SlideShare une entreprise Scribd logo
1
Pierre BROCH (1909-1985) et la pénicilline
Pierre BROCH sur le seuil de l’usine des laboratoires SOBIO à Mayenne, entouré de son personnel
- Le militaire
- Le pionnier de la pénicilline
- L’industriel
André FROGERAIS Andrefro47@yahoo.fr
26/06/2015
2
Pierre Jean François Broch est né le 30 septembre 1909 à 2 heure du matin à Barbezieux (Charente), son père Pierre
est inspecteur d’école primaire, sa mère Jeanne Louise Gabrielle Fossecave est sans profession.
Le militaire
Il est admis à l’Ecole du Service de Santé militaire de Lyon en octobre 1928, il est classé au concours d’entrée 42° sur
59 et contracte un engagement pendant la durée de ses études augmenté de 6 ans. Il est détaché à la Faculté de
Bordeaux à partir du 28 octobre (1).
Il est promu au grade de sous lieutenant le 31 décembre 1930 puis de lieutenant le 31 décembre 1932. Il soutient
sa thèse de Doctorat à la Faculté de Lyon le 7 novembre 1933, intitulée : Trente-deux observations d’hystérotomies
recueillis à la clinique obstétricale de la Faculté de médecine de Lyon.
L’Ecole du Service de Santé lui délivre un certificat le 8 novembre 1933 où il est précisé qu’il a obtenu un certificat
d’hydrologie à la Faculté de médecine de Lyon, qu’il parle allemand et anglais et qu’il a obtenu le brevet de conduite
automobile.
Nous ne connaissons pas son rang de sortie mais l’appréciation générale n’est pas brillante : « Elève moyen qui doué
de qualités suffisantes pour accomplir une bonne scolarité, n’a jamais au cours de ses années d’études, fourni
l’effort nécessaire ». Négligeant dans sa conduite et sa tenue, il a mérité plusieurs observations à ce double point
de vue ce qui lui vaudra pendant ses années d’étude 66 jours d’arrêt simple, on lui reproche sa tenue négligé et de
porter le képi de travers ainsi que 49 jours d’arrêt de rigueur pour avoir découché à plusieurs reprises.
Il est affecté à partir du 8 novembre à l’Hôpital du Val de Grace de Paris, puis du 31 décembre au 1° aout 1934 à
l’Ecole d’application des armées. Le 5 septembre 1934 il est nommé au 2° régiment du génie de Metz.
Suite à la mobilisation il est affecté au 149° RIF puis au 139° à partir du 23 aout 1939, le 25 mars 1940 il est promu
médecin-capitaine. Il est cité à l’ordre de la division le 10 juin 1940 par le général de division Perraud pour les soins
qu’il apporte à des blessés en avant des lignes ; le 1°mai, il ramène le corps d’un soldat tué.
Il est fait prisonnier le 25 juin et s’évade le 14 septembre. Il est affecté le 18 septembre à l’Hôpital de Toulouse. Il y
rencontre Suzanne Vernier qu’il épouse le 4 décembre 1940 à Orgentat (Corrèze) ; ils n’auront pas d’enfants. Le 10
avril 1941 il est nommé à l’hôpital Montbeton (Tarn et Garonne) puis le 1° juillet à l’Hôpital Saint Gabriel de
Clermont Ferrand. Il suit au cours de l’année 1942 des conférences de pathologie et de bactériologie
Mal vue de sa hiérarchie pour son opposition au régime de Vichy, il est désigné le 2 février 1943 pour remplacer un
médecin prisonnier. Le 15 mars, il est à Paris, il décide de désobéir et de rallier la France Libre. Il déserte le 23 mars
et s’évade de France en passant par l’Espagne. Il est interné au camp de Miranda du 5 mai au 18 aout 1943 puis
gagne le Maroc. Dans un certificat délivré en juillet 1979 à un camarade de détention, il dénonce les conditions
inhumaines de détention des camps espagnols où les internés sont soumis à la dénutrition et l’avitaminose.
Il s’engage dans la 2°Division Blindée et commande la 3° Compagnie Médicale du 13°Bataillon Médicale à partir du
31 décembre.
3
Pierre BROCH (1944)
Le 13 avril 1944 son régiment est à Oran, il embarque pour l’Angleterre le 10 juin, le 30 juillet il est à Southampon
et débarque le 1° aout en France à Grandcamp. Il gagne par camion Mobecq (La Haye du Puy) et arrive dans la zone
d’opération de la campagne de Normandie.
Du 7 au 22 aout il participe aux combats du Mans, d’Alençon, d’Exemes et enfin de Paris. Du 23 aout au 7 septembre
il est engagé dans les combats de la Vallée de la Biévre, du Pont de Sévres , de l’Etoile et de la banlieue Nord. Il est
de nouveau cité à l’ordre de sa division pour sa conduite au front les 24 et 25 Aout ce qui lui vaut d’être décoré de la
Croix de guerre avec une étoile en argent. Du 8 septembre au 11 novembre il participe à la Campagne des Vosges et
à la libération de Baccarat, puis est détaché à Paris au Centre de la Pénicilline le 8 décembre 1944 ; le 25 janvier
1945 il est nommé commandant.
Etudiant très moyen, rétif à des règlements qu’il n’apprécie pas, il va se révéler volontaire, déterminer, courageux: il
est cité à deux reprises à l’ordre de l’armée, il s’évade puis déserte pour intégrer les forces armées dissidentes. C’est
un rebelle qui va perpétuellement forcé le destin. Son camarade de la 2°DB, le médecin-capitaine Chauliac le décrit
comme un fonceur (2).
L’homme de la pénicilline
La pénicilline a été découverte par Alexander Fleming en Grande Bretagne en 1929, dix ans plus tard Howard Floray
et ses collaborateurs mettent au point une méthode de production industrielle ce qui rend possible des essais
cliniques.
Le corps médical dispose dorénavant d’un médicament efficace, la production industrielle commence aux Etats-Unis
puis en Grande Bretagne (3).
Pierre Broch est informé de l’intérêt de la pénicilline lors de son séjour forcé en Espagne. Il va avoir la possibilité
d’en vérifier l’efficacité au Maroc, le Service de santé américaine en dispose et en met à la disposition des médecins
4
militaires français dans la limite de leur stock. Les américains et les britanniques sont seuls capable d’en fabriquer,
Pierre Broch est convaincu que la France doit de toute urgence en produire.
En mai 1944, la priorité est au Débarquement mais Pierre Broch profite de son séjour en Grande Bretagne pour se
renseigner sur les modes de production utilisées par les firmes britanniques.
Il fait partager ses certitudes auprès des décideurs qu’il côtoie dont le Général Leclerc. Il remet un rapport t le 2
septembre au médecin-général Debénédétti, directeur général du Service de Santé des Armées dont il a été le
collaborateur à l’Hôpital Saint Gabriel de Clermont Ferrand et qu’il a retrouvé au Maroc.
Il devient pour le Service de Santé le spécialiste de la pénicilline, à ce titre il participe en novembre 1944 aux
réunions du Comité de la Pénicilline crée à l’initiative du Ministère de la Guerre.
Parallèlement Pierre Broch propose la création d’un Centre militaire de fabrication de la Pénicilline. Le médecin-
général Debénéditti accepte avec enthousiasme et obtient des crédits du ministre de la guerre André Diethelm, qui
met un local à disposition : un ancien garage de la Wehrmacht situé 6 rue Alexandre Cabanel à Paris.
Le Centre Cabanel (Paris 15°)
Un comité de direction est constitué de militaires autour de Pierre Broch, le pharmacien-capitaine Joseph Kerhaho
les médecin- capitaines Netik et Joffre ainsi que des membres de l’Institut Pasteur, Jacques Tréfouël et Francisco
Nitti. Le comité se réunit tous les jeudi dans les locaux de l’Institut.
Les pasteuriens ne sont pas très satisfait de cette organisation qui donne aux militaires le rôle principal,, afin de les
satisfaire, la raison sociale s’intitule désormais Centre Militaire d’Etudes et de Fabrication de la Pénicilline, on le
désigne comme le Centre Cabanel (3).
L’organisation est la suivante : la pénicilline sera cultivée par le Centre Cabanel sous la responsabilité des militaires
selon la méthode de culture en surface, l’extraction de la pénicilline des jus et le conditionnement pharmaceutique
5
seront faits par Rhône Poulenc. Les Pasteuriens utiliseront le Centre comme usine pilote afin de mettre au point une
méthode d’extraction spécifiquement française. Le laboratoire de pharmacie galénique de la Faculté de pharmacie
de Paris est chargé de l’entretient et des sélections des souches (4).
Le directeur général de Rhône Poulenc Nicholas Grillet donne son accord pour que l’extraction soit réalisée dans
l’usine de Vitry- Sur- Seine (Val de Marne) ainsi que le conditionnement. L’atelier d’extraction est achevé le 15
janvier 1945.
Le local de la rue Cabanel est un garage de six étages «encombré de chenilles, de chars et de véhicules blindés
Renault »soit 600 tonnes de matériel automobile abandonnées par l’armée allemande ; il faut le transformer en une
usine, créer des ateliers de fabrication et des laboratoires. Le général Leclerc met à disposition le personnel
militaire de la 2°DB, les moyens de transports et le carburant, 20 000 litres d’essence. Il faut trois mois pour livrer les
locaux aux entrepreneurs qui commencent les travaux en décembre 1944.
La France de la Libération manque de tout, les problèmes matériels ne sont pas simples, il va falloir beaucoup
d’énergie et d’imagination à Pierre Broch pour transformer ce garage en une usine de fabrication, il faut trouver :
210 tonnes de briques, 190 tonnes de plâtre, 80 tonnes de ciment, 175 m3 de bois, 25 tonnes d’acier, 21 tonnes de
fonte, 1 tonne d’acier inoxydable, 1 tonne de bronze, 6 kilomètres de câble électrique. Les camions de la 2°DB sont
réquisitionnés, 30 millions de francs sont investis(5).
Pierre Broch a résumé en une phrase cette période : «ce fut la lutte quotidienne d’une équipe de camarades,
solidement soudée ». . En février il participe à une mission d’information en Grande Bretagne sur la production de
pénicilline à l’initiative de la représentation scientifique française dirigée par Louis Rapkine. Il visite de nombreuses
usines.
Il faut quatre mois pour que la phase biologique de la préparation de la pénicilline démarre au Centre Cabanel alors
que Rhône Poulenc est disponible pour commencer l’extraction à partir de janvier 1945. Pierre Broch va avoir une
idée pour le moins originale : récupérer la pénicilline des urines des soldats américains traités par ce médicament.
Cet épisode de la pénicilline urinaire est connu sous le nom de la PIPILINE (6).
Elle consiste à réaliser la collecte des urines dans les hôpitaux de la région parisienne où sont soignés les soldats
américains : d’abord à l’hôpital de la Pitié, puis dans sept établissements. La collecte commence le 17 janvier. Le
pharmacien-capitaine Desbordes est le responsable du French Military Penicillin Team mais c’est toujours Pierre
Broch qui dirige.
