La mobilité pour elle-même

727 vues

Publié le

Présentation du 3 mars 2011 au Collège Belgique de l'Académie royale de Belgique

Publié dans : Formation
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

La mobilité pour elle-même

  1. 1. Christophe Mincke (FUSL/CES) Bertrand Montulet (HECharlemagne)La mobilité pour elle-mêmeLémergence du discours mobilitaire Collège Belgique - Académie royale de Belgique Cours-conférence du 3 mars 2011
  2. 2. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  3. 3. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  4. 4. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  5. 5. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  6. 6. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  7. 7. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  8. 8. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  9. 9. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  10. 10. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  11. 11. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  12. 12. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  13. 13. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  14. 14. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  15. 15. Un discours omniprésentCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  16. 16. Observations • Valorisation de la mobilité & dévalorisation de l’immobilité • Représentation particulière du temps & de l’espaceCollège Belgique 02/03/2011 Hypothèse du développement d’une idéologie mobilitaire Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  17. 17. Approche • Sociologie : • Idéaux-types • Neutralité axiologique • Recherche centrée sur les discours et non sur les pratiquesCollège Belgique 02/03/2011 • Définition d’une matrice utilisable dans l’analyse d’un grand nombre de discours Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  18. 18. Postulats • Toute mobilité est à la fois mobilité dans l’espace et dans le temps. • Les formes de perceptions du temps et de l’espace sont des constructions socialesCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  19. 19. Formes sociales du temps • Le temps de la montre est perçu comme une évidence • Le temps est une construction sociale (ex. : le temps du Moyen-Âge, les jeuxCollège Belgique 02/03/2011 olympiques, la nanoseconde) Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  20. 20. Appréhender le temps • Le temps comme durée (la durée et les cycles) • Le temps comme éphémérité : fluxCollège Belgique 02/03/2011 • Les métriques temporelles… et spatiales Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  21. 21. L’espace : construction sociale • L’espace délimité et l’étendue spatiale • Couvrir et traverserCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  22. 22. Représentation analogiqueCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  23. 23. Composites, réticulaires et abstraitesCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  24. 24. Tension spatiotemporelle Espace « pur » Temps « pur » Délimitations Etendue Temps permanent Temps éphémère (l’espace dit le temps) (le temps dit l’espace) Lieux Noeuds interconnectés en territoires réseaux dynamiquesCollège Belgique 02/03/2011 Hiérarchie Horizontalité Jeu de Go Jeu d’Echecs Mondialisation Globalisation Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  25. 25. Un nouveau vécu spatiotemporel • Nouveaux vécus : • Les temps de la vie : le flou du début à la fin (vie/ mort ?) • L’espace physique : vers l’ubiquité (ici/là-bas ?) • Nouvelles constructions sociales :Collège Belgique 02/03/2011 • Lieux de travail ? • Temps de travail ? Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  26. 26. Quatre formes de mobilités TENSION VERS TENSION VERS LA L’ÉPHÉMÉRITÉ PERMANENCE ESPACES mobilité mobilité DÉLIMITÉS « sédentaire » « recomposée » (LIEUX) Le provincial L’immigré mobilité mobilitéCollège Belgique 02/03/2011 ÉTENDUE « incursive » « kinétique » (RÉSEAUX) Le voyageur Le businessman Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  27. 27. Valorisation du temps TENSION VERS TENSION VERS LA L’ÉPHÉMÉRITÉ PERMANENCE ESPACES Régularités DÉLIMITÉS Monochronie (LIEUX) Risque totalitaireCollège Belgique 02/03/2011 Opportunités ÉTENDUE Polychronie (RÉSEAUX) Risque «exclusiviste» Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  28. 28. Idéologie mobilitaire • Gestion de soi • Activité : ne pas rester à rien faire... • Activation : la personne-sujet comme moteur de l’action • Rapport à l’environnement social • Participation : activité au sein du réseau • Adaptation : travail sur Soi et adaptationCollège Belgique 02/03/2011 permanente des comportements Valorisation par les mobilités, dévalorisation par les immobilités Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  29. 29. Le discours et ses usages • L’idéologie mobilitaire : en phase avec le réel et contrefactuelle... Elle est même performative • Les structures sociales (hiérarchies, spatialisation, stabilité) fonctionnent mais sont délégitimées • Registre : flexibilité, réseau, initiative personnelle, horizontalité des relations, sincérité,… • Combinaison du discours mobilitaire et deCollège Belgique 02/03/2011 structures stables • Idéologie = ressource Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  30. 