=0,336, p(Rotavirus)=0,699
Selon Meganck et al.
(2015)
Non Significatif
Colostrum
La qualité importante du
colostrum reflète la
bonne qualité de
vaccination, après
l’usage de vaccination
spécifique contre E. coli,
rotavirus et coronavirus
Non Significatif
Colostrum et vaccination
C o n c l s u i o n
Agents
pathogénes
Fréquents
Coexiste chez le
même individu
Traitement
Traitement spéficique
inexistent
Virus,
Cryptosporidium
Prévenir
Eviter
Mise en place
des mesures de
prophylaxie
Conclusion
En Tunisie
Trés difficile de
les appliquer
Principallement
symptomatique
 Restituer les
défaillances
 Les corriger
Intervenants
Vétérinaires
(Traitement)
Eleveur
(Education)
Alimentation et
stress
Conséquences
Sanitaires
Economiques
Santé humaine
Environnement
prévlence globale
importante
Conclusion
 Confirmer
l’implication des
différents
facteurs de
risqué
 Réduire son ampleur
Recours aux
antibiotiques
Significatives
pour le Rotavirus
Confirme l’importance des mesures préventives qui vont nous aider à réduire d’une maniére significative les conséquences
dramatiques sur la santé animale et humaine, ainsi que sur l’économie
Quand on veut, on peut …
Quand on peu, on doit
Napoléon Bonaparte

Contenu connexe

Tendances

Tendances (20)

General principles of poultry medication
General principles of poultry medicationGeneral principles of poultry medication
General principles of poultry medication
 
Poultry drinking water vaccination
Poultry drinking water vaccinationPoultry drinking water vaccination
Poultry drinking water vaccination
 
African horse sickness
African horse sicknessAfrican horse sickness
African horse sickness
 
Poultry vaccine application & equipment
Poultry vaccine application & equipmentPoultry vaccine application & equipment
Poultry vaccine application & equipment
 
Avian astrovirus
Avian astrovirusAvian astrovirus
Avian astrovirus
 
Diarrhea & tympany
Diarrhea & tympany Diarrhea & tympany
Diarrhea & tympany
 
Infectious bovine rhinotracheitis
Infectious bovine rhinotracheitisInfectious bovine rhinotracheitis
Infectious bovine rhinotracheitis
 
Gumboro_Disease Infectious Bursal Disease (IBD)
Gumboro_DiseaseInfectious Bursal Disease (IBD)Gumboro_DiseaseInfectious Bursal Disease (IBD)
Gumboro_Disease Infectious Bursal Disease (IBD)
 
Colibacillosis
ColibacillosisColibacillosis
Colibacillosis
 
Failure of vaccination in poultry
Failure of vaccination in poultryFailure of vaccination in poultry
Failure of vaccination in poultry
 
Coccidiosis in Chickens, Photos, Pictures
Coccidiosis in Chickens, Photos, PicturesCoccidiosis in Chickens, Photos, Pictures
Coccidiosis in Chickens, Photos, Pictures
 
Emerging diseases in layer chicken
Emerging diseases in  layer chickenEmerging diseases in  layer chicken
Emerging diseases in layer chicken
 
Overview of Coccidiosis in Poultry
Overview of Coccidiosis in PoultryOverview of Coccidiosis in Poultry
Overview of Coccidiosis in Poultry
 
The Occurrence, Diagnosis and Control of Variant Infectious Bronchitis (a cor...
The Occurrence, Diagnosis and Control of Variant Infectious Bronchitis (a cor...The Occurrence, Diagnosis and Control of Variant Infectious Bronchitis (a cor...
The Occurrence, Diagnosis and Control of Variant Infectious Bronchitis (a cor...
 
Gorwth Promoters in Poultry Nutrition.pptx
Gorwth Promoters in Poultry Nutrition.pptxGorwth Promoters in Poultry Nutrition.pptx
Gorwth Promoters in Poultry Nutrition.pptx
 
Aujesky's disease
Aujesky's diseaseAujesky's disease
Aujesky's disease
 
Rabies Pathology . Rabies causes treatment
Rabies Pathology . Rabies causes treatmentRabies Pathology . Rabies causes treatment
Rabies Pathology . Rabies causes treatment
 
Aspergillosis in Birds, Poultry Diseases Symptoms, respiratory diseases in ch...
Aspergillosis in Birds, Poultry Diseases Symptoms, respiratory diseases in ch...Aspergillosis in Birds, Poultry Diseases Symptoms, respiratory diseases in ch...
Aspergillosis in Birds, Poultry Diseases Symptoms, respiratory diseases in ch...
 
