BT©
Jan 15
WHAT’S
HOT ?!
Tous les mois, un
peu de prise de
hauteur + une
fracture des
méninges
Weave
Business
Technology
O...
Ce qu’il s’est
passé dans le
monde au mois de
Septembre
2015…
Internet serait menacé par un
“Capacity crunch” vers 2023
10
Dans à peu près huit ans, le réseau Internet mondial sera saturé. Ce sont les conclusions alarmantes d’Andrew Ellis,
un en...
Microsoft et Oxford veulent transformer
votre smartphone en scanner 3D
9
Microsoft Research et Oxford University travaillent sur la mise au point d’une application pour smartphone,
MobileFusion, ...
Apple veut prolonger l’autonomie de ses
iPhones grâce à des piles à hydrogène
8
Au début du mois passé, Apple a déposé un brevet de pile à hydrogène pour alimenter les MacBook et les iPhone.
La compagni...
Le MIT introduit MultiFab, une imprimante
3D qui pourrait transformer l’industrie
7
Le laboratoire CSAIL du MIT a dévoilé MultiFab, une imprimante 3D nouvelle génération. Elle serait capable
d’imprimer des ...
Les jeux orientés mobile et la réalité
virtuelle à l’honneur au Tokyo Game Show
6
L’édition 2015 du Tokyo Game Show (TGS) a été l’occasion pour les gamers de découvrir toutes les nouveautés du
monde du je...
Le Crédit Mutuel Arkéa entend étendre son
panel de services en acquérant Leetchi
5
Ce mois-ci le Crédit Mutuel Arkéa a acheté 86% de la start-up de la fintech Leetchi pour une somme de 50 millions
d’euros....
Facebook teste M, un assistant personnel
numérique plus performant que ses rivaux
4
Connaissez-vous M? Ce n’est pas le directeur du MI6 mais bien la nouveauté que Facebook souhaite intégrer à
son applicatio...
Vos fenêtres pourraient bientôt
être des panneaux solaires
3
La startup américaine, SolarWindow a développé un revêtement photovoltaïque transparent qui peut transformer vos
fenêtres ...
Relay, le robot majordome,
pour vous servir
2
Savioke, une entreprise américaine de robotique fondée en 2013, a lancé son tout nouveau robot Relay. C’est un
robot major...
L’Hyperloop, le train supersonique
qui va révolutionner les transports
1
Le projet Hyperloop, lancé en 2013, a pour ambition de relier les villes par un train circulant à une vitesse de
1200km/h....
Be loud…be proud!
Let your clients know
about next
“Business-Technology”
innovations
If you don’t tell
them…who will?
Weav...
What's Hot ?! - Octobre 2015
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

What's Hot ?! - Octobre 2015

1 591 vues

Publié le

Le What's Hot est de retour, avec des innovations toujours plus percutantes qui vous occuperont tout le mois d'octobre ! Des fintechs au trains supersoniques, en passant par Facebook il y en aura pour tout le monde ce mois-ci !

