SlideShare une entreprise Scribd logo
I
Dans quelle mesure la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) peut-elle contribuer à
une croissance verte de l’économie française ?
par
Enzo Kadri
Projet d’intégration présenté au programme de
Maîtrise en management et développement durable
(M.M.D.D.)
Août 2021
II
Table des matières
(M.M.E.C.).................................................................................................................................................I
INTRODUCTION..................................................................................................................................... 1
CHAPITRE 1 :.......................................................................................................................................... 5
LA STRATEGIE NATIONALE BAS CARBONE (SNBC)........................................................................ 5
1.1 STRUCTURE DE PRESENTATION DE LA SNBC ..............................................................................................6
1.2 LE PROJET DE LA FRANCE ............................................................................................................................7
1.3 LE PROCESSUS D’ELABORATION DE LA SNBC.............................................................................................8
1.3.1 Concertation avec les parties prenantes................................................................................................8
1.3.2 Participation du public ..........................................................................................................................9
1.3.3 Validation de la stratégie.......................................................................................................................9
1.3.4 Consultations et avis sur le projet de stratégie en fin de processus ....................................................10
1.3.5 Un processus itératif............................................................................................................................10
1.4 LES AXES STRATEGIQUES DE LA SNBC......................................................................................................11
1.5 SCENARIO DE REFERENCE (AMS) DE LA SNBC ........................................................................................12
1.5.1 Portée et philosophie ...........................................................................................................................12
1.5.2 Synthèse du scénario par secteur.........................................................................................................16
1.6 LES BUDGETS CARBONE ..............................................................................................................................19
1.6.1 Solde du budget carbone 2015-2018 ...................................................................................................20
1.6.2 Les prochains budgets carbone............................................................................................................21
1.6.3 Répartition sectorielle des budgets carbone........................................................................................21
1.7 ORIENTATIONS DE POLITIQUES PUBLIQUES ...............................................................................................22
1.7.1 Orientations transversales...................................................................................................................22
1.7.2 Orientations sectorielles ......................................................................................................................23
1.7.3 Une méthodologie homogène...............................................................................................................23
1.7.4 Présentation des orientations...............................................................................................................24
1.8 CONCLUSION ...............................................................................................................................................26
CHAPITRE 2 :........................................................................................................................................ 27
UNE STRATEGIE GAGNANTE ? ......................................................................................................... 27
2.1 DE QUELLE STRATEGIE PARLONS-NOUS ?..................................................................................................27
2.1.1 Qu’est-ce que la croissance verte ?.....................................................................................................27
2. 1. 2 Comment générer une croissance verte?...........................................................................................29
2.1.2.1 Substitution entre facteurs de productions ..................................................................................................... 29
2.1.2.2 Internalisation des externalités ....................................................................................................................... 31
2.1.3 Conclusion ...........................................................................................................................................33
2. 2 QUELLE TRANSITION ?..............................................................................................................................34
2. 2. 1 Deux écoles de pensées : transition management et transition résilience........................................34
2. 2. 2 La transition management de la France : la SNBC..........................................................................35
2. 2. 3 Conclusion .........................................................................................................................................38
2.3 QUELS RESULTATS PROVISOIRES ? ............................................................................................................39
2.3.1 Découplage absolu ?............................................................................................................................40
2. 3. 2 Il n’y a pas de croissance verte..........................................................................................................43
2. 3. 3 Conclusion ........................................................................................................................................46
2.4 POURQUOI CETTE STRATEGIE RISQUE-T-ELLE D’ECHOUER ?..................................................................47
2.4.1 Des limites biophysiques......................................................................................................................48
2.4.1.1 Limites des énergies renouvelables................................................................................................................ 48
2.4.1.2 Limites de l’efficacité énergétique................................................................................................................. 54
2. 4. 2 Des limites économiques....................................................................................................................57
2.4.3 Conclusion ...........................................................................................................................................60
CONCLUSION ....................................................................................................................................... 62
3. 1 SYNTHESE ...................................................................................................................................................62
3. 2 APPORTS ET LIMITES..................................................................................................................................67
III
3. 3 PROLONGEMENTS EVENTUELS DU TRAVAIL..............................................................................................68
BIBLIOGRAPHIE.................................................................................................................................. 70
Liste des figures :
Figure 1 : Évolution des émissions de GES dans le scénario AMS ..........................................................................14
Figure 2: Émissions et puits de gaz à effet de serre dans le scénario AMS en 2050 ..............................................15
Figure 3: Trajectoire des émissions et des puits de gaz à effet de serre sur le territoire national entre 2005 et
2050 dans le scénario AMS.....................................................................................................................................17
Figure 4 : Historique et trajectoire des émissions de GES hors UTCA France entre 1990 et 2050 (en MtCO2 q) ..20
Figure 5 : Répartition sectorielle des budgets carbone (en MtCO2eq) ..................................................................22
Figure 6 : Croissance du PIB (% annuel) - France....................................................................................................40
Figure 7: Émissions de gaz à effet de serre françaises (en MtCO2eq) ...................................................................41
Figure 8 : Comparaison de l’empreinte carbone et de l’inventaire national..........................................................45
Figure 9 : Évolution de la consommation d’énergie par personne, en moyenne mondiale, depuis 1860..............53
Figure 10: Consommation par véhicule, États-Unis,1949-2015.............................................................................56
Liste des tableaux :
Tableau 1: Réductions des émissions par secteur à l’horizon 2050, selon le scénario de référence AMS ...........18
Tableau 2 : Orientation de politiques publiques....................................................................................................24
p. 1
Introduction
« C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. »
Victor Hugo
Incontestablement, le développement de notre civilisation depuis l’ère industrielle a généré des
perturbations sans précédent au sein de notre foyer commun, la Terre. Le 6ème
rapport du GIEC1
,
paru en août dernier, affirme une nouvelle fois notre responsabilité dans la dérive climatique.
« Sans équivoque, l’influence humaine a réchauffé la planète, les océans et les terres.
L’atmosphère, l’océan, la cryosphère et la biosphère ont été soumis à des changements rapides
et de grande ampleur » (Intergouvernemental Panel on Climate Change [IPCC], 2021). Ces
transformations biophysiques liées aux émissions anthropiques provoquent des conséquences
météorologiques et climatiques d’une amplitude grandissante. Il ne fait nul doute que les
extrêmes climatiques à travers le monde (vagues de chaleur, fortes précipitations, sécheresses,
cyclones tropicaux) sont les conséquences du réchauffement climatique.
Nous sommes collectivement face à un enjeu comme l’humanité n’en a jamais connu :
contribuer ensemble à limiter les dégâts sur la planète Terre. C’est la raison pour laquelle de
nombreux pays se dotent d’une stratégie pour amorcer la transition vers des sociétés post
carbone. C’est le cas de la France qui s’est armée d’une Stratégie Nationale Bas Carbone
(SNBC) pour conduire la transition énergétique sur son territoire.
Depuis le début du 21e
siècle, le réchauffement climatique global occupe une place significative
dans le discours politique contemporain. La France met en place dès le début des années 2000
1 Le GIEC est en français l’acronyme de (Groupe Intergouvernemental sur le réchauffement climatique). Le GIEC
constitue sans aucun doute la plus grande autorité scientifique mondiale en matière de changements climatiques.
p. 2
ses premières politiques pour réduire ses émissions de gaz à effets de serre avec le plan national
de lutte contre le changement climatique, puis à travers différents « plans climat » consécutifs,
particulièrement le plan climat 2004-2012 qui souligne la volonté du gouvernement français de
diminuer d’un facteur quatre ses émissions de gaz à effets de serre. Pour la première fois dans
l’histoire du pays, un texte de loi essentiellement tourné vers l’environnement est mis sur pied.
Ainsi naît le Grenelle de l’environnement en 2007, inscrivant dans la loi de nombreux objectifs
environnementaux, tels que la fameuse réduction d’un facteur quatre des émissions de gaz à
effet de serre de la France pour 2050. La LTECV (loi pour la transition énergétique et la
croissance verte), adoptée en 2015, s’inscrit comme le prolongement du Grenelle de
l’environnement 1 et 2. L’État français définit une nouvelle fois la lutte contre le changement
climatique comme une priorité à travers des textes législatifs et propose de nouvelles mesures
pour atteindre l’objectif de facteur quatre (encore inchangé). Depuis quelques années, le pays
développe de nouveaux outils de pilotage aux niveaux territorial et national pour « permettre
une définition plus partagée des objectifs et des politiques » (ministère de la transition
écologique et solidaire, 2017). C’est la raison pour laquelle, la SNBC (Stratégie Nationale Bas
Carbone), document pilotant l’ensemble des orientations climatiques de la France, ainsi que la
PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie), fixant les priorités d’actions des pouvoirs
publics dans le domaine de l’énergie, constituent désormais le fer de lance de la stratégie de
transition énergétique française. Ces deux outils de gouvernance, articulés ensemble, sont
censés servir de feuille de route pour les décideurs publics dans le cadre de la transition
énergétique.
Au cours de cette étude, nous analyserons la SNBC (Stratégie Nationale Bas Carbone) dans le
but d’identifier les apports et les limites de cette stratégie au regard de la « croissance verte ».
Nous avons décidé de focaliser notre étude sur ce seul texte, car celui-ci, en tant qu’outil de
p. 3
gouvernance, incarne la stratégie de long terme de la France. En effet, la loi énergie-climat de
2019 s’appuie essentiellement sur ce document pour élaborer ses priorités d’actions au niveau
climatique (ministère de la transition écologique et solidaire, 2020). Dans le prolongement de
notre travail, il serait pertinent d’étudier en parallèle la PPE (Programmation Pluriannuelle de
l’Énergie) dans le but d’affiner notre analyse. Effectivement, la SNBC et la PPE sont
complémentaires. Néanmoins, la limitation de notre analyse à ce seul document nous permet
de centrer notre travail autour d’une thématique singulière et donc de l’étudier plus en
profondeur.
Il s’agira de nous poser une question essentielle : dans quelle mesure la Stratégie Nationale
Bas Carbone (SNBC) peut-elle contribuer à une « croissance verte » de l’économie
française ?
Notre démarche suivra essentiellement deux étapes :
1) Dans un premier chapitre, essentiellement descriptif, nous proposerons une vue
d’ensemble de la SNBC. Les références que nous utiliserons au sein de cette section
sont tirées du site du ministère de la transition écologique et solidaire ainsi que de
documents gouvernementaux officiels accessibles publiquement. Ainsi, nous allons tout
d’abord étudier le processus d’élaboration de la SNBC en présentant les mécanismes de
construction et d’évaluation de la stratégie. Par la suite, nous relaterons les axes
stratégiques de la SNBC. Subséquemment, nous exposerons le scénario prospectif de
référence qui a permis de guider la démarche. En outre, nous nous arrêterons sur le
concept clé de la SNBC : les budgets carbone. Cette section sera l’occasion de définir
le concept et de faire un état des lieux de l’avancement de la stratégie. Enfin, dans le but
p. 4
de clore ce chapitre, nous présenterons l’ensemble des orientations de politiques
publiques suggérées par la SNBC pour atteindre l’objectif principal de cette dernière, à
savoir la neutralité carbone en 2050.
2) Notre second chapitre proposera une analyse critique des éléments présentés en
première partie. Il sera d’abord question d’examiner et de situer la perspective générale
dans laquelle se situe le plan de transition énergétique tel que nous le comprenons. Nous
nous interrogerons ensuite sur la faisabilité de cette stratégie dans le contexte de la
France. Enfin, nous nous demanderons « pourquoi » la SNBC devrait probablement
échouer.
En définitive, il sera question de discuter des résultats présentés tout au long de cette étude et
des enjeux futurs qui nous font face aujourd’hui. Et finalement, conclure notre travail.
p. 5
Chapitre 1 :
La stratégie nationale bas carbone (SNBC)
Introduite par la Loi de la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), la SNBC
fait office de feuille de route pour la France pour conduire la politique d’atténuation du
changement climatique. Le gouvernement la définit comme telle : « Elle donne des orientations
pour mettre en œuvre dans tous les secteurs d’activité, la transition vers une économie bas
carbone, circulaire et durable. Elle définit une trajectoire de réductions des émissions de gaz à
effet de serre jusqu’à 2050 et fixe des objectifs à court et moyen terme : les budgets carbone.
Elle a deux ambitions : atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 et réduire l’empreinte
carbone de la consommation des Français. Les décideurs publics, à l’échelle nationale comme
territoriale, doivent la prendre en compte » (ministère de la transition écologique et solidaire,
2020).
Il convient à priori de définir rapidement ces trois notions essentielles que nous réutiliserons
tout au long de ce rapport et qui seront détaillées dans les pages suivantes :
- Les budgets carbone : Il s’agit de plafonds d’émissions nationaux de gaz à effets de
serre à ne pas dépasser sur une période de cinq ans. À court terme, ils définissent la
trajectoire cible à atteindre pour respecter les objectifs de la SNBC.
- La neutralité carbone : Elle est atteinte lorsque les émissions de gaz à effets de serre
d’origines anthropiques parviennent à un équilibre avec les puits de carbone, c’est-à-
dire les écosystèmes naturels ou les procédés industriels capables de stocker une
quantité significative de CO2 : sols, forêts, produits issus de la bioéconomie (paille, bois
pour la construction…), technologies de capture et stockage du carbone.
p. 6
- L’empreinte carbone : émissions directes de gaz à effets de serre (GES) de la France
liées à la production. À cela s’ajoutent les émissions assujetties au transport des biens
et services consommés. Elle intègre donc les émissions importées qui ne sont pas
directement produites sur le territoire.
Adoptée pour la première fois en 2015, la SNBC a été révisée en 2018-2019 en visant l’atteinte
de la carboneutralité en 2050. En effet, l’objectif initial était de réduire les émissions d’un
facteur quatre, soit -75% des émissions par rapport en 1990. Son réajustement a fait l’objet
d’une consultation publique du 20 janvier au 19 février 2020 (ministère de la transition
écologique et solidaire, 2020). Cette nouvelle version de la SNBC et les budgets carbone pour
les périodes 2019-2023, 2024-2028, 2029-2033 ont été acceptés par décret le 21 avril 2020.2
Le respect des budgets carbone couvrant ces périodes est censé permettre au pays d’atteindre
la neutralité carbone en 2050. Pour parvenir à ces résultats, la SNBC espère diminuer de moitié
la consommation énergétique dans tous les secteurs d’activités en « développant des
équipements plus performants et en adoptant des modes de vie plus sobres et plus circulaires »
(ministère de la transition écologique et solidaire, 2020), mais aussi en augmentant et en
sécurisant la quantité de puits carbone sur le territoire (ministère de la transition écologique et
solidaire, 2020).
1.1 Structure de présentation de la SNBC
La Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) est découpée en deux grandes parties. En premier
lieu, il s’agit d’expliquer le contexte et la problématique ainsi que de détailler le projet et les
ambitions de la SNBC. Certains concepts propres à la SNBC, par exemple « les axes
2
Décret no 2020-457 du 21 avril 2020 relatif aux budgets carbone nationaux et à la stratégie nationale bas-
carbone, Art.2
p. 7
stratégiques », « le scénario de référence » ou encore « les budgets carbone » sont présentés en
détail au sein du document (SNBC, 2020 : 2), nous y reviendrons.
Dans un second temps, la SNBC présente ce qu’elle appelle les « orientations de politiques
publiques », qui sont-elles mêmes divisées en deux sections distinctes : les « orientations
transversales » et les « orientations sectorielles » (SNBC, 2020 : 2). Ces orientations forment
le cœur de la SNBC et proposent au moyen de politiques publiques des directions à suivre,
adressées aux décideurs, dans le but de respecter les engagements de la France en matière de
durabilité.
1.2 Le projet de la France
Le gouvernement français s’est engagé à atteindre des objectifs en matière de « réduction des
émissions territoriales de gaz à effets de serre » en harmonie avec « ses engagements
internationaux et avec la politique communautaire » (SNBC, 2020 : 17) .
« Il s’agit de :
- atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 ;
- réduire les émissions de gaz à effets de serre de -40% en 2030 par rapport à 1990
- à court et moyen termes, respecter les budgets carbone adoptés par décret, c’est-à-dire
des plafonds d’émissions à ne pas dépasser par périodes de cinq ans » (SNBC, 2020 :
17).
p. 8
1.3 Le processus d’élaboration de la SNBC
1.3.1 Concertation avec les parties prenantes3
Pour la construction de cette stratégie, des échanges réguliers ont eu lieu avec les représentants
de la société civile. Ils se sont tout d’abord établis via le Comité d’Information de l’Orientation
(CIO) de la SNBC. Ce dernier est composé d’un panel comportant 120 acteurs du Conseil
National de la Transition Écologique. Il s’agissait ici de représenter le plus largement possible
chaque groupe de la société civile (représentants des salariés et des employeurs, représentants
des consommateurs, ONG environnementales, collectivités territoriales et parlementaires). Ce
CIO s’est réuni 6 fois depuis juin 2017 lors des étapes clés du processus de révision de la
stratégie. En outre, les services interministériels concernés se tenaient à ces réunions dans le
but d’intégrer les stratégies dans la mise en œuvre des politiques publiques.
En parallèle, des groupes de travail composés de membres du CIO et d’experts sectoriels
(fédérations professionnelles, instituts de recherche et universitaires) se sont réunis à quatre
reprises en moyenne.
La SNBC a compté sur :
- Cinq groupes sectoriels : transport, bâtiment, agriculture, forêt et industrie
- Deux groupes transversaux : économie et autres chapitres transversaux.
Ces groupes de travail ont par ailleurs fait valoir leur expertise dans l’élaboration du scénario
de référence pour la configuration des hypothèses de travail ainsi que l’établissement des
objectifs à atteindre pour chaque secteur d’activité. En ce qui concerne les orientations
3 Au cours de cette section, nous nous réfèrerons au chapitre « une stratégie issue d’un travail collectif » de la
SNBC, (SNBC, 2020 ; 35 – 37 ; 155 - 160)
p. 9
stratégiques fournies par la SNBC, 24 ateliers de travail complémentaires ont eu lieu entre
octobre 2017 et janvier 2018.
1.3.2 Participation du public
Du 13 novembre au 17 décembre 2017, les Français ont été invités à la veille d’un débat public
à répondre à un questionnaire en ligne portant sur la révision de la SNBC. Plus de 13 000
réponses ont été recueillies. La SNBC précise que ce questionnaire n’avait pas valeur de
sondage, mais d’accueillir les contributions du public pour l’orientation de ses futures
stratégies. Les résultats du sondage ont été acheminés aux membres du CIO et des groupes de
travail.
En plus des concertations préalables à la révision, la stratégie fut alimentée par un vaste débat
public qui a été conduit en 2018 dans le cadre de la révision de la PPE (Programmation
Pluriannuelle de l’Énergie). « Des sujets liés à la politique du changement climatique et
notamment la maitrise sectorielle de la demande en énergie y étaient abordés » (SNBC, 2020 :
156). Ces discussions ont également permis d’enrichir le contenu de la SNBC.
1.3.3 Validation de la stratégie
Afin de valider la stratégie, le Comité d’expert pour la transition énergétique, aujourd’hui
remplacé par le Haut Conseil pour le climat (HCC) émet un avis, au plus tard, 6 six mois avant
l’échéance de la publication de la stratégie révisée, à propos du respect des budgets carbone
préalablement fixés et sur la mise en place de la stratégie en cours. L’avis du Comité est par la
suite envoyé aux commissions permanentes de l’Assemblée nationale et du Sénat chargés de
l’énergie et de l’environnement.
p. 10
1.3.4 Consultations et avis sur le projet de stratégie en fin de processus
En dernière ligne du processus de révision, la SNBC a fait l’objet de consultations formelles
auprès de certaines institutions. L’Autorité Environnementale, le Conseil national de la
transition écologique, le Haut Conseil pour le climat, le Conseil national d’évaluation des
normes, l’Assemblée de Corse, les collectivités d’outre-mer, le Conseil économique, social,
environnemental et le Conseil supérieur et de l’efficacité énergétique ont tous fait parvenir un
avis sur la présente stratégie. Les avis de ces institutions sont disponibles publiquement et ont
fait l’objet d’une révision de la SNBC.
1.3.5 Un processus itératif
L‘élaboration du scénario de référence qui pilote la SNBC et la définition des orientations ont
été conduites en association avec les parties prenantes. En outre, la stratégie est co-organisée
par l’ensemble des ministères concernés, sous le pilotage du ministère de la transition
écologique et solidaire. La stratégie a été façonnée en concertation avec les représentants de la
société civile ainsi que le grand public, qui ont été conviés à de nombreuses reprises pour
participer, émettre des suggestions et formuler leurs avis. C’est donc bien un « processus
itératif » qui a été adopté par décret par les instances suivantes : « L’Autorité
Environnementale, le Comité d’Experts pour la Transition Énergétique, le Haut Conseil pour
le climat, l’Assemblée de Corse, les Collectivités d’outre-mer concernés par la stratégie et le
Conseil National d’Évaluation des Normes, avant une consultation finale du public dirigée du
20 janvier au 19 février 2020 » (SNBC, 2020 : 155). Somme toute, au regard des différents
acteurs cités préalablement, la SNBC est née d’un processus créatif issu d’un travail collectif.
p. 11
1.4 Les axes stratégiques de la SNBC4
En aval du processus de création, les différents intervenants ont mis sur pied une série
d’hypothèses de travail censées diriger l’ensemble de la stratégie.
1) Le scénario de référence de la SNBC et de la PPE, se distingue tout d’abord par
l’affirmation d’une « ambition » importante dans l’élaboration de ses objectifs.
L’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050, constituant un véritable défi en soi,
nécessite des efforts en termes de sobriété et d’efficacité énergétique, impliquant une
restructuration profonde des modes de production et de consommation (SNBC, 2020 :
17).
2) D’autre part, le scénario se doit d’adopter une stratégie « réaliste » de la transition bas
carbone. La stratégie doit donc avoir recours à une vision crédible de la transition pour
mener à une société bas carbone (SNBC, 2020 : 17).
3) Prendre en considération la « diversité des options technologiques et
comportementales ». Au niveau technologique, il s’agit de solliciter un grand nombre
de leviers de l’économie verte, à savoir l’efficacité et la sobriété énergétique, la
décarbonation des secteurs énergétiques et le renforcement des puits carbone. Au niveau
comportemental, la SNBC mise sur une évolution sociale à grande échelle des modes
de vie et de consommation du grand public, notamment par une adoption des principes
de l’économie circulaire dans la gestion des ressources et des déchets (SNBC, 2020 :
19).
4 Au cours de cette section, nous nous réfèrerons au chapitre « les axes stratégiques » de la SNBC, (SNBC,
2020 : 17 - 19)
p. 12
4) Enfin, le dernier axe stratégique qui pilote la totalité des pistes d’actions à engager est
la « création de richesse et d’emplois durables ». La poursuite de la croissance
économique est un facteur déterminant dans le but d’assurer au scénario un avenir
réalisable et souhaitable. Le scénario de référence a fait l’objet d’une évaluation macro-
économique. Les résultats de cette dernière indiquent que le scénario « modifie peu la
trajectoire du PIB du cadrage économique général » (SNBC, 2020 : 19).
1.5 Scénario de référence (AMS) de la SNBC5
1.5.1 Portée et philosophie
La SNBC s’appuie sur l’élaboration d’un scénario de référence qui a été élaboré dans le cadre
d’un exercice de modélisation commun à la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).
Ce scénario « avec mesures supplémentaires » (AMS) « dessine une trajectoire possible de
réduction des émissions de gaz à effets de serre (GES) jusqu’à l’atteinte de la neutralité carbone
en 2050, à partir de laquelle sont définis les budgets carbone » (SNBC, 2020 :19), que nous
détaillerons dans les pages suivantes. La SNBC stipule que d’autres trajectoires seraient
également possibles afin d’atteindre cet objectif. Toutefois, cette réflexion a été menée avec les
parties prenantes de la SNBC qui ont collectivement décidé de suivre ce scénario pour répondre
aux objectifs fixés.
Le scénario AMS est plus « informatif » que « prescriptif ». Ce n’est donc pas une feuille de
route qu’il faut absolument suivre, cependant il sert de référence en particulier pour définir les
5 Au cours de cette section, nous nous réfèrerons au chapitre « le scénario de référence » de la SNBC, (SNBC,
2020 : 19 - 35)
p. 13
budgets carbone. Il permet de fournir des « éléments pour le suivi et pilotage de la transition
écologique ».
Le scénario AMS se veut à la fois « ambitieux dans ses objectifs et raisonnable dans les moyens
à mettre en œuvre pour l’atteindre » (SNBC, 2020 : 19). Il mobilise des leviers et des
instruments pour réduire les émissions dans chaque secteur, jusqu’à atteindre un équilibre entre
les émissions émises de la France et les puits de carbone qui permettront d’absorber les
émissions excédantes incompressibles. « Un puits de carbone se définit comme un réservoir de
carbone (un océan ou un écosystème par exemple) qui, pendant une période donnée, absorbe
globalement plus de carbone qu’il n’en rejette » (Locatelli et Loisel, 2002). On distingue deux
types de puits de carbone :
- les puits naturels, qui ne nécessitent pas d’intervention humaine, à savoir les océans ou
les écosystèmes forestiers.
- Les puits artificiels, soit des puits de carbone qui sont directement gérés par l’activité
humaine, notamment grâce à des avancées technologiques comme les technologies de
capture et de stockage du carbone directement sur les sites de production d’énergie
(CSC, CUC).
Les figures 1 et 2 ci-dessous, tirées du scénario de référence de la SNBC, nous montrent
globalement les objectifs de réduction des émissions par secteur ainsi que l’équilibre à atteindre
entre les émissions territoriales et les puits de gaz à effets du territoire national.
p. 14
Figure 1 : Évolution des émissions de GES dans le scénario AMS
Source : SNBC : 20
Cette figure illustre l’évolution des émissions de gaz à effet de serre dans le scénario AMS
selon l’inventaire national et non pas l’empreinte carbone. Autrement dit, les émissions
importées ne sont pas comptabilisées. Ici, l’inventaire national est divisé en secteurs d’activité.
Nous pouvons remarquer qu’ à l’horizon 2050, le scénario prévoit une diminution radicale des
émissions dans l’ensemble des secteurs, mis à part celui des terres qui comporte des émissions
incompressibles.
p. 15
