SlideShare une entreprise Scribd logo
INTRODUCTION A LA
PROGRAMMATION
NEURO-LINGUISTIQUE
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 2 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
TABLE DES MATIÈRES
1. Historique et Définitions...........................................................................................3
1.1. Historique .........................................................................................................4
1.2. Définition de la PNL.......................................................................................4
1.3. Les présupposés de Monsieur/Madame-Tout-Le-Monde......................8
1.4. Les postulats fondamentaux de la PNL… ..................................................8
1.5. Le modèle de communication......................................................................10
1.6. La communication non verbale ....................................................................11
2. Le système de perception et de représentation.......................................................12
2.1. Les filtres de la perception .......................................................................13
2.2. Les systèmes de représentation ..............................................................13
2.3. Les prédicats ................................................................................................16
3. Les compétences essentielles de la PNL.................................................................20
3.1. Les trois piliers de la PNL ..........................................................................21
3.2. L’acuité sensorielle - Savoir calibrer ......................................................21
3.3. Les mouvements oculaires.........................................................................22
3.4. La flexibilité - Savoir créer le rapport.................................................24
3.5. La notion d’objectif....................................................................................25
4. Le langage du changement ....................................................................................28
4.1. L'impossible négation .................................................................................29
4.2. L’incongruence linguistique .......................................................................29
4.3. Il faut, je dois… ...........................................................................................31
4.4. Les présuppositions ....................................................................................32
4.5. La communication orientée solutions......................................................33
5. La gestion des états émotionnels ............................................................................34
5.1. L’ancrage........................................................................................................35
5.2. L'ancrage simple..........................................................................................36
6. Exemples d’application : ........................................................................................37
6.1. Le cercle d'excellence ...............................................................................38
6.2. La stratégie de ressources.......................................................................39
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 3 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
1. Historique et Définitions
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 4 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
1.1. Historique
La programmation neurolinguistique a été développée dans les années 70 en
Californie par John Grinder (psychologue-linguiste), Richard Bandler (psychologue-
mathématicien) et une équipe de chercheurs dont Robert Dilts, David Gordon, Leslie
Cameron Bandler et Judith Delozier. Ensemble, ils ont élaboré des modèles dans les
domaines de la communication, du management et du développement personnel.
Ces chercheurs qui partageaient le désir ardent de découvrir les secrets de la
communication, se sont d'abord donné un objectif très simple: observer attentivement
les meilleurs communicateurs afin de découvrir comment ces derniers faisaient pour
développer le niveau d'expertise auquel ils étaient parvenus. Ils ont donc observé et
étudié systématiquement les comportements et les manières de faire des thérapeutes
les plus efficaces, ces grands maîtres de la psychologie moderne que sont Milton
Erickson, Virginia Satir, Fritz Pearls, Gregory Bateson et Paul Watzlawick.
Au fil des ans, ce modèle de communication et de changement s'est constamment
enrichi et a élargi ses applications à d'autres domaines d'intervention que la thérapie, à
savoir: la santé, l'éducation, la gestion des ressources humaines et la vente, tous les
domaines ayant un lien avec la relation humaine.
1.2. Définition de la PNL
Programmation (principe)
À partir de toutes les expériences que nous avons vécues et surtout celles de l'enfance,
nous avons créé et enregistré des programmes très élaborés de fonctionnement pour
penser, analyser, ressentir et nous adapter au monde. Tout comportement est
programmable, décomposable, peut-être révisé
Ces programmes varient selon les personnes et les circonstances, et ils deviennent très
rapidement des automatismes.
Neuro (support, vecteur)
Chacun de nos apprentissages psychique ou physique s’imprime physiologiquement
dans notre réseau neurologique.
Il n’existe aucun contenu dans notre cerveau sans expérience sensorielle préalable.
Cette capacité de nous programmer repose sur notre activité neurologique. Celle-ci est
responsable de coder nos programmes et de les enregistrer dans les neurones de notre
cerveau. C'est parce que nous possédons un système nerveux et un cerveau que nous
sommes capables de percevoir notre environnement, de penser, de ressentir et de
sélectionner des comportements.
Linguistique(moyens)
Nos programmes mentaux se manifestent à travers notre langage verbal et non verbal.
C'est notre langage qui structure et reflète la façon dont nous pensons et organisons
notre modèle du monde. Le langage est la grammaire de la pensée.
La PNL est un art
La PNL est une "modélisation" du savoir-faire efficace et s'intéresse davantage au
comment plutôt qu'au pourquoi des choses. L'efficacité de ses approches et procédures
se mesure donc uniquement par la valeur des résultats obtenus !
La PNL est une attitude
Elle maintient une ouverture d'esprit ancrée dans la croyance que chaque personne est
unique et qu'elle possède toutes les ressources dont elle a besoin pour se réaliser
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 5 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
pleinement. Dans le cadre d'une intervention en PNL, la traditionnelle question "Quel
est votre problème?" se transforme typiquement en ‘’Que voulez-vous?’’ et "De
quelles ressources avez-vous besoin pour devenir celui ou celle que vous désirez être
?"
La PNL est une méthodologie
Chaque comportement a une structure. La PNL nous offre une méthode pour
comprendre et modéliser cette structure, la mettre à jour, l'enseigner et la
reprogrammer à l'aide des perceptions sensorielles
La PNL est un modèle de changement
La PNL propose un modèle pour comprendre et faciliter le changement.
Elle est à la recherche de la différence qui fait la différence.
Ce modèle nous apprend que nos croyances agissent sur notre état émotionnel présent
et guident notre état désiré: que certains facteurs d'influence tels que notre
physiologie, nos ressources et nos stratégies nous assistent pour passer d’un état à un
autre.
Plusieurs approches, autres que la PNL, cherchent à identifier la cause, à comprendre
ce qui est dit et à répondre à la question "pourquoi",
La P.N.L est un modèle qui s'intéresse à la structure et au fonctionnement optimal de
l'expérience humaine (Le "comment").
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 6 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
Un commerçant venait d’éteindre les lumières dans le magasin, quand un homme
apparut et demanda de l’argent.
Le propriétaire ouvrit la caisse enregistreuse. Le contenu de la caisse fut ramassé par
un homme qui quitta le magasin. Un officier de police fut averti immédiatement.
Énoncez les réponses aux 17 questions qui concernent les faits relatés;
Affirmation Vrai Faux Incertain
1. un homme apparut après que le propriétaire eut éteint les lumières de
son magasin
2. le voleur ne demanda pas d’argent
3. le voleur était un homme
4. la personne qui ouvrit la caisse enregistreuse était le propriétaire
5. le propriétaire ramassa le contenu de la caisse enregistreuse et quitta
le magasin
6. quelqu’un ouvrit une caisse enregistreuse
7. après que l’homme qui avait demandé de l’argent eut ramassé le
contenu de la caisse, il quitta le magasin.
8. quoique la caisse enregistreuse contint de l’argent, l’histoire ne dit
pas combien
9. le voleur demanda de l’argent au propriétaire
10. le voleur ouvrit la caisse enregistreuse
11. un homme apparut après que les lumières du magasin furent éteintes
12. le voleur n’emporta pas d’argent
13. le voleur ne demanda pas d’argent au propriétaire
14. l’histoire ne dit pas l’âge du propriétaire
15. l’homme quitta le magasin en emportant avec lui le contenu de la
caisse
16. L’histoire traite d’une série d’événements dans lesquels seules trois
personnages sont mentionnées : le propriétaire du magasin, un
homme qui demanda de l’argent, un officier de police
17. les événements suivants font partie de l’histoire : quelqu’un demanda
de l’argent, une caisse enregistreuse fut ouverte, son contenu fut
ramassé, un homme quitta le magasin
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 7 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
PNL
 Comportementaliste
 Systémique
 Psycho dynamique (interactions entre
des processus internes – les parties-)
 Humaniste: tout individu dispose de
toutes les ressources dont il a besoin
Les applications de la PNL
 Communication efficace : cadres,
négociateurs, pédagogues, thérapeutes
 Psychothérapie : thérapies brèves,
traitement des phobies, dépressions
 Développement personnel : techniques de
changement, gestion des émotions, acteur de sa vie
 Recherche de l’excellence : connaître et
reproduire ses stratégies d’excellence pour
réussir
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 8 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
1.3. Les présupposés de Monsieur/Madame-Tout-
Le-Monde
 Ce sont des idées courantes dans notre culture.
 Elles ne sont ni bonnes ni mauvaises en elles-mêmes.
 Simplement, elles sont souvent inappropriées pour notre développement car
elles limitent nos possibilités et nos choix.
 Parfois aussi, elles sont scientifiquement dépassées.
1. Le monde est tel que je pense qu’il est. Je perçois la réalité
directement.
2. Les gens qui ne perçoivent pas la réalité comme moi sont fous ou idiots, ou
alors ils mentent.
3. Les mots reflètent fidèlement la réalité. Ils correspondent forcément à quelque
chose de réel, sinon, les gens ne les utiliseraient pas !
4. Pour raisonner correctement, il faut oublier son corps. Les émotions ne font
que perturber la pensée rationnelle.
5. Ce qui m’arrive ne dépend pas de moi. C’est le Destin, la Chance, ou l’Instinct
dû à mes gènes.
6. L’inconscient est un chaos, un monde obscur et sans forme qu’il faut
surmonter.
7. Le changement et la vraie évolution humaine sont une démarche longue,
douloureuse et semée d’embûches. Peu de gens y arrivent.
8. Un changement rapide est forcément superficiel.
9. Pour changer, il faut d’abord être lucide.
10. Il faut se méfier de tout ce qui est en-dehors de la conscience.
11. De nombreuses personnes ne peuvent pas changer.
12. Reconnaître que j’ai des ressources, ce n’est que de l’auto-
satisfaction.
13. Les gens ont besoin d’explorer leurs souffrances pour évoluer.
14. Changer est subversif.
1.4. Les postulats fondamentaux de la PNL…
1. La carte n'est pas le territoire (Korzybski)
Bien que le monde (le territoire) soit réel, nous n'opérons pas directement sur cette réalité.
Nous opérons plutôt sur la représentation (la carte) que nous en avons et qui nous sert à
édifier nos comportements. De la même façon, les mots que nous utilisons ne sont pas les
événements ou les objets qu'ils représentent. (le mot chat ne « miaule » pas). Chacun de nous
construit sa propre vision du monde et celle-ci diffère d'un individu à l'autre.
2. On fait toujours le meilleur choix
Chaque personne fait toujours le meilleur choix parmi ceux qui lui paraissent possible.
Le comportement humain est cohérent avec le modèle du monde dont il découle et chaque
personne fait toujours le meilleur choix parmi les options disponibles à sa conscience.
Autrement dit, ce qu'une personne fait et sa façon de se comporter représentent pour elle la
meilleure façon d'agir à un moment précis
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 9 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
3. Plus on a de choix, mieux c'est (loi de la variété requise)
Dans une situation donnée, plus une personne dispose d'une grande variété de choix
comportementaux, plus elle a de chances de gérer les imprévus ou les problèmes qui peuvent
se présenter. Avec cette flexibilité, elle s'adaptera aux différents événements de la vie et
réalisera au mieux ses objectifs. C'est ce que la théorie des systèmes appelle "la loi de la
variété requise". Ainsi, toute intervention, en PNL,vise à augmenter le nombre de choix
possibles. Posséder plusieurs cordes à son arc permet de faire autre chose si ce que l'on fait ne
convient pas...
4. On ne peut pas ne pas communiquer (Bateson)
Qu'on le veuille ou non, que l'on parle ou l'on se taise, tout comportement est une
communication qu'il est important d'apprendre à décoder afin d'agir en conséquence.
5. Toutes les ressources sont en nous
L’inconscient est un réservoir de ressources(Erickson)
Chaque personne possède les ressources nécessaires pour réussir.
Toutes les ressources dont elle a besoin aujourd'hui pour son bien-être sont enfouies quelque
part dans son histoire passée,présente et future. Les personnes ne manquent pas de
ressources; elles ne sont simplement pas tout le temps en contact avec elles.
Ce qui différencie fondamentalement les individus est leur façon d'utiliser leurs ressources.
Cette vision optimiste du potentiel de changement nous permet de transcender les différences
de race, de culture ou de bagage culturel.
Tout comportement, expérience, réponse peut servir de ressource ou de limitation.
6. Rencontrer l'autre dans son modèle du monde
Pour établir et maintenir le rapport avec l'interlocuteur, commencez par le rencontrer sur son
propre terrain. La résistance chez un client indique toujours un manque de rapport.
7. Tout comportement obéit à une intention d’équilibre
C'est la recherche du but derrière l'objectif. Il y a toujours à la source une motivation positive.
Une personne est toujours motivée à la source par une intention positive. Découvrir cette
intention positive est une clé donnant accès à d'autres comportements plus appropriés.
8. Le niveau inconscient de la communication est le plus important
Dans un entretien, c'est le niveau inconscient de la communication qui détermine la tournure
que prend la relation.
9. La signification d'un message est donnée par la réaction qu'il suscite.
Le résultat de ma communication est…le comportement de l’autre.
Le sens de votre communication se trouve dans la réaction qui vous parvient.
C'est le résultat, la perception qui sont importants, pas ce que l'on a voulu dire.
La réaction de l'interlocuteur montre ce qu’il a perçu.
La signification d'un message est donnée par la réaction qu'il suscite.
En matière de communication efficace,le résultat compte plus que l'intention. Ce n'est pas ce
que vous dites qui est important, mais bien ce que l'autre en a compris. La réaction de votre
interlocuteur vous renseigne sur l'impact réelque vous avez sur lui.
10. Le corps et l'esprit font partie du même système cybernétique
L'être humain est un tout, il est un système. Le corps influence l'esprit et l'esprit influence le
corps. Le corps et l'esprit fonctionnent et progressent ensemble.
11. Les êtres humains sont toujours plus complexes que toutes les théories qui
les décrivent
Réduire une personne à une théorie est un processus limitatif. Les théories sont à double-
tranchant.
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 10 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
12. Le cadre utilisé pour percevoir une situation détermine le sens qu'on lui
accorde
La signification d'un événement est en fonction du cadre ou du contexte dans lequel on le situe.
Changer le référentiel change la perception que l'on a des choses.
Changer le cadre,c'est changer le sens.
13. Il n'y a pas d'échec, il n'y a que du feedback
A l'intérieur du processus d'apprentissage, il y a simplement une boucle de rétroaction qui
nous renseigne sur ce que nous devons faire pour atteindre notre objectif.
1.5. Le modèle de communication
COMPORTEMENTS
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 11 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
1.6. La communication non verbale
La communication non verbale désigne tout mode de communication n'ayant
aucun recours au verbe, c'est-à-dire utilisé - consciemment ou non - sans le
secours du langage, des mots.
LE NIVEAU INCONSCIENT DE LA COMMUNICATION EST DETERMINANT
ON NE PEUT PAS NE PAS COMMUNIQUER
La communication
Verbale Non Verbale
Digital:13:13
Analogique
Mots
Prédicats
Audible
Linguistique
Son
Volume
Rythme
7%
Audible
ParaLinguistique
Gestes
Posture
Respiration
Non-Audible
ParaLinguistique
38% 55%
4:52 PM 54
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 12 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
2.Le système de perception et de représentation
La PNL s'intéresse à la structure de l'expérience
subjective, c'est-à- dire au processus, à la façon dont les
informations sensorielles sont codées et organisées.
Elle veut comprendre et réorganiser le modèle du monde
en travaillant au niveau de la structure des
représentations sensorielles et linguistiques.
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 13 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
2.1. Les filtres de la perception
Nous entrons en contact avec le monde (le territoire) à travers notre système de
perception sensorielle c'est-à-dire par nos cinq sens; la vue (V), l'ouïe (A), le toucher
(K), le goût(G) et l'odorat(O). Ces cinq sens constituent notre lien avec l'extérieur;
avec eux, nous percevons la réalité. Nous appelons ce système de perception le
VAKO. Ou VAKOG. C’est notre carte du monde.
2.2. Les systèmes de représentation
Nous nous représentons la réalité par des images, des sons, des sensations et
émotions, des odeurs et des goûts le VAKO. A travers notre « carte », cette
représentation n'est pas nécessairement "vraie" puisqu'elle a été filtrée par notre
système de perception et réorganisée par notre système de représentation. Pourtant, ce
résultat constitue notre représentation de la réalité, notre modèle du monde.
Le modèledu monded'unepersonne
Le modèle du monde d'une personne est composé de ses perceptions du moment et
de ses représentations présentes, passées et futures. C'est le processus de
combinaison de toutes ces différentes informations sensorielles qui constitue le
modèle du monde. En effet, notre expérience de la réalité est indirecte car tout comme
la carte n'est pas le territoire, notre expérience est uniquement celle de notre propre
perception et représentation de la réalité et non pas celle de la réalité elle-même.