Vaccination schedule of animals and poultry
Vaccination schedule of animals and poultryVaccination schedule of animals and poultry
Vaccination schedule of animals and poultry
 
Ccpp
CcppCcpp
Ccpp
 

Similaire à ma Thése.pptx

Peron vhavhedu2012
Peron vhavhedu2012Peron vhavhedu2012
Peron vhavhedu2012
odeckmyn
 
Peron vhavhe du 2012
Peron vhavhe du 2012Peron vhavhe du 2012
Peron vhavhe du 2012
odeckmyn
 
Complications de la nutrition parenterale c coutris
Complications de la nutrition parenterale c coutrisComplications de la nutrition parenterale c coutris
Complications de la nutrition parenterale c coutris
vdimartino
 
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
abir
 
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitementDéshydratation aiguë du nourrisson et traitement
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement
killua zoldyck
 
Peron Vha Vhe EpidéMio Et Hist Nat
Peron Vha Vhe EpidéMio Et Hist NatPeron Vha Vhe EpidéMio Et Hist Nat
Peron Vha Vhe EpidéMio Et Hist Nat
odeckmyn
 
Serfati hcv obésité
Serfati   hcv obésitéSerfati   hcv obésité
Serfati hcv obésité
odeckmyn
 

Similaire à ma Thése.pptx (20)

Microbiote casa 2
Microbiote casa   2Microbiote casa   2
Microbiote casa 2
 
Peron vhavhedu2012
Peron vhavhedu2012Peron vhavhedu2012
Peron vhavhedu2012
 
Peron vhavhe du 2012
Peron vhavhe du 2012Peron vhavhe du 2012
Peron vhavhe du 2012
 
Brugere picoux 3
Brugere picoux 3Brugere picoux 3
Brugere picoux 3
 
Hépatites virales A et E.ppt
Hépatites virales A et E.pptHépatites virales A et E.ppt
Hépatites virales A et E.ppt
 
Giardiose
GiardioseGiardiose
Giardiose
 
Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
 
Sommet 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
Sommet 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?Sommet 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
Sommet 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
 
FODMAP : le nouveau sans gluten?
FODMAP : le nouveau sans gluten?FODMAP : le nouveau sans gluten?
FODMAP : le nouveau sans gluten?
 
Distomatose
DistomatoseDistomatose
Distomatose
 
Cours hygiène et sécurité alimentaire.ppt
Cours hygiène et sécurité alimentaire.pptCours hygiène et sécurité alimentaire.ppt
Cours hygiène et sécurité alimentaire.ppt
 
Complications de la nutrition parenterale c coutris
Complications de la nutrition parenterale c coutrisComplications de la nutrition parenterale c coutris
Complications de la nutrition parenterale c coutris
 
Hilde_de_Reuse.ppt
Hilde_de_Reuse.pptHilde_de_Reuse.ppt
Hilde_de_Reuse.ppt
 
La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.
La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.  La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.
La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.
 
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
 
Dianostic sanitaire sur la ferme de thorigne indicateurs d'alerte en elevage
Dianostic sanitaire sur la ferme de thorigne indicateurs d'alerte en elevageDianostic sanitaire sur la ferme de thorigne indicateurs d'alerte en elevage
Dianostic sanitaire sur la ferme de thorigne indicateurs d'alerte en elevage
 
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitementDéshydratation aiguë du nourrisson et traitement
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement
 
Peron Vha Vhe EpidéMio Et Hist Nat
Peron Vha Vhe EpidéMio Et Hist NatPeron Vha Vhe EpidéMio Et Hist Nat
Peron Vha Vhe EpidéMio Et Hist Nat
 
Serfati hcv obésité
Serfati   hcv obésitéSerfati   hcv obésité
Serfati hcv obésité
 
Enterotoxemies_Ovins_Webinaire_LSAB_2023 09.pdf
Enterotoxemies_Ovins_Webinaire_LSAB_2023 09.pdfEnterotoxemies_Ovins_Webinaire_LSAB_2023 09.pdf
Enterotoxemies_Ovins_Webinaire_LSAB_2023 09.pdf
 

