RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK

7 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
7
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
0
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

RAPPORT 2 ÈME SEMESTRE OK

  1. 1. Rapport de stage FLPPP114 ou FLPPP125 Conséquences de l'activité Physique Adaptée sur des patients porteurs d'une maladie chronique: le Cancer Licence 3 STAPS « Activités Physiques Adaptées et Santé » Présenté par EIRAUDO Yann Lieu du stage Institut Paoli-Calmettes Responsable de stage RAPHAEL Alexia, ARNAULT Yolande 1
  2. 2. SOMMAIRE REMERCIEMENTS 1 INTRODUCTION GÉNÉRALE (Intérêts et particularités du stage) P - 4 2 PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE D'ACCUEIL P - 5 2.1 Identité et objectif (s) de la structure 2.2 Spécificité de l'encadrement du stage P - 7 2.3 Matériels pour l'intervention en A.P.A.S P - 8 3 PRÉSENTATION DU PROJET P - 9 3.1 Présentation détaillée du groupe d'usagers 3.2 Finalité (s) pour l'usager / Objectif(s)pour l'intervenant du projet P - 10 3.3 Choix et justification du, des support (s) d'intervention P - 12 3.4 Modalités d'évaluation P - 15 4 PRÉSENTATION DU CONTENU DE L'INTERVENTION P - 17 4.1 Séances détaillées 4.2 Résultats détaillés P - 20 5 BILAN / DISCUSSION P - 24 5.1 Par rapport aux objectifs / finalités 5.2 Par rapport au vécu personnel 6 CONCLUSION : APPORTS ET PERSPECTIVES DU STAGE P - 25 7 BIBLIOGRAPHIE P - 26 8 ANNEXES P - 27 2
  3. 3. REMERCIEMENTS Tout d’abord, je tens à remercier Brice POURET qui est très actf au sein de l'associaton Mars A.P.A.S et qui m'a permis d'être en contact avec l'insttut Paoli-Calmetes et m'a également aidé à intégrer l'établissement. Je tiens aussi à remercier toute l'équipe de l’IPC, tout particulièrement les psychologues RAPHAEL Alexia et ARNAULT Yolande, tutrice de mon stage, mais également tout le personnel médical de l’Institut (médecins, infirmiers, psychologues) qui m'ont aidé à réaliser ce stage dans de bonnes conditions et qui nous octroient un crédit absolu dans nos interventions. Je remercie également tous les patients pour leur confiance dans mes interventions d'activités Physiques adaptées. 3
  4. 4. 1 INTRODUCTION GÉNÉRALE (Intérêts et particularités du stage) Avant d'énoncer les intérêts et les particularités de mon stage de ce second semestre, il est nécessaire d'évoquer les raisons qui m'ont amené à m'orienter dans le secteur médical et plus particulièrement l’oncologie. Aujourd'hui, le cancer représente la première cause de mortalité en France, soit environ 145000 décès par an, devant les pathologies cardiovasculaires. On dénombre plus de décès chez les hommes que chez les femmes, soit un tiers pour la population masculine et un quart pour la population féminine. Les personnes âgées sont les plus ateintes, cependant cete maladie touche également les enfants (20% des décès) entre 1an et 14 ans. Les causes sont diverses, (vieillissement de la population, dépistage, causes environnementales). Même si l'on peut noter la diminution de ce fléau, il n'en reste pas moins que son incidence a augmenté de 60% entre 1980 et 2000. Dans l'ordre chronologique, les plus dévastateurs sont : le cancer du sein, le cancer de la prostate, le cancer du côlon, celui du rectum et du poumon, mais il y en a beaucoup d'autres. (Source INSERM : Institut National de la santé et de la recherche Médicale). L'objet de ce rapport de stage concernera les personnes ateintes de leucémie dont le lieu de mon intervention se situe au 4èm étage de l'Institut Paoli-Calmetes (service hématologie). Les hémopathies malignes regroupent un ensemble de cancers des cellules sanguines. Parmi ces derniers, on en distingue différents types : Les différents types de cancers des cellules sanguines (Hématopoïétique) Leucémies aiguës Lymphoblastiques Leucémies aiguës Myéloïdes (LAM) Leucémies lymphoïdes chroniques (LLC) Leucémie myéloïdes chroniques (LMC) Syndrome myélodysplasiques Les lymphomes Touche les lymphocytes (globules blancs) système immunitaire Touche autres cellules fabriquées par la moelle osseuse (globules rouges, plaquetes et autres globules blancs que les lymphocytes. Cellules malignes (lymphocytes B dans 95 %) Les modifications du chromosome 22 (appelé chromosome Philadelphie) sont responsables de la maladie dysfonctionnement de l’hématopoïèse (fabrication des diverses lignées sanguines), prolifération maligne de cellules lymphoïdes et réticulaires Source cancer environnement Le cancer nous concerne tous de près ou de loin. De nos jours, qui ne connaît pas quelqu'un qui se bat contre cete maladie? (un proche, un ami ...). La particularité de mon stage consiste à me confronter à cete maladie et à partager le bénéfice de 4
  5. 5. mes compétences acquises depuis des années à ce public pour aider l'équipe pluridisciplinaire et contribuer au bien-être des patients au travers de mes interventions en A.P.A.S. La constatation actuelle du manque de prise en charge de l'activité physique adaptée au sein des établissements médicaux spécialisés dans le cancer (hôpitaux, cliniques, Instituts) pousse à réfléchir sur l'importance et la nécessité des A.P.A.S à intégrer ce milieu. Réf. Étude de l'action 8.6 du plan cancer 3 « 2007/2011 » (voir annexe 1) Il ne laisse aucun doute sur l’efficacité de l'activité physique sur les malades. L’intérêt de ce stage est donc de proposer une prise en charge qui se démarque de ce qui est proposé essentiellement par les kinésithérapeutes: soumetre des évaluations adaptées, prendre en charge le patient dans sa globalité (réadaptation, rééducation, réhabilitation) et être en conformité avec le travail de l'équipe pluridisciplinaire pour œuvrer dans le même sens. 2 PRÉSENTATION DE LA STRUCTURE D'ACCUEIL 2.1 Identité et objectif (s) de la structure Histoire : 1923 Ouverture d'un institut pour l'étude du cancer à Marseille 1925 Le Centre anticancéreux voit le jour 1927 Regroupement de l'activité à Sainte-Marguerite 1947 Centre reconnu d'utilité public L'institut couvre 6 départements : Bouches du Rhône, Les Alpes De Hautes Provence, Le Var, La Corse et les Hautes-Alpes 1969 L'actuel bâtiment principal ouvre ses portes 1974 Il prend le nom d'Institut Paoli-Calmete (Hommage au Pr Jean Paoli et infirmière Irènes Calmetes) Depuis l'institut ne cesse de se développer Statut : L’Institut Paoli-Calmetes est une structure privée à but non lucratif et d'intérêt collectif (ESPIC) régie par le Code de Santé Publique. Comme tous les CLCC (Centres de lute contre le Cancer) français, il est régi par les articles du Code de la Santé Publique (article L6162-1), et par conséquent, il peut recevoir des dons et des legs. Missions de l'Institut Paoli-Calmettes : Prévention et dépistage du cancer Prise en charge des patients au plan diagnostic et clinique Recherche des aspects diagnostiques et thérapeutiques de la pathologie cancéreuse L'enseignement et la formation continue en cancérologie 5
