SlideShare une entreprise Scribd logo
20 - LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN - N° 3148 - LUNDI 26 JANVIER 2015 - www.lequotidiendupharmacien.fr
DOSSIER OBJECTIF OBSERVANCE
Séjour découverte
des nouveaux parcours d’Essaouira
et Mazagan/El Jadida du 22 au 29 Juin 2015
1795 €(Base demi-double en DP au départ de Paris)
Transferts/4 green fees inclus
Hébergement haut de gamme 5***** (nl)
Compétition éligible à l’OPEN DU QUOTIDIEN au cours du séjour
Séminaire
Spa possible en option à Mazagan
Voyage accompagné par Brigitte Quentin et Marc Chmielewski
Réduction de 100 € pour les non golfeurs
Assurance multirisque annulation incluse
Renseignements : Brigitte QUENTIN
Tél : 01 73 28 15 19
mail : brigitte.quentin@gpsante.fr
UN ENTRETIEN AVEC LE PSYCHOLOGUE DENIS FOMPEYRINE
« L’observance, comme
une expérience émotionnelle »Denis Fompeyrine, Docteur
en psychologie, s’est spécialisé
dans le domaine de l’expérience
patient. Son credo : « ne pas
négliger le rapport du patient
à la maladie ». Dans un entretien
au « Quotidien », le coordonnateur
du « Livre blanc de l’observance* »,
explique pourquoi les aides
technologiques et le relationnel
assuré par le professionnel de santé
sont à la fois complémentaires
et indissociables lorsqu’il s’agit
de favoriser l’observance
des traitements prescrits.
LEQUOTIDIENDUPHARMACIEN.-Quelssontles
principaux déterminants psychosociaux de
l’observance des traitements ?
DENIS FOMPEYRINE. - Ils sont
nombreux et leur énumération mérite
un découpage. Il y a en effet plusieurs
aspects  : la motivation, l’aspect cultu-
rel, la relation à la maladie… Pour en
avoir une idée plus synthétique, on
pourrait résumer ces différentes ap-
proches sous la forme d’un schéma qui
propose une lecture de l’observance
sous au moins trois dimensions : la di-
mension psychologique, la dimension
médicale et la dimension relationnelle.
À mon sens, l’observance est l’une des
conséquences de la bonne expérience
du patient.
L’expérience patient est vraiment au
centre de mes travaux. Elle consiste à
comprendre quels sont les mécanismes
émotionnels et à cerner les circons-
tances qui sont à l’origine des moments
difficiles, des moments clés dans la re-
lation du patient à sa maladie et à ses
traitements. La finalité étant d’essayer
de modéliser ces situations sans caté-
goriser. J’essaie de ne pas en rester à
une approche comportementaliste. Le
principe, qui revient à catégoriser les
patients, n’est pas mauvais, mais s’il
est appliqué de façon trop dogmatique,
cela ne fonctionne pas.
Pour comprendre les déterminants
psychologiques de l’observance, l’alter-
native consiste à vraiment se mettre à
la place du patient. En pratique, et c’est
ce que nous avons fait récemment dans
le cadre d’une étude au sein de l’Assis-
tance publique, nous laissons parler les
gens librement pour recueillir du verba-
tim, sans les orienter vers une question
ou vers une autre ; sans leur demander :
est-ce que c’est la prise du médicament
qui est compliquée, est-ce que c’est sa
forme galénique qui pose problème,
etc ? La démarche que j’ai entreprise,
dans les pas du Pr Gérard Reach, est
une démarche holistique. À partir du
matériel recueilli au cours de ces entre-
tiens ouverts et libres, l’analyse permet
ensuite de définir les points sur lesquels
les patients ont des efforts à faire pour
améliorer l’observance. Avec cette mé-
thode on a par exemple découvert qu’à
l’hôpital, les patients avaient des stra-
tégies relationnelles avec les soignants
pour obtenir d’être mieux soignés. On
peut d’ailleurs imaginer qu’il en va de
même en ville.
Ce que nous apprennent ces travaux,
c’est qu’au cœur de l’expérience du pa-
tient il y a des dimensions différentes
qui sont propres à chaque pathologie.
Moralement, on a l’obligation d’être
observant, philosophiquement, pas du
tout. Si socialement, le respect du trai-
tement s’avère compliqué – traitement
de l’asthme ou du diabète, par exemple
–, on verra apparaître des obstacles à
l’observance.
Globalement, l’idée de plaquer des
typologies de patients, bons, mauvais,
etc. Cela n’est pas suffisant. Il faut vrai-
ment observer, puis, une fois que le
problème est identifié, porter son atten-
tion là où le patient a le plus d’effort à
faire.
Quelle est la place de la peur et de la confian-
