Philippe V (1700-1746)
1. Les Lumières
Ferdinand VI (1746-1759) Charles III (1759-1788)
ROIS RÉFORMISME
POLITIQUE
POLITIQUE
INTERNATIONALE
RÉFORMISME
ÉCONOMIQUE
TRANSFORMATIONS
ÉCONOMIQUES
LES LUMIÈRES
DESPOTIS...
“Comme les autres pays européens, l’Espagne du XVIIIe
siècle a connu un mouvement
intellectuel qui a entrepris la réforme ...
Une composition de texte
historique
Introduction:
Peut-être une phrase qui va caractériser le sujet général et les idées f...
“Attendu que les Royaumes d’Aragon et de Valence, et tousles Royaumes d’Aragon et de Valence, et tous
leurs habitants avec...
“Je déclare entièrement abolis et annulés la totalité des susditsJe déclare entièrement abolis et annulés la totalité des ...
La guerre de successionguerre de succession fournit à Philippe V l’occasion d’unifier les territoiresl’occasion d’unifier ...
“La première Société ÉconomiqueSociété Économique fondée en Espagne fut
la Société Royale Basque des Amis du PaysSociété R...
“Les Demerson et Aguilar Piñal recensent cent sept demandes de créations deent sept demandes de créations de
Sociétés qui ...
“(...) CampomanesCampomanes ne tarde pas à dénoncer l'âme du
complot dans “ce corps dangereux qui cherche de toutes
parts ...
“Les réformateurs n'aiment guère le clergé régulierLes réformateurs n'aiment guère le clergé régulier sur lequel ils n'ont...
“Simultanément, le Conseil de Castille était le théâtre d'un débat virulent, qui recoupait
sur plus d'un point les textes ...
Les problèmes de l'Espagne contemporaine,
enracinés du XVIIIème
siècle
Problème
politique:
réforme /vs/
tradition Problème...
Les Lumières en Espagne avec Charles III
Un bilanUn bilan
Le pouvoir absolu se renforceLe pouvoir absolu se renforce:
les ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les Lumières en Espagne. Un bilan

6 273 vues

Publié le

Petite présentation avec quelques documents autour du Siècle des Lumières en Espagne.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 273
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4 390
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les Lumières en Espagne. Un bilan

  1. 1. Philippe V (1700-1746) 1. Les Lumières Ferdinand VI (1746-1759) Charles III (1759-1788)
  2. 2. ROIS RÉFORMISME POLITIQUE POLITIQUE INTERNATIONALE RÉFORMISME ÉCONOMIQUE TRANSFORMATIONS ÉCONOMIQUES LES LUMIÈRES DESPOTISME ÉCLAIRÉ DES PROFONDES TRANSFORMATIONS ÉCONOMIQUES RÉVOLUTIONS POLITIQUES Qu'est-ce qui se passe au monde ? - Révolution agraire - Révolution industrielle - Guerre d' indépendance des EE.UU. - Révolution française - Application des idées des Lumières - Sans creuser les bases de l'Ancien Régime - Montesquieu (division des pouvoirs) -Rousseau (contrat social) RÉFORMISME DES BOURBONS Qu'est-ce qui se passe en Espagne? Felipe V (1700-1746) Fernando VI (1746-1759) Carlos III (1759-1788) Carlos IV (1788-1808) Monarchie absolue Centralisation polítique (Decretos de Nueva Planta, 1707-1716) Supression des “virreinatos” et création des “provincias” Nouvelles figures: capitaine général et intendente TRAITÉ d' UTRECHT PACTES DE FAMILLE (Politique extérieure espagnole reliée à la française) AGRICULTURE: Restriction des privilèges de la Mesta, colonisation de terres et projets de réforme agraire Amélioration des infrastructures et libéralisation du commerce colonial CHANGEMENTS DÉMOGRAPHIQUES PROMOTION DE L'INDUSTRIE INÉGAL DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE Source: elauladedreyfus.blogspot.com
