SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  53
Télécharger pour lire hors ligne
(; I . ' N 1) , Il M l lt l ' Annexe B
.IR 1 Ç T A '1' - MA J( )I( c;L:N 1:luL 1
1 RE 'TION SUI'ERIEURE 1311 PERSONNEL
1
.-
1 Rut: Fritz Tuussaint 47 Le 09 Dec 76
1 1050 BRUXELLES--------------- No DSP/lOlS
Tf : 02/640.10.00 - Ext
A DPS ( 2 Ex)
Info : Chef EMG Gd '
DSO
OBJET : Mutation de deux membres du BCR.
! a!
Sur ordre du Chef EMG Gd, les MDL MAQUET, Thierry
(451461036) et actuellement affectés
au BCR,feront mutation immédiatement par NS pour le 5 Gp Mob.
Ces mutations seront confirmées par le plus prochain
BP .
Pour DSP absent,
PIRE
LtCol
DSP Adj
DOCUMENT No 2
Rapport BSR Bruxelles "Coup d ' ~ t a t "du 10-9-1 973 @
en annexe : - e x t r a i t rapport S û r e t é de 1 ' E t a t
b
- e x t r a i t "Spécial"
- rapport Commandant du D i s t r i c t e n n é e r l a n d a i s
Au Csmd de la Cd -DO0
O m T : Tnfo coupj :
Réf: Telex EMtG-
6
Suite au télex oit4 en réfCrence et a u informations parues di
la "Gazet van Antwerpen" et 1'heodomadaire "~péoial",relatives aux possi-
Mités d'un coup d'~tat en Belgiqug,la BÇ3 a fait une enquête dans les
milieux politiques de la capitale et spécialement dans les milieux d'ex-
trême-droite.
De cette enquête il ressort qu'il y aurait des "oontactsw,mêrnc
actuellement,entre oertains milieux financiers et des groupements poli-
tiques d'extrême-droite et ceoi dans le but de noyauter nos institutions
par des éléments favorables A la doctrine d'extrême-droite .NOUU n'avens
toutefol8 pu recuellllr auoune infornvtlon relative,A une prise'&Apouvo
imminente par la force. w
* *
Parmi les quelques groupements d'extrême-droite,le NEM-Club
e&- <.SI%
(~ouvelEurope Magazine-~1ub)estle plu6 important.En tput ors celui-01
-b-
semble être le mieux financé et le mieux structurk.Il a des seotions ,cian
-1.e- ->, ---fi
- - -
quelques grandes villes du pays.
Le NEM-Club de Bruxelles est très actif : dditlon du mensuel
" ~ eNouvel Europe Vagazinen,édition de nombreux papillon8 et rff iohes,
organisation de confCrences et de fêtes.
ïe rddaoteur en chef de ce mensuel.est le nommé:. (I
.--
LECEiiF Emile,Edmond
i be1ge
Journaliste,
nd A St biard le 14.4.2C,
domioilié à Etterbeek,rue &kens,n05.
Ce dernier a de combreuses relations dans les milieux d'extrême-droite.1
8 dk6 membre des groupements "Mouvement dlAotion~ivique"(MAC)et "Jeune
Europen,tous deux aotuellement dissous m i s dont la plupart des membres
ont adhéré aux NEM-Clubs.
LECERF est aotuellement celui,qui publiquement,passe pour être le dlri-
geant spirituel du NEM-Club.
PIFET J8oques,Joseph,-belse,
nd A Etterbeek le 31.7.38 et domioilld A BruxellesD8v
18 Nivaolqnol,
ne serait qu'un "homme de pnille".
LECERF Ernils a 'ippu~surtout sur:
NANCY Claude,Ernest,Alfred,
belge.
doatour en mécieoirw,
NANCY 8'ocoupe de l'informrtion et de la dooumentution du mouvemnt.ïl
entre également dons ses Intentions de former un p u p e de jeunes milit
et de leur faire suivre un entrafnement dq.Judo,korate,eto..,Pinsi que I
les familiariser aveu les techniques de 1. propagande politique.11 a Ctl
comme LECERF?membre du MAC-etde Jeune Europe.
Les différents NEid-Club8 du pays ne oomptent que peu de membies
(2 &O0 d'après un dirigeant) et en gdnéra1,ceux-ai sont peu enthousiasti
pour des actions sur la voie publique et ont peu d'exprérience 8' ce euJc
(mnifestations,collage d 'offiches,eto ..) .C'est ainsi que les colleurs (
affiches se font rdgulièrement identifier par la police.
autre part,il semble que l'organe " ~ eNouvel Europe Magazine"
connaft Urie bonne diffusion,partioulièrement A Bruxelles et A Liègeq,oe
qui laisse supposer qu'en plus des membre8,le NEM peut compter sur un or
grnnd nombre de sympathisante.
Le NEM-CluD aerait financd et dirigé par une sCrie de peraoml:
e.a. :
$:Mr V A N Z N BOEYNAhTS,Ministre de la D6fënËe kiationala.
2 O le Comte de S R E Y Arnoül,Marie,
belge,conseiller social;
né B Woluwé St Pierre le 26.4.25,
domicilid A Uocle,rue Roberts Jor.es,no30.
Ce cernier serait ex-chef du Protocole du Ministère de la Coopdrai
au Développement.Il est l'époux de la Bnronne VAN ZEZWND,Marie,nde B
St Josse-ten-Noode le 27.10.27.
3' de BONVOISIN Em;Mnuel,Morie,
belge,docteur en droit,administrateur de sooidté,
né h Verviers le 23.7.10
domicilie? b Uccle,avenue de Messidor,n0204.. .
L'intdressd est administrateur de la Banque n~elgolaisenA Bruxell
4' Ecuyer de BONVOISIN Benoit,
belge,
nk B Etterbeek le 14.03.3,
domicilid B Etterbeek,= St Miohel n'>O.
'
Il est le neveu du no? et serait un uni intime et oollaborateur de
Mr VANDES X'EYNAER'S.
Cette liste n'est pas l~rnitative.
Les autres groupements d'extrême-droite frmoophones tels que le
"parti ~uropden"et "Wallnnie"(iuuvement ptionnliete) ne 8'entendent
apparemment pas idéologiquement avec le NEM-Club et ne semblent pas dis-
poser d'un financement important.le Parti Europden ne oompterait qu'une
centaine de membres et d'après nos infoniiptions,"~allonie" ne oornpteroit
que 6(six) membres.
Las groupemants d'extrême-droite flmnds tels que VMODWe~-Diet
St Wrtensfonds ne semblent pas avoir dtd contactd8.Toutefois une per-
sonnalité flnmnnde aurait étd contactée.11 s'agirait d'un certain
M? VOL;LEMAERE,ancien fonotianripire du Mlniatkre de la Coopération au Dé-
veloppenent et habitant Malines.
En ce qui conoerne notre enquête &na le8 nublieux des foroes armée
celle-ci r dt6 trba dieorèts et ne nous 8 pas permis de reoueillir des
inîormrtions préoisee.ie SDRA est certainement mieux pl806 pour
6-
. .
reouelllir des renseignements dnns ces milieux.11 nous est toutefois
revenu qu'aprbs la parution des articles en question ciam Ir "ûmzet van
~ntwerpen"et âans "~p6cial",le nom de l'ex-gdndral JANSSENS Emile de 1
Foroe Publique a fait l'objet de oomentairee âans le Club Albert de la
Caserne hudouin B Bruxelks.
Au ooura de l'enq~ête~d'eutresnoms nous ont 6t6 oitds,n!aisinou
n'avons pas pu ddterminer,jusqutbprésent,le rôle ?ou6 ou A Jouer par c.
personnes dons oette affaire:
ORTEZA Philippe,belge
oinéoste-Journaliste,
nd B Malines le 29.2.1940
domicilid A Ixelles,rue E.Vanden ~riesscris,n~48. +
Ce dernier travaille A Média-Press A Bruxelles et dirige les servio
photographiques du NEM-Club.
B. de MARCKE de MERKEN,identitd inconnue.
CECCCK b s
M.J
C d .
EXTRAIT D!J FAPPOZT SEiiSTRIEL DE LA S.E. - 197;5
'A
- EXTREME-DROITE
RUMEURS CONCERNAKL'DES PROJETS DE PUTSCHE EN BELGIQUE.----------------------------------------------------
~'hebdomadairefrancophone de Bruxelles, "SPECIAL", dans son numéro du
15 aoat, et lUhobdomadaire flamadn "KNACK", dans son numéro du 5 september, avaient
lancé le bruit que des éléments appartenant à différents groupuscules d'extrêrne-
droite, et notammen aux NEM-Clubs (~ouvelEurope ~agazine-Culbs),préparajent un
coup dlEtaten Belgique, en collaboration avec un certain nombpe d'officiers. Ces
deux journaw-paraissent avoir été les seuls à fournir un nombre abondant de détails
à ce sujet. Les autres journaux belges de différentes tendances, qui' ont fait
allussion à cette gffaire, se s m t contentés de ccmmenter les articles parus daqs
les deux journaux précités.
Cesijet a également fait écho au -dela de nos frontières, si bien que
des rumeurs les plus fantaisistes ont parfois Tait la une des colonnes de la presse
gtrangère.
b
Après s'être livré à un examen critique des arbicles de "SPCIAL" et de
"KNAXC"on peut fprinuler les conclusions générales suivantes:
A côté de quelques éléments positifs figurant dans la prasse, la plupart
des renseignenents sont très vagues ou exégérés ou faux ou inventés ou bien manguent
de précisions.
Bien qu'il ne soit pas du tout exclu quedes groupuscules ou personnalités
d'extrême droite aient eu des contacts avec certains milieux ou personnalités militaires
les articles de "SPECIAL" et de "KNACK" revêtent soit un carctère sensationnel soit un
asprct provocateur.
Dans le cas d'une provocation, plusieurs sources peuvent être envisagées.
Aussi bien l'article de "SPECIAL" que celui paru dans "KNACK"pourrait être
inspiré par une personne, qui, animée d'un sengiment de vengeance, s'est servie de ce
moyen pour kxtériorier des rancunes personnelles.
'Elneprovocation pourrait également émaner soit des milieux d'extrême droite ou anti-
communistes soit de milieux militaires, adversdires du Ministre de la bsfense Nationle
et du Gouvernement actuel.
Qumi qu'il en soit, il est certain que ces derniers temps, les milieux
patriotiques et les mouvements anticonunistes ontété sensibilisés par les exagérations
de l'extrême geuche et qu'une réaction s'est fait jour aussi bien dans les milieux
modgrés que dans ceux de droité et d'extrême droite.
Notons que les mildiux d'extrême àgauche -spécialiement le PCB- bien que
ne coroyant pas à la posbilité d'un putsch, ont profité de cette affaire pour étoffer
leur propagande contre la soi-disant fascisation du régime.
- I Dans ce numéro de
du 22 août 1973 . --.-
La couverture
La plus énor~itecomète, jamais
observée de mémoire d'homme. .
fonce ii une vitesse inimaginable
,ers notre système so1:iire. Elle
passera i proximité du Soleil.
A toutes les $poques de l'histoire.
ses pareilles fureiit gc'iiériitriçes de
terreurs. de légtndes.
dc préiiioiiitioiis...
(Plus que 146jours. page 38).
Belgique. énoncer une conspiration dérange évideniiiient ceux qui la!
préparent. Mais la nouvelle embarrasse aussi étrangement ceux qui ont charge?
d'éclairer l'opinion ... (Ce coup d'Etat qu'on nous prépare. page 20). 3
Dossier
Qui donc est l'Irlandais.
personnage romanesque et
ambigii, victime d'une
lanientablc gucrrc civilc?
Le romancier et le poète.
mieux que le sociologue, vous
le dévoileroiit.
(Un personnage en mille morceaux.
page 34).
Un
(La
Affaires
mouvement de grève spontané,
mais réfléchi: celui de Brassico
Ghlin. Et. une fois de plus.
pour un statut syndical qui
s'interprète.
spontanéité réfltchie, page 44).
Notre temps
Un café du centre de la ville
ferme ses portes et du même coup
s'effacent près de cinquante ans
de vie bruxelloise. C'était le dernier
(( cafconc )) de la capitale...
(La mort du (( Sainte-Catherine )>,
page 54).
Il est du devoir d'une presse libre
de dknoncer les atteintes à la sécurité
de I'Etat, écrivions-nous à cette place,
la semaine dernière, en introduisant
notre article sur la préparation d'un
coup d'Etat en Belgique.
II n'est pas bon d'avoir raison avant
les autres. Nos révélations sur l'institut
concentration~iairede Brasschaat. le de-
sastre d'Etrimo. et le mystère de la
fcintile coupée en morceaux. l'ont prou-
vé à suffisance.
Aujourd'hui, une fois de plus. la
presse francophone nous reproche par
son silence embarrassé de jouer les
Cassandre. Un silence, qui n'est au de-
meurant que le reflet de son apathie
foncière et de son peu de goût pour
I'information véritable, celle qui ne
provient pas nécessairement des allées
du pouvoir ou des dépêches des télé-
scripteurs, qui exige un travail en pro-
fondeur pour des journalistes dignes
de ce nom.
La grande presse flamande, en re-
vanche, n'a pas hésité, même si, en
toute logique, elle avait le droit sinon
le devoir de ne pas se jeter tête baissée
sur I'information que nous divulguions.
En l'occurrence, elle a scrupuleusement
accompli son métier. C'est tout à son
honneur. Et ce ne sont pas ,les rodo-
montades, directement inspirées par la
conjoncture politique, d'un Josse Van
Eynde qui nous inquiètent. L'homme
poursuit une certaine logique. Son
grand mérite consiste au moins à en
avoir une, et de la traduire dans ses
écrits.
* *
L'histoire de la comète qui viendra
troubler le ciel de vos vacances et,
bientôt, celui du mois de janvier, n'est
sans doute pas rassurante. Il s'agira
cependant d'un étonnant spectacle qui,
dans 146 jours, nous sera offert. Mais
ceux que travaillent les grandes frayeurs
ancestrales, seront donc déçus. Nous
ne sommes pas des oiseaux de mauvais
augure, ni les porte-parole des Témoins
de l'Apocalypse. Le phénomène est à ce
point rare -il provoque d'ores et déjà
l'émoi du monde scientifique - qu'il
convenait de lui accorder la « cover
story ». C'est pourquoi Ghislain Cotton
s'est colleté avec la cornete (( Kohoutek ».
Elle n'aura bientôt plus de secrets pour
VOUS.
'CIAL - 2 2 AOUT 1973
19
-LE ~ u u rvOtCATQU'ON NOUS PREPARE... A
Huit jours ont passé sur la nouvelle que des officiers et CS ultra. en contact secret,
mettaient sur pied un coup dlEtat. Une semaine d'écoulée.
C'est le moment.defaire le point en attendant la suite...
En Belgique. révéler qu'un complot parquets, en sont dcpiiis loiiçteinps per- siir I'existeiicc. et les visies du coinplot'?
se prépare contre le rkgiine (diiiis des suadées. Ce qui est nuuvcnu. dans ce do- Qu'elles sont du m2ine <( toniieau » que
milieux bien spécifiés ou tout le nionde maine très secret, c'est qiic lu conspira- l:i laussc nou~ellr- signalie par Spé-
sait qu'il se trouve des opposants déter- tion a franchi. depuis peii. une étape cial - de I'assassin;it du ministre de
minés il ce qu'ils appellent le Système) de plus quand les deux courants sub- lit Justice. Or. ce cariular, de n1aiiv:iis
c'est engendrer des réactions significati- versifs souterrains se soiit rencoiitrks. goût niais tout de mtme syinptoniati-
ves sans doute mais bien troublantes. On a enregistre. dès lors. uiic occéléra- que. est tellement bien un fait réel qiie
A priori, trois départements ministé- tion du processus jugée suffisaminent la police en a identifié l'auteur. une
riels sont particulièrement concernés par alarmante en liaut lieu pour que dcs de- feinme. S'il se renseigne i bonne sour-
une telle affaire: l'Intérieur. la Justice voirs cornpli.mcnt:iirc.s et dcs niissions ce. M. Van Eyiidt: e n apprendra sans
,et Iii Défense Nationale. S'ils n'ont ni expressément définies nient été aussitôt doutc davantage à ce sujet. Et i pro-
l'un ni I'liutre réagi publiquen~ent.on exécutés par ceux dont In chiirgc et le pos. iiussi. dc lu coiispir;itiori qui n'est
pcut croire qu'ils n'en sont pas pour iiu- méticr coiisisteiit ii ;issiircr ILI sécliritP p:is sriilerneiit. iii niéiiic p;irticulière-
tant restés iiisensibles h nos révélatioiis. du Pouvoir. iiicrit. le fait d'officiers fraricophones :
On peut égalenient conjecturer que, d'or- coiiinie l'ont écrit scs coiifrére.; des joiir- ;
dre supérieur, des enquêtes sévéres vont NO1i"l'avoiis dit plus lii de ii;i~ixIl;iiiiiiiids.
être et menées avec diligence. moins en nous autorisaiit à peiiscr que. Ainsi. cil dehors de deus quotidieiis :
Ce qui prouve que, cc nivelu. on 2 Un tel stiide. la situation etiiit siiffi- et dauiijoui-n;ilistcde radio ~ l ~ , ~ ~ ~ d
ajoute foi h ce que nous écrioiis. siin~iiicntséricuse pour la porter i Iii
I;, presse~r.~gr.~~~ilforillationcstiil~c -
surle plan objectif, le dossier de- connaissance cide nos lecteurs. Ils ont ticnt i se persuader - que ce coup '
meure et existe. Tel que nous l'avons ou- admis ces PLIrce Ont d-étiit qli'on nous prép;ire est 1.affaii.e de
vert. Composé de faits et d'éléineiits que en Ob~ectiuité SpCcial et de nous seuls. C'est une 1lVabsencede toute controverse, même de conscience professionnelle. Mais au-deli :it~itudequi n'est pas d'liier. A l'époque
détails, certifie dans sa globalité. C'est de public-cornrnciit réagi de nos rivélations sur l'institut conccn-
un fait acquis que des officiers et des à ce qui est un coup théâtre triitioniiaire de Brasschaat, le désastre
ultra, du désir de du aussi considérable que préoccupant? Etrimo et le inystére de la femme cou-
pouvoir par la force. coiisidérerit Un E~ ~ ' ~ ~ i ~ ~ i ~ ~belge pas pée en morceaux - que nous avons
le seul - moyen de chasser un résime véhicules de l-information desquels elle nous isoler derriire le même mur d'iner-
parlementaire qu'ils jugent impuissant et daêtreéclairée se sont. dans leUr fie. Mais le sileiice établi. en hâte. au-
tel coup d'Etat comme le meilleur - et eu ~ . ~ ~ ~ ~ ~ i ~ ~de que les éclairci avant la Justice - on a tente de
dénaturé. il est non moins évident que, grande majorité, bien gardé de porter tour de nos propos ne constitue en rien
dressé des plans et élaboré des pro- pour le démentir ou le dénier. L * ~ ~ ~ ~ ~ -evénemeiits nous a donné raison et reiidu
le temps passant, ces conspirateurs ont ~ - é ~ é ~ ~ ~ ~ ~ ~isonattention.F , - , ~ - ~ ~ un obstacle. A chaque fois. la suite des $
agrammes dans le sens de Cette action: ble de la presse écrite, et télé- justice. II en sera de même ai.ec cette I
nos polices politiques, qu'elles dépendent visée francopholle a ignoré affaire de putsch qui ne fait que com-
directement du gouvernement ou des la ,,o,,,~I~~,Estimant. il faut le croire. mencer. fque le fait pour des militaires et des
civils de ce pays d'aspirer h y instaurer
un régime fort et de se prtip:irer à
l'établir tant sur le plan tactique que
politique, ne présente aucuii interèt pour
leurs lecteurs, leurs auditeurs et leurs
spectateurs. Seuls. la G o ~ e tiun A~iric.c,t.-
pen. le Staridaarti et la BRT ont. dans
les heures qui ont suiki. fait écho à
la divulgation de ces inquiétantes me-
nées. M. Van Eynde aussi dans sa
V01ksgo:~r. Qu'a-t-il dit des révélations
U
IIIcendies Deux faits troublants: alcirs que la sirs.
moyenne annuelle des victimes d'incen- De plus. les Nord-Africains envoient
dies en Belgique s'éEève à cent-vingt. beaucoup d'argent à leur famille non-
Victimes douze personnes sont mortes brûlées émigrée, et le nombre élevé de leurs
en six mois seulement et pour la seule enfants diminue proportionnellement le
région bruxelloise. Et, sur ccs douze niveau de leur confort. Mais les muu-
d I1ig n0rance personnes. neufsont nord-africaines (huit vaires con<liiions de iopement n'expii-
Marocains et Lin Algérien). et un di- quent pis 2 elles seules tous es in-
ziéine travaillait coinme pompiste au ser- cendies qui naissent dans leur demeure.
La i~it?cuiirinissancrdes drr1zger.s vice garagiste nord-africain, II y a aussi la méconnaissance du feu
du feu est r.esponsnb1e de If! n7Ur.f A cause des mauvaises conditions de et de ses dangers. En Algérie, au Ma-
de non?breux étrangc~rs vie des étrangers en Belgique, sans dou- roc, en Tunisie, on allume rarement des
OH Belgique. , - te? De logements surpeuplés, de vieilles poêles ou des réchauds a l'intérieur des
maisons 8: peine salubres? Oui, en par- habitations. Le chauffage y est inutile.
Pendant les mois.d'été, les incendies tie. C'est d'ailleurs souvent davantage et la cuisine se prépnrc g5nL:ralcrncnt
seraient plutôt l'apanage des pays chauds par choix :que par obligation que cer- dans des cours intérieures. Lorsqu'ils
et des régions forestiéres. Pourtant ac- tains étrangers, et plus particuliérement arrivent en Europe, les Nord-Africains,
tuellement, dans toute la Belgique et les Nord-Africains. vivent dans des mai- contrairement aux Grecs, aux Turcs etc. /plus particulièrement à Bruxelles, la si- sons misérables. Par choix, c'est-à-dire (qui ne vivent pas toujours plus con- ' .
[ . .
rene des pompiers retentit sans arrêt. par souci d'économie. Soit qu'ils dé- fortablement),setrouventconfrontésbru- :.. .--
« La Laiterie D, le café de Romain sirent amasser en peu d'années un petit talement a ces problèmes de feu inté- ... i
Maes, « Ca va seul >) a Vilvorde ont magot qui leur permette de rejoindre rieur. Et bien souvent personne ne les
été ravagés par le feu en quelques jours. rapidement leur pays de soleil. Soit letir explique. Ga7: de v~IIc. bonhoi~ntset .
Pas de victimes. heureusement, dans qu'ils préfèrent consacrer Iciir urgent ii autres robiiiets de sécuritS ne font pas
ces trois sinistres. des voitures, des vércmcnts ou des loi- iilors I'objct JI:tolit le soin reqiiis.
20 . . . trSsds
par un coup dfEtat?
Née de la hargne et de Ja grogne, une Cagoule à la belge médite un coup d'Etat.
Nous avons nous aussi nos colonels et nos ultras.
Un mouvement d'extrême-droite
qui se prépare a un coup d'Etat en
.. Belgique et organise déjà l'aprés-
régime. Des plans stratégiques mis au? . .-.
k +-,- point pour réussir un putsch mili-
S " . ,
L . . taire et, au premier plan, s'emparer
;, "ï . 2 . . des points névralgiques de Bruxelles.
A<.+;,
.:".:b,
. .< :.
Ces deux hypothèses renversantes
* ..< sont, depuis quelque temps, prises
extrêmement au sérieux par le Pou-
voir au point que des missions de
surveillance et d'investigation ont été
assignées, de toute urgence, a la sé-
curité de I'Etat.
L'origine de cette brusque prise
de conscience :
I
1. Les contacts discrets pris par des
personnalités (< ultra >> avec certains
parlementaires aux fins de savoir
quel comportement ceux-ci adopte-
raient en cas de prise du ,pouvoir
par la force.
2. Un trafic d'armes découvert à
Liège dans ces mêmes milieux acti-
vistes.
Les appréhensions du gouverne-
ment se sont révélées légitimes. Les
rapports des experts de la Sûreté
d'Etat confirment que les préparatifs
,
d'un coup d'Etat sont actuellement
conduits en Belgique. dans le plus
grand secret, par des officiers et des
extrémistes de droite. Longtemps,
il s'cst agi de deux conspirations pa'-
rallèles qui n'accusaient aucune inter-
pénétration sérieuse. Mais, par la
1 suite, les deulr courants se sont ren-
contrés. Le moteur politique du coup
de force a trouvé son ressort mili-
taire. Ça ne s'est pas passé autrement
en Grèce le 21 avril 1967.
1 Le putsch est prêt
A l'armée, l'idée d'un renverse-
ment du régime par les armes est née
de la violente opposition d'un cer-
tain nombre d'officiers qui se disent
loyalistes, à l'endroit du système po-
litique en exercice. Les errements et ment. Aujourd'hui, le pronunc
les atermoiements dont ce système miento est prêt. Sur le papier
donne trop souvent le spectacle, en dans les têtes. Au point qu'il 1
dépit des efforts de certains hommes 'cinq ou six semaines, des sanctic
de bonne volonté, comme le sont as- 1 ont dû être prises à l'encontre
surément quelques tenants du pou- plusieurs officiers d'un régiment c
tvoir, les ont progressivement ancrés tonné dans le nord du pays
dans la conviction qu'il s'agit de raison de leurs propos et leur comp
mettre vigoureusement de l'ordre tement (( subversifs ». .
dans la pétaudière nationale, chas- Ce n'est pas un phénomène isl
ser les politiciens en fonction et les Tel autre régiment -dont on ti
remplacer par des hommes neufs, le nom -passe pour n'attendre qu
purs, forts et dynamiques. Au sein signal pour << passer à l'action )>.
des clubs qui leur sont réservés, ces signal qui serait censé, par exem.
redresseurs de torts à étoiles ont, dé- venir du Palais et qui, bien enten
laissant le bridge et les échecs, pris ne viendra jamais, D'abord tra
l'habitude d'un autre jeu: celui qui à mots voilés aux bars et aux ta1
consiste, par exemple, a prendre la de bridge, l'entrée en action pour
capitale d'assaut en investissant les brutalement devenir une réalité
centres nerveux du Pouvoir. Le jeu cassante au cas d'une nouvelle
est vite devenu une préoccupation cance du Pouvoir ou de toute ai
puis un programme. Le plan d'un crisespectaculaire du Régime. Vo)
putsch est né de ce qui n'a d'abord les choses en face: nous avohs a
été qu'une rêverie et un divertisse- nos colonels. Des colonels qui, 1
Dans ce numéro de
du 15 août 1973

