SlideShare une entreprise Scribd logo
11 
VIE PRO 
JEUNE 
MG 
10 
N°5 Septembre 2012 ACTUALITÉS 
Dans la littérature, des études quantitatives ont 
été faites sur les représentations de la toxicoma-nie 
qu’ont les médecins et la population générale, 
les obstacles et solutions à la prise en charge des 
patients toxicomanes par le médecin généraliste. 
Les dif"cultés rencontrées par les internes n’ont, 
quant à elles, pas été étudiées. La réticence des 
médecins à prendre en charge des patients toxi-comanes 
pourrait trouver ses sources dans la for-mation 
initiale des médecins généralistes. 
Une ré#exion a donc été entamée ici sur les freins 
à la prise en charge globale du patient toxicomane 
selon les internes de Médecine Générale de 
l’Université Paris 7 pour ainsi repérer les leviers 
sur lesquels il serait possible d’intervenir a"n 
d’améliorer leur implication. 
Cette thèse était une étude qualitative, par focus 
group menés, jusqu’à saturation des données, 
auprès d’internes de Médecine Générale de 
l’Université Paris 7. Il s’agissait de groupes 
homogènes. Une analyse thématique avec double 
codage, après la retranscription intégrale, a été 
réalisée. 
Les obstacles mentionnés par les internes pou-vaient 
venir de leur imaginaire, des représenta-tions, 
à la fois individuelles mais aussi in#uencées 
par les représentations collectives. 
Les obstacles liés au patient toxicomane faisaient 
référence à son comportement parfois violent et 
agressif, ses demandes multiples et impérieuses, 
sa complexité et fragilité à la fois. Les internes 
manquaient de connaissances générales, souf-fraient 
dans cette relation d’accompagnement, 
les rencontres, lors de stages, étaient peu forma-trices. 
Cette prise en charge était estimée comme 
peu valorisante, réduite à un simple accompagne-ment 
et à un renouvellement d’ordonnance. La 
mé"ance des internes et le sentiment de honte 
du patient rendaient dif"cile la communication. 
L’exercice de la médecine en ville avait ses propres 
obstacles tels que l’isolement (géographique et 
en cabinet), le fait d’être une femme, la charge 
administrative et les répercussions "nancières. 
La société et la famille du médecin diffusaient une 
image publique négative, ce qui représentait un 
obstacle pour les internes. 
Pour y remédier, les internes proposaient une res-tructuration 
de la formation pratique et théorique 
dès le second cycle des études médicales. Il fau-drait 
favoriser les rencontres précocement, rendre 
les cours interactifs, pratiques et répartis tout le 
long de l’internat de Médecine Générale. Ils sou-haiteraient 
l’apprentissage d’un outil de communi-cation, 
avec des cours de psychiatrie adaptés aux 
pathologies rencontrées en ville. 
L’exercice de la Médecine Générale en ville était 
à modi"er. L’exercice de la Médecine Générale 
ne pouvait se faire qu’en groupe, avec un rôle 
central du médecin généraliste tout en travaillant 
en collaboration. Le mode de rémunération des 
consultations étaient à réévaluer. 
Auprès du grand public, des campagnes 
d’information devraient être élaborées, a"n de 
sensibiliser la population et ainsi lutter contre les 
préjugés. 
La prise en charge du patient toxicomane par les 
internes de Médecine Générale de Paris 7 était 
vécue comme dif"cile. Une modi"cation précoce 
des enseignements pourrait être une solution. 
Docteur Patricia Gomes 
Université Paris 7 
REMPLACEMENT - INSTALLATION 
www.medecin-remplacant.com est né un soir de garde de 1999, dans un CHR de désert médical 
(déjà surnommé non sans humour prémonitoire « Le triangle de la Mort »), après une discussion à 
bâtons rompus entre un interne de MG et un médecin réanimateur. Le concept simple visait à mettre 
en relation les médecins remplaçants et installés pour faciliter les débuts professionnels des jeunes 
spécialistes en généralité et spécialistes en spécialité, sous forme de petites annonces. 
Devant l’indifférence insondable, à l’époque, des tutelles diverses à l’égard des jeunes, alors qu’elles 
se prostitueraient maintenant volontiers pour obtenir les faveurs d’un shamane du Talboukistan, il 
semblait évident qu’un tel service professionnel ferait un carton. 
D’un simple projet local, le concept a pris de l’ampleur très rapidement avec l’adhésion de milliers 
de confrères séduits par l’idée « on n’est jamais aussi bien servis que par nous mêmes ». Le site est 
devenu un projet de thèse soutenue en 2002 à la faculté de médecine de Tours (Celle dont le doyen 
accepte le principe du travail forcé des jeunes dans les steppes désertiques Beauciennes). Depuis 
13 ans, et 7 versions successives, le site web, accueille maintenant près de 13 000 remplaçants qui 
utilisent un service gratuit depuis le début. 
Avec des partenariats privilégiés avec des organisations comme www.remede.org, comme 
www.SNJMG.org et le trublion www.saga-mg.org, medecin-remplacant.com est particulièrement 
impliqué dans la défense de la liberté des jeunes générations et contre les diverses censures/ 
manipulation touchant l’information démographique médicale hexagonale. 
En résumé : 
C’est gratuit ; 
C’est 13 000 confrères rassemblés ; 
C’est 13 ans d’existence ; 
C’est 13 envies de continuer ! 
Dr Philippe Cadic 
medecin-remplacant.com : vous connaissez ? 
VIE PROFESSIONNELLE 
RECHERCHE EN MÉDECINE GÉNÉRALE 
Prise en charge globale des patients toxicomanes au 
cabinet en ville : Obstacles et solutions 
Thèse du Docteur Patricia Gomes, Université Paris 7 
Le médecin généraliste est le premier professionnel de santé que le patient toxicomane va 
solliciter. Or, seuls 59 % des médecins généralistes prennent en charge ces patients. Certains 
ont eu recours à une formation complémentaire.

