SlideShare une entreprise Scribd logo
DirectionDépartementaledelaCohésionSocialedelaCôted’Or
Réglementation et
Recommandations
Accueils
Collectifs de
Mineurs
DDCS 21 JEUNESSE
]����[
Mémento
DIRECTION DÉPARTEMENTALE
DE LA COHÉSION SOCIALE
PRÉFET
DE LA CÔTE D’OR
Edition
1
EDITORIAL
Le législateur place « sous la protection du représentant de l’Etat dans le département, tout mineur
dès son inscription dans un établissement scolaire, accueilli hors du domicile parental à l’occasion des
vacances scolaires, des congés professionnels ou des loisirs, dans le cadre d’un accueil collectif à caractère
éducatif » (art. L.227-4 du code de l’action sociale et des familles - CASF).
La DDCS de la Côte d’Or est investie des deux missions suivantes :
Assurer la protection des mineurs accueillis hors du domicile parental
Prise en compte dès les procédures de déclaration administrative des organisateurs d’accueils collectifs de
mineurs (associations ou collectivités territoriales), cette mission se poursuit tout au long de l’année par plus
de 100 contrôles-évaluations des structures, menés par le corps d’inspection et les conseillers de la DDCS21,
qui vérifient sur sites l’application de la réglementation en vigueur.
Développer la qualité éducative des temps péri et extrascolaire
Ambition forte de l’Etat, elle se concrétise par un accompagnement réglementaire, pédagogique et financier
des organisateurs : mise en place d’outils de travail (mémento réglementaire, guide pédagogique des bonnes
pratiques), organisation de journées d’informations et accompagnement financier des activités éducatives
innovantes.
Il appartient aux organisateurs d’accueils collectifs de mineurs (ACM) du département (associations,
collectivités territoriales, structures privées) de proposer un cadre garantissant leur sécurité physique et
morale en s’assurant notamment de la qualité éducative des activités proposées, ainsi que du respect des
dispositions réglementaires relatives à la qualification et à l’effectif de l’encadrement, à l’hygiène, la sécurité et
à l’obligation d’assurance.
En Côte d’Or, ce sont 240 organisateurs qui œuvrent au quotidien pour l’organisation de temps
éducatifs selon les différents temps de l’enfant (temps péri ou extrascolaire, temps méridiens ou nouvelles
activités périscolaires organisées dans le cadre de la réforme des rythmes éducatifs).
Ces entités représentent 573 structures déclarées, 53 locaux déclarés et environ 40.000 enfants concernés.
Afin d’accompagner au mieux ces structures et simplifier leurs démarches, la DDCS présente son
nouveau « Mémento réglementaire pour les accueils Collectifs de Mineurs en Côte d’Or en 2015», qui a
un triple objectif :
- répondre aux principales questions que se posent les organisateurs, en matière de réglementation
(respect des obligations du Code de l’Action Sociale et des Familles).
- promouvoir la qualité éducative de ces temps de l’enfant en faisant en sorte qu’ils soient de véritables
lieux de mixité et de lien social, de découvertes, d’éducation, et d’ouverture culturelle.
- et présenter les nouveaux aménagements réglementaires facilitant le développement des nouvelles
activités périscolaires (NAP) organisées dans le cadre de la réforme des rythmes éducatifs, dont la
mise en place a été généralisée lors de la dernière rentrée scolaire.
Ce document est téléchargeable sur le site suivant : http://www.cote-dor.gouv.fr
En espérant que ce guide pourra répondre à vos différentes attentes et comptant sur vos suggestions
pour l’améliorer, je vous remercie bien vivement pour votre implication en matière d’action éducative.
2
SOMMAIRE
II – Déclarations
A. Demande d’accès à la télé procédure de déclaration .......................................................................................p 9
B. Modalités et délais de déclaration
1. Déclaration d’un accueil ou d’un séjour ........................................................................................p 10
2. Déclaration des locaux ..................................................................................................................p 11
III – Encadrement
A. Qualifications et taux d’encadrement
1. Accueil de loisirs – Séjour de vacances ........................................................................................p 12
2. Accueil de jeunes – Séjour court – Séjour spécifique ...................................................................p 13
3. Accueil de scoutisme .....................................................................................................................p 13
B. Rappels .............................................................................................................................................................p 14
C. Listes des diplômes, titres et certificats pour exercer
1. Les fonctions d’animation .............................................................................................................p 15
2. Les fonctions de direction .............................................................................................................p 16
3. En accueil de scoutisme ...............................................................................................................p 17
4. Dérogation de direction..................................................................................................................p 17
D. BAFA - Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur .......................................................................................p 18
E. BAFD - Brevet d’Aptitude aux Fonctions de Directeur ......................................................................................p 19
F. Contrat d’Engagement Educatif
1. Définition et objectifs .....................................................................................................................p 20
2. Mise en œuvre...............................................................................................................................p 20
3. Particularités ..................................................................................................................................p 22
G. Contrôle de l’honorabilité des encadrants .........................................................................................................p 23
I – Présentation
A. Définition d’un Accueil Collectif de Mineurs ......................................................................................................p 4
B. Exclusion du champ des Accueils Collectifs de Mineurs ...................................................................................p 4
C. Catégories et types d’Accueils Collectifs de Mineurs.........................................................................................p 5
D. Accueils et séjours particuliers...........................................................................................................................p 6
IV – Réglementation des Activités Physiques et Sportives (APS)
A. Dispositions communes.....................................................................................................................................p 24
B. Test préalable à la pratique des activités aquatiques et nautiques en Accueils Collectifs de Mineurs ..............p 24
C. Catégories de sports à risques définies selon l’arrêté du 25 avril 2012.............................................................p 25
D. Réglementation spécifique pour les accueils de loisirs, séjours de vacances, et accueils de scoutisme ..........p 26
E. Réglementation spécifique pour les séjours courts, séjours spécifiques (autre que sportif),
ou accueils de jeunes ........................................................................................................................................p 27
F. Piscines et baignades........................................................................................................................................p 28
3
VI – Hébergement
A. Locaux
1. Etablissement Recevant du Public (ERP) .....................................................................................p 47
2. Sécurité des locaux .......................................................................................................................p 48
3. Procès-verbal de la commission de sécurité .................................................................................p 49
4. Avis de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) .........................................................................p 51
5. Surfaces et capacités d’accueil .....................................................................................................p 52
B. Camping et hébergement hors locaux ..............................................................................................................p 53
V – Sécurité et prévention
A. Hygiène
1. Suivi sanitaire ...............................................................................................................................p 29
2. Suivi alimentaire ............................................................................................................................p 31
B. Transports et déplacements .............................................................................................................................p 34
C. Aires collectives de jeu et équipements sportifs ...............................................................................................p 38
D. Démarches préventives
1. Risques de canicule ......................................................................................................................p 39
2. Phénomènes météorologiques de forte intensité...........................................................................p 40
3. Relations conflictuelles et comportements à risques .....................................................................p 42
4. Enfance en danger.........................................................................................................................p 43
E. Assurance en responsabilité civile ....................................................................................................................p 45
F. Accidents graves
1. Obligations réglementaires et conduite à tenir...............................................................................p 46
2. Procédure de déclaration...............................................................................................................p 46
VII – Education et pédagogie
A. Projets
1. Projet éducatif ...............................................................................................................................p 54
2. Projet pédagogique .......................................................................................................................p 55
B. Mineurs en situation de handicap .....................................................................................................................p 56
C. Réforme des rythmes scolaires
1. La mise en œuvre de la réforme en Côte d’Or...............................................................................p 57
2. Evolution réglementaire en Accueils Collectifs de Mineurs............................................................p 58
3. Les guides pratiques......................................................................................................................p 59
VIII – Inspections, contrôles et visites ........................................................................................................................p 60
IX – Informations complémentaires
A. Textes de références ........................................................................................................................................p 61
B. Liens utiles ........................................................................................................................................................p 62
C. Adresses utiles et numéros d’urgence ..............................................................................................................p 63
D. Les nouveaux modèles de fiche en ligne...........................................................................................................p 64
4
I - Présentation
A. Définition d’un Accueil Collectif de Mineurs
Un Accueil Collectif de Mineurs doit répondre aux critères cumulatifs suivants :
 Etre situé hors du domicile parental
 Se dérouler pendant les vacances et les loisirs des mineurs
 Etre collectif et à caractère éducatif
 Entrer dans une des catégories définies en page précédente
 Etre ouvert aux mineurs dès leur inscription dans un établissement scolaire
L’article L. 227-4 du CASF (en référence à l’article L. 113-1 du code de l’éducation) fixe à 2 ans l’âge
minimum d’accueil des enfants en Accueils Collectifs de Mineurs, dès lors qu’il y a scolarisation effective,
sans pour autant exclure les jeunes mineurs âgés de plus de 16 ans ayant quitté le système scolaire.
B. Exclusion du champ des Accueils Collectifs de
Mineurs
 Les activités organisées par les établissements scolaires, les voyages scolaires, même s’ils ont lieu
pendant les vacances scolaires, ou encore le dispositif dit "école ouverte".
 les regroupements organisés par les services de l’Etat, les collectivités territoriales ou certaines
associations : conseils locaux de la jeunesse (CLJ), juniors-associations, …
 les regroupements exceptionnels de masse, à caractère religieux (journées mondiales de la jeunesse,
pèlerinages, ...) ou culturels (festivals, ...).
 les stages de formation, notamment les formations au BAFA et à l'encadrement des disciplines
sportives,
 les accueils destinés exclusivement à des mineurs handicapés, dès lors que ceux-ci sont encadrés
par les personnels habituels des services ou établissements médico-sociaux,
 les déplacements ayant pour objet la participation aux compétitions sportives organisées par les
fédérations sportives agréées, leurs organes déconcentrés et les clubs qui leur sont affiliés,
 les accueils organisés par les services de prévention spécialisée au profit de leurs seuls usagers, dès
lors que ces derniers sont encadrés par les personnels habituels de ces services,
 les garderies périscolaires (pas d’intentions éducatives et de projet éducatif) ainsi que les garderies
qui ne sont pas caractérisées par la fréquentation régulière des mêmes mineurs,
 les animations proposées aux familles sur leur lieu de villégiature par certains organismes de
vacances (hôtels-clubs, villages-vacances, clubs de plage, …).
 Les ludothèques, Point Information Jeunesse, Point Multimédia etc.
 Les activités monovalentes (sans hébergement) : cours de musique, ateliers d’arts plastiques, de
théâtre, etc.
5
C. Catégories et types d’Accueils Collectifs de Mineurs
Selon l’ensemble de ces critères, 3 catégories d’Accueils peuvent être identifiées …
Accueils sans hébergement Séjours avec hébergement Accueils de scoutisme
… et déclinés selon différents types :
1. Accueils sans hébergement
Nombre de
mineurs
Durée Age Conditions particulières
Accueil de
loisirs
périscolaire
7 à l’effectif
maximum de
l’école à
laquelle
l’accueil est
adossé.
Au moins 14 jours/an sur
une durée minimale de 2
heures par jour, sauf si
PEDT validé (*).
Dès leur inscription
dans un
établissement
scolaire
- lorsqu’il y a école dans la journée
- par dérogation
Si PEDT (projet éducatif territorial)
- Un desserrement des taux d’encadrement
(1 animateur pour 14 enfants de moins de 6
ans et 1 animateur pour 18 enfants de 6
ans et plus)
- La possibilité d’inclure dans l’équipe
d’animation les intervenants ponctuels
(*) Un abaissement de la durée journalière de
l’accueil à une heure minimum pour qu’il
soit soumis à l’obligation de déclaration.
Accueil de
loisirs
extrascolaire
7 à 300
Au moins 14 jours
consécutifs ou non dans
l’année scolaire
Minimale de deux heures
par journée de
fonctionnement
Dès leur inscription
dans un
établissement
scolaire
Jours où il n’y a pas école
Accueil de
jeunes
7 à 40
Au moins 14 jours
consécutifs ou non dans
l’année scolaire
14-17 ans
- Sur un temps extra ou péri scolaire
- besoin social particulier explicité dans le
projet éducatif.
- Une convention entre l’organisateur et la
DDCS doit être établit, deux mois au moins
avant le début de l’accueil
- Un animateur qualifié est désigné comme
référent de l’accueil.
2. Séjours avec hébergement
Nombre de
mineurs
Durée Age Conditions particulières
Séjour de
vacances
A partir de 7
A partir de 4 nuits
consécutives
Dès leur inscription
dans un
établissement
scolaire
- Présentation obligatoire d’un projet
pédagogique
Séjour court A partir de 7 De 1 à 3 nuits
Dès leur inscription
dans un
établissement
scolaire
- Présentation obligatoire d’un projet
pédagogique
Séjour
spécifique
A partir de 7 Dès la 1
ère
nuit 6 ans minimum
- Présentation obligatoire d’un projet
pédagogique
- pour les 5 catégories définies :
> séjours artistiques et culturels
> séjours sportifs
> rencontres européennes de jeunes
> séjours linguistiques
> chantiers de bénévoles
Séjour de
vacances en
famille
De 2 à 6
mineurs
A partir de 4 nuits
consécutives
6 ans minimum
- Pendant les vacances
- En France
- Dans une famille
- Pas de présentation obligatoire du projet
pédagogique
Activité
accessoire à
un accueil
de loisirs
A partir de 7 De 1 à 4 nuits
Dès leur inscription
dans un
établissement
scolaire
- En France et à proximité de l’accueil
principal (2h trajet)
- Activité rattachée au projet pédagogique et
destinée aux mineurs de l’accueil principal
6
3. Accueils de scoutisme
Nombre de mineurs Durée Age Conditions particulières
A partir de 7
Dès la mise en route de
l’activité
Dès leur inscription
dans un
établissement
scolaire
- Avec et sans hébergement
- Présentation obligatoire d’un projet
pédagogique
- Organisés par une association dont l’objet
est la pratique du scoutisme
- Bénéficiant d’un agrément national
D. Accueils et séjours particuliers
a) Séjours spécifiques
- Les séjours sportifs
Séjour avec hébergement, pour des activités à caractère éducatif dans le cadre de l’objet de
l’association organisatrice, organisé par une fédération agréée, un de ses organes déconcentrés ou,
un de ses clubs affiliés.
Deux conditions : Au moins 7 mineurs de 6 ans ou plus et à partir de 1 nuit
Sont exclus du champ d’application de la règlementation :
- Les déplacements pour participer aux compétitions sportives organisées par les fédérations agréées, leurs
organes déconcentrés et les clubs affiliés
- Les stages de formation à l’encadrement des disciplines sportives.
Démarches obligatoires :
1) Demande d’accès à la télé procédure auprès de la DDCS
2) Vérification de la conformité du local d’hébergement
(Les hôtels peuvent héberger occasionnellement des mineurs, s’ils répondent aux conditions de
sécurité exigées pour recevoir des groupes de mineurs).
3) Déclaration du séjour :
- Obligatoire pour tout organisateur établit en France et organisant un accueil de mineurs en
France et à l’étranger,
- Auprès de la DDCS du lieu du siège social, au minimum 2 mois avant le début du séjour puis
fiche complémentaire à compléter au plus tard 8 jours avant.
Encadrement :
- Direction : 1 personne majeure désignée par l’organisateur
- L’effectif de l’encadrement ne peut être inférieur à 2 personnes
- Les personnes prenant part ponctuellement à l’encadrement ne sont pas comprises dans l’effectif minimal
- Qualification et taux d’encadrement selon les normes ou la réglementation de l’activité principale du séjour.
Il revient à chaque fédération sportive de déterminer les conditions d’encadrement des activités
physiques et de veiller à leur mise en œuvre.
La catégorie des séjours spécifiques regroupe les séjours sportifs, les séjours linguistiques, les séjours
artistiques et culturels, les rencontres européennes de jeunes, et les chantiers de bénévoles.
7
- Les séjours linguistiques
Quel que soit le mode d’hébergement proposé par les organisateurs de séjours ou stages
linguistiques au sens de la norme NF EN 14804 et ayant attesté de leur engagement à respecter
cette norme.
La norme précise les engagements des organisateurs de séjours linguistiques en matière de
prestation de service notamment en ce qui concerne l’information aux représentants légaux, les
conditions d’enseignement et d’encadrement, l’hébergement, les loisirs. La condition d’un
apprentissage de la langue avec des enseignants en vis-à-vis y est requise. Certains organisateurs
de séjours linguistiques se sont regroupés pour promouvoir leurs activités et développer quelques
règles déontologiques par la définition d’une charte de qualité ou par une démarche de certification
auprès d’organismes indépendants.
- Les séjours artistiques et culturels
Organisés par une école de musique, de danse ou de théâtre relevant de l’Etat, d’une collectivité
territoriale ou d’une association, réalisé dans la continuité de l’activité assurée tout au long de l’année
intégrés, à ce titre dans le projet annuel.
- Les rencontres européennes de jeunes
Organisées dans le cadre des programmes européens en faveur de la jeunesse par des personnes
morales ayant attesté de leur engagement à respecter les dispositions prévues par la Commission
européenne et telles que précisées par l’agence française chargée de la mise en œuvre de ce
programme.
- Les chantiers de bénévoles
Chantiers organisés pour des jeunes de 14 à 17 ans par des associations qui se sont engagées à
respecter la Charte nationale des chantiers de bénévoles.
b) Les séjours de mineurs à l’étranger
- Déclaration
Un accueil avec hébergement organisé hors du territoire national est soumis à la réglementation
correspondant au type d’accueil auquel le séjour appartient. C’est pourquoi il est à déclarer :
 soit en séjour de vacances ;
 soit en séjour spécifique (séjour sportif, séjour linguistique, séjour artistique et culturel, rencontre
européenne de jeunes ou chantier de bénévoles) s’il répond à l’une des définitions précisée en page
précédente ;
 soit en séjour court (de 1 à 3 nuits) ou en séjour de vacances (plus de 3 nuits) s’il ne répond pas
totalement à l’une des définitions du séjour spécifique.
- Réglementation
La réglementation applicable est celle du type de séjour déclaré (séjour spécifique, séjour court ou séjour de
vacances).
L’ensemble des obligations relatives à ces types de séjours sont à respecter : modalités de dépôt des
déclarations, informations relatives aux organisateurs, aux modalités d’accueil, au public accueilli, taux
d’encadrement et qualification des encadrants, obligations relatives aux projets éducatif et pédagogique, au
contrat d’assurance, déclaration d’accident grave, etc.
L’organisateur applique également les dispositions de la loi de développement et de modernisation des
services touristiques (loi n°2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services
touristiques).
Les locaux doivent être adaptés aux mineurs et respecter les conditions d’hygiène et de sécurité du pays
d’accueil.
Toute personne établie en France, organisant hors du territoire national un accueil collectif de mineurs, quel
que soit le type d'hébergement, doit en faire préalablement la déclaration à la DDCS de son lieu de siège
social, ou de domicile.
8
- Recommandations
Avant chaque départ, il est conseillé aux organisateurs de :
 Consulter le site internet du ministère des affaires étrangères et européennes
(http://www.diplomatie.gouv.fr, rubrique « conseil aux voyageurs») qui donne pour chaque pays des
informations actualisées sur les évènements d'ordres sanitaire et sécuritaire.
 Consulter le site internet du ministère de la santé (http://www.sante.gouv.fr) pour des informations
concernant les évènements sanitaires (canicule, épidémie, contaminations, …).
 Inscrire le nom du responsable du groupe sur le téléservice « Ariane » du ministère des affaires
étrangères (https://pastel.diplomatie.gouv.fr/fildariane/dyn/protected/accueil/formAccueil.html).
 Se renseigner auprès des ambassades, consulats concernés, services préfectoraux ou des mairies,
des documents administratifs à posséder pour les mineurs et d’en informer suffisamment tôt les
parents.
9
II – Déclarations
A. Demande d’accès à la téléprocédure de
déclaration
a) L’application TAM (Télé procédure d’Accueil de Mineurs)
Elle permet de :
 Déclarer vos accueils et vos séjours (périodes, effectif prévisionnel des mineurs et des animateurs,
implantation, etc).
 Renseigner les fiches complémentaires (effectif réel des mineurs et des animateurs avec pour ces
derniers, leur identité : nom(s), prénom(s), date de naissance, qualification, etc).
 Disposer année par année, d’un historique de vos déclarations et fiches complémentaires.
 Déclarer vos locaux avec ou sans hébergement.
 Consulter la liste des locaux avec hébergement déclarés à la DDCS ou dans d’autres DDCS. Il vous
suffit pour cela de procéder à une simulation de déclaration d’un accueil ou d’un séjour en précisant le
département d’accueil.
b) La demande d’accès à l’application
 Télécharger l’imprimé de la demande d’accès à la télé procédure sur le site internet http://www.cote-
dor.gouv.fr/jeunesse-sports-et-vie-associative-r704.html
 Compléter et adresser à la DDCS ce document, au minimum deux mois avant le début de
l’accueil ou du séjour.
En retour, la DDCS vous adresse par courriel votre numéro d’organisateur, votre identifiant ainsi qu’un lien
internet vous permettant de vous connecter sur le site afin d’effectuer votre première connexion et de réaliser
vos déclarations :
https://tam.extranet.jeunesse-sports.gouv.fr/
c) Service d’aide en ligne
Si vous rencontrez des difficultés avec l’utilisation de la télé procédure de déclaration, vous pouvez appeler la
DDCS de Côte d’Or au 03 80 68 30 87 ou 03 80 68 30 37.
Les accueils collectifs de mineurs doivent être déclarés à la direction départementale de la cohésion
sociale. Il en est de même pour les locaux avec ou sans hébergement, accueillant des mineurs.
10
B. Modalités et délais de déclaration
1. Déclaration d’un accueil ou d’un séjour
a) Déclaration sur l’application TAM
 Tout organisateur d’accueil (avec ou sans hébergement) à l’exception des accueils de loisirs
périscolaires doit obligatoirement déposer :
 la fiche initiale 2 mois au moins avant le début de l’accueil ou du séjour.
 la fiche complémentaire au plus tard huit jours avant le début de la période
d’accueil concernée.
 Nouveauté : Tout organisateur d’accueil de loisirs périscolaire dépose une fiche unique de déclaration
au moins huit jours avant la date prévue du début de fonctionnement de l’accueil.
 En cas de dépassement du délai de déclaration, une procédure autobloquante, installée sur
l’application TAM, empêche l’organisateur de procéder à la déclaration de l’accueil ou du séjour. Si
les motifs invoqués sont sérieux et si le retard n’est pas trop important, la prorogation pourra alors
être acceptée par la DDCS à titre exceptionnel (déblocage de la procédure).
 Le projet éducatif est obligatoirement joint à cette déclaration lors du dépôt de la fiche initiale ou de la
fiche unique pour les accueils de loisirs périscolaires.
Toute modification intervenue dans les éléments de la fiche initiale ou des fiches
complémentaires est portée immédiatement à la connaissance de la DDCS.
b) Procédure de déclaration en ligne (fiches initiale, complémentaire et
unique)
 pour les accueils collectifs de mineurs à l’exception des accueils de loisirs périscolaires,
 A réception de la fiche initiale complète, le préfet délivre un accusé de réception.
 A réception de chacune des fiches complémentaire et après avoir constaté que
toutes les informations requises ont été communiquées par l’organisateur, le préfet
délivre un récépissé de déclaration comportant le numéro d’enregistrement de celle-
ci.  Nouveauté. Au numéro d’enregistrement traditionnel, est ajouté un tiret suivi de
deux lettres (FE = février ; PA = printemps,…)
 Lorsqu’une fiche initiale ou complémentaire est incomplète, des compléments d’informations sont à
fournir par l’organisateur sous huitaine. A défaut de production de ces compléments d’informations
dans les délais impartis, la déclaration est réputée ne pas avoir été effectuée.
c) Renseigner la fiche complémentaire sur l’application TAM
NB : Une attention toute particulière est portée à l’enregistrement des fiches complémentaires.
Elles seules, permettent de valider les stages pratiques des animateurs et des directeurs et d’enclencher la
procédure automatisée de demande d’extrait de casier judiciaire auprès du ministère de la justice.
Le récépissé de déclaration est délivré à l’issue des envois de la fiche initiale et de la fiche complémentaire et
non plus à l’issue de l’envoi de la fiche initiale.
Une fiche complémentaire déposée hors délai sera systématiquement rejetée, les bonnes conditions de
sécurité ne pouvant être vérifiées (casiers judiciaires, liste des cadres interdits, …). La déclaration peut alors
être réputée « ne pas avoir été effectué » avec toutes les incidences financières que cela implique.
La déclaration préalable à l’organisation des accueils collectifs de mineurs comporte une fiche
initiale et une ou plusieurs fiches complémentaires à l’exception des accueils de loisirs
périscolaires, qui ne comprennent qu’une une fiche unique de déclaration.
 Nouveauté : le récépissé de déclaration est délivré à l’issue des envois de la fiche initiale et de
la fiche complémentaire (exception : fiche unique pour le périscolaire).
Tout organisateur renseigne obligatoirement la fiche complémentaire de son accueil collectif de
mineurs via la télé procédure TAM, 8 jours au moins avant le début de l’accueil ou du séjour, et
pour chacune des périodes déclarées (mercredis, périscolaires, …).
11
2. Déclaration des locaux
a) Obligation de déclaration
Article L. 227-5 du Code de l’Action Sociale et des Familles
Les personnes organisant l'accueil de mineurs ainsi que celles exploitant les locaux où des mineurs sont
hébergés doivent en faire la déclaration préalable auprès de l'autorité administrative, c’est à dire la DDCS.
Celle-ci peut s'opposer à l'organisation de cette activité lorsque les conditions dans lesquelles elle est
envisagée présentent des risques pour la santé et la sécurité physique ou morale des mineurs.
b) Modalités de déclaration
1) Télécharger sur le site internet http://www.cote-dor.gouv.fr/jeunesse-sports-et-vie-associative-
r704.html : soit le formulaire « déclaration d’un local hébergeant des mineurs », soit le formulaire de
déclaration d’un local sans hébergement ;
2) Envoyer l’imprimé dûment complété à la DDCS du département d’implantation du local, au minimum
deux mois avant la date prévue pour la première utilisation du local, accompagné des pièces
suivantes :
o Le plan des locaux et un plan d’accès,
o Une copie du procès verbal de la commission de sécurité ou l’attestation municipale
d’ouverture au public pour les Etablissements Recevant du Public sans hébergement
de 5
ème
catégorie (cf. partie VI « Hébergement »),
o Une copie de l’avis des services de la Protection Maternelle et Infantile si des mineurs
de moins de 6 ans sont accueillis.
NB : Lors d’un contrôle, le directeur de l’accueil doit pouvoir présenter l’ensemble de ces documents.
