SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  16
Télécharger pour lire hors ligne
Littérature iA
!.
M. DUPONT
Bon, bon, j'arrive. Le café est prêt?
MME DUPONT
Mais oui, mon chéri.
M. DUPONT
J'arrive tout de suite.
2
Famille et démocratie'::
Huit heures et demie, un fundi matin. Les enfants sont
partis pour l'école. M. Dupont est encore' dans Ia salle
de bains. n se rase. Mme Dupont est à Ia cuisine. Elle
prépare le café pour son mario Elle regarde l'heure.
MME DUPONT (de Ia cuisine)
11est huit heures et demie.
11. DUPONT (de Ia salle de bains)
Qu'est-ce que tu dis?
MME DUPONT
Je dis qu'il est huit heures et demie.
M. DUPONT (qui arriue)
Camment, huit heures et demie? Mais Je vais être en
retardo
MME DUPONT
Justement!
M. DUPONT
Huit heures et demie et tu ne me dis rien!
MME DUPONT
Je viens de te dire qu'il est huit heures et demie.
18
"
M. Dupont retourne à Ia salle de ~ains. n a bientôt fin,i
de se raser. n met un peu d'eau de Cdlogne. On entend
Mme Dupont qui cJlante.
M. Dupont entre dans Ia salle d manger.
M. DUPONT
Eh bien, ça va. Tu ehantes?
MME DUPONT
Oui, je pense aux vacances.
M. DUPONT
Aux vacances? Mais nous sommes en avril, nous avons
encare quatre mais.
MME DUPONT
Trais.
M. DUPONT
Camment?
MME DUPONT
Oui, trois mais: avril, mai, juin ...
M. DUPONT
Ban, si tu veux... Oh, ce café est trap ehaud!
MME DUPONT
Tu veux du lait fraid?
M', DUPONT
Nan, pas de lait, roerei.
MME DUPONT
Tu paurrais peut-être téléphaner à une agence('?
M. DUPONT
Paurquai?
19
----------_._-- -~---_._------------- ----
M,,~ DUPONT
Mais pour les vacances, il est temps de penser à Iouer
une villa<'o
Mo DUPONT
Voyons, Mimi, je ne vais pas téléphoner trois mois à
l'avance. Nous sommes en avril.
MME DUPONT
Je voudrais une petite villa...
M. DUPONT
... au bord de Ia mer...
MM~ DUPONT
.... pas trop loin de Ia pIage*...
M. DUPONT
0.0 avec un jardin ...
MM~ DUPONT
." des arbres ...
M. DUPONT
o" et des fleurs... C'est ça, bien sür, ma chérie...
MME DUPONT
Alors, tu téléphones à l'agence?
M. DUPONT
Mais non, voyons, je vais au bureau.
MME DUPONT
Tu peux téléphoner du bureau.
M. DUPONT
.Téléphoner du bureau, pendant les heures de travail,
pour':une affaire personnelle? Voyons,' ma chérie, c'est
impossible.
MME DUPONT
Bon, alors, tu téléphoneras ce soir, à Ia maison ...
M. DUPONT
C'est ça. Au revoir, ma chérie.:.
20
MOfE DUPONT
Au revoir, Daniel.
M. DUPOTÚ arriue à son bureauo n {rappe à 'la porte de
son collegue*. M. Lagrangeo
M. LACRANCE
Entrez.
M. Lagrange téléplwne.
M. LAGRANGE
(Au téléplwne.) Une villa, au bord de Ia mer... (À M.Dupont.)
- Excusez-moi, asseyez-vous - (Au téléplwne.) Pas trop
Ioin de Ia pIage... avec un jardin ... M. Lagrange... appelez
le numéro 763-98-56, poste 45... oui, aux heures de
bureau ... Merci, mademoiselle ...
n raccroche" .
Excusez-moi, mon cher, j'étais en train de téléphoner
à une agence...
M. DUPONT
Une agence?
M. LAGRANCE
Qui, dans trois mois, nous sommes en vacances; il est
temps de penser à Iouer une villa.
M. DUPONT
Vous avez raison.Ce matin, justement, je disais à ma
femme...
M. LAGRANCE
Vous avez déjà Ioué queIque chose?
M. PUPONT
Pas encore, mais ce matin,je discutais Ia ql1estion avec
.ma femme...
M. LACRANCE
Et vous avez décidé de Iouer une villa au bord de Ia
mer...
o 21
---- ---~--~-~~-~---~--~====~~=--"'----===="''='''''=====~.=...",...-,..,.-~.~._--'--------------
Mo DUPONT
.00 pas otrop loin de Ia plage ...
M. LAGRANGE
..oavec un jardin ...
M. DUPONT
o" des arbres ...
Mo LAGRANGE
• O' et des fieurs..o
Mo DUPONT
O" justement, mais je ne viens pas' pour vous parler des
vacances, je viens pour discuter avec vous de l'affaire
Duval, vous savez, les machines que !l0us avons ven-
.dues l'an derniero..
M. Dupont discute tluec son collegue de l'affaire Duual.
Quand il retourne à son bureau, il prend l'annuaire'"
du téléphoneo .. Lettre A ..o Ageru:es de location"' ...
Mo DUPONT (cherche dans l'an~ire)
Voyons, Agence Michel..o Ah, voilào.. rn appelle le numéro
de l'agence.) Allô, l'Agence Michel? Bonjour, mademoi-
selleo C'est pour une location ..o Comment? Septem-
bre? Mais non; mademoiselleo Pourjuillet et aouL.
Ah? C'est difficile?..o Mais, mademoiselle, je vous
téléphone trois mois à l'avance.o. Si vous pouvez trouver
quelque chose... Qui, au bord de Ia mer.o. pas trop loin
de Ia plage ..o une villa avec un jardin ... M. Dupont ...
Vous pouvez téléphoner au 763-98-56, aux' heures de
bure'au. Poste 46. Merci, mademoiselle, au revoir, made-
moiselle.
22
=-'---.-_.-..,--~..=_ .. _~-=-~..----~~~--:----::====:-.
Nous sommes à Ia fin de Ia journée. Chez les Dupont,
Ia femme de ménage. Mme Barrault, prépare le diner.
Dans sa chambre, Mme Dupont écoute Ia radioo
LE SPEAKER
ee ••• Vous avez entendu ••Pour Élise ", de Beethoven,
voiei maintenant ••Votre vie' de famille, un conseil par
jour ", par Catherine Dufoyer. »
c. DUFOYER
« Chers amis, bonsoiro Je vals vous parler aujourd'hui
de vos vacances ... )l
MME DUPONT
Bonneidée ..o
c. DUFOYER
e( Vous voulez passer de bonnes vacances? Préparez
vos vacances... »
23
MOlE DUPONT
Téléphonez à une agence ...
c. DUFOYER
« Téléphonez à une agence, bien sur. Mais il faut préparer
les va:é~nces en famille. Ce soir, autour de Ia table fami-
liala, .djscutez, en famille, de vos vacances. Prenez une
carte .<ie France, !~gardez notre beau pays, ~y~.~. toutes
les r~gi(ms, Ia montagne, Ia campagne, le bord de Ia mer.
~J?-9i§.iss~~ le lieu de vos vacances, mais choisissez en
famille.· Parents qui m'écoutez, _mLS_O'y~~p~§ des parents
dictatl~urs*, ..§oY~:Z des parents démocrates*, des parents
nouvelle vague *, Q.is.cutf!z avec vos Êmfants de Ia ques-
tion des vacances, demandez Ieur avis, préparez en
famille· des vacances familiales. »
LE SPEAKER
« C'était " Dn conseil par jour ", par Catherine Dufoyer.
Voici rnaintenant ... »
On sonne. Mme Barrault ua ouurir.
MME BARRAVLT
13onsoir, M. Dupont.
M. DUPONT
Bonsoir, Mme 13arrault.
n entre dans La ehambre de Mme Dupont.
MOlE DUPONT
13onsoir, Daniel. Tu n'es pas trop fatigué?
M. DUPONT
Non. ça va. Ah. tu vas être contente. j'ai téléphoné à
une agence de location.
. MME DUPONT
Qui; c~st bien, mais, tu sais, il faut penser à préparer
l~s· vél:cances ...
24
M. DUPONT
Eh bien, j'ai préparé les vacances, puisque j'ai téléphoné
à l'agence.
MOlE DUPONT
Tu sais, il faut préparer les vacances en famille.
M. DUPONT
Écoute, ma chérie, je' n'ai pas besoin d'avoir toute Ia
famille avec moi pour téléphoner.
MOlE DUPONT
No·n, bien sur, mais ·vois-tu, Daniel, nous devons dis-
cuter ave c les enfants, choisir ensembIe Ia région ou nous
devons passer les vacances. Il ne faut pas être des
parents dictateurs.
M. DUPONT
Quoi?
MOlE DUPONT
Oui, naus devonsétre des parents nouvellevague, des
parents démocrates.
M. DUPONT
Qu'est-ce que tu racontes?
MME DUPONT
Écoute, Ies enfants seront beaucoup plus heureux si nous
discutons avec eux de Ia question des vacances. .
M. DUPONT
Bon, bon! Mais tu croia que Ies enfants ont des: idées?
MME DUPONT .
Eh bien, nous verrons, et réunis autour de ia table
familiale, nous trouverons en famille Ia solution des
vacances familiales, dans Ia bonne humeur et 1'harmoriie.
M. DUPONT
Oh, ce n'est pas de toL..
MOlE DUPONT
« Vous venez d'entendre "Vn conseil par jour", par
Catherine Dufoyer ... »
M. DUPONT
Ah, bon! je comprends.
M.'E DUPONT
Allez, viens à table, le diner est servi...
Apres le dCner, Ia famille Dupont est réunie autour de Ia
table de Ia salle à manger. Sur Ia table, il y a une grande
carte de France. Les enfants sont un peu étonnés. Ils se
taisent. M. Dupont commence.:
M. DUPONT
Mes enfants, nous allons discuter ce soir du probleme
des vacances. J'ai téléphoné à une agence pour deman-
der une villa à louer au bord de Ia mero Alors, regardez
Ia carte de France, regardez notre beau pays, avec toutes
ses régions différentes, les' côtes de Ia mer du Nord, Ia
Normandie, Ia Bretagne, Ia côte de l'Atlantique, Ia Médi-
terranée: Ah, c'est beau Ia France, mes enfants!
I
J
!
LES ENFANTS (cfwntent)
Altons, enfanis de ta patrie", i... e...
MME DUPONT
Soyez gentils, s'il vous plait, les enfants!
M. DUPONT
Maintenant, vous donnez votre avis, parlez! Quelle mer
préférez-vous? mer du Nord? océan Atlantique?
JACQUES
Mais, papa, pourquoi Ia mer? TI y a des montagnes en
France.
M. DUPONT
Des montagnes?
.JACQUES
Qui, les Vosges, le Jura, le Massif Central, les Pyrénées,
les Alpes...
M. DUPONT
Naus ÍTonsau bord de Ia mer, j'ai demandé une villa au
bord de Ia mero
JACQUES
Alors, ce n'est pas Ia peine de me demander mon aviso
MME DUPONT
Pourquai?
JACQUES
Parce que je préfere Ia mantagne.
PAUL
Et qu'est-ce que. tu feras, à Ia móntagne?
JACQUES
Des escalades", je grimperai':' dans les rochers" ...
DOMINIQUE
Monsieur fera de l'alpinisme ...•!
MME DUPONT
Vn peu de silence, s'il vous plait, les enfants! (Les
enfants se taisent.)
27
M.DUPONT
Éeoute, mon eher ~aeques, nôus sommes cinq dans Ia
famille.
MOlE DUPONT
Papa a demandé une villa au bord de Ia mer, ne parle
pas de 1;3. montagne ...
JACQUES
Vous me demandez mon avis, je vous doime mon avisoJe
préfêre Ia montagne. mais vous ne voulez pas aller à Ia
montagne, alors, ee n'est pas Ia peine de me demander
mon aviso Bonsoir ...
n sort el ferme Ia porte d'un coup de pied.
M. DUPONT
Jaeques ...
JACQUES (ouure la porte)
Oui. papa?
M. DUPONT
Tu veux fermer Ia porte eomII)e il faut. s'i! te plait?
JACQUES
Oui, papa.
n ferme la porte sans bruit.
M. DUPONT
Merei ... Done. mes enfants, nous allons au bord de Ia
mero Regardez Ia carte de notre beau pays, avec toutes
ses côtes. Dominique, qu'est-ce que tu préferes? .Lamer
du Nord? La Manche? L'océan Atlantique?
DOMINIQUE
Je préfêre Ia Méditerranée.
. MME DUPONT
Mais pourquoi?
28
._--_.!-..:: ..
PAUL
C'est à Ia mode. mademoiselle est un peu snob".
DOMINIQUE
Idiot! je préfêre Ia Méditerranée parce qu'il y a du
solei!...
MME DUPONT
Qui, mais, ma petite, tu oublies ton papa.
DOMINIQUE
Mais papa peut bien venir en vacances sur Ia Méditer-
ranée?
M. DUPONT
Je peux vEmiren vacances. mais je voudrais bien venir
aussi en we'ek-end*, en juillet. Si vous êtes sur Ia Médi-
terranée, c'est trop loin, je ne veux pas passer deux nuits
dans le train chaque semaine. .
DOMINIQUE
Écoute, papa, on me demànde mon avis, je donne mon
avisoJe préfere Ia Méditerranée, mais si vaus ne voulez
pas aller sur Ia Méditerranée, ce n'est pas Ia peine de me
demander mon avis... Alors. allez ou vous vo.ulez, moi,
ça ne m'intéresse pas..~
PAUL
Mademoiselle 'est en colere...
DOMINIQUE
Non, je ne suis pas en colere...
PAUL
Si, tu es en colere...
DOMINIQUE
Non, je ne suis pas. en colere... Ah! et puis, j'en ai
assez!
Elle se leue et ouure Ia porte .
MME DT:JPONT
Dominique!
29
DOMINIQUE
Pardon, maman, je veux dire que vouspouvez aller ou
·vous voulez, je serai tres heureuse avec vous... Bonsoir,
maman, bonsoir, papa.
Elle ferme Ia porte.
M. Dt:POI'T
Eh bien, e'est diffieile de s'arranger ... Et toi, Paul, queI
est ton avis? Tu préferes Ia Méditerranée, toiaussi?
PAUL
Oh, moi! Ia mer, ça ne m'intéresse pas.
MME DUPONT
Pourquoi?
PAUL
Moi, j'aimerais aller à Ia eampagne.
M. DUPQNT
Tres bien, tres bien! Je eomprends ee que je dois
faire: je téléphone à l'agenee et je demande quatre
villas, une villa à Ia montagne pour Jaeques, une villa
sur Ia eôte de Ia Méditerranée pour bominique, une
villa à Ia eampagne pour Paul et une villa au bord de
Ia mer, pas trop loin de Paris, pour votre. mere et moi...
Tres bien, j'ai compris.
MME DUPONT
Et moi, je vais écrire à Catherine Dufoyer ...
PAUL
Pourquoi, maman?
MME DUPONT
Polir lui dire merei de ses bons conseiIs : « Autour de Ia
table familiale, discutez en famille de vos vaeances ... »
M. DUPONT
« Prenez une carte de France, regardez notre beau pays,
choisissez Ie Iieu de vos vacanees, mais choisissez en
famille. »
30
f
I
I{
,1
i
J
í
I
1
I
I
~
·1
~
j
I
!
,
1
~

