SlideShare une entreprise Scribd logo
Université de Tunis El Manar

                                     Faculté des Sciences de Tunis




                            Résumé sur l’utilisation du système UNIX

                               (Exploitation et Programmation Shell)

                                              par Y. SLIMANI

------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ce résumé est destiné à vous faciliter l’utilisation du système pour réaliser vos travaux pratiques du cours de Système
d’Exploitation. Il contient quelques éléments de base pour l’utilisation du système UNIX. Il ne constitue qu’un guide
d’utilisation et ne peut pas remplacer un cours complet sur UNIX. La dernière partie de ce résumé est consacrée à la
programmation Shell sous Unix.

Le meilleur moyen d’apprendre à utiliser Unix est la pratique intensive sur machine, malgré les erreurs que vous
pourriez faire au début. Plus vous ferez d’erreurs, plus vous apprendrez à les éviter et à les éviter. A terme, cette
accumulation d’erreurs constituera un capital certain pour la mise en œuvre d’un système Unix.

------------------------------------------------------------------------------------------------------




1- Principes de base UNIX
1.1 Caractéristiques

Unix est système d'exploitation créé en 1969 par K. Thompson et D. Ritchie. C'est un système multi-
utilisateurs, c'est à dire capable de gérer plusieurs sessions de travail (mise en contact d'un utilisateur avec
une machine) simultanément. Il est capable de traiter plusieurs applications en même temps : c'est un système
multitâches. Il gère de plus le temps partagé, c'est à dire le partage de l'unité centrale entre les différentes
taches et processus. C'est aussi le premier système d'exploitation orienté réseau : mail, ftp, web …

1.2 Les utilisateurs UNIX

Sur un système UNIX, on trouve deux types d’utilisateurs :

    1. Les personnes qui veulent utiliser (exploiter) le système. Pour elles, le système UNIX est un moyen,
       un outil pour réaliser leurs applications.

    2. Les personnes (généralement une seule) chargée de l'installation, de la configuration et de la bonne
------------------------------------------- 1 ---------------------------------------
Introduction à l’utilisation du système Unix                            Yahya SLIMANI
utilisation du système UNIX, Ce sont les administrateurs systèmes UNIX.

L’accès au système n’est autorisé que pour les personnes ayant un compte utilisateur. Ce compte est défini
par un nom et un mot de passe. Aucun accès n’est possible à un utilisateur n’ayant pas de compte. Ceci
constitue l’aspect sécurité du système. Une fois qu’un utilisateur a réussi à accéder à un système UNIX, il a
des droits limités (voir paragraphe 5). Ceci veut dire que certaines commandes lui sont interdites, qu’il n’a
pas accès à certaines parties du système, et qu’il n’a pas accès à tous les fichiers existants sur le système.
Ceci constitue l’aspect protection du système. . Les administrateurs systèmes ont par contre tous les droits
sur le système. Généralement le nombre d'administrateurs sur un système UNIX est limité à une seule
personne pour des raisons de responsabilité. Cet administrateur a un compte dont le nom est root.

1.3 Le shell

Pour exploiter une machine fonctionnant sous UNIX, l'utilisateur dispose des logiciels ou d'un utilitaire qui
lui permet la saisie directe de commandes. On appelle cet utilitaire le shell (interpréteur de commandes). Son
rôle est d'interpréter les commandes de l'utilisateur avant de les transmettre au système UNIX.

Il existe plusieurs types de shell, ils se différencient par la syntaxe et la richesse des commandes. Le plus
commun est le Bourne-Shell (sh), on trouve aussi le C-Shell (csh) qui s'apparente au langage de
programmation C et le Korn Shell (ksh).


2 Ouverture et fermeture de session
2.1 Ouverture de session

Pour accéder à un système UNIX , il faut ouvrir ce que l’on appelle une Session UNIX. Lors de la connexion
à partir d’un poste (PC ou station) une fenêtre à deux “cases” apparaît sur l’écran. Ces deux cases
contiennent, respectivement, les mots Login et Password. Il faut alors taper votre nom de login (par
exemple IF3_1) suivi de la touche Entrée, puis de saisir votre mot de passe qui vous a été donné. Vous
pouvez vous rendre compte que votre mot de passe n'apparaît pas en clair à l'écran, il est remplacé pour des
raisons de sécurité évidente par des * ou bien par des caractères invisibles à l’écran. Si votre login et mot de
passe sont corrects, vous verrez apparaître sur votre écran, le bureau UNIX ou une fenêtre noir et blanc avec
un prompt (invite du système). Si vous n’êtes pas l’administrateur, le prompt est matérialisé par le symbole $
(dollar). Si vous êtes l’administrateur, alors votre prompt est matérialisé par le symbole # (dieze).

2.2 Changement de password

Vous pouvez changer votre mot de passe à tout moment. Pour cela, vous disposez de la commande passwd.
Certains UNIX font en sorte que vous ne puissiez pas saisir un mot de passe simple, il faudra mettre au
moins 6 caractères, avec au moins un, voir deux, caractère non alphabétique. N'utilisez pas comme mot de
passe un mot du dictionnaire (donc facile à retrouver).

$ passwd
passwd Old passwd :******
Setting password for user : licm284
New password :******
Reenter password :******
$
2.3 Fermeture de session

Quand vous avez fini d'utiliser le système, vous devez vous déconnecter ou fermer la session. Il suffit de
taper exit, ou logout ou taper simultanément les touches CTRL et D. Ne fermer jamais un système UNIX de
------------------------------------------- 2 ---------------------------------------
Introduction à l’utilisation du système Unix                            Yahya SLIMANI
manière brutale comme sous Windows !!! Le système UNIX est plus stable que Windows. Il n’y a donc
aucune raison de l’arrêter brusquement.


3 La commande man

La commande man est une commande fondamentale lors de la phase d’apprentissage d’un système UNIX.
C’est une commande qui permet de fournir de l’aide en ligne (affichage de manuel d’utilisation sur l’écran).
Elle est très importante pour apprendre à utiliser les commandes UNIX de manière correcte et efficace.
Associée à une autre commande UNIX, elle affiche le manuel d’utilisation relatif à cette commande. Par
exemple, en tapant :

$ man passwd

le système va vous afficher le manuel d’utilisation de la commande passwd. Un manuel est composé de
pages écran qui sont affichées sur écran avec arrêt de défilement pour vous donner la possibilité de lire le
document page par page. Pour passer à la page suivante, vous taper la touche espace et pour quitter le manuel
et revenir au promptn, vous devez taper la touhe q.




4 Le système de fichiers
4.1 Les types de fichiers

Il existe plusieurs types de fichiers sous UNIX. Parmi les plus importants que vous utiliserez le plus souvent,
on trouve les fichiers ordinaires et les fichiers répertoire, catalogue ou dossier (en anglais directory ou
folder).

Un fichier ordinaire contient des données, ce fichier peut être lisible, c'est à dire contenir des informations
compréhensibles écrites en clair, ce fichier peut être aussi totalement illisible, comme pour le cas des fichiers
exécutables (fichiers binaires). Concrètement un fichier texte qui comme son nom l'indique contient du texte
est lisible, alors qu'un exécutable ne l'est pas, si vous cherchez à l'éditer vous ne verrez rien de
compréhensible, dans ce dernier cas, on dit aussi qu'on a affaire à un fichier binaire.

Un répertoire peut être considéré comme un classeur ou un dossier, dans lequel on met des fichiers, c'est un
élément d'organisation de l'espace du disque dur. Les fichiers ayant les mêmes “affinités” peuvent être rangés
sous un même répertoire. De même on peut trouver des sous répertoires dans un répertoire, qui eux mêmes
contiennent des fichiers et d'autres sous répertoires. Ce système hiérarchique fait penser à un arbre, d'où le
terme d'arborescence de fichiers.



                            /usr/bin
             /usr
                            /usr/local
   /         /bin
                              /users/I3                                          /users/IF3/IF3A/ali/prog.c
             /users
                                                      /users/IF3/IF3A
                              /users/IF3
                                                      /users/IF3/IF3B



Il existe un “ancêtre” à tous les répertoires, c'est la racine ou le / (slash) sur le shéma. Tout répertoire, qui

------------------------------------------- 3 ---------------------------------------
Introduction à l’utilisation du système Unix                            Yahya SLIMANI
n'est pas la racine elle même, possède un répertoire qui le contient (appelé répertoire père) et peut posséder
des sous-répertoires (répertoires fils) et des fichiers .

Quand on crée un répertoire, le système crée automatiquement deux “fichiers” sous le répertoire, le premier
est symbolisé par un point “.”, qui représente le répertoire lui-même, le deuxième est symbolisé par deux
points “..” qui représente le répertoire père.

4.2 Atteindre un fichier

Nommer un fichier
Tout fichier, qu'elle que soit son type, doit pouvoir être identifié. C’est pourquoi on leur donne un nom. Ce
nom comporte au maximum 255 caractères, sachant qu'il existe une distinction entre les lettres minuscules et
majuscules, et que certains caractères sont interdits, comme par exemple le /, les parenthèses (), l'espace ou le
symbole *.

Le chemin d'accès
Chaque fichier est rangé dans un répertoire du système de fichiers. On doit donc pouvoir y accéder (c'est-à-
dire l’atteindre), en suivant un chemin bien précis dans l'arborescence.

Pour indiquer le chemin du fichier (prog.c dans notre exemple), on part de la racine (/), on indique le premier
répertoire traversé, puis les autres, en séparant chacun des répertoires d'un /. Ainsi donc pour notre fichier le
chemin d'accès est :

/users/IF3/IF3A/ali/prog.c

En indiquant /users/IF3/IF3A/ali/prog.c, le fichier est parfaitement identifié sans aucune ambiguité.

A noter qu'on peut avoir des fichiers portant le même nom dans le système de fichiers dés lors qu'ils n'ont pas
le même chemin, et donc qu'ils ne se trouvent pas au même endroit.

On dit que le chemin du fichier est absolu parce qu'à la vue de son chemin d'accès, en partant de la racine,
on sait exactement où se trouve le fichier.

Un chemin est dit relatif, quand il n'est pas nécessaire, d'indiquer le chemin complet. A partir de l’endroit où
l’on se trouve dans l'arborescence (répertoire courant) il suffit de rajouter le chemin par rapport à ce
répertoire. Rappelons que le répertoire courant est symbolisé par un point “.”

En admettant qu'on se trouve sous /users/IF3/, si l'on veut accéder au fichier prog.c, le chemin relatif au
répertoire courant est ./IF3A/ali.


5 Les commandes usuelles
5.1 Déplacements

La commande pour se déplacer dans l'arborescence est cd. Si l'on est au niveau de la racine, pour aller à
notre répertoire /users/IF3/IF3A/ali on doit taper :

$ cd /users/IF3/IF3A/ali

On a tapé un chemin absolu. On se trouve maintenant sous /users/IF3/IF3A/ali qui devient le nouvezu
répertoire courant. En fait, un raccourci permet de se retrouver rapidement dans son répertoire personnel en
------------------------------------------- 4 ---------------------------------------
Introduction à l’utilisation du système Unix                            Yahya SLIMANI
tapant simplement cd. Si l'on veut aller maintenant sous /users/IF3/IF3A, on doit taper :

$ cd ..

En effet .. représente le répertoire père, /users/IF3/IF3A étant le répertoire père de /users/IF3/IF3A/ali. Si on
veut connaître dans quel répertoire on trouve actuellement, on utilise la commande pwd, qui affiche sur
écran, le chemin absolu du répertoire courant.

5.2 Lister les fichiers

La commande ls permet de visualiser le contenu de répertoires.

La commande ls peut être utilisée avec des options. La plus importantes est l’option -l, qui donnent
l’ensemble des attributs sur un fichier. Par exemple :

-rw-r--r-- 1 ali users 76 May 12 10:45 prog.c

La signification des champs de la ligne ci-dessus est la suivante:
-rw-r--r--         type de fichier et ses caractéristiques de protection (voir chapitre 5)
1                  le nombre de lien
ali                le nom du propriétaire
users              le groupe d'utilisateurs auquel appartient le propriétaire
76                 la taille du fichier (en octets)
May 12             le jour de dernière modification
10:45              l'heure de dernière modification
prog.c             le nom du fichier
Pour avoir ces informations sur un fichier, vous vous devez taper :

$ ls -l nom-du-fichier

Si vous tapez ls –la, vous verez de plus apparaître les deux fichiers “.” et “..” vus précédement. L’option “-
a” permet de lister les fichiers commençant par un point qu’on appelle les fichiers cachés (ils ne sont pas
affichés automatiquement sur l’écran).

Les métacaractères

Les métacaractères permettent de faire une sélection de fichiers suivant certains critères. Le métacaractère le
plus fréquemment utilisé est le symbole *. Il remplace une chaîne de longueur non définie. Avec le critère *,
vous sélectionnez tous les fichiers. Par exemple le critère a*, permet de sélectionnez tous les fichiers
commençant par a.

$ ls a*

Va lister que les fichiers commençant par a. De même *a opère une sélection des noms de fichiers se
terminant par a. Le critère *a* va faire une sélection sur les noms de fichiers qui ont le caractère a dans leur
nom, quelque soit sa place.

Le métacaractère ? remplace un caractère unique. Avec le critère a??, vous sélectionnez les fichiers dont le
nom commence par a, mais qui contiennent au total trois caractères, exactement.

Les métacaractères [ ] représente une série de caractères. Le critère [aA]* permet la sélection des fichiers
------------------------------------------- 5 ---------------------------------------
Introduction à l’utilisation du système Unix                            Yahya SLIMANI
dont le nom commence par un a ou A (minuscule ou majuscule). Le critère [a-d]* fait la sélection des
fichiers dont le nom commence par a jusqu'à d. Le critère *[de] fait la sélection des fichiers dont le nom se
termine par d ou e.

Vous voyez donc que les caractères [],* et ? sont des caractères spéciaux, qu'on ne peut utiliser comme des
simples caractères, parce qu'ils sont interprétés par le shell, comme des métacaractères.

5.3 Commandes de gestion des répertoires

Pour gérer les répertoires, vous disposez des commandes suivantes :
mkdir nom-de-répertoire               Création d'un répertoire
rmdir nom-de-répertoire               Suppression d'un répertoire vide
mv répertoire répertoire-d'accueil    déplacement d'un répertoire
mv répertoire nouveau-nom             Changement de nom d'un répertoire




5.4 Commandes de gestion des fichiers

Pour gérer les fichiers vous disposez des commandes suivantes:
touch mon-fichier                             Création de fichier vide
more mon-fichier                              Visualisation page à page d'un fichier
rm mon-fichier                                Suppression d'un fichier
mv mon-fichier répertoire d'accueil           Déplacement d'un fichier
mv mon-fichier nouveau-nom                    Changement de nom d'un fichier
cp nom-fichier répertoire-d'accueil/autre-nom      Copie de fichier

file mon-fichier                                   Savoir si on a affaire à une fichier binaire (exécutable)
                                                   ou un fichier texte. On obtient pour un fichier texte,
                                                   comme sortie mon-fichier : ascii text




5.5 Commandes diverses


man nomcommande                         Donne l'aide sur la commande nomcommande
man -k mot-clé                          Donne toutes les commandes qui contiennent le mot
                                        clé dans leur aide
clear                                   Efface l'écran
date                                    Affiche la date et l'heure
du -k                                   Donne la taille disque utilisée pas le répertoire
                                        courant
gzip -9 nomfich                         Compresse un fichier
gzip -d nomfichi.gz                     Décompresse un fichier
tar cvf nomarchive nomfich1 nomfichi2 … Archive les fichiers nomfich 1 à n dans l'archive
nomfichn                                nomarchive

------------------------------------------- 6 ---------------------------------------
Introduction à l’utilisation du système Unix                            Yahya SLIMANI
tar tvf nomarchive                                      Liste les fichiers contenus dans l'archive
tar xvf nomarchive                                      Extrait les fichiers de l'archive
tar uvf nomarchive nomfich1 nomfich2 …                  Ajoute les fichiers nomfich1, nomfich2 … à l'archie
                                                        nomarchive
who                                                     Indique toutes les personnes connectées
whoami                                                  Donne l'identité de l'utilisateur
grep -i chaine nomfichier                               Recherche la chaine chaine dans le fichier fichier
                                                        sans regarder la casse
ftp nommachine                                          Transfert de fichiers


6 Les droits d'accès
6.1 Identification de l'utilisateur

Tout utilisateur, en plus de l’obligation d’avoir un compte, appartient à un groupe d’utilisateurs (dans le cas
d’une université, on peut avoir le groupe des enseignants, le groupe d’étudiants de IF3, de MI4, le groupe
administration, etc.)

Ainsi, chaque utilisateur est identifié par un numéro unique UID (User identification), de même chaque
groupe est identifié par un numéro unique GID (Group identification).

Vous pouvez voir votre UID et GID en éditant le fichier /etc/passwd (voir, respectivement , les champs de
rangs 3 et 4 qui se trouvent après le nom (le login), et le mot de passe crypté).

6.2 Définition des droits d'utilisateur

Cas d'un fichier ordinaire
Avec UNIX les fichiers bénéficient d'une protection en lecture, écriture et exécution. Ceci veut dire que l’on
peut choisir si nous voulons que nos fichiers soient lisibles et/ou modifiables par d'autres. Nous pouvons
également empêcher que d'autres utilisateurs lancent nos exécutables. C'est le principe des droits d'accès ou
des permissions.

En tapant la commande ls –l, le premier champ correspond au droit d'accès. Ainsi, nous pouvons avoir :

-rw-r--r-- 1 ali users 76 May 12 10:45 prog.c
Ce premier champ est lui même divisé en quatre groupes :
    1. une lettre, qui peut prendre les valeurs : – (fichier ordinaire) ou d (fichier répertoire) ou d’autres
       valeurs que vous décrouvirez par la suite.
    2. les trois autres composés chacun de trois caractères. Le premier groupe de trois lettres définit les
       droits d’accès du propriétaire du fichier, le deuxième définit les droits du groupe et le troisième
       définit les droits des autres (différents du propriétaire et du groupe).

La signification des lettres rwx et la suivante :
r (read) on peut lire le fichier
w (write) on peut modifier le fichier
x (exécutable) on peut exécuter le fichier (c'est donc un exécutable)
- aucun droit autorisé
Le champ -rw-r--r-- regroupe les droits du propriétaire du fichier, du groupe auquel appartient le
propriétaire et les autres utilisateurs.

------------------------------------------- 7 ---------------------------------------
Introduction à l’utilisation du système Unix                            Yahya SLIMANI
Par exemple pour notre fichier le propriétaire ali a des droits en écriture et lecture, le groupe a un droit en
lecture, mais aucun droit en écriture et en exécution, les autres utilisateurs ont uniquement le droit en lecture
du fichier.

Cas d'un répertoire
Pour un répertoire le x n'est pas un droit en exécution, mais un droit d'accès au répertoire. Sans ce droit, on
ne peut pas accéder au répertoire et voir ce qu'il y a dedans.

En tapant ls -l sur un répertoire, on peut obtenir la ligne suivante :

drwxr-x--- 1 ali users 13242 Dec 2 13 :14 mon-répertoire

d signifie qu'on a affaire à un répertoire ; rwx sont les droits du propriétaire ali qui est autorisé en lecture,
écriture et droit d'accès au répertoire ; r-x représentent les droits du groupe users : autorisé en lecture, droit
d'accès au répertoire, pas de droit en écriture ; --- représentent les droits des autres utilisateurs : aucun droit
actuellement.



6.3 Commandes associées

Changer les droits : chmod

La commande chmod permet de modifier les droits d'accès d'un fichier (ou répertoire). Pour pouvoir
l'utiliser sur un fichier ou un répertoire, il faut en être le propriétaire. On utilise chmod soit à l’aide des lettres
décrites précédement (r,w et x), soit à l’aide de chiffres. Dans le premier cas, on accéde au champ
propriétaire avec u (comme user), au champ groupe avec g (comme group) et au champ étranger avec o
(comme other). Il suffit de mettre un “+” ou un “-“ suivant que l’on désire rajouter un droit ou l’enlever
(voir exemples ci-dessous). Une dernière possibilité est a (comme all), ce qui permet de donner les droits à
tout le monde simultanément. L’utilisation des chiffres avec chmod est plus simple. On dispose d’un tableau
de correspondance fixant les poids de chaque type d’opération :



                                                       r      4

                                                      w       2


------------------------------------------- 8 ---------------------------------------
Introduction à l’utilisation du système Unix                            Yahya SLIMANI
x      1

Pour positionner une autorisation, on fait la somme des chiffres par groupement. Si vous avez un fichier avec
les droits suivants -rw-rw-rw-, pour les droits utilisateurs vous avez (r=)4+(w=)2=6, de même pour le groupe
et les autres. Donc -rw-rw-rw- est équivalent à 666. En suivant la même règle rwxrw-r-- est équivalent à 754.

Pour mettre un fichier avec les droits-r--r--r-- vous devez taper :

$ chmod 444 nom-fichier

On appelle ce système de notation, la notation octale ou numérique.

On peut également utiliser une notation symbolique comme suit : donner un droit en écriture pour le groupe
du fichier nom-fichier

$ chmod g+w nom-fichier

Comme autre exemple, on peut vouloir supprimer le droit d'accès du répertoire rep1 aux autres utilisateurs
(autres que propriétaire et utilisateurs du groupe)

$ chmod o-x rep1

En tapant

$ chmod u+x,g-w nom-fichier

on réalise plusieurs changements de droits en même temps : rajouter le droit en exécution pour le
propriétaire et enlevez le droit en écriture pour le groupe du fichier.