Figure 2: Émissions et puits de gaz à effet de serre (GES) dans le scénario AMS en 2050
Source : SNBC : 21
Cette figure illustre l’objectif de neutralité carbone visé par le scénario AMS. Nous pouvons
distinctement observer l’équilibre recherché entre les émissions de GES et les puits de carbone.
Selon le scénario, émissions et puits de carbone comptabiliseraient approximativement 80 Mt
CO2 eq/ an, ce qui équivaut à une compensation des émissions de GES.
Pour parvenir à ces objectifs, le scénario AMS suggère une « sollicitation raisonnée des leviers
de sobriété, avec des besoins de la population en légère diminution dans l’ensemble des secteurs
d’activité, associé à un changement important des modes de consommations, sans perte de
p. 16
confort ». En outre, l’efficacité énergétique constitue le principal moyen de réduction des
émissions de gaz à effets de serre. Le résultat attendu est donc une « forte diminution de la
consommation énergétique tous secteurs confondus » (SNBC, 2020 : 21).
1.5.2 Synthèse du scénario par secteur
Le scénario de référence AMS, pour chaque secteur d’activité (transports, bâtiments,
agriculture, forêt/secteur des terres, industrie/déchets, production d’énergie), fait l’hypothèse
que la France parviendra à réduire sa consommation énergétique. Le scénario se présente
comme suit : pour chaque secteur d’activité, la SNBC a établi tout d’abord un diagnostic du
niveau d’émission. Ensuite, il est question de fixer des plafonds d’émissions acceptables pour
atteindre la neutralité dans chaque secteur en s’appuyant sur des stratégies reposant sur
différents leviers.
Au total, le scénario AMS est segmenté en sept chantiers distincts (transports, bâtiments,
agriculture, forêt/secteur des terres, industries, déchets, productions d’énergie), comportant
chacun leurs stratégies respectives. Nous ne rentrerons pas en détail dans les stratégies
sectorielles (chacune comporte son lot de techniques qui lui sont propres), toutefois elles
partagent des leviers communs : efficacité énergétique, sobriété, substitution entre facteurs de
production, développement de nouvelles technologies (ces notions seront développées au sein
de notre analyse). De la somme de ces plafonds de carbone sectoriels découle « la trajectoire
de réduction des émissions de GES résultant du scénario AMS, déclinée par secteurs, est
présentée sur le graphique ci-après » (SNBC, 2020 : 31).
p. 17
Figure 3: Trajectoire des émissions et des puits de gaz à effet de serre sur le territoire national
entre 2005 et 2050 dans le scénario AMS
Source : Stratégie Nationale Bas Carbone : 32
Cette figure compare la stratégie d’évolution des émissions et des puits de carbone à l’horizon
2050 avec la trajectoire tendancielle.
p. 18
Tableau 1: Réductions des émissions par secteur à l’horizon 2050, selon le scénario de
référence AMS
Secteurs Réduction des émissions par secteur du scénario à
l’horizon 2050 par rapport à 2015
Transports -97%
Bâtiment -95%
Agriculture/sylviculture -46%
Industrie -81%
Production d’énergie -95%
Déchets -66%
Total -83%
Source : Stratégie Nationale Bas Carbone : 32
À travers ce tableau nous pouvons nous rendre compte des objectifs sectoriels fixés par le
scénario AMS. Ainsi, nous pouvons remarquer que certains secteurs sont quasi complètement
décarbonés en 2050 dans le scénario. Il s’agit du secteur des transports, des bâtiments et de la
production d’énergie. D’autres secteurs présentent des objectifs de réduction moins élevés
(agriculture/sylviculture, industrie et déchets). Ces secteurs comportent des émissions
résiduelles incompressibles qui seront compensées par une hausse des puits de carbone.
Ce scénario de référence est donc un outil qui permet de nourrir la réflexion autour de la SNBC
et de présenter à l’ensemble des acteurs concernés un chemin à suivre : celui de la neutralité
carbone à l’horizon 2050.
p. 19
1.6 Les budgets carbone6
Comme nous l’avons expliqué rapidement plus haut, pour atteindre l’objectif de carboneutralité
à l’horizon 2050, la SNBC fixe des budgets carbone. « Les budgets carbone sont des plafonds
d’émissions de GES à ne pas dépasser au niveau national sur des périodes de cinq ans » (SNBC,
2020 : 37). À court terme, ils définissent l’itinéraire cible de réduction des gaz à effets de serre,
en cohérence avec les engagements de la France au niveau international, européen, ainsi que le
scénario de référence AMS. Les budgets carbone sont déclinés « par grands domaines
d’activité : transport, bâtiments résidentiels et tertiaires, industrie, agriculture, production
d’énergie et déchets ». Les budgets carbone sont calculés sur la base de l’inventaire national le
plus récent, c’est-à-dire qu’ils comprennent simplement les émissions territoriales, soit les
émissions de GES directement produites sur le territoire et non pas les émissions associées aux
importations.
Les trois premiers budgets carbone ont été adoptés par décret en 2015 en même temps que la
première stratégie nationale bas carbone et portent sur les périodes 2015-2018, 2019- 2023 et
2024- 2028. La figure 4 présente l’historique des GES de la France ainsi que les trajectoires
estimées selon les budgets carbone futurs.
6 Au cours de cette section, nous nous réfèrerons au chapitre « budgets carbone » de la SNBC, (SNBC, 2020 :
37 - 47)
p. 20
Figure 4 : Historique et trajectoire des émissions de GES hors UTCA France entre 1990 et
2050 (en MtCO2 q)
Source : Stratégie Nationale Bas Carbone : 42
Ce graphique indique l’historique et la trajectoire des émissions de GES de la France. Les quatre
budgets carbone sont clairement visibles. Le budget carbone passé (2015-2018) indique un
dépassement non négligeable sur la période.
1.6.1 Solde du budget carbone 2015-2018
Le premier budget carbone couvrant la période de 2015 à 2018 « indique un dépassement estimé
à 65 MtCO2eq sur l’ensemble de la période, soit un dépassement annuel d’environ 16 MtCO2eq
par an ». Le scénario de référence prévoyait de réduire les GES de 2,2% par an sur l’ensemble
de la période. Cependant, les résultats nous indiquent une réduction de seulement 1% par année.
La SNBC nous informe que les secteurs des bâtiments et des transports sont la cause première
p. 21
de cet écart. En effet, les dépassements pour ces secteurs sont respectivement de + 41% et +
39% comparativement aux budgets estimés à priori (SNBC, 2020 : 38).
1.6.2 Les prochains budgets carbone
Adoptées par décret en 2015, les deux prochains budgets carbone (2019-2023 et 2024-2028)
ont été ajustés en 2019 en raison du retard comptabilisé du budget 2015-2018. Le scénario de
référence révisé de la SNBC dessine une trajectoire possible de réduction des émissions de GES
prenant en compte les retards du premier budget carbone. La SNBC estime que ce scénario de
référence révisé est « à la fois plus ambitieux, en visant la neutralité carbone sur le territoire à
l’horizon 2050, et plus réaliste dans la façon de les atteindre, en modulant les efforts au court
du temps » (SNBC, 2020 : 39). Le document évalue un dépassement du deuxième budget
carbone, car les retards accumulés du premier budget carbone sont trop importants. Toutefois,
elle envisage un « quasi-respect du troisième budget carbone, à condition de mettre en place
l’ensemble des mesures déjà proposées » (SNBC, 2020 : 40).
1.6.3 Répartition sectorielle des budgets carbone
Il est important de saisir que chaque secteur d’activité (transport, bâtiments résidentiels et
tertiaires, industrie, agriculture, production d’énergie et déchets) possède indépendamment son
propre budget carbone. Les efforts sont donc divisés par secteur, chacun devra faire sa part pour
atteindre ses propres objectifs. Les budgets carbone du territoire français sur les périodes citées
sont donc la somme des budgets carbone par secteur d’activité. La figure 5 présente la
répartition sectorielle des budgets carbone révisés pour les prochaines périodes.
p. 22
Figure 5 : Répartition sectorielle des budgets carbone (en MtCO2eq)
Source : Stratégie Nationale Bas Carbone : 44
1.7 Orientations de politiques publiques7
Nous arrivons dans le cadre de cette section à l’essence même de la SNBC. Les orientations de
politiques publiques, réparties en orientations transversales et en orientations sectorielles.
Elles ont pour ambition de proposer des suggestions de politiques publiques pour atteindre les
objectifs déclinés du scénario de référence, et de fait, respecter les budgets carbone alloués.
1.7.1 Orientations transversales
Les orientations transversales se déclinent autour de six thématiques distinctes :
7
Au cours de cette section, nous nous réfèrerons au chapitre : « orientations de politiques publiques » (SNBC,
2020 : 47 – 130).
p. 23
- empreinte carbone ;
- politique économique ;
- politique de recherche et d’innovation ;
- urbanisme et aménagement ;
- éducation, sensibilisation et l’appropriation des enjeux et des solutions par les citoyens ;
- emploi, compétence, qualification et formation professionnelle.
1.7.2 Orientations sectorielles
Les orientations sectorielles se regroupent, quant à elles, au sein de sept secteurs d’activité (voir
section scénario de référence) :
- transports ;
- bâtiments ;
- agriculture ;
- forêt-bois ;
- industrie ;
- production d’énergie ;
- déchets.
1.7.3 Une méthodologie homogène
Que ce soient les thématiques relatives aux orientations transversales, ou bien les secteurs
d’activité des orientations sectorielles, la méthodologie préconisée par la SNBC est
sensiblement similaire tout au long de l’exposition des résultats. C’est-à-dire que la structure
de rédaction par thème ou par secteur est exactement la même au fil de la présentation du
document. Effectivement, il s’agit en premier lieu (i) d’effectuer un état des lieux ainsi qu’un
aperçu des enjeux. Dans un second temps, il est question (ii) de détailler la stratégie découlant
p. 24
du diagnostic effectué. C’est d’ailleurs à ce niveau que se situent toutes les orientations de
politiques publiques proposées par la SNBC. Enfin, en conclusion (iii) le document
recommande un certain nombre d’indicateurs de suivi pour s’assurer de la mise en place, ou
non, des orientations de politiques publiques conseillées.
1.7.4 Présentation des orientations
Dans ce tableau nous avons rassemblé l’ensemble des orientations de politiques publiques
présentées par la SNBC.
Tableau 2 : Orientation de politiques publiques
Thème/Secteurs Orientations de politiques publiques
Empreinte carbone
Mieux maitriser le contenu carbone des puits importés
Encourager tous les acteurs économiques à une meilleure maitrise de leur empreinte carbone
Politique économique Adresser les bons signaux aux investisseurs, notamment en termes de prix du carbone, et leur donner la
visibilité nécessaire sur les politiques climatiques
Assurer une transition juste pour tous
Soutenir les actions européennes et internationales en matière de finance et de prix du carbone cohérents avec
l’accord de Paris
Favoriser les investissements dans des projets favorables à la transition bas-carbone, en développant les outils
financiers permettant de limiter la prise de risque des investisseurs et en définissant des critères robustes pour
déterminer quels sont les projets favorables à la transition bas-carbone
Développer l’analyse des impacts climatiques des actions financées par les fonds publics et des politiques
publiques, afin d’en faire un critère de décision. S’assurer que les actions contraires à l’atteinte de nos objectifs
climatiques ne bénéficient pas de financement public.
Politique de recherche et
d’innovation
Développer les innovations bas-carbone et faciliter leur diffusion rapide, en s’appuyant sur la recherche
fondamentale et appliquée
Urbanisme,
aménagement et
dynamiques territoriales
Contenir l’artificialisation des sols et réduire les émissions de carbone induites par l’urbanisation
Éducation,
sensibilisation,
appropriation des enjeux
et des solutions par les
citoyens
Enrichir et partager une culture du « bas-carbone »
Accompagner les citoyens dans leur propre transition bas-carbone
S’assurer de l’acceptabilité sociale des mesures de politique publique découlant de la SNBC
p. 25
Emplois, compétences,
formation et qualification
professionnelle
Encourager une meilleure intégration des enjeux de la transition bas-carbone par les branches, les entreprises et
les territoires pour favoriser les transitions et reconversions professionnelles et le développement des emplois de
demain
Adapter l’appareil de formation initiale et continue pour accompagner la transformation des activités et des
territoires
Transports
Donner au secteur des signaux prix incitatifs
Fixer des objectifs clairs et cohérents avec les objectifs visés pour la transition énergétique des parcs
Accompagner l’évolution des flottes pour tous les modes de transport
Soutenir les collectivités locales et les entreprises dans la mise en place d’initiatives innovantes
Encourager au report modal en soutenant les mobilités actives et les transports massifiés et collectifs (fret et
voyageurs) et en développant l’intermodalité.
Maitriser la hausse de la demande de transport
Bâtiments Guider l’évolution du mix énergétique sur la phase d’usage des bâtiments existants et neufs vers une
consommation énergétique totalement décarbonée
Inciter à une rénovation de l’ensemble du parc existant résidentiel et tertiaire afin d’atteindre un niveau BBC
équivalent en moyenne sur l’ensemble du parc
Accroitre les niveaux de performance énergie et carbone sur les bâtiments neufs dans les futures
règlementations environnementales
Viser une meilleure efficacité. énergétique des équipements et une sobriété des usages
Agriculture
Réduire les émissions directes et indirectes de N2O et CH4, en s'appuyant sur l'agroécologie et l'agriculture de
précision
Réduire les émissions de CO2 liées à la consommation d’énergie fossile et développer l’usage des énergies
renouvelables
Développer la production d’énergie décarbonée et la bio économie pour contribuer à la réduction des émissions
de CO2 françaises, et renforcer la valeur ajoutée du secteur agricole
Stopper le déstockage actuel de carbone des sols agricoles et inverser la tendance, en lien avec l'initiative à
« 4p1000, les sols pour la sécurité alimentaire et le climat »
Influencer la demande et la consommation dans les filières agroalimentaires en lien avec le Programme national
de l’alimentation et de la nutrition (PNAN)
Améliorer les méthodologies d'inventaires et de suivi
Forêt
En amont, assurer dans le temps la conservation et le renforcement des puits et des stocks de carbone du secteur
forêt-bois, ainsi que leur résilience aux stress climatiques
Maximiser les effets de substitution et le stockage de carbone dans les produits bois en jouant sur l'offre et la
demande
Évaluer la mise en œuvre des politiques induites et les ajuster régulièrement en conséquence, pour garantir
l’atteinte des résultats et des co-bénéfices attendus
Industrie Accompagner les entreprises dans leur transition vers des systèmes de production bas-carbone et le
développement de nouvelles filières
Engager dès aujourd’hui le développement et l’adoption de technologies de rupture pour réduire et si possible
supprimer les émissions résiduelles
Donner un cadre incitant à la maitrise de la demande en énergie et en matières, en privilégiant les énergies
décarbonées et l’économie circulaire
Production d’énergie Maitriser la demande via l’efficacité. énergétique et la sobriété et lisser la courbe de demande électrique en
atténuant les pointes de consommation saisonnières et journalières
Décarboner et diversifier le mix énergétique notamment via le développement des énergies renouvelables
(chaleur décarbonée, biomasse et électricité. décarbonée)
Préciser les options pour mieux éclairer les choix structurants de long terme, notamment le devenir des réseaux
de gaz et de chaleur
Déchets Inciter l’ensemble des acteurs à une réduction de leurs déchets
Inciter les producteurs à prévenir la production de déchets dès la phase de conception des produits
Améliorer la collecte et la gestion des déchets en développant la valorisation et en améliorant l’efficacité des
filières de traitement
p. 26
1.8 Conclusion
Pour conclure à propos de notre présentation de la SNBC, le document peut se diviser en deux
sections distinctes. Premièrement, nous avons pris un pas de recul sur le document en lui-même
dans le but de détailler le processus d’élaboration de ce dernier. Par la suite, il a été question de
contextualiser la problématique et les ambitions de la SNBC. Au sein de cette partie, nous avons
relaté les axes stratégiques ainsi que le scénario de référence AMS. En outre, les budgets
carbone constituent l’apport conceptuel central de la SNBC. Ils définissent l’itinéraire cible de
réduction des GES en cohérence avec les engagements de la France au niveau international,
européen, ainsi que le scénario de référence AMS et permettent à la France de se situer à court
terme pour parvenir finalement à son objectif principal : atteindre la neutralité carbone en
2050.
Enfin, la deuxième section du document est une présentation des orientations de politiques
publiques retranscrites au sein de différentes thématiques transversales (empreinte carbone,
politique économique, politique de recherche et d’innovation, urbanisme et aménagement du
territoire, éducation et sensibilisation, emplois) et de secteurs d’activité (transports, bâtiments,
agriculture, forêt, industrie, production d’énergie, déchets). Ces politiques publiques sont
amenées de façon homogène à travers le document : (i) diagnostic et enjeux, (ii) stratégie, (iii)
indicateurs et suivi. La SNBC constitue donc un ensemble de 23 recommandations transversales
et 44 recommandations sectorielles et propose, pour chaque thématique, un lot de
recommandations politiques à mettre à en place à court, moyen et long terme afin d’assurer que
la stratégie présentée atteigne ses objectifs, et ainsi respecter les différents budgets carbone
proposés par le scénario AMS.
p. 27
Chapitre 2 :
Une stratégie gagnante ?
Nous arrivons désormais au deuxième temps de notre travail. La première partie,
essentiellement descriptive du plan de transition énergétique de la France, à savoir la SNBC,
nous a permis de mettre en lumière la présente stratégie et ses principaux objectifs. La
deuxième grande section de ce rapport tentera d’analyser cette stratégie afin d’évaluer
ses chances de réussite. En somme, nous nous demanderons si la stratégie suivie par la SNBC
réussira à atteindre ses objectifs de durabilité, soit la neutralité carbone à l’horizon 2050. Pour
répondre à cette question centrale, notre argumentaire suivra trois étapes. Tout d’abord, nous
tenterons d’identifier les fondements de la présente stratégie. Dans un second temps, nous
présenterons les résultats de la SNBC jusqu’à présent. Enfin, il sera question d’expliquer les
raisons du dysfonctionnement de la stratégie en place. Cela nous conduira à suggérer finalement
une stratégie bien différente, inspirée du courant de la décroissance soutenable.
2.1 De quelle stratégie parlons-nous ?
Cette partie aura pour ambition de répondre essentiellement à deux questions. Quelle est la
logique pilotant la SNBC et quelle est la démarche adoptée pour atteindre ses objectifs ?
2.1.1 Qu’est-ce que la croissance verte ?
La SNBC, document de gouvernance, issue de la « loi de transition énergétique pour la
croissance verte » (LTECV), est censée servir de feuille de route pour les décideurs politiques.
Comme son nom l’indique, c’est bien une stratégie de croissance verte qui pilote la transition
énergétique française dans le but d’atteindre ses objectifs internationaux. Dès lors, la première
question qui se pose à nous est donc : qu’est-ce que la croissance verte ?
p. 28
La croissance verte suppose que la croissance économique est compatible avec la durabilité.
Elle parie sur le fait qu’il est possible de poursuivre la quête de développement économique
tout en limitant la catastrophe écologique que nous sommes en train de vivre. Pour les partisans
de la croissance verte, à savoir le courant dominant en matière de transition écologique, la
croissance économique n’implique pas forcément une perte écologique, dans la mesure où il
est possible de « dissocier » ou « découpler » création de richesse et dégradations
environnementales (utilisation des ressources naturelles ou gestion des déchets). C’est ce que
l’on appelle le « découplage ». Selon les économistes orthodoxes, nous pouvons donc continuer
de croitre économiquement sans risquer d’aggraver la catastrophe écologique en cours.
De fait, la prochaine question qui se présente à nous : qu’entendons-nous réellement par
découplage ?
Les travaux de Timothée Parrique et al. étudient en profondeur la stratégie de découplage. Les
auteurs nous expliquent que deux variables couplées impliquent une relation de cause à effet
entre celles-ci. De fait, si la variable A augmente, la variable B suivra la même tendance. Deux
variables découplées indiquent une rupture dans la relation des variables. Il s’agit alors de se
demander si l’on observe un découplage « absolu » ou « relatif » (Parrique et al., 2019). Un
découplage relatif signifie que les deux variables se développent toujours dans la même
direction, toutefois pas à la même vitesse. Un découplage absolu désigne le fait que les deux
variables évoluent dans des directions opposées (ibid). La durabilité promise par la
croissance verte passe donc par un découplage absolu. Mais ce n’est pas tout. Pour que le
découplage soit véritablement efficace, Parrique et al. ont identifié quatre caractéristiques
complémentaires assujetties au découplage en question, il doit être global, permanent et
suffisamment rapide et large (Parrique et al., 2019).
p. 29
Somme toute, dans le cas de la SNBC, les propositions de politiques publiques ont pour
intention de découpler la croissance économique (variable A) et les émissions de GES (variable
B) de la France. C’est là tout l’objectif de cette « feuille de route pour conduire la politique
d’atténuation du changement climatique » (SNBC synthèse, 2020 : 1). En définitive, il est
principalement question de découpler les émissions de GES de la croissance économique.
Toutefois, rappelons que le découplage suppose de dissocier « création de richesse » et
« dégradations environnementales ». De fait, « les émissions de GES » n’est pas la seule
variable que la stratégie se doit de dissocier de la croissance économique. Effectivement, la
stratégie générale de la SNBC sera soutenue par quelques stratégies de réduction de matière
première découlant de l’économie circulaire, la SNBC compte « découpler progressivement la
croissance économique et la consommation de matières premières » dans le but « d’amorcer
une transition vers une économie circulaire. » (SNBC 2020 : 125).
2. 1. 2 Comment générer une croissance verte8
 ?
2.1.2.1 Substitution entre facteurs de productions
Il existe essentiellement deux stratégies préconisées par les partisans de la croissance verte pour
parvenir à ce fameux découplage. La première d’entre elles est ce que les économistes
orthodoxes appellent la « substitution entre facteurs de productions ». Il s’agit d’utiliser les
« ingrédients » de base de la production de marchandise, à savoir le capital, le travail et les
ressources naturelles et de les combiner de façon à ce que les résultats soient moins
problématiques pour l’environnement. En d’autres termes, la « substitution entre facteurs de
production » suppose d’utiliser une recette de fabrication de sorte que la marchandise devienne
8 Au cours de cette section notre analyse sera fondée sur les travaux de Yves-marie Abraham dans son ouvrage
« Guérie du mal de l’infini ; chapitre 2 : la croissance comme autodestruction ».
p. 30
« propre » tout en créant de la valeur économique. C’est en quelque sorte la stratégie la plus
évidente, elle consiste à remplacer les ingrédients « sales » par des ingrédients « propres ».
Un bon exemple pour illustrer ce concept serait l’énergie. Il sera bénéfique pour
l’environnement de remplacer une unité de charbon utilisé dans un processus de production par
une unité de gaz. Substituer ce charbon par du vent ou du soleil serait encore plus bénéfique
pour l’environnement étant donné le caractère renouvelable de ces énergies. La croissance verte
parie sur une substitution des énergies carbonées par des énergies « propres », c’est
particulièrement le cas de la SNBC qui espère diminuer sa dépendance aux énergies fossiles,
tout en augmentant sa part d’énergies renouvelables dans son mix énergétique. Effectivement,
la SNBC prévoit « une décarbonation quasi complète de la production d’énergie à l’horizon
2050 » (SNBC, 2020 : 120), en utilisant différentes mesures, à l’exemple d’une « sortie du
charbon dans la production d’électricité (dès 2022) et dans la production de chaleur » (SNBC,
2020 : 121).
Par ailleurs, la croissance verte stipule qu’il est aussi possible de substituer du travail ou du
capital pour réduire l’empreinte écologique. Par exemple en utilisant des machines plus
performantes ou moins énergivores, ce principe s’appelle l’ « éco-efficience », c’est là tout
l’objectif de l’efficacité énergétique. C’est notamment grâce à l’utilisation de nouvelles
technologies toujours plus efficaces et performantes que la croissance verte espère arriver à
terme à dissocier la création de richesse et les différentes pressions environnementales.
Effectivement « l’atteinte de la neutralité carbone à horizon 2050 (…) repose sur un recours à
des technologies principalement existantes et dans une mesure limitée et raisonnable à des
technologies très innovantes » (SNBC, 2020 : 10). Concrètement, la SNBC parie sur le fait que
le capital et le travail pourront remplacer certaines fonctions planétaires remplies actuellement
par des cycles géochimiques du globe, notamment par l’amélioration technologique. Prenons
p. 31
comme exemple la séquestration du carbone. La SNBC espère à terme substituer partiellement
les écosystèmes marins et forestiers dans la fonction de séquestration du carbone par le biais de
prouesses technologiques. Effectivement, « Les technologies de capture et stockage du carbone
(CSC) sont également mobilisées, dans le scénario de référence » (SNBC, 2020 : 186).
Cependant, pour que ces technologies puissent voir le jour à grande échelle, de nombreux
investissements sont nécessaires. C’est la raison pour laquelle le développement économique
est la condition indispensable de possibilité de progrès techniques et technologiques. En effet,
plus la croissance économique sera importante, plus les investissements le seront, et plus de
progrès technologiques verront le jour. Ce cercle vertueux est une prémisse fondamentale de
l’économie orthodoxe en matière de croissance. À l’instar de cette logique, la SNBC se dote
d’orientations de politiques publiques en matière d’« économie » et de « recherche et
d’innovation » dans le but de « favoriser les investissements dans des projets favorables à la
transition bas-carbone » (SNBC, 2020 : 66) et ainsi financer la transition.
2.1.2.2 Internalisation des externalités
La deuxième grande stratégie préconisée par les défenseurs de la croissance verte consiste à
faire payer directement les pollueurs pour que ces derniers « verdissent » leurs activités. Cette
stratégie s’appelle « l’internalisation des externalités » et repose sur le principe du « pollueur-
payeur ». Tout d’abord, que voulons-nous dire par externalités ? Il y a externalité « lorsque
l’activité de production d’un agent a une influence sur le bien-être d’un autre sans qu’aucun ne
reçoive ou ne paye une compensation pour cet effet » (Sautereau et al., 2016). Ces externalités
peuvent être positives (bénéficiaire de l’externalité) ou négatives (victimes de l’externalité). La
pollution à travers le monde est un exemple typique d’externalité négative dans la mesure où
les activités de production (de certains agents économiques) influencent le bien être (pollution
de l’air, nuisances sonores, émissions de GES) sans qu’aucun (collectivités, citoyens) ne
p. 32
reçoivent de compensation à cet effet. « L’internalisation des externalités » est donc une
stratégie politico-économique cherchant à minimiser tout type d’externalités (positives ou
négatives). Concrètement, cette mesure vise à rendre plus dispendieux le coût d’utilisation
d’un facteur de production, quel qu’il soit (travail, investissement ou ressource naturelle)
de sorte à réduire son usage. Un exemple courant de ce principe « d’internalisation des
externalités » suppose de taxer les énergies fossiles afin d’inciter les agents économiques à
améliorer l’efficacité de leur procédé ou à se tourner vers des énergies renouvelables de telle
sorte que les émissions de CO2 diminuent. En outre, « l’internalisation des externalités »
encourage les consommateurs à se diriger vers d’autres sources d’énergie étant donné que
l’indicateur prix leur sera favorable. C’est ici tout le principe de la fameuse « taxe carbone »,
qui suppose de taxer l’utilisateur des énergies fossiles (produits pétroliers, charbon, gaz) dans
le but de pousser l’utilisateur à s’orienter vers des alternatives plus « vertes » (Novethic, 2020).
Par ailleurs, un second dispositif de cette stratégie « d’internalisation des externalités » n’est
autre que le marché du carbone européen, également nommé « systèmes d’échanges de quotas
d’émissions ». Ce marché mis en œuvre en 2005 est censé mesurer, contrôler et réduire les
émissions industrielles (ministère de la transition écologique, 2021). Les gouvernements
distribuent aux entreprises un nombre limité de quotas d’émissions de CO2. Le mécanisme
permet aux agents économiques de s’échanger des quotas d’émissions sur une période donnée.
Ces quotas constituent donc un droit de pollution pour les organisations en possédant (Novethic,
2020). En somme, le marché carbone constitue la pierre angulaire de la stratégie
« d’internalisation des externalités » de l’Europe.
p. 33
Au sein de ses orientations de politiques publiques9
, la SNBC suggère d’appliquer cette
stratégie d’internalisation des externalités à travers ses orientations de politiques
économiques en ce qui concerne la taxe carbone : « Orientation ECO 1 : adresser les bons
signaux aux investisseurs, notamment en termes de prix du carbone, et leur donner la visibilité
nécessaire sur les politiques climatiques » (SNBC, 2020 : 65). Ainsi que « l’orientation ECO3 :
soutenir les actions européennes et internationales en matière de finance et de prix du carbone
cohérents avec l’accord de Paris » (SNBC, 2020 : 66).
2.1.3 Conclusion
La France a donc opté pour une stratégie de croissance verte pour atteindre ses objectifs. Il est
alors question de maintenir la croissance économique du pays sans contribuer à la destruction
écologique. Cela dit, la SNBC promeut la transformation de notre système économique vers un
modèle circulaire et durable. Effectivement, la croissance verte est de nos jours la stratégie la
plus prisée par nos décideurs politiques pour la raison qu’elle n’implique que de légères
transformations du système socio-économique dans son ensemble. Les appellations varient,
développement durable, croissance verte, économie circulaire, toutefois la logique reste la
même, il est question de découpler la croissance économique et les différentes pressions
environnementales qui régissent notre monde, notamment par des stratégies de « substitution
entre facteurs de production ». Cette stratégie est souvent soutenue par les principes de
l’économie circulaire pour diminuer la quantité de matière première prélevée. Mais aussi par
des stratégies « d’internalisation des externalités », notamment via la logique du « pollueur-
payeur » dans le but d’augmenter le coût d’usage d’un facteur de production et d’inciter les
agents à s’orienter vers des alternatives plus « propres ».
9
Se référer au chapitre « orientations de politiques publiques » au chapitre 1.
p. 34
2. 2 Quelle transition ?