!! ,
I1 "
~~..,
MME DUPONT
« Discutez avec vos enfants, demandez leur avis... »
M. DUPON1"
« Préparez en famille des vacances familiales! » Elle
est bien gentille, Catherine Dufoyer, mais elle est un
peu dans Ies nuages!
3
Tout s'arrange
Mardi matin. n est huit heures et quarto Les enfants
viennent de partir pour I'école. M. Dupont se rase dans
Ia salle de bains. Mme Dupont a préparé le café. Elle
appelle son mario .
MME DUPONT
Daniel, le café 'est prêt.
M. DUPONT (de Ia salle de bains)
Voilà, j'arrive.
M. Dupont a fini de se raser. n se met un peu d'eau de
Cologne. n entre dans Ia salle à manger.
M. DUPONT
Voilà, ma chérie, je suis prêt.
MME DUPONT
Et voilà, ton café.
M. DUPONT
QuelIe heure est-il?
MME DUPONT
II est huit heures et quarto
M. DUPONT
Eh bien, aujourd'hui, j'ai le temps de prendre mon
café tranquillement.
MME DUPONT
Et tu as le temps de parIer un peu avee 'moi de Ia·
question des vaeanees.
M. DUPONT
Les vaeanees! ah, non! merei! je ne parle pas des
vacances.
MME DUPONT
Mais pourquoi?
M. DUPONT
Pourquoi? Mais parce que j'ai une famille impossible,
I'un veut alIer à Ia montagne, l'autre sur Ia Méditer-
ranée, le troisieme à Ia eampagne ...
MME DUPONT
Et toi, tu veux venir en week-end et tu ne veux pas
faire un long voyage.
32
M. DUPONT
Alors, il n'y a pas de solution.
MME DUPONT
Mais si, mon chéri, il y a une solution tres simple.
M. DUPONT
Comment cela? Tu as un fils quiveut aller à Ia cam-
pagne...
MME DUPONT
AlIons' en Bretagne, c'est le bord de' Ia mer, mais c'est
aussi Ia eampagne, Paul sera contento
M. DUPONT
Et tu as une fille qui veut être sur Ia Méditerranée,
au soleil.· .
MME DUPONT
.AIlons en Bretagne. Sur I'AtIantique, il y a du solei...
M. DUPONT
Et tu as un fils qui veut a11erà Ia montagne.
MME DUPONT
A11~nsen Bretagne ...
M. DUPONT
Mais en Bretagne, il n'y a pas de montagnes.
MME DUPONT
Non, mais il y a des rochers, des falaises* au bord de
Ia mer et Jaeques peut faire des escalades ...
M. DUPONT
11 ne va pas manter pendant deux mois sur le même
rocher...
MME DUPONT
Mais il y a beaucoup de rochers en Bretagne, et pour
toi, Ia Bretagne n'est pas trop loin de Paris ...
M. DUPONT (pas tres gai)
Allons en Bretagne, on va bien s'amuser! Ton café est
tres bon, ma cl)érie... Merei...
33
MME DUPONT
Tu paIs?
M. DUPONT
Qui, je vais travailler. Au revoir, ma chérie ...
MME DUPONT
Au revoir, Daniel, bonne journée ...
M. DUPONT
Merei.
M. Dupont arrive à son bureau. Dans le couloir, il
rencontre son collêgue. M. Lagrange.
M. LAGRANGE
Bonjour, Dupont.
M. DUPONT
Bonjour, Lagrange, ça va?
34
,..1.
M. LACRANCE
Qui, merei... Alors, ces vacances. vaus avez trouv~
quelque ehose?
M. DUPONT
Non, mais nous avons choisi.
M. LACRANGE
. Ah, oui?
M. DUPONT
Qui, mon cher, hier sair, nous avons discuté Ia ques-
tion des vacances ave c les enfants.
M. LAGRANGE
Avec les enfants? Ce sont les enfants qUi déeident,
chez vous?
M. DUPONT
Mais non, mon cher, nous déeidons en famille.
Nous sommes des parents modernes, des parents dé-
macrates ...
M. LAGRANGE
Des parents nouvelle vague.
M. DUPONT
Exactement...
M. LAGRANGE
Et qu'est-ce que vous avez décidé?··
M. DUPONT
La Bretagne.
M. LAGRANGE
Ah?
M. DUPONT
Qui, vous eomprenez, j'ai un fils qui aime Ia eampagne.
M. LAGRANGE
La "Bretagne.
M. DUPONT
J'ai une fille qui aime le soIeil.
35
M. LAGRANGE
La Bretagne.
M. DUPONT
Oui, Ia côte Atlantique. Moi, Je veux passer Ies week-
ends avec ma famille.
M. LAGRANGE
La Bretagne.
M. DUPONT
J'ai un fiIs qui aime Ia montagne.
M. LAGRANGE (apres un lemps de silence)
Et alors...?
M. DUPONT
La Bretagne, mon cher, Ia Bretagne.
M. LAGRANGE
Mais il n'y a pas de montagnes ~n Bretagne?
M. DUPONT
Non, mais il y a des rochers, mon fils peut faire des
escalades ...
M. LAGRANGE
Et iI est content, votre fils?
M. DUPONT
Mon fiIs? Ah, oui, il est três content! Tout le monde
est três content, mon cher.
M. LAGRANGE
Eh bien, vive Ia Bretagne!
Mu.E MIREILLE.
M. Dupont, téléphone, on vous appelle de Nice,. c'est
M. Dubois, iI est três pressé!
M. DUPONT
Merci, mademoiselle, j'arrive tout de suite. (À M. La-
grange.) Excusez-moi, mon cher, on m'appelle de Nice..;
M. LAGRANGE
C'est Dubois? Eh bien, mon cher, bon courage.
36
M. DUPONT
Oh, oui, quand Dubois téléphone, c'est toujours pour
demande r des conseils, il faut tout expliquer, il ne com-
prend rien ...
M. LACRANCE
Et il a toujours des affaires tres importantes ...
M. DUPONT
Importantes pour lui. Et il est toujours pressé.
Muz MIREILLE
M. Dupont, téléphone: M. Dubois ..:
M. DUPONT
Voilà, voilà...
M. Duponl entre dons son bureau, il prend le lélé-
p}ume •..
M. DUPONT
Bonjour, Dubois... Excusez-moi, je sais que vmÜiêtes
pressé, mais j'étais en traÍD de discuter une affaire im-
portante avec M. Lagrange. Oui, une affaire en Bretagne
... Oh, três, tres importante '" Alors, mon cher, qu'est-
ce qui ne va pas? (Lcng silence.) Oui ... Oui ... Je com-
p~ends. (À Mlle Mireille.) Mlle Mireille, vous avez le jour-
naI? ... Merci. (Au télép1wne.) Oh, je comprends tres bien,
c'est une affaire tres importante. ([llit le journal en télé-
pJwnanl.) ... Comment, moi? ... A Nice? ... En juillet? ...
Si je comprends bien, ·vous voulez que je vienne deux
ou trois fois à Nice, en juillet? ... Mais c'est une bonne
idée, mon cher, une tres bonne idée. Oh, oui, avec
plaisir ... Je dis: avec plaisir ... Mais vous comprenez,
il faut que je demande si M. le Directeur permet ...
C'est cela, je vais en parler à M. le Directeur ... et vous
me rappelez. C'est cela, au revoir, cher ami. A bientôt.
(ll raccroche.) Non, mais, Ml1e Mireille, vous avez en-
tendu?
37
deux ou trois fois à Nice, en
Ies machines de Ia société
Mu.E MIREIll.E
Je n'ai pas tres bien compris ...
M. DUPONT
Eh bien, Dubois me demande d'aller deux ou trois fois
à Nice, en juillet, pour installer Ies machines de Ia
société':' Simon.
Mu.E MffiEIll.E
Mais c'est une bonne idée, monsieur!
M. DUPONT
Comment, une bonne idée?
Mu.E MIREILLE
Mais oui, aller à Nice, en juilIet, presque chaque se-
maine ... c'est un voyage agréabIe!
M. DUPONT
C'est peut-être un voyage agréable, mais cela ne m'in-
téresse pas.
MU.E MffiEILLE
Vraiment?
M. DUPONT
Pas du tout. Vous comprenez, mademoiselle, en juiI-
Iet, ma famille est en vacances en Bretagne et je veux
aller en. Bretagne pour Ie week-end. Alors, vous com-
prenez, je ne peux pas aller chaque semaine en Bre-
tagne en week-end, et passer deux nuits dans Ie train,
chaque semaine, pour alIer à Nice ... Cela ne m'inté-
resse pas du tout ...
Mu.E MffiEILLE
Oui, je comprends.
M. DUPONT
Est-ce que M. Ie Directeur est arrivé?
Mu.E MffiEILLE
Oui, monsieur, il est dans son bureau.
38
M. DUPONT
Bon, alors, je..mont.~.chez M. Ie Oirecteur ...-"'--- '-....• ;,; .
M. Dupont monte au premier-étage. n {rappe à Ia porte
du bureau de M. le Directeur.
LE DffiECTEUR (de I'intérieur)
Entrez!
M. DUPONT
Bonjour, M. le Directeur.
LE DffiECTEUR.
Bonjour, Dupont. Asseyez-vous, mon cher ... Et dites-
moi ce qui ne va pas.
M. DUPONT
Tout va bien, M. Ie Directeur, mais Dubois a téléphoné.
LE DIRECTEUR
Pour une affaire importante.
M. DUPONT
Naturellement.
LE DffiECTEUR
Et iI était pressé.
M. DUPONT
Tres pressé.
LE DffiECTEUR
Et qu'est-ce qu'i! veut?
M. DUPONT
Il me demande de venir
juillet, pour installer
Simon ...
LE DIRECTEUR
C'est une affaire importante?
M. DUPGNT
La soci~té Simon? ®h, non, une toute petite affaire ...
LE DIRECTEUR
Qu'est-ce que vous décidez?
39
M. DUPONT
Je pense qu~ ce n'est pas Ia peme de farre trois
voyages. Dubois peut bien installer Ies machines tout
seul ...
LE DIRECTEUR
Eh bien, c'est entendu, dites à Dubois qu'il installe