ma Thése.pptx

  • 1. Etude des principales étiologies de la diarrhée du veau nouveau-né : Escherichia coli, Coronavirus, Rotavirus et Cryptosporidium parvum Présentée par : Béjaoui Hatem
  • 2. PLAN Introduction 1. Etude des principaux agents pathogènes 1. Escherichia Coli 2. Rotavirus 3. Coronavirus 4. Cryptodporidium parvum 2. Anatomie et physiologie du veau 3. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences 3. Résultats et discussion 1. Prévalence globale 2. Prévalence spécifique 1. Objectif Conclusion 2. Matériel et méthodes I. Partie bibliographique II. Partie expérimentale
  • 4. Introduction Importante et fréquente Inévitable vu que le veau est en contact étroit avec les facteurs de risque. Multifactorielle Agents pathogénes : Usuels et non usuels . Diagnostic et Traitement Prophylaxie Médicale  Transfert adequat de l’immunité Lourde Inflige des pertes sanitaires et économiques importantes Environnement : Elevage et sa condiuite, congenére et adultes, hygiene Non Spécifique  Lutter contre les consequences de la diarrhée Sanitaire  Ambiance, alimentation et abreuvement, conduit d’élevage…
  • 5.
  • 6. 1. Etude des principaux agents pathogènes 1.1. Escherichia coli
  • 7. 1.1. Escherichia coli Taxonimie et Nomenclature Pathotypes Caractéres EIEC = Entéro-invasifs : Homme, prilates Bacille à Gram - appartenant à la famille des Enterobacteriaceae Asporulé Aérobie-anaérobie facultative Posséde 3 principaux antigènes : O,H, K ETEC = Entérotoxinogènes : Ruminants, homme VTEC (STEC) = Vérotoxinogènes (Shigatoxinogènes) : Animaux, Homme, EPEC = Entéropathogènes : Animaux, Homme EHEC = Entérohémorragiques Ruminants, Homme NTEC = Nécrotoxinogènes : Ruminants, Homme, Animaux
  • 8. 1. Etude des principaux agents pathogènes 1.2. Rotavirus
  • 9. 1.2. Rotavirus Taxonimie et Nomenclature Sérotypes Morphologie et structure Protéines structurales VP7 et VP4  Identifier les sérotypes G et P des Rotavirus Forme de « roue », En Afrique, G5, G6 et G8 sont les types prédominants 9 espèces, dénommées Rotavirus A-D et F-J Non enveloppés ARN
  • 10. 1. Etude des principaux agents pathogènes 1.3. Coronavirus
  • 11. 1.3. Coronavirus Taxonimie et Nomenclature Sérotypes Morphologie et structure  Tous les coronavirus du veau sont du même sérotype Ordre des Nidovirales Famille des Coronaviridae Sous-famille des Orthocoronavirinae, Genre Betacoronavirus Sous-genre Embecovirus Espèce Betacoronavirus 1 5 Protéines structurales majeures : Protéine HE surface Contient des spicules est composée de trimères de molécules S (spike) Les anticorps anti-CoV du veau sont trouvés dans une variété d’espèces animales -les humains COVID 19
  • 12. 1. Etude des principaux agents pathogènes 1.4.Cryptosporidium parvum
  • 13. 1.4. Cryptosporidium parvum Taxonimie et Nomenclature Cycle biologique Morphologie et structure Genre unique Cryptosporidium. Ookystes à parois épaisse Ookystes à parois fine
  • 14. 2. Anatomie et Physiologie Digestive du veau
  • 15. Cavité buccale Développement incomplet 3.1. Anatomie Digestive du veau Caillette Uniquement caillette fonctionnelle Pré-estomacs Liées au régime alimentaire.
  • 16. Alimentation uniquement lactée 3.2. Physiologie Digestive du veau Enzymes Protéines (lait) Triglycérides Lactose Lait HCl PH Chymosine Coagulation de la caséine (+Matière grasse)
  • 17. Lactose Enzymes Glucose + Galactose 3.2. Physiologie Digestive du veau Alimentation uniquement lactée
  • 18. 4. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences
  • 19. 5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences Définition Une diarrhée est l’émission fréquente et abondante de déjections de consistance (molles ou liquides), de couleur et d’odeur anormales. Epidémiologie Touche tous les élevages sans exception avec fréquence variée Allure saisonnière, surtout en hiver Elle survient chez le veau nouveau-né jusqu’à l’âge de 4 semaines.
  • 20. 5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences Pathogénie E.coli : Facteurs d’attachement + Toxines Coronavirus : Cellules de l’intestin grêle et du côlon et n’induit que des lésions graves Certaines Rotavirus : Que des lésions de faible intensité et d’extension limitée de même pour Cryptosporidium
  • 21. 5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences Pathogénie Répartittion autres organes l’intestinac tose (Rotavirus, ECET...) (Coronavirus, E. coli septicémiques…). Mécanismes Malabsorption-maldigestion (Rotavirus, Coronavirus, Cryptosporidium) Perte nette d’eau et d’ions Fermentation du lactose dans le gros intestin Production d’acides organiques Acidose
  • 22. . Etude Clinique 5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences Les ECEP Diarrhée mucoïde Affaiblissement important des veaux atteints Les ECEH Hemorragiques avec un pic entre la 4ème et la 5ème semaine Les infections à ECEN Evolution plus grave Les ECET la première semaine de vie Fèces jaunâtres consistance liquidienne.
