SlideShare une entreprise Scribd logo
Un monde à entreprendre
2020 — PROJETS ET HORIZONS — 2021
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
1 1
3
2
uelques semaines avant le début de 2020, nous vous proposions
de découvrir avec nous les mécanismes de la disruption. Nous
n’avions pas anticipé quelles ruptures le coronavirus allait
introduire dans le quotidien de milliards d’êtres humains
et dans les métiers de ceux qui conçoivent, construisent
et opèrent les villes et les infrastructures.
Rupture. Le mot est dit. Et c’est avec les concepts de
rupture, de continuité et de transformation qu’il nous
faut déchiffrer les enjeux de ce début d’année 2021,
en nous gardant avant tout des conclusions hâtives.
Rupture pour identifier ce qui appartiendra définitive-
ment au « monde d’avant », pour reprendre l’expression
forgée dans la sidération des premières semaines de
confinement. Continuité, car les enjeux auxquels nous
faisons face demeurent : impératifs climatiques et envi-
ronnementaux, inégalités sociales, migrations globales vers
les métropoles, etc. Transformation parce que c’est souvent la
vertu des crises : elles accélèrent les mutations en cours. Il
suffit de penser au télétravail, à l’éthique de la sollicitude,
au dépassement de la dualité nature 
/ 
civilisation, à la
montée en puissance du numérique dans tous les aspects
de nos économies.
Pas de conclusion hâtive en effet – car nous nous heurtons aux limites de la
prédictibilité – mais une posture résolument tournée vers l’action.
Entreprendre, c’est ce projet qu’il nous faut veiller à animer, à nourrir.
Entreprendre, pour sortir de la crise, entreprendre pour innover, entreprendre
pour préparer le long terme.
Nous avons rassemblé dans ce volume un aperçu de l’activité de Leonard au
cours de l’année 2020. Perturbée par la crise sanitaire, cette année nous a
poussés à nous adapter pour continuer à remplir nos missions : mission de
veille de la façon dont se transforment les villes, les infrastructures et leurs
métiers, mission de prospective pour mettre en cohérence ces tendances autour
des scénarios dessinant des opportunités pour les années à venir, mission
d’innovation pour accompagner les entrepreneurs dans leurs ambitions de
développement de nouvelles solutions.
Peut-on proposer un bilan optimiste de ces derniers mois ? Je le pense.
Les quelques deux cents penseurs, experts, entrepreneurs dont Leonard s’est
entouré cette année nous proposent leurs interpellations et leurs convictions,
leurs esquisses de voies à construire. Les quarante-quatre projets innovants
que nous avons sélectionnés parmi quelque trois cent cinquante candidatures
pour rejoindre nos quatre programmes d’accompagnement témoignent
de la capacité des acteurs économiques à porter des
solutions innovantes pour répondre à nos enjeux de
transformation.
Les mois qui viennent demeurent incertains ; Ils
exigent humilité, gravité et efforts. Néanmoins,
à la fois dans l’éclairage et dans l’action, c’est
cette mobilisation, cet optimisme que je veux
retenir. C’est avec cet état d’esprit que je vous
invite à vous plonger dans ces pages.
Puissiez-vous y trouver du nouveau.
« Jehaiscescœurspusillanimesqui,pour
tropprévoirlessuitesdeschoses,n’osent
rienentreprendre ! »Molière
Q
Unmondeà
entreprendre
Rien ne s’est passé
comme prévu en 2020
Julien Villalongue, Directeur de Leonard
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
R E T O U R S U R 2 0 2 0
5
4
3 FÉVRIER
Le robot chien autonome Spot fait ses
premiers pas en inspection de chantier
Les vidéos diffusées par les roboticiens de
Boston Dynamics, spin-off du MIT désormais
propriété de Hyundai, nous ont habitués aux
prouesses de leurs créations. Atlas, poids
lourd humanoïde, maîtrise le salto arrière.
Le quadrupède Spot, lui, emprunte escaliers
et pentes glissantes sans difficulté, et sait
se rétablir après une chute. Et voici que cet
étonnant robot chien s’invite
désormais sur les chantiers.
L’entreprise canadienne
Pomerleau s’est lancée
dans un essai de 6 mois.
Elle envoie Spot inspecter
les zones dangereuses ou
difficiles d’accès du projet
Place Ville Marie, complexe
immobilier en construction
à Montréal. Le quadrupède,
équipé d’une caméra à
360°, progresse à 5 km 
/ 
h
11 MARS
L’OMS officialise le statut de pandémie
pour l’épidémie de Covid-19
« Ce n’est pas seulement une crise de santé
publique, mais une crise qui va toucher l’ensemble
des secteurs — donc tous les secteurs – et les
individus doivent s’impliquer dans le combat »,
prévient Tedros Adhanom Ghebreyesus,
directeur général de l’Organisation mondiale
de la santé, le 11 mars 2020. L’OMS vient
d’annoncer officiellement qu’elle considère
l’épidémie due au SARS-COV-2 comme une
pandémie. À la suite de la déclaration de
l’OMS, António Guterres, secrétaire général
de l’ONU, estime qu’ « ensemble, nous pouvons
encore changer le cours de cette pandémie ». En
France, 5 jours plus tard, Emmanuel Macron
annonce le 1er
confinement. L’activité écono-
mique fonctionne au ralenti, les trafics routiers
et aéroportuaires s’effondrent. Sur l’année, les
émissions globales de CO₂ enregistrent une
baisse record de 7 %. Pour les métiers de la
ville et des infrastructures, qui attendent la
reprise, plus rien ne sera comme avant — orga-
nisation des chantiers, des flux, digitalisation…
L’innovation cherche des solutions à la crise.
30 MAI
SpaceX envoie deux astronautes
dans l’espace
« Bienvenue sur Terre, et merci d’avoir volé sur
SpaceX ». C’est par ces mots que le directeur
de vol de la compagnie privée SpaceX accueille
le retour, le 2 août 2020, de deux astronautes
américains, après avoir passé un peu plus de
deux mois à bord de la Station spatiale inter-
nationale (ISS). Doug Hurley et Bob Behnken,
membres de la Nasa, se sont envolés le 30 mai,
sanglés dans la capsule Crew Dragon, arrimée
à une fusée Falcon 9, toutes deux conçues et
construites par SpaceX. C’est Crew Dragon qui
les a ramenés sur Terre. Ainsi, pour la première
fois, une mission spatiale embarquant des
humains est opérée par une société spatiale
commerciale qui a, en quelques années, fait
entrer l’industrie spatiale dans l’ère du « New
Space ». SpaceX a en effet réussi le pari des
fusées récupérables, créé un modèle d’opéra-
tions low cost et accéléré significativement les
cycles de conception-production. Sur le plan
stratégique, l’Amérique regagne avec SpaceX
une autonomie complète pour les vols habités,
après 9 ans de dépendance des vaisseaux
Soyouz russes, seuls véhicules
disponibles depuis l’abandon
de sa navette par la Nasa en
2011. Les trains supersoniques
d’Hyperloop connaîtront-ils
le même succès sur terre que
SpaceX en orbite ? Cet autre pari
d’Elon Musk a franchi une étape
en novembre 2020 avec les pre-
miers essais «habités» conduits
à 172 km/h par la société Virgin
Hyperloop.
Retoursur2020
Pandémie mondiale, Convention
citoyenne pour le climat,
élections américaines, robots
chiens, usines géantes…
11 dates qui ont bâti 2020
en complète autonomie. Boston Dynamics
a ouvert l’usage de son robot chien aux
entreprises d’Amérique du Nord fin 2019, en
leasing. Elle le propose désormais à l’achat,
pour tout type de client, pour un peu moins
de 75 000 euros. Boston Dynamics est par
ailleurs partenaire d’Holobuilder, membre du
programme CATALYST (voir p. 22).
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
R E T O U R S U R 2 0 2 0
7
6
21 JUIN
La Convention citoyenne pour le climat
remet ses propositions au chef de
l’État et au gouvernement
C’est le résultat d’un travail parfaitement inédit
qu’ont remis à l’exécutif et au chef de l’État les
150 citoyens tirés au sort le 4 octobre, pour
constituer la Convention citoyenne pour le
climat. Les 500 pages de rapport remises par
la Convention sont inédites, parce que jamais
jusqu’alors n’avaient été réunis des citoyens
nonexperts(âgésde16à81ans,ilssontlycéen,
sapeur-pompier,retraité,agriculteur,médecin…)
pour proposer un cadre à même de « changeren
profondeur la société ». L’enjeu : réduire de 40 %
les émissions de gaz à effet de serre dans un
esprit de justice sociale. Le dispositif, initié par
le Président de la République en réponse à la
16 JUILLET
PSA annonce la généralisation
du télétravail
Dès le 6 mai, avant que ne se termine le
confinement mis en place en mars, PSA avait
annoncé son intention de faire du travail à
distance « la référence pour tous les collabora-
teurs non liés directement à la production ». La
décision devait concerner à terme 40 000
personnes,dont18000enFrance,sur200000
employés dans le monde. Une consultation
interne estimait alors que 76 % des salariés
concernés jugeaient que leur activité était
compatible avec 3,5 jours de travail à distance
par semaine, objectif visé par la direction. À la
fin du mois de juillet, la direction a confirmé ce
choix en annonçant que les salariés des sites
tertiaires de PSA en Île-de-France seraient
tenus de revenir au moins un jour par semaine
au bureau, et de rester en télétravail au moins
trois jours sur cinq, à partir du 7 septembre
et jusqu’à la fin de l’année. Les modalités
du télétravail, mis en place à marche forcée
dans bien des cas, pandémie oblige, ont fait
l’objet d’intenses discussions entre partenaires
sociaux en novembre. Le 18 novembre, un
accord national interprofessionnel (ANI) a été
signé, précisant les conditions d’éligibilité, le
remboursement des frais, etc. Ce texte pourrait
être traduit dans la loi à l’avenir.
19 AOÛT
Northvolt, spécialiste des batteries
pour véhicules électriques,
lève 1,6 milliard d’euros
La société suédoise Northvolt, créée en 2016
par deux anciens de Tesla, ambitionne de
construireuneusinedebatteriespourvéhicules
électriques dans le nord de la Suède. Cet été,
elle a obtenu un financement de 1,6 milliard
d’euros, venant d’un consortium de banques
commerciales, de fonds de pension et d’ins-
titutions financières publiques. Déterminés à
sécuriser leurs approvisionnements en bat-
teries lithium-ion, Volkswagen et BMW sont
parties prenantes au projet. Ce projet n’est pas
le seul à illustrer la structuration de la filière
des véhicules électriques en Europe. En France,
Total et PSA, en début d’année, ont annoncé
vouloir construire une première usine de
batteries dans le nord de la France. En Rhône-
Alpes, la société Verkor entend, elle, investir
1,6  milliardd’eurosdansunprojetsimilaireavec
le soutien, notamment, de Schneider Electric
et d’InnoEnergy, la société d’investissement
initiée par la Commission européenne pour
piloter la création d’un « Airbus des batteries ».
Le projet vise la construction d’une « méga
usine » s’étendant sur près de 200 hectares,
disposant d’une capacité initiale de 16 GWh,
dimensionnée pour équiper entre 250 000 et
300 000 voitures par an.
crise des « gilets jaunes », aboutit à une liste
de 149 propositions. Ce « programme vert »
aborde toutes les thématiques ayant mobilisé
les réflexions, consultations et débats de la
Convention : alimentation, rénovation ther-
mique, mobilité, artificialisation des sols… En
décembre 2020, la traduction législative de ce
programme fait encore l’objet de vifs débats.
Emmanuel Macron, à l’issue d’une rencontre
avec les membres de la Convention citoyenne,
s’est engagé à la tenue d’un référendum
visant à introduire « les notions de biodiversité,
d’environnement, de lutte contre le réchauffement
climatique »àl’articlepremierdelaConstitution.
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
R E T O U R S U R 2 0 2 0
9
8
3 SEPTEMBRE
La France adopte un plan
de relance dédié pour un tiers
à la transition écologique
En réponse à la crise sanitaire et économique,
le gouvernement annonce un plan de relance
de 100 milliards d’euros sur deux ans. Décliné
en 70 mesures, il s’articule autour de trois
axes principaux 
: la transition écologique
(30 milliards), la compétitivité des entreprises
(35 milliards) et la cohésion sociale et terri-
toriale (35 milliards). Le transport s’impose
comme le premier secteur du « pilier » écolo-
gique du plan : 11 milliards lui sont destinés
– davantage que l’enveloppe consacrée à la
rénovation thermique des bâtiments, aux
énergies renouvelables, ou encore à l’agri-
culture. De plus, un quart des sept milliards
du plan de soutien à l’hydrogène vert seront
fléchés vers les transports.
22 SEPTEMBRE
VINCI organise sa première
Journée de l’environnement
L’ambition environnementale de VINCI engage
le groupe à agir en faveur de la transition
climatique, à optimiser les ressources grâce
à l’économie circulaire, et à préserver les
milieux naturels. Lancée par Xavier Huillard
à Leonard:Paris, la première Journée de
l’environnement s’est voulue un temps fort
de sensibilisation et de partage des enjeux
environnementaux pour l’ensemble des
222 000 collaborateurs du groupe. À l’occasion
de cette première journée a été lancé le Prix
de l’environnement. Rendez-vous à l’automne
2021 pour en découvrir les lauréats !
2–3 OCTOBRE
La tempête Alex met la résilience
des territoires à l’épreuve
du changement climatique
Six semaines après le passage de la tempête
Alex, les habitants de Tende, dans l’arrière-pays
niçois, ne pouvaient compter que sur une piste
de fortune et 3 heures de trajet pour rejoindre
Saint-Dalmas, terminus provisoire de la ligne
ferroviaire qui les relie d’ordinaire au reste de
la France. Les pluies torrentielles qui se sont
abattues les 2 et 3 octobre ont emporté routes
et maisons – par dizaines – et coupé du monde
plusieursvillages.Septpersonnesontpéri,onze
ont été portées disparues. Les opérations sur
place sont compliquées par la crise sanitaire,
et le sort des habitants suspendu à la recons-
truction des accès routiers et ferroviaires, au
retour de l’approvisionnement en carburants,
au rétablissement des connexions au réseau
internet… Comme un avertissement soulignant
la vulnérabilité des infrastructures et des terri-
toiresfaceàdesévénementsextrêmes,dontles
modèles climatiques prévoient une fréquence
et une intensité accrues au cours du siècle.
7 NOVEMBRE
Joe Biden est déclaré vainqueur
des élections présidentielles aux
États-Unis
L’annonce s’est fait attendre plusieurs jours,
le temps que le complexe processus de
dépouillement électoral des États-Unis soit
suffisamment avancé. Le 7 novembre, les
principaux médias américains ont annoncé
la victoire finale de Joe Biden. Le président
sortant, Donald Trump, a multiplié les recours,
en vain : le 46e président des États-Unis a
prêté serment le 20 janvier. Dans le dernier
débat qui a opposé Donald Trump et Joe Biden,
le premier a évoqué un vaste plan pour relan-
cer l’économie de 1 275 milliards de dollars
(1 078 milliards d’euros), largement dédié à
la construction d’infrastructures. Il semble
peu probable que Joe Biden le reprenne tel
quel à son compte. Il n’en demeure pas moins
largement admis que les infrastructures amé-
ricaines, notamment routières, nécessitent de
très importants efforts de maintenance et de
reconstruction. La nouvelle administration
pourrait favoriser des transports moins pol-
luants et plus sobres en énergies fossiles : Joe
Biden a annoncé vouloir durcir les normes
antipollution, ainsi que des mesures de soutien
aux véhicules électriques. Il entend surtout
rejoindre à nouveau les efforts internationaux
contre le réchauffement climatique dans le
cadre de l’accord de Paris, dont Donald Trump
avait soustrait les États-Unis.
14 DÉCEMBRE
Premières livraisons pour
le « chantier du siècle »
La ligne automatique 14 du métro parisien
comptedésormais4stationssupplémentaires,
reliant le 13e
arrondissement de Paris à la ville
de Saint-Ouen via, notamment, un nouveau
tunnel d’un peu moins de 6 km. Les travaux
engagés – un investissement de 1,5 milliard
d’euros – doivent en faire la ligne la plus
longue (27 km) et la plus fréquentée (1 mil-
lion de voyages par jour) de la région capitale.
Objectif immédiat : réduire la fréquentation
de la ligne 13, saturée (610 000 voyageurs par
jour) et accompagner le développement de la
Seine-Saint-Denis. Au-delà, avec l’inaugura-
tion des 4 nouvelles stations de la ligne 14, le
Grand Paris enregistre sa première livraison
et entre dans sa phase concrète. La ligne 14,
avec sa connexion aux futures lignes 15, 16,
17 et 18, joue en effet un rôle structurant pour
le Grand Paris Express.
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
11
10
S O M M A I R E
12
Accélérations
58
Analyses
34
Transformations
92
Aspirations
1 3
2 4
14
Histoires d’entrepreneurs
16
Parcours Intrapreneurs
19
Programme SEED
22
Programme CATALYST
26
Cinq questions à Guillaume
Bazouin, responsable des
programmes d’accélération
28
Parcours IA
32
Rendez-vous à Berlin
36
Not lost in transition
44
Leonard, ouvroir
d’imaginaires
46
Études, collections,
analyses de tendances :
le futur à la loupe
48
Résilience climatique :
visions d’architectes
52
Building Beyond 
« 30 minutes pour
demain » : une commu-
nauté très inspirée
60
11 mots qui nous parlent
du futur
66
La mobilité prend la clé
des champs
72
Des écosystèmes naturels
au service de la ville
76
Remote : l’art de travailler
à distance
79
Clean Tech et Climate
Tech : l’heure de vérité
84
La mobilité électrique,
enfin
88
Résilience : cultiver
la flexibilité des
infrastructures
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
R E T O U R S U R 2 0 2 0
13
12
Accélérations
1
I
llustration :
Andrea
Mongia
L’esprit entrepreneurial fait des étincelles sous
la verrière de Leonard. Les start-up en amorçage
et les entreprises innovantes en forte croissance,
les experts métiers et les spécialistes de l’IA de
VINCI se retrouvent dans nos quatre programmes
d’accélération et d’accompagnement. Plongée
dans les coulisses de l’incubateur de la transformation
des villes et des territoires.
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
15
14
H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S
Leonard a constitué, depuis sa création,
une communauté sur mesure pour accom-
pagner les projets des entrepreneurs, à
travers 3 programmes adaptés aux projets
des membres des équipes de VINCI, des
start-up et des entreprises innovantes.
Avec le parcours Intrapreneurs, d’abord, les
collaborateurs de VINCI porteurs de projets
susceptibles de faire émerger de nouvelles
activités dans les secteurs de la construction,
de l’immobilier, de la mobilité et de l’énergie
bénéficient d’un accompagnement sur mesure.
En 2019, Leonard a lancé le premier accé-
lérateur européen dédié aux start-up et
entreprises innovantes spécialisées dans la
construction, la mobilité, l’immobilier, le retail
et les villes durables pour faire émerger les
leaders entrepreneuriaux de demain. Cet accé-
lérateur se compose de deux programmes :
SEED et CATALYST.
Le programme SEED accueille des start-up
« early stage ». Elles bénéficient d’un accom-
pagnement sur mesure pour structurer leur
proposition de valeur et leur stratégie de
développement et préparer ainsi leur première
levéedefonds.L’accompagnementestnotam-
ment composé d’un apport financier, d’une
formation en entrepreneuriat délivrée par
l’université de Stanford, de mises en relation
propices au développement de leur activité
avec un réseau de mentors, d’investisseurs
externes et de collaborateurs des entreprises
Histoires
d’entrepreneurs
Trois programmes pour
accompagner les entrepreneurs
En2020,
la première promotion du
programme SEED a soutenu
5 start-up et 11 entreprises
ont été accompagnées
à travers le programme
CATALYST pour cette
première promotion.
G 
CONSTRUCTION START-UP COMPETITION :
2 ENTREPRISES CATALYST EN FINALE
La 4e
édition du challenge mondial Construction Start-up Competition
2020, dont Leonard est partenaire aux côtés de Cemex Ventures,
Ferrovial, Hilti et Nova by Saint-Gobain, a sélectionné 10 finalistes
parmi 700 entreprises candidates. Y figurent deux entreprises accom-
pagnées par Leonard dans le cadre du programme CATALYST : Converge
(lire p. 24) et Hiboo, application SaaS dédiée aux équipements de la
construction. Hiboo a obtenu la médaille d’or de la compétition.
G 
SPACEMAKER AI (CATALYST) REJOINT AUTODESK
En novembre 2020, Spacemaker AI, plateforme de conception généra-
tive qui met à profit les modèles d’intelligence artificielle pour accélé-
rer et optimiser la planification et la conception des projets, a annoncé
son rachat par Autodesk pour 240 millions de dollars. Un beau succès
pour cette entreprise de 115 personnes, accompagnée par Leonard
dans le cadre du programme CATALYST.
Objectifs : structurer leur proposition de valeur,
définir leur stratégie de développement et
convaincre des sponsors pour développer et
expérimenterunepremièreversiondel’offresur
le marché. Ils peuvent compter notamment sur
l’appuidecoachesentrepreneursetdementors
parmi les managers du groupe VINCI. Bon
nombre des 44 intrapreneurs déjà accompa-
gnés se sont mis au service de la concrétisation
de l’ambition environnementale de VINCI.
Année après année, le programme s’affirme
comme un puissant « booster » pour les pro-
jets et les parcours des talents porteurs de
solutions innovantes, dans tous les métiers
du groupe. Entre 2017 et 2020, pas moins
de 34 projets ont été accompagnés et 13
nouveaux business ont été lancés ou sont en
cours de lancement.
de VINCI. Les start-up peuvent également se
porter candidates au financement par le fonds
French Tech Seed de la BPI, dont Leonard est
prescripteur labellisé.
Le programme CATALYST est spécifiquement
conçu pour accélérer les coopérations entre
VINCI et les entreprises innovantes en phase
de déploiement commercial. Ces dernières
bénéficient d’un interlocuteur privilégié au
sein de l’équipe de Leonard pour interagir avec
les entités de VINCI depuis la prise de contact
jusqu’à la contractualisation, d’un accès
privilégié aux décideurs du groupe, d’une
intégration au cycle événementiel de Leonard
et, pour les entreprises internationales, des
meilleures conditions d’accès aux marchés
français et européen.
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
17
16
G LA RESSOURCERIE DU BTP
Le problème à résoudre Le gaspillage sur
les chantiers de déconstruction.
La solution Une plateforme de référence-
ment et un magasin de produits de réemploi ;
un service clé en main allant du diagnostic
ressource à la recherche d’exutoires.
Le projet Chargée de projet environnement
chez VINCI SA, Héloïse de Bokay a initié le
projet « La Ressourcerie du BTP ». Sophia Aissi,
de Neom, l’a rejointe pour expérimenter leur
servicesurdepremierschantiersetdéfiniravec
VINCI Construction France le plan de dévelop-
pementdel’activité :recrutementd’uneéquipe,
agrandissement d’un magasin de produits de
réemploi, développement d’une plateforme
digitale de référencement et gestion.
Étapes clés Opérations clés en main sur
3 chantiers et lancement de l’activité en amor-
çage au sein de VINCI Construction France à
compter du 1er
décembre 2020.
Parcours Intrapreneurs
H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S
« Dansunprojetd’économie
circulaire,lavaleurcréée
dépasseleseulaspect
économique.L’objectifest
deproduiredesexternalités
positives,c’est-à-dire
queladémarchepermette
uneréductiondesdéchets
enfouisetlacréationde
nouveauxparcoursd’insertion
professionnelleparexemple. »
Héloïse de Bokay, ingénieure
environnement chez VINCI
G ROADCARE
Le problème à résoudre Le suivi de l’état
des routes départementales et communales
est à la fois coûteux et fastidieux.
La solution Des algorithmes d’analyse
automatique des données récoltées sur leur
smartphone par les opérateurs de terrain, pour
simplifier le diagnostic des réseaux routiers et
en optimiser l’entretien.
Le projet Le projet est porté par Tien Sy
Nguyen de Diagway (Eurovia) et Antonin
Mancel de Sixense (VINCI Construction).
Étapes clés Le projet doit passer en phase
d’amorçage fin janvier 2021. Le développe-
ment de la plateforme en co-construction
avec le club d’utilisateurs se poursuit, pour la
livraison d’une première version début 2021.
« LeprogrammeLeonardfaitseposerlesbonnesquestions :
pointsdifférenciants,expressiondesbesoins,timeto
market…Demanièrepluspragmatique,iloffreune
émulationintellectuelleauquotidien,aideàsortirdesa
zonedeconfort,toutencréantdeslienssolidesentre
entrepreneurspartageantleurexpérience. »
 
