SlideShare une entreprise Scribd logo
+
Catherine LE BRAS
Sophie BINET
Centre hospitalier de Beauvais (60)
Service de Neurologie
Le groupe de
soutien
psycho-éducatif
post-AVC
+
L’AVC en France en 2018
n 150 000 personnes atteintes par an
n Une personne sur 5 décède en aigu
n 500 000 personnes ont eu un AVC
n De plus en plus de « jeunes » touchés
(10 à 15 000 personnes de moins de 45 ans
par an)
n 30% des patients récidivent dans les 5 ans
+
Parcours de soins post-AVC
n SAMU/Pompiers/Accueil urgences
n Service de Neurologie
n  soins intensifs avec scope (biiip)
n  repos strict au lit le temps d’obtenir certains examens
n  dépendance vis-à-vis du personnel soignant pour les actes
de la vie quotidienne (toilette, nourriture, tabac…)
n  Eventuellement Centre de Rééducation Fonctionnelle
ou Soins de Suite et de Réadaptation selon l’âge et les
séquelles
n  Retour au domicile… ou placement en institution
Appel
au 15
+
Séquelles neurologiques de
l’AVC
n  Hémiplégie ou hémiparésie
n  Troubles de l’attention, des fonctions
exécutives, aphasie, apraxie, agnosie
n  Troubles de l’exploration visuelle
n  Troubles comportementaux d’origine
neurologique (syndrome « frontal »)
n  Fatigue, vertiges…
+
Séquelles psychologiques de
l’AVC
Au-delà du vécu de deuil de « la vie d’avant »
n  Stress post-traumatique de la prise en
charge en aigu
n  Anxio-dépression
n  Difficultés d’adaptation relationnelle
avec l’entourage
+
Accompagnements post-AVC
n  Accompagnement médical post-AVC
n  par un neurologue ou un MPR, par exemple dans une consultation de
suivi neurovasculaire
n  Accompagnement rééducatif
n  ergothérapeute, kinésithérapeute, neuropsychologue, orthophoniste,
psychomotricien…
n  Accompagnement psychologique non systématique, souvent
retardé, non spécifique au post-AVC
è Souffrance psychique, difficultés de réadaptation
familiale, professionnelle, sociale…
+
Constat
n  Constat d’un manque criant d’information et
d’accompagnement dans le suivi des AVC, en
particulier pour les personnes jeunes (vie familiale,
reprise du travail, de la conduite automobile, des
loisirs…)
n  Au delà du nécessaire et lent travail de deuil, des
réactions psychologiques aiguës entravent la reprise
des relations et activités habituelles.
n  En tant que psychologues hospitaliers, il nous paraît
essentiel d’intervenir dans le suivi de ces patients, en
particulier au sein d’un travail en groupe.
+
Création d’un groupe de soutien
psycho-éducatif post-AVC
n  Janvier 2016 : ouverture d’un groupe
mensuel accueillant les personnes jeunes
atteintes par l’AVC sur le territoire de santé
de l’Oise Ouest
n Groupe ouvert (inscription préalable à la séance,
proches également accueillis sur demande)
n Animation conjointe par une neuropsychologue
et une psychologue clinicienne avec intervention
ponctuelle de personnes-ressources
(orthophoniste, diététicienne, sophrologue,
associations locales, MDPH, DDCS, CARSAT…)
+
Objectifs du groupe de soutien
psycho-éducatif post-AVC
n Soutien psychologique par le partage
d’expériences encadré par un binôme de
psychologues
n Aiguillage dans le système de soins et
d’accompagnement post-AVC via les
thématiques fréquemment évoquées en
consultation
n Prévention de la récidive par une démarche
éducative sur les facteurs de risque
+
Stress post-traumatique (1)