  • 23. Cryptosporidium parvum Age moyen de 2 à 3 semaines Une diarrhée liquide jaune verdâtre Coronavirus et Rotavirus sont similaires Plus sévères dans le cas du Coronavirus Fèces contiennent du mucus et du lait caillé Veaux déprimés, faibles et décharnés Etude Clinique 5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences
  • 24. Déshydratation d’eau + sodium Conséquences 5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences Hypotonique Isotonique Hypertonique. Diarrhée sécrétoire Chlore Sodium
  • 25. Perte intestinale des bicarbonates . Conséquences 5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences Chute du pH sanguin Jusqu’à devenir létale au-dessous de 7 Bicarbonates au-dessous de 20 mmol/l Acidose L’hyperlactatémie Pouvoir protecteur Capacité de production des acides organiques
  • 26. Hypoglycémie  Peut descendre à 0,5 g/l lors de diarrhées graves, voire en dessous. Conséquences 5. Diarrhée néonatale du veau et ses conséquences Due à l’augmentation du catabolisme des protéines de l’organisme, la néoglucogenèse hépatique sera donc sollicitée Urémie Les diarrhées se caractérisent par un taux élevé d’urée Signes les plus précoces et les plus difficiles à faire disparaitre totalement car la récupération par hydratation est lente
  • 27.
  • 29. Objectif Ciblant Avec des kits ELISA-antigéne Escherichia coli, Rotavirus, Coronavirus et Cryptosporidium parvum Principaux agents infectieux Responsables de la diarrhée néonatale chez des veaux âgés entre 1 et 30 jours Idée approximative L’implication d’un ou de plusieurs agents infectieux dans cette entité pathologique. Evaluer La prevalence
  • 30. 2. Matériel et méthodes
  • 31. Matériel et méthodes Préparation des réactifs ELISA : kit IDEXX Rota- Corona-K99 Fèces de veaux âgés de 1 à 30 jours Principalement dans des régions du gouvernorat de Bizerte 90 prélèvements Prélèvements Matériel du laboratoire Matériel biologique Mode opératoire Matériel du laboratoire Matériel fourni avec les kits Préparation des échantillons 2 kits utilisés ELISA : Kit IDEXX Cryptosporidium
  • 32. 3. Résultats et discussion
  • 34. Prévalence globale Agents pathogénes responsables : Un agent 15% 37% 22% 26% Prévalence globale des quatre agents pathogènes E.Coli Rotavirus Coronavirus C.parvum
  • 35. Prévalence globale 14% 9% 20% 22% 13% 22% Prévalence globale : 2 agents E.Coli/Rota E.Coli/Corona Rota/Corona Rota/crypto Corona/crypto E.coli/crypto Agents pathogénes responsables : 2 agents
  • 36. Prévalence globale 40% 20% 20% 20% Prévalence globale : 3 agents E.Coli/Rota/ Corona Crypto/Rota/Corona E.coli/Crypto/Corona Rota/crypto Agents pathogénes responsables : 3 agents
  • 37. Il existe même 1 cas atteint par les 4 agents en même temps ! Prévalence globale Agents pathogénes responsables : 4 agents
  • 38. Discussion : Prévalence globale 11% Al Mawly et al. (2015) en Nouvelle Zélande E.coli Rotavirus Coronavirus C.parvum 4,4% Zrelli et al en Tunisie 46,4% Mohammed et al. (2019) en KSA 44% Masud et al. (2012) 76% Paul et al. (2010) Une autre étude en Tunisie a indiqué un taux de 7,8% (7/90) 13% 16,7% Ammar et al. (2014) en Algérie Rai et al. (2011) (15,68%) 34% Nourmohammadzadeh et al. (2012) en Azerbaïdjan et Iran, et assez proche des résultats de Zrelli et al. (1990) (22,8%) 3,3% (3/90) Etude tunisienne 19 % Stipp et al. (2009) au Brésil 14% Reynolds et al. (1986) en Angleterre Varie entre 11 et 67% selon Brook et al. (2008) en Angleterre Castro-Hermida et al. (2002) en Espagne, la prévalence était de 47,9% 23% 19% 33%
  • 40. Prévalence Spécifique Selon la saison 0% 6,7% 20% 33% 67% 33% 18% 64% 27% 0% 20% 40% 60% 80% Escherichia coli Rotavirus Coronavirus Eté Hiver Printemps Automne
  • 41. Durant l’été, les Coronavirus prédominent, suivis par les Rotavirus avec une absence d’E. coli. Significatif (Rota) Discussion : Prévalence Spécifique Selon la présente étude La saison Durant le printemps, les Rotavirus prédominent suivis par les Coronavirus puis par E. coli Durant l’hiver, les Rotavirus prédominent ,suivis simultanément par les Coronavirus et E. coli p(E. coli)=0,22, p(Coronavirus)=0,882 par contre, celles du Rotavirus le sont avec p(Rotavirus)=0,01 Réduire les cas de diarrhée si l ’établissement des mesures barrières sontbien respectées. Significatif et important Selon Curtis et al. (1988)
  • 42. Prévalence Spécifique Selon l’age 0% 0% 12% 100% 25% 32% 0% 25% 24% 0% 20% 40% 60% 80% 100% 2 semaines 3 semaines > 3 semaines Escherichia Coli Rotavirus Coronavirus
  • 43. Discussion : Prévalence Spécifique Selon la présente étude Les variations d’E. coli, Coronavirus et Rotavirus ne sont pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0.717, p(Coronavirus)=0,342, p(Rotavirus)=0,854 Selon Singh et al. (2019) L’âge Rotavirus : 1/1 pour les veaux âgés 2 semaines, 25% âgés de 4 semaines et 32% âgés de 8 semaines Non Significatif Non significatif L’incidence la plus importante étant observée pendant les 2 premières Significatif et Important Selon Curtis et al. (1988)
