Matinale Technologique SAS

1 367 vues

Publié le

Les environnements SAS évoluent et se modernisent, ouvrent de nouvelles opportunités d’usages (automatisation des traitements, industrialisation des productions de restitutions avec un outil de dataviz, …), mais imposent de nouveaux modes de travail. Comment en tirer pleinement profit tout en minimisant l’effort de migration ?

Le décisionnel est depuis longtemps en pleine mutation, il faut pour certains penser l’architecture de la BI de demain, pour d’autres l’accent est à mettre sur l’exploitation des gisements de données restées longtemps impossible avant la révolution du Big Data, pour d’autres enfin il convient plutôt d’adapter les usages aux outils qui malgré leurs nouveautés sont aux prises avec l’évolution des pratiques.

Deux tendances semblent toutefois animer la recherche d’ajustement pour les opérationnels :

La modernisation des environnements : allant vers la centralisation des serveurs, ce mouvement semble ne plus laisser de place aux installations de clients lourds sur PC, offrant de plus en plus de mobilité aux utilisateurs (légers, mobiles, etc.) jusqu’à l’affranchissement des applications classiques : SAS BASE est ainsi devenue SAS STUDIO : un client totalement WEB.

Enfin, la dynamique impulsée par le Dataviz affecte de façon significative les usages de la BI à tous les niveaux, poussant même à repenser le schéma classique des catégories de reporting : reporting de masse, reporting opérationnel, reporting prospectif.


Pour cette nouvelle Matinale Technologique Soft Computing, nous vous proposons deux ateliers autour de la thématique de l’impact de l’évolution des outils sur les usages :

Atelier 1 :
- Migration vers SAS Enterprise Guide ou SAS STUDIO : quels impacts sur les usages et les pratiques ?

Atelier 2 :
- SAS Visual Analytics : un outil de reporting orienté Exploration et Analyse ?

Publié dans : Technologie
1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Hi All, We are planning to start Hadoop online training batch on this week... If any one interested to attend the demo please register in our website... For this batch we are also provide everyday recorded sessions with Materials. For more information feel free to contact us : siva@keylabstraining.com. For Course Content and Recorded Demo Click Here : http://www.keylabstraining.com/hadoop-online-training-hyderabad-bangalore
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 367
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
15
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Matinale Technologique SAS

  1. 1. © Soft Computing – www.softcomputing.com Matinale Techno Migration vers SAS Enterprise Guide / SAS STUDIO : quels impacts sur les usages et les pratiques ? 03/12/2015
  2. 2. © 2 Votre interlocuteur Etienne BAGUENIER Manager Décisionnel E-mail : ebg@softcomp uting.com Tel : +33 (0)1 73 00 55 07 Mobile : +33 (0)6 69 66 23 04
  3. 3. © 3 SAS 9.4 : comment profiter des nouvelles opportunités d’usages ? Matinale Technologique SAS le 3 décembre 2015 Les environnements SAS évoluent et se modernisent, ouvrent de nouvelles opportunités d’usages, mais imposent de nouveaux modes de travail. Comment en tirer pleinement profit tout en minimisant l’effort de migration ? Le décisionnel est depuis longtemps en pleine mutation, il faut pour certains penser l’architecture de la BI de demain, pour d’autres l’accent est à mettre sur l’exploitation des gisements de données restées longtemps impossible avant la révolution du Big Data, pour d’autres enfin il convient plutôt d’adapter les usages aux outils qui malgré leurs nouveautés sont aux prises avec l’évolution des pratiques. Agenda : 08h45 – 09h00 : Accueil des participants 09h00 – 11h00 : Matinale Technologique • Atelier 1 - Migration vers SAS Enterprise Guide ou SAS STUDIO : quels impacts sur les usages et les pratiques ? • Atelier 2 - SAS Visual Analytics : un outil de reporting orienté Exploration et Analyse ? A propos Soft Computing est une entreprise de Services du Numérique spécialiste en Digital, Big Data, et CRM, réunissant près de 400 consultants, délivrant des prestations de Conseil, de Technologie et de Marketing Services. Soft Computing est coté sur NYSE Euronext Paris - Code ISIN : FR0000075517 - Symbole : SFT. Cet événement est réservé aux clients et prospects Soft Computing. Pour tout autre profil, l'inscription sera soumise à validation. Soft Computing |55 quai de Grenelle|75015 Paris|01 73 00 55 00 | www.softcomputing.com Modalités : Cette matinale aura lieu dans les locaux de Soft Computing. Ou via notre site: www.softcomputing.com Pré requis : Ces démonstrations pratiques sont ouvertes à des développeurs ayant déjà pratiqué la manipulation de données sous SAS ainsi que des Chefs de Projet désireux d'avoir un aperçu des possibilités de Reporting sous SAS.