Il doit résoudre tous les problèmes d’hygiène, de logistique, de conservation des urines, il surmonte toutes les
difficultés, trouve des solutions à tous les problèmes, réussi à convaincre le personnel soignant américain qui
accepte de collaborer, il franchit tous les obstacles et les contourne s’il le faut.
Les débuts sont difficiles, la mise en route délicate, l’urine doit parfois être jetée. Le ramassage occupe 12 hommes
de 9h à 20 h, 7jours par semaine, progressivement il est étendu à 12 établissements. Il faut 25 litres d’urine pour
produire 100 000 unités de pénicilline.
Pierre Broch a raconté cet épisode dans un ouvrage et rendu hommage à ses collaborateurs qui partis pour délivrer
la France, ont pendant quatre mois collecté deux fois par jour des litres d’urine en parcourant la Région Parisienne
au volant d’une camionnette Simca : « ils se sont soumis avec discipline et ponctualité à un métier qu’ils ne
prévoyaient surement pas d’exercer en s’engageant dans notre division. Tous ont immédiatement compris l’intérêt
de ce travail obscur ».
La méthode finie par fonctionner et permet d’atteindre la production de 10 millions d’unités par semaine. La
collecte d’urine cesse fin mars 1945.
6
Le 10 avril commence la production biologique au Centre Cabanel, le 23 avril 1945, les premiers jus de
fermentation sont livrés à l’usine de Vitry-sur-Seine le 8 mai Rhône Poulenc effectue les premières livraisons de
Pénicilline au Service de Santé des Armées.
La fabrication s’effectue en deux temps : la phase biologique de culture et la phase chimique d’extraction. La
production industrielle est réalisée en cultivant le penicillium sur des milieux nutritifs liquides. Pour produire il faut
obtenir du Ministère du ravitaillement la réquisition de 3 400 tonnes de maïs nécessaire au milieu de culture et
mobiliser 340 wagons de 10 tonnes soit 24 trains par priorité militaire au rythme de 400 tonnes par semaine, au
bout de quelques jours il se forme une solution de pénicilline dont elle est extraite par traitement chimique. Enfin
elle doit être soumise à un dosage et un contrôle clinique (7).
Le milieu de culture est préparé dans quatre cuves de 500 litres chauffés à la vapeur, l’usine traite quotidiennement
5.000 litres. Les matières insolubles sont éliminées au moyen d’une centrifugeuse Alfa Laval. Le liquide de culture est
ensuite réparti dans des fioles de Roux la surface du liquide au contact de l’air doit être la plus grande possible. La
production est de 3 000 bouteilles par jour, les flacons sont bouchés avec un coton et une capsule puis sont
stérilisées dans un autoclave Lecqueux qui contient 2 300 bouteilles. Après refroidissement les flacons sont
débouchés et ensemencés, cette opération est réalisée aseptiquement, puis placés dans des étuves à 24°C pendant
10 jours. Le mycélium et le liquide sont ensuite filtrés, pressés et refroidis dans des bidons qui sont livrés à l’usine
d’extraction chimiques de Vitry-Sur-Seine (8).
Autoclave Lecqueux Machine de répartition Pernin
Il existe plusieurs méthodes d’extraction, Rhône Poulenc utilise la méthode d’Aberaham et Chain sans
chromatographie (9).
La pénicilline injectable doit être rigoureusement stérile, la dessiccation est réalisée par lyophilisation, elle est
conditionnée en poudre dans des ampoules ou des flacons. Une ampoule contient 15 000 unités, compte tenu que
le traitement journalier est de 100 000 unités on lui préfère un conditionnement original : des flacons multi doses
fermés à l’aide d’un bouchon de caoutchouc et d’une capsule métallique
7
Le Centre Cabanel est visité par de nombreuses personnalités : le général Leclerc le 7 avril 1945, le professeur René
Dubos du Rockefeller Institut de New York City, découvreur de la tyrothricine, le général-major médecin Voncken
de Belgique. Il fait l’objet de nombreux articles dans la presse française et étrangère (10).
Le général Leclerc visitant le Centre Cabanel,
à sa droite le commandant Broch, le capitaine Kerharo est le troisième à gauche.
Pierre Broch et ses collaborateurs participent du 11 au 14 avril au premier congrès français consacré à la pénicilline,
il se tient à Paris sous la présidence du professeur André Lemierre. Ils présentent deux communications. La première
« la pénicilline faite chez soi » décrit une méthode simplifiée d’extraction de la pénicilline à partir des urines dans
les services hospitaliers afin de produire une pommade à usage dermatologique. (11). La seconde fait le bilan des
recherches galéniques entrepris par le personnel militaire dans deux domaines : l’étude de formes retards afin
d’espacer les injections et la mise au point de formes orales (12).
8
Le 26 juillet 1945 le ministre de la guerre André Diethelm inaugure le Centre, sa visite est filmée par les actualités
cinématographiques (13). Sir Alexandre Fleming se rend à Paris le 5 septembre 1945 pour être décoré par le général
de Gaulle au Ministère de la Guerre de la rosette de Commandeur de la Légion d’Honneur, l’après midi, il visite le
Centre Cabanel. Il reçoit la Médaille d’honneur du Service de Santé. Il remet un échantillon de pénicillum notattum,
actuellement exposé au musée de la Faculté de médecine de Paris (14).
En décembre 1945, Le Centre participe au Palais de la découverte de Paris à une exposition sur la pénicilline (15).
En Février 1946 le Centre produit mensuellement un milliard d’unité de pénicilline, il pourrait atteindre trois
milliards ce qui reste insuffisant, il est toujours nécessaire d’importer de la pénicilline des Etats Unis.
François Jacob, le futur prix Nobel de médecine entre en 1946 au Centre Cabanel pour rédiger sa thèse que la
déclaration de guerre ne lui pas permis de préparer. Il rencontre Pierre Broch qu’il a connu à la 2°DB et qui lui
propose comme sujet la tyrothricine. Il présente sa thèse le 29 avril 1947 à la Faculté de médecine de Paris, le
président du jury est le Professeur M.Moreau .
Dans ses mémoires il nous livre un jugement très négatif sur le Centre et un portrait sévère de Pierre Broch qu’il
désigne comme le médecin commandant B. sans jamais le nommer : « c’était un homme ambitieux et volontaire.
Petit, mince, noir de poil, il était tantôt aimable, tantôt insupportable, passant sans transition de la colère à la
blague. En matière de recherche et d’industrie, les scrupules ne l’étouffaient guère « »(16). Il ajoute : « le
commandant B., n’avait ni le savoir, ni l’enthousiasme, ni la présence nécessaires pour animer son monde, pour en
faire une équipe ». Néanmoins il cosignera avec lui un ouvrage sur la tyrothricine et le remerciera chaleureusement
dans l’introduction de sa thèse : « Nous avons pu réaliser cette étude grâce à la bienveillance des dirigeants du
Centre Militaire d’Etudes et de Fabrication de la Pénicilline et en particulier le médecin-commandant Broch qui mit à
notre disposition le laboratoire, le personnel et la documentation nécessaire à ce travail. Le médecin-commandant
Broch ayant l’extrême obligeance de mettre à notre disposition deux souches de Bacillus Brovis provenant
d’Amérique »(17). Ce jugement est surprenant concernant deux membres des Forces Françaises Libres, mais
François Jacob a choisi son camp, il intégrera en 1948 l’Institut Pasteur, il manque certainement d’objectivité..
Le Centre va ensuite produire de la streptomycine puis après les travaux de François Jacob de la tyrothricine(18).
En juin 1946, Pierre Broch participe à un voyage d’étude en Grande Bretagne, il visite de nombreuses usines et peut
juger de l’évolution de la technologie, il comprend que la culture en surface est dépassée et que le Centre Cabanel
est condamné.
Au début de l’année 1947, le marché de la pénicilline évolue : il y a désormais sur production et les prix s’écroulent,
les pouvoirs publics en tirent les conclusions, le Centre va cesser ses activités.
Le bilan est positif, en quelques mois il a permis à la France de rejoindre le cercle des producteurs de pénicilline et
redonner espoir à l’Industrie pharmaceutique française et à ses chercheurs mais c’est l’échec d’une alliance entre
militaires et scientifiques. Les conflits se sont multipliés, les frictions permanentes. Ils n’étaient d’accord ni sur les
objectifs ni sur l’organisation ni sur les moyens(19).
Les premiers désiraient mettre en place un centre de production basé sur l’exploitation des techniques de culture
en surface, leur objectif était de produire rapidement, un flacon de plus par jour c’est une vie humaine sauvée ; les
seconds voulaient conduire des recherches pour améliorer la qualité et mettre au point au point une méthode
originale afin d’éviter aux industriels français de verser des redevances à l’étranger.
Le Centre est un établissement militaire, Pierre Broch en est le directeur et il le dirige mais c’est sans compter sur
les Pastoriens qui refusent l’autorité de personnes qui selon eux ne connaissent rien à la microbiologie. Les militaires
considèrent qu’ils ont conquis leurs légitimités sur les champs de bataille, ils sont soutenus par le général Leclerc qui
9
met à leurs dispositions les moyens nécessaires, ils ont peu d’estime pour des savants qui ont passé l’Occupation
dans leur laboratoire.
Jacques Tréfouël et ses collaborateurs sont les héritiers de Pasteur, ils veulent atteindre la perfection, leurs décisions
sont raisonnées, le temps n’est pas leur principal préoccupation. En 1945, ils doivent se défendre contre les
accusations d’avoir été complaisant avec l’occupant et n’ont pas les moyens matériels pour s’imposer.
Même la politique les oppose : les premiers suivent Leclerc et de Gaulle, les autres adhérent à l’utopie communiste.
En quelques années, dans un pays dévasté par l’Occupation et les combats de la Libération, avec l’aide des pouvoirs
publics et des milieux scientifiques la France va entrer dans le cercle des fabricants de pénicilline. Le Centre
Cabanel est la première réussite scientifique et industrielle de l’après guerre. C’est un exemple et un message
d’espoir pour tous ceux qui croient que la France peut retrouver sa place parmi les grandes puissances.
L’aventure du Centre Cabanel n’a été possible que grâce à l’action de Pierre Broch : persuadé que la France devait
produire de la pénicilline, il a su vaincre tous les problèmes pour accéder à son but. Après les épreuves et l’isolement
scientifique liés à l’Occupation, la France retrouve sa place dans la communauté scientifique
