SlideShare une entreprise Scribd logo
La revue de Presse KYLIA
1
LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE
Du 2 au 8 avril 2018
LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTIEL
Un projet de loi Elan sans souffle
Le 03/04/2018
Des logements sociaux récents, dans le XIIIe arrondissement de Paris. Photo Alain Guilhot. -
Divergence pour Libération
Le texte, présenté ce mercredi, veut faciliter les constructions et encourager la vente de HLM afin
de pallier le désengagement de l’Etat dans leur financement. Les professionnels du secteur ne sont
pas tous convaincus.
Un projet de loi Elan sans souffle
La revue de Presse KYLIA
2
«Construire plus, plus vite, mieux et moins cher» : le gouvernement a fixé des objectifs très ambitieux
à son projet de loi Elan (Evolution du logement, de l’aménagement et du numérique) présenté ce
mercredi en Conseil des ministres. Il a même été question de provoquer, avec ce texte, un «choc de
l’offre [de logements, ndlr]». Une expression mise un peu en sourdine ces dernières semaines par
l’exécutif. En effet, la tendance haussière de la construction qui a caractérisé l’année 2017 semble
marquer le pas en ce début d’année 2018. Au cours des trois derniers mois (de décembre à février),
les mises en chantier n’ont progressé que de 2,9 % par rapport aux trimestres précédents, selon les
chiffres du ministère de la Transition écologique. Et ce ne sont pas les quelques mesures techniques
de la loi Elan en faveur du bâtiment qui vont relancer la machine à construire. Les réformes
structurelles du texte ne concernent que le parc HLM : de nombreux organismes seront obligés de se
regrouper pour atteindre une «taille critique». Le gouvernement entend aussi pousser les bailleurs
sociaux à vendre 40 000 logements par an (sur un parc de 4,5 millions d’habitations). Le produit de
ces cessions devant compenser le désengagement de l’Etat dans le financement de la construction
de logements sociaux.
Pourquoi le monde du logement ne croit pas à un «choc de l’offre» ?
Dans le milieu du logement et du BTP, certains prédisent même une diminution de la construction au
cours de l’année 2018 «en raison de la baisse des investissements du monde des HLM», durement
frappé au portefeuille par la diminution de 1,5 milliard d’euros des APL accordées à leurs locataires,
que les organismes devront compenser par une baisse équivalente de leurs loyers. Un ponte
des HLM anticipe «un retrait des investissements de l’ordre de 20 % des bailleurs sociaux parce qu’ils
auront moins de fonds propres». Cette situation risque même d’avoir un impact sur la production de
logements dans le privé. «Les HLM jouent un rôle levier dans certaines opérations
immobilières», pointe l’économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE)
Pierre Madec. En se portant acquéreur de 10 ou 20 logements dans un programme d’une
cinquantaine d’appartements, par exemple, «les HLM permettent au promoteur d’amorcer
l’opération», précise l’économiste à Libération. Le retrait des bailleurs sociaux risque donc de retarder
ou même de faire capoter de nombreux projets immobiliers mixtes.
Quelles mesures globales pour la construction ?
Pour construire, il faut des terrains à bâtir. Fort de cet adage, le gouvernement a fait voter dans le
cadre de la loi de finances 2018 - adoptée en décembre - un abattement fiscal sur les plus-values
immobilières, en faveur des propriétaires fonciers qui vendent leurs parcelles dans les zones tendues.
Ce dispositif, valable jusqu’à fin 2019, vise à accélérer la mise sur le marché de parcelles
indispensables à toute politique de relance du logement. Dans ce texte, le gouvernement Philippe
La revue de Presse KYLIA
3
s’inscrit aussi dans la continuité des prédécesseurs en intégrant dans la loi Elan des mesures pour
simplifier les normes d’urbanisme, de construction, sécuriser les permis de construire, lutter contre les
recours dits «abusifs» de riverains contre des opérations immobilières et faciliter les transformations
de bureaux en logements. Enfin, le texte crée des nouveaux outils juridiques, tels que les grandes
opérations d’urbanisme (GOU) pour permettre aux collectivités locales d’accélérer leurs projets
urbains. «Ce sont des mesures qui vont dans le bon sens pour faciliter la construction, mais dont il ne
faut pas attendre monts et merveilles»,commente l’économiste à l’Ecole d’urbanisme de Paris Jean-
Claude Driant, cité par l’AFP. Pas de quoi provoquer un choc de l’offre, donc.
Pourquoi le gouvernement veut-il fusionner les HLM ?
Officiellement, c’est pour «renforcer l’efficacité de la gestion des bailleurs sociaux et faciliter la
restructuration de leur patrimoine» que le gouvernement veut fusionner les organismes HLM, au
nombre de 800 en France. A compter du 1
er
janvier 2021, tous les organismes recensant moins de 15
000 logements devront se regrouper au sein d’entités pouvant comporter des offices publics ou des
sociétés d’économie mixte (SEM). Mais certains analystes estiment que ces fusions ne sont que la
conséquence de la loi de finances 2018, qui réduit de 1,5 milliard d’euros les APL. Une baisse
compensée par une réduction équivalente des loyers. «Les organismes HLM les plus fragiles, qui
comptent le plus de locataires touchant l’APL, devront procéder à une baisse massive des loyers qui
va les mettre en difficulté. Ils n’auront donc d’autres choix que d’intégrer des structures plus grosses
et plus solides», estime un observateur du monde HLM. D’aucuns redoutent aussi une perte de la
qualité de service aux locataires, avec la fin d’une gestion de proximité offerte par les petits
organismes.
Pourquoi vouloir accélérer la vente de HLM ?
Dans l’exposé des motifs de sa loi, le gouvernement dit qu’il veut faciliter par ce biais «le
développement de l’accession sociale à la propriété dans le patrimoine social». Pour atteindre son
objectif de 40 000 ventes de HLM par an (contre 8 000 aujourd’hui), la loi Elan crée une structure ad
hoc spécialisée avec le concours d’Action Logement (le collecteur du 1 % logement). Mais pour le
député communiste de Seine-Saint-Denis Stéphane Peu, ces ventes n’ont qu’un objectif : que «les
HLM s’autofinancent. L’Etat se désengage. C’est la fin d’une politique de solidarité dans le
logement».
Source : www.liberation.fr
La revue de Presse KYLIA
4
Logement : une loi qui devra encore faire ses
preuves
LE 03/04/2018
Jacques Mezard, le ministre de la Cohésion des Territoires et du Logement présentera demain la loi
Elan sur le logement qui sera discutée à l'assemblée nationale à partir de la fin du mois. - Witt/SIPA
Le texte de la loi Elan vise un champ qui va de l'aménagement urbain à la copropriété, sans
toutefois chiffrer ses objectifs ou annoncer un calendrier.
Enfin... Huit mois après le lancement de la Stratégie nationale pour le Logement, le texte de la loi
ELAN, pour « Evolution du Logement de l'Aménagement et du Numérique », arrive en conseil des
ministres, ce mercredi 4 avril, pour un vote prévu sans doute à l'automne. Pas de grande surprise, tant
ses deux défenseurs, le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard et son secrétaire
d'Etat Julien Denormandie se sont efforcés d'en distiller le contenu, au gré de leurs visites sur le
terrain et auprès des professionnels.
Avant même la discussion de la loi au Parlement, les 222 villes qui bénéficieront des fonds du plan de
revitalisation des villes moyennes étaient ainsi déjà connues ; tout comme la charte signée avec
La revue de Presse KYLIA
5
plusieurs promoteurs sur la transformation de bureaux en logements, selon les modalités d'un texte
pas encore voté... Les ministres justifient cette communication très orchestrée par la longue
concertation qui a précédé l'élaboration du texte, auprès des Français par voie numérique, des
professionnels et des parlementaires via la conférence de consensus en janvier. « Un vaste speed
dating où nous avons été parfois écoutés, rarement entendus », déplorent cependant certains
professionnels.
Faire mieux que les précédents textes
Ce nouveau texte vient s'ajouter à une liste déjà longue de lois sur le logement (Mole, ENL, Alur,
Egalité et citoyenneté...), dont certaines ne sont pas encore appliquées. Son objectif : conforter des
politiques mises en oeuvre depuis déjà des années, avec un résultat souvent très éloigné des espoirs
initiaux que ce texte entend bien atteindre. La libération des terrains publics, régulée par une loi de
2013, est ainsi encore simplifiée et à nouveau encouragée. L'arlésienne de la lutte contre
les recours abusifs est encadrée par des règles plus strictes, mais cette disposition risque de se
heurter à l'engorgement des tribunaux, au moins dans un premier temps. Les délais d'obtention des
permis de construire devraient aussi être allégés. Enfin, le « permis de faire » ou « permis d'innover »
pourra remplacer les objectifs de moyens par des objectifs de résultat... Les modalités d'application
elles sont renvoyées à des décrets. Voire à des ordonnances, comme la réforme de la loi de 1965 sur
la copropriété...
Le texte dont le but ultime est de construire « plus, mieux et moins cher » n'affiche prudemment aucun
objectif quantitatif, ni aucun calendrier. En consolidant le secteur des HLM, le gouvernement l'aidera
peut-être à se réformer et à être plus efficace pour loger les plus modestes, mais les bailleurs se
demandent pour l'instant comment maintenir leur plan de production et d'entretien avec 1,5 milliard de
recettes en moins. Côté privé, les professionnels observent, un peu blasés, les nouvelles promesses
de simplification.
Source : www.lesechos.fr
La revue de Presse KYLIA
6
Immobilier parisien : vers un mètre carré à
9 330 euros en mai
Selon les notaires, la hausse des prix atteindrait 8,6 % dans la capitale en mai en rythme annuel, et
devrait se prolonger tout le printemps.
Le 03/04/2018
La place du Tertre est située sur la butte Montmartre, dans le quartier de Clignancourt du 18ᵉ
arrondissement de Paris PATRICK KOVARIK / AFP
La hausse des prix immobilier se poursuit en Ile-de-France. Selon la dernière note de
conjoncture des notaires franciliens, publiée le 29 mars, le marché immobilier régional est
toujours caractérisé par un rythme des ventes soutenu et par une hausse du prix des
logements, concentrée essentiellement dans Paris intra-muros.
« Paris reste un marché immobilier à part », constatent les notaires. Dans la capitale, le prix au m²
des appartements anciens est ressorti à 9 060 euros en janvier 2018 (+7,9 % en un an). D’après les
avant-contrats, cette hausse devrait se poursuivre pendant tout le printemps. Le prix moyen parisien
La revue de Presse KYLIA
7
devrait ainsi atteindre 9 330 euros le m² en mai, ce qui correspondrait à une hausse annuelle de
8,6 %.
Paris est clairement la locomotive des prix en Ile-de-France. Quand la hausse moyenne devrait
atteindre 5,9 % sur l’ensemble de la région entre mai 2017 et mai 2018, elle devrait ressortir à 4,8 %
en petite couronne et ne devrait pas dépasser 1,2 % en grande couronne.
L’activité du marché immobilier francilien ne faiblit pas. La croissance des ventes, encore très forte en
fin d’année 2017, a certes marqué une pause en janvier, mais les ventes sont reparties à la hausse en
février. Entre novembre 2017 et janvier 2018, le nombre de ventes a été supérieur de 25 % par
rapport à son niveau moyen des 10 dernières années.
Source : www.lemonde.fr
La revue de Presse KYLIA
8
La Cour des comptes juge efficace une aide
publique à la rénovation énergétique
Le 04/04/2018
Entrée de la Cour des comptes à Paris, le 20 septembre 2016 ((c) Afp)
Paris (AFP) - La Cour des comptes a dressé mercredi un bilan "encourageant" du versement de l'aide
publique "Habiter mieux" qui a financé 240.000 rénovations énergétiques de logements depuis 2010,
et fait des préconisations pour la rendre encore plus efficace.
Saisie par la Commission des finances du Sénat en décembre 2016, la Cour a mené une enquête
auprès de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) qui gère le programme "Habiter Mieux" depuis sa
création en 2010, et passé au crible un peu plus d'un millier de dossiers.
Le bilan de cette prime versée aux ménages, pour la plupart des propriétaires occupants modestes,
pour les aider à rénover leur logement - en complément d'autres aides - est "encourageant", a résumé
Pascal Duchadeuil, président de la cinquième chambre de la Cour des comptes en présentant le
rapport, rendu public mercredi.
La revue de Presse KYLIA
9
"Il n'est pas fréquent que la Cour", souvent très critique quant à la qualité de la gestion des deniers
publics, "soit amenée à délivrer ce type d'appréciation, surtout d'ailleurs dans le domaine de la
politique du logement", a-t-il souligné.
Si le dispositif a des "faiblesses", celles-ci peuvent "être corrigées", selon la Cour, "pour répondre aux
nouveaux défis auxquels "Habiter mieux" est désormais confronté": atteindre l'objectif de 75.000
logements rénovés par an, soit une hausse de 50%, fixé par le gouvernement fin novembre.
Deux des trois objectifs fixés au programme ont été atteints: accompagner les plus défavorisés, avec
des bénéficiaires très modestes (83% des dossiers) et faire baisser la consommation d'énergie de
logements, avec 43% de gain énergétique en 2016, soit bien mieux que les 30% visés.
Suite à une "période de chauffe prolongée", outre le "gain financier sur la consommation d'énergie",
les ménages constatent une "amélioration de l'état général du logement, un assainissement des
logements, une diminution de la sensation de froid et une amélioration de la santé des occupants",
note la Cour.
- "Gestion efficace" -
Pour le troisième objectif en revanche, rénover le parc privé de logements, "le bilan est en demi-
teinte": sur un objectif 2010-2017 de 300.000 logements, "on a dépassé 240.000 fin 2017", a souligné
