Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
  • Identifiez-vous pour voir les commentaires

P60

  1. 1. Carcinome épidermoïde des cavités naso sinusiennes : à propos de 6 cas SouidA(a),YounsiE(a),BenSaidO(a),SaddoudN(a),BaccarA(a),MbarekC(b),ChammakhiC(a) (a)Serviced’imageriemédicaledel’HôpitalHabibThameur (b)Serviced’ORLdel’hôpitalHabibThameur Résultats Matériel et Méthodes Etude rétrospective colligeant six patients atteints d’un carcinome épidermoide des cavités naso sinusiennes .Tous les patients ont bénéficié d’un scanner du massif facial sans et après injection .L’âge, les données cliniques et radiologiques ont été étudiées. Introduction Le carcinome épidermoide est le type histologique le plus fréquent des tumeurs malignes des cavités naso sinusiennes. Nous rapportons six cas en insistant sur le rôle du scanner dans l’évaluation de l’extension et le suivi après traitement. Conclusion Le scanner est un examen incontournable qui permet essentiellement d’établir le bilan d’extension locorégionale afin de guider la stratégie thérapeutique et le suivi post thérapeutique. Variable Résultat Sexe Ratio 1 Moyenne d’age 61.5 Clinique -Deux principaux signes: Epistaxis et obstruction nasale -Algie faciale:1cas Scanner -Tumeur nasomaxillaire:3cas -Tumeur localisée à la fosse nasale:2cas -Tumeur maxillaire étendue au plancher orbitaire : 1cas Traitement -Tumeurs localisées à la fosse nasale : Résection chirurgicale -Les autres cas: chirurgie avec radiothérapie Les tumeurs malignes des cavités naso- sinusiennes sont peu fréquentes, elles représentent moins de 3 % des cancers des voies aéro-digestives supérieures. Le carcinome epidermoide est la tumeur la plus fréquente représentant 50 à 60% de ces tumeurs. La symptomatologie est peu spécifique et tardive à type d’obstruction nasale, d’épistaxis ou des symptômes ophtalmologiques dus à l’extesion loco régionale. L’imagerie permet d’établir la cartographie tumorale . Le scanner est l’examen de première intention apprécie l’extension aux parois sinusiennes, au plancher orbitaire, au processus ptérygoïde ou à l’éthmoïde. Les lyses osseuses sont souvent agressives et peuvent entrainer une extension extra sinusienne .Les réactions ostéocondensantes des parois sinusiennes sont rares. Le scanner peut dans certains cas détecter une extension péri neurale par des signes indirects tel que les élargissements ou les érosions foraminaux le long du trajet du nerf V .Un bilan tomodensitométrique précis permet de planifier le traitement du patient. L’IRM est un examen complémentaire permettant de différencier l’extension tumorale de l’atteinte inflammatoire rétentionnaire. Discussion Tumeur lytique naso maxillaire avec extension à la fosse infratemporale Tumeur maxillo nasale droite étendu à la région jugale Tumeur lytique naso maxillaire droite

×