n  La survenue des symptômes, l’hospitalisation initiale,
l’annonce diagnostique et de la durabilité des
séquelles sont autant d’événements susceptibles de
constituer un traumatisme pour certains patients.
n  Ils les ont subis de façon passive, contrainte. Ces
moments font encore effraction dans leurs vies
psychiques à distance de l’AVC avec des reviviscences
diurnes et nocturnes, une anxiété qui se généralise...
n  Ils se souviennent et restituent les mots exacts des
médecins, relatent des expériences douloureuses de
leurs premières confrontations à l’handicap, certains
apprécient que le groupe ait lieu dans une salle en
dehors du service de Neurologie…
S., 32
ans,
RA
+
Stress post-traumatique (2)
n  Les étapes de la prise en charge, le cheminement des
examens, l’objectif des traitements et des rééducations
peuvent de nouveau être formulés par les encadrantes du
groupe.
n  Se présenter devant le groupe, expliquer le mode
d’installation des troubles, leur conséquences constituent à la
fois un moyen de se les approprier et nous constatons bien
souvent une modification des discours des participants au
fil des séances.
n  La rencontre avec d’autres personnes touchées par l’AVC est
bénéfique : pour la première fois, l’Autre comprend et met
parfois des mots là où le patient ne parvenait pas à en
mettre.
+
Une transition de rôles (1)
n Après l’AVC, le conjoint prend souvent et bien
contre son gré un rôle prépondérant dans la
famille, disqualifiant symboliquement le patient
de ses rôles antérieurs.
n La participation du conjoint est soumise à
l’acceptation du patient. Le conjoint est introduit
dans le groupe par le patient ; il n’est pas rare que
le groupe soit l’objet d’une prise de conscience
par l’accompagnant de la véracité des plaintes
formulées. La plainte, partagée, s’en trouve
validée.
A.,
45 ans
et sa
fille
+
Une transition de rôles (2)
n Nous observons enfin au fil des séances des
mutations progressives de rôles dans le
groupe ; de « nouveaux », les patients passent
progressivement aux rôles d’interlocuteurs plus
assurés au fil de l’évocation de leurs difficultés,
puis « d’experts » pouvant à leur tour accueillir les
plus récemment arrivés.
n Le groupe de soutien devient un lieu de
réhabilitation du patient dans un rôle de
« sachant » ou a minima de pair-aidant.
+
Restauration du
« lieu de maîtrise » (1)
n  Tous les AVC n’ont pas forcément de causes identifiées (HTA,
ACFA…) et les causes des AVC des jeunes adultes sont moins
fréquemment connues que celles des patients plus âgés.
n  Selon qu’une cause de l’AVC a été ou non identifiée, le  « lieu de
maîtrise » des personnes touchées pourra être mis à mal en
renforçant le poids :
n  soit des causes externes (amenant le patient à un plus grand
fatalisme)
n  soit des causes internes (pouvant générer une plus grande
culpabilité, voire du stress surajouté…) M.,
62 ans,
HTA à
22
+
Restauration du
« lieu de maîtrise » (2)
n  La confrontation aux lieux de maîtrise des autres
participants permet au patient d’évoquer de façon
plus souple différentes causes externes ou internes à
son AVC.
n  Dans une perspective d’éducation, nous valorisons
probablement les verbalisations mettant en avant
des lieux de maîtrise internes. Nous encourageons le
patient à passer dans son discours de l’AVC « subi »
