SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  2
Télécharger pour lire hors ligne
Sorti depuis le 23/03/16
What’s Up Doc? 25 mars-avril 201658
T
homas Lilti a cette capacité extraordinaire de capter l’essentiel dans
l’anecdote, de parler à chacun de nous au travers d’expériences
singulières. Avec Médecin de campagne, on craignait de le voir
succomber aux charmes de la facilité et de la répétition. Il n’en est rien.
Au contraire, comme les paysans qu’il décrit avec une formidable
humanité, il creuse son sillon tout en renouvelant son terreau.
Il reste le cinéaste engagé d’Hippocrate mais la caméra est apaisée, il prend
son temps, s’attarde plus sur ses héros, qu’on suit sans besoin d’en savoir
trop sur eux. Il offre l’opportunité d’une composition incroyable à Marianne
Denicourt – qui le lui rend bien par son talent –, leur complicité de cinéma
est évidente. Cluzet est très pro, son monologue sur le métier de médecin
(la « malédiction » dont parlait déjà Reda Kateb) est un sommet. La narration,
la mise en scène, la direction d’acteurs se sont affinées et affirmées.
Il y a du Sautet chez Lilti : c’est une divine et émouvante surprise.
Son dernier film nous a tellement touchés qu’on a eu envie d’en savoir plus sur
le cinéaste qui murmure à l’oreille des docteurs. Au cœur d’une promo intensive,
il nous a fait le plaisir d’échanger quelques mots.
WUD Comment est né votre Médecin de
campagne?
Comme pour Hippocrate, dont le point de départ
était l’hôpital, tout est parti de l’envie de filmer
un lieu, un univers. Poser ma caméra, observer
les gens qui y vivent, y travaillent, raconter leurs
histoires, et voir où elles vont me mener. Certains
sujets émergent plus que d’autres, mais tous sont
importants.
Faire un nouveau film sur la médecine, c’était risqué!
Je n’ai pas eu envie de refaire un film sur
la médecine, mais de raconter la campagne.
Parce que j’y ai travaillé et qu’elle m’a marqué. Je me
suis bien évidemment inspiré de mon vécu, de mes
rencontres, et un personnage de médecin s’est
naturellement imposé. Je pense que la médecine est
un faux problème : si j’avais filmé la vie d’une classe
de collège, cela aurait été probablement beaucoup
plus proche d’Hippocrate dans le ton et l’esprit!
À nouveau on retrouve le thème de
l’apprentissage et de la transmission. Avec
toujours des personnages un peu outsiders
extrêmement attachants, ainsi que des figures
tutélaires. Dans votre apprentissage du cinéma,
avez-vous eu affaire à votre Werner (nom
du personnage principal, NDLR)?
Pas du tout, mais j’ai eu la chance de rencontrer
et d’être accompagné par des professionnels de mon
âge, nous avons en quelque sorte évolué ensemble.
Il s’agissait plus d’un compagnonnage stimulant que
de la transmission verticale que l’on peut retrouver
dans les études de médecine.
MÉDECIN EN CAMPAGNE?
Interview réalisée par Guillaume de la Chapelle
Le repos de securite
GÉNÉRATION CINÉ’SANTÉ!
59mars-avril 2016 What’s Up Doc? 25
Culture
Médecin de l'âme,
médecin du corps
Bérénice de la Mole
Par-delà le genre du roman d'anticipation
dont relève l'intrigue de Après.com, qui interroge
la pertinence de créer un site entretenant
le souvenir de tous les défunts, le roman de
Henri Gé est aussi une occasion d'apprivoiser un
peu, dans un rapport lucide et apaisé, la mort.
Après Platon, après Montaigne, on se demande
encore si philosopher ne serait pas apprendre
à mourir, ou si du moins l'accepter ne serait
pas la meilleure façon de vivre. L'exploration
satirique des âmes se poursuit aussi dans un
deuxième opus publié récemment, Dieu 2.0.
On trouve souvent dans la littérature morale
de l'Ancien Régime ce lieu commun selon lequel,
s'il est important de soigner son corps, il l'est
plus encore de soigner son âme. C'est à ce lieu
commun que je pensais lorsque je relisais, dans
Après.com, une scène de confrontation poignante
entre le narrateur et la fille désemparée d'un
patient qui doit subir une chimiothérapie.
Le narrateur, médecin et maïeuticien, amène
Isabelle à prendre conscience que ce n'est pas
de la chimiothérapie dont elle a peur, mais
bien de la mort.
Fiction et science-fiction sont également
l'occasion pour Henri Gé de dresser un portrait
saisissant de l'hôpital et des médecins, ceux qui
s'efforcent aussi de soigner les âmes, parfois à
coups de vérités douloureuses, et ceux qui en
sont incapables, comme le docteur « ça suit son
cours ».
Henri Gé, Après.com, Éditions Velours, 2012.
Henri Duboc, Dieu 2.0, Lajouanie, 2015.
Votre cinéma est très social, cousin français
de celui d’un Ken Loach.
Je le revendique totalement. La dimension
politique de mes films est bien présente, sans
pour autant m’échapper : ce ne sont pas des
tracts! Leur côté « social » est plutôt une source
d’inspiration qui vient nourrir mon écriture,
d’un désir militant initial. Au départ de Médecin
de campagne il y a la volonté de filmer mon
amour de la campagne et du geste médical.
Vous sentez-vous concerné par les sujets
d’actualité concernant la profession, son
avenir?
Totalement. Cela me passionne. J’ai
beaucoup suivi les débats sur la loi Leonetti et
son évolution. Je pense également que le tiers
payant généralisé est un système intéressant
et bénéfique, même si bien sûr il nécessite
une simplicité dans sa mise en œuvre.
« La dimension
politique de mes films
est bien présente,
sans pour autant
m’échapper »
Le film aborde le sujet épineux des déserts
médicaux et ne manquera pas de relancer
le débat sur la liberté d’installation.
Avez-vous une opinion à ce sujet?
Ce que je crois, c’est qu’on ne résoudra pas
le problème par la coercition. Un médecin qui n’a
pas envie de travailler à la campagne trouvera
le moyen d’y échapper. C’est en associant les
médecins, en les aidant, que l’évolution se fera.
Par ailleurs, il faudrait faire sortir les jeunes
médecins des hôpitaux pendant leurs études,
par exemple par le système de maisons de
santé universitaires.
On imagine que sur un tournage vous
pouvez être confronté à des situations,
des souffrances qui pourraient être gérées
avec la casquette de médecin. Cela a-t-il
pu être perturbant?
Non, dans le sens où je suis et reste docteur
en médecine. Même dans mon métier de
cinéaste. C’est une richesse qui fait partie
de moi, et je dois faire avec!
Le repos de securite