30. Épreuves et pénibilités L’idéologie de la mobilité débouche sur l’instauration d’épreuves : • mises à l’épreuve permettant aux acteurs de prétendre à leur condition socialeCollège Belgique 02/03/2011 • contraintes qui présentent une pénibilité (consubstantiel à toute épreuve) Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  31. 31. Trois dimensions de pénibilité 1) Hiatus entre l’internalisation de l’idéologie et les comportements de mobilité • la mobilité empêchée ou inaccessible • La mobilité contrainteCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  32. 32. Trois dimensions de pénibilité 1) Hiatus entre l’internalisation de l’idéologie et les comportements de mobilitéCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  33. 33. Trois dimensions de pénibilité 1) Hiatus entre l’internalisation de l’idéologie et les comportements de mobilité 2) Difficulté d’imposer la perception de ses mobilités (ne prennent sens que dans une interaction sociale)Collège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  34. 34. Trois dimensions de pénibilité 1) Hiatus entre l’internalisation de l’idéologie et les comportements de mobilité 2) Difficulté d’imposer la perception de ses mobilités (ne prennent sens que dans une interaction sociale) • Impression de donner en vain des gages de mobilitésCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  35. 35. Trois dimensions de pénibilité 1) Hiatus entre l’internalisation de l’idéologie et les comportements de mobilité 2) Difficulté d’imposer la perception de ses mobilités (ne prennent sens que dans une interaction sociale) • Impression de donner en vain des gages de mobilitésCollège Belgique 02/03/2011 • Incapacité à faire considérer ses immobilités comme légitimes ou vénielles. Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  36. 36. Trois dimensions de pénibilité 1) Hiatus entre l’internalisation de l’idéologie et les comportements de mobilité 2) Difficulté d’imposer la perception de ses mobilités (ne prennent sens que dans une interaction sociale) • Impression de donner en vain des gages de mobilitésCollège Belgique 02/03/2011 • Incapacité à faire considérer ses immobilités comme légitimes ou vénielles. • Simulacre Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  37. 37. Trois dimensions de pénibilité 1) Hiatus entre l’internalisation de l’idéologie et les comportements de mobilité 2) Difficulté d’imposer la perception de ses mobilités (ne prennent sens que dans une interaction sociale)Collège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  38. 38. Trois dimensions de pénibilité 1) Hiatus entre l’internalisation de l’idéologie et les comportements de mobilité 2) Difficulté d’imposer la perception de ses mobilités (ne prennent sens que dans une interaction sociale) 3) Coût de la motilitéCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  39. 39. Trois dimensions de pénibilité 1) Hiatus entre l’internalisation de l’idéologie et les comportements de mobilité 2) Difficulté d’imposer la perception de ses mobilités (ne prennent sens que dans une interaction sociale) 3) Coût de la motilité • Pénibilités liées à l’acquisition des facteurs de compétences, d’accessibilité et d’appropriationCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  40. 40. Conclusion -L’idéologie mobilitaire, une grille de lecture
  41. 41. Enjeux sociaux... • Les nouvelles insécurités • « L’activation » (Etat social actif, prisons,…) • La confrontation aux rythmes différents des activités. (./. rôles traditionnels féminins et masculins) • La légitimité de la définition de limites (ex. : âge de la retraite,…) • Le droit à la mobilitéCollège Belgique 02/03/2011 • Les transformations de « l’être ensemble » (ex. : la famille) • La question identitaire • La question de la culture et des frontières (Alter- mondialisme) Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  42. 42. L’individu & la question bruxelloise • Un point de vue mobilitaire • Bruxelles par l’action • Les langues en pratiques … appliqué à Bruxelles et à sa périphérieCollège Belgique 02/03/2011 Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  43. 43. L’individu & la question bruxelloise • Un point de vue ancré • Bruxelles par les territoires historiques • Les langues comme éléments de cultures essentialiséesCollège Belgique 02/03/2011 … appliqué à Bruxelles et à la Belgique Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  44. 44. L’identité nationale • Espace cloisonné : • Territoires national, linguistique, étatique, culturel, etc. • Homogénéité interne des espaces • Identification par rapport à des territoires extérieursCollège Belgique 02/03/2011 • Temps de la permanence : • Référents lointains, éternité de la Nation et de l’appropriation du sol, refus des évolutions, etc. Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  45. 45. L’identité cosmopolite • Espace ouvert : étendues multiscalaires • Le phénomène urbain et Bruxelles-pôle • Absence d’espace propre, priorité aux flux • L’étendue comme substrat • Temps-fluxCollège Belgique 02/03/2011 • Référence aux pratiques et à leurs évolutions • Rejet d’une position temporelle définie Christophe Mincke & Bertrand Montulet
  46. 46. let Bertrand Montu voo.be nd@Montuletbertra Christophe M mincke@fusl incke .ac 0473/210.265.be Présentation en ligne sur www.mincke.be

×