Nous l’aurons compris, c’est bien une logique de croissance verte qui pilote la SNBC.
Demandons-nous désormais quelle est la démarche suivie par les concepteurs de cette stratégie.
Pour répondre à cette question, nous allons prendre appui sur un travail de modélisation des
processus de transition écologique élaboré par Aurélien Bouteau et Philippe Jury.
2. 2. 1 Deux écoles de pensées : transition management et transition résilience
Bouteau et Jury ont distingué deux écoles de pensées en matière de gestion de la transition.
Leurs travaux mettent en l’avant le rôle des agents dans la transition de macro-système. Selon
eux, il est possible d’orienter les phénomènes de transition vers des régimes souhaités. Quant à
cette orientation, deux positions s’affrontent. Une première, émergent des sciences politiques,
se demandant comment transformer les systèmes sociotechniques par des politiques publiques
et des méthodes de gestion, couramment appelée la transition management. Une seconde, plus
récente, arrivant tout droit des sciences de la nature et de l’environnement, qui se demande
comment améliorer la résilience des systèmes complexes, notamment par des initiatives de
transition microlocales, appelée la transition résilience. (Bouteau et al, 2012).
- Transition management : Il s’agit « d’un système de gouvernance à la fois itératif et
participatif, en partant du principe qu’il est possible d’orienter les phénomènes de
transition » (Bouteau et al, 2012 : 8). Effectivement, Bouteau et Jury définissent le
processus se situant entre la logique de marché et la logique de planification étatique,
tout en conciliant les avantages des deux systèmes. Le rôle de l’État est donc
d’accompagner les transitions des différents systèmes sociotechniques par des
politiques publiques et des mécanismes économiques. En définitive, les institutions
p. 35
pilotant le changement du transition management sont les organisations étatiques et les
entreprises, marchant main dans la main pour construire le nouveau régime.
- Transition résilience : ce mouvement est inspiré par l’étude des systèmes naturels.
C’est une perspective davantage écologique, car elle part du constat que la catastrophe
écologique en cours fournit l’opportunité d’engager un grand virage dès à présent. À
l’inverse de la transition management qui est un phénomène de transition linéaire, basé
sur une nécessité de croissance économique permettant de financer la transition, la
transition résilience imagine la transition comme étant un phénomène cyclique basé sur
les sciences du vivant. Ce mouvement imagine la transition vers des sociétés post-
carbone en renforçant la résilience des sociétés, notamment par la relocalisation de la
production au niveau de la consommation, à des échelles microlocales (Bouteau et al.,
2012).
Ce qui nous amène à nous demander de laquelle de ces deux démarches se rapproche le
plus la SNBC.
2. 2. 2 La transition management de la France : la SNBC
De manière opérationnelle, la transition management « se présente comme un processus
cyclique et itératif d’apprentissage collectif, géré par une équipe de représentants du
gouvernement et d’experts et structuré autour de quatre instruments :
1) Des arènes de la transition ;
2) Des objectifs de durabilité à long terme (visions) traduits en images du futur et en
chemin de transition ;
3) Des projets innovants considérés comme des expérimentations ;
4) Une évaluation permanente de l’ensemble. » (Boulanger, 2008 : 5)
p. 36
La première étape n’est autre que celle de la constitution des arènes de la transition, notamment
par la création de groupes de travail et de comités d’experts, visant à réunir l’ensemble des
acteurs concernés. L’objectif est d’obtenir une vue d’ensemble la plus exhaustive possible des
connaissances et des opinions de chacun. La SNBC quant à elle, a généré ses propres arènes de
transition vers des sociétés bas-carbone. La première partie de notre étude est éclairante à ce
propos10
. De nombreuses concertations des parties prenantes et du public ont permis d’enrichir
le débat, de nourrir la discussion afin que chacun puisse s’exprimer. Cette étape est
particulièrement cruciale dans une perspective de transition management, l’objectif est que tout
le monde puisse s’exprimer librement afin de développer une vision collectivement acceptée
qui érigera le fondement du processus de gouvernance. L’enjeu essentiel de cette étape est donc
lié à la représentativité des parties prenantes. Pour fonctionner adéquatement, il faut opposer
tous les acteurs, même ceux avec une idéologie radicalement opposée.
En pratique pour la SNBC, les arènes de la transition ont bien pris place, néanmoins il nous
semble que la diversité des parties prenantes invitées n’était pas si évidente. Dans le cadre d’un
vaste débat public organisé par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), de
nombreux intervenants (entreprises, syndicats, ONG, représentants politiques, etc.) ont été
invités à débattre autour de onze « ateliers d’informations et de controverses »11
. Suite à la
visualisation de l’ensemble de ces ateliers, nous sommes arrivés à une conclusion frappante :
les opinions politiques de l’ensemble des acteurs invités sont sensiblement les mêmes. Il devient
alors difficile de caractériser ces ateliers « de controverse » étant donné les ressemblances de
point de vue entre la vision des acteurs. Il est donc surréaliste de penser qu’un individu
10 voir section : « une stratégie issue d’un travail collectif ».
11 Les ateliers d’informations et de controverses sont disponibles ici : https://cpdp.debatpublic.fr/cpdp-
ppe/ateliers-dinformation-controverse.html
p. 37
défendant des idées décroissancistes puisse être invité à s’exprimer dans le cadre de ce débat
public tant son opinion politique se situe en contradiction avec la vision dominante. Car s’il y
a bien une thématique évidente qui n’a pas été une seule fois remise en cause, c’est bel et bien
la nécessité de croissance économique dans la transition énergétique de la France.
En fin du compte, cette première étape de constitution des arènes de transition, bien que cruciale
dans une perspective de transition management, nous semble pour le moins discutable. Ce n’est
pas tant la volonté de régler les enjeux écologiques par des politiques publiques qui est
problématique, ni la création de différents groupes permettant d’alimenter la discussion, mais
bien l’éviction d’une certaine partie des Français dans l’élaboration de la SNBC. En effet
Bouteau et Jury ont identifié les limites relatives à la transition management : « les arènes de
transition constituent le cœur du processus de gouvernance. Or pour fonctionner correctement,
elles doivent être constituées à la fois de personnalités ouvertes à la prospective et au dialogue,
mais aussi représentatives des différents intérêts en jeu. Il semble que ces deux dimensions
soient difficiles à concilier dans la réalité, d’autant qu’une réelle représentativité nécessite de
mettre autour de la table des acteurs dont les intérêts peuvent être radicalement opposés, ce qui
génère alors une autre difficulté : il peut dans certains cas devenir quasiment impossible de faire
converger les points de vue et les visions d’un futur souhaitable. » (Bouteau et al., 2012 : 13)
Pour faire écho à ces propos, il nous semble alors clair qu’un choix de vision stratégique a été
fait en amont du processus de création. En effet, la croissance économique, apparemment
incontestable, moteur de la destruction de notre environnement, servira toujours de locomotive
pour la transition énergétique de la France, du moins pour le moment.
Mais, revenons au processus cyclique et itératif du transition management défini par Boulanger.
La seconde phase du processus résulte des discussions et propositions découlant des arènes de
p. 38
la transition. Dans le cas de la SNBC, c’est la formulation d’une vision de soutenabilité et
l’élaboration d’un agenda de la transition menant la neutralité carbone à l’horizon 2050. Le
travail des arènes vise à déterminer des objectifs en matière de transition, puis à imaginer un
cheminement permettant d’atteindre ces objectifs via un agenda de transition. C’est précisément
le rôle des budgets carbone qui formulent des trajectoires à suivre par secteurs (systèmes
sociotechniques) et constituent un agenda à respecter si la France souhaite atteindre son objectif
final de carboneutralité en 2050. En bref, le document de référence que nous analysons est bel
est bien le résultat de cette deuxième étape du transition management. Il s’agit « d’un
programme d’action qui vise surtout à coordonner les actions des acteurs pour faire en sorte
d’entamer une transition nouvelle » (Boulanger, 2008 : 6). Les actions imaginées et entreprises
répondent donc à la vision proposée par les arènes de la transition, c’est-à-dire une vision
purement économique. C’est donc manifestement grâce à des outils économico-politiques
(taxes, subventions, normes, etc.) que la SNBC tente de répondre aux enjeux soulevés à travers
son programme (Legué, 2020). La troisième et quatrième étape de Boulanger, respectivement,
la stimulation des innovations (sociales et techniques) ainsi que l’évaluation et le suivi du
processus, nous intéressent moins dans le cadre de notre analyse. Il est tout même intéressant
de noter que la SNBC s’intègre parfaitement à travers ces deux dernières étapes, ce qui conforte
notre hypothèse selon laquelle la SNBC suit la démarche du transition management que nous
étayons depuis le début de cette section.
2. 2. 3 Conclusion
La SNBC est donc une stratégie de croissance verte suivant une démarche de transition
management. Nous pouvons associer à cette hypothèse ce qu’André Gorz nomme l’approche
scientifique de l’écologie, qui cherche à établir les « conditions et limites dans lesquelles le
développement peut-être poursuivi sans compromettre la capacité auto génératrice de
p. 39
l’écosphère » (Gorz, 1974). Cette approche reconnaît la nécessité de ralentir la destruction de
l’écosystème naturel sans toutefois rompre radicalement avec l’industrialisation. Les politiques
publiques administrées à travers la transition management tendent à « ménager »
l’environnement. La prise en compte des contraintes écologiques par ce « management »
renforce ce que Gorz appelle l’« hétérorégulation du fonctionnement de la société » (Gorz,
1974). C’est-à-dire que les politiques écologiques tendent à conduire à l’éco-compatibilité par
des mesures administratives sans que changent nécessairement les comportements individuels.
C’est notamment la logique de marché et l’industrialisation par l’extension du pouvoir techno-
bureaucratique qui soutient la transition telle qu’elle est envisagée de nos jours (Gorz, 1974).
Quant à la SNBC, elle participe à ériger les experts en tant que garant de la transition. Cette
feuille de route est un document technocratique réservé à une caste d’érudits spécialisés trop
souvent éloignés des réalités sociales. Effectivement, le courant du transition management nous
a enseigné que c’est bien les entreprises et les États qui organisent la transition, une approche
expertocratique s’opposant à l’écologie politique, une vision se rapprochant davantage de la
transition résilience développée par Bouteau et Jury, qui imaginent une société gérée par les
communautés dans le but d’améliorer l’autonomie et la résilience des collectivités.
Maintenant que nous avons situé plus clairement la perspective dans laquelle s’inscrit la SNBC
– croissance verte et transition management – il est temps de regarder de plus près quels sont
ses premiers résultats, et de tenter de les comprendre.
2.3 Quels résultats provisoires ?
Cette partie tentera de vérifier l’efficacité de cette stratégie de croissance verte planifiée à
travers la SNBC. En pratique, il s’agira de nous demander si nous observons un découplage
p. 40
entre l’activité économique enregistrée sur le territoire français et les émissions de GES
produites sur le sol français.
2.3.1 Découplage absolu ?
Nous allons tenter avec les moyens dont nous disposons d’effectuer une rapide analyse pour
vérifier si le développement économique de la France est découplé de ses émissions de GES.
Le graphique ci-dessous présente le portrait de l’évolution de la croissance du PIB en France.
Commençons tout d’abord par observer la création de richesse en France sur la période de 1990
à 2018 (variable A).
Figure 6 : Croissance du PIB (% annuel) - France
Source : Données des comptes nationaux de la Banque mondiale et fichier de données des
comptes nationaux de l'OCDE (Banque mondiale, 2021).
p. 41
Nous pouvons clairement observer que la France a créé de la richesse nationale sur la totalité
de la période, excepté en 1993 et 2008. En somme, le PIB de la France a augmenté en moyenne
de 1,8%/an12
(Banque mondiale, 2021) de 1990 à 2018 et de 1,16%/an13
de 2005 à 2018 (ibid).
Regardons dans un deuxième temps l’évolution des émissions de GES (variable B) de la France
pour la période de 1990 à 2018. Ces données sont tirées du document de référence que nous
analysons : la SNBC.
Figure 7: Émissions de GES françaises (en MtCO2eq)
Source : stratégie nationale bas carbone : 9
Il est très largement visible sur le graphique présenté ci-dessus que les émissions de GES de la
France suivent une trajectoire à la baisse depuis 1990. La SNBC stipule explicitement : « Après
une période de stabilité entre 1990 et 2005, ces politiques ont permis d’instaurer une baisse des
12
Moyenne du pourcentage par année de 1990 à 2018 selon les données de la banque mondiale.
13
Même calcul de 2005 à 2018.
p. 42
émissions de -1,4 %/an en moyenne entre 2005 et 2017, soit -7,5 MtCO2eq/an en moyenne. »
(SNBC, 2020 : 9).
Les résultats que nous obtenons semblent à première vue relativement encourageants. Sur la
période 2005 à 2018, le PIB français a crû de 1,12%/an alors que les émissions de GES ont
diminué de -1,4%/an en moyenne. Selon ces chiffres, nous pouvons alors clairement observer
l’existence d’un découplage absolu sur l’ensemble de la période étudiée. Il semblerait alors que
la France ait réussi à découpler la croissance du PIB et ses émissions de GES. En outre, la
SNBC affirme que les émissions nationales de la France ont décru de 2005 à 2018, alors que le
PIB a quant à lui augmenté sur la même période. Selon cette perspective, la croissance
économique est donc compatible avec la durabilité. Le découplage et la croissance verte,
stratégies adoptées par la SNBC semblent porter leurs fruits.
Cependant, cette décarbonation s’avère trop lente vis-à-vis des objectifs établis. Effectivement,
le premier budget carbone de la SNBC (2015-2018) indique un dépassement important. Le
document spécifie que « les émissions n’auraient décru que de -1,0% par an en moyenne entre
2015 et 2018, alors que le scénario SNBC 2015 projetait une diminution des émissions de -
2,2% par an en moyenne » (SNBC, 2020 : 39). En outre, le rythme de décarbonation de
l’économie estimé par la SNBC soit de -6,0%/an en moyenne de 2019 à 2050 (SNBC, 2020 :
12) est largement supérieur à la tendance observée depuis 2005, à savoir -1,4%/an en moyenne.
Cela dit, en dépit du fait que les résultats soient trop faibles par rapport aux objectifs fixés de
la SNBC, un découplage absolu entre la croissance économique et les émissions de GES de
serre de la France semble s’opérer lorsque l’on regarde les émissions territoriales. Mais, cette
p. 43
manière de comptabiliser les émissions de CO2 associées à l’économie française est-elle
adéquate ?
2. 3. 2 Il n’y a pas de croissance verte
La méthodologie généralement partagée par les différents États, notamment la France, se base
sur les mesures des émissions associées à la production territoriale ou nationale des pays par
filière (résidentiel, transport, agriculture, industrie, déchets, etc.) (Jancovici, 2011). Par ailleurs,
la SNBC préfère le terme de « secteurs » ou de « chantiers » à celui de « filières ». Pour autant,
la logique reste la même. Il est question de segmenter les émissions nationales autour de sept
secteurs (transports, bâtiments, agriculture, forêt-bois, industrie, production d’énergie et
déchets)14
, et de calculer indépendamment les émissions liées à ces secteurs. La somme de ces
sept filières nous donnera ce que l’on appelle le bilan national. Les propos de Jean-Marc
Jancovici nous permettent de mieux saisir les enjeux qui découlent de cette méthodologie :
« Ces inventaires comptabilisent donc les émissions géographiquement « domiciliées » au sein
d’un pays donné. Ce que l’on appelle classiquement les « émissions par habitant », ce sont les
émissions de cet inventaire national divisées par la population nationale. Elles ne reflètent pas
nécessairement les habitudes de vie de manière réaliste, car elles reflètent plus la production
domestique que la consommation domestique » (Jancovici, 2011 : 102). En dépit des avantages
principaux de cette méthodologie, à savoir remplir sa fonction et mesurer ce qui se passe au
sein d’un pays qui a pris des engagements en matière de durabilité, mais aussi comparer
l’efficacité de certains secteurs d’activités entre les États (Jancovici, 2011), les inventaires
nationaux présentent un inconvénient considérable : ils ne reflètent pas les habitudes de
consommation réelle des Français. En tant qu’individus, nous ne consommons pas des
« secteurs d’activité », mais bien des « produits et des services ». Dans une économie
14
Pour plus d’informations se référer au chapitre 1, voir section « orientations sectorielles ».
p. 44
globalisée, les marchandises sont produites à plusieurs centaines, voire milliers de kilomètres
des lieux de consommations. De fait, il devient fallacieux de ne pas comptabiliser les émissions
de GES émises tout au long de la chaine de production des produits que nous consommons.
Reprenons l’exemple de Jean-Marc Jancovici pour développer nos propos. Pour connaître les
émissions associées à ce qui arrive dans nos assiettes : « il faut agréger les émissions de méthane
des animaux et de protoxyde d’azote des champs (dans et hors du pays), y rajouter des émissions
de transport, de fabrication du plastique et du carton utilisé pour les emballages, sans oublier la
fabrication des tracteurs, des camions, la construction du supermarché, etc. » (Jancovici, 2011 :
111). Il est donc impossible d’utiliser l’inventaire national pour mesurer adéquatement l’impact
réel que nous avons sur l’environnement à travers nos modes de vie tant les émissions associées
aux marchandises sont atomisées à travers une multitude de territoires, le plus souvent à
l’extérieur de la frontière nationale. Effectivement, les émissions liées aux importations des
ménages ne sont pas comptabilisées, car elles ne sont pas produites directement sur le sol
français. En outre, la deuxième lacune identifiée Jean Marc Jancovici est que les émissions liées
aux transports internationaux ne sont rattachées à aucun pays (Jancovici, 2011).
Pour prendre en compte ces émissions, il existe une méthodologie, plus pertinente, celle du
bilan carbone, également appelé « empreinte carbone » dans le document que nous étudions.
Cette nomenclature, contrairement à l’inventaire national, prend en compte la consommation
finale des ménages. Autrement dit, elle mesure les émissions tout au long de la chaine de
production. Ce ne sont plus simplement les émissions produites sur le territoire français, mais
réellement les émissions rattachées à l’ensemble de la chaine de valeur d’un produit ou d’un
service. Cette approche, prenant en compte les émissions associées aux importations,
reflète de manière plus concrète la consommation réelle des Français.
p. 45
Qu’observons-nous si nous adoptons cette méthodologie pour évaluer les résultats provisoires
de la SNBC ?
Figure 8 : Comparaison de l’empreinte carbone et de l’inventaire national
Source : SNBC : 52
Rapporté au consommateur final, « l’empreinte carbone des Français (11,2 tonnes de CO2eq
par personne) est légèrement supérieure à celle de 1995 (10,5 tonnes CO2eq par personne). En
termes d’évolution, les émissions associées aux importations ont augmenté de 1,7% par an en
moyenne depuis 2010, et les émissions du territoire métropolitain (ménages et activités
économiques hors exportations) ont baissé de 1,6% par an en moyenne durant la même
période » (SNBC, 2020 : 52). Comparativement à l’inventaire national, l’empreinte carbone
donne indubitablement une image qui colle beaucoup mieux à la réalité de notre consommation
p. 46
(Jancovici, 2011). Tandis que nous avons tendance à imaginer que les émissions de la France
diminuent, les résultats du bilan carbone s’opposent à cette évidence.
De 1995 à 2018, les émissions carbones (au sens de l’inventaire national) sont passées de 9,0
tonnes eq CO2 par personne à 6,4 tonnes eq CO2 par personne, soit une diminution de presque
30% sur la période. Ce qui pourrait nous laisser croire que nous sommes bien partis pour
atteindre nos objectifs de durabilité. Mais, dans le même temps, l’empreinte carbone d’un
français, est passée de 10,5 tonnes eq C02 par personne à 11,2 tonnes eq CO2 par personne, à
savoir une augmentation d’environ 7%. Les résultats sont frappants, lorsque la méthodologie
intègre les émissions associées aux importations, les émissions de GES des Français n’ont
jamais cessé de croitre depuis 1995. Autrement dit, nous n’avons jamais autant émis de
GES qu’aujourd’hui. L’existence d’un découplage absolu devient ipso facto illusoire.
Nous pouvons donc affirmer qu’il n’existe pas de découplage de la croissance économique
et des émissions de GES lorsque nous prenons en compte l’empreinte carbone des
Français.
Cette conclusion vient conforter celle du rapport publié par des chercheurs européens sur la
question du découplage : « In light of the present review, we can safely conclude that there is
no empirical evidence supporting the existence of a decoupling of the type described as
necessary in the first section of this report – that is an absolute, global, permanent, and
sufficiently fast and large decoupling of environmental pressures (both resources and impacts)
from economic growth. (Parrique et al., 2019).
2. 3. 3 Conclusion
p. 47
Au cours de cette section, nous avons donc démontré que la France est loin de réaliser une
croissance verte, au moins si l’on considère la relation entre le PIB de ce pays et les émissions
de GES associées à ses activités économiques. Effectivement, lorsque nous intégrons les
émissions associées aux importations des Français, celles-ci continuent de croitre depuis 1990.
Il n’y a donc pas de découplage absolu entre la croissance économique de la France et ses
émissions de CO2. Les résultats présentés par l’empreinte carbone des Français indiquent une
réalité dérangeante : « L’inconvénient de cette approche calée sur la consommation finale, c’est
qu’elle souligne de manière brutale que le mirage technologique ne va pas suffire à faire
diminuer les émissions sans modifications lourdes des habitudes » (Jancovici, 2011 : 125).
Toutefois, la SNBC est une stratégie de long terme, elle parviendra peut-être à terme à atteindre
la neutralité carbone en 2050. Néanmoins, de nombreuses raisons permettent d’en douter.
L’ambition de la section suivante sera de proposer une série d’arguments en faveur de l’idée
que ce découplage a très peu de chances de se réaliser à l’avenir.
2.4 Pourquoi cette stratégie risque-t-elle d’échouer ?
2050, c’est encore loin, diront certains ! Effectivement, au cours des décennies passées, une
multitude de changements d’ordre technique, socioculturel et biophysique, entre autres, ont
considérablement modifié les conditions d’existence de l’humanité. Par conséquent, bien que
nous n’ayons pas encore réussi à dissocier la croissance économique et les pressions
environnementales, le temps s’en chargera. Le capitalisme industriel parviendra certainement
à substituer les facteurs de productions et à internaliser les externalités de telle sorte que les
objectifs de durabilité soient atteints. Effectivement, l’économie orthodoxe estime que la
raréfaction des ressources entraine une augmentation des prix, qui elle-même engendre une
poussée dans les avancées technologiques. Selon cette règle, la raréfaction des ressources
p. 48
permettrait de financer la transition. Dans la circonstance, aucune raison de s’en faire,
l’efficience industrielle parviendra à terme à ce magistral découplage absolu. Néanmoins, cette
vision à de grandes chances de se heurter un grand nombre de limites à la fois biophysiques et
économiques. (Abraham, 2020). Tout au long de ce chapitre, il sera question de passer en revue
les différents obstacles vers une croissance verte. Nous allons donc répondre à la question du
« pourquoi » la France risque de prendre un retard conséquent sur l’ensemble de ses objectifs.
La suite de cette analyse proposera une série d’arguments d’ordre biophysiques, économiques
et sur lesquels la croissance verte panifiée à travers la SNBC risque de buter.
2.4.1 Des limites biophysiques
2.4.1.1 Limites des énergies renouvelables
La stratégie de la SNBC en matière d’énergie fait le pari que les énergies renouvelables,
possédant des caractéristiques physiques intrinsèquement limitées, se substitueront aux
énergies fossiles sans aucune diminution de la capacité de production. Effectivement, les
énergies renouvelables sont généralement moins polluantes et sont potentiellement
inépuisables. C’est pourquoi la SNBC vise à remplacer progressivement les énergies fossiles et
l’énergie atomique par des énergies renouvelables dans la production d’électricité (centrales
éoliennes, panneaux photovoltaïques, centrales hydro-électriques et biomasse par la production
de vapeur) ou de la chaleur (CSP, panneaux solaires, centrales géothermiques, biomasse) et
ainsi répondre à nos besoins : se chauffer, se nourrir, se déplacer et communiquer (Cacoub,
2017).
Or, en 2019, les hydrocarbures constituaient 80,79 % de l’énergie primaire mobilisée par les
humains (Agence internationale de l’énergie, 2020), cette source d’énergie primaire présente
p. 49
des avantages considérables sur les énergies renouvelables. Très concentrés, les hydrocarbures
sont stockables, transportables et mobilisables à la demande. Sur ce terrain, les renouvelables
présentent nombre d’inconvénients. Philippe Gauthier a identifié cinq enjeux relatifs aux
énergies renouvelables qui causeront un retard considérable à la transition énergétique. Selon
lui, les technologies existent, fonctionnent, cependant les objectifs internationaux sont trop
élevés et les délais trop courts. Il affirme qu’au rythme actuel, la transition énergétique (à
l’échelle globale) prendrait 363 ans. Les causes du retard sont liées à des obstacles physiques,
des freins techniques et des contraintes sociales (Gauthier, 2018).
L’espace
Sur le terrain, les énergies renouvelables prennent plus d’espace que les fossiles, ce qui
engendre des problèmes d’appropriation et d’industrialisation des habitats naturels et humains.
D’après Gauthier, « Il faut environ 10 hectares de terrains pour installer 1 MW de panneaux
solaires et 20 hectares pour installer 1 MW d’éoliennes (dans le cas des éoliennes, la population
peut continuer d’occuper le territoire, mais cette cohabitation pose divers problèmes). Or, la
croissance de consommation mondiale d’énergie est de 2000 TWh par année, soit 350 000
éoliennes de 2 MW. C‘est l’équivalent de couvrir 50 % des îles britanniques d’éoliennes chaque
année, ou la moitié de la Russie en 50 ans » (Gauthier, 2018). Cette démonstration est faite à
l’échelle internationale. Cependant, l’enjeu reste le même sur un territoire en particulier, la
France subit de la même façon cet obstacle physique. Selon Bertrand Cassoret, il faudrait
environ 5000 km² pour produire toute l’électricité française (et non toute l’énergie), c’est en
gros l’équivalent d’un département. Il en faudrait grosso modo quatre fois plus pour produire
toute l’énergie consommée en France (Cassoret, 2020 : 94).
p. 50
Les ressources associées
Les énergies renouvelables sont dépendantes d’une grande quantité de ressources (acier, béton,
métaux rares, etc.). Or ces ressources ne sont pas inépuisables, l’écosystème terrestre comporte
un stock fini de minéraux au même titre que les énergies fossiles. Certes, l’économie nous
enseigne qu’il n’y aura pas d’épuisement, car la hausse des prix et la technologie permettront
d’extraire des ressources plus pauvres et maintenir le niveau de production. Toutefois,
l’exploitation de ces matériaux demandera plus d’énergie et plus de moyen financier (Bihouix,
2014). Effectivement, à court terme, nous ne pouvons pas parler d’obstacles physiques, mais
cela pourrait le devenir. Par ailleurs, la question des ressources est certainement un frein
technique et une contrainte sociale puisqu’il est difficilement envisageable de fonder la
durabilité sur la dépossession de communautés vulnérables comme c’est déjà le cas dans
certains pays d’Afrique (Binaki Bamangana, 2018).
L’intermittence
Un avantage avec l’électricité que nous consommons au quotidien en France, venant
majoritairement du nucléaire et de l’hydro-électricité (ministère de la transition écologique et
solidaire, 2020) est que nous pouvons la mobiliser quand bon nous semble. Les éoliennes et les
panneaux photovoltaïques produisent de l’électricité de manière intermittente, lorsque le vent
souffle pour les éoliennes et en journée pour les panneaux photovoltaïques, du moins tant que
le soleil brille. Étant donné que l’électricité ne se stocke pas ou du moins, les technologies ne
sont pas encore à un stade de maturité permettant de la stocker à grande échelle, elle doit donc
être utilisée au moment de sa production. Il existe cependant une multitude de technologies
permettant de stocker l’électricité (batteries, Power to gas, hydrogène, STEP, stockage inertiel,
super condensateur). L’énergie renouvelable est donc stockable, néanmoins ces solutions sont
p. 51
coûteuses, lourdes et parfois non rentables. Ces techniques ne permettent pas de répondre à la
demande actuelle (Cacoub, 2017).
Non-substituabilité
Ce quatrième enjeu remet en cause le caractère de substituabilité des énergies renouvelables
vis-à-vis des énergies fossiles. Effectivement, pour les raisons de stockage évoquées ci-dessus,
l’électricité produite par les énergies renouvelables ne répond pas aux besoins de la machinerie
lourde, des avions de ligne et du commerce maritime. En outre, certains procédés industriels,
tout comme la production d’acier, de plastique et de fertilisants, entre autres, ne pourraient
continuer de tourner sans énergies fossiles (Gauthier, 2018). Cette non-substituabilité résulte
de la différence de concentration énergétique entre les énergies fossiles et les énergies
renouvelables. D’après Greer, nous ne sommes pas menacés par un manque d’énergie, mais par
un manque de concentration de l’énergie disponible (Greer, 2013). Les sources d’énergies
renouvelables à l’inverse des énergies fossiles sont diffuses, c’est-à-dire que leur concentration
à leur état naturel est faible. De fait, la conséquence d’une faible densité (concentration)
énergétique est qu’une plus grande quantité de ressources et de matériaux est nécessaire afin de
générer la même quantité d’énergie produite par les énergies fossiles (Cacoub, 2017).
Le financement
Enfin le dernier enjeu identifié par Philippe Gauthier est celui du financement. Les compagnies
productrices d’énergies renouvelables reçoivent beaucoup de subventions, car elles ne sont pas
rentables. Le manque de dispositif massif de stockage oblige les entreprises productrices à
vendre le surplus aux voisins qui n’ont pas forcément besoin d’électricité à ce moment-ci. De
fait, les entreprises sont obligées de baisser leurs prix pour être attractives. La différence entre
le prix à la vente et le coût de revient est comblée par de nombreuses subventions
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)