  6. 6. Les conseils, comités et commissions: Le conseil d'administration (CA) est présidé par le préfet du département : Ses administrateurs sont : le Doyen de la faculté de médecine, le Directeur général du CHU de ratachement 1 représentant de l’INCA, 1 représentant du Conseil Economique et Social régional, 4 personnes qualifiées, 2 représentants des usagers, 4 représentants du personnel. Choix stratégiques et financiers de l'institut projet d’établissement, rapport financier, budget annuel prévisionnel, politique d’investissements, politique de gestion de la qualité et des risques. L'IPC en chiffres (Chiffres clés 2014) Budget 164 Millions d’Euros exploitation 27 Millions d’Euros investissement Lits Ouverts Hospitalisation complète:228 lits Moyens Humains 1407professionnels au 31 décembre 2014 Alternatives Hôpital de jour médical:63 places Hospitalisation à domicile:20 places Les Patients Âge moyen : 62 ans % patients ≥ 70 ans : 32 % Provenance 27 % Marseille 28% Bouches-du-R (hors Marseille) 45% Autres Hospitalisations 13 895 admissions en hospitalisation complète 28 885 séjours en hôpitaux de jour 78 970 consultations à l'IPC 5 115 consultations hors IPC 2 190 admissions en HAD Soins En Chiffres 33 850 chimiothérapies 40 755 séances de radiothérapie 3 410 séjours de chirurgie 325 greffes de moelle et de cellules souches 385 prélèvements par cytaphérèse Activité dépistage 2 680 consultations 6 615 tests réalisés Activité De Recherche 320 publications internationales indexées 244 essais recherche biomédicale 21 115 échantillons traités au CTCG (Thérapie Cellulaire et Génique) pour la recherche biomédicale 120 920 échantil stockés au CTCG 6
  7. 7. Finances En 2014, les charges étaient de 164,4 millions d'euros, les recetes de 157,5 millions d'euros, soit 7 millions d'euros de plus qu'en 2013. Projet d'établissement Les chances de guérison Égalité des Chances Aider les patients à être acteur Les compétences d'un enseignant en APAS vont dans le sens du projet d'établissement 2.2 Spécificité de l'encadrement du stage Hygiène La spécificité de ce stage réside du fait des interventions spécifiques en chambre aseptisée. Effectivement les APAS sont dispensés dans des chambres dépourvues de microbes avec différents niveaux de vigilance en termes de protection. Il est nécessaire de se munir d'une charlote, d'un masque, de sur chausses (parfois 2 paires selon les patients), d'une blouse (parfois sur blouse et tablier de protection) puis des gants en plastic fin. Autrement dit, l'hygiène est de rigueur car le système immunitaire des malades est quasi inexistant. Le niveau de vigilance est dû à la réduction du nombre de globules blancs matures (leucopénie). Cete diminution augmente le risque d'infection. La transmission d'un germe à l'un des porteurs de la maladie serait dramatique. Je suis donc dans l'obligation de changer de sur chausses, de gants et de tablier de protection pour chaque patient visité. Interventions Mes interventions ont lieu le mardi après-midi (4 heures) ainsi que le jeudi matin (4 Heures) en autonomie totale. Nous nous sommes organisés, Brice et moi, pour avoir les mêmes patients une fois par semaine afin que ces derniers bénéficient de 2 séances d'APAS par semaine. Nous avons trouvé judicieux et beaucoup plus intéressant de dispenser 2 séances par semaine à un groupe de patient, d'une part pour qu'ils ressentent vraiment les bienfaits du travail que l'on effectue avec eux et d'autre part, pour avoir les résultats le plus pertinents possible en terme d'évaluations. Ces résultats serons communs. En ce qui me concerne, je verrai nos patients le mardi après-midi et Brice les le jeudi matin. Ce travail s'effectuera sur des patients souffrant de leucémies et hospitalisés à l'unité de greffe au 4ème étage. Le cycle de prise en charge s'étendra sur deux mois. Rendre compte Nous devons informer la chef de service et les psychologues des patients que nous suivons. Parfois, il arrive que les psychologues nous préconisent de nous intéresser à certains patients ayant un niveau de dépression et de fatigue importants pour les soutenir et essayer de les mobiliser physiquement. 7
  8. 8. 2.3 Matériels pour l'intervention en A.P.A.S A l'heure actuelle, l'institut Paoli-Calmetes ne dispose pas de salle dédiée à l'activité physique et ne possède pas de matériels adaptés. De plus, la problématique à l'institut est que chaque matériel doit être aseptisé, ce qui ne facilite pas son acquisition, atendu qu’il en faudrait pour chaque patient. Pour pallier cete situation, nous proposons au malade d'investir dans son propre matériel, ce qu'il accepte volontiers. La sécurité est primordiale et nous ne pouvons pas nous permetre de risquer une transmission de germes aux patients. Voici la liste du matériel minimum Matériels Élastique Altère Ballon en mousse Body stat =Impédance mètre Permet l'analyse de compositon corporelle en quelques secondes : Masse grasse Masse maigre Masse hydrique totale Métabolisme de base Besoins énergétques Les mesures sont efectuées patent allongé, les électrodes autocollantes étant fxées sur les mains et les pieds. Le body stat aurait pu être un bon indicateur pour surveiller la masse maigre, malheureusement je n'ai pas réussi à m'en procurer un. Dans les chambres nous disposons également d’oxymètre. L’oxymètre est un appareil très intéressant pour nos interventions, car c’est un appareil qui permet la mesure de la concentration en oxygène moléculaire dans un mélange gazeux ou dans un liquide. En oncologie, nous ne devons pas dépasser un taux de saturation en oxygène de 95 selon les infir- mières. Régulièrement, pendant les séances, nous contrôlons donc la saturation. Ainsi, avec l’échelle de Borg et l’oxymètre, nous avons des indicateurs qui nous permetent d’arrêter la séance si néces- saire. 8