Changer les droits par défaut : umask

Quand vous créer un fichier, par exemple avec la commande touch, ce fichier par défaut possède certains
droits. Ce sont 666 pour un fichier (-rw-rw-rw-) et 777 pour un répertoire (-rwxrwxrwx). Ils représentent les
les droits maximum (tous les droits). Vous pouvez faire en sorte de changer ces paramètres par défaut. La
commande umask est définie pour changer ces paramètres.

Pour un fichier :

Si vous tapez umask 022, vous partez des droits maximum 666 et vous retranchez 022, on obtient donc 644,
par défaut les fichiers auront comme droit 644 (-rw-r-r--).

Si vous tapez umask 244, vous partez des droits maximum 666 et vous retranchez 244, on obtient donc 422,
par défaut les fichiers auront comme droit 422 (-rw--w--w-).



Pour un répertoire :

Si vous tapez umask 022, vous partez des droits maximum 777 et vous retranchez 022, on obtient donc 755,
par défaut les fichiers auront comme droit 644 (-rwxr-xr-x).

Si vous tapez umask 244, vous partez des droits maximum 777 et vous retranchez 244, on obtient donc 533,
------------------------------------------- 9 ---------------------------------------
Introduction à l’utilisation du système Unix                            Yahya SLIMANI
par défaut les fichiers auront comme droit 422 (-rwx-wx-wx).

umask n'est utilisatable que si on est propriétaire du fichier.


7 Commandes UNIX et redirection
7.1 Syntaxe d'une commande

La syntaxe standard d'une commande UNIX est la suivante :

commande -options arg1 arg2 arg3

Les options varient en fonction de la commande, le nombre des arguments qui suivent dépend aussi de la
commande, par exemple la commande :

$ sort -r mon-fichier

sort (trier) permet de trier un fichier, l'option r (reverse), permet de trier en sens inverse le fichier. L'argument
unique de la commande est le nom du fichier. Avec

$ cp -R mon-repertoire nouveau-repertoire

La commande cp (copy) copie un répertoire (option R) vers un autre répertoire. Ici nous avons deux
arguments.

On peut coupler deux options comme par exemple : ps –ef ; avec cette commande on a l'option e et f.

7.2 Les entrées sorties

Il y a trois sortes d'entrées sorties ou flux de données : le premier est l'entrée standard, c'est à dire ce que vous
saisissez au clavier, le deuxième est la sortie standard, c'est à dire l'écran, plus précisément le shell, et le
troisième est la sortie standard des messages d'erreurs consécutifs à une commande, qui est généralement
l'écran.

Chacun de ces flux de données est identifié par un numéro descripteur : 0 pour l'entrée standard, 1 pour la
sortie standard et 2 pour la sortie standard des messages d'erreur.

7.3 Redirection des entrées sorties

Quand vous lancez une commande dans un shell, il peut y avoir du texte qui s'affiche suite à l'exécution de la
commande. Ce texte par défaut, s'affiche sur l’écran. On dit que l’écran est la sortie standard.

On peut changer ce comportement, en tapant :

ma-commande > mon-fichier

Tous les commentaires, les sorties, de la commande, ne vont pas apparaître sur l’écran mais seront écrits et
donc redirigés dans un fichier. En d'autres termes, la sortie standard est redirigée vers un fichier.



La redirection > a pour effet de créer le fichier mon-fichier. Si ce fichier existait déjà, il est tout simplement
écrasé (supprimé et recréé). Si on ne veut pas l’écraser et donc garder son ancien contenu, on utilise une
redirection avec les symboles >>. En tapant :
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             10
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
ma-commande >> mon-fichier

Le fichier mon-fichier n'est pas écrasé, mais la sortie standard (les commentaires de la commande) sont
ajoutés en fin de fichier, à la suite du texte qui était déjà dans le fichier.

Les redirections marchent dans les deux sens, par exemple en tapant la commande suivante :

sort < mon-fichier

Vous envoyez le contenu du fichier mon-fichier vers la commande sort (trie). Celle-ci va donc trier le
contenu du fichier et afficher le résultat sur l’écran.

On peut également combiner les deux redirections (entrée et sortie). Avec :

sort < mon-fichier > fichier-trie

On a vu que sort < mon-fichier avait pour effet de trier le fichier mon-fichier, l'expression >fichier-trie a pour
effet d'envoyer le résultat (le fichier trié) dans un fichier fichier-trie. Le résultat n'apparaît plus à l'écran, mais
est sauvegardé dans un fichier.

7.4 Les pipes

Un pipe (en français tube de communication) permet de rediriger la sortie d'une commande vers une autre.
En d'autres termes, pour rediriger les résultats (la sortie) d'une commande, on peut taper :

commande1 > sortie1

On peut rediriger cette sortie vers une autre commande. Cette sortie devient donc une entrée pour cette
dernière commande.

Pour cela, on taperait la ligne de commande suivante :

commande2 < sortie1

Il existe un autre moyen de faire le même travail en utilisant la notion de pipe ou de tube.

Par exemple, en écrivant la ligne de commande suivante :

commande1 | commande2 (| étant le symbole de pipe)

on obtient un comportement totalement équivalent aux deux lignes de commandes précédentes.

Voici un exemple plus significatif

La commande ls permet la visualisation de fichiers. On peut obtenir alors le résultat suivant (ceci n’est qu’un
exemple) :

fichier1 fichier2 monfichier

La commande grep permet la recherche d'une chaîne de caractère dans une liste donnée. En tapant par
exemple :

grep mon * (* signifie tous les fichiers)


------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             11
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
la commande grep recherche la chaîne de caractère mon dans les noms de tous les fichiers. Ainsi, on aura
comme résultat :

monfichier

Ce même même résultat peut être obtenu en utilsant le symbole du pipe (|). Ainsi, en tapant :

$ ls | grep mon

on aura le comportement suivant : la première commande aura pour effet de lister le nom des fichiers se
trouvant à l'endroit où l'on a tapé la commande (répertoire courant). L& sortie standard (le résultat de la
commande) est donc une liste de noms. Cette liste, au lieu d’être affichée sur l’écran, est redirigée vers la
commande grep, qui va y chercher une chaîne de caractère contenant mon. Le résultat est donc :

monfichier


8 Gestion des processus
8.1 Caractéristiques d'un processus

Chaque exécution d’une commande génère d’un point de vue interne, ce que l’on appelle un processus. Ces
processus sont identifiés par le système par un numéro appelé PID (Process Identification). Chaque
processus dans le système dispose d’un PID unique.

Un processus peut lui même créer un autre processus. Il devient donc un processus parent ou père, et le
nouveau processus, un processus enfant. Ce dernier est identifié par son PID, et le processus père par son
numéro de processus appelé PPID (Parent Process Identification). On obtient ainsi une arborescence de
processus comme on dispose d’une arborescence de fichiers.



Tous les processus sont ainsi identifiés par leur PID, mais aussi par le PPID du processus qui la créé, car tous
les processus ont été créés par un autre processus. La racine de tous ces processus est définie par le premier
processus lancé sur le système : c’est le processus d’ouverture d’une session. Ce processus est appelé init. Il
n’a pas de père et son PID est égal à la valeur 1.

8.2 Afficher les attributs des processus

On peut visualiser les processus qui tournent sur une machine, à un instant donné, avec la commande : ps
(options), les options les plus intéressantes sont -e (affichage de tous les processus) et -f (affichage détaillée).

Pour voir les process d'un seul utilisateur, on utilise l’option –u suivie du nom de l’utilisateur :

$ ps -u ali

8.3 Commandes de gestion des processus

Parmi toutes le commandes de gestion des processus, il en existe une qui est très importante qui peut rendre
beaucoup de services dans certains cas (processus qui boucle indéfiniment). Cette commande est appelée
kill et sert à arrêter ou tuer un processus. Si on veut arrêter un processus, il faut d’abord connaître son PID.
Pour cela on utilisera la commande ps . Une fois que l’on connaît le PID d’un processus, nous pouvons taper
la commande :

$ kill -9 PID
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             12
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
Un utilisateur ne peut arrêter que les processus qui lui appartiennent (qu'il a lancé). Seul l'administrateur
système a le droit d'arrêter un processus ne lui appartenant pas.

8.4 Lancer en processus en tâche de fond
Pour lancer une commande quelconque, on tape son nom sur la ligne de commande après le prompt (par
exemple $). Tant que la commande n'est pas terminée, on n’a pas la main au niveau du shell, et donc on ne
peut pas taper une autre commande. Si cette commande demande beaucoup de temps pour s’exécuter, on se
trouve en train d’atteindre sa fin, avant de faire autre chose. Pour éviter cela, on dispose d’un autre moyen
pour lancer une commande. On parle alors d’exécution en background. Ceci veut dire que l’on peut lancer
une commande, récupérer la main sans que cette soit terminée pour lancer une autre commande. Pour cela,
on rajoute le symbole & à la fin de commande. Celle-ci se lancera en " tâche de fond " ou en background, ce
qui permet de revenir directement au prompt du shell.

En tapant la commande :
$ ps ef &
[321]
$
le shell nousdonne immédiatement la main, et affiche le numéro du PID du processus lancé et qui correspond
à la commande que nous avons tapé.




      L'éditeur vi (ATTENTION : écrire vi en minuscules !!!)
L'éditeur vi permet à l'utilisateur de créer de nouveaux fichiers ou d'éditer des fichiers existants. La
commande pour lancer l'éditeur est vi, suivie par le nom de fichier. Par exemple, pour éditer le fichier
nommé temporaire, vous devez tapez vi temporaire et ensuite retour. Vous pouvez lancer vi sans nom de
fichier, mais quand vous voudrez sauvez votre travail, vous devrez indiquer plus tard à vi sous quel nom il
devra le sauver.

Quand vous lancez vi pour la première fois, vous voyez un écran rempli de tildes (un tilde ressemble à ceci :
~) sur le côté gauche de l'écran. Les lignes vides au-delà de la fin du fichier sont montrées de cette manière.
En bas de votre écran, si vous avez spécifié un nom de fichier existant, le nom et la taille de ce fichier sont
affichés, comme ceci :
"nom_de_fichier" 21 lines, 385 characters

Si le fichier que vous avez spécifié n'existe pas, il vous est indiqué qu'il s'agit d'un nouveau fichier, comme
ceci :

"newfile" [New file]

Si vous lancez vi sans nom de fichier, la dernière ligne de l'écran restera vide. Si l'affichage ne correspond à
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             13
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
ces indications, votre terminal est sans doute mal réglé. Tapez :q et "retour" pour sortir de vi et régler le
problème.
1. Sortir de vi
Maintenant que vous savez entrer dans vi, ce serait une bonne idée de savoir en sortir. L'éditeur vi a deux
modes (commande et insertion). Pour sortir de vi, vous devez être en mode commande. Appuyer sur la
touche appelée "Escape" ou "Esc" (Si votre terminal n'a pas une telle touche, essayez ^[, ou contrôle -[) pour
passer en mode commande. Si vous êtes déjà en mode commande quand vous tapez "Escape", cela peut
"biper" (signal sonore), ne vous inquiétez pas, vous êtes encore dans le mode commande.
La commande pour quitter vi est :q. Une fois en mode commande, tapez deux points, et 'q', suivi de retour.
Si votre fichier a été modifié d'une façon ou d'une autre, l'éditeur vous préviendra, et ne vous laissera pas
quitter. Pour éviter ce message, la commande est :q!. Cela vous laisse quitter vi sans sauvegarder les
changements.

Bien sûr, normalement dans un éditeur, vous devriez vouloir sauvegarder les changements que vous avez
faits. La commande pour enregistrer le contenu de l'éditeur est :w. Vous pouvez combiner cette commande
avec la commande pour quitter, soit :wq. Vous pouvez spécifier un nom de fichier différent pour sauver sous
ce nom après le :w. Par exemple, si vous voulez sauvegarder le fichier sur lequel vous travaillez sous le nom
nom_de_fichier_2, vous devez taper :w nom_de_fichier_2 et retour.

Une autre façon de sauver vos changements et quitter vi est la commande ZZ. Quand vous êtes en mode
commande, taper ZZ est équivalent à :wq. Si des changements ont été faits dans le fichier, ils seront sauvés.
C'est la façon la plus simple de quitter l'éditeur, avec seulement deux appuis de touches. La commande x est
aussi équivalente à :wq.


2. Les deux modes de vi
La première chose que beaucoup d'utilisateurs apprennent à propos de l'éditeur vi est qu'il a deux modes:
commande et insertion. Le mode commande permet l'entrée de commandes pour manipuler du texte. Ces
commandes sont en général longues d'un ou deux caractères, et peuvent être entrées en peu de frappe de
touche. Le mode insertion insère tout ce qui est tapé sur le clavier dans le fichier courant.

vi démarre en mode commande. Plusieurs commandes mettent l'éditeur vi en mode insertion. Les
commandes les plus couramment utilisées sont a et i. Ces deux commandes sont décrites plus bas. Une fois
en mode insertion, vous en sortez en tapant la touche escape. Si votre terminal n'a pas de touche escape, ^[
devrait convenir (contrôle-[). Taper escape pendant que vous êtes déjà en mode commande ne fait pas
sortir l'éditeur du mode commande. Un bip peut vous indiquer que vous êtes déjà dans ce mode.
3. Comment taper des commandes en mode commande
Les commandes du mode commande sont généralement au format suivant : (Les arguments optionnels sont
donnés entre crochet.
        [quantité] commande [lieu]

La plupart des commandes font un caractère de long, en particulier celles qui utilisent le caractère de
contrôle. Les commandes décrites dans cette section sont celles que l'on utilise le plus avec l'éditeur vi.
La quantité est définie par n'importe quel caractère de 1 à 9. Par exemple, la commande x efface un
caractère sous le curseur. Si vous tapez 23x en mode commande, cela va effacer 23 caractères.

Certaines commandes utilisent un paramètre optionnel lieu, où vous pouvez spécifier le nombre de lignes ou
la partie du document concernée par la commande. Le paramètre lieu peut aussi être n'importe quelle
commande qui déplace le curseur.
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             14
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
4. Quelques commandes vi simples
Ceci est un simple groupe de commande pour permettre à un utilisateur débutant avec vi de commencer.
D'autres commandes utiles, seront présentées ultérieurement.
a
        fait entrer en mode insertion, les caractères tapés ensuite seront insérés après le curseur. Si
        vous spécifiez un nombre, tout le texte qui a été inséré sera répété ce nombre de fois
h
        déplace le curseur sur le caractère précédent.
i
        entre en mode insertion, Le caractère tapé ensuite sera inséré avant la position actuelle du
        curseur. Si vous spécifiez un nombre, tout le texte qui a été inséré sera répété ce nombre de
        fois
j
        déplace le curseur d'une ligne vers le bas.
k
        déplace le curseur d'une ligne vers le haut.
l
        déplace le curseur d'un caractère vers la droite.
r
        remplace le caractère sous le curseur. Un nombre spécifie le nombre de caractères à
        remplacer.
u
        annule le dernier changement dans le fichier. Taper de nouveau u rétablit le changement.
x
        efface le caractère sous le curseur. Nombre spécifie combien de caractères il faut effacer.
        Les caractères seront effacés après le curseur.

5. Les "buffers" texte de vi
L'éditeur vi a 36 "buffers" pour conserver des morceaux de texte, ainsi qu'un "buffer" principal. Chaque fois,
qu'un bout de texte est effacé ou copié depuis le fichier, il est placé dans le "buffer" principal. Beaucoup
d'utilisateurs de vi utilisent rarement les autres buffers, et se débrouillent sans eux. Le bloc de texte peut
aussi être placé dans un autre buffer demandé en utilisant la commande ". Après avoir tapé ", une lettre ou un
chiffre identifiant le buffer doit être entré. Par exemple, la commande : "mdd remplit le buffer m et efface la
ligne courante. De même, du texte peut être collé avec les commandes p ou P. "mp colle le contenu du buffer
m après la position actuelle du curseur. Pour toutes les commandes utilisées dans les deux sections suivantes,
ces buffers peuvent être spécifiés pour un stockage temporaire de mots ou de paragraphes.

6. Couper et Copier
La commande la plus couramment utilisée pour couper est d. Cette commande efface du texte dans le fichier.
La commande est précédée par un nombre optionnel et suivie par une indication de déplacement. Si vous
doublez la commande en tapant dd, la ligne courante est effacée. Voici quelques combinaisons :
d^
        efface de la position actuelle du curseur jusqu'au début de la ligne.
d$
        efface de la position actuelle du curseur jusqu'à la fin de la ligne.
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             15
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
dw
        efface de la position actuelle du curseur jusqu'à la fin du mot
3dd
        efface 3 lignes à partir de la position actuelle du curseur vers le bas.
La commande y (commande de copie) opère comme la commande d en prenant du texte du fichier sans
effacer le texte.

7. Coller
Les commandes pour coller sont p et P. Elles diffèrent seulement par la position où elles collent le texte par
rapport au curseur. p colle le contenu du buffer spécifié ou du buffer général après le curseur, tandis que P le
colle avant le curseur. nombre avant la commande, colle le texte le nombre de fois demandé.

8. Recherche de mots ou de caractères
L'éditeur vi peut faire deux types de recherche : chaînes de caractères ou caractères. Pour une recherche de
chaîne, les commandes / et ? sont utilisées. Quand vous lancez ces commandes, la commande que vous
venez de taper sera affichée sur la ligne du bas, où vous taperez la chaîne que vous cherchez. Ces deux
commandes diffèrent uniquement par la direction dans laquelle la recherche est entreprise. La commande /
cherche vers la fin du fichier, tandis que la commande ? cherche vers le début du fichier (de bas en haut).
Les commandes n et N répètent la précédente recherche respectivement dans le même sens et dans le sens
opposé. Certains caractères ont une signification particulière pour vi, et doivent donc être précédés d'un
antislash () pour faire partie de l'expression recherchée.

Caractères spéciaux :
^
        Début de ligne. (Au début de l'expression recherchée.)
.
        Correspond à un caractère simple.
*
        Correspond à zéro ou plusieurs fois le caractère précédent.
$
        Fin de ligne (A la fin de l'expression recherchée.)
[
        Correspond au début d'un groupe d'expressions correspondantes ou non. Par exemple /f[iae]t
        correspond à chacun de ces mots : fit fat fet. Dans ce cas, il correspond uniquement à ceux-
        là. /a[^bcd] ne correspond à aucun d'eux mais à tout ce qui contient "a" et une lettre autre
        que "b","c","d".
<
        Peut être inséré dans une expression précédée d'un antislash pour rechercher le début ou la
        fin d'un mot. Par exemple /<le> va chercher seulement le mot "le" mais pas les mots
        comme "leur" ou "fleur".
>
        Voir la description du caractère '<' au dessus.
La recherche de caractères cherche une ligne à l'intérieur de laquelle se trouve le caractère entré après la
commande. Les commandes f et F cherchent un caractère uniquement sur la ligne courante. f cherche vers
l'avant et F cherche vers l'arrière et le curseur se déplace sur la position du caractère trouvé.

Les commandes t et T cherchent un caractère seulement sur la ligne courante, mais avec t, le curseur se
déplace sur la position avant le caractère, et T cherche depuis la fin de la ligne vers la position après le
caractère .
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             16
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
Ces deux commandes peuvent être répétées en utilisant les commandes ; ou , (; répète la dernière
recherche de caractère dans la même direction, alors que , la répète en sens inverse.)

Si l'option "ic" (ou ignorecase) est activée (tapez :set ic) la recherche est insensible à la casse.


