SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  1
LA MALADIE DE KIKUCHI-FUJIMOTO :
UNE CAUSE RARE D'ADENOPATHIES CERVICALES
INTRODUCTION :
La maladie de Kikuchi-Fujimoto, ou lymphadénite histiocytaire nécrosante, est une entité clinico-pathologique rare, peu connue des
cliniciens et des pathologistes, caractérisée par des adénopathies cervicales associées ou non à des signes systémiques.
Le but de ce travail est de présenter les difficultés diagnostiques et discuter les diagnostics différentiels de la maladie de Kikuchi-
Fujimoto.
P31
Chaabouni MA, Sellami M, Ksentini A, Chabchoub MS, Hammami B ,Charfeddine I, Chakroun A, Ghorbel A
Service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie
RESULTATS :
Patiente de 17 ans, sans antécédents, hospitalisée pour une tuméfaction latéro-cervicale gauche douloureuse avec une fièvre
évoluant depuis une semaine non améliorée par amoxicilline acide clavulanique.
L'examen avait montré une fièvre à 38.7 avec une adénopathie jugulo-carotidienne gauche de 6 cm, ferme, douloureuse, fixe, sans
signes inflammatoires locaux ni fistulisation. L’examen ORL n’a pas mis en évidence une porte d’entrée infectieuse ou une suspicion
de néoplasie primitive.
L'échographie cervicale a montré une coulée ganglionnaire cervicale gauche d’architecture conservé et sans nécrose centrale
A la biologie : une leucocytose a 4520 avec une formule normale, la CRP à 20 et la VS à 40. L'IDR était négative. La sérologie CMV
et EBV étaient négatives. Les anticorps anti-nucléaire étaient négatives.
Une première biopsie ganglionnaire sous anesthésie locale est revenue négative. La cervicotomie exploratrice avec exérèse de
l’adénopathie la plus volumineuse a conclu à l’examen anatomopathologique à une lymphadénite nécrosante proliférative de
Kikuchi, absence de lymphome ou autre lésion néoplasique (Figures 1,2,3,4).
L'évolution était favorable après une corticothérapie de courte durée au service de médecine interne.
MATERIELS ET METHODES :
Nous rapportons l’observation d’une patiente prise en charge initialement dans le service d'ORL et CCF du CHU Habib Bourguiba de
Sfax puis au service de médecine interne.
Fig4: Infiltrat lymphocytaire à
prédominance de cellules T CD8+
Fig3: Maladie de Kikuchi: cellules
histiocytaires CD68+
Fig2: Cellules blastiques + histiocytes
à noyau crescentique + phagocytose
des corps apoptotiques
Fig1: Perte partielle de l’architecture
ganglionnaire par nécrose +
apoptose
DISCUSSION :
La lymphadénite nécrosante histiocytaire a été décrite pour la première fois en 1972 par deux anatomopathologistes japonais, Kikuchi et
Fujimoto. Elle est plus fréquente chez les Asiatiques que chez les Caucasiens et les Africains. Seuls quelques cas nord-africains isolés sont
rapportés par la littérature.
La symptomatologie comporte des adénopathies isolées, le plus souvent cervicales , uni- ou bilatérales, beaucoup plus rarement localisées dans
les autres aires ganglionnaires et exceptionnellement généralisés. Elles sont parfois inflammatoires et douloureuses et s’accompagnent d’une
fièvre, d’une atteinte cutanée et de troubles digestifs, à type de nausées, vomissements et diarrhées. Quelquefois, la symptomatologie associe,
comme un état subfébrile prolongé, un amaigrissement et une altération de l’état général.
La cytoponction à l’aiguille fine de l’adénopathie révèle des lymphocytes à différents stades de maturation.
La confirmation diagnostique repose sur l’examen anatomopathologique d’une adénopathie. A l’examen macroscopique, la coupe du ganglion
peut révéler des foyers jaunâtres de nécrose, parfois d’allure caséeuse. A l’histologie, l’architecture ganglionnaire est partiellement respectée.
L’immunohistochimie joue un rôle fondamental dans le diagnostic différentiel avec un lymphome.
Les étiologies de la maladie restent inconnues. Des origines virales ou auto-immunes ont été suspectées mais aucune n’est définitivement
retenue jusqu’à ce jour. Elle peut être associée à de nombreuses maladies, notamment auto-immunes et en particulier le LES qui doit
systématiquement être rechercher. Dans tous les cas, il s’agit d’une maladie bénigne et son évolution spontanée se fait en quelques semaines vers
la guérison.
CONCLUSION : La maladie de Kikuchi-Fujimoto est maladie bénigne qui doit être évoquée devant des adénopathies cervicales associées ou non
à une fièvre prolongée chez le sujet jeune. Les principaux diagnostics différentiels sont le lymphome et la tuberculose. La connaissance de cette
pathologie bénigne permet d’éviter une errance diagnostique et des traitements lourds et inutiles.

