SlideShare une entreprise Scribd logo
Note
Agro-climatique et Prairies
n° 2
mai 2022
Soline SCHETELAT - Aurélie MADRID -
Brendan GODOC - Julien FRADIN - Blandine
FAGOT
Service Fourrages et Pastoralisme
Le 13 mai 2022
Situation climatique
Au 13 mai 2022
2
Un mois d’avril finalement plutôt doux
Après un début de mois hivernal, les
températures se sont nettement adoucies. Au
global sur le mois et malgré l’épisode froid de
début avril, la température moyenne en France
s’est élevée à 11,8 °C, soit 0,7 °C de plus qu’un
mois d’avril « moyen ».
L’amplitude thermique journalière a été
importante. En effet, les températures minimales
sont restées proches des normales, tandis que
les maximales ont dépassé les valeurs de saison
d’environ 1 °C à l’échelle nationale, et jusqu’à 1
à 3 °C sur le Nord-Ouest.
3
Écart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010
de la température moyenne – avril 2022
* Normale = moyenne de référence sur 1981-2010
Source : Météo-France, bilan climatique d’avril 2022 - https://meteofrance.fr/actualite/publications/2022-les-bilans-climatiques
Le déficit pluviométrique se poursuit
Les précipitations ont été hétérogènes et
globalement peu fréquentes, avec des cumuls
relativement faibles, à l’exception de certaines
régions qui ont été plus arrosées.
À l’échelle nationale et en comparaison à la
référence, la pluviométrie d’avril a été déficitaire
de 25 % et jusqu’à -50 % de la Bretagne aux
Ardennes, de la Vendée à la Charente-Maritime
ainsi que sur le Massif Central, la vallée du
Rhône et la Côte d’Azur. Au contraire, du Nord
de la Lorraine à la Savoie ainsi qu’en Haute-
Corse, les précipitations ont été plus
importantes qu’habituellement.
4
Rapport à la normale de référence 1981-2010 des
cumuls de précipitations – avril 2022
* Normale = moyenne de référence sur 1981-2010
Source : Météo-France, bulletin national de situation hydrologique au 1er mai 2022
https://meteofrance.fr/actualite/publications/les-publications-de-meteo-france/le-dernier-bulletin-de-situation-hydrologique
Sécheresse : de quoi parle-t-on ?
5
Il existe différents types de sécheresse :
- La sécheresse météorologique, lorsque les précipitations
sont déficitaires
- La sécheresse agricole, lorsque les sols sont asséchés de
façon suffisamment marquée pour affecter le
développement des plantes. Elle est la conséquence d’un
déficit pluviométrique et/ou d’une évapotranspiration
élevée.
- La sécheresse hydrologique, lorsque les niveaux des lacs,
rivières ou nappes souterraines sont anormalement bas.
Pour en savoir plus : https://meteofrance.com/changement-
climatique/observer/changement-climatique-et-secheresses
À ce stade, le déficit pluviométrique est installé sur une
majeure partie du pays. Depuis septembre 2021, les
précipitations cumulées sont inférieures à la normale* sur une
grande partie du pays, ce déficit est souvent de l’ordre de 25 à
50 %.
Source : Météo-France, bulletin national de situation hydrologique au 1er mai 2022
https://meteofrance.fr/actualite/publications/les-publications-de-meteo-france/le-dernier-bulletin-de-situation-hydrologique
* Normale = moyenne de référence sur 1981-2010
Rapport à la normale 1981-2010 des cumuls de
précipitations – de septembre 2021 à avril 2022
Conséquences sur l’humidité des sols
6
Le niveau d’humidité des sols dépend des
précipitations mais aussi de l’évaporation d’eau
depuis les sols et de la transpiration des
plantes, qui est directement liée à l’absorption
du CO2 nécessaire à la photosynthèse.
L’humidité d’un sol dépend donc, en plus des
précipitations, de l’humidité et de la
température de l’air, du vent, ainsi que de la
nature des sols et de leur couverture.
En avril, les sols se sont globalement asséchés,
du fait du déficit pluviométrique et de
températures douces qui ont favorisé la
végétation. C’est tout à fait habituel au
printemps ! Toutefois, cette année, les sols sont
plus secs que la référence* à la même date sur
une grande partie du territoire.
Source : Météo-France, bulletin national de situation hydrologique au 1er mai 2022 - https://meteofrance.fr/actualite/publications/les-publications-
de-meteo-france/le-dernier-bulletin-de-situation-hydrologique
Et https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/climat/secheresse-chaleur-precoce-et-manque-de-pluies
Écart pondéré à la normale 1981-2010 de l’indice
d’humidité des sols au 1er mai 2022
* Normale = moyenne de référence sur 1981-2010
Les premiers arrêtés de restriction de l’usage
de l’eau sont tombés
7
Source : PROPLUVIA
https://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluviapublic/accueil
Plusieurs départements sont en vigilance
depuis déjà quelques semaines. Dans la
Drôme, le Vaucluse, en Charente-Maritime,
dans la Vienne, au nord de la Vendée et au
sud de la Loire-Atlantique, ainsi que
ponctuellement dans le Loiret et les Bouches-
du-Rhône plusieurs zones sont en alerte voire
alerte renforcée. 2 arrêtés de crise ont été pris,
dans le Loiret et les Bouches du Rhône.
L’ensemble des arrêtés au 09/05/2022 est
représenté sur la première carte. La suivante
rappelle la situation à la même date en 2021.
Carte des arrêtés des eaux superficielles publiés
avant le 09/05/2022
Carte des arrêtés des eaux superficielles publiés
avant le 09/05/2021
En Europe et ailleurs dans le monde
8
Source : JRC MARS Bulletin, Avril 2022 - https://publications.jrc.ec.europa.eu/repository/handle/JRC127960 ; Météo-France ; GIEC
ÉVÉNEMENTS CLIMATIQUES EXTRÊMES
entre le 1er février et le 18 mars 2022
Déficit pluviométrique
Sécheresse
Vague de froid
Excès de précipitations
De l’Espagne aux pays baltes, de nombreux pays européens ont aussi été
touchés par la vague de froid de début avril. L’Est du bassin méditerranéen
rencontre de façon persistante des températures plus froides que la moyenne
qui retardent le développement de la végétation.
Des pluies intenses ont arrosé le Sud de la péninsule ibérique, qui était
confronté à une sécheresse marquée. Elles sont toutefois arrivées trop tard
pour pleinement compenser les impacts de la sécheresse antérieure.
De nombreuses régions européennes subissent un déficit pluviométrique
voire des conditions de sécheresse, notamment le Sud-Est de la France, une
bonne partie de l’Italie, la Corse et la Sardaigne, où les conséquences sur la
végétation commencent à se manifester. Le déficit pluviométrique en Europe
Centrale, en Roumanie et dans le Sud de l’Ukraine, lui, n’a pour l’instant que
des impacts limités.
À noter qu’ailleurs dans le monde, les phénomènes extrêmes se multiplient :
après deux mois exceptionnellement chauds, l’Inde et le Pakistan vivent
actuellement une canicule marquante par sa précocité et son intensité, avec
des températures frôlant les 50 °C, le tout alors que le taux d’humidité est
élevé dans cette région à cette saison. Ces phénomènes rappellent ce qu’ont
écrit les chercheurs du GIEC dans leur dernier rapport : « Il est incontestable
que les activités humaines sont à l'origine du changement climatique, qui
rend les phénomènes climatiques extrêmes, notamment les vagues de
chaleur, les fortes précipitations et les sécheresses, plus fréquents et plus
graves. »
Les tendances pour le prochain trimestre
Le scénario « plus chaud et plus sec que les normales de
saison » est le plus probable pour le trimestre mai-juin-
juillet. Cependant, la probabilité associée ne s’élève qu’à
50 %, ce qui n’exclut pas la possibilité d’autres scénarios. Par
ailleurs, même dans le cadre d’un scénario plus sec ou plus
chaud à l’échelle du trimestre, des passages pluvieux ou plus
frais restent possibles.
9
Source : Météo-France - http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/la-prevision-saisonniere
Les prévisions saisonnières, qu’est-ce que c’est ?
La prévision saisonnière a pour objectif de déterminer le climat moyen sur les
trois mois à venir, à l'échelle d'une région comme l'Europe de l'Ouest.
Contrairement aux prévisions à échéance de quelques jours, l'information
n'est pas détaillée ni chiffrée, mais présentée sous forme de prévisions
qualitatives qui renseignent sur les grandes tendances (plus chaud ou plus
froid, plus sec ou plus humide que la normale). Les climatologues analysent les
résultats de modèles numériques comparables à ceux utilisés pour réaliser les
prévisions à court terme, mais intégrant la modélisation des océans. Dans
certains cas, aucun scénario dominant ne se dégage : faute d'éléments
probants susceptibles d'influencer le climat des prochains mois, il est
impossible de privilégier une hypothèse. Les performances des prévisions
saisonnières sont très variables. Elles sont meilleures pour la température que
pour les précipitations, et, pour la température, meilleures en hiver qu'en été.
?
Situation des prairies
Au 13 mai 2022
10
Tour de prairie des régions
11
Pays de la Loire
Malgré un épisode de froid ayant ralenti la pousse de l’herbe
sur la première quinzaine d’avril, la croissance a été
satisfaisante en avril et a atteint son pic la dernière semaine
du mois (78 kgMS/ha/jour, dans la moyenne 2004-2021).
Si certains se sont fait surprendre par la flambée de pousse en
cette fin d’avril, ils ont pu débrayer les parcelles et faucher
dans de bonnes conditions (le sec et le vent d’est ont accéléré
le séchage). Les récoltes s’avèrent plutôt satisfaisantes tant en
quantité qu’en qualité avec une bonne proportion en
légumineuses et des graminées peu épiées.
Le sec et la chaleur sont revenus depuis début mai et risquent