Antonin Mancel, Sixense
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
19
18
G BUILD2B
Le problème à résoudre Les entreprises de
construction perdent des centaine d’heures
chaque jour à identifier des freelances fiables,
dans le champ de la conception, de l’exécution
et de l’exploitation, tous lots confondus. De leur
côté, les freelances cherchent à diversifier leur
clientèle et à garantir leurs paiements.
La solution Une plateforme de mise en rela-
tion (build2b.fr) qui permet aux entreprises de
trouver en quelques clics des freelances
fiables, adaptés à leurs besoins, et offre
aux freelances garanties de paiement, assu-
rances professionnelles et gestion de leur
documentation administrative.
Le projet Build2B a été co-fondée en 2019
par trois entrepreneurs aux profils complé-
mentaires : Karim Tamarzist (expert financier,
passé par la banque d’investissement), Mounir
Bourhrara (ingénieur construction disposant
d’une solide expérience dans la conduite de
projets d’envergure) et Shakib Jlassia (expert
marketing).
Programme Seed
G EBETON
Le problème à résoudre La gestion des
commandes et de la réception du béton sur les
chantiersestunprocessusmanuelchronophage,
difficile à suivre et à partager avec fiabilité.
La solution Une plateforme d’aide au choix
desbétonsdécarbonésetuneapplicationdigi-
tale pour optimiser et fiabiliser les commandes
et la réception du béton sur les chantiers, tout
en facilitant la traçabilité carbone.
Étapesclés Leprojetebéton,initiéparBruno
Paul-Dauphin puis repris par Djamil Yahia-
Ouahmed, Clémence Thune et Tom Malo, tous
les quatre membres des équipes de VINCI
Construction, est devenu une Business Unit
de VINCI. Il est entré en phase d’amorçage
fin août 2020, et jouera un rôle décisif dans le
déploiement de la démarche EXEGY de VINCI
Construction, qui vise à massifier l’usage des
bétons bas carbone. La plateforme ebéton
accompagne les projets de leur conception
à leur réalisation en s’appuyant sur les
solutions constructives bas carbone EXEGY
et en digitalisant le processus béton sur les
chantiers. De nouvelles fonctionnalités sont en
préparation, pour répondre aux problématiques
des chantiers les plus complexes et échanger
des données avec des applications externes.
H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S
« J’aiappréciél’espritd’équipe
entreintrapreneurs(laquasi-
totalitédelapromo4estpassée
enaccélération !),sachantque
80 %delaphased’accélération
aeulieuenconfinement !
Nousavonseutoutaulongdu
programmelesoutiendeVINCI
Construction,dudébutduprojet
enseptembre2019jusqu’au
recrutementdunouveauCEOen
juillet2020. »
Bruno Paul-Dauphin, VINCI Construction
Étapes clés La crise sanitaire a accentué
les efforts d’automatisation des processus,
réduisant le temps de réponse aux besoins
des entreprises de quelques jours à quelques
heures. Un CTO a rejoint l’équipe en août
2020, consolidant une stratégie technologique
robuste à long terme.
« Leprogrammenousapermis
dansunpremiertempsde
précisertouslesélémentsde
notrestratégie,notamment
grâceauprogrammedeStanford
(IdeatoMarketEntrepreneurship
Program).Celaanourrinos
discussionsavecnosdifférents
interlocuteursdanslecadredela
levéedefondsquenousmenons
(fondsVC,BusinessAngels).
L’accèsauxdifférentesentités
dugroupeVINCIaétéplusfluide
grâceànotreintégrationau
programme,quinousaaussi
permisdebénéficierdel’appui
d’unmentorexpérimentéet
visionnaire,JérômeAnsaldi
(directeurdéléguédeBATEG,
VINCIConstruction). »
Karim Tamarzist, CEO, co-fondateur
de Build2B.
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
21
20
G EP-TENDER
Le problème à résoudre La capacité des
batteries de la plupart des véhicules élec-
triques est suffisante pour effectuer les trajets
du quotidien. Elle est un handicap cependant
pour les trajets occasionnels plus longs, qui
les contraignent à de longs arrêts pour leur
recharge.
La solution Un concept de batteries as a
service sous la forme de batteries « dockables » :
une approche modulaire et accessible de la
voiture électrique et un modèle économique
de paiement à l’usage pour les longs voyages
occasionnels.Compatibleavectouslesmodèles
du marché, le tender en autopartage réalise,
pour le véhicule électrique, la promesse de
liberté de l’automobile.
Le projet EP-Tender, fondée en 2012 par
Jean-Baptiste Segard, rassemble une équipe
pluridisciplinaire et s’appuie sur l’expertise
d’entreprises de son écosystème local,
intégrant la conception et la mise au point
mécanique, le développement et l’intégration
électrique, le design de l’algorithme de gestion
de production, la modélisation et la gestion
du réseau de location, l’installation sur les
véhicules clients.
Étapes clés En 2020, EP-Tender a lancé
trois expérimentations, l’une avec VINCI, deux
autres avec des constructeurs automobiles, et
établi deux records de distance parcourue sans
recharge : 1 000 km en 9h41 avec une Renault
Zoe et 500 km en 6h42 avec un Renault Master
ZE.Desréalisationsquiannoncentledéveloppe-
mentetlaconstructiond’uneprésérie,suiviepar
des pilotes pré-commerciaux à petite échelle.
« Au-delà de la visibilité et du prestige
qu’apporte l’incubation par Leonard,
le programme SEED nous offre trois
appuis importants pour notre déve-
loppement.Deséchangesapprofondis
avec les diverses sociétés opération-
nelles du groupe VINCI, qui nous ont
permis d’affiner nos réflexions et
de consolider notre business plan.
Ensuite, une excellente formation
de Stanford sur la construction du
modèle économique et sa présenta-
tion auprès des investisseurs et par-
tenairesindustriels.Enfin,nousavons
bénéficié des échanges personnels
avec l’ensemble des entrepreneurs de
la promotion SEED, ainsi qu’avec les
autres entités incubées à Leonard. »
Jean-Baptiste Segard, président
et fondateur d’EP-Tender.
G INERGEEN
Le problème à résoudre Les constructions
modulaires sont souvent difficiles à transporter
et ne répondent pas aux exigences environ-
nementales croissantes du secteur de la
construction.
La solution  
Cubeen™, un module de
construction démontable et multi-usage
et  Woodea™, un module 100 % bois et à très
haute performance énergétique.
Le projet Inergeen a été fondée en mars 2017
par Olivier Kerrec (25 ans dans le secteur de
l’énergie), Christian Bois (35 ans d’architecture
et de direction d’agence, architecte DPLG) et
Clément Bois (7 ans d’expérience en architec-
ture et design, architecte DESA).
Étapes clés 2020 a été pour Inergeen une
belle première année commerciale. En octobre,
à l’issue du programme SEED, l’entreprise a
lancé sa campagne de levée de fonds.
« Nousavonspuengagerune
réflexionhyperconstructive
avecleséquipesdeLeonardet
deStanford.Notrestratégiede
développements’estréellement
consolidéependantles6
moisduprogramme.Grosse
remiseenquestion,maistrès
bénéfique !»
Olivier Kerrec, président, cofondateur
H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
23
22
G AOS
Le problème à résoudre Les consul-
tations d’entreprises, pour les donneurs
d’ordre, impliquent des échanges d’e-mails
par centaines, un suivi le plus souvent
manuel, basé sur des tableurs, ou encore
des partages et des mises à jour de dossiers
compliqués, au travers d’outils hétérogènes
(box, plateformes de transfert…). Autant de
temps passé sans création de valeur, autant
de risques d’erreurs, ou d’informations mal
partagées.
LasolutionAOS(Appeld’offressimplifié)offre
une plateforme en ligne unique, partagée entre
donneurs d’ordre et fournisseurs. Elle permet
le partage sécurisé sans limite de temps et de
volume de toutes les informations nécessaires
à une consultation, livre une analyse compara-
tive automatique des offres et facilite le suivi
et la maîtrise du budget.
« Il était compliqué au début pour nous
de comprendre comment le groupe
VINCI était organisé, et il était essen-
tiel de bien identifier les entités.
Mais, très vite, les rencontres se sont
faites très naturellement, notre offre
aétécomprisetrèsrapidement,VINCI
devenant l’un de nos premiers clients
et nous donnant l’opportunité d’avoir
de nombreux sponsors internes. »
Marc Giraudot, Head of Sales d’AOS
« Nous disposons dans le groupe d’un
outil de passation de commande pour
les chantiers. Plusieurs chantiers ont
cependant commencé à me parler
de la solution AOS, qu’ils ont utilisée.
Noussommesenréflexionpourlapro-
poser à l’ensemble du groupe. L’atout
de cette solution est de permettre
à plusieurs services de travailler
ensemble sur des consultations ; on
s’aperçoit que ce qui a été fait en
phased’étude de prix peutse perdre…
alorsquelà,ongardeunetraceprécise
et accessible. AOS est très spécifique
aux consultations, mais on pourrait
imaginer plus tard une intégration
avec des outils juridiques. »
Matthieu Poylo, directeur outils
et achats hors production chez VINCI
Construction France
Le projet AOS a été fondée en 2016 par
Alexandre Brochot et Thomas Cassou, et a
bénéficié de deux levées de fonds successives.
L’entreprise employait 50 personnes en juin
2020, et vise un objectif de 90 personnes en
fin d’année, pour un CA de 2 millions d’euros.
Programme CATALYST
Chiffres clés

1 500 projets lancés en 18 mois

350 clients

8 milliards d’euros
de travaux lancés

80 % résidentiel

Une trentaine de projets lancés
avec le groupe VINCI

Série A début 2021
G HOLOBUILDER
Le problème à résoudre Les photographies
de chantier utilisées pour le suivi, la mainte-
nance ou la coordination mobilisent un temps
précieux et aboutissent souvent à des dossiers
mis en ligne sans structuration, difficiles à
partager et à exploiter.
La solution Holobuilder s’appuie sur des
caméras à 360°, des algorithmes de machine
learning et une plateforme SaaS pour accélérer
la capture d’image et faciliter le suivi et la ges-
tion de chantier. Les photographies à 360° sont
accessibles en ligne, alignées avec les plans
des chantiers. Il est possible de comparer deux
emplacements dans le temps, d’annoter les
images,deprendredesmesures.Laplateforme
s’intègre aux principaux outils métiers de
gestion de chantier.
Le projet Holobuilder a rejoint le programme
CATALYST en décembre 2019. Basée à San
Francisco et Aachen, elle compte, aux États-
Unis, près de la moitié des 100 plus grandes
entreprises générales de construction parmi
ses clients.
Chiffres clés

18 000 projets

2 000 entreprises
clientes

85 % de réduction
du temps de relevé
photographique sur
chantier
« D’une certaine manière, les projets
de construction, même au sein d’un
groupe,sonttoustrèsindépendantsles
uns des autres. L’enjeu est donc de pro-
poser une technologie qui s’applique à
de nombreuses situations différentes.
C’est le cas de notre solution, qui est
accessible pour des projets d’ampleur
modeste, mais également parfai-
tement pertinente pour les projets
ambitieux, de très grande dimension,
de l’infrastructure au résidentiel en
passant par les sites industriels.»
Christian Claus, CMO,
Head of Partnership, Holobuilder
« 
Pour les cas d’usage sensibles,
comme nos chantiers dans le domaine
de l’énergie nucléaire, le challenge de
la sécurité des données, la possibilité
de disposer d’un cloud privé ou d’une
solution sur site ouvrent de beaux
défis pour l’excellente équipe produit
d’Holobuilder. »
Matthieu Artaud, Corporate Ventures
Manager, VINCI Énergies
H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
25
24
G CONVERGE
Le problème à résoudre Le secteur de la
construction, en particulier sur les chantiers,
reste peu digitalisé. Les procédés et les
organisations effectuent des campagnes de
mesure le plus souvent manuelles, partielles,
qui ne reflètent pas précisément la réalité des
opérations, ce qui laisse passer de nombreuses
opportunités d’optimiser la productivité.
La solution Converge associe des capteurs
physiques intégrés à la construction, du
chantier à l’exploitation, dont les données sont
exportées dans le cloud et fusionnées avec
les données spatiales, temporelles et écono-
miques des projets. Sa solution SaaS intègre
l’intelligence artificielle avec les données des
capteurs pour digitaliser la construction. Son
premier produit, Concrete DNA, est un outil
digital de suivi de la cure du béton s’appuyant
sur des capteurs fixés directement aux arma-
tures acier et transmettant sans contact les
informations de température, d’humidité et
de force compressive.
Chiffres clés
ConcreteDNA assure
jusqu’à 30 % de
réduction de la durée
des cycles béton
ce qui se traduit par des
économies de 30 à 40 %.
Parcours Dans la foulée de son premier
produit, ConcreteDNA, Converge, fondée
en 2014 par Raphael Scheps et Gideon
Farrell, développe une gamme de capteurs :
GeoDNA (monitoring des structures et de
l’environnement géotechnique), OffsiteDNA
(flux logistique d’approvisionnement) et
CraneDNA (logistique sur site), dans l’ambition
de déployer une solution complète de jumeau
numérique de chantier.
H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S
« Noussommestémoinsd’uneévolutionaccélérée
dusecteurdelaconstruction.Aujourd’hui,les
grandsacteursinvestissentsérieusementdans
latransformationnumérique,etVINCIenestun
contributeurimportant.»

Raphael Scheps, CEO, Converge
« NousavonsdéjàmisenœuvrelasolutiondeConverge
pourundenosprojets.Nousavonsconduitprès
de200entretiens,danslecadredeebéton,auprès
d’entreprisescherchantdessolutionspourdisposerd’un
choixpluslargedebétons,enparticulierbascarbone,
etsouhaitantassurerunemeilleuretraçabilitédes
bétonsemployéssurleurschantiers.Danscecontexte,
l’améliorationdeproductivitépermiseparConverge
nousintéressetrèsvivement. »
Bruno Paul-Dauphin, directeur de projet sur le béton bas carbone
et directeur du projet ebéton
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
27
26
Cinq questions à
Guillaume Bazouin,
responsable des
programmes
d’accélération
Quel bilan pour les programmes SEED
et CATALYST, à l’issue d’une année pas
comme les autres ?
GUILLAUME BAZOUIN
Du côté de SEED, nous avons
accompagné cinq sociétés avec l’objectif
qu’elles réalisent leur première levée de fonds
au bout d’un an. Et pour quatre d’entre elles,
ces levées de fonds sont en cours. Il s’agit de
Build2B, d’EP Tender, d’Inergeen (lire p. 19), et
de SoLiquid, une technologie d’impression 3D
hors site. Le programme SEED a de plus été
reconnu par BPI France comme prescripteur
du fonds French Tech Seed avec pour mission
l’investissement dans des start-up à haute
intensité technologique.
Pour CATALYST, l’ambition est de faire aboutir,
via des contrats-cadres ou des pilotes, des
collaborations entre des entités opération-
nelles de VINCI et une douzaine d’entreprises
innovantes, parmi les meilleures de la classe
dans leur domaine à l’échelle internationale.
En moyenne, les collaborations de ce genre
entre start-up et grands groupes aboutissent
à des partenariats pérennes dans 5 % des cas.
Nous estimons être parvenus entre 30 et 50 %
de réussite.
Comment se fait la sélection des
start-up participantes ?
GUILLAUME BAZOUIN
Plusieurs centaines de
start-up à travers le monde candidatent aux
programmes SEED et CATALYST. Les équipes
de Leonard évaluent leur viabilité, la qualité de
leurs équipes, leur niveau de maturité ainsi que
la robustesse de leur financement. Dans un
deuxième temps, nos échanges avec de nom-
breux spécialistes des entreprises de VINCI
nous permettent de déterminer la pertinence
des offres identifiées dans leur application à
nos métiers.
Quels liens existe-t-il entre ces
deux programmes et le parcours
Intrapreneurs de Leonard ?
GUILLAUME BAZOUIN
Le parcours Intrapreneurs
permet à tout collaborateur de VINCI de
proposer un projet de business dont il ou elle
pourra infine faire une nouvelle activité au sein
du groupe. Très souvent, les sujets identifiés
par nos intrapreneurs sont aussi identifiés par
des start-up extérieures au groupe (et vice
versa). Ce phénomène de co-émergence est
d’ailleurs un bon indicateur de la pertinence
d’une idée. Ces chevauchements sont autant
d’opportunités de collaborations et de co-dé-
veloppements internes/externes à explorer
afin de maximiser les chances d’émergence
d’une innovation de rupture.
Quelles sont les spécificités de SEED
et CATALYST par rapport à d’autres
programmes d’incubation ?
GUILLAUME BAZOUIN
Le nerf de la guerre pour
ce type de programmes, c’est la qualité du
recrutement, et donc l’attractivité de l’offre.
Pour être compétitive au sein de la myriade
des accélérateurs, incubateurs et autres
start-up studios, cette offre doit être claire et
différenciée. Pour SEED, nous permettons à
des start-up récemment formées de valider
leur proposition de valeur auprès des collabo-
rateurs de VINCI qui pourraient devenir leurs
clients à l’avenir. Nous leur offrons une for-
mation à l’entrepreneuriat en partenariat avec
l’université de Stanford, en Californie, pour les
préparer au mieux à leur première levée de
fonds, et nous les hébergeons pendant six
mois dans nos locaux. Chaque start-up reçoit
30 000 € pour soutenir ses premiers mois de
croissance. Leonard valorise son programme
en entrant au capital de chaque start-up SEED.
CATALYST, à l’inverse, n’est pas un programme
d’investissement, mais un programme
d’accompagnement pour des scale-up ou
entreprises innovantes qui développent des
offres pertinentes, parvenues à maturité et
scalables pour le groupe VINCI.
Quelles perspectives pour 2021 ?
GUILLAUME BAZOUIN
Nous sommes très enthou-
siastes. La première promotion de SEED ne
comptait que cinq start-up. La prochaine
promotion va doubler, avec neuf entreprises
sélectionnées parmi 150 candidatures. Leur
accompagnement sera commun à celui des
intrapreneurs et tous bénéficieront ainsi de
la formation qualifiante délivrée par le centre
de développement professionnel de Stanford.
L’offre CATALYST a elle aussi été renforcée avec
unequalificationdesentreprisessélectionnées
menée en commun avec de nombreuses
directions opérationnelles du groupe.
H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
29
28
P A R C O U R S I A
À l’image des technologies sur lesquelles
s’appuie l’IA (machine learning, computer
vision, arbres de décisions…), ils sont allés
très vite. Les huit porteurs de projet de la
première promotion du parcours IA mis en
place par Leonard fin 2019 ont, dès le mois
d’avril, présenté leurs initiatives au comité exé-
cutif de VINCI. Trois d’entre elles deviendront
des business units dédiées. Transformer les
solutions basées sur l’IA en systèmes opéra-
tionnels, ne pas se contenter de développer
des preuves de concept : le pari du parcours
IA est tenu. Le secret de ce programme ? Miser
sur l’effort collaboratif et les synergies entre
projets, en s’appuyant sur les collaborateurs
du groupe et leurs expertises métier.
Et la suite est tout aussi prometteuse.
Dès novembre 2020, la deuxième promotion
embarquait 13 nouveaux projets d’entités
de VINCI. Les compétences en intelligence
artificielle se diffusent ainsi au sein du groupe
et sont mises au service d’applications pour
lesquelles l’IA porte un potentiel de disrup-
tion : l’inspection automatique des routes
(projet Roadcare), le design génératif pour
les équipements techniques du bâtiment
(Diane, nouvelle BU), ou encore la simulation
du potentiel immobilier d’une parcelle. De
manière plus transversale, les technologies
d’intelligence artificielle sont appelées à jouer
un rôle déterminant dans la concrétisation des
engagements environnementaux, ses capa-
cités de simulation et d’optimisation faisant
converger objectifs économiques, écologiques
et sociaux des projets.
ParcoursIA
Le parcours IA accélère la
diffusion des technologies
d’intelligence artificielle
chez VINCI
«Leparcoursn’estpasconçupour
réaliserdespreuvesdeconcept,
maispourporterdesprojetsà
l’échelleindustrielle.Cetobjectif
conditionnel’approchemêmedu
projet,portéetdéveloppéparles
collaborateurs.Ilssaurontainsi
l’industrialiseretlemaintenir
dansladurée. »
Bruno Daunay, AI Lead, Leonard
 
Plus de 230 heures
de formation

50 sessions de formation
et de travaux pratiques

+100 modèles IA entraînés
En2020,
l’IAaétémobiliséepour…
 
La maintenance prédictive pour les systèmes de transport / 
VINCI Energies
 
La maintenance prédictive pour l’industrie et l’exploitation
d’infrastructures / VINCI Construction – VINCI Concessions
 
La prédiction de dérive économique d’un projet / 
VINCI Energies-Eurovia
 
Le design génératif pour la conception industrielle / VINCI Energies
 
L’optimisation de la logistique / VINCI Energies
 
L’analyse géophysique des sols / VINCI Construction
 
L’exploitation d’infrastructures télécom s/VINCI Energies
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
31
30
P A R C O U R S I A
«Ilestimportantdeseprojeterdanslesprochainesannéeset
devoircespremiersoutilsadressantdescastrèsprécisdansune
perspectivepluslarge.Aveccesprojets,VINCIprépareleterrain
pourdessolutionsdeconceptionetdemaintenanceàgrande
échelle,auxquellesilseraégalementpossibled’intégrer
lesobjectifsenvironnementauxousociauxparexemple.»
Quentin Panissod, AI Lead, Leonard
«Nosdéveloppementsd’IAcesdernières
annéesconfirmentlapertinence
decesoutilspourlegroupe,mais
aussilebesoindecompétencesen
interneauseindesentitéspoury
adaptercestechnologiesànosréalités
opérationnelles–ensomme,pour
passerduPowerPointàlaréalité.»

François Lemaistre, Brand Manager Axians,
VINCI Energies
SprinkIA
LE DESIGN DES RÉSEAUX
DE SPRINKLER PASSE
À L’AUTOMATISATION
Cinq minutes. C’est le temps
qu’il faut à la solution SprinkIA,
développée pour Uxello (VINCI
Energies), spécialiste des
réseaux de sécurité incendie,
pour concevoir un réseau
optimal de sprinklers, sur la
base d’un cahier des charges
et d’un objectif budgétaire.
SprinkIA, développé dans le
cadre du parcours IA porté par
Leonard, réduit significative-
ment le temps de conception,
tout en améliorant le design
des réseaux. Les algorithmes de
machine learning utilisés font
entrer la conception des réseaux
de lutte contre l’incendie
dans l’ère du design génératif.
Contrairement aux outils de
CAO (conception assistée par
ordinateur) paramétriques,
qui cantonnent les solutions
proposées à une gamme de
possibilités prédéfinies, le
design génératif explore toutes
les possibilités physiques et
économiques, afin d’identifier
des solutions optimales.
SE@Cloud
 LA MAINTENANCE
PRÉDICTIVE ANTICIPE LA
DÉGRADATION DES VOIES
Sur la ligne à grande vitesse
Tours-Bordeaux circule
parfois un wagon singulier,
appelé Dring par Lisea et
Mesea, les sociétés en charge
de la concession et de la
maintenance de la ligne
Sud-Europe-Atlantique. Dring
est bardé de capteurs et mesure
chaque semaine les évolutions
de la géométrie de la voie.
Dans le cadre du parcours IA
de Leonard, les précieuses
données relevées par le wagon
ont fait entrer la maintenance
de la LGV dans l’ère de
l’approche prédictive. Grâce
aux algorithmes développés
pour analyser les relevés, les
opérations ont en effet pu
être optimisées, sur la base de
prédictions statistiques à court
terme (quelques mois) et à long
terme (trois ans). Résultat : la
fréquence des interventions a
été significativement optimisée,
de même que le temps consa-
cré au suivi de la voie et à la
programmation des opérations.
Appuyés par l’IA, les experts
métier ont par ailleurs acquis
une meilleure compréhension
des effets de la maintenance
sur la dégradation des voies.
Avec l’approche prédictive, il est
désormais possible d’anticiper
le moment le plus opportun
pour engager les opérations
tout en gardant une parfaite
maîtrise des performances et de
la sécurité.
Chronsite
L’IA DONNE LA
MAÎTRISE DU TEMPS
AUX CHANTIERS
L’analyse du temps nécessaire
pour accomplir chaque tâche
d’un projet est l’un des piliers
du lean management. Cette
méthode de gestion de projet,
qui a largement fait ses preuves
dans les secteurs industriels,
s’est également installée dans
les pratiques des chantiers
de construction. Elle permet
aux ingénieurs d’identifier les
tâches les plus consommatrices
de temps et d’améliorer ainsi
jusqu’à 25 % la productivité
globale d’un projet. Cette
approche se heurte cependant à
une limite : le temps nécessaire,
justement, pour chronométrer
les tâches. Heureusement,
il est possible désormais, en
associant caméras, algorithmes
de vision par ordinateur et
deep learning, d’automatiser
cette mesure. Une IA peut
détecter les tâches en cours,
identifier les effectifs mobilisés
et rapporter précisément l’état
et la durée des tâches. C’est la
possibilité qu’offre aujourd’hui
Chronsite, outil développé par
VINCI Construction France et
Dodin Campenon Bernard, avec
l’assistance du parcours IA
proposé par Leonard.
Focus sur...
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
R E T O U R S U R 2 0 2 0
33
32
Rendez-vousàBerlin
En juillet 2020, Leonard et les équipes d’Eurovia et
de VINCI Energies basées en Allemagne ont lancé les
travaux de Leonard : DACH, qui relaie les réflexions
prospectives et les programmes d’accélération de
la plateforme de prospective et d’innovation de VINCI
en Allemagne, en Autriche et en Suisse.
« Leonard,entantqueplateforme
demiseenréseau,offre
lapossibilitédecréerun
écosystèmeprêtàl’emploi,avec
partenairesacadémiques,acteurs
économiques,start-up,secteur
public.Unréseauoùnouspouvons
échangerdesidéesetintégrer
ànotreréflexiondesinspirations
venuesdetoushorizons.»

