SlideShare une entreprise Scribd logo
24 CONFLITS
ENJEUX
« La question de l’énergie
est centrale. L’Europe doit
trouver comment diversifier
ses approvisionnements. Les
États-Unis ont la chance d’être
richement dotés.Accélérer le
mouvement serait bon pour
l’Union européenne et bon pour
l’Amérique… Mon pays a d’ores
et déjà accordé des licences
d’exportation de gaz de schiste
sur des quantités qui équivalent
au volume de gaz consommé
par l’Europe tout entière. »
(Barack Obama)
Par Arnaud Leclercq
L’Auteur
Banquier. Docteur en géopolitique. Dernier
ouvrage paru : La Russie puissance d’Eurasie.
Histoire géopolitique des origines à nos jours
(Ellipses, 2013). www.arnaudleclercq.com
D
ans le contexte de l’annexion
de la Crimée par la Russie, ce
passage du discours de Barack
Obama, le 26 mars 2014 à Bruxelles, a
déchaîné l’imagination de certains ana-
lystes y voyant un coup décisif porté à
la Russie et à ses exportations d’hydro-
carbures.Le président de la Commission
européenne s’est enthousiasmé : « C’est
une bonne idée […] et même une bénédic-
tion pour le monde. » On peut s’étonner
que Manuel Barroso laisse ainsi échap-
per son lyrisme atlantiste sans avoir pré-
alablement réfléchi aux arrière-pensées
du président Obama.
Une révolution géopolitique ?
Afin de mieux cerner les enjeux, il
convient d’abord de comprendre que
l’appellation générique « révolution des
schistes » (shale revolution) aux États-
Unis concerne bien entendu le gaz mais
sans doute plus encore le pétrole, ce qui
est fréquemment négligé. Il s’agit d’une
véritable renaissance énergétique. À la
fin 2013, les réserves de pétrole prouvées
auxÉtats-Unisontatteintunrecordpour
la quatrième année de suite, atteignant
leur plus haut niveau depuis 1976. Les
réservesdegaznaturelsesont,elles,stabi-
lisées mais à un niveau supérieur de 65 %
à celui du début des années 1980. Les
États-Unis sont officiellement devenus
en octobre 2014 la première puissance
énergétique de la planète, devant l’Ara-
bie Saoudite pour le pétrole et la Russie
pour le gaz. L’information est lourde de
conséquences mais, à ce stade, il serait
clairement prématuré d’en déduire un
choc géopolitique mondial.
Pourl’instant,larévolutiondesschistes
n’a pas perturbé l’équilibre mondial du
marché du pétrole. Ces deux dernières
années, la croissance de la production
américaine a en fait couvert l’augmen-
tation de la demande. En satisfaisant
une part non négligeable de sa demande
intérieure, le pétrole américain a contri-
bué à une certaine stabilité qui devrait se
poursuivre si la situation devait empirer
en Irak, au Nigeria et au Venezuela. Cela
changera-t-il à l’avenir ?
La première conséquence de cette
« révolution des schistes » devrait être
la chute des importations d’énergie aux
États-Unis. Par ailleurs, le pétrole rede-
venant abondant, les grands acheteurs
comme la Chine ou l’Inde se retrouve-
ront en position de force, alors qu’au
cours des dix dernières années, le pou-
voir de négociation se trouvait du côté
des producteurs profitant de la demande
croissante des émergents. C’est là un
enjeu commercial et géopolitique cru-
cial notamment pour la Russie et les pays
producteurs d’Afrique.
Un jeu subtil
La grande question qui fait actuelle-
ment débat aux États-Unis est la levée
de l’interdiction d’exporter du pétrole
qui est en place depuis la pénurie de
1976. Pourtant, n’en déplaise à Manuel
Barroso, si les États-Unis lèvent cette
interdiction, cela n’aura pas grand-
chose à voir avec la démocratie, la crise
ukrainienne ou l’islamisme rampant
au Maghreb et dans le Golfe. Comme
souvent avec les États-Unis, au-delà des
Que cherchent les États-Unis
avec le pétrole de schiste ?
1920192619321939194519511958196419701977198319891996
2008
2002
45000
40000
35000
30000
25000
20000
15000
10000
5000
0
12000
10000
8000
6000
4000
2000
0
Production américaine de pétrole
(à gauche, en milliards de barils par jour)
Réserves prouvées américaines de pétrole
(à droite, en millions de barils)
CONFLITS 25
principes philosophiques de liberté, les
motivations sont plus pragmatiques.
La dépendance énergétique des États-
Unis, calculée en divisant les importa-
tions nettes par la consommation totale
d’énergie,était de 30 % en 2006,puis elle
a chuté à 20 % en 2012. Elle devrait se
limiter à 6 % en 2020 et à 3 % en 2035.
Cela ne veut pas dire que le pays cessera
totalement d’importer.Le pétrole obtenu
grâce aux techniques dites non conven-
tionnellesdefracturationhydrauliqueou
de forage horizontal est dit « léger ». Ce
sont donc les importations de ce type de
pétrole, principalement en provenance
de l’Afrique de l’Ouest, qui chuteront de
façondramatique.Parailleurs,lesraffine-
