SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  86
Arrêt cardio-circulatoire et
réanimation post-arrêt
Actualisation Mai 2016
EHS Salim Zemirli – Service d’anesthésie réanimation
Professeur k.Guenane
Présenté par :
Dr Mohamed Islem SOUALHI
Dr Bilal ADIMI
Dr Merzak ACHOURI
Plan :
I. Introduction
II. Physiologie et base anatomique
III. Définition de l’arrêt cardiaque
IV. La chaine de survie
V. Reconnaissance d’un arrêt cardiaque
VI. Séquence du BLS de l’adulte
VII. Obstruction des voies respiratoires par un corps étranger (CE) ou suffocation
VIII. Séquence BLS de l’enfant (PBLS)
IX. Réanimation cardio-pulmonaire avancée de l’adulte et de l’enfant ALS (Advanced life support )
X. Prévention de la mort subite d’origne cardiaque (MSC) en dehors de l’hôpital
XI. Réanimation intra-hospitalière
XII. Monitorage spécifique
XIII. Médicament et soluté pour le trt de l’AC
XIV. Arrêt cardiaque dans des circonstances particulières
XV. Soins post-réanimation et maladie post ACR
XVI. Évaluation et Pronostique
• Urgence médicale extrême, où le besoin de Cinque actions dites
«chaîne de survie» vise a améliorer le taux de survie
Introduction :
 La circulation lors du MCE est expliquée par deux théories :
1. La théorie de la pompe cardiaque (Kouwenhoven l'inventeur du MCE)
Compression du cœur => une circulation sanguine
Car les valves cardiaques (mitrale ++) , restent compétentes
=> systole d'éjection puis un remplissage passive en diastole grâce à
l'ouverture des valves mitrale et tricuspide.
Limites !!
échocardiographie a montré que les valves sont peu ou pas compétentes
pendant le MCE, leurs Mvmt n'étant ni constants ni synchronisés
Physiologie :
1995 Elsevier Masson SAS Réanimation cardiopulmonaire extrahospitalière
• 2. la théorie de la pompe thoracique :
• P. intrathoracique est responsable de la circulation sanguine au
cours du MCE, le cœur se comportant comme un conduit passif.
• La totalité du volume sanguin intra thoracique (cœur et vaisseaux) subit
la force motrice du MCE.
• La présence de valves (VCS et VCI) => l'absence de flux rétrograde du
sang au moment de la compression.
Physiologie :
1995 Elsevier Masson SAS Réanimation cardiopulmonaire extrahospitalière
En fait ces deux théories sont complémentaires
Obtenir une perfusion cardiaque et cérébrale
Bases anatomiques
Rappel des Fonctions Vitales
• Les trois fonctions vitales sont étroitement liées et toute
altération de l’une entraîne une perturbation des autres.
Rappel des fonctions vitales
En l’absence
de RCP, la
survie
diminue de
10% chaque
minute
Gagner du temps …. Time is brain !!
Gagner du temps …. Morts des cellules myocardiques
Physiologie du massage cardiaque
Arrêt cardiaque :
• L’arrêt cardiaque soudain ou inopiné (ACS) est l’une des principales causes
de décès en Europe
• 25-50 % des victimes d’un ACS en FV lors d’analyses initiales de rythmes
cardiaques
• En revanche, lorsque le rythme est enregistré juste après un
évanouissement le pourcentage des victimes présentant une FV peut
atteindre 76 %
• Arrêt + FV, il est recommandé : témoin => RCP + DEA .
• La plupart des arrêts d’origine non cardiaque sont associés à des causes
respiratoires (noyade, et asphyxie) => insufflations +++ et les compressions
La chaîne de survie
• synthétise les maillons vitaux nécessaires à une réanimation efficace
1. Reconnaissance précoce
• SAMU arrive plus vite, avant la
survenue de l’arrêt cardiaque
• améliore ainsi les chances de survie
Reconnaître l’origine cardiaque
d’une douleur thoracique
avant que la victime ne
s’évanouisse
• reconnaissance précoce ++++
• réalisation sans délai d’une RCP par
un témoin
l’arrêt cardiaque s’est produit
l’absence de réaction et une
respiration anormale
La chaîne de survie
2.RCP précoce par un témoin
RCP immédiate => multiplier par deux, voire par quatre, les chances de
survie
• Compressions thoraciques
combinées à des insufflations
Les personnes
formées à la RCP
• Réaliser que des
compressions thoraciques en
attendant
Pas formée à la
RCP
La chaîne de survie
• 3 : Défibrillation précoce
Une défibrillation dans les 3 à 5 minutes suivant le collapsus permet
d’obtenir des taux de survie de 50 à 70 %.
Intérêt majeur des DEA dans les lieux publics.
• 4 : Réanimation cardio-pulmonaire avancée précoce et soins post-
réanimation standardisés
Une RCP avancée associée a une intervention au niveau des voies
respiratoires, +/-drogues et surtout correction des facteurs de
causalité peut s’avérer nécessaire en cas d’échec des tentatives initiales
de réanimation.
La chaîne de survie
• peut s’avérer compliqué pour les témoins doivent être en mesure de
diagnostiquer rapidement un arrêt cardiaque afin d’activer la chaîne de
survie.
• Le contrôle du pouls carotidien (ou d’autres pouls) s’est avéré une
méthode imprécise pour confirmer la présence ou l’absence de circulation
• L’existence d’une respiration agonique est possible chez 40 % des victimes
au cours des premières minutes suivant un arrêt cardiaque. Si elle est
reconnue et traitée comme un signe d’arrêt cardiaque, elle est associée à
de meilleurs taux de survie
• Donc : débuter la RCP si la victime ne réagit pas et ne respire pas
normalement.
• Les témoins devraient suspecter un arrêt cardiaque chez les victimes de
convulsions
Reconnaissance d’un arrêt cardiaque
• A assurer par l’intervenant formé.
Séquence du BLS de l’adulte
Adjusted cubic spline of the relationship between chest compression rates and the probability
of return of spontaneous circulation (ROSC).
Ahamed H. Idris et al. Circulation. 2012;125:3004-3012
Copyright © American Heart Association, Inc. All rights reserved.
Insufflations :
• Nous suggérons d’insuffler un volume d’environ 500-600 mL (6-7 mL/kg) chez un
adulte => permettre à la cage thoracique de se soulever de façon visible
• Chaque insufflation pendant environ 1 seconde en évitant des insufflations
rapides ou forcées.
• La durée maximale de l’interruption des compressions thoraciques pour effecteur
deux insufflations ne doit pas dépasser 10 secondes
Le DEA :
Le DEA standard Peut être utilisé pour des enfants de plus de 8 ans
Les enfants de 1 à 8 ans, il convient d’utiliser des électrodes pédiatriques
combinées à un atténuateur d’énergie, ou bien de passer en mode pédiatrique si ce
dernier est disponible.
Séquence du BLS de l’adulte
• cause rare mais potentiellement réversible de mort accidentelle
Obstruction des voies respiratoires par un corps étranger (CE)
(suffocation) ou (Foreign Body Airway
Obstruction– FBAO)
Les compressions abdominales peuvent
provoquer des blessures internes graves. En
conséquence, toutes victimes soignées avec
succès en utilisant ces techniques doivent
ensuite être examinées
• Les mêmes favorisent une meilleure issue pour les victimes de
noyade
Réanimation de l’enfant et du noyé
 AC chez l’enfant, sont principalement d’ordre hypoxique +++ .
=> Rechercher une gêne ou un obstacle à la ventilation (Rapide, et durer 10 secondes
maximum).
Autres causes :
• malformation congénitale
• Hypovolémie
• Hypothermie
• Intoxications médicamenteuses
• Hyper/hypokaliémie
• Tamponnade
• Maladies thrombo-emboliques
• Pneumothorax sous tension
Séquence du BLS de l’enfant
1. Le pouls:
• Rapidement et de façon sûre. Sinon, elle ne sera pas effectuée.
• la décision de réanimer doit se faire dans les 10 secondes suivant la découverte de
l’enfant.
 Selon l’âge de l’enfant, la recherche du pouls sera entreprise en:
- carotidien (enfant),
- en brachial (nourrisson)
- en fémoral (enfant et nourrisson)
Séquence du BLS de l’enfant
• Le ratio compression/ventilation dépend du nombre de secouristes sur
place.
• Pour les non professionnels, la technique à un seul sauveteur 30/2.
• Pour les professionnels de santé et les secouristes formés
- 30 compressions pour 2 insufflations : seul
- 15 compressions et 2 insufflations en équipe.
• La ventilation reste un élément déterminant lors de la réanimation des
enfants, en raison du caractère asphyxique dominant.
Séquence du BLS de l’enfant
2. Pour ventiler il faut:
Chez l’enfant :
* Aligner les plans : de la voie orale
(O), du pharynx (P) et la trachée (T)
* Élever l’occiput et étendre la tête.
* En regardant de côté, notez l’oreille
antérieure à la position de l’épaule
dit ”sniffing rose” position.
Chez le nourrisson : position neutre
Séquence du BLS de l’enfant
• Les compressions thoraciques doivent être au moins égale à 1/3 du diamètre
antéropostérieur du thorax pour tous les enfants
• Il faut minimiser le temps sans flux d’air.
• LE DEA(défibrilateur automatique externe):
- La recommandation de la pose d’un DAE sur un nouveau né, n’a pas encore fait l’objet de
recommandation de l’ERC(European Resuscitation Council, littéralement le conseil européen de réanimation
- TVsP et la fibrillation surviennent plus fréquemment chez les enfants porteurs de cardiopathie
congénitale.
- La défibrillation précoce est le seul TRT efficace pour rétablir un RACS* chez un enfant présentant une FV
ou une TVsP. L’énergie délivrée sera de 4 j/kg pour un défibrillateur manuel.
- Les DAE peuvent être utilisés par toute personne, la formation initiale n’étant plus obligatoire.
- L’utilisation d’électrodes pédiatriques ou d’un atténuateur pédiatrique sur les DAE permet de délivrer
entre 50 et 75 joules et est recommandée chez les enfants âgés de 1 à 8 ans ou jusque 25 kg.
Si pas d’un atténuateur de puissance ou d’un défibrillateur manuel, un DEA adulte non modifié peut être
utilisé chez l’enfant de plus d’un an.
• Les électrodes du DAE sont en général de taille adulte. Elles peuvent être utilisées en plaçant une électrode
au milieu du thorax, l’autre étant placée dans le dos de l’enfant.
*RACS: Retour à une circulation spontanée
Séquence du BLS de l’enfant
• Directives concernant la prévention de l’arrêt cardiaque intra-hospitalier :
Une reconnaissance précoce = premier maillon de la chaîne de survie
• Arrêt cardiaque intra-hospitalier, seuls 20 % environ des patients survivent
et rentrent chez eux.
Le système de soins doit intégrer :
(a) formation du personnel à l’identification des signes de détérioration
de l’état des patients et aux motifs d’une réponse médicale rapide ;
(b) un monitoring approprié et régulier des signes vitaux des patients ;
(c) un système d’appel des renforts médicaux clair et uniforme
(d) une réponse clinique appropriée et rapide aux appels à l’aide
Réanimation cardio-pulmonaire
avancée de l’adulte
• La plupart des victimes d’une MSC ont des ATCD de cardiopathie +
symptômes d’alerte préalables (douleurs thoraciques dans l’heure qui
précède l’arrêt cardiaque)
• Des enfants et des jeunes adultes, en bonne santé apparente et victimes
d’une MSC, peuvent présenter des signes et des symptômes (par exemple,
syncope/pré syncope, douleur thoracique et palpitations) qui devraient
alerter les professionnels de santé.
• Programmes de dépistage chez les sportifs .
• L’identification de personnes avec de troubles cardiaques héréditaires et le
dépistage des membres de leur famille permettent d’éviter le décès chez
les plus jeunes.
Prévention de la mort subite d’origne cardiaque (MSC) en dehors
de l’hôpital
Réanimation intra-hospitalière
 Il a été démontré que l’utilisation d’adrénaline
améliorait le RACS mais pas la survie à la
sortie de l’hôpital et peut même avoir des
effets défavorables sur la survie neurologique
à long terme.
 Donc l’adrénaline : revêtent une importance
secondaire comparées à la défibrillation
précoce et aux compressions thoraciques de
haute qualité ininterrompues.
 La capnographie permettra de déceler un
RACS (il existe une augmentation significative
du CO2 en fin d’expiration quand le RACS
survient ) sans interrompre les compressions
thoraciques et d’éviter l’injection en bolus
d’adrénaline après obtention du RACS.
ALS
pédiatrique
ALS pédiatrique
Arrêt cardiaque monitoré, en présence de témoins (cathlab, soins
intensifs, salle de réveil ) et qu’un défibrillateur manuel est rapidement
accessible :
 Confirmer l’arrêt cardiaque et appeler à l’aide; Si rythme initial est de
type FV/TVsP, donner rapidement jusqu’à trois chocs successifs.
 Vérifier rapidement la présence d’un changement de rythme et, le
cas échéant, d’un RACS après chaque tentative de défibrillation.
Commencer les compressions thoraciques et poursuivre la RCP
pendant deux minutes en cas d’échec du troisième choc
FV/TVsP monitorée… On la voit on la choc !!
• L’intubation trachéale est la manière la plus fiable de maintenir l’ouverture des
voies aériennes
• L’intubation trachéale ne doit pas retarder les tentatives de défibrillation et sans
interrompre les compressions thoraciques.
• Au moment du passage du tube entre les cordes vocales, les compressions
thoraciques peuvent être interrompues mais pas plus de 5 secondes.
• Aucun essai randomisé contrôlé n’a établi que l’intubation trachéale améliorait la
survie après un arrêt cardiaque.
• Ventiler les poumons à raison de 10 insufflations/minute ; éviter
l’hyperventilation du patient.
• En l’absence de personnel compétent pour l’intubation trachéale, les dispositifs
supra-glottiques (par exemple, masque laryngé, tube laryngé ou i-gel) sont des
alternatives acceptables.
Voies respiratoires et ventilation
• Une VVP est plus rapide, plus facile à réaliser et plus sûre qu’une voie
veineuse centrale.
• L’administration par voie intraveineuse périphérique de médicaments
doit être suivie par un flush d’au moins 20 ml de liquide de perfusion,
et par l’élévation du membre pendant 10 à 20 secondes (faciliter la
distribution dans la circulation centrale).
• Si l’accès veineux est difficile ou impossible, envisager un accès intra-
osseux. Cette voie est désormais considérée comme efficace chez les
adultes (concentrations plasmatiques adéquates dans un délai
comparable à celui d’une injection par voie Intraveineuse)
Accès intraveineux et médicaments
100 – 150 Euro l’utilisation !!!
• Une activité électrique sans pouls (AEsP) = un arrêt circulatoire en
présence d’une activité électrique (autre qu’une tachyarythmie
ventriculaire)
• Survie peut probable à moins qu’une cause réversible puisse être
identifiée et traitée de façon efficace.
Rythmes non choquables (AEsP et asystolie)
• Si patient a une PAS invasive : Objectif = PAD de l’aorte > 25 mmHg dans le
cadre d’une RCP en optimisant les compressions thoraciques
• Capnographie :
Contrôler la fréquence respiratoire pendant la RCP et éviter
l’hyperventilation.
Contrôler la qualité des compressions thoraciques pendant la RCP. Les
mesures du CO2 en fin d’expiration sont liées à la profondeur des
compressions et à la fréquence des ventilations
Identifier un RACS pendant la RCP (augmentation brusque)
Établir un pronostic pendant la RCP. Des mesures basses de CO en fin
d’expiration peuvent être associées à un pronostic défavorable et à une
probabilité moindre d’un RACS.
Monitorage spécifique
• Adrénaline : Nous recommandons, comme en 2010, de continuer à utiliser l’adrénaline
pendant la RCP
• Anti arythmiques : bénéfice limitées.
Améliore la survie a l’admission mais pas de meilleure survie a la sortie de l’hôpital ,