Ainsi, l'idée que nous avons du monde n'est pas le monde. Les limites ne sont pas
dans le monde (le territoire) mais dans l'idée (la carte) que nous nous en faisons.
L'objectif en PNL ; comprendreet réorganiser le modèledu monde
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 14 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
Questionnaire :
Préférencesdes perceptions sensorielles dans le recueil d’informations
Lisez la question et choisissez la réponse A, B, C ou D qui vous paraît être la plus proche de
votre expérience. Il peut y avoir plus d'une réponse. Quand vous avez répondu aux 15
questions reportez-vous au tableau.
1. En vous réveillant le matin, que remarquez-vous surtout ?
A. le son de votre réveil.
B. vous cherchez à discerner la lueur du jour à travers les volets.
C. vous pensez à la journée qui vous attend et vous lister ce que vous ferez.
D. la sensation de chaleur sous les couvertures qu'il va falloir bientôt quitter.
2. Vous vous promenez sur une plage, vous remarquez :
A. le bruit des vagues et le chant des oiseaux de mer.
B. L'odeur de l'air et la sensation de la brise chargée d'embruns.
C. Vous vous dites que vous avez choisi le bon moment pour vous promener.
D. Vous admirez le paysage.
3. Quand vous prenez l'autobus :
A. vous regardez les gens autour de vous.
B. Vous vous plongez dans vos pensées.
C. Vous trouvez que les autobus sont mal climatisés, il y fait toujours trop chaud
ou trop froid.
D. Vous écoutez les conversations autour de vous.
4. Au restaurant,outre la qualité de la cuisine vous aimez :
A. qu'il y ait une musique de fond.
B. Que la salle soit bien décorée.
C. Que les chaises soient confortables.
D. Que le menu change souvent.
5. Quand vous magasinez, ce qui vous ennuie le plus mis à part le fait d'attendre
longtemps à la caisse c'est :
A. de vous dire qu'une fois de plus les prix augmentent.
B. Le discours du démonstrateur qui hurle dans un micro dans l'espoir de vous
faire acheter quelque chose.
C. De ne plus trouver vos produits habituels ou même endroit car l'emplacement
des rayons change souvent.
D. L'absence de contacts humains personnalisés, il n'y a jamais de vendeurs pour
vous conseillez quand vous cherchez une information précise.
6. Vous êtes entré dans une vieille église, ce qui vous frappe c'est :
A. l'odeur de l'encens.
B. La demi-obscurité dans laquelle vous discernez la lueur des cierges et les
vitraux.
C. Le silence.
D. Rien de particulier ne retient votre attention, toutes les vieilles églises se
ressemblent un peu, mais vous ne vous êtes pas demandés pourquoi.
7. Quand il pleut l'été à la campagne :
A. Vous vous dites que c'est une journée perdue.
B. Vous appréciez l'odeur de la terre humide.
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 15 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
C. Vous guettez l'arc-en-ciel.
D. Vous écoutez tomber les gouttes.
8. Vous êtes en voiture sur la route mais ce n'est pas vous qui conduisez :
A. vous regardez le paysage.
B. Vous vous occupez de mettre la musique ou de chercher un programme radio
qui vous convient.
C. Vous vous détendez.
D. Vous essayez de penser autre chose car vous êtes tenté de critiquer le
conducteur.
9. Vous essayez un vêtement dans un magasin, celui que vous achetez :
A. C'est le plus confortable et agréable au toucher.
B. C'est celui qui vous va le mieux quand vous regardez dans la glace.
C. C'est celui dont on vous a dit qu’il vous va le mieux.
D. C'est celui qui, tout bien réfléchi, vous paraît le mieux adapté à l'usage que
vous voulez en faire.
10. Vous êtes chez des amis, et leur chat vient, en miaulant, se frotter à vos jambes:
A. il a l'air si mignon que vous le prenez sur vos genoux.
B. En l'entendant miauler, vous lui demandez ce qu'il veut.
C. Sa fourrure est très douce, vous le caressez.
D. Vous pensez que ce chat a bien de la chance que vous soyez amis des
animaux.
Questions 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Réponses
Aud. A A D A B C A B C B
Vis. B D A B C B C A B A
Kin. D B C C D A B C A C
Dial. C C B D A D D D D D
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 16 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
2.3. Les prédicats
Les prédicats sont des mots (verbes, adverbes et adjectifs) qu'une personne utilise
pour se représenter une expérience. Ils nous intéressent dans la mesure où ils nous
permettent d'identifier le système de représentation que notre interlocuteur privilégie.
Pour découvrirle système de représentation principal
Le registre particulier que nous utilisons spontanément et le plus souvent. Nous
l'appelons le système de représentation principal.
"Comment sais-tu, penses-tu, crois-tu... cela ?": ce qui suscite généralement des
réponses du type "eh bien, je me dis que..., je vois que..., je sens que..."
Quelques prédicats
Visuel Auditif Kinesthésique Non-spécifique
Voir Entendre Sentir Penser
Regarder Dire Toucher Comprendre
Montrer Écouter En contact avec Changer
Perspective Questionner Connecté Croire
Brillant Dialoguer Relaxé Savoir
Coloré Accord Concret Apprendre
Visualiser Désaccord Pression se souvenir
Éclairer Mélodieux Chaleureux Considérer
Vague Crier Froid Décider
Flou Parler Tendu
Net Discordant Excité
Brumeux Prêter l'oreille Bousculer
Sombre Longueur d'onde Flotter
Olfactif/Gustatif
c'est pas du gâteau
Goûter
Saliver
Saveur
croquer dans la vie
goût amer
Flairer
Parfum
ça sent mauvais
l'argent n'a pas d'odeur
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 17 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
Exercices sur les prédicats
Vous indiquez les systèmes sensoriels par V (pour visuel), A (pour auditif), K (pour
kinesthésique), O (pour olfactif) et N (pour non spécifique).
Dans les textes suivants, soulignez les prédicats, identifiez les systèmes impliqués, y
compris les prédicats non spécifiques.
1. « Et puis, je me rappelle que j'avais coutume de lui raconter une chose
amusante, au sujet des chutes de cheval. Saviez-vous que lorsque les premiers
cavaliers chrétiens firent leur apparition dans le Nouveau monde, les païens
croyaient que monture et cavalier ne faisaient qu'une seule personne.... Ils
croyaient que ce devait être Dieu.... Ce n'est que lorsqu'un cavalier tomba
qu'ils se rendirent compte de la vérité. »
... "Revêts-tu son cou d'une crinière ondoyante ? Son glorieux hennissement
sème la terreur !
D'émotion et d'impatience, il avale la terre ! Il mêle sa voix à celle des
trompettes..."
Péter Schaeffer, Equus
2. « Les autres restaient alanguis, devant la table encombrée de vaisselle grasse.
Ils roulaient des boulettes de mie de pain, revenaient sur les mêmes histoires,
dans l'odeur de graillon qu'ils ne sentaient plus, et dans la chaleur d'étuve qui
leur rougissait les oreilles. Les murs suaient, une asphyxie lente tombait de la
voûte moisie. Adossé contre le mur, Deloche, bourré de pain, digérait en
silence, les yeux levés sur le soupirail ... »
3. « Et leurs voix défaillaient, ils demeuraient les yeux fixés et perdus sur le lac
ensoleillé des vitres. Un mirage se levait pour eux de cette eau aveuglante, ils
voyaient des pâturages à l'infini, le Cotentin trempé par les haleines de
l'océan, baigné d'une vapeur lumineuse, qui fondait l'horizon dans un gris
délicat d'aquarelle... »
Émile Zola, Au bonheur des Dames
Pour chaque énoncé qui suit cochez le mode sensoriel privilégié d’expression de la
personne (visuel, auditif, kinesthésique ou non spécifique) chacune s’est-elle
exprimée?
Énoncés exprimés
V
Visuel
A
Auditif
K
Kinesthésique
Ad
Dialogue
interne
« Je comprends ce que tu me dis»
« J’entends ce que tu me dis »
« Cela me tient à cœur »
« Pourrais-tu me montrer comment faire? »
« Il me semble que la situation n’est pas claire»
« Dis-moi ce qui ne va pas»
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 18 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
« J’ai une boule dans l’estomac»
«Je n’arrive pas à m’imaginer ce que Pierre a voulu dire»
«Je me sens mal là-dedans»
«Je ne sais pas quoi en penser»
«Ton histoire résonne avec la mienne»
«Qu’est-ce que tu retiens de tout cela? »
«J’aimerais que toi et moi parlions calmement de tout cela »
«Pourrais-tu me répéter ce que tu viens de dire. J’ai mal entendu»
«J’en ai des frissons»
Une perspective nouvelle
Si tu avais vu ce que je lui ai dit, tu comprendrais mieux ce que je
sens
Une situation harmonieuse
Une décision lourde
Un savoir nouveau
Une pensée différente
Une pilule amère
Un caractère doux
Un contrat solide
Une vision lumineuse
Un mot qui résonne
Son contact m'a fait voir les choses d'une autre façon
Ce que tu dis fait écho en moi
Son regard me touche
Je me sens à l'aise dans des vêtements de couleur claire
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 19 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
En fonction des systèmes de représentation que répondriez-vous?
Exemple 1 :
Je ne crois pas à la réussite du projet X car, comment dire… (yeux dirigés en bas à
droite)…certaines difficultés semblent insurmontables.
Que répondez-vous?
Exemple 2 :
Si le projet Y réussit… (yeux dirigés en bas à gauche)(sourire)…je crois que cela sera
un grand pas pour le service.
Que répondez-vous?
Exemple 3 :
J’ai une super idée pour le projet Z … (yeux dirigés en haut).
Que répondez-vous?
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 20 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
3.Les compétences essentielles de la PNL
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 21 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
3.1. Les trois piliers de la PNL
Lorsque Bandler, Grinder et leur équipe ont modélisé les grands maîtres de la
communication, ils ont découvert que chacun d'entre eux avait parfaitement intégré
dans son comportement les caractéristiques suivantes:
 Avoir de l'acuité sensorielle
Posséder une acuité sensorielle hautement développée afin de pouvoir détecter tous
les indices sensoriels nécessaires pour évaluer l'impact des interventions et le moment
où rencontrer son objectif.
 Avoir une flexibilité de comportement
Si ce que l'on fait ne marche pas, alors il faut faire autre chose ! Faire plus de la même
chose signifie généralement obtenir plus du même résultat ou pire. Le communicateur
efficace possède un large répertoire d'options et une grande flexibilité de
comportement afin d'utiliser toutes ces options. Ceci lui permet de s'adapter à chaque
situation et de susciter les réponses désirées pour atteindre son objectif.
 Avoir un objectif
Savoir quel résultat obtenir dans une interaction et posséder des critères qui
définissent ce résultat sur une base de perceptions sensorielles.
3.2. L’acuité sensorielle - Savoir calibrer
La calibration est un processus par lequel le communicateur développe son acuité
sensorielle, pré-requis à une communication efficace. Une étude a montré que 93% de
la communication est non verbale. Seulement 7% des mots nous servent à comprendre
le message de notre interlocuteur, autant dire bien peu de choses.
Le véritable sens d'un message nous est fourni par la communication non verbale,
38% étant le résultat de notre comportement tonal (ton de la voix, timbre, tempo,
volume) et 55% étant le résultat de notre comportement physiologique (posture,
respiration, coloration de la peau, mouvement).
La calibration consiste à repérer les indicateurs du comportement en observant
attentivement tous les registres sensoriels (VAKO) les comportements conscients et
inconscients de l'interlocuteur.
Que peut-on calibrer ?
Certains indicateurs d'état interne sont très faciles à repérer :
 la posture générale
 les gestes
 les expressions contrastées du visage
D'autres indicateurs sont plus subtils à distinguer :
 la coloration de la peau,
 les plis / rides du visage
 la brillance du regard
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 22 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
 la taille des pupilles
 Les mouvements des sourcils
 les positions / mouvements des paupières
 les mouvements des narines
 la coloration / taille / mouvement des lèvres
 la coloration / mouvement du menton,
 Les inclinaisons / hochements de la tête
 le débit / volume de la voix
 la profondeur / rythme de la respiration
 les mouvements involontaires de certains muscles des doigts, du
visage, de veines superficielles
II n'est pas nécessaire de tout calibrer ! Le plus important est de noter les
modifications d'un ou plusieurs paramètres au moment où la personne change d état
interne.
3.3. Les mouvements oculaires
On a observé que les mouvements involontaires des yeux n'étaient pas dirigés par
hasard dans telle ou telle direction, mais qu'ils étaient reliés directement au mode de
pensée de la personne.
Systématiquement, nous dirigeons nos yeux dans certaines directions selon que nous
formons des images mentales, que nous nous parlons à nous-mêmes, ou que nous
ressentons des émotions.
En observant, vous pouvez déterminer le système de représentation auquel une
personne a accès à un niveau inconscient. Cela permet de mieux vous adapter à votre
interlocuteur en adoptant un mode de communication synchronisé à son mode de
représentation des choses.
Ce diagramme illustre les mouvements
oculaires standards d'une personne
droitière vue de face. Parfois, les personnes
gauchères présentent une inversion de ce
schéma (gauche/droite). Parfois également,
une personne droitière peut présenter une
inversion dans la partie supérieure (Vc et
Vr), dans la partie inférieure (K et Ad), ou
dans les deux.
Vc : Construction d’images visuelles
(choses jamais vues auparavant)
Vr : Remémoration d’images visuelles
(choses déjà vues)
Ac : Construction de mots ou sons (mots
jamais entendus auparavant)
Ar: Remémoration de mots ou sons (déjà entendus)
Ad: Sons et mots entendus (dialogue interne)
K : Sensations kinesthésiques (olfactives et gustatives également) (ressentis)
NB: Les yeux dans le vague, déconcentrés, indiquent un accès visuel.
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 23 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 24 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
3.4. La flexibilité - Savoir créer le rapport
Le rapport : base de l'axe relationnelde la communication.
Le rapport est cette relation de confiance et de coopération qui s'établit entre les
interlocuteurs dans un climat de sécurité et de confiance mutuelle. Le principe de base
du rapport est l'acceptation inconditionnelle de soi et de l'autre.
La synchronisation
La synchronisation est le processus par lequel on établit un contact étroit avec les
niveaux conscients et inconscients d'un interlocuteur. En d'autres mots, la
synchronisation consiste à refléter vers l'autre sa propre image, à lui envoyer des
signaux non verbaux qu'il peut reconnaître inconsciemment, et qui sont pour lui des
signes de son état et de son comportement. Bien entendu, il s'agit de refléter et non
pas de "singer".
Commentsynchroniser ?
b. De façon verbale en rejoignant la forme et le contenu du discours
 Synchronisez la forme du discours en utilisant dans votre langage
les mots de votre interlocuteur.
 Synchronisez le contenu en utilisant les mêmes expressions et en
reprenant les idées importantes émises dans le discours de votre
interlocuteur.
c. De façon non verbale directe en rejoignant les macro et les micro-
comportements
 Synchronisez la posture en ajustant votre posture sur celle du corps
entier de votre interlocuteur.
 Synchronisez la moitié du corps en adaptant la partie supérieure ou
inférieure de votre corps à la posture de votre interlocuteur.
 Synchronisez la respiration en ajustant votre respiration à celle de
l'autre.
 Synchronisez les caractéristiques vocales en reproduisant la
tonalité, le rythme, le volume, le registre, le timbre.
N.B. Pour synchroniser, laissez un délai de quelques instants avant de reproduire
symétriquement ou en reflet le(s) comportement(s) que vous désirez reproduire.
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 25 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
…après avoir traversé une étrange forêt et erré dans un long tunnel mystérieux. Alice au pays des
merveilles, commença prudemment à explorer son environnement. Son voyage la conduisit à un carrefour
où des panneaux indicateurs étaient orientés dans toutes les directions. Très perplexe,elle avisa une
chenille géante qui fumait tranquillement la pipe, assise dans un arbre : "Excusez-moi Monsieur, voulez-
vous me dire quelle route je devrais prendre ? " Sagement la chenille demanda : "Ça dépend
mademoiselle, où voulez-vous aller? " Toute surprise par celte question. Alice répondit :
"Mais. je ne sais pas, je n 'en sais rien ! " "Dans ce cas, n’importe laquelle.
rétorqua la chenille, prenez n’importe laquelle des routes, elles feront toutes
votre affaire étant donné que vous ne savez pas où vous voulez aller...
3.5. La notion d’objectif
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 26 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
Les critères d'un bon objectif
Pour être pertinent et complet, un objectif est assujetti à un certain nombre de
conditions. Il se doit d'être :
FORMULÉ DE MANIÈRE AFFIRMATIVE
Un bon objectif est formulé de façon positive car la négation est un concept de
langage, et le cerveau ne peut pas s'en faire une représentation. Il faut donc dire "je
veux … " plutôt que "je ne veux plus".
SPÉCIFIQUE ET CONTEXTUALISÉ
C'est-à-dire formulé sur une base sensorielle VAKO. De plus, il précise le contexte de
la réalisation du changement désiré.
REALISTE ET ATTEIGNABLE
Sa réalisation doit dépendre exclusivement de la personne qui initie le changement et
c'est elle qui porte l'entière responsabilité de l'objectif qu'elle choisit.
VÉRIFIABLE ET OBSERVABLE
Il sera vérifiable à travers la perception de la personne qui le formule, exemple: "je sais
que j'ai atteint mon objectif car je vois... j'entends... je ressens... je fais.
ECOLOGIQUE
Les conséquences du changement sont en harmonie et respectent l'environnement du
sujet (ses proches, son travail, ses amis, etc.)
PRÉSERVE LES GAINS SECONDAIRES
Mettre à jour les avantages ou les bénéfices que procure ce comportement.
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 27 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
Exemple d’un cadre objectif
1. Qu'est-ce que tu veux? Quel est ton objectif
La réponse doit rencontrer les critères POSITIF,SPÉCIFIQUE et CONTEXTUALISÉ ainsi
que les critères RÉALISTE et ATTEIGNABLE.
Amener la personne à utiliser des termes positifs, précis, sensoriels.
Quoi spécifiquement, avec qui quand, où...?
L'objectif doit être réaliste et atteignable par la personne elle-même. S'il implique une autre
personne, la ramener à définir un objectif dont elle est la seule responsable.
2. En quoi c’est important pour toi d’atteindre cet objectif?
Qu'est-ce que ça va le donner de l'atteindre?
Qu’est ce que cela va permettre?
A quoi cela va te servir d’atteindre cet objectif?
3. Comment sauras-tu que tu as atteint ton objectif?
La réponse doit rencontrer les critères VÉRIFIABLE et OBSERVABLE. (Comportement
extérieur, état intérieur, processus interne)
Quand tu as atteint ton objectif, qu’est-ce que tu vois, dis, te dis, ressens...? Quelle en est la
démonstration concrète,l'évidence... ?
Comment quelqu'un d'autre saura-il que tu as atteint ? Qu’est-ce qu’il te voit faire,
t'entend dire...?
4. Quels sont les inconvénients de l'atteinte de ton objectifpour toi?
Quels sont les avantagespour toi de ne pas atteindre ton objectif?
La réponse doit rencontrer le critère de l'écologie interne, c'est-à-dire que le nouvel objectif
doit PRÉSERVER LES GAINS SECONDAIRES.
Si tu atteins ton objectif, qu'est-ce que tu perds? A quoi devras-tu renoncer? Y a-t-il un