Le 1° janvier 1949 il est admis à faire valoir ses droits à la retraite et est nommé officier de réserve.
Pierre Broch est décoré de la Croix de guerre 1939-1940 (étoile d’argent), de la médaille des évadés. Il est nommé
chevalier de la Légion d’Honneur à titre militaire le 4 septembre 1949 puis officier le 23 janvier 1956, l’appréciation
est meilleur qu’en 1933 : « Le médecin-commandant Broch a donné, en toutes circonstances les meilleurs preuves
d’un officier de haute valeur et d’un médecin de tout premier ordre ».
Il postule pour le grade de colonel de réserve mais ne l’obtient pas pour le motif suivant : malgré ses états de service
élogieux, il est trop jeune. Pour la hiérarchie militaire l’ancienneté est plus importante que la compétence à moins
qu’elle ne règle ses comptes envers un rebelle qui a déserté.
10
Pierre Broch n’insiste pas, il postule à un autre grade, celui de capitaine d’industrie, il est définitivement rayé des
cadres de l’armée le 1 juillet 1967.
Malgré toutes les difficultés il a réalisé ses objectifs, cet homme ne renonce jamais.
L’industriel
Les pouvoirs publics ayant renoncé à produire de la pénicilline, Pierre Broch propose de reprendre à son compte le
catalogue du Centre militaire de la Pénicillines et la marque déposée SOBIO.
Il fonde une SARL en novembre 1949, la Société d’exploitation des produits SOBIO, l’usine est en plein cœur de
Paris, 47 rue des Francs Bourgeois et les bureaux 20 rue d’Aumale, le laboratoire conditionne de la pénicilline, de la
streptomycine, de la tyrothricine et le Solvant Retard SOBIO. L’entreprise est renommée en 1952 Laboratoires
SOBIO et est transformé en société anonyme en 1956.
Compte tenu de l’évolution du marché des antibiotiques et de la sur production, le laboratoire se concentre sur la
commercialisation de tyrothricine et de gramicidine, les matières premières sont achetées à des grossistes et
transformés en comprimés, dragées, pommades, gouttes nasales et collutoires (20).
Laboratoire de contrôle – Atelier pommade (Paris)
A partir de 1952 le laboratoire se diversifie en fabriquant des produits non antibiotiques: la Chlorophylline sous
forme de dragées et de pommade, une association de vitamines l’Ageron, un hypnotique le Sobial (1955), l’Athéran
pour le traitement de l’hypercholestérolémie et un revitalisant en ampoules buvables l’Arginine Glutamique (1965).
11
A partir de 1958, l’ancien de la France Libre a son entrée dans les Ministères, il n’hésite pas à mobiliser ses relations
pour obtenir des commandes à l’exportation.
L’entreprise se développant les locaux parisiens deviennent complètement inadaptés, la production est délocalisée
à Mayenne en 1960. L’usine couvre 4 000 m2 (21).
Réception des stagiaires de l’Ecole
Nationale de la Santé Publique conduits
par M.Volckringer et le Professeur Sénécal
par Pierre Broch (1962).
12
Atelier de dragéification Fabrication de gélules de Florocycline
De 80 salariés en 1960 SOBIO emploie 350 personnes en 1965 dont la moitié en production, notamment grâce au
développement des activités de façonnage, l’entreprise met à profit sa connaissance de la production des
antibiotiques pour produire pour des tiers ; l’Hexacycline des laboratoires Diamant, les pénicillines Roussel …
L’usine produit des comprimés, dragées, granulés, sirops, suppositoires, ampoules, gélules, pommades. Elle est
équipée d’un atelier de lyophilisation et un bloc stérile équipée d’une microdoseuse de poudre.
13
En mai 1965 le général De Gaulle lors d’une visite officielle à Mayenne fait une halte à l’entreprise de son
compagnon de la France Libre. Il rend hommage à celui qui après avoir participé à la libération du territoire participe
à la reconstruction du pays (22).
SOBIO devient à partir de 1970 le façonnier exclusif du britannique Beecham pour lequel il fabrique une ampicilline
la Penbritine puis en 1974 une amoxicilline le Clamoxyl .
Le laboratoire commercialise de nouvelles spécialités : le Dexambutol, la Florocycline, le Cervoxan. Elles ne sont pas
très originales comme c’est à l’époque le cas de toutes les spécialités des laboratoires familiaux et ne doivent leurs
succès qu’a la complaisance de la Sécurité sociale qui les rembourse automatiquement.
En 1977, les productions de Beecham représente 60% du chiffre d’affaire de SOBIO, Pierre Broch sans descendant
décide de céder son entreprise, c’est tout naturellement Beecham qui se porte acquéreur. Beecham fusionne en
1989 avec Smith Kline and French puis en 2000 avec Glaxo –Wellcome pour former le groupe Glaxo Smith Kline
(GSK).
Ces collaborateurs le décrivent comme un homme généreux sachant reconnaître la valeur des ses employés, un bon
chef d’entreprise têtu, dur en affaire, prudent lorsqu’il faut investir (23). Comme nous avons pu le constater dans
son dossier au Service Historique de la Défense, il intervient fréquemment et discrètement pour aider ses
camarades de la France Libre.
Les spécialités des laboratoires SOBIO vont progressivement disparaitre, mais Pierre Broch, chef d’entreprise a su
constituer une équipe compétente qui va s’imposer comme spécialiste de la fabrication des antibiotiques, l’outil
industriel de Mayenne subsiste et continue se développer dans le cadre du groupe Glaxo, c’est aujourd’hui la plus
importante usine de conditionnement d’antibiotiques.
Pierre Broch se retire des affaires, il est riche, c’est une personnalité reconnue de l’Industrie Pharmaceutique, il a
réussi tout ses objectifs, il a refusé la défaite, participer à la libération du territoire, fait produire de la pénicilline en
France à une période ou cela semblait impossible et créer une entreprises industrielles qui lui a survécu. Il est
décédé le 19 septembre 1985 à son domicile parisien 23 boulevard de Montmorency.
Dans les locaux ultra modernes de l’usine de Mayenne ou travaillent prés de 300 personnes qui se rappelle
aujourd’hui de Pierre Broch ?
14
Remerciements :
- Pauline Brunet de l’Association les Filles de la 2° DB
- René Foucart, ancien responsable de production aux laboratoires SOBIO
- Philippe Ganalopoulos , Conservateur à la bibliothèque interuniversitaire de santé (Pari s V) et ses
collaborateurs
- Le capitaine Pierre Laborde du Service Historique de la Défense
- Charles Pegulu de Rovin , Conseiller historique du Mémorial du Maréchal Leclerc
Bibliographie
1- Service historique de la Défense, Château de Vincennes, Dossier individuel du médecin-commandant Pierre
Broch, Cote GR 2000 Z 207 14 334
2- Marc Flament, Médecin au combat, Pygmalion 1986, 35-38
3- Pierre Broch, J.Kerharo, J.Netik, J.Joffre, Fabrication de la Pénicilline, Vigot, 1946, 169-171
4- Maurice-Marie Janot, La production industrielle française des antibiotiques, La Gazette Médicale de France,
1951, Bilan thérapeutique, 58°, 51-56
5- Pierre Broch, J.Kerharo, J.Netik, La pénicilline, Naissance d’une industrie française dans l’armée, Société de
Médecine militaire française, séance du 3 mai 1945, 34, 1, 125-136
6- Pierre Broch, J.Kerhaho, J.Netik, J .Desbordes, La Pénicilline, Une expérience française de récupération,
Vigot, Paris 1945
7- Pierre Broch, J.Kerhaho, J.Netik ,La Pénicilline, dosage, Vigot 1945
8- Pierre Broch, J.Kerharo, J.Netik, J.Joffre, Fabrication de la Pénicilline, Vigot, 1946, 19-110
9- Pierre Broch, J.Kerharo, J.Netik, J.Joffre, Fabrication de la Pénicilline, Vigot, 1946, 113-118
10- Anonyme, French Penicillin Production began in a garage, Manufacturing Chemist and Manufacturing
Perfumer, November 1945, XVI, 11, 417 10
11- Pierre Broch, J.Kerharo, J.Netik, M.Desbordes , Récupération de la pénicilline dans les services hospitaliers,
Ministère de la Santé Publique, Service central de la pharmacie, Masson 1947, 318-319. 11
12- Pierre Broch,J. Nétik, Courtade, Colas, Ciampi et Duhamel, Méthodes de retard à la diffusion et à
l’administration par voie orale de la pénicilline, Ministère de la Santé Publique, Service central de la
pharmacie, Masson 1947, 320-326
13- INA.fr, Fabrication de la pénicilline : http://www.ina.fr/video/AFE86003206
14- J.Bioche, J.Haron, Nous avons vu Sir Alexander Fleming, Caravane, N°27, 1-2
15- Exposition de Paris, Université de Paris, 1945
16- François Jacob, La Statut intérieure, Editions Odile Jacob, 1987, 214- 222
17- François Jacob, Etude expérimentale et clinique sur la Tyrothricine, Thèse de Médecine, Paris 1947
18- Pierre Broch, Un proche parent de la pénicilline ; la tyrothricine, Vigot, Jean-Paul Gaudillière, « Entre
biologistes, militaires et industriels : l’introduction de la pénicilline en France à la Libération », La revue pour
l’histoire du CNRS [En ligne], 7 | 2002, mis en ligne le 23 février 2006, consulté le 07 avril 2014. URL :
http://histoire-cnrs.revues.org/536
19- Anonyme, Les laboratoires SOBIO, France Pharmacie, 1954, 274-275
20- Anonyme, L’Ecole Nationale de la Santé Publique a visité les laboratoires SOBIO, France Pharmacie, 1963,
967- 969
21- Institut SmithKline Beecham, La Saga des Beecham, l’aventure française, Institut SmithKline Beecham
22- Entretient avec René Foucart, Octobre 2014
15
Catalogue Frogerais 1920 :
http://fr.slideshare.net/Frogerais/catalogue-frogerais
http://www2.biusante.parisdescartes.fr/img(puis taper Frogerais)
Les premières machines pharmaceutiques françaises :
http://www.shp-asso.org/index.phb?PAGE=expositionmachines
http://www.slideshare.net/busante54/machines-pharma-fr13
Histoire des comprimés en France, des origines au début du XX siècle :
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00787009
http://fr.slideshare.net/busante54/histoire-des-comprims-pharmaceutiques-en-france14151521
L’Aspirine en France : un affrontement franco allemand :
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00848459
http ://fr.slideshare.net/Frogerais/la-marque-aspirine-en-France-11-enregistr-automatiquement
William Brockedon Biographie :
http://fr.slideshare.net/search/slideshow?q=william-brokedon
La fabrication industrielle des pastilles ou tablettes pharmaceutiques:
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00957139
La fabrication industrielle des pilules:
http://fr-slideshare.net/Frogerais/la-fabrication-industrielle-des-pilules-5
Pierre Broch (1909-1985) et la pénicilline :
http://fr.slideshare.net/frogerais/pierre-broch
Les origines de la fabrication des antibiotiques en France
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01100810