les machines tout seul... Il est ingénieu:r:, tout de
meme.
M. DUPONT
Merci, M. le Directeur.
LE DIRECTEUR
Merci? Pourquoi, merci? Vous n'avez pas envie d'aller
à Nice?
M. DUPONT
Oh. non. pas du tout.
LE DIRECTEUR
Eh bien, vous êtes contento au revoir. mon cher.
M. DUPONT
Au revoir, M. le Directeur
M. Dupont sort du bureau de M. te Directeur. n est tres
content, M. Dupont. n chante en descendant l'escatier. n
entre dans son bureau.
MLLE MIREILLE
M. Dupont, il y a une dame qui veut vous parIer.
M. DUPONT
Une dame? .~.~...Il'.ai p~!lle. ..t.l:lI!lPS, j'ai du travaiJ. Cette
dame peut venir demain
Mu.>: MIREILLE
A quelle heure?
M. DUPONT
Vers trois heures Nori; attendez, ça ne va pas.
40
Apres-demain, oui, c'est céla, apres-demain, vers
4 heures. Vous me donnez' son nom, s'jJ vaus plait.
Mu..: MIREn.LE
Je ne connais pas son nom. EUe dit qu'elIe vient de Ia
part de l'Agence MicheJ. .
M. DUPONT
L'Agence MicheI? Oh, mais c'est tres important, made-
moiselle, pourquoi ne m'avez-vous pas dit cela taut de
suite?
Mu..: MIREILLE
Mais, monsieur ...
M. PUPONT
Vous dites: « Il y a une dame qui veut vaus parIer » '"
Une dame! Il y a des centaines de dames ... des milliers
de dames ... des millions de dames ... Mais jl .Y.fi une
différence eIl.t!E!.!!I).edame sans identité et une dame 'de
I'Age~ce:@~!t.:.!: ..F~it~~~;trer' ceüed~~~-"~;Úvou;'~ I~it, .
mademoiselle ...
Mu..: MIREILLE
Bien, monsieur.
La secrétaire fait entrer ta dame de l'Agence Michel
dans te bureau de M. Dupont.
M. DUPONT
Bonjour, madame.
LA DAME
Bonjour, monsieur. Je viens de Ia part de l'Agence
MicheJ.
M. DUPONT
Asseyez-vous, je vous' prie. . ~~._.'•..••.. t •
LA DAME
Excusez.IIÍoi, monsieur, je n'ai pas téléphoné avant de
41
LA DA ME
Regardez Ia carte, monsieur. Votre villa est ici. dans Ia
çamMgnEl,pres ..de ~!'1ice~Votr;ii"is-preni .I;a~tocar, une
heure pIus tard, il est à pIus de 1000 metres d'aIÜtude*.
C'est mieux que Ia 'Bretagne.
. .. ~:.43 .
'.:'".- '''.
" '"
, .
. ..,~
:, .. '" ~... .
.-, -
... . '-',- ..~...
Mo DUPONT
Non, madame, mais il y a des rochers '0.
LA DAME
Peut-être. monsieur. mais ce n'est pas Ies Alpes.
Mo DUPONT
Non. bien sur.
LA DAME
Mais en Provence. il y a .Ies :.Alpes. .
M. DUPONT
Oh. oh ... Ies Alpes!·
LA DAME
La Provenc~, monsieur, Ia vHla est à 10 minutes de Ia
mer 000
venir, j'étais tres pressée de vous voir. Voilà : j'ai une
villa pour vous o.;
Mo DUPONT
C' est une villa en Bretagne, naturellement?
LA DAME
En Bretagne? Non, pourquoi? C'est une villa en Pro-
vence.· .... .
Mo DUPONT
Alors, c'est impossible, madame. Absolument impos-
sibleo
LA DAME
Et vous voulez aller en Bretagne?
42
Mo DUPONT
Parfait, madame, mais j'ai un fils qui aime Ia mon~
tagne 000
Mo DUPONT
Qui, madame.
LA DAME
Mais, en Bretagne ... il n'y a pas de montagnes.
LA DAME
. Mais pourquoi. monsieur?
M. DUPONT
Pourquoi? Parce que j'ai un fils qui aime Ia cam-
pagne 0.0
LA DAME
La Provence, monsieur, Ia campa~e de Provenceo La
villa est à Ia campagne 000
Mo DUPONT
J'ai une fille qui aime Ia mer et Ia pIage 00'
•..•••.• 1"•••. : ~.: ••• :. •.•
......,
..:: ~.J • ~ •• ',
M. DUPONT
l'4_ai_~_vou~ ou!>li~z_.quelq~'un, madame.
LA DAME
Qui?
M. DUPONT
Moi, madame. Je travaille à Paris en juillet, et pour
alIer voir ma famille, en Provence, il faudra que je
passe deux nuits dans le train à chaque week-end.
LA DA ME
Comment, deux nuits dans Ie train? Mais Nice est à
une heure et demie de Paris.
Mo DUPONT
Une heure et .demie de Paris?
LA DAME
Mais oui, monsieur, par aviono
I
M. DUPONT
Et le prix du billet, madame, vous oubliez le prix du
billet.
LA DAME
Monsieur, vous êtes dans les affaires, vous avez peut-
être des clients à Nice?
M. DUPONT
Des clients à Nice? Mais oui, madame, vous avez raison.
QuelIe bonne idée, madarne! C'est entendu, nous allons
en Provence.
LA DAME
Mais, monsieur, vous n'avez pas vu Ia photo de Ia
villa, vous ne connaissez pas le prix ...
Mo DUPONT
Oh, ce n'est sans doute pas beaucoup plus cher qu'en
Bretagne ."
44
LA DAME
En effet, monsieuro C'est une villa de quatre pieces,
cuisine, à 10 minutes de Ia plage, à une heure 'de Ia
:;. montagne ~..
En quelques minutes, l'iJffaire est arrangée. M. Dupont
a loué une uilld pour juiUet et aow, en Prouence,
dans la campagne; ã dix minutes de Ia plage, à une heure
de Ia montagne, à une heure uingt de Paris, par auion.
(' 11 ne reste plus qu'un petit probleme à régler. Et
f. M. Dupont {rappe à Ia porte de M. le Directeur.
.~ .- LE DffiECTEUR (de l'intérieur)
Entrez! Ah! Bonjour, DupoI)t! Asseyez-vous, mon cher, et
dites-moi ce qui ne va paso
M. DUPONT
Eh bien, M. Ie Directeur, c'est pour cette affaire de
Niceo
LE DffiECTEUR
Oui?
Mo DUPONT
Vous savez, Du bois est tres gentil
LE DffiECTEUR
Mais il ne comprend rien "o
M. DUPONT
C'est-à-dire, M. le Directeur, que je me demande s'il
peut diriger cette installation toutseul "o
LE DmECTEUR
Mais c'est une petite affaire ...
M. DUPONT
Une petite affaire, mais c'est notre premiere affaire ave c
Ia société Simon.
LE DIRECTEUR
Naturel1ement, si c'est Ia premiere affaire ... Alors,
qu'est-ce que vaus décidez?
45
,
.1
M. DUPONT
Oh, je veux bien alIer à Niee deux ou trois fois
en juillet, mais. 1e voyage est tout de même un peu
long ...
LE DffiECTEUR
Comment? Niee? Mais e'est à une heure vingt de Paris,
mon eher.
M. DUPONT
Par avion ...
LE DffiECTEUR
Ah, mon eher, éeoutez-moi bien. Vous dites à Dubois
que je veux bien vous envoyer à Nice, mais à une
eondition : Ia soeiété Simon vous paie le voyage par
avion.
M. DUPONT
Bien, M. le Direeteur. Alors, je téléphone à Dubois.
M. Dupont sort du bureau de M. le Directeur. n est. tres
content, M. Dupont. n rencontre son co/legue Lagrange.
M. LAGRANGE·
Eh bien, Dupont, ça va? Vous pensez aux vaeanees en
Bretagne?
M. DUPONT
En Bretagne?
M. LAGRANGE
Gui, en Bretagne. C'est bien en Bretagne que vous allez?
M. DUPONT
Moi? En Bretagne? Non, nous n'allons pas en Bretagne,
nous allons en Pravence, naus avons trouvé une villa.
M. LAGRANGE
Mais vous avez un enfant qui aime Ia eampagne?
46
M. DUPONT
La Provenee, mon eher, Ia Provenee. La villa est à Ia
campagne.
M. LAGRANGE
Et votre fiUe qui aime Ia plage?
M. DUPONT .
La Provenee, mon eher, nous sommes à lá campagne,
mais à 10 minutes de Ia pIage ...
M. LAGRANGE
Et vous avez un fils qui veut faire des esealades dans
les rochers.
M. DUPONT
La Provenee, mon eher, Ia Provence. Naus avans Ia
montagne à 30 k.m.
M. LAGRANGE
Et vaus aUez passer deux nuits dans le train à chaque
week-end?
M. DUPONT
Moi, pourquoi?
M. LAGRANGE
Mais pour aUer en Provence voir votre famille.
M. DUPONT
Et l'avion, mon eher, vous oubliez l'avion.
M. LAGRANGE
Oh, l'avion! Et qui va payer l'avion? Vous?
M. DUPONT
Non, e'est trop cher po~r moi, mais vous oubliez Du-
bois! Il me demande d'aller instaUer des maehines, et Ie
Directeur veut bien si on me paie Ie voyage par avion ...
M. LAGRANGE
Mais votre farnille a déjà choi~L.lª_J?!:etame!.- .~_...--------'--- ._-._ ..-.._-- --.... --
M. DUPONT
Et alors? On peut ehangfi!r d'avis! Ce sair, nous allons
47
discuter en famille et nous alIons décider ensembIe
d!aller en Provence ...
Mu.L MIREILLE
M. Dupont, téIéphone! C'est M. Dubois, de Nice, il est
pressé.
M. DUPONT
VoiIà, rnademoiselIe, j'arrive.
-0
4
De Paris à o Nice
n est huit heures du soir. La famille Dupont est réW1.ie
autour de Ia tablede °la salle à manger. M. Dupont
a mia une grande corte de France sur Ia table. On pré.
pare le voyage de Paris à Nice. M. Dupont prend la
o parole.
M, DUPONT
Mes chersenfants, nous alIons faire un beau voyage,
nous allons traverser une grande partie de Ia France,
49
l_o

