SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  13
Télécharger pour lire hors ligne
Les troubles fonctionnels digestifs I
Dr RAMDANI
I. Introduction
L’appareil digestif comprend le tube digestif de la bouche à la marge
anale et les organes annexes (glandes salivaires, foie, voies biliaires et
pancréas).
L’interrogatoire est le temps capital de l’examen du tube digestif, il
permet l’analyse des troubles fonctionnels.
Les troubles fonctionnels du tube digestif sont les troubles de
l’appétit, les vomissements, la dysphagie, les troubles du transit
intestinale, les douleurs abdominales et les hémorragies digestives.
Ce cour se limite au troubles de l’appétit, les vomissements
la dysphagie et les douleurs abdominales.
II. Les troubles de l’appétit
1. L’anorexie : diminution ou perte de l’appétit globale ou
élective a certain aliments
L’anorexie peut survenir :
- a la phase prodromique des hépatite aigue
- lors d’affections gastro-intestinales :
ulcère gastro-intestinal, cancer de l’estomac
- lors de maladie infectieuse : tuberculose
- d’origine psychique : chez la femme ou la jeune fille suite
a un choc émotif, s’associé a un amaigrissement
important.
2. La polyphagie : augmentation de l’appétit
Elle se voit lors du diabète sucré et lors de certaine obésité
par suralimentation dans le cadre d’habitudes alimentaires
familiales
III. Les vomissements
C’est le brusque rejet actif par la bouche du contenu gastrique.
C’est un symptôme non spécifique qui accompagne des
maladies digestives et non digestives.
Souvent précédés, accompagnées ou remplacées par des nausées qui
correspondent à une sensation désagréable mais non douloureuse,
intéressant la région pharyngée et la partie haute de l’abdomen.
Le diagnostic différentiel des vomissements se fait avec :
- Les régurgitations qui sont la remonté des aliments de l’estomac ou
l’œsophage vers la bouche sans effort de vomissement, c’est un
phénomène passif.
- la rumination ou mérycisme physiologique chez le nourrisson, chez
l’adulte correspond à une remontée volontaire consciente ou non du
contenu gastrique dans la bouche où il est de nouveau ruminé.
a. Physiopathologie
Les vomissements surviennent lorsque le contenu gastrique remonte
avec force dans la gorge pour être expulsé par la bouche.
Ils accompagnent une intense contraction soutenue des muscles
abdominaux alors que le cardia est soulevé, ouvert et le pylore
contracté. L’élévation du cardia élimine la portion intra-abdominale
de l’oesophage et relâche le sphincter oesophagien inférieur, ce qui
permet au contenu de l’estomac de pénétrer dans l’oesophage.
L’acte de vomir se termine par l’élévation rapide du diaphragme
et le renversement de la pression thoracique de négative à positive.
La glotte se ferme, le palais mou s’élève, la bouche s’ouvre
et le contenu de l’estomac est expulsé.
La régulation des vomissements relève de deux unités anatomiques
et fonctionnelles séparées, le centre du vomissement et une zone
chémoréceptrice réflexogène. Le centre du vomissement est situé
dans la formation réticulaire du bulbe rachidien et il est stimulé
directement par des influx afférents viscéraux (voies sympathique et
vague) émanant du tube digestif et d’autres aires de stimulation
périphérique. Ces aires de stimulation se trouvent dans le cortex
cérébral, le pharynx, les vaisseaux cardiaques, le péritoine, les canaux
biliaires et l’estomac. La zone chémoréceptrice réflexogène est située
sur le plancher du quatrième ventricule, du côté sanguin de la
barrière hématoencéphalique; elle ne peut pas causer de
vomissements sans la participation du centre de vomissement.
b. Etude sémiologique
L’interrogatoire va préciser:
 Les circonstances d’apparition : repas, médicaments,
aménorrhée, premier trimestre de grossesse.
 L’horaire du vomissement :
 Matinal : grossesse, éthylisme
 Post prandial précoce : souvent troubles fonctionnels
 Post prandial tardif : souvent organique exemple
sténose duodénale
 Le nombre et l’abondance :
 Vomissement aigue épisodique :peu nombreux ou
unique et peu abondant évoquant une affection aigue
 Vomissement chronique : souvent multiples, abondante,
quotidien évoque une affection chronique digestive ou
neurologique.
 La nature du vomissement
 Alimentaire :
 Précoce : aliments peu fragmenté
 Tardive : aliments digérés, stase alimentaire
 Aqueux : la pituite est le rejet par la bouche le matin a
jeun d’un liquide filant, aqueux, alcalin
 Bilieux : peut survenir après un vomissement alimentaire
ou d’emblé en cas d’obstacle sous vatérien
 Hématique : hématémèse vomissement de sang plus au
moins digéré associé souvent a des débris alimentaires.
 Fécaloide :rejet de matières fécale au cours des
occlusions intestinales avancée.
c. Les causes des vomissements
 Causes digestive
 Gastrique :la sténose du pylore se traduit par des
vomissement chronique d’aliment digérés de stase
Clinique : distension abdominale a jeun, ondulation
péristaltique, un clapotage a jeun.
La FOGD après aspiration gastrique permet de mètre en
