SlideShare une entreprise Scribd logo
MAITRISE DU REGLEMENT
PARASESMIQUE DES OUVRAGES
D’ART
R.P.O.A 2008
Nehaoua Adel Directeur des ressources d’ingenierie
06/02/2015
1
Société des Etudes Techniques Sétif
21 MARS2010
Sommaire
PARASESMIQUE DES OUVRAGES D’ART
06/02/2015
2
GENERALITÉ
MESURES
R.P.O.A 2008
Introduction
PARASESMIQUE DES OUVRAGES D’ART
 Le séisme est la principale catastrophe à laquelle est exposée l’Algérie.
 De nos jours, la sécurité d’un pays est plus menacée, non plus par des
agressions militaires armées, mais par le danger peut survenir suite à
une catastrophe naturelle à laquelle le pays en question ne peut faire
face et/où suite à une vacance du pouvoir.
06/02/2015
3
GENERALITES
06/02/2015
4
06/02/2015
5
LE RISQUE SISMIQUE
06/02/2015
6
REPARTITION DES SEISMES
06/02/2015
7
LES PLAQUES LITHOSPHERIQUES
Rides ou rift Zones de subduction
Failles
transformantes
06/02/2015
8
TROIS TYPES DE LIMITE DE PLAQUE
06/02/2015
9
SÉISMES = RUPTURES = FORMATION DE FAILLES
06/02/2015
10
TROIS CLASSES DE SÉISMES
 en fonction de la profondeur à laquelle ils se produisent:
1. les séismes normaux ou superficiels (profondeur<60 km) =
frontières de plaques divergentes et frontières de plaque
convergentes (fosses océaniques)
2. les séismes intermédiaires (60<profondeur<300 km) = frontières
de plaques convergentes
3. les séismes profonds (jusqu’à 700 km de profondeur) =
frontières de plaques convergentes
Ride ou rift = zone de divergence
06/02/2015
11
SEISMES SUPERFICIELS
06/02/2015
12
SEISMES INTRAPLAQUES
06/02/2015
13
LES FRONTIÈRES CONVERGENTES CONCENTRENT
LES TROIS CATÉGORIES DE SÉISMES
5%
15%
75%
Zones divergentes
Zones convergentes
Zones de décrochement
06/02/2015
14
DISSIPATION DE L’ÉNERGIE SISMIQUE DE LA PLANÈTE
 Un matériau rigide soumis à des contraintes de cisaillement, se déforme
de manière élastique puis de manière plastique
 Au point de rupture, il se rompt
06/02/2015
15
DEFORMATION
Élastique : le matériau reprend
sa forme et son volume lorsque
la contrainte est relâchée
Plastique : le matériau reste
déformé lorsque la contrainte
est relachée
Point de rupture: libération de
l’énergie accumulée lors de la
déformation plastique
Séisme = rupture
Accumulation + Relâchement des contraintes
LES DÉFORMATIONS
DÉFINITIONS
 Foyer ou hypocentre :
 L'endroit où démarre la rupture est appelé foyer du séisme ou
hypocentre (0 à 700 km profondeur)
 Epicentre :
 L'épicentre microsismique est le point de la surface du sol le
plus proche du foyer (latitude, longitude)
 L'épicentre macrosismique = lieu de plus forte intensité
ressentie -Peut être différent de l'épicentre réel
06/02/2015
16
06/02/2015
17
STRUCTURE SISMIQUE
LES DIFFÉRENTS TYPES D’ONDES (1)
 Déclenchement d’un séisme = Propagation d’un
front d'ondes sismiques
 Deux types d'ondes :
 Ondes de fond qui se propagent à l'intérieur de
la terre (ondes S et ondes P)
 Ondes de surface qui se propagent seulement
en surface (ondes de Love et ondes de
Rayleigh)
06/02/2015
18
Ondes P = ondes premières/ondes
de Compression. Dans tous les états
de la matière
Les particules se déplacent selon un
mouvement avant-arrière dans la
direction
de la propagation de l'onde
Ondes S = ondes de cisaillement
seulement dans les solides. Les
particules oscillent dans un plan
vertical, à angle droit par rapport à la
direction de propagation
de l'onde
06/02/2015
19
LES DIFFÉRENTS TYPES D’ONDES (2)
ONDES DE FOND
Ondes L (ondes de Love) =
ondes de cisaillement qui
oscillent dans un plan
horizontal
Impriment au sol un
mouvement de vibration
latéral
Les ondes de Rayleigh =
vague les particules du sol
se déplacent selon une
ellipse = vague qui affecte le
sol lors des
grands tremblements de
terre
06/02/2015
20
LES DIFFÉRENTS TYPES D’ONDES (3)
ONDES DE SURFACE
Propriété qui permet de localiser un
séisme = Propagation des ondes P
plus rapide que celle des ondes S
Ondes sismiques enregistrées en
plusieurs endroits du globe
Enregistrement par sismomètres
Les vibrations verticales et
horizontales du sol sont
transmises à une aiguille qui les
inscrit sur un cylindre qui tourne à
une vitesse constante
06/02/2015
21
ENREGISTREMENT DU SÉISME (1)
En un lieu donné, ondes P puis décalage et enregistrement des ondes
S
Exemple: retard de 6 minutes des ondes S par rapport aux ondes P
06/02/2015
22
ENREGISTREMENT DU SÉISME (2)
Les vitesses de propagation des
deux types d'ondes (S et P) dans la
croûte terrestre
établies = courbes étalonnées
Pour une distance entre séisme et
point d’enregistrement de 2000 Km,
l'onde P mettra 4,5 min et l'onde S
mettra 7,5 min = décalage de 3 min
Dans l’exemple, distance
correspondant à un décalage de 6 min
= 5000 Km
06/02/2015
23
Temsdepropagation(minutes)
LES DIFFÉRENTS TYPES D’ONDES (3)
Pour une station:
temps d'arrivée de l'onde P: tp = t0 +
(d/Vp)
temps d'arrivée de l'onde S: ts = t0 +
(d/Vs)
Différence entre les deux relations précédentes
:
ts - tp = d . ( 1/Vs - 1/Vp)
On connaît les vitesses des ondes P et S dans
la croûte et on admet que :
(1/Vs - 1/Vp) = 1/8
D’où : d = 8 * (ts - tp)
On établit des abaques et on obtient
directement d en fonction de (ts - tp)
basée sur la différence de propagation des ondes P et S
06/02/2015
24
LOCALISATION D’ÉPICENTRE
LA MÉTHODE DES CERCLES
Le séisme se trouve sur le périmètre d’un
cercle de rayon d1 centré sur une première
station d’enregistrement
d1
Avec une seconde station, on détermine la
distance (d2) séparant cette station de
l’épicentre du séisme
Les deux points d’intersection des deux
cercles définissent les deux localisations
possibles de l’épicentre du séisme
enregistré
Avec une troisième station, détermination de
la distance (d3) séparant cette station de
l’épicentre du séisme
Un seul point d ’intersection possible entre
les trois cercles définit la position précise
de l ’épicentre du séisme enregistré
d1
d2
d3
d2
d1
06/02/2015
25
LOCALISATION D’ÉPICENTRE
LA TRIANGULATION
EFFET DES ONDES SUR LES CONSTRUCTIONS
06/02/2015
26
Ondes L et R
 gamme des "basses
fréquences » (< à 1 hertz)
 nocives pour les bâtiments
élevés
- destructrices à des
distances plus grandes que
les ondes P et S (quelques
dizaines de kilomètres)
Ondes P et S
 gamme des "hautes
fréquences » (> à 1 hertz)
- dangereuses pour diverses
catégories de bâtiments bas
LA MAGNITUDE
 Energie développée au foyer du séisme
 La magnitude est mesurée par le logarithme de
l’amplitude maximale des ondes, mesurée en
microns, à partir d’un sismomètre placé à une
distance d’environ 100 km par rapport à l’épicentre
M = log A/T + F()
 A amplitude en microns
 T période en secondes
 F() terme empirique = amortissement du signal
sismique en fonction de la distance et de la
profondeur
06/02/2015
27
ECHELLE DE RICHTER INSTAURÉE EN 1935
 Calculée à partir de la quantité d'énergie dégagée au foyer
 Fournit la magnitude (M) d'un séisme: log (E) = 11,4 + 1,5M
 Un séisme de magnitude 8,5 est 100 millions de fois plus
fort qu’un séisme de magnitude 3
 Valeur objective = une seule valeur pour un séisme donné
 A ce jour, plus fort séisme = 9,5 sur l'échelle de Richter
(Chili).
 Depuis janvier 2000, nouvelle échelle adoptée par les pays
européens :
 EMS 98 (European Macroseismic Scale 1998)
06/02/2015
28
06/02/2015
29
ECHELLE DE RICHTER
