SlideShare une entreprise Scribd logo
Dieu ,la Patrie, le Roi
ROYAUME DU MAROC
UNIVERSITE IBN TOFAIL --- Faculté de sciences
Filière : Génie Civil
RAPPORT DE STAGE EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME
DE …………………………………………………………………
MISE EN ŒUVRE ET REALISATION DU GROS ŒUVRE D’UN BATIMENT
SOUS LE THEME INTITULE:
PERIODE DE STAGE : Du ……./……/2022 au …./……/2022
SOCIETE D’ACCUEIL : SALBI s.a.r.l
Réalisé par :
ANNEE UNIVERSITAIRE : 2021-2022
Soutenu le ..…/……/2022 devant le jury Composé de :
Mr ……………… Professeur à ……………………………………Président
Mr ………………..Professeur à …………………………………..Examinateur
Mr …………….. Ingénieur GC …………………………………..Examinateur
Mr…………………Professeur à ………………………………….....Encadrant
Plan de travail
I. DÉDICACE III. INTRODUCTION
IV. TOUT CORPS D’ÉTAT V.
PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE
/SOCIÉTÉ
II. REMERCIEMENTS
VI. ANNEXE
VII. CONCLUSION
A. Généralités sur le Gros Œuvre
B. Les intervenants d’un projet de construction
C. Les Moyens Humains et Matériels sur le
chantier
D. Les différents plans utilisés sur le chantier
E. Les réunions de chantier
F. Installation de Chantier
G. Les travaux et activités de la Réalisation
du Gros Œuvre
1- Historique et renseignements
2- Organigramme de l’entreprise
3- Organigramme du chantier
1. Plan d’installation du chantier
2. Une grue sur chantier
3. Quelques Images de la structure
porteuse Gros Œuvre en B-A
1. Implantation et Terrassement
2. Fondations
3. Les Poteaux
4. Les poutres
5. Les planchers
6. Elévation des murs / Maçonneries
I - DEDICACE
A Dieu Tout Puissant,
Créateur du ciel et de la terre pour son Amour sans
Cesse renouvelé et sa grâce accordée dans notre vie
Toute la Gloire lui revient.
A mon Père et ma Mère,
Vous vous êtes dépensés pour moi sans compter
En reconnaissance de tous vos sacrifices que vous avez
Consentis pour me permettre d’atteindre cette étape de ma vie.
Avec toute ma tendresse.
A mes précieux frères et sœurs, ainsi qu’à tous les autres membres de
Ma Famille ; Vous avez de près ou de loin contribué à ma formation.
Affectueuse reconnaissance.
A tous mes admirables Professeurs pour le soutien et vos conseils tout
Au long de ma formation ainsi qu’à tous les membres administratifs
De l’université, tous mes respects à vous
A tous mes amis, collègues à qui je souhaite tous les vœux de succès dans leurs études.
II - REMERCIEMENTS
Avant tout, je remercie grandement Dieu tout puissant Créateur du ciel et de la terre pour son amour,
la grâce, le courage et la force qu’il nous accorde afin de réaliser toutes choses, en l’occurrence nos études.
Comme nous pouvons tous nous convenir, aucune œuvre humaine ne peut se réaliser sans la
contribution et l’aide d’autrui. Ce modeste rapport de fin stage est le résultat d’un effort constant, et cet
effort n’aurait pu aboutir sans la contribution et l’aide d’un certains nombres de personnes. Ainsi, se
présente l’occasion de les remercier.
Tout d’abords, je remercie le directeur de la société SALBI Sarl qui m’accueilli à bras ouvert dans l’un
des chantiers de son entreprise en tant que stagiaire, ainsi que le Chef de chantier Mr ………………..qui a été
pour moi un grand guide tout au long de ma période de stage sur le chantier.
Ensuite, je remercie Le Professeur …………………. pour sa disponibilité, son soutien indéfectible et son
encadrement pour la réalisation de ce présent travail et ainsi que tout l’ensemble des professeurs pour la
rigueur de leur enseignement et l’étendue de leur savoir.
En outre, je remercie affectueusement mes parents, mes frères et sœurs cousins et cousines ainsi
que l‘ensemble de mes amis qui m’ont soutenus financièrement et moralement dans le cadre de mes
études.
Et Enfin, mes remerciements le plus sincères vont à l‘endroit de tous ceux qui ont de près ou de
loin contribué à la réalisation de ce modeste Rapport.
III - INTRODUCTION
De nos jours nous remarquons dans nos villes et partout dans le monde, et surtout dans des pays
en voie développement, les bâtiments qui poussent comme des champions et la réalisation de toutes
sortes de constructions. Et cela demande de plus en plus de la main d’œuvre hautement qualifiée et
compétente issue du domaine des bâtiments et travaux publics ou du Génie Civil en général.
Pour ce faire, la formation de cette main d’œuvre hautement qualifiée et compétente est
extrêmement prépondérante dans les établissements et écoles de formation. Et dans le processus de
cette formation se trouve un outil indispensable pour les apprenants et étudiants qu’on appelle
le « STAGE ». Ce dernier constitue pour eux une occasion de prouver leur compétence ainsi que la
richesse de leur formation en passant de la théorie à la pratique les connaissances acquises tout au long
de celle- ci.
C’est dans cette optique que la faculté des sciences de l’Université IBN TOFAIL dans ses
programmes de formations offre aux étudiants l’opportunité de passer le stage dans les sociétés,
entreprises, bureaux d’études techniques et bien d’autres exerçant dans le domaine du bâtiment et
travaux publics et du Génie Civil en général.
Personnellement, j’ai eu l’occasion de passer mon stage dans un chantier tenu par la société
SALBI Sarl en qualité d’Ouvrier Polyvalent sous le thème intitulé «MISE EN ŒUVRE ET REALISATION DU
GROS ŒUVRE D’UN BATIMENT».
D’où l’importance de ce rapport pour présenter l’expérience, des techniques et connaissances
acquises durant cette période de stage.
IV – TOUT CORPS D’ETAT
A. GENERALITES SUR LE GROS ŒUVRE(GO)
Le gros œuvre d’un ouvrage consiste en la construction de son ossature ou encore appelé structure.
C’est l'ensemble des éléments de l'édifice qui concourent à la reprise des efforts subis en permanence par
la construction (les charges reçues et le poids propre de l'édifice) et des efforts temporaires (vent, séismes,
etc.) : tout ce qui concourt à la solidité, à la stabilité de l'édifice (fondations avec armatures, gros murs,
poteaux, planchers, charpentes, etc…).
Le gros œuvre est en général réalisé en pierre, en bois, en terre cuite ou crue, ou en parpaing pour
les petites constructions. Pour les structures plus importantes, l’ossature est réalisée en béton armé, qui
pourra être enterrée. Elle pourra également être réalisée en charpente métal, qui est une structure plus
légère que le béton.
En général, On entend par gros œuvre tous les travaux qui permettent la mise hors d’eau, hors d’air de
la maison/bâtiment. Les travaux de gros œuvre comprennent donc les éléments suivants : Le terrassement,
L’excavation, Les fondations, L’assainissement, Le soubassement, Le Plancher, L'élévation, La charpente, La
toiture, Les menuiseries extérieures et intérieures, les poteaux et biens d’autres éléments.
Les travaux du gros œuvre réalisés lors de mon passage au chantier durant ma période de stage sont les
suivants :
 Implantation et Terrassement
 Les Fondations
 Les Poteaux
 Les poutres
 Les planchers
 L’élévation des murs/Maçonneries
B - LES INTERVENANTS D’UN PROJET DE CONSTRUCTION
Maître d’ouvrage
Le client, le commanditaire, le donneur d’ordre… le MOA peut être l’Etat, une collectivité, un
promoteur, ou un particulier qui veut construire sa maison etc.
Architecte
Souvent le premier interlocuteur du Maître d’ouvrage. En fonction de son budget, il
conçoit et dessine le bâtiment pour répondre au cahier des charges (fonctionnalité,
esthétique). L’architecte est pour le Maitre d’ouvrage une source de conseils opportuns.
BET ou bureau d’études techniques
Calcule et dessine les plans de structure qui seront vérifiés par le bureau de contrôle, puis
utilisés par l’entreprise de gros œuvre.
Maitre d’œuvre
Le chef d’orchestre du projet de construction. Il s’assure du respect des délais, du
budget, assure la direction des travaux et en est responsable devant le Maitre d’ouvrage.
Le plus souvent, l’architecte est le maitre d’œuvre, mais cette fonction peut aussi être
assurée par le BET, des maîtres d’œuvre indépendants, ou le maitre d’ouvrage lui-même.
Laboratoire
Il intervient au niveau de tous les maillons de la chaîne de construction,
depuis les études géotechniques (Détermine la qualité du sol, ses caractéristiques
mécaniques et les dispositions à prendre en fondations), la recherche de matériaux,
les essais d'informations, d'agrément et de recette des matériaux jusqu'à la
réception des travaux ou de l’ouvrage
Bureau de contrôle technique ou contrôleur technique (CT)
Son rôle est de s’assurer du respect des normes en phase conception et travaux. Il
vérifie les calculs, les plans d’architecte et du BET.
Coordonnateur SPS
La mission SPS a pour but de coordonner les entreprises sur le chantier vis-
à-vis des risques professionnels, pour réduire les impacts sur la santé et la sécurité des
travailleurs. En cas d’accident grave, le coordonnateur SPS est responsable
pénalement.
OPC (Ordonnancement Pilotage Coordination)
Son rôle est de coordonner les entreprises pour vérifier chaque semaine l’avancée
des travaux, pour une livraison de l’ouvrage dans les délais.
AMO (Assistance Maitrise d’Ouvrage) ou Maitre
d’Ouvrage Délegué(MOD)
L’AMO est là pour aider le Maitre d’Ouvrage dans toutes ses
tâches : études, cahier des charges, contrats, coordination des
intervenants, réception… Par son expertise et ses propositions,
l’AMO permet au Maitre d’Ouvrage de gagner du temps, et lui
assure que l’ouvrage construit réponde bien à son besoin.
Entreprises
Le chantier peut ne comporter qu’une entreprise générale qui
assure tous les travaux, ou différentes entreprises qui
correspondent aux différents corps de métier : entreprise de gros
œuvre (GO), de VRD (voirie et réseaux divers), de plomberie,
d’électricité, de carrelage, de peinture, de menuiseries etc.
RAPPORT DE STAGE  sur CHANTIER  BTP (by BR Engineering ) (1) (1).pdf
C - LES MOYENS HUMAINS ET MATERIELS SUR CHANTIER
 LES MOYENS HUMAINS
Dans un chantier de construction quand on parle de moyens humains, il s’agit
de la main d’œuvres c.-à-d. des personnes qui y travaillent ; qui assurent le
déroulement, le fonctionnement ainsi que la réalisation et l’exécution des travaux sur
le chantier.
D’une manière générale parmi ces personnes nous distinguons :
 Le Chef /responsable du chantier
 Le conducteur de travaux
 Le pointeur
 Les techniciens et techniciens spécialisés
 Les Grutiers
 Les ouvriers qualifiés et non qualifiés
 Et bien d’autres
En sommes, la main d’œuvres varie d’un chantier à un autre et bien sûr en fonction du
besoin, de l’importance des tâches et travaux à réaliser sur le chantier ainsi que de
l’envergure du projet.
LES MOYENS MATERIELS
Il s’agit de tout ce qui concerne les équipements et l’outillage tant mécanique
que manuel utilisés pour la réalisation et l’exécution des travaux de construction sur le
chantier tels que :
-Pelle hydraulique -Les chargeurs
-compacteur -La bétonnière
-Les Grues - Les brouettes
-Les vibreurs -Le décamètre et mètre
-Les burins - Les truelles
-Le fil à plomb - Les pioches