M. Duchadeuil.
La Cour pointe surtout un "manque de stabilité des moyens et de la réglementation" d'"Habiter mieux":
le montant de son enveloppe, le Fonds national d'aide à la rénovation thermique (FART), 500 millions
d'euros pour 2010-2017, a été révisé à 10 reprises.
"Cette instabilité financière n'a pas permis d'établir un régime d'aide suffisamment pérenne pour attirer
tous les bénéficiaires potentiels de ces aides", estime la Cour.
De leur côté, les montants alloués ont connu cinq modifications en sept ans, passant de 1.600 à 3.500
euros, pour redescendre à 2.000 euros depuis 2016.
Soulignant la "gestion efficace" d'un dispositif "bien évalué et contrôlé" par l'Anah, la Cour prône une
gestion dématérialisée des dossiers et une "simplification" des aides pour financer les travaux par
tranches - deux évolutions en cours -, pour passer à la vitesse supérieure.
La revue de Presse KYLIA
10
Pour moitié des actifs et pour moitié des retraités, les bénéficiaires sont des personnes aux revenus
très modestes, logées dans de "grandes maisons individuelles anciennes", onéreuses à chauffer, qui
"s'imposent des restrictions de dépenses".
La Cour préconise de mieux les accompagner, de "renforcer le lien" entre les niveaux des plafonds
d'aide et leur situation de précarité énergétique, de mettre en oeuvre une programmation pluri-
annuelle, de stabiliser la réglementation et enfin de "développer le partenariat noué avec les
collectivités territoriales".
Source : www.nouvelobs.com
La revue de Presse KYLIA
11
Logement : la Caisse des dépôts débloque 12
milliards pour le social et l'intermédiaire
Le 05/04/2018
L'institution financière bicentenaire crée un nouveau fonds d'investissement doté de 2 milliards d'euros
pour l'immobilier résidentiel, avec pour objectif de construire 11.000 nouveaux logements dont 9.000
intermédiaires. (Crédits : Gonzalo Fuentes)Au lendemain de la présentation de loi Évolution du
logement et aménagement numérique (Élan), le nouveau directeur général de la CDC, Éric Lombard,
a présenté, pour sa première apparition publique ce 5 avril 2018, des outils de financements au
service des bailleurs sociaux et du logement intermédiaire.
Restaurer l'égalité des chances entre les territoires. Depuis sa nomination à la direction générale de
la Caisse des dépôts (CDC) en décembre 2017, Éric Lombard martèle ce message. Dans la
continuité du programme "Action cœur de ville" pour lequel la CDC investit 1,7 milliard d'euros et au
lendemain d'une signature d'une convention entre l'exécutif et l'Union sociale pour l'habitat (USH),
10 milliards d'euros ont été débloqués pour les bailleurs sociaux et 2 milliards pour le logement
intermédiaire.
Quelques mois après la loi de finances 2018 qui leur a retiré près de 1,7 milliard d'euros pour cette
année, la mesure fera sans aucun doute son effet auprès des bailleurs.
« Le secteur du logement social est essentiel, a jugé Éric Lombard ce 5 avril 2018, aussi avons-
nous deux priorités : soutenir l'investissement des organismes de logements sociaux (OLS) pour la
La revue de Presse KYLIA
12
production de logements neufs et la rénovation, et accompagner les OLS dans leur transformation
profonde ».
4 milliards de prêts à taux fixe de marché sur 20 ans
Sur les 10 milliards d'euros en « ressources nouvelles », se trouvent donc 2 milliards d'euros de
prêt de haut de bilan bonifiés de deuxième génération ou encore 4 milliards en prêts à taux fixe de
marché. Sur ce point,
« la Caisse, sous sa signature, va émettre sur les marchés financiers jusqu'à vingt ans, précise le
directeur général. Chacun contribuera à l'effort de guerre si l'on peut le dire ainsi et cela fera
bénéficier le secteur de conditions de financement proches de celles de l'État ».
Ces 4 milliards de prêts à taux fixe de marché devraient se décomposer ainsi : 2 milliards pour
réaménager la dette et surtout pour les regroupements d'organismes qui vont se retrouver avec des
passifs de part et d'autre. Puis, 1 milliard pour soutenir les investissements dans les territoires, dont
700 millions pour les programmes neufs et 300 pour la restructuration.
« La CDC doit gagner de l'argent ! »
Vient ensuite 1 milliard de prêts à taux fixe pour la réhabilitation thermique.
« C'est important au titre de la protection de la planète et des efforts collectifs pour lutter contre le
réchauffement climatique, souligne Éric Lombard, et utile pour les charges ».
Une goutte d'eau néanmoins au regard des 600.000 passoires thermiques sur 4,7 millions de
logements sociaux.
La Caisse avancera également 3 milliards de trésorerie, dont 1 milliard pour préfinancer de
nouvelles opérations et 2 milliards pour des lignes de trésorerie bancaire. Pour clôturer ces 10
milliards au profit des bailleurs sociaux, 1 milliard d'euros en fonds propres soutiendra la
construction. Objectif : la nue-propriété à la CDC, l'usufruit à l'OLS pendant quinze à vingt ans. À ce
terme, la Caisse fera les comptes et soit rachètera, soit vendra. « La CDC doit gagner de
l'argent ! », rappelle son DG.
2 milliards pour le logement intermédiaire
Enfin, l'institution financière bicentenaire crée un nouveau fonds d'investissement doté de 2 milliards
d'euros pour l'immobilier résidentiel, avec pour objectif de construire 11.000 nouveaux logements
dont 9.000 intermédiaires. La CDC Habitat (ex-SNI) en sera l'opérateur.
Source : www.latribune.fr
La revue de Presse KYLIA
13
LES ARTICLES DE LA SEMAINE - COMMERCE
CONFLITS ENTRE ASSOCIÉS : DE
L’ANTICIPATION AUX SOLUTIONS
JUDICIAIRES.
Le 05/04/2018
3La création d’une société entre plusieurs personnes suppose que les parties aient la
« volonté de s’associer ».C’est ainsi que la validité d’une société est, par principe,
subordonnée à l’existence de « l’affectio societatis » (« la société de l’affection »), un élément
de nature psychologique. Il s’agit en réalité de la volonté de collaborer ensemble et de
« poursuivre l’œuvre commune ».
A la date de conclusion du contrat de société, cet affectio societatis doit exister. Néanmoins, il est
fréquent que cet élément psychologique disparaisse au cours de la vie de la société.
C’est ainsi le cas lorsque naissent des conflits entre associés et des mésententes graves.
Il est donc fondamental d’anticiper les éventuels conflits qui pourraient naitre entre associés.
De l’importance d’anticiper les conflits par la rédaction des statuts…
L’anticipation des conflits entre associés passera d’abord par la rédaction des statuts de la société.
Ceux-ci se devront d’être adaptés à la situation et à la volonté des associés et doivent être la
conséquence de pourparlers et de discussions précises.
Les fondateurs de la société devront déterminer ensemble les caractéristiques de la société, et
préparer le contrat de société, c’est-à-dire les statuts. Ces statuts prévoiront la forme, la durée, la
dénomination, le siège, l’objet et le montant du capital de la société.
Afin d’anticiper toute difficulté, d’autres mentions sont essentielles quant aux modalités de
fonctionnement de la société.
La rédaction minutieuse des statuts sera d’autant plus conseillée pour les formes de sociétés dont le
fonctionnement n’est pas précisément réglementé par la loi.
La revue de Presse KYLIA
14
Par exemple, dans le cas d’une S.A.S. laquelle est une forme sociale assez souple, les rédacteurs
des statuts doivent préciser avec soin l’étendue des pouvoirs respectifs des différents organes de la
société et les modalités selon lesquelles ces pouvoirs sont exercés.
Ces statuts ont une importance capitale d’autant qu’ils s’imposent aux associés lesquels sont parties
au contrat de société.
Par ailleurs, les associés d’une société ou certains d’entre eux, pourront envisager la conclusion en
dehors des statuts, des conventions, appelées pactes d’associés ou d’actionnaires ou pactes de
famille, par lesquelles ils cherchent à contrôler la conduite des affaires sociales et la composition du
capital.
Ces pactes d’associés ou d’actionnaires sont fréquents dans les sociétés par actions, en particulier
dans les SA, notamment pour régir les rapports entre les différents groupes d’actionnaires.
Ils pourront contenir des conditions d’entrée et de sortie dans la société.
En résumé, l’anticipation au moment de la création de la société ou de la mise en place d’un pacte
d’associé pourra permettre d’éviter certaines situations de crises et même de désamorcer certains
conflits par la connaissance concrète en amont des éventuelles conséquences d’un conflit.
… Aux solutions judiciaires au conflit
Il arrive parfois que certains conflits entre associés nécessitent une solution judiciaire pour être réglés
allant jusqu’à la solution ultime : la dissolution de la société. A ce titre, le législateur a prévu à l’article
1844-7 du Code civil et comme cause de dissolution de la société la « dissolution anticipée prononcée
par le tribunal à la demande d’un associé pour justes motifs, notamment en cas d’inexécution de ses
obligations par un associé, ou de mésentente entre associés paralysant le fonctionnement de la
société ».
Néanmoins, il existe d’autres solutions à envisager avant une telle dissolution. Cela pourra passer par
la désignation d’un mandataire ad hoc ou d’un administrateur judiciaire. Cela pourra également passer
par des actions en abus de majorité ou même en abus de minorité. Il existe également des actions
possibles pour solliciter en Justice la révocation du dirigeant (pour juste motif).
Enfin et avant les solutions judiciaires, des solutions amiables peuvent être envisagées.
A titre d’exemple, il peut être prévu dans les statuts de la société une clause de médiation ou de
conciliation.
En tout état de cause, tout associé doit se faire conseiller et assister en période de crise.
Source : www.village-justice.com
La revue de Presse KYLIA
15
La revue de Presse KYLIA
16
LA COPROPRIÉTÉ FACE AUX NUISANCES DES
ACTIVITÉS COMMERCIALES EN REZ-DE-
CHAUSSÉE D’IMMEUBLE.
Le 05/04/2018
Un contrat de bail a été conclu avec un commerçant et vous constatez que celui-ci a changé la
destination de son local sans autorisation préalable ou est à l’origine de troubles anormaux de
voisinage. Dans ces hypothèses, le bailleur, les voisins et le syndicat des copropriétaires sont
à même de demander la cessation de l’activité du commerçant voire la résiliation du bail.
L’article de référence en la matière est l’article 9 alinéa 1e de la loi n°65-557 du 10 juillet
1965 : « Chaque copropriétaire dispose des parties privatives comprises dans son lot ; il use et jouit
librement des parties privatives et des parties communes sous la condition de ne porter atteinte ni aux
droits des autres copropriétaires ni à la destination de l’immeuble ».
I. Le changement d’affectation des parties privatives : un risque d’atteinte à la destination de
l’immeuble et aux droits des autres copropriétaires
La destination de l’immeuble est fixée par le règlement de copropriété (habitation, commerce, mixte).
Le locataire souhaitant changer l’affectation de son lot doit demander l’autorisation unanime de
l’assemblée générale des copropriétaires pour qu’elle soit conforme à la destination de l’immeuble. Il
en va de même si le changement d’affectation du lot est contraire à une disposition du règlement de
copropriété interdisant « les commerces générant des nuisances par leur odeur, leur aspect et leurs
dangers »
La méconnaissance d’une telle disposition peut être invoquée par les copropriétaires pour demander
la cessation d’activité. Les juges de cassation se sont, par exemple, fondés sur l’interdiction de toute
activité de restauration et de toute activité pouvant entraîner des troubles olfactifs pour les
copropriétaires pour condamner le commerçant ayant changé l’affectation de son local
Pour déterminer si un immeuble est conforme à la destination de l’immeuble, le juge dispose d’une
appréciation souveraine et procède donc à une appréciation in concreto. Dans un arrêt ancien, les
juges ont retenu que bien que l’établissement d’enseignement supérieur fût situé dans un immeuble
d’habitation bourgeoise, l’exercice d’une activité commerciale au rez-de-chaussée était expressément
La revue de Presse KYLIA
17
autorisée par le règlement de copropriété. Il en résultait donc que l’installation et l’extension ultérieure
de cet établissement d’enseignement professionnel était licite .
Lorsque le changement d’affectation de l’immeuble est licite, il est fréquent que les copropriétaires
invoquent une atteinte à la jouissance normale des autres lots. Dans l’arrêt précité, cette
argumentation n’a néanmoins pas suffi pour convaincre les juges de cassation malgré le dépôt de
mégots, de paquets vides de cigarettes et de papiers dans la cours d’entrée ainsi que le grincement et
le claquement de la porte d’entrée.
Il peut être enfin précisé que lorsqu’un copropriétaire viole une disposition du règlement de
copropriété, il n’est pas nécessaire d’apporter la preuve d’un trouble anormal de voisinage
II. L’invocation de troubles anormaux de voisinage : un remède contre des nuisances diverses
et multiples
Il est acquis de droit que « nul ne doit causer à autrui un trouble anormal de voisinage ». Les troubles
anormaux de voisinage sont des nuisances qui excèdent les inconvénients normaux de voisinage.
Quelques remarques méritent d’être apportées quant aux notions de troubles d’anormalité et de
voisinage
1. La notion de trouble
Un trouble peut renvoyer à diverses nuisances dont les plus fréquemment invoquées devant les
tribunaux sont les :
 nuisances sonores
 nuisances olfactives
 nuisances lumineuses
 réalisations de travaux affectant la propriété voisine
 infiltrations d’eau
La particularité de ces troubles est qu’ils ne découlent pas forcément d’une faute. Il en résulte que le
