SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  1
IMAGERIE DE LA RHINO-SINUSITE FONGIQUE ALLERGIQUE
La rhino-sinusite fongique allergique(RSFA) est une entité clinique rare représentant 5–10 % des rhinosinusites chroniques. Le diagnostic,
l’individualisation nosologique et le traitement restent difficiles et controversés malgré des publications de plus en plus nombreuses.
 But:But:  définir la place de l’imagerie dans le diagnostic et la prise en charge de la RSFA.
La RSFA est encore mal définie. L’imagerie n’est ni spécifique ni pathognomonique mais peut être évocatrice dans un contexte clinique et immuno-
allergologique particulier. D’autres études de séries de SFA plus nombreuses permettraient une meilleure appréciation de la valeur prédictive réelle des
différents signes radiologique et de leurs associations.
Bouatay R, Kolsi N, Guizani R, Bouaziz N, El Korbi A, Ferjaoui M, Harrathi K, Koubaa J
Service d’orl et chirurgie cervico-faciale, EPS Fattouma Bourguiba, Monastir
Épidémiologie:
-Incidence: 5 – 10%
- Age moyen = 30 ans; SR=1
Les critères diagnostiques restent discutés : nécessité de critères cliniques, scanographiques, anatomopathologiques, biologiques,
immunoallergologiques et mycologiques.
Imagerie:
Outre le comblement sinusien, non spécifique, la TDM du massif facial permet d’évoquer l’origine fongique devant:
 La présence des calcifications intra sinusiennes
 Le caractère agressif des lésions avec lyse osseuse importante
 Extensions intra orbitaires
 Extension endocrânienne
L’ IRM du massif facial:
Montre des anomalies du signal évocateurs de l’origine fongique :
T1: hyposignal intra sinusien, parfois très hétérogène
T2: hyposignal intense lié aux composants paramagnétiques fongiques peuvent en imposer pour de l’air (l’aspect d’un vide signal T 2+++ )
Après Gadolinium: rehaussement de la muqueuse inflammatoire
Confirme l’extension orbitaire et /ou intracrânienne.
Le traitement: essentiellement médico-chirurgical
l’utilisation systématique d’antifongique (amphotéricine B, itraconazole, kétoconazole) par voie locale ou générale et L’immunothérapie restent
également très discutées.
L’évolution: les récidives sont fréquentes  surveillance clinique, biologique et radiologique
Fig1: TDM massif facial en coupes coronales sans (A) et avec injection de PDC
( B): processus expansif pansinusien droit hétérogène avec calcifications, étendu à
la fosse nasale homolatérale avec lyse du cornet inférieur, de la cloison inter-
sinuso-nasale, lame papyracée et extension orbitaire droite.
INTRODUCTION
 Il s’agit de 2 hommes et 4 femmes dont l'âge moyen était de 31 ans
(22-44 ans).
 Signes fonctionnels: une obstruction nasale( tous les cas)
des troubles de l’odorat (3 cas).
Une exophtalmie (2 cas).
 L’examen physique a objectivé une formation polypoïde provenant
du méat moyen dans tous les cas.
 TDM du massif facial: (pratiquée chez tous les patients), (Fig1)
-Une pan-sinusite strictement unilatérale dans 4 cas, et bilatérale mais
asymétrique dans 2 cas
- Un aspect pseudo-tumoral dans 2 cas avec lyse de la corticale de sinus
frontal sans extension intra-crânienne
- Une lyse de la lame papyracée avec extension orbitaire: chez un
patient
- Les calcifications au sein du comblement sinusien: dans 4 cas
 IRM du massif facial (pratiquée chez 3 patients devant la suspicion
d’une extension orbitaire et/ou endocrânienne) a montré:
 l’aspect d’un vide signal T 2 dans 2 cas, signe fortement évocateur de
l’origine fongique,
Une extension orbitaire dans un cas.
Traitement:
Tous les patients ont eu une éthmoϊdectomie fonctionnelle qui était
associée à une sphénoidotomie dans 3 cas.
Evolution:
Deux patientes ont présenté une récidive ayant nécessité une reprise de
l’éthmoϊdectomie bilatérale avec un traitement antifongique
(voriconazole) pendant 6 mois. L’évolution était favorable après un
suivi moyen de 2 ans.
CONCLUSION
Fig 2: IRM du massif facial en coupes coronales: processus expansif développé à
partir du sinus maxillaire droit en hyposignal T1, hyposignal intense T2 avec
refoulement du muscle droit médial
T1 T2
DISCUSSION
P 73
A B

Contenu connexe

Tendances

Tendances (20)

P114
P114P114
P114
 
Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011
Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011
Les kératites chroniques du chat - CAZALOT - AFVAC 2011
 
Les perforations cornéo sclérales chez le chien et le chat - CAZALOT- Point V...
Les perforations cornéo sclérales chez le chien et le chat - CAZALOT- Point V...Les perforations cornéo sclérales chez le chien et le chat - CAZALOT- Point V...
Les perforations cornéo sclérales chez le chien et le chat - CAZALOT- Point V...
 