  • 44. Discussion : Prévalence Spécifique Selon la présente étude L’âge Non significatif Significatif et Important A l’âge de 2 semaines : Rota et coroavirus (20%) A l’âge de 3 semaines : nombre moyen de cas positifs pour les Coronavirus (24%) ainsi que pour les Rotavirus (32%) Selon Ammar et al. (2014) Les variations d’E. coli, Coronavirus et Rotavirus ne sont pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0.717, p(Coronavirus)=0,342, p(Rotavirus)=0,854
  • 45. Prévalence Spécifique Selon le genre 5.88% 15.38% 29.41% 38.46% 23.52% 23.07% 0% 10% 20% 30% 40% Mâle Femelle Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
  • 46. Discussion : Prévalence Spécifique Selon la présente étude Non Significatif Genre DNV touche les femelles autant que les mâles Non significatif Selon Singh et al. (2019) Les variations d’E. coli, Coronavirus et Rotavirus ne sont pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0.717, p(Coronavirus)=0,342, p(Rotavirus)=0,854
  • 47. Prévalence Spécifique Selon le le niveau de biosécurité 0% 17,6% 0% 3% 35% 0% 0% 35% 0% 0% 10% 20% 30% 40% Bon Moyen Mauvais Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
  • 48. Discussion : Prévalence Spécifique Selon la présente étude Les variations des fréquences d’E. coli et des Coronavirus ne sont pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0,435, p(Coronavirus)=0,102, par contre, celles des Rotavirus le sont (p=0,046). L’hygiéne Rotavirus : Prédominance des Rotavirus dans les élevages à bonne hygiène Significatif (Rotavirus) Réduire les cas de diarrhée si elle est bien respectée. Significatif et important Selon Singh et al. (2019)
  • 50. Discussion : Prévalence Spécifique Selon la présente étude Ces variations selon la race des 3 agents pathogènes ne sont pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0,831, p(Coronavirus)=0,572, p(Rotavirus)=0,526 Non Significatif La race Seid et al. (2020), la prévalence chez les races croisées (4,8%) était supérieure à celle observée chez les races locales (2,8%) Non Significatif La race Selon Seid et al. (2020)
  • 51. Prévalence Spécifique Selon le recours à une antibiothérapie 4.76% 22.22% 19.04% 66.66% 14.28% 44.44% 0% 20% 40% 60% 80% Oui Non Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
  • 52. Discussion : Prévalence Spécifique Selon la présente étude Les variations d’E. coli et Coronavirus ne sont pas statistiquement significatives, avec p(E. coli)=0,207, p(Coronavirus)=0,350, par contre, celles des Rotavirus le sont, avec p(Rotavirus)=0,018. Selon Mohammed et al. (2019) Significatif (Rota) selon le traitement selon le traitement L’usage d’un traitement préventif et approprié diminue les dégâts Significatif et important
  • 53. Prévalence Spécifique Selon la source d’eau 7.69% 11.76% 38.46% 29.41% 15.38% 29.41% 0% 10% 20% 30% 40% Eau naturelle Eau de SONEDE Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
  • 54. Discussion : Prévalence Spécifique Selon la présente étude p(E. coli)=0,22, p(Coronavirus)=0,882 par contre, ne sont pas statistiquement significatives, avec p(E. coli)=0,603, p(Coronavirus)=0,326, p(Rotavirus)=0,446. celles du Rotavirus le sont avec p(Rotavirus)=0,01 Selon Singh et al. (2019) Non Significatif Source d’eau Source d’eau L’eau de bonne qualité hygiénique faisant baisser l’incidence de le DNV Significatif
  • 55. Prévalence Spécifique Selon la méthode de la prise colostrale 9.09% 9.10% 12.50% 18.20% 36.40% 50.00% 27.30% 27.30% 12.50% 0% 20% 40% 60% Biberon Mamelle Seau Escherichia coli Rotavirus Coronavirus
  • 56. Discussion : Prévalence Spécifique Selon la présente étude les variations d’E. coli, Coronavirus et Rotavirus ne sont pas statistiquement significatives : p(E. coli)=0,963, p(Coronavirus)=0,336, p(Rotavirus)=0,699 Selon Meganck et al. (2015) Non Significatif Colostrum La qualité importante du colostrum reflète la bonne qualité de vaccination, après l’usage de vaccination spécifique contre E. coli, rotavirus et coronavirus Non Significatif Colostrum et vaccination
  • 57. C o n c l s u i o n
  • 58. Agents pathogénes Fréquents Coexiste chez le même individu Traitement Traitement spéficique inexistent Virus, Cryptosporidium Prévenir Eviter Mise en place des mesures de prophylaxie Conclusion En Tunisie Trés difficile de les appliquer Principallement symptomatique  Restituer les défaillances  Les corriger
  • 59. Intervenants Vétérinaires (Traitement) Eleveur (Education) Alimentation et stress Conséquences Sanitaires Economiques Santé humaine Environnement prévlence globale importante Conclusion  Confirmer l’implication des différents facteurs de risqué  Réduire son ampleur Recours aux antibiotiques Significatives pour le Rotavirus Confirme l’importance des mesures préventives qui vont nous aider à réduire d’une maniére significative les conséquences dramatiques sur la santé animale et humaine, ainsi que sur l’économie
  • 60. Quand on veut, on peut … Quand on peu, on doit Napoléon Bonaparte

