SlideShare une entreprise Scribd logo
Traitement non opératoire des
perforations d’ulcère
gastroduodénal
INTRODUCTION:
Le traitement conservateur, ou méthode de Taylor
Dans la grande majorité des cas, le traitement est chirurgical.
Néanmoins, un petit pourcentage de patients est une bonne indication à
un traitement conservateur (ou “méthode de Taylor”).
PRINCIPE:
• Favorisant l'obturation spontanée de la perforation par
un viscère ou le grand épiploon
Technique :
-Maintenir l'estomac vide par aspiration nasogastrique
continue par une sonde de SALEM avec vérification
radiologique du bon positionnement de la sonde.
• Réanimation hydro électrolytique
• ATB thérapie a large spectre : bêtalactamines +
aminoside
• Alimentation parentérale.
• Traitement médical antiulcéreux :Anti-H2 ou IPP
• Surveillance rigoureuse a intervalles réguliers (touts
les 06 heures) par le chirurgien lui-même
Indications :Critères stricts d'application
• Diagnostic d’ ulcère doit être certain.
• Malade a jeun au moment de la perforation.
• Malade vu tôt :moins de 6 heure d’ évolution « critère essentiel »
(depuis le début de la douleur).
• Efficacité du trt médical en qlq heures (aspiration nasogastrique,anti-
H2 ou IPP,ATB) avec diminution de la douleur et absence d'altération
clinique.
• Perforation non accompagnée d’hémorragie.
• Surveillance constante, rigoureuse par le même examinateur.
• Doit être tolérée par le malade bien informe.
• Beaucoup d’auteurs préconisent de faire un TOGD ou une TDM A/P
avec ingestion de gastrografine, afin de confirmer la perforation ,
avant d’indiquer cette méthode thérapeutique
Surveillance :
• Surveillance de l’efficacité de l’aspiration.
• Surveillance de la sédation de la douleur :signe le plus précoce.
• La disparition de la contracture qui demande un certain temps.
• Amélioration clinique :T ,transit et TR.
• L’efficacité de cette méthode se juge sur une période de 12-24 heures.
• de le douleur, Température, FC, les signes d irritation péritonéale ,et
de l’efficacité de l’aspiration
EVOLUTION:
• L’évolution est favorable si :
• La douleur cède en quelques heures : 2 – 4 heures
• La contracture régresse en 3 heures .
• Si les signes cliniques s’améliorent, le traitement médical sera
poursuivi sous stricte surveillance clinique et échographique à la
recherche d’une éventuelle collection suppurée (abcès sous
phrénique) .
• A partir de la 24" heure, si l'évolution est toujours favorable, l'aspiration sera
espacée d'heure en heure, le malade étant gardé en observation, avant la
reprise de l'alimentation qui ne sera possible qu'a partir du 05 jour, il est
nécessaire d'effectuer un TOGD ou une TDM A/P avec ingestion de
gastrographine (produit de contraste hydrosoluble )pour vérifier l'absence de
fuite du produit de contraste dans l'abdomen.
• ATB pendant 10 jours avec risque d'ASP (abcès sous-phrénique) 2 % des cas.
• Traitement antiulcéreux 1-2 mois.
• Cette méthode doit être abandonnée si:
• il existe un état de choc, et après la mise en œuvre du traitement.
• la douleur persiste ou réapparaît ou les signes péritonéaux ne
régressent pas.
• les signes généraux (pouls, TA, température) s'aggravent après 03
heures de surveillance.
L’intervention chirurgicale dans ce cas s'impose sans retard.
les avantages et les inconvénients
• Avantages:
• C'est avant tout sa bénignité, dans de nombreux cas, le malade guérit
a moindres frais que l'intervention .
• Inconvénients:
• Nécessite d'un personnel qualifie et une surveillance qui n'est pas toujours
possible.
• Laisse une incertitude diagnostique,
• Ne traite pas l’ épanchement péritonéal, même avec ATB il y a risque d'ASP (2 %).
• Guérit seulement la perforation en laissant en place l’ulcère et expose a une
intervention ultérieure.
• Méthode applicable a un nombre restreint de malade.
• Le délai pour juger de l’ inefficacité de la méthode aggrave le pronostic de
l'intervention secondaire.
• Les critères d'application de la méthode sont stricts.
• La mortalité globale :de 7 % a 11 %.
• Grand nombre d’ échecs précoces environ 40 - 50 % des malades doivent être
opère dans les 24 heures
• Cette méthode méconnait les ulcèro-cancers gastriques perfores (fibroscopie +
biopsie aux 102jours).
RÉSULTATS
• Le taux d'échec de cette méthode est estime entre 40 -50%, ce qui
explique l’impopularité de cette dernière, qui n’est plus pratiquement
pas utilisé que dans le cadre d’essais cliniques ou dans certains cas de
perforation déjà bouchée au moment du diagnostic dont le caractère
bouché est confirmée par la réalisation d’un cliché ou d’une TDM
avec ingestion de gastrographine.
facteurs prédictifs d’échec
• SONGNE et All dans leur étude ont déterminé des facteurs
prédictifs d’échec de la méthode non opératoire :
• La taille importante du pneumopéritoine
• Le météorisme abdominal
• La douleur au toucher rectal
• Âge > 59 ans
• Fréquence cardiaque > 94 battements /min