Contenu connexe

Tendances

Guide des procédures d’importation et d’exportation
Guide des procédures d’importation et d’exportationGuide des procédures d’importation et d’exportation
Guide des procédures d’importation et d’exportation
Mohsen Tiss
 
Idcc 3236 nouvelle convention collective
Idcc 3236 nouvelle convention collectiveIdcc 3236 nouvelle convention collective
Idcc 3236 nouvelle convention collective
Léo Guittet
 
Rapport lefranc 25 mai 2011
Rapport lefranc 25 mai 2011Rapport lefranc 25 mai 2011
Rapport lefranc 25 mai 2011
Philippe Porta
 
Lover Prayers-Divan of poetry
Lover Prayers-Divan of poetryLover Prayers-Divan of poetry
Lover Prayers-Divan of poetry
Ali I. Al-Mosawi
 
Politique énergétique
Politique énergétiquePolitique énergétique
Politique énergétique
sarah Benmerzouk
 
Programme MR pour les Législatives 2010
Programme MR pour les Législatives 2010Programme MR pour les Législatives 2010
Programme MR pour les Législatives 2010
Michel Péters
 
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPFSuivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
LISEA
 
Guide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impactsGuide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impacts
smemanager
 
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptesRapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Frédéric GASNIER
 
Inria - Bilan social 2017
Inria - Bilan social 2017Inria - Bilan social 2017
Inria - Bilan social 2017
Inria
 
Quelle stratégies le marché de l'information professionnelle doit-il adopter ...
Quelle stratégies le marché de l'information professionnelle doit-il adopter ...Quelle stratégies le marché de l'information professionnelle doit-il adopter ...
Quelle stratégies le marché de l'information professionnelle doit-il adopter ...
Caroline LIJKO
 
Inria - Bilan social 2016
Inria - Bilan social 2016Inria - Bilan social 2016
Inria - Bilan social 2016
Inria
 
Plu clermont diagnostic_juin2011
Plu clermont diagnostic_juin2011Plu clermont diagnostic_juin2011
Plu clermont diagnostic_juin2011
Communication Clermont
 
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaineEvolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
siof
 
Final Proposition 081007v2 Revu Sfd
Final  Proposition 081007v2 Revu SfdFinal  Proposition 081007v2 Revu Sfd
Final Proposition 081007v2 Revu Sfd
salimdarwish
 
Les Groupements d'Employeurs en Bretagne
Les Groupements d'Employeurs en BretagneLes Groupements d'Employeurs en Bretagne
Les Groupements d'Employeurs en Bretagne
CCI Bretagne
 
Memento du candidat aux elections legislatives 2017
Memento du candidat aux elections legislatives 2017Memento du candidat aux elections legislatives 2017
Memento du candidat aux elections legislatives 2017
Agathe Mercante
 
Differences retraites publiques et retraites privees
Differences retraites publiques et retraites priveesDifferences retraites publiques et retraites privees
Differences retraites publiques et retraites privees
Dominique Gayraud
 
Wcms 154234
Wcms 154234Wcms 154234
Wcms 154234
mohammedbensaid
 

Tendances (20)

Guide des procédures d’importation et d’exportation
Guide des procédures d’importation et d’exportationGuide des procédures d’importation et d’exportation
Guide des procédures d’importation et d’exportation
 
Idcc 3236 nouvelle convention collective
Idcc 3236 nouvelle convention collectiveIdcc 3236 nouvelle convention collective
Idcc 3236 nouvelle convention collective
 
Rapport lefranc 25 mai 2011
Rapport lefranc 25 mai 2011Rapport lefranc 25 mai 2011
Rapport lefranc 25 mai 2011
 
Lover Prayers-Divan of poetry
Lover Prayers-Divan of poetryLover Prayers-Divan of poetry
Lover Prayers-Divan of poetry
 
Politique énergétique
Politique énergétiquePolitique énergétique
Politique énergétique
 
Programme MR pour les Législatives 2010
Programme MR pour les Législatives 2010Programme MR pour les Législatives 2010
Programme MR pour les Législatives 2010
 
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPFSuivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
Suivi des Boisements Compensateurs - 2014 - CNPF
 
Guide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impactsGuide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impacts
 
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptesRapport d'observations de la chambre régionale des comptes
Rapport d'observations de la chambre régionale des comptes
 
Inria - Bilan social 2017
Inria - Bilan social 2017Inria - Bilan social 2017
Inria - Bilan social 2017
 
Quelle stratégies le marché de l'information professionnelle doit-il adopter ...
Quelle stratégies le marché de l'information professionnelle doit-il adopter ...Quelle stratégies le marché de l'information professionnelle doit-il adopter ...
Quelle stratégies le marché de l'information professionnelle doit-il adopter ...
 