ries américaines sont équipées pour être
alimentées en pétrole « lourd » en pro-
venance d’Arabie Saoudite, du Mexique
ou du Venezuela. En d’autres termes, les
États-Unis resteront un important client
de ces fournisseurs traditionnels.
Les prédictions sont cependant dif-
ficiles car l’abondance d’énergie et son
bas prix doperont la croissance, ce qui
devrait augmenter la consommation
de pétrole et de gaz aux États-Unis. Le
tauxdedépendanceénergétiquepourrait
doncserévélerplusimportantqueprévu.
Par ailleurs,la baisse des prix de l’éner-
gie pose le problème de la rentabilité des
nouveaux gisements.Dans beaucoup de
cas, les coûts sont élevés et, si le baril de
pétrole tombe durablement en-dessous
de 100 dollars le baril, la mise en valeur
des réserves coûtera trop cher et pour-
rait être ralentie. On ne peut exclure
que la révolution des gaz de schiste se
dégonfle dans un avenir proche, ce que
Washington ne prend pas en compte
pour l’instant.
Ainsil’équilibreentreoffreetdemande
est instable et se modifie avec le niveau
des prix.Le jeu des États-Unis doit donc
être subtil et le pétrole de schiste est loin
de représenter une arme absolue.
Un enjeu géopolitique
ou économique ?
Différents think tanks, tant démo-
crates que républicains, font actuelle-
ment un lobbying intense à Washington
en faveur des exportations de pétrole.
Premier argument : cette décision
engendrera une croissance économique
vertueuse. D’ici à 2039, la richesse inté-
rieure qui serait créée est évaluée entre
600 milliards et 1,8 trillion de dollars
suivant la rapidité de la décision prise
par le Congrès et la Maison-Blanche.
Deuxième argument : la production
de pétrole léger aux États-Unis devrait
atteindresonpicen2015.Ilfautdoncfaire
vite afin de capter des parts de marché.
Troisième argument : le citoyen amé-
ricain devrait profiter pleinement d’une
augmentation de ses revenus et d’une
baisse simultanée des coûts de l’énergie.
On le voit, les motivations relèvent
de la politique intérieure ; mais elles
influenceront la politique étrangère de
Washington. Comme Barack Obama
a commencé à le faire à Bruxelles,
l’Amérique mettra en action tous ses
relais directs et indirects pour ce grand
enjeu du xxie
siècle.
De façon traditionnelle, elle se posi-
tionnera en chantre de la liberté du
commerce, mais plus encore en parte-
nairefiableparrapportàd’autrescomme
exportateurs d’énergie considérés ins-
tables – le Venezuela, le Nigeria ou les
nationsduMoyen-Orient.LesÉtats-Unis
viseront plus spécifiquement les marchés
européen et asiatique.Or l’Europe est un
marché quasi captif de la Russie (30 % de
la consommation en gaz y est assurée par
cette dernière) tandis que l’Asie consti-
tue la priorité stratégique définie parVla-
dimir Poutine. Ostraciser Moscou offre
donc un intérêt économique évident :
évincer le concurrent russe de ces deux
marchés afin de s’y installer.
Il n’est donc pas interdit de s’autoriser
une lecture mercantile de l’évolution de
la crise ukrainienne.Pour ces deux zones
géographiques, les règles d’importation
seront largement assouplies grâce au Par-
tenariat transatlantique de commerce et
d’investissement – PTCI – avec l’Europe
et à l’accord de Partenariat trans-Paci-
fique – avec l’Asie orientale –, lesquels
sont négociés actuellement et simul-
tanément avec les États-Unis. Certes, il
faudra quelques années pour régler les
questions réglementaires et logistiques,
mais le gaz américain se prépare à être
exporté vers l’Europe en vastes quantités
et ce n’est qu’une question de temps,sans
doute bref, pour le pétrole.
La révolution du pétrole de schiste ne
vadoncpasmodifierlacartegéopolitique
mondiale ; c’est l’instrumentalisation de
la géopolitique qui modifiera la carte du
marché de l’énergie.Et,si les concurrents
d’Uncle Sam ne trouvent pas d’autres
débouchés et subissent de plein fouet la
baisse de leurs recettes d’exportation, la
réussite des États-Unis sera totale. w
Sources :
w EIA – US Energy Information Administration: Out-
look for US shale oil and gas, Adam Sieminski,
January 4, 2014.
w Columbia SIPA – Center on Global Energy Policy: US
crude oil export policy,Jason Bordoff,July 14,2014.
w Pascal Menges, L’Agefi, 30 juin 2014.
w Brookings – Energy Security Initiative: Changing
Markets,economic opportunities from lifting the US
ban on crude oil exports,Charles Ebinger & Heather
Greenley, September 2014.
L’une des nombreuses exploitations sur le champ de Marcellus (Virginie occidentale-Pennsylvanie).Après
un forage vertical, les compresseurs transportés sur les camions provoquent une pression qui fracture
la roche. Le gaz liquide est évacué par un tube provisoire et stocké dans les réservoirs rouges et bleus.

