SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  23
Accès à l’eau et usages militants
du droit
Etude de cas à Soweto
Point de départ:
interrogation générale sur le droit à l’eau
• Droit à l’eau, objet de débats depuis le début des années
2000…
• … Aujourd’hui, droit reconnu par l’Assemblée générale
des Nations unies (juillet 2010) et le Conseil des droits de
l’Homme (septembre 2010).
• Quelle effectivité du droit à l’eau? A quoi peut servir le
droit à l’eau quand, pour une majorité d’acteurs, les
préoccupations se posent en termes de gouvernance et
de régulation, ou constituent des défis techniques et
financiers ?
Questions posées par l’étude
• Vérifier l’hypothèse selon laquelle la justiciabilité
des droits sociaux, i.e. la possibilité de les invoquer
devant les tribunaux, améliore leur effectivité.
• Le recours aux tribunaux est-il une manière
efficace de faire évoluer les politiques dans un sens
plus « pro-poors »?
• Terrain d’étude: Afrique du sud/Constitution
reconnaît le droit à l’eau; Johannesburg/Soweto: 1er
procès emblématique basé sur ce droit.
Contexte national/services d’eau
• 1994: abolition de l’apartheid/régime démocratique
• en 1994, 13 millions de personnes privées d’eau potable et 21 millions de
solutions d’assainissement
• Une constitution progressiste qui reconnaît le droit à l’eau
• Réforme d’ampleur du secteur de l’eau à l’échelle nationale
• Politique de l’eau gratuite adoptée en 2000 et mise en œuvre déléguée
aux municipalités dès 2001
• Deux programmes de développement contrastés:
– RDP (1994): gommer les inégalités, redistribuer les richesses, développer
l’accès aux services
– GEAR (1996): réduction du déficit budgétaire, politique systématique de
recouvrement des coûts et d’autofinancement dans le secteur des services
essentiels. Résultats: augmentation brutale des prix/déconnexions massives
• 3 types de « durabilités » imposées par l’Etat : environnementale
(préservation de la ressource), financière (équilibre financier et
recouvrement des coûts) et social (accès pour tous /droit à l’eau).
Le défi des années post
apartheid/milieu urbain
• Différenciation de l’accès aux services selon les races (chiffres
1995):
– 67 % des africains ont accès à l’eau via une connexion domiciliaire au
réseau contre 97 % pour les blancs (100 % des coloured et indiens) ;
– 29 % des noirs ont accès à l’eau via une connexion extérieure (3 %
des blancs, 0 % pour les autres groupes), et
– 4 % accèdent à l’eau via une borne-fontaine, un kiosque ou un puits,
contre 0 % pour l’ensemble des autres groupes.
• Problème de non paiement massif dans les townships. Ex:
seulement 10% de l’eau produite et distribuée était payée à
Soweto en 2000. (culture du non paiement vs capacité)
= Service inégalitaire et hétérogène à l’échelle des municipalités
En 2000, sur les trois millions de personnes vivant à Johannesburg:
• 1 million de personnes/ revenus moyens et hauts = connexions individuelles et
compteurs classiques. Paiement de l’eau au prorata de la consommation réelle. taux de
paiement évalué à 85 % ;
• 1 million de personnes/ revenus faibles, vivant principalement à Soweto/ sans
compteurs. jusqu’en 2004, tarification établie au forfait (sur une base de
consommation estimée à 20 m3/mois montant de 125 ZAR. taux de paiement de 10%
• 1 million de personnes pauvres vivant dans des quartiers informels /service minimum
gratuitement via des camions ou des bornes-fontaines communales. service gratuit.
• service très hétérogène et inégalitaire à l’échelle de la ville
=défi technique et économique.
Accès à l’eau à JHB à la fin des années
1990
La réponse au défi urbain à l’échelle de
JHB: Projet Gcin’Amanzi
• Création de JW en 2000 engagée dans un contrat de gestion de 5 ans avec Suez
• Deux préoccupations majeures :
– environnementale (préservation de la ressource)
– économique (réduire les pertes physiques, en améliorant les infrastructures, et les pertes
commerciales, en installant des compteurs à prépaiement).
• 2003, lancement d’une vaste opération de rénovation des réseaux visant à
homogénéiser les services d'eau à l'échelle de la municipalité : l’Operation
Gcin’Amanzi’ (OGA)
• installation de 170 000 compteurs à prépaiement soit environ 32 % des
connexions de la ville et 67,5 % des connexions dénombrées dans les townships:
plus important projet d’utilisation massive de compteurs à prépaiement dans le
monde
• coût initial estimé à 700 M ZAR.
Tableau 1. Pertes physiques et commerciales estimées à Johannesburg (2004)
Pertes
physiques (%)
Pertes commerciales
(%)
‘Non-revenue water’ -
Pertes
Zones avec compteurs 9 10 19