L’INTENSITÉ
 Plusieurs échelles pour évaluer l’intensité des tremblements de
terre
1. Echelle de Mercalli développée en 1902 et modifiée en 1956
2. Echelle MSK (Medvedev, Sponheuer et Karnik, 1964)
 Ces deux échelles comportent douze degrés notés
généralement en chiffres romains de I à XII
Intensité déterminée par:
-Ampleur des dégâts causés par un séisme
-perception de la population varient en fonction de la distance à
l'épicentre.
Echelle subjective
Echelle variable géographiquement
06/02/2015
30
Perception à l’intérieur
Enregistrement par les sismomètres
Perception à l’extérieur
Quelques dommages
Dommages légers aux
« bonnes constructions »
destruction des « mauvaises »
Dommages considérables
Modification des paysages
06/02/2015
31
ECHELLE DE MERCALLI
06/02/2015
32
LES SÉISMES ENTRE 1990 ET 2001
UN RISQUE MAJEUR
06/02/2015
33
Conséquences secondaires:
• Glissements de terrains,
éboulements
• Incendies
• Tsunamis
1436 Naples-Brindisi Italie 30 000 morts
1531 Lisbonne Portugal 30 000 morts
1693 Catane Italie 60 000 morts
1737 Calcutta Inde ~50 000 morts
1797 Quito Equateur 40 000 morts
1906 San Francisco Etats-Unis 700 morts
1908 Messine Italie 65 000 morts
1920 Ganzu (ou
Kan-sou)
Chine 180 000 morts
1923 Tokyo Japon 143 000 morts
1976 Tangshan Chine 800 000 morts
1980 El-Asnam Algérie 3 500 morts
1985 Mexico Mexique 20 000 morts
1995 Kobe Japon 5 000 morts
1999 Izmit Turquie 20 000 morts
• Enjeux : hommes, centres de vie, environnement
• Destruction des biens (habitations,
infrastructures…)
• Pertes humaines (morts, blessés…)
• Impacts environnementaux (glissement de
terrain, pollution…)
• Aléa : probabilité du séisme
Risque
06/02/2015
34
ALÉAS ET ENJEUX SISMIQUES
 Nature du sous sol (amplifications des ondes)
 Instabilité des versants (réaction en chaîne)
 Types de bâtiments ou ouvrages
 Topographie
06/02/2015
35
ETUDE DES « EFFETS DE SITE » :
SISMICITÉ DE L’ALGÉRIE
 L’Algérie est connue pour être le siège d’une sismicité
importante caractérisée par des séismes modérés parfois
violents comme ceux d’Alger de 1365, 1716, Oran 1790, Blida
1825, Orléanville 1954, El Asnam 1980, Constantine 1985,
Tipasa 1989, Mascara 1994, Ain Temouchent 1999 et
Zemmouri 2003.
 Cette sismicité concerne essentiellement la partie tellien
compris entre l’Atlas Saharien et le littoral méditerranéen.
Cette sismicité est associée à la collision entre les deux
plaques tectoniques Afrique et Eurasie. Les séismes se
produisent en général au niveau de la frontière entre plaques.
 Pour notre cas la frontière qui sépare l’Afrique de l’Eurasie
traverse l’Algérie d’Ouest en Est et c’est le long de cette
frontière que les séismes algériens se produisent.
06/02/2015
36
Distribution des séismes dans la région Méditerranéenne
SISMICITÉ DE L’ALGÉRIE
06/02/2015
37
PRINCIPAUX SÉISMES CONNUS EN ALGÉRIE
Localité Date Magnitude ou
Intensité
Dégâts
Alger 03/01/1365 Fort Plusieurs victimes, avec 100 répliques dans la
même nuit
Alger - Mitidja 03/02/1716 X 20000 morts Alger détruite
Oran 09/10/1790 IX-X 2000 morts ressenti à Malte
Blida 02/03/1825 X 7000 morts destruction de Blida peu de dégâts
à Alger
Jijel 22/08/1856 X Raz de Marée le long du littoral d’Alger à
Annaba.
Orléanville 09/09/1954 6.7 1243 morts et 20000 habitations détruites
M’Sila 12/02/1946 5.6 264 morts et 1000 maisons détruites
El Asnam 10/10/1980 7.3 2633 morts, 8369 blessés, 348 Disparus, des milliers
sinistrés
Mascara 18/08/1994 5.7 171 morts et plusieurs habitations détruites
Ain Temouchent 22/12/1999 5.7 28 morts et plusieurs habitations détruites
Zemmouri 21/05/2003 6.8 Plus de 2200 morts et des milliers de personnes
sinistrées
06/02/2015 38
Sismicité de l’Algérie
GÉODYNAMIQUE DU BASSIN MÉDITERRANÉEN:
LA COLLISION ENTRE LES PLAQUES AFRICAINE ET EURASIENNE EST RESPONSABLE
DE LA SURVENANCE DES SÉISMES LE LONG DE LA FRONTIÈRE
06/02/2015
39
ALÉA ET RISQUE SISMIQUE EN ALGÉRIE DU NORD
 L’aléa est une notion relative à l’aspect géologique et
tectonique, c’est ce qui existe dans la nature (failles, plis,
bassins sédimentaires, terrains glissants ou liquéfiables).
Concernant ce paramètre on ne peut que l’évaluer par des
études détaillées. On ne peut ni le changer ni le modifier.
 Le risque sismique par contre est un paramètre que l’on
peut calculer et nous pouvons le réduire.
 Un facteur déterminant dans la prévention contre les
séismes c’est la vulnérabilité. Pour ce paramètre, nous
avons d’une part la vulnérabilité du bâti et d’autre part la
vulnérabilité des personnes.
06/02/2015
40
 Le risque sismique est une fonction qui met en jeu trois paramètres :
l’aléa sismique, la vulnérabilité et la préparation qu’ont les pouvoir
publique à l’intervention, qui sont liés par une fonction très simple :
Risque = ( Aléa * Vulnérabilité ) / préparation à l’intervention
 Dans cette équation, l’aléa est le seul paramètre fixe que l’on ne peut
pas changer.
 La vulnérabilité des personnes peut être modifiée par la formation et
l’information.
 Celle relative au bâti peut être aussi modifiée par le diagnostic
correct et sérieux et par le confortement, quand celui-ci est possible,
des structures vulnérables. Celles qui ne peuvent subir de
confortement doivent être détruites et remplacées par d’autres moins
vulnérables.
 Le troisième facteur concerne la préparation à l’intervention; plus
l’intervention est rapide et efficace, moins le bilan est important.
06/02/2015
41
ALÉA ET RISQUE SISMIQUE EN ALGÉRIE DU NORD
06/02/2015 42
LA SISMICITÉ EN ALGÉRIE 1716-1975
Tlemcen
Saida
Beni-Saf
Oran
Mascara
Relizane
Tiaret Ain-Oussara
Chlef
Cherchell
Blida
Alger
Tizi-Ouzou
Sour-el-Ghouzlan
Boussaada
Bejaia
Setif
Batna
Constantine
Jijel
Collo
Guelma
Annaba
Tebessa
Mer Mediterranée
X IX VIII VII VI < V
Carte des Intensites Maximales Obsérvées (IMO)
de 1716-2003
Mise à jour Janvier 2006 (A. Ayadi)
Ain-Temouchent
06/02/2015
43
LA SISMICITÉ EN ALGÉRIE 1716-2003
CONTEXTE TECTONIQUE DE LA RÉGION D’ALGER ET
RISQUE SISMIQUE
 Des failles sont présentes dans le bassin de la
Mitidja et il faut prendre les dispositions qui
s’imposent pour en éviter une probable
catastrophe.
 Des failles marines peuvent exister mais
actuellement il y a très peu d’information sur ce
milieu. Des études précises doivent êtres faites
pour mettre en évidence l’existence en mer de
failles actives et préciser le type et mode de
rupture.
06/02/2015
44
D’EL ASNAM 1980 À ZEMMOURI 2003 ÉTAT DE LA PRÉVENTION
SISMIQUE
 Le séisme d’El Asnam est le plus violent séisme qu’a connu
l’Algérie depuis le début du XX siècle. Les pertes occasionnées
ont étaient nombreuses et lourdes. Depuis le séisme d’El Asnam
1980, des rapports ont été établis, des recommandations ont été
faites mais hélas en 2003 le séisme de Zemmouri est venu nous
rappeler que nous n’avons pas bien capitalisé l’expérience d’El
Asnam.
 En 1980, nous avons eu 2633 morts et des milliers de blessés
 En 2003 à Zemmouri nous avons eu 2278 et des milliers de
blessés.
 La différence entre les deux séismes c’est que celui d’El Asnam
(M=7.3) été plus fort que celui de Zemmouri (M=6.8) mais les
dégâts sont comparables. Ceci nous montre bien que nous avons
vite oublié ce qui c’est passé à El Asnam pour reproduire les
mêmes erreurs à Zemmouri.
06/02/2015
45