ce dans le respect des traitements prescrits ?
Observe-t-on une défiance nouvelle à l’égard
des médicaments depuis certaines affaires ?
Ces affaires ont eu un impact sur le
comportement des patients. D’abord
leur niveau de connaissance sur le
médicament s’est globalement élevé.
Reste que leur appréciation du rapport
bénéfice/risque est encore imparfaite.
Je pense que sur ces questions, la
communauté médicale est un peu au-
tocentrée. Si on se place du point de
vue du patient qui lui, n’est pas un
scientifique, son seul souhait est de bé-
néficier d’un traitement avec le moins
possible d’effets secondaires et le plus
d’efficacité possible.
Je crois que pour le public, peu im-
porte la réputation de tel ou tel traite-
ment, l’observance dépend surtout, du
point de vue individuel, du rapport à la
vie de chacun.
On a le sentiment qu’avec le nouveau partage
du savoir médical, les patients ne sont plus
prêts à avaler n’importe quoi. Pensez-vous
que des freins à l’observance sont ainsi
apparus ?
La science s’approprie le monopole
du réel. Elle a de moins en moins de
limite, mais elle n’explique pas tout.
On ne le dit pas assez, mais les labora-
toires pharmaceutiques ont transformé
notre rapport à la vie. Certes le patient
est de moins en moins mal informé, et
son désir d’avoir le contrôle sur sa mala-
die a évolué également. Mais au total,
reprendre le pouvoir sur son corps,
voilà le vrai sujet.
Quels comportements les professionnels
de santé, et notamment les pharmaciens,
doivent-ils privilégier pour favoriser l’obser-
vance des traitements par leurs patients ?
Je pense que les pharmaciens font
cela naturellement. D’autant que ces
professionnels connaissent générale-
ment bien jusqu’aux habitudes de vie
des patients qui fréquentent leur offi-
cine. L’idéal serait de modéliser les pa-
thologies, mais rien ne remplace l’en-
tretien ouvert avec le patient.
En l’occurrence, le pharmacien bé-
néficie d’un rapport régulier et pres-
que quotidien avec ses patients. Aus-
si, c’est peut-être plus facile pour lui,
que pour d’autres professionnels de
santé, de dégager le profil de chacun
d’entre eux et d’apporter une réponse
adaptée au profit de l’observance des
traitements. En cela, le pharmacien est
irremplaçable.
Les progrès galéniques (formes à libération
prolongée, etc) et, plus largement, tous les
programmes d’aide au respect de l’observan-
ce, ne risquent-ils pas, à terme, de déchar-
ger les patients de leurs responsabilités à
l’égard du traitement ?
Tous ces moyens, notamment tech-
niques, ont beaucoup d’avenir. D’autant
que la conscience du patient est modi-
fiée par la maladie. Lorsqu’on est ma-
lade, on a une conscience altérée de la
vie. Certes, il existe des mécanismes de
sauvegarde psychiques qui, potentielle-
ment, vont se déclencher à l’annonce
d’une maladie grave.
L’angoisse sera favorable à l’obser-
vance, mais à l’inverse, le patient chro-
nique peut avoir envie, de temps en
temps, de ne pas penser à sa maladie,
d’où un certain lâcher prise par rapport
au traitement.
Voilà pourquoi les deux démarches
sont complémentaires  : le contact hu-
main et le relationnel assurés par le
professionnel de santé sont néces-
saires, de même que les applications qui
permettent d’accompagner le malade,
notamment au moment où des efforts
particuliers lui sont demandés. Mais ce
qu’il faut bien comprendre, c’est que ce
n’est pas toujours le discours scienti-
fique qui doit l’emporter. Il existe des
situations où un discours intelligent et
éclairé s’impose qui correspond à ce
que vivent émotionnellement les gens.
Parce qu’il faut se rappeler que, princi-
palement, le circuit de la décision est
basé sur les émotions.
Au total, l’aide technique et le pou-
voir d’interprétation du médecin sont
parfaitement complémentaires.
Sans oublier qu’une des plus grandes
révolutions en faveur de l’observance
a été permise par les progrès de la ga-
lénique. Aller dans le sens du confort
du patient et de la rapidité de guérison,
voilà des avancées fantastiques.
> PROPOS RECUEILLIS PAR DIDIER DOUKHAN
* Livre Blanc de la Fondation Concorde,
« L’observance des traitements :
un défi aux politiques de santé », mars 2014.
DenisFompeyrine:«L’observanceestl’une
desconséquencesdelabonneexpériencedupatient»
DR

