SlideShare une entreprise Scribd logo
La tuberculose ostéo-
          articulaire
                         Dr Benammar.A
I)Introduction:
La tuberculose peut toucher toutes
les structures osseuses et
articulaires de l’organisme.
II)Epidémiologie :
•La TOA représente 2-5% de l’ensemble des
tuberculoses.
•La tuberculose vertébrale représente la
localisation la plus fréquente des TOA (35-55%)
•C’est une tuberculose pauci-bacillaire
(caractérisée par un faible taux de BK au sein
des lésions).
•Elle peut toucher les deux sexes et tous les
âges.
Facteurs favorisants :
•Mauvaises conditions de vie.
•La surpopulation.
•Diabète.
•Age avancé.
•Grossesses répétées.
•Etat de déficit immunitaire surtout VIH.
•Antécédents de tuberculose traitée ou
non.
•Notion de contage tuberculeux.
III)Physiopathologie :
La TOA résulte de la dissémination
hématologique du bacille de Kokh à partir d’un
foyer viscéral primitif le plus souvent
pulmonaire.
Il existe deux grandes possibilités : soit la
dissémination du BK est ancienne et la survenue
de la TOA correspond à une réactivation locale.
Soit la dissémination du BK est récente et il
existe un foyer actif à distance.
IV)Formes cliniques :
Le mal de pott :
 1)Définition :
Correspond à l’atteinte infectieuse par le bacille
tuberculeux des structures osteo-articulaires du rachis
incluant le sacrum. Comporte deux formes :
La spondylodiscite : correspond à l’atteinte des deux
vertèbres adjacentes + du disque inter vertébral
entre eux.
La spondylite : correspond à une atteinte isolée du
corps vertébral.
2)Clinique :
Début progressif.
Le délai diagnostic moyen est de 6 mois.
Le principal symptôme est la douleur
rachidienne d’intensité moyenne, d’horaire
mécanique, son intensité augmente
progressivement, les signes généraux sont
inconstants à type d’amaigrissement,
asthénie, anorexie, fièvre, sueurs
nocturnes.
Les complications :
Complication neurologique : compression
médullaire, radiculaire,
syndrome de la queue de cheval.
Cyphose vertébral.
Fistulisation d’un abcès froid.
3) Imagerie :

Radiographie standard :
Demandée en première intention, peut
être normale dans 5-10% des cas, les
signes radiologiques sont en retard sur la
clinique.
En cas de spondylodiscite :

•Pincement du disque intervertébral.
•Les plateaux vertébraux deviennent flous,
érodés, ou effacés.
•Puis ostéolyse vertébrale avec parfois
géodes en miroir et séquestres intra
osseux.
•L’osteocondensation périlésionnelle est
typiquement discrète ou absente.
En cas de spondylite :
 lésion ostéolytique géodique homogène,
aux contours nets typiquement de siège
centrosomatique .
Au niveau de la partie molle :
Abcès para vertébral, parfois siège de
calcifications ou séquestres osseux.
TDM :
Performante dans la tuberculose
vertébrale.
Image précoce par rapport à la
radiographie.
Spondylodiscite tuberculeuse. Larges érosions en
miroir des plateaux vertébraux (coupe TDM frontale)
IRM :
C’est l’examen de choix.
Précise le siège et l’étendue des lésions,
l’existence d’une compression
radiculomédullaire et son mécanisme.
4) Pronostic :
Guérison dans 95% des cas sans rechute en
cas d’un traitement bien conduit.la bonne
observance du traitement est primordiale
pour le pronostic.
Facteurs de mauvais pronostic :
âge>70 ans, paralysie.
La coxalgie :
•Définition : c’est la tuberculose de
la hanche.
•Clinique :
Elle se manifeste par des douleurs de la
hanche d’horaire inflammatoire ou
mixte, d’évolution subaigüe avec
aggravation progressive, gène
fonctionnelle et boiterie (enfant++).
Examen :
 Raideur douloureuse de l’articulation et
une amyotrophie du quadriceps, parfois
adénopathie rétrocrurale .
A un stade tardif : déformation de la
hanche en attitude vicieuse (flexion,
adduction et rotation interne)
Abcès froid : au triangle de Scarpa, dans la
loge des adducteurs, dans la région fessière
et dans le pelvis.
•Imagerie :

Radiographie :
Reste l’examen d’imagerie de première
intention.
Classiquement l’arthrite tuberculeuse
réalise la triade suivante : une
hypertransparence osseuse des épiphyses,
des géodes et /ou des érosions osseuses
juxta articulaires, un pincement progressif
de l’interligne articulaire.
Coxalgie traitée tardivement, ce qui explique la destruction
ostéocartilagineuse marquée.
Autres examens d’imagerie :

Scintigraphie osseuse : montre une
hyperfixation osseuse non spécifique, permet
de détecter d’autres foyers de tuberculose
ostéoarticulaire cliniquement silencieux.