à l’AVC vécu comme une « expérimentation » de ses
propres capacités de résilience et une occasion de
mieux se connaître.
n  Nous restons cependant vigilantes à respecter les
modes habituels de fonctionnement psychique du
patient.
+
Conclusion
n Le groupe de soutien participe à la resocialisation
des personnes touchées par l’AVC :
n La prise de parole du patient devant le groupe est
une expérience de reformuler le vécu de l’AVC, de
se le rendre à soi-même intelligible en même
temps que le patient le restitue à autrui.
n Les séances constituent souvent les seules
occasions de rencontres sociales.
n Les thématiques du groupe, déterminées avec les
patients, ont pour objectif la reprise des activités
antérieures (conduite automobile, emploi, sport…).
+
Conclusion
n  Les personnes accompagnées dans le cadre du
groupe de soutien évoluent dans la représentation
qu’ils se font de leur AVC au fil des séances. Il s’agit
pour certains d’une véritable re-co-naissance.
n  Notre accompagnement permet par ailleurs
d’orienter efficacement les patients dans le
système de soins et d’accompagnement. Il est
moins lourd à mettre en place qu’un programme
d’éducation thérapeutique pluri-professionnel et
s’adapte à la demande des participants par
l’intervention possible de personnes ressources.
+
Limites
n Le cadre du groupe semble accélérer et
potentialiser le travail psychique individuel.
L’efficacité spécifique de notre groupe de soutien
par rapport à celle d’autres interventions
thérapeutiques est difficile à démontrer.
n Le cadre de notre intervention est en
questionnement permanent pour répondre au
mieux aux besoins des patients jeunes atteints par
l’AVC et de leurs proches.
+
Bibliographie succinte
n  Cheng, H.Y., Chair, S.Y., Pak-Chun Chau, J., (2014), « The effectiveness of psychosocial
interventions for stroke family caregivers and stroke survivors : a systematic review and meta-
analyse », Patient Education and Counseling, 95, 30-44
n  De Bruijn, M., Synhaeve, N., van Rijsbergen, M., et al., (2015), «Quality of life after young
ischemic stroke of mild severity is mainly influenced by psychosocial factors », Journal of
Stroke and Cerebrovascular Diseases, 24(10), 2183-2188
n  Favrole, P., Jehel, L., Levy, P., et al., (2013), « Frequency and predictors of post-traumatic stress
disorder after stroke : a pilot study », Journal of the Neurological Sciences, 327, 35-40
n  Hafsteinsdottir,T.B.,Vergunst, M., Linderman, E., et al. (2011), « Educational needs of patients
with a stroke and their caregivers : a systematic review of the literature », Patient Education
and Counselling, 85(1), 14-25
n  Muller, M.,Toth-Cohen, S., Mulcahey, M.J., (2014), « Development and evaluation of a hospital-
based peer support group for younger individuals with stroke », Occupational Therapy in
Health Care, 28(3), 277-295
n  Schmid, A.A., Damush,T.,Tu,W., et al., (2012), « Depression improvement is related to social
role functioning after stroke », Archives of Physical and Medical Rehabilitation, 93, 978-982
n  Van Mierlo, ML.,Van Heugten, CM., Post, MWM., et al., (2015), « Life satisfaction post stroke :
the role of illness cognitions », Journal of Psychosomatic Research, 79, 137-142
+
Merci de votre attention
Pour poursuivre le dialogue :
c.lebras@ch-beauvais.fr
avcoiseouest.over-blog.com