3) Après instruction du dossier et en cas d’avis favorable, vous recevrez un récépissé de déclaration du
local précisant le numéro d’enregistrement de ce dernier.
4) Toute modification ultérieure des éléments de la déclaration ou dans l’aménagement, l’équipement ou
l’utilisation des locaux doit être portée par écrit et dans les 15 jours suivant cette modification à la
connaissance de la DDCS qui a reçu la déclaration initiale avec mention du numéro d’enregistrement
du local.
c) Exigences réglementaires
Les locaux à sommeil hébergeant des mineurs doivent :
- permettre aux filles et aux garçons âgés de 6 ans et plus de dormir dans des lieux séparés
- offrir à chaque mineur hébergé un moyen de couchage individuel
- garantir au personnel de direction et d’animation, un hébergement disposant des meilleures
conditions de sécurité des mineurs.
- être uniquement des locaux spécifiques à sommeil : Etablissement Recevant du Public de type
internats scolaires, hôtels, villages de vacances, centres de vacances avec hébergement, …
De plus amples informations sont disponibles dans la partie « hébergement ». Nous vous conseillons
vivement de vous y reporter afin de vous assurer de la sécurité de vos locaux accueillant les mineurs.
Tout local dans lequel sont hébergés des mineurs doit être déclaré au minimum 2 mois avant son
ouverture aux accueils collectifs de mineurs, par l’exploitant à la direction départementale de la
cohésion sociale du lieu d’implantation. Ce local est alors répertorié sous un numéro à 9 chiffres.
12
III – Encadrement
A. Qualifications et taux d’encadrement
1. Accueil de loisirs – Séjour de vacances
Accueil de loisirs Séjour de vacances
Diplômes
permettant de
diriger
1) BAFD ou stagiaires BAFD
2) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 1 de l’arrêté
du 9 février 2007 + conditions (cf. liste p 16).
3) Agents titulaires de la fonction publique territoriale dans le cadre de leurs missions figurant
à l’article 2 de l’arrêté du 20 mars 2007 (cf. liste p 16).
Possibilité de
dérogation à
titre
exceptionnel
Demande écrite précisant les difficultés manifestes de recrutement
d’une dérogation pour la direction, sous conditions et pour un accueil de mineurs à durée et nombre
d’enfants limités (cf. p 18 pour connaître ces conditions).
Une demande écrite devra alors être adressée à la DDCS
Diplômes
permettant
d’animer
1) BAFA ou stagiaires BAFA
2) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 2 de l’arrêté
du 9 février 2007 complété par l’Arrêté du 3/11/2014 (cf. liste p 15)
3) Agents titulaires de la fonction publique territoriale dans le cadre de leurs missions figurant
à l’article 1 de l’arrêté du 20 mars 2007 complété par l’Arrêté du 3/11/2014 (cf. liste p 15)
4) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats permettant de diriger un accueil
de mineurs (cf. liste p 16) complété par l’Arrêté du 3/11/2014 (cf liste p 15)
Taux
d’encadrement
exigé en ACM
Accueil extrascolaire
Pour les moins de 6 ans : 1 animateur / 8 mineurs maximum
Pour les 6 ans et plus : 1 animateur / 12 mineurs maximum
Accueil périscolaire
- Pour les moins de 6 ans : 1 animateur / 10 mineurs
(ou taux de 1 pour 14 dans le cadre de la
réforme des rythmes scolaires) (*)
- Pour les 6 ans et plus : 1 animateur / 14 mineurs
(ou taux de 1 pour 18 dans le cadre de la
réforme des rythmes scolaires) (*)
L’effectif de l’encadrement ne peut être inférieur à
2 personnes
Au moins 50 % d’animateurs titulaires qualifiés
Pas plus de 50% d’animateurs stagiaires
Pas plus de 20 % d’animateurs non qualifiés (*) ou 1 animateur pour une équipe de 3 ou 4 animateurs
Au-delà de l’effectif d’encadrement requis, les animateurs supplémentaires n’ont pas d’obligation de qualification
Directeur non inclus dans l’effectif
d’encadrement
Sauf pour les accueils de loisirs
de moins de 50 mineurs
Directeur non inclus dans l’effectif
d’encadrement
Sauf pour les séjours de vacances d’au plus 20
mineurs âgés d’au moins 14 ans
Si l’effectif comprend plus de 100 mineurs
1 adjoint diplômé supplémentaire par tranche de 50
mineurs au-delà de 100
Activités accessoires à un accueil de loisirs ou de jeunes
- Deux personnes minimum
- Un animateur qualifié désigné comme responsable de l’activité accessoire
- Taux d’encadrement de l’accueil principal (extrascolaire pour un accueil de loisirs)
Intervenants
extérieurs
Les intervenants extérieurs ponctuels ne sont pas inclus dans l’effectif d’encadrement.
A titre expérimental, pour une durée de trois ans, par dérogation à l’article R.227-20 du CASF, les
personnes qui participent ponctuellement avec le ou les animateurs à l’encadrement des activités
périscolaires sont comprises, pendant le temps où elles y participent effectivement […] dans le calcul de
ces taux d’encadrement (décret n°2013-707 du 2 aout 2013 relatif au projet éducatif territorial et portant
expérimentation relative à l’encadrement des enfants scolarisés bénéficiant d’activités périscolaires dans ce
cadre).
(*) Une collectivité territoriale qui établit un projet éducatif territorial (PEDT) dans le cadre de la
réforme des rythmes scolaires, bénéficie d’aménagements des conditions d’encadrements des
activités (cf. chapitre VII-C p.58)
13
2. Accueil de jeunes – Séjour court – Séjour
spécifique
Accueil de jeunes Séjour spécifique Séjour court
Direction
Un animateur qualifié
désigné par l’organisateur
comme référent de l’accueil
OU
Un directeur qualifié qui
coordonne l’action des
animateurs référents
implantés sur chaque site
Une personne majeure
désignée par
l’organisateur comme
directeur du séjour
Une personne majeure
s’assure des conditions
d’hygiène et de
sécurité dans lesquelles
l’hébergement se déroule
Encadrement
Les conditions
d’encadrement sont définies
par convention entre
l’organisateur et la DDCS
pour répondre aux besoins
identifiés
Deux personnes minimum
Qualification et taux
d’encadrement selon les
normes ou la
réglementation de l’activité
principale du séjour
Deux personnes
minimum
3. Accueil de scoutisme
Direction
1) Titulaire d’un des diplômes ou titres scouts de direction (cf. liste p 16)
2) Titulaire ou stagiaire d’un des diplômes, titres ou certificats permettant de
diriger un accueil de mineurs (cf. liste p 16)
En l’absence de diplôme, possibilité d’une dérogation pour la direction,
- pour une période fixée n’excédant pas 12 mois
- pour des accueils d’au plus 50 mineurs et de 6 ans et plus
Une demande écrite devra alors être adressée à la DDCS
Animation
1) Titulaire d’un des diplômes ou titres scouts de l’animation ou de direction
(cf. liste p 18)
2) Titulaire ou stagiaire d’un des diplômes, titres ou certificats permettant de
diriger ou d’animer un accueil de mineurs (cf. listes p 15 et 16)
Taux
d’encadrement
Pour les moins de 6 ans : 1 animateur / 8 mineurs maximum
Pour les 6 ans et plus : 1 animateur / 12 mineurs maximum
Le directeur peut être inclus dans l’effectif d’encadrement pour :
- les accueils sans hébergement ou les séjours à partir d’1 nuit avec 80 mineurs au plus.
- les séjours de 4 nuits ou plus pour 50 mineurs au plus, âgés d’au moins 14 ans.
Activités en
autonomie
Organisation possible d’activités sans encadrement sur place :
- Pour les accueils sans hébergement ou séjours de 1 à 3 nuitées
- Avec des mineurs en groupe constitué et âgés de plus de 11 ans
Les conditions d’organisation sont alors les suivantes :
- les caractéristiques de l’activité sont précisées dans le projet pédagogique
- les familles en sont informées, ont attesté en avoir pris connaissance et ont donné
leur accord
- la préparation inclut la mise à disposition de moyens adaptés pour le repérage des
lieux
- les responsables du groupe reconnus par les instances nationales du mouvement
valident le projet en tenant compte des capacités d’autonomie des mineurs
- lors du déroulement de l’activité, des moyens de communication effectifs sont à la
disposition du groupe et un adulte responsable peut intervenir à tout moment.
14
B. Rappels
a) Accueil de loisirs de moins de 50 mineurs
« Arrêté du 31 juillet 2008 »
En tant qu’organisateur d’ACM, dois-je compter mon directeur dans le taux d’encadrement ? La précédente
réglementation prévoyait que le directeur était compris dans le taux d’encadrement des accueils de loisirs dits
« non permanents », c'est-à-dire accueillant moins de 80 enfants et/ou fonctionnant moins de 80 jours.
L’Arrêté du 31 juillet 2008, est venu modifier cette situation. Désormais le directeur ne pourra être compris
dans le taux d’encadrement qu’au sein des accueils de loisirs accueillant de moins 50 mineurs.
b) Accueil de loisirs de plus de 80 jours avec plus de 80 mineurs
« Arrêté du 28 octobre 2008 »
L’accueil de loisirs dit « permanent » se détermine à travers deux seuils à atteindre, le nombre de jours de
fonctionnement et le nombre d’enfants accueillis. La prise en compte de ces critères doit s’effectuer de façon
cumulative.
Pour être considéré comme organisateur d’un tel accueil, il faut pouvoir justifier de 80 jours de fonctionnement
lors desquels sont accueillis au moins 80 mineurs.
La fonction de directeur nécessite alors des qualifications particulières.
Ainsi, conformément à l’article 5 de l’arrêté du 9 février 2007, peuvent diriger
 Nouveauté : L’arrêté du 12 décembre 2013 relatif à l’encadrement des accueils de loisirs organisés
pendant les heures qui précèdent et qui suivent la classe pour une durée de plus de 80 jours et pour un
effectif supérieur à 80 mineurs prévoit que par dérogation le titulaire d’un brevet d’aptitude aux fonctions de
directeur (BAFD) peut encadrer un accueil de loisirs périscolaire, aux termes du présent arrêté. Cette
dérogation ne peut être accordée que pour une durée de douze mois, renouvelable.
L’arrêté du 3 novembre 2014 modifie cet Arrêté de 2013 et étend la dérogation initiale à vingt-quatre mois.
c) Les activités accessoires à un accueil de loisirs ou de jeunes
« Décret du 11 juin 2009 »
Par l’intermédiaire de ce décret, le ministère est venu redéfinir la notion des activités accessoires à un accueil
de loisirs ou de jeunes (ex-mini camp).
 Dès lors, ces séjours sont qualifiés comme « activités accessoires » à un accueil de loisirs ou de jeunes
et doivent être considérés comme des activités à part entière des structures.
 Création d’une fiche complémentaire spécifique (art. 3 de l’arrêté du 3 novembre 2014 relatif à la
déclaration préalable aux accueils de mineurs prévue par l’article R.227-2 du code de l’action sociale et
des familles)
- Les séjours de 1 à 4 nuits
- Organisés dans le cadre réglementaire d’un accueil de loisirs ou un accueil de jeunes
- Pour les mêmes mineurs de ces accueils
- Dans le cadre du même projet éducatif
- Pour lequel, deux encadrants minimum devront être présents
- Les titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 1 de
l’arrêté du 9 février 2007 (cf. liste p 16).
- Les agents titulaires de la fonction publique territoriale dans le cadre de leurs missions
figurant à l’article 2 de l’arrêté du 20 mars 2007 (cf. liste p 16).
- Les titulaires du BAFD pouvant justifier d’expériences de direction en accueil collectif de
mineur de 24 mois au moins entre le 01/01/1997 et le 19/02/2004.
15
C. Listes des diplômes, titres et certificats pour
exercer
1. Les fonctions d’animation
Les fonctions d’animation en Accueils Collectifs de Mineurs peuvent être exercées par les:
1)
2) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 2 de l’arrêté du 9
février 2007(modifié par l’arrêté du 3 novembre 2014) : liste :
* Pour les Séjours de vacances et accueil sans hébergement uniquement (Arrêté du 25 juin 2013)
3) Agents titulaires de la fonction publique territoriale dans le cadre de leurs missions figurant à
l’article 1 de l’arrêté du 20 mars 2007 : liste : (Codage TAM : FPT Anim)
4)
Abréviation Libellé complet Codage TAM
BEES 1 Brevet d’Etat d’éducateur sportif premier degré MSJS Anim
BEATEP Brevet d’Etat d’animateur technicien de l’éducation populaire et de la
jeunesse
MSJS Anim
BPJEPS Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport MSJS Anim
BAPAAT Brevet d’aptitude professionnelle d’assistant animateur technicien MSJS Anim
CQP Anim. 1
er
degré Certificat de qualification professionnelle premier degré de l’animation Conv Coll Nat Anim
CQP Anim. Périscolaire Certificat de qualification professionnelle animateur périscolaire Conv Coll Nat Anim
DUMI Diplôme universitaire de musicien intervenant
DUT CS Diplôme universitaire de technologie, spécialité carrières sociales Educ Nat Anim
CAP Petite enf. Certificat d’aptitude professionnelle, petite enfance Educ Nat Anim
DEUG STAPS Diplôme d’études universitaires générales STAPS Educ Nat Anim
Licence STAPS Licence STAPS Educ Nat Anim
Licence Sc. Educ. Licence sciences de l’éducation Educ Nat Anim
BTS Agricole GPN * Brevet de Technicien Supérieur Agricole option « gestion et protection de la
nature »
M Agriculture
DEME Diplôme d’Etat de moniteur éducateur Aff Soc Anim
CAFME Certificat d’aptitude aux fonctions de moniteur-éducateur Aff Soc Anim
Animateur JSP Diplôme d’animateur de section de jeunes sapeurs pompiers
Moniteur EPMS Moniteur interarmées d’entraînement physique, militaire et sportif M Armées Anim
1 – Fonctionnaires titulaires exerçant des activités d’animation relevant des fonctions définies par leur statut
particulier :
 Animateur territorial ;
 Adjoint territorial d’animation ;
 Adjoint administratif de la commune de Paris, spécialité animation.
2 – Fonctionnaires titulaires exerçants des fonctions prévues par leur statut particulier et qui, sans être directement
liées à des activités d’animation, sont susceptibles de s’y rattacher à titre accessoire :
 Agent territorial spécialisé des écoles maternelles ;
 Educateur territorial de jeunes enfants pour l’accueil de moins de 6 ans ;
 Educateur territorial des Activités physique et sportive ;
 Assistant socio éducatif territorial, spécialité éducateur spécialisé ;
 Moniteur – éducateur territorial ;
 Professeur de la ville de Paris.
Titulaires du BAFA ou stagiaires BAFA
Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats permettant de diriger un accueil
de mineurs (cf. page suivante)
16
2. Les fonctions de direction
Les fonctions de direction en Accueils Collectifs de Mineurs peuvent être exercées par les
personnes :
1)
2) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 1 de l’arrêté du 9
février 2007 en justifiant d’une ou de plusieurs expériences d’animation de groupes de mineurs,
dont une au moins en accueil collectif de mineurs, d’une durée totale de 28 jours dans les 5 ans
qui précèdent : liste :
3) Agents titulaires de la fonction publique territoriale dans le cadre de leurs missions figurant à
l’article 2 de l’arrêté du 20 mars 2007 : liste : (Codage TAM : FPT Dir)
Abréviation Libellé complet Codage TAM
DEDPAD Diplôme d’Etat de directeur de projet d’animation et de développement MSJS Dir
DEFA Diplôme d’Etat relatif aux fonctions d’animation MSJS Dir
DECEP Diplôme d’Etat de conseiller d’éducation populaire MSJS Dir
CAPASE Certificat d’aptitude à la promotion des activités socio-éducatives et à l’exercice des professions
socio-éducatives
MSJS Dir
BEATEP ASVL Brevet d’Etat d’animateur technicien de l’éducation populaire et de la jeunesse, spécialité activités
sociales - vie locale
MSJS Dir
BPJEPS CVL Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport comprenant une unité
capitalisable complémentaire concernant la direction des centres de vacances et de loisirs
MSJS Dir
BPJEPS LTP Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, spécialité loisirs tous publics MSJS Dir
BEES 2 ou 3 Brevet d’Etat d’éducateur sportif, deuxième ou troisième degré MSJS Dir
BEES Alp. Brevet d’Etat d’alpinisme MSJS Dir
BEESAPT Brevet d’Etat d’éducateur sportif option animation des activités physiques pour tous MSJS Dir
DEJEPS Diplôme d’état de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport MSJS Dir
DESJEPS Diplôme d’état supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport ; MSJS Dir
CEPJ / PS
CTPS
Conseiller d’éducation populaire et de jeunesse, de professeur de sport, ou conseiller technique et
pédagogique supérieur.
MSJS Dir
DEUST Anim.
DEUST A. et G.
Diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques, animation (et gestion des activités
physiques, sportives et culturelles)
Educ Nat Dir
DUT Anim. Diplôme universitaire de technologie, spécialité carrières sociales, option animation sociale et socioculturelle Educ Nat Dir
Licence Anim. Licence animation sociale, éducative, culturelle et des loisirs Educ Nat Dir
Prof. Ecole Diplôme professionnel de professeur des écoles Educ Nat Dir
CAP instit. Certificat d’aptitude pédagogique d’instituteur Educ Nat Dir
CA Prof. Certificat d’aptitude au professorat Educ Nat Dir
Agrèg. Agrégation du second degré Educ Nat Dir
CACE / CACPE Certificat d’aptitude aux fonctions de conseiller d’éducation ou conseiller principal d’éducation Educ Nat Dir
DEEJE Diplôme d’Etat d’éducateur de jeunes enfants Aff Soc Dir
DEES Diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé Aff Soc Dir
DPJJ Diplôme d’éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse M Justice Dir
Moniteur chef Moniteur chef interarmées d’entraînement physique, militaire et sportif M Armées Dir
Certif. Tech. Certificat technique branche entraînement physique et sportif M Armées Dir
1 – Fonctionnaires titulaires exerçants des activités de direction d’établissements ou de services relevant des
fonctions définies par leur statut particulier :
 Attaché territorial, spécialité animation
 Secrétaires des services extérieurs de la commune de Paris, spécialité animation ;
 Animateur territorial.
2 – Fonctionnaires titulaires exerçant des fonctions prévues par leur statut particulier et qui, sans être directement
liées à des activités de direction d’établissement ou de services dans le domaine de la jeunesse, sont susceptibles
de s’y rattacher à titre accessoire :
 Conseiller territorial socio-éducatif ;
 Educateur territorial de jeunes enfants pour l’accueil d’enfants de moins de 6 ans ;
 Assistant socio-éducatif territorial, spécialité éducateur spécialisé ;
 Profession de la ville de Paris ;
 Educateur territorial des activités physique et sportives.
Titulaires du BAFD ou stagiaires BAFD (sauf pour un accueil de plus de 80 jours ET avec plus de
80 mineurs hormis sous conditions très précises)
17
4) Dans les accueils de loisirs accueillant moins de 50 mineurs :
3. En accueil de scoutisme
Direction Animation
4. Dérogation de direction
Une dérogation peut être accordée à l’organisateur, pour certains types de séjours, sur demande écrite et
uniquement en cas de difficultés manifestes de recrutement du directeur. Ainsi, à titre exceptionnel, le déclarant
peut obtenir une dérogation pour deux années (article 2 de l’arrêté du 12 décembre 2013, modifié par arrêté du
3 novembre 2014 – art.1). Cette période peut être prorogée d’une année.
Accueils ou
séjours concernés
Accueil de loisirs
- Maximum 80 jours annuels
- Maximum 50 mineurs
Séjour de vacances
- Moins de 21 jours
- Maximum 50 mineurs
- Mineurs âgés de 6 ans et plus
Personnes pouvant
être proposées
 titulaires du BAFA ou de l'un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 2 de
l'arrêté du 9 février 2007 et âgés de 21 ans au moins à la date de l'accueil et justifiant
d'expériences significatives d'animation en accueils collectifs de mineurs.
 Ou dont l'expérience et les compétences techniques et pédagogiques peuvent seules
répondre à l'objet particulier de l'accueil.
1) Titulaires d’un des diplômes ou titres scouts
suivants :
Diplômes et titres délivrés par les associations
agréées membres de la fédération du scoutisme
français :
- Certificat d’aptitude aux fonctions de responsable
d’unité scoutisme français ;
- Certificat d’aptitude aux fonctions de directeur
scoutisme français ;
Diplômes et titres délivrés par les autres
associations agréées :
- Chef de groupe, attestation délivrée par le
commissaire général, formation tripode, Scouts
unitaires de France.
- Chef de camp, camp école préparatoire deuxième
degré, Scouts unitaires de France ;
- Attestation de capacité ou licence capacitaire,
Eclaireurs neutres de France, Fédération des
éclaireuses et éclaireurs, Guides et scouts d’Europe ;
- Licence de chef de premier, deuxième et troisième
degré, Eclaireurs neutres de France, Fédération des
Éclaireuses et Eclaireurs, Guides et scouts
d’Europe ;
2) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes,
titres ou certificats permettant de diriger un
accueil de mineurs (cf. listes p 16)
1) Titulaires d’un des diplômes ou titres scouts
suivants :
Diplômes et titres délivrés par les associations
agréées membres de la fédération du scoutisme
français :
- Certificat d’aptitude aux fonctions d’animateur
scoutisme français ;
Diplômes et titres délivrés par les autres
associations agréées :
- Assistant d’unité, camp école préparatoire premier
degré, Scouts unitaires de France ;
- Attestation de capacité ou licence capacitaire,
Eclaireurs neutres de France, Fédération des
Eclaireuses et Eclaireurs, Guides et scouts d’Europe ;
2) Titulaires d’un des diplômes ou titres scouts
de direction
3) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes,
titres ou certificats permettant de diriger ou
d’animer un accueil de mineurs (cf. listes p 15 et
16)
Titulaires du BAFA ou de l'un des diplômes mentionnés à l'article 2 de l’arrêté du 9 février 2007
(cf. liste p 15), âgés de 21 ans au moins et justifiant au 31 août 2005 d'au moins 2 expériences de
direction en séjours de vacances ou accueils de loisirs, d'une durée totale de 28 jours dans les
5 ans qui précèdent.
18
D. BAFA – Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur
a) Inscription à la formation BAFA
Toute personne débutant la formation BAFA doit obligatoirement s’inscrire sur le site :
http://www.jeunes.gouv.fr/bafa-bafd
Un numéro de dossier lui est alors délivré par l’application.
Ce service dématérialisé permet au candidat de gérer son dossier d’inscription et de suivre son parcours de
formation.
b) Aspect réglementaire
La formation comprend 3 stages :
 Une session de formation générale d’une durée minimale de 8 jours.
Il ne peut s’écouler plus de 18 mois entre la fin de cette session et le début du stage pratique. Si ce
délai est dépassé vous devez demander, via votre dossier BAFA internet, une dérogation auprès du
directeur départemental de la cohésion sociale.
 Un stage pratique, effectué uniquement en accueil de loisirs ou de jeunes, en séjour de vacances, ou
en accueil de scoutisme déclaré. Sa durée pour les séjours de vacances est de 14 jours répartis en 2
séjours au plus. Pour les accueils de loisirs, de jeunes ou de scoutisme, il a une durée d’au moins 14
jours effectifs.
 Une session d’approfondissement de 6 jours ou une session de qualification d’au moins 8 jours.
c) Validation du stage pratique
 Les jours d’animation sont des jours complets de présence effective avec les enfants. Les temps de
préparation ou de rangement du centre ne sont pas pris en compte dans la durée du stage pratique.
 Ne sont pas pris en compte les stages effectués dans un séjour spécifique, un séjour de vacances en
famille ou un séjour court non associé à un accueil de loisirs ou un accueil jeunes.
 Le directeur doit évaluer l’aptitude du candidat à animer un groupe de mineurs dans le cadre des
conditions générales de sécurité et des projets éducatif et pédagogique établis.
 L’animateur stagiaire doit, dans la mesure du possible, être placé auprès d’un animateur confirmé, et
bénéficier du tutorat effectif de la part d’un des membres de l’équipe de direction.
 A l’issue de son ou ses stage(s) pratique(s), le candidat reporte, sur son espace personnel internet,
dans la rubrique cursus - stage pratique, l’avis émis par le directeur du séjour ainsi que les
appréciations. Puis, il adresse, pour validation, le certificat (original), signé et portant le cachet de
l’organisateur, à la DDCS du lieu de stage, après en avoir fait une copie.
 Deux fois par an, aux mois de juin et décembre, le jury départemental délibère sur les dossiers des
candidats ayant effectués le cursus complet de la formation.
La durée totale de la formation ne peut excéder 30 mois.
Toutefois, le candidat peut solliciter, sur demande motivée et déposée à partir de son dossier internet, une
prorogation de 12 mois maximum.
19
E. BAFD – Brevet d’Aptitude aux Fonctions de Directeur
a) Inscription à la formation BAFD
L’inscription à la formation BAFD relève du même processus d’inscription que pour la formation BAFA. Toute
personne débutant la formation BAFD doit obligatoirement s’inscrire sur le site :
http://www.jeunes.gouv.fr/bafa-bafd
Cependant, si le candidat possède déjà un compte d’accès obtenu par le biais de la formation
BAFA, il se rend sur ce même site et sélectionne la rubrique « je possède déjà un compte d’accès et
je débute une nouvelle formation ».
b) Aspect règlementaire
Le cursus de formation comprend 4 stages :
 une session de formation générale d’une durée de 8 jours
Il ne peut s’écouler plus de 18 mois entre la fin de cette session et le début du premier stage pratique.
Si ce délai est dépassé vous devez demander, via votre dossier BAFD internet, une dérogation
auprès du directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS).
 un stage pratique d’une durée de 14 jours
 un stage de perfectionnement d’une durée de 6 jours
 un deuxième stage pratique d’une durée de 14 jours à l’issue duquel le stagiaire rédige un bilan de
formation (voir note régionale sur le site http://www.cote-dor.gouv.fr/).
c) Validation du stage pratique
 Le directeur stagiaire peut exercer les fonctions de direction pour tous les types de séjours.
 Un des deux stages pratiques doit être effectué dans un séjour comportant au moins 12 mineurs. Ce
stage doit permettre au candidat d'être en situation réelle de direction : élaboration et mise en œuvre
d’un projet pédagogique, gestion et animation d’une équipe d’encadrement, gestion de l’accueil
(sécurité, administration et finance).
 Le directeur stagiaire, même lorsqu’il est en position d’adjoint, doit pouvoir assurer toutes les fonctions
de direction : élaboration du projet pédagogique ; participation au recrutement de l’équipe
d’animation ; gestion, formation et évaluation des personnels ; animation des jeunes et gestion du
quotidien ; suivi administratif, budgétaire et comptable ; communication avec les personnes
extérieures ; mise en œuvre de la sécurité.
 Le directeur stagiaire doit pouvoir être évalué par un pair ou une personne de l’organisme se portant
garante. Le cas échéant, il peut occuper un poste de directeur adjoint afin d’être évalué par le
directeur du séjour. Les stages pratiques doivent se dérouler en France et uniquement en séjours de
vacances, en accueil de loisirs, en accueil de jeunes ou en accueil de scoutisme déclaré.
 L’organisateur peut transmettre le certificat de stage via le logiciel TAM en cliquant dans la fiche
complémentaire correspondante sur le lien « saisir certificat », accessible dans la colonne « stage
BAFD ». Puis à l’aide du numéro d’inscription préalablement communiqué par le candidat ou de son
nom, prénom et date de naissance, l’organisateur pourra après vérification de l’inscription
administrative du stagiaire, renseigner le certificat et le transmettre à la DDCS en cliquant sur
« valider ». Cet avis ne doit pas être renseigné par le directeur, mais par l’organisateur en utilisant le
profil « administrateur » (code d’accès à ne pas donner aux directeurs des accueils, qui n’utilisent que
le profil « directeur »).
Ces 4 étapes doivent être effectuées dans un délai maximum de 4 ans. Toutefois, le candidat peut
solliciter auprès du directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, par demande
motivée et déposée à partir de son dossier internet, une prorogation de 12 mois maximum.
Au terme de son cursus, l’attribution du BAFD est soumise à la validation du bilan, par le jury de la
DRJSCS. Précision : L’autorisation d’exercer doit être renouvelée tous les 5 ans sous certaines
conditions. (Art.10 du Décret N°2007-480 du 28/03/2007).
20
F. Le Contrat d’Engagement Educatif (CEE)
1. Définition et objectif
 Le Contrat d’Engagement Educatif est un contrat de travail spécifique destiné aux animateurs et
directeurs des Accueils Collectifs de Mineurs et créé afin de permettre aux salariés de ces structures
de bénéficier de périodes de repos conformément à la législation européenne. Selon l’article L.432-1
du code de l’action sociale et des familles, « la participation occasionnelle […] d’une personne
physique à des fonctions d’animation ou de direction d’un accueil collectif de mineurs à caractère
éducatif organisé à l’occasion de vacances scolaires, de congés professionnels ou de loisirs […] est
qualifiée d’engagement éducatif. »
 Un Contrat d’Engagement Educatif ne peut être proposé qu’à des personnes titulaires du BAFA ou du
BAFD, intervenant occasionnellement en Accueils Collectifs de Mineurs. En conséquence, sa durée
ne peut excéder 80 jours par an.
Le Contrat d’Engagement Educatif
Concerne les
personnes titulaires du
BAFA ou du BAFD
Intéresse les ACM
Ne peut excéder 80
jours par an
2. Mise en œuvre
 Principe :
La période minimale de repos quotidien est fixée à 11 heures consécutives par tranche de 24
heures.
 Exception :
- Lorsque l’animateur est présent en permanence sur le lieu de l’accueil, il est possible de
substituer la totalité du repos quotidien par la mise en place d’un repos compensateur.
- Lorsque l’animateur réside à proximité de l’accueil, il est possible de substituer partiellement le
repos quotidien, sans être inférieur à 8 heures, par la mise en place d’un repos compensateur.
 Le repos compensateur peut être pris pendant ou à l’issue de la période d’accueil, selon des
modalités qui dépendent de la durée du séjour.
 Les animateurs présents durant la nuit, doivent bénéficier d’un couchage leur permettant de se
reposer ponctuellement. Toutefois ce repos nocturne ne peut pas être considéré comme un repos
quotidien dans la mesure où les animateurs sont appelés à intervenir durant la nuit.
21
a) Suppression du repos quotidien
 Tableau de détermination et répartition des périodes de repos :
Repos à prendre obligatoirement pendant le séjour Repos à prendre à l'issue du séjour
Total des heures
de repos dues sur
l'ensemble
de la période
Temps de
repos
Repos compensateur minimum Repos hebdomadaire Repos compensateur
(complémentairement au repos
compensateur minimum pris
pendant le séjour)
Durée du
séjour
Sem 1 Sem 2 Sem 3 Sem 1 Sem 2 Sem 3
1 0 0 11h 11h
2 0 0 22h 22h
3 0 0 33h (1 jour et 9h) 33h
4 8h 0 36h (1,5 jours) 44h
5 12h 0 43h (1 jour et 19h) 55h
6 16h 0 50h (2 jours et 2h) 66h
7 16h 24h 0 50h (2 jours et 2h) 90h
8 16h 0 24h 0 61h (2 jours et 13h) 101h
9 16h 0 24h 0 72h (3 jours) 112h
10 16h 0 24h 0 83h (3 jours et 11h) 123h
11 16h 8h 24h 0 86h (3 jours et 14h) 134h
12 16h 12h 24h 0 93h (3 jours et 21h) 145h
13 16h 16h 24h 0 100h (4 jours et 4h) 156h
14 16h 16h 24h 24h 100h (4 jours et 4h) 180h
15 16h 16h 0 24h 24h 0 111h (4 jours et 15h) 191h
16 16h 16h 0 24h 24h 0 122h (5 jours et 2h) 202h
17 16h 16h 0 24h 24h 0 133h (5 jours et 13h) 213h
18 16h 16h 8h 24h 24h 0 136h (5 jours et 16h) 224h
19 16h 16h 12h 24h 24h 0 143h (5 jours et 23h) 235h