Contenu connexe

En vedette

2024 State of Marketing Report – by Hubspot
2024 State of Marketing Report – by Hubspot2024 State of Marketing Report – by Hubspot
2024 State of Marketing Report – by Hubspot
Marius Sescu
 
Everything You Need To Know About ChatGPT
Everything You Need To Know About ChatGPTEverything You Need To Know About ChatGPT
Everything You Need To Know About ChatGPT
Expeed Software
 
Product Design Trends in 2024 | Teenage Engineerings
Product Design Trends in 2024 | Teenage EngineeringsProduct Design Trends in 2024 | Teenage Engineerings
Product Design Trends in 2024 | Teenage Engineerings
Pixeldarts
 
How Race, Age and Gender Shape Attitudes Towards Mental Health
How Race, Age and Gender Shape Attitudes Towards Mental HealthHow Race, Age and Gender Shape Attitudes Towards Mental Health
How Race, Age and Gender Shape Attitudes Towards Mental Health
ThinkNow
 
AI Trends in Creative Operations 2024 by Artwork Flow.pdf
AI Trends in Creative Operations 2024 by Artwork Flow.pdfAI Trends in Creative Operations 2024 by Artwork Flow.pdf
AI Trends in Creative Operations 2024 by Artwork Flow.pdf
marketingartwork
 
Skeleton Culture Code
Skeleton Culture CodeSkeleton Culture Code
Skeleton Culture Code
Skeleton Technologies
 
PEPSICO Presentation to CAGNY Conference Feb 2024
PEPSICO Presentation to CAGNY Conference Feb 2024PEPSICO Presentation to CAGNY Conference Feb 2024
PEPSICO Presentation to CAGNY Conference Feb 2024
Neil Kimberley
 
Content Methodology: A Best Practices Report (Webinar)
Content Methodology: A Best Practices Report (Webinar)Content Methodology: A Best Practices Report (Webinar)
Content Methodology: A Best Practices Report (Webinar)
contently
 
How to Prepare For a Successful Job Search for 2024
How to Prepare For a Successful Job Search for 2024How to Prepare For a Successful Job Search for 2024
How to Prepare For a Successful Job Search for 2024
Albert Qian
 