avantage à ce que rien ne change...? (Questions pour vérifier s'il y a des gains secondaires).
Quelles solutions sont à prévoir s'il y a des gains à préserver... ?
Quels sont les inconvénients de l'atteinte de ton objectifpour ton entourage?
Quels sont les avantagespour ton entourage de ne pas atteindre ton objectif?
La réponse doit rencontrer le critère de l'ECOLOGIE externe.
Quelles sont les solutions à prévoir pour contrer les inconvénients pour ton entourage?
5. Qu’est ce t’empêche aujourd’hui d’atteindre ton objectif?
6. De quelles ressources as-tu besoin pour atteindre ton objectif?
Ressources internes,information, formation, support, etc..
7. Quelles sont les étapes à parcourir ? Quelle serait une première bonne étape?
Et Quand?
Question optionnelle :
Si tu ne changes rien à ta situation présente,que se passera t’il?
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 28 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
4.Le langage du changement
« Chaque structure linguistique, de par la nature même du
langage, ordonne d'une certaine manière notre perception du
monde. Autrementdit, nousne lisons le monde qu’au moyen de la
structure linguistique qui est la nôtre. »
Noam Chomsky, le langage et la pensée
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 29 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
4.1. L'impossible négation
Il est intéressant de noter que pour se faire une représentation interne de la phrase
suivante : « ne pensez pas à un éléphant rose », vous êtes en quelque sorte obligée d'y
penser pour ensuite ne plus y penser. Le même processus est responsable du fait que
lorsqu'on dit à un enfant « ne va pas jouer dans la rue », la minute suivante il se
retrouve dans la rue.
Nous ne pouvons pas concevoir les négations sauf de façon consciente de par notre
dialogue interne. Par contre les autres systèmes de représentation visuelle, auditive,
kinesthésique, olfactive et gustative sont incapables de se représenter une réalité
correspondante à la négation.
L'expérience n'a pas de contraire !
Lorsqu'on se dit :
 « je ne dois pas m'énerver. »
 « Je ne suis pas malade. »
 « Je n'ai pas peur de... »
Notre cerveau traduit plutôt par :
 « je dois m'énerver. »
 « Je suis malade. »
 « J'ai peur de... »
Nous nous représentons intérieurement la chose qui est niée, ce qui crée une évocation
très souvent négative. De là l'importance de dire ce que l'on veut et non ce que l'on ne
veut pas.
La formulation positive d'une suggestion ou d'une directive ne correspond pas
seulement à une vision optimiste des choses. Elles aident surtout la personne à
construire par elle-même une représentation qui lui sera utile plutôt qu'une qui risque
d'induire le comportement proposé.
Exemple :
La phrase : « ne va pas jouer autour de la piscine » sera remplacée par : « va jouer sur
la pelouse dans le jardin ».
La phrase de remplacement formulée en termes positifs permet une représentation
interne favorable à l'atteinte de l'objectif.
4.2. L’incongruence linguistique
Posez-vous la question : avec qui préférerez-vous être en relation? Avec quelqu’un
qui vous inspire, qui vous donne de l’énergie ou avec quelqu’un qui vous laisse avec
le sentiment qu’il n’y a pas d’espoir, que tout est difficile et que la vie est sombre.
Choisissez-vous quelqu’un qui vous permet de ressentir la confiance en vous ou avec
quelqu’un qui vous rappelle constamment vos échecs?
La plupart du temps on ne réalise pas cela, les gens choisissent d’être avec nous, de
faire des affaires avec nous à cause de ce que nous induisons chez eux par notre
attitude et notre langage.
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 30 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
L’incongruence séquentielle signifie que l’utilisation de certains mots de liaisons
entre deux parties de phrases conduit à l’annulation de la première partie de la phrase,
et induit le message contraire.
Si on les utilise, placer la partie négative en premier en premier et le positif en dernier
point, ou changer le « mais » par le « et ».
L’incongruence séquentielle
Non, je ne serais pas
heureux
Non, je ne réussirais pas à
l’école
Non, je ne changerai
pas
Mon souhait le plus cher est
d’être heureux un jour,
mais ça va être long
J’aimerais bien réussir à
l’école, mais les
professeurs m’en empêchent
Je voudrais bien changer et
régler mon problème, mais
cela ne dépend pas de moi
Je suis d’accord avec vous,
mais j’ajouterai que…
Non, je ne suis pas d’accord
avec vous
L’incongruence séquentielle
je serais heureux un jour
J’ai envie de réussir à l’école
J’ai envie de changer
Mon souhait le plus cher est
d’être heureux un jour,
même si ça va être long
J’aimerais bien réussir à
l’école, même si les
professeurs m’en
empêchent
Je voudrais bien changer et
régler mon problème,
même si cela ne dépend
pas de moi
Je suis d’accord avec vous,
et j’ajouterai que…
je suis d’accord avec vous
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 31 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
4.3. Il faut, je dois…
1. Pensez à trois situations dans lesquelles vous êtes obligés de faire quelque
chose, sans en avoir du tout envie.
Écrivez trois phrases simples en commençant par ‘je dois’. Exemple : ‘je dois
m’habiller tous les matins… Je dois aller au bureau… etc…’
2. Réécrivez ces phrases en mettant ‘je choisis’ à la place de ‘je dois’. Par
exemple : ‘je choisis de m’habiller tous les matins… Je choisis d’aller au
bureau …’ Écrivez.
3. Discussion : lorsqu’on affirme un choix, on se sent davantage en puissance,
plus confiant, plus positif. On retrouve l’énergie d’assumer et de faire ce qu’on
choisit de faire.
En revanche, lorsqu’on est dans l’obligation, on se sent sans énergie, on se
sent impuissant, on est victime de ce qui est imposé. Maintenant, le constat
important est qu’en réalité on CHOISIT TOUJOURS. Mais on ignore souvent
qu’on choisit. On se cantone dans une position de victime. Nous avons donc la
possibilité de reprendre conscience de ce choix et de retrouver notre énergie,
notre propre puissance créatrice.
Allons plus loin :
1. Écrivez trois phrases simples exprimant une émotion négative (peur, colère,
frustration, tristesse, culpabilité…) sur le modèle ‘je me sens… quand tu… ’.
Exemple : ‘Je me sens triste quand tu pars… Ou : je me sens très en colère
quand tu …’ Pas besoin de nommer la personne à laquelle vous pensez. Allez-
y.
Maintenant, réécrivez ces phrases en mettant ’je choisis de’ devant.
2. Exemple : ‘Je choisis de me sentir triste quand tu pars… Ou : Je choisis de me
sentir très en colère quand tu …’
Discussion : nos émotions aussi, nos ressentis, nos états intérieurs sont en fonction de
nos propres choix, souvent inconscients. Il est utile d’en prendre conscience. Ce que
nous pensons est notre choix de penser. Nous regardons en fonction de ce que nous
choisissons de regarder. Nous réagissons en fonction de ce qui en nous nous fait
réagir.
On choisit toujours. Il est bon d’en être conscient et de nous assurer de faire le
meilleur choix.
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 32 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
4.4. Les présuppositions
Les présuppositions sont des phrases dans lesquelles certains éléments non déclarés
doivent être présupposés pour que la déclaration ait un sens.
Elles se rapportent à des croyances inconscientes ou à des hypothèses intégrées dans
la structure d'un énoncé.
Selon le dictionnaire, présupposer signifie "supposer au préalable».
Par exemple, pour comprendre l'énoncé,
«Dès que vous arrêterez d'essayer de saboter nos efforts, nous serons en mesure de
faire plus de progrès »,
on doit présumer que la personne vers qui la déclaration est dirigée a déjà tenté ou est
en train de saboter tous les efforts. La déclaration suppose également que si on fait les
efforts nécessaires, des progrès seront réalisés.
Les présuppositions peuvent être puissamment aidantes, ou peuvent transmettre les
messages les plus destructeurs, sans que rien ne paraisse dans ce qui est dit et entendu.
L'esprit conscient entendra ce qui est dit, l’esprit inconscient percevra la
présupposition – encouragement, acceptation ou rejet.
Sur un plan positif, les présuppositions peuvent être des vecteurs puissants
d'autonomisation et véhiculer des messages d’estime de soi.
Quelle différence pour vous entre les deux formulations?
1. J’espère que mes résultats vont s’améliorer
et
2. Je vais faire en sorte d’améliorer mes résultats.
__________________________________
1. J’ai bon espoir en que vous allez essayer d’améliorer vos résultats.
et
2. J’ai la certitude que vous aurez un résultat satisfaisant.
La motivation par les questions :
Pour motiver sur un objectif, on a le choix entre 3 questions :
a. Si vous atteignez cet objectif, qu’est ce que cela vous donnera?
b. Quand vous atteindrez cet objectif, qu’est ce que cela vous apportera?
c. Quand vous atteindrez cet objectif, qu’est ce que cela signifiera pour vous?
Quelles questions choisiriez-vous et pour quelle raison?
Que présupposentces questions?
– A qui la faute?
– Pourquoi essaie t’il de vous blesser?
– Pendant combien de temps avez-vous laissé perdurer la situation?
Et celles-ci?
o Parmi toutes les capacités que vous avez à votre disposition,
laquelle serait la plus appropriée dans cette situation?
o Qu’est ce qui vous empêche de changer?
o Que pouvez-vous apprendre de cela?
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 33 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
4.5. La communication orientée solutions
Le but de cet exercice est de découvrir si nos réactions, perceptions, ressentis,émotions diffèrent
selon le type de questions que l’on nous pose
Identifiez un problème personnel ou professionnel et réfléchissez à ce problème.
Je vais vous poser deux ensembles de questions. la grille A et la grille B.
Sans répondre à la question,écrivez les réactions,émotions, ressentis que suscitent en vous les
questions. Cela peut-être pour chacune desquestions ou pour des ressentis pour la grille de
question.
Grille A
Questions Ressentis,émotions
Qu’est ce qui ne va pas ?
Pourquoi as-tu ce problème ?
Qu’y a-t-il de grave là-dedans ?
A qui la faute ?
Grille B
Questions Ressentis, émotions
Que veux-tu concrètement obtenir ?
Comment vas-tu faire pour l’obtenir?
De quels moyens disposes-tu pour
l’obtenir ?
Pour quand veux-tu l’obtenir ?
Exemple
d’émotions
Gène
Frustration
Culpabilité
Espoir
Joie
Sérénité
Colère
Peur
Tranquillité
Désespoir
Force
Soulagement
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 34 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
5.La gestion des états émotionnels
« L’odeur des petits citrons verts fait encore ressurgir
aujourd’hui dans ma mémoire une sensation ouatée
de chaleur tropicale, de bonheur sécurisant,
d’ambiance affectueuse et gaie. L’odeur du petit
citron vert est ma madeleine de Proust ! »
Henri Laborit
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 35 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
5.1. L’ancrage
Ce qu'est l'ancrage
Processus par lequel un lien privilégié a été établi entre l'odeur et l'émotion. Ainsi,
l'odeur du petit citron vert a agi comme une ancre, c'est-à-dire comme un stimulus
sensoriel qui a réactivé de façon systématique son expérience passée et tout l'état
interne particulier qui lui était rattaché.
Une ancre est donc un déclencheur qui réveille automatiquement un souvenir enfoui
dans la mémoire. L'ancre peut être une image, un son, des paroles, une sensation
externe, une odeur ou une saveur. Exemple: une chanson particulière... et nous revoilà
dans le passé.
L'utilitédel'ancrage
On utilise l'ancrage pour associer délibérément un stimulus externe à une expérience
de référence déterminée. Une fois le lien établi, l'expérience peut être déclenchée au
moyen du même stimulus. Par l'ancrage, nous nous connectons à certains états-
ressource pour transformer les situations délicates ou difficiles que nous traversons.
Pour réussir l'ancrage
L'acuité sensorielle est l'atout essentiel pour réussir l'ancrage et son efficacité dépend
de certains paramètres:
a) accès à l'expérience avec suffisamment d'intensité.
b) ancrer l'expérience au moment où le kinesthésique (sentiments, émotions,
sensations) atteint le maximum d'intensité.
La durée de l'ancrage est d'environ huit à dix
secondes. Lorsque l'ancrage est kinesthésique,
on stimule doucement au début, puis on
accentue la pression jusqu'au moment où
l'intensité atteint son maximum.
Exercice : Choisir ses émotions
 Pensez à un moment où vous étiez
triste, sentez la tristesse en vous…
 Pensez à un moment où vous étiez joyeux, sentez la joie en vous…
 Pensez à un moment où vous étiez frustré, fâché, sentez la frustration en
vous…
 pensez à un moment où vous étiez fier de vous-même, en confiance, sentez la
confiance en vous…
1. pensez à un moment où vous étiez fatigué, épuisé, …sentez la fatigue en
vous…
2. pensez à un moment où vous étiez très enthousiaste, excité, plein d’énergie,
…sentez cet enthousiasme en vous…
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 36 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
- Est-ce difficile d’accéder à un état intérieur ?
- Est-ce difficile de passer d’un état à un autre ?
- Combien de temps cela prend-il ?
- Qui est aux commandes ?
Observez que vous pouvez, dans une large mesure, ‘choisir’ dans quel espace
intérieur vous voulez être.
Certes, ce n’est pas toujours facile, car les émotions nous submergent parfois.
Mais il n’en reste pas moins que nous choisissons notre expérience par la manière
dont nous pensons. Nous avons toujours la possibilité de choisir une autre réalité
intérieure.
5.2. L'ancrage simple
Cette procédure sert à activer et rendre disponible les ressources utiles à la personne
dans la réalisation d'un objectif.
1. Préciser la ou les ressources désirées.
2. Demandez à la personne de revivre un événement dans lequel ces
ressources étaient présentes et de revivre pleinement cette expérience à
travers l'image, le son et la sensation.
3. Lorsque la personne revit son expérience dans un maximum d'intensité,
ancrer cette expérience de façon kinesthésique en touchant une partie du
corps (vous aurez demandé la permission auparavant).
4. Faites une interruption de schéma (de quelle couleur est votre voiture?) et
vérifier l'ancre en faisant une pression au même endroit et calibrer pour
vous assurer que votre ancre provoque les mêmes répliques sensorielles
que celles observées pendant l'expérience.
5. Faites le pont vers le futur.
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 37 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
6. Exemples d’application :
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 38 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
6.1. Le cercle d'excellence
1. A demande à B d'identifier et de revivre une expérience dans laquelle il avait accès à
toutes ses ressources.
A dirige B dans cette expérience en utilisant le VAKO. Puis, il invite B à serrer le
pouce et l'index lorsqu'il revit pleinement et intensément cette expérience.
A calibre la physiologie associée de cette expérience de ressource.
2. A demande à B de prendre une physiologie d'excellence, c'est-à-dire la posture
physique qui lui confère un état parfait de bien-être et de contact avec tout son
potentiel. Au besoin, A ajuste la position de la tête, la posture, les épaules, la
respiration, etc… et calibre la physiologie d'excellence.
3. A fait tracer à B un cercle imaginaire en face de lui et lui demande d'en visualiser la
forme, la couleur, la texture et tout autre détail qu'il voudrait y apporter afin que cet
espace soit une merveilleuse représentation de son espace d'excellence.
4. Lorsque B a terminé l'aménagement idéal de son cercle,il entre à l'intérieur, s'installe
avec soin dans sa physiologie d'excellence et serre le pouce et l'index pour raviver
l'expérience de ressource et en ressentir tous les bienfaits.
Refaire cette étape 2 à 3 fois jusqu'à ce que B retrouve automatiquement sa
physiologie d'excellence lorsqu'il entre dans son cercle.
A calibre afin de s'assurer que B intègre la physiologie d'excellence et le VAKO de
l'expérience de ressource.
5. Puis, à l'extérieur du cercle,B identifie une expérience récente ou il n'avait pas accès à
toutes ses ressources. Illa revit juste assez pour identifier le signal interne qui
déclenche cet état non productif.
A calibre la physiologie de non-ressource.
6. A demande à B de revivre cette situation de non- ressource.
Dès que le signal déclencheur apparaît, il entre dans son cercle d'excellence, retrouve
sa physiologie d'excellence et imagine comment cela aurait pu se dérouler
différemment.
A calibre afin de s'assurer que B intègre la physiologie d'excellence et le VAKO de
l'expérience de ressources.
B ressort du cercle et commente sur son expérience.
7. Pont avec le futur.
B identifie une situation qu'il appréhende prochainement.
A l'invite à entrer dans son cercle d'excellence et à imaginer comment cette situation
pourrait maintenant se passer.
A calibre.
8. Si le pont avec le futur est satisfaisant, A demande à B de retourner dans le cercle puis
d'imaginer que son cercle rapetisse de sorte qu'il puisse aller le placer à l'intérieur de
lui, là où il sera toujours disponible et facile à retrouver.
Dans l'avenir, B n'aura qu’à serrer le pouce et l'index de sa main pour retrouver
immédiatement l'état d'excellence.
Testez.
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 39 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
6.2. La stratégie de ressources
1. Rappelez-vous une expérience de doute.
2. Imaginez un espace au sol représentant ce doute.
3. Entrer en contact avec trois mentors que vous admirez : le premier pour
sa capacité à motiver, le second pour sa capacité à s’engager et le
troisième pour sa capacité à aimer.
Lorsque vous faites cette étape, ancrez au sol l’espace de ces mentors.
4. Ensuite, entrez dans l’espace du doute et associez-vous à ce doute.
5. Placez-vous en position méta et demandez-vous quel est l’intention
positive de ce doute, quelle est sa raison d’être?
6. Entrez dans l’espace des mentors et demandez à chacun, à tour de rôle,
ce qu’ils vous conseillent par rapport à votre doute. Porter attention au
message de chacun.
7. Devant l’ancrage spatial représentant ces mentors, créer un espace
représentant leur message commun. En vous tournant vers les mentors
entendez le message commun de ces mentors et formulez-le.
8. Emmenez ce message commun dans l’espace du doute. Quel est son
impact sur le doute ? qu’est devenu le doute.
+
Message commun
Intention
positive
Motivation Engagement Amour
Doute
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 40 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
Ce que vous avez appris le :
 Quels sont les points clés de ce que vous appris? Identifiez en 3 et
Lister 3 situations dans lesquelles vous pourrez utiliser ce que vous
avez appris :
1. …
◦ Situation 1 …..
2. …
◦ Situation 2 …..
3. …
◦ Situation 3 …..
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 41 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
Ce que vous avez appris le :
 Quels sont les points clés de ce que vous appris? Identifiez en 3 et
Lister 3 situations dans lesquelles vous pourrez utiliser ce que vous
avez appris :
1. …
◦ Situation 1 …..
2. …
◦ Situation 2 …..
3. …
◦ Situation 3 …..
Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique
Page | 42 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
Ce que vous avez appris le :
 Quels sont les points clés de ce que vous appris? Identifiez en 3 et Lister 3
situations dans lesquelles vous pourrez utiliser ce que vous avez appris :
1. …
◦ Situation 1 …..
2. …
◦ Situation 2 …..
3. …
◦ Situation 3 …..