  3. 3. “Comme les autres pays européens, l’Espagne du XVIIIe siècle a connu un mouvement intellectuel qui a entrepris la réforme et la modernisation de la société d’Ancien Régime. Si la IlustraciónIlustración a subi des influences étrangères, notamment celles de MontesquieuMontesquieu, de VoltaireVoltaire et des encyclopédistesencyclopédistes, elle n’en conserve pas moins des caractères qui lui sont propres, tels que la critique sociale inspirée des arbitristasarbitristas du XVIIe siècle, l’interprétation humaniste de la foi chrétienneinterprétation humaniste de la foi chrétienne et la protection de la monarchie contreprotection de la monarchie contre les ennemis de la «nouveauté»les ennemis de la «nouveauté».” http://meticebeta.univ-montp3.fr/lexique. Ilustración Mouvement intellectuel qui se propose de moderniser la culturemoderniser la culture et de réformer la sociétéréformer la société Raison, nature et progrès Réforme universitaire et création d'académies Extension des consulats à différentes villes portuaires Apparition des Sociétés Economiques d’Amis du Pays Les grands courants de réforme DespotismeDespotisme éclairééclairé L’Etat doit accorder priorité à la promotion de lapromotion de la manufacturemanufacture grâce à une politique douanière cohérente, l’accroissement de la flotteaccroissement de la flotte marchandemarchande et le resserrement des liensresserrement des liens commerciaux avec lescommerciaux avec les colonies américainescolonies américaines RégalismeRégalisme
  4. 4. Une composition de texte historique Introduction: Peut-être une phrase qui va caractériser le sujet général et les idées force. Il faut indiquer le type de document (économique, politique, juridique,...), la nature (publique, privée), documentaire / historiographique. Il faut caractériser aussi le contexte historique. Développement: Il faudra bien ranger à tous égardsranger à tous égards les idées des documents. Il faudra définir les procédures et les sujetsdéfinir les procédures et les sujets des documents. Conclusion: Faire allusion à l'idée principale des documents et aux conséquences historiques de ceux-ci. Il faudra aussi évaluer les documents, son importance et portée historiqueévaluer les documents, son importance et portée historique.
  5. 5. “Attendu que les Royaumes d’Aragon et de Valence, et tousles Royaumes d’Aragon et de Valence, et tous leurs habitants avec eux, du fait de leur rébellion,leurs habitants avec eux, du fait de leur rébellion, ont entièrement manqué à la fidélité qu’ils m’avaient jurée commefidélité qu’ils m’avaient jurée comme à leur légitime Roi et seigneurà leur légitime Roi et seigneur ; Attendu qu’ils ont de ce fait perdu tous les fors, privilèges, exemptions et libertés dont ils jouissaient, qui leur avait été si généreusement octroyés par moi-même et par les rois mes prédécesseurs, leurs seigneurs… ; Attendu que j’ai pouvoir absolu sur les dits royaumes d’Aragonj’ai pouvoir absolu sur les dits royaumes d’Aragon et de Valenceet de Valence puisque, outre le fait qu’ils font partie de ceux que je possède en toute légitimité dans cette Monarchie, j’exerce maintenant sur eux un juste droit de conquête…juste droit de conquête… Attendu que l’imposition et la dérogation des lois est l’un desl’imposition et la dérogation des lois est l’un des principaux attributs de la souverainetéprincipaux attributs de la souveraineté ; que des circonstances nouvelles et l’évolution des