SlideShare une entreprise Scribd logo
PERPIGNAN LES CATALANS ONT VÉCU UN CAUCHEMAR SAMEDI : UNE
LARGE DÉFAITE NON BONIFIÉE ET UNE CHUTE À LA TREIZIÈME PLACE. LES
SANG ET OR SE RETROUVENT EN BALLOTTAGE TRÈS DÉFAVORABLE
POUR LE MAINTIEN.
DU PIRE AUX LARMES
Par Vincent BISSONNET, envoyé spécial
vincent.bissonnet@midi-olympique.fr
L’histoire de cette saison pourrait être réécrite cent fois :
si Jules Plisson n’avait pas inscrit trois de ses quatre
drop-goals à Aimé-Giral, si Julien Malzieu n’y avait pas
soudainement ressurgi de ses cendres, si Camille Lopez
et Sofiane Guitoune n’avaient pas rejoint l’infirmerie aux
prémices d’un terrible hiver, si Toulon ne s’était pas
présenté au sommet de sa forme le printemps venu, si le championnat n’avait pas été aussi dense
au point de fixer le seuil du maintien à cinquante pions… Oui, dans tant d’autres dimensions
parallèles, l’Usap ne se serait pas retrouvée au bord du gouffre comme aujourd’hui. Quelle
importance, maintenant ? La réalité, la vraie, l’unique, se montre impitoyable et réserve, depuis
samedi, le plus terrible des destins à ce monument du rugby français.
Samedi, dans son si cher stade de Montjuic, Perpignan a sombré face à beaucoup plus fort. Hors-
jeu olympique : « Nous avons pris une leçon de rugby, une branlée, reconnaissait Guilhem
Guirado, la mort dans l’âme. C’est affreux. » « Nous ne sommes plus invités face à une équipe
comme ça », confirme Sylvain Deroeux. Le talent a manqué. Voire plus… « J’ai l’impression que l’on
voulait un petit peu moins la victoire », murmure François Rivière, conscient de l’incongruité
contenue dans ses propos. Si les Sang et Or venaient à être relégués - verdict le plus probable au
coup de sifflet final de cette 25e journée, la date du 19 avril restera gravée d’une pierre noire dans
l’histoire de ce club, membre permanent de l’élite depuis 1911. Pourtant, les Catalans n’auront pas
perdu leur place au sein de l’élite, à Barcelone. La source du mal et ses malheurs dépassent
nettement le cadre de ce simple rendez-vous manqué.
VERS L’ÉCHEC DE TOUT UN CLUB
Une relégation marquerait l’échec de tout un club, des dirigeants jusqu’aux joueurs. « Je n’ai pas
l’impression que l’on soit tellement plus faible que Brive, Bordeaux ou Bayonne, explique le
directeur général. Nous sommes simplement passés à côté cette année. » Sur le papier, la
présence de l’Usap à ce niveau paraît effectivement imprévisible. Voire incohérente. Sa vitrine
paraissait tellement belle : un club historique désireux de se donner un nouvel allant, un staff
précédé d’une réputation flatteuse et fort d’une unité de façade, des internationaux par douzaines
accompagné par des talents en devenir… Après la belle illusion de l’an I de l’ère Delpoux, l’envers
du décor s’est dévoilé : un géant au pied d’argile, gangréné par ses ardoises, triste héritage de
l’âge d’or de la présidence Goze, des entraîneurs sans solution ni recours, empêtrés dans le cercle
vicieux de la défaite et de la défiance, des vedettes présumées décevantes au fil du temps et un
vestiaire en crise d’identité.
La douloureuse transition, ses heures noires et ses nuits blanches, aurait pu être balayée dans
l’allégresse d’un maintien salvateur. Le cours de l’histoire est parti pour en décider autrement. Les
deux points décrochés par ses concurrents directs pour le maintien et la perspective d’un
déplacement à Marcel-Michelin placent l’Usap sur l’échafaud, à la merci du couperet. «
Statistiquement, rien n’est perdu mais l’Usap n’a plus son sort entre les mains », tentait de positiver
François Rivière. Guilhem Guirado, capitaine courage : « Cela va être long à digérer. Il y a deux
semaines pour aller chercher tout ce que l’on a dans les tripes. Si l’équipe ramène un point, ce
serait une victoire. Même si ça ne suffira peut-être pas… »
La possibilité d’un succès par plus de sept points du CO à Bayonne et l’éventualité d’un point
décroché à Clermont peuvent toujours sauver l’Usap. « Dans le rugby pro, il n’y a pas beaucoup de
miracle », relativise Sylvain Deroeux, pragmatique devant l’Eternel. « Si on doit descendre, ça
voudra dire qu’on le méritait. Demain, il fera jour, on va se battre et on va se reconstruire. Toulon
est passé deux fois en Pro D2, Grenoble, le Racing et Montpellier y ont été. Je ne vais pas pleurer.
» Des décilitres de larmes auront pourtant coulé, samedi soir, dans les allées de Montjuic. L’Usap
paraît contrainte à cette posture : les yeux pour pleurer, les mains pour prier.