20 16h 16h 16h 24h 24h 0 150 h (6 jours et 6h) 246h
21 16h 16h 16h 24h 24h 24h 150h (6 jours et 6h) 270h
Application de la réforme sur le Contrat
d’Engagement Educatif
Principe : La période minimale de repos quotidien est fixée à 11 heures
consécutives par tranche de 24 heures.
Suppression du repos quotidien et mise en place d’un repos
compensateur
Exception 2 :
Séjour impliquant la présence permanente de l’animateur.
Réduction du repos quotidien et mise en place d’un repos
compensateur
Mise en place du repos compensateur sous 3 formes :
- Pendant le séjour et selon sa durée : par fractions de
4h minimum, pour un total hebdomadaire de 8, 12 ou
16h.
- Pendant le séjour : par bloc de 24h de repos
consécutives par semaine (i.e. « repos hebdomadaire »)
- Après le séjour, selon sa durée du séjour.
 Se reporter au tableau
« Suppression du repos quotidien »
Mise en place du repos compensateur sous 3 formes :
- Pendant le séjour et selon sa durée : bloc de 4, 5 ou 6h
de repos par semaine.
- Pendant le séjour : bloc de 24h de repos consécutives
par semaine (i.e. « repos hebdomadaire »)
- Après le séjour, selon sa durée du séjour.
 Se reporter au tableau
« Réduction du repos quotidien »
Exception 1 :
Séjour impliquant un repos quotidien inférieur à 11 heures
(sans passer en deçà de 8 heures)
22
b) Réduction du repos quotidien
 Tableau de détermination et répartition des périodes de repos :
Repos à prendre obligatoirement pendant le séjour
Repos à prendre
à l'issue du séjour
Total des heures de
repos dues sur
l'ensemble
de la période (repos
quotidien +repos
compensateur + repos
hebdomadaire)
Temps de
repos Repos
quotidien
Repos compensateur Repos hebdomadaire
Repos
compensateurDurée du
séjour
Sem 1 Sem 2 Sem 3 Sem 1 Sem 2 Sem 3
1
8heuresparjour
0h 0h 3h 11h
2 0h 0h 6h 22h
3 0h 0h 9h 33h
4 4h 0h 8h 44h
5 5h 0h 10h 55h
6 6h 0h 12h 66h
7 6h 24h 12h 90h
8 6h 0h 24h 0h 15h 101h
9 6h 0h 24h 0h 18h 112h
10 6h 0h 24h 0h 21h 123h
11 6h 4h 24h 0h 20h 134h
12 6h 5h 24h 0h 22h 145h
13 6h 6h 24h 0h 24h 156h
14 6h 6h 24h 24h 24h 180h
15 6h 6h 0h 24h 24h 0h 27h 191h
16 6h 6h 0h 24h 24h 0h 30h 202h
17 6h 6h 0h 24h 24h 0h 33h 213h
18 6h 6h 4h 24h 24h 0h 32h 224h
19 6h 6h 5h 24h 24h 0h 34h 235h
20 6h 6h 6h 24h 24h 0h 36h 246h
21 6h 6h 6h 24h 24h 24h 36h 270h
3. Particularités
 Pendant la période de repos compensateur pris au cours du séjour, l’animateur n’est plus à la
disposition de l’employeur.
 Les périodes de repos compensateur ne peuvent pas faire l’objet d’une réduction de salaire.
 Lorsque l’organisation du séjour implique la présence permanente de l’animateur, ses frais de
restauration et d’hébergement sont à la charge de l’organisateur et ne peuvent pas être
considérés comme des avantages en nature.
 Pendant la période de repos compensateur pris à l’issue du séjour, l’animateur n’est plus à la
disposition de l’employeur et n’est pas tenu de rester sur son lieu de travail.
23
G. Contrôle de l’honorabilité des encadrants
Instruction 0025 JS du 3 mars 2010, notes n°0130 du 3 juillet et n°0186 du 14 octobre 2009
Le code de l’action sociale et des familles (CASF) prévoit, dans son article L.133-6, un régime
d’incapacité à exercer au sein des accueils collectifs de mineurs, cela en cas de condamnation pour crime ou
pour certains délits dont la peine est d’au moins deux mois d’emprisonnement ferme.
La procédure de consultation par le bureau du Casier Judiciaire National (CJN) des bulletins n°2 a été
automatisée dans le logiciel de gestion des accueils collectifs de mineurs (GAM) de façon à déclencher
automatiquement cette consultation pour chaque intervenant des équipes d’encadrement. La vérification des
conditions d’honorabilité des personnes participant à ces accueils consiste donc dans l’analyse et
l’exploitation du bulletin N°2 du casier judiciaire afin de s’assurer que les animateurs ne sont pas interdits à
l’encadrement de mineurs suite à des infractions pénales.
Le problème majeur concerne les retours trop importants de ces bulletins, au sein de nos services,
provenant du bureau du Casier Judiciaire National (CJN) qui rejette la demande d’extrait de bulletin N°2, au
motif qu’aucune identité n’est applicable.
Pour ces raisons, il est demandé lors de la saisie de l’identité des animateurs sur les fiches
complémentaires de l’application TAM, d’être vigilant et de vérifier l’exactitude des renseignements fournis par
l’intervenant au vu, soit de la carte nationale d’identité soit d’un extrait de naissance.
Les 6 rubriques suivantes doivent alors obligatoirement être renseignées correctement :
1°- Nom : Le nom de naissance (ou non patronymique). Le nom d’usage (ou nom d’épouse pour les femmes
mariées) ne dispense pas du nom de naissance, seul utilisé pour consulter le B2 :
- Saisir en majuscules, sans mettre d’espace avant la première lettre du nom
- Vérifier qu’aucun caractère « parasite » n’a été saisi (en dehors du tiret et de l’espace qui peuvent
être utilisés pour les noms composés et de l’apostrophe dans le corps du nom).
2°- Prénom : Premier prénom de l’état civil, obligatoire pour les personnes nées en France :
- Mêmes recommandations que pour le nom (cf. ci-dessus)
- Seuls les trois premiers prénoms peuvent être retenus (les séparer par des espaces).
3°- Date de naissance : format JJ/MM/AAAA
4°- Pays de naissance : Sélectionner France ou Etranger
5°- Département de naissance : Sélectionner le département correctement.
6°- Commune de naissance : Le choix du département détermine la sélection de la liste des communes
correspondantes. Ne pas oublier de sélectionner la commune de naissance.
Si une (ou plusieurs) de ces indications est (sont) erronée(s) ou incomplète(s), le CASIER JUDICIAIRE
de l’animateur ne peut être contrôlé. Il est donc préférable de demander aux nouveaux animateurs de fournir
une copie d’un document officiel d’identité, cela avant la saisie de leur Etat Civil, sur l’application TAM.
Protection complémentaire : vérification de la liste des cadres interdits
La liste des personnes faisant l’objet d’une mesure administrative d’interdiction ou de suspension d’exercer
prononcée sur le fondement de l’article L 227-10 du CASF, est régulièrement mise à jour.
Ce fichier de données à caractère personnel au sens de la loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux
fichiers et aux libertés, a uniquement vocation à être consulté par les services du Ministère.
24
IV. Réglementation des Activités Physiques et
Sportives (APS)
A. Dispositions communes
 Inscription de l’activité dans le projet éducatif :
o L’activité physique en Accueils Collectifs de Mineurs s’inscrit pleinement dans le projet
éducatif de l’organisateur. Le projet pédagogique doit systématiquement préciser les
conditions dans lesquelles elle est mise en œuvre.
o Les responsables légaux des mineurs doivent être informés des activités physiques proposées
pendant l’accueil et des modalités de leur déroulement.
 Rôle de l’encadrant :
Une personne majeure responsable, membre de l’équipe pédagogique ou intervenant
extérieur, doit fixer un cadre sécurisant pour les mineurs et vérifier que le niveau de pratique
est conforme à leurs besoins psychologiques et physiologiques. Cette personne est désignée
par le terme « encadrant ».
 Rôle des animateurs et accompagnateurs :
o Le taux d’encadrement des pratiques doit être conforme aux règles générales fixées par le
Code de l’Action Sociale et des Familles, sauf réglementations particulières relatives aux
accompagnateurs.
o Le directeur de l’Accueil Collectif de Mineurs et l’encadrant définissent ensemble la place et le
rôle des membres permanents de l’équipe pédagogique de manière à assurer au mieux la
sécurité des mineurs.
B. Test préalable à la pratique des activités
aquatiques et nautiques en Accueils Collectifs
Mineurs
 Une attestation de réussite au test commun aux fédérations habilitées peut convenir si elle répond au
moins aux exigences mentionnées ci-dessus.
 Ce test est réalisé en piscine ou sur le lieu d’activité.
 L’attestation de réussite au test est délivrée par une personne répondant à l’une des conditions
suivantes :
Les pratiques du canoë-kayak et activités assimilées, canyonisme, nage en eau vive, radeau et activités de
navigation assimilées, surf et voile, sont subordonnées à la fourniture d’une attestation d’aptitude qui certifie
de la capacité du pratiquant à :
- effectuer un saut dans l’eau ;
- réaliser une flottaison sur le dos pendant cinq secondes ;
- réaliser une sustentation verticale pendant cinq secondes ;
- nager sur le ventre pendant vingt mètres ;
- franchir une ligne d’eau ou passer sous une embarcation ou un objet flottant.
« En séjours de vacances et en accueils de loisirs, les conditions d’encadrement et de pratique des activités
physiques peuvent être aménagées selon les risques encourus, en tenant compte du lieu de déroulement
de l’activité et, le cas échéant, du niveau de pratique et de l’âge des mineurs » (Art. R. 227-13 du code de
l’action sociale et des familles).
En application de cet article, l’arrêté du 25 avril 2012 précise de nouvelles règles d’encadrement et de
pratique en fonction des risques encourus par les mineurs.
25
1° Etre titulaire d'un diplôme, d'un titre à finalité professionnelle ou d'un certificat de qualification
dans les disciplines suivantes : canoë-kayak et disciplines associées, nage en eau vive, voile,
canyonisme, surf de mer et natation ;
2° Etre titulaire du brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique ;
3° Etre ressortissant d'un Etat membre de l'Union européenne ou d'un autre Etat partie à l'accord
sur l'Espace économique européen et répondre aux conditions exigées par le code du sport pour
exercer la profession d'éducateur sportif sur le territoire national dans les disciplines présentées
en 1° ;
4° Etre militaire, ou fonctionnaire relevant des titres II, III et IV du statut général des fonctionnaires
et exerçant dans le cadre des missions prévues par son statut particulier, ou enseignant des
établissements d'enseignement publics ou des établissements d'enseignement privés sous
contrat avec l'Etat dans l'exercice de ses missions.
Pour tout renseignement sur la réglementation sportive ou les APS en ACM, vous pouvez appeler la
DDCS de la Côte d’Or :
Service Sport : 03 80 68 31 08 / 03 80 68 30 06 / 03 80 68 30 96
Service Jeunesse : 03 80 68 30 87 / 03 80 68 30 33
C. Catégories de sports à risques définies selon
l’arrêté du 25 avril 2012
Pour 22 familles et types d’activités, des annexes à l’Arrêté du 25 avril 2012 prévoient des conditions
spécifiques de pratique, d’effectifs et de qualifications des encadrants. Pour chacune des familles d’activités,
les conditions spécifiques sont relatives aux éléments suivants :
o lieu de déroulement de la pratique ;
o public concerné ;
o taux d’encadrement ;
o qualifications requises pour encadrer ;
o conditions particulières pour les accompagnateurs supplémentaires ;
o conditions d’organisation de la pratique ;
Les familles d’activités identifiées sont les suivantes :
1- Alpinisme 12- Radeau et activités de navigation assimilées
2- Baignade 13- Randonnée pédestre
3- Canoë-kayak et activités assimilées 14- Raquettes à neige
4- Canyonisme 15- Ski et activités assimilées
5- Char à voile 16- Spéléologie
6- Equitation 17- Sports aériens
7- Escalade 18- Surf
8- Karting 19- Tir à l’arc
9- Motocyclisme et activités assimilées 20- Voile et activités assimilées
10- Nage en eau vive 21- Vol libre
11- Plongée subaquatique 22- Vélo tout terrain
26
D. Réglementation spécifique pour les accueils de
loisirs, séjours de vacances, et accueils de scoutisme
Le Schéma suivant, présenté par le ministère des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie
associative, constitue une aide à l’identification de la réglementation applicable selon l’activité, pour les
accueils de loisirs, séjours de vacances, et accueils de scoutisme.
L’activité correspond à l’une des activités décrites dans les annexes de
l’arrêté du 25 Avril 2012
Réglementation précisée
dans la fiche
correspondante des
annexes de l’arrêté du 25
avril 2012
L’activité correspond à une pratique
sportive dont l’encadrement est
réglementé par le code du sport et/ou
qui est organisée selon les règles
techniques fixées par une fédération
sportive délégataire.
L’encadrant est majeur et :
1. Soit titulaire d’une qualification professionnelle
(diplôme, certificat, titre, etc…) répondant aux
conditions exigées par le code du sport ;
2. Soit militaire, fonctionnaire, enseignant, exerçant
dans le cadre de leurs missions ;
3. Soit bénévole titulaire d’une qualification fédérale
délivrée dans la discipline ;
4. Soit membre permanent de l’équipe pédagogique
titulaire d’une qualification lui permettant d’assurer
les fonctions d’animation en ACM et d’une
qualification fédérale délivrée dans la discipline
concernée par une fédération sportive.
Cf. Article R. 227-13 du CASF
L’activité répond aux critères cumulatifs suivants :
- Ne présente pas de risque spécifique ;
- A une finalité ludique, récréative ou liée à la
nécessité de se déplacer ;
- Est proposée sans objectif d’acquisition d’un
niveau technique ni de performance ;
- N’est pas intensive ;
- N’est pas exclusive d’autres activités ;
- Est accessible à l’ensemble des membres du
groupe ;
- Est mise en œuvre dans des conditions de pratique
et d’environnement adaptées au public en fonction
de ses caractéristiques physiologiques et
psychologiques.
L’activité est encadrée par tout membre permanent de
l’équipe pédagogique de l’ACM, sans qualification
sportive particulière.
L’organisateur et le directeur de l’accueil fixent les
conditions et les moyens mobilisés pour garantir la
sécurité des mineurs. Ils organisent l’activité dans le
respect des réglementations et normes applicables.
Les conditions
particulières
d’encadrement et de
pratique de l’activité ne
sont pas identifiées.
Aussi, il convient de ne
pas l’organiser dans un
ACM.
OUIOUI NONNON
OUIOUI NONNON
OUIOUI NONNON
Activité à risque ?
Règles techniques
fédérales ?
Code du sport ?
Ludique ?
Ces dispositions sont applicables pour les activités accessoires avec
hébergement (d’une à quatre nuits) des accueils de loisirs.
27
E. Réglementation spécifique pour les séjours courts,
séjours spécifiques (autre que sportif), ou accueils
de jeunes
En complément du schéma précédent pour les accueils de loisirs, séjours de vacances, et accueil de
scoutisme, le schéma suivant intéresse les séjours courts, séjours spécifiques (autre que sportif), ou accueils
de jeunes.
L’activité correspond à une pratique sportive dont l’encadrement
est réglementé par le code du sport et/ou qui est organisée selon
les règles techniques fixées par une fédération sportive
délégataire
L’activité répond aux critères cumulatifs suivants :
- Ne présente pas de risque spécifique ;
- A une finalité ludique, récréative ou liée à la
nécessité de se déplacer ;
- Est proposée sans objectif d’acquisition d’un
niveau technique ni de performance ;
- N’est pas intensive ;
- N’est pas exclusive d’autres activités ;
- Est accessible à l’ensemble des membres du
groupe ;
- Est mise en œuvre dans des conditions de pratique
et d’environnement adaptées au public en fonction
de ses caractéristiques physiologiques et
psychologiques.
L’encadrant est majeur et :
1. Soit titulaire d’une qualification professionnelle
(diplôme, certificat, titre, etc…) répondant aux
conditions exigées par le code du sport ;
2. Soit militaire, fonctionnaire, enseignant, exerçant
dans le cadre de leurs missions ;
Cf. Article R227-13 du CASF (1°, 2° et 3°)
OUIOUI NONNON
L’activité est encadrée par tout membre permanent de
l’équipe pédagogique de l’ACM, sans qualification
sportive particulière.
L’organisateur et le directeur de l’accueil fixent les
conditions et les moyens mobilisés pour garantir la
sécurité des mineurs. Ils organisent l’activité dans le
respect des réglementations et normes applicables.
Les conditions
particulières
d’encadrement et de
pratique de l’activité ne
sont pas identifiées.
Aussi, il convient de ne
pas l’organiser dans un
ACM.
OUIOUI NONNON
Règles techniques
fédérales ?
Code du sport ?
Ludique ?
Le certificat médical n’est obligatoire que pour les disciplines suivantes :
Plongée subaquatique, sports aériens (parachutisme, vol à voile, aérostation, vol à moteur,
planeur ultra léger motorisé et giraviation) et vol libre.
28
F. Piscines et baignades
Conditions d’organisation
et de pratique
Qualifications requises pour encadrer
Taux d’encadrement
Moins de 6
ans
6 ans et
plus
Piscines ou
baignades
aménagées
et
surveillées
L’encadrant de l’activité est responsable de la
sécurité et de l’organisation des sauvetages et des
secours de la piscine ou de la baignade.
Présence de l’encadrant et :
1 animateur
pour
5 enfants
1 animateur
pour
8 enfants
Sous couvert d’un accord
entre le directeur de l’accueil
et l’encadrant :
Pour des groupes de 8
mineurs maximum, âgés de
12 ans et plus, la présence
d’un animateur n’est pas
obligatoire.
Hors
piscines ou
Baignades
aménagées
et
surveillées
Activités placées sous l'autorité
du directeur de l’accueil qui
désigne un membre de l’équipe
pédagogique permanente de
l’accueil comme encadrant
chargé de son organisation et
de sa surveillance. L’encadrant
doit reconnaître préalablement
le lieu de bain et en
matérialiser la zone :
- Par des bouées reliées par
un filin pour les mineurs
âgés de moins de douze
ans,
- Par des balises pour les
mineurs âgés de douze ans
et plus.
Une personne majeure membre de l’équipe
pédagogique permanente de l’accueil, et titulaire
de l’un des diplômes :
- BSB : Brevet Surveillance de baignade
- BNSSA : Brevet National de Sécurité et de
Sauvetage Aquatique
- BPJEPS AAN : Brevet Professionnel de la
Jeunesse, de l'Education Populaire et du Sport,
mention Activités Aquatiques et de la Natation
- BEESAN : Brevet d’Etat d’Educateur Sportif des
Activités de la Natation
- MNS : Maître Nageur Sauveteur
- Licence entraînement filière STAPS mention
activité aquatique
- Brevet de surveillance de Polynésie française
Pour les structures accueillant exclusivement des
enfants âgés de plus de 14 ans, ces qualifications
ne sont pas obligatoires.
Présence de l’encadrant et :
1 animateur
pour
5 enfants
ET
20 enfants
maximum
1 animateur
pour
8 enfants
ET
40 enfants
maximum
Pataugeoire
Il s’agit d’un petit bassin de faible profondeur destiné aux enfants dont la profondeur d’eau n’excède pas 0,40
mètre. Cette profondeur d’eau maximale est ramenée à 0,20 mètre à la périphérie du bassin. Les jeux utilisant
l’eau doivent être conçus de manière à écarter tout risque de noyade ou d’infection raisonnablement prévisible.
Les moyens à mettre en œuvre doivent au minimum être les suivants :
- affichages et avertissements appelant l’attention des adultes sur la nécessité de surveiller les enfants qu’ils
accompagnent
- entretien de la pataugeoire qui ne doit pas comporter de parties endommagées et blessantes et de ses
abords qui doivent être dégagés de toute souillure ou détritus
- changement régulier de l’eau.
29
V – Sécurité et Prévention
A. Hygiène
1. Suivi sanitaire
a) Normes d’hygiène des locaux
Le Règlement Sanitaire Départemental (article 57) indique les conditions d’hygiène et de sécurité à respecter
dans les structures avec hébergement :
 Volume d’air et surface au sol supérieur ou égale à 12 m
3
et 5 m
2
par personne pour une chambre,
dortoir de 5 mineurs et plus.
 1 salle-douche à raison d’une pomme-douche pour 10 personnes (ou fraction de 10).
 Des cabinets d’aisances : 1 pour 10 ou fraction de 10 ou 1 WC pour 5 chambres.
 1 lavabo pour 3 personnes au maximum ou des lavabos collectifs avec un nombre de robinets
correspondants au nombre de lits.
b) Suivi sanitaire des mineurs
L'admission d'un mineur en séjour de vacances et en accueil de loisirs est soumise à la fourniture préalable
au responsable d'informations relatives :
 aux vaccinations obligatoires ou à leur contre-indication : copie des pages du carnet de santé
relatives aux vaccinations, copie du carnet de vaccinations, ou attestation d'un médecin ;
Vaccinations obligatoires
(obligation de rappel tous les 5 ans pour les enfants, 10 ans pour les adultes)
Antidiphtérique Antitétanique Antipoliomyélite
Vaccinations recommandées
Par le BCG pour les enfants exposés à la tuberculose
 aux antécédents médicaux ou chirurgicaux ou à tout autre élément d'ordre médical considéré
par les parents ou le responsable légal du mineur comme susceptibles d'avoir des répercussions sur
le déroulement du séjour ;
 aux pathologies chroniques ou aiguës en cours ; le cas échéant, les coordonnées du médecin
traitant seront fournies. Si un traitement est à prendre durant tout ou partie du séjour, l'ordonnance du
médecin devra être jointe et, s'il s'agit d'un traitement à ne prendre qu'en cas de crise, les conditions
et les modalités d'utilisation des produits devront être décrites. Les médicaments seront remis au
responsable de l'accueil dans leur emballage d'origine avec la notice d'utilisation. Les nom et prénom
du mineur devront être inscrits sur l'emballage.
Ces informations peuvent être consignées sur une fiche sanitaire de liaison, téléchargeable sur le site
internet : http://www.cote-dor.gouv.fr
Un cahier de soins doit mentionner les accidents, les blessures, les maladies et les soins apportés. Il doit
être mis à jour. Une infirmerie n’est pas obligatoire, en revanche une chambre d’isolement est obligatoire en
accueil avec hébergement.
Un certificat médical de non contre-indication est demandé si une ou plusieurs activités physiques
suivantes sont proposées dans le cadre de l'accueil : plongée subaquatique, vol aérien, et vol libre. La
« Lorsque les accueils collectifs de mineurs sont organisés dans des bâtiments, ceux-ci doivent satisfaire
aux conditions techniques d'hygiène et de sécurité requises notamment par les règles de sécurité
contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public, par les règles
générales de construction et par le règlement sanitaire départemental en vigueur. » (Art R. 227-5
Code de l’action sociale et des familles).
30
demande de certificat médical pour des séjours avec d’autres activités à risque appartient à la seule exigence
de l’organisateur. Pour les séjours spécifiques sportifs, les conditions sont celles de la prise de licence de la
discipline.
 Nouveauté 2015 : Une brochure annuelle d’informations est éditée par l’ARS Bourgogne concernant
les règles d’hygiène et de sécurité sanitaire en accueil collectif de mineurs.
Pour tout renseignement de votre part : ARS Bourgogne / Direction de la santé publique
Contacts : 03.80.41.97.47 ARS-BOURGOGNE-DSP-SANTE-ENVIRONNEMENT@ars.sante.fr
Téléchargeable sur le site internet : http://www.cote-dor.gouv.fr.
c) L’assistant sanitaire
L’assistant sanitaire est obligatoire en séjour de vacances et doit être titulaire de l’AFPS ou du PSC1. Un des
membres de l'équipe d'encadrement, désigné par le directeur et placé sous son autorité, est chargé d'assurer
le suivi sanitaire en accueils collectifs de mineurs.
L’assistant sanitaire doit :
 s'assurer de la remise, pour chaque mineur, des renseignements médicaux ainsi que, le cas échéant,
des certificats médicaux de non contre indication à la pratique de certaines activités physiques et
sportives (plongée subaquatique, sports aériens, vol libre) ;
 informer les personnes qui concourent à l'accueil de l'existence éventuelles d'allergies
médicamenteuses ou alimentaires ;
 identifier les mineurs qui doivent suivre un traitement médical pendant l'accueil et s'assurer de la prise
des médicaments ;
 s'assurer que les médicaments sont conservés dans un contenant fermé à clef sauf lorsque la nature
du traitement impose que le médicament soit en permanence à la disposition de l'enfant ;
 tenir à jour le registre dans lequel sont précisés les soins donnés aux mineurs, et notamment les
traitements médicamenteux ;
 tenir à jour les trousses de premiers soins.
d) Médicaments et traitement médical
Aucun médicament ne peut être administré à un mineur sans prescription médicale.
Lorsqu'un mineur suit un traitement, son responsable légal fournit, en plus des médicaments, l'ordonnance.
Les médicaments sont marqués au nom de l’enfant et conservés dans un contenant fermant à clef sauf
lorsque la nature du traitement impose que le médicament soit en permanence à la disposition de l’enfant.
e) Trousse de premiers secours
Le contenu de la trousse de premiers secours est adapté d'une part au nombre d'enfants accueillis et d'autre
part aux activités pratiquées. La trousse ne contient que des produits et du matériel pouvant être utilisés pour
soigner les égratignures et les petites plaies. Il faut en avoir en nombre suffisant et obligatoirement une par
animateur lors des sorties extérieures.
Contenu indicatif pour une trousse de premier secours :
 paire de ciseaux à bouts ronds  crème solaire
 gants à usage unique, de préférence sans latex  une pince à tiques
 gel mains sans eau  une pince à écharde
 lingettes à alcool à 70° modifié pour la désinfection des outils  gel contre les brûlures
 lampe de poche  ruban de tissu adhésif (si possible hypoallergénique)
 fiche de soins et stylo  gel contre les brûlures
 sac poubelle pour déchets  pommade pour les coups
 embout buccal ou masque  flacons antiseptique mono dose incolore ou des lingettes
antiseptiques
 une couverture isotherme  mini dose de sérum physiologique pour nez, oreilles,
bouche
 thermomètre médical  dacryosérum mini dose pour les yeux
 un aspi-venin  compresses emballées individuellement (surtout pour les
trousses de secours)
 une pince à épiler  pommade pour les coups
 assortiment de pansements stériles de différentes tailles  bandes de gaz élastiques de différentes tailles
31
Pour les camps, cette trousse peut être complétée par le matériel suivant :
 épingles à nourrice  répulsif anti poux ; shampoing poux
 coupe ongles  boîte pour dent
 paracétamol adapté au poids  lingettes bébé ou serviettes hygiéniques
 antiseptique en spray  coton tige de sécurité bébé
 sac congélation  produit absorbant pour vomis
 sucre en morceaux enveloppés  essuie tout
 couverture de survie  fiche sanitaire
 peigne fin  ordonnances
f) Prévention et survenue de maladies infectieuses en collectivité
 Nouveauté 2015 : Le Guide pratique « Survenue de maladies infectieuses dans une collectivité :
conduites à tenir ». C’est une publication du Haut Conseil de Santé Publique.
La prévention des maladies infectieuses en collectivité vise à lutter contre les sources de contamination et à
réduire la transmission. Les collectivités d’enfants ou d’adultes mettent en contact de nombreux individus
dans un espace relativement restreint, ce qui favorise la transmission des agents infectieux.
Dans ce guide, chaque maladie infectieuse a fait l’objet d’une fiche individuelle précisant la période
d’incubation, la durée de la contagiosité, les mesures à prendre concernant l’éviction du sujet malade,
l’hygiène et la prévention de l’entourage.
Contacts : http://www.hcsp.fr
2. Suivi alimentaire
a) Cuisine et règles d’hygiène
Lors de l’établissement des menus, un équilibre doit être recherché sur la journée et sur la semaine,
en tenant compte de la nature des aliments.
« En matière de restauration, les accueils collectifs de mineurs doivent respecter les conditions d'hygiène
conformes à la réglementation en vigueur. » (Art. R. 227-5 du Code de l’action sociale et des familles).
La sécurité alimentaire et la prévention des toxi-infections alimentaires collectives (TIAC), constituent ainsi,
des objectifs prioritaires pour l’organisateur et le directeur, avec une obligation de résultat.
La toxi infection alimentaire collective (TIAC):
- Une TIAC est constitué d’au moins deux cas groupés de symptômes similaires, qui pourraient
être rapportés à une origine alimentaire commune (diarrhées, vomissements…),
- Procédure à suivre :
Appeler le médecin ou les services de secours,
Conserver les plats témoins,
Prévenir obligatoirement l’Agence Régionale de Santé, la Direction Départementale
de la Protection des Populations (ex services vétérinaires) et la DDCS (cf.
coordonnées p 63).
32
Règles d’hygiènes à respecter :
 Personnel de service :
- Visite médicale à l’embauche, déclarant le personnel apte à manipuler les denrées alimentaires,
- Propreté corporelle vestimentaire rigoureuse,
- Tenue de travail adaptée,
- Formation continue à l’hygiène alimentaire, adaptée aux besoins des personnes et aux
contraintes spécifiques des installations.
 Locaux, matériel :
- Maintien de l’ensemble dans un état de propreté rigoureux,
- Etablissement et mise en œuvre d’un plan de nettoyage et de désinfection concernant l’office, la
salle à manger, les sanitaires,
- Elimination des déchets et de l’éventuel linge sale après chaque service,
- Renouvellement quotidien des éventuels torchons à vaisselle, ainsi que des éventuels essuie-
mains en tissu des enfants.
 Aliments :
- Les préparations froides doivent être maintenues à température comprises entre 0° C et + de 3°C,
et les préparations chaudes à température supérieure à + 63 ° C, donc contrôler les livraisons et
les températures de conservation (zone de prolifération bactérienne : entre 10° et 63° C)
- Respecter les dates de consommation et de préférence, consommer au plus vite, conserver
l’étiquetage des produits stockés (si déconditionnement avant stockage)
- Ne jamais réutiliser, ni congeler les plats préparés au centre pour un service ultérieur,
- Ne jamais recongeler les denrées,
- Tous les jours, conserver des plats témoins de chaque repas (midi et soir) durant 5 jours au froid
entre 0 et 3° C. La portion prélevée constitue une ration unitaire avec un minimum de 50g et 100g.
- L’échantillon doit être correctement identifié,
- Séparer les lieux de préparation, le circuit de service à table du circuit de retour des restes et le
stockage des déchets. C’est le principe dit de la marche en avant qui évite les contaminations,
- Entretenir et garder propres et désinfectés les matériels et les lieux de préparation comme les
lieux de stockage au moyen de produits adapté.
- Tenir à l’écart de la cuisine les animaux domestique
- Se laver les mains fréquemment en utilisant un savon bactéricide et des essuie-mains à usage
unique
- Eviter tout contact des aliments avec toute plaie ou affection dermatologique, même bénigne.
- Conserver dans des espaces séparés :
Surgelés, congelés -18 ° C
Glaces - 20° C
Poisson frais 0 à 2° C sur glace fondante
Viande fraîche, semi-conserves, beurre œufs, fromages 0 à 3° C
Fruits, légumes 6 à 10° C
Conserver les épiceries 10 à 12° dans un local sec et aéré
b) Séjours sous tentes ou accueils de scoutisme
La Direction Départementale de la Protection des Populations de la Côte d’Or émet les recommandations
suivantes en restauration collective sous tente ou pique-nique :
 Hygiène du personnel préparant les repas :
- Lavage des mains ;
- Tenue vestimentaire propre ;
- Ecarter les personnes malades ;
- Protection des blessures aux mains.
 Condition d’installation :
- Un emplacement éloigné des sources de nuisance (poubelles, sanitaires, poussières…) ;
- Sur une aire plane évitant toute stagnation d’eau ;
- A proximité d’un point d’eau potable ;
- Bénéficiant d’un ombrage et distant des autres tentes ;
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015
Mémento 2015

