SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  21
Télécharger pour lire hors ligne
Stella Chryssoulaki
                                                                               Yannis Tzedakis
                                                                               Yanna Veniéri
                                                                               Maria Avgouli




Les routes minoennes - Le poste de Χοιρόμανδρες et le contrôle
des communications
In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 114, livraison 1, 1990. pp. 43-62.




Résumé
Le poste routier du lieu-dit Παράγκα, à Χοιρόμανδρες, est l'un des postes de garde les plus importants de la route reliant l'habitat
minoen d'Aμπέλoς (Ξηρόκαμπος) à la région fortement peuplée de Πάνω Ζάκρος et à la ville palatiale du même nom. La
dernière campagne de fouille de la construction, dans le courant de l'année 1989, et les études topographiques complémentaires
effectuées dans la vallée de Χοιρόμανδρες, ont confirmé qu'il s'agit d'une puissante construction à caractère défensif, s'insérant
dans un programme plus vaste, destiné à contrôler les communications. Il fut fondé au MM II et resta en usage jusqu'au MR IB,
époque à laquelle il s'écroula, mais il est impossible de préciser si son utilisation a changé lors des occupations successives.
L'aménagement architectural et les trouvailles ont des parallèles, aussi bien dans d'autres postes de garde routiers que dans des
édifices datant du Minoen Moyen, l'époque où devrait avoir été dessiné le réseau routier minoen.

περίληψη
0 οδικός σταθμός στη θέση Παράγκα Χοιρομανδρών είναι ένα από τα σημαντικότερα φυλάκια της αρτηρίας που συνδέει το
μινωικό οικισμό της Αμπέλου (Ξηρόκαμπος) με την πυκνοκατοικημένη περιοχή της Πάνω Ζάκρου και την ανακτορική ομώνυμη
πόλη. Οι τελευταίες ανασκαφές του κτίσματος κατά το έτος 1989 και οι συμπληρωματικές τοπογραφικές έρευνες στην κοιλάδα
των Χοιρομανδρών, επιβεβαίωσαν ότι πρόκειται για ισχυρό κτήριο αμυντικού χαρακτήρα που αποτελεί μέρος ενός ευρύτερου
οικοδομικού προγράμματος με στόχο τον έλεγχο των επικοινωνιών. Θεμελιώθηκε κατά τους ΜΜΙΙ χρόνους και χρησιμοποιήθηκε
συνεχώς ως τα ΥΜΙΒ χρόνια, οπότε και κατέρρευσε, χωρίς να είναι δυνατόν να διακριβωθεί αν η χρήση του άλλαξε κατά τη
διάρκεια των επαλλήλων κατοικήσεων. Η αρχιτεκτονική διαρρύθμιση και τα ευρήματα βρίσκουν παράλληλα τόσο σε άλλα οδικά
φυλάκια όσο και σε κτήρια της μεσομινωϊκής περιόδου κατά την οποία πιστεύεται ότι σχεδιάστηκε το μινωικό οδικό δίκτυο.




Citer ce document / Cite this document :

 Chryssoulaki Stella, Tzedakis Yannis, Veniéri Yanna, Avgouli Maria. Les routes minoennes - Le poste de Χοιρόμανδρες et le
 contrôle des communications . In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 114, livraison 1, 1990. pp. 43-62.

 doi : 10.3406/bch.1990.1715

 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1990_num_114_1_1715
LES ROUTES MINOENNES :

                     LE POSTE DE ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ

  ET LE CONTRÔLE DES COMMUNICATIONS.




c'est Si nous quipuisse en qui assurerôle la lalesdetrouvailles denousréseau ΧοιρόμανδρεςlaΖάκρου,
autant qu'on du éclairent aussi d'après disposition dans Πάνω intérieur zonedensité et,
de Ξηροκαμπιά.principale juger lebien
d'occupation revenons aujourd'hui sur qu'elle la fouilles1l'espace Ζάκρος2, d'aboutirphases
conclusions troisième et dernière campagne de joué de fortifiéea de routier de fertile des
      La route
       que la      bâtiment que        l'unité construction de le
                                                      a région      surface, à forte les vallée
                                                                          permis et          à de



population, mène, vers le Sud, à la zone côtière d"Aμπελoς et au mouillage de Κατσουνάκια.
    Parsemée de postes de garde3, cette voie semble avoir joué un rôle important dans
le mouvement des hommes et des biens, dès le début de l'époque palatiale4.


       (1) La dernière campagne de fouilles de Χοιρόμανδρες a duré du 17 au 25 avril 1989. À l'équipe scientifique
s'étaient joints Photis Louridas, architecte, et Kostas Bobos, peintre, qui se chargèrent des dessins. Les prises
de vue sont dues à Maria Avgouli, archéologue, et le tirage à Stéphanos Alexandrou.
       Nous remercions la Fondation Psycha, qui finance nos travaux depuis 1985, et l'UNESCO qui a complété
notre budget pour 1988-89, ainsi que la 24e Éphorie, et particulièrement Nikos Papadakis, Directeur du Musée
de Sitia, pour leur hospitalité et leur sollicitude. Nous remercions également les fouilleurs de la ville minoenne
de Palaikastro de leur assistance, et Sandy Mac Gillivray de ses précieuses suggestions concernant la céramique.
Enfin, nous remercions Béatrice Detournay qui a assuré la traduction française du manuscrit.
       (2) La région de Πάνω Ζάκρος a été occupée sur une grande échelle depuis le tout début de l'époque
minoenne. Les sites cités ci-dessous renvoient à la carte de la fig. 20 :
       n° 30 Ανθρωπόλιθοι : habitat minoen, sanctuaire agraire MM, poste de garde MM;
       n° 28 Καλή Στράτα : groupe de fermes minoennes ;
       n° 29 Κούκου Κεφάλι : villa MR I A;
       n° 27 Τραγοπιάστης : poste central, très bien conservé, sous l'école primaire de Zakros, auquel se réfère
peut-être Hogarth, BSA 7 (1900-1901), p. 148.
La prospection faite en 1989 entre la villa MR I A et Σχοινάρες (n° 36) a repéré une vaste habitation d'époque
géométrique et du début de l'époque archaïque, près de la fouille de sauvetage MR I d'A. Karetsou. Pour la
bibliographie : BCH 113 (1989), p. 53, n. 25.
       (3) Quinze postes de garde sont notés sur la carte fig. 20 (n°· 27, 30, 36 à 48 et 51). Le poste n° 30, au lieu-
dit ΑνθρωπόλιΟοι, est aujourd'hui presque complètement détruit par l'érosion. Il faut leur ajouter deux postes,
récemment détruits : le premier se trouvait au Sud du poste 37, au lieu-dit Ασπρες Πλάκες, l'autre, au lieu-dit
Καμπερή ο Λάκκος, à l'Ouest du poste n° 37 et au Nord du poste n° 39.
       (4) La route vers Άμπελος, cf. BCH 113 (1989), p. 55.
44                y. tzedakis, st. chryssoulaki, y. venieri et m. avgouli                               [bch 114


Topographie de la vallée de Χοιρομανδρεσ.
      La cuvette allongée de Ξηροκαμπιά est fermée à l'Ouest, à hauteur de la petite
vallée de Χοιρόμανδρες, par deux lignes de crêtes, d'abord, du Nord au Sud, Πάνω και Κάτω
Βουνάρι, Κάστελλας, Τράχηλας της Καδένας et Πέρα Τράχηλας ; puis au-delà, la seconde ligne
plus élevée des (toujours du Nord au Sud) Κοντολιού Κεφάλα, Βίγλα Ζάκρου, Κεφάλα του
Χουρδάκι et Κεφάλα του Μάρε, où sont installés les radars de la base aérienne de Ζήρος,
tandis qu'une autre chaîne, dense mais plus basse, la sépare à l'Est de la côte avec les
petits ports de Λιδόρυακο, Σχισμένες Πέτρες, Ρούσσο Σπάσμα, Καλό Ποτάμι, Ασπρος Βώλακας
et Κατσουνάκια.
      Quatre défilés aboutissent à la vallée de Χοιρόμανδρες, qu'ils relient au reste de la
région. Au Nord-Ouest, le lit du torrent de Βουκολιάδες, qui vient de la région de Πάνω
Ζάκρος, traverse la vallée du Sud à l'Est et rejoint, à son extrémité Sud, la gorge de
Ξηρόκαμπος, seule zone de la région à abriter une flore et une faune, que les déchets de la
Coopérative Huilière de la commune de Zakro ont détruites ces trois dernières années.
      Au Nord-Est, le lit du torrent de Χαούζες est de fait le prolongement de la gorge de
Καραβιάδαινα qui aboutit, au Nord, à l'habitat minoen d'Aμπέλες et communique, au
Nord-Est, avec Φαραγγούλια, reliant ainsi la vallée à la ville palatiale de Κάτω Ζάκρος.
C'est vraisemblablement ce qui explique pourquoi la gorge de Καραβιάδαινα est gardée par
une série de postes de vigiles, bâtis le long des berges. Enfin, le ravin de Μαγγανάρου ou
encore Του Μαγγανάρου ο Πόρος, «le passage»5, constitue la seule issue de la vallée vers la
côte, puisqu'il va jusqu'à Ρούσσο Σπάσμα à l'Est. Il en résulte que les deux masses
montagneuses infranchissables qui limitaient la vallée à l'Est et à l'Ouest faisaient de
celle-ci la seule voie de passage entre Ζάκρος et Άμπελος puis Ζήρος·; elle est empruntée
même par les oiseaux migrateurs — hérons, cigognes, hirondelles et canards sauvages — ,
quand ils voyagent entre l'Afrique et l'Europe. Le ravin qui sépare la partie Est de la
partie Ouest de la vallée constitue la limite actuelle des communes de Ζάκρος et Ζήρος. Les
montagnes convergent à ses deux extrémités, donnant à la vallée la forme d'un fuseau.
      La moitié Ouest a très peu de traces d'occupation minoenne. Un petit village,
pratiquant la culture et l'élevage, a peut-être mis en valeur cette terre très peu fertile à
l'époque impériale. Aujourd'hui encore, toute cette zone accueille les troupeaux de
chèvres qui descendent des plateaux de Ζήρος pour passer l'hiver.
     Au contraire, la présence minoenne est nette dans la partie Est. Mais il ne s'agit pas
d'habitations rurales telles que nous les connaissons, de hameaux de petites maisons
construites en moellons bruts, avec annexes et contreforts. La partie Est de la vallée de
Χοιρόμανδρες (fig. 1) est également la plus aride. Le sol est fait de plaques inclinées d'un
calcaire gris et dur, alternant avec un schiste mauve-rosé ou vert. Seuls de petits buissons
bas peuvent se développer sur la fine couche rouge d'argile. Les témoignages des
propriétaires attestent que la région ne fut jamais cultivée, «pas même pendant les années
difficiles de l'occupation», bien que le puits, au pied de la butte, offre aujourd'hui encore
une eau pure et abondante.


      (5) Sur l'importance des toponymes, voir BCH 113 (1989), p. 48.
      (6) Les distances séparant les villes minoennes de cette voie sont les suivantes : Κάτω Ζάκρος - Χοιρόμανδρα;
par la vallée des Morts : 6,5 km; Πάνω Ζάκρος - Χοιρόμανδρες : 5 km; Άμπελος Κατσούνακια - Χοιρόμανδρες :
2,5 km.
1990]                      LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ                                     45




              Fig. 1. — Plan topographique de la partie Est de la vallée de Χοιρόμανδρες.
        Légendes :                                 Π = Périboles
        Λ = Carrière                               A >= Montée
        Δ1 = Route d"Aμπeλoς                       Bl = Petite tour
        Δ2 = Route de Σφάκα                        B7 = Poste de vigile de Μαγγανάρου Πόρος
        Δ3 = Route de la vallée                    B2, B6 et B9 = Postes de vigiles de la vallée
        Δ4 = Route vers Ζάκρος                     B8 = Poste de vigile de Καθιά
        Δ5 = Route vers Ρούσσο Σπάσμα              Φ = Poste de Χοιρόμανδρες
        Δ6 = Route de la carrière                  Γ = Viaduc



     L'extrémité Sud-Est de la vallée est dominée par une colline relativement élevée, au
sommet aplani d'une surface de 1300 m2. Elle a vue sur l'ensemble de la vallée, et en
particulier sur toutes les issues des passages naturels qui y mènent. Base et sommet ont
été entourés d'un péribole, qui ne s'interrompt que là où les rochers de la colline rendent
toute construction inutile. Ces murs sont construits en appareil «cyclopéen», fait de blocs
de calcaire grossièrement travaillés, d'une épaisseur moyenne de 0,50 m, disposés en deux
rangées parallèles, avec un blocage d'éclats de pierre (fig. 2). Ils ont une épaisseur
moyenne de 1,70 m, pour une hauteur moyenne conservée de 1,50 m sur deux ou trois
46                Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI                                 [BCH 1!4

assises7. Mais la colline n'est pas la seule à être fortifiée. Toute la partie Est de la vallée
est sillonnée de murs parallèles, perpendiculaires ou sécants, construits de la même
manière, entre lesquels courent des routes, qui relèvent du type des routes à double
contrefort et couloir latéral parallèle8.
      Les murs joignent des postes de vigiles, qui participent du même programme de
construction et remplissent les mêmes fonctions9. Le plus grand et le mieux fortifié est le
poste de vigile Β 6 (fïg. 1), qui a été construit au point stratégique le plus important de la
vallée, juste sous la terrasse du poste de garde, au pied de la colline. Les postes de vigiles
sont plus denses sur le plateau au sommet de la colline que dans la vallée. Le plus au Sud,
une petite tour (fig. 1, Bl et fig. 3), est entièrement construit, alors que les autres
intègrent dans leurs murs de grands rochers ou des amoncellements de rochers. La tour,
qui est reliée au poste par un large mur, a un diamètre intérieur de 6 m et un diamètre
extérieur de 12,30 m. Le côté Nord présente une ouverture qui devait être une entrée,
mais le mauvais état de la maçonnerie et les dégâts dus aux fouilles clandestines ne
permettent pas de le confirmer.
      Les blocs de la superstructure ont roulé à petite distance tout autour du
soubassement du bâtiment dont la superstructure conservée atteint une hauteur moyenne
de 1,20 m. Les fouilles clandestines ont agrandi l'ouverture Nord et enlevé un remblai de
0,80 m d'épaisseur, constitué de la même argile rapportée — pure, à grain fin — que celle
qui a servi au revêtement des sols du poste de garde10. La limite de l'oxydation des parois
internes du bâtiment circulaire indique que le remblai d'argile est contemporain de la
construction de la tour, dont le sol devait être à environ 1 m au-dessus du rocher de
fondation. L'épaisseur du soubassement circulaire, l'accumulation des gros blocs tombés
et le mur, petit mais large, qui relie la petite tour au rocher élevé de l'Est montrent que le
bâtiment devait être sensiblement plus élevé, et que c'était probablement une sorte de
petite tour contrôlant la route qui va d "Αμπελος au sommet plat de la colline de
Χοιρόμανδρες11.