  4. 4. © 4 Sommaire 1. Présentation de Soft Computing 2. SAS en phase avec l’évolution générale des systèmes de traitement de données 3. Modification des pratiques à travers la migration des existants 4. Démonstration: Remplacer les appels DDE Excel
  5. 5. © 5 Continuum de services Think Build Business IT Imaginer, bâtir et opérer des programmes de conquête et de fidélisation cross-canaux, rentables et innovants Concevoir, développer et déployer des solutions Digitales, Big Data et CRM performantes, pragmatiques et adaptées Run
  6. 6. © 6 Carte d’identité
  7. 7. © 7 Compétences : un mix unique de compétences pointues Digital Marketing Data Science Project Management Information Technologies
  8. 8. © 8 Sommaire 1. Présentation de Soft Computing 2. SAS en phase avec l’évolution générale des systèmes de traitement de données A. Le traitement de données évolue B. Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire C. Cette évolution demande une adaptation des pratiques 3. Modification des pratiques à travers la migration des existants 4. Démonstration: Remplacer les appels DDE Excel
  9. 9. © 9 Le traitement de données évolue: Historique  Les moyens: Baisse de cout généralisée – Lois de Moore: la complexité des semiconducteurs proposés en entrée de gamme double tous les ans à coût constant. le nombre de transistors des microprocesseurs sur une puce de silicium double tous les deux ans. => Baisse du cout de la puissance de calcul – en 1981, le coût de stockage d’un méga-octet était de 700 dollars. En 1994, il passait sous la barre de 1 dollar. En 2013, 1 centime suffisait…  Les besoins: Un temps de collecte et de préparation de la donnée de plus en plus cours pour un volume de données de plus en plus élevé – 90% des données dans le monde ont été créées au cours des deux dernières années seulement (source: IBM) – l’internet des objets (IoT) touche petit à petit tous les secteurs (Exemple introduction dans les assurances de capteurs de « quantified self ») – Du rapport mensuel/hebdo vers du quotidien voir du temps réel – Agrégats en temps réel, scoring à la volée, …  Les modes de travail: Des systèmes de plus en plus industrialisé – Systèmes de traitement de donnée intégrés de la collecte à la consommation – Séparation des fonctions d’administration technique, d’administration fonctionnelle et de consommation de la donnée – Spécialisation des équipes – De nouveaux consommateurs de données sans expertise spécifique   
  10. 10. © 10 Une plus grandes variété d’acteurs de plus en plus exigeants Des devices clients hétéroclites Le traitement de données évolue: Etat de l’Art Des logiciels client muti- plateforme plus légers Des logiciels serveurs qui concentrent de plus en plus de fonctionnalités (sécurisé, redondés, …) Des serveurs scalables, plus puissants et plus rapidement maintenable (cluster de machines, Grid, …)
  11. 11. © 11 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: Historique  SAS Base et SAS Connect – Outil unique pour des experts de la donnée, qui traitent la collecte, l’analyse, la production de rapports figés – Répartition des traitements entre le serveur (manipulation de données) et le poste client (lecture de fichiers de paramètres, contrôle du traitement, production de sorties, …) – Production des sorties dans les outils de consultation (exemple Excel et DDE)  L’industrialisation: La suite SAS BI Server (dont SAS Foundation, SAS EG, SAS Ad-in Office) – Administration via la SAS Management Console – Industrialisation des traitements d’alimentation via SAS Data Integration Studio – Industrialisation des restitutions pour le SAS Portal via Web Report Studio – Serveur de traitement avec l’apparition des Stored Process  Aujourd’hui: SAS BI Server + SAS Studio, SAS Visual Analytics… – Des clients légers/semi légers
  12. 12. © 12 L’environnement local peut être virtualisé (ex: Serveur CITRIX) Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: Du client lourd au client léger, ce qui change SAS Local  Client SAS base (ou « client lourd »)  Capacité de stockage et de traitements locaux, limités  Y% des programmes et des données Tables SAS Program mes SAS Serveur SAS  Moteur SAS distant  Capacité de stockage et de traitements distants  X% des programmes et des données Tables SAS Program mes SAS Utilisateurs RSubmit;/ EndRSubmit;
  13. 13. © 13 L’environnement local peut être virtualisé (ex: Serveur CITRIX) Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: Du client lourd au client léger, ce qui change Serveur SAS  Moteur SAS distant  Capacité de stockage et de traitements distants  100% des programmes et données Tables SAS Program mes SAS SAS EG ou SAS Studio  « client léger » ou « client semi-léger »  Pas de capacité de stockage ni de traitements en local  0% des programmes et des données SAS/EG Utilisateurs Ce qui change:  Concentration des programmes et données sur le serveur  Suppression du moteur SAS local