Zones sans compteurs 11 58 69
Source : Johannesburg Water, 2004
Début des années 2000, Soweto cumulait deux problèmes d'ampleur :
• des fuites considérables dans les réseaux: 90 % des pertes physiques dans les zones
non pourvues de compteurs sont concentrées à Soweto.
• un taux de recouvrement des factures très faible (estimé à 10 %) et une dette
importante des ménages.
Pourquoi Soweto?
Contenu du projet OGA
• rénovation du réseau public d'eau /réduction des fuites dans les réseaux vétustes ;
• pour les ménages adhérant au projet, réparation des fuites, effacement des dettes
d’eau, pose d'un compteur à prépaiement, tarification avantageuse
• pour les ménages refusant d'adhérer au projet: maintien de la dette, installation d'un
point d'eau unique gratuit dans la parcelle. Eau fournie gratuitement, mais débit entre
6 m3 et 10 m3 réduit afin de maîtriser la consommation.
• Les foyers refusant l’installation d’un compteur à prépaiement et la rétrogradation au
deuxième niveau de services étaient déconnectés du réseau d'eau
• mise en place de points de vente / cartes prépayées.
• Projet/ 2 composantes essentielles :
• technique (rénovation des réseaux);
• Sociale (changement comportemental des citoyens pauvres).
Bilan technique vs bilan social (1)
Bilan technique (mai 2008)
Rénovation des réseaux JW a refait 116 km de réseau
Installation des compteurs à prépaiement 98 000
Consommation avant l’intervention 66 m3 d’eau par propriété et par mois
Consommation après l’intervention 12 m3 d’eau par propriété et par mois
Pourcentage d’utilisateurs n’achetant pas
d’eau au-delà de la provision en eau gratuite
(6 m3)
48 %
Coût mensuel moyen d’achat de l’eau ZAR 42,05
Montant facturé mensuellement avant
intervention (consommation au forfait)
ZAR 149
Réduction totale en termes d’achat d’eau à
Rand Water (51 mois, depuis juillet 2004)
Economie de 98 000 000 m3 d’eau
représentant un coût de ZAR 290 M
Bilan technique vs bilan social (2)
• Contestations nombreuses dès les prémices du projet, lancement du procès en
2006 et arrêt du projet en 2008
• Acceptation des compteurs à prépaiement problématique: entre 40 et 60 % des
98 000 compteurs installés ont été rendus hors d’usage par les résidents
• plus de 40 000 connections illégales ou bypass, soit 41 % des compteurs
installés
• plus de 4 000 compteurs vandalisés ou arrachés.
• échec en termes de « changement de comportement »: la municipalité n’est
pas parvenue à rendre les citoyens « responsables »
• Différenciation du niveau de services mal accepté dans le contexte sud africain
• Manque de considération des réalités socio-économiques de la zone ciblée
• Equité sociale et territoriale peu considérées
• Émergence de contestations dès 2004 contre l’installation des CPP et le volume d’eau
gratuite.
• Mouvements sociaux: création du Phiri Concerned Residents Forum (PCRF) et de la
Coalition Against Water Privatisation (CAWP) avec le soutien de l'Anti Privatisation
Forum (APF).
• Opération Vul’Amanzi : manifestations, distribution de pétitions, organisation de
réunions hebdomadaires d’information et de mobilisation, rebouchage des tranchées
creusées pendant les travaux de rénovation des réseaux, coupure des conduites
installées par JW, sabotage des compteurs à prépaiement, etc.
• Ampleur de la contestation difficile à mesurer mais 40 à 60 % des compteurs ont été
déconnectés illégalement à Soweto.
• En réponse, répression vigoureuse de la part de la municipalité et de la compagnie
d’eau : compagnies de sécurité privées, arrestations, affrontements avec la police, etc.
• Affaiblissement du fait des arrestations, des intimidations, des menaces émanant des
autorités ou des coupures d'eau pour les foyers refusant de coopérer avec le projet =
changement de stratégie
« La guerre de l’eau de Soweto »: de la
rue …
… aux tribunaux
• Dépôt d’une plainte en 2006 par 5 plaignants originaires de Phiri avec l’aide de mouvements
sociaux et d’un organisme de défense des droits de l’homme : naissance de l’affaire Mazibuko
• Objet de la plainte:
– Installation des CPP/ violation du droit à l’eau constitutionnel;
– insuffisance du volume d’eau gratuite (6 m3/mois/ménage) ;
– Remise en cause la méthode de ciblage des aides sociales ;
– caractère discriminatoire de la politique de l’eau.
• Les requérants demandent au tribunal d’ordonner à JW et à la municipalité de Johannesburg :
– d’offrir deux options techniques aux résidents, à savoir un compteur classique ou un compteur
à prépaiement,
– d’augmenter le volume d’eau gratuite de 25 l/personne/jour à 50 l/personne/jour en se