La couverture
Les Etats-Unis in;inqiient de pétrole.
Ce n'est quc ILI prciiiicsc étapc
de la graiide crise de I'éncrgic.
Dont nous serons tous victimes.
Dem:iiti ou l i n peii plus tard.
(Pétrole: ii sec. pige 58).
- ~
pourrait éclater en Belgique.
Et pourtant ...
(Sommes-nous menacés
par un coup d'Etat? page 20).
Affaires
Neuf ans après la fusion daAgfa
et de Gevaert, Hendrik Cappiiyns
dresse le bilan de ce mariape de
raison. Et d'amour.
Les Poulidor de la photo. page 36).
Notre temps:
Si l'on parle tant de l'infarctus.
c'est qu'on le connaît mal. Et
que le cceur, pour la plupart,
reste un inconnu troublant.
A ce propos, le docteur Barnard
nous livre une passionnante mise
au point.,
ceur qui nous agresse, page 50).
Des officiers et des ((ultras)) qui
préparent un coup d'Etat'en Belgique?
Géiiérrilement, une telle annonce ren-
contre Ic scepticismé de beaucoup de
monde et remplit d'une joie secrète le
poujadiste qui sommeille en chacuii de
nos compatriotes. Et c'est bien compré-
hensible: qui s'aviserait de troubler le
ciel sans nuage (malgré les (( petits ))
scandales politiques) d'iiii pays oii il
friit si bon vivre?
Et pourtant. Les faits que l'un de'nos
jotirn:ilistes révèle cette semainc tou-
chent bien a la sécurité nationale. Plus
qu'un état d'esprit latent, des indices
précis et Lin faisceau d'informations
recueillies par les services responsables
de la sécurité du pays permettent au-
jourd'hui d'affirmer qu'il ne s'agit plus
d'une galéjade ou d'une espèce de
monstre du Loch Ness estival qui
réapparaît en période de creux )) poli-
tique.
A ce jour, on peut compter sur les
doigts d'une seule main les personnes
qui sont dans le secret des dieux. Une
conspiration, quelle qu'elle soit, n'est
pas rendue publique en la salle de la
Madeleine, à Bruxelles. Mais une Presse
libre a le devoir de la dénoncer.
*
Incroyable: des pompes d'essence sont
fermées aux Etats-Unis. Les Américains
n'en croient pas leurs yeux, alors qu'ils
sont les premiers producteurs de pétrole
du monde. La pénurie est-elle pour
deninin ? Risq~ic-t-elle de traverser
l'Atlantique ?
- Nul ne peut le dire, estime André
Joveneau qui s'est livré à une longue
enquête. Et d'ajouter que la pénurie ne
sera pas provoquée par l'épuisement
des réserves. Elles sont importantes et
pourront encore assurer I'approvision-
nement mondial au cours des vingt
prochaines années.
Cependant, les réserves ne sont pas
inépuisables et le fait que les besoins
ne cessent de croître, a créé une
situation délicate que nous exposons
dans le détail.
Conclusion : l'or noir sera demain
une denrée aussi rare que chère, I
cisons-le, entendent échapper par leur Mouvement national de Wallonie
coinplot S. la tutelle de la Défense dont la doctrine consiste A s'en
nationale et mener leur propre jeu prendre à tous les mouvements d'ex-
dans leur propre intérêt. trên~c-gauchequ'ils soient commu-
nistes, marxistes ou léninistes. Sous
Un feu de camp incendiaire ces diverses appellations. il s'agit, en
Du côté des civils, l'affaire remonte
à 1966, l'époque où des nostalçiques
du nazisme se sont regroupés dans
une organisation secrète appelée
(( Der Stahlhelm v . En décembre de
la même année, l'association a tenu
ses assises 1 Bruges. Par la suite,
un directeur commercial de Grive-
, gnée et un tailleur d'Amay, qui
comptent parmi ses fondateurs, ont
étendu le recrutesment à la région
liégeoise. Dans la même volonté de
regroupement, le Sint Martenfonds
' s'est ménagé, en 1968, une section
wallonne qu'allaient animer trois ex-
Waffen SS, un Glontois et deux Lié-
geois. Mais les anciens combattants
de l'Est qui avaient rejoint ses rangs
n'ont pas supporté d'y coudoyer des
inciviques et des collaborateurs. Ils
les chassèrent en 1969. lors d'une
réunion, dans un atelier d'armiirerie
de Liège. Cette épuration devait peu
après aboutir à la création d'un club,
le ((NouvelEurope-Magazine», en si-
d e NEM ui allait rapidement pro-
+II erer et prendre vigueur. En novem-
bre dernier, un nouvel organisme de
encore avec le
II a de ces coïncidences. Au moment
mërne où la Sûreté d'Etat M s'intéressait »
au N.E.M.à l'injonction du ministre de la
Justice. le bruit a couru. la semaine dcr-
niére. à Bruxelles. que M. Vanderpoor-
ten atait été assassiné au Zoute où il a pris
quelquesjours de vacances. C'est une corres-
pondante anon) mc qui a transmis la fausse
nouvelle à la police knockoise.
réalité, d'un siil et même mouvement
macéré dans les nostalgies de l'Or-
dre Nouveaii des années d'occupation
et les'ferments d'un curieux <( gau-
chisme dc droite )) nourri de racisme
aryen. de friscismc A l'italienne,
d'nnticommunisme primaire et d'at-
lantisme forcené. Ce qu'on est con-
venu d'appeler l'extrême-droite dans
les éditoriaux de la presse et les rap-
ports de police est cout~tii-iièrede la
génération de ce genre de chapelles
souterraines que les polices politiques
ont pris l'habitude de traiter avec
indulgence dans la mesure où elles
considèrent leur activité comme sté-
rile ,et folklorique.
Cette fois pourtant. les autorités
responsables du maintien de l'ordre
ont fini par s'inquiéter de la démar-
che de ces courants de conspiration
endémique. A la suite d'une affaire
de trafic d'armes et d'édition de
tracts. plusieurs leaders du NEM à
Liège . entre autres un marchand
d'automobiles et le fils d'un Améri-
cain naturalisé. ont été entendus par
la police. Cette opération judiciaire
a coïncidé avec une campagne de
urovocation déclenchée par le mou-
iement dans ~'ag~lomerationlié-
geoise: jusqii'en plein centre de Se-
raing-la-rouge. des slogans anti-bol-
cl~eviquesont été (< bombés >> sur les
murs. A ce moment, le département
de la Justice n'ignorait pas que, le
23 juin dernier. le NEM avait or-
ganisé, A Bo~isvnl.lin grand feu de
camp solennel en l'honneur des
(( camarades allemands )> réunis à la
même heure .en un lieu tenu secret
autour d'un même brasier allégori-
que. On savait aussi que les conspira-
teurs liégeois ont l'habitude de se
réunir dans un grand h6tel du centre
de la Cité Ardente où ils doivent se
retrouver le 7 septembre prochain A
20 heures. On était également au
coiirünt des tribulations survenues
lors de la réunion du 30 septembre
dernier oii un hôtelier de la place des
Giiillcmitis, iiifortiii. uii dcriiicr riio-
ment de lil nature dc lit iiinnil'estiiiion
qui allait se tenir sous son toit, a mis
tout ce beau monde à la porte et l'a
contraint chercher refuge dans un
restaurant d'outremeuse où il a pu
entonner tout a son aise au dessert
les hymnes de guerre germaniques
qui lui tiennent tant A m u r .
Le souvenir de Berchtesgaden
Tout ceci ne relèverait que d'un
pittoresque de mauvais goût et d'une
sinistre indecence si des indices sé-
rieux n'avaient permis de comprendre
que le temps des démonstrations
passives touche a sa fin.
1. Ces derniers temps, on a enre-
gistré pliisieurs cambriolages de ca-
sernes auxquels on n'a pas trouve
d'auteurs ni d'explications. Or. il
est établi que les conspirateurs réunis-
sent actuellement des stocks d'armes
importants.
2. La présence d'officiers et, dit-on
aussi. de magistrats au sein du NEM
a permis et facilité la conjonction des
deux mouvements de subversion.
3. Les confidences faites A des par-
lementaires choisis pour leur esprit
non-conformiste et leur opposition
l
au système témoignent d'un état de
préparation tactique avancé.
4. Une délPgation de douze anima- .
teurs du NEM s'est rendue, cet été, .
en Allemasne. Sous le prétexte de .
vacances bn.aroises. elle est allée en
pèlerinase à Berchtessaden. Inter-
venant dans un climat politique où,
de l'avis de beaucoup de Belses, la
dégradation des institutions monar-
chiques et des affaires de 1'Etat s'ac-
célère irréversiblement sous leurs
yeux. l'existence d'une subversion
secrète. inspirée, structurée et armée,
constitue une menace qu'tl serait in-
sensé de traiter avec indifférence et
désinvolture. Au guuvernement, on
commence à penser qu'il est vraiment
trop confortable de prendre ces of-
ficiers qui rêvent de prendre la rue
de la Loi sous le canon des blindés
pour des stratèges de café et ces
activistes pour des desperados de
mélodrame. La preuve. c'est que,
depuis quelques jours, les uns et les
autres sont dans le collimateur de
I'Etat. La précaution est raisonnable.
On a vite ses colonels au pouvoir
r1ii:ind on n'y croit pcis.
I n f o i n verband n e t rie no;;lijke s t a a t s g r e e p g e p l a n d
door de f r ~ : - . ù t a l i g e o ' f i c i e r e n
3 ' "
- 1 j z p r s e e n o!;:!e!.!:oüd r:et J.-'::.',:Z er. :j;i;:3L: i n verband x e t de
z?,?l: 'l:.; :.-.:;:" ..t.ell;- 9r.r.o .j-j:i3;,:l.C y : - * : j g r . l : e l ? uy>:.:ln '.ekC, v?r:;?zer, wij
. . . .
r,13!!qr y..+:,:- - . e V :.- . o . : 5 ; .r . 2 : e ;roc? o :'ric i e r e r . en
',, , .. ,,..',,. , .,,. . . ,. . . ,. ... --i<:.:ao!*>I-~*,2!-,;::a tTL,:ii+l~erf.!..;-:e:iheh5e1-i 2 e ; e v e ~ .<y,,,:: . ? i P ,
/,j:: ,?.:.y .'jIJ 2:-;.;::-.-:. .*:il ? ï t hi,; ::~:lt::11~t?,i?eft c e t een offi-
' .ciel. -li? vt?r- )in-]i:;i;z;:~q:; 1..?:-szrr: ::e" ?:: ,j.e :;roc? o f f i c i e _ " e y . . ï e o f f i c i e
<; > .!;ci:, de 2 2 2 ~ : .!.jil v;'.n CF?:: 'c-?.:,':.~l. :.-,:: v i e r j-th:' i;aler',en zsü?e:: e n k e l e
c.frici2r?:: %et, y.1.;:. :,e!;!:c:i or;::'-.t c.1: i;èt réi;ine 3!rver t e vior-er,. :;éK
zo,,l, d2r, r,,e*j:: !.-c;:t3;.t )7.z:t'r,:?:: - C . ? Q ! : - C : : y . * t 3.%':'.','Y =.--.. iievrri.7 :d hebben o r
. . ...'.~ .. ., . ,.,:1--.
.. -: .er.c t e 1u.?y~2r:7r;;!:.::::II ;:;!:IL. . , . L !;eee:t .':lx .;te!.:n toe-ezegd.
. - . . ... . . y - 2 !, .? ::- .:: t - : ? ! - t i e p f t t.~::j.;o!i,l<r~-t : ~ i r2 c : :.?c:>; ge:rraat en n a ô r
.>....... .' ......m.-.,.> 1, ;;,-. 3;; ,? [? :;e :. . r. y- : .-, , . .,.. .5 s -: - , . . ~ ; . o n c . e:- i-.aeveêl!-,e,?er. : : l c r o v e r
. . ... :- .,,;,,y. :y : . c 7 .,,*-.. v.t,- ' : y < - :litle;. 3 i : I I ' .<c ;<:e?ens bestezc? -.y?-
- .. ..-,,: ... :,- -1.' v"rC;er ,-;ic-..t 2 . * . -
. . -, .A --.. ...v . ..le ..:il i-t,.zi~-e!: v t ? r . i : i r - : ~ o r ezlce1e
. . . . .hur. ,.py..;P I . : -. <
. . . . . . . . . ., -,. , p.-- ,.!3:,':;5 ' ..'. ' . ' ,
" '
p i - , b î z . j.-.Gr,; h e e f t 'jn'.,- -:..--. 'r
-, ., p i . : . , : c , : ( , . ! . . . .- - '. =: C'O f d ;an ,<p o f :'ic j ers.::: '?pi;
i 2 i,,; c:,?:? ;,-.:.;.?
. .v , . ! - - : : . : L ; c . : p . - ' ' < . f .
, ... . . . . . . . . . : . -.-:en;.i;>yd v o l - ?cc; :;;.':'.'.'S
,,aoi; .....-.. ' . : . d - : , . . .-. . . . . . -., ., , , 6 . - .. . -, 1.; 6> :-. 1 . . ,;;-,%.- vr.,,r,y :f .; - :: z i c zna
..i.,?t; t e - .. y ~ ~ ? r ~ 2 : ;t ; ? . : z 2 t . B s , ; ~ - ! . 1 ~':;lj' ' c a s : " zci-ts x.-,ie --PK n i e t a l l e e n
- ,
.......doen va,.,-. pie$ , e A : :. te?.?:,? ir!z.rl.~:jr..-~*?., + A ,, .-. . . . . -. . r r r > *..-..-... ;K ' ~ 3 - 1e r v e e l
..y c , ; y 2- a,:,..:- -...- . '. > ? ? i T A :.:.: 'yt,ci;T te 'J-l:w,::.".. . - '...._ - - ,--,:.e 7~ez-3er
',-j; -,: . .,y. . - . > .
L " - ' . - . ,,cqck.t cl:e y ~ ~ ~ < ~ ~ -',,s::ne;: ~~-~I,:~~~~.;!- 2 : - 7 . r ~ ~:...- 0 3 ~re:.
-2
. .v,l;ii-.r: a? ..l;lj ,ni:! ..c~.i.!cr ':!r.,..:i.l zl;ri O,? .n+t ;;:i:<~- o r - s n i s a t i e ;:y? t e
. .vi-r;:?:.. . . i j i.-?.:;-::. A.:. VC:,-:;:-;.~!?G z:ee,adceld +,t ~~.::.: 3 . j ~ : - : e z x z k
#
. .-...-1 : ; 1 : en , ' t e , O : J ..., -i..,.I , , &r i
;,>:j ~ : , ~ ~ ~ ? , i ~ : ~ t , i ; i ; e i ji , 3 - ~ ' , : ~ : 7.::::: -:-eorl ?n 3nf"t.r 3 2 s uitgcrle!.:f y-,
. . . ..-.:.. 7.
? P . < ' . . - v v . . .
- . . . - . _ ,i:;c:- n a eer. "drin'n" -:.. - ; . 3::er de .l:lr.nnen var. d e i r a e ;
. ,- -" : '
8 . ^,;;~:'~-
. .
'--:: ; e ~ r < r c L e n . "iii of L i ~ i ~ r:=1; i : ~ ; . .~ ~ ~ r - e ? l ~ î t g tn.iar e e r
. . . ..,.-l..T,=..-?,-. .->. . ,. . I :.- .2L-,..,:2.i~~,-;;:spri- :. . . A L., ..: 2:- SC:.:. . _RST J:I .: -,'307 L e ::lnnr.en van de
c.ffj.cierir: ;r:icjl:-..:a. '.'c3rnL ':ri:::'.% i<ci:r?n. .>vortui;C ;'on h e t ?ll..k?r. vk:
........ . . ..0:. ..re:.i.:er::en svin h e t k u i e i . - . c :- Li.:::. A. ,,.:, ve1,trlrle o,c d i t ;er:-,î é:-v..;ri::
. ,..-..-"te ? P ben cl,ged:-r.r; i n cir 35:.1~~i : i .:-.;-.:,L ;.!.il:r !iij lcver-3e aar. de CAS.
., - .
.i.?ic., :..-e:: hij ; e . ~ r r i ; t n e t '?SC;I::;3 er. hi2 .~rclcri+jftde n i s l g ) ; k i n = vzn
riczt. t:!: ;:;:p. j e ;czt;r.fli ei5:.$c;c.:;t.~1:.à .il?;:cor s l e c h t ÿ:ar. -v31;c2cû 3.;;""..2,
. .e r r . i . ? r t ~ i e k t e -'J3:1 L)hL*.::E i;?r.!;-;r.?-: .;;:-! 5 2 2 - n ~ ans g e s p r e k G a t 02
hoo.-::itr. c c h 2 l o n r î e ? r , v o o r S ~ ~ e i : i i : ~ ~ : e ~ ;u!cr;cn i e t r o f f e n on r e n m o y e l i j k e
.~t;~ats;rz:.; t r ~ e nt e ,::crEez. I.ez zou o c d i e r.:den d e v e r i e d i g i ~ gvan h e t
biririenland i r . !-,;inden r-an ! e ri:'-:;:!*.îcht :~e';.zrc i;e;:cven omdat v o l z e n s .je
3 3
ovrr!:ei? cer, s t : * : a t ~ ~ r e e pzc-der :qo:!r.,yeyx:rg v3:. 6e s t 3 a t ç ~ o l i t i en i e t
7o;;eli Jlcx i s . :te-::; v o l ~ e f i u>.;":','~ z 3 . ~,:i: c ? ? -- t A> - d e zaken vergemakkeli;
k e n . i!i: s n t x o o r d d e c i e t o r onze vrG9y d i t n l d e r u i t t e l e g g e n .
. .
, - : C z l ? i ; 2- o;.ticir .u.;s?riri ;VI: verjclrlerden n e t :)AiJ1.ilE er. Z;*.:?BS
DOCUMENT No 3
Rapport BSR LIEGE du 23-8-73
Coup d ' E t a t
., . . . - . ;.. ,'L!I.. . - ' ..& -a..-....'.. : -.. 2. .
, , Au Commandant du ~imtriktd e LIECE. . b
. . . ' . ,
- . ,..
. .. . -
. .. . I .,> . . .. Y . - '
.- 1 :
- - . '..; I
.. < .. . ... . - . .. . , , a !.. .:, . .
OBJET i Coup dgQta- elciqua, ... .
. . . - .-... ..
Rbf, 14 11 25 Bou. 73 et .. -. s I
11, 1 7 15 Aou. 73,. '
' +
. .
.-3.
. . ,.
. ..," - ;
~ ' a p r b 8no8 reneei~nementd,t e de la w G a ~ e t ,Van . .. .
bntwerpene conet,ituo un faux. ..: ; %+,
. . . . . . . L.
- . ,.'!;. -..; '
- Uo a r t i ~ l ehbpeu prha sexnblablb aat 'parud m e sp6cialR..
, , no437 <La15 Aou.73. Ci-joint, une. c o p i c de cet article-inti-'.,
' tnlé Semmes-nova 'menacée jar, cbup'"d*état ?'.a . 7 . - '-, n , .
.
. . L 2 .. .
Le N o w e l Eurepe Magazine club (: ~ H . E . M . V ~ ~ I ~ ) :est:nianF- b:
-fest m e n t visé, m a i s l s jo~~1ur1iati:rii 6 l a n d les mou~e&anteF;:
et a accmndU.6 les fausqee &nfo'~ations.a-':',.*.. ; .. .- .:. $ . .
. -- ..
... .r
. s:. . -. Il-nTya pab -etide trafic..'d!rrmes d6couvert h ~ié~e...;~;. . . . - . - . .. ...+.>*,-& - .<
d '
....,
...
* .. .
- A P ~ - des: personrias. =if&.es:+x:&~ft %l?pbJet.drune .*. i.38 . , 4 ., ..'"
intervention $',-userv,ice.6'polike&. ..
- -
-.. .* - o .
" . . . . - .-*: :' . .
.. ::-4
' : ,-,Le banquet dont qaestion 6,ta%tg,osgauietS..parles ~nc.ie$
. . -.-. -
. . ._. .- .
' ' ^
ceinbattanta de l~~s$,"qai.'SO~~s~~vh~ltmembres du . .
. ,
.:: . , . '
.: _. -+ -2: BW-CIU~. mais *.ppart ienïient: &>-O: 'oiflrnisation jap~.e*';.:- 1.4, ... -.
. - ...
.'. ,..: - . .- - . . . . .
- 160 " Der ~ t a l h e l m ~ . b ~.:%. . . . # . .
. :;,z 4,
' < T l - % a -
' . . ,.
.: %- : a.. . , ,;-,
A.". 4
x .
- % *>:
. . . -lons ccnnaisscndpzis d*0ffie'iérb réserve fais-. . .- = . _ 'part3s':ide'Ces mouvement ê&. -.y;- Y.-%*,.;. .-. .. .. : -,.. . . . ' .:4 <+.. . - -
. . -.:
.-. . .
" C ' . . ' . . . .. A, ...a3--.' -.-._.:,-.' Y- T , ,. - '.. r
. . .-- _ . -. . . ' ~ ecercle des * ~ f f i o i s r ede,.'r&seme pr&é'i&riem&y'.'::
; pas d'actlvit6 a Liège. Il-est,prCsidC par le colonel 1::-.
en retraite de NYS et nu' p e ~ t : ' ~ a a-8tre suepecté d?at+,*;
ti~if6subvereive* . .. .L I . . c. . -...,a- ..=- _ . .. . . . . .. '.....
A noter que I*auteur.de lvaFticle de wSpécialn est la':. . . .
nomnt4 t , . . .
t
.-.,- . . r '
/W A L H E E R ,Pol Henri.Robert Joseph ~ e n é
Belge - d'origine hollandaise. t
f' a6 à ~ i è g e ,le 08 janvier 1920
 Divorc6 HUSTING, Catherine
dpoux en eecondas noces de MASQUELIER,Odet te .
journaliste
domicili6 h WOLUWE St PIERRE
avenue Orban, nO1ll.
!Le NEM-Club est diriça sur le plan national par t 8
)C L E C E R F , Emile Edouard .I
/
I
journaliste. n6 A St Mard, Is 13 avril 1920 1domicilid WOLUWE St PIERRE
rue La Vanelle, n03. 4
A LIM;E, deat le nommdt
% D E II A Y B E , Raymond, Joieph
.- rorrésontant, n é Heratal le 15 juillet 1939
d ~ r n î ~ î l i d LIEOE. quai St Léonard, 11049.
CD 1321. ;
- p m ~ ~ q.@O, aeoond6 ,par quolqqai ippathtmaat8 , te188 ..- . ...
l o t A M B E R 2 , Pimrre M a ~ o e lJeur P r u r g o î i ~ '
'
3 4tudiant$ n/ :&-~ l l ~ l ~ ~ ~ - ~ r i t s ~ ~04.12.47
y domioilié, chawmde ~îbmenceru,?*11.
Le prboité .cet parfoie 6ditem. rerpona8bls
d'affiches. Il donno.alors ltrdrerse ruivantei
Rd. Erneat .~olvay;'.ls HERSTWi !
. . l,
. . i
Catts dernier@ adreeee est cells~dk-'noxm&8 . . .. .
, .
+ 9 c H O W-M A K E R , p i e d e mile ~ o s & h , . ..
n6 h Grivegnée, le 18 novembre 1933 '
domicilie A-BEYNE.r;HEUSAY,
. . avenue des Eglantiei-8-.n03, rbdldant '
8 .HERSTAL,Bd,.-,Exneet Solvay, no15e.
Lequel, bien que6tant e n lidison-~avea~UNEERT,nte8t.p i 8
' c o ~ upour a v e i ~une acti.vit6 au.seinid~.XE3f-~lub.
.. 8 - . ' t
2. M .UL L E R ,b i l a ~icolas'JO& ~aa:. ++- .
k .! .. ..._ .. . '..-.- B e l g e , srrmwicy, n6-h_~i&&a:lo20.1-t.23. . . ,; - ./
-. . .. *
. ... domicilid h BERSTdL, .rue,deal Vo.sgsr8, h*8." - . - i. , . * ,
Le pr6cit6 ~sxploits.un--atë1~'èr;derdparaties -;
* .,.,, .. . , -.- ' d garmurerie h .LIMiE, : . r u e - - . ~ a n i ~ c k ,. n ! l 5 c- :. . . . ..- . .* : , - 2 . . .,,.. * -:* , .-3.. R"U Y FE s ,, b d r < ~eany~oî&G'' . Y ,.., -+. . ... ..; 5; 1~
4 , .
,
. - .
.-. . _ .
. . .., .i .-+ . . B e l g e , Directeur .commercial:s; :. :-.,., b - t , ' . ,
- --,
... . - .,
:s
....,n6 B ~ i i g e ,-10 24 e~Ut~.l923,domic~li6B >.;: . .? .
. . - , .: - G R N M i N Z E , . , r u e .de &tIndustridrinoI.7 ci;:= - 2
. - . 9 .
N & ~ A&b.'këmbrs6 pour la rCgion i i & i e b i ~ e , : é : 8 3">:. . :. . ..:. . , ' : 5- '.-,. ...
. *...1 -LOCAL --r ~45pnb... ~ t ë n t- ses rdunionk.~a~;~i&&~:fr8t1~li;tà68: . B Ô Ü ~ ~ & ,J. l:
'.. . ..-. '- C t ,-.Fm 8' .-'-4 . .. 6 '
. : L ~ G & , ... --s ... r - - ,:.-Ce-:
. .. /C+, . ' . ... ci-. . v * y -7 . . :.:,.:- '..' -" .; . -..-':< .::.-- .;&.: ;<7-;..; :>>;.a:. . .. .- d. -..*1
: . ; A ces .réunions où assistent une cinq-nta,ir+e de ,per'8&.xfàe. . in~itbeé-e t pas.nécessairanent affili0es .'&,jets culturale
sont exposCs, mais toujoure en rapport ayec ,leicîdo1o~Ie.&,'- !-
d'extr8me-droite. . . - ...., -!.-,: ..-.' .> - .'.-?, . . -, ., . .
Le NEF¶Wlub se déclare anti-comm&i6té ' et prétend dénon-
cer toute8 l e e a c t i v l t 6 s nefastee pu bon.fonctiorinanient dim,
paye, cmnme Par exemple les gaapillagea et le. favoritimmea..,. .
I
En ce moment, des affiche8 ~ont:~réparéesp o w l a rentrés
des classes, contre loensedgnemcnt r6nov6(ci-jolnt une phote-
copie). ...
Le DER STAUiELM.
Mouvement bolné d'anciens SS, combattants du front de
ltEet.
Se déclare Européen et aati-communiste.
' Est dirigé P LIEGE par MULLER, Bnlle, d6Jh c i t 6 au NEMG.
Club.
Ses principaux e#mpathieants sont r
bS W 1 N N E N , C h a n t a l Fanny
Belge, sans profeaslon ,
nt5 Olona, le 1 5 j u i l l e t 1950
y domicilid , rue de la Gare, nolog.
.
r-:'.*..?". R F ~ . ~ T !lrï;.:j 1"
i:
* ,* * :.&,!.,tt ::a,
*
V u *. ~ e n é..Joseph. Hadelin.% V A * P J E - R . . . .
Belge ohauffacrr-livreur -.
",.. :. n6-B.Libge181002,mar6.1921,
...
"domloili6 B A M.A Y ,' .
rue ~ 6 e i r bL6ga, n0.9 . .. . . ..
q b A C R O X X ,Ferdinand-Albert
. . . ,". - * .. Belge , ouvrier d*ualne
. ;&-?'i+ . - * - l0 ?n6 h Arlon, l e 30..d6cembre 1916
.. . G . domic.ili6 A L n G E .  8
. .
. . -?ruech@, ,.-no28 .
g P R 1 L I P P A R T , Louis. Jean-Baptiste ' . O
Belge'. . . . . . . - - . -; -.t a i l l a & .de,.p'i~&is.~' % @ !.:. a ?
. *. : . . - .. . ' a ,
n6 2~ ~eirna(c~rance)le-12 avril 1921,
_ . . : : ~ W I ~ ~ ~ ~ ~ . & J U P U L E . . ~ .. . ..... - . -_ . . I -:.. .
..' ::Y' i - ; ,i4.% -..';.. 'b-.rue-bde;Libf6.;-n?.55d-. O?... , . . . : : C I .
, -.. . . . . . .
MCAL- t. . ~ t é i i o ~ " m i ~ , .. . . .- k e :~émarck,:no15. &-:LIEGE.*.-..... * .-. . . - S . . , - < - 1 . < ""' . .: .:.7.
..a.
i;. Le -barnuet.d~'bt=-~neatiQo.a faitr;l?objét.'du rapport .du.. C
. District de -LIEOE n01361[126/N/~i.e1 +: du' 06..oct~bre:~i.971..-- - - . . . .. . . . . . . . . : . .2 .. - . .-._ : L .c.... :' 1 . - -
'B 1 1 exlnte encore d aautres mouve&ents:,d*~extr$meidroite.
. ds+d - 1 a " r C ~ ~ o ~ ~ ' ~ i ~ ~ e o i a s 'ayan&?pritfq i i e m ë n ' . ~ a ~
, c d 'conÈtietBnca, 'ni' activit8'.et.se "idlangeant . plue or
.w r.."... m o î n a &a N M - C l u b . et -.au,Dep stalhelp';. ..:'-. .. ;:-if+.. 't.>.. . y ..i.i 1
...... . . . .- - r . . . . . . . a ,+. .. .; <. : ,..# .#. ..,+ .
A notoi..eAcore.que. > O ~ t e a :~ e ~ ; ~ & ~ o n n e i+8nnu,es.,~o1ms'
* ,, f&-d pa=tie ,:as%m6uv&iminte;,~rt(~,% $ ~ ~ : ~ t ô U j O & t j L ~ eptf it
.. fort coiiecte vis;&-vi'e. des services de'-pl&cei .-; . '5.
....
1
'c W.' ?. 4 - . S .
.. .. . . .. =+.- . -.. . .. . ..- -. . . . . . . . .. . f $ s - -,, .. a.+ .+..S.' S.t--..., + ...;<.:. . .. . . - .. :
.:- ' . . 2. . ;;... '.,C ' . ~.. . . . , . . , : - ; . t , 4 3 . . -5 . ,. . I ' . . '. .. . . .
1050 BRUSSEL, 21 december 1989
Fritz Toussaintstraat 47
DE GENEFWAL
N r Cab- -;/~YYL/D
Mijnheer de Vmrzitter,
Ik verneem dat Uw Ccarimissie zich tijdens de zitting van
19 december 1989 zeer streng en negatief heeft uitgesproken over de wijze
waarop de Ccmmndant van de Rijkswacht gevolg heeft gegeven aan Uw
schriftelij ke vraag van 12 december (Nr C/NM/DD) .
In dit schrijven heeft Uw onderzceksc~ssie, i k
citeer, "de w a s uitgedrukt t e kunnen beschikker~over het rapport omesteld
in 1973 door Adjudant-chef TRATSAERT van de sectie "openbare orde" van de BOB
te B r u s s e l , over een poging tot staatsgreep, de zcgenaamde "opération
bleue" " .
Gevolg gevend aan mijn mndelinge opdracht, heeft
Luitenant-kolonel MICHAUX ten volle aan deze vraag beantmord. Derhaive heb
i k gerrieend U het verslag van deze Officier onmiddellijk en zonder enige
verdere begeleiding te kunnen ovemaken (zie mijn brief N r Cab-16765/0 van 18
december 1989).
De verdachbnakingen die door de onderzceksccp-ronissie in
opsrhx-e zitting wrden geuit op 19 december jongstleden, waarbij sanenigen
Luitenant-kolonel MICHAUX, hetzij mzelf ewan beschuldigden te hehben
"gelcgen", b l ij ken onterecht te zijn. De eenvoudige confrontatie van hetgeen
de onderzcekscanenissie heeft gevraagd, mt datgene wat ik U heb overgemaakt,
zal Ctuidelijk maken dat de Rijkswacht correct aan het gevraagde is
tegemetgekanw.
Aan de Heer A. B0URC;EOIS
Voorzitter van de Parlementaire ûnderzoekscanenissie
belast mt het onderzcek naar de wijze waarop de
bestrijding van het banditisne en het terrorisne
georganiseerd mrdt
Kamer van VoUrsvertegmrdigers
Paleis van de natie
Wetstraat
1000 BRUSSEL
Bovendien is gebleken uit de mndelinge interventies van de
zitting van 19 december, dat de onderzoeksccmi.ssie in het bezit wenst gesteld te
mrden van een heel ander verslag, mer in het bijzonder het verslag opgesteld door
eveneens Adjudant TRATÇAERT, nu echter in 1976 en in verband met de zcgeheten "grcep
G". Indien dit het voorwerp zou zijn geweest van uw schrijven van 12 december 1989,
dan kan ik U verzekeren dat U op een even snelle wijze in het bezit zou zijn gesteld
van eveneens dit verslag. m r s nooit heb ik, ncch mijn mdewerkers, de intentie
gehad am U dit document te onthouden.
Gelet op bovenstaande, heb ik de eer U hierbij dit bewuste
verslag over te maken, zonder hiertoe door U schriftelijk te zijn uitgencdigd.
in dit raam voel ik me verplicht U in te lichten van het
feit dat een lichtdruk van dit verslag in de maand januari 1989 werd overhandigd aan
de onderzcekers van de heren Onâerzoeksrechters HENNART, LACROM en TRCCH.
Ik rrem op deze wijze, Mijnheer de Voorzitter, te h e m
aangetoond dat de beschuldigende beschowingen van 19 december, aan het adres van de
Rijkswacht en mezelf, elke grond missen. Mag ik U derhaive verzceken tijdens een
k m d e zitting van Uw canrmissie, één en ander recht te zetten.
Met bijzondere hccgachting,
Luitenant-generaal BERCKMANS
Ccmmndant van de Rijkswacht
In Bijlaqe : Verslag m e Luitenant-kolonelMICHAUX.
CENCA2MER LE
ETAT-MAJOR GENERAL
Le- 15 Décembre 1989
D I R E C T I O N S U P E R I E U R E
DES O P E R A T I O N S
2ue Fritz Toussaint, 47
1050 - BRUXELLES
- ,
' p l : ! 0 2 ) 662.
OMET : Rapport établi p'as 1' Adjudant-chef TRBTSAERT en 1973, su sujet d'une
tentative de coup d'état, aussi appelde rn l'opération bleue .
REFERENCE r Votre ordre verbal
Je porte B votre connaissance ce qui suit t
1, Fin décembre 1988, dans l e cadre de l a fonction da Coordinateur National
que j'occupe depuis Janvier 1986, j'ai Bt6 i n f d de ce que l a BSB de
- cellule MEKDEZ ",avait ét6 chargée peur Fionsieur l e Juge
d!Lristnrctian HEIINART de faire des rechemhes 8u sujet d'un projet de
caup dlétat datantae 1973, appel6 ~'l'op6ratianbleue " .
2. A l a section Information de l a BSB' de BBlJXELLES où i l s se sont renseigng
l e s enqu8teure n'ont pas retrawé de dosaiar relatii à unenop6ratian
bleue ",du moins sous cette dénomimation .Tautefoie, l e Capitaine
w,Chsf de Servfce de l a BSR de BRIEEUES ,leur a remis une
farde de travail de la.sectian Informetla sur lsquelle figurait l a
mention : PüTSCH ? ( exidme-droife ) 1973 .Cette farde a 6td
s a i d e par l e s enqueteus sur ordre de Monsieur l e Juge d'Instruction
EXNiWIT à 19IVELmS .
3. La farde mentionnée ci-dessus a étd créée l e 14 Aoht 1973 B l a suite dlu
tdlex de llEtatMajor Général de la Gendarmerie daté du 14 Août 1973 B
neuî heures trente ( voir photocopie en Annere 1 ) .Ce télex f a i s a i t
rdfhrence à un article paru dans l a "'Gazet Van Antverpen du &me jour
sous l e t i t r e : Ia een staatsgreep in Belgfe mogelijk ? ( voir
photocopie en Annexe 2 ).Le &me theme a été développé le8 jours
par d'autres journaux e t hebdomadaires .Vous trouverez en
m e r e 3, à t i t r e d'exemple, l a photocopie de l f a r t i c l e de l'hebdaadairr
Spécial du 15 AoQt 19'73 .
Le télex adressé à toutes l e s unités de Gendarmerie du pays, prescrivait
de rechercher toutes infoxmations au aujet du contenu de l ' a r t i c l e e t
de l e s transmettre aussitat à l'Bat-Major de l a Gendarmerie .
- -
Comme je l'ai d i t ci-dessus, il n'existe pss de rapport de llAdjudmt-Chi
TRATSaERT ayant trait à une opération bleue " .Par contre, il existe un rapport de l a motion Information de la BSR de
BRUXELUS, daté du 10 Septembre 1973 e t signé par l e Majar DECOCK, alars
Commandant l e District de aRUXELLES .Ce rapport constitue l a r6ponee de
l a BSR de B R ~ X ~ ~ Sau télex c i t é ci-avant; il a vraisemblablement ét6
- . -- ninuté par ltAdjudanW2hef TRATSAEET, Chef de l a section Information en
1973 ( voir photocopie en Annexe 4 ) .
Pour mémoire, lTAdjudant-Chef TRATSBERT, arrive A l a section Iniormation
en ddcembre 1960, en a pris l a direction en 1970 jusqutà sa retraite en
décembre 1980 .
4. Je joins en Annexe 5 e t 6 , la photocopie de deux questions parlementai-
res posées en 1987 qui ont trait au mame sujet e t qui ont trauvd rdponse
dans l e s Sulletine des Question8 e t RBponsea de l a Chambre de8 24 e t
31 r r s s s 1987 .
Coordinateur N a t i a n s l
4 7 .
p14Cf;-?C ?L r 3
fm ç s t ,;A
! ., t o gsb braSant
a - L
,. O wvL
" 5 t8
v e r t r 4036 doo
<)
.
, info staatsqres~l n beLgle.
', -.-CHI
: c f r a r t çaret vav antwerpen van heden 14 aug 73
'
1, d i t daçbLad n a a k t neLding van i n f o b e t r e f f e n d e putch pLannen
i n b e L q i e door f r a n s t a L l g e o f f l c l e r e n in ' t biezonder door dzeze
~ 8 l k 0h
221k6 cjUtien b k c L
b e r i û h t b l t g a a n d e van s t a f gd
9
pt4033û aL.q 13
fm:, (;st ç.i
t o eh ? r z V n r t
a - L
O wuL
b t
v e r t r 43;; 7 - 2 3
l n f o s t a a t s ~ r e e pin bêLgie.
-------
c f r z r t q a z e t van a7t.vernen van heden 14 aug 73
1. d i t d a ç b l a d maakt neLding van l n f o b e t r e f f e n d e putch pLannen
i n b8Lgie door f r a n s t a l i g e o f f i c l e r e n l n * t biezonder door dzsze
weLke Ln v e r b i n d i n ~zouden staaan n e t u i t e r s t r e c h t s e kringen
h e t v e r n a t d t narnetijk :
- de ontdek4lnç t e tuik van een wasenfabriek i n e x t r e m i s t i s c h o
W i n ~ a n .
- dat o v e r een z e s t a L weken , i n h e t noorden van h e t Land,
s t r a t f e n zouden z l j n opgeLegd aan o f f l c i e r e n , u i t hoofde van
subversive a k t i v i t e i t e r , .
- de a a w e z i ~ b e t dvan a k t l v i s t e n onder de Leden van €?en Luikse
ctub uaarvac de L e i d e r s k o r t seLeden zouden ondervraagd geweest
z l j n in,?rclge de ontdekking van een wapenzwendol en het u l t d e l e n
#?nvlucjschrif ten.
-net ontstaari een j a a r geLeden van een nleuwe waaLse ç r o e p e r i r r ~ ,
d i e iedare u l t e c s t Linkse beweging bekampt,
- recenta wapendlefstaLLen i n sommlge katernes waarvan de daders
n i e t werdm,geldentlficleerd.
-4i
2, bede aLLe n u t t t g e i n f o h i e r o m t r e n t OP v e r t r o u w e l i j k e w i j z e op t e *ZOekeR en over t e maken.
n n n n
)*/1
~ , 1 + > ) 2 3 , ? k
t
22146 ~ d t i s nb k
21342 ç3Srao O a r !
.-.~940930aou 7 3
fm m g gd
. .t o r e g b t
L t
h n
b t
- 4 - 6 ri-) F -1 -i
1 , ce jacrgaL f a i t e t a t d' l n f o concernant pLans de putch en beLglque _
pnr o f t l c i e r s francophones essentleLLement , en L l a i s o n avec
n i L i e u x e x t r a m i s t e s de droite. i L s i ç n a t e notament a u passager
- t a d e c x v r t e a L i e ~ 9dans des miLieux e x t r e n l s t e s d'brie f a b r i q u e
d'armes.
-que des o u n i t i o n s o n t e t 8 I n f L i g e e s a des o f f i c i e r s dans Le nord
du pays i L y a queLqu?ssix semaines , du chef d ' a c t i v i t e s
s ~ b v e r s l v e s .
- La p r e s k s d'activistes parml Les membres d * un cLub L l e g e o l s
dont des U i r e y e a n t s a u r a i s n t ete I n t e r r o g e s recemnent s u i t e a 13
decouvert- 3' Ln t r a f i c cl* armes e t l a d i s t r i b u t l o n s d e t r a c t s .
- d e La n a i s ç a n c a it y a un ar d'un nouveau grouppement waLLon,
qui combat t o u t mouvenant e x t r e m i s t e d e gauche.
4 e VOLS j9armes r e c e n t s dans c e r t a i n e s c a s e r n e s , d o n t Les a u t e u r s
n'ont pas, e t e l d a n t l f tes.
2. p r l e r e d 3 rechercher e t d e transmettre c o n f i d e n t l e L l e m e n t t o u t e
i n f o u t l L e a ce s u j e t .
s een staa sgreep
3
(Van onze redaMeur t 111 :let oclachelijke getrokken. in-
î - , ' .;e L J L I ~ C I.buidt intenrlrf .erpeur<l
, ii2ar i l i n Jdienticiteit can (le sa-Het is g m nieuwsje, ontsproten in de zogenaamde kom- ,:Eefiluerlno en
de identitelt
ommertijd voor de pers : uit wat men een goed-ingelichte 'dn de putthisten.
on pleegt te noemen, blijkt dat het depanernent van Jus- ha$, $ d ~ m ' ~ ~ r e ~ ~ ~ :
e, geleid door minister Herman Vanderpoorten, ervan op,ticieirii in aktleve dienst ajn tif
hoogte zou gebracht zjn, dat er in ons Iand'plannen: : ; p ~ ~ l ~ ~ ~ ~ p w;t:g
ouden bsttaan, om een militaire stratsgreep door te voeren. btaan. om in Brussel ((de sieutel-
, posities)> in handen te nemen.
; Bovendien zouden er de jongste
' iild zefleime kontakten n]n ge.
1:gd tussen de kopstukken van een
1 uiterst rxhtse groeperlng in het
iranstalige landsgedeelte, en zeke.
,re parlementsleden, ten einde van
! dcze laaisren te vernemen hoe zij
jzich zotiden gedragen bij een
, a macnfsovername door geweld ».
[ Ecn behnmjk punt in de hele
'putch-affaire is de ontdekking in
j Luik I J ~een wapenfabriek in
eslrcmiic:?e hhen << Spécial >>
";in zijn kant vernam, dat de
; rapp,jr!c?n van. de staatsveimrd
t me!ding m a b n van voorbmjden.
/ d e aktivjteiten, die momcateel in
. het voor~ltncbt van staats.
kilmpiol Lou dee!nernen. Over een ,greep, in de gmotste g&imhqu-
drrzeiijkr mi1:taire pkutsch heeft I àing mrden , w d offime.
L:'ouwcn- .IV: t'racSt2lige ~ee!-&! ren van -Belgischfegeren door
i~!adI , hpccidi :, ~-k?i-eaan;ïijziri- ; i.t.chlzee~1remistt.n.
it v kornpiot i> cioor
ONMOGELIJK ?...
ncld nelemaal niet l
: Legerofficieren die hierover
door uns werden ondermaagd,
,antwoordden haast unaniem, dat
een militaire staatsgreep in ons
lanafot het n i van de onmw-
gelijkheden behwrt.
(t Er bestaat geen officier, die
dat zou wiiien ri. «Onae geest is
demokratlch ingesteld B. ot We
zijri niet roor geweld s. a AUe b e
!angrijke militaire funttk,iiggen
in diverse handen. M t bct ge-
heid van een kmpiot rmr vlug
zou uitlekken m. «Een miiaira
slaatsgreep in Bel@ i, een ver-
zinsel. Met een leger van mllldens
ir daar niet sui te denken. U t
e n heroepsleger nni het ibteP
miUFhirn mindsr grooi zijn P. Da&
is & d o van de rePlrtier, dir, d
!
(Zis Vemolg Mt 11)
,
/
C H. /".
. /./
Lu eouvrrtiirc
. Lcs Etais-Uiiis miinqticnt de @trole. Des olriciGs ci dcs ( q iiltr;is 8 ) qtii
Cc n'cri qtic Iü prciiiiCre r'tiipc prépürcni un coup tl'l;.liit cil Ilclgirltic?
dc Iii griinde crise de I'cnergie.
Dont nolis serons tous viçtiines.
~ k n ~ r i l l e i l i c i i i .iiiic idlc I t r l i l c i i i C C rcii-
contre le sccpticisiiic dc hciiiicoiip clc
monde ci rcniplii d'iiiir: joie sccri'cc IL'
poujüdistc qui sommcillr: cii c.liiic.iiii dc
nos ~ ~ m p i i l r i o l c s .F i c'rsl hicii cciiiipi2-
Iicnsihlc :. qui s'iiviscritit dc iroi1hlcr Ic.
cicl siils niiiigc (iniilyri. Ics tc pciii, ),
sctind:ilcs poliiiqtis>) d'iiii p;iys oii II
I'iiit si bon vivic?
Et pourtant. ILSI'iiils i ~ t i cI'LII~(IL.IILI,
chent bicii ILIsiciiriii 11;itiiiiiiiI~.l'lii-;
ii'un c'iitt d'esprit I:iic~ii.' (les iiitlir.c
ri1 P(IIII~I;IIII ... jourd'liui ~ I ' i i l ' l ï r ~ i ~ ~ ~qti'11 tic <';I~IIpIii
t Soiiiiiics-i~oiistiic.tiüçi.u d'unc y:ilCjiitl~ ou il'tiiic c..ipcr.c LIC
p;ir t i t i coup d'Et;it? p;cyc 'O). inoiislw dii Lwli Ness caiiv;il qiii
A ce joiir, on pciii coiupicr sur Ic,
rloigts d'une sculr iniiiii Ir.5 ~ ~ c i ~ s c i i ~ ~ i c s
qui sont dans Ic scci.cl tlcs rlicus. tliic
cotispiraiion. qucllc qu'cllc soic. ii'csi
piir rendue puhliqiic rii Iii s;illc ilc Iii
Mudelcine. ii Hruxellcs. Mtiiu iiiic IJrcac
libre n le Jcvoir tle lii dC~iiii~ccr.
riiiwn. Et J'üniour.
(Les Potilidor tlr. I;i photo, pugc 36).
. #
du nonde; Lu pknuric csi-cllc polir
'demain ? Risquc-i-cllc de t r;iveisc.r
tc quc nous cxpowoiir
: l'or noir scrÿ dcmüin
19
par un COUP dgEtctf?
Nfe de la hargne et de la grogne, une Cagoule ii la belge mCdite un cniip d'Etut.
Nous avons nous aumi no3 colonels ct nos ultras.
Un inouveinent d'exir6mc-droitc
~ u isc prépiirc iiii coup J'Etitt sn
Belgique cl organise d4jA I'aprCs-
rC$iiiic. Dcs plünustrat6giyucs inisau
pciiiii pour rbursir un puisçli niili-
iitirc oi, (ru prcnricr ~ilulr,x'cniparcr
des poinir ncvnrlyiques de ~ruscllex.
Ces dcux Iiypollifses , rcnvcrriintcs
sont, depuis quelque temps. priser
extrêmement au sçrieux par le Pou-
voir uu point que des missions de
surveillanceet d'investipiation ont 6th
assignées, de toute urgence, A la sf-
curitt de I'Ernt.
L'origine de celte brusque prise
de conscience:
1. Leu coniacts discrets pris par des
.penonntllités u ultm )) avec certains
parlementaires aux fins de sivoir
quel comportement ceux-ci adopte-
raient en ctis de prise du pouvoir
pur la force.
' 2. Un trnfic d'armcs-.d'koù9~if'3
LiCgc dans c« mdma milleux acti-
litique en cxcrçice. Les errcnicnts ci
les ütermoiernenir dont cc systérnc
donne trop souvent le spcrctiicle. en
cltpit,dcr 'ciTortu dc ccrtitiiin Iiontiiics
dc h6nne volmi&. coninic Ic soiit as-
~ i t d n i ~ i i lqriclqucs icniints du pou-
voir, Icr ont progrcsxivemeiit ;tncri.r
dans la conviction qu'il s'agit dc
mettre vigourcusemcnt dc l'ordre
dans la pétaudi6re nationiile, chu-
ser les politiciens en fonction et les
remplacer par des homnics neufs.
purs, forts el dynamiques. Au sein
des clubs qui leur sont réservés, ces
redresseursde iorts ii 'étoiles ont, dC-
luisant le bridge et les khecs, pris
I'hnbitude d'un autre jeu: cclui qui
consiste. par exemple. h prendre la
capitale d'us~riuien inveniisuünt les
centres nerveux du Pouvoir. Le jeu
est vite devenu une prkoccupation