Social Media Marketing Trends 2024 // The Global Indie Insights
Social Media Marketing Trends 2024 // The Global Indie InsightsSocial Media Marketing Trends 2024 // The Global Indie Insights
Social Media Marketing Trends 2024 // The Global Indie Insights
Kurio // The Social Media Age(ncy)
 
Trends In Paid Search: Navigating The Digital Landscape In 2024
Trends In Paid Search: Navigating The Digital Landscape In 2024Trends In Paid Search: Navigating The Digital Landscape In 2024
Trends In Paid Search: Navigating The Digital Landscape In 2024
Search Engine Journal
 
5 Public speaking tips from TED - Visualized summary
5 Public speaking tips from TED - Visualized summary5 Public speaking tips from TED - Visualized summary
5 Public speaking tips from TED - Visualized summary
SpeakerHub
 
ChatGPT and the Future of Work - Clark Boyd
ChatGPT and the Future of Work - Clark Boyd ChatGPT and the Future of Work - Clark Boyd
ChatGPT and the Future of Work - Clark Boyd
Clark Boyd
 
Getting into the tech field. what next
Getting into the tech field. what next Getting into the tech field. what next
Getting into the tech field. what next
Tessa Mero
 
Google's Just Not That Into You: Understanding Core Updates & Search Intent
Google's Just Not That Into You: Understanding Core Updates & Search IntentGoogle's Just Not That Into You: Understanding Core Updates & Search Intent
Google's Just Not That Into You: Understanding Core Updates & Search Intent
Lily Ray
 
How to have difficult conversations
How to have difficult conversations How to have difficult conversations
How to have difficult conversations
Rajiv Jayarajah, MAppComm, ACC
 
Introduction to Data Science
Introduction to Data ScienceIntroduction to Data Science
Introduction to Data Science
Christy Abraham Joy
 
Time Management & Productivity - Best Practices
Time Management & Productivity -  Best PracticesTime Management & Productivity -  Best Practices
Time Management & Productivity - Best Practices
Vit Horky
 
The six step guide to practical project management
The six step guide to practical project managementThe six step guide to practical project management
The six step guide to practical project management
MindGenius
 
Beginners Guide to TikTok for Search - Rachel Pearson - We are Tilt __ Bright...
Beginners Guide to TikTok for Search - Rachel Pearson - We are Tilt __ Bright...Beginners Guide to TikTok for Search - Rachel Pearson - We are Tilt __ Bright...
Beginners Guide to TikTok for Search - Rachel Pearson - We are Tilt __ Bright...
RachelPearson36
 

En vedette (20)

2024 State of Marketing Report – by Hubspot
2024 State of Marketing Report – by Hubspot2024 State of Marketing Report – by Hubspot
2024 State of Marketing Report – by Hubspot
 
Everything You Need To Know About ChatGPT
Everything You Need To Know About ChatGPTEverything You Need To Know About ChatGPT
Everything You Need To Know About ChatGPT
 
Product Design Trends in 2024 | Teenage Engineerings
Product Design Trends in 2024 | Teenage EngineeringsProduct Design Trends in 2024 | Teenage Engineerings
Product Design Trends in 2024 | Teenage Engineerings
 
How Race, Age and Gender Shape Attitudes Towards Mental Health
How Race, Age and Gender Shape Attitudes Towards Mental HealthHow Race, Age and Gender Shape Attitudes Towards Mental Health
How Race, Age and Gender Shape Attitudes Towards Mental Health
 
AI Trends in Creative Operations 2024 by Artwork Flow.pdf
AI Trends in Creative Operations 2024 by Artwork Flow.pdfAI Trends in Creative Operations 2024 by Artwork Flow.pdf
AI Trends in Creative Operations 2024 by Artwork Flow.pdf
 
Skeleton Culture Code
Skeleton Culture CodeSkeleton Culture Code
Skeleton Culture Code
 
PEPSICO Presentation to CAGNY Conference Feb 2024
PEPSICO Presentation to CAGNY Conference Feb 2024PEPSICO Presentation to CAGNY Conference Feb 2024
PEPSICO Presentation to CAGNY Conference Feb 2024
 