-Les pelles -Niveau à bulle d’air
-Massettes et marteaux - Le Serre-joint de maçon
-Les étais de maçon -Les chandelles
-Et bien d’autres matériels
D - LES DIFFERENTS PLANS UTILISES SUR LE CHANTIER
Sur le chantier, on utilise deux catégories de plans qui sont : les
plans d’architecte et les plans techniques.
 LES PLANS D’ARCHITECTE/ OU D’ARCHITECTURE
Les plans d'architecte permettent de représenter graphiquement et techniquement un
bâtiment, en prenant en compte les besoins et désirs du maître d'ouvrage (le client), afin de
mettre en évidence les caractéristiques du projet. Tout comme le nom l’indique ce sont des
plans préparés par un Architecte et parmi ces plans nous avons :
 Le plan de masse
Le plan de masse permet de représenter un projet dans son ensemble, vue
du dessus, en intégrant les limites du terrain, les différents accès, et éventuellement
les bâtiments voisins.
 Le plan de niveau
Le plan de niveau est le plan le plus important en architecture. Il s’agit d’une
vue de dessus qui représente les différents espaces et limites (murs, portes et
fenêtres) d’un étage.
Le plan d’élévation ou de façade
Une élévation est la représentation d'une façade. C'est la vue la
plus commune pour représenter l'aspect extérieur d'une maison ou
d'un immeuble.
 Le plan de coupe
Une vue en coupe représente un bâtiment coupé selon un
plan vertical. Dans cette vue, chaque élément coupé par le plan est
représenté par une ligne en gras.
 LES PLANS TECHNIQUES
Communément appelés plans d’exécution, ce sont des dessins techniques qui
renseignent tous les détails de construction sur tout ce qui est élément en béton Armé
et sont préparés par un Bureau d’Etudes Technique(B.E.T). Parmi ces plans nous avons :
 Le plan de coffrage
Un plan de coffrage est un dessin technique qui sert de référence pour l’exécution de
l’ossature de l’ouvrage. Il renseigne les dimensions de sections des semelles, des longrines,
des poteaux et des poutres ainsi que la hauteur / Epaisseur des dalles par niveau
(étage).
 Le plan de ferraillage
Un plan de ferraillage est un dessin technique, une représentation des
armatures(Aciers) d'un ouvrage en béton armé et destiné aux ferrailleurs .il indique
notamment : la nature des Armatures ainsi que le positionnement disposition et le
nombre des barres de chaque élément de la structure en béton armé.
En bref, le plan de ferraillage permet d’expliquer toutes les armatures qu’il faut
utiliser et à quel endroit tout en spécifiant toutes les caractéristiques.
E – LES REUNIONS DE CHANTIER
La réunion de chantier est le rendez-vous régulier
indispensable au bon déroulement de travaux. Elle permet de faire
le point sur l'état d'avancement des travaux et le respect du
contrat, de décider des mesures nécessaires au respect du délai
global d'exécution, etc.
Chacun des participants de projet (maître d’ouvrage, Bureau
d’étude, Bureau de contrôle, chef chantier et le métreur…) doit
contrôler l’avancement des travaux effectués par l’entreprise.
À Chaque fois ses extrémités se réunissent pour discuter le
déroulement des travaux et les problèmes posés, pour faire des
modifications afin d’éviter les obstacles et fin de compte remplir un
procès-verbal (PV) qui doit nettement porter les signatures des
intervenants
F - INSTALLATION DE CHANTIER
Avant d’entamer avec les travaux de construction sur le chantier l’on procède tout d’abord à
l’installation du chantier et cela se fait à base du plan d’installation de chantier communément appelé
PIC qui est un plan aussi important que les plans précédemment cités.
A quoi consiste le PIC ? Il permet de garantir une exploitation optimale ainsi qu’une organisation
bien définie du terrain du projet, afin de faciliter l’exécution des travaux sur le chantier.il définit en
détail les éléments suivants :
 L’emprise de l’ouvrage à bâtir
 L’emplacement du panneau de chantier, et de la clôture provisoire pour signaler le chantier
 Les limites d’implantation et de terrassement
 Le tracé des voies d’accès au chantier du personnel et des engins ainsi que les espaces nécessaires et
suffisants pour le stationnement et la circulation des engins
 L’emplacement de la grue, avec indication de son emprise et son aire de balayage
 L’emplacement du poste de fabrication du béton : Bétonnière, parc à agrégats, silo ou abris à liants avec
indication des surfaces occupées
 Zone de stockage et de façonnage des aciers, et la zone de préfabrication si elle a lieu sur le chantier
 Emplacement des locaux de matériels, et cantonnements pour le personnel sur chantier
 Le tracé des circuits provisoires des réseaux d’alimentation en eau, électricité et d’évacuation.
G - LES TRAVAUX ET ACTIVITES DE LA REALISATION DU GROS ŒUVRE
1 - IMPLANTATION ET TERRASSEMENT
C'est la première étape de construction sur le chantier, qui fait l'emplacement de
l’ouvrage sur le terrain (implantation) et qui est un ensemble de mouvements appliqués au
sol pour modifier sa surface naturelle(Terrassement).
Mise en œuvre et réalisation
L’implantation et le terrassement sont deux opérations complémentaires dont les
phases d’exécution se succèdent les unes après les autres tout au long de la réalisation
des travaux de ces dernières selon un ordre bien défini en fonction des
caractéristiques de la construction.
 Tout d’abord l’on procède au décapage : il s’agit d’un terrassement de très faible
profondeur (environ 15 à 20 cm). Il se fait en général pour se débarrasser de la
terre végétale
 Le piquetage et le positionnement des chaises d’implantation : il s’agit de
matérialiser des axes généralement orthogonaux sur le terrain et cela se fait au
moyen des piquets et des chaises d’implantation. Pour les réaliser on établit une
base hors de l’emprise de construction parallèlement à l’axe du bâtiment. Cette
base servira à obtenir les lignes directrices
 Placer les repères sur les chaises : à partir de l’alignement des chaises
d’implantation et du plan de la construction, on marque sur chaque chaise
l’épaisseur du mur, son axe et les limites de la fondation (fouilles) en plantant les
clous dans la planche horizontale en marquant l’axe de la fouille à la peinture ceci
étant dit le traçage sur le terrain des surfaces de fouilles (en tranchée ou en
rigole ) pour des semelles isolées ou filantes ainsi que pour les longrines.
Sur le chantier où j’ai passé mon stage dans le projet il s’agissait des semelles isolées
comme vous pourrez le voir sur l’image ci-dessous :
Légende :
 les surfaces des fouilles
des semelles
 l’intersection des axes
montrant le centre des
poteaux
 On passe à l’extraction des déblais : il s’agit de creuser et ensuite enlever la
terre pour la réalisation des fouilles qui vont recevoir les semelles et les longrines.
En voici une image représentative :
 Le chargement d’une certaine quantité des déblais sur les engins de transport
afin de les transporter dans un autre endroit si cela est nécessaire
 Enfin ce sera le remblai : il consiste à combler les espaces vides restants
dans la fouille tout juste après la réalisation des fondations (semelles et
longrines) en utilisant la terre qui a été enlevée précédemment lors de la
phase de l’extraction des déblais si la qualité de celle–ci est approuvée par le
laboratoire sinon l’on procédera au remblai d’apport.
Légende :
 Fouille de la semelle
2-LES FONDATIONS
Une fondation se définit comme la partie d'un bâtiment ou d'un ouvrage de travaux publics
qui assure la transmission dans le sol des charges (poids propre, forces climatiques, sismiques et
charges d'exploitation) de celui-ci.
Les fondations d’un bâtiment représentent un enjeu essentiel de sa construction, car elles
forment la partie structurelle qui assure sa portance et permet de contrôler les tassements dus aux
charges qu'il applique au sol et les infiltrations dues à la présence éventuelle d'eau dans le terrain.
LA CONSTITUTION D’UNE FONDATION
a – LES SEMELLES
Une semelle est un élément d'infrastructure, généralement en béton armé qui
reprend les charges d'un organe de structure d'une construction et qui transmet et
répartit ces charges sur le sol (fond de coffre ou niveau d'assise). On distingue les semelles
isolées que l'on retrouve au droit d'un poteau (autrement dit les semelles isolées sous
poteaux) et des semelles filantes généralement situées sous un mur ou un voile.
En l’occurrence, Sur le chantier où j’ai passé mon stage dans le projet il s’agissait
des semelles isolées sous poteaux.
Mise en œuvre et réalisation
Tout juste après qu’on ait réalisé la fouille de la semelle, on suit les étapes suivantes :
 On coule une fine épaisseur du béton de propreté dosé à 150 kg/m3 généralement de 4 à 5 cm
avec une surface entièrement lissée
 On passe les deux cordeaux opposés entre les deux points de chaises correspondants aux axes qui
passent par le centre de la semelle et on fait la projection du point d'intersection des deux axes, à
l’aide du fil à plomb suivant le plan de coffrage.
 On marque le centre de la semelle et qui est aussi le centre du poteau sur le béton de propreté et
les autres points au voisinage de ce dernier, et ensuite on prend les mesures de la semelle et du
poteau dans le plan, et on les trace suivant les perpendiculaires des alignements de telle façon
que le traçage soit bien visible
 La mise en place du coffrage en bois pour résister à la poussée du béton.
 Le façonnage et la pose de l’armature assemblée (ferraillage) de la semelle ainsi que celle de
l’attente du poteau qui va assurer la continuité du poteau et qui va permettre aussi la pose de
l’armature des longrines
 La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3
 Enfin ce sera le décoffrage après séchage du béton
Légende :
 Fil à plomb
• Surface de la semelle
• Coffrage en bois
• Armatures (Aciers)
• Semelle après
décoffrage
En voici quelques images représentatives
b - LES LONGRINES
Une longrine est un élément d’infrastructure disposé à l'horizontale généralement de forme
rectangulaire. Dans le bâtiment, le mot désigne aussi bien une poutre en béton utilisée en fondation
que l'armature servant à la réaliser. Une longrine assure la répartition des charges qu'elle supporte (les
voiles, les murs de façades et de refend) et/ou leur report vers des appuis ponctuels (micropieux,
semelles isolées..). Située en périphérie d'un bâtiment elle est souvent associée à la dalle de plancher
bas ; permettant aussi soit d’augmenter la résistance d’un élément d’ossature soit d’empêcher sa
désunion ou son écartement.
Mise en œuvre et réalisation
 A partir des attentes de poteaux déjà réalisées avec la semelle qui servent de référence l’on
procède au coffrage et la pose du ferraillage de la longrine bien sûr après le séchage du béton de
propreté qu’on va d’abord couler dosé à 150 kg/m3 généralement de 4 à 5 cm avec une surface
entièrement lissée.
La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3
Enfin ce sera le décoffrage après séchage du béton
