SlideShare une entreprise Scribd logo
La revue de Presse KYLIA
1
LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE
Du 27 novembre au 3 décembre 2017
LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTIEL
Logement : le gouvernement déterminé à taxer
les «passoires thermiques»
Le 27/11/2017
Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, compte imposer davantage les
habitations énergivores et a annoncé un plan de rénovation d’un montant de 9,2 milliards
d’euros.
La taxe d’habitation n’est pas le seul sujet de réforme de la fiscalité locale (1). Selon les Echos, la taxe
foncière, l’autre grande source de recettes des collectivités locales, qui frappe notamment toutes les
propriétés bâties, pourrait être modulée de manière à inciter les propriétaires des bâtiments à
effectuer des travaux d’isolation thermique. En substance, plus une habitation est énergivore, plus elle
serait taxée.
La revue de Presse KYLIA
2
Dans une interview au quotidien économique publiée vendredi (jour de la présentation d’un plan en
faveur de la rénovation thermique des bâtiments) le ministre de la Transition écologique, Nicolas
Hulot, et son collègue du gouvernement Jacques Mézard, chargé de la Cohésion des territoires et de
l’habitat, expliquent que, sur un total de 29 millions de résidences principales, la France compte
de 7 millions à 8 millions de logements qui sont de véritables «passoires thermiques». Soit un
logement sur quatre.
Le secteur résidentiel et tertiaire, qui représente 45 % de la consommation d’énergie en France et 25
% du rejet des gaz à effet de serre, est un énorme gisement possible d’économies. «Sa contribution à
la transformation de notre modèle de développement pour la sobriété énergétique est impérative»,
indique le ministère de la Cohésion des territoires dans un document présentant son plan de
rénovation énergétique. Les travaux d’isolation thermique sont aussi considérés comme une activité
pouvant contribuer au développement d’une croissance économique vertueuse, créatrice d’emploi
mais s’inscrivant dans le plan climat. «Il y a beaucoup d’emplois à la clé dans le secteur de l’efficacité
énergétique, pour les grands groupes comme pour les petites entreprises artisanales», souligne
Jacques Mézard dans les Echos, précisant que le plan du gouvernement «sera soumis à la
concertation, avec les acteurs économiques, les collectivités et les associations».
Quels sont les objectifs de rénovation thermique ?
Selon Nicolas Hulot, l’objectif est de traiter 500 000 logements par an, dont 100 000 sociaux, en
concentrant les efforts sur les «passoires thermiques» souvent habités par des ménages en situation
de précarité énergétique. Des études montrent que 14 % des ménages affirment avoir froid dans leur
logement. Le plan vise tout à la fois à réduire la facture énergétique pour ces familles et à améliorer
leur confort thermique. A l’horizon 2023, le gouvernement veut obtenir une baisse de la consommation
énergétique des bâtiments de 15 % par rapport à 2010.
Quels moyens pour atteindre ces objectifs ?
La rénovation thermique n’échappe pas à la politique de la carotte. L’Etat a déjà mis en place des
dispositifs pour inciter les propriétaires privés à faire des travaux. Ils bénéficient des aides de l’Agence
nationale de l’habitat (Anah) et aussi d’un avantage fiscal, le crédit d’impôt pour la transition
énergétique (Cite). Mais ce dernier va être transformé en prime directe dès 2019, pour plus d’efficacité
: l’avantage du crédit d’impôt intervient dans la déclaration fiscale effectuée après la réalisation des
travaux, ce qui veut dire que le propriétaire a les moyens d’avancer l’argent. A l’inverse, une aide
directe attribuée au début des travaux peut déclencher des chantiers pour les ménages qui peinent à
rassembler l’argent nécessaire à l’isolation thermique de leur logement.
La revue de Presse KYLIA
3
Au total, 9,2 milliards d’euros seront investis sur le quinquennat dans la rénovation thermique des
logements. Mais l’Etat ne déboursera que 6,2 milliards, les 3 autres milliards étant à la charge des
bailleurs sociaux pour le parc HLM. Enfin, une enveloppe spécifique de 1,8 milliard est prévue pour
rénover les immeubles appartenant à l’Etat et les collectivités territoriales devront débourser
3 milliards pour le traitement thermique de leurs immeubles (écoles, mairies, bibliothèques…). Pas sûr
que les organismes de HLM, mis au régime sec avec la baisse de l’APL, et les communes priées de
faire des économies seront en mesure d’effectuer ces financements.
La fiscalité, une arme contre les«passoires thermiques» ?
Le gouvernement réfléchit aussi «à des solutions […] incitatives, comme la modulation des taxes
foncière ou des droits de mutation [quand le logement fait l’objet d’une vente, ndlr] en fonction du
diagnostic de performance énergétique des logements», révèle Hulot dans les Echos. L’idée serait de
taxer beaucoup plus les «passoires thermiques» que les logements écologiquement exemplaires.
«Sur le plan juridique, c’est tout à fait possible […]. Une mission a été lancée pour explorer les
différentes options», ajoute le ministre de la Transition écologique.
Plus facile à dire qu’à faire, car l’Etat n’a pas la main dans ce domaine : les taux de la taxe foncière
sont fixés par les communes, les intercommunalités et les départements, chacune de ces collectivités
touchant une quote-part de cette recette. Jacques Mézard reconnaît que l’Etat ne pourra fixer qu’un
«cadre» général. Pour faire avancer l’idée d’un bonus-malus fiscal lié aux caractéristiques thermiques
des logements, le gouvernement devra «discuter avec les collectivités» territoriales. Pour accélérer le
rythme des rénovations thermiques, le gouvernement estime qu’il est possible de passer à l’ère
industrielle, notamment pour les immeubles publics. «De très nombreux bâtiments […] ont été
construits sur le même modèle, à la même époque. On pourrait imaginer attribuer des marchés de
rénovation de ces bâtiments par lots, ce qui réduirait nettement les coûts», souligne Jacques Mézard.
Source : www.liberation.fr
La revue de Presse KYLIA
4
Parisiens, voici trois (bonnes) raisons
d’investir en sous-sol
Le 27/11/2017
INFOGRAPHIES - Un ticket d’entrée largement abordable, une rentabilité plus qu’intéressante, une
demande qui ne cesse de grimper : les caves constituent un bon placement pour les particuliers qui
ne peuvent pas acheter leur résidence principale.
Avec l’envolée des prix de l’immobilier résidentiel à Paris, il est de plus en plus compliqué de devenir
propriétaire de sa résidence principale. En revanche, il est un endroit qui attire de plus en plus les
particuliers: la cave. L’idée n’est pas d’y habiter, bien sûr, mais de le louer pour générer des revenus
complémentaires. Rentabilité, loyers, surface, prix: voici quelques chiffres qui expliquent l’engouement
pour cet investissement.
• Rentabilité
Louer une cave dans la capitale peut rapporter environ 14% (+6 points par rapport à 2016). C’est le
cas dans les IVe, VIe et XIIe arrondissements de la ville. À l’inverse, ce sont dans les IIe et XVe que
ce placement offre la plus «faible» rentabilité, autour de 6% (- 3 points sur un an). Des niveaux qui
sont largement supérieurs aux 3% que vous pouvez espérer obtenir si vous louez votre logement à
Paris. Conséquence: sur les neuf premiers mois de l’année, JeStocke.com, plateforme de location de
La revue de Presse KYLIA
5
cave, de box et de garage en France, enregistre une hausse de 163 % du nombre de caves
proposées à la location sur son site.
• Loyers
Certains des arrondissements où les loyers sont les plus élevés pour les m² habitables affichent les
loyers de caves les plus faibles. Autrement, ne cherchez pas forcément là où vous pensez que le
résidentiel est le plus intéressant. Ainsi, les IIe et IVe affichent les loyers les plus bas pour les caves,
autour de 15 à 17 euros par m². Le cœur de Paris reste une valeur sûre puisque les loyers les plus
élevés (entre 21 et 23 euros par m²) se situent dans les IIIe, Ve, VIe et VIIIe arrondissements. «Une
cave bien située, isolée et bien sécurisée se louera très rapidement, affirme Laure Courty, fondatrice
de JeStocke.com. Bien que les petites surfaces aient le vent en poupe, les moyennes et grandes
surfaces (plus de 15 m²), plus rares, enregistrent également une très forte demande».
• Prix
C’est l’un des autres atouts de la cave: le ticket d’entrée est abordable. Pour devenir propriétaire
d’une cave à Paris, il faut compter entre 1500 et 3000 euros par mètres carrés en fonction de la
localisation, de l’accessibilité et de l’état de la cave. Même s’il a augmenté, en moyenne de 500 euros
sur un an, ce prix est largement moins élevé que les 9000 euros au m² qu’il faut débourser, en
moyenne, pour acheter un appartement dans la capitale.
La revue de Presse KYLIA
6
• Surface
La tendance est clairement à une baisse de la surface. Entre 2016 et 2017, la surface moyenne louée
sur JeStocke.com est passée d’environ 7 m² à 5 m². «Cette baisse s’explique notamment par l’arrivée
d’une nouvelle clientèle sur la plateforme, explique Laure Courty, fondatrice de JeStocke.com. Celle-ci
utilise la cave comme une pièce de stockage d’appoint et non plus pour un besoin temporaire type
déménagement pour lequel de plus grandes surfaces sont nécessaires.
Il n’empêche: si la cave parisienne se loue globalement à bon prix, les déconvenues sont possibles.
Certaines caves trop humides ou mal conçues ne trouvent pas forcément preneurs. Acheter une cave
n’est donc pas un placement gagnant à coup sûr. Avant d’investir, il est important de bien faire le tri.
Source : www.lefigaro.fr
La revue de Presse KYLIA
7
Feu vert judiciaire pour une nouvelle flambée
des loyers à Paris
Le 28/11/2017
Le bail mobilité est destiné aux étudiants, aux apprentis, aux personnes en formation ou mobilité
professionnelle. Photo Mehdi Fedouach. AFP
L’annulation mardi de l’encadrement des prix des nouveaux baux dans la capitale, même
temporaire, sonne comme un retour en arrière pour les locataires. Le gouvernement va faire
appel.
 Feu vert judiciaire pour une nouvelle flambée des loyers à Paris
Les lobbys de l’immobilier étaient à la fête mardi soir, après l’annulation de l’encadrement des loyers
dans la capitale par le tribunal administratif de Paris. La justice a considéré que cet encadrement
aurait dû être pris à l’échelle de toute l’agglomération parisienne (soit 412 communes) et non dans la
seule capitale. Une décision similaire avait été rendue par le tribunal administratif à Lille le 17 octobre.
La revue de Presse KYLIA
8
Mardi, aussitôt le jugement connu, l’Unpi, qui regroupe des propriétaires bailleurs, l’Unis, qui fédère
des administrateurs de biens et des syndics de copropriétés, ou encore le réseau d’agences
Century 21 ont publié des communiqués pour se réjouir de la décision de justice. «Un marché trop
normé fige le parcours locatif», explique l’Unis. Pour le président de Century 21, Laurent Vimont, la
mesure décourage les investisseurs et «pouvait conduire à la pénurie de logements à Paris». L’Unpi,
de son côté, analyse le jugement comme «la sanction d’une réglementation obsolète» et profite même
de l’occasion pour demander au gouvernement une diminution «de la pression fiscale sur les bailleurs
privés».
Pénurie
Les mêmes avaient déjà, au moment de l’examen de la loi au Parlement en 2013-2014, vivement
combattu le principe d’un encadrement, dont l’objectif n’est pas de bloquer les prix, mais d’éviter les
abus inhérents à un marché locatif marqué par la pénurie. A l’exemple de ce studio meublé d’une
surface de 17 m² situé au rez-de-chaussée d’un immeuble du quartier de la Porte Maillot, proposé
mardi à la location au tarif de 850 euros par mois sur le site de Century 21. Un montant qui reflète la
grande dérive des prix des locations dans la capitale au cours des deux dernières décennies.
Mardi, les communiqués des bailleurs et professionnels de l’immobilier se sont bien gardés de
rappeler que depuis l’an 2000, les loyers ont augmenté de 61,9 % à Paris, selon les statistiques de
Clameur, un organisme créé et administré par les professionnels du secteur eux-mêmes. En clair, une
location qui coûtait 1 000 euros en l’an 2000 coûte 1 619 euros en 2017.
Evidemment, les revenus des ménages n’ont pas suivi. Dans la capitale comme dans les grandes
métropoles régionales, les ménages consacrent une part toujours plus importante de leurs revenus au
logement. Cette vampirisation du pouvoir d’achat des familles par les loyers n’est pas sans
préoccuper les gouvernements quels qu’ils soient. Elle est source de mécontentement social et
nuit à la compétitivité économique : les entreprises sont forcément tenues de prendre en compte du
prix des loyers lorsqu’elles fixent les salaires, pour que leur personnel puisse se loger.
Mardi soir, le gouvernement a annoncé son intention de faire appel de la décision du tribunal
administratif. «En l’Etat actuel des choses, comme à Lille, nous considérons qu’il est opportun de
relever appel à l’encontre de cette décision», a indiqué Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion
des territoires en charge du Logement, dans une déclaration à l’AFP. Une initiative qu’approuve la
mairie de Paris, qui demande en outre au «gouvernement de prendre en urgence toutes les mesures
qui permettront que l’encadrement des loyers puisse s’appliquer» encore . Car si à Paris comme à
Lille, la justice a annulé les arrêtés au motif que le périmètre géographique retenu n’était pas le bon, la
La revue de Presse KYLIA
9
loi sur l’encadrement reste évidemment en vigueur. «La seule solution juste, et conforme à la loi,
consiste désormais à étendre l’encadrement des loyers aux 412 communes de la banlieue parisienne
dans les plus brefs délais», analyse la Fondation Abbé-Pierre. Plus facile à dire qu’à faire, car pour
encadrer les loyers, il faut des références très précises. Le plafonnement des prix des locations se fait
au vu du montant des loyers médians constatés quartier par quartier à Paris, et devra se faire ville par
ville en banlieue. Problème : les statistiques nécessaires n’existant pas partout, difficile de mettre en
œuvre le dispositif.
Outils statistiques
Dans ce petit naufrage juridique, la Fondation Abbé-Pierre pointe la responsabilité politique de Manuel
Valls. Après que Cécile Duflot (l’ancienne ministre EE-LV du Logement à l’origine de la mesure) eut
quitté le gouvernement, l’ancien Premier ministre avait, «au mépris de la loi», tout fait pour limiter