Contenu connexe

Tendances

Journée mondiale des soins palliatifs - Palliative genève
Journée mondiale des soins palliatifs - Palliative genèveJournée mondiale des soins palliatifs - Palliative genève
Journée mondiale des soins palliatifs - Palliative genève
Pascal Boegli
 
Présentation power point diu M.A
Présentation power point diu M.APrésentation power point diu M.A
Présentation power point diu M.ASandrine Pastor
 
JDCHE 20-21 - Ouvrir le dialogue pour la personnalisation des soins par le b...
JDCHE 20-21 -  Ouvrir le dialogue pour la personnalisation des soins par le b...JDCHE 20-21 -  Ouvrir le dialogue pour la personnalisation des soins par le b...
JDCHE 20-21 - Ouvrir le dialogue pour la personnalisation des soins par le b...
Synhera
 
Ainay le Château. Accueil familial therapeutique
Ainay le Château. Accueil familial therapeutiqueAinay le Château. Accueil familial therapeutique
Ainay le Château. Accueil familial therapeutique
François Petitjean
 
Initiative nationale 2016-2017 webinaire sur le choix d'un sujet
Initiative nationale 2016-2017 webinaire sur le choix d'un sujetInitiative nationale 2016-2017 webinaire sur le choix d'un sujet
Initiative nationale 2016-2017 webinaire sur le choix d'un sujet
Canadian Patient Safety Institute
 
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
Michel Rotily
 
Marc Daigle - WEBINAIRE - (Se) Mourir de peine en prison? La problématique d...
Marc Daigle - WEBINAIRE -  (Se) Mourir de peine en prison? La problématique d...Marc Daigle - WEBINAIRE -  (Se) Mourir de peine en prison? La problématique d...
Marc Daigle - WEBINAIRE - (Se) Mourir de peine en prison? La problématique d...
Centre de recherche et d'intervention sur le suicide, enjeux éthiques et pratiques de fin de vie
 
Dre genevive dechene_cancer_19_avril_2012
Dre genevive dechene_cancer_19_avril_2012Dre genevive dechene_cancer_19_avril_2012
Dre genevive dechene_cancer_19_avril_2012laucyn
 
compile corona virus 1
compile corona virus 1compile corona virus 1
compile corona virus 1
Patou Conrath
 
Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
Eric LEGER
 
L'enfance est un couteau planté dans la gorge - Culture, enfants et traumas ...
L'enfance est un couteau planté dans la gorge - Culture, enfants et traumas ...L'enfance est un couteau planté dans la gorge - Culture, enfants et traumas ...
L'enfance est un couteau planté dans la gorge - Culture, enfants et traumas ...
Université de Montréal
 
Assistance aux migrants victimes de violences sexuelles
Assistance aux migrants victimes de violences sexuellesAssistance aux migrants victimes de violences sexuelles
Assistance aux migrants victimes de violences sexuelles
Association de Lutte Contre le Sida
 

Tendances (13)

Journée mondiale des soins palliatifs - Palliative genève
Journée mondiale des soins palliatifs - Palliative genèveJournée mondiale des soins palliatifs - Palliative genève
Journée mondiale des soins palliatifs - Palliative genève
 
Présentation power point diu M.A
Présentation power point diu M.APrésentation power point diu M.A
Présentation power point diu M.A
 
JDCHE 20-21 - Ouvrir le dialogue pour la personnalisation des soins par le b...
JDCHE 20-21 -  Ouvrir le dialogue pour la personnalisation des soins par le b...JDCHE 20-21 -  Ouvrir le dialogue pour la personnalisation des soins par le b...
JDCHE 20-21 - Ouvrir le dialogue pour la personnalisation des soins par le b...
 
Ainay le Château. Accueil familial therapeutique
Ainay le Château. Accueil familial therapeutiqueAinay le Château. Accueil familial therapeutique
Ainay le Château. Accueil familial therapeutique
 
Initiative nationale 2016-2017 webinaire sur le choix d'un sujet
Initiative nationale 2016-2017 webinaire sur le choix d'un sujetInitiative nationale 2016-2017 webinaire sur le choix d'un sujet
Initiative nationale 2016-2017 webinaire sur le choix d'un sujet
 
psychiatrie 2015
psychiatrie 2015psychiatrie 2015
psychiatrie 2015
 
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
Slides Rotily Urgences Ehpad - Présentation
 
Marc Daigle - WEBINAIRE - (Se) Mourir de peine en prison? La problématique d...
Marc Daigle - WEBINAIRE -  (Se) Mourir de peine en prison? La problématique d...Marc Daigle - WEBINAIRE -  (Se) Mourir de peine en prison? La problématique d...
Marc Daigle - WEBINAIRE - (Se) Mourir de peine en prison? La problématique d...
 
