SlideShare une entreprise Scribd logo
La revue de Presse KYLIA
1
LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE
Du 11 au 17 septembre 2017
LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTIEL
Logement : Macron veut assouplir les normes
et "libérer" la construction
Le 11/09/2017
En déplacement à Toulouse lundi 11 septembre, le président de la République a présenté les
grandes lignes de sa réforme du logement.
Le chef de l'État a présenté à Toulouse sa réforme du logement. © PASCAL PAVANI / POOL / AFP/
PASCAL PAVANI
Alors que la polémique fait rage autour de la baisse des APL, le chef de l'État s'est rendu lundi à
Toulouse (Haute-Garonne) pour un déplacement axé sur la thématique du logement. Emmanuel
Macron y a notamment visité un centre d'hébergement pour mères isolées, avant de décoller dans la
soirée pour les Antilles frappées par l'ouragan Irma. Après une table ronde avec les acteurs du
logement, Emmanuel Macron a détaillé un nouveau dispositif de prise en charge des plus défavorisés,
La revue de Presse KYLIA
2
baptisé Logement d'abord, qu'il a défendu pendant sa campagne présidentielle. Il s'agit de remplacer
les logements d'urgence et les nuitées d'hôtel par des solutions de logements plus pérennes.
Ainsi, 50 000 places supplémentaires pérennes doivent être créées, dont 10 000 dans des pensions
de famille et 40 000 dans le parc locatif. Elles doivent remplacer des nuitées d'hôtel, qu'il juge
inadaptées et « très coûteuses ». Ce volet fera l'objet d'une « mise en œuvre accélérée
dans 15 territoires volontaires, dont Toulouse », a expliqué le président.
Par ailleurs, il veut accroître la construction de logements neufs dans le parc social en portant
à 40 000 par an, dès 2018 et « sur tout le quinquennat », la construction de logements « très
sociaux ». Il a aussi souhaité « faire tourner davantage le parc social en faisant entrer beaucoup plus
de monde et activer un politique de baisses des prix » des logements sociaux. Troisième volet,
Emmanuel Macron veut « libérer » la construction dans le parc libre grâce à « une réduction des
exigences des normes environnementales et sociales » pour obtenir « une production massive » de
logements neufs en quelques années. « Notre pays en construit trop peu, car notre système est
bloqué par la surréglementation », a-t-il estimé. Il faut « diminuer cette réglementation pour la rendre
plus pragmatique, y compris sur des normes qui relèvent de très bons sentiments, quelquefois
environnementales et sociales ». « Il y aura énormément de (gens) qui s'élèveront contre ça, tous
ceux qui ont dit (que) ces normes (sont) sur tout le territoire pour tout le monde »: « On me dira que je
ne respecte pas l'environnement, ou parfois le handicap, parfois ceci ou cela. Mais il faut du
pragmatisme », car « c'est essentiel pour résoudre le problème du logement » , a-t-il estimé.
La baisse des APL, une décision « pas intelligente »
Ces mesures s'inscriront dans un vaste plan logement, qui doit être présenté au prochain conseil des
ministres. Un plan sur lequel plane l'ombre de la baisse décriée de 5 euros des APL, coup de rabot
annoncé fin juillet et jugé « pas intelligent » par le Premier ministre lui-même, avant l'épineuse
présentation du projet de budget pour 2018. Le président a appelé la semaine dernière « tous les
propriétaires à baisser les loyers de 5 euros par mois », s'attirant des critiques à droite comme à
gauche, comme des fédérations de propriétaires. Le ministre de la Cohésion des territoires Jacques
Mézard a promis une « réforme structurelle » de ces aides pour mettre fin à un « système pervers »
responsable d'une inflation des loyers. De premières pistes sont d'ores et déjà critiquées par des
associations de défense des mal-logés.
Dans la Ville rose, entre 300 à 400 personnes, selon la préfecture, 2 000 personnes, selon la CGT,
ont manifesté à cette occasion pour dire « non à la baisse des APL » ou « non aux ordonnances », à
la veille d'une journée de mobilisation contre la réforme du droit du travail. À quelques centaines de
mètres des manifestants, Emmanuel Macron s'est offert un long bain de foule improvisé à la mi-
La revue de Presse KYLIA
3
journée. « Ne lâchez rien », « merci », lui ont répété les badauds, parmi lesquels figuraient des
militants d'En marche ! En arrivant sur place en milieu de matinée, le chef de l'État, dérogeant à son
habitude, a longuement répondu à un journaliste qui lui demandait s'il regrettait d'avoir employé le mot
de « fainéants » pour qualifier des opposants à sa politique de réformes. « Absolument pas », a-t-il
rétorqué, assurant ne pas l'avoir fait « avec l'esprit de polémique ».
Source : www.lepoint.fr
La revue de Presse KYLIA
4
Les loyers ont baissé de 0,6 % depuis le début
de l’année
Le 11/09/2017
Selon l’observatoire Clameur, les loyers baissent dans les deux tiers des villes de plus de 100 000
habitants. En revanche, ils ont augmenté de 1,7 % à Paris.
Mauvaise nouvelle pour les propriétaires bailleurs : l’observatoire Clameur, qui analyse
450 000 baux d’habitation, estime que les loyers ont diminué de 0,6 % en France depuis le
début de 2017. A cette période de l’année, les loyers ont plutôt l’habitude d’augmenter de
0,5 %. Le recul est donc significatif.
Les loyers baissent dans les deux tiers des villes de plus de 100 000 habitants. Et dans un quart, les
loyers progressent moins vite que l’inflation. Nantes, Toulon, Saint-Etienne, Reims, Bordeaux, Angers,
Grenoble, Villeurbanne, Marseille, Le Havre et Rennes voient, par exemple, les loyers moyens perdre
entre 0,5 % et 3,6 %.
La revue de Presse KYLIA
5
En revanche, à Paris, les loyers ont augmenté de 1,7 % et de 0,2 % à Lyon. Mais encore faut-il que le
propriétaire fasse des travaux pour augmenter son loyer car pour des relocations sans travaux, les
loyers baissent partout lors du changement de locataire, et même à Paris (- 5,5 %).
L’ampleur de la diminution dépend de la surface du logement. Les loyers des studios sont quasiment
stables, quand ceux des deux et trois pièces baissent de 0,5 % à 0,9 % et ceux des quatre pièces et
plus de 1,2 % à 1,7 %.
Clameur souligne la perte de pouvoir d’achat des propriétaires bailleurs. De 2013 à 2017, les loyers
de marché ont certes augmenté de 0,2 % par an en moyenne, mais l’inflation se situait à 0,6 %.
Moins de travaux
Les propriétaires voient donc leurs revenus s’éroder alors que leurs charges augmentent. L’Union
nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) estime que la taxe foncière, acquittée par le
propriétaire, a augmenté de 14,70 % en moyenne entre 2010 et 2015. De son côté, l’Association des
responsables de copropriété (ARC) constate un bond de 30 % des charges de copropriété depuis les
années 2000. Une partie est acquittée par le locataire, mais un tiers environ reste à la charge du
propriétaire.
Pour compenser le manque à gagner, les propriétaires rognent sur les travaux. L’effort d’amélioration
est au plus bas depuis 20 ans. Seuls 14,2 % des logements font l’objet de travaux entre deux
locataires.
Cette conjoncture devrait s’accentuer dans les mois à venir. Selon Michel Mouillart, professeur à
l’Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense et responsable de l’observatoire Clameur, la
demande locative est fragile. L’amélioration du marché de l’emploi est lente, le pouvoir d’achat
n’augmente pas, les locataires ont donc peu de moyens supplémentaires à consacrer à leur loyer.
De plus, ces dernières années, les taux d’intérêts très bas ont incité tous les locataires qui le
pouvaient à acheter un logement plutôt que de rester en location : « les locataires qui restent en place
sont donc des ménages plus modestes, ce qui va alimenter la déflation des loyers », estime M.
Mouillart.
Bien sûr, les locataires peuvent se réjouir de payer moins cher leur logement. Mais le manque
d’entretien pourrait entraîner à long terme une dégradation du parc locatif privé. Et le tassement des
loyers n’incite pas les propriétaires à proposer leurs logements vacants à la location, ce qui est un
problème dans les zones tendues comme Paris.
La revue de Presse KYLIA
6
Alors que le président de la République appelait, mardi 5 septembre, les bailleurs privés à faire un
effort pour compenser la baisse des APL en diminuant les loyers de 5 euros, Clameur estime que
l’effort a déjà été consenti par les bailleurs. Depuis le début de l’année, les loyers ont baissé de
6 euros par mois en moyenne en France, et même de 12 euros en Haute-Normandie, ou encore de
10 euros en Bourgogne.
Source : www.lemonde.fr
La revue de Presse KYLIA
7
Immobilier : le PTZ sera reconduit en 2018 mais
dans une version light
Le 13/09/2017
Le dispositif du Prêt à taux zéro (PTZ) est reconduit en 2018. A l'instar du Pinel, son attribution sera
plus restrictive que sa version actuelle, et qui prendra fin le 31 décembre prochain.
Getty Images
Réservé au financement d'un premier achat immobilier, le prêt à taux zéro sera reconduit en
2018. Contrairement à sa version actuelle, il devrait se limiter à certains territoires.
La reconduction du prêt à taux zéro (PTZ) en 2018 est confirmée. Mais, surprise, à l'instar du dispositif
de défiscalisation Pinel, son attribution sera plus restrictive, car réservée à certains territoires. C'est en
tout cas ce qu'a signifié le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des Territoires Julien
Denormandie sur RTL mercredi 13 septembre en précisant que le dispositif serait appliqué "de
manière plus ciblée [...], là où il est le plus nécessaire pour les Français".
Avec la baisse des taux d'intérêt, le PTZ est considéré comme l'un des grands leviers de l'activité
immobilière française, en particulier depuis le 1er janvier 2016, lorsque ses conditions d'octroi avaient
La revue de Presse KYLIA
8
été assouplies (plafonds de ressources augmentés, application dans la France entière et éligibilité des
logements anciens avec travaux).
Un dispositif apprécié
Dispositif public réservé à ceux qui achètent leur résidence principale pour la première fois, il permet
de financer jusqu'à 40 % du coût total du logement et présente comme autre avantage de bénéficier
d'un différé de remboursement de cinq, dix ou quinze ans.
D'après le Crédit Foncier, avec 117 000 opérations, le nombre de PTZ contractés en 2016 a doublé
en un an, pour un montant moyen souscrit de 64 500 euros. 77 % ont été réalisés dans le neuf.
Source : www.votreargent.lexpress.fr
La revue de Presse KYLIA
9
Une vente où le prix du bien baisse de
1 000 euros toutes les 30 secondes
Le 15/09/2017
Un notaire nantais innove en organisant sur Internet des ventes de logements à prix dégressifs. Un
peu comme des enchères à l’envers.
Vend appartement parisien, 14
e
arrondissement, 33,60 m
2
loi Carrez, à rénover. Son prix ?
330 000 euros. Du moins à midi pile, lundi 18 septembre. Car trente secondes plus tard, il aura
diminué de 1 000 euros. Et de 1 000 autres à 12 h 01. Ainsi de suite, pour atteindre
290 000 euros à 12 h 20.
Cette drôle de vente dite « au cadran » va se dérouler sur le site Internet du notaire nantais Vincent