l’application de l’encadrement des loyers à la seule ville de Paris. Et ce alors qu’elle était prévue
dans les 28 agglomérations françaises où les loyers ont le plus augmenté. L’une des manières de
freiner l’application de cette mesure a alors consisté à ne rien faire pour favoriser la création d’outils
statistiques nécessaires à la mise en œuvre de cet encadrement dans l’ensemble de ces territoires.
Source : www.libération.fr
La revue de Presse KYLIA
10
Encadrement des loyers: le gouvernement veut
aller "au bout de l'expérimentation"
Le 29/11/2017
Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires à sa sortie de l'Elysée, le 22 novembre 2017
((c) Afp)
Paris (AFP) - Le gouvernement a annoncé mercredi qu'il voulait "adapter" le dispositif
d'expérimentation des loyers, annulé par la justice à Paris et à Lille, afin d'aller "au bout de
l'expérimentation" et de l'évaluer.
Cette expérimentation n'est plus en vigueur en France après l'annulation mardi par la justice
administrative de cette mesure à Paris, où elle était appliquée depuis le 1er août 2015.
Avec Lille, où la justice a pris une mesure similaire il y a un mois et demi, il s'agissait des deux seules
villes à expérimenter le dispositif.
"Nous voulons arriver à une évaluation de la pertinence de ce dispositif", a dit Jacques Mézard,
ministre de la Cohésion des territoires, en réponse à une question du député Pacôme Rupin (LREM) à
l'Assemblée nationale.
La revue de Presse KYLIA
11
Aussi, "il va être nécessaire, dans le cadre du projet de loi, d'adapter ce dispositif", a-t-il ajouté en
référence au projet de loi sur la stratégie logement qui doit être présenté prochainement, sans donner
de détail.
Le gouvernement envisage parallèlement un sursis à exécution, après la décision de la justice
administrative, permettant de suspendre provisoirement l'application de cette décision.
Plus tôt, le secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires Julien Denormandie avait estimé qu'il fallait
"aller au bout de l'expérimentation".
Le tribunal administratif de Paris a invalidé l'encadrement des loyers au motif qu'ils auraient dû
concerner toute l'agglomération parisienne et non la seule capitale.
"Il faut savoir si oui ou non l'encadrement des loyers marche", a déclaré sur Radio Classique/Paris
Première M. Denormandie.
Dans un communiqué publié mercredi, l'association de consommateurs CLCV a appelé de son côté
l'Etat à "assumer et compléter son dispositif".
"Il est inadmissible que près de quatre ans après sa création, l'encadrement des loyers n'ait été
appliqué que dans deux villes alors qu'il n'a jamais été remis en cause devant le Parlement. Et
aujourd'hui il est supprimé en raison d'une simple erreur de droit", déplore l'association, qui évoque
une situation "intolérable" et "inadmissible" pour "tous les locataires".
"Aujourd'hui, on n'est pas en mesure (de savoir si l'encadrement fonctionne) parce qu'on n'a pas
assez de recul", a par ailleurs affirmé M. Denormandie.
Selon des études, "les loyers ont été depuis le début de l'année 2017 contenus sur Paris; en
revanche, ils ont continué à augmenter sur Lille", a-t-il ajouté.
Mesure-phare du quinquennat Hollande, l'encadrement des loyers, instauré par la loi Alur du 24 mars
2014 élaborée par Cécile Duflot, alors ministre du Logement, devait réguler le marché locatif en zones
tendues.
A peine la loi promulguée, la mesure avait cependant vu son champ d'application restreint par Manuel
Valls, alors Premier ministre, aux "communes volontaires" et "à titre expérimental", alors que 28
agglomérations étaient visées. Une restriction que le Conseil d'Etat a jugée illégale en mars 2017.
Source : www.l’obs.com
La revue de Presse KYLIA
12
AIRBNB : UNE CARTE BANCAIRE POUR
AIDER LES PROPRIÉTAIRES À ÉCHAPPER AU
FISC FRANÇAIS ?
Le 01/12/2017
TeroVesalainen/Pixabay
Les propriétaires qui louent leur appartement sur Airbnb peuvent demander en quelques clics une
carte de crédit qui leur permettrait de cacher leurs revenus au fisc français, d’après franceinfo.
Airbnb aurait-il poussé le bouchon trop loin ? La plateforme de location propose aux propriétaires
d’appartement une carte de crédit qui leur permettrait d’échapper au fisc français, révèle franceinfo.
La combine est très simple d’après les utilisateurs du site. La majorité des “hôtes” choisissent que
leurs revenus soient directement versés sur leur compte bancaire. Mais certains prennent une autre
option : en quelques clics, ils peuvent demander à recevoir une carte de crédit émise depuis Gibraltar.
Une fois les gains virés sur ce compte, le loueur peut les dépenser dans n’importe quel magasin
comme avec un système de paiement classique. La carte, aux couleurs d’Airbnb, est émise par une
société américaine, Payoneer, qui propose aussi ses services à Amazon ou Cdiscount. Le problème
avec Airbnb est que la demande de carte peut être faite directement sur le site et que le principe de
base est détourné. Comme l’explique franceinfo, elle devait être surtout utilisée par les propriétaires
La revue de Presse KYLIA
13
qui habitent à l’étranger afin de réaliser des transferts d’argent à moindre frais. Sauf qu’elle est aussi
demandée par des résidents français pour passer sous les radars du fisc.
“Ce type de comptes adossés à une carte ne sont pas des comptes bancaires à proprement parler”,
explique au site d’information Eric Vernier, chercheur et expert en paradis fiscaux. “Ils échappent aux
accords sur l’échange d’informations bancaires (que Gibraltar a signé avec la France), et restent très
pratiques pour ceux qui veulent éviter que l’on sache qu’ils ont de l’argent ailleurs que dans leur pays
de résidence”. Dans l’Hexagone, les propriétaires sont tenus de déclarer tous leurs revenus provenant
de la location d’appartement. Bercy n’a pour le moment pas souhaité réagir aux révélations de
franceinfo.
Chez Airbnb, on préfère détourner le regard et on assure n’avoir “aucune connaissance de plaintes
concernant ce prestataire de paiement, dont les services sont utilisés par nombre d’entreprises dans
le monde”. La société affirme aussi à franceinfo faire de la prévention auprès des “hôtes”. “Nous leur
rappelons la nécessité de s’informer des réglementations fiscales applicables, et de s’y conformer”.
S’il est difficile de saisir l’ampleur de la fraude, le gouvernement ne semble pas prêt de s’y atteler. Il
n’a en effet toujours pas pris le décret d’application permettant d’imposer à Airbnb et consorts de
transmettre automatiquement au fisc le montant des revenus de l’ensemble de ses “hôtes”. Et la
mesure pourrait même être repoussée à 2020...
Source : www.capital.fr
La revue de Presse KYLIA
14
LES ARTICLES DE LA SEMAINE - COMMERCE
Acheter son affaire : les documents à
demander au vendeur
Le 27/11/2017
Ces pièces vous permettront d'analyser différents aspects du fonds de commerce : activité-
exploitation, administratif, juridique, ressources humaines, économique, et aspect immobilier en cas
d'achat des murs.
© Thinstock
Avant d'acquérir une affaire, vous devez obtenir du vendeur un certain nombre de documents. Ceux-ci
vous permettront de :
- mieux connaître l'affaire que vous allez acheter ;
- vérifier qu'elle correspond à ce que vous recherchez, c'est-à-dire à vos exigences personnelles,
économiques et financières ;
La revue de Presse KYLIA
15
- vérifier que le vendeur est honnête et que le produit acheté correspond réellement à la présentation
qu'il en fait.
Ces documents vous permettront d'analyser différents aspects du fonds de commerce : activité-
exploitation, administratif, juridique, ressources humaines, économique, aspect immobilier en cas
d'achat des murs.
Ces différents aspects influent tous sur la fixation du prix de vente. Pour faire une estimation,
consulter l'outil d'estimation NeghoScore :
- pour un restaurant,
- pour un hôtel-restaurant,
- pour un hôtel bureau.
Cependant, il n'est pas utile de demander tous les documents dès le départ. Vous risquez d'effrayer le
vendeur qui pourrait se braquer. Il vaut mieux réclamer les documents utiles au fur et à mesure de
l'avancement de la construction de votre projet et des négociations avec le vendeur.
► Première visite
Documents à demander
Aspect économique
- Bilans et comptes de résultats détaillés sur trois ans. Utiles pour : réaliser un prévisionnel.
- Liasse fiscale complète. Utile pour : réaliser un prévisionnel.
Activité-exploitation
- Répartition mensuelle du chiffre d'affaires (CA). Utile pour : réaliser un prévisionnel.
- Composition du CA hébergement, restauration, soirées étapes, petits déjeuners, bar, divers. Utile
pour : réaliser un prévisionnel.
- Le chiffre d'affaires réalisé après la clôture du bilan jusqu'au mois qui précède la signature de la
promesse. Utile pour : réaliser un prévisionnel.
La revue de Presse KYLIA
16
- Taux d'occupation mensuel. Utile pour : réaliser un prévisionnel et comparer avec la zone.
- Copie des plans de sécurité incendie du rez-de-chaussée et des étages. Utile pour : pallier l'absence
de plan d'architecte.
Administratif
- Copie du procès-verbal de la commission de sécurité plus l'avis de poursuite de l'exploitation.
- Copie du document AD'AP déposé à la préfecture si l'établissement n'est pas aux normes
d'accessibilité.
- Copie du document de la préfecture ou la mairie attestant de la conformité de l'établissement. Utile
pour : être précisément informé des contraintes administratives et financières qui pèsent sur
l'exploitation et des travaux éventuels qui seront à réaliser.
Juridique
- Copie du bail. Utile pour : connaître les obligations du preneur et les conditions d'exploitation.
- Règlement de copropriété (s'il y a lieu). Utile pour : connaître les obligations du preneur et les
conditions d'exploitation.
- Copie Kbis du vendeur. Utile pour : connaître les mentions légales.
Ressources humaines
- Déclaration annuelle des salaires. Utile pour : réaliser un prévisionnel et vérifier l'effectif réel du
personnel.
Dans le cas d'un achat des murs - Copie de la matrice cadastrale. Utile pour : connaître les limites
exactes du terrain, la surface et zone répertoriée du plan local d'urbanisme (PLU).
- Copie du plan local d'urbanisme. Utile pour : connaître la zone et les possibilités d'agrandissement.
► Offre d'achat
Documents à demander
La revue de Presse KYLIA
17
Aspect économique
- Inventaire détaillé du matériel et du mobilier. Utile pour : vérification avec le bilan et la réalité +
prévisionnel.
- Copie du livre d'inventaire. Utile pour : vérification avec le bilan et la réalité + prévisionnel.
- Copie des contrats de leasing. Utiles pour : vérification avec le bilan et la réalité + prévisionnel.
► Signature de l'acte sous-seing privé
Documents à demander
Ressources humaines
- Contrats de travail du personnel. Utiles pour : vérification avec déclaration, bilan + prévisionnel.
Juridique
- Preuve de la capacité du vendeur à vendre (titre de propriété, délibération d'une AG). Utile pour :
éviter les problèmes de dernière minute dans le cas d'indivision ou de multi-propriétaires.
Activité-exploitation
- Contrats des différents fournisseurs. Utiles pour : être précisément informé des engagements
financiers qui pèsent sur l'exploitation.
Administratif
- Copie de la délibération de classement de l'établissement. Utile pour : valider les informations
données par le vendeur.
- Copie de la licence IV. Utile pour : valider les informations données par le vendeur.
► Signature de l'acte définitif
La revue de Presse KYLIA
18
Documents à demander
Ressources humaines
- Attestations des membres personnel sur leur situation (congés payés, RTT, paiement heure
supplémentaires). Utiles pour : éviter un conflit sur l'antériorité après le départ du propriétaire.
Source : www.l’hôtellerie-restauration.fr
La revue de Presse KYLIA
19
Bail commercial : nullité de la demande de
renouvellement adressée au seul usufruitier
Le 28/11/2017
La demande de renouvellement d’un bail commercial qui a pour unique destinataire
l’usufruitier du bien loué est nulle.
Au décès du bailleur de locaux commerciaux, son fils, devenu nu-propriétaire, intervient à l’acte de
renouvellement conclu avec le locataire. Au terme du bail renouvelé, le locataire fait une nouvelle
demande de renouvellement à la veuve du bailleur initial, usufruitière des locaux.
La Cour de cassation juge cette demande nulle car son unique destinataire est l’usufruitière du bien
loué.
A noter : jurisprudence constante.
Le locataire de locaux commerciaux doit en principe adresser sa demande de renouvellement au
bailleur (C. com. art. L 145-10, al. 2). En cas d’usufruit, la demande de renouvellement doit être
adressée à l’usufruitier et au nu-propriétaire (CA Toulouse 31-7-2012 n° 11/05985 : RJDA 12/12 n°
1050), l’usufruitier n’ayant pas le pouvoir de donner à bail, ou de renouveler le bail, sans le
consentement du nu-propriétaire (Cass. 3
e
civ. 24-3-1999 n° 97-16.856 : RJDA 5/99 n° 525 ; Cass.
3
e
civ. 21-5-2014 n° 13-16.578 F-D).
Source : www.efl.fr
La revue de Presse KYLIA
20
Seulement 132 hôtels ont été créés en France
en 2016
Le 29/11/2017
In Extenso TCH a étudié l'évolution du parc hôtelier français l'année passée : 8 400 chambres d'hôtels
ont disparu, tandis que 5 600 ont été créées et 2 400 ont été remises sur le marché. Début 2017,
l'Hexagone comptait près de 17 200 hôtels.
© Thinkstock
Toutes les disparitions d'hôtels ne sont pas définitives. Parmi les 760 hôtels disparus en 2011
et 2012, près d'une centaine étaient de nouveau opérationnels début 2017.
Créations, remises en marché, fermetures… L'hôtellerie française connaît chaque année de
nombreux mouvements et évolutions. Dans ce contexte, In Extenso TCH (tourisme, culture et
hôtellerie) publie pour la première fois une étude sur l'évolution du parc hôtelier français sur l'année
2016. "Début 2017, la France métropolitaine comptait près de 17 200 hôtels* dont les trois quarts
étaient homologués. Les créations, disparitions et remises en marché d'hôtels observées en 2016 se
sont soldées par un déficit de 200 établissements sur un an. La tendance n'est pas nouvelle mais elle
s'est amplifiée depuis 2014 en raison d'une recrudescence des disparitions d'hôtels. Parallèlement, le
volume de chambres offertes s'établissait à environ 637 500 chambres début 2017, en léger recul sur
La revue de Presse KYLIA
21
un an (- 0,1 %, soit environ 400 chambres de moins)", analyse Samuel Couteleau, Senior Manager
chez In Extenso TCH.