Sont recommandés pour la prise en charge d’arythmies associées à un arrêt cardiaque.
 L’amiodarone améliore la réponse à la défibrillation lorsqu’elle est administrée chez
des humains présentant une FV ou une TV hémodynamiquement instable
C’est pourquoi, et en l’absence d’autres données, l’administration d’une dose de 300 mg
d’amiodarone est recommandée en cas de FV/TVsP persistant après la délivrance de trois
chocs.
La lidocaïne est recommandée au cours d’un ALS quand l’amiodarone est indisponible
Ne pas utiliser du magnésium en routine dans le cadre du traitement d’un arrêt
cardiaque.
Médicaments et solutés pour le traitement d’arrêts
cardiaques
• Bicarbonate : hyperkaliémie mettant en jeu le pronostic vital, arrêt
cardiaque associé à une hyperkaliémie et de surdosage de
tricycliques.
Dose : bolus 1 mmol/kg , répété à 0,5mmol/kg après 10 min , adapté
aux GDS
• Les fibrinolytiques : Arrêt provoqué par une embolie pulmonaire
aiguë supposée ou avérée
Envisager une RCP pendant au moins 60 à 90 minutes avant de
mettre un terme aux efforts de réanimation.
Médicaments et solutés pour le traitement d’arrêts
cardiaques
• Solutés intraveineux : ACC de L’hypovolémie est potentiellement
réversible
Injecter rapidement des solutés balancés de cristalloïdes (par
exemple, solution de Hartmann ou chlorure de sodium à 0,9 %) en cas
de suspicion d’une hypovolémie.
 éviter le dextrose qui est rapidement redistribué en dehors du
secteur intravasculaire, provoque une hyperglycémie et risque
d’aggraver l’issue neurologique après un arrêt cardiaque
Médicaments et solutés pour le traitement d’arrêts
cardiaques
• Les anti arythmiques (réservée aux patients stables sans signes de
détérioration) ont une action plus lente et moins fiable qu’une
cardioversion électrique pour convertir une tachycardie en rythme sinusal.
• Signes de détérioration :
1. Choc : pâleur, sudation, extrémités froides et moites (augmentation de
l’activité sympathique), état de conscience altéré (réduction du débit sanguin
cérébral) et hypotension (par exemple, PAS < 90 mmHg).
2. Syncope.
3. Insuffisance cardiaque : les arythmies altèrent les performances
myocardiques en réduisant le débit sanguin des artères coronaires.
4. Ischémie myocardique : survient quand la consommation d’oxygène par
le myocarde est supérieure à l’apport.
Arythmies péri-arrêt
maintien
Arrêt cardiaque dans des
circonstances particulières
Photo Dr Soualhi
• AC par un traumatisme => mortalité très élevée.
• Mais si RACS, l’issue neurologique meilleure que dans les autres cas
d’arrêts cardiaques
• Dans le cas ou l’AC est causé par : hypovolémie, une tamponnade
ou un PNO sous tension, il est peu probable que les compressions
thoraciques soient aussi efficaces que dans le cas d’un arrêt avec une
volémie normale.
DONC : TRT immédiat des causes réversibles (par exemple, thoracotomie,
contrôle de l’hémorragie, etc.) apparaît davantage prioritaire que les
compressions thoraciques.
Arrêt cardiaque d’origine traumatique
Opioid-Associated
Life-Threatening
Emergency (Adult)
Algorithm—New
2015
Anaphylaxie
• Le collapsus brutal et inopiné, non lié à un contact ou à un
traumatisme, d’un sportif sur un terrain est probablement d’origine
cardiaque ; il nécessite une reconnaissance rapide et un traitement
efficace afin d’assurer la survie de la victime.
• En l’absence de réaction immédiate au traitement et en présence
d’une équipe médicale organisée, il faut envisager le déplacement de
la victime vers une zone à l’abri
• Si le patient présente un rythme FV/TVsP, il faut délivrer les trois
premiers chocs (la défibrillation est plus susceptible d’être efficace
lors des trois premiers chocs) avant de le déplacer.
Arrêt cardiaque dans le cadre d’activités sportives
• La noyade est une cause courante de décès par accident
• La Chaîne de survie en cas de noyade décrit 5 maillons essentiels
permettant d’améliorer la survie
• Les témoins jouent un rôle primordial pour les premiers secours et la
réanimation
• Une durée d’immersion inférieure à 10 minutes est associée a de très
grandes chances d’issue favorable
• L’âge, le temps de réponse des services de secours médicaux, le type d’eau
(douce ou salée), la température de l’eau et la présence d’éventuels
témoins ne constituaient pas des indicateurs prédictifs utiles pour la survie.
• Une immersion dans de l’eau glacée peut élargir la fenêtre de survie de la
victime et justifier des recherches et des tentatives de sauvetage
prolongées
Ressuscitation et Noyade
La Chaîne de Survie en cas de noyade
Algorithme RCP de Base en cas
de noyade
DEA dans le milieu Aquatique
sans danger et efficace sur les patients
mouillés a condition que les patchs ont
un bon contacte avec la peau
Sans danger sur les surfaces
mouillées pour les sauveteurs
Efficace sur un bateau en mouvement
Source : Dr
DEA (défibrillateurs automatisés externes)
• Les noyés doivent être extraits du milieu aquatique le plus
rapidement possible
• La réanimation doit débuter par 5 insufflations
• La stabilisation rachidienne n’est pas systématique; circonstances
particulières(plongeon, signes neurologiques)
• Réanimation de base dans le milieux => mortalité baisse de 30%
Comment procéder ?
• Le rétablissement d’une circulation spontanée (RACS) est la première
étape du processus de récupération complète suite à un arrêt
cardiaque
• Les mécanismes physiopathologiques complexes qui surviennent
suite à une ischémie globale durant un arrêt cardiaque et la
reperfusion subséquente en réponse à une réanimation réussie sont
réunis sous le terme de syndrome post-arrêt cardiaque
Soins post-reanimation
Le syndrome inclut :
 les lésions cérébrales
 dysfonction myocardique post-arrêt cardiaque,
 la réponse systémique à l’ischémie/reperfusion
 et la pathologie causale persistante
Gravité fonction de la durée et de la cause de l’arrêt cardiaque.
• Défaillance CV est la principale cause de décès au cours des trois premiers jours
• Lésions cérébrales sont à l’origine de la majorité des décès intervenant ultérieurement
• L’arrêt des thérapeutiques actives de maintien des fonctions vitales est la cause de décès la plus
fréquente (environ 50 %) pour les patients chez lesquels une issue défavorable est pronostiquée
Syndrome post-arrêt cardiaque
Syndrome post-arrêt cardiaque
Défaillance
microcirculatoire
Autorégulation
déficiente
Hypotension
Hypoxémie
Hyperoxémie
Convulsion
Hypoglycémie
Hyperglycémie
Dommage
neurologique
Dysfonction
Myocardique
Ischémie :
activation voies
immunitaire
+coagulation =>
risque
d’insuffisance
d’organes
Persistance du facteur déclenchant
Voies aériennes et respiration
• L’hypoxémie et l’hypercapnie augmentent risque récidive d’arrêt CV
• L’hyperoxémie juste après un RACS entraîne un stress oxydatif qui altère les
neurones post ischémiques et aggrave la lésion myocardique chez l’IDM
avec ST+
Titrer la concentration en oxygène inspiré SaO2 94-98% contrôler de façon
fiable (gaz du sang et/ou SpO2 )
• l’hypocapnie induite par l’hyperventilation provoque une ischémie
cérébrale .
Mesure EtCo2 et gaz du sang pour obtenir une normocapnie
• Envisager l’intubation trachéale, la sédation et la ventilation contrôlée chez
les patients avec une fonction cérébrale diminuée.
• Intervention coronaire percutanée (ICP) post RACS avec ST+:
immédiatement par cathétérisme cardiaque
• ICP post RACS non ST+: discuter cette évaluation chez les patients
dont l’arrêt cardiaque est le plus vraisemblablement d’origine
coronaire.
Circulation
• Une dysfonction myocardique post réanimation provoque une instabilité hémodynamique,
laquelle se manifeste par une hypotension, un index cardiaque faible et des arythmies
Il faut procéder rapidement à une échocardiographie chez tous les patients, afin de détecter et
d’évaluer la dysfonction myocardique
+/- traitement inotrope, au moins de façon transitoire.
Objectifs thérapeutique post-arrêt cardiaque :
 Cibler la tension artérielle moyenne de manière à obtenir un débit urinaire adéquat (1 ml/g/h)
 des concentrations plasmatiques de lactates normales ou en baisse, en tenant compte la tension
artérielle normale du patient,
Il est important de noter que l’hypothermie peut augmenter le débit urinaire et altérer la clairance
des lactates
Prise en charge hémodynamique
Envisager défibrillateur cardiaque implantable (DCI) chez les
patients ischémiques qui présentent une dysfonction ventriculaire
gauche, et qui ont fait l’objet d’une réanimation suite à une arythmie
ventriculaire intervenue dans un délai de plus de 24 à 48h après un
épisode coronarien primaire
Défibrillateurs automatiques implantables
• Perfusion cérébrale :
Déficit neurologique (optimiser la récupération neurologique)
immédiatement
suivi d’une
ischémie
cérébrale
multifocale,
d’une Hyperémie
cérébrale globale
transitoire, d’une
durée de 15 à 30
minutes
Hypo-perfusion
cérébrale se
produit pendant
24h maximum,
Consommation
cérébrale en
oxygène se
rétablit
progressivement
Plusieurs études animales
Si arrêt cardiaque par asphyxie, un
œdème cérébral peut se former de
façon transitoire après un RACS mais
est rarement associé à une
augmentation cliniquement
significative de la PIC
l’autorégulation du débit sanguin
cérébral (débit absent ou décalé vers la
droite) est altérée pendant un certain
temps après un arrêt cardiaque.
• Sédation :
Bien que la sédation et la ventilation des patients pendant au moins 24
heures après un RACS soient des pratiques courantes, aucune donnée de
haut niveau ne permet de déterminer une période définie de ventilation, de
sédation et de blocage neuromusculaire après un arrêt cardiaque.
• Contrôle des convulsions : accroit l’activité métabolique cérébrale voire
aggraver les lésions cérébrales
Frqte après un arrêt cardiaque (1/3 des patients restés dans le coma
après un RACS).
Une myoclonie (18 à 25 % des cas), les autres (tonico-cloniques
généralisées ou focales, ou bien une combinaison de plusieurs types de
convulsions => EEG + TRT anticonvulsivant
Déficit neurologique (optimiser la récupération neurologique)
• Quel anticonvulsivant ?
Valproate sodique, du lévétiracétam, de la phénytoïne, des
benzodiazépines, du propofol ou un barbiturique.
La myoclonie difficile à soigner, la phénytoïne s’avérant souvent
inefficace. Le propofol est efficace pour éliminer la myoclonie post-
anoxique
Le clonazépam, le valproate sodique et le lévétiracétam sont des
anti-myocloniques susceptibles d’être efficaces dans le cas d’une
myoclonie post-anoxique
Déficit neurologique (optimiser la récupération neurologique)
• Contrôle de la glycémie :
Une glycémie sanguine élevée après réanimation suite à un arrêt
cardiaque est fortement associée à une issue neurologique défavorable
Selon les données disponibles, après obtention d’un RACS, il faut
maintenir la glycémie ≤ 10 mmol/l (180 mg/dl) et éviter l’hypoglycémie.
Il ne faut pas mettre en place une régulation glycémique trop stricte
chez les patients adultes avec RACS, sous peine d’accroître le risque
d’hypoglycémie
Déficit neurologique (optimiser la récupération neurologique)
• Une période d’hyperthermie (hyperpyrexie) intervient fréquemment
au cours des premières 48 heures suivant un arrêt cardiaque
• Association entre la pyrexie post-arrêt cardiaque et des issues
défavorables
• Il semble raisonnable de traiter l’hyperthermie post-arrêt cardiaque
avec des antipyrétiques et d’envisager le refroidissement actif pour
les patients inconscients.
• Le terme « traitement température cible » (TTC) (ou contrôle de la
température) est désormais préféré au terme précédent
d’« hypothermie thérapeutique »
Contrôle de la température
Contrôle de la température
Nielsen N et al. N Engl J Med 2013;369:2197-2206
Body Temperature during the Intervention Period.
Nielsen N et al. N Engl J Med 2013;369:2197-2206
950 patients
Chez Les survivant d’un ACEH présumé d’origine cardiaque , le
traitement temperature cible de 33° n’a pas montré un bénifice
comparé a un TTC de 36°c
• Recommandations ILCOR (International Liaison Committee on
Resuscita-tion) concernant le TTC (intégrées dans ces directives de
l’ERC) :
Maintenir une température cible constante entre 32 et 36°C chez le
patient demeurant sans réaction après RACS.
En cas de recours au TTC, il est suggéré de prévoir une durée d’au
moins 24h (comme dans le cadre des deux grands essais randomisés
contrôlés) (recommandation faible – qualité des données de
référence : très faible qualité).
Contrôle de la température
Contrôle de la température
• À quel moment contrôler la température?
Bien qu’il soit déconseillé de procéder à une perfusion pré-hospitalière
non contrôlée de soluté froid (risque récidive AC et d’œdème pulmonaire)
il demeure raisonnable d’administrer un soluté froid par perfusion
intraveineuse chez les patients parfaitement monitorés et avec une
température cible inférieure (par exemple 33°C)
• Une hyperthermie rebond est associée à une issue neurologique plus
défavorable
Par conséquent, il faut réchauffer le patient de façon progressive. Il existe
un consensus sur un réchauffement de 0,25 à 0,5°C par heure
• Un examen neurologique clinique attentif constitue encore la base du
pronostic pour les patients comateux ayant survécu à un arrêt
cardiaque
• Processus de récupération de L’encéphalopathie hypoxo-ischémique
se fait dans les 72 heurs post arrêt (chez les patients ayant reçu des
sédatifs 12 heurs avant H72 la fiabilité de l’examen neurologique est
réduite)
• Si l’on suspecte une paralysie/sédation résiduelle, il faut envisager
d’employer des antidotes pour neutraliser les effets de ces
médicaments.
Évaluation pronostique
• Effacement de sillons sur la TDM
cérébrale dans les 24 h après le RACS
• Apparition de changements ischémiques
diffus sur l’IRM cérébral dans les 2 à 5
jours suivant le RACS
=> mauvais PC
L’EEG est l’enregistrement de
l’activité électrique spontanée
du cerveau
Le potentiel évoqué est l’enregistrement de
l’EEG en réponse à un événement spécifique
Prédicteurs les
plus fiables
• Même si des cas de réveil ont été
constatés jusqu’à 25 jours après l’arrêt
• la plupart des survivants reprennent
conscience au cours de la première
semaine
• Dans une étude observationnelle
récente,
94 % => 4 à 5 jours à partir du
réchauffement et les
6 % restants => dans les dix jours.
• Mais même les patients reprenant
conscience tardivement peuvent
présenter une évolution neurologique
favorable
Phase de récupération
Conclusion
• Masser-Defibriller => augmentation de la survie
• Arrêt traumatique => exsufflation systématique
• L’amélioration de la prévention ACIH => analyse fine des
facteurs déclenchants
• Réanimation post-AC => Nouveau maillon
1. HIGHLIGHTS of the 2015 American Heart Association Guidelines
Update for CPR and ECC
2. Traduction des DIRECTIVES DE RÉANIMATION 2015 (Première
édition: 2016)
3. Conférence ile de France 2015 arrêt cardiaque
4. Targeted temprature management NEJM decembre 2013
5. Youtube : NEJM ( video exufflation ) , AHA (Video physio massage
cardiaque) , SOAP (No Iv acces and stat C/D) ,
Bibliographie
Merci pour votre attention,,,,,,!

