Alors que 33% des français pensent avoir déjà connu une situation de contamination par le virus de l’hépatite C, 59% n’ont...
sur les hépatites. Il faut donc renforcer le niveau de connaissance sur la maladie                      (mode de contamina...
A propos de SOS Hépatites, association fondée en 1996, ayant pour but la prévention,l’information et la solidarité avec to...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Alors que 33% des français pensent avoir déjà connu une situation de contamination par le virus de l’hépatite C, 59% n’ont jamais fait de dépistage

849 vues

Publié le

SOS hépatites dévoile « C MAINTENANT, plaquez l’hépatite C »,
sa nouvelle campagne nationale d’information.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
849
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
529
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Alors que 33% des français pensent avoir déjà connu une situation de contamination par le virus de l’hépatite C, 59% n’ont jamais fait de dépistage

  1. 1. Alors que 33% des français pensent avoir déjà connu une situation de contamination par le virus de l’hépatite C, 59% n’ont jamais fait de dépistage Il est urgent d’agir ! SOS hépatites dévoile « C MAINTENANT, plaquez l’hépatite C », sa nouvelle campagne nationale d’information.Paris, le 27 mars 2013 - A l’occasion du lancement de sa nouvellecampagne nationale d’information et de sensibilisation àdestination des personnes vivant avec le virus de l’hépatite C etdu grand public, SOS Hépatites a conduit au mois de mars 2013,en partenariat avec l’IFOP et avec le soutien du laboratoireJanssen, une enquête nationale «Les Français et l’Hépatite C »1auprès d’un panel représentatif de 1000 français.Celle-ci met en lumière une situation extrêmement préoccupante concernant l’hépatite C. Eneffet, l’enquête révèle le manque d’information et la méconnaissance des Français sur l’hépatiteC et ses traitements, en particulier les trithérapies. Si 95% des personnes interrogéesconnaissent la gravité de la pathologie, 66% d’entre elles ignorent qu’il est aujourd’hui possiblede guérir de l’hépatite C.« Nous sommes très inquiets » affirme le Dr Pascal Mélin, Président de SOS Hépatites. « Cetteenquête rappelle la nécessité de provoquer une réelle prise de conscience du grand public, despouvoirs publics et des professionnels de santé sur cette question majeure de santé publique ».Après l’appel lancé par les hépatologues lors du congrès PHC (Paris Hepatitis Conference) débutjanvier 2013, SOS hépatites lance avec le soutien de Janssen, une campagne annuelle, relayéesur son site web www.soshepatites.org ainsi que dans les média professionnels et grand publicavec notamment la diffusion de chroniques radios à partir du mois d’octobre 2013.En complément, un habillage sera proposé sur le site SOS hépatites ainsi qu’un kit de presseonline et des témoignages vidéo. Enfin, un Numéro vert 0800 004 372 est mis à la disposition dugrand public.Originale, positive, et très visuelle, elle est illustrée par une main, symbole de l’engagementcontre le virus. Cette campagne a pour ambition d’informer et de sensibiliser le grand public, lespatients ainsi que les personnes ayant connu une situation à risque sur la nécessité de ne pasattendre pour agir : il est essentiel de se faire dépister car il est désormais possible grâce auxtraitements d’éradiquer le virus.Le dépistage de l’hépatite C est insuffisant en France alors que plus on soigne tôt plus on a dechance de guérir.Près de 232.1962 personnes sont porteuses du virus dans notre pays mais 43%2 d’entre ellesignorent leur séropositivité et environ 35003 décèdent chaque année. Comment l’expliquer ?Un niveau d’information insuffisant  Si 83% des personnes interrogées citent spontanément l’hépatite B, 75% mentionnent l’hépatite C et de manière plus générale, 80% se sentent mal informés