Contenu connexe

Tendances

Aciers, développement durable
Aciers, développement durableAciers, développement durable
Aciers, développement durableSami Sahli
 
Fondation..
Fondation..Fondation..
Fondation..
OUSSAMA EL-hdiri
 
Alimentation en eau potable1
Alimentation en eau potable1Alimentation en eau potable1
Alimentation en eau potable1Hiba Architecte
 
Les Ouvrages de soutènement
Les Ouvrages de soutènementLes Ouvrages de soutènement
Les Ouvrages de soutènement
Adel Nehaoua
 
Mouvment de terrain sur le pente
Mouvment de terrain sur le penteMouvment de terrain sur le pente
Mouvment de terrain sur le pente
ZEMOUR Youcef
 
Béton armé 03
Béton armé 03Béton armé 03
Béton armé 03Sami Sahli
 
1 principes - oa courants - sur cintres - a l'avancement
1   principes - oa courants - sur cintres - a l'avancement1   principes - oa courants - sur cintres - a l'avancement
1 principes - oa courants - sur cintres - a l'avancement
HASSEN HAMMAMI
 
Chap 4 a barragesvoûtes
Chap 4 a barragesvoûtesChap 4 a barragesvoûtes
Chap 4 a barragesvoûtesSouhila Benkaci
 
Exposé Construction.ppt
Exposé Construction.pptExposé Construction.ppt
Exposé Construction.ppt
MohamedAmineLemdani1
 
Cours Structure: Les Contreventements
Cours Structure: Les ContreventementsCours Structure: Les Contreventements
Cours Structure: Les Contreventements
Archi Guelma
 
Voiries et transports
Voiries et transportsVoiries et transports
Voiries et transports
Ouaret Yahia
 
Béton précontraint
Béton précontraintBéton précontraint
Béton précontraint
sabdou
 
Controle du béton sur chantiers
Controle du béton sur chantiersControle du béton sur chantiers
Controle du béton sur chantiersSami Sahli
 
Structure métallique
Structure métalliqueStructure métallique
Structure métallique
Sami Sahli
 
Structure métallique
Structure métallique Structure métallique
Structure métallique
Sami Sahli
 

Tendances (20)

Aciers, développement durable
Aciers, développement durableAciers, développement durable
Aciers, développement durable
 
Joints
JointsJoints
Joints
 
Fondation..
Fondation..Fondation..
Fondation..
 
Alimentation en eau potable1
Alimentation en eau potable1Alimentation en eau potable1
Alimentation en eau potable1
 
Les Ouvrages de soutènement
Les Ouvrages de soutènementLes Ouvrages de soutènement
Les Ouvrages de soutènement
 
Mouvment de terrain sur le pente
Mouvment de terrain sur le penteMouvment de terrain sur le pente
Mouvment de terrain sur le pente
 
Expose
ExposeExpose
Expose
 
Béton armé 03
Béton armé 03Béton armé 03
Béton armé 03
 
Fondations 02
Fondations 02Fondations 02
Fondations 02
 
Structure metalique
Structure metaliqueStructure metalique
Structure metalique
 
1 principes - oa courants - sur cintres - a l'avancement
1   principes - oa courants - sur cintres - a l'avancement1   principes - oa courants - sur cintres - a l'avancement
1 principes - oa courants - sur cintres - a l'avancement
 
Les terrassements
Les  terrassementsLes  terrassements
Les terrassements
 
Chap 4 a barragesvoûtes
Chap 4 a barragesvoûtesChap 4 a barragesvoûtes
Chap 4 a barragesvoûtes
 
Exposé Construction.ppt
Exposé Construction.pptExposé Construction.ppt
Exposé Construction.ppt
 
Cours Structure: Les Contreventements
Cours Structure: Les ContreventementsCours Structure: Les Contreventements
Cours Structure: Les Contreventements
 
Voiries et transports
Voiries et transportsVoiries et transports
Voiries et transports
 
Béton précontraint
Béton précontraintBéton précontraint
Béton précontraint
 
Controle du béton sur chantiers
Controle du béton sur chantiersControle du béton sur chantiers
Controle du béton sur chantiers
 
Structure métallique
Structure métalliqueStructure métallique
Structure métallique
 
Structure métallique
Structure métallique Structure métallique
Structure métallique
 

En vedette

2011-12-14 ASIP Santé JNI "Le marché intérieur des systèmes d’information de ...
2011-12-14 ASIP Santé JNI "Le marché intérieur des systèmes d’information de ...2011-12-14 ASIP Santé JNI "Le marché intérieur des systèmes d’information de ...
2011-12-14 ASIP Santé JNI "Le marché intérieur des systèmes d’information de ...
ASIP Santé
 
Fotos incriveis da natureza
Fotos incriveis da naturezaFotos incriveis da natureza
Fotos incriveis da naturezaFrancisco Coelho
 
Transformation Digitale - Menaces et opportunités (D. Eycken)
Transformation Digitale - Menaces et opportunités (D. Eycken)Transformation Digitale - Menaces et opportunités (D. Eycken)
Transformation Digitale - Menaces et opportunités (D. Eycken)
NRB
 
Les villes intelligentes: exercice de modélisation
Les villes intelligentes: exercice de modélisationLes villes intelligentes: exercice de modélisation
Les villes intelligentes: exercice de modélisation
Université Paris-Dauphine
 
Les rendez-vous de l’INRA - L'Europe Laitière en 2020 : bilan, perspectives e...
Les rendez-vous de l’INRA - L'Europe Laitière en 2020 : bilan, perspectives e...Les rendez-vous de l’INRA - L'Europe Laitière en 2020 : bilan, perspectives e...
Les rendez-vous de l’INRA - L'Europe Laitière en 2020 : bilan, perspectives e...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Caractéristiques et opportunités de la vente alimentaire via Internet
Caractéristiques et opportunités de la vente alimentaire via InternetCaractéristiques et opportunités de la vente alimentaire via Internet
Caractéristiques et opportunités de la vente alimentaire via Internet
Qualivore Midi-pyrenees
 
Faire un scan du réseau avec NMAP
Faire un scan du réseau avec NMAPFaire un scan du réseau avec NMAP
Faire un scan du réseau avec NMAP
Club Scientifique de l'ESI - CSE
 
Certification nationale A2-B1 d'allemand session 2016
Certification nationale A2-B1 d'allemand session 2016Certification nationale A2-B1 d'allemand session 2016
Certification nationale A2-B1 d'allemand session 2016
Jean-Marc Dubois
 
Matinée marketplace HiPay, Mirakl
Matinée marketplace HiPay, MiraklMatinée marketplace HiPay, Mirakl
Matinée marketplace HiPay, Mirakl
HiPay Group
 
HUB REPORT - L'indispensable à savoir sur la Data & le CRM
HUB REPORT - L'indispensable à savoir sur la Data & le CRM HUB REPORT - L'indispensable à savoir sur la Data & le CRM
HUB REPORT - L'indispensable à savoir sur la Data & le CRM
HUB INSTITUTE
 