Contenu connexe

Tendances

Syndrome coronarien aigue 2016 slideshare
Syndrome coronarien aigue 2016 slideshareSyndrome coronarien aigue 2016 slideshare
Syndrome coronarien aigue 2016 slideshareIslem Soualhi
 
Reanimation arret cardio circulatoire 1
Reanimation arret cardio circulatoire 1 Reanimation arret cardio circulatoire 1
Reanimation arret cardio circulatoire 1 Hamlaoui Saddek
 
Etat de choc cardiogénique -Tizi-
Etat de choc cardiogénique -Tizi-Etat de choc cardiogénique -Tizi-
Etat de choc cardiogénique -Tizi-L-ilia
 
ECG LA LECTURE PRATIQUE POUR LES DEBUTANTS " Dr MAHMOUDI.F"
ECG   LA LECTURE PRATIQUE POUR LES DEBUTANTS " Dr MAHMOUDI.F"ECG   LA LECTURE PRATIQUE POUR LES DEBUTANTS " Dr MAHMOUDI.F"
ECG LA LECTURE PRATIQUE POUR LES DEBUTANTS " Dr MAHMOUDI.F"mahfay
 
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienConduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienAsma Semsouma
 
Gestion Des Voies Aériennes
Gestion Des Voies AériennesGestion Des Voies Aériennes
Gestion Des Voies AériennesSandro Zorzi
 
L'intubation trachéale
L'intubation trachéaleL'intubation trachéale
L'intubation trachéalesylviepezeril
 
Lhypertension portale-2012
Lhypertension portale-2012Lhypertension portale-2012
Lhypertension portale-2012Hassan HAMALA
 