Etude impact pmc
Etude impact pmcEtude impact pmc
Etude impact pmc
 
Inria - Bilan social 2016
Inria - Bilan social 2016Inria - Bilan social 2016
Inria - Bilan social 2016
 
Plu clermont diagnostic_juin2011
Plu clermont diagnostic_juin2011Plu clermont diagnostic_juin2011
Plu clermont diagnostic_juin2011
 
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaineEvolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
Evolution et perspectives_de_l'agriculture_marocaine
 
Final Proposition 081007v2 Revu Sfd
Final  Proposition 081007v2 Revu SfdFinal  Proposition 081007v2 Revu Sfd
Final Proposition 081007v2 Revu Sfd
 
Les Groupements d'Employeurs en Bretagne
Les Groupements d'Employeurs en BretagneLes Groupements d'Employeurs en Bretagne
Les Groupements d'Employeurs en Bretagne
 
Memento du candidat aux elections legislatives 2017
Memento du candidat aux elections legislatives 2017Memento du candidat aux elections legislatives 2017
Memento du candidat aux elections legislatives 2017
 
Differences retraites publiques et retraites privees
Differences retraites publiques et retraites priveesDifferences retraites publiques et retraites privees
Differences retraites publiques et retraites privees
 
Wcms 154234
Wcms 154234Wcms 154234
Wcms 154234
 

Similaire à Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)

20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
20090708 commodities in the if study undp cover and table of content20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
Lichia Saner-Yiu
 
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
yann le gigan
 
L'impact des médias sociaux sur l'entreprise
L'impact des médias sociaux sur l'entrepriseL'impact des médias sociaux sur l'entreprise
L'impact des médias sociaux sur l'entreprise
Idnition
 
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
Public Service of Wallonia
 
Frederic Lacave
Frederic LacaveFrederic Lacave
Frederic Lacave
Frederic LACAVE
 
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Ministère de l'Économie et des Finances
 
Rapport Terrasse, 2016
Rapport Terrasse, 2016Rapport Terrasse, 2016
Rapport Terrasse, 2016
Société Tripalio
 
Rapport stage pact13
Rapport stage pact13Rapport stage pact13
Rapport stage pact13
Faustine Loiseau
 
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
Collectif PAPERA
 
Analyse financiere
Analyse financiereAnalyse financiere
Analyse financiere
KHALOUF
 
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Freelance
 
Création de startup en algerie
Création de startup en algerieCréation de startup en algerie
Création de startup en algerie
youcef GHEZALI
 
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
PEXE
 
Rapport ofe financement des tpe juin 2014
Rapport ofe financement des tpe juin 2014Rapport ofe financement des tpe juin 2014
Clusters mondiaux
Clusters mondiauxClusters mondiaux
Clusters mondiaux
Maria Manar
 
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunionLa strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
Silicon Village
 
Chiffres clés du climat France et Monde Édition 2013
Chiffres clés du climat France et Monde Édition 2013Chiffres clés du climat France et Monde Édition 2013
Chiffres clés du climat France et Monde Édition 2013
GIP GERRI
 
Gestion financière
Gestion financièreGestion financière
Gestion financière
Manon Cuylits
 
2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - bad2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - bad
Williams Paolo Bella
 
Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011
mquizon
 

Similaire à Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC) (20)

20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
20090708 commodities in the if study undp cover and table of content20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
20090708 commodities in the if study undp cover and table of content
 
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
Rapport Terrasse sur l'économie collaborative - Février 2016
 
L'impact des médias sociaux sur l'entreprise
L'impact des médias sociaux sur l'entrepriseL'impact des médias sociaux sur l'entreprise
L'impact des médias sociaux sur l'entreprise
 
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" -  Analyse de la mise en oe...
Tome 2 "Rapport annuel de l'Envoyé PME 2013-2014" - Analyse de la mise en oe...
 
Frederic Lacave
Frederic LacaveFrederic Lacave
Frederic Lacave
 
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
 
Rapport Terrasse, 2016
Rapport Terrasse, 2016Rapport Terrasse, 2016
Rapport Terrasse, 2016
 
Rapport stage pact13
Rapport stage pact13Rapport stage pact13
Rapport stage pact13
 
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
 
Analyse financiere
Analyse financiereAnalyse financiere
Analyse financiere
 
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
 
Création de startup en algerie
Création de startup en algerieCréation de startup en algerie
Création de startup en algerie
 
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
 
Rapport ofe financement des tpe juin 2014
Rapport ofe financement des tpe juin 2014Rapport ofe financement des tpe juin 2014
Rapport ofe financement des tpe juin 2014
 
Clusters mondiaux
Clusters mondiauxClusters mondiaux
Clusters mondiaux
 
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunionLa strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
 
Chiffres clés du climat France et Monde Édition 2013
Chiffres clés du climat France et Monde Édition 2013Chiffres clés du climat France et Monde Édition 2013
Chiffres clés du climat France et Monde Édition 2013
 
Gestion financière
Gestion financièreGestion financière
Gestion financière
 
2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - bad2012 perspectives d avenir cap vert - bad
2012 perspectives d avenir cap vert - bad
 
Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011Scrp 3    version finalisée - 07 février 2011
Scrp 3 version finalisée - 07 février 2011
 

Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limites de la Stratégie Nationale bas-carbone (SNBC)