Chauveau. Un chronomètre à l’écran fera automatiquement baisser le prix de 1 000 euros toutes les
30 secondes durant 20 minutes. Le premier qui cliquera devrait remporter le bien. Il faut, pour
participer, avoir visité l’appartement et vu son dossier validé par le notaire. La vente peut être suivie
en simple spectateur sur l’« espace visiteur ».
La revue de Presse KYLIA
10
Vincent Chauveau a déjà utilisé ce procédé cet été pour mettre en vente trois biens. « Un de mes
clients a vendu un corps de ferme en juillet pour 510 000 euros. C’était le prix de départ, l’acheteur a
cliqué de suite. Et, en août, une chambre de bonne affichée 180 000 euros est partie à 145 000. Le
vendeur en voulait 105 000. Une troisième vente n’a pas abouti, faute de clic. »
Si la dégressivité des prix fait penser à des enchères à l’envers, cette innovation ne relève en réalité
pas du tout de l’enchère immobilière. « C’est simplement une technique de recherche d’acquéreurs »,
souligne Antoine Dejoie, vice-président du Conseil supérieur du notariat.
« Une bonne vitrine »
Après les vingt minutes d’offres d’achat en ligne, rien n’est en effet acté, le processus normal de vente
s’enclenche : les offres sont transmises au vendeur et un avant-contrat est signé, promesse ou
compromis. Et qui dit avant-contrat dit délai de rétractation et possibilité d’insérer une clause
suspensive liée au refus de prêt – tout cela est exclu aux enchères.
Des « garde-fous » qui rassurent Philippe C., qui s’apprête à vendre au cadran, le 11 octobre, la villa
avec piscine à débord qu’il détient près de Saint-Raphaël. « On n’est pas pieds et poings liés, le choix
de l’acheteur nous revient, on fixe un prix plancher et tout est encadré par le notaire », détaille-t-il.
« Des notaires, dont je fais partie, utilisent déjà depuis plusieurs années le service Immo-interactif, qui
fonctionne aussi par appels d’offres en ligne, mais avec des prix progressifs, indique maître
Chauveau, également fondateur de Conseil du coin (des conseils gratuits de notaires dans des cafés,
le samedi). « J’ai eu envie de tester les prix dégressifs car, à la hausse, l’acheteur ne dévoile souvent
pas tout son budget. Et surtout, les vendeurs sont parfois réticents face aux ventes à prix progressif
car il faut afficher un prix de départ attractif, ils ont peur de dévaluer leur bien. »
Bientôt dans les agences immobilières ?
Cet outil « dynamique » permet en outre de « s’adapter en temps réel au marché », poursuit-il. De
confronter le plus directement possible offre et demande. Et d’éviter un phénomène courant : le
vendeur qui surévalue son bien et dont l’annonce reste publiée des mois, avec le risque de faire naître
la suspicion chez les acheteurs et de devoir finir par vendre à prix cassé.
Qu’en dit le Conseil supérieur du notariat ? « Nous avons accueilli l’initiative avec surprise », répond
Antoine Dejoie. « Nous manquons de recul mais la vente au cadran, innovante dans son application
immobilière [elle est pratiquée historiquement dans d’autres domaines, comme l’agriculture] répondra
à mon sens à des besoins, par exemple pour la vente de biens hors norme, et en cela c’est
La revue de Presse KYLIA
11
intéressant. » S’il s’attend à un « boom » de ventes au cadran ? « En nombre, cela devrait rester
marginal, mais nous pourrions être surpris… »
En attendant, visibilité médiatique oblige, Vincent Chauveau reçoit chaque semaine des dizaines de
sollicitations de clients. Tout comme la start-up nantaise Kadran, qui a créé la plate-forme qu’il utilise.
« Nous l’avons conçue à l’origine pour les promoteurs immobiliers, pour les aider à vendre leurs
stocks de biens neufs, nous n’imaginions pas que ça fonctionnerait aussi dans l’ancien », raconte
Eliott Godet, 22 ans, cofondateur. Sa technologie a notamment séduit le promoteur Lamotte, qui nous
a expliqué avoir programmé deux ventes dégressives les 23 et 24 septembre pour tester l’outil, « l’une
pour un produit fini d’exception en bord de mer, l’autre pour un appartement non achevé ».
Les agents immobiliers s’intéressent aussi à l’outil et contactent la start-up. « Je réfléchis à proposer
ce procédé à mes clients, il pourrait être utile pour deux biens qui ont du mal à trouver acquéreur », dit
Christophe Bonnin, agent indépendant en région parisienne. « C’est aussi à mes yeux une façon de
faire comprendre plus vite au vendeur, par la force des choses, que son prix n’est pas en adéquation
avec le marché et lui faire gagner du temps. »
Source : www.lemonde.fr
La revue de Presse KYLIA
12
"Il n'y a pas de discussion sur la politique du
logement en France" (HLM)
Le 15/09/2017
"Il n'y a pas de discussion sur la politique du logement en France" (HLM) © AFP/Archives / MIGUEL
MEDINA
Le gouvernement ne mène "aucune discussion" sur la politique du logement en France et annonce
des mesures "improvisées", sous l'injonction de Bercy, qui déstabiliseront le secteur, a déploré
vendredi le mouvement HLM, qui veut être reçu par Emmanuel Macron.
Confrontée à une "attaque sans précédent" contre le logement social "alors que les locataires HLM
sont de plus en plus pauvres", l'Union sociale pour l'habitat (USH, 723 bailleurs sociaux) dont le 78e
congrès se tiendra du 26 au 28 septembre à Strasbourg, a demandé à être "reçue sans délai" par le
président de la République.
La revue de Presse KYLIA
13
"Nous n'avons eu aucune réponse", a déploré Frédéric Paul, délégué général de l'USH lors d'une
conférence de presse, alors que les économies budgétaires qui seront dévoilées le 22 septembre
inquiètent tout le secteur.
Le mouvement HLM fait face à des "annonces assez largement improvisées, faites par le ministère de
la Cohésion des territoires sur l'injonction extrêmement autoritaire de Bercy", a jugé de son côté
Marianne Louis, secrétaire générale de l'USH.
"Tous les acteurs du secteur l'expriment: depuis des mois, il n'y a pas de discussion sur la politique du
logement en France", a-t-elle affirmé. "On nous assène des décisions qui ne feront que dégrader le
secteur".
Après avoir dénoncé l'effet "inflationniste" des aides personnelles au logement (APL) dans le parc
privé -soit 10 milliards d'euros, sur les 19 milliards versés à 6,5 millions de ménages-, un système jugé
"pervers", le gouvernement a changé son fusil d'épaule.
Il affirme désormais vouloir réduire les APL dans le secteur social, versées par l'État aux bailleurs
sociaux pour leurs locataires, en imposant à ces organismes HLM une baisse de leurs loyers d'un
montant équivalent.
Cette chute de leurs ressources -qui irait jusqu'à 3 milliards d'euros pour 50 euros de baisse- pourrait
être compensée, dit le gouvernement, par des conditions d'emprunt plus favorables ainsi que par des
ventes accrues de logements sociaux.
Ainsi, céder "40.000 logements par an" pourrait "apporter jusqu'à 3 milliards d'euros" a affirmé
Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires.
"C'est de l'enfumage", balaie Frédéric Paul. Sur les 140.000 logements sociaux à vendre aujourd'hui,
les bailleurs n'en cèdent que 8.000 par an, ce qui pourrait être "au maximum doublé".
Les entreprises du bâtiment, promoteurs, professionnels de l'immobilier et associations de défense
des consommateurs se sont tour à tour vivement inquiétés des projets du gouvernement en matière
de logement
Source :www.lepoint.fr
LES ARTICLES DE LA S
Installation du 1er Bagelstein In Box à Saint
Lazare
Le 13/09/2017
Le spécialiste du bagel Bagelstein a ouvert il y a peu son 1er Bagelstein In Box sur le
gare Saint-Lazare à Paris. Ce nouveau format au gabarit novateur, présenté en avant
Salon de la Franchise en mars 2017, propose désormais aux quelques 450 000 passagers quotidiens
des lieux des produits frais et boissons de qualit
Source : www.bra-tendances-restaur
La revue de Presse KYLIA
LES ARTICLES DE LA SEMAINE - COMMERCE
Installation du 1er Bagelstein In Box à Saint
Le spécialiste du bagel Bagelstein a ouvert il y a peu son 1er Bagelstein In Box sur le
Ce nouveau format au gabarit novateur, présenté en avant
Salon de la Franchise en mars 2017, propose désormais aux quelques 450 000 passagers quotidiens
des lieux des produits frais et boissons de qualité, à consommer sur place ou à emporter.
restauration.com
14
COMMERCE
Installation du 1er Bagelstein In Box à Saint-
Le spécialiste du bagel Bagelstein a ouvert il y a peu son 1er Bagelstein In Box sur le parvis de la
Ce nouveau format au gabarit novateur, présenté en avant-première au
Salon de la Franchise en mars 2017, propose désormais aux quelques 450 000 passagers quotidiens
é, à consommer sur place ou à emporter.
La revue de Presse KYLIA
15
En 2017, les Français retrouvent le chemin des
bars et restaurants
Le 13/09/2017
La canicule et la reprise du tourisme ont permis une embellie de la vente de boissons dans les cafés
et restaurants au premier semestre 2017, après une année 2016 noire. Les consommateurs ont repris
goût à la vie dans les cafés, hôtels, restaurants ou encore dans les bars, selon une étude de Nielsen
L'année 2016 a été triste pour la consommation de boissons dans le réseau C.H.R (cafés, hôtels,
restaurants…). Les Français ont réduit leurs sorties pour des raisons économiques et des raisons de
sécurité, suite aux attentats de Paris et de Nice, qui avaient également impacté le tourisme. La météo
capricieuse du premier semestre 2016 avec, en prime, une série d'inondations fin mai début juin ont
douché les espoirs des restaurateurs.
La consommation de boissons repart en 2017
Selon une étude Nielsen, réalisée sur les chiffres du premier semestre 2017, cette période est
terminée. Les Français et les touristes retournent dans les restaurants ou dans les bars pour aller
boire des verres.
La revue de Presse KYLIA
16
Au premier semestre, le nombre de boissons vendues en C.H.R (alcoolisées et non alcoolisées - hors
vins et champagnes) a progressé de 4,2% par rapport aux six premiers mois de 2016. Ce chiffre porte
le marché des boissons hors domicile à +1,9% de juin 2016 à juin 2017. Le retour des touristes
nationaux et internationaux, qui représente une grande part de la clientèle du C.H.R, a bien aidé la
reprise, précise Nielsen.
Sur ce premier semestre prometteur, la palme revient aux eaux. En effet, leur vente a progressé de
8,8% sur six mois. Cela s'explique notamment par les conditions météorologiques caniculaires. Les
ventes de bières sont également en forte progression (+3,2%). Près de 85.000 hectolitres de bières
de spécialités (abbayes, blanches, aromatisées…) ont été vendus en plus dans les C.H.R, par rapport
au premier semestre 2016. Selon Mathieu André-Febrero, directeur du département Nielsen On
Trade, «la bière est le produit emblématique des C.H.R et il est très dépendant de la santé de l'univers
global. Un univers qui va mieux en 2017 que les deux années précédentes». Voilà donc les secteurs
les plus en réussites dans la consommation de boisson. Cette embellie pourrait durer, étant donné les
conditions caniculaires de cet été.
Les cocktails toujours incontournables, les softs plus partagés
Les conditions météorologiques plutôt clémentes de ces derniers mois ont amplifié la tendance à la
