SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  7
Télécharger pour lire hors ligne
Louise de Marillac,
une femme engagée
Partie 3: les enfants trouvés
Au cours de l'une des réunions de la
Confrérie des Dames de la Charité,
Vincent de Paul décrit leur immense
misère : Ils sont en nécessité extrême ou
quasi extrême, auxquels un chacun
est obligé d'accourir. Qu'elle soit
extrême, il est manifeste, puisque, sans
votre secours, ils mourront tous. Ils sont
abandonnés de père et de mère et de
tout le monde. Et le remède donc, où
peut-il être? Leur mort? [Coste,
XIII, 782].
Les enfants abandonnés sous
les porches des églises ou dans
les rues de la capitale ont, un
jour, été "vus" comme des
personnes en détresse.
Comment les accueillir tous? Un
groupe se trouve déjà à la Maison-
Mère au village de La Chapelle, un
autre vit dans une maison de la rue
des Boulangers. Les logements ne
sont pas assez grands pour recevoir
un nombre élevé d'enfants.
Le 1er janvier 1638,
décision est prise
d'accueillir quelques
enfants.
Très vite, Louise précise les conditions de
recrutement des nourrices : elles doivent être
de conduite irréprochable, présenter un certificat
du curé de leur paroisse.
Louise évalue aussi l'indemnité mensuelle qui sera
nécessaire pour la nourriture et le vestiaire de
l'enfant (100 livres en 1640).
Pour recevoir cette indemnité, les parents
nourriciers devront présenter une attestation de
leur curé indiquant que l'enfant est en bonne santé.
Louise entrevoit la possibilité de
confier des enfants à des
familles à la campagne : le
séjour au grand air serait
bénéfique pour eux.
Louise de Marillac note avec précision le nom
de l'enfant et de ses parents nourriciers [Doc.,
27 1]*. En trois semaines, vingt enfants sont
ainsi placés en différents villages de l'Ile-de-
France. Louise ne se contente pas de cet envoi.
Elle va, par la suite, s'assurer de l'état de santé
de ces enfants, des soins et de l'éducation
donnés. Des visites régulières des nourriciers
sont organisées.
Le 30 mars 1638, débute l'envoi en
nourrice.
*Approbation de la Compagnie (p. 271)
Louise organise alors leur instruction au vieux château
de Bicêtre, devenu en 1647, la maison des Enfants
Trouvés. Lorsque l'enfant atteint 12-13 ans, Louise de
Marillac prévoit pour eux un apprentissage. Elle
souhaite que l'on tienne compte de leurs goûts et de
leurs aptitudes :
La Sœur Servante doit avoir soin de représenter à la
Dame Trésorière des Enfants la nécessité de les placer,
particulièrement les garçons, sitôt qu'elles les verra
propres soit pour servir, ou pour apprendre un métier,
essayant de reconnaitre leurs inclinations et passions.
[Ecrits, 734].
Grâce aux soins attentifs des Filles de la
Charité, nombreux sont les enfants qui
vivent et grandissent.
Source:
Louise de Marillac, une femme engagée
Au temps de St Vincent-de-Paul… et aujourd‘hui, Cahier 56, Animation
Vincentienne, 16, Grande rue Saínt-Michel, Toulouse, France
Images : Archives d’images de l’Université Depaul

Contenu connexe

Plus de Famvin: the Worldwide Vincentian Family

¿Que es la Espiritualidad Vicenciana? Formar una comunidad que manifieste el ...
¿Que es la Espiritualidad Vicenciana? Formar una comunidad que manifieste el ...¿Que es la Espiritualidad Vicenciana? Formar una comunidad que manifieste el ...
¿Que es la Espiritualidad Vicenciana? Formar una comunidad que manifieste el ...Famvin: the Worldwide Vincentian Family
 

Plus de Famvin: the Worldwide Vincentian Family (20)