Contenu connexe

Tendances

Les systèmes de représentations sensorielles de la PNL
Les systèmes de représentations sensorielles de la PNLLes systèmes de représentations sensorielles de la PNL
Les systèmes de représentations sensorielles de la PNL
khalil michrafy
 
PNL - Programmation Neuro-Linguistique
PNL - Programmation Neuro-LinguistiquePNL - Programmation Neuro-Linguistique
PNL - Programmation Neuro-Linguistique
Zakaria JEDDI
 
La Programmation neuro linguistique
La Programmation neuro linguistiqueLa Programmation neuro linguistique
La Programmation neuro linguistique
Ayoub Zouak
 
Les fondements de la Programmation neurolinguistique (PNL)
Les fondements de la Programmation neurolinguistique (PNL)Les fondements de la Programmation neurolinguistique (PNL)
Les fondements de la Programmation neurolinguistique (PNL)
khalil michrafy
 
Formation pnl
Formation pnlFormation pnl
Formation pnl
Thomas Gueniffey
 
13 pnl-e-cours-les-10-etapes-du-succes
13 pnl-e-cours-les-10-etapes-du-succes13 pnl-e-cours-les-10-etapes-du-succes
13 pnl-e-cours-les-10-etapes-du-succesAlbert Dhahri
 
Module management comportemental & stratégique
Module management comportemental & stratégiqueModule management comportemental & stratégique
Module management comportemental & stratégiqueJean Jerome Fauquet
 
Communication Non Violente : dialoguer de manière bienveillante, c’est possib...
Communication Non Violente : dialoguer de manière bienveillante, c’est possib...Communication Non Violente : dialoguer de manière bienveillante, c’est possib...
Communication Non Violente : dialoguer de manière bienveillante, c’est possib...
Yves Convert
 
PNL Présentation.ppt
PNL Présentation.pptPNL Présentation.ppt
PNL Présentation.ppt
aymaneberrada1
 
Management en couleur avec DISC
Management en couleur avec DISCManagement en couleur avec DISC
Management en couleur avec DISC
Thierry Leriche-Dessirier
 
CNV Communication Non-violente - synthèse
CNV Communication Non-violente - synthèseCNV Communication Non-violente - synthèse
CNV Communication Non-violente - synthèse
François-Joseph VELLA
 
modèle DISC
modèle DISCmodèle DISC
modèle DISCkeyros
 
2013.03.19 cours #4 - prendre la parole devant un public
2013.03.19   cours #4 - prendre la parole devant un public2013.03.19   cours #4 - prendre la parole devant un public
2013.03.19 cours #4 - prendre la parole devant un publicOlivier Moch
 
La communication interpersonnelle
La communication interpersonnelleLa communication interpersonnelle
La communication interpersonnelleAhmed Mesellem
 
MBTI Les 16 profils de personnalité #psy #suite
MBTI Les 16 profils de personnalité #psy #suiteMBTI Les 16 profils de personnalité #psy #suite
MBTI Les 16 profils de personnalité #psy #suite
REALIZ
 
Process Communication: Travailler et Communiquer avec Toutes les Personnalités
Process Communication: Travailler et Communiquer avec Toutes les PersonnalitésProcess Communication: Travailler et Communiquer avec Toutes les Personnalités
Process Communication: Travailler et Communiquer avec Toutes les Personnalités
LITTLE FISH
 
Leadership & connaissance de soi
Leadership & connaissance de soiLeadership & connaissance de soi
Leadership & connaissance de soi
Philippe JEAN-BAPTISTE, Executive MBA, MSc, MA
 
Body language
Body languageBody language
Body language
Oussama Bessrour
 
I La programmation Neuro Linguistique.pdf
I La programmation Neuro Linguistique.pdfI La programmation Neuro Linguistique.pdf
I La programmation Neuro Linguistique.pdf
Boubenia ali
 

Tendances (20)

La Pnl
La PnlLa Pnl
La Pnl
 
Les systèmes de représentations sensorielles de la PNL
Les systèmes de représentations sensorielles de la PNLLes systèmes de représentations sensorielles de la PNL
Les systèmes de représentations sensorielles de la PNL
 
PNL - Programmation Neuro-Linguistique
PNL - Programmation Neuro-LinguistiquePNL - Programmation Neuro-Linguistique
PNL - Programmation Neuro-Linguistique
 
La Programmation neuro linguistique
La Programmation neuro linguistiqueLa Programmation neuro linguistique
La Programmation neuro linguistique
 
Les fondements de la Programmation neurolinguistique (PNL)
Les fondements de la Programmation neurolinguistique (PNL)Les fondements de la Programmation neurolinguistique (PNL)
Les fondements de la Programmation neurolinguistique (PNL)
 
Formation pnl
Formation pnlFormation pnl
Formation pnl
 
13 pnl-e-cours-les-10-etapes-du-succes
13 pnl-e-cours-les-10-etapes-du-succes13 pnl-e-cours-les-10-etapes-du-succes
13 pnl-e-cours-les-10-etapes-du-succes
 
Module management comportemental & stratégique
Module management comportemental & stratégiqueModule management comportemental & stratégique
Module management comportemental & stratégique
 
Communication Non Violente : dialoguer de manière bienveillante, c’est possib...
Communication Non Violente : dialoguer de manière bienveillante, c’est possib...Communication Non Violente : dialoguer de manière bienveillante, c’est possib...
Communication Non Violente : dialoguer de manière bienveillante, c’est possib...
 