puis, un programme. L e plan d'un
putsch &t nC dc ce qui n'a d'abord
étb qu'une:rtveric et un diveniue-
inciri. Aujoiird'lrii, Ic ~rr~riiiiirci.~
iniectlo csi prh. Siii' Ic ~ i i i l ~ i c i 'CI
di~nsICS~ G ~ c s .ALI 1wti111 ilii'il y ;I
ciiiq ou six wiriiriirc~.(le ~;IIIc'I~~>~I%
i j i t t :I<I 13 rc 1~ri.w~fi ~'~IICIIIII 1-L. #IL.
plustctirst)l'lïcicrs11't111~I$IIIICIII GIII,
locitit duits IL.110r6l t l i i 11i1yh CII
raisonde Icurspropcjsci Ictir ct~iiipor-
icincril « subvcrsi('s W .
Ce n'est pas un phcnoiii2iic isiili.
Tel autre rtyimctir - doili oti 1;iir;t
lenom - piissc pour ~i'oticitili.rilu'tiii
signai pour a pisstï :t I ' i i ~ i i t t t i)B. 1Iii
signü!qui scrüit ceiis&, p:ir rxcnllilc.
venir du Pülüis et qui, hieri ciiiciitlu.
ne viendra jamais. D'ithord Iruiicc
A mots voiles uux bars ci aux i;ihlc~
de bridge, l'enirk en actioii poiirrtiii
bruttllement devcnir une rkülitti I'rib-
cciswnfe au cas d'uiic nnuvcllc vii-
cancc du Poiivoir ou de iotiic i t t i i i . ~
crisespcctirculnircduRGgiiiie.Voytnrr
les choses en fitcc: nous uvonu uiissi
nos coloncln. Des colonels qui, prC.
di in^ leur propre iiiiCrC(.
Un fcu dc camp incendiaire
ces diverses iippellaiions. il s'cigit, cn les hymnes de giicrrc gcririiii~iqucs
Du c6tCdcs civils. I':iffiii~~.remonte ri.;iliit,d'uhseul et rnCnrc mouveiiient qui lui liennelit iiint ii catir.
ù 1966, l'+poque où des nostulgiqucs muckrt dans Ics nostalgies de l'Or-
du niirismr: se scini rrgroupés dans dre NOUVC~IUdesünndesd'occupciiion Le souvenir dc Ilcrcltti~~mdctt
ollicicrs ci. dii-oii
de Iu Justice n'ignorait
-23juin dernier, le NE
gcrnid, d Bousval, un g
cump solennel cn I'h
u cumanidcs allemands
" i s t r i c t I c = e l l e 3
57,. .5ec Znf 3r-zt :.l:n
5,' ,rJe de 'b.;..rL:.
. - -
..-,-.-: -::s 2 3 ~ 2d ' z t a t er: 2e:lil;ique.-- . . _ - - _ . -..-..a.. a , - - . .. --
. - . - ----.. . . .;-:4 ..- -+/:*:,2 5.2 1.- 4:; ,, ..--
. .
.-9.1 ;>i-S 0::s .3:: ï d f d ~ ~ : . c 3a t aüx l:,forrations parues con^_ A -
- : -
- 2 .==-:; .;z-. .'.:.:ne:ser;" ;:lt?.stdcza&tir.e : ' ~ ? é c i a l " , r e l a t i s . e sa u ysaai-
.- : - ;* j'.,-. - --- --- ,.. 23;; d ' ~ t a -en Z e l ~ i q r e , l ax:.a f a i t ïne enquste d a ? ~l e s
-.4 , :P " Y.---,,. ;ci;i:;;ios 2e 1s z a p l t a l e e t spP'cislor;h~.t3x1l e s n i l i e u x d'ex-
-- .--:-.L1-tî5)- , . i ; ~ .
-e ce:ce er.q,iête il ressoi-t q ~ i ' i l; a ~ r a l tde8 "contrcts",zêne
~:ï.:?:1:-.?::,e:::?e c e r t a h s ?ilLe-üx fizar.3i~!rse t Les o ~ o u p e u e n t s7011-
- i - . s r , ?
3'?x:r6,e-droite ec ceoi 642s l e 21-i: ee noyrater c3s i n ~ t i t u t i o n 8
---.-7 S . ,
.,. -23 ei?z?nzs ?aigrables & l a doct-Ir-e d'sxtr6ae-droite.Nou8 n'avoxs
--..--)-.-,-,:2is p . ~racxeiLli? acclxe i n f o ~ 3 : i x x l a t i v e A une p r i s e du pouvoir ;
.'---:e ;a? l a rorce. I-..-..-..-.a
-..-a:=: l e s r;*.;elq~cesj ~ a i p e - ~ : ~ t ~a 'extrêse-arolte, l e :ZX-Cll-iS
-.::,-:?I Z,?r,;s :,'l=azire-Zll-lo)esr. le 2;::s Lrri-,ortsrt .-n t o l ~ tcas celui-CL
-=...-l-S t ~ el e 3 i e t n fizaï-cé e t l r s : ~ x c t . u 6 . I l a 20s sections k x s
i
- . . n, , - L c L ~ ~ ;ra~d.->s.:ille-: d i ;ais. i1
, ...-...-Cl.;C cfe 2 : . - ~ x e l l - ~e s t - , i . k s ace : 6dLtigz 62 zenziel
..- ,-one ?'aiazir~",édi:icn 2c ?.c->?:?.ix pa?illo:.s e t afflckes,..2 ::2~-.~el?,A-
- --.,-,sa:ion de cozférer.cos e t r'e fêtes.
Le rbdaoteur en ckef 2o ce cor.s:el est le noz,é:
ECZT;.? E.riile,=d.mr.d
~ e l k e
33 z r ? a li s t e ,
?. -
::é 1 .-t :.';ii-d l e 1 . . -.:. . ,
-b'/taa.s, ZJ5 .d z z i c i l i é 2 Ztlerteak, :-a ---.
m
- ,e c??i-nie- a 2e xo-:,relise3 r e l a t i o n s lar.s l e s ~ i l l e ~ ~ xd ' e x t r ê ~ ~ - d r o l t e . ï 1
î -sz-ie des c",r3il~ezer.+s"Y3uvecer.t d ' r c t i ~ ) : ~ l . ~ i ~ u e " ( ! ~ ? ~ . l = )e t "Zeur,e
:-?s?e",tous de7ix a = t u e l l e z e ~ td i 5 s c . i ~-3:s 13xt l a plxpart des membres
--- ecL-P"é--.., .-- - a.z :Zr,?-Ci25~.
- .. ---,,:.-: es: a c % * ~ e l l e x n tcslriL,ql~L?rrliq~n--r.t,yasse Fovr ê t r e l e d i r i -
;Fari: spiritl-lel du FEbi-Clu=r.
2 ---1
. ,. -- .Jacqxts,Uose~!-.,--
~ e l ~ e ,
rid A Etterceek l e X.7. f.. g t d m i z l l i ~A Eru~elles,~-~de
l a N I v e ~ l ~ ~ l .
7.8 serai: qx'un " h o m de p a i l l e 7 .
N A M 2 8'00oape de l'inforuntion et de la doaumentrtion du mouveuient.Il
entre édenont dana aes intentions de former un groupe de jeunes militant
et de leur faim suivre un entrafnement de.,judo,kar8te,eto..riinsi que de
les fmilia~iseraveo les te6hnlquee de la prop.guide politique.11 a CtC,
CO- LEE?F~memBredu MAC et de Jeune Eüyope.
'Les différents :iZi4-Cluos du pays ne oomptent que pcu de mansres
( 2 -20 d'après un dirl&eazt) et en gdckra1,ceux-01 sont peu enthousiastes
poü? d e s actions sur la voie publiqus et ont peu d'exprdrience &L ce suJet
(rrnifestrtions,colla~edlaffichea,eto..).C'est ainsi que les colleürs d'
affiokes se font rd~ulliremntlder,tifie? jxr la police.
!l'autre part,il senblo que l'organe "Le Nouvel Europe k'aaazi?.~"
com-~fC,.--.e t o z r e &iffusion, particul1èreaer.t h Brsellee et A LiègetJce
q - ~ 1l a i s s e supposer qu'en plus de8 neaSres,le XZ.1 pert cozpter su? ~n assr
g-xud nozLrl de sjxpathisants.
Le !Z?-Club serait fir,ancé et dirigé par une sCrie de perscnnalitt
2" le C~atede 3;LY A??,oal,Parie,
belge,conseiller social;
nr4 à Woluwé St Pierre le 26.4.25,
domicilié A Uocle,z - ~ e ?oSe-ts .?ores, zO>O.
Ce c e ? x i e ~serait ex-chef dc Prot3cole du Yinistère de la Coo3ératic
a.; C I ~ . r e l c ~ p c z j n t .Il est l'époe-;cde la %ro-e VAN /i-L4?:3, 'krie,r.62
St Josse-ten-Noode le 27.10.27.
.
ri6 B Verviers le -1.7.1C
domicilié h Uccle,aven~~o.deYessidor,~.~2Sk.
L'intéressd est rdministrateur de la -que "Ekl~o-1aiae"B Erurelle
4' Ecuyer de BONVOISIN Wnoit,
belge,
nk A Etterbeek le 1;1.07.79.
domicili~A Etterbeek,I ? d Ct !-Ilchelno70.
11 est le neveu du 2": et serait W. uni intine et collaborateur de
. Ifl?V A E I U ' 32EYI.IAKTS.
Cette liste n'est pis l~nitative.
Lss autres groupements d'extrême-droite francophones'telsque le
"~artlEuropéenw et wkrallnnie"(wuvement,I<itio~liste)ne 8'enter.der.t
apprremnt pas id6ologiquemnt avec le );CM-Club et ne eemblent pas die-
poser d'un financement important.le Parti Européen ne corpterait qu'une
centaine de membres et d'aprèe nos informution8,"Wallonie" ne oornpterait
que 6(six) membres.
Les groupsmants d1extr$me-droitef l m n d s tela que 'JM0,Were-21 et
St Yaartenafonds ne semblent 38s avoir été contrctéa.Touteiois une per-
80~mlit6flamande aurait 6td contactée.11 s'agirait d'un certain
M? VOLLEMAEiL",ancien fonotiomim du Ministkre de la Coopdration a.;. 96-
velcppemcnt et haoitrnt Mallnea.
En ce qui concerne notre enquête dans lea mblleux des forces amber
celle-ci a Cté tres discrkte et no n9us a pas penis de reoueillir des
reoueillir des ranselgnewnta dina ce8 millaux.Il nous est toutefoia
Mvenu qu'aprhs Ir parution des 8.rtIolea en question diLhs Ir "~.zet v a
AntwerpenW et dm8 "~pdalal",lenom de l'ex-gdn6rr;l JANSSENS mile de 1.
Fera. publique a fait l'objet de ooaientaine dins le Club Albert de 1.
Caserne naudouin h 3ruxeïb8.
Au aours de l'enquête,dtautresnams nous ont dt6 oltds,mis nous
n'avons pas pu déterm1~er,:asqufà prdsent,le rôle :ou4 ou h Jouer par ces
peraoraea &r.s oette affaim:
0 . T 3 X ?hilippe,belge
cinéaste-journaliste,
nd h Fklines le 29.2.1 9 a 1 i 0
domicillC A Ixellea,rue E.Vinden ~riessahe,n~4s. e
Ce der~lertrayaille B Mddia-Press B 3ruxelles et dirige les senices
pkotograpk-.:ques du EM-Club.
3. de Y47ViE de ME.XEN,identitd inconnue.
%: C X K .
Co&.
_2__
vrapnen hnnvoorden Kmcr - 24-3-1987 (18) - Que~tioa Réponse - Chambre 1785
Vraag nr. 43 van de heef L e s t i c ~ evan 13 maan 1987 (Fr.) :
Kan , d ~ ' ~ t e r . 6 f ~ c a a ~ ~ ~ e ~ ~ i ~mii hec juiste bedrag te
kennen geven van de uitgaven v w r penoneelsbijscholing in
zijn (hnar)'depanement in 19861 Ceschiedde die bijscholing
binncn het departement of via buituiprestaacs?
Antwoord :De kosten voortvloeiend uit de herscholing van
het onder mijn gczag geplaaut personcel, worden over het
algemeen ten laste genomen door de Algemene directie voor
seleaie en vorming (ministerie van Binnenlandse %ken en
Openbaar Ambr). Nienemin, worden sommige uitgaven voort-
vloeiend uit de deelname van ambtenaren aan meer specifieke
rtudie- en vormingsdagen, ten laste genomen door de begroring
van mijn dicnsten. Aan dergelijke uitgaven wcrd, in 1986, een
bedrag van 212.000 fr. bcsteed.
b
I
Qucstion no43 de M. Ludeane du 13 mars 1987 (Fr.) :
DJpértement. -Recydage du persomcl. -Ddpensu. .
l~ministrdstatuire d'Etat pourrait-il(elle) me faire con4
naître le montant prt& des dCpenses consacrics au reqdage
du personnel de son dtparterncnt pour l'année 1986, en
précisant si ce recyclage a Cté effectué au sein même du
département ou en recourant i des ~restationsextérieures?
Réponse : Les frais rCsuItant du recyclage du personnel,
plact sous mon autorité, sont généralement pris en charge par
la Direction gCnCrale de la sélection et de la formation
(ministére de L'IntCrieur et de la Fonction publique). Nb.
moins, certaine dépenses résultant de la panicipatioa &
fonctionnairu 1 d u journtu d8Çtudes-et de formation plus
sptcifiquu, ont Ctt supportées par le budget de mes services.
Les dtpenw de cet ordre se sont élevCu, en 1986, i 212.000 F:
Vraag m. 44 van de hou Latisnrie van 13maan 1987 (Fr.) : 1 Question n*44 de h4. Lestienne du 13 man 1987(Fr.) :
Departement. -Functie 8 ondenuijs m. -Uitgavm. 1 DIpsrtement. -Fonction 8 enseignement m. -Dépenses.
Kan de ministcr of ruatssecreuris mij hct beàrag te k m e n
gcven van de uitgaven t a behoeve van de functie onderwijs
in zija, (hrurdepanemeat, opgesplitst in penonecklastui,
werkingskostcn en gebouwenkostui?
. . .
Anwoord: Geen cakcic uitgave wordt t a lucc gcnomea
van de begroting van de oader miin gezag geplaautc d i e s t e e
voor de functie onderwijs.
Vice-Eerste Minister
en Minister van Justitie
~.InstitutioneIeHervorrningen (Fr.)' 1
. Le rninisuc/sccséuire d'Etat pourrait-il(e1le) me faire coa-
naître le. montlac; des dépenses consacrt« i la fonaivn
enseigncmeat &'son dtpanemuit, en faisant apparaitre l a
charges de personnel, la coûts de fonctionnemear, les coGa ea
biumenu?
Rtponse:Aucune diplte n'ut prise en charge par le budgec
~ ~ ~ c ~ p l i d ssous mon autorit&pour 11fonction enseigne-
ment.
Vice-Premier Ministre
et Ministre de la Justice
et du Réfonnes institutionnelles (Fr.)
Vrugcir. 66 de he« Pepcraunr van 23januari 1987(N.):
- -
De condusies van een door de Veiligheid van de Sta
2. J'ai demandé aux autorités judiciaires des renseignementr
concernant le point 2. de la question posée.
zodr= i k . 2 ~ontvangen heb zaI ik aan het geacht lid ant-
woordcn,
Vraag nr. 68 van de hem Sprockeelsvan 23 januan 1987 (N.) :
verggcdkg von skchtoffers UM misd=dige brand. ' 1 Dldommagement du viciinrks d'un incendie criminel. 7
Volgens gegevens verschenen in het laaute verslag van de
Bcroepsvercniging der verrekcringsonderncmingen, zouden
30 Y* van de branden in België een misdadig opzet hebben. In
gtote stedcn zou dit cijfer zelfs oplopen tot meer dan 50 %.
in de Vercnigde Statcn schiint men in grote mate deze vorm
van criminaiitei~bedwongen te hcbben. Dit problcem werd ook
besptokk4 op coagra in november 1985 te Brussel
ingericht .&t d e Conference of Fire Protection Assoaa-
tion.r, $ * " '5::
Onlrnp beeft. de politie kunnen uitmakea dar de brand van
een B M S C ~ ~bioseoop in 1986 en waarbii vijf personen om het
leven'kwi* opceeiijk door minderjarige Noardafriicanen
werd 3tradfulkr.
In gwal van misdadig opzet, speclt de verzekering meestal
-- niet. Wie z d dan de slachtoffers vergoeden voor het verlies van
hun bloedverwantl- . - .
Welkc maatregel heeft België reeds getroffen om dergelijke
misdaden te voorkomen? Dringt een zware bestraffing van
dergelijkepiisdaden zich niet op en, wanneu het om buitenlan-
den gaar. is het niet wenseliik re definitief uit het land te
rctten?
' ' M mt 'Dimatcrie opzettcfijG1S ~ n d s t i ~
bchtecrtabordc a n i h l u i 510 en volnendc van het Strafwet-
Selon des informatioac parues dans le dernier rapport de la
Fédération des produaeun d'assurances de Belgique, 30 Y. des
incendies sunenus daas notre pays auraient une origine
criminelle. Dans les &and& J.tIllet, ce chiffre dépasserait mtme
les 50 %. .-. ., 9 ,
Aux Etats-Unis, ce gcnrr,dc criminaii~ésemble être vaincu
dans une large mgurC Cc +lZrnc a Cgalernent été abordé
lors du congrb de la i q$ciui~d of Fi,re Protection Associa-
tion .i B u d i $ ,,.~ ~ A d $ e t a b t ~ ~ ~ G .
U y o peu, la police r pu ttablir que l'incendie d'un cinéma
bruxellois en ,1986JqOfcf i h dirq 6t?tinï«; avait été délibéré-
ment allumé par d e miricuts migh&kk- -
Dans I'éventualid d'une origine criminelle, les compagnies
d'assurancu refusent. Ic pl- souvent de didommager la
victimes Qui u t alon tenu i dddomrnager les proches de la
victime pour la perte qui l u a frapph?
Quelles mrruru la~&l$we'r:f-effe prisa pour empêcher ce
genre de crimu? F a d k datelrcrimes, des sanctions pénales
très lourda ne s ' i r n ~ ~ t 4 c s p u 2Et I~rsqo'ils'agit d'étran-
gers, ne serait-il pas indiqué de les expulser définitivement?
.:--- .
--Rtpoase r"Lt ~ ~ d ~ ~ 3 î t ' a e #l%t&'dt*olontrire a rrégie.
par l a anides 510 4 s u i ~ a g pdqÇa& pénal.
la mon. , .
t'incendie voloarrire~pn~rnaiuI4Irmonest dodc puni de
la plus €O* pdnc exttliq M t 2 n t g c
3. Werd cc onderzocht hoorecl Belgische huurlingen in
Librnon bii'de Christciijke Falangisten of bij de PL0 zijn?
Luigzwelk intemationid ~ è t w c r kkomui zc daar terecht en
welkc organisatiu rowisclcain Bdgië de huurlingen?.La ..,
4.
a) Wcrd cr rccds opgctrcdui ttgert organisaties die huurlingen
ronselen? WeIkc, w u r cnwanneer?
6) Werd cc opgetreden tcgen huurlingen zclf?
c) Waar, wannecc en wclkc bestemming hcbbcn d u e huurlin-
gcn en welke warea de organisatia en opdrachtgevers?
5. Werd er o n d d t o€,jr Belgif door schict-, sport- of
andere vereniging4,triiningen wordui georgadscerd waar
ook huurlinges aur.d~elacmea?.:.,,..
6. 1s geweten of: Belgische buurlingea in hct buitenland
trainingslumpea :vaJgd?Y?atr?,;.:
Antwoord :Het geadit lid gelievc hicma het antwoord op
zijn vraag te willcn vinden. '
Het onderroek met betrckking tot de rckrutering van huur-
lingen op ans groadgebicdt;valmitt o n d a de bcvoegdhcid van
Lulb~erdediging.~,:,
- - t.'.? ,y , 'A>,*
. . . , ;
Vraag ar. 74 vsn de KeVcnndren van 13febtoari 1987(N.) :
.-..---.- .. -.--.-3. A-t-on pu ttablir le nombre de merceniirei'bclg& corn
battant ru Liban pour le compte d u phalanges dirttiennu ci
de I'OLP? Par i'intcrmtdiaire de quel rCscau intertutionrl da
mercenaire belges aboutissent-ils dans ces organi~atio~,et
quelles sont les organisations qui recrutent lu mercenaira
dans notre pays?
4. .
(i) A-t-on déjà pris des mesures 1. l'encontre dvorgwisation:
recrutant des mercenaires? Dans l'affirmative, lcsquellc.s et
quand?
6) A-ton pris des mesures à l'encontre des mercenaires eux.
mêmes?
c) Dant raffirmativc, où et quand? Quelle Cuit la destinarior
de c e mercenaires? Pour le compte de qudlu organisation:
travaillaient-ils?
S. A-t-on cherché i ttablir si des associations sportives ot
de tir donnent un encrainement auquel participent égalemen
des mercenaires?
1 6. Sait-on si des mercenaires belges suivent un entraîne
1 ment dans d u camps Ctrangers? Dans I'affirmatirc, laquels?
Réponse :L'honorable membre voudra bicn trouver ci-aprt
Ia réponse h sa question.
Les enquêtes relatives au recrutement. de mercenaires su
notre territoire ne sont pas de la compétence de la DCEurs
nationale.
Leger. -AIDS.-) rMaorregelen.-. 1 hntC* SIDA. -Mesures.
AIDS is «sr vcnchn'Wrclijk.~.riekte die onIang.bckead
genakte en tcgen dcwelktmca nog gecn d ~ e l u e f h dgenees-
m i w of behandeling heeft gcvoaden. ---
in dccunber 1986 werdat ccn mai gctalla vastgcsteld in
de gerangenissen v i a .Siat-GillU ca van k n t i n . Prcvcnticre
maaaegcicn werden getroffen.
In hct leger is men m e a blootg~cldian hct AIDfgevaar.
Daarom wcnste ik te wcten of cr tee& gerdlar wcrden vat-
gcstcld in h a leget, ê uw id, i a d k eeeahCdea of opladiigs-
I'93ltZt, h
W& de gerdco gcnatcdbd,&d&& nriliuiFcu ofpii
buisa&&r milierirendie hua opleiding in ocu land gaiet*?
Le SIDA est une maladie horrible 4ui .a €tC d+ouvert
-p!ummcnt et pour laquelle l'oti 4'1 pas urcore ttourC C
- remédc ou d e traitement efficace.
Une série de u s ont Ctd constatés en décembre 1986 dans t
.prisons de Saint-Gilles et de Lntin. Des maures préventirc
ont i t t prises.
L'armte est partlculibrcment exposée au danger du SlDr
Pour cate raiscn, j'aimerai: savoir si 2:s u s y on: déji C
constat&, ct dans l'affirmative, dans queILcl unités et centr
d'instruction. - - ..
Les ?,ont-iis t t t relcrb auprb de militaires belgo ou c
&taira. ttrangm qui r q i v e n t leur focinadcm d a n i not6 .---,
kat-,.
.,, <.,,.. .. .. '
a..; In$cyary&scz& . ~ & o a & i u g WNDS cm;
- rtljciagait. Men moct cxgdijke oprtaadige bewegingcn in h a
lcb%v9f?%?PWp ~-*r+, .CY+,; n
':-:.Ahwcdr .V&hëtSannoocd~op dscm i gr o r d t hctr
- p e h c i i d vcmadmpafCha m c h o r d op.der n a gnc68 ria:^
.- m ~ m , ~ c b e ) ~ i i d ~ ~ e f i m e ~ f a a ~ o I I c r t ~ ' e g e o w o o c d i ~
gut,pan 6feb'rtiati U87.' -.. .$. a I
WYSr
O I la,malades sont-& solgncr a qixeIi3n>nt ler mesur
p&cdti*ts qui ont CtC prises? .,
: .li.onancc de asdc SIDA idoan€fie* l m&&€redakl
prisons. il y a Iieti de pchcnir d i tcller 'rttihifettitiotu c
i* drnr fam& I
!. RCpooic iPour la rtponrc A cettepdq<i&it est demiand(
4'bononble membre de.bien voulotr se réfetci ila répon
.donnée & la question no 68 de trkber, membre de
.Qumbn d a Représentants, datte du 6 Idtrier 1987.
ICIeneeMbii deplam* bctrokkcasln 1974 werd de &eging Cuicnt mêlés A cette affaire. En 1974, 'le m~~*ernentqui
rond Nouvel firopc Maga$wNEM) Jehcrsuuc~urecrdh gravitait autour du Nouvel Europe Magazine ( N E M ) avait
gewclddadige pktiulciig~kf~o@&&,la, i c u n w w ge- restructuré ea une aile d'action violente du nom de Froat de
nnmd, po~tiel<erlcugJ hrconouvdlcr w gmaamd. Ia jeunesse et une aile politique, Forces nouvelles W . En
ln 1980 onutond uit hct Fcont de [a ieuncJse .de groepuing 19'80, le Front de la jeunesse donna naissance, au Westland
wc;tland N~~ post ..et was deze groep die in de gcnerale New Post m, qui s'infiltra dans l'état-major ginéral de l'armée
lcgerstaf cc Evcre infiltreCrde ui hicrmce de militaire veilig- Evcte, discréditant le service de sûreté militaire.
heidsdi-t SDRA dncrediteerde. . . 3 4 ,+)r 3 -
.- --
1. Wcrd er een intern onderroek door de SDRA vccdcht in 1. Le service de sûreté militaire a-t-il fait l'objet d'une
vcrband met de plannen voor cui militair komplot in juni 1973 enquete i propos du projet de complot de juin 1973 et de la
en de betrokkcnheid hieman van rcserveofficieren? Met wclk participation d'officiers de réserve? Avec quels risultats?
resdtaat?
2. Wclke maatrcgelcn wcrdcn u genomen tegcn de (reservel 2. Quelles mesures ont étC prises h l'encontre des officiers de
officieren, die betrokkcn.waren bij dc plannea tot ccn militair réserve compromis dam le projet de complot militaire?
komplot?
3. Welke maatregélen' werdca er getroffen OUI een Interne en: 3. Quella mcsuru ont t t i prises pour garantir un contrate
externe controle te garandecca op (rcsetve)officiercn zodat d a activités internes et externu des officiers (de ruerve) afin
dcrgclijke u k e n niet meer Lunaen plaatsoinden? d'éviter la répétition de tels CvCnemcnts?
4. Hceft de militaire veilighddsdienst SDRA structurel 4. Le service de sûreté militaire a-c-il subi desmodifiutioru
veranderingen ondergaan'scdert de infitririe van WNP in d nruaurellcs depuis l'infiltration du WNP dans
guietale legcstaf tc Bvere? général de l'armée i Evere?
5. Zijn, sin& dc u a k WNP,de personeclsdirectie en criteri S. Les critéres de sélection du personnel du service de sGretC
bij de SDRA aangepasti militaire ont-ils étC modifiés depuis l'affaire du WNP?
Antwoord r Het geacht Iid gdicre-hiuni h a antwoord op
zijn vraag te wiIIen r h d a
De gegrondhcid van de gerudrcen die in 1973de ronde deden
in verband met een müi* komplot in Belgiè werd nooit
bevatigd. Gecn a k d e maquegel tegcaover wie d a r a o k krn
dus genomen worden.
Hct is vanzelfsprekend dat de Veiligheids- en inlichtingçn-
dienstcn permanent hua u n u t gcrcttigd houden. op d
theorecische mogelijkhcid dat d l r e komplottui gesmec
worden.
Her burgcrpenonce1 van SDRA wordt stecds aangewome
overeenkomstig de wettelijke bdikkingen ter zake. .
Rtponle :t'honorable membre voudra bien trouver ci-après -
Ler rumeurs ayant circult en 1973 3 propos d'un complot
militaire en Belgique n'ont jamais étt vCrifiécs. Aucune meure
"envers qui que cc soit n'a donc CtC prise.
- . Mais il est tvident que les Senices de rt&ritt et de
renseignement sont par nature ct de fason permanente atturtifi
iIa possibilitt thtorique que de tek complots se fomentent.
Le personnel civil de SDRA est toujours recrutC conforml-
mait.aux dispositiru Itgalet en la matière.
de M. Paul Pecten da 27 février 1987 (N.):
CDSCA,-Ontwerpvankonfnklijk6esluRlot vaststclf;ng
. i . , > 3 ,
OCASC -Profet d'an&ti royal-pariant fixation des cadres
de taulkaders:
ï c 27 mai 1986, le cornit4 de gestion de l'Office central
d'action maile et culturelle Cmettait, pour la seconde fois, un
avis favorable sot le projet d'rrrttç royd portant fuutioa d u
ah=lingutdqucs des agents pumuientt d e I'officc
1 .
inistre. Il est en tout
ruMonfteurbelge. -
, ' ' . 2 : l L 1 1 7 & dr4flL + litoh Ildan I.
. .
J " + 2 * i d f - 4 l P y , ,I C v m* y
i-2 --+r,t*T*raPn'b - t ; ,: l>l*, -;art.- -., ,.. .
GENDARMERIE
SER'IICES GENERAUX
BUREAU CENTRAL DES RECHERCHES
Rue F r i t z Toussaint, 47
1050 - BRUXELLES
Té1 : 02/-142
ïe 21 décembre 1989
Annexes : deux
O E U 3 : Rapport du 22 octobre 1976 de l a Section information de l a
BSR de BRUXE;LLES, signé par 1'Adjudant-Chef TRATSAERT, concernant
le "Groupe G".
Ref : Votre ordre verbal du 20 décembre 1989.-
1. Les éléments connus sur le "Groupe G" résultent d'une part, des
différents contacts de LEKmJ (alors mnbre de l a Section Stupéfiants de
l a BSR de BRUXE;LLES) avec lfAdjudant-<lhefTRATSAERT, Chef de l a Section
information de l a BSR de BRUXELLES, en septembre et octobre 1976 et
d' autre part, de 1'observation par l a BSR de BRUXELLES d'une réunion qui
s'est tenue au danicile d'un gen- le 16 octobre 1976.
2. Le 22 octobre 1976, l'Adjudant-chef TRATSAmT adresse au Chef de Service
de l a E R , un rapport sur "l'activité plitique de rriembres de l a
Gendanwrie", traitant du projet de création du "Groupe Gu. Il s'agit de
la note 823/Ciel (confidentiel) du 22 octobre 1976 (voir photocopie en
Annexe A) .
3. Le ler Janvier 1989, apprenant que le Groupe DELTA (DENDEFüDIDE)
recherchait des informations sur l a création en 1976 d'un "Groupe G" au
sein de l a Gackmrie, je leur a i donné connaissance de l'existence d'un
dossier à ce sujet à l a BSR de BRüXELLES. Le 12 du rr&w mis. l ' a i
organisé au BCR une réunion a laquelle assistaient les enquêteurs de la
Cellule "MEMIEZ" à NïVELLB, de l a C e l l u l e Brabant Wallon a JüMET et du
Groupe DELTA à DENDERMONDE. Au cours de cette réunion, je les a i
infom&s de tous les renseignements que l a BSR de BR-S ~ossedaitsur
le "Groupe Gu.
Le dossier de l a BSR de BRUXELLEÇ est constitué :
- des deux annexes intitulées respectiverrient (Réunion Info e t But du
noyau);
- des photos prises lors de l'observation par l a BSR de BRUXELLEÇ de l a
réunion du 16 octobre 1976 au damicile du gendame;
- des notes manuscrites prises par l e personnel de l a BSR au cours de l a
rriême observation.
~a BSR de BRUXELLES ne dispose donc pas d'infomtions qui pemttraient
de penser que ce Groupe G aurait effectivement été créé après l a réunion
d'infomtion du 16 octobre 1976.~ -~
La copie de ce dossier est en possession du Groupe Delta qui enquête
ainsi que l a cellule de JUMET.
4. Pour autant que j 'ai pu l a reconstituer sans interférer avec 1'enquête
judiciaire en cours, l a réaction du C c m m n m t de l a G e n m r i e au
rapport de l'Adjudant-chef TRATSAERT en 1976 Mt l e déplacerrient des deux
gendames du BCR. (Voir photocopie en Annexe B ) .
5. En mars 1989, l e journal "La Dernière Heure" a relaté abon-t les
déclarations de LEKEU en Floride sur ce sujet e t dlautres.
N'Q3,+fg;.C,~*.-
Annexe. A
Au Chef de Sv de la BSR
la Qenàarmerie,
o du Md1 LEXZXI de la Seo S t l
de la BSR da B r db *un eatretf on aonfâdoatie~
ulta j u â i a h i r ~ , i lavait.
.ZPrap. Haga5izre"(ft~~-aet hebdomadairt
. groupement , ,
darne (I:IIEVIS) eat.venu 1 f
ir de ."Foraes Nouvellesw c
onnaissait ce gendarme
occupait de ce genre di
--
BrmeUes et quail rerkurdre
- . . .
éolrr6 qu'il était d'accord avec-'le
au point de vue politiqaa.maia quiil se.
sentait gendarme d'abord e t qu' il neétait.pss d'accord~avea.PfIEV
sur la création d'une section du "Front" à la hm3arnterie.~'&tai
diailleurs la raison pour laquelle il &taitvenu-me-trouver.
A & f i n de notre entretien Kdï LEKEU m'a d o ~ é ' I l ekom dc
genermet Hdl l(1NIS du BCR.J8ai demandé au I . ? ~ ~ - L E K E Z T : ~ne paa
rompre..lerr ralatioas à oe sujet-avec 1-IWIS tout- en l!~enjoignmt
de'ne donner à MIEVIS aucun remeignembnt relevant dakaecret
professionnel, .. i , . ..?...&a.,--- %?il(*-
.- r . -l e ;--& .
2. ' Le 20 Sep 76, jQai eu un nouvel entretien avec~-ïe.Hdl.LEU
Il avait effectivement reçu la v i s i t e de i-fIEVIS l e 18*Sep 76.
..
- , fijg.+-~fq.I~L%t~;s..,;~i+~.i-a=.'Ck%*
MIMIS l'a entretenu du.programme du ~ r o a t ~ d e C l h i % ~ e t m e ~ eet a
à LEKEU qul il l u i f e r a i t une photoaopie des"litoaumeatu ' rn n possession,
au cours do son serrioe de permanence le'Zund&:20-ou m r d i 2 1 Sip 76;
A c e t t e occasion KI&IS a déelare e.a, que +a c e l l u l e & la Gd'
porterait l e 'nom de "Groupe (31' e t q u e i l s avaient sueni un gentUrnie A
la Brigade de Quenast de l e m cbt&.
LEKEU a réit6r6 son opposition il h aréation d'une c e l l u l e la
Gd et MIEVIS a déclarh qu'il ne devait pas prendre uae dacision ce
jour-là,qu'il préférait d'une r6union qui se
ec l e s autres gendarmes.
H o u ~ ~ l l o u ~ ~ ~ 5de
ItNieuve ~ a t L o n a l n ( ~ o d
30 L. 4 Oct 76 1. LEICGU mi. r e a l e s photouopLeu ~Oroupoûn -'Qéunion infotl e t "Bu noyau1' qui s jointes en annexo.HIEVIS
l u i avait f a i t savoir domioilm me t i e n d r a i t l e
samedi 16 O c t 76 à 1.5
4. ~e 11Oct 76 l e
e t demandé à v é r i f i e r DEEERTE H&l&ne,enaeigzmnte
à Vilvorde e t ROOSEN,professe Etterbeek 6 t a i e n t aonnua
à l a BSR en ajoutant qu' ils b - . ,--p-~c~%
._ .. -1. ., .
9' après KIEVIS, l e eamedi 30 76 s e t i e n d r a i t une a c t i o n de
chaulage du Front de la Jeunesse 1parlait m8me qu'il y aurait une
occupation par l e Front de la r 6 on du 'Qrapeau' Bougan,Il deman- ,
dait 5 LEKEU pour voir si la Gen r i e a v a i t "vent de la chose".
Les nommés DEHERTE e t ne sont pas'connus à l a Sec Info BSR
mais aucune repense ne f u t au Md1 LEKEU. .
5- Lc, 14 Oct, j l a i eu l a vi d' un informateur du Front de lp
Jeunesse: DOSIOGNE Francis ,né inshacra .29 A v r 52 e t domicilié A
Koekelberg,avenue de J e t int6reaab connu B la BSB-bfo.
e t donne de temps à a u t r informations sur diffbrents groupementa
gauchistes.11 m'a d i t qu a i t bientbt,de source sQre,ls8 noms de
deux chefs d'At.lADAlensei l e s deux,l@uneB Vilvorde l'autre
à Ztterbeek.
DOSSûGNE m ' a r a i t c e t t e a n n h
au cortège annuel es qui se:tiendrait
l e 31 0ct 76 e t qu i e n d r a i t une'
réunion au n039,ru d'y r a l l i e r un
nombre de Hongrois enir ïa.proteotion
de l a police e t de
f
0 .
wA ma demande e t dans l e but de conna5tre l e s a u t r e s gendurmes,le
!;dl LEKEU s'assisté à la réunion du 16 O u t 76 au. domicil-e-de HIEVIS, '
~.a 57,rue Jan Van Ruusbroeck à Evere.
Sntre 1450Hr et 1525Hr plusieurs personnes sont entrées d a m
c e t t e maiaon.~lee ont 6th photographiées par nos servioeu(photos en
annexe ,nO1à 11).
Renseignements qui m'ont é t é communiquées par-le Md1 LEKEU;
Ont assisté à c e t t e réunion:
- wai LE^ (BSR-stup)
- )!dl HIMIS (BCR)
- M ~ ~ . N A Q Ü E T(BCR) , - A,'. .,. .
- Mdl oALET!i% (Cand SOE) ,- - z b ~ g .- . d
- i!r DOSSOGNE Franci6,membre du N B 1 e t du-Front de ï a Jeunesse.
Avait téléphoné 'qu' il é t a i t dans 1'impossibilié dea s s i s t e r h'.lÂ-&mionn
étaxft de service: ment) de la Brigade de Quen.arrtt"" j _-.- .y iidl P O N C H ~ (phone tique.-
. *.: -..;., ,.S. . .. .>afi.;q.-G+,-&pe-..*A*<-.-, .;:..: ::;
. s a% 6 lemene:-u p l i g u 6 ~ e ~ ~ & & ~ ~ ~ f+diZi"'
,t3lll.g
Group. ~ o b l f rk r h , , l u o i qui e t a i t .iembre-du+-nt de Li J~&&%
amnt d'entrer à la Gendarmerie.Ce gendarmer.serait sur l e point de
quitter la Gd e t de passer à fa police .de-)ramur.Il a u r a i t ' d é j à fourni
au NEii-Club urul ou plasleurs grenades lacrymogènes.
'
A u cours de la réunion il a 6t é dhkuté' aurtout sur l1opportunit.
de créer une section (Groupe a) du Front -de JÀ Jeunesse à La Gd,., .
I.:IEVIS e s t surtout l'homme qui essaie d z u ~ ~ i n c r el e s autres prbsent
mais ceux-ci ne sont p a ~tout B fait d'accord avec l u i vn les inaonvé-
n i e n t s r l i s t e des membree,r~unions,aotfsatioas;atc...Cela ne pourrait
pas fonctionner à la Gd 1;IEVIÇ a proposé de s e
réunir sous forme deun mais c e t t e proposition
n'a pas é t é acceptée,Hr plus diun bon o e U 1
c e t t e solution et l e plus poeeible de
gendarmes qui r e s t e n t en contact, de section
ou groupeon a Bté
t<IEVIS e t DOSSOQNE que question d@ogranisation,ils
étaient plus avanc6d Nilitaire,
Au cours de la a remis une photo Gd d'une f i l l e
gauchiste à K r conversation il ne s'agissait pas
de la première fois.
RIEVIS pmsdder allemami aveo -01)oix
gammée e t de8 dbquas
provoqué des aritique a la r6union.
Fa DOSSOGNE a d6clarb que d.ns son pro in numéro,le NEM-kgazk
attaquera l e syndicat de la Gendrrmerie de Mr LATTRE dant la polItiq1
est dirigée en fait par la FGTB.
4 - . .
TRArnAERT
Adjt
Chef Seo Info
Transmis au Comnrandant
LOUIS
AdjtChsf . ,.
Chef Sv BSB . . '
- 4 GROUPE e
7 ... :- J- - ,:A, ~&$:$:;*~
Objet : Buts du noyau , .--------------------- if '
1 -
f .
Le but premier de notre groupe coneisle B former 4noyai soli
dqhomrnea rdsolua au:seiir'du corps de enda arme rie, seul organe
de police nat.ionale. Il serait en - effet stupide d'avoir 'les
mêmes idees et de vdg&tsr dane l'inertie. Le fait de nous rdur
et df6changer nos id6ee est' ddjh unaand pas* mous ne faisone
qufexprimer ici un de nos droit: celui de noua r6uni1-, une d?
nos libertbs, celle.dfexpression et de pene6e.'
Noua ne aommei pas un groupe d 'anarchistes, .de révolutionnaire
ou de conjures mais,simplement un noyau dthommes fiera et
conscients des valeurs morales, des' hommes fiers d'appartenir. .
au corps df41ite .qu1est la ends sr me rie et noue voulons.que dan
l'avenir noua p~i~aa&n si toujours être fiers de le dire.
~e nombreux hommes dans k= monde et dana nbtre pays luttent
contre le p h i l rouge, D classe8 sociàles diffdrentes e t
faisant diff6rentes;prof ssions, le plus souvent ils lutte-
dans 1'ombre ou au grand 30- suivant :leurs -moyens et' prennent
parfois,d'6mormes risque , 11s sont (+&*ta, oumiers,
employds, militaires ou
lïous.devons les aider d ieux que no& po-ons et celà leur.-
c o t utile dana 'le cadre notre m6ti*r, ..- - . -.
De notpe aotio; depend n&o e-ie rn&ale. . .. .. .-
~i faut.8largir notre k t i & en .rbcrudant d'autres ~ o i l $ ~ u e a
ayant le même iddal, les mêmes iddes Pue nous et ce+ avec
L 1prudence et patience,
Nous aiderons l'organisation B laque1 e nous sommes rattaches
par des-renséignements, cotisations t par .le fait que noue
aommes gagnOs A leur cause, qui est 1 nôtre, et per'nbtre
coh6sion. 4 .
_ <....*&&,e'p*-
Xous diff'userona avec prudeqce nos, .a& 'a&& de la%andarm(
1. -, - ...Y
et nous.essayerone de faire noe :coll%guea
. " . _ - -
du danger &i guette notre :un?travail
de sape 'à accompli^, il
- .
nous sommee'dejà un group. .. _
De tout tempe les hommee de ont lutte con&e4 les '
.i. . ,.&:+~:S"'.-r: <
hordes Venues d e l'est et B 'chaque foie. que
celles-ci mettront en 8, nos coutumes2,=nos
traditiods' et tout ce que nous avons doujours co&~e~$&6;
4 fi- '
Il nous faut un regime f o r t et des honpes oomp6tante 4ur rênes
CIII C'U uG " -.*&~?$g$~$q;-
Objet : Réun'Son~info i -
-
1 '. --,.:,"-s,*-:.*
- - . .---------------------- . . - . .
J e ne vous l e cacherais pas, voua l e saqez autant qua moi, no1
vivons dans une ddmooratis pourrie. , 1
Il devient Bvident que lora du "crashw ptolitique e t Bconomiquur
qui ne manqueras pas -de e w e n i r en Bel ique, '1 audace r6compt
. .
ceux qui agiront au moment opportun. Ho pour l q i n i t & t l a 1
entitd p o l i t i q u & . ~ p q b l e de prendre l e s r8nes du pouvoir,de
façon Nd$mocratiquewou non, sont l e s communistes. En 'effet, 1
leur subyersion ~t Zqura mensonges, .qui.k t f a i t lsure' ireuver. .
dans dfeutres pays, Ils ont dans notre Pays une de f c
AU grand jour l e s hommes de p a i l l e belgdB et l e e , ' je&eb 6cetkr
qui font leur jeu, dans 1 ombre', l e s agelbts de ~ o e c o u(m,E
consorts). Pourvsis d'une organisation po!L i t ï q u e e t f&anoibrs
impeccabld, comportant des groupe8 de,-chocou.hommes de main (
I
DA, 4e :XNTEiiNATIONALE TROTSKYSTE), de= cadrea p o l i t l w e a po
A"
1'endoctrinement des masses, des orgmiehtiond spdSc,ales q u i
. &----i
Y- - Y .l a pluie ët..l e bea'u tempe dane notre paye,. etc. .;. -:+-=--.-.-., ...-
.*;:. ;*, >
~ u . q . tB- ï1itri;~iltEtiongauchiete, 'celieici triv'aii-16 le&L . . . ,j > "-4
- , ., . . l j '
r B g h &. . .. d& :tous &maines' e t tous l e s & ~ h & l ~ f i ~ ? d $ ~ 3 ~ ?,... . . - 1 -..,... . ..:--.Y:;(-,,..-
comm~autaire.. ~ r e fnouq nous .endosoiiè '&ni %-ta- dana.notr.8 .-.. .,.,::- ' ..
eyst&ie. . . . d$&ocrat , - . % . .iibdra~;- . ,A.,, fiais'la'&&il*&$s~t~$i$~a,. a t,;.,, .,+, &-; :2--
noua'sirbna. ...-...-..-.. . ..',....':c&mg@&s::santi, . .. - . ;:.. '.l j r .: ...-..... i.y;<ouLl C...rz . i n ' (tpe rsnd~.~kdmpf)!p-&~=;.~'* . . < . . * .. . , . .. W .
. . ;.*4-.: .':-., :-**w** .'
Le temps'. travaille ;pour :eux 31 P .'.. +.< '- .,
..- _ - - . ' ' .
, . ; -1".. ....-.-.;#..-?---._-CI : .,. ... . . . , ..... 7::-1-
~xémiie,'fraPP&t',dliiiffltration,n o t r i org&:,'d.q: k~df6:tblé$is. .- .->< :,7.-.-.-.
'national mis A la.di&osition. ,. da la p6pulati6n;.-'&b$lbtement .
- . .. - - ., ....-..r f
corrompu".ét dont l e s journaliet e s sont- pr8ta.-h;chan*~r;-a?.Intez
,
. . ,r,, a-*', . . .
nale l e jour renu. ~ r e ftout tend à' croire 'qk,~n'.jour,$.~<t$e-p
aombkra... . . . d e s la.ddch6ance . n l i b B r a l e ~dtun soCnalisme '~1.70096. .
. . .. ....-...-..a ..
perm=,ttratbÜ6. lka abus ou 'dans l i a rigue&a ifim'~~mrnuniemer
ou chinois qui fera de nous des robots d i a c i p l i d a .et.'tjb"8isean
Malheureusement poiU. 'ux, notre mode devie, nos c o u t d e ~ .e't n
traditioiis aont incompatible avec l e systhme cokunikf 6;
En ~ e l ~ i q u ~ , 'l a -major146 des gens 'ont un e s p r i t conaervateÜr 01
c h d t i e n , traditionaliste ou bourgeoie. . ,.
Certaine de nos droits t e l a que l e droit' de propri6t6; l i b e r t e
d'expression aont le8 valeurs eaéentiellèe de notre' c i v l l i s a t i ~
Ces va1eura"sont en danger 'et je ne c r o i i pas qu'un home librf
digne de ce nom, reste inse'nslble & l a menace rouge.
..
. -.
..
- .
.p .
9 . .
, .
- i -.
1050 BRUSSEL, december 1989
Fritz Toussaintstraat 47
Nr Cab-~ d ~ d r h
b
Mijnheer de Voorzitter,
In antwmrd op w brief van 12 december jongstleden, heb
ik de eer U een verslag te laten gmrden van Luitenant-kolonel MTCHAUX,
houdende zijn bevindingen na onderzcek i.v.m. een zog- "Opération
bleue", waarover de BOB Brussel in 1973 zou gerapporteerd hehben.
Luitenant-generaal BERCKMANS
CcmMndant van de Rijkswacht
Aan de Heer BOURGEOIS
Voorzitter van de Parlmtaire
ûnùerzoekçccrrrniissie
Paleis der Natie 2
1000 BRUSSEL