Contenu connexe

Plus de Andre Frogerais

Les gelules , Histoire de la production pharmaceutique
Les gelules , Histoire de la production pharmaceutiqueLes gelules , Histoire de la production pharmaceutique
Les gelules , Histoire de la production pharmaceutique
Andre Frogerais
 
Les cachets Histoire de la production industrielle
Les cachets Histoire de la production industrielleLes cachets Histoire de la production industrielle
Les cachets Histoire de la production industrielle
Andre Frogerais
 
Les capsules molles pharmaceutiques , Soft Capsuls, Histoire de a production ...
Les capsules molles pharmaceutiques , Soft Capsuls, Histoire de a production ...Les capsules molles pharmaceutiques , Soft Capsuls, Histoire de a production ...
Les capsules molles pharmaceutiques , Soft Capsuls, Histoire de a production ...
Andre Frogerais
 
Les premières machines pour la production des produits pharmaceutiques
Les premières machines pour la production des produits pharmaceutiquesLes premières machines pour la production des produits pharmaceutiques
Les premières machines pour la production des produits pharmaceutiques
Andre Frogerais
 
Les pilules, Histoire de la production industrielle
Les pilules, Histoire de la production industrielleLes pilules, Histoire de la production industrielle
Les pilules, Histoire de la production industrielle
Andre Frogerais
 
Les saccharures, histoire de la production industrielle
Les saccharures, histoire de la production industrielleLes saccharures, histoire de la production industrielle
Les saccharures, histoire de la production industrielle
Andre Frogerais
 
Les suppositoires, l'histoire de la production industrielle
Les suppositoires, l'histoire de la production industrielle Les suppositoires, l'histoire de la production industrielle
Les suppositoires, l'histoire de la production industrielle
Andre Frogerais
 
Histoire des machines à fabriquer les comprimés, 2° partie: les machines alt...
Histoire des machines à fabriquer les comprimés, 2° partie: les machines  alt...Histoire des machines à fabriquer les comprimés, 2° partie: les machines  alt...
Histoire des machines à fabriquer les comprimés, 2° partie: les machines alt...
Andre Frogerais
 
Etablissements Edmond Frogerais
Etablissements Edmond FrogeraisEtablissements Edmond Frogerais
Etablissements Edmond Frogerais
Andre Frogerais
 
Les pommades, Histoire de la production industrielle
Les pommades, Histoire de la production industrielleLes pommades, Histoire de la production industrielle
Les pommades, Histoire de la production industrielle
Andre Frogerais
 
Savy JeanJean, Constructeurs de machines pour les industries alimentaires, ch...
Savy JeanJean, Constructeurs de machines pour les industries alimentaires, ch...Savy JeanJean, Constructeurs de machines pour les industries alimentaires, ch...
Savy JeanJean, Constructeurs de machines pour les industries alimentaires, ch...
Andre Frogerais
 
Ampoules, vials
Ampoules, vialsAmpoules, vials
Ampoules, vials
Andre Frogerais
 
La production industrielle des pastilles (enregistré automatiquement)2
La production industrielle des pastilles (enregistré automatiquement)2La production industrielle des pastilles (enregistré automatiquement)2
La production industrielle des pastilles (enregistré automatiquement)2
Andre Frogerais
 
Un siécle de machine sà fabriquer les comprimés, Fascicule 2: les machines à ...
Un siécle de machine sà fabriquer les comprimés, Fascicule 2: les machines à ...Un siécle de machine sà fabriquer les comprimés, Fascicule 2: les machines à ...
Un siécle de machine sà fabriquer les comprimés, Fascicule 2: les machines à ...
Andre Frogerais
 
Les comprimés disparus The missing Tablets
Les comprimés disparus The missing TabletsLes comprimés disparus The missing Tablets
Les comprimés disparus The missing Tablets
Andre Frogerais
 

Plus de Andre Frogerais (15)

Les gelules , Histoire de la production pharmaceutique
Les gelules , Histoire de la production pharmaceutiqueLes gelules , Histoire de la production pharmaceutique
Les gelules , Histoire de la production pharmaceutique
 
Les cachets Histoire de la production industrielle
Les cachets Histoire de la production industrielleLes cachets Histoire de la production industrielle
Les cachets Histoire de la production industrielle
 
Les capsules molles pharmaceutiques , Soft Capsuls, Histoire de a production ...
Les capsules molles pharmaceutiques , Soft Capsuls, Histoire de a production ...Les capsules molles pharmaceutiques , Soft Capsuls, Histoire de a production ...
Les capsules molles pharmaceutiques , Soft Capsuls, Histoire de a production ...
 