       (7) La hauteur conservée de ces murs est inversement proportionnelle à leur largeur. Des fondations aussi
puissantes incitent pourtant à restituer une hauteur plus grande, nécessaire pour assurer un rôle de défense.
L'importance du travail — taille, façonnement, transport et pose de blocs aussi volumineux — ne s'explique
pas s'il s'agissait de bâtir un mur aussi bas. La seule explication que nous puissions proposer est que ces murs,
construits souvent perpendiculairement ou obliquement aux courbes de niveau, sans soutènement particulier,
n'ont pas résisté au temps et se sont peu à peu écroulés, ne laissant subsister que les fondations, l'euthyntéria et
la première assise qui devait avoir «l'assiette» la plus large de toute la superstructure. Si l'on n'a pas retrouvé de
blocs tombés aux alentours, cela est peut-être dû à la nature du matériau. En effet, le calcaire gris, matériau de
construction traditionnel des postes de garde, semble avoir un fort indice de cohésion, mais est en réalité
particulièrement friable et se transforme en chaux lorsqu'il a été longtemps exposé aux intempéries. Des tas de
débris calcaires couvrent les bordures des postes et des murs, dans la région pilote. C'est peut-être cette fragilité
du matériau qui a obligé les constructeurs de Χοιρόμανδρες à donner à la route partant de la carrière un tracé en
forme de fronde, plutôt que de risquer une pente abrupte, sur la distance beaucoup plus faible qui sépare la
carrière du poste.
       (8) BCH 113 (1989), p. 50 et 52.
       (9) BCH 113 (1989), p. 63.
       (10) Le tamisage des terres amoncelées par les fouilleurs clandestins, à l'extérieur de l'ouverture, ainsi que
le nettoyage de la paroi intérieure du soubassement de la tour, ont fourni très peu de céramique, identique à la
céramique minoenne du poste.
       (11) N. Platon a fouillé une structure comparable par le plan et la technique de construction, dans le
péribole Sud du secteur des Ateliers du Palais de Zakros : N. Platon, PraklArchEl (1979), p. 286-288, fig. 1 ;
Id., PraktArchEt (1980), p. 298-305, fig. 1, pi. 182-185. Il a bien su interpréter, dès sa première campagne de
1990]                           LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ                                               47




                                       0.00 0.50 1D0 200   3.00   4.00

             Fig. 2. — Plan d'un tronçon du péribole Ouest de la colline, près de la petite tour.




                                                                   Pig. 3. — Plan de la tour de la colline.




    L'accès au sommet a été taillé au milieu du côté Ouest de la colline, le seul qui
permette d'ailleurs une montée relativement aisée12. Evans et, plus tard, Pendlebury,

fouilles, la «large construction circulaire avec un mur extérieur compact» comme une petite tour, reliée au
péribole Sud et à l'entrée de l'aire palatiale, dont «il n'est pas exclu qu'elle soit contrôlée par deux petites tours
semblables». Il a cependant abandonné cette interprétation lors de la campagne suivante, et vu dans cette
construction un puits.
       (12) BCH 113 (1989), fig. 35.
48               Y. TZEDAKIS, ST. CHRYS8OULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI                              [BCH 114

visitant les postes de garde du Lassithi, avaient été frappés par des entrées taillées dans le
rocher, avec des marches rapportées ou taillées.
      Des deux viaducs, sur la bordure Nord-Est de la vallée, le plus bas était utilisé pour
le transport des matériaux de construction de la carrière jusqu'au poste de garde, le plus
haut desservait la route vers Ρούσσο Σπάσμα13. Bien qu'ils ne soient pas très bien
conservés et que l'appareil se distingue mal au milieu des arbustes, toute la construction
laisse à penser que le revêtement était en partie en bois.
      Si nous avons cité successivement les constructions qui, comme le montre le plan
topographique (fig. 1), couvrent l'ensemble de la partie Est de la vallée, c'est pour bien
faire comprendre que le poste de garde de Χοιρόμανδρες, même s'il est le seul bâtiment
couvert — ou à demi couvert — du complexe de constructions, ne constitue aucunement
un édifice autonome, comme ce serait le cas d'une ferme, d'une bergerie, d'un moulin ou
d'un autre bâtiment comparable. Le plan rectangulaire du poste doit donc être compris
comme indissociable d'un programme de construction plus vaste de postes de vigiles et de
petites tours, ainsi que de murs d'une épaisseur imposante, qui couvrent toute la surface
du plateau. Ces murs, que l'on retrouve ailleurs dans la partie Est de la vallée14,
prolongent le programme architectural de l'« acropole» dans les environs, barrant
efficacement la route à toute arrivée inopinée sur le plateau.



Le poste de Χοιρόμανδρες : disposition architecturale (fig. 4).
      Le poste de garde, suffisamment bien conservé pour être encore utilisé par les bergers
et les troupeaux de nos jours — d'où son nom15 — , a été fondé sur la pointe Nord-Est de
la colline, dominant la vallée. Les raisons de ce choix restent énigmatiques : le rocher a
certes vue sur l'ensemble de la vallée, mais n'offrait pas les 144 m2 de surface du
bâtiment, qu'il était possible d'installer 12 m plus au Sud, sans perdre en rien la vue
panoramique et en évitant d'importants travaux d'infrastructure16. Mais les construc
teurs  voulaient manifestement, comme dans d'autres postes centraux, créer deux niveaux
dans les fondations, pour abriter l'accès à la «sortie de secours» qui, depuis la cour dallée,
mène à la cour Est extérieure, au sol fait d'un mortier de chaux17.
      La technique de construction des fondations est remarquable. La maçonnerie
inférieure éleva le niveau d'habitation de la partie orientale du bâtiment jusqu'à celui de
la partie occidentale, c'est-à-dire la surface du rocher. Des sondages sous le sol de la
pièce III (fig. 5) ont montré que la technique utilisée pour certains murs de
l'infrastructure, sous le dallage de la cour où le rocher affleure, servait à boucher des

      (13) Une description détaillée des viaducs est présentée en addendum (cf. infra, p. 62-65).
      (14) La plupart des postes de garde notés sur la carte de la région pilote (fig. 20) sont dotés de périboles
successifs, dans les environs immédiats ou même plus éloignés. L'étude topographique récente du poste de
Καρούμες a prouvé que ces murs entourant le poste se prolongent aussi bien vers l'Est, du côté du golfe, que vers
l'Ouest, donnant aux enclos une forme en fer à cheval du côté de la gorge de Χοχλακιές. Ce réseau de barrières
rappelle, par sa disposition, les murs de soutènement des fortifications des acropoles étéocrétoises. Cf. BCH 1 13
(1989), p. 72, n. 77.
      (15) Les gens du pays appellent le poste Παράγκα, c'est-à-dire «construction provisoire». Cela prouve
qu'aujourd'hui encore il n'est pas considéré comme une ruine ou un rocher, mais comme un bâtiment.
      (16) BCH 113 (1989), p. 66, fig. 28.
      (17) BCH 113 (1989), fig. 29, 30 et 31.
1990]   LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ   49
50                Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI                         [BCH 114




Fig. 5. — Pièce III vue du Sud-Est. On distingue le sondage qui a mis au jour le mur d'infrastructure du sol.




     Fig. 6. — Fenêtre de la façade Est. On distingue le tablier triangulaire et le montant tombé devant
                                          le soubassement du mur.


fissures du rocher pour égaliser le sol : ces murets, faits de pierres taillées en forme de
plaques, disposées de façon à ce que leurs pointes se recouvrent, ne peuvent, vu la qualité
de la maçonnerie et leur emplacement, avoir été des éléments porteurs. De semblables
murets passaient sous les sols des pièces IV et V, sous l'entrée de la pièce II, de même que
sous certaines parties du dallage de la pièce I. Les moellons bruts des façades pourraient
faire croire à une construction hâtive ; mais les fondations des sols, la solidité de la
maçonnerie, ainsi que la présence des seuils taillés, des montants et des tabliers des
fenêtres (fig. 6), montrent que cette architecture, accompagnée d'une étude de
nivellement, était en réalité soignée, réalisée avec des matériaux apportés d'ailleurs et
selon un plan qui répondait à une conception d'ensemble (fig. 7).
1990]                         LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ                                          51




                    Fig. 7. — Poste de Χοιρόμανδρβς. Dessin en perspective du bâtiment.


     Dans ce bâtiment carré (12 X 12 m), un tiers environ de l'espace intérieur est occupé
par la cour dallée : elle était hypèthre, ou abritée par une couverture provisoire en bois
qui prenait appui tout autour sur les murs Est des pièces I et II, sur la cloison centrale du
bâtiment et sur des tronçons des façades Est et Sud qui devaient normalement s'élever
jusqu'au plafond ; la dépression circulaire au centre du dallage pourrait avoir servi à un
support en bois — dont on n'a aucune trace — destiné à soutenir la couverture. Il faut
cependant se méfier des dommages subis par le dallage lors des deux sondages Hogarth,
mais aussi de l'occupation continue dont témoignent les tessons classiques et romains
qu'on trouve sous la couche de surface. Le niveau du dallage, plus bas que le seuil, pose
un problème : peut-être doit-on restituer deux marches, disparues dans la tranchée
Hogarth I, ou en bois. La fenêtre de la façade Est devait être utilisée comme porte-
balcon pour décharger les bêtes de somme qui arrivaient dans la cour extérieure Est et
transporter les produits directement à l'intérieur du bâtiment (fig. 8). Le matériel mis au
jour prouve à l'évidence que la cour dallée était une cour de service : cuisine (pilons et
mortiers, vaisselle, marmites, bassine et grand seau de pressoir avec écoulement pour le
moût), réserve d'eau (seaux, jarres), elle devait aussi abriter des ateliers (broyeur en
pierre, plaque en conglomérat travaillée et pesons). Les trouvailles sont datées du
 MM III Β (fragment de cruche 1. 28/88) 18, du MM III B/MR I A, du MR III et de l'époque
 gréco-romaine.

     (18) Les numéros des trouvailles renvoient aux journaux de fouille et sont formés d'un numéro d'ordre, du
numéro de locus (couche - espace), et de l'année de la campagne. Journaux et inventaires ont été déposés au
Musée de Sitia.
Fig. 8. — La fenêtre de la façade Est vue de l'intérieur             Fig. 9. — La plaque en terre cuite et le vase au fond
du bâtiment. On distingue, sous la bordure triangulaire, le sol      découpé in situ. Derrière eux, mortier elliptique
dallé et, au premier plan, le sondage Hogarth II, dans le            et, à l'arrière-plan, soubassement de la marche de
                remblai de l'infrastructure.                                                l'entrée.