basant sur des recommandations émises par certains experts internationaux.
– Réforme du système d’aides sociales.
Un processus juridique long et
complexe
Décembre 2007 Première audition devant la High Court of Justice
Avril 2008 Décision:
- compteurs à prépaiement sont illégaux car non reconnus par les règlements
municipaux régulant le service d’eau à Johannesburg ;
- compteurs sont illégaux et inconstitutionnels car les résidents sont forcés de
les accepter
- la quantité d’eau gratuite fournie par la municipalité est trop faible compte
tenu de la taille des ménages pauvres.
- augmenter le volume de 25 l à 50 l/pers/jour et proposer systématiquement
aux usagers le choix entre des compteurs classiques et des compteurs à
prépaiement.
Mai 2008 Suspension du projet
Septembre 2008 La municipalité et JW font appel de la décision de la High Court.
Février 2009 Le cas est entendu devant la Supreme Court of Appeal.
Mars 2009 volume d’eau gratuite minimum: 42 l/jour/pers
illégalité des compteurs (et non inconstitutionnalité). choix entre des compteurs à
prépaiement ou à post paiement. deux ans sont donnés à la municipalité pour
réviser ses règlements municipaux relatifs aux compteurs à prépaiement et
corriger leur « illégalité ».
Septembre
2009
Appel par les deux parties prenantes, objectifs différents:
• plaignants, (i) restituer la première décision, (ii) demander une
réhabilitation de la norme de 50 l/pers/jour en termes de volume d’eau
gratuite minimum.
• partie adverse, faire annuler le volume exigé par la Supreme Court et
montrer que les compteurs à prépaiement ne sont pas illégaux.
Septembre
2009
Audition devant la Cour Constitutionnelle
Octobre 2009 Décision: rejet de l’ensemble des arguments des requérants
Arguments avancés:
• Jurisprudence/ concept de raisonnabilité
• Séparation des pouvoirs
• Défaite devant les tribunaux mais quid de
l’efficacité du processus juridique sur l’accès à l’eau
des urbains pauvres ?
• Reprise du projet début 2010: quels changements
opérés par la municipalité et la compagnie d’eau?
Des améliorations techniques et sociales
malgré la défaite juridique
Éléments soulevés
par le procès
Réponse apportée par la municipalité
Discrimination Projet d’installation de CPP dans toute la ville = politique plus inclusive
riches/pauvres
CPP CPP restent la pierre angulaire du projet mais son « plus sociaux »:
-en cas de coupure d’eau, débit minimum de 40 l/h avec une pression
faible/ résolution des problèmes liés aux déconnexions automatiques ;
- volume de sécurité de 1 000 litres peut être déclenché 4 fois par an
pour des raisons exceptionnelles. /incendies
- 2 000 litres d’eau supplémentaires peuvent être exceptionnellement
alloués en cas de besoins spéciaux /efficacité?
- points de vente démultipliés/ obj = faciliter l’achat d’eau et de
diminuer la contrainte du déplacement physique ;
- CPP plus performants: lecture des données à distance afin
d’améliorer le niveau de réponse en cas de problèmes, détecter des
fuites, produire des statistiques, etc.
Éléments soulevés
par le procès
Réponse apportée par la municipalité
Ciblage des aides
sociales (Expanded
Social
Package/2009)
• Permet de bénéficier de plus d’eau gratuite en fonction du niveau
de pauvreté (10, 12 ou 15m3 d’eau en fonction du niveau de
pauvreté)
• Tarification avantageuse au-delà du volume d’eau gratuite
• Ciblage plus inclusif en offrant un système de ciblage supposé plus
performant (ciblage des personnes et non des unités d’habitation):
régler le problème des « invisible poors »/ « backyard shacks » (en
moyenne, 2,5 ménages par unité d’habitation à Soweto)
Ingénierie
participative/
consultation des
usagers
• Communication, participation des usagers est un élément central
de la mise en œuvre de projets urbains
• Réflexion sur la procédure et le séquençage
Conclusion
• Nouveaux arrangements techniques et sociaux en réponse au procès
malgré la défaite en justice.
• Émergence de la figure de l’usager urbain pauvre.
• Un des principaux problèmes dans la construction des services
essentiels est politique/place des pauvres dans la ville
• L’usage militant du droit peut infléchir le débat politique et donner du
pouvoir à des groupes citadins pauvres.
• Le processus juridique a contraint les agents de la municipalité, de la
compagnie d’eau et les décideurs politiques à poser un regard critique
sur leur manière de « faire » la ville.
• Un exemple concret d’utilisation et d’effectivité du droit à l’eau.
MERCI!
Pour aller plus loin:
http://www.afd.fr/web
dav/site/afd/shared/PU
BLICATIONS/RECHERCH
E/Scientifiques/Focales
/10-Focales.pdf