copropriétaire s’estimant lésé par un trouble anormal de voisinage n’a pas à démontrer l’existence
d’une faute pour engager la responsabilité de son voisin. Inversement, un copropriétaire qui se voit
reprocher un trouble anormal de voisinage ne peut pas s’exonérer de sa responsabilité en arguant la
non-commission d’une faute.
Pour autant, pour qu’une action fondée sur un trouble anormal de voisinage soit accueillie, ce trouble
doit nécessairement présenter un caractère anormal.
2. La notion de trouble anormal
La revue de Presse KYLIA
18
Le caractère anormal du trouble engendré par le commerçant est apprécié selon un faisceau
d’indices :
 la durée de la nuisance
 la survenance de la nuisance en journée ou en soirée
 le lieu où se produit la nuisance
 la destination de l’immeuble
Afin de mieux appréhender ce qui constitue ou non un trouble anormal, voici quelques illustrations
s’agissant des nuisances olfactives (a) et des nuisances sonores (b).
a. Les nuisances olfactives constitutives d’un trouble anormal de voisinage
Les juges de cassation se montrent plus ou moins accueillants des activités des restaurateurs. Ainsi,
alors que certains arrêts ont accepté de reconnaître des troubles de voisinage du fait des émanations
de fumée d’une pizzeria, d’autres arrêts ont été plutôt favorables aux commerçants. Ainsi, les juges de
cassation ont refusé de reconnaître l’existence de troubles anormaux de voisinage alors qu’il était
reproché à une sandwicherie les odeurs de cuisine, la présence de papiers gras dans les parties
communes et le bruit de la clientèle.
b. Les nuisances sonores constitutives d’un trouble anormal de voisinage
Les bruits d’activités peuvent être constitutives d’un trouble anormal de voisinage. Les bars et
discothèques sont les principaux établissements visés par les demandes de cessation des nuisances
sonores. Le copropriétaire qui estime que les nuisances sonores sont excessives peut demander à la
mairie d’arrondissement d’effectuer des mesures acoustiques. Il est important de préciser que
l’appréciation de la nuisance sonore s’effectue selon l’activité litigieuse. Les juges de cassation ont par
exemple jugé que malgré les dispositifs mis en place pour limiter le volume sonore par la discothèque,
des nuisances sonores ont perduré. Il a donc été reconnu un trouble anormal de voisinage à
l’encontre des propriétaires d’une discothèque . Sans avoir à saisir les tribunaux, il vous est possible
de vous adresser à votre syndic voire à la mairie d’arrondissement ou à la préfecture de mettre en
demeure l’établissement de faire cesser le bruit ou suspendre son activité.
3. La notion de voisinage
Traditionnellement, les copropriétaires étaient les principales personnes pouvant invoquer un trouble
anormal de voisinage. Cette possibilité est également ouverte au syndicat des copropriétaires avec
comme nuance que l’action de ce dernier se limite aux troubles anormaux de voisinage affectant les
seules parties communes. Son terrain d’action est donc plus restrictif que celui des copropriétaires qui
La revue de Presse KYLIA
19
peuvent invoquer des troubles anormaux de voisinage affectant les parties privatives de leur lot mais
aussi les parties communes.
III. Les sanctions prononcées à l’encontre de l’auteur du trouble anormal de voisinage
Les copropriétaires victimes d’un trouble anormal de voisinage peuvent demander :
 la cessation de l’exploitation commerciale
 la réalisation de travaux
 la restriction des horaires d’ouverture du commerce pour limiter les nuisances
 la résiliation du bail
 le versement de dommages-intérêts
Avant d’entamer toute procédure judiciaire, il est conseillé de résoudre à l’amiable les conflits de
voisinage avec le commerçant à l’origine des nuisances.
Source : www.village-justice.com
La revue de Presse KYLIA
20
Le doggy bag ne doit pas être obligatoire dans
les restaurants
Le 05/04/2018
Des députés veulent rendre obligatoire des boites à emporter dans les restaurants pour permettre aux
clients d'emporter les restes de leur repas.
© Thinkstock
Le doggy bag doit résulter d'une démarche volontaire du restaurateur et non d'une obligation
La commission du développement durable de l'assemblée nationale a adopté le 21 mars, un
amendement visant à créer l'obligation de mettre à disposition un « doggy bag » ou « gourmet bag »
dans les restaurants. Le texte prévoit que « les restaurants et les débits de boissons à consommer sur
place mettent gratuitement à la disposition de leurs clients des contenants réutilisables ou recyclables
permettant d'emporter les aliments ou boissons non consommés sur place ».
L'objectif de ce texte : contribuer à réduire par deux le gaspillage alimentaire d'ici 2025 en permettant
aux clients des restaurants de pouvoir emporter ce qu'il reste de leur repas (plat ou boisson) afin qu'ils
puissent être consommés ultérieurement et ainsi éviter que ces restes non consommés ne soient
La revue de Presse KYLIA
21
jetés.
En effet, selon l'exposé des motifs, les pertes de nourriture sont 5 fois plus élevées en restauration
commerciale qu'à domicile, et s'élèvent à 27%, soit 157 grammes par personne et par repas. Parmi
ces pertes, les restes de l'assiette représentent 11% pour une valeur moyenne de l'ordre de 1 euros
par repas.
Les députés reconnaissent qu'un grand nombre de représentant de la restauration se sont déjà
engagés dans une telle démarche, mais ils souhaitent généraliser cette pratique en la rendant
obligatoire.
Pour l'Umih, cette pratique ne doit pas être imposée aux professionnels, pour qui elle représenterait
une obligation supplémentaire qui viendrait s'ajouter à une liste déjà longue pesant sur la profession
au quotidien.
Des bonnes pratiques existent déjà dans la restauration
L'organisation professionnelle rappelle que les restaurateurs travaillent déjà au quotidien à réduire
leurs pertes, tant en cuisine que dans les retours de salle, en étudiant leur carte et en adaptant leurs
portions. En outre, l'Umih précise qu'elle a mis en place en octobre 2016, des guides de bonnes
pratiques pour vaincre le gaspillage en en restauration mais aussi en hôtellerie. Sans oublier la
publication en novembre 2017 d'un livre : les chefs s'engagent : leurs recettes anti-gaspi. Près d'une
trentaine de chef de l'Umih proposent des recettes gourmandes où tout est utilisé pour aboutir à zéro-
déchet.
Le syndicat de la rue d'Anjou demande aux parlementaires de revenir sur ce projet. Rien n'est joué,
l'amendement doit encore passer en commission des affaires économiques de l'assemblée nationale,
pour être soumis au votre du parlement à compter du 21 mai dans le cadre d'un projet de loi sur
l'alimentation. Mais la profession doit rester vigilante.
Source : www.lhôtellerie-restauration.fr
La revue de Presse KYLIA
22
BAIL COMMERCIAL : L’OBLIGATION DE
DÉLIVRANCE, UNE OBLIGATION
ESSENTIELLE PESANT SUR LE BAILLEUR.
Le 06/04/2018
Un bail commercial est un contrat lourd d’engagements pour les deux parties. Il impose
diverses obligations pour chacune des parties : l’obligation essentielle pour le bailleur étant
celle de délivrance et pour le locataire celle du paiement du loyer.
En réalité, l’obligation de délivrance est une obligation qui résulte de la nature même du contrat de
louage : le bailleur est obligé, par la nature du contrat, de délivrer au locataire le bien loué, de
l’entretenir en état de servir à l’usage pour lequel il a été loué et d’en faire jouir paisiblement le
locataire pendant la durée du bail conformément à l’article 1719 du Code civil.
Le caractère essentiel de l’obligation de délivrance qui pèse sur le bailleur est régulièrement rappelé
par la jurisprudence et vient d’être rappelé dans un arrêt récent (Cass. Civ. 3e, 18 janv. 2018 n° 16-
26.011).
Mais quels sont les contours de l’obligation de délivrance ?
La délivrance de la chose louée
Il s’agit tout d’abord de la « délivrance de la chose louée ».
Cette délivrance est logique : le bailleur doit mettre à la disposition de son locataire les biens loués et
cela suppose que le bailleur remette au locataire le local principal mais aussi ses accessoires (caves,
greniers etc…). Cette obligation de délivrance de la chose louée se matérialise notamment par la
remise des clefs au locataire.
L’usage veut aussi que le bailleur mette à la disposition de son locataire un local clos et couvert. La
délivrance oblige également le bailleur à délivrer au locataire un local conforme à sa destination
contractuelle.
En clair, le bailleur doit s’assurer que le locataire puisse exercer son activité dans le local
conformément à la destination du bail. Ainsi, un bail pourra être résilié aux torts exclusifs du bailleur
pour manquement à son obligation de délivrance dès lors que le local ne peut être affecté à l’usage
prévu.
La revue de Presse KYLIA
23
A titre d’illustration, un bailleur qui donne à usage de snack-bar un local alors qu’il sait que cette
activité nécessite un changement d’affectation du local exige une autorisation administrative laquelle a
d’ores et déjà été refusée méconnait l’obligation de délivrance conforme du local.
La remise d’un bien en bon état
Il s’agit également pour le bailleur de remettre un bien loué « en bon état de réparations ».
Mais s’agissant de ce principe, il n’est pas impératif de sorte que les parties peuvent valablement y
déroger en prévoyant par exemple que le locataire prend les lieux loués dans l’état où ils se trouvent
sous réserve cependant que les lieux loués permettent la destination autorisée par le bail.
Néanmoins, ces clauses sont à rédiger avec la plus grande prudence car si une telle clause peut
prévoir que le locataire s’engage à prendre les lieux dans l’état où ils se trouvent lors de l’entrée en
jouissance, la présence d’une telle clause est interprétée strictement par les tribunaux et en tout état
de cause ne dispense pas le bailleur de son obligation d’entretenir le bien en état de servir à l’usage
auquel il est destiné pendant toute la durée du bail.
A ce titre, en matière de bail commercial, en l’absence de clause contraire dans les contrats conclus
avant le 5 novembre 2014, et dans tous les cas pour les baux conclus ou renouvelés après cette date
(loi Pinel), le bailleur est tenu des grosses réparations.
L’obligation d’entretenir la chose louée en état de servir à l’usage pour lequel elle a été louée est donc
inhérente à l’obligation de délivrance conforme.
Les sanctions de l’inexécution de l’obligation de délivrance
La charge de la preuve de l’obligation de délivrance pèse sur le bailleur : ainsi il lui appartient de
prouver qu’il s’est libéré de cette obligation et lorsque le locataire allègue une délivrance partielle, le
bailleur doit établir qu’il a satisfait entièrement à son obligation.
Il existe un véritable arsenal de sanctions pour le locataire victime de manquements de son bailleur à
l’obligation de délivrance.
Ainsi, les sanctions peuvent aller de l’action en exécution forcée (par exemple de délivrer les lieux en
bon état), de l’action en exception d’inexécution (libérant le locataire de son obligation de payer le
loyer jusqu’à la délivrance de la chose louée) à l’action en résiliation du bail et même à la demande de
dommages-intérêts.
Illustration du non-respect de l’obligation de délivrance par un bailleur
La revue de Presse KYLIA
24
Dans un arrêt récent, la Cour de cassation rappelle que le bailleur doit respecter l’obligation de
délivrance notamment s’agissant de l’entretien du bien afin qu’il soit conforme à sa destination
contractuel (Cass. Civ. 3e, 19 octobre 2017, 16-14.134).
Dans cet arrêt, il était question d’un locataire qui avait pris à bail des locaux à usage de boulangerie
au rez-de-chaussée d’un immeuble dont le bailleur était propriétaire.
Le plancher de l’appartement situé au premier étage avait cédé et avait endommagé le local
commercial et les installations nécessaires à l’exploitation de la boulangerie.
En réalité, le sinistre était la conséquence de l’humidité dégagée par l’utilisation du four à buée du
boulanger. S’en était suivi une procédure au titre de laquelle allait être déterminée les responsabilités
des uns et des autres dans la survenance de ce sinistre.
Dans cet arrêt, la Cour de cassation considère que le propriétaire a manqué à son obligation
d’entretenir les lieux en état de servir à l’usage pour lequel ils avaient été loués et doit donc supporter
les conséquences dommageables liées à l’effondrement du plafond.
En effet, selon la Haute Juridiction : le preneur avait régulièrement entretenu le four, l’état de vétusté
de ce matériel n’était pas établi, « la nature du plancher en bois aggloméré était incompatible avec
l’exploitation d’un fournil », et « l’humidité, qui se dégageait du four à buée, même si elle avait été
partiellement à l’origine de l’état du plafond, était la conséquence d’un usage normal des locaux
destinés exclusivement à l’exploitation d’une boulangerie » retenant « qu’il incombait au bailleur de
faire procéder à des travaux pour assurer la solidité de la structure du plafond » (Cass. Civ. 3e, 19
octobre 2017, 16-14.134).
En clair, tout local doit, matériellement, permettre la réalisation effective de l’activité pour laquelle la
location a été prévue au risque pour le bailleur d’engager sa responsabilité au regard de son
obligation de délivrance.
Source : www.village-justice.com
La revue de Presse KYLIA
25
A propos de Kylia
KYLIA, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau d’agences immobilières Nouvelle
Génération : Le 1
er
réseau immobilier à partager sa croissance avec l’ensemble de ses agents.
Kylia développe un modèle économique orienté « Agent » : Une entreprise construite par et pour ses
agents immobiliers.
Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com
Contact Presse : KYLIA Immobilier
Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18