9. Personnalisation de vi (et EX)
Vous pouvez personnaliser la façon dont vi se comporte. Les options d'édition sont activées en utilisant la
commande :set, les options des éditeurs vi et EX disponibles sur Wiliki sont les suivantes : (Vous pouvez
obtenir cette liste en tapant :set all puis retour en mode commande)
noautoindent               magic                                             noshowmatch
autoprint                  mesg                                              noshowmode
noautowrite                nomodelines                                       noslowopen
nobeautify                 nonumber                                          tabstop=8
directory=/tmp             nonovice                                          taglength=0
nodoubleescape             nooptimize                                        tags=tags /usr/lib/tags
noedcompatible             paragraphs=IPLPPPQPP LIpplpipnpbp                 term=xterm
noerrorbells               prompt                                            noterse
noexrc                     noreadonly                                        timeout
flash                      redraw                                            timeoutlen=500
hardtabs=8                 remap                                             ttytype=xterm
noignorecase               report=5                                          warn
keyboardedit               scroll=11                                         window=23
keyboardedit!              sections=NHSHH HUuhsh+c                           wrapscan
nolisp                     shell=/bin/csh                                    wrapmargin=0
nolist                     shiftwidth=8                                      nowriteany
Certaines de ces options ont des valeurs définies par le signe égal '=' , tandis que d'autres sont activées ou
non. (Ces options de type "oui ou non" sont appelées Booléennes, et sont préfixées par "no" pour indiquer
qu'elles ne sont pas sélectionnées.) Les options montrées ici sont les options qui sont définies sans
personalisation. La description de certaines est donnée plus bas, avec une abréviation. Par exemple la
commande set autoindent, vous pouvez taper :set autoindent ou :set ai. Pour la désélectionner, vous
pouvez taper :set noautoindent ou :set noai.
autoindent (ai)
       Cette option règle l'éditeur pour que les lignes suivantes soient indentées comme la ligne
       précédente. Si vous voulez retirer cette indentation, vous pouvez taper ^D comme premier
       caractère. Ce ^D fonctionne en mode insertion, et pas en mode commande. De plus la
       longueur de l'indentation peut être réglée par shiftwidth, expliqué plus bas.
exrc
       Le fichier .exrc dans le répertoire courant est lu pendant le démarrage. Ceci doit être défini
       soit dans la variable d'environnement EXINIT soit dans le fichier .exrc dans votre répertoire
       home.
mesg
       Désactive les messages si cette option est désélectionnée avec :set nomesg, ainsi rien ne
       peut vous déranger pendant que vous utilisez l'éditeur.
number (nu)
       Affiche les lignes avec leur numéro sur le coté gauche.
shiftwidth (sw)
       Cette option prend une valeur, et détermine la largeur de la tabulation logicielle. (La
       tabulation logicielle est utilisée pour les commandes << et >>.) Par exemple, vous pouvez
       régler un décalage d'une largeur de 4 avec cette commande : :set sw=4.
showmode (smd)
       Cette option est utilisée pour afficher le mode dans lequel vous êtes actuellement. Si vous
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             17
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
êtes en mode insertion, la ligne du bas va indiquer INPUT MODE.
warn
      Cette option vous prévient si vous avez modifié le fichier mais ne l'avez pas encore
      sauvegardé.
window (wi)
      Cette option définit le nombre de lignes de la fenêtre utilisé par vi. Par exemple, pour régler
      l'éditeur vi de façon à ce qu'il utilise seulement 12 lignes de votre écran (parce que votre
      modem est lent) vous pouvez utiliser : :set wi=12.
wrapscan (ws)
      Cette option affecte la conduite de la recherche de mots. Quand wrapscan est sélectionné, si
      le mot n'est pas trouvé vers le bas du texte, la recherche reprendra au début.
wrapmargin (wm)
      Si cette option a une valeur plus grande que zéro, l'éditeur va automatiquement faire passer
      le mot à la ligne suivante. C'est à dire que si vous avez plus que ce nombre d'espace par
      rapport à la marge de gauche, le mot va aller à la ligne, sans que vous ayiez à taper retour.
      Par exemple, pour régler la marge droite à deux caractères, vous pouvez taper : :set wm=2.

10. Abréviations et traductions de touches
Une commande de l'editeur EX qui est utile sur l'éditeur vi est la commande abbreviate. Elle vous permet
de définir des abréviations pour des chaînes de caractères spécifiques. La commande ressemble à ceci : :ab
chaînes chaîne à substituer. Si vous avez à taper le nom,"Humuhumunukunukuapua`a" mais
que vous n'ayez pas envie de taper le nom complet, vous pouvez utiliser une abréviation. Pour cet exemple,
la commande à entrer est :
:ab 9u Humuhumunukunukuapua`a

Maintenant quel que soit l'endroit où vous tapez 9u comme un mot séparé, vi va taper le ou les mots entiers
indiqués. Si vous tapez 9université, il ne va pas substituer le mot.

Pour retirer une abréviation définie précédemment, la commande est anabbreviate. Pour retirer l'exemple
précédent, la commande serait ":unab 9u". Pour obtenir la liste de vos abréviations, tapez :ab.

Une autre commande de l'éditeur EX utile pour la personnalisation est la commande de traduction de touche
(mappage). Il y a deux types de commandes de traduction. Une pour le mode commande et une pour le mode
insertion. Ces deux commandes sont respectivement :map et :map!. Le "mappage" fonctionne de façon
similaire à abréviation, vous lui donnez une séquence de touches et une autre à mettre à la place.(La
séquence de touches de remplacement est généralement constituée de commandes vi.)


11. La variable d'environnement EXINIT et le fichier .exrc
Il y a deux façons de personnaliser l'éditeur vi. Si vous créez un fichier nommé .exrc dans votre répertoire
home , toutes les commandes qu'il contient seront executées quand vi démarrera. L'autre méthode est de
definir une variable d'environnement nommé EXINIT. L'option sera sélectionnée dans le fichier de
configuration de votre shell. Si vous utilisez /bin/csh (C-Shell), la commande est la suivante, et mise dans le
fichier: .cshrc
       setenv EXINIT '...'
Si vous utilisez /bin/sh ou /bin/ksh, la commande est la suivante, et mise dans le fichier .profile :
       export EXINIT
       EXINIT='...'
Nécrivez pas ... comme dans l'exemple. Dans cet espace mettez la commande que vous voulez définir. Par

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             18
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
exemple, si vous voulez avoir l'auto-indentation, la numérotation des lignes, et la marge droite (passage à la
ligne - wrap margin) à 3 caractères, alors la commande setenv (pour C shell) serait :
     setenv EXINIT 'set ai nu wm=3'
Si vous voulez mettre plus d'une commande dans la variable EXINIT, séparez les commandes avec une
barre verticale (|). Par exemple, pour "mapper" la commande 'g' au caractère 'G' en mode commande, la
commande est :map g G et combiné avec la commande précédente, vous aurez :
setenv EXINIT 'set ai nu wm=3|map g G'
Si vous voulez créer le fichier nommé .exrc, vous pouvez y mettre ce qui est entre guillemets après le
EXINIT.


12. Récupérer votre travail quand quelque chose va mal avec votre terminal
L'editeur vi édite une copie temporaire de votre fichier, et quand la session est terminée ou quand vous lui
demandez de sauver, il place le contenu du fichier temporaire dans le fichier original. Si quelque chose se
passe mal pendant que vous éditez votre fichier, l'éditeur vi va essayer de sauver quand même le travail en
cours et de le stocker pour une récupération ultérieure. Note : Si vi meurt (vi est un processus) pendant que
vous travaillez sur un fichier, il vous envoie un courrier sur la façon de récupérer ce travail. L'option -r est là
pour la récupération. Si vous éditez le fichier infovitale, et si vous êtes déconnecté, alors l'option -r de
l'éditeur vi devrait vous aider. La commande doit ressembler à quelque chose comme :

vi -r infovitale.

Après avoir utilisé l'option -r vous DEVEZ tout de même sauvegarder ce que vous avez récupéré dans le
fichier initial. L'option -r ne fonctionne qu'une fois par session vi défaillante.



13. Résumé des commandes vi
Cette liste est un résumé des commande vi, classées par fonction. Il peut y avoir d'autres commandes
disponibles, que vous pourriez trouver dans le manuel de vi.

Couper et coller/effacer du texte
"
        Spécifie le buffer à utiliser avec les commandes se servant d'un buffer. Faites suivre le " par
        la lettre ou le nombre, qui correspond au buffer.
D
        Efface (Delete) de la position actuelle du curseur à la fin de la ligne.
P
        Colle (Paste) le buffer indiqué avant la position actuelle du curseur. Si aucun buffer n'est
        indiqué (avec la commande ") alors 'P' utilise le buffer général.
X
        Efface le caractère avant le curseur.
Y
        Copie (Yank) la ligne courante dans le buffer indiqué. Si aucun buffer n'est indiqué, le
        buffer général est utilisé.
d
        Efface (Delete) jusqu'à lieu. "dd" efface la ligne courante. Un nombre efface ce nombre de
        lignes. Tout ce qui est effacé est placé dans le buffer spécifié avec la commande ". Si aucun
        buffer n'est spécifié, le buffer général est utilisé.
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             19
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
p
       Colle (Paste) le buffer spécifié après la position actuelle du curseur ou la ligne. Si aucun
       buffer n'est spécifié (avec la commande ") 'p' utilise le buffer général.
x
       Efface le caractère sous le curseur. Un nombre indique combien de caractères doivent être
       effacés. Les caractères seront effacés après le curseur.
y
       Copie (Yank) jusqu'à lieu, en mettant le résultat dans un buffer. "yy" copie la ligne courante.
       Un nombre copie ce nombre de lignes. Le buffer peut être spécifié avec la commande ".Si
       aucun buffer n'est spécifié, le buffer général est utilisé.
Insérer du texte
A
       Joint (Append) à la fin de la ligne courante.
I
       Insère à partir du début de la ligne.
O
       (la lettre)Entre en mode insertion sur une nouvelle ligne au-dessus de la position courante
       du curseur.
a
       Entre en mode insertion, les caractères tapés seront ajoutés après la position courante du
       curseur. Un nombre insère tout le texte ce nombre de fois.
i
       Entre en mode insertion, les caractères tapés seront insérés avant la position courante du
       curseur. Un nombre insère tout le texte ce nombre de fois.

o
       Entre en mode insertion sur une nouvelle ligne en dessous de la position courante du
       curseur.
Déplacer le curseur dans le fichier
^B
       Monte d'une page. Un nombre fait monter de ce nombre de pages.
^D
       Descend d'une demi fenêtre. Un nombre fait descendre de ce nombre de lignes.
^F
       Descend d'une page. Un nombre fait descendre de ce nombre de pages.
^H
       Déplace le curseur d'un espace vers la gauche. Un nombre fait déplacer de ce nombre
       d'espaces.
^J
       Descend le curseur d'une ligne dans le même colonne. Un nombre fait descendre de ce
       nombre de lignes.
^M
       Déplace vers le premier caractère de la ligne suivante.
^N
       Descend le curseur d'une ligne dans le même colonne. Un nombre fait descendre de ce
       nombre de lignes.
^P
       Monte le curseur d'une ligne dans le même colonne. Un nombre fait monter de ce nombre de
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             20
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
lignes.
^U
      Monte d'une demi fenêtre. Un nombre fait monter de ce nombre de lignes.
$
      Déplace le curseur à la fin de la ligne courante. Un nombre le fait se déplacer à la fin des
      lignes suivantes.
%
      Déplace le curseur sur la parenthèse ou accolade correspondante.
^
      Déplace le curseur sur le premier caractère non-blanc.
(
      Déplace le curseur au début de la phrase.
)
      Déplace le curseur au début de la phrase suivante.
{
      Déplace le curseur au paragraphe précédent.
}
      Déplace le curseur au paragraphe suivant.
|
      Déplace le curseur à la colonne indiquée par le nombre.
+
      Déplace le curseur sur le prochain caractère non-blanc de la ligne suivante.
-
      Déplace le curseur sur le prochain caractère non-blanc de la ligne courante.

0
      (Zéro) Déplace le curseur sur la première lettre de la ligne courante.
B
      Déplace le curseur d'un mot en arrière, en sautant la ponctuation.
E
      Avance à la fin du mot, en sautant la ponctuation.
G
      Aller (Go) à la ligne indiqué par le nombre. Si aucun nombre n'est donné, il va à la fin du
      fichier.
H
      Déplace le curseur sur le premier caractère non-blanc en haut de l'écran.
L
      Déplace le curseur sur le premier caractère non-blanc en bas de l'écran.
M
      Déplace le curseur sur le premier caractère non-blanc au milieu de l'écran.
W
      Avance au début d'un mot,en sautant la ponctuation.
b
      Recule le curseur d'un mot. Si le curseur est au milieu d'un mot, place le curseur sur le
      premier caractère du mot.
e
      Avance le curseur d'un mot. Si le curseur est au milieu d'un mot, place le curseur sur le
      dernier caractère du mot.
h
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             21
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
Déplace le curseur sur le caractère de gauche.
j
      Descend le curseur d'une ligne.
k
      Monte le curseur d'une ligne.
l
      Déplace le curseur sur le caractère de droite.
w
      Déplace le curseur sur le mot suivant. Si le curseur est au milieu d'un mot, place le curseur
      sur le premier caractère du mot suivant.
Déplacer le curseur dans l'écran
^E
      Déplace l'écran d'une ligne vers le haut. Un nombre fait monter de ce nombre de lignes.
^Y
      Déplace l'écran d'une ligne vers le bas. Un nombre fait descendre de ce nombre de lignes.
z
      Redessine l'écran avec les options suivantes. "z" place la ligne courante en haut de l'écran;
      "z." place la ligne courante au centre de l'écran; et "z-" place la ligne courante en bas de
      l'écran. Si vous spécifiez un nombre avant la commande 'z', il agit sur la ligne spécifiée. Par
      exemple, "14z." place la ligne 14 au centre de l'écran.
Remplacer du texte
C
      Change de la position du curseur jusqu'à la fin de la ligne.
R
      Remplace les caractères de l'écran par les caractères entrés, s'arrête en tapant la touche
      Escape.
S
      Change une ligne entière.
c
      Change jusqu'à <where>. "cc" change la ligne courante. Un nombre fait changer ce nombre
      de lignes.
r
      Remplace un caractère sous le curseur. Indiquer un nombre fait remplacer ce nombre de
      caractères.
s
      Substitue un caractère sous le curseur et passe en mode insertion. Spécifier un nombre pour
      substituer ce nombre de caractères. Un signe dollar($) sera ajouté au dernier caractère
      substitué.
Rechercher du texte ou des caractères
,
      Répète la dernière commande f, F, t ou T dans la direction opposée.
/
      Recherche vers le bas dans le fichier la chaîne spécifiée après le /.
;
      Répète la dernière commande f, F, t ou T.
?
      Recherche vers le haut dans le fichier la chaîne spécifiée.
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             22
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
F
         Recherche vers l'avant dans la ligne courante le caractère spécifié après la commande 'F'. S'il
         l'a trouvé, déplace le curseur sur sa position.
N
         Répète la dernière recherche faite par '/' ou '?', mais dans la direction opposée.
T
         Recherche vers l'arrière dans la ligne courante le caractère spécifié après la commande 'T', et
         se place sur la colonne suivante s'il l'a trouvé.
f
         Recherche dans la ligne courante le caractère spécifié après la commande 'f'. S'il l'a trouvé,
         déplace le curseur sur sa position.
n
         Répète la dernière recherche faite par '/' ou '?'.

t
         Cherche dans la ligne courante le caractère spécifié après la commande 't' et se place sur la
         colonne précédent le caractère ,s'il l'a trouvé.
Manipulation des caractères/Formatage de ligne
~
         Inverse la casse du caractère sous le curseur.
<
         Décale jusqu'à lieu d'une tabulation vers la gauche. "<<" décale la ligne courante et peut être
         répété avec un nombre.
>
         Décale jusqu'à lieu d'une tabulation vers la droite. ">>" décale la ligne courante et peut être
         répété avec un nombre.
J
         Joint la ligne courante à la suivante. Un nombre fait joindre ce nombre de lignes.


Sauvegarder et quitter
^
         Sort du mode "VI" et passe en mode "EX". L'éditeur EX est l'éditeur en ligne de commande
         sur lequel VI est construit. La commande EX pour retourner dans VI est ":vi".
Q
      Sort du mode "VI" et passe en mode "EX". L'éditeur EX est l'éditeur en ligne de commande
      sur lequel VI est construit. La commande EX pour retourner dans VI est ":vi".
ZZ ou x
      Quitte l'éditeur, en sauvant tout les changements effectués.
Divers
^G
         Affiche le nom du fichier courant et son statut.
^L
         Vide et redessine l'écran.
^R
         Redessine l'écran en retirant les mauvaises lignes.
^[

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             23
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
Touche d'échappement. Annule les commandes partiellement tapées.
^^
        Retourne au dernier fichier édité.
!
        Exécute un shell. Si un lieu est spécifié, le programme qui est exécuté avec ! utilise les
        ligne(s) spécifiée(s) comme entrée standard, et va les remplacer par la sortie standard du
        programme exécuté. "!!" exécute un programme utilisant la ligne courante comme entrée.
        Par exemple "!4jsort" va prendre 5 lignes à partir de la position courante du curseur et
        exécuter sort. Après avoir tapé la commande, il y aura un point d'exclamation où vous
        pourrez taper la commande.
&
        Répète la précédente commande ":s".
.
        Répète la dernière commande qui a modifié le fichier.
:
        Commence une commande de l'éditeur EX. La commande est exécutée une fois que
        l'utilisateur a tapé retour. (voir section ci-dessous.)
@
        Tape la commande stockée dans le buffer spécifié.
U
        Restaure la ligne courante dans l'état où elle se trouvait avant que le curseur aille à la ligne.
m
        Marque la position courante du curseur avec le caractère spécifié après la commande 'm'.

u
        Annule (Undo) le dernier changement dans le fichier. Retaper 'u' va refaire le
        changement.(NDT : avec Vim,'u' annule le changement précédent et '.' le rétablit.).
Les commandes EX
L'éditeur vi est basé sur un autre éditeur, nommé EX. L'éditeur EX édite seulement par ligne. Depuis l'éditeur
vi, vous utilisez la commande : pour entrer une commande EX. La liste donnée ici n'est pas complète, mais
les commandes proposées sont les plus utilisées. Si plus d'une ligne doit être modifiée par certaines
commandes (comme ":s" et ":w"), un intervalle doit être spécifié avant la commande. Par exemple, pour
substituer de la ligne 3 à la ligne 15, la commande est ":3,15s/from/this/g".
:ab chaîne chaînes
        Abréviation. Si un mot correspondant à chaîne est tapé dans vi, l'éditeur insère
        automatiquement les mots correspondants. Par exemple, abréviation ":ab TN Tunisia" va
        insérer le mot, "Tunisia" partout où le mot "TN" est tapé.
:map touches new_seq
        Mapping. Ceci vous permet de remplacer une touche ou une séquence de touches par une
        autre touche ou séquence de touches.
:q
        Quitte vi. Si des changements ont été faits, l'éditeur va afficher un message d'avertissement.
:q!
        Quitte vi sans sauvegarder les changements.
:s/pattern/to_pattern/options
        Substitution. Ceci substitue le modèle spécifié par la chaîne dans to_pattern. Sans option, il
        substitue seulement la première occurrence du modèle. Si un 'g' est spécifié, toutes les
        occurrences seront substituées. Par exemple, la commande ":1,$s/Dwayne/Dwight/g"
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             24
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
remplace toutes les occurrences de "Dwayne" par "Dwight".
:set [all]
         Définit les options de VI et EX. La commande ":set all" affiche les options possibles. (Voir
         la section sur la personnalisation de VI pour quelques options.)
:una string
         Retire l'abréviation définie précédemment par ":ab".
:unm keys
         Retire le mapping défini par ":map".
:vi
         Commence l'édition d'un nouveau fichier. Si les changements n'ont pas étés sauvegardés,
         l'éditeur vous le signale.
:w
         Sauvegarde (Write out) le fichier courant.
:w nom_de_fichier
         Ecrit (Write) le buffer dans le fichier spécifié.
:w >> filename
         Ajoute le contenu du buffer au fichier.
:wq
         Enregistre le buffer et quitte.