Notes de l'éditeur

  1. 1 ) Jeune ruminant n'est pas adapté à la préhension et à la mastication des aliments grossiers 2) Le reste des pré-estomacs sont shuntés par la gouttière œsophagienne Le régime lacté favorise peu le développement du rumen et ne stimule pas le développement de ses papille
  2. Les enzymes à la naissance et durant les premières semaines de vie permettent la digestion du lactose, des protéines de lait et des triglycérides mais pas celle de l’amidon. Lorsque le lait arrive dans la caillette, il y a une sécrétion de HCl par les cellules de la muqueuse intestinale. Cette baisse du pH qui devient acide (pH ≈ 2) active la pro-chymosine en chymosine ce qui permet, en présence de calcium, la coagulation de la caséine. La matière grasse se retrouve dans le coagulum Le lactose est digéré en glucose et galactose par les enzymes des entérocytes qui seront ensuite absorbés par l’intestin grêle
  3. Les enzymes à la naissance et durant les premières semaines de vie permettent la digestion du lactose, des protéines de lait et des triglycérides mais pas celle de l’amidon. Lorsque le lait arrive dans la caillette, il y a une sécrétion de HCl par les cellules de la muqueuse intestinale. Cette baisse du pH qui devient acide (pH ≈ 2) active la pro-chymosine en chymosine ce qui permet, en présence de calcium, la coagulation de la caséine. La matière grasse se retrouve dans le coagulum Le lactose est digéré en glucose et galactose par les enzymes des entérocytes qui seront ensuite absorbés par l’intestin grêle
  4. E. coli sont les facteurs d’attachement à la muqueuse intestinale (adhésines ou pili d’adhésion) et les toxines associées aux différents pathovars Certaines souches de Rotavirus ne provoquent que des lésions de faible intensité et d’extension limitée, alors que d’autres sont susceptibles d’induire des diarrhées graves d’évolution longue il touche les cellules de l’intestin grêle et du côlon et n’induit que des lésions graves, de même pour Cryptosporidium dont les déterminants de la virulence ne sont pas entièrement élucidés. Les conséquences de ces agents pathogènes se ressemblent et leur répartition permet de distinguer ceux qui sont strictement localisés à l’intestin (Rotavirus, ECET...) et ceux susceptibles de coloniser d’autres organes (Coronavirus, E. coli septicémiques…). Les mécanismes de la DNV peuvent être schématiquement distingués en malabsorption-maldigestion (Rotavirus, Coronavirus, Cryptosporidium) qui a pour conséquence la perte nette d’eau et d’ions, et la fermentation bactérienne du lactose du lait dans le gros intestin avec production d’acides (acide lactique, acides gras à courtes chaines), partiellement résorbés dans le sang, qui sont à l’origine d’une acidose. L’hypersécrétion observée avec les ECET induit la sécrétion d’ions et de l’eau qui les accompagne, sans lésions cellulaires associées
  5. Les conséquences de ces agents pathogènes se ressemblent et leur répartition permet de distinguer ceux qui sont strictement localisés à l’intestin (Rotavirus, ECET...) et ceux susceptibles de coloniser d’autres organes (Coronavirus, E. coli septicémiques…). Les mécanismes de la DNV peuvent être schématiquement distingués en malabsorption-maldigestion (Rotavirus, Coronavirus, Cryptosporidium) qui a pour conséquence la perte nette d’eau et d’ions, et la fermentation bactérienne du lactose du lait dans le gros intestin avec production d’acides (acide lactique, acides gras à courtes chaines), partiellement résorbés dans le sang, qui sont à l’origine d’une acidose. L’hypersécrétion observée avec les ECET induit la sécrétion d’ions et de l’eau qui les accompagne, sans lésions cellulaires associées
  6. Les ECET causent une diarrhée durant la première semaine de vie avec des fèces jaunâtres, blanchâtres à grisâtres, de consistance liquidienne. Les ECEP produisent une diarrhée mucoïde ou chronique avec un affaiblissement important des veaux atteints. Les ECEH sont associés à une diarrhée entre 1 et 8 semaines d’âge avec un pic entre la 4ème et la 5ème semaine Les infections à ECEN sont d’évolution plus grave, selon la virulence de la souche et de la nature des toxines