Contenu connexe

Tendances (20)

P29
P29P29
P29
 
P109
P109P109
P109
 
Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?
Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?
Nicole Brousse : Qu’est-ce qu’un lymphome ? Comment le diagnostiquer ?
 
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une SplénomégalieConduite à tenir devant une Splénomégalie
Conduite à tenir devant une Splénomégalie
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
 
Cours 11 - Pathologie tumorale
Cours 11 - Pathologie tumoraleCours 11 - Pathologie tumorale
Cours 11 - Pathologie tumorale
 
MICI
MICIMICI
MICI
 
Mici
MiciMici
Mici
 
Aplasie medullaire
Aplasie medullaireAplasie medullaire
Aplasie medullaire
 
Le RGO de l' Adulte Pr Arbaoui fac med Tlemcen
Le RGO de l'  Adulte Pr Arbaoui  fac med TlemcenLe RGO de l'  Adulte Pr Arbaoui  fac med Tlemcen
Le RGO de l' Adulte Pr Arbaoui fac med Tlemcen
 
Lymphomes cf 11 02 14
Lymphomes cf 11 02 14Lymphomes cf 11 02 14
Lymphomes cf 11 02 14
 
M panuel ecun du nouveau né jfim hanoi 2015
M panuel ecun du nouveau né jfim hanoi 2015M panuel ecun du nouveau né jfim hanoi 2015
M panuel ecun du nouveau né jfim hanoi 2015
 
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophageCancer de l'oesophage
Cancer de l'oesophage
 
Prise en charge des nodules thyroïdiens à signification
Prise en charge des nodules thyroïdiens à significationPrise en charge des nodules thyroïdiens à signification
Prise en charge des nodules thyroïdiens à signification
 
Cas clinique
Cas cliniqueCas clinique
Cas clinique
 
1
11
1
 
P56
P56P56
P56
 
Complément de Gastrologie
Complément de GastrologieComplément de Gastrologie
Complément de Gastrologie
 
Varicocele Amu 2010
Varicocele Amu 2010Varicocele Amu 2010
Varicocele Amu 2010
 
Prise en charge du cancer gastrique en 2013 apport du gastro entérologue
Prise en charge du cancer gastrique en 2013 apport du gastro entérologuePrise en charge du cancer gastrique en 2013 apport du gastro entérologue
Prise en charge du cancer gastrique en 2013 apport du gastro entérologue
 

Similaire à P31

Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprungHana Hanouna
 
Les tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonairesLes tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonairesbelaibzino
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxKHETTABDJOUHER
 
Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leila Ali
 
Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leila Ali
 
Oeil Et Maladie de Behçet
Oeil Et Maladie de BehçetOeil Et Maladie de Behçet
Oeil Et Maladie de Behçetjalila
 
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdfSIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdfSargata SIN
 
22_SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf
22_SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf22_SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf
22_SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdffreeforallcam89
 
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.docx
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.docxSIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.docx
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.docxSargata SIN
 
Conduite diagnostique devant un hématome surrénalien spontané bilatéral illus...
Conduite diagnostique devant un hématome surrénalien spontané bilatéral illus...Conduite diagnostique devant un hématome surrénalien spontané bilatéral illus...
Conduite diagnostique devant un hématome surrénalien spontané bilatéral illus...iosrjce
 
Lupus Erythémateux Disséminé1
Lupus Erythémateux Disséminé1Lupus Erythémateux Disséminé1
Lupus Erythémateux Disséminé1Mede Space
 