► Le parc hôtelier français en perte de 400 chambres en 2016
L'évolution du parc hôtelier français résulte de trois grands types de mouvements.
• 450 hôtels disparus en 2016, soit 8 400 chambres
En légère diminution par rapport à 2015 (9 000 chambres disparues), cet indicateur s'inscrit dans la
lignée du pic observé depuis trois ans. Les principaux motifs de disparitions d'hôtels sont :
- Les défaillances (36 %), c'est-à-dire les fermetures d'hôtels sans reprise en cours d'année.
- Les cessations d'activité (28 %) suite au départ à la retraite de leur exploitant sans qu'un repreneur
ait été identifié, ou suite à l'arrêt de l'activité hôtelière dans des établissements faisant par ailleurs
restaurant.
- Les reconversions en gîtes, meublés ou chambres d'hôtes (16 %).
- Les reconversions en hébergement social (7 %), qui interviennent essentiellement en Île-de-France
et dans les grandes villes.
- Les rénovations lourdes ou restructurations qui nécessitent une fermeture d'un an ou plus (4 %). En
dehors des établissements fermés temporairement pour rénovation et qui réintègrent logiquement
l'offre, toutes les disparitions d'hôtels ne sont pas définitives. Par exemple, parmi les 760 hôtels dont
la disparition a été constatée en 2011 et 2012, près d'une centaine (13 %) étaient ainsi de nouveau
opérationnels début 2017.
• 120 hôtels remis en marché en 2016, soit 2 400 chambres
Il s'agit de réactivations d'hôtels, auxquelles s'ajoutent les hôtels obsolètes ou les chambres d'hôtes
repositionnées sur le marché hôtelier traditionnel. En y ajoutant les variations de capacités
(agrandissements ou réductions du nombre de chambres), ces mouvements représentent plus de 2
400 chambres et contribuent à l'évolution du parc hôtelier national.
• 132 créations d'hôtels en 2016, soit 5 600 chambres
La forte dynamique relevée en 2015 (près de 8 000 chambres créées, dont 3 500 en Île-de-France) ne
s'est pas maintenue. Seuls 132 hôtels ont été créés en 2016 (5 600 chambres). Depuis le début de la
La revue de Presse KYLIA
22
décennie, seule l'année 2011 a affiché un aussi faible volume de chambres créées. En région
parisienne, ce ralentissement s'explique en partie par l'attentisme consécutif aux attaques terroristes
de 2015. Dans les grandes métropoles régionales, il correspond à une pause après un
développement soutenu ces dernières années.
► Accélération du parc hôtelier en Île-de-France et dans les grandes métropoles
• L'Île-de-France (25 % de l'offre de chambres d'hôtels de France métropolitaine en 2017)
Pour la deuxième année consécutive, l'Île-de-France a connu en 2016 une croissance de son parc
légèrement supérieure à 1 %. Le rythme des créations est resté élevé (une trentaine, comme en
2015) mais avec des hôtels de plus faible capacité (61 chambres en moyenne contre 99 en 2015).
Parallèlement, les disparitions d'hôtels ont été moins nombreuses (29 en 2016 contre 68 en 2015), en
particulier les reconversions sociales qui avaient connu un pic en 2015. En 2016, l'Île-de-France a en
définitive gagné 1 700 chambres (+ 1,1 %). La tendance 2017 devrait être plus modérée : une
trentaine de nouveaux hôtels devraient être mis sur le marché (soit 2 200 à 2 500 chambres) mais la
fermeture pour rénovation du Pullman Montparnasse (près de 1 000 chambres) devrait à seule peser
fortement.
• Les métropoles régionales de plus de 200 000 habitants (22 % de l'offre métropolitaine)
En 2016, la croissance de l'offre dans les métropoles régionales a été de + 0,6 % en moyenne, soit
près de 900 chambres. Dans ce contexte, seule Marseille-Aix s'est distinguée : son parc de chambres
a augmenté de 3,7 % sur un an grâce à la mise en marché de six nouveaux hôtels totalisant 641
chambres, soit 42 % des chambres créées en 2016 dans les métropoles régionales. En 2017, ces
dernières devraient connaître une nouvelle poussée de croissance, qui devrait toutefois être atténuée
par la reconversion sociale d'hôtels d'entrée de gamme en périphérie de villes. Marseille-Aix devrait
maintenir un rythme de croissance significatif, tout comme Lyon. En matière de créations de nouveaux
hôtels, les deux métropoles devraient se faire doubler par Bordeaux et Nice à partir de 2018 : pour
chacune d'entre elles, la création de 1 200 à 1 500 chambres est en effet anticipée entre 2018 et
2020.
► Ralentissement dans les agglomérations de moins de 200 00 habitants, les zones rurales et
les stations de sports d'hiver
• Les agglomérations de 10 000 à 200 000 habitants (22 % de l'offre métropolitaine)
Alors que les grandes métropoles régionales concentrent l'attention des investisseurs hôteliers, les
La revue de Presse KYLIA
23
agglomérations françaises de moins de 200 000 habitants peinent à compenser les disparitions
d'hôtels. Au cours de l'année 2016, ces territoires ont globalement vu disparaître plus de 800
chambres (- 0,6 %). Lourdes a ainsi perdu 500 chambres en 2016, et globalement près de 2 000
chambres depuis début 2011 (- 15 %).
• Les zones rurales et semi-rurales (16 % de l'offre hôtelière métropolitaine
Ces territoires ont vu leur offre de chambres d'hôtels reculer de près de 1 600 chambres au cours de
l'année 2016 (- 1,5 %). Plus de la moitié des hôtels disparus en 2016 en France métropolitaine se
trouvaient en zones rurales ou semi-rurales et affichaient une capacité moyenne inférieure à 15
chambres. Une trentaine de créations d'hôtels (environ 600 chambres) ont malgré tout été recensées,
mais bien souvent aux portes de grandes agglomérations.
• Les stations de sports d'hiver (4 % de l'offre hôtelière métropolitaine
En 2016, les stations de sports d'hiver ont subi une perte nette de plus de 400 chambres (- 1,5 % sur
un an). Parmi les grandes stations, seule Val-Thorens se distingue véritablement : quatre hôtels 4 et 5
étoiles y ont été créés depuis 2011, pour un total de 257 chambres. Globalement, la petite hôtellerie
peine à se maintenir dans les stations et les créations ne sont pas assez nombreuses pour inverser la
tendance (cinq hôtels mis en marché en 2016, soit 258 chambres). Plus dynamique, le marché des
résidences de tourisme est souvent perçu comme un moyen de compenser le recul de l'hôtellerie
traditionnelle en stations : en 2016, une quinzaine de résidences ont ainsi enrichi le marché de plus
d'un millier d'appartements. Cependant, dans le même temps, un volume d'offre quasiment équivalent
a glissé vers le marché des résidences secondaires, illustrant ainsi un enjeu majeur pour l'avenir de
ces destinations : la préservation de leur offre d'hébergements marchands.
Source : www.lhôtellerie-restauration.com
La revue de Presse KYLIA
24
Futur franchiseur : 6 points clés pour lancer
son réseau
Le 29/11/2017
Pour débuter (sereinement) en franchise ou en commerce associé, tester son concept dans
différents lieux, perfectionner ses clés de réussite ou encore, se former au recrutement des
franchisés ou adhérents restent essentiels. Voici les six points clés pour lancer son réseau.
1. Finaliser la modélisation du concept
Une belle idée ne suffit pas toujours à garantir un réseau solide et attrayant. “Le concept doit être
attractif pour les clients finaux, bien sûr, mais également pour les futurs partenaires ou franchisés”,
explique Nathalie Dubiez, experte Franchise & Co pour Lendopolis, plateforme de prêts de particuliers
à entrepreneurs. Plus l’enseigne parviendra à se professionnaliser dans son parcours client, plus elle
se démarquera. “Un point de vente qui fait 250 000 € de chiffre d’affaires avec une rentabilité
moyenne devra, par exemple, travailler sur sa marque, ses produits, son management... pour
augmenter ce chiffre d’affaires et rationaliser ses coûts, afin d’apparaître suffisamment fiable et
attractif aux yeux des futurs franchisés.”
2. Tester le concept dans différents types de lieux
Le principe de la franchise est simple : dupliquer une réussite. “La réussite doit donc avoir eu lieu ! Ce
n’est pas parce qu’un concept fonctionne en centre-ville que ce sera le cas dans un centre
La revue de Presse KYLIA
25
commercial. Ni parce qu’il a du succès dans une grande ville qu’il marchera dans une plus petite — ou
inversement. Il est donc préférable d’ouvrir préalablement quelques boutiques en propre/pilotes, qui
permettront de tester ces différents formats”, souligne la spécialiste.
3. Mettre en place l’ensemble des outils indispensables à un réseau
Pas de réseau sans outils de contractualisation (DIP, contrat de franchise) soignés aux petits oignons
! “Il en va de même pour le manuel opératoire reprenant les clés de réussite (recettes, procédures…)
qui doit être clair et complet”, ajoute-t-elle.
4. Se former au recrutement et à l’animation
Devenir franchiseur va naturellement bien plus loin que simplement louer son nom et son concept.
Apprendre à recruter des franchisés en accord avec les valeurs de l’enseigne reste donc essentiel.
“L’enjeu ? L’image de la marque et la réussite du réseau !
Mais bien recruter n’est pas suffisant, il faut également que l’enseigne développer les aptitudes qui lui
permettront d’animer au quotidien cette communauté d’entrepreneurs ambassadeurs de la marque”,
explique Nathalie Dubiez. Apprendre à recruter signifie également ne pas se précipiter : “Lancer très
rapidement beaucoup de franchisés, sans prendre le temps d’améliorer ses outils et processus, peut
porter un véritable préjudice à l’enseigne ! Il est préférable d’y aller étapes par étapes en s’assurant
que ses premiers adhérents disposent des outils pour réussir, et soient bien lancés...”
5. Se remettre en question et se perfectionner constamment
“Une période d'adaptation est tout à fait normale quand on débute en tant que franchiseur.
Cependant, il faut constamment questionner et ainsi, pouvoir améliorer, son concept, ses outils et
manières de procéder : mettre le DIP à jour, ajuster/compléter les informations du manuel, s’équiper
de logiciel pour professionnaliser ses recrutements, apporter les innovations pour maintenir
l’attractivité du concept…”, expose l’experte en commerce organisé.
6. Asseoir sa présence nationale avant de viser l’international
“La proposition d’une ouverture d’un franchisé à l’étranger peut être tentante pour une nouvelle
enseigne. Apprendre son nouveau métier de franchiseur reste cependant déjà un gros challenge.
L’assimiler, se structurer, optimiser son concept et asseoir sa notoriété (dans son secteur d’activité)
sur le territoire national sont des bases solides à acquérir avant de songer à l’internationalisation.”
Source : www.leparisien.fr
La revue de Presse KYLIA
26
A boulangerie sans fournil adapté, bailleur
condamné
Le 29/11/2017
Le propriétaire d'un local commercial loué à usage exclusif de boulangerie doit mettre à la
disposition de son locataire des locaux susceptibles de supporter l'humidité occasionnée par
un four à buée couramment utilisé par les boulangers.
Le propriétaire d'un immeuble loue le local commercial, situé au rez de chaussée, à usage de
boulangerie. Deux ans plus tard, le plancher de l'appartement situé au-dessus de la boulangerie
cède et endommage les lieux et les installations du locataire. Le sinistre est dû à l'humidité dégagée
par l'utilisation du four à buée du boulanger, qui a entraîné le pourrissement du plafond, constitué
principalement de bois aggloméré. Chacune des parties recherche la responsabilité de l'autre dans la
survenance des dégâts.
C'est le propriétaire qui est finalement condamné à indemniser le locataire, pour les raisons suivantes
: ce dernier a régulièrement entretenu le four, l'état de vétusté du matériel n'étant pas établi ; la nature
du plancher en bois aggloméré était incompatible avec l'exploitation d'un fournil ; l'humidité qui se
dégageait du four à buée, même si elle avait été partiellement à l'origine de l'état du plafond, était une
conséquence d'un usage normal des locaux destinés exclusivement à l'exploitation d'une
boulangerie ; il incombait au propriétaire de faire procéder à des travaux pour assurer la solidité de la
structure de l'immeuble.
La revue de Presse KYLIA
27
Par suite, le propriétaire a manqué à son obligation d'entretenir les lieux en état de servir à l'usage
pour lequel ils avaient été loués et doit supporter les conséquences dommageables liées à
l'effondrement du plafond.
A noter : même en l'absence de stipulations particulières du bail, le bailleur est obligé, par la nature
du contrat, de délivrer au locataire le bien loué, de l'entretenir en état de servir à l'usage pour lequel
il a été loué et d'en faire jouir paisiblement le preneur pendant la durée du bail (C. civ. art. 1719).
Cette obligation inhérente au contrat de bail suppose la délivrance d'un bien conforme à sa destination
contractuelle. Par ailleurs, en l'absence de clause contraire dans les contrats conclus avant le 5
novembre 2014, et dans tous les cas pour ceux conclus ou renouvelés après cette date, le bailleur est
tenu des grosses réparations (C. com. art. R 145-35, 1° issu du décret 2014-1317 du 3-11-2014).
Par ailleurs, l'article 1732 du Code civil prévoit que le locataire répond des dégradations ou des
pertes qui arrivent pendant sa jouissance, à moins qu'il ne prouve qu'elles ont eu lieu sans sa faute.
Cette présomption de responsabilité du locataire ne dispense pas les juges de rechercher si la
dégradation en question n'est pas imputable au bailleur en raison de ses propres obligations, telle son
obligation de procéder aux grosses réparations (Cass. 3
e
civ. 2-6-1999 n° 97-18.692).
En pratique : il appartient aux juges de trancher le litige en fonction des obligations en présence,
telles que définies par le contrat. La décision commentée illustre cette hypothèse : dès lors que le bail
a été consenti en vue de l'exploitation d'une boulangerie, et que cette d'activité implique l'utilisation
d'un four à buée, le propriétaire doit faire les travaux nécessaires pour permettre cette exploitation. A
fortiori lorsqu'il s'agit de travaux affectant la structure de l'immeuble.
Source : www.efl.fr
La revue de Presse KYLIA
28
A propos de Kylia
KYLIA, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau d’agences immobilières Nouvelle
Génération : Le 1
er
réseau immobilier à partager sa croissance avec l’ensemble de ses agents.
Kylia développe un modèle économique orienté « Agent » : Une entreprise construite par et pour ses
agents immobiliers.
Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com
Contact Presse : KYLIA Immobilier
Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18