Tim Lorenz, Director, VINCI Deutschland
« Nousvoulonsinciternos
employésàs’impliquer.Les
échangesentreleséquipes
LeonarddeParisetdelarégion
DACHontpourobjectifde
développerensembledesvisions
pournotremarché,destimuler
l’innovationetdesaisirtoutes
lesopportunitésoffertesparla
numérisationetlestechnologies
d’intelligenceartificielle. »
Reinhard Schlemmer, Director, VINCI
Deutschland
Photographie
respectueuse
des
normes
sanitaires
en
vigueur.
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
R E T O U R S U R 2 0 2 0
35
34
Transfor-
mations
2
I
llustration :
Bruno
Mangyoku
Comment anticiper les ruptures technologiques,
détecter les signaux faibles qui annoncent les usages
de demain et inscrire les réflexions prospectives dans
la réalité des projets ? Comment réussir la transition
écologique des territoires et de leurs métiers ? Les
scénarios, études et rencontres de Leonard posent le
cadre des transformations en cours.
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
37
36
N O T L O S T I N T R A N S I T I O N
L’avenir des métiers de la construction et
des concessions est fortement structuré
par la transition écologique. Bâtiments,
infrastructures et territoires subissent de
plus en plus fréquemment et de plus en
plus durement les effets du changement
climatique. Les métiers de la transition envi-
ronnementale, a fortiori dans les villes et les
territoires, doivent donc évoluer rapidement
pour soutenir la résilience des sociétés face
à ces chocs. Les secteurs de la construction
et des transports contribuent par ailleurs à
près de la moitié des émissions mondiales.
L’ambition environnementale de VINCI prévoit
d’atteindre la neutralité carbone en 2050.
Atténuation et adaptation
Au-delà des enjeux d’atténuation, il faudra
conduire des évolutions profondes des
métiers et de leur organisation. Pour Xavier
Huillard, président-directeur général de VINCI,
« l’entreprise est une fabrique de solutions et
nous renforçons la pérennité de nos entre-
prises quand nous accélérons notre transition
environnementale ».
Leonard a organisé entre octobre 2019 et
novembre 2020 un cycle événementiel
consacré à la transition écologique des villes
etdesterritoires. Àl’heureoùs’achève ce cycle
de 8 rencontres, les sujets abordés restent
brûlants d’actualité : de l’échelle globale au
territoire local, en explorant les enjeux propres
à la construction, à la mobilité et à l’énergie,
Leonard s’est attaché à explorer la transition
environnementale dans toute sa diversité
de vues. Leonard a établi la synthèse de ces
rencontres, riche des différents enseigne-
ments, prises de parole, interpellations de ces
événements, et de données actualisées.
Que retenir de cette plongée en profon-
deur dans l’avenir en transition ?
D’abord que la transition écologique implique
uneresponsabilitépartagée.Lesacteurspublics
ont une responsabilité majeure, celle de faire
évoluer le cadre normatif rapidement. Ils ont
également la responsabilité de pousser les
acteurs financiers à mobiliser les investisse-
ments nécessaires à cette transition globale.
Les grandes entreprises, elles, doivent montrer
la voie, a fortiori quand leurs activités sont
structurantes pour l’économie. Elles doivent
êtreproactives,tantvis-à-visdelasociétécivile
que des décideurs. « Avecnosmétiers,notrevision
de la performance globale et notre sens du temps
long, nous faisons partie de la solution pour bâtir
un monde plus durable », déclarait ainsi Xavier
Notlostintransition
La transition écologique
les yeux dans les yeux
Huillard en septembre 2020.
La transition écologique se joue, ensuite,
dans le contexte d’une dynamique globale
démographique et de métropolisation, qu’il
convient de repenser pour en faire un pilier de
la transition. L’avenir appartient aux acteurs
capables de faire de la transition climatique
une stratégie de développement, capables
de se projeter pour réinventer les mobilités,
systématiser la construction durable, catalyser
l’essor de nouvelles technologies vertes et de
décarbonation tout en couplant une efficacité
et une sobriété optimales.
Paroùcommencer ?Lasynthèsedenotrecycle
derencontresidentifielesthématiqueslesplus
déterminantes, en précisant les données clés,
les pistes de solutions et les défis que devront
relever les acteurs de la fabrique des villes et
des territoires. En voici un aperçu.
Nouvelles technologies, efficacité,
sobriété : quel rapport à l’énergie sur
une planète limitée ?
Les faits
72 % des émissions mondiales de gaz à effet de
serreanthropiquerésultentdelaconsommation
énergétique a Depuis 1800, alors que la popu-
lation a été multipliée par 4, la consommation
d’énergiepar40aEn1980,lesénergiesfossiles
représentaient88 %dumixénergétiquemondial,
c’est 87 % aujourd’hui a Il faudrait laisser 80 %
des réserves connues d’hydrocarbures dans le
sol pour contenir le réchauffement global sous
la barre des deux degrés à la fin du siècle a Le
rythme de décarbonation du PIB mondial est
encore très lent : -3 % par point chaque année
en moyenne a -7 %, c’est la réduction mondiale
des émissions de gaz à effet de serre observée
en 2020 avec les effets Covid, proche de celle
qu’il faudrait maintenir chaque année pour être
en ligne avec l’accord de Paris.
Pistes de solutions et défis
	 Intégrer systématiquement le triptyque
sobriété, efficacité et décarbonation via les
énergies renouvelables dans chaque projet.
	 Identifier le niveau et les points de vulné-
rabilité des acteurs des projets en cas de
rupture de l’approvisionnement pétrolier.
	 Préparer des pistes alternatives d’approvi-
sionnement énergétique.
	Construire l’infrastructure de l’énergie
renouvelable et de l’électrification des
usages (mobilité, bâtiment, industrie, etc.).
	 Déployer l’infrastructure de l’hydrogène et
du power-to-gas.
	 Favoriser la décarbonation à l’international
malgré des normes locales moins contrai-
gnantes que sur les marchés les plus mûrs.
	 Dans les entreprises, décarboner au maxi-
mum chaque point de croissance interne.
	 Orienter une partie de la RD sur la robus-
tesse et la simplicité des techniques, pour
les rendre moins dépendantes à certaines
ressources sensibles.
Quelles mobilités pour demain ?
Les faits
Les 3/4 des émissions liées au transport
sont attribuables aux transports terrestres
routiers. Mondialement, les usages de la
route ont produit 5,85 gigatonnes de CO2
en 2016. Une hausse de 77 % depuis 1990
a La consommation pétrolière du secteur du
transport de marchandises a pratiquement
doublé depuis 1973, en valeur absolue a En
France, le nombre de voitures particulières
en circulation a bondi de 40 % entre 1990 et
2017 et le nombre de poids lourds de 6 % a Le
transport aérien est globalement responsable
de 2,8 % des émissions de CO2
dans le monde
et double tous les 15 ans depuis la Seconde
Guerre mondiale a Les technologies de la
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
39
38
voiture électrique ou hydrogène atteignent
leur maturité, leur pénétration dépend de
l’infrastructure de recharge et des avantages
économiques a L’Europe aurait besoin de
3 millions de points de recharge d’ici à 2030,
contre 185 000 aujourd’hui a Le véhicule
autonome, de par la constante optimisation
de l’usage qu’il permet – a fortiori s’il est par-
tagé – pourrait diviser par 10 le nombre de
véhicules a Seuls 49 % des Français indiquent
avoir accès à d’autres offres de mobilité que
leur voiture, et principalement en zone urbaine
a 68 % des trajets individuels en voiture sont
considérés comme « subis » par des usagers
qui aimeraient avoir d’autres options a 75 %
des actifs français utilisent leur voiture pour
se rendre au travail.
Pistes de solutions et défis
	 Construire l’infrastructure nécessaire à
l’essor des mobilités douces et partagées.
	 Développer l’infrastructure de l’intermo-
dalité et de l’interopérabilité entre les
mobilités pour optimiser l’efficacité des
mobilités faibles en carbone.
	 Bâtir l’infrastructure de l’intégration des
mobilités dans le bâtiment et l’énergie.
	 Favoriser l’essor de l’électrification des
véhicules en construisant une infrastruc-
ture de recharge efficace, abondante et
diffuse sur le territoire, notamment dans
les territoires où le mix électrique est
faiblement carboné.
	 Déployer les infrastructures de la route/
autoroute bas carbone.
	 Favoriser l’essor des procédés d’optimisa-
tion des flux de transport grâce aux nou-
velles technologies (voiture autonome,  etc.)
tout en veillant à ne pas entraîner d’effets
rebonds importants, comme la multiplica-
tion des trajets ou des données.
	 Expérimenter pour renforcer les techno-
logies et accélérer le déploiement des
solutions technologiques robustes.
	 Continuer de réduire l’empreinte carbone
des aéroports, en attendant l’avion bas
carbone.
La construction durable, un levier
fondamental pour la transition
Les faits
La consommation énergétique des bâtiments
représente 18 % des émissions mondiales
de GES, et 10 % de la consommation d’eau
potable a À l’échelle française, le bâtiment
(construction et usages) consomme 44 % de
l’énergie et engendre quelque 120 millions de
tonnes annuelles de CO2 
, soit le quart du total
national a L’ensemble de la chaîne du béton
est responsable de 8 à 9 % des émissions glo-
bales d’origine humaine de GES. La fabrication
du béton mobilise plus de 2,5 % de la demande
d’énergie primaire mondiale a 15 milliards de
tonnes de sable sont mobilisées chaque année
pour la production de béton a Le secteur du
bâtiment produit 40 millions de tonnes de
déchets en France par an a 60 à 70 % des
infrastructures qui existeront en 2050 dans
le monde n’ont pas encore été construites a
PourunbâtimentlabelliséBBC2005(bâtiment
à basse consommation énergétique), l’énergie
grisedépenséepourlaconstructionreprésente
30 à 50 ans de la consommation énergétique
de ce bâtiment en phase d’exploitation a La
France compte sept millions de « passoires
thermiques » a En France, on estime que 75 %
du bâti de 2050 existe déjà a Chaque année,
plus de 65 000 hectares de sol disparaissent,
soit environ l’équivalent d’un département
tous les huit ans.
Pistes de solutions et défis
	 Accélérer la mise sur le marché et massifier
l’emploi des bétons bas carbone.
	Systématiser l’utilisation de matériaux
renouvelables pour relâcher la pression
sur les ressources finies.
	 Développer la filière de la construction
bois, efficace techniquement, économe et
capable de séquestrer du carbone.
	 Organiser le recyclage systématique des
déchets de la construction dans les nou-
veaux projets.
	 Systématiser l’analyse de l’impact environ-
nemental tout au long du cycle de vie des
bâtiments.
	 Réaliser les promesses écologiques du
smart building.
	 Conduire la réhabilitation thermique des
bâtiments publics et privés, un des leviers
principaux de réduction des émissions et
de lutte contre la précarité énergétique.
Métropoles, entreprises, citoyens,
pouvoirs publics : quels leviers
pour la transition ?
Les faits
On sait désormais que les petits gestes indivi-
duels et comportementaux ne suffiront pas : ils
comptent pour quelque 25 % du potentiel de
réduction des émissions nationales a Les villes
abritent la moitié de la population mondiale et
concentrent 80 % du PIB et 70 % des émissions
mondiales de gaz à effet de serre. Elles sont
aussi particulièrement vulnérables aux effets
du changement climatique a En France, les
émissions des villes comptent pour 67 % des
émissions nationales a Le changement clima-
tique exacerbe l’effet îlot de chaleur dans les
villes. Le différentiel thermique peut y atteindre,
en été, près de 10 °C par rapport aux zones
rurales environnantes a Le stress hydrique tou-
chera de 33 à 55 % des métropoles d’ici 30 ans.
N O T L O S T I N T R A N S I T I O N
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
41
40
Pistes de solutions et défis
	 Aménager la ville résiliente aux vagues de
chaleur, en végétalisant, en systématisant
l’emploi de matériaux froids ou à fort
albédo.
	Construire l’infrastructure d’une ville
économe en eau et résiliente au stress
hydrique, accentué par le changement
climatique et la pression démographique.
	 Penser les aménagements en interaction
avec les sols, vis-à-vis de l’absorption d’eau
notamment.
	 Anticiper la montée des eaux et les risques
liés aux événements climatiques extrêmes
dans les aménagements littoraux.
	 Systématiser l’utilisation d’outils de suivi
des émissions à l’échelle du territoire pour
identifier les bons leviers de décarbonation.
	 Penser aussi les aménagements en fonc-
tion du besoin de nature de la population
et de la prévention sanitaire (a fortiori
épidémiologique).
	 Coordonner l’action des pouvoirs publics,
des entreprises et de la société civile pour
chaque grand projet d’aménagement.
Financer la transition à tous les
niveaux : vers un Green Deal à la
hauteur du défi environnemental
Les faits
Les coûts du changement climatique pour-
raient représenter, à l’horizon 2050, entre 5 %
et 20 % du PIB mondial de 2005 par an, alors
qu’une stabilisation des émissions de gaz à
effetdeserrenecoûteraitque1 % du PIBmon-
dial (2005) par an a Les actifs de combustibles
fossiles susceptibles d’être réduits à néant
si des régulations rendaient contraignants
les engagements climatiques représentent
12 000 milliards de dollars d’ici à 2035 a La
transition écologique entraînerait la création
nette de quelque 350 000 emplois supplé-
mentaires en France en 2035 et 900 000 en
2050 a En 2017, 191 gouvernements ont
consacré 5 200 milliardsdedollarsàminorerle
prix de vente et le coût des externalités de ces
énergies émettrices de CO2
. Cela représente
6,5 % du PIB mondial a 10 % des 372 milliards
de dollars de subventions mondiales directes
attribuées aux énergies fossiles suffiraient
à financer la transition énergétique globale.
Actuellement, seulement 100 milliards de
dollars sont alloués aux alternatives vertes
a En France, les besoins d’investissements
supplémentaires dans la transition au sens
large sont compris dans une fourchette de
70 à 100 milliards d’euros par an. Soit entre
2 et 3 points de PIB a Les financements dits
« verts » demeurent faibles : moins de 2 % des
portefeuilles des investisseurs, moins de 2 %
du marché obligataire a Pour rester sur la
trajectoire de nos engagements par la seule
tarification du carbone, il faudrait que celle-ci
atteigne 250 € la tonne d’ici à 2030.
Pistes de solutions et défis
	Rediriger les subventions directes et
indirectes aux activités carbonées vers les
activités neutres et décarbonées.
	Auditer systématiquement les grands
projets d’investissement à l’aune de leur
empreinte carbone.
	 Préparerl’augmentationduprixducarbone
et ses conséquences.
La transition écologique s’accompagne
de risques physiques induits par le
changement climatique (destruction
ou dégradation d’actifs, perte d’accès
à des ressources…) et de risques de
transition (changements de politique
publique, évolution des normes
sociales et des préférences indivi-
duelles…). Comment les métiers
de la construction et de la concession
y font-ils face ?
N O T L O S T I N T R A N S I T I O N
« Faceauxenjeuxenvironnementaux,
nousavonsundevoird’anticipation
etd’innovation »
Isabelle Spiegel, Directrice
de l’Environnement, VINCI
ISABELLE SPIEGEL
Les risques physiques sont
essentiellement ceux liés aux événements
climatiques extrêmes. Un orage violent, une
inondation,desincendies…peuventoccasionner
des pertes matérielles, perturber les plannings
des chantiers. Sur nos concessions, une tem-
pête, par exemple, peut immobiliser le trafic,
mettreendangernossalariésetnosclients.Ces
risques sont déjà là, leur fréquence s’amplifie.
Nous avons un rôle d’anticipation, notam-
ment pour nous projeter dans les conditions
Isabelle Spiegel et
Julien Villalongue :
face à la transition
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
43
42
auxquelles devront s’adapter les ouvrages que
nous construisons. C’est l’une des spécialités
de notre bureau d’études Resallience. Les
risques indirects sont tout aussi importants, et
ilsappellentunexercicedeprospectivesurl’en-
semble de nos activités. Un des thèmes clés de
cet exercice est d’anticiper la sortie progressive
des énergies fossiles. Nous avons conduit une
étude, Scénarios 2050, en faisant l’hypothèse
que l’objectif de limiter le réchauffement à 2 °C
était tenu. Nous avons étudié deux trajectoires
principales, l’une axée sur la technologie, l’autre
sur la sobriété, et estimé leur impact sur nos
grands secteurs d’opérations – un stress test à
l’échelle de VINCI.
Quelles nouvelles orientations et
opportunités ouvre le regard prospectif
sur la transition environnementale ?
ISABELLE SPIEGEL
Nos travaux de prospective
mettent en lumière des zones de fragilité, mais
aussi des opportunités. Le transport de l’élec-
tricité, sur lequel nous avons des positions,
va, par exemple, prendre de l’ampleur. Dans
la construction, lorsque la thématique « zéro
artificialisation nette » est abordée, notamment
par la Convention citoyenne pour le climat,
certaines limites pourraient apparaître pour
la construction neuve. D’un autre côté, la
rénovation, notamment énergétique, semble
devoir prendre une grande importance.
Nous avons la chance, dans un groupe diver-
sifié comme le nôtre, de pouvoir équilibrer
et adapter nos stratégies, jusqu’à rapprocher
des activités de manière totalement inédite.
Notre solution PowerRoad, par exemple, qui
intègre un système de pompe à chaleur dans
la chaussée, ajoute un service énergétique à un
service de mobilité. Nous travaillons en vision
intégrée, sur le cycle de vie de la solution, pour
chercher l’optimum environnemental.
ISABELLE SPIEGEL
La transition environnementale
appelle aussi des compétences authentique-
ment nouvelles, comme la comptabilité car-
bone en particulier, pour maîtriser l’inventaire
de nos activités, de notre secteur, et intégrer
cette capacité de compréhension à nos autres
métiers.
JULIEN VILLALONGUE
C’est vrai aussi pour le sujet
de la biodiversité, qui devient un enjeu au
sein même des équipes opérationnelles, au
travers par exemple des problématiques de la
« renaturation » des sols, de la restauration des
écosystèmes. La performance de nos projets
doit être globale : elle doit être constituée non
seulement par les indicateurs de performance
économique, mais aussi par la performance
environnementale et sociale. Ça n’est pas
nouveau, mais ça tient aujourd’hui une place
de plus en plus centrale.
Comment se traduisent les enjeux
environnementaux dans la gouver-
nance de l’entreprise ?
ISABELLE SPIEGEL
Chez VINCI, les entités fonc-
tionnent de manière décentralisée. Elles
ont néanmoins pour mission de réaliser la
performance globale visée par le groupe. Si
bien que la stratégie de VINCI se joue à travers
le management. Le sujet de l’environnement
n’est pas un sujet parallèle, il est directement
porté par les managers.
JULIEN VILLALONGUE
Le temps où l’environnement
était limité à des services de reporting et de
méthodes est révolu. Aujourd’hui, c’est un
sujet de management de projet, de chantier,
d’entreprise. Notre Journée de l’environnement
a d’ailleurs été lancée par les directeurs de
chacun des pôles de VINCI et orchestrée selon
les priorités de chacun de nos métiers.
Comment VINCI peut-il mettre
à profit sa capacité d’influence
systémique pour favoriser
la transition écologique ?
JULIENVILLALONGUE
C’estd’abordlepouvoirpolitique
qui fixe la trajectoire générale de la transition
environnementale : accord de Paris, stratégie
nationale bas carbone, Green Deal européen,
RE2020, etc. Nous nous inscrivons dans ces
cadres. C’est d’ailleurs indispensable, car nous
avons besoin de visibilité à long terme, d’autant
plus que nos activités relèvent souvent de la
prescription publique.
ISABELLE SPIEGEL
C’est cette visibilité qui nous
permet de prendre des risques, d’inventer des
modèlesd’affairesquirépondentauxexigences
environnementales. C’est aussi dans ce cadre
que nous pouvons mobiliser nos partenaires.
Car nous ne relevons pas seuls le défi de la
transition. L’approche par cycle de vie nous
amène à aller chercher des compétences dans
la recherche académique, les associations…
JULIEN VILLALONGUE
Nous avons la chance de
pouvoir nous appuyer notamment sur notre
partenariat avec le réseau des écoles ParisTech,
avec qui nous menons des recherches au
sein du lab recherche environnement. Autre
exemple : VINCI est partenaire du Muséum
national d’histoire naturelle, sur le sujet de
la gestion de la biodiversité des carrières ou
des projets d’infrastructures. Par ailleurs, nos
programmes d’entrepreneuriat nous offrent
la capacité d’innover vite, d’avoir des vitesses
d’adaptation différenciées – les notions d’incu-
bation et d’accélération prennent tout leur
sens dans cette phase de transition profonde.
N O T L O S T I N T R A N S I T I O N
Quelles sont les étapes de transition ?
ISABELLE SPIEGEL
Le groupe VINCI se projette
dans le cadre fixé par l’accord de Paris, qui
se traduit, pour un nombre croissant d’États,
en un jalon de neutralité carbone à l’horizon
2050.Nousprenonslemêmeengagement,sur
nos « scopes » 1 et 2 – nos émissions directes
de gaz à effet de serre. Cela se traduit par
un engagement intermédiaire de réduction
de 40 % de nos émissions d’ici à 2030 et se
décline, notamment, par des indicateurs de
performance énergétique dans toutes nos
activités. L’objectif de neutralité carbone asso-
ciera nécessairement efficacité énergétique,
substitution d’énergies et compensation.
Et nous agissons également sur l’ensemble
de notre chaîne de valeur en proposant des
solutions contribuant à réduire l’impact chez
nos clients et nos fournisseurs.
Des métiers de la transition
sont-ils en émergence ?
JULIEN VILLALONGUE
L’exemple de PowerRoad
est une bonne illustration. Sans parler de
nouveaux métiers stricto sensu, de très nom-
breuses passerelles entre compétences sont
en émergence, les métiers de l’énergétique
se rapprochant de ceux de l’infrastructure,
ne serait-ce que parce que l’électrification
est en accélération dans beaucoup de nos
activités. Je crois par ailleurs que la dimension
intrepreneuriale a toute sa pertinence pour
trouver de nouvelles solutions aux problèmes
posés par la transition environnementale. Une
large part des porteurs de projet que nous
accompagnons chez Leonard arrivent avec les
enjeux de la transition en tête. En inventant
leur rôle, ils inventent de nouveaux métiers.
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
45
44
L E O N A R D , O U V R O I R D ’ I M A G I N A I R E S
En 2020, à l’heure où le monde entrait dans
une crise sanitaire planétaire, nombreux
étaient ceux qui rappelaient que l’éven-
tualité d’une pandémie majeure avait été
largement prédite ; pourtant le monde et
ses villes étaient très inégalement préparés
à y faire face. De ce point de vue, la pandémie
du Covid-19 pourrait annoncer les chocs à
venir, sous l’effet conjugué du réchauffement
Leonard,ouvroir
d’imaginaires
« Lesobjectifsfixésdanslepland’actiondeParissurleclimatne
serontatteintsqu’aveclamobilisationdetous.C’estlaraison
pourlaquellenousavonsprisl’initiative,avecShelletl’OCDE,de
rassemblerunlargecollectifpourimaginercestroisscénariosvers
ladécarbonationdelacapitaleetdesamétropole »
Isabelle Lambert, responsable de la prospective chez Leonard
« Lesvillesdisposentd’importantslevierspourlamiseenœuvrede
latransitionénergétiqueetlaVilledePariss’estdotéed’objectifs
ambitieuxafind’atteindrelaneutralitécarboned’icià2050.Ces
troisscénariospermettentd’engagerlaconversationsurlefutur
delamétropoleparisienneetlescollaborationsnécessairesafin
d’atteindrelaneutralitécarbone »
Vincent Baril, président de Shell France
Scénario#1
ÉVOLUTION PAR LES
TECHNOLOGIES VERTES
La volonté de saisir les
opportunités technologiques et
de création d’entreprises liées
à la transition écologique ouvre
à la France des perspectives
économiques compatibles avec
les impératifs écologiques. Une
politique gouvernementale
coordonnée permet d’accélérer
la transition énergétique,
créant ainsi les conditions de
la neutralité des territoires d’ici
à 2050.
climatique, de la perte de biodiversité et du
creusement des inégalités socio-écono-
miques. La crise nous rappelle l’importance
vitale de la préparation et de notre capacité
collective à imaginer l’avenir.
L’exerciceprospectifmenéenpartenariatentre
Shell et Leonard, visait à élaborer des scénarios
de transition qui permettraient à Paris et sa
région d’atteindre la neutralité carbone d’ici
à 2050. Un atelier a réuni 45 experts issus
de 30 institutions différentes dont la mairie
de Paris, la région Île-de-France, le ministère
de la Transition écologique, l’OCDE, l’Agence
internationale de l’énergie, des chercheurs
des universités de la Sorbonne et de Stanford,
ainsi que certaines des plus grandes entre-
prises françaises. Cet exercice a fait émerger
des visions plurielles et co-construites de
l’avenir de la métropole parisienne. En est
issu le rapport « Métropole de Paris : devenir
neutre en carbone d’ici à 2050 », qui établit
trois scénarios vers une métropole zéro
carbone.
Pour la plupart des experts rassemblés
par Leonard, Shell et l’OCDE, les inégalités
socio-économiques et la complexité de
la gouvernance politique de l’échelle
nationale à l’échelle locale constituent
les principaux champs d’incertitude sur
le chemin de la neutralité carbone. C’est
sur la base de ces deux axes qu’ont été
construits les scénarios prospectifs.
Scénario#2
DÉFIANCE ET
IMMOBILISME
Les crises sociales et
économiques prennent le pas
sur la transition climatique
dans l’agenda national. Les
populations les plus touchées
par l’aléa climatique se
mobilisent pour réclamer
des initiatives en faveur de
l’égalité et de la lutte contre
le changement climatique,
devenant les principaux agents
de la transformation.
Scénario#3
OUVRIR LA VOIE
Une collaboration étroite entre
élus et communautés locales
améliore la prise en compte des
préoccupations des citoyens
en matière de bien-être et de
changement climatique, et
devient le principal moteur de
la transition vers un Paris zéro
carbone.
Paris zéro carbone :
trois scénarios pour une
métropole en transition
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
47
46
É T U D E S , C O L L E C T I O N S , A N A LY S E S D E T E N D A N C E S  : L E F U T U R À L A L O U P E
« Les tendances qui révolutionnent
les nouvelles formes de travail »
Une analyse en profondeur, une riche
bibliographie, pour prendre une
longueur d’avance sur les mutations
du travail
L’introduction et l’essor des nouvelles techno-
logies de l’information et de la communication
ont profondément modifié les organisations
et la nature même du travail. Cette évolution
est concomitante des nouvelles attentes des
clients et des collaborateurs, plus exigeants et
engagés. Cette publication propose une série
d’analyses sur les thématiques structurantes
de l’avenir du travail : management de l’es-
pace, flex office ; plateformisation et slashers ;
nouvelles technologies ; learning company ;
nouvelles aspirations ; soft skills.
IA
« Intelligence artificielle,
enjeux et cas d’usage – L’intelligence
artificielle au service des métiers
et des activités de VINCI »
Une analyse précise, qui sonde dans
le détail les pratiques et les acteurs
de l’IA, et éclaire les capacités et les
enjeux de l’IA pour les marchés et les
métiers de la construction
Leonard a lancé en 2018 l’exploration de
l’impact de l’intelligence artificielle sur les
métiers et activités de VINCI. Les travaux du
groupe de prospective IA ont permis d’établir
plusieurs constats, d’évaluer le potentiel de
l’intelligence artificielle pour les activités du
groupe et de définir les moyens à allouer aux
technologies de l’IA et à leurs applications.
IAroutes
« L’intelligence artificielle appliquée
aux infrastructures routières et
à la maintenance prédictive »
Un panorama synthétique et concret
des applications de l’intelligence
artificielle au domaine routier
En collaboration avec le Cerema (Centre
d’étudesetd’expertisesurlesrisques,l’environ-
nement, la mobilité et l’aménagement) et afin
de guider les investissements du ministère de
laTransitionécologique,Leonardaparticipéàla
production d’un rapport sur l’intelligence artifi-
cielle appliquée aux infrastructures routières et
à la maintenance prédictive afin d’identifier les
besoinsdeRDetlesperspectivesd’application
de cette technologie sur les métiers liés à l’en-
tretien et à l’exploitation de ces infrastructures.
VillesJeuxvidéo
« Villes et jeux vidéo :
comment les villes des
mondes imaginaires pourraient
transformer les villes du monde réel »
Une plongée savante, jubilatoire et
inspirante à l’intersection entre le
réel et l’imaginaire des villes
Les villes imaginaires des jeux vidéo pour-
raient-elles inspirer les réflexions sur la ville
future ? Après avoir donné la parole à Raphaël
Lacoste, directeur artistique de l’embléma-
tique série Assassin’s Creed d’Ubisoft, Leonard
a publié une étude exclusive sur les imagi-
naires urbains dans le jeu, dirigée par Nicolas
Minvielle, professeur à Audencia.
Post-Covid
« Construction collective de scénarios
pour appréhender l’après »
Une boussole indispensable pour
traverser les crises induites par la
pandémie
Quelles transformations durables la pandémie
inspirera-t-elle aux villes européennes et à
leurs infrastructures ? Au cours de quatre
ateliers organisés en juin 2020, les participants
(institutions, entreprises, centres de recherche
et de réflexion, équipes des entreprises de
VINCI…) ont échangé sur les facteurs de chan-
gement imposés par la crise sanitaire, leur
déclinaison en tendances et leur évaluation
selon leur impact ou leur incertitude. Ils ont
extrait de leurs regards croisés 350 facteurs,
7 megatrends et 4 scénarios prospectifs.
Études,collections,
analysesdetendances :
lefuturàlaloupe
Toutaulongde2020,Leonardaconviélescommunautéslesplusdiverses
(chercheurs,représentantsd’institutions,opérationnelsdeVINCI,
entrepreneurs…)pourproduiredesvisionsprospectivesdesvillesetdes
territoiresdedemain.Voiciunaperçuduproduitdeleurstravaux.
Futursdutravail
Ces deux recueils rassemblent les conclu-
sionsd’unexerciceexploratoiredesgrandes
transformations à l’œuvre au travail.
« Futurs du travail – Des futurs imagi-
nés, mais pas forcément souhaités »
L’éclairage du terrain, pour voir loin
en gardant les pieds sur terre
Les collaborateurs de VINCI partagent leur
vision,leurscroyances,ouencoreleurscraintes
concernant l’avenir du travail. Un panel riche
d’entreprises, d’expertises et de métiers variés,
réuni pour construire des scénarios prospectifs
sur les nouvelles formes de travail en 2040.
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
49
48
R É S I L I E N C E C L I M A T I Q U E  : V I S I O N S D ’ A R C H I T E C T E S
« 
Cesprojets,élaborésentreleséquipesdeVINCIetdesmaîtrises
d’œuvrepartenaires,ontproduitdesrésultatsinspirants,et
noussouhaitonsrenouvelerl’expérienceàl’avenir.Cetypede
collaborationsdoitpermettredeconcevoirdenouvellesoffres,
notammentenrépondantauxenjeuxcontemporainsduvolet
environnemental. »
Étienne Bourdais, Offres et projets innovants, Leonard.
Résilience climatique :
	 visions
d’architectes
Leonard a convié des architectes, des urbanistes et des
maîtres d’œuvre à réfléchir avec des collaborateurs de
VINCI au défi climatique sous le prisme de la résilience.
Quatre projets ont été développés, pour inspirer
les collaborateurs et tester un nouveau processus
de conception, répondant à trois enjeux : adapter
les projets aux effets du changement clima-
tique, atténuer les émissions de gaz à effet
de serre, mettre le numérique au service de
l’environnement.
Chacundecesprojetsapportedesréponses
visionnairesàunequestionspécifique,ancrée
dansuncasd’étudeconcret.
Comment construire une stratégie d’adaptation aux
aléas climatiques en situation littorale ?
Déployer un scénario dynamique en 4 séquences (ouverture
de la réglementation et réserves foncières ; incitation, compen-
sation, amélioration ; relocalisation active ; nouveaux usages)
Virginie LEROY, Directrice générale adjointe Aménagement
et Grands Projets Urbains, VINCI Immobilier
Nicolas PERSYN, urbaniste, cofondateur de l’agence Concorde
©
Agence
Concorde
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
51
50
Comment faire des résidences gérées un modèle d’in-
novation résilient face au réchauffement climatique ?
Des modules préfabriqués 3D en bois, peau bioclimatique, venti-
lation naturelle, prise en compte de la démobilité, design adapté
aux usages des personnes âgées
Diego HARARI – Directeur Innovation et développement durable
VINCI Immobilier
Dimitri ROUSSEL – Architecte, fondateur de DREAM Architectes
Florian DUPONT – Co-fondateur ZEFCO, l’atelier de la ville en
transition
Quelle solution opérationnelle pour
répondre à une demande urgente de
capacité aéroportuaire ?
Solution modulaire et réversible, transportable,
adaptable, pour une extension aéroportuaire
Éric DELOBEL – Directeur technique VINCI
Airports
Clément BLANCHET – Architecte urbaniste,
fondateur de Clément Blanchet Architecture
Quelle solution technique pour un
programme hôtelier exposé en front
de mer ?
Audit de vulnérabilité d’un site touristique
de l’île Maurice ; structures en matériaux
biosourcés, culture du « déjà là », adaptation
et résilience face aux vents violents et aux
inondations
Bertrand XAVIER – Directeur du dévelop-
pement hôtel et bâtiment de prestige VINCI
Construction Grands Projets
Laurent ROSSET – Directeur Général Adjoint
Stratégie et innovation AIA Life Designer
Stéphanie ALLARD – Architecte associée AIA
Life Designers
R É S I L I E N C E C L I M A T I Q U E  : V I S I O N S D ’ A R C H I T E C T E S
© AIA Life designers
© RSI Studio
© RSI Studio
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
53
52
B U I L D I N G B E Y O N D
Leonard a su cette année encore rassembler les talents qui
inventent les villes et les territoires de demain. Pour répondre
aux contraintes imposées par les protocoles de sécurité
sanitaire, nous avons opté pour un format de conférences
hybride pour la troisième édition du festival Building Beyond,
qui s’est tenue du 21 septembre au 2 octobre dans les locaux
de Leonard, chaque session étant diffusée en ligne en parallèle.
BuildingBeyond
« 30minutespour
demain » : une
communautétrès
inspirée
Plusde150intervenantset5000
participantsauxgrandscyclesde
conférencesorganisésparLeonard
43conférences
pourpenser
par-delàla
pandémie
Lors du premier confinement national, en France, les équipes
de Leonard, avec la Fabrique de la cité, le lab recherche envi-
ronnement VINCI ParisTech et la Fondation VINCI pour la Cité,
se sont mobilisées pour organiser une série de 43 conférences
quotidiennes titrées « 30 minutes pour demain ». Ces événe-
ments, réalisés en direct, ont contribué en temps incertain à
projeter les acteurs de la construction et des territoires au-delà
des limites imposées par les conditions sanitaires, pour réfléchir
aux conséquences de la crise à court et à long terme et en tirer
les leçons pour le futur. Les replays de ces conférences offrent
une grille de lecture du futur nourrie et inspirante, déclinée en
5 grandes thématiques.
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
55
54
Préparerdemain
 