Légende :
• Coffrage en bois
• Armatures (Aciers)
• Serre-joint (pour étayer et maintenir le
coffrage)
c – LE DALLAGE /LE PLANCHER BAS
Un dallage est un élément d’infrastructure, généralement en béton ou béton armé,
qui repose uniformément sur le sol. Le support est constitué du sol et d'une couche de
forme éventuelle. La couche de forme est un lit de sable et de granulat concassés qui est
compacté, afin d'obtenir une plate-forme homogène et stable.
Mise en œuvre et réalisation
 Le remblai en utilisant le sable et du granulat concassés qui doit être judicieusement
compacté, afin d'obtenir une plate-forme homogène et stable
 La pose du ferraillage (treillis soudé) si c’est le cas suivant le plan de coffrage
 La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3
Légende :
 Compacteur manuel
 Lit de sable
 Epandage du béton
3 – LES POTEAUX
Le poteau est une tige généralement droite (verticale) en béton armé de section
(carrée, rectangle ou circulaire) de la structure d’un ouvrage sur laquelle se
concentrent de façon ponctuelle les charges de la superstructure et par laquelle ces
charges se répartissent vers l’infrastructure de ce denier.
Mise en œuvre et réalisation
 A partir des attentes déjà réalisées avec la semelle qui servent de référence l’on procède
directement au coffrage et la pose du ferraillage du poteau et à partir du ferraillage de
ce dernier l’on prévoit déjà aussi les attentes qui vont servir de référence pour la
réalisation du poteau du niveau supérieur (le prochain étage) s’il y’a lieu
 La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3
 Enfin ce sera le décoffrage après séchage du béton
Remarque :
On ne coule pas le béton des poteaux
sur toute la longueur en même temps, on
laisse toujours une certaine longueur vide à
la partie supérieure de ces deniers qui
correspond à la hauteur des poutres et qui
sera ensuite coulée ensemble avec les
poutres et les plancher le même jour.
Légende :
 Coffrage en métal
 Armatures (Aciers)
 L’étaiement en bois
4 – LES POUTRES
La poutre est une pièce horizontale en béton armé de section généralement rectangulaire
supportant une partie du plancher. Elle a pour rôle de reprendre les charges du mobilier, du
poids propre des matériaux (hourdis, plancher, revêtements) pour les transmettre aux poteaux
ou murs porteurs.
Mise en œuvre et réalisation
 A partir des poteaux déjà réalisés qui servent de référence l’on procède directement
au coffrage et la pose du ferraillage des poutres
 La fabrication et le coulage du béton
dosé à 350 kg/m3
 Enfin ce sera le décoffrage après séchage
du béton ,
NB : le coulage du béton des
poutres et celui des planchers se
fait ensemble le même jour,
Légende :
 Coffrage en bois
 Les Armatures (Aciers)
 Les étais
5 – LES PLANCHERS
Le plancher est une aire généralement plane destinée à séparer les niveaux d’un
bâtiment .le plancher prend appui, soit sur des murs ou soit sur des poutres.
On distingue trois principaux types de planchers :
o Les planchers à corps creux,
o Les planchers à dalle pleine et
o Les planchers préfabriqués avec prédalles
Dans le cadre du projet de construction auquel j’ai passé mon stage, il s’agissait des
planchers à corps creux.
Le plancher à corps creux est un type de plancher constitué de poutrelles
préfabriquées en béton armé espacées de 60cm des corps creux appelés hourdis dont
l’épaisseur varie entre( 12-16-20-25-30cm) et d’une table de compression dont épaisseur
varie ente (4- 5cm) coulée sur place et armé d’un treillis soudé.
Mise en œuvre et réalisation
 A partir du coffrage et la pose du ferraillage des poutres déjà réalisés qui
servent de référence, on passe directement au coffrage des planchers
 La pose des poutrelles préfabriquées, elles sont disposées
perpendiculairement aux poutres
 La pose des corps creux (hourdis), disposés entre les poutrelles
 La pose du treillis soudé (ferraillage de la table de compression) au-dessus
des corps creux (hourdis)
 La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3
 Enfin ce sera le décoffrage après séchage du béton
En voici quelques images représentatives
Légende
 Coffrage en bois
 Les poutrelles à treillis
 Corps creux (hourdis 15+5 cm)
 Armatures (Treillis soudé)
RAPPORT DE STAGE  sur CHANTIER  BTP (by BR Engineering ) (1) (1).pdf
REMARQUES :
 le coulage du béton est toujours suivi d’une vibration : La vibration du
béton est une technique de maçonnerie qui permet d'expulser l'air présent
dans le matériau et ainsi d'obtenir un matériau plus compacte et solide une
fois durci. Le rôle des vibrations est donc d'obtenir un béton plus homogène
en évacuant l'air contenu dans le béton.
Légende :
 Règle vibrante
 L’aiguille vibrante
 Un chantier de bâtiment est alimenté soit par un Béton Prêt à l’Emploi (BPE) livré par
des camions toupies externes au chantier, ou soit par le Béton Fabriqué sur Chantier
(BFC) réalisé sur site par un engin de production (bétonnière ou centrale à béton)
Légende :
 Camion toupie
 Camion pompe
 La bétonnière
6 – L’ELEVATION DES MURS/ MAÇONNERIES
Le mur est ouvrage en maçonnerie, souvent fait en briques ou en parpaing,
qui sépare ou délimite deux espaces. Dans les bâtiments les murs forment les
pièces.
Les différents types de murs d’un bâtiment sont les suivants :
 le mur aveugle
 le mur de pignon
 le mur de façade
 le mur de refend
 le mur porteur
Mise en œuvre et réalisation
Après la réalisation des Fondations, les Poteaux, les Poutres et les
Planchers vient l’élévation des Murs/maçonneries.
 On définit l’emplacement du mur : Il s’agit de tracer l’emplacement du mur à l’aide d’un
cordeau de traçage ; Afin de nous permettre de contrôler l’alignement de chaque rangée
de briques, on installe un piquet vertical aux deux extrémités du mur et on tend le
cordeau entre les deux : au fur et à mesure de l’élévation, on aura qu’à remonter le
cordeau le long des piquets pour contrôler l’alignement de chaque rangée de briques ;
 La préparation du mortier ;
 On dépose la 1ère couche de mortier d’environ 20 mm d’épaisseur, Cette couche
d’assise doit être la plus homogène possible afin de ne pas avoir un mur en biais ;
 On pose la 1ère rangée de briques, Si le montage se fait par temps chaud et sec, on
humidifie légèrement les briques avant de les poser afin de permettre une bonne
adhérence du mortier. On Commence par les briques d’extrémité, on dépose une brique
à chaque extrémité tout en tapotant la brique délicatement avec le manche de la truelle
pour bien l’asseoir sur le lit de mortier.
On continue avec la pose des briques de remplissage de la rangée tout en respectant
une largeur de joint vertical de 10mm maximum ; on vérifie le bon alignement des briques et
on ajuste en tapotant les briques avec le manche de la truelle si nécessaire. Racler les
éventuels surplus de mortier à la truelle.
 On dépose une couche de mortier sur la face supérieur du 1er rang
 On pose ensuite la rangée suivante : Afin d’assurer la solidité du mur, on pratique
une pose à joints décalés. Pour cela, on commence la pose d’un rang sur deux par une
demi-brique ; cela permet d’avoir un décalage d’un rang sur l’autre.
On commence donc la pose de la 2ème rangée par une demi-brique.
Après avoir posé les briques de remplissage, rempli les joints verticaux et raclé les surplus
de mortier, on pose une autre couche de mortier et on peut passer à la 3ème rangée. Le
principe est ensuite le même pour chaque rangée.
 Les linteaux sont installés progressivement aux futurs emplacements des portes et
fenêtres. Ce sont ces dernières qui mettront ensuite la maison hors d’air.
NB : On vérifie régulièrement le positionnement du mur lors du montage :
 L’aplomb : il est relatif à la verticalité du mur. L’aplomb est contrôlé avec un fil à plomb ;
 L’horizontalité : une bonne verticalité est nécessaire pour obtenir un mur stable et
régulier, elle est contrôlée avec un niveau à bulle ;
 L’alignement : l’alignement de chaque rangée de brique est contrôlé grâce au cordeau
tendu entre les piquets situés aux extrémités du mur
En voici des images représentatives
Légende
 Les briques en terre cuite
 Les linteaux en Béton armé
 Les bais (ouvertures) de fenêtres et de portes
V - PRESENTATION DE L’ENTREPRISE /SOCIETE
1 – HISTORIQUE ET RENSEIGNEMENTS
Dotée de plus de 28 ans d’expérience, la Société SALBI Sarl est une société à
responsabilité limitée, spécialisée dans la construction de bâtiments et travaux
divers.
 Identifiant Commun de l’Entreprise (ICE) : 001543094000096
 Registre du commerce (RC) : 1835 (ERRACHIDIA)
 Identifiant Fiscal (IF) : 4140037
 Patente : 19204744
 Numéro d'affiliation à la CNSS : 2246074
 Capital: 20. 000 .000 DHS
 Forme juridique: Société À Responsabilité Limitée (SARL)
 Date de création de l’entreprise: 03/02/1993
 Téléphone: +212535574117
 Fax: +212535572100
 E-mail : salbi123@hotmail.com
 Adresse: 69 lots Boutalamine, ERRACHIDIA- Maroc
 Effectif : Entre 200 et 500
 DIRIGEANTS : Abderrahim Salbi (Le Président Directeur Général)
 ACTIVITES : Construction de bâtiments et travaux divers
 PRODUITS / SERVICES
Bâtiment – construction de :
 Centres sportifs et de loisirs
 Hôtels
 Hôpitaux
 Ecoles etc.
2 – ORGANIGRAMME DE L’ENTREPISE/ SOCIETE
3 – ORGANIGRAMME DU CHANTIER
VI – ANNEXE
1 – IMAGE D’UN PLAN D’INSTALLATION DU CHANTIER
2 – IMAGE D’UNE GRUE SUR CHANTIER (appareil de levage)
3 - QUELQUES IMAGES DE LA STRUCTURE PORTEUSE GROS ŒUVRE EN B-A
RAPPORT DE STAGE  sur CHANTIER  BTP (by BR Engineering ) (1) (1).pdf
VII – CONCLUSION
Ce stage ouvrier sur chantier tenu par la société SALBI
Sarl représente pour moi une expérience très fructueuse
dans le monde professionnel, dans le sens où il m’a permis d’une
part l’acquisition de nouvelles connaissances pratiques ainsi que
théoriques tout en ayant une idée réelle sur la matérialisation
d’un projet de construction sur le terrain et d’autre part
l’intégration dans un groupe de personnes et de savoir travailler
en équipe avec elles.
J'ai donc pu durant cette période assimiler le lien entre la
théorie et la pratique, et aussi l’importance d’avoir un esprit
analytique ainsi qu’un acquis pratique qui permettent une
intégration à la fois facile et réussie dans le milieu professionnel.
De ce fait, cette expérience professionnelle que j’ai vécue sur le
terrain m’a permis à adhérer aux valeurs de la société et de développer
certains aspects de ma personnalité, le sens de l’organisation et de la
responsabilité à la rigueur et la ponctualité en passant par l’esprit d’équipe
et la curiosité.
Etant donné que c’était un stage d’initiation, j’ai été amené à
assister et participer à tous les travaux et activés sur le ferraillage, le
coffrage et décoffrage, le bétonnage et les maçonneries sur tout
l’ensemble du chantier.
Enfin, j’annoncerais que mon intervention sur le chantier
s’est effectuée dans de bonnes et meilleures conditions.
FIN
RAPPORT DE STAGE  sur CHANTIER  BTP (by BR Engineering ) (1) (1).pdf

