SlideShare une entreprise Scribd logo
Le travail de groupe en PGRO
Présenté par Christine Mallette
Aux journées internationales PGRO Paris
Août 2014
OBJECTIF
2
Démontrer comment le travail en groupe combiné à la thérapie individuelle favorise
le passage d’un schème relationnel conservateur sans beaucoup d’intimité à un schème
relationnel créateur où s’observe une plus grande capacité d’être intime.
En utilisant:
• Des outils de la PGRO
Micro-éléments du cycle thérapeutique
Reproduction - Reconnaissance - Réparation
• Des éléments des neuro-sciences
Principalement la régulation affective et la création de nouveaux circuits neuronaux
Contexte du travail en groupe
• 5 jours répartis sur 5 mois
• Ateliers structurés par des exercices
• Rôle de l’animatrice
• Participants en thérapie individuelle
3
ITINÉRAIRE
• Présentation de deux participants au début des ateliers
• Description et analyse de séquences d’interactions les impliquant
• Travail en thérapie individuelle de ces deux participants entre ces
séquences
• Expériences vécues par ces participants au sein du groupe
En résumé
• Présentation des deux participants après la série des 5 ateliers
• Mot de la fin sur le travail de groupe
4
PIERRE
• Homme de 48 ans, professionnel à son compte reconnu dans son
domaine, est en relation avec la même conjointe depuis l’adolescence,
père de deux enfants de 12 et 14 ans.
• Dilemme de contact où il est à la fois indispensable et intolérable
d’éteindre ses besoins et de se mettre au service de l’autre pour être en
lien.
• Depuis 3 ans, il se dit insatisfait de sa relation de couple.
• Son motif de consultation: malaise général dans sa vie.
• Rencontres de psychothérapie hebdomadaire ayant débutées il y a 6
ans.
5
JUDITH
• Femme de 40 ans sans enfant, célibataire vivant avec ses parents,
fonctionnaire exerçant sa profession auprès d’enfants de 5 à 10 ans.
• Dilemme de contact où il est à la fois indispensable et intolérable de
faire disparaître les différences pour être en lien.
• Depuis plusieurs mois aux prises avec une incapacité d’accepter des
personnes dans son entourage immédiat en raison de leur différence
d’attitude par rapport à la sienne.
• Son motif de consultation: Sa relation avec les hommes.
• Rencontres de psychothérapie depuis 8 ans; au départ, sporadiques;
depuis 2 ans, hebdomadaires. Son motif de consultation s’est orienté
vers sa capacité à développer des liens.
6
DEUX REPRODUCTIONS SIMULTANÉES
• Interaction au restaurant
• Les schèmes conservateurs se perpétuent
Pour Judith:
- Fonction Je: Elle envahit l’autre pour ne pas disparaître
- MRC: Représentation de soi «je suis celle qui a raison»
Représentation de l’autre «il doit être comme moi»
- Fonction Ça: La colère d’écraser l’autre et la peur de ne pas être entendue
Pour Pierre:
- Fonction Je: Il s’adapte
- MRC: Représentation de soi «je suis serviable»
Représentation de l’autre «l’autre a besoin d’aide»
- Fonction Ça: L’élan vers l’autre et l’irritation
7
ACTIVATION DES MÉMOIRES IMPLICITES
Judith
Je m’impose
L’autre doit penser comme moi
Je suis celle qui a raison
Colère vis-à-vis
l’autre
Pierre
Ignore irritation
S’adapte à l’autre
Je suis serviable
L’autre a besoin de mon aideÉlan vers l’autre
8
RECONNAISSANCE DE LA
REPRODUCTION de Pierre
• Rapporte son irritation en séance individuelle
• Validation de son émotion