de persister. Par conséquent, la pousse de l’herbe chute et le
nombre de jours d’avance au pâturage se réduit. Les
exploitations ayant beaucoup débrayé doivent donc rester
vigilantes et devront adapter dans les semaines à venir la
surface accessible au pâturage si elles le peuvent. Il est
possible que l’affouragement au champ des animaux arrive
plus vite que prévu pour maintenir le niveau de production …
D’ici 15 jours tous les maïs seront semés dans la région. Les
méteils ont été fauchés dès début mai avec des conditions
météo idéales pour réaliser des bons enrubannages.
Pays de la Loire
Source : Bulletin de pousse de l’herbe Pays de la Loire
12
Centre-Val de Loire
Cette année le pic de pousse de l’herbe est légèrement plus
faible que les années précédentes (65 kgMS/ha/jour fin avril)
et il est aussi plus étalé : la croissance se maintient à
50 kgMS/ha/jour en cette deuxième semaine de mai mais elle
devrait rapidement chuter dans les jours à venir.
Le pâturage s’est déroulé normalement en avril mais le
nombre de jours d’avance diminuant drastiquement début
mai (20 jours d’avance aujourd’hui contre les 30 jours
nécessaires au maintien du pâturage) il risque de s’arrêter
prochainement et de forcer à affourager les animaux au
champ. Il est conseillé de maintenir un temps de repos de 30
jours pour préserver les prairies.
Les fauches précoces ont pu se dérouler dans de bonnes
conditions et au bon stade donc la qualité est au rendez-vous.
Les précipitations ont été en deçà des normales sur le début
d’année donc les rendements des méteils sont plutôt bons à
moyens sur les sols à faible réserve utile.
Les maïs ne sont pas encore tous semés et les premiers
méteils précoces ont été récoltés fin avril-début mai. Les
rendements des méteils varient de 4 à 10 tMS/ha selon la
réserve en eau du sol. La qualité est au rendez-vous (bonne
proportion de légumineuses et de protéagineux).
Tour de prairie des régions
Centre-Val de Loire
Hauts de France
Hauts de France
Le pic de pousse est enregistré début mai avec une
croissance moyenne de 60 kgMS/ha/jour mais de très
fortes disparités régionales (variations entre 40 et 110
kgMS/ha/jour). À partir du 10 mai la croissance ralentit et le
manque d’eau et le vent du Nord se font ressentir.
Les fauches ont commencé fin avril en ensilage et en
enrubannage. Les rendements des prairies fauchées sont
plus faibles que ceux des années précédentes (2,5tMS/ha)
et les rendements des dérobées de raygrass italien avant
maïs approchent des 3-3,5TMS/ha.
Normandie
La pousse de l’herbe a commencé plus précocement cette
année car l’herbe a continué de pousser cet hiver, la saison
de pâturage se déroule classiquement. Le pic de pousse a
été atteint fin avril-début mai avec une croissance de
80kgMS/ha/jour. Peu de parcelles ont été débrayées pour
garder de l’herbe à pâturer dans les prochains jours à cause
du sec qui démarre.
Le risque de sécheresse est élevé dès le mois de juin pour les
prairies et les maïs si la pluie ne vient pas, les silos resteront
sans doute ouverts toute l’année en fonction des systèmes et
il est possible de voir des dérobées estivales être semées
prochainement.
Les ensilages d’herbe ont commencé dès la fin avril avec des
rendements de 2,7 et 3,3tMS/ha pour la ferme expérimentale
de la Blanche Maison (50) et les dérobées ont été fauchées
dès avril. L’herbe fauchée est de bonne qualité (15 % de MAT
et 0,95UFL à la Blanche Maison), tout comme les méteils (13
à 20 % de MAT en fonction des compositions). Les maïs ont
été semés de fin avril à début mai, la levée est plus lente à
cause des sols secs. Cependant, les sols sont bien réchauffés
ce qui a permis de semer les sorghos plus tôt que les autres
années (mi-mai contre la fin mai).
13
Bretagne
Les conditions de pâturage sont idéales, les sols sont portants et la
pousse de l’herbe suit jusqu’ici les normales de saison avec
50kgMS/ha/jour de moyenne pour la région sur la première semaine
de mai. Les débrayages et les parcelles fauchées sont de qualité avec
des conditions de récoltes idéales voire parfois surprenantes. La
pluviométrie de fin mai et juin sera décisive pour la suite car la
Bretagne est largement déficitaire de son carburant naturel : la pluie.
La quasi-totalité des maïs est semée. Les levées sont rapides grâce aux
températures élevées mais les précipitations sont maintenant
attendues au regard de la sécheresse des sols.
Les mélanges céréales-protéagineux ont profité d’un hiver doux et
d’un bon ensoleillement sur ce début de printemps. De ce fait les
légumineuses semblent particulièrement présentes dans les mélanges.
Tour de prairie des régions
Bretagne
Normandie
14
Grand Est
Tour de prairie des régions
Grand Est
La pousse de l’herbe a réellement explosé vers la fin avril
pour atteindre une croissance moyenne de 70
kgMS/ha/jour voire localement des croissances de plus
de 200 kgMS/ha/jour. Cette croissance devrait ralentir
très fortement dans les 15 prochains jours à cause du
manque d’eau annoncé (qui se fait déjà sentir depuis une
dizaine de jours). Il est donc conseillé aux éleveurs qui
font du pâturage tournant de sortir des paddocks à 5 cm
minimum pour ne pas pénaliser la reprise de pousse.
Les fauches précoces ont démarré à partir de la mi-avril
pour aller chercher des fourrages de qualité, notamment
riches en azote, et ainsi limiter le recours aux aliments
azotés dont les prix s’envolent. Le volume d’herbe
disponible est déjà conséquent et ne devrait pas
augmenter dans les jours à venir, c’est donc le moment
pour tenter un foin précoce de qualité. Vu les conditions
annoncées, on peut espérer une belle repousse d’herbe
avant l’été.
Les premiers méteils ont été fauchés début mai, la
qualité et le rendement ont l’air d’être au rendez-vous (à
confirmer avec le retour des analyses de valeurs
alimentaires).
Courbe de pousse de l’herbe en Lorraine
Source : Bulletin de pousse de l’herbe Lorraine
Bourgogne
Les pluies de fin avril et début mai et les températures élevées
permettent jusqu’ici une pousse de l’herbe soutenue. Sur la Saône
et Loire une pousse comprise entre 90 kg MS/ha/j et 120 kg
MS/ha/j a été enregistrée début mai. Les journées estivales de cette
mi-mai vont permettre de débrayer davantage de parcelles et de
faire profiter les repousses des potentiels orages annoncés et très
attendus.
Le manque d’eau commence à se faire ressentir avec un
redémarrage difficile sur les sols superficiels. Les récoltes
d’ensilages progressent avec de bons volumes mais la qualité est
parfois difficile à maîtriser puisque les stades évoluent vite. La
vigilance est de mise sur les foins.
Les stocks de 2021 permettront toutefois de couvrir l’hiver sauf s’il
faut commencer à affourager les troupeaux dès mi-juin. 15
Bourgogne
Franche-Comté
Tour de prairie des régions
Franche-Comté
La croissance de l’herbe en Franche-Comté suit les moyennes
de saison avec un bon rythme en plaine qui a bénéficié des
quelques millimètres de fin avril et début mai tout en
préservant une bonne portance.
Cependant, le déficit de précipitations reste élevé depuis le
début de l’année avec des sols secs pour une mi-mai. Les
récoltes en foin commencent avec des stades phénologiques
en avance et qui évoluent rapidement.
Les semis de maïs s’achèvent en plaine.
Source : La météo de l'herbe – Chambre Régionale Bourgogne Franche Comté
Auvergne-Rhône-
Alpes
16
Tour de prairie des régions
Auvergne
En zone de montagne, la mise à l’herbe s’est faite
dans de bonnes conditions de portance autour de la
mi-avril. Quelle que soit l’altitude suivie, la croissance
de l’herbe s’est accélérée à partir de la seconde
quinzaine d’avril et continue en ce début mai sur des
valeurs assez élevées autour de 70 kgMS/ha/jour sur
les secteurs avec un bon potentiel et de 40
kgMS/ha/j sur les sols superficiels ou les secteurs
peu arrosés. La dynamique de pousse de l’herbe est
donc très différente de l’année 2021 où le pic de
croissance de l’herbe n’était pas vraiment
perceptible. Les premiers coups de chaleur posent
des questions sur l’évolution du stock d’herbe
disponible dans les semaines à venir.
L’avancée des stades de développement est telle que
les ensilages sont finis en plaine et sur le point de
l’être en moyenne montagne. Dans le Puy de Dôme,
les rendements sont corrects tandis que dans l’Allier
ils sont plutôt en dessous de la moyenne. Les
fauches au bon stade pour profiter de stocks de
qualité pénalisent un peu le rendement cette année
à cause de la faible pluviométrie.
Savoie
Dès la mi-avril la croissance de l’herbe est importante sur les secteurs
de plaine et des plateaux. A la fin avril des pics de croissance de
l’herbe sont mesurées à 80 – 100 kgMS/ha/jour. La mise à l’herbe a eu
lieu en montagne fin avril. Sur les zones de moyenne montagne la
croissance a décollé à partir de la deuxième semaine de mai. Le
pâturage est en plein boom en Savoie. La Haute-Savoie est davantage
touchée par le manque d’eau que la Savoie.
Drôme-Isère
Le déficit hydrique est très important en Vallée du Rhône, sur le
piémont et la montagne iséroise et continue de progresser en mai. La
dynamique d’évolution des prairies et du déficit hydrique ressemble à
l’année 2020. On retrouve un pic de croissance de l’herbe dès la fin
avril en plaine et piémont. Les récoltes de méteil ont eu lieu sauf en
altitude, les rendements sont hétérogènes.
Occitanie
Provence-Alpes-
Côte d’Azur
17
Tour de prairie des régions
Provence-Alpes-Côte d’Azur
Les sorties au pâturage ont été plus tardives pour s'adapter au manque