Dre genevive dechene_cancer_19_avril_2012
Dre genevive dechene_cancer_19_avril_2012Dre genevive dechene_cancer_19_avril_2012
Dre genevive dechene_cancer_19_avril_2012
 
compile corona virus 1
compile corona virus 1compile corona virus 1
compile corona virus 1
 
Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
 
L'enfance est un couteau planté dans la gorge - Culture, enfants et traumas ...
L'enfance est un couteau planté dans la gorge - Culture, enfants et traumas ...L'enfance est un couteau planté dans la gorge - Culture, enfants et traumas ...
L'enfance est un couteau planté dans la gorge - Culture, enfants et traumas ...
 
Assistance aux migrants victimes de violences sexuelles
Assistance aux migrants victimes de violences sexuellesAssistance aux migrants victimes de violences sexuelles
Assistance aux migrants victimes de violences sexuelles
 

Similaire à Sfp clb 2018

Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
la maison
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
Réseau Pro Santé
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifsMédecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
Réseau Pro Santé
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifsMédecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
Réseau Pro Santé
 
Place des proches lors des soins - SFMU 2018
Place des proches lors des soins - SFMU 2018Place des proches lors des soins - SFMU 2018
Place des proches lors des soins - SFMU 2018
Mickael Perchoc
 
Musicothérapie EPHAD allzheimer-s-berthe.pdf
Musicothérapie EPHAD allzheimer-s-berthe.pdfMusicothérapie EPHAD allzheimer-s-berthe.pdf
Musicothérapie EPHAD allzheimer-s-berthe.pdf
OvelaCuadrosCarrasco1
 
RRM sa,nté mentale.pptx
RRM sa,nté mentale.pptxRRM sa,nté mentale.pptx
RRM sa,nté mentale.pptx
Jonathan117678
 
Soshepatites présentation du 2015
Soshepatites  présentation du 2015Soshepatites  présentation du 2015
Soshepatites présentation du 2015
odeckmyn
 
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
soshepatites
 
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
Patou Conrath
 
Proche Malade
Proche MaladeProche Malade
Proche Malade
Miloé Santé
 
Interview du dr andré
Interview du dr andréInterview du dr andré
Interview du dr andré
Réseau Pro Santé
 
Guay
GuayGuay
Guay
GuayGuay
Cours 1 Approche à la santé mentale
Cours 1 Approche à la santé mentaleCours 1 Approche à la santé mentale
Cours 1 Approche à la santé mentaleMichel Perrier
 
Poster "Réseau cognitif Oise Ouest"
Poster "Réseau cognitif Oise Ouest"Poster "Réseau cognitif Oise Ouest"
Poster "Réseau cognitif Oise Ouest"
Catherine LE BRAS
 
SOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
SOS Hépatites_Rôle des associations.pptSOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
SOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
odeckmyn
 
Vivre avec une maladie chronique naviguer dans les hauts et les bas de la vi...
Vivre avec une maladie chronique  naviguer dans les hauts et les bas de la vi...Vivre avec une maladie chronique  naviguer dans les hauts et les bas de la vi...
Vivre avec une maladie chronique naviguer dans les hauts et les bas de la vi...
Pill Reminder
 

Similaire à Sfp clb 2018 (20)

Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifsMédecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
 
Médecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifsMédecin généraliste et soins palliatifs
Médecin généraliste et soins palliatifs
 
Place des proches lors des soins - SFMU 2018
Place des proches lors des soins - SFMU 2018Place des proches lors des soins - SFMU 2018
Place des proches lors des soins - SFMU 2018
 
Musicothérapie EPHAD allzheimer-s-berthe.pdf
Musicothérapie EPHAD allzheimer-s-berthe.pdfMusicothérapie EPHAD allzheimer-s-berthe.pdf
Musicothérapie EPHAD allzheimer-s-berthe.pdf
 
RRM sa,nté mentale.pptx
RRM sa,nté mentale.pptxRRM sa,nté mentale.pptx
RRM sa,nté mentale.pptx
 