Contenu connexe

Tendances

La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
KYLIA France
 
S30 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
S30   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018S30   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
S30 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
KYLIA France
 
Le marché tertiaire en région lyonnaise
Le marché tertiaire en région lyonnaiseLe marché tertiaire en région lyonnaise
Le marché tertiaire en région lyonnaise
JLL France
 
Revue de presse kylia semaine 14
Revue de presse kylia   semaine 14Revue de presse kylia   semaine 14
Revue de presse kylia semaine 14
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 38 2012
Revue de presse de la semaine 38 2012Revue de presse de la semaine 38 2012
Revue de presse de la semaine 38 2012
KYLIA France
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
S4   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020S4   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
S4 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
KYLIA France
 
S13 revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019
S13   revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019S13   revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019
S13 revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine du 3 au 9 février 2014.
Revue de presse kylia   semaine du 3 au 9 février 2014.Revue de presse kylia   semaine du 3 au 9 février 2014.
Revue de presse kylia semaine du 3 au 9 février 2014.
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 46 2012
Revue de presse de la semaine 46 2012Revue de presse de la semaine 46 2012
Revue de presse de la semaine 46 2012
KYLIA France
 
POUR UNE OFFRE DE LOGEMENTS ABORDABLES ET DIVERSIFIÉS EN SEINE-SAINT-DENIS
POUR UNE OFFRE DE LOGEMENTS ABORDABLES ET DIVERSIFIÉS EN SEINE-SAINT-DENISPOUR UNE OFFRE DE LOGEMENTS ABORDABLES ET DIVERSIFIÉS EN SEINE-SAINT-DENIS
POUR UNE OFFRE DE LOGEMENTS ABORDABLES ET DIVERSIFIÉS EN SEINE-SAINT-DENIS
Adequation
 
S1 revue de presse kylia
S1   revue de presse kyliaS1   revue de presse kylia
S1 revue de presse kylia
KYLIA France
 
Le logement dans la métropôle atlantique - Extrait
Le logement dans la métropôle atlantique - ExtraitLe logement dans la métropôle atlantique - Extrait
Le logement dans la métropôle atlantique - Extrait
Adequation
 
S46 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 novembre 2018
S46   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 novembre 2018S46   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 novembre 2018
S46 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 novembre 2018
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012
KYLIA France
 
S40 revue de presse kylia - semaine du 29 septembre au 5 octobre 2014
S40  revue de presse kylia - semaine du 29 septembre au 5 octobre  2014S40  revue de presse kylia - semaine du 29 septembre au 5 octobre  2014
S40 revue de presse kylia - semaine du 29 septembre au 5 octobre 2014
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 40 2012
Revue de presse de la semaine 40 2012Revue de presse de la semaine 40 2012
Revue de presse de la semaine 40 2012
KYLIA France
 
Revue de la semaine 9
Revue de la semaine 9Revue de la semaine 9
Revue de la semaine 9
KYLIA France
 
L’attractivité des territoires par La construction et l’aménagement L’exemp...
L’attractivité des territoires par  La construction et l’aménagement  L’exemp...L’attractivité des territoires par  La construction et l’aménagement  L’exemp...
L’attractivité des territoires par La construction et l’aménagement L’exemp...
Novabuild
 
Evolution de l'urbanisation de 1999 à 2016 sur le pays de Lorient. Note de l'...
Evolution de l'urbanisation de 1999 à 2016 sur le pays de Lorient. Note de l'...Evolution de l'urbanisation de 1999 à 2016 sur le pays de Lorient. Note de l'...
Evolution de l'urbanisation de 1999 à 2016 sur le pays de Lorient. Note de l'...
AudéLor
 
S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
S15   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018S15   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
KYLIA France
 

Tendances (20)

La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
La revue de presse de la semaine, du 20 au 26 avril 2015
 
S30 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
S30   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018S30   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
S30 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 juillet 2018
 
Le marché tertiaire en région lyonnaise
Le marché tertiaire en région lyonnaiseLe marché tertiaire en région lyonnaise
Le marché tertiaire en région lyonnaise
 
Revue de presse kylia semaine 14
Revue de presse kylia   semaine 14Revue de presse kylia   semaine 14
Revue de presse kylia semaine 14
 
Revue de presse de la semaine 38 2012
Revue de presse de la semaine 38 2012Revue de presse de la semaine 38 2012
Revue de presse de la semaine 38 2012
 
S4 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
S4   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020S4   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
S4 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 janvier 2020
 
S13 revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019
S13   revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019S13   revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019
S13 revue de presse kylia - semaine du 25 au 31 mars 2019
 
Revue de presse kylia semaine du 3 au 9 février 2014.
Revue de presse kylia   semaine du 3 au 9 février 2014.Revue de presse kylia   semaine du 3 au 9 février 2014.
Revue de presse kylia semaine du 3 au 9 février 2014.
 
Revue de presse de la semaine 46 2012
Revue de presse de la semaine 46 2012Revue de presse de la semaine 46 2012
Revue de presse de la semaine 46 2012
 
POUR UNE OFFRE DE LOGEMENTS ABORDABLES ET DIVERSIFIÉS EN SEINE-SAINT-DENIS
POUR UNE OFFRE DE LOGEMENTS ABORDABLES ET DIVERSIFIÉS EN SEINE-SAINT-DENISPOUR UNE OFFRE DE LOGEMENTS ABORDABLES ET DIVERSIFIÉS EN SEINE-SAINT-DENIS
POUR UNE OFFRE DE LOGEMENTS ABORDABLES ET DIVERSIFIÉS EN SEINE-SAINT-DENIS
 
S1 revue de presse kylia
S1   revue de presse kyliaS1   revue de presse kylia
S1 revue de presse kylia
 
Le logement dans la métropôle atlantique - Extrait
Le logement dans la métropôle atlantique - ExtraitLe logement dans la métropôle atlantique - Extrait
Le logement dans la métropôle atlantique - Extrait
 
S46 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 novembre 2018
S46   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 novembre 2018S46   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 novembre 2018
S46 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 novembre 2018
 
Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012Revue de presse de la semaine 48 2012
Revue de presse de la semaine 48 2012
 
S40 revue de presse kylia - semaine du 29 septembre au 5 octobre 2014
S40  revue de presse kylia - semaine du 29 septembre au 5 octobre  2014S40  revue de presse kylia - semaine du 29 septembre au 5 octobre  2014
S40 revue de presse kylia - semaine du 29 septembre au 5 octobre 2014
 
Revue de presse de la semaine 40 2012
Revue de presse de la semaine 40 2012Revue de presse de la semaine 40 2012
Revue de presse de la semaine 40 2012
 
Revue de la semaine 9
Revue de la semaine 9Revue de la semaine 9
Revue de la semaine 9
 
L’attractivité des territoires par La construction et l’aménagement L’exemp...
L’attractivité des territoires par  La construction et l’aménagement  L’exemp...L’attractivité des territoires par  La construction et l’aménagement  L’exemp...
L’attractivité des territoires par La construction et l’aménagement L’exemp...
 