Vers une révolution du logement ?
 
Décarbonation et financement
de la mobilité : enjeux croisés
 
Conduire la transition du monde
vers les énergies éolienne,
hydraulique et solaire
 
Des villes productrices de santé ?
 
Travailler dans le monde d’après
 
La gestion de la crise sanitaire
dans les métropoles d’Asie
 
Il ne faut pas confondre télétravail
et confinement
 
Le coronavirus a-t-il tué la smart city ?
 
Le véhicule autonome, remède à la
distanciation sociale ?
 
La résilience urbaine au défi de la crise
sanitaire
 
Distanciation physique en milieu
urbain : mode d’emploi
 

Les espaces publics : clé du confine-
ment et du déconfinement
 
La prospective, pour préparer
l’imprévisible
 
La mobilité, smart et durable à la fois
Entreprendreutile
 
Comment répondent les joint-ventures
sociales à la crise actuelle ?
 
Les nouveaux pauvres de la crise
sanitaire
 
VINCI Solidarity, pour faciliter l’engage-
ment citoyen des collaborateurs
 
Voyage en terres d’accueil
 
La Cloche : agir contre la grande
exclusion
 
Habiter le paysage urbain
 
Entreprendre pour les jeunes de la
France rurale et périurbaine
 
Protège ton soignant : le collectif tech
au service du personnel médical pour
lutter contre la crise du Covid-19
 
Éducation et suivi des jeunes en temps
de confinement
Voyagesen
numérique
 
Innover dans la construction
pendant et après la crise
 La smart city : quarantaine ordinaire
pour les futurs urbains ?
 
Place à l’architecte assisté par l’IA ?
 
Quand le numérique renforce
la congestion urbaine
 
Un tour du monde de l’intelligence
artificielle au service des villes
et des territoires
 
Toronto, de la « métropole
accidentelle » à « Google City »
Unpasdecôté
 
Explorer les futurs de la mobilité
par les arts et la fiction
 
La nature en ville, une
« promesse dangereuse » ?
 
Aborder la question environnementale
comme système : qu’est-ce
que le métabolisme urbain ?
 
Les Champs (Elysées) des possibles
 
Le jeu vidéo, source d’innovation
pour la ville ?
 
L’univers des contributeurs
Lagrandetransition
 
Repenser les quartiers pour une mobilité
durable
 
Les villes et les territoires au cœur
d’une relance à la hauteur de l’impératif
climatique ?
 

Tirer les leçons de la crise pour lutter
contre le changement climatique
 

La pandémie, catalyseur de modes
de vie plus durables ?
 
Chaleur sur la ville : comprendre et
atténuer les îlots de chaleur urbains
 
Rendre abordables les bâtiments zéro
énergie
 

Le défi du bâtiment durable
 
CleanTech et construction :
les technologies au secours du climat
 
Des potagers sur les toits pour nourrir
la résilience des villes
B U I L D I N G B E Y O N D
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
57
56
Agence TER • Agripolis • Agro ParisTech • AI for Tomorrow • Air Liquide • ANDES les épiceries solidaires •
Assemblée Nationale • Association Aurore • Association Chemins d’avenirs • Association P.I.A.F. Images •
ATEC ITS France • Ateliers Médicis • AutoDesk • Blackhorn Ventures • Bluedigo • Brick  Mortar ventures •
Campus de l’inclusion • Carenews • CEA-LITEN • Cirad • Climatico • Constru.ai • Constructys • Converge.io
• CSTB • DB Schenker • DREAM • École des Ponts-ParisTech • EU COM (URBACT, UIA, EU Urban Agenda) •
Euroméditerranée • Eurovia • EY Consulting • Fabrique des mobilités • Fédération des Usagers de la Bicyclette
(FUB) • Fing • Fondation AIA • Fondation VINCI pour la Cité • France Logistique • France Stratégie • Gares 
Connexions • Good Tech Lab • Ground Control • Groupe Caisse des Dépôts • Groupe VITAMINE T • Hameaux
Légers • IbiCity • Iddri • IDInvest • Iffstar • INES • INRS • Institut Montaigne • Institut Paris Région • Institut
Pasteur • IRD • JobIRL • kheoos • L’Obs • La Cloche • La Fabrique de la Cité • La Ressourcerie du BTP • La
route recyclée (Eurovia) • lab recherche environnement • LATTS • Le Moniteur • LEPAC (Laboratoire d’Études
Prospectives et d’Analyses Cartographiques) • Making Tomorrow • Metabolism of Cities • Michelin • Mines
ParisTech • Mission Agriculture Urbaine, Ville de Paris • Modulous • Morning • Muséum National d’Histoire
Naturelle • Neuilly-sur-Seine • NWOW • OMS • Paradigmes et caetera • PCA Stream • Plaine Commune •
Projet Résilience • PROPASSIF • RATP • Resallience • SafeAI.ai • Sciences Po • Singa • SOGARIS • Spacemaker
AI • Standford Univeristy • SunMind • Sustainable Food Places • Terra Nova • The Boson Project • The Hugo
Observatory • The Shift Project • Total • Transdev • Transition Network • Université de la Pluralité • Université
Paris-Dauphine, Climate Economics Chair • Upside Partners • Urbalia • Users Matter • Utopies • VINCI •
VINCI Autoroutes • VINCI Construction • VINCI Facilities • VINCI Immobilier • VINCI Insertion Emploi • Vivre
et travailler autrement • Voyage Control • Vraiment Vraiment • WasteMarketplace • Yes We Camp
THINK
TANKS
START-UP INSTITUTIONS
ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE MEDIAS COLLECTIVITÉS
TIERS LIEUX
INVESTISSEURS
ORGANISME
PROFFESSIONEL
ASSOCIATIONS
Detousleshorizons...
...Ilssontvenuséclairerl’aveniravecnous.
B U I L D I N G B E Y O N D
CONSULTANTS
ORGANISMES DE
RECHERCHE
ENTREPRISES
19 %
8 % 6 %
6 % 4 % 3 %
1 %
4 %
11 %
11 % 8 %
17 % 16 %
2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S
R E T O U R S U R 2 0 2 0
59
58
Analyses
3
I
llustration :
Jan
Siemen
Tout au long de l’année, le site et la newsletter de
Leonard documentent les transformations des métiers
des villes et des territoires. Mobilités, biodiversité,
futurs du travail, clean tech et résilience climatique :
retour sur cinq thématiques qui ont de l’avenir.
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)
Year Book 2020 - Leonard (FR)

Contenu connexe

Tendances

Les Transformations du travail à l'ère numérique - Fing
Les Transformations du travail à l'ère numérique - Fing Les Transformations du travail à l'ère numérique - Fing
Les Transformations du travail à l'ère numérique - Fing
Fing
 
Quel avenir pour le numérique
Quel avenir pour le numériqueQuel avenir pour le numérique
Quel avenir pour le numérique
Alexandre Monnin
 
Les ecoles d ingenieurs peuvent elles former au developpement durable? Confer...
Les ecoles d ingenieurs peuvent elles former au developpement durable? Confer...Les ecoles d ingenieurs peuvent elles former au developpement durable? Confer...
Les ecoles d ingenieurs peuvent elles former au developpement durable? Confer...
Said KOUTANI
 
Vers un Lieu des Mobilités ? Étude de l'ADEME réalisée par 15marches
Vers un Lieu des Mobilités ? Étude de l'ADEME réalisée par 15marchesVers un Lieu des Mobilités ? Étude de l'ADEME réalisée par 15marches
Vers un Lieu des Mobilités ? Étude de l'ADEME réalisée par 15marches
Stéphane Schultz
 
Magazine 360 - La construction sous tous les angles
Magazine 360 - La construction sous tous les anglesMagazine 360 - La construction sous tous les angles
Magazine 360 - La construction sous tous les angles
VINCI Construction
 
Automobile la refonte par le service - le rôle de la distribution
Automobile   la refonte par le service - le rôle de la distributionAutomobile   la refonte par le service - le rôle de la distribution
Automobile la refonte par le service - le rôle de la distribution
sfournier35
 
Kit AgirLocal
Kit AgirLocalKit AgirLocal
Kit AgirLocal
Fing
 
Quel rôle pour le design à l'heure de l'Anthropocène/Effondrement ?
Quel rôle pour le design à l'heure de l'Anthropocène/Effondrement ?Quel rôle pour le design à l'heure de l'Anthropocène/Effondrement ?
Quel rôle pour le design à l'heure de l'Anthropocène/Effondrement ?
Alexandre Monnin
 
Grands Prix de l'Innovation de la ville de Paris 2012
Grands Prix de l'Innovation de la ville de Paris 2012Grands Prix de l'Innovation de la ville de Paris 2012
Grands Prix de l'Innovation de la ville de Paris 2012
Startup et Innovation
 
La conduite autonome et la mobilité en tant que service. Les défis de l’indus...
La conduite autonome et la mobilité en tant que service. Les défis de l’indus...La conduite autonome et la mobilité en tant que service. Les défis de l’indus...
La conduite autonome et la mobilité en tant que service. Les défis de l’indus...
LIEGE CREATIVE
 
UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L’INNOVATION Rapport de la commission nnov...
UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L’INNOVATION Rapport de la commission nnov...UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L’INNOVATION Rapport de la commission nnov...
UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L’INNOVATION Rapport de la commission nnov...
eraser Juan José Calderón
 
La 5G comme "commun négatif"
La 5G comme "commun négatif"La 5G comme "commun négatif"
La 5G comme "commun négatif"
Alexandre Monnin
 
LILLE 8 Guide ville numerique (pièce jointe)
LILLE 8 Guide ville numerique (pièce jointe)LILLE 8 Guide ville numerique (pièce jointe)
LILLE 8 Guide ville numerique (pièce jointe)Les Interconnectés
 
Les futurs du travail - Des futurs imaginés, mais pas forcément souhaités
Les futurs du travail - Des futurs imaginés, mais pas forcément souhaités Les futurs du travail - Des futurs imaginés, mais pas forcément souhaités
Les futurs du travail - Des futurs imaginés, mais pas forcément souhaités
Leonard
 
Conférence au Centre des hautes Etudes du Ministère de l'Intérieur (CHEMI) ro...
Conférence au Centre des hautes Etudes du Ministère de l'Intérieur (CHEMI) ro...Conférence au Centre des hautes Etudes du Ministère de l'Intérieur (CHEMI) ro...
Conférence au Centre des hautes Etudes du Ministère de l'Intérieur (CHEMI) ro...
Université Paris-Dauphine
 
Vie robomobile dossier de référence - 2 mai 2017
Vie robomobile dossier de référence - 2 mai 2017Vie robomobile dossier de référence - 2 mai 2017
Vie robomobile dossier de référence - 2 mai 2017
Le Lab OuiShare x Chronos
 
Cahier d'acteur du Parti de Gauche
Cahier d'acteur du Parti de GaucheCahier d'acteur du Parti de Gauche
Cahier d'acteur du Parti de Gauche
Frédéric GASNIER
 
L'agenda pour un futur numérique et écologique (Fing, 2019)
L'agenda pour un futur numérique et écologique (Fing, 2019)L'agenda pour un futur numérique et écologique (Fing, 2019)
L'agenda pour un futur numérique et écologique (Fing, 2019)
Fing
 
Projet Transitions2 - Février 2016
Projet Transitions2 - Février 2016Projet Transitions2 - Février 2016
Projet Transitions2 - Février 2016
Fing
 
Présentation de la 3e révolution industrielle et agricole en PdL
Présentation de la 3e révolution industrielle et agricole en PdLPrésentation de la 3e révolution industrielle et agricole en PdL
Présentation de la 3e révolution industrielle et agricole en PdL
Interconsulaire 909
 

Tendances (20)

Les Transformations du travail à l'ère numérique - Fing
Les Transformations du travail à l'ère numérique - Fing Les Transformations du travail à l'ère numérique - Fing
Les Transformations du travail à l'ère numérique - Fing
 
Quel avenir pour le numérique
Quel avenir pour le numériqueQuel avenir pour le numérique
Quel avenir pour le numérique
 
Les ecoles d ingenieurs peuvent elles former au developpement durable? Confer...
Les ecoles d ingenieurs peuvent elles former au developpement durable? Confer...Les ecoles d ingenieurs peuvent elles former au developpement durable? Confer...
Les ecoles d ingenieurs peuvent elles former au developpement durable? Confer...
 
Vers un Lieu des Mobilités ? Étude de l'ADEME réalisée par 15marches
Vers un Lieu des Mobilités ? Étude de l'ADEME réalisée par 15marchesVers un Lieu des Mobilités ? Étude de l'ADEME réalisée par 15marches
Vers un Lieu des Mobilités ? Étude de l'ADEME réalisée par 15marches
 
Magazine 360 - La construction sous tous les angles
Magazine 360 - La construction sous tous les anglesMagazine 360 - La construction sous tous les angles
Magazine 360 - La construction sous tous les angles
 
Automobile la refonte par le service - le rôle de la distribution
Automobile   la refonte par le service - le rôle de la distributionAutomobile   la refonte par le service - le rôle de la distribution
Automobile la refonte par le service - le rôle de la distribution
 
Kit AgirLocal
Kit AgirLocalKit AgirLocal
Kit AgirLocal
 
Quel rôle pour le design à l'heure de l'Anthropocène/Effondrement ?
Quel rôle pour le design à l'heure de l'Anthropocène/Effondrement ?Quel rôle pour le design à l'heure de l'Anthropocène/Effondrement ?
Quel rôle pour le design à l'heure de l'Anthropocène/Effondrement ?
 
Grands Prix de l'Innovation de la ville de Paris 2012
Grands Prix de l'Innovation de la ville de Paris 2012Grands Prix de l'Innovation de la ville de Paris 2012
Grands Prix de l'Innovation de la ville de Paris 2012
 
La conduite autonome et la mobilité en tant que service. Les défis de l’indus...
La conduite autonome et la mobilité en tant que service. Les défis de l’indus...La conduite autonome et la mobilité en tant que service. Les défis de l’indus...
La conduite autonome et la mobilité en tant que service. Les défis de l’indus...
 
UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L’INNOVATION Rapport de la commission nnov...
UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L’INNOVATION Rapport de la commission nnov...UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L’INNOVATION Rapport de la commission nnov...
UN PRINCIPE ET SEPT AMBITIONS POUR L’INNOVATION Rapport de la commission nnov...
 
La 5G comme "commun négatif"
La 5G comme "commun négatif"La 5G comme "commun négatif"
La 5G comme "commun négatif"
 
LILLE 8 Guide ville numerique (pièce jointe)
LILLE 8 Guide ville numerique (pièce jointe)LILLE 8 Guide ville numerique (pièce jointe)
LILLE 8 Guide ville numerique (pièce jointe)
 
Les futurs du travail - Des futurs imaginés, mais pas forcément souhaités
Les futurs du travail - Des futurs imaginés, mais pas forcément souhaités Les futurs du travail - Des futurs imaginés, mais pas forcément souhaités
Les futurs du travail - Des futurs imaginés, mais pas forcément souhaités
 
Conférence au Centre des hautes Etudes du Ministère de l'Intérieur (CHEMI) ro...
Conférence au Centre des hautes Etudes du Ministère de l'Intérieur (CHEMI) ro...Conférence au Centre des hautes Etudes du Ministère de l'Intérieur (CHEMI) ro...
Conférence au Centre des hautes Etudes du Ministère de l'Intérieur (CHEMI) ro...
 
Vie robomobile dossier de référence - 2 mai 2017
Vie robomobile dossier de référence - 2 mai 2017Vie robomobile dossier de référence - 2 mai 2017
Vie robomobile dossier de référence - 2 mai 2017
 
Cahier d'acteur du Parti de Gauche
Cahier d'acteur du Parti de GaucheCahier d'acteur du Parti de Gauche
Cahier d'acteur du Parti de Gauche
 
L'agenda pour un futur numérique et écologique (Fing, 2019)
L'agenda pour un futur numérique et écologique (Fing, 2019)L'agenda pour un futur numérique et écologique (Fing, 2019)
L'agenda pour un futur numérique et écologique (Fing, 2019)
 
Projet Transitions2 - Février 2016
Projet Transitions2 - Février 2016Projet Transitions2 - Février 2016
Projet Transitions2 - Février 2016
 
Présentation de la 3e révolution industrielle et agricole en PdL
Présentation de la 3e révolution industrielle et agricole en PdLPrésentation de la 3e révolution industrielle et agricole en PdL
Présentation de la 3e révolution industrielle et agricole en PdL
 

Similaire à Year Book 2020 - Leonard (FR)

IoTeaTime #4 : Smart City
IoTeaTime #4 : Smart City IoTeaTime #4 : Smart City
IoTeaTime #4 : Smart City
USERADGENTS
 
Compte-rendu - " Comment réinventer la société 4.0 à l’aune du XXIème siècle ? "
Compte-rendu - " Comment réinventer la société 4.0 à l’aune du XXIème siècle ? "Compte-rendu - " Comment réinventer la société 4.0 à l’aune du XXIème siècle ? "
Compte-rendu - " Comment réinventer la société 4.0 à l’aune du XXIème siècle ? "
Chaire_Retailing 4.0
 
Inf'OSE novembre 2017
Inf'OSE novembre 2017 Inf'OSE novembre 2017
Inf'OSE novembre 2017
Baptiste Metz
 
Quels futurs technologiques possibles ?
Quels futurs technologiques possibles ?Quels futurs technologiques possibles ?
Quels futurs technologiques possibles ?
Aymeric
 
Rapport annuel VINCI Construction 2016
Rapport annuel VINCI Construction 2016Rapport annuel VINCI Construction 2016
Rapport annuel VINCI Construction 2016
VINCI Construction
 
Compte-rendu conférence "Green Economy : Nouveaux Business et Cross-fertilisa...
Compte-rendu conférence "Green Economy : Nouveaux Business et Cross-fertilisa...Compte-rendu conférence "Green Economy : Nouveaux Business et Cross-fertilisa...
Compte-rendu conférence "Green Economy : Nouveaux Business et Cross-fertilisa...
IE-Club
 
L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubu...
L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubu...L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubu...
L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubu...
Phil Jeudy
 
20190513 balladoradio sarah_achard
20190513 balladoradio sarah_achard20190513 balladoradio sarah_achard
20190513 balladoradio sarah_achard
Sarah A.
 