                                                                                                               1.28/80




                                   14008




                                               Fig. 10. — Pommeau de poignard 1
                                                      Vase de pierre caréné 1.29/89.
1990]                           LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ                                         53

     Dans la tranchée Hogarth II, qui correspond au remplissage de l'infrastructure et à
la «sortie de secours», le matériel, une belle céramique fine (gobelets, tasses, skyphoi et
fragment de table à offrandes), va du MM II au MR III. Sur la plaque carrée de terre
cuite (0,35 X 0,35 X 0,025 m) trouvée sur le dallage de la cour, non loin de l'entrée (fig. 9),
un grand vase de stockage, dont le fond avait été soigneusement découpé, était posé en
remploi.
     Enfin, dans le remblai de la partie Est du dallage, avec des fragments de gobelets
datant du MM II Β au MR I A, on mit au jour un petit pommeau de poignard en pierre
dure, grise, à surface lisse et polie (fig. 10). Il a 0,045 m de diamètre et 0,028 m
d'épaisseur maximum, et présente une cavité de 0,015 m de diamètre et, sur le côté, un
trou de 0,005 m, pour le clou fixant le support dans la cavité19.
     Autour de la cour dallée s'organisèrent, du Sud à l'Est, les pièces rectangulaires.
Elles devaient toutes être couvertes par un toit plat et une terrasse revêtue de fines
plaques de schiste, qui ont été retrouvées dans la couche de surface des pièces. Dans la
pièce I, le remblai couvrait à peine le dallage qui complétait par endroits le rocher nu.
Une banquette, d'origine, courait le long de la paroi intérieure de la façade Sud ; une
autre, plus petite, fut aménagée dans l'angle intérieur, au point de jonction des façades
Sud et Ouest. La porte de la pièce assurant la communication avec la cour dallée avait été
abîmée par la tranchée Hogarth I. Les vases trouvés dans la pièce I (petites bassines peu
profondes, fragments de cruches, de jarres et de bols, marmites portant des traces de feu)
vont du MM jusqu'au MR IB, à l'exception de quelques tessons gréco-romains, trouvés
en surface.
     La pièce II, témoin stratigraphique qui n'a été fouillé qu'en fin de campagne, ne
contenait malheureusement qu'un remblai très fin, puisque le rocher au milieu de la pièce
apparut immédiatement sous la couche de surface. La céramique (pesons, quelques
fragments de coupes et de kyathoi, et un tesson de vase bucchero) va du MM II jusqu'au
MR I.
     La pièce III, la plus vaste (fig. 11), est la seule qui fournisse quelques informations
sur la vie quotidienne à l'intérieur du bâtiment. Elle avait du côté Ouest une fenêtre avec
une bordure triangulaire et un montant, tombé à l'intérieur de la pièce ; immédiatement
au Nord de la fenêtre, la façade dessine un redan et tourne vers le Nord-Est pour former
l'extension de la terrasse extérieure. À l'endroit du redan, côté intérieur, un petit muret
complète le rocher qui, orienté Ouest/Est, coupe la pièce, aménageant au Sud un espace
étroit et oblong, où l'on a mis au jour un atelier, probablement celui d'un tailleur de
pierre (fig. 12). Il s'est installé à l'intérieur de l'ouverture de la fenêtre qui offrait la
lumière nécessaire, ainsi qu'un rebord, utilisable comme banquette. Devant la fenêtre,
une niche fut aménagée avec une plaque en terre cuite de 0,60 X 0,50 m, fondée sur une
infrastructure construite. Une petite cruche et une marmite semblent être tombées de la
banquette, et, un peu plus loin, une autre marmite contenait des lames d'obsidienne.
Immédiatement à l'Est de la plaque de terre cuite, soigneusement découpé, comme le
vase de la cour dallée20, le fond d'un kernos en terre cuite (fig. 13), qui devait avoir le
même usage que la plaque de terre cuite, avait été retourné et remployé : le kernos — où



        (19) F. Chapouthier, Deux épies d'apparat découvertes en 1996 au Palais de Mallia (1938), fig. 8.
        (20) Voir fig. 9.
54   Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI                 [BCH 114




                  Fig. 11. — Pièce III vue du Nord-Est.




                                                             Fig. 13. — Kernos 1.23/89.




                                                          Fig. 12. — Le muret, la niche
                                                          et la plaque en terre cuite de
                                                          l'atelier dans la pièce III. On
                                                          distingue également le kernos
                                                                   renversé, in situ.
1990]                          LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ                                              55

d'autres voient un jeu de l'oie — , est de type paléopalatial21 ; le diamètre conservé est de
0,188 m et l'épaisseur de 0,026 m; il comporte vingt-quatre cupules circulaires, comme
des empreintes de pouces, disposées presque régulièrement en spirale. Cette disposition
renvoie aux kernoi de panspermie en pierre, mais il n'est pas exclu qu'il s'agisse d'un vase
d'usage courant à fond un peu particulier.
On a découvert aussi, retournés et tombés sur le sol, deux vases de pierre qui devaient
être posés sur la plaque en terre cuite : il s'agit de vases à profil caréné, faits d'une pierre
sombre à veines blanches22, à surface lisse et toucher savonneux. Le premier est
fragmentaire ou inachevé ; le second (ht. 0,0615 m ; diam. de la panse 0,094 m ; diam. de
la base 0,047 m ; diam. de la lèvre 0,084 m ; ép. de la lèvre 0,005 m) est presque intact,
puisqu'il ne manque que l'anse et un fragment du bec (fîg. 10). Sa forme date du MM II.
Des mortiers, des fusaïoles, quelques coupes, et deux fragments de pierres brutes
complètent le matériel. Dans le reste de la pièce, en dehors d'un mortier en forme de
cloche, qui devait avoir une anse sphérique, et des pesons, les vases (cruchon, coupes,
kyathoi, cruches et marmites) datent du MM, de la période transitoire MM III Β -
MR IA, du MR IA et du MR IB.
      Les murs de la pièce rectangulaire IV se distinguent par leur appareil des autres
cloisons de l'édifice : au lieu d'une seule rangée de grandes pierres, ils sont faits de deux
rangées de petites pierres, avec blocage de cailloutis. Ils ont été fondés sur le remblai qui
recouvrait toute la surface de la pièce. Une infrastructure de banquette, le long du mur
Est, avait été interprétée, en 1988, comme un sol de pierres. Une tranchée profonde dans
la partie Nord de la pièce a fourni des empreintes de briques brûlées prises dans le remblai
de terres bien tamisées. La fonction de la pièce IV, dépourvue d'entrée — du moins au
niveau où les murs sont conservés — , n'est pas claire.
Le matériel se compose essentiellement de céramique fine (coupes et cruches) MM II,
MM III, MM III Β -MR IA et MR I, et d'un peson en pierre.
      La pièce V était très mal conservée, du fait de l'effondrement de l'angle Nord-Est du
bâtiment : toute la couche supérieure du remblai, ainsi qu'une partie de l'infrastructure
de la pièce, avaient glissé vers l'Est, perturbant la stratigraphie et interdisant de
comprendre la fonction de cette vaste pièce semblable, par sa disposition et ses
dimensions, à la pièce III qui lui est symétrique et avec laquelle elle communique par un
couloir dallé, oblong, orienté Ouest/Est. De grandes dalles abîmées, le long de la cloison
 du bâtiment et du côté de la pièce IV, font supposer qu'un sol dallé recouvrait
 l'infrastructure, comparable à celle de la cour dallée. Il semblerait que la partie Nord du
 bâtiment était, à l'origine, d'un seul tenant, et qu'elle fut divisée plus tard, lorsque les
 murs de surface de la pièce IV occupèrent la moitié de l'espace, laissant un corridor pour
 la communication. On construisit alors l'entrée de la pièce V, avec une marche faite de
 deux plaques, placées entre l'angle Est de la pièce IV et la cloison, tandis que l'ouverture
 originale, qui mettait en communication la partie Nord et la partie Sud du bâtiment,



      (21) N. Platon, PraktArchEl (1972), p. 160 et 162, fig. 2; E. Karagianni, Μινωικά Σύνθετα Σχεόη (1984),
type V.2, fig. 51 ; S. Hood, Aux origines de l'Hellénisme, La Crète et la Grèce. Hommage à H. van Effenterre (1984),
p. 39-42.
      (22) Sur les vases de pierre, cf. P. Warren, Minoan Stone Vases (1969), p. 31 avec, comme types
analogues Ρ 231, Ρ 274, D 163. Comparables par la forme carénée : A. Evans, Palace of Minos al Knosso» I
(1921), p. 67, fig. 34; R. P. Seager, Explorations in the Island of Mochlos (1912), pi. VII (IV 6).
56              Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI                         [BCH 114




  Fig. 14. — L'angle Nord-Est de la colline de Χοιρόμανδρες, vu de l'Est/Nord-Est. On distingue les murs
   qui complètent les pointes des rochers et le mur de la terrasse ; en bas à droite de la photo, on voit
                           une partie de l'éboulis de la superstructure des murs.


garda son seuil monolithe au milieu de la cloison. Le matériel découvert dans la pièce V
(kyathoi, coupes, seau, marmites, petite bassine, cruche) date du MM à la phase
transitoire MM III Β -MR IA; on a trouvé aussi deux briques de la superstructure des
murs et un peson en pierre.
      La fine couche de remblai qui recouvrait le rocher de la terrasse Nord s'est avérée
pauvre en céramique, si l'on excepte le fragment de foyer en terre cuite, à paroi enduite
de glaise liquide, trouvé à hauteur de la pièce III. La terrasse ne communique pas avec
l'intérieur du bâtiment. On ne sait même pas si l'ouverture, pratiquée à peu près au
milieu du mur Est de cette terrasse, est une entrée ou un trou dans ce mur qui, avec ses
redans et ses contreforts, suit la pointe de la colline, et devait être assez élevé, si l'on en
juge d'après les énormes tas de pierres qui ont roulé au bas de la colline. Le système
défensif de la terrasse est renforcé par des murs successifs (fig. 14), construits sur chaque
aplatissement du rocher, et dont seul le soubassement est aujourd'hui conservé. Mais,
même très ruinée, la place forte semble encore inaccessible, à qui regarde la colline d'en
bas.
      La pièce VI, enfin, formée par l'extension de la façade Est en un péribole Est,
semble être une adjonction. Sa mince couche de remblai a fourni très peu de céramique
minoenne, tandis que quelques tessons postérieurs étaient ramassés en surface.
    Si donc l'appareil, les terrasses successives et les murs de la colline, joints au petit
nombre d'ouvertures semblent être caractéristiques d'une architecture défensive, le
mobilier retrouvé ne diffère en rien des trouvailles faites dans n'importe quel bâtiment
minoen servant à l'agriculture et à l'élevage — à l'exception peut-être du pommeau de
1990]                           LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΛΝΔΡΕΣ                                               57

poignard, qui rappelle étonnamment les poignards passés à la ceinture des figurines des
«adorants» de Petsopha23.
      La céramique minoenne du bâtiment a sans aucun doute été produite par l'atelier de
Zakros, comme en témoignent l'argile rosée ou orangée, pure ou mêlée de petites
particules de calcaire et de schiste, et les formes des vases. Quelques ustensiles sont
inhabituels, comme le vase à trois pieds 1.109/88 avec les rangées de croissants en relief à
l'intérieur, mais il a au Musée de Sitia un parallèle provenant des fouilles de Zakros en
1968. La céramique peinte n'est pas très abondante à Χοφόμανδρες, mais on y reconnaît
facilement aussi le style de Zakros ; il en est de même pour les vases de pierre, nombreux
sur les grands sites minoens de Crète orientale, que produisaient dans la région, dès une
époque très reculée, des artisans habiles et doués d'originalité.
      Le bon état de conservation du bâtiment a permis une occupation presque
ininterrompue depuis sa fondation à l'époque protopalatiale. Des sondages stratigraphi-
ques, pratiqués à des endroits qui semblaient ne pas avoir été perturbés et qui offraient
un remblai d'une épaisseur suffisante (pièces III et IV), nous ont confirmé que les mêmes
sols ont été en usage pendant au moins 300 ans, du MM II A au MR IB (fig. 15-19),
même si la fonction de ce bâtiment et sa disposition intérieure ont été en partie
transformées. La destruction de cette première phase d'occupation ne semble pas avoir
été violente. Les traces de feu sur bon nombre de tessons sont dues à l'usage normal de
ces vases, bien qu'on n'ait pas retrouvé de foyers fixes — à l'exception du petit fragment
de foyer en terre cuite enfoncé dans la terrasse Nord-Ouest. Toutefois, la dernière
occupation, du MR III à l'époque romaine, a dû se limiter à la partie Sud du bâtiment et
à la zone de la cour extérieure Est et de la cour Sud-Est.

Le poste de Χοιρομανδρεσ dans la tradition de l'architecture rurale du Minoen
    Moyen.
      Les perturbations de la stratigraphie — même dans le cas des dépôts clos — ne
permettraient pas de fixer avec certitude l'époque de la construction du bâtiment, même
si les tessons les plus anciens, associés aux fondations, datent à l'évidence du MM II A, et
si la moitié de la céramique fine trouvée sur le sol est protopalatiale. Nous avons donc
cherché à confirmer notre chronologie par une étude architecturale comparative.
      Le meilleur parallèle au bâtiment de Χοφόμανδρες est la maison MM du lieu-dit Κουσέ,
dans le Sud de la Messara, fouillée en 1925 et 1926 par Sp. Marinatos24. Mesurant
11 X 11 m, elle est divisée, à l'intérieur, en cinq compartiments. Les murs, faits de blocs
grossièrement taillés, étaient conservés sur une hauteur de 0,50 m. Outre une abondante



      (23) E. Sapouna-Sakellaraki, Μινωιχόν Ζώμχ (1971), p. 8-17, pi. 9 : cinq figurines de Petsopha, MM II,
qui portent un poignard à la ceinture, dénudé ou dans son étui décoré. Voici quelques autres exemples de
figurines à poignard trouvées dans des sanctuaires de sommet : N. Platon, KChron 5 (1951), p. 143, pi. Z; la
figurine MM II de Piskoképhalo HM 2918; D. G. Hogarth, BSA 6 (1899-1900), p. 107, pi. X, 8, figurine en
bronze HM 426; de la même grotte de Psychro, une figurine en bronze HM 434.
      (24) Sp. Marinatos, ArchDelt (1924-1925), p. 53-78. La fouille est connue dans la bibliographie sous le
nom du village le plus proche : Σ του Κουσέ. Aujourd'hui, son véritable nom του Βραχνού ο Λάκκος est oublié dans
la région et il a été remplacé par le nouveau toponyme στην Ανασκαφή. Le bâtiment n'est actuellement plus
visible, sous la végétation et les détritus qui le recouvrent, mais la description du fouilleur est si détaillée et si
vivante qu'on s'imagine en suivre la découverte.
tn/H




         Fig. 15. — Coupes :
          MM IIIB-MR IA
    (1.81/88), de la cour dallée.                                         1. 37/ββ
  MR IA (1.4/89), de la pièce III.
MR III A (1.46/88), de la cour dallée.                      Fig. 16. — Skyphoi MR III (1.109/88 et
 MR I (1.37/88), de la cour dallée.                                1.107/88), de la cour dallée.
   MR I (1.53/89), de la pièce II.                          Petite cruche MM (1.37/89), du corridor.