d'herbe, elles commencent tout juste en zone de montagne. Certains éleveurs
privilégient les parcours en attendant que les prairies rattrapent le retard.
Les récoltes n'ont pas encore commencé, les quantités s'annoncent faibles,
pour une qualité moyenne. Les pâturages paraissent plutôt maigres mais les
bonnes prairies semblent assez denses.
Les prochaines semaines sont dures à prévoir, la dépendance aux orages est
plus forte que jamais au vu du manque de réserves des sols et du manque
d'épaisseur du manteau neigeux.
Les légumineuses ont été semées début avril, sous couvert en zone de
montagne, elles commencent à sortir avec les pluies récentes.
Occitanie / Sud Ouest
Globalement, la région a bénéficié de pluies sur la
seconde quinzaine d’avril, qui ont été favorables à
la pousse de l’herbe. Mais il a fallu composer avec
une portance limitée et veiller à ne pas dégrader
les sols. Dans le Tarn, ces pluies ont été
bienvenues, alors que la croissance de l’herbe
commençait à marquer le pas par manque d’eau.
Dans l’Aude, la pousse reste hétérogène, tant sur
les prairies que sur les luzernes ou les méteils.
Le déprimage est largement terminé maintenant, à
l’exception des prairies situées au-dessus de
1 200 m, par exemple en Lozère.
Les chantiers d’ensilage et enrubannage sur
prairies et méteils suivent leur cours, sauf sur les
zones les plus hautes. En plaine, ce sont
maintenant les foins qui vont bientôt commencer.
Les semis de maïs avancent en parallèle. Les
conditions sont également favorables aux semis
de dérobées d’été, en espérant que la
pluviométrie à venir leur permette de s’implanter.
18
Courbe de pousse de l’herbe en Poitou-Charentes
Tour de prairie des régions
Nouvelle-Aquitaine
Poitou-Charentes
La région a bénéficié d’orages très localisés et des hautes
températures, la croissance de l’herbe a explosé fin avril. La
croissance moyenne est de 70 kgMS/ha/jour et elle atteint
localement les 100 kgMS/ha/jour.
Les premières fauches ont débuté à la fin avril grâce à des
fenêtres météo favorables. Les rendements sont moyens mais
la qualité est au rendez-vous.
Limousin
En Corrèze, la croissance de l'herbe a explosé début mai avec
149 kgMS/ha/jour sur des cultures à base de luzerne, 110 kg
sur des prairies permanentes et 57 kg en prairie temporaire
sur sol très léger. Le manque d'eau à venir risque de ralentir
la pousse jusqu'aux prochaines pluies.
Dans la Creuse, les fauches précoces ont commencé dès fin
avril. À la ferme expérimentale ovine du Mourier en Haute-
Vienne le premier cycle de pâturage s’est bien déroulé et les
premières fauches ont été réalisées début mai. Les
enrubannages sont suffisamment secs et la qualité est
correcte. Les conditions météo actuelles et à venir posent
question sur les repousses au cycle suivant et sur le
rendement des parcelles de fauche déjà débrayées.
Source : Bulletin Herbe et Fourrages
Des repères pour la gestion
des prairies
19
Quand faucher les prairies au printemps ?
• Selon la qualité et la quantité des stocks
disponibles dans la grange, il est intéressant
de récolter des stocks complémentaires pour
améliorer son autonomie fourragère et viser
l’autonomie protéique par les fourrages.
• Stades de développement visés selon ses
objectifs :
• Objectif qualité : récolter avant
l’apparition des épis
• Compromis rendement/qualité : la
quantité d’UF récoltée par ha atteint
un plateau au début épiaison
• Objectif de rendement maximum :
attendre le début de floraison des
principales graminées
Mars Avril Juin
Rendement / ha
1,0 UF/kg MS
0,8 UF/kg MS
0,7 UF/kg MS
départ en
végétation
début épiaison
épiaison
floraison
Rendement UF
Rendement MS
Mai
0,6 UF/kg MS
0,9 UF/kg MS
Adapter les périodes de fauches en fonction de la qualité recherchée
• Les températures estivales ont pointé leur nez, pour autant la croissance de l’herbe reste
relativement importante. En prévision d’un ralentissement de la pousse de l’herbe c’est le
moment de constituer un stock d’herbe sur pied pour pâturer plus longtemps.
• La saison 2021 a souvent permis de stocker du fourrage en quantité, la sécheresse qui se
profile dans plusieurs régions de France pousse à privilégier des stratégies pour pâturer plus
longtemps quitte à réduire la surface fauchée.
• Les repousses de ces prairies fauchées serviront à agrandir le circuit de pâturage et
augmenter le temps de repousse des parcelles pâturées.
• La constitution de stock sur pied sur des parcelles riches en légumineuses (trèfle violet et
trèfle blanc notamment) valorisera mieux les températures élevées du printemps tout en
gardant de bonnes valeurs alimentaires, ces légumineuses ayant la capacité de maintenir plus
longtemps une meilleure digestibilité que les graminées pendant leur phase de reproduction.
21
Préparer la saison sèche en constituant du
stock d’herbe sur pied
• Evitez la tentation de faucher si vous avez moins de 25 jours d’avance (visez 15 jours dans les
zones arrosées).
• Des parcelles pâturées une fois en début de printemps peuvent aussi servir à constituer une
grande quantité de fourrage pâturée en début d’été pour les animaux à faibles besoins.
22
Des repousses de RGA pâturées mi-mai ont encore une qualité acceptable 40 à 60 jours plus
tard
Source : guide pâturage
Préparer la saison sèche en constituant du
stock d’herbe sur pied
23
Zoom sur… les méteils en Pays de la Loire
Point de situation Mai 2022 sur les associations céréales/protéagineux fourragères
sur la ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou
Située à 20 km au Nord-Ouest d’Angers, conduite en AB depuis 20 ans avec un système de bovins
allaitants autonome, la ferme expé de Thorigné teste et utilise depuis de nombreuses années les
associations de céréales/protéagineux (CERPRO) pour sécuriser le système fourrager.
Sur 2022, le déficit hydrique est important avec seulement 113 mm depuis le 01 Janv (- 46 %).
2 grands types d’associations de CERPRO fourragères sont utilisés en couvert pour l’implantation de
prairies semées à la mi-octobre :
• Un mélange mixte : triticale (140 grains/m²) + pois fourrager (15) + vesce (15) + féverole (20), récolté
au début floraison des céréales début mai, sur une parcelle à faible potentiel. Le rendement est
modeste avec 4,7 tMS/ha. Un mélange similaire sur une modalité d’essai approche les 7,5 tMS/ha
pour une récolte le 8 mai dans une parcelle située en bon potentiel.
• Un mélange céréale : Triticale (300) + pois fourrager (15) + vesce (15), avec un objectif rendement
donc la récolte a lieu au stade laiteux/pâteux du triticale. Avec ce début de saison particulièrement
sec et une semaine 19 aux températures élevées, le suivi matière sèche a été engagé. Le 9 mai
dernier, le taux de MS oscille entre 23 % (plateforme d’essai) à près de 30 % sur ce mélange, sur une
parcelle. Un suivi régulier de l’évolution de ce taux de matière sèche est engagé, l’objectif est de
viser, sans dépasser, les 35 % de MS à la récolte pour un ensilage en coupe directe.
En résumé, en ce qui concerne les céréales/protéagineux, les conditions météos avaient été plutôt
favorables sur l’hiver (avec un hiver très, voire « trop », sain). Une acquisition plus « rapide » des stades,
à surveiller, a été observée avec des températures plus élevées. Pour des récoltes en fourrages, ces
associations CERPRO confirment leurs capacités de production et de sécurisation fourragère, malgré ce
printemps « atypique ».
Bertrand Daveau
Source : Ferme expérimentale de
Thorigné d’Anjou (Facebook)
Les vidéos du mois prochain
24
Les méteils – Compléter son stock fourrager dès
le mois de mai
Chambre d’agriculture du Grand Est, 2020
https://youtu.be/3eNUegJIufw
Plateforme d'essai "cultures fourragères d'été" :
Présentation des essais 2019-2020
Herbe et fourrages Centre-Val de Loire, 2021
https://youtu.be/DbS28uBru_s
Cette note a été réalisée avec
les contributions
25
Des bulletins de l’Observatoire régional de la croissance de l’herbe de Normandie, de l’observatoire
des fourrages de Bretagne, de pousse de l’herbe de Poitou-Charentes, INFO Prairie du Cantal, INFO
Prairie de l’Allier, INFO Prairie de Haute-Loire, INFO Prairie du Puy de Dôme, du FLASH Herbe et
Fourrages du Centre-Val de Loire, Herbophyl’hebdo des Hauts de France, de la pousse de l’herbe
Lorraine, l’observatoire de l’herbe des Ardennes, la météo de l’herbe de Franche-Comté, de la pousse
de l’herbe des Pays de la Loire, le pâtur’RA de Drôme-Isère, Info’Prairie Ardèche, Info Prairie de Loire,
Herbe et Fourrages de la Creuse, Avertissement Herbe de la Corrèze, la pousse de l’herbe de
l’Aveyron, au fil des saisons du Mourier, Herbe des Savoie, le Point Fourrages de la Nièvre,
Herb’Hebdo de Saône-et-Loire, le Flash Fourrages d’Alsace, le bulletin Fourrage d’Ariège, des
Pyrénées-Atlantiques, des Hautes Pyrénées, du Gers, le Pâtur’info du Tarn, l’info Prairie de Lozère, la
newsletter Herbe et Fourrages du Lot, le Flash Fourrage de l’Aude.
Des fermes expérimentales de La Blanche Maison (J.Hébert), du CIIRPO (D Gautier, L Sagot), de
Jalogny (J. Douhay), Thorigné d’Anjou (B.Daveau), de Derval (F. Launay)
…mais aussi : Charlotte Pertuisel (CRA Pays de la Loire), Pauline Hernandez (CDA 36), Claire Caraës
(CRA Normandie), Pascal Lecoeur (CRA Bretagne), Natacha Kozak (CRA Grand Est), Jean-Marie Curtil
(CDA 25), Charles Duvignaud (CDA 58), AUVERGNE, François Demarquet (Carmejane), Sébastien
Guion (CDA 05), Claire Guyon (CDA 84)
Retrouvez des ressources et
outils sur les aléas
climatiques sur
aclimel.idele.fr
26