PNL Présentation.ppt
PNL Présentation.pptPNL Présentation.ppt
PNL Présentation.ppt
 
Management en couleur avec DISC
Management en couleur avec DISCManagement en couleur avec DISC
Management en couleur avec DISC
 
CNV Communication Non-violente - synthèse
CNV Communication Non-violente - synthèseCNV Communication Non-violente - synthèse
CNV Communication Non-violente - synthèse
 
modèle DISC
modèle DISCmodèle DISC
modèle DISC
 
2013.03.19 cours #4 - prendre la parole devant un public
2013.03.19   cours #4 - prendre la parole devant un public2013.03.19   cours #4 - prendre la parole devant un public
2013.03.19 cours #4 - prendre la parole devant un public
 
La communication interpersonnelle
La communication interpersonnelleLa communication interpersonnelle
La communication interpersonnelle
 
MBTI Les 16 profils de personnalité #psy #suite
MBTI Les 16 profils de personnalité #psy #suiteMBTI Les 16 profils de personnalité #psy #suite
MBTI Les 16 profils de personnalité #psy #suite
 
Process Communication: Travailler et Communiquer avec Toutes les Personnalités
Process Communication: Travailler et Communiquer avec Toutes les PersonnalitésProcess Communication: Travailler et Communiquer avec Toutes les Personnalités
Process Communication: Travailler et Communiquer avec Toutes les Personnalités
 
Leadership & connaissance de soi
Leadership & connaissance de soiLeadership & connaissance de soi
Leadership & connaissance de soi
 
Body language
Body languageBody language
Body language
 
I La programmation Neuro Linguistique.pdf
I La programmation Neuro Linguistique.pdfI La programmation Neuro Linguistique.pdf
I La programmation Neuro Linguistique.pdf
 

Similaire à Manuel introduction pnl 3 jours

Rapport Analyse transactionnelle
Rapport Analyse transactionnelleRapport Analyse transactionnelle
Rapport Analyse transactionnelle
Tariq Ben Said
 
Recueil de texte en counseling
Recueil de texte en  counselingRecueil de texte en  counseling
Recueil de texte en counselingLouis Cournoyer
 
Boubaddara Youssef: PNL communiquer autrement V2
Boubaddara Youssef: PNL communiquer autrement V2Boubaddara Youssef: PNL communiquer autrement V2
Boubaddara Youssef: PNL communiquer autrement V2
Youssef Boubaddara
 
Neuropsychologie et marketing
Neuropsychologie et marketingNeuropsychologie et marketing
Neuropsychologie et marketing
Johanne Mathieu
 
behaviorisme.pptx
behaviorisme.pptxbehaviorisme.pptx
behaviorisme.pptx
AyoubTaharo
 
Recueil de texte counseling - version 2.0.
Recueil de texte   counseling - version 2.0.Recueil de texte   counseling - version 2.0.
Recueil de texte counseling - version 2.0.Louis Cournoyer
 
Article de recherche scientifique sur la manipulation Thomas Bonnecarrere - A...
Article de recherche scientifique sur la manipulation Thomas Bonnecarrere - A...Article de recherche scientifique sur la manipulation Thomas Bonnecarrere - A...
Article de recherche scientifique sur la manipulation Thomas Bonnecarrere - A...
Thomas Bonnecarrere
 
COMPÉTENCES ÉMOTIONNELLES ET PLEINE CONSCIENCE : ENJEUX ET APPORTS EN ÉDUCATI...
COMPÉTENCES ÉMOTIONNELLES ET PLEINE CONSCIENCE : ENJEUX ET APPORTS EN ÉDUCATI...COMPÉTENCES ÉMOTIONNELLES ET PLEINE CONSCIENCE : ENJEUX ET APPORTS EN ÉDUCATI...
COMPÉTENCES ÉMOTIONNELLES ET PLEINE CONSCIENCE : ENJEUX ET APPORTS EN ÉDUCATI...
Ronan Le Joncour
 
La Méditation de Pleine Conscience dans l'éducation et la formation
La Méditation de Pleine Conscience dans l'éducation et la formationLa Méditation de Pleine Conscience dans l'éducation et la formation
La Méditation de Pleine Conscience dans l'éducation et la formation
Ronan Le Joncour
 
Management interculturel
Management interculturelManagement interculturel
Management interculturel
M'Hamed MARDI
 
Recueil de textes en counseling
Recueil de textes en counselingRecueil de textes en counseling
Recueil de textes en counselingLouis Cournoyer
 
Projet de recherche pleine conscience
Projet de recherche pleine conscienceProjet de recherche pleine conscience
Projet de recherche pleine conscience
Ronan Le Joncour
 
Brochure formation-institut-boostzone-neurosciences-et-management
Brochure formation-institut-boostzone-neurosciences-et-managementBrochure formation-institut-boostzone-neurosciences-et-management
Brochure formation-institut-boostzone-neurosciences-et-managementBoostzone Institute
 
Passeport club-excellence
Passeport club-excellencePasseport club-excellence
Passeport club-excellence
FormaXion
 
196144920 analyse-transactionnelle-pdf
196144920 analyse-transactionnelle-pdf196144920 analyse-transactionnelle-pdf
196144920 analyse-transactionnelle-pdf
Hassan BERKOUKOU
 
Decrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjectiveDecrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjective
Iset de Bizerte
 
Programme de formation final 2013
Programme de formation final 2013Programme de formation final 2013
Programme de formation final 2013Institutfrase
 
Le storytelling, puissant levier d’agilité.
Le storytelling, puissant levier d’agilité.Le storytelling, puissant levier d’agilité.
Le storytelling, puissant levier d’agilité.
Agile Montréal
 
Proposition de libération des potentiels des dirigeants et manager
Proposition de libération des potentiels des dirigeants et managerProposition de libération des potentiels des dirigeants et manager
Proposition de libération des potentiels des dirigeants et manager
Gonzague Guespereau
 
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdfSlides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
hajaoui1
 

Similaire à Manuel introduction pnl 3 jours (20)

Rapport Analyse transactionnelle
Rapport Analyse transactionnelleRapport Analyse transactionnelle
Rapport Analyse transactionnelle
 
Recueil de texte en counseling
Recueil de texte en  counselingRecueil de texte en  counseling
Recueil de texte en counseling
 
Boubaddara Youssef: PNL communiquer autrement V2
Boubaddara Youssef: PNL communiquer autrement V2Boubaddara Youssef: PNL communiquer autrement V2
Boubaddara Youssef: PNL communiquer autrement V2
 
Neuropsychologie et marketing
Neuropsychologie et marketingNeuropsychologie et marketing
Neuropsychologie et marketing
 
behaviorisme.pptx
behaviorisme.pptxbehaviorisme.pptx
behaviorisme.pptx
 
Recueil de texte counseling - version 2.0.
Recueil de texte   counseling - version 2.0.Recueil de texte   counseling - version 2.0.
Recueil de texte counseling - version 2.0.
 
Article de recherche scientifique sur la manipulation Thomas Bonnecarrere - A...
Article de recherche scientifique sur la manipulation Thomas Bonnecarrere - A...Article de recherche scientifique sur la manipulation Thomas Bonnecarrere - A...
Article de recherche scientifique sur la manipulation Thomas Bonnecarrere - A...
 
COMPÉTENCES ÉMOTIONNELLES ET PLEINE CONSCIENCE : ENJEUX ET APPORTS EN ÉDUCATI...
COMPÉTENCES ÉMOTIONNELLES ET PLEINE CONSCIENCE : ENJEUX ET APPORTS EN ÉDUCATI...COMPÉTENCES ÉMOTIONNELLES ET PLEINE CONSCIENCE : ENJEUX ET APPORTS EN ÉDUCATI...
COMPÉTENCES ÉMOTIONNELLES ET PLEINE CONSCIENCE : ENJEUX ET APPORTS EN ÉDUCATI...
 
La Méditation de Pleine Conscience dans l'éducation et la formation
La Méditation de Pleine Conscience dans l'éducation et la formationLa Méditation de Pleine Conscience dans l'éducation et la formation
La Méditation de Pleine Conscience dans l'éducation et la formation
 
Management interculturel
Management interculturelManagement interculturel
Management interculturel
 
Recueil de textes en counseling
Recueil de textes en counselingRecueil de textes en counseling
Recueil de textes en counseling
 
Projet de recherche pleine conscience
Projet de recherche pleine conscienceProjet de recherche pleine conscience
Projet de recherche pleine conscience
 
Brochure formation-institut-boostzone-neurosciences-et-management
Brochure formation-institut-boostzone-neurosciences-et-managementBrochure formation-institut-boostzone-neurosciences-et-management
Brochure formation-institut-boostzone-neurosciences-et-management
 
Passeport club-excellence
Passeport club-excellencePasseport club-excellence
Passeport club-excellence
 
196144920 analyse-transactionnelle-pdf
196144920 analyse-transactionnelle-pdf196144920 analyse-transactionnelle-pdf
196144920 analyse-transactionnelle-pdf
 
Decrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjectiveDecrire son-experience-subjective
Decrire son-experience-subjective
 
Programme de formation final 2013
Programme de formation final 2013Programme de formation final 2013
Programme de formation final 2013
 
Le storytelling, puissant levier d’agilité.
Le storytelling, puissant levier d’agilité.Le storytelling, puissant levier d’agilité.
Le storytelling, puissant levier d’agilité.
 
Proposition de libération des potentiels des dirigeants et manager
Proposition de libération des potentiels des dirigeants et managerProposition de libération des potentiels des dirigeants et manager
Proposition de libération des potentiels des dirigeants et manager
 
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdfSlides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
Slides-FR-Fonagy-Theorie - Copie.pdf
 

Dernier

6 composants Essentiels pour écrire un Prompt ChatGPT Productif
6 composants Essentiels pour écrire un Prompt ChatGPT Productif6 composants Essentiels pour écrire un Prompt ChatGPT Productif
6 composants Essentiels pour écrire un Prompt ChatGPT Productif
AXIZ eBusiness
 
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Mohamed Bouanane
 
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdfÉveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
megmedia
 
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière SolidayPrésentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Soliday das Sonnensegel
 
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
AXIZ eBusiness
 
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdfAnalyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Paperjam_redaction
 

Dernier (6)

6 composants Essentiels pour écrire un Prompt ChatGPT Productif
6 composants Essentiels pour écrire un Prompt ChatGPT Productif6 composants Essentiels pour écrire un Prompt ChatGPT Productif
6 composants Essentiels pour écrire un Prompt ChatGPT Productif
 
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
Libérer le Potentiel à l'Ère de la Transformation Numérique pour des Organisa...
 
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdfÉveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
Éveil BM-Rapport d'activités 2023-2024.pdf
 
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière SolidayPrésentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
Présentation Plaspack, l'entreprise derrière Soliday
 
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
10-bonnes-pratiques-chatgpt-francais.pdf
 
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdfAnalyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
Analyse résultats Luxembourg IMD 2024.pdf
 