  9. 9. 3 PRÉSENTATION DU PROJET 3.1 Présentation détaillée du groupe d'usagers Nous avons choisi 4 patients d'âges différents ayant les meilleurs résultats des évaluations réalisées. Monsieur R 31 ans mesure 176 cm, son IMC est de 25.8. Il pèse 80 kilos et sur sa fiche médicale est mentionné : état psychologique: bon moral. On lui a diagnostiqué le 01/05/2014 un myélome multiple stade 3 osseux. 78% de plasmocytes médullaires. Une fracture au niveau de T7 avec kyphoplasitie a été constatée le 27/05/2014. Le 12/09/14 autogreffe après melphalan. Une rechute biologique apparaît en juin 2015. Très motivé pour une prise en charge en APAS. Monsieur B. 22 ans mesure 172 cm, son IMC est de 22.33. Il pèse 66kilos et sur sa fiche médicale est mentionné : état psychologique : souriant et bon moral. Il a reçu une allogreffe genoïde (sœur) sur LA. Il va bien, pas de diarrhées ni douleurs. Examen cardio pulmonaire normal. Très motivé pour une prise en charge en APAS. Monsieur F. 71 ans mesure 173cm, son IMC EST DE 26.6. Il pèse 80kilos et sur sa fiche médicale est mentionné : état psychologique : bon moral mais patient anxieux par rapport à la greffe. On lui a diagnostiqué un lymphome du manteau en mars 2014. En février 2015 il y a une progression sus et sous diaphragmatique. En mars 2015 mise en place d'un traitement. Très motivé pour une prise en charge en APAS. Monsieur S 75 ans mesure 174cm , son IMC est de 25.82. Il pèse 78 kilos et sur sa fiche médicale est mentionné: bon moral mais révèle la présence de douleur lombaire. 9
  10. 10. 3.2Finalité(s) pour l'usager/Objectif(s) pour l'intervenant du projet Finalités pour les usagers L'activité physique «Pilule magique» FINALITÉS POUR L'USAGER RÉFÉRENCE Amélioration de la qualité de vie BICEGO 2009Amélioration de l'estime de soi Diminution de la fatigue 30% Diminution de l'anxiété INSERM 2008 Diminution de la dépression Réduction du risque de rechute 50% IRWIN 2008 ; HOLMES 2005; PIERCE 2007.... La finalité pour les usagers est de répondre à tous ces paramètres et empêcher le déconditionnement, lutter contre la sédentarité, limiter la fonte musculaire...mais aussi permettre l'acquisition de compétences (reproduction des exercices en autonomie). Effectivement, à chaque séance, des exercices reproductibles et simples sont présentés aux patients afin qu'ils puissent les reproduire en autonomie ; Ainsi, ils augmenteront leur niveau d'activité physique et optimiseront le travail effectué ensemble. Une formation en Education Thérapeutique du patient (ETP) est prévue pour parachever ma formation et ainsi aider au mieux l'équipe pluridisciplinaire et à contribuer au bien-être du patient. 10
  11. 11. Objectifs pour l'intervenant L'objectif général est de dispenser des APAS à un public spécifique, souffrant de maladie chronique « Cancer hématopoïétique (cancer du sang, « leucémie »). L'objectif est donc d'intégrer l'institut Paoli-Calmettes, de collaborer ensemble, de pouvoir mettre tout mon savoir au service des patients et montrer la nécessité de l'intervention de la filière APAS; mais surtout d'évaluer l'impact de l'activité physique sur la maladie. Mes sous objectifs sont : 1 Limiter la Fonte musculaire Par un travail musculaire Spécifique 2 Lutter contre la sédentarité 3 redécouverte de leurs capacités, 4 Évacuer tensions et stress accumulés Leurs pathologies, les traitements lourds et leur confinement dans des espaces restreints, entraîne pour les patients une fonte musculaire importante. L'objectif étant de limiter ce processus, les évaluations permetront de vérifier si nous sommes sur une perte, un maintien ou une amélioration de la masse musculaire après la pratique d'une activité adaptée. Les patients sont dans une boucle de déconditionnement. Le diagnostic de la maladie et le niveau de fatigue y sont pour beaucoup ! Un des objectifs de l'enseignant d'APAS est d'enrailler ce phénomène. Il est nécessaire de montrer aux pa tients leur potentialité, leur capacité à pratiquer une APA (Activité physique adaptée) et ainsi leur redonner confiance en eux (estime de soi). Le choc psychologique provoqué par la maladie est trauma tisant, choquant et entraîne un grand niveau d'anxiété et de stress chez les patients. L'ac tivité physique répond à cete angoisse et aide les patients à affronter le diagnostic et la maladie. Pour ce dossier, je développerai un objectif : la limitation de la fonte musculaire. Nous verrons les techniques d’hypertrophies (volume musculaire) dans le choix et justification des supports d'intervention. Dans les séances détaillées, nous mettrons ces techniques en application avec une adaptation car le 10 x 10 ou 10 x 12 est trop intense lorsque l'on est en aplasie. Le but étant de s'en rapprocher dans la mesure du possible. Les patients sont présents deux mois, ce qui nous laisse le temps d’effectuer un cycle d’hypertrophie. 11
  12. 12. 3.3 Choix et justification du, des support(s) d'intervention Les personnes souffrant de cancers (pathologies chroniques) ont besoin de se rassurer sur leurs capacités physiques et la gymnastique douce va dans ce sens de par son accessibilité. C'est une activité physique qui n'est pas traumatisante et qui est tout à fait appropriée. Des exercices de renforcement musculaire (se rapprocher de la méthode 10 x 8, 9,10, 11, ou 12 répétitions) et de souplesse (stretching) seront proposés. Le choix de l'activité physique doit être modéré car les patients ont une fatigabilité précoce (essoufement, accélération du rythme cardiaque dû à une diminution du nombre de globules rouges dans le sang (anémie) Le rôle des globules rouges est essentiel pour le transport de l'oxygène des poumons vers les tissus. Ce phénomène est normal mais doit être pris en considération. Titulaire d'un D.E.U.S.T Métiers De La FORME de l'université Claude Bernard (Lyon1) depuis plus de 12ans, je maîtrise bien ce support d'intervention. Très à l'écoute des besoins des personnes, j'ai pu adapter les activités sportives à leurs capacités et ainsi leur donner un sens, développer des savoirs sur les pratiques physiques comme travailler la proprioception, l'équilibration (contrôle postural), mais aussi de la réadaptation fonctionnelle (équilibre agoniste antagoniste, hypertonie musculaire,...) dût à certains traumatismes sans oublier la remise en forme). Au-delà du fait que la gymnastique douce rassure les patients et les aide à redécouvrir leurs capacités physiques, il est plus prudent de choisir une activité que nous pouvons exercer en toute sécurité dans un espace restreint. La gymnastique douce peut également se pratiquer avec du petit matériel peu onéreux. Cela a toute son importance lorsque l'on connaît les précautions à prendre en termes d'hygiène. L'accessibilité des prix permet à tous les patients d'avoir leur propre matériel rapidement et d'éviter ainsi les risques de contamination par des germes et microbes extérieurs. Ce sont enfin des gymnastiques qui respectent notre anatomie quand nous connaissons le corps humain. 12