Contenu connexe

Tendances

Être hépatant 04
Être hépatant 04Être hépatant 04
Être hépatant 04
soshepatites
 
Freud introduction a_la_psychanalyse_1
Freud introduction a_la_psychanalyse_1Freud introduction a_la_psychanalyse_1
Freud introduction a_la_psychanalyse_1
amrouchekhellaf
 
Recherche en médecine générale.
Recherche en médecine générale.Recherche en médecine générale.
Recherche en médecine générale.
Réseau Pro Santé
 
Sémiologie et diagnostics psychiatriques un couple moderne enrichi par la ph...
Sémiologie et diagnostics psychiatriques un couple moderne enrichi par la ph...Sémiologie et diagnostics psychiatriques un couple moderne enrichi par la ph...
Sémiologie et diagnostics psychiatriques un couple moderne enrichi par la ph...
tfovet
 
Formation en Mésothérapie, esthétitique et traitement des douleurs
Formation en Mésothérapie, esthétitique et traitement des douleursFormation en Mésothérapie, esthétitique et traitement des douleurs
Formation en Mésothérapie, esthétitique et traitement des douleurs
Ihsen Jarraya
 
Interview Rencontre avec Didier SICARD
Interview Rencontre avec Didier SICARD Interview Rencontre avec Didier SICARD
Interview Rencontre avec Didier SICARD
Rachel Bocher
 
La Psychiatrie vue d’ailleurs - une expérience italienne
La Psychiatrie vue d’ailleurs - une expérience italienneLa Psychiatrie vue d’ailleurs - une expérience italienne
La Psychiatrie vue d’ailleurs - une expérience italienne
Réseau Pro Santé
 
Guide de l'externe AESP
Guide de l'externe AESPGuide de l'externe AESP
Guide de l'externe AESP
tfovet
 
Etre hepatant N°03
Etre hepatant N°03Etre hepatant N°03
Etre hepatant N°03
soshepatites
 
Etre hepatant N°08
Etre hepatant N°08Etre hepatant N°08
Etre hepatant N°08
soshepatites
 
Conférence_PEYRON2
Conférence_PEYRON2Conférence_PEYRON2
Conférence_PEYRON2
3voie
 
ETP : évaluation pédagogique et formative de 10 programmes
ETP : évaluation pédagogique et formative de 10 programmesETP : évaluation pédagogique et formative de 10 programmes
ETP : évaluation pédagogique et formative de 10 programmes
THE3P
 
Etre hepatant N°12
Etre hepatant N°12Etre hepatant N°12
Etre hepatant N°12
soshepatites
 
Politiques sante mentale france
Politiques sante mentale francePolitiques sante mentale france
Politiques sante mentale france
Aymery Constant
 
Livret stage internes_pénit_aesp_final.pdf
Livret stage internes_pénit_aesp_final.pdfLivret stage internes_pénit_aesp_final.pdf
Livret stage internes_pénit_aesp_final.pdf
tfovet
 