Contenu connexe

Similaire à RAPPORT DE STAGE sur CHANTIER BTP (by BR Engineering ) (1) (1).pdf

Étude et mise en place d'un serveur messengerie
Étude et mise en place d'un serveur messengerie Étude et mise en place d'un serveur messengerie
Étude et mise en place d'un serveur messengerie
iferis
 
PFE Genie civil
PFE Genie civil PFE Genie civil
PFE Genie civil
GhasstonMrad
 
Rapport de stage de fin d'etudes du DUT
Rapport de stage de fin d'etudes du DUTRapport de stage de fin d'etudes du DUT
Rapport de stage de fin d'etudes du DUT
Karim Souabni
 
Rapport PFE ingénieur réseaux marwen SAADAOUI ( Juin 2018 )
Rapport PFE ingénieur réseaux marwen SAADAOUI ( Juin 2018 )Rapport PFE ingénieur réseaux marwen SAADAOUI ( Juin 2018 )
Rapport PFE ingénieur réseaux marwen SAADAOUI ( Juin 2018 )
Saadaoui Marwen
 
Rapport de stage BET
Rapport de stage BET Rapport de stage BET
Rapport de stage BET
Adrien164091
 
Mon mémoire de fin d'étude(2012-2013)
Mon mémoire de fin d'étude(2012-2013)Mon mémoire de fin d'étude(2012-2013)
Mon mémoire de fin d'étude(2012-2013)
David Sar
 
Dossier de sponsoring
Dossier de sponsoring Dossier de sponsoring
Dossier de sponsoring
Aicha OUALLA
 
BAYE_O_FALL-SAIDOU_MBODJI-LabUT.pdf
BAYE_O_FALL-SAIDOU_MBODJI-LabUT.pdfBAYE_O_FALL-SAIDOU_MBODJI-LabUT.pdf
BAYE_O_FALL-SAIDOU_MBODJI-LabUT.pdf
BayeOusseynouFall
 
Rapport du 1er cycle
Rapport du 1er cycle   Rapport du 1er cycle
Rapport du 1er cycle
Ibrahim Chabchoub
 
theme-suivi-et-controle-dun-chantier
theme-suivi-et-controle-dun-chantiertheme-suivi-et-controle-dun-chantier
theme-suivi-et-controle-dun-chantier
Asma Elhouch
 
Étude d’un ouvrage d’art sur Oued TENSIFT au PK 5+000 de la rocade de la vill...
Étude d’un ouvrage d’art sur Oued TENSIFT au PK 5+000 de la rocade de la vill...Étude d’un ouvrage d’art sur Oued TENSIFT au PK 5+000 de la rocade de la vill...
Étude d’un ouvrage d’art sur Oued TENSIFT au PK 5+000 de la rocade de la vill...
Mohamed Berjal
 
Conception et développement d’un système d’alerte et notification d’une tou...
Conception et développement  d’un système d’alerte et notification  d’une tou...Conception et développement  d’un système d’alerte et notification  d’une tou...
Conception et développement d’un système d’alerte et notification d’une tou...
Bilel Khaled ☁
 
Backup & Restore SharePoint 2013 Farm
Backup & Restore SharePoint 2013 FarmBackup & Restore SharePoint 2013 Farm
Backup & Restore SharePoint 2013 Farm
Youssef El Idrissi
 
Projet mahfoudh 20 06 2013
Projet mahfoudh 20 06 2013Projet mahfoudh 20 06 2013
Projet mahfoudh 20 06 2013
MAHFOUDH CHEBIL
 
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
DhaouiMastour
 
Le Gros Œuvre types de chantier terrassement
Le Gros Œuvre types de chantier terrassementLe Gros Œuvre types de chantier terrassement
Le Gros Œuvre types de chantier terrassement
ikbalelouali
 
