SlideShare une entreprise Scribd logo
En 2012
       la TV change
    d’intensité sonore

           A partir du 1er janvier 2012, les films
            publicitaires TV doivent respecter la
      recommandation technique CST-RT017 v3.0
  Cette recommandation vise à améliorer le confort d’écoute du
 téléspectateur et à harmoniser le niveau sonore de l’ensemble
                                           des programmes TV.
Ce document décrit la mise en œuvre par la filière audiovisuelle des
recommandations techniques sur la mesure d’intensité sonore des
films publicitaires livrés aux chaînes de télévision française.

  La CST-RT017 v3.0 est cosignée par les éditeurs, la CST, la Ficam
        et le HDForum. Elle fait suite à la saisine des organisations
  représentant l’interprofession publicitaire (AACC, UDA et SNPTV),
soutenues par l’ARPP. L’enjeu était d’adapter ces recommandations
         techniques aux cas des programmes courts, y compris les
                                             messages publicitaires.




                                  1
Ce qui change à partir de 2012...
Jusqu’au 31 décembre 2011

        Le niveau sonore des programmes de télévision était exprimé en fonction
du niveau électrique du signal. Celui-ci ne devait pas excéder la valeur - 9 dBFS
(mesure « quasi crête »). Jusqu’ici la contrainte impérative était le respect des
valeurs électriques maximales et dans ce cadre il était fréquent, afin d’obtenir la
perception d’un niveau sonore élevé, de concevoir des mixages significativement
compressés et dont le niveau moyen (exprimé en dBFS) se situait près de la valeur
maximale (graphique de gauche). Un film mixé avec une dynamique étendue parait
alors « moins fort » (graphique de droite). Les deux programmes étaient pourtant
tous les deux conformes aux exigences techniques des diffuseurs.




                                                  A partir du 1er janvier 2012
        Avec les recommandations applicables à l’intensité sonore (« loudness »)
qui entrent en vigueur le 1er janvier 2012, le son ne sera plus évalué seulement
en termes de niveau électrique mais également en termes d’intensité ressentie
par le téléspectateur. Cette méthode vise à prendre en compte la perception du
téléspectateur, y compris en relation avec le reste de l’antenne (harmonisation
de l’intensité sonore d’un spot à l’autre, entre écrans pub et programmes, entre
programmes, entre chaînes, etc.).
        Pour effectuer cette mesure d’intensité sonore, le son n’est plus seulement
mesuré en temps réel ; une mesure continue -dite « intégrée »- est également
effectuée sur la durée du film. La valeur ainsi obtenue caractérise l’énergie sonore
de l’ensemble du film. L’unité de mesure utilisée est le LUFS (Loudness Unit Full
Scale). Cette valeur de « loudness » du film dans sa totalité est appelée « long term » ou
parfois « infinite ». En complément de cette mesure est effectuée une mesure dite
« short term » sur une fenêtre glissante de 3 secondes.


                                           2
Valeurs cibles ipsum doLore icero tres
                                                            Lorem


          La nouvelle norme fixe donc des valeurs maximales distinctes pour la valeur long term et la valeur
          short term. Ces valeurs que l’on retrouve dans les shémas ci-dessous sont détaillées dans le
          document CST/Ficam/HDForum « CST – RT – 017 – TV –v3 »

                                        Pour les programmes courts ( - de 2 mn):
                                 La valeur maximale loudness en long term est -23LuFs
                                  La valeur en short term ne doit pas excéder -20 LuFs
copyright cST




                                 Conséquences pratiques pour le mixage son
                Pour les programmes dont la diffusion débute après le 1er janvier 2012, il convient donc
                de préparer des mixages respectant à la fois les valeurs électriques maximales et les
                valeurs loudness maximales, en privilégiant un mix avec une dynamique étendue. On voit
                sur les graphiques ci-dessous qu’un programme mixé avec une très faible dynamique
                (à gauche) aura peine à ressortir face à un mix avec une large dynamique (à droite), ses
                niveaux forts seront alors trop bas.
                 copyright IMD