Être hépatant 08
Être hépatant 08Être hépatant 08
Être hépatant 08
soshepatites
 
Education thérapeutique du patient
Education thérapeutique du patientEducation thérapeutique du patient
Education thérapeutique du patient
Rouis Hamouda
 
Interview - Marion Azoulay - Psychiatrie Légale
Interview - Marion Azoulay - Psychiatrie LégaleInterview - Marion Azoulay - Psychiatrie Légale
Interview - Marion Azoulay - Psychiatrie Légale
Réseau Pro Santé
 
Conférence_PEYRON
Conférence_PEYRONConférence_PEYRON
Conférence_PEYRON
3voie
 
Approche interculturelle de la santé et de la maladie
Approche interculturelle de la santé et de la maladieApproche interculturelle de la santé et de la maladie
Approche interculturelle de la santé et de la maladie
Réseau Pro Santé
 

Tendances (20)

Être hépatant 04
Être hépatant 04Être hépatant 04
Être hépatant 04
 
Freud introduction a_la_psychanalyse_1
Freud introduction a_la_psychanalyse_1Freud introduction a_la_psychanalyse_1
Freud introduction a_la_psychanalyse_1
 
Recherche en médecine générale.
Recherche en médecine générale.Recherche en médecine générale.
Recherche en médecine générale.
 
Sémiologie et diagnostics psychiatriques un couple moderne enrichi par la ph...
Sémiologie et diagnostics psychiatriques un couple moderne enrichi par la ph...Sémiologie et diagnostics psychiatriques un couple moderne enrichi par la ph...
Sémiologie et diagnostics psychiatriques un couple moderne enrichi par la ph...
 
Formation en Mésothérapie, esthétitique et traitement des douleurs
Formation en Mésothérapie, esthétitique et traitement des douleursFormation en Mésothérapie, esthétitique et traitement des douleurs
Formation en Mésothérapie, esthétitique et traitement des douleurs
 
Interview Rencontre avec Didier SICARD
Interview Rencontre avec Didier SICARD Interview Rencontre avec Didier SICARD
Interview Rencontre avec Didier SICARD
 
La Psychiatrie vue d’ailleurs - une expérience italienne
La Psychiatrie vue d’ailleurs - une expérience italienneLa Psychiatrie vue d’ailleurs - une expérience italienne
La Psychiatrie vue d’ailleurs - une expérience italienne
 
Guide de l'externe AESP
Guide de l'externe AESPGuide de l'externe AESP
Guide de l'externe AESP
 
Etre hepatant N°03
Etre hepatant N°03Etre hepatant N°03
Etre hepatant N°03
 
Etre hepatant N°08
Etre hepatant N°08Etre hepatant N°08
Etre hepatant N°08
 
Conférence_PEYRON2
Conférence_PEYRON2Conférence_PEYRON2
Conférence_PEYRON2
 
ETP : évaluation pédagogique et formative de 10 programmes
ETP : évaluation pédagogique et formative de 10 programmesETP : évaluation pédagogique et formative de 10 programmes
ETP : évaluation pédagogique et formative de 10 programmes
 
Etre hepatant N°12
Etre hepatant N°12Etre hepatant N°12
Etre hepatant N°12
 
Politiques sante mentale france
Politiques sante mentale francePolitiques sante mentale france
Politiques sante mentale france
 
Livret stage internes_pénit_aesp_final.pdf
Livret stage internes_pénit_aesp_final.pdfLivret stage internes_pénit_aesp_final.pdf
Livret stage internes_pénit_aesp_final.pdf
 
Être hépatant 08
Être hépatant 08Être hépatant 08
Être hépatant 08
 
Education thérapeutique du patient
Education thérapeutique du patientEducation thérapeutique du patient
Education thérapeutique du patient
 
Interview - Marion Azoulay - Psychiatrie Légale
Interview - Marion Azoulay - Psychiatrie LégaleInterview - Marion Azoulay - Psychiatrie Légale
Interview - Marion Azoulay - Psychiatrie Légale
 