Contenu connexe

Similaire à Note agroclimatique n°2 - 2022

Note n3 climat et prairies juin 2020
Note n3 climat et prairies juin 2020Note n3 climat et prairies juin 2020
Note n3 climat et prairies juin 2020
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note agro climatique et prairies n°4
Note agro climatique et prairies n°4 Note agro climatique et prairies n°4
Note agro climatique et prairies n°4
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note agroclimatique n1 - 2023
Note agroclimatique n1 - 2023Note agroclimatique n1 - 2023
Note agroclimatique n1 - 2023
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
idelewebmestre
 
Note agro-climatique n°5 - 2023
Note agro-climatique n°5 - 2023Note agro-climatique n°5 - 2023
Note agro-climatique n°5 - 2023
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note agro-climatique n°1 2024 - Mars 2024
Note agro-climatique n°1  2024 - Mars 2024Note agro-climatique n°1  2024 - Mars 2024
Note agro-climatique n°1 2024 - Mars 2024
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note agro climatique et prairies n°1 - Avril 2020
Note agro climatique et prairies n°1 - Avril 2020Note agro climatique et prairies n°1 - Avril 2020
Note agro climatique et prairies n°1 - Avril 2020
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note agroclimatique n2 - 2023
Note agroclimatique n2 - 2023Note agroclimatique n2 - 2023
Note agroclimatique n2 - 2023
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note n°4 climat et prairies septembre 2020
Note n°4 climat et prairies septembre 2020Note n°4 climat et prairies septembre 2020
Note n°4 climat et prairies septembre 2020
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note agro-climatique et prairies n°3 - Mai 2024
Note agro-climatique et prairies n°3 - Mai 2024Note agro-climatique et prairies n°3 - Mai 2024
Note agro-climatique et prairies n°3 - Mai 2024
Institut de l'Elevage - Idele
 
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024
Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024
Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020
Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020
Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020
Institut de l'Elevage - Idele
 
Climate Change and Agro-meteorology
Climate Change and Agro-meteorologyClimate Change and Agro-meteorology
Climate Change and Agro-meteorology
WeinerJulia
 
Aclimel - Comprendre - 3. Quel climat demain en France ?
Aclimel - Comprendre - 3. Quel climat demain en France ?Aclimel - Comprendre - 3. Quel climat demain en France ?
Aclimel - Comprendre - 3. Quel climat demain en France ?
Institut de l'Elevage - Idele
 
Présentation de la réunion Eau et Climat à Arreau le 30 janvier
Présentation de la réunion Eau et Climat à Arreau le 30 janvierPrésentation de la réunion Eau et Climat à Arreau le 30 janvier
Présentation de la réunion Eau et Climat à Arreau le 30 janvier
Philippe Villette
 
Présentation de la réunion eau et climat à Arreau le 30 janvier
Présentation de la réunion eau et climat à Arreau le 30 janvierPrésentation de la réunion eau et climat à Arreau le 30 janvier
Présentation de la réunion eau et climat à Arreau le 30 janvier
Philippe Villette
 
Le changement climatique : quel constat dans les zones caprines françaises ?
Le changement climatique : quel constat dans les zones caprines françaises ?Le changement climatique : quel constat dans les zones caprines françaises ?
Le changement climatique : quel constat dans les zones caprines françaises ?
Institut de l'Elevage - Idele
 
20210417 carte des degats
20210417 carte des degats20210417 carte des degats
20210417 carte des degats
IsabelleBRUNEAU
 

Similaire à Note agroclimatique n°2 - 2022 (20)

Note n3 climat et prairies juin 2020
Note n3 climat et prairies juin 2020Note n3 climat et prairies juin 2020
Note n3 climat et prairies juin 2020
 
Note agro climatique et prairies n°4
Note agro climatique et prairies n°4 Note agro climatique et prairies n°4
Note agro climatique et prairies n°4
 
Note agroclimatique n1 - 2023
Note agroclimatique n1 - 2023Note agroclimatique n1 - 2023
Note agroclimatique n1 - 2023
 
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
 
Note agro-climatique n°5 - 2023
Note agro-climatique n°5 - 2023Note agro-climatique n°5 - 2023
Note agro-climatique n°5 - 2023
 
Note agro-climatique n°1 2024 - Mars 2024
Note agro-climatique n°1  2024 - Mars 2024Note agro-climatique n°1  2024 - Mars 2024
Note agro-climatique n°1 2024 - Mars 2024
 
Note agro climatique et prairies n°1 - Avril 2020
Note agro climatique et prairies n°1 - Avril 2020Note agro climatique et prairies n°1 - Avril 2020
Note agro climatique et prairies n°1 - Avril 2020
 
Note agroclimatique n2 - 2023
Note agroclimatique n2 - 2023Note agroclimatique n2 - 2023
Note agroclimatique n2 - 2023
 
Note agro-climatique n°2-2023
Note agro-climatique n°2-2023Note agro-climatique n°2-2023
Note agro-climatique n°2-2023
 
Note n°4 climat et prairies septembre 2020
Note n°4 climat et prairies septembre 2020Note n°4 climat et prairies septembre 2020
Note n°4 climat et prairies septembre 2020
 
Note agro-climatique et prairies n°3 - Mai 2024
Note agro-climatique et prairies n°3 - Mai 2024Note agro-climatique et prairies n°3 - Mai 2024
Note agro-climatique et prairies n°3 - Mai 2024
 
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
Septembre 2023 : Un très bel été pour les fourrages dans la moitié Nord, un b...
 
Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024
Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024
Note agro-climatique n°2 - 17 Avril 2024
 
Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020
Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020
Note agro climatique et prairies n°2 - mai 2020
 
Climate Change and Agro-meteorology
Climate Change and Agro-meteorologyClimate Change and Agro-meteorology
Climate Change and Agro-meteorology
 
Aclimel - Comprendre - 3. Quel climat demain en France ?
Aclimel - Comprendre - 3. Quel climat demain en France ?Aclimel - Comprendre - 3. Quel climat demain en France ?
Aclimel - Comprendre - 3. Quel climat demain en France ?
 
Présentation de la réunion Eau et Climat à Arreau le 30 janvier
Présentation de la réunion Eau et Climat à Arreau le 30 janvierPrésentation de la réunion Eau et Climat à Arreau le 30 janvier
Présentation de la réunion Eau et Climat à Arreau le 30 janvier
 
Présentation de la réunion eau et climat à Arreau le 30 janvier
Présentation de la réunion eau et climat à Arreau le 30 janvierPrésentation de la réunion eau et climat à Arreau le 30 janvier
Présentation de la réunion eau et climat à Arreau le 30 janvier
 
Le changement climatique : quel constat dans les zones caprines françaises ?
Le changement climatique : quel constat dans les zones caprines françaises ?Le changement climatique : quel constat dans les zones caprines françaises ?
Le changement climatique : quel constat dans les zones caprines françaises ?
 
20210417 carte des degats
20210417 carte des degats20210417 carte des degats
20210417 carte des degats
 

Plus de Institut de l'Elevage - Idele

Webinaire InnOvin La feuille : un complément de la ration estivale
Webinaire InnOvin La feuille : un complément de la ration estivaleWebinaire InnOvin La feuille : un complément de la ration estivale
Webinaire InnOvin La feuille : un complément de la ration estivale
Institut de l'Elevage - Idele
 
JSIE 2024 : Les exploitants du Réseau Equin face à la crise
JSIE 2024 : Les exploitants du Réseau Equin face à la criseJSIE 2024 : Les exploitants du Réseau Equin face à la crise
JSIE 2024 : Les exploitants du Réseau Equin face à la crise
Institut de l'Elevage - Idele
 
JSIE 2024 : Estimation de revenus des exploitations du Réseau équin
JSIE 2024 : Estimation de revenus des exploitations du Réseau équinJSIE 2024 : Estimation de revenus des exploitations du Réseau équin
JSIE 2024 : Estimation de revenus des exploitations du Réseau équin
Institut de l'Elevage - Idele
 
JSIE 2024 : le Portail Inosys, le site de références
JSIE 2024 : le Portail Inosys, le site de référencesJSIE 2024 : le Portail Inosys, le site de références
JSIE 2024 : le Portail Inosys, le site de références
Institut de l'Elevage - Idele
 
JSIE 2024 :  Déclic Travail, un outil pour repenser son travail en équin
JSIE 2024 : 	Déclic Travail, un outil pour repenser son travail en équinJSIE 2024 : 	Déclic Travail, un outil pour repenser son travail en équin
JSIE 2024 :  Déclic Travail, un outil pour repenser son travail en équin
Institut de l'Elevage - Idele
 
MMX2024 - Le secteur porcin en Chine confronté à une reprise économique ralentie
MMX2024 - Le secteur porcin en Chine confronté à une reprise économique ralentieMMX2024 - Le secteur porcin en Chine confronté à une reprise économique ralentie
MMX2024 - Le secteur porcin en Chine confronté à une reprise économique ralentie
Institut de l'Elevage - Idele
 
MMX2024 - Crises de surproduction en Chine
MMX2024 - Crises de surproduction en ChineMMX2024 - Crises de surproduction en Chine
MMX2024 - Crises de surproduction en Chine
Institut de l'Elevage - Idele
 