Asean quiz championship_2012
Asean quiz championship_2012Asean quiz championship_2012
Asean quiz championship_2012
Movin Miranda
 
2013 Guide IDEAS des bonnes pratiques
2013 Guide IDEAS des bonnes pratiques2013 Guide IDEAS des bonnes pratiques
2013 Guide IDEAS des bonnes pratiques
Asso Asah
 
Business Model Workshop CTIC Dakar - Jan 2012 @ESMT
Business Model Workshop CTIC Dakar - Jan 2012 @ESMTBusiness Model Workshop CTIC Dakar - Jan 2012 @ESMT
Business Model Workshop CTIC Dakar - Jan 2012 @ESMT
Yann Le Beux
 
Les sculptures contemporaines de paris2
Les sculptures contemporaines de paris2Les sculptures contemporaines de paris2
Les sculptures contemporaines de paris2flemac
 
SOCIAL MEDIA FÜR NPO´s - MANDARIN MEDIEN, Niklas Jordan
SOCIAL MEDIA FÜR NPO´s - MANDARIN MEDIEN, Niklas JordanSOCIAL MEDIA FÜR NPO´s - MANDARIN MEDIEN, Niklas Jordan
SOCIAL MEDIA FÜR NPO´s - MANDARIN MEDIEN, Niklas Jordan
MANDARIN MEDIEN GmbH
 
Recommandations et marketing digital
Recommandations et marketing digitalRecommandations et marketing digital
Recommandations et marketing digital
Maria Mercanti-Guérin
 
Créations et destructions d’emplois en 2013 en France
Créations et destructions d’emplois en 2013 en FranceCréations et destructions d’emplois en 2013 en France
Créations et destructions d’emplois en 2013 en France
Gisela BONNAUD
 
Réussir sa structuration touristique
Réussir sa structuration touristiqueRéussir sa structuration touristique
Réussir sa structuration touristique
MONA
 
Voici les 34 technologies de 2016 à forts enjeux stratégiques selon Gartner
Voici les 34 technologies de 2016 à forts enjeux stratégiques selon GartnerVoici les 34 technologies de 2016 à forts enjeux stratégiques selon Gartner
Voici les 34 technologies de 2016 à forts enjeux stratégiques selon Gartner
Thibaut Watrigant
 
Bora Bora
Bora BoraBora Bora
Bora Bora
VANESSA DESILES
 

En vedette (20)

2011-12-14 ASIP Santé JNI "Le marché intérieur des systèmes d’information de ...
2011-12-14 ASIP Santé JNI "Le marché intérieur des systèmes d’information de ...2011-12-14 ASIP Santé JNI "Le marché intérieur des systèmes d’information de ...
2011-12-14 ASIP Santé JNI "Le marché intérieur des systèmes d’information de ...
 
Fotos incriveis da natureza
Fotos incriveis da naturezaFotos incriveis da natureza
Fotos incriveis da natureza
 
Transformation Digitale - Menaces et opportunités (D. Eycken)
Transformation Digitale - Menaces et opportunités (D. Eycken)Transformation Digitale - Menaces et opportunités (D. Eycken)
Transformation Digitale - Menaces et opportunités (D. Eycken)
 
Les villes intelligentes: exercice de modélisation
Les villes intelligentes: exercice de modélisationLes villes intelligentes: exercice de modélisation
Les villes intelligentes: exercice de modélisation
 
Les rendez-vous de l’INRA - L'Europe Laitière en 2020 : bilan, perspectives e...
Les rendez-vous de l’INRA - L'Europe Laitière en 2020 : bilan, perspectives e...Les rendez-vous de l’INRA - L'Europe Laitière en 2020 : bilan, perspectives e...
Les rendez-vous de l’INRA - L'Europe Laitière en 2020 : bilan, perspectives e...
 
Caractéristiques et opportunités de la vente alimentaire via Internet
Caractéristiques et opportunités de la vente alimentaire via InternetCaractéristiques et opportunités de la vente alimentaire via Internet
Caractéristiques et opportunités de la vente alimentaire via Internet
 
Faire un scan du réseau avec NMAP
Faire un scan du réseau avec NMAPFaire un scan du réseau avec NMAP
Faire un scan du réseau avec NMAP
 
Certification nationale A2-B1 d'allemand session 2016
Certification nationale A2-B1 d'allemand session 2016Certification nationale A2-B1 d'allemand session 2016
Certification nationale A2-B1 d'allemand session 2016
 
Matinée marketplace HiPay, Mirakl
Matinée marketplace HiPay, MiraklMatinée marketplace HiPay, Mirakl
Matinée marketplace HiPay, Mirakl
 
HUB REPORT - L'indispensable à savoir sur la Data & le CRM
HUB REPORT - L'indispensable à savoir sur la Data & le CRM HUB REPORT - L'indispensable à savoir sur la Data & le CRM
HUB REPORT - L'indispensable à savoir sur la Data & le CRM
 
Asean quiz championship_2012
Asean quiz championship_2012Asean quiz championship_2012
Asean quiz championship_2012
 
2013 Guide IDEAS des bonnes pratiques
2013 Guide IDEAS des bonnes pratiques2013 Guide IDEAS des bonnes pratiques
2013 Guide IDEAS des bonnes pratiques
 
Business Model Workshop CTIC Dakar - Jan 2012 @ESMT
Business Model Workshop CTIC Dakar - Jan 2012 @ESMTBusiness Model Workshop CTIC Dakar - Jan 2012 @ESMT
Business Model Workshop CTIC Dakar - Jan 2012 @ESMT
 
Les sculptures contemporaines de paris2
Les sculptures contemporaines de paris2Les sculptures contemporaines de paris2
Les sculptures contemporaines de paris2
 
SOCIAL MEDIA FÜR NPO´s - MANDARIN MEDIEN, Niklas Jordan
SOCIAL MEDIA FÜR NPO´s - MANDARIN MEDIEN, Niklas JordanSOCIAL MEDIA FÜR NPO´s - MANDARIN MEDIEN, Niklas Jordan
SOCIAL MEDIA FÜR NPO´s - MANDARIN MEDIEN, Niklas Jordan
 
Recommandations et marketing digital
Recommandations et marketing digitalRecommandations et marketing digital
Recommandations et marketing digital
 
Créations et destructions d’emplois en 2013 en France
Créations et destructions d’emplois en 2013 en FranceCréations et destructions d’emplois en 2013 en France
Créations et destructions d’emplois en 2013 en France
 
Réussir sa structuration touristique
Réussir sa structuration touristiqueRéussir sa structuration touristique
Réussir sa structuration touristique
 
Voici les 34 technologies de 2016 à forts enjeux stratégiques selon Gartner
Voici les 34 technologies de 2016 à forts enjeux stratégiques selon GartnerVoici les 34 technologies de 2016 à forts enjeux stratégiques selon Gartner
Voici les 34 technologies de 2016 à forts enjeux stratégiques selon Gartner
 
Bora Bora
Bora BoraBora Bora
Bora Bora
 

Similaire à PARASESMIQUE DES OUVRAGES D’ART

Séisme au Teil : L'histoire d'une comune au centre de tous les radars - Anne ...
Séisme au Teil : L'histoire d'une comune au centre de tous les radars - Anne ...Séisme au Teil : L'histoire d'une comune au centre de tous les radars - Anne ...
Séisme au Teil : L'histoire d'une comune au centre de tous les radars - Anne ...
BlogGES
 
Guide exercice séisme.pdf
Guide exercice séisme.pdfGuide exercice séisme.pdf
Guide exercice séisme.pdf
SidikiKone1
 
CYRILLE Julien
CYRILLE JulienCYRILLE Julien
CYRILLE JulienBoulogne
 
Tp1 correction
Tp1 correctionTp1 correction
Tp1 correctionchrisvelt
 
Tp1 correction
Tp1 correctionTp1 correction
Tp1 correctionchrisvelt
 
Capstone Project on Space Launch System
Capstone Project on Space Launch SystemCapstone Project on Space Launch System
Capstone Project on Space Launch System
Papa Magatte Diakhate
 