                                                          3
Quelle méthode durant la phase
                 de transition...

Pour les programmes courts, du type films publicitaires, livrés aux éditeurs
jusqu’au 1er janvier 2012 et qui ont fait l’objet d’un mixage suivant les
anciennes méthodes de mesure :

il est préférable de prévoir deux versions sonores distinctes !
Ainsi, les nouvelles valeurs cibles de Loudness pourront être respectées de
deux manières à partir d’un mixage existant :

Via un nouveau mixage à partir des éléments d’origine

Via une réduction du niveau de gain général de l’audio jusqu’à obtention
d’une valeur de loudness acceptable.

il est important à ce titre de signaler que ce type de correction « réduc-
tion de gain » n’est pas réalisable dans tous les cas ! En effet, dans certains
profils de mixage avec un « short term » particulièrement élevé comme par
exemple lorsqu’une scène d’action suit un long silence, il sera en pratique
impossible de ramener les deux valeurs en-dessous des maximums. Dans ce
cas, seul un re-mixage pourra être envisagé.

Il faut souligner aussi que ces deux méthodes produisent des résultats
différents.

un re-mixage offre, par définition, plus de maîtrise sur le résultat final.
réaliser simultanément les deux mixages dès la finition des films dont la
diffusion aura lieu à cheval sur le 1er janvier 2012 est une solution très
efficace.

Le choix relève d’une décision créative et économique de l’annonceur.

Compte tenu des obligations réglementaires émises par le CSA et qui pèsent
sur les éditeurs de programmes TV dans le cadre de l’entrée en vigueur de
cette nouvelle norme technique, (voir délibération du Conseil Supérieur
de l’Audiovisuel n°2011-29 du 19 juillet 2011 relative aux caractéristiques
techniques de l’intensité sonore des programmes et des messages publicitaires
de télévision publiée au JORF du 11 octobre 2011) et selon leur organisation,
les régies publicitaires et les chaînes sont susceptibles d’appliquer elles-
mêmes une correction pour les films déjà en leur possession. Dans ce cas la
correction appliquée ne peut être que du type « réduction de gain ».

A noter que la nouvelle version d’un spot publicitaire, quelle que soit sa
méthode de mixage, doit porter un nouvel identifiant pubid et être soumise
à l’avis de l’Arpp.

     Remerciements tout particulier à Miguel Adelise (Teletota), Alain Besse (cST),
Pascal Buron (TSF), et à Younes Menouar Menari (IMD) pour leur contribution à ce document
               Tous droits réservés - copyright : cST - Ficam - HD Forum
                                         4

Contenu connexe

En vedette

Valuación de CDOs usando Copulas
Valuación de CDOs usando CopulasValuación de CDOs usando Copulas
Valuación de CDOs usando Copulas
David Solis
 
Seminario n° 10 3
Seminario n° 10 3Seminario n° 10 3
Seminario n° 10 3
Alvaro Cravero
 
57 rapport activité 2011
57 rapport activité 201157 rapport activité 2011
57 rapport activité 2011
CCDH75
 
Espectáculo, aves de alta costura
Espectáculo, aves de alta costuraEspectáculo, aves de alta costura
Espectáculo, aves de alta costura
creacionesdanae
 
Récupération De Données Mac
Récupération De Données MacRécupération De Données Mac
Récupération De Données Mac
jimmyroggers
 
Essai macarenalobosfinal
Essai macarenalobosfinalEssai macarenalobosfinal
Essai macarenalobosfinal
macarenalobos
 
Les vertus de la seve de bouleau fraiche
Les vertus de la seve de bouleau fraicheLes vertus de la seve de bouleau fraiche
Les vertus de la seve de bouleau fraiche
Wellness Bio
 