Contenu connexe

Similaire à Mémento 2015

Projet de séjour adapté
Projet de séjour adapté Projet de séjour adapté
Projet de séjour adapté
AuroreGibrat
 
Projet Education pour Tous • Phase II
Projet Education pour Tous • Phase IIProjet Education pour Tous • Phase II
Projet Education pour Tous • Phase II
Communication_HT
 
Formations BAFA BAFD PSC1 pour animateurs animatrices
Formations BAFA BAFD PSC1 pour animateurs animatricesFormations BAFA BAFD PSC1 pour animateurs animatrices
Formations BAFA BAFD PSC1 pour animateurs animatrices
Izeedor
 
Declarer une colonie de vacances, un camp, un séjour de mineurs.
Declarer une colonie de vacances, un camp, un séjour de mineurs.Declarer une colonie de vacances, un camp, un séjour de mineurs.
Declarer une colonie de vacances, un camp, un séjour de mineurs.
Izeedor
 
Catalogue des interventions 06 208
Catalogue des interventions 06 208Catalogue des interventions 06 208
Catalogue des interventions 06 208
Handirect 05
 
Animateurs de la fonction territoriale, rapport, CSFPT
Animateurs de la fonction territoriale, rapport, CSFPT Animateurs de la fonction territoriale, rapport, CSFPT
Animateurs de la fonction territoriale, rapport, CSFPT
EmploiPublic
 
Wcms 154234
Wcms 154234Wcms 154234
Wcms 154234
mohammedbensaid
 
Plan d action_haiti
Plan d action_haitiPlan d action_haiti
Plan d action_haitiYves Simon
 
Rapport synthese 2005 indh
Rapport synthese 2005 indhRapport synthese 2005 indh
Rapport synthese 2005 indhbaknaj
 
Rapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2010 de l'Institut TélécomRapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2010 de l'Institut TélécomInstitut Télécom
 
Lycée Jeanne d'Arc Enseignement Supérieur
Lycée Jeanne d'Arc Enseignement SupérieurLycée Jeanne d'Arc Enseignement Supérieur
Lycée Jeanne d'Arc Enseignement Supérieur
Bertrand Maillard
 
Ressources d'aide et de soutien académique - UQÀ
Ressources d'aide et de soutien académique - UQÀRessources d'aide et de soutien académique - UQÀ
Ressources d'aide et de soutien académique - UQÀLouis Cournoyer
 
Np fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf frNp fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf frhyazzi90
 
Rapport philippe-mouiller-1
Rapport philippe-mouiller-1Rapport philippe-mouiller-1
Rapport philippe-mouiller-1
AVIE
 
Schema regional de_developpement_de_l_occitan_2015-2020
Schema regional de_developpement_de_l_occitan_2015-2020Schema regional de_developpement_de_l_occitan_2015-2020
Schema regional de_developpement_de_l_occitan_2015-2020
blogVAP
 
Rapport auto-évaluation Prince Albert
Rapport auto-évaluation Prince AlbertRapport auto-évaluation Prince Albert
Rapport auto-évaluation Prince Albert
Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan
 
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSAManuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA

Similaire à Mémento 2015 (20)

Rased enquéte 2011
Rased enquéte 2011Rased enquéte 2011
Rased enquéte 2011
 
Projet de séjour adapté
Projet de séjour adapté Projet de séjour adapté
Projet de séjour adapté
 
Projet Education pour Tous • Phase II
Projet Education pour Tous • Phase IIProjet Education pour Tous • Phase II
Projet Education pour Tous • Phase II
 
Formations BAFA BAFD PSC1 pour animateurs animatrices
Formations BAFA BAFD PSC1 pour animateurs animatricesFormations BAFA BAFD PSC1 pour animateurs animatrices
Formations BAFA BAFD PSC1 pour animateurs animatrices
 
Declarer une colonie de vacances, un camp, un séjour de mineurs.
Declarer une colonie de vacances, un camp, un séjour de mineurs.Declarer une colonie de vacances, un camp, un séjour de mineurs.
Declarer une colonie de vacances, un camp, un séjour de mineurs.
 