COMMENT FAIRE FACE AUX TREMBLEMENTS DE TERRE COMME CELUI SURVENU RÉCEMMENT EN...
COMMENT FAIRE FACE AUX TREMBLEMENTS DE TERRE COMME CELUI SURVENU RÉCEMMENT EN...COMMENT FAIRE FACE AUX TREMBLEMENTS DE TERRE COMME CELUI SURVENU RÉCEMMENT EN...
COMMENT FAIRE FACE AUX TREMBLEMENTS DE TERRE COMME CELUI SURVENU RÉCEMMENT EN...
Faga1939
 
deuxième chapitre : les séismes OZZNE.pptx
deuxième chapitre : les séismes OZZNE.pptxdeuxième chapitre : les séismes OZZNE.pptx
deuxième chapitre : les séismes OZZNE.pptx
Iliass Sassioui
 
projet sur les seisme et les tsunami.pptx
projet sur les seisme et les tsunami.pptxprojet sur les seisme et les tsunami.pptx
projet sur les seisme et les tsunami.pptx
Pro0cyborggamer
 
projet sur les seisme et les tsunami.pptx
projet sur les seisme et les tsunami.pptxprojet sur les seisme et les tsunami.pptx
projet sur les seisme et les tsunami.pptx
Pro0cyborggamer
 
Tremblement de terre au japon
Tremblement de terre au japonTremblement de terre au japon
Tremblement de terre au japonDaiMar0160
 
Ondes elecromagneiques
Ondes elecromagneiquesOndes elecromagneiques
Ondes elecromagneiquesmitzy93
 
Akad Image(Catastrophes)
Akad Image(Catastrophes)Akad Image(Catastrophes)
Akad Image(Catastrophes)Edogawa Akad
 
Ppt Jun06 RéChauffement Climatique Aux Etudiants De Em Lyon
Ppt Jun06 RéChauffement Climatique Aux Etudiants De Em LyonPpt Jun06 RéChauffement Climatique Aux Etudiants De Em Lyon
Ppt Jun06 RéChauffement Climatique Aux Etudiants De Em LyonFrancois Dauphin
 
Le filtrage adaptatif des signaux sismiques (LMS)
Le filtrage adaptatif des signaux sismiques (LMS)Le filtrage adaptatif des signaux sismiques (LMS)
Le filtrage adaptatif des signaux sismiques (LMS)
BOUHNIN Jawad
 
variations du niveau de la_mer : les causes
variations du niveau de la_mer : les causesvariations du niveau de la_mer : les causes
variations du niveau de la_mer : les causes
MohamedMaanan3
 
Tp11 les données de la sismologie
Tp11 les données de la sismologieTp11 les données de la sismologie
Tp11 les données de la sismologie
Jef Chouzier
 
Spectre électromagnétique
Spectre électromagnétiqueSpectre électromagnétique
Spectre électromagnétique
David Malinvaud
 
Effet de serre et réchauffement climatique
Effet de serre et réchauffement climatiqueEffet de serre et réchauffement climatique
Effet de serre et réchauffement climatique
christianwery
 
Cours-de-physique-1v2.pdf d'un cours de physique
Cours-de-physique-1v2.pdf d'un cours de physiqueCours-de-physique-1v2.pdf d'un cours de physique
Cours-de-physique-1v2.pdf d'un cours de physique
lol958877
 

Similaire à PARASESMIQUE DES OUVRAGES D’ART (20)

Séisme au Teil : L'histoire d'une comune au centre de tous les radars - Anne ...
Séisme au Teil : L'histoire d'une comune au centre de tous les radars - Anne ...Séisme au Teil : L'histoire d'une comune au centre de tous les radars - Anne ...
Séisme au Teil : L'histoire d'une comune au centre de tous les radars - Anne ...
 
Guide exercice séisme.pdf
Guide exercice séisme.pdfGuide exercice séisme.pdf
Guide exercice séisme.pdf
 
CYRILLE Julien
CYRILLE JulienCYRILLE Julien
CYRILLE Julien
 
Tp1 correction
Tp1 correctionTp1 correction
Tp1 correction
 
Tp1 correction
Tp1 correctionTp1 correction
Tp1 correction
 
Capstone Project on Space Launch System
Capstone Project on Space Launch SystemCapstone Project on Space Launch System
Capstone Project on Space Launch System
 
COMMENT FAIRE FACE AUX TREMBLEMENTS DE TERRE COMME CELUI SURVENU RÉCEMMENT EN...
COMMENT FAIRE FACE AUX TREMBLEMENTS DE TERRE COMME CELUI SURVENU RÉCEMMENT EN...COMMENT FAIRE FACE AUX TREMBLEMENTS DE TERRE COMME CELUI SURVENU RÉCEMMENT EN...
COMMENT FAIRE FACE AUX TREMBLEMENTS DE TERRE COMME CELUI SURVENU RÉCEMMENT EN...
 
deuxième chapitre : les séismes OZZNE.pptx
deuxième chapitre : les séismes OZZNE.pptxdeuxième chapitre : les séismes OZZNE.pptx
deuxième chapitre : les séismes OZZNE.pptx
 
projet sur les seisme et les tsunami.pptx
projet sur les seisme et les tsunami.pptxprojet sur les seisme et les tsunami.pptx
projet sur les seisme et les tsunami.pptx
 
projet sur les seisme et les tsunami.pptx
projet sur les seisme et les tsunami.pptxprojet sur les seisme et les tsunami.pptx
projet sur les seisme et les tsunami.pptx
 
Tremblement de terre au japon
Tremblement de terre au japonTremblement de terre au japon
Tremblement de terre au japon
 
Ondes elecromagneiques
Ondes elecromagneiquesOndes elecromagneiques
Ondes elecromagneiques
 
Akad Image(Catastrophes)
Akad Image(Catastrophes)Akad Image(Catastrophes)
Akad Image(Catastrophes)
 
Ppt Jun06 RéChauffement Climatique Aux Etudiants De Em Lyon
Ppt Jun06 RéChauffement Climatique Aux Etudiants De Em LyonPpt Jun06 RéChauffement Climatique Aux Etudiants De Em Lyon
Ppt Jun06 RéChauffement Climatique Aux Etudiants De Em Lyon
 
Le filtrage adaptatif des signaux sismiques (LMS)
Le filtrage adaptatif des signaux sismiques (LMS)Le filtrage adaptatif des signaux sismiques (LMS)
Le filtrage adaptatif des signaux sismiques (LMS)
 
variations du niveau de la_mer : les causes
variations du niveau de la_mer : les causesvariations du niveau de la_mer : les causes
variations du niveau de la_mer : les causes
 
Tp11 les données de la sismologie
Tp11 les données de la sismologieTp11 les données de la sismologie
Tp11 les données de la sismologie
 
Spectre électromagnétique
Spectre électromagnétiqueSpectre électromagnétique
Spectre électromagnétique
 
Effet de serre et réchauffement climatique
Effet de serre et réchauffement climatiqueEffet de serre et réchauffement climatique
Effet de serre et réchauffement climatique
 
Cours-de-physique-1v2.pdf d'un cours de physique
Cours-de-physique-1v2.pdf d'un cours de physiqueCours-de-physique-1v2.pdf d'un cours de physique
Cours-de-physique-1v2.pdf d'un cours de physique
 

Plus de Adel Nehaoua

B50 - sequences d'aménagemen
B50 - sequences d'aménagemenB50 - sequences d'aménagemen
B50 - sequences d'aménagemen
Adel Nehaoua
 
B10 - choix des critères de définition des niveaux de service
B10 - choix des critères de définition des niveaux de serviceB10 - choix des critères de définition des niveaux de service
B10 - choix des critères de définition des niveaux de service
Adel Nehaoua
 
B11 - définition des niveaux de sevice
B11 - définition des niveaux de seviceB11 - définition des niveaux de sevice
B11 - définition des niveaux de sevice
Adel Nehaoua
 
B40 niveau de service et normes
B40 niveau de service et normesB40 niveau de service et normes
B40 niveau de service et normes
Adel Nehaoua
 
B40 - annexe[ocr]
B40 - annexe[ocr]B40 - annexe[ocr]
B40 - annexe[ocr]
Adel Nehaoua
 
B40 - manuel de projeteurs
B40 - manuel de projeteursB40 - manuel de projeteurs
B40 - manuel de projeteurs
Adel Nehaoua
 