mœurs m’autorisaient à les modifier même si ne s’étaient produits les graves événements, qui donnent un si juste fondement à l’exercice de ce droit… Attendu que je désire réduire uniformément tous mesje désire réduire uniformément tous mes royaumes d’Espagne aux lois, institutions us et coutumes deroyaumes d’Espagne aux lois, institutions us et coutumes de CastilleCastille, dont l’Univers entier loue la justesse… ;” Philippe V se présente comme héritier de Charles II, d'après le testament de celui-ci Référence à la guerre de succession À conséquence de la défaite, les privilèges des soulevés sont disparus. Le roi manifeste son autorité Référence à la victoire de Philippe V dans la guerre de succession, et aussi de son pouvoir absolu Le roi met en place la doctrine de l'absolutisme, héritée de son grand-père, Louis XIV La volonté du roi est celle de soumettre tous les royaumes et d'uniformiser l'administration, suivant le modèle de la Castille
  6. 6. “Je déclare entièrement abolis et annulés la totalité des susditsJe déclare entièrement abolis et annulés la totalité des susdits fors, privilèges, pratiques, et coutumes jusqu’ici observés dans lesfors, privilèges, pratiques, et coutumes jusqu’ici observés dans les dits royaumes d’Aragon et de Valencedits royaumes d’Aragon et de Valence; je les réduis aux lois de Castille, aux usages, pratiques et formes de gouvernement qui ont et ont toujours eu cours en celle-ci et en ses tribunaux, sans distinction aucune, car telle est ma volontéma volonté. En conséquence de quoi, mes fidélissimes sujets castillansmes fidélissimes sujets castillans pourront exercer tout office et emplois en Aragon et à Valence, depourront exercer tout office et emplois en Aragon et à Valence, de même que les Aragonais et Valenciens en Castille, sans distinctionmême que les Aragonais et Valenciens en Castille, sans distinction aucuneaucune. Aux uns je montre ainsi ma gratitudema gratitude pour leur parfaite fidélité… Aux autres je donne des preuves de ma bénignitéma bénignité, en les habilitant pour ce à quoi même la liberté dont ils jouissaient sous les fors maintenant abolis ne leur donnait pas accès. Ainsi ai-je résolu que l’AudienceAudience qui vient de se former à Valence et celle que j’ai ordonné de former à Saragosse auront la même organisation et obéiront en tout et pour tout aux mêmes règles que les deux chancelleries de Valladolid et de Grenade. Elles observeront à la lettre les mêmes droits régaliensmêmes droits régaliens, les mêmes loismêmes lois, la mêmemême pratiquepratique, les mêmes ordonnances et coutumesmêmes ordonnances et coutumes que celles-ci, sans la moindre différence en rien, sauf en ce qui concerne lessauf en ce qui concerne les controverses de juridiction avec les tribunaux ecclésiastiquescontroverses de juridiction avec les tribunaux ecclésiastiques et la procédure correspondante [où l’on conservera la pratique antérieure des deux royaumes, même en ce qu’elle a de contraire aux lois de Castille].” Abolition des privilèges par les décrets de Nueva Planta Uniformisation en utilisant le modèle castillan Une autre fois, le roi montre son pouvoir absolu Évaluation positive du soutien castillan de la part du roi et uniformisation administrative Préférence par la Castille et pouvoir absolu (le roi devient “généreux”) Création des Audiences partout, avec les mêmes lois. L'Église reste indépendante Voici un texte juridiquetexte juridique, signé par Philippe V.