évidence la sténose et faire des biopsies.
Le transit oeso-gastro-duodénale (TOGD) : estomac de
stase et les caractères de la sténose.
 Gastroentérite aiguë (virale, bactérienne)
 Toxi-infection alimentaire
 Hépatites (virales, médicamenteuses)
 Biliaires : Cholécystite, Angiocholite
 Occlusion intestinale
 Péritonite
 Pancréatite
 Ischémie mésentérique
 Causes extradigestives
 Neurologique : hypertension intracranienne, tumeurs
cérébrales, syndrome meningé : vomissement faciles en
fusée.
Migraine, vertige
 Gynécologique : grossesse, torsion de l’ovaire
 Cardiaque : infarctus du myocarde
 Endocriniennes et métaboliques :Acidocétose diabétique
Insuffisance surrénalienne aiguë, Hyperthyroïdie
Hypercalcémie, Hyponatrémie, Insuffisance rénale aiguë
 Médicamenteuses : Antimitotiques, Opioïdes, Digitaliques
Théophylline, Colchicine, Antibiotiques…..
 Psychique.
IV. La dysphagie
Du grec phagia (manger) et dys(difficulté) c’est une gène a la
déglutition avec blocage du bol alimentaire dans sa propagation
de la bouche a l’estomac.
Aphagie : alimentation impossible.
La dysphagie peut être d’origine pharyngé (en cas d’angine)
Ou le plus souvent oesophagienne.
Elle est soit :
 Organique: cancer, tumeur bénigne ou sténose de
l’œsophage ou bien compression par un organe de
voisinage.
La dysphagie est permanente et d’évolution progressive.
 Fonctionnelle : la dysphagie est intermittente et
capricieuse.
a. Etude sémiologique
 La date de début :
 récente évoque un trouble organique
 ancienne de plusieurs années évoque un trouble
fonctionnel
 le mode de début:
 brutal : après la déglutition rapide d’un repas ou
émotion et cède par la manœuvre de Valsalva en cas
d’achalasie du sphincter inférieur de l’œsophage.
 Progressif: pour les grosse bouchées puis les solides et
enfin les liquides au cours du cancer de l’œsophage.
 Le degré de la dysphagie :
 Minime : simple accrochage lors de la déglutition de
grosses bouchées qui peut être en rapport avec un cancer
de l’œsophage au stade de début.
 Importante : interdisant la déglutition des solides
 Paradoxal : intéresse les liquide et épargne les solides
 Aphagie : stade ultime impossible d’avaler
 Le siège de la dysphagie:
 Cervicale
 Thoracique
 Abdominale haute
N’a aucune valeur concernant la nature ou le siège réel de
la dysphagie
 Les signes accompagnateurs
 Les régurgitations : reflux dans la bouche de débris
alimentaires contenu dans l’œsophage sans effort de
vomissement
 La douleur œsophagienne peut irradier ver la mâchoire
 L’hypersialorhée : provoqué par le réflexe œso-salivaire
dû a l’obstacle.
 Les éructations douloureuses
 L’évolution
 Permanente: continu, quotidienne évoque une cause
organique notamment un cancer de l’œsophage
 Intermittente: capricieuse évoque une cause fonctionnelle
Devant toute dysphagie faire un examen clinique complet
Et une fibroscopie œsogastroduodénale FOGD a la
recherche de la cause et faire des biopsies.
b. Les principales causes
 Cause organiques
 Compressions extrinsèques
 Anomalies cervicales : cancer de la thyroïde, goitre
compressif, ostéophyte cervicale
 Anomalies médiastinales: tumeurs du médiastin,
grosse oreillette gauche en cas de rétrécissement
mitrale, anévrisme de l’aorte.
 Causes intrinsèque :
 Le cancer de l’œsophage et le cancer du cardia
 Les tumeus benignes (leiomyome)
 Les oesophagites
 Sténoses peptique secondaire a un reflux gastro
oesophagien
 Sténose caustique
 Causes fonctionnelles :
 L’achalasie du sphincter supérieur de l’œsophage ou du
sphincter inferieur de l’œsophage (mégaoesophage
idiopathique)
 Maladie des spasmes diffus de l’œsophage
 Péristaltisme douloureux casse noisette
Intérêt de la manométrie œsophagienne pour identifié les
troubles fonctionnels.
V. les douleurs abdominales
C’est un motif fréquent de consultation, elles peuvent être
d’origine abdominale ou extra-abdominale.
1 l’analyse sémiologique :
L’interrogatoire doit préciser les caractères suivant :
 le siège et les irradiations :
Le plus souvent localisé a l’un des neuf quadrants de l’abdomen
Parfois diffuse, dans ce cas il faut préciser le point le plus
douloureux.
il faut préciser les irradiations de la douleur : ascendantes,
descendantes, postérieures ou suivant le cadre colique.
 le type :
 crampe : sensation de torsion ou de contraction
accompagnée de sensation de faim dans la pathologie
ulcéreuse gastroduodénale.
 brulure : dans la pathologie gastrique ou œsophagienne
 pesanteur : sensation de lourdeur, de retard de
l’évacuation gastrique.
 colique : douleurs croissantes et décroissantes, mobiles
répétés avec des pauses, d’intensité fluctuante
dont l’origine est l’intestin, les voies biliaires est
urinaires.
 épreinte : colique localisée au flanc et à la fosse iliaque
gauche, aboutissant à une sensation de faux besoin.
 douleur déchirante : en coup de poignard, évoque la
perforation d’un organe creux.
 douleur battante : dans la région épigastrique en rapport
des battements de l’aorte abdominale.
 intensité :
