SlideShare une entreprise Scribd logo
.




    Net-Land-Art

        2·


        Renaud Favier
.




Avertissement :

Des liens électroniques, notamment les champs « fléchés » ou apparaissant en gras
souligné ou en couleur dans le texte, renvoient soit vers le blog multimédia « Café du
matin à Paris » sur www.renaudfavier.com, soit directement vers des contenus et sites
internet mentionnés à titre d’illustrations ou de références. Ces éléments, publications
et sites sont publiés par leurs auteurs, ils peuvent être modifiés, supprimés ou
simplement interdits d’accès conformément aux régles et usages relatifs aux droits
d’auteurs, ceci reflétant la nature volatile du « web ». L’auteur de ce guide d’orientation
ne peut être tenu responsable, ni des contenus du web, ni de ceux du siècle, ni de la
modification, suppression ou censure des uns ou des autres.

Edition v 2.0 principalement électronique pour limiter l’empreinte carbone + 99 tirages


© Renaud Favier, Paris
Photo de couverture : « Net-Land-Art » © Renaud Favier
Tous droits réservés pour tous pays
Dépôt légal : … / en instance Juillet 2011 BnF
I.S.B.N. : … / en instance Juillet 2011 BnF
	
                                                                                        2	
  
Net-Land-Art
              2.0
       Guide interactif d’orientation dans le début du 21ème siècle




             à consommer de préférence avant avril 2012




	
                                                                    3	
  
« Ce siècle sera révolutionnaire » dit l’un



       « Mais la montagne accouchera de bactéries » répond l’autre


              « Renouvelables ! » espère le troisième larron




	
                                                                   4	
  
Ce 21ème siècle aurait pu commencer avant le 14 juillet 2011.
Mais ça a encore raté.
On savait depuis Copenhague que le futur n’est plus ce qu’il était et que le soleil se
lève encore plus à l’Est et plus vite qu’on pensait.
Mais c’était quand même difficile de prévoir que le seul truc bien avant les grandes
vacances serait un vol de 10 minutes à l’arrache avant l’arrivée du public le dernier jour
du Bourget pour Solar Impulse chargé à l’électricité plus ou moins nucléaire pour venir
à Paris parce qu’il faisait gris à Bruxelles et encore plus pressé de repartir vers la
Suisse qu’un exilé fiscal du bord du Lac Léman.
C’était imprévisible que les seuls saltimbanques dont on parlerait au festival de Cannes
seraient un scandinave provocateur et un Belmondo à bout de souffle tandis que même
la rigolote de la météo de Canal raterait son show alors qu’il y avait Lady Gaga pour
chanter « Judas » en direct.
C’était « impensable » que des victimes présumées innocentes commettent la faute de
goût de manger des truffes hors saison, ou l’erreur de sembler comploter au téléphone
sur des lignes encore plus écoutées que la moyenne.
C’était vraiment pas anticipable que Jorge Semprun tirerait sa révérence et nous
laisserait nous indigner seuls avec Papy Hessel et un emploi fictif parti en vacances
après avoir dénoncé on ne sait qui ni pourquoi ou pour quoi, et lui non plus
apparemment (d’ailleurs même le microcosme semble hésiter et murmure, dans le
secret des riads ou des mas, autant de noms d’un bord que de prénoms de l’autre).
Le seul truc que les ours blancs, les tigres et les Indiens savaient d’avance, c’est
qu’avec ou sans Fukushima, les candidat(e)s aux maroquins et autres sièges en velours
de l’écologie de combat en donneraient pour leurs 10 euros aux « coopérateurs »
EELVistes et que les si bien nommées « primaires » auraient comme un avant-goût de
campagne 2012 avant même l’entrée des éléphants sur la scène du cirque électoral.
Fallait le voir.
Pour le croire.
Ou le lire.
Dans un livre électronique parce que c’est plus « développement durable ».
Ou pas, parce qu’on n’est plus si sûr que le vrai papier ne soit pas plus responsable.

Mais peu importe, Solar Impulse a volé au Bourget, cette fois le siècle commence.
Ou pas ...


	
                                                                                       5	
  
1



       (On est dans le) Bleu




	
                             6	
  
← Post-scriptum, animal triste ?
                             1981, 2007 et … Georges Clooney : Joyeux anniversaires →


(Sup)Portez du Bleu, c’est tendance
Publié le mai 6, 2011 par renaudfavier


Le bleu est seyant (tel ment seyant ? essayant ?). Et comme disent les shadoks au
bilboquet bleu : « en essayant continuellement, plus ça rate… ». Alors bonne chance, et
comme dit le sportif à lunettes dans le Grand Bleu : « Si t’as pas d’autres chaussures
…»
       By ze way, il a réussi à s'exiler ou pas l'acteur à lunettes du Grand Bleu ?
Mais il ne faut pas être plus injuste que sévère, avec les Bleus, il y a des trucs qui
marchent (on en a parlé à la télé hier, juste entre « Les Feux de l’Amour » et « Tournez
Manège »). Et même que c’est un des joueurs les plus crédibles qui le dit. Bleu de
France …
Pour les déficits, les impôts ou les amendes, c’est le talent à l’état brut, le French flair,
la créativité, l’imagination au pouvoir. Bleu pervenche …
Pour causer dans le poste (et sûrement toucher des jetons de présence comme tout le
monde, voir le consternant article de Libé hier sur un autre ancien fonctionnaire d’abord
défroqué puis jeune retraité qui cumulerait presque 580 000 euros entre sa retraite de
fonctionnaire, ses défraiements pour déjeuners aux conseils d’administration et un
parachute doré pour avoir accepté de laisser sa place à un autre, pas sûr si c’est par an
ou par mois, mais ça ne change guère l’odeur d’un argent dont d’autres ne verront pas
la couleur, sauf s’il la grosse légume se fournit chez AMAP) chambrer et raconter des
vannes vulgaires dans le vestiaire, on est les meilleurs (c’est comme le porc salue, c’est
marqué dessus et il n’y a pas de date de péremption). Bleu pétrole …
Le souci, c’est que comme on n’aime pas bien les étrangers, on joue surtout entre
(contre les ?) Français. Ciel !
Parce que quand on propose au G20 des taxes mondiales sur la fortune des
spéculateurs ou un impôt sur la grande richesse héritée des dinosaures qui urinaient du
pétrole (ou faisaient d’autres trucs qu’il n’y a maintenant qu’à se baisser pour ramasser
quitte à polluer un peu en passant) on ne fait pas un triomphe. Les goûts et les couleurs
… Bleu profond …
                             Le Grand Bleu version 21è siècle
Et le but avec la main contre des Européens, ça ne peut pas marcher à chaque fois
(surtout si « Nous savons » cafte à l’arbitre). Parce que quand on suggère aux
Allemands de jouer aux déficits comme tout le monde ou aux Italiens de nous laisser
acheter leurs entreprises « stratégiques », c’est comme si on demandait aux Chinois de
réévaluer leur monnaie (dont on n’a toujours pas bien compris si c’est le Yuan, le
Renminbi ou le Hong-Kong Dollar ou le Dollar point barre ou encore autre chose),
normalement le but est refusé. Il n’y a guère qu’avec la Zone CFA qu’on arrive à faire
jouer les autres avec nous et selon nos règles, mais ça ne durera pas 107 ans, surtout
si les apparatchiks enregistrent leurs conversations d’après déjeuner arrosé, si les
journalistes du foot s’emmêlent et si les politiciens s’occupent des chanteurs de la
Marseillaise. Bleu light …

	
                                                                                         7	
  
Le but contre notre camp, c’est plus facile et ça peut être la stratégie d’un coach un
peu machiavélique, mais c’est comme le coup de boule devant un milliard de paires
d’yeux, ça fait le buzz mais en général c’est un peu lapin-crétin quand même. Par
exemple, quand on envoie (ou même pas) les amendes aux grands délinquants
automobiles à plaques étrangères avec un timbre pour la France, ça marche moins
bien. Même avec les exilés fiscaux qui sont pourtant juste de l’autre côté de la frontière
(qui n’existe plus, d’ailleurs, mais ça c’est plutôt pratique et en principe ça devrait avoir
permis d’économiser quelques factures d’éclairage de postes de douanes au nucléaire
et d’envoyer quelques douaniers faire les policiers de proximité ailleurs. Non ?). Alors si
Besancenot ne se présente pas aux élections, il pourrait au moins aller en vélo livrer les
amendes aux bourgeois qui brûlent du diesel à 180 en placebo de viagra made in
elsewhere by others for shareholders elsewhere sur l’autoroute Paris-Genève ou Paris
Bruxelles. En écoutant « … c’est comme les cochons … » de Brel dans son walkman.
On fait du Bleu, en Suisse ?
                                        sic transit ...
Allez les Bleus ! C’est un mauvais moment mais ça va passer.

Renaud Favier – 6 Mai 2011 – www.renaudfavier.com

Le bonus : oh ! la belle bleue !
C’est fini pour aujourd’hui, mais on peut toujours aller chercher des liens qui jouent à
cache-cache sur les images ou dans d’anciens billets ou lire Net-Land-Art 1.0
gratuitement sur le net si on a … le blues ou une envie urgente d’air de printemps plus
frais, de ciel bleu plus nuancé (voire franchement bleu-vert), en cliquant ici.




	
                                                                                         8	
  
2


       C’est la saison des madeleines




	
                                      9	
  
← (Sup)Portez du Bleu, c’est tendance
                                                             8 Mai, Place de la République →


1981, 2007 et … George Clooney :
Joyeux anniversaires
Publié le mai 7, 2011 par renaudfavier


                                         Real Dream ?
Les anniversaires, c’est bien pour quelques rebelles qui se croient éternels, mais pour
la plupart de nous autres, « vaste programme ». Tout le monde n’a pas la chance
d’avoir toujours vingt ans comme mes grand-mères (que Georges -Clooney, pas
Marchais- embrasse).
                                         Real Dream ?
Les filles de 20 ans et plus si affinités en raffolent, mais il faut quand même leur dire
qu’à 50 ans cette semaine (Happy Birthday, Georges), Clooney a les préoccupations et
les préventions de son âge : « Je préférerais encore subir un examen de la prostate en
direct à la télévision par un gars qui a les mains très froides qu’avoir une page
Facebook ». Il est très banal, limite vulgaire voire bling-bling, même sil est
provisoirement plus jeune et définitivement moins « primaires » que de nombreux
français plus ou moins juvéniles : « Je n’ai pas eu la bonne vie pour me lancer en
politique. J’ai b*** trop de filles et pris trop de drogues« . On ne sait pas s’il a reçu sa
Porsche noire pour son Happy Birthday mais personne ne peut contester que c’est un
play-boy mûrissant sachant ne pouvoir plus compter … exclusivement sur son
physique et qui joue bien le rôle du séducteur Américain plus ou moins sur le retour qui
n’a pas vraiment d’ambition personnelle mais qui fait ce qu’on lui demande (surtout si
Dieu lui propose un café à Paris et s’il y a des filles dans le film).
  OK, j'arrive pour vous faire plaisir, mais il faut que Delanoë mette un practice de golf
                              et un parking Place des Vosges
Et on ne peut pas lui donner tort, parce que la politique, ça use même si on ne se serre
(sert ?) pas trop à l’arrière de la voiture. Il n’y a qu’à regarder le 10 Mai 81 qui a pris un
gros coup de vieux du haut de ses 30 ans. Le colloque d’anniversaire au Sénat
retransmis en direct à la TV sur Public Sénat était attendrissant avec en point d’orgue le
discours d’ancien combattant écrit par une plume aussi besogneuse que certainement
duement diplômée en administration de la France et lu mécaniquement par un
valeureux ancien combattant, attendrissant mais aussi essoufflé que s’il avait grimpé la
Roche de Solutré en courant derrière Roger Hanin, toujours aussi sémillant que Jack
Lang et bronzé que Séguéla (by ze way, Georges Clooney doit avoir une Rolex à 50
ans, ne vous inquiétez-pas, il n’a pas fait de politique mais il n’a pas totalement raté sa
vie). Les spectateurs enfoncés dans leurs profonds sièges bleus (ils auraient pu choisir
une salle rose ou rouge, quand même) semblaient craindre de voir le comédien mourir
d’ennui sur scène, mais rien n’arriva d’aussi théâtral : à part la petite blague d’Elkabach
quand Ségolène a essayé de filer à l’anglaise après avoir avec son culot coutumier
monopolisé le micro à audimat, et une vanne de Robert Lion (que personne n’avait
reconnu, c’est d’autant plus injuste que c’était peut-être un des seuls dans la salle à
avoir vraiment tenté et plus ou moins réussi quelque chose de conforme aux valeurs
exhibées au « Peuple de Gauche » le 10 Mai 1981), tout ça était beaucoup moins
	
                                                                                          10	
  
excitant que le livre de Moati sur Tonton, pourtant déjà pas mal mélo. Le chat, bien que
bon public en général pour les vieilles gens qui caressent bien dans le sens du poil et
ronronnent dans leur fauteuil, s’est endormi devant la télé, mais ça doit être parce qu’il
n’est pas aussi habitué à la TV en noir et blanc que les supporters des Bleus (sur le
patakes du foot, à suivre sur une des chaines spécialisées, ça change tout le temps).
                                      Real Dream ?
                                       Real Dream !
La politique, c’est usant, alors imaginez quand on est Président ! Pour ses 4 ans, après
une crise mondiale, une fessée régionale et quelques guerres cantonales, ou l’inverse,
ou pareil dans le désordre, peu importe, whatever doesn’t work avec ou sans Woody,
la Sarko-présidence nationale semble mal en point. Mais sauf à ce qu’il y ait la moindre
corrélation entre les sondages d’aujourd’hui et les votes de demain, ou l’inverse, ce qui
serait inédit, rappelons qu’un seul Président de la République a réussi à ne pas se faire
réélire depuis des siècles, et qu’il faut avoir de plus gros diplômes que celui d’avocat,
et savoir jouer de l’accordéon mieux encore que du pipeau, pour réussir un tel prodige.
Et puis l’autre Président américain aussi, on le disait fini pour 2012, et regardez ses
sondages depuis que « Yes we can » a rappelé son bon souvenir aux victimes du 11
Septembre. Alors le plus probable, n’en déplaise aux primaires de tous bords (l’autre
Nicolas le sait, mais on ne sait jamais, sur un malentendu …) est que le pauvre Nicolas
Sarkozy, avec ses qualités et défauts comme tout le monde, soit condamné à encore 5
anniversaires à l’Elysée avec en cadeaux croche-pattes de ses amis et poignards dans
le dos de ses ennemis, et vice-versa. Etre Président, c’est pas du gâteau
(d’anniversaire).
                                      Real Dream ?
Pendant ce temps, à 1 an, le Centre Pompidou de Metz se porte comme un charme.
Décidément, ce Président pas comme les autres qui ne détestait pas s’offrir un plaisir
en Porsche (un peu de bonheur n’est pas interdit messieurs les censeurs, à bons
entendeurs d’autant que si l’autre Homme de Washington est élu, il se souviendra des
crocs en jambe, sinon de ceux de bouchers …) mais roulait en Citroën (pas 2CV
d’antiquaire démago, DS, voire SM) et rêvait une France en Concorde, il vieillit bien (lui).
                                    Nobody's perfect
                        Mais certain(e)s le sont plus que d'autres
                 Incroyable, mais vrai ! En tout cas c'est une des vérités
Mais il serait très rétrograde de ne célébrer que les anniversaires du passé et on peut
se réjouir d’avance d’en avoir bientôt fini avec les primaires abracabrantesques et cette
campagne inutile. Un an, c’est vite passé, mais il peut quand même s’en passer des
choses. Il suffirait que la légion ne saute pas bien sur Tripoli, que jamais 2 sans trois
pour les 7 atomiques, que face aux choix entre le déshonneur et la Terre, les électeurs
… Mais c’est impossible, bien sûr. Comme était impossible la victoire de Churchill
(après , les électeurs l’ont jeté comme un malpropre, un peu comme de Gaulle en 68,
parce qu’il faut savoir terminer une guerre et passer ou penser à autres choses, mais
c’est une autre histoire, avec un moins grand « H », la politique avec de plus petits …
« P »). En attendant, en Gaulle, impossible n’est pas ..
                                  Real Dream 2.0 (12 ?)
Qu’est ce qu’il y avait dans ce gâteau d’anniversaire ? C’était vert, en tout cas …
J’aimerais la même chose en 2012.
Renaud Favier – 7 Mai 2011 – www.renaudfavier.com
	
                                                                                       11	
  
Le bonus : parce que pour un anniversaire, il faut un cadeau, et celui-là marche pour
tous les Présidents passés, présent et futurs, alors Clooney peut aller se faire chauffer
un café pour bobo sur l’allume-cigare de sa Porsche, il n’y aura pas de photo
publicitaire avec lui sur ce blog tant que ses capsules ne seront pas sérieusement
vertes et équitables et responsables et tutti quanti comme il faut. D’ailleurs, elles
risquent d’être menacées comme de vulgaires espèces en voie de disparition, l’an
prochain quand les petits zoms verts auront au moins un ou deux secrétariats d’état
d’où ils pourront essayer de faire tomber quelques têtes polluantes qui dépassent en
faisant voter par une assemblée des projets de loi que l’autre dévotera avant que les
décrets d’application sur papier recyclé n’aient été livrés par la Poste (en vélo) dans les
Régions pour y être mises au pilon par d’autres assemblées, d’autres loi, d’autres vélos
dans d’autres têtes parce que « we recycle », avec ou sans Saint Georges et ses
dragons … Nicolas 2.0, vite !


C’est fini pour aujourd’hui, mais comme c’est le week-end, on a le temps de lire Net-
Land-Art juste avant qu’il fête son premier … mois sur le net. Sinon, on peut toujours
essayer d’autres liens ou d’autres images bien sûr, il y en a pour tous les fous goûts
dans le gâteau la nature.




	
                                                                                      12	
  
← 1981, 2007 et … Georges Clooney : Joyeux anniversaires	
  

                                                         Cannes, France : quel cinéma ! →


8 Mai, Place de la République
Publié le mai 8, 2011 par renaudfavier


!Le 8 Mai est un jour de souvenir. Des bons et aussi pas mal de mauvais, mais il y a
 prescription. Honorons les « Justes » et regardons devant.
!Place de la République, une bière et un journal au soleil à la terrasse du bistrot d’un joli
 petit village à 100 km de Paris. La fontaine a été refaite, elle est moche mais il y a de
 l’eau malgré la sécheresse et c’est un bonheur de l’entendre chanter. Le journal « La
 République du Centre » ne joue pas la surenchère de catastrophes ou de pipoleries
 attrape-audimat, c’est rafraichissant, d’autant que la lecture du papier du Point sur
 « Ceux qui ruinent la France » fait plutôt chauffer le sang. Dont acte, ils ne
 l’emporteront pas en Porsche au Paradis, j’espère. En attendant, c’est une jolie Renault
 cabriolet qui est garée entre « ma » table et la médiathèque du village, juste de l’autre
 côté de la route (délicieusement exonérée de véhicules nuisibles ou pas, grâce à des
 travaux de voirie). Comme quoi il n’y a pas que les pousse-au-crime à 4 roues made in
 elsewhere dans la vie, c’est d’ailleurs ce que semblait penser un ancien Premier
 Ministre tellement citoyen qu’il avait acheté une R19 avec des droits d’auteur avant de
 se retirer de la vie politique sur un malentendu, lui… Droits d’auteur, droit de hauteur …
 Enfin, je n’ai de leçon à donner à personne, j’ai pris une Carlsberg à un bar nomme
 Borsalino et je me la coule douce au soleil.
!Mais de toute façon, les autres marques de bière du bistrot appartiennent à des
 actionnaires étrangers et sont brassées par des machines avec du houblon importé et
 de l’eau dont les agriculteurs ont plus besoin que les brasseurs. Et puis si j’étais
 vraiment un mauvais citoyen, je ne serais pas allé applaudir les discours à la cérémonie
 du 8 Mai, je serais resté sous mon parasol comme tout le monde.
!La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a pas vide-grenier dans le coin ce dimanche alors rien
 n’empêche de reprendre une bière européenne, la prochaine urgence, c’est ce film qui
 a été primé chez Redford au festival de Sundance et qui se joue ce soir au délicieux
 petit Cinéma Paradiso du village. By ze way, j’espère qu’il touche quelques miettes des
 subventions, indemnités, primes, émoluements et autres joyeusetés évoquées dans
 l’article du Point sur les gâchis de la République pas perdus pour tout le monde (daté
 du 21 avril, ça ne s’invente pas) que je lis avec 15 jours de retard mais qui hélas reste
 probablement d’actualité
!Dommage que le marchand d’autres journaux ait fermé à 12h30, mais de toute façon le
 magazine de l’homme moderne a helas cessé de paraître il y a des siècles. C’est
 d’ailleurs pour ça que c’est pas mal de vivre au pays des vide-greniers, on n’est pas
 gêné par les grèves de l’aristocratie ouvrière (d’après Le Point, c’est comme ça que le
 Syndicat du Livre s’auto-surnomme) pour aller chercher son journal. Pour autant, on
 n’est pas plus certain de le trouver, et ce serait très injuste de jeter la pierre aux
 ouvriers du Livre, d’ailleurs en voie de disparition, parce qu’il y a bien plus
 désespérant(s) dans le concours de laideur, d’incivisme assumé et de vol caractérisé
 présenté par le Point qui, en dépit de son actionnariat, n’hésite pas à signaler entre
 beaucoup d’autres hélas, troisieme fois hélas, quelques turpitudes mineures des
	
                                                                                        13	
  
actionnaires en général, des surfeurs fiscaux en particulier.
!Le Renard, finalement, par rapport aux prédateurs à deux pattes, c’est presque un
 agneau même s’il a la vie de Château.

Renaud Favier – 8 Mai 2011 – www.renaudfavier.com

!C’est fini pour aujourd’hui




	
                                                                             14	
  
3


       Le temps des festivals




	
                              15	
  
← 8 Mai, Place de la République
                                  10 mai : on a les anciens combattants qu’on mérite →


Cannes, France : quel cinéma !
Publié le mai 9, 2011 par renaudfavier


L’affiche est belle. Le Président est connu d’avance et certains seconds rôles (ou
3èmes, voire moins) ne sont pas à la hauteur mais le luxe, même artificiel, de la France
de Cannes (pas de petite Porsche ou mesquineries) nous fera oublier bien des épines
de vies …
Comme souvent, des films importants seront hors compétition pour faire du buzz sans
devoir payer une semaine à l’hôtel au prix d’une Porsche toutes options et parce que la
vedette est surbookée.
Comme toujours, des guignols laisseront un peu de leur esprit critique dans les 3èmes
mi-temps et autres soirées peu arrosées (la sécheresse) mais stupéfiantes quand
même. Pour autant, tout le monde ne perdra pas la tête.
Le jury devrait en principe rester sobre pour être assez chameau, ou l’inverse. Mais
comme personne ne les reconnaitra dans la rue, en fait ils pourront faire ce qu’ils
veulent (ou plutôt ce qu’ils pourront s’offrir aux tarifs haute-saison avant l’heure).
On pourra poser un certain regard sur tout ça (ça noir, ça blanc) sans cesser de (se)
répéter que la vie est un miracle malgré tout (et rien d’autre, mais c’est une autre
histoire) même si des fois, vraiment, c’est à lever les yeux très haut au ciel.
Et puis ça sera une occasion de voir une dernière fois de la neige au Kilimandjaro,
même s’il y a peu de chance qu’elle gagne.
Et pour ceux qui n’arriveraient même pas à se faire inviter à une projection en catégorie
« un certain regard », ceux qui ne garent qu’une petite diesel dans la rue derrière
l’entrée principale du palace en espérant revenir la prochaine fois avec un macaron
pour avoir droit au voiturier, parce que c’est la crise, on a même prévu un low-cost
corner (où ça sera moins frime mais peut-être aussi bien pour beaucoup moins cher,
comme pour les bagnoles)
Anyway, happy end ou pas, vive le Président !
By ze way, quelqu’un se rappelle qui a gagné la dernière fois ? Probablement pas un
chef d’oeuvre, sinon on en aurait entendu parler.

Renaud Favier – 9 Mai 2011 – www.renaudfavier.com

Le bonus : ceux qui n’ont même pas gagné la dernière fois tellement ils étaient nuls (et
c’est pas comme aux Oscars, nos losers à nous, ils sont vraiment à la ramasse), mais
attention, certains esprits primaires sont capables d’essayer de revenir.