Passages à faune
Passages à faunePassages à faune
Passages à faune
Adel Nehaoua
 
Assainissement routier
Assainissement routierAssainissement routier
Assainissement routier
Adel Nehaoua
 
Maitrise des études de renforcement des chaussées
Maitrise des études de renforcement des chaussées Maitrise des études de renforcement des chaussées
Maitrise des études de renforcement des chaussées
Adel Nehaoua
 
chapitre 3: Pont mixtes bipoutre
chapitre 3: Pont mixtes bipoutrechapitre 3: Pont mixtes bipoutre
chapitre 3: Pont mixtes bipoutre
Adel Nehaoua
 
Chapitre 1 : Généralité
Chapitre 1 :  GénéralitéChapitre 1 :  Généralité
Chapitre 1 : Généralité
Adel Nehaoua
 
Guide des renforcements fascicule 1 6
Guide des renforcements fascicule 1 6Guide des renforcements fascicule 1 6
Guide des renforcements fascicule 1 6
Adel Nehaoua
 
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule1)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule1)Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule1)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule1)
Adel Nehaoua
 
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule2)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule2)Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule2)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule2)
Adel Nehaoua
 
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule3)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule3)Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule3)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule3)
Adel Nehaoua
 
Caractéristiques géométriques des routes
Caractéristiques géométriques des routesCaractéristiques géométriques des routes
Caractéristiques géométriques des routes
Adel Nehaoua
 
Représentation graphique des routes
Représentation graphique des routesReprésentation graphique des routes
Représentation graphique des routes
Adel Nehaoua
 
Cubature et mouvement des terres
Cubature et mouvement des terresCubature et mouvement des terres
Cubature et mouvement des terres
Adel Nehaoua
 
Les terrassements
Les terrassementsLes terrassements
Les terrassements
Adel Nehaoua
 

Plus de Adel Nehaoua (20)

B50 - sequences d'aménagemen
B50 - sequences d'aménagemenB50 - sequences d'aménagemen
B50 - sequences d'aménagemen
 
B10 - choix des critères de définition des niveaux de service
B10 - choix des critères de définition des niveaux de serviceB10 - choix des critères de définition des niveaux de service
B10 - choix des critères de définition des niveaux de service
 
B11 - définition des niveaux de sevice
B11 - définition des niveaux de seviceB11 - définition des niveaux de sevice
B11 - définition des niveaux de sevice
 
B40 niveau de service et normes
B40 niveau de service et normesB40 niveau de service et normes
B40 niveau de service et normes
 
B40 - annexe[ocr]
B40 - annexe[ocr]B40 - annexe[ocr]
B40 - annexe[ocr]
 
B40 - manuel de projeteurs
B40 - manuel de projeteursB40 - manuel de projeteurs
B40 - manuel de projeteurs
 
Enrobé modifié
Enrobé modifiéEnrobé modifié
Enrobé modifié
 
Passages à faune
Passages à faunePassages à faune
Passages à faune
 
Assainissement routier
Assainissement routierAssainissement routier
Assainissement routier
 
Maitrise des études de renforcement des chaussées
Maitrise des études de renforcement des chaussées Maitrise des études de renforcement des chaussées
Maitrise des études de renforcement des chaussées
 
chapitre 3: Pont mixtes bipoutre
chapitre 3: Pont mixtes bipoutrechapitre 3: Pont mixtes bipoutre
chapitre 3: Pont mixtes bipoutre
 
Chapitre 1 : Généralité
Chapitre 1 :  GénéralitéChapitre 1 :  Généralité
Chapitre 1 : Généralité
 
Guide des renforcements fascicule 1 6
Guide des renforcements fascicule 1 6Guide des renforcements fascicule 1 6
Guide des renforcements fascicule 1 6
 
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule1)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule1)Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule1)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule1)
 
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule2)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule2)Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule2)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule2)
 
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule3)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule3)Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule3)
Catalogue de dimensionnement des chaussees neuves (fascicule3)
 
Caractéristiques géométriques des routes
Caractéristiques géométriques des routesCaractéristiques géométriques des routes
Caractéristiques géométriques des routes
 
Représentation graphique des routes
Représentation graphique des routesReprésentation graphique des routes
Représentation graphique des routes
 
Cubature et mouvement des terres
Cubature et mouvement des terresCubature et mouvement des terres
Cubature et mouvement des terres
 
Les terrassements
Les terrassementsLes terrassements
Les terrassements
 

Dernier

SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdfSYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
Moukagni Evrard
 
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
Exame DELF - A2  Francês pout tout publicExame DELF - A2  Francês pout tout public
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
GiselaAlves15
 
Contrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinéeContrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinée
bangalykaba146
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
BenotGeorges3
 
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et auditMémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
MelDjobo
 
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
IES Turina/Rodrigo/Itaca/Palomeras
 
4 expositions à voir à Paris.pptx
4   expositions    à   voir   à Paris.pptx4   expositions    à   voir   à Paris.pptx
4 expositions à voir à Paris.pptx
Txaruka
 
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Oscar Smith
 
Cours SE - Gestion de la mémoire- Cours IG IPSET.pdf
Cours SE - Gestion de la mémoire- Cours IG IPSET.pdfCours SE - Gestion de la mémoire- Cours IG IPSET.pdf
Cours SE - Gestion de la mémoire- Cours IG IPSET.pdf
MedBechir
 
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdfCalendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
frizzole
 
Projet de fin d'étude licence en sciece.pptx
Projet de fin d'étude licence en sciece.pptxProjet de fin d'étude licence en sciece.pptx
Projet de fin d'étude licence en sciece.pptx
elfangourabdelouahab
 
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Formation
 
Iris et les hommes.pptx
Iris      et         les      hommes.pptxIris      et         les      hommes.pptx
Iris et les hommes.pptx
Txaruka
 

Dernier (13)

SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdfSYLLABUS DU COURS  MARKETING DTS 1-2.pdf
SYLLABUS DU COURS MARKETING DTS 1-2.pdf
 
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
Exame DELF - A2  Francês pout tout publicExame DELF - A2  Francês pout tout public
Exame DELF - A2 Francês pout tout public
 
Contrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinéeContrôle fiscale en république de guinée
Contrôle fiscale en république de guinée
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 03-06-24
 
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et auditMémoire de licence en finance comptabilité et audit
Mémoire de licence en finance comptabilité et audit
 
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
Evaluación docentes "Un cielo, dos países: El camino de los descubrimientos"
 
4 expositions à voir à Paris.pptx
4   expositions    à   voir   à Paris.pptx4   expositions    à   voir   à Paris.pptx
4 expositions à voir à Paris.pptx
 
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La JeunesseConseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
Conseils pour Les Jeunes | Conseils de La Vie| Conseil de La Jeunesse
 
Cours SE - Gestion de la mémoire- Cours IG IPSET.pdf
Cours SE - Gestion de la mémoire- Cours IG IPSET.pdfCours SE - Gestion de la mémoire- Cours IG IPSET.pdf
Cours SE - Gestion de la mémoire- Cours IG IPSET.pdf
 
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdfCalendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
Calendrier du 3 juin 2024 et compte rendu.pdf
 
Projet de fin d'étude licence en sciece.pptx
Projet de fin d'étude licence en sciece.pptxProjet de fin d'étude licence en sciece.pptx
Projet de fin d'étude licence en sciece.pptx
 
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
M2i Webinar - « Participation Financière Obligatoire » et CPF : une opportuni...
 