L'aisne
L'aisneL'aisne
L'aisne
CCDH75
 
84 rapport activité cdsp 2011
84  rapport activité cdsp 201184  rapport activité cdsp 2011
84 rapport activité cdsp 2011
CCDH75
 
Burro
BurroBurro
Orfeu als inferns j. offenbach ferran ferrando
Orfeu als inferns j. offenbach ferran ferrandoOrfeu als inferns j. offenbach ferran ferrando
Orfeu als inferns j. offenbach ferran ferrando
William Carvalhal
 
Dernier rapport de l’association Airparif de surveillance de la qualité de l’...
Dernier rapport de l’association Airparif de surveillance de la qualité de l’...Dernier rapport de l’association Airparif de surveillance de la qualité de l’...
Dernier rapport de l’association Airparif de surveillance de la qualité de l’...
Denis Allard
 
Cama
CamaCama
Cama
clauber
 
PPL no 3985 sanctionnant la violation du secret des affaires
PPL no 3985 sanctionnant la violation du secret des affairesPPL no 3985 sanctionnant la violation du secret des affaires
PPL no 3985 sanctionnant la violation du secret des affaires
droiteindustrielle
 
Guía para la elaboración de un artículo científico
Guía para la elaboración de un artículo científicoGuía para la elaboración de un artículo científico
Guía para la elaboración de un artículo científico
David Solis
 
AUTORISATION DE CONSTRUIRE DES EDIFICES AFFECTES AU CULTE MUSULMAN
AUTORISATION DE CONSTRUIRE DES EDIFICES AFFECTES AU CULTE MUSULMAN AUTORISATION DE CONSTRUIRE DES EDIFICES AFFECTES AU CULTE MUSULMAN
AUTORISATION DE CONSTRUIRE DES EDIFICES AFFECTES AU CULTE MUSULMAN
sabouni21
 
Présentation elCurator et le Lean Startup - Conference ADETEM
Présentation elCurator et le Lean Startup - Conference ADETEMPrésentation elCurator et le Lean Startup - Conference ADETEM
Présentation elCurator et le Lean Startup - Conference ADETEM
Christopher Parola
 
Patrimonio
PatrimonioPatrimonio
Patrimonio
Conchi Allica
 

En vedette (20)

Valuación de CDOs usando Copulas
Valuación de CDOs usando CopulasValuación de CDOs usando Copulas
Valuación de CDOs usando Copulas
 
Seminario n° 10 3
Seminario n° 10 3Seminario n° 10 3
Seminario n° 10 3
 
57 rapport activité 2011
57 rapport activité 201157 rapport activité 2011
57 rapport activité 2011
 
Espectáculo, aves de alta costura
Espectáculo, aves de alta costuraEspectáculo, aves de alta costura
Espectáculo, aves de alta costura
 
Récupération De Données Mac
Récupération De Données MacRécupération De Données Mac
Récupération De Données Mac
 
Essai macarenalobosfinal
Essai macarenalobosfinalEssai macarenalobosfinal
Essai macarenalobosfinal
 
Les vertus de la seve de bouleau fraiche
Les vertus de la seve de bouleau fraicheLes vertus de la seve de bouleau fraiche
Les vertus de la seve de bouleau fraiche
 
L'aisne
L'aisneL'aisne
L'aisne
 
84 rapport activité cdsp 2011
84  rapport activité cdsp 201184  rapport activité cdsp 2011
84 rapport activité cdsp 2011
 
Burro
BurroBurro
Burro
 
Orfeu als inferns j. offenbach ferran ferrando
Orfeu als inferns j. offenbach ferran ferrandoOrfeu als inferns j. offenbach ferran ferrando
Orfeu als inferns j. offenbach ferran ferrando
 
Dernier rapport de l’association Airparif de surveillance de la qualité de l’...
Dernier rapport de l’association Airparif de surveillance de la qualité de l’...Dernier rapport de l’association Airparif de surveillance de la qualité de l’...
Dernier rapport de l’association Airparif de surveillance de la qualité de l’...
 