Primary sclerosing cholangitis
Primary sclerosing cholangitisPrimary sclerosing cholangitis
Primary sclerosing cholangitismerdaci dhia elhak
 

Similaire à P31 (20)

Toa
ToaToa
Toa
 
La miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuseLa miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuse
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
 
Les tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonairesLes tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonaires
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
 
Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique
 
Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique
 
Primary Biliary Cholangitis
Primary Biliary CholangitisPrimary Biliary Cholangitis
Primary Biliary Cholangitis
 
P87
P87P87
P87
 
Oeil Et Maladie de Behçet
Oeil Et Maladie de BehçetOeil Et Maladie de Behçet
Oeil Et Maladie de Behçet
 
Tuberculose des séreuses
Tuberculose des séreusesTuberculose des séreuses
Tuberculose des séreuses
 
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdfSIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf
 
22_SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf
22_SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf22_SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf
22_SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.pdf
 
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.docx
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.docxSIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.docx
SIN_SARGATA_ISS,_TRAVAIL_POUR_ISS,_TUBERCULOSE_DE_LA_THYROÏDE.docx
 
Conduite diagnostique devant un hématome surrénalien spontané bilatéral illus...
Conduite diagnostique devant un hématome surrénalien spontané bilatéral illus...Conduite diagnostique devant un hématome surrénalien spontané bilatéral illus...
Conduite diagnostique devant un hématome surrénalien spontané bilatéral illus...
 
Lupus Erythémateux Disséminé1
Lupus Erythémateux Disséminé1Lupus Erythémateux Disséminé1
Lupus Erythémateux Disséminé1
 
La méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuseLa méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuse
 
P27
P27P27
P27
 
Primary sclerosing cholangitis
Primary sclerosing cholangitisPrimary sclerosing cholangitis
Primary sclerosing cholangitis
 
Place de la pyélonéphrite aiguë dans un service de néphrologie, étude de cas.
Place de la pyélonéphrite aiguë dans un service de néphrologie, étude de cas.Place de la pyélonéphrite aiguë dans un service de néphrologie, étude de cas.
Place de la pyélonéphrite aiguë dans un service de néphrologie, étude de cas.
 

Plus de Société Tunisienne d'ORL (20)

P114
P114P114
P114
 
P113
P113P113
P113
 
P111
P111P111
P111
 
P110
P110P110
P110
 
P108
P108P108
P108
 
P107
P107P107
P107
 
P106
P106P106
P106
 
P105
P105P105
P105
 
P103
P103P103
P103
 
P101
P101P101
P101
 
P102
P102P102
P102
 
P84
P84P84
P84
 
P73
P73P73
P73
 
P63
P63P63
P63
 
P61
P61P61
P61
 
P60
P60P60
P60
 
P59
P59P59
P59
 
P57
P57P57
P57
 
P54
P54P54
P54
 
P77
P77P77
P77
 

Dernier

Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdfGuide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdfmohammed197241
 
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdfCours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdfKarimaLounnas
 
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdfBiochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdfOuattaraBamory3
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...Sargata SIN
 
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdfLES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdfBallaMoussaDidhiou
 
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapieLa radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapienimaelhajji
 
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptxArtificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptxsilinianfel
 

Dernier (7)

Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdfGuide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
 
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdfCours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
 
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdfBiochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
 
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdfLES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
 
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapieLa radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
 
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptxArtificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
 