  13. 13. LES DIFFERENTES INTENSITÉS DE TRAVAIL EN MUSCULATION (Annexe 4) ENDURANCE 12 à 20 répétitions FORCE 1 à 6 répétitions EXPLOSIVITE 5à 6 répétitions VOLUME 8 à 10 répétitions Intensité 12 reps = 70% de RM Intensité 15 reps = 65% de RM Intensité 20 reps = 60% de RM Intensité 3 reps = 93% de RM Intensité 6 reps = 85% de RM Intensité 80% de RM Intensité 8 reps = 78% de RM Intensité 10 reps = 73% de RM Adaptation patients IPC Travail poids de corps Petit matériel Pourquoi choisir du (10 x 8, 9, 10, 11, ou 12 répétitions) avec 45 à 90 seconde de repos : = Pour répondre à la fonte musculaire. Pour pouvoir faire de la masse musculaire, il faut en théorie faire 10 séries de 8 à 12 répétions avec 45 seconde à 90 secondes de repos entre les séries mais, étant donné la population, il est nécessaire d'adapter le programme et de prendre le temps de récupération et le nombre de répétitions le plus adaptées possible. Avant de justfer mes choix nous allons voir les diférentes formes d'hypertrophies musculaires. LES DIFFÉRENTES FORMES D'HYPERTROPHIES MUSCULAIRES Hypertrophie musculaire myofibrillaire Hypertrophie musculaire sarcoplasmique Hypertrophie = ↗ des myofibrilles. Muscles composés de fibres musculaires à leur tour composées de myofibrilles. Myofibrilles = Parties contractiles des muscles. Informations de raccourcissement envoyée aux myofibrilles = contraction musculaire. But : Déchirer des fibres M, créer des micros traumatismes. → reconstitution + dense + nombreuse Sarcoplasme = source de fluide & énergie entourant myofibrilles. Composé d'ATP, glycogène, créatine ph et d'eau. Effort anaérobie → muscle puise énergie sarcoplasme. →Surcompensation des réserves d'ATP ou glycogène. Normalement 60 à 75% de 1RM Adaptations Patients IPC 1) Nombre de répétitions 10(Respectées). 2) Temps de récupération 90 s (Respectées). Nombre de séries par groupe musculaire (2) Pas respectées). ↗ de la taille des vaisseaux sanguin peut être inclus dans l'hypertrophie musculaire sarcoplasmique Source www.ultimeathlete.com Pour les patients de l'IPC, nous essayerons de nous rapprocher au mieux de la méthode de travail adéquate à l’hypertrophie musculaire sarcoplasmique et à celle de l’hypertrophie vasculaire qui est une augmentation de l’afux sanguin en nombre et taille-vasodilatation-des capillaires périphériques, c’est que l’on appelle la congestion. 13
  14. 14. 1) Justification du nombre de répétitions : Le nombre de répétitions a été déterminé d'une part pour rester dans l'objectif d'une hypertrophie sarcoplasmique car le nombre de répétitions doit se situer entre 10 et 15 (Source mécanismes et méthodes d'hypertrophie: le jeune Aurélien CESA 2012); d'autre part en me basant sur la fréquence cardiaque du patient et de son taux de saturation en oxygène (Voir figure 1 ci-dessous). J'ai choisi de tester ces deux paramètres sur l'exercice le plus sollicitant de mon programme d'intervention, c'est à dire un exercice des membres inférieurs. J'ai volontairement choisi de travailler les muscles mono articulaires pour ne pas solliciter entièrement les muscles des cuisses et épuiser le patient. Cet exercice a été proposé dans deux positions différentes : en position assise puis en position allongée. L'objectif était de voir si le patient récupère mieux dans une position plutôt que dans l'autre. (FC). 2) Justification du temps de récupération Pour un travail de volume musculaire le temps de récupération doit se situer entre 45 et 90 secondes. Un temps de repos modéré (45, 90 s) permet de fatiguer le muscle tout en permetant d’utiliser normalement des poids assez lourds pour endommager les tissus musculaires et démarrer le processus de croissance musculaire. Pour mes patients nous ne travaillerons pas à 73% de RM car leur condition physique ne le permet pas. De plus nous prendrons le temps maximum de récupération (90s). 3) Justification du nombre de séries par groupes musculaires J'ai décidé de faire exécuter 2 séries de 10 répétitions aux patients pour essayer au mieux de réaliser tous les exercices prévus dans leur séance. Dans le cas où ils sont trop fatigués, je préconise de finir les exercices dans la journée en leur laissant un support visuel. Je leurs conseille également de reproduire les exercices les jours où je ne suis pas là. 4) Justification de la vitesse d'exercice Les exercices doivent être exécutés à différentes vitesses, selon le type d’entraînement : Les entraînements lourds et très lourds sont fait de manière explosive, afin de permetre l'utilisation de la charge la plus lourde possible et ainsi de stimuler au mieux le système nerveux et les muscles. Les entraînements plus légers qui sont ceux concernés dans mes interventions se pratiquent de façon plus lente et contrôlée. L'idéal est que la série d’exercices dure 45 secondes, soit 4 secondes pour une répétition. (Source comment-vite-se-muscler.com). Les temps courts de récupération permetent de garder le sang dans la partie sollicité (Vascularisation). 14
  15. 15. 3.4 Modalités d'évaluation Avant de proposer des activités physiques à un patient présentant une pathologie chronique (cancer) il est nécessaire d'évaluer ses capacités physiques et motrices avec des tests validés, mais aussi parfois modifiés pour une adaptabilité parfaite. Les résultats obtenus nous permetrons en complément d'un questionnaire (ISP6B Inventaire du soi physique) et d'un entretien (état des lieux, pathologies associées) d’adapter son activité physique en fonction de ses besoins et de ses capacités. De plus il faut se procurer un certificat médical certifiant que le patient peut pratiquer une activité physique et consulter l'équipe pluridisciplinaire pour avoir également des informations sur l'état général du patient avant chaque intervention, car son état se dégrade vite d'un jour à l'autre. J'ai également accès à la fiche d'hospitalisation de chaque patient et de ce fait je connais exactement le type de cancer du sang qu’il a. Le but est d'avoir le maximum d'informations pour une prise en charge de qualité. Les évaluations ont lieu toujours à la même heure et dans les mêmes conditions. 3. Évaluation Unité de Greffe Δ Bilan entretien * Connaissance du dossier du patient, état des lieux, pathologies associées Δ Questionnaires Psychologiques * ISP6B (Annexe2) Validation : Ninot et al. (2006) Δ Test Up and go version endurance modifié 30'; 45'; 1' ; 1,30 etc … max 3' (Annexe4) Échelle de Borg, oxymètre Échelle analogique de douleur *Performances psychomotrices mesurées : * Puissance aérobie * Endurance aérobie * Membres inférieurs * Équilibration-proprioception * Coordination *Pour le time up and go test nous avons évalué 4 personnes. Voici les modifications du test :Les patients doivent se lever de leur fauteuil, avancer sur une distance de 3 mètres, faire demi-tour et se rasseoir. Ils doivent faire ceci autant de fois que possible pendant un temps maximal de 3 minutes, sachant que nous leur demandons de s'arrêter au premier signe de fatigue .Une fois l'exercice terminé, nous comptons le nombre de fois où ils se sont assis. Dans tous les cas, l'important pour nous est d'amener ces personnes au mieux de leur capacité, à l'instant T. 15