Contenu connexe

Tendances

S48 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
S48   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014S48   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
S48 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
KYLIA France
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 janvier 2019
S4   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 janvier 2019S4   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 janvier 2019
S4 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 janvier 2019
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine du 1 au 17 août 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 1 au 17 août 2014Revue de presse kylia   semaine  du 1 au 17 août 2014
Revue de presse kylia semaine du 1 au 17 août 2014
KYLIA France
 
S39 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 septembre 2017
S39   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 septembre 2017S39   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 septembre 2017
S39 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 septembre 2017
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 50
Revue de presse kylia   semaine 50Revue de presse kylia   semaine 50
Revue de presse kylia semaine 50
KYLIA France
 
S50 revue de presse kylia
S50   revue de presse kyliaS50   revue de presse kylia
S50 revue de presse kylia
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine du 3 au 9 février 2014.
Revue de presse kylia   semaine du 3 au 9 février 2014.Revue de presse kylia   semaine du 3 au 9 février 2014.
Revue de presse kylia semaine du 3 au 9 février 2014.
KYLIA France
 
S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
S38   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017S38   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
KYLIA France
 
S46 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
S46   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019S46   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
S46 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
KYLIA France
 
Détail du plan d'économies présenté par Manuel Valls
Détail du plan d'économies présenté par Manuel VallsDétail du plan d'économies présenté par Manuel Valls
Détail du plan d'économies présenté par Manuel Valls
FactaMedia
 
Revue de presse kylia semaine 19
Revue de presse kylia   semaine 19Revue de presse kylia   semaine 19
Revue de presse kylia semaine 19
KYLIA France
 
Les 20 propositions de l'UMP sur le logement
Les 20 propositions de l'UMP sur le logementLes 20 propositions de l'UMP sur le logement
Les 20 propositions de l'UMP sur le logement
Ludovic Clerima
 
Revue de presse de la semaine 38 2012
Revue de presse de la semaine 38 2012Revue de presse de la semaine 38 2012
Revue de presse de la semaine 38 2012
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 36 2012
Revue de presse de la semaine 36 2012Revue de presse de la semaine 36 2012
Revue de presse de la semaine 36 2012
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 14
Revue de presse kylia   semaine 14Revue de presse kylia   semaine 14
Revue de presse kylia semaine 14
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 50 2012
Revue de presse de la semaine 50 2012Revue de presse de la semaine 50 2012
Revue de presse de la semaine 50 2012
KYLIA France
 
S49
S49S49
Revue de la semaine 9
Revue de la semaine 9Revue de la semaine 9
Revue de la semaine 9
KYLIA France
 

Tendances (19)

S48 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
S48   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014S48   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
S48 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 janvier 2019
S4   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 janvier 2019S4   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 janvier 2019
S4 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 janvier 2019
 
Revue de presse kylia semaine du 1 au 17 août 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 1 au 17 août 2014Revue de presse kylia   semaine  du 1 au 17 août 2014
Revue de presse kylia semaine du 1 au 17 août 2014
 
S39 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 septembre 2017
S39   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 septembre 2017S39   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 septembre 2017
S39 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 septembre 2017
 
Revue de presse kylia semaine 50
Revue de presse kylia   semaine 50Revue de presse kylia   semaine 50
Revue de presse kylia semaine 50
 
S50 revue de presse kylia
S50   revue de presse kyliaS50   revue de presse kylia
S50 revue de presse kylia
 
Revue de presse kylia semaine du 3 au 9 février 2014.
Revue de presse kylia   semaine du 3 au 9 février 2014.Revue de presse kylia   semaine du 3 au 9 février 2014.
Revue de presse kylia semaine du 3 au 9 février 2014.
 