Déshydratation aiguë du nourrisson
Déshydratation aiguë du nourrissonDéshydratation aiguë du nourrisson
Déshydratation aiguë du nourrissonLamia Benbada
 
Les urgences hypertensives
Les urgences hypertensivesLes urgences hypertensives
Les urgences hypertensivesHind Hirondelle
 
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expert
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expertTraumatismes thorax Recommandations formalisées d'expert
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expertArnaud Depil-Duval
 
Drainage thoracique
Drainage thoraciqueDrainage thoracique
Drainage thoraciquegoudaivaa
 
Td ecg dr saadi (diapo)
Td ecg dr saadi (diapo)Td ecg dr saadi (diapo)
Td ecg dr saadi (diapo)Bibasai23
 

Tendances (20)

Syndrome coronarien aigue 2016 slideshare
Syndrome coronarien aigue 2016 slideshareSyndrome coronarien aigue 2016 slideshare
Syndrome coronarien aigue 2016 slideshare
 
Etats de choc
Etats de chocEtats de choc
Etats de choc
 
Reanimation arret cardio circulatoire 1
Reanimation arret cardio circulatoire 1 Reanimation arret cardio circulatoire 1
Reanimation arret cardio circulatoire 1
 
Etat de choc
Etat de chocEtat de choc
Etat de choc
 
Etat de choc cardiogénique -Tizi-
Etat de choc cardiogénique -Tizi-Etat de choc cardiogénique -Tizi-
Etat de choc cardiogénique -Tizi-
 
ECG LA LECTURE PRATIQUE POUR LES DEBUTANTS " Dr MAHMOUDI.F"
ECG   LA LECTURE PRATIQUE POUR LES DEBUTANTS " Dr MAHMOUDI.F"ECG   LA LECTURE PRATIQUE POUR LES DEBUTANTS " Dr MAHMOUDI.F"
ECG LA LECTURE PRATIQUE POUR LES DEBUTANTS " Dr MAHMOUDI.F"
 
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienConduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
 
02 noyade
02 noyade02 noyade
02 noyade
 
Les etats de choc
Les etats de chocLes etats de choc
Les etats de choc
 
Gestion Des Voies Aériennes
Gestion Des Voies AériennesGestion Des Voies Aériennes
Gestion Des Voies Aériennes
 
L'intubation trachéale
L'intubation trachéaleL'intubation trachéale
L'intubation trachéale
 
Lhypertension portale-2012
Lhypertension portale-2012Lhypertension portale-2012
Lhypertension portale-2012
 
Déshydratation aiguë du nourrisson
Déshydratation aiguë du nourrissonDéshydratation aiguë du nourrisson
Déshydratation aiguë du nourrisson
 
Les urgences hypertensives
Les urgences hypertensivesLes urgences hypertensives
Les urgences hypertensives
 
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expert
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expertTraumatismes thorax Recommandations formalisées d'expert
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expert
 
Urgene hypertensive
Urgene hypertensiveUrgene hypertensive
Urgene hypertensive
 
Coma
ComaComa
Coma
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
Drainage thoracique
Drainage thoraciqueDrainage thoracique
Drainage thoracique
 
Td ecg dr saadi (diapo)
Td ecg dr saadi (diapo)Td ecg dr saadi (diapo)
Td ecg dr saadi (diapo)
 

En vedette

Anatomie de l'oreille dr naamani fassas
Anatomie de l'oreille dr naamani fassasAnatomie de l'oreille dr naamani fassas
Anatomie de l'oreille dr naamani fassasIslem Soualhi
 
Anesthésie inhalatoire (Halogénés) actualisation 2016
Anesthésie inhalatoire (Halogénés) actualisation 2016 Anesthésie inhalatoire (Halogénés) actualisation 2016
Anesthésie inhalatoire (Halogénés) actualisation 2016 Islem Soualhi
 
Syndromes coronariens aiguës actualisation 2017
Syndromes coronariens aiguës actualisation 2017Syndromes coronariens aiguës actualisation 2017
Syndromes coronariens aiguës actualisation 2017Islem Soualhi
 
Systéme nerveux et plongée fassas
Systéme nerveux et plongée fassasSystéme nerveux et plongée fassas
Systéme nerveux et plongée fassasIslem Soualhi
 
Accidents de plongée 2015
Accidents de plongée 2015Accidents de plongée 2015
Accidents de plongée 2015Islem Soualhi
 
Accidents graves de plongée sous marine saarsiu 2016
Accidents graves de plongée sous marine saarsiu 2016Accidents graves de plongée sous marine saarsiu 2016
Accidents graves de plongée sous marine saarsiu 2016Islem Soualhi
 
Sauvetage nautique et noyade cmpn fassas 2016
Sauvetage nautique et noyade cmpn fassas 2016Sauvetage nautique et noyade cmpn fassas 2016
Sauvetage nautique et noyade cmpn fassas 2016Islem Soualhi
 
Liste de contre-indications a la pratique de l'apnée FFESSM
Liste de contre-indications a la pratique de l'apnée FFESSM Liste de contre-indications a la pratique de l'apnée FFESSM
Liste de contre-indications a la pratique de l'apnée FFESSM Islem Soualhi
 
Physiologie de l'immersion 2016
Physiologie de l'immersion 2016Physiologie de l'immersion 2016
Physiologie de l'immersion 2016Islem Soualhi
 
Surpression pulmonaire
Surpression pulmonaire Surpression pulmonaire
Surpression pulmonaire Islem Soualhi
 
Dr soualhi appareil ventilatoire et echanges gazeux
Dr soualhi appareil ventilatoire et echanges gazeuxDr soualhi appareil ventilatoire et echanges gazeux
Dr soualhi appareil ventilatoire et echanges gazeuxIslem Soualhi
 
Dr soualhi l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
Dr soualhi  l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)Dr soualhi  l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
Dr soualhi l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)Islem Soualhi
 
Memoire desiu médecine subaquatique et hyperbare dr soualhi .dr naamani.dr ba...
Memoire desiu médecine subaquatique et hyperbare dr soualhi .dr naamani.dr ba...Memoire desiu médecine subaquatique et hyperbare dr soualhi .dr naamani.dr ba...
Memoire desiu médecine subaquatique et hyperbare dr soualhi .dr naamani.dr ba...Islem Soualhi
 
Administration d'oxygène lors d'accidents de plongée 2017
Administration d'oxygène lors d'accidents de plongée  2017Administration d'oxygène lors d'accidents de plongée  2017
Administration d'oxygène lors d'accidents de plongée 2017Islem Soualhi
 
La visite de non contre indication à la plongée
La visite de non contre indication à la plongéeLa visite de non contre indication à la plongée
La visite de non contre indication à la plongéeIslem Soualhi
 
Rhabdomyolyse topo 2016
Rhabdomyolyse topo 2016Rhabdomyolyse topo 2016
Rhabdomyolyse topo 2016Islem Soualhi
 
Indication eto ett en perioperatoire
Indication eto ett en perioperatoireIndication eto ett en perioperatoire
Indication eto ett en perioperatoireIslem Soualhi
 
Questionnaire à remplir en cas d'accident de plongée cmpn fassas
Questionnaire à remplir en cas d'accident de plongée cmpn fassasQuestionnaire à remplir en cas d'accident de plongée cmpn fassas
Questionnaire à remplir en cas d'accident de plongée cmpn fassasIslem Soualhi
 
Désaturation dr soualhi 2017
Désaturation dr soualhi 2017Désaturation dr soualhi 2017
Désaturation dr soualhi 2017Islem Soualhi
 

En vedette (20)

Anatomie de l'oreille dr naamani fassas
Anatomie de l'oreille dr naamani fassasAnatomie de l'oreille dr naamani fassas
Anatomie de l'oreille dr naamani fassas
 
Anesthésie inhalatoire (Halogénés) actualisation 2016
Anesthésie inhalatoire (Halogénés) actualisation 2016 Anesthésie inhalatoire (Halogénés) actualisation 2016
Anesthésie inhalatoire (Halogénés) actualisation 2016
 
Syndromes coronariens aiguës actualisation 2017
Syndromes coronariens aiguës actualisation 2017Syndromes coronariens aiguës actualisation 2017
Syndromes coronariens aiguës actualisation 2017
 
Systéme nerveux et plongée fassas
Systéme nerveux et plongée fassasSystéme nerveux et plongée fassas
Systéme nerveux et plongée fassas
 
Accidents de plongée 2015
Accidents de plongée 2015Accidents de plongée 2015
Accidents de plongée 2015
 
Accidents graves de plongée sous marine saarsiu 2016
Accidents graves de plongée sous marine saarsiu 2016Accidents graves de plongée sous marine saarsiu 2016
Accidents graves de plongée sous marine saarsiu 2016
 
Sauvetage nautique et noyade cmpn fassas 2016
Sauvetage nautique et noyade cmpn fassas 2016Sauvetage nautique et noyade cmpn fassas 2016
Sauvetage nautique et noyade cmpn fassas 2016
 
Liste de contre-indications a la pratique de l'apnée FFESSM
Liste de contre-indications a la pratique de l'apnée FFESSM Liste de contre-indications a la pratique de l'apnée FFESSM
Liste de contre-indications a la pratique de l'apnée FFESSM
 
Physiologie de l'immersion 2016
Physiologie de l'immersion 2016Physiologie de l'immersion 2016
Physiologie de l'immersion 2016
 
Surpression pulmonaire
Surpression pulmonaire Surpression pulmonaire
Surpression pulmonaire
 
Dr soualhi appareil ventilatoire et echanges gazeux
Dr soualhi appareil ventilatoire et echanges gazeuxDr soualhi appareil ventilatoire et echanges gazeux
Dr soualhi appareil ventilatoire et echanges gazeux
 
Apnée libre 2016
Apnée libre 2016Apnée libre 2016
Apnée libre 2016
 
Dr soualhi l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
Dr soualhi  l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)Dr soualhi  l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
Dr soualhi l’appareil circulatoire (plongeurs et moniteurs)
 
Memoire desiu médecine subaquatique et hyperbare dr soualhi .dr naamani.dr ba...
Memoire desiu médecine subaquatique et hyperbare dr soualhi .dr naamani.dr ba...Memoire desiu médecine subaquatique et hyperbare dr soualhi .dr naamani.dr ba...
Memoire desiu médecine subaquatique et hyperbare dr soualhi .dr naamani.dr ba...
 