• Reconnaissance de son schème conservateur
d’évitement
• Intériorisation du conflit
9
DÉBUT D’OUVERTURE D’UN SCHÈME CRÉATEUR
DÉBUT DE CRÉATION DE NOUVEAUX RÉSEAUX NEURONAUX
Interaction lors de l’atelier suivant: Pierre choisit Judith lors du premier exercice en dyade et lui
parle de ses réticences initiales envers elle (bien qu’il la protège, il y a une ouverture). Pour Judith, elle
est choisie en dépit de fortes résistances de la part de Pierre.
Impact sur Judith:
- Activation émotive optimale la sensibilise à un modèle de comportement différent du sien
- Représentation d’elle comme pouvant être choisie avec ses différences
- Représentation de l’autre qui ne pense pas comme moi pouvant me choisir
- Émergences de joie et d’excitation
Impact sur Pierre:
- Fonction Je: fortifié par l’accueil de Judith
- Représentation de soi comme capable de s’exprimer
- Représentation de l’autre qui peut être là pour moi
- Émergences positives d’être accueilli
10
ACTIVATION ÉMOTIVE DANS DES ZONES
POSITIVES AMORCE LA CONSTRUCTION D’UN
NOUVEAU RÉSEAU NEURONAL ET D’UN
SCHÈME CRÉATEUR pour Judith
• Reconnaissance de la reproduction mais à
partir de l’espace de plaisir d’une mini-
réparation connue avec Pierre (pour la première fois,
remet en question sa propension à rejeter l’autre facilement et sans
appel)
• Force de crédibilité amplifiée par le fait que
Pierre est un pair
11
NOUVELLE RECONNAISSANCE DE LA
REPRODUCTION pour Judith
• Interaction dans la salle d’attente (même reproduction
se répète - propos envahissants)
• Capacité de mentaliser accrue (imagine ce que Pierre
a pu ressentir - régule son sentiment de culpabilité - prend action)
• Changement dans la fonction Je (elle va s’excuser au
lieu de rejeter l’autre)
12
SUR-ACTIVATION ÉMOTIVE RAMÈNE PIERRE DANS UN SCHÈME
CONSERVATEUR
• Interaction lors du 4e atelier: «Au début, elle me tapait sur les nerfs...»
• Reconnaissance de la reproduction en session individuelle (pour Pierre):
- Fonction Je remet les ateliers en question
- Représentation de lui comme inapproprié d’exprimer ses émotions
- Représentation de l’autre comme ne pouvant tolérer d’être affecté
négativement par lui
- Émergence de la culpabilité
• Mini-réparation:
- Régulation affective
- Communication entre HD et HG en expliquant maladresse relationnelle
- Émergence inconsciente (colère) rendue consciente
13
MICRO-RÉPARATION POUR PIERRE ET
JUDITH
Interaction lors du 5e atelier:
Pierre exprime au groupe le désarroi qu’il a vécu suite à son partage sur son
expérience première avec Judith
Pour Pierre:
Fonction Je: il choisit de continuer à exprimer ses émotions
Représentation de lui comme sensible et faillible
Représentation de l’autre comme capable de le recevoir
Émergence de sentiment d’ouverture, d’intimité
Pour Judith:
Fonction Je: elle lui pardonne (comme il lui a pardonné lorsqu’elle s’est
excusée pour ses propos envahissants)
Représentation de soi comme pouvant susciter la considération d’autrui
même si je suis imparfaite
Représentation de l’autre comme pouvant m’accepter même s'il n’est parfois
pas d’accord avec moi
Émergence de joie de se sentir près de quelqu’un malgré des bris dans
l’harmonie relationnelle
Fin de l’analyse des interactions entre Pierre et Judith
14
INTÉGRATION D’UN SCHÈME CRÉATEUR POUR PIERRE DANS SES
CONTACTS AVEC LES AUTRES PARTICIPANTS
• Interactions lors des plénières:
- Il exprime être dérangé par coups de téléphone d’affaire d’une
participante
- Il exprime être agacé par ton monocorde et cérébral inférant manque
d’authenticité d’un autre participant
- On lui exprime qu’il donne des conseils qu’il ne suit pas
- On lui exprime qu’il est toujours dans la solution
• Impact lors et suite à ces interactions:
- Fonction Je exprime ses émotions
- Représentation de lui comme désiré autrement qu’en se mettant au
service de l’autre
- Représentation de l’autre comme plein de gratitude envers lui lorsqu’il
est vrai avec eux
- Émergences de sentiments d’être nourri dans son besoin de liens
authentiques
15
INTÉGRATION D’UN SCHÈME CRÉATEUR POUR JUDITH DANS SES
CONTACTS AVEC LES AUTRES PARTICIPANTS
• Interactions lors des plénières:
- Elle est à l’origine d’une IP (désir d’intimité et frustration de ne pouvoir
y accéder) mise au jour en groupe qui lui donne l’occasion de
s’accueillir dans l’acceptation générale
- Elle reçoit beaucoup de reflets positifs à l’effet qu’elle a une belle
personnalité et qu’elle devrait se montrer davantage
• Impacts lors et suite à ses interactions:
- Fonction Je: elle va vers plus d’ouverture
- Représentation de soi comme ayant une personnalité attirante
- Représentation de l’autre comme pouvant s’intéresser à elle
- Émergences d’acceptation et de plaisir malgré les différences
16
EN CONCLUSION
17
JUDITH
• Initie discussion intime avec une amie. Un froid s’était installé depuis
sept ans. Me rapporte que cette fois-ci elle a été capable d’entendre sa
colère.
• Elle pardonne à deux participants qui l’ont heurtée profondément en
partageant qu’elle les avait agacés et qui ont démontré être peinés
d’avoir été blessant dans leur façon de s’exprimer
18
Ouverture accrue à l’autre
Moi et l’autre pouvons être
différents et nous apprécier
Émergence du plaisir
dû à l’intimité
PIERRE
• Entre le 3e et le 4e atelier il dit à sa conjointe ce qu’il pense réellement
de leur relation, pour la première fois. Ne la protège pas en taisant ce
qu’il ressent. Partage le bouleversement de sa conjointe qui veut
ignorer la question mais lui dit qu’ils vont bien devoir le regarder.
19
Je suis authentique
Je suis quelqu’un qui a besoin de vrais liens
L’autre m’est précieux mais je ne peux pas
toujours lui éviter de souffrir
Satisfaction profonde d’être intègre
THÈMES GÉNÉRAUX OBSERVÉS DANS CE
TRAVAIL DE GROUPE
• Augmentation de l’estime de soi et diminution de la honte
• Niveau d’activation optimal et régulation affective dans un champ de
groupe au climat régulé
• Mise à l’épreuve de leur MRC avec perceptions partagées des différents
membres du groupe. La MRC semble passer d’une position clivée à une
position davantage intégrée
• Le groupe reprend le rôle du parent-miroir, semble faciliter une plus
grande acceptation des forces et des limites de chacun des participants
• Intériorisation du conflit
• Puissance des pairs comme source de croissance
• Mouvement du faux vers le vrai self
20
COMMENTAIRES DES PARTICIPANTS
• Ils ont été touchés par les reflets positifs et négatifs, les confidences et
l’écoute qu’ils ont reçus;
• ils ont vécu beaucoup d’intensité dans un climat fraternel et accueillant;
• ils ont réalisé que nous nous débattons tous avec des enjeux
semblables;
• ils ont tous développé la capacité et le goût de vivre plus d’intimité, des
relations plus authentiques.
21