  • 1. I Dans quelle mesure la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) peut-elle contribuer à une croissance verte de l’économie française ? par Enzo Kadri Projet d’intégration présenté au programme de Maîtrise en management et développement durable (M.M.D.D.) Août 2021
  • 2. II Table des matières (M.M.E.C.).................................................................................................................................................I INTRODUCTION..................................................................................................................................... 1 CHAPITRE 1 :.......................................................................................................................................... 5 LA STRATEGIE NATIONALE BAS CARBONE (SNBC)........................................................................ 5 1.1 STRUCTURE DE PRESENTATION DE LA SNBC ..............................................................................................6 1.2 LE PROJET DE LA FRANCE ............................................................................................................................7 1.3 LE PROCESSUS D’ELABORATION DE LA SNBC.............................................................................................8 1.3.1 Concertation avec les parties prenantes................................................................................................8 1.3.2 Participation du public ..........................................................................................................................9 1.3.3 Validation de la stratégie.......................................................................................................................9 1.3.4 Consultations et avis sur le projet de stratégie en fin de processus ....................................................10 1.3.5 Un processus itératif............................................................................................................................10 1.4 LES AXES STRATEGIQUES DE LA SNBC......................................................................................................11 1.5 SCENARIO DE REFERENCE (AMS) DE LA SNBC ........................................................................................12 1.5.1 Portée et philosophie ...........................................................................................................................12 1.5.2 Synthèse du scénario par secteur.........................................................................................................16 1.6 LES BUDGETS CARBONE ..............................................................................................................................19 1.6.1 Solde du budget carbone 2015-2018 ...................................................................................................20 1.6.2 Les prochains budgets carbone............................................................................................................21 1.6.3 Répartition sectorielle des budgets carbone........................................................................................21 1.7 ORIENTATIONS DE POLITIQUES PUBLIQUES ...............................................................................................22 1.7.1 Orientations transversales...................................................................................................................22 1.7.2 Orientations sectorielles ......................................................................................................................23 1.7.3 Une méthodologie homogène...............................................................................................................23 1.7.4 Présentation des orientations...............................................................................................................24 1.8 CONCLUSION ...............................................................................................................................................26 CHAPITRE 2 :........................................................................................................................................ 27 UNE STRATEGIE GAGNANTE ? ......................................................................................................... 27 2.1 DE QUELLE STRATEGIE PARLONS-NOUS ?..................................................................................................27 2.1.1 Qu’est-ce que la croissance verte ?.....................................................................................................27 2. 1. 2 Comment générer une croissance verte?...........................................................................................29 2.1.2.1 Substitution entre facteurs de productions ..................................................................................................... 29 2.1.2.2 Internalisation des externalités ....................................................................................................................... 31 2.1.3 Conclusion ...........................................................................................................................................33 2. 2 QUELLE TRANSITION ?..............................................................................................................................34 2. 2. 1 Deux écoles de pensées : transition management et transition résilience........................................34 2. 2. 2 La transition management de la France : la SNBC..........................................................................35 2. 2. 3 Conclusion .........................................................................................................................................38 2.3 QUELS RESULTATS PROVISOIRES ? ............................................................................................................39 2.3.1 Découplage absolu ?............................................................................................................................40 2. 3. 2 Il n’y a pas de croissance verte..........................................................................................................43 2. 3. 3 Conclusion ........................................................................................................................................46 2.4 POURQUOI CETTE STRATEGIE RISQUE-T-ELLE D’ECHOUER ?..................................................................47 2.4.1 Des limites biophysiques......................................................................................................................48 2.4.1.1 Limites des énergies renouvelables................................................................................................................ 48 2.4.1.2 Limites de l’efficacité énergétique................................................................................................................. 54 2. 4. 2 Des limites économiques....................................................................................................................57 2.4.3 Conclusion ...........................................................................................................................................60 CONCLUSION ....................................................................................................................................... 62 3. 1 SYNTHESE ...................................................................................................................................................62 3. 2 APPORTS ET LIMITES..................................................................................................................................67
  • 3. III 3. 3 PROLONGEMENTS EVENTUELS DU TRAVAIL..............................................................................................68 BIBLIOGRAPHIE.................................................................................................................................. 70 Liste des figures : Figure 1 : Évolution des émissions de GES dans le scénario AMS ..........................................................................14 Figure 2: Émissions et puits de gaz à effet de serre dans le scénario AMS en 2050 ..............................................15 Figure 3: Trajectoire des émissions et des puits de gaz à effet de serre sur le territoire national entre 2005 et 2050 dans le scénario AMS.....................................................................................................................................17 Figure 4 : Historique et trajectoire des émissions de GES hors UTCA France entre 1990 et 2050 (en MtCO2 q) ..20 Figure 5 : Répartition sectorielle des budgets carbone (en MtCO2eq) ..................................................................22 Figure 6 : Croissance du PIB (% annuel) - France....................................................................................................40 Figure 7: Émissions de gaz à effet de serre françaises (en MtCO2eq) ...................................................................41 Figure 8 : Comparaison de l’empreinte carbone et de l’inventaire national..........................................................45 Figure 9 : Évolution de la consommation d’énergie par personne, en moyenne mondiale, depuis 1860..............53 Figure 10: Consommation par véhicule, États-Unis,1949-2015.............................................................................56 Liste des tableaux : Tableau 1: Réductions des émissions par secteur à l’horizon 2050, selon le scénario de référence AMS ...........18 Tableau 2 : Orientation de politiques publiques....................................................................................................24
  • 4. p. 1 Introduction « C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. » Victor Hugo Incontestablement, le développement de notre civilisation depuis l’ère industrielle a généré des perturbations sans précédent au sein de notre foyer commun, la Terre. Le 6ème rapport du GIEC1 , paru en août dernier, affirme une nouvelle fois notre responsabilité dans la dérive climatique. « Sans équivoque, l’influence humaine a réchauffé la planète, les océans et les terres. L’atmosphère, l’océan, la cryosphère et la biosphère ont été soumis à des changements rapides et de grande ampleur » (Intergouvernemental Panel on Climate Change [IPCC], 2021). Ces transformations biophysiques liées aux émissions anthropiques provoquent des conséquences météorologiques et climatiques d’une amplitude grandissante. Il ne fait nul doute que les extrêmes climatiques à travers le monde (vagues de chaleur, fortes précipitations, sécheresses, cyclones tropicaux) sont les conséquences du réchauffement climatique. Nous sommes collectivement face à un enjeu comme l’humanité n’en a jamais connu : contribuer ensemble à limiter les dégâts sur la planète Terre. C’est la raison pour laquelle de nombreux pays se dotent d’une stratégie pour amorcer la transition vers des sociétés post carbone. C’est le cas de la France qui s’est armée d’une Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) pour conduire la transition énergétique sur son territoire. Depuis le début du 21e siècle, le réchauffement climatique global occupe une place significative dans le discours politique contemporain. La France met en place dès le début des années 2000 1 Le GIEC est en français l’acronyme de (Groupe Intergouvernemental sur le réchauffement climatique). Le GIEC constitue sans aucun doute la plus grande autorité scientifique mondiale en matière de changements climatiques.
  • 5. p. 2 ses premières politiques pour réduire ses émissions de gaz à effets de serre avec le plan national de lutte contre le changement climatique, puis à travers différents « plans climat » consécutifs, particulièrement le plan climat 2004-2012 qui souligne la volonté du gouvernement français de diminuer d’un facteur quatre ses émissions de gaz à effets de serre. Pour la première fois dans l’histoire du pays, un texte de loi essentiellement tourné vers l’environnement est mis sur pied. Ainsi naît le Grenelle de l’environnement en 2007, inscrivant dans la loi de nombreux objectifs environnementaux, tels que la fameuse réduction d’un facteur quatre des émissions de gaz à effet de serre de la France pour 2050. La LTECV (loi pour la transition énergétique et la croissance verte), adoptée en 2015, s’inscrit comme le prolongement du Grenelle de l’environnement 1 et 2. L’État français définit une nouvelle fois la lutte contre le changement climatique comme une priorité à travers des textes législatifs et propose de nouvelles mesures pour atteindre l’objectif de facteur quatre (encore inchangé). Depuis quelques années, le pays développe de nouveaux outils de pilotage aux niveaux territorial et national pour « permettre une définition plus partagée des objectifs et des politiques » (ministère de la transition écologique et solidaire, 2017). C’est la raison pour laquelle, la SNBC (Stratégie Nationale Bas Carbone), document pilotant l’ensemble des orientations climatiques de la France, ainsi que la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie), fixant les priorités d’actions des pouvoirs publics dans le domaine de l’énergie, constituent désormais le fer de lance de la stratégie de transition énergétique française. Ces deux outils de gouvernance, articulés ensemble, sont censés servir de feuille de route pour les décideurs publics dans le cadre de la transition énergétique. Au cours de cette étude, nous analyserons la SNBC (Stratégie Nationale Bas Carbone) dans le but d’identifier les apports et les limites de cette stratégie au regard de la « croissance verte ». Nous avons décidé de focaliser notre étude sur ce seul texte, car celui-ci, en tant qu’outil de
  • 6. p. 3 gouvernance, incarne la stratégie de long terme de la France. En effet, la loi énergie-climat de 2019 s’appuie essentiellement sur ce document pour élaborer ses priorités d’actions au niveau climatique (ministère de la transition écologique et solidaire, 2020). Dans le prolongement de notre travail, il serait pertinent d’étudier en parallèle la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie) dans le but d’affiner notre analyse. Effectivement, la SNBC et la PPE sont complémentaires. Néanmoins, la limitation de notre analyse à ce seul document nous permet de centrer notre travail autour d’une thématique singulière et donc de l’étudier plus en profondeur. Il s’agira de nous poser une question essentielle : dans quelle mesure la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) peut-elle contribuer à une « croissance verte » de l’économie française ? Notre démarche suivra essentiellement deux étapes : 1) Dans un premier chapitre, essentiellement descriptif, nous proposerons une vue d’ensemble de la SNBC. Les références que nous utiliserons au sein de cette section sont tirées du site du ministère de la transition écologique et solidaire ainsi que de documents gouvernementaux officiels accessibles publiquement. Ainsi, nous allons tout d’abord étudier le processus d’élaboration de la SNBC en présentant les mécanismes de construction et d’évaluation de la stratégie. Par la suite, nous relaterons les axes stratégiques de la SNBC. Subséquemment, nous exposerons le scénario prospectif de référence qui a permis de guider la démarche. En outre, nous nous arrêterons sur le concept clé de la SNBC : les budgets carbone. Cette section sera l’occasion de définir le concept et de faire un état des lieux de l’avancement de la stratégie. Enfin, dans le but
  • 7. p. 4 de clore ce chapitre, nous présenterons l’ensemble des orientations de politiques publiques suggérées par la SNBC pour atteindre l’objectif principal de cette dernière, à savoir la neutralité carbone en 2050. 2) Notre second chapitre proposera une analyse critique des éléments présentés en première partie. Il sera d’abord question d’examiner et de situer la perspective générale dans laquelle se situe le plan de transition énergétique tel que nous le comprenons. Nous nous interrogerons ensuite sur la faisabilité de cette stratégie dans le contexte de la France. Enfin, nous nous demanderons « pourquoi » la SNBC devrait probablement échouer. En définitive, il sera question de discuter des résultats présentés tout au long de cette étude et des enjeux futurs qui nous font face aujourd’hui. Et finalement, conclure notre travail.
  • 8. p. 5 Chapitre 1 : La stratégie nationale bas carbone (SNBC) Introduite par la Loi de la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), la SNBC fait office de feuille de route pour la France pour conduire la politique d’atténuation du changement climatique. Le gouvernement la définit comme telle : « Elle donne des orientations pour mettre en œuvre dans tous les secteurs d’activité, la transition vers une économie bas carbone, circulaire et durable. Elle définit une trajectoire de réductions des émissions de gaz à effet de serre jusqu’à 2050 et fixe des objectifs à court et moyen terme : les budgets carbone. Elle a deux ambitions : atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 et réduire l’empreinte carbone de la consommation des Français. Les décideurs publics, à l’échelle nationale comme territoriale, doivent la prendre en compte » (ministère de la transition écologique et solidaire, 2020). Il convient à priori de définir rapidement ces trois notions essentielles que nous réutiliserons tout au long de ce rapport et qui seront détaillées dans les pages suivantes : - Les budgets carbone : Il s’agit de plafonds d’émissions nationaux de gaz à effets de serre à ne pas dépasser sur une période de cinq ans. À court terme, ils définissent la trajectoire cible à atteindre pour respecter les objectifs de la SNBC. - La neutralité carbone : Elle est atteinte lorsque les émissions de gaz à effets de serre d’origines anthropiques parviennent à un équilibre avec les puits de carbone, c’est-à- dire les écosystèmes naturels ou les procédés industriels capables de stocker une quantité significative de CO2 : sols, forêts, produits issus de la bioéconomie (paille, bois pour la construction…), technologies de capture et stockage du carbone.
  • 9. p. 6 - L’empreinte carbone : émissions directes de gaz à effets de serre (GES) de la France liées à la production. À cela s’ajoutent les émissions assujetties au transport des biens et services consommés. Elle intègre donc les émissions importées qui ne sont pas directement produites sur le territoire. Adoptée pour la première fois en 2015, la SNBC a été révisée en 2018-2019 en visant l’atteinte de la carboneutralité en 2050. En effet, l’objectif initial était de réduire les émissions d’un facteur quatre, soit -75% des émissions par rapport en 1990. Son réajustement a fait l’objet d’une consultation publique du 20 janvier au 19 février 2020 (ministère de la transition écologique et solidaire, 2020). Cette nouvelle version de la SNBC et les budgets carbone pour les périodes 2019-2023, 2024-2028, 2029-2033 ont été acceptés par décret le 21 avril 2020.2 Le respect des budgets carbone couvrant ces périodes est censé permettre au pays d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour parvenir à ces résultats, la SNBC espère diminuer de moitié la consommation énergétique dans tous les secteurs d’activités en « développant des équipements plus performants et en adoptant des modes de vie plus sobres et plus circulaires » (ministère de la transition écologique et solidaire, 2020), mais aussi en augmentant et en sécurisant la quantité de puits carbone sur le territoire (ministère de la transition écologique et solidaire, 2020). 1.1 Structure de présentation de la SNBC La Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) est découpée en deux grandes parties. En premier lieu, il s’agit d’expliquer le contexte et la problématique ainsi que de détailler le projet et les ambitions de la SNBC. Certains concepts propres à la SNBC, par exemple « les axes 2 Décret no 2020-457 du 21 avril 2020 relatif aux budgets carbone nationaux et à la stratégie nationale bas- carbone, Art.2
  • 10. p. 7 stratégiques », « le scénario de référence » ou encore « les budgets carbone » sont présentés en détail au sein du document (SNBC, 2020 : 2), nous y reviendrons. Dans un second temps, la SNBC présente ce qu’elle appelle les « orientations de politiques publiques », qui sont-elles mêmes divisées en deux sections distinctes : les « orientations transversales » et les « orientations sectorielles » (SNBC, 2020 : 2). Ces orientations forment le cœur de la SNBC et proposent au moyen de politiques publiques des directions à suivre, adressées aux décideurs, dans le but de respecter les engagements de la France en matière de durabilité. 1.2 Le projet de la France Le gouvernement français s’est engagé à atteindre des objectifs en matière de « réduction des émissions territoriales de gaz à effets de serre » en harmonie avec « ses engagements internationaux et avec la politique communautaire » (SNBC, 2020 : 17) . « Il s’agit de : - atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 ; - réduire les émissions de gaz à effets de serre de -40% en 2030 par rapport à 1990 - à court et moyen termes, respecter les budgets carbone adoptés par décret, c’est-à-dire des plafonds d’émissions à ne pas dépasser par périodes de cinq ans » (SNBC, 2020 : 17).
  • 11. p. 8 1.3 Le processus d’élaboration de la SNBC 1.3.1 Concertation avec les parties prenantes3 Pour la construction de cette stratégie, des échanges réguliers ont eu lieu avec les représentants de la société civile. Ils se sont tout d’abord établis via le Comité d’Information de l’Orientation (CIO) de la SNBC. Ce dernier est composé d’un panel comportant 120 acteurs du Conseil National de la Transition Écologique. Il s’agissait ici de représenter le plus largement possible chaque groupe de la société civile (représentants des salariés et des employeurs, représentants des consommateurs, ONG environnementales, collectivités territoriales et parlementaires). Ce CIO s’est réuni 6 fois depuis juin 2017 lors des étapes clés du processus de révision de la stratégie. En outre, les services interministériels concernés se tenaient à ces réunions dans le but d’intégrer les stratégies dans la mise en œuvre des politiques publiques. En parallèle, des groupes de travail composés de membres du CIO et d’experts sectoriels (fédérations professionnelles, instituts de recherche et universitaires) se sont réunis à quatre reprises en moyenne. La SNBC a compté sur : - Cinq groupes sectoriels : transport, bâtiment, agriculture, forêt et industrie - Deux groupes transversaux : économie et autres chapitres transversaux. Ces groupes de travail ont par ailleurs fait valoir leur expertise dans l’élaboration du scénario de référence pour la configuration des hypothèses de travail ainsi que l’établissement des objectifs à atteindre pour chaque secteur d’activité. En ce qui concerne les orientations 3 Au cours de cette section, nous nous réfèrerons au chapitre « une stratégie issue d’un travail collectif » de la SNBC, (SNBC, 2020 ; 35 – 37 ; 155 - 160)
  • 12. p. 9 stratégiques fournies par la SNBC, 24 ateliers de travail complémentaires ont eu lieu entre octobre 2017 et janvier 2018. 1.3.2 Participation du public Du 13 novembre au 17 décembre 2017, les Français ont été invités à la veille d’un débat public à répondre à un questionnaire en ligne portant sur la révision de la SNBC. Plus de 13 000 réponses ont été recueillies. La SNBC précise que ce questionnaire n’avait pas valeur de sondage, mais d’accueillir les contributions du public pour l’orientation de ses futures stratégies. Les résultats du sondage ont été acheminés aux membres du CIO et des groupes de travail. En plus des concertations préalables à la révision, la stratégie fut alimentée par un vaste débat public qui a été conduit en 2018 dans le cadre de la révision de la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie). « Des sujets liés à la politique du changement climatique et notamment la maitrise sectorielle de la demande en énergie y étaient abordés » (SNBC, 2020 : 156). Ces discussions ont également permis d’enrichir le contenu de la SNBC. 1.3.3 Validation de la stratégie Afin de valider la stratégie, le Comité d’expert pour la transition énergétique, aujourd’hui remplacé par le Haut Conseil pour le climat (HCC) émet un avis, au plus tard, 6 six mois avant l’échéance de la publication de la stratégie révisée, à propos du respect des budgets carbone préalablement fixés et sur la mise en place de la stratégie en cours. L’avis du Comité est par la suite envoyé aux commissions permanentes de l’Assemblée nationale et du Sénat chargés de l’énergie et de l’environnement.
  • 13. p. 10 1.3.4 Consultations et avis sur le projet de stratégie en fin de processus En dernière ligne du processus de révision, la SNBC a fait l’objet de consultations formelles auprès de certaines institutions. L’Autorité Environnementale, le Conseil national de la transition écologique, le Haut Conseil pour le climat, le Conseil national d’évaluation des normes, l’Assemblée de Corse, les collectivités d’outre-mer, le Conseil économique, social, environnemental et le Conseil supérieur et de l’efficacité énergétique ont tous fait parvenir un avis sur la présente stratégie. Les avis de ces institutions sont disponibles publiquement et ont fait l’objet d’une révision de la SNBC. 1.3.5 Un processus itératif L‘élaboration du scénario de référence qui pilote la SNBC et la définition des orientations ont été conduites en association avec les parties prenantes. En outre, la stratégie est co-organisée par l’ensemble des ministères concernés, sous le pilotage du ministère de la transition écologique et solidaire. La stratégie a été façonnée en concertation avec les représentants de la société civile ainsi que le grand public, qui ont été conviés à de nombreuses reprises pour participer, émettre des suggestions et formuler leurs avis. C’est donc bien un « processus itératif » qui a été adopté par décret par les instances suivantes : « L’Autorité Environnementale, le Comité d’Experts pour la Transition Énergétique, le Haut Conseil pour le climat, l’Assemblée de Corse, les Collectivités d’outre-mer concernés par la stratégie et le Conseil National d’Évaluation des Normes, avant une consultation finale du public dirigée du 20 janvier au 19 février 2020 » (SNBC, 2020 : 155). Somme toute, au regard des différents acteurs cités préalablement, la SNBC est née d’un processus créatif issu d’un travail collectif.
  • 14. p. 11 1.4 Les axes stratégiques de la SNBC4 En aval du processus de création, les différents intervenants ont mis sur pied une série d’hypothèses de travail censées diriger l’ensemble de la stratégie. 1) Le scénario de référence de la SNBC et de la PPE, se distingue tout d’abord par l’affirmation d’une « ambition » importante dans l’élaboration de ses objectifs. L’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050, constituant un véritable défi en soi, nécessite des efforts en termes de sobriété et d’efficacité énergétique, impliquant une restructuration profonde des modes de production et de consommation (SNBC, 2020 : 17). 2) D’autre part, le scénario se doit d’adopter une stratégie « réaliste » de la transition bas carbone. La stratégie doit donc avoir recours à une vision crédible de la transition pour mener à une société bas carbone (SNBC, 2020 : 17). 3) Prendre en considération la « diversité des options technologiques et comportementales ». Au niveau technologique, il s’agit de solliciter un grand nombre de leviers de l’économie verte, à savoir l’efficacité et la sobriété énergétique, la décarbonation des secteurs énergétiques et le renforcement des puits carbone. Au niveau comportemental, la SNBC mise sur une évolution sociale à grande échelle des modes de vie et de consommation du grand public, notamment par une adoption des principes de l’économie circulaire dans la gestion des ressources et des déchets (SNBC, 2020 : 19). 4 Au cours de cette section, nous nous réfèrerons au chapitre « les axes stratégiques » de la SNBC, (SNBC, 2020 : 17 - 19)
  • 15. p. 12 4) Enfin, le dernier axe stratégique qui pilote la totalité des pistes d’actions à engager est la « création de richesse et d’emplois durables ». La poursuite de la croissance économique est un facteur déterminant dans le but d’assurer au scénario un avenir réalisable et souhaitable. Le scénario de référence a fait l’objet d’une évaluation macro- économique. Les résultats de cette dernière indiquent que le scénario « modifie peu la trajectoire du PIB du cadrage économique général » (SNBC, 2020 : 19). 1.5 Scénario de référence (AMS) de la SNBC5 1.5.1 Portée et philosophie La SNBC s’appuie sur l’élaboration d’un scénario de référence qui a été élaboré dans le cadre d’un exercice de modélisation commun à la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Ce scénario « avec mesures supplémentaires » (AMS) « dessine une trajectoire possible de réduction des émissions de gaz à effets de serre (GES) jusqu’à l’atteinte de la neutralité carbone en 2050, à partir de laquelle sont définis les budgets carbone » (SNBC, 2020 :19), que nous détaillerons dans les pages suivantes. La SNBC stipule que d’autres trajectoires seraient également possibles afin d’atteindre cet objectif. Toutefois, cette réflexion a été menée avec les parties prenantes de la SNBC qui ont collectivement décidé de suivre ce scénario pour répondre aux objectifs fixés. Le scénario AMS est plus « informatif » que « prescriptif ». Ce n’est donc pas une feuille de route qu’il faut absolument suivre, cependant il sert de référence en particulier pour définir les 5 Au cours de cette section, nous nous réfèrerons au chapitre « le scénario de référence » de la SNBC, (SNBC, 2020 : 19 - 35)
  • 16. p. 13 budgets carbone. Il permet de fournir des « éléments pour le suivi et pilotage de la transition écologique ». Le scénario AMS se veut à la fois « ambitieux dans ses objectifs et raisonnable dans les moyens à mettre en œuvre pour l’atteindre » (SNBC, 2020 : 19). Il mobilise des leviers et des instruments pour réduire les émissions dans chaque secteur, jusqu’à atteindre un équilibre entre les émissions émises de la France et les puits de carbone qui permettront d’absorber les émissions excédantes incompressibles. « Un puits de carbone se définit comme un réservoir de carbone (un océan ou un écosystème par exemple) qui, pendant une période donnée, absorbe globalement plus de carbone qu’il n’en rejette » (Locatelli et Loisel, 2002). On distingue deux types de puits de carbone : - les puits naturels, qui ne nécessitent pas d’intervention humaine, à savoir les océans ou les écosystèmes forestiers. - Les puits artificiels, soit des puits de carbone qui sont directement gérés par l’activité humaine, notamment grâce à des avancées technologiques comme les technologies de capture et de stockage du carbone directement sur les sites de production d’énergie (CSC, CUC). Les figures 1 et 2 ci-dessous, tirées du scénario de référence de la SNBC, nous montrent globalement les objectifs de réduction des émissions par secteur ainsi que l’équilibre à atteindre entre les émissions territoriales et les puits de gaz à effets du territoire national.
  • 17. p. 14 Figure 1 : Évolution des émissions de GES dans le scénario AMS Source : SNBC : 20 Cette figure illustre l’évolution des émissions de gaz à effet de serre dans le scénario AMS selon l’inventaire national et non pas l’empreinte carbone. Autrement dit, les émissions importées ne sont pas comptabilisées. Ici, l’inventaire national est divisé en secteurs d’activité. Nous pouvons remarquer qu’ à l’horizon 2050, le scénario prévoit une diminution radicale des émissions dans l’ensemble des secteurs, mis à part celui des terres qui comporte des émissions incompressibles.
