SlideShare une entreprise Scribd logo
.: >', '
. .
‘
. - Dossier
Nivelles, le -.
NOUCC
no 10.2 1.2864/83 du Parquet
7 {1.41.1145/83 du Parquet
R ~ ~ ~ ~ ~ . ~
1
. pe6~0nt0avec a r8pon.e
A ~*.d,..~. nomlnativs du rfsnrtalro.
- 4
ANNEXE
q
Ir
@ ,/;-
A
,
] "a
Monsieur le Procureur du Roi,
. .
Suite à votre apostille du 2 février 1984, je crois utile ,,.
de faire un rapport plus complet que de coutume relativement au dossier :
repris en marge, compte tenu des corrélations existant entre le triple
meurtre pour faciliter le vol commis à Nivelles et d'autres faits meur-
triers- Ces corrélations~sont
essentiellement fondées sur les études
. . .
balistiques effectuées et sur les éléments recueillis & les enquêtë^&s
* _
tant en ce qui concer'ne les dossiers dont je suis actuellement chargé
..... ! . .
que les intructions ouvertes dans d'autres arrondissements, Jfai:
Gti grâcé
I
L
-... ... . .
à 1'obligeance de mes honorés 'collèguesdl autres arrondis$&ments,consulter
. . . .
. .
leur dossier.
.- . .
Je crois donc utile, en premier lieu, de vou<.'fai.re
un bref
. . .
exposé de l'ensemble des faits criminels liés entre eux.ek;' ènsuite, de
< -..
vous indiquer de manière plus précise l'état de mon instructi0.nen ce
.. > . _
qui concerne les faits commis le 1
7 septembre 1983 au.lolruyt de Nivelles
- .
(no 298 de mon cabinet) auquel ont été joints 16 dodsier du'hold-up dc?'
, ' -.
Genval commis le 11 février 1983 (mon numéro 971, des notices qui,étaient
- 1
à l'information et le dossier dlinstructiondont mon-honoré collègue .
Monsieur le Juge dlInstructionBIQUET de'Mans a é
t
,
é
-
:
dessaisi (son no 448183)
. . . . .
.......
-. - ..
- . . . .
. - .
.
' ..
1- VUE D'ENSEMBLE SUR LES FAITS CRIMINEU ... . . . . .
.: .-
- . . . ..-
A. EXPOSE DES FAITS
-------- . . -
@if~l;'33"r"éc~=&%5gi~ un meurtre pour faciliter le v o ~ ' è s tcommis à
1
8
È
m
k
avers 2 heures du matin sur la personne du concierge:J
. Van Den
-
2.
@gpg)à 1'auberge du Chevalier appartenant à Joseph Jurion. L<i
victime a été découverte l a t ê t e entourée d fun essui-éponge s u r a i i n
,
t
' ./-
lit, les poignets e t chevilles l i é s . Huit p r o j e c t i l e s de 2 2 , i ~ kspnt
______ __ --.. -.---..- ----- ._- .
retrouvés dans l a boîte crânienne. Sept d o u i l l e s ont été
-.--.--... - - -
On a constaté le vol de c a f é Braisor, de champagne Roederer, d!tin
imperméanle beige court, d'une quinzaine d ' a s s i e t t e s "PoyaZ Schwabapu,
d ' e s s u i e s e t de lavettes. Deux bouteilles d'alcool auraient é t é consorn-
mées s u r place.
L'instruction de c e dossier e s t menée par mon honoré coll&gue,
l e Juge d'Instruction Kesteloot de Bruxelles (son dossier no 765/82 -
notices du Parquet de Bruxelles no 30.78,3004/82).
est découvert dans l e c o f f r e daun t a x i Mercédès,
- -
à MONS, l e cadavre du twimen tonst a n t i n ~ n g e l o u , % ~
domicilié à Laeken.
-
LRs constatations révèlent q u ' i l a été abattu de quatre p r o j e c t i l e s -
*---- - - - - -..
. ..
22 LR tirés 'dans l a tête. Il est permis de c r o i r e q u ' i l a été tué l e
-.-." *,,-.-... a
9 janvler 1983 vers 2 heures du matin par l e s malfaiteurs qu'il a i ?C
prendre e n charge place Rogier à Bruxelles vers O heures 1 0 ' . ' . ~ e s ' a u -
t e u r s l u i o n t volé une somme de 1
0
.
0
0
0 F environ, sa c a r t e d ' i d e n t i t é et
son permis de conduire.
L'instruction de ce dossier est menée par mon-honoré collègge,
l e Juge d q l n s t r u c t i o n Biquet de Mons (son d o s s i e r no 15/83 - no.tices
du Parquet de Hons, no 1284/83). . ...
@ Le 28 janvier -1983à Watennael- Boitsfort; deux -mallfaLteurs sous
l a menace d'une arme stemparent d'une voiture'Peugeot 504, conduite
par lernommé DEWEE, chauffeur du Ministère de l a Culture Française.
L'arme est d é c r i t e comme é t a n t un f u s i l ou m i t r a i l l e t t e , a v e c un canon
. .
de 80 c m environ muni d'un refroidisseur. La voiture - .
Peugeot 504, pla-
que D.705-Fjest l a voiture q u i a ensuite s e r v i aux auteurs du hold up
commis à - _ e n v a l l e 1
1 f é v r i e r 1983. La notice'du Parquet de Bruxelles
no 11.47.183/83 a été jointe à mon dossier d ' i n s t r u c t i o n 97/83 (hold
up de env val.) lequel dossier est j o i n t par une ordonnance de l a Cnambre a
du Conseil de Nivelles du 2 janvier 1984, sur réqüisitoire de votre
o f f i c e du même jour à mon dossier no 298/83 (Triple meurtre du
Colruyt de Nivelles - notices du Parquet de Nivelles.n0.10.21.2864/83)
@:i,~;ez91 février 1983,' vers 19 heures 10' un hold yp est conrnis au
..
PXQ-~~'~ e l % i z ë
à G E N V A ~
( ~ x e n s a r t )
par quatre auteurs masqués et/ou
~ a g o u l é s ,dont deux ou t r o i s braquent les caissières e t s'emparent de
l a recette s'élevant à l a somme de 692.384 F. 1
1 est é t a b l i q u ' i l s
- . . - -
sont a r r i v é s s u r le parking du magasin et ont f u i après les f a i t s
avec l a voitures@ F C J ~ ? ~ ~ ~ & ~
l e 78 i ? r ) . v i ~ - . - * o n 7 ' + '
Dlautre p a r t , avant de f u i r , l'un des auteurs a tiré un
1 ---- --- -".--
eridirection d'un témoin (Culot Jacques) q u i se trouvait au
s a v o i t u r e Audi. 1
1 est é t a b l i par l ' e x e r t i s e que
-. -- P
P. - - -
tiré (dégâts matériels uniquement) est c e l l e q u i
-- C _ _ _ _ I _ _ I
^
-
.
-
-3. L'importance de cette arme sera mise en lumière ci-après.
1
C e d o s s i e r porte le ne 97i83 de mon cabinet (notices du Parquet de
Nivelles no 11.41.1a45/83) e t e s t j o i n t par ordonnance de l a Chambre -
du Conseil de Nivelles du 2 janvier 1984 à mon dossier no 298/831
@s);I&' 14 f é ~ k i e k " = l 9 8 3 ~
vers 19 heures 20' Madame VAN LIDTH DE-. J E F E -
f .-
-.-..
. - ---.---...-
/ ~ e n e v i è v e ,à Lasne-PlanCenoit, a
: moment où elle r e n t r e chez elle, est .
. 1
---Y----. ..- - -
-
L
.
- -.. _,..* .-.
' c o n t r a i n t e d e donner sa voiture f3J~Igris"+anthracitê
à un auteur qui
1 1
la menace avec un p i s t o l e t de gr*s calibre. Un deuxième auteur attend
#l
1' le premier au volant d'une voiture qui, selon toute vraisemblance; est
.
11
la P$~Qeot 504'!q-ui a -servi lors. du hold .up de Genval l e 12 f &rigr' 1983
! --
1'.:
puisque cette voiture est découverte en soirée, l e 14 f é v r i e r à la
1
l i m i t e d e Lasne-Waterloo. A noter que l a Gblf volée e s t quasiment neuve
. .
fl,puisque selon s a conductrice l e Compteur i n d i q u a i t 270 kms. -
1
1est très
I
i important de r e t e n i r que ~ e t $ ~ - v d i t u r e
est retrouvée à Iobbes-Thuin,
, - - .
*
- --- --------- -.-- ----- ---- - l -
k3 chemin de Hourpes, l e 9 juin 1983 à t r o i s c e n t s mètres de l ' e n d q i t où
j - -- - - -- - -- - - --1- "
$;! I t o n a retrouvé la voiture GOLF ?TI qui a été volée l o r s du meurt-
&$:- .- -- -- - - --- - - - . -
!
$2; commis sur l a personne du restaurateur des Trois Canards à Ohain le .
- - - - - - - -- - - - - -
2 octobre 1983 e t u t i l i s é e favant d ' ê t r e abandonnée, d '"or& le 7
- _ - - - L
octobre 1983 l o r s du hold up meurtrier commis à BeersGl e t ensuite
.f '. -
l e ler décembre 1983 l o r s du double meurtre sur lttpersonne de bijou- !
tiers commis à Anderlues, . .
... . .
La n o t i c e du Parquet r e l a t i v e au vol de la..GOLF à La&e commis l e 14
f é v r i e r 1983 p o r t e l e numéro 11.29.544/83 e t est jointe.à.mon dossier
no 97/83 lui-même j o i n t comme précisé ci-avant à mon d o s s i e r 298/83.
@Le 25 f é v r i e r 1983: un hold up est cornmi; au Delhaize d9Uccle vers
-
19 heurs 20' p a r t r o i s auteurs t dont un chauffeur ?) e t porte' s u r l a
somme d'environ 6 0 0 . 0 F. Ce hold up f a i t une v i c t i m e gravement blessée
aux jambes. S e l o n - l e s témoignages, on peut r e t e n i r q u t i l e s t f a i t usage
d e deux revolvers (pas de corrélation balistiqüe g;ec. .$es' 'autres f a i t s ) , -
mais p l u s h p o r t a n t e s t de r e t e n i r que l e s a u t e u r s ayraient f u i avec
h
une v o i t u r e ÇûLF, plaque CVN'? CNV ? CVN 788 ? {(voiture qui selon des
aveux de 'Coq MicheXiest celle volée à Plancenoit l e 14 f é v r i e r 2983
"
(cfr. sub 5) e t q u i a s e r v i également l o r s du hold up commis l e 3 mars
1983 à Halle au cours duquel le gérant du Colruyt a été abattu (cfr.
sub 7 )
Le clossiIr du h0.d up d'U.:cle porte l e m~ro
'lI.û6.480/83 des
notices du Parriilet de &uxeller e t est joint S mon d o ~ s i e r
97/83.
B q v e r s 19 heures 4 5 ' , un hold up e s t .b.
d
g
t
p
s
m
"
t
l
.
Deux auteurs s'emparent d'une somme d'environ 700.000 F
>
.
,
a
-
e t tuent le gérant d'un p r o j e c t i l e dans l a tête. Les témoins rapportent 1
1'usage d une ~ULtiir:e'~%aLF>~ini"r~v%~&~aç_lte~~,
plaque A. N .,? 66 . '
. -
Le nommé Cocu Mi-chel a admis avoir conduit cette voiture e t donc d'avoir
_
I
I __-_ ---. ..-._ - "...------ 1
-
" - -.- -_*_-.-- - -._____^__I
.
.- ,
- .
. __ - ..- .--
particip-é--à-ce
-,.<."--.
hold
- up comme chauffeur. L'expert en b a l i s t i q u e é t a b l i t
1
"1 ----- '
--..-.- l___l^l 1
.
-
- I
~ . d une corrélation avec L'&e de Cocu et je m'expliquerai'. s u r ce point
T
h
1
':2
,
, ci-après, /1-
Les témoins rapportent également en ce qui concerne les f a i t s 6 e t 7 I
11
qu'un des auteurs a u t i l i s é une matraque. . I
I
Lfinstruction du hold up de Halle est menée par mon honoré collègue, l e
..
i
g
Juge d'Instruction Mahieu de Bruxelles (son dossier no 176/83 - notices
I' vIi:
6
Uü Parqüet de Brwteiiec, n'
:@POU mémoire, l a voiture GOLF appartenant à Madune Van Lidt de
-- *
Jeude est retrouvée à Lûbbes Thuin le 9 juin 1983 complètement deshabil-
- . -- - -- -
lée (p,v. 28. 57. 987/83 de l a brigade de gendarmerie de Thuin).
@Le 10"septembre 1983 à ~knisel
(Temse - arrondissement de Termonde) .-
2 1
trois auteurs participent à un hold up au cours duquel est abattu l e . ' . .E
i
i
concierge de la.finne@?~. WITTKK-VAN LANDEGEM (coups de feu dans l a
.
k
I
tête - 4 b a l l e s de 22 LR) e.t grièvement blessée son 4pouse:;bs auteurs
s'emparent de g i l e t s pare-balles ( 5 à 7 ) . U
n des auteurs a f a i t usage' -
l
d'un f u s i l de chasse c a l i b r e 12. Ainsi q u ' i l s e r a d i t ci-après, 1'expert a
:i
é t a b l i t une corrélation balistique certaine avec l e p i s t o l e t . 2 2 L
i
? e t
le f u s i l de chasse ( Riot Gun) dont il sera quescion dans l'exposé au
l
s u j e t de 1'ensemble des corrélations balistiques. Une voiture Saab
volée au garage Jadot l e 8 juin IO83 a été employée ( v o i r sub 9)
L'instruction du hold up meurtrier de chis se est menée par mon
honoré collègue l e Juge dfInçtruction Serrus de ~ernionde(son dossier
no ,
( <
;
,
a
.
l - notices du Parquet de Termonde no 28,479/83)
Q D M ~ la n u i t du 7 eu 8 juin -1983à ~ r a i n e = l * ~ l l e u d ,
une voiture
i
,&&~;Tuibb 900 est volée avec escalade e t e f f r a c t i o n d'ans l a s a l l e -
.. .
d'exposition du garage Jadot à Braine-l'Alleud. Les auteurs s e sont
..
..
i n t r o d u i t s par une lucarne et, selon l e préjudicié, il f a l l a i t connaî-
tre les lieux. 1l.est très important de r e t e n i r qu'un desiauteurs
( a t u é l e chien Berger Allemand de Jadot avec un p i s t o l e t 22 LR. Les
douilles examinées par l'expert en balistique l u i ont permis d ' é t a b l i r
----_- - .
O
avec certitucde- .ype ,cor_rélùSon ayecCcdd1
aulires f a i t s crimine-12 (voir
ci-après). La Saab nirbo a été conduite par l e s auteurs du t r i p l e
meurtre du Colruyt de Nivelles (17/9/83) c t a été retrouvée quel-
;
& ques heures après ce t r i p l e meurtre à Braine-l'Alleud.
La notice du Parquet de Nivelles no 11.02.2728/83 r e l a t i v e au
à mon dossier 298/83.
83?(voif P. 17 e t suivantes)
pour a c i l i t e r l e vol a été
commis s u r l a personne du restaurateur,'"Clanii.ëa~~~5acques
à l'auber
"Trois =nardsn à Ohain. Les auteurs sont au nombre de deux au moins.
Le restaurateur a été abpttu par l'un d'eux au moyen d'un p i s t o l e t
7'65, L'expertise e n b a l i s t i q u e a démontré l'existence d'un deuxième -
7,65. L'expert a estimé aux termes de son rapport q u ' i l e x i s t a i t une
-
chance sur 70 environ pour que ce f a i t criminel ne s o i t pas l i é balis-
l
tiquement avec l e t r i p l e meurtre du Colruyt de Nivelles. La victime
a été abattue p a r un p r o j e c t i l e t i r é dans l a tête. Les auteurs ont
volé l a v o i t u r e sS&S$ '~l%
"rouge-appartenant à l a f i l l e du restaurateur l ' ,
e t il est é t a b l i que &a banquette a r r i è r e de c e t t e voiture a été retrou-.
- -.---
vée s u r l e parking (ou aux abords) du Delhaize de Beersel l o r s des -
e - - --.
1
recherches effectuées en vue de retrouver l e s auteurs du meurtre pour 1
f a c i l i t e r le vol, commis &.cet endroit le 7 octobre 1983 vers 19 h 501
(cfr.sub lî ci-après) . 4
Mon dossier r e l a t i f au hold up rn~urtrier
de Ohain porte l e numéro ,
t
I
308/83 - notices du Parquet de Nivelles no 10.27.1935/83).,.- . 5
@ fL; 7 roctabke3983, vers 19 hkuns 50, t r o i s ou quatre a&
t e u r s commet-
t e n t un hold up au Delh-aize de Beersel e t stemparent d'une somme d'envi-. i
ron 1.100.000 F. Le gérant est abattu par un p r o j e c t i l e t i r é dans l a
tête. L'expert en b a l i s t i q u e a é t a b l i que l e même f u s i l de chasse (Riot
gun) a été u t i l i s é au Colruyt de Nivelles l e 17 septembre 2983 e t à
Beersel l e 7 octobre 1983.
Les auteurs o n t f a i t usage de l a voitureiGOLF GTI volée à Ohain
(cfr. s u r 311 qui a v a i t é t b r e p e i n t e gross,ii.rement en noir. La banquet-
t e a été formellement reconnue s u r l e s lieux par l ' é p o u ~ ~
du restaura-
P tl
défunt VAN CAMP. Cette même voiture a été u t i l i s 6 e par l e s auteurs
-,d
J , I du crime dlAnderlues, puis abandonnée à hbbes-Thuin, chemin de -
i -
; Hourpes, incendiée, d a u t . décembre 1983 à t r o i s cents mètres du l i e u
,
I
< , . ,
ioù a été retrouvée l a GOLF de Madame Van Lidth d e Jeude. '
---- --- -
Le meurtre de Peersel est i n s t r u i t par mon honoré collégue, l e
( Juge d ' I n s t r u c t i o n Bellemans de Bruxelles (son d o s s i e r 440/83 - notices
du Parquet de Bruxelles na 10-70.857/83)
I .
4 y:;*,
sont a b a t t u s R
%
n
c
d
è
E
ï
%
$
>
Les auteurs de ce crime ont f a i t usage de l a , jd$
également l o r s du hold u~ de Beersel (banquette, voir: sub 12').
-
-
-
p
-
.
-
-
-
-
-
L'expert en b a l i s t i q u e é t a b l i t de manière c e r t a i n e l ' u s a g e du Colt
qui a servi au Colruyt de Nivellcs e t d'un des 7,65 p r i s aux gendarmes
--- -- -
-
-
.
I
I
-
--.'-WU --A.- - --
a u d i t Colruyt d e Nivelles (celui volé au gendarme Lacroix qUi a t e n t é . -
----.-...------- - - r i - -
d'enrayer l ' a c t i o n de malfaiteurs en f a i s a n t usage de son arme sur l e
parking du Colruyt de Nivelles)
b
Peu de temps après c e double meurtre à Anderlues, 1aTGQLF GTI est re-
trouvée Lobbes-Thuin chemin de Hourpes (cfr- sub 12).
- ------.- .?
L ' i n s t r u c t i o n r e l a t i v e au double meurtre dtAnderlues est menée par mon
;,
., "'1I t
honoré collègue, l e Juge d'Instruction Maufroid decharleroi (son dos- - I
!
sier
@ c e r t a i n e s éléments résultant des seules d é c l a r a t i o n s de -Cocu Michel ,,.
permettent d ' é t a b l i r une corrélation entre les d i f f é r e n t s f a i t s crimi-
n e l s dont question ci-avant e t l e meurtre commis sur l a personne du - )
p o l i c i e r h u l o t t e à Wavre, le 30 septembre 1982 (mon d o s s i e r 262/82 1
n o t i c e s du Parquet de Nivelles, no 1
1
. 31.5832/82). D'zutre p a r t , des -
4
témoins. estiment q u ' i l e x i s t e une ressemblance physique e n t r e un des
. E
auteurs du hold up de' Wavre et VI!tJDRIO Adrien7 e t 'BECKER d i t "Balou"
Ces éléments m
e paraissent assez f a i b l e s au s t a d e a c t u e l de.l'instruc-
.'
-
a-.
tion.
c
e @o r m i r l e hold up commis à Houdeng-Goegnies l q 9 mai 1983
et l e v o l q u a l i f i é commis à Warquignies, le 9 mai 1983,
..
C e s deux f a i t s seront abordés ci-sprès puisque les n o t i c é s sont
jointes à mon d o s s i e r 97/03 lequel est joint à mon d o s s i e r 298/83.
B. ---
R E S U M E - D E S - C ~ ~ E ~ ' M ~ N S
%RE LESI ) I ~ E R E N T ~ - F ~ ~ S - C ~ ~ I N E ~
i '
1
, ~ l & e n t sbalistiques:
Liexpert en b a l i s t i q u e e s t formel pour dire:
u*
a
,
- que l e @&q-pS.~tolet'~
FN+,22*
'&Q% été u t i l i s é dans les a f f a i r e s ,*
suivantes:
- l e 23 décembre 1982: meurtre s u r Van den wnde à Beersel
- l e 9 janvier 1983 : meurtre sur l e taximen Angelou
- l e 8 juin 1983 :'mort du chien du garagiste Jadot
- l e 10 septembre 1983 meurtre du concierge de l a Firme WITTOCK
à Tamise
4
!
B ' - l e 17 septembre 1983 t r i p l e meurtre au Colruyt de Nivelles.
b.- l e mêmë'fusil"de chasse *(Hot.GunIi a été u t i l i s é dans l e s
..
, affaires suivantes:
- l e 1
0 septemDre 1565: Tamise (FiLmbe
Wittock)
:
Q ,t?
- le 17 septembre 1983: T r i p l e meurtre aytolruyt de Nivelles
- 1
' - l e 7 octobre 1983 : meurtre du gérant VERMAELEN à Beersel. - . .,
cg-!
que l e Colt.45-qui a s e r v i au Colruyt de Nivelles e t un des
i
p i s t o l e t s 7,65 d'un des gendarmes qui sont intervenus au Colruyt
I
de Nivelles ont s e r y i pour commettre l e double meurtre s u r l a
personne des deux b i j o u t i e r s à Anderlues l e l e r décembre 1983.
'