ALTEN Eureka 5
ALTEN Eureka 5ALTEN Eureka 5
ALTEN Eureka 5
Sylvie BREANT
 
2016.10.28 tribu ca_page 9
2016.10.28 tribu ca_page 92016.10.28 tribu ca_page 9
2016.10.28 tribu ca_page 9
Pascal Flamand
 
L’actualité High-Tech de la semaine : MG Siegler, Viddy, Healthtap, Klout, La...
L’actualité High-Tech de la semaine : MG Siegler, Viddy, Healthtap, Klout, La...L’actualité High-Tech de la semaine : MG Siegler, Viddy, Healthtap, Klout, La...
L’actualité High-Tech de la semaine : MG Siegler, Viddy, Healthtap, Klout, La...
Phil Jeudy
 
20190501 balladoradio sarah_achard
20190501 balladoradio sarah_achard20190501 balladoradio sarah_achard
20190501 balladoradio sarah_achard
Sarah A.
 
Metiersdemain2 keynote-130831125604-phpapp01
Metiersdemain2 keynote-130831125604-phpapp01Metiersdemain2 keynote-130831125604-phpapp01
Metiersdemain2 keynote-130831125604-phpapp01Selima Sellami
 
Etude - Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution ! - La Fabrique de ...
Etude - Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution ! - La Fabrique de ...Etude - Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution ! - La Fabrique de ...
Etude - Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution ! - La Fabrique de ...
La Fabrique de l'industrie
 
OW revue de presse drones juillet 2016
OW revue de presse drones juillet 2016OW revue de presse drones juillet 2016
OW revue de presse drones juillet 2016Guillaume Thibault
 
La transformation digitale des transports en commun
La transformation digitale des transports en communLa transformation digitale des transports en commun
La transformation digitale des transports en commun
Franck Garson
 
L’actualité High-Tech de la semaine : WordPress, BitAngels, Blekko, Google et...
L’actualité High-Tech de la semaine : WordPress, BitAngels, Blekko, Google et...L’actualité High-Tech de la semaine : WordPress, BitAngels, Blekko, Google et...
L’actualité High-Tech de la semaine : WordPress, BitAngels, Blekko, Google et...
Phil Jeudy
 
Top 5 des métiers en voie de disparition (Institut Sapiens) :
Top 5 des métiers en voie de disparition (Institut Sapiens) :Top 5 des métiers en voie de disparition (Institut Sapiens) :
Top 5 des métiers en voie de disparition (Institut Sapiens) :
maxime-breithaupt
 

Similaire à Year Book 2020 - Leonard (FR) (20)

IoTeaTime #4 : Smart City
IoTeaTime #4 : Smart City IoTeaTime #4 : Smart City
IoTeaTime #4 : Smart City
 
Compte-rendu - " Comment réinventer la société 4.0 à l’aune du XXIème siècle ? "
Compte-rendu - " Comment réinventer la société 4.0 à l’aune du XXIème siècle ? "Compte-rendu - " Comment réinventer la société 4.0 à l’aune du XXIème siècle ? "
Compte-rendu - " Comment réinventer la société 4.0 à l’aune du XXIème siècle ? "
 
Inf'OSE novembre 2017
Inf'OSE novembre 2017 Inf'OSE novembre 2017
Inf'OSE novembre 2017
 
Quels futurs technologiques possibles ?
Quels futurs technologiques possibles ?Quels futurs technologiques possibles ?
Quels futurs technologiques possibles ?
 
Rapport annuel VINCI Construction 2016
Rapport annuel VINCI Construction 2016Rapport annuel VINCI Construction 2016
Rapport annuel VINCI Construction 2016
 
Compte-rendu conférence "Green Economy : Nouveaux Business et Cross-fertilisa...
Compte-rendu conférence "Green Economy : Nouveaux Business et Cross-fertilisa...Compte-rendu conférence "Green Economy : Nouveaux Business et Cross-fertilisa...
Compte-rendu conférence "Green Economy : Nouveaux Business et Cross-fertilisa...
 
L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubu...
L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubu...L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubu...
L’actualité High-Tech de la semaine : HyperLoop, Bustle, Chegg, Swiftype, Ubu...
 
20190513 balladoradio sarah_achard
20190513 balladoradio sarah_achard20190513 balladoradio sarah_achard
20190513 balladoradio sarah_achard
 
ALTEN Eureka 5
ALTEN Eureka 5ALTEN Eureka 5
ALTEN Eureka 5
 
2165 bn
2165 bn2165 bn
2165 bn
 
2165 bn
2165 bn2165 bn
2165 bn
 
2016.10.28 tribu ca_page 9
2016.10.28 tribu ca_page 92016.10.28 tribu ca_page 9
2016.10.28 tribu ca_page 9
 
L’actualité High-Tech de la semaine : MG Siegler, Viddy, Healthtap, Klout, La...
L’actualité High-Tech de la semaine : MG Siegler, Viddy, Healthtap, Klout, La...L’actualité High-Tech de la semaine : MG Siegler, Viddy, Healthtap, Klout, La...
L’actualité High-Tech de la semaine : MG Siegler, Viddy, Healthtap, Klout, La...
 
20190501 balladoradio sarah_achard
20190501 balladoradio sarah_achard20190501 balladoradio sarah_achard
20190501 balladoradio sarah_achard
 
Metiersdemain2 keynote-130831125604-phpapp01
Metiersdemain2 keynote-130831125604-phpapp01Metiersdemain2 keynote-130831125604-phpapp01
Metiersdemain2 keynote-130831125604-phpapp01
 
Etude - Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution ! - La Fabrique de ...
Etude - Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution ! - La Fabrique de ...Etude - Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution ! - La Fabrique de ...
Etude - Véhicules autonomes : ne ratons pas la révolution ! - La Fabrique de ...
 
OW revue de presse drones juillet 2016
OW revue de presse drones juillet 2016OW revue de presse drones juillet 2016
OW revue de presse drones juillet 2016
 
La transformation digitale des transports en commun
La transformation digitale des transports en communLa transformation digitale des transports en commun
La transformation digitale des transports en commun
 
L’actualité High-Tech de la semaine : WordPress, BitAngels, Blekko, Google et...
L’actualité High-Tech de la semaine : WordPress, BitAngels, Blekko, Google et...L’actualité High-Tech de la semaine : WordPress, BitAngels, Blekko, Google et...
L’actualité High-Tech de la semaine : WordPress, BitAngels, Blekko, Google et...
 
Top 5 des métiers en voie de disparition (Institut Sapiens) :
Top 5 des métiers en voie de disparition (Institut Sapiens) :Top 5 des métiers en voie de disparition (Institut Sapiens) :
Top 5 des métiers en voie de disparition (Institut Sapiens) :
 

Plus de Leonard

yearbook 2024_FR.pdf
yearbook 2024_FR.pdfyearbook 2024_FR.pdf
yearbook 2024_FR.pdf
Leonard
 
Leonard - Reporte ConTech Latam 2023
Leonard - Reporte ConTech Latam 2023Leonard - Reporte ConTech Latam 2023
Leonard - Reporte ConTech Latam 2023
Leonard
 
Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durableRapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
Leonard
 
Report - Towards a Sustainable Blue Economy
Report - Towards a Sustainable Blue EconomyReport - Towards a Sustainable Blue Economy
Report - Towards a Sustainable Blue Economy
Leonard
 
Santé, sécurité et prévention
Santé, sécurité et préventionSanté, sécurité et prévention
Santé, sécurité et prévention
Leonard
 
Gouvernance territoriale et transition écologique
Gouvernance territoriale et transition écologiqueGouvernance territoriale et transition écologique
Gouvernance territoriale et transition écologique
Leonard
 
Synthèse - Rue Commune
Synthèse - Rue CommuneSynthèse - Rue Commune
Synthèse - Rue Commune
Leonard
 
Hydrogen Deep Dives - Leonard
Hydrogen Deep Dives - LeonardHydrogen Deep Dives - Leonard
Hydrogen Deep Dives - Leonard
Leonard
 
RUE COMMUNE-Plaquette_Synthèse.pdf
RUE COMMUNE-Plaquette_Synthèse.pdfRUE COMMUNE-Plaquette_Synthèse.pdf
RUE COMMUNE-Plaquette_Synthèse.pdf
Leonard
 
Construction Tech FR - Leonard x Sifted Report
Construction Tech FR - Leonard x Sifted Report Construction Tech FR - Leonard x Sifted Report
Construction Tech FR - Leonard x Sifted Report
Leonard
 
La Nuit des imaginaires
La Nuit des imaginairesLa Nuit des imaginaires
La Nuit des imaginaires
Leonard
 
Building Beyond 2022 - Programme
Building Beyond 2022 - Programme Building Beyond 2022 - Programme
Building Beyond 2022 - Programme
Leonard
 
Building the circular economy: time to shift!
Building the circular economy: time to shift!Building the circular economy: time to shift!
Building the circular economy: time to shift!
Leonard
 
Construire l'économie circulaire ici et maintenant !
Construire l'économie circulaire ici et maintenant !Construire l'économie circulaire ici et maintenant !
Construire l'économie circulaire ici et maintenant !
Leonard
 
Yearbook Leonard 2021-2022 (EN)
Yearbook Leonard 2021-2022 (EN)Yearbook Leonard 2021-2022 (EN)
Yearbook Leonard 2021-2022 (EN)
Leonard
 
Yearbook leonard 2021 (EN)
Yearbook leonard 2021 (EN)Yearbook leonard 2021 (EN)
Yearbook leonard 2021 (EN)
Leonard
 
New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris
New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris
New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris
Leonard
 
New Deal - Synthèse - Le futur des routes du Grand Paris
New Deal - Synthèse - Le futur des routes du Grand Paris New Deal - Synthèse - Le futur des routes du Grand Paris
New Deal - Synthèse - Le futur des routes du Grand Paris
Leonard
 
Das Jahr 2020 in Trends: Eine Welt zum Unternehmen
Das Jahr 2020 in Trends: Eine Welt zum UnternehmenDas Jahr 2020 in Trends: Eine Welt zum Unternehmen
Das Jahr 2020 in Trends: Eine Welt zum Unternehmen
Leonard
 
Hyperloop: les défis du transport terrestre hyper-rapide
Hyperloop: les défis du transport terrestre hyper-rapide Hyperloop: les défis du transport terrestre hyper-rapide
Hyperloop: les défis du transport terrestre hyper-rapide
Leonard
 

Plus de Leonard (20)

yearbook 2024_FR.pdf
yearbook 2024_FR.pdfyearbook 2024_FR.pdf
yearbook 2024_FR.pdf
 
Leonard - Reporte ConTech Latam 2023
Leonard - Reporte ConTech Latam 2023Leonard - Reporte ConTech Latam 2023
Leonard - Reporte ConTech Latam 2023
 
Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durableRapport - Cap sur l'économie bleue durable
Rapport - Cap sur l'économie bleue durable
 
Report - Towards a Sustainable Blue Economy
Report - Towards a Sustainable Blue EconomyReport - Towards a Sustainable Blue Economy
Report - Towards a Sustainable Blue Economy
 
Santé, sécurité et prévention
Santé, sécurité et préventionSanté, sécurité et prévention
Santé, sécurité et prévention
 
Gouvernance territoriale et transition écologique
Gouvernance territoriale et transition écologiqueGouvernance territoriale et transition écologique
Gouvernance territoriale et transition écologique
 
Synthèse - Rue Commune
Synthèse - Rue CommuneSynthèse - Rue Commune
Synthèse - Rue Commune
 
Hydrogen Deep Dives - Leonard
Hydrogen Deep Dives - LeonardHydrogen Deep Dives - Leonard
Hydrogen Deep Dives - Leonard
 
RUE COMMUNE-Plaquette_Synthèse.pdf
RUE COMMUNE-Plaquette_Synthèse.pdfRUE COMMUNE-Plaquette_Synthèse.pdf
RUE COMMUNE-Plaquette_Synthèse.pdf
 
Construction Tech FR - Leonard x Sifted Report
Construction Tech FR - Leonard x Sifted Report Construction Tech FR - Leonard x Sifted Report
Construction Tech FR - Leonard x Sifted Report
 
La Nuit des imaginaires
La Nuit des imaginairesLa Nuit des imaginaires
La Nuit des imaginaires
 
Building Beyond 2022 - Programme
Building Beyond 2022 - Programme Building Beyond 2022 - Programme
Building Beyond 2022 - Programme
 
Building the circular economy: time to shift!
Building the circular economy: time to shift!Building the circular economy: time to shift!
Building the circular economy: time to shift!
 
Construire l'économie circulaire ici et maintenant !
Construire l'économie circulaire ici et maintenant !Construire l'économie circulaire ici et maintenant !
Construire l'économie circulaire ici et maintenant !
 
Yearbook Leonard 2021-2022 (EN)
Yearbook Leonard 2021-2022 (EN)Yearbook Leonard 2021-2022 (EN)
Yearbook Leonard 2021-2022 (EN)
 
Yearbook leonard 2021 (EN)
Yearbook leonard 2021 (EN)Yearbook leonard 2021 (EN)
Yearbook leonard 2021 (EN)
 
New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris
New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris
New Deal - Texte intégral - Le futur des routes du Grand Paris
 
New Deal - Synthèse - Le futur des routes du Grand Paris
New Deal - Synthèse - Le futur des routes du Grand Paris New Deal - Synthèse - Le futur des routes du Grand Paris
New Deal - Synthèse - Le futur des routes du Grand Paris
 
Das Jahr 2020 in Trends: Eine Welt zum Unternehmen
Das Jahr 2020 in Trends: Eine Welt zum UnternehmenDas Jahr 2020 in Trends: Eine Welt zum Unternehmen
Das Jahr 2020 in Trends: Eine Welt zum Unternehmen
 
Hyperloop: les défis du transport terrestre hyper-rapide
Hyperloop: les défis du transport terrestre hyper-rapide Hyperloop: les défis du transport terrestre hyper-rapide
Hyperloop: les défis du transport terrestre hyper-rapide
 

Dernier

De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'universitéDe l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
Université de Franche-Comté
 
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Laurent Speyser
 
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
OCTO Technology
 
OCTO TALKS : 4 Tech Trends du Software Engineering.pdf
OCTO TALKS : 4 Tech Trends du Software Engineering.pdfOCTO TALKS : 4 Tech Trends du Software Engineering.pdf
OCTO TALKS : 4 Tech Trends du Software Engineering.pdf
OCTO Technology
 
Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024
UNITECBordeaux
 
Le Comptoir OCTO - Équipes infra et prod, ne ratez pas l'embarquement pour l'...
Le Comptoir OCTO - Équipes infra et prod, ne ratez pas l'embarquement pour l'...Le Comptoir OCTO - Équipes infra et prod, ne ratez pas l'embarquement pour l'...
Le Comptoir OCTO - Équipes infra et prod, ne ratez pas l'embarquement pour l'...
OCTO Technology
 

Dernier (6)

De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'universitéDe l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
De l'IA comme plagiat à la rédaction d'une « charte IA » à l'université
 
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
Ouvrez la porte ou prenez un mur (Agile Tour Genève 2024)
 
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
Le Comptoir OCTO - Qu’apporte l’analyse de cycle de vie lors d’un audit d’éco...
 
OCTO TALKS : 4 Tech Trends du Software Engineering.pdf
OCTO TALKS : 4 Tech Trends du Software Engineering.pdfOCTO TALKS : 4 Tech Trends du Software Engineering.pdf
OCTO TALKS : 4 Tech Trends du Software Engineering.pdf
 
Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024Le support de présentation des Signaux 2024
Le support de présentation des Signaux 2024
 
Le Comptoir OCTO - Équipes infra et prod, ne ratez pas l'embarquement pour l'...
Le Comptoir OCTO - Équipes infra et prod, ne ratez pas l'embarquement pour l'...Le Comptoir OCTO - Équipes infra et prod, ne ratez pas l'embarquement pour l'...
Le Comptoir OCTO - Équipes infra et prod, ne ratez pas l'embarquement pour l'...
 

Year Book 2020 - Leonard (FR)