Catalogue des interventions 06 208
Catalogue des interventions 06 208Catalogue des interventions 06 208
Catalogue des interventions 06 208
 
Animateurs de la fonction territoriale, rapport, CSFPT
Animateurs de la fonction territoriale, rapport, CSFPT Animateurs de la fonction territoriale, rapport, CSFPT
Animateurs de la fonction territoriale, rapport, CSFPT
 
Communauté pratqiues
Communauté pratqiuesCommunauté pratqiues
Communauté pratqiues
 
Wcms 154234
Wcms 154234Wcms 154234
Wcms 154234
 
Plan d action_haiti
Plan d action_haitiPlan d action_haiti
Plan d action_haiti
 
Rapport synthese 2005 indh
Rapport synthese 2005 indhRapport synthese 2005 indh
Rapport synthese 2005 indh
 
Rapport annuel2010
Rapport annuel2010Rapport annuel2010
Rapport annuel2010
 
Rapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2010 de l'Institut TélécomRapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
Rapport d'activité 2010 de l'Institut Télécom
 
Lycée Jeanne d'Arc Enseignement Supérieur
Lycée Jeanne d'Arc Enseignement SupérieurLycée Jeanne d'Arc Enseignement Supérieur
Lycée Jeanne d'Arc Enseignement Supérieur
 
Ressources d'aide et de soutien académique - UQÀ
Ressources d'aide et de soutien académique - UQÀRessources d'aide et de soutien académique - UQÀ
Ressources d'aide et de soutien académique - UQÀ
 
Np fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf frNp fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf fr
 
Rapport philippe-mouiller-1
Rapport philippe-mouiller-1Rapport philippe-mouiller-1
Rapport philippe-mouiller-1
 
Schema regional de_developpement_de_l_occitan_2015-2020
Schema regional de_developpement_de_l_occitan_2015-2020Schema regional de_developpement_de_l_occitan_2015-2020
Schema regional de_developpement_de_l_occitan_2015-2020
 
Rapport auto-évaluation Prince Albert
Rapport auto-évaluation Prince AlbertRapport auto-évaluation Prince Albert
Rapport auto-évaluation Prince Albert
 
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSAManuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
 