                 Commandes Unix par ordre alphabétique
      Nom                  Description                      Options                 Paramètres
alias           Renomme ou définit une                                        variable=commande
                commande
awk, gawk       extraction d'informations d'un     -F : '...' : redéfinition du nom de fichier
                fichier                            séparateur de champ
                                                   'commande' : traitement à
                                                   faire sur les chaînes
                                                   extraites
cal             affiche le calendrier de l'année                              mois année
                spécifiée en paramètre
cat             imprime le contenu du fichier                                 nom de fichier
                mentionné
cd              se positionne sur le répertoire                               chemin d'accès à un
                désigné                                                       répertoire
chmod           change les permissions en          -R change les droits      mode - nom de fichier
                lecture, écriture, exécution       récursivement à partir du ou de répertoire
                                                   noeud
                                                   (mode = ugo)
compress        compresse un fichier (voir gzip)   -c : résultat sans         fichier
------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             25
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
modification du fichier
                                                   d'origine
                                                   -f : écrasement d'un
                                                   fichier compressé
                                                   préexistant
                                                   -v : taux de compression
cp              copie du fichier source vers la    -i : demande              source - destination
                destination                        confirmation
                                                   -p : conservation de date
                                                   et droits
                                                   -r : recopie récursive
                                                   d'un répertoire
date            retourne la date courante
diff            compare deux fichiers et affiche -c : affiche 3 lignes avant fichier1 fichier2
                les différences                  et 3 lignes après
echo            envoi en écho des paramètres       -n : supprime le retour
                spécifiés à la suite ($PATH,       chariot en fin de
                "bye")                             commande
elm             courier électronique               -s : chaîne de caractères    destinataire
                                                   qui sera le sujet du
                                                   message
                                                   -f : nom de la boîte à
                                                   lettres
file            retourne le type de fichier                                     nom de fichier
                spécifié (ascii,ps, exé.sparc ou
                68020)
find         recherche récursive d'un fichier à -name fichier : fichier à
"répertoire"
                partir du répertoire               chercher
                                                   -print : affiche le chemin
                                                   trouvé
grep            affiche les lignes du fichier     -v : seulement les lignes chaîne de caractères -
                contenant la chaîne de caractères ne contenant pas la       fichier
                                                  chaîne
                                                  -i : majuscules et
                                                  minuscules identiques
                                                  -n : avec numéros de
                                                  lignes
                                                  -c : nombre de
                                                  comparaisons positives
gunzip          décompresse un fichier             -c : le résultat est produit nom de fichier
                                                   sans modification du
                                                   fichier d'origine
                                                   -v : taux de compression
gzip            compresse un fichier (voir         -c : résultat sans           nom de fichier
                compress)                          modification du fichier

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             26
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
par défaut, la destination est la    source
              sortie standard qu'on redirige       -f : écrasement d'un
              vers un fichier si on veut obtenir   fichier compressé
              un fichier compressé                 préexistant
                                                   -v : taux de compression
                                                   -d : force une
                                                   décompression
                                                   -9 : niveau maximum de
                                                   compression
head          liste les n premières lignes du      -n : nombre de lignes     source > destination
              fichier                              affichées (par défaut 10)
id            retourne le nom de login, l'UID,
              le groupe et le GID
kill          envoi d'un signal à un processus -l : liste des signaux          numéro du process
                                               disponibles
                                               -n : numéro du signal à
                                               envoyer
                                                      2 : INT (ctrl-c : )
                                                      3 : QUIT (ctrl-)
                                                      9 : KILL
ln            création d'une nouvelle référence -s : création d'un lien        source - destination
              pour un fichier préexistant       symbolique
logname       retourne le nom de login de
              l'utilisateur
ls            liste le contenu d'un répertoire     -a : prise en compte des nom de répertoire
                                                   fichiers cachés
                                                   -F : renseigne sur le type
                                                   de fichier (*, /, @)
                                                   -i : précision du numéro
                                                   d'inode des fichiers
                                                   -R : liste récursivement
                                                   le contenu du répertoire
                                                   -l : informations
                                                   détaillées
                                                   -g : ajout du nom du
                                                   groupe
                                                   -d : renseigne sur le
                                                   répertoire lui-même
                                                   -t : liste par date de
                                                   modification
                                                   -u : liste par date d'accès
                                                   -r : ordre inverse
mail          courier électronique                 -s : chaîne de caractères   destinataire - <fichier
                                                   qui sera le sujet du
                                                   message
                                                   -f : nom de la boîte à

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             27
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
lettres
                                                   -v : trace du mail jusqu'à
                                                   sa délivrance
man           retourne le mode d'emploi de la                                     nom de commande
              commande s'il existe
mkdir         création d'un répertoire                                            nom de répertoire
more          liste le contenu d'un fichier page                                  nom de fichier
              par page
mv            déplace fichiers et répertoires      -i : demande                   source - destination
                                                   confirmation
ps            liste des processus BSD              -a : processus détenus
                                                   par les autres utilisateurs
                                                   -u : nom du propriétaire
                                                   du processus
                                                   -x : processus sans
                                                   terminal associé
                                                   -l : description complète
                                                   -t : terminal particulier
              liste des processus Système V        -f : ou l : description plus
                                                   ou moins longue
                                                   -e : liste tous les
                                                   processus
                                                   -p : processus dont le
                                                   numéro suit l'option p
                                                   -t : processus attachés au
                                                   terminal spécifié
                                                   -u : processus
                                                   appartenant au
                                                   propriétaire dont le nom
                                                   ou l'UID est donné
pwd           retourne la référence absolue du
              répertoire courant
rlogin        ouvrir une session vers une                                         nom de machine
                                                   -l : nom de login
              machine distante (sortie :exit)
rm            supprime la référence du fichier     -f : force la commande     nom de fichier ou de
              dans le répertoire                   sans s'occuper des droits répertoire
                                                   -i : demande
                                                   confirmation
                                                   -r : destruction récursive
rmdir         suppression d'un répertoire vide                                    nom de répertoire
sleep         ne fait rien pendant n secondes                                     temps en secondes
sort          tri des lignes du fichier suivant    -r : tri inverse               fichier
              l'ordre ASCII                        -u : élimine les
                                                   lignesidentiques

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             28
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
tail          liste les n dernières lignes du        -n : nombre de lignes     nom de fichier
              fichier                                affichées (par défaut 10)
talk, ytalk   permet de converser avec une
                                                                                 destination
              machine distante
tar           archivage/désarchivage de              c : création de l'archive   archive -répertoire ou
              fichiers                               x : restauration de         fichiers
                                                     l'archive
                                                     t : listage du contenu de
                                                     l'archive
                                                     v : mode verbeux
                                                     p : préserve dates et
                                                     droits à la restauration
                                                     f : le nom du fichier
                                                     spécifié sera celui de
                                                     l'archive
telnet        établir une connexion avec une                                     nom de machine
              machine distante(sortie : exit)
touch         modifie les caractéristiques d'un      -a : dernier accès          fichier
              fichier (option -a : m par défaut)     seulement
              crée un fichier vide s'il n'existe     -m : dernière
              pas déjà                               modification seulement
tty           donne le nom du terminal
unalias       supprime un alias                                                  variable
uname         donne le nom du système                -a : informations
              d'exploitation                         complètes
                                                     -n : nom de la machine
                                                     -r : release du système
                                                     d'exploitation
                                                     -s : nom du système
                                                     d'exploitation
uniq          recopie de source dans                                             source destination
                                                -u : seules les lignes
              destination après suppression des
                                                uniques sont recopiées
              lignes identiques
uudecode      restitue un fichier binaire à partir                               fichier
              du fichier éditable (ASCII) créé
              avec uuencode
uuencode      encode un fichier binaire en                                       fichier - indication
              fichier éditable (ASCII)                                           >fichier encodé
w             aperçu de l'activité de la machine -h : supprime l'entête          nom d'utilisateur
                                                 -s : affichage restreint
whereis       retourne le chemin complet                                         nom de la commande
              d'accès à tous les répertoires
              contenant la commande
which         retourne le chemin complet                                         nom de la commande

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             29
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
d'accès à une commande
who (am i)      retourne le nom des utilisateurs
                qui ont ouvert une session

                              Exemples de commandes
          Exemple                                            Description
alias dir=ls -l
                                  Il suffira de taper "dir" pour consulter la liste des fichiers avec
                                  leurs droits
unalias dir                       Supprime l'alias de nom "dir"
cal 09 1996                       Affiche le calendrier du mois de Septembre 1996
cat exemple.c                     Liste le contenu du fichier de nom "exemple.c"
cd programmes                     Se déplace dans le répertoire de nom "programmes"

chmod 744 exemple.c
                                  Donne tous les droits au propriétaire du fichier, et une simple
                                  lecture au groupe et à l'univers

compress -f exemple.c
                                  Compresse le fichier de nom "exemple.c", en écrasant un
                                  fichier préexistant s'il existe
uncompress exemple.c              Décompresse le fichie r"exemple.c"
cp exemple.c toto.c               Crée le fichier de nom "toto.c" identique au fichier
                                  "exemple.c"
date                              Affiche la date courante

diff -c fichier1 fichier2
                                  Compare "fichier1" et "fichier2" en affichant 3 lignes
                                  avant et 3 lignes après chaque différence
echo $PATH                        Affiche le contenu de la variable "PATH"
elm martin@inf                    Envoie un message à martin
mail martin <exemple.c            Envoie le fichier "exemple.c" à martin
file exemple.c                    Retourne quel est le type du fichier "exemple.c"
find "." -name exemple.c -        Recherche récursivement et affiche le chemin menant au fichier
print                             "exemple.c" à partir du répertoire courant

grep -n -i "void" exemple.c
                                  Affiche, avec leurs numéros, les lignes du fichier "exemple.c"
                                  qui contiennent la chaîne "void"
                                  Compresse le fichier "exemple.c" en conservant le fichier
gzip -c exemple.c >
exemple.c.gz                      d'origine.
                                  Le fichier compressé est "exemple.c.gz".
                                  Décompresse le fichier "exemple.c.gz" sans perdre le fichier
gunzip -c > exemple.c
exemple.c.gz                      compressé.
                                  Le résultat se trouve dans le fichier "exemple.c"
head exemple.c                    Affiche les 10 premières lignes du fichier "exemple.c"
tail -5 exemple.c                 Affiche les 5 dernières lignes du fichier "exemple.c"
id                                Retourne le login, l'UID, le groupe et le GID courants
kill -9 8756                      tue le processus de numéro 8756

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             30
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
ln -s exemple.c toto.c          crée un lien symbolique sur le fichier "exemple.c", de nom
                                "toto.c"
logname                         Retourne le nom de login de l'utilisateur

ls -l programmes
                                Donne le contenu du répertoire "programmes" en donnant des
                                informations sur les fichiers (taille, dates, ...)
man chmod                       Affiche le manuel d'utilisation de la commande "chmod"
mkdir sources                   Crée le répertoire "sources"
more exemple.c                  Affiche, page par page, le contenu du fichier "exemple.c"
mv exemple.c TP1.c              Renomme le fichier "exemple.c" sous le nom "TP1.c"
ps -aux                         Sous système V, donne la liste de tous les processus actifs
pwd                             Retourne la référence absolue du répertoire courant
rlogin -l martin champagne
                                Établit une connexion sur la machine champagne, sous le login
                                de martin
telnet champagne                Établit une connexion sur la machine champagne
rm exemple.c                    Supprime le fichier "exemple.c"
rmdir sources                   Supprime le répertoire "sources"
sleep 10                        Attend 10 secondes

sort -r TP1.c
                                Affiche le fichier "TP1.c", les lignes étant triées en ordre
                                inverse
talk champagne@cal.enst.fr      Lance une conversation sur la machine
                                "champagne@cal.enst.fr"

tar cf sources.tar sources
                                Crée une archive, de nom "sources.tar", du contenu du
                                répertoire "sources"
                            Extrait le contenu d'une archive, de nom "sources.tar", dans
tar xvf sources.tar sources
                            le répertoire"sources". L'écran affiche les noms des fichiers au
                            fur et à mesure de leur désarchivage.
                            L'archive est conservée.
touch exemple.c
                                Modifie la date de dernier accès au fichier "exemple.c" à la
                                date courante
tty                             Donne le nom du terminal
uname
                                Affiche, dans l'ordre, le nom du système d'exploitation, le nom
                                et la release du système de la machine

uniq exemple.c uniques.c
                                Recopie le fichier "exemple.c" dans "uniques.c" en
                                supprimant les lignes identiques
uudecode fichier
uuencode fichier -
indication >fichier encodé

w martin
                                Donne une idée de l'utilisation de la machine faite par
                                l'utilisateur msrtin
whereis gcc
                                Retourne le chemin complet d'accès à tous les répertoires
                                contenant la commande gcc

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             31
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
which gcc                           Retourne le chemin complet d'accès à la commande gcc
who (am i)
                                    Retourne le nom des utilisateurs qui ont ouvert une session sur
                                    cette machine
                 LA PROGRAMMATION SHELL SOUS UNIX

1. Notions sur la programmation Shell

Un shell, quel qu'il soit, peut exécuter des commandes contenues dans un fichier texte (fichier
ordinaire). Un fichier contenant des commandes pour le shell est appelé un script. C'est en fait un
programme écrit dans le langage du shell. Ce langage comprend non seulement les commandes que
nous avons déjà vues (commandes Unix), mais aussi des structures de contrôle (instructions
conditionnelles, boucles et d’autres instructions spécifiques).
Pour la programmation du shell, nous allons utiliser le shell sh, qui est le plus répandu et standard

2. Créer un script

Un script shell est un fichier en mode texte. C'est-à-dire que ce n'est pas un fichier binaire,
exécutable directement par la machine, mais il doit être interprété.

3. L'interprétation d'un script
L'interprétation signifie que chaque commande contenue dans un script doit être lue par un
programme, appelé interpréteur ; l'interpréteur analyse chaque commande du script et l’exécute.

4. L'édition d'un script
Un script étant un fichier en mode texte, il doit être créé avec un éditeur de texte, comme par
exemple vi.

5. Rendre un script exécutable
Pour que le shell sache comment l'interpréter, un script shell doit commencer par la ligne:
                       # !/bin/sh
Il doit aussi être exécutable (droit x). Le #!/bin/sh sur la première ligne indique que ce script doit
être exécuté par le shell sh dont on indique le chemin d'accès. Pour rendre un fichier exécutable,
tapez :
                       chmod u+x nom-fichier-script

6. Spécifier le chemin d'une commande
Pour que le shell comprenne où chercher votre commande, il faut donc spécifier l'emplacement de
la commande en donnant son chemin, qu'il soit absolu :
               /home/student/nom-fichier-script
ou relatif :
                       ./nom-fichier-script

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             32
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
ou encore sous la forme :
                       sh nom-fichier-script

7. Principes généraux des scripts shell
     Un script shell est avant tout une succession de commandes, comme celles que nous écrivons
dans une fenêtre de type Terminal ; sauf que ces commandes nous les rassemblons dans un fichier
pour les exécuter dans l’ordre où elles sont écrites dans le script.

8. Commentaires
Presque tous les langages informatiques autorisent d'insérer des commentaires ; le shell n'échappe
pas à la règle. Pour cela, il suffit de faire précéder chaque ligne de commentaire du caractère « # ».
Exemple :

                              #!/bin/sh

                              # Tout ce que j'écris ici ne sera pas lu.

                              echo "Ce que je tape ici sera lu."

9. Un script qui parle : la commande echo
Maintenant que vous savez comment on peut exécuter un script, il s'agit de le remplir...
Commençons par ce qu'il y a de plus simple : afficher du texte, comme par exemple « Ceci est un
exemple de fichier script ! »
Ecrivez ce fichier script et appelez le script1

                              #!/bin/sh

                              # Fichier "Exemple"

                              echo " exemple de fichier script !"
Exécutez ensuite ce script, en tapant :

                              $ ./script1

                              exemple de fichier script !
Autre exemple de fichier script (écrivez-le et exécutez-le).

                              #!/bin/sh

                              # Fichier "bonjour"

                              echo "Bonjour... "

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             33
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
echo "Comment allez-vous ?"

10. Annuler le retour chariot
Si vous voulez annuler le retour chariot qui a lieu par défaut à la fin de toute commande echo, il
faut utiliser l'option -n. Le programme sera alors :

                              #!/bin/sh

                              echo -n "Bonjour..."

                              echo "Comment allez-vous ?"
Vous aurez comme résultat :

                              Bonjour... Comment allez-vous ?

11. Lecture de valeurs de variables à partir du clavier : commande read

La commande Unix read permet de lire des valeurs à partir du clavier. La commande read doit être
suivie d’un nom de variable, non précédé du signe dollar. Cette variable contiendra la valeur
introduite à partir du clavier

12. Lire plusieurs variables
La commande read permet également de lire plusieurs variables. Il suffit pour cela d'indiquer à la
suite les noms des différentes variables. Exemple :

                              #!/bin/sh

                              # Fichier "administration"

                              echo "Écrivez votre nom puis votre prénom :"

                              read nom prenom

                              echo "Nom : $nom"

                              echo "Prénom : $prenom"


    Vous obtiendrez comme résultat :

                              Écrivez votre nom puis votre prénom :

                              Nom : Tounsi

------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             34
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
Prénom : Redha

13. Paramètres de position

Les paramètres de position sont des variables spéciales utilisées lors d'un passage de paramètres à
un script.



Variable        Contenu

$0              Nom de la commande (du script)

$1-9            $1,$2,$3... Les neuf premiers paramètres passés au script

$#              Nombre total de paramètres passés au script

$*              Liste de tous les paramètres au format "$1 $2 $3 ..."

$@              Liste des paramètres sous forme d'éléments distincts "$1" "$2" "$3" ...

14. Sortie de script
La commande exit permet de mettre fin à un script. Par défaut la valeur retournée est 0 (pas
d'erreur)

15. Tests de conditions

La commande test permet d'effectuer des tests de conditions. Le résultat est récupérable par la
variable $? (code retour). Si ce résultat est 0 alors la condition est réalisée.

tests sur chaîne
      •   test -z "variable" : zero, retour OK si la variable est vide (ex test -z "$a")

      •   test -n "variable" : non zero, retour OK si la variable n'est pas vide (texte quelconque)

      •   test "variable" = chaîne : OK si les deux chaînes sont identiques

      •   test "variable" != chaîne : OK si les deux chaînes sont différentes

tests sur valeurs numériques
test valeur1 option valeur2


Option              Rôle

-eq                   Equal : Egal

-ne                   Not Equal : Différent


------------------------------------------- ---------------------------------------
                                             35
Introduction à l’utilisation du système Unix                          Yahya SLIMANI
Résumé sur l’utilisation du système unix
Résumé sur l’utilisation du système unix
Résumé sur l’utilisation du système unix
Résumé sur l’utilisation du système unix

Contenu connexe

En vedette

UPCH: Portafolio de evidencias Denia Montserrat Martne Sosa.
UPCH: Portafolio de evidencias Denia Montserrat Martne Sosa.UPCH: Portafolio de evidencias Denia Montserrat Martne Sosa.
UPCH: Portafolio de evidencias Denia Montserrat Martne Sosa.
Denia Martinez
 
Presentation paie publique ce
Presentation paie publique cePresentation paie publique ce
Presentation paie publique ce
Miguel Iglesias
 
Dynamiser son commerce avec facebook - CCI de Toulouse
Dynamiser son commerce avec facebook - CCI de ToulouseDynamiser son commerce avec facebook - CCI de Toulouse
Dynamiser son commerce avec facebook - CCI de Toulouse
Catherine Epstein
 
Douzy
DouzyDouzy
AT2010 Keynote
AT2010 KeynoteAT2010 Keynote
AT2010 Keynote
Normandy JUG
 
Comprendre le référencement
Comprendre le référencementComprendre le référencement
Comprendre le référencement
idreferenceur
 
Excursion Los Gabrieles
Excursion Los GabrielesExcursion Los Gabrieles
Excursion Los Gabrieles
iesdiegoangulo
 
Grassroots fundraising mit community building alexandra ripken 2010
Grassroots fundraising mit community building alexandra ripken 2010Grassroots fundraising mit community building alexandra ripken 2010
Grassroots fundraising mit community building alexandra ripken 2010
Alexandra Ripken
 
Ruby On Rails - 3. Rails Addons
Ruby On Rails - 3. Rails AddonsRuby On Rails - 3. Rails Addons
Ruby On Rails - 3. Rails Addons
Jakob
 
^^
^^^^
Gadgets Galore
Gadgets GaloreGadgets Galore
Gadgets Galore
Nicolai Schwarz
 
Speciale_ Implementering og anvendelse af en termbase i Beskæftigelsesministe...
Speciale_ Implementering og anvendelse af en termbase i Beskæftigelsesministe...Speciale_ Implementering og anvendelse af en termbase i Beskæftigelsesministe...
Speciale_ Implementering og anvendelse af en termbase i Beskæftigelsesministe...
Anette Jakobsen
 
C:\Fakepath\Conversation
C:\Fakepath\ConversationC:\Fakepath\Conversation
C:\Fakepath\Conversation
guest8ed5d3d
 
Cv bitstrip chargée de communication et marketing
Cv bitstrip chargée de communication et marketingCv bitstrip chargée de communication et marketing
Cv bitstrip chargée de communication et marketing
Anne-Clémence
 
Karine Thegner Quart d'h révolutionnaire - Petits poucets et géants du web vo...
Karine Thegner Quart d'h révolutionnaire - Petits poucets et géants du web vo...Karine Thegner Quart d'h révolutionnaire - Petits poucets et géants du web vo...
Karine Thegner Quart d'h révolutionnaire - Petits poucets et géants du web vo...
R-Evolutions Touristiques de Brive
 
Jahresbericht 2013
Jahresbericht 2013Jahresbericht 2013
Jahresbericht 2013
Fundraising Verband Austria
 

En vedette (20)

Pleniere soir operation-les_creamers_sables_d_olonne-f_boche
Pleniere soir operation-les_creamers_sables_d_olonne-f_bochePleniere soir operation-les_creamers_sables_d_olonne-f_boche
Pleniere soir operation-les_creamers_sables_d_olonne-f_boche
 
UPCH: Portafolio de evidencias Denia Montserrat Martne Sosa.
UPCH: Portafolio de evidencias Denia Montserrat Martne Sosa.UPCH: Portafolio de evidencias Denia Montserrat Martne Sosa.
UPCH: Portafolio de evidencias Denia Montserrat Martne Sosa.
 
Presentation paie publique ce
Presentation paie publique cePresentation paie publique ce
Presentation paie publique ce
 
Dynamiser son commerce avec facebook - CCI de Toulouse
Dynamiser son commerce avec facebook - CCI de ToulouseDynamiser son commerce avec facebook - CCI de Toulouse
Dynamiser son commerce avec facebook - CCI de Toulouse
 
Douzy
DouzyDouzy
Douzy
 
AT2010 Keynote
AT2010 KeynoteAT2010 Keynote
AT2010 Keynote
 
Comprendre le référencement
Comprendre le référencementComprendre le référencement
Comprendre le référencement
 
Excursion Los Gabrieles
Excursion Los GabrielesExcursion Los Gabrieles
Excursion Los Gabrieles
 
Grassroots fundraising mit community building alexandra ripken 2010
Grassroots fundraising mit community building alexandra ripken 2010Grassroots fundraising mit community building alexandra ripken 2010
Grassroots fundraising mit community building alexandra ripken 2010
 
Atelier7 definition d-une_strat_web_philippe_fabry
Atelier7 definition d-une_strat_web_philippe_fabryAtelier7 definition d-une_strat_web_philippe_fabry
Atelier7 definition d-une_strat_web_philippe_fabry
 
Atelier14 creer et-gerer_une_communaute
Atelier14 creer et-gerer_une_communauteAtelier14 creer et-gerer_une_communaute
Atelier14 creer et-gerer_une_communaute
 
Ruby On Rails - 3. Rails Addons
Ruby On Rails - 3. Rails AddonsRuby On Rails - 3. Rails Addons
Ruby On Rails - 3. Rails Addons
 
GenY
GenYGenY
GenY
 
^^
^^^^
^^
 
Gadgets Galore
Gadgets GaloreGadgets Galore
Gadgets Galore
 
Speciale_ Implementering og anvendelse af en termbase i Beskæftigelsesministe...
Speciale_ Implementering og anvendelse af en termbase i Beskæftigelsesministe...Speciale_ Implementering og anvendelse af en termbase i Beskæftigelsesministe...
Speciale_ Implementering og anvendelse af en termbase i Beskæftigelsesministe...
 