MMX2024 - L'essor du commerce des poudres lactées MGV - Le cas de l'Afrique d...
MMX2024 - L'essor du commerce des poudres lactées MGV - Le cas de l'Afrique d...MMX2024 - L'essor du commerce des poudres lactées MGV - Le cas de l'Afrique d...
MMX2024 - L'essor du commerce des poudres lactées MGV - Le cas de l'Afrique d...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Replay webinaire "VICTOR – Viandes et Circuits Courts : zoom sur la dimension...
Replay webinaire "VICTOR – Viandes et Circuits Courts : zoom sur la dimension...Replay webinaire "VICTOR – Viandes et Circuits Courts : zoom sur la dimension...
Replay webinaire "VICTOR – Viandes et Circuits Courts : zoom sur la dimension...
Institut de l'Elevage - Idele
 
MMX2024 - Regards croisés lait et viande sur quelques pays méditerranéens
MMX2024 - Regards croisés lait et viande sur quelques pays méditerranéensMMX2024 - Regards croisés lait et viande sur quelques pays méditerranéens
MMX2024 - Regards croisés lait et viande sur quelques pays méditerranéens
Institut de l'Elevage - Idele
 
MMX2024 - L'Inde peut-elle devenir un acteur plus important sur la scène mond...
MMX2024 - L'Inde peut-elle devenir un acteur plus important sur la scène mond...MMX2024 - L'Inde peut-elle devenir un acteur plus important sur la scène mond...
MMX2024 - L'Inde peut-elle devenir un acteur plus important sur la scène mond...
Institut de l'Elevage - Idele
 
MMX2024 - Viande bovine en Inde : production en hausse mais potentiel sous-ex...
MMX2024 - Viande bovine en Inde : production en hausse mais potentiel sous-ex...MMX2024 - Viande bovine en Inde : production en hausse mais potentiel sous-ex...
MMX2024 - Viande bovine en Inde : production en hausse mais potentiel sous-ex...
Institut de l'Elevage - Idele
 
MMX2024 - Viande bovine : rétrospective des marchés 2023 et perspectives 2024
MMX2024 - Viande bovine : rétrospective des marchés 2023 et perspectives 2024MMX2024 - Viande bovine : rétrospective des marchés 2023 et perspectives 2024
MMX2024 - Viande bovine : rétrospective des marchés 2023 et perspectives 2024
Institut de l'Elevage - Idele
 
MMX2024 - Marchés mondiaux des produits laitiers - rétrospectives 2023 et per...
MMX2024 - Marchés mondiaux des produits laitiers - rétrospectives 2023 et per...MMX2024 - Marchés mondiaux des produits laitiers - rétrospectives 2023 et per...
MMX2024 - Marchés mondiaux des produits laitiers - rétrospectives 2023 et per...
Institut de l'Elevage - Idele
 
MMX2024 - Contexte économique international et perspectives des marchés des m...
MMX2024 - Contexte économique international et perspectives des marchés des m...MMX2024 - Contexte économique international et perspectives des marchés des m...
MMX2024 - Contexte économique international et perspectives des marchés des m...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Diaporama VICTOR Pause travail 11 juilet 2024.pdf
Diaporama VICTOR Pause travail 11 juilet 2024.pdfDiaporama VICTOR Pause travail 11 juilet 2024.pdf
Diaporama VICTOR Pause travail 11 juilet 2024.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 03_VARUME.pptx
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 03_VARUME.pptxUMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 03_VARUME.pptx
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 03_VARUME.pptx
Institut de l'Elevage - Idele
 
UMT_EBIS - La variabilité génétique - 20240621 - 02_structure_génétique_signa...
UMT_EBIS - La variabilité génétique - 20240621 - 02_structure_génétique_signa...UMT_EBIS - La variabilité génétique - 20240621 - 02_structure_génétique_signa...
UMT_EBIS - La variabilité génétique - 20240621 - 02_structure_génétique_signa...
Institut de l'Elevage - Idele
 
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 01_impact_SG_diversité_génétiq...
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 01_impact_SG_diversité_génétiq...UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 01_impact_SG_diversité_génétiq...
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 01_impact_SG_diversité_génétiq...
Institut de l'Elevage - Idele
 
[Webinaire Innovin] Diminuer le taux de réforme pour cause de mammite
[Webinaire Innovin] Diminuer le taux de réforme pour cause de mammite[Webinaire Innovin] Diminuer le taux de réforme pour cause de mammite
[Webinaire Innovin] Diminuer le taux de réforme pour cause de mammite
Institut de l'Elevage - Idele
 

Plus de Institut de l'Elevage - Idele (20)

Webinaire InnOvin La feuille : un complément de la ration estivale
Webinaire InnOvin La feuille : un complément de la ration estivaleWebinaire InnOvin La feuille : un complément de la ration estivale
Webinaire InnOvin La feuille : un complément de la ration estivale
 
JSIE 2024 : Les exploitants du Réseau Equin face à la crise
JSIE 2024 : Les exploitants du Réseau Equin face à la criseJSIE 2024 : Les exploitants du Réseau Equin face à la crise
JSIE 2024 : Les exploitants du Réseau Equin face à la crise
 
JSIE 2024 : Estimation de revenus des exploitations du Réseau équin
JSIE 2024 : Estimation de revenus des exploitations du Réseau équinJSIE 2024 : Estimation de revenus des exploitations du Réseau équin
JSIE 2024 : Estimation de revenus des exploitations du Réseau équin
 
JSIE 2024 : le Portail Inosys, le site de références
JSIE 2024 : le Portail Inosys, le site de référencesJSIE 2024 : le Portail Inosys, le site de références
JSIE 2024 : le Portail Inosys, le site de références
 
JSIE 2024 :  Déclic Travail, un outil pour repenser son travail en équin
JSIE 2024 : 	Déclic Travail, un outil pour repenser son travail en équinJSIE 2024 : 	Déclic Travail, un outil pour repenser son travail en équin
JSIE 2024 :  Déclic Travail, un outil pour repenser son travail en équin
 
MMX2024 - Le secteur porcin en Chine confronté à une reprise économique ralentie
MMX2024 - Le secteur porcin en Chine confronté à une reprise économique ralentieMMX2024 - Le secteur porcin en Chine confronté à une reprise économique ralentie
MMX2024 - Le secteur porcin en Chine confronté à une reprise économique ralentie
 
MMX2024 - Crises de surproduction en Chine
MMX2024 - Crises de surproduction en ChineMMX2024 - Crises de surproduction en Chine
MMX2024 - Crises de surproduction en Chine
 
MMX2024 - L'essor du commerce des poudres lactées MGV - Le cas de l'Afrique d...
MMX2024 - L'essor du commerce des poudres lactées MGV - Le cas de l'Afrique d...MMX2024 - L'essor du commerce des poudres lactées MGV - Le cas de l'Afrique d...
MMX2024 - L'essor du commerce des poudres lactées MGV - Le cas de l'Afrique d...
 
Replay webinaire "VICTOR – Viandes et Circuits Courts : zoom sur la dimension...
Replay webinaire "VICTOR – Viandes et Circuits Courts : zoom sur la dimension...Replay webinaire "VICTOR – Viandes et Circuits Courts : zoom sur la dimension...
Replay webinaire "VICTOR – Viandes et Circuits Courts : zoom sur la dimension...
 
MMX2024 - Regards croisés lait et viande sur quelques pays méditerranéens
MMX2024 - Regards croisés lait et viande sur quelques pays méditerranéensMMX2024 - Regards croisés lait et viande sur quelques pays méditerranéens
MMX2024 - Regards croisés lait et viande sur quelques pays méditerranéens
 
MMX2024 - L'Inde peut-elle devenir un acteur plus important sur la scène mond...
MMX2024 - L'Inde peut-elle devenir un acteur plus important sur la scène mond...MMX2024 - L'Inde peut-elle devenir un acteur plus important sur la scène mond...
MMX2024 - L'Inde peut-elle devenir un acteur plus important sur la scène mond...
 
MMX2024 - Viande bovine en Inde : production en hausse mais potentiel sous-ex...
MMX2024 - Viande bovine en Inde : production en hausse mais potentiel sous-ex...MMX2024 - Viande bovine en Inde : production en hausse mais potentiel sous-ex...
MMX2024 - Viande bovine en Inde : production en hausse mais potentiel sous-ex...
 
MMX2024 - Viande bovine : rétrospective des marchés 2023 et perspectives 2024
MMX2024 - Viande bovine : rétrospective des marchés 2023 et perspectives 2024MMX2024 - Viande bovine : rétrospective des marchés 2023 et perspectives 2024
MMX2024 - Viande bovine : rétrospective des marchés 2023 et perspectives 2024
 
MMX2024 - Marchés mondiaux des produits laitiers - rétrospectives 2023 et per...
MMX2024 - Marchés mondiaux des produits laitiers - rétrospectives 2023 et per...MMX2024 - Marchés mondiaux des produits laitiers - rétrospectives 2023 et per...
MMX2024 - Marchés mondiaux des produits laitiers - rétrospectives 2023 et per...
 
MMX2024 - Contexte économique international et perspectives des marchés des m...
MMX2024 - Contexte économique international et perspectives des marchés des m...MMX2024 - Contexte économique international et perspectives des marchés des m...
MMX2024 - Contexte économique international et perspectives des marchés des m...
 
Diaporama VICTOR Pause travail 11 juilet 2024.pdf
Diaporama VICTOR Pause travail 11 juilet 2024.pdfDiaporama VICTOR Pause travail 11 juilet 2024.pdf
Diaporama VICTOR Pause travail 11 juilet 2024.pdf
 
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 03_VARUME.pptx
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 03_VARUME.pptxUMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 03_VARUME.pptx
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 03_VARUME.pptx
 
UMT_EBIS - La variabilité génétique - 20240621 - 02_structure_génétique_signa...
UMT_EBIS - La variabilité génétique - 20240621 - 02_structure_génétique_signa...UMT_EBIS - La variabilité génétique - 20240621 - 02_structure_génétique_signa...
UMT_EBIS - La variabilité génétique - 20240621 - 02_structure_génétique_signa...
 