consommation de cocktails. Plus précisément, les cocktails dits «rafraîchissants» (Mojito, Martini
Tonic…), profitent d'une belle période, précise Nielsen. Les alcools plus forts comme les rhums et les
gins ont connu une croissance exceptionnelle de respectivement 13% et 12% en ce début d'année.
Les whiskies, eux, semblent faire de moins en moins envie aux consommateurs: leur consommation a
chuté de 5,5%.
« En 20 ans, le discours d'éducation sur la santé a pris bien plus de place dans l'esprit des
consommateurs ».
Mathieu André-Febrero, directeur du département Nielsen On Trade
Du côté des boissons non alcoolisées, dites softs, les jus de fruits et autres boissons au thé ont
progressé respectivement de 9,7% et 6,5%. Chez les boissons plus classiques comme les sodas, le
bilan est toujours négatif sur les 12 derniers mois à -2,9%, malgré un faible sursaut en ce début
d'année. Selon Mathieu André-Febrero, «les boissons sucrées et gazeuses se vendent moins bien
dans les C.H.R suite aux campagnes de santé, contre l'obésité notamment. Cela influence dans la
consommation des sodas et colas d'une manière générale. En 20 ans, le discours d'éducation sur la
santé a pris bien plus de place dans l'esprit des consommateurs». Les conditions météorologiques
La revue de Presse KYLIA
17
très chaudes de cet été devraient aider à une embellie plus forte encore de la consommation de
boissons softs, ou alcoolisées...
Source : www.lefigaro.fr
La revue de Presse KYLIA
18
Vente de titres de PME et avantage fiscal : pour
quelle PME ?
Le 13/09/2017
Propriétaire de titres d’une PME, vous souhaitez aujourd’hui les vendre. Ces titres ayant été acquis
dans les 10 ans de la création de la société, le gain réalisé à l’occasion de cette vente pourra a priori
bénéficier d’un régime fiscal avantageux. Mais que se passe-t-il si vous avez réalisé entre temps une
croissance externe en rachetant, dans le cadre de votre PME, une nouvelle activité ?
Vente de titres d’une PME : l’impact d’une croissance externe
Depuis le 1er janvier 2013, lorsqu’une personne décide de vendre les titres d’une PME nouvelle, le
gain réalisé est imposé à l’impôt sur le revenu, toutes conditions remplies, après application d’un
abattement renforcé pour durée de détention fixé à :
 50 % si les titres sont détenus depuis au moins 1 an et moins de 4 ans ;
 65 % si les titres sont détenus depuis au moins 4 ans et moins de 8 ans ;
La revue de Presse KYLIA
19
 85 % si les titres sont détenus depuis au moins 8 ans.
Parmi les conditions à remplir, il faut que l’entreprise, dont les titres sont détenus, soit une PME
nouvelle, c’est-à-dire une entreprise créée depuis moins de 10 ans au moment de l’achat des titres et
qui ne soit pas issue d’une concentration, restructuration, extension ou reprise d’activité préexistante.
Si ces deux conditions sont remplies au moment de l’acquisition des titres, l’avantage fiscal est en
principe acquis au moment de la vente (sous réserve du respect de toutes les conditions). Mais que
se passe-t-il si l’entreprise acquiert un fonds de commerce plusieurs années après sa création ?
Il vient de nous être précisé que le fait pour l’entreprise d’acheter un fonds de commerce plusieurs
années après sa création est sans incidence sur l’application de l’abattement renforcé. A partir du
moment où l’entreprise est réellement nouvelle au jour de sa création, les opérations de croissance
externe qu’elle met en place (en achetant un fonds de commerce par exemple) ne viennent pas priver
le vendeur des titres du bénéfice de l’avantage fiscal.
Source : Réponse ministérielle Deromedi du 7 septembre 2017, Sénat, n°00039
Source : www.bra-brasserie.fr
La revue de Presse KYLIA
20
Les différences principales entre la SAS et la
SARL.
Le 13/04/2017
La question des différences entre la SARL et la SAS est récurrente chez les personnes qui souhaitent
constituer une société mais hésitent entre ces deux options. Il existe certes de nombreuses similitudes
mais aussi des différences à connaître.
La première porte sur le montant des charges sociales. Dans une SAS, le dirigeant a le statut de
président et il est assimilé-salarié, c’est-à-dire qu’il va cotiser au régime général. Les cotisations sur
sa rémunération seront plus importantes, de l’ordre de 50% à 70% à régler au niveau des charges
sociales assises sur sa rémunération.
Dans une SARL le dirigeant a le statut de gérant et s’il est gérant majoritaire, en tout état de cause, il
aura le statut de travailleur non salarié, c’est-à-dire qu’il cotisera au RSI et il aura des charges
sociales à payer, comprises entre 35% et 55% de sa rémunération. Vous l’aurez compris, les charges
sociales sur la rémunération sont moins importantes dans les SARL que dans les SAS.
Toutefois, les prestations sociales ne sont pas les mêmes, et j’en arrive à mon deuxième point,
puisque le montant des cotisations retraites et des prestations retraites ne sont pas identiques selon
qu’on est président de SAS ou gérant majoritaire de SARL. En effet, le président d’une SAS cotise
aux mêmes caisses que les salariés, donc au régime général. En conséquence, lorsqu’il demandera
la liquidation de ses droits à la retraite, il aura des droits plus importants que le gérant d’une SARL qui
cotise au RSI.
Un autre point notable concerne les dividendes et la taxation sur les dividendes ; les dividendes
perçus par le gérant d’une SARL sont soumis à cotisation sociale à hauteur de 40% pour les
dividendes qui dépassent 10% du capital. En revanche, dans les SAS, les dividendes perçus par le
président ne sont pas considérés comme de la rémunération et dans ces cas-là il y a des
prélèvements sociaux à hauteur de 15,5% seulement.
Le quatrième aspect notable est en relation avec le conjoint collaborateur. Si vous avez envie de faire
rentrer votre conjoint dans la société, sachez que dans une SARL il est possible d’opter pour le statut
de conjoint collaborateur, ce qui permettra à votre conjoint d’avoir une couverture sociale. En
revanche, pour les SAS, cela est impossible ; on ne peut pas faire rentrer son conjoint en tant que
collaborateur dans la société.
La revue de Presse KYLIA
21
Enfin, pour l’assurance chômage il n’y a aucune différence entre les deux formes de société. Que
vous soyez président de SAS ou gérant de SARL, vous n’avez droit à aucune prestation chômage,
sauf si vous bénéficiez d’un contrat de travail en parallèle à vos fonctions de dirigeant, sachant que
pour bénéficier d’un contrat de travail, il faut établir l’existence d’un lien de subordination.
Voici les grands points de comparaison entre la SARL et la SAS. Selon vos objectifs, vous devrez en
tenir compte pour choisir entre l’une et l’autre.
Source : www.village-justice.com
La revue de Presse KYLIA
22
La disparition du RSI, chronique d’une mort
annoncée.
Le 14/09/2017
Le 5 septembre 2017, le Premier ministre Édouard Philippe a présenté le « programme
gouvernemental pour les travailleurs indépendants ». La disparition du Régime Social des
Indépendants (RSI), en est assurément la mesure phare. Attention toutefois à bien en mesurer les
conséquences !
La « Nouvelle organisation de la protection sociale » est le point numéro trois du programme
gouvernemental pour les travailleurs indépendants. Le document mis en ligne par le Gouvernement
sur son site internet annonce l’adossement du RSI au régime général au 1er janvier 2018. A ce jour,
la fin du RSI n’est pas encore établie dans l’ordre juridique. Les indépendants caressent pour l’instant
l’espoir d’un avenir meilleur sur la seule base de la promesse que la mise à mort du RSI sera
orchestrée dans le Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 (PLFSS 2018) et que
le régime sera définitivement exterminé au 31 décembre 2019.
En l’absence de plus de précision, nous nous garderons bien de commenter le futur système de
protection sociale des indépendants dans cet article. Il faudra attendre encore quelques semaines
pour avoir davantage de certitudes et de visibilité.
Il n’en demeure pas moins qu’il convient d’ores et déjà d’attirer l’attention de tous les assurés du RSI
(artisans, commerçants, professions libérales, ..) sur ce qu’il ne faut ABSOLUMENT pas attendre de
la disparition du RSI.
C’est un fait que le RSI fonctionne mal. On ne compte plus les affres que peuvent subir ses assurés,
ceux que l’on appelle « les victimes du RSI ». Le Gouvernement lui-même les évoque dans son
programme : « Appels de cotisations incompréhensibles, interventions d’huissiers injustifiées, dossiers
de retraite traités dans des délais importants : la création du régime social des indépendants a été
marquée pendant plusieurs années par de graves dysfonctionnements, notamment dans la
conception des évolutions informatiques qu’elle supportait, qui ont fortement affecté les travailleurs
indépendants. »
C’est un fait qu’en raison de l’accumulation d’années de dysfonctionnements graves, les TNS
(travailleurs non-salariés) font preuve d’une méfiance accrue à l’égard de leur caisse de sécurité
sociale.
La revue de Presse KYLIA
23
C’est un fait que les tribunaux des affaires de la sécurité sociale sont encombrés par les contentieux
inutiles qui opposent le RSI à ses assurés en raison de l’inertie de la Caisse et de ses nombreuses
erreurs.
Néanmoins, il ne faut surtout pas en déduire que la disparition du RSI, quelle que soit la forme et le
temps qu’elle prendra, suppose la disparition des dettes réclamées par le RSI. C’est une question qui
nous est souvent posée, en tant qu’avocats : quelle conséquence de la fin annoncée du RSI sur mon
litige avec lui ?
Notre réponse est invariable : aucune.
A ce jour aucune sorte de mesure d’amnistie n’est évoquée par le Gouvernement en faveur des
personnes débitrices (à tort ou à raison) du RSI. Et qui connaît l’état des finances de la Caisse sait
qu’il n’y en aura certainement pas…
Aussi, pour ceux qui sont en contentieux avec le RSI, que le litige soit au stade de la mise en
demeure, de la contrainte délivrée par huissier ou du tribunal des affaires de la sécurité sociale, ne
comptez pas sur les mesures annoncées par le Gouvernement pour y mettre un terme. Que vous
soyez dans votre droit (et donc une malheureuse victime du RSI) ou pas, vous avez tout intérêt à
prendre le problème à bras le corps le plus tôt possible et à régulariser ce qui doit l’être ou à saisir les
juridictions compétentes.
Car, à ce jour - et ce n’est certainement pas l’annonce de sa disparition qui va inciter le RSI à
améliorer cela- c’est encore bien souvent seulement la saisine d’une juridiction compétente qui permet
de mettre fin aux agissements illégaux du RSI.
Source : www.village-justice.com
La revue de Presse KYLIA
24
A propos de Kylia
KYLIA, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau d’agences immobilières Nouvelle
Génération : Le 1
er
réseau immobilier à partager sa croissance avec l’ensemble de ses agents.
Kylia développe un modèle économique orienté « Agent » : Une entreprise construite par et pour ses
agents immobiliers.
Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com
Contact Presse : KYLIA Immobilier
Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18