Sainte Louise de Marillac et les galériens
Sainte Louise de Marillac et les galériensSainte Louise de Marillac et les galériens
Sainte Louise de Marillac et les galériens
 
Louise de Marillac and Care for the Elderly
Louise de Marillac and Care for the ElderlyLouise de Marillac and Care for the Elderly
Louise de Marillac and Care for the Elderly
 
Luisa de Marillac y cuidado de las personas ancianas
Luisa de Marillac y cuidado de las personas ancianasLuisa de Marillac y cuidado de las personas ancianas
Luisa de Marillac y cuidado de las personas ancianas
 
Luisa de Marillac, cuidado de los galeotes
Luisa de Marillac, cuidado de los galeotesLuisa de Marillac, cuidado de los galeotes
Luisa de Marillac, cuidado de los galeotes
 
St. Louise de Marillac and Galley Prisoners
St. Louise de Marillac and Galley PrisonersSt. Louise de Marillac and Galley Prisoners
St. Louise de Marillac and Galley Prisoners
 
Luisa de Marillac y los niños abandonados
Luisa de Marillac y los niños abandonadosLuisa de Marillac y los niños abandonados
Luisa de Marillac y los niños abandonados
 
St. Louise de Marillac and Abandoned Children
St. Louise de Marillac and Abandoned ChildrenSt. Louise de Marillac and Abandoned Children
St. Louise de Marillac and Abandoned Children
 
Luisa de Marillac: cuidado de los enfermos pobres
Luisa de Marillac: cuidado de los enfermos pobresLuisa de Marillac: cuidado de los enfermos pobres
Luisa de Marillac: cuidado de los enfermos pobres
 
St. Louise de Marillac and Care of the Sick Poor
St. Louise de Marillac and Care of the Sick PoorSt. Louise de Marillac and Care of the Sick Poor
St. Louise de Marillac and Care of the Sick Poor
 
Luisa de Marillac y la educación de las niñas pobres
Luisa de Marillac y la educación de las niñas pobresLuisa de Marillac y la educación de las niñas pobres
Luisa de Marillac y la educación de las niñas pobres
 
St. Louise de Marillac and Poor Children
St. Louise de Marillac and Poor ChildrenSt. Louise de Marillac and Poor Children
St. Louise de Marillac and Poor Children
 
La oración de santa Luisa de Marillac por el P. Corpus Juan Delgado CM
La oración de santa Luisa de Marillac por el P. Corpus Juan Delgado CMLa oración de santa Luisa de Marillac por el P. Corpus Juan Delgado CM
La oración de santa Luisa de Marillac por el P. Corpus Juan Delgado CM
 
Sainte Louise nous montre les écueils à éviter
Sainte Louise nous montre les écueils à éviterSainte Louise nous montre les écueils à éviter
Sainte Louise nous montre les écueils à éviter
 
Santa Luisa de Marillac nos muestra: Los escollos a evitar
Santa Luisa de Marillac nos muestra: Los escollos a evitarSanta Luisa de Marillac nos muestra: Los escollos a evitar
Santa Luisa de Marillac nos muestra: Los escollos a evitar
 
Louise de Marillac, Animatrice des Confréries de la Charité
Louise de Marillac, Animatrice des Confréries de la CharitéLouise de Marillac, Animatrice des Confréries de la Charité
Louise de Marillac, Animatrice des Confréries de la Charité
 
Luisa de Marillac Animadora de las Cofradías de la Caridad
Luisa de Marillac Animadora de las Cofradías de la CaridadLuisa de Marillac Animadora de las Cofradías de la Caridad
Luisa de Marillac Animadora de las Cofradías de la Caridad
 
St. Louise de Marillac: Animator of the Confraternities of Charity
St. Louise de Marillac: Animator of the Confraternities of CharitySt. Louise de Marillac: Animator of the Confraternities of Charity
St. Louise de Marillac: Animator of the Confraternities of Charity
 