Administration d'oxygène lors d'accidents de plongée 2017
Administration d'oxygène lors d'accidents de plongée  2017Administration d'oxygène lors d'accidents de plongée  2017
Administration d'oxygène lors d'accidents de plongée 2017
 
La visite de non contre indication à la plongée
La visite de non contre indication à la plongéeLa visite de non contre indication à la plongée
La visite de non contre indication à la plongée
 
Rhabdomyolyse topo 2016
Rhabdomyolyse topo 2016Rhabdomyolyse topo 2016
Rhabdomyolyse topo 2016
 
Indication eto ett en perioperatoire
Indication eto ett en perioperatoireIndication eto ett en perioperatoire
Indication eto ett en perioperatoire
 
Questionnaire à remplir en cas d'accident de plongée cmpn fassas
Questionnaire à remplir en cas d'accident de plongée cmpn fassasQuestionnaire à remplir en cas d'accident de plongée cmpn fassas
Questionnaire à remplir en cas d'accident de plongée cmpn fassas
 
Désaturation dr soualhi 2017
Désaturation dr soualhi 2017Désaturation dr soualhi 2017
Désaturation dr soualhi 2017
 

Similaire à Arrêt cardiaque et reanimation post-arrêt actualisation mai 2016

Defaillances cardio circulatoires aigues
Defaillances cardio circulatoires aiguesDefaillances cardio circulatoires aigues
Defaillances cardio circulatoires aiguesPatou Conrath
 
Gestes urgence gb 08 06 10
Gestes urgence gb 08 06 10Gestes urgence gb 08 06 10
Gestes urgence gb 08 06 10raymondteyrouz
 
288 arrêt cardiaque rfe2006
288 arrêt cardiaque rfe2006288 arrêt cardiaque rfe2006
288 arrêt cardiaque rfe20067496285
 
Réanimation De L'Arret Cardio-Respiratoire.pptx
Réanimation De L'Arret Cardio-Respiratoire.pptxRéanimation De L'Arret Cardio-Respiratoire.pptx
Réanimation De L'Arret Cardio-Respiratoire.pptxAlaaEddine21
 
Obésité et Anesthésie
Obésité et AnesthésieObésité et Anesthésie
Obésité et Anesthésiedoctiti
 
POLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.pptPOLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.pptBahaEddine11
 
Assistance circulatoire
Assistance circulatoireAssistance circulatoire
Assistance circulatoireSarah Hassam
 
Les assistances ventriculaires
Les assistances ventriculairesLes assistances ventriculaires
Les assistances ventriculairesHervé Faltot
 
Poly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologiquePoly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologiqueEgn Njeba
 
Arrêt cardio circulatoire 1.ppt
Arrêt cardio circulatoire 1.pptArrêt cardio circulatoire 1.ppt
Arrêt cardio circulatoire 1.pptHichamHebbache
 
Centre de Revalidation cardiaque et Centre de l'insuffisance cardiaque du CHR...
Centre de Revalidation cardiaque et Centre de l'insuffisance cardiaque du CHR...Centre de Revalidation cardiaque et Centre de l'insuffisance cardiaque du CHR...
Centre de Revalidation cardiaque et Centre de l'insuffisance cardiaque du CHR...Pierre Troisfontaines
 
Non Cardiac Surgery For Adults With Congenital Heart
Non Cardiac Surgery For Adults With Congenital HeartNon Cardiac Surgery For Adults With Congenital Heart
Non Cardiac Surgery For Adults With Congenital HeartAhmed Shalabi
 
Traumatismes de la femme enceinte
Traumatismes de la femme enceinteTraumatismes de la femme enceinte
Traumatismes de la femme enceinteIslem Soualhi
 
HEMORRAGIES DU POST PARTUM 2014 - UP TO DATE
HEMORRAGIES DU POST PARTUM 2014 - UP TO DATEHEMORRAGIES DU POST PARTUM 2014 - UP TO DATE
HEMORRAGIES DU POST PARTUM 2014 - UP TO DATEClaude GINDREY
 
Cat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatismeCat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatismeIdris Ahmed
 
Prise en charge préanesthésique de la chirurgie de l'AAA
Prise en charge préanesthésique de la chirurgie de l'AAAPrise en charge préanesthésique de la chirurgie de l'AAA
Prise en charge préanesthésique de la chirurgie de l'AAAsamirsharshar
 

Similaire à Arrêt cardiaque et reanimation post-arrêt actualisation mai 2016 (20)

Defaillances cardio circulatoires aigues
Defaillances cardio circulatoires aiguesDefaillances cardio circulatoires aigues
Defaillances cardio circulatoires aigues
 
Arret cardiaque
Arret cardiaqueArret cardiaque
Arret cardiaque
 
Acr
AcrAcr
Acr
 
Curs 1 franceza
Curs 1   francezaCurs 1   franceza
Curs 1 franceza
 
Gestes urgence gb 08 06 10
Gestes urgence gb 08 06 10Gestes urgence gb 08 06 10
Gestes urgence gb 08 06 10
 
288 arrêt cardiaque rfe2006
288 arrêt cardiaque rfe2006288 arrêt cardiaque rfe2006
288 arrêt cardiaque rfe2006
 
Réanimation De L'Arret Cardio-Respiratoire.pptx
Réanimation De L'Arret Cardio-Respiratoire.pptxRéanimation De L'Arret Cardio-Respiratoire.pptx
Réanimation De L'Arret Cardio-Respiratoire.pptx
 
Obésité et Anesthésie
Obésité et AnesthésieObésité et Anesthésie
Obésité et Anesthésie
 
POLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.pptPOLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.ppt
 
Assistance circulatoire
Assistance circulatoireAssistance circulatoire
Assistance circulatoire
 
Les assistances ventriculaires
Les assistances ventriculairesLes assistances ventriculaires
Les assistances ventriculaires
 
Poly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologiquePoly semiologie-cardiologique
Poly semiologie-cardiologique
 
Arrêt cardio circulatoire 1.ppt
Arrêt cardio circulatoire 1.pptArrêt cardio circulatoire 1.ppt
Arrêt cardio circulatoire 1.ppt
 
Centre de Revalidation cardiaque et Centre de l'insuffisance cardiaque du CHR...
Centre de Revalidation cardiaque et Centre de l'insuffisance cardiaque du CHR...Centre de Revalidation cardiaque et Centre de l'insuffisance cardiaque du CHR...
Centre de Revalidation cardiaque et Centre de l'insuffisance cardiaque du CHR...
 
Non Cardiac Surgery For Adults With Congenital Heart
Non Cardiac Surgery For Adults With Congenital HeartNon Cardiac Surgery For Adults With Congenital Heart
Non Cardiac Surgery For Adults With Congenital Heart
 
Traumatismes de la femme enceinte
Traumatismes de la femme enceinteTraumatismes de la femme enceinte
Traumatismes de la femme enceinte
 
4 in 1
4 in 14 in 1
4 in 1
 
HEMORRAGIES DU POST PARTUM 2014 - UP TO DATE
HEMORRAGIES DU POST PARTUM 2014 - UP TO DATEHEMORRAGIES DU POST PARTUM 2014 - UP TO DATE
HEMORRAGIES DU POST PARTUM 2014 - UP TO DATE
 
Cat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatismeCat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatisme
 
Prise en charge préanesthésique de la chirurgie de l'AAA
Prise en charge préanesthésique de la chirurgie de l'AAAPrise en charge préanesthésique de la chirurgie de l'AAA
Prise en charge préanesthésique de la chirurgie de l'AAA
 

Plus de Islem Soualhi

Diagnostic echographique d'un pneumothorax post-opératoire Dr Soualhi SAARSIU...
Diagnostic echographique d'un pneumothorax post-opératoire Dr Soualhi SAARSIU...Diagnostic echographique d'un pneumothorax post-opératoire Dr Soualhi SAARSIU...
Diagnostic echographique d'un pneumothorax post-opératoire Dr Soualhi SAARSIU...Islem Soualhi
 
Myocardite toxique Diagnostic echographique chez une patiente critique Dr SOU...
Myocardite toxique Diagnostic echographique chez une patiente critique Dr SOU...Myocardite toxique Diagnostic echographique chez une patiente critique Dr SOU...
Myocardite toxique Diagnostic echographique chez une patiente critique Dr SOU...Islem Soualhi
 
FALLS Protocole (Echographie pulmonaire pour la gestion hémodynamique d'un pa...
FALLS Protocole (Echographie pulmonaire pour la gestion hémodynamique d'un pa...FALLS Protocole (Echographie pulmonaire pour la gestion hémodynamique d'un pa...
FALLS Protocole (Echographie pulmonaire pour la gestion hémodynamique d'un pa...Islem Soualhi
 
Accidents de Désaturation (cour P2)
Accidents de Désaturation (cour P2) Accidents de Désaturation (cour P2)
Accidents de Désaturation (cour P2) Islem Soualhi
 
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externesDr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externesIslem Soualhi
 
Physio cardiaque et pec hypovolémie enfant
Physio cardiaque et pec hypovolémie enfantPhysio cardiaque et pec hypovolémie enfant
Physio cardiaque et pec hypovolémie enfantIslem Soualhi
 
Accidents de plongée 2016: Reconnaissance et prise en charge
Accidents de plongée 2016: Reconnaissance et prise en charge Accidents de plongée 2016: Reconnaissance et prise en charge
Accidents de plongée 2016: Reconnaissance et prise en charge Islem Soualhi
 

Plus de Islem Soualhi (9)

Coma
ComaComa
Coma
 
Diagnostic echographique d'un pneumothorax post-opératoire Dr Soualhi SAARSIU...
Diagnostic echographique d'un pneumothorax post-opératoire Dr Soualhi SAARSIU...Diagnostic echographique d'un pneumothorax post-opératoire Dr Soualhi SAARSIU...
Diagnostic echographique d'un pneumothorax post-opératoire Dr Soualhi SAARSIU...
 
Myocardite toxique Diagnostic echographique chez une patiente critique Dr SOU...
Myocardite toxique Diagnostic echographique chez une patiente critique Dr SOU...Myocardite toxique Diagnostic echographique chez une patiente critique Dr SOU...
Myocardite toxique Diagnostic echographique chez une patiente critique Dr SOU...
 
FALLS Protocole (Echographie pulmonaire pour la gestion hémodynamique d'un pa...
FALLS Protocole (Echographie pulmonaire pour la gestion hémodynamique d'un pa...FALLS Protocole (Echographie pulmonaire pour la gestion hémodynamique d'un pa...
FALLS Protocole (Echographie pulmonaire pour la gestion hémodynamique d'un pa...
 