Contenu connexe

Tendances

Les 20 propositions de l'UMP sur le logement
Les 20 propositions de l'UMP sur le logementLes 20 propositions de l'UMP sur le logement
Les 20 propositions de l'UMP sur le logement
Ludovic Clerima
 
Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 50
Revue de presse kylia   semaine 50Revue de presse kylia   semaine 50
Revue de presse kylia semaine 50
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 17
Revue de presse kylia   semaine 17Revue de presse kylia   semaine 17
Revue de presse kylia semaine 17
KYLIA France
 
Rapport sur la mobilisation du parc privé en France
Rapport sur la mobilisation du parc privé en France Rapport sur la mobilisation du parc privé en France
Rapport sur la mobilisation du parc privé en France
Ludovic Clerima
 
Revue de presse de la semaine 36 2012
Revue de presse de la semaine 36 2012Revue de presse de la semaine 36 2012
Revue de presse de la semaine 36 2012
KYLIA France
 
Logement social
Logement socialLogement social
Logement social
udcgt17
 
La revue de presse du 8 au 14 février 2016
La revue de presse du 8 au 14 février 2016La revue de presse du 8 au 14 février 2016
La revue de presse du 8 au 14 février 2016
KYLIA France
 
S9 revue de presse kylia - semaine du 23 février au 1 mars 2015
S9   revue de presse kylia - semaine du 23 février au 1 mars 2015S9   revue de presse kylia - semaine du 23 février au 1 mars 2015
S9 revue de presse kylia - semaine du 23 février au 1 mars 2015
KYLIA France
 
S48 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
S48   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014S48   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
S48 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 19
Revue de presse kylia   semaine 19Revue de presse kylia   semaine 19
Revue de presse kylia semaine 19
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 5
Revue de presse kylia   semaine 5Revue de presse kylia   semaine 5
Revue de presse kylia semaine 5
KYLIA France
 
S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
S15   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018S15   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
KYLIA France
 
S36 - Revue de presse KYLIA - Semaine du 27 août au 2 septembre 2018
S36 - Revue de presse KYLIA - Semaine du 27 août au 2 septembre 2018S36 - Revue de presse KYLIA - Semaine du 27 août au 2 septembre 2018
S36 - Revue de presse KYLIA - Semaine du 27 août au 2 septembre 2018
KYLIA France
 
S51 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 décembre 2016
S51   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 décembre 2016S51   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 décembre 2016
S51 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 décembre 2016
KYLIA France
 
Revue de presse kylia - semaine du 6 au 13 septembre 2015
Revue de presse kylia - semaine du 6 au 13 septembre  2015Revue de presse kylia - semaine du 6 au 13 septembre  2015
Revue de presse kylia - semaine du 6 au 13 septembre 2015
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 40 2012
Revue de presse de la semaine 40 2012Revue de presse de la semaine 40 2012
Revue de presse de la semaine 40 2012
KYLIA France
 
S27 revue de presse kylia - semaine du 1er au 7 juillet 2019
S27   revue de presse kylia - semaine du 1er au 7 juillet 2019S27   revue de presse kylia - semaine du 1er au 7 juillet 2019
S27 revue de presse kylia - semaine du 1er au 7 juillet 2019
KYLIA France
 

Tendances (19)

Les 20 propositions de l'UMP sur le logement
Les 20 propositions de l'UMP sur le logementLes 20 propositions de l'UMP sur le logement
Les 20 propositions de l'UMP sur le logement
 
Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012
 
Revue de presse kylia semaine 50
Revue de presse kylia   semaine 50Revue de presse kylia   semaine 50
Revue de presse kylia semaine 50
 
Revue de presse kylia semaine 17
Revue de presse kylia   semaine 17Revue de presse kylia   semaine 17
Revue de presse kylia semaine 17
 
Rapport sur la mobilisation du parc privé en France
Rapport sur la mobilisation du parc privé en France Rapport sur la mobilisation du parc privé en France
Rapport sur la mobilisation du parc privé en France
 
Revue de presse de la semaine 36 2012
Revue de presse de la semaine 36 2012Revue de presse de la semaine 36 2012
Revue de presse de la semaine 36 2012
 
Logement social
Logement socialLogement social
Logement social
 
La revue de presse du 8 au 14 février 2016
La revue de presse du 8 au 14 février 2016La revue de presse du 8 au 14 février 2016
La revue de presse du 8 au 14 février 2016
 
S9 revue de presse kylia - semaine du 23 février au 1 mars 2015
S9   revue de presse kylia - semaine du 23 février au 1 mars 2015S9   revue de presse kylia - semaine du 23 février au 1 mars 2015
S9 revue de presse kylia - semaine du 23 février au 1 mars 2015
 
S48 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
S48   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014S48   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
S48 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 novembre 2014
 
Revue de presse kylia semaine 19
Revue de presse kylia   semaine 19Revue de presse kylia   semaine 19
Revue de presse kylia semaine 19
 
Revue de presse kylia semaine 5
Revue de presse kylia   semaine 5Revue de presse kylia   semaine 5
Revue de presse kylia semaine 5
 
S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
S15   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018S15   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
 
S36 - Revue de presse KYLIA - Semaine du 27 août au 2 septembre 2018
S36 - Revue de presse KYLIA - Semaine du 27 août au 2 septembre 2018S36 - Revue de presse KYLIA - Semaine du 27 août au 2 septembre 2018
S36 - Revue de presse KYLIA - Semaine du 27 août au 2 septembre 2018
 
Alur
AlurAlur
Alur
 
S51 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 décembre 2016
S51   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 décembre 2016S51   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 décembre 2016
S51 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 décembre 2016
 
Revue de presse kylia - semaine du 6 au 13 septembre 2015
Revue de presse kylia - semaine du 6 au 13 septembre  2015Revue de presse kylia - semaine du 6 au 13 septembre  2015
Revue de presse kylia - semaine du 6 au 13 septembre 2015
 
Revue de presse de la semaine 40 2012
Revue de presse de la semaine 40 2012Revue de presse de la semaine 40 2012
Revue de presse de la semaine 40 2012
 
S27 revue de presse kylia - semaine du 1er au 7 juillet 2019
S27   revue de presse kylia - semaine du 1er au 7 juillet 2019S27   revue de presse kylia - semaine du 1er au 7 juillet 2019
S27 revue de presse kylia - semaine du 1er au 7 juillet 2019
 

Similaire à S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017

S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
KYLIA France
 
S34 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 août 2017
S34   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 août 2017S34   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 août 2017
S34 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 août 2017
KYLIA France
 
S50 revue de presse kylia
S50   revue de presse kyliaS50   revue de presse kylia
S50 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S18 revue de presse kylia - semaine du 29 avril au 5 mai 2019
S18   revue de presse kylia - semaine du 29 avril au 5 mai 2019S18   revue de presse kylia - semaine du 29 avril au 5 mai 2019
S18 revue de presse kylia - semaine du 29 avril au 5 mai 2019
KYLIA France
 