                                                                                1.34/80




                                                                                           1.40/86




                                 Fig. 17. — Jarre minoenne (1.34/89),                            1.48/88
                                             de la pièce V.
                                Petites bassines minoennes (1.40/88 et
                                         1.48/88), de la pièce I.
1990]                             LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ                                            59




                                                                                                      1. 17/89




                                                                                                           1.26/89
                                                                                        Fig. 19. — Tesson de coupe
                        1.47/tt                                                           MR IB, à décor d'épongés
                                                                                        stylisées (1.17/89), du corridor.
                                                                                           Tesson de coupe MR IA
                                                                                            (1.34/89), de la pièce V.
                                                                                           Tesson MR III (1.46/88),
                                                                                                de la cour dallée.
                                                                                          Tesson MM III Β -MR IA
                                                                                             (1.26/89), du corridor.
                                                                Fig. 18. — Marmite à trois pieds minoenne
                                                                         (1.47/88), de la cour dallée.
                                                                 Marmite à trois pieds MM II/III (1.35/89),
                                                                                  du corridor.
                                                   1.109/88                 Vase MM II (1.109/88),
                                                                               de la cour dallée.


céramique, on y a découvert un assez grand nombre d'objets en pierre et en bronze, dont
un couteau. La maison de Κουσέ fut fondée au MM II, et occupée sans discontinuer
jusqu'au MR I (1800-1500), c'est-à-dire pendant 300 ans. La seule différence est qu'elle
fut détruite par un incendie, tandis que Χοφόμανδρες s'est dégradé progressivement. À
 150 m au Sud de la maison de Κουσέ, le fouilleur a mis au jour un «poste de vigile en
forme de tour»25, avec des «murs très épais» et une entrée «plus élevée que la partie
conservée des murs». Il a également repéré, à environ 10 mn au Sud-Ouest du village de
Σίβα, une maison carrée comparable, de plus petite taille, qu'il n'a pas fouillée parce qu'il
était «désormais certain que tous les bâtiments carrés de la région sont des maisons».
     La petite maison-sanctuaire de Ρουσσές Χόνδρου Βιάνου, mise au jour par N. Platon en
 1957 et 195926, présente un plan et une technique de construction identiques. Fondée sur
«le bord d'une colline peu élevée», la maison fut bâtie dans la partie Sud-Ouest, sur un
contrefort. Elle mesure 10 X 8 m et se compose de cinq pièces au rez-de-chaussée. Elle
date du MM III Β -MR IA.

        (25) Ibid., p. 76.
        (26) N. Platon, PraktArchEl (1959), p. 207-209 et pi. 170-171 ; Id., PraklArchEt (1962), p. 145-147.
60    Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI                         [BCH 114




                                                                        ορμ. Κουρεμένος




                                                                             ορμ.Καρουμες




                                                                      ορμ. Ζαν,ρου*




                                                                  ■ Φυλάν,ιο , βίγλα
                                                                  • Μινωική ■κατοίκηση
                                                                  U Ιερό κορυφής -Ιερό
                                                                  Η Λατομείο
                                                                  — ΜινωΧχός δρόμος
                                                                   (σωζόμενη χάραξη)
                                                                  — Μινωικός δρόμος
                                                                   (υποθετική χάραξη)




     Fig. 20. — Carte de la région pilote, complétée après la campagne de 1989.
1990]                           LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ                                        61

 1.   Ρουσσόλακκος — ville                                  36.   Σχοινάρες — centre administratif
 2.   Ρουσσόλακκος — poste de garde                         37.   Άσπρες Πλάκες — poste de garde et carrière
 3.   Σκαριά — carrière                                     38.   Καλή Εληά — poste de garde
 4.   Πετσοφάς — sanctuaire de sommet                       39.   Φαραγγούλι — poste de garde
 5.   Πλακάλωνα — poste de garde                            40.   Μελέφα — poste de garde
 6.   poste de garde                                        41.   Σφάκα — poste de garde et poste de vigile
 7.   poste de garde                                        42.   Κόκκινο Φρούρι — poste de garde
 8.   poste de garde                                        43.   Βουκολιάδες — poste de garde
 9.   Κατσαρά Φαράγγι — poste de garde                      44.   Στη Καθιά — poste de vigile
10.   Σχοινιάς — ferme                                      45.   Σχοινοκέφαλο — poste de garde
11.   carrière                                              46.   Κάστελλας — poste de garde
12.   Μαυρομούρι — poste de garde                           47.   Χοιρόμανδρες / Παράγκα — poste de garde
13.   Καρούμες — poste de garde                             48.   Μαγγανάρου ο Πόρος — poste de vigile
14.   Καρούμες — poste de vigile                            49.   Χοιρόμανδρες — carrière
15.   Χοχλακιές — poste de garde                            50.   Άμπελος / Κατσουνάκια — ville
16.   Χοχλακιές — ferme                                     51.   Άμπελος / Κατσουνάκια — poste de garde
17.   Αδράβαστοι — ferme                                    52.   Ψιλή Αμμος — carrière
18.   Τραόσταλος — sanctuaire de sommet                     53.   Χαμαίτουλο — habitat rural
19.   Αζοκέραμος — ferme                                    54.   Πάνω Λιμνιά — habitation
20.   Γλυκάτση — poste de vigile                            55.   Κάτω Λιμνιά / Παραλάκη μάντρα — poste de garde
21.   Γλυκάτση — poste de garde                             56.   Πυργάλες — poste de garde
22.   Πολλά Κλαδιά — poste de garde                         57.   Ζήρος/Άγιο Πνεύμα — poste de garde
23.   Σκάφη — poste de garde                                58.   Κουφόδασος — poste de garde
24.   Σκάφη — carrière                                      59.   Στου Λέθη — centre administratif
25.   Ταβέρνες — centre administratif                       60.   Ξυκέφαλο — sanctuaire de sommet
26.   Βακλιάς — poste de garde                              61.   Κατελιώνας / Σταυρός — poste de garde
27.   Τραγοπιάστης — poste de garde                         62.   Ζάκαθος — poste de garde
28.   Καλή Στράτα — habitat                                 63.   Σίτανος / Καταλλύματα — habitat
29.   Κούκου Κεφάλι — villa                                 64.   Πραισός — ferme                         1
30.   Ανθρωπόλιθοι — poste de garde et sanctuaire agraire   65.   Σφακιά — hameau rural
31.    Πελεκητά — carrière                                  66.   Ζού — ferme
32.   Ζάκρος — palais et ville                              67.   Πισκοκέφαλο — ferme
33.    Καλυβομούρι — poste de vigile                        68.   Πετράς — ville
34.   Αμπέλες — habitat                                     69.   Μόδι — sanctuaire de sommet
35.   Λιδορύακο — poste de garde et poste de vigile         70.   Ανάλουκας / Κήποι Γρηγορίου — fermes




     C'est du même type architectural que relève le bâtiment de 10,40 X 11,70 m,
découvert en 1965 par les fouilleurs français, à 700 m au Sud-Est du palais de Μάλια, au
lieu-dit Αγία Βαρβάρα27. Il fut détruit par un incendie, au MR I avancé. La partie Ouest
de ce bâtiment présente d'extraordinaires ressemblances, quant à sa disposition, avec la
partie Nord du poste de Χοιρόμανδρες. La pièce rectangulaire 8, dépourvue d'entrée
(comme la pièce IV de Χοιρόμανδρες), fut construite au milieu d'un espace oblong qui, au
premier abord, semble être d'un seul tenant, mais qui est en fait divisé en deux pièces
rectangulaires 6 et 9, et un corridor oblong 7 (comme à Χοιρόμανδρες les pièces III et V et
leur corridor).
     La disposition intérieure de ces trois exemples d'architecture MM offre des parallèles
évidents avec le poste de Χοιρόμανδρες. Leur fonction en revanche — habitations dans le


        (27) O. Pelon, BCH 90 (1966), p. 552-585; P. Faure, La Vie quotidienne en Crète (1973), p. 167-168.
62               Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI                              [BCH 114
premier cas, construction fortifiée dans le second — est différente. Il semble que les
postes de garde aient repris le modèle architectural traditionnel de l'époque, complété par
des aménagements qui conféraient au bâtiment son caractère défensif.
     De la fouille du poste de garde et des recherches topographiques dans la vallée de
Χοιρόμανδρες, nous pouvons tirer les conclusions suivantes :
     1. Le poste est un bâtiment puissant, de construction soignée, partie d'un
programme plus vaste de caractère défensif, essentiellement destiné à contrôler les
communications.
     2. Son emplacement a été choisi avec soin et tous les moyens mis en œuvre pour que
la construction tire le meilleur parti des possibilités du site.
     3. Le mobilier retrouvé — en dehors du pommeau de poignard en pierre — donne
l'image d'une économie vouée à l'agriculture et à l'élevage. Il provient, sans exception,
des ateliers de Zakros.
     4. Le bâtiment a été fondé au MM II et occupé de façon continue, sans grands
changements dans la disposition intérieure ni recharge des sols, jusqu'au MR IB, époque
à laquelle il fut détruit. La partie Sud du bâtiment, de même que les espaces extérieurs
accolés, ont été partiellement réoccupés au MR III, et plus tard, aux époques
protogéométrique, classique et romaine.
     5. L'agencement architectural, ainsi que les trouvailles, ont des parallèles précis,
non seulement dans les autres postes de garde situés sur des routes, mais dans des
bâtiments isolés du Minoen Moyen, époque à laquelle remonte le tracé du réseau routier.
     6. Le rôle joué par l'édifice dans le réseau routier minoen ne peut pas être établi avec
certitude, avant que ne soient fouillés d'autres postes semblables.
       Yannis Tzedakis, Stella Chryssoulaki, Yanna Venieri et Maria Avgouli.


Addendum : Observations sur les viaducs minoens de Χοφόμανδρες.
     Mis à part le viaduc monumental au Sud du palais de Knossos28, on n'avait pas,
jusqu'à tout récemment, publié d'autres ponts minoens. Quelques chercheurs connais
saientnéanmoins l'existence de ce genre de constructions sur les routes de Crète
orientale29. La prospection systématique des routes minoennes, entreprise il y a quelques
années30, commence à éclairer d'un jour nouveau ce chapitre négligé du génie civil
minoen. Les efforts déployés pour la construction de ces routes et les différences qu'elles
présentent suivant leur fonction et les données topographiques31, suffiraient à garantir
la capacité des ingénieurs minoens à jeter des ponts sur des ravins. La construction de
ponts constituerait d'autre part un bon critère de l'habileté et des connaissances de ces
spécialistes.


      (28) A. Evans, The Palace of Minos al Knossos II (1928), p. 93-102.
      (29) R. J. Forbes, «Notes on the History of Ancient Roads and Their Construction», Archaeologisch-
Historische Bijdragen III (1934), p. 55 : « In the eastern part of the island traces of a similar well-paved road
were found in the Lasithi mountains near Psychro with remains of bridges and walls along its course. A closer
study of its construction and other détails are still lacking».
      (30) BCH 113 (1989), p. 43-75.
      (31) Ibid., p. 49-52.

Contenu connexe

En vedette

France Pictures
France PicturesFrance Pictures
France Pictures
saintrose
 
Sinnaeve brochure Cité des Sciences et de l'Industrie
Sinnaeve brochure Cité des Sciences et de l'IndustrieSinnaeve brochure Cité des Sciences et de l'Industrie
Sinnaeve brochure Cité des Sciences et de l'Industrie
inutile95
 
Présentation de la compagnie - Эlevel. Français
Présentation de la compagnie - Эlevel. FrançaisPrésentation de la compagnie - Эlevel. Français
Présentation de la compagnie - Эlevel. Français
Elevel
 
Ah qu' ça pue
Ah qu' ça pueAh qu' ça pue
Ah qu' ça pue
clochard8
 
Horta ecolóxica
Horta ecolóxicaHorta ecolóxica
Horta ecolóxica
guest642805
 
Les enfants de la terre
Les  enfants  de  la  terreLes  enfants  de  la  terre
Les enfants de la terre
clochard8
 

En vedette (18)

France Pictures
France PicturesFrance Pictures
France Pictures
 
Sinnaeve brochure Cité des Sciences et de l'Industrie
Sinnaeve brochure Cité des Sciences et de l'IndustrieSinnaeve brochure Cité des Sciences et de l'Industrie
Sinnaeve brochure Cité des Sciences et de l'Industrie
 
Présentation de la compagnie - Эlevel. Français
Présentation de la compagnie - Эlevel. FrançaisPrésentation de la compagnie - Эlevel. Français
Présentation de la compagnie - Эlevel. Français
 
Ilesferoe
IlesferoeIlesferoe
Ilesferoe
 
Manifeste pour une alternative a gauche ici et maintenant
Manifeste pour une alternative a gauche ici et maintenantManifeste pour une alternative a gauche ici et maintenant
Manifeste pour une alternative a gauche ici et maintenant
 
Textos del Padre Federico Salvador Ramón - 23
Textos del Padre Federico Salvador Ramón - 23Textos del Padre Federico Salvador Ramón - 23
Textos del Padre Federico Salvador Ramón - 23
 
Amfe newsletter novembre 2014
Amfe newsletter novembre 2014Amfe newsletter novembre 2014
Amfe newsletter novembre 2014
 
Ah qu' ça pue
Ah qu' ça pueAh qu' ça pue
Ah qu' ça pue
 
Horta ecolóxica
Horta ecolóxicaHorta ecolóxica
Horta ecolóxica
 
Escocia
EscociaEscocia
Escocia
 
La Contribucion De Las Universidades Al Desarrollo Indicadores Existentes Y E...
La Contribucion De Las Universidades Al Desarrollo Indicadores Existentes Y E...La Contribucion De Las Universidades Al Desarrollo Indicadores Existentes Y E...
La Contribucion De Las Universidades Al Desarrollo Indicadores Existentes Y E...
 