C’est fini pour aujourd’hui (et depuis un moment, maugréeront les bégueules)




	
                                                                                    16	
  
← Cannes, France : quel cinéma !
                                                      10 mai 1981 2.0 : Siegfried est mort ! →


10 mai : on a les anciens combattants
qu’on mérite
Publié le mai 10, 2011 par renaudfavier


Le 8 mai, c’était le souvenir des Justes. Mais on a oublié l’Histoire. Le 9 mai, la fête de
l’avenir. Mais on a oublié l’Europe. Le 10 mai, c’est l’anniversaire de ma grand-mère.
Sa génération est à l’hospice mais comme il y a des élections bientôt, on pense aux
anciens.
       Avant, c'était le Général de ... Bénouville, puis on a eu un clo(w)ne du Général ... de
        Gaulle pour les promesses aux anciens combattants dans mon arrondissement.
                  Maintenant ... : tout fout l'camp (pourvu que !) ma pauv' dame
Pour faire plaisir aux militants un peu tristus des débats des primaires qui n’ont pas de
voiture (on a raté sa vie si on n’a pas une Porsche très nettement au-delà de 50 ans ?)
pour aller aux célébrations et patienter les amateurs de fictions qui ne peuvent se payer
un hôtel au festival de Cannes, #PS a eu la bonne idée de faire un lipdub sur mai 81 .
C’est sur le web comme ça les électeurs pas invités aux cocktails
#PSviendezcommesvousetesle10maimaisseulementsurinvitationetavecducirageapomp
es qui ont internet peuvent s’habituer aux têtes et discours des volontaires pour 2012
et plus si affinités (législatives d’après la présidentielle, cantonales new-look ou
sénatoriales ou municipales – ou whatever doesn’t work mais donne une retraite et aide
les imprimeurs amis politiques et les vendeurs de panneaux zélectoraux mais on n’a
rien inventé de mieux que la démocratie, sauf peut être d’autres démocraties qui
marchent moins mal mais elles parlent étranger ou pire, allemand, voire plusieurs
langues comme en Suisse alors déjà que nous on a du mal avec le(s) Français … –
mais aussi et surtout la présidentielle 2017, ou 2022, ou 2027 ou plus tard, peu
importe, plus ça rate et plus ça finira bien par réussir, comme pour le bilboquet des
shadoks, et pendant ce temps ils/elless ne sont pas au RSA ou au RMI dont auquel se
causent dans le poste un djeun inconnu souriant du parti d’en face et la rigolote qui
avait perdu la coupe du monde quand elle s’occupait de sport ou d’on ne sait plus très
bien quoi mais ça n’a aucune importance). En attendant demain les courts métrages à
Cannes, il y a déjà sur les zécrans « 10 mai, le retour » (
http://www.dailymotion.com/PartiSocialiste#videoId=xim9nf ).
Objectivement (ah! le vocabulaire du bon vieux temps du programme commun …),
c’est mieux que la chanson #PS de la dernière fois et moins nul que le lipdub que les
djeuns quinquagénaire et plus si affinités du parti d’en face avaient fait avec leurs
téléphones portables en revenant d’une manif en TGV (de sénateur …).
Le plus désarmant de sincérité (?), c’est Harlem Désir (d’Avenir ?) qui se souvient qu’il
prenait le métro à l’époque et que la France pouvait encore voyager en 1ère classe.
C’était avant que l’importation massive de Berlutti, belles voitures dépassant les limites
de vitesse et de décence et rétro-commissions par les apparatchiks (de tous bords, il
ne faut pas tirer sur une seule ambulance) ne ruinent le Parti pays. By ze way, ça fait
longtemps qu’on n’a plus reparlé du surclassement de Ségo pour son très
indispensable saut de puce électoral au Chili, ça doit être parce que son tourisme en
	
                                                                                           17	
  
doudoune blanche sur la muraille de Chine avait vite caché la forêt chilienne, ou parce
que les peu nécessaires voyages à Abidjan de vieux permanents du Parti ont banalisé
les vols (honni soit qui mal y pense) irresponsables mais pas coupables très à l’avant
des avions. Tout le monde ne peut pas voyager en avion privé comme un entraineur de
petits bleus ou d’autres grands serviteurs de la République qui ont des amis (donc pas
d’inquiétude à avoir, leur promotion dans la « Rouge » sera peut-être un tout petit peu
décalée, mais il faudrait vraiment qu’ils aient aussi collaboré avec des ennemis très très
odieux pour se faire dégrader, voire retirer la médaille pour services rendus … à la
Nation, what else ?). http://www.dailymotion.com/video/xiik45_le-10-mai-81-d-harlem-
desir_news
         Tiens, à Bruxelles (ou Strasbourg, on ne sait jamais avec l'Europe) il est "orange" :
                                      coalition avec le Modem ?
La plus fidèle à l’esprit délicieusement militant du temps jadis (C’est Paul Quilès, je
crois, qui avait dit un truc du genre : « … car il ne suffit pas de dire que des têtes vont
tomber, il faut dire lesquelles ! ») ce qui est tout à son honneur car l’état-civil la crédite
de moins d’années que ses idées, c’est l’excellente secrétaire nationale à l’immigration
qui se rappelle avec émotion avoir chanté l’Internationale à la cantine du lycée Paul
Valéry (ne pas rater l’occasion de placer une référence aux racines dans la
circonscription, mais surtout pas de citations de Paul Valéry qui n’était pas
particulièrement socialiste, et même pas politicien, juste un intellectuel … juste qui a
notamment écrit « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous
sommes mortelles »). On pourrait y voir une certaine idée de la laïcité de l’école
publique mais ce serait manquer d’humour et surtout de prudence au cas où le mentor
(honni soit qui mal y lit) serait élu et renverrait l’ascenseur à des porteurs d’eau (d’os ?)
plutôt que d’ouvrir le jeu (de vilains ?) à d’anciens opposants selon l’assez choquante
mais « objectivement » assez pertinente mode politique en vigueur. By ze way, ce serait
meilleur pour ma carrière que les futurs zélus favorisent ceux qui ont dit du mal d’eux,
comme je ne suis guère plus avare que sectaire … En tout cas, elle « On devrait l’inviter
en soirée! » comme a écrit quelqu’un qui a assez d’humour pour la suivre sur Twitter
(moi, je ne peux plus, ses collaborateurs informatiques ont activé une fonction anti-
gêneurs à mon encontre, amusich nicht pour la secrétaire à l’immigration, pour ne rien
dire de la tolérance ou des libertés de pensées ou paroles qui sont en principe
défendues         par       la       République,        sinon      par     « Le       Parti »).
http://www.dailymotion.com/video/xiika1_le-10-mai-81-de-sandrine-mazetier_news
       Mais si, elle a été zélue (c'est curieux ce goût pour l'orange au Parti), il faut dire que le
        parti d'en face avait tout fait pour ouvrir @PS en parachutant l'homme aux patins à
                             roulettes. Et si c'était pas exprès, bravissimo !
Bon, c’est mal de se moquer et surtout, je n’ai pas le temps ce matin d’essayer de
savoir qui sont les autres acteurs du lipdub du 10 mai que je n’ai pas reconnus. Mais si
on veut plus d’info, on peut toujours essayer de s’incruster à une des manifs @PS
aujourd’hui (sauf à Château-Chinon où c’est complet, même le local de l’étape pourtant
médiatique ne pourra pas faire de discours électoral hommage sur l’estrade à primaires
éléphants).
         Si ce matin 10 mai 2011 on n'est pas invité(e) sur l'estrade à 50 ans, on a raté ses
                                      primaires #PS #2012
Souvent, il n’y aura que du jus d’orange et des crackers à l’huile de palme et il faudra
écouter des litanies archéo-progressistes de vieilles dames du PS (patronnesses aussi,
mais moins) comme à une vraie réunion de vrais gens de gauche, mais ça ne doit pas
être trop difficile de trouver des tartufferies #PS plus luxueuses, avec boissons à bulles

	
                                                                                                18	
  
faisant marcher l’industrie agro-alimentaire française et petits fours au poisson
d’élevage bio délicatement roulés sous les aisselles des employés au SMIC (déclarés,
ou      alors    c’est     par     militantisme)     de    fournisseurs    militants.
http://www.mon10mai.fr/evenements
       C'est mignon, on croirait que c'est fait par des militants et pas par une bonne web-
                                         agence de com
Le Père Noël est une ordure, c’est aussi un film (une pièce, avant) d’autour de 1981,
non ? Du temps où Anémone (et Anne-Aymone) étai(en)t drôle(s). Je me demande s’il y
aura du dubitchu au cocktail du 10 mai qu’il y aura sûrement quelque part dans le
12ème arrondissement ?
       En fait, la pièce est de 1979 et le film de 1982 mais quand même il fallait croire au
                                     Père Noël le 10 mai 1981
C’est klug ! Mais on en mange même sans faim, voire sans fin parce que c’est donné
avec amour, non ? Sinon, on n’est pas obligé de chanter l’Internationale avec des
éléphants crocodiles larmoyant la bouche pleine (full of it, aussi) et on peut préférer
penser au 10 mai 1981 et à François Mitterrand autrement. Même si on sait qu’il est
mort, le poète …
Respects.

Renaud Favier – 10 Mai 2011 – www.renaudfavier.com

Le bonus : parce qu’un 10 mai sans Jack Lang, ce n’est juste pas possible, même si ce
n’est plus tout à fait celui qui s’écriait en 1981 : « nous sommes passés de l’ombre à la
lumière »
C’est fini pour aujourd’hui, et ça vaut bien une minute de silence.




	
                                                                                             19	
  
← 10 mai : on a les anciens combattants qu’on mérite
                     Cannes 2011 : tout ce que vous voulez savoir sans oser le demander →


10 mai 1981 2.0 : Siegfried est mort !
Publié le mai 11, 2011 par renaudfavier



                                     Allo ? Siegfried est mort ?
Je suis allé acheter un bouquin vers la Bastille hier en fin d’après-midi. A pied, parce
qu’avec le concert, le quartier était incirculable. Comme Dr House finit tard, j’ai pris une
bière et levé un peu le … pied, le nez et les oreilles pour sentir l’air … du temps. De
1981.
                                   Lieber Amazone als Amazon !
A la librairie, le tome 2 annoncé pour le 7 … avril n’est toujours pas arrivé. Et même pas
possible de le commander parce qu’en fait c’est l’éditeur qui est en retard (ou l’auteure,
ou l’imprimeur ou le fabricant de papier ou … qui sait ?). Peu importe. La jolie libraire
de la délicieuse librairi(r)e (et vice-versa) est tellement adorable que même pas ça
m’énerve alors que quand même c’est pour ça que j’ai fait 2 bornes à pied en semi-
courant sous le cagnard parce que la Terrasse de Gutenberg ferme en principe autour
de 19h !
         L'Europe nous sauvera. Mais l'éléphant, c'est juste parce que c'est le 10 mai
A l’autre jolie librairie qui ferme à 20 heures et où les jolies libraires sont aussi
adorables, ils ont le tome … 1 que je ne comptais pas lire par esprit de contradiction
mais faute de grives sur l’Arbre à Lettres, on doit faire avec l’ortolan avant d’aller
écouter-voir ailleurs si les merles honorent convenablement Tonton. Au bistrot qui est
juste à coté de la librairie rue du faubourg Saint Antoine, parce que la vita e bella, pas
de problème de livraison en retard. On entend un genre de café littéro-politique à
l’étage d’une oreille, les premiers sons de la fête à la Bastille de l’autre. « Le Parisien »
est délicieux au comptoir, bien mûr à cette heure un peu avancée. Enrichi des regards
de dizaines de lecteurs passés avant moi. Comme un bouquin de bibliothèque qui sent
bon le papier usé. C’est pas meilleur, mais différent de l’odeur de l’encre trop neuve,
plus harmonieux. La bière, elle, est fraîche. C’est bien.
                            Image pieuse pour zélote tonton-manique
La place est tout en harmonie d’un soir. On croirait presque en les forces de l’esprit de
1981 en voyant l’affiche, la nomenklatura au soleil couchant sur notre terrasse et la
lumière dorée sur les miroirs bien opaques de l’opéra (d’un peu plus de quatre sous
mais François Mitterrand n’était pas homme à compter et les abonnés bénéficient
sinon du RSA ou du RMI, encore que …, de tarifs subventionnés en général).
       L'important, c'est la rose, mais il faut aussi avoir du coeur entre les oreilles sous le
                                    casque derrière les lunettes
Le concert 2.0 a commencé avec un rappeur. Qui en demandant « Et ça va dans la
salle ? » a déclenché un micro tsunami des trois ou quatre drapeaux des jeunes
socialistes militants et une émotion dans le public encore clairsemé et occupé à Twitter
(moi, j’ai tenté un Foursquare mais le Mayorship de la place de la Bastille, c’est pas
facile). Ensuite, un DJ en cravate et lunettes qui ressemble à un speaker du journal de
	
                                                                                                20	
  
Canal+ a mis son MacBook en route et les paroles ont un peu perdu en poésie
militante.
       Le panneau vers le TGV pour le Luberon est mal entretenu, l'époque est aux voitures
                               étrang(èr)es et aux avions privés
En attendant la danse des éléphants (encore en train de dîner, probablement pas
ensemble), des filles des Inrocks habillées en orange Modem font la promo du numéro
spécial « mai 81″ et leur concurrentes en rose distribuent des tracts pour le Solidays de
fin juin. Les Djeuns se trémoussent mollement devant les affiches de la Fnac sur le son
sponsorisé par Bergé et Pigasse (ça entre dans les comptes de campagne de
quelqu’un cette sauterie #PS #2012 ? Quelqu’un sait si les artistes militants chantent
bénévolement ce soir ?).
                     Quelque part à Lutèce, un village gaulois irréductible ...
J’ai dû me tromper de place, ou d’époque. C’est vendredi 13, Place d’Aligre,
l’hommage à Tonton. Près de la « Maison des Ensembles » où des bobos dînent ce soir
pendant que ça joue au foot sur la place, devant le marché où ça tractera bientôt pour
les primaires.
                  Belle Epoque ? Quelle Epoque ! Vie antérieure ? (& vice-versa)
En attendant (entendant ?), le son du 10 mai s’éloigne, assourdi comme un souvenir
d’un temps que les moins de 30 ans, les moins de 50, les moins de 70 … que seuls des
plus de 60 revendiquent en héritage, en tout cas
                       Les Bourgeois, c'est comme ... (c'est Brel qui le dit)
Le temps des premiers (primaires ?) copains qu’on salue avec … art (lard ?). Façon Sun
Tzu, pas Brassens, question d’époque.
                            Voir, surtout loin, n'est pas donné à tous
Entre la Bastille et la Place d’Aligre, l’Institut de la Vision : il faudrait y programmer un
passage obligatoire pour tous les candidats à l’héritage. D’autant que le bâtiment est
magnifique, en écho aux miroirs (aux alouettes ? aux vanités ?) de l’opéra. Ce qui est
un joli paradoxe, mais c’est encore plus beau quand c’est inutile, comme pour ce type
qui essaye de voler presque comme un oiseau et qui vient de réussir sa traversée du
Grand Canyon. http://www.tdg.ch/yves-jetman-rossy-reussit-traversee-grand-canyon-
2011-05-10 .
                                            L'albatros ?
Mais je m’égare, cela n’a rien à voir avec le concert du 10 mai. Quoique, à deux pas de
la Bastille, on trouve aussi la délicieuse « Maison du Cerf-Volant » (honni soit qui mal y
pense qu’il n’y a pas que les cerfs qui volent et que les plus cornus ne sont pas ceux
que l’on pense -ou panse- on est … au-dessus de ça).
                      Bleu, c'est aussi la couleur du ciel, nul n'est imparfait
Mais le plus adapté aux petites musiques de nuits plus belles que certains jours en mai
81 et mai 2011, c’est incontestablement l’excellente « Maison de l’Oreiller », 100 mètres
plus loin, à peine.
                             Adresse pas confidentielle sur l'oreiller
Sinon, si on est assez courageux pour marcher jusqu’à la mairie du 12ème, on trouve
une sorte de « candle in the night » très réussie mais sans le son, qui rappelle le bon
temps, pas celui des fleurs, celui où le pouvoir d’achat d’électricité n’était pas à crédit
et où la lumière nucléaire était politiquement correcte.
	
                                                                                        21	
  
30 ans (et quelques poussières) ça mérite plein de bougies !
Les stakhanovistes pourront pousser à l’Est jusqu’à la porte de Charenton où l’Espace
du même nom, après avoir ressuscité les banquets républicains, célèbre aujourd’hui …
un hier, voire un avant-hier que ceux de moins … d’au moins 80 ans ne peuvent
connaître. Mais au pays de Voltaire, de François Mitterrand et des vieux ors du
Luxembourg, il faut que des fonctionnaires cultivent le jardin du Sénat.
                       C'est pas la saison des vide-greniers plutôt ?
A l’Est, rien de nouveau ?

Renaud Favier – 11 Mai 2011 – www.renaudfavier.com

Le bonus : un peu d’optimisme lyrique entre le son du passé (à gauche, la fête de la
Bastille) et le son dépassé (à droite, l’opéra Bastille) : il y a des nuages gris foncé mais il
ne pleuvra ni même ne tonnera ; on économise l’électricité (ou alors elle a été coupée
par les créanciers ou par les anti-nucléaires) mais demain sera un autre jour et le génie
est toujours là-haut. Et les lampadaires (lampes à huile, dans le quartier) ressemblent à
des albatros, non ?
                        Le génie tente de s'échapper, rattrapez-le !
C’est fini pour aujourd’hui, et pourtant, il y en aurait à dire, pas seulement sur la France
du 10 mai (1981 ou 2011, peu importe, c’est du presque pareil au quasi-même, juste un
peu moins bien et nettement plus cher), d’ailleurs, parce qu’il y avait quand même
mieux que « Saga Africa » pour penser à mai 1981. Noah a gagné en 1983 mais Bob,
DCD le 11 mai 1981, rebelle aussi mais dans un autre registre, a plus de fans
mélomanes sur Facebook. Et Siegfried est mort depuis longtemps, alors tant qu’à
mettre de la musique en conserve sur écran, autant en choisir de la vraiment
bonne mais pas trop vieille dans la tête pour chanter « Salut, l’artiste« .
                             Le lion est mort en 1981 ... le 11 mai




	
                                                                                          22	
  
4


       Quel cinéma !




	
                     23	
  
← 10 mai 1981 2.0 : Siegfried est mort !
                             Festival de Cannes : le cinéma politique, mais aussi le rêve →


Cannes 2011 : tout ce que vous voulez savoir
sans oser le demander
Publié le mai 12, 2011 par renaudfavier



                             Mais où est Jean-Paul Belmondo ?
Sur la densité en Porsche (ou mieux) au mètre carré ou qui couche(ra) avec qui(s), lire
les journaux. Pour Gaga live chez Denisot et la photo Polaroid, ça doit être en podcast
chez Canal. Sinon, il y a quelques trucs à savoir pour ne pas passer pour un(e) inculte
au café.
                 C'est pour la bonne cause, honni soit qui à Porsche y pense
D’abord, pour mettre fin aux rumeurs, le film de Woody avec Carla et sa baguette n’est
pas (trop) nul. Parce que c’est Woody. Ni (très) grandiose, parce qu’Audiard qui s’y
connait un peu en ciné et aimait bien Paris l’a bien (pré)dit : « on en parlera encore dans
100 ans, mais… sur ses vieux jours, il avait un peu faibli ».
       "Depuis qu'Annie Hall m'a largué, le monde est devenu flou, mon psy me le répète
                               chaque semaine depuis 40 ans"
Enfin, c’est pas nul mais c’est quand même juste un honnête remake des « Belles de
Nuit » que René Clair avait tourné dés 1952 sur grosso modo le même concept avec
entre autres Gina Lollobrigida et Gérard Philippe qui sont quand même un peu des
vraies pointures dans le milieu. René Château lambine pour la sortie en DVD mais on
doit pouvoir le trouver en K7 vidéo sur eBay et il y a quelques bons extraits sur
Youtube.
Sinon, le mieux ce serait de manifester devant le Sénat pour obtenir qu’un bon ciné du
quartier nous programme un festival du merveilleux René Clair (et aussi pour l’abolition
du statut de fonctionnaire jardinier sur concours mais c’est un autre film, où on rit aussi
mais un peu jaune et où les acteurs sont bien amortis) qui n’a pas filmé que « Sous les
toits de Paris« .
Mais revenons à nos moutons cannois, on est déjà en retard d’un an …
                             "Santé !", parce que ça le vaut bien
Donc, le truc essentiel d’hier, c’était The World’s Global Lady Gaga avec son nouveau
tube « Judas » en direct live (ça veut probablement dire un peu en playback ou avec un
petit rab de son, on est en 2011, c’est fini le temps où Jésus prêchait sans micro dans
le désert) sur la (magnifique) terrasse du Martinez de Denisot. A la question « n’est ce
pas un peu blasphématoire ? », elle a bien réussi sa vanne joliment préparée (on est en
2011, à part Chevènement et Bachelot, plus personne n’improvise rien à la TV sinon on
risque des procès ou de la prison si on n’a pas une bonne QPC et quelques VIP dans la
poche, d’ailleurs même la jolie rigolote canadienne qui fait la météo au grand journal a
raté son coup en direct et si le public ou Gaga avaient été vaches et si les sévices
corporels publics sur les femmes n’étaient pas interdits dans les pays encore un peu
civilisés en 2011, ils aurait exigé une fessée en direct sur le -joli- derrière qui n’avait pas
	
                                                                                          24	
  
gonflé comme prévu) en répondant que le seul sacrilège de la chanson c’était de
mélanger du Lacroix (sic) et du Chanel dans son clip : elle a un grand nez mais un
humour ravageur, des fringues hilarantes (sauf la robe en steaks, ça c’était trop même
pour moi qui ne suis plus ou moins végétarien que depuis que j’ai fréquenté une
fanatique du brocoli sans sel) et une énergie folle, ça doit être topissime un dîner avec
elle, il faudra que je lui propose même si j’ai cru comprendre dans l’interview qu’elle ne
porte pas que du N°5 la nuit. (nb non, c’est pas la phrase la plus longue ou la plus
tarabiscotée du blog, y’a mieux ailleurs, notamment dans le e-book Net-Land-Art).
         (Très) Grand Festival, Très Grand Journal, ça mérite les applaudissements !
                       Judas live au Grand Journal (ou alors l'interview)
                       L'interview au Grand Journal (ou alors Judas live)
By ze way, le mystère est résolu de pourquoi Dr House qui était en France n’était pas
comme tout le monde au dîner d’ouverture avec toutes les jolies femmes en 31 light à
Cannes hier soir : c’est que Hugh Laurie faisait un concert à Paris et que Dr House
n’aurait raté ça pour rien au monde (de toute façon, il est casé officielement avec sa
patronne et je suis sûr qu’il est secrètement amoureux du canon qui a la maladie de
jesaiplukiton en ce moment dans la série qu’ORTF1 nous offre le mardi). Il faut dire que
Hugh, c’est un sacré numéro et qu’avec lui aussi ça doit être fameux, un dîner, même si
pour le coup, pour ce qui me concerne, je suis moins curieux de savoir s’il dort en N°5,
ou s’il dort, ou si whatever works, ou si pas. Nb n’ayez pas peur, House a beau être
payé 272 000 euros par épisode d’après BFM qui s’y connait en salaires, ça
m’étonnerait que le plan RP de l’album de Laurie ne prévoie pas un saut de puce à
Cannes : on est en 2011 et même Woody Allen n’ose plus oser rester jouer dans son
Club pendant le Festival.
Enfin, le truc à vraiment savoir c’est où dormir « in stail-le » (style, en Djeun) si on n’a
pas pêcho une star qui a une chambre sponsorisée, de préférence avec balcon vue sur
mer, dans un des palaces officiels (les esprits forts vont en hélico, ou en -très- beau
bateau pour ceux qui ont vraiment du stail-le mais qui n’aiment pas dormir en mer, à
celui qui est sur une île un peu au large où il y a encore plus de jardiniers qu’au Sénat
mais où les clients sont légèrement plus jeunes. A peine. Et plus riches.
Significativement. Quoique avec les retraites dorées des fromages de la République et
la sociologie des zélus, à part Mélenchon, tout le monde a une Rolex, voire plusieurs
pour celui qui les collectionne et qui a bien dû réussir à se faire ré-élire à une ou
plusieurs assemblée à indemnités confortables comme tout le monde …). Le mieux, si
on a un cyclo (Cannes est ingarable pendant le Festival) ou un hélico, c’est le camping
de Nas les Pins, à une petite trentaine de bornes. Calme, même pas le bruit de la mer
qui dérange, une pataugeoire où boire sous les étoiles la bouteille de champagne
chipée dans la caisse d’une livraison pour un cocktail, du wifi et des bungalows avec
terrasse          pour          5.         Résa          :            http://www.vacances-
directes.com/fr/camping/fiche.php?idcamping=110 mais il faut probablement être
pistonné par un producteur pour un emplacement au jardin avec accès direct à la
piscine à cette période.
       Il faut passer un concours pour avoir le droit de cultiver ce petit coin de jardin au
                                            soleil ?
Pour les restaurants, il n’y a pas vraiment de bon plan, si on n’est pas invité aux dîners
VIP à 50 ans (à 34 ou 40 berges près, on ne va pas chipoter l’âge du homard géant
servi aux 650 convives du dîner d’inauguration hier) et si on n’a pas des poches
plastifiées et des petits pots à confiture vides pour chiper du caviar sans se détruire la
veste, c’est qu’on a raté sa vie ou qu’on a bêtement oublié à la maison les fringues
	
                                                                                             25	
  
« spécial cocktail ». By ze way, si on n’ose pas le smoking blanc avec la Rolex à 50
ans plus ou moins des poussières, c’est qu’on a raté sa vie de publicitaire conducteur
de Porsche International VIP.
       Comme Gandhi, ils filent leur coton eux-mêmes ? (sinon, c'est du mauvais)
Bon, c’est pas tout mais il faut que j’aille acheter le disque de Dr House. Ou de Hugh
Laurie, ou les deux. Ou l’inverse. Ou autre chose et plus si affinités en faisant bien gaffe
à ne pas me faire refiler un navet d’une homonyme à voix (voie ?) sponsorisée par un
(autre) puissant parrain au sens musical aiguisé, même qu’il a chanté dans un lipdub de
Djeuns. Mais il n’y aura pas l’album de Lady Gaga qui ne sort qu’à la fin du mois.
Comme quoi, on peut mieux compter sur les acteurs de cinéma que sur les
chanteuses. Dommage. J’aurais tellement aimé compter jusqu’à N°5 en l’écoutant …

Renaud Favier – 12 mai 2011 – www.renaudfavier.com

Le bonus : puisqu’on parle de N°5 et de stars de cinéma,
C’est fini pour aujourd’hui. Le Président vous salue bien.
              Et je dis "Vive la France !" mais quel dommage que Jack ne soit pas là




	
                                                                                       26	
  
← Cannes 2011 : tout ce que vous voulez savoir sans oser le demander
                                                 Paris (Cannes) : Mars Attacks Vendredi 13 ? →


Festival de Cannes : le cinéma politique, mais
aussi le rêve
Publié le mai 13, 2011 par renaudfavier


Aargh ! Le -trop- long billet que je m’étais amusé à rédiger pour une « discussion » sur
Linkedin a disparu ! Avalé par un gremlin d’Internet ou censuré par ComPol le fantôme
? Dommage, le coup (coût) de la baguette de Carla au Festival m’avait inspiré.
       Hilarisch, nicht ? ricanerait Desproges. Peut-être, mais c'est presque du Beaudelaire
                                            quand même !
Anyway, « c’est comme cela » aime dire un ancien Président ami de 30 ans (ou plus
maintenant) de ComPol (Communication Politique) à la française.
          "Oula ! Je ne me souviens pas avoir dit ça, il faut poser la QPC à mes avocats"
J’y écrivais schématiquement, en trop de mots pour tenter de reprendre tout ce dont
j’avais négligé de faire une copie à l’encontre de toutes les règles du copy-writing
publicitaire, que tout est réclame et communication en politique, et vice-versa, ou le
contraire, ou pas, on s’y perd.
                              Publicité clandestine pour Lucky Strike ?
Qu’au pays de la loi 1901 et du carrefour du développement, la thèse du bénévolat des
spin-doctors gaulois, fussent-ils de campagne (électorale ou pas) mériterait la médaille
du CNRS (ou un rapport parlementaire, mais ça, c’est de la blague politique, qui me fait
auto-rire asssez jaune d’ailleurs, pas un truc pour ComPol). On murmure quand même
que la Porsche, c’était celle d’un des jeunes publicitaires pas trop mal payés du
candidat du Peuple de Gauche, comme quoi si ComPol est aussi fantôme que la
politique du pire, il fait bien vivre quand même … Spin-Docteur Livingstone Schweitzer
House Folamour Goebbels, I don’t dare suppose ?
       "De la blanquette de Limoux à son cocktail du 10 mai ? Ce Hollande est impayable, le
       fils naturel de Yo-Yo l'austère et de Rocky le polaire ! Allez, roulez les électeurs petits
                                              bolides !"
Qu’au pays du téléfoot et des grandes messes (l’opium du peuple, vaste programme),
les zélecteurs du dimanche sont hybrides entre les supporters et les fidèles et que
ComPol vise moins à les éclairer ou les accompagner un bout de chemin vers un vivre
ensemble plus durable qu’à assurer qu’ils croient et votent ce qu’on leur dit, font
comme on leur raconte et pas comme on fait et achètent au prix fort leur billet pour le
stade (ou leur permis de pêche, l’abstention c’est pratique et de toute façon il n’y a pas
de place pour tout le monde dans le stade parce que l’entrepreneur ami n’a pas
respecté le cahier des charges et a rabioté sur les matériaux que ses ouvriers ont en
plus un peu gaspillés parce qu’ils n’ont pas été formés et comprennent mal le Français
et qu’un élu en pré-campagne leur a commandé un rond-point à crédit alors que le
stade n’était pas fini, moins encore payé) sans s’occuper ni du catéchisme, ni de la
stratégie du coach (les pourpres réussissant mieux et plus durablement que les bleus,
me semble-t’il) ni surtout de cultiver le jardin au risque d’y déterrer des enveloppes,