S3 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 janvier 2019
S3   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 janvier 2019S3   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 janvier 2019
S3 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 janvier 2019
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 14
Revue de presse kylia   semaine 14Revue de presse kylia   semaine 14
Revue de presse kylia semaine 14
KYLIA France
 
S1 revue de presse kylia - semaine du 26 décembre 2016 au 1er janvier 2017
S1   revue de presse kylia - semaine du 26 décembre 2016 au 1er janvier 2017S1   revue de presse kylia - semaine du 26 décembre 2016 au 1er janvier 2017
S1 revue de presse kylia - semaine du 26 décembre 2016 au 1er janvier 2017
KYLIA France
 
La revue de presse de la semaine du 8 au 14 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 8 au 14 juin 2015La revue de presse de la semaine du 8 au 14 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 8 au 14 juin 2015
KYLIA France
 
S7 - Revue de presse de la semaine du 11 au 17 février 2019
S7 - Revue de presse de la semaine du 11 au 17 février 2019S7 - Revue de presse de la semaine du 11 au 17 février 2019
S7 - Revue de presse de la semaine du 11 au 17 février 2019
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine du 8 au 14 septembre 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 8 au 14 septembre 2014Revue de presse kylia   semaine  du 8 au 14 septembre 2014
Revue de presse kylia semaine du 8 au 14 septembre 2014
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 23
Revue de presse kylia   semaine 23Revue de presse kylia   semaine 23
Revue de presse kylia semaine 23
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine du 25 au 31 août 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 25 au 31 août 2014Revue de presse kylia   semaine  du 25 au 31 août 2014
Revue de presse kylia semaine du 25 au 31 août 2014
KYLIA France
 
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
KYLIA France
 
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
Caroline PILATO
 
Revue de presse kylia semaine du 21 au 27 avril 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 21 au 27 avril 2014Revue de presse kylia   semaine  du 21 au 27 avril 2014
Revue de presse kylia semaine du 21 au 27 avril 2014
KYLIA France
 
S11 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
S11   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019S11   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
S11 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
KYLIA France
 
S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
S49   revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017S49   revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 25
Revue de presse kylia   semaine 25Revue de presse kylia   semaine 25
Revue de presse kylia semaine 25
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 41 2012
Revue de presse de la semaine 41 2012Revue de presse de la semaine 41 2012
Revue de presse de la semaine 41 2012
KYLIA France
 
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
KYLIA France
 

Similaire à S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017 (20)

S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
 
S34 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 août 2017
S34   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 août 2017S34   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 août 2017
S34 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 août 2017
 
S50 revue de presse kylia
S50   revue de presse kyliaS50   revue de presse kylia
S50 revue de presse kylia
 
S18 revue de presse kylia - semaine du 29 avril au 5 mai 2019
S18   revue de presse kylia - semaine du 29 avril au 5 mai 2019S18   revue de presse kylia - semaine du 29 avril au 5 mai 2019
S18 revue de presse kylia - semaine du 29 avril au 5 mai 2019
 
S3 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 janvier 2019
S3   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 janvier 2019S3   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 janvier 2019
S3 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 janvier 2019
 
Revue de presse kylia semaine 14
Revue de presse kylia   semaine 14Revue de presse kylia   semaine 14
Revue de presse kylia semaine 14
 
S1 revue de presse kylia - semaine du 26 décembre 2016 au 1er janvier 2017
S1   revue de presse kylia - semaine du 26 décembre 2016 au 1er janvier 2017S1   revue de presse kylia - semaine du 26 décembre 2016 au 1er janvier 2017
S1 revue de presse kylia - semaine du 26 décembre 2016 au 1er janvier 2017
 
La revue de presse de la semaine du 8 au 14 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 8 au 14 juin 2015La revue de presse de la semaine du 8 au 14 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 8 au 14 juin 2015
 
S7 - Revue de presse de la semaine du 11 au 17 février 2019
S7 - Revue de presse de la semaine du 11 au 17 février 2019S7 - Revue de presse de la semaine du 11 au 17 février 2019
S7 - Revue de presse de la semaine du 11 au 17 février 2019
 
Revue de presse kylia semaine du 8 au 14 septembre 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 8 au 14 septembre 2014Revue de presse kylia   semaine  du 8 au 14 septembre 2014
Revue de presse kylia semaine du 8 au 14 septembre 2014
 
Revue de presse kylia semaine 23
Revue de presse kylia   semaine 23Revue de presse kylia   semaine 23
Revue de presse kylia semaine 23
 
Revue de presse kylia semaine du 25 au 31 août 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 25 au 31 août 2014Revue de presse kylia   semaine  du 25 au 31 août 2014
Revue de presse kylia semaine du 25 au 31 août 2014
 
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
 
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
La revue de presse de la semaine du 25 au 31 janvier 2016
 
Revue de presse kylia semaine du 21 au 27 avril 2014
Revue de presse kylia   semaine  du 21 au 27 avril 2014Revue de presse kylia   semaine  du 21 au 27 avril 2014
Revue de presse kylia semaine du 21 au 27 avril 2014
 
S11 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
S11   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019S11   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
S11 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mars 2019
 
S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
S49   revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017S49   revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017
 
Revue de presse kylia semaine 25
Revue de presse kylia   semaine 25Revue de presse kylia   semaine 25
Revue de presse kylia semaine 25
 
Revue de presse de la semaine 41 2012
Revue de presse de la semaine 41 2012Revue de presse de la semaine 41 2012
Revue de presse de la semaine 41 2012
 
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de lasemaine, du 20 au 26 avril 2015
 

Plus de KYLIA France

S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
KYLIA France
 
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
KYLIA France
 
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
KYLIA France
 
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
KYLIA France
 
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
KYLIA France
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
KYLIA France
 
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
KYLIA France
 
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
KYLIA France
 
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
KYLIA France
 
S22 revue de presse kylia
S22   revue de presse kyliaS22   revue de presse kylia
S22 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
KYLIA France
 
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
KYLIA France
 
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
KYLIA France
 
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
KYLIA France
 
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
KYLIA France
 
S9 revue de presse kylia
S9   revue de presse kyliaS9   revue de presse kylia
S9 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S8 revue de presse kylia
S8   revue de presse kyliaS8   revue de presse kylia
S8 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S7 revue de presse kylia
S7   revue de presse kyliaS7   revue de presse kylia
S7 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S6 revue de presse kylia
S6   revue de presse kyliaS6   revue de presse kylia
S6 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S5 revue de presse kylia
S5   revue de presse kyliaS5   revue de presse kylia
S5 revue de presse kylia
KYLIA France
 

Plus de KYLIA France (20)

S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
 
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
 
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
 
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
 
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
 
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
 
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
 
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
 
S22 revue de presse kylia
S22   revue de presse kyliaS22   revue de presse kylia
S22 revue de presse kylia
 
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
 
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
 
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
 
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
 
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
 
S9 revue de presse kylia
S9   revue de presse kyliaS9   revue de presse kylia
S9 revue de presse kylia
 
S8 revue de presse kylia
S8   revue de presse kyliaS8   revue de presse kylia
S8 revue de presse kylia
 
S7 revue de presse kylia
S7   revue de presse kyliaS7   revue de presse kylia
S7 revue de presse kylia
 
S6 revue de presse kylia
S6   revue de presse kyliaS6   revue de presse kylia
S6 revue de presse kylia
 
S5 revue de presse kylia
S5   revue de presse kyliaS5   revue de presse kylia
S5 revue de presse kylia
 