Publié dans : Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 591
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
14
Actions
Partages
0
Téléchargements
21
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

What's Hot ?! - Octobre 2015

  1. 1. BT© Jan 15 WHAT’S HOT ?! Tous les mois, un peu de prise de hauteur + une fracture des méninges Weave Business Technology Octobre 2015
  2. 2. Ce qu’il s’est passé dans le monde au mois de Septembre 2015…
  3. 3. Internet serait menacé par un “Capacity crunch” vers 2023 10
  4. 4. Dans à peu près huit ans, le réseau Internet mondial sera saturé. Ce sont les conclusions alarmantes d’Andrew Ellis, un enseignant-chercheur de l’université d’Aston à Birmingham. Selon lui, la demande de débit en 2023 dépassera les capacités physiques de la fibre optique. Alors, à moins de trouver plus performant que la fibre optique, une solution pourrait être de multiplier les canaux de transmission. Mais cela ne ferait que transférer le problème de débit vers un problème de consommation d’énergie. Or Internet consomme déjà une part grandissante de la consommation énergétique mondiale. 2% pour son seul fonctionnement, soit l’équivalent de la production de 40 centrales nucléaires, et cette part double tous les 4 ans. Pour Ellis, il n’y aurait ainsi aucun moyen d’éviter le « Capacity crunch » qui s’annonce. Ses conclusions ont causé un petit mouvement de panique au sein d’une partie de la communauté scientifique. Mais les esprits ont très vite été calmés par beaucoup d’experts plus optimistes sur la question. Bien qu’il soit vrai que la fibre ait une capacité limite, la transmission de l’information est encore loin d’être optimale. Il existe des moyens relativement simples de décongestionner les canaux internationaux. Par exemple, AMS-IX, une entreprise néerlandaise, travaille à rapprocher les datacenters du lieu géographique de l’utilisation finale des données, libérant ainsi une large portion de la bande passante. D’autres améliorations peuvent encore être mises en place, en particulier autour de la gestion des erreurs de transmission. En effet, celles-ci génèrent des aller-retours de données qui réquisitionnent beaucoup de bande passante. En réponse à cela, des chercheurs du MIT ont mis au point un protocole utilisant de l’algèbre et permettant de multiplier la capacité du réseau par dix sans en changer l’infrastructure. Enfin, Greentouch, un consortium français d’universitaires et d’industriels, estime dans ses recherches qu’il est possible de diviser par 1000 la consommation énergétique liée à Internet. Il faudrait agir sur la surconsommation des appareils, de l’organisation trop centralisée du réseau mondial et des performances énergétiques de la plupart des logiciels. La fin du monde n’arriverait donc peut-être pas de si tôt, mais cette sonnette d’alarme a tout de même l’intérêt de nous rappeler le chemin qu’il reste à parcourir en matière d’optimisation de l’utilisation d’Internet. La capacité physique de la fibre optique a été atteinte Internet consomme 2% de l’énergie mondiale On peut encore grandement optimiser les flux #DataTransmission #BandePassante #Internet #Optimisation http://www.economiematin.fr/news-internet-limite-donnees-consommation-electrique-fin-fibre-optique-202 http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/05/12/internet-congestionne-d-ici-a-2023-pas-si-vite_4631574_4408996.html http://www.technologyreview.com/news/429722/a-bandwidth-breakthrough/
  5. 5. Microsoft et Oxford veulent transformer votre smartphone en scanner 3D 9