Contenu connexe

Tendances

Dat wist je nog niet over Filip
Dat wist je nog niet over FilipDat wist je nog niet over Filip
Dat wist je nog niet over FilipThierry Debels
 
Albert II, van playboyprins tot zeloot
Albert II, van playboyprins tot zelootAlbert II, van playboyprins tot zeloot
Albert II, van playboyprins tot zelootThierry Debels
 
FILIP I, zoon van Boudewijn
FILIP I, zoon van BoudewijnFILIP I, zoon van Boudewijn
FILIP I, zoon van BoudewijnThierry Debels
 
De verborgen kant van koning Boudewijn
De verborgen kant van koning BoudewijnDe verborgen kant van koning Boudewijn
De verborgen kant van koning BoudewijnThierry Debels
 
Wat de burger niet mag weten over de jarige Albert II
Wat de burger niet mag weten over de jarige Albert IIWat de burger niet mag weten over de jarige Albert II
Wat de burger niet mag weten over de jarige Albert IIThierry Debels
 
De bastaards van de Coburgs
De bastaards van de CoburgsDe bastaards van de Coburgs
De bastaards van de CoburgsThierry Debels
 
De minnaressen van Albert I
De minnaressen van Albert IDe minnaressen van Albert I
De minnaressen van Albert IThierry Debels
 
Fabiola loog na overlijden van Boudewijn
Fabiola loog na overlijden van BoudewijnFabiola loog na overlijden van Boudewijn
Fabiola loog na overlijden van BoudewijnThierry Debels
 
Leopold III had minstens 5 buitenechtelijke kinderen
Leopold III had minstens 5 buitenechtelijke kinderenLeopold III had minstens 5 buitenechtelijke kinderen
Leopold III had minstens 5 buitenechtelijke kinderenThierry Debels
 
De mythe van Boudewijn ontkracht
De mythe van Boudewijn ontkrachtDe mythe van Boudewijn ontkracht
De mythe van Boudewijn ontkrachtThierry Debels
 
Hoe intens was relatie tussen Boudewijn en Lilian?
Hoe intens was relatie tussen Boudewijn en Lilian?Hoe intens was relatie tussen Boudewijn en Lilian?
Hoe intens was relatie tussen Boudewijn en Lilian?Thierry Debels
 
Prins Laurent, rebel met een reden
Prins Laurent, rebel met een redenPrins Laurent, rebel met een reden
Prins Laurent, rebel met een redenThierry Debels
 
Boek bewijst relatie Boudewijn en Lilian
Boek bewijst relatie Boudewijn en LilianBoek bewijst relatie Boudewijn en Lilian
Boek bewijst relatie Boudewijn en LilianThierry Debels
 
Koning Boudewijn - De biografie
Koning Boudewijn - De biografie Koning Boudewijn - De biografie
Koning Boudewijn - De biografie Thierry Debels
 
Leopold III had relatie met spionne
Leopold III had relatie met spionneLeopold III had relatie met spionne
Leopold III had relatie met spionneThierry Debels
 
De scheve schaatsen van Paola
De scheve schaatsen van PaolaDe scheve schaatsen van Paola
De scheve schaatsen van PaolaThierry Debels
 
Relatie Boudewijn en Lilian ook bevestigd door Putman
Relatie Boudewijn en Lilian ook bevestigd door PutmanRelatie Boudewijn en Lilian ook bevestigd door Putman
Relatie Boudewijn en Lilian ook bevestigd door PutmanThierry Debels
 
Wat gebeurde er precies in Motril eind juli 1993?
Wat gebeurde er precies in Motril eind juli 1993?Wat gebeurde er precies in Motril eind juli 1993?
Wat gebeurde er precies in Motril eind juli 1993?Thierry Debels
 
Waar is het fortuin van Leopold II?
Waar is het fortuin van Leopold II?Waar is het fortuin van Leopold II?
Waar is het fortuin van Leopold II?Thierry Debels
 
Hoe Duitsgezind was Leopold III?
Hoe Duitsgezind was Leopold III?Hoe Duitsgezind was Leopold III?
Hoe Duitsgezind was Leopold III?Thierry Debels
 

Tendances (20)

Dat wist je nog niet over Filip
Dat wist je nog niet over FilipDat wist je nog niet over Filip
Dat wist je nog niet over Filip
 
Albert II, van playboyprins tot zeloot
Albert II, van playboyprins tot zelootAlbert II, van playboyprins tot zeloot
Albert II, van playboyprins tot zeloot
 
FILIP I, zoon van Boudewijn
FILIP I, zoon van BoudewijnFILIP I, zoon van Boudewijn
FILIP I, zoon van Boudewijn
 
De verborgen kant van koning Boudewijn
De verborgen kant van koning BoudewijnDe verborgen kant van koning Boudewijn
De verborgen kant van koning Boudewijn
 
Wat de burger niet mag weten over de jarige Albert II
Wat de burger niet mag weten over de jarige Albert IIWat de burger niet mag weten over de jarige Albert II
Wat de burger niet mag weten over de jarige Albert II
 
De bastaards van de Coburgs
De bastaards van de CoburgsDe bastaards van de Coburgs
De bastaards van de Coburgs
 
De minnaressen van Albert I
De minnaressen van Albert IDe minnaressen van Albert I
De minnaressen van Albert I
 
Fabiola loog na overlijden van Boudewijn
Fabiola loog na overlijden van BoudewijnFabiola loog na overlijden van Boudewijn
Fabiola loog na overlijden van Boudewijn
 
Leopold III had minstens 5 buitenechtelijke kinderen
Leopold III had minstens 5 buitenechtelijke kinderenLeopold III had minstens 5 buitenechtelijke kinderen
Leopold III had minstens 5 buitenechtelijke kinderen
 
De mythe van Boudewijn ontkracht
De mythe van Boudewijn ontkrachtDe mythe van Boudewijn ontkracht
De mythe van Boudewijn ontkracht
 
Hoe intens was relatie tussen Boudewijn en Lilian?
Hoe intens was relatie tussen Boudewijn en Lilian?Hoe intens was relatie tussen Boudewijn en Lilian?
Hoe intens was relatie tussen Boudewijn en Lilian?
 
Prins Laurent, rebel met een reden
Prins Laurent, rebel met een redenPrins Laurent, rebel met een reden
Prins Laurent, rebel met een reden
 
Boek bewijst relatie Boudewijn en Lilian
Boek bewijst relatie Boudewijn en LilianBoek bewijst relatie Boudewijn en Lilian
Boek bewijst relatie Boudewijn en Lilian
 
Koning Boudewijn - De biografie
Koning Boudewijn - De biografie Koning Boudewijn - De biografie
Koning Boudewijn - De biografie
 
Leopold III had relatie met spionne
Leopold III had relatie met spionneLeopold III had relatie met spionne
Leopold III had relatie met spionne
 
De scheve schaatsen van Paola
De scheve schaatsen van PaolaDe scheve schaatsen van Paola
De scheve schaatsen van Paola
 
Relatie Boudewijn en Lilian ook bevestigd door Putman
Relatie Boudewijn en Lilian ook bevestigd door PutmanRelatie Boudewijn en Lilian ook bevestigd door Putman
Relatie Boudewijn en Lilian ook bevestigd door Putman
 
Wat gebeurde er precies in Motril eind juli 1993?
Wat gebeurde er precies in Motril eind juli 1993?Wat gebeurde er precies in Motril eind juli 1993?
Wat gebeurde er precies in Motril eind juli 1993?
 