Mémento 2015

  • 1. DirectionDépartementaledelaCohésionSocialedelaCôted’Or Réglementation et Recommandations Accueils Collectifs de Mineurs DDCS 21 JEUNESSE ]����[ Mémento DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE LA COHÉSION SOCIALE PRÉFET DE LA CÔTE D’OR Edition
  • 2. 1 EDITORIAL Le législateur place « sous la protection du représentant de l’Etat dans le département, tout mineur dès son inscription dans un établissement scolaire, accueilli hors du domicile parental à l’occasion des vacances scolaires, des congés professionnels ou des loisirs, dans le cadre d’un accueil collectif à caractère éducatif » (art. L.227-4 du code de l’action sociale et des familles - CASF). La DDCS de la Côte d’Or est investie des deux missions suivantes : Assurer la protection des mineurs accueillis hors du domicile parental Prise en compte dès les procédures de déclaration administrative des organisateurs d’accueils collectifs de mineurs (associations ou collectivités territoriales), cette mission se poursuit tout au long de l’année par plus de 100 contrôles-évaluations des structures, menés par le corps d’inspection et les conseillers de la DDCS21, qui vérifient sur sites l’application de la réglementation en vigueur. Développer la qualité éducative des temps péri et extrascolaire Ambition forte de l’Etat, elle se concrétise par un accompagnement réglementaire, pédagogique et financier des organisateurs : mise en place d’outils de travail (mémento réglementaire, guide pédagogique des bonnes pratiques), organisation de journées d’informations et accompagnement financier des activités éducatives innovantes. Il appartient aux organisateurs d’accueils collectifs de mineurs (ACM) du département (associations, collectivités territoriales, structures privées) de proposer un cadre garantissant leur sécurité physique et morale en s’assurant notamment de la qualité éducative des activités proposées, ainsi que du respect des dispositions réglementaires relatives à la qualification et à l’effectif de l’encadrement, à l’hygiène, la sécurité et à l’obligation d’assurance. En Côte d’Or, ce sont 240 organisateurs qui œuvrent au quotidien pour l’organisation de temps éducatifs selon les différents temps de l’enfant (temps péri ou extrascolaire, temps méridiens ou nouvelles activités périscolaires organisées dans le cadre de la réforme des rythmes éducatifs). Ces entités représentent 573 structures déclarées, 53 locaux déclarés et environ 40.000 enfants concernés. Afin d’accompagner au mieux ces structures et simplifier leurs démarches, la DDCS présente son nouveau « Mémento réglementaire pour les accueils Collectifs de Mineurs en Côte d’Or en 2015», qui a un triple objectif : - répondre aux principales questions que se posent les organisateurs, en matière de réglementation (respect des obligations du Code de l’Action Sociale et des Familles). - promouvoir la qualité éducative de ces temps de l’enfant en faisant en sorte qu’ils soient de véritables lieux de mixité et de lien social, de découvertes, d’éducation, et d’ouverture culturelle. - et présenter les nouveaux aménagements réglementaires facilitant le développement des nouvelles activités périscolaires (NAP) organisées dans le cadre de la réforme des rythmes éducatifs, dont la mise en place a été généralisée lors de la dernière rentrée scolaire. Ce document est téléchargeable sur le site suivant : http://www.cote-dor.gouv.fr En espérant que ce guide pourra répondre à vos différentes attentes et comptant sur vos suggestions pour l’améliorer, je vous remercie bien vivement pour votre implication en matière d’action éducative.
  • 3. 2 SOMMAIRE II – Déclarations A. Demande d’accès à la télé procédure de déclaration .......................................................................................p 9 B. Modalités et délais de déclaration 1. Déclaration d’un accueil ou d’un séjour ........................................................................................p 10 2. Déclaration des locaux ..................................................................................................................p 11 III – Encadrement A. Qualifications et taux d’encadrement 1. Accueil de loisirs – Séjour de vacances ........................................................................................p 12 2. Accueil de jeunes – Séjour court – Séjour spécifique ...................................................................p 13 3. Accueil de scoutisme .....................................................................................................................p 13 B. Rappels .............................................................................................................................................................p 14 C. Listes des diplômes, titres et certificats pour exercer 1. Les fonctions d’animation .............................................................................................................p 15 2. Les fonctions de direction .............................................................................................................p 16 3. En accueil de scoutisme ...............................................................................................................p 17 4. Dérogation de direction..................................................................................................................p 17 D. BAFA - Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur .......................................................................................p 18 E. BAFD - Brevet d’Aptitude aux Fonctions de Directeur ......................................................................................p 19 F. Contrat d’Engagement Educatif 1. Définition et objectifs .....................................................................................................................p 20 2. Mise en œuvre...............................................................................................................................p 20 3. Particularités ..................................................................................................................................p 22 G. Contrôle de l’honorabilité des encadrants .........................................................................................................p 23 I – Présentation A. Définition d’un Accueil Collectif de Mineurs ......................................................................................................p 4 B. Exclusion du champ des Accueils Collectifs de Mineurs ...................................................................................p 4 C. Catégories et types d’Accueils Collectifs de Mineurs.........................................................................................p 5 D. Accueils et séjours particuliers...........................................................................................................................p 6 IV – Réglementation des Activités Physiques et Sportives (APS) A. Dispositions communes.....................................................................................................................................p 24 B. Test préalable à la pratique des activités aquatiques et nautiques en Accueils Collectifs de Mineurs ..............p 24 C. Catégories de sports à risques définies selon l’arrêté du 25 avril 2012.............................................................p 25 D. Réglementation spécifique pour les accueils de loisirs, séjours de vacances, et accueils de scoutisme ..........p 26 E. Réglementation spécifique pour les séjours courts, séjours spécifiques (autre que sportif), ou accueils de jeunes ........................................................................................................................................p 27 F. Piscines et baignades........................................................................................................................................p 28
  • 4. 3 VI – Hébergement A. Locaux 1. Etablissement Recevant du Public (ERP) .....................................................................................p 47 2. Sécurité des locaux .......................................................................................................................p 48 3. Procès-verbal de la commission de sécurité .................................................................................p 49 4. Avis de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) .........................................................................p 51 5. Surfaces et capacités d’accueil .....................................................................................................p 52 B. Camping et hébergement hors locaux ..............................................................................................................p 53 V – Sécurité et prévention A. Hygiène 1. Suivi sanitaire ...............................................................................................................................p 29 2. Suivi alimentaire ............................................................................................................................p 31 B. Transports et déplacements .............................................................................................................................p 34 C. Aires collectives de jeu et équipements sportifs ...............................................................................................p 38 D. Démarches préventives 1. Risques de canicule ......................................................................................................................p 39 2. Phénomènes météorologiques de forte intensité...........................................................................p 40 3. Relations conflictuelles et comportements à risques .....................................................................p 42 4. Enfance en danger.........................................................................................................................p 43 E. Assurance en responsabilité civile ....................................................................................................................p 45 F. Accidents graves 1. Obligations réglementaires et conduite à tenir...............................................................................p 46 2. Procédure de déclaration...............................................................................................................p 46 VII – Education et pédagogie A. Projets 1. Projet éducatif ...............................................................................................................................p 54 2. Projet pédagogique .......................................................................................................................p 55 B. Mineurs en situation de handicap .....................................................................................................................p 56 C. Réforme des rythmes scolaires 1. La mise en œuvre de la réforme en Côte d’Or...............................................................................p 57 2. Evolution réglementaire en Accueils Collectifs de Mineurs............................................................p 58 3. Les guides pratiques......................................................................................................................p 59 VIII – Inspections, contrôles et visites ........................................................................................................................p 60 IX – Informations complémentaires A. Textes de références ........................................................................................................................................p 61 B. Liens utiles ........................................................................................................................................................p 62 C. Adresses utiles et numéros d’urgence ..............................................................................................................p 63 D. Les nouveaux modèles de fiche en ligne...........................................................................................................p 64
  • 5. 4 I - Présentation A. Définition d’un Accueil Collectif de Mineurs Un Accueil Collectif de Mineurs doit répondre aux critères cumulatifs suivants :  Etre situé hors du domicile parental  Se dérouler pendant les vacances et les loisirs des mineurs  Etre collectif et à caractère éducatif  Entrer dans une des catégories définies en page précédente  Etre ouvert aux mineurs dès leur inscription dans un établissement scolaire L’article L. 227-4 du CASF (en référence à l’article L. 113-1 du code de l’éducation) fixe à 2 ans l’âge minimum d’accueil des enfants en Accueils Collectifs de Mineurs, dès lors qu’il y a scolarisation effective, sans pour autant exclure les jeunes mineurs âgés de plus de 16 ans ayant quitté le système scolaire. B. Exclusion du champ des Accueils Collectifs de Mineurs  Les activités organisées par les établissements scolaires, les voyages scolaires, même s’ils ont lieu pendant les vacances scolaires, ou encore le dispositif dit "école ouverte".  les regroupements organisés par les services de l’Etat, les collectivités territoriales ou certaines associations : conseils locaux de la jeunesse (CLJ), juniors-associations, …  les regroupements exceptionnels de masse, à caractère religieux (journées mondiales de la jeunesse, pèlerinages, ...) ou culturels (festivals, ...).  les stages de formation, notamment les formations au BAFA et à l'encadrement des disciplines sportives,  les accueils destinés exclusivement à des mineurs handicapés, dès lors que ceux-ci sont encadrés par les personnels habituels des services ou établissements médico-sociaux,  les déplacements ayant pour objet la participation aux compétitions sportives organisées par les fédérations sportives agréées, leurs organes déconcentrés et les clubs qui leur sont affiliés,  les accueils organisés par les services de prévention spécialisée au profit de leurs seuls usagers, dès lors que ces derniers sont encadrés par les personnels habituels de ces services,  les garderies périscolaires (pas d’intentions éducatives et de projet éducatif) ainsi que les garderies qui ne sont pas caractérisées par la fréquentation régulière des mêmes mineurs,  les animations proposées aux familles sur leur lieu de villégiature par certains organismes de vacances (hôtels-clubs, villages-vacances, clubs de plage, …).  Les ludothèques, Point Information Jeunesse, Point Multimédia etc.  Les activités monovalentes (sans hébergement) : cours de musique, ateliers d’arts plastiques, de théâtre, etc.
  • 6. 5 C. Catégories et types d’Accueils Collectifs de Mineurs Selon l’ensemble de ces critères, 3 catégories d’Accueils peuvent être identifiées … Accueils sans hébergement Séjours avec hébergement Accueils de scoutisme … et déclinés selon différents types : 1. Accueils sans hébergement Nombre de mineurs Durée Age Conditions particulières Accueil de loisirs périscolaire 7 à l’effectif maximum de l’école à laquelle l’accueil est adossé. Au moins 14 jours/an sur une durée minimale de 2 heures par jour, sauf si PEDT validé (*). Dès leur inscription dans un établissement scolaire - lorsqu’il y a école dans la journée - par dérogation Si PEDT (projet éducatif territorial) - Un desserrement des taux d’encadrement (1 animateur pour 14 enfants de moins de 6 ans et 1 animateur pour 18 enfants de 6 ans et plus) - La possibilité d’inclure dans l’équipe d’animation les intervenants ponctuels (*) Un abaissement de la durée journalière de l’accueil à une heure minimum pour qu’il soit soumis à l’obligation de déclaration. Accueil de loisirs extrascolaire 7 à 300 Au moins 14 jours consécutifs ou non dans l’année scolaire Minimale de deux heures par journée de fonctionnement Dès leur inscription dans un établissement scolaire Jours où il n’y a pas école Accueil de jeunes 7 à 40 Au moins 14 jours consécutifs ou non dans l’année scolaire 14-17 ans - Sur un temps extra ou péri scolaire - besoin social particulier explicité dans le projet éducatif. - Une convention entre l’organisateur et la DDCS doit être établit, deux mois au moins avant le début de l’accueil - Un animateur qualifié est désigné comme référent de l’accueil. 2. Séjours avec hébergement Nombre de mineurs Durée Age Conditions particulières Séjour de vacances A partir de 7 A partir de 4 nuits consécutives Dès leur inscription dans un établissement scolaire - Présentation obligatoire d’un projet pédagogique Séjour court A partir de 7 De 1 à 3 nuits Dès leur inscription dans un établissement scolaire - Présentation obligatoire d’un projet pédagogique Séjour spécifique A partir de 7 Dès la 1 ère nuit 6 ans minimum - Présentation obligatoire d’un projet pédagogique - pour les 5 catégories définies : > séjours artistiques et culturels > séjours sportifs > rencontres européennes de jeunes > séjours linguistiques > chantiers de bénévoles Séjour de vacances en famille De 2 à 6 mineurs A partir de 4 nuits consécutives 6 ans minimum - Pendant les vacances - En France - Dans une famille - Pas de présentation obligatoire du projet pédagogique Activité accessoire à un accueil de loisirs A partir de 7 De 1 à 4 nuits Dès leur inscription dans un établissement scolaire - En France et à proximité de l’accueil principal (2h trajet) - Activité rattachée au projet pédagogique et destinée aux mineurs de l’accueil principal
  • 7. 6 3. Accueils de scoutisme Nombre de mineurs Durée Age Conditions particulières A partir de 7 Dès la mise en route de l’activité Dès leur inscription dans un établissement scolaire - Avec et sans hébergement - Présentation obligatoire d’un projet pédagogique - Organisés par une association dont l’objet est la pratique du scoutisme - Bénéficiant d’un agrément national D. Accueils et séjours particuliers a) Séjours spécifiques - Les séjours sportifs Séjour avec hébergement, pour des activités à caractère éducatif dans le cadre de l’objet de l’association organisatrice, organisé par une fédération agréée, un de ses organes déconcentrés ou, un de ses clubs affiliés. Deux conditions : Au moins 7 mineurs de 6 ans ou plus et à partir de 1 nuit Sont exclus du champ d’application de la règlementation : - Les déplacements pour participer aux compétitions sportives organisées par les fédérations agréées, leurs organes déconcentrés et les clubs affiliés - Les stages de formation à l’encadrement des disciplines sportives. Démarches obligatoires : 1) Demande d’accès à la télé procédure auprès de la DDCS 2) Vérification de la conformité du local d’hébergement (Les hôtels peuvent héberger occasionnellement des mineurs, s’ils répondent aux conditions de sécurité exigées pour recevoir des groupes de mineurs). 3) Déclaration du séjour : - Obligatoire pour tout organisateur établit en France et organisant un accueil de mineurs en France et à l’étranger, - Auprès de la DDCS du lieu du siège social, au minimum 2 mois avant le début du séjour puis fiche complémentaire à compléter au plus tard 8 jours avant. Encadrement : - Direction : 1 personne majeure désignée par l’organisateur - L’effectif de l’encadrement ne peut être inférieur à 2 personnes - Les personnes prenant part ponctuellement à l’encadrement ne sont pas comprises dans l’effectif minimal - Qualification et taux d’encadrement selon les normes ou la réglementation de l’activité principale du séjour. Il revient à chaque fédération sportive de déterminer les conditions d’encadrement des activités physiques et de veiller à leur mise en œuvre. La catégorie des séjours spécifiques regroupe les séjours sportifs, les séjours linguistiques, les séjours artistiques et culturels, les rencontres européennes de jeunes, et les chantiers de bénévoles.
  • 8. 7 - Les séjours linguistiques Quel que soit le mode d’hébergement proposé par les organisateurs de séjours ou stages linguistiques au sens de la norme NF EN 14804 et ayant attesté de leur engagement à respecter cette norme. La norme précise les engagements des organisateurs de séjours linguistiques en matière de prestation de service notamment en ce qui concerne l’information aux représentants légaux, les conditions d’enseignement et d’encadrement, l’hébergement, les loisirs. La condition d’un apprentissage de la langue avec des enseignants en vis-à-vis y est requise. Certains organisateurs de séjours linguistiques se sont regroupés pour promouvoir leurs activités et développer quelques règles déontologiques par la définition d’une charte de qualité ou par une démarche de certification auprès d’organismes indépendants. - Les séjours artistiques et culturels Organisés par une école de musique, de danse ou de théâtre relevant de l’Etat, d’une collectivité territoriale ou d’une association, réalisé dans la continuité de l’activité assurée tout au long de l’année intégrés, à ce titre dans le projet annuel. - Les rencontres européennes de jeunes Organisées dans le cadre des programmes européens en faveur de la jeunesse par des personnes morales ayant attesté de leur engagement à respecter les dispositions prévues par la Commission européenne et telles que précisées par l’agence française chargée de la mise en œuvre de ce programme. - Les chantiers de bénévoles Chantiers organisés pour des jeunes de 14 à 17 ans par des associations qui se sont engagées à respecter la Charte nationale des chantiers de bénévoles. b) Les séjours de mineurs à l’étranger - Déclaration Un accueil avec hébergement organisé hors du territoire national est soumis à la réglementation correspondant au type d’accueil auquel le séjour appartient. C’est pourquoi il est à déclarer :  soit en séjour de vacances ;  soit en séjour spécifique (séjour sportif, séjour linguistique, séjour artistique et culturel, rencontre européenne de jeunes ou chantier de bénévoles) s’il répond à l’une des définitions précisée en page précédente ;  soit en séjour court (de 1 à 3 nuits) ou en séjour de vacances (plus de 3 nuits) s’il ne répond pas totalement à l’une des définitions du séjour spécifique. - Réglementation La réglementation applicable est celle du type de séjour déclaré (séjour spécifique, séjour court ou séjour de vacances). L’ensemble des obligations relatives à ces types de séjours sont à respecter : modalités de dépôt des déclarations, informations relatives aux organisateurs, aux modalités d’accueil, au public accueilli, taux d’encadrement et qualification des encadrants, obligations relatives aux projets éducatif et pédagogique, au contrat d’assurance, déclaration d’accident grave, etc. L’organisateur applique également les dispositions de la loi de développement et de modernisation des services touristiques (loi n°2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques). Les locaux doivent être adaptés aux mineurs et respecter les conditions d’hygiène et de sécurité du pays d’accueil. Toute personne établie en France, organisant hors du territoire national un accueil collectif de mineurs, quel que soit le type d'hébergement, doit en faire préalablement la déclaration à la DDCS de son lieu de siège social, ou de domicile.
  • 9. 8 - Recommandations Avant chaque départ, il est conseillé aux organisateurs de :  Consulter le site internet du ministère des affaires étrangères et européennes (http://www.diplomatie.gouv.fr, rubrique « conseil aux voyageurs») qui donne pour chaque pays des informations actualisées sur les évènements d'ordres sanitaire et sécuritaire.  Consulter le site internet du ministère de la santé (http://www.sante.gouv.fr) pour des informations concernant les évènements sanitaires (canicule, épidémie, contaminations, …).  Inscrire le nom du responsable du groupe sur le téléservice « Ariane » du ministère des affaires étrangères (https://pastel.diplomatie.gouv.fr/fildariane/dyn/protected/accueil/formAccueil.html).  Se renseigner auprès des ambassades, consulats concernés, services préfectoraux ou des mairies, des documents administratifs à posséder pour les mineurs et d’en informer suffisamment tôt les parents.
  • 10. 9 II – Déclarations A. Demande d’accès à la téléprocédure de déclaration a) L’application TAM (Télé procédure d’Accueil de Mineurs) Elle permet de :  Déclarer vos accueils et vos séjours (périodes, effectif prévisionnel des mineurs et des animateurs, implantation, etc).  Renseigner les fiches complémentaires (effectif réel des mineurs et des animateurs avec pour ces derniers, leur identité : nom(s), prénom(s), date de naissance, qualification, etc).  Disposer année par année, d’un historique de vos déclarations et fiches complémentaires.  Déclarer vos locaux avec ou sans hébergement.  Consulter la liste des locaux avec hébergement déclarés à la DDCS ou dans d’autres DDCS. Il vous suffit pour cela de procéder à une simulation de déclaration d’un accueil ou d’un séjour en précisant le département d’accueil. b) La demande d’accès à l’application  Télécharger l’imprimé de la demande d’accès à la télé procédure sur le site internet http://www.cote- dor.gouv.fr/jeunesse-sports-et-vie-associative-r704.html  Compléter et adresser à la DDCS ce document, au minimum deux mois avant le début de l’accueil ou du séjour. En retour, la DDCS vous adresse par courriel votre numéro d’organisateur, votre identifiant ainsi qu’un lien internet vous permettant de vous connecter sur le site afin d’effectuer votre première connexion et de réaliser vos déclarations : https://tam.extranet.jeunesse-sports.gouv.fr/ c) Service d’aide en ligne Si vous rencontrez des difficultés avec l’utilisation de la télé procédure de déclaration, vous pouvez appeler la DDCS de Côte d’Or au 03 80 68 30 87 ou 03 80 68 30 37. Les accueils collectifs de mineurs doivent être déclarés à la direction départementale de la cohésion sociale. Il en est de même pour les locaux avec ou sans hébergement, accueillant des mineurs.
  • 11. 10 B. Modalités et délais de déclaration 1. Déclaration d’un accueil ou d’un séjour a) Déclaration sur l’application TAM  Tout organisateur d’accueil (avec ou sans hébergement) à l’exception des accueils de loisirs périscolaires doit obligatoirement déposer :  la fiche initiale 2 mois au moins avant le début de l’accueil ou du séjour.  la fiche complémentaire au plus tard huit jours avant le début de la période d’accueil concernée.  Nouveauté : Tout organisateur d’accueil de loisirs périscolaire dépose une fiche unique de déclaration au moins huit jours avant la date prévue du début de fonctionnement de l’accueil.  En cas de dépassement du délai de déclaration, une procédure autobloquante, installée sur l’application TAM, empêche l’organisateur de procéder à la déclaration de l’accueil ou du séjour. Si les motifs invoqués sont sérieux et si le retard n’est pas trop important, la prorogation pourra alors être acceptée par la DDCS à titre exceptionnel (déblocage de la procédure).  Le projet éducatif est obligatoirement joint à cette déclaration lors du dépôt de la fiche initiale ou de la fiche unique pour les accueils de loisirs périscolaires. Toute modification intervenue dans les éléments de la fiche initiale ou des fiches complémentaires est portée immédiatement à la connaissance de la DDCS. b) Procédure de déclaration en ligne (fiches initiale, complémentaire et unique)  pour les accueils collectifs de mineurs à l’exception des accueils de loisirs périscolaires,  A réception de la fiche initiale complète, le préfet délivre un accusé de réception.  A réception de chacune des fiches complémentaire et après avoir constaté que toutes les informations requises ont été communiquées par l’organisateur, le préfet délivre un récépissé de déclaration comportant le numéro d’enregistrement de celle- ci.  Nouveauté. Au numéro d’enregistrement traditionnel, est ajouté un tiret suivi de deux lettres (FE = février ; PA = printemps,…)  Lorsqu’une fiche initiale ou complémentaire est incomplète, des compléments d’informations sont à fournir par l’organisateur sous huitaine. A défaut de production de ces compléments d’informations dans les délais impartis, la déclaration est réputée ne pas avoir été effectuée. c) Renseigner la fiche complémentaire sur l’application TAM NB : Une attention toute particulière est portée à l’enregistrement des fiches complémentaires. Elles seules, permettent de valider les stages pratiques des animateurs et des directeurs et d’enclencher la procédure automatisée de demande d’extrait de casier judiciaire auprès du ministère de la justice. Le récépissé de déclaration est délivré à l’issue des envois de la fiche initiale et de la fiche complémentaire et non plus à l’issue de l’envoi de la fiche initiale. Une fiche complémentaire déposée hors délai sera systématiquement rejetée, les bonnes conditions de sécurité ne pouvant être vérifiées (casiers judiciaires, liste des cadres interdits, …). La déclaration peut alors être réputée « ne pas avoir été effectué » avec toutes les incidences financières que cela implique. La déclaration préalable à l’organisation des accueils collectifs de mineurs comporte une fiche initiale et une ou plusieurs fiches complémentaires à l’exception des accueils de loisirs périscolaires, qui ne comprennent qu’une une fiche unique de déclaration.  Nouveauté : le récépissé de déclaration est délivré à l’issue des envois de la fiche initiale et de la fiche complémentaire (exception : fiche unique pour le périscolaire). Tout organisateur renseigne obligatoirement la fiche complémentaire de son accueil collectif de mineurs via la télé procédure TAM, 8 jours au moins avant le début de l’accueil ou du séjour, et pour chacune des périodes déclarées (mercredis, périscolaires, …).