Cama
CamaCama
Cama
 
Italie mamamia
Italie mamamiaItalie mamamia
Italie mamamia
 
PPL no 3985 sanctionnant la violation du secret des affaires
PPL no 3985 sanctionnant la violation du secret des affairesPPL no 3985 sanctionnant la violation du secret des affaires
PPL no 3985 sanctionnant la violation du secret des affaires
 
Guía para la elaboración de un artículo científico
Guía para la elaboración de un artículo científicoGuía para la elaboración de un artículo científico
Guía para la elaboración de un artículo científico
 
AUTORISATION DE CONSTRUIRE DES EDIFICES AFFECTES AU CULTE MUSULMAN
AUTORISATION DE CONSTRUIRE DES EDIFICES AFFECTES AU CULTE MUSULMAN AUTORISATION DE CONSTRUIRE DES EDIFICES AFFECTES AU CULTE MUSULMAN
AUTORISATION DE CONSTRUIRE DES EDIFICES AFFECTES AU CULTE MUSULMAN
 
Présentation elCurator et le Lean Startup - Conference ADETEM
Présentation elCurator et le Lean Startup - Conference ADETEMPrésentation elCurator et le Lean Startup - Conference ADETEM
Présentation elCurator et le Lean Startup - Conference ADETEM
 
"Le fakir et le Taj Mahal "
"Le fakir et le Taj Mahal ""Le fakir et le Taj Mahal "
"Le fakir et le Taj Mahal "
 
Patrimonio
PatrimonioPatrimonio
Patrimonio
 

Similaire à Plaquette d'information sur le changement de l'intensité sonore de la pub TV

Présentation producteurs son recommandation audio cst rt017
Présentation producteurs son recommandation audio cst rt017Présentation producteurs son recommandation audio cst rt017
Présentation producteurs son recommandation audio cst rt017
Digital Innovation Groupware - Industries Techniques
 
Le loudness 5 ans plus tard
Le loudness 5 ans plus tardLe loudness 5 ans plus tard
Le loudness 5 ans plus tard
Marc Bourhis
 
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
Romain Fonnier
 

Similaire à Plaquette d'information sur le changement de l'intensité sonore de la pub TV (6)

Présentation producteurs son recommandation audio cst rt017
Présentation producteurs son recommandation audio cst rt017Présentation producteurs son recommandation audio cst rt017
Présentation producteurs son recommandation audio cst rt017
 
Le loudness 5 ans plus tard
Le loudness 5 ans plus tardLe loudness 5 ans plus tard
Le loudness 5 ans plus tard
 
Technotrend Hdmi
Technotrend HdmiTechnotrend Hdmi
Technotrend Hdmi
 
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
La publicite TV segmentée - IAB France - Octobre 2020
 
Cours fondement du multimedia
Cours fondement du multimediaCours fondement du multimedia
Cours fondement du multimedia
 
Loudness, niveaux et dynamique... Vers une amélioration des standards
Loudness, niveaux et dynamique... Vers une amélioration des standardsLoudness, niveaux et dynamique... Vers une amélioration des standards
Loudness, niveaux et dynamique... Vers une amélioration des standards
 

Plus de Digital Innovation Groupware - Industries Techniques

Ibc1219 conference brochure_v5
Ibc1219 conference brochure_v5Ibc1219 conference brochure_v5
Dpp bloodless revolution : Un guide sur les Workflow DEMAT
Dpp bloodless revolution : Un guide sur les Workflow DEMATDpp bloodless revolution : Un guide sur les Workflow DEMAT
Dpp bloodless revolution : Un guide sur les Workflow DEMAT
Digital Innovation Groupware - Industries Techniques
 
Dolby atmos-cinema-technical-guidelines
Dolby atmos-cinema-technical-guidelinesDolby atmos-cinema-technical-guidelines
Dolby atmos-cinema-technical-guidelines
Digital Innovation Groupware - Industries Techniques
 
