La musique arabo
andalouse à Tlemcen
Le plan :
•
•
•
•
•
•

Introduction
L’histoire de la musique arabo andalouse à Tlemcen
Les genres de la musique arabo anda...
La musique arabo andalouse à Tlemcen

I. Introduction
Lorsqu'on prononce le terme ''Musique andalouse'', notre premier reflexe nous dirige vers
une image décrivant des bonhomme...
La musique arabo andalouse à Tlemcen

II.

L’histoire dela musique arabo
andalouse à Tlemcen
par l'émergence, le développement puis l'apogée de la musique Arabo-Orientale, ainsi
donc, Tlemcen a pour sa part, égaleme...
En second lieu, nous devons noter que la période qui à suivie l'installation à Tlemcen des
émigrés Arabes d'Aandalousie, f...
La musique arabo andalouse à Tlemcen

III. Les genres de la musique
arabo andalouse
 

L'âge d’or de la poésie classique a Tlemcen est situer a l’époque Zianide les historiens
évoquent souvent l’éclat des f...
El Haouzi
 

El Haouzi est un nom qu’on attribue a la poésie populaire quand celle-ci est chantée
selon des canons le plus...
Le Samaà
Le Samaà fait partie de l’ Enseignement spirituel des soufis, avec sa prose rimée
constituée de métaphores et de ...
 

Le Haoufi

Le Haoufi se définit comme un genre de poésie d’inspiration purement
féminine, il a occupé pendant des siècl...
La musique arabo andalouse à Tlemcen

IV. les principaux
instruments utilisé
L’ensemble est constitué de musiciens à la fois instrumentistes et chanteurs et la direction
de l'orchestre est traditionn...
Kanoun

Le Luth
Rababa

Violon
Derbouka

Le Tar
La Kouitra

Le Ney
La musique arabo andalouse à Tlemcen

V. Les grands maitres de
la musique andalouse
Chikh Hadj Larbi Ben Sari
né vers 1870 a Ouled Sid Ali Belhadj dans la banlieue de Tlemcen.
son père hadj Mohammed Boumediene , modeste meunier, ava...
Chikh Redouan Bensari
son vrai nom Ahmed Larbi Ben Sari est né le 08 avril 1914 à tlemcen.il reçoit un
formation à l ’école coranique , puisque ...
Mohammed Ghaffour
Né le 5 mars 1930 à Nedroma (Tlemcen),Mohammed Ghaffour rejoint, après un bref
passage à l'école, l'atelier artisanal de s...
La musique arabo andalouse à Tlemcen

VI.conclusion
Tlemcen hérite une prestigieuse musique qui, quoique n'ayant jamais été
transcrite a été conservée dans toute sa pureté et...
Merci pour votre
attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La musique arabo andalouse à tlemcen