Les premières machines pour la production des produits pharmaceutiques
Les premières machines pour la production des produits pharmaceutiquesLes premières machines pour la production des produits pharmaceutiques
Les premières machines pour la production des produits pharmaceutiques
 
Les pilules, Histoire de la production industrielle
Les pilules, Histoire de la production industrielleLes pilules, Histoire de la production industrielle
Les pilules, Histoire de la production industrielle
 
Les saccharures, histoire de la production industrielle
Les saccharures, histoire de la production industrielleLes saccharures, histoire de la production industrielle
Les saccharures, histoire de la production industrielle
 
Les suppositoires, l'histoire de la production industrielle
Les suppositoires, l'histoire de la production industrielle Les suppositoires, l'histoire de la production industrielle
Les suppositoires, l'histoire de la production industrielle
 
Histoire des machines à fabriquer les comprimés, 2° partie: les machines alt...
Histoire des machines à fabriquer les comprimés, 2° partie: les machines  alt...Histoire des machines à fabriquer les comprimés, 2° partie: les machines  alt...
Histoire des machines à fabriquer les comprimés, 2° partie: les machines alt...
 
Etablissements Edmond Frogerais
Etablissements Edmond FrogeraisEtablissements Edmond Frogerais
Etablissements Edmond Frogerais
 
Les pommades, Histoire de la production industrielle
Les pommades, Histoire de la production industrielleLes pommades, Histoire de la production industrielle
Les pommades, Histoire de la production industrielle
 
Savy JeanJean, Constructeurs de machines pour les industries alimentaires, ch...
Savy JeanJean, Constructeurs de machines pour les industries alimentaires, ch...Savy JeanJean, Constructeurs de machines pour les industries alimentaires, ch...
Savy JeanJean, Constructeurs de machines pour les industries alimentaires, ch...
 
Ampoules, vials
Ampoules, vialsAmpoules, vials
Ampoules, vials
 
La production industrielle des pastilles (enregistré automatiquement)2
La production industrielle des pastilles (enregistré automatiquement)2La production industrielle des pastilles (enregistré automatiquement)2
La production industrielle des pastilles (enregistré automatiquement)2
 
Un siécle de machine sà fabriquer les comprimés, Fascicule 2: les machines à ...
Un siécle de machine sà fabriquer les comprimés, Fascicule 2: les machines à ...Un siécle de machine sà fabriquer les comprimés, Fascicule 2: les machines à ...
Un siécle de machine sà fabriquer les comprimés, Fascicule 2: les machines à ...
 
Les comprimés disparus The missing Tablets
Les comprimés disparus The missing TabletsLes comprimés disparus The missing Tablets
Les comprimés disparus The missing Tablets
 