  7. 7. La guerre de successionguerre de succession fournit à Philippe V l’occasion d’unifier les territoiresl’occasion d’unifier les territoires hispaniqueshispaniques. Le rassemblement crée par les Rois CatholiquesLe rassemblement crée par les Rois Catholiques consistait en une juxtaposition de territoires dont chacun gardait sa personnalité juridique, ses lois, son organisation financière, sa monnaie, ses privilèges et « fors », parfois même son organisation militaire. La seule unité venait de la communauté de souverain, de la présence deLa seule unité venait de la communauté de souverain, de la présence de quelques organismes communs de gestion et de l’installation d’hommes dequelques organismes communs de gestion et de l’installation d’hommes de confiance du monarque aux postes clefsconfiance du monarque aux postes clefs, qui permettaient de tenir en main chacun des pays concernés. Philippe V, usant du droit de conquête, réalisaPhilippe V, usant du droit de conquête, réalisa, à quelques réserves près, l’unité administrative du royaume, en imposant le droit et les institutionsl’unité administrative du royaume, en imposant le droit et les institutions castillanes aux pays de la Couronne d’Aragon.castillanes aux pays de la Couronne d’Aragon. Ces dispositions, quiCes dispositions, qui s’échelonnèrent de 1707 à 1715, sont connues sous le nom de Nueva Planta, la «s’échelonnèrent de 1707 à 1715, sont connues sous le nom de Nueva Planta, la « Nouvelle organisation »Nouvelle organisation ». Les territoires de la Couronne d’Aragon perdent ainsi leur spécificité. Leurs Cortès disparaissent et les représentants de l’Aragon, de Valence et de la Catalogne siègent maintenant à côté de ceux de la Castille dans les Cortès générales. Les vice-rois sontLes vice-rois sont remplacés par des capitaines générauxremplacés par des capitaines généraux qui reçoivent des pouvoirs accrus et président de droit les audiences, institutions originales qui sont plus que de cours de justice puisqu’en principe elles sont associées à l’administration des territoires. En fait, le capitaine généralle capitaine général concentre l’essential des pouvoirsconcentre l’essential des pouvoirs. La fiscalité aussi changeLa fiscalité aussi change. Sont supprimées lesSont supprimées les douanes entre la Castille et l’ancienne Couronne d’Aragondouanes entre la Castille et l’ancienne Couronne d’Aragon.
  8. 8. “La première Société ÉconomiqueSociété Économique fondée en Espagne fut la Société Royale Basque des Amis du PaysSociété Royale Basque des Amis du Pays; issue de l'initiative privée en 1763 de Javier María Munibe e Idiáquez, comte de Peñaflorida, elle fut adoptée en 1765. Pour cette initiative le comte de Peñafloridacomte de Peñaflorida put compter sur le soutien d'autres nobles. Ces institutions étaient le produit de cerclescercles culturelsculturels, ce qui a fait que les secteurs chargés de leur création aient aussi été considérés comme les «plus dynamiques» de la société du moment: des nobles, desdes nobles, des membres de l'Église, des personnes investies d'unemembres de l'Église, des personnes investies d'une fonction publique, des représentants du monde desfonction publique, des représentants du monde des affaires ainsi que des artisans reconnusaffaires ainsi que des artisans reconnus. Elles naissaient comme des organismes non étatiquesorganismes non étatiques dont l'objectif était de promouvoir le développement. Leurs initiatives se basaient sur des études préalables de la situation économique locale, à partir desquelles on essayait de trouver une solution via des projets différents destinés à promouvoir l'agriculture, le commerce et l'industriepromouvoir l'agriculture, le commerce et l'industrie, en s'appuyant toujours sur les idées de la physiocratiephysiocratie, des LumièresLumières et même du libéralismelibéralisme naissant.” Les Sociétés Économiques des Amis du Pays sont un exemple d'associations promues à l'époque du despotisme éclairé Le comte est fondateur d'une académie en 1748, qui donnera lieu à la Real Sociedad Bascongada de Amigos del País Les élites de la société essayent de dynamiserdynamiser l'économiel'économie, mais sans questionner la division sociale La physiocratiephysiocratie est une école de pensée économique et politique fondée par Quesnay, qui va faire reposer la source de la richesse sur la capacité « miraculeuse » de la terrela terre à produire de la nourriture à chaque printemps Le libéralisme économiquelibéralisme économique estime que les libertés économiques (libre-échange, liberté d'entreprendre, libre choix de consommation, de travail, etc.) sont nécessaires au bon fonctionnement de l'économie et que l’intervention de l’État doit y être aussi limitée que possiblel’intervention de l’État doit y être aussi limitée que possible. Voici un textetexte historiographiquehistoriographique.