  14. 14. © 14 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: Les différents clients léger/semi-léger SAS Enterprise Guide SAS Add-in pour Ms Office SAS Studio Installé en local    Moteur de traitement inclus    Ecriture et exécution de code SAS    Lancement d’analyses    Production de tableaux/Graphiques    Construction de procédures stockées   
  15. 15. © 15 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: SAS EG: un outil intuitif
  16. 16. © 16 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: SAS EG: une aide à la saisie
  17. 17. © 17 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: SAS Add-in: La puissance de SAS intégrée dans les outils Microsoft
  18. 18. © 18 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: SAS Add-in Office: dans Excel
  19. 19. © 19 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: SAS Add-in Office: dans Power Point
  20. 20. © 20 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: SAS Add-in Office: dans Outlook
  21. 21. © 21 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: SAS Add-in Office: dans SharePoint
  22. 22. © 22 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: SAS Studio: Exécuter du code SAS via le navigateur
  23. 23. © 23 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: SAS Studio: Visualiser des tables SAS via le navigateur
  24. 24. © 24 Les outils SAS s’inscrivent dans cette trajectoire: SAS Studio: une interface web pour les analyses
  25. 25. © 25 Sommaire 1. Présentation de Soft Computing 2. SAS en phase avec l’évolution générale des systèmes de traitement de données 3. Modification des pratiques à travers la migration des existants A. Ce qui change dans les pratiques B. Organisation de la migration C. Eléments de configuration utiles D. Impacts technique 4. Démonstration: Remplacer les appels DDE Excel
  26. 26. © 26 Ce qui change dans les pratiques: Des outils adaptés à des responsabilités partagées  Les nouveaux outils sont adaptés à un mode de travail différent et apportent de nouvelles fonctionnalités  Pour les utiliser tout en préservant le patrimoine applicatif existant, une migration est nécessaire Avant migration Après migration Système Serveur unique Postes clients uniformes Cluster de serveurs Architecture distribuée Devices clients hétéroclites Equipes Les analystes traitent toute la gestion de donnée (de l’alimentation à la restitution en passant par l’analyse) Distinction entre les traitements automatisé (segmentés selon le métier) et les traitements ad- hoc/exploratoire (experts transverses) Outils Un seul client lourd embarquant le moteur de traitement et l’ensemble des fonctionnalités. Des fonctionnalités d’administration limitées. L’administration de la plateforme => SAS Management Console La gestion des données => SAS Enterprise Guide L’analyse de données =>SAS Studio La consommation de données => SAS Add-in
  27. 27. © 27 Organisation de la migration  Quelques clients qui ont réalisé une migration de SAS/Connect vers SAS Enterprise Guide séquencement Prod SAS/Connect Instalation de la Nouvelle Infra Déploiement des traitements Identification des usages bloquants Migration à minima Evolution/optimisation sur la nouvelle infra Décomissionnement de l’ancienne Infra Double run Début de la migration Fin de la migration Frozen zone
  28. 28. © 28 Eléments de configuration utiles: Option VALIDVARNAME  L’option VALIDVARNAME permet de contrôler quelles règles doivent suivre les noms de variables SAS – Par défaut, sous SEG V5.1, elle vaut ANY. – Elle permet que tous les caractères dans les noms de colonnes DBMS soient considérés comme valides en tant que nom de variables SAS. Pour les utiliser, il suffit alors d’encadrer ces noms de ' 'n . – Les transformations implicites des noms de variables (dans le cas des proc transpose ou proc import par exemple) ne se feront plus.  La syntaxe attendue par les versions antérieures de SAS (SAS7 et plus), correspondant à l’option VALIDVARNAME = V7, doit respecter les critères suivants: – Les noms de variables SAS ne doivent pas dépasser 32 caractères – Ils doivent être composés de caractères alpha-numérique et commencer par une lettre ou par un underscore – Les caractères invalides sont changés en underscore – Toute variable dont le nom est en doublon est suffixée par (0, 1, 2, ..)  Syntaxe: Options validvarname = V7 ; /* pour faire les mêmes conversion de noms de variables qu’avant la migration */ Options validvarname = ANY ; /* pour revenir aux conditions initiales */  NB: Sensibilité plus forte de la V9.3 aux erreurs de syntaxe. Exemple: Data; attrib; sans stop n’est plus toléré. Il est nécessaire de faire un proc sql; create table values pour créer un dataset sans observation (ou un data; attrib; stop;).