elle est subjective, en fonction des patients,elle est très intense
si elle s’associé a des agitations, une paleur.
 évolution dans le temps :
 dans la journée : douleurs rythmé par les repas
 postprandial précoce < 1h évoque une douleur
gastroduodénale, pancreatique, ischémie intestinale
 postprandial tardive 2- 5h soulagé par le repas
évoque un ulcère gastrique ou doudénal
 dans l’année : des poussées douleureuses de quelques
jours séparé par des périodes de rémission.
la douleur peut être paroxystique brève (habituellement
spasmodique) ou continu permanente témoigne d’une lésion
inflammatoire.
 facteurs déclenchant :
 les aliments : repas riche en graisses, épices
 médicament : aspirine ,anti-inflammatoire non
stéroïdiens
 le stresse (troubles fonctionnels intestinaux).
 facteurs sédatifs:
 les aliments
 l’émission de gaz ou de selles
 certaines positions: pliée en deux avec pression des
poings sur le creux épigastrique dans les douleurs
pancréatiques, allongé immobile sur le dos dans les
douleurs biliaires.
 médicaments : antispasmodiques, pansement
antiacide.
 le repos.
 les signes accompagnateurs :
 digestive : troubles du transit intestinale,
vomissement, hémorragie digestive
 autres : fièvre, signes de choc
2 les douleurs d’origine abdominale
 les douleurs gastriqes
 la douleur ulcéreuse : ulcère gastrique ou duodénale
 Type : crampe ou faim douloureuse
 siège : épigastre avec irradiation en barre ou ver
l’ HCD seulement ou postérieur
 horaire : postprandial tardive
 évolution : périodique dans l’année
 facteurs sédatifs : alimentation, repos, antiacides
 signes accompagnateurs : constipation,
vomissements, parfois hémorragies digestives.
 la douleur de la perforation d’ulcère :
Elle réalise un drame abdominal
 type : douleur déchirante en coup de poignard
 siège : épigastre puis diffuse a tout l’abdomen
 signes accompagnateurs : vomissements, signes de
choc
 la douleur de la gastrite
 type : brulure
 siège : épigastre sans irradiations
 horaire : postprandiale précoce
 évolution : non périodique
 facteurs déclenchants : l’alimentation
 facteurs de sédation : les antiacides
 la douleur du cancer gastrique
Elle est atypique, peut ressemblé a la douleur ulcéreuse
ou être d’horaire irrégulier
il existe souvent une altération de l’état général
 la douleur de la pancréatite chronique :
 type : crampe ou broiement a début brutale très
intense
 siège : épigastrique a irradiation dorsale et
scapulaire
 évolution :prolongée sans accalmé
 facteurs de sédation : diminué par la position penché
en avant et par la compression de l’épigastre par le
poing
 signes accompagnateurs : vomissements, signe de
choc
 les douleurs biliaires
 la douleur vésiculaire
 type : colique paroxystique très intense (colique
hépatique)
 siège : hypochondre droit avec irradiation
postérieure vers la pointe de l’omoplate et antérieur
ver l’épaule droit en bretelle.
 facteurs déclenchants : les repas gras
 signes accompagnateurs : nausée, vomissements
 la douleur cholédocienne :
Présente les mêmes caractères que la douleur
vésiculaire, elle est associé a une fièvre et un ictère.
La succession de ces symptômes en moins de 48 h
réalise le syndrome cholédocien.
 les douleurs intestinales
 douleur colique
 type : colique
 siège : localisée ou suivant le cadre colique
 horaire : surtout nocturne
 facteurs de sédation : émission de gaz et de selles
 la douleur grelique :
 type : crise douloureuse paroxystique a type de
colique qui se termine par l’émission de gaz ou de
matières
 siège : para-ombilicale et hypogastrique fixe
 horaire : postprandial plus ou moins tardive
 signes accompagnateurs : nausée, vomissements et
distension abdominale.
Elle signe une obstruction intestinale.
 douleur appendiculaire : appendicite aigue
La douleur siège au niveau de la fosse iliaque droite
accompagnée de nausée, vomissement, troubles du
transit et de fièvre.
 la douleur péritonéale : péritonite aigue
Localisée au début puis diffuse a tout l’abdomen d’intensité
variable, permanente, accentué par la toux et la palpation de
l’abdomen.
 la douleur vasculaire :
 douleur de l’angor abdominale
Crampe péri-ombilicale ou épigastrique post prandiale
précoce, disparaissant avec le jeun.
 douleur de l’infarctus mésentérique : douleur atroce
permanente diffuse à tout l’abdomen irradiant dans les
lombes avec des signes de choc.
 les douleurs pariétales
Peut être le symptôme d’hématome des grands droits
Elle est permanente, augmenté par les mouvements et la
pression.
 les douleurs rapportées : extra abdominales
 thoracique : cardiaque, pulmonaire, œsophagienne
 vertébrales
 gynécologique
 les autres douleurs
 douleurs abdominale d’origine métabolique : diabète
sucré (acidocétose diabétique), saturnisme (intoxication
au plomb)
 douleur abdominale d’origine neurologique :
Origine psychique.
VI. Conclusion
L’interrogatoire est une phase capitale de l’examen clinique il
est important de bien caractérisé les symptômes que présente
le patient afin d’orienté l’exploration et avoir un diagnostic
étiologique.