  16. 16. Parmi quatre patients sélectionnés qui avaient fait un test à leur entrée et à leur sortie, deux n’ont pratiqué aucune activité physique, le but de ces tests étant d’évaluer leur état physique à l’entrée puis de mesurer à la suite d’un traitement médical (chimiothérapies, greffes) le degré de leur dégradation physique. Les deux autres ont pratiqué une activité physique adaptée à raison de 2 séances par semaine pendant un mois en leur demandant de reproduire ces exercices au moins une fois par jour pour augmenter le niveau d'AP afin d’obtenir un résultat optimal. Nous comptons ainsi obtenir un niveau d’altération physique inférieur concernant les deux sujets ayant pratiqué une activité physique. Les données vous seront exposées dans les résultats détaillés. * L'ISP6B Inventaire du soi physique L’estime de soi peut être appréciée de manière globale (conception unidimensionnelle), soit en prenant en compte différentes sous dimensions (conception multidimensionnelle); les résultats correspondant alors au type d’estime de soi considéré. L’ISP-6 a été validé par Ninot et al. (2001) ; il est une adaptation en français du Physical Self-Perception Profile (PSPP) de Fox et Corbin ; il est particulièrement approprié pour mesurer les états. L’ISP-6 est composé de six items mesurant six dimensions organisées de manière hiérarchique, l’estime globale de soi, la valeur physique perçue, la condition physique, la compétence sportive, l’apparence physique et la force. La mesure s’effectue à l’aide d’une échelle visuelle analogique (EVA) de 10,0 cm allant de «pas du tout» à «tout à fait». L’EVA apparaît comme la modalité la plus judicieuse pour éviter les effets d’apprentissage et de mémorisation et se prête à des mesures répétées (Huskisson, 1974). L’ISP-6 est un outil facile à administrer ; un choix bien approprié aux patients ayant un cancer. Nos quatre sujets ont renseigné à trois reprises l'inventaire (T0-T1-T2) à 20 jours d'intervalle; dans des conditions standardisées (même jour, heure, lieu et examinateur). Le questionnaire sera administré le mardi en début d'après-midi 14H30, 15h30, 16h00 et 16h30 pour le dernier patient dans leur propre chambre respective. Pour coter l’ISP-6, il faut mesurer la distance entre le début de la ligne horizontale et la marque, et on atribue cete distance comme score à l’énoncé considéré. Pour l'ensemble des patients soumis à des tests et à des questionnaires il y avait une évaluation T0 (entrée), T1(évaluation intermédiaire), et T2 (évaluation de sortie). 16
  17. 17. 4 PRÉSENTATION DU CONTENU DE L'INTERVENTION Comme toute séance d'entraînement, je propose un échauffement (mobilisation articulaire), un corps de séance (exercices de renforcement musculaire de chaque groupe musculaire ciblé) et un retour au calme (stretching sur les groupes musculaires sollicités). Pendant ces interventions, régulièrement je me sers de l'échelle analogique de douleur (1 à 10). Je demande au patient à quel niveau de douleur il se situe. Je me sers également de l'échelle de Borg pour m'informer où le patient se situe en terme de ressenti de l'effort. La durée et l'intensité de la séance augmente petit à petit. La première séance dure généralement 15 minutes et peu évoluer jusqu'à 30 minutes max échauffement inclus, selon le niveau de forme du patient. Malheureusement, pour la fréquence je ne peux intervenir que 2 fois par semaine seulement, ce qui limite la progression en termes de fréquence. Des consignes et une fiche d'exercices est laissée aux patients enfin qu'ils puissent les reproduire. 4 1 Séances détaillées GYMNASTIQUE DOUCE AVEC PETIT MATÉRIEL / COURS TYPE Échauffement L'échauffement commence toujours avec une mobilisation sur place de la tête: Faire des hochements, Inclinaisons latérales, rotations d'un côté puis de l'autre.... Parfois il est réalisé alité si le patient a des vertiges ou se sent mal. Dans tous les cas nous essayons de le mobiliser un minimum. L'échauffement continue généralement avec des déplacements dans la chambre tout en mobilisant les bras (par exemple le patient fera des biceps (flexions de bras) sans charge en se déplaçant dans toute la pièce, puis antépulsions, adductions (épaules) etc. Il peut y avoir des déplacements sur la pointe de pieds..... Le but de l'échauffement est d'élever la température corporelle, de préparer le corps à l’effort. En respectant les échauffements nous évitons certaines blessures que nous pourrions rencontrer si nous ne le faisions pas. En l’absence d’échauffement, le passage brutal de l’état de repos à l’effort peut provoquer des arythmies cardiaques, des déchirures musculaires et des traumatismes articulaires. Il est essentiel! Et dans ce contexte représente déjà un certain niveau d’effort. Je rappelle que les patients sont en aplasie. L'échauffement est de 10 minutes. 17
  18. 18. Corps de séance type numéro 1 Cuisses Travail segmentaire pectoraux Biceps Travail segmentaire Triceps Travail segmentaire 1 2 séries de 10 reps 90s de repos Muscle mono-articulaire 2 2 séries de 10 reps 90s de repos 3 2 séries de 10reps 90s repos 4 2 séries de 10 reps 90s de repos Consignes Se tenir bien droit Souffler sur l'extension Inspirer à la flexion Consignes Se tenir bien droit Monter les coudes parallèles au sol Inspirer puis souffler en pressant le ballon Consignes Position assis venir poser le coude sur la cuisse du même côté. Réaliser une flexion du bras puis retenir la descente. Souffler en montant. Consignes Se tenir bien droit, tenir le coude du bras qui tient l'altère. Fléchir le bras qui tient l'altère jusque derrière la nuque. Inspirer à la descente et souffler en montant Adaptations / variables Sans élastique Avec élastique 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Adaptations/ variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Adaptations/ Variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10. Venir chercher épaules opposées. Souffler à la monter, inspirer à la descente. Avec ou sans matériels Adaptations/ Variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10. Avec ou sans matériels Travail segmentaire préconisé Puise moins dans l'organisme Travail des 2 membres supérieurs mais pas trop intense Travail segmentaire Puise moins dans l'organisme Travail segmentaire Puise moins dans l'organisme Grands fessiers Travail segmentaire Moyens fessiers Travail segmentaire Abdominaux Mollets Travail segmentaire 5 2 séries de 10 reps 90s de repos 6 2 séries de 10 reps 90s de repos 7 2 séries de 10 reps 90s de repos 8 2 séries de 10 reps 90s de repos Consignes Serrer les abdos, jambe d’appui légèrement fléchie. Réaliser une extension de hanche. Souffler