Contenu connexe

En vedette

En vedette (7)

Correction des activités adosphère 1 module 2 portfolio
Correction des activités adosphère 1 module 2 portfolioCorrection des activités adosphère 1 module 2 portfolio
Correction des activités adosphère 1 module 2 portfolio
 
Aula fácil
Aula fácilAula fácil
Aula fácil
 
Totem 1 dossiers 5 et 6
Totem 1 dossiers 5 et 6Totem 1 dossiers 5 et 6
Totem 1 dossiers 5 et 6
 
Tout va bien
Tout va bienTout va bien
Tout va bien
 
Totem A2 dossiers 1 et 2
Totem A2 dossiers 1 et 2Totem A2 dossiers 1 et 2
Totem A2 dossiers 1 et 2
 
Tout va bien 1! Cahier d exercices
Tout va bien 1! Cahier d exercicesTout va bien 1! Cahier d exercices
Tout va bien 1! Cahier d exercices
 
(Frances) tout va bien! 1 méthode de français - delf a1-a2
(Frances) tout va bien! 1   méthode de français - delf a1-a2(Frances) tout va bien! 1   méthode de français - delf a1-a2
(Frances) tout va bien! 1 méthode de français - delf a1-a2
 

Similaire à Une famille bien française

Corrige DELF_B1_Book.pdf
Corrige DELF_B1_Book.pdfCorrige DELF_B1_Book.pdf
Corrige DELF_B1_Book.pdfssuser8a6fbb
 
Lepetit chaperonbleu12 bilingue
Lepetit chaperonbleu12 bilingueLepetit chaperonbleu12 bilingue
Lepetit chaperonbleu12 bilinguepiedadpcobo
 
Complément du Bulletin PROF-EUROPE No 7, 2006
Complément du Bulletin PROF-EUROPE No 7, 2006Complément du Bulletin PROF-EUROPE No 7, 2006
Complément du Bulletin PROF-EUROPE No 7, 2006profeurope
 
Perraut play french final
Perraut play french finalPerraut play french final
Perraut play french finalEstelle Wraight
 
Les vacances d'été d'un français en Espagne Chap.1
Les vacances d'été d'un français en Espagne Chap.1Les vacances d'été d'un français en Espagne Chap.1
Les vacances d'été d'un français en Espagne Chap.1BiblioAlbares
 
Clases de Francés Belén .pdf
Clases de Francés Belén .pdfClases de Francés Belén .pdf
Clases de Francés Belén .pdfGabrielRosso8
 
Bon anniversaire guillaume version dimanche 24 juin
Bon anniversaire guillaume version dimanche 24 juinBon anniversaire guillaume version dimanche 24 juin
Bon anniversaire guillaume version dimanche 24 juinFREDERIQUERAPPENNE
 
Le Regard illustré n°53 février 2013
Le Regard illustré n°53 février 2013Le Regard illustré n°53 février 2013
Le Regard illustré n°53 février 2013midod
 
Bon anniversaire guillaume version définitive
Bon anniversaire guillaume version définitiveBon anniversaire guillaume version définitive
Bon anniversaire guillaume version définitiveFREDERIQUERAPPENNE
 

Similaire à Une famille bien française (12)

Corrige DELF_B1_Book.pdf
Corrige DELF_B1_Book.pdfCorrige DELF_B1_Book.pdf
Corrige DELF_B1_Book.pdf
 