Contenu connexe

En vedette

Mon exercice, mémoire d'interne julie
Mon exercice, mémoire d'interne  julieMon exercice, mémoire d'interne  julie
Mon exercice, mémoire d'interne julie
Réseau Pro Santé
 
Teknik penulisan karangan rangsangan huraian 120 pp-pmr
Teknik penulisan karangan rangsangan huraian 120 pp-pmrTeknik penulisan karangan rangsangan huraian 120 pp-pmr
Teknik penulisan karangan rangsangan huraian 120 pp-pmr
Cohort4
 
Savoir jouer collectif
Savoir jouer collectifSavoir jouer collectif
Savoir jouer collectif
Réseau Pro Santé
 
Dominique dupagne médecin 2.0 depuis son serment
Dominique dupagne   médecin 2.0 depuis son sermentDominique dupagne   médecin 2.0 depuis son serment
Dominique dupagne médecin 2.0 depuis son serment
Réseau Pro Santé
 
9d calendario 20012
9d calendario 200129d calendario 20012
9d calendario 20012
sancuartas
 
Química organica introdução a funções 1
Química organica   introdução a funções 1Química organica   introdução a funções 1
Química organica introdução a funções 1
lasqmc1
 
Funcoes organicas oxigenadas 1
Funcoes organicas oxigenadas 1Funcoes organicas oxigenadas 1
Funcoes organicas oxigenadas 1
lasqmc1
 
Codigode nomeclaturaestratigrafica
Codigode nomeclaturaestratigraficaCodigode nomeclaturaestratigrafica
Codigode nomeclaturaestratigrafica
Petroleoecologia
 

En vedette (20)

Mon exercice, mémoire d'interne julie
Mon exercice, mémoire d'interne  julieMon exercice, mémoire d'interne  julie
Mon exercice, mémoire d'interne julie
 
Teknik penulisan karangan rangsangan huraian 120 pp-pmr
Teknik penulisan karangan rangsangan huraian 120 pp-pmrTeknik penulisan karangan rangsangan huraian 120 pp-pmr
Teknik penulisan karangan rangsangan huraian 120 pp-pmr
 