Manuel introduction pnl 3 jours

  • 2. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 2 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc TABLE DES MATIÈRES 1. Historique et Définitions...........................................................................................3 1.1. Historique .........................................................................................................4 1.2. Définition de la PNL.......................................................................................4 1.3. Les présupposés de Monsieur/Madame-Tout-Le-Monde......................8 1.4. Les postulats fondamentaux de la PNL… ..................................................8 1.5. Le modèle de communication......................................................................10 1.6. La communication non verbale ....................................................................11 2. Le système de perception et de représentation.......................................................12 2.1. Les filtres de la perception .......................................................................13 2.2. Les systèmes de représentation ..............................................................13 2.3. Les prédicats ................................................................................................16 3. Les compétences essentielles de la PNL.................................................................20 3.1. Les trois piliers de la PNL ..........................................................................21 3.2. L’acuité sensorielle - Savoir calibrer ......................................................21 3.3. Les mouvements oculaires.........................................................................22 3.4. La flexibilité - Savoir créer le rapport.................................................24 3.5. La notion d’objectif....................................................................................25 4. Le langage du changement ....................................................................................28 4.1. L'impossible négation .................................................................................29 4.2. L’incongruence linguistique .......................................................................29 4.3. Il faut, je dois… ...........................................................................................31 4.4. Les présuppositions ....................................................................................32 4.5. La communication orientée solutions......................................................33 5. La gestion des états émotionnels ............................................................................34 5.1. L’ancrage........................................................................................................35 5.2. L'ancrage simple..........................................................................................36 6. Exemples d’application : ........................................................................................37 6.1. Le cercle d'excellence ...............................................................................38 6.2. La stratégie de ressources.......................................................................39
  • 3. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 3 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 1. Historique et Définitions
  • 4. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 4 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 1.1. Historique La programmation neurolinguistique a été développée dans les années 70 en Californie par John Grinder (psychologue-linguiste), Richard Bandler (psychologue- mathématicien) et une équipe de chercheurs dont Robert Dilts, David Gordon, Leslie Cameron Bandler et Judith Delozier. Ensemble, ils ont élaboré des modèles dans les domaines de la communication, du management et du développement personnel. Ces chercheurs qui partageaient le désir ardent de découvrir les secrets de la communication, se sont d'abord donné un objectif très simple: observer attentivement les meilleurs communicateurs afin de découvrir comment ces derniers faisaient pour développer le niveau d'expertise auquel ils étaient parvenus. Ils ont donc observé et étudié systématiquement les comportements et les manières de faire des thérapeutes les plus efficaces, ces grands maîtres de la psychologie moderne que sont Milton Erickson, Virginia Satir, Fritz Pearls, Gregory Bateson et Paul Watzlawick. Au fil des ans, ce modèle de communication et de changement s'est constamment enrichi et a élargi ses applications à d'autres domaines d'intervention que la thérapie, à savoir: la santé, l'éducation, la gestion des ressources humaines et la vente, tous les domaines ayant un lien avec la relation humaine. 1.2. Définition de la PNL Programmation (principe) À partir de toutes les expériences que nous avons vécues et surtout celles de l'enfance, nous avons créé et enregistré des programmes très élaborés de fonctionnement pour penser, analyser, ressentir et nous adapter au monde. Tout comportement est programmable, décomposable, peut-être révisé Ces programmes varient selon les personnes et les circonstances, et ils deviennent très rapidement des automatismes. Neuro (support, vecteur) Chacun de nos apprentissages psychique ou physique s’imprime physiologiquement dans notre réseau neurologique. Il n’existe aucun contenu dans notre cerveau sans expérience sensorielle préalable. Cette capacité de nous programmer repose sur notre activité neurologique. Celle-ci est responsable de coder nos programmes et de les enregistrer dans les neurones de notre cerveau. C'est parce que nous possédons un système nerveux et un cerveau que nous sommes capables de percevoir notre environnement, de penser, de ressentir et de sélectionner des comportements. Linguistique(moyens) Nos programmes mentaux se manifestent à travers notre langage verbal et non verbal. C'est notre langage qui structure et reflète la façon dont nous pensons et organisons notre modèle du monde. Le langage est la grammaire de la pensée. La PNL est un art La PNL est une "modélisation" du savoir-faire efficace et s'intéresse davantage au comment plutôt qu'au pourquoi des choses. L'efficacité de ses approches et procédures se mesure donc uniquement par la valeur des résultats obtenus ! La PNL est une attitude Elle maintient une ouverture d'esprit ancrée dans la croyance que chaque personne est unique et qu'elle possède toutes les ressources dont elle a besoin pour se réaliser
  • 5. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 5 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc pleinement. Dans le cadre d'une intervention en PNL, la traditionnelle question "Quel est votre problème?" se transforme typiquement en ‘’Que voulez-vous?’’ et "De quelles ressources avez-vous besoin pour devenir celui ou celle que vous désirez être ?" La PNL est une méthodologie Chaque comportement a une structure. La PNL nous offre une méthode pour comprendre et modéliser cette structure, la mettre à jour, l'enseigner et la reprogrammer à l'aide des perceptions sensorielles La PNL est un modèle de changement La PNL propose un modèle pour comprendre et faciliter le changement. Elle est à la recherche de la différence qui fait la différence. Ce modèle nous apprend que nos croyances agissent sur notre état émotionnel présent et guident notre état désiré: que certains facteurs d'influence tels que notre physiologie, nos ressources et nos stratégies nous assistent pour passer d’un état à un autre. Plusieurs approches, autres que la PNL, cherchent à identifier la cause, à comprendre ce qui est dit et à répondre à la question "pourquoi", La P.N.L est un modèle qui s'intéresse à la structure et au fonctionnement optimal de l'expérience humaine (Le "comment").
  • 6. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 6 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc Un commerçant venait d’éteindre les lumières dans le magasin, quand un homme apparut et demanda de l’argent. Le propriétaire ouvrit la caisse enregistreuse. Le contenu de la caisse fut ramassé par un homme qui quitta le magasin. Un officier de police fut averti immédiatement. Énoncez les réponses aux 17 questions qui concernent les faits relatés; Affirmation Vrai Faux Incertain 1. un homme apparut après que le propriétaire eut éteint les lumières de son magasin 2. le voleur ne demanda pas d’argent 3. le voleur était un homme 4. la personne qui ouvrit la caisse enregistreuse était le propriétaire 5. le propriétaire ramassa le contenu de la caisse enregistreuse et quitta le magasin 6. quelqu’un ouvrit une caisse enregistreuse 7. après que l’homme qui avait demandé de l’argent eut ramassé le contenu de la caisse, il quitta le magasin. 8. quoique la caisse enregistreuse contint de l’argent, l’histoire ne dit pas combien 9. le voleur demanda de l’argent au propriétaire 10. le voleur ouvrit la caisse enregistreuse 11. un homme apparut après que les lumières du magasin furent éteintes 12. le voleur n’emporta pas d’argent 13. le voleur ne demanda pas d’argent au propriétaire 14. l’histoire ne dit pas l’âge du propriétaire 15. l’homme quitta le magasin en emportant avec lui le contenu de la caisse 16. L’histoire traite d’une série d’événements dans lesquels seules trois personnages sont mentionnées : le propriétaire du magasin, un homme qui demanda de l’argent, un officier de police 17. les événements suivants font partie de l’histoire : quelqu’un demanda de l’argent, une caisse enregistreuse fut ouverte, son contenu fut ramassé, un homme quitta le magasin
  • 7. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 7 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc PNL  Comportementaliste  Systémique  Psycho dynamique (interactions entre des processus internes – les parties-)  Humaniste: tout individu dispose de toutes les ressources dont il a besoin Les applications de la PNL  Communication efficace : cadres, négociateurs, pédagogues, thérapeutes  Psychothérapie : thérapies brèves, traitement des phobies, dépressions  Développement personnel : techniques de changement, gestion des émotions, acteur de sa vie  Recherche de l’excellence : connaître et reproduire ses stratégies d’excellence pour réussir
  • 8. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 8 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 1.3. Les présupposés de Monsieur/Madame-Tout- Le-Monde  Ce sont des idées courantes dans notre culture.  Elles ne sont ni bonnes ni mauvaises en elles-mêmes.  Simplement, elles sont souvent inappropriées pour notre développement car elles limitent nos possibilités et nos choix.  Parfois aussi, elles sont scientifiquement dépassées. 1. Le monde est tel que je pense qu’il est. Je perçois la réalité directement. 2. Les gens qui ne perçoivent pas la réalité comme moi sont fous ou idiots, ou alors ils mentent. 3. Les mots reflètent fidèlement la réalité. Ils correspondent forcément à quelque chose de réel, sinon, les gens ne les utiliseraient pas ! 4. Pour raisonner correctement, il faut oublier son corps. Les émotions ne font que perturber la pensée rationnelle. 5. Ce qui m’arrive ne dépend pas de moi. C’est le Destin, la Chance, ou l’Instinct dû à mes gènes. 6. L’inconscient est un chaos, un monde obscur et sans forme qu’il faut surmonter. 7. Le changement et la vraie évolution humaine sont une démarche longue, douloureuse et semée d’embûches. Peu de gens y arrivent. 8. Un changement rapide est forcément superficiel. 9. Pour changer, il faut d’abord être lucide. 10. Il faut se méfier de tout ce qui est en-dehors de la conscience. 11. De nombreuses personnes ne peuvent pas changer. 12. Reconnaître que j’ai des ressources, ce n’est que de l’auto- satisfaction. 13. Les gens ont besoin d’explorer leurs souffrances pour évoluer. 14. Changer est subversif. 1.4. Les postulats fondamentaux de la PNL… 1. La carte n'est pas le territoire (Korzybski) Bien que le monde (le territoire) soit réel, nous n'opérons pas directement sur cette réalité. Nous opérons plutôt sur la représentation (la carte) que nous en avons et qui nous sert à édifier nos comportements. De la même façon, les mots que nous utilisons ne sont pas les événements ou les objets qu'ils représentent. (le mot chat ne « miaule » pas). Chacun de nous construit sa propre vision du monde et celle-ci diffère d'un individu à l'autre. 2. On fait toujours le meilleur choix Chaque personne fait toujours le meilleur choix parmi ceux qui lui paraissent possible. Le comportement humain est cohérent avec le modèle du monde dont il découle et chaque personne fait toujours le meilleur choix parmi les options disponibles à sa conscience. Autrement dit, ce qu'une personne fait et sa façon de se comporter représentent pour elle la meilleure façon d'agir à un moment précis
  • 9. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 9 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 3. Plus on a de choix, mieux c'est (loi de la variété requise) Dans une situation donnée, plus une personne dispose d'une grande variété de choix comportementaux, plus elle a de chances de gérer les imprévus ou les problèmes qui peuvent se présenter. Avec cette flexibilité, elle s'adaptera aux différents événements de la vie et réalisera au mieux ses objectifs. C'est ce que la théorie des systèmes appelle "la loi de la variété requise". Ainsi, toute intervention, en PNL,vise à augmenter le nombre de choix possibles. Posséder plusieurs cordes à son arc permet de faire autre chose si ce que l'on fait ne convient pas... 4. On ne peut pas ne pas communiquer (Bateson) Qu'on le veuille ou non, que l'on parle ou l'on se taise, tout comportement est une communication qu'il est important d'apprendre à décoder afin d'agir en conséquence. 5. Toutes les ressources sont en nous L’inconscient est un réservoir de ressources(Erickson) Chaque personne possède les ressources nécessaires pour réussir. Toutes les ressources dont elle a besoin aujourd'hui pour son bien-être sont enfouies quelque part dans son histoire passée,présente et future. Les personnes ne manquent pas de ressources; elles ne sont simplement pas tout le temps en contact avec elles. Ce qui différencie fondamentalement les individus est leur façon d'utiliser leurs ressources. Cette vision optimiste du potentiel de changement nous permet de transcender les différences de race, de culture ou de bagage culturel. Tout comportement, expérience, réponse peut servir de ressource ou de limitation. 6. Rencontrer l'autre dans son modèle du monde Pour établir et maintenir le rapport avec l'interlocuteur, commencez par le rencontrer sur son propre terrain. La résistance chez un client indique toujours un manque de rapport. 7. Tout comportement obéit à une intention d’équilibre C'est la recherche du but derrière l'objectif. Il y a toujours à la source une motivation positive. Une personne est toujours motivée à la source par une intention positive. Découvrir cette intention positive est une clé donnant accès à d'autres comportements plus appropriés. 8. Le niveau inconscient de la communication est le plus important Dans un entretien, c'est le niveau inconscient de la communication qui détermine la tournure que prend la relation. 9. La signification d'un message est donnée par la réaction qu'il suscite. Le résultat de ma communication est…le comportement de l’autre. Le sens de votre communication se trouve dans la réaction qui vous parvient. C'est le résultat, la perception qui sont importants, pas ce que l'on a voulu dire. La réaction de l'interlocuteur montre ce qu’il a perçu. La signification d'un message est donnée par la réaction qu'il suscite. En matière de communication efficace,le résultat compte plus que l'intention. Ce n'est pas ce que vous dites qui est important, mais bien ce que l'autre en a compris. La réaction de votre interlocuteur vous renseigne sur l'impact réelque vous avez sur lui. 10. Le corps et l'esprit font partie du même système cybernétique L'être humain est un tout, il est un système. Le corps influence l'esprit et l'esprit influence le corps. Le corps et l'esprit fonctionnent et progressent ensemble. 11. Les êtres humains sont toujours plus complexes que toutes les théories qui les décrivent Réduire une personne à une théorie est un processus limitatif. Les théories sont à double- tranchant.
  • 10. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 10 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 12. Le cadre utilisé pour percevoir une situation détermine le sens qu'on lui accorde La signification d'un événement est en fonction du cadre ou du contexte dans lequel on le situe. Changer le référentiel change la perception que l'on a des choses. Changer le cadre,c'est changer le sens. 13. Il n'y a pas d'échec, il n'y a que du feedback A l'intérieur du processus d'apprentissage, il y a simplement une boucle de rétroaction qui nous renseigne sur ce que nous devons faire pour atteindre notre objectif. 1.5. Le modèle de communication COMPORTEMENTS
  • 11. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 11 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 1.6. La communication non verbale La communication non verbale désigne tout mode de communication n'ayant aucun recours au verbe, c'est-à-dire utilisé - consciemment ou non - sans le secours du langage, des mots. LE NIVEAU INCONSCIENT DE LA COMMUNICATION EST DETERMINANT ON NE PEUT PAS NE PAS COMMUNIQUER La communication Verbale Non Verbale Digital:13:13 Analogique Mots Prédicats Audible Linguistique Son Volume Rythme 7% Audible ParaLinguistique Gestes Posture Respiration Non-Audible ParaLinguistique 38% 55% 4:52 PM 54
  • 12. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 12 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 2.Le système de perception et de représentation La PNL s'intéresse à la structure de l'expérience subjective, c'est-à- dire au processus, à la façon dont les informations sensorielles sont codées et organisées. Elle veut comprendre et réorganiser le modèle du monde en travaillant au niveau de la structure des représentations sensorielles et linguistiques.
  • 13. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 13 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 2.1. Les filtres de la perception Nous entrons en contact avec le monde (le territoire) à travers notre système de perception sensorielle c'est-à-dire par nos cinq sens; la vue (V), l'ouïe (A), le toucher (K), le goût(G) et l'odorat(O). Ces cinq sens constituent notre lien avec l'extérieur; avec eux, nous percevons la réalité. Nous appelons ce système de perception le VAKO. Ou VAKOG. C’est notre carte du monde. 2.2. Les systèmes de représentation Nous nous représentons la réalité par des images, des sons, des sensations et émotions, des odeurs et des goûts le VAKO. A travers notre « carte », cette représentation n'est pas nécessairement "vraie" puisqu'elle a été filtrée par notre système de perception et réorganisée par notre système de représentation. Pourtant, ce résultat constitue notre représentation de la réalité, notre modèle du monde. Le modèledu monded'unepersonne Le modèle du monde d'une personne est composé de ses perceptions du moment et de ses représentations présentes, passées et futures. C'est le processus de combinaison de toutes ces différentes informations sensorielles qui constitue le modèle du monde. En effet, notre expérience de la réalité est indirecte car tout comme la carte n'est pas le territoire, notre expérience est uniquement celle de notre propre perception et représentation de la réalité et non pas celle de la réalité elle-même. Ainsi, l'idée que nous avons du monde n'est pas le monde. Les limites ne sont pas dans le monde (le territoire) mais dans l'idée (la carte) que nous nous en faisons. L'objectif en PNL ; comprendreet réorganiser le modèledu monde