Lepetit chaperonbleu12 bilingue
Lepetit chaperonbleu12 bilingueLepetit chaperonbleu12 bilingue
Lepetit chaperonbleu12 bilingue
 
Complément du Bulletin PROF-EUROPE No 7, 2006
Complément du Bulletin PROF-EUROPE No 7, 2006Complément du Bulletin PROF-EUROPE No 7, 2006
Complément du Bulletin PROF-EUROPE No 7, 2006
 
Perraut play french final
Perraut play french finalPerraut play french final
Perraut play french final
 
Les vacances d'été d'un français en Espagne Chap.1
Les vacances d'été d'un français en Espagne Chap.1Les vacances d'été d'un français en Espagne Chap.1
Les vacances d'été d'un français en Espagne Chap.1
 
Gazette janvier 2010
Gazette janvier 2010Gazette janvier 2010
Gazette janvier 2010
 
Tartarus
TartarusTartarus
Tartarus
 
Cop21
Cop21Cop21
Cop21
 
Clases de Francés Belén .pdf
Clases de Francés Belén .pdfClases de Francés Belén .pdf
Clases de Francés Belén .pdf
 
Bon anniversaire guillaume version dimanche 24 juin
Bon anniversaire guillaume version dimanche 24 juinBon anniversaire guillaume version dimanche 24 juin
Bon anniversaire guillaume version dimanche 24 juin
 
Le Regard illustré n°53 février 2013
Le Regard illustré n°53 février 2013Le Regard illustré n°53 février 2013
Le Regard illustré n°53 février 2013
 
Bon anniversaire guillaume version définitive
Bon anniversaire guillaume version définitiveBon anniversaire guillaume version définitive
Bon anniversaire guillaume version définitive
 

Plus de Waldemar Oliveira de Júnior

Plus de Waldemar Oliveira de Júnior (20)

Corrigés futur simple une introduction
Corrigés futur simple une introductionCorrigés futur simple une introduction
Corrigés futur simple une introduction
 
Niveau e3 activtés complémentaires leçon 11
Niveau e3 activtés complémentaires leçon 11Niveau e3 activtés complémentaires leçon 11
Niveau e3 activtés complémentaires leçon 11
 
Corrigés nominalisation
Corrigés   nominalisationCorrigés   nominalisation
Corrigés nominalisation
 
1 b quizz film le petit nicolas
1 b quizz film le petit nicolas1 b quizz film le petit nicolas
1 b quizz film le petit nicolas
 
Totem a2 dossiers 3 et 4
Totem a2 dossiers 3 et 4Totem a2 dossiers 3 et 4
Totem a2 dossiers 3 et 4
 
éDitoriale karol edivaldo
éDitoriale karol edivaldoéDitoriale karol edivaldo
éDitoriale karol edivaldo
 
Atéliervidéopresentation
AtéliervidéopresentationAtéliervidéopresentation
Atéliervidéopresentation
 
E5 nos productions de fin de semestre au détail
E5 nos productions de fin de semestre au détailE5 nos productions de fin de semestre au détail
E5 nos productions de fin de semestre au détail
 
E1 corrigés des activités complémentaires
E1 corrigés des activités complémentairesE1 corrigés des activités complémentaires
E1 corrigés des activités complémentaires
 
Unité 4 fin et révision
Unité 4 fin et révisionUnité 4 fin et révision
Unité 4 fin et révision
 
Les nombres
Les nombresLes nombres
Les nombres
 
Un sens aux apprentissages
Un sens aux apprentissagesUn sens aux apprentissages
Un sens aux apprentissages
 
Entre nous leçons dossier de lapprenant
Entre nous leçons dossier de lapprenantEntre nous leçons dossier de lapprenant
Entre nous leçons dossier de lapprenant
 
Nouveau manuel mode d’emploi
Nouveau manuel mode d’emploiNouveau manuel mode d’emploi
Nouveau manuel mode d’emploi
 
Projet mon identité
Projet mon identitéProjet mon identité
Projet mon identité
 
Les enseignes, les marques et la rue
Les enseignes, les marques et la rueLes enseignes, les marques et la rue
Les enseignes, les marques et la rue
 
Les saisons
Les saisonsLes saisons
Les saisons
 
Révision latitudes 2 unité 8
Révision latitudes 2 unité 8Révision latitudes 2 unité 8
Révision latitudes 2 unité 8
 
Unité 3 première partie
Unité 3 première partieUnité 3 première partie
Unité 3 première partie
 
Zaz je veux niveau 1 a
Zaz je veux niveau 1 aZaz je veux niveau 1 a
Zaz je veux niveau 1 a
 

Dernier

La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfRiDaHAziz
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfRiDaHAziz
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Gabriel Gay-Para
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfSylvianeBachy
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...NaimDoumissi
 
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 37
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursStagiaireLearningmat
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxMartin M Flynn
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
Cours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationCours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationpapediallo3
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 37
 
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
Bernard Réquichot.pptx   Peintre françaisBernard Réquichot.pptx   Peintre français
Bernard Réquichot.pptx Peintre françaisTxaruka
 
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 37
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 

Dernier (18)

La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
 
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
 
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceurs
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
Cours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationCours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'information
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
Bernard Réquichot.pptx   Peintre françaisBernard Réquichot.pptx   Peintre français
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
 