	
                                                                                              27	
  
voire des cadavres que ComPol est entre autre là pour faire oublier. Amen (amène ?).
       Si je mets un dessin sur le foot ou la religion, ou celle du concours administratif pour
                 faire jardinier fonctionnaire au Sénat, je vais me faire des ennemis
Qu’au pays de la fête de à la Bastille et du Festival de Cannes, entre la cross-com du
Mathieu des Inrocks, l’achat d’indulgences par le Papy Zinzin des moutons qui a bien
réussi sa carrière d’ouvrier, le vrai-faux suspens autour de « la conquête » (tiens, ça fait
quête c… à l’envers, amusich, nicht ?), la coup (coût) de la baguette de Carla, c’est un
épi … phénomène, voire épi-buzz d’ailleurs d’autant mieux réussi que ses adjoints de
ComPol ont été assez malins pour lui conseiller de marcher sur l’eau en ne venant pas
plutôt que de nager dans la mer de 350 paires de poitrines joliment décolletées
(souvent un peu décérébrées disent certains des invités mâles avant d’ajouter que ce
n’est pas pour ça qu’ils ont amené leur sandwich, de toute façon, entre le homard
compatissant et le champagne militant) par les ouvriers militants du textile (by the way,
si on sponsorisait les robes de cocktail comme les maillots de foot ou les tee-shirts ?).
       Si je mets une photo de pingouins au dîner inaugural, une Porsche ou une blague sur
                             les femmes, je vais me faire des ennemis
Mais ComPol, c’est comme Père Noël, il n’existe pas. En tout cas, pas au Festival où
on buzze sur « La Conquête » après avoir primé Moore (Michael, pas Roger) pour un
documentaire sur une autre vérité qui dérange sans beaucoup démanger sous les
draps de soi(e) des palaces dont on ne se lasse pas (Palace, pas Pallas comme une
bagnole de beauf sans Rolex qui a raté sa vie, faut pas prendre les communicants et
les politiques pour des conducteurs du dimanche sur les petites routes de campagnes
en guimbardes pour/de collaborateurs). Pas au pays des (frères) Lumières et de Voltaire
(et d’Ubu et des shadoks…)
       Une certaine idée de ... mais de quoi ? La civilisation ? La politique ? Les cocktails à
                               Cannes ou ailleurs ? 2012, peut-être ?
Bon, c’est pas tout ça, mais il faut que j’aille voir comment la commissaire politique fait
de la réclame pour sa marque de lessive en surfant sur son sondage d’experts sur le
bénéfice net de l’immigration pendant que ma ministre préférée fait un exercice de
nage synchronisée tête en-bas sur le rebond des clignotants verts de la croissance
tandis que la présidente d’un machin public local (pléonasme ?) se plaint qu’un notable
même pas de l’île aurait dit quelque chose sur la Corse (elle est pas belle ma soeur ?),
genre sur un châtaignier qui serait tombé sur un cochon sauvage sponsorisé par
l’Europe, ou un truc vache sur les grèves de la SNCM ou sur le taux de 4/4 made in
partout sauf en France des colons et qui roulent au diesel sur-subventionné par la
rance des Colons entre deux rond-points qui ne mènent nulle part les Français colons
mais sont aimablement co-financés au bénéfice des btpistes locaux par la métropole
illégitime et l’Europe continentale, ou vice-versa, coalisées pour le sous-développement
durable de la Corse, ou pas, en tout cas c’est très grave.
        Si je mets une photo sur la Corse, la grève de la SNCM, la grève du RER, les riads
              outre-mer ou les arnaques aux subventions, je vais me faire des ennemis
Anyway, ce vendredi est à marquer d’une pierre multicolore dans les annales de
ComPol qui n’existe pas, la preuve c’est que l’UMP a fait récemment repeindre (en
crème et gris du meilleur effet pour 2012, mais pourquoi deux couleurs comme si le
Parti n’étais pas absolument uni, voire comme s’il était un peu bipolaire comme on dit
maintenant parce que schizo ça faisait « malade » ou intello, pas bien en tout cas,
l’opposition pourrait prendre le parti d’en rire) la devanture de sa permanence dans
mon quartier, et que c’est de l’art gratuit, voire de l’artisanat méritant bon pour l’emploi

	
                                                                                            28	
  
tendance Potemkine, pas cuirassé, village (avec un léger soupçon de clientélisme
parce que le peintre ne devait pas être inscrit au Parti d’en-face). Mais l’art, c’est pas
de la pub. Jamais jamais jamais
         Un peu de clientélisme vers les femmes ne peut pas faire de mal (mâle ?) en
       attendant que je retrouve la photo de la permanence de l'union pour la majorité
                                        présidentielle
Bon Casual Friday

Renaud Favier 13 mai 2011 – www/renaudfavier.com

Le bonus : le cinéma, des fois, ça élève le débat. C’est moins glamour mais c’est bien
aussi, c’est comme les films d’Al Gore ou de Michael Moore. Même si en 2011 on
préfère vraiment quand il y a des BBFPDSLS (Belle Blonde à Forte Poitrine Dénudée
Sous Le Soleil) et des BEPECQCDB (Brute Epaisse Pas Exagérément Cérébrée Qui
Casse Du Bois), ou au moins un UCCIFE (Ultra Crétin Complètement Incapable de
Faire l’Enquête) pour ceux qui aiment le genre « l’Enquête Corse … », tant qu’à rester
dans les films pas terribles mais avec les proches du Président.
C’est fini pour aujourd’hui (et le plus important, c’est le vol de Solar Impulse de
Bertrand Piccard qui a décollé de Suisse pour Bruxelles vers 9h malgré la grève du
RER. Pour plein de raisons. Pour le respect. De l’avenir. Du présent. Du passé aussi,
parce que je l’ai lu hier à l’expo gratuite à l’Hôtel de Ville de l’autre Bertrand (Delanöe)
sur la Commune de Paris. Il cite Hugo dans son mot de bienvenue aux visiteurs de
cette expo très recommandable même pour qui n’est pas génétiquement fan de Louise
Michel ou zélote des barricades : « Les souvenirs sont nos forces. Quand la nuit essaie
de revenir, il faut allumer les grandes dates, comme on allume des flambeaux « . Ce qui
est bien avec la famille Piccard, c’est qu’elle est ancienne mais pas con…gelée et
qu’elle rallume des flambeaux d’hier et de demain, pas comme d’autres héritiers d’un
autre siècle, pas très réussi(s), que leurs avocats et/ou conseillers ont sorti du formol.
Ils nous aident à changer d’air, d’ère peut-être. Même si ComPol ou pas, les Bertrand
ne sont que peut-être que justes … juste d’un peu plus purs esprits que d’autres. Va
savoir … Va voir …
                             Oui, les rêves volent (aussi) de nuit
ps : cette fois je copie-coller avant de cliquer, non pas que j’ai gravé les Tables de la
Loi mais quand même, ça gave grave d’être censuré avant même d’avoir pris le café
par les gremlins de Big Brother ou pire, des apparatchiks matinaux de little brothers.




	
                                                                                       29	
  
← Festival de Cannes : le cinéma politique, mais aussi le rêve
                       Acte manqué à New-York ? On a les tsunamis qu’on (me)hérite →


Paris (Cannes) : Mars Attacks Vendredi 13 ?
Publié le mai 14, 2011 par renaudfavier


!Si Orson Welles avait encore de l’humour, il serait invité par Denisot et nous ferait un
 gag en direct de la Terrasse du Martinez comme tout le monde. Ceci dit, la guerre des
 mondes, on y est presque, on s’est fait une petite peur des OVNI sur la ville hier à Paris
 11ème.
                 Les petits hommes verts s'attaquent à la Présidence !
Mon Dieu ce n’est pas de la science-fiction, c’est un Festival les élections !
On a repéré le spatiodrôme des petits hommes verts (ils font Happy Hour aussi chez
les Martiens)
Il sont nombreux, prêts à sortir de l’ombre pour la guerre des primaires
Ils ont des plans et des techniques éprouvées
             "Sur certains sujets, je n'ai pas encore les idées très claires ..."
Leur chef est accusé de rester dans l’ambiguïté, voire d’être flou
  "les ingénieurs du nucléaire, y'en a qui sont de bonne foi, mais Fukushima, c'est la
                                 démonstration de trop"
Mais c’est un esprit éclairé (à l’électricité responsable) et un homme debout, droit dans
ses bottines en peau de truc équitable achetées avec des monnaies complémentaires
sociales (pour gagner les primaires, il faut travailler les sujets pour EELVistes canal
historique et autres Evajolistes, c’est après qu’il faudra rassurer les indécis pas trop
radicaux des gauches plurielles voire les bobos plus près des centres -mon Dieu, faites
qu’ils ne soient pas trop lobomedemisés-, en leur caressant les cheveux dans le sens
du poil nettoyé au shampoing Ushuaïa).
 "dans un an on pourrait etre surpris en bien" (nb la vraie formule du bord du Lac c'est
                                     "déçu en bien")
Qui s’assoit, un peu acrobatiquement si nécessaire, sur les préjugés des autres, les
pessimismes auto-destructeurs et accessoirement sur … le tabouret de bar du café
sympa « L’alimentation Générale » rue Timbaud. Et sans superstition sur le vendredi 13.
                          On les aura ! On va les hacher menu !
Mais attention, c’est pas une patate !
Il est pas beaucoup plus épais qu’une frite mais c’est peut être une fusée à énergie
solaire au look un peu space mais efficace, comme l’avion de Bertand Piccard et le
building du « Plein Soleil ».
    Maintenant, le Père Noël fait le tri sélectif des ordures mais des fois il se trompe
    vraiment de numéro pour SOS Détresses Amitiés s'il écoute la Mamy Zinzin des
                                           gauches
Le café politique dans un quartier Djeun, c’est sympa et dynamique, même si certains
verts et assimilés ont des « fondamentaux » et des références un poil (aux pattes) plus
	
                                                                                   30	
  
archéos que leur look et leur filmographie ne le laisserait penser.

Renaud Favier – 14 mai 2011 – www.renaudfavier.com

Le bonus : chez EELV et chez à peu près tous les partis (de) notables, on s’inquiète, on
paranoïse, on a la palpitant qui s’affole, y’en a même qui se préparent des nervousse
brèquedaonnes comme on dit au cinéma. Pourtant, Nicolas, en tout cas celui qui fait
du parapente, il est à preuve du contraire humain même s’il a bossé à la télé, et pas
méchant même s’il a été sponsorisé par des flous : c’est un envahisseur bienvenu.
C’est fini pour aujourd’hui , chat suffit, c’est l’heure du déjeuner et puis d’un … café, si
possible équitable et un tant soit peu bio. Et pas trop politisé, parce que la politique
c’est quand même indigeste, pas très naturel, un peu amer, ou alors trop sucré, non ?
       "C'est le chat" (une bonne vieille blague qui fait toujours rire, puisqu'à Cannes et en
       politique c'est depuis un bon moment devenu "show business is a serious business"
ps : Paris Cannes, c’était un jeu de mot bien sûr : « pas ricane ». Hilarisch, nicht ? Non
? Bon.




	
                                                                                           31	
  
5


       Palme d’or au Martinez Sofitel !




	
                                        32	
  
← Paris (Cannes) : Mars Attacks Vendredi 13 ?
                                                            Tu n’es qu’un homme, César … →


Acte manqué à New-York ? On a les tsunamis
qu’on (me)hérite
Publié le mai 15, 2011 par renaudfavier


Nuit du musée des horreurs pour DSK ? Et dans le vice-versa ? Pas de pot au rose
sans feu au Sofitel ? Gros rose qui tâche ? Goutte de trop et larmes à gauche ? On ne
prête qu’au riche à Wall Street ? Manip à Manahattan ? No future ? Quel embarras, ce
gros … titre !
         Qui ne barrit mot consent ? C'est un peu gênant comme situation, mais ça en fait
                                   rigoler (jaunes ?) certain(e)s.
Jusqu’à ce matin, je pensais que les communicants de DSK cherchaient à faire
exploser le plus de vieilles mines possibles avant la campagne des primaires (moi, c’est
pas la Porsche, ni même le riad sur quoi j’aurais commencé, d’ailleurs, mais ça doit
être parce que j’ai bossé à Bercy), quitte à casser quelques oeufs pour préparer
l’omelette, et que ses adversaires de tous les bords en profitaient pour lancer avec un
humour un peu potache quelques grenades amicales qui ne s’usent que si l’on ne s’en
sert pas. Mais là, Z(ad)ig danse quand même d’un pas(sé) lourd.
              This is Polcom au pays de Voltaire, (et dans le vice versa ? no future ?)
C’aurait été de bonne guerre politique de la part de l’héritier le plus crédible du
François Mitterrand de la double vie, de l’Observatoire, des ortolans auxquels on ne
regarde pas les dents ni qui les a payés (ou braconnés), dont les communicants ne
sont pas les plus mauvais de la place, ainsi qu’en témoignent, sinon leurs exploits,
leurs amours … automobiles (auto-mobile, c’est une vocation de réussite sociale, pas
un sacerdoce). Parce que l’important, c’est qu’on cause.
        Nouvel otage français: depuis hier chez des extrémistes américains (après 20 ans à
                                             Solférino)
C’aurait été de bonne guerre de la part du camp bling, qui est tout sauf mauvais en
stratégie de conquête, de bombarder du ciel vers un hôpital privé (qui se fout de la
charité), de tirer sur une ambulance (Porsche ?) plus bling encore une bonne fois pour
toute, pour disperser le rival du riad façon puzzle, pour Fukushimiser le gugusse de
Montauban Washington. Mais le coup n’a pas été tiré, si ? Pas de là, en tout cas, si ?
Pas là, si ? Parce que c’est pas ce dont on cause dans le médiacosme.
                        En politique spectacle, tous les coups sont permis
C’aurait été de bonne guerre de la part des austères de son bord (enfin, ça se discute,
il tire un peu de tous bords) d’essayer de faire passer sur son grand corps la deuxième
gauche en lui faisant passer … l’arme à gauche … en passant. Mais après les coups
bas (ou pas) de la Porsche, des « ça m’suffit » à Paris et ailleurs et du costard (bien
taillé, ailleurs, d’ailleurs) celui du Sofitel (ou pas), c’est dépassé (des passés ? pas
passé, ça passe mal ?), non ? Mais on cause sans savoir, à Solférino et alentours.
       Le grand capital spécule ... sur ses chances (mais il est improbable que le DG du FMI
         soit présumé innocent par des financiers douteux voulant faire baisser le dollar, le
	
                                                                                          33	
  
complot international des grecs ou la vengeance des Irlandais, c'est tiré par les
                                            cheveux)
C’aurait été de bonne guerre de la part de ses ami(e)s de 30 ans, surtout des moches
des deux sexes déçu(e)s, jaloux(ses) et/ou moins talentueux(se) à tous égards.
Regardez James Bond, parce que quand même on est à la saison du Festival du
cinéma, le nombre de faux-amis qui essaient de lui tirer dans le dos par jalousie,
méchanceté ou carriérisme. On peut être trahi part les siens (y compris du FMI), ça
peut arriver, surtout si d’autres mettent un peu d’huile enflammée dans les rouages.
        Martine n'est pas là, elle à vin d'honneur avec le club de foot de son village qui a
        gagné la coupe de Gaule (pas la coupe de Gaulle, elle n'irait pas, elle est un peu
                                              sectaire)
Mais quand même, la guerre, gross Malheur.
                             Faut-il ? (Faute-t'il ?) Est-ce possible ?
Les psy de l’auto-destruction, de l’adolescence priapique irrésolue du politicien vont en
vendre, de l’interview genre « c’est malade qui nous gouverne » ou « panne d’érection
présidentielle » dans le médialand parisien et plus si affinités. Peut-être qu’enfin DSK
réussira aussi à avoir un peu de média dans la presse américaine sur ce coup (même
manqué), même si ça fait Monicagate de deuxième classe, le Sofitel n’est pas la
Maison Blanche. Mais un remake français d’un succès américain, ce n’est pas dans le
désordre des choses et ça demande un talent et un casting formidable : même
Polanski n’a pas réussi à avoir la palme avec ce genre de scenario.
       Rien de nouveau sans le sommeil, c'est aussi vieux que l'Evènement du Jeudi ou la
                                   provoc, cette histoire
Les Psy-magazine les plus groupies de DSK vont nous jouer l’air de l’acte manqué (sic)
de leur idole qui au fond du fond n’aurait pas vraiment envie de la soubrette de faire
syndic de faillite de la France aux 35 heures après avoir été médecin du Monde au FMI
sans impôts et avec un paquet de RTT (et de vraies bagnoles allemandes de fonction
avec sièges en cuir, vitres bien teintées et allume-cigare derrière -ou vice versa ? -, pas
une 607 diesel de président de canton d’Europe du Sud). On appellera cela le
syndrôme Kouchner ; du 5 à 7 à New-York Kahn dans la presse érotique ; médicale ;
politique ; financière ; automobile gauloise.
         Life is not a fleuve tranquille but a steep two-way street, which is why we need
                                         German Power Cars
Ou alors on nous dira qu’il avait bu et que la fille ainée de l’église, pays du vin de
messe (et de la valise nucléaire mais comme on a perdu la clef on peut la passer à
n’importe qui) doit pardonner au pêcheur et lui voter une chance de rédemption pour le
Paradis. Que même si « qui a bu boira » c’est le seul candidat un peu sexy côté
changement (c’est comme cela qu’on résume, c’est très abusif mais simplificateur un
dimanche matin où j’ai pas que ça à faire de prendre mon pied levé avec un éléphant
qui trompe quand même énormément).
                             Un éléphant, sa trompe énorme, ment ?
Les magazines humoristiques royalistes, s’il en existe, titreront peut-être »Queue de
race ? » tandis que le magazine du chasseur français écrira « Que de race ! » et que les
héritiers d’une ou deux certaines idées de la France, les vrais, souriront « la marque et
les traces », ou « les marques et la trace » selon leurs affinités …
          Il faudrait quand même trouver un candidat pour l'avenir de la France, non ?

	
                                                                                             34	
  
Foutez lui la paix, laissez-le se retirer dans son riad et s’inscrire aux anonymes qu’il
préfèrera, mais il (leur) aurait peut-être fallu une bonne guerre à tous ces baby-
bommers enveloppés et précocement cacochymes, overdosés des cuillères en argent
des 30 Glorieuses qu’ils ont héritées mais préféré refiler aux Chinois plutôt qu’à leurs
enfants, soit par égoïsme, soit par dogmatisme, soit par simple crétinisme majoritaire,
l’effet est le même (et comme on dit à New-York, le désir s’accroit quand l’effet se
recule) !

Renaud Favier – 15 mai 2011 – www.renaudfavier.com

Le bonus : En tout cas, c’est vache de la part de l’éléphant d’Amérique d’avoir coupé
l’herbe médiatique sous les pieds des moineaux centristes qui avaient réservé le
créneau de ce dimanche au journal de FR3 (sauf Poitou-Charente, c’est réservé à
l’année et Corrèze, il y a un sujet programmé sur l’anorexie à l’hospice) et c’est
vraiment salaud de pourrir le Festival de Cannes juste parce que le maire du bled est
de droite et que Canal + a un béguin pour l’albatros auto-déclaré (drôle d’oiseau
disparu mais toujours vivant malgré Clearstream, bonapartiste post-sarkosziste debout
malgré les crocs de bouchers en jambe) et juste parce qu’il y a des politiciens plus sexy
qui font plus d’audimat que lui.
                       Chouette ... What did you expect, un aigle ?
C’est fini pour aujourd’hui ? Même pas sûr, avec tous nos intermittents du spectacle
politique et en plus le décalage horaire avec les Etats-Unis, wait & see avant de parler
ou même penser, d’autant que peut-être la soubrette va se rétracter, elle … Mais le
plus probable, c’est que Morin va faire une déclaration dans sa cuisine qu’il mettra lui-
même sur Youtube et que ses amis sur Facebook pourront regarder, que Villepin va
tenter un coup pour qu’on parle de son programme et que Bayrou va encore râloter sur
PMU-TV que Borloo est un tocard qui n’a aucune chance au tiercé. Les populismes
des deux bords vont pouvoir surfer sur le tsunami obligeamment offert par DSK qui
aurait pu trouver un moyen moins tiré par les cheveux de faire des avances à la Le Pen.
Ou alors c’est à Mélenchon ? Là, ça serait vraiment LE SCOOP si l’aile droite du centre
du PS et l’aile gauche des Fronts Nationaux se réconciliaient sur l’oreiller !
     Non, Dominique, ça le fait pas mieux que le jogging en caleçon sur la plage de
  Deauville pour la photo pour draguer les 500 signatures. Il faut encore changer quelque
                        chose. Le nom ? Le prénom ? La cravate ?




	
                                                                                    35	
  
← Acte manqué à New-York ? On a les tsunamis qu’on (me)hérite
                                             Il faut jeter Don Juan en prison ! Pour le sauver →


Tu n’es qu’un homme, César …
Publié le mai 16, 2011 par renaudfavier


Comme une gueule de bois. Est-ce que ça pourrait être vénérien ? Il y a 30 ans, quand
j’étais sémillant coopérant, le médecin de l’ambassade avait répondu à un pote: « Oui,
vous avez pu attraper ça à la piscine … si elle était vide et que vous étiez au fond avec
la fille ».
        Pour 3000 dollars la chambre, pas mal de frais d'avocats et conseillers en com à
       prévoir et jusqu'à 20 ans à l'ombre si pas affinités, j'espère que la piscine de l'hôtel
                                             était bien
Coupez ! On n’y croit pas, les acteurs sont bons mais le scenario est nul. Sur un
malentendu, ça ne marche pas, même si le coup de la panne de décence, c’est
crédible quand on roule trop bronzé en sportive allemande (ça suce, on ne le sait que
trop …). Et si la drague qui foire genre remake trash de « Lost in translation », surtout
avec le décalage horaire et les somnifères pour dormir en avion, c’est pas si tiré par les
cheveux que ça.
Quand même, « à ce point-là, ça devient gênant » sourirait un rien jaune Audiard qui
doit de temps en temps regarder ce qui se passe en-bas, non ?
       "Police des Moeurs", c'est dialogué par Audiard ? Pas son genre de titre en tout cas,
          même s'il faut reconnaître qu'il avait faibli sur ses vieux jours, surtout de la tête
« Baiser ma femme » avait un jour écrit dans l’agenda d’un énarque de Bercy un peu
polar de droite (le genre à avoir envie de costumes sur mesure et à ranger bien alignés
ses anciens agendas de la Pléiade) un autre énarque de Bercy un peu polar de gauche
qui avait encore le temps d’avoir un peu de sens de méchant humour potache (le genre
à dire qu’il vote à gauche parce que c’est bon pour la carrière jusqu’au pantouflage).
Toute une époque … ah ! Constance, qu’on aurait tant voulu tancer dans un couloir du
Ministère …, t’as connu ? Enfin, en attendant, il aurait mieux fait d’envoyer une note
ministre à DSK comme tout le monde (la mauvaise idée d’un des gradés de l’époque,
ça a été de faire une note ministre en y mélangeant un peu d’humour potache qui lui
rappelait sa jeunesse étudiante quand il était assurée à la MNEF, son adjoint n’a pas
raté l’occasion de lui piquer son poste et son supérieur lui faire traverser un bout de
désert, c’était le bon temps des Tontons Flingueurs de Bercy) et peut-être que si DSK
l’avait gardée dans ses dossiers, il n’aurait pas choisi une chambre d’hôtel propice aux
malentendus depuis la baignoire, sinon dans la piscine avec de l’eau dans les oreilles.
       Ce film qui, comme le supplice du pal dit-on, commence si bien et finit si mal (mâle?)
Bon, je n’ai plus le temps ce matin, et vous non plus, c’est dommage parce qu’on
aurait pu s’amuser un peu ensemble, histoire de rire de tout en général et de cette
« consternante affaire » en particulier plutôt que de verser de chaudes larmes de
crocodile titulaire sur cette « Pauvre France, je ne veux pas hurler avec les chiens qui
ne respectent rien mais votez quand même plutôt pour moi, parce que les autres … »,
ce « Pauvre Dominique, notre ami, notre frère, c’est trop cruel, demandons la décence
nécessaire » ou ces pauvres centristes dont le jamborée (j’avais jamais remarqué que

	
                                                                                            36	
  
ça sonne comme jambes en l’air ) a été cruellement négligé par un audimat manquant
de Viagra, lui.
         Hisse et Ho ! Avec ou sans DSK, l'avenir est au centre, c'est le plus vieux Parti de
                                     France qui vous le dit !
Si on avait eu le temps de jouer, sinon au jambes en l’air épistolaire, à la tirade des
(vers du) nez, il y aurait tellement d’angles et de titres possibles, pour parler
« journaliste », dans le plus total désordre (amoureux) :
Sweet Sixties (Free Sex, Cool Drugs and Strong Rock n’ Roll, Good Old Times):
« balles tragiques » à Colombey Wall-Street. Mais comme il y a débat (des bas ? des
ébats ?) sur l’âge du capitaine de départ à la retraite de DSK (de toute façon, il aura
plus de 60 ans en 2012, non ?), il vaut mieux attendre que la police scientifique ait daté
l’ADN pour tirer … (honni soit qui mâle y pense) des conclusions.
       Enfin, si, il vaudrait mieux "minder" un peu, et puis Sex Pistols, c'est peut-être un peu
                                        rock n' roll pour l'Elysée
Blonde : « C’est le chat » (pour la blague entière, demander à un intermittent du
spectacle politique de vous la raconter, c’est mieux s’il a fait du théâtre, sinon je peux
recommander un étudiant qui la fait très bien quand il n’est pas au ski ou en train de
jouer à Lord of Warcraft). Ceci étant, ce c… de chat a quand même manqué de sens
commun en labourant (pas le dos d’Anne, murmure t-on) le jardin que les Voltairiens de
la Génération Tonton (qui a dit C…C… ?) ne cultivaient plus beaucoup mais c’était leur
bon choix, et maintenant c’est pas sûr que les rosiers s’en remettent d’ici 2012.
                               L'important, c'était la rose. C'est mort.
Intello abonné(e) à Télérama à Noël dernier par belle-maman : « Post coitus, animal
triste ». Personne ne sait si c’est un livre ou un film mais ça fait toujours bien de laisser
tomber ça en fin de dîner en ville en prenant l’air très contrit (ou patrie, ça marche bien
aussi), juste avant de dire « il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte », comme on
se salue à New-York, en général.
         C'est "coitum", pas "coitus" ! Quand on n'a pas fait l'ENA, on ne fait pas le malin
                                   avec une langue étrangère !
Vrai(e) intello abonné(e) depuis ses 12 ans à Télérama Junior : « Tu n’est qu’un
homme, César ». Et comme Icare, tu marche trop près du ciel pour ne pas risquer de
tomber du Capitole avec ton oie (pas blanche, mais peu importe). Mais là, normalement
votre éditeur vous renvoie à votre MacBook ou en désintoxication. C’est pas grave
pour ce qu’il restera de droits d’auteurs après les impôts à cause du FMI (encore lui !)
et de la hausse du cours du papier (en plus l’Euro baisse à cause de cette regrettable
affaire, il parait) mais c’est un peu humiliant, comme ça doit l’être de se faire traiter de
p…, je suppose, quand on se lève tôt pour gagner avec un boulot socialistement
correct en un mois ce que de grands malades qui nous gouvernent mal (mâle ?)
dépensent pour 6 heures d’hôtel en sourcillant d’autant moins que c’est l’argent des
autres et qu’après-tout, ce n’est que l’équivalent d’un petit rétroviseur de grosse
Porsche (Ach, Gros Sport, quel malheur !). Mais ce serait cruel de laisser penser que
notre « ami » pourrait regarder les choses dans le rétroviseur dorénavant. La vie serait
trop (in)juste.
       C'est une oie du Capitole ça ? Ces politiciens voudraient nous faire avaler n'importe
                                 quoi, et sans rien payer en plus
Epique (non, pas EPIC, ça serait tendancieux, d’aucuns confondraient avec une
Mutuelle): « Ta vie, quel roman (à l’eau de rose) ! » te dira Bonaparte quand vous vous
	