S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017

  • 1. La revue de Presse KYLIA 1 LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE Du 11 au 17 septembre 2017 LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTIEL Logement : Macron veut assouplir les normes et "libérer" la construction Le 11/09/2017 En déplacement à Toulouse lundi 11 septembre, le président de la République a présenté les grandes lignes de sa réforme du logement. Le chef de l'État a présenté à Toulouse sa réforme du logement. © PASCAL PAVANI / POOL / AFP/ PASCAL PAVANI Alors que la polémique fait rage autour de la baisse des APL, le chef de l'État s'est rendu lundi à Toulouse (Haute-Garonne) pour un déplacement axé sur la thématique du logement. Emmanuel Macron y a notamment visité un centre d'hébergement pour mères isolées, avant de décoller dans la soirée pour les Antilles frappées par l'ouragan Irma. Après une table ronde avec les acteurs du logement, Emmanuel Macron a détaillé un nouveau dispositif de prise en charge des plus défavorisés,
  • 2. La revue de Presse KYLIA 2 baptisé Logement d'abord, qu'il a défendu pendant sa campagne présidentielle. Il s'agit de remplacer les logements d'urgence et les nuitées d'hôtel par des solutions de logements plus pérennes. Ainsi, 50 000 places supplémentaires pérennes doivent être créées, dont 10 000 dans des pensions de famille et 40 000 dans le parc locatif. Elles doivent remplacer des nuitées d'hôtel, qu'il juge inadaptées et « très coûteuses ». Ce volet fera l'objet d'une « mise en œuvre accélérée dans 15 territoires volontaires, dont Toulouse », a expliqué le président. Par ailleurs, il veut accroître la construction de logements neufs dans le parc social en portant à 40 000 par an, dès 2018 et « sur tout le quinquennat », la construction de logements « très sociaux ». Il a aussi souhaité « faire tourner davantage le parc social en faisant entrer beaucoup plus de monde et activer un politique de baisses des prix » des logements sociaux. Troisième volet, Emmanuel Macron veut « libérer » la construction dans le parc libre grâce à « une réduction des exigences des normes environnementales et sociales » pour obtenir « une production massive » de logements neufs en quelques années. « Notre pays en construit trop peu, car notre système est bloqué par la surréglementation », a-t-il estimé. Il faut « diminuer cette réglementation pour la rendre plus pragmatique, y compris sur des normes qui relèvent de très bons sentiments, quelquefois environnementales et sociales ». « Il y aura énormément de (gens) qui s'élèveront contre ça, tous ceux qui ont dit (que) ces normes (sont) sur tout le territoire pour tout le monde »: « On me dira que je ne respecte pas l'environnement, ou parfois le handicap, parfois ceci ou cela. Mais il faut du pragmatisme », car « c'est essentiel pour résoudre le problème du logement » , a-t-il estimé. La baisse des APL, une décision « pas intelligente » Ces mesures s'inscriront dans un vaste plan logement, qui doit être présenté au prochain conseil des ministres. Un plan sur lequel plane l'ombre de la baisse décriée de 5 euros des APL, coup de rabot annoncé fin juillet et jugé « pas intelligent » par le Premier ministre lui-même, avant l'épineuse présentation du projet de budget pour 2018. Le président a appelé la semaine dernière « tous les propriétaires à baisser les loyers de 5 euros par mois », s'attirant des critiques à droite comme à gauche, comme des fédérations de propriétaires. Le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard a promis une « réforme structurelle » de ces aides pour mettre fin à un « système pervers » responsable d'une inflation des loyers. De premières pistes sont d'ores et déjà critiquées par des associations de défense des mal-logés. Dans la Ville rose, entre 300 à 400 personnes, selon la préfecture, 2 000 personnes, selon la CGT, ont manifesté à cette occasion pour dire « non à la baisse des APL » ou « non aux ordonnances », à la veille d'une journée de mobilisation contre la réforme du droit du travail. À quelques centaines de mètres des manifestants, Emmanuel Macron s'est offert un long bain de foule improvisé à la mi-
  • 3. La revue de Presse KYLIA 3 journée. « Ne lâchez rien », « merci », lui ont répété les badauds, parmi lesquels figuraient des militants d'En marche ! En arrivant sur place en milieu de matinée, le chef de l'État, dérogeant à son habitude, a longuement répondu à un journaliste qui lui demandait s'il regrettait d'avoir employé le mot de « fainéants » pour qualifier des opposants à sa politique de réformes. « Absolument pas », a-t-il rétorqué, assurant ne pas l'avoir fait « avec l'esprit de polémique ». Source : www.lepoint.fr
  • 4. La revue de Presse KYLIA 4 Les loyers ont baissé de 0,6 % depuis le début de l’année Le 11/09/2017 Selon l’observatoire Clameur, les loyers baissent dans les deux tiers des villes de plus de 100 000 habitants. En revanche, ils ont augmenté de 1,7 % à Paris. Mauvaise nouvelle pour les propriétaires bailleurs : l’observatoire Clameur, qui analyse 450 000 baux d’habitation, estime que les loyers ont diminué de 0,6 % en France depuis le début de 2017. A cette période de l’année, les loyers ont plutôt l’habitude d’augmenter de 0,5 %. Le recul est donc significatif. Les loyers baissent dans les deux tiers des villes de plus de 100 000 habitants. Et dans un quart, les loyers progressent moins vite que l’inflation. Nantes, Toulon, Saint-Etienne, Reims, Bordeaux, Angers, Grenoble, Villeurbanne, Marseille, Le Havre et Rennes voient, par exemple, les loyers moyens perdre entre 0,5 % et 3,6 %.
  • 5. La revue de Presse KYLIA 5 En revanche, à Paris, les loyers ont augmenté de 1,7 % et de 0,2 % à Lyon. Mais encore faut-il que le propriétaire fasse des travaux pour augmenter son loyer car pour des relocations sans travaux, les loyers baissent partout lors du changement de locataire, et même à Paris (- 5,5 %). L’ampleur de la diminution dépend de la surface du logement. Les loyers des studios sont quasiment stables, quand ceux des deux et trois pièces baissent de 0,5 % à 0,9 % et ceux des quatre pièces et plus de 1,2 % à 1,7 %. Clameur souligne la perte de pouvoir d’achat des propriétaires bailleurs. De 2013 à 2017, les loyers de marché ont certes augmenté de 0,2 % par an en moyenne, mais l’inflation se situait à 0,6 %. Moins de travaux Les propriétaires voient donc leurs revenus s’éroder alors que leurs charges augmentent. L’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) estime que la taxe foncière, acquittée par le propriétaire, a augmenté de 14,70 % en moyenne entre 2010 et 2015. De son côté, l’Association des responsables de copropriété (ARC) constate un bond de 30 % des charges de copropriété depuis les années 2000. Une partie est acquittée par le locataire, mais un tiers environ reste à la charge du propriétaire. Pour compenser le manque à gagner, les propriétaires rognent sur les travaux. L’effort d’amélioration est au plus bas depuis 20 ans. Seuls 14,2 % des logements font l’objet de travaux entre deux locataires. Cette conjoncture devrait s’accentuer dans les mois à venir. Selon Michel Mouillart, professeur à l’Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense et responsable de l’observatoire Clameur, la demande locative est fragile. L’amélioration du marché de l’emploi est lente, le pouvoir d’achat n’augmente pas, les locataires ont donc peu de moyens supplémentaires à consacrer à leur loyer. De plus, ces dernières années, les taux d’intérêts très bas ont incité tous les locataires qui le pouvaient à acheter un logement plutôt que de rester en location : « les locataires qui restent en place sont donc des ménages plus modestes, ce qui va alimenter la déflation des loyers », estime M. Mouillart. Bien sûr, les locataires peuvent se réjouir de payer moins cher leur logement. Mais le manque d’entretien pourrait entraîner à long terme une dégradation du parc locatif privé. Et le tassement des loyers n’incite pas les propriétaires à proposer leurs logements vacants à la location, ce qui est un problème dans les zones tendues comme Paris.
  • 6. La revue de Presse KYLIA 6 Alors que le président de la République appelait, mardi 5 septembre, les bailleurs privés à faire un effort pour compenser la baisse des APL en diminuant les loyers de 5 euros, Clameur estime que l’effort a déjà été consenti par les bailleurs. Depuis le début de l’année, les loyers ont baissé de 6 euros par mois en moyenne en France, et même de 12 euros en Haute-Normandie, ou encore de 10 euros en Bourgogne. Source : www.lemonde.fr
  • 7. La revue de Presse KYLIA 7 Immobilier : le PTZ sera reconduit en 2018 mais dans une version light Le 13/09/2017 Le dispositif du Prêt à taux zéro (PTZ) est reconduit en 2018. A l'instar du Pinel, son attribution sera plus restrictive que sa version actuelle, et qui prendra fin le 31 décembre prochain. Getty Images Réservé au financement d'un premier achat immobilier, le prêt à taux zéro sera reconduit en 2018. Contrairement à sa version actuelle, il devrait se limiter à certains territoires. La reconduction du prêt à taux zéro (PTZ) en 2018 est confirmée. Mais, surprise, à l'instar du dispositif de défiscalisation Pinel, son attribution sera plus restrictive, car réservée à certains territoires. C'est en tout cas ce qu'a signifié le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des Territoires Julien Denormandie sur RTL mercredi 13 septembre en précisant que le dispositif serait appliqué "de manière plus ciblée [...], là où il est le plus nécessaire pour les Français". Avec la baisse des taux d'intérêt, le PTZ est considéré comme l'un des grands leviers de l'activité immobilière française, en particulier depuis le 1er janvier 2016, lorsque ses conditions d'octroi avaient
  • 8. La revue de Presse KYLIA 8 été assouplies (plafonds de ressources augmentés, application dans la France entière et éligibilité des logements anciens avec travaux). Un dispositif apprécié Dispositif public réservé à ceux qui achètent leur résidence principale pour la première fois, il permet de financer jusqu'à 40 % du coût total du logement et présente comme autre avantage de bénéficier d'un différé de remboursement de cinq, dix ou quinze ans. D'après le Crédit Foncier, avec 117 000 opérations, le nombre de PTZ contractés en 2016 a doublé en un an, pour un montant moyen souscrit de 64 500 euros. 77 % ont été réalisés dans le neuf. Source : www.votreargent.lexpress.fr
  • 9. La revue de Presse KYLIA 9 Une vente où le prix du bien baisse de 1 000 euros toutes les 30 secondes Le 15/09/2017 Un notaire nantais innove en organisant sur Internet des ventes de logements à prix dégressifs. Un peu comme des enchères à l’envers. Vend appartement parisien, 14 e arrondissement, 33,60 m 2 loi Carrez, à rénover. Son prix ? 330 000 euros. Du moins à midi pile, lundi 18 septembre. Car trente secondes plus tard, il aura diminué de 1 000 euros. Et de 1 000 autres à 12 h 01. Ainsi de suite, pour atteindre 290 000 euros à 12 h 20. Cette drôle de vente dite « au cadran » va se dérouler sur le site Internet du notaire nantais Vincent Chauveau. Un chronomètre à l’écran fera automatiquement baisser le prix de 1 000 euros toutes les 30 secondes durant 20 minutes. Le premier qui cliquera devrait remporter le bien. Il faut, pour participer, avoir visité l’appartement et vu son dossier validé par le notaire. La vente peut être suivie en simple spectateur sur l’« espace visiteur ».