Content Methodology: A Best Practices Report (Webinar)
Content Methodology: A Best Practices Report (Webinar)Content Methodology: A Best Practices Report (Webinar)
Content Methodology: A Best Practices Report (Webinar)
 
How to Prepare For a Successful Job Search for 2024
How to Prepare For a Successful Job Search for 2024How to Prepare For a Successful Job Search for 2024
How to Prepare For a Successful Job Search for 2024
 
Social Media Marketing Trends 2024 // The Global Indie Insights
Social Media Marketing Trends 2024 // The Global Indie InsightsSocial Media Marketing Trends 2024 // The Global Indie Insights
Social Media Marketing Trends 2024 // The Global Indie Insights
 
Trends In Paid Search: Navigating The Digital Landscape In 2024
Trends In Paid Search: Navigating The Digital Landscape In 2024Trends In Paid Search: Navigating The Digital Landscape In 2024
Trends In Paid Search: Navigating The Digital Landscape In 2024
 
5 Public speaking tips from TED - Visualized summary
5 Public speaking tips from TED - Visualized summary5 Public speaking tips from TED - Visualized summary
5 Public speaking tips from TED - Visualized summary
 
ChatGPT and the Future of Work - Clark Boyd
ChatGPT and the Future of Work - Clark Boyd ChatGPT and the Future of Work - Clark Boyd
ChatGPT and the Future of Work - Clark Boyd
 
Getting into the tech field. what next
Getting into the tech field. what next Getting into the tech field. what next
Getting into the tech field. what next
 
Google's Just Not That Into You: Understanding Core Updates & Search Intent
Google's Just Not That Into You: Understanding Core Updates & Search IntentGoogle's Just Not That Into You: Understanding Core Updates & Search Intent
Google's Just Not That Into You: Understanding Core Updates & Search Intent
 
How to have difficult conversations
How to have difficult conversations How to have difficult conversations
How to have difficult conversations
 
Introduction to Data Science
Introduction to Data ScienceIntroduction to Data Science
Introduction to Data Science
 
Time Management & Productivity - Best Practices
Time Management & Productivity -  Best PracticesTime Management & Productivity -  Best Practices
Time Management & Productivity - Best Practices
 
The six step guide to practical project management
The six step guide to practical project managementThe six step guide to practical project management
The six step guide to practical project management
 
Beginners Guide to TikTok for Search - Rachel Pearson - We are Tilt __ Bright...
Beginners Guide to TikTok for Search - Rachel Pearson - We are Tilt __ Bright...Beginners Guide to TikTok for Search - Rachel Pearson - We are Tilt __ Bright...
Beginners Guide to TikTok for Search - Rachel Pearson - We are Tilt __ Bright...
 

Que cherchent les États-Unis avec le pétrole de schiste ? (Conflits n°4)