  29. 29. © 29 Eléments de configuration utiles: Télécharger des Tables SAS/des Fichiers avec l’Add-in «Copy Files» sous SAS EG (1/2)  L’add-in « Copy files » (http://blogs.sas.com/content/sasdummy/2012/12/06/copy-files-in- sas-eg/) crée une tâche dans le flux de processus qui permet de transférer (upload/download) des fichiers du local vers le serveur SAS (et vice versa) et ses bibliothèques.  Pour spécifier les différents chemins d’origine ou de destination, l’add-in Copy files reconnaît certaines notations comme …/abc*.[extension du fichier] et les macro-variables de vos programmes. Attention néanmoins à la combinaison /*.[extension du fichier] interprétée comme un commentaire dans certaines versions de l’add-in. Utiliser l’hot fix ci-dessous: http://saslist.com/blog/category/sas-enterprise-guide/page/2/
  30. 30. © 30 Eléments de configuration utiles: Télécharger des Tables SAS/des Fichiers avec l’Add-in «Copy Files» sous SAS EG (2/2)  Cet add-in permet de traiter les caractères de fins de lignes différents entre Windows et Unix lors du transfert de fichiers texte. A sélectionner en cas de download (serveur vers local) de fichiers sélectionner en cas d’upload (local vers serveur) de fichiers A sélectionner en cas de macro variables A sélectionner pour gérer le transcodage Dos to Unix ou U2D Respecter la syntaxe Unix Respecter la syntaxe Windows
  31. 31. © 31 Eléments de configuration utiles: Alignement de locales entre SAS et la base de données  Dans un nouvel environnement la langue du serveur SAS ne corresponde pas toujours à la langue du serveur de base de données. – L’élément typique qui permet de soulever ce point est un problème de gestion des caractères accentués: Soit il ne s’affichent pas bien, soit ils semblent ne plus fonctionner dans les requêtes. – Exemple: 1. Soit l’affichage de la table renvoie "texte accentué" 2. Soit Where myVar = "texte accentué" ne renvoie rien, alors que lorsqu’on affiche la table, la modalité est bien présente.  On ne peut généralement pas changer le paramétrage de la base de donnée sous peine de générer des effets de bord. Il vaut mieux intervenir sur les fichiers de configuration de SAS : – Exemple avec une base Oracle en français/France: Dans les fichiers sasv9*.cfg : SAS/EG: /product/sas/sascfg/sasv94/Lev2/SASApp/sasv9_usermods.cfg Batch: /product/sas/sasbin/sasv94/SASFoundation/9.4/sasv9_local.cfg On ajoute une ou plusieurs des options suivantes: -SET NLS_LANG "FRENCH_FRANCE.WE8ISO8859P1" -LANG=fr_FR -locale fr_fr
  32. 32. © 32 Impacts techniques: Ce qui change dans les programmes SAS  Ce qui doit changer dans les programmes: – Supprimer les éléments spécifiques au contexte local/remote:  RSubmit; / EndRSubmit;  Les références locales de librairies distantes  Les synchronisations de macro-variables entre local et remote  Les copies de données entre local et remote – Vérifier les interactions avec le système d’exploitation  Les chemins locaux doivent être remplacé par l’emplacement sur le serveur  Les fonctions système n’ont peut-être pas la même syntaxe si on change de système d’exploitation  Certaines procédures ont interagissent avec le système d’exploitation ou ont une syntaxe différente selon le système d’exploitation  Lorsqu’on change de système d’exploitation, les tables doivent parfois être migrées – Remplacer les appels d’application tierce  Les appels DDE (qui permettent à SAS de lancer un outil Microsoft Office et d’y construire la restitution sont à remplacer)
  33. 33. © 33 Impacts techniques: Synchro Local-Remote  Obsolescence des rsubmit/endrsubmit: pas d’environnement local. Uniquement un environnement serveur.  Déclaration spécifique inutile des bibliothèques de travail sur le serveur. Elles peuvent être référencées dans les métadonnées. Sinon, un libname classique avec chemin est suffisant. Obsolète: libname rwork server = &emhost slibref = work ; libname public server = &emhost slibref = public ;  Plus besoin de transfert de tables entre local et remote via des proc upload data=[work] out =[rwork] /download data=[rwork] out =[work]. Obsolète: rsubmit; proc upload data = work.referentiel_profil out = referentiel; proc download data = fiche_reporting out = fiche_reporting_local; endrsubmit;  Pas de nécessité de définir des macro variables serveur à partir de macro variables locales. Obsolète: %let macrov1 = %syslput(&macrov1)
  34. 34. © 34 Impacts techniques: Libname Local-Serveur  Grâce au PC Files Server (moteur pcfiles), les fichiers xls (+xlsx, xlsm, xlsb), mdb (+accdb), sqlserver pourront également être consultables et manipulables avec des libnames.  Exemples: libname AA pcfiles server=nbdel099 port=8621 path='c:exemple.xlsx'; libname BB pcfiles server=nbdel099 port=8621 path='c:exemple.mdb'; libname CC pcfiles server=nbdel099 port=8621 dsn=‘sqlserv’ user=my_user pwd=XXXXX;  NB: – Il vaut mieux combiner un libname+proc export (import) pour que la connexion ait le temps de se faire. – Pour des fichiers Excel 2000-2003, plutôt utiliser ENGINE=JET dans le libname au lieu de ENGINE=ACE par défaut (Moteur Microsoft ACE à partir de 2007) – Privilégier l’écriture universelle dans les chemins plutôt que le mappage réseau.