IRM : examen de choix pour le diagnostic et
le suivi.
V)Examens biologiques:

FNS : les globules blancs ne sont
pas augmentés.
VS: augmentée de 25-100 mm la
premiere heure ,mais peut etre
normale dans 10% des cas.
VI) Preuve diagnostique :

IDR a la tuberculine :
 chez l’adulte et les enfants non vaccinés :
considérée comme positive si la papule
d’induration est ≥ 10 mm.
Chez les enfants porteurs d’une cicatrice de
BCG elle est positive si ≥ 15 mm.
Peut être négative dans 10-15% des cas.
Recherche du BK :

   Le prélèvement :
En cas de tuberculose vertébrale on fait une
ponction- biopsie disco-vertébral
scannoguidée.
En cas de tuberculose articulaire on fait une
ponction échoguidée du liquide articulaire et
une biopsie synoviale percutanée ou
chirurgicale.
Analyse bactériologique :

Examen direct : après coloration de
Ziehl- Neelsen à la recherche de BAAR.

Culture : sur milieu spécifique de
Loewenstein.
Examen anatomopathologique :
mise en évidence de granulome
épitheloide et gigantocellulaire avec
nécrose caséeuse.
Nouvelle méthode de diagnostic
biologique :
mise en évidence d’ADN
mycobactérien par la méthode
PCR=polymerase chain reaction.
Devant une TOA il faut rechercher
systématiquement une tuberculose
viscéral ou ganglionnaire associée :
recherche du BK dans les
expectorations, le liquide de tubage
gastrique, l’aspiration bronchique, les
urines, la ponction d’une
adénopathie superficielle.
VII)Traitement : maladie à
déclaration obligatoire.
Règle hygiéno-diététique :
Isolement du malade s’il crache du BK.
Immobilisation stricte au lit
Dans le mal de pott : port d’un corset.
Rééducation fonctionnelle.
Traitement médicamenteux :
Quadrithérapie : associant Isoniazide,
Rifampicine, Pyrazinamide,
Ethambutol, pendant 2 mois.
Puis une bithérapie par Isoniazide,
Rifampicine pendant 4 à 10 mois.
Traitement chirurgical :
Ponction évacuatrice d’un abcès
volumineux ne répondant pas au
traitement médical.
Décompression neurologique.
Et un peu de pratique……..
Madjida âgée de 26 ans sans antécédents
particuliers infirmière de profession est venue
me consulter pour des douleurs lombaires
survenant après efforts évoluant depuis 3
mois cédant à la prise d’antalgique et d’AINS
mais reprenant dès leur arrêt.
A l’interrogatoire elle rapporte la notion de
sueurs nocturnes de fièvre non chiffrée, à
l’examen j’ai trouvé une diminution de la
mobilité du rachis lombaire ,un indice de
schober à 2 cm, l’examen neurologique était
sans particularités par ailleurs l’examen
général était normal.
Devant ce tableau clinique qu’est-ce qu’il faut
demander ?
Une courbe de surveillance de la température.
Une NFS, VS, CRP.
Un bilan radiologique :
   Rx du thorax face debout ,
   Rx du rachis lombaire face et profil.
Elle revient avec ses bilans.
Elle faisait des fébricules nocturnes, la NFS
normale,VS à 100 mm la 1h,CRP positive .
La Rx du thorax sans particularités,
par contre la Rx lombaire montrait l’image
suivante :
Toa
Toa
Devant cette image suspecte j’ai demandé
une TDM lombaire.
Toa
Toa
Toa
Toa

Contenu connexe

Tendances

CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 
Semio radio thorax
Semio radio thoraxSemio radio thorax
Semio radio thorax
Marius-Sorin Ciontea
 
Anatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBCAnatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBC
Dr. Kerfah Soumia
 
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdfGUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
DJAFAR HENNI ABDERAOUF
 
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
Claude EUGENE
 
Syndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidienSyndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidien
hind henzazi
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
othmaneBenrokhrokh
 
Rx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromesRx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromes
Hana Hanouna
 
La méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuseLa méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuse
Dr. Kerfah Soumia
 
La colique nephretique
La  colique  nephretiqueLa  colique  nephretique
La colique nephretique
killua zoldyck
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicales
Hana Hanouna
 