Contenu connexe

Tendances

Kystes hépatiques Le point en 2022
Kystes hépatiques Le point en 2022Kystes hépatiques Le point en 2022
Kystes hépatiques Le point en 2022Claude EUGENE
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirClaude EUGENE
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinaleRose De Sable
 
Invagination intestinale aigue
Invagination intestinale aigueInvagination intestinale aigue
Invagination intestinale aiguePascal Boulet
 
Dyspepsie fonctionnelle
Dyspepsie fonctionnelleDyspepsie fonctionnelle
Dyspepsie fonctionnelleNawal Kanouni
 
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09raymondteyrouz
 
Troubles fonctionnels intestinaux
Troubles fonctionnels intestinauxTroubles fonctionnels intestinaux
Troubles fonctionnels intestinauxVincent Di Martino
 
La cholécystite
La cholécystiteLa cholécystite
La cholécystiteIdris Ahmed
 
QCM - Cholécystite aigue lithiasique
QCM - Cholécystite aigue lithiasiqueQCM - Cholécystite aigue lithiasique
QCM - Cholécystite aigue lithiasiqueDr. Abdellah Benrahou
 
Encephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueEncephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueClaude EUGENE
 
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une SplénomégalieConduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une SplénomégalieManal Rouidi
 
1 examen clinique en salle de travail
1 examen clinique en salle de travail1 examen clinique en salle de travail
1 examen clinique en salle de travailIdrissou Fmsb
 
Anesthesie caustique
Anesthesie caustiqueAnesthesie caustique
Anesthesie caustiqueNabil Chebbi
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©nauxkillua zoldyck
 
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetSplénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetkillua zoldyck
 
insuffisance rénale aiguë obsétricale
insuffisance rénale aiguë obsétricale insuffisance rénale aiguë obsétricale
insuffisance rénale aiguë obsétricale Khalfaoui Mohamed Amine
 

Tendances (20)

Kystes hépatiques Le point en 2022
Kystes hépatiques Le point en 2022Kystes hépatiques Le point en 2022
Kystes hépatiques Le point en 2022
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
 
Invagination intestinale aigue
Invagination intestinale aigueInvagination intestinale aigue
Invagination intestinale aigue
 
Dyspepsie fonctionnelle
Dyspepsie fonctionnelleDyspepsie fonctionnelle
Dyspepsie fonctionnelle
 
Les hépatomégalies 2012
Les hépatomégalies 2012Les hépatomégalies 2012
Les hépatomégalies 2012
 
Les etats de choc
Les etats de chocLes etats de choc
Les etats de choc
 
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
 
Troubles fonctionnels intestinaux
Troubles fonctionnels intestinauxTroubles fonctionnels intestinaux
Troubles fonctionnels intestinaux
 
La cholécystite
La cholécystiteLa cholécystite
La cholécystite
 
QCM - Cholécystite aigue lithiasique
QCM - Cholécystite aigue lithiasiqueQCM - Cholécystite aigue lithiasique
QCM - Cholécystite aigue lithiasique
 
Encephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatiqueEncephalopathie hepatique
Encephalopathie hepatique
 
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une SplénomégalieConduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
 
1 examen clinique en salle de travail
1 examen clinique en salle de travail1 examen clinique en salle de travail
1 examen clinique en salle de travail
 
Anesthesie caustique
Anesthesie caustiqueAnesthesie caustique
Anesthesie caustique
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
 
Icteres
IcteresIcteres
Icteres
 
Constipation
ConstipationConstipation
Constipation
 
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetSplénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabet
 
insuffisance rénale aiguë obsétricale
insuffisance rénale aiguë obsétricale insuffisance rénale aiguë obsétricale
insuffisance rénale aiguë obsétricale
 

Similaire à Semio digestive troubles-fonctionnels

Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735Jalal Chafiq
 
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestionFiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestionCCMO Mutuelle
 