  • 1. Un monde à entreprendre 2020 — PROJETS ET HORIZONS — 2021
  • 2. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 1 1
  • 3. 3 2 uelques semaines avant le début de 2020, nous vous proposions de découvrir avec nous les mécanismes de la disruption. Nous n’avions pas anticipé quelles ruptures le coronavirus allait introduire dans le quotidien de milliards d’êtres humains et dans les métiers de ceux qui conçoivent, construisent et opèrent les villes et les infrastructures. Rupture. Le mot est dit. Et c’est avec les concepts de rupture, de continuité et de transformation qu’il nous faut déchiffrer les enjeux de ce début d’année 2021, en nous gardant avant tout des conclusions hâtives. Rupture pour identifier ce qui appartiendra définitive- ment au « monde d’avant », pour reprendre l’expression forgée dans la sidération des premières semaines de confinement. Continuité, car les enjeux auxquels nous faisons face demeurent : impératifs climatiques et envi- ronnementaux, inégalités sociales, migrations globales vers les métropoles, etc. Transformation parce que c’est souvent la vertu des crises : elles accélèrent les mutations en cours. Il suffit de penser au télétravail, à l’éthique de la sollicitude, au dépassement de la dualité nature  /  civilisation, à la montée en puissance du numérique dans tous les aspects de nos économies. Pas de conclusion hâtive en effet – car nous nous heurtons aux limites de la prédictibilité – mais une posture résolument tournée vers l’action. Entreprendre, c’est ce projet qu’il nous faut veiller à animer, à nourrir. Entreprendre, pour sortir de la crise, entreprendre pour innover, entreprendre pour préparer le long terme. Nous avons rassemblé dans ce volume un aperçu de l’activité de Leonard au cours de l’année 2020. Perturbée par la crise sanitaire, cette année nous a poussés à nous adapter pour continuer à remplir nos missions : mission de veille de la façon dont se transforment les villes, les infrastructures et leurs métiers, mission de prospective pour mettre en cohérence ces tendances autour des scénarios dessinant des opportunités pour les années à venir, mission d’innovation pour accompagner les entrepreneurs dans leurs ambitions de développement de nouvelles solutions. Peut-on proposer un bilan optimiste de ces derniers mois ? Je le pense. Les quelques deux cents penseurs, experts, entrepreneurs dont Leonard s’est entouré cette année nous proposent leurs interpellations et leurs convictions, leurs esquisses de voies à construire. Les quarante-quatre projets innovants que nous avons sélectionnés parmi quelque trois cent cinquante candidatures pour rejoindre nos quatre programmes d’accompagnement témoignent de la capacité des acteurs économiques à porter des solutions innovantes pour répondre à nos enjeux de transformation. Les mois qui viennent demeurent incertains ; Ils exigent humilité, gravité et efforts. Néanmoins, à la fois dans l’éclairage et dans l’action, c’est cette mobilisation, cet optimisme que je veux retenir. C’est avec cet état d’esprit que je vous invite à vous plonger dans ces pages. Puissiez-vous y trouver du nouveau. « Jehaiscescœurspusillanimesqui,pour tropprévoirlessuitesdeschoses,n’osent rienentreprendre ! »Molière Q Unmondeà entreprendre Rien ne s’est passé comme prévu en 2020 Julien Villalongue, Directeur de Leonard
  • 4. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S R E T O U R S U R 2 0 2 0 5 4 3 FÉVRIER Le robot chien autonome Spot fait ses premiers pas en inspection de chantier Les vidéos diffusées par les roboticiens de Boston Dynamics, spin-off du MIT désormais propriété de Hyundai, nous ont habitués aux prouesses de leurs créations. Atlas, poids lourd humanoïde, maîtrise le salto arrière. Le quadrupède Spot, lui, emprunte escaliers et pentes glissantes sans difficulté, et sait se rétablir après une chute. Et voici que cet étonnant robot chien s’invite désormais sur les chantiers. L’entreprise canadienne Pomerleau s’est lancée dans un essai de 6 mois. Elle envoie Spot inspecter les zones dangereuses ou difficiles d’accès du projet Place Ville Marie, complexe immobilier en construction à Montréal. Le quadrupède, équipé d’une caméra à 360°, progresse à 5 km  /  h 11 MARS L’OMS officialise le statut de pandémie pour l’épidémie de Covid-19 « Ce n’est pas seulement une crise de santé publique, mais une crise qui va toucher l’ensemble des secteurs — donc tous les secteurs – et les individus doivent s’impliquer dans le combat », prévient Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le 11 mars 2020. L’OMS vient d’annoncer officiellement qu’elle considère l’épidémie due au SARS-COV-2 comme une pandémie. À la suite de la déclaration de l’OMS, António Guterres, secrétaire général de l’ONU, estime qu’ « ensemble, nous pouvons encore changer le cours de cette pandémie ». En France, 5 jours plus tard, Emmanuel Macron annonce le 1er confinement. L’activité écono- mique fonctionne au ralenti, les trafics routiers et aéroportuaires s’effondrent. Sur l’année, les émissions globales de CO₂ enregistrent une baisse record de 7 %. Pour les métiers de la ville et des infrastructures, qui attendent la reprise, plus rien ne sera comme avant — orga- nisation des chantiers, des flux, digitalisation… L’innovation cherche des solutions à la crise. 30 MAI SpaceX envoie deux astronautes dans l’espace « Bienvenue sur Terre, et merci d’avoir volé sur SpaceX ». C’est par ces mots que le directeur de vol de la compagnie privée SpaceX accueille le retour, le 2 août 2020, de deux astronautes américains, après avoir passé un peu plus de deux mois à bord de la Station spatiale inter- nationale (ISS). Doug Hurley et Bob Behnken, membres de la Nasa, se sont envolés le 30 mai, sanglés dans la capsule Crew Dragon, arrimée à une fusée Falcon 9, toutes deux conçues et construites par SpaceX. C’est Crew Dragon qui les a ramenés sur Terre. Ainsi, pour la première fois, une mission spatiale embarquant des humains est opérée par une société spatiale commerciale qui a, en quelques années, fait entrer l’industrie spatiale dans l’ère du « New Space ». SpaceX a en effet réussi le pari des fusées récupérables, créé un modèle d’opéra- tions low cost et accéléré significativement les cycles de conception-production. Sur le plan stratégique, l’Amérique regagne avec SpaceX une autonomie complète pour les vols habités, après 9 ans de dépendance des vaisseaux Soyouz russes, seuls véhicules disponibles depuis l’abandon de sa navette par la Nasa en 2011. Les trains supersoniques d’Hyperloop connaîtront-ils le même succès sur terre que SpaceX en orbite ? Cet autre pari d’Elon Musk a franchi une étape en novembre 2020 avec les pre- miers essais «habités» conduits à 172 km/h par la société Virgin Hyperloop. Retoursur2020 Pandémie mondiale, Convention citoyenne pour le climat, élections américaines, robots chiens, usines géantes… 11 dates qui ont bâti 2020 en complète autonomie. Boston Dynamics a ouvert l’usage de son robot chien aux entreprises d’Amérique du Nord fin 2019, en leasing. Elle le propose désormais à l’achat, pour tout type de client, pour un peu moins de 75 000 euros. Boston Dynamics est par ailleurs partenaire d’Holobuilder, membre du programme CATALYST (voir p. 22).
  • 5. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S R E T O U R S U R 2 0 2 0 7 6 21 JUIN La Convention citoyenne pour le climat remet ses propositions au chef de l’État et au gouvernement C’est le résultat d’un travail parfaitement inédit qu’ont remis à l’exécutif et au chef de l’État les 150 citoyens tirés au sort le 4 octobre, pour constituer la Convention citoyenne pour le climat. Les 500 pages de rapport remises par la Convention sont inédites, parce que jamais jusqu’alors n’avaient été réunis des citoyens nonexperts(âgésde16à81ans,ilssontlycéen, sapeur-pompier,retraité,agriculteur,médecin…) pour proposer un cadre à même de « changeren profondeur la société ». L’enjeu : réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre dans un esprit de justice sociale. Le dispositif, initié par le Président de la République en réponse à la 16 JUILLET PSA annonce la généralisation du télétravail Dès le 6 mai, avant que ne se termine le confinement mis en place en mars, PSA avait annoncé son intention de faire du travail à distance « la référence pour tous les collabora- teurs non liés directement à la production ». La décision devait concerner à terme 40 000 personnes,dont18000enFrance,sur200000 employés dans le monde. Une consultation interne estimait alors que 76 % des salariés concernés jugeaient que leur activité était compatible avec 3,5 jours de travail à distance par semaine, objectif visé par la direction. À la fin du mois de juillet, la direction a confirmé ce choix en annonçant que les salariés des sites tertiaires de PSA en Île-de-France seraient tenus de revenir au moins un jour par semaine au bureau, et de rester en télétravail au moins trois jours sur cinq, à partir du 7 septembre et jusqu’à la fin de l’année. Les modalités du télétravail, mis en place à marche forcée dans bien des cas, pandémie oblige, ont fait l’objet d’intenses discussions entre partenaires sociaux en novembre. Le 18 novembre, un accord national interprofessionnel (ANI) a été signé, précisant les conditions d’éligibilité, le remboursement des frais, etc. Ce texte pourrait être traduit dans la loi à l’avenir. 19 AOÛT Northvolt, spécialiste des batteries pour véhicules électriques, lève 1,6 milliard d’euros La société suédoise Northvolt, créée en 2016 par deux anciens de Tesla, ambitionne de construireuneusinedebatteriespourvéhicules électriques dans le nord de la Suède. Cet été, elle a obtenu un financement de 1,6 milliard d’euros, venant d’un consortium de banques commerciales, de fonds de pension et d’ins- titutions financières publiques. Déterminés à sécuriser leurs approvisionnements en bat- teries lithium-ion, Volkswagen et BMW sont parties prenantes au projet. Ce projet n’est pas le seul à illustrer la structuration de la filière des véhicules électriques en Europe. En France, Total et PSA, en début d’année, ont annoncé vouloir construire une première usine de batteries dans le nord de la France. En Rhône- Alpes, la société Verkor entend, elle, investir 1,6  milliardd’eurosdansunprojetsimilaireavec le soutien, notamment, de Schneider Electric et d’InnoEnergy, la société d’investissement initiée par la Commission européenne pour piloter la création d’un « Airbus des batteries ». Le projet vise la construction d’une « méga usine » s’étendant sur près de 200 hectares, disposant d’une capacité initiale de 16 GWh, dimensionnée pour équiper entre 250 000 et 300 000 voitures par an. crise des « gilets jaunes », aboutit à une liste de 149 propositions. Ce « programme vert » aborde toutes les thématiques ayant mobilisé les réflexions, consultations et débats de la Convention : alimentation, rénovation ther- mique, mobilité, artificialisation des sols… En décembre 2020, la traduction législative de ce programme fait encore l’objet de vifs débats. Emmanuel Macron, à l’issue d’une rencontre avec les membres de la Convention citoyenne, s’est engagé à la tenue d’un référendum visant à introduire « les notions de biodiversité, d’environnement, de lutte contre le réchauffement climatique »àl’articlepremierdelaConstitution.
  • 6. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S R E T O U R S U R 2 0 2 0 9 8 3 SEPTEMBRE La France adopte un plan de relance dédié pour un tiers à la transition écologique En réponse à la crise sanitaire et économique, le gouvernement annonce un plan de relance de 100 milliards d’euros sur deux ans. Décliné en 70 mesures, il s’articule autour de trois axes principaux  : la transition écologique (30 milliards), la compétitivité des entreprises (35 milliards) et la cohésion sociale et terri- toriale (35 milliards). Le transport s’impose comme le premier secteur du « pilier » écolo- gique du plan : 11 milliards lui sont destinés – davantage que l’enveloppe consacrée à la rénovation thermique des bâtiments, aux énergies renouvelables, ou encore à l’agri- culture. De plus, un quart des sept milliards du plan de soutien à l’hydrogène vert seront fléchés vers les transports. 22 SEPTEMBRE VINCI organise sa première Journée de l’environnement L’ambition environnementale de VINCI engage le groupe à agir en faveur de la transition climatique, à optimiser les ressources grâce à l’économie circulaire, et à préserver les milieux naturels. Lancée par Xavier Huillard à Leonard:Paris, la première Journée de l’environnement s’est voulue un temps fort de sensibilisation et de partage des enjeux environnementaux pour l’ensemble des 222 000 collaborateurs du groupe. À l’occasion de cette première journée a été lancé le Prix de l’environnement. Rendez-vous à l’automne 2021 pour en découvrir les lauréats ! 2–3 OCTOBRE La tempête Alex met la résilience des territoires à l’épreuve du changement climatique Six semaines après le passage de la tempête Alex, les habitants de Tende, dans l’arrière-pays niçois, ne pouvaient compter que sur une piste de fortune et 3 heures de trajet pour rejoindre Saint-Dalmas, terminus provisoire de la ligne ferroviaire qui les relie d’ordinaire au reste de la France. Les pluies torrentielles qui se sont abattues les 2 et 3 octobre ont emporté routes et maisons – par dizaines – et coupé du monde plusieursvillages.Septpersonnesontpéri,onze ont été portées disparues. Les opérations sur place sont compliquées par la crise sanitaire, et le sort des habitants suspendu à la recons- truction des accès routiers et ferroviaires, au retour de l’approvisionnement en carburants, au rétablissement des connexions au réseau internet… Comme un avertissement soulignant la vulnérabilité des infrastructures et des terri- toiresfaceàdesévénementsextrêmes,dontles modèles climatiques prévoient une fréquence et une intensité accrues au cours du siècle. 7 NOVEMBRE Joe Biden est déclaré vainqueur des élections présidentielles aux États-Unis L’annonce s’est fait attendre plusieurs jours, le temps que le complexe processus de dépouillement électoral des États-Unis soit suffisamment avancé. Le 7 novembre, les principaux médias américains ont annoncé la victoire finale de Joe Biden. Le président sortant, Donald Trump, a multiplié les recours, en vain : le 46e président des États-Unis a prêté serment le 20 janvier. Dans le dernier débat qui a opposé Donald Trump et Joe Biden, le premier a évoqué un vaste plan pour relan- cer l’économie de 1 275 milliards de dollars (1 078 milliards d’euros), largement dédié à la construction d’infrastructures. Il semble peu probable que Joe Biden le reprenne tel quel à son compte. Il n’en demeure pas moins largement admis que les infrastructures amé- ricaines, notamment routières, nécessitent de très importants efforts de maintenance et de reconstruction. La nouvelle administration pourrait favoriser des transports moins pol- luants et plus sobres en énergies fossiles : Joe Biden a annoncé vouloir durcir les normes antipollution, ainsi que des mesures de soutien aux véhicules électriques. Il entend surtout rejoindre à nouveau les efforts internationaux contre le réchauffement climatique dans le cadre de l’accord de Paris, dont Donald Trump avait soustrait les États-Unis. 14 DÉCEMBRE Premières livraisons pour le « chantier du siècle » La ligne automatique 14 du métro parisien comptedésormais4stationssupplémentaires, reliant le 13e arrondissement de Paris à la ville de Saint-Ouen via, notamment, un nouveau tunnel d’un peu moins de 6 km. Les travaux engagés – un investissement de 1,5 milliard d’euros – doivent en faire la ligne la plus longue (27 km) et la plus fréquentée (1 mil- lion de voyages par jour) de la région capitale. Objectif immédiat : réduire la fréquentation de la ligne 13, saturée (610 000 voyageurs par jour) et accompagner le développement de la Seine-Saint-Denis. Au-delà, avec l’inaugura- tion des 4 nouvelles stations de la ligne 14, le Grand Paris enregistre sa première livraison et entre dans sa phase concrète. La ligne 14, avec sa connexion aux futures lignes 15, 16, 17 et 18, joue en effet un rôle structurant pour le Grand Paris Express.
  • 7. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 11 10 S O M M A I R E 12 Accélérations 58 Analyses 34 Transformations 92 Aspirations 1 3 2 4 14 Histoires d’entrepreneurs 16 Parcours Intrapreneurs 19 Programme SEED 22 Programme CATALYST 26 Cinq questions à Guillaume Bazouin, responsable des programmes d’accélération 28 Parcours IA 32 Rendez-vous à Berlin 36 Not lost in transition 44 Leonard, ouvroir d’imaginaires 46 Études, collections, analyses de tendances : le futur à la loupe 48 Résilience climatique : visions d’architectes 52 Building Beyond « 30 minutes pour demain » : une commu- nauté très inspirée 60 11 mots qui nous parlent du futur 66 La mobilité prend la clé des champs 72 Des écosystèmes naturels au service de la ville 76 Remote : l’art de travailler à distance 79 Clean Tech et Climate Tech : l’heure de vérité 84 La mobilité électrique, enfin 88 Résilience : cultiver la flexibilité des infrastructures
  • 8. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S R E T O U R S U R 2 0 2 0 13 12 Accélérations 1 I llustration : Andrea Mongia L’esprit entrepreneurial fait des étincelles sous la verrière de Leonard. Les start-up en amorçage et les entreprises innovantes en forte croissance, les experts métiers et les spécialistes de l’IA de VINCI se retrouvent dans nos quatre programmes d’accélération et d’accompagnement. Plongée dans les coulisses de l’incubateur de la transformation des villes et des territoires.
  • 9. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 15 14 H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S Leonard a constitué, depuis sa création, une communauté sur mesure pour accom- pagner les projets des entrepreneurs, à travers 3 programmes adaptés aux projets des membres des équipes de VINCI, des start-up et des entreprises innovantes. Avec le parcours Intrapreneurs, d’abord, les collaborateurs de VINCI porteurs de projets susceptibles de faire émerger de nouvelles activités dans les secteurs de la construction, de l’immobilier, de la mobilité et de l’énergie bénéficient d’un accompagnement sur mesure. En 2019, Leonard a lancé le premier accé- lérateur européen dédié aux start-up et entreprises innovantes spécialisées dans la construction, la mobilité, l’immobilier, le retail et les villes durables pour faire émerger les leaders entrepreneuriaux de demain. Cet accé- lérateur se compose de deux programmes : SEED et CATALYST. Le programme SEED accueille des start-up « early stage ». Elles bénéficient d’un accom- pagnement sur mesure pour structurer leur proposition de valeur et leur stratégie de développement et préparer ainsi leur première levéedefonds.L’accompagnementestnotam- ment composé d’un apport financier, d’une formation en entrepreneuriat délivrée par l’université de Stanford, de mises en relation propices au développement de leur activité avec un réseau de mentors, d’investisseurs externes et de collaborateurs des entreprises Histoires d’entrepreneurs Trois programmes pour accompagner les entrepreneurs En2020, la première promotion du programme SEED a soutenu 5 start-up et 11 entreprises ont été accompagnées à travers le programme CATALYST pour cette première promotion. G CONSTRUCTION START-UP COMPETITION : 2 ENTREPRISES CATALYST EN FINALE La 4e édition du challenge mondial Construction Start-up Competition 2020, dont Leonard est partenaire aux côtés de Cemex Ventures, Ferrovial, Hilti et Nova by Saint-Gobain, a sélectionné 10 finalistes parmi 700 entreprises candidates. Y figurent deux entreprises accom- pagnées par Leonard dans le cadre du programme CATALYST : Converge (lire p. 24) et Hiboo, application SaaS dédiée aux équipements de la construction. Hiboo a obtenu la médaille d’or de la compétition. G SPACEMAKER AI (CATALYST) REJOINT AUTODESK En novembre 2020, Spacemaker AI, plateforme de conception généra- tive qui met à profit les modèles d’intelligence artificielle pour accélé- rer et optimiser la planification et la conception des projets, a annoncé son rachat par Autodesk pour 240 millions de dollars. Un beau succès pour cette entreprise de 115 personnes, accompagnée par Leonard dans le cadre du programme CATALYST. Objectifs : structurer leur proposition de valeur, définir leur stratégie de développement et convaincre des sponsors pour développer et expérimenterunepremièreversiondel’offresur le marché. Ils peuvent compter notamment sur l’appuidecoachesentrepreneursetdementors parmi les managers du groupe VINCI. Bon nombre des 44 intrapreneurs déjà accompa- gnés se sont mis au service de la concrétisation de l’ambition environnementale de VINCI. Année après année, le programme s’affirme comme un puissant « booster » pour les pro- jets et les parcours des talents porteurs de solutions innovantes, dans tous les métiers du groupe. Entre 2017 et 2020, pas moins de 34 projets ont été accompagnés et 13 nouveaux business ont été lancés ou sont en cours de lancement. de VINCI. Les start-up peuvent également se porter candidates au financement par le fonds French Tech Seed de la BPI, dont Leonard est prescripteur labellisé. Le programme CATALYST est spécifiquement conçu pour accélérer les coopérations entre VINCI et les entreprises innovantes en phase de déploiement commercial. Ces dernières bénéficient d’un interlocuteur privilégié au sein de l’équipe de Leonard pour interagir avec les entités de VINCI depuis la prise de contact jusqu’à la contractualisation, d’un accès privilégié aux décideurs du groupe, d’une intégration au cycle événementiel de Leonard et, pour les entreprises internationales, des meilleures conditions d’accès aux marchés français et européen.
  • 10. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 17 16 G LA RESSOURCERIE DU BTP Le problème à résoudre Le gaspillage sur les chantiers de déconstruction. La solution Une plateforme de référence- ment et un magasin de produits de réemploi ; un service clé en main allant du diagnostic ressource à la recherche d’exutoires. Le projet Chargée de projet environnement chez VINCI SA, Héloïse de Bokay a initié le projet « La Ressourcerie du BTP ». Sophia Aissi, de Neom, l’a rejointe pour expérimenter leur servicesurdepremierschantiersetdéfiniravec VINCI Construction France le plan de dévelop- pementdel’activité :recrutementd’uneéquipe, agrandissement d’un magasin de produits de réemploi, développement d’une plateforme digitale de référencement et gestion. Étapes clés Opérations clés en main sur 3 chantiers et lancement de l’activité en amor- çage au sein de VINCI Construction France à compter du 1er décembre 2020. Parcours Intrapreneurs H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S « Dansunprojetd’économie circulaire,lavaleurcréée dépasseleseulaspect économique.L’objectifest deproduiredesexternalités positives,c’est-à-dire queladémarchepermette uneréductiondesdéchets enfouisetlacréationde nouveauxparcoursd’insertion professionnelleparexemple. » Héloïse de Bokay, ingénieure environnement chez VINCI G ROADCARE Le problème à résoudre Le suivi de l’état des routes départementales et communales est à la fois coûteux et fastidieux. La solution Des algorithmes d’analyse automatique des données récoltées sur leur smartphone par les opérateurs de terrain, pour simplifier le diagnostic des réseaux routiers et en optimiser l’entretien. Le projet Le projet est porté par Tien Sy Nguyen de Diagway (Eurovia) et Antonin Mancel de Sixense (VINCI Construction). Étapes clés Le projet doit passer en phase d’amorçage fin janvier 2021. Le développe- ment de la plateforme en co-construction avec le club d’utilisateurs se poursuit, pour la livraison d’une première version début 2021. « LeprogrammeLeonardfaitseposerlesbonnesquestions : pointsdifférenciants,expressiondesbesoins,timeto market…Demanièrepluspragmatique,iloffreune émulationintellectuelleauquotidien,aideàsortirdesa zonedeconfort,toutencréantdeslienssolidesentre entrepreneurspartageantleurexpérience. »   Antonin Mancel, Sixense
  • 11. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 19 18 G BUILD2B Le problème à résoudre Les entreprises de construction perdent des centaine d’heures chaque jour à identifier des freelances fiables, dans le champ de la conception, de l’exécution et de l’exploitation, tous lots confondus. De leur côté, les freelances cherchent à diversifier leur clientèle et à garantir leurs paiements. La solution Une plateforme de mise en rela- tion (build2b.fr) qui permet aux entreprises de trouver en quelques clics des freelances fiables, adaptés à leurs besoins, et offre aux freelances garanties de paiement, assu- rances professionnelles et gestion de leur documentation administrative. Le projet Build2B a été co-fondée en 2019 par trois entrepreneurs aux profils complé- mentaires : Karim Tamarzist (expert financier, passé par la banque d’investissement), Mounir Bourhrara (ingénieur construction disposant d’une solide expérience dans la conduite de projets d’envergure) et Shakib Jlassia (expert marketing). Programme Seed G EBETON Le problème à résoudre La gestion des commandes et de la réception du béton sur les chantiersestunprocessusmanuelchronophage, difficile à suivre et à partager avec fiabilité. La solution Une plateforme d’aide au choix desbétonsdécarbonésetuneapplicationdigi- tale pour optimiser et fiabiliser les commandes et la réception du béton sur les chantiers, tout en facilitant la traçabilité carbone. Étapesclés Leprojetebéton,initiéparBruno Paul-Dauphin puis repris par Djamil Yahia- Ouahmed, Clémence Thune et Tom Malo, tous les quatre membres des équipes de VINCI Construction, est devenu une Business Unit de VINCI. Il est entré en phase d’amorçage fin août 2020, et jouera un rôle décisif dans le déploiement de la démarche EXEGY de VINCI Construction, qui vise à massifier l’usage des bétons bas carbone. La plateforme ebéton accompagne les projets de leur conception à leur réalisation en s’appuyant sur les solutions constructives bas carbone EXEGY et en digitalisant le processus béton sur les chantiers. De nouvelles fonctionnalités sont en préparation, pour répondre aux problématiques des chantiers les plus complexes et échanger des données avec des applications externes. H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S « J’aiappréciél’espritd’équipe entreintrapreneurs(laquasi- totalitédelapromo4estpassée enaccélération !),sachantque 80 %delaphased’accélération aeulieuenconfinement ! Nousavonseutoutaulongdu programmelesoutiendeVINCI Construction,dudébutduprojet enseptembre2019jusqu’au recrutementdunouveauCEOen juillet2020. » Bruno Paul-Dauphin, VINCI Construction Étapes clés La crise sanitaire a accentué les efforts d’automatisation des processus, réduisant le temps de réponse aux besoins des entreprises de quelques jours à quelques heures. Un CTO a rejoint l’équipe en août 2020, consolidant une stratégie technologique robuste à long terme. « Leprogrammenousapermis dansunpremiertempsde précisertouslesélémentsde notrestratégie,notamment grâceauprogrammedeStanford (IdeatoMarketEntrepreneurship Program).Celaanourrinos discussionsavecnosdifférents interlocuteursdanslecadredela levéedefondsquenousmenons (fondsVC,BusinessAngels). L’accèsauxdifférentesentités dugroupeVINCIaétéplusfluide grâceànotreintégrationau programme,quinousaaussi permisdebénéficierdel’appui d’unmentorexpérimentéet visionnaire,JérômeAnsaldi (directeurdéléguédeBATEG, VINCIConstruction). » Karim Tamarzist, CEO, co-fondateur de Build2B.
  • 12. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 21 20 G EP-TENDER Le problème à résoudre La capacité des batteries de la plupart des véhicules élec- triques est suffisante pour effectuer les trajets du quotidien. Elle est un handicap cependant pour les trajets occasionnels plus longs, qui les contraignent à de longs arrêts pour leur recharge. La solution Un concept de batteries as a service sous la forme de batteries « dockables » : une approche modulaire et accessible de la voiture électrique et un modèle économique de paiement à l’usage pour les longs voyages occasionnels.Compatibleavectouslesmodèles du marché, le tender en autopartage réalise, pour le véhicule électrique, la promesse de liberté de l’automobile. Le projet EP-Tender, fondée en 2012 par Jean-Baptiste Segard, rassemble une équipe pluridisciplinaire et s’appuie sur l’expertise d’entreprises de son écosystème local, intégrant la conception et la mise au point mécanique, le développement et l’intégration électrique, le design de l’algorithme de gestion de production, la modélisation et la gestion du réseau de location, l’installation sur les véhicules clients. Étapes clés En 2020, EP-Tender a lancé trois expérimentations, l’une avec VINCI, deux autres avec des constructeurs automobiles, et établi deux records de distance parcourue sans recharge : 1 000 km en 9h41 avec une Renault Zoe et 500 km en 6h42 avec un Renault Master ZE.Desréalisationsquiannoncentledéveloppe- mentetlaconstructiond’uneprésérie,suiviepar des pilotes pré-commerciaux à petite échelle. « Au-delà de la visibilité et du prestige qu’apporte l’incubation par Leonard, le programme SEED nous offre trois appuis importants pour notre déve- loppement.Deséchangesapprofondis avec les diverses sociétés opération- nelles du groupe VINCI, qui nous ont permis d’affiner nos réflexions et de consolider notre business plan. Ensuite, une excellente formation de Stanford sur la construction du modèle économique et sa présenta- tion auprès des investisseurs et par- tenairesindustriels.Enfin,nousavons bénéficié des échanges personnels avec l’ensemble des entrepreneurs de la promotion SEED, ainsi qu’avec les autres entités incubées à Leonard. » Jean-Baptiste Segard, président et fondateur d’EP-Tender. G INERGEEN Le problème à résoudre Les constructions modulaires sont souvent difficiles à transporter et ne répondent pas aux exigences environ- nementales croissantes du secteur de la construction. La solution   Cubeen™, un module de construction démontable et multi-usage et  Woodea™, un module 100 % bois et à très haute performance énergétique. Le projet Inergeen a été fondée en mars 2017 par Olivier Kerrec (25 ans dans le secteur de l’énergie), Christian Bois (35 ans d’architecture et de direction d’agence, architecte DPLG) et Clément Bois (7 ans d’expérience en architec- ture et design, architecte DESA). Étapes clés 2020 a été pour Inergeen une belle première année commerciale. En octobre, à l’issue du programme SEED, l’entreprise a lancé sa campagne de levée de fonds. « Nousavonspuengagerune réflexionhyperconstructive avecleséquipesdeLeonardet deStanford.Notrestratégiede développements’estréellement consolidéependantles6 moisduprogramme.Grosse remiseenquestion,maistrès bénéfique !» Olivier Kerrec, président, cofondateur H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S