  6. 6. Microsoft Research et Oxford University travaillent sur la mise au point d’une application pour smartphone, MobileFusion, permettant de transformer n’importe quel appareil en scanner 3D. L’idée de base est de se servir du matériel disponible sur tout smartphone, la caméra, afin d’obtenir un modèle 3D de l’objet scanné. Le projet, actuellement en phase de recherche, s’annonce prometteur. Pour effectuer le scan, l’utilisateur a simplement à démarrer l’application mobile et à faire le tour de l’objet. L’outil est très simple d’utilisation et permet de visualiser la formation du modèle 3D. Bien que relativement simple, le résultat est suffisamment détaillé pour permettre une impression 3D ou une modélisation en réalité virtuelle La technologie derrière cette application s’appuie sur la stéréoscopie et sur les travaux effectués par Microsoft pour développer la technologie Kinect. Celle-ci permet de percevoir le relief et la profondeur grâce à des caméras adaptées et des logiciels spécialisés. L’intérêt de MobileFusion, par rapport à des projets comme Tango de Google ou 123D d’Autodesk, est que l’application n’a pas besoin de matériel spécifique ou de connexion à internet pour fonctionner. Elle gère tout en local et produit un scan complet en quelques secondes. A raison d’un traitement de 25 images par seconde et en comparant les reliefs obtenus sous différents angles, elle génère un modèle d’une précision satisfaisante. Bien que prometteurs, les résultats ne devraient pas mener à une application mobile commercialisée de si tôt puisqu’aucune date de déploiement d’une application destinée au grand public n’est encore prévue. On peut tout de même imaginer que dans un futur proche, nous serions capable par exemple de fabriquer sans difficulté nos propres souvenirs de voyage grâce à ce type de technologie. Tout smartphone peut devenir un scanner 3D Il ne faut que quelques secondes pour créer un modèle Le résultat est assez précis pour l’impression 3D #Smartphone #PuissanceLogicielle #3D instantanée http://www.usine-digitale.fr/article/video-mobilefusion-transforme-n-importe-quel-smartphone-en-scanner-3d.N346030 http://betanews.com/2015/08/27/turn-your-smartphones-camera-into-a-3d-scanner-with-microsofts-mobile-fusion-app/ https://www.youtube.com/watch?v=8M_-lSYqACo
  7. 7. Apple veut prolonger l’autonomie de ses iPhones grâce à des piles à hydrogène 8
  8. 8. Au début du mois passé, Apple a déposé un brevet de pile à hydrogène pour alimenter les MacBook et les iPhone. La compagnie compte-t-elle passer des piles lithium-ion à des piles à combustibles? Bien qu’Apple n’ait pas émis de commentaire sur la question, un tel scénario est envisageable. Le dépôt de brevet suit une révélation faite une semaine plus tôt au grand public par Intelligent Energy, une société britannique. Elle a dévoilé un prototype d’iPhone 6 fonctionnant avec une pile à hydrogène. Grâce à la pile qu’ils ont mis au point, leur iPhone tiendrait une semaine sans recharge ! Les seules modifications visibles sur leur prototype sont des fentes à l’arrière de l’appareil qui dissipent la vapeur d’eau et la chaleur dégagées par la combustion du dihydrogène. Pour recharger ce portable il suffit de remplir de dihydrogène le réservoir de la pile, à travers la prise jack modifiée. Et voilà l’utilisateur reparti pour une semaine d’utilisation. Intelligent Energy affirme que le produit n’en est qu’au stade de prototype et ne fait pas mention d’accords passés avec Apple pour commercialiser ce type d’iPhone. Cependant le brevet qu’a récemment déposé Apple sème le doute. De plus, Apple et Intelligent Energy ont déjà collaboré par le passé. C’est Intelligent Energy qui fabrique les chargeurs portables à hydrogène Upp, commercialisés dans les Apple Stores. Il est d’ailleurs évoqué dans la presse que les deux entreprises auraient déjà collaboré sur un projet visant à équiper le MacBook d’une pile à hydrogène. Quoi qu’il en soit, ce type de technologie ne devrait pas équiper les appareils sortant des lignes de production d’Apple avant au moins quelques années. Henri Winand, le PDG d’Intelligent Energy, affirme que leurs piles sont inédites dans le milieux des appareils électroniques et ils comptent bien profiter de cette opportunité. L’entreprise étudie la possibilité de commercialiser son produit d’ici environ deux ans. Un prototype d’iPhone avec des piles à hydrogène Une semaine d’autonomie sans recharge Commercialisation envisagée sous deux ans #IntelligentEnergy #pile à hydrogène #Plus d’autonomie http://www.industrie-techno.com/apple-des-piles-a-hydrogene-pour-les-macbook-et-les-iphone.39699 http://www.digitaltrends.com/mobile/intelligent-energy-iphone-fuel-cell-battery-news/