Ponencia RSE ISR consejo federal COMFIA CCOO 12-04-2012 red
Ponencia RSE ISR consejo federal COMFIA CCOO 12-04-2012 redPonencia RSE ISR consejo federal COMFIA CCOO 12-04-2012 red
Ponencia RSE ISR consejo federal COMFIA CCOO 12-04-2012 red
 
Les enfants de la terre
Les  enfants  de  la  terreLes  enfants  de  la  terre
Les enfants de la terre
 
Le projet "être O'Net" - Académie d'Orléans-Tours
Le projet "être O'Net" - Académie d'Orléans-ToursLe projet "être O'Net" - Académie d'Orléans-Tours
Le projet "être O'Net" - Académie d'Orléans-Tours
 
Tablet p cs article
Tablet p cs articleTablet p cs article
Tablet p cs article
 
Découvrez le meilleur des médicaments : enquête exclusive
Découvrez le meilleur des médicaments :  enquête exclusiveDécouvrez le meilleur des médicaments :  enquête exclusive
Découvrez le meilleur des médicaments : enquête exclusive
 
Les 10 chiffres clés de l'immobilier 2012 en Savoie et Haute-Savoie, Fnaim d...
Les 10 chiffres clés de l'immobilier 2012 en Savoie et Haute-Savoie, Fnaim d...Les 10 chiffres clés de l'immobilier 2012 en Savoie et Haute-Savoie, Fnaim d...
Les 10 chiffres clés de l'immobilier 2012 en Savoie et Haute-Savoie, Fnaim d...
 
Seminaire eti maedi29mai2015
Seminaire eti maedi29mai2015Seminaire eti maedi29mai2015
Seminaire eti maedi29mai2015
 

Similaire à Tzedakis et al. 1990 les routes minoennes - le poste de χοιρόμανδρες et le contrôle

ARCHITECTURA FRANÇAISE- VIOLLET LE DUC 3
ARCHITECTURA FRANÇAISE- VIOLLET LE DUC 3ARCHITECTURA FRANÇAISE- VIOLLET LE DUC 3
ARCHITECTURA FRANÇAISE- VIOLLET LE DUC 3
BRIAN MOORE
 
Histoire de Clamecy (auteur inconnu)
Histoire de Clamecy (auteur inconnu)Histoire de Clamecy (auteur inconnu)
Histoire de Clamecy (auteur inconnu)
jpflahaut
 
les meteores de_grece
  les meteores de_grece   les meteores de_grece
les meteores de_grece
Eugenia silva
 

Similaire à Tzedakis et al. 1990 les routes minoennes - le poste de χοιρόμανδρες et le contrôle (20)

Chios Ikaria, beautés grecques
Chios Ikaria, beautés grecquesChios Ikaria, beautés grecques
Chios Ikaria, beautés grecques
 
1. la prehistoire
1. la prehistoire1. la prehistoire
1. la prehistoire
 
Mémoire 8e partie
Mémoire 8e partieMémoire 8e partie
Mémoire 8e partie
 
ARCHITECTURA FRANÇAISE- VIOLLET LE DUC 3
ARCHITECTURA FRANÇAISE- VIOLLET LE DUC 3ARCHITECTURA FRANÇAISE- VIOLLET LE DUC 3
ARCHITECTURA FRANÇAISE- VIOLLET LE DUC 3
 
Filename 0=vestiges archéologiques espagne
Filename 0=vestiges archéologiques espagneFilename 0=vestiges archéologiques espagne
Filename 0=vestiges archéologiques espagne
 
Ppt vestiges complet georgia juin 2016
Ppt  vestiges complet georgia juin 2016Ppt  vestiges complet georgia juin 2016
Ppt vestiges complet georgia juin 2016
 
Perros guirec et ses environs
Perros guirec et ses environsPerros guirec et ses environs
Perros guirec et ses environs
 
Histoire de Clamecy (auteur inconnu)
Histoire de Clamecy (auteur inconnu)Histoire de Clamecy (auteur inconnu)
Histoire de Clamecy (auteur inconnu)
 
Europa : Les origines des Européens
Europa : Les origines des EuropéensEuropa : Les origines des Européens
Europa : Les origines des Européens
 
Meteora
MeteoraMeteora
Meteora
 
Les météores de Grèce
Les météores de GrèceLes météores de Grèce
Les météores de Grèce
 
meteora
meteorameteora
meteora
 
les meteores de_grece
  les meteores de_grece   les meteores de_grece
les meteores de_grece
 
Les calanques et le chemin des douaniers a saint aygulf
Les calanques et le chemin des douaniers a saint aygulfLes calanques et le chemin des douaniers a saint aygulf
Les calanques et le chemin des douaniers a saint aygulf
 
Brochure chemin des douaniers
Brochure chemin des douaniersBrochure chemin des douaniers
Brochure chemin des douaniers
 
Franca1
Franca1Franca1
Franca1
 
Marseille mu cem
Marseille   mu cemMarseille   mu cem
Marseille mu cem
 
MUCEM
MUCEMMUCEM
MUCEM
 
analyse urbaine de la ville de Cherchell
analyse urbaine de la ville de Cherchellanalyse urbaine de la ville de Cherchell
analyse urbaine de la ville de Cherchell
 
Penthièvre au fil des âges
Penthièvre au fil des âgesPenthièvre au fil des âges
Penthièvre au fil des âges
 

Dernier

Dernier (12)

PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptx
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
 
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
 
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptxTraitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
 
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptFormation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
 
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 

Tzedakis et al. 1990 les routes minoennes - le poste de χοιρόμανδρες et le contrôle