Contenu connexe

Plus de Marc De Jongy

EntretienBernard Laporte dans Midol
EntretienBernard Laporte dans MidolEntretienBernard Laporte dans Midol
EntretienBernard Laporte dans Midol
Marc De Jongy
 
Entretien avec Eddie Jones, coach du XV d'Angleterre
Entretien avec Eddie Jones, coach du XV d'AngleterreEntretien avec Eddie Jones, coach du XV d'Angleterre
Entretien avec Eddie Jones, coach du XV d'Angleterre
Marc De Jongy
 
Comme des Enragées
Comme des EnragéesComme des Enragées
Comme des Enragées
Marc De Jongy
 
Interview de Thierry Dusautoir
Interview de Thierry DusautoirInterview de Thierry Dusautoir
Interview de Thierry Dusautoir
Marc De Jongy
 
Tranches de Racingmen
Tranches de RacingmenTranches de Racingmen
Tranches de Racingmen
Marc De Jongy
 
Interview Jean-Marc Doussain
Interview Jean-Marc Doussain Interview Jean-Marc Doussain
Interview Jean-Marc Doussain
Marc De Jongy
 
Etre au Stade Toulousain ça se mérite.
Etre au Stade Toulousain ça se mérite. Etre au Stade Toulousain ça se mérite.
Etre au Stade Toulousain ça se mérite.
Marc De Jongy
 
La descente n'a ps été digérée- Nicolas Brusque
La descente n'a ps été digérée- Nicolas BrusqueLa descente n'a ps été digérée- Nicolas Brusque
La descente n'a ps été digérée- Nicolas Brusque
Marc De Jongy
 
Entretien Bernard Laporte dans Midol
Entretien Bernard Laporte dans MidolEntretien Bernard Laporte dans Midol
Entretien Bernard Laporte dans Midol
Marc De Jongy
 
Yannick bru dans midol
Yannick bru dans midolYannick bru dans midol
Yannick bru dans midol
Marc De Jongy
 
Entretien avec Paul Goze _Midol du 17 août
Entretien avec Paul Goze _Midol du 17 aoûtEntretien avec Paul Goze _Midol du 17 août
Entretien avec Paul Goze _Midol du 17 août
Marc De Jongy
 
Anael et le SU Agen.
Anael et le SU Agen.Anael et le SU Agen.
Anael et le SU Agen.
Marc De Jongy
 
Cheyenne Dalverny a choisi le Japon pour l'excellence
Cheyenne Dalverny a choisi le Japon pour l'excellenceCheyenne Dalverny a choisi le Japon pour l'excellence
Cheyenne Dalverny a choisi le Japon pour l'excellence
Marc De Jongy
 
Entretien Julien Candelon dans Midol
Entretien Julien Candelon dans MidolEntretien Julien Candelon dans Midol
Entretien Julien Candelon dans Midol
Marc De Jongy
 
Entretien avec J.-C Skrela manager de France 7
Entretien avec J.-C Skrela manager de France 7Entretien avec J.-C Skrela manager de France 7
Entretien avec J.-C Skrela manager de France 7
Marc De Jongy
 
Stade Toulousain : Préface de l'histoire
Stade Toulousain : Préface de l'histoireStade Toulousain : Préface de l'histoire
Stade Toulousain : Préface de l'histoire
Marc De Jongy
 
Calendrier des matchs de la RWC 2015
Calendrier des matchs de la RWC 2015Calendrier des matchs de la RWC 2015
Calendrier des matchs de la RWC 2015
Marc De Jongy
 
Désignation des arbitres pour la RWC 2015
Désignation des arbitres pour la RWC 2015 Désignation des arbitres pour la RWC 2015
Désignation des arbitres pour la RWC 2015
Marc De Jongy
 