Soshepatites présentation du 2015
Soshepatites  présentation du 2015Soshepatites  présentation du 2015
Soshepatites présentation du 2015
 
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
 
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
 
Proche Malade
Proche MaladeProche Malade
Proche Malade
 
Interview du dr andré
Interview du dr andréInterview du dr andré
Interview du dr andré
 
Guay
GuayGuay
Guay
 
Guay
GuayGuay
Guay
 
Cours 1 Approche à la santé mentale
Cours 1 Approche à la santé mentaleCours 1 Approche à la santé mentale
Cours 1 Approche à la santé mentale
 
Tubiana
TubianaTubiana
Tubiana
 
Tubiana
TubianaTubiana
Tubiana
 
Poster "Réseau cognitif Oise Ouest"
Poster "Réseau cognitif Oise Ouest"Poster "Réseau cognitif Oise Ouest"
Poster "Réseau cognitif Oise Ouest"
 
SOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
SOS Hépatites_Rôle des associations.pptSOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
SOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
 
Vivre avec une maladie chronique naviguer dans les hauts et les bas de la vi...
Vivre avec une maladie chronique  naviguer dans les hauts et les bas de la vi...Vivre avec une maladie chronique  naviguer dans les hauts et les bas de la vi...
Vivre avec une maladie chronique naviguer dans les hauts et les bas de la vi...
 