Waar is het fortuin van Leopold II?
Waar is het fortuin van Leopold II?Waar is het fortuin van Leopold II?
Waar is het fortuin van Leopold II?
 
Hoe Duitsgezind was Leopold III?
Hoe Duitsgezind was Leopold III?Hoe Duitsgezind was Leopold III?
Hoe Duitsgezind was Leopold III?
 

Similaire à De Groep G en de Bende van Nijvel

La presse nouvelle_316_mai_2014
La presse nouvelle_316_mai_2014La presse nouvelle_316_mai_2014
La presse nouvelle_316_mai_2014Tikoun38
 
Archives: le réseau opaque de Luciano D'Onofrio
Archives: le réseau opaque de Luciano D'OnofrioArchives: le réseau opaque de Luciano D'Onofrio
Archives: le réseau opaque de Luciano D'OnofrioLeSoir.be
 
La Presse Nouvelle Magazine N°302 janvier 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°302  janvier 2013La Presse Nouvelle Magazine N°302  janvier 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°302 janvier 2013Tikoun38
 
Quelles politiques face aux sectes ? La singularité française
Quelles politiques face aux sectes ? La singularité françaiseQuelles politiques face aux sectes ? La singularité française
Quelles politiques face aux sectes ? La singularité françaiseLudovic Clerima
 
Journal le monde du 1 mars 2012
Journal le monde du 1 mars 2012Journal le monde du 1 mars 2012
Journal le monde du 1 mars 2012ahmed rahmouni
 
Entre les expatriés et les genevois, un mur invisible
Entre les expatriés et les genevois, un mur invisibleEntre les expatriés et les genevois, un mur invisible
Entre les expatriés et les genevois, un mur invisibleThomas Dioudonnat
 
L'Observateur FT - 4 octobre 2012
L'Observateur FT - 4 octobre 2012L'Observateur FT - 4 octobre 2012
L'Observateur FT - 4 octobre 2012PresseMaroc
 
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014Tikoun38
 
Combattre le #fn
Combattre le #fnCombattre le #fn
Combattre le #fnPierre Le T
 
L'Opinion - vendredi 11 décembre — Oodrive Aressy B2B
L'Opinion - vendredi 11 décembre — Oodrive Aressy B2BL'Opinion - vendredi 11 décembre — Oodrive Aressy B2B
L'Opinion - vendredi 11 décembre — Oodrive Aressy B2Baressy
 
Chronique sur l'absurdité des choses Pierre ST Vincent.
Chronique sur l'absurdité des choses Pierre ST Vincent.Chronique sur l'absurdité des choses Pierre ST Vincent.
Chronique sur l'absurdité des choses Pierre ST Vincent.Pierre ST Vincent
 

Similaire à De Groep G en de Bende van Nijvel (20)

123546
123546123546
123546
 
Codex
CodexCodex
Codex
 
La presse nouvelle_316_mai_2014
La presse nouvelle_316_mai_2014La presse nouvelle_316_mai_2014
La presse nouvelle_316_mai_2014
 
Archives: le réseau opaque de Luciano D'Onofrio
Archives: le réseau opaque de Luciano D'OnofrioArchives: le réseau opaque de Luciano D'Onofrio
Archives: le réseau opaque de Luciano D'Onofrio
 
La Presse Nouvelle Magazine N°302 janvier 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°302  janvier 2013La Presse Nouvelle Magazine N°302  janvier 2013
La Presse Nouvelle Magazine N°302 janvier 2013
 
Vigousse no101 3
Vigousse no101 3Vigousse no101 3
Vigousse no101 3
 
Le Temps
Le TempsLe Temps
Le Temps
 
2016 2017 bb1-corr
2016 2017 bb1-corr2016 2017 bb1-corr
2016 2017 bb1-corr
 
Quelles politiques face aux sectes ? La singularité française
Quelles politiques face aux sectes ? La singularité françaiseQuelles politiques face aux sectes ? La singularité française
Quelles politiques face aux sectes ? La singularité française
 
Journal le monde du 1 mars 2012
Journal le monde du 1 mars 2012Journal le monde du 1 mars 2012
Journal le monde du 1 mars 2012
 
Her 144 0003
Her 144 0003Her 144 0003
Her 144 0003
 
Entre les expatriés et les genevois, un mur invisible
Entre les expatriés et les genevois, un mur invisibleEntre les expatriés et les genevois, un mur invisible
Entre les expatriés et les genevois, un mur invisible
 
L'Observateur FT - 4 octobre 2012
L'Observateur FT - 4 octobre 2012L'Observateur FT - 4 octobre 2012
L'Observateur FT - 4 octobre 2012
 
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
La Presse Nouvelle Magazine numero 314 Mars 2014
 
Combattre le #fn
Combattre le #fnCombattre le #fn
Combattre le #fn
 
L'Opinion - vendredi 11 décembre — Oodrive Aressy B2B
L'Opinion - vendredi 11 décembre — Oodrive Aressy B2BL'Opinion - vendredi 11 décembre — Oodrive Aressy B2B
L'Opinion - vendredi 11 décembre — Oodrive Aressy B2B
 
Chronique sur l'absurdité des choses Pierre ST Vincent.
Chronique sur l'absurdité des choses Pierre ST Vincent.Chronique sur l'absurdité des choses Pierre ST Vincent.
Chronique sur l'absurdité des choses Pierre ST Vincent.
 
Journal
JournalJournal
Journal
 
Social media and Uniions column
Social media and Uniions columnSocial media and Uniions column
Social media and Uniions column
 
Desesperance bleu marine
Desesperance bleu marineDesesperance bleu marine
Desesperance bleu marine
 

Plus de Thierry Debels

Oprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
Oprichtingsakte firma Lincelles prins AndrewOprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
Oprichtingsakte firma Lincelles prins AndrewThierry Debels
 
Pro Justitia 8/12/89 Jean Deprêtre over videocassette in zaak -Mendez
Pro Justitia 8/12/89 Jean Deprêtre over videocassette in zaak -MendezPro Justitia 8/12/89 Jean Deprêtre over videocassette in zaak -Mendez
Pro Justitia 8/12/89 Jean Deprêtre over videocassette in zaak -MendezThierry Debels
 
Notities Willy Acke over de Bende van Nijvel
Notities Willy Acke over de Bende van NijvelNotities Willy Acke over de Bende van Nijvel
Notities Willy Acke over de Bende van NijvelThierry Debels
 
AVROX - Modification non statutaire de mandataires
AVROX -  Modification non statutaire de mandatairesAVROX -  Modification non statutaire de mandataires
AVROX - Modification non statutaire de mandatairesThierry Debels
 
AstraZeneca - Transparency register EU
AstraZeneca - Transparency register  EUAstraZeneca - Transparency register  EU
AstraZeneca - Transparency register EUThierry Debels
 
Kamerbrief erkenning Stay Behind
Kamerbrief erkenning Stay BehindKamerbrief erkenning Stay Behind
Kamerbrief erkenning Stay BehindThierry Debels
 
Financiering moskeeën in Vlaanderen
Financiering moskeeën in VlaanderenFinanciering moskeeën in Vlaanderen
Financiering moskeeën in VlaanderenThierry Debels
 
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en MoslimdeskundigenVerslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en MoslimdeskundigenThierry Debels
 
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21Thierry Debels
 
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21Thierry Debels
 
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018Thierry Debels
 
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...Thierry Debels
 
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...Thierry Debels
 
EudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
EudraVigilance - Comirnaty - Individual casesEudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
EudraVigilance - Comirnaty - Individual casesThierry Debels
 
Démission administrateur Avrox
Démission administrateur AvroxDémission administrateur Avrox
Démission administrateur AvroxThierry Debels
 
Registratie BioNTech in lobbyregister EU
Registratie BioNTech in lobbyregister EURegistratie BioNTech in lobbyregister EU
Registratie BioNTech in lobbyregister EUThierry Debels
 
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSELPOLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSELThierry Debels
 
Projectoproep delen Antwerpse stadsvloot
Projectoproep delen Antwerpse stadsvlootProjectoproep delen Antwerpse stadsvloot
Projectoproep delen Antwerpse stadsvlootThierry Debels
 
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy NetworkAanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy NetworkThierry Debels
 

Plus de Thierry Debels (20)

Oprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
Oprichtingsakte firma Lincelles prins AndrewOprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
Oprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
 
Pro Justitia 8/12/89 Jean Deprêtre over videocassette in zaak -Mendez
Pro Justitia 8/12/89 Jean Deprêtre over videocassette in zaak -MendezPro Justitia 8/12/89 Jean Deprêtre over videocassette in zaak -Mendez
Pro Justitia 8/12/89 Jean Deprêtre over videocassette in zaak -Mendez
 
Notities Willy Acke over de Bende van Nijvel
Notities Willy Acke over de Bende van NijvelNotities Willy Acke over de Bende van Nijvel
Notities Willy Acke over de Bende van Nijvel
 
AVROX - Modification non statutaire de mandataires
AVROX -  Modification non statutaire de mandatairesAVROX -  Modification non statutaire de mandataires
AVROX - Modification non statutaire de mandataires
 
AstraZeneca - Transparency register EU
AstraZeneca - Transparency register  EUAstraZeneca - Transparency register  EU
AstraZeneca - Transparency register EU
 
Kamerbrief erkenning Stay Behind
Kamerbrief erkenning Stay BehindKamerbrief erkenning Stay Behind
Kamerbrief erkenning Stay Behind
 
Financiering moskeeën in Vlaanderen
Financiering moskeeën in VlaanderenFinanciering moskeeën in Vlaanderen
Financiering moskeeën in Vlaanderen
 
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en MoslimdeskundigenVerslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
 
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
 
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
 
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
 
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
 
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
 
EudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
EudraVigilance - Comirnaty - Individual casesEudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
EudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
 
Démission administrateur Avrox
Démission administrateur AvroxDémission administrateur Avrox
Démission administrateur Avrox
 
So Sense SA
So Sense SASo Sense SA
So Sense SA
 
Registratie BioNTech in lobbyregister EU
Registratie BioNTech in lobbyregister EURegistratie BioNTech in lobbyregister EU
Registratie BioNTech in lobbyregister EU
 
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSELPOLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
 
Projectoproep delen Antwerpse stadsvloot
Projectoproep delen Antwerpse stadsvlootProjectoproep delen Antwerpse stadsvloot
Projectoproep delen Antwerpse stadsvloot
 
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy NetworkAanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
 