Conférence_PEYRON
Conférence_PEYRONConférence_PEYRON
Conférence_PEYRON
 
Approche interculturelle de la santé et de la maladie
Approche interculturelle de la santé et de la maladieApproche interculturelle de la santé et de la maladie
Approche interculturelle de la santé et de la maladie
 

En vedette

Harold castro
Harold castroHarold castro
PGI_Final_Overview
PGI_Final_OverviewPGI_Final_Overview
PGI_Final_Overview
Mark Bradford
 
CV Amr Gaafer
CV Amr GaaferCV Amr Gaafer
CV Amr Gaafer
Amr Elshabrawy
 
Ms Hlahane Letter of recommendation.
Ms Hlahane Letter of recommendation.Ms Hlahane Letter of recommendation.
Ms Hlahane Letter of recommendation.
Keneuwe Nay Hlahane
 
Planificación 3 2016-2017
Planificación 3 2016-2017Planificación 3 2016-2017
Planificación 3 2016-2017
Sylvia Cuadra, Ed.D.
 
mastering management skills vocabulary
mastering management skills vocabularymastering management skills vocabulary
mastering management skills vocabulary
fluffy_fury
 
Gerencia de proyectos de tecnología educativa
Gerencia de proyectos de tecnología educativaGerencia de proyectos de tecnología educativa
Gerencia de proyectos de tecnología educativa
luzbecerra723
 
Perfil del trabajo de tesis
Perfil del trabajo de tesisPerfil del trabajo de tesis
Perfil del trabajo de tesis
Heyson Alejandro Gomez Escandon
 
46book
46book46book

En vedette (9)

Harold castro
Harold castroHarold castro
Harold castro
 
PGI_Final_Overview
PGI_Final_OverviewPGI_Final_Overview
PGI_Final_Overview
 
CV Amr Gaafer
CV Amr GaaferCV Amr Gaafer
CV Amr Gaafer
 
Ms Hlahane Letter of recommendation.
Ms Hlahane Letter of recommendation.Ms Hlahane Letter of recommendation.
Ms Hlahane Letter of recommendation.
 
Planificación 3 2016-2017
Planificación 3 2016-2017Planificación 3 2016-2017
Planificación 3 2016-2017
 
mastering management skills vocabulary
mastering management skills vocabularymastering management skills vocabulary
mastering management skills vocabulary
 
Gerencia de proyectos de tecnología educativa
Gerencia de proyectos de tecnología educativaGerencia de proyectos de tecnología educativa
Gerencia de proyectos de tecnología educativa
 
Perfil del trabajo de tesis
Perfil del trabajo de tesisPerfil del trabajo de tesis
Perfil del trabajo de tesis
 
46book
46book46book
46book
 

Similaire à QPHA3148_020

Etre hepatant 04_2016
Etre hepatant 04_2016Etre hepatant 04_2016
Etre hepatant 04_2016
soshepatites
 
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
la maison
 
Interview : Didier SICARD
Interview : Didier SICARDInterview : Didier SICARD
Interview : Didier SICARD
Réseau Pro Santé
 
Être hépatant 13
Être hépatant 13Être hépatant 13
Être hépatant 13
soshepatites
 
Nouveaux traitements contre la dépression
Nouveaux traitements contre la dépressionNouveaux traitements contre la dépression
Nouveaux traitements contre la dépression
Centre De la Dépression
 
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Festival de la Communication Santé
 
Recherches et Perspectives - Juin 2019
Recherches et Perspectives - Juin 2019Recherches et Perspectives - Juin 2019
Recherches et Perspectives - Juin 2019
Fondation Française pour la Recherche sur l'Epilepsie
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifsMédecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
Réseau Pro Santé
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
Réseau Pro Santé
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifsMédecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
Réseau Pro Santé
 
Soshepatites présentation du 2015
Soshepatites  présentation du 2015Soshepatites  présentation du 2015
Soshepatites présentation du 2015
odeckmyn
 