Evolution de l'urbanisation de 1999 à 2016 sur le pays de Lorient. Note de l'...
Evolution de l'urbanisation de 1999 à 2016 sur le pays de Lorient. Note de l'...Evolution de l'urbanisation de 1999 à 2016 sur le pays de Lorient. Note de l'...
Evolution de l'urbanisation de 1999 à 2016 sur le pays de Lorient. Note de l'...
 
S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
S15   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018S15   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
S15 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 avril 2018
 

Similaire à S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017

S16 revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 avril 2018
S16   revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 avril 2018S16   revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 avril 2018
S16 revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 avril 2018
KYLIA France
 
S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
S38   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017S38   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
KYLIA France
 
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
KYLIA France
 
S13 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 mars 2018
S13   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 mars 2018S13   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 mars 2018
S13 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 mars 2018
KYLIA France
 
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de routeLogement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
Hélène Seloger
 
La revue de presse de la semaine du 6 au 12 juillet 2015
La revue de presse de la semaine du 6 au 12 juillet 2015La revue de presse de la semaine du 6 au 12 juillet 2015
La revue de presse de la semaine du 6 au 12 juillet 2015
KYLIA France
 
S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
KYLIA France
 
S44 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 octobre 2019
S44   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 octobre 2019S44   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 octobre 2019
S44 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 octobre 2019
KYLIA France
 
S46 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
S46   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019S46   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
S46 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
KYLIA France
 
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
KYLIA France
 
S21 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018
S21   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018S21   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018
S21 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018
KYLIA France
 
S26 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
S26   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019S26   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
S26 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
KYLIA France
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019
S37   revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019S37   revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019
S37 revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019
KYLIA France
 
Inf'ose janvier 2019
Inf'ose janvier 2019Inf'ose janvier 2019
Inf'ose janvier 2019
Antoine Jourdain de Muizon
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017
S37   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017S37   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017
S37 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017
KYLIA France
 
Revue de presse kylia semaine 15
Revue de presse kylia   semaine 15Revue de presse kylia   semaine 15
Revue de presse kylia semaine 15
KYLIA France
 
Revue de presse de la semaine 41 2012
Revue de presse de la semaine 41 2012Revue de presse de la semaine 41 2012
Revue de presse de la semaine 41 2012
KYLIA France
 
S6 revue de presse kylia - semaine du 29 janvier au 4 février 2018
S6   revue de presse kylia - semaine du 29 janvier au 4 février 2018S6   revue de presse kylia - semaine du 29 janvier au 4 février 2018
S6 revue de presse kylia - semaine du 29 janvier au 4 février 2018
KYLIA France
 
S5 revue de presse kylia
S5   revue de presse kyliaS5   revue de presse kylia
S5 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S22 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 mai 2018
S22   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 mai 2018S22   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 mai 2018
S22 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 mai 2018
KYLIA France
 

Similaire à S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017 (20)

S16 revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 avril 2018
S16   revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 avril 2018S16   revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 avril 2018
S16 revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 avril 2018
 
S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
S38   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017S38   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
S38 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 septembre 2017
 
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
La revue de presse de la semaine, du 27 avril au 3 mai 2015
 
S13 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 mars 2018
S13   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 mars 2018S13   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 mars 2018
S13 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 mars 2018
 
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de routeLogement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
Logement : Cécile Duflot présente sa feuille de route
 
La revue de presse de la semaine du 6 au 12 juillet 2015
La revue de presse de la semaine du 6 au 12 juillet 2015La revue de presse de la semaine du 6 au 12 juillet 2015
La revue de presse de la semaine du 6 au 12 juillet 2015
 
S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018S48   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
S48 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 novembre 2018
 
S44 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 octobre 2019
S44   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 octobre 2019S44   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 octobre 2019
S44 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 octobre 2019
 
S46 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
S46   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019S46   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
S46 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 novembre 2019
 
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
La revue de presse de la semaine du 22 au 28 juin 2015
 
S21 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018
S21   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018S21   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018
S21 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 mai 2018
 
S26 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
S26   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019S26   revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
S26 revue de presse kylia - semaine du 24 au 30 juin 2019
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019
S37   revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019S37   revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019
S37 revue de presse kylia - semaine du 9 au 15 septembre 2019
 
Inf'ose janvier 2019
Inf'ose janvier 2019Inf'ose janvier 2019
Inf'ose janvier 2019
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017
S37   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017S37   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017
S37 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 septembre 2017
 
Revue de presse kylia semaine 15
Revue de presse kylia   semaine 15Revue de presse kylia   semaine 15
Revue de presse kylia semaine 15
 
Revue de presse de la semaine 41 2012
Revue de presse de la semaine 41 2012Revue de presse de la semaine 41 2012
Revue de presse de la semaine 41 2012
 
S6 revue de presse kylia - semaine du 29 janvier au 4 février 2018
S6   revue de presse kylia - semaine du 29 janvier au 4 février 2018S6   revue de presse kylia - semaine du 29 janvier au 4 février 2018
S6 revue de presse kylia - semaine du 29 janvier au 4 février 2018
 
S5 revue de presse kylia
S5   revue de presse kyliaS5   revue de presse kylia
S5 revue de presse kylia
 
S22 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 mai 2018
S22   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 mai 2018S22   revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 mai 2018
S22 revue de presse kylia - semaine du 21 au 27 mai 2018
 

Plus de KYLIA France

S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
KYLIA France
 
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
KYLIA France
 
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
KYLIA France
 
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
KYLIA France
 
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
KYLIA France
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
KYLIA France
 
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
KYLIA France
 
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
KYLIA France
 
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
KYLIA France
 
S22 revue de presse kylia
S22   revue de presse kyliaS22   revue de presse kylia
S22 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
KYLIA France
 
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
KYLIA France
 
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
KYLIA France
 
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
KYLIA France
 
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
KYLIA France
 
S9 revue de presse kylia
S9   revue de presse kyliaS9   revue de presse kylia
S9 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S8 revue de presse kylia
S8   revue de presse kyliaS8   revue de presse kylia
S8 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S7 revue de presse kylia
S7   revue de presse kyliaS7   revue de presse kylia
S7 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S6 revue de presse kylia
S6   revue de presse kyliaS6   revue de presse kylia
S6 revue de presse kylia
KYLIA France
 
S5 revue de presse kylia
S5   revue de presse kyliaS5   revue de presse kylia
S5 revue de presse kylia
KYLIA France
 

Plus de KYLIA France (20)

S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
 
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020S43   revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
S43 revue de presse kylia - semaine du 19 au 25 octobre 2020
 
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020S42   revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
S42 revue de presse kylia - semaine du 12 au 18 octobre 2020
 
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020S41   revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020
 
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020S38   revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
S38 revue de presse kylia - semaine du 14 au 20 septembre 2020
 
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020S37   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
S37 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 septembre 2020
 
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
S35 - Revue de presse de la semaine du 24 au 30 août 2020
 
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020S26   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
S26 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 juin 2020
 
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020S23   revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
S23 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 juin 2020
 
S22 revue de presse kylia
S22   revue de presse kyliaS22   revue de presse kylia
S22 revue de presse kylia
 
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020S21   revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
S21 revue de presse kylia - semaine du 18 au 24 mai 2020
 
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020S20   revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
S20 revue de presse kylia - semaine du 11 au 17 mai 2020
 
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020S19   revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
S19 revue de presse kylia - semaine du 4 au 10 mai 2020
 
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020S12   revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
S12 revue de presse kylia - semaine du 16 au 22 mars 2020
 
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020S10   revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
S10 revue de presse kylia - semaine du 2 au 8 mars 2020
 
S9 revue de presse kylia
S9   revue de presse kyliaS9   revue de presse kylia
S9 revue de presse kylia
 
S8 revue de presse kylia
S8   revue de presse kyliaS8   revue de presse kylia
S8 revue de presse kylia
 
S7 revue de presse kylia
S7   revue de presse kyliaS7   revue de presse kylia
S7 revue de presse kylia
 
S6 revue de presse kylia
S6   revue de presse kyliaS6   revue de presse kylia
S6 revue de presse kylia
 
S5 revue de presse kylia
S5   revue de presse kyliaS5   revue de presse kylia
S5 revue de presse kylia
 