  9. 9. Le MIT introduit MultiFab, une imprimante 3D qui pourrait transformer l’industrie 7
  10. 10. Le laboratoire CSAIL du MIT a dévoilé MultiFab, une imprimante 3D nouvelle génération. Elle serait capable d’imprimer des objets à partir de dix matériaux différents. A titre de comparaison, les imprimantes les plus polyvalentes du marché ne manipulent que trois matériaux à la fois. Encore plus étonnant, cette imprimante coûte moins de 7000$ contre un prix pouvant aller jusqu’à 245 000$ pour les concurrentes les plus chères. MultiFab atteint une précision de 13µm, soit presque deux fois moins que les imprimantes grand public les plus précises. Cela est dû en grande partie à une nouveauté qu’introduit l’équipe de chercheurs avec MultiFab : un système de vision-machine. Cela permet à l’imprimante de s’auto-calibrer grâce à des méthodes de scan 3D permettant une impression plus précise et sans erreurs. Le système de vision machine permet aussi d’imprimer directement sur des objets comme, par exemple, imprimer des lentilles optiques directement sur de petites LED. Le plus intéressant avec cette imprimante est qu’elle permet enfin de passer d’un usage essentiellement orienté « prototypes » à une utilisation industrielle diversifiée. En effet, en imprimant avec 10 matériaux différents, MultiFab permet d’obtenir directement un produit fini, plutôt que différents composants successifs à assembler. La technique d’impression utilisée combine les deux méthodes les plus répandues, FDM et SLA (Fused Deposition Modelling et Stéréolithographie). Elle permet d’imprimer suivant les axes X, Y et Z en injectant les différents matériaux utilisés pour l’impression et en les faisant sécher par rayons UV. L’injection des différentes résines se fait par des têtes d’impression similaires aux têtes inkjet que l’on trouve sur nos imprimantes à papier classiques. Dans le domaine industriel, cette machine offrirait donc un gain de temps considérable. En adoptant un tel procédé de fabrication à échelle industrielle, on peut imaginer une nouvelle approche du design produit. La fabrication ne serait plus envisagée élément par élément, mais directement dans une vision d’ensemble multi-matériaux. Imprimer jusqu’à 10 matériaux simultanément Un coût de 7.000$, très compétitif sur le marché Une nouvelle approche du design produit #Multifab #Multimatériaux #DuPrototypeAuProduit http://www.usine-digitale.fr/editorial/video-l-imprimante-3d-du-mit-imprime-10-materiaux-simultanement.N345988 http://www.csail.mit.edu/multifab_multimaterial_3D_printer http://cfg.mit.edu/content/multifab-machine-vision-assisted-platform-multi-material-3d-printing
  11. 11. Les jeux orientés mobile et la réalité virtuelle à l’honneur au Tokyo Game Show 6
  12. 12. L’édition 2015 du Tokyo Game Show (TGS) a été l’occasion pour les gamers de découvrir toutes les nouveautés du monde du jeu vidéo. Le TGS a révélé toutes les technologies en cours de développement pour permettre une expérience de jeu plus flexible et plus immersive. Avec plus de 40% des 1283 jeux présentés cette année destinés aux plateformes mobiles, ce sont elles qui présentent le plus de potentiel. C’est donc une opportunité que l’industrie du jeu vidéo ne compte pas rater en proposant des jeux de plus en plus évolués sur Android ou iOS. Développer les jeux sur mobile est d’autant plus pertinent que les smartphones que nous utilisons dépassent aujourd’hui les performances des consoles portables ! Nous en sommes à des modèles possédant des processeurs