Contenu connexe

Similaire à Ppt_Droit_à_l'eau.ppt

Colloque eau potable Burkina 2017-vergnet methodes innovantes cashless
Colloque eau potable Burkina 2017-vergnet methodes innovantes cashlessColloque eau potable Burkina 2017-vergnet methodes innovantes cashless
Colloque eau potable Burkina 2017-vergnet methodes innovantes cashlessIRCWASH
 
8 iniatives innovantes à retenir du Forum Mondial de l'Eau 2015
8 iniatives innovantes à retenir du Forum Mondial de l'Eau 20158 iniatives innovantes à retenir du Forum Mondial de l'Eau 2015
8 iniatives innovantes à retenir du Forum Mondial de l'Eau 2015open_resource by SUEZ
 
Micro projet kinkon
Micro projet kinkonMicro projet kinkon
Micro projet kinkonAxel Neymar
 
Colloque national sur la gestion de l'eau potable
Colloque national sur la gestion de l'eau potableColloque national sur la gestion de l'eau potable
Colloque national sur la gestion de l'eau potableIRC
 
Colloque eau potable Burkina 2017-dgep cade reglementaire
Colloque eau potable Burkina 2017-dgep cade reglementaireColloque eau potable Burkina 2017-dgep cade reglementaire
Colloque eau potable Burkina 2017-dgep cade reglementaireIRCWASH
 
Projet zorgh'eau
Projet zorgh'eauProjet zorgh'eau
Projet zorgh'eausorgho
 
blueEnergy 2013 - Les réalisations au Nicaragua
blueEnergy 2013 - Les réalisations au NicaraguablueEnergy 2013 - Les réalisations au Nicaragua
blueEnergy 2013 - Les réalisations au NicaraguaCethy Nmdfmll
 
Conférence Isam Shahrour "La ville intelligente pourquoi et avec qui ?."
Conférence Isam Shahrour "La ville intelligente pourquoi et avec qui ?."Conférence Isam Shahrour "La ville intelligente pourquoi et avec qui ?."
Conférence Isam Shahrour "La ville intelligente pourquoi et avec qui ?."Isam Shahrour
 
TrackFin results in Morocco
TrackFin results in MoroccoTrackFin results in Morocco
TrackFin results in MoroccoTrackFin
 
Water governance in morocco abdeslam ziyad, morocco
Water governance in morocco   abdeslam ziyad, moroccoWater governance in morocco   abdeslam ziyad, morocco
Water governance in morocco abdeslam ziyad, moroccoOECD Governance
 
Cdelhaye retour experience_perros-guirec
Cdelhaye retour experience_perros-guirecCdelhaye retour experience_perros-guirec
Cdelhaye retour experience_perros-guirecidealconnaissances
 
Cours assainissement
Cours assainissementCours assainissement
Cours assainissementHiba0Jouadri
 
la nouvelle politique de l’eau en Algérie
la nouvelle politique de l’eau en Algériela nouvelle politique de l’eau en Algérie
la nouvelle politique de l’eau en AlgérieBenslimanemahmoud
 
Rapport dinepa post matthew 3
Rapport dinepa post matthew 3Rapport dinepa post matthew 3
Rapport dinepa post matthew 3ucaduchon
 
L’eau dans les pays en développement : un marché à quel prix ? Quelles soluti...
L’eau dans les pays en développement : un marché à quel prix ? Quelles soluti...L’eau dans les pays en développement : un marché à quel prix ? Quelles soluti...
L’eau dans les pays en développement : un marché à quel prix ? Quelles soluti...Nancy BOVY
 

Similaire à Ppt_Droit_à_l'eau.ppt (20)