Contenu connexe

Similaire à Prise en charge globale des patients toxicomanes au cabinet en ville obstacles et solutions.

Retour sur le congrès les rencontres de l'isnih.
Retour sur le congrès les rencontres de l'isnih.Retour sur le congrès les rencontres de l'isnih.
Retour sur le congrès les rencontres de l'isnih.
Réseau Pro Santé
 
E-santé et Maladies Rares
E-santé et Maladies RaresE-santé et Maladies Rares
E-santé et Maladies Rares
Célia Nassif - Dumas
 
Interview le dpc, un outil pour améliorer la qualité des soins.
Interview   le dpc, un outil pour améliorer la qualité des soins.Interview   le dpc, un outil pour améliorer la qualité des soins.
Interview le dpc, un outil pour améliorer la qualité des soins.
Réseau Pro Santé
 
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariatMdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
Festival de la Communication Santé
 
Catalogue festival communication sante 2012
Catalogue festival communication sante 2012Catalogue festival communication sante 2012
Catalogue festival communication sante 2012
Festival de la Communication Santé
 
Cr+colloque+info+patient
Cr+colloque+info+patientCr+colloque+info+patient
Cr+colloque+info+patient
Association LIR
 
Parcours de soins : notre point de vue dans le dernier numéro de Pharmaceutiques
Parcours de soins : notre point de vue dans le dernier numéro de PharmaceutiquesParcours de soins : notre point de vue dans le dernier numéro de Pharmaceutiques
Parcours de soins : notre point de vue dans le dernier numéro de Pharmaceutiques
Daniel Szeftel
 
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Festival de la Communication Santé
 
Trans : les oublié-e-s de la Conférence de Toronto
Trans : les oublié-e-s de la Conférence de TorontoTrans : les oublié-e-s de la Conférence de Toronto
Trans : les oublié-e-s de la Conférence de Toronto
Santé des trans
 
Interview pr benoit vallet.
Interview pr benoit vallet.Interview pr benoit vallet.
Interview pr benoit vallet.
Réseau Pro Santé
 
Approche interculturelle de la santé et de la maladie
Approche interculturelle de la santé et de la maladieApproche interculturelle de la santé et de la maladie
Approche interculturelle de la santé et de la maladie
Réseau Pro Santé
 
Renforcer la mobilisation contre les hépatites dans les centres d’addictologie
Renforcer la mobilisation contre  les hépatites  dans les centres d’addictologieRenforcer la mobilisation contre  les hépatites  dans les centres d’addictologie
Renforcer la mobilisation contre les hépatites dans les centres d’addictologie
soshepatites
 
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Marie Campistron
 
Interview PR Benoit Vallet
Interview PR Benoit ValletInterview PR Benoit Vallet
Interview PR Benoit Vallet
Rachel Bocher
 
La révolution numérique et le parcours de santé
La révolution numérique et le parcours de santé La révolution numérique et le parcours de santé
La révolution numérique et le parcours de santé
Alain Tassy
 
Cancer au travail
Cancer au travailCancer au travail
Cancer au travail
Paperjam_redaction
 
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
Réseau Pro Santé
 
Linnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francaisLinnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francais
Association LIR
 

Similaire à Prise en charge globale des patients toxicomanes au cabinet en ville obstacles et solutions. (20)

Retour sur le congrès les rencontres de l'isnih.
Retour sur le congrès les rencontres de l'isnih.Retour sur le congrès les rencontres de l'isnih.
Retour sur le congrès les rencontres de l'isnih.
 