                                                                                              37	
  
retrouverez en haut ou en bas, c’est incertain, qui lui aussi est sorti de route pour
n’avoir pas maîtrisé sa vitesse et ne pas s’être assez méfié de ses ennemis et ami(e)s
fidèles. « Tu as réussi ta vie, tu as eu une Porsche (en fait, c’était celle du communicant
qui va d’ailleurs pouvoir se payer la même Bugatti que les avocats s’il sort Popaul … du
guépier, de la guépière plus précisément), tu n’as guère mis d’eau dans ton grand vin
(Napo coupait son Gevrey-Chambertin, de fait c’est très bon et ça évite les effets
secondaires de l’alcool mais les puristes trouvaient cela « shocking » et l’ont puni en
l’envoyant déguster du bromure coupé à l’arsenic chez Hélène) et tu t’es quand même
tapé un max de super gonzesses sans même que ta régulière ne te coupe … les vivres
(le drame de Napo, c’était l’amour de et pour Joséphine, sinon il aurait pu réussir sa
vie, ne pas la passer à crapahuter sous la tente jusqu’à Moscou en plain hiver et ne pas
finir enfermé par et avec des gentlemen aux moeurs parfois suspectées même si la
présomption d’innocence est sacrée, honni soit qui mal y pense) » te dira-t’il pour te
consoler.
       Ceci dit, elle a un gros c..., cette caisse. On pourrait penser très fort que c'est une
                                          bagnole à gros c...
Martial : Tes ennemis galonnés diront virilement que « Qui a vécu par le glaive, périt
par le glaive ». No comment, quand on voit la tête de c… entriste de certains anciens
ministres de la défense et qu’on regarde combien de vraies guerres on a vraiment
gagnées depuis Napo, c’est hors sujet les kakis. Quant au glaive, il vaudrait mieux qu’il
fasse profil bas un moment. Vraiment.
                                 Même pas mâle, comme en 40 !
Politique : Les vrais « héritiers », de Tonton ou d’un château ou d’un nom ou d’un
diplôme, c’est à peu près les mêmes à part la couleur du maillot, ricanent (tant bien)
que bien mal acquis ne profite jamais. Mal acquis, c’est à dire gagné ou épousé (à leur
place), pas hérité dans cette vision du monde qui fait la différence entre notre Ancien
Régime à bout de palliatifs mais mollement confortable et le Far-West plus hype, voire
carrément Rock n’ Roll, mais où où l’on prend facilement une balle dans le dos, surtout
si l’on fréquente les saloons ou les chambres de certains hôtels. Ceci étant, entre les
Vets qui ont pris le temps de réfléchir un peu avant de dire n’importe quoi et les
communicants de droite qui ont vite et bien trouvé un slogan électoralement bien
troussé mais juridiquement et pratiquement prudent et moins macho-DSK-centré (« La
victime, c’est la France », c’est beau comme un camion antique, plus gallo-gaulliste tu
meurs, pour un peu ça donnerait envie de voter pour eux), certain(e)s politiques ont un
peu haussé le niveau jeu depuis les tartufferies d’hier et les joues dignement baissées
de Borloo en manque d’audimat après son déjeuner républicain, les larmes peut-être
sincère de Valls en attente de 2017 ou plus tard peut-être et pas en forme le matin, les
appels un peu tardifs à la « décence nécessaire » de la Mamyderme et l’illumination du
jour qui ne déçoit jamais de Sainte Chabichou du Poitou.
                                       Oui, ça sent le kloug
Cinéphile, tendance Kubrickien : allez voir l’expo à la cinémathèque de Paris-Bercy
même si vous avez bêtement raté la visite gratuite avec concert sympa et les cinéphiles
joyeusement déguisé(e)s en craquantes Lolitas ou en affeux d’Orange Mécanique
samedi dernier pour la nuit des musée (by ze way, on peut aimer ou non Jack Lang
mais la Fête de la Musique et ses avatars politiquement posthumes genre Nuit des
Musées, ça c’est l’esprit de la France qu’on peut aimer même si c’est pas niveau
World’s Champion’s League comme du temps de Pasteur ou des Curie où on inventait
des trucs sérieux vraiment utiles pour l’humanité). Ses plus grands films sont d’ailleurs
peut-être ceux qu’il n’a pas faits, comme l’excitant projet « Napoléon » et les

	
                                                                                               38	
  
émotionants « Petits Papiers » qu’il a emportés avec lui au-delà de l’écran, mais les
films qu’il nous a offerts (je n’ai pas écrit « qu’il s’est fait ») sont déjà formidablement
excitants. C’est comme DSK et Napo : sa vie, quel roman !, mais un peu inachevé.
         La vie est cruelle aux Rastignac, leur avenir dure ce que vivent les roses, et leurs
                             histoires d'amours finissent mal en général
Juste (c’est quoi le concept de justice ?) : Vous ne serez ni prophète, ni lapidé en votre
pays et finalement, une cellule, c’est comme un grand voile noir, c’est pratique pour
éviter les coups de soleil, comme une burqa pour mâle. Niqab, la sonorité du mot
rappelle quelque chose, non ?
       Maintenant que la villa de Ben Laden est libre, délocaliser le directeur-général du FMI
                         au Pakistan serait un bon principe de précaution
Téléphile tendance Dr House : Puberté 2.0 ? Enfant précoce, éjaculateur prodige ?
Priapisme sénile ? Bipolarisme sexuel ? Démon de midi ? En, tout cas, le cas et le K
sont graves.
          On pourrait essayer la castration chimique, mais c'est pas sûr que ça marche ...
Théatrophile : aucun titre ne me vient, le scenario est tellement impensable … Il
faudrait trouver un mélange de King Lear et de Vaudeville. Ou alors un opéra
Wagnérien genre le Crépuscule des Dieux monté façon Théâtre de Boulevard, mais ça
ne s’improvise pas en claquant des doigts comme on hèle une soubrette même si une
suite à 3000 dollars doit être assez grande pour mettre un orchestre et inviter quelques
walkyries.
       Ciel ! C'est le moins que l'on puisse en dire. Mais Soeur Anne, n'avais-tu pas vu venir
                                le coup depuis la meurtrière du riad ?
Sarcellien : (à dire avec un accent nasillard poitevin) : So-Li-Da-Ri-Te ! Une habitante
de Sarcelles anonyme d’une trentaine d’années, l’âge de celle qui semble être la
principale victime, espérait hier sur BFMTV « que cela va s’arranger pour lui ». « So Li
Da Ri Té » ! La justice, les droits de la femme, la vérité, c’est en option ? Le fanatisme
n’est pas un humanisme, même pour la bonne cause du local de l’étape.
       "Pitard" ? Vous avez dit "Pitard" ? Mais Business is Business, the Primaires and plus
                                       si affinités must go on !
Actors Studio (classe Jack Lang) : Cette nuit, Ophélia a fait passer DSK de la lumière à
l’ombre.
       A l'époque, on racontait déjà n'importe quoi et on faisait aussi pire voire pas mieux,
       mais avec panache, voire lyrisme
Factuel : cf un bon point dans Le Point http://lnkd.in/HhqdNZ
                                          Facts, just facts
Solférinesque (c’est comme théâtral ou jackiste, mais en moins bien, ou comme
sarcellien mais en moins sincère) : Non coupable (mais irresponsable, comme d’hab.)
                                       Ah ! l'amour ... vache
Lacanien : Cette nuit, Ophélia et Dominique ont fait vaciller les possibles … (pas le
temps de retrouver la scène de la déclaration d’amour de Marielle au bar mais celle là
est hilarisch aussi et pas tant hors de propos que ça, nicht ?)
Poète : « Selon que vous serez (im)puissant ou misérable … », on verra bien si l’adage
et les avocats font bien leur boulot. En rimaillage du 20è siècle, on aurait dit « selon que

	
                                                                                              39	
  
vous serez homme de pouvoir ou femme d’infortune … ». Et en slam 21è siècle ça
ferait plus ou moins « la vreupo meuf du Sofitel avec sa Lip en slip dans ta suite et toi
vite sans slip en 1ère dans le boeing sans même ton bip »)
Ballon : La troisième mi-temps, c’est sacré (coup ?). Et d’abord, elle était bien (la)
blanche ? En tout cas, c’est pas la première fois que la France se ridiculise devant le
monde entier avec un désastre et une histoire d’oreillers d’hôtel de luxe. Que « La
victime, c’est la France » comme disent les supporters (des) Bleus.
Cycliste : notre coureur n’aurait-il pas été victimisé à l’insu de son plein gré ? S’il a un
alibi suivi médicalement et un cancer des testicules comme tout le monde, c’est qu’il y
a un malentendu, ce qui peut arriver avec toute cette eau dans les oreilles, le
shampoing dans les yeux et en plus le costume qui était à défroisser sur le rideau de la
douche même que c’est pour ça qu’il était tout nu, notre champion (dans un hôtel à
3000 dollars, la blanchisserie est inabordable pour un simple fonctionnaire, surtout au
tarif week-end).
Présidentiel (ce n’est plus guère de circonstance en principe, mais on ne sait jamais) :
casse-toi !
       On a les lapins crétins des voitures à vivre, on a raté de peu le chaud lapin des
                                  limousines présidentielles
Parfumé au jasmin (dites le avec des fleurs) : Dégage !
       Si je montre une révolution et pas l'autre, je vais me faire des ennemis, surtout
       qu'avec le Festival de Cannes et celui de New-York, on n'a plus le temps de se
                               tuyauter sur les restes du monde
Journalistique : DSK Out (variante DSK Out ?) ; Coup de tonnerre sur la présidentielle ;
La débandade ; confusion ; l’impensable scenario … tout y passe bien sûr. La Palme
d’or revient, pour moi, aux Echos, avec belle photo sobre, très beau titre, pas de
lyrisme d’un bord ou l’autre ni ordurerie pas nécessaire. Marrant, personne n’a rien écrit
dans la rubrique des femmes écrasées, le journalisme n’est plus ce qu’il était. Sauf,
chez certains Anglais d’élite, où il est juste … comme toujours. Fair enough.
                                    So Chic, So British ...
Enfin, Desprogiens (putativement autant que possible en tout cas) : si je savais
terminer avec une touche d’ humour noir sur vraiment tout, je dirais que quand on ne
sait pas (se) conduire, on évite les voitures de sport un peu radicales et on reste à
l’arrière dans la limousine à vitres noires et sièges en cuir (l’adn s’y nettoie mieux ?)
cofinancée par femme et (con)tribuables, ou alors on laisse le volant à un vrai pilote
mais ça, on dirait que c’est en bonne voie … de garage.

Renaud Favier – 16 mai 2011 – www.renaudfavier.com

Le bonus : tout le monde hésite entre consternation et condamnation, sauf les grecs
qui rigolent mais c’est parce qu’ils n’aiment pas … le FMI (« honni soit qui mâle y
pense ») et Martine Aubry qui demande « de la décence » (elle réalise ce qu’elle dit et
qu’elle aurait mieux fait de suggérer à son homme de méfiance avant plutôt que donner
des leçons autres après et de ne même pas avoir un début de pensée pour la femme
qui pourrait être la victime, entre autre d’une certaine idée de la politique depuis que les
uns et les autres sont aux affaires avec pour succès principal d’avoir attiré les loups
aux portes de la ville ?). J’hésite, donc je suis, en espérant quand même que tout ça
n’est qu’un très mauvais film, que quelqu’un va rallumer la lumière avant la fin du
Festival de Cannes, si possible avec un happy end pour tout le monde.

	
                                                                                         40	
  
C’est fini pour aujourd’hui, en tout cas moi j’arrête parce que sinon avec le décalage
horaire, on n’en sortira pas d’ici demain, voire bien pire, de cette affaire. Et puis comme
BFMTV fait édition spéciale en direct permanent tandis que Twitter buzze à fond, il
suffit de laisser l’iPhone branché pour ne pas rater un épisode de « Tu n’es qu’un
homme, César », qui pourrait remporter la Palme, voire l’Oscar du plus mauvais film.
         P... 25 ans ! Ce serait quand même un scénario cata : comme il n'y a pas d'autre
       candidat crédible un tant soit peu sexy, Sarko devrait rester encore 5 ou 6 mandats !




	
                                                                                         41	
  
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2
Net Land Art 2

Contenu connexe

Tendances

#10mots 2014
#10mots 2014 #10mots 2014
New Box Magazine #137
New Box Magazine #137New Box Magazine #137
New Box Magazine #137
Gilles Rolland
 
Calendrier 2019 2020.def
Calendrier 2019 2020.defCalendrier 2019 2020.def
Calendrier 2019 2020.def
Crac's Auvelais
 
Nouvelle saison 2015/2016 au Crac's
Nouvelle saison 2015/2016 au Crac'sNouvelle saison 2015/2016 au Crac's
Nouvelle saison 2015/2016 au Crac's
Crac's Auvelais
 
New Box Magazine #143
New Box Magazine #143New Box Magazine #143
New Box Magazine #143
Newboxmagazine
 
Gazette-Festival-Mardi
Gazette-Festival-MardiGazette-Festival-Mardi
Gazette-Festival-Mardi
InfocomLeRoche
 
New Nox MAgazine #129 - juin/juillet 2016
New Nox MAgazine #129 - juin/juillet 2016New Nox MAgazine #129 - juin/juillet 2016
New Nox MAgazine #129 - juin/juillet 2016
Newboxmagazine
 
Gazette-5-week-end
Gazette-5-week-endGazette-5-week-end
Gazette-5-week-end
InfocomLeRoche
 
Dossier de presse automne(1)
Dossier de presse automne(1)Dossier de presse automne(1)
Dossier de presse automne(1)
Bâle Région Mag
 
Sourate al baqarah -en français
Sourate al baqarah -en françaisSourate al baqarah -en français
Sourate al baqarah -en français
Noor International
 
Gazette3-jeudi
Gazette3-jeudiGazette3-jeudi
Gazette3-jeudi
InfocomLeRoche
 
Interieur2o2o2o21 230620 slide
Interieur2o2o2o21 230620 slideInterieur2o2o2o21 230620 slide
Interieur2o2o2o21 230620 slide
Crac's Auvelais
 
Lpm 2015 complet-web
Lpm 2015 complet-webLpm 2015 complet-web
Lpm 2015 complet-web
aurdel
 
Les vétos
Les vétosLes vétos
Les vétos
Txaruka
 
Gazette-4-vendredi
Gazette-4-vendrediGazette-4-vendredi
Gazette-4-vendredi
InfocomLeRoche
 
Gazette2-festival-mercredi
Gazette2-festival-mercrediGazette2-festival-mercredi
Gazette2-festival-mercredi
InfocomLeRoche
 
Festival d'humour de Colmar 2019
Festival d'humour de Colmar 2019Festival d'humour de Colmar 2019
Festival d'humour de Colmar 2019
Bâle Région Mag
 

Tendances (19)

#10mots 2014
#10mots 2014 #10mots 2014
#10mots 2014
 
New Box Magazine #137
New Box Magazine #137New Box Magazine #137
New Box Magazine #137
 
Calendrier 2019 2020.def
Calendrier 2019 2020.defCalendrier 2019 2020.def
Calendrier 2019 2020.def
 
Nouvelle saison 2015/2016 au Crac's
Nouvelle saison 2015/2016 au Crac'sNouvelle saison 2015/2016 au Crac's
Nouvelle saison 2015/2016 au Crac's
 
New Box Magazine #143
New Box Magazine #143New Box Magazine #143
New Box Magazine #143
 
G26 8bitlane fr
G26 8bitlane frG26 8bitlane fr
G26 8bitlane fr
 
Gazette-Festival-Mardi
Gazette-Festival-MardiGazette-Festival-Mardi
Gazette-Festival-Mardi
 
New Nox MAgazine #129 - juin/juillet 2016
New Nox MAgazine #129 - juin/juillet 2016New Nox MAgazine #129 - juin/juillet 2016
New Nox MAgazine #129 - juin/juillet 2016
 
Gazette-5-week-end
Gazette-5-week-endGazette-5-week-end
Gazette-5-week-end
 
Dossier de presse automne(1)
Dossier de presse automne(1)Dossier de presse automne(1)
Dossier de presse automne(1)
 
Sourate al baqarah -en français
Sourate al baqarah -en françaisSourate al baqarah -en français
Sourate al baqarah -en français
 
Gazette3-jeudi
Gazette3-jeudiGazette3-jeudi
Gazette3-jeudi
 
Interieur2o2o2o21 230620 slide
Interieur2o2o2o21 230620 slideInterieur2o2o2o21 230620 slide
Interieur2o2o2o21 230620 slide
 
Lpm 2015 complet-web
Lpm 2015 complet-webLpm 2015 complet-web
Lpm 2015 complet-web
 
Les vétos
Les vétosLes vétos
Les vétos
 
Gazette-4-vendredi
Gazette-4-vendrediGazette-4-vendredi
Gazette-4-vendredi
 
Press reviews
Press reviewsPress reviews
Press reviews
 
Gazette2-festival-mercredi
Gazette2-festival-mercrediGazette2-festival-mercredi
Gazette2-festival-mercredi
 
Festival d'humour de Colmar 2019
Festival d'humour de Colmar 2019Festival d'humour de Colmar 2019
Festival d'humour de Colmar 2019
 

En vedette

Mondialisation / Globalization & French Exporters 2010
Mondialisation / Globalization & French Exporters 2010Mondialisation / Globalization & French Exporters 2010
Mondialisation / Globalization & French Exporters 2010
Renaud Favier
 
Sobre la declaración de nulidad de los despidos producidos en el consorcio de...
Sobre la declaración de nulidad de los despidos producidos en el consorcio de...Sobre la declaración de nulidad de los despidos producidos en el consorcio de...
Sobre la declaración de nulidad de los despidos producidos en el consorcio de...
Universidad Autónoma de Barcelona
 
Software[1]
 Software[1] Software[1]
Software[1]
guestaa3bac
 
HIF Paris 2014 - STORDATA - Success Story : Le stockage unifié associé à la v...
HIF Paris 2014 - STORDATA - Success Story : Le stockage unifié associé à la v...HIF Paris 2014 - STORDATA - Success Story : Le stockage unifié associé à la v...
HIF Paris 2014 - STORDATA - Success Story : Le stockage unifié associé à la v...
Hitachi Data Systems France
 
Leerpark en francais janvier 2014
Leerpark en francais janvier 2014Leerpark en francais janvier 2014
Leerpark en francais janvier 2014
Rob Hagens
 
Clases de palabras las mejores
Clases de palabras las mejores Clases de palabras las mejores
Clases de palabras las mejores
JOSÉ TOMÁS
 
Nueva esclavitud y trabajo forzoso. Un intento de delimitación conceptual des...
Nueva esclavitud y trabajo forzoso. Un intento de delimitación conceptual des...Nueva esclavitud y trabajo forzoso. Un intento de delimitación conceptual des...
Nueva esclavitud y trabajo forzoso. Un intento de delimitación conceptual des...
Universidad Autónoma de Barcelona
 
Reforma laboral. Un primer análisis jurídico del Dictamen del Consejo de Gara...
Reforma laboral. Un primer análisis jurídico del Dictamen del Consejo de Gara...Reforma laboral. Un primer análisis jurídico del Dictamen del Consejo de Gara...
Reforma laboral. Un primer análisis jurídico del Dictamen del Consejo de Gara...
Universidad Autónoma de Barcelona
 
Sécuriser votre mot de passe ! par Christophe Villeneuve
Sécuriser votre mot de passe ! par Christophe VilleneuveSécuriser votre mot de passe ! par Christophe Villeneuve
Sécuriser votre mot de passe ! par Christophe Villeneuve
Christophe Villeneuve
 
Les Caisses de nos vingt ans
Les Caisses de nos vingt ansLes Caisses de nos vingt ans
Les Caisses de nos vingt ans
Luc Berland
 
Realidad ..finalizado
Realidad ..finalizadoRealidad ..finalizado
Realidad ..finalizado
JOSÉ TOMÁS
 
Ciclodevidadelproyectoyorganizacin 130415100901-phpapp02
Ciclodevidadelproyectoyorganizacin 130415100901-phpapp02Ciclodevidadelproyectoyorganizacin 130415100901-phpapp02
Ciclodevidadelproyectoyorganizacin 130415100901-phpapp02
JOHN BONILLA
 
Fiche pédagogique Accès et production d'information
Fiche pédagogique Accès et production d'informationFiche pédagogique Accès et production d'information
Fiche pédagogique Accès et production d'information
Coraia
 
Presentacion BIOGAS 01
Presentacion BIOGAS 01Presentacion BIOGAS 01
Presentacion BIOGAS 01
Claudia Gomez
 
Une Ville- Montpellier
Une Ville- MontpellierUne Ville- Montpellier
Une Ville- Montpellier
Evely Garcia
 
Modelo De Referencia Osi Dana L P T
Modelo De Referencia Osi  Dana L  P  TModelo De Referencia Osi  Dana L  P  T
Modelo De Referencia Osi Dana L P T
dlpt
 
Edad moderna1
Edad moderna1Edad moderna1
Edad moderna1
pepe
 
Catalogues et outils de recherche pour les ressources documentaires à l’ULg ...
 Catalogues et outils de recherche pour les ressources documentaires à l’ULg ... Catalogues et outils de recherche pour les ressources documentaires à l’ULg ...
Catalogues et outils de recherche pour les ressources documentaires à l’ULg ...
François Renaville
 
Competencias docentes para el uso de las tic
Competencias docentes para el uso de las ticCompetencias docentes para el uso de las tic
Competencias docentes para el uso de las tic
Bladimir Estalyn Carrasco Vallejos
 

En vedette (20)

Mondialisation / Globalization & French Exporters 2010
Mondialisation / Globalization & French Exporters 2010Mondialisation / Globalization & French Exporters 2010
Mondialisation / Globalization & French Exporters 2010
 
Sobre la declaración de nulidad de los despidos producidos en el consorcio de...
Sobre la declaración de nulidad de los despidos producidos en el consorcio de...Sobre la declaración de nulidad de los despidos producidos en el consorcio de...
Sobre la declaración de nulidad de los despidos producidos en el consorcio de...
 
Software[1]
 Software[1] Software[1]
Software[1]
 
HIF Paris 2014 - STORDATA - Success Story : Le stockage unifié associé à la v...
HIF Paris 2014 - STORDATA - Success Story : Le stockage unifié associé à la v...HIF Paris 2014 - STORDATA - Success Story : Le stockage unifié associé à la v...
HIF Paris 2014 - STORDATA - Success Story : Le stockage unifié associé à la v...
 
Leerpark en francais janvier 2014
Leerpark en francais janvier 2014Leerpark en francais janvier 2014
Leerpark en francais janvier 2014
 
Clases de palabras las mejores
Clases de palabras las mejores Clases de palabras las mejores
Clases de palabras las mejores
 
Nueva esclavitud y trabajo forzoso. Un intento de delimitación conceptual des...
Nueva esclavitud y trabajo forzoso. Un intento de delimitación conceptual des...Nueva esclavitud y trabajo forzoso. Un intento de delimitación conceptual des...
Nueva esclavitud y trabajo forzoso. Un intento de delimitación conceptual des...
 
Reforma laboral. Un primer análisis jurídico del Dictamen del Consejo de Gara...
Reforma laboral. Un primer análisis jurídico del Dictamen del Consejo de Gara...Reforma laboral. Un primer análisis jurídico del Dictamen del Consejo de Gara...
Reforma laboral. Un primer análisis jurídico del Dictamen del Consejo de Gara...
 
Sécuriser votre mot de passe ! par Christophe Villeneuve
Sécuriser votre mot de passe ! par Christophe VilleneuveSécuriser votre mot de passe ! par Christophe Villeneuve
Sécuriser votre mot de passe ! par Christophe Villeneuve
 
Les Caisses de nos vingt ans
Les Caisses de nos vingt ansLes Caisses de nos vingt ans
Les Caisses de nos vingt ans
 
Realidad ..finalizado
Realidad ..finalizadoRealidad ..finalizado
Realidad ..finalizado
 
Ciclodevidadelproyectoyorganizacin 130415100901-phpapp02
Ciclodevidadelproyectoyorganizacin 130415100901-phpapp02Ciclodevidadelproyectoyorganizacin 130415100901-phpapp02
Ciclodevidadelproyectoyorganizacin 130415100901-phpapp02
 
Fiche pédagogique Accès et production d'information
Fiche pédagogique Accès et production d'informationFiche pédagogique Accès et production d'information
Fiche pédagogique Accès et production d'information
 
Presentacion BIOGAS 01
Presentacion BIOGAS 01Presentacion BIOGAS 01
Presentacion BIOGAS 01
 
Une Ville- Montpellier
Une Ville- MontpellierUne Ville- Montpellier
Une Ville- Montpellier
 
Modelo De Referencia Osi Dana L P T
Modelo De Referencia Osi  Dana L  P  TModelo De Referencia Osi  Dana L  P  T
Modelo De Referencia Osi Dana L P T
 
Edad moderna1
Edad moderna1Edad moderna1
Edad moderna1
 
Catalogues et outils de recherche pour les ressources documentaires à l’ULg ...
 Catalogues et outils de recherche pour les ressources documentaires à l’ULg ... Catalogues et outils de recherche pour les ressources documentaires à l’ULg ...
Catalogues et outils de recherche pour les ressources documentaires à l’ULg ...
 