Pierre Broch

  • 1. 1 Pierre BROCH (1909-1985) et la pénicilline Pierre BROCH sur le seuil de l’usine des laboratoires SOBIO à Mayenne, entouré de son personnel - Le militaire - Le pionnier de la pénicilline - L’industriel André FROGERAIS Andrefro47@yahoo.fr 26/06/2015
  • 2. 2 Pierre Jean François Broch est né le 30 septembre 1909 à 2 heure du matin à Barbezieux (Charente), son père Pierre est inspecteur d’école primaire, sa mère Jeanne Louise Gabrielle Fossecave est sans profession. Le militaire Il est admis à l’Ecole du Service de Santé militaire de Lyon en octobre 1928, il est classé au concours d’entrée 42° sur 59 et contracte un engagement pendant la durée de ses études augmenté de 6 ans. Il est détaché à la Faculté de Bordeaux à partir du 28 octobre (1). Il est promu au grade de sous lieutenant le 31 décembre 1930 puis de lieutenant le 31 décembre 1932. Il soutient sa thèse de Doctorat à la Faculté de Lyon le 7 novembre 1933, intitulée : Trente-deux observations d’hystérotomies recueillis à la clinique obstétricale de la Faculté de médecine de Lyon. L’Ecole du Service de Santé lui délivre un certificat le 8 novembre 1933 où il est précisé qu’il a obtenu un certificat d’hydrologie à la Faculté de médecine de Lyon, qu’il parle allemand et anglais et qu’il a obtenu le brevet de conduite automobile. Nous ne connaissons pas son rang de sortie mais l’appréciation générale n’est pas brillante : « Elève moyen qui doué de qualités suffisantes pour accomplir une bonne scolarité, n’a jamais au cours de ses années d’études, fourni l’effort nécessaire ». Négligeant dans sa conduite et sa tenue, il a mérité plusieurs observations à ce double point de vue ce qui lui vaudra pendant ses années d’étude 66 jours d’arrêt simple, on lui reproche sa tenue négligé et de porter le képi de travers ainsi que 49 jours d’arrêt de rigueur pour avoir découché à plusieurs reprises. Il est affecté à partir du 8 novembre à l’Hôpital du Val de Grace de Paris, puis du 31 décembre au 1° aout 1934 à l’Ecole d’application des armées. Le 5 septembre 1934 il est nommé au 2° régiment du génie de Metz. Suite à la mobilisation il est affecté au 149° RIF puis au 139° à partir du 23 aout 1939, le 25 mars 1940 il est promu médecin-capitaine. Il est cité à l’ordre de la division le 10 juin 1940 par le général de division Perraud pour les soins qu’il apporte à des blessés en avant des lignes ; le 1°mai, il ramène le corps d’un soldat tué. Il est fait prisonnier le 25 juin et s’évade le 14 septembre. Il est affecté le 18 septembre à l’Hôpital de Toulouse. Il y rencontre Suzanne Vernier qu’il épouse le 4 décembre 1940 à Orgentat (Corrèze) ; ils n’auront pas d’enfants. Le 10 avril 1941 il est nommé à l’hôpital Montbeton (Tarn et Garonne) puis le 1° juillet à l’Hôpital Saint Gabriel de Clermont Ferrand. Il suit au cours de l’année 1942 des conférences de pathologie et de bactériologie Mal vue de sa hiérarchie pour son opposition au régime de Vichy, il est désigné le 2 février 1943 pour remplacer un médecin prisonnier. Le 15 mars, il est à Paris, il décide de désobéir et de rallier la France Libre. Il déserte le 23 mars et s’évade de France en passant par l’Espagne. Il est interné au camp de Miranda du 5 mai au 18 aout 1943 puis gagne le Maroc. Dans un certificat délivré en juillet 1979 à un camarade de détention, il dénonce les conditions inhumaines de détention des camps espagnols où les internés sont soumis à la dénutrition et l’avitaminose. Il s’engage dans la 2°Division Blindée et commande la 3° Compagnie Médicale du 13°Bataillon Médicale à partir du 31 décembre.
  • 3. 3 Pierre BROCH (1944) Le 13 avril 1944 son régiment est à Oran, il embarque pour l’Angleterre le 10 juin, le 30 juillet il est à Southampon et débarque le 1° aout en France à Grandcamp. Il gagne par camion Mobecq (La Haye du Puy) et arrive dans la zone d’opération de la campagne de Normandie. Du 7 au 22 aout il participe aux combats du Mans, d’Alençon, d’Exemes et enfin de Paris. Du 23 aout au 7 septembre il est engagé dans les combats de la Vallée de la Biévre, du Pont de Sévres , de l’Etoile et de la banlieue Nord. Il est de nouveau cité à l’ordre de sa division pour sa conduite au front les 24 et 25 Aout ce qui lui vaut d’être décoré de la Croix de guerre avec une étoile en argent. Du 8 septembre au 11 novembre il participe à la Campagne des Vosges et à la libération de Baccarat, puis est détaché à Paris au Centre de la Pénicilline le 8 décembre 1944 ; le 25 janvier 1945 il est nommé commandant. Etudiant très moyen, rétif à des règlements qu’il n’apprécie pas, il va se révéler volontaire, déterminer, courageux: il est cité à deux reprises à l’ordre de l’armée, il s’évade puis déserte pour intégrer les forces armées dissidentes. C’est un rebelle qui va perpétuellement forcé le destin. Son camarade de la 2°DB, le médecin-capitaine Chauliac le décrit comme un fonceur (2). L’homme de la pénicilline La pénicilline a été découverte par Alexander Fleming en Grande Bretagne en 1929, dix ans plus tard Howard Floray et ses collaborateurs mettent au point une méthode de production industrielle ce qui rend possible des essais cliniques. Le corps médical dispose dorénavant d’un médicament efficace, la production industrielle commence aux Etats-Unis puis en Grande Bretagne (3). Pierre Broch est informé de l’intérêt de la pénicilline lors de son séjour forcé en Espagne. Il va avoir la possibilité d’en vérifier l’efficacité au Maroc, le Service de santé américaine en dispose et en met à la disposition des médecins
  • 4. 4 militaires français dans la limite de leur stock. Les américains et les britanniques sont seuls capable d’en fabriquer, Pierre Broch est convaincu que la France doit de toute urgence en produire. En mai 1944, la priorité est au Débarquement mais Pierre Broch profite de son séjour en Grande Bretagne pour se renseigner sur les modes de production utilisées par les firmes britanniques. Il fait partager ses certitudes auprès des décideurs qu’il côtoie dont le Général Leclerc. Il remet un rapport t le 2 septembre au médecin-général Debénédétti, directeur général du Service de Santé des Armées dont il a été le collaborateur à l’Hôpital Saint Gabriel de Clermont Ferrand et qu’il a retrouvé au Maroc. Il devient pour le Service de Santé le spécialiste de la pénicilline, à ce titre il participe en novembre 1944 aux réunions du Comité de la Pénicilline crée à l’initiative du Ministère de la Guerre. Parallèlement Pierre Broch propose la création d’un Centre militaire de fabrication de la Pénicilline. Le médecin- général Debénéditti accepte avec enthousiasme et obtient des crédits du ministre de la guerre André Diethelm, qui met un local à disposition : un ancien garage de la Wehrmacht situé 6 rue Alexandre Cabanel à Paris. Le Centre Cabanel (Paris 15°) Un comité de direction est constitué de militaires autour de Pierre Broch, le pharmacien-capitaine Joseph Kerhaho les médecin- capitaines Netik et Joffre ainsi que des membres de l’Institut Pasteur, Jacques Tréfouël et Francisco Nitti. Le comité se réunit tous les jeudi dans les locaux de l’Institut. Les pasteuriens ne sont pas très satisfait de cette organisation qui donne aux militaires le rôle principal,, afin de les satisfaire, la raison sociale s’intitule désormais Centre Militaire d’Etudes et de Fabrication de la Pénicilline, on le désigne comme le Centre Cabanel (3). L’organisation est la suivante : la pénicilline sera cultivée par le Centre Cabanel sous la responsabilité des militaires selon la méthode de culture en surface, l’extraction de la pénicilline des jus et le conditionnement pharmaceutique
  • 5. 5 seront faits par Rhône Poulenc. Les Pasteuriens utiliseront le Centre comme usine pilote afin de mettre au point une méthode d’extraction spécifiquement française. Le laboratoire de pharmacie galénique de la Faculté de pharmacie de Paris est chargé de l’entretient et des sélections des souches (4). Le directeur général de Rhône Poulenc Nicholas Grillet donne son accord pour que l’extraction soit réalisée dans l’usine de Vitry- Sur- Seine (Val de Marne) ainsi que le conditionnement. L’atelier d’extraction est achevé le 15 janvier 1945. Le local de la rue Cabanel est un garage de six étages «encombré de chenilles, de chars et de véhicules blindés Renault »soit 600 tonnes de matériel automobile abandonnées par l’armée allemande ; il faut le transformer en une usine, créer des ateliers de fabrication et des laboratoires. Le général Leclerc met à disposition le personnel militaire de la 2°DB, les moyens de transports et le carburant, 20 000 litres d’essence. Il faut trois mois pour livrer les locaux aux entrepreneurs qui commencent les travaux en décembre 1944. La France de la Libération manque de tout, les problèmes matériels ne sont pas simples, il va falloir beaucoup d’énergie et d’imagination à Pierre Broch pour transformer ce garage en une usine de fabrication, il faut trouver : 210 tonnes de briques, 190 tonnes de plâtre, 80 tonnes de ciment, 175 m3 de bois, 25 tonnes d’acier, 21 tonnes de fonte, 1 tonne d’acier inoxydable, 1 tonne de bronze, 6 kilomètres de câble électrique. Les camions de la 2°DB sont réquisitionnés, 30 millions de francs sont investis(5). Pierre Broch a résumé en une phrase cette période : «ce fut la lutte quotidienne d’une équipe de camarades, solidement soudée ». . En février il participe à une mission d’information en Grande Bretagne sur la production de pénicilline à l’initiative de la représentation scientifique française dirigée par Louis Rapkine. Il visite de nombreuses usines. Il faut quatre mois pour que la phase biologique de la préparation de la pénicilline démarre au Centre Cabanel alors que Rhône Poulenc est disponible pour commencer l’extraction à partir de janvier 1945. Pierre Broch va avoir une idée pour le moins originale : récupérer la pénicilline des urines des soldats américains traités par ce médicament. Cet épisode de la pénicilline urinaire est connu sous le nom de la PIPILINE (6). Elle consiste à réaliser la collecte des urines dans les hôpitaux de la région parisienne où sont soignés les soldats américains : d’abord à l’hôpital de la Pitié, puis dans sept établissements. La collecte commence le 17 janvier. Le pharmacien-capitaine Desbordes est le responsable du French Military Penicillin Team mais c’est toujours Pierre Broch qui dirige. Il doit résoudre tous les problèmes d’hygiène, de logistique, de conservation des urines, il surmonte toutes les difficultés, trouve des solutions à tous les problèmes, réussi à convaincre le personnel soignant américain qui accepte de collaborer, il franchit tous les obstacles et les contourne s’il le faut. Les débuts sont difficiles, la mise en route délicate, l’urine doit parfois être jetée. Le ramassage occupe 12 hommes de 9h à 20 h, 7jours par semaine, progressivement il est étendu à 12 établissements. Il faut 25 litres d’urine pour produire 100 000 unités de pénicilline. Pierre Broch a raconté cet épisode dans un ouvrage et rendu hommage à ses collaborateurs qui partis pour délivrer la France, ont pendant quatre mois collecté deux fois par jour des litres d’urine en parcourant la Région Parisienne au volant d’une camionnette Simca : « ils se sont soumis avec discipline et ponctualité à un métier qu’ils ne prévoyaient surement pas d’exercer en s’engageant dans notre division. Tous ont immédiatement compris l’intérêt de ce travail obscur ». La méthode finie par fonctionner et permet d’atteindre la production de 10 millions d’unités par semaine. La collecte d’urine cesse fin mars 1945.