d.- que l e revolver Ruger P, 36t(qui é t a i t immatriculé régplièrement  .:
4
e t dont f a i s a i t usage !~c"Lb-helPau stand de tir, qu; été. , a
ie r e m i s l e 25 mai 1983 à l a Gendarmerie de Colfontaine.dans
les circonstances q u i seront indiquées ci-après, a tiré.sur l e
-.
parking du Delhaize de Genval, l e 1
1f é v r i e r 1983 e t - q u ' i l
e x i s t e c e r t a i n s indices indiquant que c e t t e arme p o u r r a i t avoir 1
i
été u t i l i s é e l o r s du hold up au Colruyt de Halle l e 3 mars 1983.
e;- qu'une f o r t e probabilité basée s u r l'.étude s t a t i s t i q u e des t r o i s
i ' i
1.:
. . .
mêmes marques e t types de p i s t o l e t s 7,65 l i e l e s a f f a i r e s
!
i
du Colruyt de Nivelles (17.9.83) e t des Trois Canards (2.10.83).
I
0
En se basant uniquement s u r l e s c e r t i t u d e s b a l i s t i q a e s , i l . f a u t admet-
l
t r e s que sont liés de façon formelle les dossiers r e l a t ï f s aux: 1
.:'
- meurtre s u r Van Den Eynde à Beersel l e 23 décembre 1982
- meurtre s u r l e taximen Angelou le 12 janvier 1983
. ( - meurtre s u r l e concierge de l a firme Wittock à Tamise le' 10.9.83
- mort du chien du garagiste Jadot e t t r i p l e meurtre à Nivelles respec-
. ---.- -.. .-...... .. ..--.------.. , -c-----y--- .
.
,
* l
.
.
i
i
-
-
:
-
t , 8.
- meurtre s u r l e g é r a ~ t
Vermaelen au Delhaize de Beersel l e 7.10.83
- double meurtre des b i j o u t i e r s dlAnderlues, le ler décembre 1983.
. J ' a p p e l e r a i ces f a i t s liés e n t r e eux "SEFUE 1"
,
I
i '
&. A titre dlélérnents matériels o b j e c t i f s e t c e r t a i n s , il f a u t ajoutzfr $'f.:['
que l a v o i t u r e ~ ~ G T X ~ : y 0 1 ' + ~ ; : a u ~ T q o i s
~anakds;S'Ohain$le 2 octobreL
i
' .-'
/'*. i
1983 a s e r v i au hold up de-__-_-
Beers-eJl l e 7 octobre 1983 e t à l ' o c c a s i ri
y tl[:::
du double meurtre dlAnde-rr-ue-s-le ler décembre 1983.
t
-..-. - A
. . I
i
Au s t a d e a c t u e l d e mon instruction, pour l e s dossiers q u i mlont été
confiés, un s e u l élément.matéLie1 est entre l e s mains de l a j u s t i c e e t 1I
! est r a t t a c h é avec c e r t i t u d e à l ' u n des auteurs présumés: il s ' a g i t 1
- . l
du Ruger P. 38 de Cocu Michel, de s o r t e qu'en dehors des déclarations
: 1'
t*
1
I 1
e t aveux de c e r t a i n s inculpés, l a question se pose de s a v o i r si'les
I
faits q u i s o n t liés objectivement par l'étude b a l i s t i q u e e t l e s élé-
ments matériels (GOLF GTI) peuvent être rattachés avec une p l u s ou
" '
moins rra=& cerkitüde: 1%: .
I
au v o l d e l a v o i t u r e Peugeot 504 à Watermael-Boitsfort l e 28.1.83 :
. .
e t donc avec l e hold up de Genval l e 11 f é v r i e r 1983
1
$
2au v o l d e l a GOLF de Madame Van Lidth de Jeude l e 14 février 1983
i 1
@$ au hold up meurtrier au Colruyt de Halle l e 3 m a r s 1983
que j f a p p e l e r a i , à t i t r e de f a i t s probablement liés e n t r e euxlqlSEUEIIv
E:
Il échet dvabordde rechercher s i l e s quatre f a i t s de l a SERIE.11'sont
liés e n t r e eux e t avec quelle certitude.
- .
- a et b. s o n t l i é s certainement (plaque de l a Peugeot relevée par les
..
témoin@ Genval) ...
- a , b e t c (?) Madame Van Lidth de Jeude, (habitant ~ l a n f e n o i t - ~ a ç n e )
.. . .
est formelle pour d i r e que l ' a u t e u r qui l ' a ,braquée es6 descendu d'une
voiture Peugeot 504. ...
La v o i t u r e Peugeot 504 e s t retrouvée quelques heures'après l e vol
de l a Golf de Madame V a n L i d t h de Jeude à l a l i m i t e de Lasne-Waterloo,
e t il est c o n s t a t é q u ' i l s ' a g i t de c e l l e qui appartient au Ministère de
La Culture Française, volée à Wakermael-Boitçfort l e 28 janvier 1983 e t
q u i a donc s e r v i l o r s du hold up comme à Genval le. 11 f é v r i e r 1983.
. .
Dans cette Peugeot 509 on retrouve une cartouche de ' c h a s s ~
non t i r é e a
à propos de l a q u e l l e un témoin du hold up de Genval affirme q u ' i l
- .
s ' a g i t dlune cartouche identique à c e l l e q u ' i l a vu tomb& s u r l e
parking du Delhaize de Genval e t qu'un des auteurs du hold up a ramassée.
,
En conclusion: a , b e t c paraissent donc l i é s assez ce;tainernent e n t r e
.. . .eux.
L'expert en balistique a estimé q u ' i l e x i s t a i t des similitudes entre I
C____I-- --- - - !.
l e s f a i t s de Genval, a (11.2.831 e t l e s f a i t s du Colruyt de Halle,
-
" -
.
-
.
.
-
"
.
!
C
_
C
I
I
_
_
I -- -. _ I!
(3 m a r s 19831, ce par le b i a i s de l'analyse d e l'arme Ruger P. 38
I;
-
-
-
-
I
L
-
- t
. - +.; fl
des p r o j e c t i l e s retrouvés à env val (qui ont été tirés de façon cert&é 'i- / 
b
par l e Ruger) et l e p r o j e c t i l e retrouvé à Halle. ' i , i
,
4 -i; t
A Halle o n t se trouve probablement en face d'une munition rechargge!
La comparaison avec l e s p r o j e c t i l e s retrouvks sur l e parking du Delhaize-
de Genval permet d'observer quelques points de s i m i l i t u d e en c e sens 1
I
que ce q u i est observabie s u r l e p r o j e c t i l e d e Halle l e rattache à i
l'arme Ruger P. 38 mais l e nombre de points de comparaison est insuffi-.
s a n t pour que balistiquement on puisse d i r e q u ' i l y a ''certitude pratique1i
Ce q u i est également important d'observer c'est que l ' e x p e r t n'a pas
. il
r e l e v é sur l e p r o j e c t i l e retrouvé à Halle un él&ent q u i l u i permettrait ':
...
d'exclure l ' m e Ruger dont question,
f.'. .
- En ce qui concerne l a l i a i s o n entre les faits d e l a SERIE II, *Cocu :
weheh a f a i t certaines déclarations selon l e s q u e l l e s il a v a i t p a r t i t i p é 1
comme o c ~ = r 4 a u hold up de Genval (b) e t au v o l d e l a voiture Golf 1
i de Madame Van Lidth de Jeude (cl e t au hold up d e Halle l e 3 mars 1983
(comme chauffeur de l a Golf) e t a admis que son Ruger P. 38 a v a i t été . e
emporté l o r s du hold up de Halle (mais à cet égard il prétend ne. pas ,
.C ...
s a v o i r s i son m e a v a i t tir&et qui l ' a v a i t u t i l i s é e ) . -:.
>
.
. .
J 1 e s t i m e donc que raisonnablement les faits a, b, c e t dl de . l a SERIE II i
sont liés e n t r e eux. .. . . .
Revenant à l a question de savoir s i l a SERIE 1 peut être rat'tachée à 1ô
SERIE II, ,ce qui est capital puisquqen ce qui cpncefne ' l a SERIE I aùcun
. .
élément m a t é r i e l rattachant l e s inculpés.aux f a i t s n'a pu être retrouvé,
il échet d e noter:
1
- W e l a v o i t u r e GOLF d e Madame Van Lidth de Jeude ( s é r i e II, c) a été
-
retrouvée aux environs immédiats du l i e u où' a été'ketrouvée l a GOLF GTI
U
volée à Ohain l e 2 octobre 1983 qui a servi à Beers.el l e .7.octobre
..___ - - --
1983 e t à Anderlues l e l e r décembre 1983 ( t r o i s f a i t s d e l a SERIE 1) e t
l e f a i t que l a voiture GOLF' de Madame Van ~ ; d t h
d e Jeundz'est -retrouvée
. à Lobbes l e 9 juin 1983 e t que l a voiture Saab est volée l e 8 juin 1983
à Braine-l'Alleud.
11 faut a j o u t e r à c e l a que Cocu a déclaré q u ' i l a v a i t appris que la
quinze kilomètres de Charleroi-
Enfin il échet de relever l e s aveux plusieurs f o i s répétés de Cocu
Michel concernant s a participation a u f a i t s de Genval (série II, b ) ,
Halle ( s é r i e II d) e t Colruyt de Nivelles (Série 1) de s o r t e q u ' i l
échet, m
e semble-t-il, r e t e n i r une assez bonne p r o b a b i l i t é pour que /
tous l e s f a i t s ( s é r i e 1 e t série 1 I ) s o i e n t liés.
II. RESLJNE ET ETAT DE MON INSTRUCTION E
N CE QUI CONCERNE LE DOSSIER .
.
:
not. no 10.21.2864/83 .(mon dossier 298/83) actuellement j o i n t par
ordonnance de l a Chambre du Conseil de Nivelles du 2 janvier 1984
à: l a n o t i c e 11.41.1145/83 '(mon dossier 97/83) NIVELLES ET GENVAL
/ 1
1) Relevé des notices jointes: 1
1 s i a g i t principalement de:
- vol avec violences de l a voiture"Peugeot: 5 0 4 6 Watermael-kitsfort
. ' !
.. j 11
l e 28 janvier 1983. (Not. 11.47.183 !/83 Parquet Bruxelles)
/>'. - 
- vol evec violences -b,H.U..*. de G e n v ~ ll e II f é v r i e r 1983 !Note
11.41.1145/83 Parquet de Nivelles -mon dossier i n i t i a l no 97/83 O. :
. .
- vol avec violences de la7;3olf appartenant à Madame LIDTH Van Jeude i
I t
le 14 f é v r i e r 1983 à Placenoit-Lasne (not. Parquet Nivelles 11.29.544.i 1 1.
- vol d'une voiture?;AUDI. ( c e l l e qui se t r o u v a i t s u r l e parking 1 o r s . d ~
E
H.U. de Genval. et qui a été a t t e i n t e par un p r o j e c t i l e ) à ~ a t e r l o o . .
a l o r s q u ' e l l e s e trouvait en réparation aux Ets,dlIet.elen,-ce dans
;
.
l a n u i t du 2 1 au 22 f é v r i e r 1983 (Not. Parquet Nivelles 17.2'9.611/83
. .
e t 17.28.640). ..
- vol avec violences au Delhaize d'Uccle, l e 25 février, 1983 (Not.
.n
. .
Parquet de B-w~ellesno 11.86,480/83) joint. au d o s s i e r à raison des
aveux ue Cocu e t de s e s accusations contre Drznaix Jean-Louis,
accusations r é t r a c t é e s ultérieurement.
- vol avec violences-H. U. au magasin GEINNO-B. FI., de ~ o u d e n ~ - ~ o e ~ n i e s
l e 7 mai 1383 (dossier 448/83 de mon honoré collègue Monsieur l e Juge
d t I n s t r u c t i o n Biquet de Mons - Not, Parquet de Mons, no 14.259/83
à laquelle a été jointe à Mons l a notice 17.368/83 r e l a t i v e à un vol
. .
U
q u a l i f i é ' commis à Warquignies dans l a n u i t du 8- au 9 .mai ,1983 au
préjudice du nom& Doçse. A noter que Monsieur l e Juge d81nstruction
. . .'+,,,- 3
Biquet a été dessaisi de son dossier étant donne que'f&cu-Michel
C a formellement accus& pour l e H.U de Genval, les nommés h l Z ~ R I O l
et esquels ont été en o u t r e accusés d'avoir
t
- Vol co:nmis à pagfi$,~{@~X&ù.d
au des Ets P a u l A
N
D
F
X , ,
l e 28 mai 1983, vol notamment de bonbonnes qui sont trts probablement
c e l l e s qui ont s e r v i à alimenter l e chalumeau égalenent volé quj.
.. a été u t i l i s é pour découper l a porte du Colruyt de Nivelles, le 17
septembre 1983 (Not. du Parquet de Nivelles no 17.29.1676/83)
- Vol qualif it de l a voiture ~ ~ + ~ + ~ ~ ~ ? ~ ?
commis à Braine-1 'Alleud ,.*'
dans l a n u i t du 7 au 8 juin 1983 au préjudice du garagiste. Jad
A noter que ce garage est s i t u é à quelques centaines de mètres
des Ets Paul BNDRE.(Not. du Parquet de Nivelles no 11.02.2728/83
- l e t r i p l e meurtre pour f a c i l i t e r l e vol commis a~;,~<:Pl~uyE'de
Nivelles i
l e 17 septembre 1983 vers 1heure du matin (mon dossier i n i t i a l
298/83 Not. du Parquet de Nivelles no 10.21.2864/83
j
(a !
2) concernant le hold up .de Genval commis l e 1
1 f é v r i e r 1983
Le r é q u i s i t o i r e de m i s e à l ' i n s t r u c t i o n du 16 mars 1983 à charge
d'inconnu m e r e q u é r a i t d'informer du chef du vol avec violences comrn2s
à Genval et notamment de délivrer des mandats de perquisition, Le 27 :
) [
octobre 1983 j ' a i été requis complémentairement d'informer également
d e toutes i n f r a c t i o n s connexes à charge de qui il appartiendra, l.i 1
Les recherches confi+ essentiellement à l a Police J u d i c i a i r e de -
:
:
.
-
: P
- . p
Nivelles e t à l a B.S.R. de Wavre n'ont pas donné de r é s u l t a t s jusqutau-. E
' . f
moment où Monsieur l 1expert Claude DERY, rue Waelhem 24 à 1030 ' '." . ,.
Eiruxeiles, que j ' a i requis l e 22 août 1983, déposa son rappo$F( l e 22
octobre 1983) aux termes duquel . i l concluait formellement &e le'::& cjer":-.
..
'&
P. 38 "d' E s t i é v e n a r t Jean-Claude" (certitude pratique - 99 96) a v a i t .-
i
t i r é l e s p r o j e c t i l e s e t débris de projectiles retrouvés s u r 1e.parking
. .
du Delhaize de Genval. Un des auteurs a notanment t i r é s u r une.voiture
II
Audi conduite p a r l e nommé Culot Jacques qui a dû s e couchkf pour é v i t e r
. .
d 'ê t r e a t t e i n t . LIexplication probable ,qui a par a i l l e u r s 'trouvé abpui
dans l e s dCclaretions des inculpés Cocu e t Vittorro r é s i d e dans l e f a i t
we l e s auteurs ont dû craindre que l e témoin Culot 'ne se mette.' à ' l e u r
t
Poursuite âu v o l a n t . d e s a voiture.
L'importance du Ruaer P. 38
- - - - - - - - > - - - -
U
Tant dans l e cadre du H. U
. de Genval que dans le-.cadre' d e l'ensemble
des f a i t s crbmi.nel3 c e t t e arme (révolver à b a r i l l e t ) prend une place
.:'
t o u t 5 f a i t c a p i t a l e p u i s q u l i l s ' a g i t du seul élément m a t é r i e l confon-
Ùant un des auteurs au moins (COCU Michel) p u i s q u e i l semble é t a b l i
, ( q u ' i l en aliait l a possession à l'époque du H
.
U
. de Genval.
C e revolver a v ù i t é t é remis à l a Gendarmerie de C o l f ~ n t a i n epar
gr&&&" -
p c a ~ ~ & € & ? -
en date du 25 mai 1983, à l a s u i t e semble-t-il 1
eu plusieurs différends à propos desquels les a u t o r i t é s de police ont 1
dû i n t e r v e n i r (coups).
J t a i décidé après avoir reçu l e s conclusions d e l ' e x p e r t DERY de
demander à l a BSR de Monç(par commission rogatoire) de pratiquer ui.lé ,,/;'
' i
=&riede perqiiisitions e t d'entendre Eatiévenart Jean-Claude e t s&:  k
y
;
?
'1; 1 J
:
.
épouse a i n s i que Cocu Michel au nom duquel l'arme a v a i t éké immatri-
. -
culée e t q u i possédait un permis pour s e rendre au tir. Compte tenu
C e s antécédents d ' ~ s t i & e n a r t , d é j à condamné pour v o l avec violences
(H.U. à Carbochimique à Tertre),on pouvait supposer q u ' i l devait ê t r e
mêlé au H
.
U
. de Genval e t éventuellement aux f a i t s qui e n , l ' é t a t du
dossier,paraissaient ê t r e liés par l e s éléments de l'enquête (cfr I , B
f a i t s d e l a SERIE II)
L'enquête de 1
; B.S.R. de Mons tendant essentiellement à l'époque
l
à déterminer q u i é t a i t en possession cie iiarme à l'époque dü X
.
U
. de ,.,., . I
Genval, montra qu 'il f a l l a i t f a i r e preuve de prudence avant dl incuiper .
i
du chef d e vol avec violences. 1
En effet,Cocu Michel soutînt de manière acharnée q u ' i l a v a i t vendu
l'arme à Estievenart en .janvier 1983 malgré d'importants éléments permet- ,
t a n t de mettre en doute c e t t e allégation. P
€
I l s l a v é r a , e n effet,- c e qui semble maintenant b i e n é t a b l i - que "
. ...
l'arme a v a i t été vendue par C0cu.à Estiévenart,en r é a l i t é en a v r i l 1983.'
:-' , ..
.
..
B);
' Les époux Estiévenart avaient'su moins deux p o i n t s de répères pour s i t u e r
. .
l a d a t e de l a transaction de l'arme à savoir l a d a t e d'achat-d'une voi-
BI ...
t u r e Volvo, l i é à une rentrée d'allocations farnilia1es;et l e f a i t qu'au .i
1 :
moment de c e t achat ~ s t i é v e n a r t
qui purgeait une peine. Ge prïson, les
week-ends, devait encore en f a i r e t r o i s ou-quatre. Les $poux E s t i é -
... ,
venart associaient également l a date de l ' a c h a t de l(arme à l'époque
.. .
où i l s avaient r e p r i s l a v i e commune, après une s é p a r a t i o n qui remontait
au mois de septembre 1982. O
n d o i t admettre que les afEirm8tions des
époux Eztiévenart trouvent appui dans diverses a u t r e s déclarations.
L'enquête au s u j e t de l a date de l a tians,action.de 1 - ' a r m e s'est encore
f o r t compliquée par l e f a i t qu 'Estiévenart d&-i uri 'premier temps a v a i t
. . . I
s i t u é cette date effectivement en janvier 1983 rnals,"enl -së trompant
f o r t probablement. L'évolution des déclarations de Coeb.quant à l a vente
...
de c e t t e m e (cfr. infra) prend i c i toute son importance. Compte tenu
. c du f a i t que l e hold up de Genval apparaissait d é j à &'ce moment là
a v o i r une c o r r é l a t i o n avec l e s f a i t s du Colruyt de Halle l e 3 mars 1983
. . < _ ,-.--.- --- ' - .
,-. ,'bu
i:
, 13 jl .il
* 7'
i!
, -
. .
en ce qui concerne l g i n c u l p a t i o n pour l e f a i t de Genval, j ' a i placé ;i..;
sous mandat d ' a r r ê t du chef d ' i n f r a c t i o n à l a l é g i s l a t i o n s u r l e s ': I
armes l e 29 octobre 1983, de connexité,: 1i
épouse Estievenart Jean-Claude, sans prof ession, .-
.
:, 9.:
11,
ç ,'-;*+
née à Wasrnes l e 28 mars 1948, domiciliée à Colfontaine, rue de l a 4 - 1 i
l
, I
, .
Louise, no 95.(conseil M e Françoise Delplancq du barreau de
-~ Ü ~ ~ " c " i f ~ ~ ~ e a n
b u i s Antoine, époux GUIW Y Daniella, né à
-
le 13 mai 1951, ambulancier au chômage, domicilié à Dour, rue Moran-- i I
fayt, na 7 en instance d ' i n s c r i p t i o n pour Wasrnes, rue Clémenceau, 123
b
(conseil M e Moerman du barreau de Mons)
-~3%VEis'AX~';~ehfî~~la&3ê~
époux de DEBRUYN Joçiane, né à Mons l e 16
- i-
1
mai 1945, entrepreneur, domicilié à Colfontaine, m e de l'Appât, no 18 1
@ID (conseil M e Coulon du barreau de Mons) . i1
C
1.
Le n o m m é ~ A ~ E ~ * P ~ a ' n c e s c o ~ ~ ~
époux DANNEAU Noëlla, né à San Marco i n
.. 1
Lamis ( I t a l i e ) l e ler novembre 1935, i t a l i e n , garagiste indépendant, ,
. .'
1' .
domicilié à Boussu, rue d e V a l ~ n r i e n ~ i e ç ,
312, a été inculpé, de
connexité d e détention i l l é g a l e d'une arme de défense ( p i s t o l e t 2T L R ~
mais ne f u t pas placé sous mandat d t a r r ê t étant donné que l ' e x p e r t i s e 1
b a l i s t i q u e e x c l u a i t cette arme pour les f a i t s criminels connus. 1
(conseil M e Moury du b3rreau d e Mons) .P
J t a i également interrogé le 29 octobre 1983 à t i t r e de simples r e n s e i g n ~
ments l e nommé-VITTORIO Adrien (_ditClaude) chauffeur, de n a t i o n a l i t é
frapçaise, né à Kanguet (Tbnisie) l e 12 septembre 1941,-,lésidant &'
S a i n s h i s l a i n , Place ~ l b e r t - È l i s a b e t h , no 28/2, actuellement sans .
profession, invalide (conseils actuels Mes Delplanche'du barreau de IA
Mons e t J
.
-
P
. Dumont du barreau de Bruxelles), é t a n t d ~ w é
q u ' i l
g r a v i t a i t manifesternenWans les r e l a t i o n s .d9Estiévenart, G o c u e t
consorts et,qulau cours de l'enquête de l a B.S.R. de Mons portant
s u r la d a t e de la cession du Ruger P. 38, il a v a i t avoué avoir
p a r t i c i p é avec l e r?ommé^buaroudj~ a c i
à Houdeng-Goegnies nu hold up
mieux d é c r i t ci-avant e t au v o l q u a l i f i é à ~ a r + i ~ n i e s ,
f a i t * pour . I
lesquels il a été placé sous mandat d-'arrêt par nion ,honore collègue
Biquet de Mons, l e 28 octobre 1983. Le nommé-Bouaroudj Kaci époux
.U
de PRIOU Michèle, né à Tigherent W 'Bouira l e 16 i é v r i e r .'.1942, sans
profession, résidant à Mons, 36, rue Peine Perdue (conseil actuel
..
...
M e Patrice Debouche du barreau de Mons) a également été placé le 28
T
octobre 1983 sous mandat d ' a r r ê t par mon honoré collègue Biquet pour
, c. avoir participé au hold-up de Houdeng-Goegnies, Ebuaroudj a toujours
fié avoirparticipé à ce hold up,
,
En c e q u i concerne l e s mandats délivrés l e 29 octobre 1983 du chef
d i i n f r a c t i o n s à l a l é g i s l a t i o n s u r l e s armes, i l s é t a i e n t basés
en effet s u r l e s s e u l s éléments certains e t non contestés par l e s
inculpés ~ ~ ~ + : E s T I Ë v E N " A ' R T ~ ~ - B ~ ~
b
w
=
qadmettait en e f f e t avoir cédé illégalement son arme à ~ s t i é
au c a f é S a i n t P i e r r e à Wasmes c e que ne contestaient n i ~ s t i é v e n
*-- --
n i son épouse. !EstiéVe3aFt%reconnaissaitavoir illégalement acquis
c e t t e arme dans les t o i l e t t e s du café p r é c i t é et l ' a v o i r ~ l a c é e d
le s a c de son épouse, 14s deux admettant donc d'avoir ramené l'arme
ptit5venai.f 1
chez eux (détention). Il'admettait egalernent l ' a v o i r vendue un peu
plus t a r d (probablement une quinzaine de jours après) à un nommé
p-3 ~ E B ~ ~ e l l e ,
a admettait l V a v o i rrachetée presque immé
ment àf&~t?h?ZA$ pour l a p o r t e r à son arniefFWCKlqui a v a i t pour instruc-
11
t i o n de l a remettre à l a gendarmerie pour le c a s ou il 1uicCDEB
@ ..'..
,
a r r i v a i t quelque chose> :Debru* af fumant également qu' e l l e a v a i t
a g i de l a s o r t e s u i t e à différentes scènes q u i é t a i e n t intervenues
e n t r e e l l e e t son mari, craignant que celui-ci-qui a v a i t l e goû
ames-ne revienne s u r sa décision de s e d é f a i r e de l'arme e t n ' a i l l e
l a , r e c h e r c h e r chezfSfera-a-1
1
Ce n ' e s t donc qu'eh f a c e des éléments concordants de l'enquête -
menée spécialement par l a B
.
S
.
R
. de Mons que Cocut a f i n i par a d r k t t r e .
-
devant moi l e 1
1 novembre 1983 .qu'il a v a i t menti reconna&sant
2
d é f i kivement a -
m
i
e
r
s veux r é t r a c t *s
d x - n x ~ n r i g - s x x f t % x m que f a date ou du moins ' .
l'époque avancée p a r "Etiévenart! pour l a vente de lfarme ' ~ u ~ e r
P. 38 i
é t a i t exacte. L'enquête a démontré que l a d a t e du dernlèr week-end
passé en prisa? p a r Estiévenart s e s i t u a i t l e - 1 5 mai 1983, ce q u i s i t u e
l a d a t e probable de l a vente de l'arme vers le 20 a v r i l 1983.
. .
Il faut noter cependant que:Cocu a p r i s soin,de p r é c i s e r en admet-
t a n t c e t t e d a t e q u ' i l a v a i t , p r ê t é son Srme à Baudet sachant
q 1 ~ ' e l l e
a l l a i t s e r v i r à commettre un hold up (pétenduernent dans L
son e s p r i t c e l u i de Drogenbos dont il est é t a b l i q a t i l n ' e s t resté
qu'au stacie de projet,-projet m i s au point par:%ittorip Adrien -)
1
e t q u ' i l a u r a i t appris de l a bouche dei'Baùdet quelqu& j o k ç après
l e s f a i t s de Genval que son arme a u r a i t s e r v i à cet e n . 0 i . t . 1
1 a
.
également a j o u t é q u ' i l n ' a pu récupérer son anne que f i n de l a
première quinzaine du mois de mars. Il f a a t souligner 5 c i q u ' i l
n ' a admis quiultérieurement, sa participation comme chauffeur,au
I
GkîJ Erne1 Gon, divorcé? né à Bouçsu le l e r mai 1951, l
j i 1
chômeur, domicilié à Boussu (ibrnu) rue Avaresse, no 5 (conseil:@/. ;
M e Millecam àu barreau de Mons a admis l e 2
1 novembre 1983 q u ' i l
é t a i t d'accord de p a r t i c i p e r à un hold-up, mais sans savoir où * ; ! '
, l :!
L. :i I
exactement, i? prétendu q u ' i l a v a i t présenté(.cm@$à :Estievenart, i '
/ j
comme é t a n t susceptible de l u i procurer une arme e t q u ' i l devait bien- s
reconnaitre q u ' i l savait: que l'arme devait servir à commettre.un H.U.
C ' e s t a i n s i que dans l e s conditions a i n s i résumées que,.Cocu e t Baudet
o n t été placés sous mandit d ' a r r ê t le 1
1novembre 1983 après l e u r -
inculpation e t interrogatoire pour les f a i t s commis à Genval l e 1
1
l
, f é v r i e r 1984, chacun des deux inculpés déniant le f a i t de s'être
trouvé personnellement sur l e s lieux.
K
- Le 16 novembre 1983,2CoeECEi reconnait a v o i r p a r t i c i p é comme chauffeur 1
, ii 1 '
au hold up de Genval et ?et ex czxse csmc ~g-o-ù_t~ürs
ff+Lgde-tjl(qu'i r'
présente corne guetteur), ';Vittoriol Bouaroudjl, Estiévenartl (comme, :
auteurs a c t i f s ) et ~ebrùyrï"~osbhiej
(comme chauffeur d'une v o i t u r e - r e l a i )
Il prétend q u ' i l apprend dans l e s jours q u i suivent ce hold up de Genval
d e l a bouche de Baude: que l e s autres o n t une Golf n o i r e en préparation
pour un a u t r e coup e t il suggère l'implication de Nardella chez qui
P
l a Golf a u r a i t été cachée. . . .
On ne peut s'empêcher de penser qu'en f a i s a n t cette déc.&aration,
* .
' p x u ~ p r é p a r es a défense en c e qui concerne les f a i t s c&rniç au Delhaize
dhb d ' Uccle l e 25 f é v r i e r 1983 e t au Colruyt de Halle l e 3 mars 1983.
.
-
. - J
.
Le 18 novembre 1983, I ~ E B R W ~ ~ !
~ o s i a n e
est placée sous mandat d1a r r ê t
..
du chef de s a participation au hold up de Gcnval, apr& avoir n i é
et avoir é t é confrontée &.Cocu qui a maintenu ses accusations.
- Le 23 novembre 1983, Estievenart Jean-Claude a Eté inculpé, confronté
avec Cocu e t placé sous mandat d ' a r r ê t pour 1e.H.U. de en val.
Estievenartl t o u t comme son épouse ,a toujours n i é l a moindre.participa-
t i o n dans l e s f a i t s que je s u i s charg6 d ' i n s t r u i r e . I
A l a s u i t e dis eccusations de.:COCU, DRAMAIX ~ e a n - b u i s , divorcé, né
à Wasmuel l e 9 j u i l l e t 1945, monteur, domicilié à F&rest, chaussée de 2
Sruxelles no 157, a é t é inculpé e t placé sous mandat.dlarrêt l e
. .
23 novembre 1983 pour s a participation au hold up du d l h a i z e d'uccle
(cfr- déclaration de Cocu à l a P
.
J
. d e Nivelles l e 2 1 novembre 1983
( P-v- 3217). ultérieurement-% admis qu9il a v a i t f auçsement accusé
de s o r t e que celui-ci a été l i b & r é par ordonnance de l a
C* .
~e 2 1 novembre 1983, (P.V. PJ no 3226) a admis avoir p a r t i c i p é
au hold up de Genval comme guetteur, mais il s'est r é t r a c t é aux termes
de l a même déclaration.
Pour é v i t e r l e s inconvénients dfun double de mand'at d ' a r r ê t à charge
E
d'inculpés dans deux arrondissements s e trouvant dans des r e s s o r t s
de Cours dlAppel d i f f é r e n t s , j l a i estimé ne pas devoir à c e moment,d3 ' '*y'-'
interroger, 'inculper e t . p l a c e r sous mandat d ' a r r ê t les nommés
~ q ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ m f r s ' ~
ce qui permettait d ' a i l l e u r s à mon cgllègue .
Monsieur Biquet de parachever l ' i n s t r u c t i o n qui l u i a v a i t été confiée
!
au s u j e t du hold up de Houdeng-Goegnies e t au vol q u a l i f i é de Warquignie: :
(pour 1 u r m i s e sous M.A vo r es f a i t s de Nivell,es)
- Tous fes mandats d tar&t cfïu c i e f ci' infractions a l a l é g i s l a t i o n . I
I
s u r l e s armes ont été levés avec votre accord par m e s ordonnances
/;
-
rendues l e 29 novembre 1983. I
i
I
- Le mandat d ' a r r ê t décerné à charge de"jDE$~m:~ourl e hold up de
Genval a été l e v é avec v o t r e accord par ordonnance du 30 décembre 1983
e t c e l a à l a s u i t e du i a i t qud?cCk~a a m i s une nouvelle f o i s formulé IL.
C!P fausses accusations.
3) Concernant l e t r i p l e meurtre commis au Colruyt de Nivelles, l e 17
septembre 1983.
a ) Préliminaires :
Le 24 novembre 1983' j a i r é i n t e r r o g é longuement 'Cocu, :après avoir ,
réentendu brièvement Estiév.enar.tlqui -ait son innocence qk c e l l e de
,
.
son épouse, pour les f a i t s de Genval.
En effetl,Cocu qui n ' é t a i t toujours pas inculpé pour les f a i t s de
Nivelles, a v a i t f a i t une d k l a r a t i o n à l a Police J u d i c i a i r e de Nivelles
h.
l e 22 novembre 1983 (P.V 3182) aux termes de l a p e l l e il prétendait @
avoir appris de l a Douche dexri3audetque l e s co-auteurs du t r i p l e meurtre
oe Nivelles é t a i e n t Estiévenart, Vittorio, Bouaroudj, DébruynB,Baudet
e t que Nardella a v a i t joué un r ô l e dans l e u r retour dans l e &rinage.
k
k
tjj
C' e s t a l o r s que Cocu+mf
a f a i t une longue déclaration confirmant t
7
+
L a p c t r t i . c i p a t i o n c o m r n e ~ h a u f f e u r a w . h o l d u p d e G e n v a l e t avouantsa ;
? a r t i c i p a t i o n , t o u j o u r s comme chauffeur, a u hold up meurtrier du
- .
Colruyt de Halle, au t r i p l e meurtre du Colruyt de ~ i v e l l e s ,et au h a , - iu
quage par un co-auteur d'une femme (
-
M
m
e Van Lidth de'Jeude) pour voler ;
- .
l a Golf à Plancenoit). Il a accusé tl,&ooriqjet Bku'det d*aGoir p a r t i c i p é
**,S.1,~ 8 ,*.
F
aux principacc hold-up e t spécialement à c e l u i de Nivelles e t diverses
1
a u t r e s personnes d o n t il ne v o u l a i t pas donner l e s noms (par peur de
, r e p r é s a i l l e s d i s a i t - i l ) l e s q u e l l e s personnes,lorsqulelles ont été
_ ._
_ ____.
. _ _ _ _ _ _ . C . .
17.
!I
étrznoères f a i t s , ce quef$~&ja f i n i par admettre- :
Ce qui peut p a r a î t r e important c ' e s t que s u r mon i n s i s t a n c e à ce
.l
q u ' i l ne mette p l u s d'innocents en cause,&%uAs d é c l a r é au cours du
i
:
- 1
même i n t e r r o g a t o i r e que:" m
a plus grande faute est d ' a v o i r f a i t e n t r e r
des innocents en prison.-." et a a i n s i formellement m i s hors cause
@ ~ i & y e ~ ~ g $ ,
Pe@iyn, D q w a i R etrNàfdella (mandat dlanener a v a i t
lancé à charge de celui-ci précisément l e 24 novembre 1983 du
r e c e l à l a s u i t e des dCciôrrtions précédentes d e o c d ; n a i s il a
relaxé sans être entendu par moi, puisque dans l'interval1e;Cocu
l'a formellement innocenté). l
1
Toujours au cours du même interrogatoire, &
&
$
a d é c l a r é q u ' i l
i
1 .-
1 i
a v a i t appris p a r un des a u t e u r s ( q u f i l ne voulait pas citer) que,Vitto-
d
T P ~ Q
avait p a r t i c i p é au hold up commis à l'armurerie Dekaize à Wavre
*.S..'
? le 30 septembre 1982, hoZd up au cours duquel le p o l i c i e r Haulotte .
'
L
a été a b a t t u et c e t auteur l u i a v a i t d i t .qu'un 7,65 a v a i t été
u t i l i s é (mon d o s s i e r 262/82 - l ' e x p e r t i s e b a l i s t i q u e t e confime)
t i :
e t qu'il l u i a u r a i t en outre confié q u ' i l a v a i t p a r t i c i p é à un coup -.
dans le Nord de l a France ôvec l a même alme ( f a i t commis suivant
mon d o s s i e r 262/82 à Maubeuge, en août 1982 e t confirmation par
pj
-1
l ' e x p e r t i s e que l e même 7;65 a servi à Wavre e t à Maubeuge).
1
. -
'rGcjEu'-a a j o u t é que des g i l e t s pare-balles volés quelques jours avant . tj
l e s f a i t s du t r i p l e meurtre de Nivelles, avaient Sté u t i l i s é s à Nivel- if
k
les ( a l l u s i o n i n d i r e c t e au f a i t commis à Tamise le 10 septembre 1983'
auquel il prétend ne pas avoir p a r t i c i p é ) .
b) Bref exposé des f a i t s commis à Nivelles l e 17 septembre 1983
( t r i p l e meurtre du Colruyt)
Lc 17 septembre 1983 vers 1 heures 30, l a gendarmerie d e Nivelles
envoie une p a t r o u i l l e au magasin Colruyt, chaussée de B-=elles, à
Nivelles, ou l e s i g n a l d'alarme de c e t t e firme a r e t e n t i - Les deux
gendarmes surprennent des csmbrioleurs e t un Cchmge de coups de feu
a l i e u au cours duquel l e gendarme Morue Marcel (24.9.52) est abattu.
,, 1
Sur place on a découvert à l ' é t a t de cadavre, l e s nommés FOUREZ Jacques
(29.4.34) e t D 5 J I T E l i s e (6.11-33) abattus chacun de p l u s i e u r s b a l l e s
dans l a tête. k s auteurs o n t découpé l a porte métallique du magasin au
chalumeau. Après l a f u s i l l a d e , ils s e sont enfuis à bord de l a ~ e r c é d è s
190 appartenent à l a firme IFOMEN conduite par Pourez ~ a c q u e sa i n s i
qu'avec une v o i t u r e Saab et o n t p r i s l a direction dc Naterloo. A
( B r ~ i n e - 1 ~ ~ l l e u c i
les véhicules sont p r i s en chesse p u 1
; police de
cette l o c a l i t 6 , ce q u i a pr0~0qo6un nouvel <change de coups de feu
. ,
au cours duquo1 16. ,
.
.
n
i ; r i - r mi'rr Po,--iL - -
>
18.
F"
"
'
aDandonncnC In r'krcédès e t prennent d e nouveau l a f u i t e à bord de l a
.- t : f
voiture --
Saab
.- ...
q u i est retrouvée à ~ r a i n e - l ' ~ l l e u d ,
l e pneu a ~ r i è r e 1 : :
j
d r o i t crevé présentant à l ' a i l e a r r i è r e droiteldans l a zone.du réser-. if',:.
v o i r , d e s points d'impacts d'armes à feu. Le véhicule Saab-portant l e 1 i;..
1 :
:
numéro de plaque t t r i b u é à une autre Sa* 900 (il s l B g i t en réa- j ;;
lité d'une reproduction) dont le p r o p r i é t a i r Simon est domicilié, '
'"X
à 1180 avenue des Aubépines - a é dans l a n u i t
du 7 au 8 juin 1983 au garage Jadott, chaussée d1Ophain, no '178 à
Braine-l'Alleud, Les auteurs de ce v o l ont t u é l e chien q u i gard
lieux ( b a l l e s de 22LR, voir corrélations balistiques)
Dans l e c o f f r e d e l a vqiture s i a b a n d o n n é e on trouve une centaine i
t - I
, de kgâde café&un jerrycan c o n t e n w t de l'essence n o m a l e fixé à .. i
I ,i I
I . ,
. ,
proximité du réservoir, jerrycan muni d'un bec verseur en métal: . . - - - ' .
. l
. . : 
-.A l'intérieur de l a voiture Saab-on retrouve l a m i t r a i l l e t t e :
-.-. .- ..!
j
de marque Uzi p r i s e au gendarme Morue âbattu e t deux p e t i t e s bonbonnes
i ,
, . ..!
dloxygène-kyrène. A proximité de l a v o i t u r e une trousse à o u t i l s en ska;.,' , !
n o i r a été trouvée. Sur c e t t e voiture, j l a 6t.X vol6 notmmezt ün k l z -
xon de deux tons avec moteur 6 v o l t s , une i n s t a l l a t i o n s t é r é o de +
l
8
grande valeur (100.000 F environ) se composant d'un amplificateur, de
deux b a f f l e s e t d'un équalizer de marque JENSSENS U
S
A a i n s i que
d'une auto-radio de m a r q u e BLAUPUNKT e t une p a i r e de phares anti- ' ' P
1 b r o u i l l a r d de marque CIBIE roncbet chromés.
. ..
C ) Résumé des principaux devoirs d 'instruction(à 1'exception des i n t e r - .
r o q a t o i r e s e t perquisitions) ,.
;
.. .
Jtai requis pour descendre sur les lieux des f a i t s , Monsieur l ' e x p e r t
e . . i
en b a l i s t i q u e VANDERSTOCK, Messieurs l e s médecins l é g i s t e s Gaston
c* DESOIGNIES e t P a u l CHAILLY e t ordonné xxxx@3aamune série-'.de devoirs
s a i s i e s , perquisitions etc... A c e t égard j e - c r o i s pouvoir vous renvoyer 1
au procès-verbal de descente sur l e s lieux dont j e vous a i transmis une
photocopie en son temps.
La mission d e l ' e x p e r t Vanderstock a é t é limitée essentiellement 6
aux premières constatations étant donné que c e t expert p a r t a n t à lqétranc- i
' i1,
ger dans l e s jours q u i o n t s u i v i l e s f a i t s , , c e que.jtaiappris au cours !
I
des autopsies, il m'a paru indispensable de powvoir o r i e n t e r l e s recher- I
ches dans les d é l a i s l e s plus brefs à p a r t i r d'une étude b a l i s t i q u e 1
I
q u i devait pouvoir ê t r e entamée sur l e champ. L'exper$ Déry a donc
été requis l e 18 septembre 1983 pour remplir c e t t e mission. 1
1 m'a
tenu téléphoniquement au courant de llévolution de s e s travaux e t
, ( a déposé un premier repport e s s e n t i e l l e 22 octobre 1983. Ce rapport
est r e l a t i f , d l u n e p a r t v a u xcorrélations balistiques e n t r e les d i f f é r e n t s 1
f ~ i f - ~
P,-;+.,;-ql- -..: ?.-A- , t : - 9 - - - - -
i..
. - . - . , . . "..*. .. . -. - . . ~... -. . .- .. .
- .-.
S
.
. .... - . . . - ' . ., . .
--. i.. .
."*- .,..---
. -
&+ ! :
.-. , . .
=
, ..- .
. . ..."-
ce, ---------- et à l'étude balistique concernant les f a i t s mêmes
du Colruyt de Nivelles e t de l a f u s i l l a d e qui a s u i v i à Braine-l'Al
d ' a u t r e part.
. .
On peut r e t e n i r des conclusions de l'expert Dery.-<:2.deçconstatations
des médecins l é g i s t e s en cours d'autopsie,-sous réserve de rapports
compl&entaires que Monsieur 1'expert Dery pourrait déposer e t du rapport
des médecins l é g i stes q u i devraient me parvenir incessamment- .et des ..
<
. .
1 ..
divers e n t r e t i e n s que j ' a i eux avec ces experts:
. . ' 1
- les c o r r é l a t i o n s b a l i s t i q u e s indiquées au 1, B, 1de l a ' p r é s e n t e
: . I
- qu'en ce q u i concerne le t r i p l e meurtre du Colruyt de ~ i v ë l l e s ,s e p t
armes o n t t i r é soit-',sur les lféux du t r i p l e meurtre d
un f u s i l de chasse (Riot Gun 2)
un p i s t o l e t 22 RL F N
un revolver ..357 hagnum .
un p i s t o l e t 9 mm
un p i s t o l e t 7,65 F
N
. . P
un c o l t 1911 .45
- a
; moment de l a fusillade à Braine-l'Alleud .. ... '.
un Riot Gun 1 ( 3 cartouches ) e t .
:
'
.
. . "
. .
le fiot Gun' 2 dont question ci-avant (7 cartpuches
les deux s u r l a voiture de police (blessé: le
p o l i c i e r Ruys 1)
- que l e s victimes ont été touchées:
- l e gendarme MORUE Marcel par deux balles de .45
- . .
t r o i s cartouches au. moins t i r é e s
p x l e iiiat Gun 2
- FOUREZ Jacques par une b a l l e de 7,65 e t 2 b a l l e s de .22LR
- DENIT E l i s e par cinq b a l l e s de -22LR.
- que c ' e s t l e m ê m e p i s t o l e t 22LR FN qui a tiré s u r l e s deux victimes
c i v i l e s e t que l e Riot Gun 2,.qui a t i r é sept cartouches sur le
parking du Colruyt e t qui est l e seul f u s i l de c h a s s e u t i l i s é à c e t
. .
endroit est très probablement l'arme qui a t i r é sept carbouches
1
également à Braine-l'Alleud l o r s de l a fusillade q u i a suivi.
l e 17 Septembre 1989. '
. .
1
RELATION DES FAITS tels q u ' i l paraissent s'être déroulés au vu
des éléments de l'enquête et des éléments d'expertises recueillis pour partie . ,
. -
verbalement et sous réserve de rapports définitifs.
7 e r e phase F E e i r t r e
- - _ _
des ~ i v i l s
_ _ _ il
t
M r FOUR%, c h a u f f e u r de l a Mercédes, a r r ê t e s o n v é h i c u l e e n t r e , 1
-- - -
,
: - 1
l e s pompes e t l e s bâtiments du l l ~ o n d l
d e s Routes"; 1
' a v a n t dirigé
'e i v e r s l a chaussée, il semble i n t e n t i o n n é de f a i r e l e p l e i n de
c a r b u r a n t à l a pompe ItSUPER" s i t u é e à. l ' a r r i è r e du complexe d e s
i
: i
- 1
pompes. L ' o r i f i c e de remplissage de l a Mercédes s e t r o u v e à l l a r r i è i &
d r o i t du v é h i c u l e ; M r FOUREY e f f e c t u e l e p l e i n de c a r b u r a n t . p';
C e l u i - c i t e r m i n é , il remet Le p i s t o l e t dans l a pompe e t r e t o u r n e veps 1
. .
sa v o i t u r e p o u r v e r r o u i l l e r l e système de remplissage.
On p e u t s u p p o s e r que, t o u t e n fermant s o n bouchon. de r é s e r v o i r ,
il r e g a r d e v e r s l ' a r r i è r e de "COLRUYT" e t a p e r ç o i t s o n ou s e s meur- . .
. -
t r i e r s ; un :de ceux-ci commence a l o r s à Cirer v e r s M r FOUREY avec un
i
'"
p i s s e t c a l 7,65mm ( p i è c e s à c o n v i c t i o n s n ' l l , p u i s 3 e t é v e n t u e l l é - .
. .
'. . .
ment un e n r a y a g e n'2) ; a r r i v é à p r o x i m i t é de M r FOUREY, il,::-J9a6at
d l u n e balle ( p i è c e à. c o n v i c t i o n Rm6) t i r é e de f a c e à h a u t e u r de:lloeil
. . ..
c
e .-d,o;Y- de l a victime.Lequc1 tombe v e r s l ' a r r i è r e ( t â c h e ..de ,sang).
ni
M
m
e DEWIT, assis& à l a p l ~ c e
convoyeur, s l a p e r q o i t du dr@ae.et s o r t
-8
.. ..
du v é h i c u l e a u moment même où l e t u e u r de s o n mari. s e p r é s e n t e à hau-
t e u r de l a p o r t e o u v e r t e du conducteur. Cet a u t e u r t i r e rnais.:'rate
M m e DEL-IIT; l a d o u i l l e 7,65mm é t a n t é j e c t é e à d r o i t e d a n s la'.Mercéde.se
M
m
e DEWOT e s t à p r o x i m i t é de son mari, e l l e e s t dépourvue d e ' c h a u s s u r e s
. .
( boue s u r $a p l a n t e d e s p i e d s ) . Elle e s t a l o r s ernpo-ignée, SC débat
e t p e r d s e s l u n e t t e s ( p i è c e s à c o n v i c t i o n n 0 7 e t 8 ) . On l a t r a f n e 18
v e r s l ' a r r i è r e du COLRUYT. Entre l e s pompes e t l e miir. du b a t i m e n t ,
. . . .
probablement l a s du comportement de blme DEWIT ( ~ r i s , ~ l ~ ~ r s ~ ~ e s t e s . . . )
un d e s a u t e u r s l u i t i r e deux ou t r o i s b a l l e s de 22 LR'dans l a p a r t i e
- . . .
s u p é r i e u r e d e l a t ê t e ( t â c h e d e s a n g r e l e v é e p a r médecins-légistes).
, Un d e s m e u r t r i e r s e s s u i e l e sang avec l e foulard de l a victime e t l e
, e t e v e r s l e batiment du "Fonds d e s Routes1' ( p i è c e à c o n v i c t i o n nS9)
M
m
e DEWIT e s t e n s u i t e t r a î n é e v e r s l e c o i n a r r i è r e du "COLRUYT" où e l l e
sernh7- r v n i r A t :
l a f a c e , c ô t é d r o i t du v i s a g e . Ce nouveau t i r p o u r r a i t a v o i r
une p r o j e c t i o n de m a t i è r e c e r v i c a l e s u r l e mur ( v o i r p l a n )