E-santé et Maladies Rares
E-santé et Maladies RaresE-santé et Maladies Rares
E-santé et Maladies Rares
 
Interview le dpc, un outil pour améliorer la qualité des soins.
Interview   le dpc, un outil pour améliorer la qualité des soins.Interview   le dpc, un outil pour améliorer la qualité des soins.
Interview le dpc, un outil pour améliorer la qualité des soins.
 
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariatMdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
 
Catalogue festival communication sante 2012
Catalogue festival communication sante 2012Catalogue festival communication sante 2012
Catalogue festival communication sante 2012
 
Cr+colloque+info+patient
Cr+colloque+info+patientCr+colloque+info+patient
Cr+colloque+info+patient
 
Parcours de soins : notre point de vue dans le dernier numéro de Pharmaceutiques
Parcours de soins : notre point de vue dans le dernier numéro de PharmaceutiquesParcours de soins : notre point de vue dans le dernier numéro de Pharmaceutiques
Parcours de soins : notre point de vue dans le dernier numéro de Pharmaceutiques
 
Ad102433
Ad102433Ad102433
Ad102433
 
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
 
Trans : les oublié-e-s de la Conférence de Toronto
Trans : les oublié-e-s de la Conférence de TorontoTrans : les oublié-e-s de la Conférence de Toronto
Trans : les oublié-e-s de la Conférence de Toronto
 
Interview pr benoit vallet.
Interview pr benoit vallet.Interview pr benoit vallet.
Interview pr benoit vallet.
 
Approche interculturelle de la santé et de la maladie
Approche interculturelle de la santé et de la maladieApproche interculturelle de la santé et de la maladie
Approche interculturelle de la santé et de la maladie
 
Renforcer la mobilisation contre les hépatites dans les centres d’addictologie
Renforcer la mobilisation contre  les hépatites  dans les centres d’addictologieRenforcer la mobilisation contre  les hépatites  dans les centres d’addictologie
Renforcer la mobilisation contre les hépatites dans les centres d’addictologie
 
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
Plan cancer lancé par Jacques Chirac de 2003 à 2007
 
Interview PR Benoit Vallet
Interview PR Benoit ValletInterview PR Benoit Vallet
Interview PR Benoit Vallet
 
La révolution numérique et le parcours de santé
La révolution numérique et le parcours de santé La révolution numérique et le parcours de santé
La révolution numérique et le parcours de santé
 
ESCP163-msd-02
ESCP163-msd-02ESCP163-msd-02
ESCP163-msd-02
 
Cancer au travail
Cancer au travailCancer au travail
Cancer au travail
 
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
La difficulté de prise en charge des patients présentant une plainte psycho...
 
Linnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francaisLinnovation en sante_lespoir_des_francais
Linnovation en sante_lespoir_des_francais
 

Prise en charge globale des patients toxicomanes au cabinet en ville obstacles et solutions.