  35. 35. © 35 Impacts techniques: Import/Export Local-Serveur  Les import / export ne peuvent plus se faire directement du local vers le serveur. Il est nécessaire d’avoir le module ACCESS/To PC Files ainsi que le composant PC Files Server notamment en cas d’asymétrie de configuration 32bits/64 bits entre Windows (32bits) et le serveur SAS (64bits).  Le moteur 64bits correspondant au PC Files Serveur sera EXCELCS pour excel et ACCESSCS pour access. EXCEL moteur 32bits sera incompatible. Le moteur XLS restera utilisable pour les versions d’Excel antérieures à 2007.  Nb: L’utilitaire SAS PC File doit être lancé sur le poste cible. Exemples: proc import out=test datafile="C:2007-2010.xlsx" dbms=EXCELCS replace; .mdb dbms=ACCESSCS replace; [proc export data=test outfile="C:mon_fichier.xls" dbms=EXCELCS replace;] .mdb dbms=ACCESSCS replace; sheet='FEUIL1'; SERVER='nom ou IP du serveur PC Files Server'; PORT=[9621 ou 8621];
  36. 36. © 36 Impacts techniques: Utiliser des Commandes Unix avec SAS Server sous SEG (1/2)  Les commandes passées au Système d’Exploitation dans l’environnement local étaient des commandes Windows. Elles doivent être traduites dans le langage de lignes de commande du système d’exploitation du nouvel environnement.  Il y a plusieurs façons de soumettre des commandes Système. Cette modification peut être l’occasion de changer la façon dont les commandes sont passées au système: – Via l’instruction X: x OS Command; – Via l’instruction SYSTASK (permet de récupérer le retour dans les logs): systask command 'OS Command'; – Via la macro instuction SYSEXEC: %sysexec OS Command; – Dans une étape data via la call routine SYSTEM: data _null_; call system('OS Command'); run; – Dans une étape data via un filename PIPE (permet de récupérer le retour dans une étape data): filename MyPipe pipe 'OS Command'; data _null_; infile MyPipe; input; put _infile_; run;
  37. 37. © 37 Impacts techniques: Utiliser des Commandes Unix avec SAS Server sous SEG (2/2)  Pour call system, %sysexec, x, sont disponibles les options suivantes : – XWAIT(default)|NOXWAIT: le système SAS attend le prompt de sortie de l’application shell. – XSYNC(default)|NOXSYNC: le système SAS attend que la commande système termine son exécution  Pour systask command ''; NOWAIT(default)|WAIT : spécifie si SAS attend la fin de l’exécution de la commande système avant de retourner un code contrôle à SAS (NOWAIT=NOXSYNC). TASKNAME : désigne un alias pour la commande système qui a été initiée. STATUS : crée une macro variable qui désigne le run de la commande shell. SHELL : version du shell (ksh, shell …) à définir pour l’interprétation des commandes système comme gzip, compress, cp. Exemple: systask command "bzip2 /apps/bmd/utilisateurs/LIBRAIRIE/TABLE.sas7bdat" taskname=zippage shell="ksh";  WAITFOR (complément à la fonction systask) : stoppe l’exécution du SAS jusqu’à ce que la tâche désignée soit terminée. Utilisée dans l’open code. Exemple: waitfor _all_ zippage;
  38. 38. © 38 Impacts techniques: Migration des Données (1/2)  Afin d’éviter un éventuel risque de mauvaise retranscription à la lecture des données, il est parfois nécessaire de migrer les données SAS crées sous des versions locales antérieures type Windows en tables SAS Unix/Linux de la manière suivante: Exemple: libname target 'path-to-target-library' outrep=HP_UX_64 ; /*=> Version système cible ici Linux 64bits à renseigner */ libname source 'path-to-source-library'; proc copy in=source out=target noclone memtype=data; Il s’agit d’une copie des données du codage d’origine vers le codage cible via des librairies.
  39. 39. © 39 Impacts techniques: Migration des Données (2/2)  Vous pouvez voir la version système des tables migrées et à migrer avec un proc contents (Data representation). Exemple: Dans cet exemple, la table EXTRACT_CAT est représentée en SOLARIS Linux 64bits (et encodée en utf-8). Crée dans un environnement Windows, sa Data representation aurait été WINDOWS_32 (et son encoding wlatin1 bien souvent).