Colloque eau potable Burkina 2017-vergnet methodes innovantes cashless
Colloque eau potable Burkina 2017-vergnet methodes innovantes cashlessColloque eau potable Burkina 2017-vergnet methodes innovantes cashless
Colloque eau potable Burkina 2017-vergnet methodes innovantes cashless
 
8 iniatives innovantes à retenir du Forum Mondial de l'Eau 2015
8 iniatives innovantes à retenir du Forum Mondial de l'Eau 20158 iniatives innovantes à retenir du Forum Mondial de l'Eau 2015
8 iniatives innovantes à retenir du Forum Mondial de l'Eau 2015
 
Micro projet kinkon
Micro projet kinkonMicro projet kinkon
Micro projet kinkon
 
Colloque national sur la gestion de l'eau potable
Colloque national sur la gestion de l'eau potableColloque national sur la gestion de l'eau potable
Colloque national sur la gestion de l'eau potable
 
Colloque eau potable Burkina 2017-dgep cade reglementaire
Colloque eau potable Burkina 2017-dgep cade reglementaireColloque eau potable Burkina 2017-dgep cade reglementaire
Colloque eau potable Burkina 2017-dgep cade reglementaire
 
Projet zorgh'eau
Projet zorgh'eauProjet zorgh'eau
Projet zorgh'eau
 
blueEnergy 2013 - Les réalisations au Nicaragua
blueEnergy 2013 - Les réalisations au NicaraguablueEnergy 2013 - Les réalisations au Nicaragua
blueEnergy 2013 - Les réalisations au Nicaragua
 
Bulletin 02
Bulletin 02Bulletin 02
Bulletin 02
 
Conférence Isam Shahrour "La ville intelligente pourquoi et avec qui ?."
Conférence Isam Shahrour "La ville intelligente pourquoi et avec qui ?."Conférence Isam Shahrour "La ville intelligente pourquoi et avec qui ?."
Conférence Isam Shahrour "La ville intelligente pourquoi et avec qui ?."
 
TrackFin results in Morocco
TrackFin results in MoroccoTrackFin results in Morocco
TrackFin results in Morocco
 
Amélissa 35
Amélissa 35Amélissa 35
Amélissa 35
 
Water governance in morocco abdeslam ziyad, morocco
Water governance in morocco   abdeslam ziyad, moroccoWater governance in morocco   abdeslam ziyad, morocco
Water governance in morocco abdeslam ziyad, morocco
 
Cdelhaye retour experience_perros-guirec
Cdelhaye retour experience_perros-guirecCdelhaye retour experience_perros-guirec
Cdelhaye retour experience_perros-guirec
 
Cours assainissement
Cours assainissementCours assainissement
Cours assainissement
 
la nouvelle politique de l’eau en Algérie
la nouvelle politique de l’eau en Algériela nouvelle politique de l’eau en Algérie
la nouvelle politique de l’eau en Algérie
 
Adduction eau formation ufae
Adduction eau formation ufaeAdduction eau formation ufae
Adduction eau formation ufae
 
Rapport dinepa post matthew 3
Rapport dinepa post matthew 3Rapport dinepa post matthew 3
Rapport dinepa post matthew 3
 
Atelier du SCFP : Agir pour l'eau
Atelier du SCFP : Agir pour l'eauAtelier du SCFP : Agir pour l'eau
Atelier du SCFP : Agir pour l'eau
 
L’eau dans les pays en développement : un marché à quel prix ? Quelles soluti...
L’eau dans les pays en développement : un marché à quel prix ? Quelles soluti...L’eau dans les pays en développement : un marché à quel prix ? Quelles soluti...
L’eau dans les pays en développement : un marché à quel prix ? Quelles soluti...
 
003 NCWRM 2011 Zouggar_Morocco
003 NCWRM 2011 Zouggar_Morocco003 NCWRM 2011 Zouggar_Morocco
003 NCWRM 2011 Zouggar_Morocco
 