S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
S38   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017S38   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
 
S46 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
S46   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019S46   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
S46 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
 
Détail du plan d'économies présenté par Manuel Valls
Détail du plan d'économies présenté par Manuel VallsDétail du plan d'économies présenté par Manuel Valls
Détail du plan d'économies présenté par Manuel Valls
 
Revue de presse kylia semaine 19
Revue de presse kylia   semaine 19Revue de presse kylia   semaine 19
Revue de presse kylia semaine 19
 
Les 20 propositions de l'UMP sur le logement
Les 20 propositions de l'UMP sur le logementLes 20 propositions de l'UMP sur le logement
Les 20 propositions de l'UMP sur le logement
 
Revue de presse de la semaine 38 2012
Revue de presse de la semaine 38 2012Revue de presse de la semaine 38 2012
Revue de presse de la semaine 38 2012
 
Revue de presse de la semaine 36 2012
Revue de presse de la semaine 36 2012Revue de presse de la semaine 36 2012
Revue de presse de la semaine 36 2012
 
Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012
 
Revue de presse kylia semaine 14
Revue de presse kylia   semaine 14Revue de presse kylia   semaine 14
Revue de presse kylia semaine 14
 
Revue de presse de la semaine 50 2012
Revue de presse de la semaine 50 2012Revue de presse de la semaine 50 2012
Revue de presse de la semaine 50 2012
 
S49
S49S49
S49
 
Revue de la semaine 9
Revue de la semaine 9Revue de la semaine 9
Revue de la semaine 9
 

Similaire à S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018

S30 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
S30   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018S30   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
S30 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine du 25 au 31 août 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 25 au 31 août 2014Revue de presse kylia   semaine  du 25 au 31 août 2014
Revue de presse kylia semaine du 25 au 31 août 2014
KYLIA France
 
S26 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
S26   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019S26   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
S26 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
KYLIA France
 
S28 revue de presse kylia - semaine du 3 au 9 juillet 2017
S28   revue de presse kylia - semaine du 3 au 9 juillet 2017S28   revue de presse kylia - semaine du 3 au 9 juillet 2017
S28 revue de presse kylia - semaine du 3 au 9 juillet 2017
KYLIA France
 
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
KYLIA France
 
S5 revue de presse kylia
S5   revue de presse kyliaS5   revue de presse kylia
S5 revue de presse kylia
KYLIA France
 
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de routeLogement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
Hélène Seloger
 
La revue de presse du 8 au 14 février 2016
La revue de presse du 8 au 14 février 2016La revue de presse du 8 au 14 février 2016
La revue de presse du 8 au 14 février 2016
KYLIA France
 
S5 revue de presse kylia
S5   revue de presse kyliaS5   revue de presse kylia
S5 revue de presse kylia
KYLIA France
 
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
KYLIA France
 
Larevue de presse de la semaine du 12 au 18 octobre 2015
Larevue de presse de la semaine du 12 au 18 octobre 2015Larevue de presse de la semaine du 12 au 18 octobre 2015
Larevue de presse de la semaine du 12 au 18 octobre 2015
KYLIA France
 
S11 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
S11   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019S11   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
S11 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
KYLIA France
 
S5 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018
S5   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018S5   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018
S5 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018
KYLIA France
 
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
KYLIA France
 
La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
KYLIA France
 
S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 39 2012
Revue de presse de la semaine 39 2012Revue de presse de la semaine 39 2012
Revue de presse de la semaine 39 2012
KYLIA France
 
S39 revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 septembre 2018
S39   revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 septembre 2018S39   revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 septembre 2018
S39 revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 septembre 2018
KYLIA France
 
S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
S49   revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017S49   revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
KYLIA France
 
Daniel petit Président d'Inter Invest à l'assemblée Nationale
Daniel petit Président d'Inter Invest à l'assemblée NationaleDaniel petit Président d'Inter Invest à l'assemblée Nationale
Daniel petit Président d'Inter Invest à l'assemblée Nationale
Daniel Petit
 

Similaire à S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018 (20)

S30 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
S30   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018S30   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
S30 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
 
Revue de presse kylia semaine du 25 au 31 août 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 25 au 31 août 2014Revue de presse kylia   semaine  du 25 au 31 août 2014
Revue de presse kylia semaine du 25 au 31 août 2014
 
S26 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
S26   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019S26   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
S26 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
 
S28 revue de presse kylia - semaine du 3 au 9 juillet 2017
S28   revue de presse kylia - semaine du 3 au 9 juillet 2017S28   revue de presse kylia - semaine du 3 au 9 juillet 2017
S28 revue de presse kylia - semaine du 3 au 9 juillet 2017
 
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
 
S5 revue de presse kylia
S5   revue de presse kyliaS5   revue de presse kylia
S5 revue de presse kylia
 
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de routeLogement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
 
La revue de presse du 8 au 14 février 2016
La revue de presse du 8 au 14 février 2016La revue de presse du 8 au 14 février 2016
La revue de presse du 8 au 14 février 2016
 
S5 revue de presse kylia
S5   revue de presse kyliaS5   revue de presse kylia
S5 revue de presse kylia
 
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
 
Larevue de presse de la semaine du 12 au 18 octobre 2015
Larevue de presse de la semaine du 12 au 18 octobre 2015Larevue de presse de la semaine du 12 au 18 octobre 2015
Larevue de presse de la semaine du 12 au 18 octobre 2015
 
S11 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
S11   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019S11   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
S11 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
 
S5 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018
S5   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018S5   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018
S5 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 janvier 2018
 
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
 
La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
 
S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
 
Revue de presse de la semaine 39 2012
Revue de presse de la semaine 39 2012Revue de presse de la semaine 39 2012
Revue de presse de la semaine 39 2012
 
S39 revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 septembre 2018
S39   revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 septembre 2018S39   revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 septembre 2018
S39 revue de presse kylia - semaine du 17 au 23 septembre 2018
 
S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
S49   revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017S49   revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
 
Daniel petit Président d'Inter Invest à l'assemblée Nationale
Daniel petit Président d'Inter Invest à l'assemblée NationaleDaniel petit Président d'Inter Invest à l'assemblée Nationale
Daniel petit Président d'Inter Invest à l'assemblée Nationale
 

Plus de KYLIA France

S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
KYLIA France
 
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
KYLIA France
 
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
KYLIA France
 
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
KYLIA France
 
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
KYLIA France
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
KYLIA France
 
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
KYLIA France
 
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
KYLIA France
 
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
KYLIA France
 
S22 revue de presse kylia
S22   revue de presse kyliaS22   revue de presse kylia
S22 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
KYLIA France
 
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
KYLIA France
 
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
KYLIA France
 
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
KYLIA France
 
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
KYLIA France
 
S9 revue de presse kylia
S9   revue de presse kyliaS9   revue de presse kylia
S9 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S8 revue de presse kylia
S8   revue de presse kyliaS8   revue de presse kylia
S8 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S7 revue de presse kylia
S7   revue de presse kyliaS7   revue de presse kylia
S7 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S6 revue de presse kylia
S6   revue de presse kyliaS6   revue de presse kylia
S6 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
S4   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020S4   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
S4 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
KYLIA France
 

Plus de KYLIA France (20)

S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
 
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
 
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
 
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
 
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
 
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
 
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
 
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
 
S22 revue de presse kylia
S22   revue de presse kyliaS22   revue de presse kylia
S22 revue de presse kylia
 
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
 
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
 
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
 
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
 
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
 
S9 revue de presse kylia
S9   revue de presse kyliaS9   revue de presse kylia
S9 revue de presse kylia
 
S8 revue de presse kylia
S8   revue de presse kyliaS8   revue de presse kylia
S8 revue de presse kylia
 
S7 revue de presse kylia
S7   revue de presse kyliaS7   revue de presse kylia
S7 revue de presse kylia
 
S6 revue de presse kylia
S6   revue de presse kyliaS6   revue de presse kylia
S6 revue de presse kylia
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
S4   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020S4   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
S4 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
 