Vecu des enfants et des parents
Vecu des enfants et des parentsVecu des enfants et des parents
Vecu des enfants et des parents
Rachid AOURAGH
 
Information de l'enfant
Information de l'enfantInformation de l'enfant
Information de l'enfant
Rachid AOURAGH
 
Et moi, je fais quoi quand ils sont malades
Et moi, je fais quoi quand ils sont malades  Et moi, je fais quoi quand ils sont malades
Et moi, je fais quoi quand ils sont malades
Réseau Pro Santé
 
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
soshepatites
 
Etre hepatant N°13
Etre hepatant N°13Etre hepatant N°13
Etre hepatant N°13
soshepatites
 
Addict à l’addicto
Addict à l’addictoAddict à l’addicto
Addict à l’addicto
Réseau Pro Santé
 
Les médicaments au coeur de la vie
Les médicaments au coeur de la vieLes médicaments au coeur de la vie
Les médicaments au coeur de la vie
Mònica Moro
 
De l'efficacité du suivi socio-judiciaire
De l'efficacité du suivi socio-judiciaireDe l'efficacité du suivi socio-judiciaire
De l'efficacité du suivi socio-judiciaire
Institut pour la Justice
 
Nouveau document microsoft office word
Nouveau document microsoft office wordNouveau document microsoft office word
Nouveau document microsoft office word
Ahmed Rebai
 

Similaire à QPHA3148_020 (20)

Etre hepatant 04_2016
Etre hepatant 04_2016Etre hepatant 04_2016
Etre hepatant 04_2016
 
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
 
Interview : Didier SICARD
Interview : Didier SICARDInterview : Didier SICARD
Interview : Didier SICARD
 
Être hépatant 13
Être hépatant 13Être hépatant 13
Être hépatant 13
 
Nouveaux traitements contre la dépression
Nouveaux traitements contre la dépressionNouveaux traitements contre la dépression
Nouveaux traitements contre la dépression
 
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
 
Recherches et Perspectives - Juin 2019
Recherches et Perspectives - Juin 2019Recherches et Perspectives - Juin 2019
Recherches et Perspectives - Juin 2019
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifsMédecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifsMédecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
 
Soshepatites présentation du 2015
Soshepatites  présentation du 2015Soshepatites  présentation du 2015
Soshepatites présentation du 2015
 
Vecu des enfants et des parents
Vecu des enfants et des parentsVecu des enfants et des parents
Vecu des enfants et des parents
 
Information de l'enfant
Information de l'enfantInformation de l'enfant
Information de l'enfant
 
Et moi, je fais quoi quand ils sont malades
Et moi, je fais quoi quand ils sont malades  Et moi, je fais quoi quand ils sont malades
Et moi, je fais quoi quand ils sont malades
 
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
 
Etre hepatant N°13
Etre hepatant N°13Etre hepatant N°13
Etre hepatant N°13
 
Addict à l’addicto
Addict à l’addictoAddict à l’addicto
Addict à l’addicto
 
Les médicaments au coeur de la vie
Les médicaments au coeur de la vieLes médicaments au coeur de la vie
Les médicaments au coeur de la vie
 
De l'efficacité du suivi socio-judiciaire
De l'efficacité du suivi socio-judiciaireDe l'efficacité du suivi socio-judiciaire
De l'efficacité du suivi socio-judiciaire
 
Nouveau document microsoft office word
Nouveau document microsoft office wordNouveau document microsoft office word
Nouveau document microsoft office word
 