Curriculum Vitae - Robert - rev15 FR version longue - Mars 2015
Curriculum Vitae - Robert - rev15 FR version longue - Mars 2015Curriculum Vitae - Robert - rev15 FR version longue - Mars 2015
Curriculum Vitae - Robert - rev15 FR version longue - Mars 2015
Robert Vandewinkel
 
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed AmineRapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Mohamed Amine Mahmoudi
 
Catalogue cstb formation 2013
Catalogue cstb formation 2013Catalogue cstb formation 2013
Catalogue cstb formation 2013
Novabuild
 
Application web de la gestion mabrouki soukayna 3026(1)
Application web de la gestion    mabrouki soukayna 3026(1)Application web de la gestion    mabrouki soukayna 3026(1)
Application web de la gestion mabrouki soukayna 3026(1)
Mohamed Tcatvtg
 

Similaire à RAPPORT DE STAGE sur CHANTIER BTP (by BR Engineering ) (1) (1).pdf (20)

Étude et mise en place d'un serveur messengerie
Étude et mise en place d'un serveur messengerie Étude et mise en place d'un serveur messengerie
Étude et mise en place d'un serveur messengerie
 
PFE Genie civil
PFE Genie civil PFE Genie civil
PFE Genie civil
 
Rapport de stage de fin d'etudes du DUT
Rapport de stage de fin d'etudes du DUTRapport de stage de fin d'etudes du DUT
Rapport de stage de fin d'etudes du DUT
 
Rapport PFE ingénieur réseaux marwen SAADAOUI ( Juin 2018 )
Rapport PFE ingénieur réseaux marwen SAADAOUI ( Juin 2018 )Rapport PFE ingénieur réseaux marwen SAADAOUI ( Juin 2018 )
Rapport PFE ingénieur réseaux marwen SAADAOUI ( Juin 2018 )
 
Rapport de stage BET
Rapport de stage BET Rapport de stage BET
Rapport de stage BET
 
Mon mémoire de fin d'étude(2012-2013)
Mon mémoire de fin d'étude(2012-2013)Mon mémoire de fin d'étude(2012-2013)
Mon mémoire de fin d'étude(2012-2013)
 
Dossier de sponsoring
Dossier de sponsoring Dossier de sponsoring
Dossier de sponsoring
 
BAYE_O_FALL-SAIDOU_MBODJI-LabUT.pdf
BAYE_O_FALL-SAIDOU_MBODJI-LabUT.pdfBAYE_O_FALL-SAIDOU_MBODJI-LabUT.pdf
BAYE_O_FALL-SAIDOU_MBODJI-LabUT.pdf
 
Rapport du 1er cycle
Rapport du 1er cycle   Rapport du 1er cycle
Rapport du 1er cycle
 
theme-suivi-et-controle-dun-chantier
theme-suivi-et-controle-dun-chantiertheme-suivi-et-controle-dun-chantier
theme-suivi-et-controle-dun-chantier
 
Étude d’un ouvrage d’art sur Oued TENSIFT au PK 5+000 de la rocade de la vill...
Étude d’un ouvrage d’art sur Oued TENSIFT au PK 5+000 de la rocade de la vill...Étude d’un ouvrage d’art sur Oued TENSIFT au PK 5+000 de la rocade de la vill...
Étude d’un ouvrage d’art sur Oued TENSIFT au PK 5+000 de la rocade de la vill...
 
Conception et développement d’un système d’alerte et notification d’une tou...
Conception et développement  d’un système d’alerte et notification  d’une tou...Conception et développement  d’un système d’alerte et notification  d’une tou...
Conception et développement d’un système d’alerte et notification d’une tou...
 
Backup & Restore SharePoint 2013 Farm
Backup & Restore SharePoint 2013 FarmBackup & Restore SharePoint 2013 Farm
Backup & Restore SharePoint 2013 Farm
 
Projet mahfoudh 20 06 2013
Projet mahfoudh 20 06 2013Projet mahfoudh 20 06 2013
Projet mahfoudh 20 06 2013
 
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
Stage de Perfectonnement Génie Electrique (1) mm 24
 
Le Gros Œuvre types de chantier terrassement
Le Gros Œuvre types de chantier terrassementLe Gros Œuvre types de chantier terrassement
Le Gros Œuvre types de chantier terrassement
 
Curriculum Vitae - Robert - rev15 FR version longue - Mars 2015
Curriculum Vitae - Robert - rev15 FR version longue - Mars 2015Curriculum Vitae - Robert - rev15 FR version longue - Mars 2015
Curriculum Vitae - Robert - rev15 FR version longue - Mars 2015
 
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed AmineRapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
Rapport de stage de perfectionnement - Mahmoudi Mohamed Amine
 
Catalogue cstb formation 2013
Catalogue cstb formation 2013Catalogue cstb formation 2013
Catalogue cstb formation 2013
 
Application web de la gestion mabrouki soukayna 3026(1)
Application web de la gestion    mabrouki soukayna 3026(1)Application web de la gestion    mabrouki soukayna 3026(1)
Application web de la gestion mabrouki soukayna 3026(1)
 