S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018

  • 1. La revue de Presse KYLIA 1 LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE Du 2 au 8 avril 2018 LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTIEL Un projet de loi Elan sans souffle Le 03/04/2018 Des logements sociaux récents, dans le XIIIe arrondissement de Paris. Photo Alain Guilhot. - Divergence pour Libération Le texte, présenté ce mercredi, veut faciliter les constructions et encourager la vente de HLM afin de pallier le désengagement de l’Etat dans leur financement. Les professionnels du secteur ne sont pas tous convaincus. Un projet de loi Elan sans souffle
  • 2. La revue de Presse KYLIA 2 «Construire plus, plus vite, mieux et moins cher» : le gouvernement a fixé des objectifs très ambitieux à son projet de loi Elan (Evolution du logement, de l’aménagement et du numérique) présenté ce mercredi en Conseil des ministres. Il a même été question de provoquer, avec ce texte, un «choc de l’offre [de logements, ndlr]». Une expression mise un peu en sourdine ces dernières semaines par l’exécutif. En effet, la tendance haussière de la construction qui a caractérisé l’année 2017 semble marquer le pas en ce début d’année 2018. Au cours des trois derniers mois (de décembre à février), les mises en chantier n’ont progressé que de 2,9 % par rapport aux trimestres précédents, selon les chiffres du ministère de la Transition écologique. Et ce ne sont pas les quelques mesures techniques de la loi Elan en faveur du bâtiment qui vont relancer la machine à construire. Les réformes structurelles du texte ne concernent que le parc HLM : de nombreux organismes seront obligés de se regrouper pour atteindre une «taille critique». Le gouvernement entend aussi pousser les bailleurs sociaux à vendre 40 000 logements par an (sur un parc de 4,5 millions d’habitations). Le produit de ces cessions devant compenser le désengagement de l’Etat dans le financement de la construction de logements sociaux. Pourquoi le monde du logement ne croit pas à un «choc de l’offre» ? Dans le milieu du logement et du BTP, certains prédisent même une diminution de la construction au cours de l’année 2018 «en raison de la baisse des investissements du monde des HLM», durement frappé au portefeuille par la diminution de 1,5 milliard d’euros des APL accordées à leurs locataires, que les organismes devront compenser par une baisse équivalente de leurs loyers. Un ponte des HLM anticipe «un retrait des investissements de l’ordre de 20 % des bailleurs sociaux parce qu’ils auront moins de fonds propres». Cette situation risque même d’avoir un impact sur la production de logements dans le privé. «Les HLM jouent un rôle levier dans certaines opérations immobilières», pointe l’économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) Pierre Madec. En se portant acquéreur de 10 ou 20 logements dans un programme d’une cinquantaine d’appartements, par exemple, «les HLM permettent au promoteur d’amorcer l’opération», précise l’économiste à Libération. Le retrait des bailleurs sociaux risque donc de retarder ou même de faire capoter de nombreux projets immobiliers mixtes. Quelles mesures globales pour la construction ? Pour construire, il faut des terrains à bâtir. Fort de cet adage, le gouvernement a fait voter dans le cadre de la loi de finances 2018 - adoptée en décembre - un abattement fiscal sur les plus-values immobilières, en faveur des propriétaires fonciers qui vendent leurs parcelles dans les zones tendues. Ce dispositif, valable jusqu’à fin 2019, vise à accélérer la mise sur le marché de parcelles indispensables à toute politique de relance du logement. Dans ce texte, le gouvernement Philippe
  • 3. La revue de Presse KYLIA 3 s’inscrit aussi dans la continuité des prédécesseurs en intégrant dans la loi Elan des mesures pour simplifier les normes d’urbanisme, de construction, sécuriser les permis de construire, lutter contre les recours dits «abusifs» de riverains contre des opérations immobilières et faciliter les transformations de bureaux en logements. Enfin, le texte crée des nouveaux outils juridiques, tels que les grandes opérations d’urbanisme (GOU) pour permettre aux collectivités locales d’accélérer leurs projets urbains. «Ce sont des mesures qui vont dans le bon sens pour faciliter la construction, mais dont il ne faut pas attendre monts et merveilles»,commente l’économiste à l’Ecole d’urbanisme de Paris Jean- Claude Driant, cité par l’AFP. Pas de quoi provoquer un choc de l’offre, donc. Pourquoi le gouvernement veut-il fusionner les HLM ? Officiellement, c’est pour «renforcer l’efficacité de la gestion des bailleurs sociaux et faciliter la restructuration de leur patrimoine» que le gouvernement veut fusionner les organismes HLM, au nombre de 800 en France. A compter du 1 er janvier 2021, tous les organismes recensant moins de 15 000 logements devront se regrouper au sein d’entités pouvant comporter des offices publics ou des sociétés d’économie mixte (SEM). Mais certains analystes estiment que ces fusions ne sont que la conséquence de la loi de finances 2018, qui réduit de 1,5 milliard d’euros les APL. Une baisse compensée par une réduction équivalente des loyers. «Les organismes HLM les plus fragiles, qui comptent le plus de locataires touchant l’APL, devront procéder à une baisse massive des loyers qui va les mettre en difficulté. Ils n’auront donc d’autres choix que d’intégrer des structures plus grosses et plus solides», estime un observateur du monde HLM. D’aucuns redoutent aussi une perte de la qualité de service aux locataires, avec la fin d’une gestion de proximité offerte par les petits organismes. Pourquoi vouloir accélérer la vente de HLM ? Dans l’exposé des motifs de sa loi, le gouvernement dit qu’il veut faciliter par ce biais «le développement de l’accession sociale à la propriété dans le patrimoine social». Pour atteindre son objectif de 40 000 ventes de HLM par an (contre 8 000 aujourd’hui), la loi Elan crée une structure ad hoc spécialisée avec le concours d’Action Logement (le collecteur du 1 % logement). Mais pour le député communiste de Seine-Saint-Denis Stéphane Peu, ces ventes n’ont qu’un objectif : que «les HLM s’autofinancent. L’Etat se désengage. C’est la fin d’une politique de solidarité dans le logement». Source : www.liberation.fr
  • 4. La revue de Presse KYLIA 4 Logement : une loi qui devra encore faire ses preuves LE 03/04/2018 Jacques Mezard, le ministre de la Cohésion des Territoires et du Logement présentera demain la loi Elan sur le logement qui sera discutée à l'assemblée nationale à partir de la fin du mois. - Witt/SIPA Le texte de la loi Elan vise un champ qui va de l'aménagement urbain à la copropriété, sans toutefois chiffrer ses objectifs ou annoncer un calendrier. Enfin... Huit mois après le lancement de la Stratégie nationale pour le Logement, le texte de la loi ELAN, pour « Evolution du Logement de l'Aménagement et du Numérique », arrive en conseil des ministres, ce mercredi 4 avril, pour un vote prévu sans doute à l'automne. Pas de grande surprise, tant ses deux défenseurs, le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard et son secrétaire d'Etat Julien Denormandie se sont efforcés d'en distiller le contenu, au gré de leurs visites sur le terrain et auprès des professionnels. Avant même la discussion de la loi au Parlement, les 222 villes qui bénéficieront des fonds du plan de revitalisation des villes moyennes étaient ainsi déjà connues ; tout comme la charte signée avec
  • 5. La revue de Presse KYLIA 5 plusieurs promoteurs sur la transformation de bureaux en logements, selon les modalités d'un texte pas encore voté... Les ministres justifient cette communication très orchestrée par la longue concertation qui a précédé l'élaboration du texte, auprès des Français par voie numérique, des professionnels et des parlementaires via la conférence de consensus en janvier. « Un vaste speed dating où nous avons été parfois écoutés, rarement entendus », déplorent cependant certains professionnels. Faire mieux que les précédents textes Ce nouveau texte vient s'ajouter à une liste déjà longue de lois sur le logement (Mole, ENL, Alur, Egalité et citoyenneté...), dont certaines ne sont pas encore appliquées. Son objectif : conforter des politiques mises en oeuvre depuis déjà des années, avec un résultat souvent très éloigné des espoirs initiaux que ce texte entend bien atteindre. La libération des terrains publics, régulée par une loi de 2013, est ainsi encore simplifiée et à nouveau encouragée. L'arlésienne de la lutte contre les recours abusifs est encadrée par des règles plus strictes, mais cette disposition risque de se heurter à l'engorgement des tribunaux, au moins dans un premier temps. Les délais d'obtention des permis de construire devraient aussi être allégés. Enfin, le « permis de faire » ou « permis d'innover » pourra remplacer les objectifs de moyens par des objectifs de résultat... Les modalités d'application elles sont renvoyées à des décrets. Voire à des ordonnances, comme la réforme de la loi de 1965 sur la copropriété... Le texte dont le but ultime est de construire « plus, mieux et moins cher » n'affiche prudemment aucun objectif quantitatif, ni aucun calendrier. En consolidant le secteur des HLM, le gouvernement l'aidera peut-être à se réformer et à être plus efficace pour loger les plus modestes, mais les bailleurs se demandent pour l'instant comment maintenir leur plan de production et d'entretien avec 1,5 milliard de recettes en moins. Côté privé, les professionnels observent, un peu blasés, les nouvelles promesses de simplification. Source : www.lesechos.fr
  • 6. La revue de Presse KYLIA 6 Immobilier parisien : vers un mètre carré à 9 330 euros en mai Selon les notaires, la hausse des prix atteindrait 8,6 % dans la capitale en mai en rythme annuel, et devrait se prolonger tout le printemps. Le 03/04/2018 La place du Tertre est située sur la butte Montmartre, dans le quartier de Clignancourt du 18ᵉ arrondissement de Paris PATRICK KOVARIK / AFP La hausse des prix immobilier se poursuit en Ile-de-France. Selon la dernière note de conjoncture des notaires franciliens, publiée le 29 mars, le marché immobilier régional est toujours caractérisé par un rythme des ventes soutenu et par une hausse du prix des logements, concentrée essentiellement dans Paris intra-muros. « Paris reste un marché immobilier à part », constatent les notaires. Dans la capitale, le prix au m² des appartements anciens est ressorti à 9 060 euros en janvier 2018 (+7,9 % en un an). D’après les avant-contrats, cette hausse devrait se poursuivre pendant tout le printemps. Le prix moyen parisien
  • 7. La revue de Presse KYLIA 7 devrait ainsi atteindre 9 330 euros le m² en mai, ce qui correspondrait à une hausse annuelle de 8,6 %. Paris est clairement la locomotive des prix en Ile-de-France. Quand la hausse moyenne devrait atteindre 5,9 % sur l’ensemble de la région entre mai 2017 et mai 2018, elle devrait ressortir à 4,8 % en petite couronne et ne devrait pas dépasser 1,2 % en grande couronne. L’activité du marché immobilier francilien ne faiblit pas. La croissance des ventes, encore très forte en fin d’année 2017, a certes marqué une pause en janvier, mais les ventes sont reparties à la hausse en février. Entre novembre 2017 et janvier 2018, le nombre de ventes a été supérieur de 25 % par rapport à son niveau moyen des 10 dernières années. Source : www.lemonde.fr
  • 8. La revue de Presse KYLIA 8 La Cour des comptes juge efficace une aide publique à la rénovation énergétique Le 04/04/2018 Entrée de la Cour des comptes à Paris, le 20 septembre 2016 ((c) Afp) Paris (AFP) - La Cour des comptes a dressé mercredi un bilan "encourageant" du versement de l'aide publique "Habiter mieux" qui a financé 240.000 rénovations énergétiques de logements depuis 2010, et fait des préconisations pour la rendre encore plus efficace. Saisie par la Commission des finances du Sénat en décembre 2016, la Cour a mené une enquête auprès de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) qui gère le programme "Habiter Mieux" depuis sa création en 2010, et passé au crible un peu plus d'un millier de dossiers. Le bilan de cette prime versée aux ménages, pour la plupart des propriétaires occupants modestes, pour les aider à rénover leur logement - en complément d'autres aides - est "encourageant", a résumé Pascal Duchadeuil, président de la cinquième chambre de la Cour des comptes en présentant le rapport, rendu public mercredi.
  • 9. La revue de Presse KYLIA 9 "Il n'est pas fréquent que la Cour", souvent très critique quant à la qualité de la gestion des deniers publics, "soit amenée à délivrer ce type d'appréciation, surtout d'ailleurs dans le domaine de la politique du logement", a-t-il souligné. Si le dispositif a des "faiblesses", celles-ci peuvent "être corrigées", selon la Cour, "pour répondre aux nouveaux défis auxquels "Habiter mieux" est désormais confronté": atteindre l'objectif de 75.000 logements rénovés par an, soit une hausse de 50%, fixé par le gouvernement fin novembre. Deux des trois objectifs fixés au programme ont été atteints: accompagner les plus défavorisés, avec des bénéficiaires très modestes (83% des dossiers) et faire baisser la consommation d'énergie de logements, avec 43% de gain énergétique en 2016, soit bien mieux que les 30% visés. Suite à une "période de chauffe prolongée", outre le "gain financier sur la consommation d'énergie", les ménages constatent une "amélioration de l'état général du logement, un assainissement des logements, une diminution de la sensation de froid et une amélioration de la santé des occupants", note la Cour. - "Gestion efficace" - Pour le troisième objectif en revanche, rénover le parc privé de logements, "le bilan est en demi- teinte": sur un objectif 2010-2017 de 300.000 logements, "on a dépassé 240.000 fin 2017", a souligné M. Duchadeuil. La Cour pointe surtout un "manque de stabilité des moyens et de la réglementation" d'"Habiter mieux": le montant de son enveloppe, le Fonds national d'aide à la rénovation thermique (FART), 500 millions d'euros pour 2010-2017, a été révisé à 10 reprises. "Cette instabilité financière n'a pas permis d'établir un régime d'aide suffisamment pérenne pour attirer tous les bénéficiaires potentiels de ces aides", estime la Cour. De leur côté, les montants alloués ont connu cinq modifications en sept ans, passant de 1.600 à 3.500 euros, pour redescendre à 2.000 euros depuis 2016. Soulignant la "gestion efficace" d'un dispositif "bien évalué et contrôlé" par l'Anah, la Cour prône une gestion dématérialisée des dossiers et une "simplification" des aides pour financer les travaux par tranches - deux évolutions en cours -, pour passer à la vitesse supérieure.