Le cadavre e s t e n s u i t e déplacé v e r s l ' e n d r o i t de sa découverte.
'9
c y
Dans c e t e n t r e t e m p s , l e c o r p s de M r FOUREY est t r a f n é v e r s l e c o i n
a r r i è r e du COLRWT, e n s u i t e v e r s l e g r i l l a g e a r r i è r e où il semble' .% 1
e, 11
que t r o i s tirs de 22 LR s o n t t i r é s dans sa d i r e c t i o n ; deux l ' a t t e i -' 1
gnent s u r l a f a c e gauche du visage-Finalement, l e cadavre e s t déplacé
. -
une d e r n i è r e . f o i s à l ' e n d r o i t de sa découverte.
2 eme p+=e-:-Meurt~e-d~ q j e n d s e -
Dès l e m a s s r e t e r m i n é , l a Mercédes e s t ramenée à d r o i t e de l a p o r t e -
f r a c t u r é e , l ' a v a n t du v é h i c u l e d i r i g é v e r s NIVELLES-ville. La SAAB
-.- --
i e s t g a r é e à gauche de c e t t e p o r t e ; l ' a v a n t d i r i g é v e r s l e llFonds d e s
Routes". En r a i s o n d e s . é c l a b o u s s u r e s de s a n g s u r l ' a i l e a r r i è r e
...
d r o i t e , o n p e u t p o s i t i o n n e r l a SAAB à h a u t e u r de l a camionnette d e s
--- 1. ..
gendarmes e t a e n v i r o n t r o i s mètres de d i s t a n c e de c e l l e - c i .
. .
Dès l ' a r r ê t du véhicule-gendarmerie, s e s deux o c c u p a n t s e n s o r t e n t -.
e t immédiatement un f e u n o u r r i e s t d i r i g é v e r s eux.
Concernant .le gendarmychauffeur ( ~ r
LACROIX):
- - - - - - - - - - - . ..
. .
A p e i n e s o r t i du v é h i c u l e , une volkée de b a l l e t t e s ( c a l 12) iP
a t t e i n t l a p a r t i e s u p é r i e u r e gauche de l a porte-conducteur; l e . . . '
t i r e u r e s t s i t u é f a c e à l a camionnette e t d a n s l e prolongement du
f l a n c gauchedu v é h i c u l e ( X ~ ~ ~ E ~ ~ E X Y H X ~ E X S ~ [ L I ~ : X . .
Le gendarme s e met à c o u v e r t c o n t r e l e f l a n c gauche de .la cahionu
i
i
n e t t e . .Il dégaine e t t i r e au moins deux f o i s v e r s s o n a k r e s s e u r
.. . . .
(deux d o u i l l e s dans l a camionette). 1
1
- l o n g e .le v é h i c u l e , a r r i v e
à l ' a r r i è r e e t s q y a b r i t e . Il t i r e une n o u v e l l e f o i s ( p i é c e à
c o n v i c t i o n ne24). Se p r é s e n t a n t s u r l e f l a n c d r o i t . 9 il v o i t s o n .
c o l l è g u e debout à h a u t e u r de l a p o r t i è r e . Celui.-ci demande.dlappe-
l e r du r e n f o r t ; a u s s i t S t a p r è s , l e g e n d a r ~ m eMORUE tombe sur..'le
dos. Vu l a s i t u a t i o n , l e gendarme LACROIX d é c i d e de f a i r e l e mort;
l e t r o n c s u r l e p l a n c h e r a v a n t d r o i t du v é h i c u l e , . ' l e i jambes Pen-
. - .
. .
dant e s à 1' e x t é r i e u r . . .
Concernant l e gendarme - convoyeur (Mr MORUE),
------- - - - - . ..
..
11 S o r t du v é h i c u l e , m i t r a i l l e t t e au poing. L o r s q u t i l e s t r e j o i n t
( p a r son c o l l è g u e , il e s t t o u j o u r s debout p r è s de l a @ 6 r t i è r e . 1 1
tombe peu de temps après.
Le d é s é q u i l i b r e du,gendarme a é t é causé p a r deux p r o j e c t i l e
de c a l i b r e " .45" t i r é s dans sa c h e v i l l e d r o i t e . Il tombe
s u r son c ô t é gauche, l a t r i e - v e r s l e s batimento du "Fons
oute es p. 1
1 e s t quelque peu recroquevillé. Alors q u ' i l t e n t e
de se r e l e v e r ou de s ' a b r i t e r , il e s t a t t e i n t s u r s o n c 8 t é
. -
d r o i t p a r une volkée de plombs ( c a l 12 plombs) provenant de -
. l a p o s i t i o n de l a Mercédes. De c e t t e d i r e c t i o n , une a u t r e
b
décharge ( c a l 12 - b a l l e t t e s ) l u i e s t d e s t i n é e ; . u n e b a i l e t t e
.
l ' a t t e i n t dans l a région de l a gorge.
Deux autres p r o j e c t i l e s de 22 LR sont r e t r o u v 6 s ' d a n s l ' a v a n t
bras gauche; l e moment de c e . t i r ne peut ê t r e déterminé. . .
.
Quelques i n s t a n t s p l u s t a r d , une d e r n i è r e déc&arge ( c a l 12 - .
... !
plombs O ) l u i e s t t i r é e dans l a t e t e .
p'.
JUSTIFICATION DES PROJECTILES
1, RIOT-GUN n'2
--------
a
. P o s i t i o n du t i r e u r ' : à proximité du flanc gauc,he de l a ,,.
. ..
Mercédes - tirs e f f e c t u é s en s e déplaçant v e r s l e f l a n c
gauche de l a camidtiette- gendarmerie. . .
b
. D e s t i n a t i o n des tirs (minimum)
1 e r e décharge ( b a l l e t t e s ) : 'partie s u p é r i e u r e gauche p o r t e .
..
chauffeur de l a camionnètte Gd
..
2 erne décharge ( O ): phare gauche k é h i o ~ l é .
gendarmerie
.I
.. ..
3 erne 11 ( b a ~ t t c s ): milieu de l a camidnnettc
4 eme tt ( plombs O) : c6té d r o i t du -tombé -
. . .
tir p a r a l l è l e au c o r p s -
I t
5 eme ( b a l l e t t e s ) : v e r s l e MORUE - u n pro-
j e c t i l e dans l a r é g i o n de l a
gorge.
>
,
'
6 eme 11
( b a l l e t t e s ) - : du coin a r r i è r e - d r o i t de l a camion,
n e t t e v e r s l e . gendarme MORUE - . .
b u t non-attè.int. e t d e s t i n a t i o n des
p r o j e c t i l e s d a n s . l l a i l e a r r i è r e
d r o i t e de l a 'SAAB. '.'
.. .
7 eme I I ( plombs O) : dans l a t ê t e du- gendarme MORUE-
....
p i s t o l e t C a l .45
- - - - " . . - " - - - "
a. P o s i t i o n du t i r e u r : à proximité de l a p o r t e du magasin.
b. Destination des tirs (minimum)
gss
" fl/wi?
-3 impacts : p o r t e avant-droite de l a camionnette-gendarmerie
-2 impacts : p o r t e c o u l i s s a n t e d r o i t e de l a camionnett-e
- 2 0 U 3 . -
. . impacts : p a r t i e a r r i è r e d r o i t e camionnette
- 2 p e r f o r a t i o n s : pikd d r o i t du gendarme MORUE.
N
.
B
. : Il e s t probable que les premiers projecjriles ayant
-
t r a v e r s é l a porte, a i e n t terminé l e u r . c o u r s e 5dans
l ' a r r i è r e d r o i t du véhicule, ce qui e x p l i q u e r a i t 16 1
tir comme s u i t :
1
- 3 dans l a p o r t e convoyeur
'
p:
-2 dans l ' a r r i è r e d r o i t de l a camionnette . !
2 dans l e pied du gendarme MORUE.
d'où s e p t déflagrations x B
I chargeur complet de l'arme.
2
. Autres c a l i b r e s : sans o b j e t ou dans l e s c é n a r i o ci-avant.
____._._-c.--- -.. ..- .. -. .. ...---
24
Le 27 septembre 1983, j 'ai confié au médecin l é g i s t e Paul CHAILLY
l a mission d'examiner les blessés (légers) LACROIX Jean-Marie (ge dar-
T f
l
m e ) e t -
-
.
RUYS Benoît ( p o l i c i e r ) . J ' a i également v i s é dans sa
les conséquences envisag&s par l ' a r t i c l e 473 du Code Pénal.
j o u r , c e s deux rapports ne sont pas rentrés,
3 .
- Le 17 septembre 1983, j ' a i demandé à l'expert en autom'obiles Geo ges
. -
NIMAL principalement d'examiner l a voiture Saab a i n s i que les bonbonnes
L'expert Nimal a déposé son rapport l e 30 janvier 1984.
C e t expert cnncluf notamment que l a mise à p l a t du pneu a r r i è r e droit..:
ne provient pas d'un coup de bocdure e t que c e t t e voiture a u r a i t parcou-
ru depuis l a d a t e du vol-,le 7-8 juin 1983;sept à h u i t cents kilomètres
1
1 émet une hérie dfhypothèseç quant au kilométrage que cette voiture ,
iI I
a u r a i t p a r c o h l e jour des f a i t s à supposer qu'au départ l e p l e i n
. . . ..
de carburant a u r a i t été f a i t . , Il e s t à noter que le compteur journ&
lier indique 38 kms 40. Pour l e surplus j
c vous renvoie à l
i
l l e c t u r e
de ce document.
Par l ' i n t e r m é d i a i r e d e l a Police Judiciaire, j Q a idemandé l e 22
septembre 1983,une d i f f u s i o n à l a tÊiévision belge ( c f r P.V. 2533 du
22 septembre 1983 P;J. Nivelles), qui n'a pas donné l e s r é s u l t a t s escomp
tés.
On a pu r e l e v e r des empreintes fragmentaires s u r les reproductioGs l
de plaques dlirnmatriculation e t l e crick de l a S
A
A
B ( l e s autéurs o n t
en e f f e t t e n t é de changer l a pneu a r r i è r e d r o i t crevé, mais n ' y sont
point parvenus parce .qu'il n'ont pu trouver l a c l e f adéquate. C 1e ç t
. .
a i n s i q u ' i l s abandonnent l a Saab à s raine-ll~lleudj. Toutes les comparai
sons qui ont été effectuées à ce jour nqont.donné aucuti 'résultat.
d l p e r q u i s i t i o n s , interrogatoires, mandats d ' a r r ê t etc...
. .
Les multiples perquisitions que j ' a i ordonnées nront pas permis de
retrouver un s e u l élément mat4riel.vraiment exploitable (armes e t
o b j e t s enlevés de l a Saab principalement). ,
%AUDET Michel a avoué s a participation comme &etteur_le 2 décembre
-
-
-
-
-
1383 e t donc inculp4 e t placé sous mandat dtarrGt. Il a dGçign6
-- . .
comme a u t r e s p a r t i c i p a n t s : COCU; ESTIEVENAR~;.~'DEBRUYN, VITTORIO,:
BOUAR0UD.J; FRANCOIS Jean-Claude e t NARDELLA ~ianceiico.
- .
1
1 f a u t noter que les aveux deiBaudet f o n t s u i t e &:une décladration
d e son f r è r e Jean-Luc q u i a déclaré q u ' i l l u i a v a i t confié q u ' i l
-
é t a i t dans le coup de Nivelles et q u ' i l a v a i t buté (ou flingué)
quelqu'un... avec l'arme q u ' i l l u i a v a i t donnée. h r s d'une percpisi-
. t i o n un c a r t o n de b i è r e a été retrouvé chez i a # U ~ È ~ ? f e à n - ~ u c
'
. . - .
r
i ' .
2 5 :--3
L
avec une i n s c r i p t i o n de l i b e l l é e comme s u i t : Jean-
Luc pas d e problème pour moi. J e ne d i s rien. s i g n e Ton f r è r e Micheltt
. , .
I n v i t é .à s'expliquer a d i t que c e l a v o u l a i t d i r e
que-son frère Michel ne d i r a i t pas que c'est avec son arme q u ' i l
&r4 *
~ e a l i t & , l ~ a r m e ' d o n t
s ' a g i t est en principe l a carabine 22LR
retrouvée chez Baudet Michel dont celui-ci a scié. l a crosse
canon, mais que l ' e x p e r t en balistique D e r y a formellemerit
les confidences f a i t 9 s à son frère.
Baudet Michel a toujours exclu un l i e n e n t r e l e carton retrouvé e t
Pour l e s u r p l u s , les déclarations de j~aùaet-
~ i c h e l j
q u i depuis s a
première d é c l a r a t i o n a a l t e r n é aveux e t r é t r a c t a t i o n s , sont impréci- i
.ses e t succintes.
Lorsqu'il se r é t r a c t e l i l j u s t i f i e ses r é t r a c t a t i o n s e t ses fausses accu .
, , - - . ,,,
'
s a t i o n s p a r l e f a i t q u ' i l est influencé par COCU: q u ' i l a connu depuis
son enfance. 1 :
Le 26 décembre 1983, Baudet m'a déclaré q u ' i l a v a i t accusé faussement, !
f DEBRUYN, BOUAROUDJ e t NARDELLA.'
sous 1
1influence de COCU.
Sa d e r n i è r e ' r é t r a c t a t i o n complète devant moi d a t e du 3 f é v r i e r 1984.
Il y d é c l a r e e n t r e autres que c ' e s t en prison q u ' i l a vu pour l a
. -
première f o i s BOUAROUDJ, c e que ce dernier a toujours soutenu.
Subjectivement , B
A
U
D
E
T Mlchel, que j ( a i longuement i n t e r r o g é .à p ~ u s i e u r s
-
. .
r e p r i s e s , m e p a r a i t quelqu'un de primaire, maniant mal son vgcabulairè
.-.,
..
peu étendu e t paraissant manifestement influençable, ce q u i permet
d e mettre e n doute t a n t ses aveux que ses r é t r a c t a t i o n s .
!COCU Michel a été inculpé, puis placé sous mandat d ' a r r ê t l e 3 décembre
- -.
pour s a p a r t i c i p a t i o n au f a i t de Nivelles. Il .admet a v o i r ' t i r é s u r
.la camionnette d e l a gendarmerie, avec un r i o t gun, mais.,,çe-défend.:
-..... ,
d ' a v o i r touché quelqu'un. Lors de ce premier i n t e r r o g a t o i r e il met
1
en cause les m ê m e s auteurs que ceux c i t é s p & e ~ ~ ~ ~ ~ ~ '
l e .2 dkembre 1983.
Le 22 décembre 1983 il m'a f a i t une très brève d.éclaration s e r é t r a c t a n t
s u r t o u t e t prétendant même que son Ruger n ' a v a i t pas t i r é à Genvol. .
Il a demande une contre-expertise que j ' a i ordonnée'et confiée à un
c o l l è g e d ' e x p e r t s composé de MM. Dery, ~arna; d e - - ~ i & ee t Pletinckx de
Grammont, l e 27 décembre 1983. Le rapport c o l l é g i a l .déposé l e 14
. .
j a n v i e r 1984 a conclu: "que l e s p r o j e c t i l e s portant des t r a c e s utilisable,:
* - ---- -5
de rayures trouvés
C ---- ---lors de--lgaktaque_du
Delhaize de Rixensart-Genval
- - -
c le 1
1f é v r i e r 1983 ont ét&irréfutablement tirés l e Kuger n o
,
C e t t e r&ract.a+i nn A n a P t & Ab P ~ , . W C I - . r i ~ i r A o .
mrsque@3cf$)Ifa r e p r i s l a voie des aveux, il a r a j o u t é en t a n t que
p a r t i ~ i p a n t i ~ ~ E p ~ ~ ; ~ ~ q ~ i ~ t - B & l ~ g ~
c e après les déclarations q u ' i l
a f a i t e s l o r s de son audition à Charleroi dans l e cadre de l ' i n s t r u c -
t i o n r e l a t i v e au double meurtre d'Anderlues commis l e ler décembre
1983.
A noter que dans ses déclarations à CharleroigWudet) a f a i t
l e s mêmes déclarations que_=&&
Chaque f o i s q u e m W ; a été i n t e r r o g é en vue d'obtenir des renseigne
. ments qui auraient permis de retrouver des .éléments matériels e t
plus particulièrement des armes ou de désigner des endroits qui au-
r a i e n t pu s e r v i r de planque aux voitures volées, il a égaré l e s enquê- ;
teurs sur de fausses pistes, ce q u ' i l a admis chaque f o i s après les
v é r i f i c a t i o n s en prétendant a l o r s q u ' i l n ' a v a i t jamais été chargé
de s'occuper des armes et des voitures, désignant à c e t t e f i n s o i t
des CO-auteurs ou des t i e r s . Abstraction f a i t e des déclarations menson-,;.:
gères àe g6cKi visées ci-avant, il est noter que pour le r e s t e il e s t .!
assez p r é c i s dans ses aveux qui sont émaillés de d é t a i l s (sciemment+?-)
inexacts;
Le d e r n i e r interrogatoire de:Cocu dont j 'a i connaissance ,au stade
actuel de mon instruction,contient de nouveau une r é t r a c t a t i o n t o t a l e
de Cocu, sans plus amples explications. ( i n t e r r o g a t o i r e de l a B.S.R.
du 14 f é v r i e r 19841.
En ce q u i concerne ,~Gtievenart.
je ne 1'a i pas inculpé p o G le f a i t
du Colruyt de Nivelles, compte tenu des aveux e t r é t r a c t a t i o n s de
Cocu à son égard en c e qui concerne l e f a i t de Genval pour lequel
.,
il s e trouve toujours détenu, mon i n s t r u c t i o n s e toujours
quant à l a r é a l i t é de s a participation à ce d e r n i e r fait.. ,
En ce qui concerne DEBRUYIq Josiane qui s e t r o u v a i t . e n . l i b e r t 6 (mainle-
vée du mandat d ' a r r ê t pour l e H
.
U
. de Genvallelle a été inculpée l e
3 1 janvier 1984 e t confrontée avec Cocu qui a maintenu ses accusations
à son égard pour l e s f a i t s de Nivelles, mais e l l e a été l a i s s é e en
l i b e r t é avec votre accord par application de 1'a r t i c l e l e r alinéa 3
de l a l o i du 20 a v r i l 1874.
JIen viens maintenant au cas de VITTORIO e t B O U A ~ U D J ,<
I l s ont été placés sous mandat d ' a r r ê t par mon h ~ n o r é ' c o i l è ~ u e
l e Juge
d l I n s t r u c t i o n Biquet à Mons. Après desaaisissement par l a chambre du
conseil du t r i b u n a l dipremière instance de Mons, vous mf avez adressé
U
n r é q u i s i t o i r e complémentaire l e 2 janvier 1984,
27
Jfa i p l a c é ~ ~ M ~ o R I o ~ A - & ~ ~ ~ ~ ~ ~ s o u s
mandat dl a r r ê t l e 3 ianvier 1984
pour s a p a r t i c i p a t i o n au H
.
U de Houdeng-Goegnies commis l e 7 mai 1983,
un v o l q u a l i f i é commis dans l a n u i t du 8 au 9 mai 1983 à Colfontaini-
Warquignies, au H.U. de Genval du 1
1 f é v r i e r 1983 e t au t r i p l e meurtre
à Nivelles l e 17 septembre 1983. s /
%{
'
.
,
: #< >,
Déroulement succint du H;U. de Houdeng-Goegnies:
_ - - I I - - - - - - - - - - a - - _ _ - _ ' :
,,..':, c(:
,-';? g$
Deux auteurs e n t r e n t d a n s ' l e bureau du GEINNO-BM s i t u é çhaussee i . . s t v
Houtard, no 147 vers 19 heures 15. Ils y poussent un préposé et l e '--
menacent d'une arme. Deux préposés sont obligés de s e coucher par t e r r e ,
b
Le coffre-fort qui é t a i t ouvert e s t vidé de son contenu e t l ' a r g e n t
qui est compté par un préposé est également volé. L
e
s deux auteurs
q u i t t e n t l e magasin e t montent dans une voiture AUDI q u i s'avère avoir
----
t é volée à Etterbeek, l e 6 mai 1983. La voiture a été retrouvée après
l e s f a i t s à l a s o r t i e de l'autoroute, rue de Familleureux. Le b u t i n
emporté par l e s auteurs s ' é l è v e à environ.un million de francs.
~ x ~ o s e
succimdu vol q u a l i f i é à Warquignies
- - -
au ~r<ijfidicg
~ . O U
les auteurs du vol pénétrent dans l'immeuble du gérant cftune
agence de t i e r c é , après avoir f r a c t u r é l e chassis de l a f e n ê t r e d e
l a cu.isine à l f a i d e d'un pied de biche. En l'absence du p r é j u d i c i é ,
i l s accèdent à l ' é t a g e où ilsbérobent une malette contenant de 1'axgent,
pour un montant d e 88.000 F e w i r o n .
En c e q u i c o n c e r n e ~ V I ~ ~ ~ R i O ,
il a tout d'abord admis sa p a r t i c i p a t i o n .
comme guetteur l o r s q u l i l a été interrogé le 28 octobre-:.3983 .Parl a
:..
E R de Mons, mais il s'est r é t r a c t é l o r s q u ' i l a été interrogé' par .
Monsieur l e Juge d'Instruction Biquet, en précisant q u ' i l n ' a v a i t pas
p a r t i c i p é de manière active à c e coup puisqu 'il a v a i t :s,in&lement atten-
du les auteurs dans un café. Il a réadmis. sa partipatiofi comme guetteur
.... .
lorsque j e l ' a i i n t e r r o g é l e 3 janvier 1984. -.._ . .
Il a toujours admis avoir p a r t i c i p é au vol q u a l i f i é do6t': 5.'
a g i t 'ci-avant
avec l e nommé Bry José. BRY et ~ i t t o r i o ' m e t t e n t
en cause Estiévenart
e t son épouse pour c e vol, en ce se;ns que ikbruyn a u r a i t 610igné
l e préjudicid en s o r t a n t avec l u i au moment des . f a i t s e t q u ' ~ s t i é v e n a r t
a u r a i t p a r t i c i p é à 1'tlaboration du coup e t aurai+. reçu une p a r t ( 1/3
. -
.
environ) du butin. La r é a l i t é de l a s o r t i e de;~&bruynfavec
l e préjudici6
... .
est Gtablie, mais t a n t celle-ci que son mari n i e n t . t o u t e p a r t i c i p a t i o n
..
..
au f a i t .
Pour les f a i t s du Colruyt de Nivelles, l'évolution des déclarations
de e s t l a suivante.
Le 6 décembre 1983, Vittorio a déclaré à l a B.S-R. de Nivelles ,après
avoir admis q u ' i l s e l i v r a i t à de nombreuses reconnaissances pour
,
, u
des hold up, q u ' i l avait f a i t plusieurs reconnaissances au Colruy d 3 7.,.
F .r
Nivelles, puis, qu' il devait convenir qutil était s u r place. En &alez-'
F i
de s a d é c l a r a t i o n il s e r é t r a c t e e t s ' e n t i e n t uniquement aux r-edon-
naissances -
Le 7 décembre 1983, il confirme s a participation au f a i t de Genval
devant l a B
.
S
.
R
. de Nivelles, ce q u ' i l a v a i t aàmis l e 6 e t d i t
q u ' i l s'y t r o u v a i t avec Cocu, Estiévenart e t B o u a r y ( C o c u ayant
d
e tiré avec son arme) @nsi qu'avec l3audeX
Le 16 décembre 1983, confronté à Cocu, il n i e t o u t en ce q u i concerne a.
Nivelles, même les reconnaissances.
Le 2 j a n v i e r 1984, toujours à l a B.S.R. de Nivelles, il admet q u ' i l ,''
est venu s u r les lieux du Colruyt de Nivelles en vue de f a i r e un
vol au coffre-fort, à t i t r e de reconnaissance, mais sans p a r t i c i p a t i o n '
au coup.
'1 a adm's
Le même jour devant rnoit/Sa p a r t c i p a t i o n corne guetteur aux H
.
U
. de
Genval e t Houdeng-Goegnies et: . ê t r e e n t r é à l ' i n t é r i e u r du Colruyt. -
de Nivelles l e 17 septembre 83.
L
Iaprès-midi, il admet l e vol des bonbonnes, d e l a Saab (reconnaiçsant , ..
:< . .
a v o i r t u é à cet occasion l e chien avec son 22~EZ)eta ~ o i r . ~ ~ d é c o ~ ~ é
l a p o r t e du Colruyt de Nivelles au chalumeau.
Le 4 j a n v i e r 1984 il f a i t une d é c l q a t i o n importanteà l a B
.
S
. R. de
Nivelles (p.v. na 5) en disant q u ' i l a t i r é dans l a d i r e è t i o n des
personnes de l a Mercédès sans viser e t qu'i-l'a vidé son chargeur.
.... .
Comme CO-auteurs il c i t e Cocu ,Baudet François ~ e a n - ~ 1 a u d e " e t
' E::tL eve-
'
. .
nart. près avoir confirmé plusieurs f o i s ses aveux e t a v o i r é c r i t
des lettres à Estiévenart (cfr. p.v. BSR n) 106 du 24 janvier 19841
i 1 a encore confirmé ses aveux devant moi l e 10 'janvier 1984, ' l e 18
e t l e 19 janvier 1984. Dans une de ses- déclarations du 19 janvier 1984,
il indique q u ' i l a tiré avec un r i o t gun l o r s . d e 1 a . f u s i l l a d e sur 1 â
. ..
v o i t u r e d e police de Braine-l'Alleud. Dans une confrontàtion du même
jour avec Cocu, il admet avoir braqué l o r s q u l i l a commis l e coup de
..
. Genval. Le même jour Vittorio a admis q u ' i l y a v a i t en plus des
t ( Co-auteurs cités pour Nivelles, Balou Becker, Debruyn; Nardella
i e t Bouaroudj, mais c e en cours de confrontation avec Cocu.
r. Le 9 f é v r i e r 1984, VITTORIO S'est r é t r a c t é pour l e t o u t , à l'exception
dont il s i t u e l a dernière reconnaissance assez longtemps avant les
faits,-n'ont jamais été commis.
Après l e dessaisissement par l a chambre du conseil de Mons, j ' a i ./2
placé BOUAROUIU Kaci sous mandat d ' a r r ê t le 3 janvier 1984 pour lep
/.
hold up de Genval e t de Houdeng-Goegnies uniquement,ma convictiongi$3?
n ' é t a n t pas f a i t e en ce qui concerne s a participation aux f a i t s d '
Nivelles. . -
Les charges qui ont pésé sur l u i en ce q u i concerne l e mandat d ' a r r ê t
d é l i v r é sont les accusations de Cocu et de Vittorio.
b
Bouaroudj quant à l u i n i e t o u t en soutenant q u ' i l ne connaissait
pas Baudet avant d ' e n t r e r en prison (ce q u i est confirmé par une
déclaration récente de Baudet). Sa position est pratiquement l a même
en c e q u i concerne Cocu.
..
Plus pr6cisément pour l e coup de Houdeng-Ggegnies, il admet avoir
1'. :
effectué une reconnaissance à cet éoard mais soutient ncn r e ~ ~ l e r n e n t
n ' y avoir p r i s aucune part, mais encore avoir a v e r t i un membre de l a '
BSR de Mons de ce que l e coup a l l a i t se commettre l e lendemain (ce'
q u i e s t dénié sous l a f o i du serment devant moi par l e membre concerné
de l a B.S.R. de Mons'qui a ajouté q u ' i l est effectivement a r r i v é que.
Bouaroudj l u i donne des renseignements s u r des agissements délictueux -
-
de son entourage). Il f a u t noter que Vittorio a déclaré l o r s d e . s e s .
r é t r a c t a t i o n s complètes ou quasi du 9 f é v r i e r 1984 que &har;~dj é t a i t
venu chez l u i pour l u i réclamer une' p a r t du hold-up l u i reprocha* .
. ..
d'avoir f a i t l e hold up à son insu. D'après l e même Vittorio,Ebuaroudj
a u r a i t a g i de l a même manière à l'égard de Willy SKQWART.
.. . .
- .
~ s t i é v e n a r t
reconnait également avoir f a i t -une reconnaissance à Houdeng-
3 '
Goegnies, mais déclare avoir r e f u s é d'y participer. .
...... .
&s nommés.,NARDELLA, FRANCOIS,BECKER e t DRAIWP ori't .été SOUS
mandat d'a r r ê t par mon honoré collègue .-leJuge d l l n ç t r u c t i o n MAUFROID
de Charleroi pour l e double meurtre commis à Anderlues, l e - l e r
décembre 1903. A
u moment de l a rédaction de la présente des contacts
officieux ont été p r i s e n t r e Monsieur au froid et"moi-même e t e n t r e
l e s Parquets concernés en vue d'un éventuel dessaisis'sement.
En l ' é t a t actuj. de l ' i n s t r u c t i o n e t après avoir exaininé officieusement
. .
l e dossier d ' i n s t r u c t i o n r e l a t i f au double meurtre d 1 ~ n d e r l u e ç ,je
dois vous d i r e que je s u i s très réservé en ce qui concerne l'éven-
t u a l i t é de placer sous mandat d ' a r r ê t l e s quatre inculpés précités,
après jonction éventuelle du dossier de Charleroi à mon dossier 97 e t
298/83.
dossier r e l a t i f au double meurtre d8Anderlues est connexe à mon
dossier puisque deux armes u t i l i s é e s (Colt 45 e t p i s t o l e t 7,65 apparte-
n a i t à un des gendarmes de Nivelles) l ' o n t été t a n t à Anderlues
Colruyt d e Nivelles,et puisque c'est l a Golf GTI volée aux Trois
Canards à Ohain q u i a s e r v i à Anderlues.
Pour ma p a r t , j l e s t i m e que cette jonction e s t prématurée é t a n t donné
que j e ne dispose que d'un nombre limité d'enquêteurs dans mon arron- : -
dissement à q u i j ' a i donné mission de mettre t o u t . e n oeuvre pour élu- I
c i d e r les f a i t s de Genval e t de Nivelles,'ce qui débouchera de manière I
quasi c e r t a i n e s u r l ' é l u c i d a t i o n des autres f a i t s criminels liés. . . l
Dans cette optique, l e s devoirs que pourraient poursuivre d ' a u t r e s
as enquêteurs dans d ' a u t r e s arrondissements, l e cas échéant en colla-
boration avec m e s enquêteurs, ne pourrait .qu'être bénéfique à 1'éluci-
. .
dation de tous les f a i t s . I
1''.
e ) - - -
ComrnissLon5 rgg3tgir.e~-i_ntefnzti-o~aIe~:
En d a t e du 2 janvier 1984, j l a i adressé une conmission rogatoire e n :
Allemagne en vue d'effectuer uneeperquisition chez un nommé SCHMITZ
Johan e t de procéder à son audition e t à c e l l e de Von Majewski Herri-
bert. D e s c o n t a c t s e n t r e l a P.J. de Nivelles e t l e s a u t o r i t é s de
polices allemandes il r é s u l t a i t en e f f e t que ces deux personnes auraient
pu donner des renseignements s u r les auteurs des meurtres dits..'tdu
Brabant Wallon': .-
.: '
,
.
Cette commission rogatoire'exécutée à l a mi-février ('je n ' a l pas
, encore reçu l e p.v. de l a P
.
J
.
) a permis d'obtenir notamment deux
noms de suspects, ce qui donnera l i e u à des v é r i f i c a t i o n s par l a
..
Police J u d i c i a i r e de Nivelles.
J
k 10 f é v r i e r 1984, j i a i adressé une commission r o g a t o i r e à
rnon honoré collè-e l e Doyen des Juges d l I n s t r u c t i o n 'à Valenciennes
par l a voie diplomatique par l e canal de votre o f f i c e en vue notamment
d 9 e f f e c t u e r des v é r i f i c a t i o n s concernant un c e r t a i n BEN MIïDUD Mohamed
residcnt à Quidvrechain lequel, selon.une des premières déclarations
I
d e V i t t o r i o , a u r a i t racheté l l i n s t a l l a t i o n radi&.k .,Fi
enlevée de l a
,
voiture Saah. J l a t t e n d s que votre office autorisek.la i3.S.B à se rendre
1
. .
en France pour l'exécution de c e devoir. . .
Compte tenu du f a i t que je ne dispose que d'un s e u l élément maté-
riel ( l e Ruger P. 38 de Cocu) u t i l i s é certainement à Genvaî. e t
probablement à Halle, d'une part, et que, d'autre part, je suis confr
té, à des aveux e t des rétractations e t q u ' i l est constant que des
innocents ont é t 6 mis.- en cause ou pourraient encore ê t r e détenus,
ce qui trouve appui dans l'examen attentif de l'enquête effectuée
en ce qui concerne les relations entre l e s différents inculpés, il
me parait que des charges importantes pèsent s u r Cocu Michel e t
dans une moindre mesure sur Baudet Michel e t Vittorio Adrien ( à pro-
pos duquel de mani&re,toutà f a i t subjective, on ne peut exclure
I
t*
q u ' i l y ait de.la mythomanie). Par contre en ce q u i concerne E s t i é -
venart e t Bouaroudj, l e s charges m
e paraissent être extrêment minces '.
compte tenu notamment du faitx%bmmmt.quton peut difficilement sou-
t e n i r quziiu Staicnt CR r ~ ï a t i o navec COCU au moment du hold UP de ,'
Genval. Il semble de plus illogique e t relativement invraisemblable ,
qutEstiévenart aurait racheté et revendu à un tiers une arme qui i
aurait s e r v i à un hold up auquel il aurait personnellement participé.
Je vous p r i e dl agréer, Monsieur l e Procureur du Roi,<1'assurance
.
de m
a considération très diçtingu6e.
<,e Clôturé à Nivelles, l e 20 f é v r i e r 1984.
' INTERROGATOIRE
.. .
,
t '
L'an mii neuf cent su&&x quatre-vingt-trois
( k .vingt-quatre 'novembre . A ' 19
I Devant Nous, Guy WEZEL
. -
heures 40 .
1 juge d'inshcti~n.au T n i d de premihè instance A Nivelles
1 as&G de notre greffier, Miknevicius Maria i
:
&
étant à la prison, avenue de Bmlet, no 4 à Nivelles 4
a comparu la personne ci-après désignée, qui nous a &clad en h g g e fran&e, sur notre
interpellation :
Question: Quels sont vos nom, prEnoms, lieu et date de naissance, dtatcivil, profession et
domicile?
Ré&mse: COCU Michel, déjà interrogé. a
-
Question :Avez-vous déjA Cté condamnée?
, .
Réponse: -
Question :Avrnvouî fait choix d'an ynwil?
1 '
R6pnse: .- & . . ' -
. .
Je vais vous dire toute la vérité. '
J1aicommencé par être le chauffeur du hold up de Genval, ensuite
jtaiparticipé,toujou2s comme chauffeur,aux hold up de Uccle,
fin tëvrier, de Halle, le 3 mars 1983,-c'était, je crois, un vendre-
di,- et du Colruyt de Nivelles, ie:ly septem'bre1y83.
Je me souviens qu'à ÿenval et a Uccle, il s'agissait de hold up
dqns magasin Delhaize. . :
En ce qui concerne Nivelles, je vous affirme que, comme pour tout
le reste, jlétaischauffeur.
Je vous assure que je n'ai jamais tiré.
Je n'ai jamais voulu personnellement être anné à l'occasion de
tous ces hold up. --
0 Pour le Colruyt de Nivelles, nous sommes partis à trois de Wasmes
Y
soit moi-même,
dans la voiture R. 4 rouge d'Adriao aux environs de 2
1 heures .
Baudet et Adriam
.30ou 22 heures. Nous nous sommes rendus au garage de Drogenbos.
R eA.
Dans ce garage on pouvait mettre facihent cinq ou six voitures. 7
Là se trouvaient la voiture Saab de couleur genre gris métallisé
et la B.M.W. que j'ai conduite, ,
De là Adriano et Eaudet cnt pris place dans la voiture BMW que
. . , . ..
, . I d j'ai conduite. Nous sommes venus par l'autoroute et nous sommes
sortis de celle-ci pas loin du Colruyt. Les autres,au nombre
* . 1 . I .<, ' I -
. .
de quatre,ont pris la SAAB. Nous nous sommes suivis jusqu'au
lieu des faits.
La Saab a pénétré la première sur le parking du Colmyt de
Nivelles. La Saab s'est d'abord garée sur le parking arrière
du Colruyt par rapport à la chaussée. En ce qui me concerne, je
me suis arrêté avec la B.W. à hauteur de la porte arrière qui
. devait Gtre en métal. Pendant que je restais au volant de la voitur
Adriano et Baudet ont déchargé deux bonbonnes et u
n chalumeau,
ainsi qu'une pince Monseigneur. an a encore déchargé un marteau
et des tournevis. Dès que les
. .
deux voitures ont pénétré sur le
parking les phares ont été éteints. D'après mes souvenirs,il devait
être entrgfninuit et une heure du matin. D'après moi pour faire
le trajet de Wasmes à Bruxelles, nous avons mis à peu près une
heure. En effet+entreBruxelles et Wasmes,il y a environ 77 km
donc un peu moins jusque Drogenbos. Deux des quatre personnes
qui se trouvaient dans la voiture Saab sorrtdescendues pour aider
à décharger le matériel se trouvant dans la B
.
M
.
W
. Une fois ce
déchargement effectué, je me suis mis avec la BIW sur le parking
du bâtiment d
'
à côté de f,açon à pouvoir partir directement
sur Bruxelles, l'avant de la voiture étant dirigé vers la chaussée;
De l'endroit où je me trouvais avec le moteur en marche, je pouvaie
voir le magasin et les pompes à essence, mais pas l'arrière du
magasin, ni la porte de derrière. Pendat que jtattendaisseul à
'l'endroit que je viens de vous indiquer,Baudet se trouvait sur .
un c0in.d~
magasin soit au point 1 du-croquisque je dresse devant
vous* J'indique au point 2 l'endroit où je stationnais à llintériei
de la B
.
M
.
W
. Je.vous indique au point 3 1'endroit approximatif
-- -
des Pompes à essence, au point quatre 1
1endroi Ù la Saab
2-3
 I /3
i .. '. .*-t
. CABINET 1
a été chargée 66 mqchandi'se$ proven,hnt du magasin. A leur manière
. .
de porter les affaires,jqai vu quelc'était des marchandises et non
de l'argent. Par après,j'ai appris qu'ils avaient pris du whisky,
I
G . ~ . ~ . E L
..-.-.-.-..-.
1 -..-"........ . .
II.
des alcools, des cigarettes, du café et des bouteilles d'huile.
C'est eux qui me l'ont dit.
A votre question je vous réponds que les deux bonbonnes avaient une
taille entre cinquante et quatre-vingt centimètres, l'une m
'
a
semblé Qtre de coule* rouge et l'autre de couleur bleue. Il ne
s'agissait enltout cas pas de grandes bonbonnes.
Alors qu'ils étaient en train de charger les marchandises, une
voiture Mercédès est arrivée, c'était une voiture de couleur blanche
COCU Michel
.du 24,novembre 1983
ou crème, en tout cas de couleur claire, pour prendre de l'essence
pisqu'elle s'est asrêtée aux Fornoes. E h réalité,je ne l'ai pas vue
au moment où elle arrivait mais je l'ai vue au moment où elle
était arrêtée aux pompes, J'ai dirigé mon regard vers les pompes,
puisque j'ai entendu que Baudet criait. Baudet a alors couru vers
ma voiture et s'.est assis à llarrièfe. pendant que Baudet se dirigeai
vers ma voiture;j'ai vu que l'homme conducteur de la voiture Mercédèe
en sortait, '
A votre question je vous précise que pour moi je n'ai
pas vu'cet home faire le plein de'sa voiture, Deux des auteurs
(occupants derlaSAAB.pou2 venir sur les lieux des faits) se sont
mis à courir sur la voiture Mercédès. J'ai entendu des coups de
feu et jlaivu llhommetomber par terre, Ehsuite jlaivu qu'on
tirait la femme de la voiture, mais je n'ai pas vu qu'après 1''avoir
sortie de la voiture,on a tiré -dessus
.. .A ce moment là l'un des
autehs'dont je viens de parler ci-avant est monté et a pris le volar
de la Mercédès. Je dois préciser qu'au moment des coups de feu Adria-
no est arrivé en courant pour monter dans ma voiture. Baudet faisait
le guet et n'était donc pas armé. Adriano avait un 38 spécial à bail
let. Comme arme je me souviens d'un riotgun et je sais qu'ils ont
tiré sur les gendarmes avec cette arme. Je suis sûr et certain qu'il
y avait également un 9 mm automatique. Un des quatre auteurs de la
SAAB avait un revolver à-barillet22LR. C'est pendant que jfétais
parpué après le déchargement du matériel que les armes qui se trou-
vaient dans la ShAB ont été distribuées. Je p e ~ ~
également vous dire
que tout le monde avait des-giietsppare-ballesà l'exception de
Baudet et de moi-même. Je vous assure que je ne sais pas où ils
q s ~vaientobtenus. 11s ont dit que c'étaitfiremière fois
a
- Y
les mettaient. Jfaiainsi compris qu'ils les avaient depuis quelque
, jours.
Ce que je sais c'est qu'au garage de D~ogenbos,les gilets pare-
balles ont été distribu28 à tous ceux qui "èvaient rentrer dans le
magasin plus àu chauffeur de la Saab. Je Peux vous dire que comme
c w b i n e il n'y avaient que des riotgunç.Q~d je vous ai parlé
dqun22 LR je n'exclus pas l'hypothèse qu'il pourrait en fait
s'agir d'un xi&a pistolet. avec chargeur,
. . Personnellement je n'ai pas eu l'arme en main. 11 se pourrait
. -
. également que celui qui avait le 22 LR a déchargé son revolver
pour le recharger ensuite.
y . Ce que je peux dire égalementt/
qu'au moment des coups de feu tirés
c'est
sur les occupants de la Mercédès,ilsont tiré avec des armes de poing,
Dès q u e l ~ a u t e u r q u i s ~ e s t m i s a u v o l a n t d e l a M e r c ~ d è s a m i s
le .
. moteur de celle-ci en route, j
'
a
i quitté le parking où je me trouvair
en direction de Bruxelles en ayant à mon bon3 Baudet et Adriano.
Dans notre voiture seul Adkiano avait un 38 spécial. J'ai en effet
vu qu'il avait cette arme lorsqu'il est rentré dans ma voiture daas
les ccjUitions qce ,je -:süs ûi izUi,Ses ci=z:~~zt.
N ~ u çwons sgivi
la chaussée qui longe le Colruyt en direction de Bruxelles.
$b e u c e e v e n a n t un peu en ~ i è r e
dans mon récit, je vous précise que 1
1
femme a été trafnée par l'un des auteurs vers l'arrière de la voiture
Mercédès. Je dessine sur le croquis la voiture Mercédès e
J
j
$
,
'
Z
L
c
ô
-
&
$
des pompes,l'avant de la Mercédès dirigé vers la chaussée, donc
d'après moiy la pompe se trouvait à gauche par rapport à l'homme
de la Mercédès, r?i ce qui me concerne, j'ai v
u tomber l'homme, puis
je ne l
'
a
i plus vu. Pendant qu'un des auteurs montait dans la Mercé-
dès et que l'autre traînait la fernme,un troisième auteur est arrivé
. à côté de la voiture Mercédès et il s'est abaissé. Je n'ai rien vu
d'autre parce que tout de suite après j'ai.démarré.
Au moment où j'allais rejoindre la chaussée.en quittant mon parking
j'ai 4 les phares d'une camionnette.fif~~s~eine
parcouru deux
cents mètres quQdriano a dit c'est les gendarmes. Jfaientendu
ainsi que mes passagers des coups de feu. 3'ai alors arrêté ma
voiture BMW à cinq ou six cents.mètresdu Colruyt. On a attendu
quelques minutes, j'ai alors vu la FIercédès arriver et nous dépasser
et plus exactement nous contourner et la Saab qui la suivait. Je leu
a3 laissé prendre une distance de cinq ou six cents mètres devant moj
et je les ai suivis. Je voyais les feux de position de la Saab. On
a roulé jusqu'au moment où il y a eu un barrage. En ce qui me concen
je devais me trouver à un kilomètre environ du barrage quand je l'ai
C vu. Quand j'ai vu ce barrage,je me suis doilté que c'était pour nous.
. - - .- . . - . -
Jtaialors pris la première route pour sortir de la chaussée principz
 1 a n+ i l m. -
,
-
h
l n n . 9 - nlza-: .
L -.-. -
,
. 1 . - 2 L..-. 5 - --- -
Guy .WEZEL
COCU Michel
_..._.._..___..._._-..-.
.
.
.
.
.
.
.
.
( du 2.4 novembre 1983
Nous avions prévu un point de chute avec une voiture Fiat 132
qui avait été amen& la veille sur le parking de la gare de
1 Braine-l'Alleud. Cette voiture ne ee trouvait pas à l'entrée
-.,
1 principale de la gare mais un peu plus loin. J 'ai omis ae vous
~ ., . 1 dira qu'il y avait un quatrième auteur dans ma voiixx.5 qui a éidé
1 Donc,pour en revenir au point de chute à la gaze il était convenu
.
) ,
* . , , -
, . , . , ; J * :
i
que nous nous retrouvednnçtous à la gaze et que là on verrait
çtil 31!y &-<&+ 3 ~ 5 de j j r ~ b l S u ; ~ ~ ,
Dans le cas il cxrait
à aécbger la voiture W. Celui-ci m
'
a été présenté comme habitant
la région de Baine-1'Alleud et connaissant bien la route. 11 a
fait avec Adriano, Baudet et moi-même le trajet de Drogenbos au I<
. .
1 pas eu de problèmes, le contenu de la SAAB devait être déchargé
5 - .
. ,
Colruyt de Nivelles et il a réintégré ma voiture au -moment
. . .
5
.f
. . . qu'Adriano. 8'
1 dans la Fiat pour éviter des problèmes en cas de contrôle et
cette Fiat ne devait être récuperee que le lendemain. buand je parle
du contenu ici ;
j
e veux préciser qu'il s'agissait de l'argent qu'on
aurait dQ normalement avoir, des armes, des gilets pare-balles
..
chalumeau et bonbonnes etc.
1 Je ne sais pas si la voiture Fiat avait été volée ou non.
en compagnie dtAdrianoet de Baudet, nous avons attendu environaune
demie heure. Voyant le temps passer, nous avons pensé que les
autres avaient été pris. Nous avons décidé de partir de notre
@
, .
1 côté à Bruxelles pour reconduire la B
.
M
.
W
. Sur les indications
. . .
Donc s'il n'y avait pas eu de problèmes nous aurions d
f
i rejoindre .
. .
Bruxelles avec la Saab et la BMW mais en conservant un- temps
de dix minutes u
n quart d'heure entre les deux voitures.
Mais étant donné l'incident du barrage dans lequel ont été impli-
quées la Mercédès et la Saab, j'ai sur indications du Brainois qui.
se trouvait dans la EiMW,rejoint la gare de Braine-ltAlleud. Et donc,
du Brainois, j'ai traversé raine-1'Alleud et nous avons pris une
chaussée en direction de Bruxelles. Arrivés à un carrefour, un des
auteurs de la SAAB nous a fait des signes sur la route alors que
1 les autres étaient camouflés. Je crois qu'ils ne s'attendaient
pas a nous voir. Quand à quatre ils sont montés dans la voiture,
l'un d.'eux a dit que si ce n'était pas nous ils auraient braqué le
premier automobiliste venu pour prendre sa voiture et f
&
c
i
e
*
~
~
,
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel
Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel

Contenu connexe

Tendances

Dossier Walter De Bock over de Roze Balletten
Dossier Walter De Bock over de Roze BallettenDossier Walter De Bock over de Roze Balletten
Dossier Walter De Bock over de Roze Balletten
Thierry Debels
 
De foute contacten van prins Albert
De foute contacten van prins AlbertDe foute contacten van prins Albert
De foute contacten van prins Albert
Thierry Debels
 
De Bende en extreem-rechts: een dood spoor
De Bende en extreem-rechts: een dood spoorDe Bende en extreem-rechts: een dood spoor
De Bende en extreem-rechts: een dood spoor
Thierry Debels
 
De spaanse erfenis van Fabiola
De spaanse erfenis van FabiolaDe spaanse erfenis van Fabiola
De spaanse erfenis van Fabiola
Thierry Debels
 
Revista Veja - 01/06/2011
Revista Veja - 01/06/2011Revista Veja - 01/06/2011
Revista Veja - 01/06/2011
Gilson Deretti
 
Kroongeheimen - Thierry Debels
Kroongeheimen - Thierry DebelsKroongeheimen - Thierry Debels
Kroongeheimen - Thierry Debels
Thierry Debels
 
Konan 004 privju
Konan 004 privjuKonan 004 privju
Konan 004 privju
zoran radovic
 
Dat wist je nog niet over Filip
Dat wist je nog niet over FilipDat wist je nog niet over Filip
Dat wist je nog niet over Filip
Thierry Debels
 
De verborgen kant van koning Boudewijn
De verborgen kant van koning BoudewijnDe verborgen kant van koning Boudewijn
De verborgen kant van koning Boudewijn
Thierry Debels
 
Nindja 005 vejd barker - crni carobnjak
Nindja 005   vejd barker - crni carobnjakNindja 005   vejd barker - crni carobnjak
Nindja 005 vejd barker - crni carobnjak
zoran radovic
 
Slides Lição 07, Central Gospel, As Duas Testemunhas Do Final Dos Tempos.pptx
Slides Lição 07, Central Gospel, As Duas Testemunhas Do Final Dos Tempos.pptxSlides Lição 07, Central Gospel, As Duas Testemunhas Do Final Dos Tempos.pptx
Slides Lição 07, Central Gospel, As Duas Testemunhas Do Final Dos Tempos.pptx
LuizHenriquedeAlmeid6
 
Attestation de stage
Attestation de stageAttestation de stage
Attestation de stage
Patrick Hajj
 
Mark Dybul Character Reference for Serhat Gumrukcu.pdf
Mark Dybul Character Reference for Serhat Gumrukcu.pdfMark Dybul Character Reference for Serhat Gumrukcu.pdf
Mark Dybul Character Reference for Serhat Gumrukcu.pdf
Hindenburg Research
 
Vajat erp 138
Vajat erp 138Vajat erp 138
Vajat erp 138
zoran radovic
 
Westland New Post
Westland New PostWestland New Post
Westland New Post
Thierry Debels
 
Sejn 058 dzek slejd - djavolski rancer
Sejn 058   dzek slejd - djavolski rancer Sejn 058   dzek slejd - djavolski rancer
Sejn 058 dzek slejd - djavolski rancer
Balkanski Posetilac
 
Click on ukraine book 1
Click on ukraine book 1Click on ukraine book 1
Click on ukraine book 1
Yulia Karpenko
 
ZAGOR LMAX32_Tajna Druida
ZAGOR LMAX32_Tajna DruidaZAGOR LMAX32_Tajna Druida
ZAGOR LMAX32_Tajna Druida
Stripovizijacom
 
Vajat erp 130
Vajat erp 130Vajat erp 130
Vajat erp 130
zoran radovic
 

Tendances (20)

Dossier Walter De Bock over de Roze Balletten
Dossier Walter De Bock over de Roze BallettenDossier Walter De Bock over de Roze Balletten
Dossier Walter De Bock over de Roze Balletten
 
De foute contacten van prins Albert
De foute contacten van prins AlbertDe foute contacten van prins Albert
De foute contacten van prins Albert
 
De Bende en extreem-rechts: een dood spoor
De Bende en extreem-rechts: een dood spoorDe Bende en extreem-rechts: een dood spoor
De Bende en extreem-rechts: een dood spoor
 
De spaanse erfenis van Fabiola
De spaanse erfenis van FabiolaDe spaanse erfenis van Fabiola
De spaanse erfenis van Fabiola
 
Revista Veja - 01/06/2011
Revista Veja - 01/06/2011Revista Veja - 01/06/2011
Revista Veja - 01/06/2011
 
Kroongeheimen - Thierry Debels
Kroongeheimen - Thierry DebelsKroongeheimen - Thierry Debels
Kroongeheimen - Thierry Debels
 
Konan 004 privju
Konan 004 privjuKonan 004 privju
Konan 004 privju
 
Dat wist je nog niet over Filip
Dat wist je nog niet over FilipDat wist je nog niet over Filip
Dat wist je nog niet over Filip
 