  • 14. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 14 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc Questionnaire : Préférencesdes perceptions sensorielles dans le recueil d’informations Lisez la question et choisissez la réponse A, B, C ou D qui vous paraît être la plus proche de votre expérience. Il peut y avoir plus d'une réponse. Quand vous avez répondu aux 15 questions reportez-vous au tableau. 1. En vous réveillant le matin, que remarquez-vous surtout ? A. le son de votre réveil. B. vous cherchez à discerner la lueur du jour à travers les volets. C. vous pensez à la journée qui vous attend et vous lister ce que vous ferez. D. la sensation de chaleur sous les couvertures qu'il va falloir bientôt quitter. 2. Vous vous promenez sur une plage, vous remarquez : A. le bruit des vagues et le chant des oiseaux de mer. B. L'odeur de l'air et la sensation de la brise chargée d'embruns. C. Vous vous dites que vous avez choisi le bon moment pour vous promener. D. Vous admirez le paysage. 3. Quand vous prenez l'autobus : A. vous regardez les gens autour de vous. B. Vous vous plongez dans vos pensées. C. Vous trouvez que les autobus sont mal climatisés, il y fait toujours trop chaud ou trop froid. D. Vous écoutez les conversations autour de vous. 4. Au restaurant,outre la qualité de la cuisine vous aimez : A. qu'il y ait une musique de fond. B. Que la salle soit bien décorée. C. Que les chaises soient confortables. D. Que le menu change souvent. 5. Quand vous magasinez, ce qui vous ennuie le plus mis à part le fait d'attendre longtemps à la caisse c'est : A. de vous dire qu'une fois de plus les prix augmentent. B. Le discours du démonstrateur qui hurle dans un micro dans l'espoir de vous faire acheter quelque chose. C. De ne plus trouver vos produits habituels ou même endroit car l'emplacement des rayons change souvent. D. L'absence de contacts humains personnalisés, il n'y a jamais de vendeurs pour vous conseillez quand vous cherchez une information précise. 6. Vous êtes entré dans une vieille église, ce qui vous frappe c'est : A. l'odeur de l'encens. B. La demi-obscurité dans laquelle vous discernez la lueur des cierges et les vitraux. C. Le silence. D. Rien de particulier ne retient votre attention, toutes les vieilles églises se ressemblent un peu, mais vous ne vous êtes pas demandés pourquoi. 7. Quand il pleut l'été à la campagne : A. Vous vous dites que c'est une journée perdue. B. Vous appréciez l'odeur de la terre humide.
  • 15. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 15 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc C. Vous guettez l'arc-en-ciel. D. Vous écoutez tomber les gouttes. 8. Vous êtes en voiture sur la route mais ce n'est pas vous qui conduisez : A. vous regardez le paysage. B. Vous vous occupez de mettre la musique ou de chercher un programme radio qui vous convient. C. Vous vous détendez. D. Vous essayez de penser autre chose car vous êtes tenté de critiquer le conducteur. 9. Vous essayez un vêtement dans un magasin, celui que vous achetez : A. C'est le plus confortable et agréable au toucher. B. C'est celui qui vous va le mieux quand vous regardez dans la glace. C. C'est celui dont on vous a dit qu’il vous va le mieux. D. C'est celui qui, tout bien réfléchi, vous paraît le mieux adapté à l'usage que vous voulez en faire. 10. Vous êtes chez des amis, et leur chat vient, en miaulant, se frotter à vos jambes: A. il a l'air si mignon que vous le prenez sur vos genoux. B. En l'entendant miauler, vous lui demandez ce qu'il veut. C. Sa fourrure est très douce, vous le caressez. D. Vous pensez que ce chat a bien de la chance que vous soyez amis des animaux. Questions 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Réponses Aud. A A D A B C A B C B Vis. B D A B C B C A B A Kin. D B C C D A B C A C Dial. C C B D A D D D D D
  • 16. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 16 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 2.3. Les prédicats Les prédicats sont des mots (verbes, adverbes et adjectifs) qu'une personne utilise pour se représenter une expérience. Ils nous intéressent dans la mesure où ils nous permettent d'identifier le système de représentation que notre interlocuteur privilégie. Pour découvrirle système de représentation principal Le registre particulier que nous utilisons spontanément et le plus souvent. Nous l'appelons le système de représentation principal. "Comment sais-tu, penses-tu, crois-tu... cela ?": ce qui suscite généralement des réponses du type "eh bien, je me dis que..., je vois que..., je sens que..." Quelques prédicats Visuel Auditif Kinesthésique Non-spécifique Voir Entendre Sentir Penser Regarder Dire Toucher Comprendre Montrer Écouter En contact avec Changer Perspective Questionner Connecté Croire Brillant Dialoguer Relaxé Savoir Coloré Accord Concret Apprendre Visualiser Désaccord Pression se souvenir Éclairer Mélodieux Chaleureux Considérer Vague Crier Froid Décider Flou Parler Tendu Net Discordant Excité Brumeux Prêter l'oreille Bousculer Sombre Longueur d'onde Flotter Olfactif/Gustatif c'est pas du gâteau Goûter Saliver Saveur croquer dans la vie goût amer Flairer Parfum ça sent mauvais l'argent n'a pas d'odeur
  • 17. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 17 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc Exercices sur les prédicats Vous indiquez les systèmes sensoriels par V (pour visuel), A (pour auditif), K (pour kinesthésique), O (pour olfactif) et N (pour non spécifique). Dans les textes suivants, soulignez les prédicats, identifiez les systèmes impliqués, y compris les prédicats non spécifiques. 1. « Et puis, je me rappelle que j'avais coutume de lui raconter une chose amusante, au sujet des chutes de cheval. Saviez-vous que lorsque les premiers cavaliers chrétiens firent leur apparition dans le Nouveau monde, les païens croyaient que monture et cavalier ne faisaient qu'une seule personne.... Ils croyaient que ce devait être Dieu.... Ce n'est que lorsqu'un cavalier tomba qu'ils se rendirent compte de la vérité. » ... "Revêts-tu son cou d'une crinière ondoyante ? Son glorieux hennissement sème la terreur ! D'émotion et d'impatience, il avale la terre ! Il mêle sa voix à celle des trompettes..." Péter Schaeffer, Equus 2. « Les autres restaient alanguis, devant la table encombrée de vaisselle grasse. Ils roulaient des boulettes de mie de pain, revenaient sur les mêmes histoires, dans l'odeur de graillon qu'ils ne sentaient plus, et dans la chaleur d'étuve qui leur rougissait les oreilles. Les murs suaient, une asphyxie lente tombait de la voûte moisie. Adossé contre le mur, Deloche, bourré de pain, digérait en silence, les yeux levés sur le soupirail ... » 3. « Et leurs voix défaillaient, ils demeuraient les yeux fixés et perdus sur le lac ensoleillé des vitres. Un mirage se levait pour eux de cette eau aveuglante, ils voyaient des pâturages à l'infini, le Cotentin trempé par les haleines de l'océan, baigné d'une vapeur lumineuse, qui fondait l'horizon dans un gris délicat d'aquarelle... » Émile Zola, Au bonheur des Dames Pour chaque énoncé qui suit cochez le mode sensoriel privilégié d’expression de la personne (visuel, auditif, kinesthésique ou non spécifique) chacune s’est-elle exprimée? Énoncés exprimés V Visuel A Auditif K Kinesthésique Ad Dialogue interne « Je comprends ce que tu me dis» « J’entends ce que tu me dis » « Cela me tient à cœur » « Pourrais-tu me montrer comment faire? » « Il me semble que la situation n’est pas claire» « Dis-moi ce qui ne va pas»
  • 18. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 18 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc « J’ai une boule dans l’estomac» «Je n’arrive pas à m’imaginer ce que Pierre a voulu dire» «Je me sens mal là-dedans» «Je ne sais pas quoi en penser» «Ton histoire résonne avec la mienne» «Qu’est-ce que tu retiens de tout cela? » «J’aimerais que toi et moi parlions calmement de tout cela » «Pourrais-tu me répéter ce que tu viens de dire. J’ai mal entendu» «J’en ai des frissons» Une perspective nouvelle Si tu avais vu ce que je lui ai dit, tu comprendrais mieux ce que je sens Une situation harmonieuse Une décision lourde Un savoir nouveau Une pensée différente Une pilule amère Un caractère doux Un contrat solide Une vision lumineuse Un mot qui résonne Son contact m'a fait voir les choses d'une autre façon Ce que tu dis fait écho en moi Son regard me touche Je me sens à l'aise dans des vêtements de couleur claire
  • 19. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 19 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc En fonction des systèmes de représentation que répondriez-vous? Exemple 1 : Je ne crois pas à la réussite du projet X car, comment dire… (yeux dirigés en bas à droite)…certaines difficultés semblent insurmontables. Que répondez-vous? Exemple 2 : Si le projet Y réussit… (yeux dirigés en bas à gauche)(sourire)…je crois que cela sera un grand pas pour le service. Que répondez-vous? Exemple 3 : J’ai une super idée pour le projet Z … (yeux dirigés en haut). Que répondez-vous?
  • 20. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 20 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 3.Les compétences essentielles de la PNL
  • 21. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 21 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 3.1. Les trois piliers de la PNL Lorsque Bandler, Grinder et leur équipe ont modélisé les grands maîtres de la communication, ils ont découvert que chacun d'entre eux avait parfaitement intégré dans son comportement les caractéristiques suivantes:  Avoir de l'acuité sensorielle Posséder une acuité sensorielle hautement développée afin de pouvoir détecter tous les indices sensoriels nécessaires pour évaluer l'impact des interventions et le moment où rencontrer son objectif.  Avoir une flexibilité de comportement Si ce que l'on fait ne marche pas, alors il faut faire autre chose ! Faire plus de la même chose signifie généralement obtenir plus du même résultat ou pire. Le communicateur efficace possède un large répertoire d'options et une grande flexibilité de comportement afin d'utiliser toutes ces options. Ceci lui permet de s'adapter à chaque situation et de susciter les réponses désirées pour atteindre son objectif.  Avoir un objectif Savoir quel résultat obtenir dans une interaction et posséder des critères qui définissent ce résultat sur une base de perceptions sensorielles. 3.2. L’acuité sensorielle - Savoir calibrer La calibration est un processus par lequel le communicateur développe son acuité sensorielle, pré-requis à une communication efficace. Une étude a montré que 93% de la communication est non verbale. Seulement 7% des mots nous servent à comprendre le message de notre interlocuteur, autant dire bien peu de choses. Le véritable sens d'un message nous est fourni par la communication non verbale, 38% étant le résultat de notre comportement tonal (ton de la voix, timbre, tempo, volume) et 55% étant le résultat de notre comportement physiologique (posture, respiration, coloration de la peau, mouvement). La calibration consiste à repérer les indicateurs du comportement en observant attentivement tous les registres sensoriels (VAKO) les comportements conscients et inconscients de l'interlocuteur. Que peut-on calibrer ? Certains indicateurs d'état interne sont très faciles à repérer :  la posture générale  les gestes  les expressions contrastées du visage D'autres indicateurs sont plus subtils à distinguer :  la coloration de la peau,  les plis / rides du visage  la brillance du regard
  • 22. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 22 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc  la taille des pupilles  Les mouvements des sourcils  les positions / mouvements des paupières  les mouvements des narines  la coloration / taille / mouvement des lèvres  la coloration / mouvement du menton,  Les inclinaisons / hochements de la tête  le débit / volume de la voix  la profondeur / rythme de la respiration  les mouvements involontaires de certains muscles des doigts, du visage, de veines superficielles II n'est pas nécessaire de tout calibrer ! Le plus important est de noter les modifications d'un ou plusieurs paramètres au moment où la personne change d état interne. 3.3. Les mouvements oculaires On a observé que les mouvements involontaires des yeux n'étaient pas dirigés par hasard dans telle ou telle direction, mais qu'ils étaient reliés directement au mode de pensée de la personne. Systématiquement, nous dirigeons nos yeux dans certaines directions selon que nous formons des images mentales, que nous nous parlons à nous-mêmes, ou que nous ressentons des émotions. En observant, vous pouvez déterminer le système de représentation auquel une personne a accès à un niveau inconscient. Cela permet de mieux vous adapter à votre interlocuteur en adoptant un mode de communication synchronisé à son mode de représentation des choses. Ce diagramme illustre les mouvements oculaires standards d'une personne droitière vue de face. Parfois, les personnes gauchères présentent une inversion de ce schéma (gauche/droite). Parfois également, une personne droitière peut présenter une inversion dans la partie supérieure (Vc et Vr), dans la partie inférieure (K et Ad), ou dans les deux. Vc : Construction d’images visuelles (choses jamais vues auparavant) Vr : Remémoration d’images visuelles (choses déjà vues) Ac : Construction de mots ou sons (mots jamais entendus auparavant) Ar: Remémoration de mots ou sons (déjà entendus) Ad: Sons et mots entendus (dialogue interne) K : Sensations kinesthésiques (olfactives et gustatives également) (ressentis) NB: Les yeux dans le vague, déconcentrés, indiquent un accès visuel.
  • 23. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 23 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc
  • 24. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 24 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 3.4. La flexibilité - Savoir créer le rapport Le rapport : base de l'axe relationnelde la communication. Le rapport est cette relation de confiance et de coopération qui s'établit entre les interlocuteurs dans un climat de sécurité et de confiance mutuelle. Le principe de base du rapport est l'acceptation inconditionnelle de soi et de l'autre. La synchronisation La synchronisation est le processus par lequel on établit un contact étroit avec les niveaux conscients et inconscients d'un interlocuteur. En d'autres mots, la synchronisation consiste à refléter vers l'autre sa propre image, à lui envoyer des signaux non verbaux qu'il peut reconnaître inconsciemment, et qui sont pour lui des signes de son état et de son comportement. Bien entendu, il s'agit de refléter et non pas de "singer". Commentsynchroniser ? b. De façon verbale en rejoignant la forme et le contenu du discours  Synchronisez la forme du discours en utilisant dans votre langage les mots de votre interlocuteur.  Synchronisez le contenu en utilisant les mêmes expressions et en reprenant les idées importantes émises dans le discours de votre interlocuteur. c. De façon non verbale directe en rejoignant les macro et les micro- comportements  Synchronisez la posture en ajustant votre posture sur celle du corps entier de votre interlocuteur.  Synchronisez la moitié du corps en adaptant la partie supérieure ou inférieure de votre corps à la posture de votre interlocuteur.  Synchronisez la respiration en ajustant votre respiration à celle de l'autre.  Synchronisez les caractéristiques vocales en reproduisant la tonalité, le rythme, le volume, le registre, le timbre. N.B. Pour synchroniser, laissez un délai de quelques instants avant de reproduire symétriquement ou en reflet le(s) comportement(s) que vous désirez reproduire.
  • 25. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 25 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc …après avoir traversé une étrange forêt et erré dans un long tunnel mystérieux. Alice au pays des merveilles, commença prudemment à explorer son environnement. Son voyage la conduisit à un carrefour où des panneaux indicateurs étaient orientés dans toutes les directions. Très perplexe,elle avisa une chenille géante qui fumait tranquillement la pipe, assise dans un arbre : "Excusez-moi Monsieur, voulez- vous me dire quelle route je devrais prendre ? " Sagement la chenille demanda : "Ça dépend mademoiselle, où voulez-vous aller? " Toute surprise par celte question. Alice répondit : "Mais. je ne sais pas, je n 'en sais rien ! " "Dans ce cas, n’importe laquelle. rétorqua la chenille, prenez n’importe laquelle des routes, elles feront toutes votre affaire étant donné que vous ne savez pas où vous voulez aller... 3.5. La notion d’objectif
  • 26. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 26 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc Les critères d'un bon objectif Pour être pertinent et complet, un objectif est assujetti à un certain nombre de conditions. Il se doit d'être : FORMULÉ DE MANIÈRE AFFIRMATIVE Un bon objectif est formulé de façon positive car la négation est un concept de langage, et le cerveau ne peut pas s'en faire une représentation. Il faut donc dire "je veux … " plutôt que "je ne veux plus". SPÉCIFIQUE ET CONTEXTUALISÉ C'est-à-dire formulé sur une base sensorielle VAKO. De plus, il précise le contexte de la réalisation du changement désiré. REALISTE ET ATTEIGNABLE Sa réalisation doit dépendre exclusivement de la personne qui initie le changement et c'est elle qui porte l'entière responsabilité de l'objectif qu'elle choisit. VÉRIFIABLE ET OBSERVABLE Il sera vérifiable à travers la perception de la personne qui le formule, exemple: "je sais que j'ai atteint mon objectif car je vois... j'entends... je ressens... je fais. ECOLOGIQUE Les conséquences du changement sont en harmonie et respectent l'environnement du sujet (ses proches, son travail, ses amis, etc.) PRÉSERVE LES GAINS SECONDAIRES Mettre à jour les avantages ou les bénéfices que procure ce comportement.
  • 27. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 27 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc Exemple d’un cadre objectif 1. Qu'est-ce que tu veux? Quel est ton objectif La réponse doit rencontrer les critères POSITIF,SPÉCIFIQUE et CONTEXTUALISÉ ainsi que les critères RÉALISTE et ATTEIGNABLE. Amener la personne à utiliser des termes positifs, précis, sensoriels. Quoi spécifiquement, avec qui quand, où...? L'objectif doit être réaliste et atteignable par la personne elle-même. S'il implique une autre personne, la ramener à définir un objectif dont elle est la seule responsable. 2. En quoi c’est important pour toi d’atteindre cet objectif? Qu'est-ce que ça va le donner de l'atteindre? Qu’est ce que cela va permettre? A quoi cela va te servir d’atteindre cet objectif? 3. Comment sauras-tu que tu as atteint ton objectif? La réponse doit rencontrer les critères VÉRIFIABLE et OBSERVABLE. (Comportement extérieur, état intérieur, processus interne) Quand tu as atteint ton objectif, qu’est-ce que tu vois, dis, te dis, ressens...? Quelle en est la démonstration concrète,l'évidence... ? Comment quelqu'un d'autre saura-il que tu as atteint ? Qu’est-ce qu’il te voit faire, t'entend dire...? 4. Quels sont les inconvénients de l'atteinte de ton objectifpour toi? Quels sont les avantagespour toi de ne pas atteindre ton objectif? La réponse doit rencontrer le critère de l'écologie interne, c'est-à-dire que le nouvel objectif doit PRÉSERVER LES GAINS SECONDAIRES. Si tu atteins ton objectif, qu'est-ce que tu perds? A quoi devras-tu renoncer? Y a-t-il un avantage à ce que rien ne change...? (Questions pour vérifier s'il y a des gains secondaires). Quelles solutions sont à prévoir s'il y a des gains à préserver... ? Quels sont les inconvénients de l'atteinte de ton objectifpour ton entourage? Quels sont les avantagespour ton entourage de ne pas atteindre ton objectif? La réponse doit rencontrer le critère de l'ECOLOGIE externe. Quelles sont les solutions à prévoir pour contrer les inconvénients pour ton entourage? 5. Qu’est ce t’empêche aujourd’hui d’atteindre ton objectif? 6. De quelles ressources as-tu besoin pour atteindre ton objectif? Ressources internes,information, formation, support, etc.. 7. Quelles sont les étapes à parcourir ? Quelle serait une première bonne étape? Et Quand? Question optionnelle : Si tu ne changes rien à ta situation présente,que se passera t’il?