Contenu connexe

Similaire à RIPGRO C Mallette Le Groupe

Ripgro 2014 groupe y.mairesse
Ripgro 2014 groupe y.mairesseRipgro 2014 groupe y.mairesse
Ripgro 2014 groupe y.mairesse
Cyrille BERTRAND
 
Programme le nouveau salon 2019-2020
Programme le nouveau salon 2019-2020Programme le nouveau salon 2019-2020
Programme le nouveau salon 2019-2020
Julia Peyron (Guerin)
 
Communication non-violente et médiation
Communication non-violente et médiationCommunication non-violente et médiation
Atelier 12-14 ans : Développer l'empathie et la bienveillance
Atelier 12-14 ans : Développer l'empathie et la bienveillance Atelier 12-14 ans : Développer l'empathie et la bienveillance
Atelier 12-14 ans : Développer l'empathie et la bienveillance
Thibaut TATRY
 
les base $de l'assertivité dans le domaine
les base $de l'assertivité dans le domaineles base $de l'assertivité dans le domaine
les base $de l'assertivité dans le domaine
abdelaziz yacef
 
Clin doeil CNV
Clin doeil CNVClin doeil CNV
Clin doeil CNV
Alain Ducass
 
Clindoeil processwork
Clindoeil processworkClindoeil processwork
Clindoeil processwork
Alain Ducass
 
Introduction à la Communication Non Violente
Introduction à la Communication Non ViolenteIntroduction à la Communication Non Violente
Introduction à la Communication Non Violente
Alexandre Martinez
 
Psychotherapie carl rogers
Psychotherapie carl rogersPsychotherapie carl rogers
Psychotherapie carl rogersgjmendietap
 
communication interpersonnelle 2022.pptx
communication interpersonnelle 2022.pptxcommunication interpersonnelle 2022.pptx
communication interpersonnelle 2022.pptx
pythagore2
 
L’estime de soi
L’estime de soiL’estime de soi
L’estime de soi
mauriceyoude
 
Ma Methode de Reussite par le Developpement Personnel - Yann GEFFROTIN
Ma Methode de Reussite par le Developpement Personnel - Yann GEFFROTINMa Methode de Reussite par le Developpement Personnel - Yann GEFFROTIN
Ma Methode de Reussite par le Developpement Personnel - Yann GEFFROTIN
Yann GEFFROTIN
 
La bienveillance & La communication non violente
La bienveillance & La communication non violenteLa bienveillance & La communication non violente
La bienveillance & La communication non violente
Cedric Komi ASSIGNON
 
Impact stress emotion_performance_conference_science_performance_tennis
Impact stress emotion_performance_conference_science_performance_tennisImpact stress emotion_performance_conference_science_performance_tennis
Impact stress emotion_performance_conference_science_performance_tennis
Gérard Vaillant
 
Groupe de Balint
Groupe de BalintGroupe de Balint
Groupe de Balint
Fabrice Aimetti
 
CV Motivationnel Saber Rebai
CV Motivationnel Saber Rebai CV Motivationnel Saber Rebai
CV Motivationnel Saber Rebai
Rebai4
 

Similaire à RIPGRO C Mallette Le Groupe (20)

Ripgro 2014 groupe y.mairesse
Ripgro 2014 groupe y.mairesseRipgro 2014 groupe y.mairesse
Ripgro 2014 groupe y.mairesse
 
Programme le nouveau salon 2019-2020
Programme le nouveau salon 2019-2020Programme le nouveau salon 2019-2020
Programme le nouveau salon 2019-2020
 
Les 7 habitudes
Les 7 habitudesLes 7 habitudes
Les 7 habitudes
 
Communication non-violente et médiation
Communication non-violente et médiationCommunication non-violente et médiation
Communication non-violente et médiation
 
Atelier 12-14 ans : Développer l'empathie et la bienveillance
Atelier 12-14 ans : Développer l'empathie et la bienveillance Atelier 12-14 ans : Développer l'empathie et la bienveillance
Atelier 12-14 ans : Développer l'empathie et la bienveillance
 
les base $de l'assertivité dans le domaine
les base $de l'assertivité dans le domaineles base $de l'assertivité dans le domaine
les base $de l'assertivité dans le domaine
 
Clin doeil CNV
Clin doeil CNVClin doeil CNV
Clin doeil CNV
 
Clindoeil processwork
Clindoeil processworkClindoeil processwork
Clindoeil processwork
 
115
115115
115
 
Les acteurs
Les acteursLes acteurs
Les acteurs
 
Introduction à la Communication Non Violente
Introduction à la Communication Non ViolenteIntroduction à la Communication Non Violente
Introduction à la Communication Non Violente
 
Psychotherapie carl rogers
Psychotherapie carl rogersPsychotherapie carl rogers
Psychotherapie carl rogers
 
communication interpersonnelle 2022.pptx
communication interpersonnelle 2022.pptxcommunication interpersonnelle 2022.pptx
communication interpersonnelle 2022.pptx
 