La dysphagie 2023-2024.pptx
La dysphagie 2023-2024.pptxLa dysphagie 2023-2024.pptx
La dysphagie 2023-2024.pptxlarryfonkou
 
Les vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantLes vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantkillua zoldyck
 
Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptxNausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptxlarryfonkou
 
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenAscite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenArbaoui Bouzid
 
Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigueLina
 
Hernies internes : types, diagnostic et traitements
Hernies internes : types, diagnostic et traitementsHernies internes : types, diagnostic et traitements
Hernies internes : types, diagnostic et traitementsHugo Lebrun
 
Cat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagieCat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagieSalim KHELIF
 
10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdfssuiam588
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissentskillua zoldyck
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissentskillua zoldyck
 

Similaire à Semio digestive troubles-fonctionnels (20)

Semiologie
SemiologieSemiologie
Semiologie
 
Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735
 
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestionFiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
 
La dysphagie 2023-2024.pptx
La dysphagie 2023-2024.pptxLa dysphagie 2023-2024.pptx
La dysphagie 2023-2024.pptx
 
.ppt
.ppt.ppt
.ppt
 
Les vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantLes vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfant
 
Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptxNausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
 
Chap 18 f
Chap 18 fChap 18 f
Chap 18 f
 
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenAscite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
 
Semiologi (1)
Semiologi (1)Semiologi (1)
Semiologi (1)
 
Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigue
 
Adenome de prostate
Adenome de prostateAdenome de prostate
Adenome de prostate
 
Hernies internes : types, diagnostic et traitements
Hernies internes : types, diagnostic et traitementsHernies internes : types, diagnostic et traitements
Hernies internes : types, diagnostic et traitements
 
Cat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagieCat devant une dysphagie
Cat devant une dysphagie
 
Patho diges haute 1/2
Patho diges haute 1/2Patho diges haute 1/2
Patho diges haute 1/2
 
Vomissement Enfant
Vomissement EnfantVomissement Enfant
Vomissement Enfant
 
10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf
 
M panuel, ph devred Echographie abdominales en urgence chez l'enfant jfim han...
M panuel, ph devred Echographie abdominales en urgence chez l'enfant jfim han...M panuel, ph devred Echographie abdominales en urgence chez l'enfant jfim han...
M panuel, ph devred Echographie abdominales en urgence chez l'enfant jfim han...
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissents
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissents
 

Plus de ssuser402aa2

3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mous3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mousssuser402aa2
 
5. formation de la jonction gingivo dentaire
5. formation de la jonction  gingivo dentaire 5. formation de la jonction  gingivo dentaire
5. formation de la jonction gingivo dentaire ssuser402aa2
 
4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF 4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF ssuser402aa2
 
Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021ssuser402aa2
 
Cours développement de l'organe dentaire
Cours développement de l'organe dentaireCours développement de l'organe dentaire
Cours développement de l'organe dentairessuser402aa2
 
Indices biologiques
Indices biologiquesIndices biologiques
Indices biologiquesssuser402aa2
 
Les organes-de-sens
Les organes-de-sensLes organes-de-sens
Les organes-de-sensssuser402aa2
 
L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1ssuser402aa2
 
cours de rayonnement x
cours de  rayonnement xcours de  rayonnement x
cours de rayonnement xssuser402aa2
 
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -ssuser402aa2
 
Solutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie medSolutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie medssuser402aa2
 
Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés ssuser402aa2
 
intégration tissulaire 2020 final
intégration tissulaire  2020  finalintégration tissulaire  2020  final
intégration tissulaire 2020 finalssuser402aa2
 
Fosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynxFosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynxssuser402aa2
 

Plus de ssuser402aa2 (15)

3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mous3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mous
 
5. formation de la jonction gingivo dentaire
5. formation de la jonction  gingivo dentaire 5. formation de la jonction  gingivo dentaire
5. formation de la jonction gingivo dentaire
 
4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF 4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF
 
Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021
 
Cours développement de l'organe dentaire
Cours développement de l'organe dentaireCours développement de l'organe dentaire
Cours développement de l'organe dentaire
 
1 la gencive
1  la gencive1  la gencive
1 la gencive
 
Indices biologiques
Indices biologiquesIndices biologiques
Indices biologiques
 
Les organes-de-sens
Les organes-de-sensLes organes-de-sens
Les organes-de-sens
 
L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1
 
cours de rayonnement x
cours de  rayonnement xcours de  rayonnement x
cours de rayonnement x
 
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
 
Solutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie medSolutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie med
 
Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés
 
intégration tissulaire 2020 final
intégration tissulaire  2020  finalintégration tissulaire  2020  final
intégration tissulaire 2020 final
 
Fosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynxFosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynx
 