Endocardite infectieuse
Endocardite infectieuseEndocardite infectieuse
Endocardite infectieuse
soumaia bendjaballah
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
benkourdel mohamed
 
Imagerie des Lésions Musculaires
Imagerie des Lésions MusculairesImagerie des Lésions Musculaires
Imagerie des Lésions Musculaires
Regenlab
 
Cat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagieCat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagie
Salim KHELIF
 
Qcm médecine
Qcm  médecineQcm  médecine
Qcm médecine
imma-dr
 
Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
Dr. Kerfah Soumia
 

Tendances (20)

CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 
Semio radio thorax
Semio radio thoraxSemio radio thorax
Semio radio thorax
 
Anatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBCAnatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBC
 
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdfGUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
 
Abcès du poumon
Abcès du poumonAbcès du poumon
Abcès du poumon
 
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
 
Syndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidienSyndrome d'epanchement liquidien
Syndrome d'epanchement liquidien
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
 
Rx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromesRx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromes
 
La méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuseLa méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuse
 
La colique nephretique
La  colique  nephretiqueLa  colique  nephretique
La colique nephretique
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicales
 
Anatomie des poumons
Anatomie des poumonsAnatomie des poumons
Anatomie des poumons
 
Angiomes hépatiques
Angiomes hépatiquesAngiomes hépatiques
Angiomes hépatiques
 
Endocardite infectieuse
Endocardite infectieuseEndocardite infectieuse
Endocardite infectieuse
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 
Imagerie des Lésions Musculaires
Imagerie des Lésions MusculairesImagerie des Lésions Musculaires
Imagerie des Lésions Musculaires
 
Cat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagieCat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagie
 
Qcm médecine
Qcm  médecineQcm  médecine
Qcm médecine
 
Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
 

Similaire à Toa

Les tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonairesLes tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonaires
belaibzino
 
MAL_DE_POTT.pptx
MAL_DE_POTT.pptxMAL_DE_POTT.pptx
MAL_DE_POTT.pptx
jonathan9410
 
Cysticercose + photos
Cysticercose + photosCysticercose + photos
Cysticercose + photos
Norbert Manzo
 
tuberculose_osteo-articulaire-bouzitouna.pdf
tuberculose_osteo-articulaire-bouzitouna.pdftuberculose_osteo-articulaire-bouzitouna.pdf
tuberculose_osteo-articulaire-bouzitouna.pdf
miralmira1998
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
KHETTABDJOUHER
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
Dr. Kerfah Soumia
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Nouhoum L Traore
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
Hana Hanouna
 
Carnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsieCarnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsie
Neuromarrakech
 
La myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleLa myélopathie cervicale
La myélopathie cervicale
Benjamin NICOT
 
Ddb
DdbDdb
Bronchectasie
BronchectasieBronchectasie
Bronchectasie
Mede Space
 

Similaire à Toa (20)

Les tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonairesLes tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonaires
 
MAL_DE_POTT.pptx
MAL_DE_POTT.pptxMAL_DE_POTT.pptx
MAL_DE_POTT.pptx
 
Arthrite juvenile ic
Arthrite juvenile icArthrite juvenile ic
Arthrite juvenile ic
 
Cysticercose + photos
Cysticercose + photosCysticercose + photos
Cysticercose + photos
 
P31
P31P31
P31
 
tuberculose_osteo-articulaire-bouzitouna.pdf
tuberculose_osteo-articulaire-bouzitouna.pdftuberculose_osteo-articulaire-bouzitouna.pdf
tuberculose_osteo-articulaire-bouzitouna.pdf
 
P28
P28P28
P28
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
 
Carnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsieCarnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsie
 
La miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuseLa miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuse
 
La myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleLa myélopathie cervicale
La myélopathie cervicale
 
P33
P33P33
P33
 
Ddb
DdbDdb
Ddb
 
Bronchectasie
BronchectasieBronchectasie
Bronchectasie
 

Plus de killua zoldyck

Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
killua zoldyck
 
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-20132.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
killua zoldyck
 
S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)
killua zoldyck
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculair
killua zoldyck
 
Therapeutique oculaire
Therapeutique oculaireTherapeutique oculaire
Therapeutique oculaire
killua zoldyck
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuel
killua zoldyck
 
Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]
killua zoldyck
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2
killua zoldyck
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgences
killua zoldyck
 
Cat tres pratique copyinternet
Cat tres pratique   copyinternetCat tres pratique   copyinternet
Cat tres pratique copyinternet
killua zoldyck
 
Guide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologieGuide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologie
killua zoldyck
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
killua zoldyck
 
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetSplénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabet
killua zoldyck
 
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
killua zoldyck
 

Plus de killua zoldyck (20)