  40. 40. © 40 Sommaire 1. Présentation de Soft Computing 2. SAS en phase avec l’évolution générale des systèmes de traitement de données 3. Modification des pratiques à travers la migration des existants 4. Démonstration: Remplacer les appels DDE Excel
  41. 41. © 41 Démonstration: Remplacer les appels DDE Exel  Samples DDE: – https://support.sas.com/documentation/cdl/en/hostwin/63285/HTML/default/viewer.htm#dde examples.htm
  42. 42. © Soft Computing – www.softcomputing.com Les impacts d’un déploiement SAS VA au regard des usages de l’analytique ? 08/12/2015
  43. 43. © 43 Votre interlocuteur Yvener EUGENE Senior Manager Analytique E-mail : yeg@softcomputing.com Tel : +33 (0) 1 73 00 55 89 Mobile : +33 (0) 7 62 84 77 01
  44. 44. © 44 SAS 9.4 : comment profiter des nouvelles opportunités d’usages ? Matinale Technologique SAS le 3 décembre 2015 Les environnements SAS évoluent et se modernisent, ouvrent de nouvelles opportunités d’usages, mais imposent de nouveaux modes de travail. Comment en tirer pleinement profit tout en minimisant l’effort de migration ? Le décisionnel est depuis longtemps en pleine mutation, il faut pour certains penser l’architecture de la BI de demain, pour d’autres l’accent est à mettre sur l’exploitation des gisements de données restées longtemps impossible avant la révolution du Big Data, pour d’autres enfin il convient plutôt d’adapter les usages aux outils qui malgré leurs nouveautés sont aux prises avec l’évolution des pratiques. Agenda : 08h45 – 09h00 : Accueil des participants 09h00 – 11h00 : Matinale Technologique • Atelier 1 - Migration vers SAS Enterprise Guide ou SAS STUDIO : quels impacts sur les usages et les pratiques ? • Atelier 2 - SAS Visual Analytics : un outil de reporting orienté Exploration et Analyse ? A propos Soft Computing est une entreprise de Services du Numérique spécialiste en Digital, Big Data, et CRM, réunissant près de 400 consultants, délivrant des prestations de Conseil, de Technologie et de Marketing Services. Soft Computing est coté sur NYSE Euronext Paris - Code ISIN : FR0000075517 - Symbole : SFT. Cet événement est réservé aux clients et prospects Soft Computing. Pour tout autre profil, l'inscription sera soumise à validation. Soft Computing |55 quai de Grenelle|75015 Paris|01 73 00 55 00 | www.softcomputing.com Modalités : Cette matinale aura lieu dans les locaux de Soft Computing. Ou via notre site: www.softcomputing.com Pré requis : Ces démonstrations pratiques sont ouvertes à des développeurs ayant déjà pratiqué la manipulation de données sous SAS ainsi que des Chefs de Projet désireux d'avoir un aperçu des possibilités de Reporting sous SAS.
  45. 45. © 45 Sommaire 1. Présentation de Soft Computing 2. SAS VA ou le nouveau paradigme de le Dataviz 3. Les idées reçues face à la réalité 4. Le projet SAS VA : une opportunité pour son équipe 5. Les usages comme déterminant essentiel de réussite 6. Démarrer un projet SAS VA : comment éviter les obstacles
  46. 46. © 46 Continuum de services Think Build Business IT Imaginer, bâtir et opérer des programmes de conquête et de fidélisation cross-canaux, rentables et innovants Concevoir, développer et déployer des solutions Digitales, Big Data et CRM performantes, pragmatiques et adaptées Run
  47. 47. © 47 Carte d’identité
  48. 48. © 48 Compétences : un mix unique de compétences pointues Digital Marketing Data Science Project Management Information Technologies
  49. 49. © 49 Sommaire 1. Présentation de Soft Computing 2. SAS VA ou le nouveau paradigme de le Dataviz 3. Les idées reçues face à la réalité 4. Le projet SAS VA : une opportunité pour son équipe 5. Les usages comme déterminant essentiel de réussite 6. Démarrer un projet SAS VA : comment éviter les obstacles