Semio digestive troubles-fonctionnels

  • 1. Les troubles fonctionnels digestifs I Dr RAMDANI
  • 2. I. Introduction L’appareil digestif comprend le tube digestif de la bouche à la marge anale et les organes annexes (glandes salivaires, foie, voies biliaires et pancréas). L’interrogatoire est le temps capital de l’examen du tube digestif, il permet l’analyse des troubles fonctionnels. Les troubles fonctionnels du tube digestif sont les troubles de l’appétit, les vomissements, la dysphagie, les troubles du transit intestinale, les douleurs abdominales et les hémorragies digestives. Ce cour se limite au troubles de l’appétit, les vomissements la dysphagie et les douleurs abdominales. II. Les troubles de l’appétit 1. L’anorexie : diminution ou perte de l’appétit globale ou élective a certain aliments L’anorexie peut survenir : - a la phase prodromique des hépatite aigue - lors d’affections gastro-intestinales : ulcère gastro-intestinal, cancer de l’estomac - lors de maladie infectieuse : tuberculose - d’origine psychique : chez la femme ou la jeune fille suite a un choc émotif, s’associé a un amaigrissement important.
  • 3. 2. La polyphagie : augmentation de l’appétit Elle se voit lors du diabète sucré et lors de certaine obésité par suralimentation dans le cadre d’habitudes alimentaires familiales III. Les vomissements C’est le brusque rejet actif par la bouche du contenu gastrique. C’est un symptôme non spécifique qui accompagne des maladies digestives et non digestives. Souvent précédés, accompagnées ou remplacées par des nausées qui correspondent à une sensation désagréable mais non douloureuse, intéressant la région pharyngée et la partie haute de l’abdomen. Le diagnostic différentiel des vomissements se fait avec : - Les régurgitations qui sont la remonté des aliments de l’estomac ou l’œsophage vers la bouche sans effort de vomissement, c’est un phénomène passif. - la rumination ou mérycisme physiologique chez le nourrisson, chez l’adulte correspond à une remontée volontaire consciente ou non du contenu gastrique dans la bouche où il est de nouveau ruminé. a. Physiopathologie Les vomissements surviennent lorsque le contenu gastrique remonte avec force dans la gorge pour être expulsé par la bouche. Ils accompagnent une intense contraction soutenue des muscles abdominaux alors que le cardia est soulevé, ouvert et le pylore contracté. L’élévation du cardia élimine la portion intra-abdominale de l’oesophage et relâche le sphincter oesophagien inférieur, ce qui permet au contenu de l’estomac de pénétrer dans l’oesophage. L’acte de vomir se termine par l’élévation rapide du diaphragme et le renversement de la pression thoracique de négative à positive. La glotte se ferme, le palais mou s’élève, la bouche s’ouvre et le contenu de l’estomac est expulsé. La régulation des vomissements relève de deux unités anatomiques et fonctionnelles séparées, le centre du vomissement et une zone
  • 4. chémoréceptrice réflexogène. Le centre du vomissement est situé dans la formation réticulaire du bulbe rachidien et il est stimulé directement par des influx afférents viscéraux (voies sympathique et vague) émanant du tube digestif et d’autres aires de stimulation périphérique. Ces aires de stimulation se trouvent dans le cortex cérébral, le pharynx, les vaisseaux cardiaques, le péritoine, les canaux biliaires et l’estomac. La zone chémoréceptrice réflexogène est située sur le plancher du quatrième ventricule, du côté sanguin de la barrière hématoencéphalique; elle ne peut pas causer de vomissements sans la participation du centre de vomissement. b. Etude sémiologique L’interrogatoire va préciser:  Les circonstances d’apparition : repas, médicaments, aménorrhée, premier trimestre de grossesse.  L’horaire du vomissement :  Matinal : grossesse, éthylisme  Post prandial précoce : souvent troubles fonctionnels  Post prandial tardif : souvent organique exemple sténose duodénale  Le nombre et l’abondance :  Vomissement aigue épisodique :peu nombreux ou unique et peu abondant évoquant une affection aigue  Vomissement chronique : souvent multiples, abondante, quotidien évoque une affection chronique digestive ou neurologique.  La nature du vomissement  Alimentaire :  Précoce : aliments peu fragmenté  Tardive : aliments digérés, stase alimentaire  Aqueux : la pituite est le rejet par la bouche le matin a jeun d’un liquide filant, aqueux, alcalin  Bilieux : peut survenir après un vomissement alimentaire ou d’emblé en cas d’obstacle sous vatérien