  • 1. Stella Chryssoulaki Yannis Tzedakis Yanna Veniéri Maria Avgouli Les routes minoennes - Le poste de Χοιρόμανδρες et le contrôle des communications In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 114, livraison 1, 1990. pp. 43-62. Résumé Le poste routier du lieu-dit Παράγκα, à Χοιρόμανδρες, est l'un des postes de garde les plus importants de la route reliant l'habitat minoen d'Aμπέλoς (Ξηρόκαμπος) à la région fortement peuplée de Πάνω Ζάκρος et à la ville palatiale du même nom. La dernière campagne de fouille de la construction, dans le courant de l'année 1989, et les études topographiques complémentaires effectuées dans la vallée de Χοιρόμανδρες, ont confirmé qu'il s'agit d'une puissante construction à caractère défensif, s'insérant dans un programme plus vaste, destiné à contrôler les communications. Il fut fondé au MM II et resta en usage jusqu'au MR IB, époque à laquelle il s'écroula, mais il est impossible de préciser si son utilisation a changé lors des occupations successives. L'aménagement architectural et les trouvailles ont des parallèles, aussi bien dans d'autres postes de garde routiers que dans des édifices datant du Minoen Moyen, l'époque où devrait avoir été dessiné le réseau routier minoen. περίληψη 0 οδικός σταθμός στη θέση Παράγκα Χοιρομανδρών είναι ένα από τα σημαντικότερα φυλάκια της αρτηρίας που συνδέει το μινωικό οικισμό της Αμπέλου (Ξηρόκαμπος) με την πυκνοκατοικημένη περιοχή της Πάνω Ζάκρου και την ανακτορική ομώνυμη πόλη. Οι τελευταίες ανασκαφές του κτίσματος κατά το έτος 1989 και οι συμπληρωματικές τοπογραφικές έρευνες στην κοιλάδα των Χοιρομανδρών, επιβεβαίωσαν ότι πρόκειται για ισχυρό κτήριο αμυντικού χαρακτήρα που αποτελεί μέρος ενός ευρύτερου οικοδομικού προγράμματος με στόχο τον έλεγχο των επικοινωνιών. Θεμελιώθηκε κατά τους ΜΜΙΙ χρόνους και χρησιμοποιήθηκε συνεχώς ως τα ΥΜΙΒ χρόνια, οπότε και κατέρρευσε, χωρίς να είναι δυνατόν να διακριβωθεί αν η χρήση του άλλαξε κατά τη διάρκεια των επαλλήλων κατοικήσεων. Η αρχιτεκτονική διαρρύθμιση και τα ευρήματα βρίσκουν παράλληλα τόσο σε άλλα οδικά φυλάκια όσο και σε κτήρια της μεσομινωϊκής περιόδου κατά την οποία πιστεύεται ότι σχεδιάστηκε το μινωικό οδικό δίκτυο. Citer ce document / Cite this document : Chryssoulaki Stella, Tzedakis Yannis, Veniéri Yanna, Avgouli Maria. Les routes minoennes - Le poste de Χοιρόμανδρες et le contrôle des communications . In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 114, livraison 1, 1990. pp. 43-62. doi : 10.3406/bch.1990.1715 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1990_num_114_1_1715
  • 2. LES ROUTES MINOENNES : LE POSTE DE ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ ET LE CONTRÔLE DES COMMUNICATIONS. c'est Si nous quipuisse en qui assurerôle la lalesdetrouvailles denousréseau ΧοιρόμανδρεςlaΖάκρου, autant qu'on du éclairent aussi d'après disposition dans Πάνω intérieur zonedensité et, de Ξηροκαμπιά.principale juger lebien d'occupation revenons aujourd'hui sur qu'elle la fouilles1l'espace Ζάκρος2, d'aboutirphases conclusions troisième et dernière campagne de joué de fortifiéea de routier de fertile des La route que la bâtiment que l'unité construction de le a région surface, à forte les vallée permis et à de population, mène, vers le Sud, à la zone côtière d"Aμπελoς et au mouillage de Κατσουνάκια. Parsemée de postes de garde3, cette voie semble avoir joué un rôle important dans le mouvement des hommes et des biens, dès le début de l'époque palatiale4. (1) La dernière campagne de fouilles de Χοιρόμανδρες a duré du 17 au 25 avril 1989. À l'équipe scientifique s'étaient joints Photis Louridas, architecte, et Kostas Bobos, peintre, qui se chargèrent des dessins. Les prises de vue sont dues à Maria Avgouli, archéologue, et le tirage à Stéphanos Alexandrou. Nous remercions la Fondation Psycha, qui finance nos travaux depuis 1985, et l'UNESCO qui a complété notre budget pour 1988-89, ainsi que la 24e Éphorie, et particulièrement Nikos Papadakis, Directeur du Musée de Sitia, pour leur hospitalité et leur sollicitude. Nous remercions également les fouilleurs de la ville minoenne de Palaikastro de leur assistance, et Sandy Mac Gillivray de ses précieuses suggestions concernant la céramique. Enfin, nous remercions Béatrice Detournay qui a assuré la traduction française du manuscrit. (2) La région de Πάνω Ζάκρος a été occupée sur une grande échelle depuis le tout début de l'époque minoenne. Les sites cités ci-dessous renvoient à la carte de la fig. 20 : n° 30 Ανθρωπόλιθοι : habitat minoen, sanctuaire agraire MM, poste de garde MM; n° 28 Καλή Στράτα : groupe de fermes minoennes ; n° 29 Κούκου Κεφάλι : villa MR I A; n° 27 Τραγοπιάστης : poste central, très bien conservé, sous l'école primaire de Zakros, auquel se réfère peut-être Hogarth, BSA 7 (1900-1901), p. 148. La prospection faite en 1989 entre la villa MR I A et Σχοινάρες (n° 36) a repéré une vaste habitation d'époque géométrique et du début de l'époque archaïque, près de la fouille de sauvetage MR I d'A. Karetsou. Pour la bibliographie : BCH 113 (1989), p. 53, n. 25. (3) Quinze postes de garde sont notés sur la carte fig. 20 (n°· 27, 30, 36 à 48 et 51). Le poste n° 30, au lieu- dit ΑνθρωπόλιΟοι, est aujourd'hui presque complètement détruit par l'érosion. Il faut leur ajouter deux postes, récemment détruits : le premier se trouvait au Sud du poste 37, au lieu-dit Ασπρες Πλάκες, l'autre, au lieu-dit Καμπερή ο Λάκκος, à l'Ouest du poste n° 37 et au Nord du poste n° 39. (4) La route vers Άμπελος, cf. BCH 113 (1989), p. 55.
  • 3. 44 y. tzedakis, st. chryssoulaki, y. venieri et m. avgouli [bch 114 Topographie de la vallée de Χοιρομανδρεσ. La cuvette allongée de Ξηροκαμπιά est fermée à l'Ouest, à hauteur de la petite vallée de Χοιρόμανδρες, par deux lignes de crêtes, d'abord, du Nord au Sud, Πάνω και Κάτω Βουνάρι, Κάστελλας, Τράχηλας της Καδένας et Πέρα Τράχηλας ; puis au-delà, la seconde ligne plus élevée des (toujours du Nord au Sud) Κοντολιού Κεφάλα, Βίγλα Ζάκρου, Κεφάλα του Χουρδάκι et Κεφάλα του Μάρε, où sont installés les radars de la base aérienne de Ζήρος, tandis qu'une autre chaîne, dense mais plus basse, la sépare à l'Est de la côte avec les petits ports de Λιδόρυακο, Σχισμένες Πέτρες, Ρούσσο Σπάσμα, Καλό Ποτάμι, Ασπρος Βώλακας et Κατσουνάκια. Quatre défilés aboutissent à la vallée de Χοιρόμανδρες, qu'ils relient au reste de la région. Au Nord-Ouest, le lit du torrent de Βουκολιάδες, qui vient de la région de Πάνω Ζάκρος, traverse la vallée du Sud à l'Est et rejoint, à son extrémité Sud, la gorge de Ξηρόκαμπος, seule zone de la région à abriter une flore et une faune, que les déchets de la Coopérative Huilière de la commune de Zakro ont détruites ces trois dernières années. Au Nord-Est, le lit du torrent de Χαούζες est de fait le prolongement de la gorge de Καραβιάδαινα qui aboutit, au Nord, à l'habitat minoen d'Aμπέλες et communique, au Nord-Est, avec Φαραγγούλια, reliant ainsi la vallée à la ville palatiale de Κάτω Ζάκρος. C'est vraisemblablement ce qui explique pourquoi la gorge de Καραβιάδαινα est gardée par une série de postes de vigiles, bâtis le long des berges. Enfin, le ravin de Μαγγανάρου ou encore Του Μαγγανάρου ο Πόρος, «le passage»5, constitue la seule issue de la vallée vers la côte, puisqu'il va jusqu'à Ρούσσο Σπάσμα à l'Est. Il en résulte que les deux masses montagneuses infranchissables qui limitaient la vallée à l'Est et à l'Ouest faisaient de celle-ci la seule voie de passage entre Ζάκρος et Άμπελος puis Ζήρος·; elle est empruntée même par les oiseaux migrateurs — hérons, cigognes, hirondelles et canards sauvages — , quand ils voyagent entre l'Afrique et l'Europe. Le ravin qui sépare la partie Est de la partie Ouest de la vallée constitue la limite actuelle des communes de Ζάκρος et Ζήρος. Les montagnes convergent à ses deux extrémités, donnant à la vallée la forme d'un fuseau. La moitié Ouest a très peu de traces d'occupation minoenne. Un petit village, pratiquant la culture et l'élevage, a peut-être mis en valeur cette terre très peu fertile à l'époque impériale. Aujourd'hui encore, toute cette zone accueille les troupeaux de chèvres qui descendent des plateaux de Ζήρος pour passer l'hiver. Au contraire, la présence minoenne est nette dans la partie Est. Mais il ne s'agit pas d'habitations rurales telles que nous les connaissons, de hameaux de petites maisons construites en moellons bruts, avec annexes et contreforts. La partie Est de la vallée de Χοιρόμανδρες (fig. 1) est également la plus aride. Le sol est fait de plaques inclinées d'un calcaire gris et dur, alternant avec un schiste mauve-rosé ou vert. Seuls de petits buissons bas peuvent se développer sur la fine couche rouge d'argile. Les témoignages des propriétaires attestent que la région ne fut jamais cultivée, «pas même pendant les années difficiles de l'occupation», bien que le puits, au pied de la butte, offre aujourd'hui encore une eau pure et abondante. (5) Sur l'importance des toponymes, voir BCH 113 (1989), p. 48. (6) Les distances séparant les villes minoennes de cette voie sont les suivantes : Κάτω Ζάκρος - Χοιρόμανδρα; par la vallée des Morts : 6,5 km; Πάνω Ζάκρος - Χοιρόμανδρες : 5 km; Άμπελος Κατσούνακια - Χοιρόμανδρες : 2,5 km.
  • 4. 1990] LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ 45 Fig. 1. — Plan topographique de la partie Est de la vallée de Χοιρόμανδρες. Légendes : Π = Périboles Λ = Carrière A >= Montée Δ1 = Route d"Aμπeλoς Bl = Petite tour Δ2 = Route de Σφάκα B7 = Poste de vigile de Μαγγανάρου Πόρος Δ3 = Route de la vallée B2, B6 et B9 = Postes de vigiles de la vallée Δ4 = Route vers Ζάκρος B8 = Poste de vigile de Καθιά Δ5 = Route vers Ρούσσο Σπάσμα Φ = Poste de Χοιρόμανδρες Δ6 = Route de la carrière Γ = Viaduc L'extrémité Sud-Est de la vallée est dominée par une colline relativement élevée, au sommet aplani d'une surface de 1300 m2. Elle a vue sur l'ensemble de la vallée, et en particulier sur toutes les issues des passages naturels qui y mènent. Base et sommet ont été entourés d'un péribole, qui ne s'interrompt que là où les rochers de la colline rendent toute construction inutile. Ces murs sont construits en appareil «cyclopéen», fait de blocs de calcaire grossièrement travaillés, d'une épaisseur moyenne de 0,50 m, disposés en deux rangées parallèles, avec un blocage d'éclats de pierre (fig. 2). Ils ont une épaisseur moyenne de 1,70 m, pour une hauteur moyenne conservée de 1,50 m sur deux ou trois
  • 5. 46 Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI [BCH 1!4 assises7. Mais la colline n'est pas la seule à être fortifiée. Toute la partie Est de la vallée est sillonnée de murs parallèles, perpendiculaires ou sécants, construits de la même manière, entre lesquels courent des routes, qui relèvent du type des routes à double contrefort et couloir latéral parallèle8. Les murs joignent des postes de vigiles, qui participent du même programme de construction et remplissent les mêmes fonctions9. Le plus grand et le mieux fortifié est le poste de vigile Β 6 (fïg. 1), qui a été construit au point stratégique le plus important de la vallée, juste sous la terrasse du poste de garde, au pied de la colline. Les postes de vigiles sont plus denses sur le plateau au sommet de la colline que dans la vallée. Le plus au Sud, une petite tour (fig. 1, Bl et fig. 3), est entièrement construit, alors que les autres intègrent dans leurs murs de grands rochers ou des amoncellements de rochers. La tour, qui est reliée au poste par un large mur, a un diamètre intérieur de 6 m et un diamètre extérieur de 12,30 m. Le côté Nord présente une ouverture qui devait être une entrée, mais le mauvais état de la maçonnerie et les dégâts dus aux fouilles clandestines ne permettent pas de le confirmer. Les blocs de la superstructure ont roulé à petite distance tout autour du soubassement du bâtiment dont la superstructure conservée atteint une hauteur moyenne de 1,20 m. Les fouilles clandestines ont agrandi l'ouverture Nord et enlevé un remblai de 0,80 m d'épaisseur, constitué de la même argile rapportée — pure, à grain fin — que celle qui a servi au revêtement des sols du poste de garde10. La limite de l'oxydation des parois internes du bâtiment circulaire indique que le remblai d'argile est contemporain de la construction de la tour, dont le sol devait être à environ 1 m au-dessus du rocher de fondation. L'épaisseur du soubassement circulaire, l'accumulation des gros blocs tombés et le mur, petit mais large, qui relie la petite tour au rocher élevé de l'Est montrent que le bâtiment devait être sensiblement plus élevé, et que c'était probablement une sorte de petite tour contrôlant la route qui va d "Αμπελος au sommet plat de la colline de Χοιρόμανδρες11. (7) La hauteur conservée de ces murs est inversement proportionnelle à leur largeur. Des fondations aussi puissantes incitent pourtant à restituer une hauteur plus grande, nécessaire pour assurer un rôle de défense. L'importance du travail — taille, façonnement, transport et pose de blocs aussi volumineux — ne s'explique pas s'il s'agissait de bâtir un mur aussi bas. La seule explication que nous puissions proposer est que ces murs, construits souvent perpendiculairement ou obliquement aux courbes de niveau, sans soutènement particulier, n'ont pas résisté au temps et se sont peu à peu écroulés, ne laissant subsister que les fondations, l'euthyntéria et la première assise qui devait avoir «l'assiette» la plus large de toute la superstructure. Si l'on n'a pas retrouvé de blocs tombés aux alentours, cela est peut-être dû à la nature du matériau. En effet, le calcaire gris, matériau de construction traditionnel des postes de garde, semble avoir un fort indice de cohésion, mais est en réalité particulièrement friable et se transforme en chaux lorsqu'il a été longtemps exposé aux intempéries. Des tas de débris calcaires couvrent les bordures des postes et des murs, dans la région pilote. C'est peut-être cette fragilité du matériau qui a obligé les constructeurs de Χοιρόμανδρες à donner à la route partant de la carrière un tracé en forme de fronde, plutôt que de risquer une pente abrupte, sur la distance beaucoup plus faible qui sépare la carrière du poste. (8) BCH 113 (1989), p. 50 et 52. (9) BCH 113 (1989), p. 63. (10) Le tamisage des terres amoncelées par les fouilleurs clandestins, à l'extérieur de l'ouverture, ainsi que le nettoyage de la paroi intérieure du soubassement de la tour, ont fourni très peu de céramique, identique à la céramique minoenne du poste. (11) N. Platon a fouillé une structure comparable par le plan et la technique de construction, dans le péribole Sud du secteur des Ateliers du Palais de Zakros : N. Platon, PraklArchEl (1979), p. 286-288, fig. 1 ; Id., PraktArchEt (1980), p. 298-305, fig. 1, pi. 182-185. Il a bien su interpréter, dès sa première campagne de
  • 6. 1990] LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ 47 0.00 0.50 1D0 200 3.00 4.00 Fig. 2. — Plan d'un tronçon du péribole Ouest de la colline, près de la petite tour. Pig. 3. — Plan de la tour de la colline. L'accès au sommet a été taillé au milieu du côté Ouest de la colline, le seul qui permette d'ailleurs une montée relativement aisée12. Evans et, plus tard, Pendlebury, fouilles, la «large construction circulaire avec un mur extérieur compact» comme une petite tour, reliée au péribole Sud et à l'entrée de l'aire palatiale, dont «il n'est pas exclu qu'elle soit contrôlée par deux petites tours semblables». Il a cependant abandonné cette interprétation lors de la campagne suivante, et vu dans cette construction un puits. (12) BCH 113 (1989), fig. 35.