  • 18. p. 15 Figure 2: Émissions et puits de gaz à effet de serre (GES) dans le scénario AMS en 2050 Source : SNBC : 21 Cette figure illustre l’objectif de neutralité carbone visé par le scénario AMS. Nous pouvons distinctement observer l’équilibre recherché entre les émissions de GES et les puits de carbone. Selon le scénario, émissions et puits de carbone comptabiliseraient approximativement 80 Mt CO2 eq/ an, ce qui équivaut à une compensation des émissions de GES. Pour parvenir à ces objectifs, le scénario AMS suggère une « sollicitation raisonnée des leviers de sobriété, avec des besoins de la population en légère diminution dans l’ensemble des secteurs d’activité, associé à un changement important des modes de consommations, sans perte de
  • 19. p. 16 confort ». En outre, l’efficacité énergétique constitue le principal moyen de réduction des émissions de gaz à effets de serre. Le résultat attendu est donc une « forte diminution de la consommation énergétique tous secteurs confondus » (SNBC, 2020 : 21). 1.5.2 Synthèse du scénario par secteur Le scénario de référence AMS, pour chaque secteur d’activité (transports, bâtiments, agriculture, forêt/secteur des terres, industrie/déchets, production d’énergie), fait l’hypothèse que la France parviendra à réduire sa consommation énergétique. Le scénario se présente comme suit : pour chaque secteur d’activité, la SNBC a établi tout d’abord un diagnostic du niveau d’émission. Ensuite, il est question de fixer des plafonds d’émissions acceptables pour atteindre la neutralité dans chaque secteur en s’appuyant sur des stratégies reposant sur différents leviers. Au total, le scénario AMS est segmenté en sept chantiers distincts (transports, bâtiments, agriculture, forêt/secteur des terres, industries, déchets, productions d’énergie), comportant chacun leurs stratégies respectives. Nous ne rentrerons pas en détail dans les stratégies sectorielles (chacune comporte son lot de techniques qui lui sont propres), toutefois elles partagent des leviers communs : efficacité énergétique, sobriété, substitution entre facteurs de production, développement de nouvelles technologies (ces notions seront développées au sein de notre analyse). De la somme de ces plafonds de carbone sectoriels découle « la trajectoire de réduction des émissions de GES résultant du scénario AMS, déclinée par secteurs, est présentée sur le graphique ci-après » (SNBC, 2020 : 31).
  • 20. p. 17 Figure 3: Trajectoire des émissions et des puits de gaz à effet de serre sur le territoire national entre 2005 et 2050 dans le scénario AMS Source : Stratégie Nationale Bas Carbone : 32 Cette figure compare la stratégie d’évolution des émissions et des puits de carbone à l’horizon 2050 avec la trajectoire tendancielle.
  • 21. p. 18 Tableau 1: Réductions des émissions par secteur à l’horizon 2050, selon le scénario de référence AMS Secteurs Réduction des émissions par secteur du scénario à l’horizon 2050 par rapport à 2015 Transports -97% Bâtiment -95% Agriculture/sylviculture -46% Industrie -81% Production d’énergie -95% Déchets -66% Total -83% Source : Stratégie Nationale Bas Carbone : 32 À travers ce tableau nous pouvons nous rendre compte des objectifs sectoriels fixés par le scénario AMS. Ainsi, nous pouvons remarquer que certains secteurs sont quasi complètement décarbonés en 2050 dans le scénario. Il s’agit du secteur des transports, des bâtiments et de la production d’énergie. D’autres secteurs présentent des objectifs de réduction moins élevés (agriculture/sylviculture, industrie et déchets). Ces secteurs comportent des émissions résiduelles incompressibles qui seront compensées par une hausse des puits de carbone. Ce scénario de référence est donc un outil qui permet de nourrir la réflexion autour de la SNBC et de présenter à l’ensemble des acteurs concernés un chemin à suivre : celui de la neutralité carbone à l’horizon 2050.
  • 22. p. 19 1.6 Les budgets carbone6 Comme nous l’avons expliqué rapidement plus haut, pour atteindre l’objectif de carboneutralité à l’horizon 2050, la SNBC fixe des budgets carbone. « Les budgets carbone sont des plafonds d’émissions de GES à ne pas dépasser au niveau national sur des périodes de cinq ans » (SNBC, 2020 : 37). À court terme, ils définissent l’itinéraire cible de réduction des gaz à effets de serre, en cohérence avec les engagements de la France au niveau international, européen, ainsi que le scénario de référence AMS. Les budgets carbone sont déclinés « par grands domaines d’activité : transport, bâtiments résidentiels et tertiaires, industrie, agriculture, production d’énergie et déchets ». Les budgets carbone sont calculés sur la base de l’inventaire national le plus récent, c’est-à-dire qu’ils comprennent simplement les émissions territoriales, soit les émissions de GES directement produites sur le territoire et non pas les émissions associées aux importations. Les trois premiers budgets carbone ont été adoptés par décret en 2015 en même temps que la première stratégie nationale bas carbone et portent sur les périodes 2015-2018, 2019- 2023 et 2024- 2028. La figure 4 présente l’historique des GES de la France ainsi que les trajectoires estimées selon les budgets carbone futurs. 6 Au cours de cette section, nous nous réfèrerons au chapitre « budgets carbone » de la SNBC, (SNBC, 2020 : 37 - 47)
  • 23. p. 20 Figure 4 : Historique et trajectoire des émissions de GES hors UTCA France entre 1990 et 2050 (en MtCO2 q) Source : Stratégie Nationale Bas Carbone : 42 Ce graphique indique l’historique et la trajectoire des émissions de GES de la France. Les quatre budgets carbone sont clairement visibles. Le budget carbone passé (2015-2018) indique un dépassement non négligeable sur la période. 1.6.1 Solde du budget carbone 2015-2018 Le premier budget carbone couvrant la période de 2015 à 2018 « indique un dépassement estimé à 65 MtCO2eq sur l’ensemble de la période, soit un dépassement annuel d’environ 16 MtCO2eq par an ». Le scénario de référence prévoyait de réduire les GES de 2,2% par an sur l’ensemble de la période. Cependant, les résultats nous indiquent une réduction de seulement 1% par année. La SNBC nous informe que les secteurs des bâtiments et des transports sont la cause première
  • 24. p. 21 de cet écart. En effet, les dépassements pour ces secteurs sont respectivement de + 41% et + 39% comparativement aux budgets estimés à priori (SNBC, 2020 : 38). 1.6.2 Les prochains budgets carbone Adoptées par décret en 2015, les deux prochains budgets carbone (2019-2023 et 2024-2028) ont été ajustés en 2019 en raison du retard comptabilisé du budget 2015-2018. Le scénario de référence révisé de la SNBC dessine une trajectoire possible de réduction des émissions de GES prenant en compte les retards du premier budget carbone. La SNBC estime que ce scénario de référence révisé est « à la fois plus ambitieux, en visant la neutralité carbone sur le territoire à l’horizon 2050, et plus réaliste dans la façon de les atteindre, en modulant les efforts au court du temps » (SNBC, 2020 : 39). Le document évalue un dépassement du deuxième budget carbone, car les retards accumulés du premier budget carbone sont trop importants. Toutefois, elle envisage un « quasi-respect du troisième budget carbone, à condition de mettre en place l’ensemble des mesures déjà proposées » (SNBC, 2020 : 40). 1.6.3 Répartition sectorielle des budgets carbone Il est important de saisir que chaque secteur d’activité (transport, bâtiments résidentiels et tertiaires, industrie, agriculture, production d’énergie et déchets) possède indépendamment son propre budget carbone. Les efforts sont donc divisés par secteur, chacun devra faire sa part pour atteindre ses propres objectifs. Les budgets carbone du territoire français sur les périodes citées sont donc la somme des budgets carbone par secteur d’activité. La figure 5 présente la répartition sectorielle des budgets carbone révisés pour les prochaines périodes.
  • 25. p. 22 Figure 5 : Répartition sectorielle des budgets carbone (en MtCO2eq) Source : Stratégie Nationale Bas Carbone : 44 1.7 Orientations de politiques publiques7 Nous arrivons dans le cadre de cette section à l’essence même de la SNBC. Les orientations de politiques publiques, réparties en orientations transversales et en orientations sectorielles. Elles ont pour ambition de proposer des suggestions de politiques publiques pour atteindre les objectifs déclinés du scénario de référence, et de fait, respecter les budgets carbone alloués. 1.7.1 Orientations transversales Les orientations transversales se déclinent autour de six thématiques distinctes : 7 Au cours de cette section, nous nous réfèrerons au chapitre : « orientations de politiques publiques » (SNBC, 2020 : 47 – 130).
  • 26. p. 23 - empreinte carbone ; - politique économique ; - politique de recherche et d’innovation ; - urbanisme et aménagement ; - éducation, sensibilisation et l’appropriation des enjeux et des solutions par les citoyens ; - emploi, compétence, qualification et formation professionnelle. 1.7.2 Orientations sectorielles Les orientations sectorielles se regroupent, quant à elles, au sein de sept secteurs d’activité (voir section scénario de référence) : - transports ; - bâtiments ; - agriculture ; - forêt-bois ; - industrie ; - production d’énergie ; - déchets. 1.7.3 Une méthodologie homogène Que ce soient les thématiques relatives aux orientations transversales, ou bien les secteurs d’activité des orientations sectorielles, la méthodologie préconisée par la SNBC est sensiblement similaire tout au long de l’exposition des résultats. C’est-à-dire que la structure de rédaction par thème ou par secteur est exactement la même au fil de la présentation du document. Effectivement, il s’agit en premier lieu (i) d’effectuer un état des lieux ainsi qu’un aperçu des enjeux. Dans un second temps, il est question (ii) de détailler la stratégie découlant
  • 27. p. 24 du diagnostic effectué. C’est d’ailleurs à ce niveau que se situent toutes les orientations de politiques publiques proposées par la SNBC. Enfin, en conclusion (iii) le document recommande un certain nombre d’indicateurs de suivi pour s’assurer de la mise en place, ou non, des orientations de politiques publiques conseillées. 1.7.4 Présentation des orientations Dans ce tableau nous avons rassemblé l’ensemble des orientations de politiques publiques présentées par la SNBC. Tableau 2 : Orientation de politiques publiques Thème/Secteurs Orientations de politiques publiques Empreinte carbone Mieux maitriser le contenu carbone des puits importés Encourager tous les acteurs économiques à une meilleure maitrise de leur empreinte carbone Politique économique Adresser les bons signaux aux investisseurs, notamment en termes de prix du carbone, et leur donner la visibilité nécessaire sur les politiques climatiques Assurer une transition juste pour tous Soutenir les actions européennes et internationales en matière de finance et de prix du carbone cohérents avec l’accord de Paris Favoriser les investissements dans des projets favorables à la transition bas-carbone, en développant les outils financiers permettant de limiter la prise de risque des investisseurs et en définissant des critères robustes pour déterminer quels sont les projets favorables à la transition bas-carbone Développer l’analyse des impacts climatiques des actions financées par les fonds publics et des politiques publiques, afin d’en faire un critère de décision. S’assurer que les actions contraires à l’atteinte de nos objectifs climatiques ne bénéficient pas de financement public. Politique de recherche et d’innovation Développer les innovations bas-carbone et faciliter leur diffusion rapide, en s’appuyant sur la recherche fondamentale et appliquée Urbanisme, aménagement et dynamiques territoriales Contenir l’artificialisation des sols et réduire les émissions de carbone induites par l’urbanisation Éducation, sensibilisation, appropriation des enjeux et des solutions par les citoyens Enrichir et partager une culture du « bas-carbone » Accompagner les citoyens dans leur propre transition bas-carbone S’assurer de l’acceptabilité sociale des mesures de politique publique découlant de la SNBC
  • 28. p. 25 Emplois, compétences, formation et qualification professionnelle Encourager une meilleure intégration des enjeux de la transition bas-carbone par les branches, les entreprises et les territoires pour favoriser les transitions et reconversions professionnelles et le développement des emplois de demain Adapter l’appareil de formation initiale et continue pour accompagner la transformation des activités et des territoires Transports Donner au secteur des signaux prix incitatifs Fixer des objectifs clairs et cohérents avec les objectifs visés pour la transition énergétique des parcs Accompagner l’évolution des flottes pour tous les modes de transport Soutenir les collectivités locales et les entreprises dans la mise en place d’initiatives innovantes Encourager au report modal en soutenant les mobilités actives et les transports massifiés et collectifs (fret et voyageurs) et en développant l’intermodalité. Maitriser la hausse de la demande de transport Bâtiments Guider l’évolution du mix énergétique sur la phase d’usage des bâtiments existants et neufs vers une consommation énergétique totalement décarbonée Inciter à une rénovation de l’ensemble du parc existant résidentiel et tertiaire afin d’atteindre un niveau BBC équivalent en moyenne sur l’ensemble du parc Accroitre les niveaux de performance énergie et carbone sur les bâtiments neufs dans les futures règlementations environnementales Viser une meilleure efficacité. énergétique des équipements et une sobriété des usages Agriculture Réduire les émissions directes et indirectes de N2O et CH4, en s'appuyant sur l'agroécologie et l'agriculture de précision Réduire les émissions de CO2 liées à la consommation d’énergie fossile et développer l’usage des énergies renouvelables Développer la production d’énergie décarbonée et la bio économie pour contribuer à la réduction des émissions de CO2 françaises, et renforcer la valeur ajoutée du secteur agricole Stopper le déstockage actuel de carbone des sols agricoles et inverser la tendance, en lien avec l'initiative à « 4p1000, les sols pour la sécurité alimentaire et le climat » Influencer la demande et la consommation dans les filières agroalimentaires en lien avec le Programme national de l’alimentation et de la nutrition (PNAN) Améliorer les méthodologies d'inventaires et de suivi Forêt En amont, assurer dans le temps la conservation et le renforcement des puits et des stocks de carbone du secteur forêt-bois, ainsi que leur résilience aux stress climatiques Maximiser les effets de substitution et le stockage de carbone dans les produits bois en jouant sur l'offre et la demande Évaluer la mise en œuvre des politiques induites et les ajuster régulièrement en conséquence, pour garantir l’atteinte des résultats et des co-bénéfices attendus Industrie Accompagner les entreprises dans leur transition vers des systèmes de production bas-carbone et le développement de nouvelles filières Engager dès aujourd’hui le développement et l’adoption de technologies de rupture pour réduire et si possible supprimer les émissions résiduelles Donner un cadre incitant à la maitrise de la demande en énergie et en matières, en privilégiant les énergies décarbonées et l’économie circulaire Production d’énergie Maitriser la demande via l’efficacité. énergétique et la sobriété et lisser la courbe de demande électrique en atténuant les pointes de consommation saisonnières et journalières Décarboner et diversifier le mix énergétique notamment via le développement des énergies renouvelables (chaleur décarbonée, biomasse et électricité. décarbonée) Préciser les options pour mieux éclairer les choix structurants de long terme, notamment le devenir des réseaux de gaz et de chaleur Déchets Inciter l’ensemble des acteurs à une réduction de leurs déchets Inciter les producteurs à prévenir la production de déchets dès la phase de conception des produits Améliorer la collecte et la gestion des déchets en développant la valorisation et en améliorant l’efficacité des filières de traitement
  • 29. p. 26 1.8 Conclusion Pour conclure à propos de notre présentation de la SNBC, le document peut se diviser en deux sections distinctes. Premièrement, nous avons pris un pas de recul sur le document en lui-même dans le but de détailler le processus d’élaboration de ce dernier. Par la suite, il a été question de contextualiser la problématique et les ambitions de la SNBC. Au sein de cette partie, nous avons relaté les axes stratégiques ainsi que le scénario de référence AMS. En outre, les budgets carbone constituent l’apport conceptuel central de la SNBC. Ils définissent l’itinéraire cible de réduction des GES en cohérence avec les engagements de la France au niveau international, européen, ainsi que le scénario de référence AMS et permettent à la France de se situer à court terme pour parvenir finalement à son objectif principal : atteindre la neutralité carbone en 2050. Enfin, la deuxième section du document est une présentation des orientations de politiques publiques retranscrites au sein de différentes thématiques transversales (empreinte carbone, politique économique, politique de recherche et d’innovation, urbanisme et aménagement du territoire, éducation et sensibilisation, emplois) et de secteurs d’activité (transports, bâtiments, agriculture, forêt, industrie, production d’énergie, déchets). Ces politiques publiques sont amenées de façon homogène à travers le document : (i) diagnostic et enjeux, (ii) stratégie, (iii) indicateurs et suivi. La SNBC constitue donc un ensemble de 23 recommandations transversales et 44 recommandations sectorielles et propose, pour chaque thématique, un lot de recommandations politiques à mettre à en place à court, moyen et long terme afin d’assurer que la stratégie présentée atteigne ses objectifs, et ainsi respecter les différents budgets carbone proposés par le scénario AMS.
  • 30. p. 27 Chapitre 2 : Une stratégie gagnante ? Nous arrivons désormais au deuxième temps de notre travail. La première partie, essentiellement descriptive du plan de transition énergétique de la France, à savoir la SNBC, nous a permis de mettre en lumière la présente stratégie et ses principaux objectifs. La deuxième grande section de ce rapport tentera d’analyser cette stratégie afin d’évaluer ses chances de réussite. En somme, nous nous demanderons si la stratégie suivie par la SNBC réussira à atteindre ses objectifs de durabilité, soit la neutralité carbone à l’horizon 2050. Pour répondre à cette question centrale, notre argumentaire suivra trois étapes. Tout d’abord, nous tenterons d’identifier les fondements de la présente stratégie. Dans un second temps, nous présenterons les résultats de la SNBC jusqu’à présent. Enfin, il sera question d’expliquer les raisons du dysfonctionnement de la stratégie en place. Cela nous conduira à suggérer finalement une stratégie bien différente, inspirée du courant de la décroissance soutenable. 2.1 De quelle stratégie parlons-nous ? Cette partie aura pour ambition de répondre essentiellement à deux questions. Quelle est la logique pilotant la SNBC et quelle est la démarche adoptée pour atteindre ses objectifs ? 2.1.1 Qu’est-ce que la croissance verte ? La SNBC, document de gouvernance, issue de la « loi de transition énergétique pour la croissance verte » (LTECV), est censée servir de feuille de route pour les décideurs politiques. Comme son nom l’indique, c’est bien une stratégie de croissance verte qui pilote la transition énergétique française dans le but d’atteindre ses objectifs internationaux. Dès lors, la première question qui se pose à nous est donc : qu’est-ce que la croissance verte ?
  • 31. p. 28 La croissance verte suppose que la croissance économique est compatible avec la durabilité. Elle parie sur le fait qu’il est possible de poursuivre la quête de développement économique tout en limitant la catastrophe écologique que nous sommes en train de vivre. Pour les partisans de la croissance verte, à savoir le courant dominant en matière de transition écologique, la croissance économique n’implique pas forcément une perte écologique, dans la mesure où il est possible de « dissocier » ou « découpler » création de richesse et dégradations environnementales (utilisation des ressources naturelles ou gestion des déchets). C’est ce que l’on appelle le « découplage ». Selon les économistes orthodoxes, nous pouvons donc continuer de croitre économiquement sans risquer d’aggraver la catastrophe écologique en cours. De fait, la prochaine question qui se présente à nous : qu’entendons-nous réellement par découplage ? Les travaux de Timothée Parrique et al. étudient en profondeur la stratégie de découplage. Les auteurs nous expliquent que deux variables couplées impliquent une relation de cause à effet entre celles-ci. De fait, si la variable A augmente, la variable B suivra la même tendance. Deux variables découplées indiquent une rupture dans la relation des variables. Il s’agit alors de se demander si l’on observe un découplage « absolu » ou « relatif » (Parrique et al., 2019). Un découplage relatif signifie que les deux variables se développent toujours dans la même direction, toutefois pas à la même vitesse. Un découplage absolu désigne le fait que les deux variables évoluent dans des directions opposées (ibid). La durabilité promise par la croissance verte passe donc par un découplage absolu. Mais ce n’est pas tout. Pour que le découplage soit véritablement efficace, Parrique et al. ont identifié quatre caractéristiques complémentaires assujetties au découplage en question, il doit être global, permanent et suffisamment rapide et large (Parrique et al., 2019).
  • 32. p. 29 Somme toute, dans le cas de la SNBC, les propositions de politiques publiques ont pour intention de découpler la croissance économique (variable A) et les émissions de GES (variable B) de la France. C’est là tout l’objectif de cette « feuille de route pour conduire la politique d’atténuation du changement climatique » (SNBC synthèse, 2020 : 1). En définitive, il est principalement question de découpler les émissions de GES de la croissance économique. Toutefois, rappelons que le découplage suppose de dissocier « création de richesse » et « dégradations environnementales ». De fait, « les émissions de GES » n’est pas la seule variable que la stratégie se doit de dissocier de la croissance économique. Effectivement, la stratégie générale de la SNBC sera soutenue par quelques stratégies de réduction de matière première découlant de l’économie circulaire, la SNBC compte « découpler progressivement la croissance économique et la consommation de matières premières » dans le but « d’amorcer une transition vers une économie circulaire. » (SNBC 2020 : 125). 2. 1. 2 Comment générer une croissance verte8  ? 2.1.2.1 Substitution entre facteurs de productions Il existe essentiellement deux stratégies préconisées par les partisans de la croissance verte pour parvenir à ce fameux découplage. La première d’entre elles est ce que les économistes orthodoxes appellent la « substitution entre facteurs de productions ». Il s’agit d’utiliser les « ingrédients » de base de la production de marchandise, à savoir le capital, le travail et les ressources naturelles et de les combiner de façon à ce que les résultats soient moins problématiques pour l’environnement. En d’autres termes, la « substitution entre facteurs de production » suppose d’utiliser une recette de fabrication de sorte que la marchandise devienne 8 Au cours de cette section notre analyse sera fondée sur les travaux de Yves-marie Abraham dans son ouvrage « Guérie du mal de l’infini ; chapitre 2 : la croissance comme autodestruction ».
  • 33. p. 30 « propre » tout en créant de la valeur économique. C’est en quelque sorte la stratégie la plus évidente, elle consiste à remplacer les ingrédients « sales » par des ingrédients « propres ». Un bon exemple pour illustrer ce concept serait l’énergie. Il sera bénéfique pour l’environnement de remplacer une unité de charbon utilisé dans un processus de production par une unité de gaz. Substituer ce charbon par du vent ou du soleil serait encore plus bénéfique pour l’environnement étant donné le caractère renouvelable de ces énergies. La croissance verte parie sur une substitution des énergies carbonées par des énergies « propres », c’est particulièrement le cas de la SNBC qui espère diminuer sa dépendance aux énergies fossiles, tout en augmentant sa part d’énergies renouvelables dans son mix énergétique. Effectivement, la SNBC prévoit « une décarbonation quasi complète de la production d’énergie à l’horizon 2050 » (SNBC, 2020 : 120), en utilisant différentes mesures, à l’exemple d’une « sortie du charbon dans la production d’électricité (dès 2022) et dans la production de chaleur » (SNBC, 2020 : 121). Par ailleurs, la croissance verte stipule qu’il est aussi possible de substituer du travail ou du capital pour réduire l’empreinte écologique. Par exemple en utilisant des machines plus performantes ou moins énergivores, ce principe s’appelle l’ « éco-efficience », c’est là tout l’objectif de l’efficacité énergétique. C’est notamment grâce à l’utilisation de nouvelles technologies toujours plus efficaces et performantes que la croissance verte espère arriver à terme à dissocier la création de richesse et les différentes pressions environnementales. Effectivement « l’atteinte de la neutralité carbone à horizon 2050 (…) repose sur un recours à des technologies principalement existantes et dans une mesure limitée et raisonnable à des technologies très innovantes » (SNBC, 2020 : 10). Concrètement, la SNBC parie sur le fait que le capital et le travail pourront remplacer certaines fonctions planétaires remplies actuellement par des cycles géochimiques du globe, notamment par l’amélioration technologique. Prenons
  • 34. p. 31 comme exemple la séquestration du carbone. La SNBC espère à terme substituer partiellement les écosystèmes marins et forestiers dans la fonction de séquestration du carbone par le biais de prouesses technologiques. Effectivement, « Les technologies de capture et stockage du carbone (CSC) sont également mobilisées, dans le scénario de référence » (SNBC, 2020 : 186). Cependant, pour que ces technologies puissent voir le jour à grande échelle, de nombreux investissements sont nécessaires. C’est la raison pour laquelle le développement économique est la condition indispensable de possibilité de progrès techniques et technologiques. En effet, plus la croissance économique sera importante, plus les investissements le seront, et plus de progrès technologiques verront le jour. Ce cercle vertueux est une prémisse fondamentale de l’économie orthodoxe en matière de croissance. À l’instar de cette logique, la SNBC se dote d’orientations de politiques publiques en matière d’« économie » et de « recherche et d’innovation » dans le but de « favoriser les investissements dans des projets favorables à la transition bas-carbone » (SNBC, 2020 : 66) et ainsi financer la transition. 2.1.2.2 Internalisation des externalités La deuxième grande stratégie préconisée par les défenseurs de la croissance verte consiste à faire payer directement les pollueurs pour que ces derniers « verdissent » leurs activités. Cette stratégie s’appelle « l’internalisation des externalités » et repose sur le principe du « pollueur- payeur ». Tout d’abord, que voulons-nous dire par externalités ? Il y a externalité « lorsque l’activité de production d’un agent a une influence sur le bien-être d’un autre sans qu’aucun ne reçoive ou ne paye une compensation pour cet effet » (Sautereau et al., 2016). Ces externalités peuvent être positives (bénéficiaire de l’externalité) ou négatives (victimes de l’externalité). La pollution à travers le monde est un exemple typique d’externalité négative dans la mesure où les activités de production (de certains agents économiques) influencent le bien être (pollution de l’air, nuisances sonores, émissions de GES) sans qu’aucun (collectivités, citoyens) ne
  • 35. p. 32 reçoivent de compensation à cet effet. « L’internalisation des externalités » est donc une stratégie politico-économique cherchant à minimiser tout type d’externalités (positives ou négatives). Concrètement, cette mesure vise à rendre plus dispendieux le coût d’utilisation d’un facteur de production, quel qu’il soit (travail, investissement ou ressource naturelle) de sorte à réduire son usage. Un exemple courant de ce principe « d’internalisation des externalités » suppose de taxer les énergies fossiles afin d’inciter les agents économiques à améliorer l’efficacité de leur procédé ou à se tourner vers des énergies renouvelables de telle sorte que les émissions de CO2 diminuent. En outre, « l’internalisation des externalités » encourage les consommateurs à se diriger vers d’autres sources d’énergie étant donné que l’indicateur prix leur sera favorable. C’est ici tout le principe de la fameuse « taxe carbone », qui suppose de taxer l’utilisateur des énergies fossiles (produits pétroliers, charbon, gaz) dans le but de pousser l’utilisateur à s’orienter vers des alternatives plus « vertes » (Novethic, 2020). Par ailleurs, un second dispositif de cette stratégie « d’internalisation des externalités » n’est autre que le marché du carbone européen, également nommé « systèmes d’échanges de quotas d’émissions ». Ce marché mis en œuvre en 2005 est censé mesurer, contrôler et réduire les émissions industrielles (ministère de la transition écologique, 2021). Les gouvernements distribuent aux entreprises un nombre limité de quotas d’émissions de CO2. Le mécanisme permet aux agents économiques de s’échanger des quotas d’émissions sur une période donnée. Ces quotas constituent donc un droit de pollution pour les organisations en possédant (Novethic, 2020). En somme, le marché carbone constitue la pierre angulaire de la stratégie « d’internalisation des externalités » de l’Europe.
  • 36. p. 33 Au sein de ses orientations de politiques publiques9 , la SNBC suggère d’appliquer cette stratégie d’internalisation des externalités à travers ses orientations de politiques économiques en ce qui concerne la taxe carbone : « Orientation ECO 1 : adresser les bons signaux aux investisseurs, notamment en termes de prix du carbone, et leur donner la visibilité nécessaire sur les politiques climatiques » (SNBC, 2020 : 65). Ainsi que « l’orientation ECO3 : soutenir les actions européennes et internationales en matière de finance et de prix du carbone cohérents avec l’accord de Paris » (SNBC, 2020 : 66). 2.1.3 Conclusion La France a donc opté pour une stratégie de croissance verte pour atteindre ses objectifs. Il est alors question de maintenir la croissance économique du pays sans contribuer à la destruction écologique. Cela dit, la SNBC promeut la transformation de notre système économique vers un modèle circulaire et durable. Effectivement, la croissance verte est de nos jours la stratégie la plus prisée par nos décideurs politiques pour la raison qu’elle n’implique que de légères transformations du système socio-économique dans son ensemble. Les appellations varient, développement durable, croissance verte, économie circulaire, toutefois la logique reste la même, il est question de découpler la croissance économique et les différentes pressions environnementales qui régissent notre monde, notamment par des stratégies de « substitution entre facteurs de production ». Cette stratégie est souvent soutenue par les principes de l’économie circulaire pour diminuer la quantité de matière première prélevée. Mais aussi par des stratégies « d’internalisation des externalités », notamment via la logique du « pollueur- payeur » dans le but d’augmenter le coût d’usage d’un facteur de production et d’inciter les agents à s’orienter vers des alternatives plus « propres ». 9 Se référer au chapitre « orientations de politiques publiques » au chapitre 1.
