LA CHOSE      REVUE D’INDICES                 N°13 LE RESEAU                        2€
2                                                                                                3                        ...
4   5
6   7
8   9
10                                                                                                                  11    ...
12                                                                                                                        ...
14                                                                                                                        ...
16Opposer au réseau tactique des brutes,      des routes et des rondes    le faisceau tactile des luttes,     des doutes e...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La chose

355 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
355
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
120
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La chose

  1. 1. LA CHOSE REVUE D’INDICES N°13 LE RESEAU 2€
  2. 2. 2 3 EDITO « Notre époque a un problème d’étoffe. Le tissu social se troue et il défibre. Les relations humaines sont remplacées par leur calque virtuel : les réseaux. La so- cialité molle nous traverse comme du l’humeur, la voix. La présence. Même le toucher a trouvé son ersatz, sous mode vibreur. De toutes parts ça envoie grave et ça reçoit, ça transfère et ça retransmet, ça télécharge. Ça circule. Textes, sons, beurre. Nos fibres ne vibrent plus, elles images, données. Tout passe. Et pour- conduisent. On a recâblé nos nerfs avec tant, c’est comme si rien ne se passait. de la fibre optique. Les visages qu’on Ou se passait ailleurs, dans le dos des ré- embrassait disparaissent derrière leur seaux. Plus assez d’absences, de laps et de photo. Les gestes qu’on attend restent stases, de blackouts, de temps syncopé. à la surface du plasma : vidéo. Tout se Sois joignable, toujours, bippe dématérialise : la musique, la pellicule, l’injonction. Moi, je disjoncte. »
  3. 3. 4 5
  4. 4. 6 7
  5. 5. 8 9
  6. 6. 10 11 RETIS Plus que d’autres langues qui possèdent un terme analogue (Netz en allemand, network en anglais, red en espagnol...), le français moderne utilise abondamment le mot réseau. À quelques bonnes raisons historiques s’ajoute peut-être aujourd’hui un effet de mo- dernité. Pourtant, tout n’est pas affaire de sentiment ou de mode. À Paris comme à Atlanta, à Francfort comme à Madrid, on parle bien de la même chose lorsqu’il est question de réseau de télécom- munications, de réseau d’autoroutes, de réseau d’ordinateurs ou même de firmes-réseaux mondiales. La notion commune devient concept opératoire pour des techniques et des disciplines scienti- fiques de pointe, et le statut du réseau est conforté dans l’ordre de la pratique et de la connaissance. Il faut aujourd’hui comprendre« ce qu’est un réseau. Réseau provient étymologiquement du latin retis (filet). En té- moigne encore aujourd’hui l’adjectif réticulaire. À travers une longue filiation composée de rets, de résel (xiie s.), de réseuil (xve Le terme générique « réseau » définit un » s.) et de réseul (xvie s.), on parvient à réseau (xviie siècle, dic- tionnaire de Furetière) sans que le sens ait été altéré. Si le filetensemble d’entités (objets, personnes, etc.) de l’Antiquité, composé de fils régulièrement entrelacés, servait à capturer certains animaux, le résel, le réseuil et le réseul (celui-ciinterconnectées les unes avec les autres. désignant... un soutien-gorge) restent des tissus à mailles larges, et le réseau du xviie siècle est toujours un maillage textile.Un réseau permet ainsi de faire circulerdes éléments matériels ou immatérielsentre chacune de ces entités selon des règles bien définies.
  7. 7. 12 13 « Plus le monde recule dans la brume des réseaux, plus les autres deviennent des figures floues (va- guement amies, vaguement dangereuses) et plus le besoin d’appropriation de ce monde, le besoin grappes sont vendangées par les golems du da- tamining, avec leur immense base de données, pour presser le profit de nos jus. Ainsi je m’affiche sur le mur de facebook avec Tout nous connecte d’outils qui soient aussi des filtres, grandit. C’est le cercle. Les réseaux de socialité aggravent au- l’ensemble de mes livres lus, des sons que j’aime, des films que je n’ai pas vus. Avec mes idoles, — de loin et sans fil — tant l’absence de l’autre qu’ils la conjurent. Les mes sisters et mes amis. Avec mes goûts, mes systèmes de sécurité — glacés, optiques et fail- photos de fête, mes liens, mes besoins, mes mais rien ne nous relie. libles — font tout aussi peur qu’ils rassurent. achats potentiels, mon lifestyle, ma singula- Alors qu’un simple regard humain et trois mots, rité, mes régularités. Et j’alimente, en toute échangés dans une rame anonyme, redéplie- conscience, le plus gigantesque fichage consenti raient une sérénité tangible. de l’histoire du marketing personnalisé. Je me Dans ce 21e naissant, le sentiment collectif ne donne, à nu, et mieux : je leur livre mes potes, » se vit plus sous forme de familles ou de groupes, mes groupes, mes clubs. Fragment dividuel par mais de grappes structurées par affinités de fragment dividuel, de la plus idéale façon pour consommation : les « communautés », en lan- une exploitation commerciale optimale : bien gage net. Tu aimes quelle zik, quels films, tu classé et bien sérié. joues à quoi ? Aussitôt repérées et mûries, ces
  8. 8. 14 15 Les conséquences peuvent alors être graves : PHILOSOPHIE DES RESEAUX En théorie de la connaissance, on peut sous-estimer totalement l’importance des sciences cognitives, avec les conséquences pratiques que cela peut avoir sur les politiques d’innovation, sur l’intelligence écono- mique et la gestion des connaissances : on ne verra que des réseaux de télécommunications alors que l’on a au moins autant besoin de structurer des contenus.À l’origine de la philosophie des réseaux, on trouve En conséquence, la définition de la politique de En économie, on peut surestimer les valeurs d’échangele comte de Saint-Simon, dont la doctrine s’ap- déréglementation des télécommunications est par rapport à d’autres types de valeurs, dans les trans-puie sur la notion de réseaux physiques. confiée aux ingénieurs de télécommunications, les positions économiques du modèle, et ignorer le coût politiques n’ayant pas un grand rôle à jouer. total de possession.Saint-Simon prétendait que Dieu était remplacépar la loi universelle de la gravitation (une expé- Ce type de philosophie pose la question de la re- En sociologie, on peut brider les dynamiques derience très simple consistant à placer un aimant lation humaine avec autrui. groupe, ce qui peut avoir des conséquences impor-sur une surface métallique verticale montre que tantes sur les modes de décision politique.l’aimant ne tombe pas, donc que la force de gravi- Sommes-nous en relation avec autrui seulementtation n’est pas la seule force de l’univers). lorsque nous utilisons des techniques informa- tiques et de télécommunications ? Ne créons-Pierre Musso nous apprend que la philosophie nous pas un objet, un instrument, derrière lequel,des réseaux s’applique maintenant aux réseaux de comme l’affirme Pierre Musso, se cache une idéo-télécommunications, en prenant cette fois la mé- logie ? Ne confondons-nous pas communication,taphore du cerveau et du système nerveux central. et télécommunications, ensemble de techniquesDans cette métaphore des réseaux neuronaux, ce et d’instruments qui devraient être au service dequi est important, ce sont les synapses, qui font la la communication humaine ?liaison entre les neurones, et qui représentent les La transmission technique d’un message four-liens de télécommunications, qui se réorganisent nit-elle la garantie que le message est bien perçudans la société. par le destinataire : ne confond-on pas transmis- sion et échange ?
  9. 9. 16Opposer au réseau tactique des brutes, des routes et des rondes le faisceau tactile des luttes, des doutes et des frondes. Devenir déréseaunable. Disjoncter.

×