  • 12. 11 2. Déclaration des locaux a) Obligation de déclaration Article L. 227-5 du Code de l’Action Sociale et des Familles Les personnes organisant l'accueil de mineurs ainsi que celles exploitant les locaux où des mineurs sont hébergés doivent en faire la déclaration préalable auprès de l'autorité administrative, c’est à dire la DDCS. Celle-ci peut s'opposer à l'organisation de cette activité lorsque les conditions dans lesquelles elle est envisagée présentent des risques pour la santé et la sécurité physique ou morale des mineurs. b) Modalités de déclaration 1) Télécharger sur le site internet http://www.cote-dor.gouv.fr/jeunesse-sports-et-vie-associative- r704.html : soit le formulaire « déclaration d’un local hébergeant des mineurs », soit le formulaire de déclaration d’un local sans hébergement ; 2) Envoyer l’imprimé dûment complété à la DDCS du département d’implantation du local, au minimum deux mois avant la date prévue pour la première utilisation du local, accompagné des pièces suivantes : o Le plan des locaux et un plan d’accès, o Une copie du procès verbal de la commission de sécurité ou l’attestation municipale d’ouverture au public pour les Etablissements Recevant du Public sans hébergement de 5 ème catégorie (cf. partie VI « Hébergement »), o Une copie de l’avis des services de la Protection Maternelle et Infantile si des mineurs de moins de 6 ans sont accueillis. NB : Lors d’un contrôle, le directeur de l’accueil doit pouvoir présenter l’ensemble de ces documents. 3) Après instruction du dossier et en cas d’avis favorable, vous recevrez un récépissé de déclaration du local précisant le numéro d’enregistrement de ce dernier. 4) Toute modification ultérieure des éléments de la déclaration ou dans l’aménagement, l’équipement ou l’utilisation des locaux doit être portée par écrit et dans les 15 jours suivant cette modification à la connaissance de la DDCS qui a reçu la déclaration initiale avec mention du numéro d’enregistrement du local. c) Exigences réglementaires Les locaux à sommeil hébergeant des mineurs doivent : - permettre aux filles et aux garçons âgés de 6 ans et plus de dormir dans des lieux séparés - offrir à chaque mineur hébergé un moyen de couchage individuel - garantir au personnel de direction et d’animation, un hébergement disposant des meilleures conditions de sécurité des mineurs. - être uniquement des locaux spécifiques à sommeil : Etablissement Recevant du Public de type internats scolaires, hôtels, villages de vacances, centres de vacances avec hébergement, … De plus amples informations sont disponibles dans la partie « hébergement ». Nous vous conseillons vivement de vous y reporter afin de vous assurer de la sécurité de vos locaux accueillant les mineurs. Tout local dans lequel sont hébergés des mineurs doit être déclaré au minimum 2 mois avant son ouverture aux accueils collectifs de mineurs, par l’exploitant à la direction départementale de la cohésion sociale du lieu d’implantation. Ce local est alors répertorié sous un numéro à 9 chiffres.
  • 13. 12 III – Encadrement A. Qualifications et taux d’encadrement 1. Accueil de loisirs – Séjour de vacances Accueil de loisirs Séjour de vacances Diplômes permettant de diriger 1) BAFD ou stagiaires BAFD 2) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 1 de l’arrêté du 9 février 2007 + conditions (cf. liste p 16). 3) Agents titulaires de la fonction publique territoriale dans le cadre de leurs missions figurant à l’article 2 de l’arrêté du 20 mars 2007 (cf. liste p 16). Possibilité de dérogation à titre exceptionnel Demande écrite précisant les difficultés manifestes de recrutement d’une dérogation pour la direction, sous conditions et pour un accueil de mineurs à durée et nombre d’enfants limités (cf. p 18 pour connaître ces conditions). Une demande écrite devra alors être adressée à la DDCS Diplômes permettant d’animer 1) BAFA ou stagiaires BAFA 2) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 2 de l’arrêté du 9 février 2007 complété par l’Arrêté du 3/11/2014 (cf. liste p 15) 3) Agents titulaires de la fonction publique territoriale dans le cadre de leurs missions figurant à l’article 1 de l’arrêté du 20 mars 2007 complété par l’Arrêté du 3/11/2014 (cf. liste p 15) 4) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats permettant de diriger un accueil de mineurs (cf. liste p 16) complété par l’Arrêté du 3/11/2014 (cf liste p 15) Taux d’encadrement exigé en ACM Accueil extrascolaire Pour les moins de 6 ans : 1 animateur / 8 mineurs maximum Pour les 6 ans et plus : 1 animateur / 12 mineurs maximum Accueil périscolaire - Pour les moins de 6 ans : 1 animateur / 10 mineurs (ou taux de 1 pour 14 dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires) (*) - Pour les 6 ans et plus : 1 animateur / 14 mineurs (ou taux de 1 pour 18 dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires) (*) L’effectif de l’encadrement ne peut être inférieur à 2 personnes Au moins 50 % d’animateurs titulaires qualifiés Pas plus de 50% d’animateurs stagiaires Pas plus de 20 % d’animateurs non qualifiés (*) ou 1 animateur pour une équipe de 3 ou 4 animateurs Au-delà de l’effectif d’encadrement requis, les animateurs supplémentaires n’ont pas d’obligation de qualification Directeur non inclus dans l’effectif d’encadrement Sauf pour les accueils de loisirs de moins de 50 mineurs Directeur non inclus dans l’effectif d’encadrement Sauf pour les séjours de vacances d’au plus 20 mineurs âgés d’au moins 14 ans Si l’effectif comprend plus de 100 mineurs 1 adjoint diplômé supplémentaire par tranche de 50 mineurs au-delà de 100 Activités accessoires à un accueil de loisirs ou de jeunes - Deux personnes minimum - Un animateur qualifié désigné comme responsable de l’activité accessoire - Taux d’encadrement de l’accueil principal (extrascolaire pour un accueil de loisirs) Intervenants extérieurs Les intervenants extérieurs ponctuels ne sont pas inclus dans l’effectif d’encadrement. A titre expérimental, pour une durée de trois ans, par dérogation à l’article R.227-20 du CASF, les personnes qui participent ponctuellement avec le ou les animateurs à l’encadrement des activités périscolaires sont comprises, pendant le temps où elles y participent effectivement […] dans le calcul de ces taux d’encadrement (décret n°2013-707 du 2 aout 2013 relatif au projet éducatif territorial et portant expérimentation relative à l’encadrement des enfants scolarisés bénéficiant d’activités périscolaires dans ce cadre). (*) Une collectivité territoriale qui établit un projet éducatif territorial (PEDT) dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, bénéficie d’aménagements des conditions d’encadrements des activités (cf. chapitre VII-C p.58)
  • 14. 13 2. Accueil de jeunes – Séjour court – Séjour spécifique Accueil de jeunes Séjour spécifique Séjour court Direction Un animateur qualifié désigné par l’organisateur comme référent de l’accueil OU Un directeur qualifié qui coordonne l’action des animateurs référents implantés sur chaque site Une personne majeure désignée par l’organisateur comme directeur du séjour Une personne majeure s’assure des conditions d’hygiène et de sécurité dans lesquelles l’hébergement se déroule Encadrement Les conditions d’encadrement sont définies par convention entre l’organisateur et la DDCS pour répondre aux besoins identifiés Deux personnes minimum Qualification et taux d’encadrement selon les normes ou la réglementation de l’activité principale du séjour Deux personnes minimum 3. Accueil de scoutisme Direction 1) Titulaire d’un des diplômes ou titres scouts de direction (cf. liste p 16) 2) Titulaire ou stagiaire d’un des diplômes, titres ou certificats permettant de diriger un accueil de mineurs (cf. liste p 16) En l’absence de diplôme, possibilité d’une dérogation pour la direction, - pour une période fixée n’excédant pas 12 mois - pour des accueils d’au plus 50 mineurs et de 6 ans et plus Une demande écrite devra alors être adressée à la DDCS Animation 1) Titulaire d’un des diplômes ou titres scouts de l’animation ou de direction (cf. liste p 18) 2) Titulaire ou stagiaire d’un des diplômes, titres ou certificats permettant de diriger ou d’animer un accueil de mineurs (cf. listes p 15 et 16) Taux d’encadrement Pour les moins de 6 ans : 1 animateur / 8 mineurs maximum Pour les 6 ans et plus : 1 animateur / 12 mineurs maximum Le directeur peut être inclus dans l’effectif d’encadrement pour : - les accueils sans hébergement ou les séjours à partir d’1 nuit avec 80 mineurs au plus. - les séjours de 4 nuits ou plus pour 50 mineurs au plus, âgés d’au moins 14 ans. Activités en autonomie Organisation possible d’activités sans encadrement sur place : - Pour les accueils sans hébergement ou séjours de 1 à 3 nuitées - Avec des mineurs en groupe constitué et âgés de plus de 11 ans Les conditions d’organisation sont alors les suivantes : - les caractéristiques de l’activité sont précisées dans le projet pédagogique - les familles en sont informées, ont attesté en avoir pris connaissance et ont donné leur accord - la préparation inclut la mise à disposition de moyens adaptés pour le repérage des lieux - les responsables du groupe reconnus par les instances nationales du mouvement valident le projet en tenant compte des capacités d’autonomie des mineurs - lors du déroulement de l’activité, des moyens de communication effectifs sont à la disposition du groupe et un adulte responsable peut intervenir à tout moment.
  • 15. 14 B. Rappels a) Accueil de loisirs de moins de 50 mineurs « Arrêté du 31 juillet 2008 » En tant qu’organisateur d’ACM, dois-je compter mon directeur dans le taux d’encadrement ? La précédente réglementation prévoyait que le directeur était compris dans le taux d’encadrement des accueils de loisirs dits « non permanents », c'est-à-dire accueillant moins de 80 enfants et/ou fonctionnant moins de 80 jours. L’Arrêté du 31 juillet 2008, est venu modifier cette situation. Désormais le directeur ne pourra être compris dans le taux d’encadrement qu’au sein des accueils de loisirs accueillant de moins 50 mineurs. b) Accueil de loisirs de plus de 80 jours avec plus de 80 mineurs « Arrêté du 28 octobre 2008 » L’accueil de loisirs dit « permanent » se détermine à travers deux seuils à atteindre, le nombre de jours de fonctionnement et le nombre d’enfants accueillis. La prise en compte de ces critères doit s’effectuer de façon cumulative. Pour être considéré comme organisateur d’un tel accueil, il faut pouvoir justifier de 80 jours de fonctionnement lors desquels sont accueillis au moins 80 mineurs. La fonction de directeur nécessite alors des qualifications particulières. Ainsi, conformément à l’article 5 de l’arrêté du 9 février 2007, peuvent diriger  Nouveauté : L’arrêté du 12 décembre 2013 relatif à l’encadrement des accueils de loisirs organisés pendant les heures qui précèdent et qui suivent la classe pour une durée de plus de 80 jours et pour un effectif supérieur à 80 mineurs prévoit que par dérogation le titulaire d’un brevet d’aptitude aux fonctions de directeur (BAFD) peut encadrer un accueil de loisirs périscolaire, aux termes du présent arrêté. Cette dérogation ne peut être accordée que pour une durée de douze mois, renouvelable. L’arrêté du 3 novembre 2014 modifie cet Arrêté de 2013 et étend la dérogation initiale à vingt-quatre mois. c) Les activités accessoires à un accueil de loisirs ou de jeunes « Décret du 11 juin 2009 » Par l’intermédiaire de ce décret, le ministère est venu redéfinir la notion des activités accessoires à un accueil de loisirs ou de jeunes (ex-mini camp).  Dès lors, ces séjours sont qualifiés comme « activités accessoires » à un accueil de loisirs ou de jeunes et doivent être considérés comme des activités à part entière des structures.  Création d’une fiche complémentaire spécifique (art. 3 de l’arrêté du 3 novembre 2014 relatif à la déclaration préalable aux accueils de mineurs prévue par l’article R.227-2 du code de l’action sociale et des familles) - Les séjours de 1 à 4 nuits - Organisés dans le cadre réglementaire d’un accueil de loisirs ou un accueil de jeunes - Pour les mêmes mineurs de ces accueils - Dans le cadre du même projet éducatif - Pour lequel, deux encadrants minimum devront être présents - Les titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 1 de l’arrêté du 9 février 2007 (cf. liste p 16). - Les agents titulaires de la fonction publique territoriale dans le cadre de leurs missions figurant à l’article 2 de l’arrêté du 20 mars 2007 (cf. liste p 16). - Les titulaires du BAFD pouvant justifier d’expériences de direction en accueil collectif de mineur de 24 mois au moins entre le 01/01/1997 et le 19/02/2004.
  • 16. 15 C. Listes des diplômes, titres et certificats pour exercer 1. Les fonctions d’animation Les fonctions d’animation en Accueils Collectifs de Mineurs peuvent être exercées par les: 1) 2) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 2 de l’arrêté du 9 février 2007(modifié par l’arrêté du 3 novembre 2014) : liste : * Pour les Séjours de vacances et accueil sans hébergement uniquement (Arrêté du 25 juin 2013) 3) Agents titulaires de la fonction publique territoriale dans le cadre de leurs missions figurant à l’article 1 de l’arrêté du 20 mars 2007 : liste : (Codage TAM : FPT Anim) 4) Abréviation Libellé complet Codage TAM BEES 1 Brevet d’Etat d’éducateur sportif premier degré MSJS Anim BEATEP Brevet d’Etat d’animateur technicien de l’éducation populaire et de la jeunesse MSJS Anim BPJEPS Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport MSJS Anim BAPAAT Brevet d’aptitude professionnelle d’assistant animateur technicien MSJS Anim CQP Anim. 1 er degré Certificat de qualification professionnelle premier degré de l’animation Conv Coll Nat Anim CQP Anim. Périscolaire Certificat de qualification professionnelle animateur périscolaire Conv Coll Nat Anim DUMI Diplôme universitaire de musicien intervenant DUT CS Diplôme universitaire de technologie, spécialité carrières sociales Educ Nat Anim CAP Petite enf. Certificat d’aptitude professionnelle, petite enfance Educ Nat Anim DEUG STAPS Diplôme d’études universitaires générales STAPS Educ Nat Anim Licence STAPS Licence STAPS Educ Nat Anim Licence Sc. Educ. Licence sciences de l’éducation Educ Nat Anim BTS Agricole GPN * Brevet de Technicien Supérieur Agricole option « gestion et protection de la nature » M Agriculture DEME Diplôme d’Etat de moniteur éducateur Aff Soc Anim CAFME Certificat d’aptitude aux fonctions de moniteur-éducateur Aff Soc Anim Animateur JSP Diplôme d’animateur de section de jeunes sapeurs pompiers Moniteur EPMS Moniteur interarmées d’entraînement physique, militaire et sportif M Armées Anim 1 – Fonctionnaires titulaires exerçant des activités d’animation relevant des fonctions définies par leur statut particulier :  Animateur territorial ;  Adjoint territorial d’animation ;  Adjoint administratif de la commune de Paris, spécialité animation. 2 – Fonctionnaires titulaires exerçants des fonctions prévues par leur statut particulier et qui, sans être directement liées à des activités d’animation, sont susceptibles de s’y rattacher à titre accessoire :  Agent territorial spécialisé des écoles maternelles ;  Educateur territorial de jeunes enfants pour l’accueil de moins de 6 ans ;  Educateur territorial des Activités physique et sportive ;  Assistant socio éducatif territorial, spécialité éducateur spécialisé ;  Moniteur – éducateur territorial ;  Professeur de la ville de Paris. Titulaires du BAFA ou stagiaires BAFA Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats permettant de diriger un accueil de mineurs (cf. page suivante)
  • 17. 16 2. Les fonctions de direction Les fonctions de direction en Accueils Collectifs de Mineurs peuvent être exercées par les personnes : 1) 2) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 1 de l’arrêté du 9 février 2007 en justifiant d’une ou de plusieurs expériences d’animation de groupes de mineurs, dont une au moins en accueil collectif de mineurs, d’une durée totale de 28 jours dans les 5 ans qui précèdent : liste : 3) Agents titulaires de la fonction publique territoriale dans le cadre de leurs missions figurant à l’article 2 de l’arrêté du 20 mars 2007 : liste : (Codage TAM : FPT Dir) Abréviation Libellé complet Codage TAM DEDPAD Diplôme d’Etat de directeur de projet d’animation et de développement MSJS Dir DEFA Diplôme d’Etat relatif aux fonctions d’animation MSJS Dir DECEP Diplôme d’Etat de conseiller d’éducation populaire MSJS Dir CAPASE Certificat d’aptitude à la promotion des activités socio-éducatives et à l’exercice des professions socio-éducatives MSJS Dir BEATEP ASVL Brevet d’Etat d’animateur technicien de l’éducation populaire et de la jeunesse, spécialité activités sociales - vie locale MSJS Dir BPJEPS CVL Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport comprenant une unité capitalisable complémentaire concernant la direction des centres de vacances et de loisirs MSJS Dir BPJEPS LTP Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, spécialité loisirs tous publics MSJS Dir BEES 2 ou 3 Brevet d’Etat d’éducateur sportif, deuxième ou troisième degré MSJS Dir BEES Alp. Brevet d’Etat d’alpinisme MSJS Dir BEESAPT Brevet d’Etat d’éducateur sportif option animation des activités physiques pour tous MSJS Dir DEJEPS Diplôme d’état de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport MSJS Dir DESJEPS Diplôme d’état supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport ; MSJS Dir CEPJ / PS CTPS Conseiller d’éducation populaire et de jeunesse, de professeur de sport, ou conseiller technique et pédagogique supérieur. MSJS Dir DEUST Anim. DEUST A. et G. Diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques, animation (et gestion des activités physiques, sportives et culturelles) Educ Nat Dir DUT Anim. Diplôme universitaire de technologie, spécialité carrières sociales, option animation sociale et socioculturelle Educ Nat Dir Licence Anim. Licence animation sociale, éducative, culturelle et des loisirs Educ Nat Dir Prof. Ecole Diplôme professionnel de professeur des écoles Educ Nat Dir CAP instit. Certificat d’aptitude pédagogique d’instituteur Educ Nat Dir CA Prof. Certificat d’aptitude au professorat Educ Nat Dir Agrèg. Agrégation du second degré Educ Nat Dir CACE / CACPE Certificat d’aptitude aux fonctions de conseiller d’éducation ou conseiller principal d’éducation Educ Nat Dir DEEJE Diplôme d’Etat d’éducateur de jeunes enfants Aff Soc Dir DEES Diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé Aff Soc Dir DPJJ Diplôme d’éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse M Justice Dir Moniteur chef Moniteur chef interarmées d’entraînement physique, militaire et sportif M Armées Dir Certif. Tech. Certificat technique branche entraînement physique et sportif M Armées Dir 1 – Fonctionnaires titulaires exerçants des activités de direction d’établissements ou de services relevant des fonctions définies par leur statut particulier :  Attaché territorial, spécialité animation  Secrétaires des services extérieurs de la commune de Paris, spécialité animation ;  Animateur territorial. 2 – Fonctionnaires titulaires exerçant des fonctions prévues par leur statut particulier et qui, sans être directement liées à des activités de direction d’établissement ou de services dans le domaine de la jeunesse, sont susceptibles de s’y rattacher à titre accessoire :  Conseiller territorial socio-éducatif ;  Educateur territorial de jeunes enfants pour l’accueil d’enfants de moins de 6 ans ;  Assistant socio-éducatif territorial, spécialité éducateur spécialisé ;  Profession de la ville de Paris ;  Educateur territorial des activités physique et sportives. Titulaires du BAFD ou stagiaires BAFD (sauf pour un accueil de plus de 80 jours ET avec plus de 80 mineurs hormis sous conditions très précises)
  • 18. 17 4) Dans les accueils de loisirs accueillant moins de 50 mineurs : 3. En accueil de scoutisme Direction Animation 4. Dérogation de direction Une dérogation peut être accordée à l’organisateur, pour certains types de séjours, sur demande écrite et uniquement en cas de difficultés manifestes de recrutement du directeur. Ainsi, à titre exceptionnel, le déclarant peut obtenir une dérogation pour deux années (article 2 de l’arrêté du 12 décembre 2013, modifié par arrêté du 3 novembre 2014 – art.1). Cette période peut être prorogée d’une année. Accueils ou séjours concernés Accueil de loisirs - Maximum 80 jours annuels - Maximum 50 mineurs Séjour de vacances - Moins de 21 jours - Maximum 50 mineurs - Mineurs âgés de 6 ans et plus Personnes pouvant être proposées  titulaires du BAFA ou de l'un des diplômes, titres ou certificats figurant à l’article 2 de l'arrêté du 9 février 2007 et âgés de 21 ans au moins à la date de l'accueil et justifiant d'expériences significatives d'animation en accueils collectifs de mineurs.  Ou dont l'expérience et les compétences techniques et pédagogiques peuvent seules répondre à l'objet particulier de l'accueil. 1) Titulaires d’un des diplômes ou titres scouts suivants : Diplômes et titres délivrés par les associations agréées membres de la fédération du scoutisme français : - Certificat d’aptitude aux fonctions de responsable d’unité scoutisme français ; - Certificat d’aptitude aux fonctions de directeur scoutisme français ; Diplômes et titres délivrés par les autres associations agréées : - Chef de groupe, attestation délivrée par le commissaire général, formation tripode, Scouts unitaires de France. - Chef de camp, camp école préparatoire deuxième degré, Scouts unitaires de France ; - Attestation de capacité ou licence capacitaire, Eclaireurs neutres de France, Fédération des éclaireuses et éclaireurs, Guides et scouts d’Europe ; - Licence de chef de premier, deuxième et troisième degré, Eclaireurs neutres de France, Fédération des Éclaireuses et Eclaireurs, Guides et scouts d’Europe ; 2) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats permettant de diriger un accueil de mineurs (cf. listes p 16) 1) Titulaires d’un des diplômes ou titres scouts suivants : Diplômes et titres délivrés par les associations agréées membres de la fédération du scoutisme français : - Certificat d’aptitude aux fonctions d’animateur scoutisme français ; Diplômes et titres délivrés par les autres associations agréées : - Assistant d’unité, camp école préparatoire premier degré, Scouts unitaires de France ; - Attestation de capacité ou licence capacitaire, Eclaireurs neutres de France, Fédération des Eclaireuses et Eclaireurs, Guides et scouts d’Europe ; 2) Titulaires d’un des diplômes ou titres scouts de direction 3) Titulaires ou stagiaires d’un des diplômes, titres ou certificats permettant de diriger ou d’animer un accueil de mineurs (cf. listes p 15 et 16) Titulaires du BAFA ou de l'un des diplômes mentionnés à l'article 2 de l’arrêté du 9 février 2007 (cf. liste p 15), âgés de 21 ans au moins et justifiant au 31 août 2005 d'au moins 2 expériences de direction en séjours de vacances ou accueils de loisirs, d'une durée totale de 28 jours dans les 5 ans qui précèdent.
  • 19. 18 D. BAFA – Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur a) Inscription à la formation BAFA Toute personne débutant la formation BAFA doit obligatoirement s’inscrire sur le site : http://www.jeunes.gouv.fr/bafa-bafd Un numéro de dossier lui est alors délivré par l’application. Ce service dématérialisé permet au candidat de gérer son dossier d’inscription et de suivre son parcours de formation. b) Aspect réglementaire La formation comprend 3 stages :  Une session de formation générale d’une durée minimale de 8 jours. Il ne peut s’écouler plus de 18 mois entre la fin de cette session et le début du stage pratique. Si ce délai est dépassé vous devez demander, via votre dossier BAFA internet, une dérogation auprès du directeur départemental de la cohésion sociale.  Un stage pratique, effectué uniquement en accueil de loisirs ou de jeunes, en séjour de vacances, ou en accueil de scoutisme déclaré. Sa durée pour les séjours de vacances est de 14 jours répartis en 2 séjours au plus. Pour les accueils de loisirs, de jeunes ou de scoutisme, il a une durée d’au moins 14 jours effectifs.  Une session d’approfondissement de 6 jours ou une session de qualification d’au moins 8 jours. c) Validation du stage pratique  Les jours d’animation sont des jours complets de présence effective avec les enfants. Les temps de préparation ou de rangement du centre ne sont pas pris en compte dans la durée du stage pratique.  Ne sont pas pris en compte les stages effectués dans un séjour spécifique, un séjour de vacances en famille ou un séjour court non associé à un accueil de loisirs ou un accueil jeunes.  Le directeur doit évaluer l’aptitude du candidat à animer un groupe de mineurs dans le cadre des conditions générales de sécurité et des projets éducatif et pédagogique établis.  L’animateur stagiaire doit, dans la mesure du possible, être placé auprès d’un animateur confirmé, et bénéficier du tutorat effectif de la part d’un des membres de l’équipe de direction.  A l’issue de son ou ses stage(s) pratique(s), le candidat reporte, sur son espace personnel internet, dans la rubrique cursus - stage pratique, l’avis émis par le directeur du séjour ainsi que les appréciations. Puis, il adresse, pour validation, le certificat (original), signé et portant le cachet de l’organisateur, à la DDCS du lieu de stage, après en avoir fait une copie.  Deux fois par an, aux mois de juin et décembre, le jury départemental délibère sur les dossiers des candidats ayant effectués le cursus complet de la formation. La durée totale de la formation ne peut excéder 30 mois. Toutefois, le candidat peut solliciter, sur demande motivée et déposée à partir de son dossier internet, une prorogation de 12 mois maximum.
  • 20. 19 E. BAFD – Brevet d’Aptitude aux Fonctions de Directeur a) Inscription à la formation BAFD L’inscription à la formation BAFD relève du même processus d’inscription que pour la formation BAFA. Toute personne débutant la formation BAFD doit obligatoirement s’inscrire sur le site : http://www.jeunes.gouv.fr/bafa-bafd Cependant, si le candidat possède déjà un compte d’accès obtenu par le biais de la formation BAFA, il se rend sur ce même site et sélectionne la rubrique « je possède déjà un compte d’accès et je débute une nouvelle formation ». b) Aspect règlementaire Le cursus de formation comprend 4 stages :  une session de formation générale d’une durée de 8 jours Il ne peut s’écouler plus de 18 mois entre la fin de cette session et le début du premier stage pratique. Si ce délai est dépassé vous devez demander, via votre dossier BAFD internet, une dérogation auprès du directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS).  un stage pratique d’une durée de 14 jours  un stage de perfectionnement d’une durée de 6 jours  un deuxième stage pratique d’une durée de 14 jours à l’issue duquel le stagiaire rédige un bilan de formation (voir note régionale sur le site http://www.cote-dor.gouv.fr/). c) Validation du stage pratique  Le directeur stagiaire peut exercer les fonctions de direction pour tous les types de séjours.  Un des deux stages pratiques doit être effectué dans un séjour comportant au moins 12 mineurs. Ce stage doit permettre au candidat d'être en situation réelle de direction : élaboration et mise en œuvre d’un projet pédagogique, gestion et animation d’une équipe d’encadrement, gestion de l’accueil (sécurité, administration et finance).  Le directeur stagiaire, même lorsqu’il est en position d’adjoint, doit pouvoir assurer toutes les fonctions de direction : élaboration du projet pédagogique ; participation au recrutement de l’équipe d’animation ; gestion, formation et évaluation des personnels ; animation des jeunes et gestion du quotidien ; suivi administratif, budgétaire et comptable ; communication avec les personnes extérieures ; mise en œuvre de la sécurité.  Le directeur stagiaire doit pouvoir être évalué par un pair ou une personne de l’organisme se portant garante. Le cas échéant, il peut occuper un poste de directeur adjoint afin d’être évalué par le directeur du séjour. Les stages pratiques doivent se dérouler en France et uniquement en séjours de vacances, en accueil de loisirs, en accueil de jeunes ou en accueil de scoutisme déclaré.  L’organisateur peut transmettre le certificat de stage via le logiciel TAM en cliquant dans la fiche complémentaire correspondante sur le lien « saisir certificat », accessible dans la colonne « stage BAFD ». Puis à l’aide du numéro d’inscription préalablement communiqué par le candidat ou de son nom, prénom et date de naissance, l’organisateur pourra après vérification de l’inscription administrative du stagiaire, renseigner le certificat et le transmettre à la DDCS en cliquant sur « valider ». Cet avis ne doit pas être renseigné par le directeur, mais par l’organisateur en utilisant le profil « administrateur » (code d’accès à ne pas donner aux directeurs des accueils, qui n’utilisent que le profil « directeur »). Ces 4 étapes doivent être effectuées dans un délai maximum de 4 ans. Toutefois, le candidat peut solliciter auprès du directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, par demande motivée et déposée à partir de son dossier internet, une prorogation de 12 mois maximum. Au terme de son cursus, l’attribution du BAFD est soumise à la validation du bilan, par le jury de la DRJSCS. Précision : L’autorisation d’exercer doit être renouvelée tous les 5 ans sous certaines conditions. (Art.10 du Décret N°2007-480 du 28/03/2007).
  • 21. 20 F. Le Contrat d’Engagement Educatif (CEE) 1. Définition et objectif  Le Contrat d’Engagement Educatif est un contrat de travail spécifique destiné aux animateurs et directeurs des Accueils Collectifs de Mineurs et créé afin de permettre aux salariés de ces structures de bénéficier de périodes de repos conformément à la législation européenne. Selon l’article L.432-1 du code de l’action sociale et des familles, « la participation occasionnelle […] d’une personne physique à des fonctions d’animation ou de direction d’un accueil collectif de mineurs à caractère éducatif organisé à l’occasion de vacances scolaires, de congés professionnels ou de loisirs […] est qualifiée d’engagement éducatif. »  Un Contrat d’Engagement Educatif ne peut être proposé qu’à des personnes titulaires du BAFA ou du BAFD, intervenant occasionnellement en Accueils Collectifs de Mineurs. En conséquence, sa durée ne peut excéder 80 jours par an. Le Contrat d’Engagement Educatif Concerne les personnes titulaires du BAFA ou du BAFD Intéresse les ACM Ne peut excéder 80 jours par an 2. Mise en œuvre  Principe : La période minimale de repos quotidien est fixée à 11 heures consécutives par tranche de 24 heures.  Exception : - Lorsque l’animateur est présent en permanence sur le lieu de l’accueil, il est possible de substituer la totalité du repos quotidien par la mise en place d’un repos compensateur. - Lorsque l’animateur réside à proximité de l’accueil, il est possible de substituer partiellement le repos quotidien, sans être inférieur à 8 heures, par la mise en place d’un repos compensateur.  Le repos compensateur peut être pris pendant ou à l’issue de la période d’accueil, selon des modalités qui dépendent de la durée du séjour.  Les animateurs présents durant la nuit, doivent bénéficier d’un couchage leur permettant de se reposer ponctuellement. Toutefois ce repos nocturne ne peut pas être considéré comme un repos quotidien dans la mesure où les animateurs sont appelés à intervenir durant la nuit.