De Groep G en de Bende van Nijvel

  • 1. (; I . ' N 1) , Il M l lt l ' Annexe B .IR 1 Ç T A '1' - MA J( )I( c;L:N 1:luL 1 1 RE 'TION SUI'ERIEURE 1311 PERSONNEL 1 .- 1 Rut: Fritz Tuussaint 47 Le 09 Dec 76 1 1050 BRUXELLES--------------- No DSP/lOlS Tf : 02/640.10.00 - Ext A DPS ( 2 Ex) Info : Chef EMG Gd ' DSO OBJET : Mutation de deux membres du BCR. ! a! Sur ordre du Chef EMG Gd, les MDL MAQUET, Thierry (451461036) et actuellement affectés au BCR,feront mutation immédiatement par NS pour le 5 Gp Mob. Ces mutations seront confirmées par le plus prochain BP . Pour DSP absent, PIRE LtCol DSP Adj
  • 2. DOCUMENT No 2 Rapport BSR Bruxelles "Coup d ' ~ t a t "du 10-9-1 973 @ en annexe : - e x t r a i t rapport S û r e t é de 1 ' E t a t b - e x t r a i t "Spécial" - rapport Commandant du D i s t r i c t e n n é e r l a n d a i s
  • 3. Au Csmd de la Cd -DO0 O m T : Tnfo coupj : Réf: Telex EMtG- 6 Suite au télex oit4 en réfCrence et a u informations parues di la "Gazet van Antwerpen" et 1'heodomadaire "~péoial",relatives aux possi- Mités d'un coup d'~tat en Belgiqug,la BÇ3 a fait une enquête dans les milieux politiques de la capitale et spécialement dans les milieux d'ex- trême-droite. De cette enquête il ressort qu'il y aurait des "oontactsw,mêrnc actuellement,entre oertains milieux financiers et des groupements poli- tiques d'extrême-droite et ceoi dans le but de noyauter nos institutions par des éléments favorables A la doctrine d'extrême-droite .NOUU n'avens toutefol8 pu recuellllr auoune infornvtlon relative,A une prise'&Apouvo imminente par la force. w * * Parmi les quelques groupements d'extrême-droite,le NEM-Club e&- <.SI% (~ouvelEurope Magazine-~1ub)estle plu6 important.En tput ors celui-01 -b- semble être le mieux financé et le mieux structurk.Il a des seotions ,cian -1.e- ->, ---fi - - - quelques grandes villes du pays. Le NEM-Club de Bruxelles est très actif : dditlon du mensuel " ~ eNouvel Europe Vagazinen,édition de nombreux papillon8 et rff iohes, organisation de confCrences et de fêtes. ïe rddaoteur en chef de ce mensuel.est le nommé:. (I .-- LECEiiF Emile,Edmond i be1ge Journaliste, nd A St biard le 14.4.2C, domioilié à Etterbeek,rue &kens,n05. Ce dernier a de combreuses relations dans les milieux d'extrême-droite.1 8 dk6 membre des groupements "Mouvement dlAotion~ivique"(MAC)et "Jeune Europen,tous deux aotuellement dissous m i s dont la plupart des membres ont adhéré aux NEM-Clubs. LECERF est aotuellement celui,qui publiquement,passe pour être le dlri- geant spirituel du NEM-Club. PIFET J8oques,Joseph,-belse, nd A Etterbeek le 31.7.38 et domioilld A BruxellesD8v 18 Nivaolqnol, ne serait qu'un "homme de pnille". LECERF Ernils a 'ippu~surtout sur: NANCY Claude,Ernest,Alfred, belge. doatour en mécieoirw,
  • 4. NANCY 8'ocoupe de l'informrtion et de la dooumentution du mouvemnt.ïl entre également dons ses Intentions de former un p u p e de jeunes milit et de leur faire suivre un entrafnement dq.Judo,korate,eto..,Pinsi que I les familiariser aveu les techniques de 1. propagande politique.11 a Ctl comme LECERF?membre du MAC-etde Jeune Europe. Les différents NEid-Club8 du pays ne oomptent que peu de membies (2 &O0 d'après un dirigeant) et en gdnéra1,ceux-ai sont peu enthousiasti pour des actions sur la voie publique et ont peu d'exprérience 8' ce euJc (mnifestations,collage d 'offiches,eto ..) .C'est ainsi que les colleurs ( affiches se font rdgulièrement identifier par la police. autre part,il semble que l'organe " ~ eNouvel Europe Magazine" connaft Urie bonne diffusion,partioulièrement A Bruxelles et A Liègeq,oe qui laisse supposer qu'en plus des membre8,le NEM peut compter sur un or grnnd nombre de sympathisante. Le NEM-CluD aerait financd et dirigé par une sCrie de peraoml: e.a. : $:Mr V A N Z N BOEYNAhTS,Ministre de la D6fënËe kiationala. 2 O le Comte de S R E Y Arnoül,Marie, belge,conseiller social; né B Woluwé St Pierre le 26.4.25, domicilid A Uocle,rue Roberts Jor.es,no30. Ce cernier serait ex-chef du Protocole du Ministère de la Coopdrai au Développement.Il est l'époux de la Bnronne VAN ZEZWND,Marie,nde B St Josse-ten-Noode le 27.10.27. 3' de BONVOISIN Em;Mnuel,Morie, belge,docteur en droit,administrateur de sooidté, né h Verviers le 23.7.10 domicilie? b Uccle,avenue de Messidor,n0204.. . L'intdressd est administrateur de la Banque n~elgolaisenA Bruxell 4' Ecuyer de BONVOISIN Benoit, belge, nk B Etterbeek le 14.03.3, domicilid B Etterbeek,= St Miohel n'>O. ' Il est le neveu du no? et serait un uni intime et oollaborateur de Mr VANDES X'EYNAER'S. Cette liste n'est pas l~rnitative. Les autres groupements d'extrême-droite frmoophones tels que le "parti ~uropden"et "Wallnnie"(iuuvement ptionnliete) ne 8'entendent apparemment pas idéologiquement avec le NEM-Club et ne semblent pas dis- poser d'un financement important.le Parti Europden ne oompterait qu'une centaine de membres et d'après nos infoniiptions,"~allonie" ne oornpteroit que 6(six) membres. Las groupemants d'extrême-droite flmnds tels que VMODWe~-Diet St Wrtensfonds ne semblent pas avoir dtd contactd8.Toutefois une per- sonnalité flnmnnde aurait étd contactée.11 s'agirait d'un certain M? VOL;LEMAERE,ancien fonotianripire du Mlniatkre de la Coopération au Dé- veloppenent et habitant Malines. En ce qui conoerne notre enquête &na le8 nublieux des foroes armée celle-ci r dt6 trba dieorèts et ne nous 8 pas permis de reoueillir des inîormrtions préoisee.ie SDRA est certainement mieux pl806 pour 6- . .
  • 5. reouelllir des renseignements dnns ces milieux.11 nous est toutefois revenu qu'aprbs la parution des articles en question ciam Ir "ûmzet van ~ntwerpen"et âans "~p6cial",le nom de l'ex-gdndral JANSSENS Emile de 1 Foroe Publique a fait l'objet de oomentairee âans le Club Albert de la Caserne hudouin B Bruxelks. Au ooura de l'enq~ête~d'eutresnoms nous ont 6t6 oitds,n!aisinou n'avons pas pu ddterminer,jusqutbprésent,le rôle ?ou6 ou A Jouer par c. personnes dons oette affaire: ORTEZA Philippe,belge oinéoste-Journaliste, nd B Malines le 29.2.1940 domicilid A Ixelles,rue E.Vanden ~riesscris,n~48. + Ce dernier travaille A Média-Press A Bruxelles et dirige les servio photographiques du NEM-Club. B. de MARCKE de MERKEN,identitd inconnue. CECCCK b s M.J C d .
  • 6. EXTRAIT D!J FAPPOZT SEiiSTRIEL DE LA S.E. - 197;5 'A - EXTREME-DROITE RUMEURS CONCERNAKL'DES PROJETS DE PUTSCHE EN BELGIQUE.---------------------------------------------------- ~'hebdomadairefrancophone de Bruxelles, "SPECIAL", dans son numéro du 15 aoat, et lUhobdomadaire flamadn "KNACK", dans son numéro du 5 september, avaient lancé le bruit que des éléments appartenant à différents groupuscules d'extrêrne- droite, et notammen aux NEM-Clubs (~ouvelEurope ~agazine-Culbs),préparajent un coup dlEtaten Belgique, en collaboration avec un certain nombpe d'officiers. Ces deux journaw-paraissent avoir été les seuls à fournir un nombre abondant de détails à ce sujet. Les autres journaux belges de différentes tendances, qui' ont fait allussion à cette gffaire, se s m t contentés de ccmmenter les articles parus daqs les deux journaux précités. Cesijet a également fait écho au -dela de nos frontières, si bien que des rumeurs les plus fantaisistes ont parfois Tait la une des colonnes de la presse gtrangère. b Après s'être livré à un examen critique des arbicles de "SPCIAL" et de "KNAXC"on peut fprinuler les conclusions générales suivantes: A côté de quelques éléments positifs figurant dans la prasse, la plupart des renseignenents sont très vagues ou exégérés ou faux ou inventés ou bien manguent de précisions. Bien qu'il ne soit pas du tout exclu quedes groupuscules ou personnalités d'extrême droite aient eu des contacts avec certains milieux ou personnalités militaires les articles de "SPECIAL" et de "KNACK" revêtent soit un carctère sensationnel soit un asprct provocateur. Dans le cas d'une provocation, plusieurs sources peuvent être envisagées. Aussi bien l'article de "SPECIAL" que celui paru dans "KNACK"pourrait être inspiré par une personne, qui, animée d'un sengiment de vengeance, s'est servie de ce moyen pour kxtériorier des rancunes personnelles. 'Elneprovocation pourrait également émaner soit des milieux d'extrême droite ou anti- communistes soit de milieux militaires, adversdires du Ministre de la bsfense Nationle et du Gouvernement actuel. Qumi qu'il en soit, il est certain que ces derniers temps, les milieux patriotiques et les mouvements anticonunistes ontété sensibilisés par les exagérations de l'extrême geuche et qu'une réaction s'est fait jour aussi bien dans les milieux modgrés que dans ceux de droité et d'extrême droite. Notons que les mildiux d'extrême àgauche -spécialiement le PCB- bien que ne coroyant pas à la posbilité d'un putsch, ont profité de cette affaire pour étoffer leur propagande contre la soi-disant fascisation du régime.
  • 7. - I Dans ce numéro de du 22 août 1973 . --.- La couverture La plus énor~itecomète, jamais observée de mémoire d'homme. . fonce ii une vitesse inimaginable ,ers notre système so1:iire. Elle passera i proximité du Soleil. A toutes les $poques de l'histoire. ses pareilles fureiit gc'iiériitriçes de terreurs. de légtndes. dc préiiioiiitioiis... (Plus que 146jours. page 38). Belgique. énoncer une conspiration dérange évideniiiient ceux qui la! préparent. Mais la nouvelle embarrasse aussi étrangement ceux qui ont charge? d'éclairer l'opinion ... (Ce coup d'Etat qu'on nous prépare. page 20). 3 Dossier Qui donc est l'Irlandais. personnage romanesque et ambigii, victime d'une lanientablc gucrrc civilc? Le romancier et le poète. mieux que le sociologue, vous le dévoileroiit. (Un personnage en mille morceaux. page 34). Un (La Affaires mouvement de grève spontané, mais réfléchi: celui de Brassico Ghlin. Et. une fois de plus. pour un statut syndical qui s'interprète. spontanéité réfltchie, page 44). Notre temps Un café du centre de la ville ferme ses portes et du même coup s'effacent près de cinquante ans de vie bruxelloise. C'était le dernier (( cafconc )) de la capitale... (La mort du (( Sainte-Catherine )>, page 54). Il est du devoir d'une presse libre de dknoncer les atteintes à la sécurité de I'Etat, écrivions-nous à cette place, la semaine dernière, en introduisant notre article sur la préparation d'un coup d'Etat en Belgique. II n'est pas bon d'avoir raison avant les autres. Nos révélations sur l'institut concentration~iairede Brasschaat. le de- sastre d'Etrimo. et le mystère de la fcintile coupée en morceaux. l'ont prou- vé à suffisance. Aujourd'hui, une fois de plus. la presse francophone nous reproche par son silence embarrassé de jouer les Cassandre. Un silence, qui n'est au de- meurant que le reflet de son apathie foncière et de son peu de goût pour I'information véritable, celle qui ne provient pas nécessairement des allées du pouvoir ou des dépêches des télé- scripteurs, qui exige un travail en pro- fondeur pour des journalistes dignes de ce nom. La grande presse flamande, en re- vanche, n'a pas hésité, même si, en toute logique, elle avait le droit sinon le devoir de ne pas se jeter tête baissée sur I'information que nous divulguions. En l'occurrence, elle a scrupuleusement accompli son métier. C'est tout à son honneur. Et ce ne sont pas ,les rodo- montades, directement inspirées par la conjoncture politique, d'un Josse Van Eynde qui nous inquiètent. L'homme poursuit une certaine logique. Son grand mérite consiste au moins à en avoir une, et de la traduire dans ses écrits. * * L'histoire de la comète qui viendra troubler le ciel de vos vacances et, bientôt, celui du mois de janvier, n'est sans doute pas rassurante. Il s'agira cependant d'un étonnant spectacle qui, dans 146 jours, nous sera offert. Mais ceux que travaillent les grandes frayeurs ancestrales, seront donc déçus. Nous ne sommes pas des oiseaux de mauvais augure, ni les porte-parole des Témoins de l'Apocalypse. Le phénomène est à ce point rare -il provoque d'ores et déjà l'émoi du monde scientifique - qu'il convenait de lui accorder la « cover story ». C'est pourquoi Ghislain Cotton s'est colleté avec la cornete (( Kohoutek ». Elle n'aura bientôt plus de secrets pour VOUS. 'CIAL - 2 2 AOUT 1973 19
  • 8. -LE ~ u u rvOtCATQU'ON NOUS PREPARE... A Huit jours ont passé sur la nouvelle que des officiers et CS ultra. en contact secret, mettaient sur pied un coup dlEtat. Une semaine d'écoulée. C'est le moment.defaire le point en attendant la suite... En Belgique. révéler qu'un complot parquets, en sont dcpiiis loiiçteinps per- siir I'existeiicc. et les visies du coinplot'? se prépare contre le rkgiine (diiiis des suadées. Ce qui est nuuvcnu. dans ce do- Qu'elles sont du m2ine <( toniieau » que milieux bien spécifiés ou tout le nionde maine très secret, c'est qiic lu conspira- l:i laussc nou~ellr- signalie par Spé- sait qu'il se trouve des opposants déter- tion a franchi. depuis peii. une étape cial - de I'assassin;it du ministre de minés il ce qu'ils appellent le Système) de plus quand les deux courants sub- lit Justice. Or. ce cariular, de n1aiiv:iis c'est engendrer des réactions significati- versifs souterrains se soiit rencoiitrks. goût niais tout de mtme syinptoniati- ves sans doute mais bien troublantes. On a enregistre. dès lors. uiic occéléra- que. est tellement bien un fait réel qiie A priori, trois départements ministé- tion du processus jugée suffisaminent la police en a identifié l'auteur. une riels sont particulièrement concernés par alarmante en liaut lieu pour que dcs de- feinme. S'il se renseigne i bonne sour- une telle affaire: l'Intérieur. la Justice voirs cornpli.mcnt:iirc.s et dcs niissions ce. M. Van Eyiidt: e n apprendra sans ,et Iii Défense Nationale. S'ils n'ont ni expressément définies nient été aussitôt doutc davantage à ce sujet. Et i pro- l'un ni I'liutre réagi publiquen~ent.on exécutés par ceux dont In chiirgc et le pos. iiussi. dc lu coiispir;itiori qui n'est pcut croire qu'ils n'en sont pas pour iiu- méticr coiisisteiit ii ;issiircr ILI sécliritP p:is sriilerneiit. iii niéiiic p;irticulière- tant restés iiisensibles h nos révélatioiis. du Pouvoir. iiicrit. le fait d'officiers fraricophones : On peut égalenient conjecturer que, d'or- coiiinie l'ont écrit scs coiifrére.; des joiir- ; dre supérieur, des enquêtes sévéres vont NO1i"l'avoiis dit plus lii de ii;i~ixIl;iiiiiiiids. être et menées avec diligence. moins en nous autorisaiit à peiiscr que. Ainsi. cil dehors de deus quotidieiis : Ce qui prouve que, cc nivelu. on 2 Un tel stiide. la situation etiiit siiffi- et dauiijoui-n;ilistcde radio ~ l ~ , ~ ~ ~ d ajoute foi h ce que nous écrioiis. siin~iiicntséricuse pour la porter i Iii I;, presse~r.~gr.~~~ilforillationcstiil~c - surle plan objectif, le dossier de- connaissance cide nos lecteurs. Ils ont ticnt i se persuader - que ce coup ' meure et existe. Tel que nous l'avons ou- admis ces PLIrce Ont d-étiit qli'on nous prép;ire est 1.affaii.e de vert. Composé de faits et d'éléineiits que en Ob~ectiuité SpCcial et de nous seuls. C'est une 1lVabsencede toute controverse, même de conscience professionnelle. Mais au-deli :it~itudequi n'est pas d'liier. A l'époque détails, certifie dans sa globalité. C'est de public-cornrnciit réagi de nos rivélations sur l'institut conccn- un fait acquis que des officiers et des à ce qui est un coup théâtre triitioniiaire de Brasschaat, le désastre ultra, du désir de du aussi considérable que préoccupant? Etrimo et le inystére de la femme cou- pouvoir par la force. coiisidérerit Un E~ ~ ' ~ ~ i ~ ~ i ~ ~belge pas pée en morceaux - que nous avons le seul - moyen de chasser un résime véhicules de l-information desquels elle nous isoler derriire le même mur d'iner- parlementaire qu'ils jugent impuissant et daêtreéclairée se sont. dans leUr fie. Mais le sileiice établi. en hâte. au- tel coup d'Etat comme le meilleur - et eu ~ . ~ ~ ~ ~ ~ i ~ ~de que les éclairci avant la Justice - on a tente de dénaturé. il est non moins évident que, grande majorité, bien gardé de porter tour de nos propos ne constitue en rien dressé des plans et élaboré des pro- pour le démentir ou le dénier. L * ~ ~ ~ ~ ~ -evénemeiits nous a donné raison et reiidu le temps passant, ces conspirateurs ont ~ - é ~ é ~ ~ ~ ~ ~ ~isonattention.F , - , ~ - ~ ~ un obstacle. A chaque fois. la suite des $ agrammes dans le sens de Cette action: ble de la presse écrite, et télé- justice. II en sera de même ai.ec cette I nos polices politiques, qu'elles dépendent visée francopholle a ignoré affaire de putsch qui ne fait que com- directement du gouvernement ou des la ,,o,,,~I~~,Estimant. il faut le croire. mencer. fque le fait pour des militaires et des civils de ce pays d'aspirer h y instaurer un régime fort et de se prtip:irer à l'établir tant sur le plan tactique que politique, ne présente aucuii interèt pour leurs lecteurs, leurs auditeurs et leurs spectateurs. Seuls. la G o ~ e tiun A~iric.c,t.- pen. le Staridaarti et la BRT ont. dans les heures qui ont suiki. fait écho à la divulgation de ces inquiétantes me- nées. M. Van Eynde aussi dans sa V01ksgo:~r. Qu'a-t-il dit des révélations U IIIcendies Deux faits troublants: alcirs que la sirs. moyenne annuelle des victimes d'incen- De plus. les Nord-Africains envoient dies en Belgique s'éEève à cent-vingt. beaucoup d'argent à leur famille non- Victimes douze personnes sont mortes brûlées émigrée, et le nombre élevé de leurs en six mois seulement et pour la seule enfants diminue proportionnellement le région bruxelloise. Et, sur ccs douze niveau de leur confort. Mais les muu- d I1ig n0rance personnes. neufsont nord-africaines (huit vaires con<liiions de iopement n'expii- Marocains et Lin Algérien). et un di- quent pis 2 elles seules tous es in- ziéine travaillait coinme pompiste au ser- cendies qui naissent dans leur demeure. La i~it?cuiirinissancrdes drr1zger.s vice garagiste nord-africain, II y a aussi la méconnaissance du feu du feu est r.esponsnb1e de If! n7Ur.f A cause des mauvaises conditions de et de ses dangers. En Algérie, au Ma- de non?breux étrangc~rs vie des étrangers en Belgique, sans dou- roc, en Tunisie, on allume rarement des OH Belgique. , - te? De logements surpeuplés, de vieilles poêles ou des réchauds a l'intérieur des maisons 8: peine salubres? Oui, en par- habitations. Le chauffage y est inutile. Pendant les mois.d'été, les incendies tie. C'est d'ailleurs souvent davantage et la cuisine se prépnrc g5nL:ralcrncnt seraient plutôt l'apanage des pays chauds par choix :que par obligation que cer- dans des cours intérieures. Lorsqu'ils et des régions forestiéres. Pourtant ac- tains étrangers, et plus particuliérement arrivent en Europe, les Nord-Africains, tuellement, dans toute la Belgique et les Nord-Africains. vivent dans des mai- contrairement aux Grecs, aux Turcs etc. /plus particulièrement à Bruxelles, la si- sons misérables. Par choix, c'est-à-dire (qui ne vivent pas toujours plus con- ' . [ . . rene des pompiers retentit sans arrêt. par souci d'économie. Soit qu'ils dé- fortablement),setrouventconfrontésbru- :.. .-- « La Laiterie D, le café de Romain sirent amasser en peu d'années un petit talement a ces problèmes de feu inté- ... i Maes, « Ca va seul >) a Vilvorde ont magot qui leur permette de rejoindre rieur. Et bien souvent personne ne les été ravagés par le feu en quelques jours. rapidement leur pays de soleil. Soit letir explique. Ga7: de v~IIc. bonhoi~ntset . Pas de victimes. heureusement, dans qu'ils préfèrent consacrer Iciir urgent ii autres robiiiets de sécuritS ne font pas ces trois sinistres. des voitures, des vércmcnts ou des loi- iilors I'objct JI:tolit le soin reqiiis. 20 . . . trSsds
  • 9.
  • 10. par un coup dfEtat? Née de la hargne et de Ja grogne, une Cagoule à la belge médite un coup d'Etat. Nous avons nous aussi nos colonels et nos ultras. Un mouvement d'extrême-droite qui se prépare a un coup d'Etat en .. Belgique et organise déjà l'aprés- régime. Des plans stratégiques mis au? . .-. k +-,- point pour réussir un putsch mili- S " . , L . . taire et, au premier plan, s'emparer ;, "ï . 2 . . des points névralgiques de Bruxelles. A<.+;, .:".:b, . .< :. Ces deux hypothèses renversantes * ..< sont, depuis quelque temps, prises extrêmement au sérieux par le Pou- voir au point que des missions de surveillance et d'investigation ont été assignées, de toute urgence, a la sé- curité de I'Etat. L'origine de cette brusque prise de conscience : I 1. Les contacts discrets pris par des personnalités (< ultra >> avec certains parlementaires aux fins de savoir quel comportement ceux-ci adopte- raient en cas de prise du ,pouvoir par la force. 2. Un trafic d'armes découvert à Liège dans ces mêmes milieux acti- vistes. Les appréhensions du gouverne- ment se sont révélées légitimes. Les rapports des experts de la Sûreté d'Etat confirment que les préparatifs , d'un coup d'Etat sont actuellement conduits en Belgique. dans le plus grand secret, par des officiers et des extrémistes de droite. Longtemps, il s'cst agi de deux conspirations pa'- rallèles qui n'accusaient aucune inter- pénétration sérieuse. Mais, par la 1 suite, les deulr courants se sont ren- contrés. Le moteur politique du coup de force a trouvé son ressort mili- taire. Ça ne s'est pas passé autrement en Grèce le 21 avril 1967. 1 Le putsch est prêt A l'armée, l'idée d'un renverse- ment du régime par les armes est née de la violente opposition d'un cer- tain nombre d'officiers qui se disent loyalistes, à l'endroit du système po- litique en exercice. Les errements et ment. Aujourd'hui, le pronunc les atermoiements dont ce système miento est prêt. Sur le papier donne trop souvent le spectacle, en dans les têtes. Au point qu'il 1 dépit des efforts de certains hommes 'cinq ou six semaines, des sanctic de bonne volonté, comme le sont as- 1 ont dû être prises à l'encontre surément quelques tenants du pou- plusieurs officiers d'un régiment c tvoir, les ont progressivement ancrés tonné dans le nord du pays dans la conviction qu'il s'agit de raison de leurs propos et leur comp mettre vigoureusement de l'ordre tement (( subversifs ». . dans la pétaudière nationale, chas- Ce n'est pas un phénomène isl ser les politiciens en fonction et les Tel autre régiment -dont on ti remplacer par des hommes neufs, le nom -passe pour n'attendre qu purs, forts et dynamiques. Au sein signal pour << passer à l'action )>. des clubs qui leur sont réservés, ces signal qui serait censé, par exem. redresseurs de torts à étoiles ont, dé- venir du Palais et qui, bien enten laissant le bridge et les échecs, pris ne viendra jamais, D'abord tra l'habitude d'un autre jeu: celui qui à mots voilés aux bars et aux ta1 consiste, par exemple, a prendre la de bridge, l'entrée en action pour capitale d'assaut en investissant les brutalement devenir une réalité centres nerveux du Pouvoir. Le jeu cassante au cas d'une nouvelle est vite devenu une préoccupation cance du Pouvoir ou de toute ai puis un programme. Le plan d'un crisespectaculaire du Régime. Vo) putsch est né de ce qui n'a d'abord les choses en face: nous avohs a été qu'une rêverie et un divertisse- nos colonels. Des colonels qui, 1
  • 11. Dans ce numéro de du 15 août 1973 La couverture Les Etats-Unis in;inqiient de pétrole. Ce n'est quc ILI prciiiicsc étapc de la graiide crise de I'éncrgic. Dont nous serons tous victimes. Dem:iiti ou l i n peii plus tard. (Pétrole: ii sec. pige 58). - ~ pourrait éclater en Belgique. Et pourtant ... (Sommes-nous menacés par un coup d'Etat? page 20). Affaires Neuf ans après la fusion daAgfa et de Gevaert, Hendrik Cappiiyns dresse le bilan de ce mariape de raison. Et d'amour. Les Poulidor de la photo. page 36). Notre temps: Si l'on parle tant de l'infarctus. c'est qu'on le connaît mal. Et que le cceur, pour la plupart, reste un inconnu troublant. A ce propos, le docteur Barnard nous livre une passionnante mise au point., ceur qui nous agresse, page 50). Des officiers et des ((ultras)) qui préparent un coup d'Etat'en Belgique? Géiiérrilement, une telle annonce ren- contre Ic scepticismé de beaucoup de monde et remplit d'une joie secrète le poujadiste qui sommeille en chacuii de nos compatriotes. Et c'est bien compré- hensible: qui s'aviserait de troubler le ciel sans nuage (malgré les (( petits )) scandales politiques) d'iiii pays oii il friit si bon vivre? Et pourtant. Les faits que l'un de'nos jotirn:ilistes révèle cette semainc tou- chent bien a la sécurité nationale. Plus qu'un état d'esprit latent, des indices précis et Lin faisceau d'informations recueillies par les services responsables de la sécurité du pays permettent au- jourd'hui d'affirmer qu'il ne s'agit plus d'une galéjade ou d'une espèce de monstre du Loch Ness estival qui réapparaît en période de creux )) poli- tique. A ce jour, on peut compter sur les doigts d'une seule main les personnes qui sont dans le secret des dieux. Une conspiration, quelle qu'elle soit, n'est pas rendue publique en la salle de la Madeleine, à Bruxelles. Mais une Presse libre a le devoir de la dénoncer. * Incroyable: des pompes d'essence sont fermées aux Etats-Unis. Les Américains n'en croient pas leurs yeux, alors qu'ils sont les premiers producteurs de pétrole du monde. La pénurie est-elle pour deninin ? Risq~ic-t-elle de traverser l'Atlantique ? - Nul ne peut le dire, estime André Joveneau qui s'est livré à une longue enquête. Et d'ajouter que la pénurie ne sera pas provoquée par l'épuisement des réserves. Elles sont importantes et pourront encore assurer I'approvision- nement mondial au cours des vingt prochaines années. Cependant, les réserves ne sont pas inépuisables et le fait que les besoins ne cessent de croître, a créé une situation délicate que nous exposons dans le détail. Conclusion : l'or noir sera demain une denrée aussi rare que chère, I
  • 12. cisons-le, entendent échapper par leur Mouvement national de Wallonie coinplot S. la tutelle de la Défense dont la doctrine consiste A s'en nationale et mener leur propre jeu prendre à tous les mouvements d'ex- dans leur propre intérêt. trên~c-gauchequ'ils soient commu- nistes, marxistes ou léninistes. Sous Un feu de camp incendiaire ces diverses appellations. il s'agit, en Du côté des civils, l'affaire remonte à 1966, l'époque où des nostalçiques du nazisme se sont regroupés dans une organisation secrète appelée (( Der Stahlhelm v . En décembre de la même année, l'association a tenu ses assises 1 Bruges. Par la suite, un directeur commercial de Grive- , gnée et un tailleur d'Amay, qui comptent parmi ses fondateurs, ont étendu le recrutesment à la région liégeoise. Dans la même volonté de regroupement, le Sint Martenfonds ' s'est ménagé, en 1968, une section wallonne qu'allaient animer trois ex- Waffen SS, un Glontois et deux Lié- geois. Mais les anciens combattants de l'Est qui avaient rejoint ses rangs n'ont pas supporté d'y coudoyer des inciviques et des collaborateurs. Ils les chassèrent en 1969. lors d'une réunion, dans un atelier d'armiirerie de Liège. Cette épuration devait peu après aboutir à la création d'un club, le ((NouvelEurope-Magazine», en si- d e NEM ui allait rapidement pro- +II erer et prendre vigueur. En novem- bre dernier, un nouvel organisme de encore avec le II a de ces coïncidences. Au moment mërne où la Sûreté d'Etat M s'intéressait » au N.E.M.à l'injonction du ministre de la Justice. le bruit a couru. la semaine dcr- niére. à Bruxelles. que M. Vanderpoor- ten atait été assassiné au Zoute où il a pris quelquesjours de vacances. C'est une corres- pondante anon) mc qui a transmis la fausse nouvelle à la police knockoise. réalité, d'un siil et même mouvement macéré dans les nostalgies de l'Or- dre Nouveaii des années d'occupation et les'ferments d'un curieux <( gau- chisme dc droite )) nourri de racisme aryen. de friscismc A l'italienne, d'nnticommunisme primaire et d'at- lantisme forcené. Ce qu'on est con- venu d'appeler l'extrême-droite dans les éditoriaux de la presse et les rap- ports de police est cout~tii-iièrede la génération de ce genre de chapelles souterraines que les polices politiques ont pris l'habitude de traiter avec indulgence dans la mesure où elles considèrent leur activité comme sté- rile ,et folklorique. Cette fois pourtant. les autorités responsables du maintien de l'ordre ont fini par s'inquiéter de la démar- che de ces courants de conspiration endémique. A la suite d'une affaire de trafic d'armes et d'édition de tracts. plusieurs leaders du NEM à Liège . entre autres un marchand d'automobiles et le fils d'un Améri- cain naturalisé. ont été entendus par la police. Cette opération judiciaire a coïncidé avec une campagne de urovocation déclenchée par le mou- iement dans ~'ag~lomerationlié- geoise: jusqii'en plein centre de Se- raing-la-rouge. des slogans anti-bol- cl~eviquesont été (< bombés >> sur les murs. A ce moment, le département de la Justice n'ignorait pas que, le 23 juin dernier. le NEM avait or- ganisé, A Bo~isvnl.lin grand feu de camp solennel en l'honneur des (( camarades allemands )> réunis à la même heure .en un lieu tenu secret autour d'un même brasier allégori- que. On savait aussi que les conspira- teurs liégeois ont l'habitude de se réunir dans un grand h6tel du centre de la Cité Ardente où ils doivent se retrouver le 7 septembre prochain A 20 heures. On était également au coiirünt des tribulations survenues lors de la réunion du 30 septembre dernier oii un hôtelier de la place des Giiillcmitis, iiifortiii. uii dcriiicr riio- ment de lil nature dc lit iiinnil'estiiiion qui allait se tenir sous son toit, a mis tout ce beau monde à la porte et l'a contraint chercher refuge dans un restaurant d'outremeuse où il a pu entonner tout a son aise au dessert les hymnes de guerre germaniques qui lui tiennent tant A m u r . Le souvenir de Berchtesgaden Tout ceci ne relèverait que d'un pittoresque de mauvais goût et d'une sinistre indecence si des indices sé- rieux n'avaient permis de comprendre que le temps des démonstrations passives touche a sa fin. 1. Ces derniers temps, on a enre- gistré pliisieurs cambriolages de ca- sernes auxquels on n'a pas trouve d'auteurs ni d'explications. Or. il est établi que les conspirateurs réunis- sent actuellement des stocks d'armes importants. 2. La présence d'officiers et, dit-on aussi. de magistrats au sein du NEM a permis et facilité la conjonction des deux mouvements de subversion. 3. Les confidences faites A des par- lementaires choisis pour leur esprit non-conformiste et leur opposition l au système témoignent d'un état de préparation tactique avancé. 4. Une délPgation de douze anima- . teurs du NEM s'est rendue, cet été, . en Allemasne. Sous le prétexte de . vacances bn.aroises. elle est allée en pèlerinase à Berchtessaden. Inter- venant dans un climat politique où, de l'avis de beaucoup de Belses, la dégradation des institutions monar- chiques et des affaires de 1'Etat s'ac- célère irréversiblement sous leurs yeux. l'existence d'une subversion secrète. inspirée, structurée et armée, constitue une menace qu'tl serait in- sensé de traiter avec indifférence et désinvolture. Au guuvernement, on commence à penser qu'il est vraiment trop confortable de prendre ces of- ficiers qui rêvent de prendre la rue de la Loi sous le canon des blindés pour des stratèges de café et ces activistes pour des desperados de mélodrame. La preuve. c'est que, depuis quelques jours, les uns et les autres sont dans le collimateur de I'Etat. La précaution est raisonnable. On a vite ses colonels au pouvoir r1ii:ind on n'y croit pcis.