  • 7. 48 Y. TZEDAKIS, ST. CHRYS8OULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI [BCH 114 visitant les postes de garde du Lassithi, avaient été frappés par des entrées taillées dans le rocher, avec des marches rapportées ou taillées. Des deux viaducs, sur la bordure Nord-Est de la vallée, le plus bas était utilisé pour le transport des matériaux de construction de la carrière jusqu'au poste de garde, le plus haut desservait la route vers Ρούσσο Σπάσμα13. Bien qu'ils ne soient pas très bien conservés et que l'appareil se distingue mal au milieu des arbustes, toute la construction laisse à penser que le revêtement était en partie en bois. Si nous avons cité successivement les constructions qui, comme le montre le plan topographique (fig. 1), couvrent l'ensemble de la partie Est de la vallée, c'est pour bien faire comprendre que le poste de garde de Χοιρόμανδρες, même s'il est le seul bâtiment couvert — ou à demi couvert — du complexe de constructions, ne constitue aucunement un édifice autonome, comme ce serait le cas d'une ferme, d'une bergerie, d'un moulin ou d'un autre bâtiment comparable. Le plan rectangulaire du poste doit donc être compris comme indissociable d'un programme de construction plus vaste de postes de vigiles et de petites tours, ainsi que de murs d'une épaisseur imposante, qui couvrent toute la surface du plateau. Ces murs, que l'on retrouve ailleurs dans la partie Est de la vallée14, prolongent le programme architectural de l'« acropole» dans les environs, barrant efficacement la route à toute arrivée inopinée sur le plateau. Le poste de Χοιρόμανδρες : disposition architecturale (fig. 4). Le poste de garde, suffisamment bien conservé pour être encore utilisé par les bergers et les troupeaux de nos jours — d'où son nom15 — , a été fondé sur la pointe Nord-Est de la colline, dominant la vallée. Les raisons de ce choix restent énigmatiques : le rocher a certes vue sur l'ensemble de la vallée, mais n'offrait pas les 144 m2 de surface du bâtiment, qu'il était possible d'installer 12 m plus au Sud, sans perdre en rien la vue panoramique et en évitant d'importants travaux d'infrastructure16. Mais les construc teurs voulaient manifestement, comme dans d'autres postes centraux, créer deux niveaux dans les fondations, pour abriter l'accès à la «sortie de secours» qui, depuis la cour dallée, mène à la cour Est extérieure, au sol fait d'un mortier de chaux17. La technique de construction des fondations est remarquable. La maçonnerie inférieure éleva le niveau d'habitation de la partie orientale du bâtiment jusqu'à celui de la partie occidentale, c'est-à-dire la surface du rocher. Des sondages sous le sol de la pièce III (fig. 5) ont montré que la technique utilisée pour certains murs de l'infrastructure, sous le dallage de la cour où le rocher affleure, servait à boucher des (13) Une description détaillée des viaducs est présentée en addendum (cf. infra, p. 62-65). (14) La plupart des postes de garde notés sur la carte de la région pilote (fig. 20) sont dotés de périboles successifs, dans les environs immédiats ou même plus éloignés. L'étude topographique récente du poste de Καρούμες a prouvé que ces murs entourant le poste se prolongent aussi bien vers l'Est, du côté du golfe, que vers l'Ouest, donnant aux enclos une forme en fer à cheval du côté de la gorge de Χοχλακιές. Ce réseau de barrières rappelle, par sa disposition, les murs de soutènement des fortifications des acropoles étéocrétoises. Cf. BCH 1 13 (1989), p. 72, n. 77. (15) Les gens du pays appellent le poste Παράγκα, c'est-à-dire «construction provisoire». Cela prouve qu'aujourd'hui encore il n'est pas considéré comme une ruine ou un rocher, mais comme un bâtiment. (16) BCH 113 (1989), p. 66, fig. 28. (17) BCH 113 (1989), fig. 29, 30 et 31.
  • 8. 1990] LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ 49
  • 9. 50 Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI [BCH 114 Fig. 5. — Pièce III vue du Sud-Est. On distingue le sondage qui a mis au jour le mur d'infrastructure du sol. Fig. 6. — Fenêtre de la façade Est. On distingue le tablier triangulaire et le montant tombé devant le soubassement du mur. fissures du rocher pour égaliser le sol : ces murets, faits de pierres taillées en forme de plaques, disposées de façon à ce que leurs pointes se recouvrent, ne peuvent, vu la qualité de la maçonnerie et leur emplacement, avoir été des éléments porteurs. De semblables murets passaient sous les sols des pièces IV et V, sous l'entrée de la pièce II, de même que sous certaines parties du dallage de la pièce I. Les moellons bruts des façades pourraient faire croire à une construction hâtive ; mais les fondations des sols, la solidité de la maçonnerie, ainsi que la présence des seuils taillés, des montants et des tabliers des fenêtres (fig. 6), montrent que cette architecture, accompagnée d'une étude de nivellement, était en réalité soignée, réalisée avec des matériaux apportés d'ailleurs et selon un plan qui répondait à une conception d'ensemble (fig. 7).
  • 10. 1990] LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ 51 Fig. 7. — Poste de Χοιρόμανδρβς. Dessin en perspective du bâtiment. Dans ce bâtiment carré (12 X 12 m), un tiers environ de l'espace intérieur est occupé par la cour dallée : elle était hypèthre, ou abritée par une couverture provisoire en bois qui prenait appui tout autour sur les murs Est des pièces I et II, sur la cloison centrale du bâtiment et sur des tronçons des façades Est et Sud qui devaient normalement s'élever jusqu'au plafond ; la dépression circulaire au centre du dallage pourrait avoir servi à un support en bois — dont on n'a aucune trace — destiné à soutenir la couverture. Il faut cependant se méfier des dommages subis par le dallage lors des deux sondages Hogarth, mais aussi de l'occupation continue dont témoignent les tessons classiques et romains qu'on trouve sous la couche de surface. Le niveau du dallage, plus bas que le seuil, pose un problème : peut-être doit-on restituer deux marches, disparues dans la tranchée Hogarth I, ou en bois. La fenêtre de la façade Est devait être utilisée comme porte- balcon pour décharger les bêtes de somme qui arrivaient dans la cour extérieure Est et transporter les produits directement à l'intérieur du bâtiment (fig. 8). Le matériel mis au jour prouve à l'évidence que la cour dallée était une cour de service : cuisine (pilons et mortiers, vaisselle, marmites, bassine et grand seau de pressoir avec écoulement pour le moût), réserve d'eau (seaux, jarres), elle devait aussi abriter des ateliers (broyeur en pierre, plaque en conglomérat travaillée et pesons). Les trouvailles sont datées du MM III Β (fragment de cruche 1. 28/88) 18, du MM III B/MR I A, du MR III et de l'époque gréco-romaine. (18) Les numéros des trouvailles renvoient aux journaux de fouille et sont formés d'un numéro d'ordre, du numéro de locus (couche - espace), et de l'année de la campagne. Journaux et inventaires ont été déposés au Musée de Sitia.
  • 11. Fig. 8. — La fenêtre de la façade Est vue de l'intérieur Fig. 9. — La plaque en terre cuite et le vase au fond du bâtiment. On distingue, sous la bordure triangulaire, le sol découpé in situ. Derrière eux, mortier elliptique dallé et, au premier plan, le sondage Hogarth II, dans le et, à l'arrière-plan, soubassement de la marche de remblai de l'infrastructure. l'entrée. 1.28/80 14008 Fig. 10. — Pommeau de poignard 1 Vase de pierre caréné 1.29/89.
  • 12. 1990] LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ 53 Dans la tranchée Hogarth II, qui correspond au remplissage de l'infrastructure et à la «sortie de secours», le matériel, une belle céramique fine (gobelets, tasses, skyphoi et fragment de table à offrandes), va du MM II au MR III. Sur la plaque carrée de terre cuite (0,35 X 0,35 X 0,025 m) trouvée sur le dallage de la cour, non loin de l'entrée (fig. 9), un grand vase de stockage, dont le fond avait été soigneusement découpé, était posé en remploi. Enfin, dans le remblai de la partie Est du dallage, avec des fragments de gobelets datant du MM II Β au MR I A, on mit au jour un petit pommeau de poignard en pierre dure, grise, à surface lisse et polie (fig. 10). Il a 0,045 m de diamètre et 0,028 m d'épaisseur maximum, et présente une cavité de 0,015 m de diamètre et, sur le côté, un trou de 0,005 m, pour le clou fixant le support dans la cavité19. Autour de la cour dallée s'organisèrent, du Sud à l'Est, les pièces rectangulaires. Elles devaient toutes être couvertes par un toit plat et une terrasse revêtue de fines plaques de schiste, qui ont été retrouvées dans la couche de surface des pièces. Dans la pièce I, le remblai couvrait à peine le dallage qui complétait par endroits le rocher nu. Une banquette, d'origine, courait le long de la paroi intérieure de la façade Sud ; une autre, plus petite, fut aménagée dans l'angle intérieur, au point de jonction des façades Sud et Ouest. La porte de la pièce assurant la communication avec la cour dallée avait été abîmée par la tranchée Hogarth I. Les vases trouvés dans la pièce I (petites bassines peu profondes, fragments de cruches, de jarres et de bols, marmites portant des traces de feu) vont du MM jusqu'au MR IB, à l'exception de quelques tessons gréco-romains, trouvés en surface. La pièce II, témoin stratigraphique qui n'a été fouillé qu'en fin de campagne, ne contenait malheureusement qu'un remblai très fin, puisque le rocher au milieu de la pièce apparut immédiatement sous la couche de surface. La céramique (pesons, quelques fragments de coupes et de kyathoi, et un tesson de vase bucchero) va du MM II jusqu'au MR I. La pièce III, la plus vaste (fig. 11), est la seule qui fournisse quelques informations sur la vie quotidienne à l'intérieur du bâtiment. Elle avait du côté Ouest une fenêtre avec une bordure triangulaire et un montant, tombé à l'intérieur de la pièce ; immédiatement au Nord de la fenêtre, la façade dessine un redan et tourne vers le Nord-Est pour former l'extension de la terrasse extérieure. À l'endroit du redan, côté intérieur, un petit muret complète le rocher qui, orienté Ouest/Est, coupe la pièce, aménageant au Sud un espace étroit et oblong, où l'on a mis au jour un atelier, probablement celui d'un tailleur de pierre (fig. 12). Il s'est installé à l'intérieur de l'ouverture de la fenêtre qui offrait la lumière nécessaire, ainsi qu'un rebord, utilisable comme banquette. Devant la fenêtre, une niche fut aménagée avec une plaque en terre cuite de 0,60 X 0,50 m, fondée sur une infrastructure construite. Une petite cruche et une marmite semblent être tombées de la banquette, et, un peu plus loin, une autre marmite contenait des lames d'obsidienne. Immédiatement à l'Est de la plaque de terre cuite, soigneusement découpé, comme le vase de la cour dallée20, le fond d'un kernos en terre cuite (fig. 13), qui devait avoir le même usage que la plaque de terre cuite, avait été retourné et remployé : le kernos — où (19) F. Chapouthier, Deux épies d'apparat découvertes en 1996 au Palais de Mallia (1938), fig. 8. (20) Voir fig. 9.
  • 13. 54 Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI [BCH 114 Fig. 11. — Pièce III vue du Nord-Est. Fig. 13. — Kernos 1.23/89. Fig. 12. — Le muret, la niche et la plaque en terre cuite de l'atelier dans la pièce III. On distingue également le kernos renversé, in situ.
  • 14. 1990] LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ 55 d'autres voient un jeu de l'oie — , est de type paléopalatial21 ; le diamètre conservé est de 0,188 m et l'épaisseur de 0,026 m; il comporte vingt-quatre cupules circulaires, comme des empreintes de pouces, disposées presque régulièrement en spirale. Cette disposition renvoie aux kernoi de panspermie en pierre, mais il n'est pas exclu qu'il s'agisse d'un vase d'usage courant à fond un peu particulier. On a découvert aussi, retournés et tombés sur le sol, deux vases de pierre qui devaient être posés sur la plaque en terre cuite : il s'agit de vases à profil caréné, faits d'une pierre sombre à veines blanches22, à surface lisse et toucher savonneux. Le premier est fragmentaire ou inachevé ; le second (ht. 0,0615 m ; diam. de la panse 0,094 m ; diam. de la base 0,047 m ; diam. de la lèvre 0,084 m ; ép. de la lèvre 0,005 m) est presque intact, puisqu'il ne manque que l'anse et un fragment du bec (fîg. 10). Sa forme date du MM II. Des mortiers, des fusaïoles, quelques coupes, et deux fragments de pierres brutes complètent le matériel. Dans le reste de la pièce, en dehors d'un mortier en forme de cloche, qui devait avoir une anse sphérique, et des pesons, les vases (cruchon, coupes, kyathoi, cruches et marmites) datent du MM, de la période transitoire MM III Β - MR IA, du MR IA et du MR IB. Les murs de la pièce rectangulaire IV se distinguent par leur appareil des autres cloisons de l'édifice : au lieu d'une seule rangée de grandes pierres, ils sont faits de deux rangées de petites pierres, avec blocage de cailloutis. Ils ont été fondés sur le remblai qui recouvrait toute la surface de la pièce. Une infrastructure de banquette, le long du mur Est, avait été interprétée, en 1988, comme un sol de pierres. Une tranchée profonde dans la partie Nord de la pièce a fourni des empreintes de briques brûlées prises dans le remblai de terres bien tamisées. La fonction de la pièce IV, dépourvue d'entrée — du moins au niveau où les murs sont conservés — , n'est pas claire. Le matériel se compose essentiellement de céramique fine (coupes et cruches) MM II, MM III, MM III Β -MR IA et MR I, et d'un peson en pierre. La pièce V était très mal conservée, du fait de l'effondrement de l'angle Nord-Est du bâtiment : toute la couche supérieure du remblai, ainsi qu'une partie de l'infrastructure de la pièce, avaient glissé vers l'Est, perturbant la stratigraphie et interdisant de comprendre la fonction de cette vaste pièce semblable, par sa disposition et ses dimensions, à la pièce III qui lui est symétrique et avec laquelle elle communique par un couloir dallé, oblong, orienté Ouest/Est. De grandes dalles abîmées, le long de la cloison du bâtiment et du côté de la pièce IV, font supposer qu'un sol dallé recouvrait l'infrastructure, comparable à celle de la cour dallée. Il semblerait que la partie Nord du bâtiment était, à l'origine, d'un seul tenant, et qu'elle fut divisée plus tard, lorsque les murs de surface de la pièce IV occupèrent la moitié de l'espace, laissant un corridor pour la communication. On construisit alors l'entrée de la pièce V, avec une marche faite de deux plaques, placées entre l'angle Est de la pièce IV et la cloison, tandis que l'ouverture originale, qui mettait en communication la partie Nord et la partie Sud du bâtiment, (21) N. Platon, PraktArchEl (1972), p. 160 et 162, fig. 2; E. Karagianni, Μινωικά Σύνθετα Σχεόη (1984), type V.2, fig. 51 ; S. Hood, Aux origines de l'Hellénisme, La Crète et la Grèce. Hommage à H. van Effenterre (1984), p. 39-42. (22) Sur les vases de pierre, cf. P. Warren, Minoan Stone Vases (1969), p. 31 avec, comme types analogues Ρ 231, Ρ 274, D 163. Comparables par la forme carénée : A. Evans, Palace of Minos al Knosso» I (1921), p. 67, fig. 34; R. P. Seager, Explorations in the Island of Mochlos (1912), pi. VII (IV 6).