  50. 50. © 50 AU MILIEU DES ANNÉES 90 LE FONCTIONNEMENT DE LA BI SOURCES DE DONNÉES operational, transactional ORGANISÉE EN INFORMATION summaries, samples, subsets INTELLIGENCE AJOUTÉE calculations, hierarchies, groups ANALYTIQUE descriptive, predictive, prescriptive APATHIE Attributs: • Les données guident le process • IT les collecte et les organise • Process aller/ retour multi-étapes • L’analytique est un dernier maillon • La finalité est un rapport IT DRIVEN FOURNITURE DE RAPPORT USER DRIVEN
  51. 51. Copyright © 2015, SAS Institute Inc. All rights reserv ed. People, Process, Technology and Culture : le modèle d’analyse du CMMI
  52. 52. © 52 AUJOURD’HUI : LES PROCESS LA BUSINESS INTELLIGENCE REVISITÉE SOURCES DE DONNÉES operational, transactional ORGANISER L’INFORMATION AJOUTÉE L’INTELLIGENCE EXPLOITER AVEC L’ANALYTIQUE CONCEVOIR LES RÉSULTATS ENTHUSIASM Attributs: • La donnée est toujours importante • L’utilisateur final l’organise et l’enrichit • Produit des rapports visuels • Self service et agilité sont réels • Le résultat est impressionnant IT DRIVEN USER DRIVEN
  53. 53. © 53 AUJOURD’HUI : « THE PEOPLE » OU LES ÉQUIPES LA BUSINESS INTELLIGENCE RÉFLÉCHIT
  54. 54. © 54 SAS IN-MEMORY ARCHITECTURE Disk RAM CPU CPU SAS LASR Analytic Server • Data in-memory Ultra-fast processing • Extreme Parallelism Leveraging all processor cores • Distributed Environment Start small and grow AUJOURD’HUI : LA TECHNOLOGIE
  55. 55. © 55 BUSINESS INTELLIGENCE RE - IMAGINÉE ENTHUSIASM Donner aux utilisateurs un accès à toutes les données : • Fini l’échantillonnage, les sous ensembles,… • Granularité, transactions détaillées : aucun frein à priori Donner le pouvoir aux utilisateurs avec des outils pour : • Organiser l’information • Ajoutée de l’intelligence – ‘data autonomie’ • Exploiter (et comprendre) l’analytique avancée • Concevoir et réaliser leurs propres rapports SELF SERVICE ENABLEMENT EMPOWERMENT ENTHUSIASM AUJOURD’HUI : LA CULTURE
  56. 56. © 56 Sommaire 1. Présentation de Soft Computing 2. SAS VA ou le nouveau paradigme de la Dataviz 3. Les idées reçues face à la réalité 4. Le projet SAS VA : une opportunité pour son équipe 5. Les usages comme déterminant essentiel de réussite 6. Démarrer un projet SAS VA : comment éviter les obstacles
  57. 57. © 57 QUELQUES IDÉES REÇUES FACE À LA RÉALITÉ ? • Une solution centralisée homogène multi-profils ? • Une solution à même de remplacer SAS Enterprise Miner / Guide ? • Une solution pouvant être déployée dans tous les cas ? • Réduisant fortement les cycles analytiques ? • La solution dataviz la plus aboutie du marché ? SAS® VISUAL ANALYTICS
  58. 58. © 58 SAS VISUAL ANALYTICS & SAS Visual statistics UNE SOLUTION CENTRALISÉE HOMOGÈNE MULTI-PROFILS MOBILEDATA PREPARATION EXPLORATION REPORTING • Native iOS and Android applications that delivers interactive reports • Join data from multiple sources • Create calculated and derived columns • Load data • Perform ad-hoc analysis and data discovery • Apply exploratory analytics • Create dashboard style reports for web or mobile SAS LASR ANALYTIC SERVER ADMINISTRATION • Monitor SAS LASR Analytic server • Load/unload data • Manage security MODELING • Perform exploratory data analysis • Conduct rapid model prototyping Central Entry Point Integration Role-based Views
  59. 59. © 59 UNE SOLUTION POUVANT REMPLACER MINER / GUIDE ? SAS® VISUAL ANALYTICS Couverture intelligente des fonctionnalités analytiques les plus utilisées mais pas totale : attention aux usages (probablement les nouvelles versions intégreront d’autres fonctionnalités, à surveiller)
  60. 60. © 60 REMPLACER SAS ENTERPRISE MINER / GUIDE ? SAS® VISUAL ANALYTICS
  61. 61. © 61 Data Autonomy SITUATION POUVANT TIRER PARTI DE SAS VA Enterprise Data Sandbox Governed Visualization Analytical Insights Data Prep to Visualization ScalabilityLeverage SAS Investment Unguided Analysis SAS® VISUAL ANALYTICS ? ? ?