  • 10. La revue de Presse KYLIA 10 Pour moitié des actifs et pour moitié des retraités, les bénéficiaires sont des personnes aux revenus très modestes, logées dans de "grandes maisons individuelles anciennes", onéreuses à chauffer, qui "s'imposent des restrictions de dépenses". La Cour préconise de mieux les accompagner, de "renforcer le lien" entre les niveaux des plafonds d'aide et leur situation de précarité énergétique, de mettre en oeuvre une programmation pluri- annuelle, de stabiliser la réglementation et enfin de "développer le partenariat noué avec les collectivités territoriales". Source : www.nouvelobs.com
  • 11. La revue de Presse KYLIA 11 Logement : la Caisse des dépôts débloque 12 milliards pour le social et l'intermédiaire Le 05/04/2018 L'institution financière bicentenaire crée un nouveau fonds d'investissement doté de 2 milliards d'euros pour l'immobilier résidentiel, avec pour objectif de construire 11.000 nouveaux logements dont 9.000 intermédiaires. (Crédits : Gonzalo Fuentes)Au lendemain de la présentation de loi Évolution du logement et aménagement numérique (Élan), le nouveau directeur général de la CDC, Éric Lombard, a présenté, pour sa première apparition publique ce 5 avril 2018, des outils de financements au service des bailleurs sociaux et du logement intermédiaire. Restaurer l'égalité des chances entre les territoires. Depuis sa nomination à la direction générale de la Caisse des dépôts (CDC) en décembre 2017, Éric Lombard martèle ce message. Dans la continuité du programme "Action cœur de ville" pour lequel la CDC investit 1,7 milliard d'euros et au lendemain d'une signature d'une convention entre l'exécutif et l'Union sociale pour l'habitat (USH), 10 milliards d'euros ont été débloqués pour les bailleurs sociaux et 2 milliards pour le logement intermédiaire. Quelques mois après la loi de finances 2018 qui leur a retiré près de 1,7 milliard d'euros pour cette année, la mesure fera sans aucun doute son effet auprès des bailleurs. « Le secteur du logement social est essentiel, a jugé Éric Lombard ce 5 avril 2018, aussi avons- nous deux priorités : soutenir l'investissement des organismes de logements sociaux (OLS) pour la
  • 12. La revue de Presse KYLIA 12 production de logements neufs et la rénovation, et accompagner les OLS dans leur transformation profonde ». 4 milliards de prêts à taux fixe de marché sur 20 ans Sur les 10 milliards d'euros en « ressources nouvelles », se trouvent donc 2 milliards d'euros de prêt de haut de bilan bonifiés de deuxième génération ou encore 4 milliards en prêts à taux fixe de marché. Sur ce point, « la Caisse, sous sa signature, va émettre sur les marchés financiers jusqu'à vingt ans, précise le directeur général. Chacun contribuera à l'effort de guerre si l'on peut le dire ainsi et cela fera bénéficier le secteur de conditions de financement proches de celles de l'État ». Ces 4 milliards de prêts à taux fixe de marché devraient se décomposer ainsi : 2 milliards pour réaménager la dette et surtout pour les regroupements d'organismes qui vont se retrouver avec des passifs de part et d'autre. Puis, 1 milliard pour soutenir les investissements dans les territoires, dont 700 millions pour les programmes neufs et 300 pour la restructuration. « La CDC doit gagner de l'argent ! » Vient ensuite 1 milliard de prêts à taux fixe pour la réhabilitation thermique. « C'est important au titre de la protection de la planète et des efforts collectifs pour lutter contre le réchauffement climatique, souligne Éric Lombard, et utile pour les charges ». Une goutte d'eau néanmoins au regard des 600.000 passoires thermiques sur 4,7 millions de logements sociaux. La Caisse avancera également 3 milliards de trésorerie, dont 1 milliard pour préfinancer de nouvelles opérations et 2 milliards pour des lignes de trésorerie bancaire. Pour clôturer ces 10 milliards au profit des bailleurs sociaux, 1 milliard d'euros en fonds propres soutiendra la construction. Objectif : la nue-propriété à la CDC, l'usufruit à l'OLS pendant quinze à vingt ans. À ce terme, la Caisse fera les comptes et soit rachètera, soit vendra. « La CDC doit gagner de l'argent ! », rappelle son DG. 2 milliards pour le logement intermédiaire Enfin, l'institution financière bicentenaire crée un nouveau fonds d'investissement doté de 2 milliards d'euros pour l'immobilier résidentiel, avec pour objectif de construire 11.000 nouveaux logements dont 9.000 intermédiaires. La CDC Habitat (ex-SNI) en sera l'opérateur. Source : www.latribune.fr
  • 13. La revue de Presse KYLIA 13 LES ARTICLES DE LA SEMAINE - COMMERCE CONFLITS ENTRE ASSOCIÉS : DE L’ANTICIPATION AUX SOLUTIONS JUDICIAIRES. Le 05/04/2018 3La création d’une société entre plusieurs personnes suppose que les parties aient la « volonté de s’associer ».C’est ainsi que la validité d’une société est, par principe, subordonnée à l’existence de « l’affectio societatis » (« la société de l’affection »), un élément de nature psychologique. Il s’agit en réalité de la volonté de collaborer ensemble et de « poursuivre l’œuvre commune ». A la date de conclusion du contrat de société, cet affectio societatis doit exister. Néanmoins, il est fréquent que cet élément psychologique disparaisse au cours de la vie de la société. C’est ainsi le cas lorsque naissent des conflits entre associés et des mésententes graves. Il est donc fondamental d’anticiper les éventuels conflits qui pourraient naitre entre associés. De l’importance d’anticiper les conflits par la rédaction des statuts… L’anticipation des conflits entre associés passera d’abord par la rédaction des statuts de la société. Ceux-ci se devront d’être adaptés à la situation et à la volonté des associés et doivent être la conséquence de pourparlers et de discussions précises. Les fondateurs de la société devront déterminer ensemble les caractéristiques de la société, et préparer le contrat de société, c’est-à-dire les statuts. Ces statuts prévoiront la forme, la durée, la dénomination, le siège, l’objet et le montant du capital de la société. Afin d’anticiper toute difficulté, d’autres mentions sont essentielles quant aux modalités de fonctionnement de la société. La rédaction minutieuse des statuts sera d’autant plus conseillée pour les formes de sociétés dont le fonctionnement n’est pas précisément réglementé par la loi.
  • 14. La revue de Presse KYLIA 14 Par exemple, dans le cas d’une S.A.S. laquelle est une forme sociale assez souple, les rédacteurs des statuts doivent préciser avec soin l’étendue des pouvoirs respectifs des différents organes de la société et les modalités selon lesquelles ces pouvoirs sont exercés. Ces statuts ont une importance capitale d’autant qu’ils s’imposent aux associés lesquels sont parties au contrat de société. Par ailleurs, les associés d’une société ou certains d’entre eux, pourront envisager la conclusion en dehors des statuts, des conventions, appelées pactes d’associés ou d’actionnaires ou pactes de famille, par lesquelles ils cherchent à contrôler la conduite des affaires sociales et la composition du capital. Ces pactes d’associés ou d’actionnaires sont fréquents dans les sociétés par actions, en particulier dans les SA, notamment pour régir les rapports entre les différents groupes d’actionnaires. Ils pourront contenir des conditions d’entrée et de sortie dans la société. En résumé, l’anticipation au moment de la création de la société ou de la mise en place d’un pacte d’associé pourra permettre d’éviter certaines situations de crises et même de désamorcer certains conflits par la connaissance concrète en amont des éventuelles conséquences d’un conflit. … Aux solutions judiciaires au conflit Il arrive parfois que certains conflits entre associés nécessitent une solution judiciaire pour être réglés allant jusqu’à la solution ultime : la dissolution de la société. A ce titre, le législateur a prévu à l’article 1844-7 du Code civil et comme cause de dissolution de la société la « dissolution anticipée prononcée par le tribunal à la demande d’un associé pour justes motifs, notamment en cas d’inexécution de ses obligations par un associé, ou de mésentente entre associés paralysant le fonctionnement de la société ». Néanmoins, il existe d’autres solutions à envisager avant une telle dissolution. Cela pourra passer par la désignation d’un mandataire ad hoc ou d’un administrateur judiciaire. Cela pourra également passer par des actions en abus de majorité ou même en abus de minorité. Il existe également des actions possibles pour solliciter en Justice la révocation du dirigeant (pour juste motif). Enfin et avant les solutions judiciaires, des solutions amiables peuvent être envisagées. A titre d’exemple, il peut être prévu dans les statuts de la société une clause de médiation ou de conciliation. En tout état de cause, tout associé doit se faire conseiller et assister en période de crise. Source : www.village-justice.com
  • 15. La revue de Presse KYLIA 15
  • 16. La revue de Presse KYLIA 16 LA COPROPRIÉTÉ FACE AUX NUISANCES DES ACTIVITÉS COMMERCIALES EN REZ-DE- CHAUSSÉE D’IMMEUBLE. Le 05/04/2018 Un contrat de bail a été conclu avec un commerçant et vous constatez que celui-ci a changé la destination de son local sans autorisation préalable ou est à l’origine de troubles anormaux de voisinage. Dans ces hypothèses, le bailleur, les voisins et le syndicat des copropriétaires sont à même de demander la cessation de l’activité du commerçant voire la résiliation du bail. L’article de référence en la matière est l’article 9 alinéa 1e de la loi n°65-557 du 10 juillet 1965 : « Chaque copropriétaire dispose des parties privatives comprises dans son lot ; il use et jouit librement des parties privatives et des parties communes sous la condition de ne porter atteinte ni aux droits des autres copropriétaires ni à la destination de l’immeuble ». I. Le changement d’affectation des parties privatives : un risque d’atteinte à la destination de l’immeuble et aux droits des autres copropriétaires La destination de l’immeuble est fixée par le règlement de copropriété (habitation, commerce, mixte). Le locataire souhaitant changer l’affectation de son lot doit demander l’autorisation unanime de l’assemblée générale des copropriétaires pour qu’elle soit conforme à la destination de l’immeuble. Il en va de même si le changement d’affectation du lot est contraire à une disposition du règlement de copropriété interdisant « les commerces générant des nuisances par leur odeur, leur aspect et leurs dangers » La méconnaissance d’une telle disposition peut être invoquée par les copropriétaires pour demander la cessation d’activité. Les juges de cassation se sont, par exemple, fondés sur l’interdiction de toute activité de restauration et de toute activité pouvant entraîner des troubles olfactifs pour les copropriétaires pour condamner le commerçant ayant changé l’affectation de son local Pour déterminer si un immeuble est conforme à la destination de l’immeuble, le juge dispose d’une appréciation souveraine et procède donc à une appréciation in concreto. Dans un arrêt ancien, les juges ont retenu que bien que l’établissement d’enseignement supérieur fût situé dans un immeuble d’habitation bourgeoise, l’exercice d’une activité commerciale au rez-de-chaussée était expressément
  • 17. La revue de Presse KYLIA 17 autorisée par le règlement de copropriété. Il en résultait donc que l’installation et l’extension ultérieure de cet établissement d’enseignement professionnel était licite . Lorsque le changement d’affectation de l’immeuble est licite, il est fréquent que les copropriétaires invoquent une atteinte à la jouissance normale des autres lots. Dans l’arrêt précité, cette argumentation n’a néanmoins pas suffi pour convaincre les juges de cassation malgré le dépôt de mégots, de paquets vides de cigarettes et de papiers dans la cours d’entrée ainsi que le grincement et le claquement de la porte d’entrée. Il peut être enfin précisé que lorsqu’un copropriétaire viole une disposition du règlement de copropriété, il n’est pas nécessaire d’apporter la preuve d’un trouble anormal de voisinage II. L’invocation de troubles anormaux de voisinage : un remède contre des nuisances diverses et multiples Il est acquis de droit que « nul ne doit causer à autrui un trouble anormal de voisinage ». Les troubles anormaux de voisinage sont des nuisances qui excèdent les inconvénients normaux de voisinage. Quelques remarques méritent d’être apportées quant aux notions de troubles d’anormalité et de voisinage 1. La notion de trouble Un trouble peut renvoyer à diverses nuisances dont les plus fréquemment invoquées devant les tribunaux sont les :  nuisances sonores  nuisances olfactives  nuisances lumineuses  réalisations de travaux affectant la propriété voisine  infiltrations d’eau La particularité de ces troubles est qu’ils ne découlent pas forcément d’une faute. Il en résulte que le copropriétaire s’estimant lésé par un trouble anormal de voisinage n’a pas à démontrer l’existence d’une faute pour engager la responsabilité de son voisin. Inversement, un copropriétaire qui se voit reprocher un trouble anormal de voisinage ne peut pas s’exonérer de sa responsabilité en arguant la non-commission d’une faute. Pour autant, pour qu’une action fondée sur un trouble anormal de voisinage soit accueillie, ce trouble doit nécessairement présenter un caractère anormal. 2. La notion de trouble anormal