C:\Fakepath\Conversation
C:\Fakepath\ConversationC:\Fakepath\Conversation
C:\Fakepath\Conversation
 
Cv bitstrip chargée de communication et marketing
Cv bitstrip chargée de communication et marketingCv bitstrip chargée de communication et marketing
Cv bitstrip chargée de communication et marketing
 
Karine Thegner Quart d'h révolutionnaire - Petits poucets et géants du web vo...
Karine Thegner Quart d'h révolutionnaire - Petits poucets et géants du web vo...Karine Thegner Quart d'h révolutionnaire - Petits poucets et géants du web vo...
Karine Thegner Quart d'h révolutionnaire - Petits poucets et géants du web vo...
 
Jahresbericht 2013
Jahresbericht 2013Jahresbericht 2013
Jahresbericht 2013
 

Similaire à Résumé sur l’utilisation du système unix

Introduction aux systèmes d-exploitation (2).ppt
Introduction aux systèmes d-exploitation (2).pptIntroduction aux systèmes d-exploitation (2).ppt
Introduction aux systèmes d-exploitation (2).ppt
MahdiHERMASSI1
 
système d'exploitation Linux commande et shell.pdf
système d'exploitation Linux commande et shell.pdfsystème d'exploitation Linux commande et shell.pdf
système d'exploitation Linux commande et shell.pdf
Faouzia Benabbou
 
Formation ubuntu
Formation ubuntuFormation ubuntu
Formation ubuntu
Baudosky Konnigui
 
Linux_Cours.ppt
Linux_Cours.pptLinux_Cours.ppt
Linux_Cours.ppt
dallelkhezzaneint
 
Cours_Linux_S1_Partie 2.pptx
Cours_Linux_S1_Partie 2.pptxCours_Linux_S1_Partie 2.pptx
Cours_Linux_S1_Partie 2.pptx
Khalil BOUKRI
 
Administration linux
Administration linuxAdministration linux
Administration linux
Lys Lopy
 
resume-theorique-m104-2203-6246fb9f3e558 (2).pdf
resume-theorique-m104-2203-6246fb9f3e558 (2).pdfresume-theorique-m104-2203-6246fb9f3e558 (2).pdf
resume-theorique-m104-2203-6246fb9f3e558 (2).pdf
FootballLovers9
 
Chapitre 1 Linux
Chapitre 1 LinuxChapitre 1 Linux
Unix 1.pdf
Unix 1.pdfUnix 1.pdf
Unix 1.pdf
nitro maaf
 
Cour1
Cour1Cour1
Notions sur le commandes linux
Notions sur le commandes linux Notions sur le commandes linux
Notions sur le commandes linux
ImnaTech
 
Systeme Dexploitation Open Source Linux
Systeme Dexploitation Open Source LinuxSysteme Dexploitation Open Source Linux
Systeme Dexploitation Open Source Linux
yousseffouzi41
 
Chapitre 2 Linux
Chapitre 2 LinuxChapitre 2 Linux
cours-demarrage cours-demarrage.pdfcours-demarrage.pdf.pdf
cours-demarrage cours-demarrage.pdfcours-demarrage.pdf.pdfcours-demarrage cours-demarrage.pdfcours-demarrage.pdf.pdf
cours-demarrage cours-demarrage.pdfcours-demarrage.pdf.pdf
AbdellahELMAMOUN
 
Tp n 3 linux
Tp n 3 linuxTp n 3 linux
Tp n 3 linux
Amir Souissi
 
Entrees sorties
Entrees sortiesEntrees sorties
Entrees sorties
yazidds2
 
Tp n 1 linux
Tp n 1 linuxTp n 1 linux
Tp n 1 linux
Amir Souissi
 
Cours Linux , bases de l'administration linux
Cours Linux , bases de l'administration linuxCours Linux , bases de l'administration linux
Cours Linux , bases de l'administration linux
AdiliKarim
 
Chap3 Le shell et les commandes.ffffffpptx
Chap3 Le shell et les commandes.ffffffpptxChap3 Le shell et les commandes.ffffffpptx
Chap3 Le shell et les commandes.ffffffpptx
adammoussaif360
 

Similaire à Résumé sur l’utilisation du système unix (20)

Introduction aux systèmes d-exploitation (2).ppt
Introduction aux systèmes d-exploitation (2).pptIntroduction aux systèmes d-exploitation (2).ppt
Introduction aux systèmes d-exploitation (2).ppt
 
système d'exploitation Linux commande et shell.pdf
système d'exploitation Linux commande et shell.pdfsystème d'exploitation Linux commande et shell.pdf
système d'exploitation Linux commande et shell.pdf
 
Formation ubuntu
Formation ubuntuFormation ubuntu
Formation ubuntu
 
Linux_Cours.ppt
Linux_Cours.pptLinux_Cours.ppt
Linux_Cours.ppt
 
Cours_Linux_S1_Partie 2.pptx
Cours_Linux_S1_Partie 2.pptxCours_Linux_S1_Partie 2.pptx
Cours_Linux_S1_Partie 2.pptx
 
Administration linux
Administration linuxAdministration linux
Administration linux
 
resume-theorique-m104-2203-6246fb9f3e558 (2).pdf
resume-theorique-m104-2203-6246fb9f3e558 (2).pdfresume-theorique-m104-2203-6246fb9f3e558 (2).pdf
resume-theorique-m104-2203-6246fb9f3e558 (2).pdf
 
Chapitre 1 Linux
Chapitre 1 LinuxChapitre 1 Linux
Chapitre 1 Linux
 
Unix 1.pdf
Unix 1.pdfUnix 1.pdf
Unix 1.pdf
 
Cour1
Cour1Cour1
Cour1
 
Notions sur le commandes linux
Notions sur le commandes linux Notions sur le commandes linux
Notions sur le commandes linux
 
Systeme Dexploitation Open Source Linux
Systeme Dexploitation Open Source LinuxSysteme Dexploitation Open Source Linux
Systeme Dexploitation Open Source Linux
 
Chapitre 2 Linux
Chapitre 2 LinuxChapitre 2 Linux
Chapitre 2 Linux
 
Cours linux
Cours linuxCours linux
Cours linux
 
cours-demarrage cours-demarrage.pdfcours-demarrage.pdf.pdf
cours-demarrage cours-demarrage.pdfcours-demarrage.pdf.pdfcours-demarrage cours-demarrage.pdfcours-demarrage.pdf.pdf
cours-demarrage cours-demarrage.pdfcours-demarrage.pdf.pdf
 
Tp n 3 linux
Tp n 3 linuxTp n 3 linux
Tp n 3 linux
 
Entrees sorties
Entrees sortiesEntrees sorties
Entrees sorties
 
Tp n 1 linux
Tp n 1 linuxTp n 1 linux
Tp n 1 linux
 
Cours Linux , bases de l'administration linux
Cours Linux , bases de l'administration linuxCours Linux , bases de l'administration linux
Cours Linux , bases de l'administration linux
 
Chap3 Le shell et les commandes.ffffffpptx
Chap3 Le shell et les commandes.ffffffpptxChap3 Le shell et les commandes.ffffffpptx
Chap3 Le shell et les commandes.ffffffpptx
 

Plus de Mohamed Ferchichi

JAVA Chapitre8
JAVA Chapitre8JAVA Chapitre8
JAVA Chapitre8
Mohamed Ferchichi
 
JAVA Chapitre7
JAVA Chapitre7JAVA Chapitre7
JAVA Chapitre7
Mohamed Ferchichi
 
JAVA Chapitre6
JAVA Chapitre6JAVA Chapitre6
JAVA Chapitre6
Mohamed Ferchichi
 
JAVA Chapitre5
JAVA Chapitre5JAVA Chapitre5
JAVA Chapitre5
Mohamed Ferchichi
 
JAVA Chapitre4
JAVA Chapitre4JAVA Chapitre4
JAVA Chapitre4
Mohamed Ferchichi
 
JAVA Chapitre3
JAVA Chapitre3JAVA Chapitre3
JAVA Chapitre3
Mohamed Ferchichi
 
JAVA Chapitre2
JAVA Chapitre2JAVA Chapitre2
JAVA Chapitre2
Mohamed Ferchichi
 
JAVA Chapitre1
JAVA Chapitre1 JAVA Chapitre1
JAVA Chapitre1
Mohamed Ferchichi
 
Parti 2 utilitaires pour fichiers
Parti 2 utilitaires pour fichiersParti 2 utilitaires pour fichiers
Parti 2 utilitaires pour fichiers
Mohamed Ferchichi
 
Parti 1 concepts de base
Parti 1 concepts de baseParti 1 concepts de base
Parti 1 concepts de base
Mohamed Ferchichi
 
Trame mic
Trame micTrame mic
Cours gestion et economie 1
Cours gestion et economie 1Cours gestion et economie 1
Cours gestion et economie 1
Mohamed Ferchichi
 

Plus de Mohamed Ferchichi (13)

JAVA Chapitre8
JAVA Chapitre8JAVA Chapitre8
JAVA Chapitre8
 
JAVA Chapitre7
JAVA Chapitre7JAVA Chapitre7
JAVA Chapitre7
 
JAVA Chapitre6
JAVA Chapitre6JAVA Chapitre6
JAVA Chapitre6
 
JAVA Chapitre5
JAVA Chapitre5JAVA Chapitre5
JAVA Chapitre5
 
JAVA Chapitre4
JAVA Chapitre4JAVA Chapitre4
JAVA Chapitre4
 
JAVA Chapitre3
JAVA Chapitre3JAVA Chapitre3
JAVA Chapitre3
 
JAVA Chapitre2
JAVA Chapitre2JAVA Chapitre2
JAVA Chapitre2
 
JAVA Chapitre1
JAVA Chapitre1 JAVA Chapitre1
JAVA Chapitre1
 
Parti 2 utilitaires pour fichiers
Parti 2 utilitaires pour fichiersParti 2 utilitaires pour fichiers
Parti 2 utilitaires pour fichiers
 
Parti 1 concepts de base
Parti 1 concepts de baseParti 1 concepts de base
Parti 1 concepts de base
 
Trame mic
Trame micTrame mic
Trame mic
 
Cours gestion et economie 1
Cours gestion et economie 1Cours gestion et economie 1
Cours gestion et economie 1
 
Traitement de signal 1
Traitement de signal 1Traitement de signal 1
Traitement de signal 1
 