Ppt_Droit_à_l'eau.ppt

  • 1. Accès à l’eau et usages militants du droit Etude de cas à Soweto
  • 2. Point de départ: interrogation générale sur le droit à l’eau • Droit à l’eau, objet de débats depuis le début des années 2000… • … Aujourd’hui, droit reconnu par l’Assemblée générale des Nations unies (juillet 2010) et le Conseil des droits de l’Homme (septembre 2010). • Quelle effectivité du droit à l’eau? A quoi peut servir le droit à l’eau quand, pour une majorité d’acteurs, les préoccupations se posent en termes de gouvernance et de régulation, ou constituent des défis techniques et financiers ?
  • 3. Questions posées par l’étude • Vérifier l’hypothèse selon laquelle la justiciabilité des droits sociaux, i.e. la possibilité de les invoquer devant les tribunaux, améliore leur effectivité. • Le recours aux tribunaux est-il une manière efficace de faire évoluer les politiques dans un sens plus « pro-poors »? • Terrain d’étude: Afrique du sud/Constitution reconnaît le droit à l’eau; Johannesburg/Soweto: 1er procès emblématique basé sur ce droit.
  • 4. Contexte national/services d’eau • 1994: abolition de l’apartheid/régime démocratique • en 1994, 13 millions de personnes privées d’eau potable et 21 millions de solutions d’assainissement • Une constitution progressiste qui reconnaît le droit à l’eau • Réforme d’ampleur du secteur de l’eau à l’échelle nationale • Politique de l’eau gratuite adoptée en 2000 et mise en œuvre déléguée aux municipalités dès 2001 • Deux programmes de développement contrastés: – RDP (1994): gommer les inégalités, redistribuer les richesses, développer l’accès aux services – GEAR (1996): réduction du déficit budgétaire, politique systématique de recouvrement des coûts et d’autofinancement dans le secteur des services essentiels. Résultats: augmentation brutale des prix/déconnexions massives • 3 types de « durabilités » imposées par l’Etat : environnementale (préservation de la ressource), financière (équilibre financier et recouvrement des coûts) et social (accès pour tous /droit à l’eau).
  • 5. Le défi des années post apartheid/milieu urbain • Différenciation de l’accès aux services selon les races (chiffres 1995): – 67 % des africains ont accès à l’eau via une connexion domiciliaire au réseau contre 97 % pour les blancs (100 % des coloured et indiens) ; – 29 % des noirs ont accès à l’eau via une connexion extérieure (3 % des blancs, 0 % pour les autres groupes), et – 4 % accèdent à l’eau via une borne-fontaine, un kiosque ou un puits, contre 0 % pour l’ensemble des autres groupes. • Problème de non paiement massif dans les townships. Ex: seulement 10% de l’eau produite et distribuée était payée à Soweto en 2000. (culture du non paiement vs capacité) = Service inégalitaire et hétérogène à l’échelle des municipalités
  • 6. En 2000, sur les trois millions de personnes vivant à Johannesburg: • 1 million de personnes/ revenus moyens et hauts = connexions individuelles et compteurs classiques. Paiement de l’eau au prorata de la consommation réelle. taux de paiement évalué à 85 % ; • 1 million de personnes/ revenus faibles, vivant principalement à Soweto/ sans compteurs. jusqu’en 2004, tarification établie au forfait (sur une base de consommation estimée à 20 m3/mois montant de 125 ZAR. taux de paiement de 10% • 1 million de personnes pauvres vivant dans des quartiers informels /service minimum gratuitement via des camions ou des bornes-fontaines communales. service gratuit. • service très hétérogène et inégalitaire à l’échelle de la ville =défi technique et économique. Accès à l’eau à JHB à la fin des années 1990
  • 7.
  • 8. La réponse au défi urbain à l’échelle de JHB: Projet Gcin’Amanzi • Création de JW en 2000 engagée dans un contrat de gestion de 5 ans avec Suez • Deux préoccupations majeures : – environnementale (préservation de la ressource) – économique (réduire les pertes physiques, en améliorant les infrastructures, et les pertes commerciales, en installant des compteurs à prépaiement). • 2003, lancement d’une vaste opération de rénovation des réseaux visant à homogénéiser les services d'eau à l'échelle de la municipalité : l’Operation Gcin’Amanzi’ (OGA) • installation de 170 000 compteurs à prépaiement soit environ 32 % des connexions de la ville et 67,5 % des connexions dénombrées dans les townships: plus important projet d’utilisation massive de compteurs à prépaiement dans le monde • coût initial estimé à 700 M ZAR.