Etats Généraux Production Cinéma en France - Du film au cinéma numérique
Etats Généraux Production Cinéma en France - Du film au cinéma numériqueEtats Généraux Production Cinéma en France - Du film au cinéma numérique
Etats Généraux Production Cinéma en France - Du film au cinéma numérique
Digital Innovation Groupware - Industries Techniques
 
Forum Blanc 2012 - Quelles stratégies pour les diffuseurs historiques ? Marti...
Forum Blanc 2012 - Quelles stratégies pour les diffuseurs historiques ? Marti...Forum Blanc 2012 - Quelles stratégies pour les diffuseurs historiques ? Marti...
Forum Blanc 2012 - Quelles stratégies pour les diffuseurs historiques ? Marti...
Digital Innovation Groupware - Industries Techniques
 

Plus de Digital Innovation Groupware - Industries Techniques (20)

Ibc1219 conference brochure_v5
Ibc1219 conference brochure_v5Ibc1219 conference brochure_v5
Ibc1219 conference brochure_v5
 
Dpp bloodless revolution : Un guide sur les Workflow DEMAT
Dpp bloodless revolution : Un guide sur les Workflow DEMATDpp bloodless revolution : Un guide sur les Workflow DEMAT
Dpp bloodless revolution : Un guide sur les Workflow DEMAT
 
Livre blanc relief v2 basse def 2
Livre blanc relief v2 basse def 2Livre blanc relief v2 basse def 2
Livre blanc relief v2 basse def 2
 
Dolby atmos-cinema-technical-guidelines
Dolby atmos-cinema-technical-guidelinesDolby atmos-cinema-technical-guidelines
Dolby atmos-cinema-technical-guidelines
 
Etats Généraux Production Cinéma en France - Du film au cinéma numérique
Etats Généraux Production Cinéma en France - Du film au cinéma numériqueEtats Généraux Production Cinéma en France - Du film au cinéma numérique
Etats Généraux Production Cinéma en France - Du film au cinéma numérique
 
Présentation Cap digital Forum Blanc
Présentation Cap digital Forum BlancPrésentation Cap digital Forum Blanc
Présentation Cap digital Forum Blanc
 
Rapport sur la television connectee par Marc Tessier
Rapport sur la television connectee par Marc TessierRapport sur la television connectee par Marc Tessier
Rapport sur la television connectee par Marc Tessier
 
Rapport Perspectives Audiovisuel à l'horizon 2015 - Dominique Richard
Rapport Perspectives Audiovisuel à l'horizon 2015 -  Dominique RichardRapport Perspectives Audiovisuel à l'horizon 2015 -  Dominique Richard
Rapport Perspectives Audiovisuel à l'horizon 2015 - Dominique Richard
 
Forum Blanc 2012 - Quelles stratégies pour les diffuseurs historiques ? Marti...
Forum Blanc 2012 - Quelles stratégies pour les diffuseurs historiques ? Marti...Forum Blanc 2012 - Quelles stratégies pour les diffuseurs historiques ? Marti...
Forum Blanc 2012 - Quelles stratégies pour les diffuseurs historiques ? Marti...
 
Introduction au cloud computing Parisfx 2011
Introduction au cloud computing Parisfx 2011Introduction au cloud computing Parisfx 2011
Introduction au cloud computing Parisfx 2011
 
Les nouvelles dimensions de l'analyse audio/vidéo
Les nouvelles dimensions de l'analyse audio/vidéoLes nouvelles dimensions de l'analyse audio/vidéo
Les nouvelles dimensions de l'analyse audio/vidéo
 
Les formats audio pour les nouveaux medias
Les formats audio pour les nouveaux mediasLes formats audio pour les nouveaux medias
Les formats audio pour les nouveaux medias
 