  • 13. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 23 22 G AOS Le problème à résoudre Les consul- tations d’entreprises, pour les donneurs d’ordre, impliquent des échanges d’e-mails par centaines, un suivi le plus souvent manuel, basé sur des tableurs, ou encore des partages et des mises à jour de dossiers compliqués, au travers d’outils hétérogènes (box, plateformes de transfert…). Autant de temps passé sans création de valeur, autant de risques d’erreurs, ou d’informations mal partagées. LasolutionAOS(Appeld’offressimplifié)offre une plateforme en ligne unique, partagée entre donneurs d’ordre et fournisseurs. Elle permet le partage sécurisé sans limite de temps et de volume de toutes les informations nécessaires à une consultation, livre une analyse compara- tive automatique des offres et facilite le suivi et la maîtrise du budget. « Il était compliqué au début pour nous de comprendre comment le groupe VINCI était organisé, et il était essen- tiel de bien identifier les entités. Mais, très vite, les rencontres se sont faites très naturellement, notre offre aétécomprisetrèsrapidement,VINCI devenant l’un de nos premiers clients et nous donnant l’opportunité d’avoir de nombreux sponsors internes. » Marc Giraudot, Head of Sales d’AOS « Nous disposons dans le groupe d’un outil de passation de commande pour les chantiers. Plusieurs chantiers ont cependant commencé à me parler de la solution AOS, qu’ils ont utilisée. Noussommesenréflexionpourlapro- poser à l’ensemble du groupe. L’atout de cette solution est de permettre à plusieurs services de travailler ensemble sur des consultations ; on s’aperçoit que ce qui a été fait en phased’étude de prix peutse perdre… alorsquelà,ongardeunetraceprécise et accessible. AOS est très spécifique aux consultations, mais on pourrait imaginer plus tard une intégration avec des outils juridiques. » Matthieu Poylo, directeur outils et achats hors production chez VINCI Construction France Le projet AOS a été fondée en 2016 par Alexandre Brochot et Thomas Cassou, et a bénéficié de deux levées de fonds successives. L’entreprise employait 50 personnes en juin 2020, et vise un objectif de 90 personnes en fin d’année, pour un CA de 2 millions d’euros. Programme CATALYST Chiffres clés 1 500 projets lancés en 18 mois 350 clients 8 milliards d’euros de travaux lancés 80 % résidentiel Une trentaine de projets lancés avec le groupe VINCI Série A début 2021 G HOLOBUILDER Le problème à résoudre Les photographies de chantier utilisées pour le suivi, la mainte- nance ou la coordination mobilisent un temps précieux et aboutissent souvent à des dossiers mis en ligne sans structuration, difficiles à partager et à exploiter. La solution Holobuilder s’appuie sur des caméras à 360°, des algorithmes de machine learning et une plateforme SaaS pour accélérer la capture d’image et faciliter le suivi et la ges- tion de chantier. Les photographies à 360° sont accessibles en ligne, alignées avec les plans des chantiers. Il est possible de comparer deux emplacements dans le temps, d’annoter les images,deprendredesmesures.Laplateforme s’intègre aux principaux outils métiers de gestion de chantier. Le projet Holobuilder a rejoint le programme CATALYST en décembre 2019. Basée à San Francisco et Aachen, elle compte, aux États- Unis, près de la moitié des 100 plus grandes entreprises générales de construction parmi ses clients. Chiffres clés 18 000 projets 2 000 entreprises clientes 85 % de réduction du temps de relevé photographique sur chantier « D’une certaine manière, les projets de construction, même au sein d’un groupe,sonttoustrèsindépendantsles uns des autres. L’enjeu est donc de pro- poser une technologie qui s’applique à de nombreuses situations différentes. C’est le cas de notre solution, qui est accessible pour des projets d’ampleur modeste, mais également parfai- tement pertinente pour les projets ambitieux, de très grande dimension, de l’infrastructure au résidentiel en passant par les sites industriels.» Christian Claus, CMO, Head of Partnership, Holobuilder «  Pour les cas d’usage sensibles, comme nos chantiers dans le domaine de l’énergie nucléaire, le challenge de la sécurité des données, la possibilité de disposer d’un cloud privé ou d’une solution sur site ouvrent de beaux défis pour l’excellente équipe produit d’Holobuilder. » Matthieu Artaud, Corporate Ventures Manager, VINCI Énergies H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S
  • 14. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 25 24 G CONVERGE Le problème à résoudre Le secteur de la construction, en particulier sur les chantiers, reste peu digitalisé. Les procédés et les organisations effectuent des campagnes de mesure le plus souvent manuelles, partielles, qui ne reflètent pas précisément la réalité des opérations, ce qui laisse passer de nombreuses opportunités d’optimiser la productivité. La solution Converge associe des capteurs physiques intégrés à la construction, du chantier à l’exploitation, dont les données sont exportées dans le cloud et fusionnées avec les données spatiales, temporelles et écono- miques des projets. Sa solution SaaS intègre l’intelligence artificielle avec les données des capteurs pour digitaliser la construction. Son premier produit, Concrete DNA, est un outil digital de suivi de la cure du béton s’appuyant sur des capteurs fixés directement aux arma- tures acier et transmettant sans contact les informations de température, d’humidité et de force compressive. Chiffres clés ConcreteDNA assure jusqu’à 30 % de réduction de la durée des cycles béton ce qui se traduit par des économies de 30 à 40 %. Parcours Dans la foulée de son premier produit, ConcreteDNA, Converge, fondée en 2014 par Raphael Scheps et Gideon Farrell, développe une gamme de capteurs : GeoDNA (monitoring des structures et de l’environnement géotechnique), OffsiteDNA (flux logistique d’approvisionnement) et CraneDNA (logistique sur site), dans l’ambition de déployer une solution complète de jumeau numérique de chantier. H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S « Noussommestémoinsd’uneévolutionaccélérée dusecteurdelaconstruction.Aujourd’hui,les grandsacteursinvestissentsérieusementdans latransformationnumérique,etVINCIenestun contributeurimportant.» Raphael Scheps, CEO, Converge « NousavonsdéjàmisenœuvrelasolutiondeConverge pourundenosprojets.Nousavonsconduitprès de200entretiens,danslecadredeebéton,auprès d’entreprisescherchantdessolutionspourdisposerd’un choixpluslargedebétons,enparticulierbascarbone, etsouhaitantassurerunemeilleuretraçabilitédes bétonsemployéssurleurschantiers.Danscecontexte, l’améliorationdeproductivitépermiseparConverge nousintéressetrèsvivement. » Bruno Paul-Dauphin, directeur de projet sur le béton bas carbone et directeur du projet ebéton
  • 15. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 27 26 Cinq questions à Guillaume Bazouin, responsable des programmes d’accélération Quel bilan pour les programmes SEED et CATALYST, à l’issue d’une année pas comme les autres ? GUILLAUME BAZOUIN Du côté de SEED, nous avons accompagné cinq sociétés avec l’objectif qu’elles réalisent leur première levée de fonds au bout d’un an. Et pour quatre d’entre elles, ces levées de fonds sont en cours. Il s’agit de Build2B, d’EP Tender, d’Inergeen (lire p. 19), et de SoLiquid, une technologie d’impression 3D hors site. Le programme SEED a de plus été reconnu par BPI France comme prescripteur du fonds French Tech Seed avec pour mission l’investissement dans des start-up à haute intensité technologique. Pour CATALYST, l’ambition est de faire aboutir, via des contrats-cadres ou des pilotes, des collaborations entre des entités opération- nelles de VINCI et une douzaine d’entreprises innovantes, parmi les meilleures de la classe dans leur domaine à l’échelle internationale. En moyenne, les collaborations de ce genre entre start-up et grands groupes aboutissent à des partenariats pérennes dans 5 % des cas. Nous estimons être parvenus entre 30 et 50 % de réussite. Comment se fait la sélection des start-up participantes ? GUILLAUME BAZOUIN Plusieurs centaines de start-up à travers le monde candidatent aux programmes SEED et CATALYST. Les équipes de Leonard évaluent leur viabilité, la qualité de leurs équipes, leur niveau de maturité ainsi que la robustesse de leur financement. Dans un deuxième temps, nos échanges avec de nom- breux spécialistes des entreprises de VINCI nous permettent de déterminer la pertinence des offres identifiées dans leur application à nos métiers. Quels liens existe-t-il entre ces deux programmes et le parcours Intrapreneurs de Leonard ? GUILLAUME BAZOUIN Le parcours Intrapreneurs permet à tout collaborateur de VINCI de proposer un projet de business dont il ou elle pourra infine faire une nouvelle activité au sein du groupe. Très souvent, les sujets identifiés par nos intrapreneurs sont aussi identifiés par des start-up extérieures au groupe (et vice versa). Ce phénomène de co-émergence est d’ailleurs un bon indicateur de la pertinence d’une idée. Ces chevauchements sont autant d’opportunités de collaborations et de co-dé- veloppements internes/externes à explorer afin de maximiser les chances d’émergence d’une innovation de rupture. Quelles sont les spécificités de SEED et CATALYST par rapport à d’autres programmes d’incubation ? GUILLAUME BAZOUIN Le nerf de la guerre pour ce type de programmes, c’est la qualité du recrutement, et donc l’attractivité de l’offre. Pour être compétitive au sein de la myriade des accélérateurs, incubateurs et autres start-up studios, cette offre doit être claire et différenciée. Pour SEED, nous permettons à des start-up récemment formées de valider leur proposition de valeur auprès des collabo- rateurs de VINCI qui pourraient devenir leurs clients à l’avenir. Nous leur offrons une for- mation à l’entrepreneuriat en partenariat avec l’université de Stanford, en Californie, pour les préparer au mieux à leur première levée de fonds, et nous les hébergeons pendant six mois dans nos locaux. Chaque start-up reçoit 30 000 € pour soutenir ses premiers mois de croissance. Leonard valorise son programme en entrant au capital de chaque start-up SEED. CATALYST, à l’inverse, n’est pas un programme d’investissement, mais un programme d’accompagnement pour des scale-up ou entreprises innovantes qui développent des offres pertinentes, parvenues à maturité et scalables pour le groupe VINCI. Quelles perspectives pour 2021 ? GUILLAUME BAZOUIN Nous sommes très enthou- siastes. La première promotion de SEED ne comptait que cinq start-up. La prochaine promotion va doubler, avec neuf entreprises sélectionnées parmi 150 candidatures. Leur accompagnement sera commun à celui des intrapreneurs et tous bénéficieront ainsi de la formation qualifiante délivrée par le centre de développement professionnel de Stanford. L’offre CATALYST a elle aussi été renforcée avec unequalificationdesentreprisessélectionnées menée en commun avec de nombreuses directions opérationnelles du groupe. H I S T O I R E S D ’ E N T R E P R E N E U R S
  • 16. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 29 28 P A R C O U R S I A À l’image des technologies sur lesquelles s’appuie l’IA (machine learning, computer vision, arbres de décisions…), ils sont allés très vite. Les huit porteurs de projet de la première promotion du parcours IA mis en place par Leonard fin 2019 ont, dès le mois d’avril, présenté leurs initiatives au comité exé- cutif de VINCI. Trois d’entre elles deviendront des business units dédiées. Transformer les solutions basées sur l’IA en systèmes opéra- tionnels, ne pas se contenter de développer des preuves de concept : le pari du parcours IA est tenu. Le secret de ce programme ? Miser sur l’effort collaboratif et les synergies entre projets, en s’appuyant sur les collaborateurs du groupe et leurs expertises métier. Et la suite est tout aussi prometteuse. Dès novembre 2020, la deuxième promotion embarquait 13 nouveaux projets d’entités de VINCI. Les compétences en intelligence artificielle se diffusent ainsi au sein du groupe et sont mises au service d’applications pour lesquelles l’IA porte un potentiel de disrup- tion : l’inspection automatique des routes (projet Roadcare), le design génératif pour les équipements techniques du bâtiment (Diane, nouvelle BU), ou encore la simulation du potentiel immobilier d’une parcelle. De manière plus transversale, les technologies d’intelligence artificielle sont appelées à jouer un rôle déterminant dans la concrétisation des engagements environnementaux, ses capa- cités de simulation et d’optimisation faisant converger objectifs économiques, écologiques et sociaux des projets. ParcoursIA Le parcours IA accélère la diffusion des technologies d’intelligence artificielle chez VINCI «Leparcoursn’estpasconçupour réaliserdespreuvesdeconcept, maispourporterdesprojetsà l’échelleindustrielle.Cetobjectif conditionnel’approchemêmedu projet,portéetdéveloppéparles collaborateurs.Ilssaurontainsi l’industrialiseretlemaintenir dansladurée. » Bruno Daunay, AI Lead, Leonard Plus de 230 heures de formation 50 sessions de formation et de travaux pratiques +100 modèles IA entraînés En2020, l’IAaétémobiliséepour… La maintenance prédictive pour les systèmes de transport /  VINCI Energies La maintenance prédictive pour l’industrie et l’exploitation d’infrastructures / VINCI Construction – VINCI Concessions La prédiction de dérive économique d’un projet /  VINCI Energies-Eurovia Le design génératif pour la conception industrielle / VINCI Energies L’optimisation de la logistique / VINCI Energies L’analyse géophysique des sols / VINCI Construction L’exploitation d’infrastructures télécom s/VINCI Energies
  • 17. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 31 30 P A R C O U R S I A «Ilestimportantdeseprojeterdanslesprochainesannéeset devoircespremiersoutilsadressantdescastrèsprécisdansune perspectivepluslarge.Aveccesprojets,VINCIprépareleterrain pourdessolutionsdeconceptionetdemaintenanceàgrande échelle,auxquellesilseraégalementpossibled’intégrer lesobjectifsenvironnementauxousociauxparexemple.» Quentin Panissod, AI Lead, Leonard «Nosdéveloppementsd’IAcesdernières annéesconfirmentlapertinence decesoutilspourlegroupe,mais aussilebesoindecompétencesen interneauseindesentitéspoury adaptercestechnologiesànosréalités opérationnelles–ensomme,pour passerduPowerPointàlaréalité.» François Lemaistre, Brand Manager Axians, VINCI Energies SprinkIA LE DESIGN DES RÉSEAUX DE SPRINKLER PASSE À L’AUTOMATISATION Cinq minutes. C’est le temps qu’il faut à la solution SprinkIA, développée pour Uxello (VINCI Energies), spécialiste des réseaux de sécurité incendie, pour concevoir un réseau optimal de sprinklers, sur la base d’un cahier des charges et d’un objectif budgétaire. SprinkIA, développé dans le cadre du parcours IA porté par Leonard, réduit significative- ment le temps de conception, tout en améliorant le design des réseaux. Les algorithmes de machine learning utilisés font entrer la conception des réseaux de lutte contre l’incendie dans l’ère du design génératif. Contrairement aux outils de CAO (conception assistée par ordinateur) paramétriques, qui cantonnent les solutions proposées à une gamme de possibilités prédéfinies, le design génératif explore toutes les possibilités physiques et économiques, afin d’identifier des solutions optimales. SE@Cloud  LA MAINTENANCE PRÉDICTIVE ANTICIPE LA DÉGRADATION DES VOIES Sur la ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux circule parfois un wagon singulier, appelé Dring par Lisea et Mesea, les sociétés en charge de la concession et de la maintenance de la ligne Sud-Europe-Atlantique. Dring est bardé de capteurs et mesure chaque semaine les évolutions de la géométrie de la voie. Dans le cadre du parcours IA de Leonard, les précieuses données relevées par le wagon ont fait entrer la maintenance de la LGV dans l’ère de l’approche prédictive. Grâce aux algorithmes développés pour analyser les relevés, les opérations ont en effet pu être optimisées, sur la base de prédictions statistiques à court terme (quelques mois) et à long terme (trois ans). Résultat : la fréquence des interventions a été significativement optimisée, de même que le temps consa- cré au suivi de la voie et à la programmation des opérations. Appuyés par l’IA, les experts métier ont par ailleurs acquis une meilleure compréhension des effets de la maintenance sur la dégradation des voies. Avec l’approche prédictive, il est désormais possible d’anticiper le moment le plus opportun pour engager les opérations tout en gardant une parfaite maîtrise des performances et de la sécurité. Chronsite L’IA DONNE LA MAÎTRISE DU TEMPS AUX CHANTIERS L’analyse du temps nécessaire pour accomplir chaque tâche d’un projet est l’un des piliers du lean management. Cette méthode de gestion de projet, qui a largement fait ses preuves dans les secteurs industriels, s’est également installée dans les pratiques des chantiers de construction. Elle permet aux ingénieurs d’identifier les tâches les plus consommatrices de temps et d’améliorer ainsi jusqu’à 25 % la productivité globale d’un projet. Cette approche se heurte cependant à une limite : le temps nécessaire, justement, pour chronométrer les tâches. Heureusement, il est possible désormais, en associant caméras, algorithmes de vision par ordinateur et deep learning, d’automatiser cette mesure. Une IA peut détecter les tâches en cours, identifier les effectifs mobilisés et rapporter précisément l’état et la durée des tâches. C’est la possibilité qu’offre aujourd’hui Chronsite, outil développé par VINCI Construction France et Dodin Campenon Bernard, avec l’assistance du parcours IA proposé par Leonard. Focus sur...
  • 18. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S R E T O U R S U R 2 0 2 0 33 32 Rendez-vousàBerlin En juillet 2020, Leonard et les équipes d’Eurovia et de VINCI Energies basées en Allemagne ont lancé les travaux de Leonard : DACH, qui relaie les réflexions prospectives et les programmes d’accélération de la plateforme de prospective et d’innovation de VINCI en Allemagne, en Autriche et en Suisse. « Leonard,entantqueplateforme demiseenréseau,offre lapossibilitédecréerun écosystèmeprêtàl’emploi,avec partenairesacadémiques,acteurs économiques,start-up,secteur public.Unréseauoùnouspouvons échangerdesidéesetintégrer ànotreréflexiondesinspirations venuesdetoushorizons.» Tim Lorenz, Director, VINCI Deutschland « Nousvoulonsinciternos employésàs’impliquer.Les échangesentreleséquipes LeonarddeParisetdelarégion DACHontpourobjectifde développerensembledesvisions pournotremarché,destimuler l’innovationetdesaisirtoutes lesopportunitésoffertesparla numérisationetlestechnologies d’intelligenceartificielle. » Reinhard Schlemmer, Director, VINCI Deutschland Photographie respectueuse des normes sanitaires en vigueur.
  • 19. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S R E T O U R S U R 2 0 2 0 35 34 Transfor- mations 2 I llustration : Bruno Mangyoku Comment anticiper les ruptures technologiques, détecter les signaux faibles qui annoncent les usages de demain et inscrire les réflexions prospectives dans la réalité des projets ? Comment réussir la transition écologique des territoires et de leurs métiers ? Les scénarios, études et rencontres de Leonard posent le cadre des transformations en cours.
  • 20. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 37 36 N O T L O S T I N T R A N S I T I O N L’avenir des métiers de la construction et des concessions est fortement structuré par la transition écologique. Bâtiments, infrastructures et territoires subissent de plus en plus fréquemment et de plus en plus durement les effets du changement climatique. Les métiers de la transition envi- ronnementale, a fortiori dans les villes et les territoires, doivent donc évoluer rapidement pour soutenir la résilience des sociétés face à ces chocs. Les secteurs de la construction et des transports contribuent par ailleurs à près de la moitié des émissions mondiales. L’ambition environnementale de VINCI prévoit d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Atténuation et adaptation Au-delà des enjeux d’atténuation, il faudra conduire des évolutions profondes des métiers et de leur organisation. Pour Xavier Huillard, président-directeur général de VINCI, « l’entreprise est une fabrique de solutions et nous renforçons la pérennité de nos entre- prises quand nous accélérons notre transition environnementale ». Leonard a organisé entre octobre 2019 et novembre 2020 un cycle événementiel consacré à la transition écologique des villes etdesterritoires. Àl’heureoùs’achève ce cycle de 8 rencontres, les sujets abordés restent brûlants d’actualité : de l’échelle globale au territoire local, en explorant les enjeux propres à la construction, à la mobilité et à l’énergie, Leonard s’est attaché à explorer la transition environnementale dans toute sa diversité de vues. Leonard a établi la synthèse de ces rencontres, riche des différents enseigne- ments, prises de parole, interpellations de ces événements, et de données actualisées. Que retenir de cette plongée en profon- deur dans l’avenir en transition ? D’abord que la transition écologique implique uneresponsabilitépartagée.Lesacteurspublics ont une responsabilité majeure, celle de faire évoluer le cadre normatif rapidement. Ils ont également la responsabilité de pousser les acteurs financiers à mobiliser les investisse- ments nécessaires à cette transition globale. Les grandes entreprises, elles, doivent montrer la voie, a fortiori quand leurs activités sont structurantes pour l’économie. Elles doivent êtreproactives,tantvis-à-visdelasociétécivile que des décideurs. « Avecnosmétiers,notrevision de la performance globale et notre sens du temps long, nous faisons partie de la solution pour bâtir un monde plus durable », déclarait ainsi Xavier Notlostintransition La transition écologique les yeux dans les yeux Huillard en septembre 2020. La transition écologique se joue, ensuite, dans le contexte d’une dynamique globale démographique et de métropolisation, qu’il convient de repenser pour en faire un pilier de la transition. L’avenir appartient aux acteurs capables de faire de la transition climatique une stratégie de développement, capables de se projeter pour réinventer les mobilités, systématiser la construction durable, catalyser l’essor de nouvelles technologies vertes et de décarbonation tout en couplant une efficacité et une sobriété optimales. Paroùcommencer ?Lasynthèsedenotrecycle derencontresidentifielesthématiqueslesplus déterminantes, en précisant les données clés, les pistes de solutions et les défis que devront relever les acteurs de la fabrique des villes et des territoires. En voici un aperçu. Nouvelles technologies, efficacité, sobriété : quel rapport à l’énergie sur une planète limitée ? Les faits 72 % des émissions mondiales de gaz à effet de serreanthropiquerésultentdelaconsommation énergétique a Depuis 1800, alors que la popu- lation a été multipliée par 4, la consommation d’énergiepar40aEn1980,lesénergiesfossiles représentaient88 %dumixénergétiquemondial, c’est 87 % aujourd’hui a Il faudrait laisser 80 % des réserves connues d’hydrocarbures dans le sol pour contenir le réchauffement global sous la barre des deux degrés à la fin du siècle a Le rythme de décarbonation du PIB mondial est encore très lent : -3 % par point chaque année en moyenne a -7 %, c’est la réduction mondiale des émissions de gaz à effet de serre observée en 2020 avec les effets Covid, proche de celle qu’il faudrait maintenir chaque année pour être en ligne avec l’accord de Paris. Pistes de solutions et défis Intégrer systématiquement le triptyque sobriété, efficacité et décarbonation via les énergies renouvelables dans chaque projet. Identifier le niveau et les points de vulné- rabilité des acteurs des projets en cas de rupture de l’approvisionnement pétrolier. Préparer des pistes alternatives d’approvi- sionnement énergétique. Construire l’infrastructure de l’énergie renouvelable et de l’électrification des usages (mobilité, bâtiment, industrie, etc.). Déployer l’infrastructure de l’hydrogène et du power-to-gas. Favoriser la décarbonation à l’international malgré des normes locales moins contrai- gnantes que sur les marchés les plus mûrs. Dans les entreprises, décarboner au maxi- mum chaque point de croissance interne. Orienter une partie de la RD sur la robus- tesse et la simplicité des techniques, pour les rendre moins dépendantes à certaines ressources sensibles. Quelles mobilités pour demain ? Les faits Les 3/4 des émissions liées au transport sont attribuables aux transports terrestres routiers. Mondialement, les usages de la route ont produit 5,85 gigatonnes de CO2 en 2016. Une hausse de 77 % depuis 1990 a La consommation pétrolière du secteur du transport de marchandises a pratiquement doublé depuis 1973, en valeur absolue a En France, le nombre de voitures particulières en circulation a bondi de 40 % entre 1990 et 2017 et le nombre de poids lourds de 6 % a Le transport aérien est globalement responsable de 2,8 % des émissions de CO2 dans le monde et double tous les 15 ans depuis la Seconde Guerre mondiale a Les technologies de la
  • 21. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 39 38 voiture électrique ou hydrogène atteignent leur maturité, leur pénétration dépend de l’infrastructure de recharge et des avantages économiques a L’Europe aurait besoin de 3 millions de points de recharge d’ici à 2030, contre 185 000 aujourd’hui a Le véhicule autonome, de par la constante optimisation de l’usage qu’il permet – a fortiori s’il est par- tagé – pourrait diviser par 10 le nombre de véhicules a Seuls 49 % des Français indiquent avoir accès à d’autres offres de mobilité que leur voiture, et principalement en zone urbaine a 68 % des trajets individuels en voiture sont considérés comme « subis » par des usagers qui aimeraient avoir d’autres options a 75 % des actifs français utilisent leur voiture pour se rendre au travail. Pistes de solutions et défis Construire l’infrastructure nécessaire à l’essor des mobilités douces et partagées. Développer l’infrastructure de l’intermo- dalité et de l’interopérabilité entre les mobilités pour optimiser l’efficacité des mobilités faibles en carbone. Bâtir l’infrastructure de l’intégration des mobilités dans le bâtiment et l’énergie. Favoriser l’essor de l’électrification des véhicules en construisant une infrastruc- ture de recharge efficace, abondante et diffuse sur le territoire, notamment dans les territoires où le mix électrique est faiblement carboné. Déployer les infrastructures de la route/ autoroute bas carbone. Favoriser l’essor des procédés d’optimisa- tion des flux de transport grâce aux nou- velles technologies (voiture autonome,  etc.) tout en veillant à ne pas entraîner d’effets rebonds importants, comme la multiplica- tion des trajets ou des données. Expérimenter pour renforcer les techno- logies et accélérer le déploiement des solutions technologiques robustes. Continuer de réduire l’empreinte carbone des aéroports, en attendant l’avion bas carbone. La construction durable, un levier fondamental pour la transition Les faits La consommation énergétique des bâtiments représente 18 % des émissions mondiales de GES, et 10 % de la consommation d’eau potable a À l’échelle française, le bâtiment (construction et usages) consomme 44 % de l’énergie et engendre quelque 120 millions de tonnes annuelles de CO2  , soit le quart du total national a L’ensemble de la chaîne du béton est responsable de 8 à 9 % des émissions glo- bales d’origine humaine de GES. La fabrication du béton mobilise plus de 2,5 % de la demande d’énergie primaire mondiale a 15 milliards de tonnes de sable sont mobilisées chaque année pour la production de béton a Le secteur du bâtiment produit 40 millions de tonnes de déchets en France par an a 60 à 70 % des infrastructures qui existeront en 2050 dans le monde n’ont pas encore été construites a PourunbâtimentlabelliséBBC2005(bâtiment à basse consommation énergétique), l’énergie grisedépenséepourlaconstructionreprésente 30 à 50 ans de la consommation énergétique de ce bâtiment en phase d’exploitation a La France compte sept millions de « passoires thermiques » a En France, on estime que 75 % du bâti de 2050 existe déjà a Chaque année, plus de 65 000 hectares de sol disparaissent, soit environ l’équivalent d’un département tous les huit ans. Pistes de solutions et défis Accélérer la mise sur le marché et massifier l’emploi des bétons bas carbone. Systématiser l’utilisation de matériaux renouvelables pour relâcher la pression sur les ressources finies. Développer la filière de la construction bois, efficace techniquement, économe et capable de séquestrer du carbone. Organiser le recyclage systématique des déchets de la construction dans les nou- veaux projets. Systématiser l’analyse de l’impact environ- nemental tout au long du cycle de vie des bâtiments. Réaliser les promesses écologiques du smart building. Conduire la réhabilitation thermique des bâtiments publics et privés, un des leviers principaux de réduction des émissions et de lutte contre la précarité énergétique. Métropoles, entreprises, citoyens, pouvoirs publics : quels leviers pour la transition ? Les faits On sait désormais que les petits gestes indivi- duels et comportementaux ne suffiront pas : ils comptent pour quelque 25 % du potentiel de réduction des émissions nationales a Les villes abritent la moitié de la population mondiale et concentrent 80 % du PIB et 70 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Elles sont aussi particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique a En France, les émissions des villes comptent pour 67 % des émissions nationales a Le changement clima- tique exacerbe l’effet îlot de chaleur dans les villes. Le différentiel thermique peut y atteindre, en été, près de 10 °C par rapport aux zones rurales environnantes a Le stress hydrique tou- chera de 33 à 55 % des métropoles d’ici 30 ans. N O T L O S T I N T R A N S I T I O N