sur l'extension. Veiller à ne pas cambrer le dos. Consignes Serrer les abdos, jambe d'appui fléchie. Réaliser une abduction. Freiner bien la descente. Le dos reste droit. Consignes Assis sur la chaise ramener les genoux sur la poitrine en faisant une flexion du buste sur cuisses. Coordonner le mouvement. Souffler en montant les jambes. Consignes En appui sur une seule jambe, monter sur la pointe des pieds en soufflant. Freiner la descente sans reposer le talon au sol. Adaptations / variables Sans élastique Avec élastique 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Adaptations / variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Adaptations / variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Adaptations / variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Travail segmentaire préconisé Puise moins dans l'organisme Travail segmentaire préconisé Puise moins dans l'organisme Travail symétrique Travail segmentaire préconisé Puise moins dans l'organisme A la fin de la séance nous étirons tous les groupes musculaires sollicités en insistant sur le travail de respiration qui accompagne l'étirement. Le patient doit réussir à se détendre. Généralement nous essayons de nous coordonner avec la visite de la sophrologue, ceci dans un but de travail complémentaire. 18
  19. 19. Corps de séance type numéro 2 Cuisses Travail segmentaire pectoraux Biceps Travail segmentaire Triceps Travail segmentaire 1 2 séries de 10 reps 90' de repos 2 1 série de 10 reps 90' de repos 3 1 série de 10reps 90'repos 4 1 série de 10 reps 90' de repos Consignes Se tenir sur le dos et venir chercher derrière la cuisse avec les 2 mains. La nuque dans l'alignement du dos. Fixer la cuisse puis réaliser une extension de la jambe. Freiner la descente. Consignes Se tenir bien droit. Inspirer puis souffler en ramenant le bras tendu jusqu'au centre du bassin Consignes Une jambe devant, une jambe derrière largueur du bassin pour être stable. Bras le long du corps fixe. L’avant-bras vient toucher l’épaule. Souffler à la monter, inspirer à la descente. Consignes Dos droit, nuque dans l’alignement, bras le long du corps fixe. L’avant- bras monte jusqu’à un parfait alignement avec le bras. Les patients soufflent à la montée et inspire à la descente en retenant le mouvement. Adaptations / variables Sans élastique Avec élastique (Différents réglages) 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Adaptations/ variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Adaptations/ Variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10. Venir chercher épaules opposées. Souffler à la monter, inspirer à la descente. Avec ou sans matériels Adaptations/ Variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10. Avec ou sans matériels Travail segmentaire préconisé Puise moins dans l'organisme Travail segmentaire préconisé Puise moins dans l'organisme Travail segmentaire Puise moins dans l'organisme Travail segmentaire Puise moins dans l'organisme Grands fessiers Travail segmentaire Moyens fessiers Travail segmentaire DOS Mollets Travail segmentaire 5 1 série de 10 reps 90' de repos 6 1 série de 10 reps 90' de repos 7 1 série de 10 reps 90' de repos 8 1 série de 10 reps 90' de repos Consignes Serrer les abdos, EN appui sur un genou Réaliser une extension de hanche. Nuque dans l’alignement du dos. Souffler sur l'extension. Veiller à ne pas cambrer le dos. Consignes Serrer les abdos, Un genoux au sol. Réaliser une abduction. Freiner bien la descente. Le dos reste droit. Nuque dans l'alignement du dos. Consignes Debout se tenir bien droit, Faire rétro pulsion des bras. Essayer de ramener les omoplates proches l'une de l'autre. Inspirer sur la rétro pulsion. Consignes Assis dos droit. En appui sur un seule pied, monter sur la pointe des pieds en soufflant. Freiner la descente sans reposer le talon au sol. Adaptations / variables Sans élastique Avec élastique 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Adaptations / variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Adaptations / variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Adaptations / variables 1 série au lieu de 2 8 répétitions au lieu de 10 Travail segmentaire préconisé Puise moins dans l'organisme Travail segmentaire préconisé Puise moins dans l'organisme Travail symétrique Travail segmentaire préconisé Puise moins dans l'organisme A la fin de la séance, nous étirons tous les groupes musculaires sollicités en insistant sur le travail de respiration qui accompagne l'étirement. Le patient doit réussir à se détendre. Généralement nous essayons de nous coordonner avec la visite de la sophrologue, ceci dans un but de travail complémentaire. 19
  20. 20. Ces deux séances expliquées ci-dessus sont des exemples de programme type d'intervention. Il est fréquent que nous réalisions l'ensemble des exercices. J’essaie de leur faire faire l'exercice numéro 1 tout de suite après l'échauffement (2 séries) car c'est le plus coûteux en énergie et nous observons une fonte musculaire plus importante sur les membres inférieurs. Ensuite, nous essayons de faire une série de 10 répétitions seulement sur chaque groupe musculaire restant en marquant des pauses de 90 s. (Le temps de récupération a été choisi en fonction de la fatigabilité, la FC, et le contrôle de la saturation en oxygène).La progressivité voudrait que l'on tende vers des temps de récupération plus court (1'15'', 1'), de doubler tous les groupes musculaires et augmenter les charges, mais nous risquerions de ne pas finir le programme et de metre le patient en danger. N'oublions pas que le but est de pouvoir faire pratiquer une AP satisfaisante. Pour augmenter le niveau d'activité physique, je préfère demander aux patients de reproduire les exercices tout au long de la journée en s'y prenant en plusieurs fois. Par exemple, de faire deux séries sur 2 exercices de leur choix en respectant les temps de pause .S'arrêter une demi-heure puis choisir de nouveau 2 exercices puis recommencer. L'idée est de terminer le programme mais sur la journée. Pour ce faire, une fiche descriptive est donnée aux patients (Exercices, consignes...). 4.2 Résultats détaillés Les résultats suivant concernent les patients de l'unité de greffe au 4ème étage de l'institut Paoli- Calmettes. Pour réaliser cete étude comparative, les quatre patients de l'unité ont suivi les mêmes tests et questionnaires dans les mêmes conditions. Toutefois les patients B et F ont suivi un programme APA, tandis que les patients R et S n'ont pas suivi de programme d'APA mais ont bien réalisés les mêmes tests que les patients B et F (T0-T1-T2). Dans l'idée d'établir une comparaison entre les patients, nous avons fait en sorte de constituer des pairs aux caractéristiques semblables ( âge ou génération, corpulence), l'idéal aurait été de trouver des patients avec la même pathologie cependant chaque patient suit un protocole spécifique et individualisé, malgré l'homogénéité de certaines caractéristiques, les résultats peuvent être différents d'un individu à l'autre. Résultats (TUG) TIME Up & Go (TUG) Version Endurance Avec APA Sans APA Patient B 22 ans Patient F 71 ans Patient R 31 ans Patient S 75 ans T0 14 T0 9 T0 15 T0 9 T1 15 T1 10 T1 13 T1 8 T2 17 T2 11 T2 13 T2 8 20