Les défis de la 3Ds
Les défis de la 3DsLes défis de la 3Ds
Les défis de la 3Ds
 
Production pour les 4 écrans
Production pour les 4 écransProduction pour les 4 écrans
Production pour les 4 écrans
 
QoE (Qualité d'Expérience)
QoE (Qualité d'Expérience)QoE (Qualité d'Expérience)
QoE (Qualité d'Expérience)
 
Adaptative streaming : enjeux, panorama, principes et difficultés
Adaptative streaming : enjeux, panorama, principes et difficultésAdaptative streaming : enjeux, panorama, principes et difficultés
Adaptative streaming : enjeux, panorama, principes et difficultés
 
Comment relever le défi du média global ?
Comment relever le défi du média global ?Comment relever le défi du média global ?
Comment relever le défi du média global ?
 
Retours d'expériences sur les systèmes de calibration
Retours d'expériences sur les systèmes de calibrationRetours d'expériences sur les systèmes de calibration
Retours d'expériences sur les systèmes de calibration
 
Monitoring dans les Workflow de Cinéma Numériquenum
Monitoring dans les Workflow de Cinéma NumériquenumMonitoring dans les Workflow de Cinéma Numériquenum
Monitoring dans les Workflow de Cinéma Numériquenum
 
Synthèse pédagogique sur le fichier mâitre IMF (Interoperable Master Format)
Synthèse pédagogique sur le fichier mâitre IMF (Interoperable Master Format)Synthèse pédagogique sur le fichier mâitre IMF (Interoperable Master Format)
Synthèse pédagogique sur le fichier mâitre IMF (Interoperable Master Format)
 