De verborgen kant van koning Boudewijn
De verborgen kant van koning BoudewijnDe verborgen kant van koning Boudewijn
De verborgen kant van koning Boudewijn
 
Nindja 005 vejd barker - crni carobnjak
Nindja 005   vejd barker - crni carobnjakNindja 005   vejd barker - crni carobnjak
Nindja 005 vejd barker - crni carobnjak
 
Slides Lição 07, Central Gospel, As Duas Testemunhas Do Final Dos Tempos.pptx
Slides Lição 07, Central Gospel, As Duas Testemunhas Do Final Dos Tempos.pptxSlides Lição 07, Central Gospel, As Duas Testemunhas Do Final Dos Tempos.pptx
Slides Lição 07, Central Gospel, As Duas Testemunhas Do Final Dos Tempos.pptx
 
Attestation de stage
Attestation de stageAttestation de stage
Attestation de stage
 
Mark Dybul Character Reference for Serhat Gumrukcu.pdf
Mark Dybul Character Reference for Serhat Gumrukcu.pdfMark Dybul Character Reference for Serhat Gumrukcu.pdf
Mark Dybul Character Reference for Serhat Gumrukcu.pdf
 
Vajat erp 138
Vajat erp 138Vajat erp 138
Vajat erp 138
 
Westland New Post
Westland New PostWestland New Post
Westland New Post
 
Sejn 058 dzek slejd - djavolski rancer
Sejn 058   dzek slejd - djavolski rancer Sejn 058   dzek slejd - djavolski rancer
Sejn 058 dzek slejd - djavolski rancer
 
Click on ukraine book 1
Click on ukraine book 1Click on ukraine book 1
Click on ukraine book 1
 
ZAGOR LMAX32_Tajna Druida
ZAGOR LMAX32_Tajna DruidaZAGOR LMAX32_Tajna Druida
ZAGOR LMAX32_Tajna Druida
 
Eos 600 d
Eos 600 dEos 600 d
Eos 600 d
 
Vajat erp 130
Vajat erp 130Vajat erp 130
Vajat erp 130
 

Plus de Thierry Debels

Oprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
Oprichtingsakte firma Lincelles prins AndrewOprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
Oprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
Thierry Debels
 
AVROX - Modification non statutaire de mandataires
AVROX -  Modification non statutaire de mandatairesAVROX -  Modification non statutaire de mandataires
AVROX - Modification non statutaire de mandataires
Thierry Debels
 
AstraZeneca - Transparency register EU
AstraZeneca - Transparency register  EUAstraZeneca - Transparency register  EU
AstraZeneca - Transparency register EU
Thierry Debels
 
Kamerbrief erkenning Stay Behind
Kamerbrief erkenning Stay BehindKamerbrief erkenning Stay Behind
Kamerbrief erkenning Stay Behind
Thierry Debels
 
Financiering moskeeën in Vlaanderen
Financiering moskeeën in VlaanderenFinanciering moskeeën in Vlaanderen
Financiering moskeeën in Vlaanderen
Thierry Debels
 
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en MoslimdeskundigenVerslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
Thierry Debels
 
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
Thierry Debels
 
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
Thierry Debels
 
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
Thierry Debels
 
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
Thierry Debels
 
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
Thierry Debels
 
EudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
EudraVigilance - Comirnaty - Individual casesEudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
EudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
Thierry Debels
 
Démission administrateur Avrox
Démission administrateur AvroxDémission administrateur Avrox
Démission administrateur Avrox
Thierry Debels
 
So Sense SA
So Sense SASo Sense SA
So Sense SA
Thierry Debels
 
Registratie BioNTech in lobbyregister EU
Registratie BioNTech in lobbyregister EURegistratie BioNTech in lobbyregister EU
Registratie BioNTech in lobbyregister EU
Thierry Debels
 
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSELPOLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
Thierry Debels
 
Projectoproep delen Antwerpse stadsvloot
Projectoproep delen Antwerpse stadsvlootProjectoproep delen Antwerpse stadsvloot
Projectoproep delen Antwerpse stadsvloot
Thierry Debels
 
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy NetworkAanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
Thierry Debels
 
Collegebesluit houdende de subsidiëring en de niet-subsidiëring van kunsten -...
Collegebesluit houdende de subsidiëring en de niet-subsidiëring van kunsten -...Collegebesluit houdende de subsidiëring en de niet-subsidiëring van kunsten -...
Collegebesluit houdende de subsidiëring en de niet-subsidiëring van kunsten -...
Thierry Debels
 
Laeken - Château Royal - Accessibilité tunnel souterrain
Laeken - Château Royal - Accessibilité tunnel souterrain Laeken - Château Royal - Accessibilité tunnel souterrain
Laeken - Château Royal - Accessibilité tunnel souterrain
Thierry Debels
 

Plus de Thierry Debels (20)

Oprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
Oprichtingsakte firma Lincelles prins AndrewOprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
Oprichtingsakte firma Lincelles prins Andrew
 
AVROX - Modification non statutaire de mandataires
AVROX -  Modification non statutaire de mandatairesAVROX -  Modification non statutaire de mandataires
AVROX - Modification non statutaire de mandataires
 
AstraZeneca - Transparency register EU
AstraZeneca - Transparency register  EUAstraZeneca - Transparency register  EU
AstraZeneca - Transparency register EU
 
Kamerbrief erkenning Stay Behind
Kamerbrief erkenning Stay BehindKamerbrief erkenning Stay Behind
Kamerbrief erkenning Stay Behind
 
Financiering moskeeën in Vlaanderen
Financiering moskeeën in VlaanderenFinanciering moskeeën in Vlaanderen
Financiering moskeeën in Vlaanderen
 
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en MoslimdeskundigenVerslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
Verslag vzw Platform van Vlaamse Imams en Moslimdeskundigen
 
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
EudraVigilance - Moderna covid MRNA vaccine up to 13/2/21
 
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
Mogelijke bijwerkingen Pfizer-vaccin Europa tot 13/2/21
 
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
Afsprakennota LGU Academy vzw 2018
 
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
The number of individual cases identified in EudraVigilance for TOZINAMERAN i...
 
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
List of meetings Bill & Melinda Gates Foundation has held with Commissioners,...
 
EudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
EudraVigilance - Comirnaty - Individual casesEudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
EudraVigilance - Comirnaty - Individual cases
 
Démission administrateur Avrox
Démission administrateur AvroxDémission administrateur Avrox
Démission administrateur Avrox
 
So Sense SA
So Sense SASo Sense SA
So Sense SA
 
Registratie BioNTech in lobbyregister EU
Registratie BioNTech in lobbyregister EURegistratie BioNTech in lobbyregister EU
Registratie BioNTech in lobbyregister EU
 
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSELPOLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
POLITIËLE CRIMINALITEITSSTATISTIEKEN - STAD BRUSSEL
 
Projectoproep delen Antwerpse stadsvloot
Projectoproep delen Antwerpse stadsvlootProjectoproep delen Antwerpse stadsvloot
Projectoproep delen Antwerpse stadsvloot
 
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy NetworkAanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
Aanstellingsformulier Frank Vandenbrouck bij Policy Network
 
Collegebesluit houdende de subsidiëring en de niet-subsidiëring van kunsten -...
Collegebesluit houdende de subsidiëring en de niet-subsidiëring van kunsten -...Collegebesluit houdende de subsidiëring en de niet-subsidiëring van kunsten -...
Collegebesluit houdende de subsidiëring en de niet-subsidiëring van kunsten -...
 
Laeken - Château Royal - Accessibilité tunnel souterrain
Laeken - Château Royal - Accessibilité tunnel souterrain Laeken - Château Royal - Accessibilité tunnel souterrain
Laeken - Château Royal - Accessibilité tunnel souterrain
 

Dernier

La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
Editions La Dondaine
 
Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
Zineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaineZineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaine
Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
Txaruka
 
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Auguste   Herbin.pptx Peintre   françaisAuguste   Herbin.pptx Peintre   français
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Txaruka
 
Droits et devoirs, éthique universitaire..
Droits et devoirs, éthique universitaire..Droits et devoirs, éthique universitaire..
Droits et devoirs, éthique universitaire..
TarikBouchala
 
1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x
NadineHG
 
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdfMÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
lebaobabbleu
 
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
NadineHG
 
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Friends of African Village Libraries
 
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGESGUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
DjibrilToure5
 
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdfA1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
lebaobabbleu
 

Dernier (10)

La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
La Révolution Bénédictine Casadéenne du Livradois-Forez: De Charlemagne à Fra...
 
Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
Zineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaineZineb Mekouar.pptx   Écrivaine  marocaine
Zineb Mekouar.pptx Écrivaine marocaine
 
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Auguste   Herbin.pptx Peintre   françaisAuguste   Herbin.pptx Peintre   français
Auguste Herbin.pptx Peintre français
 
Droits et devoirs, éthique universitaire..
Droits et devoirs, éthique universitaire..Droits et devoirs, éthique universitaire..
Droits et devoirs, éthique universitaire..
 
1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x
 
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdfMÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
 
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
 
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
Burkina Faso libraries newsletter for June 2024
 
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGESGUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
 
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdfA1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
 