  • 6. 6 Le 10 avril commence la production biologique au Centre Cabanel, le 23 avril 1945, les premiers jus de fermentation sont livrés à l’usine de Vitry-sur-Seine le 8 mai Rhône Poulenc effectue les premières livraisons de Pénicilline au Service de Santé des Armées. La fabrication s’effectue en deux temps : la phase biologique de culture et la phase chimique d’extraction. La production industrielle est réalisée en cultivant le penicillium sur des milieux nutritifs liquides. Pour produire il faut obtenir du Ministère du ravitaillement la réquisition de 3 400 tonnes de maïs nécessaire au milieu de culture et mobiliser 340 wagons de 10 tonnes soit 24 trains par priorité militaire au rythme de 400 tonnes par semaine, au bout de quelques jours il se forme une solution de pénicilline dont elle est extraite par traitement chimique. Enfin elle doit être soumise à un dosage et un contrôle clinique (7). Le milieu de culture est préparé dans quatre cuves de 500 litres chauffés à la vapeur, l’usine traite quotidiennement 5.000 litres. Les matières insolubles sont éliminées au moyen d’une centrifugeuse Alfa Laval. Le liquide de culture est ensuite réparti dans des fioles de Roux la surface du liquide au contact de l’air doit être la plus grande possible. La production est de 3 000 bouteilles par jour, les flacons sont bouchés avec un coton et une capsule puis sont stérilisées dans un autoclave Lecqueux qui contient 2 300 bouteilles. Après refroidissement les flacons sont débouchés et ensemencés, cette opération est réalisée aseptiquement, puis placés dans des étuves à 24°C pendant 10 jours. Le mycélium et le liquide sont ensuite filtrés, pressés et refroidis dans des bidons qui sont livrés à l’usine d’extraction chimiques de Vitry-Sur-Seine (8). Autoclave Lecqueux Machine de répartition Pernin Il existe plusieurs méthodes d’extraction, Rhône Poulenc utilise la méthode d’Aberaham et Chain sans chromatographie (9). La pénicilline injectable doit être rigoureusement stérile, la dessiccation est réalisée par lyophilisation, elle est conditionnée en poudre dans des ampoules ou des flacons. Une ampoule contient 15 000 unités, compte tenu que le traitement journalier est de 100 000 unités on lui préfère un conditionnement original : des flacons multi doses fermés à l’aide d’un bouchon de caoutchouc et d’une capsule métallique
  • 7. 7 Le Centre Cabanel est visité par de nombreuses personnalités : le général Leclerc le 7 avril 1945, le professeur René Dubos du Rockefeller Institut de New York City, découvreur de la tyrothricine, le général-major médecin Voncken de Belgique. Il fait l’objet de nombreux articles dans la presse française et étrangère (10). Le général Leclerc visitant le Centre Cabanel, à sa droite le commandant Broch, le capitaine Kerharo est le troisième à gauche. Pierre Broch et ses collaborateurs participent du 11 au 14 avril au premier congrès français consacré à la pénicilline, il se tient à Paris sous la présidence du professeur André Lemierre. Ils présentent deux communications. La première « la pénicilline faite chez soi » décrit une méthode simplifiée d’extraction de la pénicilline à partir des urines dans les services hospitaliers afin de produire une pommade à usage dermatologique. (11). La seconde fait le bilan des recherches galéniques entrepris par le personnel militaire dans deux domaines : l’étude de formes retards afin d’espacer les injections et la mise au point de formes orales (12).
  • 8. 8 Le 26 juillet 1945 le ministre de la guerre André Diethelm inaugure le Centre, sa visite est filmée par les actualités cinématographiques (13). Sir Alexandre Fleming se rend à Paris le 5 septembre 1945 pour être décoré par le général de Gaulle au Ministère de la Guerre de la rosette de Commandeur de la Légion d’Honneur, l’après midi, il visite le Centre Cabanel. Il reçoit la Médaille d’honneur du Service de Santé. Il remet un échantillon de pénicillum notattum, actuellement exposé au musée de la Faculté de médecine de Paris (14). En décembre 1945, Le Centre participe au Palais de la découverte de Paris à une exposition sur la pénicilline (15). En Février 1946 le Centre produit mensuellement un milliard d’unité de pénicilline, il pourrait atteindre trois milliards ce qui reste insuffisant, il est toujours nécessaire d’importer de la pénicilline des Etats Unis. François Jacob, le futur prix Nobel de médecine entre en 1946 au Centre Cabanel pour rédiger sa thèse que la déclaration de guerre ne lui pas permis de préparer. Il rencontre Pierre Broch qu’il a connu à la 2°DB et qui lui propose comme sujet la tyrothricine. Il présente sa thèse le 29 avril 1947 à la Faculté de médecine de Paris, le président du jury est le Professeur M.Moreau . Dans ses mémoires il nous livre un jugement très négatif sur le Centre et un portrait sévère de Pierre Broch qu’il désigne comme le médecin commandant B. sans jamais le nommer : « c’était un homme ambitieux et volontaire. Petit, mince, noir de poil, il était tantôt aimable, tantôt insupportable, passant sans transition de la colère à la blague. En matière de recherche et d’industrie, les scrupules ne l’étouffaient guère « »(16). Il ajoute : « le commandant B., n’avait ni le savoir, ni l’enthousiasme, ni la présence nécessaires pour animer son monde, pour en faire une équipe ». Néanmoins il cosignera avec lui un ouvrage sur la tyrothricine et le remerciera chaleureusement dans l’introduction de sa thèse : « Nous avons pu réaliser cette étude grâce à la bienveillance des dirigeants du Centre Militaire d’Etudes et de Fabrication de la Pénicilline et en particulier le médecin-commandant Broch qui mit à notre disposition le laboratoire, le personnel et la documentation nécessaire à ce travail. Le médecin-commandant Broch ayant l’extrême obligeance de mettre à notre disposition deux souches de Bacillus Brovis provenant d’Amérique »(17). Ce jugement est surprenant concernant deux membres des Forces Françaises Libres, mais François Jacob a choisi son camp, il intégrera en 1948 l’Institut Pasteur, il manque certainement d’objectivité.. Le Centre va ensuite produire de la streptomycine puis après les travaux de François Jacob de la tyrothricine(18). En juin 1946, Pierre Broch participe à un voyage d’étude en Grande Bretagne, il visite de nombreuses usines et peut juger de l’évolution de la technologie, il comprend que la culture en surface est dépassée et que le Centre Cabanel est condamné. Au début de l’année 1947, le marché de la pénicilline évolue : il y a désormais sur production et les prix s’écroulent, les pouvoirs publics en tirent les conclusions, le Centre va cesser ses activités. Le bilan est positif, en quelques mois il a permis à la France de rejoindre le cercle des producteurs de pénicilline et redonner espoir à l’Industrie pharmaceutique française et à ses chercheurs mais c’est l’échec d’une alliance entre militaires et scientifiques. Les conflits se sont multipliés, les frictions permanentes. Ils n’étaient d’accord ni sur les objectifs ni sur l’organisation ni sur les moyens(19). Les premiers désiraient mettre en place un centre de production basé sur l’exploitation des techniques de culture en surface, leur objectif était de produire rapidement, un flacon de plus par jour c’est une vie humaine sauvée ; les seconds voulaient conduire des recherches pour améliorer la qualité et mettre au point au point une méthode originale afin d’éviter aux industriels français de verser des redevances à l’étranger. Le Centre est un établissement militaire, Pierre Broch en est le directeur et il le dirige mais c’est sans compter sur les Pastoriens qui refusent l’autorité de personnes qui selon eux ne connaissent rien à la microbiologie. Les militaires considèrent qu’ils ont conquis leurs légitimités sur les champs de bataille, ils sont soutenus par le général Leclerc qui
  • 9. 9 met à leurs dispositions les moyens nécessaires, ils ont peu d’estime pour des savants qui ont passé l’Occupation dans leur laboratoire. Jacques Tréfouël et ses collaborateurs sont les héritiers de Pasteur, ils veulent atteindre la perfection, leurs décisions sont raisonnées, le temps n’est pas leur principal préoccupation. En 1945, ils doivent se défendre contre les accusations d’avoir été complaisant avec l’occupant et n’ont pas les moyens matériels pour s’imposer. Même la politique les oppose : les premiers suivent Leclerc et de Gaulle, les autres adhérent à l’utopie communiste. En quelques années, dans un pays dévasté par l’Occupation et les combats de la Libération, avec l’aide des pouvoirs publics et des milieux scientifiques la France va entrer dans le cercle des fabricants de pénicilline. Le Centre Cabanel est la première réussite scientifique et industrielle de l’après guerre. C’est un exemple et un message d’espoir pour tous ceux qui croient que la France peut retrouver sa place parmi les grandes puissances. L’aventure du Centre Cabanel n’a été possible que grâce à l’action de Pierre Broch : persuadé que la France devait produire de la pénicilline, il a su vaincre tous les problèmes pour accéder à son but. Après les épreuves et l’isolement scientifique liés à l’Occupation, la France retrouve sa place dans la communauté scientifique Le 1° janvier 1949 il est admis à faire valoir ses droits à la retraite et est nommé officier de réserve. Pierre Broch est décoré de la Croix de guerre 1939-1940 (étoile d’argent), de la médaille des évadés. Il est nommé chevalier de la Légion d’Honneur à titre militaire le 4 septembre 1949 puis officier le 23 janvier 1956, l’appréciation est meilleur qu’en 1933 : « Le médecin-commandant Broch a donné, en toutes circonstances les meilleurs preuves d’un officier de haute valeur et d’un médecin de tout premier ordre ». Il postule pour le grade de colonel de réserve mais ne l’obtient pas pour le motif suivant : malgré ses états de service élogieux, il est trop jeune. Pour la hiérarchie militaire l’ancienneté est plus importante que la compétence à moins qu’elle ne règle ses comptes envers un rebelle qui a déserté.