  • 1. 11 VIE PRO JEUNE MG 10 N°5 Septembre 2012 ACTUALITÉS Dans la littérature, des études quantitatives ont été faites sur les représentations de la toxicoma-nie qu’ont les médecins et la population générale, les obstacles et solutions à la prise en charge des patients toxicomanes par le médecin généraliste. Les dif"cultés rencontrées par les internes n’ont, quant à elles, pas été étudiées. La réticence des médecins à prendre en charge des patients toxi-comanes pourrait trouver ses sources dans la for-mation initiale des médecins généralistes. Une ré#exion a donc été entamée ici sur les freins à la prise en charge globale du patient toxicomane selon les internes de Médecine Générale de l’Université Paris 7 pour ainsi repérer les leviers sur lesquels il serait possible d’intervenir a"n d’améliorer leur implication. Cette thèse était une étude qualitative, par focus group menés, jusqu’à saturation des données, auprès d’internes de Médecine Générale de l’Université Paris 7. Il s’agissait de groupes homogènes. Une analyse thématique avec double codage, après la retranscription intégrale, a été réalisée. Les obstacles mentionnés par les internes pou-vaient venir de leur imaginaire, des représenta-tions, à la fois individuelles mais aussi in#uencées par les représentations collectives. Les obstacles liés au patient toxicomane faisaient référence à son comportement parfois violent et agressif, ses demandes multiples et impérieuses, sa complexité et fragilité à la fois. Les internes manquaient de connaissances générales, souf-fraient dans cette relation d’accompagnement, les rencontres, lors de stages, étaient peu forma-trices. Cette prise en charge était estimée comme peu valorisante, réduite à un simple accompagne-ment et à un renouvellement d’ordonnance. La mé"ance des internes et le sentiment de honte du patient rendaient dif"cile la communication. L’exercice de la médecine en ville avait ses propres obstacles tels que l’isolement (géographique et en cabinet), le fait d’être une femme, la charge administrative et les répercussions "nancières. La société et la famille du médecin diffusaient une image publique négative, ce qui représentait un obstacle pour les internes. Pour y remédier, les internes proposaient une res-tructuration de la formation pratique et théorique dès le second cycle des études médicales. Il fau-drait favoriser les rencontres précocement, rendre les cours interactifs, pratiques et répartis tout le long de l’internat de Médecine Générale. Ils sou-haiteraient l’apprentissage d’un outil de communi-cation, avec des cours de psychiatrie adaptés aux pathologies rencontrées en ville. L’exercice de la Médecine Générale en ville était à modi"er. L’exercice de la Médecine Générale ne pouvait se faire qu’en groupe, avec un rôle central du médecin généraliste tout en travaillant en collaboration. Le mode de rémunération des consultations étaient à réévaluer. Auprès du grand public, des campagnes d’information devraient être élaborées, a"n de sensibiliser la population et ainsi lutter contre les préjugés. La prise en charge du patient toxicomane par les internes de Médecine Générale de Paris 7 était vécue comme dif"cile. Une modi"cation précoce des enseignements pourrait être une solution. Docteur Patricia Gomes Université Paris 7 REMPLACEMENT - INSTALLATION www.medecin-remplacant.com est né un soir de garde de 1999, dans un CHR de désert médical (déjà surnommé non sans humour prémonitoire « Le triangle de la Mort »), après une discussion à bâtons rompus entre un interne de MG et un médecin réanimateur. Le concept simple visait à mettre en relation les médecins remplaçants et installés pour faciliter les débuts professionnels des jeunes spécialistes en généralité et spécialistes en spécialité, sous forme de petites annonces. Devant l’indifférence insondable, à l’époque, des tutelles diverses à l’égard des jeunes, alors qu’elles se prostitueraient maintenant volontiers pour obtenir les faveurs d’un shamane du Talboukistan, il semblait évident qu’un tel service professionnel ferait un carton. D’un simple projet local, le concept a pris de l’ampleur très rapidement avec l’adhésion de milliers de confrères séduits par l’idée « on n’est jamais aussi bien servis que par nous mêmes ». Le site est devenu un projet de thèse soutenue en 2002 à la faculté de médecine de Tours (Celle dont le doyen accepte le principe du travail forcé des jeunes dans les steppes désertiques Beauciennes). Depuis 13 ans, et 7 versions successives, le site web, accueille maintenant près de 13 000 remplaçants qui utilisent un service gratuit depuis le début. Avec des partenariats privilégiés avec des organisations comme www.remede.org, comme www.SNJMG.org et le trublion www.saga-mg.org, medecin-remplacant.com est particulièrement impliqué dans la défense de la liberté des jeunes générations et contre les diverses censures/ manipulation touchant l’information démographique médicale hexagonale. En résumé : C’est gratuit ; C’est 13 000 confrères rassemblés ; C’est 13 ans d’existence ; C’est 13 envies de continuer ! Dr Philippe Cadic medecin-remplacant.com : vous connaissez ? VIE PROFESSIONNELLE RECHERCHE EN MÉDECINE GÉNÉRALE Prise en charge globale des patients toxicomanes au cabinet en ville : Obstacles et solutions Thèse du Docteur Patricia Gomes, Université Paris 7 Le médecin généraliste est le premier professionnel de santé que le patient toxicomane va solliciter. Or, seuls 59 % des médecins généralistes prennent en charge ces patients. Certains ont eu recours à une formation complémentaire.