L’estime de soi
L’estime de soiL’estime de soi
L’estime de soi
 
Ma Methode de Reussite par le Developpement Personnel - Yann GEFFROTIN
Ma Methode de Reussite par le Developpement Personnel - Yann GEFFROTINMa Methode de Reussite par le Developpement Personnel - Yann GEFFROTIN
Ma Methode de Reussite par le Developpement Personnel - Yann GEFFROTIN
 
Les acteurs
Les acteursLes acteurs
Les acteurs
 
La bienveillance & La communication non violente
La bienveillance & La communication non violenteLa bienveillance & La communication non violente
La bienveillance & La communication non violente
 
Impact stress emotion_performance_conference_science_performance_tennis
Impact stress emotion_performance_conference_science_performance_tennisImpact stress emotion_performance_conference_science_performance_tennis
Impact stress emotion_performance_conference_science_performance_tennis
 
Groupe de Balint
Groupe de BalintGroupe de Balint
Groupe de Balint
 
CV Motivationnel Saber Rebai
CV Motivationnel Saber Rebai CV Motivationnel Saber Rebai
CV Motivationnel Saber Rebai
 

Plus de Cyrille BERTRAND

Implication15 iusmm
Implication15 iusmmImplication15 iusmm
Implication15 iusmm
Cyrille BERTRAND
 
JF Gravouil Le champ 1 et Neuro
JF Gravouil Le champ 1 et NeuroJF Gravouil Le champ 1 et Neuro
JF Gravouil Le champ 1 et Neuro
Cyrille BERTRAND
 
André Lapointe Le champ1
André Lapointe Le champ1André Lapointe Le champ1
André Lapointe Le champ1
Cyrille BERTRAND
 
Ripgro 2014 champ 3 t paris f.lafond et m p martorell
Ripgro 2014 champ 3 t paris f.lafond et m p martorellRipgro 2014 champ 3 t paris f.lafond et m p martorell
Ripgro 2014 champ 3 t paris f.lafond et m p martorell
Cyrille BERTRAND
 
Ripgro 2014 mentalisation a.mercier et c.martel paillard
Ripgro 2014 mentalisation a.mercier et c.martel paillardRipgro 2014 mentalisation a.mercier et c.martel paillard
Ripgro 2014 mentalisation a.mercier et c.martel paillard
Cyrille BERTRAND
 
Ripgro 2014 dépression p.van damme
Ripgro 2014 dépression p.van dammeRipgro 2014 dépression p.van damme
Ripgro 2014 dépression p.van damme
Cyrille BERTRAND
 
La psychothérapie du lien amoureux (paris 2014) v9
La psychothérapie du lien amoureux (paris 2014) v9La psychothérapie du lien amoureux (paris 2014) v9
La psychothérapie du lien amoureux (paris 2014) v9
Cyrille BERTRAND
 
A. clerget couple ri_pgro_2014
A. clerget couple ri_pgro_2014A. clerget couple ri_pgro_2014
A. clerget couple ri_pgro_2014
Cyrille BERTRAND
 
Ripgro 2014 depression d.noel
Ripgro 2014 depression d.noelRipgro 2014 depression d.noel
Ripgro 2014 depression d.noel
Cyrille BERTRAND
 

Plus de Cyrille BERTRAND (9)

Implication15 iusmm
Implication15 iusmmImplication15 iusmm
Implication15 iusmm
 
JF Gravouil Le champ 1 et Neuro
JF Gravouil Le champ 1 et NeuroJF Gravouil Le champ 1 et Neuro
JF Gravouil Le champ 1 et Neuro
 
André Lapointe Le champ1
André Lapointe Le champ1André Lapointe Le champ1
André Lapointe Le champ1
 
Ripgro 2014 champ 3 t paris f.lafond et m p martorell
Ripgro 2014 champ 3 t paris f.lafond et m p martorellRipgro 2014 champ 3 t paris f.lafond et m p martorell
Ripgro 2014 champ 3 t paris f.lafond et m p martorell
 