Résumé sur l’utilisation du système unix

  • 1. Université de Tunis El Manar Faculté des Sciences de Tunis Résumé sur l’utilisation du système UNIX (Exploitation et Programmation Shell) par Y. SLIMANI ------------------------------------------------------------------------------------------------------ Ce résumé est destiné à vous faciliter l’utilisation du système pour réaliser vos travaux pratiques du cours de Système d’Exploitation. Il contient quelques éléments de base pour l’utilisation du système UNIX. Il ne constitue qu’un guide d’utilisation et ne peut pas remplacer un cours complet sur UNIX. La dernière partie de ce résumé est consacrée à la programmation Shell sous Unix. Le meilleur moyen d’apprendre à utiliser Unix est la pratique intensive sur machine, malgré les erreurs que vous pourriez faire au début. Plus vous ferez d’erreurs, plus vous apprendrez à les éviter et à les éviter. A terme, cette accumulation d’erreurs constituera un capital certain pour la mise en œuvre d’un système Unix. ------------------------------------------------------------------------------------------------------ 1- Principes de base UNIX 1.1 Caractéristiques Unix est système d'exploitation créé en 1969 par K. Thompson et D. Ritchie. C'est un système multi- utilisateurs, c'est à dire capable de gérer plusieurs sessions de travail (mise en contact d'un utilisateur avec une machine) simultanément. Il est capable de traiter plusieurs applications en même temps : c'est un système multitâches. Il gère de plus le temps partagé, c'est à dire le partage de l'unité centrale entre les différentes taches et processus. C'est aussi le premier système d'exploitation orienté réseau : mail, ftp, web … 1.2 Les utilisateurs UNIX Sur un système UNIX, on trouve deux types d’utilisateurs : 1. Les personnes qui veulent utiliser (exploiter) le système. Pour elles, le système UNIX est un moyen, un outil pour réaliser leurs applications. 2. Les personnes (généralement une seule) chargée de l'installation, de la configuration et de la bonne ------------------------------------------- 1 --------------------------------------- Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 2. utilisation du système UNIX, Ce sont les administrateurs systèmes UNIX. L’accès au système n’est autorisé que pour les personnes ayant un compte utilisateur. Ce compte est défini par un nom et un mot de passe. Aucun accès n’est possible à un utilisateur n’ayant pas de compte. Ceci constitue l’aspect sécurité du système. Une fois qu’un utilisateur a réussi à accéder à un système UNIX, il a des droits limités (voir paragraphe 5). Ceci veut dire que certaines commandes lui sont interdites, qu’il n’a pas accès à certaines parties du système, et qu’il n’a pas accès à tous les fichiers existants sur le système. Ceci constitue l’aspect protection du système. . Les administrateurs systèmes ont par contre tous les droits sur le système. Généralement le nombre d'administrateurs sur un système UNIX est limité à une seule personne pour des raisons de responsabilité. Cet administrateur a un compte dont le nom est root. 1.3 Le shell Pour exploiter une machine fonctionnant sous UNIX, l'utilisateur dispose des logiciels ou d'un utilitaire qui lui permet la saisie directe de commandes. On appelle cet utilitaire le shell (interpréteur de commandes). Son rôle est d'interpréter les commandes de l'utilisateur avant de les transmettre au système UNIX. Il existe plusieurs types de shell, ils se différencient par la syntaxe et la richesse des commandes. Le plus commun est le Bourne-Shell (sh), on trouve aussi le C-Shell (csh) qui s'apparente au langage de programmation C et le Korn Shell (ksh). 2 Ouverture et fermeture de session 2.1 Ouverture de session Pour accéder à un système UNIX , il faut ouvrir ce que l’on appelle une Session UNIX. Lors de la connexion à partir d’un poste (PC ou station) une fenêtre à deux “cases” apparaît sur l’écran. Ces deux cases contiennent, respectivement, les mots Login et Password. Il faut alors taper votre nom de login (par exemple IF3_1) suivi de la touche Entrée, puis de saisir votre mot de passe qui vous a été donné. Vous pouvez vous rendre compte que votre mot de passe n'apparaît pas en clair à l'écran, il est remplacé pour des raisons de sécurité évidente par des * ou bien par des caractères invisibles à l’écran. Si votre login et mot de passe sont corrects, vous verrez apparaître sur votre écran, le bureau UNIX ou une fenêtre noir et blanc avec un prompt (invite du système). Si vous n’êtes pas l’administrateur, le prompt est matérialisé par le symbole $ (dollar). Si vous êtes l’administrateur, alors votre prompt est matérialisé par le symbole # (dieze). 2.2 Changement de password Vous pouvez changer votre mot de passe à tout moment. Pour cela, vous disposez de la commande passwd. Certains UNIX font en sorte que vous ne puissiez pas saisir un mot de passe simple, il faudra mettre au moins 6 caractères, avec au moins un, voir deux, caractère non alphabétique. N'utilisez pas comme mot de passe un mot du dictionnaire (donc facile à retrouver). $ passwd passwd Old passwd :****** Setting password for user : licm284 New password :****** Reenter password :****** $ 2.3 Fermeture de session Quand vous avez fini d'utiliser le système, vous devez vous déconnecter ou fermer la session. Il suffit de taper exit, ou logout ou taper simultanément les touches CTRL et D. Ne fermer jamais un système UNIX de ------------------------------------------- 2 --------------------------------------- Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 3. manière brutale comme sous Windows !!! Le système UNIX est plus stable que Windows. Il n’y a donc aucune raison de l’arrêter brusquement. 3 La commande man La commande man est une commande fondamentale lors de la phase d’apprentissage d’un système UNIX. C’est une commande qui permet de fournir de l’aide en ligne (affichage de manuel d’utilisation sur l’écran). Elle est très importante pour apprendre à utiliser les commandes UNIX de manière correcte et efficace. Associée à une autre commande UNIX, elle affiche le manuel d’utilisation relatif à cette commande. Par exemple, en tapant : $ man passwd le système va vous afficher le manuel d’utilisation de la commande passwd. Un manuel est composé de pages écran qui sont affichées sur écran avec arrêt de défilement pour vous donner la possibilité de lire le document page par page. Pour passer à la page suivante, vous taper la touche espace et pour quitter le manuel et revenir au promptn, vous devez taper la touhe q. 4 Le système de fichiers 4.1 Les types de fichiers Il existe plusieurs types de fichiers sous UNIX. Parmi les plus importants que vous utiliserez le plus souvent, on trouve les fichiers ordinaires et les fichiers répertoire, catalogue ou dossier (en anglais directory ou folder). Un fichier ordinaire contient des données, ce fichier peut être lisible, c'est à dire contenir des informations compréhensibles écrites en clair, ce fichier peut être aussi totalement illisible, comme pour le cas des fichiers exécutables (fichiers binaires). Concrètement un fichier texte qui comme son nom l'indique contient du texte est lisible, alors qu'un exécutable ne l'est pas, si vous cherchez à l'éditer vous ne verrez rien de compréhensible, dans ce dernier cas, on dit aussi qu'on a affaire à un fichier binaire. Un répertoire peut être considéré comme un classeur ou un dossier, dans lequel on met des fichiers, c'est un élément d'organisation de l'espace du disque dur. Les fichiers ayant les mêmes “affinités” peuvent être rangés sous un même répertoire. De même on peut trouver des sous répertoires dans un répertoire, qui eux mêmes contiennent des fichiers et d'autres sous répertoires. Ce système hiérarchique fait penser à un arbre, d'où le terme d'arborescence de fichiers. /usr/bin /usr /usr/local / /bin /users/I3 /users/IF3/IF3A/ali/prog.c /users /users/IF3/IF3A /users/IF3 /users/IF3/IF3B Il existe un “ancêtre” à tous les répertoires, c'est la racine ou le / (slash) sur le shéma. Tout répertoire, qui ------------------------------------------- 3 --------------------------------------- Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 4. n'est pas la racine elle même, possède un répertoire qui le contient (appelé répertoire père) et peut posséder des sous-répertoires (répertoires fils) et des fichiers . Quand on crée un répertoire, le système crée automatiquement deux “fichiers” sous le répertoire, le premier est symbolisé par un point “.”, qui représente le répertoire lui-même, le deuxième est symbolisé par deux points “..” qui représente le répertoire père. 4.2 Atteindre un fichier Nommer un fichier Tout fichier, qu'elle que soit son type, doit pouvoir être identifié. C’est pourquoi on leur donne un nom. Ce nom comporte au maximum 255 caractères, sachant qu'il existe une distinction entre les lettres minuscules et majuscules, et que certains caractères sont interdits, comme par exemple le /, les parenthèses (), l'espace ou le symbole *. Le chemin d'accès Chaque fichier est rangé dans un répertoire du système de fichiers. On doit donc pouvoir y accéder (c'est-à- dire l’atteindre), en suivant un chemin bien précis dans l'arborescence. Pour indiquer le chemin du fichier (prog.c dans notre exemple), on part de la racine (/), on indique le premier répertoire traversé, puis les autres, en séparant chacun des répertoires d'un /. Ainsi donc pour notre fichier le chemin d'accès est : /users/IF3/IF3A/ali/prog.c En indiquant /users/IF3/IF3A/ali/prog.c, le fichier est parfaitement identifié sans aucune ambiguité. A noter qu'on peut avoir des fichiers portant le même nom dans le système de fichiers dés lors qu'ils n'ont pas le même chemin, et donc qu'ils ne se trouvent pas au même endroit. On dit que le chemin du fichier est absolu parce qu'à la vue de son chemin d'accès, en partant de la racine, on sait exactement où se trouve le fichier. Un chemin est dit relatif, quand il n'est pas nécessaire, d'indiquer le chemin complet. A partir de l’endroit où l’on se trouve dans l'arborescence (répertoire courant) il suffit de rajouter le chemin par rapport à ce répertoire. Rappelons que le répertoire courant est symbolisé par un point “.” En admettant qu'on se trouve sous /users/IF3/, si l'on veut accéder au fichier prog.c, le chemin relatif au répertoire courant est ./IF3A/ali. 5 Les commandes usuelles 5.1 Déplacements La commande pour se déplacer dans l'arborescence est cd. Si l'on est au niveau de la racine, pour aller à notre répertoire /users/IF3/IF3A/ali on doit taper : $ cd /users/IF3/IF3A/ali On a tapé un chemin absolu. On se trouve maintenant sous /users/IF3/IF3A/ali qui devient le nouvezu répertoire courant. En fait, un raccourci permet de se retrouver rapidement dans son répertoire personnel en ------------------------------------------- 4 --------------------------------------- Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 5. tapant simplement cd. Si l'on veut aller maintenant sous /users/IF3/IF3A, on doit taper : $ cd .. En effet .. représente le répertoire père, /users/IF3/IF3A étant le répertoire père de /users/IF3/IF3A/ali. Si on veut connaître dans quel répertoire on trouve actuellement, on utilise la commande pwd, qui affiche sur écran, le chemin absolu du répertoire courant. 5.2 Lister les fichiers La commande ls permet de visualiser le contenu de répertoires. La commande ls peut être utilisée avec des options. La plus importantes est l’option -l, qui donnent l’ensemble des attributs sur un fichier. Par exemple : -rw-r--r-- 1 ali users 76 May 12 10:45 prog.c La signification des champs de la ligne ci-dessus est la suivante: -rw-r--r-- type de fichier et ses caractéristiques de protection (voir chapitre 5) 1 le nombre de lien ali le nom du propriétaire users le groupe d'utilisateurs auquel appartient le propriétaire 76 la taille du fichier (en octets) May 12 le jour de dernière modification 10:45 l'heure de dernière modification prog.c le nom du fichier Pour avoir ces informations sur un fichier, vous vous devez taper : $ ls -l nom-du-fichier Si vous tapez ls –la, vous verez de plus apparaître les deux fichiers “.” et “..” vus précédement. L’option “- a” permet de lister les fichiers commençant par un point qu’on appelle les fichiers cachés (ils ne sont pas affichés automatiquement sur l’écran). Les métacaractères Les métacaractères permettent de faire une sélection de fichiers suivant certains critères. Le métacaractère le plus fréquemment utilisé est le symbole *. Il remplace une chaîne de longueur non définie. Avec le critère *, vous sélectionnez tous les fichiers. Par exemple le critère a*, permet de sélectionnez tous les fichiers commençant par a. $ ls a* Va lister que les fichiers commençant par a. De même *a opère une sélection des noms de fichiers se terminant par a. Le critère *a* va faire une sélection sur les noms de fichiers qui ont le caractère a dans leur nom, quelque soit sa place. Le métacaractère ? remplace un caractère unique. Avec le critère a??, vous sélectionnez les fichiers dont le nom commence par a, mais qui contiennent au total trois caractères, exactement. Les métacaractères [ ] représente une série de caractères. Le critère [aA]* permet la sélection des fichiers ------------------------------------------- 5 --------------------------------------- Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 6. dont le nom commence par un a ou A (minuscule ou majuscule). Le critère [a-d]* fait la sélection des fichiers dont le nom commence par a jusqu'à d. Le critère *[de] fait la sélection des fichiers dont le nom se termine par d ou e. Vous voyez donc que les caractères [],* et ? sont des caractères spéciaux, qu'on ne peut utiliser comme des simples caractères, parce qu'ils sont interprétés par le shell, comme des métacaractères. 5.3 Commandes de gestion des répertoires Pour gérer les répertoires, vous disposez des commandes suivantes : mkdir nom-de-répertoire Création d'un répertoire rmdir nom-de-répertoire Suppression d'un répertoire vide mv répertoire répertoire-d'accueil déplacement d'un répertoire mv répertoire nouveau-nom Changement de nom d'un répertoire 5.4 Commandes de gestion des fichiers Pour gérer les fichiers vous disposez des commandes suivantes: touch mon-fichier Création de fichier vide more mon-fichier Visualisation page à page d'un fichier rm mon-fichier Suppression d'un fichier mv mon-fichier répertoire d'accueil Déplacement d'un fichier mv mon-fichier nouveau-nom Changement de nom d'un fichier cp nom-fichier répertoire-d'accueil/autre-nom Copie de fichier file mon-fichier Savoir si on a affaire à une fichier binaire (exécutable) ou un fichier texte. On obtient pour un fichier texte, comme sortie mon-fichier : ascii text 5.5 Commandes diverses man nomcommande Donne l'aide sur la commande nomcommande man -k mot-clé Donne toutes les commandes qui contiennent le mot clé dans leur aide clear Efface l'écran date Affiche la date et l'heure du -k Donne la taille disque utilisée pas le répertoire courant gzip -9 nomfich Compresse un fichier gzip -d nomfichi.gz Décompresse un fichier tar cvf nomarchive nomfich1 nomfichi2 … Archive les fichiers nomfich 1 à n dans l'archive nomfichn nomarchive ------------------------------------------- 6 --------------------------------------- Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 7. tar tvf nomarchive Liste les fichiers contenus dans l'archive tar xvf nomarchive Extrait les fichiers de l'archive tar uvf nomarchive nomfich1 nomfich2 … Ajoute les fichiers nomfich1, nomfich2 … à l'archie nomarchive who Indique toutes les personnes connectées whoami Donne l'identité de l'utilisateur grep -i chaine nomfichier Recherche la chaine chaine dans le fichier fichier sans regarder la casse ftp nommachine Transfert de fichiers 6 Les droits d'accès 6.1 Identification de l'utilisateur Tout utilisateur, en plus de l’obligation d’avoir un compte, appartient à un groupe d’utilisateurs (dans le cas d’une université, on peut avoir le groupe des enseignants, le groupe d’étudiants de IF3, de MI4, le groupe administration, etc.) Ainsi, chaque utilisateur est identifié par un numéro unique UID (User identification), de même chaque groupe est identifié par un numéro unique GID (Group identification). Vous pouvez voir votre UID et GID en éditant le fichier /etc/passwd (voir, respectivement , les champs de rangs 3 et 4 qui se trouvent après le nom (le login), et le mot de passe crypté). 6.2 Définition des droits d'utilisateur Cas d'un fichier ordinaire Avec UNIX les fichiers bénéficient d'une protection en lecture, écriture et exécution. Ceci veut dire que l’on peut choisir si nous voulons que nos fichiers soient lisibles et/ou modifiables par d'autres. Nous pouvons également empêcher que d'autres utilisateurs lancent nos exécutables. C'est le principe des droits d'accès ou des permissions. En tapant la commande ls –l, le premier champ correspond au droit d'accès. Ainsi, nous pouvons avoir : -rw-r--r-- 1 ali users 76 May 12 10:45 prog.c Ce premier champ est lui même divisé en quatre groupes : 1. une lettre, qui peut prendre les valeurs : – (fichier ordinaire) ou d (fichier répertoire) ou d’autres valeurs que vous décrouvirez par la suite. 2. les trois autres composés chacun de trois caractères. Le premier groupe de trois lettres définit les droits d’accès du propriétaire du fichier, le deuxième définit les droits du groupe et le troisième définit les droits des autres (différents du propriétaire et du groupe). La signification des lettres rwx et la suivante : r (read) on peut lire le fichier w (write) on peut modifier le fichier x (exécutable) on peut exécuter le fichier (c'est donc un exécutable) - aucun droit autorisé Le champ -rw-r--r-- regroupe les droits du propriétaire du fichier, du groupe auquel appartient le propriétaire et les autres utilisateurs. ------------------------------------------- 7 --------------------------------------- Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 8. Par exemple pour notre fichier le propriétaire ali a des droits en écriture et lecture, le groupe a un droit en lecture, mais aucun droit en écriture et en exécution, les autres utilisateurs ont uniquement le droit en lecture du fichier. Cas d'un répertoire Pour un répertoire le x n'est pas un droit en exécution, mais un droit d'accès au répertoire. Sans ce droit, on ne peut pas accéder au répertoire et voir ce qu'il y a dedans. En tapant ls -l sur un répertoire, on peut obtenir la ligne suivante : drwxr-x--- 1 ali users 13242 Dec 2 13 :14 mon-répertoire d signifie qu'on a affaire à un répertoire ; rwx sont les droits du propriétaire ali qui est autorisé en lecture, écriture et droit d'accès au répertoire ; r-x représentent les droits du groupe users : autorisé en lecture, droit d'accès au répertoire, pas de droit en écriture ; --- représentent les droits des autres utilisateurs : aucun droit actuellement. 6.3 Commandes associées Changer les droits : chmod La commande chmod permet de modifier les droits d'accès d'un fichier (ou répertoire). Pour pouvoir l'utiliser sur un fichier ou un répertoire, il faut en être le propriétaire. On utilise chmod soit à l’aide des lettres décrites précédement (r,w et x), soit à l’aide de chiffres. Dans le premier cas, on accéde au champ propriétaire avec u (comme user), au champ groupe avec g (comme group) et au champ étranger avec o (comme other). Il suffit de mettre un “+” ou un “-“ suivant que l’on désire rajouter un droit ou l’enlever (voir exemples ci-dessous). Une dernière possibilité est a (comme all), ce qui permet de donner les droits à tout le monde simultanément. L’utilisation des chiffres avec chmod est plus simple. On dispose d’un tableau de correspondance fixant les poids de chaque type d’opération : r 4 w 2 ------------------------------------------- 8 --------------------------------------- Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 9. x 1 Pour positionner une autorisation, on fait la somme des chiffres par groupement. Si vous avez un fichier avec les droits suivants -rw-rw-rw-, pour les droits utilisateurs vous avez (r=)4+(w=)2=6, de même pour le groupe et les autres. Donc -rw-rw-rw- est équivalent à 666. En suivant la même règle rwxrw-r-- est équivalent à 754. Pour mettre un fichier avec les droits-r--r--r-- vous devez taper : $ chmod 444 nom-fichier On appelle ce système de notation, la notation octale ou numérique. On peut également utiliser une notation symbolique comme suit : donner un droit en écriture pour le groupe du fichier nom-fichier $ chmod g+w nom-fichier Comme autre exemple, on peut vouloir supprimer le droit d'accès du répertoire rep1 aux autres utilisateurs (autres que propriétaire et utilisateurs du groupe) $ chmod o-x rep1 En tapant $ chmod u+x,g-w nom-fichier on réalise plusieurs changements de droits en même temps : rajouter le droit en exécution pour le propriétaire et enlevez le droit en écriture pour le groupe du fichier. Changer les droits par défaut : umask Quand vous créer un fichier, par exemple avec la commande touch, ce fichier par défaut possède certains droits. Ce sont 666 pour un fichier (-rw-rw-rw-) et 777 pour un répertoire (-rwxrwxrwx). Ils représentent les les droits maximum (tous les droits). Vous pouvez faire en sorte de changer ces paramètres par défaut. La commande umask est définie pour changer ces paramètres. Pour un fichier : Si vous tapez umask 022, vous partez des droits maximum 666 et vous retranchez 022, on obtient donc 644, par défaut les fichiers auront comme droit 644 (-rw-r-r--). Si vous tapez umask 244, vous partez des droits maximum 666 et vous retranchez 244, on obtient donc 422, par défaut les fichiers auront comme droit 422 (-rw--w--w-). Pour un répertoire : Si vous tapez umask 022, vous partez des droits maximum 777 et vous retranchez 022, on obtient donc 755, par défaut les fichiers auront comme droit 644 (-rwxr-xr-x). Si vous tapez umask 244, vous partez des droits maximum 777 et vous retranchez 244, on obtient donc 533, ------------------------------------------- 9 --------------------------------------- Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 10. par défaut les fichiers auront comme droit 422 (-rwx-wx-wx). umask n'est utilisatable que si on est propriétaire du fichier. 7 Commandes UNIX et redirection 7.1 Syntaxe d'une commande La syntaxe standard d'une commande UNIX est la suivante : commande -options arg1 arg2 arg3 Les options varient en fonction de la commande, le nombre des arguments qui suivent dépend aussi de la commande, par exemple la commande : $ sort -r mon-fichier sort (trier) permet de trier un fichier, l'option r (reverse), permet de trier en sens inverse le fichier. L'argument unique de la commande est le nom du fichier. Avec $ cp -R mon-repertoire nouveau-repertoire La commande cp (copy) copie un répertoire (option R) vers un autre répertoire. Ici nous avons deux arguments. On peut coupler deux options comme par exemple : ps –ef ; avec cette commande on a l'option e et f. 7.2 Les entrées sorties Il y a trois sortes d'entrées sorties ou flux de données : le premier est l'entrée standard, c'est à dire ce que vous saisissez au clavier, le deuxième est la sortie standard, c'est à dire l'écran, plus précisément le shell, et le troisième est la sortie standard des messages d'erreurs consécutifs à une commande, qui est généralement l'écran. Chacun de ces flux de données est identifié par un numéro descripteur : 0 pour l'entrée standard, 1 pour la sortie standard et 2 pour la sortie standard des messages d'erreur. 7.3 Redirection des entrées sorties Quand vous lancez une commande dans un shell, il peut y avoir du texte qui s'affiche suite à l'exécution de la commande. Ce texte par défaut, s'affiche sur l’écran. On dit que l’écran est la sortie standard. On peut changer ce comportement, en tapant : ma-commande > mon-fichier Tous les commentaires, les sorties, de la commande, ne vont pas apparaître sur l’écran mais seront écrits et donc redirigés dans un fichier. En d'autres termes, la sortie standard est redirigée vers un fichier. La redirection > a pour effet de créer le fichier mon-fichier. Si ce fichier existait déjà, il est tout simplement écrasé (supprimé et recréé). Si on ne veut pas l’écraser et donc garder son ancien contenu, on utilise une redirection avec les symboles >>. En tapant : ------------------------------------------- --------------------------------------- 10 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 11. ma-commande >> mon-fichier Le fichier mon-fichier n'est pas écrasé, mais la sortie standard (les commentaires de la commande) sont ajoutés en fin de fichier, à la suite du texte qui était déjà dans le fichier. Les redirections marchent dans les deux sens, par exemple en tapant la commande suivante : sort < mon-fichier Vous envoyez le contenu du fichier mon-fichier vers la commande sort (trie). Celle-ci va donc trier le contenu du fichier et afficher le résultat sur l’écran. On peut également combiner les deux redirections (entrée et sortie). Avec : sort < mon-fichier > fichier-trie On a vu que sort < mon-fichier avait pour effet de trier le fichier mon-fichier, l'expression >fichier-trie a pour effet d'envoyer le résultat (le fichier trié) dans un fichier fichier-trie. Le résultat n'apparaît plus à l'écran, mais est sauvegardé dans un fichier. 