Sfp clb 2018

  • 1. + Catherine LE BRAS Sophie BINET Centre hospitalier de Beauvais (60) Service de Neurologie Le groupe de soutien psycho-éducatif post-AVC
  • 2. + L’AVC en France en 2018 n 150 000 personnes atteintes par an n Une personne sur 5 décède en aigu n 500 000 personnes ont eu un AVC n De plus en plus de « jeunes » touchés (10 à 15 000 personnes de moins de 45 ans par an) n 30% des patients récidivent dans les 5 ans
  • 3. + Parcours de soins post-AVC n SAMU/Pompiers/Accueil urgences n Service de Neurologie n  soins intensifs avec scope (biiip) n  repos strict au lit le temps d’obtenir certains examens n  dépendance vis-à-vis du personnel soignant pour les actes de la vie quotidienne (toilette, nourriture, tabac…) n  Eventuellement Centre de Rééducation Fonctionnelle ou Soins de Suite et de Réadaptation selon l’âge et les séquelles n  Retour au domicile… ou placement en institution Appel au 15
  • 4. + Séquelles neurologiques de l’AVC n  Hémiplégie ou hémiparésie n  Troubles de l’attention, des fonctions exécutives, aphasie, apraxie, agnosie n  Troubles de l’exploration visuelle n  Troubles comportementaux d’origine neurologique (syndrome « frontal ») n  Fatigue, vertiges…
  • 5. + Séquelles psychologiques de l’AVC Au-delà du vécu de deuil de « la vie d’avant » n  Stress post-traumatique de la prise en charge en aigu n  Anxio-dépression n  Difficultés d’adaptation relationnelle avec l’entourage
  • 6. + Accompagnements post-AVC n  Accompagnement médical post-AVC n  par un neurologue ou un MPR, par exemple dans une consultation de suivi neurovasculaire n  Accompagnement rééducatif n  ergothérapeute, kinésithérapeute, neuropsychologue, orthophoniste, psychomotricien… n  Accompagnement psychologique non systématique, souvent retardé, non spécifique au post-AVC è Souffrance psychique, difficultés de réadaptation familiale, professionnelle, sociale…
  • 7. + Constat n  Constat d’un manque criant d’information et d’accompagnement dans le suivi des AVC, en particulier pour les personnes jeunes (vie familiale, reprise du travail, de la conduite automobile, des loisirs…) n  Au delà du nécessaire et lent travail de deuil, des réactions psychologiques aiguës entravent la reprise des relations et activités habituelles. n  En tant que psychologues hospitaliers, il nous paraît essentiel d’intervenir dans le suivi de ces patients, en particulier au sein d’un travail en groupe.
  • 8. + Création d’un groupe de soutien psycho-éducatif post-AVC n  Janvier 2016 : ouverture d’un groupe mensuel accueillant les personnes jeunes atteintes par l’AVC sur le territoire de santé de l’Oise Ouest n Groupe ouvert (inscription préalable à la séance, proches également accueillis sur demande) n Animation conjointe par une neuropsychologue et une psychologue clinicienne avec intervention ponctuelle de personnes-ressources (orthophoniste, diététicienne, sophrologue, associations locales, MDPH, DDCS, CARSAT…)
  • 9. + Objectifs du groupe de soutien psycho-éducatif post-AVC n Soutien psychologique par le partage d’expériences encadré par un binôme de psychologues n Aiguillage dans le système de soins et d’accompagnement post-AVC via les thématiques fréquemment évoquées en consultation n Prévention de la récidive par une démarche éducative sur les facteurs de risque
  • 10. + Stress post-traumatique (1) n  La survenue des symptômes, l’hospitalisation initiale, l’annonce diagnostique et de la durabilité des séquelles sont autant d’événements susceptibles de constituer un traumatisme pour certains patients. n  Ils les ont subis de façon passive, contrainte. Ces moments font encore effraction dans leurs vies psychiques à distance de l’AVC avec des reviviscences diurnes et nocturnes, une anxiété qui se généralise... n  Ils se souviennent et restituent les mots exacts des médecins, relatent des expériences douloureuses de leurs premières confrontations à l’handicap, certains apprécient que le groupe ait lieu dans une salle en dehors du service de Neurologie… S., 32 ans, RA
  • 11. + Stress post-traumatique (2) n  Les étapes de la prise en charge, le cheminement des examens, l’objectif des traitements et des rééducations peuvent de nouveau être formulés par les encadrantes du groupe. n  Se présenter devant le groupe, expliquer le mode d’installation des troubles, leur conséquences constituent à la fois un moyen de se les approprier et nous constatons bien souvent une modification des discours des participants au fil des séances. n  La rencontre avec d’autres personnes touchées par l’AVC est bénéfique : pour la première fois, l’Autre comprend et met parfois des mots là où le patient ne parvenait pas à en mettre.
  • 12. + Une transition de rôles (1) n Après l’AVC, le conjoint prend souvent et bien contre son gré un rôle prépondérant dans la famille, disqualifiant symboliquement le patient de ses rôles antérieurs. n La participation du conjoint est soumise à l’acceptation du patient. Le conjoint est introduit dans le groupe par le patient ; il n’est pas rare que le groupe soit l’objet d’une prise de conscience par l’accompagnant de la véracité des plaintes formulées. La plainte, partagée, s’en trouve validée. A., 45 ans et sa fille