  • 22. 21 a) Suppression du repos quotidien  Tableau de détermination et répartition des périodes de repos : Repos à prendre obligatoirement pendant le séjour Repos à prendre à l'issue du séjour Total des heures de repos dues sur l'ensemble de la période Temps de repos Repos compensateur minimum Repos hebdomadaire Repos compensateur (complémentairement au repos compensateur minimum pris pendant le séjour) Durée du séjour Sem 1 Sem 2 Sem 3 Sem 1 Sem 2 Sem 3 1 0 0 11h 11h 2 0 0 22h 22h 3 0 0 33h (1 jour et 9h) 33h 4 8h 0 36h (1,5 jours) 44h 5 12h 0 43h (1 jour et 19h) 55h 6 16h 0 50h (2 jours et 2h) 66h 7 16h 24h 0 50h (2 jours et 2h) 90h 8 16h 0 24h 0 61h (2 jours et 13h) 101h 9 16h 0 24h 0 72h (3 jours) 112h 10 16h 0 24h 0 83h (3 jours et 11h) 123h 11 16h 8h 24h 0 86h (3 jours et 14h) 134h 12 16h 12h 24h 0 93h (3 jours et 21h) 145h 13 16h 16h 24h 0 100h (4 jours et 4h) 156h 14 16h 16h 24h 24h 100h (4 jours et 4h) 180h 15 16h 16h 0 24h 24h 0 111h (4 jours et 15h) 191h 16 16h 16h 0 24h 24h 0 122h (5 jours et 2h) 202h 17 16h 16h 0 24h 24h 0 133h (5 jours et 13h) 213h 18 16h 16h 8h 24h 24h 0 136h (5 jours et 16h) 224h 19 16h 16h 12h 24h 24h 0 143h (5 jours et 23h) 235h 20 16h 16h 16h 24h 24h 0 150 h (6 jours et 6h) 246h 21 16h 16h 16h 24h 24h 24h 150h (6 jours et 6h) 270h Application de la réforme sur le Contrat d’Engagement Educatif Principe : La période minimale de repos quotidien est fixée à 11 heures consécutives par tranche de 24 heures. Suppression du repos quotidien et mise en place d’un repos compensateur Exception 2 : Séjour impliquant la présence permanente de l’animateur. Réduction du repos quotidien et mise en place d’un repos compensateur Mise en place du repos compensateur sous 3 formes : - Pendant le séjour et selon sa durée : par fractions de 4h minimum, pour un total hebdomadaire de 8, 12 ou 16h. - Pendant le séjour : par bloc de 24h de repos consécutives par semaine (i.e. « repos hebdomadaire ») - Après le séjour, selon sa durée du séjour.  Se reporter au tableau « Suppression du repos quotidien » Mise en place du repos compensateur sous 3 formes : - Pendant le séjour et selon sa durée : bloc de 4, 5 ou 6h de repos par semaine. - Pendant le séjour : bloc de 24h de repos consécutives par semaine (i.e. « repos hebdomadaire ») - Après le séjour, selon sa durée du séjour.  Se reporter au tableau « Réduction du repos quotidien » Exception 1 : Séjour impliquant un repos quotidien inférieur à 11 heures (sans passer en deçà de 8 heures)
  • 23. 22 b) Réduction du repos quotidien  Tableau de détermination et répartition des périodes de repos : Repos à prendre obligatoirement pendant le séjour Repos à prendre à l'issue du séjour Total des heures de repos dues sur l'ensemble de la période (repos quotidien +repos compensateur + repos hebdomadaire) Temps de repos Repos quotidien Repos compensateur Repos hebdomadaire Repos compensateurDurée du séjour Sem 1 Sem 2 Sem 3 Sem 1 Sem 2 Sem 3 1 8heuresparjour 0h 0h 3h 11h 2 0h 0h 6h 22h 3 0h 0h 9h 33h 4 4h 0h 8h 44h 5 5h 0h 10h 55h 6 6h 0h 12h 66h 7 6h 24h 12h 90h 8 6h 0h 24h 0h 15h 101h 9 6h 0h 24h 0h 18h 112h 10 6h 0h 24h 0h 21h 123h 11 6h 4h 24h 0h 20h 134h 12 6h 5h 24h 0h 22h 145h 13 6h 6h 24h 0h 24h 156h 14 6h 6h 24h 24h 24h 180h 15 6h 6h 0h 24h 24h 0h 27h 191h 16 6h 6h 0h 24h 24h 0h 30h 202h 17 6h 6h 0h 24h 24h 0h 33h 213h 18 6h 6h 4h 24h 24h 0h 32h 224h 19 6h 6h 5h 24h 24h 0h 34h 235h 20 6h 6h 6h 24h 24h 0h 36h 246h 21 6h 6h 6h 24h 24h 24h 36h 270h 3. Particularités  Pendant la période de repos compensateur pris au cours du séjour, l’animateur n’est plus à la disposition de l’employeur.  Les périodes de repos compensateur ne peuvent pas faire l’objet d’une réduction de salaire.  Lorsque l’organisation du séjour implique la présence permanente de l’animateur, ses frais de restauration et d’hébergement sont à la charge de l’organisateur et ne peuvent pas être considérés comme des avantages en nature.  Pendant la période de repos compensateur pris à l’issue du séjour, l’animateur n’est plus à la disposition de l’employeur et n’est pas tenu de rester sur son lieu de travail.
  • 24. 23 G. Contrôle de l’honorabilité des encadrants Instruction 0025 JS du 3 mars 2010, notes n°0130 du 3 juillet et n°0186 du 14 octobre 2009 Le code de l’action sociale et des familles (CASF) prévoit, dans son article L.133-6, un régime d’incapacité à exercer au sein des accueils collectifs de mineurs, cela en cas de condamnation pour crime ou pour certains délits dont la peine est d’au moins deux mois d’emprisonnement ferme. La procédure de consultation par le bureau du Casier Judiciaire National (CJN) des bulletins n°2 a été automatisée dans le logiciel de gestion des accueils collectifs de mineurs (GAM) de façon à déclencher automatiquement cette consultation pour chaque intervenant des équipes d’encadrement. La vérification des conditions d’honorabilité des personnes participant à ces accueils consiste donc dans l’analyse et l’exploitation du bulletin N°2 du casier judiciaire afin de s’assurer que les animateurs ne sont pas interdits à l’encadrement de mineurs suite à des infractions pénales. Le problème majeur concerne les retours trop importants de ces bulletins, au sein de nos services, provenant du bureau du Casier Judiciaire National (CJN) qui rejette la demande d’extrait de bulletin N°2, au motif qu’aucune identité n’est applicable. Pour ces raisons, il est demandé lors de la saisie de l’identité des animateurs sur les fiches complémentaires de l’application TAM, d’être vigilant et de vérifier l’exactitude des renseignements fournis par l’intervenant au vu, soit de la carte nationale d’identité soit d’un extrait de naissance. Les 6 rubriques suivantes doivent alors obligatoirement être renseignées correctement : 1°- Nom : Le nom de naissance (ou non patronymique). Le nom d’usage (ou nom d’épouse pour les femmes mariées) ne dispense pas du nom de naissance, seul utilisé pour consulter le B2 : - Saisir en majuscules, sans mettre d’espace avant la première lettre du nom - Vérifier qu’aucun caractère « parasite » n’a été saisi (en dehors du tiret et de l’espace qui peuvent être utilisés pour les noms composés et de l’apostrophe dans le corps du nom). 2°- Prénom : Premier prénom de l’état civil, obligatoire pour les personnes nées en France : - Mêmes recommandations que pour le nom (cf. ci-dessus) - Seuls les trois premiers prénoms peuvent être retenus (les séparer par des espaces). 3°- Date de naissance : format JJ/MM/AAAA 4°- Pays de naissance : Sélectionner France ou Etranger 5°- Département de naissance : Sélectionner le département correctement. 6°- Commune de naissance : Le choix du département détermine la sélection de la liste des communes correspondantes. Ne pas oublier de sélectionner la commune de naissance. Si une (ou plusieurs) de ces indications est (sont) erronée(s) ou incomplète(s), le CASIER JUDICIAIRE de l’animateur ne peut être contrôlé. Il est donc préférable de demander aux nouveaux animateurs de fournir une copie d’un document officiel d’identité, cela avant la saisie de leur Etat Civil, sur l’application TAM. Protection complémentaire : vérification de la liste des cadres interdits La liste des personnes faisant l’objet d’une mesure administrative d’interdiction ou de suspension d’exercer prononcée sur le fondement de l’article L 227-10 du CASF, est régulièrement mise à jour. Ce fichier de données à caractère personnel au sens de la loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, a uniquement vocation à être consulté par les services du Ministère.
  • 25. 24 IV. Réglementation des Activités Physiques et Sportives (APS) A. Dispositions communes  Inscription de l’activité dans le projet éducatif : o L’activité physique en Accueils Collectifs de Mineurs s’inscrit pleinement dans le projet éducatif de l’organisateur. Le projet pédagogique doit systématiquement préciser les conditions dans lesquelles elle est mise en œuvre. o Les responsables légaux des mineurs doivent être informés des activités physiques proposées pendant l’accueil et des modalités de leur déroulement.  Rôle de l’encadrant : Une personne majeure responsable, membre de l’équipe pédagogique ou intervenant extérieur, doit fixer un cadre sécurisant pour les mineurs et vérifier que le niveau de pratique est conforme à leurs besoins psychologiques et physiologiques. Cette personne est désignée par le terme « encadrant ».  Rôle des animateurs et accompagnateurs : o Le taux d’encadrement des pratiques doit être conforme aux règles générales fixées par le Code de l’Action Sociale et des Familles, sauf réglementations particulières relatives aux accompagnateurs. o Le directeur de l’Accueil Collectif de Mineurs et l’encadrant définissent ensemble la place et le rôle des membres permanents de l’équipe pédagogique de manière à assurer au mieux la sécurité des mineurs. B. Test préalable à la pratique des activités aquatiques et nautiques en Accueils Collectifs Mineurs  Une attestation de réussite au test commun aux fédérations habilitées peut convenir si elle répond au moins aux exigences mentionnées ci-dessus.  Ce test est réalisé en piscine ou sur le lieu d’activité.  L’attestation de réussite au test est délivrée par une personne répondant à l’une des conditions suivantes : Les pratiques du canoë-kayak et activités assimilées, canyonisme, nage en eau vive, radeau et activités de navigation assimilées, surf et voile, sont subordonnées à la fourniture d’une attestation d’aptitude qui certifie de la capacité du pratiquant à : - effectuer un saut dans l’eau ; - réaliser une flottaison sur le dos pendant cinq secondes ; - réaliser une sustentation verticale pendant cinq secondes ; - nager sur le ventre pendant vingt mètres ; - franchir une ligne d’eau ou passer sous une embarcation ou un objet flottant. « En séjours de vacances et en accueils de loisirs, les conditions d’encadrement et de pratique des activités physiques peuvent être aménagées selon les risques encourus, en tenant compte du lieu de déroulement de l’activité et, le cas échéant, du niveau de pratique et de l’âge des mineurs » (Art. R. 227-13 du code de l’action sociale et des familles). En application de cet article, l’arrêté du 25 avril 2012 précise de nouvelles règles d’encadrement et de pratique en fonction des risques encourus par les mineurs.
  • 26. 25 1° Etre titulaire d'un diplôme, d'un titre à finalité professionnelle ou d'un certificat de qualification dans les disciplines suivantes : canoë-kayak et disciplines associées, nage en eau vive, voile, canyonisme, surf de mer et natation ; 2° Etre titulaire du brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique ; 3° Etre ressortissant d'un Etat membre de l'Union européenne ou d'un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen et répondre aux conditions exigées par le code du sport pour exercer la profession d'éducateur sportif sur le territoire national dans les disciplines présentées en 1° ; 4° Etre militaire, ou fonctionnaire relevant des titres II, III et IV du statut général des fonctionnaires et exerçant dans le cadre des missions prévues par son statut particulier, ou enseignant des établissements d'enseignement publics ou des établissements d'enseignement privés sous contrat avec l'Etat dans l'exercice de ses missions. Pour tout renseignement sur la réglementation sportive ou les APS en ACM, vous pouvez appeler la DDCS de la Côte d’Or : Service Sport : 03 80 68 31 08 / 03 80 68 30 06 / 03 80 68 30 96 Service Jeunesse : 03 80 68 30 87 / 03 80 68 30 33 C. Catégories de sports à risques définies selon l’arrêté du 25 avril 2012 Pour 22 familles et types d’activités, des annexes à l’Arrêté du 25 avril 2012 prévoient des conditions spécifiques de pratique, d’effectifs et de qualifications des encadrants. Pour chacune des familles d’activités, les conditions spécifiques sont relatives aux éléments suivants : o lieu de déroulement de la pratique ; o public concerné ; o taux d’encadrement ; o qualifications requises pour encadrer ; o conditions particulières pour les accompagnateurs supplémentaires ; o conditions d’organisation de la pratique ; Les familles d’activités identifiées sont les suivantes : 1- Alpinisme 12- Radeau et activités de navigation assimilées 2- Baignade 13- Randonnée pédestre 3- Canoë-kayak et activités assimilées 14- Raquettes à neige 4- Canyonisme 15- Ski et activités assimilées 5- Char à voile 16- Spéléologie 6- Equitation 17- Sports aériens 7- Escalade 18- Surf 8- Karting 19- Tir à l’arc 9- Motocyclisme et activités assimilées 20- Voile et activités assimilées 10- Nage en eau vive 21- Vol libre 11- Plongée subaquatique 22- Vélo tout terrain
  • 27. 26 D. Réglementation spécifique pour les accueils de loisirs, séjours de vacances, et accueils de scoutisme Le Schéma suivant, présenté par le ministère des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, constitue une aide à l’identification de la réglementation applicable selon l’activité, pour les accueils de loisirs, séjours de vacances, et accueils de scoutisme. L’activité correspond à l’une des activités décrites dans les annexes de l’arrêté du 25 Avril 2012 Réglementation précisée dans la fiche correspondante des annexes de l’arrêté du 25 avril 2012 L’activité correspond à une pratique sportive dont l’encadrement est réglementé par le code du sport et/ou qui est organisée selon les règles techniques fixées par une fédération sportive délégataire. L’encadrant est majeur et : 1. Soit titulaire d’une qualification professionnelle (diplôme, certificat, titre, etc…) répondant aux conditions exigées par le code du sport ; 2. Soit militaire, fonctionnaire, enseignant, exerçant dans le cadre de leurs missions ; 3. Soit bénévole titulaire d’une qualification fédérale délivrée dans la discipline ; 4. Soit membre permanent de l’équipe pédagogique titulaire d’une qualification lui permettant d’assurer les fonctions d’animation en ACM et d’une qualification fédérale délivrée dans la discipline concernée par une fédération sportive. Cf. Article R. 227-13 du CASF L’activité répond aux critères cumulatifs suivants : - Ne présente pas de risque spécifique ; - A une finalité ludique, récréative ou liée à la nécessité de se déplacer ; - Est proposée sans objectif d’acquisition d’un niveau technique ni de performance ; - N’est pas intensive ; - N’est pas exclusive d’autres activités ; - Est accessible à l’ensemble des membres du groupe ; - Est mise en œuvre dans des conditions de pratique et d’environnement adaptées au public en fonction de ses caractéristiques physiologiques et psychologiques. L’activité est encadrée par tout membre permanent de l’équipe pédagogique de l’ACM, sans qualification sportive particulière. L’organisateur et le directeur de l’accueil fixent les conditions et les moyens mobilisés pour garantir la sécurité des mineurs. Ils organisent l’activité dans le respect des réglementations et normes applicables. Les conditions particulières d’encadrement et de pratique de l’activité ne sont pas identifiées. Aussi, il convient de ne pas l’organiser dans un ACM. OUIOUI NONNON OUIOUI NONNON OUIOUI NONNON Activité à risque ? Règles techniques fédérales ? Code du sport ? Ludique ? Ces dispositions sont applicables pour les activités accessoires avec hébergement (d’une à quatre nuits) des accueils de loisirs.
  • 28. 27 E. Réglementation spécifique pour les séjours courts, séjours spécifiques (autre que sportif), ou accueils de jeunes En complément du schéma précédent pour les accueils de loisirs, séjours de vacances, et accueil de scoutisme, le schéma suivant intéresse les séjours courts, séjours spécifiques (autre que sportif), ou accueils de jeunes. L’activité correspond à une pratique sportive dont l’encadrement est réglementé par le code du sport et/ou qui est organisée selon les règles techniques fixées par une fédération sportive délégataire L’activité répond aux critères cumulatifs suivants : - Ne présente pas de risque spécifique ; - A une finalité ludique, récréative ou liée à la nécessité de se déplacer ; - Est proposée sans objectif d’acquisition d’un niveau technique ni de performance ; - N’est pas intensive ; - N’est pas exclusive d’autres activités ; - Est accessible à l’ensemble des membres du groupe ; - Est mise en œuvre dans des conditions de pratique et d’environnement adaptées au public en fonction de ses caractéristiques physiologiques et psychologiques. L’encadrant est majeur et : 1. Soit titulaire d’une qualification professionnelle (diplôme, certificat, titre, etc…) répondant aux conditions exigées par le code du sport ; 2. Soit militaire, fonctionnaire, enseignant, exerçant dans le cadre de leurs missions ; Cf. Article R227-13 du CASF (1°, 2° et 3°) OUIOUI NONNON L’activité est encadrée par tout membre permanent de l’équipe pédagogique de l’ACM, sans qualification sportive particulière. L’organisateur et le directeur de l’accueil fixent les conditions et les moyens mobilisés pour garantir la sécurité des mineurs. Ils organisent l’activité dans le respect des réglementations et normes applicables. Les conditions particulières d’encadrement et de pratique de l’activité ne sont pas identifiées. Aussi, il convient de ne pas l’organiser dans un ACM. OUIOUI NONNON Règles techniques fédérales ? Code du sport ? Ludique ? Le certificat médical n’est obligatoire que pour les disciplines suivantes : Plongée subaquatique, sports aériens (parachutisme, vol à voile, aérostation, vol à moteur, planeur ultra léger motorisé et giraviation) et vol libre.
  • 29. 28 F. Piscines et baignades Conditions d’organisation et de pratique Qualifications requises pour encadrer Taux d’encadrement Moins de 6 ans 6 ans et plus Piscines ou baignades aménagées et surveillées L’encadrant de l’activité est responsable de la sécurité et de l’organisation des sauvetages et des secours de la piscine ou de la baignade. Présence de l’encadrant et : 1 animateur pour 5 enfants 1 animateur pour 8 enfants Sous couvert d’un accord entre le directeur de l’accueil et l’encadrant : Pour des groupes de 8 mineurs maximum, âgés de 12 ans et plus, la présence d’un animateur n’est pas obligatoire. Hors piscines ou Baignades aménagées et surveillées Activités placées sous l'autorité du directeur de l’accueil qui désigne un membre de l’équipe pédagogique permanente de l’accueil comme encadrant chargé de son organisation et de sa surveillance. L’encadrant doit reconnaître préalablement le lieu de bain et en matérialiser la zone : - Par des bouées reliées par un filin pour les mineurs âgés de moins de douze ans, - Par des balises pour les mineurs âgés de douze ans et plus. Une personne majeure membre de l’équipe pédagogique permanente de l’accueil, et titulaire de l’un des diplômes : - BSB : Brevet Surveillance de baignade - BNSSA : Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique - BPJEPS AAN : Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l'Education Populaire et du Sport, mention Activités Aquatiques et de la Natation - BEESAN : Brevet d’Etat d’Educateur Sportif des Activités de la Natation - MNS : Maître Nageur Sauveteur - Licence entraînement filière STAPS mention activité aquatique - Brevet de surveillance de Polynésie française Pour les structures accueillant exclusivement des enfants âgés de plus de 14 ans, ces qualifications ne sont pas obligatoires. Présence de l’encadrant et : 1 animateur pour 5 enfants ET 20 enfants maximum 1 animateur pour 8 enfants ET 40 enfants maximum Pataugeoire Il s’agit d’un petit bassin de faible profondeur destiné aux enfants dont la profondeur d’eau n’excède pas 0,40 mètre. Cette profondeur d’eau maximale est ramenée à 0,20 mètre à la périphérie du bassin. Les jeux utilisant l’eau doivent être conçus de manière à écarter tout risque de noyade ou d’infection raisonnablement prévisible. Les moyens à mettre en œuvre doivent au minimum être les suivants : - affichages et avertissements appelant l’attention des adultes sur la nécessité de surveiller les enfants qu’ils accompagnent - entretien de la pataugeoire qui ne doit pas comporter de parties endommagées et blessantes et de ses abords qui doivent être dégagés de toute souillure ou détritus - changement régulier de l’eau.
  • 30. 29 V – Sécurité et Prévention A. Hygiène 1. Suivi sanitaire a) Normes d’hygiène des locaux Le Règlement Sanitaire Départemental (article 57) indique les conditions d’hygiène et de sécurité à respecter dans les structures avec hébergement :  Volume d’air et surface au sol supérieur ou égale à 12 m 3 et 5 m 2 par personne pour une chambre, dortoir de 5 mineurs et plus.  1 salle-douche à raison d’une pomme-douche pour 10 personnes (ou fraction de 10).  Des cabinets d’aisances : 1 pour 10 ou fraction de 10 ou 1 WC pour 5 chambres.  1 lavabo pour 3 personnes au maximum ou des lavabos collectifs avec un nombre de robinets correspondants au nombre de lits. b) Suivi sanitaire des mineurs L'admission d'un mineur en séjour de vacances et en accueil de loisirs est soumise à la fourniture préalable au responsable d'informations relatives :  aux vaccinations obligatoires ou à leur contre-indication : copie des pages du carnet de santé relatives aux vaccinations, copie du carnet de vaccinations, ou attestation d'un médecin ; Vaccinations obligatoires (obligation de rappel tous les 5 ans pour les enfants, 10 ans pour les adultes) Antidiphtérique Antitétanique Antipoliomyélite Vaccinations recommandées Par le BCG pour les enfants exposés à la tuberculose  aux antécédents médicaux ou chirurgicaux ou à tout autre élément d'ordre médical considéré par les parents ou le responsable légal du mineur comme susceptibles d'avoir des répercussions sur le déroulement du séjour ;  aux pathologies chroniques ou aiguës en cours ; le cas échéant, les coordonnées du médecin traitant seront fournies. Si un traitement est à prendre durant tout ou partie du séjour, l'ordonnance du médecin devra être jointe et, s'il s'agit d'un traitement à ne prendre qu'en cas de crise, les conditions et les modalités d'utilisation des produits devront être décrites. Les médicaments seront remis au responsable de l'accueil dans leur emballage d'origine avec la notice d'utilisation. Les nom et prénom du mineur devront être inscrits sur l'emballage. Ces informations peuvent être consignées sur une fiche sanitaire de liaison, téléchargeable sur le site internet : http://www.cote-dor.gouv.fr Un cahier de soins doit mentionner les accidents, les blessures, les maladies et les soins apportés. Il doit être mis à jour. Une infirmerie n’est pas obligatoire, en revanche une chambre d’isolement est obligatoire en accueil avec hébergement. Un certificat médical de non contre-indication est demandé si une ou plusieurs activités physiques suivantes sont proposées dans le cadre de l'accueil : plongée subaquatique, vol aérien, et vol libre. La « Lorsque les accueils collectifs de mineurs sont organisés dans des bâtiments, ceux-ci doivent satisfaire aux conditions techniques d'hygiène et de sécurité requises notamment par les règles de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public, par les règles générales de construction et par le règlement sanitaire départemental en vigueur. » (Art R. 227-5 Code de l’action sociale et des familles).
  • 31. 30 demande de certificat médical pour des séjours avec d’autres activités à risque appartient à la seule exigence de l’organisateur. Pour les séjours spécifiques sportifs, les conditions sont celles de la prise de licence de la discipline.  Nouveauté 2015 : Une brochure annuelle d’informations est éditée par l’ARS Bourgogne concernant les règles d’hygiène et de sécurité sanitaire en accueil collectif de mineurs. Pour tout renseignement de votre part : ARS Bourgogne / Direction de la santé publique Contacts : 03.80.41.97.47 ARS-BOURGOGNE-DSP-SANTE-ENVIRONNEMENT@ars.sante.fr Téléchargeable sur le site internet : http://www.cote-dor.gouv.fr. c) L’assistant sanitaire L’assistant sanitaire est obligatoire en séjour de vacances et doit être titulaire de l’AFPS ou du PSC1. Un des membres de l'équipe d'encadrement, désigné par le directeur et placé sous son autorité, est chargé d'assurer le suivi sanitaire en accueils collectifs de mineurs. L’assistant sanitaire doit :  s'assurer de la remise, pour chaque mineur, des renseignements médicaux ainsi que, le cas échéant, des certificats médicaux de non contre indication à la pratique de certaines activités physiques et sportives (plongée subaquatique, sports aériens, vol libre) ;  informer les personnes qui concourent à l'accueil de l'existence éventuelles d'allergies médicamenteuses ou alimentaires ;  identifier les mineurs qui doivent suivre un traitement médical pendant l'accueil et s'assurer de la prise des médicaments ;  s'assurer que les médicaments sont conservés dans un contenant fermé à clef sauf lorsque la nature du traitement impose que le médicament soit en permanence à la disposition de l'enfant ;  tenir à jour le registre dans lequel sont précisés les soins donnés aux mineurs, et notamment les traitements médicamenteux ;  tenir à jour les trousses de premiers soins. d) Médicaments et traitement médical Aucun médicament ne peut être administré à un mineur sans prescription médicale. Lorsqu'un mineur suit un traitement, son responsable légal fournit, en plus des médicaments, l'ordonnance. Les médicaments sont marqués au nom de l’enfant et conservés dans un contenant fermant à clef sauf lorsque la nature du traitement impose que le médicament soit en permanence à la disposition de l’enfant. e) Trousse de premiers secours Le contenu de la trousse de premiers secours est adapté d'une part au nombre d'enfants accueillis et d'autre part aux activités pratiquées. La trousse ne contient que des produits et du matériel pouvant être utilisés pour soigner les égratignures et les petites plaies. Il faut en avoir en nombre suffisant et obligatoirement une par animateur lors des sorties extérieures. Contenu indicatif pour une trousse de premier secours :  paire de ciseaux à bouts ronds  crème solaire  gants à usage unique, de préférence sans latex  une pince à tiques  gel mains sans eau  une pince à écharde  lingettes à alcool à 70° modifié pour la désinfection des outils  gel contre les brûlures  lampe de poche  ruban de tissu adhésif (si possible hypoallergénique)  fiche de soins et stylo  gel contre les brûlures  sac poubelle pour déchets  pommade pour les coups  embout buccal ou masque  flacons antiseptique mono dose incolore ou des lingettes antiseptiques  une couverture isotherme  mini dose de sérum physiologique pour nez, oreilles, bouche  thermomètre médical  dacryosérum mini dose pour les yeux  un aspi-venin  compresses emballées individuellement (surtout pour les trousses de secours)  une pince à épiler  pommade pour les coups  assortiment de pansements stériles de différentes tailles  bandes de gaz élastiques de différentes tailles
  • 32. 31 Pour les camps, cette trousse peut être complétée par le matériel suivant :  épingles à nourrice  répulsif anti poux ; shampoing poux  coupe ongles  boîte pour dent  paracétamol adapté au poids  lingettes bébé ou serviettes hygiéniques  antiseptique en spray  coton tige de sécurité bébé  sac congélation  produit absorbant pour vomis  sucre en morceaux enveloppés  essuie tout  couverture de survie  fiche sanitaire  peigne fin  ordonnances f) Prévention et survenue de maladies infectieuses en collectivité  Nouveauté 2015 : Le Guide pratique « Survenue de maladies infectieuses dans une collectivité : conduites à tenir ». C’est une publication du Haut Conseil de Santé Publique. La prévention des maladies infectieuses en collectivité vise à lutter contre les sources de contamination et à réduire la transmission. Les collectivités d’enfants ou d’adultes mettent en contact de nombreux individus dans un espace relativement restreint, ce qui favorise la transmission des agents infectieux. Dans ce guide, chaque maladie infectieuse a fait l’objet d’une fiche individuelle précisant la période d’incubation, la durée de la contagiosité, les mesures à prendre concernant l’éviction du sujet malade, l’hygiène et la prévention de l’entourage. Contacts : http://www.hcsp.fr 2. Suivi alimentaire a) Cuisine et règles d’hygiène Lors de l’établissement des menus, un équilibre doit être recherché sur la journée et sur la semaine, en tenant compte de la nature des aliments. « En matière de restauration, les accueils collectifs de mineurs doivent respecter les conditions d'hygiène conformes à la réglementation en vigueur. » (Art. R. 227-5 du Code de l’action sociale et des familles). La sécurité alimentaire et la prévention des toxi-infections alimentaires collectives (TIAC), constituent ainsi, des objectifs prioritaires pour l’organisateur et le directeur, avec une obligation de résultat. La toxi infection alimentaire collective (TIAC): - Une TIAC est constitué d’au moins deux cas groupés de symptômes similaires, qui pourraient être rapportés à une origine alimentaire commune (diarrhées, vomissements…), - Procédure à suivre : Appeler le médecin ou les services de secours, Conserver les plats témoins, Prévenir obligatoirement l’Agence Régionale de Santé, la Direction Départementale de la Protection des Populations (ex services vétérinaires) et la DDCS (cf. coordonnées p 63).
  • 33. 32 Règles d’hygiènes à respecter :  Personnel de service : - Visite médicale à l’embauche, déclarant le personnel apte à manipuler les denrées alimentaires, - Propreté corporelle vestimentaire rigoureuse, - Tenue de travail adaptée, - Formation continue à l’hygiène alimentaire, adaptée aux besoins des personnes et aux contraintes spécifiques des installations.  Locaux, matériel : - Maintien de l’ensemble dans un état de propreté rigoureux, - Etablissement et mise en œuvre d’un plan de nettoyage et de désinfection concernant l’office, la salle à manger, les sanitaires, - Elimination des déchets et de l’éventuel linge sale après chaque service, - Renouvellement quotidien des éventuels torchons à vaisselle, ainsi que des éventuels essuie- mains en tissu des enfants.  Aliments : - Les préparations froides doivent être maintenues à température comprises entre 0° C et + de 3°C, et les préparations chaudes à température supérieure à + 63 ° C, donc contrôler les livraisons et les températures de conservation (zone de prolifération bactérienne : entre 10° et 63° C) - Respecter les dates de consommation et de préférence, consommer au plus vite, conserver l’étiquetage des produits stockés (si déconditionnement avant stockage) - Ne jamais réutiliser, ni congeler les plats préparés au centre pour un service ultérieur, - Ne jamais recongeler les denrées, - Tous les jours, conserver des plats témoins de chaque repas (midi et soir) durant 5 jours au froid entre 0 et 3° C. La portion prélevée constitue une ration unitaire avec un minimum de 50g et 100g. - L’échantillon doit être correctement identifié, - Séparer les lieux de préparation, le circuit de service à table du circuit de retour des restes et le stockage des déchets. C’est le principe dit de la marche en avant qui évite les contaminations, - Entretenir et garder propres et désinfectés les matériels et les lieux de préparation comme les lieux de stockage au moyen de produits adapté. - Tenir à l’écart de la cuisine les animaux domestique - Se laver les mains fréquemment en utilisant un savon bactéricide et des essuie-mains à usage unique - Eviter tout contact des aliments avec toute plaie ou affection dermatologique, même bénigne. - Conserver dans des espaces séparés : Surgelés, congelés -18 ° C Glaces - 20° C Poisson frais 0 à 2° C sur glace fondante Viande fraîche, semi-conserves, beurre œufs, fromages 0 à 3° C Fruits, légumes 6 à 10° C Conserver les épiceries 10 à 12° dans un local sec et aéré b) Séjours sous tentes ou accueils de scoutisme La Direction Départementale de la Protection des Populations de la Côte d’Or émet les recommandations suivantes en restauration collective sous tente ou pique-nique :  Hygiène du personnel préparant les repas : - Lavage des mains ; - Tenue vestimentaire propre ; - Ecarter les personnes malades ; - Protection des blessures aux mains.  Condition d’installation : - Un emplacement éloigné des sources de nuisance (poubelles, sanitaires, poussières…) ; - Sur une aire plane évitant toute stagnation d’eau ; - A proximité d’un point d’eau potable ; - Bénéficiant d’un ombrage et distant des autres tentes ;