RAPPORT DE STAGE sur CHANTIER BTP (by BR Engineering ) (1) (1).pdf

  • 1. Dieu ,la Patrie, le Roi ROYAUME DU MAROC UNIVERSITE IBN TOFAIL --- Faculté de sciences Filière : Génie Civil RAPPORT DE STAGE EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME DE ………………………………………………………………… MISE EN ŒUVRE ET REALISATION DU GROS ŒUVRE D’UN BATIMENT SOUS LE THEME INTITULE: PERIODE DE STAGE : Du ……./……/2022 au …./……/2022 SOCIETE D’ACCUEIL : SALBI s.a.r.l Réalisé par : ANNEE UNIVERSITAIRE : 2021-2022 Soutenu le ..…/……/2022 devant le jury Composé de : Mr ……………… Professeur à ……………………………………Président Mr ………………..Professeur à …………………………………..Examinateur Mr …………….. Ingénieur GC …………………………………..Examinateur Mr…………………Professeur à ………………………………….....Encadrant
  • 2. Plan de travail I. DÉDICACE III. INTRODUCTION IV. TOUT CORPS D’ÉTAT V. PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE /SOCIÉTÉ II. REMERCIEMENTS VI. ANNEXE VII. CONCLUSION A. Généralités sur le Gros Œuvre B. Les intervenants d’un projet de construction C. Les Moyens Humains et Matériels sur le chantier D. Les différents plans utilisés sur le chantier E. Les réunions de chantier F. Installation de Chantier G. Les travaux et activités de la Réalisation du Gros Œuvre 1- Historique et renseignements 2- Organigramme de l’entreprise 3- Organigramme du chantier 1. Plan d’installation du chantier 2. Une grue sur chantier 3. Quelques Images de la structure porteuse Gros Œuvre en B-A 1. Implantation et Terrassement 2. Fondations 3. Les Poteaux 4. Les poutres 5. Les planchers 6. Elévation des murs / Maçonneries
  • 3. I - DEDICACE A Dieu Tout Puissant, Créateur du ciel et de la terre pour son Amour sans Cesse renouvelé et sa grâce accordée dans notre vie Toute la Gloire lui revient. A mon Père et ma Mère, Vous vous êtes dépensés pour moi sans compter En reconnaissance de tous vos sacrifices que vous avez Consentis pour me permettre d’atteindre cette étape de ma vie. Avec toute ma tendresse. A mes précieux frères et sœurs, ainsi qu’à tous les autres membres de Ma Famille ; Vous avez de près ou de loin contribué à ma formation. Affectueuse reconnaissance. A tous mes admirables Professeurs pour le soutien et vos conseils tout Au long de ma formation ainsi qu’à tous les membres administratifs De l’université, tous mes respects à vous A tous mes amis, collègues à qui je souhaite tous les vœux de succès dans leurs études.
  • 4. II - REMERCIEMENTS Avant tout, je remercie grandement Dieu tout puissant Créateur du ciel et de la terre pour son amour, la grâce, le courage et la force qu’il nous accorde afin de réaliser toutes choses, en l’occurrence nos études. Comme nous pouvons tous nous convenir, aucune œuvre humaine ne peut se réaliser sans la contribution et l’aide d’autrui. Ce modeste rapport de fin stage est le résultat d’un effort constant, et cet effort n’aurait pu aboutir sans la contribution et l’aide d’un certains nombres de personnes. Ainsi, se présente l’occasion de les remercier. Tout d’abords, je remercie le directeur de la société SALBI Sarl qui m’accueilli à bras ouvert dans l’un des chantiers de son entreprise en tant que stagiaire, ainsi que le Chef de chantier Mr ………………..qui a été pour moi un grand guide tout au long de ma période de stage sur le chantier. Ensuite, je remercie Le Professeur …………………. pour sa disponibilité, son soutien indéfectible et son encadrement pour la réalisation de ce présent travail et ainsi que tout l’ensemble des professeurs pour la rigueur de leur enseignement et l’étendue de leur savoir. En outre, je remercie affectueusement mes parents, mes frères et sœurs cousins et cousines ainsi que l‘ensemble de mes amis qui m’ont soutenus financièrement et moralement dans le cadre de mes études. Et Enfin, mes remerciements le plus sincères vont à l‘endroit de tous ceux qui ont de près ou de loin contribué à la réalisation de ce modeste Rapport.
  • 5. III - INTRODUCTION De nos jours nous remarquons dans nos villes et partout dans le monde, et surtout dans des pays en voie développement, les bâtiments qui poussent comme des champions et la réalisation de toutes sortes de constructions. Et cela demande de plus en plus de la main d’œuvre hautement qualifiée et compétente issue du domaine des bâtiments et travaux publics ou du Génie Civil en général. Pour ce faire, la formation de cette main d’œuvre hautement qualifiée et compétente est extrêmement prépondérante dans les établissements et écoles de formation. Et dans le processus de cette formation se trouve un outil indispensable pour les apprenants et étudiants qu’on appelle le « STAGE ». Ce dernier constitue pour eux une occasion de prouver leur compétence ainsi que la richesse de leur formation en passant de la théorie à la pratique les connaissances acquises tout au long de celle- ci. C’est dans cette optique que la faculté des sciences de l’Université IBN TOFAIL dans ses programmes de formations offre aux étudiants l’opportunité de passer le stage dans les sociétés, entreprises, bureaux d’études techniques et bien d’autres exerçant dans le domaine du bâtiment et travaux publics et du Génie Civil en général. Personnellement, j’ai eu l’occasion de passer mon stage dans un chantier tenu par la société SALBI Sarl en qualité d’Ouvrier Polyvalent sous le thème intitulé «MISE EN ŒUVRE ET REALISATION DU GROS ŒUVRE D’UN BATIMENT». D’où l’importance de ce rapport pour présenter l’expérience, des techniques et connaissances acquises durant cette période de stage.
  • 6. IV – TOUT CORPS D’ETAT A. GENERALITES SUR LE GROS ŒUVRE(GO) Le gros œuvre d’un ouvrage consiste en la construction de son ossature ou encore appelé structure. C’est l'ensemble des éléments de l'édifice qui concourent à la reprise des efforts subis en permanence par la construction (les charges reçues et le poids propre de l'édifice) et des efforts temporaires (vent, séismes, etc.) : tout ce qui concourt à la solidité, à la stabilité de l'édifice (fondations avec armatures, gros murs, poteaux, planchers, charpentes, etc…). Le gros œuvre est en général réalisé en pierre, en bois, en terre cuite ou crue, ou en parpaing pour les petites constructions. Pour les structures plus importantes, l’ossature est réalisée en béton armé, qui pourra être enterrée. Elle pourra également être réalisée en charpente métal, qui est une structure plus légère que le béton. En général, On entend par gros œuvre tous les travaux qui permettent la mise hors d’eau, hors d’air de la maison/bâtiment. Les travaux de gros œuvre comprennent donc les éléments suivants : Le terrassement, L’excavation, Les fondations, L’assainissement, Le soubassement, Le Plancher, L'élévation, La charpente, La toiture, Les menuiseries extérieures et intérieures, les poteaux et biens d’autres éléments. Les travaux du gros œuvre réalisés lors de mon passage au chantier durant ma période de stage sont les suivants :  Implantation et Terrassement  Les Fondations  Les Poteaux  Les poutres  Les planchers  L’élévation des murs/Maçonneries
  • 7. B - LES INTERVENANTS D’UN PROJET DE CONSTRUCTION Maître d’ouvrage Le client, le commanditaire, le donneur d’ordre… le MOA peut être l’Etat, une collectivité, un promoteur, ou un particulier qui veut construire sa maison etc. Architecte Souvent le premier interlocuteur du Maître d’ouvrage. En fonction de son budget, il conçoit et dessine le bâtiment pour répondre au cahier des charges (fonctionnalité, esthétique). L’architecte est pour le Maitre d’ouvrage une source de conseils opportuns. BET ou bureau d’études techniques Calcule et dessine les plans de structure qui seront vérifiés par le bureau de contrôle, puis utilisés par l’entreprise de gros œuvre. Maitre d’œuvre Le chef d’orchestre du projet de construction. Il s’assure du respect des délais, du budget, assure la direction des travaux et en est responsable devant le Maitre d’ouvrage. Le plus souvent, l’architecte est le maitre d’œuvre, mais cette fonction peut aussi être assurée par le BET, des maîtres d’œuvre indépendants, ou le maitre d’ouvrage lui-même.
  • 8. Laboratoire Il intervient au niveau de tous les maillons de la chaîne de construction, depuis les études géotechniques (Détermine la qualité du sol, ses caractéristiques mécaniques et les dispositions à prendre en fondations), la recherche de matériaux, les essais d'informations, d'agrément et de recette des matériaux jusqu'à la réception des travaux ou de l’ouvrage Bureau de contrôle technique ou contrôleur technique (CT) Son rôle est de s’assurer du respect des normes en phase conception et travaux. Il vérifie les calculs, les plans d’architecte et du BET. Coordonnateur SPS La mission SPS a pour but de coordonner les entreprises sur le chantier vis- à-vis des risques professionnels, pour réduire les impacts sur la santé et la sécurité des travailleurs. En cas d’accident grave, le coordonnateur SPS est responsable pénalement. OPC (Ordonnancement Pilotage Coordination) Son rôle est de coordonner les entreprises pour vérifier chaque semaine l’avancée des travaux, pour une livraison de l’ouvrage dans les délais.
  • 9. AMO (Assistance Maitrise d’Ouvrage) ou Maitre d’Ouvrage Délegué(MOD) L’AMO est là pour aider le Maitre d’Ouvrage dans toutes ses tâches : études, cahier des charges, contrats, coordination des intervenants, réception… Par son expertise et ses propositions, l’AMO permet au Maitre d’Ouvrage de gagner du temps, et lui assure que l’ouvrage construit réponde bien à son besoin. Entreprises Le chantier peut ne comporter qu’une entreprise générale qui assure tous les travaux, ou différentes entreprises qui correspondent aux différents corps de métier : entreprise de gros œuvre (GO), de VRD (voirie et réseaux divers), de plomberie, d’électricité, de carrelage, de peinture, de menuiseries etc.
  • 11. C - LES MOYENS HUMAINS ET MATERIELS SUR CHANTIER  LES MOYENS HUMAINS Dans un chantier de construction quand on parle de moyens humains, il s’agit de la main d’œuvres c.-à-d. des personnes qui y travaillent ; qui assurent le déroulement, le fonctionnement ainsi que la réalisation et l’exécution des travaux sur le chantier. D’une manière générale parmi ces personnes nous distinguons :  Le Chef /responsable du chantier  Le conducteur de travaux  Le pointeur  Les techniciens et techniciens spécialisés  Les Grutiers  Les ouvriers qualifiés et non qualifiés  Et bien d’autres En sommes, la main d’œuvres varie d’un chantier à un autre et bien sûr en fonction du besoin, de l’importance des tâches et travaux à réaliser sur le chantier ainsi que de l’envergure du projet.
  • 12. LES MOYENS MATERIELS Il s’agit de tout ce qui concerne les équipements et l’outillage tant mécanique que manuel utilisés pour la réalisation et l’exécution des travaux de construction sur le chantier tels que : -Pelle hydraulique -Les chargeurs -compacteur -La bétonnière -Les Grues - Les brouettes -Les vibreurs -Le décamètre et mètre -Les burins - Les truelles -Le fil à plomb - Les pioches -Les pelles -Niveau à bulle d’air -Massettes et marteaux - Le Serre-joint de maçon -Les étais de maçon -Les chandelles -Et bien d’autres matériels