  • 15. 56 Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI [BCH 114 Fig. 14. — L'angle Nord-Est de la colline de Χοιρόμανδρες, vu de l'Est/Nord-Est. On distingue les murs qui complètent les pointes des rochers et le mur de la terrasse ; en bas à droite de la photo, on voit une partie de l'éboulis de la superstructure des murs. garda son seuil monolithe au milieu de la cloison. Le matériel découvert dans la pièce V (kyathoi, coupes, seau, marmites, petite bassine, cruche) date du MM à la phase transitoire MM III Β -MR IA; on a trouvé aussi deux briques de la superstructure des murs et un peson en pierre. La fine couche de remblai qui recouvrait le rocher de la terrasse Nord s'est avérée pauvre en céramique, si l'on excepte le fragment de foyer en terre cuite, à paroi enduite de glaise liquide, trouvé à hauteur de la pièce III. La terrasse ne communique pas avec l'intérieur du bâtiment. On ne sait même pas si l'ouverture, pratiquée à peu près au milieu du mur Est de cette terrasse, est une entrée ou un trou dans ce mur qui, avec ses redans et ses contreforts, suit la pointe de la colline, et devait être assez élevé, si l'on en juge d'après les énormes tas de pierres qui ont roulé au bas de la colline. Le système défensif de la terrasse est renforcé par des murs successifs (fig. 14), construits sur chaque aplatissement du rocher, et dont seul le soubassement est aujourd'hui conservé. Mais, même très ruinée, la place forte semble encore inaccessible, à qui regarde la colline d'en bas. La pièce VI, enfin, formée par l'extension de la façade Est en un péribole Est, semble être une adjonction. Sa mince couche de remblai a fourni très peu de céramique minoenne, tandis que quelques tessons postérieurs étaient ramassés en surface. Si donc l'appareil, les terrasses successives et les murs de la colline, joints au petit nombre d'ouvertures semblent être caractéristiques d'une architecture défensive, le mobilier retrouvé ne diffère en rien des trouvailles faites dans n'importe quel bâtiment minoen servant à l'agriculture et à l'élevage — à l'exception peut-être du pommeau de
  • 16. 1990] LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΛΝΔΡΕΣ 57 poignard, qui rappelle étonnamment les poignards passés à la ceinture des figurines des «adorants» de Petsopha23. La céramique minoenne du bâtiment a sans aucun doute été produite par l'atelier de Zakros, comme en témoignent l'argile rosée ou orangée, pure ou mêlée de petites particules de calcaire et de schiste, et les formes des vases. Quelques ustensiles sont inhabituels, comme le vase à trois pieds 1.109/88 avec les rangées de croissants en relief à l'intérieur, mais il a au Musée de Sitia un parallèle provenant des fouilles de Zakros en 1968. La céramique peinte n'est pas très abondante à Χοφόμανδρες, mais on y reconnaît facilement aussi le style de Zakros ; il en est de même pour les vases de pierre, nombreux sur les grands sites minoens de Crète orientale, que produisaient dans la région, dès une époque très reculée, des artisans habiles et doués d'originalité. Le bon état de conservation du bâtiment a permis une occupation presque ininterrompue depuis sa fondation à l'époque protopalatiale. Des sondages stratigraphi- ques, pratiqués à des endroits qui semblaient ne pas avoir été perturbés et qui offraient un remblai d'une épaisseur suffisante (pièces III et IV), nous ont confirmé que les mêmes sols ont été en usage pendant au moins 300 ans, du MM II A au MR IB (fig. 15-19), même si la fonction de ce bâtiment et sa disposition intérieure ont été en partie transformées. La destruction de cette première phase d'occupation ne semble pas avoir été violente. Les traces de feu sur bon nombre de tessons sont dues à l'usage normal de ces vases, bien qu'on n'ait pas retrouvé de foyers fixes — à l'exception du petit fragment de foyer en terre cuite enfoncé dans la terrasse Nord-Ouest. Toutefois, la dernière occupation, du MR III à l'époque romaine, a dû se limiter à la partie Sud du bâtiment et à la zone de la cour extérieure Est et de la cour Sud-Est. Le poste de Χοιρομανδρεσ dans la tradition de l'architecture rurale du Minoen Moyen. Les perturbations de la stratigraphie — même dans le cas des dépôts clos — ne permettraient pas de fixer avec certitude l'époque de la construction du bâtiment, même si les tessons les plus anciens, associés aux fondations, datent à l'évidence du MM II A, et si la moitié de la céramique fine trouvée sur le sol est protopalatiale. Nous avons donc cherché à confirmer notre chronologie par une étude architecturale comparative. Le meilleur parallèle au bâtiment de Χοφόμανδρες est la maison MM du lieu-dit Κουσέ, dans le Sud de la Messara, fouillée en 1925 et 1926 par Sp. Marinatos24. Mesurant 11 X 11 m, elle est divisée, à l'intérieur, en cinq compartiments. Les murs, faits de blocs grossièrement taillés, étaient conservés sur une hauteur de 0,50 m. Outre une abondante (23) E. Sapouna-Sakellaraki, Μινωιχόν Ζώμχ (1971), p. 8-17, pi. 9 : cinq figurines de Petsopha, MM II, qui portent un poignard à la ceinture, dénudé ou dans son étui décoré. Voici quelques autres exemples de figurines à poignard trouvées dans des sanctuaires de sommet : N. Platon, KChron 5 (1951), p. 143, pi. Z; la figurine MM II de Piskoképhalo HM 2918; D. G. Hogarth, BSA 6 (1899-1900), p. 107, pi. X, 8, figurine en bronze HM 426; de la même grotte de Psychro, une figurine en bronze HM 434. (24) Sp. Marinatos, ArchDelt (1924-1925), p. 53-78. La fouille est connue dans la bibliographie sous le nom du village le plus proche : Σ του Κουσέ. Aujourd'hui, son véritable nom του Βραχνού ο Λάκκος est oublié dans la région et il a été remplacé par le nouveau toponyme στην Ανασκαφή. Le bâtiment n'est actuellement plus visible, sous la végétation et les détritus qui le recouvrent, mais la description du fouilleur est si détaillée et si vivante qu'on s'imagine en suivre la découverte.
  • 17. tn/H Fig. 15. — Coupes : MM IIIB-MR IA (1.81/88), de la cour dallée. 1. 37/ββ MR IA (1.4/89), de la pièce III. MR III A (1.46/88), de la cour dallée. Fig. 16. — Skyphoi MR III (1.109/88 et MR I (1.37/88), de la cour dallée. 1.107/88), de la cour dallée. MR I (1.53/89), de la pièce II. Petite cruche MM (1.37/89), du corridor. 1.34/80 1.40/86 Fig. 17. — Jarre minoenne (1.34/89), 1.48/88 de la pièce V. Petites bassines minoennes (1.40/88 et 1.48/88), de la pièce I.
  • 18. 1990] LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ 59 1. 17/89 1.26/89 Fig. 19. — Tesson de coupe 1.47/tt MR IB, à décor d'épongés stylisées (1.17/89), du corridor. Tesson de coupe MR IA (1.34/89), de la pièce V. Tesson MR III (1.46/88), de la cour dallée. Tesson MM III Β -MR IA (1.26/89), du corridor. Fig. 18. — Marmite à trois pieds minoenne (1.47/88), de la cour dallée. Marmite à trois pieds MM II/III (1.35/89), du corridor. 1.109/88 Vase MM II (1.109/88), de la cour dallée. céramique, on y a découvert un assez grand nombre d'objets en pierre et en bronze, dont un couteau. La maison de Κουσέ fut fondée au MM II, et occupée sans discontinuer jusqu'au MR I (1800-1500), c'est-à-dire pendant 300 ans. La seule différence est qu'elle fut détruite par un incendie, tandis que Χοφόμανδρες s'est dégradé progressivement. À 150 m au Sud de la maison de Κουσέ, le fouilleur a mis au jour un «poste de vigile en forme de tour»25, avec des «murs très épais» et une entrée «plus élevée que la partie conservée des murs». Il a également repéré, à environ 10 mn au Sud-Ouest du village de Σίβα, une maison carrée comparable, de plus petite taille, qu'il n'a pas fouillée parce qu'il était «désormais certain que tous les bâtiments carrés de la région sont des maisons». La petite maison-sanctuaire de Ρουσσές Χόνδρου Βιάνου, mise au jour par N. Platon en 1957 et 195926, présente un plan et une technique de construction identiques. Fondée sur «le bord d'une colline peu élevée», la maison fut bâtie dans la partie Sud-Ouest, sur un contrefort. Elle mesure 10 X 8 m et se compose de cinq pièces au rez-de-chaussée. Elle date du MM III Β -MR IA. (25) Ibid., p. 76. (26) N. Platon, PraktArchEl (1959), p. 207-209 et pi. 170-171 ; Id., PraklArchEt (1962), p. 145-147.
  • 19. 60 Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI [BCH 114 ορμ. Κουρεμένος ορμ.Καρουμες ορμ. Ζαν,ρου* ■ Φυλάν,ιο , βίγλα • Μινωική ■κατοίκηση U Ιερό κορυφής -Ιερό Η Λατομείο — ΜινωΧχός δρόμος (σωζόμενη χάραξη) — Μινωικός δρόμος (υποθετική χάραξη) Fig. 20. — Carte de la région pilote, complétée après la campagne de 1989.
  • 20. 1990] LES ROUTES MINOENNES : ΧΟΙΡΟΜΑΝΔΡΕΣ 61 1. Ρουσσόλακκος — ville 36. Σχοινάρες — centre administratif 2. Ρουσσόλακκος — poste de garde 37. Άσπρες Πλάκες — poste de garde et carrière 3. Σκαριά — carrière 38. Καλή Εληά — poste de garde 4. Πετσοφάς — sanctuaire de sommet 39. Φαραγγούλι — poste de garde 5. Πλακάλωνα — poste de garde 40. Μελέφα — poste de garde 6. poste de garde 41. Σφάκα — poste de garde et poste de vigile 7. poste de garde 42. Κόκκινο Φρούρι — poste de garde 8. poste de garde 43. Βουκολιάδες — poste de garde 9. Κατσαρά Φαράγγι — poste de garde 44. Στη Καθιά — poste de vigile 10. Σχοινιάς — ferme 45. Σχοινοκέφαλο — poste de garde 11. carrière 46. Κάστελλας — poste de garde 12. Μαυρομούρι — poste de garde 47. Χοιρόμανδρες / Παράγκα — poste de garde 13. Καρούμες — poste de garde 48. Μαγγανάρου ο Πόρος — poste de vigile 14. Καρούμες — poste de vigile 49. Χοιρόμανδρες — carrière 15. Χοχλακιές — poste de garde 50. Άμπελος / Κατσουνάκια — ville 16. Χοχλακιές — ferme 51. Άμπελος / Κατσουνάκια — poste de garde 17. Αδράβαστοι — ferme 52. Ψιλή Αμμος — carrière 18. Τραόσταλος — sanctuaire de sommet 53. Χαμαίτουλο — habitat rural 19. Αζοκέραμος — ferme 54. Πάνω Λιμνιά — habitation 20. Γλυκάτση — poste de vigile 55. Κάτω Λιμνιά / Παραλάκη μάντρα — poste de garde 21. Γλυκάτση — poste de garde 56. Πυργάλες — poste de garde 22. Πολλά Κλαδιά — poste de garde 57. Ζήρος/Άγιο Πνεύμα — poste de garde 23. Σκάφη — poste de garde 58. Κουφόδασος — poste de garde 24. Σκάφη — carrière 59. Στου Λέθη — centre administratif 25. Ταβέρνες — centre administratif 60. Ξυκέφαλο — sanctuaire de sommet 26. Βακλιάς — poste de garde 61. Κατελιώνας / Σταυρός — poste de garde 27. Τραγοπιάστης — poste de garde 62. Ζάκαθος — poste de garde 28. Καλή Στράτα — habitat 63. Σίτανος / Καταλλύματα — habitat 29. Κούκου Κεφάλι — villa 64. Πραισός — ferme 1 30. Ανθρωπόλιθοι — poste de garde et sanctuaire agraire 65. Σφακιά — hameau rural 31. Πελεκητά — carrière 66. Ζού — ferme 32. Ζάκρος — palais et ville 67. Πισκοκέφαλο — ferme 33. Καλυβομούρι — poste de vigile 68. Πετράς — ville 34. Αμπέλες — habitat 69. Μόδι — sanctuaire de sommet 35. Λιδορύακο — poste de garde et poste de vigile 70. Ανάλουκας / Κήποι Γρηγορίου — fermes C'est du même type architectural que relève le bâtiment de 10,40 X 11,70 m, découvert en 1965 par les fouilleurs français, à 700 m au Sud-Est du palais de Μάλια, au lieu-dit Αγία Βαρβάρα27. Il fut détruit par un incendie, au MR I avancé. La partie Ouest de ce bâtiment présente d'extraordinaires ressemblances, quant à sa disposition, avec la partie Nord du poste de Χοιρόμανδρες. La pièce rectangulaire 8, dépourvue d'entrée (comme la pièce IV de Χοιρόμανδρες), fut construite au milieu d'un espace oblong qui, au premier abord, semble être d'un seul tenant, mais qui est en fait divisé en deux pièces rectangulaires 6 et 9, et un corridor oblong 7 (comme à Χοιρόμανδρες les pièces III et V et leur corridor). La disposition intérieure de ces trois exemples d'architecture MM offre des parallèles évidents avec le poste de Χοιρόμανδρες. Leur fonction en revanche — habitations dans le (27) O. Pelon, BCH 90 (1966), p. 552-585; P. Faure, La Vie quotidienne en Crète (1973), p. 167-168.
  • 21. 62 Y. TZEDAKIS, ST. CHRYSSOULAKI, Y. VENIERI ET M. AVGOULI [BCH 114 premier cas, construction fortifiée dans le second — est différente. Il semble que les postes de garde aient repris le modèle architectural traditionnel de l'époque, complété par des aménagements qui conféraient au bâtiment son caractère défensif. De la fouille du poste de garde et des recherches topographiques dans la vallée de Χοιρόμανδρες, nous pouvons tirer les conclusions suivantes : 1. Le poste est un bâtiment puissant, de construction soignée, partie d'un programme plus vaste de caractère défensif, essentiellement destiné à contrôler les communications. 2. Son emplacement a été choisi avec soin et tous les moyens mis en œuvre pour que la construction tire le meilleur parti des possibilités du site. 3. Le mobilier retrouvé — en dehors du pommeau de poignard en pierre — donne l'image d'une économie vouée à l'agriculture et à l'élevage. Il provient, sans exception, des ateliers de Zakros. 4. Le bâtiment a été fondé au MM II et occupé de façon continue, sans grands changements dans la disposition intérieure ni recharge des sols, jusqu'au MR IB, époque à laquelle il fut détruit. La partie Sud du bâtiment, de même que les espaces extérieurs accolés, ont été partiellement réoccupés au MR III, et plus tard, aux époques protogéométrique, classique et romaine. 5. L'agencement architectural, ainsi que les trouvailles, ont des parallèles précis, non seulement dans les autres postes de garde situés sur des routes, mais dans des bâtiments isolés du Minoen Moyen, époque à laquelle remonte le tracé du réseau routier. 6. Le rôle joué par l'édifice dans le réseau routier minoen ne peut pas être établi avec certitude, avant que ne soient fouillés d'autres postes semblables. Yannis Tzedakis, Stella Chryssoulaki, Yanna Venieri et Maria Avgouli. Addendum : Observations sur les viaducs minoens de Χοφόμανδρες. Mis à part le viaduc monumental au Sud du palais de Knossos28, on n'avait pas, jusqu'à tout récemment, publié d'autres ponts minoens. Quelques chercheurs connais saientnéanmoins l'existence de ce genre de constructions sur les routes de Crète orientale29. La prospection systématique des routes minoennes, entreprise il y a quelques années30, commence à éclairer d'un jour nouveau ce chapitre négligé du génie civil minoen. Les efforts déployés pour la construction de ces routes et les différences qu'elles présentent suivant leur fonction et les données topographiques31, suffiraient à garantir la capacité des ingénieurs minoens à jeter des ponts sur des ravins. La construction de ponts constituerait d'autre part un bon critère de l'habileté et des connaissances de ces spécialistes. (28) A. Evans, The Palace of Minos al Knossos II (1928), p. 93-102. (29) R. J. Forbes, «Notes on the History of Ancient Roads and Their Construction», Archaeologisch- Historische Bijdragen III (1934), p. 55 : « In the eastern part of the island traces of a similar well-paved road were found in the Lasithi mountains near Psychro with remains of bridges and walls along its course. A closer study of its construction and other détails are still lacking». (30) BCH 113 (1989), p. 43-75. (31) Ibid., p. 49-52.