  • 13. + Une transition de rôles (2) n Nous observons enfin au fil des séances des mutations progressives de rôles dans le groupe ; de « nouveaux », les patients passent progressivement aux rôles d’interlocuteurs plus assurés au fil de l’évocation de leurs difficultés, puis « d’experts » pouvant à leur tour accueillir les plus récemment arrivés. n Le groupe de soutien devient un lieu de réhabilitation du patient dans un rôle de « sachant » ou a minima de pair-aidant.
  • 14. + Restauration du « lieu de maîtrise » (1) n  Tous les AVC n’ont pas forcément de causes identifiées (HTA, ACFA…) et les causes des AVC des jeunes adultes sont moins fréquemment connues que celles des patients plus âgés. n  Selon qu’une cause de l’AVC a été ou non identifiée, le  « lieu de maîtrise » des personnes touchées pourra être mis à mal en renforçant le poids : n  soit des causes externes (amenant le patient à un plus grand fatalisme) n  soit des causes internes (pouvant générer une plus grande culpabilité, voire du stress surajouté…) M., 62 ans, HTA à 22
  • 15. + Restauration du « lieu de maîtrise » (2) n  La confrontation aux lieux de maîtrise des autres participants permet au patient d’évoquer de façon plus souple différentes causes externes ou internes à son AVC. n  Dans une perspective d’éducation, nous valorisons probablement les verbalisations mettant en avant des lieux de maîtrise internes. Nous encourageons le patient à passer dans son discours de l’AVC « subi » à l’AVC vécu comme une « expérimentation » de ses propres capacités de résilience et une occasion de mieux se connaître. n  Nous restons cependant vigilantes à respecter les modes habituels de fonctionnement psychique du patient.
  • 16. + Conclusion n Le groupe de soutien participe à la resocialisation des personnes touchées par l’AVC : n La prise de parole du patient devant le groupe est une expérience de reformuler le vécu de l’AVC, de se le rendre à soi-même intelligible en même temps que le patient le restitue à autrui. n Les séances constituent souvent les seules occasions de rencontres sociales. n Les thématiques du groupe, déterminées avec les patients, ont pour objectif la reprise des activités antérieures (conduite automobile, emploi, sport…).
  • 17. + Conclusion n  Les personnes accompagnées dans le cadre du groupe de soutien évoluent dans la représentation qu’ils se font de leur AVC au fil des séances. Il s’agit pour certains d’une véritable re-co-naissance. n  Notre accompagnement permet par ailleurs d’orienter efficacement les patients dans le système de soins et d’accompagnement. Il est moins lourd à mettre en place qu’un programme d’éducation thérapeutique pluri-professionnel et s’adapte à la demande des participants par l’intervention possible de personnes ressources.
  • 18. + Limites n Le cadre du groupe semble accélérer et potentialiser le travail psychique individuel. L’efficacité spécifique de notre groupe de soutien par rapport à celle d’autres interventions thérapeutiques est difficile à démontrer. n Le cadre de notre intervention est en questionnement permanent pour répondre au mieux aux besoins des patients jeunes atteints par l’AVC et de leurs proches.
  • 19. + Bibliographie succinte n  Cheng, H.Y., Chair, S.Y., Pak-Chun Chau, J., (2014), « The effectiveness of psychosocial interventions for stroke family caregivers and stroke survivors : a systematic review and meta- analyse », Patient Education and Counseling, 95, 30-44 n  De Bruijn, M., Synhaeve, N., van Rijsbergen, M., et al., (2015), «Quality of life after young ischemic stroke of mild severity is mainly influenced by psychosocial factors », Journal of Stroke and Cerebrovascular Diseases, 24(10), 2183-2188 n  Favrole, P., Jehel, L., Levy, P., et al., (2013), « Frequency and predictors of post-traumatic stress disorder after stroke : a pilot study », Journal of the Neurological Sciences, 327, 35-40 n  Hafsteinsdottir,T.B.,Vergunst, M., Linderman, E., et al. (2011), « Educational needs of patients with a stroke and their caregivers : a systematic review of the literature », Patient Education and Counselling, 85(1), 14-25 n  Muller, M.,Toth-Cohen, S., Mulcahey, M.J., (2014), « Development and evaluation of a hospital- based peer support group for younger individuals with stroke », Occupational Therapy in Health Care, 28(3), 277-295 n  Schmid, A.A., Damush,T.,Tu,W., et al., (2012), « Depression improvement is related to social role functioning after stroke », Archives of Physical and Medical Rehabilitation, 93, 978-982 n  Van Mierlo, ML.,Van Heugten, CM., Post, MWM., et al., (2015), « Life satisfaction post stroke : the role of illness cognitions », Journal of Psychosomatic Research, 79, 137-142
  • 20. + Merci de votre attention Pour poursuivre le dialogue : c.lebras@ch-beauvais.fr avcoiseouest.over-blog.com