Rapport Bende van Nijvel onderzoeksrechter Guy Wezel

  • 1. .: >', ' . . ‘ . - Dossier Nivelles, le -. NOUCC no 10.2 1.2864/83 du Parquet 7 {1.41.1145/83 du Parquet R ~ ~ ~ ~ ~ . ~ 1 . pe6~0nt0avec a r8pon.e A ~*.d,..~. nomlnativs du rfsnrtalro. - 4 ANNEXE q Ir @ ,/;- A , ] "a Monsieur le Procureur du Roi, . . Suite à votre apostille du 2 février 1984, je crois utile ,,. de faire un rapport plus complet que de coutume relativement au dossier : repris en marge, compte tenu des corrélations existant entre le triple meurtre pour faciliter le vol commis à Nivelles et d'autres faits meur- triers- Ces corrélations~sont essentiellement fondées sur les études . . . balistiques effectuées et sur les éléments recueillis & les enquêtë^&s * _ tant en ce qui concer'ne les dossiers dont je suis actuellement chargé ..... ! . . que les intructions ouvertes dans d'autres arrondissements, Jfai: Gti grâcé I L -... ... . . à 1'obligeance de mes honorés 'collèguesdl autres arrondis$&ments,consulter . . . . . . leur dossier. .- . . Je crois donc utile, en premier lieu, de vou<.'fai.re un bref . . . exposé de l'ensemble des faits criminels liés entre eux.ek;' ènsuite, de < -.. vous indiquer de manière plus précise l'état de mon instructi0.nen ce .. > . _ qui concerne les faits commis le 1 7 septembre 1983 au.lolruyt de Nivelles - . (no 298 de mon cabinet) auquel ont été joints 16 dodsier du'hold-up dc?' , ' -. Genval commis le 11 février 1983 (mon numéro 971, des notices qui,étaient - 1 à l'information et le dossier dlinstructiondont mon-honoré collègue . Monsieur le Juge dlInstructionBIQUET de'Mans a é t , é - : dessaisi (son no 448183) . . . . . ....... -. - .. - . . . . . - . . ' .. 1- VUE D'ENSEMBLE SUR LES FAITS CRIMINEU ... . . . . . .: .- - . . . ..- A. EXPOSE DES FAITS -------- . . - @if~l;'33"r"éc~=&%5gi~ un meurtre pour faciliter le v o ~ ' è s tcommis à 1 8 È m k avers 2 heures du matin sur la personne du concierge:J . Van Den -
  • 2. 2. @gpg)à 1'auberge du Chevalier appartenant à Joseph Jurion. L<i victime a été découverte l a t ê t e entourée d fun essui-éponge s u r a i i n , t ' ./- lit, les poignets e t chevilles l i é s . Huit p r o j e c t i l e s de 2 2 , i ~ kspnt ______ __ --.. -.---..- ----- ._- . retrouvés dans l a boîte crânienne. Sept d o u i l l e s ont été -.--.--... - - - On a constaté le vol de c a f é Braisor, de champagne Roederer, d!tin imperméanle beige court, d'une quinzaine d ' a s s i e t t e s "PoyaZ Schwabapu, d ' e s s u i e s e t de lavettes. Deux bouteilles d'alcool auraient é t é consorn- mées s u r place. L'instruction de c e dossier e s t menée par mon honoré coll&gue, l e Juge d'Instruction Kesteloot de Bruxelles (son dossier no 765/82 - notices du Parquet de Bruxelles no 30.78,3004/82). est découvert dans l e c o f f r e daun t a x i Mercédès, - - à MONS, l e cadavre du twimen tonst a n t i n ~ n g e l o u , % ~ domicilié à Laeken. - LRs constatations révèlent q u ' i l a été abattu de quatre p r o j e c t i l e s - *---- - - - - -.. . .. 22 LR tirés 'dans l a tête. Il est permis de c r o i r e q u ' i l a été tué l e -.-." *,,-.-... a 9 janvler 1983 vers 2 heures du matin par l e s malfaiteurs qu'il a i ?C prendre e n charge place Rogier à Bruxelles vers O heures 1 0 ' . ' . ~ e s ' a u - t e u r s l u i o n t volé une somme de 1 0 . 0 0 0 F environ, sa c a r t e d ' i d e n t i t é et son permis de conduire. L'instruction de ce dossier est menée par mon-honoré collègge, l e Juge d q l n s t r u c t i o n Biquet de Mons (son d o s s i e r no 15/83 - no.tices du Parquet de Hons, no 1284/83). . ... @ Le 28 janvier -1983à Watennael- Boitsfort; deux -mallfaLteurs sous l a menace d'une arme stemparent d'une voiture'Peugeot 504, conduite par lernommé DEWEE, chauffeur du Ministère de l a Culture Française. L'arme est d é c r i t e comme é t a n t un f u s i l ou m i t r a i l l e t t e , a v e c un canon . . de 80 c m environ muni d'un refroidisseur. La voiture - . Peugeot 504, pla- que D.705-Fjest l a voiture q u i a ensuite s e r v i aux auteurs du hold up commis à - _ e n v a l l e 1 1 f é v r i e r 1983. La notice'du Parquet de Bruxelles no 11.47.183/83 a été jointe à mon dossier d ' i n s t r u c t i o n 97/83 (hold up de env val.) lequel dossier est j o i n t par une ordonnance de l a Cnambre a du Conseil de Nivelles du 2 janvier 1984, sur réqüisitoire de votre o f f i c e du même jour à mon dossier no 298/83 (Triple meurtre du Colruyt de Nivelles - notices du Parquet de Nivelles.n0.10.21.2864/83) @:i,~;ez91 février 1983,' vers 19 heures 10' un hold yp est conrnis au .. PXQ-~~'~ e l % i z ë à G E N V A ~ ( ~ x e n s a r t ) par quatre auteurs masqués et/ou ~ a g o u l é s ,dont deux ou t r o i s braquent les caissières e t s'emparent de l a recette s'élevant à l a somme de 692.384 F. 1 1 est é t a b l i q u ' i l s - . . - - sont a r r i v é s s u r le parking du magasin et ont f u i après les f a i t s avec l a voitures@ F C J ~ ? ~ ~ ~ & ~ l e 78 i ? r ) . v i ~ - . - * o n 7 ' + '
  • 3. Dlautre p a r t , avant de f u i r , l'un des auteurs a tiré un 1 ---- --- -".-- eridirection d'un témoin (Culot Jacques) q u i se trouvait au s a v o i t u r e Audi. 1 1 est é t a b l i par l ' e x e r t i s e que -. -- P P. - - - tiré (dégâts matériels uniquement) est c e l l e q u i -- C _ _ _ _ I _ _ I ^ - . - -3. L'importance de cette arme sera mise en lumière ci-après. 1 C e d o s s i e r porte le ne 97i83 de mon cabinet (notices du Parquet de Nivelles no 11.41.1a45/83) e t e s t j o i n t par ordonnance de l a Chambre - du Conseil de Nivelles du 2 janvier 1984 à mon dossier no 298/831 @s);I&' 14 f é ~ k i e k " = l 9 8 3 ~ vers 19 heures 20' Madame VAN LIDTH DE-. J E F E - f .- -.-.. . - ---.---...- / ~ e n e v i è v e ,à Lasne-PlanCenoit, a : moment où elle r e n t r e chez elle, est . . 1 ---Y----. ..- - - - L . - -.. _,..* .-. ' c o n t r a i n t e d e donner sa voiture f3J~Igris"+anthracitê à un auteur qui 1 1 la menace avec un p i s t o l e t de gr*s calibre. Un deuxième auteur attend #l 1' le premier au volant d'une voiture qui, selon toute vraisemblance; est . 11 la P$~Qeot 504'!q-ui a -servi lors. du hold .up de Genval l e 12 f &rigr' 1983 ! -- 1'.: puisque cette voiture est découverte en soirée, l e 14 f é v r i e r à la 1 l i m i t e d e Lasne-Waterloo. A noter que l a Gblf volée e s t quasiment neuve . . fl,puisque selon s a conductrice l e Compteur i n d i q u a i t 270 kms. - 1 1est très I i important de r e t e n i r que ~ e t $ ~ - v d i t u r e est retrouvée à Iobbes-Thuin, , - - . * - --- --------- -.-- ----- ---- - l - k3 chemin de Hourpes, l e 9 juin 1983 à t r o i s c e n t s mètres de l ' e n d q i t où j - -- - - -- - -- - - --1- " $;! I t o n a retrouvé la voiture GOLF ?TI qui a été volée l o r s du meurt- &$:- .- -- -- - - --- - - - . - ! $2; commis sur l a personne du restaurateur des Trois Canards à Ohain le . - - - - - - - -- - - - - - 2 octobre 1983 e t u t i l i s é e favant d ' ê t r e abandonnée, d '"or& le 7 - _ - - - L octobre 1983 l o r s du hold up meurtrier commis à BeersGl e t ensuite .f '. - l e ler décembre 1983 l o r s du double meurtre sur lttpersonne de bijou- ! tiers commis à Anderlues, . . ... . . La n o t i c e du Parquet r e l a t i v e au vol de la..GOLF à La&e commis l e 14 f é v r i e r 1983 p o r t e l e numéro 11.29.544/83 e t est jointe.à.mon dossier no 97/83 lui-même j o i n t comme précisé ci-avant à mon d o s s i e r 298/83. @Le 25 f é v r i e r 1983: un hold up est cornmi; au Delhaize d9Uccle vers - 19 heurs 20' p a r t r o i s auteurs t dont un chauffeur ?) e t porte' s u r l a somme d'environ 6 0 0 . 0 F. Ce hold up f a i t une v i c t i m e gravement blessée aux jambes. S e l o n - l e s témoignages, on peut r e t e n i r q u t i l e s t f a i t usage d e deux revolvers (pas de corrélation balistiqüe g;ec. .$es' 'autres f a i t s ) , - mais p l u s h p o r t a n t e s t de r e t e n i r que l e s a u t e u r s ayraient f u i avec h une v o i t u r e ÇûLF, plaque CVN'? CNV ? CVN 788 ? {(voiture qui selon des aveux de 'Coq MicheXiest celle volée à Plancenoit l e 14 f é v r i e r 2983 " (cfr. sub 5) e t q u i a s e r v i également l o r s du hold up commis l e 3 mars 1983 à Halle au cours duquel le gérant du Colruyt a été abattu (cfr. sub 7 )
  • 4. Le clossiIr du h0.d up d'U.:cle porte l e m~ro 'lI.û6.480/83 des notices du Parriilet de &uxeller e t est joint S mon d o ~ s i e r 97/83. B q v e r s 19 heures 4 5 ' , un hold up e s t .b. d g t p s m " t l . Deux auteurs s'emparent d'une somme d'environ 700.000 F > . , a - e t tuent le gérant d'un p r o j e c t i l e dans l a tête. Les témoins rapportent 1 1'usage d une ~ULtiir:e'~%aLF>~ini"r~v%~&~aç_lte~~, plaque A. N .,? 66 . ' . - Le nommé Cocu Mi-chel a admis avoir conduit cette voiture e t donc d'avoir _ I I __-_ ---. ..-._ - "...------ 1 - " - -.- -_*_-.-- - -._____^__I . .- , - . . __ - ..- .-- particip-é--à-ce -,.<."--. hold - up comme chauffeur. L'expert en b a l i s t i q u e é t a b l i t 1 "1 ----- ' --..-.- l___l^l 1 . - - I ~ . d une corrélation avec L'&e de Cocu et je m'expliquerai'. s u r ce point T h 1 ':2 , , ci-après, /1- Les témoins rapportent également en ce qui concerne les f a i t s 6 e t 7 I 11 qu'un des auteurs a u t i l i s é une matraque. . I I Lfinstruction du hold up de Halle est menée par mon honoré collègue, l e .. i g Juge d'Instruction Mahieu de Bruxelles (son dossier no 176/83 - notices I' vIi: 6 Uü Parqüet de Brwteiiec, n' :@POU mémoire, l a voiture GOLF appartenant à Madune Van Lidt de -- * Jeude est retrouvée à Lûbbes Thuin le 9 juin 1983 complètement deshabil- - . -- - -- - lée (p,v. 28. 57. 987/83 de l a brigade de gendarmerie de Thuin). @Le 10"septembre 1983 à ~knisel (Temse - arrondissement de Termonde) .- 2 1 trois auteurs participent à un hold up au cours duquel est abattu l e . ' . .E i i concierge de la.finne@?~. WITTKK-VAN LANDEGEM (coups de feu dans l a . k I tête - 4 b a l l e s de 22 LR) e.t grièvement blessée son 4pouse:;bs auteurs s'emparent de g i l e t s pare-balles ( 5 à 7 ) . U n des auteurs a f a i t usage' - l d'un f u s i l de chasse c a l i b r e 12. Ainsi q u ' i l s e r a d i t ci-après, 1'expert a :i é t a b l i t une corrélation balistique certaine avec l e p i s t o l e t . 2 2 L i ? e t le f u s i l de chasse ( Riot Gun) dont il sera quescion dans l'exposé au l s u j e t de 1'ensemble des corrélations balistiques. Une voiture Saab volée au garage Jadot l e 8 juin IO83 a été employée ( v o i r sub 9) L'instruction du hold up meurtrier de chis se est menée par mon honoré collègue l e Juge dfInçtruction Serrus de ~ernionde(son dossier no , ( < ; , a . l - notices du Parquet de Termonde no 28,479/83) Q D M ~ la n u i t du 7 eu 8 juin -1983à ~ r a i n e = l * ~ l l e u d , une voiture i ,&&~;Tuibb 900 est volée avec escalade e t e f f r a c t i o n d'ans l a s a l l e - .. . d'exposition du garage Jadot à Braine-l'Alleud. Les auteurs s e sont .. .. i n t r o d u i t s par une lucarne et, selon l e préjudicié, il f a l l a i t connaî- tre les lieux. 1l.est très important de r e t e n i r qu'un desiauteurs ( a t u é l e chien Berger Allemand de Jadot avec un p i s t o l e t 22 LR. Les douilles examinées par l'expert en balistique l u i ont permis d ' é t a b l i r
  • 5. ----_- - . O avec certitucde- .ype ,cor_rélùSon ayecCcdd1 aulires f a i t s crimine-12 (voir ci-après). La Saab nirbo a été conduite par l e s auteurs du t r i p l e meurtre du Colruyt de Nivelles (17/9/83) c t a été retrouvée quel- ; & ques heures après ce t r i p l e meurtre à Braine-l'Alleud. La notice du Parquet de Nivelles no 11.02.2728/83 r e l a t i v e au à mon dossier 298/83. 83?(voif P. 17 e t suivantes) pour a c i l i t e r l e vol a été commis s u r l a personne du restaurateur,'"Clanii.ëa~~~5acques à l'auber "Trois =nardsn à Ohain. Les auteurs sont au nombre de deux au moins. Le restaurateur a été abpttu par l'un d'eux au moyen d'un p i s t o l e t 7'65, L'expertise e n b a l i s t i q u e a démontré l'existence d'un deuxième - 7,65. L'expert a estimé aux termes de son rapport q u ' i l e x i s t a i t une - chance sur 70 environ pour que ce f a i t criminel ne s o i t pas l i é balis- l tiquement avec l e t r i p l e meurtre du Colruyt de Nivelles. La victime a été abattue p a r un p r o j e c t i l e t i r é dans l a tête. Les auteurs ont volé l a v o i t u r e sS&S$ '~l% "rouge-appartenant à l a f i l l e du restaurateur l ' , e t il est é t a b l i que &a banquette a r r i è r e de c e t t e voiture a été retrou-. - -.--- vée s u r l e parking (ou aux abords) du Delhaize de Beersel l o r s des - e - - --. 1 recherches effectuées en vue de retrouver l e s auteurs du meurtre pour 1 f a c i l i t e r le vol, commis &.cet endroit le 7 octobre 1983 vers 19 h 501 (cfr.sub lî ci-après) . 4 Mon dossier r e l a t i f au hold up rn~urtrier de Ohain porte l e numéro , t I 308/83 - notices du Parquet de Nivelles no 10.27.1935/83).,.- . 5 @ fL; 7 roctabke3983, vers 19 hkuns 50, t r o i s ou quatre a& t e u r s commet- t e n t un hold up au Delh-aize de Beersel e t stemparent d'une somme d'envi-. i ron 1.100.000 F. Le gérant est abattu par un p r o j e c t i l e t i r é dans l a tête. L'expert en b a l i s t i q u e a é t a b l i que l e même f u s i l de chasse (Riot gun) a été u t i l i s é au Colruyt de Nivelles l e 17 septembre 2983 e t à Beersel l e 7 octobre 1983. Les auteurs o n t f a i t usage de l a voitureiGOLF GTI volée à Ohain (cfr. s u r 311 qui a v a i t é t b r e p e i n t e gross,ii.rement en noir. La banquet- t e a été formellement reconnue s u r l e s lieux par l ' é p o u ~ ~ du restaura- P tl défunt VAN CAMP. Cette même voiture a été u t i l i s 6 e par l e s auteurs -,d J , I du crime dlAnderlues, puis abandonnée à hbbes-Thuin, chemin de - i - ; Hourpes, incendiée, d a u t . décembre 1983 à t r o i s cents mètres du l i e u , I < , . , ioù a été retrouvée l a GOLF de Madame Van Lidth d e Jeude. ' ---- --- - Le meurtre de Peersel est i n s t r u i t par mon honoré collégue, l e ( Juge d ' I n s t r u c t i o n Bellemans de Bruxelles (son d o s s i e r 440/83 - notices du Parquet de Bruxelles na 10-70.857/83) I .
  • 6. 4 y:;*, sont a b a t t u s R % n c d è E ï % $ > Les auteurs de ce crime ont f a i t usage de l a , jd$ également l o r s du hold u~ de Beersel (banquette, voir: sub 12'). - - - p - . - - - - - L'expert en b a l i s t i q u e é t a b l i t de manière c e r t a i n e l ' u s a g e du Colt qui a servi au Colruyt de Nivellcs e t d'un des 7,65 p r i s aux gendarmes --- -- - - - . I I - --.'-WU --A.- - -- a u d i t Colruyt d e Nivelles (celui volé au gendarme Lacroix qUi a t e n t é . - ----.-...------- - - r i - - d'enrayer l ' a c t i o n de malfaiteurs en f a i s a n t usage de son arme sur l e parking du Colruyt de Nivelles) b Peu de temps après c e double meurtre à Anderlues, 1aTGQLF GTI est re- trouvée Lobbes-Thuin chemin de Hourpes (cfr- sub 12). - ------.- .? L ' i n s t r u c t i o n r e l a t i v e au double meurtre dtAnderlues est menée par mon ;, ., "'1I t honoré collègue, l e Juge d'Instruction Maufroid decharleroi (son dos- - I ! sier @ c e r t a i n e s éléments résultant des seules d é c l a r a t i o n s de -Cocu Michel ,,. permettent d ' é t a b l i r une corrélation entre les d i f f é r e n t s f a i t s crimi- n e l s dont question ci-avant e t l e meurtre commis sur l a personne du - ) p o l i c i e r h u l o t t e à Wavre, le 30 septembre 1982 (mon d o s s i e r 262/82 1 n o t i c e s du Parquet de Nivelles, no 1 1 . 31.5832/82). D'zutre p a r t , des - 4 témoins. estiment q u ' i l e x i s t e une ressemblance physique e n t r e un des . E auteurs du hold up de' Wavre et VI!tJDRIO Adrien7 e t 'BECKER d i t "Balou" Ces éléments m e paraissent assez f a i b l e s au s t a d e a c t u e l de.l'instruc- .' - a-. tion. c e @o r m i r l e hold up commis à Houdeng-Goegnies l q 9 mai 1983 et l e v o l q u a l i f i é commis à Warquignies, le 9 mai 1983, .. C e s deux f a i t s seront abordés ci-sprès puisque les n o t i c é s sont jointes à mon d o s s i e r 97/03 lequel est joint à mon d o s s i e r 298/83.
  • 7. B. --- R E S U M E - D E S - C ~ ~ E ~ ' M ~ N S %RE LESI ) I ~ E R E N T ~ - F ~ ~ S - C ~ ~ I N E ~ i ' 1 , ~ l & e n t sbalistiques: Liexpert en b a l i s t i q u e e s t formel pour dire: u* a , - que l e @&q-pS.~tolet'~ FN+,22* '&Q% été u t i l i s é dans les a f f a i r e s ,* suivantes: - l e 23 décembre 1982: meurtre s u r Van den wnde à Beersel - l e 9 janvier 1983 : meurtre sur l e taximen Angelou - l e 8 juin 1983 :'mort du chien du garagiste Jadot - l e 10 septembre 1983 meurtre du concierge de l a Firme WITTOCK à Tamise 4 ! B ' - l e 17 septembre 1983 t r i p l e meurtre au Colruyt de Nivelles. b.- l e mêmë'fusil"de chasse *(Hot.GunIi a été u t i l i s é dans l e s .. , affaires suivantes: - l e 1 0 septemDre 1565: Tamise (FiLmbe Wittock) : Q ,t? - le 17 septembre 1983: T r i p l e meurtre aytolruyt de Nivelles - 1 ' - l e 7 octobre 1983 : meurtre du gérant VERMAELEN à Beersel. - . ., cg-! que l e Colt.45-qui a s e r v i au Colruyt de Nivelles e t un des i p i s t o l e t s 7,65 d'un des gendarmes qui sont intervenus au Colruyt I de Nivelles ont s e r y i pour commettre l e double meurtre s u r l a personne des deux b i j o u t i e r s à Anderlues l e l e r décembre 1983. ' d.- que l e revolver Ruger P, 36t(qui é t a i t immatriculé régplièrement .: 4 e t dont f a i s a i t usage !~c"Lb-helPau stand de tir, qu; été. , a ie r e m i s l e 25 mai 1983 à l a Gendarmerie de Colfontaine.dans les circonstances q u i seront indiquées ci-après, a tiré.sur l e -. parking du Delhaize de Genval, l e 1 1f é v r i e r 1983 e t - q u ' i l e x i s t e c e r t a i n s indices indiquant que c e t t e arme p o u r r a i t avoir 1 i été u t i l i s é e l o r s du hold up au Colruyt de Halle l e 3 mars 1983. e;- qu'une f o r t e probabilité basée s u r l'.étude s t a t i s t i q u e des t r o i s i ' i 1.: . . . mêmes marques e t types de p i s t o l e t s 7,65 l i e l e s a f f a i r e s ! i du Colruyt de Nivelles (17.9.83) e t des Trois Canards (2.10.83). I 0 En se basant uniquement s u r l e s c e r t i t u d e s b a l i s t i q a e s , i l . f a u t admet- l t r e s que sont liés de façon formelle les dossiers r e l a t ï f s aux: 1 .:' - meurtre s u r Van Den Eynde à Beersel l e 23 décembre 1982 - meurtre s u r l e taximen Angelou le 12 janvier 1983 . ( - meurtre s u r l e concierge de l a firme Wittock à Tamise le' 10.9.83 - mort du chien du garagiste Jadot e t t r i p l e meurtre à Nivelles respec-
  • 8. . ---.- -.. .-...... .. ..--.------.. , -c-----y--- . . , * l . . i i - - : - t , 8. - meurtre s u r l e g é r a ~ t Vermaelen au Delhaize de Beersel l e 7.10.83 - double meurtre des b i j o u t i e r s dlAnderlues, le ler décembre 1983. . J ' a p p e l e r a i ces f a i t s liés e n t r e eux "SEFUE 1" , I i ' &. A titre dlélérnents matériels o b j e c t i f s e t c e r t a i n s , il f a u t ajoutzfr $'f.:[' que l a v o i t u r e ~ ~ G T X ~ : y 0 1 ' + ~ ; : a u ~ T q o i s ~anakds;S'Ohain$le 2 octobreL i ' .-' /'*. i 1983 a s e r v i au hold up de-__-_- Beers-eJl l e 7 octobre 1983 e t à l ' o c c a s i ri y tl[::: du double meurtre dlAnde-rr-ue-s-le ler décembre 1983. t -..-. - A . . I i Au s t a d e a c t u e l d e mon instruction, pour l e s dossiers q u i mlont été confiés, un s e u l élément.matéLie1 est entre l e s mains de l a j u s t i c e e t 1I ! est r a t t a c h é avec c e r t i t u d e à l ' u n des auteurs présumés: il s ' a g i t 1 - . l du Ruger P. 38 de Cocu Michel, de s o r t e qu'en dehors des déclarations : 1' t* 1 I 1 e t aveux de c e r t a i n s inculpés, l a question se pose de s a v o i r si'les I faits q u i s o n t liés objectivement par l'étude b a l i s t i q u e e t l e s élé- ments matériels (GOLF GTI) peuvent être rattachés avec une p l u s ou " ' moins rra=& cerkitüde: 1%: . I au v o l d e l a v o i t u r e Peugeot 504 à Watermael-Boitsfort l e 28.1.83 : . . e t donc avec l e hold up de Genval l e 11 f é v r i e r 1983 1 $ 2au v o l d e l a GOLF de Madame Van Lidth de Jeude l e 14 février 1983 i 1 @$ au hold up meurtrier au Colruyt de Halle l e 3 m a r s 1983 que j f a p p e l e r a i , à t i t r e de f a i t s probablement liés e n t r e euxlqlSEUEIIv E: Il échet dvabordde rechercher s i l e s quatre f a i t s de l a SERIE.11'sont liés e n t r e eux e t avec quelle certitude. - . - a et b. s o n t l i é s certainement (plaque de l a Peugeot relevée par les .. témoin@ Genval) ... - a , b e t c (?) Madame Van Lidth de Jeude, (habitant ~ l a n f e n o i t - ~ a ç n e ) .. . . est formelle pour d i r e que l ' a u t e u r qui l ' a ,braquée es6 descendu d'une voiture Peugeot 504. ... La v o i t u r e Peugeot 504 e s t retrouvée quelques heures'après l e vol de l a Golf de Madame V a n L i d t h de Jeude à l a l i m i t e de Lasne-Waterloo, e t il est c o n s t a t é q u ' i l s ' a g i t de c e l l e qui appartient au Ministère de La Culture Française, volée à Wakermael-Boitçfort l e 28 janvier 1983 e t q u i a donc s e r v i l o r s du hold up comme à Genval le. 11 f é v r i e r 1983. . . Dans cette Peugeot 509 on retrouve une cartouche de ' c h a s s ~ non t i r é e a à propos de l a q u e l l e un témoin du hold up de Genval affirme q u ' i l - . s ' a g i t dlune cartouche identique à c e l l e q u ' i l a vu tomb& s u r l e parking du Delhaize de Genval e t qu'un des auteurs du hold up a ramassée. , En conclusion: a , b e t c paraissent donc l i é s assez ce;tainernent e n t r e .. . .eux.
  • 9. L'expert en balistique a estimé q u ' i l e x i s t a i t des similitudes entre I C____I-- --- - - !. l e s f a i t s de Genval, a (11.2.831 e t l e s f a i t s du Colruyt de Halle, - " - . - . . - " . ! C _ C I I _ _ I -- -. _ I! (3 m a r s 19831, ce par le b i a i s de l'analyse d e l'arme Ruger P. 38 I; - - - - I L - - t . - +.; fl des p r o j e c t i l e s retrouvés à env val (qui ont été tirés de façon cert&é 'i- / b par l e Ruger) et l e p r o j e c t i l e retrouvé à Halle. ' i , i , 4 -i; t A Halle o n t se trouve probablement en face d'une munition rechargge! La comparaison avec l e s p r o j e c t i l e s retrouvks sur l e parking du Delhaize- de Genval permet d'observer quelques points de s i m i l i t u d e en c e sens 1 I que ce q u i est observabie s u r l e p r o j e c t i l e d e Halle l e rattache à i l'arme Ruger P. 38 mais l e nombre de points de comparaison est insuffi-. s a n t pour que balistiquement on puisse d i r e q u ' i l y a ''certitude pratique1i Ce q u i est également important d'observer c'est que l ' e x p e r t n'a pas . il r e l e v é sur l e p r o j e c t i l e retrouvé à Halle un él&ent q u i l u i permettrait ': ... d'exclure l ' m e Ruger dont question, f.'. . - En ce qui concerne l a l i a i s o n entre les faits d e l a SERIE II, *Cocu : weheh a f a i t certaines déclarations selon l e s q u e l l e s il a v a i t p a r t i t i p é 1 comme o c ~ = r 4 a u hold up de Genval (b) e t au v o l d e l a voiture Golf 1 i de Madame Van Lidth de Jeude (cl e t au hold up d e Halle l e 3 mars 1983 (comme chauffeur de l a Golf) e t a admis que son Ruger P. 38 a v a i t été . e emporté l o r s du hold up de Halle (mais à cet égard il prétend ne. pas , .C ... s a v o i r s i son m e a v a i t tir&et qui l ' a v a i t u t i l i s é e ) . -:. > . . . J 1 e s t i m e donc que raisonnablement les faits a, b, c e t dl de . l a SERIE II i sont liés e n t r e eux. .. . . . Revenant à l a question de savoir s i l a SERIE 1 peut être rat'tachée à 1ô SERIE II, ,ce qui est capital puisquqen ce qui cpncefne ' l a SERIE I aùcun . . élément m a t é r i e l rattachant l e s inculpés.aux f a i t s n'a pu être retrouvé, il échet d e noter: 1 - W e l a v o i t u r e GOLF d e Madame Van Lidth de Jeude ( s é r i e II, c) a été - retrouvée aux environs immédiats du l i e u où' a été'ketrouvée l a GOLF GTI U volée à Ohain l e 2 octobre 1983 qui a servi à Beers.el l e .7.octobre ..___ - - -- 1983 e t à Anderlues l e l e r décembre 1983 ( t r o i s f a i t s d e l a SERIE 1) e t l e f a i t que l a voiture GOLF' de Madame Van ~ ; d t h d e Jeundz'est -retrouvée . à Lobbes l e 9 juin 1983 e t que l a voiture Saab est volée l e 8 juin 1983 à Braine-l'Alleud. 11 faut a j o u t e r à c e l a que Cocu a déclaré q u ' i l a v a i t appris que la
  • 10. quinze kilomètres de Charleroi- Enfin il échet de relever l e s aveux plusieurs f o i s répétés de Cocu Michel concernant s a participation a u f a i t s de Genval (série II, b ) , Halle ( s é r i e II d) e t Colruyt de Nivelles (Série 1) de s o r t e q u ' i l échet, m e semble-t-il, r e t e n i r une assez bonne p r o b a b i l i t é pour que / tous l e s f a i t s ( s é r i e 1 e t série 1 I ) s o i e n t liés. II. RESLJNE ET ETAT DE MON INSTRUCTION E N CE QUI CONCERNE LE DOSSIER . . : not. no 10.21.2864/83 .(mon dossier 298/83) actuellement j o i n t par ordonnance de l a Chambre du Conseil de Nivelles du 2 janvier 1984 à: l a n o t i c e 11.41.1145/83 '(mon dossier 97/83) NIVELLES ET GENVAL / 1 1) Relevé des notices jointes: 1 1 s i a g i t principalement de: - vol avec violences de l a voiture"Peugeot: 5 0 4 6 Watermael-kitsfort . ' ! .. j 11 l e 28 janvier 1983. (Not. 11.47.183 !/83 Parquet Bruxelles) />'. - - vol evec violences -b,H.U..*. de G e n v ~ ll e II f é v r i e r 1983 !Note 11.41.1145/83 Parquet de Nivelles -mon dossier i n i t i a l no 97/83 O. : . . - vol avec violences de la7;3olf appartenant à Madame LIDTH Van Jeude i I t le 14 f é v r i e r 1983 à Placenoit-Lasne (not. Parquet Nivelles 11.29.544.i 1 1. - vol d'une voiture?;AUDI. ( c e l l e qui se t r o u v a i t s u r l e parking 1 o r s . d ~ E H.U. de Genval. et qui a été a t t e i n t e par un p r o j e c t i l e ) à ~ a t e r l o o . . a l o r s q u ' e l l e s e trouvait en réparation aux Ets,dlIet.elen,-ce dans ; . l a n u i t du 2 1 au 22 f é v r i e r 1983 (Not. Parquet Nivelles 17.2'9.611/83 . . e t 17.28.640). .. - vol avec violences au Delhaize d'Uccle, l e 25 février, 1983 (Not. .n . . Parquet de B-w~ellesno 11.86,480/83) joint. au d o s s i e r à raison des aveux ue Cocu e t de s e s accusations contre Drznaix Jean-Louis, accusations r é t r a c t é e s ultérieurement. - vol avec violences-H. U. au magasin GEINNO-B. FI., de ~ o u d e n ~ - ~ o e ~ n i e s l e 7 mai 1383 (dossier 448/83 de mon honoré collègue Monsieur l e Juge d t I n s t r u c t i o n Biquet de Mons - Not, Parquet de Mons, no 14.259/83 à laquelle a été jointe à Mons l a notice 17.368/83 r e l a t i v e à un vol . . U q u a l i f i é ' commis à Warquignies dans l a n u i t du 8- au 9 .mai ,1983 au préjudice du nom& Doçse. A noter que Monsieur l e Juge d81nstruction . . .'+,,,- 3 Biquet a été dessaisi de son dossier étant donne que'f&cu-Michel C a formellement accus& pour l e H.U de Genval, les nommés h l Z ~ R I O l et esquels ont été en o u t r e accusés d'avoir
  • 11. t - Vol co:nmis à pagfi$,~{@~X&ù.d au des Ets P a u l A N D F X , , l e 28 mai 1983, vol notamment de bonbonnes qui sont trts probablement c e l l e s qui ont s e r v i à alimenter l e chalumeau égalenent volé quj. .. a été u t i l i s é pour découper l a porte du Colruyt de Nivelles, le 17 septembre 1983 (Not. du Parquet de Nivelles no 17.29.1676/83) - Vol qualif it de l a voiture ~ ~ + ~ + ~ ~ ~ ? ~ ? commis à Braine-1 'Alleud ,.*' dans l a n u i t du 7 au 8 juin 1983 au préjudice du garagiste. Jad A noter que ce garage est s i t u é à quelques centaines de mètres des Ets Paul BNDRE.(Not. du Parquet de Nivelles no 11.02.2728/83 - l e t r i p l e meurtre pour f a c i l i t e r l e vol commis a~;,~<:Pl~uyE'de Nivelles i l e 17 septembre 1983 vers 1heure du matin (mon dossier i n i t i a l 298/83 Not. du Parquet de Nivelles no 10.21.2864/83 j (a ! 2) concernant le hold up .de Genval commis l e 1 1 f é v r i e r 1983 Le r é q u i s i t o i r e de m i s e à l ' i n s t r u c t i o n du 16 mars 1983 à charge d'inconnu m e r e q u é r a i t d'informer du chef du vol avec violences comrn2s à Genval et notamment de délivrer des mandats de perquisition, Le 27 : ) [ octobre 1983 j ' a i été requis complémentairement d'informer également d e toutes i n f r a c t i o n s connexes à charge de qui il appartiendra, l.i 1 Les recherches confi+ essentiellement à l a Police J u d i c i a i r e de - : : . - : P - . p Nivelles e t à l a B.S.R. de Wavre n'ont pas donné de r é s u l t a t s jusqutau-. E ' . f moment où Monsieur l 1expert Claude DERY, rue Waelhem 24 à 1030 ' '." . ,. Eiruxeiles, que j ' a i requis l e 22 août 1983, déposa son rappo$F( l e 22 octobre 1983) aux termes duquel . i l concluait formellement &e le'::& cjer":-. .. '& P. 38 "d' E s t i é v e n a r t Jean-Claude" (certitude pratique - 99 96) a v a i t .- i t i r é l e s p r o j e c t i l e s e t débris de projectiles retrouvés s u r 1e.parking . . du Delhaize de Genval. Un des auteurs a notanment t i r é s u r une.voiture II Audi conduite p a r l e nommé Culot Jacques qui a dû s e couchkf pour é v i t e r . . d 'ê t r e a t t e i n t . LIexplication probable ,qui a par a i l l e u r s 'trouvé abpui dans l e s dCclaretions des inculpés Cocu e t Vittorro r é s i d e dans l e f a i t we l e s auteurs ont dû craindre que l e témoin Culot 'ne se mette.' à ' l e u r t Poursuite âu v o l a n t . d e s a voiture. L'importance du Ruaer P. 38 - - - - - - - - > - - - - U Tant dans l e cadre du H. U . de Genval que dans le-.cadre' d e l'ensemble des f a i t s crbmi.nel3 c e t t e arme (révolver à b a r i l l e t ) prend une place .:' t o u t 5 f a i t c a p i t a l e p u i s q u l i l s ' a g i t du seul élément m a t é r i e l confon- Ùant un des auteurs au moins (COCU Michel) p u i s q u e i l semble é t a b l i , ( q u ' i l en aliait l a possession à l'époque du H . U . de Genval. C e revolver a v ù i t é t é remis à l a Gendarmerie de C o l f ~ n t a i n epar
  • 12. gr&&&" - p c a ~ ~ & € & ? - en date du 25 mai 1983, à l a s u i t e semble-t-il 1 eu plusieurs différends à propos desquels les a u t o r i t é s de police ont 1 dû i n t e r v e n i r (coups). J t a i décidé après avoir reçu l e s conclusions d e l ' e x p e r t DERY de demander à l a BSR de Monç(par commission rogatoire) de pratiquer ui.lé ,,/;' ' i =&riede perqiiisitions e t d'entendre Eatiévenart Jean-Claude e t s&: k y ; ? '1; 1 J : . épouse a i n s i que Cocu Michel au nom duquel l'arme a v a i t éké immatri- . - culée e t q u i possédait un permis pour s e rendre au tir. Compte tenu C e s antécédents d ' ~ s t i & e n a r t , d é j à condamné pour v o l avec violences (H.U. à Carbochimique à Tertre),on pouvait supposer q u ' i l devait ê t r e mêlé au H . U . de Genval e t éventuellement aux f a i t s qui e n , l ' é t a t du dossier,paraissaient ê t r e liés par l e s éléments de l'enquête (cfr I , B f a i t s d e l a SERIE II) L'enquête de 1 ; B.S.R. de Mons tendant essentiellement à l'époque l à déterminer q u i é t a i t en possession cie iiarme à l'époque dü X . U . de ,.,., . I Genval, montra qu 'il f a l l a i t f a i r e preuve de prudence avant dl incuiper . i du chef d e vol avec violences. 1 En effet,Cocu Michel soutînt de manière acharnée q u ' i l a v a i t vendu l'arme à Estievenart en .janvier 1983 malgré d'importants éléments permet- , t a n t de mettre en doute c e t t e allégation. P € I l s l a v é r a , e n effet,- c e qui semble maintenant b i e n é t a b l i - que " . ... l'arme a v a i t été vendue par C0cu.à Estiévenart,en r é a l i t é en a v r i l 1983.' :-' , .. . .. B); ' Les époux Estiévenart avaient'su moins deux p o i n t s de répères pour s i t u e r . . l a d a t e de l a transaction de l'arme à savoir l a d a t e d'achat-d'une voi- BI ... t u r e Volvo, l i é à une rentrée d'allocations farnilia1es;et l e f a i t qu'au .i 1 : moment de c e t achat ~ s t i é v e n a r t qui purgeait une peine. Ge prïson, les week-ends, devait encore en f a i r e t r o i s ou-quatre. Les $poux E s t i é - ... , venart associaient également l a date de l ' a c h a t de l(arme à l'époque .. . où i l s avaient r e p r i s l a v i e commune, après une s é p a r a t i o n qui remontait au mois de septembre 1982. O n d o i t admettre que les afEirm8tions des époux Eztiévenart trouvent appui dans diverses a u t r e s déclarations. L'enquête au s u j e t de l a date de l a tians,action.de 1 - ' a r m e s'est encore f o r t compliquée par l e f a i t qu 'Estiévenart d&-i uri 'premier temps a v a i t . . . I s i t u é cette date effectivement en janvier 1983 rnals,"enl -së trompant f o r t probablement. L'évolution des déclarations de Coeb.quant à l a vente ... de c e t t e m e (cfr. infra) prend i c i toute son importance. Compte tenu . c du f a i t que l e hold up de Genval apparaissait d é j à &'ce moment là a v o i r une c o r r é l a t i o n avec l e s f a i t s du Colruyt de Halle l e 3 mars 1983