  • 13. I n f o i n verband n e t rie no;;lijke s t a a t s g r e e p g e p l a n d door de f r ~ : - . ù t a l i g e o ' f i c i e r e n 3 ' " - 1 j z p r s e e n o!;:!e!.!:oüd r:et J.-'::.',:Z er. :j;i;:3L: i n verband x e t de z?,?l: 'l:.; :.-.:;:" ..t.ell;- 9r.r.o .j-j:i3;,:l.C y : - * : j g r . l : e l ? uy>:.:ln '.ekC, v?r:;?zer, wij . . . . r,13!!qr y..+:,:- - . e V :.- . o . : 5 ; .r . 2 : e ;roc? o :'ric i e r e r . en ',, , .. ,,..',,. , .,,. . . ,. . . ,. ... --i<:.:ao!*>I-~*,2!-,;::a tTL,:ii+l~erf.!..;-:e:iheh5e1-i 2 e ; e v e ~ .<y,,,:: . ? i P , /,j:: ,?.:.y .'jIJ 2:-;.;::-.-:. .*:il ? ï t hi,; ::~:lt::11~t?,i?eft c e t een offi- ' .ciel. -li? vt?r- )in-]i:;i;z;:~q:; 1..?:-szrr: ::e" ?:: ,j.e :;roc? o f f i c i e _ " e y . . ï e o f f i c i e <; > .!;ci:, de 2 2 2 ~ : .!.jil v;'.n CF?:: 'c-?.:,':.~l. :.-,:: v i e r j-th:' i;aler',en zsü?e:: e n k e l e c.frici2r?:: %et, y.1.;:. :,e!;!:c:i or;::'-.t c.1: i;èt réi;ine 3!rver t e vior-er,. :;éK zo,,l, d2r, r,,e*j:: !.-c;:t3;.t )7.z:t'r,:?:: - C . ? Q ! : - C : : y . * t 3.%':'.','Y =.--.. iievrri.7 :d hebben o r . . ...'.~ .. ., . ,.,:1--. .. -: .er.c t e 1u.?y~2r:7r;;!:.::::II ;:;!:IL. . , . L !;eee:t .':lx .;te!.:n toe-ezegd. . - . . ... . . y - 2 !, .? ::- .:: t - : ? ! - t i e p f t t.~::j.;o!i,l<r~-t : ~ i r2 c : :.?c:>; ge:rraat en n a ô r .>....... .' ......m.-.,.> 1, ;;,-. 3;; ,? [? :;e :. . r. y- : .-, , . .,.. .5 s -: - , . . ~ ; . o n c . e:- i-.aeveêl!-,e,?er. : : l c r o v e r . . ... :- .,,;,,y. :y : . c 7 .,,*-.. v.t,- ' : y < - :litle;. 3 i : I I ' .<c ;<:e?ens bestezc? -.y?- - .. ..-,,: ... :,- -1.' v"rC;er ,-;ic-..t 2 . * . - . . -, .A --.. ...v . ..le ..:il i-t,.zi~-e!: v t ? r . i : i r - : ~ o r ezlce1e . . . . .hur. ,.py..;P I . : -. < . . . . . . . . . ., -,. , p.-- ,.!3:,':;5 ' ..'. ' . ' , " ' p i - , b î z . j.-.Gr,; h e e f t 'jn'.,- -:..--. 'r -, ., p i . : . , : c , : ( , . ! . . . .- - '. =: C'O f d ;an ,<p o f :'ic j ers.::: '?pi; i 2 i,,; c:,?:? ;,-.:.;.? . .v , . ! - - : : . : L ; c . : p . - ' ' < . f . , ... . . . . . . . . . : . -.-:en;.i;>yd v o l - ?cc; :;;.':'.'.'S ,,aoi; .....-.. ' . : . d - : , . . .-. . . . . . -., ., , , 6 . - .. . -, 1.; 6> :-. 1 . . ,;;-,%.- vr.,,r,y :f .; - :: z i c zna ..i.,?t; t e - .. y ~ ~ ? r ~ 2 : ;t ; ? . : z 2 t . B s , ; ~ - ! . 1 ~':;lj' ' c a s : " zci-ts x.-,ie --PK n i e t a l l e e n - , .......doen va,.,-. pie$ , e A : :. te?.?:,? ir!z.rl.~:jr..-~*?., + A ,, .-. . . . . -. . r r r > *..-..-... ;K ' ~ 3 - 1e r v e e l ..y c , ; y 2- a,:,..:- -...- . '. > ? ? i T A :.:.: 'yt,ci;T te 'J-l:w,::.".. . - '...._ - - ,--,:.e 7~ez-3er ',-j; -,: . .,y. . - . > . L " - ' . - . ,,cqck.t cl:e y ~ ~ ~ < ~ ~ -',,s::ne;: ~~-~I,:~~~~.;!- 2 : - 7 . r ~ ~:...- 0 3 ~re:. -2 . .v,l;ii-.r: a? ..l;lj ,ni:! ..c~.i.!cr ':!r.,..:i.l zl;ri O,? .n+t ;;:i:<~- o r - s n i s a t i e ;:y? t e . .vi-r;:?:.. . . i j i.-?.:;-::. A.:. VC:,-:;:-;.~!?G z:ee,adceld +,t ~~.::.: 3 . j ~ : - : e z x z k # . .-...-1 : ; 1 : en , ' t e , O : J ..., -i..,.I , , &r i ;,>:j ~ : , ~ ~ ~ ? , i ~ : ~ t , i ; i ; e i ji , 3 - ~ ' , : ~ : 7.::::: -:-eorl ?n 3nf"t.r 3 2 s uitgcrle!.:f y-, . . . ..-.:.. 7. ? P . < ' . . - v v . . . - . . . - . _ ,i:;c:- n a eer. "drin'n" -:.. - ; . 3::er de .l:lr.nnen var. d e i r a e ; . ,- -" : ' 8 . ^,;;~:'~- . . '--:: ; e ~ r < r c L e n . "iii of L i ~ i ~ r:=1; i : ~ ; . .~ ~ ~ r - e ? l ~ î t g tn.iar e e r . . . ..,.-l..T,=..-?,-. .->. . ,. . I :.- .2L-,..,:2.i~~,-;;:spri- :. . . A L., ..: 2:- SC:.:. . _RST J:I .: -,'307 L e ::lnnr.en van de c.ffj.cierir: ;r:icjl:-..:a. '.'c3rnL ':ri:::'.% i<ci:r?n. .>vortui;C ;'on h e t ?ll..k?r. vk: ........ . . ..0:. ..re:.i.:er::en svin h e t k u i e i . - . c :- Li.:::. A. ,,.:, ve1,trlrle o,c d i t ;er:-,î é:-v..;ri:: . ,..-..-"te ? P ben cl,ged:-r.r; i n cir 35:.1~~i : i .:-.;-.:,L ;.!.il:r !iij lcver-3e aar. de CAS. ., - . .i.?ic., :..-e:: hij ; e . ~ r r i ; t n e t '?SC;I::;3 er. hi2 .~rclcri+jftde n i s l g ) ; k i n = vzn riczt. t:!: ;:;:p. j e ;czt;r.fli ei5:.$c;c.:;t.~1:.à .il?;:cor s l e c h t ÿ:ar. -v31;c2cû 3.;;""..2, . .e r r . i . ? r t ~ i e k t e -'J3:1 L)hL*.::E i;?r.!;-;r.?-: .;;:-! 5 2 2 - n ~ ans g e s p r e k G a t 02 hoo.-::itr. c c h 2 l o n r î e ? r , v o o r S ~ ~ e i : i i : ~ ~ : e ~ ;u!cr;cn i e t r o f f e n on r e n m o y e l i j k e .~t;~ats;rz:.; t r ~ e nt e ,::crEez. I.ez zou o c d i e r.:den d e v e r i e d i g i ~ gvan h e t biririenland i r . !-,;inden r-an ! e ri:'-:;:!*.îcht :~e';.zrc i;e;:cven omdat v o l z e n s .je 3 3 ovrr!:ei? cer, s t : * : a t ~ ~ r e e pzc-der :qo:!r.,yeyx:rg v3:. 6e s t 3 a t ç ~ o l i t i en i e t 7o;;eli Jlcx i s . :te-::; v o l ~ e f i u>.;":','~ z 3 . ~,:i: c ? ? -- t A> - d e zaken vergemakkeli; k e n . i!i: s n t x o o r d d e c i e t o r onze vrG9y d i t n l d e r u i t t e l e g g e n . . . , - : C z l ? i ; 2- o;.ticir .u.;s?riri ;VI: verjclrlerden n e t :)AiJ1.ilE er. Z;*.:?BS
  • 14. DOCUMENT No 3 Rapport BSR LIEGE du 23-8-73 Coup d ' E t a t
  • 15. ., . . . - . ;.. ,'L!I.. . - ' ..& -a..-....'.. : -.. 2. . , , Au Commandant du ~imtriktd e LIECE. . b . . . ' . , - . ,.. . .. . - . .. . I .,> . . .. Y . - ' .- 1 : - - . '..; I .. < .. . ... . - . .. . , , a !.. .:, . . OBJET i Coup dgQta- elciqua, ... . . . . - .-... .. Rbf, 14 11 25 Bou. 73 et .. -. s I 11, 1 7 15 Aou. 73,. ' ' + . . .-3. . . ,. . ..," - ; ~ ' a p r b 8no8 reneei~nementd,t e de la w G a ~ e t ,Van . .. . bntwerpene conet,ituo un faux. ..: ; %+, . . . . . . . L. - . ,.'!;. -..; ' - Uo a r t i ~ l ehbpeu prha sexnblablb aat 'parud m e sp6cialR.. , , no437 <La15 Aou.73. Ci-joint, une. c o p i c de cet article-inti-'., ' tnlé Semmes-nova 'menacée jar, cbup'"d*état ?'.a . 7 . - '-, n , . . . . L 2 .. . Le N o w e l Eurepe Magazine club (: ~ H . E . M . V ~ ~ I ~ ) :est:nianF- b: -fest m e n t visé, m a i s l s jo~~1ur1iati:rii 6 l a n d les mou~e&anteF;: et a accmndU.6 les fausqee &nfo'~ations.a-':',.*.. ; .. .- .:. $ . . . -- .. ... .r . s:. . -. Il-nTya pab -etide trafic..'d!rrmes d6couvert h ~ié~e...;~;. . . . - . - . .. ...+.>*,-& - .< d ' ...., ... * .. . - A P ~ - des: personrias. =if&.es:+x:&~ft %l?pbJet.drune .*. i.38 . , 4 ., ..'" intervention $',-userv,ice.6'polike&. .. - - -.. .* - o . " . . . . - .-*: :' . . .. ::-4 ' : ,-,Le banquet dont qaestion 6,ta%tg,osgauietS..parles ~nc.ie$ . . -.-. - . . ._. .- . ' ' ^ ceinbattanta de l~~s$,"qai.'SO~~s~~vh~ltmembres du . . . , .:: . , . ' .: _. -+ -2: BW-CIU~. mais *.ppart ienïient: &>-O: 'oiflrnisation jap~.e*';.:- 1.4, ... -. . - ... .'. ,..: - . .- - . . . . . - 160 " Der ~ t a l h e l m ~ . b ~.:%. . . . # . . . :;,z 4, ' < T l - % a - ' . . ,. .: %- : a.. . , ,;-, A.". 4 x . - % *>: . . . -lons ccnnaisscndpzis d*0ffie'iérb réserve fais-. . .- = . _ 'part3s':ide'Ces mouvement ê&. -.y;- Y.-%*,.;. .-. .. .. : -,.. . . . ' .:4 <+.. . - - . . -.: .-. . . " C ' . . ' . . . .. A, ...a3--.' -.-._.:,-.' Y- T , ,. - '.. r . . .-- _ . -. . . ' ~ ecercle des * ~ f f i o i s r ede,.'r&seme pr&é'i&riem&y'.':: ; pas d'actlvit6 a Liège. Il-est,prCsidC par le colonel 1::-. en retraite de NYS et nu' p e ~ t : ' ~ a a-8tre suepecté d?at+,*; ti~if6subvereive* . .. .L I . . c. . -...,a- ..=- _ . .. . . . . .. '..... A noter que I*auteur.de lvaFticle de wSpécialn est la':. . . . nomnt4 t , . . . t .-.,- . . r ' /W A L H E E R ,Pol Henri.Robert Joseph ~ e n é Belge - d'origine hollandaise. t f' a6 à ~ i è g e ,le 08 janvier 1920 Divorc6 HUSTING, Catherine dpoux en eecondas noces de MASQUELIER,Odet te . journaliste domicili6 h WOLUWE St PIERRE avenue Orban, nO1ll. !Le NEM-Club est diriça sur le plan national par t 8 )C L E C E R F , Emile Edouard .I / I journaliste. n6 A St Mard, Is 13 avril 1920 1domicilid WOLUWE St PIERRE rue La Vanelle, n03. 4 A LIM;E, deat le nommdt % D E II A Y B E , Raymond, Joieph .- rorrésontant, n é Heratal le 15 juillet 1939 d ~ r n î ~ î l i d LIEOE. quai St Léonard, 11049. CD 1321. ;
  • 16. - p m ~ ~ q.@O, aeoond6 ,par quolqqai ippathtmaat8 , te188 ..- . ... l o t A M B E R 2 , Pimrre M a ~ o e lJeur P r u r g o î i ~ ' ' 3 4tudiant$ n/ :&-~ l l ~ l ~ ~ ~ - ~ r i t s ~ ~04.12.47 y domioilié, chawmde ~îbmenceru,?*11. Le prboité .cet parfoie 6ditem. rerpona8bls d'affiches. Il donno.alors ltrdrerse ruivantei Rd. Erneat .~olvay;'.ls HERSTWi ! . . l, . . i Catts dernier@ adreeee est cells~dk-'noxm&8 . . .. . , . + 9 c H O W-M A K E R , p i e d e mile ~ o s & h , . .. n6 h Grivegnée, le 18 novembre 1933 ' domicilie A-BEYNE.r;HEUSAY, . . avenue des Eglantiei-8-.n03, rbdldant ' 8 .HERSTAL,Bd,.-,Exneet Solvay, no15e. Lequel, bien que6tant e n lidison-~avea~UNEERT,nte8t.p i 8 ' c o ~ upour a v e i ~une acti.vit6 au.seinid~.XE3f-~lub. .. 8 - . ' t 2. M .UL L E R ,b i l a ~icolas'JO& ~aa:. ++- . k .! .. ..._ .. . '..-.- B e l g e , srrmwicy, n6-h_~i&&a:lo20.1-t.23. . . ,; - ./ -. . .. * . ... domicilid h BERSTdL, .rue,deal Vo.sgsr8, h*8." - . - i. , . * , Le pr6cit6 ~sxploits.un--atë1~'èr;derdparaties -; * .,.,, .. . , -.- ' d garmurerie h .LIMiE, : . r u e - - . ~ a n i ~ c k ,. n ! l 5 c- :. . . . ..- . .* : , - 2 . . .,,.. * -:* , .-3.. R"U Y FE s ,, b d r < ~eany~oî&G'' . Y ,.., -+. . ... ..; 5; 1~ 4 , . , . - . .-. . _ . . . .., .i .-+ . . B e l g e , Directeur .commercial:s; :. :-.,., b - t , ' . , - --, ... . - ., :s ....,n6 B ~ i i g e ,-10 24 e~Ut~.l923,domic~li6B >.;: . .? . . . - , .: - G R N M i N Z E , . , r u e .de &tIndustridrinoI.7 ci;:= - 2 . - . 9 . N & ~ A&b.'këmbrs6 pour la rCgion i i & i e b i ~ e , : é : 8 3">:. . :. . ..:. . , ' : 5- '.-,. ... . *...1 -LOCAL --r ~45pnb... ~ t ë n t- ses rdunionk.~a~;~i&&~:fr8t1~li;tà68: . B Ô Ü ~ ~ & ,J. l: '.. . ..-. '- C t ,-.Fm 8' .-'-4 . .. 6 ' . : L ~ G & , ... --s ... r - - ,:.-Ce-: . .. /C+, . ' . ... ci-. . v * y -7 . . :.:,.:- '..' -" .; . -..-':< .::.-- .;&.: ;<7-;..; :>>;.a:. . .. .- d. -..*1 : . ; A ces .réunions où assistent une cinq-nta,ir+e de ,per'8&.xfàe. . in~itbeé-e t pas.nécessairanent affili0es .'&,jets culturale sont exposCs, mais toujoure en rapport ayec ,leicîdo1o~Ie.&,'- !- d'extr8me-droite. . . - ...., -!.-,: ..-.' .> - .'.-?, . . -, ., . . Le NEF¶Wlub se déclare anti-comm&i6té ' et prétend dénon- cer toute8 l e e a c t i v l t 6 s nefastee pu bon.fonctiorinanient dim, paye, cmnme Par exemple les gaapillagea et le. favoritimmea..,. . I En ce moment, des affiche8 ~ont:~réparéesp o w l a rentrés des classes, contre loensedgnemcnt r6nov6(ci-jolnt une phote- copie). ... Le DER STAUiELM. Mouvement bolné d'anciens SS, combattants du front de ltEet. Se déclare Européen et aati-communiste. ' Est dirigé P LIEGE par MULLER, Bnlle, d6Jh c i t 6 au NEMG. Club. Ses principaux e#mpathieants sont r bS W 1 N N E N , C h a n t a l Fanny Belge, sans profeaslon , nt5 Olona, le 1 5 j u i l l e t 1950 y domicilid , rue de la Gare, nolog. . r-:'.*..?". R F ~ . ~ T !lrï;.:j 1" i: * ,* * :.&,!.,tt ::a, *
  • 17. V u *. ~ e n é..Joseph. Hadelin.% V A * P J E - R . . . . Belge ohauffacrr-livreur -. ",.. :. n6-B.Libge181002,mar6.1921, ... "domloili6 B A M.A Y ,' . rue ~ 6 e i r bL6ga, n0.9 . .. . . .. q b A C R O X X ,Ferdinand-Albert . . . ,". - * .. Belge , ouvrier d*ualne . ;&-?'i+ . - * - l0 ?n6 h Arlon, l e 30..d6cembre 1916 .. . G . domic.ili6 A L n G E . 8 . . . . -?ruech@, ,.-no28 . g P R 1 L I P P A R T , Louis. Jean-Baptiste ' . O Belge'. . . . . . . - - . -; -.t a i l l a & .de,.p'i~&is.~' % @ !.:. a ? . *. : . . - .. . ' a , n6 2~ ~eirna(c~rance)le-12 avril 1921, _ . . : : ~ W I ~ ~ ~ ~ ~ . & J U P U L E . . ~ .. . ..... - . -_ . . I -:.. . ..' ::Y' i - ; ,i4.% -..';.. 'b-.rue-bde;Libf6.;-n?.55d-. O?... , . . . : : C I . , -.. . . . . . . MCAL- t. . ~ t é i i o ~ " m i ~ , .. . . .- k e :~émarck,:no15. &-:LIEGE.*.-..... * .-. . . - S . . , - < - 1 . < ""' . .: .:.7. ..a. i;. Le -barnuet.d~'bt=-~neatiQo.a faitr;l?objét.'du rapport .du.. C . District de -LIEOE n01361[126/N/~i.e1 +: du' 06..oct~bre:~i.971..-- - - . . . .. . . . . . . . . : . .2 .. - . .-._ : L .c.... :' 1 . - - 'B 1 1 exlnte encore d aautres mouve&ents:,d*~extr$meidroite. . ds+d - 1 a " r C ~ ~ o ~ ~ ' ~ i ~ ~ e o i a s 'ayan&?pritfq i i e m ë n ' . ~ a ~ , c d 'conÈtietBnca, 'ni' activit8'.et.se "idlangeant . plue or .w r.."... m o î n a &a N M - C l u b . et -.au,Dep stalhelp';. ..:'-. .. ;:-if+.. 't.>.. . y ..i.i 1 ...... . . . .- - r . . . . . . . a ,+. .. .; <. : ,..# .#. ..,+ . A notoi..eAcore.que. > O ~ t e a :~ e ~ ; ~ & ~ o n n e i+8nnu,es.,~o1ms' * ,, f&-d pa=tie ,:as%m6uv&iminte;,~rt(~,% $ ~ ~ : ~ t ô U j O & t j L ~ eptf it .. fort coiiecte vis;&-vi'e. des services de'-pl&cei .-; . '5. .... 1 'c W.' ?. 4 - . S . .. .. . . .. =+.- . -.. . .. . ..- -. . . . . . . . .. . f $ s - -,, .. a.+ .+..S.' S.t--..., + ...;<.:. . .. . . - .. : .:- ' . . 2. . ;;... '.,C ' . ~.. . . . , . . , : - ; . t , 4 3 . . -5 . ,. . I ' . . '. .. . . .
  • 18. 1050 BRUSSEL, 21 december 1989 Fritz Toussaintstraat 47 DE GENEFWAL N r Cab- -;/~YYL/D Mijnheer de Vmrzitter, Ik verneem dat Uw Ccarimissie zich tijdens de zitting van 19 december 1989 zeer streng en negatief heeft uitgesproken over de wijze waarop de Ccmmndant van de Rijkswacht gevolg heeft gegeven aan Uw schriftelij ke vraag van 12 december (Nr C/NM/DD) . In dit schrijven heeft Uw onderzceksc~ssie, i k citeer, "de w a s uitgedrukt t e kunnen beschikker~over het rapport omesteld in 1973 door Adjudant-chef TRATSAERT van de sectie "openbare orde" van de BOB te B r u s s e l , over een poging tot staatsgreep, de zcgenaamde "opération bleue" " . Gevolg gevend aan mijn mndelinge opdracht, heeft Luitenant-kolonel MICHAUX ten volle aan deze vraag beantmord. Derhaive heb i k gerrieend U het verslag van deze Officier onmiddellijk en zonder enige verdere begeleiding te kunnen ovemaken (zie mijn brief N r Cab-16765/0 van 18 december 1989). De verdachbnakingen die door de onderzceksccp-ronissie in opsrhx-e zitting wrden geuit op 19 december jongstleden, waarbij sanenigen Luitenant-kolonel MICHAUX, hetzij mzelf ewan beschuldigden te hehben "gelcgen", b l ij ken onterecht te zijn. De eenvoudige confrontatie van hetgeen de onderzcekscanenissie heeft gevraagd, mt datgene wat ik U heb overgemaakt, zal Ctuidelijk maken dat de Rijkswacht correct aan het gevraagde is tegemetgekanw. Aan de Heer A. B0URC;EOIS Voorzitter van de Parlementaire ûnderzoekscanenissie belast mt het onderzcek naar de wijze waarop de bestrijding van het banditisne en het terrorisne georganiseerd mrdt Kamer van VoUrsvertegmrdigers Paleis van de natie Wetstraat 1000 BRUSSEL
  • 19. Bovendien is gebleken uit de mndelinge interventies van de zitting van 19 december, dat de onderzoeksccmi.ssie in het bezit wenst gesteld te mrden van een heel ander verslag, mer in het bijzonder het verslag opgesteld door eveneens Adjudant TRATÇAERT, nu echter in 1976 en in verband met de zcgeheten "grcep G". Indien dit het voorwerp zou zijn geweest van uw schrijven van 12 december 1989, dan kan ik U verzekeren dat U op een even snelle wijze in het bezit zou zijn gesteld van eveneens dit verslag. m r s nooit heb ik, ncch mijn mdewerkers, de intentie gehad am U dit document te onthouden. Gelet op bovenstaande, heb ik de eer U hierbij dit bewuste verslag over te maken, zonder hiertoe door U schriftelijk te zijn uitgencdigd. in dit raam voel ik me verplicht U in te lichten van het feit dat een lichtdruk van dit verslag in de maand januari 1989 werd overhandigd aan de onderzcekers van de heren Onâerzoeksrechters HENNART, LACROM en TRCCH. Ik rrem op deze wijze, Mijnheer de Voorzitter, te h e m aangetoond dat de beschuldigende beschowingen van 19 december, aan het adres van de Rijkswacht en mezelf, elke grond missen. Mag ik U derhaive verzceken tijdens een k m d e zitting van Uw canrmissie, één en ander recht te zetten. Met bijzondere hccgachting, Luitenant-generaal BERCKMANS Ccmmndant van de Rijkswacht In Bijlaqe : Verslag m e Luitenant-kolonelMICHAUX.
  • 20. CENCA2MER LE ETAT-MAJOR GENERAL Le- 15 Décembre 1989 D I R E C T I O N S U P E R I E U R E DES O P E R A T I O N S 2ue Fritz Toussaint, 47 1050 - BRUXELLES - , ' p l : ! 0 2 ) 662. OMET : Rapport établi p'as 1' Adjudant-chef TRBTSAERT en 1973, su sujet d'une tentative de coup d'état, aussi appelde rn l'opération bleue . REFERENCE r Votre ordre verbal Je porte B votre connaissance ce qui suit t 1, Fin décembre 1988, dans l e cadre de l a fonction da Coordinateur National que j'occupe depuis Janvier 1986, j'ai Bt6 i n f d de ce que l a BSB de - cellule MEKDEZ ",avait ét6 chargée peur Fionsieur l e Juge d!Lristnrctian HEIINART de faire des rechemhes 8u sujet d'un projet de caup dlétat datantae 1973, appel6 ~'l'op6ratianbleue " . 2. A l a section Information de l a BSB' de BBlJXELLES où i l s se sont renseigng l e s enqu8teure n'ont pas retrawé de dosaiar relatii à unenop6ratian bleue ",du moins sous cette dénomimation .Tautefoie, l e Capitaine w,Chsf de Servfce de l a BSR de BRIEEUES ,leur a remis une farde de travail de la.sectian Informetla sur lsquelle figurait l a mention : PüTSCH ? ( exidme-droife ) 1973 .Cette farde a 6td s a i d e par l e s enqueteus sur ordre de Monsieur l e Juge d'Instruction EXNiWIT à 19IVELmS . 3. La farde mentionnée ci-dessus a étd créée l e 14 Aoht 1973 B l a suite dlu tdlex de llEtatMajor Général de la Gendarmerie daté du 14 Août 1973 B neuî heures trente ( voir photocopie en Annere 1 ) .Ce télex f a i s a i t rdfhrence à un article paru dans l a "'Gazet Van Antverpen du &me jour sous l e t i t r e : Ia een staatsgreep in Belgfe mogelijk ? ( voir photocopie en Annexe 2 ).Le &me theme a été développé le8 jours
  • 21. par d'autres journaux e t hebdomadaires .Vous trouverez en m e r e 3, à t i t r e d'exemple, l a photocopie de l f a r t i c l e de l'hebdaadairr Spécial du 15 AoQt 19'73 . Le télex adressé à toutes l e s unités de Gendarmerie du pays, prescrivait de rechercher toutes infoxmations au aujet du contenu de l ' a r t i c l e e t de l e s transmettre aussitat à l'Bat-Major de l a Gendarmerie . - - Comme je l'ai d i t ci-dessus, il n'existe pss de rapport de llAdjudmt-Chi TRATSaERT ayant trait à une opération bleue " .Par contre, il existe un rapport de l a motion Information de la BSR de BRUXELUS, daté du 10 Septembre 1973 e t signé par l e Majar DECOCK, alars Commandant l e District de aRUXELLES .Ce rapport constitue l a r6ponee de l a BSR de B R ~ X ~ ~ Sau télex c i t é ci-avant; il a vraisemblablement ét6 - . -- ninuté par ltAdjudanW2hef TRATSAEET, Chef de l a section Information en 1973 ( voir photocopie en Annexe 4 ) . Pour mémoire, lTAdjudant-Chef TRATSBERT, arrive A l a section Iniormation en ddcembre 1960, en a pris l a direction en 1970 jusqutà sa retraite en décembre 1980 . 4. Je joins en Annexe 5 e t 6 , la photocopie de deux questions parlementai- res posées en 1987 qui ont trait au mame sujet e t qui ont trauvd rdponse dans l e s Sulletine des Question8 e t RBponsea de l a Chambre de8 24 e t 31 r r s s s 1987 . Coordinateur N a t i a n s l
  • 22. 4 7 . p14Cf;-?C ?L r 3 fm ç s t ,;A ! ., t o gsb braSant a - L ,. O wvL " 5 t8 v e r t r 4036 doo <) . , info staatsqres~l n beLgle. ', -.-CHI : c f r a r t çaret vav antwerpen van heden 14 aug 73 ' 1, d i t daçbLad n a a k t neLding van i n f o b e t r e f f e n d e putch pLannen i n b e L q i e door f r a n s t a L l g e o f f l c l e r e n in ' t biezonder door dzeze ~ 8 l k 0h 221k6 cjUtien b k c L b e r i û h t b l t g a a n d e van s t a f gd 9 pt4033û aL.q 13 fm:, (;st ç.i t o eh ? r z V n r t a - L O wuL b t v e r t r 43;; 7 - 2 3 l n f o s t a a t s ~ r e e pin bêLgie. ------- c f r z r t q a z e t van a7t.vernen van heden 14 aug 73 1. d i t d a ç b l a d maakt neLding van l n f o b e t r e f f e n d e putch pLannen i n b8Lgie door f r a n s t a l i g e o f f i c l e r e n l n * t biezonder door dzsze weLke Ln v e r b i n d i n ~zouden staaan n e t u i t e r s t r e c h t s e kringen h e t v e r n a t d t narnetijk : - de ontdek4lnç t e tuik van een wasenfabriek i n e x t r e m i s t i s c h o W i n ~ a n . - dat o v e r een z e s t a L weken , i n h e t noorden van h e t Land, s t r a t f e n zouden z l j n opgeLegd aan o f f l c i e r e n , u i t hoofde van subversive a k t i v i t e i t e r , . - de a a w e z i ~ b e t dvan a k t l v i s t e n onder de Leden van €?en Luikse ctub uaarvac de L e i d e r s k o r t seLeden zouden ondervraagd geweest z l j n in,?rclge de ontdekking van een wapenzwendol en het u l t d e l e n #?nvlucjschrif ten. -net ontstaari een j a a r geLeden van een nleuwe waaLse ç r o e p e r i r r ~ , d i e iedare u l t e c s t Linkse beweging bekampt, - recenta wapendlefstaLLen i n sommlge katernes waarvan de daders n i e t werdm,geldentlficleerd. -4i 2, bede aLLe n u t t t g e i n f o h i e r o m t r e n t OP v e r t r o u w e l i j k e w i j z e op t e *ZOekeR en over t e maken. n n n n )*/1 ~ , 1 + > ) 2 3 , ? k t 22146 ~ d t i s nb k 21342 ç3Srao O a r ! .-.~940930aou 7 3 fm m g gd . .t o r e g b t L t h n b t - 4 - 6 ri-) F -1 -i
  • 23. 1 , ce jacrgaL f a i t e t a t d' l n f o concernant pLans de putch en beLglque _ pnr o f t l c i e r s francophones essentleLLement , en L l a i s o n avec n i L i e u x e x t r a m i s t e s de droite. i L s i ç n a t e notament a u passager - t a d e c x v r t e a L i e ~ 9dans des miLieux e x t r e n l s t e s d'brie f a b r i q u e d'armes. -que des o u n i t i o n s o n t e t 8 I n f L i g e e s a des o f f i c i e r s dans Le nord du pays i L y a queLqu?ssix semaines , du chef d ' a c t i v i t e s s ~ b v e r s l v e s . - La p r e s k s d'activistes parml Les membres d * un cLub L l e g e o l s dont des U i r e y e a n t s a u r a i s n t ete I n t e r r o g e s recemnent s u i t e a 13 decouvert- 3' Ln t r a f i c cl* armes e t l a d i s t r i b u t l o n s d e t r a c t s . - d e La n a i s ç a n c a it y a un ar d'un nouveau grouppement waLLon, qui combat t o u t mouvenant e x t r e m i s t e d e gauche. 4 e VOLS j9armes r e c e n t s dans c e r t a i n e s c a s e r n e s , d o n t Les a u t e u r s n'ont pas, e t e l d a n t l f tes. 2. p r l e r e d 3 rechercher e t d e transmettre c o n f i d e n t l e L l e m e n t t o u t e i n f o u t l L e a ce s u j e t .
  • 24. s een staa sgreep 3 (Van onze redaMeur t 111 :let oclachelijke getrokken. in- î - , ' .;e L J L I ~ C I.buidt intenrlrf .erpeur<l , ii2ar i l i n Jdienticiteit can (le sa-Het is g m nieuwsje, ontsproten in de zogenaamde kom- ,:Eefiluerlno en de identitelt ommertijd voor de pers : uit wat men een goed-ingelichte 'dn de putthisten. on pleegt te noemen, blijkt dat het depanernent van Jus- ha$, $ d ~ m ' ~ ~ r e ~ ~ ~ : e, geleid door minister Herman Vanderpoorten, ervan op,ticieirii in aktleve dienst ajn tif hoogte zou gebracht zjn, dat er in ons Iand'plannen: : ; p ~ ~ l ~ ~ ~ ~ p w;t:g ouden bsttaan, om een militaire stratsgreep door te voeren. btaan. om in Brussel ((de sieutel- , posities)> in handen te nemen. ; Bovendien zouden er de jongste ' iild zefleime kontakten n]n ge. 1:gd tussen de kopstukken van een 1 uiterst rxhtse groeperlng in het iranstalige landsgedeelte, en zeke. ,re parlementsleden, ten einde van ! dcze laaisren te vernemen hoe zij jzich zotiden gedragen bij een , a macnfsovername door geweld ». [ Ecn behnmjk punt in de hele 'putch-affaire is de ontdekking in j Luik I J ~een wapenfabriek in eslrcmiic:?e hhen << Spécial >> ";in zijn kant vernam, dat de ; rapp,jr!c?n van. de staatsveimrd t me!ding m a b n van voorbmjden. / d e aktivjteiten, die momcateel in . het voor~ltncbt van staats. kilmpiol Lou dee!nernen. Over een ,greep, in de gmotste g&imhqu- drrzeiijkr mi1:taire pkutsch heeft I àing mrden , w d offime. L:'ouwcn- .IV: t'racSt2lige ~ee!-&! ren van -Belgischfegeren door i~!adI , hpccidi :, ~-k?i-eaan;ïijziri- ; i.t.chlzee~1remistt.n. it v kornpiot i> cioor ONMOGELIJK ?... ncld nelemaal niet l : Legerofficieren die hierover door uns werden ondermaagd, ,antwoordden haast unaniem, dat een militaire staatsgreep in ons lanafot het n i van de onmw- gelijkheden behwrt. (t Er bestaat geen officier, die dat zou wiiien ri. «Onae geest is demokratlch ingesteld B. ot We zijri niet roor geweld s. a AUe b e !angrijke militaire funttk,iiggen in diverse handen. M t bct ge- heid van een kmpiot rmr vlug zou uitlekken m. «Een miiaira slaatsgreep in Bel@ i, een ver- zinsel. Met een leger van mllldens ir daar niet sui te denken. U t e n heroepsleger nni het ibteP miUFhirn mindsr grooi zijn P. Da& is & d o van de rePlrtier, dir, d ! (Zis Vemolg Mt 11) , / C H. /". . /./
  • 25.
  • 26.
  • 27. Lu eouvrrtiirc . Lcs Etais-Uiiis miinqticnt de @trole. Des olriciGs ci dcs ( q iiltr;is 8 ) qtii Cc n'cri qtic Iü prciiiiCre r'tiipc prépürcni un coup tl'l;.liit cil Ilclgirltic? dc Iii griinde crise de I'cnergie. Dont nolis serons tous viçtiines. ~ k n ~ r i l l e i l i c i i i .iiiic idlc I t r l i l c i i i C C rcii- contre le sccpticisiiic dc hciiiicoiip clc monde ci rcniplii d'iiiir: joie sccri'cc IL' poujüdistc qui sommcillr: cii c.liiic.iiii dc nos ~ ~ m p i i l r i o l c s .F i c'rsl hicii cciiiipi2- Iicnsihlc :. qui s'iiviscritit dc iroi1hlcr Ic. cicl siils niiiigc (iniilyri. Ics tc pciii, ), sctind:ilcs poliiiqtis>) d'iiii p;iys oii II I'iiit si bon vivic? Et pourtant. ILSI'iiils i ~ t i cI'LII~(IL.IILI, chent bicii ILIsiciiriii 11;itiiiiiiiI~.l'lii-; ii'un c'iitt d'esprit I:iic~ii.' (les iiitlir.c ri1 P(IIII~I;IIII ... jourd'liui ~ I ' i i l ' l ï r ~ i ~ ~ ~qti'11 tic <';I~IIpIii t Soiiiiiics-i~oiistiic.tiüçi.u d'unc y:ilCjiitl~ ou il'tiiic c..ipcr.c LIC p;ir t i t i coup d'Et;it? p;cyc 'O). inoiislw dii Lwli Ness caiiv;il qiii A ce joiir, on pciii coiupicr sur Ic, rloigts d'une sculr iniiiii Ir.5 ~ ~ c i ~ s c i i ~ ~ i c s qui sont dans Ic scci.cl tlcs rlicus. tliic cotispiraiion. qucllc qu'cllc soic. ii'csi piir rendue puhliqiic rii Iii s;illc ilc Iii Mudelcine. ii Hruxellcs. Mtiiu iiiic IJrcac libre n le Jcvoir tle lii dC~iiii~ccr. riiiwn. Et J'üniour. (Les Potilidor tlr. I;i photo, pugc 36). . # du nonde; Lu pknuric csi-cllc polir 'demain ? Risquc-i-cllc de t r;iveisc.r tc quc nous cxpowoiir : l'or noir scrÿ dcmüin 19
  • 28. par un COUP dgEtctf? Nfe de la hargne et de la grogne, une Cagoule ii la belge mCdite un cniip d'Etut. Nous avons nous aumi no3 colonels ct nos ultras. Un inouveinent d'exir6mc-droitc ~ u isc prépiirc iiii coup J'Etitt sn Belgique cl organise d4jA I'aprCs- rC$iiiic. Dcs plünustrat6giyucs inisau pciiiii pour rbursir un puisçli niili- iitirc oi, (ru prcnricr ~ilulr,x'cniparcr des poinir ncvnrlyiques de ~ruscllex. Ces dcux Iiypollifses , rcnvcrriintcs sont, depuis quelque temps. priser extrêmement au sçrieux par le Pou- voir uu point que des missions de surveillanceet d'investipiation ont 6th assignées, de toute urgence, A la sf- curitt de I'Ernt. L'origine de celte brusque prise de conscience: 1. Leu coniacts discrets pris par des .penonntllités u ultm )) avec certains parlementaires aux fins de sivoir quel comportement ceux-ci adopte- raient en ctis de prise du pouvoir pur la force. ' 2. Un trnfic d'armcs-.d'koù9~if'3 LiCgc dans c« mdma milleux acti- litique en cxcrçice. Les errcnicnts ci les ütermoiernenir dont cc systérnc donne trop souvent le spcrctiicle. en cltpit,dcr 'ciTortu dc ccrtitiiin Iiontiiics dc h6nne volmi&. coninic Ic soiit as- ~ i t d n i ~ i i lqriclqucs icniints du pou- voir, Icr ont progrcsxivemeiit ;tncri.r dans la conviction qu'il s'agit dc mettre vigourcusemcnt dc l'ordre dans la pétaudi6re nationiile, chu- ser les politiciens en fonction et les remplacer par des homnics neufs. purs, forts el dynamiques. Au sein des clubs qui leur sont réservés, ces redresseursde iorts ii 'étoiles ont, dC- luisant le bridge et les khecs, pris I'hnbitude d'un autre jeu: cclui qui consiste. par exemple. h prendre la capitale d'us~riuien inveniisuünt les centres nerveux du Pouvoir. Le jeu est vite devenu une prkoccupation puis, un programme. L e plan d'un putsch &t nC dc ce qui n'a d'abord étb qu'une:rtveric et un diveniue- inciri. Aujoiird'lrii, Ic ~rr~riiiiirci.~ iniectlo csi prh. Siii' Ic ~ i i i l ~ i c i 'CI di~nsICS~ G ~ c s .ALI 1wti111 ilii'il y ;I ciiiq ou six wiriiriirc~.(le ~;IIIc'I~~>~I% i j i t t :I<I 13 rc 1~ri.w~fi ~'~IICIIIII 1-L. #IL. plustctirst)l'lïcicrs11't111~I$IIIICIII GIII, locitit duits IL.110r6l t l i i 11i1yh CII raisonde Icurspropcjsci Ictir ct~iiipor- icincril « subvcrsi('s W . Ce n'est pas un phcnoiii2iic isiili. Tel autre rtyimctir - doili oti 1;iir;t lenom - piissc pour ~i'oticitili.rilu'tiii signai pour a pisstï :t I ' i i ~ i i t t t i)B. 1Iii signü!qui scrüit ceiis&, p:ir rxcnllilc. venir du Pülüis et qui, hieri ciiiciitlu. ne viendra jamais. D'ithord Iruiicc A mots voiles uux bars ci aux i;ihlc~ de bridge, l'enirk en actioii poiirrtiii bruttllement devcnir une rkülitti I'rib- cciswnfe au cas d'uiic nnuvcllc vii- cancc du Poiivoir ou de iotiic i t t i i i . ~ crisespcctirculnircduRGgiiiie.Voytnrr les choses en fitcc: nous uvonu uiissi nos coloncln. Des colonels qui, prC.
  • 29. di in^ leur propre iiiiCrC(. Un fcu dc camp incendiaire ces diverses iippellaiions. il s'cigit, cn les hymnes de giicrrc gcririiii~iqucs Du c6tCdcs civils. I':iffiii~~.remonte ri.;iliit,d'uhseul et rnCnrc mouveiiient qui lui liennelit iiint ii catir. ù 1966, l'+poque où des nostulgiqucs muckrt dans Ics nostalgies de l'Or- du niirismr: se scini rrgroupés dans dre NOUVC~IUdesünndesd'occupciiion Le souvenir dc Ilcrcltti~~mdctt ollicicrs ci. dii-oii de Iu Justice n'ignorait -23juin dernier, le NE gcrnid, d Bousval, un g cump solennel cn I'h u cumanidcs allemands
  • 30. " i s t r i c t I c = e l l e 3 57,. .5ec Znf 3r-zt :.l:n 5,' ,rJe de 'b.;..rL:. . - - ..-,-.-: -::s 2 3 ~ 2d ' z t a t er: 2e:lil;ique.-- . . _ - - _ . -..-..a.. a , - - . .. -- . - . - ----.. . . .;-:4 ..- -+/:*:,2 5.2 1.- 4:; ,, ..-- . . .-9.1 ;>i-S 0::s .3:: ï d f d ~ ~ : . c 3a t aüx l:,forrations parues con^_ A - - : - - 2 .==-:; .;z-. .'.:.:ne:ser;" ;:lt?.stdcza&tir.e : ' ~ ? é c i a l " , r e l a t i s . e sa u ysaai- .- : - ;* j'.,-. - --- --- ,.. 23;; d ' ~ t a -en Z e l ~ i q r e , l ax:.a f a i t ïne enquste d a ? ~l e s -.4 , :P " Y.---,,. ;ci;i:;;ios 2e 1s z a p l t a l e e t spP'cislor;h~.t3x1l e s n i l i e u x d'ex- -- .--:-.L1-tî5)- , . i ; ~ . -e ce:ce er.q,iête il ressoi-t q ~ i ' i l; a ~ r a l tde8 "contrcts",zêne ~:ï.:?:1:-.?::,e:::?e c e r t a h s ?ilLe-üx fizar.3i~!rse t Les o ~ o u p e u e n t s7011- - i - . s r , ? 3'?x:r6,e-droite ec ceoi 642s l e 21-i: ee noyrater c3s i n ~ t i t u t i o n 8 ---.-7 S . , .,. -23 ei?z?nzs ?aigrables & l a doct-Ir-e d'sxtr6ae-droite.Nou8 n'avoxs --..--)-.-,-,:2is p . ~racxeiLli? acclxe i n f o ~ 3 : i x x l a t i v e A une p r i s e du pouvoir ; .'---:e ;a? l a rorce. I-..-..-..-.a -..-a:=: l e s r;*.;elq~cesj ~ a i p e - ~ : ~ t ~a 'extrêse-arolte, l e :ZX-Cll-iS -.::,-:?I Z,?r,;s :,'l=azire-Zll-lo)esr. le 2;::s Lrri-,ortsrt .-n t o l ~ tcas celui-CL -=...-l-S t ~ el e 3 i e t n fizaï-cé e t l r s : ~ x c t . u 6 . I l a 20s sections k x s i - . . n, , - L c L ~ ~ ;ra~d.->s.:ille-: d i ;ais. i1 , ...-...-Cl.;C cfe 2 : . - ~ x e l l - ~e s t - , i . k s ace : 6dLtigz 62 zenziel ..- ,-one ?'aiazir~",édi:icn 2c ?.c->?:?.ix pa?illo:.s e t afflckes,..2 ::2~-.~el?,A- - --.,-,sa:ion de cozférer.cos e t r'e fêtes. Le rbdaoteur en ckef 2o ce cor.s:el est le noz,é: ECZT;.? E.riile,=d.mr.d ~ e l k e 33 z r ? a li s t e , ?. - ::é 1 .-t :.';ii-d l e 1 . . -.:. . , -b'/taa.s, ZJ5 .d z z i c i l i é 2 Ztlerteak, :-a ---. m - ,e c??i-nie- a 2e xo-:,relise3 r e l a t i o n s lar.s l e s ~ i l l e ~ ~ xd ' e x t r ê ~ ~ - d r o l t e . ï 1 î -sz-ie des c",r3il~ezer.+s"Y3uvecer.t d ' r c t i ~ ) : ~ l . ~ i ~ u e " ( ! ~ ? ~ . l = )e t "Zeur,e :-?s?e",tous de7ix a = t u e l l e z e ~ td i 5 s c . i ~-3:s 13xt l a plxpart des membres --- ecL-P"é--.., .-- - a.z :Zr,?-Ci25~. - .. ---,,:.-: es: a c % * ~ e l l e x n tcslriL,ql~L?rrliq~n--r.t,yasse Fovr ê t r e l e d i r i - ;Fari: spiritl-lel du FEbi-Clu=r. 2 ---1 . ,. -- .Jacqxts,Uose~!-.,-- ~ e l ~ e , rid A Etterceek l e X.7. f.. g t d m i z l l i ~A Eru~elles,~-~de l a N I v e ~ l ~ ~ l . 7.8 serai: qx'un " h o m de p a i l l e 7 .