Cvc protocole pptx
Cvc protocole pptxCvc protocole pptx
Cvc protocole pptx
 
Accidents de Désaturation (cour P2)
Accidents de Désaturation (cour P2) Accidents de Désaturation (cour P2)
Accidents de Désaturation (cour P2)
 
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externesDr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
 
Physio cardiaque et pec hypovolémie enfant
Physio cardiaque et pec hypovolémie enfantPhysio cardiaque et pec hypovolémie enfant
Physio cardiaque et pec hypovolémie enfant
 
Accidents de plongée 2016: Reconnaissance et prise en charge
Accidents de plongée 2016: Reconnaissance et prise en charge Accidents de plongée 2016: Reconnaissance et prise en charge
Accidents de plongée 2016: Reconnaissance et prise en charge
 

Arrêt cardiaque et reanimation post-arrêt actualisation mai 2016

  • 1. Arrêt cardio-circulatoire et réanimation post-arrêt Actualisation Mai 2016 EHS Salim Zemirli – Service d’anesthésie réanimation Professeur k.Guenane Présenté par : Dr Mohamed Islem SOUALHI Dr Bilal ADIMI Dr Merzak ACHOURI
  • 2.
  • 3. Plan : I. Introduction II. Physiologie et base anatomique III. Définition de l’arrêt cardiaque IV. La chaine de survie V. Reconnaissance d’un arrêt cardiaque VI. Séquence du BLS de l’adulte VII. Obstruction des voies respiratoires par un corps étranger (CE) ou suffocation VIII. Séquence BLS de l’enfant (PBLS) IX. Réanimation cardio-pulmonaire avancée de l’adulte et de l’enfant ALS (Advanced life support ) X. Prévention de la mort subite d’origne cardiaque (MSC) en dehors de l’hôpital XI. Réanimation intra-hospitalière XII. Monitorage spécifique XIII. Médicament et soluté pour le trt de l’AC XIV. Arrêt cardiaque dans des circonstances particulières XV. Soins post-réanimation et maladie post ACR XVI. Évaluation et Pronostique
  • 4. • Urgence médicale extrême, où le besoin de Cinque actions dites «chaîne de survie» vise a améliorer le taux de survie Introduction :
  • 5.  La circulation lors du MCE est expliquée par deux théories : 1. La théorie de la pompe cardiaque (Kouwenhoven l'inventeur du MCE) Compression du cœur => une circulation sanguine Car les valves cardiaques (mitrale ++) , restent compétentes => systole d'éjection puis un remplissage passive en diastole grâce à l'ouverture des valves mitrale et tricuspide. Limites !! échocardiographie a montré que les valves sont peu ou pas compétentes pendant le MCE, leurs Mvmt n'étant ni constants ni synchronisés Physiologie : 1995 Elsevier Masson SAS Réanimation cardiopulmonaire extrahospitalière
  • 6. • 2. la théorie de la pompe thoracique : • P. intrathoracique est responsable de la circulation sanguine au cours du MCE, le cœur se comportant comme un conduit passif. • La totalité du volume sanguin intra thoracique (cœur et vaisseaux) subit la force motrice du MCE. • La présence de valves (VCS et VCI) => l'absence de flux rétrograde du sang au moment de la compression. Physiologie : 1995 Elsevier Masson SAS Réanimation cardiopulmonaire extrahospitalière En fait ces deux théories sont complémentaires
  • 7. Obtenir une perfusion cardiaque et cérébrale Bases anatomiques
  • 8. Rappel des Fonctions Vitales • Les trois fonctions vitales sont étroitement liées et toute altération de l’une entraîne une perturbation des autres. Rappel des fonctions vitales
  • 9. En l’absence de RCP, la survie diminue de 10% chaque minute Gagner du temps …. Time is brain !!
  • 10. Gagner du temps …. Morts des cellules myocardiques
  • 12. Arrêt cardiaque : • L’arrêt cardiaque soudain ou inopiné (ACS) est l’une des principales causes de décès en Europe • 25-50 % des victimes d’un ACS en FV lors d’analyses initiales de rythmes cardiaques • En revanche, lorsque le rythme est enregistré juste après un évanouissement le pourcentage des victimes présentant une FV peut atteindre 76 % • Arrêt + FV, il est recommandé : témoin => RCP + DEA . • La plupart des arrêts d’origine non cardiaque sont associés à des causes respiratoires (noyade, et asphyxie) => insufflations +++ et les compressions
  • 13. La chaîne de survie • synthétise les maillons vitaux nécessaires à une réanimation efficace
  • 14. 1. Reconnaissance précoce • SAMU arrive plus vite, avant la survenue de l’arrêt cardiaque • améliore ainsi les chances de survie Reconnaître l’origine cardiaque d’une douleur thoracique avant que la victime ne s’évanouisse • reconnaissance précoce ++++ • réalisation sans délai d’une RCP par un témoin l’arrêt cardiaque s’est produit l’absence de réaction et une respiration anormale La chaîne de survie
  • 15. 2.RCP précoce par un témoin RCP immédiate => multiplier par deux, voire par quatre, les chances de survie • Compressions thoraciques combinées à des insufflations Les personnes formées à la RCP • Réaliser que des compressions thoraciques en attendant Pas formée à la RCP La chaîne de survie
  • 16. • 3 : Défibrillation précoce Une défibrillation dans les 3 à 5 minutes suivant le collapsus permet d’obtenir des taux de survie de 50 à 70 %. Intérêt majeur des DEA dans les lieux publics. • 4 : Réanimation cardio-pulmonaire avancée précoce et soins post- réanimation standardisés Une RCP avancée associée a une intervention au niveau des voies respiratoires, +/-drogues et surtout correction des facteurs de causalité peut s’avérer nécessaire en cas d’échec des tentatives initiales de réanimation. La chaîne de survie
  • 17. • peut s’avérer compliqué pour les témoins doivent être en mesure de diagnostiquer rapidement un arrêt cardiaque afin d’activer la chaîne de survie. • Le contrôle du pouls carotidien (ou d’autres pouls) s’est avéré une méthode imprécise pour confirmer la présence ou l’absence de circulation • L’existence d’une respiration agonique est possible chez 40 % des victimes au cours des premières minutes suivant un arrêt cardiaque. Si elle est reconnue et traitée comme un signe d’arrêt cardiaque, elle est associée à de meilleurs taux de survie • Donc : débuter la RCP si la victime ne réagit pas et ne respire pas normalement. • Les témoins devraient suspecter un arrêt cardiaque chez les victimes de convulsions Reconnaissance d’un arrêt cardiaque
  • 18. • A assurer par l’intervenant formé. Séquence du BLS de l’adulte
  • 19. Adjusted cubic spline of the relationship between chest compression rates and the probability of return of spontaneous circulation (ROSC). Ahamed H. Idris et al. Circulation. 2012;125:3004-3012 Copyright © American Heart Association, Inc. All rights reserved.
  • 20. Insufflations : • Nous suggérons d’insuffler un volume d’environ 500-600 mL (6-7 mL/kg) chez un adulte => permettre à la cage thoracique de se soulever de façon visible • Chaque insufflation pendant environ 1 seconde en évitant des insufflations rapides ou forcées. • La durée maximale de l’interruption des compressions thoraciques pour effecteur deux insufflations ne doit pas dépasser 10 secondes Le DEA : Le DEA standard Peut être utilisé pour des enfants de plus de 8 ans Les enfants de 1 à 8 ans, il convient d’utiliser des électrodes pédiatriques combinées à un atténuateur d’énergie, ou bien de passer en mode pédiatrique si ce dernier est disponible. Séquence du BLS de l’adulte
  • 21. • cause rare mais potentiellement réversible de mort accidentelle Obstruction des voies respiratoires par un corps étranger (CE) (suffocation) ou (Foreign Body Airway Obstruction– FBAO) Les compressions abdominales peuvent provoquer des blessures internes graves. En conséquence, toutes victimes soignées avec succès en utilisant ces techniques doivent ensuite être examinées
  • 22. • Les mêmes favorisent une meilleure issue pour les victimes de noyade Réanimation de l’enfant et du noyé
  • 23.  AC chez l’enfant, sont principalement d’ordre hypoxique +++ . => Rechercher une gêne ou un obstacle à la ventilation (Rapide, et durer 10 secondes maximum). Autres causes : • malformation congénitale • Hypovolémie • Hypothermie • Intoxications médicamenteuses • Hyper/hypokaliémie • Tamponnade • Maladies thrombo-emboliques • Pneumothorax sous tension Séquence du BLS de l’enfant
  • 24. 1. Le pouls: • Rapidement et de façon sûre. Sinon, elle ne sera pas effectuée. • la décision de réanimer doit se faire dans les 10 secondes suivant la découverte de l’enfant.  Selon l’âge de l’enfant, la recherche du pouls sera entreprise en: - carotidien (enfant), - en brachial (nourrisson) - en fémoral (enfant et nourrisson) Séquence du BLS de l’enfant
  • 25. • Le ratio compression/ventilation dépend du nombre de secouristes sur place. • Pour les non professionnels, la technique à un seul sauveteur 30/2. • Pour les professionnels de santé et les secouristes formés - 30 compressions pour 2 insufflations : seul - 15 compressions et 2 insufflations en équipe. • La ventilation reste un élément déterminant lors de la réanimation des enfants, en raison du caractère asphyxique dominant. Séquence du BLS de l’enfant
  • 26. 2. Pour ventiler il faut: Chez l’enfant : * Aligner les plans : de la voie orale (O), du pharynx (P) et la trachée (T) * Élever l’occiput et étendre la tête. * En regardant de côté, notez l’oreille antérieure à la position de l’épaule dit ”sniffing rose” position. Chez le nourrisson : position neutre Séquence du BLS de l’enfant
  • 27. • Les compressions thoraciques doivent être au moins égale à 1/3 du diamètre antéropostérieur du thorax pour tous les enfants • Il faut minimiser le temps sans flux d’air.
  • 28. • LE DEA(défibrilateur automatique externe): - La recommandation de la pose d’un DAE sur un nouveau né, n’a pas encore fait l’objet de recommandation de l’ERC(European Resuscitation Council, littéralement le conseil européen de réanimation - TVsP et la fibrillation surviennent plus fréquemment chez les enfants porteurs de cardiopathie congénitale. - La défibrillation précoce est le seul TRT efficace pour rétablir un RACS* chez un enfant présentant une FV ou une TVsP. L’énergie délivrée sera de 4 j/kg pour un défibrillateur manuel. - Les DAE peuvent être utilisés par toute personne, la formation initiale n’étant plus obligatoire. - L’utilisation d’électrodes pédiatriques ou d’un atténuateur pédiatrique sur les DAE permet de délivrer entre 50 et 75 joules et est recommandée chez les enfants âgés de 1 à 8 ans ou jusque 25 kg. Si pas d’un atténuateur de puissance ou d’un défibrillateur manuel, un DEA adulte non modifié peut être utilisé chez l’enfant de plus d’un an. • Les électrodes du DAE sont en général de taille adulte. Elles peuvent être utilisées en plaçant une électrode au milieu du thorax, l’autre étant placée dans le dos de l’enfant. *RACS: Retour à une circulation spontanée Séquence du BLS de l’enfant
  • 29. • Directives concernant la prévention de l’arrêt cardiaque intra-hospitalier : Une reconnaissance précoce = premier maillon de la chaîne de survie • Arrêt cardiaque intra-hospitalier, seuls 20 % environ des patients survivent et rentrent chez eux. Le système de soins doit intégrer : (a) formation du personnel à l’identification des signes de détérioration de l’état des patients et aux motifs d’une réponse médicale rapide ; (b) un monitoring approprié et régulier des signes vitaux des patients ; (c) un système d’appel des renforts médicaux clair et uniforme (d) une réponse clinique appropriée et rapide aux appels à l’aide Réanimation cardio-pulmonaire avancée de l’adulte
  • 30. • La plupart des victimes d’une MSC ont des ATCD de cardiopathie + symptômes d’alerte préalables (douleurs thoraciques dans l’heure qui précède l’arrêt cardiaque) • Des enfants et des jeunes adultes, en bonne santé apparente et victimes d’une MSC, peuvent présenter des signes et des symptômes (par exemple, syncope/pré syncope, douleur thoracique et palpitations) qui devraient alerter les professionnels de santé. • Programmes de dépistage chez les sportifs . • L’identification de personnes avec de troubles cardiaques héréditaires et le dépistage des membres de leur famille permettent d’éviter le décès chez les plus jeunes. Prévention de la mort subite d’origne cardiaque (MSC) en dehors de l’hôpital
  • 31. Réanimation intra-hospitalière  Il a été démontré que l’utilisation d’adrénaline améliorait le RACS mais pas la survie à la sortie de l’hôpital et peut même avoir des effets défavorables sur la survie neurologique à long terme.  Donc l’adrénaline : revêtent une importance secondaire comparées à la défibrillation précoce et aux compressions thoraciques de haute qualité ininterrompues.  La capnographie permettra de déceler un RACS (il existe une augmentation significative du CO2 en fin d’expiration quand le RACS survient ) sans interrompre les compressions thoraciques et d’éviter l’injection en bolus d’adrénaline après obtention du RACS.
  • 32.
  • 35. Arrêt cardiaque monitoré, en présence de témoins (cathlab, soins intensifs, salle de réveil ) et qu’un défibrillateur manuel est rapidement accessible :  Confirmer l’arrêt cardiaque et appeler à l’aide; Si rythme initial est de type FV/TVsP, donner rapidement jusqu’à trois chocs successifs.  Vérifier rapidement la présence d’un changement de rythme et, le cas échéant, d’un RACS après chaque tentative de défibrillation. Commencer les compressions thoraciques et poursuivre la RCP pendant deux minutes en cas d’échec du troisième choc FV/TVsP monitorée… On la voit on la choc !!
  • 36. • L’intubation trachéale est la manière la plus fiable de maintenir l’ouverture des voies aériennes • L’intubation trachéale ne doit pas retarder les tentatives de défibrillation et sans interrompre les compressions thoraciques. • Au moment du passage du tube entre les cordes vocales, les compressions thoraciques peuvent être interrompues mais pas plus de 5 secondes. • Aucun essai randomisé contrôlé n’a établi que l’intubation trachéale améliorait la survie après un arrêt cardiaque. • Ventiler les poumons à raison de 10 insufflations/minute ; éviter l’hyperventilation du patient. • En l’absence de personnel compétent pour l’intubation trachéale, les dispositifs supra-glottiques (par exemple, masque laryngé, tube laryngé ou i-gel) sont des alternatives acceptables. Voies respiratoires et ventilation
  • 37. • Une VVP est plus rapide, plus facile à réaliser et plus sûre qu’une voie veineuse centrale. • L’administration par voie intraveineuse périphérique de médicaments doit être suivie par un flush d’au moins 20 ml de liquide de perfusion, et par l’élévation du membre pendant 10 à 20 secondes (faciliter la distribution dans la circulation centrale). • Si l’accès veineux est difficile ou impossible, envisager un accès intra- osseux. Cette voie est désormais considérée comme efficace chez les adultes (concentrations plasmatiques adéquates dans un délai comparable à celui d’une injection par voie Intraveineuse) Accès intraveineux et médicaments
  • 38. 100 – 150 Euro l’utilisation !!!
  • 39.
  • 40. • Une activité électrique sans pouls (AEsP) = un arrêt circulatoire en présence d’une activité électrique (autre qu’une tachyarythmie ventriculaire) • Survie peut probable à moins qu’une cause réversible puisse être identifiée et traitée de façon efficace. Rythmes non choquables (AEsP et asystolie)