  • 5.  Hématique : hématémèse vomissement de sang plus au moins digéré associé souvent a des débris alimentaires.  Fécaloide :rejet de matières fécale au cours des occlusions intestinales avancée. c. Les causes des vomissements  Causes digestive  Gastrique :la sténose du pylore se traduit par des vomissement chronique d’aliment digérés de stase Clinique : distension abdominale a jeun, ondulation péristaltique, un clapotage a jeun. La FOGD après aspiration gastrique permet de mètre en évidence la sténose et faire des biopsies. Le transit oeso-gastro-duodénale (TOGD) : estomac de stase et les caractères de la sténose.  Gastroentérite aiguë (virale, bactérienne)  Toxi-infection alimentaire  Hépatites (virales, médicamenteuses)  Biliaires : Cholécystite, Angiocholite  Occlusion intestinale  Péritonite  Pancréatite  Ischémie mésentérique  Causes extradigestives  Neurologique : hypertension intracranienne, tumeurs cérébrales, syndrome meningé : vomissement faciles en fusée. Migraine, vertige  Gynécologique : grossesse, torsion de l’ovaire  Cardiaque : infarctus du myocarde  Endocriniennes et métaboliques :Acidocétose diabétique Insuffisance surrénalienne aiguë, Hyperthyroïdie Hypercalcémie, Hyponatrémie, Insuffisance rénale aiguë
  • 6.  Médicamenteuses : Antimitotiques, Opioïdes, Digitaliques Théophylline, Colchicine, Antibiotiques…..  Psychique. IV. La dysphagie Du grec phagia (manger) et dys(difficulté) c’est une gène a la déglutition avec blocage du bol alimentaire dans sa propagation de la bouche a l’estomac. Aphagie : alimentation impossible. La dysphagie peut être d’origine pharyngé (en cas d’angine) Ou le plus souvent oesophagienne. Elle est soit :  Organique: cancer, tumeur bénigne ou sténose de l’œsophage ou bien compression par un organe de voisinage. La dysphagie est permanente et d’évolution progressive.  Fonctionnelle : la dysphagie est intermittente et capricieuse. a. Etude sémiologique  La date de début :  récente évoque un trouble organique  ancienne de plusieurs années évoque un trouble fonctionnel  le mode de début:  brutal : après la déglutition rapide d’un repas ou émotion et cède par la manœuvre de Valsalva en cas d’achalasie du sphincter inférieur de l’œsophage.  Progressif: pour les grosse bouchées puis les solides et enfin les liquides au cours du cancer de l’œsophage.  Le degré de la dysphagie :  Minime : simple accrochage lors de la déglutition de grosses bouchées qui peut être en rapport avec un cancer de l’œsophage au stade de début.
  • 7.  Importante : interdisant la déglutition des solides  Paradoxal : intéresse les liquide et épargne les solides  Aphagie : stade ultime impossible d’avaler  Le siège de la dysphagie:  Cervicale  Thoracique  Abdominale haute N’a aucune valeur concernant la nature ou le siège réel de la dysphagie  Les signes accompagnateurs  Les régurgitations : reflux dans la bouche de débris alimentaires contenu dans l’œsophage sans effort de vomissement  La douleur œsophagienne peut irradier ver la mâchoire  L’hypersialorhée : provoqué par le réflexe œso-salivaire dû a l’obstacle.  Les éructations douloureuses  L’évolution  Permanente: continu, quotidienne évoque une cause organique notamment un cancer de l’œsophage  Intermittente: capricieuse évoque une cause fonctionnelle Devant toute dysphagie faire un examen clinique complet Et une fibroscopie œsogastroduodénale FOGD a la recherche de la cause et faire des biopsies. b. Les principales causes  Cause organiques  Compressions extrinsèques  Anomalies cervicales : cancer de la thyroïde, goitre compressif, ostéophyte cervicale  Anomalies médiastinales: tumeurs du médiastin, grosse oreillette gauche en cas de rétrécissement mitrale, anévrisme de l’aorte.
  • 8.  Causes intrinsèque :  Le cancer de l’œsophage et le cancer du cardia  Les tumeus benignes (leiomyome)  Les oesophagites  Sténoses peptique secondaire a un reflux gastro oesophagien  Sténose caustique  Causes fonctionnelles :  L’achalasie du sphincter supérieur de l’œsophage ou du sphincter inferieur de l’œsophage (mégaoesophage idiopathique)  Maladie des spasmes diffus de l’œsophage  Péristaltisme douloureux casse noisette Intérêt de la manométrie œsophagienne pour identifié les troubles fonctionnels. V. les douleurs abdominales C’est un motif fréquent de consultation, elles peuvent être d’origine abdominale ou extra-abdominale. 1 l’analyse sémiologique : L’interrogatoire doit préciser les caractères suivant :  le siège et les irradiations : Le plus souvent localisé a l’un des neuf quadrants de l’abdomen Parfois diffuse, dans ce cas il faut préciser le point le plus douloureux. il faut préciser les irradiations de la douleur : ascendantes, descendantes, postérieures ou suivant le cadre colique.
  • 9.  le type :  crampe : sensation de torsion ou de contraction accompagnée de sensation de faim dans la pathologie ulcéreuse gastroduodénale.  brulure : dans la pathologie gastrique ou œsophagienne  pesanteur : sensation de lourdeur, de retard de l’évacuation gastrique.  colique : douleurs croissantes et décroissantes, mobiles répétés avec des pauses, d’intensité fluctuante dont l’origine est l’intestin, les voies biliaires est urinaires.  épreinte : colique localisée au flanc et à la fosse iliaque gauche, aboutissant à une sensation de faux besoin.  douleur déchirante : en coup de poignard, évoque la perforation d’un organe creux.  douleur battante : dans la région épigastrique en rapport des battements de l’aorte abdominale.
