SlideShare une entreprise Scribd logo
Mes trois Moyen âge
Michel Bruley mai 2024
Les trois Moyen âge 1/14
Introduction
Le Moyen âge est une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle. Il doit son
appellation aux hommes de la Renaissance qui le voyaient comme un temps barbare et
médiocre en comparaison de l'âge d'or de l'Antiquité gréco-romaine.
Le Moyen âge a été fortement influencé par l’Église de Rome, seule institution ayant survécu
à l’effondrement de l’Empire romain d’occident. Église de Rome qui a inventé le catholicisme
(invention du purgatoire, des 7 sacrements, célibat des prêtres, infaillibilité du pape …) qui a
généré les croisades et qui a cherché à installer une théocratie pour s’imposer politiquement
sur toute l’Europe et le monde, ce qui a échoué (cf. mon fascicule - Dieu, y es-tu ? chapitre 3).
Les historiens n’ont jamais remis en cause cette appellation et le Moyen âge est passé à la
postérité comme une longue période peu intéressante dominée par les superstitions,
l'ignorance et la brutalité. La stigmatisation est allée jusqu’à la déformation, par exemple on
a inventé le droit de cuissage qui n’a jamais existé par une mauvaise interprétation du droit
cullage (cullagium, « collecte » en latin) que devait payer un nouveau marié aux célibataires
du village, par compensation.
Cependant, le Moyen âge n’est ni homogène ni inintéressant dans bien des domaines :
technique, architecture, culture, agricole, économique … En fait, on peut aisément distinguer
trois Moyen âge correspondant à trois temps très différents :
• De 476 à 700, une période de déclin
• De 700 à 1300, une période de développement
• De 1300 à 1450, une période de grandes épreuves
J’ai regroupé ci-après quelques éléments synthétiques sur chacun de ces temps ainsi qu’en
annexe trois articles que j’ai publiés chez Mabatim.Info :
1. La disparition de l’Empire romain, comme modèle de la fin de l’Emprise occidentale sur
le monde
2. À propos des nobles, les oligarques du système féodal
3. Se protéger des manipulateurs religieux est un travail pour Sisyphe
Bonne lecture
Les trois Moyen âge 2/14
Les trois Moyen âge
1° temps : le Moyen âge de 476 à 700 est une période de déclin
En 476, l’Empire romain d’occident s’effondre (voir annexe 1 - La disparition de l’Empire
romain, comme modèle de la fin de l’Emprise occidentale sur le monde). En 486 la bataille de
Soissons marque l'avènement des Francs de la dynastie mérovingienne. Dès lors la gaule
romanisée va progressivement se transformer, se contracter économiquement. On assiste à
un rétrécissement des fortunes aristocratiques en parallèle avec un rétrécissement des
échanges économiques, dont le commerce international qui disparaît entre 400 et 700, il
faudra attendre le XIIe pour qu’il reprenne. Il y a aussi un déclin des villes, les grands
équipements ne sont plus entretenus (aqueducs, arènes … y compris les murailles des villes).
Les paysans sont les grands bénéficiaires de ces changements, mais en parallèle on note une
extension des forêts et des espaces incultes. On passe d’une agriculture intensive (grande villa
romaine) visant l’export dans l’empire, à une culture locale plus diversifiée. Il y a multiplication
des petits propriétaires. Au VIIe, si le commerce international en méditerranée s’arrête
notamment à cause de la pression arabe, le commerce en mer du nord se développe. La
disparition (vers 675) du solidus or créé par Constantin remplacé par le denier d’argent (Pépin
le bref/Charlemagne) consacre la fin des derniers signes de romanité.
Enfin, le haut Moyen âge a en outre subi une pandémie de peste à partir de 541 jusqu'en 767,
elle a touché tout le bassin méditerranéen, elle porte le nom de peste Justinienne et a
participé à faire échouer l'empereur romain d'Orient Justinien Ier (482/565) dans sa
reconquête de l’Empire romain d’occident.
2e temps : le Moyen âge de 700 à 1300 est une période de développement
Développement économique et démographique : le fait le plus marquant est celui de la
croissance démographique de la population européenne qui passe de 27 millions en 700 à 70
en 1300. Elle est le résultat de divers facteurs comme la mise en place du système féodal et la
multiplication des grands domaines (>100h) avec des terres divisées en réserves du
propriétaire et tenure du paysan (libre ou servile) ou les paysans exploitent le tout, la
production de la tenure est pour lui. À noter que les conditions sont différentes selon les
régions, en Bretagne il y a beaucoup d’hommes libres (> 80%), en Germanie il y a beaucoup
d’esclaves. Enfin, en parallèle des grands domaines, il y a des petits indépendants.
L’agriculture devient scientifique : assolement triennal, nouvelle charrue au XIe, fermes
modèles cisterciennes. La laine, la viande, le vin deviennent des produits de consommation. Il
y a aussi une multiplication des marchés du fait de la monétisation de la société, car pour
payer les taxes, les paysans vendent et les seigneurs vendent leur surplus, la monnaie
sécurisant les transactions.
Développement des seigneuries : la naissance de la seigneurie a créé un cadre contraignant,
stable et sécurisé qui a permis le décollage démographique de l’occident (voir annexe 2 - À
propos des nobles, les oligarques du système féodal). La seigneurie a des dimensions
Les trois Moyen âge 3/14
politique/pouvoir et économique. Les besoins des seigneurs sont grandissants : coût d’un
château, des armes. L’équipement d’un chevalier représente de 1,5 à 3 ans de salaire d’un
ouvrier. Les défrichements, les investissements (four, moulin … et autres banalités)
permettent de générer de nouveaux revenus. Par exemple 35% de la production des céréales
est captée par les seigneurs et l’église, 25% conservée pour l’ensemencement, il reste 40%
aux paysans producteurs.
Après 1250, on voit se multiplier les chartres de franchise qui organisent les communautés,
notamment les relations avec les seigneurs, chartres de commune (plus rare) avec parlement
d’hommes et fonction de justice. La création des villages se développe entre le XIe et le XIIIe
siècle.
Développement des techniques : en Europe le Moyen âge a développé plus qu’aucune autre
civilisation précédente l’usage des machines avec le moulin à eau qui fournit de l’énergie, c’est
le pétrole de l’époque. Le moulin à eau à une rentabilité énorme par rapport au moulin romain
qui utilisait la force humaine. Les Romains rejetaient la mécanisation, ils ne voulaient pas
déstabiliser l’esclavage et les travailleurs libres. Il y a une multiplication des moulins, par
exemple dans l’Aube, on compte 14 moulins au XIe, 60 au XIIe, 200au XIIIe et en amont de
Paris jusqu’à 68 moulins. Il y a dans les moulins des arbres à cames dès le Xe. On utilise les
moulins pour : les grains, la bière, le fer … le papier …, pour fouler et 1 homme avec 1 moulin
remplace 40 ouvriers foulons. À noter que la mécanisation du foulage au XIVe rencontre des
résistances. Le moulin à eau permet des productions quasi industrielles, par exemple Richard
Cœur de Lion a commandé 50 000 fers pour chevaux pour sa croisade (XIIe). Cependant il
faudra attendre le XIVe pour voir les premiers hauts fourneaux.
Les attelages antiques de chevaux ou de bœufs couplés permettaient de tirer 500 kg, mais
avec le collier pour chevaux inventé au VIIIe, l’attelage peut tirer 2500 à 3000 kg. De plus à
partir du XIe on ferre les chevaux. Les capacités de travail sont transformées, si la puissance
d’un cheval est 1, le bœuf est à 0,66, le mulet 0,50, l’âne 0,25. À noter que le cheval peut
travailler 2 heures de plus par jour qu’un bœuf. Cependant dans l’agriculture l’adaptation fut
lente (problème financier d’investissement).
L’art gothique apporte de nombreuses inventions, notamment pour assurer la course à la
hauteur des édifices. On note un plateau technique à quelques innovations près à la fin du
XIIIe (les exceptions : pendule mécanique, fonte, avant-train mobile, pompe
aspirante/refoulante, actionnée par un système de bielle-manivelle). Enfin, il faut noter que
la renaissance prendra son essor grâce à des innovations médiévales : navigation, imprimerie
…
Développement du commerce international : il y a un développement du
commerce international au début Xe qui se généralise au XIe et prend une expansion
considérable aux XIIe et XIIIe avec notamment Venise, Pise, Gène et plus tard Marseille,
Barcelone. Les commerçants vont chercher loin des marchandises, l’histoire retiendra en
particulier Marco Polo (XIIIe). Le nord de l’Europe voit aussi un fort développement du
commerce qui est en partie dû à des innovations techniques comme la boussole et le
gouvernail d’étambot, mais aussi à des innovations commerciales le système de la commande
comprenant un investisseur et un marin, l’assurance maritime et la lettre de change.
Les trois Moyen âge 4/14
Cependant la cause principale de ce développement c’est le commerce intérieur et la
disposition d’un réseau routier conséquent qui facilitent la circulation des commerçants et la
tenue de nombreuses foires comme celle de champagne, à Troyes par exemple elles ont lieu
deux fois par an.
Développement du nombre d’hommes libres : au haut Moyen âge d’un point de vue juridique,
il y avait deux catégories de personnes, les libres et les esclaves (non libres) qui ne pouvaient
pas passer un contrat, étaient châtiés par le maître sans passer devant la justice publique,
n’avaient pas le droit à la propriété. À noter que le meurtre d’un esclave était alors puni d’une
taxe de 30 sous, moins que celui d’une vache (35 sous).
Le Christianisme et les difficultés économiques (un esclave peut coûter à entretenir hors des
périodes de récolte) ont poussé du VIIe au XIe à la diminution du nombre d’esclaves au profit
des affranchis sous dépendance qui peuvent librement se marier. Ils sont dans un statut
détérioré d’homme libre, ils ne sont pas indépendants, notion de semi-liberté. Il y avait aussi
beaucoup de différences dans le statut des hommes et des femmes qui ont de nombreuses
limitations, même si elles peuvent posséder des biens et en faire usage en cas de veuvage.
Développement des universités : le déclin culturel du moyen âge a été dû au christianisme
(voir annexe 3 - À propos des nobles, les oligarques du système féodal), cependant le XIIe et
le XIIIe siècle voient le développement du nombre des traductions des textes anciens (grecs,
romains …) et la création des premières universités. Abélard (1079/1142) qui est considéré
comme le 1° intellectuel européen met en lumière 158 contradictions dans les écritures
bibliques. Le calendrier grégorien qui sera adopté en 1582 reprendra les calculs de Roger
Bacon et Robert Grosseteste établit 300 ans avant. Pierre de Maricourt est un savant qui a
rédigé en 1269 le premier traité sur les propriétés des aimants et qui est connu comme le
premier maître des expériences. À noter que déjà on constate une opposition entre littéraire
et techniciens.
3e temps : le Moyen âge de 1300 à 1450 est une période de grandes épreuves
Le climat en l’an mil était plus doux et plus sec qu’aujourd’hui ce qui faisait que l’on cultivait
alors de la vigne en Angleterre, mais à partir de 1300 et pendant 150 ans, des conditions
climatiques dégradées génèrent de grandes famines si importantes que l’on verra du
cannibalisme comme à Gêne en 1315-1317.
La chrétienté est en crise, et vit le grand schisme d’occident avec la multiplication des papes
concurrents, jusqu’à trois papes en même temps. De plus après la condamnation en 1277 de
219 thèses enseignées à l’université de Paris où les philosophes étudiaient des textes anciens
Grecs récemment retrouvés, il y a un durcissement de l’église, à la foi succède des pratiques
de dévotion et beaucoup de mystiques. Dans le même temps naît l’inquisition, une juridiction
ecclésiastique d'exception, active du XIIIe au XIVe pour la répression des crimes d'hérésie et
de sorcellerie. À noter que la chasse à la sorcellerie mènera au bûcher ou au gibet des dizaines
de milliers de personnes, très majoritairement des femmes.
La peste noire 1348-1353 est un cataclysme sanitaire. De 40 à 50% de la population
européenne disparaît, par exemple à Avignon il y a 11 000 morts sur population de 25 000
Les trois Moyen âge 5/14
personnes. Près de 20% des villages disparaissent. La propagation internationale de la peste a
été facilitée par la Pax Mongolica (XIIIe – XIVe) qui garantissait les échanges commerciaux
internationaux et par la densité des villes.
Les guerres, notamment celle de Cent Ans qui a opposé de 1337 à 1453, la dynastie des
Plantagenêts à celle des Capétiens, ont accaparé beaucoup de ressources financières,
humaines et outre les dégâts directs divers, ont arrêté le développement des innovations
techniques autres que militaires, mais elles nous ont légué le canon. Constantinople tombe en
1453 grâce aux canons.
Le climat, la peste, les guerres vont engendrer un nouveau régime démographique et
économique avec ses crises et ses opportunités, ses gagnants et ses perdants. La chute de la
population conduira à une raréfaction de la main-d’œuvre et à des hausses des salaires, à une
chute de la demande et du prix des céréales. Les seigneurs, subissant des chutes de revenu,
ont recours aux législatifs pour freiner la hausse des salaires et la mobilité des personnes. Les
foires de champagne déclinent au XIVe, le commerce de Gênes et de Venise est affecté. Il y a
une crise financière, notamment en Italie, trop de crédits non remboursés en particulier du
fait des guerres.
Cependant au niveau des conditions de vie, on peut noter que la main-d’œuvre médiévale
était relativement bien payée, les salaires ont été les meilleurs entre 1340 et 1540, ils se sont
réduits après. Les architectes/ingénieurs étaient très bien payés, très honorés, avec leur nom