A los asesores espirituales de los grupos vicencianos
A los asesores espirituales de los grupos vicencianosA los asesores espirituales de los grupos vicencianos
A los asesores espirituales de los grupos vicencianos
 
The spiritual moderator of vincentian groups
The spiritual moderator of vincentian groupsThe spiritual moderator of vincentian groups
The spiritual moderator of vincentian groups
 
¿Que es la Espiritualidad Vicenciana? Formar una comunidad que manifieste el ...
¿Que es la Espiritualidad Vicenciana? Formar una comunidad que manifieste el ...¿Que es la Espiritualidad Vicenciana? Formar una comunidad que manifieste el ...
¿Que es la Espiritualidad Vicenciana? Formar una comunidad que manifieste el ...
 

Sainte Louise de Marillac et les enfants trouvés

  • 1. Louise de Marillac, une femme engagée Partie 3: les enfants trouvés
  • 2. Au cours de l'une des réunions de la Confrérie des Dames de la Charité, Vincent de Paul décrit leur immense misère : Ils sont en nécessité extrême ou quasi extrême, auxquels un chacun est obligé d'accourir. Qu'elle soit extrême, il est manifeste, puisque, sans votre secours, ils mourront tous. Ils sont abandonnés de père et de mère et de tout le monde. Et le remède donc, où peut-il être? Leur mort? [Coste, XIII, 782]. Les enfants abandonnés sous les porches des églises ou dans les rues de la capitale ont, un jour, été "vus" comme des personnes en détresse.
  • 3. Comment les accueillir tous? Un groupe se trouve déjà à la Maison- Mère au village de La Chapelle, un autre vit dans une maison de la rue des Boulangers. Les logements ne sont pas assez grands pour recevoir un nombre élevé d'enfants. Le 1er janvier 1638, décision est prise d'accueillir quelques enfants.
  • 4. Très vite, Louise précise les conditions de recrutement des nourrices : elles doivent être de conduite irréprochable, présenter un certificat du curé de leur paroisse. Louise évalue aussi l'indemnité mensuelle qui sera nécessaire pour la nourriture et le vestiaire de l'enfant (100 livres en 1640). Pour recevoir cette indemnité, les parents nourriciers devront présenter une attestation de leur curé indiquant que l'enfant est en bonne santé. Louise entrevoit la possibilité de confier des enfants à des familles à la campagne : le séjour au grand air serait bénéfique pour eux.
  • 5. Louise de Marillac note avec précision le nom de l'enfant et de ses parents nourriciers [Doc., 27 1]*. En trois semaines, vingt enfants sont ainsi placés en différents villages de l'Ile-de- France. Louise ne se contente pas de cet envoi. Elle va, par la suite, s'assurer de l'état de santé de ces enfants, des soins et de l'éducation donnés. Des visites régulières des nourriciers sont organisées. Le 30 mars 1638, débute l'envoi en nourrice. *Approbation de la Compagnie (p. 271)
  • 6. Louise organise alors leur instruction au vieux château de Bicêtre, devenu en 1647, la maison des Enfants Trouvés. Lorsque l'enfant atteint 12-13 ans, Louise de Marillac prévoit pour eux un apprentissage. Elle souhaite que l'on tienne compte de leurs goûts et de leurs aptitudes : La Sœur Servante doit avoir soin de représenter à la Dame Trésorière des Enfants la nécessité de les placer, particulièrement les garçons, sitôt qu'elles les verra propres soit pour servir, ou pour apprendre un métier, essayant de reconnaitre leurs inclinations et passions. [Ecrits, 734]. Grâce aux soins attentifs des Filles de la Charité, nombreux sont les enfants qui vivent et grandissent.
  • 7. Source: Louise de Marillac, une femme engagée Au temps de St Vincent-de-Paul… et aujourd‘hui, Cahier 56, Animation Vincentienne, 16, Grande rue Saínt-Michel, Toulouse, France Images : Archives d’images de l’Université Depaul