  • 41. • Si patient a une PAS invasive : Objectif = PAD de l’aorte > 25 mmHg dans le cadre d’une RCP en optimisant les compressions thoraciques • Capnographie : Contrôler la fréquence respiratoire pendant la RCP et éviter l’hyperventilation. Contrôler la qualité des compressions thoraciques pendant la RCP. Les mesures du CO2 en fin d’expiration sont liées à la profondeur des compressions et à la fréquence des ventilations Identifier un RACS pendant la RCP (augmentation brusque) Établir un pronostic pendant la RCP. Des mesures basses de CO en fin d’expiration peuvent être associées à un pronostic défavorable et à une probabilité moindre d’un RACS. Monitorage spécifique
  • 42. • Adrénaline : Nous recommandons, comme en 2010, de continuer à utiliser l’adrénaline pendant la RCP • Anti arythmiques : bénéfice limitées. Améliore la survie a l’admission mais pas de meilleure survie a la sortie de l’hôpital , Sont recommandés pour la prise en charge d’arythmies associées à un arrêt cardiaque.  L’amiodarone améliore la réponse à la défibrillation lorsqu’elle est administrée chez des humains présentant une FV ou une TV hémodynamiquement instable C’est pourquoi, et en l’absence d’autres données, l’administration d’une dose de 300 mg d’amiodarone est recommandée en cas de FV/TVsP persistant après la délivrance de trois chocs. La lidocaïne est recommandée au cours d’un ALS quand l’amiodarone est indisponible Ne pas utiliser du magnésium en routine dans le cadre du traitement d’un arrêt cardiaque. Médicaments et solutés pour le traitement d’arrêts cardiaques
  • 43. • Bicarbonate : hyperkaliémie mettant en jeu le pronostic vital, arrêt cardiaque associé à une hyperkaliémie et de surdosage de tricycliques. Dose : bolus 1 mmol/kg , répété à 0,5mmol/kg après 10 min , adapté aux GDS • Les fibrinolytiques : Arrêt provoqué par une embolie pulmonaire aiguë supposée ou avérée Envisager une RCP pendant au moins 60 à 90 minutes avant de mettre un terme aux efforts de réanimation. Médicaments et solutés pour le traitement d’arrêts cardiaques
  • 44. • Solutés intraveineux : ACC de L’hypovolémie est potentiellement réversible Injecter rapidement des solutés balancés de cristalloïdes (par exemple, solution de Hartmann ou chlorure de sodium à 0,9 %) en cas de suspicion d’une hypovolémie.  éviter le dextrose qui est rapidement redistribué en dehors du secteur intravasculaire, provoque une hyperglycémie et risque d’aggraver l’issue neurologique après un arrêt cardiaque Médicaments et solutés pour le traitement d’arrêts cardiaques
  • 45. • Les anti arythmiques (réservée aux patients stables sans signes de détérioration) ont une action plus lente et moins fiable qu’une cardioversion électrique pour convertir une tachycardie en rythme sinusal. • Signes de détérioration : 1. Choc : pâleur, sudation, extrémités froides et moites (augmentation de l’activité sympathique), état de conscience altéré (réduction du débit sanguin cérébral) et hypotension (par exemple, PAS < 90 mmHg). 2. Syncope. 3. Insuffisance cardiaque : les arythmies altèrent les performances myocardiques en réduisant le débit sanguin des artères coronaires. 4. Ischémie myocardique : survient quand la consommation d’oxygène par le myocarde est supérieure à l’apport. Arythmies péri-arrêt
  • 46.
  • 48. Arrêt cardiaque dans des circonstances particulières Photo Dr Soualhi
  • 49. • AC par un traumatisme => mortalité très élevée. • Mais si RACS, l’issue neurologique meilleure que dans les autres cas d’arrêts cardiaques • Dans le cas ou l’AC est causé par : hypovolémie, une tamponnade ou un PNO sous tension, il est peu probable que les compressions thoraciques soient aussi efficaces que dans le cas d’un arrêt avec une volémie normale. DONC : TRT immédiat des causes réversibles (par exemple, thoracotomie, contrôle de l’hémorragie, etc.) apparaît davantage prioritaire que les compressions thoraciques. Arrêt cardiaque d’origine traumatique
  • 50.
  • 51.
  • 52.
  • 53.
  • 56. • Le collapsus brutal et inopiné, non lié à un contact ou à un traumatisme, d’un sportif sur un terrain est probablement d’origine cardiaque ; il nécessite une reconnaissance rapide et un traitement efficace afin d’assurer la survie de la victime. • En l’absence de réaction immédiate au traitement et en présence d’une équipe médicale organisée, il faut envisager le déplacement de la victime vers une zone à l’abri • Si le patient présente un rythme FV/TVsP, il faut délivrer les trois premiers chocs (la défibrillation est plus susceptible d’être efficace lors des trois premiers chocs) avant de le déplacer. Arrêt cardiaque dans le cadre d’activités sportives
  • 57. • La noyade est une cause courante de décès par accident • La Chaîne de survie en cas de noyade décrit 5 maillons essentiels permettant d’améliorer la survie • Les témoins jouent un rôle primordial pour les premiers secours et la réanimation • Une durée d’immersion inférieure à 10 minutes est associée a de très grandes chances d’issue favorable • L’âge, le temps de réponse des services de secours médicaux, le type d’eau (douce ou salée), la température de l’eau et la présence d’éventuels témoins ne constituaient pas des indicateurs prédictifs utiles pour la survie. • Une immersion dans de l’eau glacée peut élargir la fenêtre de survie de la victime et justifier des recherches et des tentatives de sauvetage prolongées Ressuscitation et Noyade
  • 58. La Chaîne de Survie en cas de noyade
  • 59. Algorithme RCP de Base en cas de noyade
  • 60. DEA dans le milieu Aquatique sans danger et efficace sur les patients mouillés a condition que les patchs ont un bon contacte avec la peau Sans danger sur les surfaces mouillées pour les sauveteurs Efficace sur un bateau en mouvement Source : Dr DEA (défibrillateurs automatisés externes)
  • 61. • Les noyés doivent être extraits du milieu aquatique le plus rapidement possible • La réanimation doit débuter par 5 insufflations • La stabilisation rachidienne n’est pas systématique; circonstances particulières(plongeon, signes neurologiques) • Réanimation de base dans le milieux => mortalité baisse de 30% Comment procéder ?
  • 62. • Le rétablissement d’une circulation spontanée (RACS) est la première étape du processus de récupération complète suite à un arrêt cardiaque • Les mécanismes physiopathologiques complexes qui surviennent suite à une ischémie globale durant un arrêt cardiaque et la reperfusion subséquente en réponse à une réanimation réussie sont réunis sous le terme de syndrome post-arrêt cardiaque Soins post-reanimation
  • 63.
  • 64.
  • 65.
  • 66. Le syndrome inclut :  les lésions cérébrales  dysfonction myocardique post-arrêt cardiaque,  la réponse systémique à l’ischémie/reperfusion  et la pathologie causale persistante Gravité fonction de la durée et de la cause de l’arrêt cardiaque. • Défaillance CV est la principale cause de décès au cours des trois premiers jours • Lésions cérébrales sont à l’origine de la majorité des décès intervenant ultérieurement • L’arrêt des thérapeutiques actives de maintien des fonctions vitales est la cause de décès la plus fréquente (environ 50 %) pour les patients chez lesquels une issue défavorable est pronostiquée Syndrome post-arrêt cardiaque
  • 68. Voies aériennes et respiration • L’hypoxémie et l’hypercapnie augmentent risque récidive d’arrêt CV • L’hyperoxémie juste après un RACS entraîne un stress oxydatif qui altère les neurones post ischémiques et aggrave la lésion myocardique chez l’IDM avec ST+ Titrer la concentration en oxygène inspiré SaO2 94-98% contrôler de façon fiable (gaz du sang et/ou SpO2 ) • l’hypocapnie induite par l’hyperventilation provoque une ischémie cérébrale . Mesure EtCo2 et gaz du sang pour obtenir une normocapnie • Envisager l’intubation trachéale, la sédation et la ventilation contrôlée chez les patients avec une fonction cérébrale diminuée.
  • 69. • Intervention coronaire percutanée (ICP) post RACS avec ST+: immédiatement par cathétérisme cardiaque • ICP post RACS non ST+: discuter cette évaluation chez les patients dont l’arrêt cardiaque est le plus vraisemblablement d’origine coronaire. Circulation
  • 70. • Une dysfonction myocardique post réanimation provoque une instabilité hémodynamique, laquelle se manifeste par une hypotension, un index cardiaque faible et des arythmies Il faut procéder rapidement à une échocardiographie chez tous les patients, afin de détecter et d’évaluer la dysfonction myocardique +/- traitement inotrope, au moins de façon transitoire. Objectifs thérapeutique post-arrêt cardiaque :  Cibler la tension artérielle moyenne de manière à obtenir un débit urinaire adéquat (1 ml/g/h)  des concentrations plasmatiques de lactates normales ou en baisse, en tenant compte la tension artérielle normale du patient, Il est important de noter que l’hypothermie peut augmenter le débit urinaire et altérer la clairance des lactates Prise en charge hémodynamique
  • 71. Envisager défibrillateur cardiaque implantable (DCI) chez les patients ischémiques qui présentent une dysfonction ventriculaire gauche, et qui ont fait l’objet d’une réanimation suite à une arythmie ventriculaire intervenue dans un délai de plus de 24 à 48h après un épisode coronarien primaire Défibrillateurs automatiques implantables
  • 72. • Perfusion cérébrale : Déficit neurologique (optimiser la récupération neurologique) immédiatement suivi d’une ischémie cérébrale multifocale, d’une Hyperémie cérébrale globale transitoire, d’une durée de 15 à 30 minutes Hypo-perfusion cérébrale se produit pendant 24h maximum, Consommation cérébrale en oxygène se rétablit progressivement Plusieurs études animales Si arrêt cardiaque par asphyxie, un œdème cérébral peut se former de façon transitoire après un RACS mais est rarement associé à une augmentation cliniquement significative de la PIC l’autorégulation du débit sanguin cérébral (débit absent ou décalé vers la droite) est altérée pendant un certain temps après un arrêt cardiaque.
  • 73. • Sédation : Bien que la sédation et la ventilation des patients pendant au moins 24 heures après un RACS soient des pratiques courantes, aucune donnée de haut niveau ne permet de déterminer une période définie de ventilation, de sédation et de blocage neuromusculaire après un arrêt cardiaque. • Contrôle des convulsions : accroit l’activité métabolique cérébrale voire aggraver les lésions cérébrales Frqte après un arrêt cardiaque (1/3 des patients restés dans le coma après un RACS). Une myoclonie (18 à 25 % des cas), les autres (tonico-cloniques généralisées ou focales, ou bien une combinaison de plusieurs types de convulsions => EEG + TRT anticonvulsivant Déficit neurologique (optimiser la récupération neurologique)
  • 74. • Quel anticonvulsivant ? Valproate sodique, du lévétiracétam, de la phénytoïne, des benzodiazépines, du propofol ou un barbiturique. La myoclonie difficile à soigner, la phénytoïne s’avérant souvent inefficace. Le propofol est efficace pour éliminer la myoclonie post- anoxique Le clonazépam, le valproate sodique et le lévétiracétam sont des anti-myocloniques susceptibles d’être efficaces dans le cas d’une myoclonie post-anoxique Déficit neurologique (optimiser la récupération neurologique)
  • 75. • Contrôle de la glycémie : Une glycémie sanguine élevée après réanimation suite à un arrêt cardiaque est fortement associée à une issue neurologique défavorable Selon les données disponibles, après obtention d’un RACS, il faut maintenir la glycémie ≤ 10 mmol/l (180 mg/dl) et éviter l’hypoglycémie. Il ne faut pas mettre en place une régulation glycémique trop stricte chez les patients adultes avec RACS, sous peine d’accroître le risque d’hypoglycémie Déficit neurologique (optimiser la récupération neurologique)
  • 76. • Une période d’hyperthermie (hyperpyrexie) intervient fréquemment au cours des premières 48 heures suivant un arrêt cardiaque • Association entre la pyrexie post-arrêt cardiaque et des issues défavorables • Il semble raisonnable de traiter l’hyperthermie post-arrêt cardiaque avec des antipyrétiques et d’envisager le refroidissement actif pour les patients inconscients. • Le terme « traitement température cible » (TTC) (ou contrôle de la température) est désormais préféré au terme précédent d’« hypothermie thérapeutique » Contrôle de la température
  • 77. Contrôle de la température Nielsen N et al. N Engl J Med 2013;369:2197-2206 Body Temperature during the Intervention Period. Nielsen N et al. N Engl J Med 2013;369:2197-2206 950 patients Chez Les survivant d’un ACEH présumé d’origine cardiaque , le traitement temperature cible de 33° n’a pas montré un bénifice comparé a un TTC de 36°c
  • 78. • Recommandations ILCOR (International Liaison Committee on Resuscita-tion) concernant le TTC (intégrées dans ces directives de l’ERC) : Maintenir une température cible constante entre 32 et 36°C chez le patient demeurant sans réaction après RACS. En cas de recours au TTC, il est suggéré de prévoir une durée d’au moins 24h (comme dans le cadre des deux grands essais randomisés contrôlés) (recommandation faible – qualité des données de référence : très faible qualité). Contrôle de la température
  • 79. Contrôle de la température • À quel moment contrôler la température? Bien qu’il soit déconseillé de procéder à une perfusion pré-hospitalière non contrôlée de soluté froid (risque récidive AC et d’œdème pulmonaire) il demeure raisonnable d’administrer un soluté froid par perfusion intraveineuse chez les patients parfaitement monitorés et avec une température cible inférieure (par exemple 33°C) • Une hyperthermie rebond est associée à une issue neurologique plus défavorable Par conséquent, il faut réchauffer le patient de façon progressive. Il existe un consensus sur un réchauffement de 0,25 à 0,5°C par heure
  • 80. • Un examen neurologique clinique attentif constitue encore la base du pronostic pour les patients comateux ayant survécu à un arrêt cardiaque • Processus de récupération de L’encéphalopathie hypoxo-ischémique se fait dans les 72 heurs post arrêt (chez les patients ayant reçu des sédatifs 12 heurs avant H72 la fiabilité de l’examen neurologique est réduite) • Si l’on suspecte une paralysie/sédation résiduelle, il faut envisager d’employer des antidotes pour neutraliser les effets de ces médicaments. Évaluation pronostique
  • 81. • Effacement de sillons sur la TDM cérébrale dans les 24 h après le RACS • Apparition de changements ischémiques diffus sur l’IRM cérébral dans les 2 à 5 jours suivant le RACS => mauvais PC L’EEG est l’enregistrement de l’activité électrique spontanée du cerveau Le potentiel évoqué est l’enregistrement de l’EEG en réponse à un événement spécifique
  • 83. • Même si des cas de réveil ont été constatés jusqu’à 25 jours après l’arrêt • la plupart des survivants reprennent conscience au cours de la première semaine • Dans une étude observationnelle récente, 94 % => 4 à 5 jours à partir du réchauffement et les 6 % restants => dans les dix jours. • Mais même les patients reprenant conscience tardivement peuvent présenter une évolution neurologique favorable Phase de récupération
  • 84. Conclusion • Masser-Defibriller => augmentation de la survie • Arrêt traumatique => exsufflation systématique • L’amélioration de la prévention ACIH => analyse fine des facteurs déclenchants • Réanimation post-AC => Nouveau maillon
  • 85. 1. HIGHLIGHTS of the 2015 American Heart Association Guidelines Update for CPR and ECC 2. Traduction des DIRECTIVES DE RÉANIMATION 2015 (Première édition: 2016) 3. Conférence ile de France 2015 arrêt cardiaque 4. Targeted temprature management NEJM decembre 2013 5. Youtube : NEJM ( video exufflation ) , AHA (Video physio massage cardiaque) , SOAP (No Iv acces and stat C/D) , Bibliographie
  • 86. Merci pour votre attention,,,,,,!