apposé dans les églises. Certains corps de métier ont imposé des droits et privilèges comme
les mineurs de fond, les ouvriers des stanneries (étain), avec même une justice spécifique
favorable.
Il se crée aussi de grandes corporations ou guildes, des syndicats de patrons qui exploitent un
monopole. Il existe des magnats, des gros, des puissants, de riches propriétaires, de puissants
marchands, des chevaliers urbains et une hiérarchie des métiers avec des métiers majeurs :
marchands de draps et autres denrées, juges et notaires, l’art de la laine, soyeux, changeurs,
apothicaires, médecins, pelletiers et fourreurs. Viennent ensuite d’autres métiers mineurs au
rôle politique moindre de forgeron à boulanger, dont les bouchers qui étaient riches, mais mal
considérés, enfin les ouvriers du textile formaient un prolétariat asservi.
Conclusion
Le Moyen âge a succédé à l’effondrement de l’Empire romain que les experts attribuent à de
multiples facteurs (difficultés économiques, déclin de l’agriculture, difficultés sociales,
divisions religieuses, problèmes politiques, questions militaires, nombreuses migrations et
invasions barbares, plusieurs épidémies et problèmes climatiques), mais il n’y a pas un, mais
trois Moyen âge aux profils bien différents (déclin, développement, grandes épreuves). Enfin,
force est de constater que les hommes de l’époque ont su assez rapidement, en un peu plus
de 200 ans, rebondir et malgré de nombreuses épreuves fournir des bases au lancement à
partir de 1450 de la Renaissance, de la civilisation occidentale qui a dominé le monde jusqu’à
aujourd’hui où son emprise amorce sa fin.
Les trois Moyen âge 6/14
Annexe 1 : La disparition de l’Empire romain, comme modèle de la fin de
l’Emprise occidentale sur le monde
La disparition de l’Empire romain intéresse les commentateurs de la politique internationale
Fondée le 21 avril 753 av. J.-C. Rome a connu un développement extraordinaire. Dans un
premier temps, elle est gouvernée par des rois latins, puis elle passe sous la domination des
Étrusques, elle reprend son indépendance s’organisant en République, après les guerres
puniques elle s’impose en méditerranée, se transforme en un Empire qui a connu plusieurs
périodes : Pax Romana ; guerre civile ; réformes drastiques avec division de l’empire en deux
; disparition de l’empire d’Occident ; continuation de l’empire d’Orient ; tentative de
reconstituer l’empire par l’empereur d’orient Justinien et finalement prise de Constantinople
par les Ottomans.
Le déclin et la chute de l’Empire romain ont fait l’objet de nombreuses études par les
historiens, on compte 210 théories explicatives. Des commentateurs politiques actuellement
réfléchissent sur cet exemple pour imaginer ce que pourrait être le devenir de l’actuelle
emprise occidentale sur le monde, dans un contexte où aujourd’hui le modèle et l’emprise de
l’occident sont de plus en plus contestés au profit d'un monde multipolaire.
L’emprise de l’Occident sur le monde et l’Empire romain
L’emprise occidentale sur le monde n’est pas comparable à celle de l’Empire romain sur les 44
territoires qu’il a dominé. Rome s’est imposé par les armes et après un long déclin a chuté par
les armes. Si l’emprise de l’Occident a été établie par les armes (empires coloniaux 1500/1800
et nouvel impérialisme 1815/1870), elle continue malgré le démembrement des empires
coloniaux de 1945 à 1970. L’Occident, depuis la fin de la guerre froide, a voulu orienter les
règles du jeu mondial, en s'ingérant, en cherchant à diffuser ses valeurs démocratiques, en
poussant à des changements de régime… Il impose dans le monde sa culture héritée de la
Grèce antique (pensée, science), de la Rome antique (droit) et de ses religions judéo-
chrétiennes.
L’emprise occidentale est rarement directe, gouvernementale, physique, mais plus souvent
économique, intellectuelle, virtuelle. L’ascendant date des colonies, des guerres mondiales,
de l’avance technologique et sociale des pays occidentaux, il permet aux pays occidentaux
d’asseoir leur autorité sur le reste du monde, d’établir des relations inégalitaires, de dominer.
Or cette emprise est aujourd’hui largement contestée et donc en déclin. C’est ici la source de
l’intérêt des observateurs pour le déclin de l’Empire romain vu comme un exemple pour
anticiper celui de l’emprise occidentale.
Le déclin de l’emprise occidentale
Le déclin commence avec la diminution de certains facteurs clés qui ont fait le succès de
l’Occident : la science, la société de consommation, l’éthique du travail. Les Occidentaux font
de moins en moins d’études d’ingénieur, et ceux qui en font se tournent de plus en plus vers
des métiers de la finance très rémunérateurs, mais pas créateur de valeur à long terme. La
Les trois Moyen âge 7/14
jeunesse remet en cause la société de consommation et le nombre d’adeptes de la
décroissance est en forte augmentation. Enfin, le travail n’est plus une libération, les jeunes
occidentaux ne veulent plus gâcher leur vie à la gagner.
Le déclin s’installe avec les mêmes facteurs que ceux qu’a connus l’Empire romain :
• Difficultés économiques et déclin de l’agriculture : l’Occident a du mal à résister à la
concurrence des pays qui ont des mains d’œuvres bon marché avec des pratiques moins
exigeantes en matière sociale, environnementale,
• Difficultés sociales avec des populations qui veulent leur part du gâteau, ne veulent plus
faire certaines tâches, de nombreux emplois sont vacants,
• Effondrement de la pratique religieuse dans la chrétienté, multiplications des dérives
sectaires, exacerbation du rigorisme chez les musulmans,
• Problèmes politiques avec l’essoufflement des démocraties qui sont de moins en moins
un modèle et multiplication des démocratures,
• Questions militaires avec des pays qui ont peu investi dans leur défense et des populations
pas prêtes à se battre, les va-t’en guerre ne se trouvent que sur les plateaux de télévision
(intellectuels, journalistes, artistes …),
• Nombreuses migrations, 100 millions de migrants par an, beaucoup en direction des pays
développés, avec des migrants qui ne sont pas attirés par une culture, un mode de vie,
mais cherchent un meilleur environnement économique pour vivre selon leurs habitudes,
• Multiplication des épidémies (aviaire, covid …) qui apportent leur lot de destruction et de
création,
• Problème du réchauffement climatique qui remet totalement en cause le mode de vie
occidental comme modèle de production et de consommation pour l'ensemble du monde.
Du déclin à la fin de l’emprise et à l’acceptation d’un monde multipolaire
De l’apogée de la Pax Romana (180) à la chute de Rome (476) il y a eu près de 3 siècles et
l’Empire byzantin héritier a continué pendant 10 siècles. La guerre en Ukraine, une énième
guerre entre blancs n’intéresse pas tant que cela la planète même si une majorité de pays
dénonce l’agression russe. Elle démontre cependant la naïveté de l’Occident qui croyait avoir
définitivement gagné au moment de l’effondrement de l’Empire soviétique et pensait qu’il
s’était imposé, que le monde évoluerait à son image, que le modèle de la démocratie se
généraliserait.
Personne ne souhaite perpétuer l’ordre mondial actuel, à l’exception des États-Unis et de leurs
alliés. De plus, il faut compter sur la montée en puissance de la Chine, le monde va devenir de
plus en plus multipolaire et l’occident va devoir apprendre à naviguer dans de nouvelles eaux
internationales et voir s’affaiblir progressivement sa supériorité technologique et
économique. Des scénarios de revanche de certains pays n’étant pas à exclure.
L’Europe va-t-elle sortir de l’histoire et quel avenir pour la petite Union européenne ?
L’emprise occidentale a d’abord été l’emprise européenne sur le monde avant d’être conduite
par les États-Unis et de devenir l’Emprise américaine. De la même façon que l’Empire romain
a commencé à Rome pour finir à Byzance, la domination occidentale a été établie par l’Europe
Les trois Moyen âge 8/14
avant que les États-Unis à la faveur des deux guerres mondiales n’en deviennent le chef de
file et finissent par imposer principalement leurs volontés, leurs intérêts.
La guerre d’Ukraine est un suicide de l’Europe géographique qui verra s’affaiblir, être
vassalisés, l’Union européenne et la Russie au profit des États-Unis et de la Chine, qui vont se
disputer la prééminence sur le monde dans les années à venir. Les chutes de l’Empire romain
(476/1453) préfigurent-elles celles de l’Emprise occidentale, celle de l’Europe, et celle des
États-Unis plus tard ? L’histoire ne se répète pas, mais ne se singe-t-elle pas ?
L’Union européenne est confrontée à des défis internes : divisions politiques et économiques ;
tensions croissantes entre les États membres et les institutions européennes. Elle a des atouts
importants, tels que son poids économique, sa capacité d’innovation, sa diplomatie pour
promouvoir la coopération internationale, source de la stabilité dans le monde.
L’avenir de l’Union européenne face aux États-Unis et à la Chine dépendra en grande partie
de sa capacité à surmonter ses divisions, à renforcer sa position sur la scène internationale en
survivant au déclin de l’emprise occidentale.
Pour aller plus loin :
• Une citation - « L’avenir est une porte, le passé en est la clé » Victor Hugo.
• Une blague – Un homme s’assoit sur une branche et entreprend de la scier. Un voisin
passe et lui dit :
– Ne faites pas ça !
– Quoi ?
– Ne faites pas ça, je vous dis. Si vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis, vous
allez tomber avec.
– De quoi je me mêle ? Je scie ma branche comme je veux… Allez-vous faire voir !
Le voisin, haussant les épaules, s’éloigne et le type continue, allègrement, à scier la
branche. Et, bien sûr, quand elle est sciée, il fait, avec elle, une chute de plusieurs
mètres. À moitié assommé, il se dit alors, en pensant à son voisin de tout à l’heure :
– Bon Dieu ! Si j’avais su qu’il prévoyait l’avenir, je l’aurais écouté !
Les trois Moyen âge 9/14
Annexe 2 : À propos des nobles, les oligarques du système féodal
Le roi exerce son autorité grâce à des hommes à qui il délègue des pouvoirs
Après la fin de l’Empire romain d’occident en 476, l’arrivée au pouvoir de la dynastie
mérovingienne en ‘’France’’ marque le début d’une nouvelle ère, d’un nouveau mode de
gouvernement ? Dès 511 est rédigée la première loi salique, c’est-à-dire un code de droit
pénal qui s’applique dans les territoires où les Francs saliens sont censés vivre. Les
Mérovingiens considéraient le royaume qu’ils contrôlaient comme un patrimoine personnel
du roi, ce qui fait qu’à la mort de ce dernier on le partageait entre ses fils.
Cependant, il existait encore une liste précise de terres dites ‘’publiques’’ qui étaient soumises
à des contributions héritées des Romains concernant le foncier et le cheptel s’y trouvant. En
deux siècles du fait de la désorganisation de l’état et de la disparition de la bureaucratie
romaine, on passe d’une structure étatique financée par l’impôt, à une structure financée par
des terres, ce qui renforce la régionalisation. Dagobert marque l’apogée du royaume
mérovingien, après lui on assiste à la montée en puissance des grandes familles
aristocratiques et du maire du palais.
Charles Martel est pour un système hiérarchisé, mais contre une confédération d’aristocraties
locales. Pépin le Bref devint roi avec l’appui du pape qui interdit de désigner un roi de France
hors de la descendance de Pépin sous peine d’excommunication. Le pouvoir des Pépinides est
grand : à l’extérieur les Francs dominent du fait de la chute des Wisigoths, à l’intérieur il
s’appuie sur la vassalité (clientélisme) systématisée, et le jeu commun avec l’église, jusqu’à la
nomination d’un pape. Le contrôle politique et le contrôle religieux vont de pair. On notera
que Pépin instaure la dîme (10% sur les productions) gérée par les aristocrates locaux au profit
des évêques.
Les carolingiens restent dans la tradition franque de gouvernement avec l’assentiment des
grands. Le royaume alors compte 15 millions d’habitants sur 1,2 million de km², et quelques
milliers de représentants directs. Les missi dominici, des inspecteurs royaux qui visitent les
provinces, ont autorité sur les comtes et marquis, participent aux plaids (assemblée gérée
localement), le roi est le seul à frapper la monnaie. Le couronnement par l’église a renforcé
les pouvoirs des rois fondés sur les succès militaires, le charisme personnel, la tradition
antique. Même si l’empire se veut une grande communauté, il reste une mosaïque de
pouvoirs, avec une diversité des lois en fonction des groupes sociaux et de la géographie, seule
l’église est vraiment structurée (elle détient 1/3 des terres et leurs serviteurs représentent de
1/5 à ¼ de la population).
Du VIIIe au Xe, le royaume subit de nombreuses attaques étrangères, le pouvoir central se
révèle incapable de toutes les contrer, les régions doivent se débrouiller, elle se renforce et
ainsi naît le féodalisme. Dans ce système le duc ou le comte règne en maître sur ses états, où
il bat monnaie, collecte les impôts, rend la justice … Les seigneurs et chevaliers auxquels il
concède des fiefs lui doivent des obligations, ils obtiennent de leurs vassaux une soumission
plus grande que celle à laquelle ils se sentent tenus envers leur propre suzerain.
Les trois Moyen âge 10/14
Dérive héréditaire du système féodal
Pour gérer tous ses territoires, les rois s’appuient donc sur le système de la vassalité où un
guerrier rattaché à un maître profite d’un bénéfice bientôt appelé fief, source de revenus.
Dans ce système, une personne choisie gère une terre en échange d’une assistance sous forme
de service militaire, mais les vassaux veulent fréquemment transmettre leur fief à leurs fils,