Plaquette d'information sur le changement de l'intensité sonore de la pub TV

  • 1. En 2012 la TV change d’intensité sonore A partir du 1er janvier 2012, les films publicitaires TV doivent respecter la recommandation technique CST-RT017 v3.0 Cette recommandation vise à améliorer le confort d’écoute du téléspectateur et à harmoniser le niveau sonore de l’ensemble des programmes TV. Ce document décrit la mise en œuvre par la filière audiovisuelle des recommandations techniques sur la mesure d’intensité sonore des films publicitaires livrés aux chaînes de télévision française. La CST-RT017 v3.0 est cosignée par les éditeurs, la CST, la Ficam et le HDForum. Elle fait suite à la saisine des organisations représentant l’interprofession publicitaire (AACC, UDA et SNPTV), soutenues par l’ARPP. L’enjeu était d’adapter ces recommandations techniques aux cas des programmes courts, y compris les messages publicitaires. 1
  • 2. Ce qui change à partir de 2012... Jusqu’au 31 décembre 2011 Le niveau sonore des programmes de télévision était exprimé en fonction du niveau électrique du signal. Celui-ci ne devait pas excéder la valeur - 9 dBFS (mesure « quasi crête »). Jusqu’ici la contrainte impérative était le respect des valeurs électriques maximales et dans ce cadre il était fréquent, afin d’obtenir la perception d’un niveau sonore élevé, de concevoir des mixages significativement compressés et dont le niveau moyen (exprimé en dBFS) se situait près de la valeur maximale (graphique de gauche). Un film mixé avec une dynamique étendue parait alors « moins fort » (graphique de droite). Les deux programmes étaient pourtant tous les deux conformes aux exigences techniques des diffuseurs. A partir du 1er janvier 2012 Avec les recommandations applicables à l’intensité sonore (« loudness ») qui entrent en vigueur le 1er janvier 2012, le son ne sera plus évalué seulement en termes de niveau électrique mais également en termes d’intensité ressentie par le téléspectateur. Cette méthode vise à prendre en compte la perception du téléspectateur, y compris en relation avec le reste de l’antenne (harmonisation de l’intensité sonore d’un spot à l’autre, entre écrans pub et programmes, entre programmes, entre chaînes, etc.). Pour effectuer cette mesure d’intensité sonore, le son n’est plus seulement mesuré en temps réel ; une mesure continue -dite « intégrée »- est également effectuée sur la durée du film. La valeur ainsi obtenue caractérise l’énergie sonore de l’ensemble du film. L’unité de mesure utilisée est le LUFS (Loudness Unit Full Scale). Cette valeur de « loudness » du film dans sa totalité est appelée « long term » ou parfois « infinite ». En complément de cette mesure est effectuée une mesure dite « short term » sur une fenêtre glissante de 3 secondes. 2
  • 3. Valeurs cibles ipsum doLore icero tres Lorem La nouvelle norme fixe donc des valeurs maximales distinctes pour la valeur long term et la valeur short term. Ces valeurs que l’on retrouve dans les shémas ci-dessous sont détaillées dans le document CST/Ficam/HDForum « CST – RT – 017 – TV –v3 » Pour les programmes courts ( - de 2 mn): La valeur maximale loudness en long term est -23LuFs La valeur en short term ne doit pas excéder -20 LuFs copyright cST Conséquences pratiques pour le mixage son Pour les programmes dont la diffusion débute après le 1er janvier 2012, il convient donc de préparer des mixages respectant à la fois les valeurs électriques maximales et les valeurs loudness maximales, en privilégiant un mix avec une dynamique étendue. On voit sur les graphiques ci-dessous qu’un programme mixé avec une très faible dynamique (à gauche) aura peine à ressortir face à un mix avec une large dynamique (à droite), ses niveaux forts seront alors trop bas. copyright IMD 3
  • 4. Quelle méthode durant la phase de transition... Pour les programmes courts, du type films publicitaires, livrés aux éditeurs jusqu’au 1er janvier 2012 et qui ont fait l’objet d’un mixage suivant les anciennes méthodes de mesure : il est préférable de prévoir deux versions sonores distinctes ! Ainsi, les nouvelles valeurs cibles de Loudness pourront être respectées de deux manières à partir d’un mixage existant : Via un nouveau mixage à partir des éléments d’origine Via une réduction du niveau de gain général de l’audio jusqu’à obtention d’une valeur de loudness acceptable. il est important à ce titre de signaler que ce type de correction « réduc- tion de gain » n’est pas réalisable dans tous les cas ! En effet, dans certains profils de mixage avec un « short term » particulièrement élevé comme par exemple lorsqu’une scène d’action suit un long silence, il sera en pratique impossible de ramener les deux valeurs en-dessous des maximums. Dans ce cas, seul un re-mixage pourra être envisagé. Il faut souligner aussi que ces deux méthodes produisent des résultats différents. un re-mixage offre, par définition, plus de maîtrise sur le résultat final. réaliser simultanément les deux mixages dès la finition des films dont la diffusion aura lieu à cheval sur le 1er janvier 2012 est une solution très efficace. Le choix relève d’une décision créative et économique de l’annonceur. Compte tenu des obligations réglementaires émises par le CSA et qui pèsent sur les éditeurs de programmes TV dans le cadre de l’entrée en vigueur de cette nouvelle norme technique, (voir délibération du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel n°2011-29 du 19 juillet 2011 relative aux caractéristiques techniques de l’intensité sonore des programmes et des messages publicitaires de télévision publiée au JORF du 11 octobre 2011) et selon leur organisation, les régies publicitaires et les chaînes sont susceptibles d’appliquer elles- mêmes une correction pour les films déjà en leur possession. Dans ce cas la correction appliquée ne peut être que du type « réduction de gain ». A noter que la nouvelle version d’un spot publicitaire, quelle que soit sa méthode de mixage, doit porter un nouvel identifiant pubid et être soumise à l’avis de l’Arpp. Remerciements tout particulier à Miguel Adelise (Teletota), Alain Besse (cST), Pascal Buron (TSF), et à Younes Menouar Menari (IMD) pour leur contribution à ce document Tous droits réservés - copyright : cST - Ficam - HD Forum 4