Ripgro 2014 mentalisation a.mercier et c.martel paillard
Ripgro 2014 mentalisation a.mercier et c.martel paillardRipgro 2014 mentalisation a.mercier et c.martel paillard
Ripgro 2014 mentalisation a.mercier et c.martel paillard
 
Ripgro 2014 dépression p.van damme
Ripgro 2014 dépression p.van dammeRipgro 2014 dépression p.van damme
Ripgro 2014 dépression p.van damme
 
La psychothérapie du lien amoureux (paris 2014) v9
La psychothérapie du lien amoureux (paris 2014) v9La psychothérapie du lien amoureux (paris 2014) v9
La psychothérapie du lien amoureux (paris 2014) v9
 
A. clerget couple ri_pgro_2014
A. clerget couple ri_pgro_2014A. clerget couple ri_pgro_2014
A. clerget couple ri_pgro_2014
 
Ripgro 2014 depression d.noel
Ripgro 2014 depression d.noelRipgro 2014 depression d.noel
Ripgro 2014 depression d.noel
 

RIPGRO C Mallette Le Groupe

  • 1. Le travail de groupe en PGRO Présenté par Christine Mallette Aux journées internationales PGRO Paris Août 2014
  • 2. OBJECTIF 2 Démontrer comment le travail en groupe combiné à la thérapie individuelle favorise le passage d’un schème relationnel conservateur sans beaucoup d’intimité à un schème relationnel créateur où s’observe une plus grande capacité d’être intime. En utilisant: • Des outils de la PGRO Micro-éléments du cycle thérapeutique Reproduction - Reconnaissance - Réparation • Des éléments des neuro-sciences Principalement la régulation affective et la création de nouveaux circuits neuronaux
  • 3. Contexte du travail en groupe • 5 jours répartis sur 5 mois • Ateliers structurés par des exercices • Rôle de l’animatrice • Participants en thérapie individuelle 3
  • 4. ITINÉRAIRE • Présentation de deux participants au début des ateliers • Description et analyse de séquences d’interactions les impliquant • Travail en thérapie individuelle de ces deux participants entre ces séquences • Expériences vécues par ces participants au sein du groupe En résumé • Présentation des deux participants après la série des 5 ateliers • Mot de la fin sur le travail de groupe 4
  • 5. PIERRE • Homme de 48 ans, professionnel à son compte reconnu dans son domaine, est en relation avec la même conjointe depuis l’adolescence, père de deux enfants de 12 et 14 ans. • Dilemme de contact où il est à la fois indispensable et intolérable d’éteindre ses besoins et de se mettre au service de l’autre pour être en lien. • Depuis 3 ans, il se dit insatisfait de sa relation de couple. • Son motif de consultation: malaise général dans sa vie. • Rencontres de psychothérapie hebdomadaire ayant débutées il y a 6 ans. 5
  • 6. JUDITH • Femme de 40 ans sans enfant, célibataire vivant avec ses parents, fonctionnaire exerçant sa profession auprès d’enfants de 5 à 10 ans. • Dilemme de contact où il est à la fois indispensable et intolérable de faire disparaître les différences pour être en lien. • Depuis plusieurs mois aux prises avec une incapacité d’accepter des personnes dans son entourage immédiat en raison de leur différence d’attitude par rapport à la sienne. • Son motif de consultation: Sa relation avec les hommes. • Rencontres de psychothérapie depuis 8 ans; au départ, sporadiques; depuis 2 ans, hebdomadaires. Son motif de consultation s’est orienté vers sa capacité à développer des liens. 6
  • 7. DEUX REPRODUCTIONS SIMULTANÉES • Interaction au restaurant • Les schèmes conservateurs se perpétuent Pour Judith: - Fonction Je: Elle envahit l’autre pour ne pas disparaître - MRC: Représentation de soi «je suis celle qui a raison» Représentation de l’autre «il doit être comme moi» - Fonction Ça: La colère d’écraser l’autre et la peur de ne pas être entendue Pour Pierre: - Fonction Je: Il s’adapte - MRC: Représentation de soi «je suis serviable» Représentation de l’autre «l’autre a besoin d’aide» - Fonction Ça: L’élan vers l’autre et l’irritation 7