puis systématiquement à partir du IXe. Enfin à cette époque un autre élément de solidarité
très important est la famille, famille élargie où les liens matrimoniaux sont importants et
source de pouvoir pour revendiquer les fiefs. Les aristocrates locaux, qui ont imposé leur vue
sur les églises dans les campagnes, ont encore alors souvent plusieurs femmes et ne se gênent
pas pour les répudier. Mais, quand l’église durcit l’encadrement des mariages avec les
interdictions suivant les degrés de parenté, cela va engendrer dans les grandes familles moins
de mariages au sein du même clan.
Après 900, en parallèle du déclin du pouvoir central, on note une montée en puissance des
lignages, des parentés, des implantations territoriales, de la multiplication des fortifications et
de l’exercice local de prérogatives publiques. Il se met en place une véritable hiérarchie
féodale, fondée sur la seigneurie, c’est-à-dire un système de domination mêlant différents
droits sur les hommes et sur les terres. L’exploitation des domaines se transforme, les
seigneurs les font moins valoir directement, au profit de petites exploitations payant des
redevances. Les forteresses se multiplient alors qu’avant leur construction était une
prérogative royale. Des principautés s’affirment par des constructions défensives contre des
envahisseurs ou les autres principautés et par l’exercice des droits de nomination, justice,
imposition, ban. En parallèle, il y a regroupement d’habitats pour mieux les protéger, les
contrôler et prélever les taxes, c’est la naissance du village médiéval.
L’aristocratie n’accapare pas que des territoires, mais aussi des droits, des privilèges
Même si l’affirmation des territoires n’est pas complète, on a encore des ducs des Aquitains,
des Bavarois et non d’Aquitaine ou de Bavière, il s’agit bien de l’autonomisation des grands
aristocrates. Un exemple emblématique de ces grands est Foulques III comte d'Anjou de 987
à 1040. Il a marqué l'histoire de son temps par sa violence et ses actions entreprises pour se
racheter de ses crimes. Il a passé sa vie à se battre contre ses voisins, et pour protéger ses
biens, ses conquêtes il a fait construire plus d'une centaine de châteaux, dont de nombreuses
forteresses imposantes comme celle de Loches. Pour se faire pardonner, il a effectué quatre
pèlerinages à Jérusalem et fait édifier des églises, des abbayes.
Dans un tel monde de violence, l’aristocratie est nécessaire pour protéger et maintenir la paix.
Les gentilshommes sont issus d’une libre lignée de nobles toujours transmis par les pères.
Mais du XIe au XIIIe on assiste à l’intégration progressive des combattants à cheval à la
noblesse (assimilation des chevaliers aux nobles, même si tout fils de chevalier qui n’est pas
adoubé avant 30 ans redevient un paysan). Peu à peu être noble c’est aussi vivre dans un
château. Il existe dans les campagnes des maisons fortes dont la fonction est moins militaire
que symbolique, elles montrent que la personne qui y vit est détentrice du ban (le ban
désignait le pouvoir de commander les hommes à la guerre avant de désigner l'autorité
générale d'ordonner et de punir). À cette époque l’aristocratie est nombreuse et belliqueuse.
Les trois Moyen âge 11/14
L’aristocratie se transforme en une classe sociale : la noblesse
La multiplication des seigneuries a créé un cadre contraignant, stable et sécurisé qui a permis
le décollage démographique de l’occident. En 1000, l’ensemble de l’Europe c’est ~25 millions
d’habitants, en 1300 ~55, la France passe de 6 à 15 et il y a 10% d’urbains. À cette époque,
35% de la production est captée par les seigneurs et l’église, 25% conservée pour
l’ensemencement, il reste 40% à la masse des paysans producteurs pour vivre. À la fin du XIIIe,
la supériorité des aristocrates n’est pas que sociale, mais juridique (règles, privilèges), étant
héréditaire, elle devient une classe sociale.
La domination seigneuriale s’exprime sur les serfs qui même s’ils possèdent plus de droits que
les esclaves (se marier, être propriétaire, transmettre un patrimoine, ne pas être soumis à
l’arbitraire), appartiennent à quelqu’un, sont liés à une terre qu’ils ne peuvent quitter sans la
perdre, sont propriétaires uniquement s’ils résident, s’ils exploitent. À noter qu’il y a des taxes
qui touchent spécifiquement les serfs. Cependant, il y a aussi des paysans enrichis, souvent
des intermédiaires des seigneurs. La noblesse est devenue dominante.
Une des caractéristiques de la fin du moyen âge est la récurrence des guerres qui ont tendance
à durer, comme la guerre de Cent Ans entre Français et Anglais. Le service armé féodal dû au
roi, théoriquement, ne durait que 40 jours, c’était adapté pour les petites expéditions, mais
pas pour assurer les plus longues. Pour y remédier, Charles VII a créé le premier impôt
permanent pour financer une armée permanente, il n’existait pas avant un tel impôt et seules
quelques taxes étaient permanentes. Le pouvoir royal va progressivement réaffirmer son
autorité dans l’ensemble du royaume et déboucher sur la monarchie absolue à partir de Louis
XIII. Finalement, en 1790, l'Assemblée nationale décréta que la noblesse héréditaire est pour
toujours abolie.
Pour finir, Alphonse Allais faisait remarquer qu’il est toujours avantageux de porter un titre
nobiliaire : être « de quelque chose », ça pose un homme, comme être « de Garenne », ça
pose un lapin.
Les trois Moyen âge 12/14
Annexe 3 : Se protéger des manipulateurs religieux est un travail pour Sisyphe
En Europe, le déclin culturel du moyen âge a été dû au christianisme
Pour Voltaire le moyen âge est une période pervertie par l’obscurantisme de la religion
chrétienne, promotrice de l’ignorance. Avant la chute de l’Empire romain d’occident (476), le
christianisme était religion d’État et les païens avaient été bannis de l’administration, de
l’armée … Les nouveaux maîtres barbares ont vite compris l’intérêt qu’ils avaient à se servir
du christianisme comme moyen de manipulation pour s’imposer dans les territoires qu’ils
venaient de conquérir. Le roi des Francs Clovis se convertit et si les Wisigoths sont dans un
premier temps des hérétiques, car adeptes de l’arianisme, ils se convertissent avant la fin du
VIe siècle.
Les rois « barbares » organisent des conciles qu’ils président, et ils contrôlent presque
toujours la nomination des évêques. Le mot évêque vient du grec episkopos « celui qui
surveille », c’est le modèle du pasteur qui surveille le troupeau. Dans cet esprit, les églises
sont des structures d’encadrement des populations, de leurs croyances pour les conduire à
leur salut. La rupture avec la culture classique antique n’est pas due aux barbares, mais au
christianisme. La première rupture, c’est celle du grec au profit du latin pour des raisons
politiques (opposition à Constantinople), mais la plus grande rupture se fait dans les domaines
scientifiques et philosophiques. Il n’y a des traductions du grec vers le latin que pour la bible
et quelques textes médicaux.
Les écoles selon le modèle antique (savoir lire et écrire) disparaissent presque partout dans la
seconde moitié du VIe. L’église forme ses cadres orientés vers les connaissances sacrées.
Désormais, les hommes cultivés sont presque toujours des clercs et s’il y a des laïcs, ils sont
formés par des institutions religieuses. Les intellectuels se mettent au service de la religion,
par exemple l’histoire vise à édifier et convertir, on multiplie les vies des saints empreintes de
miraculeux. Finalement, l’église a modifié, abandonné, intégré, synthétisé, les savoirs
(romains, grecs …) les influençant de ses propres préoccupations. Le VIIe siècle est sans
conteste une période de déclin de la culture.
Les Rois occidentaux et l’église de Rome se sont mutuellement aidés à prendre le pouvoir
Si les rois barbares se sont appuyés sur l’église de Rome, cette dernière en retour s’est servie
d’eux pour s’affranchir de l’empereur d’Orient, pour imposer ses vues et propulser le pape
comme référent. Les évêques sont de véritables hommes politiques et certains jouent un rôle
dans les affaires de l’État. Cependant sous Charlemagne, l’empire reste une mosaïque de
pouvoirs, avec une diversité des lois en fonction des groupes sociaux et de la géographie. Le
projet à long terme d’unification de l'église qui concerne les clercs, les moines et touche aussi
les laïcs, commence sous Pépin et fonctionne à plein sous Louis le Pieux.
La renaissance carolingienne (langue, instruction - du clergé en priorité -, étude de lettres
profanes …) vise à renforcer l’unité et la connexion de la société. C’est la première politique
culturelle occidentale. Cependant, la culture carolingienne reste une culture de l’élite et
l’exigence sur la qualité de la langue latine finit par séparer la langue de l’élite de celle du
Les trois Moyen âge 13/14
peuple (le futur français). À partir de 900 une société plus hiérarchisée se met en place et les
rôles dans la société se répartissent de la façon suivante : défense pour les nobles ; production
pour les laïcs ; prières pour les moines ; surveillance pour les clercs. L’imbrication de l’église
et de la société civile est la norme. Les vicomtes de Marseille par exemple se transmettent la
dignité d’évêque, d’oncle à neveu sans discontinuer de 954 à 1073.
L’église de Rome a cherché à imposer une théocratie
Grégoire VII définit la supériorité du pape et une théocratie absolue : seul le pontife peut
déposer ou absoudre un évêque ; tous les princes doivent baiser les pieds du pape ; le pape
peut déposer les empereurs ; aucun synode ne peut être appelé général sans son ordre ;
aucun texte canonique n’existe sans son autorité ; il ne doit être jugé par personne ; l’Église
romaine n’a jamais erré et n’errera jamais ; le pape peut délier les serments de fidélité faits
aux injustes...
Pour le pape, le pouvoir des rois vient du diable (force), il faut séparer les laïcs des clercs (dont
le pouvoir vient de Dieu). L’église se veut indépendante, supérieure moralement, productrice
des lois, le pape ne doit être désigné/élu que par les cardinaux. Après de nombreux conflits
avec l’empereur et les laïcs, un compromis est trouvé avec la double investiture des évêques,
religieuse par le pape et temporelle (pour les terres) par les rois ou l’empereur. Cependant,
l’affirmation de la supériorité pontificale précipita la rupture avec l’église grecque et après la
conquête, le pillage, de Constantinople par les croisés en 1204, les églises d’orient et
d’occident sont définitivement séparées.
Le rôle des évêques change, ils deviennent l’instrument local du pape, ils doivent réunir une
fois par an un synode diocésain pour transmettre les décisions de l’église. L’aristocratie perd
pour partie le contrôle des monastères familiaux, biens et revenus n’appartiennent plus qu’à
l’église, ce qui va asseoir son opulence. La monarchie pontificale se mue en véritable
absolutisme et met en place l’administration la plus efficace de tout l’occident.
Pour encadrer les laïcs, l’église au 12e siècle, fixe les 7 sacrements, multiplie les traités pour
faire des sermons, pour étendre son contrôle, elle crée l’obligation de la confession annuelle
(recommandation de se confesser 3 ou 4 fois par an) et invente le purgatoire parce que la
vision binaire paradis/enfer finissait par faire trop peur. Enfin, des ordres militaires sont créés,
le premier, les Templiers, en 1119 à Jérusalem, officialisé au concile de Troyes en 1129.
L’échec de la théocratie a amorcé la fin de l’emprise du christianisme sur la société
européenne
Les croisades, lancées, justifiées par les papes, ont exprimé les contradictions du monde
médiéval, un mélange de chevalerie, barbarie, religion, guerre. Les croisades ont eu comme
résultats durables, le déclin irrémédiable de l’Empire byzantin après l’éphémère Empire latin
issu de la 4e croisade et la séparation définitive avec les églises d’orient.
La théocratie pontificale a cherché son apothéose en voulant juger les rois, mais ces derniers
se sont violemment opposés, comme Philippe IV le Bel face à Boniface VIII. Il s’en suivra la
période dite du Grand Schisme d’Occident, une lutte interne à l’église qui durera 40 ans où
chaque partie est soutenue par un état. On sort finalement du conflit par un concile qui définit
Les trois Moyen âge 14/14
sa supériorité sur le pape et dans la plupart des royaumes comme en France avec Charles VII
se créent des églises nationales qui adaptent les institutions religieuses au pays.
En parallèle, il y a la diffusion toujours plus importante de l’écrit facilité par l’innovation du
papier ; la création de nombreuses bibliothèques ; l’intérêt pour les auteurs antiques
considérés comme des modèles ; les nombreuses discussions/débats théologiques
s’attaquant au dogme dans les universités ; les contestations du dogme (les Vaudois, les
Lollard qui traduisent la Bible en Anglais, les Hussites qui prêchent en langue vulgaire et si Hus
est brûlé, la révolte finit par gagner après un accord). Tout cela amorce la renaissance au
tournant du XIIIe et du XIVe, même si le déploiement ne s’est fait qu’au XVe.
Finalement, après l’échec de la théocratie romaine, la renaissance, le protestantisme, le siècle
des Lumières, différentes révolutions, de nombreux combats démocratiques comme la
séparation de l’église et de l’état en France, le christianisme est suffisamment bousculé pour
mettre fin à son emprise sur la société européenne. Cependant, la laïcité n’a pas encore
totalement gagné et doit faire face à une nouvelle menace : l’islamisme. Bonjour Sisyphe !
J’aurais voulu finir sur une note humoristique, j’avais une blague sur Sisyphe, mais je vous
l’épargne, car elle est trop répétitive.
***