  21. 21. On constate aux yeux des résultats au test TUG une amélioration des performances des patients B et F ayant suivi un cycle d'APA de deux mois Patient B présente un score passant de 14 à 17, soit une augmentation de 21% Patient F présente un score passant de 9 À 11 soit une augmentation de 22% A contrario, les résultats révèlent une diminution des performance des deux patients n'ayant pas suivi de programme d'APA Patient R présente un score passant de 15 à 13 soit une diminution de 13.3% Patient S présente un score passant de 9 à 8 soit une diminution de 11% Hypothèses De part ces résultats nous pouvons nous poser une question : Est- ce que le cycle d'APA influence la condition physique des patients ? Avant d'évaluer la pertinence de ces résultats, effectuons un test d'hypothèse, pour chaque paire de patient évaluée. En premier lieu déterminons 2 hypothèses: Hypothèse de recherche H1 Les patients suivant un cycle d'APA ont une meilleure condition Physique que les non pratiquants. Hypothèse nulle H0 (absence d'effet) Les patients suivant un cycle d'APA et les non pratiquants ont la même condition physique. 21
  22. 22. Le Test cherche à réfuter une hypothèse nulle, H0. Si H0 est rejeté alors H1 est accepté. Dans notre démarche de Test d'hypothèse nous devons déterminer un valeur théorique(T théorique) qui dépend du degré de liberté du seuil critique. En effet prendre 0.1 ou 10% en seuil critique signifie qu'il y a 90% de chance que le résultat ne soit pas dû au hasard. Pour comparer deux groupes indépendants ( ceux pratiquant les APA et les non pratiquants). Nous procéderons à un premier test d'hypothèse qui concerne la première paire d'âge et de corpulence proche à savoir le patient B et le patient R; puis à un second test d'hypothèse concernant la deuxième paire aux caractéristiques semblables, le patient F, et le patient S puis nous prendrons l'ensemble de leurs résultats aux différentes passations. Pour le Test T Student comparant le patient B au patient R Le choix du risque sera de 10% Le calcul du degré de liberté (DDL) : DDL=( np1 – 1) + ( np2 – 1 ) ou « np » représente le nombre de score pour chaque patient ( soit 3 évaluations = 3 score ) Soit DDL = ( 3 – 1 ) + ( 3 – 1 ) DDL = 4 Ainsi par la lecture de la table T de student, nous pouvons déterminer l'estimation du T théorique: T Théorique : 1,533 Déterminons le T calculé avec cette formule 15,3 – 13,6 T calculé = Ѵ (2,335/) + ( 1,34 /3 T calculé = 1,536 Soit &,536 > 1,533 donc T calculé est supérieur à T théorique. Conclusion : H0 est réfuté, H1 est validé ( de justesse ) ce qui signife qu'il y a un efet du programme APA sur la conditon physique du patent B. En considératon du seuil critque il y a 90% de chance que ces bénéfces ne soient pas dus au hasard. Pour le Test T de Student comparant le patient F au patient S Toujours grâce à la même formule mais cete fois ci le seuil critique sera porté à 5% c'est à dire 95% de chance que les résultats ne soit pas dus au hasard, déterminons par lecture le T T Théorique : 2,132 22
  23. 23. Déterminons ensuite le T calculé : 10 – 8,3 T calculé = Ѵ (1 / 3 ) + ( 0,245 / 3 ) T Calculé = 2,638 Soit 2,638 > 2,132 donc T calculé est supérieur à T théorique Conclusion : H0 est réfuté, H1 est validé ce qui signife qu'il y a un efet du programme APA sur la conditon physique du patent F. De plus le seuil critque a été élevé comparé au premier test, il y a donc 95% de chance que ces bénéfces ne soient pas dus au hasard. Les questionnaires ISP6B Le questionnaire d'inventaire du soi physique à 6 items prévoit d'évaluer l'estime de soi en fonction de 6 composantes précédemment énumérées. Voici les résultats : Questionnaire ISP6B Avec APA SANS APA Patient B 22 ans Patient F 71 ans Patient R Patient S T0 T0 T0 T0 T1 T1 T1 T1 T2 T2 T2 T2 On constate à travers ses résultats que les patients ayant suivis un cycle d'APA présente une hausse respective de leurs scores relatifs à l'estime de soi. A contrario les patients n'ayant pas suivi de cycle d'APA ont des scores en légères baisses ou semblables aux premières évaluations. 23
  24. 24. Avec APA Patient B présente un score passant de 62 à 75 points ou en pourcentage une augmentation de 20,9% Patient F présente un score passant de 46 à 70 points ou en pourcentage une augmentation de 52% Sans APA Patient R présente un score passant de 50 à 45 points ou en pourcentage une diminution de 10%. Patient S présente un score passant de 22 à 25 points ou en pourcentage une légère hausse de 13%. 5 BILAN/DISCUTION 5.1 Par rapport aux objectifs/finalité Mon objectif de ce stage de second semestre était essentiellement d'évaluer l'impact de l'activité physique sur la maladie, limiter la fonte musculaire des patients et d'évaluer leur état psychologique (estime globale de soi, la valeur physique perçue, la condition physique, la compétence sportive, l’apparence physique et la force) avec et sans activité physique. Les résultats sur le TUG nous montrent que les patients ayant pratiqué une activité physique 2 fois par semaine répondent avec une meilleure tonicité musculaire que les patients n'ayant pas pratiquée d'activité physique ; ce qui est plutôt positif comme bilan dans le sens ou l'activité physique permet de maintenir un minimum de capacité musculaire pendant le traitement et l'hospitalisation. Cependant je n'ai aucune donnée qui me permete de dire si j'ai réussi à limiter la fonte musculaire. Nous avions pensé à prendre les mensurations des cuisses mais cete évaluation reste très imprécise. Comme je le mentionnais plus avant dans le dossier peut-être le body stat aurait-il été un indicateur pour vérifier cet état de fait? En ce qui concerne les questionnaires psychologiques, nous pouvons voir là aussi une nete amélioration des résultats sur les patients ayant pratiqués une activité physique. Ces résultats doivent-être pris avec un certain recul dans le sens ou très peu de sujet ont été testé mais nous laissent penser que nous pourrions élargir les tests pour un bilan plus précis. 5.2 Par rapport au vécu personnel Le bilan que je tire de cette expérience est très positif! Bilan au niveau humain Quand on entreprend un stage à l’I.P.C, il s'opère un bouleversement à l'intérieur de notre être. Quand je parle de bouleversement je veux exprimer le fait que c'est une expérience qui marque émotionnellement, un apprentissage qui nous rend plus humble, plus conscient de la chance que l'on a d'être en bonne santé, une expérience qui nous fait réfléchir..... 24