Savoir jouer collectif
Savoir jouer collectifSavoir jouer collectif
Savoir jouer collectif
 
The China Startup Report
The China Startup Report The China Startup Report
The China Startup Report
 
Dominique dupagne médecin 2.0 depuis son serment
Dominique dupagne   médecin 2.0 depuis son sermentDominique dupagne   médecin 2.0 depuis son serment
Dominique dupagne médecin 2.0 depuis son serment
 
Atividade 3 encontro
Atividade 3 encontroAtividade 3 encontro
Atividade 3 encontro
 
Atividade 3 encontro
Atividade 3 encontroAtividade 3 encontro
Atividade 3 encontro
 
9d calendario 20012
9d calendario 200129d calendario 20012
9d calendario 20012
 
kennedy c chirowamhangu uz certificate
kennedy c chirowamhangu uz certificatekennedy c chirowamhangu uz certificate
kennedy c chirowamhangu uz certificate
 
5W
5W5W
5W
 
Sesion
SesionSesion
Sesion
 
Novos computadores
Novos computadoresNovos computadores
Novos computadores
 
Química organica introdução a funções 1
Química organica   introdução a funções 1Química organica   introdução a funções 1
Química organica introdução a funções 1
 
Paul Jeans CV
Paul Jeans CVPaul Jeans CV
Paul Jeans CV
 
Funcoes organicas oxigenadas 1
Funcoes organicas oxigenadas 1Funcoes organicas oxigenadas 1
Funcoes organicas oxigenadas 1
 
Winaula1
Winaula1Winaula1
Winaula1
 
Analisis final
Analisis finalAnalisis final
Analisis final
 
Codigode nomeclaturaestratigrafica
Codigode nomeclaturaestratigraficaCodigode nomeclaturaestratigrafica
Codigode nomeclaturaestratigrafica
 
Asp.net
Asp.netAsp.net
Asp.net
 
Phishng
PhishngPhishng
Phishng
 

Similaire à Thomas Lilti... médecine en campagne

Petit traité d’horreur fantastique à l’usage des adultes qui soignent des ados.
Petit traité d’horreur fantastique à l’usage des adultes qui soignent des ados.Petit traité d’horreur fantastique à l’usage des adultes qui soignent des ados.
Petit traité d’horreur fantastique à l’usage des adultes qui soignent des ados.
Réseau Pro Santé
 
Hoffmann en finir
Hoffmann  en finirHoffmann  en finir
Hoffmann en finir
labibihcene
 
Une course folle à l’information.
Une course folle à l’information.Une course folle à l’information.
Une course folle à l’information.
Réseau Pro Santé
 
Master Class "Le Corps Narratif" avec Tom Carlson (2)
Master Class "Le Corps Narratif" avec Tom Carlson (2)Master Class "Le Corps Narratif" avec Tom Carlson (2)
Master Class "Le Corps Narratif" avec Tom Carlson (2)
Fabrice Aimetti
 
Le soirgladchloé
Le soirgladchloéLe soirgladchloé
Le soirgladchloé
GldChl
 
3 cerveaux et déterminisme
3 cerveaux et déterminisme3 cerveaux et déterminisme
3 cerveaux et déterminisme
ASGC22
 
L horreur est-humaine
L horreur est-humaine L horreur est-humaine
L horreur est-humaine
Elsa von Licy
 

Similaire à Thomas Lilti... médecine en campagne (20)

Pourquoi tu as choisi cette spécialité ?
Pourquoi tu as choisi cette spécialité ?Pourquoi tu as choisi cette spécialité ?
Pourquoi tu as choisi cette spécialité ?
 
Petit traité d’horreur fantastique à l’usage des adultes qui soignent des ados.
Petit traité d’horreur fantastique à l’usage des adultes qui soignent des ados.Petit traité d’horreur fantastique à l’usage des adultes qui soignent des ados.
Petit traité d’horreur fantastique à l’usage des adultes qui soignent des ados.
 
Hoffmann en finir
Hoffmann  en finirHoffmann  en finir
Hoffmann en finir
 
Une course folle à l’information.
Une course folle à l’information.Une course folle à l’information.
Une course folle à l’information.
 