Contenu connexe

Similaire à Mes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle

2nde Interconnexion des mondes.pdf
2nde Interconnexion des mondes.pdf2nde Interconnexion des mondes.pdf
2nde Interconnexion des mondes.pdf
NadineHG
 
le Monde de Pax britannica
le Monde de Pax britannicale Monde de Pax britannica
le Monde de Pax britannica
Alexandre Surlenet
 
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
NadineHG
 
Interconnexion des mondes 2023.pdf
Interconnexion des mondes 2023.pdfInterconnexion des mondes 2023.pdf
Interconnexion des mondes 2023.pdf
NadineHG
 
Rome et son empire
Rome et son empireRome et son empire
Rome et son empire
ireari
 
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens aNouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
Xavier Monty
 
Le xviiième siècle. expansions, lumières et révolutions
Le xviiième siècle. expansions, lumières et révolutionsLe xviiième siècle. expansions, lumières et révolutions
Le xviiième siècle. expansions, lumières et révolutions
Xavier Monty
 
Ancien règime et la révolution française
Ancien règime et la révolution françaiseAncien règime et la révolution française
Ancien règime et la révolution française
mercheguillen
 
La dynastie Romanov
La dynastie RomanovLa dynastie Romanov
La dynastie Romanov
mirror00zone
 
Les nobles en France sous l'Ancien Régime, fiche technique
Les nobles en France sous l'Ancien Régime, fiche techniqueLes nobles en France sous l'Ancien Régime, fiche technique
Les nobles en France sous l'Ancien Régime, fiche technique
Centro de Estudios Joan Bardina - Capítulo Uruguay
 
Rome du mythe à l'histoire
Rome du mythe à l'histoire Rome du mythe à l'histoire
Rome du mythe à l'histoire
Xavier Monty
 
L'empire bizantin p pt
L'empire bizantin  p ptL'empire bizantin  p pt
L'empire bizantin p pt
antorome
 
Le monde romain
Le monde romainLe monde romain
Le monde romain
NadineHG
 
Le contexte favorable de la révolution française
Le contexte favorable de la révolution françaiseLe contexte favorable de la révolution française
Le contexte favorable de la révolution française
Xavier Monty
 
L'Histoire
L'HistoireL'Histoire
L'Histoire
OrellAima
 
L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945
L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945
L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Ancien règime,illustration, révolution française et l´empire napoleon
Ancien règime,illustration, révolution française et l´empire napoleonAncien règime,illustration, révolution française et l´empire napoleon
Ancien règime,illustration, révolution française et l´empire napoleon
mercheguillen
 
Unité 01 La Disparition Du Monde Clasique
Unité 01    La Disparition Du Monde ClasiqueUnité 01    La Disparition Du Monde Clasique
Unité 01 La Disparition Du Monde Clasique
rafa5979
 
La formation de la France
La formation de la FranceLa formation de la France
La formation de la France
ValeriaEmiliaGaite
 

Similaire à Mes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle (20)

2nde Interconnexion des mondes.pdf
2nde Interconnexion des mondes.pdf2nde Interconnexion des mondes.pdf
2nde Interconnexion des mondes.pdf
 
le Monde de Pax britannica
le Monde de Pax britannicale Monde de Pax britannica
le Monde de Pax britannica
 
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
2nde TH1 C1 Mediterranee antique P.pdf
 
Interconnexion des mondes 2023.pdf
Interconnexion des mondes 2023.pdfInterconnexion des mondes 2023.pdf
Interconnexion des mondes 2023.pdf
 
Rome et son empire
Rome et son empireRome et son empire
Rome et son empire
 
Empires chretiens
Empires chretiensEmpires chretiens
Empires chretiens
 
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens aNouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
Nouveaux horizons géographiques et culturels des Européens a
 
Le xviiième siècle. expansions, lumières et révolutions
Le xviiième siècle. expansions, lumières et révolutionsLe xviiième siècle. expansions, lumières et révolutions
Le xviiième siècle. expansions, lumières et révolutions
 
Ancien règime et la révolution française
Ancien règime et la révolution françaiseAncien règime et la révolution française
Ancien règime et la révolution française
 
La dynastie Romanov
La dynastie RomanovLa dynastie Romanov
La dynastie Romanov
 
Les nobles en France sous l'Ancien Régime, fiche technique
Les nobles en France sous l'Ancien Régime, fiche techniqueLes nobles en France sous l'Ancien Régime, fiche technique
Les nobles en France sous l'Ancien Régime, fiche technique
 
Rome du mythe à l'histoire
Rome du mythe à l'histoire Rome du mythe à l'histoire
Rome du mythe à l'histoire
 
L'empire bizantin p pt
L'empire bizantin  p ptL'empire bizantin  p pt
L'empire bizantin p pt
 
Le monde romain
Le monde romainLe monde romain
Le monde romain
 
Le contexte favorable de la révolution française
Le contexte favorable de la révolution françaiseLe contexte favorable de la révolution française
Le contexte favorable de la révolution française
 
L'Histoire
L'HistoireL'Histoire
L'Histoire
 
L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945
L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945
L’Europe en dates et en figures. — 01. De l’Antiquité à 1945
 
Ancien règime,illustration, révolution française et l´empire napoleon
Ancien règime,illustration, révolution française et l´empire napoleonAncien règime,illustration, révolution française et l´empire napoleon
Ancien règime,illustration, révolution française et l´empire napoleon
 
Unité 01 La Disparition Du Monde Clasique
Unité 01    La Disparition Du Monde ClasiqueUnité 01    La Disparition Du Monde Clasique
Unité 01 La Disparition Du Monde Clasique
 
La formation de la France
La formation de la FranceLa formation de la France
La formation de la France
 