071 hausfater
071 hausfater071 hausfater
071 hausfater
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
 
Icteres
IcteresIcteres
Icteres
 
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-20132.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
 
S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculair
 
Les cataractes
Les cataractesLes cataractes
Les cataractes
 
Therapeutique oculaire
Therapeutique oculaireTherapeutique oculaire
Therapeutique oculaire
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuel
 
Les glaucomes
Les glaucomesLes glaucomes
Les glaucomes
 
Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]
 
Pancréatite aiguë
Pancréatite aiguëPancréatite aiguë
Pancréatite aiguë
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgences
 
Orl
OrlOrl
Orl
 
Cat tres pratique copyinternet
Cat tres pratique   copyinternetCat tres pratique   copyinternet
Cat tres pratique copyinternet
 
Guide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologieGuide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologie
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
 
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetSplénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabet
 
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
 

Toa

  • 1. La tuberculose ostéo- articulaire Dr Benammar.A I)Introduction: La tuberculose peut toucher toutes les structures osseuses et articulaires de l’organisme.
  • 2. II)Epidémiologie : •La TOA représente 2-5% de l’ensemble des tuberculoses. •La tuberculose vertébrale représente la localisation la plus fréquente des TOA (35-55%) •C’est une tuberculose pauci-bacillaire (caractérisée par un faible taux de BK au sein des lésions). •Elle peut toucher les deux sexes et tous les âges.
  • 3. Facteurs favorisants : •Mauvaises conditions de vie. •La surpopulation. •Diabète. •Age avancé. •Grossesses répétées. •Etat de déficit immunitaire surtout VIH. •Antécédents de tuberculose traitée ou non. •Notion de contage tuberculeux.
  • 4. III)Physiopathologie : La TOA résulte de la dissémination hématologique du bacille de Kokh à partir d’un foyer viscéral primitif le plus souvent pulmonaire. Il existe deux grandes possibilités : soit la dissémination du BK est ancienne et la survenue de la TOA correspond à une réactivation locale. Soit la dissémination du BK est récente et il existe un foyer actif à distance.
  • 5. IV)Formes cliniques : Le mal de pott : 1)Définition : Correspond à l’atteinte infectieuse par le bacille tuberculeux des structures osteo-articulaires du rachis incluant le sacrum. Comporte deux formes : La spondylodiscite : correspond à l’atteinte des deux vertèbres adjacentes + du disque inter vertébral entre eux. La spondylite : correspond à une atteinte isolée du corps vertébral.
  • 6. 2)Clinique : Début progressif. Le délai diagnostic moyen est de 6 mois. Le principal symptôme est la douleur rachidienne d’intensité moyenne, d’horaire mécanique, son intensité augmente progressivement, les signes généraux sont inconstants à type d’amaigrissement, asthénie, anorexie, fièvre, sueurs nocturnes.
  • 7. Les complications : Complication neurologique : compression médullaire, radiculaire, syndrome de la queue de cheval. Cyphose vertébral. Fistulisation d’un abcès froid.
  • 8. 3) Imagerie : Radiographie standard : Demandée en première intention, peut être normale dans 5-10% des cas, les signes radiologiques sont en retard sur la clinique.
  • 9. En cas de spondylodiscite : •Pincement du disque intervertébral. •Les plateaux vertébraux deviennent flous, érodés, ou effacés. •Puis ostéolyse vertébrale avec parfois géodes en miroir et séquestres intra osseux. •L’osteocondensation périlésionnelle est typiquement discrète ou absente.
  • 10. En cas de spondylite : lésion ostéolytique géodique homogène, aux contours nets typiquement de siège centrosomatique .
  • 11. Au niveau de la partie molle : Abcès para vertébral, parfois siège de calcifications ou séquestres osseux.
  • 12. TDM : Performante dans la tuberculose vertébrale. Image précoce par rapport à la radiographie.
  • 13. Spondylodiscite tuberculeuse. Larges érosions en miroir des plateaux vertébraux (coupe TDM frontale)
  • 14. IRM : C’est l’examen de choix. Précise le siège et l’étendue des lésions, l’existence d’une compression radiculomédullaire et son mécanisme.