  • 9. Tableau 1. Pertes physiques et commerciales estimées à Johannesburg (2004) Pertes physiques (%) Pertes commerciales (%) ‘Non-revenue water’ - Pertes Zones avec compteurs 9 10 19 Zones sans compteurs 11 58 69 Source : Johannesburg Water, 2004 Début des années 2000, Soweto cumulait deux problèmes d'ampleur : • des fuites considérables dans les réseaux: 90 % des pertes physiques dans les zones non pourvues de compteurs sont concentrées à Soweto. • un taux de recouvrement des factures très faible (estimé à 10 %) et une dette importante des ménages. Pourquoi Soweto?
  • 10. Contenu du projet OGA • rénovation du réseau public d'eau /réduction des fuites dans les réseaux vétustes ; • pour les ménages adhérant au projet, réparation des fuites, effacement des dettes d’eau, pose d'un compteur à prépaiement, tarification avantageuse • pour les ménages refusant d'adhérer au projet: maintien de la dette, installation d'un point d'eau unique gratuit dans la parcelle. Eau fournie gratuitement, mais débit entre 6 m3 et 10 m3 réduit afin de maîtriser la consommation. • Les foyers refusant l’installation d’un compteur à prépaiement et la rétrogradation au deuxième niveau de services étaient déconnectés du réseau d'eau • mise en place de points de vente / cartes prépayées. • Projet/ 2 composantes essentielles : • technique (rénovation des réseaux); • Sociale (changement comportemental des citoyens pauvres).
  • 11.
  • 12. Bilan technique vs bilan social (1) Bilan technique (mai 2008) Rénovation des réseaux JW a refait 116 km de réseau Installation des compteurs à prépaiement 98 000 Consommation avant l’intervention 66 m3 d’eau par propriété et par mois Consommation après l’intervention 12 m3 d’eau par propriété et par mois Pourcentage d’utilisateurs n’achetant pas d’eau au-delà de la provision en eau gratuite (6 m3) 48 % Coût mensuel moyen d’achat de l’eau ZAR 42,05 Montant facturé mensuellement avant intervention (consommation au forfait) ZAR 149 Réduction totale en termes d’achat d’eau à Rand Water (51 mois, depuis juillet 2004) Economie de 98 000 000 m3 d’eau représentant un coût de ZAR 290 M
  • 13. Bilan technique vs bilan social (2) • Contestations nombreuses dès les prémices du projet, lancement du procès en 2006 et arrêt du projet en 2008 • Acceptation des compteurs à prépaiement problématique: entre 40 et 60 % des 98 000 compteurs installés ont été rendus hors d’usage par les résidents • plus de 40 000 connections illégales ou bypass, soit 41 % des compteurs installés • plus de 4 000 compteurs vandalisés ou arrachés. • échec en termes de « changement de comportement »: la municipalité n’est pas parvenue à rendre les citoyens « responsables » • Différenciation du niveau de services mal accepté dans le contexte sud africain • Manque de considération des réalités socio-économiques de la zone ciblée • Equité sociale et territoriale peu considérées
  • 14. • Émergence de contestations dès 2004 contre l’installation des CPP et le volume d’eau gratuite. • Mouvements sociaux: création du Phiri Concerned Residents Forum (PCRF) et de la Coalition Against Water Privatisation (CAWP) avec le soutien de l'Anti Privatisation Forum (APF). • Opération Vul’Amanzi : manifestations, distribution de pétitions, organisation de réunions hebdomadaires d’information et de mobilisation, rebouchage des tranchées creusées pendant les travaux de rénovation des réseaux, coupure des conduites installées par JW, sabotage des compteurs à prépaiement, etc. • Ampleur de la contestation difficile à mesurer mais 40 à 60 % des compteurs ont été déconnectés illégalement à Soweto. • En réponse, répression vigoureuse de la part de la municipalité et de la compagnie d’eau : compagnies de sécurité privées, arrestations, affrontements avec la police, etc. • Affaiblissement du fait des arrestations, des intimidations, des menaces émanant des autorités ou des coupures d'eau pour les foyers refusant de coopérer avec le projet = changement de stratégie « La guerre de l’eau de Soweto »: de la rue …
  • 15.
  • 16.
  • 17. … aux tribunaux • Dépôt d’une plainte en 2006 par 5 plaignants originaires de Phiri avec l’aide de mouvements sociaux et d’un organisme de défense des droits de l’homme : naissance de l’affaire Mazibuko • Objet de la plainte: – Installation des CPP/ violation du droit à l’eau constitutionnel; – insuffisance du volume d’eau gratuite (6 m3/mois/ménage) ; – Remise en cause la méthode de ciblage des aides sociales ; – caractère discriminatoire de la politique de l’eau. • Les requérants demandent au tribunal d’ordonner à JW et à la municipalité de Johannesburg : – d’offrir deux options techniques aux résidents, à savoir un compteur classique ou un compteur à prépaiement, – d’augmenter le volume d’eau gratuite de 25 l/personne/jour à 50 l/personne/jour en se basant sur des recommandations émises par certains experts internationaux. – Réforme du système d’aides sociales.