Plus de Michel Bruley

Propos sur d'autres sujets - compilation 2022
Propos sur d'autres sujets - compilation 2022Propos sur d'autres sujets - compilation 2022
Propos sur d'autres sujets - compilation 2022
Michel Bruley
 
Propos sur l'histoire - compilation - 2022
Propos sur l'histoire - compilation - 2022Propos sur l'histoire - compilation - 2022
Propos sur l'histoire - compilation - 2022
Michel Bruley
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Michel Bruley
 
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériques
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériquesPropos sur l'âme, extraits de recherches numériques
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériques
Michel Bruley
 
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
Michel Bruley
 
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
Michel Bruley
 
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdfLa chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
Michel Bruley
 
Synthèse sur Neuville.pdf
Synthèse sur Neuville.pdfSynthèse sur Neuville.pdf
Synthèse sur Neuville.pdf
Michel Bruley
 
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdfPropos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Michel Bruley
 
Propos sur les Big Data.pdf
Propos sur les Big Data.pdfPropos sur les Big Data.pdf
Propos sur les Big Data.pdf
Michel Bruley
 
Sun tzu
Sun tzuSun tzu
Sun tzu
Michel Bruley
 
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'OrientGeorges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
Michel Bruley
 
Poc banking industry - Churn
Poc banking industry - ChurnPoc banking industry - Churn
Poc banking industry - Churn
Michel Bruley
 
Big Data POC in communication industry
Big Data POC in communication industryBig Data POC in communication industry
Big Data POC in communication industry
Michel Bruley
 
Photos de famille 1895 1966
Photos de famille 1895   1966Photos de famille 1895   1966
Photos de famille 1895 1966
Michel Bruley
 
Compilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de familleCompilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de famille
Michel Bruley
 
J'aime BRULEY
J'aime BRULEYJ'aime BRULEY
J'aime BRULEY
Michel Bruley
 
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
Michel Bruley
 
Recette de la dinde au whisky
Recette de la dinde au whiskyRecette de la dinde au whisky
Recette de la dinde au whisky
Michel Bruley
 
Les 2 guerres de René Puig
Les 2 guerres de René PuigLes 2 guerres de René Puig
Les 2 guerres de René Puig
Michel Bruley
 

Plus de Michel Bruley (20)

Propos sur d'autres sujets - compilation 2022
Propos sur d'autres sujets - compilation 2022Propos sur d'autres sujets - compilation 2022
Propos sur d'autres sujets - compilation 2022
 
Propos sur l'histoire - compilation - 2022
Propos sur l'histoire - compilation - 2022Propos sur l'histoire - compilation - 2022
Propos sur l'histoire - compilation - 2022
 
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdfTextes de famille concernant les guerres V2.pdf
Textes de famille concernant les guerres V2.pdf
 
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériques
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériquesPropos sur l'âme, extraits de recherches numériques
Propos sur l'âme, extraits de recherches numériques
 
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
Religion : Dieu y es-tu ? (les articles)
 
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
Réflexion sur les religions : Dieu y es-tu ?
 
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdfLa chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
La chute de l'Empire romain comme modèle.pdf
 
Synthèse sur Neuville.pdf
Synthèse sur Neuville.pdfSynthèse sur Neuville.pdf
Synthèse sur Neuville.pdf
 
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdfPropos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
Propos sur des sujets qui m'ont titillé.pdf
 
Propos sur les Big Data.pdf
Propos sur les Big Data.pdfPropos sur les Big Data.pdf
Propos sur les Big Data.pdf
 
Sun tzu
Sun tzuSun tzu
Sun tzu
 
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'OrientGeorges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
Georges Anselmi - 1914 - 1918 Campagnes de France et d'Orient
 
Poc banking industry - Churn
Poc banking industry - ChurnPoc banking industry - Churn
Poc banking industry - Churn
 
Big Data POC in communication industry
Big Data POC in communication industryBig Data POC in communication industry
Big Data POC in communication industry
 
Photos de famille 1895 1966
Photos de famille 1895   1966Photos de famille 1895   1966
Photos de famille 1895 1966
 
Compilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de familleCompilation d'autres textes de famille
Compilation d'autres textes de famille
 
J'aime BRULEY
J'aime BRULEYJ'aime BRULEY
J'aime BRULEY
 
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
Textes de famille concernant les guerres (1814 - 1944)
 
Recette de la dinde au whisky
Recette de la dinde au whiskyRecette de la dinde au whisky
Recette de la dinde au whisky
 
Les 2 guerres de René Puig
Les 2 guerres de René PuigLes 2 guerres de René Puig
Les 2 guerres de René Puig
 

Dernier

Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
Zineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaineZineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaine
Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
Txaruka
 
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
dokposeverin
 
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certificationMS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
OlivierLumeau1
 
1eT Revolutions Empire Revolution Empire
1eT Revolutions Empire Revolution Empire1eT Revolutions Empire Revolution Empire
1eT Revolutions Empire Revolution Empire
NadineHG
 
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptxMARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
Martin M Flynn
 
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
MahouwetinJacquesGBO
 
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Friends of African Village Libraries
 
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdfapprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
kamouzou878
 
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimismeFormation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
M2i Formation
 
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
mcevapi3
 
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
Editions La Dondaine
 
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
lebaobabbleu
 
A2-Critiques-gastronomiques activités critiques
A2-Critiques-gastronomiques activités critiquesA2-Critiques-gastronomiques activités critiques
A2-Critiques-gastronomiques activités critiques
lebaobabbleu
 

Dernier (13)

Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
Zineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaineZineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaine
Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
 
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
Manuel-5.-Elevage-de-poisson-chat-africain-Clarias-gariepinus-en-bacs-hors-so...
 
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certificationMS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
MS-203 Microsoft 365 Messaging Study Guide to prepare the certification
 
1eT Revolutions Empire Revolution Empire
1eT Revolutions Empire Revolution Empire1eT Revolutions Empire Revolution Empire
1eT Revolutions Empire Revolution Empire
 
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptxMARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
MARTYRS DE HOLLANDE - La révolte hollandaise et les guerres de religion..pptx
 
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
Microbiologie: le monde microbien et les techniques de mise en évidence.
 
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
 
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdfapprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
apprendre-a-programmer-avec-python-3.pdf
 
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimismeFormation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
Formation M2i - Attitude constructive : développer l'art de l'optimisme
 
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
[218_phot_d'Autriche-Hongrie_et_des_[...]Vaffier_Hubert_btv1b8594559c.pdf
 
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
 
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
A2-Faire-une-appreciation positive et/ou négative (A2)
 
A2-Critiques-gastronomiques activités critiques
A2-Critiques-gastronomiques activités critiquesA2-Critiques-gastronomiques activités critiques
A2-Critiques-gastronomiques activités critiques
 