  • 10. La revue de Presse KYLIA 10 Vincent Chauveau a déjà utilisé ce procédé cet été pour mettre en vente trois biens. « Un de mes clients a vendu un corps de ferme en juillet pour 510 000 euros. C’était le prix de départ, l’acheteur a cliqué de suite. Et, en août, une chambre de bonne affichée 180 000 euros est partie à 145 000. Le vendeur en voulait 105 000. Une troisième vente n’a pas abouti, faute de clic. » Si la dégressivité des prix fait penser à des enchères à l’envers, cette innovation ne relève en réalité pas du tout de l’enchère immobilière. « C’est simplement une technique de recherche d’acquéreurs », souligne Antoine Dejoie, vice-président du Conseil supérieur du notariat. « Une bonne vitrine » Après les vingt minutes d’offres d’achat en ligne, rien n’est en effet acté, le processus normal de vente s’enclenche : les offres sont transmises au vendeur et un avant-contrat est signé, promesse ou compromis. Et qui dit avant-contrat dit délai de rétractation et possibilité d’insérer une clause suspensive liée au refus de prêt – tout cela est exclu aux enchères. Des « garde-fous » qui rassurent Philippe C., qui s’apprête à vendre au cadran, le 11 octobre, la villa avec piscine à débord qu’il détient près de Saint-Raphaël. « On n’est pas pieds et poings liés, le choix de l’acheteur nous revient, on fixe un prix plancher et tout est encadré par le notaire », détaille-t-il. « Des notaires, dont je fais partie, utilisent déjà depuis plusieurs années le service Immo-interactif, qui fonctionne aussi par appels d’offres en ligne, mais avec des prix progressifs, indique maître Chauveau, également fondateur de Conseil du coin (des conseils gratuits de notaires dans des cafés, le samedi). « J’ai eu envie de tester les prix dégressifs car, à la hausse, l’acheteur ne dévoile souvent pas tout son budget. Et surtout, les vendeurs sont parfois réticents face aux ventes à prix progressif car il faut afficher un prix de départ attractif, ils ont peur de dévaluer leur bien. » Bientôt dans les agences immobilières ? Cet outil « dynamique » permet en outre de « s’adapter en temps réel au marché », poursuit-il. De confronter le plus directement possible offre et demande. Et d’éviter un phénomène courant : le vendeur qui surévalue son bien et dont l’annonce reste publiée des mois, avec le risque de faire naître la suspicion chez les acheteurs et de devoir finir par vendre à prix cassé. Qu’en dit le Conseil supérieur du notariat ? « Nous avons accueilli l’initiative avec surprise », répond Antoine Dejoie. « Nous manquons de recul mais la vente au cadran, innovante dans son application immobilière [elle est pratiquée historiquement dans d’autres domaines, comme l’agriculture] répondra à mon sens à des besoins, par exemple pour la vente de biens hors norme, et en cela c’est
  • 11. La revue de Presse KYLIA 11 intéressant. » S’il s’attend à un « boom » de ventes au cadran ? « En nombre, cela devrait rester marginal, mais nous pourrions être surpris… » En attendant, visibilité médiatique oblige, Vincent Chauveau reçoit chaque semaine des dizaines de sollicitations de clients. Tout comme la start-up nantaise Kadran, qui a créé la plate-forme qu’il utilise. « Nous l’avons conçue à l’origine pour les promoteurs immobiliers, pour les aider à vendre leurs stocks de biens neufs, nous n’imaginions pas que ça fonctionnerait aussi dans l’ancien », raconte Eliott Godet, 22 ans, cofondateur. Sa technologie a notamment séduit le promoteur Lamotte, qui nous a expliqué avoir programmé deux ventes dégressives les 23 et 24 septembre pour tester l’outil, « l’une pour un produit fini d’exception en bord de mer, l’autre pour un appartement non achevé ». Les agents immobiliers s’intéressent aussi à l’outil et contactent la start-up. « Je réfléchis à proposer ce procédé à mes clients, il pourrait être utile pour deux biens qui ont du mal à trouver acquéreur », dit Christophe Bonnin, agent indépendant en région parisienne. « C’est aussi à mes yeux une façon de faire comprendre plus vite au vendeur, par la force des choses, que son prix n’est pas en adéquation avec le marché et lui faire gagner du temps. » Source : www.lemonde.fr
  • 12. La revue de Presse KYLIA 12 "Il n'y a pas de discussion sur la politique du logement en France" (HLM) Le 15/09/2017 "Il n'y a pas de discussion sur la politique du logement en France" (HLM) © AFP/Archives / MIGUEL MEDINA Le gouvernement ne mène "aucune discussion" sur la politique du logement en France et annonce des mesures "improvisées", sous l'injonction de Bercy, qui déstabiliseront le secteur, a déploré vendredi le mouvement HLM, qui veut être reçu par Emmanuel Macron. Confrontée à une "attaque sans précédent" contre le logement social "alors que les locataires HLM sont de plus en plus pauvres", l'Union sociale pour l'habitat (USH, 723 bailleurs sociaux) dont le 78e congrès se tiendra du 26 au 28 septembre à Strasbourg, a demandé à être "reçue sans délai" par le président de la République.
  • 13. La revue de Presse KYLIA 13 "Nous n'avons eu aucune réponse", a déploré Frédéric Paul, délégué général de l'USH lors d'une conférence de presse, alors que les économies budgétaires qui seront dévoilées le 22 septembre inquiètent tout le secteur. Le mouvement HLM fait face à des "annonces assez largement improvisées, faites par le ministère de la Cohésion des territoires sur l'injonction extrêmement autoritaire de Bercy", a jugé de son côté Marianne Louis, secrétaire générale de l'USH. "Tous les acteurs du secteur l'expriment: depuis des mois, il n'y a pas de discussion sur la politique du logement en France", a-t-elle affirmé. "On nous assène des décisions qui ne feront que dégrader le secteur". Après avoir dénoncé l'effet "inflationniste" des aides personnelles au logement (APL) dans le parc privé -soit 10 milliards d'euros, sur les 19 milliards versés à 6,5 millions de ménages-, un système jugé "pervers", le gouvernement a changé son fusil d'épaule. Il affirme désormais vouloir réduire les APL dans le secteur social, versées par l'État aux bailleurs sociaux pour leurs locataires, en imposant à ces organismes HLM une baisse de leurs loyers d'un montant équivalent. Cette chute de leurs ressources -qui irait jusqu'à 3 milliards d'euros pour 50 euros de baisse- pourrait être compensée, dit le gouvernement, par des conditions d'emprunt plus favorables ainsi que par des ventes accrues de logements sociaux. Ainsi, céder "40.000 logements par an" pourrait "apporter jusqu'à 3 milliards d'euros" a affirmé Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires. "C'est de l'enfumage", balaie Frédéric Paul. Sur les 140.000 logements sociaux à vendre aujourd'hui, les bailleurs n'en cèdent que 8.000 par an, ce qui pourrait être "au maximum doublé". Les entreprises du bâtiment, promoteurs, professionnels de l'immobilier et associations de défense des consommateurs se sont tour à tour vivement inquiétés des projets du gouvernement en matière de logement Source :www.lepoint.fr
  • 14. LES ARTICLES DE LA S Installation du 1er Bagelstein In Box à Saint Lazare Le 13/09/2017 Le spécialiste du bagel Bagelstein a ouvert il y a peu son 1er Bagelstein In Box sur le gare Saint-Lazare à Paris. Ce nouveau format au gabarit novateur, présenté en avant Salon de la Franchise en mars 2017, propose désormais aux quelques 450 000 passagers quotidiens des lieux des produits frais et boissons de qualit Source : www.bra-tendances-restaur La revue de Presse KYLIA LES ARTICLES DE LA SEMAINE - COMMERCE Installation du 1er Bagelstein In Box à Saint Le spécialiste du bagel Bagelstein a ouvert il y a peu son 1er Bagelstein In Box sur le Ce nouveau format au gabarit novateur, présenté en avant Salon de la Franchise en mars 2017, propose désormais aux quelques 450 000 passagers quotidiens des lieux des produits frais et boissons de qualité, à consommer sur place ou à emporter. restauration.com 14 COMMERCE Installation du 1er Bagelstein In Box à Saint- Le spécialiste du bagel Bagelstein a ouvert il y a peu son 1er Bagelstein In Box sur le parvis de la Ce nouveau format au gabarit novateur, présenté en avant-première au Salon de la Franchise en mars 2017, propose désormais aux quelques 450 000 passagers quotidiens é, à consommer sur place ou à emporter.
  • 15. La revue de Presse KYLIA 15 En 2017, les Français retrouvent le chemin des bars et restaurants Le 13/09/2017 La canicule et la reprise du tourisme ont permis une embellie de la vente de boissons dans les cafés et restaurants au premier semestre 2017, après une année 2016 noire. Les consommateurs ont repris goût à la vie dans les cafés, hôtels, restaurants ou encore dans les bars, selon une étude de Nielsen L'année 2016 a été triste pour la consommation de boissons dans le réseau C.H.R (cafés, hôtels, restaurants…). Les Français ont réduit leurs sorties pour des raisons économiques et des raisons de sécurité, suite aux attentats de Paris et de Nice, qui avaient également impacté le tourisme. La météo capricieuse du premier semestre 2016 avec, en prime, une série d'inondations fin mai début juin ont douché les espoirs des restaurateurs. La consommation de boissons repart en 2017 Selon une étude Nielsen, réalisée sur les chiffres du premier semestre 2017, cette période est terminée. Les Français et les touristes retournent dans les restaurants ou dans les bars pour aller boire des verres.
  • 16. La revue de Presse KYLIA 16 Au premier semestre, le nombre de boissons vendues en C.H.R (alcoolisées et non alcoolisées - hors vins et champagnes) a progressé de 4,2% par rapport aux six premiers mois de 2016. Ce chiffre porte le marché des boissons hors domicile à +1,9% de juin 2016 à juin 2017. Le retour des touristes nationaux et internationaux, qui représente une grande part de la clientèle du C.H.R, a bien aidé la reprise, précise Nielsen. Sur ce premier semestre prometteur, la palme revient aux eaux. En effet, leur vente a progressé de 8,8% sur six mois. Cela s'explique notamment par les conditions météorologiques caniculaires. Les ventes de bières sont également en forte progression (+3,2%). Près de 85.000 hectolitres de bières de spécialités (abbayes, blanches, aromatisées…) ont été vendus en plus dans les C.H.R, par rapport au premier semestre 2016. Selon Mathieu André-Febrero, directeur du département Nielsen On Trade, «la bière est le produit emblématique des C.H.R et il est très dépendant de la santé de l'univers global. Un univers qui va mieux en 2017 que les deux années précédentes». Voilà donc les secteurs les plus en réussites dans la consommation de boisson. Cette embellie pourrait durer, étant donné les conditions caniculaires de cet été. Les cocktails toujours incontournables, les softs plus partagés Les conditions météorologiques plutôt clémentes de ces derniers mois ont amplifié la tendance à la consommation de cocktails. Plus précisément, les cocktails dits «rafraîchissants» (Mojito, Martini Tonic…), profitent d'une belle période, précise Nielsen. Les alcools plus forts comme les rhums et les gins ont connu une croissance exceptionnelle de respectivement 13% et 12% en ce début d'année. Les whiskies, eux, semblent faire de moins en moins envie aux consommateurs: leur consommation a chuté de 5,5%. « En 20 ans, le discours d'éducation sur la santé a pris bien plus de place dans l'esprit des consommateurs ». Mathieu André-Febrero, directeur du département Nielsen On Trade Du côté des boissons non alcoolisées, dites softs, les jus de fruits et autres boissons au thé ont progressé respectivement de 9,7% et 6,5%. Chez les boissons plus classiques comme les sodas, le bilan est toujours négatif sur les 12 derniers mois à -2,9%, malgré un faible sursaut en ce début d'année. Selon Mathieu André-Febrero, «les boissons sucrées et gazeuses se vendent moins bien dans les C.H.R suite aux campagnes de santé, contre l'obésité notamment. Cela influence dans la consommation des sodas et colas d'une manière générale. En 20 ans, le discours d'éducation sur la santé a pris bien plus de place dans l'esprit des consommateurs». Les conditions météorologiques