P107
P107P107
P107
 
P86
P86P86
P86
 
P24
P24P24
P24
 
P91
P91P91
P91
 
Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]
Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]
Meningiomes%20 atypiques%20version%20finale[1]
 
P83
P83P83
P83
 
Méningites aiguës
Méningites aiguësMéningites aiguës
Méningites aiguës
 
Cas clinique
Cas cliniqueCas clinique
Cas clinique
 
Norbert MANZO CHU Zobda Quitman Fort de France NEUROCHIRURGIE
Norbert MANZO CHU Zobda Quitman Fort de France NEUROCHIRURGIENorbert MANZO CHU Zobda Quitman Fort de France NEUROCHIRURGIE
Norbert MANZO CHU Zobda Quitman Fort de France NEUROCHIRURGIE
 
P59
P59P59
P59
 
Kératites du chien et du chat
Kératites du chien et du chatKératites du chien et du chat
Kératites du chien et du chat
 
NEUROCHIRURGIE NORBERT MANZO CHU FORT-DE-FRANCE
NEUROCHIRURGIE NORBERT MANZO CHU FORT-DE-FRANCENEUROCHIRURGIE NORBERT MANZO CHU FORT-DE-FRANCE
NEUROCHIRURGIE NORBERT MANZO CHU FORT-DE-FRANCE
 
P109
P109P109
P109
 
P32
P32P32
P32
 
P65
P65P65
P65
 
Urgences neurologiques non traumatiques
Urgences neurologiques non traumatiquesUrgences neurologiques non traumatiques
Urgences neurologiques non traumatiques
 
Herpes virose
Herpes viroseHerpes virose
Herpes virose
 

Similaire à P73 (20)

P54
P54P54
P54
 
P55
P55P55
P55
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
 
P12
P12P12
P12
 
P48
P48P48
P48
 
MASTERCLASS polypose nasosinusienne Assises ORl de Nice
MASTERCLASS polypose nasosinusienne Assises ORl de NiceMASTERCLASS polypose nasosinusienne Assises ORl de Nice
MASTERCLASS polypose nasosinusienne Assises ORl de Nice
 
P80
P80P80
P80
 
P68
P68P68
P68
 
cancer-du-cavum.pptx
cancer-du-cavum.pptxcancer-du-cavum.pptx
cancer-du-cavum.pptx
 
P62
P62P62
P62
 
P50
P50P50
P50
 
Cancer du larynx
Cancer du larynxCancer du larynx
Cancer du larynx
 
P2
P2P2
P2
 
P76
P76P76
P76
 
P14
P14P14
P14
 
Cas clinique
Cas cliniqueCas clinique
Cas clinique
 
Drépanocytose et salmonelloses invasives osteo-articulaires
Drépanocytose  et  salmonelloses  invasives osteo-articulaires Drépanocytose  et  salmonelloses  invasives osteo-articulaires
Drépanocytose et salmonelloses invasives osteo-articulaires
 
TEP TDM du cou
TEP TDM du couTEP TDM du cou
TEP TDM du cou
 
Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané
 

Plus de Société Tunisienne d'ORL (19)

P106
P106P106
P106
 
P105
P105P105
P105
 
P103
P103P103
P103
 
P101
P101P101
P101
 
P102
P102P102
P102
 
P84
P84P84
P84
 
P63
P63P63
P63
 
P61
P61P61
P61
 
P60
P60P60
P60
 
P57
P57P57
P57
 
P77
P77P77
P77
 
P100
P100P100
P100
 
P98
P98P98
P98
 
P97
P97P97
P97
 
P96
P96P96
P96
 
P95
P95P95
P95
 
P94
P94P94
P94
 
P93
P93P93
P93
 
P92
P92P92
P92
 

Dernier (6)

La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapieLa radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
 
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptxArtificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
 