S49 revue de presse kylia - semaine du 27 novembre au 3 décembre 2017

  • 1. La revue de Presse KYLIA 1 LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE Du 27 novembre au 3 décembre 2017 LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTIEL Logement : le gouvernement déterminé à taxer les «passoires thermiques» Le 27/11/2017 Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, compte imposer davantage les habitations énergivores et a annoncé un plan de rénovation d’un montant de 9,2 milliards d’euros. La taxe d’habitation n’est pas le seul sujet de réforme de la fiscalité locale (1). Selon les Echos, la taxe foncière, l’autre grande source de recettes des collectivités locales, qui frappe notamment toutes les propriétés bâties, pourrait être modulée de manière à inciter les propriétaires des bâtiments à effectuer des travaux d’isolation thermique. En substance, plus une habitation est énergivore, plus elle serait taxée.
  • 2. La revue de Presse KYLIA 2 Dans une interview au quotidien économique publiée vendredi (jour de la présentation d’un plan en faveur de la rénovation thermique des bâtiments) le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et son collègue du gouvernement Jacques Mézard, chargé de la Cohésion des territoires et de l’habitat, expliquent que, sur un total de 29 millions de résidences principales, la France compte de 7 millions à 8 millions de logements qui sont de véritables «passoires thermiques». Soit un logement sur quatre. Le secteur résidentiel et tertiaire, qui représente 45 % de la consommation d’énergie en France et 25 % du rejet des gaz à effet de serre, est un énorme gisement possible d’économies. «Sa contribution à la transformation de notre modèle de développement pour la sobriété énergétique est impérative», indique le ministère de la Cohésion des territoires dans un document présentant son plan de rénovation énergétique. Les travaux d’isolation thermique sont aussi considérés comme une activité pouvant contribuer au développement d’une croissance économique vertueuse, créatrice d’emploi mais s’inscrivant dans le plan climat. «Il y a beaucoup d’emplois à la clé dans le secteur de l’efficacité énergétique, pour les grands groupes comme pour les petites entreprises artisanales», souligne Jacques Mézard dans les Echos, précisant que le plan du gouvernement «sera soumis à la concertation, avec les acteurs économiques, les collectivités et les associations». Quels sont les objectifs de rénovation thermique ? Selon Nicolas Hulot, l’objectif est de traiter 500 000 logements par an, dont 100 000 sociaux, en concentrant les efforts sur les «passoires thermiques» souvent habités par des ménages en situation de précarité énergétique. Des études montrent que 14 % des ménages affirment avoir froid dans leur logement. Le plan vise tout à la fois à réduire la facture énergétique pour ces familles et à améliorer leur confort thermique. A l’horizon 2023, le gouvernement veut obtenir une baisse de la consommation énergétique des bâtiments de 15 % par rapport à 2010. Quels moyens pour atteindre ces objectifs ? La rénovation thermique n’échappe pas à la politique de la carotte. L’Etat a déjà mis en place des dispositifs pour inciter les propriétaires privés à faire des travaux. Ils bénéficient des aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) et aussi d’un avantage fiscal, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (Cite). Mais ce dernier va être transformé en prime directe dès 2019, pour plus d’efficacité : l’avantage du crédit d’impôt intervient dans la déclaration fiscale effectuée après la réalisation des travaux, ce qui veut dire que le propriétaire a les moyens d’avancer l’argent. A l’inverse, une aide directe attribuée au début des travaux peut déclencher des chantiers pour les ménages qui peinent à rassembler l’argent nécessaire à l’isolation thermique de leur logement.
  • 3. La revue de Presse KYLIA 3 Au total, 9,2 milliards d’euros seront investis sur le quinquennat dans la rénovation thermique des logements. Mais l’Etat ne déboursera que 6,2 milliards, les 3 autres milliards étant à la charge des bailleurs sociaux pour le parc HLM. Enfin, une enveloppe spécifique de 1,8 milliard est prévue pour rénover les immeubles appartenant à l’Etat et les collectivités territoriales devront débourser 3 milliards pour le traitement thermique de leurs immeubles (écoles, mairies, bibliothèques…). Pas sûr que les organismes de HLM, mis au régime sec avec la baisse de l’APL, et les communes priées de faire des économies seront en mesure d’effectuer ces financements. La fiscalité, une arme contre les«passoires thermiques» ? Le gouvernement réfléchit aussi «à des solutions […] incitatives, comme la modulation des taxes foncière ou des droits de mutation [quand le logement fait l’objet d’une vente, ndlr] en fonction du diagnostic de performance énergétique des logements», révèle Hulot dans les Echos. L’idée serait de taxer beaucoup plus les «passoires thermiques» que les logements écologiquement exemplaires. «Sur le plan juridique, c’est tout à fait possible […]. Une mission a été lancée pour explorer les différentes options», ajoute le ministre de la Transition écologique. Plus facile à dire qu’à faire, car l’Etat n’a pas la main dans ce domaine : les taux de la taxe foncière sont fixés par les communes, les intercommunalités et les départements, chacune de ces collectivités touchant une quote-part de cette recette. Jacques Mézard reconnaît que l’Etat ne pourra fixer qu’un «cadre» général. Pour faire avancer l’idée d’un bonus-malus fiscal lié aux caractéristiques thermiques des logements, le gouvernement devra «discuter avec les collectivités» territoriales. Pour accélérer le rythme des rénovations thermiques, le gouvernement estime qu’il est possible de passer à l’ère industrielle, notamment pour les immeubles publics. «De très nombreux bâtiments […] ont été construits sur le même modèle, à la même époque. On pourrait imaginer attribuer des marchés de rénovation de ces bâtiments par lots, ce qui réduirait nettement les coûts», souligne Jacques Mézard. Source : www.liberation.fr
  • 4. La revue de Presse KYLIA 4 Parisiens, voici trois (bonnes) raisons d’investir en sous-sol Le 27/11/2017 INFOGRAPHIES - Un ticket d’entrée largement abordable, une rentabilité plus qu’intéressante, une demande qui ne cesse de grimper : les caves constituent un bon placement pour les particuliers qui ne peuvent pas acheter leur résidence principale. Avec l’envolée des prix de l’immobilier résidentiel à Paris, il est de plus en plus compliqué de devenir propriétaire de sa résidence principale. En revanche, il est un endroit qui attire de plus en plus les particuliers: la cave. L’idée n’est pas d’y habiter, bien sûr, mais de le louer pour générer des revenus complémentaires. Rentabilité, loyers, surface, prix: voici quelques chiffres qui expliquent l’engouement pour cet investissement. • Rentabilité Louer une cave dans la capitale peut rapporter environ 14% (+6 points par rapport à 2016). C’est le cas dans les IVe, VIe et XIIe arrondissements de la ville. À l’inverse, ce sont dans les IIe et XVe que ce placement offre la plus «faible» rentabilité, autour de 6% (- 3 points sur un an). Des niveaux qui sont largement supérieurs aux 3% que vous pouvez espérer obtenir si vous louez votre logement à Paris. Conséquence: sur les neuf premiers mois de l’année, JeStocke.com, plateforme de location de
  • 5. La revue de Presse KYLIA 5 cave, de box et de garage en France, enregistre une hausse de 163 % du nombre de caves proposées à la location sur son site. • Loyers Certains des arrondissements où les loyers sont les plus élevés pour les m² habitables affichent les loyers de caves les plus faibles. Autrement, ne cherchez pas forcément là où vous pensez que le résidentiel est le plus intéressant. Ainsi, les IIe et IVe affichent les loyers les plus bas pour les caves, autour de 15 à 17 euros par m². Le cœur de Paris reste une valeur sûre puisque les loyers les plus élevés (entre 21 et 23 euros par m²) se situent dans les IIIe, Ve, VIe et VIIIe arrondissements. «Une cave bien située, isolée et bien sécurisée se louera très rapidement, affirme Laure Courty, fondatrice de JeStocke.com. Bien que les petites surfaces aient le vent en poupe, les moyennes et grandes surfaces (plus de 15 m²), plus rares, enregistrent également une très forte demande». • Prix C’est l’un des autres atouts de la cave: le ticket d’entrée est abordable. Pour devenir propriétaire d’une cave à Paris, il faut compter entre 1500 et 3000 euros par mètres carrés en fonction de la localisation, de l’accessibilité et de l’état de la cave. Même s’il a augmenté, en moyenne de 500 euros sur un an, ce prix est largement moins élevé que les 9000 euros au m² qu’il faut débourser, en moyenne, pour acheter un appartement dans la capitale.
  • 6. La revue de Presse KYLIA 6 • Surface La tendance est clairement à une baisse de la surface. Entre 2016 et 2017, la surface moyenne louée sur JeStocke.com est passée d’environ 7 m² à 5 m². «Cette baisse s’explique notamment par l’arrivée d’une nouvelle clientèle sur la plateforme, explique Laure Courty, fondatrice de JeStocke.com. Celle-ci utilise la cave comme une pièce de stockage d’appoint et non plus pour un besoin temporaire type déménagement pour lequel de plus grandes surfaces sont nécessaires. Il n’empêche: si la cave parisienne se loue globalement à bon prix, les déconvenues sont possibles. Certaines caves trop humides ou mal conçues ne trouvent pas forcément preneurs. Acheter une cave n’est donc pas un placement gagnant à coup sûr. Avant d’investir, il est important de bien faire le tri. Source : www.lefigaro.fr
  • 7. La revue de Presse KYLIA 7 Feu vert judiciaire pour une nouvelle flambée des loyers à Paris Le 28/11/2017 Le bail mobilité est destiné aux étudiants, aux apprentis, aux personnes en formation ou mobilité professionnelle. Photo Mehdi Fedouach. AFP L’annulation mardi de l’encadrement des prix des nouveaux baux dans la capitale, même temporaire, sonne comme un retour en arrière pour les locataires. Le gouvernement va faire appel.  Feu vert judiciaire pour une nouvelle flambée des loyers à Paris Les lobbys de l’immobilier étaient à la fête mardi soir, après l’annulation de l’encadrement des loyers dans la capitale par le tribunal administratif de Paris. La justice a considéré que cet encadrement aurait dû être pris à l’échelle de toute l’agglomération parisienne (soit 412 communes) et non dans la seule capitale. Une décision similaire avait été rendue par le tribunal administratif à Lille le 17 octobre.
  • 8. La revue de Presse KYLIA 8 Mardi, aussitôt le jugement connu, l’Unpi, qui regroupe des propriétaires bailleurs, l’Unis, qui fédère des administrateurs de biens et des syndics de copropriétés, ou encore le réseau d’agences Century 21 ont publié des communiqués pour se réjouir de la décision de justice. «Un marché trop normé fige le parcours locatif», explique l’Unis. Pour le président de Century 21, Laurent Vimont, la mesure décourage les investisseurs et «pouvait conduire à la pénurie de logements à Paris». L’Unpi, de son côté, analyse le jugement comme «la sanction d’une réglementation obsolète» et profite même de l’occasion pour demander au gouvernement une diminution «de la pression fiscale sur les bailleurs privés». Pénurie Les mêmes avaient déjà, au moment de l’examen de la loi au Parlement en 2013-2014, vivement combattu le principe d’un encadrement, dont l’objectif n’est pas de bloquer les prix, mais d’éviter les abus inhérents à un marché locatif marqué par la pénurie. A l’exemple de ce studio meublé d’une surface de 17 m² situé au rez-de-chaussée d’un immeuble du quartier de la Porte Maillot, proposé mardi à la location au tarif de 850 euros par mois sur le site de Century 21. Un montant qui reflète la grande dérive des prix des locations dans la capitale au cours des deux dernières décennies. Mardi, les communiqués des bailleurs et professionnels de l’immobilier se sont bien gardés de rappeler que depuis l’an 2000, les loyers ont augmenté de 61,9 % à Paris, selon les statistiques de Clameur, un organisme créé et administré par les professionnels du secteur eux-mêmes. En clair, une location qui coûtait 1 000 euros en l’an 2000 coûte 1 619 euros en 2017. Evidemment, les revenus des ménages n’ont pas suivi. Dans la capitale comme dans les grandes métropoles régionales, les ménages consacrent une part toujours plus importante de leurs revenus au logement. Cette vampirisation du pouvoir d’achat des familles par les loyers n’est pas sans préoccuper les gouvernements quels qu’ils soient. Elle est source de mécontentement social et nuit à la compétitivité économique : les entreprises sont forcément tenues de prendre en compte du prix des loyers lorsqu’elles fixent les salaires, pour que leur personnel puisse se loger. Mardi soir, le gouvernement a annoncé son intention de faire appel de la décision du tribunal administratif. «En l’Etat actuel des choses, comme à Lille, nous considérons qu’il est opportun de relever appel à l’encontre de cette décision», a indiqué Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires en charge du Logement, dans une déclaration à l’AFP. Une initiative qu’approuve la mairie de Paris, qui demande en outre au «gouvernement de prendre en urgence toutes les mesures qui permettront que l’encadrement des loyers puisse s’appliquer» encore . Car si à Paris comme à Lille, la justice a annulé les arrêtés au motif que le périmètre géographique retenu n’était pas le bon, la
  • 9. La revue de Presse KYLIA 9 loi sur l’encadrement reste évidemment en vigueur. «La seule solution juste, et conforme à la loi, consiste désormais à étendre l’encadrement des loyers aux 412 communes de la banlieue parisienne dans les plus brefs délais», analyse la Fondation Abbé-Pierre. Plus facile à dire qu’à faire, car pour encadrer les loyers, il faut des références très précises. Le plafonnement des prix des locations se fait au vu du montant des loyers médians constatés quartier par quartier à Paris, et devra se faire ville par ville en banlieue. Problème : les statistiques nécessaires n’existant pas partout, difficile de mettre en œuvre le dispositif. Outils statistiques Dans ce petit naufrage juridique, la Fondation Abbé-Pierre pointe la responsabilité politique de Manuel Valls. Après que Cécile Duflot (l’ancienne ministre EE-LV du Logement à l’origine de la mesure) eut quitté le gouvernement, l’ancien Premier ministre avait, «au mépris de la loi», tout fait pour limiter l’application de l’encadrement des loyers à la seule ville de Paris. Et ce alors qu’elle était prévue dans les 28 agglomérations françaises où les loyers ont le plus augmenté. L’une des manières de freiner l’application de cette mesure a alors consisté à ne rien faire pour favoriser la création d’outils statistiques nécessaires à la mise en œuvre de cet encadrement dans l’ensemble de ces territoires. Source : www.libération.fr