  9. 9. “Les Demerson et Aguilar Piñal recensent cent sept demandes de créations deent sept demandes de créations de Sociétés qui s'échelonnent de 1763 à 1808.Sociétés qui s'échelonnent de 1763 à 1808. Dix-neuf de ces demandes n'ont pas abouti. Donc, on peut supposer qu'en réalité, il y a eu création en Espagne entre 1765entre 1765 (Vergara, Pays Basque) et 1802et 1802 (Ocaña, Castille), de quatre-vingt-huit Sociétés Économiquesquatre-vingt-huit Sociétés Économiques. Historiquemente, trois Sociétés précédèrent celles de Madrid: Vergara en 1765, Tudela de la Navarra et Baeza en 1775. (…) Chronologiquement et historiquement, les créations coïncidèrent presqueles créations coïncidèrent presque parfaitement avec les quinze dernières années du règne de Charles IIIparfaitement avec les quinze dernières années du règne de Charles III. Celui de son successeur en connut que six fondations en tout et pour tout. (...) À la mort de Charles III, le changement d'équipe ministérielle contribuaÀ la mort de Charles III, le changement d'équipe ministérielle contribua certainement au déclin des Sociétéscertainement au déclin des Sociétés, qui, à partir des années 1790, commencèrent à s'éloigner de plus en plus de la politique gouvernementale. L'impact de la révolution française, coupant court à toutes tentatives réformistes, ne fit certainement qu'aggraver la situation. Les structures continuèrent à exister mais leur rôle s'écarta de l'idée originelle. La rupture de 1808 confirma la tendance; les institutions qui avaient continué à fonctionnerles institutions qui avaient continué à fonctionner s'étaient éloignées de l'idéologie interventionniste pour s'orienter vers uns'étaient éloignées de l'idéologie interventionniste pour s'orienter vers un libéralismelibéralisme de plus en plus marquéde plus en plus marqué. (…) Gonzalo Anes a fait remarquer que les fondateurs des Sociétés Économiques étaientles fondateurs des Sociétés Économiques étaient avant tout les bénéficiaires du revenu foncier, mais aussi ceux qui avaient des intérêtsavant tout les bénéficiaires du revenu foncier, mais aussi ceux qui avaient des intérêts dans la production manufacturièredans la production manufacturière. Ce sont aussi bien des nobles et des ecclésiastiquesdes nobles et des ecclésiastiques que des roturiersdes roturiers; l'union des états s'explique par la conjoncture économique favorable. (…) Cependant, toutes les fondations n'étaient pas spontanées. L'État centralisé pouvaitL'État centralisé pouvait facilement, par le biais de ses fonctionnaires et intendants, lancer et créer une Sociétélancer et créer une Société ÉconomiqueÉconomique comme ce fut par exemple le cas à Murcie.” Source: Marc Martí: “Emblèmes et devises des Sociétés Économiques d'Amis du Pays : analyse d'un discours d'intention.”