1 425 vues

Publié le

Publié dans : Formation
  • Soyez le premier à commenter

La musique arabo andalouse à tlemcen

  1. 1. La musique arabo andalouse à Tlemcen
  2. 2. Le plan : • • • • • • Introduction L’histoire de la musique arabo andalouse à Tlemcen Les genres de la musique arabo andalouse les principaux instruments utilisé Les grands maitres de la musique andalouse Conclusion
  3. 3. La musique arabo andalouse à Tlemcen I. Introduction
  4. 4. Lorsqu'on prononce le terme ''Musique andalouse'', notre premier reflexe nous dirige vers une image décrivant des bonhommes en chéchias rouges, en djellabas et en sandales blanches, jouant du violon en le pivotant sur la cuisse et entonnant des mélodies avec des voix magnifiques Cette phrase prononcée par un français qui, tout en reconnaissant n'avoir aucune notion sur la musique andalouse, assistait a une représentation musicale effectuée par un orchestre de Tlemcen. Toute innocente, elle symbolise la conception occidentale, a l'exception évidemment de certains spécialistes en la matière, par rapport a la musique andalouse.
  5. 5. La musique arabo andalouse à Tlemcen II. L’histoire dela musique arabo andalouse à Tlemcen
  6. 6. par l'émergence, le développement puis l'apogée de la musique Arabo-Orientale, ainsi donc, Tlemcen a pour sa part, également contribué à l'acheminement de cette musique, qui n'avait pas pris, au départ, les formes qu'elle acquit en Andalousie par le biais de ziriab, vers l'Occident. au courant des sept siècles d'occupation Arabe en Andalousie, Tlemcen constituait une ville stratégique pour les savants, les commerçants , en ce qui nous concerne, les artistes qui se déplaçaient de Cordoue, de Grenade, de Séville ou d'autres villes Andalouses vers le Maghreb car c'était une terre très accueillante pour les Arabes Andalous qui y faisaient une halte. La musique qui venait de l'Andalousie n'était en fin de compte pas tellement ignorée par les Tlemceniens de l'époque car, les relations entre notre ville et celles d'Andalousie étaient concrètes et effectives.
  7. 7. En second lieu, nous devons noter que la période qui à suivie l'installation à Tlemcen des émigrés Arabes d'Aandalousie, fuyant la répression Ibère a été marquée par la création, ou plutôt la "Maghrébisation", de la musique amenée par ces derniers à Tlemcen. En effet, par son contact avec une nouvelle communauté, avec de nouvelles mœurs, de nouvelles habitudes, un nouvel état d'esprit, mais tout en gardant ses mêmes principes techniques, la musique Andalouse s'est très bien adapté à son nouvel environnement. Cela rendue encore plus appréciable et plus riche. En parallèle à la musique Andalouse à Tlemcen et avec le temps, de nouveaux styles musicaux sont nés en conséquence de la " cohabitation" de cette merveilleuse musique avec les traditions, les pensées, et forcément les genres Uriques des tribus indigènes. Cependant, il serait très important de préciser que ces nouvelles musiques ont d'abord puisé leurs sources musicales et poétiques, en d'autres termes leur origine artistique, de la musique "mère" déjà existante, à savoir la musique Andalouse. Mais cela bien sur n’a changer ni déranger aucunement cette dernière. Pour citer ces nouveaux styles considérés comme modernes à l'époque de leur création, nous nommerons le Haouzi, le Haoufi, le Medih, le Chaabi...Chacun de ces styles ayant sa propre histoire et ses propres caractéristiques.
  8. 8. La musique arabo andalouse à Tlemcen III. Les genres de la musique arabo andalouse
  9. 9.   L'âge d’or de la poésie classique a Tlemcen est situer a l’époque Zianide les historiens évoquent souvent l’éclat des fêtes organisées a l’intèrieur du Machouar a l’occasion de la fête de la naissance du prophète mouloud et de joutes poétiques qui s’y déroulaient pendant les sept jours de célébration Les poète de Tlemcen on contribué a la réputation de la culture arabe comme Abou Abdallah Ibn Khamis Mohamed Benyoussef Ath Thaghri Ibn Hdiya El Koreich
  10. 10. El Haouzi   El Haouzi est un nom qu’on attribue a la poésie populaire quand celle-ci est chantée selon des canons le plus souvent empruntés à la musique andalouse , avec son langage expressif communicatif pour employer un terme moderne il constitue même une source documentaire à la fois historique et littéraire d’une valeur exceptionnelle . le Haouzi est surtout un genre littéraire et poétique privilegie qui pour cadre un univers de référence et comme support, la langue parlée avec ses règles morphologiques et syntaxiques.
  11. 11. Le Samaà Le Samaà fait partie de l’ Enseignement spirituel des soufis, avec sa prose rimée constituée de métaphores et de paraboles, il a pour vocation de compléter les capacités contemplatives des mourides. En tant que poésie spiritualisé à caractère initiatique ,elle est chantée dans les majlis ou réunions des imposée par son caractère austère et réservé. Elle repose sur une certaine transcendance ,une élévation de de l’ame est nécessaire pour atteindre la purification intérieur et par voie de conséquence, la réceptivité du cœur . Les poèmes sont généralement l’œuvre du Chikh ou empruntés par lui à d’autres parmi les grands savants mystiques . A Tlemcen le Samàa se dit et se chante de manier immuable a travers les ages comme du temps des grands apologétiques dont la Bordah