  7. les signes typiques comprennent une dépression modérée, les fèces contiennent du mucus et du lait caillé, et après 2 à 4 jours, les veaux deviennent déprimés, faibles et décharnés la diarrhée survient à un âge moyen de 2 à 3 semaines mais elle est possible dès les 3 premiers jours d’âge. Outre une diarrhée liquide jaune verdâtre
  8. une perte combinée d’eau et de sodium extracellulaire surtout du plasma 3 types ; Diarrhée sécrétoire à l’origine de la sécrétion par les entérocytes d’eau, de sodium et de chlore à l’intérieur de la lumière intestinale
  9. Perte intestinale des bicarbonates  diminue le pouvoir protecteur de la capacité restante dans le liquide extracellulaire de contrebalancer la production des acides organiques, particulièrement l’acide lactique. L’hyperlactatémie est la séquelle de la glycolyse anaérobie utilisée par les tissus atteints par une hypovolémie due à une déshydratation et une faible perfusion tissulaire Chute du pH sanguin Jusqu’à devenir létale au-dessous de 7 et les bicarbonates chutent au-dessous de 20 mmol/l
  10. Les différents agents entéropathogènes étudiés sont fréquents et ils co-existent souvent chez le même individu. Un traitement spéficique surtout pour les virus et Cryptosporidium n’existe pas, et l’idéal est donc de prévenir ces infections et de les éviter avec la mise en place des mesures de prophylaxie, mais pour la grande majorité des élévages en Tunisie, l’établissement du minimum de ces normes est très difficile voire illusoire dans certains cas. Quant au traitement, il est principallement symptomatique avec l’objectif essentiel de restituer les manques et les défaillances induits par ces agents pathogènes et de les corriger afin de permettre au veau de lutter et de les élimine. La solution nécessite plusieurs intervenants, du vétérinaire traitant à l’éducateur de l’éleveur, ainsi qu’une action sur différents facteurs, y compris l’alimentation et le stress, pour pouvoir réduir l’ampleur de cette pathologie du veau nouveau-né, qui a des conséquences sanitaires et économiques importantes sur le pays et qui peut même affecter la santé humaine suite à la transmission d’agents pathogènes zoonotiques comme E. coli en particulier les ECEH ainsi que C. parvum et Rotavirus, ainsi qu’une transmission possible de gènes bactériens de résistance aux antibiotiques, ces maladies à germes résistants représentant un énorme manque à ganger pour de nombreuses exploitations. Cette étude avait pour but de faire le point sur les agents pathogènes responsables de diarrhée néonatale du veau en Tunisie et d’enquêter sur l’effet de divers facteurs de risque qui favorisent l’atteinte des animaux sensibles par ces mêmes agents pathogénes avec une prise en charge trés lourde voire impossible pour les éliminer. Une amélioration de la gestion de la période prénatale et de l’hygiène de l’élevage avec une transmission adéquate de l’immunité colostrale s’impose donc. Dans l’étude expérimentale de ce travail nous avons constaté une prévlence globale importante des différents agents pathogènes étudiés, avec une fréquence trés importante pour Rotavirus (33%) suivi par Cryptosporidium parvum (23%), Coronavirus (19%) et Escherichia coli (13%) et nous avons confirmé l’implication des facteurs de risque (prévalence relative) tel que la prévalence selon la saison et selon le recours aux antibiotiques qui étaient significatives pour le Rotavirus et leur impact sur l’atteinte des veaux par ces mêmes agents pathogèness ce qui confirme l’importance des mesures préventives qui vont nous aider à réduire d’une maniére significative les conséquences dramatiques sur la santé animale et humaine, ainsi que sur l’économie. Il serait intéressant de refaire ces investigations à olu grande échelle pour identifier de façon plus fiable les facteurs de risque, étudier la résistance aux souches des souches bactériennes, et faire une étude moléculaire des gènes de résistance et de virulence, ainsi qu’un typage des souches virales. Des tests moléculaires basés sur l’usage d’un thermocycleur en temps réel serait utile pour déterminer le prévalence de ces quatre agents de diarrhée car cette méthode a une excellente sensibilité. Il serait également utile de procéder à une diffusion de recommandations zootechniques et épidémiologiques aux éleveurs afin de les sensibiliser à la biosécurité et à l’importance de la prise colostrale (quantité et qualité du colostrum, précocité du 1er repas). Pour finir, une étude bactériologique serait pertinente car les souches de E. coli F5 positives (K99+) qui sont des ETEC pourraient présenter des phénotypes intéressants de résistance aux antibiotiques pouvant nécessiter une caractérisation de leur résistome.