  • 10. La revue de Presse KYLIA 10 Encadrement des loyers: le gouvernement veut aller "au bout de l'expérimentation" Le 29/11/2017 Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires à sa sortie de l'Elysée, le 22 novembre 2017 ((c) Afp) Paris (AFP) - Le gouvernement a annoncé mercredi qu'il voulait "adapter" le dispositif d'expérimentation des loyers, annulé par la justice à Paris et à Lille, afin d'aller "au bout de l'expérimentation" et de l'évaluer. Cette expérimentation n'est plus en vigueur en France après l'annulation mardi par la justice administrative de cette mesure à Paris, où elle était appliquée depuis le 1er août 2015. Avec Lille, où la justice a pris une mesure similaire il y a un mois et demi, il s'agissait des deux seules villes à expérimenter le dispositif. "Nous voulons arriver à une évaluation de la pertinence de ce dispositif", a dit Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, en réponse à une question du député Pacôme Rupin (LREM) à l'Assemblée nationale.
  • 11. La revue de Presse KYLIA 11 Aussi, "il va être nécessaire, dans le cadre du projet de loi, d'adapter ce dispositif", a-t-il ajouté en référence au projet de loi sur la stratégie logement qui doit être présenté prochainement, sans donner de détail. Le gouvernement envisage parallèlement un sursis à exécution, après la décision de la justice administrative, permettant de suspendre provisoirement l'application de cette décision. Plus tôt, le secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires Julien Denormandie avait estimé qu'il fallait "aller au bout de l'expérimentation". Le tribunal administratif de Paris a invalidé l'encadrement des loyers au motif qu'ils auraient dû concerner toute l'agglomération parisienne et non la seule capitale. "Il faut savoir si oui ou non l'encadrement des loyers marche", a déclaré sur Radio Classique/Paris Première M. Denormandie. Dans un communiqué publié mercredi, l'association de consommateurs CLCV a appelé de son côté l'Etat à "assumer et compléter son dispositif". "Il est inadmissible que près de quatre ans après sa création, l'encadrement des loyers n'ait été appliqué que dans deux villes alors qu'il n'a jamais été remis en cause devant le Parlement. Et aujourd'hui il est supprimé en raison d'une simple erreur de droit", déplore l'association, qui évoque une situation "intolérable" et "inadmissible" pour "tous les locataires". "Aujourd'hui, on n'est pas en mesure (de savoir si l'encadrement fonctionne) parce qu'on n'a pas assez de recul", a par ailleurs affirmé M. Denormandie. Selon des études, "les loyers ont été depuis le début de l'année 2017 contenus sur Paris; en revanche, ils ont continué à augmenter sur Lille", a-t-il ajouté. Mesure-phare du quinquennat Hollande, l'encadrement des loyers, instauré par la loi Alur du 24 mars 2014 élaborée par Cécile Duflot, alors ministre du Logement, devait réguler le marché locatif en zones tendues. A peine la loi promulguée, la mesure avait cependant vu son champ d'application restreint par Manuel Valls, alors Premier ministre, aux "communes volontaires" et "à titre expérimental", alors que 28 agglomérations étaient visées. Une restriction que le Conseil d'Etat a jugée illégale en mars 2017. Source : www.l’obs.com
  • 12. La revue de Presse KYLIA 12 AIRBNB : UNE CARTE BANCAIRE POUR AIDER LES PROPRIÉTAIRES À ÉCHAPPER AU FISC FRANÇAIS ? Le 01/12/2017 TeroVesalainen/Pixabay Les propriétaires qui louent leur appartement sur Airbnb peuvent demander en quelques clics une carte de crédit qui leur permettrait de cacher leurs revenus au fisc français, d’après franceinfo. Airbnb aurait-il poussé le bouchon trop loin ? La plateforme de location propose aux propriétaires d’appartement une carte de crédit qui leur permettrait d’échapper au fisc français, révèle franceinfo. La combine est très simple d’après les utilisateurs du site. La majorité des “hôtes” choisissent que leurs revenus soient directement versés sur leur compte bancaire. Mais certains prennent une autre option : en quelques clics, ils peuvent demander à recevoir une carte de crédit émise depuis Gibraltar. Une fois les gains virés sur ce compte, le loueur peut les dépenser dans n’importe quel magasin comme avec un système de paiement classique. La carte, aux couleurs d’Airbnb, est émise par une société américaine, Payoneer, qui propose aussi ses services à Amazon ou Cdiscount. Le problème avec Airbnb est que la demande de carte peut être faite directement sur le site et que le principe de base est détourné. Comme l’explique franceinfo, elle devait être surtout utilisée par les propriétaires
  • 13. La revue de Presse KYLIA 13 qui habitent à l’étranger afin de réaliser des transferts d’argent à moindre frais. Sauf qu’elle est aussi demandée par des résidents français pour passer sous les radars du fisc. “Ce type de comptes adossés à une carte ne sont pas des comptes bancaires à proprement parler”, explique au site d’information Eric Vernier, chercheur et expert en paradis fiscaux. “Ils échappent aux accords sur l’échange d’informations bancaires (que Gibraltar a signé avec la France), et restent très pratiques pour ceux qui veulent éviter que l’on sache qu’ils ont de l’argent ailleurs que dans leur pays de résidence”. Dans l’Hexagone, les propriétaires sont tenus de déclarer tous leurs revenus provenant de la location d’appartement. Bercy n’a pour le moment pas souhaité réagir aux révélations de franceinfo. Chez Airbnb, on préfère détourner le regard et on assure n’avoir “aucune connaissance de plaintes concernant ce prestataire de paiement, dont les services sont utilisés par nombre d’entreprises dans le monde”. La société affirme aussi à franceinfo faire de la prévention auprès des “hôtes”. “Nous leur rappelons la nécessité de s’informer des réglementations fiscales applicables, et de s’y conformer”. S’il est difficile de saisir l’ampleur de la fraude, le gouvernement ne semble pas prêt de s’y atteler. Il n’a en effet toujours pas pris le décret d’application permettant d’imposer à Airbnb et consorts de transmettre automatiquement au fisc le montant des revenus de l’ensemble de ses “hôtes”. Et la mesure pourrait même être repoussée à 2020... Source : www.capital.fr
  • 14. La revue de Presse KYLIA 14 LES ARTICLES DE LA SEMAINE - COMMERCE Acheter son affaire : les documents à demander au vendeur Le 27/11/2017 Ces pièces vous permettront d'analyser différents aspects du fonds de commerce : activité- exploitation, administratif, juridique, ressources humaines, économique, et aspect immobilier en cas d'achat des murs. © Thinstock Avant d'acquérir une affaire, vous devez obtenir du vendeur un certain nombre de documents. Ceux-ci vous permettront de : - mieux connaître l'affaire que vous allez acheter ; - vérifier qu'elle correspond à ce que vous recherchez, c'est-à-dire à vos exigences personnelles, économiques et financières ;
  • 15. La revue de Presse KYLIA 15 - vérifier que le vendeur est honnête et que le produit acheté correspond réellement à la présentation qu'il en fait. Ces documents vous permettront d'analyser différents aspects du fonds de commerce : activité- exploitation, administratif, juridique, ressources humaines, économique, aspect immobilier en cas d'achat des murs. Ces différents aspects influent tous sur la fixation du prix de vente. Pour faire une estimation, consulter l'outil d'estimation NeghoScore : - pour un restaurant, - pour un hôtel-restaurant, - pour un hôtel bureau. Cependant, il n'est pas utile de demander tous les documents dès le départ. Vous risquez d'effrayer le vendeur qui pourrait se braquer. Il vaut mieux réclamer les documents utiles au fur et à mesure de l'avancement de la construction de votre projet et des négociations avec le vendeur. ► Première visite Documents à demander Aspect économique - Bilans et comptes de résultats détaillés sur trois ans. Utiles pour : réaliser un prévisionnel. - Liasse fiscale complète. Utile pour : réaliser un prévisionnel. Activité-exploitation - Répartition mensuelle du chiffre d'affaires (CA). Utile pour : réaliser un prévisionnel. - Composition du CA hébergement, restauration, soirées étapes, petits déjeuners, bar, divers. Utile pour : réaliser un prévisionnel. - Le chiffre d'affaires réalisé après la clôture du bilan jusqu'au mois qui précède la signature de la promesse. Utile pour : réaliser un prévisionnel.
  • 16. La revue de Presse KYLIA 16 - Taux d'occupation mensuel. Utile pour : réaliser un prévisionnel et comparer avec la zone. - Copie des plans de sécurité incendie du rez-de-chaussée et des étages. Utile pour : pallier l'absence de plan d'architecte. Administratif - Copie du procès-verbal de la commission de sécurité plus l'avis de poursuite de l'exploitation. - Copie du document AD'AP déposé à la préfecture si l'établissement n'est pas aux normes d'accessibilité. - Copie du document de la préfecture ou la mairie attestant de la conformité de l'établissement. Utile pour : être précisément informé des contraintes administratives et financières qui pèsent sur l'exploitation et des travaux éventuels qui seront à réaliser. Juridique - Copie du bail. Utile pour : connaître les obligations du preneur et les conditions d'exploitation. - Règlement de copropriété (s'il y a lieu). Utile pour : connaître les obligations du preneur et les conditions d'exploitation. - Copie Kbis du vendeur. Utile pour : connaître les mentions légales. Ressources humaines - Déclaration annuelle des salaires. Utile pour : réaliser un prévisionnel et vérifier l'effectif réel du personnel. Dans le cas d'un achat des murs - Copie de la matrice cadastrale. Utile pour : connaître les limites exactes du terrain, la surface et zone répertoriée du plan local d'urbanisme (PLU). - Copie du plan local d'urbanisme. Utile pour : connaître la zone et les possibilités d'agrandissement. ► Offre d'achat Documents à demander
  • 17. La revue de Presse KYLIA 17 Aspect économique - Inventaire détaillé du matériel et du mobilier. Utile pour : vérification avec le bilan et la réalité + prévisionnel. - Copie du livre d'inventaire. Utile pour : vérification avec le bilan et la réalité + prévisionnel. - Copie des contrats de leasing. Utiles pour : vérification avec le bilan et la réalité + prévisionnel. ► Signature de l'acte sous-seing privé Documents à demander Ressources humaines - Contrats de travail du personnel. Utiles pour : vérification avec déclaration, bilan + prévisionnel. Juridique - Preuve de la capacité du vendeur à vendre (titre de propriété, délibération d'une AG). Utile pour : éviter les problèmes de dernière minute dans le cas d'indivision ou de multi-propriétaires. Activité-exploitation - Contrats des différents fournisseurs. Utiles pour : être précisément informé des engagements financiers qui pèsent sur l'exploitation. Administratif - Copie de la délibération de classement de l'établissement. Utile pour : valider les informations données par le vendeur. - Copie de la licence IV. Utile pour : valider les informations données par le vendeur. ► Signature de l'acte définitif
  • 18. La revue de Presse KYLIA 18 Documents à demander Ressources humaines - Attestations des membres personnel sur leur situation (congés payés, RTT, paiement heure supplémentaires). Utiles pour : éviter un conflit sur l'antériorité après le départ du propriétaire. Source : www.l’hôtellerie-restauration.fr
  • 19. La revue de Presse KYLIA 19 Bail commercial : nullité de la demande de renouvellement adressée au seul usufruitier Le 28/11/2017 La demande de renouvellement d’un bail commercial qui a pour unique destinataire l’usufruitier du bien loué est nulle. Au décès du bailleur de locaux commerciaux, son fils, devenu nu-propriétaire, intervient à l’acte de renouvellement conclu avec le locataire. Au terme du bail renouvelé, le locataire fait une nouvelle demande de renouvellement à la veuve du bailleur initial, usufruitière des locaux. La Cour de cassation juge cette demande nulle car son unique destinataire est l’usufruitière du bien loué. A noter : jurisprudence constante. Le locataire de locaux commerciaux doit en principe adresser sa demande de renouvellement au bailleur (C. com. art. L 145-10, al. 2). En cas d’usufruit, la demande de renouvellement doit être adressée à l’usufruitier et au nu-propriétaire (CA Toulouse 31-7-2012 n° 11/05985 : RJDA 12/12 n° 1050), l’usufruitier n’ayant pas le pouvoir de donner à bail, ou de renouveler le bail, sans le consentement du nu-propriétaire (Cass. 3 e civ. 24-3-1999 n° 97-16.856 : RJDA 5/99 n° 525 ; Cass. 3 e civ. 21-5-2014 n° 13-16.578 F-D). Source : www.efl.fr
  • 20. La revue de Presse KYLIA 20 Seulement 132 hôtels ont été créés en France en 2016 Le 29/11/2017 In Extenso TCH a étudié l'évolution du parc hôtelier français l'année passée : 8 400 chambres d'hôtels ont disparu, tandis que 5 600 ont été créées et 2 400 ont été remises sur le marché. Début 2017, l'Hexagone comptait près de 17 200 hôtels. © Thinkstock Toutes les disparitions d'hôtels ne sont pas définitives. Parmi les 760 hôtels disparus en 2011 et 2012, près d'une centaine étaient de nouveau opérationnels début 2017. Créations, remises en marché, fermetures… L'hôtellerie française connaît chaque année de nombreux mouvements et évolutions. Dans ce contexte, In Extenso TCH (tourisme, culture et hôtellerie) publie pour la première fois une étude sur l'évolution du parc hôtelier français sur l'année 2016. "Début 2017, la France métropolitaine comptait près de 17 200 hôtels* dont les trois quarts étaient homologués. Les créations, disparitions et remises en marché d'hôtels observées en 2016 se sont soldées par un déficit de 200 établissements sur un an. La tendance n'est pas nouvelle mais elle s'est amplifiée depuis 2014 en raison d'une recrudescence des disparitions d'hôtels. Parallèlement, le volume de chambres offertes s'établissait à environ 637 500 chambres début 2017, en léger recul sur