  • 13. . . < _ ,-.--.- --- ' - . ,-. ,'bu i: , 13 jl .il * 7' i! , - . . en ce qui concerne l g i n c u l p a t i o n pour l e f a i t de Genval, j ' a i placé ;i..; sous mandat d ' a r r ê t du chef d ' i n f r a c t i o n à l a l é g i s l a t i o n s u r l e s ': I armes l e 29 octobre 1983, de connexité,: 1i épouse Estievenart Jean-Claude, sans prof ession, .- . :, 9.: 11, ç ,'-;*+ née à Wasrnes l e 28 mars 1948, domiciliée à Colfontaine, rue de l a 4 - 1 i l , I , . Louise, no 95.(conseil M e Françoise Delplancq du barreau de -~ Ü ~ ~ " c " i f ~ ~ ~ e a n b u i s Antoine, époux GUIW Y Daniella, né à - le 13 mai 1951, ambulancier au chômage, domicilié à Dour, rue Moran-- i I fayt, na 7 en instance d ' i n s c r i p t i o n pour Wasrnes, rue Clémenceau, 123 b (conseil M e Moerman du barreau de Mons) -~3%VEis'AX~';~ehfî~~la&3ê~ époux de DEBRUYN Joçiane, né à Mons l e 16 - i- 1 mai 1945, entrepreneur, domicilié à Colfontaine, m e de l'Appât, no 18 1 @ID (conseil M e Coulon du barreau de Mons) . i1 C 1. Le n o m m é ~ A ~ E ~ * P ~ a ' n c e s c o ~ ~ ~ époux DANNEAU Noëlla, né à San Marco i n .. 1 Lamis ( I t a l i e ) l e ler novembre 1935, i t a l i e n , garagiste indépendant, , . .' 1' . domicilié à Boussu, rue d e V a l ~ n r i e n ~ i e ç , 312, a été inculpé, de connexité d e détention i l l é g a l e d'une arme de défense ( p i s t o l e t 2T L R ~ mais ne f u t pas placé sous mandat d t a r r ê t étant donné que l ' e x p e r t i s e 1 b a l i s t i q u e e x c l u a i t cette arme pour les f a i t s criminels connus. 1 (conseil M e Moury du b3rreau d e Mons) .P J t a i également interrogé le 29 octobre 1983 à t i t r e de simples r e n s e i g n ~ ments l e nommé-VITTORIO Adrien (_ditClaude) chauffeur, de n a t i o n a l i t é frapçaise, né à Kanguet (Tbnisie) l e 12 septembre 1941,-,lésidant &' S a i n s h i s l a i n , Place ~ l b e r t - È l i s a b e t h , no 28/2, actuellement sans . profession, invalide (conseils actuels Mes Delplanche'du barreau de IA Mons e t J . - P . Dumont du barreau de Bruxelles), é t a n t d ~ w é q u ' i l g r a v i t a i t manifesternenWans les r e l a t i o n s .d9Estiévenart, G o c u e t consorts et,qulau cours de l'enquête de l a B.S.R. de Mons portant s u r la d a t e de la cession du Ruger P. 38, il a v a i t avoué avoir p a r t i c i p é avec l e r?ommé^buaroudj~ a c i à Houdeng-Goegnies nu hold up mieux d é c r i t ci-avant e t au v o l q u a l i f i é à ~ a r + i ~ n i e s , f a i t * pour . I lesquels il a été placé sous mandat d-'arrêt par nion ,honore collègue Biquet de Mons, l e 28 octobre 1983. Le nommé-Bouaroudj Kaci époux .U de PRIOU Michèle, né à Tigherent W 'Bouira l e 16 i é v r i e r .'.1942, sans profession, résidant à Mons, 36, rue Peine Perdue (conseil actuel .. ... M e Patrice Debouche du barreau de Mons) a également été placé le 28 T octobre 1983 sous mandat d ' a r r ê t par mon honoré collègue Biquet pour , c. avoir participé au hold-up de Houdeng-Goegnies, Ebuaroudj a toujours fié avoirparticipé à ce hold up, ,
  • 14. En c e q u i concerne l e s mandats délivrés l e 29 octobre 1983 du chef d i i n f r a c t i o n s à l a l é g i s l a t i o n s u r l e s armes, i l s é t a i e n t basés en effet s u r l e s s e u l s éléments certains e t non contestés par l e s inculpés ~ ~ ~ + : E s T I Ë v E N " A ' R T ~ ~ - B ~ ~ b w = qadmettait en e f f e t avoir cédé illégalement son arme à ~ s t i é au c a f é S a i n t P i e r r e à Wasmes c e que ne contestaient n i ~ s t i é v e n *-- -- n i son épouse. !EstiéVe3aFt%reconnaissaitavoir illégalement acquis c e t t e arme dans les t o i l e t t e s du café p r é c i t é et l ' a v o i r ~ l a c é e d le s a c de son épouse, 14s deux admettant donc d'avoir ramené l'arme ptit5venai.f 1 chez eux (détention). Il'admettait egalernent l ' a v o i r vendue un peu plus t a r d (probablement une quinzaine de jours après) à un nommé p-3 ~ E B ~ ~ e l l e , a admettait l V a v o i rrachetée presque immé ment àf&~t?h?ZA$ pour l a p o r t e r à son arniefFWCKlqui a v a i t pour instruc- 11 t i o n de l a remettre à l a gendarmerie pour le c a s ou il 1uicCDEB @ ..'.. , a r r i v a i t quelque chose> :Debru* af fumant également qu' e l l e a v a i t a g i de l a s o r t e s u i t e à différentes scènes q u i é t a i e n t intervenues e n t r e e l l e e t son mari, craignant que celui-ci-qui a v a i t l e goû ames-ne revienne s u r sa décision de s e d é f a i r e de l'arme e t n ' a i l l e l a , r e c h e r c h e r chezfSfera-a-1 1 Ce n ' e s t donc qu'eh f a c e des éléments concordants de l'enquête - menée spécialement par l a B . S . R . de Mons que Cocut a f i n i par a d r k t t r e . - devant moi l e 1 1 novembre 1983 .qu'il a v a i t menti reconna&sant 2 d é f i kivement a - m i e r s veux r é t r a c t *s d x - n x ~ n r i g - s x x f t % x m que f a date ou du moins ' . l'époque avancée p a r "Etiévenart! pour l a vente de lfarme ' ~ u ~ e r P. 38 i é t a i t exacte. L'enquête a démontré que l a d a t e du dernlèr week-end passé en prisa? p a r Estiévenart s e s i t u a i t l e - 1 5 mai 1983, ce q u i s i t u e l a d a t e probable de l a vente de l'arme vers le 20 a v r i l 1983. . . Il faut noter cependant que:Cocu a p r i s soin,de p r é c i s e r en admet- t a n t c e t t e d a t e q u ' i l a v a i t , p r ê t é son Srme à Baudet sachant q 1 ~ ' e l l e a l l a i t s e r v i r à commettre un hold up (pétenduernent dans L son e s p r i t c e l u i de Drogenbos dont il est é t a b l i q a t i l n ' e s t resté qu'au stacie de projet,-projet m i s au point par:%ittorip Adrien -) 1 e t q u ' i l a u r a i t appris de l a bouche dei'Baùdet quelqu& j o k ç après l e s f a i t s de Genval que son arme a u r a i t s e r v i à cet e n . 0 i . t . 1 1 a . également a j o u t é q u ' i l n ' a pu récupérer son anne que f i n de l a première quinzaine du mois de mars. Il f a a t souligner 5 c i q u ' i l n ' a admis quiultérieurement, sa participation comme chauffeur,au I
  • 15. GkîJ Erne1 Gon, divorcé? né à Bouçsu le l e r mai 1951, l j i 1 chômeur, domicilié à Boussu (ibrnu) rue Avaresse, no 5 (conseil:@/. ; M e Millecam àu barreau de Mons a admis l e 2 1 novembre 1983 q u ' i l é t a i t d'accord de p a r t i c i p e r à un hold-up, mais sans savoir où * ; ! ' , l :! L. :i I exactement, i? prétendu q u ' i l a v a i t présenté(.cm@$à :Estievenart, i ' / j comme é t a n t susceptible de l u i procurer une arme e t q u ' i l devait bien- s reconnaitre q u ' i l savait: que l'arme devait servir à commettre.un H.U. C ' e s t a i n s i que dans l e s conditions a i n s i résumées que,.Cocu e t Baudet o n t été placés sous mandit d ' a r r ê t le 1 1novembre 1983 après l e u r - inculpation e t interrogatoire pour les f a i t s commis à Genval l e 1 1 l , f é v r i e r 1984, chacun des deux inculpés déniant le f a i t de s'être trouvé personnellement sur l e s lieux. K - Le 16 novembre 1983,2CoeECEi reconnait a v o i r p a r t i c i p é comme chauffeur 1 , ii 1 ' au hold up de Genval et ?et ex czxse csmc ~g-o-ù_t~ürs ff+Lgde-tjl(qu'i r' présente corne guetteur), ';Vittoriol Bouaroudjl, Estiévenartl (comme, : auteurs a c t i f s ) et ~ebrùyrï"~osbhiej (comme chauffeur d'une v o i t u r e - r e l a i ) Il prétend q u ' i l apprend dans l e s jours q u i suivent ce hold up de Genval d e l a bouche de Baude: que l e s autres o n t une Golf n o i r e en préparation pour un a u t r e coup e t il suggère l'implication de Nardella chez qui P l a Golf a u r a i t été cachée. . . . On ne peut s'empêcher de penser qu'en f a i s a n t cette déc.&aration, * . ' p x u ~ p r é p a r es a défense en c e qui concerne les f a i t s c&rniç au Delhaize dhb d ' Uccle l e 25 f é v r i e r 1983 e t au Colruyt de Halle l e 3 mars 1983. . - . - J . Le 18 novembre 1983, I ~ E B R W ~ ~ ! ~ o s i a n e est placée sous mandat d1a r r ê t .. du chef de s a participation au hold up de Gcnval, apr& avoir n i é et avoir é t é confrontée &.Cocu qui a maintenu ses accusations. - Le 23 novembre 1983, Estievenart Jean-Claude a Eté inculpé, confronté avec Cocu e t placé sous mandat d ' a r r ê t pour 1e.H.U. de en val. Estievenartl t o u t comme son épouse ,a toujours n i é l a moindre.participa- t i o n dans l e s f a i t s que je s u i s charg6 d ' i n s t r u i r e . I A l a s u i t e dis eccusations de.:COCU, DRAMAIX ~ e a n - b u i s , divorcé, né à Wasmuel l e 9 j u i l l e t 1945, monteur, domicilié à F&rest, chaussée de 2 Sruxelles no 157, a é t é inculpé e t placé sous mandat.dlarrêt l e . . 23 novembre 1983 pour s a participation au hold up du d l h a i z e d'uccle (cfr- déclaration de Cocu à l a P . J . d e Nivelles l e 2 1 novembre 1983 ( P-v- 3217). ultérieurement-% admis qu9il a v a i t f auçsement accusé de s o r t e que celui-ci a été l i b & r é par ordonnance de l a C* .
  • 16. ~e 2 1 novembre 1983, (P.V. PJ no 3226) a admis avoir p a r t i c i p é au hold up de Genval comme guetteur, mais il s'est r é t r a c t é aux termes de l a même déclaration. Pour é v i t e r l e s inconvénients dfun double de mand'at d ' a r r ê t à charge E d'inculpés dans deux arrondissements s e trouvant dans des r e s s o r t s de Cours dlAppel d i f f é r e n t s , j l a i estimé ne pas devoir à c e moment,d3 ' '*y'-' interroger, 'inculper e t . p l a c e r sous mandat d ' a r r ê t les nommés ~ q ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ m f r s ' ~ ce qui permettait d ' a i l l e u r s à mon cgllègue . Monsieur Biquet de parachever l ' i n s t r u c t i o n qui l u i a v a i t été confiée ! au s u j e t du hold up de Houdeng-Goegnies e t au vol q u a l i f i é de Warquignie: : (pour 1 u r m i s e sous M.A vo r es f a i t s de Nivell,es) - Tous fes mandats d tar&t cfïu c i e f ci' infractions a l a l é g i s l a t i o n . I I s u r l e s armes ont été levés avec votre accord par m e s ordonnances /; - rendues l e 29 novembre 1983. I i I - Le mandat d ' a r r ê t décerné à charge de"jDE$~m:~ourl e hold up de Genval a été l e v é avec v o t r e accord par ordonnance du 30 décembre 1983 e t c e l a à l a s u i t e du i a i t qud?cCk~a a m i s une nouvelle f o i s formulé IL. C!P fausses accusations. 3) Concernant l e t r i p l e meurtre commis au Colruyt de Nivelles, l e 17 septembre 1983. a ) Préliminaires : Le 24 novembre 1983' j a i r é i n t e r r o g é longuement 'Cocu, :après avoir , réentendu brièvement Estiév.enar.tlqui -ait son innocence qk c e l l e de , . son épouse, pour les f a i t s de Genval. En effetl,Cocu qui n ' é t a i t toujours pas inculpé pour les f a i t s de Nivelles, a v a i t f a i t une d k l a r a t i o n à l a Police J u d i c i a i r e de Nivelles h. l e 22 novembre 1983 (P.V 3182) aux termes de l a p e l l e il prétendait @ avoir appris de l a Douche dexri3audetque l e s co-auteurs du t r i p l e meurtre oe Nivelles é t a i e n t Estiévenart, Vittorio, Bouaroudj, DébruynB,Baudet e t que Nardella a v a i t joué un r ô l e dans l e u r retour dans l e &rinage. k k tjj C' e s t a l o r s que Cocu+mf a f a i t une longue déclaration confirmant t 7 + L a p c t r t i . c i p a t i o n c o m r n e ~ h a u f f e u r a w . h o l d u p d e G e n v a l e t avouantsa ; ? a r t i c i p a t i o n , t o u j o u r s comme chauffeur, a u hold up meurtrier du - . Colruyt de Halle, au t r i p l e meurtre du Colruyt de ~ i v e l l e s ,et au h a , - iu quage par un co-auteur d'une femme ( - M m e Van Lidth de'Jeude) pour voler ; - . l a Golf à Plancenoit). Il a accusé tl,&ooriqjet Bku'det d*aGoir p a r t i c i p é **,S.1,~ 8 ,*. F aux principacc hold-up e t spécialement à c e l u i de Nivelles e t diverses 1 a u t r e s personnes d o n t il ne v o u l a i t pas donner l e s noms (par peur de , r e p r é s a i l l e s d i s a i t - i l ) l e s q u e l l e s personnes,lorsqulelles ont été
  • 17. _ ._ _ ____. . _ _ _ _ _ _ . C . . 17. !I étrznoères f a i t s , ce quef$~&ja f i n i par admettre- : Ce qui peut p a r a î t r e important c ' e s t que s u r mon i n s i s t a n c e à ce .l q u ' i l ne mette p l u s d'innocents en cause,&%uAs d é c l a r é au cours du i : - 1 même i n t e r r o g a t o i r e que:" m a plus grande faute est d ' a v o i r f a i t e n t r e r des innocents en prison.-." et a a i n s i formellement m i s hors cause @ ~ i & y e ~ ~ g $ , Pe@iyn, D q w a i R etrNàfdella (mandat dlanener a v a i t lancé à charge de celui-ci précisément l e 24 novembre 1983 du r e c e l à l a s u i t e des dCciôrrtions précédentes d e o c d ; n a i s il a relaxé sans être entendu par moi, puisque dans l'interval1e;Cocu l'a formellement innocenté). l 1 Toujours au cours du même interrogatoire, & & $ a d é c l a r é q u ' i l i 1 .- 1 i a v a i t appris p a r un des a u t e u r s ( q u f i l ne voulait pas citer) que,Vitto- d T P ~ Q avait p a r t i c i p é au hold up commis à l'armurerie Dekaize à Wavre *.S..' ? le 30 septembre 1982, hoZd up au cours duquel le p o l i c i e r Haulotte . ' L a été a b a t t u et c e t auteur l u i a v a i t d i t .qu'un 7,65 a v a i t été u t i l i s é (mon d o s s i e r 262/82 - l ' e x p e r t i s e b a l i s t i q u e t e confime) t i : e t qu'il l u i a u r a i t en outre confié q u ' i l a v a i t p a r t i c i p é à un coup -. dans le Nord de l a France ôvec l a même alme ( f a i t commis suivant mon d o s s i e r 262/82 à Maubeuge, en août 1982 e t confirmation par pj -1 l ' e x p e r t i s e que l e même 7;65 a servi à Wavre e t à Maubeuge). 1 . - 'rGcjEu'-a a j o u t é que des g i l e t s pare-balles volés quelques jours avant . tj l e s f a i t s du t r i p l e meurtre de Nivelles, avaient Sté u t i l i s é s à Nivel- if k les ( a l l u s i o n i n d i r e c t e au f a i t commis à Tamise le 10 septembre 1983' auquel il prétend ne pas avoir p a r t i c i p é ) . b) Bref exposé des f a i t s commis à Nivelles l e 17 septembre 1983 ( t r i p l e meurtre du Colruyt) Lc 17 septembre 1983 vers 1 heures 30, l a gendarmerie d e Nivelles envoie une p a t r o u i l l e au magasin Colruyt, chaussée de B-=elles, à Nivelles, ou l e s i g n a l d'alarme de c e t t e firme a r e t e n t i - Les deux gendarmes surprennent des csmbrioleurs e t un Cchmge de coups de feu a l i e u au cours duquel l e gendarme Morue Marcel (24.9.52) est abattu. ,, 1 Sur place on a découvert à l ' é t a t de cadavre, l e s nommés FOUREZ Jacques (29.4.34) e t D 5 J I T E l i s e (6.11-33) abattus chacun de p l u s i e u r s b a l l e s dans l a tête. k s auteurs o n t découpé l a porte métallique du magasin au chalumeau. Après l a f u s i l l a d e , ils s e sont enfuis à bord de l a ~ e r c é d è s 190 appartenent à l a firme IFOMEN conduite par Pourez ~ a c q u e sa i n s i qu'avec une v o i t u r e Saab et o n t p r i s l a direction dc Naterloo. A ( B r ~ i n e - 1 ~ ~ l l e u c i les véhicules sont p r i s en chesse p u 1 ; police de cette l o c a l i t 6 , ce q u i a pr0~0qo6un nouvel <change de coups de feu . , au cours duquo1 16. , . . n i ; r i - r mi'rr Po,--iL - - >
  • 18. 18. F" " ' aDandonncnC In r'krcédès e t prennent d e nouveau l a f u i t e à bord de l a .- t : f voiture -- Saab .- ... q u i est retrouvée à ~ r a i n e - l ' ~ l l e u d , l e pneu a ~ r i è r e 1 : : j d r o i t crevé présentant à l ' a i l e a r r i è r e droiteldans l a zone.du réser-. if',:. v o i r , d e s points d'impacts d'armes à feu. Le véhicule Saab-portant l e 1 i;.. 1 : : numéro de plaque t t r i b u é à une autre Sa* 900 (il s l B g i t en réa- j ;; lité d'une reproduction) dont le p r o p r i é t a i r Simon est domicilié, ' '"X à 1180 avenue des Aubépines - a é dans l a n u i t du 7 au 8 juin 1983 au garage Jadott, chaussée d1Ophain, no '178 à Braine-l'Alleud, Les auteurs de ce v o l ont t u é l e chien q u i gard lieux ( b a l l e s de 22LR, voir corrélations balistiques) Dans l e c o f f r e d e l a vqiture s i a b a n d o n n é e on trouve une centaine i t - I , de kgâde café&un jerrycan c o n t e n w t de l'essence n o m a l e fixé à .. i I ,i I I . , . , proximité du réservoir, jerrycan muni d'un bec verseur en métal: . . - - - ' . . l . . : -.A l'intérieur de l a voiture Saab-on retrouve l a m i t r a i l l e t t e : -.-. .- ..! j de marque Uzi p r i s e au gendarme Morue âbattu e t deux p e t i t e s bonbonnes i , , . ..! dloxygène-kyrène. A proximité de l a v o i t u r e une trousse à o u t i l s en ska;.,' , ! n o i r a été trouvée. Sur c e t t e voiture, j l a 6t.X vol6 notmmezt ün k l z - xon de deux tons avec moteur 6 v o l t s , une i n s t a l l a t i o n s t é r é o de + l 8 grande valeur (100.000 F environ) se composant d'un amplificateur, de deux b a f f l e s e t d'un équalizer de marque JENSSENS U S A a i n s i que d'une auto-radio de m a r q u e BLAUPUNKT e t une p a i r e de phares anti- ' ' P 1 b r o u i l l a r d de marque CIBIE roncbet chromés. . .. C ) Résumé des principaux devoirs d 'instruction(à 1'exception des i n t e r - . r o q a t o i r e s e t perquisitions) ,. ; .. . Jtai requis pour descendre sur les lieux des f a i t s , Monsieur l ' e x p e r t e . . i en b a l i s t i q u e VANDERSTOCK, Messieurs l e s médecins l é g i s t e s Gaston c* DESOIGNIES e t P a u l CHAILLY e t ordonné xxxx@3aamune série-'.de devoirs s a i s i e s , perquisitions etc... A c e t égard j e - c r o i s pouvoir vous renvoyer 1 au procès-verbal de descente sur l e s lieux dont j e vous a i transmis une photocopie en son temps. La mission d e l ' e x p e r t Vanderstock a é t é limitée essentiellement 6 aux premières constatations étant donné que c e t expert p a r t a n t à lqétranc- i ' i1, ger dans l e s jours q u i o n t s u i v i l e s f a i t s , , c e que.jtaiappris au cours ! I des autopsies, il m'a paru indispensable de powvoir o r i e n t e r l e s recher- I ches dans les d é l a i s l e s plus brefs à p a r t i r d'une étude b a l i s t i q u e 1 I q u i devait pouvoir ê t r e entamée sur l e champ. L'exper$ Déry a donc été requis l e 18 septembre 1983 pour remplir c e t t e mission. 1 1 m'a tenu téléphoniquement au courant de llévolution de s e s travaux e t , ( a déposé un premier repport e s s e n t i e l l e 22 octobre 1983. Ce rapport est r e l a t i f , d l u n e p a r t v a u xcorrélations balistiques e n t r e les d i f f é r e n t s 1 f ~ i f - ~ P,-;+.,;-ql- -..: ?.-A- , t : - 9 - - - - -
  • 19. i.. . - . - . , . . "..*. .. . -. - . . ~... -. . .- .. . - .-. S . . .... - . . . - ' . ., . . --. i.. . ."*- .,..--- . - &+ ! : .-. , . . = , ..- . . . ..."- ce, ---------- et à l'étude balistique concernant les f a i t s mêmes du Colruyt de Nivelles e t de l a f u s i l l a d e qui a s u i v i à Braine-l'Al d ' a u t r e part. . . On peut r e t e n i r des conclusions de l'expert Dery.-<:2.deçconstatations des médecins l é g i s t e s en cours d'autopsie,-sous réserve de rapports compl&entaires que Monsieur 1'expert Dery pourrait déposer e t du rapport des médecins l é g i stes q u i devraient me parvenir incessamment- .et des .. < . . 1 .. divers e n t r e t i e n s que j ' a i eux avec ces experts: . . ' 1 - les c o r r é l a t i o n s b a l i s t i q u e s indiquées au 1, B, 1de l a ' p r é s e n t e : . I - qu'en ce q u i concerne le t r i p l e meurtre du Colruyt de ~ i v ë l l e s ,s e p t armes o n t t i r é soit-',sur les lféux du t r i p l e meurtre d un f u s i l de chasse (Riot Gun 2) un p i s t o l e t 22 RL F N un revolver ..357 hagnum . un p i s t o l e t 9 mm un p i s t o l e t 7,65 F N . . P un c o l t 1911 .45 - a ; moment de l a fusillade à Braine-l'Alleud .. ... '. un Riot Gun 1 ( 3 cartouches ) e t . : ' . . . " . . le fiot Gun' 2 dont question ci-avant (7 cartpuches les deux s u r l a voiture de police (blessé: le p o l i c i e r Ruys 1) - que l e s victimes ont été touchées: - l e gendarme MORUE Marcel par deux balles de .45 - . . t r o i s cartouches au. moins t i r é e s p x l e iiiat Gun 2 - FOUREZ Jacques par une b a l l e de 7,65 e t 2 b a l l e s de .22LR - DENIT E l i s e par cinq b a l l e s de -22LR. - que c ' e s t l e m ê m e p i s t o l e t 22LR FN qui a tiré s u r l e s deux victimes c i v i l e s e t que l e Riot Gun 2,.qui a t i r é sept cartouches sur le parking du Colruyt e t qui est l e seul f u s i l de c h a s s e u t i l i s é à c e t . . endroit est très probablement l'arme qui a t i r é sept carbouches 1 également à Braine-l'Alleud l o r s de l a fusillade q u i a suivi.
  • 20. l e 17 Septembre 1989. ' . . 1 RELATION DES FAITS tels q u ' i l paraissent s'être déroulés au vu des éléments de l'enquête et des éléments d'expertises recueillis pour partie . , . - verbalement et sous réserve de rapports définitifs. 7 e r e phase F E e i r t r e - - _ _ des ~ i v i l s _ _ _ il t M r FOUR%, c h a u f f e u r de l a Mercédes, a r r ê t e s o n v é h i c u l e e n t r e , 1 -- - - , : - 1 l e s pompes e t l e s bâtiments du l l ~ o n d l d e s Routes"; 1 ' a v a n t dirigé 'e i v e r s l a chaussée, il semble i n t e n t i o n n é de f a i r e l e p l e i n de c a r b u r a n t à l a pompe ItSUPER" s i t u é e à. l ' a r r i è r e du complexe d e s i : i - 1 pompes. L ' o r i f i c e de remplissage de l a Mercédes s e t r o u v e à l l a r r i è i & d r o i t du v é h i c u l e ; M r FOUREY e f f e c t u e l e p l e i n de c a r b u r a n t . p'; C e l u i - c i t e r m i n é , il remet Le p i s t o l e t dans l a pompe e t r e t o u r n e veps 1 . . sa v o i t u r e p o u r v e r r o u i l l e r l e système de remplissage. On p e u t s u p p o s e r que, t o u t e n fermant s o n bouchon. de r é s e r v o i r , il r e g a r d e v e r s l ' a r r i è r e de "COLRUYT" e t a p e r ç o i t s o n ou s e s meur- . . . - t r i e r s ; un :de ceux-ci commence a l o r s à Cirer v e r s M r FOUREY avec un i '" p i s s e t c a l 7,65mm ( p i è c e s à c o n v i c t i o n s n ' l l , p u i s 3 e t é v e n t u e l l é - . . . '. . . ment un e n r a y a g e n'2) ; a r r i v é à p r o x i m i t é de M r FOUREY, il,::-J9a6at d l u n e balle ( p i è c e à. c o n v i c t i o n Rm6) t i r é e de f a c e à h a u t e u r de:lloeil . . .. c e .-d,o;Y- de l a victime.Lequc1 tombe v e r s l ' a r r i è r e ( t â c h e ..de ,sang). ni M m e DEWIT, assis& à l a p l ~ c e convoyeur, s l a p e r q o i t du dr@ae.et s o r t -8 .. .. du v é h i c u l e a u moment même où l e t u e u r de s o n mari. s e p r é s e n t e à hau- t e u r de l a p o r t e o u v e r t e du conducteur. Cet a u t e u r t i r e rnais.:'rate M m e DEL-IIT; l a d o u i l l e 7,65mm é t a n t é j e c t é e à d r o i t e d a n s la'.Mercéde.se M m e DEWOT e s t à p r o x i m i t é de son mari, e l l e e s t dépourvue d e ' c h a u s s u r e s . . ( boue s u r $a p l a n t e d e s p i e d s ) . Elle e s t a l o r s ernpo-ignée, SC débat e t p e r d s e s l u n e t t e s ( p i è c e s à c o n v i c t i o n n 0 7 e t 8 ) . On l a t r a f n e 18 v e r s l ' a r r i è r e du COLRUYT. Entre l e s pompes e t l e miir. du b a t i m e n t , . . . . probablement l a s du comportement de blme DEWIT ( ~ r i s , ~ l ~ ~ r s ~ ~ e s t e s . . . ) un d e s a u t e u r s l u i t i r e deux ou t r o i s b a l l e s de 22 LR'dans l a p a r t i e - . . . s u p é r i e u r e d e l a t ê t e ( t â c h e d e s a n g r e l e v é e p a r médecins-légistes). , Un d e s m e u r t r i e r s e s s u i e l e sang avec l e foulard de l a victime e t l e , e t e v e r s l e batiment du "Fonds d e s Routes1' ( p i è c e à c o n v i c t i o n nS9) M m e DEWIT e s t e n s u i t e t r a î n é e v e r s l e c o i n a r r i è r e du "COLRUYT" où e l l e sernh7- r v n i r A t :
  • 21. l a f a c e , c ô t é d r o i t du v i s a g e . Ce nouveau t i r p o u r r a i t a v o i r une p r o j e c t i o n de m a t i è r e c e r v i c a l e s u r l e mur ( v o i r p l a n ) Le cadavre e s t e n s u i t e déplacé v e r s l ' e n d r o i t de sa découverte. '9 c y Dans c e t e n t r e t e m p s , l e c o r p s de M r FOUREY est t r a f n é v e r s l e c o i n a r r i è r e du COLRWT, e n s u i t e v e r s l e g r i l l a g e a r r i è r e où il semble' .% 1 e, 11 que t r o i s tirs de 22 LR s o n t t i r é s dans sa d i r e c t i o n ; deux l ' a t t e i -' 1 gnent s u r l a f a c e gauche du visage-Finalement, l e cadavre e s t déplacé . - une d e r n i è r e . f o i s à l ' e n d r o i t de sa découverte. 2 eme p+=e-:-Meurt~e-d~ q j e n d s e - Dès l e m a s s r e t e r m i n é , l a Mercédes e s t ramenée à d r o i t e de l a p o r t e - f r a c t u r é e , l ' a v a n t du v é h i c u l e d i r i g é v e r s NIVELLES-ville. La SAAB -.- -- i e s t g a r é e à gauche de c e t t e p o r t e ; l ' a v a n t d i r i g é v e r s l e llFonds d e s Routes". En r a i s o n d e s . é c l a b o u s s u r e s de s a n g s u r l ' a i l e a r r i è r e ... d r o i t e , o n p e u t p o s i t i o n n e r l a SAAB à h a u t e u r de l a camionnette d e s --- 1. .. gendarmes e t a e n v i r o n t r o i s mètres de d i s t a n c e de c e l l e - c i . . . Dès l ' a r r ê t du véhicule-gendarmerie, s e s deux o c c u p a n t s e n s o r t e n t -. e t immédiatement un f e u n o u r r i e s t d i r i g é v e r s eux. Concernant .le gendarmychauffeur ( ~ r LACROIX): - - - - - - - - - - - . .. . . A p e i n e s o r t i du v é h i c u l e , une volkée de b a l l e t t e s ( c a l 12) iP a t t e i n t l a p a r t i e s u p é r i e u r e gauche de l a porte-conducteur; l e . . . ' t i r e u r e s t s i t u é f a c e à l a camionnette e t d a n s l e prolongement du f l a n c gauchedu v é h i c u l e ( X ~ ~ ~ E ~ ~ E X Y H X ~ E X S ~ [ L I ~ : X . . Le gendarme s e met à c o u v e r t c o n t r e l e f l a n c gauche de .la cahionu i i n e t t e . .Il dégaine e t t i r e au moins deux f o i s v e r s s o n a k r e s s e u r .. . . . (deux d o u i l l e s dans l a camionette). 1 1 - l o n g e .le v é h i c u l e , a r r i v e à l ' a r r i è r e e t s q y a b r i t e . Il t i r e une n o u v e l l e f o i s ( p i é c e à c o n v i c t i o n ne24). Se p r é s e n t a n t s u r l e f l a n c d r o i t . 9 il v o i t s o n . c o l l è g u e debout à h a u t e u r de l a p o r t i è r e . Celui.-ci demande.dlappe- l e r du r e n f o r t ; a u s s i t S t a p r è s , l e g e n d a r ~ m eMORUE tombe sur..'le dos. Vu l a s i t u a t i o n , l e gendarme LACROIX d é c i d e de f a i r e l e mort; l e t r o n c s u r l e p l a n c h e r a v a n t d r o i t du v é h i c u l e , . ' l e i jambes Pen- . - . . . dant e s à 1' e x t é r i e u r . . . Concernant l e gendarme - convoyeur (Mr MORUE), ------- - - - - . .. .. 11 S o r t du v é h i c u l e , m i t r a i l l e t t e au poing. L o r s q u t i l e s t r e j o i n t ( p a r son c o l l è g u e , il e s t t o u j o u r s debout p r è s de l a @ 6 r t i è r e . 1 1 tombe peu de temps après.
  • 22. Le d é s é q u i l i b r e du,gendarme a é t é causé p a r deux p r o j e c t i l e de c a l i b r e " .45" t i r é s dans sa c h e v i l l e d r o i t e . Il tombe s u r son c ô t é gauche, l a t r i e - v e r s l e s batimento du "Fons oute es p. 1 1 e s t quelque peu recroquevillé. Alors q u ' i l t e n t e de se r e l e v e r ou de s ' a b r i t e r , il e s t a t t e i n t s u r s o n c 8 t é . - d r o i t p a r une volkée de plombs ( c a l 12 plombs) provenant de - . l a p o s i t i o n de l a Mercédes. De c e t t e d i r e c t i o n , une a u t r e b décharge ( c a l 12 - b a l l e t t e s ) l u i e s t d e s t i n é e ; . u n e b a i l e t t e . l ' a t t e i n t dans l a région de l a gorge. Deux autres p r o j e c t i l e s de 22 LR sont r e t r o u v 6 s ' d a n s l ' a v a n t bras gauche; l e moment de c e . t i r ne peut ê t r e déterminé. . . . Quelques i n s t a n t s p l u s t a r d , une d e r n i è r e déc&arge ( c a l 12 - . ... ! plombs O ) l u i e s t t i r é e dans l a t e t e . p'. JUSTIFICATION DES PROJECTILES 1, RIOT-GUN n'2 -------- a . P o s i t i o n du t i r e u r ' : à proximité du flanc gauc,he de l a ,,. . .. Mercédes - tirs e f f e c t u é s en s e déplaçant v e r s l e f l a n c gauche de l a camidtiette- gendarmerie. . . b . D e s t i n a t i o n des tirs (minimum) 1 e r e décharge ( b a l l e t t e s ) : 'partie s u p é r i e u r e gauche p o r t e . .. chauffeur de l a camionnètte Gd .. 2 erne décharge ( O ): phare gauche k é h i o ~ l é . gendarmerie .I .. .. 3 erne 11 ( b a ~ t t c s ): milieu de l a camidnnettc 4 eme tt ( plombs O) : c6té d r o i t du -tombé - . . . tir p a r a l l è l e au c o r p s - I t 5 eme ( b a l l e t t e s ) : v e r s l e MORUE - u n pro- j e c t i l e dans l a r é g i o n de l a gorge. > , ' 6 eme 11 ( b a l l e t t e s ) - : du coin a r r i è r e - d r o i t de l a camion, n e t t e v e r s l e . gendarme MORUE - . . b u t non-attè.int. e t d e s t i n a t i o n des p r o j e c t i l e s d a n s . l l a i l e a r r i è r e d r o i t e de l a 'SAAB. '.' .. . 7 eme I I ( plombs O) : dans l a t ê t e du- gendarme MORUE- .... p i s t o l e t C a l .45 - - - - " . . - " - - - " a. P o s i t i o n du t i r e u r : à proximité de l a p o r t e du magasin.
  • 23. b. Destination des tirs (minimum) gss " fl/wi? -3 impacts : p o r t e avant-droite de l a camionnette-gendarmerie -2 impacts : p o r t e c o u l i s s a n t e d r o i t e de l a camionnett-e - 2 0 U 3 . - . . impacts : p a r t i e a r r i è r e d r o i t e camionnette - 2 p e r f o r a t i o n s : pikd d r o i t du gendarme MORUE. N . B . : Il e s t probable que les premiers projecjriles ayant - t r a v e r s é l a porte, a i e n t terminé l e u r . c o u r s e 5dans l ' a r r i è r e d r o i t du véhicule, ce qui e x p l i q u e r a i t 16 1 tir comme s u i t : 1 - 3 dans l a p o r t e convoyeur ' p: -2 dans l ' a r r i è r e d r o i t de l a camionnette . ! 2 dans l e pied du gendarme MORUE. d'où s e p t déflagrations x B I chargeur complet de l'arme. 2 . Autres c a l i b r e s : sans o b j e t ou dans l e s c é n a r i o ci-avant.