  11. Les différents agents entéropathogènes étudiés sont fréquents et ils co-existent souvent chez le même individu. Un traitement spéficique surtout pour les virus et Cryptosporidium n’existe pas, et l’idéal est donc de prévenir ces infections et de les éviter avec la mise en place des mesures de prophylaxie, mais pour la grande majorité des élévages en Tunisie, l’établissement du minimum de ces normes est très difficile voire illusoire dans certains cas. Quant au traitement, il est principallement symptomatique avec l’objectif essentiel de restituer les manques et les défaillances induits par ces agents pathogènes et de les corriger afin de permettre au veau de lutter et de les élimine. La solution nécessite plusieurs intervenants, du vétérinaire traitant à l’éducateur de l’éleveur, ainsi qu’une action sur différents facteurs, y compris l’alimentation et le stress, pour pouvoir réduir l’ampleur de cette pathologie du veau nouveau-né, qui a des conséquences sanitaires et économiques importantes sur le pays et qui peut même affecter la santé humaine suite à la transmission d’agents pathogènes zoonotiques comme E. coli en particulier les ECEH ainsi que C. parvum et Rotavirus, ainsi qu’une transmission possible de gènes bactériens de résistance aux antibiotiques, ces maladies à germes résistants représentant un énorme manque à ganger pour de nombreuses exploitations. Cette étude avait pour but de faire le point sur les agents pathogènes responsables de diarrhée néonatale du veau en Tunisie et d’enquêter sur l’effet de divers facteurs de risque qui favorisent l’atteinte des animaux sensibles par ces mêmes agents pathogénes avec une prise en charge trés lourde voire impossible pour les éliminer. Une amélioration de la gestion de la période prénatale et de l’hygiène de l’élevage avec une transmission adéquate de l’immunité colostrale s’impose donc. Dans l’étude expérimentale de ce travail nous avons constaté une prévlence globale importante des différents agents pathogènes étudiés, avec une fréquence trés importante pour Rotavirus (33%) suivi par Cryptosporidium parvum (23%), Coronavirus (19%) et Escherichia coli (13%) et nous avons confirmé l’implication des facteurs de risque (prévalence relative) tel que la prévalence selon la saison et selon le recours aux antibiotiques qui étaient significatives pour le Rotavirus et leur impact sur l’atteinte des veaux par ces mêmes agents pathogèness ce qui confirme l’importance des mesures préventives qui vont nous aider à réduire d’une maniére significative les conséquences dramatiques sur la santé animale et humaine, ainsi que sur l’économie. Il serait intéressant de refaire ces investigations à olu grande échelle pour identifier de façon plus fiable les facteurs de risque, étudier la résistance aux souches des souches bactériennes, et faire une étude moléculaire des gènes de résistance et de virulence, ainsi qu’un typage des souches virales. Des tests moléculaires basés sur l’usage d’un thermocycleur en temps réel serait utile pour déterminer le prévalence de ces quatre agents de diarrhée car cette méthode a une excellente sensibilité. Il serait également utile de procéder à une diffusion de recommandations zootechniques et épidémiologiques aux éleveurs afin de les sensibiliser à la biosécurité et à l’importance de la prise colostrale (quantité et qualité du colostrum, précocité du 1er repas). Pour finir, une étude bactériologique serait pertinente car les souches de E. coli F5 positives (K99+) qui sont des ETEC pourraient présenter des phénotypes intéressants de résistance aux antibiotiques pouvant nécessiter une caractérisation de leur résistome.