Quad Core 2,1GHz et offrant jusqu’à 3Go de mémoire vive. Cependant, les géants du jeu vidéo vont au delà et développent à présent des fonctionnalités telles que le streaming. Le flux vidéo est envoyé vers le smartphone et permet de jouer sans téléviseur. L’utilisateur peut donc jouer directement sur son appareil en utilisant la manette de sa console. En plus de cette accélération dans le domaine des jeux mobiles, le TGS 2015 a mis en avant les progrès de la réalité virtuelle. Certaines grandes marques comme Oculus et Sony expriment le désir de commercialiser leur technologie dès 2016. Une version grand public de l’Oculus Rift était disponible à l’essai lors de l’exposition ainsi que son équivalent Sony, le casque de réalité virtuelle PlayStation VR. Les quelques testeurs présents au TGS décrivent une expérience ultra-réaliste et fluide qu’ils attendent impatiemment de reproduire chez eux. On peut donc s’attendre à un déferlante de nouveautés en termes d’expérience gaming dans les mois à venir. Bien entendu, d’autres innovations ont été présentées lors du TGS tel que le streaming de jeux vidéo depuis des serveurs centralisés. Les sorties des derniers volets des séries les plus attendues, telles que Metal Gear V sur PlayStation ou Star Wars : Battlefront étaient aussi à l’affiche. En bref, tout le monde devrait trouver son compte en 2016 ! Les jeux mobiles sont les plus représentés En 2016, la réalité virtuelle apparaît dans vos salons Il est maintenant possible de jouer en streaming depuis la console #ThisIsForThePlayers #MobileRevolution #RéalitéVirtuelle #TokyoGameShow https://www.jeuxvideo.com/news/443784/tgs-2015-l-avenement-de-l-ere-mobile.htm http://branchez-vous.com/2015/09/22/le-playstation-vr-les-autres-nouveautes-du-tokyo-game-show-2015/ https://www.youtube.com/watch?v=bGKxR01YH3E
  13. 13. Le Crédit Mutuel Arkéa entend étendre son panel de services en acquérant Leetchi 5
  14. 14. Ce mois-ci le Crédit Mutuel Arkéa a acheté 86% de la start-up de la fintech Leetchi pour une somme de 50 millions d’euros. Le groupe de bancassurance étend ainsi son activité dans le secteur du e-commerce. En effet, cette acquisition lui permet d’offrir un service complémentaire à celui de sa plateforme de paiement en ligne Payline, qu’il a développée via sa filiale Monext. Les services de Leetchi consistent essentiellement à mettre en liaison des particuliers qui veulent créer un pot commun pour un usage spécifique comme un pot de départ ou un anniversaire. Depuis quelque temps, il est aussi possible de créer un pot public pour aider une cause ou une personne. Le bénéficiaire peut ensuite recevoir un virement avec l’argent récolté ou le dépenser directement dans les enseignes partenaires de la start-up. L’avantage qu’a Leetchi par rapport aux banques est que sa structure, plus légère, lui permet de gérer son activité avec beaucoup moins de contraintes. Pour conserver cet avantage, il était important que la start-up reste indépendante des processus de décision d’un grand groupe. Le Crédit Mutuel Arkéa a donc décidé de ne pas intervenir dans la gestion de Leetchi en maintenant la séparation des deux structures juridiques. De cette manière le potentiel d’innovation de la start-up reste intact et elle peut continuer à se développer sans entraves. Le Crédit Mutuel Arkéa a décidé d’aller plus loin avec Leetchi et a annoncé un investissement à hauteur de 10 millions d’euros. Cette aide devrait permettre à la start-up de concrétiser ses envies de conquérir de nouveaux marchés, notamment le Royaume-Uni en introduisant la livre sterling sur son site web. L’investissement devrait aussi permettre de doubler les effectifs, pour développer de nouveaux produits. Le groupe de bancassurance compte bientôt acquérir d’autres start-ups de la fintech. En combinant cela à l’offre de Leetchi et ses produits en cours de développement, le Crédit Mutuel Arkéa va ainsi étoffer sa panoplie de