  • 10.  intensité : elle est subjective, en fonction des patients,elle est très intense si elle s’associé a des agitations, une paleur.  évolution dans le temps :  dans la journée : douleurs rythmé par les repas  postprandial précoce < 1h évoque une douleur gastroduodénale, pancreatique, ischémie intestinale  postprandial tardive 2- 5h soulagé par le repas évoque un ulcère gastrique ou doudénal  dans l’année : des poussées douleureuses de quelques jours séparé par des périodes de rémission. la douleur peut être paroxystique brève (habituellement spasmodique) ou continu permanente témoigne d’une lésion inflammatoire.  facteurs déclenchant :  les aliments : repas riche en graisses, épices  médicament : aspirine ,anti-inflammatoire non stéroïdiens  le stresse (troubles fonctionnels intestinaux).  facteurs sédatifs:  les aliments  l’émission de gaz ou de selles  certaines positions: pliée en deux avec pression des poings sur le creux épigastrique dans les douleurs pancréatiques, allongé immobile sur le dos dans les douleurs biliaires.  médicaments : antispasmodiques, pansement antiacide.  le repos.  les signes accompagnateurs :  digestive : troubles du transit intestinale, vomissement, hémorragie digestive  autres : fièvre, signes de choc
  • 11. 2 les douleurs d’origine abdominale  les douleurs gastriqes  la douleur ulcéreuse : ulcère gastrique ou duodénale  Type : crampe ou faim douloureuse  siège : épigastre avec irradiation en barre ou ver l’ HCD seulement ou postérieur  horaire : postprandial tardive  évolution : périodique dans l’année  facteurs sédatifs : alimentation, repos, antiacides  signes accompagnateurs : constipation, vomissements, parfois hémorragies digestives.  la douleur de la perforation d’ulcère : Elle réalise un drame abdominal  type : douleur déchirante en coup de poignard  siège : épigastre puis diffuse a tout l’abdomen  signes accompagnateurs : vomissements, signes de choc  la douleur de la gastrite  type : brulure  siège : épigastre sans irradiations  horaire : postprandiale précoce  évolution : non périodique  facteurs déclenchants : l’alimentation  facteurs de sédation : les antiacides  la douleur du cancer gastrique Elle est atypique, peut ressemblé a la douleur ulcéreuse ou être d’horaire irrégulier il existe souvent une altération de l’état général  la douleur de la pancréatite chronique :  type : crampe ou broiement a début brutale très intense  siège : épigastrique a irradiation dorsale et scapulaire  évolution :prolongée sans accalmé
  • 12.  facteurs de sédation : diminué par la position penché en avant et par la compression de l’épigastre par le poing  signes accompagnateurs : vomissements, signe de choc  les douleurs biliaires  la douleur vésiculaire  type : colique paroxystique très intense (colique hépatique)  siège : hypochondre droit avec irradiation postérieure vers la pointe de l’omoplate et antérieur ver l’épaule droit en bretelle.  facteurs déclenchants : les repas gras  signes accompagnateurs : nausée, vomissements  la douleur cholédocienne : Présente les mêmes caractères que la douleur vésiculaire, elle est associé a une fièvre et un ictère. La succession de ces symptômes en moins de 48 h réalise le syndrome cholédocien.  les douleurs intestinales  douleur colique  type : colique  siège : localisée ou suivant le cadre colique  horaire : surtout nocturne  facteurs de sédation : émission de gaz et de selles  la douleur grelique :  type : crise douloureuse paroxystique a type de colique qui se termine par l’émission de gaz ou de matières  siège : para-ombilicale et hypogastrique fixe  horaire : postprandial plus ou moins tardive  signes accompagnateurs : nausée, vomissements et distension abdominale. Elle signe une obstruction intestinale.
  • 13.  douleur appendiculaire : appendicite aigue La douleur siège au niveau de la fosse iliaque droite accompagnée de nausée, vomissement, troubles du transit et de fièvre.  la douleur péritonéale : péritonite aigue Localisée au début puis diffuse a tout l’abdomen d’intensité variable, permanente, accentué par la toux et la palpation de l’abdomen.  la douleur vasculaire :  douleur de l’angor abdominale Crampe péri-ombilicale ou épigastrique post prandiale précoce, disparaissant avec le jeun.  douleur de l’infarctus mésentérique : douleur atroce permanente diffuse à tout l’abdomen irradiant dans les lombes avec des signes de choc.  les douleurs pariétales Peut être le symptôme d’hématome des grands droits Elle est permanente, augmenté par les mouvements et la pression.  les douleurs rapportées : extra abdominales  thoracique : cardiaque, pulmonaire, œsophagienne  vertébrales  gynécologique  les autres douleurs  douleurs abdominale d’origine métabolique : diabète sucré (acidocétose diabétique), saturnisme (intoxication au plomb)  douleur abdominale d’origine neurologique : Origine psychique. VI. Conclusion L’interrogatoire est une phase capitale de l’examen clinique il est important de bien caractérisé les symptômes que présente le patient afin d’orienté l’exploration et avoir un diagnostic étiologique.