7.4 Les pipes Un pipe (en français tube de communication) permet de rediriger la sortie d'une commande vers une autre. En d'autres termes, pour rediriger les résultats (la sortie) d'une commande, on peut taper : commande1 > sortie1 On peut rediriger cette sortie vers une autre commande. Cette sortie devient donc une entrée pour cette dernière commande. Pour cela, on taperait la ligne de commande suivante : commande2 < sortie1 Il existe un autre moyen de faire le même travail en utilisant la notion de pipe ou de tube. Par exemple, en écrivant la ligne de commande suivante : commande1 | commande2 (| étant le symbole de pipe) on obtient un comportement totalement équivalent aux deux lignes de commandes précédentes. Voici un exemple plus significatif La commande ls permet la visualisation de fichiers. On peut obtenir alors le résultat suivant (ceci n’est qu’un exemple) : fichier1 fichier2 monfichier La commande grep permet la recherche d'une chaîne de caractère dans une liste donnée. En tapant par exemple : grep mon * (* signifie tous les fichiers) ------------------------------------------- --------------------------------------- 11 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 12. la commande grep recherche la chaîne de caractère mon dans les noms de tous les fichiers. Ainsi, on aura comme résultat : monfichier Ce même même résultat peut être obtenu en utilsant le symbole du pipe (|). Ainsi, en tapant : $ ls | grep mon on aura le comportement suivant : la première commande aura pour effet de lister le nom des fichiers se trouvant à l'endroit où l'on a tapé la commande (répertoire courant). L& sortie standard (le résultat de la commande) est donc une liste de noms. Cette liste, au lieu d’être affichée sur l’écran, est redirigée vers la commande grep, qui va y chercher une chaîne de caractère contenant mon. Le résultat est donc : monfichier 8 Gestion des processus 8.1 Caractéristiques d'un processus Chaque exécution d’une commande génère d’un point de vue interne, ce que l’on appelle un processus. Ces processus sont identifiés par le système par un numéro appelé PID (Process Identification). Chaque processus dans le système dispose d’un PID unique. Un processus peut lui même créer un autre processus. Il devient donc un processus parent ou père, et le nouveau processus, un processus enfant. Ce dernier est identifié par son PID, et le processus père par son numéro de processus appelé PPID (Parent Process Identification). On obtient ainsi une arborescence de processus comme on dispose d’une arborescence de fichiers. Tous les processus sont ainsi identifiés par leur PID, mais aussi par le PPID du processus qui la créé, car tous les processus ont été créés par un autre processus. La racine de tous ces processus est définie par le premier processus lancé sur le système : c’est le processus d’ouverture d’une session. Ce processus est appelé init. Il n’a pas de père et son PID est égal à la valeur 1. 8.2 Afficher les attributs des processus On peut visualiser les processus qui tournent sur une machine, à un instant donné, avec la commande : ps (options), les options les plus intéressantes sont -e (affichage de tous les processus) et -f (affichage détaillée). Pour voir les process d'un seul utilisateur, on utilise l’option –u suivie du nom de l’utilisateur : $ ps -u ali 8.3 Commandes de gestion des processus Parmi toutes le commandes de gestion des processus, il en existe une qui est très importante qui peut rendre beaucoup de services dans certains cas (processus qui boucle indéfiniment). Cette commande est appelée kill et sert à arrêter ou tuer un processus. Si on veut arrêter un processus, il faut d’abord connaître son PID. Pour cela on utilisera la commande ps . Une fois que l’on connaît le PID d’un processus, nous pouvons taper la commande : $ kill -9 PID ------------------------------------------- --------------------------------------- 12 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 13. Un utilisateur ne peut arrêter que les processus qui lui appartiennent (qu'il a lancé). Seul l'administrateur système a le droit d'arrêter un processus ne lui appartenant pas. 8.4 Lancer en processus en tâche de fond Pour lancer une commande quelconque, on tape son nom sur la ligne de commande après le prompt (par exemple $). Tant que la commande n'est pas terminée, on n’a pas la main au niveau du shell, et donc on ne peut pas taper une autre commande. Si cette commande demande beaucoup de temps pour s’exécuter, on se trouve en train d’atteindre sa fin, avant de faire autre chose. Pour éviter cela, on dispose d’un autre moyen pour lancer une commande. On parle alors d’exécution en background. Ceci veut dire que l’on peut lancer une commande, récupérer la main sans que cette soit terminée pour lancer une autre commande. Pour cela, on rajoute le symbole & à la fin de commande. Celle-ci se lancera en " tâche de fond " ou en background, ce qui permet de revenir directement au prompt du shell. En tapant la commande : $ ps ef & [321] $ le shell nousdonne immédiatement la main, et affiche le numéro du PID du processus lancé et qui correspond à la commande que nous avons tapé. L'éditeur vi (ATTENTION : écrire vi en minuscules !!!) L'éditeur vi permet à l'utilisateur de créer de nouveaux fichiers ou d'éditer des fichiers existants. La commande pour lancer l'éditeur est vi, suivie par le nom de fichier. Par exemple, pour éditer le fichier nommé temporaire, vous devez tapez vi temporaire et ensuite retour. Vous pouvez lancer vi sans nom de fichier, mais quand vous voudrez sauvez votre travail, vous devrez indiquer plus tard à vi sous quel nom il devra le sauver. Quand vous lancez vi pour la première fois, vous voyez un écran rempli de tildes (un tilde ressemble à ceci : ~) sur le côté gauche de l'écran. Les lignes vides au-delà de la fin du fichier sont montrées de cette manière. En bas de votre écran, si vous avez spécifié un nom de fichier existant, le nom et la taille de ce fichier sont affichés, comme ceci : "nom_de_fichier" 21 lines, 385 characters Si le fichier que vous avez spécifié n'existe pas, il vous est indiqué qu'il s'agit d'un nouveau fichier, comme ceci : "newfile" [New file] Si vous lancez vi sans nom de fichier, la dernière ligne de l'écran restera vide. Si l'affichage ne correspond à ------------------------------------------- --------------------------------------- 13 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 14. ces indications, votre terminal est sans doute mal réglé. Tapez :q et "retour" pour sortir de vi et régler le problème. 1. Sortir de vi Maintenant que vous savez entrer dans vi, ce serait une bonne idée de savoir en sortir. L'éditeur vi a deux modes (commande et insertion). Pour sortir de vi, vous devez être en mode commande. Appuyer sur la touche appelée "Escape" ou "Esc" (Si votre terminal n'a pas une telle touche, essayez ^[, ou contrôle -[) pour passer en mode commande. Si vous êtes déjà en mode commande quand vous tapez "Escape", cela peut "biper" (signal sonore), ne vous inquiétez pas, vous êtes encore dans le mode commande. La commande pour quitter vi est :q. Une fois en mode commande, tapez deux points, et 'q', suivi de retour. Si votre fichier a été modifié d'une façon ou d'une autre, l'éditeur vous préviendra, et ne vous laissera pas quitter. Pour éviter ce message, la commande est :q!. Cela vous laisse quitter vi sans sauvegarder les changements. Bien sûr, normalement dans un éditeur, vous devriez vouloir sauvegarder les changements que vous avez faits. La commande pour enregistrer le contenu de l'éditeur est :w. Vous pouvez combiner cette commande avec la commande pour quitter, soit :wq. Vous pouvez spécifier un nom de fichier différent pour sauver sous ce nom après le :w. Par exemple, si vous voulez sauvegarder le fichier sur lequel vous travaillez sous le nom nom_de_fichier_2, vous devez taper :w nom_de_fichier_2 et retour. Une autre façon de sauver vos changements et quitter vi est la commande ZZ. Quand vous êtes en mode commande, taper ZZ est équivalent à :wq. Si des changements ont été faits dans le fichier, ils seront sauvés. C'est la façon la plus simple de quitter l'éditeur, avec seulement deux appuis de touches. La commande x est aussi équivalente à :wq. 2. Les deux modes de vi La première chose que beaucoup d'utilisateurs apprennent à propos de l'éditeur vi est qu'il a deux modes: commande et insertion. Le mode commande permet l'entrée de commandes pour manipuler du texte. Ces commandes sont en général longues d'un ou deux caractères, et peuvent être entrées en peu de frappe de touche. Le mode insertion insère tout ce qui est tapé sur le clavier dans le fichier courant. vi démarre en mode commande. Plusieurs commandes mettent l'éditeur vi en mode insertion. Les commandes les plus couramment utilisées sont a et i. Ces deux commandes sont décrites plus bas. Une fois en mode insertion, vous en sortez en tapant la touche escape. Si votre terminal n'a pas de touche escape, ^[ devrait convenir (contrôle-[). Taper escape pendant que vous êtes déjà en mode commande ne fait pas sortir l'éditeur du mode commande. Un bip peut vous indiquer que vous êtes déjà dans ce mode. 3. Comment taper des commandes en mode commande Les commandes du mode commande sont généralement au format suivant : (Les arguments optionnels sont donnés entre crochet. [quantité] commande [lieu] La plupart des commandes font un caractère de long, en particulier celles qui utilisent le caractère de contrôle. Les commandes décrites dans cette section sont celles que l'on utilise le plus avec l'éditeur vi. La quantité est définie par n'importe quel caractère de 1 à 9. Par exemple, la commande x efface un caractère sous le curseur. Si vous tapez 23x en mode commande, cela va effacer 23 caractères. Certaines commandes utilisent un paramètre optionnel lieu, où vous pouvez spécifier le nombre de lignes ou la partie du document concernée par la commande. Le paramètre lieu peut aussi être n'importe quelle commande qui déplace le curseur. ------------------------------------------- --------------------------------------- 14 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 15. 4. Quelques commandes vi simples Ceci est un simple groupe de commande pour permettre à un utilisateur débutant avec vi de commencer. D'autres commandes utiles, seront présentées ultérieurement. a fait entrer en mode insertion, les caractères tapés ensuite seront insérés après le curseur. Si vous spécifiez un nombre, tout le texte qui a été inséré sera répété ce nombre de fois h déplace le curseur sur le caractère précédent. i entre en mode insertion, Le caractère tapé ensuite sera inséré avant la position actuelle du curseur. Si vous spécifiez un nombre, tout le texte qui a été inséré sera répété ce nombre de fois j déplace le curseur d'une ligne vers le bas. k déplace le curseur d'une ligne vers le haut. l déplace le curseur d'un caractère vers la droite. r remplace le caractère sous le curseur. Un nombre spécifie le nombre de caractères à remplacer. u annule le dernier changement dans le fichier. Taper de nouveau u rétablit le changement. x efface le caractère sous le curseur. Nombre spécifie combien de caractères il faut effacer. Les caractères seront effacés après le curseur. 5. Les "buffers" texte de vi L'éditeur vi a 36 "buffers" pour conserver des morceaux de texte, ainsi qu'un "buffer" principal. Chaque fois, qu'un bout de texte est effacé ou copié depuis le fichier, il est placé dans le "buffer" principal. Beaucoup d'utilisateurs de vi utilisent rarement les autres buffers, et se débrouillent sans eux. Le bloc de texte peut aussi être placé dans un autre buffer demandé en utilisant la commande ". Après avoir tapé ", une lettre ou un chiffre identifiant le buffer doit être entré. Par exemple, la commande : "mdd remplit le buffer m et efface la ligne courante. De même, du texte peut être collé avec les commandes p ou P. "mp colle le contenu du buffer m après la position actuelle du curseur. Pour toutes les commandes utilisées dans les deux sections suivantes, ces buffers peuvent être spécifiés pour un stockage temporaire de mots ou de paragraphes. 6. Couper et Copier La commande la plus couramment utilisée pour couper est d. Cette commande efface du texte dans le fichier. La commande est précédée par un nombre optionnel et suivie par une indication de déplacement. Si vous doublez la commande en tapant dd, la ligne courante est effacée. Voici quelques combinaisons : d^ efface de la position actuelle du curseur jusqu'au début de la ligne. d$ efface de la position actuelle du curseur jusqu'à la fin de la ligne. ------------------------------------------- --------------------------------------- 15 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 16. dw efface de la position actuelle du curseur jusqu'à la fin du mot 3dd efface 3 lignes à partir de la position actuelle du curseur vers le bas. La commande y (commande de copie) opère comme la commande d en prenant du texte du fichier sans effacer le texte. 7. Coller Les commandes pour coller sont p et P. Elles diffèrent seulement par la position où elles collent le texte par rapport au curseur. p colle le contenu du buffer spécifié ou du buffer général après le curseur, tandis que P le colle avant le curseur. nombre avant la commande, colle le texte le nombre de fois demandé. 8. Recherche de mots ou de caractères L'éditeur vi peut faire deux types de recherche : chaînes de caractères ou caractères. Pour une recherche de chaîne, les commandes / et ? sont utilisées. Quand vous lancez ces commandes, la commande que vous venez de taper sera affichée sur la ligne du bas, où vous taperez la chaîne que vous cherchez. Ces deux commandes diffèrent uniquement par la direction dans laquelle la recherche est entreprise. La commande / cherche vers la fin du fichier, tandis que la commande ? cherche vers le début du fichier (de bas en haut). Les commandes n et N répètent la précédente recherche respectivement dans le même sens et dans le sens opposé. Certains caractères ont une signification particulière pour vi, et doivent donc être précédés d'un antislash () pour faire partie de l'expression recherchée. Caractères spéciaux : ^ Début de ligne. (Au début de l'expression recherchée.) . Correspond à un caractère simple. * Correspond à zéro ou plusieurs fois le caractère précédent. $ Fin de ligne (A la fin de l'expression recherchée.) [ Correspond au début d'un groupe d'expressions correspondantes ou non. Par exemple /f[iae]t correspond à chacun de ces mots : fit fat fet. Dans ce cas, il correspond uniquement à ceux- là. /a[^bcd] ne correspond à aucun d'eux mais à tout ce qui contient "a" et une lettre autre que "b","c","d". < Peut être inséré dans une expression précédée d'un antislash pour rechercher le début ou la fin d'un mot. Par exemple /<le> va chercher seulement le mot "le" mais pas les mots comme "leur" ou "fleur". > Voir la description du caractère '<' au dessus. La recherche de caractères cherche une ligne à l'intérieur de laquelle se trouve le caractère entré après la commande. Les commandes f et F cherchent un caractère uniquement sur la ligne courante. f cherche vers l'avant et F cherche vers l'arrière et le curseur se déplace sur la position du caractère trouvé. Les commandes t et T cherchent un caractère seulement sur la ligne courante, mais avec t, le curseur se déplace sur la position avant le caractère, et T cherche depuis la fin de la ligne vers la position après le caractère . ------------------------------------------- --------------------------------------- 16 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 17. Ces deux commandes peuvent être répétées en utilisant les commandes ; ou , (; répète la dernière recherche de caractère dans la même direction, alors que , la répète en sens inverse.) Si l'option "ic" (ou ignorecase) est activée (tapez :set ic) la recherche est insensible à la casse. 9. Personnalisation de vi (et EX) Vous pouvez personnaliser la façon dont vi se comporte. Les options d'édition sont activées en utilisant la commande :set, les options des éditeurs vi et EX disponibles sur Wiliki sont les suivantes : (Vous pouvez obtenir cette liste en tapant :set all puis retour en mode commande) noautoindent magic noshowmatch autoprint mesg noshowmode noautowrite nomodelines noslowopen nobeautify nonumber tabstop=8 directory=/tmp nonovice taglength=0 nodoubleescape nooptimize tags=tags /usr/lib/tags noedcompatible paragraphs=IPLPPPQPP LIpplpipnpbp term=xterm noerrorbells prompt noterse noexrc noreadonly timeout flash redraw timeoutlen=500 hardtabs=8 remap ttytype=xterm noignorecase report=5 warn keyboardedit scroll=11 window=23 keyboardedit! sections=NHSHH HUuhsh+c wrapscan nolisp shell=/bin/csh wrapmargin=0 nolist shiftwidth=8 nowriteany Certaines de ces options ont des valeurs définies par le signe égal '=' , tandis que d'autres sont activées ou non. (Ces options de type "oui ou non" sont appelées Booléennes, et sont préfixées par "no" pour indiquer qu'elles ne sont pas sélectionnées.) Les options montrées ici sont les options qui sont définies sans personalisation. La description de certaines est donnée plus bas, avec une abréviation. Par exemple la commande set autoindent, vous pouvez taper :set autoindent ou :set ai. Pour la désélectionner, vous pouvez taper :set noautoindent ou :set noai. autoindent (ai) Cette option règle l'éditeur pour que les lignes suivantes soient indentées comme la ligne précédente. Si vous voulez retirer cette indentation, vous pouvez taper ^D comme premier caractère. Ce ^D fonctionne en mode insertion, et pas en mode commande. De plus la longueur de l'indentation peut être réglée par shiftwidth, expliqué plus bas. exrc Le fichier .exrc dans le répertoire courant est lu pendant le démarrage. Ceci doit être défini soit dans la variable d'environnement EXINIT soit dans le fichier .exrc dans votre répertoire home. mesg Désactive les messages si cette option est désélectionnée avec :set nomesg, ainsi rien ne peut vous déranger pendant que vous utilisez l'éditeur. number (nu) Affiche les lignes avec leur numéro sur le coté gauche. shiftwidth (sw) Cette option prend une valeur, et détermine la largeur de la tabulation logicielle. (La tabulation logicielle est utilisée pour les commandes << et >>.) Par exemple, vous pouvez régler un décalage d'une largeur de 4 avec cette commande : :set sw=4. showmode (smd) Cette option est utilisée pour afficher le mode dans lequel vous êtes actuellement. Si vous ------------------------------------------- --------------------------------------- 17 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 18. êtes en mode insertion, la ligne du bas va indiquer INPUT MODE. warn Cette option vous prévient si vous avez modifié le fichier mais ne l'avez pas encore sauvegardé. window (wi) Cette option définit le nombre de lignes de la fenêtre utilisé par vi. Par exemple, pour régler l'éditeur vi de façon à ce qu'il utilise seulement 12 lignes de votre écran (parce que votre modem est lent) vous pouvez utiliser : :set wi=12. wrapscan (ws) Cette option affecte la conduite de la recherche de mots. Quand wrapscan est sélectionné, si le mot n'est pas trouvé vers le bas du texte, la recherche reprendra au début. wrapmargin (wm) Si cette option a une valeur plus grande que zéro, l'éditeur va automatiquement faire passer le mot à la ligne suivante. C'est à dire que si vous avez plus que ce nombre d'espace par rapport à la marge de gauche, le mot va aller à la ligne, sans que vous ayiez à taper retour. Par exemple, pour régler la marge droite à deux caractères, vous pouvez taper : :set wm=2. 10. Abréviations et traductions de touches Une commande de l'editeur EX qui est utile sur l'éditeur vi est la commande abbreviate. Elle vous permet de définir des abréviations pour des chaînes de caractères spécifiques. La commande ressemble à ceci : :ab chaînes chaîne à substituer. Si vous avez à taper le nom,"Humuhumunukunukuapua`a" mais que vous n'ayez pas envie de taper le nom complet, vous pouvez utiliser une abréviation. Pour cet exemple, la commande à entrer est : :ab 9u Humuhumunukunukuapua`a Maintenant quel que soit l'endroit où vous tapez 9u comme un mot séparé, vi va taper le ou les mots entiers indiqués. Si vous tapez 9université, il ne va pas substituer le mot. Pour retirer une abréviation définie précédemment, la commande est anabbreviate. Pour retirer l'exemple précédent, la commande serait ":unab 9u". Pour obtenir la liste de vos abréviations, tapez :ab. Une autre commande de l'éditeur EX utile pour la personnalisation est la commande de traduction de touche (mappage). Il y a deux types de commandes de traduction. Une pour le mode commande et une pour le mode insertion. Ces deux commandes sont respectivement :map et :map!. Le "mappage" fonctionne de façon similaire à abréviation, vous lui donnez une séquence de touches et une autre à mettre à la place.(La séquence de touches de remplacement est généralement constituée de commandes vi.) 11. La variable d'environnement EXINIT et le fichier .exrc Il y a deux façons de personnaliser l'éditeur vi. Si vous créez un fichier nommé .exrc dans votre répertoire home , toutes les commandes qu'il contient seront executées quand vi démarrera. L'autre méthode est de definir une variable d'environnement nommé EXINIT. L'option sera sélectionnée dans le fichier de configuration de votre shell. Si vous utilisez /bin/csh (C-Shell), la commande est la suivante, et mise dans le fichier: .cshrc setenv EXINIT '...' Si vous utilisez /bin/sh ou /bin/ksh, la commande est la suivante, et mise dans le fichier .profile : export EXINIT EXINIT='...' Nécrivez pas ... comme dans l'exemple. Dans cet espace mettez la commande que vous voulez définir. Par ------------------------------------------- --------------------------------------- 18 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 19. exemple, si vous voulez avoir l'auto-indentation, la numérotation des lignes, et la marge droite (passage à la ligne - wrap margin) à 3 caractères, alors la commande setenv (pour C shell) serait : setenv EXINIT 'set ai nu wm=3' Si vous voulez mettre plus d'une commande dans la variable EXINIT, séparez les commandes avec une barre verticale (|). Par exemple, pour "mapper" la commande 'g' au caractère 'G' en mode commande, la commande est :map g G et combiné avec la commande précédente, vous aurez : setenv EXINIT 'set ai nu wm=3|map g G' Si vous voulez créer le fichier nommé .exrc, vous pouvez y mettre ce qui est entre guillemets après le EXINIT. 12. Récupérer votre travail quand quelque chose va mal avec votre terminal L'editeur vi édite une copie temporaire de votre fichier, et quand la session est terminée ou quand vous lui demandez de sauver, il place le contenu du fichier temporaire dans le fichier original. Si quelque chose se passe mal pendant que vous éditez votre fichier, l'éditeur vi va essayer de sauver quand même le travail en cours et de le stocker pour une récupération ultérieure. Note : Si vi meurt (vi est un processus) pendant que vous travaillez sur un fichier, il vous envoie un courrier sur la façon de récupérer ce travail. L'option -r est là pour la récupération. Si vous éditez le fichier infovitale, et si vous êtes déconnecté, alors l'option -r de l'éditeur vi devrait vous aider. La commande doit ressembler à quelque chose comme : vi -r infovitale. Après avoir utilisé l'option -r vous DEVEZ tout de même sauvegarder ce que vous avez récupéré dans le fichier initial. L'option -r ne fonctionne qu'une fois par session vi défaillante. 13. Résumé des commandes vi Cette liste est un résumé des commande vi, classées par fonction. Il peut y avoir d'autres commandes disponibles, que vous pourriez trouver dans le manuel de vi. Couper et coller/effacer du texte " Spécifie le buffer à utiliser avec les commandes se servant d'un buffer. Faites suivre le " par la lettre ou le nombre, qui correspond au buffer. D Efface (Delete) de la position actuelle du curseur à la fin de la ligne. P Colle (Paste) le buffer indiqué avant la position actuelle du curseur. Si aucun buffer n'est indiqué (avec la commande ") alors 'P' utilise le buffer général. X Efface le caractère avant le curseur. Y Copie (Yank) la ligne courante dans le buffer indiqué. Si aucun buffer n'est indiqué, le buffer général est utilisé. d Efface (Delete) jusqu'à lieu. "dd" efface la ligne courante. Un nombre efface ce nombre de lignes. Tout ce qui est effacé est placé dans le buffer spécifié avec la commande ". Si aucun buffer n'est spécifié, le buffer général est utilisé. ------------------------------------------- --------------------------------------- 19 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 20. p Colle (Paste) le buffer spécifié après la position actuelle du curseur ou la ligne. Si aucun buffer n'est spécifié (avec la commande ") 'p' utilise le buffer général. x Efface le caractère sous le curseur. Un nombre indique combien de caractères doivent être effacés. Les caractères seront effacés après le curseur. y Copie (Yank) jusqu'à lieu, en mettant le résultat dans un buffer. "yy" copie la ligne courante. Un nombre copie ce nombre de lignes. Le buffer peut être spécifié avec la commande ".Si aucun buffer n'est spécifié, le buffer général est utilisé. Insérer du texte A Joint (Append) à la fin de la ligne courante. I Insère à partir du début de la ligne. O (la lettre)Entre en mode insertion sur une nouvelle ligne au-dessus de la position courante du curseur. a Entre en mode insertion, les caractères tapés seront ajoutés après la position courante du curseur. Un nombre insère tout le texte ce nombre de fois. i Entre en mode insertion, les caractères tapés seront insérés avant la position courante du curseur. Un nombre insère tout le texte ce nombre de fois. o Entre en mode insertion sur une nouvelle ligne en dessous de la position courante du curseur. Déplacer le curseur dans le fichier ^B Monte d'une page. Un nombre fait monter de ce nombre de pages. ^D Descend d'une demi fenêtre. Un nombre fait descendre de ce nombre de lignes. ^F Descend d'une page. Un nombre fait descendre de ce nombre de pages. ^H Déplace le curseur d'un espace vers la gauche. Un nombre fait déplacer de ce nombre d'espaces. ^J Descend le curseur d'une ligne dans le même colonne. Un nombre fait descendre de ce nombre de lignes. ^M Déplace vers le premier caractère de la ligne suivante. ^N Descend le curseur d'une ligne dans le même colonne. Un nombre fait descendre de ce nombre de lignes. ^P Monte le curseur d'une ligne dans le même colonne. Un nombre fait monter de ce nombre de ------------------------------------------- --------------------------------------- 20 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 21. lignes. ^U Monte d'une demi fenêtre. Un nombre fait monter de ce nombre de lignes. $ Déplace le curseur à la fin de la ligne courante. Un nombre le fait se déplacer à la fin des lignes suivantes. % Déplace le curseur sur la parenthèse ou accolade correspondante. ^ Déplace le curseur sur le premier caractère non-blanc. ( Déplace le curseur au début de la phrase. ) Déplace le curseur au début de la phrase suivante. { Déplace le curseur au paragraphe précédent. } Déplace le curseur au paragraphe suivant. | Déplace le curseur à la colonne indiquée par le nombre. + Déplace le curseur sur le prochain caractère non-blanc de la ligne suivante. - Déplace le curseur sur le prochain caractère non-blanc de la ligne courante. 