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdfCours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
 
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdfBiochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
 
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdfLES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
 

P73

  • 1. IMAGERIE DE LA RHINO-SINUSITE FONGIQUE ALLERGIQUE La rhino-sinusite fongique allergique(RSFA) est une entité clinique rare représentant 5–10 % des rhinosinusites chroniques. Le diagnostic, l’individualisation nosologique et le traitement restent difficiles et controversés malgré des publications de plus en plus nombreuses.  But:But:  définir la place de l’imagerie dans le diagnostic et la prise en charge de la RSFA. La RSFA est encore mal définie. L’imagerie n’est ni spécifique ni pathognomonique mais peut être évocatrice dans un contexte clinique et immuno- allergologique particulier. D’autres études de séries de SFA plus nombreuses permettraient une meilleure appréciation de la valeur prédictive réelle des différents signes radiologique et de leurs associations. Bouatay R, Kolsi N, Guizani R, Bouaziz N, El Korbi A, Ferjaoui M, Harrathi K, Koubaa J Service d’orl et chirurgie cervico-faciale, EPS Fattouma Bourguiba, Monastir Épidémiologie: -Incidence: 5 – 10% - Age moyen = 30 ans; SR=1 Les critères diagnostiques restent discutés : nécessité de critères cliniques, scanographiques, anatomopathologiques, biologiques, immunoallergologiques et mycologiques. Imagerie: Outre le comblement sinusien, non spécifique, la TDM du massif facial permet d’évoquer l’origine fongique devant:  La présence des calcifications intra sinusiennes  Le caractère agressif des lésions avec lyse osseuse importante  Extensions intra orbitaires  Extension endocrânienne L’ IRM du massif facial: Montre des anomalies du signal évocateurs de l’origine fongique : T1: hyposignal intra sinusien, parfois très hétérogène T2: hyposignal intense lié aux composants paramagnétiques fongiques peuvent en imposer pour de l’air (l’aspect d’un vide signal T 2+++ ) Après Gadolinium: rehaussement de la muqueuse inflammatoire Confirme l’extension orbitaire et /ou intracrânienne. Le traitement: essentiellement médico-chirurgical l’utilisation systématique d’antifongique (amphotéricine B, itraconazole, kétoconazole) par voie locale ou générale et L’immunothérapie restent également très discutées. L’évolution: les récidives sont fréquentes  surveillance clinique, biologique et radiologique Fig1: TDM massif facial en coupes coronales sans (A) et avec injection de PDC ( B): processus expansif pansinusien droit hétérogène avec calcifications, étendu à la fosse nasale homolatérale avec lyse du cornet inférieur, de la cloison inter- sinuso-nasale, lame papyracée et extension orbitaire droite. INTRODUCTION  Il s’agit de 2 hommes et 4 femmes dont l'âge moyen était de 31 ans (22-44 ans).  Signes fonctionnels: une obstruction nasale( tous les cas) des troubles de l’odorat (3 cas). Une exophtalmie (2 cas).  L’examen physique a objectivé une formation polypoïde provenant du méat moyen dans tous les cas.  TDM du massif facial: (pratiquée chez tous les patients), (Fig1) -Une pan-sinusite strictement unilatérale dans 4 cas, et bilatérale mais asymétrique dans 2 cas - Un aspect pseudo-tumoral dans 2 cas avec lyse de la corticale de sinus frontal sans extension intra-crânienne - Une lyse de la lame papyracée avec extension orbitaire: chez un patient - Les calcifications au sein du comblement sinusien: dans 4 cas  IRM du massif facial (pratiquée chez 3 patients devant la suspicion d’une extension orbitaire et/ou endocrânienne) a montré:  l’aspect d’un vide signal T 2 dans 2 cas, signe fortement évocateur de l’origine fongique, Une extension orbitaire dans un cas. Traitement: Tous les patients ont eu une éthmoϊdectomie fonctionnelle qui était associée à une sphénoidotomie dans 3 cas. Evolution: Deux patientes ont présenté une récidive ayant nécessité une reprise de l’éthmoϊdectomie bilatérale avec un traitement antifongique (voriconazole) pendant 6 mois. L’évolution était favorable après un suivi moyen de 2 ans. CONCLUSION Fig 2: IRM du massif facial en coupes coronales: processus expansif développé à partir du sinus maxillaire droit en hyposignal T1, hyposignal intense T2 avec refoulement du muscle droit médial T1 T2 DISCUSSION P 73 A B