Notes de l'éditeur

  1. Dans la plupart des communautés, le délai moyen entre l’appel au 112 et l’arrivée des services de secours (temps de réaction) est de 5 à 8 minutes ou bien de 8 à 11 minutes jusqu’au premier choc ; Pendant ce laps de temps, la survie de la victime dépendra des témoins qui initient une RCP et qui utilisent un défibrillateur externe automatique DEA .
  2. Lorsque le sang arrête de circuler suite à un arrêt cardiaque, le sang dans les poumons et le système artériel reste oxy-géné pendant quelques minutes
  3. Adjusted cubic spline of the relationship between chest compression rates and the probability of return of spontaneous circulation (ROSC). The adjusted model includes sex, age, bystander-witnessed arrest, emergency medical services–witnessed arrest, first known emergency medical services rhythm, attempted bystander cardiopulmonary resuscitation, public location, and site location (y axis). Probability of ROSC vs average chest compression rate when other covariates are equal to the population average is shown. We used a global test that tested the null hypothesis that the spline curve is a horizontal line (P=0.012). A histogram of the compression rates and numbers of patients is included. Dashed lines show 95% confidence intervals.
  4. Les hôpitaux devraient monitorer les intervalles entre le collapsus et le premier choc ainsi que le résultat des réanimations.
  5. Les compressions abdominales et thoraciques peuvent provoquer des blessures internes graves. En conséquence, toutes victimes soi-gnées avec succès en utilisant ces techniques doivent ensuite être examinées
  6. Si RACS mettre l’enfant en PLS
  7. En cas de suspicion d’un RACS pendant la RCP, ne pas donner d’adrénaline. Administrer de l’adrénaline si l’arrêt cardiaque est confirmé à la prochaine vérification du rythme. Si le RACS n’est pas obtenu à l’issue du troisième choc, l’adrénaline peut améliorer le flux sanguin myocardique et donc les chances de succès de la défibrillation au prochain choc.
  8. signes de vie apparaissent durant la RCP (mouve-ment intentionnel, respiration normale ou toux), ou si l’ETCO2 augmente, véri-fier les paramètres  ; en présence d’un rythme organisé, rechercher le pouls. Si un pouls est palpable, commencer les soins post-réanimation. En l’absence de pouls, continuer la RCP.
  9. ; des compressions plus profondes induiront une augmentation des valeurs .
  10. Après la délivrance des trois premiers chocs, l’administration d’amiodarone en cas de FV réfractaire améliore les taux de survie à court terme à l’admission à l’hôpital par rapport à un placebo ou à la lidocaïne
  11. . Il peut ne pas apparaître du tout si celui-ci estde courte durée.
  12. Implique généralement un traitement inotrope au moins de façon transitoire !!
  13. Cela signifie que la perfusion cérébrale dépend de la pression de perfusion cérébrale et non de l’activité neurologique . Par conséquent, après un RACS, il faut maintenir la pression artérielle moyenne à une valeur proche de la pression normale du patient12 .
  14. Chez Les survivant d’un ACEH présumé d’origine cardiaque le traitement temperature cible de 33° n’a pas montré un bénifice compare a un TTC de 36°c In this trial, 950 patients who had been resuscitated from out-of-hospital cardiac arrest were randomly assigned to targeted temperature management at either 33°C or 36°C. There was no significant difference between the two groups in survival or neurologic outcome.