  62. 62. © 62 RÉDUIT CONSIDÉRABLEMENT LE CYCLE DE CRÉATION DES MODÈLES Visual ANALYTICS / VS Oui avec une gouvernance élargie mais centralisée
  63. 63. © 63 Infinite Volume and Variety of Data Disruptive Technology New Problem-solving Mindset Unrivaled Processing Power SAS® VISUAL ANALYTICS Probablement la meilleure solution dataviz du marché
  64. 64. © 64 Sommaire 1. Présentation de Soft Computing 2. SAS VA ou le nouveau paradigme de la Dataviz 3. Les idées reçues face à la réalité 4. Le projet SAS VA : une opportunité pour son équipe 5. Les usages comme déterminant essentiel de réussite 6. Démarrer un projet SAS VA : comment éviter les obstacles
  65. 65. © 65 SOURCES DE DONNÉES operational, transactional ORGANISÉE EN INFORMATION summaries, samples, subsets INTELLIGENCE AJOUTÉE calculations, hierarchies, groups ANALYTIQUE descriptive, predictive, prescriptive FOURNITURE DE RAPPORT FAVORISER L’ÉVOLUTION VERS DE NOUVELLES FONCTIONS AnalystemétierDéveloppeur SAS Administrateur système IT SYSTEMS / MANAGEMEN T Data Exploration Data Visualization Report Creation BUSINESS ANALYST SAS® VISUAL ANALYTICS
  66. 66. © 66 IDENTIFY / FORMULATE PROBLEM DATA PREPARATION DATA EXPLORATION TRANSFORM & SELECT BUILD MODEL VALIDATE MODEL DEPLOY MODEL EVALUATE / MONITOR RESULTS Domain Expert Makes Decisions Evaluates Processes and ROI BUSINESS MANAGER Model Validation Model Deployment Model Monitoring Data Preparation IT SYSTEMS / MANAGEMENT Data Exploration Data Visualization Report Creation BUSINESS ANALYST Exploratory Analysis Descriptive Segmentation Predictive Modeling DATA SCIENTIST LES PROCESSUS ET LES FONCTIONS CIBLES
  67. 67. © 67 Sommaire 1. Présentation de Soft Computing 2. SAS VA ou le nouveau paradigme de la Dataviz 3. Les idées reçues face à la réalité 4. Le projet SAS VA : une opportunité pour son équipe 5. Les usages comme déterminant essentiel de réussite 6. Démarrer un projet SAS VA : comment éviter les obstacles
  68. 68. Copyright © 2013, SAS Institute Inc. All rights reserved. Finding treasures in unstructured data like social media or survey tools that could uncover insights about consumer sentiment Mine data of spending patterns that indicate a stolen card or fraudulent transaction Leverage data to derive timely forecasts, at any level of aggregation Analyze massive amounts of data to accurately identify segments likely to produce the most profitable results FORECASTING DATA MINING / MACHINE LEARNING TEXT ANALYTICS STATISTICS OPTIMIZATION Arrive at Optimal Decisions DATA MANAGEMENT SAS ANALYTICS POUR QUEL USAGE ? Copyright © 2015, SAS Institute Inc. All rights reserv ed.
  69. 69. © 69 Forrester waves report TABLEAU DE BORD
  70. 70. © 70 Forrester waves report TAUX DE RÉPONSE
  71. 71. © 71 Forrester waves report TAUX DE CONVERSION
  72. 72. © 72 Forrester waves report SEGMENTATION
  73. 73. © 73 Forrester waves exploration EVOLUTION DE LA SEGMENTATION
  74. 74. © 74 Forrester waves exploration MARKET MIX ANALYSIS – WHAT IF SCENARIO
  75. 75. © 75 Sommaire 1. Présentation de Soft Computing 2. SAS VA ou le nouveau paradigme de la Dataviz 3. Les idées reçues face à la réalité 4. Le projet SAS VA : une opportunité pour son équipe 5. Les usages comme déterminant essentiel de réussite 6. Démarrer un projet SAS VA : comment éviter les obstacles
  76. 76. © 76 SAS VA : COMMENT ÉVITER LES OBSTACLES  Bien identifier ses processus métiers et ses besoins  Connaitre les sources de données utilisables – Ne sous-estimez pas la taille des données. Le besoin en puissance de calcul en souffrirait. – Identifiez si une étape importante de manipulation des données est nécessaire pour trouver la performance acceptable (Mettre à disposition 100 GO en 5 secondes est très différent de mettre à disposition 100 Go en 5 heures)  Préférer une architecture matérielle évolutive : SAS VA est facilement scalable mais le matériel doit pouvoir suivre.  Bien identifier les utilisateurs et leurs fonctions : Il vaut mieux créer un « profile » par rôle, cela aura un impact sur les droits, l’utilisation des ressources et l’harmonisation globale de la solution.  Donnez à votre équipe l’opportunité d’occuper les nouvelles fonctions en raisons de leurs possibilités et objectifs  Soyez flexible dans vos attentes : des objectifs clairs mais en acceptant tout au long de modifier le chemin pour y parvenir. SAS® VISUAL ANALYTICS
  77. 77. Copyright © 2015, SAS Institute Inc. All rights reserved. www.SAS.com Merci

×