  • 1. 24 CONFLITS ENJEUX « La question de l’énergie est centrale. L’Europe doit trouver comment diversifier ses approvisionnements. Les États-Unis ont la chance d’être richement dotés.Accélérer le mouvement serait bon pour l’Union européenne et bon pour l’Amérique… Mon pays a d’ores et déjà accordé des licences d’exportation de gaz de schiste sur des quantités qui équivalent au volume de gaz consommé par l’Europe tout entière. » (Barack Obama) Par Arnaud Leclercq L’Auteur Banquier. Docteur en géopolitique. Dernier ouvrage paru : La Russie puissance d’Eurasie. Histoire géopolitique des origines à nos jours (Ellipses, 2013). www.arnaudleclercq.com D ans le contexte de l’annexion de la Crimée par la Russie, ce passage du discours de Barack Obama, le 26 mars 2014 à Bruxelles, a déchaîné l’imagination de certains ana- lystes y voyant un coup décisif porté à la Russie et à ses exportations d’hydro- carbures.Le président de la Commission européenne s’est enthousiasmé : « C’est une bonne idée […] et même une bénédic- tion pour le monde. » On peut s’étonner que Manuel Barroso laisse ainsi échap- per son lyrisme atlantiste sans avoir pré- alablement réfléchi aux arrière-pensées du président Obama. Une révolution géopolitique ? Afin de mieux cerner les enjeux, il convient d’abord de comprendre que l’appellation générique « révolution des schistes » (shale revolution) aux États- Unis concerne bien entendu le gaz mais sans doute plus encore le pétrole, ce qui est fréquemment négligé. Il s’agit d’une véritable renaissance énergétique. À la fin 2013, les réserves de pétrole prouvées auxÉtats-Unisontatteintunrecordpour la quatrième année de suite, atteignant leur plus haut niveau depuis 1976. Les réservesdegaznaturelsesont,elles,stabi- lisées mais à un niveau supérieur de 65 % à celui du début des années 1980. Les États-Unis sont officiellement devenus en octobre 2014 la première puissance énergétique de la planète, devant l’Ara- bie Saoudite pour le pétrole et la Russie pour le gaz. L’information est lourde de conséquences mais, à ce stade, il serait clairement prématuré d’en déduire un choc géopolitique mondial. Pourl’instant,larévolutiondesschistes n’a pas perturbé l’équilibre mondial du marché du pétrole. Ces deux dernières années, la croissance de la production américaine a en fait couvert l’augmen- tation de la demande. En satisfaisant une part non négligeable de sa demande intérieure, le pétrole américain a contri- bué à une certaine stabilité qui devrait se poursuivre si la situation devait empirer en Irak, au Nigeria et au Venezuela. Cela changera-t-il à l’avenir ? La première conséquence de cette « révolution des schistes » devrait être la chute des importations d’énergie aux États-Unis. Par ailleurs, le pétrole rede- venant abondant, les grands acheteurs comme la Chine ou l’Inde se retrouve- ront en position de force, alors qu’au cours des dix dernières années, le pou- voir de négociation se trouvait du côté des producteurs profitant de la demande croissante des émergents. C’est là un enjeu commercial et géopolitique cru- cial notamment pour la Russie et les pays producteurs d’Afrique. Un jeu subtil La grande question qui fait actuelle- ment débat aux États-Unis est la levée de l’interdiction d’exporter du pétrole qui est en place depuis la pénurie de 1976. Pourtant, n’en déplaise à Manuel Barroso, si les États-Unis lèvent cette interdiction, cela n’aura pas grand- chose à voir avec la démocratie, la crise ukrainienne ou l’islamisme rampant au Maghreb et dans le Golfe. Comme souvent avec les États-Unis, au-delà des Que cherchent les États-Unis avec le pétrole de schiste ? 1920192619321939194519511958196419701977198319891996 2008 2002 45000 40000 35000 30000 25000 20000 15000 10000 5000 0 12000 10000 8000 6000 4000 2000 0 Production américaine de pétrole (à gauche, en milliards de barils par jour) Réserves prouvées américaines de pétrole (à droite, en millions de barils)
  • 2. CONFLITS 25 principes philosophiques de liberté, les motivations sont plus pragmatiques. La dépendance énergétique des États- Unis, calculée en divisant les importa- tions nettes par la consommation totale d’énergie,était de 30 % en 2006,puis elle a chuté à 20 % en 2012. Elle devrait se limiter à 6 % en 2020 et à 3 % en 2035. Cela ne veut pas dire que le pays cessera totalement d’importer.Le pétrole obtenu grâce aux techniques dites non conven- tionnellesdefracturationhydrauliqueou de forage horizontal est dit « léger ». Ce sont donc les importations de ce type de pétrole, principalement en provenance de l’Afrique de l’Ouest, qui chuteront de façondramatique.Parailleurs,lesraffine- ries américaines