  • 13. D - LES DIFFERENTS PLANS UTILISES SUR LE CHANTIER Sur le chantier, on utilise deux catégories de plans qui sont : les plans d’architecte et les plans techniques.  LES PLANS D’ARCHITECTE/ OU D’ARCHITECTURE Les plans d'architecte permettent de représenter graphiquement et techniquement un bâtiment, en prenant en compte les besoins et désirs du maître d'ouvrage (le client), afin de mettre en évidence les caractéristiques du projet. Tout comme le nom l’indique ce sont des plans préparés par un Architecte et parmi ces plans nous avons :  Le plan de masse Le plan de masse permet de représenter un projet dans son ensemble, vue du dessus, en intégrant les limites du terrain, les différents accès, et éventuellement les bâtiments voisins.  Le plan de niveau Le plan de niveau est le plan le plus important en architecture. Il s’agit d’une vue de dessus qui représente les différents espaces et limites (murs, portes et fenêtres) d’un étage.
  • 14. Le plan d’élévation ou de façade Une élévation est la représentation d'une façade. C'est la vue la plus commune pour représenter l'aspect extérieur d'une maison ou d'un immeuble.  Le plan de coupe Une vue en coupe représente un bâtiment coupé selon un plan vertical. Dans cette vue, chaque élément coupé par le plan est représenté par une ligne en gras.
  • 15.  LES PLANS TECHNIQUES Communément appelés plans d’exécution, ce sont des dessins techniques qui renseignent tous les détails de construction sur tout ce qui est élément en béton Armé et sont préparés par un Bureau d’Etudes Technique(B.E.T). Parmi ces plans nous avons :  Le plan de coffrage Un plan de coffrage est un dessin technique qui sert de référence pour l’exécution de l’ossature de l’ouvrage. Il renseigne les dimensions de sections des semelles, des longrines, des poteaux et des poutres ainsi que la hauteur / Epaisseur des dalles par niveau (étage).  Le plan de ferraillage Un plan de ferraillage est un dessin technique, une représentation des armatures(Aciers) d'un ouvrage en béton armé et destiné aux ferrailleurs .il indique notamment : la nature des Armatures ainsi que le positionnement disposition et le nombre des barres de chaque élément de la structure en béton armé. En bref, le plan de ferraillage permet d’expliquer toutes les armatures qu’il faut utiliser et à quel endroit tout en spécifiant toutes les caractéristiques.
  • 16. E – LES REUNIONS DE CHANTIER La réunion de chantier est le rendez-vous régulier indispensable au bon déroulement de travaux. Elle permet de faire le point sur l'état d'avancement des travaux et le respect du contrat, de décider des mesures nécessaires au respect du délai global d'exécution, etc. Chacun des participants de projet (maître d’ouvrage, Bureau d’étude, Bureau de contrôle, chef chantier et le métreur…) doit contrôler l’avancement des travaux effectués par l’entreprise. À Chaque fois ses extrémités se réunissent pour discuter le déroulement des travaux et les problèmes posés, pour faire des modifications afin d’éviter les obstacles et fin de compte remplir un procès-verbal (PV) qui doit nettement porter les signatures des intervenants
  • 17. F - INSTALLATION DE CHANTIER Avant d’entamer avec les travaux de construction sur le chantier l’on procède tout d’abord à l’installation du chantier et cela se fait à base du plan d’installation de chantier communément appelé PIC qui est un plan aussi important que les plans précédemment cités. A quoi consiste le PIC ? Il permet de garantir une exploitation optimale ainsi qu’une organisation bien définie du terrain du projet, afin de faciliter l’exécution des travaux sur le chantier.il définit en détail les éléments suivants :  L’emprise de l’ouvrage à bâtir  L’emplacement du panneau de chantier, et de la clôture provisoire pour signaler le chantier  Les limites d’implantation et de terrassement  Le tracé des voies d’accès au chantier du personnel et des engins ainsi que les espaces nécessaires et suffisants pour le stationnement et la circulation des engins  L’emplacement de la grue, avec indication de son emprise et son aire de balayage  L’emplacement du poste de fabrication du béton : Bétonnière, parc à agrégats, silo ou abris à liants avec indication des surfaces occupées  Zone de stockage et de façonnage des aciers, et la zone de préfabrication si elle a lieu sur le chantier  Emplacement des locaux de matériels, et cantonnements pour le personnel sur chantier  Le tracé des circuits provisoires des réseaux d’alimentation en eau, électricité et d’évacuation.
  • 18. G - LES TRAVAUX ET ACTIVITES DE LA REALISATION DU GROS ŒUVRE 1 - IMPLANTATION ET TERRASSEMENT C'est la première étape de construction sur le chantier, qui fait l'emplacement de l’ouvrage sur le terrain (implantation) et qui est un ensemble de mouvements appliqués au sol pour modifier sa surface naturelle(Terrassement). Mise en œuvre et réalisation L’implantation et le terrassement sont deux opérations complémentaires dont les phases d’exécution se succèdent les unes après les autres tout au long de la réalisation des travaux de ces dernières selon un ordre bien défini en fonction des caractéristiques de la construction.  Tout d’abord l’on procède au décapage : il s’agit d’un terrassement de très faible profondeur (environ 15 à 20 cm). Il se fait en général pour se débarrasser de la terre végétale  Le piquetage et le positionnement des chaises d’implantation : il s’agit de matérialiser des axes généralement orthogonaux sur le terrain et cela se fait au moyen des piquets et des chaises d’implantation. Pour les réaliser on établit une base hors de l’emprise de construction parallèlement à l’axe du bâtiment. Cette base servira à obtenir les lignes directrices
  • 19.  Placer les repères sur les chaises : à partir de l’alignement des chaises d’implantation et du plan de la construction, on marque sur chaque chaise l’épaisseur du mur, son axe et les limites de la fondation (fouilles) en plantant les clous dans la planche horizontale en marquant l’axe de la fouille à la peinture ceci étant dit le traçage sur le terrain des surfaces de fouilles (en tranchée ou en rigole ) pour des semelles isolées ou filantes ainsi que pour les longrines. Sur le chantier où j’ai passé mon stage dans le projet il s’agissait des semelles isolées comme vous pourrez le voir sur l’image ci-dessous : Légende :  les surfaces des fouilles des semelles  l’intersection des axes montrant le centre des poteaux
  • 20.  On passe à l’extraction des déblais : il s’agit de creuser et ensuite enlever la terre pour la réalisation des fouilles qui vont recevoir les semelles et les longrines. En voici une image représentative :  Le chargement d’une certaine quantité des déblais sur les engins de transport afin de les transporter dans un autre endroit si cela est nécessaire  Enfin ce sera le remblai : il consiste à combler les espaces vides restants dans la fouille tout juste après la réalisation des fondations (semelles et longrines) en utilisant la terre qui a été enlevée précédemment lors de la phase de l’extraction des déblais si la qualité de celle–ci est approuvée par le laboratoire sinon l’on procédera au remblai d’apport. Légende :  Fouille de la semelle
  • 21. 2-LES FONDATIONS Une fondation se définit comme la partie d'un bâtiment ou d'un ouvrage de travaux publics qui assure la transmission dans le sol des charges (poids propre, forces climatiques, sismiques et charges d'exploitation) de celui-ci. Les fondations d’un bâtiment représentent un enjeu essentiel de sa construction, car elles forment la partie structurelle qui assure sa portance et permet de contrôler les tassements dus aux charges qu'il applique au sol et les infiltrations dues à la présence éventuelle d'eau dans le terrain. LA CONSTITUTION D’UNE FONDATION a – LES SEMELLES Une semelle est un élément d'infrastructure, généralement en béton armé qui reprend les charges d'un organe de structure d'une construction et qui transmet et répartit ces charges sur le sol (fond de coffre ou niveau d'assise). On distingue les semelles isolées que l'on retrouve au droit d'un poteau (autrement dit les semelles isolées sous poteaux) et des semelles filantes généralement situées sous un mur ou un voile. En l’occurrence, Sur le chantier où j’ai passé mon stage dans le projet il s’agissait des semelles isolées sous poteaux.
  • 22. Mise en œuvre et réalisation Tout juste après qu’on ait réalisé la fouille de la semelle, on suit les étapes suivantes :  On coule une fine épaisseur du béton de propreté dosé à 150 kg/m3 généralement de 4 à 5 cm avec une surface entièrement lissée  On passe les deux cordeaux opposés entre les deux points de chaises correspondants aux axes qui passent par le centre de la semelle et on fait la projection du point d'intersection des deux axes, à l’aide du fil à plomb suivant le plan de coffrage.  On marque le centre de la semelle et qui est aussi le centre du poteau sur le béton de propreté et les autres points au voisinage de ce dernier, et ensuite on prend les mesures de la semelle et du poteau dans le plan, et on les trace suivant les perpendiculaires des alignements de telle façon que le traçage soit bien visible  La mise en place du coffrage en bois pour résister à la poussée du béton.  Le façonnage et la pose de l’armature assemblée (ferraillage) de la semelle ainsi que celle de l’attente du poteau qui va assurer la continuité du poteau et qui va permettre aussi la pose de l’armature des longrines  La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3  Enfin ce sera le décoffrage après séchage du béton
  • 23. Légende :  Fil à plomb • Surface de la semelle • Coffrage en bois • Armatures (Aciers) • Semelle après décoffrage En voici quelques images représentatives
  • 24. b - LES LONGRINES Une longrine est un élément d’infrastructure disposé à l'horizontale généralement de forme rectangulaire. Dans le bâtiment, le mot désigne aussi bien une poutre en béton utilisée en fondation que l'armature servant à la réaliser. Une longrine assure la répartition des charges qu'elle supporte (les voiles, les murs de façades et de refend) et/ou leur report vers des appuis ponctuels (micropieux, semelles isolées..). Située en périphérie d'un bâtiment elle est souvent associée à la dalle de plancher bas ; permettant aussi soit d’augmenter la résistance d’un élément d’ossature soit d’empêcher sa désunion ou son écartement. Mise en œuvre et réalisation  A partir des attentes de poteaux déjà réalisées avec la semelle qui servent de référence l’on procède au coffrage et la pose du ferraillage de la longrine bien sûr après le séchage du béton de propreté qu’on va d’abord couler dosé à 150 kg/m3 généralement de 4 à 5 cm avec une surface entièrement lissée. La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3 Enfin ce sera le décoffrage après séchage du béton Légende : • Coffrage en bois • Armatures (Aciers) • Serre-joint (pour étayer et maintenir le coffrage)