  • 15. 4) Pronostic : Guérison dans 95% des cas sans rechute en cas d’un traitement bien conduit.la bonne observance du traitement est primordiale pour le pronostic. Facteurs de mauvais pronostic : âge>70 ans, paralysie.
  • 16. La coxalgie : •Définition : c’est la tuberculose de la hanche.
  • 17. •Clinique : Elle se manifeste par des douleurs de la hanche d’horaire inflammatoire ou mixte, d’évolution subaigüe avec aggravation progressive, gène fonctionnelle et boiterie (enfant++).
  • 18. Examen : Raideur douloureuse de l’articulation et une amyotrophie du quadriceps, parfois adénopathie rétrocrurale . A un stade tardif : déformation de la hanche en attitude vicieuse (flexion, adduction et rotation interne) Abcès froid : au triangle de Scarpa, dans la loge des adducteurs, dans la région fessière et dans le pelvis.
  • 19. •Imagerie : Radiographie : Reste l’examen d’imagerie de première intention. Classiquement l’arthrite tuberculeuse réalise la triade suivante : une hypertransparence osseuse des épiphyses, des géodes et /ou des érosions osseuses juxta articulaires, un pincement progressif de l’interligne articulaire.
  • 20. Coxalgie traitée tardivement, ce qui explique la destruction ostéocartilagineuse marquée.
  • 21. Autres examens d’imagerie : Scintigraphie osseuse : montre une hyperfixation osseuse non spécifique, permet de détecter d’autres foyers de tuberculose ostéoarticulaire cliniquement silencieux. IRM : examen de choix pour le diagnostic et le suivi.
  • 22. V)Examens biologiques: FNS : les globules blancs ne sont pas augmentés. VS: augmentée de 25-100 mm la premiere heure ,mais peut etre normale dans 10% des cas.
  • 23. VI) Preuve diagnostique : IDR a la tuberculine : chez l’adulte et les enfants non vaccinés : considérée comme positive si la papule d’induration est ≥ 10 mm. Chez les enfants porteurs d’une cicatrice de BCG elle est positive si ≥ 15 mm. Peut être négative dans 10-15% des cas.
  • 24. Recherche du BK : Le prélèvement : En cas de tuberculose vertébrale on fait une ponction- biopsie disco-vertébral scannoguidée. En cas de tuberculose articulaire on fait une ponction échoguidée du liquide articulaire et une biopsie synoviale percutanée ou chirurgicale.
  • 25. Analyse bactériologique : Examen direct : après coloration de Ziehl- Neelsen à la recherche de BAAR. Culture : sur milieu spécifique de Loewenstein.
  • 26. Examen anatomopathologique : mise en évidence de granulome épitheloide et gigantocellulaire avec nécrose caséeuse.
  • 27. Nouvelle méthode de diagnostic biologique : mise en évidence d’ADN mycobactérien par la méthode PCR=polymerase chain reaction.
  • 28. Devant une TOA il faut rechercher systématiquement une tuberculose viscéral ou ganglionnaire associée : recherche du BK dans les expectorations, le liquide de tubage gastrique, l’aspiration bronchique, les urines, la ponction d’une adénopathie superficielle.
  • 29. VII)Traitement : maladie à déclaration obligatoire.
  • 30. Règle hygiéno-diététique : Isolement du malade s’il crache du BK. Immobilisation stricte au lit Dans le mal de pott : port d’un corset. Rééducation fonctionnelle.
  • 31. Traitement médicamenteux : Quadrithérapie : associant Isoniazide, Rifampicine, Pyrazinamide, Ethambutol, pendant 2 mois. Puis une bithérapie par Isoniazide, Rifampicine pendant 4 à 10 mois.
  • 32. Traitement chirurgical : Ponction évacuatrice d’un abcès volumineux ne répondant pas au traitement médical. Décompression neurologique.
  • 33. Et un peu de pratique……..
  • 34. Madjida âgée de 26 ans sans antécédents particuliers infirmière de profession est venue me consulter pour des douleurs lombaires survenant après efforts évoluant depuis 3 mois cédant à la prise d’antalgique et d’AINS mais reprenant dès leur arrêt.
  • 35. A l’interrogatoire elle rapporte la notion de sueurs nocturnes de fièvre non chiffrée, à l’examen j’ai trouvé une diminution de la mobilité du rachis lombaire ,un indice de schober à 2 cm, l’examen neurologique était sans particularités par ailleurs l’examen général était normal.
  • 36. Devant ce tableau clinique qu’est-ce qu’il faut demander ?
  • 37. Une courbe de surveillance de la température. Une NFS, VS, CRP. Un bilan radiologique : Rx du thorax face debout , Rx du rachis lombaire face et profil.
  • 38. Elle revient avec ses bilans.
  • 39. Elle faisait des fébricules nocturnes, la NFS normale,VS à 100 mm la 1h,CRP positive . La Rx du thorax sans particularités,
  • 40. par contre la Rx lombaire montrait l’image suivante :
  • 43. Devant cette image suspecte j’ai demandé une TDM lombaire.