sont équipées pour être alimentées en pétrole « lourd » en pro- venance d’Arabie Saoudite, du Mexique ou du Venezuela. En d’autres termes, les États-Unis resteront un important client de ces fournisseurs traditionnels. Les prédictions sont cependant dif- ficiles car l’abondance d’énergie et son bas prix doperont la croissance, ce qui devrait augmenter la consommation de pétrole et de gaz aux États-Unis. Le tauxdedépendanceénergétiquepourrait doncserévélerplusimportantqueprévu. Par ailleurs,la baisse des prix de l’éner- gie pose le problème de la rentabilité des nouveaux gisements.Dans beaucoup de cas, les coûts sont élevés et, si le baril de pétrole tombe durablement en-dessous de 100 dollars le baril, la mise en valeur des réserves coûtera trop cher et pour- rait être ralentie. On ne peut exclure que la révolution des gaz de schiste se dégonfle dans un avenir proche, ce que Washington ne prend pas en compte pour l’instant. Ainsil’équilibreentreoffreetdemande est instable et se modifie avec le niveau des prix.Le jeu des États-Unis doit donc être subtil et le pétrole de schiste est loin de représenter une arme absolue. Un enjeu géopolitique ou économique ? Différents think tanks, tant démo- crates que républicains, font actuelle- ment un lobbying intense à Washington en faveur des exportations de pétrole. Premier argument : cette décision engendrera une croissance économique vertueuse. D’ici à 2039, la richesse inté- rieure qui serait créée est évaluée entre 600 milliards et 1,8 trillion de dollars suivant la rapidité de la décision prise par le Congrès et la Maison-Blanche. Deuxième argument : la production de pétrole léger aux États-Unis devrait atteindresonpicen2015.Ilfautdoncfaire vite afin de capter des parts de marché. Troisième argument : le citoyen amé- ricain devrait profiter pleinement d’une augmentation de ses revenus et d’une baisse simultanée des coûts de l’énergie. On le voit, les motivations relèvent de la politique intérieure ; mais elles influenceront la politique étrangère de Washington. Comme Barack Obama a commencé à le faire à Bruxelles, l’Amérique mettra en action tous ses relais directs et indirects pour ce grand enjeu du xxie siècle. De façon traditionnelle, elle se posi- tionnera en chantre de la liberté du commerce, mais plus encore en parte- nairefiableparrapportàd’autrescomme exportateurs d’énergie considérés ins- tables – le Venezuela, le Nigeria ou les nationsduMoyen-Orient.LesÉtats-Unis viseront plus spécifiquement les marchés européen et asiatique.Or l’Europe est un marché quasi captif de la Russie (30 % de la consommation en gaz y est assurée par cette dernière) tandis que l’Asie consti- tue la priorité stratégique définie parVla- dimir Poutine. Ostraciser Moscou offre donc un intérêt économique évident : évincer le concurrent russe de ces deux marchés afin de s’y installer. Il n’est donc pas interdit de s’autoriser une lecture mercantile de l’évolution de la crise ukrainienne.Pour ces deux zones géographiques, les règles d’importation seront largement assouplies grâce au Par- tenariat transatlantique de commerce et d’investissement – PTCI – avec l’Europe et à l’accord de Partenariat trans-Paci- fique – avec l’Asie orientale –, lesquels sont négociés actuellement et simul- tanément avec les États-Unis. Certes, il faudra quelques années pour régler les questions réglementaires et logistiques, mais le gaz américain se prépare à être exporté vers l’Europe en vastes quantités et ce n’est qu’une question de temps,sans doute bref, pour le pétrole. La révolution du pétrole de schiste ne vadoncpasmodifierlacartegéopolitique mondiale ; c’est l’instrumentalisation de la géopolitique qui modifiera la carte du marché de l’énergie.Et,si les concurrents d’Uncle Sam ne trouvent pas d’autres débouchés et subissent de plein fouet la baisse de leurs recettes d’exportation, la réussite des États-Unis sera totale. w Sources : w EIA – US Energy Information Administration: Out- look for US shale oil and gas, Adam Sieminski, January 4, 2014. w Columbia SIPA – Center on Global Energy Policy: US crude oil export policy,Jason Bordoff,July 14,2014. w Pascal Menges, L’Agefi, 30 juin 2014. w Brookings – Energy Security Initiative: Changing Markets,economic opportunities from lifting the US ban on crude oil exports,Charles Ebinger & Heather Greenley, September 2014. L’une des nombreuses exploitations sur le champ de Marcellus (Virginie occidentale-Pennsylvanie).Après un forage vertical, les compresseurs transportés sur les camions provoquent une pression qui fracture la roche. Le gaz liquide est évacué par un tube provisoire et stocké dans les réservoirs rouges et bleus.