Iris et les hommes.pptx
Iris      et         les      hommes.pptxIris      et         les      hommes.pptx
Iris et les hommes.pptx
 

PARASESMIQUE DES OUVRAGES D’ART

  • 1. MAITRISE DU REGLEMENT PARASESMIQUE DES OUVRAGES D’ART R.P.O.A 2008 Nehaoua Adel Directeur des ressources d’ingenierie 06/02/2015 1 Société des Etudes Techniques Sétif 21 MARS2010
  • 2. Sommaire PARASESMIQUE DES OUVRAGES D’ART 06/02/2015 2 GENERALITÉ MESURES R.P.O.A 2008
  • 3. Introduction PARASESMIQUE DES OUVRAGES D’ART  Le séisme est la principale catastrophe à laquelle est exposée l’Algérie.  De nos jours, la sécurité d’un pays est plus menacée, non plus par des agressions militaires armées, mais par le danger peut survenir suite à une catastrophe naturelle à laquelle le pays en question ne peut faire face et/où suite à une vacance du pouvoir. 06/02/2015 3
  • 8. Rides ou rift Zones de subduction Failles transformantes 06/02/2015 8 TROIS TYPES DE LIMITE DE PLAQUE
  • 9. 06/02/2015 9 SÉISMES = RUPTURES = FORMATION DE FAILLES
  • 10. 06/02/2015 10 TROIS CLASSES DE SÉISMES  en fonction de la profondeur à laquelle ils se produisent: 1. les séismes normaux ou superficiels (profondeur<60 km) = frontières de plaques divergentes et frontières de plaque convergentes (fosses océaniques) 2. les séismes intermédiaires (60<profondeur<300 km) = frontières de plaques convergentes 3. les séismes profonds (jusqu’à 700 km de profondeur) = frontières de plaques convergentes
  • 11. Ride ou rift = zone de divergence 06/02/2015 11 SEISMES SUPERFICIELS
  • 13. 06/02/2015 13 LES FRONTIÈRES CONVERGENTES CONCENTRENT LES TROIS CATÉGORIES DE SÉISMES
  • 14. 5% 15% 75% Zones divergentes Zones convergentes Zones de décrochement 06/02/2015 14 DISSIPATION DE L’ÉNERGIE SISMIQUE DE LA PLANÈTE
  • 15.  Un matériau rigide soumis à des contraintes de cisaillement, se déforme de manière élastique puis de manière plastique  Au point de rupture, il se rompt 06/02/2015 15 DEFORMATION Élastique : le matériau reprend sa forme et son volume lorsque la contrainte est relâchée Plastique : le matériau reste déformé lorsque la contrainte est relachée Point de rupture: libération de l’énergie accumulée lors de la déformation plastique Séisme = rupture Accumulation + Relâchement des contraintes LES DÉFORMATIONS
  • 16. DÉFINITIONS  Foyer ou hypocentre :  L'endroit où démarre la rupture est appelé foyer du séisme ou hypocentre (0 à 700 km profondeur)  Epicentre :  L'épicentre microsismique est le point de la surface du sol le plus proche du foyer (latitude, longitude)  L'épicentre macrosismique = lieu de plus forte intensité ressentie -Peut être différent de l'épicentre réel 06/02/2015 16
  • 18. LES DIFFÉRENTS TYPES D’ONDES (1)  Déclenchement d’un séisme = Propagation d’un front d'ondes sismiques  Deux types d'ondes :  Ondes de fond qui se propagent à l'intérieur de la terre (ondes S et ondes P)  Ondes de surface qui se propagent seulement en surface (ondes de Love et ondes de Rayleigh) 06/02/2015 18
  • 19. Ondes P = ondes premières/ondes de Compression. Dans tous les états de la matière Les particules se déplacent selon un mouvement avant-arrière dans la direction de la propagation de l'onde Ondes S = ondes de cisaillement seulement dans les solides. Les particules oscillent dans un plan vertical, à angle droit par rapport à la direction de propagation de l'onde 06/02/2015 19 LES DIFFÉRENTS TYPES D’ONDES (2) ONDES DE FOND
  • 20. Ondes L (ondes de Love) = ondes de cisaillement qui oscillent dans un plan horizontal Impriment au sol un mouvement de vibration latéral Les ondes de Rayleigh = vague les particules du sol se déplacent selon une ellipse = vague qui affecte le sol lors des grands tremblements de terre 06/02/2015 20 LES DIFFÉRENTS TYPES D’ONDES (3) ONDES DE SURFACE
  • 21. Propriété qui permet de localiser un séisme = Propagation des ondes P plus rapide que celle des ondes S Ondes sismiques enregistrées en plusieurs endroits du globe Enregistrement par sismomètres Les vibrations verticales et horizontales du sol sont transmises à une aiguille qui les inscrit sur un cylindre qui tourne à une vitesse constante 06/02/2015 21 ENREGISTREMENT DU SÉISME (1)
  • 22. En un lieu donné, ondes P puis décalage et enregistrement des ondes S Exemple: retard de 6 minutes des ondes S par rapport aux ondes P 06/02/2015 22 ENREGISTREMENT DU SÉISME (2)
  • 23. Les vitesses de propagation des deux types d'ondes (S et P) dans la croûte terrestre établies = courbes étalonnées Pour une distance entre séisme et point d’enregistrement de 2000 Km, l'onde P mettra 4,5 min et l'onde S mettra 7,5 min = décalage de 3 min Dans l’exemple, distance correspondant à un décalage de 6 min = 5000 Km 06/02/2015 23 Temsdepropagation(minutes) LES DIFFÉRENTS TYPES D’ONDES (3)
  • 24. Pour une station: temps d'arrivée de l'onde P: tp = t0 + (d/Vp) temps d'arrivée de l'onde S: ts = t0 + (d/Vs) Différence entre les deux relations précédentes : ts - tp = d . ( 1/Vs - 1/Vp) On connaît les vitesses des ondes P et S dans la croûte et on admet que : (1/Vs - 1/Vp) = 1/8 D’où : d = 8 * (ts - tp) On établit des abaques et on obtient directement d en fonction de (ts - tp) basée sur la différence de propagation des ondes P et S 06/02/2015 24 LOCALISATION D’ÉPICENTRE LA MÉTHODE DES CERCLES
  • 25. Le séisme se trouve sur le périmètre d’un cercle de rayon d1 centré sur une première station d’enregistrement d1 Avec une seconde station, on détermine la distance (d2) séparant cette station de l’épicentre du séisme Les deux points d’intersection des deux cercles définissent les deux localisations possibles de l’épicentre du séisme enregistré Avec une troisième station, détermination de la distance (d3) séparant cette station de l’épicentre du séisme Un seul point d ’intersection possible entre les trois cercles définit la position précise de l ’épicentre du séisme enregistré d1 d2 d3 d2 d1 06/02/2015 25 LOCALISATION D’ÉPICENTRE LA TRIANGULATION
  • 26. EFFET DES ONDES SUR LES CONSTRUCTIONS 06/02/2015 26 Ondes L et R  gamme des "basses fréquences » (< à 1 hertz)  nocives pour les bâtiments élevés - destructrices à des distances plus grandes que les ondes P et S (quelques dizaines de kilomètres) Ondes P et S  gamme des "hautes fréquences » (> à 1 hertz) - dangereuses pour diverses catégories de bâtiments bas
  • 27. LA MAGNITUDE  Energie développée au foyer du séisme  La magnitude est mesurée par le logarithme de l’amplitude maximale des ondes, mesurée en microns, à partir d’un sismomètre placé à une distance d’environ 100 km par rapport à l’épicentre M = log A/T + F()  A amplitude en microns  T période en secondes  F() terme empirique = amortissement du signal sismique en fonction de la distance et de la profondeur 06/02/2015 27
  • 28. ECHELLE DE RICHTER INSTAURÉE EN 1935  Calculée à partir de la quantité d'énergie dégagée au foyer  Fournit la magnitude (M) d'un séisme: log (E) = 11,4 + 1,5M  Un séisme de magnitude 8,5 est 100 millions de fois plus fort qu’un séisme de magnitude 3  Valeur objective = une seule valeur pour un séisme donné  A ce jour, plus fort séisme = 9,5 sur l'échelle de Richter (Chili).  Depuis janvier 2000, nouvelle échelle adoptée par les pays européens :  EMS 98 (European Macroseismic Scale 1998) 06/02/2015 28