Portrait de Petre Metu, l'ancien international roumain atteint de la maladie ...
Portrait de Petre Metu, l'ancien international roumain atteint de la maladie ...Portrait de Petre Metu, l'ancien international roumain atteint de la maladie ...
Portrait de Petre Metu, l'ancien international roumain atteint de la maladie ...
Marc De Jongy
 

Plus de Marc De Jongy (20)

EntretienBernard Laporte dans Midol
EntretienBernard Laporte dans MidolEntretienBernard Laporte dans Midol
EntretienBernard Laporte dans Midol
 
Entretien avec Eddie Jones, coach du XV d'Angleterre
Entretien avec Eddie Jones, coach du XV d'AngleterreEntretien avec Eddie Jones, coach du XV d'Angleterre
Entretien avec Eddie Jones, coach du XV d'Angleterre
 
Comme des Enragées
Comme des EnragéesComme des Enragées
Comme des Enragées
 
Interview de Thierry Dusautoir
Interview de Thierry DusautoirInterview de Thierry Dusautoir
Interview de Thierry Dusautoir
 
Tranches de Racingmen
Tranches de RacingmenTranches de Racingmen
Tranches de Racingmen
 
Interview Jean-Marc Doussain
Interview Jean-Marc Doussain Interview Jean-Marc Doussain
Interview Jean-Marc Doussain
 
Etre au Stade Toulousain ça se mérite.
Etre au Stade Toulousain ça se mérite. Etre au Stade Toulousain ça se mérite.
Etre au Stade Toulousain ça se mérite.
 
La descente n'a ps été digérée- Nicolas Brusque
La descente n'a ps été digérée- Nicolas BrusqueLa descente n'a ps été digérée- Nicolas Brusque
La descente n'a ps été digérée- Nicolas Brusque
 
Entretien Bernard Laporte dans Midol
Entretien Bernard Laporte dans MidolEntretien Bernard Laporte dans Midol
Entretien Bernard Laporte dans Midol
 
Yannick bru dans midol
Yannick bru dans midolYannick bru dans midol
Yannick bru dans midol
 
Entretien avec Paul Goze _Midol du 17 août
Entretien avec Paul Goze _Midol du 17 aoûtEntretien avec Paul Goze _Midol du 17 août
Entretien avec Paul Goze _Midol du 17 août
 
Anael et le SU Agen.
Anael et le SU Agen.Anael et le SU Agen.
Anael et le SU Agen.
 
Cheyenne Dalverny a choisi le Japon pour l'excellence
Cheyenne Dalverny a choisi le Japon pour l'excellenceCheyenne Dalverny a choisi le Japon pour l'excellence
Cheyenne Dalverny a choisi le Japon pour l'excellence
 
Entretien Julien Candelon dans Midol
Entretien Julien Candelon dans MidolEntretien Julien Candelon dans Midol
Entretien Julien Candelon dans Midol
 
Entretien avec J.-C Skrela manager de France 7
Entretien avec J.-C Skrela manager de France 7Entretien avec J.-C Skrela manager de France 7
Entretien avec J.-C Skrela manager de France 7
 
Stade Toulousain : Préface de l'histoire
Stade Toulousain : Préface de l'histoireStade Toulousain : Préface de l'histoire
Stade Toulousain : Préface de l'histoire
 
Detaille article
Detaille articleDetaille article
Detaille article
 
Calendrier des matchs de la RWC 2015
Calendrier des matchs de la RWC 2015Calendrier des matchs de la RWC 2015
Calendrier des matchs de la RWC 2015
 
Désignation des arbitres pour la RWC 2015
Désignation des arbitres pour la RWC 2015 Désignation des arbitres pour la RWC 2015
Désignation des arbitres pour la RWC 2015
 
Portrait de Petre Metu, l'ancien international roumain atteint de la maladie ...
Portrait de Petre Metu, l'ancien international roumain atteint de la maladie ...Portrait de Petre Metu, l'ancien international roumain atteint de la maladie ...
Portrait de Petre Metu, l'ancien international roumain atteint de la maladie ...
 