Gazette blog 2. Mercredi 12 Octobre
Gazette blog 2. Mercredi 12 OctobreGazette blog 2. Mercredi 12 Octobre
Gazette blog 2. Mercredi 12 Octobre
 
Un métier sérieux
Un métier sérieuxUn métier sérieux
Un métier sérieux
 
Coupole avril 2014
Coupole avril 2014Coupole avril 2014
Coupole avril 2014
 
Ouistreham
OuistrehamOuistreham
Ouistreham
 
L' enfant que je n'attendais pas
L' enfant que je n'attendais pasL' enfant que je n'attendais pas
L' enfant que je n'attendais pas
 
L enfant que je n attendais pas
L enfant que je n attendais pasL enfant que je n attendais pas
L enfant que je n attendais pas
 
Critiques Littéraires seconde - Projet ECJS-Français -
Critiques Littéraires seconde - Projet ECJS-Français - Critiques Littéraires seconde - Projet ECJS-Français -
Critiques Littéraires seconde - Projet ECJS-Français -
 
Critiques Littéraires - Projet ECJS-Français - seconde
Critiques  Littéraires - Projet ECJS-Français - seconde  Critiques  Littéraires - Projet ECJS-Français - seconde
Critiques Littéraires - Projet ECJS-Français - seconde
 
Master Class "Le Corps Narratif" avec Tom Carlson (2)
Master Class "Le Corps Narratif" avec Tom Carlson (2)Master Class "Le Corps Narratif" avec Tom Carlson (2)
Master Class "Le Corps Narratif" avec Tom Carlson (2)
 
20170928 master-class-le-corps-narratif
20170928 master-class-le-corps-narratif20170928 master-class-le-corps-narratif
20170928 master-class-le-corps-narratif
 
Article sur "Le temps des c(e)rises" dans le magazine Start
Article sur "Le temps des c(e)rises" dans le magazine StartArticle sur "Le temps des c(e)rises" dans le magazine Start
Article sur "Le temps des c(e)rises" dans le magazine Start
 
Le soirgladchloé
Le soirgladchloéLe soirgladchloé
Le soirgladchloé
 
How to keep them alive
How to keep them aliveHow to keep them alive
How to keep them alive
 
Accès aux soins et précarité - Concours MNH/IFSI 2007 - 2ème prix
Accès aux soins et précarité - Concours MNH/IFSI 2007 - 2ème prixAccès aux soins et précarité - Concours MNH/IFSI 2007 - 2ème prix
Accès aux soins et précarité - Concours MNH/IFSI 2007 - 2ème prix
 
3 cerveaux et déterminisme
3 cerveaux et déterminisme3 cerveaux et déterminisme
3 cerveaux et déterminisme
 
L horreur est-humaine
L horreur est-humaine L horreur est-humaine
L horreur est-humaine
 