  • 8. ACTIVATION DES MÉMOIRES IMPLICITES Judith Je m’impose L’autre doit penser comme moi Je suis celle qui a raison Colère vis-à-vis l’autre Pierre Ignore irritation S’adapte à l’autre Je suis serviable L’autre a besoin de mon aideÉlan vers l’autre 8
  • 9. RECONNAISSANCE DE LA REPRODUCTION de Pierre • Rapporte son irritation en séance individuelle • Validation de son émotion • Reconnaissance de son schème conservateur d’évitement • Intériorisation du conflit 9
  • 10. DÉBUT D’OUVERTURE D’UN SCHÈME CRÉATEUR DÉBUT DE CRÉATION DE NOUVEAUX RÉSEAUX NEURONAUX Interaction lors de l’atelier suivant: Pierre choisit Judith lors du premier exercice en dyade et lui parle de ses réticences initiales envers elle (bien qu’il la protège, il y a une ouverture). Pour Judith, elle est choisie en dépit de fortes résistances de la part de Pierre. Impact sur Judith: - Activation émotive optimale la sensibilise à un modèle de comportement différent du sien - Représentation d’elle comme pouvant être choisie avec ses différences - Représentation de l’autre qui ne pense pas comme moi pouvant me choisir - Émergences de joie et d’excitation Impact sur Pierre: - Fonction Je: fortifié par l’accueil de Judith - Représentation de soi comme capable de s’exprimer - Représentation de l’autre qui peut être là pour moi - Émergences positives d’être accueilli 10
  • 11. ACTIVATION ÉMOTIVE DANS DES ZONES POSITIVES AMORCE LA CONSTRUCTION D’UN NOUVEAU RÉSEAU NEURONAL ET D’UN SCHÈME CRÉATEUR pour Judith • Reconnaissance de la reproduction mais à partir de l’espace de plaisir d’une mini- réparation connue avec Pierre (pour la première fois, remet en question sa propension à rejeter l’autre facilement et sans appel) • Force de crédibilité amplifiée par le fait que Pierre est un pair 11
  • 12. NOUVELLE RECONNAISSANCE DE LA REPRODUCTION pour Judith • Interaction dans la salle d’attente (même reproduction se répète - propos envahissants) • Capacité de mentaliser accrue (imagine ce que Pierre a pu ressentir - régule son sentiment de culpabilité - prend action) • Changement dans la fonction Je (elle va s’excuser au lieu de rejeter l’autre) 12
  • 13. SUR-ACTIVATION ÉMOTIVE RAMÈNE PIERRE DANS UN SCHÈME CONSERVATEUR • Interaction lors du 4e atelier: «Au début, elle me tapait sur les nerfs...» • Reconnaissance de la reproduction en session individuelle (pour Pierre): - Fonction Je remet les ateliers en question - Représentation de lui comme inapproprié d’exprimer ses émotions - Représentation de l’autre comme ne pouvant tolérer d’être affecté négativement par lui - Émergence de la culpabilité • Mini-réparation: - Régulation affective - Communication entre HD et HG en expliquant maladresse relationnelle - Émergence inconsciente (colère) rendue consciente 13
  • 14. MICRO-RÉPARATION POUR PIERRE ET JUDITH Interaction lors du 5e atelier: Pierre exprime au groupe le désarroi qu’il a vécu suite à son partage sur son expérience première avec Judith Pour Pierre: Fonction Je: il choisit de continuer à exprimer ses émotions Représentation de lui comme sensible et faillible Représentation de l’autre comme capable de le recevoir Émergence de sentiment d’ouverture, d’intimité Pour Judith: Fonction Je: elle lui pardonne (comme il lui a pardonné lorsqu’elle s’est excusée pour ses propos envahissants) Représentation de soi comme pouvant susciter la considération d’autrui même si je suis imparfaite Représentation de l’autre comme pouvant m’accepter même s'il n’est parfois pas d’accord avec moi Émergence de joie de se sentir près de quelqu’un malgré des bris dans l’harmonie relationnelle Fin de l’analyse des interactions entre Pierre et Judith 14