Mes trois moyen âge : une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle

  • 1. Mes trois Moyen âge Michel Bruley mai 2024
  • 2. Les trois Moyen âge 1/14 Introduction Le Moyen âge est une période de 1000 ans comprise entre Ve et XVe siècle. Il doit son appellation aux hommes de la Renaissance qui le voyaient comme un temps barbare et médiocre en comparaison de l'âge d'or de l'Antiquité gréco-romaine. Le Moyen âge a été fortement influencé par l’Église de Rome, seule institution ayant survécu à l’effondrement de l’Empire romain d’occident. Église de Rome qui a inventé le catholicisme (invention du purgatoire, des 7 sacrements, célibat des prêtres, infaillibilité du pape …) qui a généré les croisades et qui a cherché à installer une théocratie pour s’imposer politiquement sur toute l’Europe et le monde, ce qui a échoué (cf. mon fascicule - Dieu, y es-tu ? chapitre 3). Les historiens n’ont jamais remis en cause cette appellation et le Moyen âge est passé à la postérité comme une longue période peu intéressante dominée par les superstitions, l'ignorance et la brutalité. La stigmatisation est allée jusqu’à la déformation, par exemple on a inventé le droit de cuissage qui n’a jamais existé par une mauvaise interprétation du droit cullage (cullagium, « collecte » en latin) que devait payer un nouveau marié aux célibataires du village, par compensation. Cependant, le Moyen âge n’est ni homogène ni inintéressant dans bien des domaines : technique, architecture, culture, agricole, économique … En fait, on peut aisément distinguer trois Moyen âge correspondant à trois temps très différents : • De 476 à 700, une période de déclin • De 700 à 1300, une période de développement • De 1300 à 1450, une période de grandes épreuves J’ai regroupé ci-après quelques éléments synthétiques sur chacun de ces temps ainsi qu’en annexe trois articles que j’ai publiés chez Mabatim.Info : 1. La disparition de l’Empire romain, comme modèle de la fin de l’Emprise occidentale sur le monde 2. À propos des nobles, les oligarques du système féodal 3. Se protéger des manipulateurs religieux est un travail pour Sisyphe Bonne lecture
  • 3. Les trois Moyen âge 2/14 Les trois Moyen âge 1° temps : le Moyen âge de 476 à 700 est une période de déclin En 476, l’Empire romain d’occident s’effondre (voir annexe 1 - La disparition de l’Empire romain, comme modèle de la fin de l’Emprise occidentale sur le monde). En 486 la bataille de Soissons marque l'avènement des Francs de la dynastie mérovingienne. Dès lors la gaule romanisée va progressivement se transformer, se contracter économiquement. On assiste à un rétrécissement des fortunes aristocratiques en parallèle avec un rétrécissement des échanges économiques, dont le commerce international qui disparaît entre 400 et 700, il faudra attendre le XIIe pour qu’il reprenne. Il y a aussi un déclin des villes, les grands équipements ne sont plus entretenus (aqueducs, arènes … y compris les murailles des villes). Les paysans sont les grands bénéficiaires de ces changements, mais en parallèle on note une extension des forêts et des espaces incultes. On passe d’une agriculture intensive (grande villa romaine) visant l’export dans l’empire, à une culture locale plus diversifiée. Il y a multiplication des petits propriétaires. Au VIIe, si le commerce international en méditerranée s’arrête notamment à cause de la pression arabe, le commerce en mer du nord se développe. La disparition (vers 675) du solidus or créé par Constantin remplacé par le denier d’argent (Pépin le bref/Charlemagne) consacre la fin des derniers signes de romanité. Enfin, le haut Moyen âge a en outre subi une pandémie de peste à partir de 541 jusqu'en 767, elle a touché tout le bassin méditerranéen, elle porte le nom de peste Justinienne et a participé à faire échouer l'empereur romain d'Orient Justinien Ier (482/565) dans sa reconquête de l’Empire romain d’occident. 2e temps : le Moyen âge de 700 à 1300 est une période de développement Développement économique et démographique : le fait le plus marquant est celui de la croissance démographique de la population européenne qui passe de 27 millions en 700 à 70 en 1300. Elle est le résultat de divers facteurs comme la mise en place du système féodal et la multiplication des grands domaines (>100h) avec des terres divisées en réserves du propriétaire et tenure du paysan (libre ou servile) ou les paysans exploitent le tout, la production de la tenure est pour lui. À noter que les conditions sont différentes selon les régions, en Bretagne il y a beaucoup d’hommes libres (> 80%), en Germanie il y a beaucoup d’esclaves. Enfin, en parallèle des grands domaines, il y a des petits indépendants. L’agriculture devient scientifique : assolement triennal, nouvelle charrue au XIe, fermes modèles cisterciennes. La laine, la viande, le vin deviennent des produits de consommation. Il y a aussi une multiplication des marchés du fait de la monétisation de la société, car pour payer les taxes, les paysans vendent et les seigneurs vendent leur surplus, la monnaie sécurisant les transactions. Développement des seigneuries : la naissance de la seigneurie a créé un cadre contraignant, stable et sécurisé qui a permis le décollage démographique de l’occident (voir annexe 2 - À propos des nobles, les oligarques du système féodal). La seigneurie a des dimensions
  • 4. Les trois Moyen âge 3/14 politique/pouvoir et économique. Les besoins des seigneurs sont grandissants : coût d’un château, des armes. L’équipement d’un chevalier représente de 1,5 à 3 ans de salaire d’un ouvrier. Les défrichements, les investissements (four, moulin … et autres banalités) permettent de générer de nouveaux revenus. Par exemple 35% de la production des céréales est captée par les seigneurs et l’église, 25% conservée pour l’ensemencement, il reste 40% aux paysans producteurs. Après 1250, on voit se multiplier les chartres de franchise qui organisent les communautés, notamment les relations avec les seigneurs, chartres de commune (plus rare) avec parlement d’hommes et fonction de justice. La création des villages se développe entre le XIe et le XIIIe siècle. Développement des techniques : en Europe le Moyen âge a développé plus qu’aucune autre civilisation précédente l’usage des machines avec le moulin à eau qui fournit de l’énergie, c’est le pétrole de l’époque. Le moulin à eau à une rentabilité énorme par rapport au moulin romain qui utilisait la force humaine. Les Romains rejetaient la mécanisation, ils ne voulaient pas déstabiliser l’esclavage et les travailleurs libres. Il y a une multiplication des moulins, par exemple dans l’Aube, on compte 14 moulins au XIe, 60 au XIIe, 200au XIIIe et en amont de Paris jusqu’à 68 moulins. Il y a dans les moulins des arbres à cames dès le Xe. On utilise les moulins pour : les grains, la bière, le fer … le papier …, pour fouler et 1 homme avec 1 moulin remplace 40 ouvriers foulons. À noter que la mécanisation du foulage au XIVe rencontre des résistances. Le moulin à eau permet des productions quasi industrielles, par exemple Richard Cœur de Lion a commandé 50 000 fers pour chevaux pour sa croisade (XIIe). Cependant il faudra attendre le XIVe pour voir les premiers hauts fourneaux. Les attelages antiques de chevaux ou de bœufs couplés permettaient de tirer 500 kg, mais avec le collier pour chevaux inventé au VIIIe, l’attelage peut tirer 2500 à 3000 kg. De plus à partir du XIe on ferre les chevaux. Les capacités de travail sont transformées, si la puissance d’un cheval est 1, le bœuf est à 0,66, le mulet 0,50, l’âne 0,25. À noter que le cheval peut travailler 2 heures de plus par jour qu’un bœuf. Cependant dans l’agriculture l’adaptation fut lente (problème financier d’investissement). L’art gothique apporte de nombreuses inventions, notamment pour assurer la course à la hauteur des édifices. On note un plateau technique à quelques innovations près à la fin du XIIIe (les exceptions : pendule mécanique, fonte, avant-train mobile, pompe aspirante/refoulante, actionnée par un système de bielle-manivelle). Enfin, il faut noter que la renaissance prendra son essor grâce à des innovations médiévales : navigation, imprimerie … Développement du commerce international : il y a un développement du commerce international au début Xe qui se généralise au XIe et prend une expansion considérable aux XIIe et XIIIe avec notamment Venise, Pise, Gène et plus tard Marseille, Barcelone. Les commerçants vont chercher loin des marchandises, l’histoire retiendra en particulier Marco Polo (XIIIe). Le nord de l’Europe voit aussi un fort développement du commerce qui est en partie dû à des innovations techniques comme la boussole et le gouvernail d’étambot, mais aussi à des innovations commerciales le système de la commande comprenant un investisseur et un marin, l’assurance maritime et la lettre de change.
  • 5. Les trois Moyen âge 4/14 Cependant la cause principale de ce développement c’est le commerce intérieur et la disposition d’un réseau routier conséquent qui facilitent la circulation des commerçants et la tenue de nombreuses foires comme celle de champagne, à Troyes par exemple elles ont lieu deux fois par an. Développement du nombre d’hommes libres : au haut Moyen âge d’un point de vue juridique, il y avait deux catégories de personnes, les libres et les esclaves (non libres) qui ne pouvaient pas passer un contrat, étaient châtiés par le maître sans passer devant la justice publique, n’avaient pas le droit à la propriété. À noter que le meurtre d’un esclave était alors puni d’une taxe de 30 sous, moins que celui d’une vache (35 sous). Le Christianisme et les difficultés économiques (un esclave peut coûter à entretenir hors des périodes de récolte) ont poussé du VIIe au XIe à la diminution du nombre d’esclaves au profit des affranchis sous dépendance qui peuvent librement se marier. Ils sont dans un statut détérioré d’homme libre, ils ne sont pas indépendants, notion de semi-liberté. Il y avait aussi beaucoup de différences dans le statut des hommes et des femmes qui ont de nombreuses limitations, même si elles peuvent posséder des biens et en faire usage en cas de veuvage. Développement des universités : le déclin culturel du moyen âge a été dû au christianisme (voir annexe 3 - À propos des nobles, les oligarques du système féodal), cependant le XIIe et le XIIIe siècle voient le développement du nombre des traductions des textes anciens (grecs, romains …) et la création des premières universités. Abélard (1079/1142) qui est considéré comme le 1° intellectuel européen met en lumière 158 contradictions dans les écritures bibliques. Le calendrier grégorien qui sera adopté en 1582 reprendra les calculs de Roger Bacon et Robert Grosseteste établit 300 ans avant. Pierre de Maricourt est un savant qui a rédigé en 1269 le premier traité sur les propriétés des aimants et qui est connu comme le premier maître des expériences. À noter que déjà on constate une opposition entre littéraire et techniciens. 3e temps : le Moyen âge de 1300 à 1450 est une période de grandes épreuves Le climat en l’an mil était plus doux et plus sec qu’aujourd’hui ce qui faisait que l’on cultivait alors de la vigne en Angleterre, mais à partir de 1300 et pendant 150 ans, des conditions climatiques dégradées génèrent de grandes famines si importantes que l’on verra du cannibalisme comme à Gêne en 1315-1317. La chrétienté est en crise, et vit le grand schisme d’occident avec la multiplication des papes concurrents, jusqu’à trois papes en même temps. De plus après la condamnation en 1277 de 219 thèses enseignées à l’université de Paris où les philosophes étudiaient des textes anciens Grecs récemment retrouvés, il y a un durcissement de l’église, à la foi succède des pratiques de dévotion et beaucoup de mystiques. Dans le même temps naît l’inquisition, une juridiction ecclésiastique d'exception, active du XIIIe au XIVe pour la répression des crimes d'hérésie et de sorcellerie. À noter que la chasse à la sorcellerie mènera au bûcher ou au gibet des dizaines de milliers de personnes, très majoritairement des femmes. La peste noire 1348-1353 est un cataclysme sanitaire. De 40 à 50% de la population européenne disparaît, par exemple à Avignon il y a 11 000 morts sur population de 25 000