  • 31. N A M 2 8'00oape de l'inforuntion et de la doaumentrtion du mouveuient.Il entre édenont dana aes intentions de former un groupe de jeunes militant et de leur faim suivre un entrafnement de.,judo,kar8te,eto..riinsi que de les fmilia~iseraveo les te6hnlquee de la prop.guide politique.11 a CtC, CO- LEE?F~memBredu MAC et de Jeune Eüyope. 'Les différents :iZi4-Cluos du pays ne oomptent que pcu de mansres ( 2 -20 d'après un dirl&eazt) et en gdckra1,ceux-01 sont peu enthousiastes poü? d e s actions sur la voie publiqus et ont peu d'exprdrience &L ce suJet (rrnifestrtions,colla~edlaffichea,eto..).C'est ainsi que les colleürs d' affiokes se font rd~ulliremntlder,tifie? jxr la police. !l'autre part,il senblo que l'organe "Le Nouvel Europe k'aaazi?.~" com-~fC,.--.e t o z r e &iffusion, particul1èreaer.t h Brsellee et A LiègetJce q - ~ 1l a i s s e supposer qu'en plus de8 neaSres,le XZ.1 pert cozpter su? ~n assr g-xud nozLrl de sjxpathisants. Le !Z?-Club serait fir,ancé et dirigé par une sCrie de perscnnalitt 2" le C~atede 3;LY A??,oal,Parie, belge,conseiller social; nr4 à Woluwé St Pierre le 26.4.25, domicilié A Uocle,z - ~ e ?oSe-ts .?ores, zO>O. Ce c e ? x i e ~serait ex-chef dc Prot3cole du Yinistère de la Coo3ératic a.; C I ~ . r e l c ~ p c z j n t .Il est l'époe-;cde la %ro-e VAN /i-L4?:3, 'krie,r.62 St Josse-ten-Noode le 27.10.27. . ri6 B Verviers le -1.7.1C domicilié h Uccle,aven~~o.deYessidor,~.~2Sk. L'intéressd est rdministrateur de la -que "Ekl~o-1aiae"B Erurelle 4' Ecuyer de BONVOISIN Wnoit, belge, nk A Etterbeek le 1;1.07.79. domicili~A Etterbeek,I ? d Ct !-Ilchelno70. 11 est le neveu du 2": et serait W. uni intine et collaborateur de . Ifl?V A E I U ' 32EYI.IAKTS. Cette liste n'est pis l~nitative. Lss autres groupements d'extrême-droite francophones'telsque le "~artlEuropéenw et wkrallnnie"(wuvement,I<itio~liste)ne 8'enter.der.t apprremnt pas id6ologiquemnt avec le );CM-Club et ne eemblent pas die- poser d'un financement important.le Parti Européen ne corpterait qu'une centaine de membres et d'aprèe nos informution8,"Wallonie" ne oornpterait que 6(six) membres. Les groupsmants d1extr$me-droitef l m n d s tela que 'JM0,Were-21 et St Yaartenafonds ne semblent 38s avoir été contrctéa.Touteiois une per- 80~mlit6flamande aurait 6td contactée.11 s'agirait d'un certain M? VOLLEMAEiL",ancien fonotiomim du Ministkre de la Coopdration a.;. 96- velcppemcnt et haoitrnt Mallnea. En ce qui concerne notre enquête dans lea mblleux des forces amber celle-ci a Cté tres discrkte et no n9us a pas penis de reoueillir des
  • 32. reoueillir des ranselgnewnta dina ce8 millaux.Il nous est toutefoia Mvenu qu'aprhs Ir parution des 8.rtIolea en question diLhs Ir "~.zet v a AntwerpenW et dm8 "~pdalal",lenom de l'ex-gdn6rr;l JANSSENS mile de 1. Fera. publique a fait l'objet de ooaientaine dins le Club Albert de 1. Caserne naudouin h 3ruxeïb8. Au aours de l'enquête,dtautresnams nous ont dt6 oltds,mis nous n'avons pas pu déterm1~er,:asqufà prdsent,le rôle :ou4 ou h Jouer par ces peraoraea &r.s oette affaim: 0 . T 3 X ?hilippe,belge cinéaste-journaliste, nd h Fklines le 29.2.1 9 a 1 i 0 domicillC A Ixellea,rue E.Vinden ~riessahe,n~4s. e Ce der~lertrayaille B Mddia-Press B 3ruxelles et dirige les senices pkotograpk-.:ques du EM-Club. 3. de Y47ViE de ME.XEN,identitd inconnue. %: C X K . Co&.
  • 33. _2__ vrapnen hnnvoorden Kmcr - 24-3-1987 (18) - Que~tioa Réponse - Chambre 1785 Vraag nr. 43 van de heef L e s t i c ~ evan 13 maan 1987 (Fr.) : Kan , d ~ ' ~ t e r . 6 f ~ c a a ~ ~ ~ e ~ ~ i ~mii hec juiste bedrag te kennen geven van de uitgaven v w r penoneelsbijscholing in zijn (hnar)'depanement in 19861 Ceschiedde die bijscholing binncn het departement of via buituiprestaacs? Antwoord :De kosten voortvloeiend uit de herscholing van het onder mijn gczag geplaaut personcel, worden over het algemeen ten laste genomen door de Algemene directie voor seleaie en vorming (ministerie van Binnenlandse %ken en Openbaar Ambr). Nienemin, worden sommige uitgaven voort- vloeiend uit de deelname van ambtenaren aan meer specifieke rtudie- en vormingsdagen, ten laste genomen door de begroring van mijn dicnsten. Aan dergelijke uitgaven wcrd, in 1986, een bedrag van 212.000 fr. bcsteed. b I Qucstion no43 de M. Ludeane du 13 mars 1987 (Fr.) : DJpértement. -Recydage du persomcl. -Ddpensu. . l~ministrdstatuire d'Etat pourrait-il(elle) me faire con4 naître le montant prt& des dCpenses consacrics au reqdage du personnel de son dtparterncnt pour l'année 1986, en précisant si ce recyclage a Cté effectué au sein même du département ou en recourant i des ~restationsextérieures? Réponse : Les frais rCsuItant du recyclage du personnel, plact sous mon autorité, sont généralement pris en charge par la Direction gCnCrale de la sélection et de la formation (ministére de L'IntCrieur et de la Fonction publique). Nb. moins, certaine dépenses résultant de la panicipatioa & fonctionnairu 1 d u journtu d8Çtudes-et de formation plus sptcifiquu, ont Ctt supportées par le budget de mes services. Les dtpenw de cet ordre se sont élevCu, en 1986, i 212.000 F: Vraag m. 44 van de hou Latisnrie van 13maan 1987 (Fr.) : 1 Question n*44 de h4. Lestienne du 13 man 1987(Fr.) : Departement. -Functie 8 ondenuijs m. -Uitgavm. 1 DIpsrtement. -Fonction 8 enseignement m. -Dépenses. Kan de ministcr of ruatssecreuris mij hct beàrag te k m e n gcven van de uitgaven t a behoeve van de functie onderwijs in zija, (hrurdepanemeat, opgesplitst in penonecklastui, werkingskostcn en gebouwenkostui? . . . Anwoord: Geen cakcic uitgave wordt t a lucc gcnomea van de begroting van de oader miin gezag geplaautc d i e s t e e voor de functie onderwijs. Vice-Eerste Minister en Minister van Justitie ~.InstitutioneIeHervorrningen (Fr.)' 1 . Le rninisuc/sccséuire d'Etat pourrait-il(e1le) me faire coa- naître le. montlac; des dépenses consacrt« i la fonaivn enseigncmeat &'son dtpanemuit, en faisant apparaitre l a charges de personnel, la coûts de fonctionnemear, les coGa ea biumenu? Rtponse:Aucune diplte n'ut prise en charge par le budgec ~ ~ ~ c ~ p l i d ssous mon autorit&pour 11fonction enseigne- ment. Vice-Premier Ministre et Ministre de la Justice et du Réfonnes institutionnelles (Fr.) Vrugcir. 66 de he« Pepcraunr van 23januari 1987(N.): - -
  • 34. De condusies van een door de Veiligheid van de Sta 2. J'ai demandé aux autorités judiciaires des renseignementr concernant le point 2. de la question posée. zodr= i k . 2 ~ontvangen heb zaI ik aan het geacht lid ant- woordcn, Vraag nr. 68 van de hem Sprockeelsvan 23 januan 1987 (N.) : verggcdkg von skchtoffers UM misd=dige brand. ' 1 Dldommagement du viciinrks d'un incendie criminel. 7 Volgens gegevens verschenen in het laaute verslag van de Bcroepsvercniging der verrekcringsonderncmingen, zouden 30 Y* van de branden in België een misdadig opzet hebben. In gtote stedcn zou dit cijfer zelfs oplopen tot meer dan 50 %. in de Vercnigde Statcn schiint men in grote mate deze vorm van criminaiitei~bedwongen te hcbben. Dit problcem werd ook besptokk4 op coagra in november 1985 te Brussel ingericht .&t d e Conference of Fire Protection Assoaa- tion.r, $ * " '5:: Onlrnp beeft. de politie kunnen uitmakea dar de brand van een B M S C ~ ~bioseoop in 1986 en waarbii vijf personen om het leven'kwi* opceeiijk door minderjarige Noardafriicanen werd 3tradfulkr. In gwal van misdadig opzet, speclt de verzekering meestal -- niet. Wie z d dan de slachtoffers vergoeden voor het verlies van hun bloedverwantl- . - . Welkc maatregel heeft België reeds getroffen om dergelijke misdaden te voorkomen? Dringt een zware bestraffing van dergelijkepiisdaden zich niet op en, wanneu het om buitenlan- den gaar. is het niet wenseliik re definitief uit het land te rctten? ' ' M mt 'Dimatcrie opzettcfijG1S ~ n d s t i ~ bchtecrtabordc a n i h l u i 510 en volnendc van het Strafwet- Selon des informatioac parues dans le dernier rapport de la Fédération des produaeun d'assurances de Belgique, 30 Y. des incendies sunenus daas notre pays auraient une origine criminelle. Dans les &and& J.tIllet, ce chiffre dépasserait mtme les 50 %. .-. ., 9 , Aux Etats-Unis, ce gcnrr,dc criminaii~ésemble être vaincu dans une large mgurC Cc +lZrnc a Cgalernent été abordé lors du congrb de la i q$ciui~d of Fi,re Protection Associa- tion .i B u d i $ ,,.~ ~ A d $ e t a b t ~ ~ ~ G . U y o peu, la police r pu ttablir que l'incendie d'un cinéma bruxellois en ,1986JqOfcf i h dirq 6t?tinï«; avait été délibéré- ment allumé par d e miricuts migh&kk- - Dans I'éventualid d'une origine criminelle, les compagnies d'assurancu refusent. Ic pl- souvent de didommager la victimes Qui u t alon tenu i dddomrnager les proches de la victime pour la perte qui l u a frapph? Quelles mrruru la~&l$we'r:f-effe prisa pour empêcher ce genre de crimu? F a d k datelrcrimes, des sanctions pénales très lourda ne s ' i r n ~ ~ t 4 c s p u 2Et I~rsqo'ils'agit d'étran- gers, ne serait-il pas indiqué de les expulser définitivement? .:--- . --Rtpoase r"Lt ~ ~ d ~ ~ 3 î t ' a e #l%t&'dt*olontrire a rrégie. par l a anides 510 4 s u i ~ a g pdqÇa& pénal. la mon. , . t'incendie voloarrire~pn~rnaiuI4Irmonest dodc puni de la plus €O* pdnc exttliq M t 2 n t g c
  • 35. 3. Werd cc onderzocht hoorecl Belgische huurlingen in Librnon bii'de Christciijke Falangisten of bij de PL0 zijn? Luigzwelk intemationid ~ è t w c r kkomui zc daar terecht en welkc organisatiu rowisclcain Bdgië de huurlingen?.La .., 4. a) Wcrd cr rccds opgctrcdui ttgert organisaties die huurlingen ronselen? WeIkc, w u r cnwanneer? 6) Werd cc opgetreden tcgen huurlingen zclf? c) Waar, wannecc en wclkc bestemming hcbbcn d u e huurlin- gcn en welke warea de organisatia en opdrachtgevers? 5. Werd er o n d d t o€,jr Belgif door schict-, sport- of andere vereniging4,triiningen wordui georgadscerd waar ook huurlinges aur.d~elacmea?.:.,,.. 6. 1s geweten of: Belgische buurlingea in hct buitenland trainingslumpea :vaJgd?Y?atr?,;.: Antwoord :Het geadit lid gelievc hicma het antwoord op zijn vraag te willcn vinden. ' Het onderroek met betrckking tot de rckrutering van huur- lingen op ans groadgebicdt;valmitt o n d a de bcvoegdhcid van Lulb~erdediging.~,:, - - t.'.? ,y , 'A>,* . . . , ; Vraag ar. 74 vsn de KeVcnndren van 13febtoari 1987(N.) : .-..---.- .. -.--.-3. A-t-on pu ttablir le nombre de merceniirei'bclg& corn battant ru Liban pour le compte d u phalanges dirttiennu ci de I'OLP? Par i'intcrmtdiaire de quel rCscau intertutionrl da mercenaire belges aboutissent-ils dans ces organi~atio~,et quelles sont les organisations qui recrutent lu mercenaira dans notre pays? 4. . (i) A-t-on déjà pris des mesures 1. l'encontre dvorgwisation: recrutant des mercenaires? Dans l'affirmative, lcsquellc.s et quand? 6) A-ton pris des mesures à l'encontre des mercenaires eux. mêmes? c) Dant raffirmativc, où et quand? Quelle Cuit la destinarior de c e mercenaires? Pour le compte de qudlu organisation: travaillaient-ils? S. A-t-on cherché i ttablir si des associations sportives ot de tir donnent un encrainement auquel participent égalemen des mercenaires? 1 6. Sait-on si des mercenaires belges suivent un entraîne 1 ment dans d u camps Ctrangers? Dans I'affirmatirc, laquels? Réponse :L'honorable membre voudra bicn trouver ci-aprt Ia réponse h sa question. Les enquêtes relatives au recrutement. de mercenaires su notre territoire ne sont pas de la compétence de la DCEurs nationale. Leger. -AIDS.-) rMaorregelen.-. 1 hntC* SIDA. -Mesures. AIDS is «sr vcnchn'Wrclijk.~.riekte die onIang.bckead genakte en tcgen dcwelktmca nog gecn d ~ e l u e f h dgenees- m i w of behandeling heeft gcvoaden. --- in dccunber 1986 werdat ccn mai gctalla vastgcsteld in de gerangenissen v i a .Siat-GillU ca van k n t i n . Prcvcnticre maaaegcicn werden getroffen. In hct leger is men m e a blootg~cldian hct AIDfgevaar. Daarom wcnste ik te wcten of cr tee& gerdlar wcrden vat- gcstcld in h a leget, ê uw id, i a d k eeeahCdea of opladiigs- I'93ltZt, h W& de gerdco gcnatcdbd,&d&& nriliuiFcu ofpii buisa&&r milierirendie hua opleiding in ocu land gaiet*? Le SIDA est une maladie horrible 4ui .a €tC d+ouvert -p!ummcnt et pour laquelle l'oti 4'1 pas urcore ttourC C - remédc ou d e traitement efficace. Une série de u s ont Ctd constatés en décembre 1986 dans t .prisons de Saint-Gilles et de Lntin. Des maures préventirc ont i t t prises. L'armte est partlculibrcment exposée au danger du SlDr Pour cate raiscn, j'aimerai: savoir si 2:s u s y on: déji C constat&, ct dans l'affirmative, dans queILcl unités et centr d'instruction. - - .. Les ?,ont-iis t t t relcrb auprb de militaires belgo ou c &taira. ttrangm qui r q i v e n t leur focinadcm d a n i not6 .---, kat-,. .,, <.,,.. .. .. ' a..; In$cyary&scz& . ~ & o a & i u g WNDS cm; - rtljciagait. Men moct cxgdijke oprtaadige bewegingcn in h a lcb%v9f?%?PWp ~-*r+, .CY+,; n ':-:.Ahwcdr .V&hëtSannoocd~op dscm i gr o r d t hctr - p e h c i i d vcmadmpafCha m c h o r d op.der n a gnc68 ria:^ .- m ~ m , ~ c b e ) ~ i i d ~ ~ e f i m e ~ f a a ~ o I I c r t ~ ' e g e o w o o c d i ~ gut,pan 6feb'rtiati U87.' -.. .$. a I WYSr O I la,malades sont-& solgncr a qixeIi3n>nt ler mesur p&cdti*ts qui ont CtC prises? ., : .li.onancc de asdc SIDA idoan€fie* l m&&€redakl prisons. il y a Iieti de pchcnir d i tcller 'rttihifettitiotu c i* drnr fam& I !. RCpooic iPour la rtponrc A cettepdq<i&it est demiand( 4'bononble membre de.bien voulotr se réfetci ila répon .donnée & la question no 68 de trkber, membre de .Qumbn d a Représentants, datte du 6 Idtrier 1987.
  • 36. ICIeneeMbii deplam* bctrokkcasln 1974 werd de &eging Cuicnt mêlés A cette affaire. En 1974, 'le m~~*ernentqui rond Nouvel firopc Maga$wNEM) Jehcrsuuc~urecrdh gravitait autour du Nouvel Europe Magazine ( N E M ) avait gewclddadige pktiulciig~kf~o@&&,la, i c u n w w ge- restructuré ea une aile d'action violente du nom de Froat de nnmd, po~tiel<erlcugJ hrconouvdlcr w gmaamd. Ia jeunesse et une aile politique, Forces nouvelles W . En ln 1980 onutond uit hct Fcont de [a ieuncJse .de groepuing 19'80, le Front de la jeunesse donna naissance, au Westland wc;tland N~~ post ..et was deze groep die in de gcnerale New Post m, qui s'infiltra dans l'état-major ginéral de l'armée lcgerstaf cc Evcre infiltreCrde ui hicrmce de militaire veilig- Evcte, discréditant le service de sûreté militaire. heidsdi-t SDRA dncrediteerde. . . 3 4 ,+)r 3 - .- -- 1. Wcrd er een intern onderroek door de SDRA vccdcht in 1. Le service de sûreté militaire a-t-il fait l'objet d'une vcrband met de plannen voor cui militair komplot in juni 1973 enquete i propos du projet de complot de juin 1973 et de la en de betrokkcnheid hieman van rcserveofficieren? Met wclk participation d'officiers de réserve? Avec quels risultats? resdtaat? 2. Wclke maatrcgelcn wcrdcn u genomen tegcn de (reservel 2. Quelles mesures ont étC prises h l'encontre des officiers de officieren, die betrokkcn.waren bij dc plannea tot ccn militair réserve compromis dam le projet de complot militaire? komplot? 3. Welke maatregélen' werdca er getroffen OUI een Interne en: 3. Quella mcsuru ont t t i prises pour garantir un contrate externe controle te garandecca op (rcsetve)officiercn zodat d a activités internes et externu des officiers (de ruerve) afin dcrgclijke u k e n niet meer Lunaen plaatsoinden? d'éviter la répétition de tels CvCnemcnts? 4. Hceft de militaire veilighddsdienst SDRA structurel 4. Le service de sûreté militaire a-c-il subi desmodifiutioru veranderingen ondergaan'scdert de infitririe van WNP in d nruaurellcs depuis l'infiltration du WNP dans guietale legcstaf tc Bvere? général de l'armée i Evere? 5. Zijn, sin& dc u a k WNP,de personeclsdirectie en criteri S. Les critéres de sélection du personnel du service de sGretC bij de SDRA aangepasti militaire ont-ils étC modifiés depuis l'affaire du WNP? Antwoord r Het geacht Iid gdicre-hiuni h a antwoord op zijn vraag te wiIIen r h d a De gegrondhcid van de gerudrcen die in 1973de ronde deden in verband met een müi* komplot in Belgiè werd nooit bevatigd. Gecn a k d e maquegel tegcaover wie d a r a o k krn dus genomen worden. Hct is vanzelfsprekend dat de Veiligheids- en inlichtingçn- dienstcn permanent hua u n u t gcrcttigd houden. op d theorecische mogelijkhcid dat d l r e komplottui gesmec worden. Her burgcrpenonce1 van SDRA wordt stecds aangewome overeenkomstig de wettelijke bdikkingen ter zake. . Rtponle :t'honorable membre voudra bien trouver ci-après - Ler rumeurs ayant circult en 1973 3 propos d'un complot militaire en Belgique n'ont jamais étt vCrifiécs. Aucune meure "envers qui que cc soit n'a donc CtC prise. - . Mais il est tvident que les Senices de rt&ritt et de renseignement sont par nature ct de fason permanente atturtifi iIa possibilitt thtorique que de tek complots se fomentent. Le personnel civil de SDRA est toujours recrutC conforml- mait.aux dispositiru Itgalet en la matière. de M. Paul Pecten da 27 février 1987 (N.): CDSCA,-Ontwerpvankonfnklijk6esluRlot vaststclf;ng . i . , > 3 , OCASC -Profet d'an&ti royal-pariant fixation des cadres de taulkaders: ï c 27 mai 1986, le cornit4 de gestion de l'Office central d'action maile et culturelle Cmettait, pour la seconde fois, un avis favorable sot le projet d'rrrttç royd portant fuutioa d u ah=lingutdqucs des agents pumuientt d e I'officc 1 . inistre. Il est en tout ruMonfteurbelge. - , ' ' . 2 : l L 1 1 7 & dr4flL + litoh Ildan I. . . J " + 2 * i d f - 4 l P y , ,I C v m* y i-2 --+r,t*T*raPn'b - t ; ,: l>l*, -;art.- -., ,.. .
  • 37.
  • 38.
  • 39.
  • 40. GENDARMERIE SER'IICES GENERAUX BUREAU CENTRAL DES RECHERCHES Rue F r i t z Toussaint, 47 1050 - BRUXELLES Té1 : 02/-142 ïe 21 décembre 1989 Annexes : deux O E U 3 : Rapport du 22 octobre 1976 de l a Section information de l a BSR de BRUXE;LLES, signé par 1'Adjudant-Chef TRATSAERT, concernant le "Groupe G". Ref : Votre ordre verbal du 20 décembre 1989.- 1. Les éléments connus sur le "Groupe G" résultent d'une part, des différents contacts de LEKmJ (alors mnbre de l a Section Stupéfiants de l a BSR de BRUXE;LLES) avec lfAdjudant-<lhefTRATSAERT, Chef de l a Section information de l a BSR de BRUXELLES, en septembre et octobre 1976 et d' autre part, de 1'observation par l a BSR de BRUXELLES d'une réunion qui s'est tenue au danicile d'un gen- le 16 octobre 1976. 2. Le 22 octobre 1976, l'Adjudant-chef TRATSAmT adresse au Chef de Service de l a E R , un rapport sur "l'activité plitique de rriembres de l a Gendanwrie", traitant du projet de création du "Groupe Gu. Il s'agit de la note 823/Ciel (confidentiel) du 22 octobre 1976 (voir photocopie en Annexe A) . 3. Le ler Janvier 1989, apprenant que le Groupe DELTA (DENDEFüDIDE) recherchait des informations sur l a création en 1976 d'un "Groupe G" au sein de l a Gackmrie, je leur a i donné connaissance de l'existence d'un dossier à ce sujet à l a BSR de BRüXELLES. Le 12 du rr&w mis. l ' a i organisé au BCR une réunion a laquelle assistaient les enquêteurs de la Cellule "MEMIEZ" à NïVELLB, de l a C e l l u l e Brabant Wallon a JüMET et du Groupe DELTA à DENDERMONDE. Au cours de cette réunion, je les a i infom&s de tous les renseignements que l a BSR de BR-S ~ossedaitsur le "Groupe Gu.
  • 41.
  • 42. Le dossier de l a BSR de BRUXELLEÇ est constitué : - des deux annexes intitulées respectiverrient (Réunion Info e t But du noyau); - des photos prises lors de l'observation par l a BSR de BRUXELLEÇ de l a réunion du 16 octobre 1976 au damicile du gendame; - des notes manuscrites prises par l e personnel de l a BSR au cours de l a rriême observation. ~a BSR de BRUXELLES ne dispose donc pas d'infomtions qui pemttraient de penser que ce Groupe G aurait effectivement été créé après l a réunion d'infomtion du 16 octobre 1976.~ -~ La copie de ce dossier est en possession du Groupe Delta qui enquête ainsi que l a cellule de JUMET. 4. Pour autant que j 'ai pu l a reconstituer sans interférer avec 1'enquête judiciaire en cours, l a réaction du C c m m n m t de l a G e n m r i e au rapport de l'Adjudant-chef TRATSAERT en 1976 Mt l e déplacerrient des deux gendames du BCR. (Voir photocopie en Annexe B ) . 5. En mars 1989, l e journal "La Dernière Heure" a relaté abon-t les déclarations de LEKEU en Floride sur ce sujet e t dlautres.
  • 43. N'Q3,+fg;.C,~*.- Annexe. A Au Chef de Sv de la BSR la Qenàarmerie, o du Md1 LEXZXI de la Seo S t l de la BSR da B r db *un eatretf on aonfâdoatie~ ulta j u â i a h i r ~ , i lavait. .ZPrap. Haga5izre"(ft~~-aet hebdomadairt . groupement , , darne (I:IIEVIS) eat.venu 1 f ir de ."Foraes Nouvellesw c onnaissait ce gendarme occupait de ce genre di -- BrmeUes et quail rerkurdre - . . . éolrr6 qu'il était d'accord avec-'le au point de vue politiqaa.maia quiil se. sentait gendarme d'abord e t qu' il neétait.pss d'accord~avea.PfIEV sur la création d'une section du "Front" à la hm3arnterie.~'&tai diailleurs la raison pour laquelle il &taitvenu-me-trouver. A & f i n de notre entretien Kdï LEKEU m'a d o ~ é ' I l ekom dc genermet Hdl l(1NIS du BCR.J8ai demandé au I . ? ~ ~ - L E K E Z T : ~ne paa rompre..lerr ralatioas à oe sujet-avec 1-IWIS tout- en l!~enjoignmt de'ne donner à MIEVIS aucun remeignembnt relevant dakaecret professionnel, .. i , . ..?...&a.,--- %?il(*- .- r . -l e ;--& . 2. ' Le 20 Sep 76, jQai eu un nouvel entretien avec~-ïe.Hdl.LEU Il avait effectivement reçu la v i s i t e de i-fIEVIS l e 18*Sep 76. ..
  • 44. - , fijg.+-~fq.I~L%t~;s..,;~i+~.i-a=.'Ck%* MIMIS l'a entretenu du.programme du ~ r o a t ~ d e C l h i % ~ e t m e ~ eet a à LEKEU qul il l u i f e r a i t une photoaopie des"litoaumeatu ' rn n possession, au cours do son serrioe de permanence le'Zund&:20-ou m r d i 2 1 Sip 76; A c e t t e occasion KI&IS a déelare e.a, que +a c e l l u l e & la Gd' porterait l e 'nom de "Groupe (31' e t q u e i l s avaient sueni un gentUrnie A la Brigade de Quenast de l e m cbt&. LEKEU a réit6r6 son opposition il h aréation d'une c e l l u l e la Gd et MIEVIS a déclarh qu'il ne devait pas prendre uae dacision ce jour-là,qu'il préférait d'une r6union qui se ec l e s autres gendarmes. H o u ~ ~ l l o u ~ ~ ~ 5de ItNieuve ~ a t L o n a l n ( ~ o d 30 L. 4 Oct 76 1. LEICGU mi. r e a l e s photouopLeu ~Oroupoûn -'Qéunion infotl e t "Bu noyau1' qui s jointes en annexo.HIEVIS l u i avait f a i t savoir domioilm me t i e n d r a i t l e samedi 16 O c t 76 à 1.5 4. ~e 11Oct 76 l e e t demandé à v é r i f i e r DEEERTE H&l&ne,enaeigzmnte à Vilvorde e t ROOSEN,professe Etterbeek 6 t a i e n t aonnua à l a BSR en ajoutant qu' ils b - . ,--p-~c~% ._ .. -1. ., . 9' après KIEVIS, l e eamedi 30 76 s e t i e n d r a i t une a c t i o n de chaulage du Front de la Jeunesse 1parlait m8me qu'il y aurait une occupation par l e Front de la r 6 on du 'Qrapeau' Bougan,Il deman- , dait 5 LEKEU pour voir si la Gen r i e a v a i t "vent de la chose". Les nommés DEHERTE e t ne sont pas'connus à l a Sec Info BSR mais aucune repense ne f u t au Md1 LEKEU. . 5- Lc, 14 Oct, j l a i eu l a vi d' un informateur du Front de lp Jeunesse: DOSIOGNE Francis ,né inshacra .29 A v r 52 e t domicilié A Koekelberg,avenue de J e t int6reaab connu B la BSB-bfo. e t donne de temps à a u t r informations sur diffbrents groupementa gauchistes.11 m'a d i t qu a i t bientbt,de source sQre,ls8 noms de deux chefs d'At.lADAlensei l e s deux,l@uneB Vilvorde l'autre à Ztterbeek. DOSSûGNE m ' a r a i t c e t t e a n n h au cortège annuel es qui se:tiendrait l e 31 0ct 76 e t qu i e n d r a i t une' réunion au n039,ru d'y r a l l i e r un nombre de Hongrois enir ïa.proteotion de l a police e t de f 0 . wA ma demande e t dans l e but de conna5tre l e s a u t r e s gendurmes,le !;dl LEKEU s'assisté à la réunion du 16 O u t 76 au. domicil-e-de HIEVIS, ' ~.a 57,rue Jan Van Ruusbroeck à Evere. Sntre 1450Hr et 1525Hr plusieurs personnes sont entrées d a m c e t t e maiaon.~lee ont 6th photographiées par nos servioeu(photos en annexe ,nO1à 11). Renseignements qui m'ont é t é communiquées par-le Md1 LEKEU; Ont assisté à c e t t e réunion: - wai LE^ (BSR-stup) - )!dl HIMIS (BCR) - M ~ ~ . N A Q Ü E T(BCR) , - A,'. .,. . - Mdl oALET!i% (Cand SOE) ,- - z b ~ g .- . d - i!r DOSSOGNE Franci6,membre du N B 1 e t du-Front de ï a Jeunesse. Avait téléphoné 'qu' il é t a i t dans 1'impossibilié dea s s i s t e r h'.lÂ-&mionn étaxft de service: ment) de la Brigade de Quen.arrtt"" j _-.- .y iidl P O N C H ~ (phone tique.-
  • 45. . *.: -..;., ,.S. . .. .>afi.;q.-G+,-&pe-..*A*<-.-, .;:..: ::; . s a% 6 lemene:-u p l i g u 6 ~ e ~ ~ & & ~ ~ ~ f+diZi"' ,t3lll.g Group. ~ o b l f rk r h , , l u o i qui e t a i t .iembre-du+-nt de Li J~&&% amnt d'entrer à la Gendarmerie.Ce gendarmer.serait sur l e point de quitter la Gd e t de passer à fa police .de-)ramur.Il a u r a i t ' d é j à fourni au NEii-Club urul ou plasleurs grenades lacrymogènes. ' A u cours de la réunion il a 6t é dhkuté' aurtout sur l1opportunit. de créer une section (Groupe a) du Front -de JÀ Jeunesse à La Gd,., . I.:IEVIS e s t surtout l'homme qui essaie d z u ~ ~ i n c r el e s autres prbsent mais ceux-ci ne sont p a ~tout B fait d'accord avec l u i vn les inaonvé- n i e n t s r l i s t e des membree,r~unions,aotfsatioas;atc...Cela ne pourrait pas fonctionner à la Gd 1;IEVIÇ a proposé de s e réunir sous forme deun mais c e t t e proposition n'a pas é t é acceptée,Hr plus diun bon o e U 1 c e t t e solution et l e plus poeeible de gendarmes qui r e s t e n t en contact, de section ou groupeon a Bté t<IEVIS e t DOSSOQNE que question d@ogranisation,ils étaient plus avanc6d Nilitaire, Au cours de la a remis une photo Gd d'une f i l l e gauchiste à K r conversation il ne s'agissait pas de la première fois. RIEVIS pmsdder allemami aveo -01)oix gammée e t de8 dbquas provoqué des aritique a la r6union. Fa DOSSOGNE a d6clarb que d.ns son pro in numéro,le NEM-kgazk attaquera l e syndicat de la Gendrrmerie de Mr LATTRE dant la polItiq1 est dirigée en fait par la FGTB. 4 - . . TRArnAERT Adjt Chef Seo Info Transmis au Comnrandant LOUIS AdjtChsf . ,. Chef Sv BSB . . '
  • 46. - 4 GROUPE e 7 ... :- J- - ,:A, ~&$:$:;*~ Objet : Buts du noyau , .--------------------- if ' 1 - f . Le but premier de notre groupe coneisle B former 4noyai soli dqhomrnea rdsolua au:seiir'du corps de enda arme rie, seul organe de police nat.ionale. Il serait en - effet stupide d'avoir 'les mêmes idees et de vdg&tsr dane l'inertie. Le fait de nous rdur et df6changer nos id6ee est' ddjh unaand pas* mous ne faisone qufexprimer ici un de nos droit: celui de noua r6uni1-, une d? nos libertbs, celle.dfexpression et de pene6e.' Noua ne aommei pas un groupe d 'anarchistes, .de révolutionnaire ou de conjures mais,simplement un noyau dthommes fiera et conscients des valeurs morales, des' hommes fiers d'appartenir. . au corps df41ite .qu1est la ends sr me rie et noue voulons.que dan l'avenir noua p~i~aa&n si toujours être fiers de le dire. ~e nombreux hommes dans k= monde et dana nbtre pays luttent contre le p h i l rouge, D classe8 sociàles diffdrentes e t faisant diff6rentes;prof ssions, le plus souvent ils lutte- dans 1'ombre ou au grand 30- suivant :leurs -moyens et' prennent parfois,d'6mormes risque , 11s sont (+&*ta, oumiers, employds, militaires ou lïous.devons les aider d ieux que no& po-ons et celà leur.- c o t utile dana 'le cadre notre m6ti*r, ..- - . -. De notpe aotio; depend n&o e-ie rn&ale. . .. .. .- ~i faut.8largir notre k t i & en .rbcrudant d'autres ~ o i l $ ~ u e a ayant le même iddal, les mêmes iddes Pue nous et ce+ avec L 1prudence et patience, Nous aiderons l'organisation B laque1 e nous sommes rattaches par des-renséignements, cotisations t par .le fait que noue aommes gagnOs A leur cause, qui est 1 nôtre, et per'nbtre coh6sion. 4 . _ <....*&&,e'p*- Xous diff'userona avec prudeqce nos, .a& 'a&& de la%andarm( 1. -, - ...Y et nous.essayerone de faire noe :coll%guea . " . _ - - du danger &i guette notre :un?travail de sape 'à accompli^, il - . nous sommee'dejà un group. .. _ De tout tempe les hommee de ont lutte con&e4 les ' .i. . ,.&:+~:S"'.-r: < hordes Venues d e l'est et B 'chaque foie. que celles-ci mettront en 8, nos coutumes2,=nos traditiods' et tout ce que nous avons doujours co&~e~$&6; 4 fi- ' Il nous faut un regime f o r t et des honpes oomp6tante 4ur rênes
  • 47. CIII C'U uG " -.*&~?$g$~$q;- Objet : Réun'Son~info i - - 1 '. --,.:,"-s,*-:.* - - . .---------------------- . . - . . J e ne vous l e cacherais pas, voua l e saqez autant qua moi, no1 vivons dans une ddmooratis pourrie. , 1 Il devient Bvident que lora du "crashw ptolitique e t Bconomiquur qui ne manqueras pas -de e w e n i r en Bel ique, '1 audace r6compt . . ceux qui agiront au moment opportun. Ho pour l q i n i t & t l a 1 entitd p o l i t i q u & . ~ p q b l e de prendre l e s r8nes du pouvoir,de façon Nd$mocratiquewou non, sont l e s communistes. En 'effet, 1 leur subyersion ~t Zqura mensonges, .qui.k t f a i t lsure' ireuver. . dans dfeutres pays, Ils ont dans notre Pays une de f c AU grand jour l e s hommes de p a i l l e belgdB et l e e , ' je&eb 6cetkr qui font leur jeu, dans 1 ombre', l e s agelbts de ~ o e c o u(m,E consorts). Pourvsis d'une organisation po!L i t ï q u e e t f&anoibrs impeccabld, comportant des groupe8 de,-chocou.hommes de main ( I DA, 4e :XNTEiiNATIONALE TROTSKYSTE), de= cadrea p o l i t l w e a po A" 1'endoctrinement des masses, des orgmiehtiond spdSc,ales q u i . &----i Y- - Y .l a pluie ët..l e bea'u tempe dane notre paye,. etc. .;. -:+-=--.-.-., ...- .*;:. ;*, > ~ u . q . tB- ï1itri;~iltEtiongauchiete, 'celieici triv'aii-16 le&L . . . ,j > "-4 - , ., . . l j ' r B g h &. . .. d& :tous &maines' e t tous l e s & ~ h & l ~ f i ~ ? d $ ~ 3 ~ ?,... . . - 1 -..,... . ..:--.Y:;(-,,..- comm~autaire.. ~ r e fnouq nous .endosoiiè '&ni %-ta- dana.notr.8 .-.. .,.,::- ' .. eyst&ie. . . . d$&ocrat , - . % . .iibdra~;- . ,A.,, fiais'la'&&il*&$s~t~$i$~a,. a t,;.,, .,+, &-; :2-- noua'sirbna. ...-...-..-.. . ..',....':c&mg@&s::santi, . .. - . ;:.. '.l j r .: ...-..... i.y;<ouLl C...rz . i n ' (tpe rsnd~.~kdmpf)!p-&~=;.~'* . . < . . * .. . , . .. W . . . ;.*4-.: .':-., :-**w** .' Le temps'. travaille ;pour :eux 31 P .'.. +.< '- ., ..- _ - - . ' ' . , . ; -1".. ....-.-.;#..-?---._-CI : .,. ... . . . , ..... 7::-1- ~xémiie,'fraPP&t',dliiiffltration,n o t r i org&:,'d.q: k~df6:tblé$is. .- .->< :,7.-.-.-. 'national mis A la.di&osition. ,. da la p6pulati6n;.-'&b$lbtement . - . .. - - ., ....-..r f corrompu".ét dont l e s journaliet e s sont- pr8ta.-h;chan*~r;-a?.Intez , . . ,r,, a-*', . . . nale l e jour renu. ~ r e ftout tend à' croire 'qk,~n'.jour,$.~<t$e-p aombkra... . . . d e s la.ddch6ance . n l i b B r a l e ~dtun soCnalisme '~1.70096. . . . .. ....-...-..a .. perm=,ttratbÜ6. lka abus ou 'dans l i a rigue&a ifim'~~mrnuniemer ou chinois qui fera de nous des robots d i a c i p l i d a .et.'tjb"8isean Malheureusement poiU. 'ux, notre mode devie, nos c o u t d e ~ .e't n traditioiis aont incompatible avec l e systhme cokunikf 6; En ~ e l ~ i q u ~ , 'l a -major146 des gens 'ont un e s p r i t conaervateÜr 01 c h d t i e n , traditionaliste ou bourgeoie. . ,. Certaine de nos droits t e l a que l e droit' de propri6t6; l i b e r t e d'expression aont le8 valeurs eaéentiellèe de notre' c i v l l i s a t i ~ Ces va1eura"sont en danger 'et je ne c r o i i pas qu'un home librf digne de ce nom, reste inse'nslble & l a menace rouge. .. . -. .. - . .p . 9 . . , . - i -.
  • 48.
  • 49.
  • 50.
  • 51.
  • 52.
  • 53. 1050 BRUSSEL, december 1989 Fritz Toussaintstraat 47 Nr Cab-~ d ~ d r h b Mijnheer de Voorzitter, In antwmrd op w brief van 12 december jongstleden, heb ik de eer U een verslag te laten gmrden van Luitenant-kolonel MTCHAUX, houdende zijn bevindingen na onderzcek i.v.m. een zog- "Opération bleue", waarover de BOB Brussel in 1973 zou gerapporteerd hehben. Luitenant-generaal BERCKMANS CcmMndant van de Rijkswacht Aan de Heer BOURGEOIS Voorzitter van de Parlmtaire ûnùerzoekçccrrrniissie Paleis der Natie 2 1000 BRUSSEL