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 01_impact_SG_diversité_génétiq...
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 01_impact_SG_diversité_génétiq...UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 01_impact_SG_diversité_génétiq...
UMT_EBIS La variabilité génétique - 20240621 - 01_impact_SG_diversité_génétiq...
 
[Webinaire Innovin] Diminuer le taux de réforme pour cause de mammite
[Webinaire Innovin] Diminuer le taux de réforme pour cause de mammite[Webinaire Innovin] Diminuer le taux de réforme pour cause de mammite
[Webinaire Innovin] Diminuer le taux de réforme pour cause de mammite
 

Note agroclimatique n°2 - 2022

  • 1. Note Agro-climatique et Prairies n° 2 mai 2022 Soline SCHETELAT - Aurélie MADRID - Brendan GODOC - Julien FRADIN - Blandine FAGOT Service Fourrages et Pastoralisme Le 13 mai 2022
  • 3. Un mois d’avril finalement plutôt doux Après un début de mois hivernal, les températures se sont nettement adoucies. Au global sur le mois et malgré l’épisode froid de début avril, la température moyenne en France s’est élevée à 11,8 °C, soit 0,7 °C de plus qu’un mois d’avril « moyen ». L’amplitude thermique journalière a été importante. En effet, les températures minimales sont restées proches des normales, tandis que les maximales ont dépassé les valeurs de saison d’environ 1 °C à l’échelle nationale, et jusqu’à 1 à 3 °C sur le Nord-Ouest. 3 Écart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de la température moyenne – avril 2022 * Normale = moyenne de référence sur 1981-2010 Source : Météo-France, bilan climatique d’avril 2022 - https://meteofrance.fr/actualite/publications/2022-les-bilans-climatiques
  • 4. Le déficit pluviométrique se poursuit Les précipitations ont été hétérogènes et globalement peu fréquentes, avec des cumuls relativement faibles, à l’exception de certaines régions qui ont été plus arrosées. À l’échelle nationale et en comparaison à la référence, la pluviométrie d’avril a été déficitaire de 25 % et jusqu’à -50 % de la Bretagne aux Ardennes, de la Vendée à la Charente-Maritime ainsi que sur le Massif Central, la vallée du Rhône et la Côte d’Azur. Au contraire, du Nord de la Lorraine à la Savoie ainsi qu’en Haute- Corse, les précipitations ont été plus importantes qu’habituellement. 4 Rapport à la normale de référence 1981-2010 des cumuls de précipitations – avril 2022 * Normale = moyenne de référence sur 1981-2010 Source : Météo-France, bulletin national de situation hydrologique au 1er mai 2022 https://meteofrance.fr/actualite/publications/les-publications-de-meteo-france/le-dernier-bulletin-de-situation-hydrologique
  • 5. Sécheresse : de quoi parle-t-on ? 5 Il existe différents types de sécheresse : - La sécheresse météorologique, lorsque les précipitations sont déficitaires - La sécheresse agricole, lorsque les sols sont asséchés de façon suffisamment marquée pour affecter le développement des plantes. Elle est la conséquence d’un déficit pluviométrique et/ou d’une évapotranspiration élevée. - La sécheresse hydrologique, lorsque les niveaux des lacs, rivières ou nappes souterraines sont anormalement bas. Pour en savoir plus : https://meteofrance.com/changement- climatique/observer/changement-climatique-et-secheresses À ce stade, le déficit pluviométrique est installé sur une majeure partie du pays. Depuis septembre 2021, les précipitations cumulées sont inférieures à la normale* sur une grande partie du pays, ce déficit est souvent de l’ordre de 25 à 50 %. Source : Météo-France, bulletin national de situation hydrologique au 1er mai 2022 https://meteofrance.fr/actualite/publications/les-publications-de-meteo-france/le-dernier-bulletin-de-situation-hydrologique * Normale = moyenne de référence sur 1981-2010 Rapport à la normale 1981-2010 des cumuls de précipitations – de septembre 2021 à avril 2022
  • 6. Conséquences sur l’humidité des sols 6 Le niveau d’humidité des sols dépend des précipitations mais aussi de l’évaporation d’eau depuis les sols et de la transpiration des plantes, qui est directement liée à l’absorption du CO2 nécessaire à la photosynthèse. L’humidité d’un sol dépend donc, en plus des précipitations, de l’humidité et de la température de l’air, du vent, ainsi que de la nature des sols et de leur couverture. En avril, les sols se sont globalement asséchés, du fait du déficit pluviométrique et de températures douces qui ont favorisé la végétation. C’est tout à fait habituel au printemps ! Toutefois, cette année, les sols sont plus secs que la référence* à la même date sur une grande partie du territoire. Source : Météo-France, bulletin national de situation hydrologique au 1er mai 2022 - https://meteofrance.fr/actualite/publications/les-publications- de-meteo-france/le-dernier-bulletin-de-situation-hydrologique Et https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/climat/secheresse-chaleur-precoce-et-manque-de-pluies Écart pondéré à la normale 1981-2010 de l’indice d’humidité des sols au 1er mai 2022 * Normale = moyenne de référence sur 1981-2010
  • 7. Les premiers arrêtés de restriction de l’usage de l’eau sont tombés 7 Source : PROPLUVIA https://propluvia.developpement-durable.gouv.fr/propluviapublic/accueil Plusieurs départements sont en vigilance depuis déjà quelques semaines. Dans la Drôme, le Vaucluse, en Charente-Maritime, dans la Vienne, au nord de la Vendée et au sud de la Loire-Atlantique, ainsi que ponctuellement dans le Loiret et les Bouches- du-Rhône plusieurs zones sont en alerte voire alerte renforcée. 2 arrêtés de crise ont été pris, dans le Loiret et les Bouches du Rhône. L’ensemble des arrêtés au 09/05/2022 est représenté sur la première carte. La suivante rappelle la situation à la même date en 2021. Carte des arrêtés des eaux superficielles publiés avant le 09/05/2022 Carte des arrêtés des eaux superficielles publiés avant le 09/05/2021
  • 8. En Europe et ailleurs dans le monde 8 Source : JRC MARS Bulletin, Avril 2022 - https://publications.jrc.ec.europa.eu/repository/handle/JRC127960 ; Météo-France ; GIEC ÉVÉNEMENTS CLIMATIQUES EXTRÊMES entre le 1er février et le 18 mars 2022 Déficit pluviométrique Sécheresse Vague de froid Excès de précipitations De l’Espagne aux pays baltes, de nombreux pays européens ont aussi été touchés par la vague de froid de début avril. L’Est du bassin méditerranéen rencontre de façon persistante des températures plus froides que la moyenne qui retardent le développement de la végétation. Des pluies intenses ont arrosé le Sud de la péninsule ibérique, qui était confronté à une sécheresse marquée. Elles sont toutefois arrivées trop tard pour pleinement compenser les impacts de la sécheresse antérieure. De nombreuses régions européennes subissent un déficit pluviométrique voire des conditions de sécheresse, notamment le Sud-Est de la France, une bonne partie de l’Italie, la Corse et la Sardaigne, où les conséquences sur la végétation commencent à se manifester. Le déficit pluviométrique en Europe Centrale, en Roumanie et dans le Sud de l’Ukraine, lui, n’a pour l’instant que des impacts limités. À noter qu’ailleurs dans le monde, les phénomènes extrêmes se multiplient : après deux mois exceptionnellement chauds, l’Inde et le Pakistan vivent actuellement une canicule marquante par sa précocité et son intensité, avec des températures frôlant les 50 °C, le tout alors que le taux d’humidité est élevé dans cette région à cette saison. Ces phénomènes rappellent ce qu’ont écrit les chercheurs du GIEC dans leur dernier rapport : « Il est incontestable que les activités humaines sont à l'origine du changement climatique, qui rend les phénomènes climatiques extrêmes, notamment les vagues de chaleur, les fortes précipitations et les sécheresses, plus fréquents et plus graves. »
  • 9. Les tendances pour le prochain trimestre Le scénario « plus chaud et plus sec que les normales de saison » est le plus probable pour le trimestre mai-juin- juillet. Cependant, la probabilité associée ne s’élève qu’à 50 %, ce qui n’exclut pas la possibilité d’autres scénarios. Par ailleurs, même dans le cadre d’un scénario plus sec ou plus chaud à l’échelle du trimestre, des passages pluvieux ou plus frais restent possibles. 9 Source : Météo-France - http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/la-prevision-saisonniere Les prévisions saisonnières, qu’est-ce que c’est ? La prévision saisonnière a pour objectif de déterminer le climat moyen sur les trois mois à venir, à l'échelle d'une région comme l'Europe de l'Ouest. Contrairement aux prévisions à échéance de quelques jours, l'information n'est pas détaillée ni chiffrée, mais présentée sous forme de prévisions qualitatives qui renseignent sur les grandes tendances (plus chaud ou plus froid, plus sec ou plus humide que la normale). Les climatologues analysent les résultats de modèles numériques comparables à ceux utilisés pour réaliser les prévisions à court terme, mais intégrant la modélisation des océans. Dans certains cas, aucun scénario dominant ne se dégage : faute d'éléments probants susceptibles d'influencer le climat des prochains mois, il est impossible de privilégier une hypothèse. Les performances des prévisions saisonnières sont très variables. Elles sont meilleures pour la température que pour les précipitations, et, pour la température, meilleures en hiver qu'en été. ?
  • 10. Situation des prairies Au 13 mai 2022 10