  10. 10. “(...) CampomanesCampomanes ne tarde pas à dénoncer l'âme du complot dans “ce corps dangereux qui cherche de toutes parts à subjuguer le trône, qui estime que tout es licite pour parvenir à ses fins et n'a présentement cherché à s'unir à d'autres que pour soutenir la machination ourdie” - en un mot: les jésuitesjésuites. Dans son volumineux réquisitoire final, le procureur fait flèche de tout bois contre la Compagnie: n'a-t-elle pas cherché longtemps àn'a-t-elle pas cherché longtemps à circonvenir le souverain en monopolisant les fonctions decirconvenir le souverain en monopolisant les fonctions de confesseurconfesseur?? N'a-t-elle pas dans le passé la légitimité dulégitimité du régiciderégicide? N'a-t-elle pas cherché à constituer au ParaguayN'a-t-elle pas cherché à constituer au Paraguay un État théocratique, soustrait à l'autorité royale?un État théocratique, soustrait à l'autorité royale? N'a-t-N'a-t- elle pas accumulé des richesses imposanteselle pas accumulé des richesses imposantes aux dépens de l'État et du royaume, comme le montrent ses constants litiges avec les autres ordres religieux et certains évêques, notamment du fait qu'elle prétendait ne pas payer de dîme sus ses terres? N'entretient-elle pas plusieursN'entretient-elle pas plusieurs imprimeries, d'où a pu se propager une bonne part de laimprimeries, d'où a pu se propager une bonne part de la littérature séditieuse?littérature séditieuse? Ce faisceau d'accusations, à défaut de preuves matérielles convaincantes, suffit à faire des jésuites les instigateurs de l'émeute de 1766émeute de 1766. À ce comportement subversif, un seul remède: l'expulsion pure et simple d'Espagne, suivant l'exemple donné par le Portugal en 1759 et la France en 1764. En signant la Pragmatique du 2 avril 1767Pragmatique du 2 avril 1767, le roi ratifie la proposition de Campomanes, entérinée par le Conseil extraordinaire.” Campomanes était ministre des Finances (1760) et fiscal du Conseil de Castille (1762), ministre aussi de Charles IV en 1788. C'est un des principaux éclairés espagnols. La Compagnie de JésusCompagnie de Jésus était créée au XVIème siècle; ses membre professent les vœux de pauvreté, chasteté et d’obéissance, et aussi prononcent un quatrième vœuun quatrième vœu qui leur est proprepropre, celui de l'obéissance spéciale au Papel'obéissance spéciale au Pape en ce qui concerne les missionsmissionsLa révolte contre Esquilacherévolte contre Esquilache Est un ensemble de révoltes qui eurent lieu à Madrid et d'autres villes d'Espagne en 1766. La crise se déclench après la publication d'un règlement municipal sur lesrèglement municipal sur les vêtements des madrilènesvêtements des madrilènes, mais les causes sont la récurrence des disettesrécurrence des disettes des hausses de prix des produits dehausses de prix des produits de première nécessitépremière nécessité et le rejet desrejet des ministres étrangers de Charles IIIministres étrangers de Charles III par la population espagnole. La révolte se conclut par l'éloignementéloignement Voici un textetexte historiographiquehistoriographique.
  11. 11. “Les réformateurs n'aiment guère le clergé régulierLes réformateurs n'aiment guère le clergé régulier sur lequel ils n'ont aucune prise. Ils le voient soumis à une puissance étrangère. La Compagnie de JésusLa Compagnie de Jésus, surtout, suscitesuscite leur méfianceleur méfiance à cause du voeu d'obéissance aveugle au pape. Ils ont tendance à s'exagérer son influence dans l'Étatson influence dans l'État -le confesseur du roi est souvent un jésuite-, dans la société -en raison de leur place dans l'enseignementleur place dans l'enseignement- et en Amériqueet en Amérique -les missions du Paraguay, par exemple, forment un territoire immense sur lequel les jésuites exercent une autorité jugée incompatible avec celle du roi. Des considérations analogues avaient déjà conduit Choiseul à obtenier de Louis XV, en 1764, la dissolution de la Compagnie de Jésus, mais les jésuites français avaient été autorisés à rester dans le royaume à titre privé. En 1767, l'Espagne vaEn 1767, l'Espagne va plus loin. C'est l'émeute de l'année précédente contre Esquilache qui fournit le prétexte.plus loin. C'est l'émeute de l'année précédente contre Esquilache qui fournit le prétexte. L'affaire a longtemps paru mystérieuse. On attribuait l'expulsion des jésuites à des puissances occultes -la francmaçonnerie- et au comte d'Aranda qu'on tenait pour franc- maçon et pour voltairien. (…) Aranda, qui du reste, n'était franc-maçon ni voltairien, n'est pour rien dans l'expulsion dont le véritable inspirateur est Campomanesle véritable inspirateur est Campomanes.” Source: Joseph Pérez: Histoire de l'Espagne. Goya: “LarévoltecontreEsquilache”“LarévoltecontreEsquilache”