  • 6. Les trois Moyen âge 5/14 personnes. Près de 20% des villages disparaissent. La propagation internationale de la peste a été facilitée par la Pax Mongolica (XIIIe – XIVe) qui garantissait les échanges commerciaux internationaux et par la densité des villes. Les guerres, notamment celle de Cent Ans qui a opposé de 1337 à 1453, la dynastie des Plantagenêts à celle des Capétiens, ont accaparé beaucoup de ressources financières, humaines et outre les dégâts directs divers, ont arrêté le développement des innovations techniques autres que militaires, mais elles nous ont légué le canon. Constantinople tombe en 1453 grâce aux canons. Le climat, la peste, les guerres vont engendrer un nouveau régime démographique et économique avec ses crises et ses opportunités, ses gagnants et ses perdants. La chute de la population conduira à une raréfaction de la main-d’œuvre et à des hausses des salaires, à une chute de la demande et du prix des céréales. Les seigneurs, subissant des chutes de revenu, ont recours aux législatifs pour freiner la hausse des salaires et la mobilité des personnes. Les foires de champagne déclinent au XIVe, le commerce de Gênes et de Venise est affecté. Il y a une crise financière, notamment en Italie, trop de crédits non remboursés en particulier du fait des guerres. Cependant au niveau des conditions de vie, on peut noter que la main-d’œuvre médiévale était relativement bien payée, les salaires ont été les meilleurs entre 1340 et 1540, ils se sont réduits après. Les architectes/ingénieurs étaient très bien payés, très honorés, avec leur nom apposé dans les églises. Certains corps de métier ont imposé des droits et privilèges comme les mineurs de fond, les ouvriers des stanneries (étain), avec même une justice spécifique favorable. Il se crée aussi de grandes corporations ou guildes, des syndicats de patrons qui exploitent un monopole. Il existe des magnats, des gros, des puissants, de riches propriétaires, de puissants marchands, des chevaliers urbains et une hiérarchie des métiers avec des métiers majeurs : marchands de draps et autres denrées, juges et notaires, l’art de la laine, soyeux, changeurs, apothicaires, médecins, pelletiers et fourreurs. Viennent ensuite d’autres métiers mineurs au rôle politique moindre de forgeron à boulanger, dont les bouchers qui étaient riches, mais mal considérés, enfin les ouvriers du textile formaient un prolétariat asservi. Conclusion Le Moyen âge a succédé à l’effondrement de l’Empire romain que les experts attribuent à de multiples facteurs (difficultés économiques, déclin de l’agriculture, difficultés sociales, divisions religieuses, problèmes politiques, questions militaires, nombreuses migrations et invasions barbares, plusieurs épidémies et problèmes climatiques), mais il n’y a pas un, mais trois Moyen âge aux profils bien différents (déclin, développement, grandes épreuves). Enfin, force est de constater que les hommes de l’époque ont su assez rapidement, en un peu plus de 200 ans, rebondir et malgré de nombreuses épreuves fournir des bases au lancement à partir de 1450 de la Renaissance, de la civilisation occidentale qui a dominé le monde jusqu’à aujourd’hui où son emprise amorce sa fin.
  • 7. Les trois Moyen âge 6/14 Annexe 1 : La disparition de l’Empire romain, comme modèle de la fin de l’Emprise occidentale sur le monde La disparition de l’Empire romain intéresse les commentateurs de la politique internationale Fondée le 21 avril 753 av. J.-C. Rome a connu un développement extraordinaire. Dans un premier temps, elle est gouvernée par des rois latins, puis elle passe sous la domination des Étrusques, elle reprend son indépendance s’organisant en République, après les guerres puniques elle s’impose en méditerranée, se transforme en un Empire qui a connu plusieurs périodes : Pax Romana ; guerre civile ; réformes drastiques avec division de l’empire en deux ; disparition de l’empire d’Occident ; continuation de l’empire d’Orient ; tentative de reconstituer l’empire par l’empereur d’orient Justinien et finalement prise de Constantinople par les Ottomans. Le déclin et la chute de l’Empire romain ont fait l’objet de nombreuses études par les historiens, on compte 210 théories explicatives. Des commentateurs politiques actuellement réfléchissent sur cet exemple pour imaginer ce que pourrait être le devenir de l’actuelle emprise occidentale sur le monde, dans un contexte où aujourd’hui le modèle et l’emprise de l’occident sont de plus en plus contestés au profit d'un monde multipolaire. L’emprise de l’Occident sur le monde et l’Empire romain L’emprise occidentale sur le monde n’est pas comparable à celle de l’Empire romain sur les 44 territoires qu’il a dominé. Rome s’est imposé par les armes et après un long déclin a chuté par les armes. Si l’emprise de l’Occident a été établie par les armes (empires coloniaux 1500/1800 et nouvel impérialisme 1815/1870), elle continue malgré le démembrement des empires coloniaux de 1945 à 1970. L’Occident, depuis la fin de la guerre froide, a voulu orienter les règles du jeu mondial, en s'ingérant, en cherchant à diffuser ses valeurs démocratiques, en poussant à des changements de régime… Il impose dans le monde sa culture héritée de la Grèce antique (pensée, science), de la Rome antique (droit) et de ses religions judéo- chrétiennes. L’emprise occidentale est rarement directe, gouvernementale, physique, mais plus souvent économique, intellectuelle, virtuelle. L’ascendant date des colonies, des guerres mondiales, de l’avance technologique et sociale des pays occidentaux, il permet aux pays occidentaux d’asseoir leur autorité sur le reste du monde, d’établir des relations inégalitaires, de dominer. Or cette emprise est aujourd’hui largement contestée et donc en déclin. C’est ici la source de l’intérêt des observateurs pour le déclin de l’Empire romain vu comme un exemple pour anticiper celui de l’emprise occidentale. Le déclin de l’emprise occidentale Le déclin commence avec la diminution de certains facteurs clés qui ont fait le succès de l’Occident : la science, la société de consommation, l’éthique du travail. Les Occidentaux font de moins en moins d’études d’ingénieur, et ceux qui en font se tournent de plus en plus vers des métiers de la finance très rémunérateurs, mais pas créateur de valeur à long terme. La
  • 8. Les trois Moyen âge 7/14 jeunesse remet en cause la société de consommation et le nombre d’adeptes de la décroissance est en forte augmentation. Enfin, le travail n’est plus une libération, les jeunes occidentaux ne veulent plus gâcher leur vie à la gagner. Le déclin s’installe avec les mêmes facteurs que ceux qu’a connus l’Empire romain : • Difficultés économiques et déclin de l’agriculture : l’Occident a du mal à résister à la concurrence des pays qui ont des mains d’œuvres bon marché avec des pratiques moins exigeantes en matière sociale, environnementale, • Difficultés sociales avec des populations qui veulent leur part du gâteau, ne veulent plus faire certaines tâches, de nombreux emplois sont vacants, • Effondrement de la pratique religieuse dans la chrétienté, multiplications des dérives sectaires, exacerbation du rigorisme chez les musulmans, • Problèmes politiques avec l’essoufflement des démocraties qui sont de moins en moins un modèle et multiplication des démocratures, • Questions militaires avec des pays qui ont peu investi dans leur défense et des populations pas prêtes à se battre, les va-t’en guerre ne se trouvent que sur les plateaux de télévision (intellectuels, journalistes, artistes …), • Nombreuses migrations, 100 millions de migrants par an, beaucoup en direction des pays développés, avec des migrants qui ne sont pas attirés par une culture, un mode de vie, mais cherchent un meilleur environnement économique pour vivre selon leurs habitudes, • Multiplication des épidémies (aviaire, covid …) qui apportent leur lot de destruction et de création, • Problème du réchauffement climatique qui remet totalement en cause le mode de vie occidental comme modèle de production et de consommation pour l'ensemble du monde. Du déclin à la fin de l’emprise et à l’acceptation d’un monde multipolaire De l’apogée de la Pax Romana (180) à la chute de Rome (476) il y a eu près de 3 siècles et l’Empire byzantin héritier a continué pendant 10 siècles. La guerre en Ukraine, une énième guerre entre blancs n’intéresse pas tant que cela la planète même si une majorité de pays dénonce l’agression russe. Elle démontre cependant la naïveté de l’Occident qui croyait avoir définitivement gagné au moment de l’effondrement de l’Empire soviétique et pensait qu’il s’était imposé, que le monde évoluerait à son image, que le modèle de la démocratie se généraliserait. Personne ne souhaite perpétuer l’ordre mondial actuel, à l’exception des États-Unis et de leurs alliés. De plus, il faut compter sur la montée en puissance de la Chine, le monde va devenir de plus en plus multipolaire et l’occident va devoir apprendre à naviguer dans de nouvelles eaux internationales et voir s’affaiblir progressivement sa supériorité technologique et économique. Des scénarios de revanche de certains pays n’étant pas à exclure. L’Europe va-t-elle sortir de l’histoire et quel avenir pour la petite Union européenne ? L’emprise occidentale a d’abord été l’emprise européenne sur le monde avant d’être conduite par les États-Unis et de devenir l’Emprise américaine. De la même façon que l’Empire romain a commencé à Rome pour finir à Byzance, la domination occidentale a été établie par l’Europe
  • 9. Les trois Moyen âge 8/14 avant que les États-Unis à la faveur des deux guerres mondiales n’en deviennent le chef de file et finissent par imposer principalement leurs volontés, leurs intérêts. La guerre d’Ukraine est un suicide de l’Europe géographique qui verra s’affaiblir, être vassalisés, l’Union européenne et la Russie au profit des États-Unis et de la Chine, qui vont se disputer la prééminence sur le monde dans les années à venir. Les chutes de l’Empire romain (476/1453) préfigurent-elles celles de l’Emprise occidentale, celle de l’Europe, et celle des États-Unis plus tard ? L’histoire ne se répète pas, mais ne se singe-t-elle pas ? L’Union européenne est confrontée à des défis internes : divisions politiques et économiques ; tensions croissantes entre les États membres et les institutions européennes. Elle a des atouts importants, tels que son poids économique, sa capacité d’innovation, sa diplomatie pour promouvoir la coopération internationale, source de la stabilité dans le monde. L’avenir de l’Union européenne face aux États-Unis et à la Chine dépendra en grande partie de sa capacité à surmonter ses divisions, à renforcer sa position sur la scène internationale en survivant au déclin de l’emprise occidentale. Pour aller plus loin : • Une citation - « L’avenir est une porte, le passé en est la clé » Victor Hugo. • Une blague – Un homme s’assoit sur une branche et entreprend de la scier. Un voisin passe et lui dit : – Ne faites pas ça ! – Quoi ? – Ne faites pas ça, je vous dis. Si vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis, vous allez tomber avec. – De quoi je me mêle ? Je scie ma branche comme je veux… Allez-vous faire voir ! Le voisin, haussant les épaules, s’éloigne et le type continue, allègrement, à scier la branche. Et, bien sûr, quand elle est sciée, il fait, avec elle, une chute de plusieurs mètres. À moitié assommé, il se dit alors, en pensant à son voisin de tout à l’heure : – Bon Dieu ! Si j’avais su qu’il prévoyait l’avenir, je l’aurais écouté !
  • 10. Les trois Moyen âge 9/14 Annexe 2 : À propos des nobles, les oligarques du système féodal Le roi exerce son autorité grâce à des hommes à qui il délègue des pouvoirs Après la fin de l’Empire romain d’occident en 476, l’arrivée au pouvoir de la dynastie mérovingienne en ‘’France’’ marque le début d’une nouvelle ère, d’un nouveau mode de gouvernement ? Dès 511 est rédigée la première loi salique, c’est-à-dire un code de droit pénal qui s’applique dans les territoires où les Francs saliens sont censés vivre. Les Mérovingiens considéraient le royaume qu’ils contrôlaient comme un patrimoine personnel du roi, ce qui fait qu’à la mort de ce dernier on le partageait entre ses fils. Cependant, il existait encore une liste précise de terres dites ‘’publiques’’ qui étaient soumises à des contributions héritées des Romains concernant le foncier et le cheptel s’y trouvant. En deux siècles du fait de la désorganisation de l’état et de la disparition de la bureaucratie romaine, on passe d’une structure étatique financée par l’impôt, à une structure financée par des terres, ce qui renforce la régionalisation. Dagobert marque l’apogée du royaume mérovingien, après lui on assiste à la montée en puissance des grandes familles aristocratiques et du maire du palais. Charles Martel est pour un système hiérarchisé, mais contre une confédération d’aristocraties locales. Pépin le Bref devint roi avec l’appui du pape qui interdit de désigner un roi de France hors de la descendance de Pépin sous peine d’excommunication. Le pouvoir des Pépinides est grand : à l’extérieur les Francs dominent du fait de la chute des Wisigoths, à l’intérieur il s’appuie sur la vassalité (clientélisme) systématisée, et le jeu commun avec l’église, jusqu’à la nomination d’un pape. Le contrôle politique et le contrôle religieux vont de pair. On notera que Pépin instaure la dîme (10% sur les productions) gérée par les aristocrates locaux au profit des évêques. Les carolingiens restent dans la tradition franque de gouvernement avec l’assentiment des grands. Le royaume alors compte 15 millions d’habitants sur 1,2 million de km², et quelques milliers de représentants directs. Les missi dominici, des inspecteurs royaux qui visitent les provinces, ont autorité sur les comtes et marquis, participent aux plaids (assemblée gérée localement), le roi est le seul à frapper la monnaie. Le couronnement par l’église a renforcé les pouvoirs des rois fondés sur les succès militaires, le charisme personnel, la tradition antique. Même si l’empire se veut une grande communauté, il reste une mosaïque de pouvoirs, avec une diversité des lois en fonction des groupes sociaux et de la géographie, seule l’église est vraiment structurée (elle détient 1/3 des terres et leurs serviteurs représentent de 1/5 à ¼ de la population). Du VIIIe au Xe, le royaume subit de nombreuses attaques étrangères, le pouvoir central se révèle incapable de toutes les contrer, les régions doivent se débrouiller, elle se renforce et ainsi naît le féodalisme. Dans ce système le duc ou le comte règne en maître sur ses états, où il bat monnaie, collecte les impôts, rend la justice … Les seigneurs et chevaliers auxquels il concède des fiefs lui doivent des obligations, ils obtiennent de leurs vassaux une soumission plus grande que celle à laquelle ils se sentent tenus envers leur propre suzerain.