Contenu connexe

Tendances

Nerfs craniens
Nerfs craniensNerfs craniens
Nerfs craniensamis-med
 
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
Claude EUGENE
 
Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015
Egn Njeba
 
FEIF.pptx
FEIF.pptxFEIF.pptx
Le traitement non chirurgical du khf
Le traitement non chirurgical du khfLe traitement non chirurgical du khf
Le traitement non chirurgical du khfFatimazohra Elamrani
 
La colique nephretique
La  colique  nephretiqueLa  colique  nephretique
La colique nephretiquekillua zoldyck
 
Syndrome hémolytique et urémique
Syndrome hémolytique et urémiqueSyndrome hémolytique et urémique
Syndrome hémolytique et urémique
Kamel Abidi
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- pptkillua zoldyck
 
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetSplénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetkillua zoldyck
 
Maladie de Wilson (signes, diagnostic, traitement)
Maladie de Wilson (signes, diagnostic, traitement)Maladie de Wilson (signes, diagnostic, traitement)
Maladie de Wilson (signes, diagnostic, traitement)
Claude EUGENE
 
HEMORRAGIES PAR HYPERTENSION PORTALE AU COURS DE LA CIRRHOSE
HEMORRAGIES PAR HYPERTENSION PORTALE AU COURS DE LA CIRRHOSEHEMORRAGIES PAR HYPERTENSION PORTALE AU COURS DE LA CIRRHOSE
HEMORRAGIES PAR HYPERTENSION PORTALE AU COURS DE LA CIRRHOSE
Claude EUGENE
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
Mehdi Razzok
 
Encephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueEncephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatique
Claude EUGENE
 
Les otites aigues et chroniques .pptx
Les otites aigues et chroniques .pptxLes otites aigues et chroniques .pptx
Les otites aigues et chroniques .pptx
KHETTABDJOUHER
 
247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie
Egn Njeba
 
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femurFracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femurHamlaoui Saddek
 
cours N. Bouchit 2012
cours N. Bouchit 2012cours N. Bouchit 2012
cours N. Bouchit 2012chu batna
 
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenirANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 
ictére du nouveau né
ictére du nouveau néictére du nouveau né
ictére du nouveau nélaamlove
 

Tendances (20)

Nerfs craniens
Nerfs craniensNerfs craniens
Nerfs craniens
 
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
Syndrome de Budd-Chiari (diagnostic, traitement)
 
Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015
 
FEIF.pptx
FEIF.pptxFEIF.pptx
FEIF.pptx
 
Toa
ToaToa
Toa
 
Le traitement non chirurgical du khf
Le traitement non chirurgical du khfLe traitement non chirurgical du khf
Le traitement non chirurgical du khf
 