  • 11. Tour de prairie des régions 11 Pays de la Loire Malgré un épisode de froid ayant ralenti la pousse de l’herbe sur la première quinzaine d’avril, la croissance a été satisfaisante en avril et a atteint son pic la dernière semaine du mois (78 kgMS/ha/jour, dans la moyenne 2004-2021). Si certains se sont fait surprendre par la flambée de pousse en cette fin d’avril, ils ont pu débrayer les parcelles et faucher dans de bonnes conditions (le sec et le vent d’est ont accéléré le séchage). Les récoltes s’avèrent plutôt satisfaisantes tant en quantité qu’en qualité avec une bonne proportion en légumineuses et des graminées peu épiées. Le sec et la chaleur sont revenus depuis début mai et risquent de persister. Par conséquent, la pousse de l’herbe chute et le nombre de jours d’avance au pâturage se réduit. Les exploitations ayant beaucoup débrayé doivent donc rester vigilantes et devront adapter dans les semaines à venir la surface accessible au pâturage si elles le peuvent. Il est possible que l’affouragement au champ des animaux arrive plus vite que prévu pour maintenir le niveau de production … D’ici 15 jours tous les maïs seront semés dans la région. Les méteils ont été fauchés dès début mai avec des conditions météo idéales pour réaliser des bons enrubannages. Pays de la Loire Source : Bulletin de pousse de l’herbe Pays de la Loire
  • 12. 12 Centre-Val de Loire Cette année le pic de pousse de l’herbe est légèrement plus faible que les années précédentes (65 kgMS/ha/jour fin avril) et il est aussi plus étalé : la croissance se maintient à 50 kgMS/ha/jour en cette deuxième semaine de mai mais elle devrait rapidement chuter dans les jours à venir. Le pâturage s’est déroulé normalement en avril mais le nombre de jours d’avance diminuant drastiquement début mai (20 jours d’avance aujourd’hui contre les 30 jours nécessaires au maintien du pâturage) il risque de s’arrêter prochainement et de forcer à affourager les animaux au champ. Il est conseillé de maintenir un temps de repos de 30 jours pour préserver les prairies. Les fauches précoces ont pu se dérouler dans de bonnes conditions et au bon stade donc la qualité est au rendez-vous. Les précipitations ont été en deçà des normales sur le début d’année donc les rendements des méteils sont plutôt bons à moyens sur les sols à faible réserve utile. Les maïs ne sont pas encore tous semés et les premiers méteils précoces ont été récoltés fin avril-début mai. Les rendements des méteils varient de 4 à 10 tMS/ha selon la réserve en eau du sol. La qualité est au rendez-vous (bonne proportion de légumineuses et de protéagineux). Tour de prairie des régions Centre-Val de Loire Hauts de France Hauts de France Le pic de pousse est enregistré début mai avec une croissance moyenne de 60 kgMS/ha/jour mais de très fortes disparités régionales (variations entre 40 et 110 kgMS/ha/jour). À partir du 10 mai la croissance ralentit et le manque d’eau et le vent du Nord se font ressentir. Les fauches ont commencé fin avril en ensilage et en enrubannage. Les rendements des prairies fauchées sont plus faibles que ceux des années précédentes (2,5tMS/ha) et les rendements des dérobées de raygrass italien avant maïs approchent des 3-3,5TMS/ha.
  • 13. Normandie La pousse de l’herbe a commencé plus précocement cette année car l’herbe a continué de pousser cet hiver, la saison de pâturage se déroule classiquement. Le pic de pousse a été atteint fin avril-début mai avec une croissance de 80kgMS/ha/jour. Peu de parcelles ont été débrayées pour garder de l’herbe à pâturer dans les prochains jours à cause du sec qui démarre. Le risque de sécheresse est élevé dès le mois de juin pour les prairies et les maïs si la pluie ne vient pas, les silos resteront sans doute ouverts toute l’année en fonction des systèmes et il est possible de voir des dérobées estivales être semées prochainement. Les ensilages d’herbe ont commencé dès la fin avril avec des rendements de 2,7 et 3,3tMS/ha pour la ferme expérimentale de la Blanche Maison (50) et les dérobées ont été fauchées dès avril. L’herbe fauchée est de bonne qualité (15 % de MAT et 0,95UFL à la Blanche Maison), tout comme les méteils (13 à 20 % de MAT en fonction des compositions). Les maïs ont été semés de fin avril à début mai, la levée est plus lente à cause des sols secs. Cependant, les sols sont bien réchauffés ce qui a permis de semer les sorghos plus tôt que les autres années (mi-mai contre la fin mai). 13 Bretagne Les conditions de pâturage sont idéales, les sols sont portants et la pousse de l’herbe suit jusqu’ici les normales de saison avec 50kgMS/ha/jour de moyenne pour la région sur la première semaine de mai. Les débrayages et les parcelles fauchées sont de qualité avec des conditions de récoltes idéales voire parfois surprenantes. La pluviométrie de fin mai et juin sera décisive pour la suite car la Bretagne est largement déficitaire de son carburant naturel : la pluie. La quasi-totalité des maïs est semée. Les levées sont rapides grâce aux températures élevées mais les précipitations sont maintenant attendues au regard de la sécheresse des sols. Les mélanges céréales-protéagineux ont profité d’un hiver doux et d’un bon ensoleillement sur ce début de printemps. De ce fait les légumineuses semblent particulièrement présentes dans les mélanges. Tour de prairie des régions Bretagne Normandie
  • 14. 14 Grand Est Tour de prairie des régions Grand Est La pousse de l’herbe a réellement explosé vers la fin avril pour atteindre une croissance moyenne de 70 kgMS/ha/jour voire localement des croissances de plus de 200 kgMS/ha/jour. Cette croissance devrait ralentir très fortement dans les 15 prochains jours à cause du manque d’eau annoncé (qui se fait déjà sentir depuis une dizaine de jours). Il est donc conseillé aux éleveurs qui font du pâturage tournant de sortir des paddocks à 5 cm minimum pour ne pas pénaliser la reprise de pousse. Les fauches précoces ont démarré à partir de la mi-avril pour aller chercher des fourrages de qualité, notamment riches en azote, et ainsi limiter le recours aux aliments azotés dont les prix s’envolent. Le volume d’herbe disponible est déjà conséquent et ne devrait pas augmenter dans les jours à venir, c’est donc le moment pour tenter un foin précoce de qualité. Vu les conditions annoncées, on peut espérer une belle repousse d’herbe avant l’été. Les premiers méteils ont été fauchés début mai, la qualité et le rendement ont l’air d’être au rendez-vous (à confirmer avec le retour des analyses de valeurs alimentaires). Courbe de pousse de l’herbe en Lorraine Source : Bulletin de pousse de l’herbe Lorraine
  • 15. Bourgogne Les pluies de fin avril et début mai et les températures élevées permettent jusqu’ici une pousse de l’herbe soutenue. Sur la Saône et Loire une pousse comprise entre 90 kg MS/ha/j et 120 kg MS/ha/j a été enregistrée début mai. Les journées estivales de cette mi-mai vont permettre de débrayer davantage de parcelles et de faire profiter les repousses des potentiels orages annoncés et très attendus. Le manque d’eau commence à se faire ressentir avec un redémarrage difficile sur les sols superficiels. Les récoltes d’ensilages progressent avec de bons volumes mais la qualité est parfois difficile à maîtriser puisque les stades évoluent vite. La vigilance est de mise sur les foins. Les stocks de 2021 permettront toutefois de couvrir l’hiver sauf s’il faut commencer à affourager les troupeaux dès mi-juin. 15 Bourgogne Franche-Comté Tour de prairie des régions Franche-Comté La croissance de l’herbe en Franche-Comté suit les moyennes de saison avec un bon rythme en plaine qui a bénéficié des quelques millimètres de fin avril et début mai tout en préservant une bonne portance. Cependant, le déficit de précipitations reste élevé depuis le début de l’année avec des sols secs pour une mi-mai. Les récoltes en foin commencent avec des stades phénologiques en avance et qui évoluent rapidement. Les semis de maïs s’achèvent en plaine. Source : La météo de l'herbe – Chambre Régionale Bourgogne Franche Comté
  • 16. Auvergne-Rhône- Alpes 16 Tour de prairie des régions Auvergne En zone de montagne, la mise à l’herbe s’est faite dans de bonnes conditions de portance autour de la mi-avril. Quelle que soit l’altitude suivie, la croissance de l’herbe s’est accélérée à partir de la seconde quinzaine d’avril et continue en ce début mai sur des valeurs assez élevées autour de 70 kgMS/ha/jour sur les secteurs avec un bon potentiel et de 40 kgMS/ha/j sur les sols superficiels ou les secteurs peu arrosés. La dynamique de pousse de l’herbe est donc très différente de l’année 2021 où le pic de croissance de l’herbe n’était pas vraiment perceptible. Les premiers coups de chaleur posent des questions sur l’évolution du stock d’herbe disponible dans les semaines à venir. L’avancée des stades de développement est telle que les ensilages sont finis en plaine et sur le point de l’être en moyenne montagne. Dans le Puy de Dôme, les rendements sont corrects tandis que dans l’Allier ils sont plutôt en dessous de la moyenne. Les fauches au bon stade pour profiter de stocks de qualité pénalisent un peu le rendement cette année à cause de la faible pluviométrie. Savoie Dès la mi-avril la croissance de l’herbe est importante sur les secteurs de plaine et des plateaux. A la fin avril des pics de croissance de l’herbe sont mesurées à 80 – 100 kgMS/ha/jour. La mise à l’herbe a eu lieu en montagne fin avril. Sur les zones de moyenne montagne la croissance a décollé à partir de la deuxième semaine de mai. Le pâturage est en plein boom en Savoie. La Haute-Savoie est davantage touchée par le manque d’eau que la Savoie. Drôme-Isère Le déficit hydrique est très important en Vallée du Rhône, sur le piémont et la montagne iséroise et continue de progresser en mai. La dynamique d’évolution des prairies et du déficit hydrique ressemble à l’année 2020. On retrouve un pic de croissance de l’herbe dès la fin avril en plaine et piémont. Les récoltes de méteil ont eu lieu sauf en altitude, les rendements sont hétérogènes.