  • 24. ____._._-c.--- -.. ..- .. -. .. ...--- 24 Le 27 septembre 1983, j 'ai confié au médecin l é g i s t e Paul CHAILLY l a mission d'examiner les blessés (légers) LACROIX Jean-Marie (ge dar- T f l m e ) e t - - . RUYS Benoît ( p o l i c i e r ) . J ' a i également v i s é dans sa les conséquences envisag&s par l ' a r t i c l e 473 du Code Pénal. j o u r , c e s deux rapports ne sont pas rentrés, 3 . - Le 17 septembre 1983, j ' a i demandé à l'expert en autom'obiles Geo ges . - NIMAL principalement d'examiner l a voiture Saab a i n s i que les bonbonnes L'expert Nimal a déposé son rapport l e 30 janvier 1984. C e t expert cnncluf notamment que l a mise à p l a t du pneu a r r i è r e droit..: ne provient pas d'un coup de bocdure e t que c e t t e voiture a u r a i t parcou- ru depuis l a d a t e du vol-,le 7-8 juin 1983;sept à h u i t cents kilomètres 1 1 émet une hérie dfhypothèseç quant au kilométrage que cette voiture , iI I a u r a i t p a r c o h l e jour des f a i t s à supposer qu'au départ l e p l e i n . . . .. de carburant a u r a i t été f a i t . , Il e s t à noter que le compteur journ& lier indique 38 kms 40. Pour l e surplus j c vous renvoie à l i l l e c t u r e de ce document. Par l ' i n t e r m é d i a i r e d e l a Police Judiciaire, j Q a idemandé l e 22 septembre 1983,une d i f f u s i o n à l a tÊiévision belge ( c f r P.V. 2533 du 22 septembre 1983 P;J. Nivelles), qui n'a pas donné l e s r é s u l t a t s escomp tés. On a pu r e l e v e r des empreintes fragmentaires s u r les reproductioGs l de plaques dlirnmatriculation e t l e crick de l a S A A B ( l e s autéurs o n t en e f f e t t e n t é de changer l a pneu a r r i è r e d r o i t crevé, mais n ' y sont point parvenus parce .qu'il n'ont pu trouver l a c l e f adéquate. C 1e ç t . . a i n s i q u ' i l s abandonnent l a Saab à s raine-ll~lleudj. Toutes les comparai sons qui ont été effectuées à ce jour nqont.donné aucuti 'résultat. d l p e r q u i s i t i o n s , interrogatoires, mandats d ' a r r ê t etc... . . Les multiples perquisitions que j ' a i ordonnées nront pas permis de retrouver un s e u l élément mat4riel.vraiment exploitable (armes e t o b j e t s enlevés de l a Saab principalement). , %AUDET Michel a avoué s a participation comme &etteur_le 2 décembre - - - - - 1383 e t donc inculp4 e t placé sous mandat dtarrGt. Il a dGçign6 -- . . comme a u t r e s p a r t i c i p a n t s : COCU; ESTIEVENAR~;.~'DEBRUYN, VITTORIO,: BOUAR0UD.J; FRANCOIS Jean-Claude e t NARDELLA ~ianceiico. - . 1 1 f a u t noter que les aveux deiBaudet f o n t s u i t e &:une décladration d e son f r è r e Jean-Luc q u i a déclaré q u ' i l l u i a v a i t confié q u ' i l - é t a i t dans le coup de Nivelles et q u ' i l a v a i t buté (ou flingué) quelqu'un... avec l'arme q u ' i l l u i a v a i t donnée. h r s d'une percpisi- . t i o n un c a r t o n de b i è r e a été retrouvé chez i a # U ~ È ~ ? f e à n - ~ u c '
  • 25. . . - . r i ' . 2 5 :--3 L avec une i n s c r i p t i o n de l i b e l l é e comme s u i t : Jean- Luc pas d e problème pour moi. J e ne d i s rien. s i g n e Ton f r è r e Micheltt . , . I n v i t é .à s'expliquer a d i t que c e l a v o u l a i t d i r e que-son frère Michel ne d i r a i t pas que c'est avec son arme q u ' i l &r4 * ~ e a l i t & , l ~ a r m e ' d o n t s ' a g i t est en principe l a carabine 22LR retrouvée chez Baudet Michel dont celui-ci a scié. l a crosse canon, mais que l ' e x p e r t en balistique D e r y a formellemerit les confidences f a i t 9 s à son frère. Baudet Michel a toujours exclu un l i e n e n t r e l e carton retrouvé e t Pour l e s u r p l u s , les déclarations de j~aùaet- ~ i c h e l j q u i depuis s a première d é c l a r a t i o n a a l t e r n é aveux e t r é t r a c t a t i o n s , sont impréci- i .ses e t succintes. Lorsqu'il se r é t r a c t e l i l j u s t i f i e ses r é t r a c t a t i o n s e t ses fausses accu . , , - - . ,,, ' s a t i o n s p a r l e f a i t q u ' i l est influencé par COCU: q u ' i l a connu depuis son enfance. 1 : Le 26 décembre 1983, Baudet m'a déclaré q u ' i l a v a i t accusé faussement, ! f DEBRUYN, BOUAROUDJ e t NARDELLA.' sous 1 1influence de COCU. Sa d e r n i è r e ' r é t r a c t a t i o n complète devant moi d a t e du 3 f é v r i e r 1984. Il y d é c l a r e e n t r e autres que c ' e s t en prison q u ' i l a vu pour l a . - première f o i s BOUAROUDJ, c e que ce dernier a toujours soutenu. Subjectivement , B A U D E T Mlchel, que j ( a i longuement i n t e r r o g é .à p ~ u s i e u r s - . . r e p r i s e s , m e p a r a i t quelqu'un de primaire, maniant mal son vgcabulairè .-., .. peu étendu e t paraissant manifestement influençable, ce q u i permet d e mettre e n doute t a n t ses aveux que ses r é t r a c t a t i o n s . !COCU Michel a été inculpé, puis placé sous mandat d ' a r r ê t l e 3 décembre - -. pour s a p a r t i c i p a t i o n au f a i t de Nivelles. Il .admet a v o i r ' t i r é s u r .la camionnette d e l a gendarmerie, avec un r i o t gun, mais.,,çe-défend.: -..... , d ' a v o i r touché quelqu'un. Lors de ce premier i n t e r r o g a t o i r e il met 1 en cause les m ê m e s auteurs que ceux c i t é s p & e ~ ~ ~ ~ ~ ~ ' l e .2 dkembre 1983. Le 22 décembre 1983 il m'a f a i t une très brève d.éclaration s e r é t r a c t a n t s u r t o u t e t prétendant même que son Ruger n ' a v a i t pas t i r é à Genvol. . Il a demande une contre-expertise que j ' a i ordonnée'et confiée à un c o l l è g e d ' e x p e r t s composé de MM. Dery, ~arna; d e - - ~ i & ee t Pletinckx de Grammont, l e 27 décembre 1983. Le rapport c o l l é g i a l .déposé l e 14 . . j a n v i e r 1984 a conclu: "que l e s p r o j e c t i l e s portant des t r a c e s utilisable,: * - ---- -5 de rayures trouvés C ---- ---lors de--lgaktaque_du Delhaize de Rixensart-Genval - - - c le 1 1f é v r i e r 1983 ont ét&irréfutablement tirés l e Kuger n o , C e t t e r&ract.a+i nn A n a P t & Ab P ~ , . W C I - . r i ~ i r A o .
  • 26. mrsque@3cf$)Ifa r e p r i s l a voie des aveux, il a r a j o u t é en t a n t que p a r t i ~ i p a n t i ~ ~ E p ~ ~ ; ~ ~ q ~ i ~ t - B & l ~ g ~ c e après les déclarations q u ' i l a f a i t e s l o r s de son audition à Charleroi dans l e cadre de l ' i n s t r u c - t i o n r e l a t i v e au double meurtre d'Anderlues commis l e ler décembre 1983. A noter que dans ses déclarations à CharleroigWudet) a f a i t l e s mêmes déclarations que_=&& Chaque f o i s q u e m W ; a été i n t e r r o g é en vue d'obtenir des renseigne . ments qui auraient permis de retrouver des .éléments matériels e t plus particulièrement des armes ou de désigner des endroits qui au- r a i e n t pu s e r v i r de planque aux voitures volées, il a égaré l e s enquê- ; teurs sur de fausses pistes, ce q u ' i l a admis chaque f o i s après les v é r i f i c a t i o n s en prétendant a l o r s q u ' i l n ' a v a i t jamais été chargé de s'occuper des armes et des voitures, désignant à c e t t e f i n s o i t des CO-auteurs ou des t i e r s . Abstraction f a i t e des déclarations menson-,;.: gères àe g6cKi visées ci-avant, il est noter que pour le r e s t e il e s t .! assez p r é c i s dans ses aveux qui sont émaillés de d é t a i l s (sciemment+?-) inexacts; Le d e r n i e r interrogatoire de:Cocu dont j 'a i connaissance ,au stade actuel de mon instruction,contient de nouveau une r é t r a c t a t i o n t o t a l e de Cocu, sans plus amples explications. ( i n t e r r o g a t o i r e de l a B.S.R. du 14 f é v r i e r 19841. En ce q u i concerne ,~Gtievenart. je ne 1'a i pas inculpé p o G le f a i t du Colruyt de Nivelles, compte tenu des aveux e t r é t r a c t a t i o n s de Cocu à son égard en c e qui concerne l e f a i t de Genval pour lequel ., il s e trouve toujours détenu, mon i n s t r u c t i o n s e toujours quant à l a r é a l i t é de s a participation à ce d e r n i e r fait.. , En ce qui concerne DEBRUYIq Josiane qui s e t r o u v a i t . e n . l i b e r t 6 (mainle- vée du mandat d ' a r r ê t pour l e H . U . de Genvallelle a été inculpée l e 3 1 janvier 1984 e t confrontée avec Cocu qui a maintenu ses accusations à son égard pour l e s f a i t s de Nivelles, mais e l l e a été l a i s s é e en l i b e r t é avec votre accord par application de 1'a r t i c l e l e r alinéa 3 de l a l o i du 20 a v r i l 1874. JIen viens maintenant au cas de VITTORIO e t B O U A ~ U D J ,< I l s ont été placés sous mandat d ' a r r ê t par mon h ~ n o r é ' c o i l è ~ u e l e Juge d l I n s t r u c t i o n Biquet à Mons. Après desaaisissement par l a chambre du conseil du t r i b u n a l dipremière instance de Mons, vous mf avez adressé U n r é q u i s i t o i r e complémentaire l e 2 janvier 1984,
  • 27. 27 Jfa i p l a c é ~ ~ M ~ o R I o ~ A - & ~ ~ ~ ~ ~ ~ s o u s mandat dl a r r ê t l e 3 ianvier 1984 pour s a p a r t i c i p a t i o n au H . U de Houdeng-Goegnies commis l e 7 mai 1983, un v o l q u a l i f i é commis dans l a n u i t du 8 au 9 mai 1983 à Colfontaini- Warquignies, au H.U. de Genval du 1 1 f é v r i e r 1983 e t au t r i p l e meurtre à Nivelles l e 17 septembre 1983. s / %{ ' . , : #< >, Déroulement succint du H;U. de Houdeng-Goegnies: _ - - I I - - - - - - - - - - a - - _ _ - _ ' : ,,..':, c(: ,-';? g$ Deux auteurs e n t r e n t d a n s ' l e bureau du GEINNO-BM s i t u é çhaussee i . . s t v Houtard, no 147 vers 19 heures 15. Ils y poussent un préposé et l e '-- menacent d'une arme. Deux préposés sont obligés de s e coucher par t e r r e , b Le coffre-fort qui é t a i t ouvert e s t vidé de son contenu e t l ' a r g e n t qui est compté par un préposé est également volé. L e s deux auteurs q u i t t e n t l e magasin e t montent dans une voiture AUDI q u i s'avère avoir ---- t é volée à Etterbeek, l e 6 mai 1983. La voiture a été retrouvée après l e s f a i t s à l a s o r t i e de l'autoroute, rue de Familleureux. Le b u t i n emporté par l e s auteurs s ' é l è v e à environ.un million de francs. ~ x ~ o s e succimdu vol q u a l i f i é à Warquignies - - - au ~r<ijfidicg ~ . O U les auteurs du vol pénétrent dans l'immeuble du gérant cftune agence de t i e r c é , après avoir f r a c t u r é l e chassis de l a f e n ê t r e d e l a cu.isine à l f a i d e d'un pied de biche. En l'absence du p r é j u d i c i é , i l s accèdent à l ' é t a g e où ilsbérobent une malette contenant de 1'axgent, pour un montant d e 88.000 F e w i r o n . En c e q u i c o n c e r n e ~ V I ~ ~ ~ R i O , il a tout d'abord admis sa p a r t i c i p a t i o n . comme guetteur l o r s q u l i l a été interrogé le 28 octobre-:.3983 .Parl a :.. E R de Mons, mais il s'est r é t r a c t é l o r s q u ' i l a été interrogé' par . Monsieur l e Juge d'Instruction Biquet, en précisant q u ' i l n ' a v a i t pas p a r t i c i p é de manière active à c e coup puisqu 'il a v a i t :s,in&lement atten- du les auteurs dans un café. Il a réadmis. sa partipatiofi comme guetteur .... . lorsque j e l ' a i i n t e r r o g é l e 3 janvier 1984. -.._ . . Il a toujours admis avoir p a r t i c i p é au vol q u a l i f i é do6t': 5.' a g i t 'ci-avant avec l e nommé Bry José. BRY et ~ i t t o r i o ' m e t t e n t en cause Estiévenart e t son épouse pour c e vol, en ce se;ns que ikbruyn a u r a i t 610igné l e préjudicid en s o r t a n t avec l u i au moment des . f a i t s e t q u ' ~ s t i é v e n a r t a u r a i t p a r t i c i p é à 1'tlaboration du coup e t aurai+. reçu une p a r t ( 1/3 . - . environ) du butin. La r é a l i t é de l a s o r t i e de;~&bruynfavec l e préjudici6 ... . est Gtablie, mais t a n t celle-ci que son mari n i e n t . t o u t e p a r t i c i p a t i o n .. .. au f a i t .
  • 28. Pour les f a i t s du Colruyt de Nivelles, l'évolution des déclarations de e s t l a suivante. Le 6 décembre 1983, Vittorio a déclaré à l a B.S-R. de Nivelles ,après avoir admis q u ' i l s e l i v r a i t à de nombreuses reconnaissances pour , , u des hold up, q u ' i l avait f a i t plusieurs reconnaissances au Colruy d 3 7.,. F .r Nivelles, puis, qu' il devait convenir qutil était s u r place. En &alez-' F i de s a d é c l a r a t i o n il s e r é t r a c t e e t s ' e n t i e n t uniquement aux r-edon- naissances - Le 7 décembre 1983, il confirme s a participation au f a i t de Genval devant l a B . S . R . de Nivelles, ce q u ' i l a v a i t aàmis l e 6 e t d i t q u ' i l s'y t r o u v a i t avec Cocu, Estiévenart e t B o u a r y ( C o c u ayant d e tiré avec son arme) @nsi qu'avec l3audeX Le 16 décembre 1983, confronté à Cocu, il n i e t o u t en ce q u i concerne a. Nivelles, même les reconnaissances. Le 2 j a n v i e r 1984, toujours à l a B.S.R. de Nivelles, il admet q u ' i l ,'' est venu s u r les lieux du Colruyt de Nivelles en vue de f a i r e un vol au coffre-fort, à t i t r e de reconnaissance, mais sans p a r t i c i p a t i o n ' au coup. '1 a adm's Le même jour devant rnoit/Sa p a r t c i p a t i o n corne guetteur aux H . U . de Genval e t Houdeng-Goegnies et: . ê t r e e n t r é à l ' i n t é r i e u r du Colruyt. - de Nivelles l e 17 septembre 83. L Iaprès-midi, il admet l e vol des bonbonnes, d e l a Saab (reconnaiçsant , .. :< . . a v o i r t u é à cet occasion l e chien avec son 22~EZ)eta ~ o i r . ~ ~ d é c o ~ ~ é l a p o r t e du Colruyt de Nivelles au chalumeau. Le 4 j a n v i e r 1984 il f a i t une d é c l q a t i o n importanteà l a B . S . R. de Nivelles (p.v. na 5) en disant q u ' i l a t i r é dans l a d i r e è t i o n des personnes de l a Mercédès sans viser e t qu'i-l'a vidé son chargeur. .... . Comme CO-auteurs il c i t e Cocu ,Baudet François ~ e a n - ~ 1 a u d e " e t ' E::tL eve- ' . . nart. près avoir confirmé plusieurs f o i s ses aveux e t a v o i r é c r i t des lettres à Estiévenart (cfr. p.v. BSR n) 106 du 24 janvier 19841 i 1 a encore confirmé ses aveux devant moi l e 10 'janvier 1984, ' l e 18 e t l e 19 janvier 1984. Dans une de ses- déclarations du 19 janvier 1984, il indique q u ' i l a tiré avec un r i o t gun l o r s . d e 1 a . f u s i l l a d e sur 1 â . .. v o i t u r e d e police de Braine-l'Alleud. Dans une confrontàtion du même jour avec Cocu, il admet avoir braqué l o r s q u l i l a commis l e coup de .. . Genval. Le même jour Vittorio a admis q u ' i l y a v a i t en plus des t ( Co-auteurs cités pour Nivelles, Balou Becker, Debruyn; Nardella i e t Bouaroudj, mais c e en cours de confrontation avec Cocu. r. Le 9 f é v r i e r 1984, VITTORIO S'est r é t r a c t é pour l e t o u t , à l'exception
  • 29. dont il s i t u e l a dernière reconnaissance assez longtemps avant les faits,-n'ont jamais été commis. Après l e dessaisissement par l a chambre du conseil de Mons, j ' a i ./2 placé BOUAROUIU Kaci sous mandat d ' a r r ê t le 3 janvier 1984 pour lep /. hold up de Genval e t de Houdeng-Goegnies uniquement,ma convictiongi$3? n ' é t a n t pas f a i t e en ce qui concerne s a participation aux f a i t s d ' Nivelles. . - Les charges qui ont pésé sur l u i en ce q u i concerne l e mandat d ' a r r ê t d é l i v r é sont les accusations de Cocu et de Vittorio. b Bouaroudj quant à l u i n i e t o u t en soutenant q u ' i l ne connaissait pas Baudet avant d ' e n t r e r en prison (ce q u i est confirmé par une déclaration récente de Baudet). Sa position est pratiquement l a même en c e q u i concerne Cocu. .. Plus pr6cisément pour l e coup de Houdeng-Ggegnies, il admet avoir 1'. : effectué une reconnaissance à cet éoard mais soutient ncn r e ~ ~ l e r n e n t n ' y avoir p r i s aucune part, mais encore avoir a v e r t i un membre de l a ' BSR de Mons de ce que l e coup a l l a i t se commettre l e lendemain (ce' q u i e s t dénié sous l a f o i du serment devant moi par l e membre concerné de l a B.S.R. de Mons'qui a ajouté q u ' i l est effectivement a r r i v é que. Bouaroudj l u i donne des renseignements s u r des agissements délictueux - - de son entourage). Il f a u t noter que Vittorio a déclaré l o r s d e . s e s . r é t r a c t a t i o n s complètes ou quasi du 9 f é v r i e r 1984 que &har;~dj é t a i t venu chez l u i pour l u i réclamer une' p a r t du hold-up l u i reprocha* . . .. d'avoir f a i t l e hold up à son insu. D'après l e même Vittorio,Ebuaroudj a u r a i t a g i de l a même manière à l'égard de Willy SKQWART. .. . . - . ~ s t i é v e n a r t reconnait également avoir f a i t -une reconnaissance à Houdeng- 3 ' Goegnies, mais déclare avoir r e f u s é d'y participer. . ...... . &s nommés.,NARDELLA, FRANCOIS,BECKER e t DRAIWP ori't .été SOUS mandat d'a r r ê t par mon honoré collègue .-leJuge d l l n ç t r u c t i o n MAUFROID de Charleroi pour l e double meurtre commis à Anderlues, l e - l e r décembre 1903. A u moment de l a rédaction de la présente des contacts officieux ont été p r i s e n t r e Monsieur au froid et"moi-même e t e n t r e l e s Parquets concernés en vue d'un éventuel dessaisis'sement. En l ' é t a t actuj. de l ' i n s t r u c t i o n e t après avoir exaininé officieusement . . l e dossier d ' i n s t r u c t i o n r e l a t i f au double meurtre d 1 ~ n d e r l u e ç ,je dois vous d i r e que je s u i s très réservé en ce qui concerne l'éven- t u a l i t é de placer sous mandat d ' a r r ê t l e s quatre inculpés précités, après jonction éventuelle du dossier de Charleroi à mon dossier 97 e t 298/83.
  • 30. dossier r e l a t i f au double meurtre d8Anderlues est connexe à mon dossier puisque deux armes u t i l i s é e s (Colt 45 e t p i s t o l e t 7,65 apparte- n a i t à un des gendarmes de Nivelles) l ' o n t été t a n t à Anderlues Colruyt d e Nivelles,et puisque c'est l a Golf GTI volée aux Trois Canards à Ohain q u i a s e r v i à Anderlues. Pour ma p a r t , j l e s t i m e que cette jonction e s t prématurée é t a n t donné que j e ne dispose que d'un nombre limité d'enquêteurs dans mon arron- : - dissement à q u i j ' a i donné mission de mettre t o u t . e n oeuvre pour élu- I c i d e r les f a i t s de Genval e t de Nivelles,'ce qui débouchera de manière I quasi c e r t a i n e s u r l ' é l u c i d a t i o n des autres f a i t s criminels liés. . . l Dans cette optique, l e s devoirs que pourraient poursuivre d ' a u t r e s as enquêteurs dans d ' a u t r e s arrondissements, l e cas échéant en colla- boration avec m e s enquêteurs, ne pourrait .qu'être bénéfique à 1'éluci- . . dation de tous les f a i t s . I 1''. e ) - - - ComrnissLon5 rgg3tgir.e~-i_ntefnzti-o~aIe~: En d a t e du 2 janvier 1984, j l a i adressé une conmission rogatoire e n : Allemagne en vue d'effectuer uneeperquisition chez un nommé SCHMITZ Johan e t de procéder à son audition e t à c e l l e de Von Majewski Herri- bert. D e s c o n t a c t s e n t r e l a P.J. de Nivelles e t l e s a u t o r i t é s de polices allemandes il r é s u l t a i t en e f f e t que ces deux personnes auraient pu donner des renseignements s u r les auteurs des meurtres dits..'tdu Brabant Wallon': .- .: ' , . Cette commission rogatoire'exécutée à l a mi-février ('je n ' a l pas , encore reçu l e p.v. de l a P . J . ) a permis d'obtenir notamment deux noms de suspects, ce qui donnera l i e u à des v é r i f i c a t i o n s par l a .. Police J u d i c i a i r e de Nivelles. J k 10 f é v r i e r 1984, j i a i adressé une commission r o g a t o i r e à rnon honoré collè-e l e Doyen des Juges d l I n s t r u c t i o n 'à Valenciennes par l a voie diplomatique par l e canal de votre o f f i c e en vue notamment d 9 e f f e c t u e r des v é r i f i c a t i o n s concernant un c e r t a i n BEN MIïDUD Mohamed residcnt à Quidvrechain lequel, selon.une des premières déclarations I d e V i t t o r i o , a u r a i t racheté l l i n s t a l l a t i o n radi&.k .,Fi enlevée de l a , voiture Saah. J l a t t e n d s que votre office autorisek.la i3.S.B à se rendre 1 . . en France pour l'exécution de c e devoir. . .
  • 31. Compte tenu du f a i t que je ne dispose que d'un s e u l élément maté- riel ( l e Ruger P. 38 de Cocu) u t i l i s é certainement à Genvaî. e t probablement à Halle, d'une part, et que, d'autre part, je suis confr té, à des aveux e t des rétractations e t q u ' i l est constant que des innocents ont é t 6 mis.- en cause ou pourraient encore ê t r e détenus, ce qui trouve appui dans l'examen attentif de l'enquête effectuée en ce qui concerne les relations entre l e s différents inculpés, il me parait que des charges importantes pèsent s u r Cocu Michel e t dans une moindre mesure sur Baudet Michel e t Vittorio Adrien ( à pro- pos duquel de mani&re,toutà f a i t subjective, on ne peut exclure I t* q u ' i l y ait de.la mythomanie). Par contre en ce q u i concerne E s t i é - venart e t Bouaroudj, l e s charges m e paraissent être extrêment minces '. compte tenu notamment du faitx%bmmmt.quton peut difficilement sou- t e n i r quziiu Staicnt CR r ~ ï a t i o navec COCU au moment du hold UP de ,' Genval. Il semble de plus illogique e t relativement invraisemblable , qutEstiévenart aurait racheté et revendu à un tiers une arme qui i aurait s e r v i à un hold up auquel il aurait personnellement participé. Je vous p r i e dl agréer, Monsieur l e Procureur du Roi,<1'assurance . de m a considération très diçtingu6e. <,e Clôturé à Nivelles, l e 20 f é v r i e r 1984.
  • 32. ' INTERROGATOIRE .. . , t ' L'an mii neuf cent su&&x quatre-vingt-trois ( k .vingt-quatre 'novembre . A ' 19 I Devant Nous, Guy WEZEL . - heures 40 . 1 juge d'inshcti~n.au T n i d de premihè instance A Nivelles 1 as&G de notre greffier, Miknevicius Maria i : & étant à la prison, avenue de Bmlet, no 4 à Nivelles 4 a comparu la personne ci-après désignée, qui nous a &clad en h g g e fran&e, sur notre interpellation : Question: Quels sont vos nom, prEnoms, lieu et date de naissance, dtatcivil, profession et domicile? Ré&mse: COCU Michel, déjà interrogé. a - Question :Avez-vous déjA Cté condamnée? , . Réponse: - Question :Avrnvouî fait choix d'an ynwil? 1 ' R6pnse: .- & . . ' - . . Je vais vous dire toute la vérité. ' J1aicommencé par être le chauffeur du hold up de Genval, ensuite jtaiparticipé,toujou2s comme chauffeur,aux hold up de Uccle, fin tëvrier, de Halle, le 3 mars 1983,-c'était, je crois, un vendre- di,- et du Colruyt de Nivelles, ie:ly septem'bre1y83. Je me souviens qu'à ÿenval et a Uccle, il s'agissait de hold up dqns magasin Delhaize. . :
  • 33. En ce qui concerne Nivelles, je vous affirme que, comme pour tout le reste, jlétaischauffeur. Je vous assure que je n'ai jamais tiré. Je n'ai jamais voulu personnellement être anné à l'occasion de tous ces hold up. -- 0 Pour le Colruyt de Nivelles, nous sommes partis à trois de Wasmes Y soit moi-même, dans la voiture R. 4 rouge d'Adriao aux environs de 2 1 heures . Baudet et Adriam .30ou 22 heures. Nous nous sommes rendus au garage de Drogenbos. R eA. Dans ce garage on pouvait mettre facihent cinq ou six voitures. 7 Là se trouvaient la voiture Saab de couleur genre gris métallisé et la B.M.W. que j'ai conduite, , De là Adriano et Eaudet cnt pris place dans la voiture BMW que . . , . .. , . I d j'ai conduite. Nous sommes venus par l'autoroute et nous sommes sortis de celle-ci pas loin du Colruyt. Les autres,au nombre * . 1 . I .<, ' I - . . de quatre,ont pris la SAAB. Nous nous sommes suivis jusqu'au lieu des faits. La Saab a pénétré la première sur le parking du Colmyt de Nivelles. La Saab s'est d'abord garée sur le parking arrière du Colruyt par rapport à la chaussée. En ce qui me concerne, je me suis arrêté avec la B.W. à hauteur de la porte arrière qui . devait Gtre en métal. Pendant que je restais au volant de la voitur Adriano et Baudet ont déchargé deux bonbonnes et u n chalumeau, ainsi qu'une pince Monseigneur. an a encore déchargé un marteau et des tournevis. Dès que les . . deux voitures ont pénétré sur le parking les phares ont été éteints. D'après mes souvenirs,il devait être entrgfninuit et une heure du matin. D'après moi pour faire le trajet de Wasmes à Bruxelles, nous avons mis à peu près une heure. En effet+entreBruxelles et Wasmes,il y a environ 77 km donc un peu moins jusque Drogenbos. Deux des quatre personnes qui se trouvaient dans la voiture Saab sorrtdescendues pour aider à décharger le matériel se trouvant dans la B . M . W . Une fois ce déchargement effectué, je me suis mis avec la BIW sur le parking du bâtiment d ' à côté de f,açon à pouvoir partir directement sur Bruxelles, l'avant de la voiture étant dirigé vers la chaussée; De l'endroit où je me trouvais avec le moteur en marche, je pouvaie voir le magasin et les pompes à essence, mais pas l'arrière du magasin, ni la porte de derrière. Pendat que jtattendaisseul à 'l'endroit que je viens de vous indiquer,Baudet se trouvait sur . un c0in.d~ magasin soit au point 1 du-croquisque je dresse devant vous* J'indique au point 2 l'endroit où je stationnais à llintériei de la B . M . W . Je.vous indique au point 3 1'endroit approximatif -- - des Pompes à essence, au point quatre 1 1endroi Ù la Saab 2-3 I /3
  • 34. i .. '. .*-t . CABINET 1 a été chargée 66 mqchandi'se$ proven,hnt du magasin. A leur manière . . de porter les affaires,jqai vu quelc'était des marchandises et non de l'argent. Par après,j'ai appris qu'ils avaient pris du whisky, I G . ~ . ~ . E L ..-.-.-.-..-. 1 -..-"........ . . II. des alcools, des cigarettes, du café et des bouteilles d'huile. C'est eux qui me l'ont dit. A votre question je vous réponds que les deux bonbonnes avaient une taille entre cinquante et quatre-vingt centimètres, l'une m ' a semblé Qtre de coule* rouge et l'autre de couleur bleue. Il ne s'agissait enltout cas pas de grandes bonbonnes. Alors qu'ils étaient en train de charger les marchandises, une voiture Mercédès est arrivée, c'était une voiture de couleur blanche COCU Michel .du 24,novembre 1983 ou crème, en tout cas de couleur claire, pour prendre de l'essence pisqu'elle s'est asrêtée aux Fornoes. E h réalité,je ne l'ai pas vue au moment où elle arrivait mais je l'ai vue au moment où elle était arrêtée aux pompes, J'ai dirigé mon regard vers les pompes, puisque j'ai entendu que Baudet criait. Baudet a alors couru vers ma voiture et s'.est assis à llarrièfe. pendant que Baudet se dirigeai vers ma voiture;j'ai vu que l'homme conducteur de la voiture Mercédèe en sortait, ' A votre question je vous précise que pour moi je n'ai pas vu'cet home faire le plein de'sa voiture, Deux des auteurs (occupants derlaSAAB.pou2 venir sur les lieux des faits) se sont mis à courir sur la voiture Mercédès. J'ai entendu des coups de feu et jlaivu llhommetomber par terre, Ehsuite jlaivu qu'on tirait la femme de la voiture, mais je n'ai pas vu qu'après 1''avoir sortie de la voiture,on a tiré -dessus .. .A ce moment là l'un des autehs'dont je viens de parler ci-avant est monté et a pris le volar de la Mercédès. Je dois préciser qu'au moment des coups de feu Adria- no est arrivé en courant pour monter dans ma voiture. Baudet faisait le guet et n'était donc pas armé. Adriano avait un 38 spécial à bail let. Comme arme je me souviens d'un riotgun et je sais qu'ils ont tiré sur les gendarmes avec cette arme. Je suis sûr et certain qu'il y avait également un 9 mm automatique. Un des quatre auteurs de la SAAB avait un revolver à-barillet22LR. C'est pendant que jfétais parpué après le déchargement du matériel que les armes qui se trou- vaient dans la ShAB ont été distribuées. Je p e ~ ~ également vous dire que tout le monde avait des-giietsppare-ballesà l'exception de Baudet et de moi-même. Je vous assure que je ne sais pas où ils q s ~vaientobtenus. 11s ont dit que c'étaitfiremière fois a
  • 35. - Y les mettaient. Jfaiainsi compris qu'ils les avaient depuis quelque , jours. Ce que je sais c'est qu'au garage de D~ogenbos,les gilets pare- balles ont été distribu28 à tous ceux qui "èvaient rentrer dans le magasin plus àu chauffeur de la Saab. Je Peux vous dire que comme c w b i n e il n'y avaient que des riotgunç.Q~d je vous ai parlé dqun22 LR je n'exclus pas l'hypothèse qu'il pourrait en fait s'agir d'un xi&a pistolet. avec chargeur, . . Personnellement je n'ai pas eu l'arme en main. 11 se pourrait . - . également que celui qui avait le 22 LR a déchargé son revolver pour le recharger ensuite. y . Ce que je peux dire égalementt/ qu'au moment des coups de feu tirés c'est sur les occupants de la Mercédès,ilsont tiré avec des armes de poing, Dès q u e l ~ a u t e u r q u i s ~ e s t m i s a u v o l a n t d e l a M e r c ~ d è s a m i s le . . moteur de celle-ci en route, j ' a i quitté le parking où je me trouvair en direction de Bruxelles en ayant à mon bon3 Baudet et Adriano. Dans notre voiture seul Adkiano avait un 38 spécial. J'ai en effet vu qu'il avait cette arme lorsqu'il est rentré dans ma voiture daas les ccjUitions qce ,je -:süs ûi izUi,Ses ci=z:~~zt. N ~ u çwons sgivi la chaussée qui longe le Colruyt en direction de Bruxelles. $b e u c e e v e n a n t un peu en ~ i è r e dans mon récit, je vous précise que 1 1 femme a été trafnée par l'un des auteurs vers l'arrière de la voiture Mercédès. Je dessine sur le croquis la voiture Mercédès e J j $ , ' Z L c ô - & $ des pompes,l'avant de la Mercédès dirigé vers la chaussée, donc d'après moiy la pompe se trouvait à gauche par rapport à l'homme de la Mercédès, r?i ce qui me concerne, j'ai v u tomber l'homme, puis je ne l ' a i plus vu. Pendant qu'un des auteurs montait dans la Mercé- dès et que l'autre traînait la fernme,un troisième auteur est arrivé . à côté de la voiture Mercédès et il s'est abaissé. Je n'ai rien vu d'autre parce que tout de suite après j'ai.démarré. Au moment où j'allais rejoindre la chaussée.en quittant mon parking j'ai 4 les phares d'une camionnette.fif~~s~eine parcouru deux cents mètres quQdriano a dit c'est les gendarmes. Jfaientendu ainsi que mes passagers des coups de feu. 3'ai alors arrêté ma voiture BMW à cinq ou six cents.mètresdu Colruyt. On a attendu quelques minutes, j'ai alors vu la FIercédès arriver et nous dépasser et plus exactement nous contourner et la Saab qui la suivait. Je leu a3 laissé prendre une distance de cinq ou six cents mètres devant moj et je les ai suivis. Je voyais les feux de position de la Saab. On a roulé jusqu'au moment où il y a eu un barrage. En ce qui me concen je devais me trouver à un kilomètre environ du barrage quand je l'ai C vu. Quand j'ai vu ce barrage,je me suis doilté que c'était pour nous. . - - .- . . - . - Jtaialors pris la première route pour sortir de la chaussée principz 1 a n+ i l m. - , - h l n n . 9 - nlza-: . L -.-. - , . 1 . - 2 L..-. 5 - --- -
  • 36. Guy .WEZEL COCU Michel _..._.._..___..._._-..-. . . . . . . . . ( du 2.4 novembre 1983 Nous avions prévu un point de chute avec une voiture Fiat 132 qui avait été amen& la veille sur le parking de la gare de 1 Braine-l'Alleud. Cette voiture ne ee trouvait pas à l'entrée -., 1 principale de la gare mais un peu plus loin. J 'ai omis ae vous ~ ., . 1 dira qu'il y avait un quatrième auteur dans ma voiixx.5 qui a éidé 1 Donc,pour en revenir au point de chute à la gaze il était convenu . ) , * . , , - , . , . , ; J * : i que nous nous retrouvednnçtous à la gaze et que là on verrait çtil 31!y &-<&+ 3 ~ 5 de j j r ~ b l S u ; ~ ~ , Dans le cas il cxrait à aécbger la voiture W. Celui-ci m ' a été présenté comme habitant la région de Baine-1'Alleud et connaissant bien la route. 11 a fait avec Adriano, Baudet et moi-même le trajet de Drogenbos au I< . . 1 pas eu de problèmes, le contenu de la SAAB devait être déchargé 5 - . . , Colruyt de Nivelles et il a réintégré ma voiture au -moment . . . 5 .f . . . qu'Adriano. 8' 1 dans la Fiat pour éviter des problèmes en cas de contrôle et cette Fiat ne devait être récuperee que le lendemain. buand je parle du contenu ici ; j e veux préciser qu'il s'agissait de l'argent qu'on aurait dQ normalement avoir, des armes, des gilets pare-balles .. chalumeau et bonbonnes etc. 1 Je ne sais pas si la voiture Fiat avait été volée ou non. en compagnie dtAdrianoet de Baudet, nous avons attendu environaune demie heure. Voyant le temps passer, nous avons pensé que les autres avaient été pris. Nous avons décidé de partir de notre @ , . 1 côté à Bruxelles pour reconduire la B . M . W . Sur les indications . . . Donc s'il n'y avait pas eu de problèmes nous aurions d f i rejoindre . . . Bruxelles avec la Saab et la BMW mais en conservant un- temps de dix minutes u n quart d'heure entre les deux voitures. Mais étant donné l'incident du barrage dans lequel ont été impli- quées la Mercédès et la Saab, j'ai sur indications du Brainois qui. se trouvait dans la EiMW,rejoint la gare de Braine-ltAlleud. Et donc, du Brainois, j'ai traversé raine-1'Alleud et nous avons pris une chaussée en direction de Bruxelles. Arrivés à un carrefour, un des auteurs de la SAAB nous a fait des signes sur la route alors que 1 les autres étaient camouflés. Je crois qu'ils ne s'attendaient pas a nous voir. Quand à quatre ils sont montés dans la voiture, l'un d.'eux a dit que si ce n'était pas nous ils auraient braqué le premier automobiliste venu pour prendre sa voiture et f & c i e * ~ ~ ,