  • 10. 10 Pierre Broch n’insiste pas, il postule à un autre grade, celui de capitaine d’industrie, il est définitivement rayé des cadres de l’armée le 1 juillet 1967. Malgré toutes les difficultés il a réalisé ses objectifs, cet homme ne renonce jamais. L’industriel Les pouvoirs publics ayant renoncé à produire de la pénicilline, Pierre Broch propose de reprendre à son compte le catalogue du Centre militaire de la Pénicillines et la marque déposée SOBIO. Il fonde une SARL en novembre 1949, la Société d’exploitation des produits SOBIO, l’usine est en plein cœur de Paris, 47 rue des Francs Bourgeois et les bureaux 20 rue d’Aumale, le laboratoire conditionne de la pénicilline, de la streptomycine, de la tyrothricine et le Solvant Retard SOBIO. L’entreprise est renommée en 1952 Laboratoires SOBIO et est transformé en société anonyme en 1956. Compte tenu de l’évolution du marché des antibiotiques et de la sur production, le laboratoire se concentre sur la commercialisation de tyrothricine et de gramicidine, les matières premières sont achetées à des grossistes et transformés en comprimés, dragées, pommades, gouttes nasales et collutoires (20). Laboratoire de contrôle – Atelier pommade (Paris) A partir de 1952 le laboratoire se diversifie en fabriquant des produits non antibiotiques: la Chlorophylline sous forme de dragées et de pommade, une association de vitamines l’Ageron, un hypnotique le Sobial (1955), l’Athéran pour le traitement de l’hypercholestérolémie et un revitalisant en ampoules buvables l’Arginine Glutamique (1965).
  • 11. 11 A partir de 1958, l’ancien de la France Libre a son entrée dans les Ministères, il n’hésite pas à mobiliser ses relations pour obtenir des commandes à l’exportation. L’entreprise se développant les locaux parisiens deviennent complètement inadaptés, la production est délocalisée à Mayenne en 1960. L’usine couvre 4 000 m2 (21). Réception des stagiaires de l’Ecole Nationale de la Santé Publique conduits par M.Volckringer et le Professeur Sénécal par Pierre Broch (1962).
  • 12. 12 Atelier de dragéification Fabrication de gélules de Florocycline De 80 salariés en 1960 SOBIO emploie 350 personnes en 1965 dont la moitié en production, notamment grâce au développement des activités de façonnage, l’entreprise met à profit sa connaissance de la production des antibiotiques pour produire pour des tiers ; l’Hexacycline des laboratoires Diamant, les pénicillines Roussel … L’usine produit des comprimés, dragées, granulés, sirops, suppositoires, ampoules, gélules, pommades. Elle est équipée d’un atelier de lyophilisation et un bloc stérile équipée d’une microdoseuse de poudre.
  • 13. 13 En mai 1965 le général De Gaulle lors d’une visite officielle à Mayenne fait une halte à l’entreprise de son compagnon de la France Libre. Il rend hommage à celui qui après avoir participé à la libération du territoire participe à la reconstruction du pays (22). SOBIO devient à partir de 1970 le façonnier exclusif du britannique Beecham pour lequel il fabrique une ampicilline la Penbritine puis en 1974 une amoxicilline le Clamoxyl . Le laboratoire commercialise de nouvelles spécialités : le Dexambutol, la Florocycline, le Cervoxan. Elles ne sont pas très originales comme c’est à l’époque le cas de toutes les spécialités des laboratoires familiaux et ne doivent leurs succès qu’a la complaisance de la Sécurité sociale qui les rembourse automatiquement. En 1977, les productions de Beecham représente 60% du chiffre d’affaire de SOBIO, Pierre Broch sans descendant décide de céder son entreprise, c’est tout naturellement Beecham qui se porte acquéreur. Beecham fusionne en 1989 avec Smith Kline and French puis en 2000 avec Glaxo –Wellcome pour former le groupe Glaxo Smith Kline (GSK). Ces collaborateurs le décrivent comme un homme généreux sachant reconnaître la valeur des ses employés, un bon chef d’entreprise têtu, dur en affaire, prudent lorsqu’il faut investir (23). Comme nous avons pu le constater dans son dossier au Service Historique de la Défense, il intervient fréquemment et discrètement pour aider ses camarades de la France Libre. Les spécialités des laboratoires SOBIO vont progressivement disparaitre, mais Pierre Broch, chef d’entreprise a su constituer une équipe compétente qui va s’imposer comme spécialiste de la fabrication des antibiotiques, l’outil industriel de Mayenne subsiste et continue se développer dans le cadre du groupe Glaxo, c’est aujourd’hui la plus importante usine de conditionnement d’antibiotiques. Pierre Broch se retire des affaires, il est riche, c’est une personnalité reconnue de l’Industrie Pharmaceutique, il a réussi tout ses objectifs, il a refusé la défaite, participer à la libération du territoire, fait produire de la pénicilline en France à une période ou cela semblait impossible et créer une entreprises industrielles qui lui a survécu. Il est décédé le 19 septembre 1985 à son domicile parisien 23 boulevard de Montmorency. Dans les locaux ultra modernes de l’usine de Mayenne ou travaillent prés de 300 personnes qui se rappelle aujourd’hui de Pierre Broch ?
  • 14. 14 Remerciements : - Pauline Brunet de l’Association les Filles de la 2° DB - René Foucart, ancien responsable de production aux laboratoires SOBIO - Philippe Ganalopoulos , Conservateur à la bibliothèque interuniversitaire de santé (Pari s V) et ses collaborateurs - Le capitaine Pierre Laborde du Service Historique de la Défense - Charles Pegulu de Rovin , Conseiller historique du Mémorial du Maréchal Leclerc Bibliographie 1- Service historique de la Défense, Château de Vincennes, Dossier individuel du médecin-commandant Pierre Broch, Cote GR 2000 Z 207 14 334 2- Marc Flament, Médecin au combat, Pygmalion 1986, 35-38 3- Pierre Broch, J.Kerharo, J.Netik, J.Joffre, Fabrication de la Pénicilline, Vigot, 1946, 169-171 4- Maurice-Marie Janot, La production industrielle française des antibiotiques, La Gazette Médicale de France, 1951, Bilan thérapeutique, 58°, 51-56 5- Pierre Broch, J.Kerharo, J.Netik, La pénicilline, Naissance d’une industrie française dans l’armée, Société de Médecine militaire française, séance du 3 mai 1945, 34, 1, 125-136 6- Pierre Broch, J.Kerhaho, J.Netik, J .Desbordes, La Pénicilline, Une expérience française de récupération, Vigot, Paris 1945 7- Pierre Broch, J.Kerhaho, J.Netik ,La Pénicilline, dosage, Vigot 1945 8- Pierre Broch, J.Kerharo, J.Netik, J.Joffre, Fabrication de la Pénicilline, Vigot, 1946, 19-110 9- Pierre Broch, J.Kerharo, J.Netik, J.Joffre, Fabrication de la Pénicilline, Vigot, 1946, 113-118 10- Anonyme, French Penicillin Production began in a garage, Manufacturing Chemist and Manufacturing Perfumer, November 1945, XVI, 11, 417 10 11- Pierre Broch, J.Kerharo, J.Netik, M.Desbordes , Récupération de la pénicilline dans les services hospitaliers, Ministère de la Santé Publique, Service central de la pharmacie, Masson 1947, 318-319. 11 12- Pierre Broch,J. Nétik, Courtade, Colas, Ciampi et Duhamel, Méthodes de retard à la diffusion et à l’administration par voie orale de la pénicilline, Ministère de la Santé Publique, Service central de la pharmacie, Masson 1947, 320-326 13- INA.fr, Fabrication de la pénicilline : http://www.ina.fr/video/AFE86003206 14- J.Bioche, J.Haron, Nous avons vu Sir Alexander Fleming, Caravane, N°27, 1-2 15- Exposition de Paris, Université de Paris, 1945 16- François Jacob, La Statut intérieure, Editions Odile Jacob, 1987, 214- 222 17- François Jacob, Etude expérimentale et clinique sur la Tyrothricine, Thèse de Médecine, Paris 1947 18- Pierre Broch, Un proche parent de la pénicilline ; la tyrothricine, Vigot, Jean-Paul Gaudillière, « Entre biologistes, militaires et industriels : l’introduction de la pénicilline en France à la Libération », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 7 | 2002, mis en ligne le 23 février 2006, consulté le 07 avril 2014. URL : http://histoire-cnrs.revues.org/536 19- Anonyme, Les laboratoires SOBIO, France Pharmacie, 1954, 274-275 20- Anonyme, L’Ecole Nationale de la Santé Publique a visité les laboratoires SOBIO, France Pharmacie, 1963, 967- 969 21- Institut SmithKline Beecham, La Saga des Beecham, l’aventure française, Institut SmithKline Beecham 22- Entretient avec René Foucart, Octobre 2014
  • 15. 15 Catalogue Frogerais 1920 : http://fr.slideshare.net/Frogerais/catalogue-frogerais http://www2.biusante.parisdescartes.fr/img(puis taper Frogerais) Les premières machines pharmaceutiques françaises : http://www.shp-asso.org/index.phb?PAGE=expositionmachines http://www.slideshare.net/busante54/machines-pharma-fr13 Histoire des comprimés en France, des origines au début du XX siècle : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00787009 http://fr.slideshare.net/busante54/histoire-des-comprims-pharmaceutiques-en-france14151521 L’Aspirine en France : un affrontement franco allemand : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00848459 http ://fr.slideshare.net/Frogerais/la-marque-aspirine-en-France-11-enregistr-automatiquement William Brockedon Biographie : http://fr.slideshare.net/search/slideshow?q=william-brokedon La fabrication industrielle des pastilles ou tablettes pharmaceutiques: http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00957139 La fabrication industrielle des pilules: http://fr-slideshare.net/Frogerais/la-fabrication-industrielle-des-pilules-5 Pierre Broch (1909-1985) et la pénicilline : http://fr.slideshare.net/frogerais/pierre-broch Les origines de la fabrication des antibiotiques en France http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01100810