  2. 2. sur les hépatites. Il faut donc renforcer le niveau de connaissance sur la maladie (mode de contamination, exposition, traitements et ses bénéfices, risques encourus).Encore trop d’idées reçues  58% des sondés pensent qu’il est possible de se faire vacciner contre l’hépatite C.  46 % qu’il est impossible de contracter une hépatite C sans s’en apercevoir L’hépatite C est une maladie silencieuse, dont la période avant la survenue des complications, varie entre 20 à 30 ans, ce qui explique entre autres le faible taux de dépistage.Par une forte méconnaissance des traitements existants  Si 73% savent qu’il existe des traitements, 70% pensent à tort qu’ils doivent être pris à vie. 34% seulement savent que ces traitements permettent de guérir de l’hépatite C.  L’hépatite C est une maladie qui reste sous-traitée malgré l’arrivée de nouveaux traitements. C’est un paradoxe, les traitements sont de plus en plus efficaces et de moins en moins de patients sont soignés. En 2011, seulement 87004 personnes ont été traitées pour l’hépatite C. Ce retard à la prise en charge réduit les chances de guérison pour les patients.  Les trithérapies, disponibles en France depuis 2011, associent un inhibiteur de protéase (télaprévir ou bocéprevir) à la bithérapie conventionnelle (interféron injectable et ribavirine). Le taux de guérison des patients infectés par le VHC de génotype 1 est passé de 50% à 70-75%5. Les trithérapies permettent pour 2 patients sur 3 d’éradiquer le virus et de raccourcir la durée du traitement, souvent très lourd. Il y a encore 4 ans, les patients ne disposaient que d’un traitement long (6 mois à 1 an). Retrouvez la campagne « C MAINTENANT, plaquez l’hépatite C » sur le site http://www.soshepatites.org Numéro vert 0800 004 372 mis à la disposition du grand publicContacts presse :EdelmanSophie BAUMONTTel: + 33 (0)1 56 69 75 94sophie.baumont@edelman.com1- Étude SOS hépatites/IFOP – « Les Français et l’hépatite C » - Mars 20132- Meffre C, Le Strat Y, Delarocque-Astagneau E, Antona D, Desenclos JC. Prévalence des hépatites B et C en France en 2004. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire, mars 2007, 113p.3- Péquignot F, Delarocque-Astagneau E, Hillon P, Ganne N, Mathurin P, Zarski JP, et al. Estimation nationale de la mortalité associée et imputable à l’hépatite C et B. BullEpidemiol Hebd. 2008; 27:237-40.4- Source SOS Hépatites5- Dossier d’information PHC – janvier 2013
  3. 3. A propos de SOS Hépatites, association fondée en 1996, ayant pour but la prévention,l’information et la solidarité avec toutes les personnes concernées par les hépatites virales et lesmaladies du foie, redemande à cette occasion à l’Etat de débloquer les moyens nécessaires afind’alerter nos concitoyens sur les ravages de l’Hépatite C. Des vies sont en jeu.A propos de Janssen : une grande expertise en virologie, un engagement récent dans l’hépatiteCJanssen s’est donné pour mission de développer des traitements innovants pour lutter contre lesmaladies qui isolent les patients comme, le SIDA/VIH, la tuberculose, le psoriasis, le myélomemultiple, la schizophrénie, le cancer et le diabète.L’hépatite C fait partie de ces nombreuses maladies pour lesquelles les besoins médicaux restentinsatisfaits. C’est pourquoi, fort de son expertise en virologie, Janssen s’est engagé dans ledéveloppement de traitements innovants permettant de guérir l’hépatite C.Fidèles à son engagement vis à vis des patients, Janssen vient également de créér une nouvelleplateforme d’information pour les patients et leur entourage www.stop-hepatite-c.fr.Janssen, société pharmaceutique de Johnson & Johnson, consacre ses activités à répondre auxbesoins médicaux non satisfaits dans cinq Domaines Thérapeutiques Hautement Spécialisés(DTHS) : les maladies infectieuses, l’onco-hématologie, l’immunologie, les neurosciences et lesmaladies cardiovasculaires et troubles métaboliques..

×