La colique nephretique
La  colique  nephretiqueLa  colique  nephretique
La colique nephretique
 
Syndrome hémolytique et urémique
Syndrome hémolytique et urémiqueSyndrome hémolytique et urémique
Syndrome hémolytique et urémique
 
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
 
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetSplénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabet
 
Maladie de Wilson (signes, diagnostic, traitement)
Maladie de Wilson (signes, diagnostic, traitement)Maladie de Wilson (signes, diagnostic, traitement)
Maladie de Wilson (signes, diagnostic, traitement)
 
HEMORRAGIES PAR HYPERTENSION PORTALE AU COURS DE LA CIRRHOSE
HEMORRAGIES PAR HYPERTENSION PORTALE AU COURS DE LA CIRRHOSEHEMORRAGIES PAR HYPERTENSION PORTALE AU COURS DE LA CIRRHOSE
HEMORRAGIES PAR HYPERTENSION PORTALE AU COURS DE LA CIRRHOSE
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
 
Encephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueEncephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatique
 
Les otites aigues et chroniques .pptx
Les otites aigues et chroniques .pptxLes otites aigues et chroniques .pptx
Les otites aigues et chroniques .pptx
 
247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie247973196 cours-pour-residanat algérie
247973196 cours-pour-residanat algérie
 
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femurFracture de l'extrémité supérieur du femur
Fracture de l'extrémité supérieur du femur
 
cours N. Bouchit 2012
cours N. Bouchit 2012cours N. Bouchit 2012
cours N. Bouchit 2012
 
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenirANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
 
ictére du nouveau né
ictére du nouveau néictére du nouveau né
ictére du nouveau né
 

Similaire à Traitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptx

Cancer du rectum
Cancer du rectumCancer du rectum
Cancer du rectum
Oukaour
 
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdfCAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
barca1998islam
 
12-CAT devant une gastrectomie.pptx
12-CAT devant une gastrectomie.pptx12-CAT devant une gastrectomie.pptx
12-CAT devant une gastrectomie.pptx
JAMILNOEME
 
O. Glehen - GASTRICHIP 2014
O. Glehen - GASTRICHIP 2014O. Glehen - GASTRICHIP 2014
O. Glehen - GASTRICHIP 2014
Glehen
 
Tipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chroniqueTipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chroniquealioukaour
 
Grossesse extra utérine Dr Bocoum Amadou
Grossesse extra utérine Dr Bocoum  AmadouGrossesse extra utérine Dr Bocoum  Amadou
Grossesse extra utérine Dr Bocoum Amadou
Dr AMADOU BOCOUM
 
Jean pierre-giolitto. prolapsus féminins
Jean pierre-giolitto. prolapsus fémininsJean pierre-giolitto. prolapsus féminins
Jean pierre-giolitto. prolapsus fémininsjeanpierre giolitto
 
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatriqueChirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
jpp conseil et management
 
appendicite-technique-op-01dec20 (1).pdf
appendicite-technique-op-01dec20 (1).pdfappendicite-technique-op-01dec20 (1).pdf
appendicite-technique-op-01dec20 (1).pdf
kadikoureichi
 
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERREPEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Point de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Point de vue du chirurgien colorectal - S. BenoistPoint de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Point de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2
samir attar
 
Ains cpre
Ains cpreAins cpre
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
Nisrine Bouji
 
Article tips nejm
Article tips nejmArticle tips nejm
Article tips nejm
Vincent Di Martino
 
Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...
Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...
Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Anesthesie caustique
Anesthesie caustiqueAnesthesie caustique
Anesthesie caustique
Nabil Chebbi
 
Sigmoïdites : quelle prise en charge pour quelle sigmoïdite ?
Sigmoïdites : quelle prise en charge pour quelle sigmoïdite ? Sigmoïdites : quelle prise en charge pour quelle sigmoïdite ?
Sigmoïdites : quelle prise en charge pour quelle sigmoïdite ?
Hugo Lebrun
 