  • 21. La revue de Presse KYLIA 21 un an (- 0,1 %, soit environ 400 chambres de moins)", analyse Samuel Couteleau, Senior Manager chez In Extenso TCH. ► Le parc hôtelier français en perte de 400 chambres en 2016 L'évolution du parc hôtelier français résulte de trois grands types de mouvements. • 450 hôtels disparus en 2016, soit 8 400 chambres En légère diminution par rapport à 2015 (9 000 chambres disparues), cet indicateur s'inscrit dans la lignée du pic observé depuis trois ans. Les principaux motifs de disparitions d'hôtels sont : - Les défaillances (36 %), c'est-à-dire les fermetures d'hôtels sans reprise en cours d'année. - Les cessations d'activité (28 %) suite au départ à la retraite de leur exploitant sans qu'un repreneur ait été identifié, ou suite à l'arrêt de l'activité hôtelière dans des établissements faisant par ailleurs restaurant. - Les reconversions en gîtes, meublés ou chambres d'hôtes (16 %). - Les reconversions en hébergement social (7 %), qui interviennent essentiellement en Île-de-France et dans les grandes villes. - Les rénovations lourdes ou restructurations qui nécessitent une fermeture d'un an ou plus (4 %). En dehors des établissements fermés temporairement pour rénovation et qui réintègrent logiquement l'offre, toutes les disparitions d'hôtels ne sont pas définitives. Par exemple, parmi les 760 hôtels dont la disparition a été constatée en 2011 et 2012, près d'une centaine (13 %) étaient ainsi de nouveau opérationnels début 2017. • 120 hôtels remis en marché en 2016, soit 2 400 chambres Il s'agit de réactivations d'hôtels, auxquelles s'ajoutent les hôtels obsolètes ou les chambres d'hôtes repositionnées sur le marché hôtelier traditionnel. En y ajoutant les variations de capacités (agrandissements ou réductions du nombre de chambres), ces mouvements représentent plus de 2 400 chambres et contribuent à l'évolution du parc hôtelier national. • 132 créations d'hôtels en 2016, soit 5 600 chambres La forte dynamique relevée en 2015 (près de 8 000 chambres créées, dont 3 500 en Île-de-France) ne s'est pas maintenue. Seuls 132 hôtels ont été créés en 2016 (5 600 chambres). Depuis le début de la
  • 22. La revue de Presse KYLIA 22 décennie, seule l'année 2011 a affiché un aussi faible volume de chambres créées. En région parisienne, ce ralentissement s'explique en partie par l'attentisme consécutif aux attaques terroristes de 2015. Dans les grandes métropoles régionales, il correspond à une pause après un développement soutenu ces dernières années. ► Accélération du parc hôtelier en Île-de-France et dans les grandes métropoles • L'Île-de-France (25 % de l'offre de chambres d'hôtels de France métropolitaine en 2017) Pour la deuxième année consécutive, l'Île-de-France a connu en 2016 une croissance de son parc légèrement supérieure à 1 %. Le rythme des créations est resté élevé (une trentaine, comme en 2015) mais avec des hôtels de plus faible capacité (61 chambres en moyenne contre 99 en 2015). Parallèlement, les disparitions d'hôtels ont été moins nombreuses (29 en 2016 contre 68 en 2015), en particulier les reconversions sociales qui avaient connu un pic en 2015. En 2016, l'Île-de-France a en définitive gagné 1 700 chambres (+ 1,1 %). La tendance 2017 devrait être plus modérée : une trentaine de nouveaux hôtels devraient être mis sur le marché (soit 2 200 à 2 500 chambres) mais la fermeture pour rénovation du Pullman Montparnasse (près de 1 000 chambres) devrait à seule peser fortement. • Les métropoles régionales de plus de 200 000 habitants (22 % de l'offre métropolitaine) En 2016, la croissance de l'offre dans les métropoles régionales a été de + 0,6 % en moyenne, soit près de 900 chambres. Dans ce contexte, seule Marseille-Aix s'est distinguée : son parc de chambres a augmenté de 3,7 % sur un an grâce à la mise en marché de six nouveaux hôtels totalisant 641 chambres, soit 42 % des chambres créées en 2016 dans les métropoles régionales. En 2017, ces dernières devraient connaître une nouvelle poussée de croissance, qui devrait toutefois être atténuée par la reconversion sociale d'hôtels d'entrée de gamme en périphérie de villes. Marseille-Aix devrait maintenir un rythme de croissance significatif, tout comme Lyon. En matière de créations de nouveaux hôtels, les deux métropoles devraient se faire doubler par Bordeaux et Nice à partir de 2018 : pour chacune d'entre elles, la création de 1 200 à 1 500 chambres est en effet anticipée entre 2018 et 2020. ► Ralentissement dans les agglomérations de moins de 200 00 habitants, les zones rurales et les stations de sports d'hiver • Les agglomérations de 10 000 à 200 000 habitants (22 % de l'offre métropolitaine) Alors que les grandes métropoles régionales concentrent l'attention des investisseurs hôteliers, les
  • 23. La revue de Presse KYLIA 23 agglomérations françaises de moins de 200 000 habitants peinent à compenser les disparitions d'hôtels. Au cours de l'année 2016, ces territoires ont globalement vu disparaître plus de 800 chambres (- 0,6 %). Lourdes a ainsi perdu 500 chambres en 2016, et globalement près de 2 000 chambres depuis début 2011 (- 15 %). • Les zones rurales et semi-rurales (16 % de l'offre hôtelière métropolitaine Ces territoires ont vu leur offre de chambres d'hôtels reculer de près de 1 600 chambres au cours de l'année 2016 (- 1,5 %). Plus de la moitié des hôtels disparus en 2016 en France métropolitaine se trouvaient en zones rurales ou semi-rurales et affichaient une capacité moyenne inférieure à 15 chambres. Une trentaine de créations d'hôtels (environ 600 chambres) ont malgré tout été recensées, mais bien souvent aux portes de grandes agglomérations. • Les stations de sports d'hiver (4 % de l'offre hôtelière métropolitaine En 2016, les stations de sports d'hiver ont subi une perte nette de plus de 400 chambres (- 1,5 % sur un an). Parmi les grandes stations, seule Val-Thorens se distingue véritablement : quatre hôtels 4 et 5 étoiles y ont été créés depuis 2011, pour un total de 257 chambres. Globalement, la petite hôtellerie peine à se maintenir dans les stations et les créations ne sont pas assez nombreuses pour inverser la tendance (cinq hôtels mis en marché en 2016, soit 258 chambres). Plus dynamique, le marché des résidences de tourisme est souvent perçu comme un moyen de compenser le recul de l'hôtellerie traditionnelle en stations : en 2016, une quinzaine de résidences ont ainsi enrichi le marché de plus d'un millier d'appartements. Cependant, dans le même temps, un volume d'offre quasiment équivalent a glissé vers le marché des résidences secondaires, illustrant ainsi un enjeu majeur pour l'avenir de ces destinations : la préservation de leur offre d'hébergements marchands. Source : www.lhôtellerie-restauration.com
  • 24. La revue de Presse KYLIA 24 Futur franchiseur : 6 points clés pour lancer son réseau Le 29/11/2017 Pour débuter (sereinement) en franchise ou en commerce associé, tester son concept dans différents lieux, perfectionner ses clés de réussite ou encore, se former au recrutement des franchisés ou adhérents restent essentiels. Voici les six points clés pour lancer son réseau. 1. Finaliser la modélisation du concept Une belle idée ne suffit pas toujours à garantir un réseau solide et attrayant. “Le concept doit être attractif pour les clients finaux, bien sûr, mais également pour les futurs partenaires ou franchisés”, explique Nathalie Dubiez, experte Franchise & Co pour Lendopolis, plateforme de prêts de particuliers à entrepreneurs. Plus l’enseigne parviendra à se professionnaliser dans son parcours client, plus elle se démarquera. “Un point de vente qui fait 250 000 € de chiffre d’affaires avec une rentabilité moyenne devra, par exemple, travailler sur sa marque, ses produits, son management... pour augmenter ce chiffre d’affaires et rationaliser ses coûts, afin d’apparaître suffisamment fiable et attractif aux yeux des futurs franchisés.” 2. Tester le concept dans différents types de lieux Le principe de la franchise est simple : dupliquer une réussite. “La réussite doit donc avoir eu lieu ! Ce n’est pas parce qu’un concept fonctionne en centre-ville que ce sera le cas dans un centre
  • 25. La revue de Presse KYLIA 25 commercial. Ni parce qu’il a du succès dans une grande ville qu’il marchera dans une plus petite — ou inversement. Il est donc préférable d’ouvrir préalablement quelques boutiques en propre/pilotes, qui permettront de tester ces différents formats”, souligne la spécialiste. 3. Mettre en place l’ensemble des outils indispensables à un réseau Pas de réseau sans outils de contractualisation (DIP, contrat de franchise) soignés aux petits oignons ! “Il en va de même pour le manuel opératoire reprenant les clés de réussite (recettes, procédures…) qui doit être clair et complet”, ajoute-t-elle. 4. Se former au recrutement et à l’animation Devenir franchiseur va naturellement bien plus loin que simplement louer son nom et son concept. Apprendre à recruter des franchisés en accord avec les valeurs de l’enseigne reste donc essentiel. “L’enjeu ? L’image de la marque et la réussite du réseau ! Mais bien recruter n’est pas suffisant, il faut également que l’enseigne développer les aptitudes qui lui permettront d’animer au quotidien cette communauté d’entrepreneurs ambassadeurs de la marque”, explique Nathalie Dubiez. Apprendre à recruter signifie également ne pas se précipiter : “Lancer très rapidement beaucoup de franchisés, sans prendre le temps d’améliorer ses outils et processus, peut porter un véritable préjudice à l’enseigne ! Il est préférable d’y aller étapes par étapes en s’assurant que ses premiers adhérents disposent des outils pour réussir, et soient bien lancés...” 5. Se remettre en question et se perfectionner constamment “Une période d'adaptation est tout à fait normale quand on débute en tant que franchiseur. Cependant, il faut constamment questionner et ainsi, pouvoir améliorer, son concept, ses outils et manières de procéder : mettre le DIP à jour, ajuster/compléter les informations du manuel, s’équiper de logiciel pour professionnaliser ses recrutements, apporter les innovations pour maintenir l’attractivité du concept…”, expose l’experte en commerce organisé. 6. Asseoir sa présence nationale avant de viser l’international “La proposition d’une ouverture d’un franchisé à l’étranger peut être tentante pour une nouvelle enseigne. Apprendre son nouveau métier de franchiseur reste cependant déjà un gros challenge. L’assimiler, se structurer, optimiser son concept et asseoir sa notoriété (dans son secteur d’activité) sur le territoire national sont des bases solides à acquérir avant de songer à l’internationalisation.” Source : www.leparisien.fr
  • 26. La revue de Presse KYLIA 26 A boulangerie sans fournil adapté, bailleur condamné Le 29/11/2017 Le propriétaire d'un local commercial loué à usage exclusif de boulangerie doit mettre à la disposition de son locataire des locaux susceptibles de supporter l'humidité occasionnée par un four à buée couramment utilisé par les boulangers. Le propriétaire d'un immeuble loue le local commercial, situé au rez de chaussée, à usage de boulangerie. Deux ans plus tard, le plancher de l'appartement situé au-dessus de la boulangerie cède et endommage les lieux et les installations du locataire. Le sinistre est dû à l'humidité dégagée par l'utilisation du four à buée du boulanger, qui a entraîné le pourrissement du plafond, constitué principalement de bois aggloméré. Chacune des parties recherche la responsabilité de l'autre dans la survenance des dégâts. C'est le propriétaire qui est finalement condamné à indemniser le locataire, pour les raisons suivantes : ce dernier a régulièrement entretenu le four, l'état de vétusté du matériel n'étant pas établi ; la nature du plancher en bois aggloméré était incompatible avec l'exploitation d'un fournil ; l'humidité qui se dégageait du four à buée, même si elle avait été partiellement à l'origine de l'état du plafond, était une conséquence d'un usage normal des locaux destinés exclusivement à l'exploitation d'une boulangerie ; il incombait au propriétaire de faire procéder à des travaux pour assurer la solidité de la structure de l'immeuble.
  • 27. La revue de Presse KYLIA 27 Par suite, le propriétaire a manqué à son obligation d'entretenir les lieux en état de servir à l'usage pour lequel ils avaient été loués et doit supporter les conséquences dommageables liées à l'effondrement du plafond. A noter : même en l'absence de stipulations particulières du bail, le bailleur est obligé, par la nature du contrat, de délivrer au locataire le bien loué, de l'entretenir en état de servir à l'usage pour lequel il a été loué et d'en faire jouir paisiblement le preneur pendant la durée du bail (C. civ. art. 1719). Cette obligation inhérente au contrat de bail suppose la délivrance d'un bien conforme à sa destination contractuelle. Par ailleurs, en l'absence de clause contraire dans les contrats conclus avant le 5 novembre 2014, et dans tous les cas pour ceux conclus ou renouvelés après cette date, le bailleur est tenu des grosses réparations (C. com. art. R 145-35, 1° issu du décret 2014-1317 du 3-11-2014). Par ailleurs, l'article 1732 du Code civil prévoit que le locataire répond des dégradations ou des pertes qui arrivent pendant sa jouissance, à moins qu'il ne prouve qu'elles ont eu lieu sans sa faute. Cette présomption de responsabilité du locataire ne dispense pas les juges de rechercher si la dégradation en question n'est pas imputable au bailleur en raison de ses propres obligations, telle son obligation de procéder aux grosses réparations (Cass. 3 e civ. 2-6-1999 n° 97-18.692). En pratique : il appartient aux juges de trancher le litige en fonction des obligations en présence, telles que définies par le contrat. La décision commentée illustre cette hypothèse : dès lors que le bail a été consenti en vue de l'exploitation d'une boulangerie, et que cette d'activité implique l'utilisation d'un four à buée, le propriétaire doit faire les travaux nécessaires pour permettre cette exploitation. A fortiori lorsqu'il s'agit de travaux affectant la structure de l'immeuble. Source : www.efl.fr
  • 28. La revue de Presse KYLIA 28 A propos de Kylia KYLIA, nouvel acteur du marché immobilier, est un réseau d’agences immobilières Nouvelle Génération : Le 1 er réseau immobilier à partager sa croissance avec l’ensemble de ses agents. Kylia développe un modèle économique orienté « Agent » : Une entreprise construite par et pour ses agents immobiliers. Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com Contact Presse : KYLIA Immobilier Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18