  • 22. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 41 40 Pistes de solutions et défis Aménager la ville résiliente aux vagues de chaleur, en végétalisant, en systématisant l’emploi de matériaux froids ou à fort albédo. Construire l’infrastructure d’une ville économe en eau et résiliente au stress hydrique, accentué par le changement climatique et la pression démographique. Penser les aménagements en interaction avec les sols, vis-à-vis de l’absorption d’eau notamment. Anticiper la montée des eaux et les risques liés aux événements climatiques extrêmes dans les aménagements littoraux. Systématiser l’utilisation d’outils de suivi des émissions à l’échelle du territoire pour identifier les bons leviers de décarbonation. Penser aussi les aménagements en fonc- tion du besoin de nature de la population et de la prévention sanitaire (a fortiori épidémiologique). Coordonner l’action des pouvoirs publics, des entreprises et de la société civile pour chaque grand projet d’aménagement. Financer la transition à tous les niveaux : vers un Green Deal à la hauteur du défi environnemental Les faits Les coûts du changement climatique pour- raient représenter, à l’horizon 2050, entre 5 % et 20 % du PIB mondial de 2005 par an, alors qu’une stabilisation des émissions de gaz à effetdeserrenecoûteraitque1 % du PIBmon- dial (2005) par an a Les actifs de combustibles fossiles susceptibles d’être réduits à néant si des régulations rendaient contraignants les engagements climatiques représentent 12 000 milliards de dollars d’ici à 2035 a La transition écologique entraînerait la création nette de quelque 350 000 emplois supplé- mentaires en France en 2035 et 900 000 en 2050 a En 2017, 191 gouvernements ont consacré 5 200 milliardsdedollarsàminorerle prix de vente et le coût des externalités de ces énergies émettrices de CO2 . Cela représente 6,5 % du PIB mondial a 10 % des 372 milliards de dollars de subventions mondiales directes attribuées aux énergies fossiles suffiraient à financer la transition énergétique globale. Actuellement, seulement 100 milliards de dollars sont alloués aux alternatives vertes a En France, les besoins d’investissements supplémentaires dans la transition au sens large sont compris dans une fourchette de 70 à 100 milliards d’euros par an. Soit entre 2 et 3 points de PIB a Les financements dits « verts » demeurent faibles : moins de 2 % des portefeuilles des investisseurs, moins de 2 % du marché obligataire a Pour rester sur la trajectoire de nos engagements par la seule tarification du carbone, il faudrait que celle-ci atteigne 250 € la tonne d’ici à 2030. Pistes de solutions et défis Rediriger les subventions directes et indirectes aux activités carbonées vers les activités neutres et décarbonées. Auditer systématiquement les grands projets d’investissement à l’aune de leur empreinte carbone. Préparerl’augmentationduprixducarbone et ses conséquences. La transition écologique s’accompagne de risques physiques induits par le changement climatique (destruction ou dégradation d’actifs, perte d’accès à des ressources…) et de risques de transition (changements de politique publique, évolution des normes sociales et des préférences indivi- duelles…). Comment les métiers de la construction et de la concession y font-ils face ? N O T L O S T I N T R A N S I T I O N « Faceauxenjeuxenvironnementaux, nousavonsundevoird’anticipation etd’innovation » Isabelle Spiegel, Directrice de l’Environnement, VINCI ISABELLE SPIEGEL Les risques physiques sont essentiellement ceux liés aux événements climatiques extrêmes. Un orage violent, une inondation,desincendies…peuventoccasionner des pertes matérielles, perturber les plannings des chantiers. Sur nos concessions, une tem- pête, par exemple, peut immobiliser le trafic, mettreendangernossalariésetnosclients.Ces risques sont déjà là, leur fréquence s’amplifie. Nous avons un rôle d’anticipation, notam- ment pour nous projeter dans les conditions Isabelle Spiegel et Julien Villalongue : face à la transition
  • 23. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 43 42 auxquelles devront s’adapter les ouvrages que nous construisons. C’est l’une des spécialités de notre bureau d’études Resallience. Les risques indirects sont tout aussi importants, et ilsappellentunexercicedeprospectivesurl’en- semble de nos activités. Un des thèmes clés de cet exercice est d’anticiper la sortie progressive des énergies fossiles. Nous avons conduit une étude, Scénarios 2050, en faisant l’hypothèse que l’objectif de limiter le réchauffement à 2 °C était tenu. Nous avons étudié deux trajectoires principales, l’une axée sur la technologie, l’autre sur la sobriété, et estimé leur impact sur nos grands secteurs d’opérations – un stress test à l’échelle de VINCI. Quelles nouvelles orientations et opportunités ouvre le regard prospectif sur la transition environnementale ? ISABELLE SPIEGEL Nos travaux de prospective mettent en lumière des zones de fragilité, mais aussi des opportunités. Le transport de l’élec- tricité, sur lequel nous avons des positions, va, par exemple, prendre de l’ampleur. Dans la construction, lorsque la thématique « zéro artificialisation nette » est abordée, notamment par la Convention citoyenne pour le climat, certaines limites pourraient apparaître pour la construction neuve. D’un autre côté, la rénovation, notamment énergétique, semble devoir prendre une grande importance. Nous avons la chance, dans un groupe diver- sifié comme le nôtre, de pouvoir équilibrer et adapter nos stratégies, jusqu’à rapprocher des activités de manière totalement inédite. Notre solution PowerRoad, par exemple, qui intègre un système de pompe à chaleur dans la chaussée, ajoute un service énergétique à un service de mobilité. Nous travaillons en vision intégrée, sur le cycle de vie de la solution, pour chercher l’optimum environnemental. ISABELLE SPIEGEL La transition environnementale appelle aussi des compétences authentique- ment nouvelles, comme la comptabilité car- bone en particulier, pour maîtriser l’inventaire de nos activités, de notre secteur, et intégrer cette capacité de compréhension à nos autres métiers. JULIEN VILLALONGUE C’est vrai aussi pour le sujet de la biodiversité, qui devient un enjeu au sein même des équipes opérationnelles, au travers par exemple des problématiques de la « renaturation » des sols, de la restauration des écosystèmes. La performance de nos projets doit être globale : elle doit être constituée non seulement par les indicateurs de performance économique, mais aussi par la performance environnementale et sociale. Ça n’est pas nouveau, mais ça tient aujourd’hui une place de plus en plus centrale. Comment se traduisent les enjeux environnementaux dans la gouver- nance de l’entreprise ? ISABELLE SPIEGEL Chez VINCI, les entités fonc- tionnent de manière décentralisée. Elles ont néanmoins pour mission de réaliser la performance globale visée par le groupe. Si bien que la stratégie de VINCI se joue à travers le management. Le sujet de l’environnement n’est pas un sujet parallèle, il est directement porté par les managers. JULIEN VILLALONGUE Le temps où l’environnement était limité à des services de reporting et de méthodes est révolu. Aujourd’hui, c’est un sujet de management de projet, de chantier, d’entreprise. Notre Journée de l’environnement a d’ailleurs été lancée par les directeurs de chacun des pôles de VINCI et orchestrée selon les priorités de chacun de nos métiers. Comment VINCI peut-il mettre à profit sa capacité d’influence systémique pour favoriser la transition écologique ? JULIENVILLALONGUE C’estd’abordlepouvoirpolitique qui fixe la trajectoire générale de la transition environnementale : accord de Paris, stratégie nationale bas carbone, Green Deal européen, RE2020, etc. Nous nous inscrivons dans ces cadres. C’est d’ailleurs indispensable, car nous avons besoin de visibilité à long terme, d’autant plus que nos activités relèvent souvent de la prescription publique. ISABELLE SPIEGEL C’est cette visibilité qui nous permet de prendre des risques, d’inventer des modèlesd’affairesquirépondentauxexigences environnementales. C’est aussi dans ce cadre que nous pouvons mobiliser nos partenaires. Car nous ne relevons pas seuls le défi de la transition. L’approche par cycle de vie nous amène à aller chercher des compétences dans la recherche académique, les associations… JULIEN VILLALONGUE Nous avons la chance de pouvoir nous appuyer notamment sur notre partenariat avec le réseau des écoles ParisTech, avec qui nous menons des recherches au sein du lab recherche environnement. Autre exemple : VINCI est partenaire du Muséum national d’histoire naturelle, sur le sujet de la gestion de la biodiversité des carrières ou des projets d’infrastructures. Par ailleurs, nos programmes d’entrepreneuriat nous offrent la capacité d’innover vite, d’avoir des vitesses d’adaptation différenciées – les notions d’incu- bation et d’accélération prennent tout leur sens dans cette phase de transition profonde. N O T L O S T I N T R A N S I T I O N Quelles sont les étapes de transition ? ISABELLE SPIEGEL Le groupe VINCI se projette dans le cadre fixé par l’accord de Paris, qui se traduit, pour un nombre croissant d’États, en un jalon de neutralité carbone à l’horizon 2050.Nousprenonslemêmeengagement,sur nos « scopes » 1 et 2 – nos émissions directes de gaz à effet de serre. Cela se traduit par un engagement intermédiaire de réduction de 40 % de nos émissions d’ici à 2030 et se décline, notamment, par des indicateurs de performance énergétique dans toutes nos activités. L’objectif de neutralité carbone asso- ciera nécessairement efficacité énergétique, substitution d’énergies et compensation. Et nous agissons également sur l’ensemble de notre chaîne de valeur en proposant des solutions contribuant à réduire l’impact chez nos clients et nos fournisseurs. Des métiers de la transition sont-ils en émergence ? JULIEN VILLALONGUE L’exemple de PowerRoad est une bonne illustration. Sans parler de nouveaux métiers stricto sensu, de très nom- breuses passerelles entre compétences sont en émergence, les métiers de l’énergétique se rapprochant de ceux de l’infrastructure, ne serait-ce que parce que l’électrification est en accélération dans beaucoup de nos activités. Je crois par ailleurs que la dimension intrepreneuriale a toute sa pertinence pour trouver de nouvelles solutions aux problèmes posés par la transition environnementale. Une large part des porteurs de projet que nous accompagnons chez Leonard arrivent avec les enjeux de la transition en tête. En inventant leur rôle, ils inventent de nouveaux métiers.
  • 24. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 45 44 L E O N A R D , O U V R O I R D ’ I M A G I N A I R E S En 2020, à l’heure où le monde entrait dans une crise sanitaire planétaire, nombreux étaient ceux qui rappelaient que l’éven- tualité d’une pandémie majeure avait été largement prédite ; pourtant le monde et ses villes étaient très inégalement préparés à y faire face. De ce point de vue, la pandémie du Covid-19 pourrait annoncer les chocs à venir, sous l’effet conjugué du réchauffement Leonard,ouvroir d’imaginaires « Lesobjectifsfixésdanslepland’actiondeParissurleclimatne serontatteintsqu’aveclamobilisationdetous.C’estlaraison pourlaquellenousavonsprisl’initiative,avecShelletl’OCDE,de rassemblerunlargecollectifpourimaginercestroisscénariosvers ladécarbonationdelacapitaleetdesamétropole » Isabelle Lambert, responsable de la prospective chez Leonard « Lesvillesdisposentd’importantslevierspourlamiseenœuvrede latransitionénergétiqueetlaVilledePariss’estdotéed’objectifs ambitieuxafind’atteindrelaneutralitécarboned’icià2050.Ces troisscénariospermettentd’engagerlaconversationsurlefutur delamétropoleparisienneetlescollaborationsnécessairesafin d’atteindrelaneutralitécarbone » Vincent Baril, président de Shell France Scénario#1 ÉVOLUTION PAR LES TECHNOLOGIES VERTES La volonté de saisir les opportunités technologiques et de création d’entreprises liées à la transition écologique ouvre à la France des perspectives économiques compatibles avec les impératifs écologiques. Une politique gouvernementale coordonnée permet d’accélérer la transition énergétique, créant ainsi les conditions de la neutralité des territoires d’ici à 2050. climatique, de la perte de biodiversité et du creusement des inégalités socio-écono- miques. La crise nous rappelle l’importance vitale de la préparation et de notre capacité collective à imaginer l’avenir. L’exerciceprospectifmenéenpartenariatentre Shell et Leonard, visait à élaborer des scénarios de transition qui permettraient à Paris et sa région d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Un atelier a réuni 45 experts issus de 30 institutions différentes dont la mairie de Paris, la région Île-de-France, le ministère de la Transition écologique, l’OCDE, l’Agence internationale de l’énergie, des chercheurs des universités de la Sorbonne et de Stanford, ainsi que certaines des plus grandes entre- prises françaises. Cet exercice a fait émerger des visions plurielles et co-construites de l’avenir de la métropole parisienne. En est issu le rapport « Métropole de Paris : devenir neutre en carbone d’ici à 2050 », qui établit trois scénarios vers une métropole zéro carbone. Pour la plupart des experts rassemblés par Leonard, Shell et l’OCDE, les inégalités socio-économiques et la complexité de la gouvernance politique de l’échelle nationale à l’échelle locale constituent les principaux champs d’incertitude sur le chemin de la neutralité carbone. C’est sur la base de ces deux axes qu’ont été construits les scénarios prospectifs. Scénario#2 DÉFIANCE ET IMMOBILISME Les crises sociales et économiques prennent le pas sur la transition climatique dans l’agenda national. Les populations les plus touchées par l’aléa climatique se mobilisent pour réclamer des initiatives en faveur de l’égalité et de la lutte contre le changement climatique, devenant les principaux agents de la transformation. Scénario#3 OUVRIR LA VOIE Une collaboration étroite entre élus et communautés locales améliore la prise en compte des préoccupations des citoyens en matière de bien-être et de changement climatique, et devient le principal moteur de la transition vers un Paris zéro carbone. Paris zéro carbone : trois scénarios pour une métropole en transition
  • 25. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 47 46 É T U D E S , C O L L E C T I O N S , A N A LY S E S D E T E N D A N C E S  : L E F U T U R À L A L O U P E « Les tendances qui révolutionnent les nouvelles formes de travail » Une analyse en profondeur, une riche bibliographie, pour prendre une longueur d’avance sur les mutations du travail L’introduction et l’essor des nouvelles techno- logies de l’information et de la communication ont profondément modifié les organisations et la nature même du travail. Cette évolution est concomitante des nouvelles attentes des clients et des collaborateurs, plus exigeants et engagés. Cette publication propose une série d’analyses sur les thématiques structurantes de l’avenir du travail : management de l’es- pace, flex office ; plateformisation et slashers ; nouvelles technologies ; learning company ; nouvelles aspirations ; soft skills. IA « Intelligence artificielle, enjeux et cas d’usage – L’intelligence artificielle au service des métiers et des activités de VINCI » Une analyse précise, qui sonde dans le détail les pratiques et les acteurs de l’IA, et éclaire les capacités et les enjeux de l’IA pour les marchés et les métiers de la construction Leonard a lancé en 2018 l’exploration de l’impact de l’intelligence artificielle sur les métiers et activités de VINCI. Les travaux du groupe de prospective IA ont permis d’établir plusieurs constats, d’évaluer le potentiel de l’intelligence artificielle pour les activités du groupe et de définir les moyens à allouer aux technologies de l’IA et à leurs applications. IAroutes « L’intelligence artificielle appliquée aux infrastructures routières et à la maintenance prédictive » Un panorama synthétique et concret des applications de l’intelligence artificielle au domaine routier En collaboration avec le Cerema (Centre d’étudesetd’expertisesurlesrisques,l’environ- nement, la mobilité et l’aménagement) et afin de guider les investissements du ministère de laTransitionécologique,Leonardaparticipéàla production d’un rapport sur l’intelligence artifi- cielle appliquée aux infrastructures routières et à la maintenance prédictive afin d’identifier les besoinsdeRDetlesperspectivesd’application de cette technologie sur les métiers liés à l’en- tretien et à l’exploitation de ces infrastructures. VillesJeuxvidéo « Villes et jeux vidéo : comment les villes des mondes imaginaires pourraient transformer les villes du monde réel » Une plongée savante, jubilatoire et inspirante à l’intersection entre le réel et l’imaginaire des villes Les villes imaginaires des jeux vidéo pour- raient-elles inspirer les réflexions sur la ville future ? Après avoir donné la parole à Raphaël Lacoste, directeur artistique de l’embléma- tique série Assassin’s Creed d’Ubisoft, Leonard a publié une étude exclusive sur les imagi- naires urbains dans le jeu, dirigée par Nicolas Minvielle, professeur à Audencia. Post-Covid « Construction collective de scénarios pour appréhender l’après » Une boussole indispensable pour traverser les crises induites par la pandémie Quelles transformations durables la pandémie inspirera-t-elle aux villes européennes et à leurs infrastructures ? Au cours de quatre ateliers organisés en juin 2020, les participants (institutions, entreprises, centres de recherche et de réflexion, équipes des entreprises de VINCI…) ont échangé sur les facteurs de chan- gement imposés par la crise sanitaire, leur déclinaison en tendances et leur évaluation selon leur impact ou leur incertitude. Ils ont extrait de leurs regards croisés 350 facteurs, 7 megatrends et 4 scénarios prospectifs. Études,collections, analysesdetendances : lefuturàlaloupe Toutaulongde2020,Leonardaconviélescommunautéslesplusdiverses (chercheurs,représentantsd’institutions,opérationnelsdeVINCI, entrepreneurs…)pourproduiredesvisionsprospectivesdesvillesetdes territoiresdedemain.Voiciunaperçuduproduitdeleurstravaux. Futursdutravail Ces deux recueils rassemblent les conclu- sionsd’unexerciceexploratoiredesgrandes transformations à l’œuvre au travail. « Futurs du travail – Des futurs imagi- nés, mais pas forcément souhaités » L’éclairage du terrain, pour voir loin en gardant les pieds sur terre Les collaborateurs de VINCI partagent leur vision,leurscroyances,ouencoreleurscraintes concernant l’avenir du travail. Un panel riche d’entreprises, d’expertises et de métiers variés, réuni pour construire des scénarios prospectifs sur les nouvelles formes de travail en 2040.
  • 26. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 49 48 R É S I L I E N C E C L I M A T I Q U E  : V I S I O N S D ’ A R C H I T E C T E S «  Cesprojets,élaborésentreleséquipesdeVINCIetdesmaîtrises d’œuvrepartenaires,ontproduitdesrésultatsinspirants,et noussouhaitonsrenouvelerl’expérienceàl’avenir.Cetypede collaborationsdoitpermettredeconcevoirdenouvellesoffres, notammentenrépondantauxenjeuxcontemporainsduvolet environnemental. » Étienne Bourdais, Offres et projets innovants, Leonard. Résilience climatique : visions d’architectes Leonard a convié des architectes, des urbanistes et des maîtres d’œuvre à réfléchir avec des collaborateurs de VINCI au défi climatique sous le prisme de la résilience. Quatre projets ont été développés, pour inspirer les collaborateurs et tester un nouveau processus de conception, répondant à trois enjeux : adapter les projets aux effets du changement clima- tique, atténuer les émissions de gaz à effet de serre, mettre le numérique au service de l’environnement. Chacundecesprojetsapportedesréponses visionnairesàunequestionspécifique,ancrée dansuncasd’étudeconcret. Comment construire une stratégie d’adaptation aux aléas climatiques en situation littorale ? Déployer un scénario dynamique en 4 séquences (ouverture de la réglementation et réserves foncières ; incitation, compen- sation, amélioration ; relocalisation active ; nouveaux usages) Virginie LEROY, Directrice générale adjointe Aménagement et Grands Projets Urbains, VINCI Immobilier Nicolas PERSYN, urbaniste, cofondateur de l’agence Concorde © Agence Concorde
  • 27. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 51 50 Comment faire des résidences gérées un modèle d’in- novation résilient face au réchauffement climatique ? Des modules préfabriqués 3D en bois, peau bioclimatique, venti- lation naturelle, prise en compte de la démobilité, design adapté aux usages des personnes âgées Diego HARARI – Directeur Innovation et développement durable VINCI Immobilier Dimitri ROUSSEL – Architecte, fondateur de DREAM Architectes Florian DUPONT – Co-fondateur ZEFCO, l’atelier de la ville en transition Quelle solution opérationnelle pour répondre à une demande urgente de capacité aéroportuaire ? Solution modulaire et réversible, transportable, adaptable, pour une extension aéroportuaire Éric DELOBEL – Directeur technique VINCI Airports Clément BLANCHET – Architecte urbaniste, fondateur de Clément Blanchet Architecture Quelle solution technique pour un programme hôtelier exposé en front de mer ? Audit de vulnérabilité d’un site touristique de l’île Maurice ; structures en matériaux biosourcés, culture du « déjà là », adaptation et résilience face aux vents violents et aux inondations Bertrand XAVIER – Directeur du dévelop- pement hôtel et bâtiment de prestige VINCI Construction Grands Projets Laurent ROSSET – Directeur Général Adjoint Stratégie et innovation AIA Life Designer Stéphanie ALLARD – Architecte associée AIA Life Designers R É S I L I E N C E C L I M A T I Q U E  : V I S I O N S D ’ A R C H I T E C T E S © AIA Life designers © RSI Studio © RSI Studio
  • 28. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 53 52 B U I L D I N G B E Y O N D Leonard a su cette année encore rassembler les talents qui inventent les villes et les territoires de demain. Pour répondre aux contraintes imposées par les protocoles de sécurité sanitaire, nous avons opté pour un format de conférences hybride pour la troisième édition du festival Building Beyond, qui s’est tenue du 21 septembre au 2 octobre dans les locaux de Leonard, chaque session étant diffusée en ligne en parallèle. BuildingBeyond « 30minutespour demain » : une communautétrès inspirée Plusde150intervenantset5000 participantsauxgrandscyclesde conférencesorganisésparLeonard 43conférences pourpenser par-delàla pandémie Lors du premier confinement national, en France, les équipes de Leonard, avec la Fabrique de la cité, le lab recherche envi- ronnement VINCI ParisTech et la Fondation VINCI pour la Cité, se sont mobilisées pour organiser une série de 43 conférences quotidiennes titrées « 30 minutes pour demain ». Ces événe- ments, réalisés en direct, ont contribué en temps incertain à projeter les acteurs de la construction et des territoires au-delà des limites imposées par les conditions sanitaires, pour réfléchir aux conséquences de la crise à court et à long terme et en tirer les leçons pour le futur. Les replays de ces conférences offrent une grille de lecture du futur nourrie et inspirante, déclinée en 5 grandes thématiques.
  • 29. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 55 54 Préparerdemain Vers une révolution du logement ? Décarbonation et financement de la mobilité : enjeux croisés Conduire la transition du monde vers les énergies éolienne, hydraulique et solaire Des villes productrices de santé ? Travailler dans le monde d’après La gestion de la crise sanitaire dans les métropoles d’Asie Il ne faut pas confondre télétravail et confinement Le coronavirus a-t-il tué la smart city ? Le véhicule autonome, remède à la distanciation sociale ? La résilience urbaine au défi de la crise sanitaire Distanciation physique en milieu urbain : mode d’emploi Les espaces publics : clé du confine- ment et du déconfinement La prospective, pour préparer l’imprévisible La mobilité, smart et durable à la fois Entreprendreutile Comment répondent les joint-ventures sociales à la crise actuelle ? Les nouveaux pauvres de la crise sanitaire VINCI Solidarity, pour faciliter l’engage- ment citoyen des collaborateurs Voyage en terres d’accueil La Cloche : agir contre la grande exclusion Habiter le paysage urbain Entreprendre pour les jeunes de la France rurale et périurbaine Protège ton soignant : le collectif tech au service du personnel médical pour lutter contre la crise du Covid-19 Éducation et suivi des jeunes en temps de confinement Voyagesen numérique Innover dans la construction pendant et après la crise La smart city : quarantaine ordinaire pour les futurs urbains ? Place à l’architecte assisté par l’IA ? Quand le numérique renforce la congestion urbaine Un tour du monde de l’intelligence artificielle au service des villes et des territoires Toronto, de la « métropole accidentelle » à « Google City » Unpasdecôté Explorer les futurs de la mobilité par les arts et la fiction La nature en ville, une « promesse dangereuse » ? Aborder la question environnementale comme système : qu’est-ce que le métabolisme urbain ? Les Champs (Elysées) des possibles Le jeu vidéo, source d’innovation pour la ville ? L’univers des contributeurs Lagrandetransition Repenser les quartiers pour une mobilité durable Les villes et les territoires au cœur d’une relance à la hauteur de l’impératif climatique ? Tirer les leçons de la crise pour lutter contre le changement climatique La pandémie, catalyseur de modes de vie plus durables ? Chaleur sur la ville : comprendre et atténuer les îlots de chaleur urbains Rendre abordables les bâtiments zéro énergie Le défi du bâtiment durable CleanTech et construction : les technologies au secours du climat Des potagers sur les toits pour nourrir la résilience des villes B U I L D I N G B E Y O N D
  • 30. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S 57 56 Agence TER • Agripolis • Agro ParisTech • AI for Tomorrow • Air Liquide • ANDES les épiceries solidaires • Assemblée Nationale • Association Aurore • Association Chemins d’avenirs • Association P.I.A.F. Images • ATEC ITS France • Ateliers Médicis • AutoDesk • Blackhorn Ventures • Bluedigo • Brick Mortar ventures • Campus de l’inclusion • Carenews • CEA-LITEN • Cirad • Climatico • Constru.ai • Constructys • Converge.io • CSTB • DB Schenker • DREAM • École des Ponts-ParisTech • EU COM (URBACT, UIA, EU Urban Agenda) • Euroméditerranée • Eurovia • EY Consulting • Fabrique des mobilités • Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) • Fing • Fondation AIA • Fondation VINCI pour la Cité • France Logistique • France Stratégie • Gares Connexions • Good Tech Lab • Ground Control • Groupe Caisse des Dépôts • Groupe VITAMINE T • Hameaux Légers • IbiCity • Iddri • IDInvest • Iffstar • INES • INRS • Institut Montaigne • Institut Paris Région • Institut Pasteur • IRD • JobIRL • kheoos • L’Obs • La Cloche • La Fabrique de la Cité • La Ressourcerie du BTP • La route recyclée (Eurovia) • lab recherche environnement • LATTS • Le Moniteur • LEPAC (Laboratoire d’Études Prospectives et d’Analyses Cartographiques) • Making Tomorrow • Metabolism of Cities • Michelin • Mines ParisTech • Mission Agriculture Urbaine, Ville de Paris • Modulous • Morning • Muséum National d’Histoire Naturelle • Neuilly-sur-Seine • NWOW • OMS • Paradigmes et caetera • PCA Stream • Plaine Commune • Projet Résilience • PROPASSIF • RATP • Resallience • SafeAI.ai • Sciences Po • Singa • SOGARIS • Spacemaker AI • Standford Univeristy • SunMind • Sustainable Food Places • Terra Nova • The Boson Project • The Hugo Observatory • The Shift Project • Total • Transdev • Transition Network • Université de la Pluralité • Université Paris-Dauphine, Climate Economics Chair • Upside Partners • Urbalia • Users Matter • Utopies • VINCI • VINCI Autoroutes • VINCI Construction • VINCI Facilities • VINCI Immobilier • VINCI Insertion Emploi • Vivre et travailler autrement • Voyage Control • Vraiment Vraiment • WasteMarketplace • Yes We Camp THINK TANKS START-UP INSTITUTIONS ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE MEDIAS COLLECTIVITÉS TIERS LIEUX INVESTISSEURS ORGANISME PROFFESSIONEL ASSOCIATIONS Detousleshorizons... ...Ilssontvenuséclairerl’aveniravecnous. B U I L D I N G B E Y O N D CONSULTANTS ORGANISMES DE RECHERCHE ENTREPRISES 19 % 8 % 6 % 6 % 4 % 3 % 1 % 4 % 11 % 11 % 8 % 17 % 16 %
  • 31. 2 0 2 0 — U N M O N D E À E N T R E P R E N D R E — 2 0 2 1 — P R O J E T S E T H O R I Z O N S R E T O U R S U R 2 0 2 0 59 58 Analyses 3 I llustration : Jan Siemen Tout au long de l’année, le site et la newsletter de Leonard documentent les transformations des métiers des villes et des territoires. Mobilités, biodiversité, futurs du travail, clean tech et résilience climatique : retour sur cinq thématiques qui ont de l’avenir.