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 

Une famille bien française

  • 1. Littérature iA !. M. DUPONT Bon, bon, j'arrive. Le café est prêt? MME DUPONT Mais oui, mon chéri. M. DUPONT J'arrive tout de suite. 2 Famille et démocratie':: Huit heures et demie, un fundi matin. Les enfants sont partis pour l'école. M. Dupont est encore' dans Ia salle de bains. n se rase. Mme Dupont est à Ia cuisine. Elle prépare le café pour son mario Elle regarde l'heure. MME DUPONT (de Ia cuisine) 11est huit heures et demie. 11. DUPONT (de Ia salle de bains) Qu'est-ce que tu dis? MME DUPONT Je dis qu'il est huit heures et demie. M. DUPONT (qui arriue) Camment, huit heures et demie? Mais Je vais être en retardo MME DUPONT Justement! M. DUPONT Huit heures et demie et tu ne me dis rien! MME DUPONT Je viens de te dire qu'il est huit heures et demie. 18 " M. Dupont retourne à Ia salle de ~ains. n a bientôt fin,i de se raser. n met un peu d'eau de Cdlogne. On entend Mme Dupont qui cJlante. M. Dupont entre dans Ia salle d manger. M. DUPONT Eh bien, ça va. Tu ehantes? MME DUPONT Oui, je pense aux vacances. M. DUPONT Aux vacances? Mais nous sommes en avril, nous avons encare quatre mais. MME DUPONT Trais. M. DUPONT Camment? MME DUPONT Oui, trois mais: avril, mai, juin ... M. DUPONT Ban, si tu veux... Oh, ce café est trap ehaud! MME DUPONT Tu veux du lait fraid? M', DUPONT Nan, pas de lait, roerei. MME DUPONT Tu paurrais peut-être téléphaner à une agence('? M. DUPONT Paurquai? 19 ----------_._-- -~---_._------------- ----
  • 2. M,,~ DUPONT Mais pour les vacances, il est temps de penser à Iouer une villa<'o Mo DUPONT Voyons, Mimi, je ne vais pas téléphoner trois mois à l'avance. Nous sommes en avril. MME DUPONT Je voudrais une petite villa... M. DUPONT ... au bord de Ia mer... MM~ DUPONT .... pas trop loin de Ia pIage*... M. DUPONT 0.0 avec un jardin ... MM~ DUPONT ." des arbres ... M. DUPONT o" et des fleurs... C'est ça, bien sür, ma chérie... MME DUPONT Alors, tu téléphones à l'agence? M. DUPONT Mais non, voyons, je vais au bureau. MME DUPONT Tu peux téléphoner du bureau. M. DUPONT .Téléphoner du bureau, pendant les heures de travail, pour':une affaire personnelle? Voyons,' ma chérie, c'est impossible. MME DUPONT Bon, alors, tu téléphoneras ce soir, à Ia maison ... M. DUPONT C'est ça. Au revoir, ma chérie.:. 20 MOfE DUPONT Au revoir, Daniel. M. DUPOTÚ arriue à son bureauo n {rappe à 'la porte de son collegue*. M. Lagrangeo M. LACRANCE Entrez. M. Lagrange téléplwne. M. LAGRANGE (Au téléplwne.) Une villa, au bord de Ia mer... (À M.Dupont.) - Excusez-moi, asseyez-vous - (Au téléplwne.) Pas trop Ioin de Ia pIage... avec un jardin ... M. Lagrange... appelez le numéro 763-98-56, poste 45... oui, aux heures de bureau ... Merci, mademoiselle ... n raccroche" . Excusez-moi, mon cher, j'étais en train de téléphoner à une agence... M. DUPONT Une agence? M. LAGRANCE Qui, dans trois mois, nous sommes en vacances; il est temps de penser à Iouer une villa. M. DUPONT Vous avez raison.Ce matin, justement, je disais à ma femme... M. LAGRANCE Vous avez déjà Ioué queIque chose? M. PUPONT Pas encore, mais ce matin,je discutais Ia ql1estion avec .ma femme... M. LACRANCE Et vous avez décidé de Iouer une villa au bord de Ia mer... o 21 ---- ---~--~-~~-~---~--~====~~=--"'----===="''='''''=====~.=...",...-,..,.-~.~._--'--------------
  • 3. Mo DUPONT .00 pas otrop loin de Ia plage ... M. LAGRANGE ..oavec un jardin ... M. DUPONT o" des arbres ... Mo LAGRANGE • O' et des fieurs..o Mo DUPONT O" justement, mais je ne viens pas' pour vous parler des vacances, je viens pour discuter avec vous de l'affaire Duval, vous savez, les machines que !l0us avons ven- .dues l'an derniero.. M. Dupont discute tluec son collegue de l'affaire Duual. Quand il retourne à son bureau, il prend l'annuaire'" du téléphoneo .. Lettre A ..o Ageru:es de location"' ... Mo DUPONT (cherche dans l'an~ire) Voyons, Agence Michel..o Ah, voilào.. rn appelle le numéro de l'agence.) Allô, l'Agence Michel? Bonjour, mademoi- selleo C'est pour une location ..o Comment? Septem- bre? Mais non; mademoiselleo Pourjuillet et aouL. Ah? C'est difficile?..o Mais, mademoiselle, je vous téléphone trois mois à l'avance.o. Si vous pouvez trouver quelque chose... Qui, au bord de Ia mer.o. pas trop loin de Ia plage ..o une villa avec un jardin ... M. Dupont ... Vous pouvez téléphoner au 763-98-56, aux' heures de bure'au. Poste 46. Merci, mademoiselle, au revoir, made- moiselle. 22 =-'---.-_.-..,--~..=_ .. _~-=-~..----~~~--:----::====:-. Nous sommes à Ia fin de Ia journée. Chez les Dupont, Ia femme de ménage. Mme Barrault, prépare le diner. Dans sa chambre, Mme Dupont écoute Ia radioo LE SPEAKER ee ••• Vous avez entendu ••Pour Élise ", de Beethoven, voiei maintenant ••Votre vie' de famille, un conseil par jour ", par Catherine Dufoyer. » c. DUFOYER « Chers amis, bonsoiro Je vals vous parler aujourd'hui de vos vacances ... )l MME DUPONT Bonneidée ..o c. DUFOYER e( Vous voulez passer de bonnes vacances? Préparez vos vacances... » 23
  • 4. MOlE DUPONT Téléphonez à une agence ... c. DUFOYER « Téléphonez à une agence, bien sur. Mais il faut préparer les va:é~nces en famille. Ce soir, autour de Ia table fami- liala, .djscutez, en famille, de vos vacances. Prenez une carte .<ie France, !~gardez notre beau pays, ~y~.~. toutes les r~gi(ms, Ia montagne, Ia campagne, le bord de Ia mer. ~J?-9i§.iss~~ le lieu de vos vacances, mais choisissez en famille.· Parents qui m'écoutez, _mLS_O'y~~p~§ des parents dictatl~urs*, ..§oY~:Z des parents démocrates*, des parents nouvelle vague *, Q.is.cutf!z avec vos Êmfants de Ia ques- tion des vacances, demandez Ieur avis, préparez en famille· des vacances familiales. » LE SPEAKER « C'était " Dn conseil par jour ", par Catherine Dufoyer. Voici rnaintenant ... » On sonne. Mme Barrault ua ouurir. MME BARRAVLT 13onsoir, M. Dupont. M. DUPONT Bonsoir, Mme 13arrault. n entre dans La ehambre de Mme Dupont. MOlE DUPONT 13onsoir, Daniel. Tu n'es pas trop fatigué? M. DUPONT Non. ça va. Ah. tu vas être contente. j'ai téléphoné à une agence de location. . MME DUPONT Qui; c~st bien, mais, tu sais, il faut penser à préparer l~s· vél:cances ... 24 M. DUPONT Eh bien, j'ai préparé les vacances, puisque j'ai téléphoné à l'agence. MOlE DUPONT Tu sais, il faut préparer les vacances en famille. M. DUPONT Écoute, ma chérie, je' n'ai pas besoin d'avoir toute Ia famille avec moi pour téléphoner. MOlE DUPONT No·n, bien sur, mais ·vois-tu, Daniel, nous devons dis- cuter ave c les enfants, choisir ensembIe Ia région ou nous devons passer les vacances. Il ne faut pas être des parents dictateurs. M. DUPONT Quoi? MOlE DUPONT Oui, naus devonsétre des parents nouvellevague, des parents démocrates. M. DUPONT Qu'est-ce que tu racontes? MME DUPONT Écoute, Ies enfants seront beaucoup plus heureux si nous discutons avec eux de Ia question des vacances. . M. DUPONT Bon, bon! Mais tu croia que Ies enfants ont des: idées? MME DUPONT . Eh bien, nous verrons, et réunis autour de ia table familiale, nous trouverons en famille Ia solution des vacances familiales, dans Ia bonne humeur et 1'harmoriie. M. DUPONT Oh, ce n'est pas de toL.. MOlE DUPONT « Vous venez d'entendre "Vn conseil par jour", par Catherine Dufoyer ... »
  • 5. M. DUPONT Ah, bon! je comprends. M.'E DUPONT Allez, viens à table, le diner est servi... Apres le dCner, Ia famille Dupont est réunie autour de Ia table de Ia salle à manger. Sur Ia table, il y a une grande carte de France. Les enfants sont un peu étonnés. Ils se taisent. M. Dupont commence.: M. DUPONT Mes enfants, nous allons discuter ce soir du probleme des vacances. J'ai téléphoné à une agence pour deman- der une villa à louer au bord de Ia mero Alors, regardez Ia carte de France, regardez notre beau pays, avec toutes ses régions différentes, les' côtes de Ia mer du Nord, Ia Normandie, Ia Bretagne, Ia côte de l'Atlantique, Ia Médi- terranée: Ah, c'est beau Ia France, mes enfants! I J ! LES ENFANTS (cfwntent) Altons, enfanis de ta patrie", i... e... MME DUPONT Soyez gentils, s'il vous plait, les enfants! M. DUPONT Maintenant, vous donnez votre avis, parlez! Quelle mer préférez-vous? mer du Nord? océan Atlantique? JACQUES Mais, papa, pourquoi Ia mer? TI y a des montagnes en France. M. DUPONT Des montagnes? .JACQUES Qui, les Vosges, le Jura, le Massif Central, les Pyrénées, les Alpes... M. DUPONT Naus ÍTonsau bord de Ia mer, j'ai demandé une villa au bord de Ia mero JACQUES Alors, ce n'est pas Ia peine de me demander mon aviso MME DUPONT Pourquai? JACQUES Parce que je préfere Ia mantagne. PAUL Et qu'est-ce que. tu feras, à Ia móntagne? JACQUES Des escalades", je grimperai':' dans les rochers" ... DOMINIQUE Monsieur fera de l'alpinisme ...•! MME DUPONT Vn peu de silence, s'il vous plait, les enfants! (Les enfants se taisent.) 27