Journee plm pres pole ecococneption
Journee plm pres pole ecococneptionJournee plm pres pole ecococneption
Journee plm pres pole ecococneption
 
Competencias docentes para el uso de las tic
Competencias docentes para el uso de las ticCompetencias docentes para el uso de las tic
Competencias docentes para el uso de las tic
 

Similaire à Net Land Art 2

Journal d'un créateur - Journal L'Express, Octobre 2015
Journal d'un créateur - Journal L'Express, Octobre 2015Journal d'un créateur - Journal L'Express, Octobre 2015
Journal d'un créateur - Journal L'Express, Octobre 2015
Double Sens
 
Naphnol's 901225
Naphnol's 901225Naphnol's 901225
Naphnol's 901225
bakoon
 
Malakocktail 61 (été 2010)
Malakocktail 61 (été 2010)Malakocktail 61 (été 2010)
Malakocktail 61 (été 2010)
Malakocktail
 
New Box Magazine # 135 - Juin/Juillet 2017
New Box Magazine # 135 - Juin/Juillet 2017New Box Magazine # 135 - Juin/Juillet 2017
New Box Magazine # 135 - Juin/Juillet 2017
Newboxmagazine
 
Nbm 125 web
Nbm 125 webNbm 125 web
Nbm 125 web
Newboxmagazine
 
Calatoria Spre Nicaieri
Calatoria Spre NicaieriCalatoria Spre Nicaieri
Calatoria Spre Nicaieri
lumcium
 
Riding motorbikes in country side 29
Riding motorbikes in country side 29Riding motorbikes in country side 29
Riding motorbikes in country side 29
RDM-ROW history
 
Naphtal's 910606
Naphtal's 910606Naphtal's 910606
Naphtal's 910606
bakoon
 
Claire barroisparisienprivé
Claire barroisparisienprivéClaire barroisparisienprivé
Claire barroisparisienprivé
cbarrois
 
Tout est Grivois à la Montagne
Tout est Grivois à la MontagneTout est Grivois à la Montagne
Tout est Grivois à la Montagne
Editions La Dondaine
 
"BIBOTE TXAPELKETA" - Jour 18 : Il était une fois dans le Sud-Ouest
"BIBOTE TXAPELKETA" - Jour 18 : Il était une fois dans le Sud-Ouest"BIBOTE TXAPELKETA" - Jour 18 : Il était une fois dans le Sud-Ouest
"BIBOTE TXAPELKETA" - Jour 18 : Il était une fois dans le Sud-Ouest
Bibote d'Haricot (vert, rouge ou blanc)
 
Zest n°76 - novembre 2016
Zest n°76 - novembre 2016Zest n°76 - novembre 2016
Zest n°76 - novembre 2016
Louise Rigollier
 
Entretien de vacances avec Maître François Glansdorff
Entretien de vacances avec Maître François GlansdorffEntretien de vacances avec Maître François Glansdorff
Entretien de vacances avec Maître François Glansdorff
JLMB
 
Mercanard #2 février
Mercanard #2 févrierMercanard #2 février
Mercanard #2 février
Mercu2014
 
Programme du 6 septembre 2012
Programme du 6 septembre 2012Programme du 6 septembre 2012
Programme du 6 septembre 2012
rcronne
 
Programme du 28 juin
Programme du 28 juinProgramme du 28 juin
Programme du 28 juin
mantoan
 
Programme Ciné du 5 au 18 Février 2014 // MCL de Gérardmer
Programme Ciné du 5 au 18 Février 2014 // MCL de GérardmerProgramme Ciné du 5 au 18 Février 2014 // MCL de Gérardmer
Programme Ciné du 5 au 18 Février 2014 // MCL de Gérardmer
actumcl
 
Entretien de vacances avec Maître François Glansdorff
Entretien de vacances avec Maître François GlansdorffEntretien de vacances avec Maître François Glansdorff
Entretien de vacances avec Maître François Glansdorff
JLMB
 

Similaire à Net Land Art 2 (20)

Journal d'un créateur - Journal L'Express, Octobre 2015
Journal d'un créateur - Journal L'Express, Octobre 2015Journal d'un créateur - Journal L'Express, Octobre 2015
Journal d'un créateur - Journal L'Express, Octobre 2015
 
Naphnol's 901225
Naphnol's 901225Naphnol's 901225
Naphnol's 901225
 
Malakocktail 61 (été 2010)
Malakocktail 61 (été 2010)Malakocktail 61 (été 2010)
Malakocktail 61 (été 2010)
 
New Box Magazine # 135 - Juin/Juillet 2017
New Box Magazine # 135 - Juin/Juillet 2017New Box Magazine # 135 - Juin/Juillet 2017
New Box Magazine # 135 - Juin/Juillet 2017
 
Nbm 125 web
Nbm 125 webNbm 125 web
Nbm 125 web
 
Calatoria Spre Nicaieri
Calatoria Spre NicaieriCalatoria Spre Nicaieri
Calatoria Spre Nicaieri
 
Reporters de presse
Reporters de presseReporters de presse
Reporters de presse
 
Riding motorbikes in country side 29
Riding motorbikes in country side 29Riding motorbikes in country side 29
Riding motorbikes in country side 29
 
Naphtal's 910606
Naphtal's 910606Naphtal's 910606
Naphtal's 910606
 
Claire barroisparisienprivé
Claire barroisparisienprivéClaire barroisparisienprivé
Claire barroisparisienprivé
 
Tout est Grivois à la Montagne
Tout est Grivois à la MontagneTout est Grivois à la Montagne
Tout est Grivois à la Montagne
 
"BIBOTE TXAPELKETA" - Jour 18 : Il était une fois dans le Sud-Ouest
"BIBOTE TXAPELKETA" - Jour 18 : Il était une fois dans le Sud-Ouest"BIBOTE TXAPELKETA" - Jour 18 : Il était une fois dans le Sud-Ouest
"BIBOTE TXAPELKETA" - Jour 18 : Il était une fois dans le Sud-Ouest
 
Zest n°76 - novembre 2016
Zest n°76 - novembre 2016Zest n°76 - novembre 2016
Zest n°76 - novembre 2016
 
Entretien de vacances avec Maître François Glansdorff
Entretien de vacances avec Maître François GlansdorffEntretien de vacances avec Maître François Glansdorff
Entretien de vacances avec Maître François Glansdorff
 
Mercanard #2 février
Mercanard #2 févrierMercanard #2 février
Mercanard #2 février
 
Programme du 6 septembre 2012
Programme du 6 septembre 2012Programme du 6 septembre 2012
Programme du 6 septembre 2012
 
Programme du 28 juin
Programme du 28 juinProgramme du 28 juin
Programme du 28 juin
 
Sp
SpSp
Sp
 
Programme Ciné du 5 au 18 Février 2014 // MCL de Gérardmer
Programme Ciné du 5 au 18 Février 2014 // MCL de GérardmerProgramme Ciné du 5 au 18 Février 2014 // MCL de Gérardmer
Programme Ciné du 5 au 18 Février 2014 // MCL de Gérardmer
 
Entretien de vacances avec Maître François Glansdorff
Entretien de vacances avec Maître François GlansdorffEntretien de vacances avec Maître François Glansdorff
Entretien de vacances avec Maître François Glansdorff
 

Plus de Renaud Favier

International Pme Diaporama 2011 Pdf
International Pme Diaporama 2011 PdfInternational Pme Diaporama 2011 Pdf
International Pme Diaporama 2011 Pdf
Renaud Favier
 
International Pme Diaporama
International Pme DiaporamaInternational Pme Diaporama
International Pme Diaporama
Renaud Favier
 
Icc Revue Echanges Sept 2010 Incoterms Complet
Icc Revue Echanges Sept 2010 Incoterms CompletIcc Revue Echanges Sept 2010 Incoterms Complet
Icc Revue Echanges Sept 2010 Incoterms Complet
Renaud Favier
 
Communication Politique RF 2002
Communication Politique RF 2002Communication Politique RF 2002
Communication Politique RF 2002
Renaud Favier
 
Christine Lagarde : Reboot France
Christine Lagarde : Reboot FranceChristine Lagarde : Reboot France
Christine Lagarde : Reboot France
Renaud Favier
 
Fiche Financement micro-Partis politiques
Fiche Financement micro-Partis politiquesFiche Financement micro-Partis politiques
Fiche Financement micro-Partis politiques
Renaud Favier
 
Coupe du Monde 2010 Le Bleu sauvé par les Rouges !
Coupe du Monde 2010 Le Bleu sauvé par les Rouges !Coupe du Monde 2010 Le Bleu sauvé par les Rouges !
Coupe du Monde 2010 Le Bleu sauvé par les Rouges !
Renaud Favier
 
Cahier Planète Pme 2010
Cahier Planète Pme 2010Cahier Planète Pme 2010
Cahier Planète Pme 2010
Renaud Favier
 
Planete Pme 15 juin 2010 Conference Et Gorgy Timing Prix Chine 2010
Planete Pme 15 juin 2010 Conference Et Gorgy Timing Prix Chine 2010Planete Pme 15 juin 2010 Conference Et Gorgy Timing Prix Chine 2010
Planete Pme 15 juin 2010 Conference Et Gorgy Timing Prix Chine 2010
Renaud Favier
 
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
Renaud Favier
 
Brésil 2010 Table Ronde Auditeurs Ihedn SãO Paulo FréDéRic Donier 17.03.2010
Brésil 2010 Table Ronde Auditeurs Ihedn   SãO Paulo FréDéRic Donier 17.03.2010Brésil 2010 Table Ronde Auditeurs Ihedn   SãO Paulo FréDéRic Donier 17.03.2010
Brésil 2010 Table Ronde Auditeurs Ihedn SãO Paulo FréDéRic Donier 17.03.2010
Renaud Favier
 
Salon Des Entrepreneurs 3 FéVrier 2010 Conference Export Powerpoint Rf
Salon Des Entrepreneurs 3 FéVrier 2010 Conference Export Powerpoint RfSalon Des Entrepreneurs 3 FéVrier 2010 Conference Export Powerpoint Rf
Salon Des Entrepreneurs 3 FéVrier 2010 Conference Export Powerpoint Rf
Renaud Favier
 
Cahier Acfci Cci International 3 Janvier 2010
Cahier Acfci Cci International 3 Janvier 2010Cahier Acfci Cci International 3 Janvier 2010
Cahier Acfci Cci International 3 Janvier 2010
Renaud Favier
 
Invitation aux Rencontres de l\'Export du 5 février 2010
Invitation  aux Rencontres de l\'Export du 5 février 2010Invitation  aux Rencontres de l\'Export du 5 février 2010
Invitation aux Rencontres de l\'Export du 5 février 2010
Renaud Favier
 
Note Rf Asian Financial Forum 2009 Hong Kong 20 Janvier 2009 Rev 2010 Lkdin
Note Rf Asian Financial Forum 2009   Hong Kong 20 Janvier 2009   Rev 2010 LkdinNote Rf Asian Financial Forum 2009   Hong Kong 20 Janvier 2009   Rev 2010 Lkdin
Note Rf Asian Financial Forum 2009 Hong Kong 20 Janvier 2009 Rev 2010 Lkdin
Renaud Favier
 
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
Renaud Favier
 
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
Renaud Favier
 
La société de Défiance - Comment le modèle social français s\'auto-détruit
La société de Défiance - Comment le modèle social français s\'auto-détruitLa société de Défiance - Comment le modèle social français s\'auto-détruit
La société de Défiance - Comment le modèle social français s\'auto-détruit
Renaud Favier
 
Prix Cci International Chine 2009 Cp Acfci 07 12 Rev Rf 3
Prix Cci International Chine 2009 Cp Acfci  07 12 Rev Rf 3Prix Cci International Chine 2009 Cp Acfci  07 12 Rev Rf 3
Prix Cci International Chine 2009 Cp Acfci 07 12 Rev Rf 3
Renaud Favier
 
Salon Micro Entreprises Octobre 2009 R Favier Pme Export & Chine V Rev
Salon Micro Entreprises Octobre 2009 R Favier Pme Export & Chine V RevSalon Micro Entreprises Octobre 2009 R Favier Pme Export & Chine V Rev
Salon Micro Entreprises Octobre 2009 R Favier Pme Export & Chine V Rev
Renaud Favier
 

Plus de Renaud Favier (20)

International Pme Diaporama 2011 Pdf
International Pme Diaporama 2011 PdfInternational Pme Diaporama 2011 Pdf
International Pme Diaporama 2011 Pdf
 
International Pme Diaporama
International Pme DiaporamaInternational Pme Diaporama
International Pme Diaporama
 
Icc Revue Echanges Sept 2010 Incoterms Complet
Icc Revue Echanges Sept 2010 Incoterms CompletIcc Revue Echanges Sept 2010 Incoterms Complet
Icc Revue Echanges Sept 2010 Incoterms Complet
 
Communication Politique RF 2002
Communication Politique RF 2002Communication Politique RF 2002
Communication Politique RF 2002
 
Christine Lagarde : Reboot France
Christine Lagarde : Reboot FranceChristine Lagarde : Reboot France
Christine Lagarde : Reboot France
 
Fiche Financement micro-Partis politiques
Fiche Financement micro-Partis politiquesFiche Financement micro-Partis politiques
Fiche Financement micro-Partis politiques
 
Coupe du Monde 2010 Le Bleu sauvé par les Rouges !
Coupe du Monde 2010 Le Bleu sauvé par les Rouges !Coupe du Monde 2010 Le Bleu sauvé par les Rouges !
Coupe du Monde 2010 Le Bleu sauvé par les Rouges !
 
Cahier Planète Pme 2010
Cahier Planète Pme 2010Cahier Planète Pme 2010
Cahier Planète Pme 2010
 
Planete Pme 15 juin 2010 Conference Et Gorgy Timing Prix Chine 2010
Planete Pme 15 juin 2010 Conference Et Gorgy Timing Prix Chine 2010Planete Pme 15 juin 2010 Conference Et Gorgy Timing Prix Chine 2010
Planete Pme 15 juin 2010 Conference Et Gorgy Timing Prix Chine 2010
 
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
 
Brésil 2010 Table Ronde Auditeurs Ihedn SãO Paulo FréDéRic Donier 17.03.2010
Brésil 2010 Table Ronde Auditeurs Ihedn   SãO Paulo FréDéRic Donier 17.03.2010Brésil 2010 Table Ronde Auditeurs Ihedn   SãO Paulo FréDéRic Donier 17.03.2010
Brésil 2010 Table Ronde Auditeurs Ihedn SãO Paulo FréDéRic Donier 17.03.2010
 
Salon Des Entrepreneurs 3 FéVrier 2010 Conference Export Powerpoint Rf
Salon Des Entrepreneurs 3 FéVrier 2010 Conference Export Powerpoint RfSalon Des Entrepreneurs 3 FéVrier 2010 Conference Export Powerpoint Rf
Salon Des Entrepreneurs 3 FéVrier 2010 Conference Export Powerpoint Rf
 
Cahier Acfci Cci International 3 Janvier 2010
Cahier Acfci Cci International 3 Janvier 2010Cahier Acfci Cci International 3 Janvier 2010
Cahier Acfci Cci International 3 Janvier 2010
 
Invitation aux Rencontres de l\'Export du 5 février 2010
Invitation  aux Rencontres de l\'Export du 5 février 2010Invitation  aux Rencontres de l\'Export du 5 février 2010
Invitation aux Rencontres de l\'Export du 5 février 2010
 
Note Rf Asian Financial Forum 2009 Hong Kong 20 Janvier 2009 Rev 2010 Lkdin
Note Rf Asian Financial Forum 2009   Hong Kong 20 Janvier 2009   Rev 2010 LkdinNote Rf Asian Financial Forum 2009   Hong Kong 20 Janvier 2009   Rev 2010 Lkdin
Note Rf Asian Financial Forum 2009 Hong Kong 20 Janvier 2009 Rev 2010 Lkdin
 
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
 
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
Copenhague Cop15 - Iepf - RéSumé Note De DéCryptage pour décideurs à Copenhag...
 
La société de Défiance - Comment le modèle social français s\'auto-détruit
La société de Défiance - Comment le modèle social français s\'auto-détruitLa société de Défiance - Comment le modèle social français s\'auto-détruit
La société de Défiance - Comment le modèle social français s\'auto-détruit
 
Prix Cci International Chine 2009 Cp Acfci 07 12 Rev Rf 3
Prix Cci International Chine 2009 Cp Acfci  07 12 Rev Rf 3Prix Cci International Chine 2009 Cp Acfci  07 12 Rev Rf 3
Prix Cci International Chine 2009 Cp Acfci 07 12 Rev Rf 3
 
Salon Micro Entreprises Octobre 2009 R Favier Pme Export & Chine V Rev
Salon Micro Entreprises Octobre 2009 R Favier Pme Export & Chine V RevSalon Micro Entreprises Octobre 2009 R Favier Pme Export & Chine V Rev
Salon Micro Entreprises Octobre 2009 R Favier Pme Export & Chine V Rev
 