P31

  • 1. LA MALADIE DE KIKUCHI-FUJIMOTO : UNE CAUSE RARE D'ADENOPATHIES CERVICALES INTRODUCTION : La maladie de Kikuchi-Fujimoto, ou lymphadénite histiocytaire nécrosante, est une entité clinico-pathologique rare, peu connue des cliniciens et des pathologistes, caractérisée par des adénopathies cervicales associées ou non à des signes systémiques. Le but de ce travail est de présenter les difficultés diagnostiques et discuter les diagnostics différentiels de la maladie de Kikuchi- Fujimoto. P31 Chaabouni MA, Sellami M, Ksentini A, Chabchoub MS, Hammami B ,Charfeddine I, Chakroun A, Ghorbel A Service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale, CHU Habib Bourguiba, Sfax, Tunisie RESULTATS : Patiente de 17 ans, sans antécédents, hospitalisée pour une tuméfaction latéro-cervicale gauche douloureuse avec une fièvre évoluant depuis une semaine non améliorée par amoxicilline acide clavulanique. L'examen avait montré une fièvre à 38.7 avec une adénopathie jugulo-carotidienne gauche de 6 cm, ferme, douloureuse, fixe, sans signes inflammatoires locaux ni fistulisation. L’examen ORL n’a pas mis en évidence une porte d’entrée infectieuse ou une suspicion de néoplasie primitive. L'échographie cervicale a montré une coulée ganglionnaire cervicale gauche d’architecture conservé et sans nécrose centrale A la biologie : une leucocytose a 4520 avec une formule normale, la CRP à 20 et la VS à 40. L'IDR était négative. La sérologie CMV et EBV étaient négatives. Les anticorps anti-nucléaire étaient négatives. Une première biopsie ganglionnaire sous anesthésie locale est revenue négative. La cervicotomie exploratrice avec exérèse de l’adénopathie la plus volumineuse a conclu à l’examen anatomopathologique à une lymphadénite nécrosante proliférative de Kikuchi, absence de lymphome ou autre lésion néoplasique (Figures 1,2,3,4). L'évolution était favorable après une corticothérapie de courte durée au service de médecine interne. MATERIELS ET METHODES : Nous rapportons l’observation d’une patiente prise en charge initialement dans le service d'ORL et CCF du CHU Habib Bourguiba de Sfax puis au service de médecine interne. Fig4: Infiltrat lymphocytaire à prédominance de cellules T CD8+ Fig3: Maladie de Kikuchi: cellules histiocytaires CD68+ Fig2: Cellules blastiques + histiocytes à noyau crescentique + phagocytose des corps apoptotiques Fig1: Perte partielle de l’architecture ganglionnaire par nécrose + apoptose DISCUSSION : La lymphadénite nécrosante histiocytaire a été décrite pour la première fois en 1972 par deux anatomopathologistes japonais, Kikuchi et Fujimoto. Elle est plus fréquente chez les Asiatiques que chez les Caucasiens et les Africains. Seuls quelques cas nord-africains isolés sont rapportés par la littérature. La symptomatologie comporte des adénopathies isolées, le plus souvent cervicales , uni- ou bilatérales, beaucoup plus rarement localisées dans les autres aires ganglionnaires et exceptionnellement généralisés. Elles sont parfois inflammatoires et douloureuses et s’accompagnent d’une fièvre, d’une atteinte cutanée et de troubles digestifs, à type de nausées, vomissements et diarrhées. Quelquefois, la symptomatologie associe, comme un état subfébrile prolongé, un amaigrissement et une altération de l’état général. La cytoponction à l’aiguille fine de l’adénopathie révèle des lymphocytes à différents stades de maturation. La confirmation diagnostique repose sur l’examen anatomopathologique d’une adénopathie. A l’examen macroscopique, la coupe du ganglion peut révéler des foyers jaunâtres de nécrose, parfois d’allure caséeuse. A l’histologie, l’architecture ganglionnaire est partiellement respectée. L’immunohistochimie joue un rôle fondamental dans le diagnostic différentiel avec un lymphome. Les étiologies de la maladie restent inconnues. Des origines virales ou auto-immunes ont été suspectées mais aucune n’est définitivement retenue jusqu’à ce jour. Elle peut être associée à de nombreuses maladies, notamment auto-immunes et en particulier le LES qui doit systématiquement être rechercher. Dans tous les cas, il s’agit d’une maladie bénigne et son évolution spontanée se fait en quelques semaines vers la guérison. CONCLUSION : La maladie de Kikuchi-Fujimoto est maladie bénigne qui doit être évoquée devant des adénopathies cervicales associées ou non à une fièvre prolongée chez le sujet jeune. Les principaux diagnostics différentiels sont le lymphome et la tuberculose. La connaissance de cette pathologie bénigne permet d’éviter une errance diagnostique et des traitements lourds et inutiles.