Usap du pire aux larmes

  • 1. PERPIGNAN LES CATALANS ONT VÉCU UN CAUCHEMAR SAMEDI : UNE LARGE DÉFAITE NON BONIFIÉE ET UNE CHUTE À LA TREIZIÈME PLACE. LES SANG ET OR SE RETROUVENT EN BALLOTTAGE TRÈS DÉFAVORABLE POUR LE MAINTIEN. DU PIRE AUX LARMES Par Vincent BISSONNET, envoyé spécial vincent.bissonnet@midi-olympique.fr L’histoire de cette saison pourrait être réécrite cent fois : si Jules Plisson n’avait pas inscrit trois de ses quatre drop-goals à Aimé-Giral, si Julien Malzieu n’y avait pas soudainement ressurgi de ses cendres, si Camille Lopez et Sofiane Guitoune n’avaient pas rejoint l’infirmerie aux prémices d’un terrible hiver, si Toulon ne s’était pas présenté au sommet de sa forme le printemps venu, si le championnat n’avait pas été aussi dense au point de fixer le seuil du maintien à cinquante pions… Oui, dans tant d’autres dimensions parallèles, l’Usap ne se serait pas retrouvée au bord du gouffre comme aujourd’hui. Quelle importance, maintenant ? La réalité, la vraie, l’unique, se montre impitoyable et réserve, depuis samedi, le plus terrible des destins à ce monument du rugby français. Samedi, dans son si cher stade de Montjuic, Perpignan a sombré face à beaucoup plus fort. Hors- jeu olympique : « Nous avons pris une leçon de rugby, une branlée, reconnaissait Guilhem Guirado, la mort dans l’âme. C’est affreux. » « Nous ne sommes plus invités face à une équipe comme ça », confirme Sylvain Deroeux. Le talent a manqué. Voire plus… « J’ai l’impression que l’on voulait un petit peu moins la victoire », murmure François Rivière, conscient de l’incongruité contenue dans ses propos. Si les Sang et Or venaient à être relégués - verdict le plus probable au coup de sifflet final de cette 25e journée, la date du 19 avril restera gravée d’une pierre noire dans l’histoire de ce club, membre permanent de l’élite depuis 1911. Pourtant, les Catalans n’auront pas perdu leur place au sein de l’élite, à Barcelone. La source du mal et ses malheurs dépassent nettement le cadre de ce simple rendez-vous manqué. VERS L’ÉCHEC DE TOUT UN CLUB Une relégation marquerait l’échec de tout un club, des dirigeants jusqu’aux joueurs. « Je n’ai pas l’impression que l’on soit tellement plus faible que Brive, Bordeaux ou Bayonne, explique le directeur général. Nous sommes simplement passés à côté cette année. » Sur le papier, la
  • 2. présence de l’Usap à ce niveau paraît effectivement imprévisible. Voire incohérente. Sa vitrine paraissait tellement belle : un club historique désireux de se donner un nouvel allant, un staff précédé d’une réputation flatteuse et fort d’une unité de façade, des internationaux par douzaines accompagné par des talents en devenir… Après la belle illusion de l’an I de l’ère Delpoux, l’envers du décor s’est dévoilé : un géant au pied d’argile, gangréné par ses ardoises, triste héritage de l’âge d’or de la présidence Goze, des entraîneurs sans solution ni recours, empêtrés dans le cercle vicieux de la défaite et de la défiance, des vedettes présumées décevantes au fil du temps et un vestiaire en crise d’identité. La douloureuse transition, ses heures noires et ses nuits blanches, aurait pu être balayée dans l’allégresse d’un maintien salvateur. Le cours de l’histoire est parti pour en décider autrement. Les deux points décrochés par ses concurrents directs pour le maintien et la perspective d’un déplacement à Marcel-Michelin placent l’Usap sur l’échafaud, à la merci du couperet. « Statistiquement, rien n’est perdu mais l’Usap n’a plus son sort entre les mains », tentait de positiver François Rivière. Guilhem Guirado, capitaine courage : « Cela va être long à digérer. Il y a deux semaines pour aller chercher tout ce que l’on a dans les tripes. Si l’équipe ramène un point, ce serait une victoire. Même si ça ne suffira peut-être pas… » La possibilité d’un succès par plus de sept points du CO à Bayonne et l’éventualité d’un point décroché à Clermont peuvent toujours sauver l’Usap. « Dans le rugby pro, il n’y a pas beaucoup de miracle », relativise Sylvain Deroeux, pragmatique devant l’Eternel. « Si on doit descendre, ça voudra dire qu’on le méritait. Demain, il fera jour, on va se battre et on va se reconstruire. Toulon est passé deux fois en Pro D2, Grenoble, le Racing et Montpellier y ont été. Je ne vais pas pleurer. » Des décilitres de larmes auront pourtant coulé, samedi soir, dans les allées de Montjuic. L’Usap paraît contrainte à cette posture : les yeux pour pleurer, les mains pour prier.