  • 6. M.DUPONT Éeoute, mon eher ~aeques, nôus sommes cinq dans Ia famille. MOlE DUPONT Papa a demandé une villa au bord de Ia mer, ne parle pas de 1;3. montagne ... JACQUES Vous me demandez mon avis, je vous doime mon avisoJe préfêre Ia montagne. mais vous ne voulez pas aller à Ia montagne, alors, ee n'est pas Ia peine de me demander mon aviso Bonsoir ... n sort el ferme Ia porte d'un coup de pied. M. DUPONT Jaeques ... JACQUES (ouure la porte) Oui. papa? M. DUPONT Tu veux fermer Ia porte eomII)e il faut. s'i! te plait? JACQUES Oui, papa. n ferme la porte sans bruit. M. DUPONT Merei ... Done. mes enfants, nous allons au bord de Ia mero Regardez Ia carte de notre beau pays, avec toutes ses côtes. Dominique, qu'est-ce que tu préferes? .Lamer du Nord? La Manche? L'océan Atlantique? DOMINIQUE Je préfêre Ia Méditerranée. . MME DUPONT Mais pourquoi? 28 ._--_.!-..:: .. PAUL C'est à Ia mode. mademoiselle est un peu snob". DOMINIQUE Idiot! je préfêre Ia Méditerranée parce qu'il y a du solei!... MME DUPONT Qui, mais, ma petite, tu oublies ton papa. DOMINIQUE Mais papa peut bien venir en vacances sur Ia Méditer- ranée? M. DUPONT Je peux vEmiren vacances. mais je voudrais bien venir aussi en we'ek-end*, en juillet. Si vous êtes sur Ia Médi- terranée, c'est trop loin, je ne veux pas passer deux nuits dans le train chaque semaine. . DOMINIQUE Écoute, papa, on me demànde mon avis, je donne mon avisoJe préfere Ia Méditerranée, mais si vaus ne voulez pas aller sur Ia Méditerranée, ce n'est pas Ia peine de me demander mon avis... Alors. allez ou vous vo.ulez, moi, ça ne m'intéresse pas..~ PAUL Mademoiselle 'est en colere... DOMINIQUE Non, je ne suis pas en colere... PAUL Si, tu es en colere... DOMINIQUE Non, je ne suis pas. en colere... Ah! et puis, j'en ai assez! Elle se leue et ouure Ia porte . MME DT:JPONT Dominique! 29
  • 7. DOMINIQUE Pardon, maman, je veux dire que vouspouvez aller ou ·vous voulez, je serai tres heureuse avec vous... Bonsoir, maman, bonsoir, papa. Elle ferme Ia porte. M. Dt:POI'T Eh bien, e'est diffieile de s'arranger ... Et toi, Paul, queI est ton avis? Tu préferes Ia Méditerranée, toiaussi? PAUL Oh, moi! Ia mer, ça ne m'intéresse pas. MME DUPONT Pourquoi? PAUL Moi, j'aimerais aller à Ia eampagne. M. DUPQNT Tres bien, tres bien! Je eomprends ee que je dois faire: je téléphone à l'agenee et je demande quatre villas, une villa à Ia montagne pour Jaeques, une villa sur Ia eôte de Ia Méditerranée pour bominique, une villa à Ia eampagne pour Paul et une villa au bord de Ia mer, pas trop loin de Paris, pour votre. mere et moi... Tres bien, j'ai compris. MME DUPONT Et moi, je vais écrire à Catherine Dufoyer ... PAUL Pourquoi, maman? MME DUPONT Polir lui dire merei de ses bons conseiIs : « Autour de Ia table familiale, discutez en famille de vos vaeances ... » M. DUPONT « Prenez une carte de France, regardez notre beau pays, choisissez Ie Iieu de vos vacanees, mais choisissez en famille. » 30 f I I{ ,1 i J í I 1 I I ~ ·1 ~ j I ! , 1 ~ !! , I1 " ~~.., MME DUPONT « Discutez avec vos enfants, demandez leur avis... » M. DUPON1" « Préparez en famille des vacances familiales! » Elle est bien gentille, Catherine Dufoyer, mais elle est un peu dans Ies nuages! 3 Tout s'arrange Mardi matin. n est huit heures et quarto Les enfants viennent de partir pour I'école. M. Dupont se rase dans Ia salle de bains. Mme Dupont a préparé le café. Elle appelle son mario .
  • 8. MME DUPONT Daniel, le café 'est prêt. M. DUPONT (de Ia salle de bains) Voilà, j'arrive. M. Dupont a fini de se raser. n se met un peu d'eau de Cologne. n entre dans Ia salle à manger. M. DUPONT Voilà, ma chérie, je suis prêt. MME DUPONT Et voilà, ton café. M. DUPONT QuelIe heure est-il? MME DUPONT II est huit heures et quarto M. DUPONT Eh bien, aujourd'hui, j'ai le temps de prendre mon café tranquillement. MME DUPONT Et tu as le temps de parIer un peu avee 'moi de Ia· question des vaeanees. M. DUPONT Les vaeanees! ah, non! merei! je ne parle pas des vacances. MME DUPONT Mais pourquoi? M. DUPONT Pourquoi? Mais parce que j'ai une famille impossible, I'un veut alIer à Ia montagne, l'autre sur Ia Méditer- ranée, le troisieme à Ia eampagne ... MME DUPONT Et toi, tu veux venir en week-end et tu ne veux pas faire un long voyage. 32 M. DUPONT Alors, il n'y a pas de solution. MME DUPONT Mais si, mon chéri, il y a une solution tres simple. M. DUPONT Comment cela? Tu as un fils quiveut aller à Ia cam- pagne... MME DUPONT AlIons' en Bretagne, c'est le bord de' Ia mer, mais c'est aussi Ia eampagne, Paul sera contento M. DUPONT Et tu as une fille qui veut être sur Ia Méditerranée, au soleil.· . MME DUPONT .AIlons en Bretagne. Sur I'AtIantique, il y a du solei... M. DUPONT Et tu as un fils qui veut a11erà Ia montagne. MME DUPONT A11~nsen Bretagne ... M. DUPONT Mais en Bretagne, il n'y a pas de montagnes. MME DUPONT Non, mais il y a des rochers, des falaises* au bord de Ia mer et Jaeques peut faire des escalades ... M. DUPONT 11 ne va pas manter pendant deux mois sur le même rocher... MME DUPONT Mais il y a beaucoup de rochers en Bretagne, et pour toi, Ia Bretagne n'est pas trop loin de Paris ... M. DUPONT (pas tres gai) Allons en Bretagne, on va bien s'amuser! Ton café est tres bon, ma cl)érie... Merei... 33
  • 9. MME DUPONT Tu paIs? M. DUPONT Qui, je vais travailler. Au revoir, ma chérie ... MME DUPONT Au revoir, Daniel, bonne journée ... M. DUPONT Merei. M. Dupont arrive à son bureau. Dans le couloir, il rencontre son collêgue. M. Lagrange. M. LAGRANGE Bonjour, Dupont. M. DUPONT Bonjour, Lagrange, ça va? 34 ,..1. M. LACRANCE Qui, merei... Alors, ces vacances. vaus avez trouv~ quelque ehose? M. DUPONT Non, mais nous avons choisi. M. LACRANGE . Ah, oui? M. DUPONT Qui, mon cher, hier sair, nous avons discuté Ia ques- tion des vacances ave c les enfants. M. LAGRANGE Avec les enfants? Ce sont les enfants qUi déeident, chez vous? M. DUPONT Mais non, mon cher, nous déeidons en famille. Nous sommes des parents modernes, des parents dé- macrates ... M. LAGRANGE Des parents nouvelle vague. M. DUPONT Exactement... M. LAGRANGE Et qu'est-ce que vous avez décidé?·· M. DUPONT La Bretagne. M. LAGRANGE Ah? M. DUPONT Qui, vous eomprenez, j'ai un fils qui aime Ia eampagne. M. LAGRANGE La "Bretagne. M. DUPONT J'ai une fille qui aime le soIeil. 35
  • 10. M. LAGRANGE La Bretagne. M. DUPONT Oui, Ia côte Atlantique. Moi, Je veux passer Ies week- ends avec ma famille. M. LAGRANGE La Bretagne. M. DUPONT J'ai un fiIs qui aime Ia montagne. M. LAGRANGE (apres un lemps de silence) Et alors...? M. DUPONT La Bretagne, mon cher, Ia Bretagne. M. LAGRANGE Mais il n'y a pas de montagnes ~n Bretagne? M. DUPONT Non, mais il y a des rochers, mon fils peut faire des escalades ... M. LAGRANGE Et iI est content, votre fils? M. DUPONT Mon fiIs? Ah, oui, il est três content! Tout le monde est três content, mon cher. M. LAGRANGE Eh bien, vive Ia Bretagne! Mu.E MIREILLE. M. Dupont, téléphone, on vous appelle de Nice,. c'est M. Dubois, iI est três pressé! M. DUPONT Merci, mademoiselle, j'arrive tout de suite. (À M. La- grange.) Excusez-moi, mon cher, on m'appelle de Nice..; M. LAGRANGE C'est Dubois? Eh bien, mon cher, bon courage. 36 M. DUPONT Oh, oui, quand Dubois téléphone, c'est toujours pour demande r des conseils, il faut tout expliquer, il ne com- prend rien ... M. LACRANCE Et il a toujours des affaires tres importantes ... M. DUPONT Importantes pour lui. Et il est toujours pressé. Muz MIREILLE M. Dupont, téléphone: M. Dubois ..: M. DUPONT Voilà, voilà... M. Duponl entre dons son bureau, il prend le lélé- p}ume •.. M. DUPONT Bonjour, Dubois... Excusez-moi, je sais que vmÜiêtes pressé, mais j'étais en traÍD de discuter une affaire im- portante avec M. Lagrange. Oui, une affaire en Bretagne ... Oh, três, tres importante '" Alors, mon cher, qu'est- ce qui ne va pas? (Lcng silence.) Oui ... Oui ... Je com- p~ends. (À Mlle Mireille.) Mlle Mireille, vous avez le jour- naI? ... Merci. (Au télép1wne.) Oh, je comprends tres bien, c'est une affaire tres importante. ([llit le journal en télé- pJwnanl.) ... Comment, moi? ... A Nice? ... En juillet? ... Si je comprends bien, ·vous voulez que je vienne deux ou trois fois à Nice, en juillet? ... Mais c'est une bonne idée, mon cher, une tres bonne idée. Oh, oui, avec plaisir ... Je dis: avec plaisir ... Mais vous comprenez, il faut que je demande si M. le Directeur permet ... C'est cela, je vais en parler à M. le Directeur ... et vous me rappelez. C'est cela, au revoir, cher ami. A bientôt. (ll raccroche.) Non, mais, Ml1e Mireille, vous avez en- tendu? 37