Net Land Art 2

  • 1. . Net-Land-Art 2· Renaud Favier
  • 2. . Avertissement : Des liens électroniques, notamment les champs « fléchés » ou apparaissant en gras souligné ou en couleur dans le texte, renvoient soit vers le blog multimédia « Café du matin à Paris » sur www.renaudfavier.com, soit directement vers des contenus et sites internet mentionnés à titre d’illustrations ou de références. Ces éléments, publications et sites sont publiés par leurs auteurs, ils peuvent être modifiés, supprimés ou simplement interdits d’accès conformément aux régles et usages relatifs aux droits d’auteurs, ceci reflétant la nature volatile du « web ». L’auteur de ce guide d’orientation ne peut être tenu responsable, ni des contenus du web, ni de ceux du siècle, ni de la modification, suppression ou censure des uns ou des autres. Edition v 2.0 principalement électronique pour limiter l’empreinte carbone + 99 tirages © Renaud Favier, Paris Photo de couverture : « Net-Land-Art » © Renaud Favier Tous droits réservés pour tous pays Dépôt légal : … / en instance Juillet 2011 BnF I.S.B.N. : … / en instance Juillet 2011 BnF   2  
  • 3. Net-Land-Art 2.0 Guide interactif d’orientation dans le début du 21ème siècle à consommer de préférence avant avril 2012   3  
  • 4. « Ce siècle sera révolutionnaire » dit l’un « Mais la montagne accouchera de bactéries » répond l’autre « Renouvelables ! » espère le troisième larron   4  
  • 5. Ce 21ème siècle aurait pu commencer avant le 14 juillet 2011. Mais ça a encore raté. On savait depuis Copenhague que le futur n’est plus ce qu’il était et que le soleil se lève encore plus à l’Est et plus vite qu’on pensait. Mais c’était quand même difficile de prévoir que le seul truc bien avant les grandes vacances serait un vol de 10 minutes à l’arrache avant l’arrivée du public le dernier jour du Bourget pour Solar Impulse chargé à l’électricité plus ou moins nucléaire pour venir à Paris parce qu’il faisait gris à Bruxelles et encore plus pressé de repartir vers la Suisse qu’un exilé fiscal du bord du Lac Léman. C’était imprévisible que les seuls saltimbanques dont on parlerait au festival de Cannes seraient un scandinave provocateur et un Belmondo à bout de souffle tandis que même la rigolote de la météo de Canal raterait son show alors qu’il y avait Lady Gaga pour chanter « Judas » en direct. C’était « impensable » que des victimes présumées innocentes commettent la faute de goût de manger des truffes hors saison, ou l’erreur de sembler comploter au téléphone sur des lignes encore plus écoutées que la moyenne. C’était vraiment pas anticipable que Jorge Semprun tirerait sa révérence et nous laisserait nous indigner seuls avec Papy Hessel et un emploi fictif parti en vacances après avoir dénoncé on ne sait qui ni pourquoi ou pour quoi, et lui non plus apparemment (d’ailleurs même le microcosme semble hésiter et murmure, dans le secret des riads ou des mas, autant de noms d’un bord que de prénoms de l’autre). Le seul truc que les ours blancs, les tigres et les Indiens savaient d’avance, c’est qu’avec ou sans Fukushima, les candidat(e)s aux maroquins et autres sièges en velours de l’écologie de combat en donneraient pour leurs 10 euros aux « coopérateurs » EELVistes et que les si bien nommées « primaires » auraient comme un avant-goût de campagne 2012 avant même l’entrée des éléphants sur la scène du cirque électoral. Fallait le voir. Pour le croire. Ou le lire. Dans un livre électronique parce que c’est plus « développement durable ». Ou pas, parce qu’on n’est plus si sûr que le vrai papier ne soit pas plus responsable. Mais peu importe, Solar Impulse a volé au Bourget, cette fois le siècle commence. Ou pas ...   5  
  • 6. 1 (On est dans le) Bleu   6  
  • 7. ← Post-scriptum, animal triste ? 1981, 2007 et … Georges Clooney : Joyeux anniversaires → (Sup)Portez du Bleu, c’est tendance Publié le mai 6, 2011 par renaudfavier Le bleu est seyant (tel ment seyant ? essayant ?). Et comme disent les shadoks au bilboquet bleu : « en essayant continuellement, plus ça rate… ». Alors bonne chance, et comme dit le sportif à lunettes dans le Grand Bleu : « Si t’as pas d’autres chaussures …» By ze way, il a réussi à s'exiler ou pas l'acteur à lunettes du Grand Bleu ? Mais il ne faut pas être plus injuste que sévère, avec les Bleus, il y a des trucs qui marchent (on en a parlé à la télé hier, juste entre « Les Feux de l’Amour » et « Tournez Manège »). Et même que c’est un des joueurs les plus crédibles qui le dit. Bleu de France … Pour les déficits, les impôts ou les amendes, c’est le talent à l’état brut, le French flair, la créativité, l’imagination au pouvoir. Bleu pervenche … Pour causer dans le poste (et sûrement toucher des jetons de présence comme tout le monde, voir le consternant article de Libé hier sur un autre ancien fonctionnaire d’abord défroqué puis jeune retraité qui cumulerait presque 580 000 euros entre sa retraite de fonctionnaire, ses défraiements pour déjeuners aux conseils d’administration et un parachute doré pour avoir accepté de laisser sa place à un autre, pas sûr si c’est par an ou par mois, mais ça ne change guère l’odeur d’un argent dont d’autres ne verront pas la couleur, sauf s’il la grosse légume se fournit chez AMAP) chambrer et raconter des vannes vulgaires dans le vestiaire, on est les meilleurs (c’est comme le porc salue, c’est marqué dessus et il n’y a pas de date de péremption). Bleu pétrole … Le souci, c’est que comme on n’aime pas bien les étrangers, on joue surtout entre (contre les ?) Français. Ciel ! Parce que quand on propose au G20 des taxes mondiales sur la fortune des spéculateurs ou un impôt sur la grande richesse héritée des dinosaures qui urinaient du pétrole (ou faisaient d’autres trucs qu’il n’y a maintenant qu’à se baisser pour ramasser quitte à polluer un peu en passant) on ne fait pas un triomphe. Les goûts et les couleurs … Bleu profond … Le Grand Bleu version 21è siècle Et le but avec la main contre des Européens, ça ne peut pas marcher à chaque fois (surtout si « Nous savons » cafte à l’arbitre). Parce que quand on suggère aux Allemands de jouer aux déficits comme tout le monde ou aux Italiens de nous laisser acheter leurs entreprises « stratégiques », c’est comme si on demandait aux Chinois de réévaluer leur monnaie (dont on n’a toujours pas bien compris si c’est le Yuan, le Renminbi ou le Hong-Kong Dollar ou le Dollar point barre ou encore autre chose), normalement le but est refusé. Il n’y a guère qu’avec la Zone CFA qu’on arrive à faire jouer les autres avec nous et selon nos règles, mais ça ne durera pas 107 ans, surtout si les apparatchiks enregistrent leurs conversations d’après déjeuner arrosé, si les journalistes du foot s’emmêlent et si les politiciens s’occupent des chanteurs de la Marseillaise. Bleu light …   7  
  • 8. Le but contre notre camp, c’est plus facile et ça peut être la stratégie d’un coach un peu machiavélique, mais c’est comme le coup de boule devant un milliard de paires d’yeux, ça fait le buzz mais en général c’est un peu lapin-crétin quand même. Par exemple, quand on envoie (ou même pas) les amendes aux grands délinquants automobiles à plaques étrangères avec un timbre pour la France, ça marche moins bien. Même avec les exilés fiscaux qui sont pourtant juste de l’autre côté de la frontière (qui n’existe plus, d’ailleurs, mais ça c’est plutôt pratique et en principe ça devrait avoir permis d’économiser quelques factures d’éclairage de postes de douanes au nucléaire et d’envoyer quelques douaniers faire les policiers de proximité ailleurs. Non ?). Alors si Besancenot ne se présente pas aux élections, il pourrait au moins aller en vélo livrer les amendes aux bourgeois qui brûlent du diesel à 180 en placebo de viagra made in elsewhere by others for shareholders elsewhere sur l’autoroute Paris-Genève ou Paris Bruxelles. En écoutant « … c’est comme les cochons … » de Brel dans son walkman. On fait du Bleu, en Suisse ? sic transit ... Allez les Bleus ! C’est un mauvais moment mais ça va passer. Renaud Favier – 6 Mai 2011 – www.renaudfavier.com Le bonus : oh ! la belle bleue ! C’est fini pour aujourd’hui, mais on peut toujours aller chercher des liens qui jouent à cache-cache sur les images ou dans d’anciens billets ou lire Net-Land-Art 1.0 gratuitement sur le net si on a … le blues ou une envie urgente d’air de printemps plus frais, de ciel bleu plus nuancé (voire franchement bleu-vert), en cliquant ici.   8  
  • 9. 2 C’est la saison des madeleines   9  
  • 10. ← (Sup)Portez du Bleu, c’est tendance 8 Mai, Place de la République → 1981, 2007 et … George Clooney : Joyeux anniversaires Publié le mai 7, 2011 par renaudfavier Real Dream ? Les anniversaires, c’est bien pour quelques rebelles qui se croient éternels, mais pour la plupart de nous autres, « vaste programme ». Tout le monde n’a pas la chance d’avoir toujours vingt ans comme mes grand-mères (que Georges -Clooney, pas Marchais- embrasse). Real Dream ? Les filles de 20 ans et plus si affinités en raffolent, mais il faut quand même leur dire qu’à 50 ans cette semaine (Happy Birthday, Georges), Clooney a les préoccupations et les préventions de son âge : « Je préférerais encore subir un examen de la prostate en direct à la télévision par un gars qui a les mains très froides qu’avoir une page Facebook ». Il est très banal, limite vulgaire voire bling-bling, même sil est provisoirement plus jeune et définitivement moins « primaires » que de nombreux français plus ou moins juvéniles : « Je n’ai pas eu la bonne vie pour me lancer en politique. J’ai b*** trop de filles et pris trop de drogues« . On ne sait pas s’il a reçu sa Porsche noire pour son Happy Birthday mais personne ne peut contester que c’est un play-boy mûrissant sachant ne pouvoir plus compter … exclusivement sur son physique et qui joue bien le rôle du séducteur Américain plus ou moins sur le retour qui n’a pas vraiment d’ambition personnelle mais qui fait ce qu’on lui demande (surtout si Dieu lui propose un café à Paris et s’il y a des filles dans le film). OK, j'arrive pour vous faire plaisir, mais il faut que Delanoë mette un practice de golf et un parking Place des Vosges Et on ne peut pas lui donner tort, parce que la politique, ça use même si on ne se serre (sert ?) pas trop à l’arrière de la voiture. Il n’y a qu’à regarder le 10 Mai 81 qui a pris un gros coup de vieux du haut de ses 30 ans. Le colloque d’anniversaire au Sénat retransmis en direct à la TV sur Public Sénat était attendrissant avec en point d’orgue le discours d’ancien combattant écrit par une plume aussi besogneuse que certainement duement diplômée en administration de la France et lu mécaniquement par un valeureux ancien combattant, attendrissant mais aussi essoufflé que s’il avait grimpé la Roche de Solutré en courant derrière Roger Hanin, toujours aussi sémillant que Jack Lang et bronzé que Séguéla (by ze way, Georges Clooney doit avoir une Rolex à 50 ans, ne vous inquiétez-pas, il n’a pas fait de politique mais il n’a pas totalement raté sa vie). Les spectateurs enfoncés dans leurs profonds sièges bleus (ils auraient pu choisir une salle rose ou rouge, quand même) semblaient craindre de voir le comédien mourir d’ennui sur scène, mais rien n’arriva d’aussi théâtral : à part la petite blague d’Elkabach quand Ségolène a essayé de filer à l’anglaise après avoir avec son culot coutumier monopolisé le micro à audimat, et une vanne de Robert Lion (que personne n’avait reconnu, c’est d’autant plus injuste que c’était peut-être un des seuls dans la salle à avoir vraiment tenté et plus ou moins réussi quelque chose de conforme aux valeurs exhibées au « Peuple de Gauche » le 10 Mai 1981), tout ça était beaucoup moins   10  
  • 11. excitant que le livre de Moati sur Tonton, pourtant déjà pas mal mélo. Le chat, bien que bon public en général pour les vieilles gens qui caressent bien dans le sens du poil et ronronnent dans leur fauteuil, s’est endormi devant la télé, mais ça doit être parce qu’il n’est pas aussi habitué à la TV en noir et blanc que les supporters des Bleus (sur le patakes du foot, à suivre sur une des chaines spécialisées, ça change tout le temps). Real Dream ? Real Dream ! La politique, c’est usant, alors imaginez quand on est Président ! Pour ses 4 ans, après une crise mondiale, une fessée régionale et quelques guerres cantonales, ou l’inverse, ou pareil dans le désordre, peu importe, whatever doesn’t work avec ou sans Woody, la Sarko-présidence nationale semble mal en point. Mais sauf à ce qu’il y ait la moindre corrélation entre les sondages d’aujourd’hui et les votes de demain, ou l’inverse, ce qui serait inédit, rappelons qu’un seul Président de la République a réussi à ne pas se faire réélire depuis des siècles, et qu’il faut avoir de plus gros diplômes que celui d’avocat, et savoir jouer de l’accordéon mieux encore que du pipeau, pour réussir un tel prodige. Et puis l’autre Président américain aussi, on le disait fini pour 2012, et regardez ses sondages depuis que « Yes we can » a rappelé son bon souvenir aux victimes du 11 Septembre. Alors le plus probable, n’en déplaise aux primaires de tous bords (l’autre Nicolas le sait, mais on ne sait jamais, sur un malentendu …) est que le pauvre Nicolas Sarkozy, avec ses qualités et défauts comme tout le monde, soit condamné à encore 5 anniversaires à l’Elysée avec en cadeaux croche-pattes de ses amis et poignards dans le dos de ses ennemis, et vice-versa. Etre Président, c’est pas du gâteau (d’anniversaire). Real Dream ? Pendant ce temps, à 1 an, le Centre Pompidou de Metz se porte comme un charme. Décidément, ce Président pas comme les autres qui ne détestait pas s’offrir un plaisir en Porsche (un peu de bonheur n’est pas interdit messieurs les censeurs, à bons entendeurs d’autant que si l’autre Homme de Washington est élu, il se souviendra des crocs en jambe, sinon de ceux de bouchers …) mais roulait en Citroën (pas 2CV d’antiquaire démago, DS, voire SM) et rêvait une France en Concorde, il vieillit bien (lui). Nobody's perfect Mais certain(e)s le sont plus que d'autres Incroyable, mais vrai ! En tout cas c'est une des vérités Mais il serait très rétrograde de ne célébrer que les anniversaires du passé et on peut se réjouir d’avance d’en avoir bientôt fini avec les primaires abracabrantesques et cette campagne inutile. Un an, c’est vite passé, mais il peut quand même s’en passer des choses. Il suffirait que la légion ne saute pas bien sur Tripoli, que jamais 2 sans trois pour les 7 atomiques, que face aux choix entre le déshonneur et la Terre, les électeurs … Mais c’est impossible, bien sûr. Comme était impossible la victoire de Churchill (après , les électeurs l’ont jeté comme un malpropre, un peu comme de Gaulle en 68, parce qu’il faut savoir terminer une guerre et passer ou penser à autres choses, mais c’est une autre histoire, avec un moins grand « H », la politique avec de plus petits … « P »). En attendant, en Gaulle, impossible n’est pas .. Real Dream 2.0 (12 ?) Qu’est ce qu’il y avait dans ce gâteau d’anniversaire ? C’était vert, en tout cas … J’aimerais la même chose en 2012. Renaud Favier – 7 Mai 2011 – www.renaudfavier.com   11  
  • 12. Le bonus : parce que pour un anniversaire, il faut un cadeau, et celui-là marche pour tous les Présidents passés, présent et futurs, alors Clooney peut aller se faire chauffer un café pour bobo sur l’allume-cigare de sa Porsche, il n’y aura pas de photo publicitaire avec lui sur ce blog tant que ses capsules ne seront pas sérieusement vertes et équitables et responsables et tutti quanti comme il faut. D’ailleurs, elles risquent d’être menacées comme de vulgaires espèces en voie de disparition, l’an prochain quand les petits zoms verts auront au moins un ou deux secrétariats d’état d’où ils pourront essayer de faire tomber quelques têtes polluantes qui dépassent en faisant voter par une assemblée des projets de loi que l’autre dévotera avant que les décrets d’application sur papier recyclé n’aient été livrés par la Poste (en vélo) dans les Régions pour y être mises au pilon par d’autres assemblées, d’autres loi, d’autres vélos dans d’autres têtes parce que « we recycle », avec ou sans Saint Georges et ses dragons … Nicolas 2.0, vite ! C’est fini pour aujourd’hui, mais comme c’est le week-end, on a le temps de lire Net- Land-Art juste avant qu’il fête son premier … mois sur le net. Sinon, on peut toujours essayer d’autres liens ou d’autres images bien sûr, il y en a pour tous les fous goûts dans le gâteau la nature.   12  
  • 13. ← 1981, 2007 et … Georges Clooney : Joyeux anniversaires   Cannes, France : quel cinéma ! → 8 Mai, Place de la République Publié le mai 8, 2011 par renaudfavier !Le 8 Mai est un jour de souvenir. Des bons et aussi pas mal de mauvais, mais il y a prescription. Honorons les « Justes » et regardons devant. !Place de la République, une bière et un journal au soleil à la terrasse du bistrot d’un joli petit village à 100 km de Paris. La fontaine a été refaite, elle est moche mais il y a de l’eau malgré la sécheresse et c’est un bonheur de l’entendre chanter. Le journal « La République du Centre » ne joue pas la surenchère de catastrophes ou de pipoleries attrape-audimat, c’est rafraichissant, d’autant que la lecture du papier du Point sur « Ceux qui ruinent la France » fait plutôt chauffer le sang. Dont acte, ils ne l’emporteront pas en Porsche au Paradis, j’espère. En attendant, c’est une jolie Renault cabriolet qui est garée entre « ma » table et la médiathèque du village, juste de l’autre côté de la route (délicieusement exonérée de véhicules nuisibles ou pas, grâce à des travaux de voirie). Comme quoi il n’y a pas que les pousse-au-crime à 4 roues made in elsewhere dans la vie, c’est d’ailleurs ce que semblait penser un ancien Premier Ministre tellement citoyen qu’il avait acheté une R19 avec des droits d’auteur avant de se retirer de la vie politique sur un malentendu, lui… Droits d’auteur, droit de hauteur … Enfin, je n’ai de leçon à donner à personne, j’ai pris une Carlsberg à un bar nomme Borsalino et je me la coule douce au soleil. !Mais de toute façon, les autres marques de bière du bistrot appartiennent à des actionnaires étrangers et sont brassées par des machines avec du houblon importé et de l’eau dont les agriculteurs ont plus besoin que les brasseurs. Et puis si j’étais vraiment un mauvais citoyen, je ne serais pas allé applaudir les discours à la cérémonie du 8 Mai, je serais resté sous mon parasol comme tout le monde. !La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a pas vide-grenier dans le coin ce dimanche alors rien n’empêche de reprendre une bière européenne, la prochaine urgence, c’est ce film qui a été primé chez Redford au festival de Sundance et qui se joue ce soir au délicieux petit Cinéma Paradiso du village. By ze way, j’espère qu’il touche quelques miettes des subventions, indemnités, primes, émoluements et autres joyeusetés évoquées dans l’article du Point sur les gâchis de la République pas perdus pour tout le monde (daté du 21 avril, ça ne s’invente pas) que je lis avec 15 jours de retard mais qui hélas reste probablement d’actualité !Dommage que le marchand d’autres journaux ait fermé à 12h30, mais de toute façon le magazine de l’homme moderne a helas cessé de paraître il y a des siècles. C’est d’ailleurs pour ça que c’est pas mal de vivre au pays des vide-greniers, on n’est pas gêné par les grèves de l’aristocratie ouvrière (d’après Le Point, c’est comme ça que le Syndicat du Livre s’auto-surnomme) pour aller chercher son journal. Pour autant, on n’est pas plus certain de le trouver, et ce serait très injuste de jeter la pierre aux ouvriers du Livre, d’ailleurs en voie de disparition, parce qu’il y a bien plus désespérant(s) dans le concours de laideur, d’incivisme assumé et de vol caractérisé présenté par le Point qui, en dépit de son actionnariat, n’hésite pas à signaler entre beaucoup d’autres hélas, troisieme fois hélas, quelques turpitudes mineures des   13  
  • 14. actionnaires en général, des surfeurs fiscaux en particulier. !Le Renard, finalement, par rapport aux prédateurs à deux pattes, c’est presque un agneau même s’il a la vie de Château. Renaud Favier – 8 Mai 2011 – www.renaudfavier.com !C’est fini pour aujourd’hui   14  
  • 15. 3 Le temps des festivals   15  
  • 16. ← 8 Mai, Place de la République 10 mai : on a les anciens combattants qu’on mérite → Cannes, France : quel cinéma ! Publié le mai 9, 2011 par renaudfavier L’affiche est belle. Le Président est connu d’avance et certains seconds rôles (ou 3èmes, voire moins) ne sont pas à la hauteur mais le luxe, même artificiel, de la France de Cannes (pas de petite Porsche ou mesquineries) nous fera oublier bien des épines de vies … Comme souvent, des films importants seront hors compétition pour faire du buzz sans devoir payer une semaine à l’hôtel au prix d’une Porsche toutes options et parce que la vedette est surbookée. Comme toujours, des guignols laisseront un peu de leur esprit critique dans les 3èmes mi-temps et autres soirées peu arrosées (la sécheresse) mais stupéfiantes quand même. Pour autant, tout le monde ne perdra pas la tête. Le jury devrait en principe rester sobre pour être assez chameau, ou l’inverse. Mais comme personne ne les reconnaitra dans la rue, en fait ils pourront faire ce qu’ils veulent (ou plutôt ce qu’ils pourront s’offrir aux tarifs haute-saison avant l’heure). On pourra poser un certain regard sur tout ça (ça noir, ça blanc) sans cesser de (se) répéter que la vie est un miracle malgré tout (et rien d’autre, mais c’est une autre histoire) même si des fois, vraiment, c’est à lever les yeux très haut au ciel. Et puis ça sera une occasion de voir une dernière fois de la neige au Kilimandjaro, même s’il y a peu de chance qu’elle gagne. Et pour ceux qui n’arriveraient même pas à se faire inviter à une projection en catégorie « un certain regard », ceux qui ne garent qu’une petite diesel dans la rue derrière l’entrée principale du palace en espérant revenir la prochaine fois avec un macaron pour avoir droit au voiturier, parce que c’est la crise, on a même prévu un low-cost corner (où ça sera moins frime mais peut-être aussi bien pour beaucoup moins cher, comme pour les bagnoles) Anyway, happy end ou pas, vive le Président ! By ze way, quelqu’un se rappelle qui a gagné la dernière fois ? Probablement pas un chef d’oeuvre, sinon on en aurait entendu parler. Renaud Favier – 9 Mai 2011 – www.renaudfavier.com Le bonus : ceux qui n’ont même pas gagné la dernière fois tellement ils étaient nuls (et c’est pas comme aux Oscars, nos losers à nous, ils sont vraiment à la ramasse), mais attention, certains esprits primaires sont capables d’essayer de revenir. C’est fini pour aujourd’hui (et depuis un moment, maugréeront les bégueules)   16  
  • 17. ← Cannes, France : quel cinéma ! 10 mai 1981 2.0 : Siegfried est mort ! → 10 mai : on a les anciens combattants qu’on mérite Publié le mai 10, 2011 par renaudfavier Le 8 mai, c’était le souvenir des Justes. Mais on a oublié l’Histoire. Le 9 mai, la fête de l’avenir. Mais on a oublié l’Europe. Le 10 mai, c’est l’anniversaire de ma grand-mère. Sa génération est à l’hospice mais comme il y a des élections bientôt, on pense aux anciens. Avant, c'était le Général de ... Bénouville, puis on a eu un clo(w)ne du Général ... de Gaulle pour les promesses aux anciens combattants dans mon arrondissement. Maintenant ... : tout fout l'camp (pourvu que !) ma pauv' dame Pour faire plaisir aux militants un peu tristus des débats des primaires qui n’ont pas de voiture (on a raté sa vie si on n’a pas une Porsche très nettement au-delà de 50 ans ?) pour aller aux célébrations et patienter les amateurs de fictions qui ne peuvent se payer un hôtel au festival de Cannes, #PS a eu la bonne idée de faire un lipdub sur mai 81 . C’est sur le web comme ça les électeurs pas invités aux cocktails #PSviendezcommesvousetesle10maimaisseulementsurinvitationetavecducirageapomp es qui ont internet peuvent s’habituer aux têtes et discours des volontaires pour 2012 et plus si affinités (législatives d’après la présidentielle, cantonales new-look ou sénatoriales ou municipales – ou whatever doesn’t work mais donne une retraite et aide les imprimeurs amis politiques et les vendeurs de panneaux zélectoraux mais on n’a rien inventé de mieux que la démocratie, sauf peut être d’autres démocraties qui marchent moins mal mais elles parlent étranger ou pire, allemand, voire plusieurs langues comme en Suisse alors déjà que nous on a du mal avec le(s) Français … – mais aussi et surtout la présidentielle 2017, ou 2022, ou 2027 ou plus tard, peu importe, plus ça rate et plus ça finira bien par réussir, comme pour le bilboquet des shadoks, et pendant ce temps ils/elless ne sont pas au RSA ou au RMI dont auquel se causent dans le poste un djeun inconnu souriant du parti d’en face et la rigolote qui avait perdu la coupe du monde quand elle s’occupait de sport ou d’on ne sait plus très bien quoi mais ça n’a aucune importance). En attendant demain les courts métrages à Cannes, il y a déjà sur les zécrans « 10 mai, le retour » ( http://www.dailymotion.com/PartiSocialiste#videoId=xim9nf ). Objectivement (ah! le vocabulaire du bon vieux temps du programme commun …), c’est mieux que la chanson #PS de la dernière fois et moins nul que le lipdub que les djeuns quinquagénaire et plus si affinités du parti d’en face avaient fait avec leurs téléphones portables en revenant d’une manif en TGV (de sénateur …). Le plus désarmant de sincérité (?), c’est Harlem Désir (d’Avenir ?) qui se souvient qu’il prenait le métro à l’époque et que la France pouvait encore voyager en 1ère classe. C’était avant que l’importation massive de Berlutti, belles voitures dépassant les limites de vitesse et de décence et rétro-commissions par les apparatchiks (de tous bords, il ne faut pas tirer sur une seule ambulance) ne ruinent le Parti pays. By ze way, ça fait longtemps qu’on n’a plus reparlé du surclassement de Ségo pour son très indispensable saut de puce électoral au Chili, ça doit être parce que son tourisme en   17  
  • 18. doudoune blanche sur la muraille de Chine avait vite caché la forêt chilienne, ou parce que les peu nécessaires voyages à Abidjan de vieux permanents du Parti ont banalisé les vols (honni soit qui mal y pense) irresponsables mais pas coupables très à l’avant des avions. Tout le monde ne peut pas voyager en avion privé comme un entraineur de petits bleus ou d’autres grands serviteurs de la République qui ont des amis (donc pas d’inquiétude à avoir, leur promotion dans la « Rouge » sera peut-être un tout petit peu décalée, mais il faudrait vraiment qu’ils aient aussi collaboré avec des ennemis très très odieux pour se faire dégrader, voire retirer la médaille pour services rendus … à la Nation, what else ?). http://www.dailymotion.com/video/xiik45_le-10-mai-81-d-harlem- desir_news Tiens, à Bruxelles (ou Strasbourg, on ne sait jamais avec l'Europe) il est "orange" : coalition avec le Modem ? La plus fidèle à l’esprit délicieusement militant du temps jadis (C’est Paul Quilès, je crois, qui avait dit un truc du genre : « … car il ne suffit pas de dire que des têtes vont tomber, il faut dire lesquelles ! ») ce qui est tout à son honneur car l’état-civil la crédite de moins d’années que ses idées, c’est l’excellente secrétaire nationale à l’immigration qui se rappelle avec émotion avoir chanté l’Internationale à la cantine du lycée Paul Valéry (ne pas rater l’occasion de placer une référence aux racines dans la circonscription, mais surtout pas de citations de Paul Valéry qui n’était pas particulièrement socialiste, et même pas politicien, juste un intellectuel … juste qui a notamment écrit « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles »). On pourrait y voir une certaine idée de la laïcité de l’école publique mais ce serait manquer d’humour et surtout de prudence au cas où le mentor (honni soit qui mal y lit) serait élu et renverrait l’ascenseur à des porteurs d’eau (d’os ?) plutôt que d’ouvrir le jeu (de vilains ?) à d’anciens opposants selon l’assez choquante mais « objectivement » assez pertinente mode politique en vigueur. By ze way, ce serait meilleur pour ma carrière que les futurs zélus favorisent ceux qui ont dit du mal d’eux, comme je ne suis guère plus avare que sectaire … En tout cas, elle « On devrait l’inviter en soirée! » comme a écrit quelqu’un qui a assez d’humour pour la suivre sur Twitter (moi, je ne peux plus, ses collaborateurs informatiques ont activé une fonction anti- gêneurs à mon encontre, amusich nicht pour la secrétaire à l’immigration, pour ne rien dire de la tolérance ou des libertés de pensées ou paroles qui sont en principe défendues par la République, sinon par « Le Parti »). http://www.dailymotion.com/video/xiika1_le-10-mai-81-de-sandrine-mazetier_news Mais si, elle a été zélue (c'est curieux ce goût pour l'orange au Parti), il faut dire que le parti d'en face avait tout fait pour ouvrir @PS en parachutant l'homme aux patins à roulettes. Et si c'était pas exprès, bravissimo ! Bon, c’est mal de se moquer et surtout, je n’ai pas le temps ce matin d’essayer de savoir qui sont les autres acteurs du lipdub du 10 mai que je n’ai pas reconnus. Mais si on veut plus d’info, on peut toujours essayer de s’incruster à une des manifs @PS aujourd’hui (sauf à Château-Chinon où c’est complet, même le local de l’étape pourtant médiatique ne pourra pas faire de discours électoral hommage sur l’estrade à primaires éléphants). Si ce matin 10 mai 2011 on n'est pas invité(e) sur l'estrade à 50 ans, on a raté ses primaires #PS #2012 Souvent, il n’y aura que du jus d’orange et des crackers à l’huile de palme et il faudra écouter des litanies archéo-progressistes de vieilles dames du PS (patronnesses aussi, mais moins) comme à une vraie réunion de vrais gens de gauche, mais ça ne doit pas être trop difficile de trouver des tartufferies #PS plus luxueuses, avec boissons à bulles   18  