0 (Zéro) Déplace le curseur sur la première lettre de la ligne courante. B Déplace le curseur d'un mot en arrière, en sautant la ponctuation. E Avance à la fin du mot, en sautant la ponctuation. G Aller (Go) à la ligne indiqué par le nombre. Si aucun nombre n'est donné, il va à la fin du fichier. H Déplace le curseur sur le premier caractère non-blanc en haut de l'écran. L Déplace le curseur sur le premier caractère non-blanc en bas de l'écran. M Déplace le curseur sur le premier caractère non-blanc au milieu de l'écran. W Avance au début d'un mot,en sautant la ponctuation. b Recule le curseur d'un mot. Si le curseur est au milieu d'un mot, place le curseur sur le premier caractère du mot. e Avance le curseur d'un mot. Si le curseur est au milieu d'un mot, place le curseur sur le dernier caractère du mot. h ------------------------------------------- --------------------------------------- 21 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 22. Déplace le curseur sur le caractère de gauche. j Descend le curseur d'une ligne. k Monte le curseur d'une ligne. l Déplace le curseur sur le caractère de droite. w Déplace le curseur sur le mot suivant. Si le curseur est au milieu d'un mot, place le curseur sur le premier caractère du mot suivant. Déplacer le curseur dans l'écran ^E Déplace l'écran d'une ligne vers le haut. Un nombre fait monter de ce nombre de lignes. ^Y Déplace l'écran d'une ligne vers le bas. Un nombre fait descendre de ce nombre de lignes. z Redessine l'écran avec les options suivantes. "z" place la ligne courante en haut de l'écran; "z." place la ligne courante au centre de l'écran; et "z-" place la ligne courante en bas de l'écran. Si vous spécifiez un nombre avant la commande 'z', il agit sur la ligne spécifiée. Par exemple, "14z." place la ligne 14 au centre de l'écran. Remplacer du texte C Change de la position du curseur jusqu'à la fin de la ligne. R Remplace les caractères de l'écran par les caractères entrés, s'arrête en tapant la touche Escape. S Change une ligne entière. c Change jusqu'à <where>. "cc" change la ligne courante. Un nombre fait changer ce nombre de lignes. r Remplace un caractère sous le curseur. Indiquer un nombre fait remplacer ce nombre de caractères. s Substitue un caractère sous le curseur et passe en mode insertion. Spécifier un nombre pour substituer ce nombre de caractères. Un signe dollar($) sera ajouté au dernier caractère substitué. Rechercher du texte ou des caractères , Répète la dernière commande f, F, t ou T dans la direction opposée. / Recherche vers le bas dans le fichier la chaîne spécifiée après le /. ; Répète la dernière commande f, F, t ou T. ? Recherche vers le haut dans le fichier la chaîne spécifiée. ------------------------------------------- --------------------------------------- 22 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 23. F Recherche vers l'avant dans la ligne courante le caractère spécifié après la commande 'F'. S'il l'a trouvé, déplace le curseur sur sa position. N Répète la dernière recherche faite par '/' ou '?', mais dans la direction opposée. T Recherche vers l'arrière dans la ligne courante le caractère spécifié après la commande 'T', et se place sur la colonne suivante s'il l'a trouvé. f Recherche dans la ligne courante le caractère spécifié après la commande 'f'. S'il l'a trouvé, déplace le curseur sur sa position. n Répète la dernière recherche faite par '/' ou '?'. t Cherche dans la ligne courante le caractère spécifié après la commande 't' et se place sur la colonne précédent le caractère ,s'il l'a trouvé. Manipulation des caractères/Formatage de ligne ~ Inverse la casse du caractère sous le curseur. < Décale jusqu'à lieu d'une tabulation vers la gauche. "<<" décale la ligne courante et peut être répété avec un nombre. > Décale jusqu'à lieu d'une tabulation vers la droite. ">>" décale la ligne courante et peut être répété avec un nombre. J Joint la ligne courante à la suivante. Un nombre fait joindre ce nombre de lignes. Sauvegarder et quitter ^ Sort du mode "VI" et passe en mode "EX". L'éditeur EX est l'éditeur en ligne de commande sur lequel VI est construit. La commande EX pour retourner dans VI est ":vi". Q Sort du mode "VI" et passe en mode "EX". L'éditeur EX est l'éditeur en ligne de commande sur lequel VI est construit. La commande EX pour retourner dans VI est ":vi". ZZ ou x Quitte l'éditeur, en sauvant tout les changements effectués. Divers ^G Affiche le nom du fichier courant et son statut. ^L Vide et redessine l'écran. ^R Redessine l'écran en retirant les mauvaises lignes. ^[ ------------------------------------------- --------------------------------------- 23 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 24. Touche d'échappement. Annule les commandes partiellement tapées. ^^ Retourne au dernier fichier édité. ! Exécute un shell. Si un lieu est spécifié, le programme qui est exécuté avec ! utilise les ligne(s) spécifiée(s) comme entrée standard, et va les remplacer par la sortie standard du programme exécuté. "!!" exécute un programme utilisant la ligne courante comme entrée. Par exemple "!4jsort" va prendre 5 lignes à partir de la position courante du curseur et exécuter sort. Après avoir tapé la commande, il y aura un point d'exclamation où vous pourrez taper la commande. & Répète la précédente commande ":s". . Répète la dernière commande qui a modifié le fichier. : Commence une commande de l'éditeur EX. La commande est exécutée une fois que l'utilisateur a tapé retour. (voir section ci-dessous.) @ Tape la commande stockée dans le buffer spécifié. U Restaure la ligne courante dans l'état où elle se trouvait avant que le curseur aille à la ligne. m Marque la position courante du curseur avec le caractère spécifié après la commande 'm'. u Annule (Undo) le dernier changement dans le fichier. Retaper 'u' va refaire le changement.(NDT : avec Vim,'u' annule le changement précédent et '.' le rétablit.). Les commandes EX L'éditeur vi est basé sur un autre éditeur, nommé EX. L'éditeur EX édite seulement par ligne. Depuis l'éditeur vi, vous utilisez la commande : pour entrer une commande EX. La liste donnée ici n'est pas complète, mais les commandes proposées sont les plus utilisées. Si plus d'une ligne doit être modifiée par certaines commandes (comme ":s" et ":w"), un intervalle doit être spécifié avant la commande. Par exemple, pour substituer de la ligne 3 à la ligne 15, la commande est ":3,15s/from/this/g". :ab chaîne chaînes Abréviation. Si un mot correspondant à chaîne est tapé dans vi, l'éditeur insère automatiquement les mots correspondants. Par exemple, abréviation ":ab TN Tunisia" va insérer le mot, "Tunisia" partout où le mot "TN" est tapé. :map touches new_seq Mapping. Ceci vous permet de remplacer une touche ou une séquence de touches par une autre touche ou séquence de touches. :q Quitte vi. Si des changements ont été faits, l'éditeur va afficher un message d'avertissement. :q! Quitte vi sans sauvegarder les changements. :s/pattern/to_pattern/options Substitution. Ceci substitue le modèle spécifié par la chaîne dans to_pattern. Sans option, il substitue seulement la première occurrence du modèle. Si un 'g' est spécifié, toutes les occurrences seront substituées. Par exemple, la commande ":1,$s/Dwayne/Dwight/g" ------------------------------------------- --------------------------------------- 24 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 25. remplace toutes les occurrences de "Dwayne" par "Dwight". :set [all] Définit les options de VI et EX. La commande ":set all" affiche les options possibles. (Voir la section sur la personnalisation de VI pour quelques options.) :una string Retire l'abréviation définie précédemment par ":ab". :unm keys Retire le mapping défini par ":map". :vi Commence l'édition d'un nouveau fichier. Si les changements n'ont pas étés sauvegardés, l'éditeur vous le signale. :w Sauvegarde (Write out) le fichier courant. :w nom_de_fichier Ecrit (Write) le buffer dans le fichier spécifié. :w >> filename Ajoute le contenu du buffer au fichier. :wq Enregistre le buffer et quitte. Commandes Unix par ordre alphabétique Nom Description Options Paramètres alias Renomme ou définit une variable=commande commande awk, gawk extraction d'informations d'un -F : '...' : redéfinition du nom de fichier fichier séparateur de champ 'commande' : traitement à faire sur les chaînes extraites cal affiche le calendrier de l'année mois année spécifiée en paramètre cat imprime le contenu du fichier nom de fichier mentionné cd se positionne sur le répertoire chemin d'accès à un désigné répertoire chmod change les permissions en -R change les droits mode - nom de fichier lecture, écriture, exécution récursivement à partir du ou de répertoire noeud (mode = ugo) compress compresse un fichier (voir gzip) -c : résultat sans fichier ------------------------------------------- --------------------------------------- 25 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 26. modification du fichier d'origine -f : écrasement d'un fichier compressé préexistant -v : taux de compression cp copie du fichier source vers la -i : demande source - destination destination confirmation -p : conservation de date et droits -r : recopie récursive d'un répertoire date retourne la date courante diff compare deux fichiers et affiche -c : affiche 3 lignes avant fichier1 fichier2 les différences et 3 lignes après echo envoi en écho des paramètres -n : supprime le retour spécifiés à la suite ($PATH, chariot en fin de "bye") commande elm courier électronique -s : chaîne de caractères destinataire qui sera le sujet du message -f : nom de la boîte à lettres file retourne le type de fichier nom de fichier spécifié (ascii,ps, exé.sparc ou 68020) find recherche récursive d'un fichier à -name fichier : fichier à "répertoire" partir du répertoire chercher -print : affiche le chemin trouvé grep affiche les lignes du fichier -v : seulement les lignes chaîne de caractères - contenant la chaîne de caractères ne contenant pas la fichier chaîne -i : majuscules et minuscules identiques -n : avec numéros de lignes -c : nombre de comparaisons positives gunzip décompresse un fichier -c : le résultat est produit nom de fichier sans modification du fichier d'origine -v : taux de compression gzip compresse un fichier (voir -c : résultat sans nom de fichier compress) modification du fichier ------------------------------------------- --------------------------------------- 26 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 27. par défaut, la destination est la source sortie standard qu'on redirige -f : écrasement d'un vers un fichier si on veut obtenir fichier compressé un fichier compressé préexistant -v : taux de compression -d : force une décompression -9 : niveau maximum de compression head liste les n premières lignes du -n : nombre de lignes source > destination fichier affichées (par défaut 10) id retourne le nom de login, l'UID, le groupe et le GID kill envoi d'un signal à un processus -l : liste des signaux numéro du process disponibles -n : numéro du signal à envoyer 2 : INT (ctrl-c : ) 3 : QUIT (ctrl-) 9 : KILL ln création d'une nouvelle référence -s : création d'un lien source - destination pour un fichier préexistant symbolique logname retourne le nom de login de l'utilisateur ls liste le contenu d'un répertoire -a : prise en compte des nom de répertoire fichiers cachés -F : renseigne sur le type de fichier (*, /, @) -i : précision du numéro d'inode des fichiers -R : liste récursivement le contenu du répertoire -l : informations détaillées -g : ajout du nom du groupe -d : renseigne sur le répertoire lui-même -t : liste par date de modification -u : liste par date d'accès -r : ordre inverse mail courier électronique -s : chaîne de caractères destinataire - <fichier qui sera le sujet du message -f : nom de la boîte à ------------------------------------------- --------------------------------------- 27 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 28. lettres -v : trace du mail jusqu'à sa délivrance man retourne le mode d'emploi de la nom de commande commande s'il existe mkdir création d'un répertoire nom de répertoire more liste le contenu d'un fichier page nom de fichier par page mv déplace fichiers et répertoires -i : demande source - destination confirmation ps liste des processus BSD -a : processus détenus par les autres utilisateurs -u : nom du propriétaire du processus -x : processus sans terminal associé -l : description complète -t : terminal particulier liste des processus Système V -f : ou l : description plus ou moins longue -e : liste tous les processus -p : processus dont le numéro suit l'option p -t : processus attachés au terminal spécifié -u : processus appartenant au propriétaire dont le nom ou l'UID est donné pwd retourne la référence absolue du répertoire courant rlogin ouvrir une session vers une nom de machine -l : nom de login machine distante (sortie :exit) rm supprime la référence du fichier -f : force la commande nom de fichier ou de dans le répertoire sans s'occuper des droits répertoire -i : demande confirmation -r : destruction récursive rmdir suppression d'un répertoire vide nom de répertoire sleep ne fait rien pendant n secondes temps en secondes sort tri des lignes du fichier suivant -r : tri inverse fichier l'ordre ASCII -u : élimine les lignesidentiques ------------------------------------------- --------------------------------------- 28 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 29. tail liste les n dernières lignes du -n : nombre de lignes nom de fichier fichier affichées (par défaut 10) talk, ytalk permet de converser avec une destination machine distante tar archivage/désarchivage de c : création de l'archive archive -répertoire ou fichiers x : restauration de fichiers l'archive t : listage du contenu de l'archive v : mode verbeux p : préserve dates et droits à la restauration f : le nom du fichier spécifié sera celui de l'archive telnet établir une connexion avec une nom de machine machine distante(sortie : exit) touch modifie les caractéristiques d'un -a : dernier accès fichier fichier (option -a : m par défaut) seulement crée un fichier vide s'il n'existe -m : dernière pas déjà modification seulement tty donne le nom du terminal unalias supprime un alias variable uname donne le nom du système -a : informations d'exploitation complètes -n : nom de la machine -r : release du système d'exploitation -s : nom du système d'exploitation uniq recopie de source dans source destination -u : seules les lignes destination après suppression des uniques sont recopiées lignes identiques uudecode restitue un fichier binaire à partir fichier du fichier éditable (ASCII) créé avec uuencode uuencode encode un fichier binaire en fichier - indication fichier éditable (ASCII) >fichier encodé w aperçu de l'activité de la machine -h : supprime l'entête nom d'utilisateur -s : affichage restreint whereis retourne le chemin complet nom de la commande d'accès à tous les répertoires contenant la commande which retourne le chemin complet nom de la commande ------------------------------------------- --------------------------------------- 29 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 30. d'accès à une commande who (am i) retourne le nom des utilisateurs qui ont ouvert une session Exemples de commandes Exemple Description alias dir=ls -l Il suffira de taper "dir" pour consulter la liste des fichiers avec leurs droits unalias dir Supprime l'alias de nom "dir" cal 09 1996 Affiche le calendrier du mois de Septembre 1996 cat exemple.c Liste le contenu du fichier de nom "exemple.c" cd programmes Se déplace dans le répertoire de nom "programmes" chmod 744 exemple.c Donne tous les droits au propriétaire du fichier, et une simple lecture au groupe et à l'univers compress -f exemple.c Compresse le fichier de nom "exemple.c", en écrasant un fichier préexistant s'il existe uncompress exemple.c Décompresse le fichie r"exemple.c" cp exemple.c toto.c Crée le fichier de nom "toto.c" identique au fichier "exemple.c" date Affiche la date courante diff -c fichier1 fichier2 Compare "fichier1" et "fichier2" en affichant 3 lignes avant et 3 lignes après chaque différence echo $PATH Affiche le contenu de la variable "PATH" elm martin@inf Envoie un message à martin mail martin <exemple.c Envoie le fichier "exemple.c" à martin file exemple.c Retourne quel est le type du fichier "exemple.c" find "." -name exemple.c - Recherche récursivement et affiche le chemin menant au fichier print "exemple.c" à partir du répertoire courant grep -n -i "void" exemple.c Affiche, avec leurs numéros, les lignes du fichier "exemple.c" qui contiennent la chaîne "void" Compresse le fichier "exemple.c" en conservant le fichier gzip -c exemple.c > exemple.c.gz d'origine. Le fichier compressé est "exemple.c.gz". Décompresse le fichier "exemple.c.gz" sans perdre le fichier gunzip -c > exemple.c exemple.c.gz compressé. Le résultat se trouve dans le fichier "exemple.c" head exemple.c Affiche les 10 premières lignes du fichier "exemple.c" tail -5 exemple.c Affiche les 5 dernières lignes du fichier "exemple.c" id Retourne le login, l'UID, le groupe et le GID courants kill -9 8756 tue le processus de numéro 8756 ------------------------------------------- --------------------------------------- 30 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 31. ln -s exemple.c toto.c crée un lien symbolique sur le fichier "exemple.c", de nom "toto.c" logname Retourne le nom de login de l'utilisateur ls -l programmes Donne le contenu du répertoire "programmes" en donnant des informations sur les fichiers (taille, dates, ...) man chmod Affiche le manuel d'utilisation de la commande "chmod" mkdir sources Crée le répertoire "sources" more exemple.c Affiche, page par page, le contenu du fichier "exemple.c" mv exemple.c TP1.c Renomme le fichier "exemple.c" sous le nom "TP1.c" ps -aux Sous système V, donne la liste de tous les processus actifs pwd Retourne la référence absolue du répertoire courant rlogin -l martin champagne Établit une connexion sur la machine champagne, sous le login de martin telnet champagne Établit une connexion sur la machine champagne rm exemple.c Supprime le fichier "exemple.c" rmdir sources Supprime le répertoire "sources" sleep 10 Attend 10 secondes sort -r TP1.c Affiche le fichier "TP1.c", les lignes étant triées en ordre inverse talk champagne@cal.enst.fr Lance une conversation sur la machine "champagne@cal.enst.fr" tar cf sources.tar sources Crée une archive, de nom "sources.tar", du contenu du répertoire "sources" Extrait le contenu d'une archive, de nom "sources.tar", dans tar xvf sources.tar sources le répertoire"sources". L'écran affiche les noms des fichiers au fur et à mesure de leur désarchivage. L'archive est conservée. touch exemple.c Modifie la date de dernier accès au fichier "exemple.c" à la date courante tty Donne le nom du terminal uname Affiche, dans l'ordre, le nom du système d'exploitation, le nom et la release du système de la machine uniq exemple.c uniques.c Recopie le fichier "exemple.c" dans "uniques.c" en supprimant les lignes identiques uudecode fichier uuencode fichier - indication >fichier encodé w martin Donne une idée de l'utilisation de la machine faite par l'utilisateur msrtin whereis gcc Retourne le chemin complet d'accès à tous les répertoires contenant la commande gcc ------------------------------------------- --------------------------------------- 31 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 32. which gcc Retourne le chemin complet d'accès à la commande gcc who (am i) Retourne le nom des utilisateurs qui ont ouvert une session sur cette machine LA PROGRAMMATION SHELL SOUS UNIX 1. Notions sur la programmation Shell Un shell, quel qu'il soit, peut exécuter des commandes contenues dans un fichier texte (fichier ordinaire). Un fichier contenant des commandes pour le shell est appelé un script. C'est en fait un programme écrit dans le langage du shell. Ce langage comprend non seulement les commandes que nous avons déjà vues (commandes Unix), mais aussi des structures de contrôle (instructions conditionnelles, boucles et d’autres instructions spécifiques). Pour la programmation du shell, nous allons utiliser le shell sh, qui est le plus répandu et standard 2. Créer un script Un script shell est un fichier en mode texte. C'est-à-dire que ce n'est pas un fichier binaire, exécutable directement par la machine, mais il doit être interprété. 3. L'interprétation d'un script L'interprétation signifie que chaque commande contenue dans un script doit être lue par un programme, appelé interpréteur ; l'interpréteur analyse chaque commande du script et l’exécute. 4. L'édition d'un script Un script étant un fichier en mode texte, il doit être créé avec un éditeur de texte, comme par exemple vi. 5. Rendre un script exécutable Pour que le shell sache comment l'interpréter, un script shell doit commencer par la ligne: # !/bin/sh Il doit aussi être exécutable (droit x). Le #!/bin/sh sur la première ligne indique que ce script doit être exécuté par le shell sh dont on indique le chemin d'accès. Pour rendre un fichier exécutable, tapez : chmod u+x nom-fichier-script 6. Spécifier le chemin d'une commande Pour que le shell comprenne où chercher votre commande, il faut donc spécifier l'emplacement de la commande en donnant son chemin, qu'il soit absolu : /home/student/nom-fichier-script ou relatif : ./nom-fichier-script ------------------------------------------- --------------------------------------- 32 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 33. ou encore sous la forme : sh nom-fichier-script 7. Principes généraux des scripts shell Un script shell est avant tout une succession de commandes, comme celles que nous écrivons dans une fenêtre de type Terminal ; sauf que ces commandes nous les rassemblons dans un fichier pour les exécuter dans l’ordre où elles sont écrites dans le script. 8. Commentaires Presque tous les langages informatiques autorisent d'insérer des commentaires ; le shell n'échappe pas à la règle. Pour cela, il suffit de faire précéder chaque ligne de commentaire du caractère « # ». Exemple : #!/bin/sh # Tout ce que j'écris ici ne sera pas lu. echo "Ce que je tape ici sera lu." 9. Un script qui parle : la commande echo Maintenant que vous savez comment on peut exécuter un script, il s'agit de le remplir... Commençons par ce qu'il y a de plus simple : afficher du texte, comme par exemple « Ceci est un exemple de fichier script ! » Ecrivez ce fichier script et appelez le script1 #!/bin/sh # Fichier "Exemple" echo " exemple de fichier script !" Exécutez ensuite ce script, en tapant : $ ./script1 exemple de fichier script ! Autre exemple de fichier script (écrivez-le et exécutez-le). #!/bin/sh # Fichier "bonjour" echo "Bonjour... " ------------------------------------------- --------------------------------------- 33 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 34. echo "Comment allez-vous ?" 10. Annuler le retour chariot Si vous voulez annuler le retour chariot qui a lieu par défaut à la fin de toute commande echo, il faut utiliser l'option -n. Le programme sera alors : #!/bin/sh echo -n "Bonjour..." echo "Comment allez-vous ?" Vous aurez comme résultat : Bonjour... Comment allez-vous ? 11. Lecture de valeurs de variables à partir du clavier : commande read La commande Unix read permet de lire des valeurs à partir du clavier. La commande read doit être suivie d’un nom de variable, non précédé du signe dollar. Cette variable contiendra la valeur introduite à partir du clavier 12. Lire plusieurs variables La commande read permet également de lire plusieurs variables. Il suffit pour cela d'indiquer à la suite les noms des différentes variables. Exemple : #!/bin/sh # Fichier "administration" echo "Écrivez votre nom puis votre prénom :" read nom prenom echo "Nom : $nom" echo "Prénom : $prenom" Vous obtiendrez comme résultat : Écrivez votre nom puis votre prénom : Nom : Tounsi ------------------------------------------- --------------------------------------- 34 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI
  • 35. Prénom : Redha 13. Paramètres de position Les paramètres de position sont des variables spéciales utilisées lors d'un passage de paramètres à un script. Variable Contenu $0 Nom de la commande (du script) $1-9 $1,$2,$3... Les neuf premiers paramètres passés au script $# Nombre total de paramètres passés au script $* Liste de tous les paramètres au format "$1 $2 $3 ..." $@ Liste des paramètres sous forme d'éléments distincts "$1" "$2" "$3" ... 14. Sortie de script La commande exit permet de mettre fin à un script. Par défaut la valeur retournée est 0 (pas d'erreur) 15. Tests de conditions La commande test permet d'effectuer des tests de conditions. Le résultat est récupérable par la variable $? (code retour). Si ce résultat est 0 alors la condition est réalisée. tests sur chaîne • test -z "variable" : zero, retour OK si la variable est vide (ex test -z "$a") • test -n "variable" : non zero, retour OK si la variable n'est pas vide (texte quelconque) • test "variable" = chaîne : OK si les deux chaînes sont identiques • test "variable" != chaîne : OK si les deux chaînes sont différentes tests sur valeurs numériques test valeur1 option valeur2 Option Rôle -eq Equal : Egal -ne Not Equal : Différent ------------------------------------------- --------------------------------------- 35 Introduction à l’utilisation du système Unix Yahya SLIMANI