  • 17. La revue de Presse KYLIA 17 très chaudes de cet été devraient aider à une embellie plus forte encore de la consommation de boissons softs, ou alcoolisées... Source : www.lefigaro.fr
  • 18. La revue de Presse KYLIA 18 Vente de titres de PME et avantage fiscal : pour quelle PME ? Le 13/09/2017 Propriétaire de titres d’une PME, vous souhaitez aujourd’hui les vendre. Ces titres ayant été acquis dans les 10 ans de la création de la société, le gain réalisé à l’occasion de cette vente pourra a priori bénéficier d’un régime fiscal avantageux. Mais que se passe-t-il si vous avez réalisé entre temps une croissance externe en rachetant, dans le cadre de votre PME, une nouvelle activité ? Vente de titres d’une PME : l’impact d’une croissance externe Depuis le 1er janvier 2013, lorsqu’une personne décide de vendre les titres d’une PME nouvelle, le gain réalisé est imposé à l’impôt sur le revenu, toutes conditions remplies, après application d’un abattement renforcé pour durée de détention fixé à :  50 % si les titres sont détenus depuis au moins 1 an et moins de 4 ans ;  65 % si les titres sont détenus depuis au moins 4 ans et moins de 8 ans ;
  • 19. La revue de Presse KYLIA 19  85 % si les titres sont détenus depuis au moins 8 ans. Parmi les conditions à remplir, il faut que l’entreprise, dont les titres sont détenus, soit une PME nouvelle, c’est-à-dire une entreprise créée depuis moins de 10 ans au moment de l’achat des titres et qui ne soit pas issue d’une concentration, restructuration, extension ou reprise d’activité préexistante. Si ces deux conditions sont remplies au moment de l’acquisition des titres, l’avantage fiscal est en principe acquis au moment de la vente (sous réserve du respect de toutes les conditions). Mais que se passe-t-il si l’entreprise acquiert un fonds de commerce plusieurs années après sa création ? Il vient de nous être précisé que le fait pour l’entreprise d’acheter un fonds de commerce plusieurs années après sa création est sans incidence sur l’application de l’abattement renforcé. A partir du moment où l’entreprise est réellement nouvelle au jour de sa création, les opérations de croissance externe qu’elle met en place (en achetant un fonds de commerce par exemple) ne viennent pas priver le vendeur des titres du bénéfice de l’avantage fiscal. Source : Réponse ministérielle Deromedi du 7 septembre 2017, Sénat, n°00039 Source : www.bra-brasserie.fr
  • 20. La revue de Presse KYLIA 20 Les différences principales entre la SAS et la SARL. Le 13/04/2017 La question des différences entre la SARL et la SAS est récurrente chez les personnes qui souhaitent constituer une société mais hésitent entre ces deux options. Il existe certes de nombreuses similitudes mais aussi des différences à connaître. La première porte sur le montant des charges sociales. Dans une SAS, le dirigeant a le statut de président et il est assimilé-salarié, c’est-à-dire qu’il va cotiser au régime général. Les cotisations sur sa rémunération seront plus importantes, de l’ordre de 50% à 70% à régler au niveau des charges sociales assises sur sa rémunération. Dans une SARL le dirigeant a le statut de gérant et s’il est gérant majoritaire, en tout état de cause, il aura le statut de travailleur non salarié, c’est-à-dire qu’il cotisera au RSI et il aura des charges sociales à payer, comprises entre 35% et 55% de sa rémunération. Vous l’aurez compris, les charges sociales sur la rémunération sont moins importantes dans les SARL que dans les SAS. Toutefois, les prestations sociales ne sont pas les mêmes, et j’en arrive à mon deuxième point, puisque le montant des cotisations retraites et des prestations retraites ne sont pas identiques selon qu’on est président de SAS ou gérant majoritaire de SARL. En effet, le président d’une SAS cotise aux mêmes caisses que les salariés, donc au régime général. En conséquence, lorsqu’il demandera la liquidation de ses droits à la retraite, il aura des droits plus importants que le gérant d’une SARL qui cotise au RSI. Un autre point notable concerne les dividendes et la taxation sur les dividendes ; les dividendes perçus par le gérant d’une SARL sont soumis à cotisation sociale à hauteur de 40% pour les dividendes qui dépassent 10% du capital. En revanche, dans les SAS, les dividendes perçus par le président ne sont pas considérés comme de la rémunération et dans ces cas-là il y a des prélèvements sociaux à hauteur de 15,5% seulement. Le quatrième aspect notable est en relation avec le conjoint collaborateur. Si vous avez envie de faire rentrer votre conjoint dans la société, sachez que dans une SARL il est possible d’opter pour le statut de conjoint collaborateur, ce qui permettra à votre conjoint d’avoir une couverture sociale. En revanche, pour les SAS, cela est impossible ; on ne peut pas faire rentrer son conjoint en tant que collaborateur dans la société.
  • 21. La revue de Presse KYLIA 21 Enfin, pour l’assurance chômage il n’y a aucune différence entre les deux formes de société. Que vous soyez président de SAS ou gérant de SARL, vous n’avez droit à aucune prestation chômage, sauf si vous bénéficiez d’un contrat de travail en parallèle à vos fonctions de dirigeant, sachant que pour bénéficier d’un contrat de travail, il faut établir l’existence d’un lien de subordination. Voici les grands points de comparaison entre la SARL et la SAS. Selon vos objectifs, vous devrez en tenir compte pour choisir entre l’une et l’autre. Source : www.village-justice.com
  • 22. La revue de Presse KYLIA 22 La disparition du RSI, chronique d’une mort annoncée. Le 14/09/2017 Le 5 septembre 2017, le Premier ministre Édouard Philippe a présenté le « programme gouvernemental pour les travailleurs indépendants ». La disparition du Régime Social des Indépendants (RSI), en est assurément la mesure phare. Attention toutefois à bien en mesurer les conséquences ! La « Nouvelle organisation de la protection sociale » est le point numéro trois du programme gouvernemental pour les travailleurs indépendants. Le document mis en ligne par le Gouvernement sur son site internet annonce l’adossement du RSI au régime général au 1er janvier 2018. A ce jour, la fin du RSI n’est pas encore établie dans l’ordre juridique. Les indépendants caressent pour l’instant l’espoir d’un avenir meilleur sur la seule base de la promesse que la mise à mort du RSI sera orchestrée dans le Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 (PLFSS 2018) et que le régime sera définitivement exterminé au 31 décembre 2019. En l’absence de plus de précision, nous nous garderons bien de commenter le futur système de protection sociale des indépendants dans cet article. Il faudra attendre encore quelques semaines pour avoir davantage de certitudes et de visibilité. Il n’en demeure pas moins qu’il convient d’ores et déjà d’attirer l’attention de tous les assurés du RSI (artisans, commerçants, professions libérales, ..) sur ce qu’il ne faut ABSOLUMENT pas attendre de la disparition du RSI. C’est un fait que le RSI fonctionne mal. On ne compte plus les affres que peuvent subir ses assurés, ceux que l’on appelle « les victimes du RSI ». Le Gouvernement lui-même les évoque dans son programme : « Appels de cotisations incompréhensibles, interventions d’huissiers injustifiées, dossiers de retraite traités dans des délais importants : la création du régime social des indépendants a été marquée pendant plusieurs années par de graves dysfonctionnements, notamment dans la conception des évolutions informatiques qu’elle supportait, qui ont fortement affecté les travailleurs indépendants. » C’est un fait qu’en raison de l’accumulation d’années de dysfonctionnements graves, les TNS (travailleurs non-salariés) font preuve d’une méfiance accrue à l’égard de leur caisse de sécurité sociale.
  • 23. La revue de Presse KYLIA 23 C’est un fait que les tribunaux des affaires de la sécurité sociale sont encombrés par les contentieux inutiles qui opposent le RSI à ses assurés en raison de l’inertie de la Caisse et de ses nombreuses erreurs. Néanmoins, il ne faut surtout pas en déduire que la disparition du RSI, quelle que soit la forme et le temps qu’elle prendra, suppose la disparition des dettes réclamées par le RSI. C’est une question qui nous est souvent posée, en tant qu’avocats : quelle conséquence de la fin annoncée du RSI sur mon litige avec lui ? Notre réponse est invariable : aucune. A ce jour aucune sorte de mesure d’amnistie n’est évoquée par le Gouvernement en faveur des personnes débitrices (à tort ou à raison) du RSI. Et qui connaît l’état des finances de la Caisse sait qu’il n’y en aura certainement pas… Aussi, pour ceux qui sont en contentieux avec le RSI, que le litige soit au stade de la mise en demeure, de la contrainte délivrée par huissier ou du tribunal des affaires de la sécurité sociale, ne comptez pas sur les mesures annoncées par le Gouvernement pour y mettre un terme. Que vous soyez dans votre droit (et donc une malheureuse victime du RSI) ou pas, vous avez tout intérêt à prendre le problème à bras le corps le plus tôt possible et à régulariser ce qui doit l’être ou à saisir les juridictions compétentes. Car, à ce jour - et ce n’est certainement pas l’annonce de sa disparition qui va inciter le RSI à améliorer cela- c’est encore bien souvent seulement la saisine d’une juridiction compétente qui permet de mettre fin aux agissements illégaux du RSI. Source : www.village-justice.com
  • 24. La revue de Presse KYLIA 24 A propos de Kylia KYLIA, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau d’agences immobilières Nouvelle Génération : Le 1 er réseau immobilier à partager sa croissance avec l’ensemble de ses agents. Kylia développe un modèle économique orienté « Agent » : Une entreprise construite par et pour ses agents immobiliers. Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com Contact Presse : KYLIA Immobilier Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18