  • 19. faisant marcher l’industrie agro-alimentaire française et petits fours au poisson d’élevage bio délicatement roulés sous les aisselles des employés au SMIC (déclarés, ou alors c’est par militantisme) de fournisseurs militants. http://www.mon10mai.fr/evenements C'est mignon, on croirait que c'est fait par des militants et pas par une bonne web- agence de com Le Père Noël est une ordure, c’est aussi un film (une pièce, avant) d’autour de 1981, non ? Du temps où Anémone (et Anne-Aymone) étai(en)t drôle(s). Je me demande s’il y aura du dubitchu au cocktail du 10 mai qu’il y aura sûrement quelque part dans le 12ème arrondissement ? En fait, la pièce est de 1979 et le film de 1982 mais quand même il fallait croire au Père Noël le 10 mai 1981 C’est klug ! Mais on en mange même sans faim, voire sans fin parce que c’est donné avec amour, non ? Sinon, on n’est pas obligé de chanter l’Internationale avec des éléphants crocodiles larmoyant la bouche pleine (full of it, aussi) et on peut préférer penser au 10 mai 1981 et à François Mitterrand autrement. Même si on sait qu’il est mort, le poète … Respects. Renaud Favier – 10 Mai 2011 – www.renaudfavier.com Le bonus : parce qu’un 10 mai sans Jack Lang, ce n’est juste pas possible, même si ce n’est plus tout à fait celui qui s’écriait en 1981 : « nous sommes passés de l’ombre à la lumière » C’est fini pour aujourd’hui, et ça vaut bien une minute de silence.   19  
  • 20. ← 10 mai : on a les anciens combattants qu’on mérite Cannes 2011 : tout ce que vous voulez savoir sans oser le demander → 10 mai 1981 2.0 : Siegfried est mort ! Publié le mai 11, 2011 par renaudfavier Allo ? Siegfried est mort ? Je suis allé acheter un bouquin vers la Bastille hier en fin d’après-midi. A pied, parce qu’avec le concert, le quartier était incirculable. Comme Dr House finit tard, j’ai pris une bière et levé un peu le … pied, le nez et les oreilles pour sentir l’air … du temps. De 1981. Lieber Amazone als Amazon ! A la librairie, le tome 2 annoncé pour le 7 … avril n’est toujours pas arrivé. Et même pas possible de le commander parce qu’en fait c’est l’éditeur qui est en retard (ou l’auteure, ou l’imprimeur ou le fabricant de papier ou … qui sait ?). Peu importe. La jolie libraire de la délicieuse librairi(r)e (et vice-versa) est tellement adorable que même pas ça m’énerve alors que quand même c’est pour ça que j’ai fait 2 bornes à pied en semi- courant sous le cagnard parce que la Terrasse de Gutenberg ferme en principe autour de 19h ! L'Europe nous sauvera. Mais l'éléphant, c'est juste parce que c'est le 10 mai A l’autre jolie librairie qui ferme à 20 heures et où les jolies libraires sont aussi adorables, ils ont le tome … 1 que je ne comptais pas lire par esprit de contradiction mais faute de grives sur l’Arbre à Lettres, on doit faire avec l’ortolan avant d’aller écouter-voir ailleurs si les merles honorent convenablement Tonton. Au bistrot qui est juste à coté de la librairie rue du faubourg Saint Antoine, parce que la vita e bella, pas de problème de livraison en retard. On entend un genre de café littéro-politique à l’étage d’une oreille, les premiers sons de la fête à la Bastille de l’autre. « Le Parisien » est délicieux au comptoir, bien mûr à cette heure un peu avancée. Enrichi des regards de dizaines de lecteurs passés avant moi. Comme un bouquin de bibliothèque qui sent bon le papier usé. C’est pas meilleur, mais différent de l’odeur de l’encre trop neuve, plus harmonieux. La bière, elle, est fraîche. C’est bien. Image pieuse pour zélote tonton-manique La place est tout en harmonie d’un soir. On croirait presque en les forces de l’esprit de 1981 en voyant l’affiche, la nomenklatura au soleil couchant sur notre terrasse et la lumière dorée sur les miroirs bien opaques de l’opéra (d’un peu plus de quatre sous mais François Mitterrand n’était pas homme à compter et les abonnés bénéficient sinon du RSA ou du RMI, encore que …, de tarifs subventionnés en général). L'important, c'est la rose, mais il faut aussi avoir du coeur entre les oreilles sous le casque derrière les lunettes Le concert 2.0 a commencé avec un rappeur. Qui en demandant « Et ça va dans la salle ? » a déclenché un micro tsunami des trois ou quatre drapeaux des jeunes socialistes militants et une émotion dans le public encore clairsemé et occupé à Twitter (moi, j’ai tenté un Foursquare mais le Mayorship de la place de la Bastille, c’est pas facile). Ensuite, un DJ en cravate et lunettes qui ressemble à un speaker du journal de   20  
  • 21. Canal+ a mis son MacBook en route et les paroles ont un peu perdu en poésie militante. Le panneau vers le TGV pour le Luberon est mal entretenu, l'époque est aux voitures étrang(èr)es et aux avions privés En attendant la danse des éléphants (encore en train de dîner, probablement pas ensemble), des filles des Inrocks habillées en orange Modem font la promo du numéro spécial « mai 81″ et leur concurrentes en rose distribuent des tracts pour le Solidays de fin juin. Les Djeuns se trémoussent mollement devant les affiches de la Fnac sur le son sponsorisé par Bergé et Pigasse (ça entre dans les comptes de campagne de quelqu’un cette sauterie #PS #2012 ? Quelqu’un sait si les artistes militants chantent bénévolement ce soir ?). Quelque part à Lutèce, un village gaulois irréductible ... J’ai dû me tromper de place, ou d’époque. C’est vendredi 13, Place d’Aligre, l’hommage à Tonton. Près de la « Maison des Ensembles » où des bobos dînent ce soir pendant que ça joue au foot sur la place, devant le marché où ça tractera bientôt pour les primaires. Belle Epoque ? Quelle Epoque ! Vie antérieure ? (& vice-versa) En attendant (entendant ?), le son du 10 mai s’éloigne, assourdi comme un souvenir d’un temps que les moins de 30 ans, les moins de 50, les moins de 70 … que seuls des plus de 60 revendiquent en héritage, en tout cas Les Bourgeois, c'est comme ... (c'est Brel qui le dit) Le temps des premiers (primaires ?) copains qu’on salue avec … art (lard ?). Façon Sun Tzu, pas Brassens, question d’époque. Voir, surtout loin, n'est pas donné à tous Entre la Bastille et la Place d’Aligre, l’Institut de la Vision : il faudrait y programmer un passage obligatoire pour tous les candidats à l’héritage. D’autant que le bâtiment est magnifique, en écho aux miroirs (aux alouettes ? aux vanités ?) de l’opéra. Ce qui est un joli paradoxe, mais c’est encore plus beau quand c’est inutile, comme pour ce type qui essaye de voler presque comme un oiseau et qui vient de réussir sa traversée du Grand Canyon. http://www.tdg.ch/yves-jetman-rossy-reussit-traversee-grand-canyon- 2011-05-10 . L'albatros ? Mais je m’égare, cela n’a rien à voir avec le concert du 10 mai. Quoique, à deux pas de la Bastille, on trouve aussi la délicieuse « Maison du Cerf-Volant » (honni soit qui mal y pense qu’il n’y a pas que les cerfs qui volent et que les plus cornus ne sont pas ceux que l’on pense -ou panse- on est … au-dessus de ça). Bleu, c'est aussi la couleur du ciel, nul n'est imparfait Mais le plus adapté aux petites musiques de nuits plus belles que certains jours en mai 81 et mai 2011, c’est incontestablement l’excellente « Maison de l’Oreiller », 100 mètres plus loin, à peine. Adresse pas confidentielle sur l'oreiller Sinon, si on est assez courageux pour marcher jusqu’à la mairie du 12ème, on trouve une sorte de « candle in the night » très réussie mais sans le son, qui rappelle le bon temps, pas celui des fleurs, celui où le pouvoir d’achat d’électricité n’était pas à crédit et où la lumière nucléaire était politiquement correcte.   21  
  • 22. 30 ans (et quelques poussières) ça mérite plein de bougies ! Les stakhanovistes pourront pousser à l’Est jusqu’à la porte de Charenton où l’Espace du même nom, après avoir ressuscité les banquets républicains, célèbre aujourd’hui … un hier, voire un avant-hier que ceux de moins … d’au moins 80 ans ne peuvent connaître. Mais au pays de Voltaire, de François Mitterrand et des vieux ors du Luxembourg, il faut que des fonctionnaires cultivent le jardin du Sénat. C'est pas la saison des vide-greniers plutôt ? A l’Est, rien de nouveau ? Renaud Favier – 11 Mai 2011 – www.renaudfavier.com Le bonus : un peu d’optimisme lyrique entre le son du passé (à gauche, la fête de la Bastille) et le son dépassé (à droite, l’opéra Bastille) : il y a des nuages gris foncé mais il ne pleuvra ni même ne tonnera ; on économise l’électricité (ou alors elle a été coupée par les créanciers ou par les anti-nucléaires) mais demain sera un autre jour et le génie est toujours là-haut. Et les lampadaires (lampes à huile, dans le quartier) ressemblent à des albatros, non ? Le génie tente de s'échapper, rattrapez-le ! C’est fini pour aujourd’hui, et pourtant, il y en aurait à dire, pas seulement sur la France du 10 mai (1981 ou 2011, peu importe, c’est du presque pareil au quasi-même, juste un peu moins bien et nettement plus cher), d’ailleurs, parce qu’il y avait quand même mieux que « Saga Africa » pour penser à mai 1981. Noah a gagné en 1983 mais Bob, DCD le 11 mai 1981, rebelle aussi mais dans un autre registre, a plus de fans mélomanes sur Facebook. Et Siegfried est mort depuis longtemps, alors tant qu’à mettre de la musique en conserve sur écran, autant en choisir de la vraiment bonne mais pas trop vieille dans la tête pour chanter « Salut, l’artiste« . Le lion est mort en 1981 ... le 11 mai   22  
  • 23. 4 Quel cinéma !   23  
  • 24. ← 10 mai 1981 2.0 : Siegfried est mort ! Festival de Cannes : le cinéma politique, mais aussi le rêve → Cannes 2011 : tout ce que vous voulez savoir sans oser le demander Publié le mai 12, 2011 par renaudfavier Mais où est Jean-Paul Belmondo ? Sur la densité en Porsche (ou mieux) au mètre carré ou qui couche(ra) avec qui(s), lire les journaux. Pour Gaga live chez Denisot et la photo Polaroid, ça doit être en podcast chez Canal. Sinon, il y a quelques trucs à savoir pour ne pas passer pour un(e) inculte au café. C'est pour la bonne cause, honni soit qui à Porsche y pense D’abord, pour mettre fin aux rumeurs, le film de Woody avec Carla et sa baguette n’est pas (trop) nul. Parce que c’est Woody. Ni (très) grandiose, parce qu’Audiard qui s’y connait un peu en ciné et aimait bien Paris l’a bien (pré)dit : « on en parlera encore dans 100 ans, mais… sur ses vieux jours, il avait un peu faibli ». "Depuis qu'Annie Hall m'a largué, le monde est devenu flou, mon psy me le répète chaque semaine depuis 40 ans" Enfin, c’est pas nul mais c’est quand même juste un honnête remake des « Belles de Nuit » que René Clair avait tourné dés 1952 sur grosso modo le même concept avec entre autres Gina Lollobrigida et Gérard Philippe qui sont quand même un peu des vraies pointures dans le milieu. René Château lambine pour la sortie en DVD mais on doit pouvoir le trouver en K7 vidéo sur eBay et il y a quelques bons extraits sur Youtube. Sinon, le mieux ce serait de manifester devant le Sénat pour obtenir qu’un bon ciné du quartier nous programme un festival du merveilleux René Clair (et aussi pour l’abolition du statut de fonctionnaire jardinier sur concours mais c’est un autre film, où on rit aussi mais un peu jaune et où les acteurs sont bien amortis) qui n’a pas filmé que « Sous les toits de Paris« . Mais revenons à nos moutons cannois, on est déjà en retard d’un an … "Santé !", parce que ça le vaut bien Donc, le truc essentiel d’hier, c’était The World’s Global Lady Gaga avec son nouveau tube « Judas » en direct live (ça veut probablement dire un peu en playback ou avec un petit rab de son, on est en 2011, c’est fini le temps où Jésus prêchait sans micro dans le désert) sur la (magnifique) terrasse du Martinez de Denisot. A la question « n’est ce pas un peu blasphématoire ? », elle a bien réussi sa vanne joliment préparée (on est en 2011, à part Chevènement et Bachelot, plus personne n’improvise rien à la TV sinon on risque des procès ou de la prison si on n’a pas une bonne QPC et quelques VIP dans la poche, d’ailleurs même la jolie rigolote canadienne qui fait la météo au grand journal a raté son coup en direct et si le public ou Gaga avaient été vaches et si les sévices corporels publics sur les femmes n’étaient pas interdits dans les pays encore un peu civilisés en 2011, ils aurait exigé une fessée en direct sur le -joli- derrière qui n’avait pas   24  
  • 25. gonflé comme prévu) en répondant que le seul sacrilège de la chanson c’était de mélanger du Lacroix (sic) et du Chanel dans son clip : elle a un grand nez mais un humour ravageur, des fringues hilarantes (sauf la robe en steaks, ça c’était trop même pour moi qui ne suis plus ou moins végétarien que depuis que j’ai fréquenté une fanatique du brocoli sans sel) et une énergie folle, ça doit être topissime un dîner avec elle, il faudra que je lui propose même si j’ai cru comprendre dans l’interview qu’elle ne porte pas que du N°5 la nuit. (nb non, c’est pas la phrase la plus longue ou la plus tarabiscotée du blog, y’a mieux ailleurs, notamment dans le e-book Net-Land-Art). (Très) Grand Festival, Très Grand Journal, ça mérite les applaudissements ! Judas live au Grand Journal (ou alors l'interview) L'interview au Grand Journal (ou alors Judas live) By ze way, le mystère est résolu de pourquoi Dr House qui était en France n’était pas comme tout le monde au dîner d’ouverture avec toutes les jolies femmes en 31 light à Cannes hier soir : c’est que Hugh Laurie faisait un concert à Paris et que Dr House n’aurait raté ça pour rien au monde (de toute façon, il est casé officielement avec sa patronne et je suis sûr qu’il est secrètement amoureux du canon qui a la maladie de jesaiplukiton en ce moment dans la série qu’ORTF1 nous offre le mardi). Il faut dire que Hugh, c’est un sacré numéro et qu’avec lui aussi ça doit être fameux, un dîner, même si pour le coup, pour ce qui me concerne, je suis moins curieux de savoir s’il dort en N°5, ou s’il dort, ou si whatever works, ou si pas. Nb n’ayez pas peur, House a beau être payé 272 000 euros par épisode d’après BFM qui s’y connait en salaires, ça m’étonnerait que le plan RP de l’album de Laurie ne prévoie pas un saut de puce à Cannes : on est en 2011 et même Woody Allen n’ose plus oser rester jouer dans son Club pendant le Festival. Enfin, le truc à vraiment savoir c’est où dormir « in stail-le » (style, en Djeun) si on n’a pas pêcho une star qui a une chambre sponsorisée, de préférence avec balcon vue sur mer, dans un des palaces officiels (les esprits forts vont en hélico, ou en -très- beau bateau pour ceux qui ont vraiment du stail-le mais qui n’aiment pas dormir en mer, à celui qui est sur une île un peu au large où il y a encore plus de jardiniers qu’au Sénat mais où les clients sont légèrement plus jeunes. A peine. Et plus riches. Significativement. Quoique avec les retraites dorées des fromages de la République et la sociologie des zélus, à part Mélenchon, tout le monde a une Rolex, voire plusieurs pour celui qui les collectionne et qui a bien dû réussir à se faire ré-élire à une ou plusieurs assemblée à indemnités confortables comme tout le monde …). Le mieux, si on a un cyclo (Cannes est ingarable pendant le Festival) ou un hélico, c’est le camping de Nas les Pins, à une petite trentaine de bornes. Calme, même pas le bruit de la mer qui dérange, une pataugeoire où boire sous les étoiles la bouteille de champagne chipée dans la caisse d’une livraison pour un cocktail, du wifi et des bungalows avec terrasse pour 5. Résa : http://www.vacances- directes.com/fr/camping/fiche.php?idcamping=110 mais il faut probablement être pistonné par un producteur pour un emplacement au jardin avec accès direct à la piscine à cette période. Il faut passer un concours pour avoir le droit de cultiver ce petit coin de jardin au soleil ? Pour les restaurants, il n’y a pas vraiment de bon plan, si on n’est pas invité aux dîners VIP à 50 ans (à 34 ou 40 berges près, on ne va pas chipoter l’âge du homard géant servi aux 650 convives du dîner d’inauguration hier) et si on n’a pas des poches plastifiées et des petits pots à confiture vides pour chiper du caviar sans se détruire la veste, c’est qu’on a raté sa vie ou qu’on a bêtement oublié à la maison les fringues   25  
  • 26. « spécial cocktail ». By ze way, si on n’ose pas le smoking blanc avec la Rolex à 50 ans plus ou moins des poussières, c’est qu’on a raté sa vie de publicitaire conducteur de Porsche International VIP. Comme Gandhi, ils filent leur coton eux-mêmes ? (sinon, c'est du mauvais) Bon, c’est pas tout mais il faut que j’aille acheter le disque de Dr House. Ou de Hugh Laurie, ou les deux. Ou l’inverse. Ou autre chose et plus si affinités en faisant bien gaffe à ne pas me faire refiler un navet d’une homonyme à voix (voie ?) sponsorisée par un (autre) puissant parrain au sens musical aiguisé, même qu’il a chanté dans un lipdub de Djeuns. Mais il n’y aura pas l’album de Lady Gaga qui ne sort qu’à la fin du mois. Comme quoi, on peut mieux compter sur les acteurs de cinéma que sur les chanteuses. Dommage. J’aurais tellement aimé compter jusqu’à N°5 en l’écoutant … Renaud Favier – 12 mai 2011 – www.renaudfavier.com Le bonus : puisqu’on parle de N°5 et de stars de cinéma, C’est fini pour aujourd’hui. Le Président vous salue bien. Et je dis "Vive la France !" mais quel dommage que Jack ne soit pas là   26  
  • 27. ← Cannes 2011 : tout ce que vous voulez savoir sans oser le demander Paris (Cannes) : Mars Attacks Vendredi 13 ? → Festival de Cannes : le cinéma politique, mais aussi le rêve Publié le mai 13, 2011 par renaudfavier Aargh ! Le -trop- long billet que je m’étais amusé à rédiger pour une « discussion » sur Linkedin a disparu ! Avalé par un gremlin d’Internet ou censuré par ComPol le fantôme ? Dommage, le coup (coût) de la baguette de Carla au Festival m’avait inspiré. Hilarisch, nicht ? ricanerait Desproges. Peut-être, mais c'est presque du Beaudelaire quand même ! Anyway, « c’est comme cela » aime dire un ancien Président ami de 30 ans (ou plus maintenant) de ComPol (Communication Politique) à la française. "Oula ! Je ne me souviens pas avoir dit ça, il faut poser la QPC à mes avocats" J’y écrivais schématiquement, en trop de mots pour tenter de reprendre tout ce dont j’avais négligé de faire une copie à l’encontre de toutes les règles du copy-writing publicitaire, que tout est réclame et communication en politique, et vice-versa, ou le contraire, ou pas, on s’y perd. Publicité clandestine pour Lucky Strike ? Qu’au pays de la loi 1901 et du carrefour du développement, la thèse du bénévolat des spin-doctors gaulois, fussent-ils de campagne (électorale ou pas) mériterait la médaille du CNRS (ou un rapport parlementaire, mais ça, c’est de la blague politique, qui me fait auto-rire asssez jaune d’ailleurs, pas un truc pour ComPol). On murmure quand même que la Porsche, c’était celle d’un des jeunes publicitaires pas trop mal payés du candidat du Peuple de Gauche, comme quoi si ComPol est aussi fantôme que la politique du pire, il fait bien vivre quand même … Spin-Docteur Livingstone Schweitzer House Folamour Goebbels, I don’t dare suppose ? "De la blanquette de Limoux à son cocktail du 10 mai ? Ce Hollande est impayable, le fils naturel de Yo-Yo l'austère et de Rocky le polaire ! Allez, roulez les électeurs petits bolides !" Qu’au pays du téléfoot et des grandes messes (l’opium du peuple, vaste programme), les zélecteurs du dimanche sont hybrides entre les supporters et les fidèles et que ComPol vise moins à les éclairer ou les accompagner un bout de chemin vers un vivre ensemble plus durable qu’à assurer qu’ils croient et votent ce qu’on leur dit, font comme on leur raconte et pas comme on fait et achètent au prix fort leur billet pour le stade (ou leur permis de pêche, l’abstention c’est pratique et de toute façon il n’y a pas de place pour tout le monde dans le stade parce que l’entrepreneur ami n’a pas respecté le cahier des charges et a rabioté sur les matériaux que ses ouvriers ont en plus un peu gaspillés parce qu’ils n’ont pas été formés et comprennent mal le Français et qu’un élu en pré-campagne leur a commandé un rond-point à crédit alors que le stade n’était pas fini, moins encore payé) sans s’occuper ni du catéchisme, ni de la stratégie du coach (les pourpres réussissant mieux et plus durablement que les bleus, me semble-t’il) ni surtout de cultiver le jardin au risque d’y déterrer des enveloppes,   27  
  • 28. voire des cadavres que ComPol est entre autre là pour faire oublier. Amen (amène ?). Si je mets un dessin sur le foot ou la religion, ou celle du concours administratif pour faire jardinier fonctionnaire au Sénat, je vais me faire des ennemis Qu’au pays de la fête de à la Bastille et du Festival de Cannes, entre la cross-com du Mathieu des Inrocks, l’achat d’indulgences par le Papy Zinzin des moutons qui a bien réussi sa carrière d’ouvrier, le vrai-faux suspens autour de « la conquête » (tiens, ça fait quête c… à l’envers, amusich, nicht ?), la coup (coût) de la baguette de Carla, c’est un épi … phénomène, voire épi-buzz d’ailleurs d’autant mieux réussi que ses adjoints de ComPol ont été assez malins pour lui conseiller de marcher sur l’eau en ne venant pas plutôt que de nager dans la mer de 350 paires de poitrines joliment décolletées (souvent un peu décérébrées disent certains des invités mâles avant d’ajouter que ce n’est pas pour ça qu’ils ont amené leur sandwich, de toute façon, entre le homard compatissant et le champagne militant) par les ouvriers militants du textile (by the way, si on sponsorisait les robes de cocktail comme les maillots de foot ou les tee-shirts ?). Si je mets une photo de pingouins au dîner inaugural, une Porsche ou une blague sur les femmes, je vais me faire des ennemis Mais ComPol, c’est comme Père Noël, il n’existe pas. En tout cas, pas au Festival où on buzze sur « La Conquête » après avoir primé Moore (Michael, pas Roger) pour un documentaire sur une autre vérité qui dérange sans beaucoup démanger sous les draps de soi(e) des palaces dont on ne se lasse pas (Palace, pas Pallas comme une bagnole de beauf sans Rolex qui a raté sa vie, faut pas prendre les communicants et les politiques pour des conducteurs du dimanche sur les petites routes de campagnes en guimbardes pour/de collaborateurs). Pas au pays des (frères) Lumières et de Voltaire (et d’Ubu et des shadoks…) Une certaine idée de ... mais de quoi ? La civilisation ? La politique ? Les cocktails à Cannes ou ailleurs ? 2012, peut-être ? Bon, c’est pas tout ça, mais il faut que j’aille voir comment la commissaire politique fait de la réclame pour sa marque de lessive en surfant sur son sondage d’experts sur le bénéfice net de l’immigration pendant que ma ministre préférée fait un exercice de nage synchronisée tête en-bas sur le rebond des clignotants verts de la croissance tandis que la présidente d’un machin public local (pléonasme ?) se plaint qu’un notable même pas de l’île aurait dit quelque chose sur la Corse (elle est pas belle ma soeur ?), genre sur un châtaignier qui serait tombé sur un cochon sauvage sponsorisé par l’Europe, ou un truc vache sur les grèves de la SNCM ou sur le taux de 4/4 made in partout sauf en France des colons et qui roulent au diesel sur-subventionné par la rance des Colons entre deux rond-points qui ne mènent nulle part les Français colons mais sont aimablement co-financés au bénéfice des btpistes locaux par la métropole illégitime et l’Europe continentale, ou vice-versa, coalisées pour le sous-développement durable de la Corse, ou pas, en tout cas c’est très grave. Si je mets une photo sur la Corse, la grève de la SNCM, la grève du RER, les riads outre-mer ou les arnaques aux subventions, je vais me faire des ennemis Anyway, ce vendredi est à marquer d’une pierre multicolore dans les annales de ComPol qui n’existe pas, la preuve c’est que l’UMP a fait récemment repeindre (en crème et gris du meilleur effet pour 2012, mais pourquoi deux couleurs comme si le Parti n’étais pas absolument uni, voire comme s’il était un peu bipolaire comme on dit maintenant parce que schizo ça faisait « malade » ou intello, pas bien en tout cas, l’opposition pourrait prendre le parti d’en rire) la devanture de sa permanence dans mon quartier, et que c’est de l’art gratuit, voire de l’artisanat méritant bon pour l’emploi   28  
  • 29. tendance Potemkine, pas cuirassé, village (avec un léger soupçon de clientélisme parce que le peintre ne devait pas être inscrit au Parti d’en-face). Mais l’art, c’est pas de la pub. Jamais jamais jamais Un peu de clientélisme vers les femmes ne peut pas faire de mal (mâle ?) en attendant que je retrouve la photo de la permanence de l'union pour la majorité présidentielle Bon Casual Friday Renaud Favier 13 mai 2011 – www/renaudfavier.com Le bonus : le cinéma, des fois, ça élève le débat. C’est moins glamour mais c’est bien aussi, c’est comme les films d’Al Gore ou de Michael Moore. Même si en 2011 on préfère vraiment quand il y a des BBFPDSLS (Belle Blonde à Forte Poitrine Dénudée Sous Le Soleil) et des BEPECQCDB (Brute Epaisse Pas Exagérément Cérébrée Qui Casse Du Bois), ou au moins un UCCIFE (Ultra Crétin Complètement Incapable de Faire l’Enquête) pour ceux qui aiment le genre « l’Enquête Corse … », tant qu’à rester dans les films pas terribles mais avec les proches du Président. C’est fini pour aujourd’hui (et le plus important, c’est le vol de Solar Impulse de Bertrand Piccard qui a décollé de Suisse pour Bruxelles vers 9h malgré la grève du RER. Pour plein de raisons. Pour le respect. De l’avenir. Du présent. Du passé aussi, parce que je l’ai lu hier à l’expo gratuite à l’Hôtel de Ville de l’autre Bertrand (Delanöe) sur la Commune de Paris. Il cite Hugo dans son mot de bienvenue aux visiteurs de cette expo très recommandable même pour qui n’est pas génétiquement fan de Louise Michel ou zélote des barricades : « Les souvenirs sont nos forces. Quand la nuit essaie de revenir, il faut allumer les grandes dates, comme on allume des flambeaux « . Ce qui est bien avec la famille Piccard, c’est qu’elle est ancienne mais pas con…gelée et qu’elle rallume des flambeaux d’hier et de demain, pas comme d’autres héritiers d’un autre siècle, pas très réussi(s), que leurs avocats et/ou conseillers ont sorti du formol. Ils nous aident à changer d’air, d’ère peut-être. Même si ComPol ou pas, les Bertrand ne sont que peut-être que justes … juste d’un peu plus purs esprits que d’autres. Va savoir … Va voir … Oui, les rêves volent (aussi) de nuit ps : cette fois je copie-coller avant de cliquer, non pas que j’ai gravé les Tables de la Loi mais quand même, ça gave grave d’être censuré avant même d’avoir pris le café par les gremlins de Big Brother ou pire, des apparatchiks matinaux de little brothers.   29  
  • 30. ← Festival de Cannes : le cinéma politique, mais aussi le rêve Acte manqué à New-York ? On a les tsunamis qu’on (me)hérite → Paris (Cannes) : Mars Attacks Vendredi 13 ? Publié le mai 14, 2011 par renaudfavier !Si Orson Welles avait encore de l’humour, il serait invité par Denisot et nous ferait un gag en direct de la Terrasse du Martinez comme tout le monde. Ceci dit, la guerre des mondes, on y est presque, on s’est fait une petite peur des OVNI sur la ville hier à Paris 11ème. Les petits hommes verts s'attaquent à la Présidence ! Mon Dieu ce n’est pas de la science-fiction, c’est un Festival les élections ! On a repéré le spatiodrôme des petits hommes verts (ils font Happy Hour aussi chez les Martiens) Il sont nombreux, prêts à sortir de l’ombre pour la guerre des primaires Ils ont des plans et des techniques éprouvées "Sur certains sujets, je n'ai pas encore les idées très claires ..." Leur chef est accusé de rester dans l’ambiguïté, voire d’être flou "les ingénieurs du nucléaire, y'en a qui sont de bonne foi, mais Fukushima, c'est la démonstration de trop" Mais c’est un esprit éclairé (à l’électricité responsable) et un homme debout, droit dans ses bottines en peau de truc équitable achetées avec des monnaies complémentaires sociales (pour gagner les primaires, il faut travailler les sujets pour EELVistes canal historique et autres Evajolistes, c’est après qu’il faudra rassurer les indécis pas trop radicaux des gauches plurielles voire les bobos plus près des centres -mon Dieu, faites qu’ils ne soient pas trop lobomedemisés-, en leur caressant les cheveux dans le sens du poil nettoyé au shampoing Ushuaïa). "dans un an on pourrait etre surpris en bien" (nb la vraie formule du bord du Lac c'est "déçu en bien") Qui s’assoit, un peu acrobatiquement si nécessaire, sur les préjugés des autres, les pessimismes auto-destructeurs et accessoirement sur … le tabouret de bar du café sympa « L’alimentation Générale » rue Timbaud. Et sans superstition sur le vendredi 13. On les aura ! On va les hacher menu ! Mais attention, c’est pas une patate ! Il est pas beaucoup plus épais qu’une frite mais c’est peut être une fusée à énergie solaire au look un peu space mais efficace, comme l’avion de Bertand Piccard et le building du « Plein Soleil ». Maintenant, le Père Noël fait le tri sélectif des ordures mais des fois il se trompe vraiment de numéro pour SOS Détresses Amitiés s'il écoute la Mamy Zinzin des gauches Le café politique dans un quartier Djeun, c’est sympa et dynamique, même si certains verts et assimilés ont des « fondamentaux » et des références un poil (aux pattes) plus   30  