services liés à l’e-commerce. Il sera donc intéressant de voir comment de l’offre du groupe va évoluer dans les quelques années à venir. Le Crédit Mutuel Arkéa achète Leetchi à 50M€ Leetchi permet de constituer un pot commun sur sa plateforme en ligne Le Crédit Mutuel Arkéa pourra donc diversifier ses services #Fintech #CMArkéa #Leetchi #PotCommun http://techcrunch.com/2015/09/22/credit-mutuel-arkea-acquires-money-pot-and-payment-service-leetchi/ http://www.leetchi.com/?gclid=CN6Rr5CsksgCFQsHwwod0Q8ClQ http://www.usine-digitale.fr/editorial/credit-mutuel-arkea-leetchi-si-tu-ne-peux-pas-copier-une-start-up-de-la-fintech-rachete-la.N352354
  15. 15. Facebook teste M, un assistant personnel numérique plus performant que ses rivaux 4
  16. 16. Connaissez-vous M? Ce n’est pas le directeur du MI6 mais bien la nouveauté que Facebook souhaite intégrer à son application Messenger pour faire face aux assistant personnels tels que Siri. Pour l’instant, M est en phase de test et n’a été déployé que sur les téléphones portables de quelques centaines d’utilisateurs de la région de San Francisco. Facebook affirme que son assistant personnel serait plus performant et plus intelligent que ceux qui sont déjà disponibles. Il serait capable de réserver une table à un restaurant ou faire livrer un cadeau. Pour développer M, Facebook a recruté le français Yann LeCun en 2013, une superstar mondiale en matière de deep machine learning. Le géant américain a aussi fait l’acquisition de Wit.AI et x.ai, deux startups spécialistes respectivement de la reconnaissance vocale et de l’apprentissage automatique sur de petites bases de données. Les assistants personnels habituels comparent les informations perçues à une immense base de données. Facebook, en revanche, a opté pour un réseau neuronal numérique capable d’apprendre et d’être entraîné par des humains. C’est précisément la raison pour laquelle M a été déployé chez quelques centaines d’utilisateurs. Pour l’instant, une équipe d’humains gère les demandes les plus complexes, et leur manière de répondre nourrit la base de données servant à « entraîner » M. C’est là qu’entre en jeu l’expérience des nouvelles recrues de Facebook qui font en sorte que M soit capable de procéder comme l’ont fait les humains en phase de test. Lors d’une séance publique de questions/réponses, le PDG de l’entreprise a levé le voile sur l’intérêt de l’Intelligence Artificielle (IA) pour Facebook. Il voudrait rendre son IA assez intelligente pour reconnaître les sons et les images afin d’améliorer l’expérience de ses utilisateurs. L’objectif est de parvenir à envoyer les bonnes informations aux personnes concernées pour générer un fil d’actualité plus pertinent à chacun. Facebook n’a pas dévoilé de date de lancement de M en version grand public. Mais il se pourrait bien que son approche nouvelle permette à l’intelligence artificielle de faire un bond en avant ! Facebook teste M, un assistant numérique plus intelligent que ses concurrents Une équipe humaine pour gérer les demandes complexes et « entraîner » M Les recherches en IA traduisent l’intention de Facebook d’offrir un parcours plus personnalisé #IntelligenceArtificielle #MbyFacebook #MachineLearning http://www.industrie-techno.com/intelligence-artificielle-facebook-presente-m-futur-concurrent-de-siri-et-de-google-now.39372 http://www.wired.com/2015/08/how-facebook-m-works/ http://techcrunch.com/2015/06/30/robobook/#.pcjvyc:E47G
  17. 17. Vos fenêtres pourraient bientôt être des panneaux solaires 3