  • 17. Occitanie Provence-Alpes- Côte d’Azur 17 Tour de prairie des régions Provence-Alpes-Côte d’Azur Les sorties au pâturage ont été plus tardives pour s'adapter au manque d'herbe, elles commencent tout juste en zone de montagne. Certains éleveurs privilégient les parcours en attendant que les prairies rattrapent le retard. Les récoltes n'ont pas encore commencé, les quantités s'annoncent faibles, pour une qualité moyenne. Les pâturages paraissent plutôt maigres mais les bonnes prairies semblent assez denses. Les prochaines semaines sont dures à prévoir, la dépendance aux orages est plus forte que jamais au vu du manque de réserves des sols et du manque d'épaisseur du manteau neigeux. Les légumineuses ont été semées début avril, sous couvert en zone de montagne, elles commencent à sortir avec les pluies récentes. Occitanie / Sud Ouest Globalement, la région a bénéficié de pluies sur la seconde quinzaine d’avril, qui ont été favorables à la pousse de l’herbe. Mais il a fallu composer avec une portance limitée et veiller à ne pas dégrader les sols. Dans le Tarn, ces pluies ont été bienvenues, alors que la croissance de l’herbe commençait à marquer le pas par manque d’eau. Dans l’Aude, la pousse reste hétérogène, tant sur les prairies que sur les luzernes ou les méteils. Le déprimage est largement terminé maintenant, à l’exception des prairies situées au-dessus de 1 200 m, par exemple en Lozère. Les chantiers d’ensilage et enrubannage sur prairies et méteils suivent leur cours, sauf sur les zones les plus hautes. En plaine, ce sont maintenant les foins qui vont bientôt commencer. Les semis de maïs avancent en parallèle. Les conditions sont également favorables aux semis de dérobées d’été, en espérant que la pluviométrie à venir leur permette de s’implanter.
  • 18. 18 Courbe de pousse de l’herbe en Poitou-Charentes Tour de prairie des régions Nouvelle-Aquitaine Poitou-Charentes La région a bénéficié d’orages très localisés et des hautes températures, la croissance de l’herbe a explosé fin avril. La croissance moyenne est de 70 kgMS/ha/jour et elle atteint localement les 100 kgMS/ha/jour. Les premières fauches ont débuté à la fin avril grâce à des fenêtres météo favorables. Les rendements sont moyens mais la qualité est au rendez-vous. Limousin En Corrèze, la croissance de l'herbe a explosé début mai avec 149 kgMS/ha/jour sur des cultures à base de luzerne, 110 kg sur des prairies permanentes et 57 kg en prairie temporaire sur sol très léger. Le manque d'eau à venir risque de ralentir la pousse jusqu'aux prochaines pluies. Dans la Creuse, les fauches précoces ont commencé dès fin avril. À la ferme expérimentale ovine du Mourier en Haute- Vienne le premier cycle de pâturage s’est bien déroulé et les premières fauches ont été réalisées début mai. Les enrubannages sont suffisamment secs et la qualité est correcte. Les conditions météo actuelles et à venir posent question sur les repousses au cycle suivant et sur le rendement des parcelles de fauche déjà débrayées. Source : Bulletin Herbe et Fourrages
  • 19. Des repères pour la gestion des prairies 19
  • 20. Quand faucher les prairies au printemps ? • Selon la qualité et la quantité des stocks disponibles dans la grange, il est intéressant de récolter des stocks complémentaires pour améliorer son autonomie fourragère et viser l’autonomie protéique par les fourrages. • Stades de développement visés selon ses objectifs : • Objectif qualité : récolter avant l’apparition des épis • Compromis rendement/qualité : la quantité d’UF récoltée par ha atteint un plateau au début épiaison • Objectif de rendement maximum : attendre le début de floraison des principales graminées Mars Avril Juin Rendement / ha 1,0 UF/kg MS 0,8 UF/kg MS 0,7 UF/kg MS départ en végétation début épiaison épiaison floraison Rendement UF Rendement MS Mai 0,6 UF/kg MS 0,9 UF/kg MS Adapter les périodes de fauches en fonction de la qualité recherchée
  • 21. • Les températures estivales ont pointé leur nez, pour autant la croissance de l’herbe reste relativement importante. En prévision d’un ralentissement de la pousse de l’herbe c’est le moment de constituer un stock d’herbe sur pied pour pâturer plus longtemps. • La saison 2021 a souvent permis de stocker du fourrage en quantité, la sécheresse qui se profile dans plusieurs régions de France pousse à privilégier des stratégies pour pâturer plus longtemps quitte à réduire la surface fauchée. • Les repousses de ces prairies fauchées serviront à agrandir le circuit de pâturage et augmenter le temps de repousse des parcelles pâturées. • La constitution de stock sur pied sur des parcelles riches en légumineuses (trèfle violet et trèfle blanc notamment) valorisera mieux les températures élevées du printemps tout en gardant de bonnes valeurs alimentaires, ces légumineuses ayant la capacité de maintenir plus longtemps une meilleure digestibilité que les graminées pendant leur phase de reproduction. 21 Préparer la saison sèche en constituant du stock d’herbe sur pied
  • 22. • Evitez la tentation de faucher si vous avez moins de 25 jours d’avance (visez 15 jours dans les zones arrosées). • Des parcelles pâturées une fois en début de printemps peuvent aussi servir à constituer une grande quantité de fourrage pâturée en début d’été pour les animaux à faibles besoins. 22 Des repousses de RGA pâturées mi-mai ont encore une qualité acceptable 40 à 60 jours plus tard Source : guide pâturage Préparer la saison sèche en constituant du stock d’herbe sur pied
  • 23. 23 Zoom sur… les méteils en Pays de la Loire Point de situation Mai 2022 sur les associations céréales/protéagineux fourragères sur la ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou Située à 20 km au Nord-Ouest d’Angers, conduite en AB depuis 20 ans avec un système de bovins allaitants autonome, la ferme expé de Thorigné teste et utilise depuis de nombreuses années les associations de céréales/protéagineux (CERPRO) pour sécuriser le système fourrager. Sur 2022, le déficit hydrique est important avec seulement 113 mm depuis le 01 Janv (- 46 %). 2 grands types d’associations de CERPRO fourragères sont utilisés en couvert pour l’implantation de prairies semées à la mi-octobre : • Un mélange mixte : triticale (140 grains/m²) + pois fourrager (15) + vesce (15) + féverole (20), récolté au début floraison des céréales début mai, sur une parcelle à faible potentiel. Le rendement est modeste avec 4,7 tMS/ha. Un mélange similaire sur une modalité d’essai approche les 7,5 tMS/ha pour une récolte le 8 mai dans une parcelle située en bon potentiel. • Un mélange céréale : Triticale (300) + pois fourrager (15) + vesce (15), avec un objectif rendement donc la récolte a lieu au stade laiteux/pâteux du triticale. Avec ce début de saison particulièrement sec et une semaine 19 aux températures élevées, le suivi matière sèche a été engagé. Le 9 mai dernier, le taux de MS oscille entre 23 % (plateforme d’essai) à près de 30 % sur ce mélange, sur une parcelle. Un suivi régulier de l’évolution de ce taux de matière sèche est engagé, l’objectif est de viser, sans dépasser, les 35 % de MS à la récolte pour un ensilage en coupe directe. En résumé, en ce qui concerne les céréales/protéagineux, les conditions météos avaient été plutôt favorables sur l’hiver (avec un hiver très, voire « trop », sain). Une acquisition plus « rapide » des stades, à surveiller, a été observée avec des températures plus élevées. Pour des récoltes en fourrages, ces associations CERPRO confirment leurs capacités de production et de sécurisation fourragère, malgré ce printemps « atypique ». Bertrand Daveau Source : Ferme expérimentale de Thorigné d’Anjou (Facebook)
  • 24. Les vidéos du mois prochain 24 Les méteils – Compléter son stock fourrager dès le mois de mai Chambre d’agriculture du Grand Est, 2020 https://youtu.be/3eNUegJIufw Plateforme d'essai "cultures fourragères d'été" : Présentation des essais 2019-2020 Herbe et fourrages Centre-Val de Loire, 2021 https://youtu.be/DbS28uBru_s
  • 25. Cette note a été réalisée avec les contributions 25 Des bulletins de l’Observatoire régional de la croissance de l’herbe de Normandie, de l’observatoire des fourrages de Bretagne, de pousse de l’herbe de Poitou-Charentes, INFO Prairie du Cantal, INFO Prairie de l’Allier, INFO Prairie de Haute-Loire, INFO Prairie du Puy de Dôme, du FLASH Herbe et Fourrages du Centre-Val de Loire, Herbophyl’hebdo des Hauts de France, de la pousse de l’herbe Lorraine, l’observatoire de l’herbe des Ardennes, la météo de l’herbe de Franche-Comté, de la pousse de l’herbe des Pays de la Loire, le pâtur’RA de Drôme-Isère, Info’Prairie Ardèche, Info Prairie de Loire, Herbe et Fourrages de la Creuse, Avertissement Herbe de la Corrèze, la pousse de l’herbe de l’Aveyron, au fil des saisons du Mourier, Herbe des Savoie, le Point Fourrages de la Nièvre, Herb’Hebdo de Saône-et-Loire, le Flash Fourrages d’Alsace, le bulletin Fourrage d’Ariège, des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes Pyrénées, du Gers, le Pâtur’info du Tarn, l’info Prairie de Lozère, la newsletter Herbe et Fourrages du Lot, le Flash Fourrage de l’Aude. Des fermes expérimentales de La Blanche Maison (J.Hébert), du CIIRPO (D Gautier, L Sagot), de Jalogny (J. Douhay), Thorigné d’Anjou (B.Daveau), de Derval (F. Launay) …mais aussi : Charlotte Pertuisel (CRA Pays de la Loire), Pauline Hernandez (CDA 36), Claire Caraës (CRA Normandie), Pascal Lecoeur (CRA Bretagne), Natacha Kozak (CRA Grand Est), Jean-Marie Curtil (CDA 25), Charles Duvignaud (CDA 58), AUVERGNE, François Demarquet (Carmejane), Sébastien Guion (CDA 05), Claire Guyon (CDA 84)
  • 26. Retrouvez des ressources et outils sur les aléas climatiques sur aclimel.idele.fr 26