  • 31. archéos que leur look et leur filmographie ne le laisserait penser. Renaud Favier – 14 mai 2011 – www.renaudfavier.com Le bonus : chez EELV et chez à peu près tous les partis (de) notables, on s’inquiète, on paranoïse, on a la palpitant qui s’affole, y’en a même qui se préparent des nervousse brèquedaonnes comme on dit au cinéma. Pourtant, Nicolas, en tout cas celui qui fait du parapente, il est à preuve du contraire humain même s’il a bossé à la télé, et pas méchant même s’il a été sponsorisé par des flous : c’est un envahisseur bienvenu. C’est fini pour aujourd’hui , chat suffit, c’est l’heure du déjeuner et puis d’un … café, si possible équitable et un tant soit peu bio. Et pas trop politisé, parce que la politique c’est quand même indigeste, pas très naturel, un peu amer, ou alors trop sucré, non ? "C'est le chat" (une bonne vieille blague qui fait toujours rire, puisqu'à Cannes et en politique c'est depuis un bon moment devenu "show business is a serious business" ps : Paris Cannes, c’était un jeu de mot bien sûr : « pas ricane ». Hilarisch, nicht ? Non ? Bon.   31  
  • 32. 5 Palme d’or au Martinez Sofitel !   32  
  • 33. ← Paris (Cannes) : Mars Attacks Vendredi 13 ? Tu n’es qu’un homme, César … → Acte manqué à New-York ? On a les tsunamis qu’on (me)hérite Publié le mai 15, 2011 par renaudfavier Nuit du musée des horreurs pour DSK ? Et dans le vice-versa ? Pas de pot au rose sans feu au Sofitel ? Gros rose qui tâche ? Goutte de trop et larmes à gauche ? On ne prête qu’au riche à Wall Street ? Manip à Manahattan ? No future ? Quel embarras, ce gros … titre ! Qui ne barrit mot consent ? C'est un peu gênant comme situation, mais ça en fait rigoler (jaunes ?) certain(e)s. Jusqu’à ce matin, je pensais que les communicants de DSK cherchaient à faire exploser le plus de vieilles mines possibles avant la campagne des primaires (moi, c’est pas la Porsche, ni même le riad sur quoi j’aurais commencé, d’ailleurs, mais ça doit être parce que j’ai bossé à Bercy), quitte à casser quelques oeufs pour préparer l’omelette, et que ses adversaires de tous les bords en profitaient pour lancer avec un humour un peu potache quelques grenades amicales qui ne s’usent que si l’on ne s’en sert pas. Mais là, Z(ad)ig danse quand même d’un pas(sé) lourd. This is Polcom au pays de Voltaire, (et dans le vice versa ? no future ?) C’aurait été de bonne guerre politique de la part de l’héritier le plus crédible du François Mitterrand de la double vie, de l’Observatoire, des ortolans auxquels on ne regarde pas les dents ni qui les a payés (ou braconnés), dont les communicants ne sont pas les plus mauvais de la place, ainsi qu’en témoignent, sinon leurs exploits, leurs amours … automobiles (auto-mobile, c’est une vocation de réussite sociale, pas un sacerdoce). Parce que l’important, c’est qu’on cause. Nouvel otage français: depuis hier chez des extrémistes américains (après 20 ans à Solférino) C’aurait été de bonne guerre de la part du camp bling, qui est tout sauf mauvais en stratégie de conquête, de bombarder du ciel vers un hôpital privé (qui se fout de la charité), de tirer sur une ambulance (Porsche ?) plus bling encore une bonne fois pour toute, pour disperser le rival du riad façon puzzle, pour Fukushimiser le gugusse de Montauban Washington. Mais le coup n’a pas été tiré, si ? Pas de là, en tout cas, si ? Pas là, si ? Parce que c’est pas ce dont on cause dans le médiacosme. En politique spectacle, tous les coups sont permis C’aurait été de bonne guerre de la part des austères de son bord (enfin, ça se discute, il tire un peu de tous bords) d’essayer de faire passer sur son grand corps la deuxième gauche en lui faisant passer … l’arme à gauche … en passant. Mais après les coups bas (ou pas) de la Porsche, des « ça m’suffit » à Paris et ailleurs et du costard (bien taillé, ailleurs, d’ailleurs) celui du Sofitel (ou pas), c’est dépassé (des passés ? pas passé, ça passe mal ?), non ? Mais on cause sans savoir, à Solférino et alentours. Le grand capital spécule ... sur ses chances (mais il est improbable que le DG du FMI soit présumé innocent par des financiers douteux voulant faire baisser le dollar, le   33  
  • 34. complot international des grecs ou la vengeance des Irlandais, c'est tiré par les cheveux) C’aurait été de bonne guerre de la part de ses ami(e)s de 30 ans, surtout des moches des deux sexes déçu(e)s, jaloux(ses) et/ou moins talentueux(se) à tous égards. Regardez James Bond, parce que quand même on est à la saison du Festival du cinéma, le nombre de faux-amis qui essaient de lui tirer dans le dos par jalousie, méchanceté ou carriérisme. On peut être trahi part les siens (y compris du FMI), ça peut arriver, surtout si d’autres mettent un peu d’huile enflammée dans les rouages. Martine n'est pas là, elle à vin d'honneur avec le club de foot de son village qui a gagné la coupe de Gaule (pas la coupe de Gaulle, elle n'irait pas, elle est un peu sectaire) Mais quand même, la guerre, gross Malheur. Faut-il ? (Faute-t'il ?) Est-ce possible ? Les psy de l’auto-destruction, de l’adolescence priapique irrésolue du politicien vont en vendre, de l’interview genre « c’est malade qui nous gouverne » ou « panne d’érection présidentielle » dans le médialand parisien et plus si affinités. Peut-être qu’enfin DSK réussira aussi à avoir un peu de média dans la presse américaine sur ce coup (même manqué), même si ça fait Monicagate de deuxième classe, le Sofitel n’est pas la Maison Blanche. Mais un remake français d’un succès américain, ce n’est pas dans le désordre des choses et ça demande un talent et un casting formidable : même Polanski n’a pas réussi à avoir la palme avec ce genre de scenario. Rien de nouveau sans le sommeil, c'est aussi vieux que l'Evènement du Jeudi ou la provoc, cette histoire Les Psy-magazine les plus groupies de DSK vont nous jouer l’air de l’acte manqué (sic) de leur idole qui au fond du fond n’aurait pas vraiment envie de la soubrette de faire syndic de faillite de la France aux 35 heures après avoir été médecin du Monde au FMI sans impôts et avec un paquet de RTT (et de vraies bagnoles allemandes de fonction avec sièges en cuir, vitres bien teintées et allume-cigare derrière -ou vice versa ? -, pas une 607 diesel de président de canton d’Europe du Sud). On appellera cela le syndrôme Kouchner ; du 5 à 7 à New-York Kahn dans la presse érotique ; médicale ; politique ; financière ; automobile gauloise. Life is not a fleuve tranquille but a steep two-way street, which is why we need German Power Cars Ou alors on nous dira qu’il avait bu et que la fille ainée de l’église, pays du vin de messe (et de la valise nucléaire mais comme on a perdu la clef on peut la passer à n’importe qui) doit pardonner au pêcheur et lui voter une chance de rédemption pour le Paradis. Que même si « qui a bu boira » c’est le seul candidat un peu sexy côté changement (c’est comme cela qu’on résume, c’est très abusif mais simplificateur un dimanche matin où j’ai pas que ça à faire de prendre mon pied levé avec un éléphant qui trompe quand même énormément). Un éléphant, sa trompe énorme, ment ? Les magazines humoristiques royalistes, s’il en existe, titreront peut-être »Queue de race ? » tandis que le magazine du chasseur français écrira « Que de race ! » et que les héritiers d’une ou deux certaines idées de la France, les vrais, souriront « la marque et les traces », ou « les marques et la trace » selon leurs affinités … Il faudrait quand même trouver un candidat pour l'avenir de la France, non ?   34  
  • 35. Foutez lui la paix, laissez-le se retirer dans son riad et s’inscrire aux anonymes qu’il préfèrera, mais il (leur) aurait peut-être fallu une bonne guerre à tous ces baby- bommers enveloppés et précocement cacochymes, overdosés des cuillères en argent des 30 Glorieuses qu’ils ont héritées mais préféré refiler aux Chinois plutôt qu’à leurs enfants, soit par égoïsme, soit par dogmatisme, soit par simple crétinisme majoritaire, l’effet est le même (et comme on dit à New-York, le désir s’accroit quand l’effet se recule) ! Renaud Favier – 15 mai 2011 – www.renaudfavier.com Le bonus : En tout cas, c’est vache de la part de l’éléphant d’Amérique d’avoir coupé l’herbe médiatique sous les pieds des moineaux centristes qui avaient réservé le créneau de ce dimanche au journal de FR3 (sauf Poitou-Charente, c’est réservé à l’année et Corrèze, il y a un sujet programmé sur l’anorexie à l’hospice) et c’est vraiment salaud de pourrir le Festival de Cannes juste parce que le maire du bled est de droite et que Canal + a un béguin pour l’albatros auto-déclaré (drôle d’oiseau disparu mais toujours vivant malgré Clearstream, bonapartiste post-sarkosziste debout malgré les crocs de bouchers en jambe) et juste parce qu’il y a des politiciens plus sexy qui font plus d’audimat que lui. Chouette ... What did you expect, un aigle ? C’est fini pour aujourd’hui ? Même pas sûr, avec tous nos intermittents du spectacle politique et en plus le décalage horaire avec les Etats-Unis, wait & see avant de parler ou même penser, d’autant que peut-être la soubrette va se rétracter, elle … Mais le plus probable, c’est que Morin va faire une déclaration dans sa cuisine qu’il mettra lui- même sur Youtube et que ses amis sur Facebook pourront regarder, que Villepin va tenter un coup pour qu’on parle de son programme et que Bayrou va encore râloter sur PMU-TV que Borloo est un tocard qui n’a aucune chance au tiercé. Les populismes des deux bords vont pouvoir surfer sur le tsunami obligeamment offert par DSK qui aurait pu trouver un moyen moins tiré par les cheveux de faire des avances à la Le Pen. Ou alors c’est à Mélenchon ? Là, ça serait vraiment LE SCOOP si l’aile droite du centre du PS et l’aile gauche des Fronts Nationaux se réconciliaient sur l’oreiller ! Non, Dominique, ça le fait pas mieux que le jogging en caleçon sur la plage de Deauville pour la photo pour draguer les 500 signatures. Il faut encore changer quelque chose. Le nom ? Le prénom ? La cravate ?   35  
  • 36. ← Acte manqué à New-York ? On a les tsunamis qu’on (me)hérite Il faut jeter Don Juan en prison ! Pour le sauver → Tu n’es qu’un homme, César … Publié le mai 16, 2011 par renaudfavier Comme une gueule de bois. Est-ce que ça pourrait être vénérien ? Il y a 30 ans, quand j’étais sémillant coopérant, le médecin de l’ambassade avait répondu à un pote: « Oui, vous avez pu attraper ça à la piscine … si elle était vide et que vous étiez au fond avec la fille ». Pour 3000 dollars la chambre, pas mal de frais d'avocats et conseillers en com à prévoir et jusqu'à 20 ans à l'ombre si pas affinités, j'espère que la piscine de l'hôtel était bien Coupez ! On n’y croit pas, les acteurs sont bons mais le scenario est nul. Sur un malentendu, ça ne marche pas, même si le coup de la panne de décence, c’est crédible quand on roule trop bronzé en sportive allemande (ça suce, on ne le sait que trop …). Et si la drague qui foire genre remake trash de « Lost in translation », surtout avec le décalage horaire et les somnifères pour dormir en avion, c’est pas si tiré par les cheveux que ça. Quand même, « à ce point-là, ça devient gênant » sourirait un rien jaune Audiard qui doit de temps en temps regarder ce qui se passe en-bas, non ? "Police des Moeurs", c'est dialogué par Audiard ? Pas son genre de titre en tout cas, même s'il faut reconnaître qu'il avait faibli sur ses vieux jours, surtout de la tête « Baiser ma femme » avait un jour écrit dans l’agenda d’un énarque de Bercy un peu polar de droite (le genre à avoir envie de costumes sur mesure et à ranger bien alignés ses anciens agendas de la Pléiade) un autre énarque de Bercy un peu polar de gauche qui avait encore le temps d’avoir un peu de sens de méchant humour potache (le genre à dire qu’il vote à gauche parce que c’est bon pour la carrière jusqu’au pantouflage). Toute une époque … ah ! Constance, qu’on aurait tant voulu tancer dans un couloir du Ministère …, t’as connu ? Enfin, en attendant, il aurait mieux fait d’envoyer une note ministre à DSK comme tout le monde (la mauvaise idée d’un des gradés de l’époque, ça a été de faire une note ministre en y mélangeant un peu d’humour potache qui lui rappelait sa jeunesse étudiante quand il était assurée à la MNEF, son adjoint n’a pas raté l’occasion de lui piquer son poste et son supérieur lui faire traverser un bout de désert, c’était le bon temps des Tontons Flingueurs de Bercy) et peut-être que si DSK l’avait gardée dans ses dossiers, il n’aurait pas choisi une chambre d’hôtel propice aux malentendus depuis la baignoire, sinon dans la piscine avec de l’eau dans les oreilles. Ce film qui, comme le supplice du pal dit-on, commence si bien et finit si mal (mâle?) Bon, je n’ai plus le temps ce matin, et vous non plus, c’est dommage parce qu’on aurait pu s’amuser un peu ensemble, histoire de rire de tout en général et de cette « consternante affaire » en particulier plutôt que de verser de chaudes larmes de crocodile titulaire sur cette « Pauvre France, je ne veux pas hurler avec les chiens qui ne respectent rien mais votez quand même plutôt pour moi, parce que les autres … », ce « Pauvre Dominique, notre ami, notre frère, c’est trop cruel, demandons la décence nécessaire » ou ces pauvres centristes dont le jamborée (j’avais jamais remarqué que   36  
  • 37. ça sonne comme jambes en l’air ) a été cruellement négligé par un audimat manquant de Viagra, lui. Hisse et Ho ! Avec ou sans DSK, l'avenir est au centre, c'est le plus vieux Parti de France qui vous le dit ! Si on avait eu le temps de jouer, sinon au jambes en l’air épistolaire, à la tirade des (vers du) nez, il y aurait tellement d’angles et de titres possibles, pour parler « journaliste », dans le plus total désordre (amoureux) : Sweet Sixties (Free Sex, Cool Drugs and Strong Rock n’ Roll, Good Old Times): « balles tragiques » à Colombey Wall-Street. Mais comme il y a débat (des bas ? des ébats ?) sur l’âge du capitaine de départ à la retraite de DSK (de toute façon, il aura plus de 60 ans en 2012, non ?), il vaut mieux attendre que la police scientifique ait daté l’ADN pour tirer … (honni soit qui mâle y pense) des conclusions. Enfin, si, il vaudrait mieux "minder" un peu, et puis Sex Pistols, c'est peut-être un peu rock n' roll pour l'Elysée Blonde : « C’est le chat » (pour la blague entière, demander à un intermittent du spectacle politique de vous la raconter, c’est mieux s’il a fait du théâtre, sinon je peux recommander un étudiant qui la fait très bien quand il n’est pas au ski ou en train de jouer à Lord of Warcraft). Ceci étant, ce c… de chat a quand même manqué de sens commun en labourant (pas le dos d’Anne, murmure t-on) le jardin que les Voltairiens de la Génération Tonton (qui a dit C…C… ?) ne cultivaient plus beaucoup mais c’était leur bon choix, et maintenant c’est pas sûr que les rosiers s’en remettent d’ici 2012. L'important, c'était la rose. C'est mort. Intello abonné(e) à Télérama à Noël dernier par belle-maman : « Post coitus, animal triste ». Personne ne sait si c’est un livre ou un film mais ça fait toujours bien de laisser tomber ça en fin de dîner en ville en prenant l’air très contrit (ou patrie, ça marche bien aussi), juste avant de dire « il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte », comme on se salue à New-York, en général. C'est "coitum", pas "coitus" ! Quand on n'a pas fait l'ENA, on ne fait pas le malin avec une langue étrangère ! Vrai(e) intello abonné(e) depuis ses 12 ans à Télérama Junior : « Tu n’est qu’un homme, César ». Et comme Icare, tu marche trop près du ciel pour ne pas risquer de tomber du Capitole avec ton oie (pas blanche, mais peu importe). Mais là, normalement votre éditeur vous renvoie à votre MacBook ou en désintoxication. C’est pas grave pour ce qu’il restera de droits d’auteurs après les impôts à cause du FMI (encore lui !) et de la hausse du cours du papier (en plus l’Euro baisse à cause de cette regrettable affaire, il parait) mais c’est un peu humiliant, comme ça doit l’être de se faire traiter de p…, je suppose, quand on se lève tôt pour gagner avec un boulot socialistement correct en un mois ce que de grands malades qui nous gouvernent mal (mâle ?) dépensent pour 6 heures d’hôtel en sourcillant d’autant moins que c’est l’argent des autres et qu’après-tout, ce n’est que l’équivalent d’un petit rétroviseur de grosse Porsche (Ach, Gros Sport, quel malheur !). Mais ce serait cruel de laisser penser que notre « ami » pourrait regarder les choses dans le rétroviseur dorénavant. La vie serait trop (in)juste. C'est une oie du Capitole ça ? Ces politiciens voudraient nous faire avaler n'importe quoi, et sans rien payer en plus Epique (non, pas EPIC, ça serait tendancieux, d’aucuns confondraient avec une Mutuelle): « Ta vie, quel roman (à l’eau de rose) ! » te dira Bonaparte quand vous vous   37  
  • 38. retrouverez en haut ou en bas, c’est incertain, qui lui aussi est sorti de route pour n’avoir pas maîtrisé sa vitesse et ne pas s’être assez méfié de ses ennemis et ami(e)s fidèles. « Tu as réussi ta vie, tu as eu une Porsche (en fait, c’était celle du communicant qui va d’ailleurs pouvoir se payer la même Bugatti que les avocats s’il sort Popaul … du guépier, de la guépière plus précisément), tu n’as guère mis d’eau dans ton grand vin (Napo coupait son Gevrey-Chambertin, de fait c’est très bon et ça évite les effets secondaires de l’alcool mais les puristes trouvaient cela « shocking » et l’ont puni en l’envoyant déguster du bromure coupé à l’arsenic chez Hélène) et tu t’es quand même tapé un max de super gonzesses sans même que ta régulière ne te coupe … les vivres (le drame de Napo, c’était l’amour de et pour Joséphine, sinon il aurait pu réussir sa vie, ne pas la passer à crapahuter sous la tente jusqu’à Moscou en plain hiver et ne pas finir enfermé par et avec des gentlemen aux moeurs parfois suspectées même si la présomption d’innocence est sacrée, honni soit qui mal y pense) » te dira-t’il pour te consoler. Ceci dit, elle a un gros c..., cette caisse. On pourrait penser très fort que c'est une bagnole à gros c... Martial : Tes ennemis galonnés diront virilement que « Qui a vécu par le glaive, périt par le glaive ». No comment, quand on voit la tête de c… entriste de certains anciens ministres de la défense et qu’on regarde combien de vraies guerres on a vraiment gagnées depuis Napo, c’est hors sujet les kakis. Quant au glaive, il vaudrait mieux qu’il fasse profil bas un moment. Vraiment. Même pas mâle, comme en 40 ! Politique : Les vrais « héritiers », de Tonton ou d’un château ou d’un nom ou d’un diplôme, c’est à peu près les mêmes à part la couleur du maillot, ricanent (tant bien) que bien mal acquis ne profite jamais. Mal acquis, c’est à dire gagné ou épousé (à leur place), pas hérité dans cette vision du monde qui fait la différence entre notre Ancien Régime à bout de palliatifs mais mollement confortable et le Far-West plus hype, voire carrément Rock n’ Roll, mais où où l’on prend facilement une balle dans le dos, surtout si l’on fréquente les saloons ou les chambres de certains hôtels. Ceci étant, entre les Vets qui ont pris le temps de réfléchir un peu avant de dire n’importe quoi et les communicants de droite qui ont vite et bien trouvé un slogan électoralement bien troussé mais juridiquement et pratiquement prudent et moins macho-DSK-centré (« La victime, c’est la France », c’est beau comme un camion antique, plus gallo-gaulliste tu meurs, pour un peu ça donnerait envie de voter pour eux), certain(e)s politiques ont un peu haussé le niveau jeu depuis les tartufferies d’hier et les joues dignement baissées de Borloo en manque d’audimat après son déjeuner républicain, les larmes peut-être sincère de Valls en attente de 2017 ou plus tard peut-être et pas en forme le matin, les appels un peu tardifs à la « décence nécessaire » de la Mamyderme et l’illumination du jour qui ne déçoit jamais de Sainte Chabichou du Poitou. Oui, ça sent le kloug Cinéphile, tendance Kubrickien : allez voir l’expo à la cinémathèque de Paris-Bercy même si vous avez bêtement raté la visite gratuite avec concert sympa et les cinéphiles joyeusement déguisé(e)s en craquantes Lolitas ou en affeux d’Orange Mécanique samedi dernier pour la nuit des musée (by ze way, on peut aimer ou non Jack Lang mais la Fête de la Musique et ses avatars politiquement posthumes genre Nuit des Musées, ça c’est l’esprit de la France qu’on peut aimer même si c’est pas niveau World’s Champion’s League comme du temps de Pasteur ou des Curie où on inventait des trucs sérieux vraiment utiles pour l’humanité). Ses plus grands films sont d’ailleurs peut-être ceux qu’il n’a pas faits, comme l’excitant projet « Napoléon » et les   38  
  • 39. émotionants « Petits Papiers » qu’il a emportés avec lui au-delà de l’écran, mais les films qu’il nous a offerts (je n’ai pas écrit « qu’il s’est fait ») sont déjà formidablement excitants. C’est comme DSK et Napo : sa vie, quel roman !, mais un peu inachevé. La vie est cruelle aux Rastignac, leur avenir dure ce que vivent les roses, et leurs histoires d'amours finissent mal en général Juste (c’est quoi le concept de justice ?) : Vous ne serez ni prophète, ni lapidé en votre pays et finalement, une cellule, c’est comme un grand voile noir, c’est pratique pour éviter les coups de soleil, comme une burqa pour mâle. Niqab, la sonorité du mot rappelle quelque chose, non ? Maintenant que la villa de Ben Laden est libre, délocaliser le directeur-général du FMI au Pakistan serait un bon principe de précaution Téléphile tendance Dr House : Puberté 2.0 ? Enfant précoce, éjaculateur prodige ? Priapisme sénile ? Bipolarisme sexuel ? Démon de midi ? En, tout cas, le cas et le K sont graves. On pourrait essayer la castration chimique, mais c'est pas sûr que ça marche ... Théatrophile : aucun titre ne me vient, le scenario est tellement impensable … Il faudrait trouver un mélange de King Lear et de Vaudeville. Ou alors un opéra Wagnérien genre le Crépuscule des Dieux monté façon Théâtre de Boulevard, mais ça ne s’improvise pas en claquant des doigts comme on hèle une soubrette même si une suite à 3000 dollars doit être assez grande pour mettre un orchestre et inviter quelques walkyries. Ciel ! C'est le moins que l'on puisse en dire. Mais Soeur Anne, n'avais-tu pas vu venir le coup depuis la meurtrière du riad ? Sarcellien : (à dire avec un accent nasillard poitevin) : So-Li-Da-Ri-Te ! Une habitante de Sarcelles anonyme d’une trentaine d’années, l’âge de celle qui semble être la principale victime, espérait hier sur BFMTV « que cela va s’arranger pour lui ». « So Li Da Ri Té » ! La justice, les droits de la femme, la vérité, c’est en option ? Le fanatisme n’est pas un humanisme, même pour la bonne cause du local de l’étape. "Pitard" ? Vous avez dit "Pitard" ? Mais Business is Business, the Primaires and plus si affinités must go on ! Actors Studio (classe Jack Lang) : Cette nuit, Ophélia a fait passer DSK de la lumière à l’ombre. A l'époque, on racontait déjà n'importe quoi et on faisait aussi pire voire pas mieux, mais avec panache, voire lyrisme Factuel : cf un bon point dans Le Point http://lnkd.in/HhqdNZ Facts, just facts Solférinesque (c’est comme théâtral ou jackiste, mais en moins bien, ou comme sarcellien mais en moins sincère) : Non coupable (mais irresponsable, comme d’hab.) Ah ! l'amour ... vache Lacanien : Cette nuit, Ophélia et Dominique ont fait vaciller les possibles … (pas le temps de retrouver la scène de la déclaration d’amour de Marielle au bar mais celle là est hilarisch aussi et pas tant hors de propos que ça, nicht ?) Poète : « Selon que vous serez (im)puissant ou misérable … », on verra bien si l’adage et les avocats font bien leur boulot. En rimaillage du 20è siècle, on aurait dit « selon que   39  
  • 40. vous serez homme de pouvoir ou femme d’infortune … ». Et en slam 21è siècle ça ferait plus ou moins « la vreupo meuf du Sofitel avec sa Lip en slip dans ta suite et toi vite sans slip en 1ère dans le boeing sans même ton bip ») Ballon : La troisième mi-temps, c’est sacré (coup ?). Et d’abord, elle était bien (la) blanche ? En tout cas, c’est pas la première fois que la France se ridiculise devant le monde entier avec un désastre et une histoire d’oreillers d’hôtel de luxe. Que « La victime, c’est la France » comme disent les supporters (des) Bleus. Cycliste : notre coureur n’aurait-il pas été victimisé à l’insu de son plein gré ? S’il a un alibi suivi médicalement et un cancer des testicules comme tout le monde, c’est qu’il y a un malentendu, ce qui peut arriver avec toute cette eau dans les oreilles, le shampoing dans les yeux et en plus le costume qui était à défroisser sur le rideau de la douche même que c’est pour ça qu’il était tout nu, notre champion (dans un hôtel à 3000 dollars, la blanchisserie est inabordable pour un simple fonctionnaire, surtout au tarif week-end). Présidentiel (ce n’est plus guère de circonstance en principe, mais on ne sait jamais) : casse-toi ! On a les lapins crétins des voitures à vivre, on a raté de peu le chaud lapin des limousines présidentielles Parfumé au jasmin (dites le avec des fleurs) : Dégage ! Si je montre une révolution et pas l'autre, je vais me faire des ennemis, surtout qu'avec le Festival de Cannes et celui de New-York, on n'a plus le temps de se tuyauter sur les restes du monde Journalistique : DSK Out (variante DSK Out ?) ; Coup de tonnerre sur la présidentielle ; La débandade ; confusion ; l’impensable scenario … tout y passe bien sûr. La Palme d’or revient, pour moi, aux Echos, avec belle photo sobre, très beau titre, pas de lyrisme d’un bord ou l’autre ni ordurerie pas nécessaire. Marrant, personne n’a rien écrit dans la rubrique des femmes écrasées, le journalisme n’est plus ce qu’il était. Sauf, chez certains Anglais d’élite, où il est juste … comme toujours. Fair enough. So Chic, So British ... Enfin, Desprogiens (putativement autant que possible en tout cas) : si je savais terminer avec une touche d’ humour noir sur vraiment tout, je dirais que quand on ne sait pas (se) conduire, on évite les voitures de sport un peu radicales et on reste à l’arrière dans la limousine à vitres noires et sièges en cuir (l’adn s’y nettoie mieux ?) cofinancée par femme et (con)tribuables, ou alors on laisse le volant à un vrai pilote mais ça, on dirait que c’est en bonne voie … de garage. Renaud Favier – 16 mai 2011 – www.renaudfavier.com Le bonus : tout le monde hésite entre consternation et condamnation, sauf les grecs qui rigolent mais c’est parce qu’ils n’aiment pas … le FMI (« honni soit qui mâle y pense ») et Martine Aubry qui demande « de la décence » (elle réalise ce qu’elle dit et qu’elle aurait mieux fait de suggérer à son homme de méfiance avant plutôt que donner des leçons autres après et de ne même pas avoir un début de pensée pour la femme qui pourrait être la victime, entre autre d’une certaine idée de la politique depuis que les uns et les autres sont aux affaires avec pour succès principal d’avoir attiré les loups aux portes de la ville ?). J’hésite, donc je suis, en espérant quand même que tout ça n’est qu’un très mauvais film, que quelqu’un va rallumer la lumière avant la fin du Festival de Cannes, si possible avec un happy end pour tout le monde.   40  
  • 41. C’est fini pour aujourd’hui, en tout cas moi j’arrête parce que sinon avec le décalage horaire, on n’en sortira pas d’ici demain, voire bien pire, de cette affaire. Et puis comme BFMTV fait édition spéciale en direct permanent tandis que Twitter buzze à fond, il suffit de laisser l’iPhone branché pour ne pas rater un épisode de « Tu n’es qu’un homme, César », qui pourrait remporter la Palme, voire l’Oscar du plus mauvais film. P... 25 ans ! Ce serait quand même un scénario cata : comme il n'y a pas d'autre candidat crédible un tant soit peu sexy, Sarko devrait rester encore 5 ou 6 mandats !   41