  18. 18. La startup américaine, SolarWindow a développé un revêtement photovoltaïque transparent qui peut transformer vos fenêtres en panneaux solaires. Cette technologie pourrait être installée par exemple sur les surfaces des façades des gratte-ciels pour réduire l’empreinte énergétique d’une ville. SolarWindow permettrait ainsi de dépasser les barrières posées par des contraintes spatiales qui limitaient l’adoption massive de l’énergie solaire. Les principaux fabricants de panneaux photovoltaïques dans le monde sont les géants chinois tels que Suntech Power et JA Solar. Ils fabriquent des panneaux solaires à base de silicium, un élément plutôt fragile qui affecte donc la résistance des panneaux. Par ailleurs, le silicium requiert des procédés de fabrication coûteux et énergivores car ils nécessitent de très hautes températures. Le produit qu’a mis au point la startup américaine est composé de matériaux organiques, essentiellement du carbone et de l’hydrogène qui sont les deux éléments les plus abondants dans la nature. De plus, sa fabrication ne consomme que très peu d’énergie : le revêtement étant liquide, les températures à atteindre sont relativement basses. Autre avantage : SolarWindow peut générer de l’électricité dans des zones d’ombre ou faiblement éclairées. Cela veut dire qu’elle produit aussi de l’électricité durant la nuit ou par temps nuageux. On peut donc recouvrir toutes les façades d’un immeuble de cette technologie. SolarWindow produit aussi de l’énergie à partir de lumière artificielle alors que les panneaux conventionnels nécessitent d’être directement éclairés par le Soleil. Le gain en production énergétique par rapport aux technologies existantes est considérable selon des calculs indépendants. Ils montrent que sur un immeuble d’une cinquantaine d’étages, SolarWindow produirait assez d’énergie en un an pour permettre à une voiture de parcourir plus de 3,5 millions de kilomètres ! Cela rend la technologie SolarWindow rentable en moins d’un an, contre 5 à 10 ans en moyenne pour l’industrie solaire. Finalement, il y a de quoi être très optimiste en voyant la promesse que nous fait SolarWindow. La technologie que propose la startup américaine permettrait de faire un grand pas en avant en termes d’énergie verte et de développement durable. Un revêtement transparent pour faire de votre fenêtre un panneau solaire La technologie est rentable en moins d’un an SolarWindow fonctionne aussi de nuit et par temps nuageux #SolarWindow #PanneauTransparent #MorePower http://www.industrie-techno.com/solarwindow-veut-transformer-les-gratte-ciel-en-generateurs-solaires.39345 http://solarwindow.com/technology/ http://solarwindow.com/2015/08/solarwindow-electricity-from-glass/
  19. 19. Relay, le robot majordome, pour vous servir 2
  20. 20. Savioke, une entreprise américaine de robotique fondée en 2013, a lancé son tout nouveau robot Relay. C’est un robot majordome qui a pour but de “relayer” des objets entre les occupants d’un hôtel. Il opère de manière autonome, effectuant ses aller-retours dans les couloirs de l’hôtel en toute sécurité pour le personnel et les clients. L’intérêt de tels robots, selon Savioke, est qu’ils permettent au personnel humain de se soulager des petites tâches, comme les livraisons, tout au long de la journée. Il vous faut une brosse à dents? Relay peut s’en charger. Vous avez commandé du room-service? Relay vous apporte votre repas ! Et pendant ce temps, le personnel humain pourra se concentrer sur des tâches plus importantes qui permettront d’améliorer votre séjour dans l’hôtel. L’accueil de Relay par le grand public a été très favorable. Un mini-buzz a fait son apparition autour du robot avec les hash-tag #robotbutler ou #botlr qui ont gagné en popularité. Le robot majordome rencontre aussi un succès auprès des hôtels qui l’ont testé et qui affirment avoir été plus productifs. Une année de tests in vivo a eu lieu avant que Relay ne soit rendu plus disponible. Les premiers mois ont servi à corriger les derniers défauts des robots et à s’assurer qu’il n’y ait pas de dysfonctionnement majeur. Et durant les derniers mois, les robots ont opéré en indépendance. Ils ont effectué leurs trajets sans problème, parfois même en ascenseur. Relay utilise la technologie RealSense développée par Intel pour permettre aux robots de se faire une