  • 18. Un processus juridique long et complexe Décembre 2007 Première audition devant la High Court of Justice Avril 2008 Décision: - compteurs à prépaiement sont illégaux car non reconnus par les règlements municipaux régulant le service d’eau à Johannesburg ; - compteurs sont illégaux et inconstitutionnels car les résidents sont forcés de les accepter - la quantité d’eau gratuite fournie par la municipalité est trop faible compte tenu de la taille des ménages pauvres. - augmenter le volume de 25 l à 50 l/pers/jour et proposer systématiquement aux usagers le choix entre des compteurs classiques et des compteurs à prépaiement. Mai 2008 Suspension du projet Septembre 2008 La municipalité et JW font appel de la décision de la High Court. Février 2009 Le cas est entendu devant la Supreme Court of Appeal. Mars 2009 volume d’eau gratuite minimum: 42 l/jour/pers illégalité des compteurs (et non inconstitutionnalité). choix entre des compteurs à prépaiement ou à post paiement. deux ans sont donnés à la municipalité pour réviser ses règlements municipaux relatifs aux compteurs à prépaiement et corriger leur « illégalité ».
  • 19. Septembre 2009 Appel par les deux parties prenantes, objectifs différents: • plaignants, (i) restituer la première décision, (ii) demander une réhabilitation de la norme de 50 l/pers/jour en termes de volume d’eau gratuite minimum. • partie adverse, faire annuler le volume exigé par la Supreme Court et montrer que les compteurs à prépaiement ne sont pas illégaux. Septembre 2009 Audition devant la Cour Constitutionnelle Octobre 2009 Décision: rejet de l’ensemble des arguments des requérants Arguments avancés: • Jurisprudence/ concept de raisonnabilité • Séparation des pouvoirs • Défaite devant les tribunaux mais quid de l’efficacité du processus juridique sur l’accès à l’eau des urbains pauvres ? • Reprise du projet début 2010: quels changements opérés par la municipalité et la compagnie d’eau?
  • 20. Des améliorations techniques et sociales malgré la défaite juridique Éléments soulevés par le procès Réponse apportée par la municipalité Discrimination Projet d’installation de CPP dans toute la ville = politique plus inclusive riches/pauvres CPP CPP restent la pierre angulaire du projet mais son « plus sociaux »: -en cas de coupure d’eau, débit minimum de 40 l/h avec une pression faible/ résolution des problèmes liés aux déconnexions automatiques ; - volume de sécurité de 1 000 litres peut être déclenché 4 fois par an pour des raisons exceptionnelles. /incendies - 2 000 litres d’eau supplémentaires peuvent être exceptionnellement alloués en cas de besoins spéciaux /efficacité? - points de vente démultipliés/ obj = faciliter l’achat d’eau et de diminuer la contrainte du déplacement physique ; - CPP plus performants: lecture des données à distance afin d’améliorer le niveau de réponse en cas de problèmes, détecter des fuites, produire des statistiques, etc.
  • 21. Éléments soulevés par le procès Réponse apportée par la municipalité Ciblage des aides sociales (Expanded Social Package/2009) • Permet de bénéficier de plus d’eau gratuite en fonction du niveau de pauvreté (10, 12 ou 15m3 d’eau en fonction du niveau de pauvreté) • Tarification avantageuse au-delà du volume d’eau gratuite • Ciblage plus inclusif en offrant un système de ciblage supposé plus performant (ciblage des personnes et non des unités d’habitation): régler le problème des « invisible poors »/ « backyard shacks » (en moyenne, 2,5 ménages par unité d’habitation à Soweto) Ingénierie participative/ consultation des usagers • Communication, participation des usagers est un élément central de la mise en œuvre de projets urbains • Réflexion sur la procédure et le séquençage
  • 22. Conclusion • Nouveaux arrangements techniques et sociaux en réponse au procès malgré la défaite en justice. • Émergence de la figure de l’usager urbain pauvre. • Un des principaux problèmes dans la construction des services essentiels est politique/place des pauvres dans la ville • L’usage militant du droit peut infléchir le débat politique et donner du pouvoir à des groupes citadins pauvres. • Le processus juridique a contraint les agents de la municipalité, de la compagnie d’eau et les décideurs politiques à poser un regard critique sur leur manière de « faire » la ville. • Un exemple concret d’utilisation et d’effectivité du droit à l’eau.
  • 23. MERCI! Pour aller plus loin: http://www.afd.fr/web dav/site/afd/shared/PU BLICATIONS/RECHERCH E/Scientifiques/Focales /10-Focales.pdf