  • 37. p. 34 2. 2 Quelle transition ? Nous l’aurons compris, c’est bien une logique de croissance verte qui pilote la SNBC. Demandons-nous désormais quelle est la démarche suivie par les concepteurs de cette stratégie. Pour répondre à cette question, nous allons prendre appui sur un travail de modélisation des processus de transition écologique élaboré par Aurélien Bouteau et Philippe Jury. 2. 2. 1 Deux écoles de pensées : transition management et transition résilience Bouteau et Jury ont distingué deux écoles de pensées en matière de gestion de la transition. Leurs travaux mettent en l’avant le rôle des agents dans la transition de macro-système. Selon eux, il est possible d’orienter les phénomènes de transition vers des régimes souhaités. Quant à cette orientation, deux positions s’affrontent. Une première, émergent des sciences politiques, se demandant comment transformer les systèmes sociotechniques par des politiques publiques et des méthodes de gestion, couramment appelée la transition management. Une seconde, plus récente, arrivant tout droit des sciences de la nature et de l’environnement, qui se demande comment améliorer la résilience des systèmes complexes, notamment par des initiatives de transition microlocales, appelée la transition résilience. (Bouteau et al, 2012). - Transition management : Il s’agit « d’un système de gouvernance à la fois itératif et participatif, en partant du principe qu’il est possible d’orienter les phénomènes de transition » (Bouteau et al, 2012 : 8). Effectivement, Bouteau et Jury définissent le processus se situant entre la logique de marché et la logique de planification étatique, tout en conciliant les avantages des deux systèmes. Le rôle de l’État est donc d’accompagner les transitions des différents systèmes sociotechniques par des politiques publiques et des mécanismes économiques. En définitive, les institutions
  • 38. p. 35 pilotant le changement du transition management sont les organisations étatiques et les entreprises, marchant main dans la main pour construire le nouveau régime. - Transition résilience : ce mouvement est inspiré par l’étude des systèmes naturels. C’est une perspective davantage écologique, car elle part du constat que la catastrophe écologique en cours fournit l’opportunité d’engager un grand virage dès à présent. À l’inverse de la transition management qui est un phénomène de transition linéaire, basé sur une nécessité de croissance économique permettant de financer la transition, la transition résilience imagine la transition comme étant un phénomène cyclique basé sur les sciences du vivant. Ce mouvement imagine la transition vers des sociétés post- carbone en renforçant la résilience des sociétés, notamment par la relocalisation de la production au niveau de la consommation, à des échelles microlocales (Bouteau et al., 2012). Ce qui nous amène à nous demander de laquelle de ces deux démarches se rapproche le plus la SNBC. 2. 2. 2 La transition management de la France : la SNBC De manière opérationnelle, la transition management « se présente comme un processus cyclique et itératif d’apprentissage collectif, géré par une équipe de représentants du gouvernement et d’experts et structuré autour de quatre instruments : 1) Des arènes de la transition ; 2) Des objectifs de durabilité à long terme (visions) traduits en images du futur et en chemin de transition ; 3) Des projets innovants considérés comme des expérimentations ; 4) Une évaluation permanente de l’ensemble. » (Boulanger, 2008 : 5)
  • 39. p. 36 La première étape n’est autre que celle de la constitution des arènes de la transition, notamment par la création de groupes de travail et de comités d’experts, visant à réunir l’ensemble des acteurs concernés. L’objectif est d’obtenir une vue d’ensemble la plus exhaustive possible des connaissances et des opinions de chacun. La SNBC quant à elle, a généré ses propres arènes de transition vers des sociétés bas-carbone. La première partie de notre étude est éclairante à ce propos10 . De nombreuses concertations des parties prenantes et du public ont permis d’enrichir le débat, de nourrir la discussion afin que chacun puisse s’exprimer. Cette étape est particulièrement cruciale dans une perspective de transition management, l’objectif est que tout le monde puisse s’exprimer librement afin de développer une vision collectivement acceptée qui érigera le fondement du processus de gouvernance. L’enjeu essentiel de cette étape est donc lié à la représentativité des parties prenantes. Pour fonctionner adéquatement, il faut opposer tous les acteurs, même ceux avec une idéologie radicalement opposée. En pratique pour la SNBC, les arènes de la transition ont bien pris place, néanmoins il nous semble que la diversité des parties prenantes invitées n’était pas si évidente. Dans le cadre d’un vaste débat public organisé par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), de nombreux intervenants (entreprises, syndicats, ONG, représentants politiques, etc.) ont été invités à débattre autour de onze « ateliers d’informations et de controverses »11 . Suite à la visualisation de l’ensemble de ces ateliers, nous sommes arrivés à une conclusion frappante : les opinions politiques de l’ensemble des acteurs invités sont sensiblement les mêmes. Il devient alors difficile de caractériser ces ateliers « de controverse » étant donné les ressemblances de point de vue entre la vision des acteurs. Il est donc surréaliste de penser qu’un individu 10 voir section : « une stratégie issue d’un travail collectif ». 11 Les ateliers d’informations et de controverses sont disponibles ici : https://cpdp.debatpublic.fr/cpdp- ppe/ateliers-dinformation-controverse.html
  • 40. p. 37 défendant des idées décroissancistes puisse être invité à s’exprimer dans le cadre de ce débat public tant son opinion politique se situe en contradiction avec la vision dominante. Car s’il y a bien une thématique évidente qui n’a pas été une seule fois remise en cause, c’est bel et bien la nécessité de croissance économique dans la transition énergétique de la France. En fin du compte, cette première étape de constitution des arènes de transition, bien que cruciale dans une perspective de transition management, nous semble pour le moins discutable. Ce n’est pas tant la volonté de régler les enjeux écologiques par des politiques publiques qui est problématique, ni la création de différents groupes permettant d’alimenter la discussion, mais bien l’éviction d’une certaine partie des Français dans l’élaboration de la SNBC. En effet Bouteau et Jury ont identifié les limites relatives à la transition management : « les arènes de transition constituent le cœur du processus de gouvernance. Or pour fonctionner correctement, elles doivent être constituées à la fois de personnalités ouvertes à la prospective et au dialogue, mais aussi représentatives des différents intérêts en jeu. Il semble que ces deux dimensions soient difficiles à concilier dans la réalité, d’autant qu’une réelle représentativité nécessite de mettre autour de la table des acteurs dont les intérêts peuvent être radicalement opposés, ce qui génère alors une autre difficulté : il peut dans certains cas devenir quasiment impossible de faire converger les points de vue et les visions d’un futur souhaitable. » (Bouteau et al., 2012 : 13) Pour faire écho à ces propos, il nous semble alors clair qu’un choix de vision stratégique a été fait en amont du processus de création. En effet, la croissance économique, apparemment incontestable, moteur de la destruction de notre environnement, servira toujours de locomotive pour la transition énergétique de la France, du moins pour le moment. Mais, revenons au processus cyclique et itératif du transition management défini par Boulanger. La seconde phase du processus résulte des discussions et propositions découlant des arènes de
  • 41. p. 38 la transition. Dans le cas de la SNBC, c’est la formulation d’une vision de soutenabilité et l’élaboration d’un agenda de la transition menant la neutralité carbone à l’horizon 2050. Le travail des arènes vise à déterminer des objectifs en matière de transition, puis à imaginer un cheminement permettant d’atteindre ces objectifs via un agenda de transition. C’est précisément le rôle des budgets carbone qui formulent des trajectoires à suivre par secteurs (systèmes sociotechniques) et constituent un agenda à respecter si la France souhaite atteindre son objectif final de carboneutralité en 2050. En bref, le document de référence que nous analysons est bel est bien le résultat de cette deuxième étape du transition management. Il s’agit « d’un programme d’action qui vise surtout à coordonner les actions des acteurs pour faire en sorte d’entamer une transition nouvelle » (Boulanger, 2008 : 6). Les actions imaginées et entreprises répondent donc à la vision proposée par les arènes de la transition, c’est-à-dire une vision purement économique. C’est donc manifestement grâce à des outils économico-politiques (taxes, subventions, normes, etc.) que la SNBC tente de répondre aux enjeux soulevés à travers son programme (Legué, 2020). La troisième et quatrième étape de Boulanger, respectivement, la stimulation des innovations (sociales et techniques) ainsi que l’évaluation et le suivi du processus, nous intéressent moins dans le cadre de notre analyse. Il est tout même intéressant de noter que la SNBC s’intègre parfaitement à travers ces deux dernières étapes, ce qui conforte notre hypothèse selon laquelle la SNBC suit la démarche du transition management que nous étayons depuis le début de cette section. 2. 2. 3 Conclusion La SNBC est donc une stratégie de croissance verte suivant une démarche de transition management. Nous pouvons associer à cette hypothèse ce qu’André Gorz nomme l’approche scientifique de l’écologie, qui cherche à établir les « conditions et limites dans lesquelles le développement peut-être poursuivi sans compromettre la capacité auto génératrice de
  • 42. p. 39 l’écosphère » (Gorz, 1974). Cette approche reconnaît la nécessité de ralentir la destruction de l’écosystème naturel sans toutefois rompre radicalement avec l’industrialisation. Les politiques publiques administrées à travers la transition management tendent à « ménager » l’environnement. La prise en compte des contraintes écologiques par ce « management » renforce ce que Gorz appelle l’« hétérorégulation du fonctionnement de la société » (Gorz, 1974). C’est-à-dire que les politiques écologiques tendent à conduire à l’éco-compatibilité par des mesures administratives sans que changent nécessairement les comportements individuels. C’est notamment la logique de marché et l’industrialisation par l’extension du pouvoir techno- bureaucratique qui soutient la transition telle qu’elle est envisagée de nos jours (Gorz, 1974). Quant à la SNBC, elle participe à ériger les experts en tant que garant de la transition. Cette feuille de route est un document technocratique réservé à une caste d’érudits spécialisés trop souvent éloignés des réalités sociales. Effectivement, le courant du transition management nous a enseigné que c’est bien les entreprises et les États qui organisent la transition, une approche expertocratique s’opposant à l’écologie politique, une vision se rapprochant davantage de la transition résilience développée par Bouteau et Jury, qui imaginent une société gérée par les communautés dans le but d’améliorer l’autonomie et la résilience des collectivités. Maintenant que nous avons situé plus clairement la perspective dans laquelle s’inscrit la SNBC – croissance verte et transition management – il est temps de regarder de plus près quels sont ses premiers résultats, et de tenter de les comprendre. 2.3 Quels résultats provisoires ? Cette partie tentera de vérifier l’efficacité de cette stratégie de croissance verte planifiée à travers la SNBC. En pratique, il s’agira de nous demander si nous observons un découplage
  • 43. p. 40 entre l’activité économique enregistrée sur le territoire français et les émissions de GES produites sur le sol français. 2.3.1 Découplage absolu ? Nous allons tenter avec les moyens dont nous disposons d’effectuer une rapide analyse pour vérifier si le développement économique de la France est découplé de ses émissions de GES. Le graphique ci-dessous présente le portrait de l’évolution de la croissance du PIB en France. Commençons tout d’abord par observer la création de richesse en France sur la période de 1990 à 2018 (variable A). Figure 6 : Croissance du PIB (% annuel) - France Source : Données des comptes nationaux de la Banque mondiale et fichier de données des comptes nationaux de l'OCDE (Banque mondiale, 2021).
  • 44. p. 41 Nous pouvons clairement observer que la France a créé de la richesse nationale sur la totalité de la période, excepté en 1993 et 2008. En somme, le PIB de la France a augmenté en moyenne de 1,8%/an12 (Banque mondiale, 2021) de 1990 à 2018 et de 1,16%/an13 de 2005 à 2018 (ibid). Regardons dans un deuxième temps l’évolution des émissions de GES (variable B) de la France pour la période de 1990 à 2018. Ces données sont tirées du document de référence que nous analysons : la SNBC. Figure 7: Émissions de GES françaises (en MtCO2eq) Source : stratégie nationale bas carbone : 9 Il est très largement visible sur le graphique présenté ci-dessus que les émissions de GES de la France suivent une trajectoire à la baisse depuis 1990. La SNBC stipule explicitement : « Après une période de stabilité entre 1990 et 2005, ces politiques ont permis d’instaurer une baisse des 12 Moyenne du pourcentage par année de 1990 à 2018 selon les données de la banque mondiale. 13 Même calcul de 2005 à 2018.
  • 45. p. 42 émissions de -1,4 %/an en moyenne entre 2005 et 2017, soit -7,5 MtCO2eq/an en moyenne. » (SNBC, 2020 : 9). Les résultats que nous obtenons semblent à première vue relativement encourageants. Sur la période 2005 à 2018, le PIB français a crû de 1,12%/an alors que les émissions de GES ont diminué de -1,4%/an en moyenne. Selon ces chiffres, nous pouvons alors clairement observer l’existence d’un découplage absolu sur l’ensemble de la période étudiée. Il semblerait alors que la France ait réussi à découpler la croissance du PIB et ses émissions de GES. En outre, la SNBC affirme que les émissions nationales de la France ont décru de 2005 à 2018, alors que le PIB a quant à lui augmenté sur la même période. Selon cette perspective, la croissance économique est donc compatible avec la durabilité. Le découplage et la croissance verte, stratégies adoptées par la SNBC semblent porter leurs fruits. Cependant, cette décarbonation s’avère trop lente vis-à-vis des objectifs établis. Effectivement, le premier budget carbone de la SNBC (2015-2018) indique un dépassement important. Le document spécifie que « les émissions n’auraient décru que de -1,0% par an en moyenne entre 2015 et 2018, alors que le scénario SNBC 2015 projetait une diminution des émissions de - 2,2% par an en moyenne » (SNBC, 2020 : 39). En outre, le rythme de décarbonation de l’économie estimé par la SNBC soit de -6,0%/an en moyenne de 2019 à 2050 (SNBC, 2020 : 12) est largement supérieur à la tendance observée depuis 2005, à savoir -1,4%/an en moyenne. Cela dit, en dépit du fait que les résultats soient trop faibles par rapport aux objectifs fixés de la SNBC, un découplage absolu entre la croissance économique et les émissions de GES de serre de la France semble s’opérer lorsque l’on regarde les émissions territoriales. Mais, cette
  • 46. p. 43 manière de comptabiliser les émissions de CO2 associées à l’économie française est-elle adéquate ? 2. 3. 2 Il n’y a pas de croissance verte La méthodologie généralement partagée par les différents États, notamment la France, se base sur les mesures des émissions associées à la production territoriale ou nationale des pays par filière (résidentiel, transport, agriculture, industrie, déchets, etc.) (Jancovici, 2011). Par ailleurs, la SNBC préfère le terme de « secteurs » ou de « chantiers » à celui de « filières ». Pour autant, la logique reste la même. Il est question de segmenter les émissions nationales autour de sept secteurs (transports, bâtiments, agriculture, forêt-bois, industrie, production d’énergie et déchets)14 , et de calculer indépendamment les émissions liées à ces secteurs. La somme de ces sept filières nous donnera ce que l’on appelle le bilan national. Les propos de Jean-Marc Jancovici nous permettent de mieux saisir les enjeux qui découlent de cette méthodologie : « Ces inventaires comptabilisent donc les émissions géographiquement « domiciliées » au sein d’un pays donné. Ce que l’on appelle classiquement les « émissions par habitant », ce sont les émissions de cet inventaire national divisées par la population nationale. Elles ne reflètent pas nécessairement les habitudes de vie de manière réaliste, car elles reflètent plus la production domestique que la consommation domestique » (Jancovici, 2011 : 102). En dépit des avantages principaux de cette méthodologie, à savoir remplir sa fonction et mesurer ce qui se passe au sein d’un pays qui a pris des engagements en matière de durabilité, mais aussi comparer l’efficacité de certains secteurs d’activités entre les États (Jancovici, 2011), les inventaires nationaux présentent un inconvénient considérable : ils ne reflètent pas les habitudes de consommation réelle des Français. En tant qu’individus, nous ne consommons pas des « secteurs d’activité », mais bien des « produits et des services ». Dans une économie 14 Pour plus d’informations se référer au chapitre 1, voir section « orientations sectorielles ».
  • 47. p. 44 globalisée, les marchandises sont produites à plusieurs centaines, voire milliers de kilomètres des lieux de consommations. De fait, il devient fallacieux de ne pas comptabiliser les émissions de GES émises tout au long de la chaine de production des produits que nous consommons. Reprenons l’exemple de Jean-Marc Jancovici pour développer nos propos. Pour connaître les émissions associées à ce qui arrive dans nos assiettes : « il faut agréger les émissions de méthane des animaux et de protoxyde d’azote des champs (dans et hors du pays), y rajouter des émissions de transport, de fabrication du plastique et du carton utilisé pour les emballages, sans oublier la fabrication des tracteurs, des camions, la construction du supermarché, etc. » (Jancovici, 2011 : 111). Il est donc impossible d’utiliser l’inventaire national pour mesurer adéquatement l’impact réel que nous avons sur l’environnement à travers nos modes de vie tant les émissions associées aux marchandises sont atomisées à travers une multitude de territoires, le plus souvent à l’extérieur de la frontière nationale. Effectivement, les émissions liées aux importations des ménages ne sont pas comptabilisées, car elles ne sont pas produites directement sur le sol français. En outre, la deuxième lacune identifiée Jean Marc Jancovici est que les émissions liées aux transports internationaux ne sont rattachées à aucun pays (Jancovici, 2011). Pour prendre en compte ces émissions, il existe une méthodologie, plus pertinente, celle du bilan carbone, également appelé « empreinte carbone » dans le document que nous étudions. Cette nomenclature, contrairement à l’inventaire national, prend en compte la consommation finale des ménages. Autrement dit, elle mesure les émissions tout au long de la chaine de production. Ce ne sont plus simplement les émissions produites sur le territoire français, mais réellement les émissions rattachées à l’ensemble de la chaine de valeur d’un produit ou d’un service. Cette approche, prenant en compte les émissions associées aux importations, reflète de manière plus concrète la consommation réelle des Français.
  • 48. p. 45 Qu’observons-nous si nous adoptons cette méthodologie pour évaluer les résultats provisoires de la SNBC ? Figure 8 : Comparaison de l’empreinte carbone et de l’inventaire national Source : SNBC : 52 Rapporté au consommateur final, « l’empreinte carbone des Français (11,2 tonnes de CO2eq par personne) est légèrement supérieure à celle de 1995 (10,5 tonnes CO2eq par personne). En termes d’évolution, les émissions associées aux importations ont augmenté de 1,7% par an en moyenne depuis 2010, et les émissions du territoire métropolitain (ménages et activités économiques hors exportations) ont baissé de 1,6% par an en moyenne durant la même période » (SNBC, 2020 : 52). Comparativement à l’inventaire national, l’empreinte carbone donne indubitablement une image qui colle beaucoup mieux à la réalité de notre consommation
  • 49. p. 46 (Jancovici, 2011). Tandis que nous avons tendance à imaginer que les émissions de la France diminuent, les résultats du bilan carbone s’opposent à cette évidence. De 1995 à 2018, les émissions carbones (au sens de l’inventaire national) sont passées de 9,0 tonnes eq CO2 par personne à 6,4 tonnes eq CO2 par personne, soit une diminution de presque 30% sur la période. Ce qui pourrait nous laisser croire que nous sommes bien partis pour atteindre nos objectifs de durabilité. Mais, dans le même temps, l’empreinte carbone d’un français, est passée de 10,5 tonnes eq C02 par personne à 11,2 tonnes eq CO2 par personne, à savoir une augmentation d’environ 7%. Les résultats sont frappants, lorsque la méthodologie intègre les émissions associées aux importations, les émissions de GES des Français n’ont jamais cessé de croitre depuis 1995. Autrement dit, nous n’avons jamais autant émis de GES qu’aujourd’hui. L’existence d’un découplage absolu devient ipso facto illusoire. Nous pouvons donc affirmer qu’il n’existe pas de découplage de la croissance économique et des émissions de GES lorsque nous prenons en compte l’empreinte carbone des Français. Cette conclusion vient conforter celle du rapport publié par des chercheurs européens sur la question du découplage : « In light of the present review, we can safely conclude that there is no empirical evidence supporting the existence of a decoupling of the type described as necessary in the first section of this report – that is an absolute, global, permanent, and sufficiently fast and large decoupling of environmental pressures (both resources and impacts) from economic growth. (Parrique et al., 2019). 2. 3. 3 Conclusion
  • 50. p. 47 Au cours de cette section, nous avons donc démontré que la France est loin de réaliser une croissance verte, au moins si l’on considère la relation entre le PIB de ce pays et les émissions de GES associées à ses activités économiques. Effectivement, lorsque nous intégrons les émissions associées aux importations des Français, celles-ci continuent de croitre depuis 1990. Il n’y a donc pas de découplage absolu entre la croissance économique de la France et ses émissions de CO2. Les résultats présentés par l’empreinte carbone des Français indiquent une réalité dérangeante : « L’inconvénient de cette approche calée sur la consommation finale, c’est qu’elle souligne de manière brutale que le mirage technologique ne va pas suffire à faire diminuer les émissions sans modifications lourdes des habitudes » (Jancovici, 2011 : 125). Toutefois, la SNBC est une stratégie de long terme, elle parviendra peut-être à terme à atteindre la neutralité carbone en 2050. Néanmoins, de nombreuses raisons permettent d’en douter. L’ambition de la section suivante sera de proposer une série d’arguments en faveur de l’idée que ce découplage a très peu de chances de se réaliser à l’avenir. 2.4 Pourquoi cette stratégie risque-t-elle d’échouer ? 2050, c’est encore loin, diront certains ! Effectivement, au cours des décennies passées, une multitude de changements d’ordre technique, socioculturel et biophysique, entre autres, ont considérablement modifié les conditions d’existence de l’humanité. Par conséquent, bien que nous n’ayons pas encore réussi à dissocier la croissance économique et les pressions environnementales, le temps s’en chargera. Le capitalisme industriel parviendra certainement à substituer les facteurs de productions et à internaliser les externalités de telle sorte que les objectifs de durabilité soient atteints. Effectivement, l’économie orthodoxe estime que la raréfaction des ressources entraine une augmentation des prix, qui elle-même engendre une poussée dans les avancées technologiques. Selon cette règle, la raréfaction des ressources
  • 51. p. 48 permettrait de financer la transition. Dans la circonstance, aucune raison de s’en faire, l’efficience industrielle parviendra à terme à ce magistral découplage absolu. Néanmoins, cette vision à de grandes chances de se heurter un grand nombre de limites à la fois biophysiques et économiques. (Abraham, 2020). Tout au long de ce chapitre, il sera question de passer en revue les différents obstacles vers une croissance verte. Nous allons donc répondre à la question du « pourquoi » la France risque de prendre un retard conséquent sur l’ensemble de ses objectifs. La suite de cette analyse proposera une série d’arguments d’ordre biophysiques, économiques et sur lesquels la croissance verte panifiée à travers la SNBC risque de buter. 2.4.1 Des limites biophysiques 2.4.1.1 Limites des énergies renouvelables La stratégie de la SNBC en matière d’énergie fait le pari que les énergies renouvelables, possédant des caractéristiques physiques intrinsèquement limitées, se substitueront aux énergies fossiles sans aucune diminution de la capacité de production. Effectivement, les énergies renouvelables sont généralement moins polluantes et sont potentiellement inépuisables. C’est pourquoi la SNBC vise à remplacer progressivement les énergies fossiles et l’énergie atomique par des énergies renouvelables dans la production d’électricité (centrales éoliennes, panneaux photovoltaïques, centrales hydro-électriques et biomasse par la production de vapeur) ou de la chaleur (CSP, panneaux solaires, centrales géothermiques, biomasse) et ainsi répondre à nos besoins : se chauffer, se nourrir, se déplacer et communiquer (Cacoub, 2017). Or, en 2019, les hydrocarbures constituaient 80,79 % de l’énergie primaire mobilisée par les humains (Agence internationale de l’énergie, 2020), cette source d’énergie primaire présente
  • 52. p. 49 des avantages considérables sur les énergies renouvelables. Très concentrés, les hydrocarbures sont stockables, transportables et mobilisables à la demande. Sur ce terrain, les renouvelables présentent nombre d’inconvénients. Philippe Gauthier a identifié cinq enjeux relatifs aux énergies renouvelables qui causeront un retard considérable à la transition énergétique. Selon lui, les technologies existent, fonctionnent, cependant les objectifs internationaux sont trop élevés et les délais trop courts. Il affirme qu’au rythme actuel, la transition énergétique (à l’échelle globale) prendrait 363 ans. Les causes du retard sont liées à des obstacles physiques, des freins techniques et des contraintes sociales (Gauthier, 2018). L’espace Sur le terrain, les énergies renouvelables prennent plus d’espace que les fossiles, ce qui engendre des problèmes d’appropriation et d’industrialisation des habitats naturels et humains. D’après Gauthier, « Il faut environ 10 hectares de terrains pour installer 1 MW de panneaux solaires et 20 hectares pour installer 1 MW d’éoliennes (dans le cas des éoliennes, la population peut continuer d’occuper le territoire, mais cette cohabitation pose divers problèmes). Or, la croissance de consommation mondiale d’énergie est de 2000 TWh par année, soit 350 000 éoliennes de 2 MW. C‘est l’équivalent de couvrir 50 % des îles britanniques d’éoliennes chaque année, ou la moitié de la Russie en 50 ans » (Gauthier, 2018). Cette démonstration est faite à l’échelle internationale. Cependant, l’enjeu reste le même sur un territoire en particulier, la France subit de la même façon cet obstacle physique. Selon Bertrand Cassoret, il faudrait environ 5000 km² pour produire toute l’électricité française (et non toute l’énergie), c’est en gros l’équivalent d’un département. Il en faudrait grosso modo quatre fois plus pour produire toute l’énergie consommée en France (Cassoret, 2020 : 94).
  • 53. p. 50 Les ressources associées Les énergies renouvelables sont dépendantes d’une grande quantité de ressources (acier, béton, métaux rares, etc.). Or ces ressources ne sont pas inépuisables, l’écosystème terrestre comporte un stock fini de minéraux au même titre que les énergies fossiles. Certes, l’économie nous enseigne qu’il n’y aura pas d’épuisement, car la hausse des prix et la technologie permettront d’extraire des ressources plus pauvres et maintenir le niveau de production. Toutefois, l’exploitation de ces matériaux demandera plus d’énergie et plus de moyen financier (Bihouix, 2014). Effectivement, à court terme, nous ne pouvons pas parler d’obstacles physiques, mais cela pourrait le devenir. Par ailleurs, la question des ressources est certainement un frein technique et une contrainte sociale puisqu’il est difficilement envisageable de fonder la durabilité sur la dépossession de communautés vulnérables comme c’est déjà le cas dans certains pays d’Afrique (Binaki Bamangana, 2018). L’intermittence Un avantage avec l’électricité que nous consommons au quotidien en France, venant majoritairement du nucléaire et de l’hydro-électricité (ministère de la transition écologique et solidaire, 2020) est que nous pouvons la mobiliser quand bon nous semble. Les éoliennes et les panneaux photovoltaïques produisent de l’électricité de manière intermittente, lorsque le vent souffle pour les éoliennes et en journée pour les panneaux photovoltaïques, du moins tant que le soleil brille. Étant donné que l’électricité ne se stocke pas ou du moins, les technologies ne sont pas encore à un stade de maturité permettant de la stocker à grande échelle, elle doit donc être utilisée au moment de sa production. Il existe cependant une multitude de technologies permettant de stocker l’électricité (batteries, Power to gas, hydrogène, STEP, stockage inertiel, super condensateur). L’énergie renouvelable est donc stockable, néanmoins ces solutions sont
  • 54. p. 51 coûteuses, lourdes et parfois non rentables. Ces techniques ne permettent pas de répondre à la demande actuelle (Cacoub, 2017). Non-substituabilité Ce quatrième enjeu remet en cause le caractère de substituabilité des énergies renouvelables vis-à-vis des énergies fossiles. Effectivement, pour les raisons de stockage évoquées ci-dessus, l’électricité produite par les énergies renouvelables ne répond pas aux besoins de la machinerie lourde, des avions de ligne et du commerce maritime. En outre, certains procédés industriels, tout comme la production d’acier, de plastique et de fertilisants, entre autres, ne pourraient continuer de tourner sans énergies fossiles (Gauthier, 2018). Cette non-substituabilité résulte de la différence de concentration énergétique entre les énergies fossiles et les énergies renouvelables. D’après Greer, nous ne sommes pas menacés par un manque d’énergie, mais par un manque de concentration de l’énergie disponible (Greer, 2013). Les sources d’énergies renouvelables à l’inverse des énergies fossiles sont diffuses, c’est-à-dire que leur concentration à leur état naturel est faible. De fait, la conséquence d’une faible densité (concentration) énergétique est qu’une plus grande quantité de ressources et de matériaux est nécessaire afin de générer la même quantité d’énergie produite par les énergies fossiles (Cacoub, 2017). Le financement Enfin le dernier enjeu identifié par Philippe Gauthier est celui du financement. Les compagnies productrices d’énergies renouvelables reçoivent beaucoup de subventions, car elles ne sont pas rentables. Le manque de dispositif massif de stockage oblige les entreprises productrices à vendre le surplus aux voisins qui n’ont pas forcément besoin d’électricité à ce moment-ci. De fait, les entreprises sont obligées de baisser leurs prix pour être attractives. La différence entre le prix à la vente et le coût de revient est comblée par de nombreuses subventions