représentation 3D suffisamment détaillée de leur espace pour naviguer sans danger. Le robot slalome donc sans difficulté entre les murs et les occupants d’un hôtel. Il est aussi équipé d’une interface tactile qui permet aux utilisateurs de communiquer avec lui et de lui confier des livraisons. Avec Relay, Savioke prouve que nous sommes de plus en plus enclins à accepter la compagnie des robots. L’enthousiasme de clients face à la présence de ces robots et le gain en productivité des établissements qui le testent indiquent que de telles innovations ne manqueront pas de se multiplier . Un robot majordome est en activité dans certains hôtels Il se déplace dans l’hôtel en toute autonomie Il navigue grâce à la technologie RealSense d’Intel #robotMajordome #SaviokeRelay #robotbutler #botlr http://www.savioke.com/ http://www.savioke.com/blog/2015/3/18/vhqs3gpf5ag4jcsduwf1l1wxgm2j1q https://humanoides.fr/2015/09/relay-robot-hotelier-savioke-arrive-asie/
  21. 21. L’Hyperloop, le train supersonique qui va révolutionner les transports 1
  22. 22. Le projet Hyperloop, lancé en 2013, a pour ambition de relier les villes par un train circulant à une vitesse de 1200km/h. Cela représente un Paris - Marseille d’une durée de 35 minutes ! Elon Musk, à l’origine du projet, a confié la tâche à Hyperloop Technologies. C’est une entreprise qu’il a lancée par la plateforme de crowdfunding JumpStarter et qui regroupe les plus grands talents dans le domaine. Un rapport, disponible sur le site de SpaceX, décrit en une soixantaine de pages le principe de fonctionnement d’Hyperloop. Il s’agirait donc d’une capsule, transportant 28 passagers, qui se déplacerait dans des tubes à très faible pression pour ne pas que l’air oppose de résistance au mouvement. Le véhicule se déplacerait sur un matelas d’air pour un voyage sans friction ne nécessitant que peu d’énergie. La propulsion de la capsule serait assurée par des électro-aimants régulièrement espacés le long des tubes et alimentés par des panneaux solaires installés au-dessus de la structure. Entre deux aimants, la capsule avancerait grâce à l’énergie de la dernière propulsion magnétique en gardant une vitesse constante, grâce à l’absence de frottements. Le système décrit dans le rapport aurait donc une très faible empreinte écologique et produirait très probablement un surplus d’énergie qui pourrait être redistribué dans le réseau électrique. L’infrastructure nécessaire à l’Hyperloop coûteraient aussi beaucoup moins cher que l’infrastructure ferroviaire actuelle. A titre d’exemple, la ligne à grande vitesse que construit l’Etat de Californie entre Los Angeles et San Francisco va coûter 68 milliards de dollars. C’est bien plus que l’estimation à 8 milliards pour la ligne que Hyperloop Technologies compte déployer entre les deux villes dès 2018. En soutien aux recherches, SpaceX a lancé, à la mi-septembre, un concours ouvert à tous pour fabriquer la meilleure capsule. Les tests sont prévus en juin 2016 dans un tube d’1,6 km de long que SpaceX construit en Californie. Le but du concours est d’en tirer des idées et des données précieuses pour faire avancer le projet de l’Hyperloop. On peut donc espérer que ce projet voie bientôt le jour car il bouleverserait le monde des transports ferroviaires qui n’a pas connu de réelle innovation depuis le TGV ou le Shinkansen… L’Hyperloop se déplacera dans des tubes à 1200km/h Il pourra relier Paris à Marseille en 35 minutes Une infrastructure 8 fois moins cher qu’actuellement Tests prévus en juin 2016 #Hyperloop #Hyperfast #Hyperefficient #Hypergreen http://www.wedemain.fr/L-Hyperloop-ce-train-qui-mettrait-Paris-a-35-minutes-de-Marseille_a1117.html http://hyperlooptech.com/ http://www.spacex.com/sites/spacex/files/hyperloop_alpha.pdf
  23. 23. Be loud…be proud! Let your clients know about next “Business-Technology” innovations If you don’t tell them…who will? Weave Business Technology Octobre 2015

×