  12. 12. “Simultanément, le Conseil de Castille était le théâtre d'un débat virulent, qui recoupait sur plus d'un point les textes promulgués en matière de politique agrairepolitique agraire. Dès 1764, une plainte formulée par les villes d'Estrémadure avait été le point de départ d'une offensiveoffensive contre les privilèges séculaires de lacontre les privilèges séculaires de la MestaMesta. Leurs arguments ne manquaient pas de poids: c'est précisément au cours des années 1760-1780 que les effectifs des troupeaux transhumants, dépassant pour la première fois 5 millions de têtes, atteignent leur maximum historique. Leur séjour hivernal, qui se fait pour une grande part en Estrémadure, y exige des pâturages de plus en plus étendus, au détriment des cultures et de l'élevage sédentere. D'où la double requête formulée par les oligarchies urbaines de la région: libération du loyer des dehesas louées par les éleveurs transhumants, autorisation de la mise en culture -a labor- des dehesas a pasto exclusivement destinées au pâturage en vertu du privilège de “possession”. Ces revendications sont à l'origine de la loi prévoyant laloi prévoyant la repartition des terres municipalesrepartition des terres municipales, mais elles vont bien au-delà. En demandant au souverain de “corriger les abus des éleveurs transhumants”, elles attaquent de front un corps privilégié, vieux de cinq siècles, dont la puissance est grande à Madrid. (…) En 1786,En 1786, un décret abolit le droit de “possession” de laun décret abolit le droit de “possession” de la MestaMesta sur les pâturages occupés par sessur les pâturages occupés par ses troupeauxtroupeaux. [La Mesta sera définitivement abolie en 1836]. (…) L'ambition des ministres “éclairés”des ministres “éclairés” va plus loin encore: au-delà des mesures législatives appelées par les circonstances, ils manifestent le désir d'apporter une solutionmanifestent le désir d'apporter une solution globale à la crise structurelle qui paralyse les progrès de l'agricultureglobale à la crise structurelle qui paralyse les progrès de l'agriculture. (…) JovellanosJovellanos mit lui-même plusieurs années à achever son fameux Informe sobre la ley agrariaInforme sobre la ley agraria, publié, publié en 1795en 1795 (…) il sera une référence inévitable à l'appui des grandes desamortizaciones du XIXe .” Source: Bartolomé Bennassar: Histoire des espagnols.
  13. 13. Les problèmes de l'Espagne contemporaine, enracinés du XVIIIème siècle Problème politique: réforme /vs/ tradition Problème agraire Influence de la religion Problème politique: centralisation /vs/ “autonomie” Retard de développement économique Faible production manufacturière
  14. 14. Les Lumières en Espagne avec Charles III Un bilanUn bilan Le pouvoir absolu se renforceLe pouvoir absolu se renforce: les Cortès en sont convoqués qu'une fois au cours du règne, en 1760 L'esprit régalienesprit régalien se manifeste dans la lutte de Charles III contre Rome L'amélioration des financesamélioration des finances permet de moderniser l'armée et la flotte... Mais le projet de réforme fiscale, qui visait à établir un impôt général, n'aboutit pas Un réseau routier étoilé est construit à partir de Madrid et des manufactures royalesdes manufactures royales sont établies autour de Madridsont établies autour de Madrid, en Andalousie, à Valence, en Galice et en Catalogne Abolition du monopole duAbolition du monopole du commerce colonialcommerce colonial détenu par Cadix, en 1778 La réforme desLa réforme des latifundialatifundia estest abandonnéeabandonnée et la dénonciation de l'Inquisition reste incantatoire. Les structures socialesLes structures sociales emeurent bloquéesemeurent bloquées. La paysannerie est parmi Les plus pauvres d'Europe

×