  • 28. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 28 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 4.Le langage du changement « Chaque structure linguistique, de par la nature même du langage, ordonne d'une certaine manière notre perception du monde. Autrementdit, nousne lisons le monde qu’au moyen de la structure linguistique qui est la nôtre. » Noam Chomsky, le langage et la pensée
  • 29. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 29 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 4.1. L'impossible négation Il est intéressant de noter que pour se faire une représentation interne de la phrase suivante : « ne pensez pas à un éléphant rose », vous êtes en quelque sorte obligée d'y penser pour ensuite ne plus y penser. Le même processus est responsable du fait que lorsqu'on dit à un enfant « ne va pas jouer dans la rue », la minute suivante il se retrouve dans la rue. Nous ne pouvons pas concevoir les négations sauf de façon consciente de par notre dialogue interne. Par contre les autres systèmes de représentation visuelle, auditive, kinesthésique, olfactive et gustative sont incapables de se représenter une réalité correspondante à la négation. L'expérience n'a pas de contraire ! Lorsqu'on se dit :  « je ne dois pas m'énerver. »  « Je ne suis pas malade. »  « Je n'ai pas peur de... » Notre cerveau traduit plutôt par :  « je dois m'énerver. »  « Je suis malade. »  « J'ai peur de... » Nous nous représentons intérieurement la chose qui est niée, ce qui crée une évocation très souvent négative. De là l'importance de dire ce que l'on veut et non ce que l'on ne veut pas. La formulation positive d'une suggestion ou d'une directive ne correspond pas seulement à une vision optimiste des choses. Elles aident surtout la personne à construire par elle-même une représentation qui lui sera utile plutôt qu'une qui risque d'induire le comportement proposé. Exemple : La phrase : « ne va pas jouer autour de la piscine » sera remplacée par : « va jouer sur la pelouse dans le jardin ». La phrase de remplacement formulée en termes positifs permet une représentation interne favorable à l'atteinte de l'objectif. 4.2. L’incongruence linguistique Posez-vous la question : avec qui préférerez-vous être en relation? Avec quelqu’un qui vous inspire, qui vous donne de l’énergie ou avec quelqu’un qui vous laisse avec le sentiment qu’il n’y a pas d’espoir, que tout est difficile et que la vie est sombre. Choisissez-vous quelqu’un qui vous permet de ressentir la confiance en vous ou avec quelqu’un qui vous rappelle constamment vos échecs? La plupart du temps on ne réalise pas cela, les gens choisissent d’être avec nous, de faire des affaires avec nous à cause de ce que nous induisons chez eux par notre attitude et notre langage.
  • 30. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 30 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc L’incongruence séquentielle signifie que l’utilisation de certains mots de liaisons entre deux parties de phrases conduit à l’annulation de la première partie de la phrase, et induit le message contraire. Si on les utilise, placer la partie négative en premier en premier et le positif en dernier point, ou changer le « mais » par le « et ». L’incongruence séquentielle Non, je ne serais pas heureux Non, je ne réussirais pas à l’école Non, je ne changerai pas Mon souhait le plus cher est d’être heureux un jour, mais ça va être long J’aimerais bien réussir à l’école, mais les professeurs m’en empêchent Je voudrais bien changer et régler mon problème, mais cela ne dépend pas de moi Je suis d’accord avec vous, mais j’ajouterai que… Non, je ne suis pas d’accord avec vous L’incongruence séquentielle je serais heureux un jour J’ai envie de réussir à l’école J’ai envie de changer Mon souhait le plus cher est d’être heureux un jour, même si ça va être long J’aimerais bien réussir à l’école, même si les professeurs m’en empêchent Je voudrais bien changer et régler mon problème, même si cela ne dépend pas de moi Je suis d’accord avec vous, et j’ajouterai que… je suis d’accord avec vous
  • 31. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 31 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 4.3. Il faut, je dois… 1. Pensez à trois situations dans lesquelles vous êtes obligés de faire quelque chose, sans en avoir du tout envie. Écrivez trois phrases simples en commençant par ‘je dois’. Exemple : ‘je dois m’habiller tous les matins… Je dois aller au bureau… etc…’ 2. Réécrivez ces phrases en mettant ‘je choisis’ à la place de ‘je dois’. Par exemple : ‘je choisis de m’habiller tous les matins… Je choisis d’aller au bureau …’ Écrivez. 3. Discussion : lorsqu’on affirme un choix, on se sent davantage en puissance, plus confiant, plus positif. On retrouve l’énergie d’assumer et de faire ce qu’on choisit de faire. En revanche, lorsqu’on est dans l’obligation, on se sent sans énergie, on se sent impuissant, on est victime de ce qui est imposé. Maintenant, le constat important est qu’en réalité on CHOISIT TOUJOURS. Mais on ignore souvent qu’on choisit. On se cantone dans une position de victime. Nous avons donc la possibilité de reprendre conscience de ce choix et de retrouver notre énergie, notre propre puissance créatrice. Allons plus loin : 1. Écrivez trois phrases simples exprimant une émotion négative (peur, colère, frustration, tristesse, culpabilité…) sur le modèle ‘je me sens… quand tu… ’. Exemple : ‘Je me sens triste quand tu pars… Ou : je me sens très en colère quand tu …’ Pas besoin de nommer la personne à laquelle vous pensez. Allez- y. Maintenant, réécrivez ces phrases en mettant ’je choisis de’ devant. 2. Exemple : ‘Je choisis de me sentir triste quand tu pars… Ou : Je choisis de me sentir très en colère quand tu …’ Discussion : nos émotions aussi, nos ressentis, nos états intérieurs sont en fonction de nos propres choix, souvent inconscients. Il est utile d’en prendre conscience. Ce que nous pensons est notre choix de penser. Nous regardons en fonction de ce que nous choisissons de regarder. Nous réagissons en fonction de ce qui en nous nous fait réagir. On choisit toujours. Il est bon d’en être conscient et de nous assurer de faire le meilleur choix.
  • 32. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 32 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 4.4. Les présuppositions Les présuppositions sont des phrases dans lesquelles certains éléments non déclarés doivent être présupposés pour que la déclaration ait un sens. Elles se rapportent à des croyances inconscientes ou à des hypothèses intégrées dans la structure d'un énoncé. Selon le dictionnaire, présupposer signifie "supposer au préalable». Par exemple, pour comprendre l'énoncé, «Dès que vous arrêterez d'essayer de saboter nos efforts, nous serons en mesure de faire plus de progrès », on doit présumer que la personne vers qui la déclaration est dirigée a déjà tenté ou est en train de saboter tous les efforts. La déclaration suppose également que si on fait les efforts nécessaires, des progrès seront réalisés. Les présuppositions peuvent être puissamment aidantes, ou peuvent transmettre les messages les plus destructeurs, sans que rien ne paraisse dans ce qui est dit et entendu. L'esprit conscient entendra ce qui est dit, l’esprit inconscient percevra la présupposition – encouragement, acceptation ou rejet. Sur un plan positif, les présuppositions peuvent être des vecteurs puissants d'autonomisation et véhiculer des messages d’estime de soi. Quelle différence pour vous entre les deux formulations? 1. J’espère que mes résultats vont s’améliorer et 2. Je vais faire en sorte d’améliorer mes résultats. __________________________________ 1. J’ai bon espoir en que vous allez essayer d’améliorer vos résultats. et 2. J’ai la certitude que vous aurez un résultat satisfaisant. La motivation par les questions : Pour motiver sur un objectif, on a le choix entre 3 questions : a. Si vous atteignez cet objectif, qu’est ce que cela vous donnera? b. Quand vous atteindrez cet objectif, qu’est ce que cela vous apportera? c. Quand vous atteindrez cet objectif, qu’est ce que cela signifiera pour vous? Quelles questions choisiriez-vous et pour quelle raison? Que présupposentces questions? – A qui la faute? – Pourquoi essaie t’il de vous blesser? – Pendant combien de temps avez-vous laissé perdurer la situation? Et celles-ci? o Parmi toutes les capacités que vous avez à votre disposition, laquelle serait la plus appropriée dans cette situation? o Qu’est ce qui vous empêche de changer? o Que pouvez-vous apprendre de cela?
  • 33. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 33 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 4.5. La communication orientée solutions Le but de cet exercice est de découvrir si nos réactions, perceptions, ressentis,émotions diffèrent selon le type de questions que l’on nous pose Identifiez un problème personnel ou professionnel et réfléchissez à ce problème. Je vais vous poser deux ensembles de questions. la grille A et la grille B. Sans répondre à la question,écrivez les réactions,émotions, ressentis que suscitent en vous les questions. Cela peut-être pour chacune desquestions ou pour des ressentis pour la grille de question. Grille A Questions Ressentis,émotions Qu’est ce qui ne va pas ? Pourquoi as-tu ce problème ? Qu’y a-t-il de grave là-dedans ? A qui la faute ? Grille B Questions Ressentis, émotions Que veux-tu concrètement obtenir ? Comment vas-tu faire pour l’obtenir? De quels moyens disposes-tu pour l’obtenir ? Pour quand veux-tu l’obtenir ? Exemple d’émotions Gène Frustration Culpabilité Espoir Joie Sérénité Colère Peur Tranquillité Désespoir Force Soulagement
  • 34. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 34 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 5.La gestion des états émotionnels « L’odeur des petits citrons verts fait encore ressurgir aujourd’hui dans ma mémoire une sensation ouatée de chaleur tropicale, de bonheur sécurisant, d’ambiance affectueuse et gaie. L’odeur du petit citron vert est ma madeleine de Proust ! » Henri Laborit
  • 35. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 35 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 5.1. L’ancrage Ce qu'est l'ancrage Processus par lequel un lien privilégié a été établi entre l'odeur et l'émotion. Ainsi, l'odeur du petit citron vert a agi comme une ancre, c'est-à-dire comme un stimulus sensoriel qui a réactivé de façon systématique son expérience passée et tout l'état interne particulier qui lui était rattaché. Une ancre est donc un déclencheur qui réveille automatiquement un souvenir enfoui dans la mémoire. L'ancre peut être une image, un son, des paroles, une sensation externe, une odeur ou une saveur. Exemple: une chanson particulière... et nous revoilà dans le passé. L'utilitédel'ancrage On utilise l'ancrage pour associer délibérément un stimulus externe à une expérience de référence déterminée. Une fois le lien établi, l'expérience peut être déclenchée au moyen du même stimulus. Par l'ancrage, nous nous connectons à certains états- ressource pour transformer les situations délicates ou difficiles que nous traversons. Pour réussir l'ancrage L'acuité sensorielle est l'atout essentiel pour réussir l'ancrage et son efficacité dépend de certains paramètres: a) accès à l'expérience avec suffisamment d'intensité. b) ancrer l'expérience au moment où le kinesthésique (sentiments, émotions, sensations) atteint le maximum d'intensité. La durée de l'ancrage est d'environ huit à dix secondes. Lorsque l'ancrage est kinesthésique, on stimule doucement au début, puis on accentue la pression jusqu'au moment où l'intensité atteint son maximum. Exercice : Choisir ses émotions  Pensez à un moment où vous étiez triste, sentez la tristesse en vous…  Pensez à un moment où vous étiez joyeux, sentez la joie en vous…  Pensez à un moment où vous étiez frustré, fâché, sentez la frustration en vous…  pensez à un moment où vous étiez fier de vous-même, en confiance, sentez la confiance en vous… 1. pensez à un moment où vous étiez fatigué, épuisé, …sentez la fatigue en vous… 2. pensez à un moment où vous étiez très enthousiaste, excité, plein d’énergie, …sentez cet enthousiasme en vous…
  • 36. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 36 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc - Est-ce difficile d’accéder à un état intérieur ? - Est-ce difficile de passer d’un état à un autre ? - Combien de temps cela prend-il ? - Qui est aux commandes ? Observez que vous pouvez, dans une large mesure, ‘choisir’ dans quel espace intérieur vous voulez être. Certes, ce n’est pas toujours facile, car les émotions nous submergent parfois. Mais il n’en reste pas moins que nous choisissons notre expérience par la manière dont nous pensons. Nous avons toujours la possibilité de choisir une autre réalité intérieure. 5.2. L'ancrage simple Cette procédure sert à activer et rendre disponible les ressources utiles à la personne dans la réalisation d'un objectif. 1. Préciser la ou les ressources désirées. 2. Demandez à la personne de revivre un événement dans lequel ces ressources étaient présentes et de revivre pleinement cette expérience à travers l'image, le son et la sensation. 3. Lorsque la personne revit son expérience dans un maximum d'intensité, ancrer cette expérience de façon kinesthésique en touchant une partie du corps (vous aurez demandé la permission auparavant). 4. Faites une interruption de schéma (de quelle couleur est votre voiture?) et vérifier l'ancre en faisant une pression au même endroit et calibrer pour vous assurer que votre ancre provoque les mêmes répliques sensorielles que celles observées pendant l'expérience. 5. Faites le pont vers le futur.
  • 37. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 37 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 6. Exemples d’application :
  • 38. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 38 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 6.1. Le cercle d'excellence 1. A demande à B d'identifier et de revivre une expérience dans laquelle il avait accès à toutes ses ressources. A dirige B dans cette expérience en utilisant le VAKO. Puis, il invite B à serrer le pouce et l'index lorsqu'il revit pleinement et intensément cette expérience. A calibre la physiologie associée de cette expérience de ressource. 2. A demande à B de prendre une physiologie d'excellence, c'est-à-dire la posture physique qui lui confère un état parfait de bien-être et de contact avec tout son potentiel. Au besoin, A ajuste la position de la tête, la posture, les épaules, la respiration, etc… et calibre la physiologie d'excellence. 3. A fait tracer à B un cercle imaginaire en face de lui et lui demande d'en visualiser la forme, la couleur, la texture et tout autre détail qu'il voudrait y apporter afin que cet espace soit une merveilleuse représentation de son espace d'excellence. 4. Lorsque B a terminé l'aménagement idéal de son cercle,il entre à l'intérieur, s'installe avec soin dans sa physiologie d'excellence et serre le pouce et l'index pour raviver l'expérience de ressource et en ressentir tous les bienfaits. Refaire cette étape 2 à 3 fois jusqu'à ce que B retrouve automatiquement sa physiologie d'excellence lorsqu'il entre dans son cercle. A calibre afin de s'assurer que B intègre la physiologie d'excellence et le VAKO de l'expérience de ressource. 5. Puis, à l'extérieur du cercle,B identifie une expérience récente ou il n'avait pas accès à toutes ses ressources. Illa revit juste assez pour identifier le signal interne qui déclenche cet état non productif. A calibre la physiologie de non-ressource. 6. A demande à B de revivre cette situation de non- ressource. Dès que le signal déclencheur apparaît, il entre dans son cercle d'excellence, retrouve sa physiologie d'excellence et imagine comment cela aurait pu se dérouler différemment. A calibre afin de s'assurer que B intègre la physiologie d'excellence et le VAKO de l'expérience de ressources. B ressort du cercle et commente sur son expérience. 7. Pont avec le futur. B identifie une situation qu'il appréhende prochainement. A l'invite à entrer dans son cercle d'excellence et à imaginer comment cette situation pourrait maintenant se passer. A calibre. 8. Si le pont avec le futur est satisfaisant, A demande à B de retourner dans le cercle puis d'imaginer que son cercle rapetisse de sorte qu'il puisse aller le placer à l'intérieur de lui, là où il sera toujours disponible et facile à retrouver. Dans l'avenir, B n'aura qu’à serrer le pouce et l'index de sa main pour retrouver immédiatement l'état d'excellence. Testez.
  • 39. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 39 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc 6.2. La stratégie de ressources 1. Rappelez-vous une expérience de doute. 2. Imaginez un espace au sol représentant ce doute. 3. Entrer en contact avec trois mentors que vous admirez : le premier pour sa capacité à motiver, le second pour sa capacité à s’engager et le troisième pour sa capacité à aimer. Lorsque vous faites cette étape, ancrez au sol l’espace de ces mentors. 4. Ensuite, entrez dans l’espace du doute et associez-vous à ce doute. 5. Placez-vous en position méta et demandez-vous quel est l’intention positive de ce doute, quelle est sa raison d’être? 6. Entrez dans l’espace des mentors et demandez à chacun, à tour de rôle, ce qu’ils vous conseillent par rapport à votre doute. Porter attention au message de chacun. 7. Devant l’ancrage spatial représentant ces mentors, créer un espace représentant leur message commun. En vous tournant vers les mentors entendez le message commun de ces mentors et formulez-le. 8. Emmenez ce message commun dans l’espace du doute. Quel est son impact sur le doute ? qu’est devenu le doute. + Message commun Intention positive Motivation Engagement Amour Doute
  • 40. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 40 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc Ce que vous avez appris le :  Quels sont les points clés de ce que vous appris? Identifiez en 3 et Lister 3 situations dans lesquelles vous pourrez utiliser ce que vous avez appris : 1. … ◦ Situation 1 ….. 2. … ◦ Situation 2 ….. 3. … ◦ Situation 3 …..
  • 41. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 41 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc Ce que vous avez appris le :  Quels sont les points clés de ce que vous appris? Identifiez en 3 et Lister 3 situations dans lesquelles vous pourrez utiliser ce que vous avez appris : 1. … ◦ Situation 1 ….. 2. … ◦ Situation 2 ….. 3. … ◦ Situation 3 …..
  • 42. Introduction à la Programmation Neuro-Linguistique Page | 42 Bernard Miollan  : 687937491 - courriel: bpmi@mls.nc Ce que vous avez appris le :  Quels sont les points clés de ce que vous appris? Identifiez en 3 et Lister 3 situations dans lesquelles vous pourrez utiliser ce que vous avez appris : 1. … ◦ Situation 1 ….. 2. … ◦ Situation 2 ….. 3. … ◦ Situation 3 …..