  25. 25. Bilan au niveau professionnel Ce stage m'a aussi beaucoup apporté au niveau professionnel car dispenser des activités physiques à des personnes en aplasie demande une vigilance extrême. Effectivement, elles ont souvent des vertiges, une fatigabilité accrue, des nausées...et il faut pouvoir évaluer rapidement leur capacité à se lever ou pas et à jauger leurs limites. On voit bien que l'activité physique n’est pas entrée dans les mœurs au service hématologie, cependant malgré cela, les responsables médicaux et les patients accueillent cete démarche d'une manière favorable. 6 CONCLUSION: APPORTS ET PERSPECTIVES DU STAGE Pour l’avenir, nous avons la certitude d’avoir créé une ouverture pour la filière APAS au sein du milieu hospitalier. En effet, grâce aux différentes interventions effectuées cete année et d'autres travaux réalisés par des étudiants les années précédentes, nous sommes persuadés que les APAS ont toute leur place dans ce secteur d'activité professionnel. En explorant l'activité physique comme un moyen d'aténuer les effets secondaires du traitement, d'augmenter la qualité de vie des patients, de diminuer la fatigue, de limiter les risques de rechute... , alors nous pourrions, en collaboration avec le milieu médical, réellement participer à l’amélioration de l'état de santé de tous ces patients .Pour autant , nous avons bien conscience du coût que cela représente pour un établissement médical d'embaucher des éducateurs en APAS, ayant une grande équipe pluridisciplinaire; c’est pourquoi nous sommes à la recherche d'un moyen alternatif à ce schéma traditionnel afin de pouvoir exercer un travail indispensable pour le bien-être des patients. 25
  26. 26. 7 BIBLIOGRAPHIE Cours Magistraux : Laurent G. (2015). APA & Cancer. Cours Magistral, Université d'Aix Marseille Sitographie http://www.e-cancer.fr/Plan-cancer/Plan-cancer-2014-2019-priorites-et-objectifs/Les-17-objectifs- du-Plan2/Objectif-8-Reduire-les-risques-de-sequelles-et-de-second-cancer Institut Paoli-Calmetes. 2015. htp://www.institutpaolicalmetes.fr/ htp://www.cancer-environnement.fr/283-Hemopathies-malignes-de-ladulte.ce.aspx www.ultimeathlete.com http://cesabpaalm2016.hautetfort.com/media/02/00/2823903156.pdf http://www.comment-vite-se-muscler.com/la-verite-sur-le-temps-de-repos-en-musculation Uni cancer. 2015. htp://www.unicancer.fr/ 26
  27. 27. 8 ANNEXES Annexe 1 : Acton 8.6 du plan cancer 3 « 2007/2011 Action 8.6 : Promouvoir chez les patients atteints de cancer l’activité physique et Les comportements nutritionnels adaptés. L’activité physique pendant et après le traitement améliore la qualité de vie et diminue la sensation de fatigue. Elle peut améliorer la survie après un cancer du sein ou un cancer colorectal, alors que la surcharge pondérale augmente le risque de second cancer. Le Plan cancer porte donc la promotion de l’activité physique encadrée et ajustée, ainsi que des comportements nutritionnels adaptés.  Systématiser la prise en charge de la surcharge pondérale, la prévention d’une prise de poids pendant le traitement et la prévention de la sédentarité avec augmentation du niveau d’activité physique. Définir les modalités de l’intégration de l’activité physique adaptée dans le parcours des malades ateints de cancer.  Identifier et rendre accessible l’offre d’activité physique ou sportive adaptée aux personnes ateintes de cancer, notamment en dehors des établissements de santé.  Sensibiliser les professionnels de santé et les patients au danger des comportements sédentaires et à l’intérêt de renforcer ou de maintenir une activité physique après un diagnostic de cancer. 27
  28. 28. Annexe 2 ISP-6b Date : …………............ Nom : ....................... Prénom : ....................... CONSIGNES 6 phrases vous sont présentées. Elles expriment des sentments que vous éprouvez Actuellement sur vous-même. Pour chacune, faire un trait vertcal entre les bornes « pas du Tout » et « tout à fait » en foncton de l’intensité choisie. Aucune réponse n'est juste, elle est Avant tout personnelle. Globalement, j’ai une bonne opinion de moi Pas du tout Tout à fait Physiquement, je suis content(e) de moi Pas du tout Tout à fait Je suis satisfait(e) de ma condition physique Pas du tout Tout à fait Je suis satisfait(e) de mes compétences sportives Pas du tout Tout à fait Je suis satisfait(e) de mon apparence physique Pas du tout Tout à fait Je suis satisfait(e) de ma force physique Pas du tout Tout à fait Veuillez faire un trait au centre de la zone de réponse Merci de votre partcipaton 28
  29. 29. Annexe 3 Up and go test version endurance Nom : ____________________ Prénom : ____________________ Age : _____ Date : _____________ Évaluateur : ____________ Up & Go test Le «Timed Up and Go» (TUG) est un test clinique de locomotion et d’équilibre. Il consiste à mesurer le transfert assis/debout, la marche sur 3 mètres et les changements de direction. MATÉRIEL : – Une chaise avec appui-bras; hauteur de siège 46 cm (standard) – Un chronomètre – Un parcours d’une longueur de 3 mètres – Un cône au niveau de la ligne où le sujet doit tourner PROCÉDURE D’APPLICATION : Consignes générales : • Le sujet porte ses chaussures habituelles. • Il utilise l’accessoire de marche qu’il prend habituellement pour se déplacer à l’intérieur d’une maison ou d’un établissement. Préparation et pratique : • La position de départ est la suivante : le sujet est assis, le dos appuyé contre le dossier de la chaise, les membres supérieurs reposent sur les appuie-bras et l’accessoire de marche est à la portée de la main. La ligne de départ du 3 mètres se situe au milieu du pied du côté sain. Idéalement, le dossier de la chaise doit être appuyé contre un mur pour augmenter la stabilité de la chaise. • Donner la consigne verbale suivante : « Après le décompte «1, 2, 3, go», levez- vous puis marchez à une vitesse confortable et sécuritaire jusqu’à la ligne sur le plancher (toucher à la ligne), tournez puis revenez-vous asseoir le dos appuyé sur le dossier de la chaise. » • Faire une démonstration au sujet. Pour la version endurance nous comptons combien de fois le sujet s'assoit en 3 minutes. Il y a eu une modification du test puisque nous comptons le nombre de fois ou le patient s’assoie mais sur 30', 45', 1', etc... Selon son potentiel. Il s'arrête quand il le souhaite. Aucun temps n’est imposé. 29
  30. 30. Annexe 4 30
  31. 31. Annexe 5 TABLE T 31
  32. 32. 32

×