Thomas Lilti... médecine en campagne

  • 1. Sorti depuis le 23/03/16 What’s Up Doc? 25 mars-avril 201658 T homas Lilti a cette capacité extraordinaire de capter l’essentiel dans l’anecdote, de parler à chacun de nous au travers d’expériences singulières. Avec Médecin de campagne, on craignait de le voir succomber aux charmes de la facilité et de la répétition. Il n’en est rien. Au contraire, comme les paysans qu’il décrit avec une formidable humanité, il creuse son sillon tout en renouvelant son terreau. Il reste le cinéaste engagé d’Hippocrate mais la caméra est apaisée, il prend son temps, s’attarde plus sur ses héros, qu’on suit sans besoin d’en savoir trop sur eux. Il offre l’opportunité d’une composition incroyable à Marianne Denicourt – qui le lui rend bien par son talent –, leur complicité de cinéma est évidente. Cluzet est très pro, son monologue sur le métier de médecin (la « malédiction » dont parlait déjà Reda Kateb) est un sommet. La narration, la mise en scène, la direction d’acteurs se sont affinées et affirmées. Il y a du Sautet chez Lilti : c’est une divine et émouvante surprise. Son dernier film nous a tellement touchés qu’on a eu envie d’en savoir plus sur le cinéaste qui murmure à l’oreille des docteurs. Au cœur d’une promo intensive, il nous a fait le plaisir d’échanger quelques mots. WUD Comment est né votre Médecin de campagne? Comme pour Hippocrate, dont le point de départ était l’hôpital, tout est parti de l’envie de filmer un lieu, un univers. Poser ma caméra, observer les gens qui y vivent, y travaillent, raconter leurs histoires, et voir où elles vont me mener. Certains sujets émergent plus que d’autres, mais tous sont importants. Faire un nouveau film sur la médecine, c’était risqué! Je n’ai pas eu envie de refaire un film sur la médecine, mais de raconter la campagne. Parce que j’y ai travaillé et qu’elle m’a marqué. Je me suis bien évidemment inspiré de mon vécu, de mes rencontres, et un personnage de médecin s’est naturellement imposé. Je pense que la médecine est un faux problème : si j’avais filmé la vie d’une classe de collège, cela aurait été probablement beaucoup plus proche d’Hippocrate dans le ton et l’esprit! À nouveau on retrouve le thème de l’apprentissage et de la transmission. Avec toujours des personnages un peu outsiders extrêmement attachants, ainsi que des figures tutélaires. Dans votre apprentissage du cinéma, avez-vous eu affaire à votre Werner (nom du personnage principal, NDLR)? Pas du tout, mais j’ai eu la chance de rencontrer et d’être accompagné par des professionnels de mon âge, nous avons en quelque sorte évolué ensemble. Il s’agissait plus d’un compagnonnage stimulant que de la transmission verticale que l’on peut retrouver dans les études de médecine. MÉDECIN EN CAMPAGNE? Interview réalisée par Guillaume de la Chapelle Le repos de securite GÉNÉRATION CINÉ’SANTÉ!
  • 2. 59mars-avril 2016 What’s Up Doc? 25 Culture Médecin de l'âme, médecin du corps Bérénice de la Mole Par-delà le genre du roman d'anticipation dont relève l'intrigue de Après.com, qui interroge la pertinence de créer un site entretenant le souvenir de tous les défunts, le roman de Henri Gé est aussi une occasion d'apprivoiser un peu, dans un rapport lucide et apaisé, la mort. Après Platon, après Montaigne, on se demande encore si philosopher ne serait pas apprendre à mourir, ou si du moins l'accepter ne serait pas la meilleure façon de vivre. L'exploration satirique des âmes se poursuit aussi dans un deuxième opus publié récemment, Dieu 2.0. On trouve souvent dans la littérature morale de l'Ancien Régime ce lieu commun selon lequel, s'il est important de soigner son corps, il l'est plus encore de soigner son âme. C'est à ce lieu commun que je pensais lorsque je relisais, dans Après.com, une scène de confrontation poignante entre le narrateur et la fille désemparée d'un patient qui doit subir une chimiothérapie. Le narrateur, médecin et maïeuticien, amène Isabelle à prendre conscience que ce n'est pas de la chimiothérapie dont elle a peur, mais bien de la mort. Fiction et science-fiction sont également l'occasion pour Henri Gé de dresser un portrait saisissant de l'hôpital et des médecins, ceux qui s'efforcent aussi de soigner les âmes, parfois à coups de vérités douloureuses, et ceux qui en sont incapables, comme le docteur « ça suit son cours ». Henri Gé, Après.com, Éditions Velours, 2012. Henri Duboc, Dieu 2.0, Lajouanie, 2015. Votre cinéma est très social, cousin français de celui d’un Ken Loach. Je le revendique totalement. La dimension politique de mes films est bien présente, sans pour autant m’échapper : ce ne sont pas des tracts! Leur côté « social » est plutôt une source d’inspiration qui vient nourrir mon écriture, d’un désir militant initial. Au départ de Médecin de campagne il y a la volonté de filmer mon amour de la campagne et du geste médical. Vous sentez-vous concerné par les sujets d’actualité concernant la profession, son avenir? Totalement. Cela me passionne. J’ai beaucoup suivi les débats sur la loi Leonetti et son évolution. Je pense également que le tiers payant généralisé est un système intéressant et bénéfique, même si bien sûr il nécessite une simplicité dans sa mise en œuvre. « La dimension politique de mes films est bien présente, sans pour autant m’échapper » Le film aborde le sujet épineux des déserts médicaux et ne manquera pas de relancer le débat sur la liberté d’installation. Avez-vous une opinion à ce sujet? Ce que je crois, c’est qu’on ne résoudra pas le problème par la coercition. Un médecin qui n’a pas envie de travailler à la campagne trouvera le moyen d’y échapper. C’est en associant les médecins, en les aidant, que l’évolution se fera. Par ailleurs, il faudrait faire sortir les jeunes médecins des hôpitaux pendant leurs études, par exemple par le système de maisons de santé universitaires. On imagine que sur un tournage vous pouvez être confronté à des situations, des souffrances qui pourraient être gérées avec la casquette de médecin. Cela a-t-il pu être perturbant? Non, dans le sens où je suis et reste docteur en médecine. Même dans mon métier de cinéaste. C’est une richesse qui fait partie de moi, et je dois faire avec! Le repos de securite