  • 11. Les trois Moyen âge 10/14 Dérive héréditaire du système féodal Pour gérer tous ses territoires, les rois s’appuient donc sur le système de la vassalité où un guerrier rattaché à un maître profite d’un bénéfice bientôt appelé fief, source de revenus. Dans ce système, une personne choisie gère une terre en échange d’une assistance sous forme de service militaire, mais les vassaux veulent fréquemment transmettre leur fief à leurs fils, puis systématiquement à partir du IXe. Enfin à cette époque un autre élément de solidarité très important est la famille, famille élargie où les liens matrimoniaux sont importants et source de pouvoir pour revendiquer les fiefs. Les aristocrates locaux, qui ont imposé leur vue sur les églises dans les campagnes, ont encore alors souvent plusieurs femmes et ne se gênent pas pour les répudier. Mais, quand l’église durcit l’encadrement des mariages avec les interdictions suivant les degrés de parenté, cela va engendrer dans les grandes familles moins de mariages au sein du même clan. Après 900, en parallèle du déclin du pouvoir central, on note une montée en puissance des lignages, des parentés, des implantations territoriales, de la multiplication des fortifications et de l’exercice local de prérogatives publiques. Il se met en place une véritable hiérarchie féodale, fondée sur la seigneurie, c’est-à-dire un système de domination mêlant différents droits sur les hommes et sur les terres. L’exploitation des domaines se transforme, les seigneurs les font moins valoir directement, au profit de petites exploitations payant des redevances. Les forteresses se multiplient alors qu’avant leur construction était une prérogative royale. Des principautés s’affirment par des constructions défensives contre des envahisseurs ou les autres principautés et par l’exercice des droits de nomination, justice, imposition, ban. En parallèle, il y a regroupement d’habitats pour mieux les protéger, les contrôler et prélever les taxes, c’est la naissance du village médiéval. L’aristocratie n’accapare pas que des territoires, mais aussi des droits, des privilèges Même si l’affirmation des territoires n’est pas complète, on a encore des ducs des Aquitains, des Bavarois et non d’Aquitaine ou de Bavière, il s’agit bien de l’autonomisation des grands aristocrates. Un exemple emblématique de ces grands est Foulques III comte d'Anjou de 987 à 1040. Il a marqué l'histoire de son temps par sa violence et ses actions entreprises pour se racheter de ses crimes. Il a passé sa vie à se battre contre ses voisins, et pour protéger ses biens, ses conquêtes il a fait construire plus d'une centaine de châteaux, dont de nombreuses forteresses imposantes comme celle de Loches. Pour se faire pardonner, il a effectué quatre pèlerinages à Jérusalem et fait édifier des églises, des abbayes. Dans un tel monde de violence, l’aristocratie est nécessaire pour protéger et maintenir la paix. Les gentilshommes sont issus d’une libre lignée de nobles toujours transmis par les pères. Mais du XIe au XIIIe on assiste à l’intégration progressive des combattants à cheval à la noblesse (assimilation des chevaliers aux nobles, même si tout fils de chevalier qui n’est pas adoubé avant 30 ans redevient un paysan). Peu à peu être noble c’est aussi vivre dans un château. Il existe dans les campagnes des maisons fortes dont la fonction est moins militaire que symbolique, elles montrent que la personne qui y vit est détentrice du ban (le ban désignait le pouvoir de commander les hommes à la guerre avant de désigner l'autorité générale d'ordonner et de punir). À cette époque l’aristocratie est nombreuse et belliqueuse.
  • 12. Les trois Moyen âge 11/14 L’aristocratie se transforme en une classe sociale : la noblesse La multiplication des seigneuries a créé un cadre contraignant, stable et sécurisé qui a permis le décollage démographique de l’occident. En 1000, l’ensemble de l’Europe c’est ~25 millions d’habitants, en 1300 ~55, la France passe de 6 à 15 et il y a 10% d’urbains. À cette époque, 35% de la production est captée par les seigneurs et l’église, 25% conservée pour l’ensemencement, il reste 40% à la masse des paysans producteurs pour vivre. À la fin du XIIIe, la supériorité des aristocrates n’est pas que sociale, mais juridique (règles, privilèges), étant héréditaire, elle devient une classe sociale. La domination seigneuriale s’exprime sur les serfs qui même s’ils possèdent plus de droits que les esclaves (se marier, être propriétaire, transmettre un patrimoine, ne pas être soumis à l’arbitraire), appartiennent à quelqu’un, sont liés à une terre qu’ils ne peuvent quitter sans la perdre, sont propriétaires uniquement s’ils résident, s’ils exploitent. À noter qu’il y a des taxes qui touchent spécifiquement les serfs. Cependant, il y a aussi des paysans enrichis, souvent des intermédiaires des seigneurs. La noblesse est devenue dominante. Une des caractéristiques de la fin du moyen âge est la récurrence des guerres qui ont tendance à durer, comme la guerre de Cent Ans entre Français et Anglais. Le service armé féodal dû au roi, théoriquement, ne durait que 40 jours, c’était adapté pour les petites expéditions, mais pas pour assurer les plus longues. Pour y remédier, Charles VII a créé le premier impôt permanent pour financer une armée permanente, il n’existait pas avant un tel impôt et seules quelques taxes étaient permanentes. Le pouvoir royal va progressivement réaffirmer son autorité dans l’ensemble du royaume et déboucher sur la monarchie absolue à partir de Louis XIII. Finalement, en 1790, l'Assemblée nationale décréta que la noblesse héréditaire est pour toujours abolie. Pour finir, Alphonse Allais faisait remarquer qu’il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire : être « de quelque chose », ça pose un homme, comme être « de Garenne », ça pose un lapin.
  • 13. Les trois Moyen âge 12/14 Annexe 3 : Se protéger des manipulateurs religieux est un travail pour Sisyphe En Europe, le déclin culturel du moyen âge a été dû au christianisme Pour Voltaire le moyen âge est une période pervertie par l’obscurantisme de la religion chrétienne, promotrice de l’ignorance. Avant la chute de l’Empire romain d’occident (476), le christianisme était religion d’État et les païens avaient été bannis de l’administration, de l’armée … Les nouveaux maîtres barbares ont vite compris l’intérêt qu’ils avaient à se servir du christianisme comme moyen de manipulation pour s’imposer dans les territoires qu’ils venaient de conquérir. Le roi des Francs Clovis se convertit et si les Wisigoths sont dans un premier temps des hérétiques, car adeptes de l’arianisme, ils se convertissent avant la fin du VIe siècle. Les rois « barbares » organisent des conciles qu’ils président, et ils contrôlent presque toujours la nomination des évêques. Le mot évêque vient du grec episkopos « celui qui surveille », c’est le modèle du pasteur qui surveille le troupeau. Dans cet esprit, les églises sont des structures d’encadrement des populations, de leurs croyances pour les conduire à leur salut. La rupture avec la culture classique antique n’est pas due aux barbares, mais au christianisme. La première rupture, c’est celle du grec au profit du latin pour des raisons politiques (opposition à Constantinople), mais la plus grande rupture se fait dans les domaines scientifiques et philosophiques. Il n’y a des traductions du grec vers le latin que pour la bible et quelques textes médicaux. Les écoles selon le modèle antique (savoir lire et écrire) disparaissent presque partout dans la seconde moitié du VIe. L’église forme ses cadres orientés vers les connaissances sacrées. Désormais, les hommes cultivés sont presque toujours des clercs et s’il y a des laïcs, ils sont formés par des institutions religieuses. Les intellectuels se mettent au service de la religion, par exemple l’histoire vise à édifier et convertir, on multiplie les vies des saints empreintes de miraculeux. Finalement, l’église a modifié, abandonné, intégré, synthétisé, les savoirs (romains, grecs …) les influençant de ses propres préoccupations. Le VIIe siècle est sans conteste une période de déclin de la culture. Les Rois occidentaux et l’église de Rome se sont mutuellement aidés à prendre le pouvoir Si les rois barbares se sont appuyés sur l’église de Rome, cette dernière en retour s’est servie d’eux pour s’affranchir de l’empereur d’Orient, pour imposer ses vues et propulser le pape comme référent. Les évêques sont de véritables hommes politiques et certains jouent un rôle dans les affaires de l’État. Cependant sous Charlemagne, l’empire reste une mosaïque de pouvoirs, avec une diversité des lois en fonction des groupes sociaux et de la géographie. Le projet à long terme d’unification de l'église qui concerne les clercs, les moines et touche aussi les laïcs, commence sous Pépin et fonctionne à plein sous Louis le Pieux. La renaissance carolingienne (langue, instruction - du clergé en priorité -, étude de lettres profanes …) vise à renforcer l’unité et la connexion de la société. C’est la première politique culturelle occidentale. Cependant, la culture carolingienne reste une culture de l’élite et l’exigence sur la qualité de la langue latine finit par séparer la langue de l’élite de celle du
  • 14. Les trois Moyen âge 13/14 peuple (le futur français). À partir de 900 une société plus hiérarchisée se met en place et les rôles dans la société se répartissent de la façon suivante : défense pour les nobles ; production pour les laïcs ; prières pour les moines ; surveillance pour les clercs. L’imbrication de l’église et de la société civile est la norme. Les vicomtes de Marseille par exemple se transmettent la dignité d’évêque, d’oncle à neveu sans discontinuer de 954 à 1073. L’église de Rome a cherché à imposer une théocratie Grégoire VII définit la supériorité du pape et une théocratie absolue : seul le pontife peut déposer ou absoudre un évêque ; tous les princes doivent baiser les pieds du pape ; le pape peut déposer les empereurs ; aucun synode ne peut être appelé général sans son ordre ; aucun texte canonique n’existe sans son autorité ; il ne doit être jugé par personne ; l’Église romaine n’a jamais erré et n’errera jamais ; le pape peut délier les serments de fidélité faits aux injustes... Pour le pape, le pouvoir des rois vient du diable (force), il faut séparer les laïcs des clercs (dont le pouvoir vient de Dieu). L’église se veut indépendante, supérieure moralement, productrice des lois, le pape ne doit être désigné/élu que par les cardinaux. Après de nombreux conflits avec l’empereur et les laïcs, un compromis est trouvé avec la double investiture des évêques, religieuse par le pape et temporelle (pour les terres) par les rois ou l’empereur. Cependant, l’affirmation de la supériorité pontificale précipita la rupture avec l’église grecque et après la conquête, le pillage, de Constantinople par les croisés en 1204, les églises d’orient et d’occident sont définitivement séparées. Le rôle des évêques change, ils deviennent l’instrument local du pape, ils doivent réunir une fois par an un synode diocésain pour transmettre les décisions de l’église. L’aristocratie perd pour partie le contrôle des monastères familiaux, biens et revenus n’appartiennent plus qu’à l’église, ce qui va asseoir son opulence. La monarchie pontificale se mue en véritable absolutisme et met en place l’administration la plus efficace de tout l’occident. Pour encadrer les laïcs, l’église au 12e siècle, fixe les 7 sacrements, multiplie les traités pour faire des sermons, pour étendre son contrôle, elle crée l’obligation de la confession annuelle (recommandation de se confesser 3 ou 4 fois par an) et invente le purgatoire parce que la vision binaire paradis/enfer finissait par faire trop peur. Enfin, des ordres militaires sont créés, le premier, les Templiers, en 1119 à Jérusalem, officialisé au concile de Troyes en 1129. L’échec de la théocratie a amorcé la fin de l’emprise du christianisme sur la société européenne Les croisades, lancées, justifiées par les papes, ont exprimé les contradictions du monde médiéval, un mélange de chevalerie, barbarie, religion, guerre. Les croisades ont eu comme résultats durables, le déclin irrémédiable de l’Empire byzantin après l’éphémère Empire latin issu de la 4e croisade et la séparation définitive avec les églises d’orient. La théocratie pontificale a cherché son apothéose en voulant juger les rois, mais ces derniers se sont violemment opposés, comme Philippe IV le Bel face à Boniface VIII. Il s’en suivra la période dite du Grand Schisme d’Occident, une lutte interne à l’église qui durera 40 ans où chaque partie est soutenue par un état. On sort finalement du conflit par un concile qui définit
  • 15. Les trois Moyen âge 14/14 sa supériorité sur le pape et dans la plupart des royaumes comme en France avec Charles VII se créent des églises nationales qui adaptent les institutions religieuses au pays. En parallèle, il y a la diffusion toujours plus importante de l’écrit facilité par l’innovation du papier ; la création de nombreuses bibliothèques ; l’intérêt pour les auteurs antiques considérés comme des modèles ; les nombreuses discussions/débats théologiques s’attaquant au dogme dans les universités ; les contestations du dogme (les Vaudois, les Lollard qui traduisent la Bible en Anglais, les Hussites qui prêchent en langue vulgaire et si Hus est brûlé, la révolte finit par gagner après un accord). Tout cela amorce la renaissance au tournant du XIIIe et du XIVe, même si le déploiement ne s’est fait qu’au XVe. Finalement, après l’échec de la théocratie romaine, la renaissance, le protestantisme, le siècle des Lumières, différentes révolutions, de nombreux combats démocratiques comme la séparation de l’église et de l’état en France, le christianisme est suffisamment bousculé pour mettre fin à son emprise sur la société européenne. Cependant, la laïcité n’a pas encore totalement gagné et doit faire face à une nouvelle menace : l’islamisme. Bonjour Sisyphe ! J’aurais voulu finir sur une note humoristique, j’avais une blague sur Sisyphe, mais je vous l’épargne, car elle est trop répétitive. ***