  • 11. deux ou trois fois à Nice, en Ies machines de Ia société Mu.E MIREIll.E Je n'ai pas tres bien compris ... M. DUPONT Eh bien, Dubois me demande d'aller deux ou trois fois à Nice, en juillet, pour installer Ies machines de Ia société':' Simon. Mu.E MffiEIll.E Mais c'est une bonne idée, monsieur! M. DUPONT Comment, une bonne idée? Mu.E MIREILLE Mais oui, aller à Nice, en juilIet, presque chaque se- maine ... c'est un voyage agréabIe! M. DUPONT C'est peut-être un voyage agréable, mais cela ne m'in- téresse pas. MU.E MffiEILLE Vraiment? M. DUPONT Pas du tout. Vous comprenez, mademoiselle, en juiI- Iet, ma famille est en vacances en Bretagne et je veux aller en. Bretagne pour Ie week-end. Alors, vous com- prenez, je ne peux pas aller chaque semaine en Bre- tagne en week-end, et passer deux nuits dans Ie train, chaque semaine, pour alIer à Nice ... Cela ne m'inté- resse pas du tout ... Mu.E MffiEILLE Oui, je comprends. M. DUPONT Est-ce que M. Ie Directeur est arrivé? Mu.E MffiEILLE Oui, monsieur, il est dans son bureau. 38 M. DUPONT Bon, alors, je..mont.~.chez M. Ie Oirecteur ...-"'--- '-....• ;,; . M. Dupont monte au premier-étage. n {rappe à Ia porte du bureau de M. le Directeur. LE DffiECTEUR (de I'intérieur) Entrez! M. DUPONT Bonjour, M. le Directeur. LE DffiECTEUR. Bonjour, Dupont. Asseyez-vous, mon cher ... Et dites- moi ce qui ne va pas. M. DUPONT Tout va bien, M. Ie Directeur, mais Dubois a téléphoné. LE DIRECTEUR Pour une affaire importante. M. DUPONT Naturellement. LE DffiECTEUR Et iI était pressé. M. DUPONT Tres pressé. LE DffiECTEUR Et qu'est-ce qu'i! veut? M. DUPONT Il me demande de venir juillet, pour installer Simon ... LE DIRECTEUR C'est une affaire importante? M. DUPGNT La soci~té Simon? ®h, non, une toute petite affaire ... LE DIRECTEUR Qu'est-ce que vous décidez? 39
  • 12. M. DUPONT Je pense qu~ ce n'est pas Ia peme de farre trois voyages. Dubois peut bien installer Ies machines tout seul ... LE DIRECTEUR Eh bien, c'est entendu, dites à Dubois qu'il installe les machines tout seul... Il est ingénieu:r:, tout de meme. M. DUPONT Merci, M. le Directeur. LE DIRECTEUR Merci? Pourquoi, merci? Vous n'avez pas envie d'aller à Nice? M. DUPONT Oh. non. pas du tout. LE DIRECTEUR Eh bien, vous êtes contento au revoir. mon cher. M. DUPONT Au revoir, M. le Directeur M. Dupont sort du bureau de M. te Directeur. n est tres content, M. Dupont. n chante en descendant l'escatier. n entre dans son bureau. MLLE MIREILLE M. Dupont, il y a une dame qui veut vous parIer. M. DUPONT Une dame? .~.~...Il'.ai p~!lle. ..t.l:lI!lPS, j'ai du travaiJ. Cette dame peut venir demain Mu.>: MIREILLE A quelle heure? M. DUPONT Vers trois heures Nori; attendez, ça ne va pas. 40 Apres-demain, oui, c'est céla, apres-demain, vers 4 heures. Vous me donnez' son nom, s'jJ vaus plait. Mu..: MIREn.LE Je ne connais pas son nom. EUe dit qu'elIe vient de Ia part de l'Agence MicheJ. . M. DUPONT L'Agence MicheI? Oh, mais c'est tres important, made- moiselle, pourquoi ne m'avez-vous pas dit cela taut de suite? Mu..: MIREILLE Mais, monsieur ... M. PUPONT Vous dites: « Il y a une dame qui veut vaus parIer » '" Une dame! Il y a des centaines de dames ... des milliers de dames ... des millions de dames ... Mais jl .Y.fi une différence eIl.t!E!.!!I).edame sans identité et une dame 'de I'Age~ce:@~!t.:.!: ..F~it~~~;trer' ceüed~~~-"~;Úvou;'~ I~it, . mademoiselle ... Mu..: MIREILLE Bien, monsieur. La secrétaire fait entrer ta dame de l'Agence Michel dans te bureau de M. Dupont. M. DUPONT Bonjour, madame. LA DAME Bonjour, monsieur. Je viens de Ia part de l'Agence MicheJ. M. DUPONT Asseyez-vous, je vous' prie. . ~~._.'•..••.. t • LA DAME Excusez.IIÍoi, monsieur, je n'ai pas téléphoné avant de 41
  • 13. LA DA ME Regardez Ia carte, monsieur. Votre villa est ici. dans Ia çamMgnEl,pres ..de ~!'1ice~Votr;ii"is-preni .I;a~tocar, une heure pIus tard, il est à pIus de 1000 metres d'aIÜtude*. C'est mieux que Ia 'Bretagne. . .. ~:.43 . '.:'".- '''. " '" , . . ..,~ :, .. '" ~... . .-, - ... . '-',- ..~... Mo DUPONT Non, madame, mais il y a des rochers '0. LA DAME Peut-être. monsieur. mais ce n'est pas Ies Alpes. Mo DUPONT Non. bien sur. LA DAME Mais en Provence. il y a .Ies :.Alpes. . M. DUPONT Oh. oh ... Ies Alpes!· LA DAME La Provenc~, monsieur, Ia vHla est à 10 minutes de Ia mer 000 venir, j'étais tres pressée de vous voir. Voilà : j'ai une villa pour vous o.; Mo DUPONT C' est une villa en Bretagne, naturellement? LA DAME En Bretagne? Non, pourquoi? C'est une villa en Pro- vence.· .... . Mo DUPONT Alors, c'est impossible, madame. Absolument impos- sibleo LA DAME Et vous voulez aller en Bretagne? 42 Mo DUPONT Parfait, madame, mais j'ai un fils qui aime Ia mon~ tagne 000 Mo DUPONT Qui, madame. LA DAME Mais, en Bretagne ... il n'y a pas de montagnes. LA DAME . Mais pourquoi. monsieur? M. DUPONT Pourquoi? Parce que j'ai un fils qui aime Ia cam- pagne 0.0 LA DAME La Provence, monsieur, Ia campa~e de Provenceo La villa est à Ia campagne 000 Mo DUPONT J'ai une fille qui aime Ia mer et Ia pIage 00' •..•••.• 1"•••. : ~.: ••• :. •.• ......, ..:: ~.J • ~ •• ',
  • 14. M. DUPONT l'4_ai_~_vou~ ou!>li~z_.quelq~'un, madame. LA DAME Qui? M. DUPONT Moi, madame. Je travaille à Paris en juillet, et pour alIer voir ma famille, en Provence, il faudra que je passe deux nuits dans le train à chaque week-end. LA DA ME Comment, deux nuits dans Ie train? Mais Nice est à une heure et demie de Paris. Mo DUPONT Une heure et .demie de Paris? LA DAME Mais oui, monsieur, par aviono I M. DUPONT Et le prix du billet, madame, vous oubliez le prix du billet. LA DAME Monsieur, vous êtes dans les affaires, vous avez peut- être des clients à Nice? M. DUPONT Des clients à Nice? Mais oui, madame, vous avez raison. QuelIe bonne idée, madarne! C'est entendu, nous allons en Provence. LA DAME Mais, monsieur, vous n'avez pas vu Ia photo de Ia villa, vous ne connaissez pas le prix ... Mo DUPONT Oh, ce n'est sans doute pas beaucoup plus cher qu'en Bretagne ." 44 LA DAME En effet, monsieuro C'est une villa de quatre pieces, cuisine, à 10 minutes de Ia plage, à une heure 'de Ia :;. montagne ~.. En quelques minutes, l'iJffaire est arrangée. M. Dupont a loué une uilld pour juiUet et aow, en Prouence, dans la campagne; ã dix minutes de Ia plage, à une heure de Ia montagne, à une heure uingt de Paris, par auion. (' 11 ne reste plus qu'un petit probleme à régler. Et f. M. Dupont {rappe à Ia porte de M. le Directeur. .~ .- LE DffiECTEUR (de l'intérieur) Entrez! Ah! Bonjour, DupoI)t! Asseyez-vous, mon cher, et dites-moi ce qui ne va paso M. DUPONT Eh bien, M. Ie Directeur, c'est pour cette affaire de Niceo LE DffiECTEUR Oui? Mo DUPONT Vous savez, Du bois est tres gentil LE DffiECTEUR Mais il ne comprend rien "o M. DUPONT C'est-à-dire, M. le Directeur, que je me demande s'il peut diriger cette installation toutseul "o LE DmECTEUR Mais c'est une petite affaire ... M. DUPONT Une petite affaire, mais c'est notre premiere affaire ave c Ia société Simon. LE DIRECTEUR Naturel1ement, si c'est Ia premiere affaire ... Alors, qu'est-ce que vaus décidez? 45 , .1
  • 15. M. DUPONT Oh, je veux bien alIer à Niee deux ou trois fois en juillet, mais. 1e voyage est tout de même un peu long ... LE DffiECTEUR Comment? Niee? Mais e'est à une heure vingt de Paris, mon eher. M. DUPONT Par avion ... LE DffiECTEUR Ah, mon eher, éeoutez-moi bien. Vous dites à Dubois que je veux bien vous envoyer à Nice, mais à une eondition : Ia soeiété Simon vous paie le voyage par avion. M. DUPONT Bien, M. le Direeteur. Alors, je téléphone à Dubois. M. Dupont sort du bureau de M. le Directeur. n est. tres content, M. Dupont. n rencontre son co/legue Lagrange. M. LAGRANGE· Eh bien, Dupont, ça va? Vous pensez aux vaeanees en Bretagne? M. DUPONT En Bretagne? M. LAGRANGE Gui, en Bretagne. C'est bien en Bretagne que vous allez? M. DUPONT Moi? En Bretagne? Non, nous n'allons pas en Bretagne, nous allons en Pravence, naus avons trouvé une villa. M. LAGRANGE Mais vous avez un enfant qui aime Ia eampagne? 46 M. DUPONT La Provenee, mon eher, Ia Provenee. La villa est à Ia campagne. M. LAGRANGE Et votre fiUe qui aime Ia plage? M. DUPONT . La Provenee, mon eher, nous sommes à lá campagne, mais à 10 minutes de Ia pIage ... M. LAGRANGE Et vous avez un fils qui veut faire des esealades dans les rochers. M. DUPONT La Provenee, mon eher, Ia Provence. Naus avans Ia montagne à 30 k.m. M. LAGRANGE Et vaus aUez passer deux nuits dans le train à chaque week-end? M. DUPONT Moi, pourquoi? M. LAGRANGE Mais pour aUer en Provence voir votre famille. M. DUPONT Et l'avion, mon eher, vous oubliez l'avion. M. LAGRANGE Oh, l'avion! Et qui va payer l'avion? Vous? M. DUPONT Non, e'est trop cher po~r moi, mais vous oubliez Du- bois! Il me demande d'aller instaUer des maehines, et Ie Directeur veut bien si on me paie Ie voyage par avion ... M. LAGRANGE Mais votre farnille a déjà choi~L.lª_J?!:etame!.- .~_...--------'--- ._-._ ..-.._-- --.... -- M. DUPONT Et alors? On peut ehangfi!r d'avis! Ce sair, nous allons 47
  • 16. discuter en famille et nous alIons décider ensembIe d!aller en Provence ... Mu.L MIREILLE M. Dupont, téIéphone! C'est M. Dubois, de Nice, il est pressé. M. DUPONT VoiIà, rnademoiselIe, j'arrive. -0 4 De Paris à o Nice n est huit heures du soir. La famille Dupont est réW1.ie autour de Ia tablede °la salle à manger. M. Dupont a mia une grande corte de France sur Ia table. On pré. pare le voyage de Paris à Nice. M. Dupont prend la o parole. M, DUPONT Mes chersenfants, nous alIons faire un beau voyage, nous allons traverser une grande partie de Ia France, 49 l_o