Similaire à Traitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptx (20)

Cancer du rectum
Cancer du rectumCancer du rectum
Cancer du rectum
 
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdfCAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
CAT devant une contusion abdominale.dr abidpdf
 
12-CAT devant une gastrectomie.pptx
12-CAT devant une gastrectomie.pptx12-CAT devant une gastrectomie.pptx
12-CAT devant une gastrectomie.pptx
 
O. Glehen - GASTRICHIP 2014
O. Glehen - GASTRICHIP 2014O. Glehen - GASTRICHIP 2014
O. Glehen - GASTRICHIP 2014
 
Tipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chroniqueTipmp ou pancréatite chronique
Tipmp ou pancréatite chronique
 
Grossesse extra utérine Dr Bocoum Amadou
Grossesse extra utérine Dr Bocoum  AmadouGrossesse extra utérine Dr Bocoum  Amadou
Grossesse extra utérine Dr Bocoum Amadou
 
Jean pierre-giolitto. prolapsus féminins
Jean pierre-giolitto. prolapsus fémininsJean pierre-giolitto. prolapsus féminins
Jean pierre-giolitto. prolapsus féminins
 
Dr giolitto reims
Dr giolitto   reimsDr giolitto   reims
Dr giolitto reims
 
Dr giolitto reims
Dr giolitto   reimsDr giolitto   reims
Dr giolitto reims
 
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatriqueChirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
Chirurgie ambulatoire - Chirurgie digestive et bariatrique
 
appendicite-technique-op-01dec20 (1).pdf
appendicite-technique-op-01dec20 (1).pdfappendicite-technique-op-01dec20 (1).pdf
appendicite-technique-op-01dec20 (1).pdf
 
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERREPEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
PEC d’un patient transplanté pancréas et rein - Yohan VALET, Yohann LASSERRE
 
Point de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Point de vue du chirurgien colorectal - S. BenoistPoint de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Point de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
 
Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2
 
Ains cpre
Ains cpreAins cpre
Ains cpre
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
 
Article tips nejm
Article tips nejmArticle tips nejm
Article tips nejm
 
Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...
Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...
Hémorragie de l'Hypertension Portale : Place du TIPS et de la Prothèse oesoph...
 
Anesthesie caustique
Anesthesie caustiqueAnesthesie caustique
Anesthesie caustique
 
Sigmoïdites : quelle prise en charge pour quelle sigmoïdite ?
Sigmoïdites : quelle prise en charge pour quelle sigmoïdite ? Sigmoïdites : quelle prise en charge pour quelle sigmoïdite ?
Sigmoïdites : quelle prise en charge pour quelle sigmoïdite ?
 

Traitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal.pptx

  • 1. Traitement non opératoire des perforations d’ulcère gastroduodénal
  • 2. INTRODUCTION: Le traitement conservateur, ou méthode de Taylor Dans la grande majorité des cas, le traitement est chirurgical. Néanmoins, un petit pourcentage de patients est une bonne indication à un traitement conservateur (ou “méthode de Taylor”).
  • 3. PRINCIPE: • Favorisant l'obturation spontanée de la perforation par un viscère ou le grand épiploon
  • 4. Technique : -Maintenir l'estomac vide par aspiration nasogastrique continue par une sonde de SALEM avec vérification radiologique du bon positionnement de la sonde. • Réanimation hydro électrolytique • ATB thérapie a large spectre : bêtalactamines + aminoside • Alimentation parentérale. • Traitement médical antiulcéreux :Anti-H2 ou IPP • Surveillance rigoureuse a intervalles réguliers (touts les 06 heures) par le chirurgien lui-même
  • 5. Indications :Critères stricts d'application • Diagnostic d’ ulcère doit être certain. • Malade a jeun au moment de la perforation. • Malade vu tôt :moins de 6 heure d’ évolution « critère essentiel » (depuis le début de la douleur). • Efficacité du trt médical en qlq heures (aspiration nasogastrique,anti- H2 ou IPP,ATB) avec diminution de la douleur et absence d'altération clinique. • Perforation non accompagnée d’hémorragie. • Surveillance constante, rigoureuse par le même examinateur. • Doit être tolérée par le malade bien informe.
  • 6. • Beaucoup d’auteurs préconisent de faire un TOGD ou une TDM A/P avec ingestion de gastrografine, afin de confirmer la perforation , avant d’indiquer cette méthode thérapeutique
  • 7. Surveillance : • Surveillance de l’efficacité de l’aspiration. • Surveillance de la sédation de la douleur :signe le plus précoce. • La disparition de la contracture qui demande un certain temps. • Amélioration clinique :T ,transit et TR. • L’efficacité de cette méthode se juge sur une période de 12-24 heures. • de le douleur, Température, FC, les signes d irritation péritonéale ,et de l’efficacité de l’aspiration
  • 8. EVOLUTION: • L’évolution est favorable si : • La douleur cède en quelques heures : 2 – 4 heures • La contracture régresse en 3 heures . • Si les signes cliniques s’améliorent, le traitement médical sera poursuivi sous stricte surveillance clinique et échographique à la recherche d’une éventuelle collection suppurée (abcès sous phrénique) .
  • 9. • A partir de la 24" heure, si l'évolution est toujours favorable, l'aspiration sera espacée d'heure en heure, le malade étant gardé en observation, avant la reprise de l'alimentation qui ne sera possible qu'a partir du 05 jour, il est nécessaire d'effectuer un TOGD ou une TDM A/P avec ingestion de gastrographine (produit de contraste hydrosoluble )pour vérifier l'absence de fuite du produit de contraste dans l'abdomen. • ATB pendant 10 jours avec risque d'ASP (abcès sous-phrénique) 2 % des cas. • Traitement antiulcéreux 1-2 mois.
  • 10. • Cette méthode doit être abandonnée si: • il existe un état de choc, et après la mise en œuvre du traitement. • la douleur persiste ou réapparaît ou les signes péritonéaux ne régressent pas. • les signes généraux (pouls, TA, température) s'aggravent après 03 heures de surveillance. L’intervention chirurgicale dans ce cas s'impose sans retard.
  • 11. les avantages et les inconvénients • Avantages: • C'est avant tout sa bénignité, dans de nombreux cas, le malade guérit a moindres frais que l'intervention .
  • 12. • Inconvénients: • Nécessite d'un personnel qualifie et une surveillance qui n'est pas toujours possible. • Laisse une incertitude diagnostique, • Ne traite pas l’ épanchement péritonéal, même avec ATB il y a risque d'ASP (2 %). • Guérit seulement la perforation en laissant en place l’ulcère et expose a une intervention ultérieure. • Méthode applicable a un nombre restreint de malade. • Le délai pour juger de l’ inefficacité de la méthode aggrave le pronostic de l'intervention secondaire. • Les critères d'application de la méthode sont stricts. • La mortalité globale :de 7 % a 11 %. • Grand nombre d’ échecs précoces environ 40 - 50 % des malades doivent être opère dans les 24 heures • Cette méthode méconnait les ulcèro-cancers gastriques perfores (fibroscopie + biopsie aux 102jours).
  • 13. RÉSULTATS • Le taux d'échec de cette méthode est estime entre 40 -50%, ce qui explique l’impopularité de cette dernière, qui n’est plus pratiquement pas utilisé que dans le cadre d’essais cliniques ou dans certains cas de perforation déjà bouchée au moment du diagnostic dont le caractère bouché est confirmée par la réalisation d’un cliché ou d’une TDM avec ingestion de gastrographine.
  • 14. facteurs prédictifs d’échec • SONGNE et All dans leur étude ont déterminé des facteurs prédictifs d’échec de la méthode non opératoire : • La taille importante du pneumopéritoine • Le météorisme abdominal • La douleur au toucher rectal • Âge > 59 ans • Fréquence cardiaque > 94 battements /min