QPHA3148_020

  • 1. 20 - LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN - N° 3148 - LUNDI 26 JANVIER 2015 - www.lequotidiendupharmacien.fr DOSSIER OBJECTIF OBSERVANCE Séjour découverte des nouveaux parcours d’Essaouira et Mazagan/El Jadida du 22 au 29 Juin 2015 1795 €(Base demi-double en DP au départ de Paris) Transferts/4 green fees inclus Hébergement haut de gamme 5***** (nl) Compétition éligible à l’OPEN DU QUOTIDIEN au cours du séjour Séminaire Spa possible en option à Mazagan Voyage accompagné par Brigitte Quentin et Marc Chmielewski Réduction de 100 € pour les non golfeurs Assurance multirisque annulation incluse Renseignements : Brigitte QUENTIN Tél : 01 73 28 15 19 mail : brigitte.quentin@gpsante.fr UN ENTRETIEN AVEC LE PSYCHOLOGUE DENIS FOMPEYRINE « L’observance, comme une expérience émotionnelle »Denis Fompeyrine, Docteur en psychologie, s’est spécialisé dans le domaine de l’expérience patient. Son credo : « ne pas négliger le rapport du patient à la maladie ». Dans un entretien au « Quotidien », le coordonnateur du « Livre blanc de l’observance* », explique pourquoi les aides technologiques et le relationnel assuré par le professionnel de santé sont à la fois complémentaires et indissociables lorsqu’il s’agit de favoriser l’observance des traitements prescrits. LEQUOTIDIENDUPHARMACIEN.-Quelssontles principaux déterminants psychosociaux de l’observance des traitements ? DENIS FOMPEYRINE. - Ils sont nombreux et leur énumération mérite un découpage. Il y a en effet plusieurs aspects  : la motivation, l’aspect cultu- rel, la relation à la maladie… Pour en avoir une idée plus synthétique, on pourrait résumer ces différentes ap- proches sous la forme d’un schéma qui propose une lecture de l’observance sous au moins trois dimensions : la di- mension psychologique, la dimension médicale et la dimension relationnelle. À mon sens, l’observance est l’une des conséquences de la bonne expérience du patient. L’expérience patient est vraiment au centre de mes travaux. Elle consiste à comprendre quels sont les mécanismes émotionnels et à cerner les circons- tances qui sont à l’origine des moments difficiles, des moments clés dans la re- lation du patient à sa maladie et à ses traitements. La finalité étant d’essayer de modéliser ces situations sans caté- goriser. J’essaie de ne pas en rester à une approche comportementaliste. Le principe, qui revient à catégoriser les patients, n’est pas mauvais, mais s’il est appliqué de façon trop dogmatique, cela ne fonctionne pas. Pour comprendre les déterminants psychologiques de l’observance, l’alter- native consiste à vraiment se mettre à la place du patient. En pratique, et c’est ce que nous avons fait récemment dans le cadre d’une étude au sein de l’Assis- tance publique, nous laissons parler les gens librement pour recueillir du verba- tim, sans les orienter vers une question ou vers une autre ; sans leur demander : est-ce que c’est la prise du médicament qui est compliquée, est-ce que c’est sa forme galénique qui pose problème, etc ? La démarche que j’ai entreprise, dans les pas du Pr Gérard Reach, est une démarche holistique. À partir du matériel recueilli au cours de ces entre- tiens ouverts et libres, l’analyse permet ensuite de définir les points sur lesquels les patients ont des efforts à faire pour améliorer l’observance. Avec cette mé- thode on a par exemple découvert qu’à l’hôpital, les patients avaient des stra- tégies relationnelles avec les soignants pour obtenir d’être mieux soignés. On peut d’ailleurs imaginer qu’il en va de même en ville. Ce que nous apprennent ces travaux, c’est qu’au cœur de l’expérience du pa- tient il y a des dimensions différentes qui sont propres à chaque pathologie. Moralement, on a l’obligation d’être observant, philosophiquement, pas du tout. Si socialement, le respect du trai- tement s’avère compliqué – traitement de l’asthme ou du diabète, par exemple –, on verra apparaître des obstacles à l’observance. Globalement, l’idée de plaquer des typologies de patients, bons, mauvais, etc. Cela n’est pas suffisant. Il faut vrai- ment observer, puis, une fois que le problème est identifié, porter son atten- tion là où le patient a le plus d’effort à faire. Quelle est la place de la peur et de la