  • 25. c – LE DALLAGE /LE PLANCHER BAS Un dallage est un élément d’infrastructure, généralement en béton ou béton armé, qui repose uniformément sur le sol. Le support est constitué du sol et d'une couche de forme éventuelle. La couche de forme est un lit de sable et de granulat concassés qui est compacté, afin d'obtenir une plate-forme homogène et stable. Mise en œuvre et réalisation  Le remblai en utilisant le sable et du granulat concassés qui doit être judicieusement compacté, afin d'obtenir une plate-forme homogène et stable  La pose du ferraillage (treillis soudé) si c’est le cas suivant le plan de coffrage  La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3 Légende :  Compacteur manuel  Lit de sable  Epandage du béton
  • 26. 3 – LES POTEAUX Le poteau est une tige généralement droite (verticale) en béton armé de section (carrée, rectangle ou circulaire) de la structure d’un ouvrage sur laquelle se concentrent de façon ponctuelle les charges de la superstructure et par laquelle ces charges se répartissent vers l’infrastructure de ce denier. Mise en œuvre et réalisation  A partir des attentes déjà réalisées avec la semelle qui servent de référence l’on procède directement au coffrage et la pose du ferraillage du poteau et à partir du ferraillage de ce dernier l’on prévoit déjà aussi les attentes qui vont servir de référence pour la réalisation du poteau du niveau supérieur (le prochain étage) s’il y’a lieu  La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3  Enfin ce sera le décoffrage après séchage du béton Remarque : On ne coule pas le béton des poteaux sur toute la longueur en même temps, on laisse toujours une certaine longueur vide à la partie supérieure de ces deniers qui correspond à la hauteur des poutres et qui sera ensuite coulée ensemble avec les poutres et les plancher le même jour. Légende :  Coffrage en métal  Armatures (Aciers)  L’étaiement en bois
  • 27. 4 – LES POUTRES La poutre est une pièce horizontale en béton armé de section généralement rectangulaire supportant une partie du plancher. Elle a pour rôle de reprendre les charges du mobilier, du poids propre des matériaux (hourdis, plancher, revêtements) pour les transmettre aux poteaux ou murs porteurs. Mise en œuvre et réalisation  A partir des poteaux déjà réalisés qui servent de référence l’on procède directement au coffrage et la pose du ferraillage des poutres  La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3  Enfin ce sera le décoffrage après séchage du béton , NB : le coulage du béton des poutres et celui des planchers se fait ensemble le même jour, Légende :  Coffrage en bois  Les Armatures (Aciers)  Les étais
  • 28. 5 – LES PLANCHERS Le plancher est une aire généralement plane destinée à séparer les niveaux d’un bâtiment .le plancher prend appui, soit sur des murs ou soit sur des poutres. On distingue trois principaux types de planchers : o Les planchers à corps creux, o Les planchers à dalle pleine et o Les planchers préfabriqués avec prédalles Dans le cadre du projet de construction auquel j’ai passé mon stage, il s’agissait des planchers à corps creux. Le plancher à corps creux est un type de plancher constitué de poutrelles préfabriquées en béton armé espacées de 60cm des corps creux appelés hourdis dont l’épaisseur varie entre( 12-16-20-25-30cm) et d’une table de compression dont épaisseur varie ente (4- 5cm) coulée sur place et armé d’un treillis soudé.
  • 29. Mise en œuvre et réalisation  A partir du coffrage et la pose du ferraillage des poutres déjà réalisés qui servent de référence, on passe directement au coffrage des planchers  La pose des poutrelles préfabriquées, elles sont disposées perpendiculairement aux poutres  La pose des corps creux (hourdis), disposés entre les poutrelles  La pose du treillis soudé (ferraillage de la table de compression) au-dessus des corps creux (hourdis)  La fabrication et le coulage du béton dosé à 350 kg/m3  Enfin ce sera le décoffrage après séchage du béton
  • 30. En voici quelques images représentatives Légende  Coffrage en bois  Les poutrelles à treillis  Corps creux (hourdis 15+5 cm)  Armatures (Treillis soudé)
  • 32. REMARQUES :  le coulage du béton est toujours suivi d’une vibration : La vibration du béton est une technique de maçonnerie qui permet d'expulser l'air présent dans le matériau et ainsi d'obtenir un matériau plus compacte et solide une fois durci. Le rôle des vibrations est donc d'obtenir un béton plus homogène en évacuant l'air contenu dans le béton. Légende :  Règle vibrante  L’aiguille vibrante
  • 33.  Un chantier de bâtiment est alimenté soit par un Béton Prêt à l’Emploi (BPE) livré par des camions toupies externes au chantier, ou soit par le Béton Fabriqué sur Chantier (BFC) réalisé sur site par un engin de production (bétonnière ou centrale à béton) Légende :  Camion toupie  Camion pompe  La bétonnière
  • 34. 6 – L’ELEVATION DES MURS/ MAÇONNERIES Le mur est ouvrage en maçonnerie, souvent fait en briques ou en parpaing, qui sépare ou délimite deux espaces. Dans les bâtiments les murs forment les pièces. Les différents types de murs d’un bâtiment sont les suivants :  le mur aveugle  le mur de pignon  le mur de façade  le mur de refend  le mur porteur Mise en œuvre et réalisation Après la réalisation des Fondations, les Poteaux, les Poutres et les Planchers vient l’élévation des Murs/maçonneries.
  • 35.  On définit l’emplacement du mur : Il s’agit de tracer l’emplacement du mur à l’aide d’un cordeau de traçage ; Afin de nous permettre de contrôler l’alignement de chaque rangée de briques, on installe un piquet vertical aux deux extrémités du mur et on tend le cordeau entre les deux : au fur et à mesure de l’élévation, on aura qu’à remonter le cordeau le long des piquets pour contrôler l’alignement de chaque rangée de briques ;  La préparation du mortier ;  On dépose la 1ère couche de mortier d’environ 20 mm d’épaisseur, Cette couche d’assise doit être la plus homogène possible afin de ne pas avoir un mur en biais ;  On pose la 1ère rangée de briques, Si le montage se fait par temps chaud et sec, on humidifie légèrement les briques avant de les poser afin de permettre une bonne adhérence du mortier. On Commence par les briques d’extrémité, on dépose une brique à chaque extrémité tout en tapotant la brique délicatement avec le manche de la truelle pour bien l’asseoir sur le lit de mortier. On continue avec la pose des briques de remplissage de la rangée tout en respectant une largeur de joint vertical de 10mm maximum ; on vérifie le bon alignement des briques et on ajuste en tapotant les briques avec le manche de la truelle si nécessaire. Racler les éventuels surplus de mortier à la truelle.
  • 36.  On dépose une couche de mortier sur la face supérieur du 1er rang  On pose ensuite la rangée suivante : Afin d’assurer la solidité du mur, on pratique une pose à joints décalés. Pour cela, on commence la pose d’un rang sur deux par une demi-brique ; cela permet d’avoir un décalage d’un rang sur l’autre. On commence donc la pose de la 2ème rangée par une demi-brique. Après avoir posé les briques de remplissage, rempli les joints verticaux et raclé les surplus de mortier, on pose une autre couche de mortier et on peut passer à la 3ème rangée. Le principe est ensuite le même pour chaque rangée.  Les linteaux sont installés progressivement aux futurs emplacements des portes et fenêtres. Ce sont ces dernières qui mettront ensuite la maison hors d’air. NB : On vérifie régulièrement le positionnement du mur lors du montage :  L’aplomb : il est relatif à la verticalité du mur. L’aplomb est contrôlé avec un fil à plomb ;  L’horizontalité : une bonne verticalité est nécessaire pour obtenir un mur stable et régulier, elle est contrôlée avec un niveau à bulle ;  L’alignement : l’alignement de chaque rangée de brique est contrôlé grâce au cordeau tendu entre les piquets situés aux extrémités du mur
  • 37. En voici des images représentatives Légende  Les briques en terre cuite  Les linteaux en Béton armé  Les bais (ouvertures) de fenêtres et de portes
  • 38. V - PRESENTATION DE L’ENTREPRISE /SOCIETE 1 – HISTORIQUE ET RENSEIGNEMENTS Dotée de plus de 28 ans d’expérience, la Société SALBI Sarl est une société à responsabilité limitée, spécialisée dans la construction de bâtiments et travaux divers.  Identifiant Commun de l’Entreprise (ICE) : 001543094000096  Registre du commerce (RC) : 1835 (ERRACHIDIA)  Identifiant Fiscal (IF) : 4140037  Patente : 19204744  Numéro d'affiliation à la CNSS : 2246074  Capital: 20. 000 .000 DHS  Forme juridique: Société À Responsabilité Limitée (SARL)
  • 39.  Date de création de l’entreprise: 03/02/1993  Téléphone: +212535574117  Fax: +212535572100  E-mail : salbi123@hotmail.com  Adresse: 69 lots Boutalamine, ERRACHIDIA- Maroc  Effectif : Entre 200 et 500  DIRIGEANTS : Abderrahim Salbi (Le Président Directeur Général)  ACTIVITES : Construction de bâtiments et travaux divers  PRODUITS / SERVICES Bâtiment – construction de :  Centres sportifs et de loisirs  Hôtels  Hôpitaux  Ecoles etc.
  • 40. 2 – ORGANIGRAMME DE L’ENTREPISE/ SOCIETE
  • 41. 3 – ORGANIGRAMME DU CHANTIER
  • 42. VI – ANNEXE 1 – IMAGE D’UN PLAN D’INSTALLATION DU CHANTIER
  • 43. 2 – IMAGE D’UNE GRUE SUR CHANTIER (appareil de levage)
  • 44. 3 - QUELQUES IMAGES DE LA STRUCTURE PORTEUSE GROS ŒUVRE EN B-A
  • 46. VII – CONCLUSION Ce stage ouvrier sur chantier tenu par la société SALBI Sarl représente pour moi une expérience très fructueuse dans le monde professionnel, dans le sens où il m’a permis d’une part l’acquisition de nouvelles connaissances pratiques ainsi que théoriques tout en ayant une idée réelle sur la matérialisation d’un projet de construction sur le terrain et d’autre part l’intégration dans un groupe de personnes et de savoir travailler en équipe avec elles. J'ai donc pu durant cette période assimiler le lien entre la théorie et la pratique, et aussi l’importance d’avoir un esprit analytique ainsi qu’un acquis pratique qui permettent une intégration à la fois facile et réussie dans le milieu professionnel.
  • 47. De ce fait, cette expérience professionnelle que j’ai vécue sur le terrain m’a permis à adhérer aux valeurs de la société et de développer certains aspects de ma personnalité, le sens de l’organisation et de la responsabilité à la rigueur et la ponctualité en passant par l’esprit d’équipe et la curiosité. Etant donné que c’était un stage d’initiation, j’ai été amené à assister et participer à tous les travaux et activés sur le ferraillage, le coffrage et décoffrage, le bétonnage et les maçonneries sur tout l’ensemble du chantier. Enfin, j’annoncerais que mon intervention sur le chantier s’est effectuée dans de bonnes et meilleures conditions. FIN