  • 30. L’INTENSITÉ  Plusieurs échelles pour évaluer l’intensité des tremblements de terre 1. Echelle de Mercalli développée en 1902 et modifiée en 1956 2. Echelle MSK (Medvedev, Sponheuer et Karnik, 1964)  Ces deux échelles comportent douze degrés notés généralement en chiffres romains de I à XII Intensité déterminée par: -Ampleur des dégâts causés par un séisme -perception de la population varient en fonction de la distance à l'épicentre. Echelle subjective Echelle variable géographiquement 06/02/2015 30
  • 31. Perception à l’intérieur Enregistrement par les sismomètres Perception à l’extérieur Quelques dommages Dommages légers aux « bonnes constructions » destruction des « mauvaises » Dommages considérables Modification des paysages 06/02/2015 31 ECHELLE DE MERCALLI
  • 33. UN RISQUE MAJEUR 06/02/2015 33 Conséquences secondaires: • Glissements de terrains, éboulements • Incendies • Tsunamis 1436 Naples-Brindisi Italie 30 000 morts 1531 Lisbonne Portugal 30 000 morts 1693 Catane Italie 60 000 morts 1737 Calcutta Inde ~50 000 morts 1797 Quito Equateur 40 000 morts 1906 San Francisco Etats-Unis 700 morts 1908 Messine Italie 65 000 morts 1920 Ganzu (ou Kan-sou) Chine 180 000 morts 1923 Tokyo Japon 143 000 morts 1976 Tangshan Chine 800 000 morts 1980 El-Asnam Algérie 3 500 morts 1985 Mexico Mexique 20 000 morts 1995 Kobe Japon 5 000 morts 1999 Izmit Turquie 20 000 morts
  • 34. • Enjeux : hommes, centres de vie, environnement • Destruction des biens (habitations, infrastructures…) • Pertes humaines (morts, blessés…) • Impacts environnementaux (glissement de terrain, pollution…) • Aléa : probabilité du séisme Risque 06/02/2015 34 ALÉAS ET ENJEUX SISMIQUES
  • 35.  Nature du sous sol (amplifications des ondes)  Instabilité des versants (réaction en chaîne)  Types de bâtiments ou ouvrages  Topographie 06/02/2015 35 ETUDE DES « EFFETS DE SITE » :
  • 36. SISMICITÉ DE L’ALGÉRIE  L’Algérie est connue pour être le siège d’une sismicité importante caractérisée par des séismes modérés parfois violents comme ceux d’Alger de 1365, 1716, Oran 1790, Blida 1825, Orléanville 1954, El Asnam 1980, Constantine 1985, Tipasa 1989, Mascara 1994, Ain Temouchent 1999 et Zemmouri 2003.  Cette sismicité concerne essentiellement la partie tellien compris entre l’Atlas Saharien et le littoral méditerranéen. Cette sismicité est associée à la collision entre les deux plaques tectoniques Afrique et Eurasie. Les séismes se produisent en général au niveau de la frontière entre plaques.  Pour notre cas la frontière qui sépare l’Afrique de l’Eurasie traverse l’Algérie d’Ouest en Est et c’est le long de cette frontière que les séismes algériens se produisent. 06/02/2015 36
  • 37. Distribution des séismes dans la région Méditerranéenne SISMICITÉ DE L’ALGÉRIE 06/02/2015 37
  • 38. PRINCIPAUX SÉISMES CONNUS EN ALGÉRIE Localité Date Magnitude ou Intensité Dégâts Alger 03/01/1365 Fort Plusieurs victimes, avec 100 répliques dans la même nuit Alger - Mitidja 03/02/1716 X 20000 morts Alger détruite Oran 09/10/1790 IX-X 2000 morts ressenti à Malte Blida 02/03/1825 X 7000 morts destruction de Blida peu de dégâts à Alger Jijel 22/08/1856 X Raz de Marée le long du littoral d’Alger à Annaba. Orléanville 09/09/1954 6.7 1243 morts et 20000 habitations détruites M’Sila 12/02/1946 5.6 264 morts et 1000 maisons détruites El Asnam 10/10/1980 7.3 2633 morts, 8369 blessés, 348 Disparus, des milliers sinistrés Mascara 18/08/1994 5.7 171 morts et plusieurs habitations détruites Ain Temouchent 22/12/1999 5.7 28 morts et plusieurs habitations détruites Zemmouri 21/05/2003 6.8 Plus de 2200 morts et des milliers de personnes sinistrées 06/02/2015 38 Sismicité de l’Algérie
  • 39. GÉODYNAMIQUE DU BASSIN MÉDITERRANÉEN: LA COLLISION ENTRE LES PLAQUES AFRICAINE ET EURASIENNE EST RESPONSABLE DE LA SURVENANCE DES SÉISMES LE LONG DE LA FRONTIÈRE 06/02/2015 39
  • 40. ALÉA ET RISQUE SISMIQUE EN ALGÉRIE DU NORD  L’aléa est une notion relative à l’aspect géologique et tectonique, c’est ce qui existe dans la nature (failles, plis, bassins sédimentaires, terrains glissants ou liquéfiables). Concernant ce paramètre on ne peut que l’évaluer par des études détaillées. On ne peut ni le changer ni le modifier.  Le risque sismique par contre est un paramètre que l’on peut calculer et nous pouvons le réduire.  Un facteur déterminant dans la prévention contre les séismes c’est la vulnérabilité. Pour ce paramètre, nous avons d’une part la vulnérabilité du bâti et d’autre part la vulnérabilité des personnes. 06/02/2015 40
  • 41.  Le risque sismique est une fonction qui met en jeu trois paramètres : l’aléa sismique, la vulnérabilité et la préparation qu’ont les pouvoir publique à l’intervention, qui sont liés par une fonction très simple : Risque = ( Aléa * Vulnérabilité ) / préparation à l’intervention  Dans cette équation, l’aléa est le seul paramètre fixe que l’on ne peut pas changer.  La vulnérabilité des personnes peut être modifiée par la formation et l’information.  Celle relative au bâti peut être aussi modifiée par le diagnostic correct et sérieux et par le confortement, quand celui-ci est possible, des structures vulnérables. Celles qui ne peuvent subir de confortement doivent être détruites et remplacées par d’autres moins vulnérables.  Le troisième facteur concerne la préparation à l’intervention; plus l’intervention est rapide et efficace, moins le bilan est important. 06/02/2015 41 ALÉA ET RISQUE SISMIQUE EN ALGÉRIE DU NORD
  • 42. 06/02/2015 42 LA SISMICITÉ EN ALGÉRIE 1716-1975
  • 43. Tlemcen Saida Beni-Saf Oran Mascara Relizane Tiaret Ain-Oussara Chlef Cherchell Blida Alger Tizi-Ouzou Sour-el-Ghouzlan Boussaada Bejaia Setif Batna Constantine Jijel Collo Guelma Annaba Tebessa Mer Mediterranée X IX VIII VII VI < V Carte des Intensites Maximales Obsérvées (IMO) de 1716-2003 Mise à jour Janvier 2006 (A. Ayadi) Ain-Temouchent 06/02/2015 43 LA SISMICITÉ EN ALGÉRIE 1716-2003
  • 44. CONTEXTE TECTONIQUE DE LA RÉGION D’ALGER ET RISQUE SISMIQUE  Des failles sont présentes dans le bassin de la Mitidja et il faut prendre les dispositions qui s’imposent pour en éviter une probable catastrophe.  Des failles marines peuvent exister mais actuellement il y a très peu d’information sur ce milieu. Des études précises doivent êtres faites pour mettre en évidence l’existence en mer de failles actives et préciser le type et mode de rupture. 06/02/2015 44
  • 45. D’EL ASNAM 1980 À ZEMMOURI 2003 ÉTAT DE LA PRÉVENTION SISMIQUE  Le séisme d’El Asnam est le plus violent séisme qu’a connu l’Algérie depuis le début du XX siècle. Les pertes occasionnées ont étaient nombreuses et lourdes. Depuis le séisme d’El Asnam 1980, des rapports ont été établis, des recommandations ont été faites mais hélas en 2003 le séisme de Zemmouri est venu nous rappeler que nous n’avons pas bien capitalisé l’expérience d’El Asnam.  En 1980, nous avons eu 2633 morts et des milliers de blessés  En 2003 à Zemmouri nous avons eu 2278 et des milliers de blessés.  La différence entre les deux séismes c’est que celui d’El Asnam (M=7.3) été plus fort que celui de Zemmouri (M=6.8) mais les dégâts sont comparables. Ceci nous montre bien que nous avons vite oublié ce qui c’est passé à El Asnam pour reproduire les mêmes erreurs à Zemmouri. 06/02/2015 45