  • 18. La revue de Presse KYLIA 18 Le caractère anormal du trouble engendré par le commerçant est apprécié selon un faisceau d’indices :  la durée de la nuisance  la survenance de la nuisance en journée ou en soirée  le lieu où se produit la nuisance  la destination de l’immeuble Afin de mieux appréhender ce qui constitue ou non un trouble anormal, voici quelques illustrations s’agissant des nuisances olfactives (a) et des nuisances sonores (b). a. Les nuisances olfactives constitutives d’un trouble anormal de voisinage Les juges de cassation se montrent plus ou moins accueillants des activités des restaurateurs. Ainsi, alors que certains arrêts ont accepté de reconnaître des troubles de voisinage du fait des émanations de fumée d’une pizzeria, d’autres arrêts ont été plutôt favorables aux commerçants. Ainsi, les juges de cassation ont refusé de reconnaître l’existence de troubles anormaux de voisinage alors qu’il était reproché à une sandwicherie les odeurs de cuisine, la présence de papiers gras dans les parties communes et le bruit de la clientèle. b. Les nuisances sonores constitutives d’un trouble anormal de voisinage Les bruits d’activités peuvent être constitutives d’un trouble anormal de voisinage. Les bars et discothèques sont les principaux établissements visés par les demandes de cessation des nuisances sonores. Le copropriétaire qui estime que les nuisances sonores sont excessives peut demander à la mairie d’arrondissement d’effectuer des mesures acoustiques. Il est important de préciser que l’appréciation de la nuisance sonore s’effectue selon l’activité litigieuse. Les juges de cassation ont par exemple jugé que malgré les dispositifs mis en place pour limiter le volume sonore par la discothèque, des nuisances sonores ont perduré. Il a donc été reconnu un trouble anormal de voisinage à l’encontre des propriétaires d’une discothèque . Sans avoir à saisir les tribunaux, il vous est possible de vous adresser à votre syndic voire à la mairie d’arrondissement ou à la préfecture de mettre en demeure l’établissement de faire cesser le bruit ou suspendre son activité. 3. La notion de voisinage Traditionnellement, les copropriétaires étaient les principales personnes pouvant invoquer un trouble anormal de voisinage. Cette possibilité est également ouverte au syndicat des copropriétaires avec comme nuance que l’action de ce dernier se limite aux troubles anormaux de voisinage affectant les seules parties communes. Son terrain d’action est donc plus restrictif que celui des copropriétaires qui
  • 19. La revue de Presse KYLIA 19 peuvent invoquer des troubles anormaux de voisinage affectant les parties privatives de leur lot mais aussi les parties communes. III. Les sanctions prononcées à l’encontre de l’auteur du trouble anormal de voisinage Les copropriétaires victimes d’un trouble anormal de voisinage peuvent demander :  la cessation de l’exploitation commerciale  la réalisation de travaux  la restriction des horaires d’ouverture du commerce pour limiter les nuisances  la résiliation du bail  le versement de dommages-intérêts Avant d’entamer toute procédure judiciaire, il est conseillé de résoudre à l’amiable les conflits de voisinage avec le commerçant à l’origine des nuisances. Source : www.village-justice.com
  • 20. La revue de Presse KYLIA 20 Le doggy bag ne doit pas être obligatoire dans les restaurants Le 05/04/2018 Des députés veulent rendre obligatoire des boites à emporter dans les restaurants pour permettre aux clients d'emporter les restes de leur repas. © Thinkstock Le doggy bag doit résulter d'une démarche volontaire du restaurateur et non d'une obligation La commission du développement durable de l'assemblée nationale a adopté le 21 mars, un amendement visant à créer l'obligation de mettre à disposition un « doggy bag » ou « gourmet bag » dans les restaurants. Le texte prévoit que « les restaurants et les débits de boissons à consommer sur place mettent gratuitement à la disposition de leurs clients des contenants réutilisables ou recyclables permettant d'emporter les aliments ou boissons non consommés sur place ». L'objectif de ce texte : contribuer à réduire par deux le gaspillage alimentaire d'ici 2025 en permettant aux clients des restaurants de pouvoir emporter ce qu'il reste de leur repas (plat ou boisson) afin qu'ils puissent être consommés ultérieurement et ainsi éviter que ces restes non consommés ne soient
  • 21. La revue de Presse KYLIA 21 jetés. En effet, selon l'exposé des motifs, les pertes de nourriture sont 5 fois plus élevées en restauration commerciale qu'à domicile, et s'élèvent à 27%, soit 157 grammes par personne et par repas. Parmi ces pertes, les restes de l'assiette représentent 11% pour une valeur moyenne de l'ordre de 1 euros par repas. Les députés reconnaissent qu'un grand nombre de représentant de la restauration se sont déjà engagés dans une telle démarche, mais ils souhaitent généraliser cette pratique en la rendant obligatoire. Pour l'Umih, cette pratique ne doit pas être imposée aux professionnels, pour qui elle représenterait une obligation supplémentaire qui viendrait s'ajouter à une liste déjà longue pesant sur la profession au quotidien. Des bonnes pratiques existent déjà dans la restauration L'organisation professionnelle rappelle que les restaurateurs travaillent déjà au quotidien à réduire leurs pertes, tant en cuisine que dans les retours de salle, en étudiant leur carte et en adaptant leurs portions. En outre, l'Umih précise qu'elle a mis en place en octobre 2016, des guides de bonnes pratiques pour vaincre le gaspillage en en restauration mais aussi en hôtellerie. Sans oublier la publication en novembre 2017 d'un livre : les chefs s'engagent : leurs recettes anti-gaspi. Près d'une trentaine de chef de l'Umih proposent des recettes gourmandes où tout est utilisé pour aboutir à zéro- déchet. Le syndicat de la rue d'Anjou demande aux parlementaires de revenir sur ce projet. Rien n'est joué, l'amendement doit encore passer en commission des affaires économiques de l'assemblée nationale, pour être soumis au votre du parlement à compter du 21 mai dans le cadre d'un projet de loi sur l'alimentation. Mais la profession doit rester vigilante. Source : www.lhôtellerie-restauration.fr
  • 22. La revue de Presse KYLIA 22 BAIL COMMERCIAL : L’OBLIGATION DE DÉLIVRANCE, UNE OBLIGATION ESSENTIELLE PESANT SUR LE BAILLEUR. Le 06/04/2018 Un bail commercial est un contrat lourd d’engagements pour les deux parties. Il impose diverses obligations pour chacune des parties : l’obligation essentielle pour le bailleur étant celle de délivrance et pour le locataire celle du paiement du loyer. En réalité, l’obligation de délivrance est une obligation qui résulte de la nature même du contrat de louage : le bailleur est obligé, par la nature du contrat, de délivrer au locataire le bien loué, de l’entretenir en état de servir à l’usage pour lequel il a été loué et d’en faire jouir paisiblement le locataire pendant la durée du bail conformément à l’article 1719 du Code civil. Le caractère essentiel de l’obligation de délivrance qui pèse sur le bailleur est régulièrement rappelé par la jurisprudence et vient d’être rappelé dans un arrêt récent (Cass. Civ. 3e, 18 janv. 2018 n° 16- 26.011). Mais quels sont les contours de l’obligation de délivrance ? La délivrance de la chose louée Il s’agit tout d’abord de la « délivrance de la chose louée ». Cette délivrance est logique : le bailleur doit mettre à la disposition de son locataire les biens loués et cela suppose que le bailleur remette au locataire le local principal mais aussi ses accessoires (caves, greniers etc…). Cette obligation de délivrance de la chose louée se matérialise notamment par la remise des clefs au locataire. L’usage veut aussi que le bailleur mette à la disposition de son locataire un local clos et couvert. La délivrance oblige également le bailleur à délivrer au locataire un local conforme à sa destination contractuelle. En clair, le bailleur doit s’assurer que le locataire puisse exercer son activité dans le local conformément à la destination du bail. Ainsi, un bail pourra être résilié aux torts exclusifs du bailleur pour manquement à son obligation de délivrance dès lors que le local ne peut être affecté à l’usage prévu.
  • 23. La revue de Presse KYLIA 23 A titre d’illustration, un bailleur qui donne à usage de snack-bar un local alors qu’il sait que cette activité nécessite un changement d’affectation du local exige une autorisation administrative laquelle a d’ores et déjà été refusée méconnait l’obligation de délivrance conforme du local. La remise d’un bien en bon état Il s’agit également pour le bailleur de remettre un bien loué « en bon état de réparations ». Mais s’agissant de ce principe, il n’est pas impératif de sorte que les parties peuvent valablement y déroger en prévoyant par exemple que le locataire prend les lieux loués dans l’état où ils se trouvent sous réserve cependant que les lieux loués permettent la destination autorisée par le bail. Néanmoins, ces clauses sont à rédiger avec la plus grande prudence car si une telle clause peut prévoir que le locataire s’engage à prendre les lieux dans l’état où ils se trouvent lors de l’entrée en jouissance, la présence d’une telle clause est interprétée strictement par les tribunaux et en tout état de cause ne dispense pas le bailleur de son obligation d’entretenir le bien en état de servir à l’usage auquel il est destiné pendant toute la durée du bail. A ce titre, en matière de bail commercial, en l’absence de clause contraire dans les contrats conclus avant le 5 novembre 2014, et dans tous les cas pour les baux conclus ou renouvelés après cette date (loi Pinel), le bailleur est tenu des grosses réparations. L’obligation d’entretenir la chose louée en état de servir à l’usage pour lequel elle a été louée est donc inhérente à l’obligation de délivrance conforme. Les sanctions de l’inexécution de l’obligation de délivrance La charge de la preuve de l’obligation de délivrance pèse sur le bailleur : ainsi il lui appartient de prouver qu’il s’est libéré de cette obligation et lorsque le locataire allègue une délivrance partielle, le bailleur doit établir qu’il a satisfait entièrement à son obligation. Il existe un véritable arsenal de sanctions pour le locataire victime de manquements de son bailleur à l’obligation de délivrance. Ainsi, les sanctions peuvent aller de l’action en exécution forcée (par exemple de délivrer les lieux en bon état), de l’action en exception d’inexécution (libérant le locataire de son obligation de payer le loyer jusqu’à la délivrance de la chose louée) à l’action en résiliation du bail et même à la demande de dommages-intérêts. Illustration du non-respect de l’obligation de délivrance par un bailleur
  • 24. La revue de Presse KYLIA 24 Dans un arrêt récent, la Cour de cassation rappelle que le bailleur doit respecter l’obligation de délivrance notamment s’agissant de l’entretien du bien afin qu’il soit conforme à sa destination contractuel (Cass. Civ. 3e, 19 octobre 2017, 16-14.134). Dans cet arrêt, il était question d’un locataire qui avait pris à bail des locaux à usage de boulangerie au rez-de-chaussée d’un immeuble dont le bailleur était propriétaire. Le plancher de l’appartement situé au premier étage avait cédé et avait endommagé le local commercial et les installations nécessaires à l’exploitation de la boulangerie. En réalité, le sinistre était la conséquence de l’humidité dégagée par l’utilisation du four à buée du boulanger. S’en était suivi une procédure au titre de laquelle allait être déterminée les responsabilités des uns et des autres dans la survenance de ce sinistre. Dans cet arrêt, la Cour de cassation considère que le propriétaire a manqué à son obligation d’entretenir les lieux en état de servir à l’usage pour lequel ils avaient été loués et doit donc supporter les conséquences dommageables liées à l’effondrement du plafond. En effet, selon la Haute Juridiction : le preneur avait régulièrement entretenu le four, l’état de vétusté de ce matériel n’était pas établi, « la nature du plancher en bois aggloméré était incompatible avec l’exploitation d’un fournil », et « l’humidité, qui se dégageait du four à buée, même si elle avait été partiellement à l’origine de l’état du plafond, était la conséquence d’un usage normal des locaux destinés exclusivement à l’exploitation d’une boulangerie » retenant « qu’il incombait au bailleur de faire procéder à des travaux pour assurer la solidité de la structure du plafond » (Cass. Civ. 3e, 19 octobre 2017, 16-14.134). En clair, tout local doit, matériellement, permettre la réalisation effective de l’activité pour laquelle la location a été prévue au risque pour le bailleur d’engager sa responsabilité au regard de son obligation de délivrance. Source : www.village-justice.com
  • 25. La revue de Presse KYLIA 25 A propos de Kylia KYLIA, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau d’agences immobilières Nouvelle Génération : Le 1 er réseau immobilier à partager sa croissance avec l’ensemble de ses agents. Kylia développe un modèle économique orienté « Agent » : Une entreprise construite par et pour ses agents immobiliers. Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com Contact Presse : KYLIA Immobilier Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18