confian- ce dans le respect des traitements prescrits ? Observe-t-on une défiance nouvelle à l’égard des médicaments depuis certaines affaires ? Ces affaires ont eu un impact sur le comportement des patients. D’abord leur niveau de connaissance sur le médicament s’est globalement élevé. Reste que leur appréciation du rapport bénéfice/risque est encore imparfaite. Je pense que sur ces questions, la communauté médicale est un peu au- tocentrée. Si on se place du point de vue du patient qui lui, n’est pas un scientifique, son seul souhait est de bé- néficier d’un traitement avec le moins possible d’effets secondaires et le plus d’efficacité possible. Je crois que pour le public, peu im- porte la réputation de tel ou tel traite- ment, l’observance dépend surtout, du point de vue individuel, du rapport à la vie de chacun. On a le sentiment qu’avec le nouveau partage du savoir médical, les patients ne sont plus prêts à avaler n’importe quoi. Pensez-vous que des freins à l’observance sont ainsi apparus ? La science s’approprie le monopole du réel. Elle a de moins en moins de limite, mais elle n’explique pas tout. On ne le dit pas assez, mais les labora- toires pharmaceutiques ont transformé notre rapport à la vie. Certes le patient est de moins en moins mal informé, et son désir d’avoir le contrôle sur sa mala- die a évolué également. Mais au total, reprendre le pouvoir sur son corps, voilà le vrai sujet. Quels comportements les professionnels de santé, et notamment les pharmaciens, doivent-ils privilégier pour favoriser l’obser- vance des traitements par leurs patients ? Je pense que les pharmaciens font cela naturellement. D’autant que ces professionnels connaissent générale- ment bien jusqu’aux habitudes de vie des patients qui fréquentent leur offi- cine. L’idéal serait de modéliser les pa- thologies, mais rien ne remplace l’en- tretien ouvert avec le patient. En l’occurrence, le pharmacien bé- néficie d’un rapport régulier et pres- que quotidien avec ses patients. Aus- si, c’est peut-être plus facile pour lui, que pour d’autres professionnels de santé, de dégager le profil de chacun d’entre eux et d’apporter une réponse adaptée au profit de l’observance des traitements. En cela, le pharmacien est irremplaçable. Les progrès galéniques (formes à libération prolongée, etc) et, plus largement, tous les programmes d’aide au respect de l’observan- ce, ne risquent-ils pas, à terme, de déchar- ger les patients de leurs responsabilités à l’égard du traitement ? Tous ces moyens, notamment tech- niques, ont beaucoup d’avenir. D’autant que la conscience du patient est modi- fiée par la maladie. Lorsqu’on est ma- lade, on a une conscience altérée de la vie. Certes, il existe des mécanismes de sauvegarde psychiques qui, potentielle- ment, vont se déclencher à l’annonce d’une maladie grave. L’angoisse sera favorable à l’obser- vance, mais à l’inverse, le patient chro- nique peut avoir envie, de temps en temps, de ne pas penser à sa maladie, d’où un certain lâcher prise par rapport au traitement. Voilà pourquoi les deux démarches sont complémentaires  : le contact hu- main et le relationnel assurés par le professionnel de santé sont néces- saires, de même que les applications qui permettent d’accompagner le malade, notamment au moment où des efforts particuliers lui sont demandés. Mais ce qu’il faut bien comprendre, c’est que ce n’est pas toujours le discours scienti- fique qui doit l’emporter. Il existe des situations où un discours intelligent et éclairé s’impose qui correspond à ce que vivent émotionnellement les gens. Parce qu’il faut se rappeler que, princi- palement, le circuit de la décision est basé sur les émotions. Au total, l’aide technique et le pou- voir d’interprétation du médecin sont parfaitement complémentaires. Sans oublier qu’une des plus grandes révolutions en faveur de l’observance a été permise par les progrès de la ga- lénique. Aller dans le sens du confort du patient et de la rapidité de guérison, voilà des avancées fantastiques. > PROPOS RECUEILLIS PAR DIDIER DOUKHAN * Livre Blanc de la Fondation Concorde, « L’observance des traitements : un défi aux politiques de santé », mars 2014. DenisFompeyrine:«L’observanceestl’une desconséquencesdelabonneexpériencedupatient» DR