  • 15. INTÉGRATION D’UN SCHÈME CRÉATEUR POUR PIERRE DANS SES CONTACTS AVEC LES AUTRES PARTICIPANTS • Interactions lors des plénières: - Il exprime être dérangé par coups de téléphone d’affaire d’une participante - Il exprime être agacé par ton monocorde et cérébral inférant manque d’authenticité d’un autre participant - On lui exprime qu’il donne des conseils qu’il ne suit pas - On lui exprime qu’il est toujours dans la solution • Impact lors et suite à ces interactions: - Fonction Je exprime ses émotions - Représentation de lui comme désiré autrement qu’en se mettant au service de l’autre - Représentation de l’autre comme plein de gratitude envers lui lorsqu’il est vrai avec eux - Émergences de sentiments d’être nourri dans son besoin de liens authentiques 15
  • 16. INTÉGRATION D’UN SCHÈME CRÉATEUR POUR JUDITH DANS SES CONTACTS AVEC LES AUTRES PARTICIPANTS • Interactions lors des plénières: - Elle est à l’origine d’une IP (désir d’intimité et frustration de ne pouvoir y accéder) mise au jour en groupe qui lui donne l’occasion de s’accueillir dans l’acceptation générale - Elle reçoit beaucoup de reflets positifs à l’effet qu’elle a une belle personnalité et qu’elle devrait se montrer davantage • Impacts lors et suite à ses interactions: - Fonction Je: elle va vers plus d’ouverture - Représentation de soi comme ayant une personnalité attirante - Représentation de l’autre comme pouvant s’intéresser à elle - Émergences d’acceptation et de plaisir malgré les différences 16
  • 18. JUDITH • Initie discussion intime avec une amie. Un froid s’était installé depuis sept ans. Me rapporte que cette fois-ci elle a été capable d’entendre sa colère. • Elle pardonne à deux participants qui l’ont heurtée profondément en partageant qu’elle les avait agacés et qui ont démontré être peinés d’avoir été blessant dans leur façon de s’exprimer 18 Ouverture accrue à l’autre Moi et l’autre pouvons être différents et nous apprécier Émergence du plaisir dû à l’intimité
  • 19. PIERRE • Entre le 3e et le 4e atelier il dit à sa conjointe ce qu’il pense réellement de leur relation, pour la première fois. Ne la protège pas en taisant ce qu’il ressent. Partage le bouleversement de sa conjointe qui veut ignorer la question mais lui dit qu’ils vont bien devoir le regarder. 19 Je suis authentique Je suis quelqu’un qui a besoin de vrais liens L’autre m’est précieux mais je ne peux pas toujours lui éviter de souffrir Satisfaction profonde d’être intègre
  • 20. THÈMES GÉNÉRAUX OBSERVÉS DANS CE TRAVAIL DE GROUPE • Augmentation de l’estime de soi et diminution de la honte • Niveau d’activation optimal et régulation affective dans un champ de groupe au climat régulé • Mise à l’épreuve de leur MRC avec perceptions partagées des différents membres du groupe. La MRC semble passer d’une position clivée à une position davantage intégrée • Le groupe reprend le rôle du parent-miroir, semble faciliter une plus grande acceptation des forces et des limites de chacun des participants • Intériorisation du conflit • Puissance des pairs comme source de croissance • Mouvement du faux vers le vrai self 20
  • 21. COMMENTAIRES DES PARTICIPANTS • Ils ont été touchés par les reflets positifs et négatifs, les confidences et l’écoute qu’ils ont reçus; • ils ont vécu beaucoup d’intensité dans un climat fraternel et accueillant; • ils ont réalisé que nous nous débattons tous avec des enjeux semblables; • ils ont tous développé la capacité et le goût de vivre plus d’intimité, des relations plus authentiques. 21