  12. 12.   Le Haoufi Le Haoufi se définit comme un genre de poésie d’inspiration purement féminine, il a occupé pendant des siècles une place réelle dans la littérature populaire à Tlemcen . Le Haoufi c’est l’expression du génie poétique des femmes, un moyen d’expression oral se révèle important dans l’étude de la société, de sa psychologie et de ses sentiments collectifs et individuels les plus profonds. Ses thèmes de prédilection sont instinctivement l’amour, le rêve, le désespoir, le destin, la nostalgie, de lieux dits les souvenirs … il est évocateur d’images et de lieux symboliques quand il chante Sakiet bab el Djiad la fontaine du quartier des coursiers, lala seti, la saint gardienne des femmes.
  13. 13. La musique arabo andalouse à Tlemcen IV. les principaux instruments utilisé
  14. 14. L’ensemble est constitué de musiciens à la fois instrumentistes et chanteurs et la direction de l'orchestre est traditionnellement assurée par un des instrumentistes. Le rôle du chef est de donner le départ du chant, alors aussitôt enchaîné par les autres musiciens. Du fait de la grande souplesse laissée aux orchestres quant au choix des instruments et au nombre d'instrumentistes. certains orchestres de musique arabo-andalouse ont introduit dans leurs ensembles des instruments « modernes ». Ainsi on a vu apparaître, aux côtés des instruments traditionnels, des instruments tels que la clarinette, l'accordéon, la flûte traversière, le saxophone, la batterie, la guitare ou encore le clavier électronique. A titre de comparaison, on peut remarquer que la musique andalouse-algérienne (représentée au Maroc, principalement à Oujda et Rabat, par le « tarab al-gharnâti ») a, quant à elle, assimilé depuis longtemps des instruments tels que le banjo, la mandoline, la guitare ou encore le piano.
  15. 15. Kanoun Le Luth
  16. 16. Rababa Violon
  17. 17. Derbouka Le Tar
  18. 18. La Kouitra Le Ney
  19. 19. La musique arabo andalouse à Tlemcen V. Les grands maitres de la musique andalouse
  20. 20. Chikh Hadj Larbi Ben Sari
  21. 21. né vers 1870 a Ouled Sid Ali Belhadj dans la banlieue de Tlemcen. son père hadj Mohammed Boumediene , modeste meunier, avait travaille rudement pour subvenir aux besoins de ses huit enfants . Dès son enfance , le jeune Larbi s'est intéressé à la mélodie et au verbe poétique; particulièrement andalou et hawzi local . comme les enfants à son Age. il suivit in enseignement traditionnel à l‘école coranique et; là , il a montre de qualité exceptionnelles de sérieux et d'intelligence. il consigne dans sa mémoire le livre sacré alors qu'il n‘était âgé que 12 ans. le hasad faisait bien les choses; il débutera en qualité d'apprenti coiffeur chez Maalem Boumidiene Brixi; un notable des ville ; chez qui défilait toutes les personnalités musicales. le répertoire de Larbi Ben Sari était extrêmement varie .parmi les chanson ; on peut cité: Tahouif Tlemcéni/Hnina ya hnina/Zenouba..... la vielle de sa mort , le 24/12/1964 à Tlemcen.
  22. 22. Chikh Redouan Bensari
  23. 23. son vrai nom Ahmed Larbi Ben Sari est né le 08 avril 1914 à tlemcen.il reçoit un formation à l ’école coranique , puisque très jeune, il s'adonne à la musique; à la faveur de la notoriété de son père CHIKH LARBI BEN SARI ; grand maitre de la musique Gharnati à tlemcen. devenu célebre , sera sollicité , en duo avec son père pour l'enregistrement d'édition " la voix de son maitre" dont les titres suivants: SELLI hommoumek, Tlemcen el aliya . les choix des chansons a été fait compte tenu de la richesse du registre musicale du genre tlemcenien: hawzi, hawfi, madih, et gharnati. il s'éteint le jeudi 25/07/2002 à Casablanca Maroc.
  24. 24. Mohammed Ghaffour
  25. 25. Né le 5 mars 1930 à Nedroma (Tlemcen),Mohammed Ghaffour rejoint, après un bref passage à l'école, l'atelier artisanal de son père el hadj Mekki, tisserand. El Hadj Mohammed Ghaffour appartient à une famille de vieille souche nédromie, d'origine andalouse. Il fréquente le djama' ou mcid de Sidi Mhammed Zrihni Lakhdari à l'état civil, situé au quartier Derb El Kherba, non loin de chez lui. La zaouia (confrérie) Azziania, fondée par Sidi M'Hammed Ben Abderrahmane Ben Abi Ziane de Kenadsa près de Béchar a fortement marqué son éducation spirituelle et sociale.
  26. 26. La musique arabo andalouse à Tlemcen VI.conclusion
  27. 27. Tlemcen hérite une prestigieuse musique qui, quoique n'ayant jamais été transcrite a été conservée dans toute sa pureté et sa rigueur et transmise par une langue lignée de musiciens (Cheikh Menouar BENATTOU, les frères Mohamed et Ghouti DIB, Cheikh Mohamed BENCHAABANE, Cheikh Larbi BENSARI, Abdelkrim DALi, BENZERGA, Nouri KOUFI,…). Ensuite cette musique trouva refuge dans d'autres villes comme Alger, Constantine, Blida, Bejaïa, Annaba et Nedroma.
  28. 28. Merci pour votre attention

×